Vous êtes sur la page 1sur 189
Mobile A 2 GUIDE PÉDAGOGIQUE Laurence Alemanni Catherine Girodet

Mobile A2

Mobile A 2 GUIDE PÉDAGOGIQUE Laurence Alemanni Catherine Girodet

GUIDE PÉDAGOGIQUE

Laurence Alemanni

Catherine Girodet

Mobile A 2 GUIDE PÉDAGOGIQUE Laurence Alemanni Catherine Girodet

Sommaire

INTRODUCTION MÉTHODOLOGIQUE

3

UNITÉ 0 Mobilisons-nous !

17

UNITÉ 1

Les uns, les autres

22

UNITÉ 2 Amis, amours, portable !

39

UNITÉ 3 Voyager autrement

53

UNITÉ 4 Trouver un emploi

67

UNITÉ 5 Nature et environnement

85

UNITÉ 6 Bien dans sa peau

105

UNITÉ 7 Quelle poisse !

124

UNITÉ 8 Les nouveaux travailleurs

142

UNITÉ 9 À vendre ! À échanger !

159

UNITÉ 10 Arts et culture

174

Table des crédits photographiques

Couverture : Nikolaï Larin/Imagezoo/GettyImages Édition : Adélaïde Lebuy Mise en page : Text’oh

« Le photocopillage, c’est l’usage abusif et collectif de la photocopie sans autorisation des auteurs et des éditeurs. Largement répandu dans les établissements d’enseignement, le photocopillage menace l’avenir du livre, car il met en danger son équilibre économique. Il prive les auteurs d’une juste rémunération. En dehors de l’usage privé du copiste, toute reproduction totale ou partielle de cet ouvrage est interdite. » « La loi du 11 mars 1957 n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article 41, d’une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et courtes citations dans un but d’exemple et d’illustrations, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite. » (alinéa 1 er de l’article 40) – « Cette représentation ou reproduction par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »

© Les Éditions Didier, Paris 2012

ISBN : 978-2-278-07403-7

Introduction

méthodologique

I. Présentation générale

La collection Mobile est destinée aux adultes et jeunes adultes. Mobile est une méthode légère : elle propose un apprentissage rapide et ciblé.

Mobile A1 s’adresse à un utilisateur de niveau débutant en Français Langue Étrangère (FLE), et couvre le niveau A1 (« élémentaire ») du Cadre Européen Commun de Références pour les lan- gues (CECR) en 80 heures.

Mobile A2 s’adresse à un utilisateur de niveau A1 « élémentaire » et couvre le niveau A2 du CECR en 80 heures.

A / MÉTHODOLOGIE : PRINCIPES GÉNÉRAUX

1. Un processus d’apprentissage conçu pour :

faciliter le développement des compétences communicatives (linguistiques, sociolinguis- tiques, pragmatiques) et socioculturelles ;

transmettre les outils nécessaires à la décou- verte de la langue, à l’accès aux sens de la langue cible dans ses différentes composantes ;

communiquer simplement.

2. Un accès immédiat à des « manières de dire » :

une exposition soutenue au lexique et aux expressions ;

un réemploi immédiat en contexte ;

la garantie d’un entraînement optimal.

3. La langue au service de la communication

Mobile fait le choix d’une approche actionnelle, d’une démarche de découverte et met l’accent sur l’interculturalité de manière transversale.

L’apprenant a besoin de la langue pour agir et devenir autonome dans son environnement social et professionnel. Grâce à un enseigne- ment-apprentissage par les tâches, ainsi que par une réflexion sur la langue-culture, Mobile permet le transfert de ces savoir-faire et savoir- être dans d’autres situations de la réalité quotidienne.

L’enseignant et l’apprenant sont les acteurs de cet enseignement-apprentissage mais égale- ment les acteurs d’un environnement social commun. Ils sont aussi des médiateurs cultu- rels.

L’enseignant est un guide dans cette démarche.

a. L’approche actionnelle

Chaque unité a pour finalité une tâche finale à accomplir, elle est individuelle ou collaborative. Les compétences langagières pour réaliser cette tâche finale sont développées principalement par le biais de trois « leçons » aboutissant cha- cune à une tâche intermédiaire. Ces tâches intermédiaires sont ancrées dans la réalité quoti- dienne de l’apprenant et le préparent à la tâche finale.

b. La réflexion sur la langue-culture

L’enseignement-apprentissage de la gram- maire et du lexique passe par une démarche inductive : de la découverte à la conceptuali- sation, de la forme au sens et du sens vers la forme.

une démarche inductive : de la découverte à la conceptuali- sation, de la forme au sens
une démarche inductive : de la découverte à la conceptuali- sation, de la forme au sens

3

Mobile permet à l’enseignant de guider l’appre- nant dans l’analyse d’un corpus à partir duquel seront formulées les règles d’utilisation. L’ap- prenant découvre alors le fonctionnement de la langue dans toutes ses composantes.

Cette démarche est mise en place de façon balisée dans les « leçons » ou double-pages Découvrir, Exprimer, Échanger en quatre étapes :

− rubrique Repérer = phase d’observation et de compréhension globale ;

− rubrique Comprendre : phase de compré- hension finalisée et de conceptualisation ;

− rubrique Pratiquer : phase de réemploi ;

− rubrique À vous ! : phase de production en situation et transfert.

B / RESSOURCES ET CONTENUS

Les contenus et les supports ont été sélectionnés en fonction de la réalité sociolinguistique d’un apprenant adulte, qu’il soit en immersion ou non.

1. Les ressources

Mobile propose des documents authentiques ou à caractère authentique, courts et de sources

diverses, à l’oral (audio et vidéo) et à l’écrit :

− des documents sonores (audio, vidéo) :

dialogues, interviews, témoignages, micros- trottoirs, chanson, etc. ;

− des documents écrits : articles de presse, extraits de blog, e-mails, pages web, petites annonces, publicités, etc.

2. Les contenus linguistiques

La sélection des contenus linguistiques de Mobile est fondée sur les Référentiels pour le Français du CECR et sur la fréquence d’emploi dans des situations quotidiennes et des thématiques contemporaines. Ces contenus linguistiques ont été jugés prioritaires pour l’acquisition d’une compétence de communication.

3. Les contenus socioculturels et

interculturels

Ces contenus sont explicites et transversaux, dès le niveau 1, grâce à :

− des ressources choisies pour leur caractère socio et interculturel ;

− des vidéos dans la leçon Découvrir, qui permettent d’intégrer naturellement le non-verbal ;

− un fil info (proverbe, expression idiomatique, information culturelle) en bas des trois leçons ;

− une dominante interculturelle dans la leçon Échanger ;

− des prolongements dans les pages Et plus… ainsi que des références culturelles et des informations pratiques dans le Carnet pratique ;

− des pistes d’exploitation dans ce guide pédagogique. Ces contenus visent à familiariser l’apprenant à la culture cible, à comparer cette culture cible et sa propre culture source et à décoder les implicites culturels. Ils sont source d’interaction.

4. Les contenus à visée professionnelle

Dès le niveau A1, Mobile propose des contenus ancrés dans un contexte professionnel. Ils visent l’acquisition par l’apprenant de compétences mobilisables au sein d’un environnement profes- sionnel, ainsi que dans le cadre de l’examen du DELF Professionnel.

5. La progression

Mobile propose une progression rapide, intense, en spirale afin de :

− mobiliser et garantir la fixation des acquis ;

− affiner les règles et les corpus linguistiques découverts au fur et à mesure ;

− garantir un transfert des savoir-faire et des savoir-être.

4

corpus linguistiques découverts au fur et à mesure ; − garantir un transfert des savoir-faire et
corpus linguistiques découverts au fur et à mesure ; − garantir un transfert des savoir-faire et

6. L’évaluation

Au sein de chaque unité, Mobile met à disposition de l’apprenant une évaluation formative et une évaluation sommative :

− trois tâches intermédiaires (ou micro- tâches) À vous ! dans les trois leçons (doubles-pages) d’apprentissage ;

− une tâche finale en fin d’unité (pages Action !) ;

− des activités de type DELF dans le livre de l’élève ainsi que dans le Cahier d’entraî- nement.

II. Structure d’une unité et parcours pédagogique

Mobile 1 et Mobile 2 sont chacun constitués de 10 unités au sein desquelles les 5 compétences

sont travaillées de manière équilibrée. Les unités s’organisent selon le découpage sui- vant :

− une page d’ouverture ;

Découvrir : une double-page à dominante lexicale ;

Exprimer : une double-page à dominante fonctionnelle ;

Échanger : une double-page à dominante socio et interculturelle ;

Action ! : une tâche finale et une page de préparation au DELF ;

Et plus… : des prolongements sur la théma- tique de l’unité.

A / PAGE D’OUVERTURE

1. Les objectifs

L’objectif de cette première page d’unité est de sensibiliser l’apprenant à la thématique de l’unité. Cette page est composée du titre de l’unité, d’une photo d’ambiance, des objectifs d’apprentissage principaux et d’un nuage de mots (nuage de tags).

INTRODUCTION MÉTHODOLOGIQUE

Elle annonce les objectifs fonctionnels principaux de l’unité au sein d’une thématique illustrée par : le titre, la photo et le nuage de mots. Cet ensemble constitue un outil pour identifier le contexte d’apprentissage de chaque unité, mais également pour annoncer l’apport lexical de l’unité. Un travail de mise en route, d’anticipation et de découverte de la thématique peut être effectué en début de parcours. Un objectif fonctionnel peut ici être dégagé : découvrir/être sensibilisé à une thématique. Ce travail participe également à la sécurisation de l’apprenant, en faisant appel aux acquis, au vécu et aux propres connaissances de l’apprenant.

au vécu et aux propres connaissances de l’apprenant. 2. Les pistes d’exploitation d’une page d’ouverture

2. Les pistes d’exploitation d’une page d’ouverture

Selon le temps d’apprentissage dont disposera le groupe, cette page d’ouverture permettra à l’en- seignant de proposer des activités brèves et ludiques, en début ou en fin de parcours. Cela per- mettra ainsi de susciter l’interactivité, la cohésion dans le groupe, ou bien de systématiser et réinves- tir des acquis lexicaux.

l’interactivité, la cohésion dans le groupe, ou bien de systématiser et réinves- tir des acquis lexicaux.
l’interactivité, la cohésion dans le groupe, ou bien de systématiser et réinves- tir des acquis lexicaux.

5

Des exercices autocorrectifs portant sur les termes clés de l’unité sont proposés à cette fin dans le Cahier d’entraînement.

proposés à cette fi n dans le Cahier d’entraînement . Des pistes d’exploitation sont proposées dans

Des pistes d’exploitation sont proposées dans les corrigés de chaque unité, dans ce guide péda- gogique.

a. Le nuage de mots

Il est constitué des mots essentiels de la théma- tique de l’unité. Il constitue un champ lexical d’une dizaine de termes, de catégories grammaticales variées : verbes à l’infinitif, adjectifs, adverbes et substantifs sans article. Selon le niveau du groupe, l’enseignant peut pro- poser une variété d’activités dont voici quelques exemples :

− classement par catégorie grammaticale, par réseau lexical, par genre (pour les noms) ;

− mémorisation (sous forme de jeu) ;

− épeler ;

− mots croisés et mots mêlés ;

− recherche / création de définitions ;

− association avec une illustration : chercher, photographier, dessiner pour illustrer un mot ;

− repérage de mots connus ou familiers.

b. La photographie

La photo, illustration directe de la thématique, peut donner lieu à :

− des activités de description, d’imagination (imaginer ce qui n’est pas sur la photo, ce qu’on ne voit pas) ;

− des activités de mise en relation (vocabulaire clé / photo) ;

− des activités faisant appel au vécu de l’ap- prenant (qu’est-ce que la photo évoque chez lui ?).

B / LES TROIS DOUBLES-PAGES D’APPRENTISSAGE : DÉCOUVRIR, EXPRIMER, ÉCHANGER

1. Caractéristiques

L’unité se divise en trois doubles-pages ou leçons :

Découvrir, Exprimer, Échanger. Chacune représente 1h30 à 2 heures de travail en classe. Cette structure en abyme (on retrouve la structure de l’unité au sein de la leçon) représente la concré- tisation d’une progression spiralaire, dans une perspective actionnelle. Ainsi :

− la double-page Découvrir peut être considé- rée comme la tâche préliminaire à dominante lexicale ;

− la double-page Exprimer comme la tâche de planification avec l’acquisition d’outils langagiers (structure grammaticale et lexique);

− la double-page Échanger comme la tâche à dimension socio et inter-culturelle. Ces doubles-pages Découvrir, Exprimer, Échan- ger proposent un document écrit et/ou un document iconographique, accompagnés d’un document sonore (audio et/ou vidéo) servant un même objectif fonctionnel, en lien avec le thème de la leçon. Donc, les compétences de compré- hension écrite et orale sont travaillées de façon complémentaire. Dans chaque double-page, cinq à huit activités sont proposées, au sein de quatre rubriques :

Repérer, Comprendre, Pratiquer, À vous ! À vous ! correspond à une micro-tâche qui permet d’évaluer les acquis de chaque leçon. L’aboutissement de ces trois doubles-pages d’ap- prentissage est une tâche finale de restitution (Action !). Celle-ci est généralement collabora- tive. Elle valide les acquis et prépare la capacité de transfert des connaissances des apprenants.

Une large place est faite à la communication.

6

et prépare la capacité de transfert des connaissances des apprenants. Une large place est faite à
et prépare la capacité de transfert des connaissances des apprenants. Une large place est faite à

a. Découvrir

Cette première double-page Découvrir se carac- térise par une dominante lexicale.

Elle permet de découvrir l’univers dans lequel l’apprenant va évoluer pendant l’unité. Elle expose l’apprenant au lexique exploitable, tout au long de l’unité, en situation de communica- tion. Cette mise en situation lexicale aidera l’apprenant à s’approprier le lexique qui sera réutilisé et étendu tout au long de l’unité. Dès cette première double-page Découvrir, l’en- trée par le lexique apporte à l’apprenant les mots et les phrases pour dire, dire pour faire et dire ce que l’on fait.

Cette approche lexicale dominante est soute- nue par des documents de différents types qui prennent en compte les différents styles d’ap- prentissage. La double-page Découvrir propose trois à quatre documents déclencheurs :

− un écrit à caractère authentique ;

− un document iconographique (illustration, affiche ou photo) ;

− un document audio ;

− un document vidéo, complémentaire au document audio (= mettre en scène le non- verbal). Les documents visuels pourront faire l’objet d’une activité préalable de pré-tâche : un question- nement pourra introduire les objectifs de la double-page.

La double-page Découvrir, à orientation lexi- cale, propose des activités centrées sur le voca- bulaire et les actes de paroles et conduisent l’apprenant à la micro-tâche. Ces activités sont aussi l’occasion de consolider et de transférer des structures vues antérieurement, dans des contextes plus ou moins proches de ceux étudiés.

b. Exprimer

Cette deuxième double-page à dominante langa- gière se concentre sur les structures de la langue, c’est-à-dire les outils pour la réalisation d’objectifs fonctionnels.

INTRODUCTION MÉTHODOLOGIQUE

Dans cette double-page Exprimer, l’attention se porte sur la grammaire au sein d’une démarche inductive, afin de permettre à l’ap- prenant de construire, d’assembler des blocs linguistiques et de structurer son discours.

Exprimer propose deux documents déclen- cheurs :

− un écrit à caractère authentique (qui peut être illustré d’un document iconographique) ;

− un document sonore.

c. Échanger

Cette troisième double-page, à dominante socio et interculturelle, s’attache aux différences, aux ressemblances et aux habitudes culturelles, tout en s’appuyant sur la langue.

L’accent est mis sur l’aspect interculturel de la langue. Grâce à ses compétences linguistiques et communicatives, l’apprenant saura mettre en mots sa propre culture et la comparer avec la culture française et francophone. Notons que le groupe-classe se nourrit des savoirs, comportements et pratiques culturelles de chaque apprenant et conçoit la langue comme un vecteur de culture et comme un barrage à toute forme d’ethnocentrisme. Ici, « la connaissance, la conscience et la compréhension des relations, (ressemblances et différences distinctives) entre «le monde d’où l’on vient» et «le monde de la communauté cible» sont à l’origine d’une prise de conscience interculturelle » (CECRL 2001, p.83).

Échanger propose des documents déclen- cheurs variés, qui s’intéressent à l’aspect cultu- rel et interculturel :

propose des documents déclen- cheurs variés, qui s’intéressent à l’aspect cultu- rel et interculturel : 7
propose des documents déclen- cheurs variés, qui s’intéressent à l’aspect cultu- rel et interculturel : 7
propose des documents déclen- cheurs variés, qui s’intéressent à l’aspect cultu- rel et interculturel : 7

7

L’exploitation de cette double-page pourra varier selon les groupes d’apprenants et leur origine. Toutefois, la
L’exploitation de cette double-page pourra varier selon les groupes d’apprenants et leur origine. Toutefois, la

L’exploitation de cette double-page pourra varier selon les groupes d’apprenants et leur origine. Toutefois, la partie communication leur sera com- mune.

2. Le contenu des différentes rubriques, au sein d’une leçon

a. Repérer

Cette rubrique correspond à une phase d’ob- servation/anticipation et de compréhension

globale. Son objectif est d’identifier la nature des documents déclencheurs, de faire des hypothèses sur la situation de communication et de dégager le sens global des documents. Cela constitue un tra- vail sur le sens.

Elle est constituée de trois à six petites ques- tions de compréhension globale permettant d’aiguiller ce travail de découverte : elles visent à identifier la nature des documents (qu’est-ce que c’est ?) et le cadre énonciatif (qui écrit/ parle ? à qui ? où ? quand ? comment ? pour- quoi ?).

Avant de procéder à une première lecture ou écoute, l’enseignant fera observer les docu-

ments en focalisant l’attention des apprenants sur les éléments visuels facilitant la compré- hension du document. Pour les documents sonores et audiovisuels, l’en- seignant procédera ensuite à une première écoute/ un premier visionnage, afin de vérifier les hypo- thèses émises et de déterminer la situation de communication. L’objectif n’est donc pas ici une lecture/écoute détaillée mais bien une lecture/écoute globale. Elle peut être partielle ; elle doit permettre un pre- mier accès au sens des documents. Cette phase de découverte pourra, selon les cas, être facilitée par l’exploitation en amont de la page d’ouverture.

b. Comprendre

Cette rubrique correspond à une phase de com- préhension finalisée et de conceptualisation. L’objectif est ici d’affiner la compréhension des documents, de préciser la situation de communi- cation et d’établir un corpus à étudier en vue de la conceptualisation. Elle est constituée d’une à deux activités propo- sant un questionnement qui porte en premier lieu

sur le sens, puis sur les fonctionnalités langagières.

Dans un premier temps, l’objectif sera de préci- ser la situation de communication : les activités permettent la recherche d’informations ciblées ; elles se focalisent sur le sens. Elles donneront lieu à un travail individuel ou en sous-groupe.

donneront lieu à un travail individuel ou en sous-groupe. • Dans un second temps, l’attention sera

Dans un second temps, l’attention sera portée sur les formes linguistiques. L’objectif est de repérer les formes linguistiques pertinentes pour la conceptualisation : les éléments lexi- caux, les actes langagiers, les éléments gram- maticaux seront observés et analysés à l’aide d’un corpus. Cette analyse aboutira à l’élabora- tion de règles d’utilisation.

8

et analysés à l’aide d’un corpus. Cette analyse aboutira à l’élabora- tion de règles d’utilisation. 8
et analysés à l’aide d’un corpus. Cette analyse aboutira à l’élabora- tion de règles d’utilisation. 8

Ce travail de réflexion se fera de façon individuelle ou en sous-groupe, puis l’enseignant procédera à une mise en commun en grand groupe. Lors de cette étape, l’enseignant guidera l’apprenant ; il l’aidera à mettre en place des stratégies d’acquisi- tion des outils langagiers.

des stratégies d’acquisi- tion des outils langagiers. Selon les cas, les documents écrit et sonore seront

Selon les cas, les documents écrit et sonore seront

étudiés l’un après l’autre, ou en parallèle (possibi- lité de travail en sous-groupe) et le corpus sera transversal aux divers documents. L’enseignant pourra procéder à une ou plusieurs lectures/écoutes. Elles peuvent être séquencées. Elles sont sélectives, affinées.

Remarque : Pour les documents sonores, afin de favoriser une écoute active de l’apprenant, les écoutes se feront sans consultation de la transcrip- tion. Nous conseillons de limiter l’utilisation de cette dernière à une vérification des hypothèses émises lors des activités de compréhension finalisée. Le repérage et la conceptualisation des structures liées à des actes de parole mènera à une systéma- tisation puis un réemploi en contexte (Pratiquer et À vous !).

c. Pratiquer

Cette rubrique correspond à une phase de réem- ploi.

Dans cette partie, l’apprenant se voit proposer des activités de réemploi destinées à fixer et à mémoriser les occurrences mises au jour dans le corpus et les tournures récurrentes relatives à

INTRODUCTION MÉTHODOLOGIQUE

une thématique, à une situation de communi- cation. Durant cette phase l’apprenant s’approprie les structures linguistiques dans des exercices cohérents avec la thématique de l’unité, la situation de communication et le contexte.

Cette rubrique est constituée de deux à trois activités de réemploi, dont le caractère varie en fonction de la dominante de la double-page :

Découvrir : activités lexicales (compléter, relier, reformuler, etc.) visant à réutiliser les actes langagiers étudiés (lexique et actes de parole relatifs à la thématique de l’unité).

Exprimer : activités grammaticales (com- pléter, relier, reformuler, etc.) servant à manipuler les structures découvertes.

Échanger : activités portant sur les struc- tures de langue en fonction d’un objectif de communication. Ces activités feront l’objet d’un travail individuel ou par deux, suivi d’une mise en commun en grand groupe.

Ainsi, au travers d’exercices courts et clairs, tout en suivant une progression structurée et struc- turante, l’apprenant auto-construit son appren- tissage et ses savoirs. En effet, dans cette démarche d’acquisition, l’apprenant agit sur des éléments linguistiques (tri, classement, mise en relation), il en dégage les principales caractéristiques et ainsi comprend la logique de la langue. Il acquiert des outils linguistiques qu’il mettra ensuite lors de la réalisation de la micro-tâche, au service de la réalisation d’objectifs fonctionnels (communicatifs) relevant du CECR.

de la micro-tâche, au service de la réalisation d’objectifs fonctionnels (communicatifs) relevant du CECR. 9
de la micro-tâche, au service de la réalisation d’objectifs fonctionnels (communicatifs) relevant du CECR. 9

9

Ici, l’apprenant s’exerce à utiliser les temps du passé (passé composé et imparfait) pour être

Ici, l’apprenant s’exerce à utiliser les temps du passé (passé composé et imparfait) pour être capable d’« exprimer un changement de situation ».

Tout au long de cette phase, l’apprenant fait ses premiers pas guidés vers l’autonomie : en réuti- lisant le lexique, les structures de la langue et les tournures observées, il investit ces points de langue, met en place des automatismes et saura ensuite les transférer en les adaptant à d’autres situations ou contextes. L’enseignant, quant à lui, vérifie la maîtrise de l’emploi de ces outils et accompagne l’apprenant dans une réflexion active sur son apprentissage. Toute nouvelle notion s’appuie forcément sur une acquisition antérieure et sert de support à de futurs apprentissages. En parallèle et en complément, l’apprenant sera amené à consolider ses acquis grâce aux activités de systématisation dans le Cahier d’entraîne- ment.

d. À vous !

Dans la phase précédente, l’apprenant a fourni un travail formel, méthodique et systématique, foca- lisé sur l’acquisition d’outils linguistiques. Dans la phase À vous !, l’apprenant agit : il accomplit une

action et interagit avec ses partenaires grâce à des activités collaboratives.

À vous ! comporte une micro-tâche, écrite ou orale, individuelle ou collaborative :

− dans Découvrir : une micro-tâche à domi- nante orale, qui induit la reprise du lexique et des situations de communication.

la reprise du lexique et des situations de communication. − dans Exprimer : une production brève,

− dans Exprimer : une production brève, orale ou écrite, qui induit la reprise des structures linguistiques.

qui induit la reprise des structures linguistiques. − dans Échanger : une production brève, orale ou

− dans Échanger : une production brève, orale ou écrite, qui synthétise les acquis ; la langue est ici vue comme vecteur de culture.

les acquis ; la langue est ici vue comme vecteur de culture. • Ainsi, l’apprenant mobilise

Ainsi, l’apprenant mobilise ses compétences et connaissances afin de réaliser une action, une tâche pertinente faisant sens pour lui et dont le résultat sera concret, mesurable et identifiable.

10

action, une tâche pertinente faisant sens pour lui et dont le résultat sera concret, mesurable et
action, une tâche pertinente faisant sens pour lui et dont le résultat sera concret, mesurable et

Il réinvestit les compétences linguistiques et communicatives acquises tout au long de la leçon, il déploie des compétences indivi- duelles (savoir, savoir-faire, savoir-être et savoir-apprendre) ainsi que des compétences sociales en interagissant avec son partenaire et les autres (se mettre d’accord, organiser, négo- cier…). Cette démarche est particulièrement motivante, valorisante et fédératrice pour l’ensemble de la classe puisque fondée sur l’entraide et destinée à atteindre un but concret relatif à une situation réelle et familière aux apprenants. L’enseignant joue ici le rôle de guide, il lance l’acti- vité puis accompagne les apprenants en circulant entre les groupes et en leur apportant des conseils personnels et des corrections individualisées.

e. Tableau de références

Ce tableau, situé à droite de chaque double-page principale, synthétise les outils linguistiques dédiés à atteindre les objectifs fonctionnels de chaque leçon (déjà découverts en page d’ouver-

ture). L’objectif principal apparaît en titre du tableau : par exemple, « se présenter », « raconter un événement passé », « communiquer au tra- vail ».

Ces tableaux de références, présents dans les trois doubles-pages, récapitulent les éléments linguistiques observés et extraits du corpus. Ainsi, l’apprenant retrouve les ressources

extraites des supports étudiés et les repères qui jalonnent son parcours d’apprentissage.

Ces encadrés catégorisent les tournures et les structures récurrentes, de façon clairement lisible et facilement identifiable, en trois rubriques. Des marqueurs visuels et des expli- cations simples aident l’apprenant à mémoriser et à fixer les points traités :

vocabulaire : couleur verte ;

communication : couleur bleue (les princi- paux actes de parole sont en caractères gras et bleu) ;

grammaire : couleur rose.

INTRODUCTION MÉTHODOLOGIQUE

Un approfondissement est proposé dans le Précis grammatical, en annexe.

Leur organisation varie en fonction de la domi- nante de chaque double-page d’apprentissage :

− dans Découvrir : sont référencés et traités en priorité le vocabulaire et les actes de parole ;

− dans Exprimer : sont référencés en priorité les outils grammaticaux et leurs règles ; les règles sont explicitées à l’aide d’exemples extraits du corpus et de tournures types, réu- tilisables dans l’unité mais aussi destinées à être enrichies au fur et à mesure de l’avancée dans le manuel ;

− dans Échanger : sont présentés les outils lin- guistiques qui permettent à l’apprenant de vivre une expérience interculturelle.

f. Le fil info

Les formes de ce fil info et du nuage de mots font référence à des formes présentes sur Internet et résolument familières aux apprenants, étudiants comme professionnels : le premier rappelle les

« flux RSS », informations diffusées en continu sur les écrans via Internet, et le second rappelle les « nuages de tags », un ensemble de mots appa- raissant sur les pages de blogs. Ce fil info s’ancre ainsi dans l’ère résolument moderne dans laquelle s’inscrit Mobile et veut « accrocher » l’apprenant par son caractère ludique, original et contemporain, permettant ainsi une aide à la mémorisation et provoquant des réactions et de l’interactivité en classe.

Deux types de fil info se succèdent dans les trois doubles-pages d’apprentissage :

− Dans Découvrir et Exprimer, un fil à carac- tère linguistique : il présente des tournures idiomatiques, des proverbes ou des expres- sions courantes en contexte. Un terme du lexique ou une structure de langue est repris et utilisé dans un contexte différent, dans différents niveaux de langue, à travers un contre-emploi ou bien dans une expression figée.

Exemples : niveau 1 p.18-19, « Je pense, donc je suis » = un proverbe en relation avec l’utili-

figée. Exemples : niveau 1 p.18-19, « Je pense, donc je suis » = un proverbe
figée. Exemples : niveau 1 p.18-19, « Je pense, donc je suis » = un proverbe

11

sation du présent de l’indicatif ; niveau 2 p.58-59 : « Le mieux est l’ennemi du bien » = un proverbe en relation avec l’usage du superlatif.

− Dans Échanger, un fil à caractère socio- culturel et interculturel : il présente des informations sur le monde francophone liées à la thématique abordée. Il permet l’apport

d’une précision sur le thème traité ou l’ouver- ture sur un autre aspect de ce thème.

Exemples : niveau 1 p.100-101 : « 17 % des Français partent en vacances en camping ou en caravane. » ; niveau 2 p.20-21 : « La Fête de la musique a été créée en France en 1981. »

Comment utiliser ces « brèves » qui n’ont aucun

questionnement ni objectif annoncé ?

L’objectif premier est ici la découverte et le plai- sir de la découverte, tout simplement ! Le fil permet à l’enseignant de proposer des activités brèves et ludiques, suscitant des inte- ractions orales et permettant de réinvestir le lexique acquis ou en cours d’acquisition. Son exploitation variera selon le caractère mul- ticulturel ou non du contexte d’apprentissage :

les activités différeront si le groupe a une langue maternelle commune ou non. Quelques exemples d’activités :

− Autour des expressions idiomatiques et des proverbes : recherche d’une correspondance avec des expressions en langue source ; interprétation, recherche d’un sens équiva- lent dans la langue cible ; illustration (dessin, collage, photo)…

− Autour des informations socioculturelles :

celles-ci ont été choisies de manière à provo- quer chez l’apprenant des réactions. Chaque

apprenant pourra donc confronter les réalités de son pays/sa culture avec celles décrites à travers le fil, et avec celles des autres appre- nants.

L’enseignant pourra également demander aux apprenants de nourrir la discussion par un travail de recherches à la maison ou en classe, sur Internet ou en centre de res- sources.

À quel moment du parcours exploiter le fil info ? L’avantage premier de ce format de document est qu’il peut, grâce à sa petite taille, se glisser, s’intercaler entre deux activités. L’enseignant pourra également décider quand ce temps d’échange à l’oral dynamisera le plus le groupe et/ou quand il y aura besoin de réinvestir le lexique abordé en début d’unité.

g. Les Minutes son

Il est souvent difficile de trouver du temps dans une classe de FLE pour travailler la prononciation ! Cette rubrique accorde ainsi quelques précieuses minutes à l’acquisition de cette composante de la langue et ce, à chaque séquence d’apprentissage. L’ordre dans lequel les points de phonétique sont traités correspond à une progression en termes de difficulté (syllabes, rythme et intonation puis pho- nèmes). Cependant, chaque langue ayant ses propres difficultés face à l’acquisition des pho- nèmes du français, les sons abordés ont également été sélectionnés en fonction des contenus gram- maticaux, lexicaux ou communicatifs abordés dans les unités.

Les Minutes son se divisent généralement en deux parties :

− une phase d’écoute, de reconnaissance et/ ou de discrimination ;

− une phase de répétition.

Elles se trouvent en fin de parcours dans les doubles-pages Découvrir, Exprimer, Échanger. Il revient à l’enseignant de choisir le moment qui lui semble opportun pour les exploiter :

− après la phase d’élucidation et avant la systématisation pour une discrimination développée autour d’un point grammatical (distinction [e]-[ε] avec le passé composé, les marques orales du féminin par exemple) ;

− après la phase de découverte du lexique (discrimination consonantique par exemple). Les phrases proposées sont toujours adaptées au niveau de progression/d’apprentissage de l’appre- nant et dans la mesure du possible, le vocabulaire utilisé est déjà connu ou repris dans l’unité.

12

de l’appre- nant et dans la mesure du possible, le vocabulaire utilisé est déjà connu ou
de l’appre- nant et dans la mesure du possible, le vocabulaire utilisé est déjà connu ou

C / LA DOUBLE-PAGE ACTION !

Elle est constituée de la tâche finale de l’unité et d’une préparation au DELF.

1. La tâche finale

La partie Action ! correspond à la phase de réin- vestissement des acquis de toute l’unité, dans une perspective actionnelle. Les trois leçons Découvrir, Exprimer, Échanger ont construit des savoir-faire que l’apprenant va pouvoir restituer au cours de la réalisation de cette tâche finale. Cette dernière reprend donc l’en- semble des éléments vus précédemment. Ses caractéristiques :

− Elle est vraisemblable et ancrée dans la réa- lité quotidienne des apprenants.

− Elle est prévue pour une durée variable de 30 minutes à 1h30 selon le niveau d’appren- tissage.

− Elle est collaborative, mais peut comporter une étape individuelle.

− Elle est décomposée en étapes simples afin de guider au mieux l’apprenant.

− Selon les cas, la restitution se fera de façon orale ou écrite.

Une aide dans la réalisation de la tâche : la rubrique Tactiques donne des indications qui aideront à réaliser efficacement la tâche.

− Ces indications peuvent être d’ordre métho- dologique : « Vous ne comprenez pas tout, appuyez vous sur ce que vous comprenez », « Faites des gribouillis sur le papier, jouez à fond ».

− Ou d’ordre linguistique : « N’oubliez pas les dif- férentes constructions pour dire vos centres d’intérêt et vos loisirs », « Réutilisez un maxi- mum d’expressions vues dans l’unité ».

un maxi- mum d’expressions vues dans l’unité ». 2. La préparation au DELF À la fin

2. La préparation au DELF

À la fin de chaque unité, deux ou trois activités de préparation à l’examen du DELF permettent de transférer et d’évaluer les acquis de l’unité. Ces

INTRODUCTION MÉTHODOLOGIQUE

activités ont été conçues sur la base des épreuves décrites par la Commission nationale du DELF et du DALF, et préparent les apprenants qui le sou- haitent aux épreuves écrites et orales du DELF.

a. DELF A1

Ce niveau valorise les premiers acquis. Il s’agit du niveau le plus élémentaire d’utilisation de la langue dit « de découverte ». À ce stade, l’appre- nant est capable d’interactions simples : il peut parler de lui et de son environnement immédiat.

   

Note

 

Nature des épreuves : A1

 

Durée

sur

Compréhension de l’oral Réponse à des questionnaires de compréhension portant sur trois ou quatre documents très courts enregistrés, ayant trait à des

situations de la vie quotidienne (deux écoutes).

0

h 20

 

environ

/ 25

Durée maximale des documents audio : 3 mn

Compréhension des écrits Réponse à des questionnaires de compréhension portant sur quatre ou cinq documents écrits, ayant trait à des situations de la vie quotidienne.

0

h 30

/ 25

Production écrite

   

Épreuve en deux parties :

-

compléter une fiche, un

formulaire ;

> 0 h 30

/ 25

-

rédiger des phrases simples

(cartes postales, messages, légendes…) sur des sujets de la vie quotidienne.

   

Production orale

   

Épreuve en trois parties :

5

à 7 mn

- entretien dirigé ;

préparation :

10 mn

/ 25

- échange d’informations ;

- dialogue simulé.

Durée totale des épreuves collectives : 1 heure 20 * Note totale sur 100 * Seuil de réussite pour l’obtention du diplôme : 50 /100 * Note minimale requise par épreuve : 5 / 25

Mobile A1 comprend en alternance :

− 9 activités de compréhension orale (sur le DVD) ;

− 9 activités de compréhension écrite ;

− 4 activités de production écrite ;

− 4 activités de production orale.

Pour chaque unité, deux activités complémen- taires de compréhension écrite ou de production écrite ou orale, en relation avec l’unité traitée, se retrouvent dans le Cahier d’entraînement.

production écrite ou orale, en relation avec l’unité traitée, se retrouvent dans le Cahier d’entraînement .
production écrite ou orale, en relation avec l’unité traitée, se retrouvent dans le Cahier d’entraînement .

13

Un corrigé est proposé dans le guide pédagogique pour chaque activité et une proposition de corrigé tenant compte des acquis des apprenants accom- pagne chaque activité de production.

b. DELF A2

Le DELF A2 se situe dans la même perspective et valide encore la compétence langagière d’un utili- sateur élémentaire, considéré comme un acteur social. Le candidat est ici capable de réaliser des tâches simples de la vie quotidienne. Il peut utili- ser les formules de politesse et d’échange les plus courantes.

   

Note

 

Nature des épreuves : A2

 

Durée

sur

Compréhension de l’oral Réponse à des questionnaires de compréhension portant sur trois ou quatre documents courts enregistrés, ayant trait à des

situations de la vie quotidienne (deux écoutes).

0

h 25

 

environ

/ 25

Durée maximale des documents audio : 5 mn

Compréhension des écrits Réponse à des questionnaires de compréhension portant sur trois ou quatre courts documents écrits ayant trait à des situations de la vie quotidienne.

0

h 30

/ 25

Production écrite Rédaction de deux brèves

   

productions écrites (lettre amicale ou message) :

-

décrire un événement ou des

0

h 45

/ 25

expériences personnelles ;

 

écrire pour inviter, remercier, s’excuser, demander, informer, féliciter…

-

Production orale Épreuve en trois parties :

6

à 8 mn

 

- entretien dirigé ;

préparation :

10 mn

/ 25

- échange d’informations ;

- dialogue simulé.

Durée totale des épreuves collectives : 1 heure 40 * Note totale sur 100. * Seuil de réussite pour l’obtention du diplôme : 50/100 * Note minimale requise par épreuve : 5/25

Mobile A2 comprend en alternance :

− 4 activités de compréhension orale (sur le DVD) ;

− 7 activités de compréhension écrite ;

− 7 activités de production écrite ;

− 3 activités de production orale.

Pour chaque unité, deux activités complémen- taires de compréhension écrite ou de production écrite ou orale, en relation avec l’unité traitée se retrouvent dans le Cahier d’entraînement. Un corrigé est proposé dans le guide pédagogique pour chaque activité et une proposition de corrigé tenant compte des acquis des apprenants accom- pagne chaque activité de production.

D / LA PAGE ET PLUS…

Pour aller plus loin et se faire plaisir ! La page Et plus… propose :

loin et se faire plaisir ! La page Et plus… propose : 1. Des documents supplémentaires…

1. Des documents supplémentaires… et complémentaires

Comme son nom l’indique, la page Et plus… va plus loin ! Elle propose des prolongements en rela- tion avec la thématique de l’unité. Elle s’adresse à des groupes avançant plus vite dans leur apprentissage, ou bien à des apprenants souhaitant travailler en autonomie. Elle peut être exploitée en classe ou à la maison, de façon partielle ou totale, selon le temps d’en- seignement dont le groupe disposera et selon ses motivations.

14

de façon partielle ou totale, selon le temps d’en- seignement dont le groupe disposera et selon
de façon partielle ou totale, selon le temps d’en- seignement dont le groupe disposera et selon

INTRODUCTION MÉTHODOLOGIQUE

Dans cette page, les documents authentiques ou à caractère authentique complètent l’unité en plon- geant les étudiants dans une réalité francophone vraisemblable. Ils reprennent des préoccupations actuelles et ils soulignent des tendances qui se dessinent.

actuelles et ils soulignent des tendances qui se dessinent. Quelques questions guident l’exploitation des documents,

Quelques questions guident l’exploitation des documents, dans l’esprit de l’unité.

2. Le Carnet pratique

Il s’inscrit dans un souci d’authenticité et d’immer- sion dans une réalité francophone. Au sein d’un encadré concis, il propose des infor- mations pratiques et des références culturelles variées : des sites web francophones, des références littéraires, cinématographiques et musicales, des références institutionnelles. Il permet à l’apprenant de poursuivre son appren- tissage et un travail de découverte en autonomie. Il aiguise la curiosité de l’apprenant en donnant des pistes de recherche et d’élargissement sur une thématique donnée. Il constitue également une liste de ressources pédagogiques pour l’enseignant.

Le guide pédagogique propose pour chaque unité des exploitations possibles de cette page Et plus… pour les niveaux A1 et A2. C’est aussi un moyen pour des étudiants éloignés de la réalité franco- phone de se constituer des références culturelles actuelles, pour pouvoir les échanger et les déco- der.

E / LES ANNEXES

1. Le précis phonétique

Synthétique, le précis de phonétique aborde deux aspects incontournables pour des niveaux A1 et A2 : la relation graphie/phonie et la prononcia- tion des voyelles.

a. Du son à l’écriture

Dès le niveau débutant, le tableau page 115 permet de se familiariser avec les différentes graphies d’un son, grâce à des exemples simples, mémori- sables et souvent transparents.

− Au niveau 1, ces exemples sont enregistrés dans le DVD : un travail d’écoute des sons sera ainsi possible.

− Au niveau 2, l’étudiant aura accès à un pano- rama plus complet des graphies/phonies, y compris de correspondances plus rares mais présentes dans des mots courants (Monsieur, parfum…). L’étudiant qui utilise le dictionnaire et consulte la transcription phonétique pourra s’appuyer sur ce tableau de références, avec des mots dont il connaît la prononciation pour transférer ce savoir- faire à de nouveaux mots. Si un travail systématique sur l’Alphabet Phoné- tique International n’est pas indispensable, l’enseignant pourra au fur et à mesure sensibiliser les apprenants aux signes qui peuvent les dérou- ter. Par exemple, les sons [ɔ], [ə], [ɥ], [ ], [ø], [y], [ʃ], [ ].

b. Prononciation : les voyelles

La deuxième page de ce précis (page 116) reprend, avec des schémas clairs, l’articulation des onze voyelles orales et des trois nasales communes aux différentes prononciations du français. En fonction de la langue source, l’enseignant pourra s’appuyer sur les schémas articulatoires correspondants pour aider l’apprenant dans sa prononciation. Ces schémas pourront être utilisés en soutien des exercices de discrimination qui se retrouvent dans les deux niveaux.

2. Le précis grammatical

Le précis grammatical est divisé en cinq grandes parties :

− le nom ;

− le verbe ;

− la phrase ;

− le temps ;

− l’espace.

est divisé en cinq grandes parties : − le nom ; − le verbe ; −
est divisé en cinq grandes parties : − le nom ; − le verbe ; −

15

Il reprend les points grammaticaux traités de façon plus synthétiques dans les tableaux de réfé- rences des doubles-pages Découvrir, Exprimer, Échanger. Ces points sont complétés, illustrés d’exemples différents, et ont pour objectif de synthétiser et d’enrichir les informations gramma- ticales apportées de manière spiralaire tout au long de l’ouvrage. Ce précis est utile à l’enseignant pour avoir une vision globale d’un point, et aussi à l’apprenant qui pourra y trouver des tableaux synthétiques pou- vant faciliter le processus de mémorisation. Il est suivi des tableaux de conjugaison des prin- cipaux verbes référencés dans chaque niveau. Le niveau A1 donne les conjugaisons au présent de l’indicatif, à l’impératif, au passé composé et à

l’imparfait. Le niveau A2 ajoute à celles-ci les conjugaisons du futur simple.

3. Le lexique multilingue

Dans chaque niveau, ce lexique reprend les mots essentiels vus au sein des dix unités et en propose une traduction en cinq langues : anglais, espagnol, portugais, chinois et arabe.

4. Les transcriptions audio

En fin de manuel, sont proposées pour chaque unité les transcriptions des documents audio ainsi que des Minutes son. Les transcriptions des vidéos sont disponibles en ligne sur le site www.didierfle.com/mobile.

16

des Minutes son . Les transcriptions des vidéos sont disponibles en ligne sur le site www.didierfle.com/mobile
des Minutes son . Les transcriptions des vidéos sont disponibles en ligne sur le site www.didierfle.com/mobile

\\\\ UUNITÉNITÉ 00 \\\\

\\\\ UUNITÉNITÉ 00 \\\\

Mobilisons-nous !

Objectifs communicatifs

- Se présenter

- Demander des informations sur l’identité

- Parler de ses goûts, de ses activités

Objectifs langagiers

Interculturel Le monde francophone

Lexique

- L’opinion

- Les goûts

- Les vacances

- Les pays et les langues

Grammaire

- Le présent

- Les questions

- Le passé composé

- Les possessifs

Objectif : ces quatre pages ont pour objectif de créer un groupe classe en début de cours, tout en repre-

nant les points essentiels vus au niveau A1. D’une durée plus courte que les autres unités, elle permet de

prendre du temps pour régler les inévitables intermèdes administratifs de début de cours, expliquer la

progression prévue, évaluer les connaissances des apprenants et commencer à former un groupe qui va se

suivre pendant environ 80 heures.

Activités 1 et 2 p. 10 (Se présenter)

Titre / Modalité

Se présenter

Buts des activités

- Mieux se connaître

- Réactiver les formules de base de la présentation

Outil linguistique

Révision du présent des verbes être, avoir, aller, aimer

Déroulé

-

En binôme, chaque étudiant se présente à son voisin en reprenant les

éléments de la liste.

- Au bout de 10 minutes environ, chacun présente son voisin à la classe.

Exemple de

En binôme :

production

Je m’appelle Jane, je suis irlandaise et je suis célibataire. J’ai 24 ans et je travaille pour une assurance. Je n’ai pas d’animal. J’aimerais avoir un chien, mais mon appartement est trop petit. Mon pays préféré, c’est l’Irlande, mais pour les vacances, je préfère l’Italie. Je ne suis pas sportive mais j’aime le rugby à la télé. Mon objet préféré : mon téléphone ! Il est tout le temps avec moi. J’aime lire les auteurs français, (en anglais) et japonais. J’écoute surtout de la musique du monde et mon film préféré c’est Amélie Poulain ! Je n’aime

pas les grenouilles, mais j’adore la tartiflette !

En groupe classe :

Elle s’appelle Jane, elle est Irlandaise…

mais j’adore la tartifl ette ! • En groupe classe : Elle s’appelle Jane, elle est
mais j’adore la tartifl ette ! • En groupe classe : Elle s’appelle Jane, elle est

17

À

noter

Bien que cela ne soit pas demandé, très souvent les apprenants déclinent leur profession et leur état civil.

Variantes

Pour maintenir l’attention lors de la présentation en groupe classe, ce qui est important, il est possible :

-

de demander aux apprenants de poser une question à la personne

présentée ;

-

de demander à la personne qui présente son voisin d’insérer une

information fausse dans la présentation : la classe doit essayer de la deviner.

Activité 3 p. 10 (Faire connaissance)

Titre / Modalité

Faire connaissance

But de l’activité

Évaluer les motivations de l’apprenant pour l’apprentissage du français

Objectifs linguistiques

- Réviser les interrogatifs

- Les verbes courants au présent (apprendre, étudier, avoir, faire…)

- Noms de pays (m. et f.), langues, nationalité

Déroulé

Par binôme les étudiants se posent les questions suggérées et répondent.

Prolongement

-

En groupe classe, on peut reprendre quelques-unes des questions des

activités 1 et 2 pour faire le portrait imaginaire de l’étudiant de la classe.

-

Reprendre par exemple l’ensemble des langues parlées, les pays

francophones visités, les animaux préférés, etc.

Au tableau, faire un grand dessin où chacun vient noter une caractéristique qu’il a retenue.

-

Activité 4 p. 11 (Connaissance du monde francophone)

Titre / Modalité

Connaissance du monde francophone

Buts de l’activité

- Géographie de la Francophonie

- Les noms de pays

Déroulé

Sous forme ludique, les groupes de trois/quatre personnes doivent trouver le plus rapidement possible sept régions ou pays francophones.

Variante

-

Donner 10 minutes pour rechercher le maximum de pays/régions

francophones.

Chaque groupe qui cite un pays correctement gagne un point, chaque groupe qui fait une erreur perd un point.

-

Pays francophones

-

Il y a différentes acceptations pour les pays/régions francophones. Une

liste complète actualisée des pays appartenant à l’Organisation Internationale de la Francophonie se trouve ici : http://www.francophonie. org/-Etats-et-gouvernements-.html.

Certains pays adhèrent à l’OIF, mais peuvent difficilement être qualifiés de francophones (ex : Pologne, Moldavie…).

-

À

noter

-

Être assez souple sur l’acceptation francophone (même pour des pays qui

 

ne font pas officiellement partie de la Francophonie, mais où le français est présent.)

Bien insister sur l’utilisation correcte de l’article (on peut enlever un point s’il y a une erreur !).

-

18

Bien insister sur l’utilisation correcte de l’article (on peut enlever un point s’il y a une
Bien insister sur l’utilisation correcte de l’article (on peut enlever un point s’il y a une

Activité 5 p. 11 (Pratiquer)

\\\\ UUNITÉNITÉ 00 \\\\

Titre / Modalité

Connaissance du monde francophone

But de l’activité

Le français hors d’Europe

Déroulé

Demander aux apprenants de citer des régions françaises Outre-mer et les situer sur la mappemonde.

Corrigé

Il s’agit des DOM -TOM = Départements et Territoires d’Outre-Mer

• Départements d’Outre-mer :

- Guadeloupe (Antilles)

- Martinique (Antilles)

- Guyane (Amérique Latine)

- Réunion (océan Indien)

- Mayotte (océan Indien)

Territoires d’Outre-mer (attention, maintenant on parle de collectivités d’Outre-mer = COM) :

- Saint-Pierre et Miquelon (Atlantique Nord)

- Saint-Martin (Antilles)

- Saint Barthélemy (Antilles)

- Wallis et Futuna (océan Pacifique)

- Polynésie Française (océan Pacifique)

- Nouvelle-Calédonie (océan Pacifique)

Activité 6 p. 11 (Connaissance du monde francophone)

Titre / Modalité

Connaissance du monde francophone

Buts de l’activité

- Les villes

- Révision des prépositions de lieu avec les pays

Déroulé

- Demander de situer les villes et de dire si on parle français.

- Suggérer d’autres villes dans d’autres pays.

Corrigé

- Bruxelles est en Belgique. À Bruxelles on parle français.

- Anvers est en Belgique. À Anvers on parle néerlandais / flamand.

- Zurich est en Suisse. À Zurich on parle allemand.

- Québec est au Québec (au Canada). À Québec on parle français.

- Le Caire est en Egypte. Au Caire, en Egypte on parle arabe.

- Strasbourg est en France (en Alsace). À Strasbourg on parle français.

Lagos est au Nigéria. À Lagos, on parle anglais mais aussi igbo, yoruba et haoussa, mais pas le français.

-

- Cayenne est en Guyane française. À Cayenne on parle français.

- Nouméa est en Nouvelle-Calédonie. À Nouméa on parle français.

- Auckland est en Nouvelle-Zélande. En Nouvelle-Zélande on parle anglais

Prolongement

Faire repérer les principales villes françaises sur la carte à l’intérieur de la couverture du livre élève.

Activité 7 p. 12 (Pourquoi vous aimez le français)

Cette série d’activité va permettre de déterminer les profils d’apprentissage.

Titre / Modalité

Lire et exprimer son accord/désaccord

But de l’activité

Déterminer son style d’apprentissage

Objectif pragmatique

Repérer son style d’apprentissage

Outil langagier

Je suis d’accord/je ne suis pas d’accord

pragmatique Repérer son style d’apprentissage Outil langagier Je suis d’accord/je ne suis pas d’accord 19
pragmatique Repérer son style d’apprentissage Outil langagier Je suis d’accord/je ne suis pas d’accord 19

19

Déroulé

Les étudiants doivent lire les énoncés et noter individuellement s’ils sont ou non d’accord.

-

-

Ils notent à côté les raisons, s’ils les connaissent.

Activité 8 p. 12

Titre / Modalité

L’apprentissage des langues

But de l’activité

Échanger sur l’apprentissage des langues

Objectif pragmatique

Repérer ses forces et ses faiblesses dans l’apprentissage des langues

Outils langagiers

- Je suis d’accord/je ne suis pas d’accord … parce que

- Si + présent

Déroulé

Par petits groupes, les étudiants échangent leurs points de vue sur les affirmations.

-

Pour les énoncés qui mettent en évidence un problème, les étudiants essaient de trouver une solution.

-

Exemple d’interaction

Je déteste la grammaire. Je suis d’accord, parce que je trouve la grammaire française difficile avec toutes les exceptions. Et si on fait la grammaire avec des jeux ? Peut-être !

Activité 9 p. 12

Titre / Modalité

Échanger sur l’apprentissage des langues

But de l’activité

Expliquer ses relations avec les langues

Objectif pragmatique

Repérer ses forces et ses faiblesses dans l’apprentissage des langues

Outils langagiers

J’aime / je n’aime pas / je pense que / je trouve que / je suis comme… parce que

Déroulé

-

Lire le texte en groupe classe.

Vérifier la compréhension du vocabulaire (cauchemar, mémoriser, en revanche, sécurisant, enrichissant…).

-

-

Demander aux apprenants ce que Ravinder, Rolf et Emily aiment ou

n’aiment pas dans les cours de langues.

- En petit groupe, chacun explique de qui il se sent le plus proche et pourquoi.

- Chacun rédige individuellement son témoignage.

Exemple de production attendue

J’adore les films français. Je regarde les films avec les sous-titres et j’essaie de répéter quand je suis seul. Mais en classe, je n’ose pas. J’ai peur que les étudiants se moquent de moi.

Activité 10 p. 13

Titre / Modalité

Qu’avez-vous fait ?

But de l’activité

Raconter au passé

Objectif pragmatique

Raconter une expérience personnelle (réelle ou imaginaire)

Outil langagier

Rappel du passé composé

Déroulé

Par deux, chacun raconte ses vacances imaginaires ou réelles.

20

langagier Rappel du passé composé Déroulé Par deux, chacun raconte ses vacances imaginaires ou réelles. 20
langagier Rappel du passé composé Déroulé Par deux, chacun raconte ses vacances imaginaires ou réelles. 20

Activité 11 p. 13

\\\\ UUNITÉNITÉ 00 \\\\

Titre / Modalité

Vacances ! imaginez…

Buts de l’activité

- Raconter au passé

 

- Décrire

Outils langagiers

Les saisons, le vocabulaire des espaces géographiques de base (la mer, la montagne, la ville…)

Déroulé

-

Chacun raconte une anecdote à partir des photos.

Les apprenants votent pour l’histoire la plus originale / invraisemblable ou véridique / émouvante…

-

Variante écrite

À partir des photos, faire écrire une carte postale de 60 à 80 mots à envoyer à la classe.

La boîte à outils reprend quelques notions essentielles du niveau A1. Pour vérifier les connaissances des

apprenants, leur demander de produire des phrases en remployant les structures indiquées page 14.

connaissances des apprenants, leur demander de produire des phrases en remployant les structures indiquées page 14.
connaissances des apprenants, leur demander de produire des phrases en remployant les structures indiquées page 14.

21

\\\\ UUNITÉNITÉ 11 \\\\

Les uns, les autres

Objectifs communicatifs

- Faire un portait psychologique

- Raconter un événement passé

- Parler d’un événement populaire

Objectifs langagiers

Interculturel Les fêtes culturelles

Lexique

- La caractérisation de la personne

- Les langues et l’apprentissage

- Lexique de la fête et des manifestations populaires

Grammaire

- Présent (révision)

- Passé composé

- Les pronoms relatifs qui / que / où

Phonétique

- Discrimination [y] / [u]

- Discrimination [œ] / [e] / [ε]

- Exclamation / affirmation / question

Tâche finale

Imaginer des retrouvailles avec ses copains de lycée 15 ans plus tard

PAGE D’OUVERTURE (p. 15)

• Objectif : découvrir les thématiques de l’unité = les relations sociales et les événements populaires.

• Pistes d’exploitation :

- Avec le titre de l’unité : faire des hypothèses sur le sens de l’expression « les uns, les autres », donner des

exemples pour expliquer (« dans la classe, les uns préfèrent parler français, les autres préfèrent lire le

français). Expression qui évoque la diversité des individus et de leurs goûts.

- À partir du nuage de mots :

- Lecture : demander à un ou plusieurs apprenants de lire les mots à voix haute.

- Recherche de sens et de correspondances : demander aux apprenants s’ils comprennent tous les

mots. Leur demander de donner des exemples pour illustrer les mots clés « témoignages, fête popu-

laire, bénévole, retrouvailles, portrait… ».

- Demander aux apprenants d’émettre des hypothèses sur les contenus de l’unité.

- Avec la photo : faire observer la photo. Faire expliciter la relation entre les thèmes de l’unité et le nuage de

mots.

22

la photo : faire observer la photo. Faire expliciter la relation entre les thèmes de l’unité
la photo : faire observer la photo. Faire expliciter la relation entre les thèmes de l’unité

QUI ÊTES-VOUS ? (DP1)

Activité 1 p. 16 (Repérer)

\\\\ UUNITÉNITÉ 11 \\\\

Titre / Modalité

Sensibilisation / anticipation

But de l’activité

Mobiliser le lexique de la description psychologique

Déroulé

-

Faire lire les trois qualités et trois défauts listés, vérifier la compréhension

de ces mots.

-

1. a. et 1.b : poser les questions soit au groupe classe, soit par binôme, puis

mettre en commun.

1. c. À faire faire soit en individuel, soit en binôme. Faire observer les photos et demander aux apprenants de s’exprimer.

-

Exemple de corrigé

1.

a. Pour moi, la qualité la plus importante est d’être sympathique, parce que

c’est plus agréable en société et au travail.

1.

b. À mon avis, le pire défaut, c’est d’être menteur, parce que c’est

malhonnête et parce que ça complique la vie.

1. c. Je pense qu’Elise est plutôt généreuse parce qu’elle est souriante et elle

a l’air gentil.

À noter

Il n’y a pas de réponse vraie ou fausse, l’objectif étant que les apprenants expriment leurs impressions personnelles.

Activité 2 p. 16 (Comprendre)

Titre / Modalité

Compréhension écrite Activité d’appariement

But de l’activité

Associer un autoportrait écrit à un portrait photo

Déroulé

Demander aux apprenants d’associer un autoportrait du document B à une photo du document A.

Corrigé

Elise : 3 / Claire : 2 / Axel : 1

1
1

Activité 3 p. 16 (Comprendre)

Titre / Modalité

Compréhension orale globale et détaillée

But de l’activité

Comprendre de courtes présentations orales et réutiliser le lexique de la description psychologique

Déroulé

1.

Présenter les mots sympathique, original, farfelu, vérifier la

compréhension des mots, et donner des exemples en contexte pour illustrer

si

besoin est.

2. Compréhension orale

-

1 re écoute : écoute entière. Pour chaque candidat, les étudiants doivent noter : le nom, la profession, les goûts.

-

2 e et 3 e écoutes : écoute entière. Faire identifier le mode de vie des candidats :

-

lieu de vie ;

mode de vie : sédentaire ou nomade ? individuel ou collectif ? classique ou excentrique ? Les informations sur le mode de vie ? 3. Répondre à la question : « Parmi les 3 participants… »

-

Faire travailler par binôme, les apprenants discutent leurs choix de réponse avec leur partenaire et justifient leurs réponses.

-

-

Mise en commun en groupe classe.

choix de réponse avec leur partenaire et justifi ent leurs réponses. - - Mise en commun
choix de réponse avec leur partenaire et justifi ent leurs réponses. - - Mise en commun

23

Corrigé

-

Compréhension orale : voir les tableaux ci-dessous (1)

-

Exemple de corrigé : Moi je pense que Marie est la plus farfelue parce qu’elle vit dans une grotte et elle n’a même pas l’électricité…

Transcription (piste n° 1)

Aujourd’hui participez à notre grand jeu « Qui est quoi ? ». Nous vous proposons trois candidats au titre d’ « illustre inconnu du jour ». Écoutez nos trois participants se présenter et choisissez : le plus sympathique, le plus original, le plus farfelu.

-

Bonjour, je m’appelle Pierre, je suis cuisinier et je suis fou de kayak. J’adore

faire la fête, inviter des amis chez moi et aller en boîte. Je sors beaucoup avec

mes amis, et nous partons aussi en vacances de ski et en week-end à la mer. Moi, je ne peux pas vivre sans la fête !

-

Bonjour, je m’appelle Marie, je suis professeur de géographie le jour, et

artiste la nuit. Je fais de la peinture et de la sculpture. Je vis à la campagne

dans une maison très particulière : une grotte. Oui, vous avez bien entendu, une grotte ! Une maison sous terre dans la montagne, c’est génial !! Pas d’électricité mais des bougies, c’est un paradis !

-

Bonjour je m’appelle Maxence, je suis réalisateur de films documentaires.

Pour mon travail, je passe 4 mois par an à Paris, puis je pars 8 mois dans la forêt amazonienne pour filmer. Je n’aime pas la routine, j’adore voyager et découvrir de nouveaux horizons. À Paris, je n’ai pas d’appartement mais je vis chez des amis.

(1) Corrigé de la compréhension orale

1 re écoute :

 

Candidat n° 1

Candidat n° 2

Candidat n° 3

 

Prénom

Pierre

Marie

Maxence

 

Profession

Cuisinier

Professeur de géographie et artiste (peinture et sculpture)

Réalisateur de films documentaires

 

Goûts

Kayak, faire la fête, le ski, partir en week-end avec ses amis

Peinture et sculpture

Voyager et découvrir de nouveaux pays

2 e et 3 e écoutes : lieu et mode de vie

 

Candidat n° 1

Candidat n° 2

Candidat n° 3

Lieu de vie

Pas mentionné

Dans une grotte, sans électricité

Paris chez des amis / forêt amazonienne

Mode de vie :

Plutôt nomade

Sédentaire

Nomade

sédentaire ou nomade ?

- solitaire ou collectif ?

Plutôt collectif

Solitaire

Plutôt collectif

- classique ou

Plutôt classique

Plutôt excentrique

Plutôt excentrique

excentrique ?

Activité 4 p. 16 (Pratiquer)

Titre / Modalité

Exercice de réemploi écrit

But de l’activité

Réemploi du lexique de la caractérisation psychologique / physique

24

de réemploi écrit But de l’activité Réemploi du lexique de la caractérisation psychologique / physique 24
de réemploi écrit But de l’activité Réemploi du lexique de la caractérisation psychologique / physique 24

\\\\ UUNITÉNITÉ 11 \\\\

Déroulé

Avant de commencer :

Faire observer le tableau de vocabulaire et la communication de la rubrique se présenter p. 17, réviser rapidement la caractérisation physique avec le dessin. Expliquer le vocabulaire si besoin est.

-

Rappeler les expressions « avoir l’air », « sembler », « paraître » + adjectif qui les aideront à faire les descriptions.

-

En binôme : écrire un portrait psychologique de Florence et Damien (doc. C) en utilisant un maximum de vocabulaire du mémento.

Fin de l’activité au choix :

Soit chaque binôme lit sa description devant la classe et l’enseignant peut récupérer l’exercice écrit pour le corriger.

-

-

Soit l’enseignant récupère les productions écrites pour correction.

Exemple de corrigé

- Florence : Elle a les cheveux châtain et courts. Elle a l’air dans la lune et timide. Elle semble plutôt calme, et peut-être un peu timide. Elle n’a pas l’air stressée, ni prétentieuse. - Damien : il a l’air gai, sympathique et ouvert. Il semble plutôt indépendant, curieux et aventurier. Il semble avoir bon caractère.

Activité 5 p. 17 (Pratiquer)

Titre / Modalité

Production orale, réemploi

But de l’activité

Se décrire

Déroulé

-

Demander aux apprenants de se mettre en binôme. Ils échangent

librement à partir des questions.

Demander aux apprenants de justifier leurs réponses en donnant des exemples.

-

Exemple de corrigé

A. Moi je suis plutôt solitaire, je préfère lire ou écouter de la musique plutôt que de participer à des clubs. Et toi ? B. Moi je suis plutôt sociable, j’adore sortir avec mes amis, rencontrer de nouvelles personnes. Je fais partie d’un club de volley et d’un club d’équitation.

À noter

Ne pas corriger les erreurs formelles pendant la production orale, mais noter les erreurs que l’on entend et les corriger devant la classe après la production orale.

Activité 6 p. 17 (Pratiquer)

Titre / Modalité

Production écrite

But de l’activité

Faire un portrait psychologique

Objectif pragmatique

Émettre des hypothèses sur une personne et son mode de vie

Outils langagiers

-

Lexique de la description psychologique

Expression de l’hypothèse (il doit être… il semble + infinitif, peut-être que….) et de l’opinion (à mon avis… selon moi… je pense que… )

-

Déroulé

-

En binôme : les étudiants doivent observer les objets inclus dans le tableau,

et les utiliser comme des indices pour deviner la personnalité de la personne de l’autoportrait. Les inviter aussi à imaginer le sexe, la nationalité, l’âge, les

centres d’intérêt, la profession, le lieu de vie de la personne.

-

Mise en commun en groupe classe.

les centres d’intérêt, la profession, le lieu de vie de la personne. - Mise en commun
les centres d’intérêt, la profession, le lieu de vie de la personne. - Mise en commun

25

Exemple de corrigé

Moi je crois / nous croyons que la personne de l’autoportrait est un homme plutôt sédentaire parce qu’il y a des pantoufles sur la photo. Peut-être même qu’il aime un peu trop son confort et qu’il est casanier ! Je pense qu’il a plus de 50 ans, à cause de ses pantoufles. Je pense / nous pensons qu’il est plutôt de style décontracté parce qu’il y a une chemise en jean. Ce n’est pas quelqu’un de conservateur, il est même plutôt rêveur et original et littéraire, car il y a des cartouches d’encre : il est peut-être écrivain ou philosophe. Il semble aimer la littérature de science-fiction en anglais (il y a un livre de science-fiction en anglais), peut-être qu’il est anglophone ou anglophile. En plus, sous la boîte de cartouches d’encre, il y a un livret de chant révolutionnaires, peut-être qu’il est chanteur ou juste engagé politiquement. Il ne boit pas d’alcool, car on voit clairement une bouteille d’eau minérale gazeuse. Nous pensons qu’il vit seul, dans un appartement au centre ville, où il écrit des essais et reçoit ses amis artistes. Ce n’est pas quelqu’un d’hypocrite, il aime dire ce qu’il pense et parler politique.

Activité complémentaire

Chaque étudiant doit faire son autoportrait avec quatre objets qui représentent sa personnalité, ses goûts,

son mode de vie, etc. Chacun écrit ces quatre mots sur un bout de papier. L’enseignant récupère tous les

papiers, puis les redistribue. Chaque étudiant prend connaissance des quatre objets écrits sur le papier et

s’en sert pour faire un mini portrait de la personne auxquels ils appartiennent. La classe écoute, puis

chaque apprenant doit se reconnaître et dire s’il est d’accord ou pas avec la description faite de lui.

3
3

Minutes son p. 17

Titre / Modalité

Les sons [y] et [u]

But de l’activité

Discriminer et répéter les sons [y] et [u]

Déroulé

• Demander aux apprenants de consulter la transcription n° 3 p 134.

1 re écoute :

- Faire répéter les mots : lecture – allure – sur – bulle.

- Écouter et noter les syllabes où l’on entend le son [y] comme voiture.

- Mise en commun.

2 e écoute :

- Faire répéter les mots : rouge- louche- boule.

- Écouter et noter les syllabes où l’on entend le son [u] comme rouge.

- Mise en commun.

Prolongement graphie/phonie :

Demander aux apprenants comment s’écrit le son [y] et [u]. (Réponse: [y] = U / [u] = OU.)

Corrigé

1 re écoute (son [y])

Hier j’ai couru pour retrouver Arthur, au café de la Tour. Il a souri quand il a vu la tortue dodue Doudou sur le comptoir. Le patron est un aventurier qui a vécu à Honolulu et adore surprendre ses clients !

2 e écoute (son [u]) Hier j’ai couru pour retrouver Arthur, au café de la Tour. Il a souri quand il a vu la tortue dodue Doudou sur le comptoir. Le patron est un aventurier qui a vécu à Honolulu et adore surprendre ses clients !

26

dodue Doudou sur le comptoir. Le patron est un aventurier qui a vécu à Honolulu et
dodue Doudou sur le comptoir. Le patron est un aventurier qui a vécu à Honolulu et

\\\\ UUNITÉNITÉ 11 \\\\

Fil info

Avoir le cœur sur la main Expression idiomatique qui signifie : être très généreux.

Piste d’exploitation

- Demander aux apprenants ce que l’expression signifie (être malade ? être généreux ? avoir le sens

pratique ? …).

- Quel est le contraire de cette expression ? (Réponse : avoir un cœur de pierre, être égoïste).

Aller plus loin

Extrapoler sur les autres expressions avec le cœur, et en faire deviner le sens :

J’en ai gros sur le cœur = j’ai beaucoup de peine.

Il a mal au cœur = il a la nausée.

Il a un cœur de pierre = il n’a aucune pitié.

Ça me fait mal au cœur = ça me fait de la peine.

Il a un cœur d’artichaut = il tombe toujours amoureux, de manière impulsive.

Je n’ai pas le cœur à danser = je n’ai pas envie de … (parce que je suis trop triste).

DVD 2
DVD
2

Fiche vidéo

Modalité

Résumé de la vidéo

Déroulé du visionnage

Corrigé

Compréhension audiovisuelle

Pierre, Marie et Maxence se présentent.

 

Pierre

Marie

Maxence

Âge

     

Lieu de vie

     

Profession

     

Activités de loisir

     

Caractère

     
 

Pierre

Marie

Maxence

Âge

30 ans

30 ans

Pas mentionné

Lieu de vie

Lyon

En ville la semaine / dans une grotte a la campagne le week-end

Paris / forêt amazonienne

Profession

Cuisinier

Professeur de

Réalisateur de

géographie

documentaires

Activités de loisir

Sortir avec des amis, la randonnée, les voyages (cf. la Corse)

Peinture,

Les voyages

sculpture

Caractère

Généreux, gentil

Farfelue,

Curieux,

distraite

passionné

Les voyages sculpture Caractère Généreux, gentil Farfelue, Curieux, distraite passionné 27
Les voyages sculpture Caractère Généreux, gentil Farfelue, Curieux, distraite passionné 27

27

Transcription (piste n° 2)

-

Bonjour, je m’appelle Pierre, j’ai 30 ans. J’habite Lyon et j’exerce la

profession de cuisinier. Dans la vie, j’aime beaucoup voir mes amis, sortir,

 

faire des voyages aussi. L’été dernier, je suis parti avec mes deux meilleurs copains en Corse, nous avons fait de la randonnée, nous avons vu de beaux paysages. C’est un beau souvenir pour moi. Sinon, au niveau personnel, mes amis disent de moi que je suis plutôt généreux et gentil.

-

Bonjour, je m’appelle Marie. J’ai 30 ans, je suis professeur de géographie

dans un collège le jour, parce qu’en fait j’ai un deuxième emploi qui me permet de me déstresser : je pars souvent les week-ends m’isoler dans ma grotte, à la campagne. Et dans cette grotte, j’ai mon atelier de peinture. Donc c’est un petit peu là où je retrouve mes pinceaux, mes toiles, mes sculptures, pour me déstresser de ma semaine en fait. On dit de moi que j’ai une vie un

peu farfelue, ce qui n’est pas faux. Je suis vraiment plutôt distraite je dirai. Voilà, c’est tout !

-

Bonjour, je m’appelle Maxence. Je suis réalisateur de films documentaires.

Je vis entre Paris et la forêt amazonienne. En fait, je vis beaucoup plus dans la forêt amazonienne où je réalise en ce moment un documentaire. J’adore voyager, je suis quelqu’un de curieux, de passionné. J’adore découvrir des choses, c’est pour ça que je fais du documentaire. Quand je vais à Paris, c’est plutôt pour des raisons professionnelles. Je trouve que c’est une ville stressée, stressante.

AU CAFÉ BABEL (DP2)

Activité 1 p. 18 (Repérer)

Titre / Modalité

Sensibilisation

But de l’activité

Mobiliser les connaissances relatives à l’apprentissage d’une langue

Déroulé

Mettre les étudiants en binôme, ils doivent se poser les questions mutuellement et discuter librement.

-

-

Mise en commun en groupe classe.

Exemple de corrigé

Moi j’apprends mieux quand je parle en classe, parce que je trouve que la radio est trop rapide. J’aime bien parler mais je n’aime pas écrire parce que j’ai peur de faire des fautes…

Activité 2 p. 19 (Comprendre)

Titre / Modalité

Compréhension écrite globale

But de l’activité

Compréhension des informations essentielle après lecture rapide

Déroulé

-

Lire les questions 2a et 2b.

Demander aux apprenants d’effectuer une lecture rapide du document A pour répondre aux questions (40 secondes maximum).

-

- Leur faire cacher le document A.

- Les faire répondre aux questions sans consulter le texte.

28

maximum). - - Leur faire cacher le document A. - Les faire répondre aux questions sans
maximum). - - Leur faire cacher le document A. - Les faire répondre aux questions sans

\\\\ UUNITÉNITÉ 11 \\\\

Corrigé

2.

a. Fonctionnement du café Babel

- On se retrouve le samedi matin de 9h30 à 11h30.

- 1 e heure : on échange des conversations en langue française.

-

2 e heure : on échange des conversations dans d’autres langues que le français.

-

Il faut payer 5 euros d’inscription et dire quelle est sa langue maternelle.

2.

b. Avantages

- C’est l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes.

- C’est convivial.

- C’est plus économique qu’un cours.

- Pas de problèmes de grammaire !

- On pratique sans efforts.

- On peut améliorer son français.

4
4

Activité 3 p. 19 (Comprendre)

Titre / Modalité

But de l’activité

Déroulé

Corrigé

Transcription (piste n° 4)

Compréhension orale

- Déterminer si des affirmations sont vraies ou fausses

- Discrimination orale imparfait / passé composé

3. a. 1 re et 2 e écoutes :

Écouter les trois témoignages de Maroushka, Ayda et Marc, et dire si les

affirmations sont vraies ou fausses.

3. b. 2 e ou 3 e écoute :

Écouter et déterminer quelle est la phrase entendue.

3.

a.

 

Vrai

Faux

Marushka préfère pratiquer son français au café Babel parce que c’est plus économique que les cours.

 

x

Ayda n’est pas très satisfaite de son expérience au café Babel.

x

 

Marc vient régulièrement au café Babel pour pratiquer son anglais.

x

 

3.

b.

- Marushka : j’ai rencontré

- Marushka : on est allé

- Ayda : je suis venue

- Marc : j’ai vécu

- Je m’appelle Marushka et je viens ici pour améliorer mon français. J’ai suivi

des cours de français, mais c’était ennuyeux. Ici c’est convivial et j’ai rencontré deux Français et la semaine dernière on est allé voir l’expo Chagall,

et on a parlé français et russe.

- Je m’appelle Ayda et je suis venue trois fois au Café-Babel, mais cette

fois-ci je suis un peu déçue : je n’ai trouvé personne pour discuter en turc, alors j’ai discuté en anglais.

- Moi, c’est Marc, j’ai vécu trois ans aux États-Unis. Je viens régulièrement au Café-Babel pour maintenir mon niveau d’anglais. Je trouve toujours des Américains et des Anglais sympas !

au Café-Babel pour maintenir mon niveau d’anglais. Je trouve toujours des Américains et des Anglais sympas
au Café-Babel pour maintenir mon niveau d’anglais. Je trouve toujours des Américains et des Anglais sympas

29

Activité 4 p. 19 (Pratiquer)

Titre / Modalité

Exercice de systématisation passé composé

But de l’activité

Conjuguer les verbes au passé composé

Déroulé

En groupe classe, faire lire le tableau du Mémento Passé composé pour rappel.

-

-

Faire faire l’exercice individuellement. Puis corriger.

Corrigé

Je suis venue pour la première fois au café Babel il y a six mois avec ma copine Jessica. On a aimé la formule. Après la conversation, nous avons visité le quartier avec Marc. J’ai fait beaucoup de progrès en français.

Activité 5 p. 19 (Pratiquer)

Titre / Modalité

Production orale, réemploi

But de l’activité

Poser des questions et répondre au passé composé

Déroulé

-

Préambule : faire observer le rappel grammatical sur le passé composé

(Mémento). Faire pratiquer oralement la forme négative au passé composé

-

Les apprenants se mettent par groupes de deux ou trois.

Ils doivent se poser librement les questions du tableau et répondre en utilisant des phrases longues.

-

Exemple d’échanges

- Vous avez déjà écrit un blog ?

- Non je n’en ai jamais écrit / oui j’en ai déjà écrit un.

- Vous avez déjà été témoin à un mariage ?

- Oui j’ai été témoin au mariage de mon cousin.

À noter

Laisser les apprenants s’exprimer librement pendant l’activité, noter les erreurs grammaticales et les corriger en groupe classe après l’activité.

Activité 6 p. 19 (À vous !)

Titre / Modalité

Production orale

But de l’activité

Imaginer ce qu’il s’est passé après la photo

Objectifs

- Raconter un événement au passé composé

pragmatiques

- Faire des hypothèses

Outils langagiers

- Le passé composé

L’expression de la probabilité : Peut-être que… doute…. probablement… il a dû…

-

certainement… sans

Déroulé

- Lire et expliquer la consigne de l’activité.

- Rappeler l’expression de la probabilité.

- En binôme : les étudiants effectuent la tâche.

Exemple d’échanges

Romain est allé au café livres pour pratiquer son espagnol. En fait, il a rencontré un Mexicain, Rodrigo, et un Vénézuélien, Adolfo, avec qui il a rapidement sympathisé. Ils se sont revus plusieurs fois au café Babel, et aussi à l’extérieur. En fait ils se sont découvert une passion commune : la voiture. Rodrigo et Adolfo faisaient du rallye en amateur et ils ont invité Romain à essayer. Il a adoré, tellement adoré qu’il a décidé de participer a un rallye dans le désert avec Adolfo. Ils ont voyagé pendant quatre semaines pour arriver jusqu’en Chine.

30

a un rallye dans le désert avec Adolfo. Ils ont voyagé pendant quatre semaines pour arriver
a un rallye dans le désert avec Adolfo. Ils ont voyagé pendant quatre semaines pour arriver
5
5

Minutes son p. 19

\\\\ UUNITÉNITÉ 11 \\\\

Titre / Modalité

But de l’activité

Déroulé

Corrigé

Discrimination orale, phonétique

Identifier les sons [œ] / [e] / [ε]

- Présenter les sons [œ] / [e] / [ε], leur faire répéter, si besoin est, utiliser les schémas articulatoires p. 116.

- Écouter sans la transcription. leur donner un tableau avec cinq colonnes et

les trois sons, ils écoutent et cochent les sons entendus (voir le tableau de

corrigé ci-dessous).

- Demander aux étudiants d’écouter en regardant la transcription p. 134.

- Procéder en deux écoutes :

- 1 re écoute : leur demander d’identifier les sons [e] / [ε] ;

- 2 e écoute : leur demander d’identifier le son [œ]. Prolongement graphie-phonie :

Demander aux apprenants d’observer les mots et phrases, et de donner les différentes orthographes possible des sons [œ] / [e] / [ε].

a.

 

[e]

[ε]

[œ]

1

   

x

2

 

x

 

3

   

x

4

x

   

5

 

x

 

b. 1 re écoute : [e] / [ε] Valère n’arrive jamais à l’heure. Vous allez souvent au cinéma ? Le chanteur que j’ai vu est en tournée. Ma sœur rêve d’être bénévole.

2 e écoute : [œ] Valère n’arrive jamais à l’heure. Vous allez souvent au cinéma ? Le chanteur que j’ai vu est en tournée. Ma sœur rêve d’être bénévole.

Fil info

Les voyages forment la jeunesse. Expression idiomatique qui signifie : quand on voyage jeune, on

apprend énormément sur la vie.

Piste d’exploitation

- Faire deviner le sens de l’expression aux apprenants. Sont-ils d’accord avec cette expression ? Pour-

quoi ?

- Leur demander s’ils voyagent beaucoup eux-mêmes, vers quelles destinations, avec qui, ce que le

voyage leur apporte en général.

- Ont-ils fait des voyages, de jeunesse ou pas, par lesquels ils ont appris beaucoup ?

Aller plus loin

Prolongement écrit possible. Leur demander d’écrire une petite anecdote pour leur blog avec comme

titre « Les voyages forment la jeunesse ».

Leur demander d’écrire une petite anecdote pour leur blog avec comme titre « Les voyages forment
Leur demander d’écrire une petite anecdote pour leur blog avec comme titre « Les voyages forment

31

ÉVÉNEMENTS POPULAIRES (DP3)

Activité 1 p. 20 (Repérer)

Titre / Modalité

Anticipation sur des documents textuels et iconographiques

But de l’activité

Identifier rapidement les informations sur les événements populaires

Déroulé

1.

a. Demander aux apprenants de regarder la photo, de la décrire, et

d’émettre des hypothèses sur les circonstances de l’événement, le lieu, l’identité des personnes…

1.

b. Leur faire lire rapidement le texte b. pour chercher : le type d’événement

décrit, son déroulement… Puis leur demander quels sont les points communs entre les deux

événements.

Corrigé

1. a. Laisser les apprenants formuler des hypothèses librement.

1. b. Ce sont des événements populaires.

Ils se passent dans la rue. Ils sont gratuits. Ils ont lieu une fois par an.

6
6

Activité 2 p. 20 (Comprendre)

Titre / Modalité

Compréhension orale

But de l’activité

Compréhension détaillée du document.

Déroulé

Avant l’écoute : regarder la photo du dîner en blanc, et leur faire formuler des hypothèses sur les réponses aux questions a, b, c, d. Écoute : prévoir 2 ou 3 écoutes.

- Écouter et répondre aux questions a, b, c, d.

- Comparer les réponses avec celles que les apprenants avaient données.

Corrigé

a.

Une table - des chaises - une bouteille - un bon dîner - des vêtements