CENTRE DE RECHERCHE SUR LA PROPRETE & L’ENERGIE

Guide méthodologique pour l’exploitation d’unités de méthanisation de déchets solides

Projet METHAPI-Expertise

Pierre BUFFIERE, Matthieu CARRERE, Olivier LEMAIRE, Javier VASQUEZ

Juillet 2007

Résumé

Guide méthodologique pour l’exploitation d’unités de méthanisation de déchets solides Au cours de ces dernières années, le traitement de déchets solides par méthanisation s’est très fortement développé en Europe. Malheureusement, le niveau de fiabilité de ce type d’installation n’est pas encore optimum et de nombreux problèmes d’exploitation, d’origine mécanique ou biologique, peuvent être rencontrés sur ce type d’unité. Le présent guide, élaboré dans le cadre du projet LIFE ENVIRONNEMENT appelé METHAPI EXPERTISE, a pour objectif de transmettre des données essentielles qu’il est important de prendre en compte lors de la conception ou de l’exploitation d’une unité de méthanisation de déchets solides. La compréhension de la technologie étant primordiale, la première partie de ce document définit la méthanisation et présente les différents types de procédés pouvant être utilisés. La deuxième partie du guide donne les préconisations essentielles pour faciliter l’exploitation de ce type d’unité. A ce niveau, les considérations sont aussi bien d’ordre mécaniques que biologiques. Enfin, une ultime partie s’attache à rappeler l’importance des consignes de sécurité à respecter et de la formation du personnel exploitant.

Methodological guide for anaerobic digestion plant operation on solid waste

Summary From the last decade, we are witnessing a great development of anaerobic digestion of solid waste in Europe. Unfortunately, the level of reliability of these plants is not yet optimized. Multiple operating problems, going from mechanical to biological, are reported. The main objective of the present guide, produced during the LIFE ENVIRONMENT project called METHAPI EXPERTISE, is to transfer the essential information necessary to take into consideration during the design and/or operation of a solid waste anaerobic digestion plant. The main element is the understanding of the technology. Therefore, the first part of the guide defines anaerobic digestion and presents the different processes that could be used. The second part of the guide proposes basic recommendations to simplify operation of this kind of plant. Recommendations include mechanical and biological aspects. Finally, the last part insists on the extreme importance of two key aspects in plant operation: respect of safety rules and training of plant personnel.

Centre de Recherche Propreté & Energie

Juillet 07

2

SOMMAIRE

I. A.

INTRODUCTION – PREAMBULE ...................................................................................................................5 1.
a) b) c)

QU’EST-CE QUE LA METHANISATION ? PRINCIPE, GENERALITES, REACTIONS BIOLOGIQUES. .............................5 Qu’est-ce que la méthanisation ? ..........................................................................................................5
L’hydrolyse ........................................................................................................................................................6 L’acidogénèse ...................................................................................................................................................6 L’acétogénèse ...................................................................................................................................................6 (1) Bactéries acétogènes productrices obligées d'hydrogène.............................................................................6 (2) Bactéries mono ou homoacétogènes ............................................................................................................7 d) La méthanogénèse............................................................................................................................................7

2.
a) b)

Les réactions biologiques et la méthanisation.......................................................................................7
Principe des réactions biologiques ....................................................................................................................7 Caractéristiques de la réaction de méthanisation..............................................................................................8

B. 1. 2. 3.
a) b) c) d)

LES PROCEDES EN PLACE – PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT ........................................................................8 Digestion humide / digestion sèche.......................................................................................................9 Mésophile / thermophile ........................................................................................................................9 Inventaire des différentes techniques de méthanisation .......................................................................9
Les procédés extensifs......................................................................................................................................9 Digestion humide...............................................................................................................................................9 Digestion sèche ...............................................................................................................................................10 Les prétraitements...........................................................................................................................................11

C. D. II. A. 1.
a) b) c)

LES DECHETS CONCERNES .........................................................................................................................11 LES SOUS-PRODUITS ET LEURS CARACTERISTIQUES ....................................................................................12 PRECONISATIONS ESSENTIELLES POUR L’EXPLOITATION D’UNITES DE METHANISATION......14 ASPECTS MECANIQUES ..............................................................................................................................14 Réception – Pré-traitement..................................................................................................................14
Objectifs / Attentes ..........................................................................................................................................14 Moyens / matériel ............................................................................................................................................14 Points critiques et préconisations ....................................................................................................................14

2.
a) b) c)

Alimentation .........................................................................................................................................15
Objectifs / contraintes à respecter ...................................................................................................................15 Moyens / matériel ............................................................................................................................................16 Points critiques et préconisations ....................................................................................................................16

3.
a) b) c)

Digestion..............................................................................................................................................17
Objectifs / contraintes à respecter ...................................................................................................................17 Moyens / matériel ............................................................................................................................................17 Points critiques et préconisations ....................................................................................................................17

4.
a) b) c)

Déshydratation ....................................................................................................................................18
Objectifs / contraintes à respecter ...................................................................................................................18 Moyens / matériel ............................................................................................................................................18 Points critiques et préconisations ....................................................................................................................18

5.
a) b) c)

Circuit biogaz .......................................................................................................................................20
Objectifs / contraintes à respecter ...................................................................................................................20 Moyens / matériel ............................................................................................................................................20 Points critiques et préconisations ....................................................................................................................20

B. 1.
a) b) c)

GESTION DES SOUS-PRODUITS ...................................................................................................................21 Biogaz..................................................................................................................................................21
Gestion des aléas de production (quantité/qualité) .........................................................................................21 Traitement .......................................................................................................................................................21 Valorisation ......................................................................................................................................................21

2.
a) b)

Digestat................................................................................................................................................22
Traitement .......................................................................................................................................................22 Valorisation......................................................................................................................................................22

3.
a) b)

Effluents liquides .................................................................................................................................22
Traitement .......................................................................................................................................................22 Valorisation......................................................................................................................................................23

4.
a)

Refus ...................................................................................................................................................23
Traitement .......................................................................................................................................................23
Juillet 07

Centre de Recherche Propreté & Energie

3

C. 1.
a) b)

ASPECTS BIOLOGIQUES..............................................................................................................................23 Connaissance du déchet entrant.........................................................................................................23
Paramètres......................................................................................................................................................23 Quelques valeurs de référence .......................................................................................................................25

2.
a) b) c) d) e) f) g) h) i) j)

Paramètres clés de la digestion ..........................................................................................................27
Température....................................................................................................................................................27 Taux de MS .....................................................................................................................................................27 Temps de séjour ..............................................................................................................................................27 Charge organique............................................................................................................................................27 Production de biogaz et % de CH4 ..................................................................................................................27 pH ....................................................................................................................................................................28 TAC .................................................................................................................................................................28 AGV.................................................................................................................................................................28 Azote ...............................................................................................................................................................29 H2S ..................................................................................................................................................................29

3.
a) b) c)

Paramètres clés du compostage .........................................................................................................30
La température ................................................................................................................................................30 L’oxygène ........................................................................................................................................................30 L’humidité ........................................................................................................................................................31

III. A. B. IV. A. 1. 2. 3. B. V.

OUTILS DE PILOTAGE ET SUIVI BIOLOGIQUE DE L’UNITE................................................................32 OUTILS DE SUIVI ........................................................................................................................................32 UNITES ET CONVERSIONS ...........................................................................................................................33 SECURITE ET FORMATION .....................................................................................................................35 SECURITE .................................................................................................................................................35 Biogaz..................................................................................................................................................35 Travail sous pression...........................................................................................................................37 Risque biologique ................................................................................................................................37 FORMATION ...............................................................................................................................................38 CONCLUSION............................................................................................................................................39

BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................................................40

Centre de Recherche Propreté & Energie

Juillet 07

4

Ancien car le phénomène naturel de fermentation en gaz inflammable dans les marais a été identifié par VOLTA en 1776. généralités. En raison de cette complexité. la méthanisation est désormais considérée comme une méthode qui permet à la fois de récupérer de l’énergie et d’éliminer des déchets (ou d’en réduire le volume). l’acidogénèse. la totalité des transformations n’est pas réalisée par une seule espèce. Le schéma classique identifie quatre étapes de transformation : l’hydrolyse. 1. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 5 . réactions biologiques. En définitive. CO2). son application a été surtout concentrée sur la dépollution (en particulier des effluents issus des industries agro-alimentaires) en raison de sa capacité à traiter des effluents concentrés en matière organique et de la faible production de boues biologiques qu’elle engendre (3 à 5 fois moins que les stations d’épurations classiques. Dans les années 70. La méthanisation a par ailleurs connu des stades de développement divers. pour la digestion de boues. à la suite du premier choc pétrolier. et de dioxyde de carbone. Cette transformation est complexe. à boues activées). Par la suite. Nouveau car la mise en œuvre industrielle de cette biotransformation remonte aux années 1950. INTRODUCTION – PREAMBULE A. Qu’est-ce que la méthanisation ? La digestion anaérobie – ou méthanisation – est un procédé à la fois ancien et nouveau. l’acétogénèse et la méthanogénèse. au sein duquel chaque groupe réalise une partie du travail de décomposition (Figure 1). Qu’est-ce que la méthanisation ? Principe. Ce sont principalement des bactéries et des archæ (micro-organismes proches des bactéries) qui réalisent ces conversions. mais par un ensemble (un consortium). et au début des années 1990 pour les déchets. car il s’agit dans le cas des déchets de passer d’une forme solide (par exemple un morceau de carton) à une forme soluble (par exemple des sucres ou des protéines) qui peut être utilisée par les bactéries.I. CH4. elle a été l’une des voies envisagées par les pouvoirs publics pour assurer une relative autonomie énergétique aux utilisateurs. La méthanisation est un procédé biologique se déroulant en absence d’oxygène et au cours duquel la matière organique est convertie en biogaz (composé principalement de méthane.

soit par les Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 6 . ainsi que de l’azote ammoniacal (sous forme NH4+ ou NH3) dans le cas de l’hydrolyse des protéines. Les bactéries qui réalisent cette étape sont désignées comme les bactéries productrices obligées d'hydrogène (OHPA. Cependant. Proteines. CO 2 Hydrogénotrophes Acétate Acétotrophes acétogénèse m éthanogénèse CH 4 . également appelée phase fermentative. La plupart des molécules solubles sont facilement hydrolysables. Cette élimination est réalisée soit par les bactéries méthanogènes consommant l'hydrogène. Cette transformation est assurée par des enzymes extracellulaires. Les composés tels que les polysaccharides (comme la cellulose). Elle est généralement rapide en raison du fort taux de croissance des bactéries mises en jeu. et il doit être éliminé. etc… ) M icro-organism es hydrolytiques et ferm entatifs hydrolyse acidogénèse Alcools Acides organiques (sauf acétate) Acétogènes H 2 . Comme son nom le suggère. Lipides. en acides aminés et en glycérol et acides gras respectivement. a) L’hydrolyse Cette phase concerne la dégradation de molécules organiques complexes en monomères. bicarbonate et hydrogène.M atière organique (Sucres. Obligate Hydrogen Producing Bacteria). c) L’acétogénèse (1) Bactéries acétogènes productrices obligées d'hydrogène L'étape d'acétogénèse recouvre la transformation d'un petit nombre de composés simples en acétate. les lipides sont hydrolysés en sucres simples. la phase d’acidogénèse se traduit donc souvent par une acidification du milieu. b) L’acidogénèse Cette phase. l’acide propionique et l’acide butyrique. CO 2 Figure 1 : Schéma simplifié de la méthanisation. comme c’est le cas pour les déchets. Mais cette étape peut s’avérer délicate dans le cas des composés peu solubles ou solides. l’accumulation d’hydrogène bloque leur développement. les principaux acides produits sont l’acide acétique. D'autres co-produits sont également générés comme le dioxyde de carbone et l’hydrogène. les protéines. transforme les différents monomères issus de l’hydrolyse en acides organiques à courte chaîne (2 à 6 carbones) .

Les transformations anaérobies comme la méthanisation sont des processus peu énergétiques au cours desquels les rendement de croissance sont assez faibles par rapport aux transformations aérobies. A titre d’exemple. c’est-à-dire la manière dont l’énergie tirée de la réaction est répartie entre croissance et maintenance. notamment en utilisant l'hydrogène des bactéries productrices obligées.. On considère généralement que la vitesse d’une réaction biologique de consommation d’une substance chimique est reliée à la vitesse de croissance de l’espèce vivante qui la consomme.. Les relations de syntrophie entre les espèces sont souvent considérées comme une clef de voûte de la réaction. Pour quantifier ce métabolisme. bicarbonate ou acétate). La vitesse de croissance d’une espèce de concentration X est proportionnelle au taux de croissance : dX = μX dt Chaque réaction biologique possède son propre métabolisme. de bénéficier de l’énergie dégagée par cette réaction pour se nourrir. Leur taux de croissance est plus faible que celui des bactéries acidogènes. hydrogène. on parle généralement des rendements : . parce qu'elles fournissent à leurs partenaires métaboliques leur source de carbone ou leur énergie (hydrogène. Juillet 07 Centre de Recherche Propreté & Energie 7 . Classées parmi les archæ. Ce dernier réalise une fonction (sa reproduction) qui demande de la matière et de l'énergie. d) La méthanogénèse Les espèces méthanogènes utilisent principalement comme substrats l'acétate. Il utilise pour synthétiser de la matière la source de carbone et des compléments nutritifs (azote. 2. le dioxyde de carbone et l'hydrogène. L'énergie est tirée de la réaction réalisée conjointement. L’objectif d’une réaction biologique est pour l’espèce vivante. oxygène. et en 10 grammes seulement en mode anaérobie. Une réaction biologique est donc une transformation chimique réalisée par une espèce vivante. elles présentent des différences significatives avec les autres bactéries. soit à partir du bicarbonate et de l'hydrogène. Pour mesurer cette vitesse. le rendement en produit d’une réaction biologique est égal à la quantité de produit généré par la réaction divisé par la quantité de substance consommée. Le groupe des bactéries acétogènes est souvent désigné sous le nom de bactéries syntrophes (de syn : ensemble et trophein : manger). Elles contribuent à la régulation de l'hydrogène dans le milieu. soit en hydrolysant des composés à chaîne plus longue.bactéries sulfato-réductrices (réduction des sulfates en sulfures). 100 grammes de sucre seront transformés en 50 grammes de bactéries en mode aérobie.le rendement de croissance d’une espèce est défini comme le ratio entre la quantité de biomasse fabriquée au cours de la transformation et la quantité de substance consommée par la même réaction biologique . (2) Bactéries mono ou homoacétogènes Ces organismes ont une production exclusive d'acétate. Les espèces méthanogènes les plus courantes sont généralement réparties en deux groupes : • Les méthanogènes acétotrophes responsables de 70 % de la production de méthane dans les digesteurs utilisant l'acétate. Les réactions biologiques et la méthanisation a) Principe des réactions biologiques Une réaction biologique est en fait une des conséquences de la vie d'un organisme. on utilise la notion de taux de croissance (noté µ). • Les méthanogènes hydrogénotrophes qui utilisent l'hydrogène et le dioxyde de carbone. tant du point de vue de la structure que du matériel génétique.) constituant son matériau cellulaire.

jusqu’aux produits finaux que sont les substances gazeuses comme le méthane et le CO2. Au niveau global. à de très rares exceptions près. B. thermophile). comme la température de fonctionnement (ambiante.b) Caractéristiques de la réaction de méthanisation Comme dans toute réaction chimique. nous pouvons tenter d’expliquer les principaux paramètres qui caractérisent la réaction globale de la méthanisation : . nous comprenons que ce sera l’étape la plus lente qui ajustera la vitesse globale de la méthanisation. c’est très souvent l’étape d’hydrolyse qui est la plus lente. La croissance des bactéries (biomasse) représente 5 à 10% de la matière organique dégradée. le rendement en produit (méthane) : il dépend de la composition du déchet . les produits de l’acidogénèse comme les acides organiques servent à leur tour de nourriture pour les bactéries acétogènes. étant donné le nombre important d’étapes dans le procédé. régulée. mésophile. D’un point de vue du bilan de masse. toutefois. à proprement parler. En méthanisation. procédés secs) ou l’existence de plusieurs phases de traitement. En effet. les produits finaux issus de chacune des phases peuvent être réutilisés par d’autres espèces présentes dans le consortium : nous le voyons sur la figure 1.le rendement en biomasse : il est généralement considéré que 5 à 10% (au maximum) de la matière organique dégradée est convertie en biomasse . Il s’agit donc. Si nous reprenons les définitions précédentes. Pour la digestion des déchets. biogaz eau + Matière organique eau méthanisation Matière organique non biodégradable Matière minérale biomasse Matière minérale Figure 2 : Seule la fraction biodégradable de la matière organique est concernée par la méthanisation. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 8 . alors le rendement en méthane est constant (égal à 0. Les procédés en place – Principes de fonctionnement Les procédés de méthanisation se distinguent selon plusieurs critères. d’une chaîne alimentaire basée sur l’utilisation maximale de l’énergie. la teneur en eau (procédés humides. la vitesse de la réaction de méthanisation dépend de nombreux facteurs. la méthanisation peut être schématisée selon la Figure 2. La quantité de méthane produit dépend de la composition de la matière organique. les étapes d’acétogénèse et de méthanogénèse peuvent également se dérouler lentement.35 Nm3 de CH4 par kg de DCO éliminée). Cependant. s’il est exprimé par rapport à la DCO (demande chimique en oxygène) du déchet. qui ne peuvent pas être utilisées comme source d’énergie en absence d’oxygène. la transformation aboutit à des produits finaux.

Cette variante permet de réduire considérablement le temps de traitement des déchets (moins de 40 jours). 2. a été mise au point par le Pr. avec une faible quantité d’eau libre. la digestion thermophile améliore la fluidité des lipides (graisses). la teneur en eau est ajustée de manière à retrouver une teneur proche de 10-15% de matière sèche. La digestion sèche est une technique qui permet de maintenir les résidus dans leur état d’origine sans d’importants ajouts d’eau. qui permet de conférer au mélange la consistance souhaitée pour la méthanisation. La température améliore la vitesse de dégradation et de formation de méthane (mais pas la quantité de méthane produit). de réduire à 4 ans la durée du traitement. Cependant. Dans ces deux procédés. par méthanisation et via un pré-traitement des déchets. le procédé le plus extensif de méthanisation est le centre de stockage par enfouissement. Les déchets sont préalablement mélangés dans un réacteur pouvant éventuellement être adjoint à un traitement mécanique et/ou thermique (pulpeur). Ainsi. La société Ikos France commercialise une technique apparentée au stockage permettant. le procédé SEBAC. Enfin. Inventaire des différentes techniques de méthanisation a) Les procédés extensifs Nous qualifions de procédés extensifs ceux pour lesquels c‘est la simplicité de conception qui a primé sur l‘efficacité du traitement. Les plus connus sont les procédés BIOCEL (Pays-Bas) et BEKON (Allemagne). 3. notamment l’azote ammoniacal. Dans ces réacteurs. Le digesteur proprement dit est généralement une cuve agitée. Le prétraitement nécessaire est simplement un criblage à une taille de l’ordre de 40 mm. les déchets (souvent des fractions organiques de déchets ménagers) sont placés tels quels dans des compartiments fermés hermétiquement. La tendance récente en Europe est de construire plutôt des digesteurs thermophiles. elle est également réputée plus fragile face aux inhibiteurs. Une variante particulièrement astucieuse. Mésophile / thermophile La température influence principalement les vitesses de réaction au sens large. pulpeur) avant l’entrée dans le réacteur de méthanisation proprement dit (Figure Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 9 . Digestion humide / digestion sèche Les systèmes de digestion humide présentent de grandes similarités avec les procédés de digestion de boues d’épuration. qu’elles soient chimiques ou biologiques : nous trouvons ainsi des procédés mésophiles (35°C) et thermophiles. les méthaniseurs pour la digestion de la fraction fermentescible des ordures ménagères fonctionnent à des charges plus faibles et des temps de séjours plus longs en mésophile qu’en thermophile. dans lesquels trois réacteurs sont utilisés de manière séquentielle avec des échanges et des recylcages de lixiviats. Elle se caractérise par une teneur en eau comprise entre 20 et 40%. ce qui confère au milieu de fermentation une consistance non pas sèche. dans des cellules fermées. Les procédés extensifs „hors sol“ plus classiques fonctionnent par bachées. et un recyclage de lixiviat peut être réalisé afin d‘accélérer la fermentation. dans lesquels la durée de dégradation est de l‘ordre de la vingtaine d‘année. b) Digestion humide Les procédés de digestion humide sont généralement précédés d’une étape de préparation des déchets (mélangeur. bien que l’on trouve également des installations fonctionnant avec des tailles supérieures (80 voire 100 mm). mais pâteuse (ou semisolide). La conduite d’un réacteur thermophile permet une meilleure hygiénisation vis à vis de certains germes pathogènes. Un réchauffement de lixiviat recirculé peut également être réalisé pour augmenter la température du traitement. si bien qu’aujourd’hui ils constituent près de 40% du parc pour le traitement des déchets municipaux. David Chynoweth de l‘université de Floride (USA).1. A l‘extrême. dans lesquels le temps de fermentation des déchets avoisine 35 jours.

Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 10 . Sortie Entrée déchets 1 Entrée déchets Sortie 2 Biogaz Entrée déchets Sortie digestat 3 Figure 4 : Principales technologies de digestion sèche. mélangé par recirculation de biogaz). et les procédés horizontaux (KOMPOGAS et BRV) dans lesquels l’écoulement est piston et où des agitateurs à vitesse lente confèrent un mouvement de rotation à la matière en cours de digestion. Les principaux procédés fonctionnant selon ce principe sont le procédé WAASA. 2 : recirculation de biogaz (VALORGA) . nous retrouvons trois types de technologies : deux systèmes à réacteurs verticaux (le procédé DRANCO. flottants Biogaz Déshydratation Chauffage Pulpeur Eau Digesteur Compostage lourds Recyclage de l’eau de procédé Eau usée Figure 3 : Principe des digesteurs humides.3). La société espagnole ROS-ROCA commercialise également un digesteur par voie humide (procédé BIOSTAB). BRV). c) Digestion sèche Parmi les procédés de digestion sèche. 1 : à recirculation de digestat (DRANCO). 3 : digesteurs pistons horizontaux (KOMPOGAS. à recirculation de digestat). le procédé BTA et le procédé LINDE-KCA. et le procédé VALORGA.

soit de les transformer en produits biodégradables. La séparation de cette fraction à l’origine génère une FFOM avec des meilleures propriétés pour la digestion anaérobie.d) Les prétraitements L’objectif des prétraitements est de favoriser la décomposition et l’hydrolyse des solides pour produire un résidu qui sera traité dans la seconde étape avec une meilleure efficacité. en décomposant les fibres ainsi traitées. La plupart des procédés humides déjà mentionnés comportent une étape de ce type. et d’en accélérer l’hydrolyse. l’hydrolyse et la solubilisation des matières organiques composites. d’améliorer de près de 40% la quantité de méthane produite [16] . et de récupérer le résidu liquide (ou lixiviat) afin de l’amener vers un réacteur de méthanisation classique. Dans certains cas. Dans le domaine du traitement des déchets. Cette fraction peut provenir de la séparation mécanique ou de la collection sélective des déchets. C. ce qui leur permettra de devenir soit accessibles (biodisponibles) pour la digestion. Le biogaz produit couvre partiellement les besoins énergétiques de la station d’épuration. comme ceux utilisés pour le traitement des eaux résiduaires. c’est principalement la biodégradabilité des composés lignocellulosiques qui pose problème. industriel. le procédé commercial correspondant est le système SUBBOR (Canada). le procédé ARROWBIO consiste en un prétraitement mécanique poussé de séparation avant de réaliser la digestion en deux étapes de fermentation (acidogène et méthanogène) dans des réacteurs de type UASB. La digestion anaérobie est utilisée pour la stabilisation et la réduction de la quantité de boues. Dans certains cas. il s’agira de liquéfier une partie de la matière organique afin de pouvoir utiliser un réacteur de méthanisation «classique». l’étape de macération est réalisée à haute température (70 ou 90°) afin de favoriser l’hygiénisation des résidus. L’utilisation de la méthanisation pour traiter ces déchets s’est développée dans les dernières années. • Prétraitements mécaniques et macération : il s’agit de pousser au maximum la diminution de taille des matières solides. Les caractéristiques des boues dépendent de l’origine des eaux traitées (municipal. Les déchets concernés La digestion anaérobie peut être utilisée pour le traitement voir une dégradation rapide et efficace de différents résidus et en même temps la production de l’électricité. Il a été montré que le traitement disruptif à la vapeur sous pression (5 minutes à 240°C) permet. Le procédé BRV (digestion sèche) est précédé d’une étape de macération aérobie de deux jours . la fraction solide n’est pas complètement digérée et est réutilisée en compostage (exemple : procédé BIOPERCOLAT de Wehrle Werk. Allemagne). • Prétraitements physico-chimiques : il s’agit de réaliser une transformation de la nature chimique des composés. • Procédés en deux étapes à biolixiviation : le principe est de réaliser. traitement thermique.…). • Les boues de station d’épuration Les boues sont produites durant le traitement des eaux résiduaires urbaines ou industrielles. etc. dans deux réacteurs différents. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 11 . Très souvent. Les principaux objectifs sont réduire la quantité des déchets envoyés vers d'autres traitements de déchets solides et en même temps recycler les nutriments contenus dans ces déchets. ultrasons). Les résidus susceptibles d’être traités par méthanisation sont: • Les ordures ménagères Plus précisément la fraction fermentescible des ordures ménagères (FFOM). De nombreuses applications existent dans le domaine du traitement des boues (ozonation.

La teneur de ces gaz dépend étroitement du déchet traité et du degré d’avancement de la méthanisation.Les boues primaires : elles sont issues de la décantation des eaux usées en tête de process.Les boues secondaires : elles sont issues d’une étape de décantation située en aval de bassins d’aération. nous pouvons distinguer 3 types de boues pouvant être digérées par voie anaérobie. D. Dans le cas de résidus organiques. devient de plus en plus une alternative énergétique pour certains pays. sulfure d’hydrogène (H2S). agro-alimentaires et pharmaceutiques sont susceptibles d’être traités par méthanisation avant épandage ou enfouissement. . le PCI sera de 9.Dans le cas du traitement des eaux usées. la méthanisation est analogue du point de vue des transformations biochimiques à ce qui se passe lors de la phase de fermentation en compostage . Etant donné qu’une partie de la matière organique a déjà été stabilisée au cours du traitement réalisé dans les bassins d’aération. . Dans le cas des Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 12 . D’autres gaz peuvent venir s’ajouter de façon minoritaire dans la composition du biogaz : hydrogène. • Les déchets industriels Les déchets provenant des industries papetières.Les boues mixtes : c’est un mélange des deux types de boues précédentes (Iaires +IIaires). des propriétés agronomiques analogues à celle d’un compost qui aurait été élaboré avec les même produits initiaux. Cette étape de décantation étant située en amont du traitement. Ce sont les boues les plus fermentescibles pouvant être issues d’une STEP. la digestion anaérobie de ce type de boue est moins intéressante du point de vue du rendement énergétique. .94 kWh/m3. les boues sont très chargées en matière organique biodégradable. Le pouvoir calorifique d’un combustible est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de l’unité de quantité de combustible. pour un biogaz contenant 70% de méthane. Le PCI du méthane à 0°C à pression atmosphérique est de 9. le digestat peut ainsi être post-composté et aura.96 kWh/m3). Les sous-produits et leurs caractéristiques • Le biogaz Le biogaz est principalement constitué de méthane combustible et de gaz carbonique inerte. après maturation. Le PCI est le pouvoir calorifique inférieur lorsque l’eau produite par cette combustion reste à l’état de vapeur. • La biomasse La culture de certaines «cultures énergétiques» avec le seul objectif de produire l’énergie. C’est une alternative utilisée plus souvent dans des pays avec une densité animale élevée. Les principaux objectifs sont la production d’énergie et l’amélioration des propriétés des produits utilisés dans l’épandage. Pour le biogaz. • Les déchets agricoles Provenant des activités agricoles. L’énergie récupérée couvre souvent les besoins énergétiques du procédé industriel.7 = 6. le PCI sera proportionnel à sa teneur en méthane (par exemple. voir déjections animales et résidus de cultures.94 x 0. • Le digestat Le résidu solide non digéré (ou digestat) est constitué de la fraction peu ou difficilement biodégradable du déchet entrant.

En fonction du procédé de méthanisation choisi. qui contiennent une teneur importante en plastiques et en métaux. du type de maturation prévu et des possibilités locales de traitements des effluents. la valorisation agronomique est plus problématique. il est possible de déshydrater le digestat pour générer une fraction liquide (jus) qui pourront en partie être re-circulés ou qui devront être traités avant rejet au milieu naturel et une fraction solide (gâteau) qui sera envoyé en post-compostage.ordures ménagères résiduelles. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 13 .

augmentation du taux de refus et diminution de la production de biogaz par tonne de déchets traités. . PRECONISATIONS ESSENTIELLES POUR L’EXPLOITATION D’UNITES DE METHANISATION A. Solution : trouver une maille correcte selon le type de déchet à traiter et adapter la vitesse de rotation de trommel ainsi que l’alimentation (pas d’essais réalisés à ce niveau). Actuellement. solides. Le durcissement d'une partie de la masse des ordures provoque des Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 14 . séparateurs balistiques. vis. Pour les déchets de type OMr. le digesteur n'a pas pu être alimenté . pulpeurs. vannes. c) Points critiques et préconisations Déferraillage : importance d’un déferraillage complet et rigoureux Problème : usure prématurée / blocage des pièces mécaniques sur toute la chaîne du process (pompes. . Aspects mécaniques 1. il existe une grande diversité dans le type de déchets destinés à être traités par méthanisation : déchets liquides. La présence et la complexité de la chaine de pré-traitement dépendra du type de déchet à traiter et de la technologie de méthanisation utilisée. Si le criblage intervient seul ou en amont d’un broyeur.II. les déchets stockés dans le module de pré-compostage se sont desséchées et prises en masse. différents équipements peuvent être mis en place en amont de l’étape de méthanisation. Réception – Pré-traitement a) Objectifs / Attentes La méthanisation est une technique dont l’objectif est de dégrader la matière organique contenue dans les déchets.Les traitements biologiques : module de pré-compostage . Criblage : quelle maille retenir ? Problèmes : . agricoles. b) Moyens / matériel Pour atteindre cet objectif.Les traitements physiques : broyeurs. très riches en MO. Pré-compostage (type Linde) : contrôle du temps de séjour Problèmes : Lorsque le module de pré-compostage est plein et que dans les deux jours qui suivent . urbains. respect d’une couche de déchets suffisamment fine pour assurer un déferraillage complet. chargés en inertes… Pour favoriser la dégradation de la composante organique de ces déchets. sans apporter systématiquement davantage de MO. une maille de 30 à 40 mm en aval d’un broyeur paraît correcte. il est important de leur appliquer un pré-traitement pour les adapter à un traitement biologique anaérobie en système clos et ainsi tenter d’uniformiser et de régulariser l’entrant en digestion. presse) en cas de déferraillage insuffisant. il convient d’utiliser une maille supérieure (80 mm).maille trop fine ou alimentation trop importante du trommel ou vitesse de rotation du trommel trop rapide : une partie de la MO part en refus. Ces différents outils peuvent être répartis dans les catégories suivantes : . Solution : utilisation d’un aimant suffisamment puissant . densimétriques ou optiques. BRS. cribles.maille trop large : augmente la teneur en inertes.

Solution : Prévoir des systèmes d’évacuation par by-pass pour éviter une accumulation de produit dans cette étape et ainsi maîtriser le temps de séjour dans cette partie du procédé. D’autre part. afin d’identifier les paramètres optimum de fonctionnement. Il faut cependant veiller à réaliser ces tests sur des échantillons en quantité suffisamment représentatives : plus le déchet est hétérogène. En effet. les vis sans fin et les tamis... Le prétraitement revêt une importance majeure puisqu’il conditionne la qualité et sa reproductibilité dans le temps des déchets entrant dans le digesteur. 2. Solution : Broyeur : Malgré des essais de fabrication de pales à partir d’aciers de duretés différentes et divers types de coupes (à l'eau. sur la partie en contact avec la vis. la solution la plus économique retenue a consisté à fabriquer des pales d’un acier anti-usure de 500 Brinell et de les remplacer toutes les 3-4 semaines. pour un prétraitement donné. Usure des équipements Problèmes : Quand la matière entrante arrive avec un fort pourcentage d’inertes..). Ce problème apparaît dans la partie du plancher mobile la plus proche des pistons qui l'entraînent. c'est-à-dire ceux qui permettent d’obtenir le meilleur compromis taux de MO / quantité d’inertes. qui simulent le(s) trommel(s).ruptures sur le plancher mobile. Exemple : Usure du broyeur . Alimentation a) Objectifs / contraintes à respecter Le cœur du procédé étant biologique. La réalisation de tests de potentiel méthanogène (BMP) amont – aval du prétraitement est un bon indicateur de l’efficacité de cette étape. Vis sans fin : Certains carters de vis sont équipés de renforts intérieurs. Dans certains cas (type de vis particulier et déchet très abrasif).Les pales du broyeur s'usent par frottement et abrasion causés par le verre. la maintenance et le remplacement de certaines pièces paraissent obligatoires. toute discontinuité dans le rythme ou la composition du produit alimenté est susceptible de créer une instabilité du milieu réactionnel et donc une baisse du rendement de dégradation du système (donc du biogaz produit). Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 15 . en particulier avec les déchets ménagers. on observe une usure des différents éléments mécaniques de l'installation tels que le broyeur. Détail d'usure d'une pale de broyeur Détail d'usure de la protection de vis Détail de la rupture du plancher mobile Il convient donc de bien intégrer l’ensemble de la chaîne de prétraitement (et l’ordre dans lequel les équipements fonctionnent) pour le dimensionnement de chacun des équipements qui la compose. puis de tamis de différentes mailles. un remplacement est nécessaire. Ces tests peuvent être réalisés par exemple à l’aide de petits broyeurs. des tests préalables sont recommandés. Enfin. plus la masse d’échantillon devra être importante. en particulier dans le cas des déchets ménagers. la maîtrise de l’étape de pré-traitement devra permettre de stabiliser le type de produit entrant dans le réacteur (en quantité et en qualité).

c) Points critiques et préconisations Quantité de produit entrant Problème : Absence de système de pesage en continu des produits entrants. Solution : le système type pompe à béton.une vis sans fin . deux systèmes peuvent être employés pour injecter le produit au sein du réacteur : . Inversement. aspiration des légers… Vis d’alimentation usée et tordue Homogénéisation Problème : une hétérogénéité du mélange déchet . d’adapter au plus tôt la stratégie d’introduction du déchet dans le digesteur.jus et/ou digestat recirculé lors de l’alimentation entraîne des problèmes mécaniques et diminue les rendements de production de biogaz dans le digesteur (une partie de la matière organique ne pourra pas être dégradée car elle ne sera pas en contact avec le digestat). Pour des raisons réglementaires et de traçabilité. Taux d’humidité Problème : un taux d’humidité mal adapté est source de bourrages. s’avère très efficace. les pompes permettent d’injecter des produits plus fluides. en comparaison au système à vis sans fin. Taux d’inertes Problème : une teneur trop élevée donne lieu à des phénomènes de compression (à laquelle peut également contribuer la teneur en fibres) et peut engendrer une usure prématurée des équipements (verre). puis de mauvais comportement mécanique et biologique lors de la digestion.Il est donc primordial d’assurer une alimentation constante et en cas de déséquilibre dans le milieu réactionnel. de mauvaise entrée du déchet dans le digesteur. b) Moyens / matériel Classiquement.55 %). Il reste néanmoins beaucoup plus coûteux et nécessite un Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 16 . correctement dimensionné. il est nécessaire de connaître précisément et à tout moment les quantités prises en charges dans le process. Cette mesure permet d’ajuster le débit de jus ou d’eau ajouté. Solution : Il est important de monter dés l’origine un équipement de pesage dynamique efficace afin de quantifier les entrées. Solution : Action à réaliser au niveau du prétraitement : réduction de la teneur en inertes. déjà mélangés au digestat et aux jus recirculés (MS < 40 %). par tri balistique ou système équivalent. Impossibilité de réaliser des bilans matières fiables et difficulté de contrôler le flux entrant. Il faut également tenir compte de la teneur en MS des jus.une pompe à béton Les systèmes de vis seront préférentiellement utilisés dans le cas de déchets relativement secs et solides (MS env 45 . Solution : une mesure régulière du taux de MS des déchets doit être réalisée.

. continu . Un contrôle quotidien des conditions de milieu dans le digesteur est souhaitable.mélange préalable de la matière à dégrader avec le digestat.Ajustement de l’humidité du mélange entrant : interne ou externe c) Points critiques et préconisations Teneur en humidité et inertes Problème : formation de bouchons et de zones hétérogènes si les teneurs en humidité ne sont pas maitrisées.maintien de la température : circuit de chauffage externe. Il est également possible de rencontrer des problèmes de liquéfaction dans le digesteur qui peut donner lieu à un phénomène de formation de mousses. pour être la plus efficace possible.T°C de fonctionnement : mésophile / thermophile .mode d’homogénéisation : pales. Les conséquences sont des blocages mécaniques et des diminutions de rendement de biogaz du fait du manque d’homogénéité (zones de contact avec les bactéries non optimisées). . section cylindrique/section carrée . chauffage de l’entrant avant alimentation . injection de biogaz. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 17 . boucle externe au réacteur. Accumulation de déchets dans la vis d’alimentation Détail d'usure vis d'alimentation Bouchon vis d'alimentation du digesteur 3. C/N…) et stables. accumulation de déchets gênant la circulation dans le digesteur et pouvant provoquer des bouchons. Solution : préparation en amont du déchet : voir taux d’humidité et taux d’inertes de la partie alimentation.Teneur en MS du digestat : liquide / solide . Système de mélange efficace du contenu du digesteur permettant d’assurer à la fois l’homogénéité du digestat et le renouvellement des contacts bactéries – matière dégradable. b) Moyens / matériel Pour atteindre ces objectifs. L’homogénéisation du milieu est également considérée comme l’un des facteurs essentiels permettant à un procédé d’atteindre ses objectifs de dégradation. les différents constructeurs de méthaniseurs présentent des solutions technologiques dont les caractéristiques sont très variées. Géométrie du réacteur Problème : en cas de présence de zones mortes. MS du digestat. semi-continu. si cette matière est de siccité élevée (> 40 % MS).géométrie du réacteur : vertical / horizontal. Digestion a) Objectifs / contraintes à respecter La méthanisation.mode de fonctionnement : batch. doit être réalisée dans des conditions physicochimiques fixées (absence totale d’O2. T°C.

la complexité de la chaîne de déshydratation et l’ajout potentiel de floculant sont les paramètres qui détermineront les proportions et la qualité des flux sortants. La préparation du mélange doit se faire avant l’introduction dans le digesteur. Ainsi. Recirculation des jus Problème : répartition des jus de manière homogène sur la masse entrante : une mauvaise répartition peut créer des zones sèches et des zones trop humides. b) Moyens / matériel La déshydratation du digestat peut être obtenue en utilisant des équipements tels que des presses à vis. pour que le déchet ne stagne pas.Un flux solide : il est destiné à être composté et. En digestion sèche. Solution : connaissance de l’équipement et adaptation du débit de jus au débit de déchets. . Le type de déchets traités. Solution : le digestat doit être agité régulièrement ou de manière continue et de manière efficace afin d’éviter la formation de zones non agitées.Solution : réacteur à géométrie sans angle vif. en fonction de sa qualité finale. 4. Déshydratation a) Objectifs / contraintes à respecter Cette étape vise à séparer le digestat en 2 flux : . c) Points critiques et préconisations Extraction du digestat et alimentation du système de déshydratation Problème : un système d’extraction mal conçu et peu flexible rend difficile l’équilibre des quantités de produits entrants.Un flux liquide : sous réserve de leur qualité. Recirculation du digestat Problème : une mauvaise recirculation / agitation du digestat peut conduire localement ou sur l’ensemble du digesteur à un phénomène de décantation inverse : la matière solide du digestat se charge en biogaz (qui n’est pas évacué du fait de la mauvaise agitation) et rend cette matière plus légère que les jus. Il est également possible de multiplier les étapes de déshydratation en ajoutant une centrifugeuse en aval de la presse dont le rôle sera la séparation solide / liquide du jus de pressage. mais cela implique un compostage systématique. qui décantent dans le fond du digesteur. du type de déchet traité. mélange jus/déchets : avant d’entrer en digestion. Les centrifugeuses peuvent être envisagées seules dans le cas de digestion liquide. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 18 . limitation des changements de direction dans le réacteur. de la présence d’unité de traitement des jus excédentaires. les jus issus de déshydratation pourront être re-circulés en tête de méthanisation pour adapter la teneur en humidité du déchet entrant et ainsi approcher la valeur optimale fixée par le constructeur en terme de MS. La proportion et la teneur en MS de chacune de ces fractions devront être fixées en fonction des étapes qui découlent de cette déshydratation. en fonction du type de maturation prévue. les réglages de ces différents équipements. le type de digestion mis en place. sources de problèmes mécaniques (et biologiques) . il est également envisageable de ne pas réaliser de déshydratation. le système de mélange doit permettre d’incorporer de manière homogène le jus aux déchets pour obtenir une matière uniforme à dégrader.… on pourra mettre en place des systèmes plus ou moins perfectionnés permettant de produire une quantité fixée de sous-produits. avec ajout de structurant. réduction des espaces entre vis et vannes. il pourra être valorisé en agriculture.

Le digestat est en effet particulièrement corrosif et a la propriété de devenir très difficile à nettoyer lorsqu’il a séché. Solution : réglage de la presse (contrepression). Gestion de l’alimentation du système de déshydratation. Problème : difficulté à trouver un capteur fiable permettant de gérer les manipulations automatiques sur le digestat (problèmes de colmatage de capteurs). Solution : Suivre un programme d’entretien et de maintenance exhaustif afin d'éviter les avaries dans la mesure du possible (nettoyage et graissage en particulier). Usure des équipements Problème : La matière organique entrante en méthanisation peut contenir un pourcentage élevé d'impropres (verre. Dans ce cas. Solution : trouver des capteurs fiables et résistants pour ce type de produit : le capteur radar peut être une piste. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 19 . grille de pressage… Détail du bloc de presse Il est également utile de prévoir un système de by-pass permettant d’éviter l’étape de déshydratation. ajout de polymères. alimentation dans le digesteur…) pendant les périodes de maintenance ou lorsqu’un dysfonctionnement important est observé sur la déshydratation. diamètre des conduites d’extraction).Solution : Vérifier au cours de la phase de mise en essai industriel si l'extraction permet de disposer d’une certaine marge de manœuvre par rapport aux conditions données par le fournisseur (débit de sortie. pierres. Prévoir des pièces de remplacement pour les équipements critiques : vis. …) ce qui entraîne une usure des équipements mécaniques. un envoi direct en maturation (compostage). Par exemple la gestion du niveau de trémie. en mélange avec des DV (dont on aura adapté le ratio pour l’occasion) permettra de pallier une teneur en MS trop faible du produit. En effet. Les jus produits ne peuvent pas toujours être recirculés en tête de traitement. Trouver un équilibre entre jus produits et besoin en humidité du gâteau de presse dans la perspective de son post-traitement. la construction en série de cette étape entraîne un blocage de toute la chaîne de traitement (sortie du digesteur. La conception d’une unité de traitement des jus efficace permet de garantir la ré-utilisation d’une partie de la fraction liquide et de produire des effluents excédentaires conformes aux normes de rejets imposées. Efficacité du pressage Problème : surproduction de jus entrainant des coûts d’exploitation supplémentaires. et en particulier des presses. qui provoque une alimentation irrégulière de la presse et donc une variation de la siccité du gâteau de presse en sortie.

b) Moyens / matériel Le système doit impérativement être hermétique et maintenu en pression pour éviter toute infiltration d’air. tuyaux souples…). Problème : le réseau de biogaz est souvent maintenu en pression par une garde hydraulique qui joue également un rôle de sécurité (le biogaz bulle dans la garde hydraulique en cas de surpression). Prévision de pièces de rechange (filtres.…) – installation de zones de piégeage de condensas réparties sur le circuit.5. formation de dépôts Solution : prise en compte dans le choix des appareils et équipements. capteurs. piégeage des condensats. Problème : le gazomètre est soumis en permanence à la pression et à la corrosivité du biogaz. Circuit biogaz a) Objectifs / contraintes à respecter L’objectif du réseau de biogaz est de canaliser le gaz produit lors de la dégradation des déchets jusqu’à l’équipement de stockage qu’est le gazomètre. lui-même installé en amont des équipements de valorisation énergétique. c) Points critiques et préconisations Tuyauterie Problème : condensation dans le réseau Solution : maintenir le réseau en température (calorifugeage) en portant une attention particulière aux endroits sensibles (coudes. ainsi qu’un analyseur de gaz sont les équipements minimum sur une installation industrielle permettant de suivre les rendements de dégradation. production de H2SO4 qu’il faudra éliminer). Le piégeage des condensas doit être réalisé le plus en amont possible des équipements sensibles (débitmètre. ajout de produits empêchant la formation de composés corrosifs dans le gaz (ajout de FeCl2 dans le digesteur pour empêcher la formation de H2S). Solution : Contrôler régulièrement (tous les 3 mois) l’état et les niveaux de la garde hydraulique. Calorifugeage au plus près des équipements. Soufflage d’air en partie supérieure du digesteur pour oxyder le H2S (formation de soufre). …) Equipements Problème : condensation et corrosion dans les appareils de mesure et de sécurité et dans les équipements de valorisation . Ne pas négliger les aspects garantie et contrat de maintenance des équipements. Des systèmes d’arrêtes flammes sont disposés à différents points du réseau pour éviter tout risque de propagation d’incendie. un système de mesure de débit. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 20 . le risque d’une déchirure de paroi existe. Bien évidemment. débitmètre. Un contrôle automatique des vannes d’arrivée d’air. Impossibilité d’obtenir un fonctionnement continu et régulier. Solution : Faire réaliser un contrôle régulier (minimum annuel) de cet équipement par une société agréée. Problème : mise en défaut de la chaudière due à la variation de la qualité du biogaz. Démontage et nettoyage régulier des dispositifs de sécurité de type arrête flammes. Des systèmes de condensation (avec purge). permettrait de maintenir un fonctionnement continu. Bien qu’il soit conçu pour résister à ces conditions. cela peut donner lieu à des surpressions ou des pertes de pression dans le digesteur. via une analyse du biogaz en amont (régulation couplée au taux de méthane). analyseurs. vannes. Si son niveau n’est pas correctement ajusté. Solution : les réglages de la chaudière doivent être adaptés en permanence à la qualité du biogaz. de filtration ou d’épuration du gaz peuvent également être installés pour épurer le biogaz et faciliter sa valorisation. Elimination du H2S par traitement biologique (Attention : dans ce cas.

de la chaleur / vapeur. Une ou plusieurs étapes d’épuration sont donc nécessaires.Pré-compression du biogaz .Décarbonation . Au-delà du contexte local. .Contrôle de la qualité du biogaz traité c) Valorisation Plusieurs voies sont offertes dans le cadre d’une valorisation du biogaz. Les deux premières solutions citées ci-dessus sont les plus courantes.B. Les techniques les plus courantes sont les suivantes : . en fonction de la quantité voire de la qualité du biogaz produit et des possibilités techniques et économiques du moment. une irrégularité dans la fréquence d’alimentation de déchets frais ou la variabilité intrinsèque d’un déchet au cours du temps entraîneront des variations de volume de méthane produit par tonne entrante. . En effet. de façon individuelle ou combinée : . Gestion des sous-produits 1. La présence d’un gazomètre doit permettre de minimiser ces fluctuations au niveau de l’entrée dans le procédé de valorisation.Déshalogénation .des bio-carburants. impose la mise en œuvre d’une épuration plus ou moins poussée du biogaz. Biogaz a) Gestion des aléas de production (quantité/qualité) La production de biogaz dépend directement de l’alimentation en déchets réalisée (en quantité et en qualité). Ainsi. Il est en effet possible de produire. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 21 . b) Traitement Quel que soit le mode de valorisation envisagé.du gaz épuré et enrichi pouvant être injecté dans le réseau de gaz naturel. la présence d’une très grande variété de constituants dans le biogaz dont certains comme les organo-halogénés.de l’électricité. Ce type de variation peut être préjudiciable pour les équipements de valorisation disposés en aval. pour une valorisation optimisée sans risque pour la santé et la sécurité des utilisateurs. ces deux solutions nécessitent une épuration très poussée du biogaz avant utilisation). la technicité imposée par les deux dernières possibilités de valorisation est plus élevée (en effet. Le choix d’une voie de valorisation par rapport à une autre se fera au cas par cas.Désulfuration . en fonction du contexte local (par exemple : réseau de chaleur à proximité de l’unité de traitement).Déshydratation .Compression . l’hydrogène sulfuré et parfois même les métaux lourds possèdent des propriétés corrosives et/ou toxiques. . la réserve de gaz ainsi constituée permet d’homogénéiser la qualité du biogaz à un moment donné voire d’alimenter les circuits de valorisation dans le cas d’une diminution de production.

En fonction des procédés de méthanisation et des techniques de compostage. . le digestat ne peut être valorisé en agriculture en l’état. Cependant. entrainant également une partie de la MO.de donner une réelle valeur amendante au digestat b) Valorisation L’unique voie de valorisation du compost produit est l’épandage agricole. Ce post-compostage permet : . il est à noter que le statut du digestat avec ou sans posttraitement est encore très mal défini aux échelles nationales et européenne. si ces polluants sont toujours présents après l’étape de post-compostage (du à une séparation inefficace des inertes et/ou à une absence de collecte sélective en amont des déchets spéciaux des ménages).2.d’augmenter la MS du produit fini. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 22 . il faut donc que le produit final soit compatible avec les différentes normes en vigueur (en France. les réactions de dégradation anaérobies ne permettent pas une dégradation totale de la matière organique (MO) contenue dans les déchets. en sortie de méthaniseur. cette étape de maturation du digestat se résumerait à un simple séchage. lorsqu’un des objectifs du centre de traitement est la production d’un amendement organique. est un produit relativement humide qui n’est pas complètement stabilisé. Dans cette optique.d’hygiéniser le compost final. Dans le cas contraire. cette maturation pourra être réalisée sur le digestat seul ou en mélange avec un autre produit. Malgré cet abattement de MO dans le digesteur et cette séparation d’une partie de la fraction liquide lors de la déshydratation. NFU 44051 ou NFU 44095 si présence de boues). La fraction excédentaire doit être épurée de façon à pouvoir être rejetée dans le réseau des eaux usées. osmose inverse…). la qualité finale du compost dépendra entièrement du type de déchet traité et de l’efficacité des différentes étapes de tri (pré-traitement avant méthanisation et affinage final). . Effluents liquides a) Traitement Les excédents liquides provenant du pressage du digestat sont en partie recyclés dans la chaîne de traitement pour l’ensemencement et l’humidification des déchets frais avant digestion ou éventuellement pour contribuer au maintien des conditions hydriques de la phase de postcompostage. Digestat a) Traitement Le digestat. il est indispensable d’appliquer une étape de compostage (encore appelée maturation aérobie) sur le digestat. 3. Ainsi. En effet. Une préparation poussée de la charge facilitera le respect de ces normes.d’améliorer la stabilité du produit en terminant la dégradation de la MO contenue dans le résidu de méthanisation. des solutions de traitement lourdes devront être mis en place (évapo-concentration. Dans le cas du traitement d’OM. . Si le rejet au milieu naturel ou au réseau n’est pas possible. il sera très délicat pour les composts produits de respecter les diverses réglementation en vigueur du fait de la présence importante d’inertes et d’éléments trace métalliques. ce qui améliore l’efficacité de la chaîne d’affinage final. il est fortement conseillé d’ajouter systématiquement un élément structurant du type déchets verts. Certaines fractions de cette MO sont inaccessibles aux bactéries anaérobies. Cependant compte tenu de la structure du digestat. Aussi. un exutoire adapté (CET ou incinération) devra être prévu dès le montage du projet. Pour cela. La déshydratation du digestat permettra d’extraire une partie de l’eau contenue dans celui-ci.

les conditions de leur détermination (four à 550 °C) doivent inciter à la prudence dans l’interprétation de leur valeur.b) Valorisation Les jus excédentaires peuvent difficilement être valorisés. L'idée est de pouvoir. Ces refus sont essentiellement composés de matières grossières. selon le type de déchets. à partir de cette caractérisation. Les éléments les plus utiles sont l’azote et le phosphore. et. 4. Aspects biologiques 1. Demande chimique en oxygène (DCO) Plus rare. Refus a) Traitement Les différentes étapes de tri du traitement (pré-traitement avant méthanisation et affinage du compost) génèrent une fraction de refus qui. seule la matière organique pourra être éliminée par la méthanisation. des matières volatiles non biodégradables (plastiques) sont prises en compte dans la mesure et peuvent la fausser de manière significative. Connaissance du déchet entrant a) Paramètres Matières sèches et matières volatiles Nous ne soulignerons jamais assez l'aspect capital d'une bonne description des déchets devant être traités. Concernant les matières volatiles. et donc de prévoir à l’avance la quantité de matière organique non dégradée qui sera présente dans le digestat (voir paragraphe BMP). puis une remise en suspension dans de l’eau pour la mesure (avec prélèvement sous agitation). cette mesure permet cependant. rappelons-le. Leur composition empêche un rejet direct au milieu naturel. combinée avec le potentiel méthane (BMP) d’avoir une bonne estimation de la biodégradabilité d’un déchet. pour des déchets tels que les déchets ménagers. car elle est d’habitude réalisée sur des échantillons liquides. puis par calcination des matières volatiles. peut être importante. Nous préconisons un séchage doux (72 h à 60°C ou lyophilisation) suivi d’un broyage de manière à réduire les déchets en poudre. à condition d'être biodégradable. estimer comment le déchet va se décomposer. La mesure de la DCO des déchets nécessite un traitement particulier. peu riches en matière biodégradable. Les matières volatiles sont assimilées à la matière organique. un épandage en agriculture peut être envisagé. et quelle quantité de biogaz (ou de méthane) il est susceptible de produire lors du traitement. Pour cela. il est nécessaire qu’elles aient à leur disposition les éléments principaux qui leur permettront de fabriquer leur matériau cellulaire. C. De plus. Dans le cas du traitement de déchets organiques non souillés par des inertes (exemple : déchets agricoles). Rapport Carbone / Azote / Phosphore La méthanisation n’est possible que si les bactéries parviennent à se développer. une faible part de la matière organique dégradée sera convertie en biomasse microbienne (entre 5 et 10%). En effet. Les caractéristiques les plus importantes sont les teneurs en matières sèches et en matières volatiles. Ces données sont obtenues respectivement par évaporation de l'eau dans une étuve. Le ratio préconisé pour 100 grammes de DCO dégradée est : Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 23 . Les seules solutions envisageables pour éliminer ce type de produit sont l’incinération ou l’enfouissement.

Il existe une relation intéressante entre le potentiel méthane et la DCO. alors il est possible que toute la matière organique ne soit pas dégradée en raison d’une carence en azote. 1013 mbar). la production de méthane sera dépendante de la quantité de MO contenue dans le déchet. En effet. En effet. Appelée BMP en Anglais (Biochemical Methane Potential) cette mesure est réalisée dans des conditions contrôlées (pas d’inhibition. Il s’agit d’une détermination expérimentale de la quantité maximale de méthane qu’il est possible d’obtenir avec un déchet donné. les micro-organismes présents dans le réacteur ne sont pas capables de dégrader des composés complexes tels la lignine ou dans une moindre mesure la cellulose. Afin de mieux évaluer la « qualité de la MO ». Parmi elles nous pouvons citer les analyses suivantes : . ce qui correspond à des m3 par kg. . si le rapport DCO/N est supérieur à 80. . Le rapport C/P préconisé est situé entre 100 et 150. La valeur du BMP est généralement donnée en Litres de CH4 par gramme de matière volatile en condition standard (0°C. différentes méthodes d’analyses peuvent être employées. la qualité de la MO aura également un effet non négligeable sur le déroulement des réactions de dégradation. Ce type d’indicateur permet ainsi de savoir si un déchet organique peut être ou non destiné à de la méthanisation ou s’il doit Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 24 . D’autres éléments chimiques sont nécessaires au développement des bactéries.35 m3). alors il y a un excès d’azote qui peut entraîner l’accumulation rapide des formes ammoniacales dans le réacteur. En particulier. Mais la quantité de MO présente dans le déchet à traiter n’est pas le seul paramètre influant sur la quantité de méthane attendu. Le rapport C/N préconisé est situé entre 20 et 30. ce qui peut provoquer des inhibitions de réactions. car elle permet d’estimer : . En effet.environ 2 grammes d’azote (N-NTK) . conditions idéales) de manière à obtenir une quantité maximale de méthane.. .la quantité de méthane qu’il est possible d’obtenir au maximum avec un déchet donné . Caractéristiques particulières des déchets Au cours de la méthanisation.environ 0. un kg de DCO dégradée produit toujours la même quantité de méthane (0.35) Cette information est intéressante à connaître.de vérifier que le réacteur fonctionne convenablement (en comparant le méthane réellement produit avec le BMP).L’évaluation de la teneur en fibres : La détermination de cet indicateur a pour objectif d’évaluer la complexité de la MO présente dans le déchet. il faut donc faire particulièrement attention à l’équilibre carbone / azote du mélange. Dans le cas de co-digestion de résidus d’origines diverses. cependant. il est rare qu’ils fassent défaut dans le cas de la méthanisation des déchets. comme le fer ainsi que certains éléments traces (oligo-éléments) . Ainsi. Potentiel méthanogène (BMP) Le potentiel méthanogène est une mesure fondamentale pour la caractérisation d’un déchet.la quantité de matière organique résiduelle qui n’aura pas été dégradée et qui se retrouvera dans le digestat . De même. des groupes de micro-organismes spécifiques vont dégrader la matière organique. présence des nutriments essentiels.25 grammes de phosphore (P total). si le rapport DCO/N est inférieur à 40. Il est donc possible d’estimer la biodégradabilité d’un produit selon la formule suivante : Biodégradabilité = BMP /(DCOx0.

fraction lignine). La méthode employée pour définir le caractère « fibreux » de la MO est issu d’une méthode utilisée pour analyser la digestibilité des fourrages : la méthode Van Soest (1963). Lipides. Il est possible de classer ces familles de molécules par potentiel croissant de production de méthane : Protéines. Bien que la terminologie employée pour définir ces 4 catégories ne puisse pas s’appliquer à tous les déchets. Cette méthode décompose la MO présente dans le déchet en 4 groupes (fraction soluble. Glucides. la détermination de la qualité de la MO peut aider à prévenir certaines inhibitions : un déchet gras ne pourra pas être digéré seul sous peine d’entrainer une accumulation d’intermédiaires réactionnels. inhibiteurs du système. voici quelques exemples de composition de différents déchets. Analyse chimique de la matière organique putrescibles des ordures ménagères. Une teneur trop importante en protéines dans le déchet à traiter est à surveiller pour éviter une entrée trop importante d’azote et de soufre dans le milieu. tandis qu’un déchet riche en composés assimilés à de la lignine sera très peu dégradé par méthanisation. 1998). fraction hémicellulose. cette classification permet d’apprécier la complexité de la MO à méthaniser. Ces éléments seraient alors transformés en NH3 et H2S . protéines et graisses : Cette caractérisation permet également d’évaluer le potentiel de dégradation de la MO présente dans le déchet à traiter. d’acidifier le milieu et à therme de bloquer les réactions de production de biogaz. Caractéristiques physico-chimiques des déchets putrescibles contenus dans les ordures ménagères en 1993 (source ADEME. fraction cellulose. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 25 . b) Quelques valeurs de référence A titre d’information.être détourné vers un autre type de traitement (type compostage où les micro-organismes en jeu ont la capacité de dégrader des molécules organiques très complexes). un déchet dont la MO présente une part importante de « fraction soluble » sera considéré comme facilement biodégradable. .L’évaluation de la teneur en sucres. Au-delà des réactions de dégradation théoriques. En effet.

En effet. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 26 . en fonction des saisons…) au sein d’une même catégorie rend très risquée l’utilisation brute de ces informations. Lors de la réalisation d’une étude permettant d’évaluer la possibilité de traiter un gisement par méthanisation. Les valeurs présentées donnent un ordre de grandeur pour chaque paramètre mesuré et pour des catégories de déchets définies. d’une région à l’autre.Composition moyenne des boues urbaines fraîches en Europe (d’après Williams. il est conseillé de caractériser précisément(cf paramètres cités ci-dessus) le déchet en question. bien que les données bibliographiques donnent une idée du potentiel de dégradation d’un déchet. 1998) Les précédents tableaux fournissent quelques résultats d’analyses réalisées sur différents déchets. la diversité des déchets (variation d’un pays à l’autre.

Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 27 . plus le rendement de dégradation de la MO sera important. Il est important de contrôler ce paramètre pour éviter des problèmes de surcharge organique qui provoquent l'acidification du milieu. Paramètres clés de la digestion a) Température Le processus de dégradation anaérobie. Lorsque la dégradation paraît insuffisante par rapport aux objectifs calculés à partir du potentiel de méthane théorique (basé sur des tests BMP). pour se dérouler dans les meilleures conditions. A partir des données recueillies. b) Taux de MS Pour se développer correctement. l’effet des inhibiteurs de la méthanisation.2. Notamment. peut se situer dans 2 gammes de température : 35-40°C (mésophile) et 50-55°C (thermophile). chauffage du réacteur ou du produit alimenté…). la corrélation entre les quantités de déchets alimentés et la production de méthane associée permet de vérifier le déroulement de la dégradation d’un produit. Au-delà du choix technologique (la teneur en MS du digestat est déterminante pour le choix des équipements utilisés). les micro-organismes présents dans le réacteur ont besoin d’une quantité d’eau élevée. d) Charge organique C'est la quantité de déchets que l'on peut introduire dans le digesteur. une teneur en humidité de 50% dans le milieu réactionnel semble être un minimum pour permettre le développement des populations bactériennes. régulier et représentatif de l’ensemble du digesteur. le système de chauffage du digesteur doit être capable d’atteindre une température cible (double enveloppe. les procédés de méthanisation sont répartis en deux catégories : les procédés dits « humides » (< 15%) et les procédés dits « secs » (>15%). mésophile ou thermophile et oscillent entre 2 et 12 kg MO / m3. Ainsi. e) Production de biogaz et % de CH4 La quantité de biogaz produit et sa teneur en méthane sont des paramètres clés que l’on peut obtenir aisément via des débitmètres et des analyseurs de gaz installés sur l’unité. sec ou humide. Le contrôle de la température au sein du digesteur doit donc être précis (système de mesure fiable et étalonné régulièrement). Comme évoqué ci-dessus. le temps de séjour… c) Temps de séjour Il s'agit là d'un autre paramètre fondamental de la digestion anaérobie. Ainsi. C'est le temps pendant lequel une unité de produit à digérer demeure à l'intérieur du digesteur. au taux de solides et à de nombreux autres paramètres physiques directement liés aux caractéristiques du milieu et à la configuration technique de fonctionnement du digesteur . Ce n'est pas un paramètre isolé puisqu'il est lié à la charge organique.jour. jusqu’à une certaine limite. la variation de la teneur en MS du digestat a des conséquences sur la charge organique appliquée au réacteur. plus le temps de séjour sera long. Le retour à un niveau normal d’alimentation doit alors se faire progressivement. il convient de réduire (voire stopper) l’alimentation et d’identifier rapidement la source de cette baisse de rendement pour éviter une saturation du système. Il apparaît déterminant dans une perspective de suivi de procédé et de valorisation correcte du biogaz de réaliser une acquisition en continu de ces paramètres. Les valeurs de référence dépendent du type de process considéré. Elle est exprimée en kg de MO par m3 de digesteur ou de digestat et par jour.

(en équilibre avec le dioxyde de carbone dissous) et les ions phosphates HPO3(Couturier. les AGV sont sous forme ionisée et cela atténue leur effet inhibiteur (TRIVALOR. Cependant. sans affecter le rendement de dégradation. 1998). 1973). la stabilité du pH ne témoigne pas forcément de la bonne santé du réacteur. il est donc nécessaire de prévoir sur site un « laboratoire simplifié » et le matériel de base permettant de réaliser des manipulations simples. h) AGV La détermination de la concentration en Acides Gras Volatils permet de s’assurer que les réactions de dégradation se déroulent correctement. De plus. cette action d’urgence ne résoudra pas le fond du problème qui est une inhibition des populations bactériennes. des taux d’AGV supérieurs (5 g/L) peuvent être constatés. Enfin. Dans certains cas. La détection d’un dysfonctionnement potentiel du digesteur n’en sera que plus rapide. puisqu’il nécessite un matériel spécifique et coûteux qu’il n’est pas rentable de posséder sur une installation industrielle.8 (Ehrig. A pH basique. Remarque : Le pH ne peut pas être le seul paramètre utilisé pour évaluer le comportement d’un digesteur. qu’il masque une forte teneur en AGV ou NH4+. il est conseillé qu’il demeure inférieur à 0. la principale cause d’acidification du milieu se situe au niveau de l’accumulation d’acides gras volatils. Ces ions permettent en effet de neutraliser les acides organiques libérés. Le recours à ce type d’analyse détaillée ne peut cependant être que ponctuel et en cas de dysfonctionnement du digesteur. Pour évaluer ce paramètre. 1973).8 et 7. c'est-à-dire la capacité d’un milieu à accepter des apports acides ou basiques sans modification de son pH. il est possible de le remonter en ajoutant de la chaux. Le rapport AGV/TAC est également important . Dans le contexte de la méthanisation. Une concentration en AGV inférieure à 3 g.5).f) pH La gamme de pH dans laquelle doit se dérouler la digestion anaérobie est définie en fonction des conditions optimales de vie des différents groupes bactériens. 2004).4 [4]. En effet. Lorsque le pH est trop bas (valeurs inférieures à 6. Ainsi. Il faut toutefois noter que cela se produit lorsqu’ils sont sous forme moléculaire uniquement.L-1 est ainsi préconisé pour assurer un bon déroulement du processus de méthanisation (Farquhar. En effet. les acides gras volatils peuvent être responsables d’une inhibition du processus en pénétrant dans les cellules bactériennes. le pouvoir tampon des carbonates peut être si important. Il paraît donc plus intéressant de suivre des paramètres tels que les AGV. Si la concentration totale en AGV permet de suivre l’état général du digesteur. une variation de pH est la conséquence d’une modification des conditions dans le réacteur. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 28 . Cependant dans la digestion des déchets solides. 2001). les différents AGV sont plus ou moins inhibiteurs. g) TAC La mesure du titre alcalimétrique complet (TAC) permet de matérialiser le pouvoir tampon du milieu.L-1 est préconisée (Farquhar. à l’origine de cette variation. La gamme optimale de fonctionnement se situe entre 6. le détail des familles d’acides permet d’évaluer plus finement quelle étape de la dégradation est limitante. il n’est que la résultante des équilibres entre familles de composés. et en particulier dans les digesteurs fonctionnant en voie sèche. soit sous un pH à tendance acide. D’autre part. cette stabilité est essentiellement assurée par les ions bicarbonates HCO3. 1983). Un TAC minimal de 2 g. l’accumulation d’AGV n’est pas seulement problématique en tant que cause d’acidification . l’acide propionique est plus toxique que l’acide acétique ou l’acide butyrique (Adib.

il convient de ralentir ou au pire de stopper l’alimentation afin de laisser le temps au système de se réguler et de consommer les AGV produits. peut neutraliser les AGV produits lors de l’acidogénèse.Lorsque des valeurs importantes d’AGV sont mesurées (8 à 10 g/L). La toxicité de l’ammoniac dépend de la température et du pH. Il est préconisé de maintenir son taux en dessous de 500 ppm. j) H2S La production d’H2S provient de la réduction de produits soufrés tels les sulfates présents dans les déchets ménagers (plâtre par exemple) ou des protéines présentes dans les déchets d’origine agro alimentaire (déchets d’abattoirs par exemple). une analyse détaillée (fractionnement biochimique. Pour cela. qui est présent sous forme libre/non ionisée NH3 ou sous forme ionisée NH4+ (ammonium). le seul moyen de garantir le fonctionnement stable d’une unité est de maîtriser l’homogénéité du déchet entrant (ou du mélange entrant dans le cas d’une co-digestion) et les conditions de fonctionnement (rythme d’alimentation. A faible concentration. Ponctuellement. En revanche. l’ammoniac. i) Azote L’azote est un des nutriments principaux pour les bactéries et il doit être disponible en quantité suffisante. Il faut noter que la forme libre de l’ammoniac est considérablement plus toxique que l’ammonium. Cette méthode est très efficace.6) elle est faiblement inhibitrice et elle est toxique à une concentration supérieure à 3 000 mg/L (Malina. Si ce taux important a provoqué une acidification prononcée (pH < 6. une base forte. qui sont des sous produits de réaction pouvant avoir des effets toxiques voire inhibiteurs sur les bactéries. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 29 . à forte concentration. Au cours de la digestion anaérobie. Il est donc important de maintenir une concentration en azote suffisamment élevée pour convenir aux besoins nutritionnels des bactéries. température…). analyses élémentaires) de la matière organique présente dans le déchet entrant et dans le digestat peut aider à la compréhension des dysfonctionnements d’une unité. Cette production peut être très variable pour déchets hétérogènes comme les déchets ménagers : de quelques ppm à 5 000 ppm et plus.4 et 7. sont transformées en ammoniac. D’autres paramètres peuvent être suivis de façon moins régulière : chlorures pour le digestat et teneur en H2 du biogaz. mais demande de surveiller le taux de chlorures (Cl-). les composés azotés. il est possible d’ajouter régulièrement du FeCl2 (ou FeCl3) dans le digesteur lors des alimentations. les bactéries peuvent s’adapter à la toxicité de l’ammoniac. favorable à la digestion anaérobie. car ces paramètres déterminent la forme de l’ammoniac : la part de l’ammoniac total présent sous forme libre augmente avec la température et le pH. il convient alors de rétablir un pH légèrement basique afin de rétablir des conditions favorables pour les bactéries. L’H2S peut être à l’origine de perturbations du milieu du fait de son caractère toxique et peut même provoquer des inhibitions. l’ammoniac est toxique pour les bactéries impliquées dans la méthanisation. comme les protéines ou les acides aminés. Enfin.5). ce qui aide à maintenir un pH neutre. 1994). humidité. entre 1 500 et 3 000 mg/L (à pH entre 7. La toxicité du NH3 est réversible et peut être levée par dilution du milieu. Une concentration d’ammoniac entre 50 et 200 mg/L est stimulante. pour éviter une production d’ammoniac excessive qui serait toxique. De plus. mais pas trop haute. recirculation.

3. Ce paramètre doit cependant être utilisé avec précaution. Mustin. Une phase mésophile où la température diminue qui correspond à la dégradation de la matière organique plus stable et une réorganisation des résidus de dégradation : phase de maturation. Si une absence de montée en température est constatée dès le début du compostage. La température peut être un indicateur de la qualité du compostage : en effet. le compost peut se maintenir à une température élevée. il faut apporter une teneur en oxygène suffisante pour garantir des conditions aérobies dans l’andain. même si l’activité des micro-organismes diminue. le suivi de la température est indispensable pour s’assurer que le produit respecte la réglementation. différente en fonction des stades de compostage permet de déterminer l’évolution du compost et d’ajuster l’apport en oxygène optimal. soit une teneur supérieure à 5%. l’évaporation de l’eau et la dégradation accélérée des composés organiques. Sous ce niveau. b) L’oxygène Les besoins en oxygène des microorganismes aérobies évoluent au cours de la fermentation. en raison de l’inertie thermique des composts. Dans tous les cas. figure 1) : Une phase thermophile durant laquelle la température augmente jusqu’à 60°C voire 70 °C qui correspond à la dégradation de la matière organique labile lors de fermentations exothermiques. 1987 Figure 1 : Evolution de la température lors des différentes phases du compostage D’autre part. le risque devient très important de voir apparaitre des zones anaérobies. La consommation d’oxygène par la respiration microbienne. une mauvaise montée en température ou une chute brusque de la température sont signes d’un mauvais fonctionnement. productrices de méthane. La disparition progressive de cette fraction provoque une diminution proportionnelle des besoins en oxygène. lors des premières phases de dégradations intenses de la matière organique fermentescible. L’élévation de température permet la destruction des germes pathogènes et des parasites. jusqu’à la maturation du compost où une faible consommation résiduelle est encore enregistrée. Sans retournement. ce phénomène étant Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 30 . Ils sont maximaux au démarrage du compostage. De même la diminution de la température peut être un indicateur de la maturité des composts. Paramètres clés du compostage a) La température L’évolution de la température comporte en théorie 2 phases (cf. cela traduit une carence ou un excès d’un ou des deux paramètres décrits ci-dessous.

Une valeur moyenne située entre 15 et 20 % est donc préconisée pour éliminer ce risque. De même. Il est donc nécessaire de suivre l’humidité du compost pendant le compostage pour s’assurer qu’elle ne descend pas au-dessous d’une valeur critique (entre 35 et 40% d’humidité). Il est alors conseillé de procéder à des retournements pour favoriser l’évaporation et ainsi faire chuter le taux d’humidité. sous peine d’inhiber le développement de la microflore. Il s’agit donc de maintenir une valeur optimum d’humidité comprise entre 50 et 60 %.ajouter davantage de structurant type déchets verts afin de favoriser la circulation de l’air dans l’andain . de l’aération forcée ou des retournements qui provoquent des pertes par évaporation. Pour remédier à cela.renforcé par la présence d’un milieu favorable constitué par le digestat.ajuster l’aération du ventilateur (si aération forcée) : 2 possibilités : réglage trop faible : pas assez d’air ou réglage trop élevé : refroidissement de l’andain . L’absence de montée en température mentionnée dans le paragraphe précédent peut résulter d’un insuffisance d’oxygène dans l’andain. qui se traduit par une absence de montée en température. plusieurs solutions sont envisageables : . Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 31 . une humidité supérieure à 65% peut provoquer des conditions anaérobies.retourner l’andain pour l’aérer c) L’humidité Une teneur en eau minimale est nécessaire pour assurer le bon déroulement du compostage. Ces conditions se traduiront par une absence de montée en température et l’apparition de méthane. La teneur en eau d’un andain a tendance à diminuer au cours du compostage sous l’effet de la montée en température.

cela indique que le digesteur ne fonctionne pas ou très mal. Son augmentation peut être un des premiers indices d’un dysfonctionnement du processus. Le suivi en continu de sa production et de sa composition est donc indispensable puisqu’il indique le niveau de performance du digesteur. Le taux d’AGV peut être considéré comme le paramètre critique du fonctionnement et du contrôle de la méthanisation.une balance dessicatrice . mais également les AGV et le TAC pour assurer un suivi le plus pertinent possible.Verrerie (béchers.un dispositif d’analyse d’effluents en kits (spectrophotomètre + bloc chauffant ) . Enfin. procédé par voie sèche) sont bien atteints. Il est donc particulièrement essentiel de le mesurer le plus régulièrement possible (au moins une fois par semaine). En effet.5000 µL et 100 – 1000 µL) . en particulier dans le cas de la digestion de déchets riches en azote (boues de station d’épuration. même si le pH appartient à la gamme recommandée pour la méthanisation et varie peu au cours du processus.une balance de paillasse (0 – 2 kg) . Outils de suivi Un certain nombre de paramètres. La mesure régulière des taux d’azote total et ammoniacal en solution dans le milieu de digestion peut s’avérer nécessaire.2 burettes . lisiers.un agitateur magnétique avec bloc chauffant . barreaux aimantés… Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 32 . Le premier élément indicateur du fonctionnement du procédé est le biogaz : s’il n’y a pas ou peu de biogaz produit. une faible teneur en méthane (en dehors de la baisse. en renseignant sur le pourcentage de méthane produit par rapport au potentiel total du déchet ayant été dégradé. déchets d’abattoirs. fioles). Le pH est un paramètre qu’il est nécessaire mais non suffisant de suivre au cours du processus. un espace dédié et un minimum de matériel doit être prévu sur place. dont l’analyse est relativement simple et rapide. La mesure de ce taux sur la fraction solide est moins pertinente. En effet. Afin de réaliser ce suivi en temps réel sur une unité industrielle. le pH et le TAC sont des paramètres qu’il est très important de mesurer régulièrement dans le milieu de digestion.III. ainsi que la détection des principaux dysfonctionnements. Il convient donc de suivre le pH.2 micropipettes (1000 . permettent d’assurer un suivi efficace du processus. Les équipements indispensables pour suivre ces différents paramètres sont les suivants : . constatée après l’alimentation) peut indiquer une inhibition des bactéries méthanogènes.une centrifugeuse de paillasse . Le taux d’acides gras volatils totaux. des concentrations importantes et fluctuantes en acides gras volatils peuvent être « masquées » par un pouvoir tampon important. OUTILS DE PILOTAGE ET SUIVI BIOLOGIQUE DE L’UNITE A. normale. l’azote (en particulier sous sa forme ammoniacale) peut être responsable d’inhibition. Ce suivi permet également de détecter des dysfonctionnement : ainsi. le suivi de la température et du taux de matière sèche du contenu du digesteur permettent de s’assurer que les objectifs en terme de mode de fonctionnement (mode thermophile ou mésophile .…).un pH mètre .

- Solutions d’acide (H2SO4 . l’acquisition d’un four à moufle peut également être intéressante.Matière organique (MO) = Matière Volatile (MV ou MSV) = Organic Mater (OM) = Volatile Mater (VM) . la liste ci-dessous reprend les abréviations et la terminologie généralement utilisées lors de la caractérisation de différents produits : .Matière Organique sur sec (MO sur sec) = Volatile Solid (VS) . 0. D’autre part.Matière Brute (MB) = Matière Fraîche (MF) = Fresh Mater (FM) . En effet. mais également d’ajuster le post-traitement prévu (compostage). en fonction de l’habitude et de l’attention portée aux manipulations. un risque de mauvaise gestion du procédé.Matière Organique Biodégradable (MOb) = Matière Volatile Biodégradable (MVb) Pour faciliter la conversion d’une unité à une autre. certains paramètres présentés ci-dessus peuvent être exprimés dans différentes unités. en fonction du référentiel qui est choisi. B.1N) Si la zone dédiée le permet. En effet. il est important de prévoir un planning de maintenance et d’étalonnage des différents appareils de mesures utilisés. Nous attirons cependant l’attention sur l’importance de la préparation des protocoles et de l’interprétation des résultats. ce type de manipulation peut entraîner des erreurs de dilutions lors des analyses ou de calcul lors de la présentation des résultats. Il faut donc bien identifier l’information que l’on souhaite mettre en avant lors d’une analyse. Il conviendra donc de toujours exprimer un paramètre dans la même unité. Afin d’éviter certaines méprises. Ce type d’erreur pourrait avoir des répercutions sur la manière de gérer l’unité (absence de mesure corrective en cas de non identification d’un problème ou limitation du traitement alors que le procédé fonctionne bien). bien que ces analyses soient relativement facile à réaliser. Tout écart d’analyse non décelé entraînera des erreurs dans la détermination et l’interprétation des paramètres de suivi et donc.1N) et de soude (NaOH . il est préférable de sensibiliser et former un nombre limité d’opérateurs pour effectuer ce suivi. Enfin. Afin de garantir des résultats d’analyses fiables. Chaque unité (chaque référentiel pris en compte) donne une information sur le système. 0. le four permettra d’évaluer la MO contenu dans les déchets entrants et donc d’estimer la production de gaz attendue. Unités et conversions Le suivi de routine présenté ci-dessus est relativement aisé. La MS et la MO peuvent également être mesurés sur les sous-produits du traitement (tel le digestat déshydraté) pour évaluer le taux de dégradation du digesteur et éventuellement jouer sur le temps de séjour.Matière sèche (MS) = Total solid (TS) = Dry Mater (DM) . les résultats obtenus peuvent varier d’un utilisateur à l’autre. En effet. les équations suivantes pourront être utilisées : QMS = % MS * QMB QMO = % MO sur sec * QMS QMOb = % MOb* QMO QMO = %MS * %MO * QMB Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 33 .

on parle de temps de rétention hydraulique (TRH). 1 ppm = 1mg/m3 = 0.Nous pouvons également noter les équivalences suivantes qui s’appliquent aux unités rencontrées dans le milieu de la digestion anaérobie : . on l’exprime en kg de matières organiques (MSV) par mètre cube de volume utile de digesteur et par jour.Le rendement de production de biogaz et de méthane : Les productions de biogaz et de méthanes mesurées peuvent être relevées.Pour la quantification de production énergétique et de rendement 1kW=1000 W= 3600000 Joule/heure PCi 1 m3 de méthane = 9. Pour les effluents liquides.Pour la quantification et la qualification des gaz produits : 1 Nm3 = 1 m3 de gaz dans des conditions normales de T°C et de Pression (0°C et 1 atm).La charge organique : C’est le débit d’alimentation d’un digesteur en matières fraîches. à la quantité de MS entrante ou à la quantité de MO entrante.0001% .Le Temps de Séjour : C’est la durée moyenne de maintien des matières dans un digesteur. TRH(en jours) = Vutile digesteur / Vextrait chaque jour . Pour les biodéchets ou ordures ménagères. les équivalences suivantes peuvent être utilisées : VCH4 / tMB = %CH4 * Vbiogaz / tMB VCH4 / tMS = (VCH4 / tMB) / %MS VCH4 / tMO = (VCH4 / tMS) / %MO ou VCH4 / tMO = (VCH4 / tMB) / (%MO*%MS) Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 34 . Charge organique = QMO / Vutile digesteur / jour . et rapportées à la quantité de déchets bruts entrants en méthanisation. on l’exprime en kg de DCO par mètre cube de volume utile de digesteur et par jour (ou par heure). Pour un réacteur de type liquide. en m3 ou en Nm3. Dans ce cas.94 kWh Les paramètres suivants sont utilisés pour comparer les performances de plusieurs unités : .

les appareils de protection.…). afin de limiter les sources de chaleur pouvant provoquer une explosion en cas de fuite de gaz. Tous les équipements électriques. Le zonage est réalisé selon le risque de formation d’une Atex. briquets. de mettre en œuvre les équipements (détecteurs de méthane. cigarettes et mégots. Ce risque est essentiellement encouru lors d’opérations de Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 35 . Dans certaines proportions. l’environnement de travail. II 2G (pour zone 1) ou II Le biogaz pouvant également contenir de nombreux autres gaz. Parmi les différents risques identifiés. en quantités variables. …) et les surfaces chaudes (frottements mécaniques. mécaniques ou pneumatiques. Pour les gaz. ne peut subsister que pendant une courte durée. les étincelles mécaniques (meulage. pièces non refroidies. il est important de mettre en avant certains risques auxquels peut-être confronté l’opérateur. ainsi que le respect des consignes en place. les produits traités et sous-produits générés. foudre. électricité statique. mauvais contacts. logo Ex 3G (pour zone 2).IV. Zonage ATEX La détermination des zones dites ATEX (ATmosphères EXplosives) est régie en Europe par la Directive ATEX 1999/92/CE. L’exemple le plus connu est celui du H2S.…). Ainsi. on distingue 3 zones : Z0 : DANGER PERMANENT : emplacement dans lequel une atmosphère explosive est présente en permanence ou pendant de longues périodes Z1 : DANGER POTENTIEL : emplacement dans lequel une atmosphère explosive est susceptible de se former en service normal Z2 : DANGER MINIME : emplacement dans lequel une atmosphère explosive n’est pas susceptible de se former en fonctionnement normal et où une telle formation. conduction thermique. il est combustible et sa présence dans le process impose une définition de zones ATEX. tronçonnage. Cette Directive impose notamment l’employeur d’empêcher la formation d’ATEX et de classer en zones les emplacements à risque où les ATEX peuvent se former. Il est donc indispensable d’identifier l’ensemble des risques liés à la présence de gaz. l’outillage utilisé doit répondre aux critères ATEX pour pouvoir être utilisé. Ces sources de chaleur peuvent être : les flammes (chalumeaux. lorsqu’une telle zone est identifiée. Sécurité 1. mises à la terre. potentiellement toxiques pour l’homme.…). système d’isolation automatique du réseau biogaz…) et les procédures adéquates qui permettront d’éviter un accident (usage du téléphone portable interdit dans les zones définies…). les étincelles électriques (soudage à l’arc. nous évoquerons les 2 risques nous paraissant majeurs sur une unité de méthanisation de déchets : les risques liés au biogaz et les risques liés aux microorganismes pathogènes. Biogaz Au cours de la réaction. Ce gaz étant essentiellement composé de méthane. si elle se produit. transposée en droit français par les décrets 2002-1553 et 2002-1554. ce gaz peut être mortel en cas d’inhalation. SECURITE ET FORMATION Etant donné le type de procédé. . A. La signalisation des zones identifiées comme ATEX est alors une priorité. la dégradation de la matière organique entraîne la production de biogaz. appartenance au groupe II 1G (pour zone 0). les dispositifs de sécurité qui sont installés dans ces zones doivent porter les mentions prouvant qu’ils peuvent être utilisés dans ces zones : marquage CE.

de masque à cartouches (adaptées aux gaz susceptibles d’être rencontrés). d’équipements de traitement ou de valorisation du biogaz. soit 10 à 14 mg/m3 Ammoniac NH3 : 50 ppm. Limites d’explosivité et de toxicité Certains composés du biogaz ou émanant du digestat sont potentiellement des sources d’explosion ou d’intoxication.8 ppm. soit 36 mg/m3 VME : Valeur Moyenne d’Exposition (sur 8h) H2S : 5 ppm. En particulier.la limite inférieure d’explosivité (LIE) . soit 420 mg/m3 Seuil DIVS : seuil dangereux et immediate pour la vie et la santé : H2S : 100 ppm. soit 10 mg/m3 NH3 : 25 ppm. 3 composés sont à surveiller sur les installations de méthanisation : Pour l’explosivité : le méthane (dans le biogaz) Pour la toxicité : l’hydrogène sulfuré (H2S) (dans le biogaz) et l’ammoniac (NH3) lors des manipulations de digestat Limite d’explosivité Un mélange est explosif lorsque la concentration dans l’air d’une substance combustible est comprise entre 2 valeurs : .la limite supérieure d’explosivité (LSE) air combustible MELANGE EXPLOSIF 0% LIE LSE 100 % Méthane CH4 : LIE 5 % . Dans ces conditions.maintenance d’équipements de sécurité (type Dispositif « Arrête flammes »). soit 140 mg/m3 VLE : Valeur Limite d’Exposition à court terme (15 mn) : H2S : 7 à 9. soit 18 mg/m3 H2S Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 36 .LSE 15 % Limites de toxicité Plusieurs notions sont à prendre en compte : L’IDLH : niveau d’exposition maximale en milieu professionnel pour une durée de 30 mn : Hydrogène sulfuré H2S : 300 ppm. il est souhaitable de prévoir l’utilisation de détecteurs de gaz portables.

incendie). La maintenance de ces appareils est également très importante pour la prévention des risques d’explosion.des capteurs de pression disposés dans le réacteur et sur le réseau de biogaz) .une garde hydraulique . Cette démarche permettra ainsi aux intervenants de préparer un matériel adapté pour effectuer de la maintenance ou une réparation dans des conditions de sécurité satisfaisantes.un suivi efficace du niveau de digestat dans le réacteur (volume + bilan massique) Les risques liés au travail sous pression sont donc maitrisés lorsque les équipements adéquates sont mis en place. Afin d’éviter d’être contaminé. Travail sous pression Le biogaz présent dans le réacteur et le réseau est sous pression. exemple : vis ou pompe…).une torchère (en plus des équipements de valorisation du biogaz) . Le maintien d’une pression constante dans le réseau est nécessaire pour éviter toute infiltration d’air dans le système et pour assurer une alimentation continue des équipements de valorisation du biogaz. la signalétique en place sur le site doit être réalisée avec soin (identification de toutes les zones ou équipements de façon claire). Risque biologique Les déchets traités par méthanisation sont naturellement contaminés par des micro-organismes pathogènes. Le personnel devant intervenir sur le site doit préalablement être informé des risques et des règles à respecter sur le site. Pour limiter ce risque. de fait. la majorité d’entre eux va survivre voire se développer. sauf en cas d’hygiénisation. 2.H2S Etant donné les différents risques liés à la présence de biogaz cités ci. Un autre point important à signaler est l’intervention ponctuelle sur le site de sociétés extérieures (spécialisées dans la réparation ou l’entretien d’équipements particuliers. Enfin. des équipements indispensables doivent être installés : . Au cours du traitement.un disque de rupture sur le toit du digesteur . explosion. 3. un risque d’explosion au niveau du réacteur ou du réseau de biogaz.un dispositif de surpression (dégazage lorsque la pression atteint un seuil prédéfini) . un suivi des entrées / sorties du réacteur peuvent aider à contrôler la cohérence des données fournies par les capteurs de pression en ligne.dessus (intoxication. Ce mode de fonctionnement entraine. l’opérateur devra impérativement porter des gants Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 37 .

Le personnel chargé de la maintenance doit également avoir une formation spécifique et être particulièrement sensibilisé à la sécurité. lorsque cela est possible. Chaque unité (y compris celles issues d’un même constructeur) est unique. Formation Les différents points présentés dans ce document montrent que l’exploitation d’une unité de méthanisation fait appel à de multiples compétences et requiert un savoir-faire spécifique.lors des différentes taches à réaliser. il est préconisé de faire suivre aux principaux intervenants des formations spécifiques telles qu’une formation aux risques ATEX. habilitations électriques. manipulation d’engins. D’autre part. Le port d’un masque anti-poussières peut également être recommandé dans certains cas pour éviter une ingestion de germes pathogènes aéroportés. les phases de démarrage puis d’essais de garantie doivent également être suivies de manière systématique et doivent être l’occasion d’acquérir le maximum d’informations pratiques détaillées et de préconisations auprès du constructeur. B. formations incendie. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 38 . et nécessite donc une période d’apprentissage du comportement du digesteur. les personnes en charge de l’exploitation de l’unité. …). La formation du personnel s’avère donc déterminante pour la bonne gestion de ces installations. aux risques biologiques ou encore une formation de base aux analyses physico-chimiques de base. Il paraît donc essentiel d’impliquer dès la construction. notamment pour l’entretien des équipements du réseau biogaz. au moins par les caractéristiques des déchets qu’elle traite. les règles d’hygiène élémentaires devront être rappelées en permanence (notamment le lavage des mains). Enfin. Outre les formations classiques en exploitation (Sauveteur Secouriste du Travail.

à l’origine de difficultés sur les installations de méthanisation : difficultés mécaniques pouvant découler sur des problèmes d’ordre biologique. CONCLUSION Les OMr sont des déchets aux caractéristiques et comportement mécanique complexes. le suivi précis et régulier de quelques paramètres physico chimiques du digestat se révèle être également un élément décisif d’une gestion sereine de ce type d’unités. Ce constat met en avant toute l’importance de la phase de prétraitement. par le personnel en charge de l’exploitation est également indispensable.V. Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 39 . et du processus biologique qui s’y déroule. Outre une bonne connaissance des caractéristiques et du potentiel du (des) déchet(s) à traiter. La bonne appréhension de l’installation. qui conditionne l’ensemble des étapes suivantes du procédé.

(1993). L. J. Water. Anaerobic digestion of solid waste: state-of-the-art. J. C. vol. (2000). 283-290.M. S. Farquhar. Rovers. D. Biochemical methane potential of MSW components. Edelmann. S.A. 3-16. 41(3). An overview of research achievements and perspectives. P. 74(1). G. Galtier. ADSW 2005. Etat des connaissances sur le devenir des germes pathogènes et des micro-polluants au cours de la méthanisation des déchets et sous-produits organiques. 1-14. L. Bioresource Technology. Mace. a. Couturier. Anaerobic digestion of organic solid wastes. More than 12 years of experience with commercial anaerobic digestion fraction of OFMSW in Switzerland. A. (1998).. (2000). Centre de Recherche Propreté & Energie Juillet 07 40 . P.. 2 pp. (1973).483 -495. Mata-Alvarez. Water Science and Technology. F.BIBLIOGRAPHIE De Baere. 27(2). and Chynoweth. J. Owens.. and Llabres. Water Science and Technology. Gas production during refuse decomposition.