Jean-Sebastien Bach

Le virtuose, l’improvisateur, l’expert, le pédagogue
par Jean-Luc Hau

Classe d’Orgue associative de la Côte Basque

1

Introduction
Surnom Le Cantor de Leipzig 31 mars 1685 Eisenach Duché de Saxe-Eisenach Saint-Empire 28 juillet 1750 (à 65 ans) Leipzig Duché de Saxe Saint-Empire Compositeur, Thomaskantor
2

Naissance

Décès

Activité principale

Introduction

Carrière
Membre le plus éminent de la famille Bach — la famille de musiciens la plus prolifique de l'histoire

Carrière entièrement déroulée en Allemagne centrale.

3

4

5

Introduction

Son apprentissage
Première formation assurée par son père Johann Ambrosius Bach, puis par son frère aîné Johann Christoph Bach Autodidacte passionné de son art, copiant et étudiant sans relâche les œuvres de ses prédécesseurs et de ses contemporains, développant sa science de la composition et particulièrement du contrepoint jusqu'à un niveau inconnu avant lui et, depuis lors, jamais surpassé. Virtuose de plusieurs instruments, le violon et l'alto, mais surtout le clavecin et l'orgue.
6

Introduction

Son oeuvre
Synthèse des esthétiques musicales européennes La musique de Bach réalise l'équilibre parfait entre le contrepoint et l'harmonie avant que cette dernière prenne le pas à partir du milieu du XVIIIe siècle. Grand maître de la fugue, du prélude de choral, de la cantate religieuse et de la suite qu’il a portés au plus haut degré d’achèvement.

7

Introduction

Son oeuvre
La principale destination de ses œuvres a beaucoup dépendu des fonctions exercées : • pièces pour orgue à Mühlhausen ou Weimar, • instrumentales et orchestrales à Cöthen, reli gieuses à Leipzig notamment.

8

Introduction

Son oeuvre

A formé de nombreux élèves et transmis son savoir à plusieurs fils musiciens pour lesquels il a composé de nombreuses pièces à vocation didactique, ne laissant cependant aucun écrit ou traité. A consacré sa fin de vie à la composition, au rassemblement et à la mise au propre d’œuvres magistrales ou de cycles synthétisant et concrétisant son apport théorique, constituant une sorte de « testament musical ».
9

Introduction

Son oeuvre

Peu connu de son vivant au dehors de l'Allemagne, Passé de mode et plus ou moins oublié après sa disparition, son œuvre, comprenant plus de mille compositions, est considérée comme l'aboutissement et le couronnement de la tradition musicale du baroque
10

Ses origines
Johann Sebastian Bach est issu d'une famille de musiciens : Famille exerçant un monopole sur toute la musique pratiquée dans la région : ses membres étaient musiciens de ville, de cour, d'église, cantors, facteurs d'instruments, dominant la vie musicale de toutes les villes de la région, notamment Erfurt, Arnstadt etc.

11

Eisenach
Johann Sebastian Bach naît à Eisenach le 21 mars 1685, selon le calendrier julien alors en usage à Eisenach. Son enfance se passe à Eisenach, et il reçoit sa première éducation musicale de son père, violoniste de talent. Il est aussi initié à la musique religieuse et à l'orgue par un cousin de son père, Johann Christoph Bach qui est l'organiste de l'église Saint-Georges. Il fréquente, à partir de ses huit ans, l'école de latin des dominicains d'Eisenach.
12

Ohrdruf
Sa mère meurt le 3 mai 1694, alors qu'il vient d'avoir 9 ans. Le 27 novembre suivant, son père se remarie avec une veuve, Barbara Margaretha Bartholomäi née Keul, mais il meurt quelques semaines plus tard, le 20 février 1695. Orphelin dès dix ans, il est recueilli par son frère aîné, Johann Christoph, âgé de vingt-quatre ans, organiste à Ohrdruf et élève de Johann Pachelbel,

13

Lunebourg
Le 19 janvier 1700, Georg Erdmann quitte Ohrdruf pour le pensionnat Saint Michel de Lunebourg. Dès le 15 mars suivant, Johann Sebastian Bach le rejoint, parcourant à pied une distance de plus de 300 km : le désir de retrouver son ami et d'alléger la charge de son entretien par l'aîné, qui est marié et père de famille, le décident probablement à ce changement décisif.

14

Lunebourg
Il est admis, avec son ami, dans la manécanterie de la Michaelisschule qui accueille les jeunes garçons pauvres ayant une belle voix. Il fait la connaissance de Georg Böhm, musicien de la Johanniskirche et élève du grand organiste de Hambourg Johann Adam Reinken ; Böhm l'initie au style musical de l'Allemagne du nord. En 1701, il se rend à Hambourg et y rencontre Johann Adam Reinken et Vincent Lübeck, deux grands virtuoses titulaires des plus belles orgues de l'Allemagne du nord.
15

Arnstadt
En janvier 1703, fraîchement diplômé, Bach prend un poste de musicien de cour dans la chapelle du duc Jean-Ernest III de Saxe-Weimar à Weimar, grande ville de Thuringe. Il est invité à inspecter et inaugurer le nouvel orgue de l'église de Saint Boniface d'Arnstadt, au sud-ouest de Weimar. En août 1703, il accepte le poste d'organiste de cette église, C'est à cette époque que Bach achève d'élaborer son art du contrepoint et sa maîtrise des constructions monumentales.
16

Mühlhausen
De 1707 à 1708, il est organiste à Mühlhausen. Il y écrit sa première cantate, prélude à une œuvre liturgique monumentale à laquelle viendra se rajouter l'œuvre pour orgue. Il compose durant sa vie des cantates pour cinq années complètes de cycle liturgique, soit plus de trois cents. Plusieurs dizaines de ses compositions sont perdues, dont une grande partie date de cette période.
17

Weimar
De 1708 à 1717, il est organiste et premier violon soliste à la chapelle du duc de Saxe-Weimar Guillaume II. Il dispose de l'orgue, mais aussi de l'ensemble instrumental et vocal du duc. Cette période voit la création de la plupart de ses œuvres pour orgue, dont la plus connue, la célèbre Toccata et Fugue en ré mineur BWV 565. Il compose également de nombreuses cantates, et des pièces pour clavecin inspirées des grands maîtres italiens et français.
18

Cöthen

De 1717 à 1723, il est maître de chapelle (Kapellmeister) à la cour du prince Léopold d'Anhalt-Köthen, beau-frère du duc de Weimar. Le prince, calviniste, est un brillant musicien : il joue avec talent du clavecin, du violon et de la viole de gambe. Son Grand Tour de 1710 à 1713 le met en contact avec la musique profane italienne et le convainc de la nécessité de développer la musique profane allemande, d'autant que ses 19 convictions religieuses lui interdisent la musique d'église.

Leipzig
Il obtient le poste de Cantor de Leipzig, qui est pourtant d'un rang inférieur à celui de Kapellmeister qu'il occupait auprès du prince. C'est peu après sa nomination, alors qu'il est encore à Köthen, qu'il compose la Passion selon saint Jean destinée à l'église Saint Thomas de Leipzig.

20

Ses effets de style

21

La symbolique des nombres

B A C H = si b – la – do – si bécarre 14 = B (2) + A (1) + C (3) + H (8) 27 = JS (9 + 8) 29 = JSB (9 + 18 + 2) 41 = JS BACH (9 + 18 + 2 + 1 + 3 + 8) 70 = Joh Seb BACH (31 + 25 + 14) 144 = Johann Sebastien (58 + 86) 158 = Johann Sebastien BACH (58 + 86 + 14)
22

Le choral

23

Le choral harmonisé
• 1 accord par note de la mélodie • Notes de passage • Retards • Harmonisation verticale se dilue en style toccata • Formules rythmiques régulières • Arabesque décorative s’insère entre chaque période du choral harmonisé

Accord

Accom pagne ment
Arioso
• Ornementation systématique et expressive, caractère harmonique plutôt que contrapuntique de la présentation
24

Festonné
• Harmonisation d’accords entourée de gammes et arpèges de style toccata

Le choral contrapuntique
Citation continue

Cantique orné ou non exposé entièrement à l’une des voix (généralement le soprano), tandis que les autres développent un ou plusieurs thèmes différents Variante : L’accompagnement, au lieu de posséder ses thèmes propres, emprunte ses développements au cantique luimême.

Choral commenté Choral sur paraphrase d’intonation

Découpé en sections

Choral sur paraphrase de groupe

Choral sur paraphrase de section
Choral mixte à paraphrase et commentaire

25

Les grands recueils de chorals

Petit livre d’orgue 166 chorals Noël (Avent = 1, Nativité = 13, Nouvel An = 3, Purification = 2) Pâques (Passion = 7, Résurrection = 6, Pentecôte = 1) Vie chrétienne = 12
26

Les grands recueils de chorals

3ème partie des exercices de clavier, consistant en divers préludes sur les chants du catéchisme 6 partitas en 1731, Concerto italien et ouverture française en 1735, Messe luthérienne en 1739, variations Goldberg en 1742
27

Les grands recueils de chorals

Choral pour orgue à 2 claviers et pédalier Dont Wachet auf, Wo soll ich flichen hin, Wer nur den lieben Gott, Meine Seel erhebt den Herrn, Ach, bleib bei uns, Kommst du nun
28

Les grands recueils de chorals

La dénomination prête à confusion Ces 18 chorals, ouverts et clos par une invocation au SaintEsprit, constituent d’inépuisables méditations sur la condition du chrétien : la captivité à Babylone, la communion, le sacrifice de l’Agneau, l’espoir de l’Avent, la joie lumineuse de Noël, la Passion, la résignation devant la Mort. 29

Les grands recueils de chorals

Chorals des suppléments Recueil Kirnberger Supplément
30

Les pages liminaires, prélude, toccata, fantaisie
• 25 diptyques (préludes, fantaisies, toccatas et fugues) • 4 tryptiques (toccatas, adagio et fugue, fantaisie et fugue en la et 2 pièces sans fugues (fantaisie / concerto en sol et pièce en sol) • 2 pièces en 4 ou 5 parties : toccata en mi prélude et fugue en la
31

Le trio, les sonates
• L’écriture en trio • Les sonates • Les autres trio

32

Les concertos transcrits

33

L’après bach

34

Je vous remercie de votre attention

Jeanluc.hau@laposte.net

Classe d’Orgue associative de la Côte Basque

35

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful