Vous êtes sur la page 1sur 2

Nermine Sghayer Huda Yousef 6B 07/02/2013

Rsum Le monde de Sophie de Jostein Gaarder


Le monde de Sophie , cest un roman qui nous mne la rflexion. Lauteur nous dit que philosopher, si on peut se permettre de le dire, cest un hobby comme le sport ou la lecture. Il nous dit aussi qu on nest pas oblig davoir les mmes ides que tout le monde, donc on ne peut pas non plus obliger les gens partager nos propres ides. Les hobbys nous diffrencient lun de lautre, mais ce que tous les tres humains ont en commun sont des questions cruciales concertantes notre vie et son origine. Le savoir cest encore quelque chose dont lhomme constamment besoin dans sa vie. Il est notamment plus facile de poser des questions que dy rpondre, car chacun doit trouver ses propres rponses en ayant les mmes questions des autres. Pour mieux former ses propres ides, lidale cest de lire ce que les philosophes en pensent sur certaines problmatiques. La science finit par rpondre un gros nombre de questions, par contre certaines restent encore un mystre pour lhomme, mais avec le dveloppement et les nouvelles technologies qui permettent denrichir les recherches, un jour ou lautre ltre humain trouvera une solution ces nigmes qui tourmentent lesprit humain. Un philosophe grec pensait que lorigine de la philosophie tait ltonnement de lhomme. La question nest pas la consquence mais la cause qui amener la consquence. Les philosophes sont des personnes qui sortent de la monotonie et du conformisme et qui se posent des questions et ils essayent dy rpondre, car ils stonnent de la vie rgulirement. Lauteur prend comme exemple les petits enfants, car eux sont des petits philosophes qui stonnent, qui sont curieux, parce que le monde qui les entoure cest une nouveaut. Avec le temps on perd cette curiosit et cet tonnement et la cause de cette perte nest que lhabitude, la monotonie et le quotidien. Pas tous les hommes sont destins devenir philosophes, car il y a des gens qui pendant leur chemin de recherche laissent tomber leur curiosit et il y a ceux qui nessayent mme pas de faire leffort de se poser des questions. Finalement pour tre un bon philosophe il faut stonner du monde, ne pas shabituer et avoir du courage pour poursuivre ses propres recherches.