P. 1
L'essentiel d'un marché Afrique de l'Est

L'essentiel d'un marché Afrique de l'Est

|Views: 363|Likes:
Publié parJo Wiart

More info:

Published by: Jo Wiart on Mar 02, 2013
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/20/2014

pdf

text

original

L’essentiel d’un marché

Communauté d’Afrique de l’est
Kenya, Tanzanie, Ouganda, Rwanda, Burundi

The BANK OF AFRICA Group has contributed to sustainabe development in Africa for nearly 30 years. Capacity to innovate, dynamism, international partners and financial solidity enable the Group to enjoy continuous growth from West to East.

L’essentiel d’un marché

Communauté d’Afrique de l’est
Ouvrage rédigé par par le Service économique régional de Nairobi, ainsi que les antennes de Dar es Salam et de Kampala Avec la participation de Edouard COUTURIER, David GRANJON et Gwendoline HAUTERIVE Sous la direction de Christian SAILLARD, Chef du Service économique régional pour l’Afrique de l’est et l’Océan Indien

Besoin de croissance ? Dopez vos équipes pour l’export

Le V.I.E, une vraie solution pour votre développement export
Pour identifier les opportunités qu’offrent les marchés étrangers et gagner de nouveaux clients, Ubifrance vous propose la formule V.i.e : • des jeunes professionnels pour prospecter, animer vos réseaux, accompagner vos contrats • des missions de 6 mois à 2 ans • un contrat public, souple et attractif financièrement avec le V.i.e, bénéficiez du soutien de l’État et de l’accompagnement d’Ubifrance.

Les V.I.E à l’export, il est urgent d’y penser !

www.ubifrance.fr

- Siret 451 930 051 - Crédits Photos : Jupiterimages

Volontariat International en Entreprise : L’Etat vous aide, UBIFRANCE vous accompagne

Photos de couverture : 1) Kenya, vue de Nairobi (© Edouard Couturier) ; 2) Tanzanie, aspect de Dar es Salaam (© Amélie Desgroppes) ; 3) Ouganda, un « boda boda » ou taxi moto (© Arnaud Delaeter)

Responsable de la collection : Bertrand Duhesme

Copyright © En téléchargeant un ouvrage sous forme PDF, vous vous engagez à respecter la législation sur les droits d’auteur. L’impression sur papier ou la copie du fichier est strictement réservée à votre usage personnel. Toute reproduction, représentation, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, faite sans le consentement exprès de l’Agence UBIFRANCE, est illicite et constitue un délit de contrefaçon sanctionné par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Clause de non-responsabilité Les Missions économiques ne peuvent en aucun cas être tenues responsables de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication qui vise à informer et non à délivrer des conseils personnalisés. Les coordonnées (noms des organismes, adresses, téléphones, télécopies et adresses électroniques) indiquées dans cet ouvrage ont été vérifiées avec le plus grand soin. Le Réseau « UBIFRANCE et les Missions économiques » ne saurait en aucun cas être responsable d’éventuels changements. ISBN : 978-2-279-41707-9

Lac Nasser
40° Halâib 50°
[ Frontière administrative ]

AFRIQUE CENTRALE ET ORIENTALE
Djeddah La Mecque At Tâif
Al Lîth

ÉGYPTE LIBYE
Ouâdi Halfâ [ Frontière politique ]

E.A.U.
L

ARABIE SAOUDITE
Î
K

Me

ALGÉRIE
Port-Soudan
d
i
Tôkar 3133 Dongola

T I B E S T I
A

NIL

I-n-Azaoua

10° Désert de Nubie

20°

H

Â

A L

20°

r

R É

20°
E
r

Assamakka

a

Emi Koussi 3415

s

m

É

É


BORKOU Abhâ
Nadjrân Sa'dah Hadjdjah Djîzân Khamîs Mouchaït

N

Arlit

MALI

d

Er

g

de

l Bi

s Djebel i Saouda

r

A R

' U B R O

R

T

r
Faya (Largeau)
NN
ED I
Ed Dâmer

OMAN
Salâlah
Saïoûn

g ou

h

Agadez

Monts Bagzane 2022

n G ra

E

Azao ua g

B

TÉGAMA

o

'Atbara 'A

e

ra tba

S
KHARTOUM
Khachm el Qirba

A
KhartoumNord Kassalâ
Massaoua Djebel an Îles Dahlak Nabî Chou'aïb 3666 Dhamâr Al Beïda 3013 Soyra Keren

H
SANAA ASMARA
Hodeïda Assab Ibb Ta'izz

E
D

L TCHAD
N il B
Abéché

Omdourmân

ÉRYTHRÉE

Tahoua

NIGER SOUDAN
Oued Medani Guedaref Gondar
Maytcheou Ras Dachan 4620 El Fâcher

KANEM

YÉMEN
H

Maradi

DAMERGOU Zinder

Gh az al

NIAMEY
A

M

G A A N Lac

c lan

hr el

Ba

Dosso

Sokoto
Ati

Diffa

(niveau moyen : 282 m)
El Gueneïna

Tchad
OU

Katsina

AD

D

El Obeïd Makalé Désert Danakil

F
Lac Tana Dessié Lac Abhé Diré Daoua
Djidjiga Asbe Teferi

A

N
Moka 2021 Moussa 'Ali

Tekeze

Aksoum Adigrat

A

D

R

A

M

U T A O
Al Moukallâ

Baie de Qamar

R
F
O

Gusau
Nyala

Kano
Ni
U

Aden

NI
M
B

GE
R

Zaria

BORNOU u Maiduguri
zoum rA ah

NDJAMENA
leu
Birao Assossa
I

d'A
e Golf
Boosaaso 2408

de

n
(YÉMEN)
Qâdoub

DJIBOUTI
DJIBOUTI

Socotra Cap Guardafui
Bargaal

Ko mad ug

R

BÉNIN
r Bahma t a Sal Sarh
B a h r el 'Ar ab
Malakâl Gambéla Goré

Kaduna

Maroua

Kôsti O ba ou 1459 D El Foûlah N ts R Ed Damazîn l B on O K Bahir Dar Debre Markos

Gombe
h r el Ba hazal G

Berbera

10°

Parakou

ABUJA
C
Doba
Bentio

Jos

Char i Bongor Lo

Hargeysa
Harar

Qardho

NIGERIA
m Ba
o
i n g ui
Ouâou

ha

a n a l de J I I I I I I I I I I

PORTONOVO Ibadan
Nil
m
Awassa

m

ER

NIG

a Mb Bafoussam

Lo m

Lagos Cotonou Benin City
ï

Nil Albe

ng h a

C

uba Djo

0° Mbandaka
Boende

2024

Sao Tomé
Lac Édouard Goma Lac Kivu
(1460 m) (912 m) Mbarara 4507

Ogooué Makokou

CONGO
Mt Ruwenzori Butembo 5109

Kisumu
Lac Victoria
(1134 m) Kisii

Owando

Port-Gentil

GABON
Butare Bukavu

Kericho

Nyeri

Mt Kenya Embu

Kismaayo

Lambaréné

Tana

Franceville

Île d'Annobón (GUINÉE ÉQUATORIALE)

903 Mossendjo

P la

Tchibanga

te a u

Lo m

ANGOLA

Mbanza-Ngungu

Kikwit
an
i

Tanga
Kongolo

Kwan

Nzeto Mwene-Ditu Lucapa

Uíge

TANZANIE
Sumbawanga Iringa Kamina

Morogoro

LUANDA
an
go
Cacolo Saurimo

Lac Mweru

C a ss a i K a s ai

hi

NAIROBI

Capitale d'État

10° S

Dondo

Malange

on

Ndalatando

go

(917 m)

Mbeya
C
Kasama 2164

Ru

fiji

Île Mafia Île Providence Îles Aldabra Lac Malawi
(474 m) Lindi Mtwara

O

ATLANTIQUE
Tshikapa Gandajika

Mbanza-Congo

Kalemie

Lac Tanganyika
(773 m)

Zanzibar

Dar es Salam

C

Cabinda

Boma

Matadi

Kananga Mbuji-Mayi

u Luk ga

Tabora

Île de Pemba

DODOMA

Korogwe

É

OCÉAN
Ilebo

Dolisie Nkayi

K as
ai

Pointe-Noire

KINSHASA

2670

Shinyanga

Mombasa
Kigoma
Singida

A

BRAZZAVILLE

x B a té k

é

RÉPUBLIQUE Inongo DÉMOCRATIQUE Lac Mai-Ndombe DU CONGO Kindu Kwa Bandudu

BURUNDI
BUJUMBURA

Kilimandjaro 5895 Arusha Moshi

Malindi

N

ni

Mouila

RWANDA
KIGALI

Musoma

NAIROBI
Mwanza

Thika Machakos

é

Djambala

Lamu

I

Entebbe Masaka

Eldoret Meru Nakuru 5199

Jamaame Garissa

Équateur

N

SAO TOMÉ-ET-PRINCIPE SAO TOMÉ
Kisangani
S

ia ctor

LIBREVILLE

1024

GO ON Basankusu
Nil V i i lik em KAMPALA

Kitale

Maralal

Merka Jinja
Baraawe

D

Luapula

Pointe-Noire Plus de 500 000 hab.

an

Lubumbashi
Luena

C

Harar

za

ANGOLA
Zam

Kolwezi
e bèz
Solwezi

Likasi

Lac Bangweulu

es

Huambo 10° Division géographique de la direction des Archives du ministère des Affaires étrangères © Décembre 2005

Oué m é
Akaki Assella

Ilorin
tt Ko

B

ue en
Debre Zeit Nazareth

Yola

Garoua én

Moundou

e

ADDIS-ABEBA Aouach

SOMALIE
O G A D E N
Garoowe Gaalkacyo Kebri Dehar Dhuusamarreeb

Banderbeyla

n go

B

oué

Ogbomosho Oshogbo Iwo
Bl
o n gle

Makurdi

Ado-Ekiti Owo

Monts Gotel 2418

ÉTHIOPIE
Goba Neguele

a amaou Ad Mont Ngaoui Ngaoundéré Bossangoa

1410

an
c
Arba Minch Bor [ Frontière administrative ] Kapoeta Kinyeti 3187

Enugu Onitsha

Bamenda

ére m Dj

Ou

Bouar

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE
Djimma o Om

Golfe du Aba B é n i n Port Harcourt
Bangassou

Calabar
i gu

Ouban
Mbomo u M b o mu

Bambari
Obo

Kibre Menguist

Nkongsamba Djouba
Uele
Buta Isiro Gulu Bumba

l ébé Ch

4100 Mont Cameroun

Douala
Gemena
rt
Lodwar

Bertoua

BANGUI

Ou éb i

Beledweyne Buulobarde

Hobyo

Berbérati

i

3008

ga na Sa

YAOUNDÉ
Lac Albert
(620 m) Bunia Soroti

Moyale

CAMEROUN
OUGANDA
Mbale

Lac Turkana
(375 m) Marsabit

Mandera Baydhabo

Ceeldheere Jowhar

G o l f e d e MALABO Île de Bioko G u i n é e GUINÉE ÉQUATORIALE

a

E
KENYA
Baardheere Wanlaweyn Afgooye Wajir Qoryooley

N
MUQDISHO
(MOGADISCIO)

Dj

Sa

Principe

Bata

Oyem

I

Río Mbini

Ouésso

Ng

ou

Île de Zanzibar

Îles Amirantes

go

SEYCHELLES

Cu

Îles Cosmoledo
m ha

10° S
b

Îles Farquhar
Songea

Cu

COMORES
Mzuzu Chingola Mufulira

MORONI

El Fâcher

Plus de 50 000 hab. Autre ville

0

500 km

Lobito Serra do Môco 2620 Benguela

Kuito

ZAMBIE
Kitwe
20° Luanshya

m Ruvu a a Mocimboa Ro v u m da Praia

Grande Comore Anjouan

Îles Glorieuses (FRANCE)

Cap d'Ambre Antsiranana

M A LA W

Échelle moyenne

Ndola

MOZAMBIQUE
Lichinga

Pemba

Mohéli

30°

40°

Mayotte (FRANCE)

Mamoudzou

MADAGASCAR
Ambilobe

I

Iharana

Imprimé par le M.A.E.

.

de 0%. à trois taux seulement. région qui attire moins nos entreprises que l’Afrique du nord.Préface Préface L’ouvrage que vous avez entre les mains est le fruit d’un travail collectif : il a en effet rassemblé autour d’un même objectif les cadres du Service Economique Régional de Nairobi. l’Ouganda. par les différents services douaniers de chaque pays. Il est évident que cette région d’Afrique de l’est est injustement méconnue en France. le Rwanda et le Burundi ont en effet créé une vraie union douanière de plus de 120 millions d’habitants. Qu’ils soient ici tous remerciés de leur participation. les agents de ses antennes de Dar Es Salam et de Kampala. un certain nombre d’hommes d’affaires français résidant dans les 5 pays de la région. qui s’inspire très largement de la construction européenne : la suppression des droits de douane aux frontières intérieures communes est devenue réalité cette année. Rien n’aurait pu être fait sans leur travail et leur engagement. faisant l’objet d’une 7 . ou EAC en anglais). Car les cinq pays de la CAE que sont le Kenya. de même qu’est déjà appliqué. c’est répondre à la question. l’Afrique de l’ouest ou l’Afrique du sud ? Constater ce manque de présence. et enfin trois stagiaires venus de France. réunir et mettre en forme les informations nécessaires à son élaboration. la Tanzanie. 10% et 25%. Pourquoi cet ouvrage collectif sur les cinq pays de la communauté d’Afrique de l’est (CAE. un tarif extérieur commun simple. et le devoir du Service Economique Régional de Nairobi est de la faire mieux connaître. alors qu’elle progresse à grands pas. qui ont passé un temps important à rechercher. Il est donc largement temps de s’y intéresser de plus près.

dès décembre 2007. la CAE est le seul ensemble constitué qui a été capable de parapher. le Burundi. dont 60 % de PME. mais qui n’a été rendu possible que parce que ces pays. que les deux pays francophones de la zone « Afrique de l’est et océan Indien » que sont Djibouti. Il est intéressant de constater. tandis que d’autres. au nord. Vous noterez d’ailleurs que cet ouvrage n’est pas constitué de la succession de 5 monographies décrivant toutes les caractéristiques économiques de chaque pays pris individuellement. L’objectif de la CAE. c’est de former un véritable marché commun dès l’an prochain. malgré leurs différences. comme toute construction complexe impliquant plusieurs nations. alors que leur population totale est de 8 . Nos grands groupes industriels et de service ne s’y sont d’ailleurs pas trompés.Préface déclaration en douane unique.). c’est la présence d’un tissu de PME françaises. et qu’elle vous amène à découvrir une région en progrès. et Madagascar. attirent. à ce propos. Ce qui manque toutefois à notre développement commercial sur la zone. 4042 exportateurs français. standards. Total. Bien sûr. dans le cadre d’une politique de convergence acceptée par tous. C’est ainsi que Lafarge. règles sanitaires et phytosanitaires…. France Telecom. y ont déjà largement investi. connait des progrès encourageants. en chiffres cumulés. ont un objectif commun. couvrant toute la région à partir du hub aérien que constitue l’aéroport international de Nairobi. aussi bien dans le domaine de l’investissement que dans celui de la prospection commerciale. les progrès sont irréguliers. qui sont déjà très présents sur la zone. Je souhaite donc que la lecture de cet ouvrage soit pour vous une source de découvertes. etc… y ont établi des bases commerciales régionales. comme Alcatel-Lucent. ainsi que. pour ne citer que les principaux.KLM. au sud. une union monétaire. le désir d’aller de l’avant est indéniable : en Afrique. dans l’ensemble. émaillés de marches arrière quand certains pays sentent leurs intérêts nationaux menacés. Air France. qu’elle vous incite à mettre l’Afrique de l’est dans vos programmes de prospection. et donc des caractéristiques économiques et légales qui se rapprochent. La réduction. le Kenya. plus tard. si elle est loin d’être achevée. certes. un Accord transitoire de Partenariat Economique (APE) avec l’Union européenne. Sanofi. mais qu’il s’agit au contraire d’un travail de synthèse. Mais. difficile parfois. puis la suppression des barrières non-tarifaires au commerce (normes. Michelin. de l’Etat le plus puissant. au plus faible.

Puisse ce livre favoriser une certaine prise de conscience de nos faiblesses. nos positions acquises dans l’Afrique de l’ouest et dans l’Afrique francophone en général.Préface 21 millions d’habitants. dont 45 % de PME. regroupant un PIB supérieur à 73 milliards de dollars . tandis que les 5 pays de la CEA n’intéressent que 1581 entreprises françaises (toujours en chiffres cumulés). pour un PIB d’un peu plus de 10 milliards de dollars. Christian SAILLARD Chef du Service Economique Régional pour l’Afrique de l’est et l’océan Indien Rédaction achevée en juillet 2009 9 . alors que leur population totale est de plus de 124 millions d’habitants . si possible. et aider à l’effort de prospection de tous. sans négliger de maintenir et de renforcer. Il serait donc souhaitable que. nous portions un intérêt croissant pour l’Afrique de l’est.

.

. . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . 38 Burundi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Intégration Economique Régionale La Communauté d’Afrique de l’est 19 21 . . . . . . . . . . . . 31 Territoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . 39 Ouganda . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .. . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . 29 Comparaison de la répartition de la population active et du PIB par secteur d’activité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Environnement géopolitique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Comprendre les pays de la CAE Repères essentiels des pays de la CAE Repères comparatifs 25 27 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Tanzanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . . . . . .. . . . . . . . .. . 27 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 . . . . . . . . . . . . 44 Burundi . . . . . . . . . . 47 Tanzanie . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . climat et ressources Population et société Chronologie historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Chiffres clés . . . . . . . . 35 .. . . . . . . . . . . . . . 41 Principales données culturelles . . . . . . . . . . 46 Rwanda .. .. . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 11 . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . 45 Ouganda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . 44 Kenya . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Kenya . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .. . . . .. . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Rwanda . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . 30 Classements internationaux sur l’environnement et la perception des affaires .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Sommaire Préface . . . . . .. . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .. .

151 Kenya . . . . . .. . . . . . . . . .. . . tourisme. 151 Burundi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . 143 Implantations et investissements français .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Les orientations prises par les autorités monétaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . produits et services . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . excédent et déficit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . 65 Agriculture . . . . . . 51 Principaux indicateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Les points clés . 137 La présence chinoise dans les pays de la CAE . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Politique budgétaire : quels axes prioritaires de la dépense publique ? . . . . . . . . . . Balance et structure des échanges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. 50 Données risque pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 Environnement des affaires : témoignages des Conseillers du Commerce Extérieur de la France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Situation et perspectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . santé) . . . . . .Sommaire Données et tendances de l’économie des pays de la CAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Télécommunications . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . .. . . .. . . . . . . 62 Infrastructures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . 147 Vendre aux pays de la CAE 149 L’accès aux différents marchés . . . . . . . . . 139 La place de la France . . . . . .. . . . . . . . . . . 75 Transport . . . . . . . . . . . . .. . 93 Industrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 57 La politique économique et monétaire au sein de la CAE . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . 65 Energie . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Principaux partenaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 132 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143 Solde. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 Relations avec les institutions financières internationales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . 106 Services (finances. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Echanges et investissements Le commerce extérieur global . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Les investissements étrangers . 154 12 . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Rwanda . . . . . . . . 169 Les différents modes de distribution . .. . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . . 13 . . . . . . . . . . . . . . . La radio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tanzanie . 184 Canaux promotionnels . . . . . . . . . . . . . .. . Kenya . . . . . . . . . . . . . 174 Les principales divergences . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . La télévision . . . 173 De la bonne pratique des relations d’affaires et pratiques commerciales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . 168 La circulation des capitaux . . . . . . . . .. . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174 Des points communs . . . . . . . . . . . . 165 Les zones franches . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . Ouganda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176 Moyens de paiement . . . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . ... . . . . .. .. . . . . . . . .. . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 189 190 195 . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . ... . . . . .. . . . . L’affichage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . 197 197 197 199 202 202 205 Plans stratégiques et privatisation Burundi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. 165 Les échanges de marchandises . . . . . . . . . . . . .Sommaire Ouganda . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Circuits d’importation et de distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . .. .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . 187 187 187 188 188 188 Modes et tendances de consommation Structure de la population Niveau de vie. . . . . . . . . . . . . . . . . . Créneaux porteurs . . . . . . . . . . . . . . . La presse . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . 169 Caractéristiques de la distribution dans les pays de la CAE . . . . . . . . . . . . . . . 160 Tanzanie . . . . . . .. . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169 Principales évolutions constatées . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . Rwanda . 163 Règlementation des échanges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . pouvoir d’achat et habitudes Protection du consommateur . . . . . . . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Internet . . . . . . . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . 207 L’élevage . . . . . . . . . . Ouganda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236 Burundi . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . 236 236 239 240 240 L’implantation : première approche juridique et fiscale La législation de l’investissement étranger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242 242 242 244 245 249 251 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ouganda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 L’industrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les principales formes d’implantation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260 Définition des notions de résidence et d’établissement stable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Kenya . . . . . 222 L’énergie (électricité et hydrocarbures) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Kenya . . . . . . Formes d’implantation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251 La création et la liquidation d’une entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les interlocuteurs des investisseurs : la création d’un guichet unique . . . . . . . 217 217 218 220 221 221 Les infrastructures . . . . . . . . . . . 213 La pêche . . . 206 L’agriculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Sommaire Le secteur primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261 14 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Burundi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le cadre général des IDE dans la CAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tanzanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222 Les infrastructures de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257 Fiscalité . . . Rwanda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234 Tourisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rwanda . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231 Secteur financier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tanzanie . . . . . . . . 227 Les télécommunications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Politique des gouvernements . . . . . . . . . . . . . . 254 Législation du travail . . . . . 255 Travailleur étranger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Résolution des litiges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260 L’impôt sur les sociétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. .. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . Télécommunications . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . ... . . . . . . ... .. . . . . . . . . . . . . . . .. .. . . 301 301 Les sociétés de service transrégionales Transporteurs et transitaires . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . des magasins et des banques . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . ... . .. . . . .. .. . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . .. . . . . . .. . ... . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . 262 L’impôt sur les personnes physiques . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . .. .. . . Travailler . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . .... . . Horaire d’ouverture des administrations. . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .. .. . . . .. . . . . .. . . .. . . . Tanzanie . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . .. . . . Langues officielles et commerciales . . .. . . . . . . .. . . ... .. . . . . Décalage horaire .. . .. .. .. . . . . . . .. . . .. . Hôtels : les chaînes régionales . . . . . . . . .. . .. . . . . . . . . .. . . . . .. . . . . .. .. . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . .. . . Les spécificités selon les pays . . . .. . . .. . . Monnaie. . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le financement par une société de capital-risque . .. . . . . . . . . . . Couverture des risques . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263 Financement de l’implantation et financement de projets . . . . . .. . Kenya . . . . change .. Points communs . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . 263 Incitations fiscales . . . .. Le financement par emprunts . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . ... . ... . . . . . . Le marché de l’immobilier . . . . . . . .. . . . . .. . . . . . 301 Société de courrier rapide . . . . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . ... . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . 301 15 .. . . . . . . Burundi . . . Rwanda . . . .. . . . . . . . . 271 Formalités et risques sanitaires : sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Déplacement vers et dans la zone . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . Les aides à l’investissement . . . .. . .. . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vivre et travailler dans les pays de la CAE Vivre 269 271 271 273 273 273 276 277 281 281 285 285 285 288 293 296 298 . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. .. . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . .. . . . . Ouganda . . 264 264 265 265 267 268 Les conventions avec la France . . .. . . . . . . . . . . . . . . . ... . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Sommaire Impôt indirect : la TVA . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 308 308 308 311 311 311 312 312 313 313 314 Services de l’Ambassade de France Autres représentations françaises Organisations internationales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 301 Transporteurs . .. . Burundi . . . . . . . . . . . . 301 Société de courrier rapide . . . . . . . . . 315 316 . . . . . . . . . . . . Banque Africaine de Développement . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Kenya . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Sommaire Les sociétés nationales . . . . . . . . . . . . .. . . . . 322 À vocation nationale . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 306 Contacts utiles sur place . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Agences chargées de la promotion des investissements . . . . . .. . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FAO . . . . . . . . . 319 Au niveau de la CAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tanzanie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . 325 À vocation nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . FMI . . . . . 316 À vocation nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 327 Ministères et administrations . . . . . . . . 314 Agences chargées de l’enregistrement des sociétés Banques locales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . À vocation régionale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325 À vocation régionale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . délégation de la commission européenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Union Européenne. . . . . . . . . .. . . . 322 À vocation régionale . . . . . . . . . . Programme des Nations Unies pour le Développement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .. . . . . 305 Services des douanes . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323 Cabinets de conseils . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328 328 329 331 333 333 16 . . . . Ouganda . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Rwanda . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . 318 Chambres de commerce et organismes professionnels . 319 Cabinets d’avocats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Banque mondiale . . Communauté de l’Afrique de l’est (CAE) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .

. . . . . .. . . . . . . . .. . . . 335 Kenya . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . .. . .. . .. . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . . .. . .Sommaire Agences Immobilères . . . . . . . .. .. . . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . .. 338 À vocation régionale .. . . . . . . . . . . . .. .. . . . .. . . . . . . . . . . . 335 Tanzanie . . . . 336 À vocation nationale .. . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . .. . .. . . . . . . . . .. . . . . . .. . . . . . . . 337 Principaux organes de presse . . . . . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . 341 Pour approfondir 343 Bibliographie ... . . . .. . . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336 À vocation régionale . . . . . . . . . . . . . 348 17 .. . . . .. . . . . .. . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . ... . . .. . . . . .. .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. 338 À vocation nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .. . .. .. . . .. . ... . . . . . . . . . . . . . . . . . .. ... . . . . .. . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 335 À vocation régionale . .. . . . . . . . . . . . . . 336 Agences de publicité . .. .. .. .. .. . . . . . . . .. . . . . . . .. . . . . .. . . . . . . . .. . . . . .. .. . . . . .. 339 Contacts utiles en France . .. . .. . .. .. .. .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . .. . .. . . . .. .. . . . . . . . . . . .. . .. . .. . . . . . . . . . . 341 Organismes mixtes . .. . . . . . . . 341 Organismes français . . . . . . . .. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345 Sites utiles .. . .. . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .

.

Intégration Economique Régionale .

.

divergences politiques et économiques de fond. les Etats de Tanzanie. du Kenya et de l’Ouganda. principale puissance commerçante de la région. le Kenya. Le but de celle-ci était de fonctionner comme une union douanière à part entière. alors que le désarmement tarifaire progressif de l’Ouganda et de la Tanzanie vis-à-vis du Kenya devrait s’achever au premier janvier 2010. l’adhésion du Rwanda et du Burundi étant effective depuis le 1er juillet 2007. les progrès ont aussi été rapides puisque la loi douanière commune a 21 . Le bilan de cette intégration pour le commerce intra régional s’avère positif. Ces pourparlers ont duré jusqu’en 1999 et ont abouti à la ratification en 2004 du traité instaurant l’Union Douanière de la CAE entre les 3 pays fondateurs (Kenya. Après l’effondrement de 1977 et la guerre de 1979 entre l’Ouganda et la Tanzanie. C’est ainsi que l’objectif d’un droit de douane zéro vis-à-vis des autres membres de la CAE a été atteint dès 2005 par le Kenya. des négociations ont repris dès 1984 en vue de rétablir les liens régionaux. Cette communauté fut cependant dissoute dès 1972 en raison de différends politiques (mal gouvernance. nouvellement indépendants.Intégration Economique Régionale La Communauté d’Afrique de l’est En 1967. manque de vision politique des dirigeants) et techniques (absence de mécanismes compensatoires) entre les États membres. acceptant que Tanzanie et Ouganda bénéficient d’un désarmement tarifaire déséquilibré dans le temps en leur faveur. Dans le domaine du commerce extérieur à la CAE. ont décidé de créer la Communauté de l’Afrique de l’est (CAE). Le commerce entre les pays signataires a été entièrement libéralisé. Ouganda et Tanzanie).

Dans le même temps. les biens intermédiaires et les produits finis) ainsi qu’un même régime d’exemptions. tandis que les quotas étaient interdits entre partenaires. La résolution de ces questions est toutefois bien engagée. des documents douaniers et des certificats d’origine communs ont été mis en place. dans ce qu’elles ont de plus sensible. politiques économico-commerciales non harmonisées…). normes et standards différents. Ensuite. l’achèvement de l’union douanière ainsi que la création du marché commun. les libertés de travail et d’établissement. garantissant une certaine stabilité politico-économique de la région. la mise en place de ce marché commun implique de trouver des accords sur des points plus délicats que les droits de douane et les barrières au commerce. le problème complexe de la suppression des barrières non-tarifaires (contrôles sanitaires. entre autres. qui se sont fixé un objectif plus ambitieux encore : créer un marché commun de la CAE dès janvier 2010. Cependant. à l’image des intentions affichées par les chefs d’Etat de la Communauté. infrastructures de transports défaillantes. le libre accès à la propriété des terres restent des problèmes épineux.Intégration Economique Régionale été ratifiée dès 2004. une hausse substantielle des rentrées fiscales dans les budgets des Etats et enfin. des droits extérieurs communs simples (à trois taux. entre une Tanzanie grande et peu peuplée (et qui ne souhaite plus être une nouvelle fois « le camp de réfugiés de la région ») et des pays surpeuplés. des points qui touchent très souvent aux questions de souveraineté des Etats. et une union monétaire à partir de 2012. tandis qu’un mécanisme de suivi a été créé par le Conseil de la CAE. un système d’évaluation en douane commun. 10% et 25% respectivement pour les matières premières. Il en a résulté une hausse du commerce transfrontalier de 42% entre 2004 et 2007. une convergence économique de ces derniers. constitue un danger pour le développement des échanges intra régionaux. supervisée par le Secrétariat Général de la CAE. corruption. encore à l’état embryonnaire. et qu’elle comprend. avec l’aide des bailleurs internationaux. fait face à trois défis majeurs : d’abord. La libre circulation des personnes. 0%. 22 .

enfin entre des pays aux niveaux de développement très différents. cette épée de Damoclès ne peut que retarder le processus d’intégration de la CAE. du respect des normes et des standards. l’appartenance des Etats membres à différents espaces économiques régionaux freine l’avancée de la CAE vers un marché commun. des contrôles routiers. Et il est vrai que les administrations qui seront chargées du contrôle des mouvements aux frontières.Intégration Economique Régionale comme le Rwanda et le Burundi . par exemple. Comme. et les autres pays de la CAE . les options techniques retenues par les uns et les autres pour arriver à la libre circulation des personnes sont contradictoires : faut-il. a menacé à maintes reprises de quitter la table des négociations de la CAE pour rejoindre celle de la SADC. à l’exception de la Tanzanie. avec le Comesa représentent 20% de son commerce extérieur ce qui n’altère pas sa place de leader dans les négociations de l’intégration de la CAE et dans la signature d’un accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE). Les relations commerciales du Kenya. Si la Tanzanie semble avoir (définitivement ?) choisi son camp. avec un PNB de 950 USD par habitant. créer un « passeport de la CAE ». de l’établissement dans les pays partenaires. leur attachement à l’intégration complète de la CAE peut en être affecté. au PNB par habitant de 121 USD et un Kenya qui. 23 . où peut-on simplement se contenter. puis une union monétaire et enfin. où la population jouit d’un bon niveau d’instruction anglophone (93% des enfants sont scolarisés). par exemple entre un Burundi. tous les Etats de la CAE sont membres du Comesa. rattachée à la SADC. est entré dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire… De plus. des cartes d’identité nationales ? Derrière toutes ces hésitations se situe un problème fondamental : celui de la défiance de chacun de ces pays envers les capacités de « gouvernance » des autorités des pays partenaires. comme ce fut le cas en Europe. n’ont pas la réputation d’être totalement incorruptibles… Enfin. La Tanzanie. comme c’est prévu par le Traité. PMA parmi les plus pauvres du monde. politique. mais peine à trouver du travail. entre le Kenya. en revanche.

la CAE affiche une réelle volonté de former un espace intégré qui d’ores et déjà souhaite se montrer comme tel au sein des négociations OMC. La CAE est le seul espace régional du continent africain à avoir paraphé des accords de partenariat économique (fussent-ils intérimaires) avec l’UE dès 2008. L’Europe n’a-t-elle pas mis 36 ans entre le traité de la CECA et la mise en place de son Marché Commun ? Quoiqu’il en soit. Cela demandera des délais plus « réalistes ». les avancées de l’intégration politico-économique de la CAE s’avèrent prometteuses mais non sans embûches. La Communauté d’Afrique de l’est achèvera très probablement son intégration monétaire et politique. mais sans doute pas dans les délais (serrés) affichés par les chefs d’Etats.Intégration Economique Régionale En conséquence. et demeure sur la bonne voie pour les finaliser. 24 . car ce processus touche 120 millions de personnes dont l’attachement à « leur terre » dépasse le calcul des hypothétiques avantages économico-financiers d’une intégration régionale.

Comprendre les pays de la CAE .

.

Sa croissance est plutôt importante puisqu’elle atteint environ 3%.6% 3.9% 27 830 280 1.5% Total 124 3% 1 822 910 176 72.25 488 6.2 140 4.4% Source : FMI.63 519 7.1 30.4 2.Comprendre les pays de la CAE Repères essentiels des pays de la CAE Chiffres clés Les principaux chiffres clés des pays de la CAE (2008) Population (en millions) Croissance de la population Superficie (km²) Densité (hab/km²) PIB (en milliards d’USD) PIB par habitants (en USD) Croissance du PIB Burundi 7.42 891 4.4% 945 090 43 20. La population totale de la CAE dépasse les 120 millions d’habitants répartis sur un espace d’environ 1. 27 . s’élevant à environ 488 USD.7 2. BM La CAE est une zone de forte densité démographique.9 9.8 million de km2.4% 2.8 3.5% Kenya Ouganda Rwanda 35. très concentrée : plus de 60% des habitants vivent dans un rayon de 300 km autour du lac Victoria.4% 26 340 368 4 420 8.5% Tanzanie 40.8% 582 650 60 31.1% 241 000 128 15 469 7. Les pays d’Afrique Orientale sont parmi les Etats les plus pauvres du monde comme le montre la faiblesse du PIB moyen par habitant. l’Ouganda et le Burundi enregistrant la plus forte progression démographique.

La Tanzanie. USA 28 . avec moins d’un tiers de la population. de 1 à 26. représente plus de la moitié de la superficie de cet ensemble. alors que la différence de densité est de 1 à 9.Comprendre les pays de la CAE Fort différentiel entre les pays en termes de richesse et de population La différence entre les PIB des différents pays est très forte. Densité démographique de la CAE Source : FAO-Aquastat 2005 Projection : Lambert Azimuth Source : Landscan 2002 global data base Oak Ridge National Laboratory Tenesse.

mais selon toute vraisemblance il doit en moyenne osciller aux alentours de 40%. 29 .Comprendre les pays de la CAE Repères comparatifs Population active des pays de la CAE 25 20 15 10 5 0 Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie (2006) Source : DGTPE Population active (millions) Population active (millions) Chaque année. 640 000 jeunes environ entrent sur le marché du travail au Kenya. Il n’existe pas de statistique sur le taux de chômage. Les experts estiment que seul un taux de croissance supérieur à 7% peut permettre une absorption de ces demandeurs d’emploi.

70% 38.20% 40% 50.40% 29% 27% Tanzanie Burundi Ouganda Rwanda Source : FMI.30% 20% 16.80% 23.70% 34.80% Kenya 24.10% 59.50% 46. Banque mondiale 30 .80% 21.60% 22.Comprendre les pays de la CAE Comparaison de la répartition de la population active et du PIB par secteur d’activité Répartition de la population active et du PIB par secteur d’activité dans les pays de la CAE (2008) Répartition de la population active Répartition de la population active Secteur agricole Secteur industriel Secteur des services 32% 53% 19% 19% 49% 28% Burundi Kenya 18% 32% 50% 41% 39% 22% 17% 37% 44% Ouganda Rwanda Tanzanie (2006) Répartition sectorielle Secteur primaire Secteur secondaire Secteur tertiaire Répartition sectorielle 45.

le Kenya reste le 5ème pays africain le plus propice aux affaires. ce secteur restant la principale source d’emplois. Les pays situés en tête de classement ont l’environnement le plus favorable aux affaires. suivi par l’Ouganda (10ème). la filière industrielle est. la Tanzanie (127ème). le secteur le moins important. Déjà au Kenya.Comprendre les pays de la CAE Progressivement le secteur des services devient l’élément moteur des économies de la zone. Néanmoins. la Tanzanie et le Burundi restent des économies agricoles. Les pays de la CAE sont plutôt situés dans la moyenne africaine. la « Fondation Mo Ibrahim » et Transparency International. devant l’Ouganda (111ème). il constitue le principal employeur. le Burundi (177ème place) fermant la marche. Le classement présenté couvre la période d’avril 2007 à juin 2008. Classements internationaux sur l’environnement et la perception des affaires Trois classements ont été utilisés pour quantifier et qualifier la perception de cet environnement : Doing Business (réalisé par la Banque mondiale). 31 . Dans l’ensemble des pays de la zone. indiquant un environnement des affaires assez peu favorable sauf pour le Kenya qui est situé à la 82ème place mondiale. le Rwanda (139ème). Environnement des affaires Classement « Doing Business » sur l’environnement des affaires Burundi Rang sur 181 pays Rang en Afrique (sur 46 pays) 177 42 Kenya 82 5 Ouganda 111 10 Rwanda 139 17 Tanzanie 127 14 Source : Doing business Les économies sont classées selon la perception des acteurs économiques de la facilité à effectuer des opérations commerciales. Si on rapporte ce classement au niveau africain. Ouganda et Rwanda. n’employant qu’entre 17 et 22% de la population active pour un apport au PIB allant de 17% à 25%. et de loin.

4 83.Comprendre les pays de la CAE Gouvernance L’index de la Fondation Mo Ibrahim classe 48 pays d’Afrique subsaharienne selon la qualité de leur gouvernance (par ordre croissant de la meilleure à la plus mauvaise) et se fonde sur la perception que les citoyens de ces pays ont de cette gouvernance.8 46 59.4 Pays Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Développement d’une Développement humain économie durable Classement Score Classement Score sur 48 pays sur 100 sur 48 pays sur 100 36 8 19 29 14 35.4 38 6 13 36 17 43.3 Application de la loi. l’Ouganda.1 58.4 Score Classement moyen moyen sur sur 100 48 pays 50 59.4 63.4 43.3 59 61.3 75.6 35 17 19 18 15 Source : Mo Ibrahim Foundation Il semblerait que les pays de la CAE aient nettement amélioré leur gouvernance puisque selon le classement de cette fondation.3 61 69. ils ont fortement progressé en 2008 : le Kenya. le Rwanda et la Tanzanie figurent dans les 20 pays les mieux classés de l’index. transparence et corruption Classement sur 48 pays 29 19 20 33 12 Score sur 100 48.5 65.1 98.5 57. tous les pays de la CAE.6 56.7 43.6 Participation et droits de l’Homme Classement sur 48 pays 28 25 27 21 24 Score sur 100 60. Classement des mesures de la gouvernance (2008) Sécurité et protection Classement sur 48 pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie 41 40 31 4 18 Score sur 100 62 63.9 48.3 56 55. hormis le Kenya.2 37.3 64.6 42. ayant par 32 .

Parmi les meilleures progressions des pays indexés dans ce classement.7 points et de 4. le Kenya est le seul pays dont la progression est remise en cause puisque le pays chute de 2 places dans le classement. avec une baisse sensible dans les domaines de l’application des lois. transparence et corruption » .7 points respectivement dans les catégories « Participation et Droits de l’Homme » et « Sécurité et protection ». « Participation et Droits de l’Homme » dont le score augmente de 2. d’autres questions n’enregistrent pas de progrès notables.Comprendre les pays de la CAE ailleurs amélioré leur score. La Tanzanie s’est améliorée dans trois catégories (« Application de la loi ». de la transparence et de la corruption et surtout de la participation et des droits de l’Homme. Chaque pays obtient une note comprise entre 0 et 10 (plus la note est élevée. le Kenya connaît une faible augmentation dans les autres catégories. Néanmoins. plus le degré de corruption est faible) et les Etats sont classés selon un ordre croissant. cette dernière étant plus facilement dénoncée quand les journalistes ne risquent pas d’être inquiétés… 33 . le Burundi arrive en deuxième position. comme les droits de la femme.8 points . L’Ouganda a également connu une forte évolution et ceci dans les cinq catégories. En outre. entre autres. « Développement humain ») mais chute dans la catégorie « Développement d’une économie durable ». du pays le moins corrompu au pays le plus touché par la corruption. A noter toutefois qu’il y a un lien évident entre l’existence d’une presse totalement libre et le degré de corruption. Enfin. notamment un gain de 14. Le Rwanda s’est amélioré dans toutes les catégories sauf dans le domaine « Développement d’une économie durable » où le pays a perdu quelques points. Corruption L’indice de perception de la corruption (IPC) apprécie l’image qu’ont les populations locales du niveau de corruption qui touche les administrations publiques et la classe politique. en raison des événements sanglants qui suivirent l’élection présidentielle de décembre 2007. La catégorie « Participation et Droits de l’homme » est celle qui a connu la meilleure progression.

La corruption est. au cœur de la région des Grands Lacs.9 Intervalle de confiance 2. situé sur la ligne de séparation des eaux du Congo et du Nil. climat et ressources Principales caractéristiques géographiques des pays de la CAE Pays Burundi Superficie (km²) 27 830 Données géographiques Pays de hauts plateaux d’Afrique centrale. platine… 34 . Territoire. L’indice du Burundi s’est particulièrement dégradé.2-3 1.Comprendre les pays de la CAE Classement des pays de la CAE selon l’Indice de perception de la corruption (2008) Pays Rwanda Tanzanie Ouganda Kenya Burundi Classement (sur 190 pays) 102 102 126 147 158 Classement parmi 47 pays d’Afrique subsaharienne 16 16 25 32 35 Indice de Perception de la Corruption (sur 10) 3 3 2. ce qui indique qu’elle est perçue comme endémique et omniprésente. en ce sens. révélant l’échec du gouvernement qui promettait une lutte acharnée contre ce fléau.3 2.9-2.5-3. l’une des causes qui expliquent l’absence de progrès dans ce domaine. Les notes de perception de la corruption des pays de la CAE sont toutes inférieurs ou égales à 3. Les détournements de fonds. uranium.4 1.6 2. cobalt.7-3.8-2 Source : Transparency International La corruption est un frein important aux investissements étrangers. Climat Climat tropical Ressources Nickel. la mauvaise gestion des financements rendent plus difficile l’atteinte des objectifs fixés pour le développement des économies et la lutte contre la pauvreté.2 2.1 1. Le Kenya est le 43ème pays le plus corrompu au monde.

4% 51. semiaride au nord-est.77‰ 56. pluvieux avec deux calcaire. méthane Rwanda 26 340 Pays très vallonné. tandis que les plaines côtières de l’Est sont bordées par l’océan Indien Or (3ème producteur d’Afrique). dans laquelle se trouvent les grands lacs.5% 76.6% (2002) 60. juin-août). statistiques mondiales.4% (2006) 4. diamants. charbon.30‰ 12. surnommé le « Pays des Mille Collines » Tanzanie 945 090 Dans la continuité du Kenya. cobalt.3% 42. faibles pluies en octobre et novembre Pas de ressources minières importantes (à l’exception du calcaire) ni d’hydrocarbures.45 ans 12. Humide sur la côte de l’océan Indien. puis de novembre à janvier). Désertique ou semi désertique au nord.8 ans 51. saphir). tropical autour du lac Victoria. Type équatorial tempéré par l’altitude.Comprendre les pays de la CAE Kenya 582 650 Traversé à l’ouest par la vallée du Rift.5% (2006) 3. chaux.4 4. rubis. minerais industriels (gypse.7 6. ressources énergétiques (gaz. étain.5% 5% (2003) 4. Le centre du pays est composé de hauts plateaux.2% 86.9% 50% 41.99‰ 83. avec deux saisons des pluies (de février à avril.1 ans 52.46‰ 12. pierres précieuses (tanzanite. charges carbonatées).42‰ 70. tempéré sur les hauts plateaux.92‰ 46.8% (2007) 5. fer.4% 2.9% 2. Principale saison des pluies en avril-mai Or.9% Espérance de vie à la naissance Part de la population âgée de . tungstène. généralement Cuivre.8% 2.62 Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie 3.46‰ Source : PNUD. Tropical.34 ans 49.01‰ 65. uranium). EAC Facts and Figures Mortalité infantile Pays 35 .6% 3.9% 81. mais potentiel géothermique et éolien Ouganda 241 000 Relief composé de plateaux et montagnes.9% 43. pétrole.7 5.71 ans 54. la vallée du Rift compose l’ouest du pays.91‰ 10. le centre est constitué de hauts plateaux ponctués de volcans. Source : DGTPE Population et société Données démographiques des pays de la CAE (2006-2007) Part de la population de 60 ans et plus Part de la population rurale nc 82. chaud et sec sur le plateau central. Deux saisons des pluies: pluies abondantes en avril et mai .31 4. saisons sèches (décembrefévrier.32‰ 14.de 15 ans Croissance démographique Taux de mortalité Indice de fécondité 6. tempéré en montagne (Kilimandjaro 5895m). émeraudes. chaud et humide sur la côte.

36 .5 Kenya 31.95 29.9 30.43 Source : Banque mondiale La population de l’ensemble des pays de la CAE a fortement progressé entre 2000 et 2007. et à 5% seulement par les plus de 60 ans. elle a connu une augmentation moyenne de 22%. La très grande majorité de la population de la CAE (plus de 77%) vit en milieu rural.93 Rwanda 8.46 9. à part au Rwanda. Le Burundi est le pays qui a connu la plus forte croissance démographique. Le nombre d’enfants par femme est plutôt élevé mais le taux de mortalité infantile est encore l’un des plus forts au monde.74 Tanzanie 33. L’espérance de vie. En 7 ans.23 9.67 7.25 35. franchit légèrement le seuil des 50 ans. passant de 105 millions à 127 millions.48 39. Evolution de la population des pays de la CAE (en millions d’habitants) 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 2000 2005 2006 2007 Burundi 6.69 28.86 8.17 8.6 36.18 9.46 40. composée à plus de 41% par les moins de 15 ans.55 37.85 38.53 Ouganda 24.Comprendre les pays de la CAE Les pays de la CAE ont une population très jeune.

qui compte 42 pour cent de la population active et 80 pour cent du secteur agricole. Cependant. le rapport qualité de l’éducation/emploi. Indice de Gini des pays de la CAE Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie 1 Indice de GINI 0. demeure un des moins performants à l’échelle mondiale.Comprendre les pays de la CAE Principales données sociales des pays de la CAE 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Taux d'alphabétisation (de + de 15 ans) Taux de scolarisation dans le secondaire Part de population vivant avec moins de 2 $/jour Taux d'urbanisation ya a an da un d an d Bu r Ke n Ta nz O ug R w an i Source : PNUD.346 e i Classement du pays 52 46 40 36 87 Source : the World Factbook Malgré des dépenses budgétaires consacrées à l’éducation parmi les plus élevées d’Afrique sub-saharienne. D’une manière surprenante. Ce différentiel paradoxal réside probablement dans la faiblesse structurelle du marché de l’emploi.468 0. La Tanzanie possède le taux d’urbanisation le plus élevé (supérieur à 20%). largement tributaire de l’économie informelle. ce pays reste le plus pauvre avec plus de 90% de sa population au dessus du seuil de 2 USD de revenu par jour. l’enseignement du primaire étant obligatoire et en principe gratuit. 37 .424 0. le Burundi affiche le taux de scolarisation dans le secondaire le plus élevé.457 0. statistiques mondiales Le Kenya affiche en moyenne les meilleurs résultats avec notamment un taux d’alphabétisation de la population1 de plus de 15 ans supérieur à 80%.47 0. en termes de débouchés.

13 EUR en zone urbaine) et qu’un cinquième de la population (7 millions d’individus) vit en dessous de ce seuil. il aurait encore augmenté (0. tirés vers le bas par les indices de santé/ longévité. Le Président actuel. De 0. ce qui crée. d’éducation ou de niveau de vie général. signe d’un élargissement du fossé inégalitaire (0. La médiane indique qu’un Kenyan sur deux vit tout juste au niveau du seuil de pauvreté (15. Pierre Nkurunziza.452) 152 (0.Comprendre les pays de la CAE Les différences de revenus entre les classes sociales sont très marquées.45 en 2005/2006. à l’exemple du Kenya.413) 144 (0.521) 156 (0. entre autres.467) Source : PNUD. un ancien chef 38 .6 EUR mensuels en milieu rural et 29.47). statistiques mondiales Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Les pays membres de la CAE figurent parmi les moins bien classés en termes d’IDH. Chronologie historique Burundi Indépendant depuis le 1er juillet 1962. les conditions d’une forte insécurité dont le coût se répercute d’ailleurs sur la compétitivité kenyane. L’accord d’Arusha d’août 2000 a amorcé un processus de paix qui s’est soldé par l’installation d’un gouvernement démocratiquement élu en août 2005.6 au Brésil). le Burundi est une démocratie multipartite à régime présidentiel où le Président occupe à la fois les fonctions de chef d’État et du gouvernement.505) 161 (0. Le coefficient de Gini kenyan révèle la forte disparité des revenus entre les classes les plus aisées et les plus modestes. Le Burundi émerge de plus d’une décennie de guerre civile. Indices de développement humain (IDH) des pays de la CAE (2008) Classement selon l’indice de développement humain (sur 177 pays) 172 (0.

Toutefois. tant de la part des Burundais que de la communauté internationale. lors d’un processus peu transparent qui a dégénéré en de violents affrontements. En raison de ses frontières avec la Somalie et le Soudan. Avec la signature d’un accord de cessez-le-feu le 26 mai 2008 entre les deux parties et le début de la libération des prisonniers politiques issus du FNL. la NARC (National Rainbow Coalition). le pays accueille de nombreux réfugiés qui tentent d’échapper à la guerre et à la violence (le seul camp de Dadaab à l’est du pays compte 140 000 réfugiés somaliens). Il n’a jamais connu de conflit ouvert avec ses voisins. le processus de paix semble être maintenant dans la dernière ligne droite. sans encore y parvenir. Son élection a mis fin aux longues années de pouvoir sans partage de l’Union Nationale Africaine du Kenya (Kanu : Kenya African National Union) des Présidents Jomo Kenyatta puis Daniel Arap Moi. Le gouvernement de coalition souhaite. Kenya Pays indépendant depuis le 12 décembre 1963. Le rétablissement de la paix a suscité de grands espoirs. sont parvenus à un accord sur la répartition des sièges ministériels. 2002 sonne la victoire du candidat de l’opposition Mwai Kibaki et de son parti. ex-leader de l’opposition (nommé Premier ministre). créant un gouvernement de coalition. L’établissement du tribunal censé juger les initiateurs des crimes commis lors des émeutes de janvier 2008 crée de très fortes tensions non seulement au sein de la coalition mais également à l’intérieur des partis la composant. mettre fin à une corruption dont les cas sont bien exposés au public 39 . la situation politique intérieure s’est détériorée après l’échec des négociations de paix avec le dernier groupe rebelle (FNL) en juillet 2007.Comprendre les pays de la CAE rebelle (CNDD). Mwaï Kibaki. le Kenya a longtemps fait figure d’exemple en matière de stabilité politique et de transition démocratique. et Raïla Odinga. Après de longues semaines de consultations et de discussions sous l’égide de Kofi Annan. Mwai Kibaki a été réélu le 30 décembre 2007. 1992 marque l’avènement du multipartisme instauré par le président Moi au pouvoir depuis 1978. fut élu le 19 août 2005.

alors que l’équipe du Président Kibaki avait fait de la lutte contre ce fléau son slogan en 2002.Comprendre les pays de la CAE par une presse libre. Le oui obtient 92. qui doit constamment trouver un équilibre entre son besoin de sécurité intérieure et extérieure et les contraintes 40 . avec à sa tête Kabak Mutesa II proclamé président à vie. Yoweri Museveni (pour un mandat de 5 ans) avec 59% des voix. Son premier ministre. Durant le reste du mandat. contre 37% pour son principal adversaire.6% des voix. soutenu par les pays occidentaux qui craignaient les orientations trop socialistes du régime précédent et installe une dictature sanguinaire. fondateur de l’Uganda People’s Congress et secondé par Idi Amin Dada. Amin Dada effectue à son tour un coup d’Etat en 1971. et ont permis la réélection du président sortant. destiné à affaiblir les ennemis politiques du gouvernement. un référendum populaire valide la modification constitutionnelle et autorise à nouveau le multipartisme après 20 ans de régime à parti unique. Le calme ne va pas s’installer pour autant et les tensions entre le gouvernement et l’opposition vont surement persister autour notamment du procès accusant certains Ougandais d’appartenir à l’armée de rédemption du peuple (ARP). Rwanda Pays profondément meurtri par le génocide des Tutsis en 1994. procès biaisé selon les adversaires du Président. Les dernières élections législatives et présidentielles ont eu lieu le 23 février 2006. mais où les fauteurs ne sont pas inculpés et poursuivis par la justice. Il est à son tour renversé en 1979. renverse le président en 1966 pour imposer une plus grande centralisation de l’Etat. le Rwanda est un pays à ce jour en paix dans une région mouvementée. les opposants les plus radicaux vont sans doute chercher à déstabiliser le gouvernement par tous les moyens. En juillet 2005. Ouganda L’Ouganda obtient l’indépendance en 1962 et met en place une constitution de type fédéral. Kizza Besigye (le réélu avait pris soin d’abolir la limitation à deux du nombre de mandats préalablement à la consultation). Milton Obote.

un an après l’indépendance du Tanganyika. union dont le pays tire son nom. République fédérale à régime présidentiel. comme le démontre le processus juridictionnel des Gacaca et l’existence du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) à Arusha. remportées par Benjamin Mkapa du Chama Cha Mapinduzi (CCM. Il fut reconduit en 2000 pour un deuxième mandat. En 1995. la Tanzanie connut ses premières élections pluralistes. Le pays vécut pendant une quinzaine d’années sous un système monopartite socialiste. Parti de la Révolution). de l’Union du Tanganyika (ancienne colonie allemande passée sous mandat britannique à l’issue de la Première Guerre Mondiale) et de l’archipel de Zanzibar. Le Rwanda a accompli des progrès énormes avec la promulgation d’une nouvelle constitution en juin 2003 et la tenue. en août et en septembre 2003. entreprit. Julius Kambarage Nyerere. Julius Nyerere rendit le pouvoir. Le renforcement de l’Etat de droit est au cœur de la stratégie gouvernementale. des premières élections présidentielles et parlementaires multipartites depuis son accession à l’indépendance. Ali Hassan Mwinyi. fut élu président. une série de réformes économiques et politiques et engagea le pays sur la voie de l’ajustement structurel. qui ne résista pas aux coups de boutoirs de la crise économique de la fin des années 1970. Son successeur à la tête de l’Etat. Tanzanie La Tanzanie est née de l’unification en 1964. En 1962. Au milieu des années 1980. Simultanément. leader socialiste de l’Union nationale africaine du Tanganyika. Il a acquis son indépendance en 1962. Le bilan positif de ces tribunaux et des réformes constitutionnelles seraient toutefois relatifs : l’examen judiciaire du rôle joué par la RPF (armée rwandaise) dans le génocide se fait toujours attendre et la concentration des pouvoirs aux mains du gouvernement interdit toute réelle opposition.Comprendre les pays de la CAE liées à la démocratisation et décentralisation nécessaires à son développement. Abeid Amani Karume (CCM) remporta 41 . Ces élections ont abouti à l’élection du Président Kagamé pour un mandat de sept ans. le Président y est à la fois chef de l’État et chef du gouvernement. avec le soutien des institutions financières internationales. le parti historique.

7%). Basoga (8. Ngozi. anglais kiswahili.7%). luganda. Meru (6%). En décembre 2005. entachées d’irrégularités. anglais Rwanda Tanzanie 42 . Mombasa.Comprendre les pays de la CAE l’élection présidentielle de Zanzibar contre Seif Sharif Hamad. Kibuye. Bunyoro (2. kirundi anglais. Lira. langues et principaux groupes ethniques de la CAE Pays Burundi Kenya Principales agglomérations Langues Capitale : Bujumbura. entre autres. français.6%). Twas (1%) Kikuyu (22%). mais pas suffisamment pour entamer la singulière stabilité politique qui caractérise la Tanzanie depuis presque un demi-siècle. Gulu. Kisii (6%). Mwanza. Nakuru. candidat du Front Civique Unifié (FCU). Les pourparlers continuent entre le CCM et le Civic United Front. Arusha. Entebbe. Iteso (6. Hehe… Source : PNUD. Bakiga (6. arabe… kinyarwanda. (CCM) remporte l’élection présidentielle avec plus de 80% des suffrages. Hutu (84%). Gogos. Lugbara (4. principalement sur l’île de Pemba. autres africains (15%) Baganda (16.5%). Statistiques Mondiales Ouganda anglais. Kalenjin (12%). Jakaya Kikwete.9%). Langi (6. Mbara. Makondé. Byumba Capitale : Dodoma. Les élections. Mbale. Twa ((1%) Sukuma. Ankole (9. Gitaram. Tumbukas.4%). Kamba (11%). Bagisu (4. (14%) Luo (13%).2%). Dar Es Salaam. Muyinga Capitale : Nairobi. Gitega. swahili Principaux groupes ethniques Hutus (85%). Avec le soutien des bailleurs de fonds. Luhya.6%).9%). provoquèrent des émeutes qui firent 23 morts. Nyamwezi. Butare. Kisumu Capitale : Kampala. Tutsi (15%).4%). Rumonge.1%). pour trouver une solution à la crise politique qui sévit chroniquement à Zanzibar. Hayas. Mbeya. autre (29. Les discussions sur la répartition des pouvoirs et le statut de l’Union entre le Tanganyika et l’archipel. Arua Capitale : Kigali. Mtwara français. Kibungo. encouragement de l’initiative privée. swahili. le Président tanzanien tente de mener un ensemble de réformes au centre desquelles se trouvent la lutte contre la corruption (conduisant. enflamment régulièrement les débats. Principales données culturelles Agglomérations. début 2008 à la démission du Premier ministre et de trois ministres) et la poursuite de la libéralisation du pays (privatisations. valorisation du Parlement). Acholi (4. Tutsis (14%).

Comprendre les pays de la CAE La population de la CAE se compose de centaines d’ethnies. la Tanzanie abrite environ 130 ethnies dont la plus importante. les autres ne dépassant pas 5% chacune. La communauté indo-pakistanaise. les Sukuma. compose 15% environ de la population. surtout en Tanzanie. ce qui explique que la principale cause des conflits n’est pas due à des divergences confessionnelles mais surtout à des tensions ethniques. Tous les pays de la CAE sont membres du Commonwealth. Statistiques mondiales 43 . les leviers de l’économie sont entre les mains des Belges… Le swahili est la langue régionale dominante. Il n’y a pas d’identification religieuse pour chaque ethnie. bien que peu importante en nombre (150 000 individus au Kenya) joue un rôle essentiel dans l’économie des trois principaux pays (Kenya. Au Rwanda et au Burundi. A elle seule. Principales religions des pays de la CAE 23% 10% 33% 33% 62% 45% 37% 13% 33% 12% 10% 16% 56% 36% 18% 3% 4% 25% 27% 5% Burundi Protestantisme Kenya Catholicisme Ouganda Islam Rwanda Tanzanie Autres (croyances indigènes…) Source : Pnud. L’anglais reste la langue des affaires. souvent liées à la propriété foncière. à l’exception du Burundi et du Rwanda. notamment au Kenya et en Ouganda et de plus en plus au Rwanda. ce dernier pays étant sur le point d’y être admis courant 2009 probablement. Elle a tendance à faire disparaître les autres langues locales. Ouganda et Tanzanie) surtout dans les services et l’industrie.

44 . sur le lac Victoria entre le Kenya et l’Ouganda). Si le Kenya est le champion économique régional. • 1e et 2e vice présidents de la République : M. • Gouverneur de la Banque Centrale : M. Pierre Nkurunziza. • Ministre des Affaires Etrangères et la Coopération Régionale : Mme Antoinette Batumubwira. Les troubles électoraux de 2008 au Kenya sont la preuve que des perturbations peuvent surgir durant ces périodes cruciales de la vie politique et sociale de ces pays. tous ces pays appartiennent au Commonwealth. Cependant ce bloc régional peut être sensible aux perturbations persistantes au nord-ouest (Somalie). Burundi • Président de la République : M. des Finances et de la Coopération au développement : Mme Clotilde Nizigama. la Tanzanie affiche un leadership dans les relations internationales. Gaspard Sindayigaya. Si par le passé.Comprendre les pays de la CAE Environnement géopolitique Les pays d’Afrique Orientale sont des Etats jeunes puisqu’ils ont tous obtenus leur indépendance dans les années 60. L’Ouganda en a d’ailleurs accueilli le dernier Sommet en novembre 2007. les risques de conflagration inter-CAE restent minimes. guerre entre la Tanzanie et l’Ouganda en 1978-79 se concluant par la chute d’Amin Dada). les échéances présidentielles auront lieu entre 2010 et 2012. Au sein de la CAE. des conflits ont opposé les différents pays (par exemple. Gabriel Ntisezerana. impliquant une période d’instabilité et d’incertitude qui pourrait troubler la région. A l’exception du Burundi et du Rwanda (dont la demande est en cours). • Ministre du Commerce et de l’Industrie : Mme Euphrasie Bigirimana. • Ministre de l’Economie. à l’ouest (RDC) et au nord (Sud-Soudan). Ils restent encore fragiles notamment en périodes électorales. Yves Sahinguvu et M. même s’il existe quelques dissensions frontalières (cas de l’île de Migingo.

d’autant que les camps de réfugiés serviraient de base arrière aux rebelles hutus. • Vice président : Kalonzo Musyoka. les rapports entre les deux pays demeurent complexes. Kenya • Président de la République : Mwai Kibaki. les relations du Burundi avec ses voisins se sont améliorées. les troupes sud-africaines resteront peut-être déployées même après les élections de 2010. se sont déployées sur le territoire de la RDC à titre défensif.Comprendre les pays de la CAE Depuis la signature des accords de paix de 2000. L’intégration économique régionale a été relancée par le Kenya 45 . Par ailleurs. Depuis mars 2007. elles restent privilégiées. Les négociations entre les deux pays ont néanmoins permis un rapprochement. Le Kenya joue un rôle actif dans les relations multilatérales de la région. L’Afrique du Sud exerce une influence sur le gouvernement pour s’assurer que la transition politique du président actuel se fasse sans heurt. notamment avec le Rwanda avec qui le Burundi établit de bonnes relations diplomatiques et une coopération militaire. Début des années 2000. En raison du grand nombre de réfugiés burundais en Tanzanie. sans que le gouvernement du Burundi ne le reconnaisse officiellement. • Gouverneur de la Banque Centrale : Njuguna Ndung’u. le Burundi est intervenu sur le sol somalien avec l’envoi de troupes en coopération avec l’Ouganda dans le cadre de la Force de l’Union africaine pour la paix. • Ministre de l’Economie et des Finances : Uhuru Kenyatta. • Ministre des Affaires Etrangères : Moses Wetang’ula. les Forces armées burundaises. • Premier ministre : Raïla Odinga. Pour cela. sont parfois agitées. alliées de l’armée patriotique rwandaise. le pays est devenu membre de la CAE en 2007. en particulier avec l’Ouganda. améliorant ainsi les relations économiques avec ses voisins. • Ministre du Commerce : Amos Kimunya. l’ancienne puissance coloniale. Le Kenya entretient des rapports confiants avec les pays développés et même si ses relations avec le Royaume-Uni.

Les prochaines élections présidentielles auront lieu en 2012. Otafiire Kahinda.UN-Habitat). militaires). Emmanuel TumusiimeMutabile. économiques. Sam Kutesa. son mouvement politique conserve la majorité des 2/3 à l’Assemblée). • Ministre des Affaires Etrangères : M.Comprendre les pays de la CAE au sein de la Comesa et de la CAE. le président Museveni et son ministre des Affaires Etrangères ayant soutenu sans réserve 46 . Les dossiers économiques sont traités avec pragmatisme. Ouganda • Président de la République : Yoweri Museveni (au pouvoir depuis janvier 1986. les relations autrefois tendues entre les chefs d’Etats ougandais et rwandais s’améliorent progressivement. Au sud. reconduit dès le 1er tour en février 2006 pour un 3ème mandat autorisé par un changement constitutionnel. Nairobi accueille deux sièges mondiaux des Nations Unies (le programme des Nations Unies pour l’environnement. les tensions avec la RDC restent préoccupantes à cause des milices anti-ougandaises stationnées à l’est de la RDC d’une part. trouvant des terrains d’entente (politiques. du Plan et du Développement économique : Mme Syda Bbumba. SPLA) du Sud-Soudan en 2005. • Ministre du Tourisme.PNUE.et celui de l’habitat. Commerce et Industrie: M. La diplomatie kenyane est également très active puisqu’elle a rapproché le Soudan et l’Ouganda. • Ministre des Finances. affaiblissant ainsi les guérillas des deux pays et elle a coordonné les négociations de paix entre Karthoum et les rebelles (SPLM. • Gouverneur de la Banque Centrale : M. • Premier Ministre : Professeur Apollo Nsibambi. Le Kenya apparaît pour le moment comme un pôle de stabilité dans l’environnement tourmenté de l’Afrique orientale. et d’un problème de délimitation de frontières dans une zone où des réserves de pétrole ont été découvertes d’autre part. A l’ouest. Des progrès ont eu lieu en septembre dernier entre les deux pays apaisant temporairement les frictions.

• Ministre du Commerce et de l’Industrie : Monique Nsanzabaganwa. des Finances et du Plan : James Musoni. Cependant les relations entre les deux pays se sont considérablement améliorées depuis. Certes. Une campagne de désarmement est en cours depuis 2006. l’Ouganda a envoyé 1 600 soldats en Somalie démontrant sa volonté de jouer un rôle militaro-diplomatique-clé dans la région. a laissé une zone en total délabrement. conduisant le gouvernement à lancer une campagne de restructuration du nord de l’Ouganda. L’Ouganda a en outre apporté son soutien au président Kagame lors de la rupture des relations diplomatiques entre le Rwanda et la France en dénonçant l’ingérence de cette dernière. Museveni sera de mettre fin à l’interminable et sanglant conflit avec l’Armée de Résistance du Seigneur (Lord’s Resistance Army) au nord du pays où l’éradication de la rébellion. Les relations avec le Burundi n’ont jamais été aussi bonnes et les deux présidents partagent le même intérêt dans la lutte contre les milices hutues rwandaises et burundaises. Rwanda • Président de la République : Paul Kagame. • Gouverneur de la Banque Centrale : François Kanimba. aujourd’hui retranchée en RDC. depuis le début des années 1990. Le communiqué du 9 novembre 2007 signé par les gouvernements du Rwanda 47 .Comprendre les pays de la CAE l’entrée du Rwanda dans la CAE. • Ministre de l’Economie. Dans le cadre de la force de l’Union africaine pour la paix. L’un des plus grands défis de M. • Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Régionale : Rosemary Museminari. Les forces rwandaises et ougandaises se sont affrontées à 3 reprises en RDC au tournant du millénaire. • Premier Ministre : Bernard Makuza. la sécurité est restaurée sur la majorité du territoire ougandais mais un deuxième conflit localisé dans le Karamoja (nord-est) et opposant tribus locales et forces gouvernementales persiste. Les prochaines élections présidentielles auront lieu en 2011.

à la suite des poursuites judiciaires lancées contre le président Paul Kagame dans le cadre d’une enquête de la justice française sur l’assassinat de l’ancien président Juvénal Habyarimana le 6 avril 1994. Il bénéficie d’un fort soutien des bailleurs de fonds en aide.Comprendre les pays de la CAE et de la RDC. ainsi que l’accord conclu en janvier 2008 entre le gouvernement de la RDC et divers groupes armés sont de bon augure pour le retour de la paix à l’est de la RDC. coltan. en décembre 2007. Jakaya Mrisho Kikwete. cet accord réduit les menaces qui pèsent sur la consolidation de la paix et de la sécurité au Rwanda. après l’entretien entre les présidents Kagame et Sarkozy. Ministre des Finances : M. Le pays est considéré comme l’un des élèves modèles en Afrique en matière de gouvernance et de réduction de la pauvreté. Mustapha Mkulo. Vice Président : M. Kouchner le 26 janvier 2009 à Kigali constitue une nouvelle étape du réchauffement de relations bilatérales. Après son adhésion en juillet 2007 à la CAE. à l’invitation du gouvernement congolais. Ministre du Commerce et de l’Industrie : Mme Mary Nagu. Le Rwanda a rompu ses relations diplomatiques avec la France en novembre 2006. En janvier dernier. afin de lutter contre Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR). 48 . Premier Ministre : M. le Rwanda a envoyé 2 000 soldats en RDC. cassitérite. Ali Mohamed Shein. Tanzanie • • • • • Chef de l’Etat : M. etc. en marge du sommet UE-Afrique de Lisbonne. Mizengo Pinda. le Rwanda miserait sur son entrée dans le Commonwealth d’ici fin 2009.). une milice hutue opposée au gouvernement rwandais et basé dans l’est de la RDC. Les prochaines élections présidentielles et législatives auront lieu respectivement en 2010 et 2015. En revanche. la visite de M. En effet. De fortes présomptions pèsent sur le Rwanda dans le trafic des minerais rares extraits dans l’est de la RDC (or.

La Tanzanie. contre l’avis de ses milieux d’affaires. gestion consensuelle des crises ouvertes (Soudan. les accords d’Arusha sur le Rwanda y ont été signés en 1993. la Chine (coopérations militaires et économiques dans le domaine des infrastructures) et l’Inde (puissante communauté indo-pakistanaise). qui avait assumé avec succès ses responsabilités de membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’Onu en 2005-2006. et tente de développer ses relations avec l’Afrique du Sud pour équilibrer le poids du Kenya. réforme du système financier international). ex-ministre des Affaires Etrangères tanzanienne. Elle entretient aussi des relations privilégiées avec les pays arabes. développe des contacts en Amérique latine et joue un rôle militant dans la prise en compte des problématiques globales (changement climatiques. a été nommée numéro deux de l’Onu en 2007. 49 . se méfiant néanmoins de la supériorité économique de ce dernier. Somalie). La Tanzanie a participé à la renaissance de la CAE avec l’Ouganda et le Kenya. Zimbabwe. Le pays s’est retiré de la Comesa en 2000. La Tanzanie. Les prochaines élections législatives et présidentielles auront lieu en 2010. joue un rôle actif dans la politique régionale : le siège du Secrétariat Général de la CAE se trouve à Arusha.Comprendre les pays de la CAE • Gouverneur de la Banque Centrale : M. santé publique. a également bien réussi son exercice de la présidence de l’Union africaine en 2008 : sorties de crise au Burundi et aux Comores. Mme Migiro. avec la présence dans cette même ville du Tribunal Pénal International sur le Rwanda. Benno Ndulu. le premier sommet des Grands Lacs en 2004 a eu lieu dans le pays. dont la politique étrangère se caractérise par une diplomatie de bon voisinage. fermeté contre les coups d’Etat en Mauritanie et en Guinée.

et de nombreuses victimes. déjà importante. nécessitant des efforts de réhabilitation. Désormais. Toutefois.Comprendre les pays de la CAE Données et tendances de l’économie des pays de la CAE Les points clés Situation et perspectives L’économie de l’ensemble des pays de la CAE continue à montrer une croissance solide et une certaine résistance aux chocs exogènes (la croissance réelle du PIB en Tanzanie a atteint 7. 6% au Rwanda…) malgré un environnement soumis à de nombreuses périodes d’instabilité et d’agitation (évènements postélectoraux au Kenya. les prévisions pour les années à venir restent encourageantes selon le FMI. l’impact de la crise sur le budget et la croissance est jugulé et les prévisions de croissance ont été revues à la baisse (de 6. etc. crise alimentaire. augmentation du prix du baril du pétrole en 2008. En février 2008. Cela s’est manifesté par une crise politique et sociale au Burundi.3 milliards de dollars en prix courants en 2007 (au Kenya). perturbant ses flux d’importations et augmentant les coûts. même si la lutte contre cette inflation va nécessiter une série de coupes budgétaires avec sans doute un impact sur les investissements qui atteindront notamment.5 à 2. La crise alimentaire de 2008 a surtout généré une forte inflation dans tous les pays de la zone et chaque pays a subi en parallèle des difficultés internes entraînant des dépenses additionnelles. une série de tremblements de terre s’est abattue sur le Rwanda causant de larges dégâts d’infrastructures.). On relève également une inflation structurelle.3% en 2008 . Même si le PIB n’excède jamais les 29. aggravée par les différents chocs exogènes que les économies de la région ont subis. par 50 .5%).

les stratégies de croissance durable de l’Etat kenyan « Vision 2030 ». seul pays est. la formule du partenariat public privé (PPP) semblant assez prometteuse.Comprendre les pays de la CAE ricochet. La Tanzanie. Ainsi. La priorité pour les prochaines années est d’augmenter l’investissement. le seul Etat membre de la CAE à être ouvert à la Coface Moyen Terme ouvert au moyen-terme. qui dispose d’une enveloppe commune de 225 millions EUR. 51 . les autorités ont pris conscience de la nécessité de lancer un large plan de privatisations multisectorielles. Il figure dans la catégorie 6. ouverte à plusieurs pays de cette catégorie. pays à faible revenu. le Kenya Le Kenya. l’Ouganda et le Burundi. dont on attend maintenant les décrets d’application. Données risque pays Selon la politique d’assurance-crédit Coface. en 2009. il n’y a aucune prise de garantie avec ce pays. pour satisfaire les besoins urgents d’infrastructures dans tous les Etats membres. A condition que les apports des différents partenaires soient clairement établis et réalistes. font partie des pays gérés au cas par cas pour le court terme et fermés au moyen terme. l’Etat devrait pouvoir dégager des marges de liquidité à court et moyen terme. une nouvelle loi sur les PPP a été votée en mars 2009. le FMI se montre très optimiste sur les évolutions futures de croissance à moyen terme de ce sous-ensemble régional (7% à partir de 2010). du Rwanda « Vision 2020 » et du Burundi « Vision 2025 ». à l’aide d’une plus grande implication du secteur privé. Au Kenya. Etant donné la rupture des relations diplomatiques avec le Rwanda. Cette enveloppe était de 140 millions EUR en 2008.

Comprendre les pays de la CAE Source : Politique Coface 2009 52 .

7 -11 37 20 15.9 66.1 120.5 37.5 1.56 10.8 244.43 8.5 3.4 -25.1 NC 17.2 5.7 2.1 6.94 5.7 NC 10.83 4.9 3.4 10.7 303.3 Rwanda Burundi 0.4 670 371.3 -10.3 4.2 363 9.1 5.59 8.7 7 1.3 NC 21.1 12.7 16.1 128.43 6 2.5 Burundi 1 PIB courant MDS $ PIB/habitant USD Croissance réelle du PIB (%) Croissance démographique Inflation (%) Solde commercial / PIB (%) Dette du gvt central / PIB (%) Investissement brut / PIB (%) Epargne domestique / PIB (%) 16.1 42.1 2.7 6.5 2.9 2.5 318.5 62 14.4 -22.8 14.5 5 2.1 8.6 5.6 20.3 65.3 2.3 NC 16.3 19.5 22.5 -9 77.4 -10.5 21 13.57 14.6 23.2 9.6 NC 24.3 1.82 12 -9.98 222.4 29.32 353.6 Rwanda Burundi Kenya Kenya 2007/2008 Ouganda 11.22 13.9 -10.14 11.2 11.1 415.5 3.6 21.6 PIB courant MDS $ PIB/habitant USD Croissance réelle du PIB (%) Croissance démographique Inflation (%) Solde commercial / PIB (%) Dette du gvt central / PIB (%) Investissement brut / PIB (%) Epargne domestique / PIB (%) 22.3 20.3 72 23.9 1.6 5.Comprendre les pays de la CAE Principaux indicateurs Indicateurs internes 2004/2005 Ouganda Tanzanie Tanzanie Rwanda Burundi Kenya Kenya 2005/2006 Ouganda Rwanda 2.1 572 5.5 5.8 -13.6 6.3 53 .2 -17.87 311.7 4 22.3 845 7 2.9 0.8 -20.6 9.2 18 16 14.5 4.7 8.1 2.1 16.97 8 -10.8 2.95 4.7 90.31 7.8 2.57 10.6 -15 75 24.2 -13.8 106.2 8 -15.1 -12.8 -23.2 NC 13.26 1.2 2006/2007 Ouganda Tanzanie Tanzanie 16.2 377.6 -7.37 4.8 349 6.83 4.7 6.6 3.1 -7.2 19.5 71.2 495 4.8 3.9 2.7 0.6 9.3 -19.65 5.4 7.4 -13.5 10.13 7.6 77.1 3.3 -11 1.39 264.5 17.4 21.43 9 -9.76 9.5 0.3 8.09 8.2 5.5 3.1 7.5 2.

9 43 1.7 0.3 -26.3 0.5 2.2 -178 -55.8 1.1 31.2 1075 1449.22 5 1089 1435.6 -1.4 3.5 2. Devises (mois import.8 22 -15 8.6 .1 -54 -8.5 23.3 17.85 4.11 5.7 1.7 1.5 -17 NC 23. B&S) Taux moyen de change (USD) Taux moyen de change (EUR) 40 -1218 -300 0.1 19.1 91.3 20.7 2218.1 63.4 13.9 1129 1480.5 3.9 22 -33 NC NC NC Indicateurs externes 2004/2005 Ouganda Tanzanie Rwanda Burundi Kenya Kenya 2005/2006 Ouganda Tanzanie Rwanda 111.3 0.07 90.7 555 NC 3.4 3.41 6.4 10.8 2335.5 189.2 556 650 Burundi 22.5 -3.24 11.9 77.1 -101.6 519 7.3 69 100. en devises (milliards USD) Réserves Off.8 1101 1379.Comprendre les pays de la CAE 2008/2009 Ouganda Tanzanie Rwanda 4 420 8.2 54 Burundi Kenya -181.8 -227.6 1810.3 74 97.5 2 198 -1306 -379 -4.14 5 1780.5 211 -1322 -881.5 3.31 187 -1900 -500 -7 26.4 891 3.74 5.6 -8 77.3 231 -984 -281 -3.2 114 4.6 22.4 5 Source : FMI PIB courant MDS $ PIB/habitant USD Croissance réelle du PIB (%) Croissance démographique Inflation (%) Solde commercial / PIB (%) Dette du gvt central / PIB (%) Investissement brut / PIB (%) Epargne domestique / PIB (%) 31.2 Balance des paiements (millions USD) Solde commercial (millions USD) Solde courant (dons compris en millions USD) Solde courant / PIB (%) Dette extérieure/PIB (%) Réserves Offic.4 0.4 5.1 2.5 -3.2 -84 -10.9 200 -867 -246.5 2.8 15 469 7.8 -15 37 21 17.2 44.4 -11 NC 27.1 208 0.

8 2 424 -2141 -1510 -9.7 0.9 1187 1621 Kenya Balance des paiements (MUSD) Solde commercial (MUSD) Solde courant (dons compris en MUSD) Solde courant / PIB (%) Dette ext.4 0.7 1721 2881 Burundi 55 .5 -299.1 549 762 Source : FMI Balance des paiements (MUSD) Solde com. en devises (Md USD) Réserves Off.4 5.5 20.66 3.8 -270 -152 -13 NC 0.4 22.1 63 85.3 -7.7 3.51 3.3 1860 2174. en devises (Mds USD) Réserves Off.2 16.1 2.2 69 109 100 -3400 -2200 -11 29.5 166.3 5.2 65 90.1 -210.3 704 -1586 -410 -3. B&S) Taux moyen de change (USD) Taux moyen de change (EUR) 300 -4800 -190 -6 21 2. /PIB (%) Réserves Offic.3 -600 -300 -8 15.13 82.7 1029 1223.9 0.3 72 2.9 2.2 -244.Comprendre les pays de la CAE 2006/2007 Ouganda Tanzanie Tanzanie Rwanda Burundi Kenya Kenya 2007/2008 Ouganda Rwanda 107.2 3. (MUSD) Solde courant (dons compris MUSD) Solde courant / PIB (%) Dette ext.8 11.5 45.2 0.6 5. Devises (mois import.97 6 1771 2330.3 2008/2009 Ouganda Tanzanie Rwanda Burundi -12.87 39.4 569 -2489 -710 -5 14.55 5.4 -185.4 0.6 553 665.3 548 743.44 252 -3217 -110 -3.7 1196 1744 -100 -1600 -900 -6 13. / PIB (%) Réserves Offic.1 13.3 2.6 1252 1428. Devises (mois import.3 3.9 -133.1 -16 153.1 17.9 3.9 -5.8 1245 1745. B&S) Taux moyen de change (USD) Taux moyen de change (EUR) 839 -2411 -500 -2.9 -404.27 3.44 5.5 -14.9 1087 1424.18 3.7 -156.8 3.4 400 -2269 1600 -11 75 2.63 3.3 2.4 167.

40% Shilling ougandais (UGX) 22% Franc Rwandais (RWF) 13.4% 8.5% 7.1% en 2007).4 15 4 20. Principaux indicateurs économiques (chiffres de 2008) PIB (Mds USD) 1. Au Kenya en particulier. Cela s’explique dans un premier temps par le fait que le Kenya est victime de son succès économique 56 .5% Inflation Monnaie 22% Franc Burundais (BIF) 22.2 31.Comprendre les pays de la CAE PIB vs Inflation 2008 Rwanda 2008 Burundi 2006 Kenya 35 30 25 20 2008 Ouganda 15 10 5 2008 Tanzanie 0 2006 Rwanda 2006 Burundi 2006 Tanzanie 2006 Ouganda PIB courant en Md USD Inflation (%) 2008 Kenya 2007 Rwanda 2007 Burundi 2007 Kenya 2007 Tanzanie 2007 Ouganda Source : FMI La superposition de l’inflation avec le PIB courant reflète combien une grande part de la croissance de la région est annulée par l’inflation.1% 7. l’inflation 2008 qui s’élève à 22. la plus prospère de la région.5% 3.8% Shilling kenyan (KSH) 10.6 Taux de change par rapport à l’euro (Mai 2009) 1 621 109 2 881 762 1 744 Source : FMI Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Croissance 4. souffre néanmoins depuis 2008 d’une inflation plus élevée que celle observée chez ses principaux partenaires. le Kenya est le pays qui a le moins recours aux financements extérieurs L’économie kenyane.5% Shilling tanzanien (TSH) Dans la CAE.1% (+7.8% annule en partie une croissance en retrait à +3.

ces scandales ont été sanctionnés par le président Kikwete. seul pays non PMA de Une aide internationale la région. a entraîné une masse de liquidités telle. s’avère incapable de canaliser la masse monétaire en circulation.Comprendre les pays de la CAE ces six dernières années. Ce taux atteint 46% au Rwanda et 61% au Burundi. longtemps considéré comme l’élève modèle de la communauté internationale. Autre raison de cet indice d’inflation élevé. un calcul élaboré par l’institut national des statistiques kenyan (National Bureau of Statistics) selon une méthode arithmétique ancienne (contre la méthode des moyennes géométriques utilisées par exemple en Europe). qui a tendance à entraîner des variations d’amplitude exagérées de cet indice en cas de variations amples et rapides des prix. Toutefois. Union européenne en tête. Relations avec les institutions financières internationales A l’exception du Kenya. 57 . ancien premier ministre…). la tendance de l’aide internationale qui s’oriente vers l’aide budgétaire est de privilégier davantage l’aide budgétaire par rapport à l’aide-projet. qui résulte d’une faible variété de produits de placements (manque d’innovation financière). Ainsi les budgets tanzanien et ougandais sont alimentés à hauteur de 40% par les contributions des donateurs. La Tanzanie. suivie de bailleurs bilatéraux (Royaume-Uni. ce qui n’est pas sans conséquence pour l’endettement public et privé du pays. même si beaucoup reste à faire dans ce domaine. La Banque centrale du Kenya (CBK) se trouve alors obligée de maintenir un taux directeur élevé. fondé sur la consommation et l’investissement domestique. Les marchés bancaire et boursier kenyans demeurent les plus développés de la région mais leur étroitesse structurelle. Le dynamisme de la croissance du pays. et qui reste un « enfant chéri » des bailleurs. a terni son image suite à l’apparition de nombreux scandales de corruption impliquant des personnalités de la haute sphère politique (ancien gouverneur de la Banque Centrale. que le système financier ne peut l’absorber. Etats-Unis…).

dépasse 3% du PIB. UE. Le Rwanda est soutenu par le FMI depuis 1998 et s’est vu accorder le 29 février 2008 lors de 58 .5%). Ce programme contraignant entraîne la publication annuelle ou semestrielle d’un rapport considéré comme une notation de la crédibilité des politiques économiques menées par les pays concernés.5% PIB) . Royaume-Uni 2 400 (11%). l’Ouganda et la Tanzanie ont su mener les réformes adéquates (politiques monétaires et budgétaires restrictives) pour satisfaire les analystes du Fonds. qui. Royaume-Uni. France. soit opter pour l’ISPE ou une FRPC partielle (25%).Comprendre les pays de la CAE Budget de l’Etat et aide extérieure de 2008 Pays Budget de l’Etat (en millions USD) Déficit (en millions USD) /% PIB -7.5 495 Kenya Ouganda 11000 3500 40 21 1500 BAfD.6% PIB) -1 730 (6% PIB) -300 (3. Belgique. Pays-Bas.28. FMI. excepté au Burundi. Jusqu’à présent. Belgique. Pays-Bas BM (30%). Japon. 650 Etats-Unis. Suède… Rwanda 1400 26 Tanzanie 6000 24 Tous les pays affichent un déficit budgétaire. BM Burundi 800 1. Suède. BAfD (7. Fonds monétaire international : la Tanzanie et l’Ouganda font l’objet d’une veille politico-économique des analystes du FMI à travers le programme « Instrument de support à la politique économique » (ISPE). Allemagne.7% PIB) Dette publique (en % PIB) Aide publique au développement (en millions USD) Principaux donateurs Etats-Unis. 2%PIB) -685 (3. (0. UE 1100 BM.66 (5. longtemps interrompu en raison de scandales financiers. Le Kenya a achevé son programme FRPC (Facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance) en décembre 2008. Plusieurs perspectives de collaboration s’offrent désormais à lui : soit n’avoir aucun programme avec le FMI. Allemagne et Norvège. BM. UE Royaume-Uni.

balance des paiements. Enfin au Burundi elle a octroyé deux lignes de crédit à deux banques pour un montant de 4 millions USD dans le cadre du Global trade finance programme où elle envisage aussi de financer quatre entreprises: BCB.5 millions USD dans la modernisation et l’expansion des hôtels Kigali Serena. Il a compétence sur sept pays de la région. Old East SA (immobilier) et Brarudi (brasserie). elle a conseillé les autorités locales pour la recherche d’un investisseur de référence pour l’opérateur historique des télécommunications (appel d’offres remporté par France Telecom en décembre 2007). Au Kenya. Banque mondiale : les prêts accordés par le groupe de la Banque mondiale dans les différents pays de la CAE reposent principalement sur des projets de développement des infrastructures mais également sur des engagements dans les secteurs de l’agriculture.8 million USD. Novotel. de l’éducation et de la santé. 59 . et s’est engagée à hauteur de 10. Au total. la CAE bénéficie également des activités de l’Africa Regional Technical Assistance Center (Afritac) installé à Dar Es Salaam. la Banque mondiale devrait décaisser environ 4 milliards USD pour les cinq pays de la CAE. Au Rwanda. Le Burundi vient d’atteindre le point d’achèvement au titre de l’initiative Pays pauvres très endettés (PPTE) et bénéficie d’un allègement irrévocable de sa dette de la part du FMI et de ses autres créanciers. Il s’agit d’un organe du FMI dont la tâche principale est de fournir une assistance technique statistique et un conseil individualisé sur les politiques monétaires et budgétaires (taux d’intérêt et de change.Comprendre les pays de la CAE la 3ème revue du FRPC (approuvée en juin 2006 pour 3 ans) un décaissement de 1. Kivu Sun et Mille Collines. budgets…). Enfin. du développement rural. Kibuye Power Ltd. Société Financière Internationale (SFI) : L’organe privé de la Banque mondiale intervient dans tous les pays de la CAE en tant que financier mais également en tant que cabinet conseil. entre 2009 et 2012. Elle a participé au Kenya et en Tanzanie à la mise en concession des chemins de fer. elle devrait financer la centrale à gaz méthane du lac Kivu. mise en concession qui n’a pas apporté les résultats escomptés.

Elle privilégie les projets à vocation régionale comme la construction de routes entre le Kenya et l’Ethiopie ou encore entre le Kenya et la Tanzanie et la construction d’une ligne électrique reliant le Kenya à l’Ethiopie.8 milliard EUR à la CAE dont 1/3 à la Tanzanie Banque Européenne d’Investissements (BEI) : La BEI intervient principalement dans les lignes de crédit pour le secteur bancaire afin de financer les besoins des PME (fin 2007. énergie au Kenya. Les versements oscillent entre 212 millions EUR pour le Burundi (30 EUR/habitant) à 565 millions EUR pour la Tanzanie (35 EUR/habitant). une enveloppe globale de 1. Au Rwanda. 20 millions EUR pour le secteur bancaire kenyan et 30 millions EUR en octobre 2007 pour le secteur bancaire ougandais). Banque Africaine de Développement (BAfD) : La BAfD est présente dans tous les pays de la CAE. Elle participe également au financement d’infrastructures : approvisionnement en eau à Dar Es Salaam. Répartition de l’enveloppe accordée par le 10ème Fed aux pays de la CAE Kenya Tanzanie Burundi Ouganda Rwanda Répartition de l'enveloppe accordée par la 10ème FEDaux pays de la CAE 17% 23% 15% 33% 12% L’UE alloue 1. pour la période 20082013.8 milliard EUR aux pays de la CAE. des transports. des routes et pour des projets multisectoriels. ses engagements cumulés depuis 1974 sont de l’ordre 60 . barrage hydroélectrique de Bujagali en Ouganda.Comprendre les pays de la CAE Union européenne : Le 10ème Fed a accordé. Elle intervient principalement dans les secteurs de l’agriculture.

PAM. Depuis 2006. Unicef. télécommunications…). de l’éducation. La présence d’une communauté d’origine indienne y est en effet importante. Japon. Le Kenya par exemple représente pour la Chine une porte d’entrée dans la sous-région Afrique de l’est et Centrale. Etats-Unis.. nombreux pays européens (Belgique. de l’éducation et de la santé. La Chine s’intéresse aux nouveaux grands projets : extension de la voie ferrée de Mombasa à Kampala puis Kigali… L’Inde entretient également des relations soutenues avec divers pays de la CAE. Autres bailleurs : D’autres bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux interviennent : organismes onusiens (PNUD. Chine (secteurs des infrastructures. France. Banque Arabe pour le Développement en Afrique (BADEA) : Cette institution est présente également dans les pays de la CAE. de l’hôtellerie.. Les pays de la CAE entretiennent des relations soutenues avec l’Inde. 61 . OMS…). elle aurait consenti au Kenya une enveloppe (prêts et dons) d’environ 120 millions EUR. de l’énergie. énergie. automobile et chimie. Les relations commerciales entre ce pays et les différents pays membres sont bonnes. souvent en cofinancement dans le domaine du transport routier. de l’eau. L’Inde intervient surtout dans les secteurs pharmaceutiques. elle accorde des prêts pour des opérations ciblées. La Libye se concentre sur les secteurs des hydrocarbures et de l’immobilier. Royaume-Uni…). Entre 2005 et 2007. la Chine et la Libye. Enfin la présence libyenne n’est également pas négligeable même si elle est bien inférieure aux présences chinoise et indienne. orientée sur les infrastructures (routes. la BAfD a octroyé au Kenya environ 400 millions USD portant sur une vingtaine de projets. Allemagne.Comprendre les pays de la CAE de 554 millions USD pour 70 opérations. de la santé et de l’agriculture).

pour ensuite le ramener à nouveau à 8. Les autres pays de la région adoptent la même politique de peur que la compétitivité nationale ne soit davantage détériorée. chaque pays visant un taux d’inflation sous-jacente (évolution du niveau général des prix débarrassée de sa composante conjoncturelle) inférieur à 5% en améliorant la gestion des liquidités des économies. la Banque Centrale a augmenté son taux directeur. le faisant passer à 8. Politique budgétaire : quels axes prioritaires de la dépense publique ? La politique budgétaire des Etats de la CAE se veut expansionniste. La priorité de la Les Banques Centrales exercent donc un contrôle politique monétaire : pour limiter une trop forte volatilité de leur la lutte contre l’inflation monnaie respective. tout en préconisant des réformes dans la gestion des finances publiques. Le financement du déficit budgétaire des pays membres se trouve limité par la faiblesse des ressources financières des Etats 62 . L’afflux de devises étrangères pose un défi supplémentaire à la politique monétaire en Ouganda. la politique monétaire adoptée par les pays de la CAE a pour principal objectif de lutter contre le phénomène inflationniste.Comprendre les pays de la CAE La politique économique et monétaire au sein de la CAE Les orientations prises par les autorités monétaires Sur les recommandations du FMI.25%. L’augmentation du taux des banques centrales n’est ainsi pas rare. en contradiction avec la politique monétaire menée Le déficit budgétaire des pays de la CAE varie entre 700 millions USD pour le Burundi et 1. Du fait de la crainte d’une dépréciation du shilling et d’une perte de compétitivité.5% en janvier 2009.5 milliard USD pour le Kenya. Au Kenya par exemple. la Banque Centrale d’Ouganda porte une grande attention aux opérations effectuées sur le marché des changes pour atténuer l’effet de la liquidité de la monnaie sur l’inflation domestique.

déficit et aide publique au développement en million USD en million USD Burundi 10500 9000 7500 6000 Tanzanie 4500 3000 1500 0 Kenya Budget de l'Etat Déficit APD Rwanda Ouganda 63 . déficit et aide publique au développement Budget. le FMI invite les autorités publiques de chacun des pays à arbitrer de manière « rationnelle » entre financement extérieur (notamment les prêts non concessionnels) et domestique. doit procéder au même arbitrage mais. En revanche. toujours selon le FMI. Pour cela. dont le budget national est financé à près de 40% par l’aide budgétaire.Comprendre les pays de la CAE (hors aide à la balance des paiements). aurait une plus grande marge de manœuvre s’il améliorait l’efficacité de sa gestion des finances publiques. 2008 : Budget. qui parait être la seule alternative. Un pays comme le Kenya peut faire face à une dette publique domestique relativement élevée (inférieure à 50% du PIB) car il dispose d’un marché intérieur suffisamment liquide pour absorber l’émission de titres publics à court et moyen terme. sont tenus de limiter leur endettement en révisant leurs ambitions de dépenses publiques. L’Ouganda. le Burundi. le Rwanda et la Tanzanie. où l’aide budgétaire constitue près de 50% des recettes publiques.

transports.C 3% N.C 6. • En Tanzanie.C N. et selon certains un oléoduc permettant d’acheminer le pétrole sud-soudanais vers l’océan Indien. énergie Fonction publique Education Santé Sécurité Tourisme.C N. le SudSoudan accède à l’indépendance. Ce projet « pharaonique » désenclaverait le Sud-Soudan. non seulement au niveau national mais également régional. le développement du corridor Mtwara (port. tout en améliorant la desserte de l’Ouganda. Si en janvier 2011.C N.C Burundi 6% 9% 19% 10% 3% 0% 14% 2% 16% 5% Postes Infrastructures : route.Comprendre les pays de la CAE Investissements publics des pays de la CEA Ouganda Tanzanie Rwanda N.50% 5% Source : Budgets nationaux L’ensemble des pays projette de lancer d’importants projets d’infrastructures. chemin de fer) pour desservir le Mozambique.5% N.C 2% Kenya 34. du Rwanda et de l’est de la République Démocratique du Congo.C 20% 11% N.C N. route. le sud de la RDC (copperbelt) et le Malawi (importante découverte d’uranium réalisée par les Sud Africains au nord du Malawi).C N. 64 .C N.50% 3% 5% 4% 7% 37% 16% 7% 5% 4% 7% 2% 5% N. ce dernier projet pourrait sans doute prendre plus de consistance.C N. incluant un nouveau port à Lamu. une nouvelle liaison routière et ferroviaire.C N.C N. commerce et industrie Eau et environnement Justice Agriculture Autres 27% 19% 15% 11% 8% 0.C N. Les deux projets régionaux les plus ambitieux sont : • La construction d’un couloir alternatif Lamu (Kenya)-Juba (Sud Soudan).

Il conviendrait également qu’ils réfléchissent rapidement à la création d’associations régionales dans l’agriculture et l’élevage dont les statuts devraient être en harmonie avec le nouvel esprit de la CAE. un autre obstacle au libre échange est apparu récemment : le gouvernement tanzanien a interdit à l’usine kenyane de transformation du lait Brookside Dairy. A moyen terme. En effet. une politique agricole commune est envisagée mais à ce jour. les autorités kenyanes envisagent de construire au moins deux unités de production d’engrais (à Mombasa à court terme et à Nakuru à plus long terme. Pour cela. En vue d’assurer la sécurité alimentaire dans la zone. produits et services Agriculture Le traité de la CAE vise l’adoption d’une agriculture rationnelle afin de promouvoir la spécialisation et la complémentarité de chaque pays. aucune mesure concrète n’a été mise en place. qui portent atteinte à cet esprit. les gouvernements des pays membres devraient mener une politique commune dans la lutte contre les épizooties et la mise en place de zones indemnes de maladies. mis à part dans le domaine de la pêche sur le lac Victoria. implantée sur son territoire. 65 . un autre secteur pourrait s’intégrer rapidement dans la politique agricole commune. visant notamment à freiner les importations de lait ougandais. l’Ouganda accuse le Kenya d’imposer des barrières non-tarifaires qui prennent la forme de règles restrictives complexes. avec pour objectif ultime d’atteindre la sécurité alimentaire au sein de l’Union douanière (chapitre 18 du traité). Pour le moment des dissensions demeurent. dans le cadre de la stratégie « Vision 2030 ») qui pourraient distribuer leurs produits dans l’ensemble de la CAE à des prix abordables. de collecter du lait dans ce pays en vue de le transformer au Kenya. En Tanzanie. celui des engrais qui ont dû être importés massivement fin 2008 et début 2009 et revendus à des prix subventionnés. Ainsi.Comprendre les pays de la CAE Infrastructures.

Comprendre les pays de la CAE Un secteur essentiel L’économie des pays de la CAE dépend largement du secteur agricole. et les principaux fournisseurs du pays en maïs. Selon l’OMS. Obstacles au développement de l’agriculture et sécurité alimentaire 66 Alors que les surfaces cultivables avoisinent les 125 millions d’ha. La sécurité alimentaire n’est donc pas totalement assurée. largement majoritaires aujourd’hui dans le paysage rural. plus de la moitié de la population rurale rwandaise et environ 80% de la population burundaise se trouvent dans une situation de vulnérabilité alimentaire. la Tanzanie et l’Ouganda. en Tanzanie et au Rwanda pour accroître la capacité d’irrigation). café. faisaient également face à un problème de pénurie limitant de moitié leur exportation vers le Kenya. quel que soit le pays. Cette production agricole est totalement dépendante des pluies et des autres aléas climatiques : la sécheresse actuelle au Kenya tout comme les inondations en 2007-2008 en Ouganda ont fortement ralenti les performances du secteur. Tous ces facteurs favorisent une agriculture extensive. En Tanzanie. horticulture). seules 10% des superficies cultivées sont labourées à l’aide d’un tracteur tandis que 70% le sont à la houe. seuls 2. Une mauvaise récolte de café a été la cause en 20062007 de la baisse de 1. Même le Kenya affiche en 2009 près de 4 millions de personnes en situation alimentaire précaire. qui représente en moyenne environ 30% du PIB des pays considérés.4 point de PIB burundais. Pour affronter . dotée de peu de matériel mécanique (exception faite de l’horticulture et de la floriculture au Kenya). les récoltes de maïs ayant chuté de 15%. Un autre problème guette également l’agriculture : la répartition des terres et leur transmission aux héritiers mâles aboutissent au morcellement des exploitations en petites parcelles.6% de ces terres possèdent un système d’irrigation (des projets gouvernementaux sont envisagés au Kenya. L’agriculture est aussi la principale source d’emplois et de devises : 60% des exportations kenyanes en valeur sont liés au secteur agricole (thé. surtout en raison du retard de la saison des pluies.

du sorgho. riz) demeure insuffisante. les infrastructures routières délabrées ralentissent les échanges des produits agricoles. seules des pénuries limitées et localisées dans le nord du pays persistent. En Tanzanie. En novembre 67 . le gouvernement a fortement réduit ses exportations de céréales. voire inaccessibles. du manioc. Les pays membres de l’Union Africaine avaient déclaré au sommet de Maputo de 2003 que leurs budgets nationaux devaient consacrer 10% au secteur agricole. tandis qu’une majorité de gouvernements alloue encore moins de 5% de leur budget à l’agriculture. Plusieurs obstacles freinent le développement de l’agriculture : l’accès au crédit continue d’être assez limité d’autant que les intrants comme les engrais. L’aide étrangère sera toutefois nécessaire pour lutter contre l’insécurité alimentaire et le président Kibaki a lancé un appel auprès des donateurs internationaux qui se sont déjà mobilisés. la Tanzanie fait face à des problèmes de stockage et de transport de ses produits agricoles qui entravent leur circulation sur l’ensemble du territoire et provoquent d’importantes variations de prix. importés pour la plupart. des petits pois. Pour éviter l’aggravation de la situation.Comprendre les pays de la CAE cette crise alimentaire. Pour favoriser la sécurité alimentaire. Or une étude de la FAO en 2007 révèle que seulement 19 pays sur les 53 constituant l’Union ont appliqué la déclaration. Plus qu’un problème de déficit dans la production. Ainsi. même si l’agriculture est un secteur prioritaire et producteur de devises pour les pays de la CAE. il n’y a pas de réelle crise alimentaire. blé. En outre. la production des principales céréales (maïs. restent trop onéreux. De plus. pour les petits agriculteurs. les semences. les produits phytosanitaires mais aussi le carburant et les machines agricoles. les experts de la FAO estiment que les producteurs de maïs doivent diversifier leur culture et cultiver de la patate douce. rendant les pays membres dépendants des importations. elle demeure un secteur sous-développé et sous-financé. du millet. le gouvernement kenyan s’est mobilisé notamment en subventionnant le prix des engrais et des semences ou en prenant des mesures pour faciliter les crédits aux petits agriculteurs. L’insécurité alimentaire des pays de la CAE sera récurrente tant que la productivité restera faible.

6% 38.5% actuels.5% 23. café Blé. manioc. café 78% Banane plantain. Riz. 90 % (2004) pomme de terre. thé orge. thé.15 Blé. patate douce Café. thé. café Ouganda 65. tabac. plantain.8% 27% 48 100 184 2008.68 Part des terres agricoles (2005) Cultures d’exportation Produits importés 90. 80% légumes. De son côté. Sources : East African Community facts and figures. tabac. maïs Tanzanie 38. Huile végétale. Statistiques mondiales. FAO.4% 2 294 8.6% 34. farine de blé.8% 56 914 103 Horticulture (fleurs. le ministère de l’agriculture se voit accorder 22 millions EUR supplémentaires destinés à l’achat d’engrais et semences.8% 90% (2004) Banane Maïs. sucre Rwanda 78. fleurs Fleurs. maïs thé.4 Kenya 47. fruits. le président Kibaki a annoncé une augmentation des fonds accordés au secteur agricole. haricots. légumes. blé. fruits).4% 29% 16 275 9. Banque mondiale . thé. contre les 4. Lors de la nouvelle revue du budget d’avril 2008/2009. sucre.5 Banane plantain. maïs Café. la Tanzanie devrait accorder en 2009/2010 presque 8% de son budget national au secteur agricole. maïs Noix de cajou. patate douce 80% Manioc. Café. patate pois douce Part de l’agriculture dans le PIB (2008) Part de la population active dans Principales l’agriculture productions Principales données agricoles des pays de la CAE Pays Superficie des terres agricoles en milliers d’hectares (2007) Surface de terres équipées de système d’irrigation (en millier d’ha) Comprendre les pays de la CAE Burundi 1 135 21. qui devraient représenter 8% du budget dès la prochaine année fiscale.

sauf le Kenya. le gouvernement kenyan est en négociations avec Athi River Mining Co au sujet de la construction en JV d’une usine d’engrais de 50 millions EUR qui devrait être financée par African Development Bank (ADB). Les cultures industrielles orientées vers l’exportation Le café constitue pour tous les pays membres de la CAE. Elle pourrait desservir tous les pays membres de la CAE. Ils se sont déclarés prêts à soutenir financièrement des études portant sur la production d’engrais. Depuis cette date. surtout pour le Rwanda (38% des exportations. l’African Development Bank (ADB). 69 . le café et dans une moindre mesure les noix de cajou. l’Ouganda et le Burundi dont les revenus fluctuent en fonction du cours mondial. Le café et le thé dominent les cultures d’exportation. plus de 40% du marché de la fleur coupée en Europe. Par ailleurs. Les Etats signataires s’étaient alors engagés à améliorer la production et la disponibilité des engrais à travers le continent africain ainsi qu’à en élargir la demande. leurs économies dépendent considérablement de ces exportations : par exemple. Ainsi. Agra. leur principale culture d’exportation industrielle. l’Alliance for a Green Revolution in Africa (Agra) et d’autres experts des secteurs public et privé ont présenté une série de propositions pour un Africa Fertiliser Financing Mechanism (AFFM) destiné à aider le financement des activités liées aux questions de fertilité des sols et d’engrais en Afrique. hausse de 20% en 2007). le sucre et le tabac sont les principales cultures industrielles exportées par les pays de la CAE. Le thé et les produits horticoles kenyans restent les deux pôles vedettes de l’exportation de ce pays. suivie par les produits de la pêche (perches du Nil du lac Victoria principalement). ADB et AFFM ont demandé aux ministres présents d’augmenter la part du budget national accordé au secteur agricole.Comprendre les pays de la CAE > Une volonté commune d’améliorer la production d’engrais Une réunion consultative a rassemblé le 13 mars 2009 à Nairobi les ministres de l’agriculture et des finances de 9 pays d’Afrique Orientale et Australe pour discuter de la nécessité de créer un organisme régional d’approvisionnement en engrais. Cette initiative entre dans le cadre de la déclaration d’Abuja sur les engrais pour une révolution verte en Afrique du 6 juin 2006. ces deux cultures ayant atteint un niveau de sophistication élevé permettant au Kenya d’en être un acteur majeur au niveau mondial : troisième exportateur mondial de thé noir (quatrième source de devises du pays). Le thé.

5 nc 5 500 781. une production déficitaire Aliments de base des pays de la CAE. Department of Land and Crops Developments and Management and NCPB 2007 et FAO. entraînant une augmentation de la dépendance alimentaire du pays.2 3 373 Blé nc 354 (2007) nc nc 110 Riz 64 532 47 T (2007) nc Nc nc Manioc 709.35 97. Les céréales. Production des cultures industrielles en milliers de tonnes (2005-2006-2007) Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Café 13 53 (2007) 175 15 34 Thé 34 370 (2007) 45 17 159 Sucre de canne 185 5 204 2 173 18 2 041 Sources : Bank of Tanzania. Department of Land and Crops Developments and Management and NCPB 2007 et FAO. Annual report 2005/06. riz) ne sont pas produites en quantité suffisante pour satisfaire les besoins des populations.3% du fait de la mauvaise récolte de café de 2007. Annual report 2005/06 . Coffee Board of Kenya. les céréales (maïs. Tea Board of Kenya. Coffee board of Kenya. Au Kenya. La production de café et de thé dépend particulièrement des aléas climatiques.Comprendre les pays de la CAE les exportations totales du Burundi ont diminué de 14.6 7 000 Bananes plantains 1 600 510 000 (2005) 9 900 2 593 600 Haricots secs 220 300 545 199. blé. 70 . tandis que les prix fluctuent grandement chaque année en fonction des cours mondiaux. la production de céréales a régressé en 2007 alors que la demande a stagné ou augmenté selon les céréales.6 290 Sources : Bank of Tanzania. Production des céréales et légumes des pays de la CAE (en millier de tonnes) 2005-2007 Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Maïs 123 199 2 900 (2007) 1. Tea board of Kenya.

Déjà Oserian et Sher Agencies projettent respectivement de licencier 208 et 545 employés. L’horticulture La Tanzanie et le Kenya sont spécialisés dans l’horticulture. le déficit de certaines céréales est résorbé par les pays membres de la CAE : le Kenya importe donc du maïs de Tanzanie. comme ils l’ont fait en 2008. ont été introduites ces dernières années en Tanzanie. comme celles des fleurs coupées et des légumes. elle représente 33% du PIB agricole. Les ventes à destination du Japon et de la Russie enregistrent déjà une augmentation notable. afin de développer la culture céréalière. 71 . Le Kenya. du Canada. le ministère de l’agriculture conseille aux horticulteurs de diversifier leur clientèle pour ne pas être uniquement dépendants du marché européen. Lorsque le pays peut se le permettre. Le secteur floricole emploie actuellement directement 2 millions de personnes. à interdire l’exportation de maïs. > Le secteur floricole kenyan face à la crise financière La crise financière pourrait provoquer la cessation d’activité de plus de 200 exploitations floricoles. où moins de 10% des fruits et légumes produits sont transformés. ces pays peuvent être amenés. Cependant. et les marchés du Moyen Orient et de l’Asie font l’objet d’une importante prospection. Les exploitations de fleurs emploient des techniques agricoles très sophistiquées et le Kenya détient la première place sur le marché des fleurs de l’UE (40% de part de marché). C’est le sous-secteur agricole le plus important. Depuis février 2009. dont la future National Biosafety Authority devra réglementer l’utilisation. Certaines fonctionnent à perte et pourraient donc envisager de licencier un tiers des employés. De nouvelles activités.6% en 2008. en temps de crise. le Kenya est le seul pays de la CAE à avoir autorisé la mise en culture d’OGM. d’Ouganda ainsi que du sucre. des Etats-Unis. Au Kenya. le déficit est comblé par les importations. Ses exportations ont progressé de 82% en 2007 et de 28. du riz du Pakistan et d’Inde. et a connu ces dernières années une progression considérable (+ 63% au Kenya en 2008…).Comprendre les pays de la CAE En temps normaux. Il existe des opportunités dans la transformation et le conditionnement des produits destinés à l’exportation. l’Ouganda et le Burundi ont importé en 2007 environ 500 millions USD de blé d’Argentine. Néanmoins.

cette implication durable donne tout son sens à notre engagement et c’est ainsi que nous sommes certifiés commerce équitable par Flo-Cert (Max Havelaar) depuis octobre 2008. (…).7% 0.08% 0.02% 6.7% 0.12% 10.9 0. (…) Relevant ce défi nous franchissons en 2002 un pas décisif avec la création d’une filiale au Kenya.Comprendre les pays de la CAE Exportations des produits horticoles des pays de la CAE (2007) Fleurs coupées et feuillage Pays Légumes Fruits et noix En valeur Part des En valeur Part des En valeur Part des (millions exportations (millions exportations (millions exportations USD) totales USD) totales USD) totales 0. produisant des roses. » 72 . (…) Bigot Flowers Kenya Ltd est situé à Naivasha (…) à 80 kilomètres de Nairobi et emploie plus de 1 000 personnes. ce sont plus de 200 000 roses qui sont coupées et exportées vers l’Europe. Grande-Bretagne.8% 0. Suisse).52% 2.1% 1. nous sommes fiers de relever les défis sociaux et environnementaux à notre niveau. Irlande.6 24.4% Burundi (2008) Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Source : Global Trade Atlas Une implantation française au Kenya Jean-Philippe BIGOT dirige son entreprise « Bigot Fleurs » depuis 50 ans près du Mans.2 30 0.4 0. (…) Nous avons également conquis des marchés en Europe (PaysBas.2 2. Chaque jour.1% 0. Allemagne.17 442 35.4 0. Notre exploitation bénéficie de conditions climatiques et agronomiques optimales.3% 1. Enfin. des tulipes et du muguet « Notre secteur n’échappe pas à la mondialisation et les contraintes de coûts en Europe menaçaient la survie de notre production.95 58 0.034 258 14.18% 0.8% 2.1% 0.3% 1.112 34.6 0.

créent de graves problèmes de dégradation de l’environnement et d’érosion. ce dernier pays détenant le troisième cheptel d’Afrique avec une production de viande représentant 30% de son PIB agricole. notamment en Tanzanie. entraînant une forte hausse des exportations (37% en volume).Comprendre les pays de la CAE La production de légumes au Kenya progresse grâce à l’augmentation des superficies et des rendements. Le nombre important de têtes de bétail et l’empiètement des cultures sur les terres marginales. Les pays de la CAE sont autosuffisants dans la production de viande.1 millions L en 2007). des petits éleveurs dont les Masaï. Les laiteries ont revu leurs volumes d’exportation à la baisse afin de répondre à la demande nationale. surtout en périodes de sécheresse. Le déficit est compensé par des importations principalement sous forme de lait en poudre en provenance d’Europe. L’élevage L’élevage est surtout la spécialité du Kenya et de la Tanzanie. Le Kenya exporte son bétail sur pied (et du lait transformé) vers ses voisins de la CAE ainsi que vers l’Arabie Saoudite. Toutefois. Ce sont surtout les nomades. les Emirats Arabes Unis et certains pays de la Comesa (les exportations de lait kenyanes s’élevaient à 22. les filières viande (et lait) ne sont pas encore structurées et des efforts de modernisation sont nécessaires. En Tanzanie comme au Kenya. La demande régionale de lait s’établit à 14 milliards de litres contre une production de 12 milliards par an. les gouvernements doivent résoudre les problèmes récurrents des razzias de bétails et des conflits liés au contrôle des points d’eau dans les régions arides et semi arides des frontières. L’industrie laitière L’Afrique de l’est fait face à un déficit en lait accentuant la pression sur le Kenya. principal fournisseur de la région. 73 . qui possèdent le bétail : 70% des animaux leur appartiennent au Kenya et 99% en Tanzanie. L’horticulture offre des opportunités immédiates pour les entreprises françaises : engrais liquides pour la floriculture et semences de légumes et fleurs.

menacé par la pollution et la surexploitation. La pêche représente 1. ce qui impliquerait une nouvelle gestion des ressources comme une diversification des activités économiques vers l’aquaculture (très en retard). générant 41 millions EUR par an. Les pays membres de la CAE prévoient la création d’un régime unique de pêche qui autoriserait la pêche transfrontalière. Le lac Victoria fait vivre 2 millions de personnes dont 130 000 pêcheurs (juin 2008) et répond au besoin de consommation annuelle de poissons de presque 22 millions d’habitants de la région. dont 250 millions USD représentent des exportations de la perche du Nil.63% du PIB de l’Ouganda). L’Ouganda exporte 140 millions USD par an de produits de la pêche et le Kenya exporte également en Espagne.Comprendre les pays de la CAE La capacité de traitement installée au Kenya est de 1 milliard de litres et la production allait croissant depuis 2002. A court et moyen terme une mauvaise gestion des ressources aboutira à une perte considérable des revenus de la pêche : environ 61% des recettes ont été ainsi perdues au Kenya. année où Kenya Cooperative Creameries (KCC) a été remise à flot. 90% des produits de la pêche proviennent du lac Victoria. La pêche La pêche est un secteur à fort potentiel de valeur ajoutée. L’activité intense qui règne sur le lac conduit à une surexploitation des ressources halieutiques (en Ouganda les prises de perches du Nil ont diminué de moitié entre 1999 et 2007). Afin d’éviter la disparition de la perche du Nil. Mais suite aux violences postélectorales qui ont perturbé les livraisons de lait et à la période de sécheresse qui a suivi. La CAE va imposer de nouvelles réglementations sur les activités de 74 . en France et en Italie. La Banque mondiale vient d’approuver un prêt de 90 millions USD pour préserver l’écosystème du lac Victoria. soit environ 800 000 t évaluées à 590 millions USD. cette capacité a chuté de façon semble-t-il assez importante. en Tanzanie et Ouganda en 2006. et accélérer la coopération entre les pays qui ont accès au lac.26% du PIB de la Tanzanie (et 1. il faudrait réduire les prises de 40%.

et Burundi -32 MW-.Comprendre les pays de la CAE pêche sur le lac Victoria qui incluront l’émission de licences pour les pêcheurs et l’inspection des équipements de pêche qui ne sont actuellement soumis à aucune règle. à cause notamment d’un outillage archaïque. Il s’agit essentiellement de ressources hydrauliques. l’Irish Aid. L’Afrique de l’est possède deux spécificités : – une très faible densité de raccordement au réseau : un peu moins de 2 millions de foyers pour une population de 122 millions d’habitants . le secteur de la pêche en mer est resté assez artisanal au Kenya et en Tanzanie. Les deux autres sources alternatives développées sont l’éolien. Pour cela. 75 . d’une sous utilisation d’engrais ayant pour conséquence un épuisement des sols. > L’Irlande octroie une aide de 200 millions USD pour développer l’agriculture tanzanienne Les rendements agricoles sont très faibles en Tanzanie. Afin d’éviter une crise alimentaire. mais les potentialités sont loin d’être négligeables. Tanzanie -700 MW-. accorde un don de 200 millions USD pour soutenir les programmes de développement de l’agriculture de la Tanzanie. La production de la zone est légèrement inférieure à 2 500 MW (soit environ 3% de la capacité installée française) : Kenya 1 300 MW-. des caprices du climat avec une saison des pluies de plus en plus tardive et moins importante. en particulier dans l’aquaculture. Rwanda -55 MW. – une part des énergies renouvelables nettement au-dessus de la moyenne mondiale. Ouganda -255 MW-. 60% en Afrique de l’est contre 16% au niveau mondial. d’un sol trop acide nécessitant un traitement à la chaux des surfaces arables. l’agence de coopération irlandaise. d’infrastructures inadaptées. Energie Les pays de la Communauté d’Afrique de l’est (CAE) ne figurent pas parmi les principaux producteurs du continent africain. il est nécessaire de développer l’agriculture en encourageant notamment l’emploi des engrais et de la chaux. et la géothermie pour le Kenya. Enfin.

suivie par l’Ouganda (86%). à la plus grave crise énergétique de leur histoire. comme l’Ouganda en 2005. avec des fortunes diverses. la Tanzanie et le Rwanda (60%) et enfin le Kenya (57%). le Rwanda et la Tanzanie ont dû faire face. Production électrique Production (MW) : 2 342 % hydro 76 . l’accès à l’électricité pour une majorité de leur population et enfin la mise à niveau de leurs infrastructures (production. En 2006.Comprendre les pays de la CAE Les différents pays cherchent à quelques variantes près à structurer leur filière électrique. transmission et distribution) avec un quasi monopole d’un opérateur public dont la capacité d’investissement reste faible. conséquence de la sécheresse. pour leur permettre de relever 3 défis : la diversification des ressources -l’hydraulique représentant encore plus de 50 % de la production-. le Burundi. sauf dans les cas kenyan et ougandais. tous ces pays ont cherché à diversifier leurs sources d’approvisionnement ou à construire de nouveaux barrages. Une trop forte dépendance aux ressources hydrauliques La dépendance hydraulique du Burundi s’élève à 90%. Avec une production amputée alors de près de 50 %.

pour le Kenya. qui utiliserait du charbon importé (sans doute d’Afrique du Sud). L’exploitation de cette région. Tancoal Energy3 Ltd a annoncé début 2009 le début de la construction d’une centrale électrique au charbon de 400 MW près de la mine de Mchuchuma. 2019 et 2021). De son côté. la mine exploitée depuis les années 1970 et dont la production ne cessait de diminuer. Parallèlement. concentrées dans la région de Mbeya. D’après KenGen. Seule la Tanzanie dispose de charbon. 2 3 Potentiel important en gaz de méthane dans le lac Kivu (réserves estimées à 55 milliards de normaux mètres cubes). et leur mise en œuvre est la plus rapide. L’Ouganda et la Tanzanie disposent encore d’un potentiel important de sites hydrauliques leur permettant de faire face à leur consommation interne. a publié un appel à candidature pour l’indentification des consultants pour le projet (mine et centrale thermique) de la région du Mchuchuma. le ministère de l’énergie kenyan (MoE) mène des travaux d’exploration du charbon dans le bassin de Mui (500 km2) situé dans les districts de Kitui et Mwingi. a lancé une étude de faisabilité sur la construction d’une centrale thermique au charbon de 300 MW (partenariat public-privé) à Mombasa. le Mtwara Corridor Development SDI (Spatial Development Initiative). Il s’agit d’une joint venture entre la National Development Corporation tanzanienne et Pacific Corporation East Africa. en collaboration avec le producteur public d’électricité kenyan KenGen. Après un épisode douteux de privatisation – renationalisation. la construction de cette centrale. En parallèle. dans la région du Ruvuma. le MoE. propriété de l’Australien Atomic Resources Limited 77 . avec des réserves prouvées estimées à 300 millions de tonnes -source NDC-. se ferait en 3 phases de 100 MW chacune (2015. pour la Tanzanie et le Rwanda2 constituent les deux principales ressources alternatives. programme régional de la SADC poussé par les Sudafricains. avec la mine de Kiwira. dont le démarrage est prévu dès 2011. et le gaz.Comprendre les pays de la CAE Le diesel. viendrait d’obtenir un crédit du gouvernement chinois. l’Ouganda et le Rwanda. riche en charbon et en fer. devrait permettre à l’opérateur public Tanesco de fournir une électricité de meilleure qualité et en plus grande quantité aux populations et industries des régions de MtwaraLindi (côte) et de Mbeya (centre).

la Tanzanie (12%) et le Kenya (20%). Les capitales économiques absorbent plus de 95% de la consommation à Kigali. l’Ouganda.8 M Nombre d’usagers : 1.Comprendre les pays de la CAE Une faible densité électrique et une concentration des centres de consommation Le Burundi occupe la dernière place du palmarès (3% des ménages connectés) derrière le Rwanda 5%. qui représente entre 60 et 85% de la population totale : moins de 2% des ruraux en Tanzanie et en Ouganda. 50% à Nairobi. Nombre d’usagers : 1. 3% en Ouganda et 6% au Kenya sont connectés. Kampala et Dar Es Salaam en Tanzanie. Les statistiques apparaissent encore plus disparates rapportées à la population rurale.8 M 3% Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie 33% 47% 11% 5% % des foyers connectés % des foyers connectés Tanzanie Rwanda Ouganda Kenya Burundi 0% 5% 10% 15% 20% 78 .

un projet important (30 MW) de cogénération à partir de la bagasse devrait être prochainement finalisé par la raffinerie de sucre de Mumias dans l’ouest du Kenya.2 KES/kWh. De leur côté. plusieurs fermes sont à l’étude au Kenya. En termes d’énergie éolienne. la demande énergétique connaît une croissance soutenue : en moyenne plus de 11% l’an pour la Tanzanie. Les pertes techniques et commerciales du réseau de transport/distribution culminent en Ouganda (entre 30 et 40%). d’ici 2012 par un consortium privé. disposent d’une entité chargée du développement de l’électrification rurale. Turkana Wind Power. L’habitat dispersé rend difficiles et coûteuses l’électrification et l’extension du réseau en zones rurales. rapporté à la superficie des différents pays. Son potentiel encore inexploité est très significatif (7 000 MW4). 8% environ pour le Kenya et l’Ouganda. 79 . Le réseau de transport et de distribution est encore limité. Le plus ambitieux concerne la construction d’une ferme éolienne de 300 MW à Loiyangalani (nord du Kenya. suivi par le Burundi (24%). Enfin. suivi par l’Ouganda (450 MW). les autorités burundaises et rwandaises sont encore en phase d’études dans ces domaines. prés du lac de Turkana). 4 Selon les chiffres du ministre de l’Energie kenyan. le Kenya et la Tanzanie affichant des taux proches de 20%.Comprendre les pays de la CAE Un potentiel d’énergie renouvelable inexploité Le cas du Kenya est particulier : c’est le premier pays africain à avoir développé l’énergie géothermique (128 MW. le prix d’électricité à partir de la géothermique se situerait à moins de 4. Des infrastructures de transport et de distribution à développer Malgré un marché peu solvable. soit 11% de la capacité installée). C’est pourquoi tous les pays à l’exception de l’Ouganda et du Rwanda. ce dernier ne le considérant pas pour l’instant comme prioritaire. Le Rwanda n’en est qu’au stade d’évaluation de la ressource géothermique. à l’initiative de l’opérateur public KenGen ou d’acteurs privés.

suédois.entre 10 et 30% du total -. Tous les pays sont importateurs nets d’hydrocarbures Les pays d’Afrique de la CAE sont largement dépendants des importations pétrolières. sans résultat pour l’instant. Ce poste figure parmi les principales rubriques des achats des différents pays . norvégiens…). Si la Tanzanie exploite déjà ses réserves gazières. les autres pays de la zone ne disposent pas de ressources pétrolières avérées. Les autres pays continuent à mener l’exploration de cette ressource (droits d’exploration octroyés à des opérateurs de second rang : australiens. l’Ouganda n’a pas encore lancé la production pétrolière et le Rwanda sa production gazière. mais encore à petite échelle. Les principaux fournisseurs en pétrole de ces pays sont : les Emirats Arabes Unis (59% des importations kenyanes de pétrole . 39% des ougandaises 80 Total . chinois.Comprendre les pays de la CAE Ouganda Tanzanie Rwanda Burundi Kenya Superficie (km²) Nombre d’usagers Production (MW) Consommation /Pic Lignes 220 KV (km) Lignes 230 KV (km) Lignes 132 KV (km) Lignes 66 KV (km) Lignes 63 KV (km) Lignes 45 KV (km) Lignes 33 KV (km) Lignes 20 KV (km) Lignes 11 KV (km) 582 640 850 000 1 300 1 265 1323 2122 632 945 000 602500 700 600/700 2624 1441 486 230 040 200 000 255 300 6496 1115 54 26 340 97 000 55 62 27 830 56 000 32 56 1553980 4238500 3798 10777 0 8662 3407 5 475 24217 245 29800 11163 21918 9796 4439 3258 3443 Source : SER de Nairobi Une filière d’hydrocarbures largement dépendante des importations A part l’Ouganda (pétrole) et la Tanzanie (gaz naturel).

4 1770. en plus de sa participation.6 978. montant des importations hors transit : Diesel 640 000 m3 / Essence 375 000 m3 / Kérosène 157 000 m3 / Jet A1 145 000 m3 81 . les autres pays du Golfe (l’Arabie Saoudite étant le premier fournisseur du Burundi avec plus de 75% de ses importations) et l’Inde (14% des importations kenyanes . réorientés vers la RDC.Comprendre les pays de la CAE et 27% des tanzaniennes). en partie. le Rwanda. l’investissement étant estimé à 320 millions USD. soit une facture de 1.ke) située près du port de Mombasa existe au Kenya (65 000 b/j alimentée par des importations de brut) était détenue à parité par l’Etat et 3 majors pétroliers (Shell.5 2925.4 2940. BP et Chevron). dont 38% de produits bruts en 2007 : 62 000 tonnes de fuel lourd et 720 000 t de produits blancs (dont 65% de diesel et 28% d’essence).24 % + 14 % +5% + 58 % 5 6 7 8 118.elle date de 1959 -. Selon EWURA (Energy and Water Utilities Regulation Authority).9 milliard USD (par loi. s’engager à financer la modernisation nécessaire de cette raffinerie. Les achats du Burundi sont.7 Part pétrole Evolution dans 2007/2006 importations totales + 6096 % . le Sud-Soudan…).86 658. Représentent 650 millions USD (soit 20% du total des importations ougandaises). Le Kenya est le principal importateur (mais une partie est réexportée vers l’Ouganda.9 182. les infrastructures de 5 6 7 8 Le Kenya importe: 3. de petite taille et obsolète.7 millions de tonnes en 2007. Ces derniers cherchaient depuis au moins deux ans à céder leur participation. 13% en Tanzanie et 13% en Ouganda).5 28% 21% 19% 9% 30% Source : GTA (douanes) La seule raffinerie de la région (KPRL : Une seule raffinerie. la totalité étant importée via le Kenya.co. suivi par la Tanzanie et l’Ouganda. qui est vétuste .4 61. www. Le repreneur doit. L’Indien Essar a été finalement retenu en 2009.4 1930. En effet. Importations en valeur (millions USD) et en quantité (milliers de t) des différents pays de la zone en 2007 Millions USD Burundi Kenya5 Ouganda Rwanda Tanzanie8 7 Evolution Milliers de T 2007/2006 2751% 10% 21% -34% 63% 226.kprl. 75% de ces besoins sont importés via appel d’offres commun et transformés dans la raffinerie de Mombasa (KPRL).

ce qui rend très hypothétique sa rentabilité9. occupe une position stratégique car elle est au centre de la ceinture de cuivre (copperbelt) de la zone. détenue à parts égales par le gouvernement zambien et Total. l’une vers Eldoret et l’autre vers Kisumu. relie le port et la raffinerie de Mombasa à Nairobi et Nakuru avec deux extensions. soit +7% en moyenne annuelle. détient le monopole de distribution. mais ces deux sociétés traversant des crises sociales et financières. soit une facture de 1. cet oléoduc relie le port de Dar Es Salaam à la ville zambienne de Ndola. Selon les autorités kenyanes. A terme. chacune de ces villes ayant un dépôt de distribution (4 millions de m3 transportés en 2007. long de 900 km. dont 29% destiné à l’export-Ouganda et Rwanda).9 milliard USD). Sa capacité de transport est réduite de moitié (soit environ 600 000 tonnes de brut par an). 10 Cette raffinerie. Ltd (KPC : www. Le second oléoduc. 82 . Tazara pour le sud de la Tanzanie et TRL pour le nord du pays.6 million de tonnes) ne sera pas augmentée.ke). la future extension 9 Par loi. Kenya Pipeline Co. Tazama (Tanzania Zambia Mafuta).kpc. Une extension de l’oléoduc kenyan existant (Mombasa-Eldoret) d’Eldoret à Kampala (325 km en 8 pouces de diamètre) est prévue (contrat attribué au Libyen Tamoil). Mis en service en 1968 et détenu à un tiers par le gouvernement tanzanien et le solde par le gouvernement zambien. Une partie néanmoins du trafic passe par le rail. Le reste des pays est approvisionné en hydrocarbures par la route. mais sa capacité (1. L’oléoduc kenyan. Le gestionnaire public de cet oléoduc.Comprendre les pays de la CAE la raffinerie doivent faire l’objet de réhabilitation afin d’optimiser le raffinage. La chaîne Le transport des produits pétroliers dans les d’approvisionnement pays de la CAE est assuré en amont par deux est assurée par deux oléoducs et le solde oléoducs (Nairobi-Eldoret et Dar Es Salam-Zambie) par la route et le solde par la route. l’option ferrée reste moins fiable que la route. est long de 1710 km et traverse la Tanzanie pour fournir en produit lourd (un mélange difficile à trouver de brut et de gazoil) la raffinerie IndENI10 en Zambie.7 millions de tonnes en 2007. ce qui lui assure un marché captif. 75% des besoins en pétrole brut sont importés via appel d’offres commun et transformés dans la raffinerie (75 000 b/j). Le Kenya importe la totalité de ses besoins en produits pétroliers (3. cette raffinerie permet au Kenya de maîtriser l’aval de la chaîne pétrolière à défaut de maîtriser l’amont.co.

proche du port de Muhagi sur les bords du lac Albert. la consommation de GPL ne devrait pas dépasser les 10 000 t/ an. d’où la nécessité soit de traiter localement (liquéfier) soit de transporter par route. 83 . 11 Ce coût est dû à une capacité de production de la raffinerie limitée (moins de 30 000 T/an) par rapport aux besoins nationaux et des pays voisins et un coût du temps d’attente des bateaux dans les quais d’amarrage lié à la faible capacité de stockage répercuté sur le prix final 12 Cette unité. Heritage Oil Ltd. aurait due être opérationnelle au second semestre de 2010. Cette filière est encore peu développée en Une filière de GPL peu développée Afrique de l’est. Seules les deux premières ont commencé la phase d’exploration. le Maroc (consommation de 2 millions T/an). le transport par oléoduc paraît difficile. très loin du leader africain. tandis qu’elle n’atteint que 8 000 t/an pour la Tanzanie. L’idée de construire une mini-raffinerie12 (4 000 b/j). La ressource décelée étant très lourde. Lancés en 1989. La consommation de GPL progresse tout de même de 10% par an en moyenne au Kenya malgré un coût élevé11. dispose d’une capacité de 1 000 t et celui de BP de 300 t. le pays le plus consommateur étant le Kenya (60 000 t/an de gaz. Ils sont aujourd’hui les deux seuls importateurs de GPL. moitié en GPL et moitié par des industriels). de se lancerpétrolière production La première découverte. Le Britannique Tullow table sur 2010 pour le démarrage de sa production avec 4 000 b/j pour atteindre 150 000 b/j d’ici 12 ans (le seuil de consommation actuelle ougandais est de 11 000 b/j). Elle aurait produit 156 000 tonnes de fuel lourd (destinées à la future centrale thermique de 50MW également construite par Tullow) et 32 000 tonnes de produits blancs (diesel).Comprendre les pays de la CAE Kampala-Kigali-Bujumbura (830 km) pourrait être réalisée par ce même opérateur. La principale raison de cette faiblesse réside dans l’insuffisance de la chaîne logistique. pour un marché dont la demande ne cesse d’augmenter. En Ouganda. Neptune Petroleum (filiale de Tower Ressource Plc) et Dominion Petroleum Ltd. Quatre compagnies pétrolières se partagent actuellement les cinq blocs off-shore cédés en Ouganda : Tullow Oil Plc. celui d’Oryx. les travaux d’exploration L’Ouganda envisage dans la pétrolière ont pris plus de 15 ans avant d’aboutir. située à l’ouest du pays d’ici 2010 dans le bassin du lac Albert. fut annoncée fin 2006. Il existe deux entrepôts à Dar Es Salaam : le plus important.

a été abandonnée car les estimations de réserve ont été revues à la hausse au premier trimestre 2009. suite à la découverte d’un gisement de 600 millions barils offshore (bloc 2). Récapitulatif des intérêts par bloc Tullow Bloc 1 Bloc 2 Bloc 3A Bloc 4B Bloc 5 100% 50% 100% 50% 50% 100% Heritage 50% Neptune Dominion Source : SER Nairobi 84 .Comprendre les pays de la CAE envisagée au départ.

Comprendre les pays de la CAE Seule la Tanzanie dispose de réserves prouvées de Seule la Tanzanie exploite le gaz naturel pour ses gaz naturel (anormalement riches en méthane. une partie alimentant environ une trentaine d’entreprises industrielles et l’autre partie servant à la production d’électricité de Tanesco. situé dans la région méridionale de Mtwara et géré par Artumas. La Banque Africaine de Développement a financé en janvier 2009 une étude (561 700 USD). avec deux sites de production. extrait du gaz pour la production d’électricité locale. Songas. ce qui serait une première. carburant pour les véhicules (une usine de compression de gaz naturel a été inaugurée en juillet 2009). le Kenya devrait lancer une étude sur la construction d’un terminal GNL au port de Mombasa. Le premier (le plus important et le plus ancien). Toutefois. le Français Maurel & Prom réalise des forages de prospection autour de l’île de Mafia. sur un projet de gazoduc entre Dar Es Salaam. Tanga et Mombasa. L’autre site de production. Si cette option est retenue. est situé sur l’île de Songo-Songo et opéré par le Canadien Panafrican Energy.besoins internes 96%-). puis Morogoro. la société envisage un projet de gaz compressé transporté par barge. De son côté. A terme. qui est en cours. Par ailleurs. les réserves probables n’ont aujourd’hui pas été vérifiées et l’entreprise affiche un certain pessimisme. Un gazoduc de 230 km de longueur achemine 70 Million Standard Cubic Feet/jour jusqu’à Dar Es Salaam. Voir schéma à la page suivante : L’exploitation pétrolière en Tanzanie. Panafrican est en train de diversifier son offre : utilisation de gaz pour le besoins hôteliers en remplacement du mazout. ce terminal rentrerait en concurrence avec les projets potentiels de gaz naturel compressé d’Artumas ou encore du gazoduc reliant Dar Es Salaam à Mombasa. 85 .

Elle reçoit la plus grande part de l’aide internationale dans le domaine des infrastructures. la route représente le principal mode de transport dans la région d’Afrique de l’est (moyenne de plus de 90% de la circulation des biens).Comprendre les pays de la CAE L’exploitation pétrolière en Tanzanie Source : SER Nairobi Transport Le transport des marchandises est principalement routier 86 Malgré un état général dégradé. .

Comprendre les pays de la CAE Cela s’explique pour plusieurs raisons : une plus grande flexibilité du transport routier. Le réseau routier dans la CAE : existant et en projet Source : Banque Mondiale et SER Nairobi Le réseau régional est composé d’environ 245 000 km de routes. En dépit 87 . une flotte de camions importante et un différentiel « prix » avec le chemin de fer très faible : alors qu’il est de 30% au niveau mondial il n’est que de 10% dans la région. Signe d’un tissu industriel plus développé et d’une ouverture internationale plus grande. le réseau routier kenyan représente à lui seul plus de 70% du réseau total et 50% des voies goudronnées. Il est structuré autour de trois corridors (carte ci-dessous). dont seulement 7% (soit 17 000 km) sont bitumées.

les différents pays. Un réseau ferroviaire datant surtout de l’époque coloniale. les efforts des autorités en matière de rénovation. si le cadre réglementaire était bien défini. De même. cherchent à renforcer le cadre institutionnel et la gouvernance du secteur avec la mise en place d’agences routières (cas du Kenya par exemple) et des fonds d’entretien routier autonomes (Kenya. le faible usage des TIC ne permet pas encore une communication effective entre les différents acteurs de la chaîne logistique. Le coût du transport dans la région représente ainsi 45% du coût de production comparé à une moyenne de 15% dans les pays développés. ce qui permet d’amortir le coût des trajets trop longs. L’implication du secteur privé dans le développement des infrastructures routières pourrait. les stations de pesage. La vétusté et le manque d’entretien 13 Les systèmes d’information utilisés par les différentes douanes ne sont pas harmonisés à l’échelle régionale. en perte de vitesse Les réseaux ferroviaires assurent une part réduite (moins de 10%) du transport des marchandises de la zone CAE. d’importants délais étant causés par les nombreux barrages routiers de la police. l’harmonisation du cadre réglementaire dans la zone reste à faire : 8 tonnes à l’essieu en Tanzanie contre 6 au Kenya. alors qu’ils constituent sans doute le meilleur moyen de transport compte tenu des distances et des produits transportés (matières premières en vrac et conteneurs). tant au Kenya qu’en Tanzanie) sont loin de répondre aux besoins actuels. Afin de pallier ces carences. Burundi. en partie concédé. Rwanda). contribuer à atténuer le double problème du manque de financement et de la lenteur d’exécution des projets. d’extension et de sécurité (3 000 morts par an. Un point commun cependant : la surcharge des camions est systématique. par exemple. Ces différents éléments entravent la compétitivité des produits de la zone.Comprendre les pays de la CAE de la prépondérance de la route comme principal mode de transport au sein de la zone. 14 48 heures par exemple à Malaba 88 . De même. avec l’appui des bailleurs de fonds. les procédures de dédouanement13 trop longues aux postes frontaliers14et la corruption assez générale de tous ces intervenants.

réseaux ferroviaires nationaux et binationaux tantôt publics tantôt concédés. Seuls le Rwanda et le Burundi ne disposent pas de ligne ferroviaire. sans conteste. réceptionnent les trois quarts du trafic portuaire de la zone. espérant qu’ils pourraient seuls procéder aux investissements nécessaires. La longueur totale du réseau de la zone CAE s’élève à 8 210 km : Tanzanie (3 600 km). Ouganda. Le résultat. car il peut connecter les pays de la CAE à ceux de la SADC. Mombasa et Dar Es Salaam. Kenya (3 360 km) et Ouganda (1 250 km). sauf le Tazara construit par les Chinois pour relier Dar Es Salaam à la Zambie. la porte d’entrée privilégiée du Kenya bien sûr. Rwanda. mais aussi des pays enclavés de la zone (sud de l’Ethiopie. Erreur : sans support public. Sud-Soudan. il faut compter entre 20 et 25 jours pour transporter des marchandises entre le port de Mombasa et Kampala. affectent la fluidité 89 . les acteurs privés n’ont pu assurer les financements nécessaires à la remise en état des infrastructures concédées et à l’achat de nouveau matériel roulant. ce réseau n’est que très partiellement interconnecté (Kenya-Ouganda) et reste très hétérogène : écartements différents. c’est que les réseaux concédés sont encore moins performants qu’auparavant. Des ports nombreux mais mal dimensionnés par rapport aux besoins actuels Les deux principaux ports maritimes de la région CAE. La durée de transport par le rail reste extrêmement longue et aléatoire. en ont cédé la gestion à des opérateurs privés. ont favorisé la concurrence du transport routier. dans une moindre mesure. Si le premier reste. Ouganda et Tanzanie) étant dans l’incapacité de financer les investissements. le nord-est de la RDC et le Burundi).Comprendre les pays de la CAE des voies et du matériel roulant ainsi que la mauvaise gestion. Construit durant la période coloniale (allemande en Tanzanie. Les Etats (Kenya. contre seulement 10 jours par la route. conjuguées à leur mauvaise gestion actuelle. le port de Dar Es Salaam jouit d’une meilleure situation géographique. plus souple et répondant mieux à la demande. Les capacités portuaires limitées de Mombasa et de Dar Es Salaam. britannique au Kenya et en Ouganda). et. A titre d’exemple.

et des projets d’extension et de déconcentration. La région compte également une douzaine de ports secondaires. entraînant des surcoûts qui grèvent le prix des importations et des exportations. De même. Pour pallier ces carences. ont toutefois permis d’améliorer la situation. tant sur la façade maritime kenyane et tanzanienne. l’Ouganda et la Tanzanie. Le manque d’investissements significatifs dans la dernière décennie et la forte croissance de l’activité portuaire ont contribué à l’encombrement des infrastructures. Des progrès récents. les installations vont également faire l’objet de modernisation afin d’accompagner la croissance attendue du trafic des marchandises et l’essor économique de la région. en particulier au port de Mombasa. Les ports de Mombasa et de Dar Es Salaam prévoient ou ont procédé dans un premier temps à la cession d’une partie de leurs opérations portuaires à des opérateurs privés : gestion du terminal de conteneurs du port de Dar Es Salaam depuis 2001 par la société TICTS (filiale d’Hutchinson Wampoah . à partir notamment du lac Tanganyika. qui permettent de desservir les pays enclavés de la zone. La moitié de ces ports secondaires sont ainsi des ports intérieurs. qui borde la Tanzanie.Hong Kong) au titre d’une concession de 10 ans. le secteur des infrastructures portuaires au secteur privé (concession de ports secs au Kenya et en Tanzanie) tout en tentant de garder la main. le Burundi. qu’à l’intérieur des terres. la RDC et la Zambie. et du lac Victoria partagé par le Kenya. 90 .Comprendre les pays de la CAE de la chaîne logistique dans la région. cession prochaine de la gestion de deux des quais porteconteneurs du port de Mombasa à un opérateur privé. sur les grands lacs. avec parfois un certain succès. les pouvoirs publics ouvrent progressivement. L’activité commerciale des ports secondaires est très faible.

dont 26% du capital appartient au groupe Air France-KLM. La présence d’un champion régional. Une réussite : Kenya Airways.Comprendre les pays de la CAE Réception de tonnage (en millions de tonnes) 0. qui détient l’essentiel du capital des compagnies aériennes nationales. Il reste néanmoins largement dominé par le secteur public. pousse les autorités kenyanes à financer des infrastructures conformes aux standards internationaux.5 10 Mombasa Dar Es Salaam 16 Bujumbura Nombre de conteneurs de 20 pieds 300000 Mombasa 600 000 Dar Es Salaam Source : SER Nairobi Le transport aérien en forte progression Le transport aérien connaît une nette progression ces dernières années. tiré par l’explosion du tourisme. Kenya Airways. Deux pays. le Kenya et la Tanzanie. ont procédé à un retrait dans le capital de leur opérateur national avec des fortunes diverses. Le ralentissement actuel du trafic pourrait se traduire par un regroupement de certaines compagnies publiques faiblement capitalisées. la bonne performance du secteur horticole et l’arrivée de nouvelles lignes étrangères. Un 91 .

Il existe 9 aéroports internationaux. ne disposent pas de moyens financiers pouvant concurrencer les acteurs tant régionaux qu’internationaux. qui ambitionne de devenir la plaque tournante de la région d’Afrique de l’est et des Grands Lacs. encore naissantes. Air Burundi et Air Uganda). South African Airways. Les grandes infrastructures sont en règle générale sousdimensionnées par rapport aux besoins du trafic.5 nc nc % du trafic total du pays 70% nc 99% nc nc Source : SER Nairobi Aéroport de Nairobi Dar Es Salaam Entebbe Kigali Bujumbura Zanzibar Capacité d’accueil 2. mais également en Angola ou au Ghana. Plus de la moitié est constituée de pistes d’atterrissage situées dans des villes difficilement accessibles. de Zanzibar ou encore le projet de nouvel aéroport à Bugesera au Rwanda. l’émergence dans la région de compagnies aériennes low cost africaines. qui se développe au Kenya. comme FLY 540. Precision Air.9 0.5 nc 2.2 0. dont le trafic est essentiellement composé de touristes. et plus de 200 aires d’atterrissage dans la zone CAE. Cette mauvaise performance s’est traduite par la montée en puissance d’un nouvel opérateur privé en Tanzanie. dont le plus important est le Jomo Kenyatta International Airport (JKIA) de Nairobi.5 nc nc 92 . Les aéroports des pays de la CAE Nombre de passagers (en million) 4. en particulier dans les parcs naturels. comme le prouvent les projets de réhabilitation des aéroports de Nairobi . toutes placées sous le contrôle de l’Etat. dont 49% du capital appartiennent à Kenya Airways. Les autres compagnies aériennes de la région (Rwandair Express. de Dar Es Salaam. Le solde concerne des aéroports secondaires. n’a pu épurer les dettes.5 0. A noter toutefois.8 1. dont le repreneur. Les besoins en rénovation sont donc importants.Comprendre les pays de la CAE échec : Air Tanzania Company Ltd (ATC).

la CAE représentait en 2007 : – 13.1% en 2006) . 300 000 foyers seraient disposés à payer 100 USD par mois pour une connexion de 256 Kbits. 3 millions d’internautes. L’accès personnel est relativement rare. – 9% du nombre total d’abonnés à la téléphonie mobile en Afrique (7. – 8. compte tenu du coût des ordinateurs et surtout du coût d’accès. L’accès aux télécommunications présente de nombreuses disparités parmi les pays de la CAE. Il compterait en 2008. nettement supérieurs à la moyenne africaine.7% en 2006) . car la législation ne le permettait pas (la loi sur les communications kenyanes autorisant la signature électronique et le paiement électronique sur Internet n’a été adoptée qu’en janvier 2009).5% du nombre total d’utilisateurs d’Internet en Afrique (8. de la téléphonie fixe et d’Internet est le plus élevé. C’est une des raisons pour lesquelles. suivi par la Tanzanie et l’Ouganda. Le Kenya affiche des taux de pénétration téléphonie mobile et utilisateurs Internet. Les abonnés et utilisateurs d’Internet restent peu nombreux et se cantonnent généralement au milieu professionnel et aux cybercafés. peu d’achats sont effectués via Internet. dans des pays comme le Kenya.Comprendre les pays de la CAE Télécommunications Poids de la CAE en Afrique Selon les derniers chiffres de l’Union Internationale des Télécommunications. Sur le segment professionnel. Le Kenya est le pays de la Communauté où le taux de pénétration des téléphones mobiles. sur les 40 000 entreprises existantes seulement 5 000 auraient accès à la large bande.1%% en 2006) . 93 . 2% des foyers auraient accès à la large bande. – 2. Entre 80 et 100 millions de pages seraient visualisées par mois au Kenya par des usagers dont le nombre oscille entre 500 000 et 1 million de personnes.4% du nombre total de lignes fixes en Afrique (2.2% de la population africaine (13. le téléphone mobile est plus utilisé que le PC pour les connections à Internet. Pour l’instant.9% en 2006).

0% 20.5% 5.5% 0.5% 0.0% 20.0% 5.Comprendre les pays de la CAE Toute la Région devrait toutefois connaître un fort développement de l’internet.0% 10. Les liaisons actuelles.0% 30. le jour où.1% 0. Taux de pénétration (%) du téléphone portable. vers la fin 2009.1% 1.0% 28.5% 0.0% 0.0% 25.2% 0.5% 3. par satellite.0% 2.1% Kenya Téléphone fixe Ouganda Rwanda Tanzanie Abonnés internet Téléphone portable Utilisateurs internet Source : UIT Croissance dans le secteur des télécommunications 2006-2007 500% 450% 400% 350% 300% 250% 200% 150% 100% 50% 0% 4% 5% 6% 18% 35% 67% 11% 6% 11% Nombre abonnés haut débit (sans Burundi et Tanzanie) 465% Population Nombre de lignes Nombre abonnés fixes mobiles Nombre utilisateurs internet Afrique CAE 94 Source : UIT . les pays qui la composent seront enfin reliés par des câbles à large bande au réseau mondial.0% 6.0% 14.0% 30.0% 3.5% 0.0% Afrique Burundi 1.6% 0. présentent en effet l’inconvénient d’être à la fois de capacité limitée et d’un coût très élevé.0% 0.0% 0.8% 0. téléphone fixe et d’internet dans les pays de la CAE (2007) 35.0% 8.0% 2.0% 15.0% 2.

avec le rachat d’une licence au Kenya en décembre 2007 et d’une autre en Ouganda (rachat de la licence et des installations de Hits Telecom) en octobre 2008. Le Burundi est celui qui compte le moins d’intervenants : un opérateur historique.5 millions d’abonnés. 51 FAI. 19 acteurs de boucle locale et quatre opérateurs de téléphonie cellulaire. les abonnements étant difficiles à mettre en place faute d’une bancarisation suffisante de la population ou d’un système postal fiable dans la plupart des pays. Le marché est donc devenu plus compétitif. deux points d’échange Internet. A l’exception de MTN qui n’est présent qu’en Ouganda. Ce sont avant tout les cartes rechargeables ou prépayées qui sont privilégiées. Le groupe Orange est le plus récent arrivé. les usagers possédant.3%. le Burundi en ayant même attribué six. Le marché des télécommunications est porté par la téléphonie mobile et dans une moindre mesure par Internet. les autres majors (Zain. Chaque pays a délivré au moins quatre licences. suivi par la Tanzanie. Une croissance de la téléphonie mobile soutenue Le taux de pénétration de la téléphonie mobile dans la CAE pour 2007 s’est élevé à 12. Le Kenya compte le plus d’abonnés. soit plusieurs cartes SIM afin de profiter des tarifs préférentiels des différents opérateurs. mais aucun pays n’est arrivé à saturation.Comprendre les pays de la CAE Le Kenya est le pays qui compte le plus d’acteurs dans les télécommunications: un opérateur historique. Orange. voire décroît. Tigo et Econet) sont présents sur deux marchés au moins. des opérateurs VSAT. soit plusieurs téléphones. suivi par Zain. 20 opérateurs de transport de données. 95 . Vodafone. La connexion au réseau fixe stagne. Le marché de la téléphonie mobile sur la zone est depuis quelques années intégralement libéralisé. La croissance (en termes de nombre d’abonnés) de ce segment ne cesse d’augmenter : +50% en 2006 et 67% en 2007 (le nombre d’abonnés a doublé en Ouganda et au Rwanda en 2007). 2 FAI (Cinet et Spider net) et six opérateurs de téléphonie cellulaire (dont 4 actifs). Safaricom reste le principal opérateur de la CAE avec 10. 8 opérateurs de backbone.

le solde étant encore entre les mains du groupe Merali alors même que la législation kenyane stipule que 25% au moins du capital doit appartenir à des intérêts kenyans. Zain détiendrait 95% de sa filiale.5) nc 2e place (2. 1e place (4.7) nc nc Rwandatel NC Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Autre leader régional Orascom rachat de Telecel (UCOM.15) Source : SER de Nairobi 96 15 Alors que les rumeurs de vente des activités africaines de Zain continuent. le groupe Merali aurait cédé 15% de sa participation dans la filiale kenyane de Zain.9) 1e place nc nc 4e place 3e place (1.Comprendre les pays de la CAE Principaux opérateurs et parts de marché 15 16 Pays (nb de licences) Burundi (6)* Kenya (4) Vodafone Zain15 (nb abonnés) nc 2e place (2. TTCL (0.4 millions. bien que n’étant pas présent au Kenya en tant qu’opérateur mobile a acquis 60% d’un FAI. Onatel (Onamob) Nb total abonnés (en millions) 0.3 Zantel Mobile. 300 000 abonnés). Avec 15% du marché. 16 MTN. .1ère place Autre Vtel (Africell). Warid (4 ) ème ème 8 nc 10.4) MTN Orange Tigo Econet (Essar) Spacetel Lap Green Networks (Lybie) En discussion pour reprise Onatel HITS nc Safaricom 1e place (10) nc 3e place (1) 2e place Nc 16 nc 4e place Minoritaire dans Orange (et maison mère différente) Ouganda (5) Rwanda Tanzanie (6) nc 2e place 1e place 5e place nc nc UTL nc Vodacom. 4ème place (1).5 13 UTL (3 ). UUN et Kenya. elle en compterait dorénavant 2. elle a affiché des pertes supérieures à 80 millions USD en 2008 et légèrement inférieures à 30 millions pour le premier semestre 2009. Celle-ci connaît actuellement des difficultés financières : dans le rouge depuis trois ans. Zain Kenya perd du terrain : de 3 millions d’abonnés fin 2008.

3 2 008. En Ouganda. le haut-débit.6 millions USD et très récemment Packet Stream Data Networks). par exemple).54 30.8 314. notamment pour soutenir ce qui sera l’avenir du secteur.6 +108. et la signature d’accords de partenariat concernant son service de transfert électronique d’argent M-pesa. Au Kenya. • Développer et améliorer la qualité des réseaux.2 5 766.4 4 195.3 Population Evolution en % en millions hab +25 +54.Son concurrent Zain propose également de nouveaux services (transfert électronique d’argent Zap. Safaricom cherche ainsi à élargir son portefeuille de service et anticiper/contrer une prochaine montée en puissance de Telkom Kenya sur des services intégrés fixes-mobiles. MTN est devenu le premier opérateur mobile à proposer à ses abonnées le transfert d’argent via leurs cellulaires. • Introduire des services à valeur ajoutée (mobile banking.3 635.88 9.8 +102.72 40. TV sur mobile…). L’opérateur prévoit en outre un investissement de 30 millions EUR pour renforcer son réseau.45 Source : UIT 97 .1 8. en septembre dernier. Safaricom a annoncé la création d’un call center (8 millions EUR d’investissements. 600 personnes).6 2007 250 11 349.1 +43. l’acquisition de deux FAI (One Communication pour 2. Plus fortes progressions de la téléphonie mobile sur 2006/2007 en Afrique sub-saharienne En nombre d’abonnés (000) Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie 2006 200 7 340.5 37.1 8 252.Comprendre les pays de la CAE Tous les grands opérateurs de la zone doivent désormais se concentrer sur trois axes de développement : • Fournir des services aux populations qui ne disposaient pas jusque là d’accès aux services mobiles (Plus de 80% de la population des pays de la CAE vit en zone rurale). ainsi que la possibilité de roaming automatique et gratuit dans les différents pays couverts par le groupe en Afrique et au Moyen Orient.

Plus fortes progressions / baisses de la téléphonie fixe sur 2006/2007 en Afrique sub-saharienne En nombre de lignes (000) Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie 2006 23.54 30. devant le Rwanda (5e position). Le nouveau réseau Next Generation Network permettrait d’offrir des services ADSL.88 9. Uganda Telecom a signé un contrat de 10 millions USD avec Huawei Technology en novembre dernier pour l’amélioration de son réseau de lignes fixes.9 157.1% -9.8 162.45 Source : UIT En Ouganda. Dans le classement des plus fortes progressions de téléphonie fixe en Afrique subsaharienne. dispose d’un réseau fixe de 30. retransmis par ce nouveau réseau.1 -2. Des négociations sont notamment en cours entre Uganda Telecom Ltd et Multichoice pour raccorder les détenteurs de mobiles à un service de télévision par satellite.000 abonnés et de 12. Le Rwanda et le Kenya accusent une baisse du nombre de lignes. L’Onatel. surtout en saison des pluies.1 264. le Kenya (11e) et la Tanzanie (13e).5 37.5 Evolution en % +2. opérateur historique burundais.Comprendre les pays de la CAE Dans le classement des plus fortes progressions en Afrique subsaharienne. est ancien.6 293. L’Onatel propose aussi une connexion internet à faible débit.1 27. Cependant un effort particulier est mené en Tanzanie et en Ouganda pour augmenter sa densité. -2% pour le premier et -10% pour le second.3 28. l’Ouganda arrive en 4e position.000 demandes en attente. Une croissance mitigée de la téléphonie fixe Le réseau fixe est en règle générale obsolète. la Tanzanie arrive en première position (+50%). de technologie Alcatel.5 236. devant l’Ouganda (2e) et le Burundi.7 40. 98 .3 Population en million hab 8.4 108. Celuici.3 2007 23.1% +50. Le réseau câble est de mauvaise qualité.7 +50.

l’Afrique de l’est affiche entre 5 et 10 ans de retard sur l’Afrique de l’ouest tant en fibres sousmarines que terrestres. Ce déploiement devrait s’accompagner d’une restructuration de la filière TIC et de la création de contenus africains pour alimenter ces nouvelles infrastructures. Teams (The East African Marine System. En termes de réseaux optiques. Toutes les sorties internationales se font actuellement via le satellite à des coûts prohibitifs. 99 . elle devrait –enfin y être interconnectée dès octobre 2009 grâce à deux projets de câbles sous-marins – un troisième devrait atterrir en juillet 2010 . mise en fonctionnement prévue en septembre 2009) et deux projets à forte participation sud-africaine : Seacom (qui pourrait être opérationnel en juillet 2009) et Eassy (Eastern African Submarine Cable System –opérationnel en juillet 2010). Longtemps écartée des autoroutes internationales de l’information. tant au niveau national que régional. Deux autres câbles périphériques devraient également voir le jour : LION (I et II) et Europe-India Gateway. trois projets de câbles sous-marins concurrents se disputent la primauté : un projet essentiellement kenyan.et à un maillage terrestre plus systématique.Comprendre les pays de la CAE Une course aux infrastructures Etat général La fracture numérique est une réalité en Afrique de l’est. C’est pourquoi l’IUT a symboliquement fixé une date butoir (2012) aux pays membres de la CAE pour s’interconnecter et pour disposer d’une sortie câble sous-marine. Sur la façade maritime.

Parmi ces derniers. chaque pays développe ou tente de développer son réseau national et les interconnexions avec ses voisins. 100 . rwandais.Comprendre les pays de la CAE Télécommunications : câbles sous-marins (existants et en projet) Source : SER Nairobi En parallèle. le projet de boucle East African Backhaul System .EABS permettant de relier par voie terrestre les opérateurs kenyans. burundais et tanzaniens apparaît bien avancé. ougandais. Des boucles terrestres liées aux blocs régionaux Trois boucles terrestres (backhaul) interconnectées entre elles ont été définies afin de permettre le désenclavement numérique d’une dizaine de pays d’Afrique de l’est et australe.

La seconde boucle relierait trois pays -Tanzanie. l’interconnexion avec la Tanzanie et le Burundi reste à compléter. Malawi et Zambie-. correspond aux 5 pays membres de la CAE. la connexion entre Mombasa et la frontière ougandorwandaise étant prochainement terminée.Comprendre les pays de la CAE Les boucles terrestres dans la CAE Source : SER Nairobi La première – EABS-. Par ailleurs. 101 . envisage de relier en boucles les différents pays de la CAE. Si à l’origine de ces trois boucles primait la volonté politique de favoriser le désenclavement à faible coût des pays sans façade maritime. la réalité économique a pris rapidement le dessus et les accords politiques devraient laisser place aux accords économiques non plus au niveau des gouvernements mais d’opérateurs. qui pour la plupart sont détenus par des intérêts privés. en Tanzanie et au Rwanda (Altech Stream). longue de 3 500 km. le groupe sud-africain Altech. en Ouganda (Infocom). présent au Kenya (à travers KDN). Si la liaison Kenya-Ouganda-Rwanda est pratiquement terminée. la troisième connectant les pays enclavés de la SADC à l’Afrique du Sud.

Si au départ il assurait avec l’opérateur émirati Etisalat le financement du projet. qui a le monopole de la téléphonie fixe et une licence de téléphonie mobile est aujourd’hui suspendu. mais aussi plusieurs sociétés non connues de la place) contrôleraient désormais 71. l’un par l’opérateur historique TelKom Kenya (dont 51% du capital a été repris en décembre 2007 par France Telecom). Il devrait faire baisser le coût d’accès aux services de communication internationale et contribuer à l’extension de la couverture nationale des réseaux de communication à haut débit. ainsi que sur le développement du réseau principal national. le Burundi s’est engagé à libéraliser le secteur des télécommunications . la Banque mondiale a débloqué une subvention de 20 millions USD pour financer un projet d’infrastructures de communication (CIP-2). Selon le ministère des Transports. Kenya Une volonté politique forte pour doter le pays d’un véritable maillage terrestre et sous-marin Le gouvernement kenyan a été le principal promoteur du projet Teams. l’ONATEL.courent le long de cet axe. Postes et Télécommunications. Afin de relier les différentes régions 102 . Cependant le calendrier de la privatisation partielle de l’opérateur public de télécommunications. L’axe Mombasa-Nairobi-Malaba (frontière ougandaise) constitue l’épine dorsale du réseau terrestre : deux câbles optiques parallèles exploités. Afin de redynamiser l’économie nationale. Ces derniers (les principaux acteurs des télécommunications du pays. il a cédé progressivement sa participation à une douzaine d’opérateurs privés essentiellement kenyans.repris récemment par le Sud Africain Altech . l’autre par KDN . revoir à la baisse les redevances pour les licences de radiodiffusion.25% du projet. estimant que le pays devait être indépendant dans le domaine de l’accès au réseau de bande large.Comprendre les pays de la CAE Des projets nationaux qui avancent Burundi En juin 2008. réduire les taxes et droits de douane sur les matériels informatiques et les équipements de télécommunications . le projet porte sur la participation du Burundi au câble sous-marin Eassy.

un lot ouest (Western Region. Le réseau fibre optique du Kenya 103 . pour la création d’un réseau national de fibre optique. long de 1 800 km. Ce réseau national a été divisé en trois lots –cf. permettant la liaison avec le Sud-Soudan) attribués aux Chinois ZTE et Huawaei et un troisième lot est – Coast and East Region -. longeant la côte (liaison avec la Tanzanie et jusqu’à 150 km au nord de Mombasa) et permettant l’interconnexion avec l’Ethiopie et la Somalie. carte ci-dessous : un lot centre (Central Region). avec comme consultant Telkom Kenya. le back up étant assuré au travers de l’opérateur public d’électricité KPLC. revenant au Français Sagem. le ministère de la Communication a lancé un programme ambitieux (40 millions EUR).Comprendre les pays de la CAE du pays à cette épine dorsale.

le solde étant apporté par l’Etat rwandais. Un autre projet d’un réseau Broadband sans fil (WiBro) de 7 millions USD est prévu dans la ville de Kigali et ses environs. 4 opérateurs principaux sont actifs : MTN. aujourd’hui achevé. Ces derniers se livraient à une concurrence acharnée menant en parallèle des projets sur les destinations rentables (Dar Es Salaam. UTL. Mwanza). a remporté en novembre 2008 un contrat pour le déploiement d’un réseau national de fibres optiques (2 300 km). Si les deux opérateurs de téléphonie fixe et mobile. les autorités n’affichent pas de préférence pour l’interconnexion de leur réseau intérieur aux câbles sous-marins. Warid Telecom et Orange devraient suivre. l’opérateur historique détenu maintenant à hauteur de 69% par le Libyen Lap Green Networks et le SudAfricain MTN. et il est centré principalement sur la région de Kampala et le long du très convoité axe reliant Mombassa à Kigali. le Rwanda devrait être relié aux projets de câbles sous-marins amerrissant à Mombasa (Teams et Eassy). Rwanda La société coréenne. peu préoccupés par un maillage systématique du 104 . Tanzanie Le maillon faible de l’intégration régionale Les pouvoirs publics semblent aujourd’hui privilégier l’opérateur national. Ce projet est financé par la Banque mondiale à hauteur de 24 millions USD. UTL et MTN. participe au capital du câble Eassy. A terme. Tanzania Telecoms Company –TTCL. s’étaient engagés à tisser un réseau de fibre optique couvrant 80% du territoire.associé à des constructeurs chinois. sa longueur actuelle atteint environ 1 000 km (secteurs privé et public confondus). UETCL et le gouvernement (e-Government project). Korea Telecom. pour un montant de 38 millions USD. Arusha. Vodacom et Zain. pour assurer le maillage du pays. Le déploiement de la fibre avait été jusqu’à présent laissé à l’initiative des opérateurs privés de téléphonie mobile Tigo.Comprendre les pays de la CAE Ouganda Deux priorités : le désenclavement et un maillage terrestre serré Bien qu’Uganda Telecom Ltd (UTL).

Dorénavant les pouvoirs publics semblent vouloir freiner l’avancée du secteur privé en compliquant la procédure de délivrance des droits de passage (« Rights of Way ») pour la pose de la fibre. Eassy serait sans doute privilégié. Pour l’instant.Comprendre les pays de la CAE territoire. Devant les prix exorbitants demandés par les autorités. 105 . suivi par l’Ouganda et le Rwanda. Projets régionaux : la solution à long terme et des initiatives pas toujours coordonnées Aussi bien sur terre que sur mer. La situation semble être bloquée et la Tanzanie ne sera sans doute pas prête pour interconnecter son réseau local aux différents câbles sous-marins. du moins des difficultés financières pour certain d’entre eux. une course contre la montre est menée par les différents opérateurs soucieux d’offrir en avantpremière leurs services. Il convient donc de se méfier des effets d’annonce. suivent la route vers Dodoma et remontent vers Arusha (interconnexion avec le Kenya). Moshi. le Kenya. Toutefois. les boucles prévues par les opérateurs partent de Dar Es Salaam. deuxième ville du pays. pour finalement aller vers Mwanza sur le lac Victoria. mais son atterrissage n’est prévu qu’à la mi-2010. les opérateurs privés pourraient regrouper leurs projets. TTCL étant dans le tour de table. En termes de sortie de câbles sous-marins. et Tanga (seconde interconnexion avec le Kenya). il semblerait que le réseau terrestre tanzanien ne soit interconnecté à aucun des quatre réseaux des pays limitrophes de la CAE alors même qu’au moins deux bretelles existent du côté kenyan (au Nord d’Arusha et sur la côte). Le déploiement des réseaux de fibres optique est à l’image de l’intégration régionale CAE : un pays en pointe. la Tanzanie étant à la traîne alors que le Burundi ferme la marche. L’absence flagrante de concertation des différents acteurs pourrait entraîner sinon des faillites.

6 15. Ceci est dû essentiellement au développement considérable des services.3% 46. Les industries est-africaines ont deux facettes : d’un côté de lourds investissements industriels par des entreprises multinationales profitant des privatisations ou de l’existence d’une population importante destinée à entrer de plus en plus dans les circuits de consommation . l’industrie contribue à 25% de l’économie ougandaise. elle ne représente que 17% de son PIB. mais toutefois croissante.8% 21. de l’autre une multitude de petites et moyennes entreprises qui représentent une part relativement faible. de la production industrielle. à 23% de la Tanzanie. 106 . à 22% du Rwanda et à 20% du Burundi.0% 38. alors que leurs industries sont moins puissantes et moins diverses que celles du Kenya. produisent beaucoup de valeur ajoutée.2 Part agricole 23.7% 22. concentrant beaucoup de représentations régionales. A titre de comparaison.4% 34.8% 27. le Kenya étant devenu une plaque tournante de la région.0 4. Répartition sectorielle du PIB des différents pays de la CAE en 2008 Pays Kenya Tanzanie Ouganda Rwanda Burundi PIB (Mds$) 31. ainsi que des services touristiques et financiers importants.0% 29. Si le Kenya possède l’industrie la plus développée.1% Source : Banque mondiale Les caractéristiques des secteurs industriels de la région CAE sont propres à chaque pays.Comprendre les pays de la CAE Industrie Une industrie bien différenciée par pays Le secteur industriel de la région CAE est relativement diversifié.0% 45.3 1. contre 59% pour les services et 24% pour l’agriculture.2% 40.7% 24.8% Industrie/mines 16.6% 20.5% 50. très modernes.4 20. avec toutefois une constante : l’importance du secteur agroalimentaire. La politique de privatisation des secteurs industriels. mais aussi à la performance d’un secteur agricole dont les activités horticoles et floricoles.0% Services 59.

– l’industrie minière et chimique. La présence d’une classe moyenne aisée. – l’assemblage automobile et électronique . Dar Es Salaam. couplée à une culture d’entrepreneuriat de certains groupes ethniques locaux et à une stratégie de substitution des importations. Cette situation diffère cependant dans certains pays : le socialisme de Nyerere a empêché le développement d’une classe d’industriels ou la constitution de groupes importants par des capitaines d’industries. lourd endettement… Cependant. fabrication de machines agricoles… On peut distinguer quatre grandes branches industrielles dans la région CAE : – la transformation de produits agricoles . amélioration de la génétique animale et végétale. Kigali et Bujumbura). La production industrielle est concentrée dans les principales villes des différents pays (Nairobi. 107 . Kampala. Moshi. du Rwanda et du Burundi. a contribué à façonner le nouveau tissu industriel de la région.Comprendre les pays de la CAE lancée dans les années 1980 sous l’égide de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. Jinja. huile végétale). au cœur de la région des Grands Lacs. pomme de terre. dépendance vis-à-vis du prix des matières premières. Mombasa. suivie par celle de la Tanzanie. forte croissance démographique. faiblesse du stock de capitaux et de la demande des ménages. Ouganda) dispose d’un potentiel de développement important. sa production (environ 35 000 entreprises) est en revanche la plus sophistiquée et la plus diversifiée. lui offre de belles perspectives pour développer son industrie agroalimentaire : laiterie. transformation (tomate. les autres économies (Burundi et Rwanda) souffrent de contraintes structurelles : enclavement. Si l’industrie de certains pays (Kenya. formation insuffisante de la main d’œuvre. la position géostratégique du Rwanda. de l’Ouganda. Tanzanie. contrairement au Kenya. Si la contribution de l’industrie kenyane dans le PIB réel est la plus faible dans la zone CAE (17%). a également joué en faveur de cette évolution. – la métallurgie et la sidérurgie .

Heineken. East African Breweries Ltd (filiale du groupe Diageo Plc). la filière lait et le raffinage du sucre constituent la deuxième sous-branche du secteur agroalimentaire de la région.Comprendre les pays de la CAE Une part dominante du secteur agroalimentaire A l’exception de la Tanzanie. Ses produits sont aussi exportés vers la zone Comesa et l’Europe. Cadbury. Nestlé. Rwanda). Les industries du coton et du textile connaissent une baisse régulière liée à la faible demande locale. Coca-Cola. Elianto au Kenya. Unilever. Le sous-secteur du tabac est dominé par la multinationale British American Tobacco (BAT). et à la friperie importée. à la concurrence posée par les pays asiatiques. l’agroalimentaire représente plus de 50% de la production industrielle totale des pays de la CAE. la viande. Mukwano et Madhvani en Ouganda. Sulfo au Rwanda. Tous les pays sont déficitaires en sucre. l’industrie de transformation des fruits (ananas. De son côté. la production de certains pays ne répondant qu’à 60% de leurs besoins. dont la plus importante. La mise en conserve de fruits et de légumes. la minoterie. Si l’industrie agroalimentaire régionale est dominée par des multinationales (Delmonte. notamment de café et de thé. fruits de la passion. la biscuiterie-viennoiserie. Chaque pays dispose d’au moins une brasserie. les aliments pour animaux et le tabac. Les autres productions agroalimentaires portent sur les huiles alimentaires.). Cette sous-branche est un pourvoyeur important de recettes fiscales pour la plupart des Etats (Burundi. etc. reste la principale activité agroalimentaire des cinq pays de la zone. La transformation de matières premières agricoles. est présente dans tous les pays de la CAE. Si certains gouvernements (Ouganda. Rwanda et Tanzanie) ont cédé leurs raffineries dans ce secteur. le Kenya et le Burundi tardent à ouvrir leurs industries au secteur privé. il existe un réseau dense d’industriels locaux issus de la communauté indo-pakistanaise (Bidco. 108 . mangues…) et légumes préparés devrait encore connaître des développements positifs. Diageo…).

conteneurs. baguettes. la sidérurgie et la fonderie représentent. 109 . petits outils. cette industrie produit des éléments métalliques simples : feuilles d’aluminium et zinc. boulons. depuis 1925). filiale du Sud-Africain De Beers. 2007 La métallurgie et la sidérurgie : activité encore en développement La métallurgie. barres.2006) Meat & Meat Products 2003 Grain Products Tea Fruits & Vegitables 2004 Animal Feeds Coffee Oils &2005 fats Year Bakery Products Cigerattes Dairy Products 2006 Sugar Source : CBS. L’essentiel de la production est assuré par des acteurs locaux : Mabati Rolling Mills (filiale du groupe Safal et premier producteur d’acier en Afrique centrale et de l’est). feuilles galvanisées. Orientée essentiellement vers les besoins de base de leurs marchés intérieurs et des pays voisins. serrures et cadenas ou structures et tôles métalliques embouties pour le bâtiment. Les mines et l’industrie chimique en développement Dotée de réserves importantes de minerais. écrous. radiateurs. la deuxième activité manufacturière. clous. pour le Kenya. Economic Survey. diamant (exploité par Williamson Diamonds. Devki Steel Mills Ltd. Plusieurs minerais et matériaux y sont exploités : or (deuxième producteur en Afrique derrière l’Afrique du Sud). l’industrie minière de la Tanzanie est la plus importante de la zone CAE. etc. bidons. seaux. pots d’échappement. la Tanzanie et l’Ouganda.Comprendre les pays de la CAE 45 40 35 % Shares 30 25 20 15 10 5 0 Composition of Kenya’s Agro-processed Products (2003-2006) Figure 2 Composition of Kenya's Agro-processed Products (2003 .

saphir. fluorite. des casseroles. de l’eau minérale. Au-delà des groupes occidentaux (Bayer. Les autres pays emboîtent le pas : la production ougandaise se limite à l’étain (fer-blanc) et au cobalt (issu des résidus de l’exploitation du cuivre des mines de Kilembe près de la frontière de la RDC. Cimerwa. La CAE dispose également d’une industrie agro-chimique et chimique bien développée : fabrication de savons et détergents. Twiga –Heidelberg. gypse. Portland –Kenya-. Les produits miniers représentent la moitié des exportations du pays depuis 2003.Comprendre les pays de la CAE pierres précieuses (tanzanite. Unilever). des savons. émeraude. calcaire. des produits cosmétiques. Elle produit. kaolin. sel. de peintures et vernis et de pesticides. Mbeya et Hima-. entre autres. chrysoprase. granit. des détergents.Bamburi. minerai de fer. propriété de la société Kasese Cobalt Company LtdKCCL). Les industries plastique et de l’emballage sont également bien développées. tsavorite. et du thé. argent et cuivre. rubis. améthyste. La production minière du Kenya est en revanche faible (moins de 3% du PIB national) : soude. agrégat et ciment. Le Kenya est le seul pays possédant une raffinerie sur sa côte. il existe plusieurs autres fabricants locaux comme Sulfo Rwanda Industries17. . des boites de conserve. Les cimenteries implantées dans la zone CAE (groupe Lafarge . Les différents pays sont producteurs de divers matériaux pour la construction : amiante. mais aussi des bonbons. Tanga –Tanzanie-. péridot et tourmaline). gypse. 110 17 L’entreprise figure parmi les 10 principaux contribuables à la TVA au Rwanda. or. La soude est utilisée dans deux verreries qui desservent non seulement le marché local mais aussi la région. charbon. de la margarine. des cartons. pouzzolane. Cette raffinerie transforme du brut importé pour le marché local et les autres pays de la CAE. des produits en plastique. Tanzanie-. ciment. ARM –Kenya-. Colgate Palmolive. Rwanda-) en dépendent totalement. et leur production est exportée dans la région CAE et Comesa.

La production de meubles. parpaings. Composition of Kenya's Chemical Products (2003 .). des pick-ups.. batteries et piles électriques. Le secteur du BTP connaît un essor soutenu dans la région. d’outils et de vêtements est l’apanage de petites entreprises. des armoires et des câbles électriques. articles de bois (meubles) et literie. des pompes pour l’irrigation… Au Kenya. tiré par de nombreux projets dans l’hôtellerie. des composants d’ordinateurs et de télévision. cuir. des autobus. Kenya Vehicles Manufacturers et Associated Vehicles Assemblers.2006) 70 60 50 % Shares 40 30 20 10 0 2003 Pestcides 2004 Paints & Varnishes Phamaceuticals Year 2005 Soaps & detergents 2006 Salt Source : CBS. des motos. emballages (cartons et plastiques). tels ciment. des transformateurs. second œuvre (tôles. plomberie et sanitaire. structures métalliques.Comprendre les pays de la CAE Composition of Kenya’s Chemical Products (2003-2006) Figure 4. Il peut se fournir en matériaux et en produits locaux. Economic Survey. trois concurrents se partagent l’assemblage automobile : General Motors.. le tourisme. huisserie. briques. l’immobilier et les infrastructures. 111 . tubes et revêtements en plastique. L’industrie légère et le BTP Les pays de la CAE sont dotés de petites industries manufacturières légères : articles de papier. 2007 L’assemblage automobile et électronique Sont assemblés dans les pays de la CAE des poids lourds.

envisagent dès 2010 une fusion de leurs activités au sein d’une même place financière dont le siège s’établirait à Nairobi. qui prendrait effet dès 2010. Les autres places de la région dispose d’un marché 112 . Main Investments Market Segment (MIMS). tourisme. Le Burundi ne s’est pas (encore) doté de marchés de capitaux. le marché alternatif pour les sociétés de taille plus réduite. santé) Les marchés financiers. Kenya Airways…) ont déjà manifesté leur intérêt pour coter à Kigali.3 milliards EUR à l’USE. Les places de Nairobi Stock Exchange (NSE). Les autorités rwandaises prévoient en effet la création prochaine d’un marché de cotations primaire et secondaire. Ainsi. La CMAC de Kigali repose encore sur un marché de gré à gré (over the counter vs boursier) mais dont l’évolution s’avère prometteuse. qui compte 46 entreprises cotées. 2 milliards EUR de capitalisation pour 16 entreprises cotées et enfin. 6 sociétés capitalisent 1.Comprendre les pays de la CAE Services (finances. sur la voie de l’intégration consolidée Le traité de la CAE prévoit l’intégration des marchés financiers des Etats Membres sous la supervision de l’East African Securities Exchanges Association (EASEA) qui siège au Comité des marchés financiers au sein du Secrétariat général de la CAE à Arusha. Le marché primaire. le marché obligataire Fixed Income Securities Market Segment (FISMS). Les marchés opérant au sein de chacun de ces holdings boursiers se trouvent en nombre limité à l’instar de la bourse de Nairobi. Cette intégration est d’autant plus nécessaire que la taille des marchés isolés est petite dans des économies pourtant liquides. la Capital Markets Advisory Council (CMAC) du Rwanda créée en 2008. L’EASEA se réunit régulièrement pour définir les termes de son intégration. Alternative Investments Market Segment (AIMS) et enfin. Uganda Stock Exchange (USE) et enfin. atteint 9 milliards EUR en 2008 (capitalisation du seul groupe St Gobain) suivie loin derrière par la DES. Plusieurs grands groupes de la région (East African Breweries. la plus développée de la région. Dar Es Salaam Stock Exchange (DSE). La NSE dispose en effet de trois marchés de cotation. la capitalisation de la NSE.

les taux d’intérêts bancaires s’échelonnant de 12% au Kenya à 19% en Tanzanie (sans parler du Burundi). Celles-ci. si la capitalisation et les indices de référence des marchés boursiers de la région ont cru de manière considérable au cours des cinq dernières années (+170% pour la NSE. l’étroitesse des marchés financiers de la région ne permet pas d’absorber un trop plein de liquidités qui vient fermer la boucle de la spirale inflationniste observée dans la région.Comprendre les pays de la CAE primaire (et secondaire) puis d’un marché obligataire en raison du faible nombre d’entreprises cotées. bien souvent. Une des conditions du succès de cette intégration sera d’arriver à développer des produits financiers innovants. +152% pour l’USE et +550% pour la DES). Standard. dont les projets d’infrastructures requièrent une trésorerie abondante. City Bank. Cette innovation financière dans la région passera également par la professionnalisation et la convergence des structures bancaires des Etats membres. Les grandes entreprises de la région (parapubliques notamment). une pièce essentielle de l’économie de la région Outre d’excellentes conditions climatiques tout au long de l’année. le rôle des grandes banques internationales (Barclays. Tourisme. ne disposent pas actuellement de sources de financements suffisamment diversifiées pour optimiser leur stratégie de financement. des oligopoles (en Tanzanie particulièrement) peuvent en effet apporter leur savoir faire en la matière. Ces banques qui forment. les pays d’Afrique Orientale détiennent des ressources touristiques exceptionnelles : parcs animaliers mythiques 113 . Stanbic… présentes dans la CAE) dans la professionnalisation et l’innovation des marchés bancaires et financiers de la région est crucial. encore trop atomisées (en moyenne les 10 premières banques de chaque pays se partagent 70% de leur marché respectif) devront également converger vers une gamme de produits communs en ligne avec la bourse régionale. A ce titre. En tout état de cause. L’augmentation de capital et le marché obligataire constituent la seule alternative tangible pour ces entreprises.

Asie (4%) nc Kenya (16. GB (7. plages de sable fin ainsi que plusieurs sites historiques et culturels classés au Patrimoine mondial de l’Humanité. Europe (12%). montagnes. Zambie (4. Albert. Masai Mara…).2%) Afrique (47%). USA (6. les devises générées par le tourisme au Rwanda ont pour la première fois dépassées celles du café et du thé. Rukwa.1%).8%). Principales données du secteur du tourisme des pays de la CAE (entre parenthèses l’année de référence) Nombre de visiteurs étrangers (en milliers. réserves naturelles abritant une biodiversité d’une grande richesse.5%). I talie (7. Europe (39%)… 192 Ouganda 5. Le tourisme constitue l’une de leurs principales sources de devises : 679 millions USD pour le premier et presque le double pour le second : 1 300 millions USD en 2008. Uganda Bureau of Statistics. Amérique (6.2% de la population active nc nc 685 000 soit 7. France (3%) Afrique (65%). lacs (Tanganika. Les hautes saisons touristiques s’étendent de janvier à mars et de juin à septembre avec des pics de fréquentation en juillet et août (au moment des migrations des animaux) mais également en décembre pendant les fêtes de fin d’année. En 2008. ministère du Tourisme de Tanzanie / UNWTO. L’Ouganda et le Rwanda souhaitent leur emboîter le pas avec au menu: gorilles.1% de la population active Origine des touristes GB (10%). mais en tire moins de recettes. Italie (5%).7% (2007) Rwanda nc Tanzanie 9% Source : Kenya Tourist Board-2008. USA (5%).Comprendre les pays de la CAE (Serengeti. East African Community Facts and Figures A noter que le Kenya reçoit plus de visiteurs que la Tanzanie. Nyasa.1%). même si leurs potentiels sont encore sous-exploités. forêts.5%). Victoria et Turkana).7% (2006) 2 (2005) 679 (2008) 540 (2007) 42 (2007) 1 300 (2008) Nombre d’emplois 52 000 250 000 soit 4. tourisme écologique. Cela s’explique en partie par le fait que l’entrée des parcs naturels tanzaniens est plus élevée 114 . Le Kenya et la Tanzanie ont su profiter de ces ressources. 2007) 729 (2008) 642 38 800 Pays Burundi Kenya % du secteur Revenus touristique du tourisme dans le PIB (millions USD) 4% (2007) 12.

alors que celle du Burundi a chuté de 11%. privées…). Un potentiel sous utilisé Quatre freins expliquent la sous-exploitation du potentiel touristique de la région : des infrastructures insuffisantes. affaires. un service qui laisse à désirer à cause d’un manque de formation. ce qui se reflète dans l’exemple de la Tanzanie où le volume de réservation hôtelière a chuté d’environ 40% depuis novembre 2008. Les infrastructures hôtelières. la fréquentation a diminué de 54% ! Cette chute spectaculaire n’est pas valable pour l’année entière car la baisse de fréquentation touristique est plus réduite en été et durant les fêtes de fin d’année. moins développées en Tanzanie. sont 35% plus chère qu’au Kenya. La croissance de ce secteur s’est enrayée en 2008 et 2009. La fréquentation en Ouganda a augmenté de 19%. un déficit d’image et une diversification limitée.Tous les pays de la CAE révisent à la baisse leur prévision des revenus touristiques pour 2009 et suspendent la majorité de leurs projets. Par ailleurs. Ngorongoro 150 USD) et que le tourisme de bord de mer kenyan –il y en a peu en Tanzanie– est un tourisme de masse. La crise financière de 2008-2009 n’a pas permis une reprise du secteur. En 2007. 3. La chute du nombre de touristes est considérable : entre les premiers trimestres 2007 et 2009. la méthode utilisée pour comptabiliser le nombre de visiteurs ne distingue pas la raison de leur visite mais inclut tous ceux qui traversent la frontière pour des raisons diverses (tourisme.Comprendre les pays de la CAE qu’au Kenya (Masaï Mara 60 USD.4 millions de visiteurs ont foulé le sol de la CAE. celles de la Tanzanie et du Kenya ont progressé respectivement de 12% et 8%. 115 . Les évènements postélectoraux de 2008 au Kenya ont entraîné une chute de 32% des recettes du tourisme kenyan et dans une moindre mesure de son homologue tanzanien dont les recettes ont diminué d’environ 20% au premier semestre 2009 (nombre de touristes incluaient dans leurs périples les deux pays). en progression de 12.5%.

Pour preuve. le gouvernement tanzanien a signé un accord avec l’International Year of Planet Earth (IYPE) pour la diffusion télévisée des migrations de gnous dans le parc national du Serengeti. guerre au Burundi . Le service n’est pas à la hauteur des prix pratiqués. De son côté. qui souffre d’un second handicap en matière de transport : le faible nombre des liaisons aériennes. Seule une poignée de compagnies dessert le pays. en particulier auprès du public français. ouest de la Tanzanie. sa dernière campagne de publicité intitulée Tanzania : the country of Kilimanjaro and Serengeti vise en premier lieu à expliquer que le Mont Kilimandjaro se situe bien en Tanzanie et non au Kenya. nord de l’Ouganda) et ne permettent pas d’accéder facilement aux parcs et réserves existants : il faut encore compter 5 heures pour se rendre par la route de Nairobi au parc du Masai Mara pourtant distant seulement de 250 km. dés mai 2008. Très peu de touristes reviennent. Certains donateurs ont donc investi ce domaine : l’Agence Française de Développement. de mener des campagnes publicitaires plus suivies. La Tanzanie souffre de l’image de ses voisins et surtout d’un cruel manque de visibilité. Le Kenya a entrepris. problèmes frontaliers entre la RDC et le Rwanda et l’Ouganda) d’où la nécessité. La situation est similaire en Tanzanie. elle a participé à la réhabilitation du parc de Méru au Kenya… L’image de la zone pâtit des évènements politiques récents (génocide au Rwanda. à Zanzibar. par exemple. par exemple. ce qui renchérit le coût de la destination. une campagne de promotion intensive pour redorer 116 . alors que la cible. L’Ouganda (« la perle de l’Afrique ») se positionne sur le marché de l’Amérique du Nord et de la Grande Bretagne. chemins de fer notamment) entrave le développement de nouvelles destinations (nord du Kenya. aussi les prix des voyages restent élevés.Comprendre les pays de la CAE La faiblesse des infrastructures (routes. finance un centre de formation aux métiers du tourisme à Dar Es Salaam. pour ces différents pays. surtout au Kenya et en Tanzanie. La formation professionnelle reste insuffisante d’où un manque de personnel qualifié et un recours excessif à l’expertise étrangère. violences postélectorales au Kenya . est le haut de gamme.

qui souhaitent éviter une trop grande fréquentation des parcs. L’écotourisme se développe progressivement surtout dans les zones de conservation (autour des lacs) et les sites historiques. les pays d’Europe Orientale dont la Russie et les pays du Moyen Orient. Cependant. Le tourisme balnéaire est. le safari (terme swahili signifiant voyage) étant l’apanage du Kenya et la Tanzanie. La majorité des tours opérateurs britanniques et allemands proposent également 117 . en particulier pendant les longs week-ends et les vacances scolaires. l’Afrique de l’est entre en concurrence directe. Les membres de la CAE cherchent également à diversifier leur source de clientèle en se tournant vers les pays d’Asie. les safaris et le balnéaire. sur cette partie du monde. avec l’Afrique du Sud pour la partie nature et les îles de l’océan Indien pour la partie balnéaire… Afin d’attirer plus de visiteurs. une journée pour voir les gorilles revient à 500 USD par personne en Ouganda et un montant légèrement inférieur au Rwanda. par exemple. et le manque de diversification (sports nautiques par exemple) restent pénalisants.Comprendre les pays de la CAE l’image négative diffusée par les média suite aux événements postélectoraux du début de cette même année. les pays d’Afrique Orientale tentent de diversifier à la fois leur offre et leur cible. orienté vers le moyen de gamme européen. La crise financière ayant fait chuter le nombre de touristes étrangers. une influence italienne très forte à Zanzibar et sur la côte kenyane avec des destinations comme Malindi ou encore Diani. des actions spécifiques et intensives. quant à lui. L’Ouganda se concentre sur de nouveaux marchés tels que le rafting ou le camping de luxe. Cette politique de prix élevés est toutefois encouragée par les bailleurs internationaux. Un tourisme moyen et haut de gamme Les parcs attirent un tourisme moyen-haut de gamme anglosaxon : la seule entrée dans les parcs revient entre 40 et 60 USD par jour et par personne au Kenya et à 100 USD en Tanzanie . La Tanzanie compte deux grands circuits. en particulier la Chine. avec. sont dorénavant menées sur la clientèle nationale. pouvant nuir à la qualité de leur environnement. mais l’absence d’une capitale attractive et d’infrastructures fiables.

Le Kenya. principalement situés dans la capitale. En outre. d’Ouganda et de Tanzanie ont décidé d’élaborer un plan commun de développement du tourisme et de la faune. Plusieurs enseignes internationales sont présentes au Kenya : TPS Serena (6 établissements). Seul le Burundi reste en retrait. Hôtellerie et restauration Dans les pays les plus visités. les pays membres prévoient de développer une approche collective et de coordonner leur politique dans le domaine du tourisme. même si le service ne correspond pas toujours au niveau de prix demandé. Hilton. Kempinski (allemand) et Mövenpick (suisse). l’hôtellerie et la restauration sont bien développés. Néanmoins. L’Ouganda. Intercontinental et Holiday Inn. Kingdon Hotel International (5). les bureaux du Tourisme du Kenya. cette volonté commune restera lettre morte tant que le marché commun ne sera pas mis en place. liés en grande partie à la tenue du Sommet du Commonwealth (CHOGM) fin 2007. tout comme le Rwanda. un projet de visa commun entre les pays de la CAE est à l’étude. Le nombre de chambres d’hôtel a également augmenté au Rwanda passant de 1 860 en 2006 à 2 391 lits en 2007. avec la présence des groupes Serena. 118 . De même. comptent développer ce secteur. Le tourisme dans la CAE Selon l’article 115 (chapitre 20) du traité de la CAE. première destination touristique de la région. propriété de l’Agha Kan. La Tanzanie abritait 470 établissements en 2004 contre 330 en 2001. Une seule chaîne internationale couvre les 5 pays. le Rwanda travaille sur un partenariat avec ses pays voisins dans le domaine du tourisme de luxe.Comprendre les pays de la CAE des séjours sur la côte kenyane alors que les organismes de tourisme français offrent des itinéraires incluant safaris et plages. sur la côte et les parcs naturels. le Serena. L’objectif est d’établir un code de conduite commun pour harmoniser les standards de cette industrie au sein de la communauté. plus de 100 millions USD ont été investis dans l’hôtellerie et la restauration en 2006-2007. Selon l’Uganda Investment Authority. compte 2 200 hôtels dont 174 classés selon les normes internationales. Cependant.

dans le cadre du programme de privatisation. Par ailleurs. Il reste cependant beaucoup à faire. Fin 2008. revendre ses participations. le tourisme fait l’objet de toutes les attentions du gouvernement. l’Uganda Wildlife Authority a opéré une réduction des droits d’entrées des parcs nationaux. un montant de 4 millions EUR lui sera accordé. le ministère du Tourisme a mis en place une stratégie de modernisation et de libéralisation (à cette fin. Considéré comme une aubaine économique. 119 . La Kenya Tourist Development Corporation (KTDC. même si les investissements sont freinés par les difficultés d’accès aux prêts bancaires et à la propriété. le groupe Serena a acquis trois nouveaux emplacements sur quatre destinés à la construction d’établissements hôteliers dans les parcs nationaux. pour ce qu’il rapporte certes mais aussi pour la notoriété du pays (pour preuve. Comme au Kenya.ke). les investissements dans le domaine touristique sont maintenant du ressort du secteur privé. la privatisation porte ses fruits et l’investissement privé est très élevé. notamment dans les infrastructures d’accès aux parcs et dans l’amélioration de la qualité des prestations hôtelières.6% des dépenses publiques sont consacrées au secteur et les parcs sont gérés par un organisme public.co. En outre. les équipements destinés au secteur touristique sont exemptés de droits de douane à l’importation. En Tanzanie.ktdc. le KTDC actuellement actionnaire de 8 hôtels. doit.Comprendre les pays de la CAE Projets et investissements Longtemps l’apanage du secteur public (question foncière oblige). Pour l’année fiscale 2009/2010. un projet de loi est en cours d’élaboration) qui a permis d’attirer davantage d’investissements. En Ouganda. organisme public chargé du développement du tourisme) a établi une liste de projets que l’on peut consulter sur son site (www. constituant 13% des investissements effectués dans le pays. Mais il faut nuancer : 5. se concentrant sur la réglementation et la promotion aussi bien des projets que de l’image du pays. 6% du territoire a été classé en espace protégé). Les pouvoirs publics se désengagent de ce secteur en vendant leur participation.

le Mont Kenya et les déserts du Nord. les opportunités restent limitées dans l’hôtellerie ou le tourisme conférencier. alliant protection des écosystèmes marins et développement des populations. Les bailleurs de fonds internationaux sont également impliqués directement dans les investissements hôteliers et touristiques. avec notamment l’aide internationale en cours.5 millions d’années avec des vestiges qui en font le berceau de l’humanité. des animaux sauvages dont la conservation est devenue primordiale depuis les années 60. un lodge à Amboseli et au Masaï Mara « Le Kenya. De son côté la Banque africaine de développement octroie des lignes de crédits destinées aux PME hôtelières via diverses banques locales de Tanzanie. très actives en particulier en Tanzanie. Ce sont surtout les infrastructures routières et électriques qui doivent être réhabilitées pour favoriser le développement du tourisme. et l’héritage culturel du Kenya qui remonte même a plus de 4. pays pionnier dans le voyage d’observation animalier. du plus simple camping au lodge le plus luxueux. La destination est riche en options. Citons entre autres la Banque mondiale qui finance Integrated Coastal Management. du séjour haut de gamme au plus populaire. (…) Le Kenya offre un éventail de possibilités en matière d’hébergement touristique. du balnéaire 120 .Comprendre les pays de la CAE Le Burundi est sans doute le pays dans lequel le tourisme est le moins développé. par exemple Care. Karibu Kenya! (Bienvenue au Kenya !) Dominique BERGER a créé il y a 3 ans la société Amaris Management et gère un hôtel à Lamu. L’UE soutient le Programme de Développement du Tourisme Durable en Ouganda. A court terme. De nombreuses ONG se sont également investies dans le secteur. les paysages superbes de la Rift Vallée. Le Kenya reste inégalable et la politique touristique du pays est de proposer un éventail d’hébergement très vaste. SNV ou WWF. dispose d’une variété de paysages rendant la destination très attractive : 500 km de côtes.

système de prestation de services de santé doivent devenir communs aux cinq pays. une harmonisation des politiques nationales de santé et des règlementations. 121 . en passant bien sûr par ce qui fait sa réputation depuis plus de 50 ans. En attendant l’achèvement de ces initiatives. une coopération pour promouvoir la recherche et développer la médecine alternative et traditionnelle.Comprendre les pays de la CAE au trek en montagne. la promotion des échanges d’informations pour améliorer la qualité des services de santé. une politique d’action commune pour prévenir et contrôler la diffusion des épidémies au sein de la communauté… Ainsi donc des programmes d’harmonisation de la politique de santé sont en cours au sein de la CAE sous la direction d’un Bureau de Programmes Pharmaceutiques est-africain : règlementation et système d’achat des médicaments. affectant l’activité touristique dans le monde entier. législation. le marché local est de plus en plus présent et devrait représenter une bonne part des revenus touristiques cette année... le safari. contrôle de qualité. conseiller régional santé de l’ambassade de France à Nairobi) L’article 118 du chapitre 21 du traité de la CAE est consacré au domaine de la santé. (…) La destination a bien sûr énormément souffert des troubles postélectoraux du début de 2008 et c’est lorsque les visiteurs commençaient à revenir que la crise économique mondiale a débuté. Les pays membres se donnent plusieurs objectifs à atteindre. » Santé (rédigé en collaboration avec M. dont notamment le développement d’une politique commune établissant un contrôle de qualité des médicaments et un système d’achat. (…) Heureusement. une harmonisation de la procédure d’enregistrement des médicaments. chaque pays conserve sa propre législation pharmaceutique et ses propres agences réglementaires pour l’enregistrement et la distribution des médicaments (octroi de licence. inspection des installations de fabrication et de distribution.). Marc Lejars.

d’équipements et de médicaments. les pays de la CAE sont loin d’avoir atteint l’objectif de la déclaration d’Abuja signée par les pays d’Afrique en 2000 qui stipulait que 15% du PIB devait être consacré au secteur de la santé pour lutter contre les maladies dévastatrices. ce qui encourage une corruption rampante. 122 . dont 45% sont déjà infectés par le virus VIH et 60% des nouveaux cas au Kenya. Parmi les pays membres de la Communauté. Le Kenya détient le triste record du plus haut taux de prévalence au sida et la plus faible couverture de vaccination au DTP3 (diphtérie-coqueluchetétanos). Toutefois.Comprendre les pays de la CAE Chaque pays dispose donc de son autorité de réglementation : le Pharmacy and Poison Board kenyan (PPB. Tous les pays d’Afrique Orientale souffrent d’un manque de personnel de santé. le Kenya détient de loin le meilleur système de santé grâce à des infrastructures hospitalières modernes. Enfin. paludisme et tuberculose : les principales maladies Le sida reste le grand fléau d’Afrique orientale. suivie par le sida et la tuberculose. La National Drug Authority (NDA) est également accusée d’avoir détourné plus de 80 000 USD en 2005 et plus de 200 000 USD en 2006. le paludisme représente la première cause de morbidité dans la région (plus de 30% des cas). Sida. La tuberculose arrive en troisième position avec plus de 130 000 nouveaux cas qui apparaissent en Tanzanie. la Tanzania Food Drug Authority (TFDA. créée par The Food. l’ancien ministre de la santé ougandais est soupçonné d’avoir détourné 45 millions USD en provenance du Fond mondial de lutte contre le sida. Drugs and Cosmetics (Fees and Charges) Regulation de 2005) et pour l’Ouganda la National Drug Authority (NDA) (créée par le National Drug Administration Statut de 1993). la tuberculose et le paludisme. C’est la première cause de consultation et la première cause de mortalité en Tanzanie. Ainsi. et à la qualité des formations que reçoit le personnel médical. notamment les spécialistes. essentiellement privées. établi par The Pharmacy and Poisons Act 2000).

8 (2007) 6 4 (soit 10 575 personnes) 30 (soit 140 000 personnes) 38 (soit 121 000 personnes) 52 14 Nombre de personnes Estimation atteintes du nombre Taux par la de morts de d’immunisation tuberculose paludisme DPT3 (%) 2007 55 040 7 662 nc Pays Burundi Kenya 119 842 27 049 72 Ouganda 57 390 43 490 83 Rwanda Tanzanie 3 6. OMS statistics WHO. Ces performances s’expliquent sans doute par les efforts consentis par le gouvernement pour améliorer la santé publique. Pour autant. MoH’s. puisque ce poste absorbe 27. son adaptabilité. Le Rwanda présente des résultats assez remarquables par rapport à ses voisins : il détient le taux de prévalence du sida le plus faible (3%).3% du budget de l’Etat. Cette popularité est surtout due à sa disponibilité. environ 230 000 suivent un traitement ARV. et à la culture du guérisseur qui est familière à la population. parmi les 1. 123 . la moitié des malades (52%) ayant accès aux soins .3 (2006) 7. son coût.3 million de personnes atteintes du sida. Au Kenya. la tuberculose et le paludisme. et le taux d’immunisation au DPT3 s’élève à 90%.8 (2006) 131 636 136 253 5 626 38 730 90 83 Source : EAC African Community Facts and Figures.Comprendre les pays de la CAE Prévalence du sida et de la tuberculose et taux d’immunisation DPT3 dans les pays de la CAE (2007) Couverture des rétroviraux parmi Taux de les personnes prévalence atteintes du sida du Sida (%) (%) (2006) 3. > La médecine traditionnelle : toujours très active Environ 80% de la population ougandaise et burundaise font appel à la médecine traditionnelle. Fond Mondial de lutte contre le Sida. ceci n’implique pas forcément un refus de la médecine moderne.

4 313. La Tanzanie a ouvert les services de santé au secteur privé dans les années 90 (hôpitaux privés. Par exemple.4 Source : PEPFAR Les tentatives de réforme de la politique de santé Chaque pays a mis en place. gérer la croissance démographique… L’application de ces stratégies laisse à désirer et la situation sanitaire continue d’être médiocre puisque de nombreux Kenyans n’ont toujours pas accès aux soins de base et à une alimentation saine. depuis de nombreuses années.S. comme répartir équitablement l’aide publique.Comprendre les pays de la CAE L’importance des bailleurs de fonds Les bailleurs de fonds financent une partie considérable des dépenses de santé des pays de la CAE. 30% du budget santé kenyan provient d’organisations financières internationales et le pays a reçu par exemple plus de 500 millions USD du U. médecins libéraux…) et encourage les partenariats public-privé (PPP) mais 124 .8 283. en 1994 le gouvernement kenyan avait instauré le Health Policy Framework Paper (KHPK) et le National Health Sector Strategic Plan II établissant les stratégies de développement et de gestion des services de santé avec plusieurs impératifs de réformes à horizon 2010.6 123. son plan de réforme pour améliorer l’efficacité et l’accessibilité des services sanitaires. L’Ouganda va recevoir du Fond mondial 263 millions USD sur une période de cinq ans pour développer le secteur de santé. President’s Emergency Plan for AIDS Relief (Pepfar) en 2008. Le Pepfar est un programme américain lancé en 2003 pour lutter contre le virus du sida et qui finance le traitement de 3 millions de personnes et s’occupe des soins et de la prévention de 12 millions de personnes dans le monde. Montant des fonds octroyés par le PEPFAR dans quatre pays de la CAE en 2008 Pays Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Montant en millions USD 534.

3% Montant des dépenses de santé dans le budget (en millions Institution nationale USD) d’assurance maladie nc Aucune institution Pays Burundi Estimation du marché pharmaceutique (millions USD) Dépenses de santé en % du PIB (2006) Dépenses totales de santé par habitant (en USD) 2005 3 entre 30 et 35 3% Kenya 400 4. Sa mise en place a été repoussée à juillet 2009. Le NHIF ne couvre que le lit d’hôpital.5% 136 8 27. des systèmes de mutuelles publiques (Community Health Funds en Tanzanie) ou des micro-assurances santé couvrant de petites communautés dans les trois pays.3% nc 300 Tanzanie 50 Source : DGTPE.5% 36 en comptant l’apport des bailleurs . Les résultats (impact sur l’amélioration de la qualité et de l’accès aux soins) de ces réformes incessantes sont difficiles à apprécier. nc Le National Health Insurance Fund est réservé aux fonctionnaires Ouganda nc 7% 4.9 10% nc Rwanda nc 10. 14 sans cet apport 6. Informations sur le secteur de la santé dans les pays de la CAE Part des dépenses de santé dans le budget total (2006) 2.3% 13. OMS Statistics WHO Assurance maladie Chaque pays dispose d’un système plus ou moins développé de couverture du risque maladie : fonds nationaux offrant une couverture plafonnée pour les soins hospitaliers .Comprendre les pays de la CAE le secteur demeure encore grandement sous la tutelle de l’Etat. Les populations les plus défavorisées se situent dans le secteur informel. Elles ne bénéficient donc le plus souvent d’aucune 125 .4% 380 National Hospital Insurance Fund (NHIF) : assurance obligatoire pour les salariés disposant d’un revenu minimum de 1000 KES (environ 11 EUR) par mois.4% 5. Le National Social Health Insurance Scheme concerne les salariés du secteur formel.

il existe un médecin pour 15 000 habitants.com) qui est présente dans tous les pays de la CAE. Des infrastructures sanitaires insuffisantes La répartition des établissements sanitaires est très inégale et varie fortement selon les pays et les régions. comme 52% des médecins tanzaniens. délaissant ainsi les zones rurales. Fin 2006. 80% des médecins burundais exercent dans la capitale (qui abrite environ 5% de la population totale).Comprendre les pays de la CAE couverture et doivent payer les soins au tarif plein. et poussent les médecins et les infirmières à quitter leur pays et à s’expatrier. On enregistre 16 lits d’hôpitaux pour 10 000 habitants au Rwanda et seulement 11 en Ouganda et Tanzanie.aarhealth. En Ouganda. 126 . d’une part. Le Kenya est reconnu pour détenir des infrastructures hospitalières modernes et performantes. entre 10 et 15% peut recourir au service d’une assurance privée. Au Kenya. Enfin. au risque de s’appauvrir davantage. une majorité de la population active ignore ses droits en matière de santé . quelques compagnies d’assurances proposent un système d’assurances privé comme la Kenyan AAR (www. Ainsi 51% des médecins kenyans certifiés exercent-ils à l’étranger. Les bas salaires du personnel soignant nuisent à la qualité des services médicaux offerts. seulement 30 % des postes de médecin sont pourvus. en particulier au Royaume-Uni. elles accueillent des patients des pays limitrophes. d’autre part. la moitié des hôpitaux appartient à des ONG religieuses. à l’exception du Burundi. le Kenya comptait 5 170 établissements (51 286 lits) et le gouvernement a entrepris la construction de 1 000 centres de soins tandis que le Burundi n’en compte que 41 dont 6 privés. Dans toute la région. Selon le ministère de la santé tanzanien. Un manque généralisé de personnel médical avec un exode vers les villes et l’étranger Quelques exemples montrent l’ampleur de ce déficit. au Botswana ou en Afrique du Sud. un quart de la population adhère au National Hospital Insurance Fund : la majorité des travailleurs sont employés dans le secteur informel . Pour cette raison.

Comprendre les pays de la CAE Personnel de santé par catégorie (2004/2007) Nombre de médecins (2007) 200 (2004) 6 271 2 209 (2004) 432 1 339 Nombre de médecins pour 100 000 habitants 3 14 8 5 4 Nombre d’infirmières enregistrées 1 343 (2004) 12 198 16 221 3 593 (2004) 17 048 Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Nombre de pharmaciens 76 2 775 688 214 365 Nombre de dentistes 14 931 363 21 267 Source : EAC Facts and Figures. Ce déficit chronique se retrouve dans les autres professions de santé. créée en 2003. Ces laboratoires. un souseffectif criant par rapport à une population totale s’élevant à plus de 120 millions d’habitants (soit en moyenne 1 médecin pour plus de 15 000 habitants !). 127 . Siphar a passé avec succès les contrôles de l’OMS et de la coopération suisse. seulement 4000 pharmaciens. filiale 18 Siphar. 1 600 dentistes et 50 500 infirmières (qui à elles seules représentent 75% des professionnels de santé). la Société industrielle pharmaceutique (Siphar18). A titre de comparaison. OMS statistics La zone de la CAE comprend plus de 10 000 médecins. la France compte en moyenne 34 médecins pour 10 000 habitants (2006). qui génère un chiffre d’affaires oscillant entre 4 et 5 millions USD. 19 Cette société attend l’inspection et l’évaluation d’une équipe de l’OMS pour obtenir la licence nécessaire pour fournir des médicaments aux ONG et aux organisations gouvernementales. Le marché pharmaceutique A l’exception du Kenya qui dispose d’une cinquantaine de laboratoires. L’Ouganda compte depuis janvier 2008 une unité de production. se spécialisent dans la fabrication de médicaments génériques pour le marché local et régional. fabrique plus de 46 médicaments de base dont notamment des antirétroviraux. Le Burundi possède une seule entreprise. la production pharmaceutique est relativement faible en Afrique Orientale. Quality Chemical Industries Ltd19. détenus par des familles d’origine indienne.

En 2007.8 Suisse (12.1%)… Congo (40%).9 Kenya 197 Tanzanie (29.9%).2%). Kenya (3. En 2007.7%).1%)… Tanzanie 156. Belgique (6.4%).6%). Le Kenya exporte une partie de sa production de génériques non seulement vers les pays de la CAE mais aussi vers ceux du Comesa.3%).1%)… Inde (35%). 8.6%). Kenya (8. Zambie (35%). Afrique du Sud (6. insignifiants Kenya (3. Burundi (22%). Rwanda (17.9%). Valeur des exportations et importations de produits pharmaceutique et principaux partenaires commerciaux en 2007 Importations de produits pharmaceutiques (en millions USD) Principaux fournisseurs Exportations de produits pharmaceutiques (en millions USD) Pays Principaux clients Rwanda (100%) Burundi 22.8%)… Inde (33%).1%)… France (43.3 France (49. Suisse (3. Pays Bas (7 . qui va fabriquer des ARV et des antipaludéens.8 Belgique (34.7%). Suisse (10.2%)… Source : Global Trade Atlas 128 . Grande Bretagne (6. Rwanda (5.7%). Soudan (11. sont beaucoup plus répandus que les médicaments éthiques (médicaments de marque avec propriété intellectuelle). En 2007.8%)… France (4. Kenya (10. Inde (28%) Chiffres France (9. Soudan (12.2%)… 1. Ouganda (26%).2%). Inde (18%).4%). Somalie (6.4%)… Ouganda 139 Rwanda 50 0. Belgique (5. moins chers.6%).4%). Pays-Bas (2%)… Malawi (36.8%).1%)… France (4. Tanzanie (7. les importations de médicaments dans la zone CAE s’élevaient à 564 millions USD (soit une augmentation de 36% par rapport à 2006) et représentaient environ 80% du marché. Mozambique (8.5%). ses exportations totales se sont élevées à 63 millions USD (contre 40 millions USD en 2006). Kenya (9.Comprendre les pays de la CAE de l’Indien Cipla.8%). Belgique (4%). Pays-Bas (4.2%). Suisse (11.6%).35 RDC (42.6%).3%). Kenya (6. Burundi (7.6%).4%). la Tanzanie et l’Ouganda restant toutefois ses principaux clients. 1. dont l’expertise repose exclusivement sur des techniciens indiens ou britanniques. 63 Grande Bretagne (9.3%). Les médicaments génériques. L’Inde reste le principal fournisseur de génériques.8%).8%). Belgique (12%). Congo (10. la Tanzanie disposait de 8 sociétés pharmaceutiques produisant des génériques.9%). Inde (16.

la Grande-Bretagne et la France demeurent les principaux pays fournisseurs de la CAE. les produits pharmaceutiques constituent le premier poste exportateur de la France vers les pays de la CAE (ils occupent la première place des exportations françaises en Tanzanie et en Ouganda). du stockage et de la distribution des médicaments aux structures publiques de santé.4 Part des produits pharmaceutiques Evolution dans le total des exportations par rapport françaises en % à 2007 23 -9.9 17 34.Comprendre les pays de la CAE Le Kenya est le pays où les flux commerciaux de produits pharmaceutiques sont les plus élevés. 129 . En zone rurale. Force est de constater que les conditions de stockage laissent à désirer : en Ouganda. Au Kenya. Dans tous les pays membres. Camerwa (Rwanda) le Kenya Medical Supplies Agency (KEMSA) qui aujourd’hui connaît de graves problèmes de solvabilité . la Suisse.4 2 34. la distribution s’effectue par le canal des centres de soins et dispensaires publics et privés mais également par l’intermédiaire des épiceries et bazars (produits OTC). toutefois ses importations sont trois fois plus importantes que ses exportations. les pharmacies et les supermarchés (pour les produits OTC). seuls 56% des établissements stockent les médicaments dans de bonnes conditions. le réseau de distribution urbain est constitué par les hôpitaux. la Belgique. le secteur privé et les ONG/missions religieuses. Exportations françaises de produits pharmaceutiques vers la CAE (2008) Montant des exportations françaises de produits pharmaceutiques (millions EUR) 3. sous l’autorité du ministère de la Santé : la Centrale d’achat de médicaments essentiels du Burundi (Camebu). une centrale d’achat des médicaments est responsable de l’approvisionnement. la Tanzania Food and Drug Authority (TFDA) et le National Medical Stores en Ouganda.5% 10.2 +500% 19 +101% 32. Avec 92 millions EUR.8 +13% 57. L’Inde.2 -44% Source : Global Trade Atlas Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Il existe généralement trois circuits de distribution de médicaments : le secteur public.

en Tanzanie et en Ouganda « Les procédures d’enregistrement sont presque similaires dans tous les Etats membres de la CAE et se déroulent comme suit : 1. Pour la National Drug Authority (NDA. Ouganda). (…) Il faut compter en moyenne environ 8 mois pour l’enregistrement d’un médicament au Kenya et un an en Tanzanie et en Ouganda. il recommande l’enregistrement (…) [ou] demande des informations supplémentaires ou des modifications. Approbation du médicament : l’approbation est du ressort du conseil d’administration de la Pharmaceutical and Poison Board (PPB) au Kenya et de la Tanzania Food and Drug Authority (TFDA) en Tanzanie. Cette société française est implantée au Kenya. aucun pays de la CAE ne dispose de système de validation du dossier pour vérifier la présence de tous les éléments du dossier et juger de la base légale. de la sécurité et de l’efficacité est assurée par différents experts pour chaque agence de médicament. A ce stade. il peut rejeter la demande d’enregistrement (…) et en justifier les raisons au demandeur qui peut faire appel. Epaphrodite TWAHIRWA.Comprendre les pays de la CAE Enregistrement des produits pharmaceutiques dans les pays de la CAE M. Regulatory Affairs Manager chez Laborex Kenya Ltd (groupe Eurapharma) leader dans l’importation. Si le comité d’experts est satisfait (…). 3. L’enregistrement des produits fabriqués localement revient moins cher que celui des produits importés. Réception de la demande d’enregistrement/encodages d’informations dans la base de données : le dossier de demande d’autorisation de mise sur le marché est reçu par les services compétents de chaque agence du pays membre. la distribution des produits pharmaceutiques. 130 . c’est le Committee on the National Formulary (CNF) qui donne l’autorisation de mise sur le marché. 2. S’il n’est pas satisfait. Evaluation du dossier : l’évaluation de la qualité.

Comprendre les pays de la CAE

Les produits issus de la médecine traditionnelle et les suppléments alimentaires sont l’objet d’une notification au Kenya et en Ouganda, tandis qu’en Tanzanie les produits à base de plantes doivent être enregistrés. »

> La contrefaçon des produits pharmaceutiques
La contrefaçon est difficile à évaluer d’autant que les pays de la CEA disposent de peu de laboratoires d’analyse de médicaments. 25% des médicaments sur le marché ougandais seraient contrefaits et 30% des médicaments ne répondent pas aux normes de qualité requises en Tanzanie. En décembre 2008, le parlement kenyan a adopté une loi pour lutter contre la contrefaçon. Le texte comporte hélas de nombreuses ambiguïtés qui peuvent faire obstacle en cas de mauvaises interprétations aux buts fixés par la loi. Pour poursuivre cet objectif, le ministère de l’industrialisation kenyan a mis en place en avril 2009 l’Anti-Counterfeit Agency chargée de traquer et détruire les produits issus de la contrefaçon. A terme, les pays membres de la CAE devraient adopter une position commune dans la lutte contre ce fléau.

Exemples de prix de médicaments commercialisés au Kenya et en Tanzanie
Nom du médicament Anti malaria Coartem comprimés, 24’s Vaccin Verorab 1 syr 1 vial Antibiotique Augmentin comprimés 1 gr 14’s Anti HIV Viracept 250mg 270’s Prix du médicament Kenya 587 KSH (5 EUR) 2045 KSH (18 EUR) 3278,1 KSH (30 EUR) 10 798 KSH (99 EUR) Tanzanie 10 920 TSH (6 EUR) 38 000 TSH (21 EUR) 49000 TSH (27 EUR) 250 000 TSH (138 EUR)
Source : Laborex Ltd

131

Comprendre les pays de la CAE

Echanges et investissements
Le commerce extérieur global
Balance et structure des échanges
Des importations en hausse (+18%)

En 2007, les exportations des pays de la CAE vers le reste du monde se sont élevées à environ 8 milliards USD, en croissance de 14%. Elles ne représentent que 0,05% des exportations mondiales et près de 4% des exportations de l’Afrique subsaharienne. Ce bloc régional exporte deux fois moins que l’Egypte et trois fois moins que le Nigéria, ces deux derniers pays étant toutefois, à des degrés divers, producteurs d’hydrocarbures. Contrairement à des pays comme le Nigéria ou l’Angola, ce bloc ne dispose pas, pour le moment, de ressources d’hydrocarbures importantes (des gisements de gaz en Tanzanie et de pétrole lourd en Ouganda sont en cours de développement). Le Kenya reste et de loin le premier exportateur de cette région avec une part de marché de 52 %, suivi par la Tanzanie 27%. Les principaux produits vendus à l’étranger sont le thé (815 millions USD) suivi du café (518 millions USD) puis les pierres et métaux précieux et les produits horticoles. Tous les pays, à l’exception du Burundi, voient leurs exportations progresser depuis 2002.
Evolution de la valeur des exportations des pays de la CAE (en millions USD)
10000 9000 8000 7000 6000 5000 4000 3000 2000 1000 0 Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie

132

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Source : Global Trade Atlas

Comprendre les pays de la CAE

Les importations des pays de la CAE vers le reste du monde se sont élevées à 19,5 milliards USD, en croissance de 18%. Elles ne représentent que 0,1% des importations mondiales. La CAE importe quatre fois moins que l’Afrique du Sud. Tout comme il est le premier exportateur, le Kenya est le 1er importateur du bloc avec une part de marché de 46%, devant la Tanzanie (part de marché de 30%). Les importations sont composées principalement de pétrole raffiné (3,7 milliards USD) et de produits pharmaceutiques (478 millions USD). Tous les pays de la CAE voient leurs importations progresser depuis 2002.
Evolution de la valeur des importations des pays de la CAE (en millions USD)

Source : Global Trade Atlas

Le solde commercial de la CAE est nettement déficitaire (près de 12 milliards USD). Ce déficit se creuse (+33% par rapport à 2006), les importations de tous les pays progressant (+28%) plus rapidement que leurs exportations.

133

Comprendre les pays de la CAE

Evolution du solde commercial dans les pays de la CAE (en millions de dollars)
2002 0 2003 2004 2005 2006 2007

-1000 Burundi -2000 Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie

-3000

-4000

-5000

-6000
Source : Global Trade Atlas

Principaux partenaires
Les échanges entre les pays d’Afrique de l’est ont été facilités par la création du Comesa et de la CAE, qui ont permis la réduction d’un certain nombre de barrières au commerce (notamment les droits de douane) et facilité l’accès aux différents marchés. Ainsi le commerce extérieur des pays de la CAE est principalement composé d’échanges avec les autres pays d’Afrique de l’est. Une plus grande interdépendance existe désormais entre les différents Etats.
Commerce intra CAE
Les acteurs majeurs en sont l’Ouganda et le Kenya

134

En 2007, le commerce intra CAE représentait 20% des exportations et 6% des importations totales. Le Rwanda est le pays dont les échanges sont le plus tournés vers la CAE, avec 40% de ses importations et un quart de ses exportations. La Tanzanie, qui est également membre de la zone de libre échange SADC, est celui dont les échanges sont les moins axés sur la CAE.

Comprendre les pays de la CAE

En volume, l’Ouganda et le Kenya sont respectivement le principal acheteur (43% des achats intra CAE) et exportateur (61% des ventes intra CEA) de ce bloc régional. Les importations intra CAE ont progressé moins vite (+12%) que leurs exportations (+35%).
Evolution des importations intra-CAE
2005 % Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie TOTAL 21,39 1,07 26,85 36,44 5,58 Millions USD 55 61 551 151 181 999 % 12,15 1,17 16,82 45,69 4,94 2006 Millions USD 53 84 430 255 223 1045 % 21,54 2,13 14,43 39,32 1,86 2007 Millions USD 91 191 504 274 110 1170
Source : Global Trade Atlas

Evolution des exportations intra CAE
2005 % Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie TOTAL 12,28 22,55 17,81 24,92 9,69 Millions USD 14 976 145 37 162 1334 % 17,12 21,05 15,88 25,54 10,31 2006 Millions USD 39 737 153 35 192 1156 % 17,44 23,35 20,56 24,65 12,06 2007 Millions USD 27 953 275 45 258 1558
Source : Global Trade Atlas

Autres partenaires

Le premier client de la zone CAE est la Suisse Les principaux partenaires sont la Suisse avec 560 millions USD d’achat, soit 8% des de la CAE les Emirats (achat) et exportations de ce bloc. Cette place est justifiée Arabes Unis (vente) par l’importance des importations suisses d’or et de pierres précieuses en provenance de Tanzanie. Elle est suivie du Royaume-Uni, des Pays Bas et des Emirats Arabes Unis. Les Emirats

135

Comprendre les pays de la CAE

Arabes Unis sont le premier fournisseur avec 2,6 milliards USD, soit 13% des importations totales des pays de la CAE. A noter, dans ce cadre, l’importance des importations de pétrole en provenance des Emirats, et le rôle privilégié de Dubaï comme centre de redistribution vers l’Afrique de l’est. Ils sont suivis par l’Inde (part de marché de 9% Principaux clientsde 1,8 milliard USD) et la Chine. et un volume des pays de la CAE
Principaux clients des pays de la CAE
8% Suisse 7% 48% 7% 4% 18% Royaume Uni Pays Bas Emirats Arabes Unis Etats-Unis CAE Autres

7%

Principaux fournisseurs des pays de la CAE

Principaux fournisseurs des pays de la CAE
13% 39% 9% 7% 7% 4% 3% 3% 4% 5% 6% Emirats Arabes Unis Inde Chine Afrique du Sud Japon Etats-Unis Royaume-Uni Kenya Arabie Saoudite CAE Autres
Sources : Global Trade Atlas

136

Comprendre les pays de la CAE

Principaux produits échangés et partenaires commerciaux des pays de la CAE 20
Pays Burundi Pays clients Emirats Arabes Unis (34%), Suisse (11%), RDC (9%), Kenya (7%). Produits exportés Or (43%20), café (28%), thé (5%) Pays fournisseurs Arabie Saoudite (27%), Belgique (11%), Ouganda (11%), le Kenya (8%), le Japon (7%), la Chine (4%). Émirats Arabes Unis (19%), Inde (12%), Chine (9%), Etats-Unis (9%) Produits importés 20% de produits pétroliers, équipements industriels, denrées alimentaires. Machines de transports et d’équipements (30%), pétrole (25,6%), biens manufacturés (15%), produits chimiques (14%) Equipements automobiles et industriels (25%), produits alimentaires (15%), pétrole et produits chimiques et dérivés (12%). Véhicules (13%), produits pétroliers (9%), équipements électriques, produits pharmaceutiques. Biens d’équipements, de pétrole, de biens de consommation et de matières premières industrielles

Kenya

Ouganda (12%), Royaume-Uni (10%), Tanzanie (8%), PaysBas (8%)

Produits horticoles (37%), café, thé, biens manufacturés (12%)

Ouganda

Emirats (13%), Soudan (12%), Kenya (9%), RDC (8%).

café (20%), poisson (perche du Nil : 9,3%), tabac (5%)

Kenya (13,5%), Emirats Arabes Unis (12%), Inde (9,8%), Chine (7,8%), Japon (6,7%).

Rwanda

Kenya (19%), Royaume-Uni (19%), Belgique (14%), Hong Kong (13%). Suisse (20%), l’Afrique du Sud (10%), Chine (7%), Kenya (6%), Pays Bas (5%).

Etain (20%), café (18%) Kenya (18%), Ouganda et de thé (16%) (14%), Emirats Arabes Unis (8%), Tanzanie (7%), Belgique (6%), Chine (6%). Or (26%), pierres précieuses (9%), poissons (8%), épices (8%), tabac (4,5%) Emirats Arabes Unis (13%), l’Afrique du Sud (10%), l’Inde (9%) et la Chine (7%).

Tanzanie

Source : Global Trade Atlas

Les investissements étrangers
Avec 728 millions USD, le Kenya était, en 2007, Le Kenya, principal pays d’accueil des IDE en 2007 le premier pays récipiendaire d’investissements directs étrangers (IDE), accueillant à lui seul presque la moitié du total des IDE sur la CAE. Les investisseurs étrangers dans la CAE sont principalement d’origine britannique, canadienne, sud-africaine et française. Toutefois, le Kenya était en 2007 le 1er investisseur en Ouganda et en Tanzanie (1 milliard USD en stock). En termes de stocks, la Tanzanie occupe la première
20 Chiffre des douanes, à noter que les exportations de minerais ne figurent pas dans les statistiques publiées par la Banque centrale et le FMI, en raison de leur origine peu transparente. Selon le FMI, le café représente alors le 1er poste des exportation, et 66% de celles-ci.

137

énergie. les mines. TIC et tourisme). Flux et stocks d’IDE dans les pays de la CAE IDE millions USD 2007 Flux 728 368 331 67 0 Stocks 1892 2909 4759 170 48 Source : UNCTAD Kenya Ouganda Tanzanie Rwanda Burundi La Chine. la construction d’un hôpital populaire dans la banlieue de Nairobi et un autre à l’université Kenyatta ou encore. Les secteurs principalement bénéficiaires des investissements étrangers dans la CAE sont le tourisme. l’aéronautique et les télécommunications. le financement sur don d’un stade de 60 000 places à Dar Es Salaam pour un montant de 56 millions USD ou la construction d’un bâtiment pour reloger le ministère des Affaires étrangères ou d’un nouveau palais présidentiel au Burundi… L’Inde entretient également des relations soutenues avec divers pays de la CAE. Depuis 2006. en Tanzanie. l’Inde et la Libye figurent parmi les nouveaux investisseurs étrangers. forte d’importants investissements miniers. la construction. l’industrie de transformation agroalimentaire. La Chine s’intéresse aux nouveaux grands projets : construction de routes. grâce en partie à la communauté indienne présente de longue 138 .Comprendre les pays de la CAE place. extension des voies ferrées de Mombasa à Kampala puis Kigali… La Chine réussit également à garder une image positive grâce à de nombreux dons comme ceux qui ont permis la construction du stade olympique « Moi » à Kasarani en 1987 au Kenya. orientée sur les infrastructures (routes. elle aurait consenti au Kenya une enveloppe (prêts et dons) d’environ 120 millions EUR. Certains pays tentent de mettre en œuvre une politique sélective d’investissements : le Rwanda et le Kenya visent à devenir le centre régional dans le domaine des services (finances. télécommunications…). Le Kenya par exemple représente pour la Chine une porte d’entrée de la sous-région Afrique de l’est et centrale.

Il avait réuni 47 chefs d’Etats africains dont des représentants des cinq pays de la CAE et avait abouti à la signature d’un plan d’action. la Chine devient l’un des principaux partenaires économiques de la CAE. plus de 150 visites ministérielles officielles. très centralisé et robuste. la Tanzanie. agricole notamment. l’Ouganda et le Rwanda se sont doté de guichets uniques afin de promouvoir et de faciliter les investissements (cf. Les autres pays de la CAE ne sont pas en reste : visite du Premier ministre chinois Wen Jiabao en Ouganda en juin 2006 avec à la clé la signature de six accords dans les domaines économique. grâce à l’établissement d’un mécanisme de suivi des projets particulièrement efficace et volontariste. Au Kenya par exemple. La clef du succès de la coopération avec la Chine réside dans la capacité des Chinois à maintenir un très haut niveau de relations politiques. la présence libyenne se concentre surtout dans les hydrocarbures : en novembre 2007. le Libyen Tamoil East AFrica a remporté l’extension vers l’Ouganda. que les autorités chinoises et africaines ont mis en œuvre d’une manière méthodique. La présence chinoise dans les pays de la CAE Progressivement. Libya Oil Kenya a acquis dans la distribution pétrolière les actifs d’Exxon Mobil au Kenya et en Ouganda et en mars 2007. paragraphe législation des IDE).Kibaki. Le Forum sur la Coopération entre l’Afrique et la Chine (FOCAC) organisé en novembre 2006 à Pékin a joué le rôle de catalyseur. L’Inde intervient surtout dans les secteurs pharmaceutique. Les intérêts libyens sont également présents dans les télécommunications (Ouganda) et l’hôtellerie de luxe (Kenya). Enfin. A noter que le Kenya.Comprendre les pays de la CAE date : 120 000 personnes au Kenya et 15 000 en Ouganda. deux visites du Premier ministre. visite du ministre des Affaires étrangères chinois Yang Jiechi au Burundi en janvier 2008 ou encore dernièrement le passage du 139 . il y a eu quatre rencontres Hu Jintao. tout en faisant vivre un mécanisme de concertation rigoureux. automobile et de la chimie. depuis 2006. puis ensuite vers le Rwanda puis le Burundi de l’oléoduc Mombasa Eldoret (Kenya).

140 . En termes de financement. qui en font une tête de pont accueillante pour les intérêts économiques chinois. première banque du pays) a acquis 20% de la banque sud africaine Standard Bank. Le Kenya joue un rôle de tête de pont d’entrée dans la sous région Afrique de l’est et centrale grâce à ses services financiers. sa tradition de protection des intérêts privés. est le second établissement du pays depuis sa fusion avec le groupe CFC. Il existe un projet de reprise (totale ou partielle) de la compagnie aérienne tanzanienne par une société de Hong Kong (Sonangol). qui s’est traduit par la signature de plusieurs accords de coopération dans les domaines agricole et de la communication. la Chine contribuerait pour 40 millions EUR de prêts et 13 millions EUR de dons aux ressources du Budget 2008/2009 (53 millions au total). ses moyens de communications. énergie. Stanbic. non sur les investissements. Industrial and Commercial Bank of China (ICBC. soit grâce à des financements chinois (dans les télécommunications) ou des bailleurs de fonds multi et bilatéraux (routes. la présence économique chinoise s’est surtout focalisée. mais moins que l’AFD (60 millions EUR). dont 4 directs). Les investissements chinois se limitent pour l’instant au secteur bancaire : en octobre 2007. eau…). soit légèrement plus que la KFW (45 millions EUR). et sur la vente d’équipements industriels et de produits de grande consommation. qui pourrait être également chargée de l’exploitation de l’aéroport de Dar Es Salaam et qui aurait reçu en contrepartie une licence d’exploitation pétrolière.Comprendre les pays de la CAE Président Hu Jintao en Tanzanie en février 2009. mais sur la participation aux travaux d’infrastructures. ce qui a eu des répercutions sur le secteur bancaire au Kenya où la filiale de cette dernière. Selon le ministère des finances. de transports (il existe 7 vols quotidiens au départ de Nairobi vers la Chine –Hong-Kong et Gwanzhou-. La CAE ne disposant pas d’importantes ressources dans son sous-sol. la Chine aurait consenti au Kenya pour 12 milliards de KSH (120 millions EUR) de prêts et de dons depuis 2006.

Face à une baisse de la demande en Europe et aux Etats-Unis.7 milliard EUR (montant qui est sans doute sous-estimé) avec un solde commercial dépassant 1. La première a réalisé des travaux sur l’aéroport international de Nairobi. sont très présentes dans les pays de la CAE. Enfin. marché naturel du Kenya.Comprendre les pays de la CAE > Des entreprises chinoises sur la liste noire de la Banque mondiale En janvier 2009. notamment la Chine. les exportations chinoises vers la CAE s’élèvent à environ 1. les pays asiatiques. La Chine est le premier partenaire de la Tanzanie et le 3ème fournisseur du Kenya. En 2008. China Wu Yi et China Road & Bridge.5 milliard EUR ! Entre 2005 et 2008. la Banque mondiale a publié une liste noire de 7 sociétés asiatiques. Valeur des exportations chinoises vers les pays de la CAE (en millions d’euros) 900 800 700 600 500 400 300 200 100 0 9 12 Kenya exports chinoises en 2005 64 159 10 44 Tanzanie 370 246 642 835 Burundi Ouganda Rwanda exports chinoises en 2008 Source : Global Trade Atlas 141 . Parmi ces sociétés figurent quatre entités chinoises dont deux. écartées des futurs projets qu’elle finance. la CAE est devenue une destination phare pour les exportations chinoises. la seconde travaille sur quasiment l’ensemble des pays de la CAE dans le domaine routier. vont certainement encore mieux cibler les pays d’Afrique de l’est et centrale. les exportations vers les pays de la CAE ont au minimum doublé.

véhicules (1.1%). thé (3. coton (5%). véhicules sauf train (8.7%). caoutchouc (3%).6%). Elle achète en revanche du minerai. minerais (4. café et thé (8%)… Ouganda Equipement électrique (24%). véhicules sauf train (4. produits sauf train (6%). épices.3%)… épices. produits issus du fer et de l’acier (4.8%). textile (11. machine (2. Kenya Minerais (26%).7%)… Principaux produits importés par la chine Aucune importation. produits issus du fer et de d’origine animale (4. Principaux produits échangés entre la Chine et les pays de la CAE (2008) Pays Burundi Principaux produits exportés par la Chine Equipement électrique (65%). des équipements industriels. grain. fonte. l’acier (5.4%).3%). café. coton. céréales.7%). produits de la chimie organique (11.7%)… 142 . cuir et peaux (13. textile (6%). des peaux et du cuir ainsi que des produits agricoles.4%)… Equipement électrique (16%).5%). Cuir et peaux (57%). fruits machine (11%). des véhicules et des produits textiles. fruits et noix (10%). acier et fer (4. chaussures (10. équipement industriel (9%). tissus.7%).Comprendre les pays de la CAE Valeur des importations chinoises en provenance de la CAE (en millions d’euros) 160 140 120 100 80 60 40 20 0 0 0 Kenya importations 2005 Ouganda 14 24 91 138 16 12 20 9 Rwanda importations 2008 Source : Global Trade Atlas Burundi Tanzanie Les produits exportés par la Chine vers la CAE sont principalement des équipements électriques.2%). fibres textiles végétales (13%). produits pharmaceutiques (9%).

bois (2.4%). outils..3%). coton. télécoms.5%). véhicules sauf train (10.Comprendre les pays de la CAE Principaux produits exportés par la Chine Equipement électrique (52%).7%).7%). réalisant par ses entreprises les infrastructures (oléoducs.8%). Rwanda. véhicules (1. Minerais (70.)..6%).5%).) qui permettront un approfondissement de l’intégration régionale de l’Afrique de l’est et la pénétration de leurs produits vers l’Afrique centrale (RDC. cuivre et produits dérivés du cuivre (6. cuir et peaux (2. épices. machines électriques.6%). Ouganda. La place de la France Solde. machines (11. fer et acier (3%). machines (15%). excédent et déficit 2005 Importations Exportations Importations 2006 Exportations Importations Des échanges avec la France en croissance. voix ferrées... céréales. grains. tissus.2%)… Source : Global Trade Atlas La stratégie chinoise est doublement gagnante.2%). fibres textiles végétales (3.4%)… Tanzanie Equipement électriques (15. café et thé (0. routes.3%). caoutchouc (5. textiles (6. produits issus du fer et de l’acier (5%)… Pays Rwanda Principaux produits importés par la chine Minerais (99%). produits issus du fer et de l’acier (4. fruits (9. mais une part de marché très inférieure à ce qu’elle est en Afrique francophone Importations et exportations françaises avec la CAE (millions d’euros) 2007 Exportations Importations 83 3 35 58 1 180 170 194 2008 Exportations 156 10 107 60 17 350 Kenya Rwanda Tanzanie Ouganda Burundi Total échanges Solde commercial Taux de couverture % 92 3 24 63 3 185 28 115 105 8 58 32 10 213 92 5 26 64 2 189 16 108 107 9 39 40 10 205 72 2 25 63 3 165 172 204 169 9 102 41 16 337 Source : douanes françaises 143 . cuir et peaux (0.45%).7%).

la France est. soit 170 millions EUR. excédentaire avec tous les Etats membres. Les exportations françaises sur la zone s’élèvent à 350 millions EUR (en croissance de + 4%) soit autant que vers le Ghana. qui comptent pourtant 124 millions d’habitants pour un PNB de 80 milliards USD. En effet. La France importe de la CAE un peu moins que de la seule Mauritanie.Comprendre les pays de la CAE Les pays de la CAE restent des partenaires modestes de notre pays. en 2008. Notre excédent commercial se maintient en 2008 au même niveau qu’en 2007. nos entreprises exportent 613 millions EUR sur les deux seuls pays francophones que sont Maurice et Madagascar (21 millions d’habitants pour un PNB de 35. Les importations (180 millions EUR) sont plutôt stables sur les quatre dernières années. Traditionnellement déficitaire avec l’Ouganda. C’est presque deux fois plus que vers l’ensemble des 5 pays de la CAE.9 milliards USD au total). Nos exportations vers les pays de la CAE sont bien inférieures à ce qu’elles pourraient être. Importations et exportations de la CAE avec la France Importations en provenance de France 144 .

Comprendre les pays de la CAE

Exportations à destination de la France

Sources : Global Trade Atlas

Le Kenya n’est que le 103ème client et le 100ème fournisseur de la France. Il s’agit du pays le mieux placé. Le Rwanda est notre dernier client dans la zone et le Burundi notre dernier fournisseur.
Classement des pays au rang de client ou de fournisseur de la France en 2008
Client Kenya Tanzanie Ouganda Burundi Rwanda 103 115 129 162 172 Fournisseur 100 119 107 190 179
Sources : douanes

145

Comprendre les pays de la CAE

Principaux postes d’échanges entre la France et les pays de la CAE
Principales importations de la France Kenya Tanzanie Burundi Ouganda Rwanda préparation à base de fruits et légumes (41%), fruits et légumes (35%) poissons et crustacés (38%) café (70%) poissons et crustacés (60%), café (17%) café (76%) Principales exportations de la France appareils électriques (30%), produits pharmaceutiques (11%) produits pharmaceutiques (32%), véhicules aériens (24%) appareils électriques (31%), produits pharmaceutiques (23%) produits pharmaceutiques (57%), appareils électriques (18%) appareils électriques (24%), produits pharmaceutiques (19%)
Source : douanes

La France achète presque exclusivement des produits agroalimentaires des Etats membres. Il s’agit principalement de produits agricoles et piscicoles (perches du Nil en provenance du lac Victoria, fruits, café…). Quant à ses exportations, elles sont principalement composées de produits pharmaceutiques (91 millions EUR) et d’appareils électriques (notamment des équipements téléphoniques, des composants électriques et électroniques et des appareils de diffusion du son et de l’image). A noter toutefois les variations brusques que nos exportations peuvent connaître en fonction de la signature de grands contrats : la livraison, entre 2008 et 2012, d’une série d’avions ATR 72 en Tanzanie et au Kenya améliorera ainsi sérieusement les performances exportatrices françaises dans ces deux pays.

146

Comprendre les pays de la CAE

Nombre d’exportateurs français en 2007
Le Kenya est le pays de la zone qui accueille le plus d’exportateurs français, soit presque autant que dans l’ensemble des autres pays du CAE.

Appareil exportateur français (en nombre)
En nombre, les PME forment le principal bataillon d’exportateurs vers la zone CAE, devant les groupes étrangers ayant des filiales en France (pays anglophones obligent). Toutefois, la part des PME exportatrices dans les exportations françaises totales vers la CAE est beaucoup plus faible que dans l’Afrique francophone, par exemple.

Implantations et investissements français
En 2008, le stock cumulé d’IDE français était estimé à 1,5 milliard USD, le Kenya représentant à lui seul les deux tiers de ce montant, l’Ouganda comptant pour 23% et la Tanzanie pour 17%. Les sociétés kenyanes à participation française représentent environ 14% de la capitalisation de la Bourse de Nairobi.

147

Comprendre les pays de la CAE

80 sociétés françaises environ sont présentes dans ces cinq pays, au travers de leurs filiales ou de leurs bureaux de représentation : une quarantaine au Kenya, une vingtaine en Tanzanie, une petite dizaine en Ouganda, trois au Rwanda, et deux établissements au Burundi. Ces entreprises génèrent environ 16 000 emplois directs : 14 000 au Kenya, 900 en Tanzanie, 800 en Ouganda, une cinquantaine au Burundi et quelques dizaines au Rwanda. Les sociétés françaises implantées dans ces pays couvrent tous les domaines d’activité économique, de l’agroalimentaire à l’industrie en passant par les services, la taille tout comme le montant des investissements de ces établissements étant très variables. Six acteurs sont présents sur la majorité des pays d’Afrique de l’est. Ils sont actifs dans le transport et logistique (AGS, Air France-KLM, groupe Bolloré), les services financiers (Natixis), la distribution pétrolière (Total Distribution), le ciment (Lafarge), les travaux publics (Vinci) et les télécommunications (France Telecom, Alcatel-Lucent, Thalès). Parmi, les investissements récents, il convient de signaler ceux de France Telecom (rachat en 2007 de 51% de l’opérateur historique kenyan Telkom Kenya et achat d’une licence GSM en 2008 en Ouganda) et ceux de Total Distribution (rachat en 2009 du réseau de distribution de produits pétroliers de Caltex également au Kenya et en Ouganda). Le Kenya sert de centre régional pour les implantations françaises dans tous les secteurs, et en particulier dans l’automobile (Peugeot, Renault, Renault Trucks, Michelin et CFAO), la chimie et la pharmacie (Sanofi-Aventis, Europharma Laborex) et les services (bureau Veritas).

148

Vendre aux pays de la CAE

Vendre aux pays de la CAE

L’accès aux différents marchés
Environnement des affaires : témoignages des Conseillers du Commerce Extérieur de la France
Burundi
> Seul marché francophone dans la zone CAE, la croissance y est cyclique, reflétant la prédominance du secteur de café
Les secteurs à fort potentiel d’investissement sont : - Le secteur agricole : un programme de privatisation des secteurs de café et thé est en cours - Ressources minières : le nickel de Musongati et Muremera - Infrastructures : énergie (réhabilitation du réseau T&D national et production électrique tant au niveau local que régional), routes, aéroportuaire et télécoms (4 opérateurs mobiles en concurrence et projets de fibre optique à Bujumbura et de back-bone national relié à Eassy et à Teams). - Industrie manufacturière : petite agro-alimentaire destinée à la consommation locale et aux pays voisins (Ouganda, Rwanda et RDC). - L’importation de biens de consommation. Les difficultés sur le marché burundais - Une administration fiscale en cours de modernisation et des normes de comptabilité en phase d’harmonisation avec celles des pays voisins de la CAE. - L’indépendance de la justice locale est à vérifier en cas de litige.

151

. . . . . .Vendre aux pays de la CAE .Facilité d’obtenir les permis de travail pour les étrangers (à la fois pour les ressortissants étrangers et de la CAE).Dépendance des bailleurs de fonds pour le financement du budget national (55% des ressources financières de l’Etat).Manque critique d’une main d’œuvre qualifiée non seulement dans l’administration mais aussi dans le privé. . l’ambassade sur place et les CCEF qui sauront indiquer la marche à suivre. .Faible capacité électrique par rapport aux besoins du pays et coût élevé d’électricité. . Le coté positif d’un tel marché . mais qui semble repartir sous pression de la Banque mondiale et du FMI.Faiblesse du secteur financier local (qui ne compte que 10 banques locales).Situation politique locale tendue liée à une coalition. .Pays en paix fragile dans un contexte politique instable.Un pouvoir d’achat et un marché local limités liée notamment à une population majoritairement agricole (90%).Besoins importants en développement (modernisation du secteur agricole et des infrastructures). coût élevé de l’énergie et télécommunications).Renforcement du secteur financier (recapitalisation des banques. réformes des statuts de la BNB). .Un programme de privatisation qui traîne depuis quatre ans. où la sécurité est un souci majeur. Les appels d’offres Quelques principes à suivre : . 152 .Une balance du compte courant structurellement déficitaire. . dont les attentes sont difficiles à gérer dans un contexte de préparation des élections en 2010. .Ne pas s’engager sans consulter au préalable la Mission économique.Des projets pour pallier les différents goulots d’étranglement du pays (enclavement.De nombreux projets liés à l’accroissement de dons extérieurs (y compris l’allégement de dette consenti dans le cadre de l’initiative PPTE) destinés aux secteurs sociaux et infrastructures. . Nécessité d’une composante forte de renforcement des capacités pour les projets d’aide extérieure.Droit foncier encore coutumier et forte densité démographique.Faire valoir la casquette française bien appréciée par les décideurs locaux et le secteur privé.

BAfD.Vendre aux pays de la CAE . Les permis de travail sont faciles à obtenir pour les ressortissants de la CAE portés les groupes de la zone. -L ’agrément de certains projets passe souvent par le conseil des ministres. le Burundi est très attaché au processus d’intégration dans la CAE (même si l’impact de son adhésion au tarif extérieur commun de la CAE en juillet 2009 est négatif à court terme). 153 . les deux pays ayant des intérêts géostratégiques plus ou moins communs. . concurrence EU et USA.Exonération des droits de douane parfois aléatoire sur les projets financés par l’aide extérieure ou équipements hors taxe. La Chine et l’Afrique du Sud également implantées dans divers secteurs (BTP pour le premier). . Comment faire des affaires La tendance est à la joint venture ou l’enregistrement d’une branche locale.Privilégier les marchés financés par l’aide extérieure (UE. . Pays Bas. dont le capital social est composé d’un partenaire local.Prendre un agent ayant une bonne connaissance du marché spécifique à l’appel d’offres ou ayant une bonne expérience du marché en général. Source : Section CCEF Burundi. . Le Burundi suit plutôt son voisin Rwanda.Sur le secteur de technologies à valeur élevée (télécoms et énergies). .Plutôt une forte concurrence des pays occidentaux (belge. Pas de fort nationalisme comme le cas de la Tanzanie. La Burundi dans la CAE Nouveau membre de la CAE. Le développement d’une industrie manufacturière locale compétitive dépendra de la capacité du pays à combler ses lacunes énergétiques (prix trop élevés d’électricité par rapport aux autres pays de la CAE). La concurrence . permettant d’assurer le financement de votre projet. bailleurs de fonds bilatéraux). Ambassade de France à Bujumbura et SER de Nairobi. . qui peut exiger un partenaire local et/ou l’enregistrement d’une société locale.Marché francophone où le peu d’experts techniques et les décisionnaires sont francophones.Les services d’ingénierie civile ou de la consultance offrent des opportunités de marchés.Prise de décision lente dans certains dossiers techniques. où le savoir-faire français est plus compétitif. Allemagne). BM. Les spécifications techniques se font généralement en français.

importation d’énergie d’Ethiopie. utilisation d’énergies renouvelables (dont centrales éoliennes et géothermie). . . développement des transports urbains.Douanes . par secteurs) et électricité chère.Problème dans la distribution d’eau du fait des faibles pluies depuis un certain nombre d’années.Distribution électrique efficace dans les villes. développement très rapide du secteur des TIC Les difficultés du marché . .Pétrole : forage a terre prévu en fin d’année 2009.Risque de change : facturation principalement en dollar avec taux de change du Kenya Shilling très fluctuant (hausses brutales. avec des tarifs peu compétitifs par rapport à la route. .Lourdeur de l’administration. de routes. développement des aéroports . mais le reste du territoire est peu couvert. 154 .TIC : partant d’une situation de retard. centrales thermiques (y compris un projet de centrale au charbon).Importations via le port . complexité des procédures .Taux (TVA) .Chemin de fer inopérant depuis plus d’un an.Tourisme : infrastructure en place mais possibilité de développer certaines régions du Kenya ou d’autres types de séjours. indienne et sud-africaine . chutes également importantes).Peu de fiabilité de la fourniture d’électricité (manque de capacité donc coupures programmées ou non. fleurs. . grosse concurrence chinoise. thé).Biens de consommation : Importation/distribution. café. . .Secteur agricole : pour les besoins locaux et l’exportation (légumes. .Secteur énergétique : Gros besoins en électricité.Vendre aux pays de la CAE Kenya > Secteurs à potentiels d’investissement .Transport : réhabilitation des chemins de fer. Les impacts de la crise internationale sont différemment ressentis pour ce secteur.

Toujours consulter le Service Economique.Peu de culture d’entreprise : le personnel change souvent d’employeur.Grande diversité des nationalités présentes à Nairobi du fait du nombre d’institutions internationales installées. . .Vendre aux pays de la CAE . il en est l’économie la plus importante et le moteur de l’intégration de la CAE. avec lequel il est agréable de travailler. et de l’importance des représentations régionales des entreprises étrangères. Londres) et de l’Asie/Inde.Diaspora importante injectant des liquidités dans l’économie (construction. Les appels d’offres .Population importante donc larges débouchés .Bonne image de la France.Syndicats de branche et non pas syndicats d’entreprise pour les discussions conventions d’établissement peu concernés par les problèmes de l’entreprise.Kenya Airways a une très bonne couverture des pays de la région. .Réseau bancaire diversifié. des pays de l’Afrique de l’ouest et du sud. . . .Bonnes relations avec le personnel.Pays soutenu par les institutions internationales d’où nombreux dons ou prêts .Sécurité des biens et des personnes principalement a Nairobi : risques et coût du poste gardiennage/sécurité importants. Les aspects positifs du marché . . fiable.Main d’œuvre qualifiée rare donc chère voire très chère pour les cadres et managers. . de l’Europe (Amsterdam. de l’énergie.Nombreux projets (principalement dans les domaines des infrastructures routières. . .Programme de privatisation lent et très administratif.Séquelles des événements postélectoraux de fin 2007/début 2008 avec une coalition très fragile donc peu de reformes fondamentales mises en chantier. . professionnel. biens de consommation) .Nairobi est une grande ville avec d’énormes problèmes de circulation.Le Kenya a toujours eu un rôle central dans le développement de la région. 155 .Bonne desserte par avion de toutes les villes du Kenya (plusieurs lignes aériennes). de l’eau. . Paris. l’Ambassade de France ou les CCEF . des TIC) .

. véhicules. . taux deTVA. La concurrence De plus en plus de présence et d’intérêts chinois. mines (cuivre. . avec ses produits pour la consommation locale et export. . Décisions prises trop tard et malheureusement. etc. réseaux de transports . la Banque mondiale et le FMI sont toujours là pour aider… 156 .S’assurer que les exonérations (douanes.Secteur des télécommunications : équipements.Industrie ciblée .Transit avec les cinq pays frontaliers + Burundi.Une bonne connaissance des décisionnaires est indispensable.) sont bien incluses dans le contrat final avec précisions sur qui doit faire les démarches. . agro alimentaire.Secteur pharmaceutique. . pisciculture. et autres liées a la consommation locale. . pêche.Tourisme et activités parallèles encore embryonnaires mais existe un potentiel non négligeable.Ressources naturelles : hydrocarbures (pétrole et peut être gaz). Ouganda > Un marché a fort potentiel mais avec sa part de risques et d’imprévus Les grandes lignes du potentiel d’investissement restent les mêmes : .Biens de consommation : importation.Vendre aux pays de la CAE . . calcaire.Réseau d’électricité : lignes de transmission.Agriculture . Importance des relations avec fournisseurs du sous-continent indien.Très longues procédures pour ces marchés d’Etat et autres d’attribution pas toujours en ligne avec les obligations des sociétés. . Source : Section des CCEF Kenya. Wimax.Transports . Les difficultés sur ce marché . internationales (pas de contrôle après attribution du respect des engagements pris par l’adjudicataire). . nickel et peut être uranium). .Une attitude systématique d’attendre qu’il y ait une crise (par exemple énergétique) avant de prendre des décisions.

Volatilité de la monnaie. .Réglementation floue et parfois en ébauche.Vendre aux pays de la CAE .Potentiel de ressources naturelles. . . . télécommunications : aggravation de la situation.Décalage entre la présentation du budget et sa réalisation (souvent problème d’absorption de la totalité des ressources allouées. Ex Bujagali (début des travaux retardés de 5 ans).Justice en général. compétitivité des prix parfois difficile… . . désorganisation. La composante formation/RH ne doit pas être sous-estimée. . cadres et dirigeants de ce pays tombent dans les travers du pays. .Opacité des procédures sur les appels d’offres et lourdeur administrative.Procédures longues et surtout contraignantes pour obtenir des permis de travail pour les étrangers (même originaires de la CAE). .Forte décentralisation (80 districts) sans en avoir les moyens.Manque de personnel qualifié. .Temps de latence aux frontières.Corruption encore très rependue. .Retard en matière d’infrastructures : énergie et eau : services limités et peu fiables dans l’énergie et l’eau . . Gros problème de répartition des revenus et de gestion.Gros projets d’infrastructures liés à la présence forte des bailleurs de fonds. .Forte présence de l’agence pour l’environnement NEMA. . Elle a très souvent freiné de gros projets d’infrastructures. voire cadastre archaïque.Droit de propriété non existant. inflation importée. . ex 2008/2009 : projets d’infrastructures routières).Droit foncier complexe.Forte concurrence des pays asiatiques. entraînant une lenteur et une absence de prise de décision.Gros problème quant à la délimitation des terrains. . 157 . même avec une formation antérieure à l’étranger.Situation géographique et accès aux pays limitrophes. Le coté positif d’un tel marché .Besoins en développement et financement. Même formés les professionnels. .L’enclavement du pays le rend vulnérable à la conjoncture du Kenya : problème de ravitaillement (pétrole et gaz). protection des biens dans l’entreprise. . .

Tout marché doit être connu et travaillé bien avant l’appel d’offres. .Pays ou il fait bon vivre.Perspective du marché commun : opportunité d’affaires au niveau régional. .Développement rapide des opportunités de marchés. Pour tout ce qui est grands projets d’infrastructure. paix sociale. afin de pouvoir faire le lobbying nécessaire (encore une fois c’est un environnement anglophone). il y a tout de même un mouvement positif.La concurrence principale est la Chine. 158 .Forte libéralisation du marché laissant la place aux nouveaux investisseurs. 20 ans de stabilité économique (6.Bien faire attention lors des préparations aux specifications liées aux activités de l’entreprise et a son enregistrement / ou non !! cette partie est souvent prise a la légère et l’entreprise sélectionnée est parfois surprise de se trouver obligée d’investir des sommes importantes non prévues dans son offre. la Chine se taille la part du lion de par les conditions opérationnelles avantageuses des entreprises parapubliques pour la plupart.Volonté politique et de la classe d’affaires de faire avancer les choses. il reste cependant quelques principes à ne pas négliger : . l’Afrique du Sud. . Israël et autres pays de l’UE.5% de croissance moyenne sur les 5 dernières années) et politique. .Ne pas s’engager sans avoir au préalable consulté les spécialistes des Services Economiques et des CCEF qui dans la plupart des cas sauront indiquer la marche à suivre. La concurrence .La découverte récente de gisement de pétrole fait entrevoir de bonnes perspectives de croissance si revenus bien gérés. l’Inde. sans problèmes majeurs de sécurité (fin du conflit LRA). les bailleurs de fonds sont très pointilleux sur le respect des clauses. mais si les mesures mettent du temps à se mettre en place.Ne pas négliger les spécifications particulières et documents qui peuvent être disqualificatifs à l’ouverture. et un regard différent sur la valeur et l’éthique professionnelle. . notamment dans la distribution.Prendre un agent ayant une bonne connaissance du marché spécifique à l’appel d’offres ou ayant une bonne expérience du marché en général.Tout dépend du type de marché recherché. . . .Forte corruption. .Vendre aux pays de la CAE . . Les appels d’offres .

Forte présence des bailleurs bilatéraux « favorisant » leur compagnie. Comment faire des affaires .Projets de création de valeur ajoutée. . 159 .Les autorités du pays et notamment son président sont largement en faveur de l’intégration régionale . . et autres pays asiatiques comme la Malaisie. les principaux représentant d’association du secteur privé (Private sector Foundation et Uganda Manufacturers Association) souhaitent reculer l’échéance du marché commun par peur de la concurrence kenyane) . et c’est peut être dans ces secteurs que nous aurions le moins de concurrence et où l’accomplissement de l’entreprise est le plus sécurisant. indienne. . système de concessions long terme (20 ans).Vendre aux pays de la CAE . L’Ouganda dans la CAE (Communauté d’Afrique de l’est) .Sur le secteur de technologies à valeur ajoutée élevée où la France est concurrentielle. . nous retrouvons principalement la concurrence EU.PPP a les faveurs du gouvernement. RSA. .Les niches dans le secteur du service d’ingénierie ou de la consultance existent aussi. US.Les retards pris dans le développement infrastructurel avec un manque évident de solutions immédiates dans les domaines de l’énergie et de l’eau qui sont indispensables à une industrie efficace.La tendance est à la Joint Venture.Cependant. le problème restant de trouver des partenaires qui ne trahiront pas à la première occasion venue.Connaitre les bonnes personnes permettant d’ouvrir les portes. Source : Section des CCEF Ouganda.

Les difficultés sur le marché rwandais . . . .Droit foncier encore coutumier et forte densité démographique. routes.Manque critique d’une main d’œuvre qualifiée non seulement dans l’administration mais aussi dans le privé. . .Situation sociale tendue liée au processus parfois sélective de jugement des personnes soupçonnées des crimes de « génocide ». Les projets d’aide internationale s’accompagnent de composante « renforcement des capacités ». aéroportuaire (Bugesera et Kigali) et télécoms (3 opérateurs mobiles en concurrence et projets fibre optiques).Ressources naturelles : hydrocarbures (gaz méthane au lac Kivu).L’hôtellerie et le bâtiment en général (construction de logements).Vendre aux pays de la CAE Rwanda > Un marché à forte croissance mais où la France n’est plus appréciée Etre français dans le monde des affaires n’est pas pénalisant. .A prendre avec précaution.Industrie manufacturière : agro alimentaire destinée surtout à la consommation locale et les pays voisins (Ouganda. .Infrastructures : énergie (380 M$ sur 3 ans). Risque d’une dépendance de consultants au détriment de la formation locale.Un pouvoir d’achat et un marché local limités liée notamment à une population majoritairement agricole (90%).Une politique de change libre. Les secteurs à fort potentiel d’investissement sont : . . Burundi et RDC). . l’approche de la justice locale en cas de litige.L’importation de biens de consommation. .Retard en matière d’infrastructures : faible capacité électrique par rapport aux besoins du pays. mais influence américaine très présente. . donc peu de marge de manœuvre de la BNR.Une administration fiscale en cours de modernisation et des normes de comptabilité. .Agriculture : un grand programme de modernisation du secteur est en cours de préparation. 160 .

sans aucun souci de sécurité. reformes de la BNR. Les spécifications se font toutefois dans les deux langues.Renforcement du secteur financier (recapitalisation des banques.Vendre aux pays de la CAE Le coté positif d’un tel marché . tandis que les décisionnaires sont anglophones et des proches de Kagame formés à l’étranger.Les experts techniques sont dans la plupart francophones. .De nombreux projets liés à la présence forte des bailleurs de fonds (48% du budget de l’Etat). dont les actifs sont plus rentables par rapport aux actifs vendus dans le passé. . les procédures d’attribution de marchés publics peuvent être interprétées au détriment de nos sociétés. Quelques principes à suivre : . .Prise de décision rapide. .L’association avec un partenaire local et/ou l’enregistrement d’une société locale sont souvent exigés par les autorités locales dans certains projets. .Bonne réputation en matière de lutte contre la corruption. En cas de problème.Ne pas s’engager sans consulter au préalable la Mission Economique et les CCEF qui sauront indiquer la marche à suivre. il est plus facile à faire le lobbying auprès des responsables locaux de ces agences.Facilité d’obtenir les permis de travail pour les étrangers (surtout de la CAE).Prendre un agent ayant une bonne connaissance du marché spécifique à l’appel d’offres ou ayant une bonne expérience du marché en général. etc).Un accent sur les services afin de faire du Rwanda la plateforme tournante (hub) dans la région des Grands Lacs. . BM. 161 . place financière. . les télécommunications et le thé. parfois trop rapide… ce qui fait avancer les dossiers en cours. . bailleurs de fonds bilatéraux). Les appels d’offres . . . .Un programme de privatisation en cours depuis trois ans.Privilégier les marchés financés par l’aide extérieure (UE. . .Une politique d’ouverture à l’extérieure.Pays en paix et politiquement stable « quoi que relatif ».Malgré le potentiel du marché rwandais. BAfD. les IDE devant atteindre les 100 millions USD en 2008 centrés sur l’énergie.Besoins importants en développement (modernisation du secteur agricole et des infrastructures).

Quelle est le rôle du Rwanda dans les grands projets d’infrastructure ? .Vendre aux pays de la CAE La concurrence . Source : Section CCEF Rwanda et SER de Nairobi. grâce à ses voisins (du Kenya notamment). Allemagne).Le Rwanda souhaite en plus se détacher de sa culture francophone en faveur de celle anglo-saxonne de ses voisins de l’est (Kenya. EtatsUnis. La Chine et l’Afrique du Sud très bien implantées dans le bâtiment.Sur le secteur de technologies à valeur élevée (télécoms et énergies). . le Rwanda est très attaché au processus d’intégration dans la CAE (adoption d’un calendrier fiscal anglo-saxon de juillet-juin et présentation d’un mini-budget (janvier-juin 2009) de 705 millions USD). Il offre des permis de travail gratuits pour les ressortissants de la CAE.Contrairement à la Tanzanie. dont le capital social est composé d’un partenaire local. USA. où le savoir-faire français est plus compétitif. 162 . .Plutôt une forte concurrence des pays occidentaux (Belgique. La Rwanda dans la CAE . concurrence EU. .Le développement d’une industrie manufacturière locale compétitive dépendra de la capacité du pays à combler ses lacunes énergétiques (prix trop élevés d’électricité par rapport aux autres pays de la CAE).Les services d’ingénierie civile ou de la consultance offrent des opportunités de marchés.Nouveau membre de la CAE. le Rwanda compte combler le déficit en matière de capacités humaines. . Comment faire des affaires La tendance est à la Joint Venture ou l’enregistrement d’une branche locale. indienne et Afrique du Sud. Tanzanie et Ouganda).

et autres industries liées à la consommation locale. protection des biens dans l’entreprise. . . . Décisions prises trop tard et malheureusement. . Résultat : une fiscalité incompréhensible et surtout imprévisible.Justice en général. problèmes de leadership : qui prend les décisions (notamment chez Tanesco / ministères.Forte concurrence des pays asiatiques. La composante formation/RH ne doit pas être sous-estimée.Droit foncier complexe voire archaïque. . entraînant une lenteur et une absence de prise de décision. pisciculture et dérivés.Dans le domaine énergétique : Manque de clarté sur le rôle du régulateur (EWURA).Ressources naturelles : hydrocarbures (gaz et peut-être pétrole). .Agriculture. agro alimentaire. etc. . diamants.Tourisme et toute l’activité parallèle liée. pierres précieuses .Une attitude systématique d’attendre qu’il y ait une crise (par exemple énergétique) avant de prendre des décisions.Transit et industries portuaires : de ses huit pays frontaliers. même avec une formation antérieure à 163 . pêche. bornée et souvent incompétente. . Les difficultés sur ce marché . la Banque mondiale et le FMI sont toujours là pour aider… alors… .Biens de consommation : importation.Opacité des procédures sur les appels d’offres et lourdeur administrative.Réglementation floue et parfois en ébauche. Même formés. . télécommunications : aggravation de la situation. mines (or.Vendre aux pays de la CAE Tanzanie > Un marché à fort potentiel mais avec sa part de risques et d’imprévus Les grandes lignes du potentiel d’investissement restent les mêmes : . .Instabilité de la monnaie et manque de marge de manœuvre de la Banque centrale.) ? . . pour la consommation locale et l’export.Manque de personnel qualifié. . .Une administration fiscale désordonnée.Industrie ciblée . rigidité d’EWURA (risque de voir des contrats existants réouverts) . nickel et uranium). six n’ont pas accès à la mer.Retard en matière d’infrastructure : énergie et eau : services limités et peu fiables .

La concurrence principale en Tanzanie est la Chine. il reste cependant quelques principes à ne pas négliger.Bien faire attention lors des préparations aux spécifications liées aux activités de l’entreprise et à son enregistrement / ou non !! cette partie est souvent prise à la légère et l’entreprise sélectionnée est parfois surprise de se trouver obligée d’investir des sommes importantes non prévues dans son offre. l’Afrique du Sud et les autres pays de l’UE. . les professionnels. paix sociale et politique.Vendre aux pays de la CAE l’étranger. et un regard différent sur la valeur et l’éthique professionnelle.Potentiel de ressources naturelles. .Nous sommes en zone anglophone.Tout marché doit être connu et travaillé bien avant l’appel d’offres.Tout dépend du type de marché recherché. . cadres et dirigeants de ce pays tombent dans les travers du pays.Procédures longues et surtout contraignantes pour obtenir des permis de travail pour les étrangers (même originaires de la CAE). .Sur le secteur de technologies à valeur élevée où la France est concurrentielle.Prendre un agent ayant une bonne connaissance du marché spécifique à l’appel d’offres ou ayant une bonne expérience du marché en général.Situation géographique et accès aux pays limitrophes.Ne pas s’engager sans avoir au préalable consulté les spécialistes des Services Economiques et des CCEF qui dans la plupart des cas sauront indiquer la marche à suivre. Le côté positif d’un tel marché . . sans problème majeur de sécurité. 164 . nous retrouvons principalement la concurrence EU. l’Inde.Pays ou il fait bon vivre. RSA.Besoins en développement. . . Pour tout ce qui est grands projets d’infrastructure. Les appels d’offres . . US. indienne. ne pas négliger les spécifications particulières et documents qui peuvent être disqualificatifs à l’ouverture. .Projets liés à la présence forte des bailleurs de fonds. . et autres pays asiatiques comme la Malaisie. La concurrence . afin de pouvoir faire le lobbying nécessaire (encore une fois c’est un environnement anglophone). . la Chine se taille la part du lion de par les conditions opérationnelles avantageuses des entreprises parapubliques pour la plupart.

qui procure un avantage à toute la main d’œuvre des pays voisins pouvant alors opérer en Tanzanie.La tendance est à la Joint Venture. le problème restant de trouver des partenaires qui ne trahiront pas à la première occasion venue. Comment faire des affaires . Certains produits sensibles (comme le maïs et le blé) ne sont pas soumis au TEC et sont taxés à plus de 25%. La Tanzanie dans la CAE .Vendre aux pays de la CAE .est faible comparé à ceux des autres pays membres.quel qu’il soit . Les Etats membres ont adopté un tarif extérieur commun (TEC) à trois niveaux : 0% pour les matériaux bruts.Les niches dans le secteur du service d’ingénierie ou de la consultance existent aussi.Les retards pris dans le développement infrastructurel avec un manque évident de solutions immédiates dans les domaines de l’énergie et de l’eau qui sont indispensables à une industrie efficace. Règlementation des échanges Les échanges de marchandises Le Custom Union Protocol (CUP) s’applique uniformément sur le territoire douanier du Kenya. ce qui générerait un vrai problème en interne. Les Tanzaniens ont peur d’intégrer la CAE car leur niveau d’éducation . Il fixe un cadre législatif pour le commerce transfrontalier. 10% pour les biens intermédiaires et 25% pour les produits finis. . 25%. de la Tanzanie. 10%. ils devraient êtres complètement éliminés d’ici 2010. 165 . et c’est peut-être dans ces secteurs que nous aurions le moins de concurrence et où l’accomplissement de l’entreprise est le plus sécurisant. Le TEC est à trois niveaux : 0%.Il apparait évident que le retard économique pris par la Tanzanie sur ses voisins et en particulier le Kenya ne pourra être comblé rapidement. Le manque d’enthousiasme et de motivation tanzanien à l’intégration régionale apparaît évident et a ses raisons d’être : manque cruel et criant de ressources humaines. et à partir de juillet 2009 au Rwanda et au Burundi. Source : Section des CCEF Tanzanie. Concernant les tarifs internes. de l’Ouganda.

sécuritaires et environnementales du Kenya. les matières premières pouvant être exemptées. Pour les exportations en provenance Ouganda et en Tanzanie d’Europe. les produits commercialisés dans le grand public doivent faire apparaître un label délivré par le Bureau des Standards local.Vendre aux pays de la CAE En plus des droits de douane. sous peine d’une amende équivalente à 15% de la valeur CIF du dit produit. deux sociétés (Intertek et SGS) ont été chargées de vérifier la conformité des produits aux normes sanitaires. Ce système peu fréquent en Afrique devrait progressivement être adopté par l’Ouganda et par la Tanzanie. Le certificat de conformité délivré par ces deux organismes est nécessaire pour le dédouanement. qui pour le Kenya s’élève à 2. Par ailleurs. L’article 7 du CUP prévoit à barrières non tarifaires terme une harmonisation des procédures et une standardisation des documents. et l’article 13 prévoit l’élimination des obstacles non tarifaires.25% sur la valeur CIF. Le Kenya s’est doté d’un système de pré-inspection Un système de préinspection pour le de ses importations (PVoC). à Kenya et bientôt en l’étranger. imported standard mark). le coût d’importation et d’exportation est mécaniquement plus 166 . que ces produits soient fabriqués localement ou aient été importés (ISM. Les coûts et procédures nécessaires à l’import Mise en place de mécanismes et l’export d’un chargement standard sont d’élimination des détaillés ci-dessous. Dans les autres pays de la CAE. Pour les pays enclavés. Les formalités administratives constituent l’étape la plus longue et le transport. les produits sont soumis à une taxe d’importation. au port de départ. L’East African Community Custom Management Act de 2004 prévoit de manière transitoire une structure administrative décentralisée de l’union douanière qui laisse la collecte des taxes aux autorités douanières nationales. l’IDF (Import Declaration Fee). Ce programme concerne surtout les produits finis et semi-finis. Le coût est supporté par l’exportateur. le Rwanda et le Burundi. l’étape la plus coûteuse des importations au sein de la CAE. le label ne figure que sur les produits fabriqués localement. l’Ouganda. au Kenya.

perte de marchandises périssables). OCDE 167 . elles coûtent cher. L’évaluation menée par la Banque mondiale identifie deux types de MNT. De plus. directement (corruption) et indirectement (surcharges salariales. De plus.Vendre aux pays de la CAE élevé que pour les pays maritimes en raison de la longueur du trajet nécessaire pour accéder à un port. 2009 > Les mesures non tarifaires (MNT) Les pays membres de la CAE ont fait des efforts considérables pour éliminer les barrières tarifaires depuis 2005. l’efficacité de la zone de libre échange passe aussi par la réduction des barrières non tarifaires.7 Source : Banque mondiale. un même conteneur sera dédouané plus rapidement s’il est à destination du Kenya. L’article 13 du protocole de création de l’union douanière de la CAE dispose que des mécanismes d’évaluation et d’élimination des mesures non tarifaires (MNT) doivent être mis en place.4 2147 1878. des documents nécessaires au dédouanement qui varient suivant les pays et une application aléatoire de la règle d’origine.8 34.8 41. Le commerce transfrontalier Afrique subsaharienne 7. que s’il est à destination de l’Ouganda. En 2010 elles devraient avoir disparu.7 1132. un traitement discriminatoire semble fréquent. les MNT génériques et les MNT spécifiques à des catégories de produits. au secteur privé.5 10. Les contraintes génériques se trouvent principalement au niveau des procédures administratives d’entrée et de transit des marchandises.7 8. De même.1 Ouganda Tanzanie Rwanda Burundi Kenya Nombre de documents pour l’export Durée pour l’export (jours) Coût à l’export (USD par conteneur) Documents pour l’import (nombre) Durée pour l’import (jours) Coût à l’import (USD par conteneur 9 29 2055 8 26 2190 5 24 1262 7 31 1475 6 39 3090 7 37 3290 9 42 3275 10 42 5070 9 47 10 71 4.1 3705 2278.1 11.7 5.8 1069. Doing business. les camions en provenance d’un autre pays auront plus de problèmes pour obtenir les licences nécessaires et seront plus fréquemment sollicités pour payer un droit de passage non-officiel lors des nombreux barrages de police. avec des administrations douanières parfois inefficaces. Souvent mises en place par souci de sécurité. Au port de Mombasa par exemple. Cependant. les MNT sont contreproductives en raison de leurs disparités et de la difficulté de les respecter toutes.

Les zones franches Le Kenya. Les entreprises présentes dans ces zones bénéficient d’avantages fiscaux comme l’exemption de TVA. D’une façon générale. les zones ne sont pas toujours précisément délimitées et l’EPZ Authority est souvent jugée peu efficace par les professionnels. D’origine récente. 10 octobre 2008. la Tanzanie et le Rwanda ont crée des Export Processing Zones (EPZ) ou des Free Trade Zones (FTZ) afin de favoriser l’implantation d’industries exportatrices. Non Tariff measures on goods trade in the EAC. les gouvernements ont déjà pris des mesures pour réduire les MNT. Source : Banque mondiale. de façon à faciliter les échanges. des normes sanitaires et techniques sont en place. d’impôt sur les sociétés. Par exemple. Au Kenya par exemple. ainsi que des formalités d’installation et d’exportation simplifiées. il faut noter que la suppression de ces barrières est rendue complexe par le fait que chacun des pays de la CAE n’a qu’une confiance assez limitée dans la capacité des administrations des autres pays membres à faire respecter les différents règlements et standards. Le manque d’harmonisation des règles et l’absence de reconnaissance mutuelle des certificats de qualité ralentissent les échanges de ces produits qui sont alors souvent transportés et commercialisés de manière informelle. Conscients du problème. maïs. animaux d’élevage) et les produits manufacturés. qui constituent pourtant la majeure partie des échanges intra-CAE. ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent. leur administration n’est pas toujours au point. le port de Mombasa est maintenant ouvert 24h/24 ce qui a déjà permis de le décongestionner et de nombreux certificats sont en cours d’harmonisation. De même. C’est pourquoi les bailleurs internationaux s’intéressent de plus en plus à l’amélioration de la « gouvernance » du commerce international dans ces pays. Elles sont plus nombreuses pour des produits jugés sensibles. reconnaissance maximale » en se concentrant en priorité sur les produits les plus importants comme le fait également l’Asean. la Food and Drugs Administration tanzanienne vient d’accepter les certifications de conformité données par les organismes de certification des autres pays de la CAE. 168 . notamment les produits alimentaires (lait.Vendre aux pays de la CAE Pour des raisons légitimes de santé et de sécurité publiques. La Banque mondiale conseille aux Etats membres d’adopter la politique de l’Union européenne « d’harmonisation minimale. sucre.

Les différents modes de distribution La distribution dans la zone CAE est caractérisée par la coexistence de différents types de magasins formels qui cohabitent avec un réseau de distribution traditionnel. • Arrivée du système de franchises. • Le commerce de gros et de détail représente moins de 10% du PIB. • Balbutiement des ventes en ligne (possibilité de faire des réservations en ligne pour certains hôtels et les compagnies aériennes depuis 2008 au Kenya. Kigali et Dar Es Salaam) et dans le cas kenyan sur les principales villes du pays. Toutefois le Burundi pratique un régime de taux flottant dirigé avec des taux de change multiples. Kampala. Circuits d’importation et de distribution Un réseau de distribution éclaté à l’image des classes sociales Caractéristiques de la distribution dans les pays de la CAE • Secteur informel omniprésent. • Présence d’hypermarchés et de supermarchés dans certains pays de la zone mais encore centrée sur les capitales (Nairobi. depuis janvier 2009 possibilité de paiement). Il maintient également certaines restrictions aux opérations de change pour des motifs de sécurité. • Développement des centres commerciaux (Shopping Malls) dans les principales villes kenyanes et dans certaines capitales (Dar Es Salaam). relevant du secteur informel. que sont la majorité des marchés : 169 .Vendre aux pays de la CAE La circulation des capitaux Les capitaux dans les pays de la CAE sont transférables Les capitaux sont librement transférables à un taux de change flottant et unique.

Commerce de détail à prédominance alimentaire 170 La part de marché de la distribution structurée augmente régulièrement : 2% du marché de la distribution de produits alimentaires au début des années 1990 au Kenya. 25 000 en Ouganda. Ces différents pourcentages s’appliquent aussi au secteur de la distribution. des produits alimentaires et d’hygiène de base. dispose d’un réseau de 100 000 points de vente au niveau CAE.8 millions de personnes en dépendraient. réparti comme suit : 50 000 au Kenya. semi-organisées. on y trouve tous les produits courants à prix normaux et des stationsd’autres services. 5 000 au Rwanda et 5 000 au Burundi. On dénombre au Kenya et supermarchés 535 supermarchés dont la superficie varie entre 400 et 1 000 m². Kisumu et Nakuru) Les superettes d’une surface allant jusqu’à 2 500 m². fabriquant les articles d’écriture français BIC. 30 000 en Tanzanie. Au Kenya. sur 8. Ils seraient au nombre de 75 000 au Kenya. Les magasins ouverts 24h/24h.Vendre aux pays de la CAE ce sont des points de vente de moins de 10 m² proposant des journaux. Il y en aurait 50 au Kenya. voire plus dans les autres pays membres de la CAE. La société Haco Industries. en libre-service ou non.7 millions de travailleurs recensés (hors agriculture et activités pastorales). 6. Leur nombre est difficile à déterminer Les magasins leur surface de vente est inférieure à 400 m². Eldoret. Ils sont présents dans les service cinq principales villes kenyanes (Nairobi. Les facilités d’embauche et de licenciement accompagnées des faibles dotations en technologies rendent ce secteur dynamique et créateur d’emplois. Secteur informel Il emploierait 77% de la population active au Kenya. Mombasa. hypermarchés Les kiosques Les fabricants et distributeurs de biens de consommation se doivent d’être présents sur l’ensemble de la filière. Le secteur informel absorberait environ 90% des emplois créés. notamment de restauration rapide. des cigarettes. irrégulières. contre plus de . utilisant des technologies peu évoluées et employant peu de main d’œuvre. Les d’une surface de plus de 2 500 m². Il se caractérise par des activités à petite échelle. Les de proximité produits y sont presque exclusivement alimentaires.

à structure familiale. Les centres commerciaux Ils sont concentrés dans les principales villes. les magasins de fruits et légumes.Vendre aux pays de la CAE 20% actuellement. le reste du pays étant principalement desservi par une multitude de petites surfaces. linge de maison. de livres et de multimédia. On y trouve principalement des articles de seconde main tels que vêtements. situés principalement dans les capitales. Ils représentent une concurrence importante pour tous les commerces de détail. vêtements et chaussures de sport. Ils sont. chaussures. les boucheries ou les poissonneries se développent mais leur nombre reste indéterminé. Les supermarchés et hypermarchés se concentrent dans les grandes villes. Il n’existe pas pour le moment de magasins discounts dans les pays de la CAE. En revanche. des commerces spécialisés alimentaires tels que les boulangeries. bien qu’ils appartiennent au secteur informel. franchisés ou non. Ces personnes ne représentent que 5% de la population totale. conséquences de l’émergence d’une classe moyenne et de l’augmentation du pouvoir d’achat. des restaurants et des cinémas. là encore. de meubles et tissus d’ameublement. Commerce de détail non alimentaire spécialisé Il existe de nombreux commerces de détail non alimentaire spécialisés tels que des distributeurs d’articles de sport. audiovisuel… Les « marchés aux puces » sont également très fréquentés. articles de sport. Cette progression s’explique par la montée du pouvoir d’achat et du nombre de citadins et par une plus grande libéralisation du secteur de la distribution. Le Kenya compte actuellement 50 hypermarchés (> 2 500 m²). 535 petits supermarchés (entre 400 et 1 000 m²) et 75 000 magasins traditionnels (< 400 m²). 171 . Ils se développent autour d’un magasin pivot qui est principalement un hypermarché. Les cibles visées par ces enseignes sont la classe aisée et la classe moyenne supérieure. mal organisées et peu capitalistiques. et comprennent toutes sortes de commerces.

Directeur des opérations chez NAKUMATT : Nakumatt en Afrique de l’est et caractéristiques de la grande distribution dans la région 172 « Les perspectives à court terme du groupe Nakumatt consistent à implanter un réseau de commerce de détail en phase avec les normes mondiales au sein des pays d’Afrique de l’est. Un gros problème persiste néanmoins. il s’agit de l’absence d’harmonisation de la réglementation des échanges entre les différents pays de la région. Dans les deux prochaines années. une dizaine de points de vente supplémentaires devrait ouvrir. je pense que la région rattrape rapidement les exigences internationales. Nakumatt a également ouvert en août 2008 un supermarché à Kigali au Rwanda. » (…) « Notre cible est le segment AB (classe aisée et moyenne supérieure) de la population. avec une part de marché proche de 20% au Kenya et une vingtaine d’établissements. La chaîne se développe rapidement à l’étranger. Plusieurs barrières non tarifaires restent un obstacle au développement rapide des réseaux de distribution. Déjà implantée en Tanzanie et en Ouganda. Tous nos points de vente sont conçus de manière à faire face aux enseignes de grande distribution leaders comme Wal-Mart et Carrefour. » . Le transport et l’entreposage répondent aux standards mondiaux exigés.Vendre aux pays de la CAE Les deux principales chaînes de grande distribution que nous pouvons recenser sont Nakumatt et Uchumi : Nakumatt Cette chaîne à capitaux kenyans (détenus par la famille Atul Shah. Les résidents d’Afrique de l’est sont à la recherche de produits et de services de qualité à des prix abordables. d’origine indienne) domine le marché de la grande distribution. le secteur du commerce de détail est dans sa phase de développement la plus intense. » (…) « Dans la région. 2 au Rwanda et 4 en Tanzanie. C’est pour cette raison que nous sommes activement engagés dans l’expansion de notre groupe à travers toute la région afin de soutenir la croissance de la Communauté d’Afrique de l’est. » (…) « En termes d’approvisionnement. et planifie d’ouvrir 3 nouveaux supermarchés en Ouganda. Thiagarajan RAMAMURTHY.

plus onéreux. Tuskys et Ukwala) développent 173 . la surface de parking offerte est.5 m². les habitants d’Afrique de l’est n’étant pas particulièrement attachés à une enseigne. Sa part de marché est proche de 10% au Kenya. Son objectif est de distribuer des produits de qualité à bas prix et de s’approvisionner auprès des producteurs locaux (elle évite en effet de distribuer des produits importés. Le secteur de la grande distribution. en particulier les supermarchés. Elle détient 4 hypermarchés. Les chaînes de supermarchés s’installent aujourd’hui près de leur clientèle. la chaîne Uchumi Supermarkets Limited est la plus ancienne en Afrique de l’est. Les personnes à revenus faibles achèteraient au moins un produit dans les super ou hypermarchés par semaine en raison du bon rapport qualité/prix. avec la présence de structures de restauration rapide et d’aires de jeux pour les enfants. dans les zones résidentielles. Au Rwanda. Nakumatt va par exemple ouvrir des établissements dont la superficie sera égale ou inférieure à 1 393. Les opportunités d’investissements existent. afin que les consommateurs puissent éventuellement s’y rendre à pied. connaît à la fois une forte croissance et une concurrence de plus en plus rude. situés dans les petites villes de province. En Ouganda ainsi qu’en Tanzanie. Dans les villes plus importantes. un atout majeur pour les clients des centres commerciaux et des supermarchés Les principales chaînes kenyanes (Nakumatt. le seul concurrent est Jambo supermarkets. 8 supermarchés et 2 commerces de proximité au Kenya et un unique établissement en Ouganda.Vendre aux pays de la CAE Uchumi Créée en 1975 à Nairobi. les principaux concurrents de ces chaînes sont Capital Shoppers. Principales évolutions constatées Les analystes du secteur de la grande distribution estiment que les centres commerciaux (malls) seront le moteur principal de l’expansion du commerce de détail dans les pays de la CAE. Game et Shoprite. Uchumi signifiant économies). La diversification de l’offre n’en est qu’à son début.

Seule. la taille étant un signe de pérennité. L’Association kenyane qui est enregistrée au Registre des Sociétés s’efforce de structurer ce secteur et de tenir une base de données à jour de ses membres. où il doit faire face à une concurrence féroce de Shoprite. meubles et produits blancs. Les exigences de qualité et de sécurité alimentaire des grandes chaînes de distribution poussent les petits producteurs de fruits et légumes à fournir des produits de meilleure qualité. Si la nonchalance existe en Afrique où le rapport au temps est différent de l’Europe (ce qui peut demander beaucoup de patience 174 . segments à forte croissance. ne dispose que d’un établissement à Kampala. Les supermarchés réduisent progressivement le nombre de leurs fournisseurs sélectionnés. De la bonne pratique des relations d’affaires et pratiques commerciales Des points communs Les hommes d’affaires ne sont pas tous originaires d’Afrique Orientale. Son concurrent kenyan Uchumi. Les systèmes de franchise se développent et constituent pour les PME le meilleur moyen de consolider leurs gains localement et de tester les marchés régionaux. Les opérateurs français de la grande distribution ne sont pas présents dans les pays de la zone CAE.Vendre aux pays de la CAE agressivement leurs rayons vêtements. beaucoup d’étrangers comme les Belges au Rwanda et au Burundi ou des membres de la communauté indo-pakistanaise au Kenya. face à des difficultés financières persistantes. La majorité des marques opérant sous le régime de la franchise est d’origine étrangère. Au Kenya par exemple il existe même une Association de la Franchise créée en février 2006. chaîne de supermarchés sud-africaine. en Ouganda et en Tanzanie participent à la vie économique des pays de la CAE. la chaîne Nakumatt a mis en place une véritable stratégie d’internationalisation.

Il n’est pas rare d’être invité à déjeuner après un rendez-vous d’affaires. d’être joignable à tout moment et d’avoir un pouvoir de décision réel pour pouvoir faire face aux imprévus. notamment dans les grandes villes comme Nairobi et Dar es Salaam. la culture locale du business sous-entend l’invitation des prospects importants à un déjeuner ou à un dîner afin de poursuivre les discussions. Dans cette région. De même. Inversement. De plus. Le Kenya sert de plaque tournante pour la zone CAE. Lors d’un rendez-vous. De manière générale. les embouteillages étant fréquents et complètement imprévisibles. il convient de faire preuve d’autonomie. l’identité et les intérêts ethniques ou familiaux dominent la volonté d’émancipation individuelle. vous conduisant dans au moins trois pays de la région. Il faut éviter les déplacements à l’intérieur des pays. où règne une circulation infernale. Pour une première visite. ses fonctions et ses pouvoirs réels dans l’entreprise et se munir de documentations explicatives en anglais et de cartes de visites. il faudra prévoir une durée de 30 minutes entre chaque rendez-vous dans les capitales. une bonne récolte ou la bonne santé du bétail peuvent être attribuées à la présence d’un esprit bienfaisant. 175 . Il est fortement conseillé de se renseigner sur le temps nécessaire pour se rendre à un lieu de rendez-vous. Il ne faut pas hésiter à relancer les administrations qui peuvent faire preuve d’une lenteur et d’une lourdeur désarmantes. dans le domaine agricole où le sorcier peut être sollicité pour appeler la pluie ou guérir les infirmes. toutefois. la ponctualité comme la tenue vestimentaire – irréprochable – ne doivent pourtant pas être laissées de côté dans ces pays où l’influence anglo-saxonne a été prépondérante. Une assurance-prospection est proposée par la Coface pour ce type de mission.Vendre aux pays de la CAE et de sérénité). sauf pour se rendre dans les principales villes. surtout. Des éléments de la tradition animiste survivent dans les manières d’aborder le travail. Il faut consulter en avance le chauffeur du taxi afin d’étudier le meilleur parcours à prendre pour se déplacer. il s’agit d’identifier l’interlocuteur. un voyage de prospection peut s’effectuer dans le cadre d’une mission régionale en Afrique de l’est.

dans le milieu politique et dans le milieu des affaires. des vœux tels que « Puissiez-vous avoir beaucoup d’enfants » peuvent aussi être formulés. Contrairement à ce qui existe dans de nombreux pays. L’Anglais. les enseignes des organismes officiels sont quant à eux rédigés en 176 . par exemple « Que Dieu soit loué » peut être prononcé en guise de salut . parlé par une minorité d’Européens ou d’Africains anglicisés. les codes vestimentaires traditionnels sont exigés. Par contre. Il existe néanmoins un club d’affaires franco-kényan réunissant. Ils sont aussi connus pour leur manque de ponctualité et ne tiennent pas forcement leurs promesses : tous les contrats ou accords doivent aussi se faire par écrit. de l’humour et de la courtoisie britannique. Au Kenya et en Ouganda. Les principales divergences Les Kenyans sont très formalistes. de l’âge ou du statut de la personne. la salutation varie en fonction du moment de la journée. qualité nécessaire pour traiter avec l’Administration ou pour aborder des affaires commerciales. les Tanzaniens ne sont pas aussi exigeants et le costume et la cravate ne sont pas toujours de rigueur. donner ou recevoir des objets. les mains ont une importance symbolique non négligeable : la main gauche est considérée « sale ». aucun des Etats ne dispose d’une Chambre de Commerce franco-nationale. la communauté d’affaires françaises et les hommes d’affaires kenyans ayant un lien avec la France. Au Rwanda. tandis que la main droite est « propre » pour manger. l’Anglais est la langue commerciale utilisée pour rédiger les courriers et les documents officiels. Les Ougandais auraient hérité du calme. Les affichages. la religion imprègne même la manière de saluer puisque Dieu y est invoqué.Vendre aux pays de la CAE Les salutations sont très importantes. En Afrique Orientale. à l’instar des Chambres américano-kenyane ou anglo-kenyane. se répand peu à peu au Burundi avec l’ouverture des marchés mais la langue parlée dans ce pays est le Français. Ainsi lors d’une réunion ou d’un déjeuner d’affaires. de manière informelle et tous les deux mois. c’est une question de respect et de savoir vivre. En Tanzanie.

Vendre aux pays de la CAE Kirundi. En Tanzanie. la prise de décision y est très lente et il est parfois difficile de connaître le pouvoir réel des décisionnaires. De même. Elles offrent des permis de travail gratuits pour les ressortissants de la CAE. Enfin. l’Anglais et le Kinyarwanda sont les langues officielles du Rwanda mais les Rwandais parlent le Swahili dans le cadre des échanges commerciaux avec les pays voisins. Les désirs du groupe. 177 . Les dirigeants rwandais actuels souhaitent que leur pays se détache de sa culture francophone en faveur de celle. Par ailleurs. de la famille passent avant les droits individuels. les employés ne sont pas toujours très productifs car ils n’ont souvent pas pu bénéficier de formations de bonne qualité. anglo-saxonne. Toutefois. à l’inverse. Le Français. Cette faiblesse pousse les entreprises à chercher de la main d’œuvre qualifiée dans les pays voisins. les décisionnaires sont anglophones et des proches du Président Kagame formés à l’étranger. Ils sont de fait durs au travail et se démènent pour nourrir leur famille. le Swahili dont la forme la plus pure est utilisée en Tanzanie. Tanzanie et Ouganda). preuve d’un intérêt pour la culture du pays. ce qui n’est pas très apprécié des autorités locales qui cherchent à lutter contre le chômage. En outre. de ses voisins de l’est (Kenya. le rôle considérable de l’Etat pendant les « années Nyerere » ne les a pas habitués à rechercher l’initiative. les autorités locales comptent combler le déficit en matière de capacités humaines grâce à leurs voisins (du Kenya notamment). L’emploi de quelques expressions swahilies par les étrangers est d’ailleurs fortement apprécié. Les Kenyans ont une expression qui résume bien leur attitude face au travail : « manger à la sueur de son front ». les Ougandais ont la réputation d’être efficaces et discrets. la femme joue un rôle crucial dans la société. reste la langue la plus utilisée dans les relations d’affaires entre les Tanzaniens. si les experts techniques et les hommes d’affaires sont pour la plupart francophones. Au Rwanda. Au Kenya. Les spécifications se font dans les deux langues. elle ne gère pas seulement le budget familial et le foyer mais elle peut également être complètement indépendante au plan professionnel et élever ses enfants sans la présence du père ou encore détenir un poste important dans les exploitations agricoles ou dans les entreprises.

l’achat doit faire l’objet d’un appel d’offres (différence entre national et international). Le système d’attribution des marchés publics kenyans est organisé autour des directions des achats (Procurement Departments). ou à des environnements plus traditionnels et moins favorables. dans quelques journaux internationaux spécialisés (comme la DG Market). les entreprises n’hésitent pas à embaucher les femmes qui sont considérées comme plus loyales envers leur hiérarchie. Ce seuil varie en fonction de la nature des achats (services. Les Ministres ont souvent un droit de regard. représentaient moins de 5% des importations totales du pays. travaux ou équipements). à qualifications égales avec les hommes. CCEF : les appels d’offres du gouvernement au Kenya Remarques liminaires A noter que les importations gouvernementales en 2007. 2005. Dans les autres pays. placées auprès des ministères ou agences publiques et censées être indépendantes et transparentes. ou encore le Public Procurement and Disposal of Public Assets Authority en Ouganda). Thales (CISLE Kenya Branch). en baisse de 30% par rapport à 2006. Ces directions relèvent directement de l’autorité du Permanent Secretary (équivalent de notre Secrétaire général) du ministère de tutelle qui dispose du pouvoir de signature (Authority to Incur Expenditure : AIE dans le langage administratif). Au-delà de 500 000 KSH (5 000 €). Dans tous les 178 .Vendre aux pays de la CAE D’ailleurs. Jean LEMAZURIER. Cadre général des appels d’offres au Kenya Le code des marchés publics est régi par le Public Procurement and Disposal Act (PPDA. les femmes n’accèdent pas encore souvent à la même place : cela est dû à leur accès restreint à l’éducation. Les Kenyanes n’hésitent pas à s’investir en politique et à jouir d’un fort soutien populaire. Elles publient généralement leurs avis de marché dans deux journaux à diffusion nationale et un journal international (The East African). et pour certains. Services : attention à la Witholding Tax qui peut absorber toute la marge.

ni soumis à consultation publique. La démarche consiste à présenter « très en amont » votre société et ses produits aux principaux interlocuteurs au sein de ces administrations afin d’examiner si vos équipements intéressent les services kenyans de sécurité (armée. leurs appels d’offres ne sont pas publiés dans la presse locale. il convient d’envoyer une lettre d’introduction et votre catalogue de produits qui sera ensuite examiné par les services compétents. les demandes de contre-garanties bancaires doivent être données par des banques kényanes. 179 . ministères et services techniques et d’achat dont dépendent ces derniers. celle-ci vous invitera à faire une démonstration générale sur place. A noter que le ministère de la défense dispose d’un département système chargé de mener une veille technologique. Cette étape prend du temps. qui reste incontournable pour l’approbation des contrats publics. A savoir que celles-ci peuvent difficilement garantir plus de 5 millions EUR. Quelles spécificités en matière de garantie bancaire et de caution ? Valeur de la signature de l’Etat. De manière générale. Le système d’achats des équipements de sécurité et de maintien de l’ordre reste peu transparent.Vendre aux pays de la CAE ministères techniques. etc). police. l’achat des équipements de sécurité pour l’armée et la police kenyanes passe par un appel d’offres restreint ou fermé dit closed tender system. Il est généralement conseillé d’associer les services techniques des ministères de tutelle (défense) à cette démarche de prospection. les contacts à privilégier au sein des services kenyans de la défense sont le chef de l’armée et le service de la logistique. Pour ce faire. Si vos produits intéressent l’administration kenyane. Selon le ministère de la défense kenyan. Spécificité des appels d’offres police et défense Compte tenu de la sensibilité des marchés de la défense et de la police. C’est ce département qui est sollicité lors de la rédaction des cahiers des charges. le Chief Finance Officer et le responsable des achats appartiennent au ministère des Finances. comme c’est le cas pour les autres marchés publics. De plus en plus.

Il faut bien suivre les évolutions du cahier des charges et la liste des documents à fournir. des retards dans les paiements peuvent survenir. Conseils et erreurs à ne pas commettre pour participer à la soumission d’appels d’offres Il faut se positionner sur une affaire ou un projet le plus en amont possible afin d’influer soit sur le choix du consultant. d’où la nécessité de disposer d’une présence locale. Le cahier des charges peut parfois stipuler les critères d’évaluation avec ou non précision des pondérations. la caution de soumission oscille aux alentours de 5%. Il faut toutefois veiller dans le contrat à limiter ces garanties dans le temps. contre 3% pour des sociétés résidentes). tout comme la garantie de bonne fin. toutefois. En théorie. Les notes techniques sont importantes : elles peuvent en effet entraîner l’élimination du soumissionnaire et améliorer l’offre financière (en moyenne une différence de 5 points peut se traduire par un gain de 1% dans l’offre financière). Cette 180 . soit sur les spécifications du cahier des charges. même si pourtant la législation rend cette mention obligatoire.Vendre aux pays de la CAE En général. plus la pression est forte. La meilleure forme d’implantation est alors la création d’une filiale Kenya Limited (coût ne dépassant pas les 3 000 EUR) du même nom que la maison mère afin de profiter à la fois de la renommée (ne pas être considérée comme un sous traitant) et de bénéficier des possibilités de récupération de la retenue à la source ou Witholding Tax (20% pour les sociétés non-résidentes. Cependant la composante « prix » reste déterminante. une seule erreur pouvant entraîner la disqualification. d’où la nécessité de disposer d’un point d’appui localement. La signature de l’Etat kenyan est respectée. seuls les projets bénéficiant d’un financement peuvent faire l’objet d’un appel d’offres. Il convient donc de réduire au maximum la marge initiale et introduire des clauses permettant de réajuster le prix. Le plus souvent elles sont rendues. les contrats étant attribués le plus souvent au moins disant. Plus les contrats sont importants (au-delà de 10 millions EUR).

Il est possible d’insérer une clause dans le contrat (soit avec le secteur public ou privé) prévoyant que les prix sont ajustés en fonction des retenues à la source. les délais peuvent atteindre les deux ans. ne s’applique qu’aux services rendus au Kenya (coûts d’installation. les autorités kenyanes préfèrent l’utilisation des lois kenyanes par un tribunal qui n’est pas européen ou américain. Possibilité d’aller de gré à gré et possibilité de recours Les procédures de gré à gré ou single sourcing sont rarement utilisées. En l’absence d’une implantation locale la récupération de la Witholding Tax ou de la TVA n’est pas possible. Cette retenue s’applique aux services qu’ils soient dans le cadre d’un achat public ou privé. les équipements et services financés par des institutions financières internationales (Banque mondiale. Prévoir entre 15 et 20% de réduction sur l’offre de départ. instaurée en 2007. Dans le cas de non représentation de l’entreprise au Kenya et en l’absence de convention fiscale. une implantation semble moins nécessaire.Vendre aux pays de la CAE taxe. De plus. Il existe des possibilités de recours devant les tribunaux nationaux et devant un tribunal arbitral si cela est prévu dans le contrat. Dans ce cas. il ne faut pas oublier que la négociation est ardue avec un comité technique juridique et financier très aguerri. Pour le choix du tribunal arbitral. ces sommes sont perdues. Banque africaine de développement) ne sont sujets ni à la Witholding Tax ni à la TVA. les montants alloués à la part locale de ces services doivent être entièrement transférés au Kenya et taxés en accord avec les lois du Kenya. Si le contrat prévoit uniquement la fourniture d’équipement sans prestation de service. A noter que les services tout comme les équipements sont également redevables de la TVA (16%). Bien que la TVA soit récupérable. formation. maintenance…). La Witholding Tax est déductible totalement en fin d’année de l’impôt sur les sociétés. 181 . En règle générale. mais sont prévues par le code de marché public (article 74 du PPDA).

Les sociétés choisis disposent entre 15 j et 3 semaines pour répondre à l’appel d’offres.5 et 2 mois. Le PPOA est une jeune institution qui a vocation à terme à centraliser tous les appels d’offres publics et à choisir les consultants chargés de mener les procédures d’appel d’offres. les offres sont généralement valables de 3 à 4 mois. Ce qui implique une présence permanente dans le pays (création d’une agence / bureau de représentation…). Durée de passation de marché La procédure de préqualification prend environ deux mois : de 15 jours et 3 semaines pour répondre à l’avis de préqualification et entre 1 mois et 1 mois et demi pour évaluer l’offre et désigner le comité chargé de l’appel d’offres (Tender Committee. Toutes les passations de marché publics doivent obtenir l’aval (Legal Opinion) de l’Attorney General (procureur général de la République). L’évaluation des offres peut prendre entre 1. Mais pour l’instant chaque ministère ou institution publique lance ses propres appels d’offres. BCEOM. Vincent LAPOUBLE. En règle générale. l’aspect commercial (lobbying pour les Britanniques) est essentiel dans un pays comme le Kenya (idem pour les autres pays de la zone). voire plus.Vendre aux pays de la CAE Il existe un tribunal pour régler les différends marchés publics : la Cour d’appel des marchés publics (Public Procurement Tribunal dépendant du Public Procurement Oversight Authority ou PPOA). CCEF : Appels d’offres et mode d’implantation 182 Appels d’offres Avant tout. Les sociétés disqualifiées disposent de 14 jours après décision pour engager un recours auprès de la Haute cours de Justice. . Ce travail commercial doit se faire en amont de l’annonce de projet. choisi par le PS du ministère concerné). La connaissance de l’interlocuteur est réellement le meilleur (si ce n’est le seul) moyen d’obtenir la confiance d’un client institutionnel.

C’est après validation et contact direct entre le client et la banque que le client approuvera formellement la garantie. De plus en plus. L’impression qui se dégage des évaluations est que bien souvent. la connaissance des bons interlocuteurs permet souvent des résoudre les problèmes.). Dans les faits. qui ne serait donc utilisé que pour « valider » une procédure sans remettre en cause les choix souverains du Client. les procédures sont longues.Vendre aux pays de la CAE Bien souvent. le client demandera confirmation de la part de la banque émettrice quant à la validité du document. Les problèmes d’immigration doivent aussi être pris au sérieux et tous les personnels expatriés se doivent d’être en règle. Enregistrement d’une structure De plus en plus. 183 . le choix est fait avant même le processus d’évaluation. les procédures restent opaques. Partenaires locaux Le sujet du partenaire local reste épineux… Beaucoup de partenaires vendent leur potentiel de lobbying sans en avoir réellement les capacités. Il est de plus en plus fréquent de voir des entreprises pénalisées après coup. les implantations doivent être en conformité avec les lois locales et la partie enregistrement de la société doit être effectuée dans les règles. tout reste négociable et encore une fois. Cependant. En plus d’être longues. toute grande banque européenne est acceptée pour l’émission d’une caution. Mise en place de garantie Les garanties bancaires projets doivent provenir d’établissements locaux ou étrangers acceptables par le client. même sur appel d’offres sur bailleurs de fonds. Difficile d’établir les plans de charges des équipes car des retards importants peuvent être constatés même lorsque le projet est « officiellement » gagné (la réception d’une letter of award ne veut pas dire démarrage de projet.

ainsi qu’au Burundi. En résumé. un partenaire local. mais à choisir avec soin sinon risque de surprises et d’inefficacité. le marché est encore très étroit malgré les réformes et la libéralisation des années 1990. pourquoi pas. pour les transactions rapides. La majorité des moyens de paiement internationaux sont envisageables à condition de s’être assuré de la qualité de la banque. Néanmoins l’Euro est de plus en plus accepté compte tenu de sa stabilité. 184 . principalement au Kenya où le secteur est très atomisé. les moyens les plus fréquents sont le virement Swift. Moyens de paiement Des secteurs bancaires disparates Le niveau de développement du secteur bancaire dans les pays de la CAE est très inégal. Il convient néanmoins de privilégier une des grandes banques. et le crédit documentaire irrévocable et confirmé comme le moyen le plus fiable. En Tanzanie et en Ouganda. Les modalités de paiement La monnaie de référence pour les transactions internationales reste le dollar américain.Vendre aux pays de la CAE Les capacités techniques sont aussi extrêmement variables d’une société et d’un domaine à un autre. Dans ce cas. Les moyens de paiement au Kenya sont relativement fiables et sont les plus sûrs de la région. Le Rwanda et le Kenya jouissent d’un système relativement sûr et robuste. En Tanzanie et en Ouganda. Le taux de pénétration bancaire dans ces pays est faible et le taux de créances douteuses élevé. c’est la banque confirmatrice (celle du vendeur) qui s’assure de la fiabilité de la banque notificatrice (celle de l’acheteur).

Contre acceptation (de traite) X Pratique très sure X Pour les relations commerciales déjà établies Crédit documentaire Irrévocable Irrévocable et confirmé X Délais habituel de 90 jours Lettre de crédit standby X Principalement pour les livraisons régulières X Montant limité et risqué X Moyen sur. la banque prélève les fonds avant d’éditer le chèque X Le plus utilisé car instantané X Assez sur X Peu utilisé X Très peu pratiqué La banque centrale essaie de diminuer leur circulation. Montant limité X Vérification préalable de la qualité de la banque X Très utilisé et rapide (24 heures) X Moyen peu utilisé X Très peu utilisé X Pour les transactions importantes X X X X X Onéreux X Très sur mais coût élevé X Montant et délais de validité limité X X Délais de 60 à 90 jours selon le coût X Couteux en terme de provisions bancaires Source : SER de Nairobi 185 .Vendre aux pays de la CAE Kenya A conseiller Chèque A proscrire X Ouganda A conseiller A proscrire X Tanzanie A conseiller A proscrire X A éviter malgré d’importants efforts Chèque de banque X Vérifier la qualité de la banque Virement SWIFT ou autre X Pratique courante et excellente Lettre de change (traite) X Pour les relations commerciales déjà établies Billet à ordre X Nécessite une grande confiance dans le partenaire commercial Contre remboursement X Très peu pratiqué Encaissement documentaire D/P Doc contre paiement D/A Doc.

Les délais de recouvrement sont relativement longs. le caractère communautaire des sociétés est-africaines fait que tout le monde se connait peu ou prou. spécialisé dans les études de notoriété et le recouvrement de crédit. processus long (4-5 ans). Dans la plupart des cas. Les pièces détachées sont rarement en stock. En revanche. aux entreprises et aux particuliers. qui sert de plate-forme de redistribution pour les producteurs européens. Pour une banque. le fonctionnement incertain de la Poste locale (en moyenne 14 jours pour un courrier). 186 . Retrouver l’individu ou la société endettés par le biais de réseaux constitués par l’organisme de recouvrement est relativement aisé. les importateurs ne possèdent pas d’entrepôts et s’ils disposent de facilité d’entreposage. Il propose des services à la fois aux banques. quelle que soit leur taille. Recouvrement de créances Il s’agit d’éviter le recours aux tribunaux de commerce. L’email étant depuis peu reconnu comme ayant une valeur juridique. bien que certaines étapes requièrent une preuve postale. le recouvrement de créance se fait donc à l’amiable. au minimum plusieurs mois : les difficultés de localisation (l’adresse des particuliers étant une boîte postale et non une adresse physique). En règle générale. Les importateurs s’approvisionnent souvent à Dubaï. la facilité avec laquelle chacun peut changer de ligne de téléphone (les individus peuvent facilement se rendre injoignables).Vendre aux pays de la CAE > Le faible usage des crédits clients : l’exemple des cuisines industrielles Les importateurs demandent à leurs clients un règlement 6 mois à l’avance de 50 à 100% du montant de la commande. Il existe deux organismes de recouvrement de créances travaillant sur toute l’Afrique de l’est et pouvant également fournir des informations de notoriété sur les futurs partenaires commerciaux : Credit Reference Bureau Africa (CRB Africa) et Kutz Univar Ltd. son utilisation facilite désormais ce processus. coûteux et parfois entaché d’irrégularités. alors que la réception des équipements peut être effectuée entre 2 à 6 mois après leur commande. les frais de stockage sont très élevés. CRB Africa est le premier organisme de gestion de risque.

de moindres dépenses en publicité sont à présager en raison de l’impact de la crise financière qui contraint les entreprises à réduire leur budget. pour une entreprise. Pour le recouvrement de crédit. Kutz demande 100 USD (par rapport). Kutz est une entreprise familiale créée à la fin des années 1960. en fonction de l’ancienneté de la créance . Les entreprises ayant le plus gros budget promotionnel au Kenya sont Safaricom. Au Kenya.5 millions de foyers possèdent la radio (soit 95%) et 16. La télévision se positionne en 2ème (30% des dépenses). Zain Group et East African Breweries juste avant Coca Cola qui est à égalité avec Telkom Kenya. La radio La radio reste le principal mode de communication et de promotion.Vendre aux pays de la CAE CBR Africa demande 10 à 30% du crédit recouvré. 10% quelle que que soit l’ancienneté du crédit. Au Kenya. La presse La liberté dont jouit ce média dans la plupart de pays de la CAE en fait un canal promotionnel à ne pas négliger. Canaux promotionnels Le budget dédié à la publicité dans les différents pays de la CAE a augmenté très rapidement entre 2004 et 2006 (hausse de près de 45% en 2006) et croît plus modérément depuis 2007 (17% en 2008 au Kenya). Pour les études de notoriété. qui travaille surtout pour des agences d’assurance crédit européennes. Les journaux sont davantage consultés dans les zones rurales que dans les zones 187 . la radio représente près de 50% des dépenses totales dédiées aux médias (tous médias confondus) réalisées par les annonceurs. Pour l’année 2009. 7.7 millions de personnes l’écoutent régulièrement (soit un peu plus de 50% de la population). Kutz exige 25 USD de frais et 20% de la somme récupérée.

35 compagnies de télévision diffusent (50 chaines possèdent une licence) mais moins de 10 chaines diffusent gratuitement. 100 000 au Rwanda . Ce média est très sensible à la situation économique. en particulier dans les villes où il détrône la radio. En 2007. 35 000 exemplaires sont mis en circulation chaque jour. 400 000 en Tanzanie . Le nombre d’abonnés reste encore faible. ce canal promotionnel est beaucoup moins utilisé. 3. pour le journal le plus populaire. suivi par le Monitor (25 000 exemplaires et 200 000 lecteurs).2 millions de foyers possèderaient un poste de télévision. L’affichage L’affichage est omniprésent au Kenya. En Ouganda. Au Kenya. en Tanzanie et en Ouganda où la taille des panneaux publicitaires en ville est impressionnante.6 millions de personnes en zone rurale (la population urbaine représente 21% de la population totale dans ce pays). Au Kenya par exemple. La télévision La télévision est un médium fortement regardé. En Ouganda. Au Burundi et au Rwanda. 188 . 2. Internet Ce médium est encore peu utilisé dans la zone et ne touche que les classes moyenne et aisée. 2.5 millions en Ouganda (et 22 000 abonnements par lignes fixes) .2 millions de personnes lisent le journal chaque jour en ville contre 2. et 60 000 au Burundi en 2006. il existe une industrie locale du film (festivals internationaux…) comme au Kenya et en Tanzanie. on dénombrait 3 millions d’utilisateurs au Kenya . New Vision. Dans certains pays.Vendre aux pays de la CAE urbaines.

En effet. le Rwanda 161ème et enfin le Burundi 172ème.8 millions d’habitants (mais une très forte densité démographique de 280 habitants/km2) et la Tanzanie.5 habitants/km2). La très grande majorité de la population (plus de 77%) vit en zone rurale (76% en Tanzanie et jusqu’à 90% au Burundi). Toutefois cet indicateur est en hausse. même s’il progresse . le Burundi étant le pays pays persistent le moins peuplé avec 7. il oscille entre 10% au Burundi et 24% en Tanzanie. En 2008.1 au Kenya. Le taux d’urbanisation reste très faible. le Kenya est classé 144ème sur 177.8 ans au Rwanda et 54. Selon le PNUD. puisqu’en 2004 il se situait autour de 45 ans. Répartition de la population par pays en pourcentage Source : Rapport sur le développement humain des Nations-Unis 2007/2008 (données 2005) 189 . l’Ouganda 156ème.Vendre aux pays de la CAE Modes et tendances de consommation Structure de la population La CAE compte environ une population de Les disparités entre les 124 millions d’habitants. la Tanzanie 152ème. ces pays présentent en 2007 un indice de développement humain parmi les plus faibles du monde. plus de 41% de la population est âgée de moins de 15 ans et l’espérance de vie se situe entre 49. le plus peuplé avec plus de 40 millions d’habitants (et une très faible densité démographique de 42.

le PIB par habitant était de 128.45 en 2005/2006. De 0. pouvoir d’achat et habitudes Près de 50% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté 190 Les écarts de richesse moyens entre les différents pays de la CAE se situent sur une échelle de 1 à 7. Les différences de revenus entre les classes sociales sont très marquées.47). à l’exemple du Kenya. Taux de scolarisation dans le primaire et le secondaire dans les pays de la CAE Taux de scolarisation dans le primaire et le secondaire dans les pays de la CAE Taux de scolarisation dans le primaire Taux de scolarisation dans le secondaire 91% 79% 75% 74% 85% 60% 49% 37% 19% 10% Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Sources : Rapport sur le développement humain des Nations-Unis 2007-2008 (données 2005) Niveau de vie. L’enseignement primaire est gratuit mais sa qualité diffère non seulement selon le pays mais également selon les villes et le type d’écoles. signe d’un élargissement du fossé inégalitaire . La pauvreté demeure principalement un phénomène rural.5 USD au Burundi contre 845 USD au Kenya. l’indigence a diminué au sein de la CAE. d’une manière générale. la majorité de la population vit encore en dessous du seuil de pauvreté (40% au Kenya mais 93% au Burundi). Si. En 2007.Vendre aux pays de la CAE L’accès à l’éducation est primordial dans tous les pays de la CAE. Le coefficient de Gini kenyan révèle la forte disparité des revenus entre les classes les plus aisées et les plus modestes. il aurait encore augmenté (0.

Le fossé entre les différentes classes sociales est réel.1 France 733€/mois Ouganda -2$/j Kenya -2$/j Rwanda -2$/j Tanzanie -2$/j Burundi -2$/j Source : Banque mondiale et FMI Plus de 50% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. entre autres. La classe moyenne (entre 20 et 30%) est composée de salariés du secteur privé et public et de commerçants. la classe aisée (estimée à plus ou moins 10 %) est représentée par les professions libérales. La médiane indique qu’un Kenyan sur deux vit tout juste au seuil de pauvreté (15.8 7. 191 . Il est très difficile d’accéder à une classe supérieure mais très facile d’y descendre : les personnes issues de la classe moyenne. les conditions d’une forte insécurité dont le coût se répercute d’ailleurs sur la compétitivité kenyane. Le graphique ci-dessous montre pour chaque pays le pourcentage de sa population vivant avec moins de 2 USD par jour. se retrouvent immédiatement dans la classe inférieure car elles ne disposent d’aucune épargne. Enfin.6 EUR mensuel en milieu rural et 29. % de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté Pourcentage de la population de la CAE vivant en dessous du seuil de pauvreté 93 70 60 40 33.6 au Brésil). très bien représentés dans la communauté indo-pakistanaise au Kenya.Vendre aux pays de la CAE (0. les grands propriétaires fonciers ainsi que les capitaines d’industrie. Elle représente la plus importante classe sociale.13 EUR en zone urbaine) et qu’un cinquième de la population (7 millions d’individus « très pauvres ») vit en dessous de ce seuil. si elles perdent leur emploi. ce qui crée. Tanzanie et Ouganda ou encore la communauté grecque au Burundi.

Elle se rend également sur les marchés locaux. Les ménages consacrent également une part importante de leur budget au transport. sucre à la cuillère. le nombre de sociétés de taxis a augmenté dans les grandes villes. 73% pour la Tanzanie). C’est cependant un moyen de transport peu sûr. le prix de la course restant trop onéreux pour la majorité des citoyens. La classe moyenne fréquente les supermarchés qui offrent une gamme étendue de produits locaux et de produits importés. Les matatus.Vendre aux pays de la CAE La répartition du budget des ménages des pays de la CAE reflète la nécessité de couvrir en priorité les besoins de base : l’alimentation est le premier poste de dépenses (44% pour le Kenya. Plus de 70% des décisions d’achat des personnes fréquentant les hypermarchés sont réalisés sur le point de vente. cigarettes…). le client reste rare. La voiture reste l’apanage de la classe moyenne et aisée. les achats se font presque exclusivement dans ces supermarchés et hypermarchés et les centres commerciaux. effectuent leurs achats à mesure qu’elles perçoivent leur salaire. Toutefois. Une particularité du Kenya : il accueille le siège mondial de diverses agences des Nations-Unies (UNEP et UN-Habitat) et une large communauté d’expatriés comptant plus de 3 000 familles à fort pouvoir d’achat. Il n’est pas rare de voir des personnes revenir plusieurs fois de suite dans un même point de vente pour acheter des articles à mesure qu’elles en ont besoin. phénomène dénommé just-in-time buying (la pratique est particulièrement courante chez les chauffeurs de taxis avec l’essence). 192 . Les personnes concernées vivant souvent de petits emplois précaires. La classe la plus pauvre a pour habitude de faire ses achats chez les petits détaillants ou les marchés et choisit des petits conditionnements. Le moyen de transport le plus répandu pour les déplacements quotidiens est le matatu (minibus de 14 places) et les autobus urbains. Il est en effet possible d’acheter quasiment tout à l’unité (médicaments. très nombreux. permettent de se déplacer en ville et dans les environs pour un très faible coût. en particulier au Kenya. Pour la classe aisée. La classe sociale détermine plus qu’en Occident les habitudes et les lieux de consommation. Depuis 2005.

Vendre aux pays de la CAE Répartition des dépenses des ménages au Kenya Source : Kenya National Bureau of Statistics Répartition des dépenses des ménages en Tanzanie Source : National Bureau of Statistics Tanzania 193 .

il n’est pas utilisable dans les supermarchés. Il s’agit d’un service de transferts d’argent.4 millions de personnes.1% au Kenya et une économie burundaise en besoin de financement de -8. Le système M-Pesa offre de multiples services dont transfert d’argent de particulier à particulier dans une fourchette allant de 100 à 35 000 KSH (1 à 350 EUR) . Les frais de transaction sont calculés par tranche de montants transférés. la proportion est la même en Tanzanie) à l’image du taux d’épargne macroéconomique (public et privé) qui oscille entre +17. Ce système sert de porte monnaie électronique.4% (désépargne). les deux services M-Pesa (Vodacom) et Zap (Zain) sont également proposés. En Tanzanie tout comme en Ouganda. règlement des factures d’électricité. L’usage de cartes de crédit et de débit est donc limité. soit 3.Vendre aux pays de la CAE Un faible taux de bancarisation compensé par les transactions électroniques La bancarisation est très faible (moins de 10% de la population dispose d’un compte bancaire au Kenya. Au Kenya. des consommations dans certains bars. Ainsi M-Pesa est proposé par Safaricom et Zap vient d’être lancé par le second opérateur.4 Kenya 17. des achats dans la chaîne de supermarchés Uchumi . la carte de débit demeure la plus fréquemment utilisée. Epargne domestique en % du PIB Burundi % -8. quoique avec moins de fonctionnalités : si Zap permet de payer sa facture d’électricité. soit 30% de plus que le nombre de compte bancaires. des cotisations mensuelles d’assurances médicales et de retraite. Zain.3 Source : FMI 194 . qui compte désormais plus de 5 millions de comptes depuis sa création en avril 2007. il existe un système de transactions électroniques performant mis en place par les deux plus importants opérateurs de téléphonie mobile.5 Rwanda 5. Même si la carte de crédit tend à se développer auprès de la classe moyenne.1 Tanzanie 12 Ouganda 14. des achats de crédit pour le téléphone portable.

– participer pleinement au développement du pays en partenariat avec d’autres opérateurs socio-économiques. En Ouganda. Les membres du CIN sont recrutés dans tout le pays et l’organisation dispose de bureaux à Mombasa et Nairobi. On retrouve notamment le Consumer Information Network au Kenya. 195 . des consommateurs Son siège social.Vendre aux pays de la CAE Protection du consommateur CIN – Consumer International Network Consumer International Network possède des La CIN est l’organe implantations dans tous les pays de la CAE. – trouver des solutions à tous les problèmes qui peuvent affecter les consommateurs au Rwanda . est situé à Londres. la protection des droits des consommateurs est assurée par la Uganda Consumer’s Protection Association (UCPA). qui est une organisation nationale créée et enregistrée dans ce pays. la Fédération Mondiale des Organisations de Consommateurs. Celle-ci comprend 234 membres dans 113 pays. Les objectifs de cette association sont : – lutter par tous moyens légaux contre la hausse excessive des prix sur le marché . Ses principaux objectifs sont de protéger les droits du consommateur et de promouvoir sa responsabilité. la Consumer Association of Rwanda (ASCORWA. dépendant du Bureau of Standards assure la protection et la promotion des droits des consommateurs. et dont la mission est de donner un certain pouvoir au consommateur. Association des Consommateurs du Rwanda). Au Rwanda. principal de défense et de protection des droits chargées d’assurer la protection du consommateur. – protéger les intérêts des consommateurs quant à la qualité des biens et services et s’assurer de la qualité des produits mis sur le marché . – entraîner et sensibiliser les consommateurs à la protection de leurs droits .

les infrastructures plus développées… Je conseillerais donc aux investisseurs français de s’établir au Kenya. même si cela prend plus de temps. Directeur de Count on us. la main d’œuvre y est davantage qualifiée. Cependant. la défense des consommateurs est assurée par l’association non gouvernementale ABUCO : Association Burundaise des consommateurs. La meilleure solution pour les entreprises françaises désireuses de travailler avec d’autres pays de la CAE est d’ouvrir un bureau au Kenya et de faire du commerce avec les pays voisins par le biais de distributeurs. cabinet de conseil et de vente en marketing. 196 . M. directeur de Africa coffee house. Mackenzie qui en est le propriétaire Il semble plus difficile pour une entreprise étrangère de s’implanter au Kenya que dans les autres pays de la CAE en raison de réglementations et de lois plus strictes. Les revenus y sont légèrement supérieurs et la classe aisée est également plus importante. Stephen MACKENZIE. les opportunités au Kenya sont plus importantes du fait de la taille du marché .Vendre aux pays de la CAE Au Burundi. société productrice de café en Tanzanie et de STEFA Gems & Jewellery. fabricant de bijoux au Kenya La société Count On Us a été créée il y a 4 ans par M.

Burundi Afin de développer et désenclaver l’économie burundaise. 2035 en Ouganda. à l’exception des cas kenyan et rwandais. qui ont mis en place ou ont amélioré leurs législations en la matière. Malaisie…) qui ont connu une croissance inédite sur une durée de 20 à 30 ans. Ces plans ont pour objectif de faire passer ces pays du statut de PMA à celui de pays à revenu intermédiaire. Si les options retenues par les autorités locales concernent essentiellement la cession d’actifs via les bourses locales ou à des partenaires stratégiques étrangers. conformément au Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP). 2025 en Tanzanie) et le désengagement de l’Etat. l’aménagement du territoire. dans le futur les orientations portent sur la mise en place des partenariats publics privés (PPP). Dans ce cadre. les pays membres de la CAE ont également lancé des programmes ambitieux de privatisation des principaux pans de leurs économies. l’urbanisme et 197 . les pouvoirs publics ont présenté en 2006 une vision du développement à moyen et long terme fixant des objectifs de réduction de la pauvreté à l’horizon 2025. Le cadre légal s’y rapportant reste toutefois encore à mettre en place. à l’instar du modèle de nombreux pays asiatiques (Singapour. Cette vision dénommée « Burundi 2025 » a retenu certains secteurs clés comme moteurs de la croissance : la gouvernance.Vendre aux pays de la CAE Créneaux porteurs Deux tendances lourdes structurent ces opportunités : les plans de développement nationaux (Burundi 2025. Vision 2030 au Kenya. Plans stratégiques et privatisation Chacun des membres de la CAE a mis en place un plan à long terme pour développer l’économie et favoriser la croissance. 2020 au Rwanda. le rôle et les capacités de l’Etat.

les autorités locales ont commencé à lancer des réformes règlementaires et institutionnelles pour libéraliser. Le SCEP est en train de recruter un bureau d’étude sur la faisabilité de cette opération. Laiterie centrale et Alcovit-produits avicoles). il existe un comité interministériel des privatisations présidé par le 2ème vice-président. moderniser et assouplir les secteurs productifs. 22 Le COTEBU qui est depuis 2007 sur la liste des entreprises à privatiser pourrait rouvrir prochainement. l’énergie. le tourisme. le chantier de libéralisation de l’économie burundaise sera long. deux usines de traitement (gérée par la Société de déparchage et de conditionnementSodeco-) et 133 stations de lavage23 (gérées par cinq Sociétés de gestion des stations de lavage-Sogestal-). En outre. Pour atteindre leurs objectifs. 23 Les fonds STABEX devraient financer la réhabilitation des stations de lavage de café et les pistes d’accès avant leur mise en vente. qui est notamment chargée des questions économiques et des relations avec les bailleurs de fonds. Construite et équipée sur don chinois. Le programme de privatisations a connu des retards importants en raison de la longue période de crise et de transition. l’exploitation minière ainsi que le financement du développement local. cette entreprise a traversé au cours des dernières années de nombreuses crises. l’agroalimentaire (Abattoir public de Bujumbura-APB-. de la filière thé 21 Le SCEP est rattaché à la 2ème vice-présidence du pays. La solution proposée est de vendre 10 stations sur 133 dans le cadre d’un projet pilote. tout en réhabilitant le réseau routier et en renforçant le secteur de l’électricité. les télécommunications. le transport. dotée de plusieurs usines de production. la dernière étant la fermeture et le licenciement en 2006 et 2007 d’environ 1600 salariés. Tout comme les autres membres de la CAE. les paysans se considèrent propriétaires des stations de lavage même si celles-ci appartiennent au gouvernement. Il s’agit de la filière café (Ocibu). Office Pharmaceutique Vétérinaire-Ophavet-. Fadi-insecticides-).Vendre aux pays de la CAE l’environnement. Selon le Service chargé des entreprises publiques (SCEP21) et le programme établi conjointement par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. trois catégories d’entreprises doivent être privatisées : a) Celles dont l’activité a cessé. 198 . Les secteurs concernés sont la pharmacie et l’agrochimie (Office de production pharmaceutique-Onapha-. le textile (Complexe textile de Bujumbura –Cotebu22-) et les mines (Buminco) b) Les entreprises dont l’activité de production constitue le pilier de l’économie locale. Or.

Date butoir : 5 août 2009. visant à transformer le Kenya en un pays à revenus intermédiaires dans les 20 ans à venir. En matière des privatisations. Le SCEP a lancé le 5 juin 2009 un appel d’offres international pour le désengagement de la filière café (133 stations de lavage en 29 lots et 2 usines de déparchage). BNDE). Bancobu. des ressources pouvant assurer le financement des projets identifiés au titre de cette stratégie. télécommunications (Office national de télécommunication-Onatel24). banques (BCB. La publication du cadre juridique des PPP en mars 2009 permet d’espérer. au terme d’une stratégie de privatisation qui est encore en préparation avec l’aide de la SFI (BM). La pleine implication de l’Etat est indispensable pour la réussite du PPP. Kenya Le Kenya a lancé le 10 juin 2008 son plan de développement à 25 ans. 199 . assurances (Société d’assurance du Burundi-Socabu-). La deuxième 24 L’Etat garderait 49% au moins provisoirement dans cet opérateur historique du téléphone fixe qui détient une licence GSM. énergie et eau (Régie de production et de commercialisation d’eau et d’électricité-Regideso) et transport aérien (Air Burundi). c) Les sociétés de services dont la privatisation sera partielle ou sera axée sur la gestion : hôtels (Novotel et Source du Nil). notamment en cofinancement. notamment dans les infrastructures et l’agriculture. SBF. intitulé « Vision 2030 ». Il se décompose en 5 plans quinquennaux. La première campagne (entre 1992 et 2000) portait sur 164 sociétés dont les deux plus importantes étaient Kenya Airways et Kenya Commercial Bank. dont le premier (20082012) évalué à 16 milliards EUR serait financé à 70% par les partenariats publics privés (PPP) et le solde par le budget de l’Etat.Vendre aux pays de la CAE incluant les cinq complexes théicoles gérés par l’Office du Thé du Burundi (OTB) et enfin les filières coton (Compagnie nationale de gérance du coton-Cocergco) et sucre (l’usine sucrière de Muso-Sosumo-). le gouvernement kenyan a lancé en 2009 une troisième phase de son programme de désengagement des entreprises publiques. s’il est bien appliqué. BBCI.

qui ménage la sensibilité nationale. Si une partie substantielle de ces infrastructures (énergie. télécoms. Les sociétés françaises ont participé également à ce mouvement. émission de titres…) dynamique. Ce procédé. de 30% de KenGen et de 30% de Kenya Re). Chris Kirubi) et des investisseurs institutionnels kenyans (banques. plus diffuse. en matière bancaire. à quelques variantes près. reste toujours d’actualité : une cession de la participation de l’Etat à la bourse de Nairobi (NSE). fonds d’investissement et de pension…).Vendre aux pays de la CAE vague s’est étalée entre 2000 et 2008 et a permis la réalisation de quelques grandes opérations (vente de 25% de Safaricom. assurance. cimenteries (East African Portland). Ce plan de privatisations multisectoriel a en outre bénéficié à l’émergence d’une activité de services financiers en conseils (fusions/acquisitions. indiens (raffinerie) ou encore britanniques (télécoms) ont réussi à tirer leur épingle du jeu. a permis une privatisation en douceur de pans entiers de l’économie. sud-africains (chemins de fer). Air France-KLM détient 26% de Kenya Airways (l’État en possédant 23%). sucre (a l’exception de Mumias Ltd)…-. 12 possèdent une participation publique. L’autre piste de privatisation. Plusieurs groupes étrangers. banques/assurances. aéronautique) a effectivement pu être partiellement cédée au secteur privé. cette politique s’était poursuivie dans un 200 . un actionnariat populaire le plus large possible. L’acquisition de ces titres est restée l’apanage des grands groupes privés (Sameer Group. Sur les 48 sociétés que comptent le marché primaire de la Bourse de Nairobi. l’Etat gardant toujours une présence de référence. quelques grands noms publics comme la Kenyan Commercial Bank (KCB) et la National Bank of Kenya (NBK) demeurent encore dans le giron étatique. Toutefois. fut la Concession (chemins de fer ligne Mombassa-Kampala en novembre 2006). Les infrastructures de transport et les services financiers furent parmi les axes prioritaires de libéralisation de l’économie. partagée entre un opérateur stratégique de qualité -kényan ou étranger-. parfois majoritaire pour les secteurs clés-électricité. Le mode opératoire utilisé. Famille Ndegwa. alors que France Telecom a racheté 51% de l’opérateur historique Telkom Kenya en décembre 2007. chemins de fer.

Vendre aux pays de la CAE

cadre législatif et juridique encore assez peu clair (Secrétariat des privatisations dépendant du ministère des finances). La nouveauté de cette 3ème phase réside dans la définition d’un cadre légal précis réglementant le processus de désengagement de l’Etat et de gestion des PPP. Une Commission de privatisation a été créée et est opérationnelle depuis janvier 2009. Sur trois ans, elle doit procéder à la cession des actifs d’une trentaine de sociétés ou services publics dans les principaux secteurs d’activité (transport et production d’énergie, services portuaires, sucreries, tourisme, banques et industrie). Plusieurs options sont envisagées : pour les plus rentables et fortement capitalisées (KenGen, Kenya Pipeline Co, Kenya Commercial Bank, National Bank of Kenya, Mumias Sugar ou Kenya Re), l’Etat procèdera certainement à une cession d’une partie des actifs en bourse ; pour les autres entités moyennement rentables (tourisme, agro-alimentaire) ou moins rentables (sucreries), la recherche d’un investisseur de référence, voire une cession complète sera recherchée. Le processus est déjà lancé (depuis janvier 2009) pour la National Bank of Kenya, les sucreries (Chemelil, Nzoia, Muhoroni et South Nyanza Sugar Co) et les propriétés hôtelières, Kenya Pipeline Corporation et Kenya Wine Agencies. Signalons que la filière sucre est emblématique : le Kenya bénéficie depuis 2000, dans le cadre du Comesa, de mesures de protection de son industrie qui lui permettent d’être à l’abri de la concurrence, en attendant d’être plus compétitive d’ici 2012. Le Secrétariat du Comesa a suggéré un désengagement complet de l’Etat kenyan de son industrie sucrière, ce qui est actuellement en cours. Dans un contexte budgétaire expansionniste, la ligne actuelle devrait se poursuivre et s’élargir à d’autres secteurs clés de l’économie kenyane grâce à la mise en place d’un cadre légal PPP : distribution d’eau, collecte des déchets, routes à péage, aéroport, port, oléoduc, corridor ferroviaire Nord.... Le cadre PPP repose sur un organisme rattaché au ministère des finances, supervisé par un comité de pilotage interministériel, qui devrait suivre les projets. Ces derniers devront concerner les ventes d’entreprises publiques dans lesquelles l’Etat ne dispose pas d’actifs. Dans

201

Vendre aux pays de la CAE

le cadre de leur contrat d’objectif et de moyens, les sociétés publiques/ministères techniques peuvent désormais proposer un PPP. Quelques grands projets d’infrastructures (nouvelle voie ferrée entre Mombasa et Kampala, nouveau port en haute mer à Lamu avec les infrastructures de sorties-routes, rail, oléoduc, aéroport, etc), dont les investissements sont colossaux, devront être lancés et suivis par cet organisme.

Ouganda
Depuis les années 80, les pouvoirs publics ont encouragé la croissance économique en diversifiant les exportations, en réduisant le contrôle sur l’économie notamment par le démantèlement des monopoles et en libéralisant le commerce et les échanges internationaux. De nombreux secteurs ont connu une croissance inédite. Actuellement, les pouvoirs publics finalisent l’élaboration de la stratégie nationale de développement (« Vision 2035 »). Cette dernière est composée des plans quinquennaux (National Development Plan-NDP-), dont le premier couvre la période 2009-2012. Celui-ci a pour objectif de maintenir une croissance économique de 7 à 8% grâce à trois piliers : primaire (agriculture, mines, commerce, industrie, tourisme…), secondaire (infrastructures de transport, énergie, eau, TIC, santé et éducation) et services (paix, sécurité, gouvernance). La privatisation partielle de certains secteurs clé de l’économie ougandaise (électricité, transport, eau, télécoms, hôtellerie, industrie…) a été globalement satisfaisante, à l’image de la construction du barrage de Bujagali en partenariat avec le secteur privé (groupe Aga Khan). Quelques dossiers de vente restent à réaliser comme la cession de la mine de cuivre de Kilembe (Kilembe Mines Ltd : KML) dont les réserves de cuivre (4 millions de tonnes) sont estimées à 1,2 milliard USD.

Rwanda
Le plan de développement national (« Vision 2020 ») lancé en 2006 avait pour objectif de faire du Rwanda un pays à revenu moyen grâce à un effort particulier dans le domaine de

202

Vendre aux pays de la CAE

l’investissement, qui devait représenter 25% du PIB par an sur une période de 11 ans. Ce plan a mis l’accent sur le secteur des services, la production de biens de consommation de masse et des produits exportables, tout en améliorant les infrastructures de transport et d’énergie. Cette stratégie a ainsi ouvert de nombreuses opportunités pour les investisseurs étrangers, via notamment les partenariats publics/privés (PPP). Elle est appuyée par une politique budgétaire expansionniste centrée sur l’agriculture, la santé, l’éducation et les infrastructures. Un cadre légal pour les PPP a été instauré en 2007 afin de renforcer la loi sur les privatisations et investissements de 1996. Le Rwanda commence dès 2008 à récolter les fruits de cette politique d’ouverture : des investissements directs étrangers de 100 millions USD (énergie, télécommunications et thé), la recapitalisation de trois banques, grâce à l’arrivée de capitaux étrangers, la création de la place financière de Kigali (Rwanda Stock Exchange : RSE), la hausse des recettes de tourisme (investissements hôteliers)… Depuis le génocide de 1994, le Rwanda a entrepris un chantier ambitieux de réformes structurelles afin de reconstruire son économie. Des progrès significatifs ont été réalisés : libéralisation de l’économie, révision du système fiscal (création de l’Office rwandais des recettes en 1997), lois sur les privatisations et les investissements publics. Cette dernière a permis à l’Etat de liquider, louer ou vendre des entreprises publiques. Le programme de désengagement du secteur productif (thé, café, pyrèthre) a été entrepris en 1997. Sur une liste de 104 entreprises et services publics, 70 % ont été privatisées, 14 ont été liquidées et 20 restent à privatiser. Figurent sur cette dernière liste, six unités théicoles, dont la privatisation avait été suspendue en novembre 2005. Les autres entreprises concernées sont dans la filière café, mais également le Laboratoire pharmaceutique du Rwanda (Labophar), la compagnie aérienne nationale Rwandair Express, la Banque de Kigali, les entrepôts Magerwa, la brasserie Bralirwa et l’assureur Sonarwa. Sur les six unités de thé en cours de privatisation (Gisakura, Kitabi, Gisovu, Mata, Shyagashya et Mulindi) les trois premières intéressent le groupe Dubaï World. Rwandex, première société

203

Vendre aux pays de la CAE

204

publique de traitement et d’exportation de café détenue à 51% par le gouvernement rwandais via les régies de café (Ocir Café) et de thé (Ocir Thé), a été mise en liquidation par l’Etat rwandais fin mars 2009. Le Secrétariat des privatisations a lancé un appel d’offres pour la vente en lots séparés des deux usines de café de Gikondo et Rubavu. De même, la privatisation du laboratoire Labophar est en cours d’évaluation. La cession de 40% de la compagnie Rwandair Express à un partenaire stratégique traîne depuis juillet 2005. Au terme de l’appel d’offres, SN Brussels Airlines et Meridiana International Airlines ont été retenues. Selon les recommandations de la SFI en charge de cette vente, 40% des parts seront réservées aux investisseurs locaux, le gouvernement ne gardant que 20% du capital. A ce jour, la compagnie n’a toujours pas été privatisée, à cause d’un désaccord sur la composition de la flotte, Brussels Airlines souhaitant exploiter des BAE-146 et Meridiana des MD-87, alors que Rwandair voulait utiliser des avions plus modernes, de type B737 Next Generation. La Banque de Kigali, premier établissement bancaire du pays, était détenue par la Banque Belgolaise avant d’être nationalisée. L’Etat cherche dorénavant à céder 80% de sa participation, de préférence à un partenaire stratégique étranger, comme ce fut le cas de l’opérateur historique Rwandatel SA. Celui-ci fut cédé dans un premier temps à l’américain TerraCom pour 20 millions USD ; le non respect des clauses du contrat en entraîna l’annulation, suivie d’une nouvelle cession en 2008 au Libyen Lap Green Networks pour un montant record de 100 millions USD. De même, la mise en gestion privée de l’opérateur public de production, de transport et de distribution d’électricité, d’eau et de gaz Electrogaz accordée à l’allemand Lahmayer International a été annulée en 2006. L’ouverture du secteur de gestion des entrepôts sous douane, sous le monopole des Magerwa, est également en cours : l’année 2008 a ainsi vu l’attribution d’une concession de gestion d’un dépôt intérieur (ICD), d’une superficie de 18 000 m2 et d’une capacité de stockage de 255 EVP, situé au parc industriel de Gikondo par la Rwanda Revenue Authority (RRA) à SDV Transami Rwanda (groupe Bolloré, investissement de 2,6 millions USD). Cet ICD est dédié non seulement au marché national mais aussi aux pays limitrophes (Burundi, RDC, Tanzanie et Kenya).

Vendre aux pays de la CAE

Début 2008, le Rwanda a créé une place financière nationale, la bourse de Kigali (Rwanda Over The Counter Market, ROTC). Le seul titre coté est celui de la banque kenyane Kenya Commercial Bank, auquel s’ajoutent deux émissions de bons du Trésor (18,6 millions USD). Par ailleurs, le gouvernement souhaite céder ses participations dans quelques grandes entreprises privées25 (dont le premier assureur national Société Nationale des Assurances du Rwanda-Sornarmwa-, l’opérateur mobile MTN Rwandacel, la brasserie Bralirwa, la cimenterie Cimerwa, l’opérateur historique Rwandatel, les banques Banque Commerciale du Rwanda-BCRet Fina Bank et quelques grandes usines de thé) via des offres publiques de vente (OPV) à la ROTC.

Tanzanie
Les priorités du gouvernement sont énoncées dans sa Vision 2025. Elles visent à éradiquer la grande pauvreté et à faire de ce pays un pays à revenu intermédiaire d’ici 2025. A terme, l’économie tanzanienne devrait évoluer d’une base agricole vers une base semi-industrialisée, diversifiée et compétitive. Le gouvernement table sur un taux de croissance du PIB réel de 8% par an, des investissements lourds dans les infrastructures et le renforcement des capacités humaines du pays. Malgré quelques rares privatisations et concessions réussies (banques26, gaz), le poids du secteur public reste prédominant et les tentatives de désengagement (concession, privatisation) se sont soldées par des échecs, en partie à cause d’un cadre légal peu précis : – annulation de la concession au Britannique BiWater des services d’eau de Dar Es Salaam ; – rejet par le Parlement de l’ouverture du capital de l’entreprise nationale d’électricité Tanesco, fortement endettée ;

25 Il s’agit des sociétés publiques dont moins de 30% est détenu par l’Etat 26 La vente de 21 % d’actions de l’Etat dans la National Microfinance Bank (NMB), le premier réseau bancaire du pays (104 agences) a permis de financer le budget national à hauteur de 8,1 millions EUR.

205

Vendre aux pays de la CAE

– remise en cause de la privatisation du premier assureur, la National Insurance Corporation (NIC) ; – concessions portuaire à Tiscan (Singapour) et de chemins de fer à Rites (indiens) qui semblent poser de nombreux problèmes et sont régulièrement mises sur la sellette. Le gouvernement a fini par geler les privatisations en mai 2009 suite à la découverte de fraudes généralisées, dont les pertes pourraient s’élever à 276 millions USD. En parallèle, une enquête sur la privatisation de plus de 600 entreprises et entités privatisées a été lancée. Seule la voie d’introduction en Bourse n’est pas pour l’instant remise en question. La société d’investissement paraétatique Tanzania National Investment Company -Nicopourrait entrer à la bourse de Dar Es Salaam Stock Exchange (DSE) d’ici la fin 2009. Elle permettra de lever 15 millions USD. Les chapitres suivants détailleront les principaux créneaux porteurs, qui seront déclinés par grands secteurs (secteur primaire, secondaire et tertiaire) et pour chacun d’entre eux par pays.

Le secteur primaire
Tous les pays de la zone sont touchés par la crise alimentaire, mais à des niveaux divers. Elle est au centre des préoccupations des décideurs économiques et financiers, sans pour autant que les mesures sur le long terme aient encore été mises en place. Dans la majorité des cas, les autorités comptent encore principalement sur l’aide étrangère pour résoudre le problème, tout en tentant de mettre en place un certain nombre de mesures, comme la baisse du coût des intrants (semences, engrais, produits phytosanitaires …). Les différents ministères de l’agriculture de la CAE souhaitent par exemple créer une unité de production d’engrais commune, alimentée par les phosphates d’Ouganda et de Tanzanie. Ils espèrent améliorer également une circulation plus rapide des produits des zones productrices vers les zones consommatrices et entre pays grâce à l’amélioration du réseau routier. Un recours plus systématique aux technologies agricoles modernes et à

206

Vendre aux pays de la CAE

l’irrigation est favorisé (alors que la surface cultivable dans les pays de la CAE avoisine les 125 millions d’ha, seuls 2,6% de ces terres possèdent un système d’irrigation). En Tanzanie, les rendements agricoles restent faibles en raison d’un sol trop acide nécessitant un traitement à la chaux des surfaces arables.

L’agriculture
Burundi

Même si le secteur primaire occupe 35% du PIB et emploie environ 80% de la population active, la sécurité alimentaire du Burundi reste très fragile. Pour faire face à la forte hausse des prix des denrées alimentaires, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures afin de venir en aide aux couches vulnérables de la population tout en encourageant la production locale. Avec le soutien de la communauté internationale, les autorités ont mis en place des programmes de développement de l’infrastructure rurale, de diversification de la production agricole et d’amélioration des rendements par la recherche et l’emploi de petits systèmes d’irrigation. La priorité en matière de réformes agricoles porte sur l’amélioration de la qualité des cultures vivrières, l’ouverture du secteur à la concurrence et à la diversification des produits d’exportations. Le secteur agro-alimentaire est un axe de développement principal pour l’industrie burundaise. En décembre 2008, l’Etat soutenu par la Banque mondiale a annoncé son désengagement de la filière du café et des agences parapubliques (ex. Sogestals, Sodeco et unités de lavage de café). Parallèlement, la commercialisation se déroule depuis la campagne 2007-08 par voie d’appels d’offres et de ventes directes plutôt que par enchères, ce qui a permis aux producteurs de bénéficier de meilleurs prix sur le marché. La filière du thé est également en cours de privatisation. L’extension des superficies cultivées en thé permettra d’augmenter la production de 8 000 tonnes en 2007 à 15 000 et 25 000 tonnes en 2010 et 2015 respectivement. Le Burundi cherche en outre à diversifier ses exportations avec le développement de l’horticulture, la production de fruits et huiles

207

Ce secteur bénéficie de mesures fiscales appréciables : abolition de la TVA sur certains outillages et matériels agricoles et sur les transports de produits agricoles non transformés . diverses réformes ont été mises en place pour la moderniser. que la partie française devrait saisir pour appliquer son expertise. pour la fabrication de thé sans théine. Enfin. La .Vendre aux pays de la CAE essentielles. laitière. le Centre d’investissement de la FAO assiste la Banque mondiale et les ministères de l’agriculture et de l’élevage kenyans dans la structuration de filières alimentaires : viande. Notons que les demandes kenyanes semblent en phase avec les objectifs du Fonds d’investissements pour l’agriculture en Afrique créé en avril 2009 et qui porte sur le développement prioritaire des filières céréalières (riz. Au cours des dernières années. Dans le domaine des plantes industrielles. carnée et horticole et la création de crédit rural. Kenya 208 L’agriculture représente 24% du PIB et 60% des exportations totales du Kenya. Dans le cadre du projet Kenya Agricultural Productivity and Agribusiness Project (Kapap). pour la fabrication de café soluble . suppression des droits de douane sur les engrais importés. blé). Le sous secteur du thé recherche des investisseurs pour la mise en valeur de plantations. Une volonté d’instaurer des indications géographiques semble naître. céréale et horticulture. améliorer ses rendements et redynamiser certaines structures. C’est l’occasion pour la France de faire valoir son savoir faire dans le domaine de la mise en place et gestion de filières. pour le traitement et le conditionnement du thé destiné à l’export. l’ouverture du capital (40%) de la société sucrière du Moso (Sosumo) au secteur privé est programmée d’ici 2010. Une action est également en cours afin de lancer le concept d’indication géographique appliquée à ce secteur. Ainsi il existe des opportunités dans le sous secteur du café pour sa transformation et son conditionnement . la fabrication de combustible à partir des gousses. maïs. le gouvernement a lancé un programme de promotion de petites et moyennes entreprises pouvant intégrer plus de valeur ajoutée.

pour produire des briquettes. les fibres et sur la possibilité d’introduire de nouvelles variétés. cinq raffineries devraient être privatisées au cours des deux années à venir. la construction de nouvelles raffineries dans les districts de Homa Bay et Busia (région occidentale) où 10 à 15 000 ha de terrains propices à la culture de la canne à sucre ont été identifiés . La production de coton s’élève à 20 000 balles alors que la capacité de traitement est quatre fois supérieure.Vendre aux pays de la CAE production de coton a été identifiée dans la stratégie 2030 comme un sous secteur pouvant apporter un développement rapide de la croissance économique kenyane. les programmes de recherches sur des variétés à haut rendement. le tourteau comme engrais et améliorant. ces derniers étant utilisés à 14% de leurs capacités. Dans le domaine de l’agroalimentaire le gouvernement promeut la création de joint-ventures avec des investisseurs internationaux.) . Ainsi les industries connexes telles que l’extraction d’huile. Il est estimé que sur une superficie de 400 000 ha de terres adaptées à la culture du coton seulement 6% (soit 25 000 ha) sont actuellement utilisés. Il existe encore une niche pour les conditionnements innovants pour le transport. l’extension des programmes d’irrigation en vue de meilleurs rendements . Le gouvernement souhaite que des investisseurs créent des centres de recherches pour y mener des études sur les semences de coton. Sont également planifiées : la création de raffineries de sucre blanc afin de répondre à la demande industrielle nationale . 209 . pour l’industrie papetière ou comme carburant pour compléter la vapeur fournie aux sucreries . Dans le secteur sucrier. résistantes à la sécheresse et aux maladies. la réhabilitation et l’extension des raffineries existantes pour satisfaire la demande locale et exporter les excédents . la mélasse pour la production d’alcool et de vinaigre et comme complément alimentaire pour le bétail . Il recherche aussi des partenaires pour améliorer la capacité des centres d’égrenage. l’emballage et la présentation des fleurs coupées. la conservation. l’utilisation des produits dérivés de la canne à sucre (ainsi la bagasse pourrait servir pour générer de l’électricité. la fabrication d’aliments de nutrition animale pourraient s’accroître.

transformation de l’orge en malt car il existe d’importantes possibilités d’exporter le malt vers les pays de la CAE et du Comesa. L’Etat souhaite en outre créer des marchés de gros. en particulier pour les produits frais à Nairobi. 210 . arachides. pourrait attirer des investisseurs de même que le café torréfié. construction d’usines de canettes en aluminium pouvant approvisionner les pays limitrophes . Le café Les exportations de café ougandais ont augmenté de 53% pour atteindre en 2007-2008 une valeur de 350 millions USD. grandement intéressé par le café biologique. le gouvernement est favorable à l’implantation de nouvelles brasseries. de pièces détachées et accessoires pour ce sous secteur. la production de semences et plants issus du croisement de variétés à haut rendement . les investisseurs étrangers pourraient être impliqués dans la production d’oléagineux et plantes dont les graines peuvent fournir des huiles ainsi que leur promotion et transformation (tournesol. sésame. L’Union européenne est le principal client. Le gouvernement est à la recherche d’un investisseur pouvant construire une unité de traitement et de conditionnent de l’ananas dans le district de Buret situé dans la vallée du Rift. Le traitement du café robusta (washed robusta). la production d’outillage. L’industrie de la bière constitue aussi un sous secteur offrant des opportunités pour les investisseurs étrangers : fourniture et assemblage de machines agricoles pour les agriculteurs se spécialisant dans l’orge . ricin.Vendre aux pays de la CAE Dans l’industrie des huiles comestibles (la production totale annuelle de 380 000 t ne couvre qu’un tiers de la demande et les importations s’élèvent à 100 millions USD par an). Ouganda Le secteur primaire représente environ 29% du PIB. qui apporte une forte valeur ajoutée au procédé traditionnel de séchage. soja. colza) . Pour briser le monopole détenu par EABL dans la fabrication de la bière. Mombasa et Nakuru.

mangues…) et de légumes (haricots. L’Ouganda est le cinquième exportateur de fleurs coupées d’Afrique. il ne parvient toutefois pas à répondre aux besoins alimentaires de la population. bananes. l’Etat cède ses actifs détenus dans le secteur du thé et du café : par exemple. un projet de transformation du secteur à 3 ans visant à accroître sa productivité (réforme du régime foncier. Le gouvernement souhaite une plus forte transformation sur place sous forme de jus de fruit ou conserves avec le concours d’investisseurs privés. Le gouvernement prépare. piments…). d’herbicides et pesticides ainsi que matériel de conditionnement et d’emballage. papayes. Le changement des modes de consommation lié à une industrie agroalimentaire dynamique nécessite un emballage et un conditionnement bien adaptés. usage d’intrants agricoles et de semences animales et végétales performants…) pour un montant de 200 millions USD. ananas. avec l’aide de la Banque mondiale. asperges. Les fruits et légumes L’Ouganda offre une grande variété de fruits tropicaux (fruits de la passion. irrigation. fabrication de serres. 211 . Le développement du secteur entraîne une demande accrue en produits et services annexes : analyse des sols. Une partie de cette production est déjà exportée (vers l’Europe et l’Afrique orientale) mais avec une faible valeur ajoutée. le groupe dubaïote Dubaï World est en négociation avec le gouvernement pour la reprise des usines de traitement de thé de Gisakura et Kitabi. avec pour principale destination l’Europe.Vendre aux pays de la CAE La floriculture L’industrie floricole est une activité récente qui connaît une forte croissance (+14% en moyenne par an). Parallèlement. d’engrais. même si les exportations se réorientent vers les Etats-Unis où les prix de vente sont plus élevés. Rwanda Le secteur agricole rwandais est paradoxal : s’il emploie 90% de la population active avec une part de 38% du PIB. La fourniture d’équipements pour le secteur agroalimentaire local constitue aussi une piste pour nos exportations.

commencent petit à petit à mettre des terrains en vente : des terres à usage agricole pourraient bientôt être mises à la disposition des investisseurs auprès du Tanzania Investment Center. quelques projets dans le domaine du biocarburant sont en cours.12 ha en moyenne) sont sous-exploitées et dotées de matériels archaïques. Le secteur agricole est dominé par l’agriculture de subsistance : les petits exploitants (moins de 2 ha) et les petits éleveurs (moins de 50 têtes de bétail) utilisent 85% des terres exploitées. et le parc de tracteurs. L’année 2009-2010 devrait constituer un tournant pour l’agriculture tanzanienne. assises sur un capital foncier considérable.le premier en termes 212 27 Ainsi que le traitement des résidus du sisal et de la canne à sucre pour produire de l’énergie. L’irrigation concerne 11% des terres cultivées. les noix de cajou. le coton. le sucre27.Vendre aux pays de la CAE Tanzanie L’agriculture représente 27% du PIB de la Tanzanie. est constitué à 85% de tracteurs de plus de 10 ans. le pyrèthre tout comme dans l’horticulture (en forte croissance) et la floriculture. des machines agricoles ou des matériaux d’emballage. Les parcelles (0. cellesci sont encore peu valorisées : seules 4% des terres arables sont mises en culture. filière sucre). Enfin. le sisal. Les investissements étrangers sont très réduits (5% des investissements totaux en 2005) par rapport aux autres secteurs. Les autorités tanzaniennes. Bien que disposant des principales réserves foncières de la CAE. Des opportunités d’investissements existent dans les cultures d’exportations comme le café. notamment par les Néerlandais à Kilwa et les Sud-africains à Mbeya. le tabac. Le gouvernement a consenti un effort budgétaire important en faveur du secteur . L’agriculture tanzanienne a également besoin d’usines pour fabriquer des engrais et autres produits chimiques. d’environ 7 000 véhicules. et se concentrent sur les activités à forte valeur ajoutée (horticulture. La législation foncière a été revue pour concéder des baux plus étendus (jusqu’à 99 ans) aux entreprises étrangères. Ces investissements devront s’accompagner de financement d’unités de réfrigération et de conditionnement pour exporter vers les marchés étrangers. .

permettant l’exportation de viande de qualité et des produits dérivés. Il devrait faire appel à des fournisseurs de semences et de produits vétérinaires étrangers. intitulé « Agriculture First ». est une activité majeure.Vendre aux pays de la CAE d’emploi – et l’a propulsé en troisième position dans le budget 2009-10. Il présente des opportunités dans divers sous secteurs : – quatre zones indemnes de maladies animales devront être délimitées. Le développement et la structuration du secteur devrait créer à terme un besoin accru en services agricoles. qui compte 13 millions de têtes de bétail.3% du PIB. cherche à favoriser les investissements domestiques dans le secteur primaire. Le gouvernement envisage de construire et gérer des centres de quarantaine dans le cadre de partenariats publics privés .5 millions d’hectares de forêts dont l’exploitation est en expansion. La fabrication de meubles. de tanneries et de centres de transformation des peaux dans les régions arides et semi arides (districts de Garissa. Des unités de 213 . Des investissements sont recherchés pour accroître les plantations de conifères et de feuillus. La Tanzanie compte 33. la scierie. l’industrie du papier connaissent un regain d’activité. et Turkana). Kenya Avec 3. Isiolo. L’élevage Burundi Le gouvernement a annoncé un programme de relance du secteur de l’élevage misant sur l’amélioration des races bovines. Les investissements nécessaires porteront sur la construction d’abattoirs. d’entrepôts. Tenant de l’amenuisement des pâturages. il cherche par ailleurs à stabiliser le système d’élevage. la menuiserie. l’élevage. Le plan de relance présidentiel face à la crise. – la mise en place de la filière viande dans le cadre d’un projet financé par la Banque mondiale est prévue.

Ouganda Plus de 90% du bétail ougandais sont détenus par de petits propriétaires ou des éleveurs nomades. conditionnement. Eldoret et la vallée du Rift. dans la fabrication de lait fermenté et de beurre. la purification. Pour briser le quasi monopole dans l’élevage des cochons et des poulets le gouvernement souhaite ouvrir d’autres établissements à grande échelle. Des abattoirs et des centres de traite modernes seront créés. 214 . – les aliments de nutrition animale étant chers et de médiocre qualité. Il a déjà privatisé les services de traitement des parasites pour lesquels il recherche des investisseurs . le conditionnement des nutriments minéraux ainsi que pour la fabrication des équipements y afférent . il existe un marché pour la production. la production de vaccins et celle d’aliments pour le bétail. – le gouvernement souhaite privatiser ses services d’insémination artificielle et développer leur présence à travers le pays. entreposage et transport du lait. – l’industrie laitière connaît des pics de surproduction saisonniers (le lait est alors perdu).Vendre aux pays de la CAE transformation de la viande devraient être établies dans les zones d’élevage telles que Nakuru. ou bien des déficits lors de sécheresse. La distribution des compléments minéraux étant inadéquate et mal répartie. le gouvernement souhaite aujourd’hui privatiser les services cliniques pour le bétail et recherche des partenaires privés. Comme pour l’insémination artificielle. Il est favorable à la création de fermes d’élevage d’autruches et de crocodiles pour diversifier l’assortiment de viandes offert sur le marché . Le secteur est ouvert à l’importation d’équipements et technologies pour petites unités de transformation. Des investissements sont donc nécessaires dans la transformation de lait en poudre de lait destiné tant au marché local que régional . le gouvernement envisage de promouvoir la construction d’unités de production modernes. Le gouvernement souhaite développer ses services vétérinaires et d’insémination artificielle.

exemptions de taxes sur l’importation de matériel de stockage du lait) ont été prises en 2009 pour favoriser l’émergence d’une filière qui n’arrive pas à profiter de la taille de son cheptel. La volonté des autorités de faire concurrence à la filière lait kenyane est très forte.8 millions de tête (dont 98% de zébus). la teneur en mercure des perches étant 215 . son potentiel est estimé à environ 138 000 tonnes de miel et 9 200 tonnes de cire par an. la Tanzanie possède le troisième cheptel d’Afrique. En 2008. Les filières viande et lait ne sont pas structurées et doivent être développées ne serait-ce que pour répondre à la demande nationale (les ruptures de stock en lait sont courantes en saison sèche).Vendre aux pays de la CAE Tanzanie Avec 18. Toutefois. derrière l’Ethiopie et le Soudan. Ce secteur repose surtout sur les ressources halieutiques lacustres. Une autre niche est apparue : l’apiculture. De fortes mesures fiscales (augmentation drastique des taxes à l’importation de beurre et yaourts. Elles constituent une des principales sources de devises de l’Ouganda et de la Tanzanie et dans une moindre mesure du Kenya : la perche du Nil. les normes européennes très rigoureuses obligent ces différents pays à fournir du poisson de qualité et par voie de conséquence à mettre en place des systèmes de contrôle performants. leur industrie de la pêche en mer n’est guère florissante et leurs équipements sont peu modernes. un lot de poissons tanzaniens a été détruit à l’arrivée en Europe. Des opportunités existent donc pour les fournisseurs d’équipements destinés à ces industries. Secteur en expansion. offrant donc des opportunités pour moderniser le secteur notamment les abattoirs. pêchée sur le lac Victoria essentiellement. au développement de la pollinisation et à la fabrication de la gelée royale (dont le marché japonais est friand). le contrôle. La pêche Alors que le Kenya et la Tanzanie possèdent une large façade maritime. la chaîne du froid et la traçabilité. est exportée vers l’Europe.

des techniques de conservation et de transformation des produits de la pêche. l’acquisition de matériels de collecte et transmission de données par satellites a été lancée par le ministère de la Pêche. dans l’alimentation pour poissons . Malgré de nombreuses réunions et la mise en place de régulations. le Kenya. Les entreprises privées pourraient investir dans des élevages d’alevins de qualité . Les prises de perches du Nil ougandaises et tanzaniennes ont chuté de moitié entre 2000 et 2007. le gouvernement envisage de développer l’aquaculture.Vendre aux pays de la CAE trop importante. Pour compléter ses prises de poissons de mer relativement modestes (6 000 t par an environ). Le gouvernement compte développer des ports de pêche. Cette industrie. Burundi Pour développer ses activités de pêche. Ils cherchent avec l’appui du secteur privé à créer une industrie de transformation des produits de la pêche et de leurs déchets. sous-exploitée à l’heure actuelle. Tous les pays de la zone prévoient d’accroître la part de l’aquaculture (en rivière) afin de faire face à cette insécurité alimentaire. 216 . Pour mieux maîtriser le contrôle des bateaux de pêche. est essentielle non seulement en termes d’emplois et de devises mais aussi de sécurité alimentaire des populations riveraines. dans l’équipement de la pêche et dans l’industrie des peaux de poisson. construire des entrepôts de refroidissement et investir dans des camionnettes réfrigérées. qui entraîne une surexploitation de la ressource halieutique. l’Ouganda et la Tanzanie n’arrivent pas juguler la pêche illégale sur le lac Victoria. qui fait vivre au moins un million de personnes sur le bord du lac Victoria. des centres de ventes aux enchères . en particulier dans la région occidentale. le Burundi envisage de construire des infrastructures portuaires qui seront complétées par la mise en place d’installations modernes. surtout sur le lac Victoria. Kenya Ce secteur fait vivre directement et indirectement environ 900 000 personnes.

Tanzanie La Tanzanie contrôlant 55% des eaux du lac Victoria. platinoïdes (Platinum-group Metals-PGM-). Son sous-sol renfermerait des matériaux et minerais de grande valeur. Des investisseurs privés sont recherchés pour la transformation et le conditionnement adéquat des produits de la pêche. nickel. accuse un fort retard par rapport à ses voisins kenyan et ougandais. Toutefois il manque des infrastructures et des équipements pour le stockage et la congélation de ces produits. l’industrie de la pêche cherche à mettre en valeur son potentiel.Vendre aux pays de la CAE Ouganda Surtout orientée vers l’exportation. uranium. mais en quantités limitées : nickel (185 millions de tonnes) or. des opportunités apparaissent pour les fabricants de matériels de pêche. L’activité de la pêche demeurant artisanale. cobalt (326 millions d’onces). Le Burundi est pourvu des ressources minières importantes : tourbe. phosphate. wolfram. Afin d’accroître et de diversifier ses recettes d’exportation. son potentiel demeure à ce jour sous-exploité. Le pays possède la façade océanique la plus étendue de la zone. la pêche tanzanienne. vanadium et autres minerais rares. feldspath. quartzite. L’industrie Burundi Si le secteur minier fait vivre environ 200 000 personnes. et ses eaux sont saluées pour leur exceptionnelle biodiversité. le gouvernement 217 . la pêche constitue une activité importante du pays avec environ 730 000 tonnes de prises par an. cuivre (693 millions d’onces). cassitérite et colombo-tantale (coltan). presque entièrement artisanale. La perche du Nil est le principal produit d’exportation vers l’Union européenne et le Japon. Pour autant.

Mombasa.Vendre aux pays de la CAE cherche d’une part à relancer la prospection et d’autre part à intensifier et rationnaliser l’exploitation actuelle. de l’énergie et des transports entraîne le lancement de projets de construction d’usines de ciment (au moins 3 projets sont en cours). tuyaux en acier. . dont une partie serait exportée vers les pays voisins (CAE et Comesa). Le Plan national de développement industriel à 5 ans (513 millions EUR) vise à moderniser et relancer le secteur manufacturier d’ici 2012 en spécialisant ces 5 parcs industriels. Kisumu. L’essor du secteur du BTP. International Gold Exploration (suédois). Nakuru. associé à sa filiale Danyland (le plus récent). la transformation de fruits sur Mombasa et de poissons à Kisumu. d’assemblage/fabrication de transformateurs électriques et de panneaux solaires (PV) et de production de verre plat. le gouvernement cherche à développer 5 zones industrielles près des principales villes du pays (Nairobi. BHP Billiton (australien). cannettes pour diverses boissons. Anglo-American (SudAfricain). Ngozi. pièces 218 28 Plusieurs multinationales ont déplacé leurs sites de production vers d’autres pays africains ou la région en raison notamment des coûts de production excessifs et d’un climat de marché de plus en plus difficile. Barrick Gold (Canadien). un projet de construction d’une usine d’engrais à Mombasa permettrait au Kenya et ses voisins de répondre à la forte demande dans la zone CAE et de réduire la dépendance des importations trop onéreuses. Dans l’industrie chimique. Eldoret) et des zones économiques spéciales –ZES-(un projet de loi visant à créer ces ZES devrait être présenté au parlement courant 2009). etc. Plusieurs concessions de prospection minière ont été attribuées à divers opérateurs étrangers : Andover Resources NL (australien). Le secteur de la construction immobilière offre également de nombreuses opportunités notamment dans les principales villes du pays (Bujumbura. essentiellement artisanale. Gitega. Il en est de même pour les industries métallurgique et sidérurgique : transformation du fer.). Les industries agroalimentaires seront concentrées sur Eldoret. Kenya Afin de renforcer le rôle de « hub régional28 » et attirer les investisseurs.

lait et cigarettes). 219 . Les conclusions de cette étude plaident pour l’investissement dans les secteurs agroalimentaire (jus de fruits. Enfin. Selon une étude réalisée en 2008 par la coopération bilatérale japonaise (JICA). glaces. peintures et vernis. flocons d’avoine-corn flakes-.3 millions t à 3 millions t). Toutefois. Pour répondre à cette demande locale et régionale.3%).4 millions EUR). Ce dynamisme est largement dû aux investissements publics dans le gros œuvre (+7. tuyaux en plastiques… qui sont actuellement importés. chimique (fabrication de savons et détergents.Vendre aux pays de la CAE pour moteurs ou automobiles.65 million t). projet d’une nouvelle cimenterie à Pokot29 dans le nord ouest du Kenya par le groupe indien Sanghi Group (via sa filiale locale Cemtech pour 80 millions EUR) et enfin nouvelle usine de ciment d’un million 29 Cette usine aura une capacité de 1 MT et emploiera entre 400 et 700 personnes. pesticides. à une demande immobilière (logements et bureaux) supérieure à 15% et à une politique de prêts agressive du secteur bancaire (+41%). dans la périphérie de Nairobi (environ 5. voire de la région CAE pour l’exportation vers les pays de la CAE : les produits agricoles transformés. Fort de cette bonne conjoncture de l’activité de la construction et de l’immobilier. Portland (de 0. l’industrie du ciment a connu une croissance moyenne de 12% sur les 3 dernières années.2 million t) et ARM (soit 0. aliments pour animaux de compagnie. fromages. usine de ciment par le groupe chinois Catic Cement à Athi River. Mehta Group. plusieurs projets de construction et d’extension d’usines de ciment sont en cours ou programmées : extension de capacités des usines des cimentiers Bamburi-groupe Lafarge(de 2. la production de deux catégories de produits peut être renforcée ou lancée par des PME locales.7 million t à 1. les produits pétroliers raffinés et les produits chimiques. saucisses de porc et bœuf. farine de sorgho acide. le marché kenyan de la construction et du BTP connaît un boom sans précédent : Nairobi figurerait parmi les villes d’Afrique les plus rentables en matière d’investissements immobiliers. produits pharmaceutiques et sel) et pétrolier (via la raffinerie de Mombasa). le site est contesté par un autre groupe indien.

La filiale ougandaise de Bamburi (Hima) devrait terminer d’ici début 2010 son projet de 30 De même. L’exportation des préparations pharmaceutiques et des équipements médicaux offre de belles opportunités pour nos laboratoires et fabricants. gypse et clinker). d’Inde. la tannerie et la fabrication de chaussures. L’immobilier connaît un essor sans précédent lié à l’augmentation de la population. doté de réserves importantes de bonne qualité des trois principaux constituants de ciment (calcaire. notamment pour la production de génériques et des antirétroviraux (ARV). dont une partie émane du Sud-Soudan. Ouganda Le sous-sol ougandais regorge d’une grande variété de ressources minières. les importations proviennent de Chine. Le secteur du second œuvre du bâtiment est donc particulièrement porteur. bénéficiant de coûts de transport plus bas. la transformation des matières premières de plastique ou de papier. Par ailleurs. sachant toutefois que. Des opportunités existent donc pour la création d’unités de production locale. De plus. voire une production locale de bouteilles en verre. de Turquie et d’Italie. ce qui explique la rivalité entre les deux firmes. du tissu et des vêtements. entraînant une demande soutenue en logement en milieu urbain et périphérique.Vendre aux pays de la CAE de tonnes par an (250 millions USD) par le groupe Lafarge à Mutomo30 dans l’est du pays. Par ailleurs. dépasse largement la production locale. Lafarge et ARM se disputent la propriété du site minier du Mutomo à Kitui (devant la justice locale). 220 . la forte demande en matériaux de construction ou de second œuvre (+12% en 2007-2008). des cartons et cannettes grâce à la présence des gisements de silice et de sable et des réserves de bois pourraient être envisagées. Des opportunités existent également dans la production du textile. non exploitées comme l’or ou le cuivre. Il existe un potentiel important pour la transformation du cuir. Le démarrage du projet devrait donc attendre l’issue du procès en cours sur l’acquisition de ces réserves. à part la production locale. ces sites est près d’une zone ayant des réserves du charbon encore non exploitées. L’industrie pharmaceutique présente également un créneau intéressant.

la faïence et le verre. a lancé début janvier 2009 un plan directeur de développement du secteur manufacturier à 11 ans. etc. L’industrie chimique constitue une piste d’investissement pour la fabrication d’engrais à partir des gisements de phosphate à Minjingu et Arusha. fabrication de machines agricoles… Il en est de même pour l’industrie légère : articles en plastique. conserveries. la production de boissons. Son développement devrait avoir un effet multiplicateur dans la réduction de la pauvreté dans le pays. amélioration de la génétique animale et végétale. dispose d’une position géostratégique privilégiée pour alimenter les pays limitrophes en produits agroalimentaires : lait. Il en est de même pour la construction d’installations industrielles. La production de cuirs et peaux et de textiles offre certaines possibilités pour le développement de ce secteur et des exportations. la métallurgie. L’extraction de kaolin à Kisarawe pourrait 221 . tomate transformée. au cœur de la région des Grands Lacs. Le marché du BTP offre des perspectives de développement pour l’industrie du ciment et les équipements électriques (batteries. feuils et barres métalliques.96 million t) pour 72 millions EUR. la poterie.Vendre aux pays de la CAE doublement de la capacité de son usine en Ouganda (0. la céramique. visant à moderniser et relancer le secteur manufacturier d’ici 2020. huile végétale. le gouvernement tente d’encourager et de diversifier l’industrie. Ce plan est ancré sur la mise en place de petites industries agroalimentaires et à terme l’installation de zones industrielles dans chaque province. Le Rwanda. La contribution du secteur manufacturier dans le PIB national devrait ainsi passer de 22% à 26% d’ici 2020. notamment dans la fabrication d’aliments pour animaux. Tanzanie Même si les débouchés sur le marché intérieur restent faibles. câbles…). Rwanda Le gouvernement. via le ministère du Commerce et de l’Industrie.

présente des possibilités d’investissements. antibiotiques…) ou de la peinture. Pour les années 2009 et 2010. qui restent pour l’instant insuffisants. la priorité du gouvernement se focalise sur l’aménagement. sa libéralisation a permis de nouveaux investissements. le bitumage et la réhabilitation des principaux axes nationaux (RN) notamment les liaisons avec les pays voisins (Rwanda. le Rwanda et le Burundi (691 km). L’industrie textile fabrique surtout du tissu à partir du coton pour le marché intérieur et l’exportation. Les infrastructures Les infrastructures de transport Burundi Des opportunités de marché abordent dans la réfection du réseau routier urbain et interurbain. Un grand chantier est déjà en cours dans la capitale Bujumbura et dans certaines provinces du pays. La présence de pyrèthre offre des débouchés pour la fabrication de produits pharmaceutiques (vaccins. Dans le domaine ferroviaire. il existe un projet de liaison ferrée entre la Tanzanie. la BAfD (50 millions USD pour la RN 5 vers le Rwanda…). Le secteur n’étant équipé que de machines archaïques. Si la filière coton a connu un déclin dans les années 90. la Banque mondiale (13 millions USD pour la RN 1) et les fonds arabes (BADEA.Vendre aux pays de la CAE permettre de fabriquer notamment des pesticides. dont la construction sera confiée à une entreprise 222 . dont l’étude de faisabilité vient d’être achevée sur financement BAfD. Ces projets sont financés par le Fed (27 millions EUR pour la RN 19). des sacs à main ou encore des chaussures). bien développée (production de bagages. L’industrie du cuir. fonds Opep…). RDC et Tanzanie). Ce réseau. des opportunités existent pour établir des tanneries plus modernes et performantes. de la teinture ou encore des solvants.

d’assurer l’essor économique du Kenya et de la région. Dans le secteur portuaire. aéroport et 2 cités de loisirs). traverserait une vaste zone dotée d’un réservoir riche en minerais (notamment le nickel). L’extension et la mise à niveau des infrastructures ont pour but de réduire les coûts de production. port franc à Dongu Kundu y compris un terminal charbon…) en cours ou sur le point d’être lancées. de favoriser l’intégration régionale de la zone. Dans le domaine routier. parallèle à l’actuelle et devant être à terme prolongée vers Kigali et Bujumbura. nouveau terminal conteneurs. le secteur des infrastructures offre de nombreuses opportunités d’affaires.. la rénovation et l’extension du réseau (le corridor nord).de transfert de la capitale dans cette ville historique. chemin de fer. ILS et DME » de l’aéroport de Bujumbura (au moins 10 millions USD). Celui-ci s’accompagnerait d’un réseau de transport multimodal moderne (autoroute. 223 . couplées à un maillage plus serré du territoire avec le développement de nouveaux corridors (Lamunord du Kenya. Kenya Avec 16% du PIB national. une nouvelle ligne ferroviaire à écartement international. Nairobi-frontière éthiopienne). A cela s’ajoute un projet de réseau de transport rapide collectif de la capitale et des 13 municipalités qui forment la zone métropolitaine de Nairobi (7 millions d’habitants) en cours de préparation. figurent en tête de liste des priorités des pouvoirs publics et des bailleurs de fonds. construction d’un 2ème aéroport international (de dégagement) à Bugendana31. pourrait être envisagée à 31 Au centre du pays dans un terrain situé au nord de Gitega. et par ricochet. outre l’extension et la réhabilitation du port de Mombasa (dragage. Ce projet est peut-être lié au « plan » . Le secteur aéroportuaire offre également de bonnes perspectives d’investissement pour les sociétés étrangères : réhabilitation de la tour de contrôle et des équipements de contrôle aérien « radars. De même. un nouveau port permettant de désengorger Mombasa et désenclaver le Sud Soudan est envisagé pour le long terme à Lamu.Vendre aux pays de la CAE privée via un partenariat public privé. VOR. oléoduc.très en pointillé .

4 millions habitants). les autorités ougandaises ont lancé l’étude du projet de réhabilitation du pont actuel de Jinja. le reste par la voie ferroviaire). le gouvernement a alloué une enveloppe substantielle au secteur des transports. La construction d’un second pont traversant le Nil est également envisagée. Sud-Soudan. La Chine a été sollicitée pour financer le projet. et Kampala-Kasese. Mombasa. l’Ouganda se penche sur la réhabilitation de deux liaisons ferrées (Mbale-Gulu-Pakwach.Vendre aux pays de la CAE moyen terme (2017). devrait presque doubler le réseau d’ici la fin 2009. l’extension du réseau ferroviaire ougandais vers Juba (Sud-Soudan) est à l’étude (entre 900 et 1 050 km). Est également prévu un système de transport urbain. qui prévoit 8 000 km supplémentaires. l’Ouganda joue également un rôle de plaque tournante et de zone de redistribution des marchandises provenant du port kényan de Mombasa vers les pays voisins (RDC. Rwanda et Burundi). mais rien de concret pour le moment. En attendant. Le réseau routier représente le principal poste budgétaire avec environ 700 millions USD (environ 20% du budget et une hausse de 70%). ou au moins la réhabilitation et l’amélioration du tracé de l’actuelle voie métrique. les autorités ougandaises semblent moins intéressées par le projet. Le corridor nord (reliant Mombasa à Kampala) est le principal axe de passage des marchandises (80% transitant par la route. 224 . dans la perspective d’une production pétrolière. tout comme la rénovation d’autres aéroports secondaires (Wilson. Malindi). Si le Kenya pourrait envisager la construction d’une deuxième ligne ferroviaire Mombasa-Kampala. Le programme de développement. En revanche. Dans le budget 2008/2009. Enfin. Kisumu. présence des carrières de cobalt et de calcaire). Ouganda Malgré son enclavement. le Bus Rapid Transit (l’étude de préfaisabilité doit commencer courant premier semestre 2009 sur financement Banque mondiale) englobant la métropole de Kampala (environ 2. La modernisation et l’agrandissement de l’aéroport de Nairobi (JKIA) est également en chantier (environ 210 millions USD).

le recours aux financements extérieurs sous forme d’aide internationale et d’IDE. plusieurs projets sont à signaler : i) la route Kigali/Butare/Cyangugu (en 2009).8 millions USD destinés à financer cinq projets clés d’infrastructures contenus dans son plan directeur à 50 ans (Kigali Master Plan32). la municipalité de Kigali (Kigali City Council . le reste devant être gravelé sur financement du Kigali City & Road Maintenance Fund (75 millions USD) . avec un branchement vers Keza (Tanzanie). Dans le domaine routier. la BAfD. le Rwanda ambitionne de moderniser ses infrastructures de transport et de désenclaver les zones rurales via la réhabilitation des routes classées non revêtues et du réseau principal afin de réduire les coûts de production. financé par la BAfD (16. voire de marchés financiers. iv) la construction d’une route bitumée entre Kigali et Gatuna (frontière avec l’Ouganda) sur 77 km (40 millions EUR). servira à financer des projets tels que le développement de la Kimihurura Gateway et de la nouvelle zone urbaine «Central Business District ». deux projets sont envisagés : développement de l’aéroport de Kasese (10.KCC) a lancé en mars 2009 un bon infrastructurel de 8.5 millions USD) et modernisation du système de sécurité à Entebbe (2 millions USD). iii) la construction du réseau urbain et périurbain de la ville de Kigali (214 km). financé par la BAfD à hauteur de 10 millions DTS . A titre d’exemple. En ce qui concerne le secteur ferroviaire. l’électricité. remboursable sur 5 ans. les routes et l’assainissement. a récemment financé les études de faisabilité (4 millions USD) concernant le projet de construction d’un chemin de fer entre le port sec d’Isaka (Tanzanie) et Kigali (Rwanda). Seuls 60 km seront asphaltés. Rwanda Pays enclavé et loin de la mer.Vendre aux pays de la CAE Dans le domaine aéroportuaire. La liaison Tanzanie-Rwanda serait d’une longueur de 450 km et pourrait s’étendre vers Bujumbura (Burundi). via le Fonds africain de développement (Fad). soit 32 Ce bon. Compte tenu des ressources locales limitées. 225 .3 millions DTS) . l’eau. est indispensable pour relever le défi infrastructurel du pays en matière de transport. ii) l’axe routier Bujumbura/Ruhwa/Ntendezi/Kibuye/Gisenyi.

Cependant elle ne profite pas pleinement de sa situation géostratégique. Dar Es Salaam. l’ambitieux plan d’aménagement de Kigali. Le coût du projet est estimé à 4 milliards USD. Son achèvement permettrait de réduire le coût de transport des marchandises importées de 40% à 5%. étant sévèrement congestionné. son principal port d’entrée. la réhabilitation de la section Kitabi-Crête Congo Nil-Ntendezi. 226 . les aménagements connexes… Le projet s’étend d’avril 2009 à octobre 2012 et s’élève à 46 millions d’UC. se situe au centre des échanges entre les zones CAE et SADC. La mise en œuvre de ce projet privilégiera le PPP. deux fois plus étendue que la France. Le projet couvre l’entretien périodique de la section Butare Kitabi. dont le financement pourrait être assuré par les Etats-Unis et le secteur privé dans le cadre d’un PPP. les autorités s’attellent à la rénovation de l’aéroport de Kamembe. en collaboration avec Gibb Africa (kenyan). mais aussi la Zambie et le Malawi. qui deviendra le second aéroport international du Rwanda. membre du groupe anglais Carillion. est en cours d’études. point de passage obligé pour les importations des pays enclavés comme le Burundi. Elles devraient être achevées fin 2009. La construction pourrait commencer au cours de 2010. > Un projet d’infrastructure routière Un programme d’amélioration du réseau routier comprend la route nationale Butare-Kitabi-Ntendezi (115 km) reliant Kigali à l’ouest et au sud du pays. Le bureau d’études TPS Consult. La BAfD devrait financer en partie le projet. La construction pourrait commencer début 2011 et durer 5 ans. ville en pleine expansion. financé notamment par le Fad. prévoit la construction d’un autre aéroport. en partenariat avec le secteur privé. Ce projet. En attendant. s’est vu confier début mars 2009 les études détaillées concernant toutes les infrastructures prévue pour cet aéroport.Vendre aux pays de la CAE 691 km en total. où chaque Etat disposera de parts. plus important. des fonds du Moyen Orient comme la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA). Tanzanie La Tanzanie. s’il voit le jour. l’est de la RDC. à 40 km de la capitale. situé dans le sud-ouest du pays. À long terme. à Bugesera.

le gouvernement envisage de doubler sa capacité actuelle. D’autres projets plus ou moins ambitieux mais avec des financements sécurisés sont en cours.DART-. Plusieurs tronçons devraient être réhabiilités d’ici 2013 sur fonds américains (Millenium Challenge Corporation) . au port de Dar Es Salaam au nord-est et aux ports d’Afrique du Sud . L’énergie (électricité et hydrocarbures) Burundi Afin de faire face à une crise énergétique très grave34. limitée à 32 MW. le Mozambique. impliquant la Tanzanie. Trois grands projets d’infrastructure pourraient offrir des opportunités d’affaires. Régie de l’eau et de l’électricité (REGIDESO). si leur financement était assuré : – le développement du corridor de Mtwara (850 km) s’étendant du port de Mtwara à l’est jusqu’aux rives du lac Nyasa/Malawi à l’ouest. grâce à plusieurs projets financés par la Banque mondiale. notamment dans le domaine du transport (routes incluant un plan d’aménagement de la capitale. ses réseaux ferroviaires sont délabrés et souffrent de sousinvestissement et d’une gestion délétère. et de renforcer le réseau national de distribution. – la construction d’un pont reliant le nord et le sud de Dar Es Salaam (Kigamboni Bridge) par la Sécurité sociale (NSSF) au titre d’un BOT. 34 Le monopole d’Etat. de Mbeya…). du fait de la sécheresse. a mis en place début 2009 un système annuel de délestage et de rationnement de l’énergie électrique à l’échelle nationale. de la vétusté de ses équipements et de sa faible capacité de production électrique. la 33 Ce corridor est l’un des plus denses en valeur et en volume de fret. 227 .Vendre aux pays de la CAE De plus. Aussi. A l’inverse. – la réhabilitation du corridor nord-sud33 qui s’étend de la copperbelt en RDC et au Nord de la Zambie. certains projets pourtant urgents restent bloqués par des considérations politiques (rénovation de l’aéroport de Dar Es Salaam). aéroport de Zanzibar. seule la route permet pour l’instant l’acheminement des marchandises. le Malawi et la Zambie. dénommé Dar Es Salaam Rapid Transit.

les IPP actuels prévoient de mettre en route 290 MW supplémentaires. La filière hydrocarbures offre également des opportunités dans le domaine du raffinage. Kenya Face à une demande en forte progression (moyenne annuelle de +8%). 130 en hydro. 228 . lui permettant de générer une capacité supplémentaire de 500 MW (260 MW en thermique.et Sisi 5-205 MW-) et à l’interconnexion électrique concernant trois pays : Rwanda. le Burundi participe au développement des centrales hydroélectriques régionales sur les rivières de Ruzizi et Kagera (Rusumo Falls-62 MW35 pour 110 millions USD-. l’UE. ii) réalisation de 3 études préliminaires (préfaisabilité et faisabilité-2 millions USD en total-) concernant la mise en place de microcentrales hydroélectriques et le développement des énergies renouvelables . De leur côté. Burundi et Tanzanie36. tout en renforçant et sécurisant le réseau de distribution et de transport électrique national37. 37 Ce programme. pour un montant estimé à 770 millions EUR. dénomme « Scaling Up Access To Electricity » est en cours de préparation avec l’aide de la Banque mondiale. 110 en géothermie et 30 en éolien).est financé par la BM. En outre. Ruzizi III -82 MW. du transport et du GPL : modernisation de la raffinerie de Mombasa (320 millions 35 Le projet Regional Rusumo Falls Hydroelectric & Multipurpose Project (RRFP)-60 MW. 36 Il s’agit d’une boucle de trois lignes de 132 kV d’une longueur totale de 350 km permettant le partage d’électricité générée par la centrale hydroélectrique de Rusumo Falls entre les trois pays. le prolongement de l’oléoduc kenyan vers Bujumbura via Kigali est attendu. pour un montant proche de 1 milliard USD.Vendre aux pays de la CAE BAfD. grâce à l’accord signé en 2008 avec le Libyen Tamoil East Africa. iii) installation de centrales hydroélectriques de Mpanda (10 MW) et Kabu 16 (20 MW) d’ici 2014. De son côté. le distributeur KPLC compte doubler le nombre de foyers raccordés au réseau (soit de 1 à 2 millions) en 5 ans. les Pays Bas et sur le budget local : i) réhabilitation et extension du système de distribution/transport électrique MT et BT (17 millions USD) . Enfin. voire plus si l’on y inclut le projet éolien de Turkana (300 MW). l’opérateur public KenGen a programmé la construction et l’extension de centrales électriques d’ici 2012.

devrait fortement être revu à la hausse (prés de trois fois plus coûteux). essentiellement sur le Nil. 14 pouces de diamètre et une capacité de 440 000 litres/heure . Avec une production d’hydrocarbures qui devrait débuter courant 2010 pour atteindre rapidement 4 000 b/j puis peutêtre 150 000 b/j d’ici 15-20 ans. les principaux projets concernent l’hydroélectricité : barrages de Bujagali (en cours) et Karuma et à plus long terme Isimba. Les études pour les deux autres projets situés en aval du barrage de Bujagali vont être prochainement lancées (l’appel à candidatures pour identifier le bureau d’ingénieurs conseils pour Karuma a été clos le 4 mars 2009). Si l’ouvrage de Bujagali (250 MW) permettra le doublement de la production hydraulique actuelle du pays. la construction d’un oléoduc reliant le Kenya à la capitale ougandaise devrait débuter cette année (coût total estimé de 100 millions EUR). le secteur énergétique est le deuxième mieux loti avec plus de 200 millions EUR. pose d’un nouvel oléoduc parallèle à l’existant entre Nairobi et Eldoret (longueur de 325 km. Ouganda Avec un potentiel hydroélectrique estimé à plus de 2 000 MW. 263 millions USD). complétée par des installations de stockage et de distribution dans les principales villes (environ 20 millions USD pour la première phase). il ne pourra à lui seul répondre à la croissance continue de la demande. qui prévoyait initialement une capacité installée de 250 MW. porte désormais sur 700 MW38. estimé initialement à 450 millions USD. son extension vers Kampala (environ 100 millions USD) et installation des infrastructures portuaires dédiées au traitement du GPL à Mombasa (70 millions EUR). en hausse de 3%. Le projet. 229 . le secteur pétrolier connaît un afflux d’investissements en exploration et production des quatre compagnies (de l’ordre d’une centaine de millions EUR) prospectant dans l’ouest du pays. 38 Son coût. Par ailleurs.Vendre aux pays de la CAE USD). soit 8% du budget. Dans le budget 2008 /2009.

la construction du Stiegler Dam (1 250 MW) dans la région de Shinyanga et l’exploitation des réserves de charbon de Mbeya et Mchuchuma le long du corridor de Mtwara pour la production d’électricité sont en cours d’étude. dont la construction est assurée par les Indiens BHEL et Angelique International. pour une capacité installée de 55 MW. À long terme (2020). la croissance économique du pays. . La diversification des sources d’énergie.et Nyabarongo-28MW39. La capacité installée du pays devrait doubler pour atteindre 113 MW d’ici 2012 avec la mise sous tension de la centrale thermique de Jabana-20 MW. Les réseaux BT. Le plan de développement quinquennal du secteur de l’énergie (doté d’un budget de 308 millions USD -dont 150 millions de la Banque mondiale destinés à faciliter l’accès des ménages et institutions publiques au réseau) vise à raccorder au moins 16% de la population rwandaise (plus de 160 000 foyers) au réseau électrique national d’ici 2012. Afin de faire face à la pénurie actuelle du pays en électricité. le solaire. 230 39 Cette centrale. l’éolien et les microcentrales est également programmée. d’extension et d’interconnexion. La carence du secteur électrique entrave le développement du secteur industriel. est financée par un crédit export de l’Inde (80 millions USD).et des centrales hydroélectriques de Rukarara10MW. MT et HT doivent également faire l’objet de réhabilitation. Tanzanie Avec des réserves importantes de gaz naturel (environ 44 milliards de m 3 découverts dans l’île de Songo Songo et la baie de Mnazi) et de charbon. Tanesco a programmé des projets de production. de distribution et de transport électrique dont le coût est estimé à 1. la Tanzanie offre de belles perspectives de marché dans les filières pétrole & gaz et énergie. avec une priorité sur le gaz de méthane du lac Kivu. ce taux de connexion devrait se situer entre 36 et 40%.3 milliard USD. A terme.Vendre aux pays de la CAE Rwanda Seuls 5% de la population rwandaise sont connectés au réseau électrique. et par extension.

un nombre croissant d’opérateurs devraient permettre l’éclosion de nouveaux services susceptibles d’intéresser nos industriels et nos sociétés de services. Dès lors. Soudan. opérateurs télécoms. le haut-débit et la voix sur IP devraient également connaître une croissance significative tout comme les applications du type e-gouvernement. Ethiopie et Somalie). Ils offriront une alternative moins onéreuse au satellite d’accès à Internet (prix divisé par 14) et aux autres services de communication au Kenya et aux autres pays de la région (République démocratique du Congo. Il pourra ainsi poursuivre sa stratégie de développement de l’outsourcing. Ouganda. s’ils sont bien gérés. de rompre leur isolement numérique et révolutionneront les vitesses de transfert de données et d’Internet tout en entraînant une baisse substantielle du coût des télécommunications. fournisseurs 231 . une large bande passante plus importante et meilleur marché. Un meilleur accès aux communications. Rwanda. La filière des TIC (FAI fournisseurs d’accès internet-. Le Kenya disposera d’atouts supplémentaires pour justifier sa place croissante de hub régional.Vendre aux pays de la CAE Liste récapitulative des projets énergétiques à moyen et long terme Source : SER de Nairobi Les télécommunications Les différents projets de câbles sous-marins permettront. tant au Kenya qu’à nombre de ses voisins. Tanzanie. Burundi.

notamment avec l’arrivée de nouveaux câbles sousmarins autour du continent. Safaricom (chiffre d’affaires de 614 millions EUR. propose de nouveaux services. Les experts s’accordent sur le fait que l’expansion future des opérateurs mobiles se fera sur la variété et la qualité des services offerts. Le principal opérateur de téléphonie mobile régional.4 millions de comptes bancaires mais 12 millions d’abonnés à la téléphonie cellulaire. De son côté l’autre opérateur. la croissance est toujours tirée par l’augmentation du nombre d’abonnées utilisant des services voix basiques. 232 . profit de 200 millions EUR en 2007-2008).devrait aussi se consolider et s’intégrer. qui a prévu un investissement de 30 millions EUR pour renforcer son réseau. Celle-ci avec cet identifiant peut retirer la somme d’argent (moins une petite commission) chez n’importe quel revendeur. Les consolidations dans le secteur semblent donc inévitables. Même si les services de voix resteront à moyen-terme le plus grand contributeur aux chiffres d’affaires des opérateurs. Plus de 400 millions EUR ont été transférés depuis son lancement. le Kenya compte 6. et les géants de la téléphonie mobile devront sans doute se « rabattre » sur des opérateurs plus petits. > Le transfert électronique d’argent sur téléphone mobile La killing application pour le développement de la téléphonie mobile : le transfert électronique. de connaître à tout moment le montant de leur solde. Ce service compte environ 5 millions de clients et est concurrencé depuis peu par le système introduit par Zain. chaîne de télévision…). Zap. a lancé il y a deux ans son service vedette de transfert électronique d’argent M-pesa. S’inspirant de ce succès. les services « données » seront ainsi appelés à jouer un rôle bien plus important. peut-être en activité sur un seul marché. comme la possibilité. Elle est estimée à 20% pour 2009. Zain (ex-Celtel). Le principe est simple : un usager dépose un certain montant d’argent chez un revendeur et se voit attribuer un identifiant qu’il transmet via SMS à la personne de son choix. Concernant la téléphonie mobile. Pour mémoire.Vendre aux pays de la CAE de contenus. pour ses abonnés prépayés. Mais les acquisitions vont se faire beaucoup plus rares. Les grands opérateurs internationaux visent l’expansion géographique. MTN Ouganda a également lancé ce système en octobre 2008. et la recherche de nouveaux segments de marché à conquérir est la clé des stratégies défensives de bon nombre d’acteurs.

Cependant cette cession n’est pas aisée. – une grande difficulté à attirer et conserver les talents (ce dernier point est commun à tous les opérateurs mondiaux). Il existe quatre domaines porteurs. – Création de data center. D’ici 5 ans le taux de pénétration de la téléphonie mobile pourrait dépasser 60%. Access Kenya…) se livrent une concurrence acharnée avec les Sud-africains (MTN et Altech). Mais la rentabilité devrait encore être au rendez-vous en 2009 pour les grands opérateurs. La délivrance de deux nouvelles licences GSM qui n’étaient pas nécessaires dévalorise l’Onatel.Vendre aux pays de la CAE Il reste également des défis de taille à relever pour le secteur et les opérateurs TIC dans la zone : – le manque de fiabilité des infrastructures . soit une base d’abonnés estimé entre 25 et 30 millions. avec un syndicat parmi les plus puissants. Burundi Le gouvernement vient de relancer la privatisation de l’Onatel. 233 . mais souhaite rapidement doubler ce montant . susceptibles d’intéresser nos entreprises : – Centre d’appels (ou BPO : Business processing outsourcing). Les majors kenyans (Safaricom. avec le support de la Banque mondiale. La prochaine bataille portera sur le contenu et les services à valeur ajoutée. Kenya Le secteur de l’Internet devrait passer au Kenya de 3 millions à 10 millions d’abonnés dans les 5 prochaines années. – une concurrence accrue . Le gouvernement prévoit deux unités l’une à Mombasa et l’autre à Nairobi. Le Kenya compte actuellement 3 300 postes de travail. Zain. une société très endettée et des licenciements attendus pouvant atteindre jusqu’à 75% du personnel. mais il y a de la place pour des data center privés .

sous l’impulsion du FMI. un exemple d’application pour le ministère de la réforme foncière en annexe) . prometteur. Toutefois. ceci pour le Kenya. – Création de centres de formation des TIC et retour d’expérience sur les pôles de compétitivité TIC (comme Cap Digital. Secteur financier Le secteur financier dans la CAE est. Les marchés boursiers se composent au mieux d’un marché primaire. Dans le même temps. à moyen terme. Consolidated Bank et Development Bank of Kenya) et a procédé à l’augmentation des ratios de capitaux propres et de solvabilité pour accélérer la concentration du marché. prise de participation limitée par un seuil pour un même investisseur…). Images&réseaux ou encore Cartes transactions électroniques -les cartes à puce est notre premier poste d’exportation vers le Kenya-). Les marchés sont en effet abondants en liquidités qui ne demandent qu’à être absorbées. plus grande économie de la région) et prennent la forme d’une structure oligopolistique. secondaire et alternatif (pour les sociétés de taille moyenne).Vendre aux pays de la CAE – Applications pour l’e-gouvernement (projet financé par la Banque mondiale plus de 100 millions USD. Le Kenya se désengage actuellement de ses dernières banques publiques (National Bank of Kenya. les réformes engagées. Les marchés bancaires et assurantiels restent fortement atomisés (45 banques opèrent au Kenya. Or la taille actuelle des marchés financiers ne permet pas un financement optimal de l’économie. Au pire. d’un marché de gré à gré pour le Rwanda. 234 . prévoient un décloisonnement des marchés afin d’exercer une pression à la baisse sur les taux d’intérêts qui freinent le développement des petites et moyennes entreprises. l’activité d’intermédiation financière a connu un renforcement de sa régulation destiné à consolider la professionnalisation de cette activité (formation minimum dispensée par un diplôme reconnu.

en Tanzanie et en Ouganda. City Bank ou Barclays opèrent déjà dans ce domaine. les Saving and Credit Cooperative (Sacco). les Sacco ne peuvent répondre à l’ensemble des besoins de financement du monde rural. Des banques comme JP Morgan. mais quand même dominé par un groupe de grandes banques étrangères. dotées de moyens financiers limités. en Ouganda et dans une moindre mesure au Rwanda. Au Kenya. Le savoir faire français en la matière pourrait trouver sa place dans la région. la microfinance rurale. les marchés bancaires de la région. Le leasing agricole se présente donc comme une opportunité prometteuse. le marché est déjà doté de structures concurrentielles. elles constituent bien souvent la seule source de financement pour les agriculteurs. En Tanzanie. le marché assurantiel. d’autant que ces économies demeurent encore fortement agricoles et que les besoins y sont grands. dans le cadre de son intégration. pays qui a entrepris la libéralisation de son secteur plus tôt que ses partenaires au début des années 90. semble difficile à intégrer dans la mesure où il se réduit à une faible part de la population concentrée dans l’activité Incidents Accidents et Risques Divers (IARD) pour l’essentiel. Le marché de l’assurance-vie est encore embryonnaire. ces dernières forment des coopératives de crédits de taille plus ou moins grande. sont voués à des mouvements de concentration forts en particulier au Kenya. si les prévisions de croissance dans la CAE se confirmaient (un minimum de 8% à partir de 2010) accompagnées 235 . Reste aux autorités à engager des réformes structurelles bancaires et financières permettant aux opérateurs de taille plus réduite mais performants d’occuper une place sur les marchés. Enfin. les mouvements de concentration et de fait. l’augmentation de capital sur les marchés boursiers laissent présager un dynamisme de l’activité de conseil en investissement financier. Cependant. Il existe une niche prometteuse qui est la microfinance et en particulier.Vendre aux pays de la CAE De manière générale. en particulier les biens d’équipement. Par ailleurs. Le marché bancaire étant inaccessible pour un nombre important d’entités. Cependant. même s’il connait une croissance de plus de 20% dans la CAE (effet de convergence).

l’offre kenyane en chambres d’hôtels reste toujours inférieure à la demande. le taux 236 . le développement et la mise à niveau des infrastructures de transport et de communication est indispensable. la restauration. une disparition des entreprises locales liées au secteur et une nouvelle vague de licenciements. Selon le consultant UBA Capital. Secteur hôtelier : un développement encouragé Malgré une très large gamme de centres d’hébergement. aussi bien dans le secteur hôtelier (nouveaux établissements et fusions) que dans celui des sports et des loisirs. le tourisme sportif et culturel et les activités nautiques. En haute saison. ce secteur pourrait accuser une nouvelle baisse de ses recettes de 15% en 2009. les experts du secteur craignent une nouvelle chute du nombre des touristes. l’assurance-vie aurait très probablement de belles années devant elle. malgré une chute de 40% du nombre des touristes et de plus de 20% des recettes en 2008.Vendre aux pays de la CAE d’un décloisonnement des marchés et d’une innovation des produits financiers (au sens large) proposés. le secteur reste porteur d’opportunités à plus long terme. équipements et matériaux destinés à l’hôtellerie. Toutefois. des recettes. Kenya La crise financière internationale s’aggravant. les loisirs. dès la sortie de crise. et peut-être le double dans les cinq années suivantes. Des opportunités existent non seulement pour les investisseurs mais aussi pour les fournisseurs de matériels. sauf en 2008/2009. le tourisme. L’objectif est d’atteindre le nombre de 150 000 visiteurs en 2015. Tourisme Burundi Le gouvernement cherche à diversifier l’offre de produits touristiques en insistant sur l’écotourisme. Pour ce faire.

4 millions de passagers. Le groupe va louer une partie des 90 000 acres d’Ol Pejeta Conservancy pour y aménager un camp de toile de luxe de 18 chambres pour un montant de 1. et a réservé des terrains pour accueillir ces investissements dans les environs du lac Turkana. à Marsabit et près de la rivière Tana.Vendre aux pays de la CAE d’occupation des hôtels dans les zones très touristiques dépasse 90%. Le gouvernement souhaite donc attirer des investisseurs et en particulier des chaînes hôtelières internationales. Le second serait mené par Kenya Reinsurance Corp Ltd. Il a ainsi supprimé les droits de douane sur les matériaux et équipements destinés au secteur du tourisme. vient de prendre la gestion de certaines sections du Ol Pejeta Ranch : Ol Pejeta House et autres bâtiments. une JV entre Reliance Industries Ltd (60%) et Arrow Webtex (40%). le Radisson Hotel Nairobi. groupe kenyan appartenant à l’Aga Khan. au travers de Delta Resources. Son intention est d’attirer des visiteurs dans des sites encore peu touristiques. • Accor envisage toujours la construction de 2 établissements à Nairobi.ne font en effet qu’y transiter) sont à l’étude. entre autres… Cinq projets de construction d’hôtels sont toujours d’actualité : • Le groupe international.6 millions EUR. a désigné la Kenya Investment Authority comme guichet unique pour traiter des questions liées aux investissements dans ce secteur. et comprendrait un centre de conférences (350 millions USD). maintient la construction de son premier établissement au Kenya. dans une première phase. Il devrait ouvrir en 2010. Le premier serait réalisé par l’entreprise qatarie Afro-Asia Investment Corp. Des mouvements de concentration s’annoncent. Serena Group. • Deux projets de construction d’hôtels proches de l’aéroport international de Nairobi (70% du trafic de Jomo Kenyatta Airport -3. Rezidor Hotel Group. Divers groupes hôteliers internationaux ont montré leur intérêt pour le Kenya : Kempinski Hotel Worldwide 237 . construit un centre commercial et un hôtel 5 étoiles au centre de Nairobi. • L’indien Reliance Industries Ltd.

des cottages de luxe. l’éco-tourisme se développe au Kenya. Kenya Railways Corporation. aujourd’hui mis à la mode 238 Trois axes de développement sont favorisés : construction de terrains de golf. Sous l’impulsion du gouvernement. Enfin. meilleure utilisation des plans d’eau et des sources thermales. baptisé Golf City et estimé à 240 millions EUR. sur une ancienne plantation de sisal. cherche à convertir une partie du terrain qu’elle possède dans le centre de Nairobi en un complexe de loisirs et de commerces. dont un de 600 chambres et un second de 100 chambres. le maire souhaite trouver des partenaires pour le développement de sa ville et de sa région. et son avenir semble prometteur. Dans le domaine du golf. Placid View Properties Ltd transforme actuellement l’ex bâtiment de l’ambassade des Etats-Unis en un hôtel haut standing avec vue sur le Nairobi National Park. situé au nord de Mombasa. Afin de promouvoir l’aménagement du territoire. Son projet. au centre de 2 800 acres. Des salles de conférences pouvant accueillir 2 000 personnes devraient être également construites car la ville prétend devenir un centre culturel et d’affaires de l’ouest du Kenya. A Kisumu.Vendre aux pays de la CAE (Allemagne) souhaite gérer un hôtel déjà construit . deux hôtels 5 étoiles. les pouvoirs publics souhaitent également jouer un rôle de promoteur. Il sera directement relié à l’aéroport par voie ferrée. trois nouveaux centres de villégiature devraient voir le jour. le projet le plus avancé est le Vipingo Ridge. inclura un terrain de golf de 9 trous. un complexe de cinéma Imax et un centre commercial. deux sur la côte et un à Isiolo au nord de Nairobi. La municipalité veut accroître son portefeuille d’hôtels répondant aux standards internationaux et a planifié la construction d’un hôtel 5 étoiles de 400 chambres et de deux hôtels 3 étoiles de 300 chambres chacun. Prime Properties (Afrique du Sud) est à la recherche d’un partenaire à Nairobi . . enfin. Le projet est estimé à 40 millions US dollars. Sports et loisirs : sous-secteur longtemps ignoré. De son côté. en manque de fonds.

Le gouvernement s’engage à fournir les infrastructures nécessaires à ce genre de développements. le gouvernement souhaite investir dans la partie occidentale du pays et sur la côte dans des installations de sports nautiques avec le concours de partenaires locaux et internationaux. construction d’infrastructures routières et hôtelières. Grâce aux investissements réalisés dans ce domaine (amélioration de la sécurité dans les zones protégées. Les plans d’eau du pays n’ayant pas été suffisamment exploités et développés en tant que produits touristiques et de loisirs. Turkana. l’offre touristique s’adresse 239 . Toutefois. Si le rafting sur le Nil et le camping de luxe ont du succès. d’autres projets sont encore à mettre en place. Ces centres pourraient attirer une clientèle locale et internationale. En effet. ce qui lui permettra d’étoffer son offre et faire face à la concurrence de ses voisins immédiats. non seulement afin de diversifier les activités et les destinations touristiques mais aussi en vue de satisfaire une demande de plus en plus variée et exigeante. le pays n’a pas encore épuisé tous ses atouts. Kenya Railways Corp invite des investisseurs locaux et internationaux à soumissionner.) le nombre de touristes visitant les parcs a fortement augmenté ces cinq dernières années. le Kenya dispose d’un nombre important de sources géothermales dont la teneur en minéraux pourrait justifier la création de centres de remise en forme (spa ou autres) et de centres touristiques. l’offre est principalement concentrée sur la faune qui constitue 80% de l’attraction touristique ougandaise. Enfin.Vendre aux pays de la CAE Pour financer cet investissement. Baringo. Ouganda Alors que le pays est doté de beaucoup d’atouts lui permettant de diversifier ses produits touristiques. Les sources se situent dans la Vallée du Rift et dans la province occidentale proches de centres touristiques populaires : autour des lac Bogoria. Une étude complémentaire devrait être menée pour établir la faisabilité de ces différents projets et le niveau des investissements requis pour leur mise en valeur. Naivasha (Olkaria et Eburu) et Victoria (Simbi). promotion de l’écotourisme. etc.

il existe des opportunités pour investir dans les infrastructures hôtelières sous diverses formes dans les zones touristiques inexploitées mais 240 . Tanzanie L’industrie touristique détient un fort potentiel d’expansion mais ne peut se développer pleinement à cause d’entraves diverses : les vols vers la Tanzanie restent onéreux. les croisières sur le Nil ou encore la mise en service de ferries sur le lac Victoria peuvent intéresser les investisseurs privés. Rwanda Le groupe Dubaï World. un hôtel de luxe de 150 chambres avec un terrain de golf 18 trous à Kigali et des projets de construction immobilière. qui gère le port et l’aéroport de Djibouti. alors que l’offre touristique (hôtels. les prix – vers le haut. Gorilla Nest Lodge avec un lodge sous tente près du parc national des Volcanoes. Dubaï World se concentre aujourd’hui sur deux projets prioritaires : le Gorilla Nest Lodge et un Lodge éco-touristique dans la forêt de NyungweNyungwe. les droits d’entrée élevés des parcs naturels et des parcs marins tirent le profil des visiteurs – et partant. L’hôtellerie étant peu développée et le nombre d’hôtels répondant aux standards internationaux insuffisant. le niveau de formation du personnel hôtelier reste encore médiocre . limités et irréguliers . D’un montant initial de 230 millions USD. ces projets concernaient essentiellement le secteur hôtelier et l’immobilier: Akagera Game Lodge dans le parc national d’Akagera. le mauvais état des routes renchérit le coût et allonge considérablement les temps de transports rendant ainsi le tourisme plus cher et moins compétitif .Vendre aux pays de la CAE davantage à une classe aisée alors que le nombre de visiteurs de la classe moyenne augmente et constitue une cible que le pays compte privilégier à moyen-long terme. à l’intérieur du pays. a annoncé la diminution de son portefeuille de projets programmés au Rwanda en raison notamment de la crise financière mondiale. restaurants) n’est pas à la hauteur des tarifs pratiqués. Eco Forest Lodge. L’écotourisme.

il n’existe qu’un seul caisson de recompression pour tout le pays. Usambaras. Les environs de Dar es Salaam offrent par ailleurs de nombreuses possibilités pour des centres nautiques. Lindi. ne manquera pas d’attirer de nombreux touristes lorsque le tronçon de 60 km de piste impraticable situé sur la route de Dar es Salaam sera réhabilité. Le tourisme sportif reste limité aujourd’hui en raison des difficultés d’approvisionnement et de maintenance des équipements et de la faiblesse des infrastrutures sanitaires. La côte tanzanienne recèle des paradis pour plongeurs mais les centres restent concentrés sur l’archipel de Zanzibar et Pemba ainsi que sur l’île de Mafia. Pourtant. en particulier au sud du pays. Tabora… Le développement progressif des infrastructures routières permettra l’ouverture de nouveaux circuits. les croisières en mer ou sur le lac Vitoria sont des attractions capables d’attirer des investisseurs. la région de Tanga.Vendre aux pays de la CAE très fréquentées et également dans les sites culturels comme Bagamoyo. est en train de se cérer) et plusieurs sites du pays attendent les investisseurs : la mangrove de Mtwara. en particulier pour les sports aquatiques. Kilwa. les opportunités sont nombreuses. Un site comme Kilwa (180 km de Dar es Salaam). Uluguru… La pêche en haute mer (forte présence sud-africaine). 241 . de la côte océanique et de la proximité avec la réserve du Selous. Pangani. En outre. sous l’égide de la coopération française. bénéficiant d’un site classé au Patrimoine mondial de l’Humanité. L’écotourisme se développe (un label.

entre autres. La tendance générale est toutefois marquée par la libéralisation des investissements et par la facilitation des privatisations. La législation de l’investissement étranger Le cadre général des IDE dans la CAE La législation des investissements directs étrangers relève encore du domaine réservé de chaque Etat membre. Le Burundi a un système juridique beaucoup moins avancé que celui des autres pays de la région et le principe de transparence des normes n’est pas toujours respecté. Le Rwanda applique un droit d’origine mixte. le conseil de la CAE a adopté un code d’investissement type dont la vocation est de servir de modèle pour les codes nationaux. Cette remarque est valable pour l’ensemble de la partie juridique et fiscale. en Tanzanie comme en Ouganda s’inspire de la loi britannique sur les sociétés de 1948. 242 . Le Burundi applique un droit d’inspiration française. Le secrétariat de la CAE a rappelé en 2003 que des cadres législatifs trop restrictifs et un nombre trop élevé de procédures administratives limitent l’afflux des IDE. Les remarques générales ci-dessous ne concernent donc que le Kenya. la Tanzanie. la facilitation de la création d’entreprises et la création d’une agence régionale de promotion des investissements.Vendre aux pays de la CAE L’implantation : première approche juridique et fiscale Remarques liminaires : Le droit commercial au Kenya. Il prévoit. tiré de la Common Law et du Code Civil français. l’Ouganda et le Rwanda. sauf si le Burundi est explicitement cité. En 2006.

Le droit à la propriété privée (foncière y compris) et intellectuelle est maintenant reconnu. sont en cours de modification. De plus. et des capitaux. Pour maintenir la paix et favoriser le développement économique. Tous les secteurs sont ouverts mais je ne me prononce pas sur des restrictions éventuelles par manque de données précises. permet la libre circulation des biens. la loi la mettant en place sera prochainement présentée au Conseil des ministres. un nouveau code de commerce et des sociétés le sera bientôt.Vendre aux pays de la CAE G. COUCOULIS. Un nouveau code des investissements vient de voir le jour. une agence de promotion des investissements est en cours de création.E. 243 . le gouvernement à lancé de nombreuses réformes visant à l’amélioration du climat des affaires. Quelles avancées en matière de législation des investissements ? Le nouveau code d’investissement facilite les procédures pour l’implantation des entreprises. Président de Interbank Burundi et avocat d’affaires Quel est le climat des affaires au Burundi ? Gardons à l’esprit que le Burundi vient a peine de sortir d’une longue guerre civile avec toutes ses conséquences néfastes. des personnes. Toutes ces réformes visent à attirer les investissements étrangers et à doter le pays d’instruments légaux comparables aux pays partenaires de la CAE afin de faciliter l’intégration à l’union douanière le 1er juillet 2009. et supprime les droits de douane sur les importations des biens d’équipements et des matières premières. La loi sur la concurrence. le système judiciaire et la législation du travail. Quelle est la tendance des réformes ? Les réformes s’inspirent de l’intégration du Burundi dans les grands ensembles régionaux comme la CAE et le Comesa.

le Tanzania Investment Centre (TIC). L’exploitation et travail du bois est soumis à autorisation du ministère du tourisme et des ressources naturelles Activités concernant la sureté nationale Exploitation de ressources rares : sélection par l’ORPIE Secteurs soumis à restriction Restrictions sur la part du capital étranger Entreprises cotées en bourse en Tanzanie : 45% Aucune Aucune Sources : Code d’investissement des différents pays 244 .Vendre aux pays de la CAE Les interlocuteurs des investisseurs : la création d’un guichet unique La Kenya Investment Authority (KIA). et le tourisme sont soumis à l’autorisation des ministères de tutelle Entreprises de télécommunication : 70% Assurances : 66% Tanzanie 300.000 USD obtention d’une licence d’investissement obligatoire. Ces agences de promotion des investissements ont pour tâche essentielle d’accompagner l’investisseur tout au long de ses démarches administratives (guichet unique de l’investisseur). L’exploitation de ressources naturelles. Il ne peut être révoqué que si les déclarations fournies par l’investisseur à l’agence se révèlent erronées. Activités concernant la sureté nationale Activités nécessitant la propriété d’un terrain Rwanda 250.000 USD obtention d’un certificat optionnel Ouganda 100. armes et munitions. telle l’obtention des licences et des permis nécessaires au lancement de son activité. l’Uganda Investment Authority (UIA) et l’Office Rwandais pour la Promotion des Investissements et des Exportations (ORPIE) ont été créés afin de faciliter les démarches des investisseurs étrangers.000 USD enregistrement obligatoire de l’IED Secteurs prohibés Narcotiques. Les IED dans la CAE : restriction et formalités pour les investisseurs étrangers Kenya Capital minimum en fonds propres 100. La détention d’un certificat d’investissement permet de bénéficier des services des agences de promotion des investissements.000 USD obtention d’un certificat d’investissement optionnel Narcotiques et substances psychotropes Les armes à feu et les explosifs nécessitent l’obtention de licences spéciales.

Protection de l’investisseur Les indices ci-dessous décrivent 3 dimensions de la protection des investisseurs : transparence des transactions (indice de divulgation). suivant les secteurs.Vendre aux pays de la CAE Politique des gouvernements Politique générale Les gouvernements ont adopté des politiques de réduction de la pauvreté et d’amélioration de la croissance économique qui influencent certains aspects de la législation des IDE. principalement pour l’exploitation de ressources naturelles. et la Rwanda Environment Management Authority (Rema). Cependant il n’y a pas d’obligation légale. de fournir une évaluation de l’impact environnemental du projet qui se solde par la délivrance d’un certificat de conformité aux autorités compétentes : la National Environment Management Authority (Nema) au Kenya et en Ouganda. en Tanzanie. conflit d’intérêt (indice de responsabilité 245 . « Vision 2030 ». mettent en particulier l’accent sur les partenariats publics-privés dans le financement de leurs besoins en infrastructure. En Tanzanie. Au Kenya. Cet état de fait doit inciter les entreprises à redoubler de vigilance et à se faire conseiller au préalable par un avocat spécialisé. « Vision 2025 ». en Ouganda le Poverty Eradication Action Plan et au Rwanda « Vision 2020 ». sauf pour certaines licences spécifiques. l’autorité compétente est le bureau du vice-président. Il est essentiel d’adopter une démarche visant à prévenir les litiges et à prévoir les moyens de leur résolution. à former les employés et à favoriser le transfert de technologie. Les investisseurs sont tenus. Protection juridique L’appréhension du système et des pratiques juridiques peut être difficile pour un investisseur étranger. Obligations de performance Les investisseurs étrangers sont encouragés à utiliser les ressources locales.

capacité des actionnaires à poursuivre les administrateurs et directeurs pour faute professionnelle (facilité pour les actionnaires d’engager une poursuite judiciaire).Vendre aux pays de la CAE du directeur).0 6.6 5.3 5.9 5. l’accès à la propriété foncière est réservé aux Tanzaniens. Droit de propriété intellectuelle : de nombreuses lacunes 246 Les droits de propriété intellectuelle sont normalement protégés par les accords concernant les Aspects des Droits de Propriété Intellectuelle (ADPIC) de l’OMC et par l’OMPI dont les pays OCDE . en Ouganda et en Tanzanie (bail emphytéotique : possibilité de louer un terrain pour 50 ou 99 ans).3 Ouganda Tanzanie Rwanda Burundi Kenya Divulgation Responsabilité du directeur Pouvoir des actionnaires Protection des investisseurs 3 2 10 5 3 4 8 5. les différentes lois régissant les IDE. par les accords de l’OMC et parfois par les traités d’encouragement et de protection réciproque des investissements (voir partie « les traités avec la France »).7 4 1 5 3. Doing business 2009 Droit de propriété Les investissements dans les pays membres de la CAE sont garantis contre la nationalisation et l’expropriation. En Tanzanie. le plus souvent par la Constitution. La propriété foncière est restreinte en droit au Kenya. Indice de protection de l’investisseur Afrique subsaharienne 4. L’acquisition de terrains agricoles par des étrangers est prohibée dans l’ensemble de la Région. Les incidents oscillent entre 0 et 10. la plus grande responsabilité des directeurs et la meilleure protection des investisseurs.0 4.0 2 5 5 4 2 5 1 2.2 5.8 Source : Banque mondiale.6 3. 10 représentant la meilleure transparence.

Nairobi. une étude évalue le marché de la contrefaçon à près de 430 millions de dollars. malgré le renforcement des législations mises en place. directeur général et M. Quelle est l’ampleur de la contrefaçon ? Difficile à évaluer. le gouvernement tanzanien estimait que 90% des produits de consommation courante vendus en Tanzanie étaient contrefaits. le port franc de Zanzibar et le port de Dar Es Salaam. L’espionnage industriel est relativement peu fréquent. M. Les points d’entrées de ces marchandises sont principalement le port de Mombasa. La production locale de contrefaçon est assez réduite et concerne principalement les produits alimentaires. HACO 247 . Polycarp IGATHE. Au Kenya. La particularité de la contrefaçon dans la CAE est qu’elle concerne principalement les produits de consommation courante qui sont vendus quasiment au même prix que les produits originaux. En 2008. qui sont les principaux ports d’éclatement sur l’Afrique de l’est en l’absence d’une ligne maritime directe entre la Chine et cette partie du Monde. Les produits les plus contrefaits sont les produits qui prennent peu de place. Anthony MBURU. l’application de ces règles souffre encore de lacunes importantes au sein de la région. Sur un marché tanzanien de 28 millions de stylos à bille. directeur export de HACO Industries (importateur notamment des produits Bic) Quelles sont les atteintes les plus fréquentes aux droits de propriété intellectuelle (DPI) dans la CAE ? La majorité des cas de non respect des DPI provient d’importations de contrefaçon produites en Asie notamment en Chine. On observe également l’entrée de contrefaçons et d’importations parallèles sur les lignes aériennes DubaïNairobi et Zenh Zong. via Dubaï ou Salalah (Oman).Vendre aux pays de la CAE de la CAE sont membres. déjà emballés mais à forte valeur ajoutée. Cependant.

L’avantage concurrentiel des producteurs de contrefaçons est leur rapidité de réaction et l’absence de stocks (lorsque le conteneur arrive. la nouvelle agence de lutte contre la contrefaçon. créée en 2008 ne dispose pas d’effectifs ni de méthode de travail bien établie. des poids et mesures. les contrefaçons sont illégales selon le Custom Union Protocol. douanes. à l’inverse de leurs homologues kényane et tanzanienne.). ses logos. mais dont les décrets d’application n’ont pas encore été publiés (discussion en cours entre les différents opérateurs). Il est important de surveiller 248 . les mécanismes fonctionnent bien. Quels mécanismes de protection une entreprise doit-elle mettre en place ? Tout d’abord. en déposant ses brevets. De plus. Elle aura des forces d’intervention et d’investigation. mais le maillon faible reste la mise en œuvre. des pouvoirs d’arrestation (les officiers assermentés pourront arrêter un contrevenant sans mandat) et centralisera les informations. Quelle est l’attitude des gouvernements ? Y a-t-il une réelle volonté politique de lutte anti-contrefaçon ? Au niveau de la CAE.Vendre aux pays de la CAE n’en a vendu aucun depuis le début de cette année. Cette loi renforce les peines encourues qui se veulent dissuasives (trois fois le prix des objets saisis avec un minimum de 2 millions de KSH et peine d’emprisonnement en cas de récidive).. une agence spécifique (one stop shop) sera créée et désignera des officiers assermentés au sein des différents services concernés par la lutte contre la contrefaçon (police. En Tanzanie. il faut se donner les moyens légaux d’action et de protection. etc. Au Rwanda. Fair Competition Commission-. Cependant ce n’est pas suffisant. les produits sont déjà pré-vendus). Mais les mécanismes de lutte sont établis et mis en place au niveau national. HACO fonde beaucoup d’espoir sur la nouvelle loi sur les contrefaçons adoptée début janvier 2009. inspecteurs des normes. Les autorités ougandaises (Uganda Revenue Authority) sont très coopératives. Ces quatre pays disposent d’un corpus législatif renforcé depuis peu. Au Kenya.. sa marque.

Vendre aux pays de la CAE le marché local.8 462.9 Ouganda Tanzanie Rwanda Burundi Kenya Nombre de Procédures Durée (jours) Coût (% du litige 44 465 26. Ainsi. le coût et le nombre d’étapes nécessaires entre le dépôt de la plainte et le règlement au créancier. Résolution des litiges Le système judiciaire national.4 659. Doing business 2009 OCDE 249 . HACO s’appuie sur ses 100 000 points de vente répartis dans la CAE (50 000 au Kenya. la négociation et l’arbitrage constituent le premier recours en cas de litige. la corruption et la faiblesse du système judiciaire (faible protection des marques et décisions de justice très contestables).7 44 832 38. Quelles sont les principales barrières à l’entrée dans la région CAE ? La bureaucratie.6 30. 25 000 en Ouganda.7 18. 5 000 au Rwanda et 5 000 au Burundi). Les tribunaux nationaux Le tableau ci dessous évalue la complexité de l’exécution des contrats en suivant l’évolution d’un litige et en relevant la durée. Durée et coût du règlement des litiges Afrique subsaharienne 39. 30 000 en Tanzanie.7 38 462 14.9 24 310 78. la veille est continue et la direction peut saisir les autorités et intenter des actions très rapidement.7 48. et le réseau de distribution de l’importateur ou de l’agent est sans doute le meilleur allié.3 38 535 44.9 Source : Banque mondiale.

2005. Rwanda : Loi sur les Investissements. il convient de recourir aux tribunaux pour faire appliquer le contrat. 1997. la résolution des litiges par l’arbitrage international est à privilégier. ou un arbitrage CIRDI qui est prévu par défaut dans les conventions de promotion et de protection des investissements. Pour les grands contrats. il est conseillé de porter une attention particulière au tribunal saisi. en cas de persistance du litige. Il est appliqué et facilement accepté par les entreprises locales. Sources : • • • • • Kenya : Investment promotion act. La négociation et la médiation ne sont recommandées qu’entre partenaires de bonne foi. il est recommandé de prévoir une clause compromissoire dans les contrats.Vendre aux pays de la CAE Négociation et médiation La négociation et la médiation se soldent par un contrat écrit. Uganda : The investment code act. Compte tenu de la lenteur des cours étatiques et de leur possible partialité qui rendrait le verdict incertain. 250 . Afin de faciliter le recours à l’arbitrage. dans le cas de contrats de plus faible ampleur. 2004. Arbitrage Les pays de la CAE sont membres du Centre International de Règlement des Différends liés à l’investissement et de l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements. Leur coût élevé peut faire refuser au cocontractant l’arbitrage au moment où survient le litige. Les sentences arbitrales sont donc reconnues. Compte tenu de la difficulté de faire appel d’une sentence arbitrale. Tanzania : Investment Act. Il est alors préférable de choisir un arbitrage ad hoc avec un seul arbitre. le recours à des organismes internationaux (CCI de Paris ou CAI de Londres par exemple) est à privilégier. 1991. Cependant. Régional : CNUCED 2005 : An Investment Guide to the EAC : Opportunités et conditions.

Implantation sans création de nouvelle structure Passer par un agent commercial et un contrat de distribution permet une forme d’implantation légère sans investissement direct étranger. En effet. soit maintenant à Djibouti (CMA-CGM). Sylvain COISNON. Une fois le bateau arrivé au port.Vendre aux pays de la CAE Formes d’implantation Les principales formes d’implantation Le droit des sociétés du Kenya. Il n’existe pas de ligne maritime directe entre l’Europe et l’Afrique de l’est. pour les pays enclavés comme le 251 . Différence entre les contrats de distributeurs dans les différents pays de la CAE ? Aucune différence entre les contrats. Caractéristiques d’un bon distributeur ? En plus d’être connu sur la place et intéressé par les produits. Les conteneurs doivent donc être transbordés soit à Salalah. il doit disposer d’une surface financière suffisante lui permettant d’absorber le coût des stocks liés aux délais de transport. Le type d’implantation à une incidence directe sur la fiscalité et sur la responsabilité de l’investisseur. Michelin Inter Assistance Ltd. Regional Manager. dont le projet déterminera le choix de la forme. On applique les contrats standards de Michelin. le temps de transit d’un conteneur entre l’Europe et Nairobi ou encore Dar Es Salaam peut être estimé à 2 mois. de la Tanzanie et de l’Ouganda est inspiré du droit des affaires anglais. Les obligations des parties sont contractuelles. il est possible d’en présenter ici les grandes lignes. CCEF distribution dans le domaine industriel (B to B) et consommateur final (B to C). Bien que des différences apparaissent.

Enfin. soit en direct. compte tenu de notre notoriété. Comment identifier un bon distributeur ? En fonction des pays. Marges. les délais que nous accordons à nos distributeurs tiennent compte de ces éléments. crédit et modalités de paiement Tout dépend des volumes et de la segmentation du marché. le crédit client est de 30 jours. 252 . Si à cela on rajoute la nécessité pour le distributeur de disposer d’un stock de 3-4 mois. nous pouvons recevoir des candidatures spontanées. il faut compter entre 15 jours et 1 mois pour que le conteneur arrive à destination. Certains pays sont réputés pour leur culture d’impayés d’où la nécessité de toujours se couvrir. Donc le distributeur doit pouvoir disposer d’un stock de 3-4 mois de marchandises. Implantation légère : société sans personnalité juridique autonome Les sociétés sans personnalité juridique autonome sont des établissements stables. nous pouvons passer une annonce dans le journal. Généralement sur le B to B. soit par la Coface et au-delà du montant assuré par des garanties bancaires. mais ne sont pas considérées par l’administration fiscale comme des entités résidentes. comptez entre 10 et 15% et sur le B to C entre 20 et 25% en moyenne. – Nos transactions sont toujours garanties.Vendre aux pays de la CAE Burundi ou le Rwanda et dans une moindre mesure l’Ouganda. On peut prospecter des distributeurs bien implantés dans le même secteur d’activités ou dans un secteur connexe. soit via d’autres organismes comme les services économiques de nos ambassades. En règle générale sur le B to B. ils peuvent donc atteindre entre 4 et 5 mois.

titre de propriété. La maison mère est indéfiniment responsable des engagements de la succursale. Cependant dans les faits peu de sociétés le font. L’implantation d’une succursale n’est pas possible pour les banques et pour les assureurs. La maison mère est indéfiniment responsable des engagements du bureau de représentation. C’est une implantation légère car elle n’implique pas la création d’une société de droit local. les garanties. la plus fréquemment La responsabilité des investisseurs est limitée en adoptée fonction de l’apport en capital. > Enregistrement des sociétés en Tanzanie Toutes les sociétés ont obligation de s’enregistrer à l’équivalent du Registre du commerce (BRELA. 253 . Ne permet pas d’exercer une activité commerciale et ne génère donc pas de revenus. La structure la plus fréquente et la plus souple est la Private Limited Company. ainsi que leurs bilans. il faut interroger la Tanzania Revenue Authority qui peut retrouver ce numéro à partir du numéro de TVA ou encore à partir du numéro fiscal. Si on ne le connaît pas. Les procédures de création et d’enregistrement sont simplifiées. leur actionnariat. Private Limited Company Les Private Limited Companies se rapprochent des SARL françaises. la composition du bureau de direction. Ce type d’entité permet de créer des joint-ventures. Ce dossier est unique (et peut être consulté sur place. Elles nécessitent au moins 2 actionnaires et ne peuvent pas faire appel à l’épargne publique. avec les risques que cela suppose) si on connaît le numéro d’enregistrement de la société. hypothèques. Bureau of registration) et d’y déposer leur statut.Vendre aux pays de la CAE Bureau de représentation Souvent la première étape d’implantation. Implantation lourde : société à personnalité juridique autonome Limited Une filiale suppose la création d’une société La Private est la forme Company fiscalement résidente dans le pays d’implantation. Succursale (branch) Permet l’exercice d’une activité commerciale mais sans activité de production (sauf dérogation). Peut être utile pour avoir un représentant local.

8 111.5 18 25 100. Le tableau suivant indique les différentes étapes menant à la création d’une entreprise dans la zone sur la base du nombre de procédures. L ’idée généralement répandue est qu’il est plus facile de s’implanter si l’on a un partenaire local. la durée et les coûts requis pour une société privée à responsabilité limitée.Vendre aux pays de la CAE Public Limited Company Les Publics Limited Companies sont proches des SA. Mais trouver un partenaire qui soit prêt à investir dans un projet est souvent difficile. il est donc plus facile de créer une société au Kenya qu’au Burundi. Elles sont peu fréquentes dans le cadre d’un IDE. mais semblent toutefois plus faciles que dans la moyenne des pays africains. Doing business 2009 254 OCDE .7 12 29 41.9 11 43 215 5.7 8 14 108. qui peuvent faire appel à l’épargne publique. De manière générale. et dont les parts sont librement transférables.9 Source : Banque mondiale.8 13. Elles nécessitent au moins 7 actionnaires.4 4. La création d’entreprise Afrique subsaharienne 10. La création et la liquidation d’une entreprise La création et la liquidation d’une entreprise ne sont pas toujours aisées dans les pays de la CAE.2 47. > JV ou tout seul ? Les gouvernements de la CAE encouragent la formation de co-entreprises. mais ne l’exigent que dans certains secteurs restreints.2 Ouganda Tanzanie Rwanda Burundi Kenya Nombre de procédures Durée (jours) Cout (en % du PIB par habitant) 12 30 39. bien que la situation soit assez différente selon le pays concerné.

6 Source : Banque mondiale. L ’application de ce dernier reste toutefois floue en raison du problème de la polygamie. Le statut des travailleurs journaliers à été aligné sur celui des contractuels. Rwanda : Loi sur l’organisation des sociétés commerciales.4 68.2 16.6 3.5 22 31.7 8.0 22 21. Sources : • • • • • Kenya : Companies Act. Tanzanie : Companies Act. 1988.3 2. la charge de la preuve incombe à l’employeur. 2002. les congés de maternité ont été allongés et un congé paternité a été instauré. En cas de contestation d’un contrat. La OCDE 255 . Fermeture d’entreprise Afrique subsaharienne 3.2 30 41. > L’adoption de la nouvelle législation du travail au Kenya en 2007 Selon le BIT (Bureau international du travail). Ouganda : Companies Act.4 20. 1996.Vendre aux pays de la CAE Les données suivantes indiquent la durée et les coûts de la fermeture d’entreprise. Doing business 2009. Laws of Kenya 1978. Burundi : Code des sociétés privées et publiques. les cadres ont le droit de se syndiquer. Législation du travail La législation du travail relève du domaine national.9 Ouganda Tanzanie Kenya Durée (année) Coût (% du revenu par habitant) Taux de recouvrement (centimes par dollars) 4. Le taux de recouvrement est supérieur aux autres pays d’Afrique.1 1. Chapter 486. le nouveau code se rapproche des normes internationales. Chapter 110 Laws of Uganda 2000. mais le temps nécessaire et les coûts engendrés peuvent êtres importants.

Vendre aux pays de la CAE

nouvelle législation prévoit aussi une indemnité de logement pour les employés ainsi qu’une assurance obligatoire à la charge de l’employeur. Bien qu’en négociation tripartite depuis 3 ans, le nouveau code a pris de court la majorité des employeurs qui estiment à 30% les hausses de charges patronales induites.

Aperçu de la législation du travail

Ouganda

Durée légale hebdomadaire (heures) Durée légale quotidienne (heures) Heures supplémentaires max. Salaire minimum

52 (40 en pratique) 8 nc

48 8 nc nc

40 10 (maximum) nc nc

8.100 KSH (81 EUR) en ville ; et 6.400 KSH (64 EUR) en zone rurale Congés payés (jours par an) 21 Congés maladie (jours) 14, dont les 7 derniers payés 50% Congés maternité / paternité 90/14 (jours)

21 60 60/4

18 180 84/0

Sources : codes du travail et amendements des différents pays

Les systèmes de protection sociale (santé, chômage, retraite) administrés par les Etats sont relativement peu efficaces, et n’offrent pas de couvertures suffisantes pour les employés. L’employeur peut souscrire une assurance complémentaire s’il le souhaite. Le syndicalisme est souvent bien organisé et structuré au niveau des entreprises publiques et parapubliques, mais plus faibles dans les entreprises privées.

256

Tanzanie 45 (40 en pratique) 9 50 / mois 150.000 TSH (89 EUR) 28 126, dont les 63 derniers payés 50%. 84 / 3

Rwanda

Kenya

Vendre aux pays de la CAE

Travailleur étranger
Tout travailleur étranger doit être muni d’un permis de travail. Pour chaque nouvel investissement, des permis sont accordés d’office en fonction du capital investi. Pour obtenir des permis supplémentaires, il faut justifier le recours à un expatrié de préférence à un travailleur national. En tout état de cause, l’investisseur doit s’engager à former un homologue national qui sera amené à prendre la relève de l’expatrié. Un rapport de l’avancement de la formation doit être présenté lors de la demande de renouvellement du permis. Les permis proposés par les agences de promotion des investissements sont traités en priorité, ce qui permet de raccourcir les délais d’obtention, souvent importants (jusqu’à 6 mois). Toutefois, la stratégie de développement Traitement prioritaire des industriel de la CAE adopté en 2000 recommande permis proposés par les agences de promotion une certaine flexibilité dans l’octroi des permis des investissements destinés aux travailleurs étrangers. Ce texte laisse cependant une très grande liberté d’interprétation de la part des autorités nationales. De fait, le ratio expatriés/travailleurs locaux ainsi que la durée d’obtention des permis varient considérablement suivant les Etats.
> Les permis de travail au Kenya
Au Kenya, la durée d’obtention du work permit est au minimum de 3 à 4 mois. La demande peut être faite 4-5 mois avant l’arrivée de l’expatrié, ce qu’il est conseillé de faire. Il est parfois compliqué d’en obtenir pour les ingénieurs, les commerciaux et pour les cadres, l’administration considérant qu’il y a suffisamment de ressources locales. Valable 2 ans, il est plus facilement renouvelable pour le personnel expérimenté. Le special pass de 3 mois non renouvelable n’est que peu délivré, mais il peut être une solution de régularisation de l’expatrié, dans l’attente de l’attribution de son work permit.

Le tableau suivant synthétise les difficultés auxquelles les employeurs font face pour employer du personnel dans le pays d’accueil. Un indice faible indique une faible rigidité. Le Kenya semble être le pays de la zone le plus favorable à l’embauche des

257

Vendre aux pays de la CAE

travailleurs, bien que les coûts de licenciement soient élevés. De plus, sa main d’œuvre est réputée disciplinée et de bonne qualité une fois formée.
Facilité d’embauche d’une main d’œuvre disciplinée au Kenya

L‘embauche des travailleurs

Afrique subsaharienne

Ouganda

Tanzanie

Rwanda

Burundi

Kenya

Indice de difficulté d’embauche Indice de rigidité des horaires Indice de difficulté de licenciement Indice de rigidité de l’emploi Cout de licenciement (salaire hebdomadaire)

nc 60 30 30 26

22 20 30 17 47

nc nc 10 3 13

44 40 30 38 26

100 40 50 63 18

39 25,7 43,5 42,2 41,5 26,3 41,3 31,4 68,3 25,8

Source : Banque mondiale, Doing business 2009.

Sources : • Kenya : The employment act, 2007 ; The labour relations act, 2007 ; The occupational safety and health act, 2007 ; The work injury benefits act, 2007. • Tanzanie : Employment and labour relations act, 2004, et amendements de 2006. • Ouganda : Employment Act, 2006 et Citizenship and immigration control Act, 2000. • Rwanda : Code du travail, 2001 et les arrêtés ministériels de 2003 déterminant la procédure d’engagement des travailleurs étrangers et les modalités d’application de la semaine de 40 heures.

258

OCDE

Vendre aux pays de la CAE

> Pour développer vos affaires avec l’Afrique de l’Est, avez-vous pensé au Volontariat International en Entreprise (V.I.E) ?
Q. Qu’est-ce que le V.I.E ? R. Le V.I.E permet aux entreprises françaises de confier à un jeune ressortissant de l’Espace Economique Européen, âgé de 18 à 28 ans, une mission professionnelle à l’étranger durant une période modulable de 6 à 24 mois. Q. Quel est le statut du VIE ? R. Gérée par UBIFRANCE, l’Agence française pour le développement international des entreprises, la formule V.I.E exonère l’entreprise de tout lien contractuel direct avec le volontaire et de toutes charges sociales en France. UBIFRANCE gère pour l’entreprise les aspects contractuels, la rémunération et la protection sociale. Le V.I.E n’est pas comptabilisé dans les effectifs de l’entreprise française. Q. Quelles entreprises peuvent bénéficier du VIE ? R. Les entreprises de droit français souhaitant développer leurs activités à l’étranger. Si l’entreprise ne dispose pas de structure d’accueil pour le V.I.E, UBIFRANCE recherche une solution en liaison avec l’entreprise : portage par un grand groupe, accueil au sein du réseau consulaire ou bancaire… Une mission V.I.E peut être partagée entre plusieurs entreprises. Q. Quelles missions peut-on confier à un V.I.E ? R. Toute mission, commerciale ou technique : étude de marché, prospection, animation d’un réseau de distribution, support technique, participation à la création d’une structure locale… Un même V.I.E peut couvrir plusieurs pays et peut passer jusqu’à 165 jours en France sur un contrat d’un an (formation avant le départ, reporting régulier…). Q. Combien coûte un VIE ? R. L’entreprise prend en charge l’indemnité mensuelle versée au volontaire, les frais de gestion et de protection sociale du V.I.E, les frais de voyage et de transport de bagages aller-retour. Evaluation du coût d’une mission de 12 mois au Kenya : entre 23 194 et 25 594 € H.T. suivant le chiffre d’affaires de l’entreprise (tarifs indicatifs au 01.06.09, hors frais de voyage et de transport de bagages). Le budget V.I.E est intégrable dans une assurance prospection COFACE ou dans une éventuelle aide régionale. Le recours à un V.I.E permet de bénéficier du crédit d’impôt export. Pour en savoir plus, consulter le site www.ubifrance.fr ou contacter UBIFRANCE : N° Azur : 0810 659 659 E-mail : infoVIE@ubifrance.fr

259

Vendre aux pays de la CAE

Fiscalité
Peu d’harmonisation fiscale au sein de la CAE

La Communauté de l’Afrique de l’est n’a que peu harmonisé les politiques fiscales nationales. Par exemple, il n’existe pas encore d’accord global de non double imposition au sein de ce bloc, mais des accords bilatéraux (i.e. entre le Kenya et l’Ouganda). Chaque pays dispose de son propre système d’imposition et de ses propres barèmes. La notion de résidence y est importante pour l’imposition des personnes morales et pour les différentes retenues à la source (impôts sur les dividendes, les plus-values, les royalties…), les entités non résidentes étant généralement plus lourdement taxées que les entités résidentes. On observe une certaine stabilité des taxes depuis plusieurs années, même si à l’approche des élections, la tentation de solliciter davantage les entreprises étrangères est forte.

Définition des notions de résidence et d’établissement stable
La définition de résidence au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda reprend les critères internationaux, à savoir le critère du lieu de prise de décision, de gestion et du lieu d’immatriculation. L’Ouganda rajoute un critère physique en ce sens que l’ensemble de la chaine de production doit se situer sur son territoire. Les sociétés résidentes sont imposées sur l’ensemble de leurs bénéfices réalisés ou dérivés du pays d’accueil. Les filiales, qui ont une personnalité juridique autonome par rapport à la maison mère, sont considérées comme des sociétés résidentes et des établissements dits « stables ». Les sociétés non résidentes disposant d’établissement stable (succursale, bureau de représentation) sont imposées sur les bénéfices commerciaux et industriels réalisés dans le pays (par l’intermédiaire de l’établissement stable).

260

Vendre aux pays de la CAE

L’impôt sur les sociétés
L’impôt sur les sociétés est harmonisé à 30% au niveau de la CAE. Toutefois, le Kenya fait la différence entre les entités résidentes et non résidentes, celles-ci étant taxées à 37,5 %, tandis que le Burundi applique encore un taux de 35% pour toutes les sociétés. Le revenu imposable est le revenu brut annuel total, issu ou dérivé d’une activité menée dans ces pays. Les retenues à la source sur certaines transactions (witholding taxes) réalisées par les entreprises diffèrent selon que l’entité bénéficiaire est résidente ou non résidente.
Les retenues à la source
Kenya Résident Dividendes Rapatriement de bénéfices d’une succursale Frais de gestion et d’expertise Redevances 5 0 5 5 Non résident 10 0 20 20 Tanzanie Résident 10 nc 0 15 Non résident 10 10 15 15 Ouganda Résident 15 nc nc nc Non résident 15 15 15 15 Rwanda Résident 15 15 15 15 Non résident 15 15 15 15

Sources : PWC, East Africa Tax Reference Guide et Deloitte International Tax Sources

Le Kenya applique une fiscalité sur les mouvements de capitaux plus avantageuse que ses partenaires, en particulier pour les entreprises françaises et les entreprises résidentes.
> Les apports de la convention franco-kenyane en vue d’éviter les doubles impositions en matière d’impôts sur le revenu
La convention fiscale entre le Kenya et la France, signée en décembre 2007 en même temps que la convention d’encouragement et de protection réciproque des investissements, est en attente de ratification. Elle est basée sur le modèle OCDE. Une fois entrée en vigueur, elle apportera plusieurs avantages aux investisseurs français et kenyans : Détermination de la résidence fiscale Selon la convention, si une entité est déclarée résidente à la fois en France et au Kenya, ce sera le lieu de gestion effectif qui déterminera la résidence fiscale.

261

Vendre aux pays de la CAE

En d’autres termes, si une société est enregistrée au Kenya, mais que le lieu de gestion effectif est en France, l’entité sera imposable en France et non au Kenya. Définition de l’établissement stable La définition de la convention est semblable à la définition kényane, mais elle exclut explicitement les installations dont il est fait usage uniquement à des fins de stockage, d’exposition et de livraison de marchandises, et les installations destinées à l’achat de marchandises, à la collecte d’informations pour la maison mère ou à l’exercice d’une activité préparatoire ou auxiliaire. L ’utilisation d’un agent indépendant ne crée pas d’établissement stable si cet agent agit dans le cadre normal de ses fonctions. Retenue à la source La convention fixe un seuil maximal pour certaines retenues à la source. Ce seuil maximum est parfois plus bas que le taux d’imposition normal. Le taux maximum est fixé à 10% sur les dividendes, 12% sur les intérêts et 10% sur les redevances. Certains revenus imposables dans les deux pays à la fois : les lois tanzanienne et ougandaise prévoient un mécanisme de déduction, même en cas d’absence de convention fiscale.

Impôt indirect : la TVA
Le taux de TVA n’est pas harmonisé au sein de la CAE.
Le taux de TVA dans les pays de la CAE
Kenya Taux 16% Tanzanie 20% Ouganda 18% Rwanda 18%

Sources : PWC, East Africa Tax Reference Guide et Deloitte International Tax Sources

Au Burundi, un programme de la Banque mondiale et du FMI prévoit la mise en place d’un système de TVA en remplacement du système actuel de taxe sur la vente (17%), et la création d’une agence unique de collecte des impôts. A noter que le remboursement de la TVA par les autorités fiscales des différents pays peut être très longue : i.e. jusqu’à 120 jours au Kenya.

262

L’impôt sur le revenu s’échelonne de 0% à 30% en quatre ou cinq tranches.688 EUR) 30% Sources : PWC. dans l’agriculture et dans le transport.Vendre aux pays de la CAE L’impôt sur les personnes physiques L’impôt sur le revenu fonctionne selon le système Jusqu’à 30% d’impôt sur le revenu Pay As You Earn (PAYE) et les entreprises sont responsables des retenues à la source sur les salaires.5 Industrie : 50 Agriculture : 100 nc nc 5 nc 12. Dans le secteur minier. East Africa Tax Reference Guide et Deloitte International Tax Sources 263 . les incitations sont généralement plus fortes. L’impôt sur le revenu Tranche inférieure Tranche supérieure Revenu mensuel Taux Revenu mensuel Taux inférieur à d’imposition supérieur à d’imposition 19. Les autorités fiscales tanzaniennes peinent à mettre en place un système de collecte efficace dans la mesure où elle repose sur les déclarations volontaires (pas de retenue à la source).000 TZS (435 EUR) 30% 235.000 TZS (217 EUR) 0% 720.892 KES (398 EUR) 30% 360.000 RWF (506 EUR) 0% 1. East Africa Tax Reference Guide et Deloitte International Tax Sources Kenya Tanzanie Ouganda Rwanda Incitations fiscales Afin d’encourager les investissements.001 RWF (1.000 UGX (167 EUR) 30% 360. revenus et autres rémunérations.5 à 37. Déductions Kenya Déduction sur le capital investit (%) Machinerie et équipement Biens immeubles industriels Déduction pour amortissement (%) Bâtiments industriels Bâtiments commerciaux Hôtels Matériel industriel 100 100 2.740 KES (202 EUR) 10% 38.5 50 à 75 suivant la région 20 5 5 5 20 à 40 Tanzanie Ouganda Sources : PWC. en particulier dans les zones franches.5 – 10 12. les pays de la CAE proposent de nombreuses incitations fiscales.000 UGX (94 EUR) 0% 410.200.5 à 37.

L’apport de Proparco ayant pour but d’alimenter les fonds propres de la société « cible » pour lui assurer un développement durable. mais il en existe un au Kenya en relation avec Proparco. soutenables sur le plan environnemental et financièrement rentables.Vendre aux pays de la CAE Sources : • Kenya : Income Tax Act et Value Added Tax Act.5 à 20 million EUR à condition que l’entreprise apporte un capital minimum de 40% du projet. Les fonds de capital-risques sont assez peu développés dans la région. Elle finance des opérations économiquement viables. • Ouganda : Income Tax Act CAP 340. La plus connue en France pour l’Afrique est la Proparco. Value Added Tax Act 1997. • Rwanda : Income Tax Act 2005. il est souhaitable de prévoir dès le contrat de coopération les modalités de rachat des parts par les partenaires. • Tanzanie : Income Tax Act 2004. Les financements de Proparco peuvent être apparentés à des opérations de capital risque dans la mesure où sa prise de participation se fait à durée déterminée et à une certaine rentabilité. socialement équitables. Value Added Tax Act CAP 349.A. Si un financement est octroyé par Proparco. Les parts de Proparco dans la société ont vocation à êtres rachetées par l’investisseur et/ou le partenaire après 4 à 8 ans. 264 . Financement de l’implantation et financement de projets Le financement par une société de capital-risque Le financement par fonds propres relève essentiellement des sociétés de capital risque. Proparco apporte en fonds propres de 0. Aureos E.

Fasep-Garantie et de la Banque Européenne d’investissement. même si les taux du marché restent onéreux. Doing business. Le bureau régional de Proparco Royal Insurance Hose.co. Obtention de crédit Kenya Rang mondial 5 Tanzanie 84 Ouganda 109 Rwanda 145 Burundi 163 Source : Banque mondiale. C’est d’ailleurs le principal point fort de ce pays dans le domaine de l’environnement des affaires. 265 . Hospital Road Tel : 718452/7 Fax: 717988 E-mail: afdpro@africaonline.ke Les aides à l’investissement Aides françaises et européennes Les PME françaises peuvent bénéficier des aides à l’investissement OSEO. 2009. ou par les nombreuses banques britanniques ou locales. un crédit bail international ou du parrainage bancaire de la prospection. ou encore des mesures « Novelli » d’encouragement à l’exportation. Le système bancaire au Kenya est considéré comme particulièrement performant au niveau mondial.Vendre aux pays de la CAE Le financement par emprunts Les emprunts peuvent être faits auprès de banques en France ou dans un des pays de la CAE. • Banques françaises en France : peuvent faire un prêt à la maison mère. • Banques locales : il peut être intéressant de passer par une banque française implantée localement. C’est généralement la maison mère qui supporte les risques.

avec une période d’amortissement différé compris entre 1 et 3 ans. Fax : 338030 (à l’origine destiné à la réhabilitation d’entreprise) PO BOX 30500 Nairobi Tél : (254 20) 228026/ 8 . financières internationales) PO Box 46534. Fax: 219147 National Bank Building. La SFI (IFC en anglais) mène trois types d’activité: investissement. Fax: 334594 Courriel : idbkenya@swiftkenya. 217368/ 9. transfert de technologie). 266 . Fax : 214563 (Impliquée dans la gestion de projets agro-industriels (joint venture) PO BOX 30483 Nairobi Tél : (254 20) 340401.Vendre aux pays de la CAE Banques internationales et de développement : Prêts à taux réduit. mobilisation de ressources et de conseil. 330279/ 80. 337324/ 5. Elle limite son concours financier à 25% maximum du coût total d’un projet. Les prêts de la SFI peuvent s’étendre sur 3 à 13 ans. parfois dotation en capital à condition que le projet soit conforme aux politiques de développement (création d’emploi. L’intérêt d’avoir un financement d’une de ces banques est aussi de faciliter l’obtention de prêts auprès de banques privées. elle détermine le prix de ses apports financiers et de ses services sur la base des conditions du marché et elle cherche à réaliser des bénéfices. A la différence de la plupart des institutions multilatérales. elle assume les mêmes risques de marché que les investisseurs privés. Nairobi Tél : (254 20) 217370. 333275. elle ne peut accepter la garantie de l’Etat. Fax : 338426 (intervenant en capital et Prêts MLT dans des projets de PME) Aides de la Société Financière Internationale Il s’agit d’un appui direct et financier au secteur privé du groupe de la Banque mondiale. Nairobi Tél: (254 20) 337069/ 79 . PO Box 44036.com PO BOX 70732 Nairobi Tél : (254 20) 330351/ 72 . Africa Project Development Facility (Banque mondiale) Industrial development bank Rehabilitation Advisory Service Ltd (géré par la DEG) Industrial promotion service (détenue par Aga Khan Fund) Development Finance Company of Kenya (détenue par les institutions. Dans ses prêts et ses prises de participation. La SFI opère comme une institution privée.

la société de courtage CAURI (Conseil en assurance des risques internationaux) est spécialisée dans le montage de telles polices. De plus. Elle offre des garanties contre les risques politiques traditionnels à condition que les projets correspondent aux politiques de développement du pays d’accueil. créée en 2001.. Les garanties peuvent êtres souscrites auprès d’assureurs privés comme le groupe Paris. de banque). Elle garantit le montant de la marge brute d’exploitation de la filiale contre les risques politiques cités cidessus et contre le risque de dévaluation. la conditionnalité est généralement plus faible que chez d’autres assureurs crédit. L’agence multilatérale. • La Coface propose une garantie perte d’exploitation et investissement et peut octroyer une subvention dite de prospection.Vendre aux pays de la CAE La Société Financière Internationale (groupe Banque mondiale) PO BOX 30577 Nairobi Tél : (254 20) 714141 . En France. • L’ATI-ACA. est l’assureur crédit officiel de 14. intransférabilité des fonds. 224726. et dont le siège est à Nairobi. Lloyd’s. Fax : 720 612 Couverture des risques Les risques liés à l’internationalisation d’une entreprise et en particulier ceux qui concernent l’investissement sont variés : risque sur le capital (prêt d’associés. 267 . ATI-ACA ou AMGI. écroulement du marché industriel. risque sur le rapatriement des fonds (intransférabilité des dividendes)… Les polices d’assurance investissement ne couvrent que les risques politiques : actes volontaires des autorités locales. et bientôt 16 pays africains. surtout en Afrique de l’est. est spécialisée dans l’assurance de risques politiques qui incluent le risque terroriste. créée par la Banque mondiale et bénéficiant de son soutien. risque d’inflation. violences politiques. et en particulier des 5 pays de la CAE. AIG. Il est aussi possible de souscrire une police Coface.. • L’AMGI est l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA en anglais).

organe de la Banque mondiale. 268 . la Tanzanie et l’Ouganda ont signé la convention de New York de 1958 sur la reconnaissance et l’exécution des sentences arbitrales étrangères qui a abouti à la création du Centre international de règlement des différends liés à l’investissement (CIRDI).Vendre aux pays de la CAE Les conventions avec la France Accords bilatéraux Accords de promotion et de protection réciproque des investissements (API) Burundi Kenya Non Signé en décembre 2007 – en attente de ratification par le Parlement français Accords de non double imposition Non Signé en décembre 2007 – en attente de ratification par le Parlement français Non Non Non Ouganda Signé en 2003 Tanzanie Rwanda En discussion Non Accords multilatéraux Ouganda Tanzanie Oui Oui Oui Non Rwanda Oui Non Oui Non Burundi Accords de l’OMC Convention de New York de 1958 sur la reconnaissante et l’exécution des sentences arbitrales étrangères Convention de Washington de 1965 créant le Centre International de Règlement des différents liés à l’Investissement (CIRDI) Convention OCDE contre la corruption d’agents publics étrangers Oui Non Oui Non Kenya Oui Oui Oui Non Oui Oui Oui Non L’ensemble des Etats de la CAE est membre de l’OMC. le Kenya. Par ailleurs. Aucun pays de la CAE n’a signé la convention OCDE contre la corruption d’agents publics étrangers.

Vivre et travailler dans les pays de la CAE .

.

dans la mesure du possible. Formalités et risques sanitaires : sécurité Avant le départ.gouv. 271 .fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/index. Toujours consulter le site du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes « Conseil aux voyageurs » : http://www. Toute mesure de prévention est indispensable : les rapports sexuels doivent être impérativement protégés. il est nécessaire de consulter son médecin et de souscrire une police d’assistance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire.org) et couvre les 5 pays de la CAE.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Vivre Points communs Les guides intitulés Karibuni Kenya 2009 et Karibuni Ouganda 2009 méritent d’être consultés pour leurs informations pratiques et leurs carnets d’adresses utiles pour la communauté française vivant dans les pays d’Afrique de l’est.karibuniafrique. Eviter.sida.diplomatie. les transfusions sanguines. Le guide est consultable sur internet (www.html# Sida Prévalence non négligeable du VIH .

Il est déconseillé de consommer des légumes crus. il faut éviter de se baigner dans les eaux stagnantes ou les lacs. la rage en cas de séjour en brousse. de marcher pieds nus sur le sable ou le sol humide ou encore de caresser les animaux. Le choléra est endémique à Dar Es Salam et sur l’archipel de Zanzibar. D’autre part. La fièvre de la vallée du Rift est transmise par contact avec le sang ou le lait du bétail ou piqûre de moustique. crèmes.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Paludisme La malaria ou le paludisme est une maladie parasitaire transmise par la piqûre de moustique qui demande un traitement préventif adapté prescrit par le médecin ou un centre de conseil au voyageur. la fièvre typhoïde. il faut donc éviter de consommer du lait non stérilisé ou de la viande crue.. 272 . complété par des mesures de protections individuelles comme l’utilisation de moustiquaires. Nécessité d’une mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite. Selon la durée du séjour et les conditions d’hygiène. l’hépatite E en Ouganda. l’hépatite A et B. Conseils généraux Il faut éviter de boire de l’eau du robinet (et les glaçons) et préférer l’eau filtrée ou bouillie ou en bouteilles capsulées. diffuseurs électriques. Il ne faut pas consommer les médicaments achetés dans la rue. Vaccination La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire ou fortement recommandée. Des cas de trypanosomiase (maladie du sommeil) transmis par la mouche tsé-tsé ont été recensés dans les grands parcs animaliers. Autres risques pathologiques Les fièvres de Marburg et d’Ebola demeurent endémiques à l’ouest de l’Ouganda. il est également conseillé de se vacciner contre le méningocoque. Les pays de la CAE sont classé en zone 3. La détention et la consommation de stupéfiants sont sévèrement réprimées.. sprays. des jus de fruits frais et des aliments insuffisamment cuits.

77 109.65 1863. Les cartes de crédits internationales sont acceptées uniquement dans les grands hôtels de classe internationale. change Monnaie et taux de change dans les pays de la CAE (mai 2009) Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Monnaie Franc burundais (BIF) Shilling kenyan (KSH) Shilling ougandais (UGX) Franc rwandais (RWF) Shilling tanzanien (TSH) Estimation du taux de change pour 1 EUR 1 684.40 Estimation du taux de change pour 1 USD 1204 77 2262 563 1322 Source : SER de Nairobi Il est recommandé d’avoir des dollars américains ou des euros. dans les bureaux de change privés (Forex Bureau) et certains grands hôtels.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Langues officielles et commerciales La langue officielle et commerciale de la CAE est l’Anglais. Monnaie. Les transactions quotidiennes se font en liquide. De nombreux distributeurs de billets existent dans les capitales. Le change s’effectue dans différentes banques. Déplacement vers et dans la zone Les compagnies aériennes internationales • • • • • • • • British Airways (BA) via Londres Brussel Airlines (SN) via Bruxelles Egypt Air (MS) via le Caire Emirates (EK) via Dubaï Ethiopian Airlines (ET) via Addis-Abeba Kenya Airways/AF-KLM (KQ) via Londres.96 789. sauf au Burundi qui conserve le Français. Amsterdam ou Paris South African Airways (SA) via Johannesburg Swiss International Airlines (LX) via Zurich 273 .32 3051. Les guichets des banques Barclays et Standard Chartered notamment acceptent les cartes VISA et Mastercard.

de l’Ouganda et de la Tanzanie (à l’exception de Da Es Salaam). La compagnie propose des correspondances avec SN Brussel airlines.airkenya.com . Compagnies aériennes desservant les pays de la CAE en vols directs Johannesburg Addis Abeba Amsterdam Bruxelles Le Caire Londres Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie ET KQ/ ET ET ET ET KQ SN SN SN SN KQ/ MS MS KQ/ EK EK EK SA KQ/ SA SA SA SA KQ/ BA BA BA KQ Source : SER de Nairobi Les compagnies aériennes régionales 274 • Air Kenya (QP) www. de l’Ouganda et de Tanzanie.ke . ainsi que vers un grand nombre de pays de la Région et d’Afrique de l’Ouest et Centrale.kenya-airways. Nairobi et Mombasa. • Precision Airlines (PW).fly540.vols réguliers qui desservent les principales villes de Tanzanie et les destinations touristiques.com .vols réguliers reliant les capitales du Kenya.air-uganda.com .com . • Jetlink (JO) www. • Air Ouganda (U7) www.vols réguliers vers toutes les principales villes du Kenya et les destinations touristiques.jetlinf.vols réguliers reliant les principales villes du Kenya. notamment sur la liaison Entebbe – Nairobi. filiale de Kenya Airways www. • Kenya Airways (KQ) www. et l’île de Zanzibar.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Seul Kenya Airways propose des vols directs depuis Paris jusqu’au Kenya tandis que les autres compagnies relient la capitale française aux pays de la CAE via une escale.precisionairtz.com . • Fly 540 (5H) www.co.vols réguliers reliant plusieurs villes du Kenya et Bujumbura et le Sud Soudan. Zurich LX LX Dubai Paris .vols réguliers journaliers vers toutes les principales villes du pays et toutes les capitales des pays de la CAE.

Vivre et travailler dans les pays de la CAE • Safari Link www. de 275 .Nairobi KQ (4 vols/ jour) U7 (1 vol/ jour) 5H Nairobi . Le transport aérien est le moyen le plus sûr et le plus rapide pour se déplacer à l’intérieur de la zone. les déplacements sont relativement fiables. Air Uganda propose également des vols réguliers reliant Dar Es Salaam et Entebbe. et une ligne reliant Dar Es Salam et New Kapiri Mposhi en Zambie.Kigali KQ (2 vols/ jour) Air Rwanda (2 vols/ jour) Kigali .com . Réseau routier L’état du réseau routier est très inégal mais les axes principaux restent toujours praticables.Nairobi KQ (3 vols/ jour) Air Rwanda (2 vols/ jour) Source : Let’s go travel Transport ferroviaire L’état des lignes de chemins de fer est vétuste et le réseau régional est limité. même si les retards sont très fréquents.Nairobi KQ (4 vols/ jour) Nairobi . Le plus simple pour se rendre dans la zone CAE est d’emprunter un vol pour Nairobi (Nairobi étant le hub régional) puis de prendre une correspondance vers les capitales des pays de la CAE.safarilink-kenya.Entebbe KQ (4 vols/ jour) U7 (1 vol/ jour) 5H Entebbe . Au Kenya et en Tanzanie. Fréquence des vols et compagnies aériennes reliant Nairobi aux autres capitales de la CAE Nairobi Bujumbura KQ (3 vols/ jour) Bujumbura Nairobi KQ (3 vols/ jour) Nairobi – Dar Es Salaam KQ (3 vols/ jour) Dar Es Salaam . Kenya Airways est la compagnie qui offre le plus de choix et de destinations au sein de la CAE. Les différentes lignes ne sont pas interconnectées. Il existe principalement une ligne au départ de Nairobi desservant Mombasa-Kisumu-Kampala.vols réguliers desservant les destinations touristiques kenyanes et le Kilimandjaro. La circulation peut s’avérer dangereuse à cause notamment de la vétusté des véhicules.

Au Kenya. il faut privilégier le véhicule personnel ou le taxi (surtout la nuit). Les portes du véhicule doivent être verrouillées. Les régions à éviter Les régions frontières avec le Soudan. il faut donc négocier la course avant le départ. la RDC. ont une qualité très variable et sont sujets à de nombreux accidents (3 000 morts au Kenya par an pour un parc roulant d’environ un million de véhicules. la ceinture bouclée et les vitres fermées. Les taxis restent le moyen de transport le plus sûr mais la plupart ne possèdent pas de compteur. Rwanda Kenya.Vivre et travailler dans les pays de la CAE la conduite imprudente. et parfois des attaques à main armée (surtout la nuit). la Somalie et l’Ethiopie sont formellement déconseillées. Ouganda. de la surcharge des bus et camions. Décalage horaire Décalage horaire dans les pays de la CAE Pays Burundi. Les transports en commun (bus et mini bus) cherchent une rentabilité maximale. que le chauffeur est disposé à vous laisser consulter. il faut être accompagné d’un guide expérimenté pour se rendre dans la moitié nord du pays. en Ouganda la région de Karamoja et du Mont Elgon sont à éviter. Les bonnes compagnies de taxi disposent toutefois à bord d’un barème par destination. les zones frontalières du Burundi et du Rwanda à l’ouest sont déconseillées en raison des camps de réfugiés et des bandes armées. En Tanzanie. Dans les grandes villes comme Nairobi. Enfin. même situation en Tanzanie). Tanzanie Hiver GMT + 2 1 heure d’avance par rapport à Paris GMT + 3 2 heures d’avance par rapport à Paris Eté GMT + 2 Aucun décalage par rapport à Paris GMT + 3 1 heure d’avance par rapport à Paris Source : SER de Nairobi 276 .

Fax : (+257 22) 46 12 Indicatifs téléphoniques des pays de la CAE : appels internationaux Pays Burundi Kenya +257 +254 Indicatif de la France vers le pays FIXE : +257+code de la ville + le numéro souhaité MOBILE :+257+ le numéro souhaité (sans zéro) FIXE :+254 +code de la ville + le numéro souhaité MOBILE :+254+ le numéro souhaité (sans zéro) Indicatifs des principales villes (pour le téléphone fixe) Bujumbura : 22 Nairobi (20) Mombasa (41) Kisumu (57) Nakuru (51) Eldoret (63) Kampala (414) Jinja (43) pas d’indicatifs de ville Arusha (27) Dar Es Salaam (22) Dodoma (61) Mtwara (59) Mwanza (28) Tanga (23) Zanzibar (24) Source : SER de Nairobi Ouganda +256 Rwanda Tanzanie +250 +255 FIXE :+256+code de la ville + le numéro souhaité MOBILE :+256+7+ le numéro souhaité (sans zéro) FIXE : 250+ le numéro souhaiter MOBILE : non communiqué FIXE :+255+ code de la ville + le numéro souhaité MOBILE :+255+7 + le numéro souhaité (sans zéro) 277 .Vivre et travailler dans les pays de la CAE Télécommunications Communication téléphonique Indicatifs téléphoniques (+257 22) 34 26.

pour les principales villes : – Arusha 27+ le numéro souhaité – Dar Es Salaam 22+ le numéro souhaité – Dodoma 61+ le numéro souhaité – Mtwara 59+ le numéro souhaité – Mwanza 28+ le numéro souhaité – Tanga 23+ le numéro souhaité – Zanzibar 24 + le numéro souhaité Indicatifs des différents opérateurs mobiles MTN : 077/078 Warid Telecom : 070 Orange : 079 Zain : 075 Mango Telecom : 071Indicatifs des différents opérateurs mobiles Rwandatel – 75 MTN Rwanda . pour les principales villes: – Nairobi (020) + le numéro souhaité – Mombasa (041) + le numéro souhaité – Kisumu (057) + le numéro souhaité – Nakuru (051) + le numéro souhaité – Eldoret (063) + le numéro souhaité Indicatifs téléphoniques des pays de la CAE : appels nationaux Pays Burundi d’un fixe à un fixe Kenya Nécessaire d’une ville à l’autre. pour les principales villes : – Kampala : (414) + le numéro souhaité – Jinja : (043) + le numéro souhaité Rwanda Tanzanie Nécessaire d’une ville à l’autre. Par exemple. Par exemple. Par exemple.78 Indicatifs des différents opérateurs mobiles Zain : 078 Tigo : 071/06 Vodacom : 075/076 Zantel : 077 Source : SER de Nairobi .278 d’un fixe à un portable ou d’un portable à portable d’un portable à un fixe Indicatifs des différents opérateurs mobiles Zain-0733/0734/0735/0736/0737/0738 Safaricom0722/0723/0721/0726/0728/0727/0716/0712 Orange-0770/0771 Nécessaire d’une ville à l’autre. Par exemple. pour les principales villes : – Nairobi (020) + le numéro souhaité – Mombasa (041) + le numéro souhaité – Kisumu (057) + le numéro souhaité – Nakuru (051) + le numéro souhaité – Eldoret (063) + le numéro souhaité Vivre et travailler dans les pays de la CAE Ouganda Nécessaire d’une ville à l’autre.

12c EUR) à 50 000TSH (29 EUR) Source : SER de Nairobi Ouganda 5000 UGX (environ 2 EUR) Rwanda Tanzanie Non communiqué 500 TSH (25c EUR) 279 . le roaming pour cet opérateur donc automatique. Orange. Onamob Safaricom.20 EUR) à 1000 KSH (10 EUR) 0.19 KSH/min – Orange à Orange 7 KSH/ min – Orange à un autre opérateur 14 KSH/ min Ouganda – UTL 125 UGX/ min . ZAIN.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Prix des communications téléphoniques Prix des communications téléphoniques dans les pays de la CAE Pays Burundi Kenya Prix d’un fixe à fixe nc – Telkom à Telkom 7 KSH/ min – Telkom à autre opérateur 14 KSH/ min Prix d’un fixe à un portable nc Prix d’un portable à portable nc Prix d’un portable à un fixe nc – Zain à une ligne fixe 21.5 EUR) Principaux opérateurs Onatel. Zantel. Orange Rwandatel. Warid. Zain. Réseau de la téléphonie mobile dans les pays de la CAE Pays Burundi Kenya Prix d’une carte à puce Non communiqué 50 KSH (environ 0.11 KSH/ min – Zain à Zain 8.48 KSH/ min – Zain à un autre opérateur 21.56 KSH/ min – Safaricom à autre opérateur 11.MTN 280 UGX/ min – MTN 215 UGX/ min Rwanda nc nc – Rwandatel à Rwandatel 50 RWF/ min – Rwandatel à autre opérateur 65 RWF/ min nc – UTL 192 UGX/ min – MTN 215 UGX/ min nc Tanzanie nc nc nc Source : SER de Nairobi Téléphone portable Zain est le seul opérateur présent à la fois au Kenya. Tigo.4 à 4 EUR Non communiqué de 200 TSH (0. Zain.UTL 125 UGX/ min – UTL 192 UGX/ min – MTN 125 UGX/ min .19 KSH/ min Telkom à un portable – Safaricom à Safaricom 14 KSH/ min 5. Hits (qui n’exploite pas sa license) Prix des cartes recharge Non communiqué De 20 KSH (0. en Tanzanie et en Ouganda. YU MTN. MTMRwandacell. Tigo Vodacom. UTL. TTCL.

MTMRwandacell Prix de Date d’arrivée l’abonnement de la fibre au mois optique nc 1500 USD Fin 2009 Fin 2009 Ouganda Dial-up. MTN. UUNET. IWAY Rwandatel. VSAT Rwanda Dial-up. ADSL. prévoir un adaptateur Prise à deux fiches Prise à trois fiches. Africa online UTL. ADSL. Catsnet. VSAT Wimax 300 USD nc fin 2009 Novembre 2009 juillet 2010 au plus tôt Tanzanie Dial-up. ADSL. Telkom Kenya (Orange). ADSL. 200 USD Africa Online. VSAT AFSAT Communications. Vizada. BOL. prévoir un adaptateur Source : SER de Nairobi 280 . ADSL. VSAT Dial-up. prévoir un adaptateur Ouganda Rwanda Tanzanie Prise à trois fiches. TTCL Source : SER de Nairobi Puissance électrique L ’électricité disponible dans les pays de la CAE Pays Burundi Kenya Tension électrique 220 V 240 V (les appareils français prévus pour 220 V peuvent être branchés au courant électrique kenyan) 220 V 220 V 220/230V nombreuses coupures de courant Type de prise électrique Prise à deux fiches Prise à trois fiches. Simbanet.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Internet Réseau internet dans les pays de la CAE Pays Burundi Kenya Type de Connexion Dial-up. VSAT Débit à disposition nc de 256 à 1024 kbps 256 kbps De 64 kbps à 1000 kbps de 64 kbps à 3000 kbps Principaux opérateurs internet Onatel Access Kenya.

pause de 13h à 15h.75 EUR/m² 4. Source : SER Nairobi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Du lundi au vendredi 8h30-13h et 14h-17h.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Horaire d’ouverture des administrations. des magasins et des banques Horaire d’ouverture dans les pays de la CAE Pays Burundi Administration nc Du lundi au vendredi de 9h à 17h. parfois le samedi de 9h à 14h.35 à 8 EUR/m² 12 EUR/m² 10 EUR/m² 15 EUR/m² Prix de location d’un bureau de 20 à 25 m2 dans un centre d’affaire nc 400 USD/semaine 1 200 USD/mois 500 USD/semaine 2 000 USD/mois nc Entre 550 et 650 USD/semaine Prix de location au mois d’un espace industriel nc De 2. Le marché de l’immobilier Ce marché est encore peu structuré. parfois le samedi : 9h à 17h. nc Du lundi au vendredi de 8h à 16h.5 à 2. Il existe néanmoins quelques agences qui ont une couverture régionale (Knigh Franck). Du lundi au samedi de 9h à 18h. Certaines banques proposent des distributeurs automatiques disponibles 24h/24h. Le tableau ci-dessous récapitule le coût des locations à but industriel et commercial dans la région.5 EUR/m² 1. Banques nc Du lundi au vendredi de 9h à 15h. pause de 13h à 14h. nc Du lundi au vendredi : 9h à 17h (ou 18h). Samedi : 9h-12h. Supermarchés : 9h-19h du lundi au samedi et 9h-12h le dimanche. nc Du lundi au vendredi de 8h à 16h.5 EUR/m² 4 EUR/m² Source : SER Nairobi Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie 281 . Du lundi au vendredi de 8h30 à 14h. Location de bureaux et d’espaces industriels dans les pays de la CAE Prix de la location au mois de bureau au centre ville des capitales nc De 6. Magasins nc Du lundi au vendredi.

la construction de ce type de complexes est en hausse constante et cette solution semble correspondre à la demande actuelle. Dans le quartier de Kilimani. services. laissant la porte ouverte à des comportements frauduleux de certains promoteurs. Comme peu de propriétés peuvent abriter ce type de complexes. Mombasa et Nakuru principalement) était soumis à une bulle spéculative. l’offre de nouvelles constructions est continuellement supérieure à la demande. et celui du loyer des maisons est compris entre 12% et 15%. Le prix du mètre carré de terrain à Nairobi aurait augmenté de 20 à 25% en 2007. Le segment intermédiaire du marché du neuf correspond aux nouvelles constructions immobilières dites « résidentielles » ou compounds. salle de sport. en moyenne. L’Association of Certified Fraud Examiners (ACFE) enregistre un grand nombre de plaintes déposées par des particuliers à l’encontre de ces promoteurs pour non-conformité des logements livrés. Ces constructions se placent de plus en plus sur un marché des logements haut/moyen gamme et dont les loyers restent accessibles comparés aux maisons. une hausse de 5% à 10%. soit appartements) sont exploités selon un schéma classique dans lequel se trouvent rassemblés logement. Marché résidentiel à la location A la même époque. alors que celui des bureaux liés à des entrepôts ou des installations de production se trouvent dans les zones industrielles. 282 . le marché immobilier urbain (Nairobi. Ces complexes (soit petites villas. groupe électrogène (du fait des fréquentes coupures d’électricité) mais également un service de sécurité jour et nuit. par exemple. Le marché de bureaux administratifs est concentré à Nairobi. le prix du m² connaît une forte progression. on constate que les loyers des appartements ont subi.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Le cas du Kenya Un marché immobilier montrant des signes de ralentissement depuis le 4ème trimestre 2008 En 2007/2008. Depuis 2008. piscine. à Nairobi.

Le cas de la Tanzanie Le marché immobilier en Tanzanie est caractérisé par Un marché peu une offre abondante mais peu transparente. le gouvernement reprend progressivement en main la gestion des infrastructures accaparées par des individus proches du pouvoir (construction sur des zones réservées). quant à celui des maisons le taux est resté stable soit 20%. avec l’entrée des spécialistes et internationaux (Knight Franck. les intervenants étant devenus. Rege). le marché est encore très marqué par l’héritage de la période Nyerere.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Le marché résidentiel à l’achat En 2008. institutionnels et agents immobiliers dont les interventions sont encadrées par l’Estate Agents Act. Surtout. L’organisation du marché immobilier kenyan est inspirée du modèle britannique que l’on retrouve dans des pratiques telles que le bail emphytéotique de 99 ou 50 ans des terrains (lease hold). Les prix sont très variables. mais devrait ralentir en 2009. la vente des terrains a quant à elle connut une augmentation oscillant entre 20% à 25%. propriétaires privés. les prix à la vente des logements à Nairobi ont augmenté de 25% par rapport à 2007. qui disposent d’un stock très important en la matière. les agences et vrais professionnels sont l’exception. On assiste à plus de rigueur et de justesse dans l’estimation des biens. plus professionnels. la réglementation peu claire et peu sécurisante. où la terre était propriété de l’Etat. Le taux d’occupation sur le marché résidentiel est actuellement de l’ordre de 65% pour les appartements à la vente en copropriétés ou condominiums (titre de propriété « strata ») et d’environ 70% pour les appartements en location. Les grandes opérations foncières et immobilières sont le plus souvent le fait des agences parapubliques. et un transparent manque de structures. 283 . Le marché est régi par des mécanismes assez compétitifs dans lesquels interviennent de nombreux acteurs : clients potentiels. Après des années de laxisme.

Des aménagements ont également été pratiqués pour les entreprises de droit tanzanien appartenant à un étranger. à proximité du centre-ville. le loyer devant être payé en une seule fois. La construction prévue. Le marché du neuf comprend les complexes dits « compounds » ainsi que de petites et moyennes villas dont la construction est aujourd’hui frénétique aux périphéries nord (Mbezi. au moment de la signature. Le marché à l’achat Selon le Land Act. l’accès à la propriété est réservé aux nationaux tanzaniens41. tandis que les Indo-pakistanais se regroupent à Upanga. Silversand. et malheureusement. en justifiant 5 ans de résidence ininterrompue sur le territoire tanzanien et en l’échange du renoncement à sa nationalité d’origine. Kawe et Mbezi Beach. bien que toujours repoussée. sous réserve que les investissements 40 Des centaines de parcelles ont été acquises dans les dernières années suite à une importante opération foncière conduite par le gouvernement. générateur. La classe aisée et moyenne supérieure tanzanienne se trouve à Mikocheni et Kinondoni. La location d’une maison varie entre 500 et 2 500 USD selon le quartier et les services associés (sécurité. Les appartements. Les propriétaires acceptent de louer pour un an minimum (6 mois en négociant fermement). haut à très haut de gamme). les arbitrages se font rarement en faveur des étrangers. à forte présence d’expatriés. alimente une importante spéculation immobilière. Les quartiers haut de gamme de Dar es Salaam. Il convient d’être très prudent lors de la signature d’un contrat de bail. du pont de Kigamboni. la demande sur le marché immobilier urbain s’est accrue fortement et a provoqué une hausse généralisée des prix (+80% entre 2004 et 2009 dans le cas du quartier résidentiel de Kinondoni). 41 La nationalité tanzanienne peut s’acquérir sur demande. Whitesand. 284 . moyen à haut de gamme). même lorsqu’ils sont dans leur droit. sont la péninsule de Msasani. 66 et 99 ans. approvisionnement en eau…). sont généralement plus chers que les maisons. La sécurité juridique est encore balbutiante. et sud (Kigamboni40. un bail emphytéotique peut toutefois être concédé à des étrangers pour des durées de 33.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Le marché résidentiel à la location à Dar es Salaam Depuis une dizaine d’années. reliant ce quartier au Business District de Dar es Salaam.

La demande reste soutenue. Rwanda et Tanzanie. la Tanzanie étant un pays en forte croissance (7% par an avant le ralentissement financier). Le marché de la location à usage commercial En ce qui concerne la location à usage commercial.Vivre et travailler dans les pays de la CAE prévus en Tanzanie soient supérieurs à 500 000 USD. Les meilleurs restaurants se trouvent souvent dans les grands hôtels de luxe. Ouganda. dont on demande le prolongement avec un nouveau visa sur place. Passeport dont la validité est d’au moins six mois supérieur à la 285 . le secteur de la construction ne subissant que très peu de contrôles. La vigilance est de mise lors de l’achat. au Burundi même). Hôtels : les chaînes régionales Seule la chaîne Serena hotels est présente au Kenya. il n’y a que très peu d’espaces libres dans les immeubles de bureaux de la capitale. Sopa lodges est présent au Kenya et en Tanzanie et Hilton hotels au Kenya et en Ouganda. Taux de la TVA dans les pays de la CAE Pays Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie TVA hôtellerie/restauration Pas de TVA 16% 17% 18% 20% Source : SER de Nairobi Les spécificités selon les pays Burundi Formalité administratives et consulaires Visa obligatoire (durée maximale d’un mois.

com Source du Nil www.sunsafariclubhotel.paris@wanadoo. selon appréciation des services de police.accorhotels. Possibilité.com Hôtel Club du Lac Tanganyika www. d’obtenir un visa d’entrée à la frontière valable trois jours.hotelclubdulac.Vivre et travailler dans les pays de la CAE date de sortie du territoire.fr Calendrier des jours fériés Fêtes fixes 1er janvier Jour de l’an 5 février Jour de l’Unité 1er mai Fête du travail 1er Juillet Indépendance 15 août Assomption 13 octobre Rwagasore 21 octobre Ndadaye 1er novembre Toussaint 25 décembre Noël Fêtes mobiles Vendredi Saint Lundi de Pâques Hôtels Liste des hôtels à Bujumbura Hôtel de luxe Novotel www.hotelsourcedunil. rue de l’Orme – 75019 Paris Tél : 01 45 20 60 61 – Fax : 01 45 20 02 54 Courriel : ambabu. la situation devant être régularisée avant le terme dudit visa en cas de séjour prolongé.com Sun Safari Club Hôtel www. Services de l’ambassade du Burundi en France 10-12.com Prix USD 105 83 100 120 Moyen de gamme Hôtel Tanganyika Remhotel Karibu Hotel Nikamor International Le Rossignol Pyramide Gest House Motel Saint Michel Agasaro Gest House Source : SER de Nairobi 286 .

les fréquentes pluies soudaines rendent la chaussée glissante. la discontinuité du revêtement. Il y a un circuit touristique interrégional très intéressant à Gombe en Tanzanie sur le lac Tanganyika non loin de la frontière avec le Burundi près d’un parc de chimpanzés. est particulièrement dangereuse. d’autant que les moyens de secours d’urgence sont insuffisants. La route nationale. surtout l’axe Bujumbura-Bugarama. 287 . interdiction de téléphoner au volant. GASO. Belvédère. Transport lacustre Toute excursion sur les lacs doit se faire dans un cadre touristique organisé. New Yahoo. et le comportement des autres conducteurs peut être dangereux (conduite en état d’ivresse…). La prudence est de mise sur les routes : les habitants et les animaux n’hésitent pas à traverser la route. voire inexistants.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Restaurants • • • • • • • Le petit Bassam Cercle Hippique Chez Yaya Sun Safari Saga Plage Musée vivant Cercle nautique Se déplacer Transport routier Le réseau routier est plutôt satisfaisant dans l’ensemble du pays sauf à Bujumbura et ses abords. Des bateaux tanzaniens desservent le port de Bujumbura deux fois par semaine en passagers et en marchandises.. installation de siège enfant. Des compagnies privées organisent le transport vers les pays voisins: Yahoo Car Express.. La Colombe. Il est nécessaire de respecter les règles de sécurité routière : limiter sa vitesse. ceinture de sécurité.

autorise un déplacement dans un pays voisin et le retour au Kenya. les chutes de Karera. rue Freycinet – 75116 Paris Tél : 01 56 62 25 25 – Fax : 01 47 20 44 41 Courriel : paris@amb-kenya. Le visa d’une entrée. contrairement à son nom.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Faire un peu de tourisme Le Burundi est une destination idéale grâce à son climat et quelques attractions touristiques. Pour s’installer au Kenya. ce dernier n’étant délivré que par l’Ambassade du Kenya.org Calendrier des jours fériés Fêtes fixes 1er Janvier Nouvel An 1er Mai Fête du Travail 1er Juin Madaraka Day Fêtes mobiles Vendredi Saint Lundi de Pâques Idd Ul Fitr (Fête marquant la fin du Ramadan) 288 . Il coûte 200 KSH.fr – www. la faille de Nyakazu. soit environ 2€. les sites historiques. Le visa de tourisme a une validité de 3 mois. il faut obtenir un permis de résident comme le work-permit ou le dependant pass (voir plus haut). les plantations de thé à Teza ou à Rwegura. les coutumes et l’héritage culturels. Services de l’ambassade du Kenya en France Services de l’ambassade du Kenya en France 3. le lac artificiel sur ce même site sont d’une grande beauté.kenyaembassyparis. renouvelable 3 mois supplémentaires auprès du service d’immigration à Nairobi (Nyayo House sur Kenyatta avenue). Les parcs nationaux et réserves naturelles du Burundi. les points de vue sur le lac Tanganyika à Vyanda ou à Kabonambo. Kenya Formalité administratives et consulaires Le visa tourisme ou affaire est délivré à l’ambassade du Kenya à Paris ou à l’aéroport au Kenya (paiement en dollars uniquement dans ce cas) et coûte 40€ ou 50$ pour une entrée ou 80€ pour un visa à entrées multiples.

com Laico Regency www.com Tamarind www.com Nairobi Safari Club www.Vivre et travailler dans les pays de la CAE 10 Octobre Moi Day 20 Octobre Kenyatta Day 12 Décembre Independance Day : Jamhuri 25 Décembre Noël 26 Décembre Boxing Day Idd Ul Adha (observée par les musulmans) Hôtels Liste des hôtels hauts de gamme dans les 3 principales villes du Kenya (coût estimatif) Nairobi Hôtels Hilton Hotel www1.com Holiday Inn www.ke 250 225 269 Whitesands Beach Hotel www.com Panari Hotel (le seul proche de l’aéroport) www.com 160 Sunset Hotel 240 335 289 .com Kisumu Beach Resort kisumubeachresort.imperialkisumu.com 110 Prix USD Hôtels Kisumu Prix USD 62 64 51 Imperial Hotel www.hilton.com Norfolk Hotel ww.fairmont.com Serena Hotel www.com Ole Sereni Hotel www.serenahotels.ihg.com Source : SER Nairobi Mombasa Prix USD Hôtels 166 Bamburi Beach Hotel 133 Nyali Beach Hotel 190 Serena Beach Mombasa www.savorahotels.com Windsor Golf Club www.co.com Intercontinental HOTEL www.ole-serenihotel.com Safaripark Hotel www.holidayinn.com Stanley Hotel www.serenahotels.sarovahotels.laicohoyels.windsorgolfresort.savorahotels.nairobisafariclub.safaripark-nairobi.tamarind.

com Fairview www.savorahotels.com Prix USD Mombasa 70 Bahari Beach Hotel 85 Casle Royal Hotel 51 Royal Court 80 62 Source : SER Nairobi Kisumu Kiboko Bay Meseum View Hotel Milimani Resort Restaurants Liste des restaurants des 3 grandes villes du Kenya Nairobi Furusato (Japonais) Jardin De Paris Haadi Restaurant Carnivore Java House Flame Tree Restaurant Tamambo Pampa Al Pacha Red Mediterraneo [Italien] Cedars (Libanais) Source : SER Nairobi Mombasa Tamarind Baron Restaurant Karen Blixen Coffee Garden Innscor Kenya Ltd China Town Restaurant [Chinese Restaurant] Shehnai Restaurant [Indian] Claudio Italian Restaurant [Italian] Kisumu Grill House Restaurant 290 .hotelboulevardkenya.silverspring-hotel.com Heron Hotel www.heronhotel.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Liste des hôtels milieu de gamme des trois villes principales du Kenya Nairobi Hôtels Hotel Boulevard www.com Panafric www.fairview.com Silverspring www.

sur les trajets touristiques intérieurs. est vaste et variée. 291 . en particulier à Nairobi. européennes. Le transport en commun est une façon peu onéreuse de se déplacer dans le pays. est située entre 1 700 et 1 800 mètres d’altitude. Sur 1 500 restaurants recensés au Kenya. mais présente des disparités en termes de qualité et de répartition géographique. desservent également les petits villages. En principe. Il convient donc de se renseigner avant de les emprunter. même si la principale voie entre Mombasa et la frontière ougandaise comporte toujours des goulots d’étranglement. Par avion Les liaisons aériennes intérieures sont nombreuses mais les horaires pas toujours respectés.Vivre et travailler dans les pays de la CAE > Une gamme hétéroclite de restaurants L ’offre. les embuscades qui ont souvent lieu la nuit. chinoises. Il est important de noter que la plupart de ces établissements se trouve au sein des grands hôtels notamment à Nairobi et sur la côte. 66 (soit 4%) sont considérés comme des établissements haut de gamme. Il est donc peu recommandé d’effectuer des trajets de nuit. Des bus relient les principales villes et les petites villes . la capitale du Kenya. Les voyageurs font face à deux risques majeurs : les accidents de la route dus à la vitesse excessive des chauffeurs de bus ou de camions et au mauvais entretiens des véhicules . Se déplacer Nairobi. Il existe des liaisons régulières entre toutes les villes un tant soit peu importantes au Kenya Par la route Les principaux axes routiers demeurent praticables. les minibus. de la cuisine traditionnelle kenyane que des spécialités indiennes. Les bus partent chaque matin à partir de la gare centrale d’une ville ou d’un village et les billets peuvent être achetés à l’avance dans les bureaux de la compagnie. il vaut mieux prendre des compagnies de bonne réputation. japonaises. On trouve une large gamme de restaurants proposant aussi bien de la cuisine internationale. La restauration est adaptée à toutes les bourses. appelés matatus.

Les grands hôtels proposent leurs propres taxis pour assurer le trajet de l’aéroport à l’hôtel. Location de voiture • Rent a car • Avenue car hire • Budget • Avis • Hertz Compagnies de taxis Il existe de nombreuses compagnies de taxis et le trajet aéroport centre ville coûte entre 14 et 20 EUR. De par sa situation géographique équatoriale. montagnes.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Train La principale ligne ferroviaire relie Kisumu à Mombasa en passant par Nairobi et le parc national du Tsavo.jimcab. lacs.co.ke jacktours@yahoo.co.kenacto. il bénéficie d’excellentes conditions climatiques tout au long de l’année. Buzz a cab Ltd Jack Tours and Travel Jatco Tours & Taxis Ltd JIMCAB Kenatco Taxis Ltd info@buzzacab. Les retards sont fréquents mais les accidents et les agressions rares.com www. 292 .co. plages de sable fin).ke Faire un peu de tourisme Doté de ressources touristiques exceptionnelles (parcs animaliers. réserves naturelles. le Kenya attire de nombreux voyageurs.ke www.com www.jactotaxis.

Le visa une entrée vaut 50 EUR et est valable de 1 à 6 mois tandis que le visa à entrée multiples coûte 200 EUR pour une période identique. La nuit d’hôtel dans des établissements de gamme moyenne se situe entre 40 et 60 USD.fr Calendrier des jours fériés Fêtes fixes 1 janvier Jour de l’an er Fêtes mobiles Fin du Ramadan (Idd-el-Fitr) Vendredi Saint Lundi de Pâques 26 janvier Jour de la Libération 8 mars Journée internationale de la Femme 1 mai Fête du travail er 3 juin Jour des martyrs 9 juin Jour des Héros 9 octobre Anniversaire de l’Indépendance 25 décembre Noël 26 décembre Boxing Day Hôtels La capitale de l’Ouganda possède des hôtels de bon standing dont les prix varient de 100 à 150 USD. avenue Raymond Poincaré – 75116 Paris Tél : 01 56 90 12 20 – Fax : 01 45 05 21 22 Courriel : uganda.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Ouganda Formalité administratives et consulaires Le visa peut être délivré à l’ambassade d’Ouganda à Paris ou à l’aéroport d’Entebbe contre une somme de 50 USD. Les prolongations de visa ou l’obtention de permis de séjour ou de travail se font auprès des services d’immigration en Ouganda. Services de l’ambassade d’Ouganda en France Services de l’ambassade d’Ouganda en France 13.embassy@club-internet. 293 . auxquels il faut ajouter une TVA de 17%.

ougandaise. indienne. Toutefois l’Italie est mieux implantée que la France ou l’Allemagne.com/windsor.imperialhotels. • Khyber pass • Eden restaurant (Suisse) • Cheese bar and restaurant • Bamboo nest bar and restaurant • Golf nest restaurant • Kyto Japanese restaurants 294 .collinehotel.spekehotel.tripod.ug Serena Hotel www.com Aminaz Garden Place Uganda Fang Fang Hotel Shangri-la Hotel Kampala City Regency Hotel Kampala Regency Hotel Source : SER Nairobi Restaurants Les restaurants sont nombreux et offrent un éventail relativement large de cuisine : caribéenne.html Moyen de gamme Buziga country resort buziga.com Speke Hotel Kampala www.com Colline Hotel www.hotelruch. belges et italiens. japonaise. on trouve des restaurants français (Le Petit Bistrot. le Café de Paris. continentale.com Windsor Lake Victoria Hotel (Entebbe) www.hotelsinuganda.starwoodshotels.com Sheraton Hotel www. mexicaine. Parmi les européens. thaïlandaise.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Liste des hôtels à Kampala Hôtel de luxe Hotel Africana www. allemands.com Ruch Hotel www. le Crocodile). chinoise. libanaise.co.com Grand Imperial Hotel www.hotelafricana.serena hotels.

L’accueil des touristes s’est considérablement amélioré grâce à différentes actions : développement de la sécurité dans les zones protégées. • ABM Taxi Services • Blue Cruise • City cab • Yellow cab taxis Faire un peu de tourisme Alors que le pays est doté de beaucoup d’atouts lui permettant de diversifier ses produits touristiques. La conduite nocturne est à éviter. Location voiture • Acacia Safaris • CarJet car hire Jerez • Avantis • Rent a Car Compagnies de taxis Le prix du trajet aéroport – centre ville coûte environ 50 000 UGX (20 EUR). promotion de l’écotourisme. l’offre est principalement concentrée sur la faune qui constitue 80% de l’attraction touristique ougandaise. l’entretien des véhicules n’est pas satisfaisant. Une conduite prudente et le respect du code de la route sont impératifs. A l’inverse.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Se déplacer Les transports routiers Si l’état des routes est très inégal. construction d’infrastructures routières et hôtelières… 295 . L’axe Kampala-Jinja est connu pour son insécurité routière : on décompte un décès par accident tous les deux jours. le réseau national reste de bonne qualité.

il convient de se rendre sur le site du ministère rwandais de l’immigration (www.rw) pour y effectuer.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Rwanda Formalité administratives et consulaires L’Ambassade du Rwanda à Paris étant fermée (rupture des relations diplomatiques).millecollines.com Hôtel des Mille Collines www.hotelisimbi. Calendrier des jours fériés Fêtes fixes 1er janvier Nouvel An 1er février Fête des héros 7 avril Commémoration du génocide 1er mai Fête du travail 1er juillet Fête de l’indépendance 4 juillet Libération nationale 15 août Ascension 25 septembre Fête de la République 1er octobre Fête du patriotisme 1er novembre Toussaint 25 décembre Noël Fêtes mobiles Vendredi Saint Lundi de Pâques Hôtels et restaurants Liste des hôtels et restaurants à Kigali hôtels Hôtel Isimbi www.gov.net Restaurants Beijing Chinese Restaurant Cactus restaurant Aux caprices du palais Restaurant le Canard gourmant Restaurant Coin de la Gara Restaurant Fruits de nos passions Hôtel des Mille Collines 296 Source : SER de Nairobi .rw Hôtel Laico Umubano (150 USD) laicohotels.co. les formalités d’entrée dans le pays.migration. à distance.

facilement accessibles et parmi les plus hauts d’Afrique. Kibuye et Cyangugu. où l’on peut distinguer les traces fraîches des éléphants et des buffles. le chemin entre dans le Parc National. exhalent une langueur tropicale. soudainement. Ses hôtels. A travers les trouées les clairières de la canopée. offrant une belle vue sur l’eau bleue. peuplée d’oiseaux et de singes. Sociétés de location de voiture • Air master travel • Auto World Company • Europcar • Transafrica Compagnies de taxis à Kigali • Rwanda Tour SARL • Taxis Express T2000 • Taxis Rond Point Faire un peu de tourisme Le lac Kivu est une superbe mer intérieure entourée de collines en terrasses le long de la frontière congolaise. Trois villes se situent sur sa rive. l’exception des grands axes. est composé de chemin de terre (l’utilisation d’un véhicule tout terrain est donc recommandée). Gisenyi.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Se déplacer Infrastructure routière Les principaux axes routiers du pays sont en bon état mais le réseau routier de Kigali et de sa banlieue. 297 . plongeant les marcheurs dans l’intimité mystérieuse de la forêt tropicale. Puis. Des lignes de ferries relient les trois villes. on peut apercevoir les magnifiques pics. des bosquets de forêt tropicale. reliées entre elles par une route de type « montagnes russes » qui traverse des champs de bananiers. Elle est bordée de plages de sable sur lesquelles sont plantés des palmiers. La plus développée. Gisenyi. se trouve à une heure de route du Parc des Volcans. datant de l’époque coloniale.

Services de l’ambassade de la Tanzanie en France Services de l’ambassade de la Tanzanie en France 13.amb-tanzanie.fr – www. avenue Raymond Poincaré – 75116 Paris Tél : 01 53 70 63 66 – Fax : 01 47 55 05 46 Courriel : ambtanzanie@wanadoo.fr Calendrier des jours fériés Fêtes fixes 1er janvier Nouvel An 12 janvier Zanzibar Revolution Day 13 avril Vendredi de pâques 16 avril Lundi de pâques 26 avril Union Day Anniversary 1er mai Fête du travail 4 juin Maulid Day 7 juillet Saba Saba International Trade Fair 8 août Peasants Day 9 décembre Independence and Republic Anniversary Day 25 décembre Noël 26 décembre Boxing Day Fêtes mobiles Idd Ul Fitr (deux jours) Fête marquant la fin du Ramadan Idd El Haj Observée par les musulmans 298 .Vivre et travailler dans les pays de la CAE Tanzanie Formalité administratives et consulaires Le visa tourisme ou professionnel peut être obtenu à l’ambassade de Tanzanie à Paris ou à certains postes frontières comme les aéroports internationaux de Tanzanie (Dar Es Salam. les officiers de l’immigration peuvent réduire la validité d’un visa délivré par une Ambassade de Tanzanie à l’étranger. Au passage à la frontière. Zanzibar et Kilimandjaro) et les ports (Dar Es Salam. Zanzibar et Kigoma).

newafricahotel. Mwanza et Zanzibar. Air Uganda a augmenté ses vols à destinations de la Tanzanie et la ligne directe Entebbe – Da Es Salaam compte 4 vols hebdomadaires. Lac Manyara. les minibus. Il existe des liaisons régulières entre Dar es-Salaam. Le transport en commun est une façon peu onéreuse de se déplacer dans le pays.kempinski-daressalaam.com (226 EUR) New Africa hotel www. Par la route La Tanzanie comprend le réseau routier le plus vaste de la région. 299 . Pangani. Pemba. et des vols charter desservent également les petits aéroports comme le Serengeti. Les bus partent chaque matin à partir de la gare centrale d’une ville ou d’un village et les billets peuvent être achetés à l’avance dans les bureaux de la compagnie. Les voyageurs font face à deux risques majeurs : les accidents de la route dus à la vitesse excessive des chauffeurs de bus ou de camions et au mauvais entretiens des véhicules .com Restaurants Chefs Pride Restaurant La Trattoria New Africa Source : SER de Nairobi Se déplacer Par avion Les liaisons aériennes intérieures sont nombreuses mais les horaires sont parfois aléatoires. appelés dala dalas. les embuscades qui ont souvent lieu la nuit.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Hôtel et Restaurants Liste des hôtels et des restaurants de Dar Es Salaam Hôtels Kempinski www. Il convient de se renseigner avant de les emprunter. Mafia Island ou autres destinations. Des bus relient les principales villes et les petites villes . Arusha. Les procédures de maintenance ne sont pas toujours respectées par les petites compagnies touristiques. desservent également les petits villages. les principaux axes routiers demeurent praticables.

de nombreux sites archéologiques et historiques. Tanganyka et Malawi. Néanmoins.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Location de voitures • Avis • Europcar • Hertz Compagnie de taxis • Yellow Cabs Ltd Par la mer Des ferries ou des aéroglisseurs relient quotidiennement Dar-esSalaam à Zanzibar. 300 . Le voyage de Dar es-Salaam à Zanzibar coûte entre 30 et 45 USD aller simple et prend un peu moins de deux heures. les lodges proposent généralement des prestations « grand luxe ». Zanzibar demeure la destination de choix pour ses plages et ses grands hôtels et le mont Kilimandjaro défie les randonneurs du monde entier. Pemba ou Mafia. Par rail Deux compagnies de chemin de fer proposent leurs services : Tazara qui relie Dar Es Salaam à New Kapiri Mposhi en Zambie et la Tanzania Railway Corporation qui exploite plusieurs lignes. Le prix d’entrée des parcs est élevé (entre 30 et 80 USD par jour et par personne) . moins fréquentées par les étrangers. 31 réserves. la Tanzanie est d’abord une destination de safari. Le tourisme en Tanzanie ne se limite pas au safari. La dépense journalière moyenne par touriste dépasse 150 USD. 38 zones protégées et de nombreux parcs marins. L’état des chemins de fer laisse beaucoup à désirer. Des lignes régulières sillonnent les lacs Victoria. Ces deux attractions touristiques sont encore particulièrement onéreuses. Faire un peu de tourisme Avec 14 parcs nationaux. le train est un moyen agréable pour découvrir les paysages de la Tanzanie. Enfin. les forêts tropicales ou les sites de plongées sous-marines méritent d’être valorisés.

ags-worldwide-movers.com SDV Burundi S.com www.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Travailler Les sociétés de service transrégionales Transporteurs et transitaires • • • • • • AGS Frasers International Removals SDV Transami East African Cargo Interfreight East Africa Ltd Ken Freight EA Ltd Nairobi Removals Freight International Limited Société de courrier rapide • DHL international • UPS Les sociétés nationales Transporteurs Transporteurs et transitaires au Burundi AGS Parcelle no 6403 – avenue Teza Quartier Asiatique BP 2762 Bujumbura Ville Tél : (+257 22) 24 58 04 – Fax : (+257 22) 24 58 05 Cellulaire : (+257 79) 93 47 24 Courriel : manager-burundi@agsmovers. 301 . 1306.com B.A. Boulevard du 1er Novembre 55 Bujumbura – Burundi Tél : (+257 22) 4849 – Fax : (+257 22) 5895 Courriel : sdv-burundi@sdv-bu.P.

dti.rw Boulevard de la Douane – Gikondo – BP 1338 Kigali Tél : (+250) 57 52 87 – Fax : (+250) 57 33 74 Courriel : sdvtransamirwanda@sdv.com Plot n° M611 – Ntinda road PO Box 5501 – Kampala Tél : (+256 414) 288 010 – Fax : (+256 414) 289 191 Transporteurs et transitaires au Rwanda AGS Frasers International removals SDV Transami East African Cargo Sis à Gatsata – BP 292 Kigali Tél : (+250) 57 65 71/ (+250) 51 5680 – Fax : (+250) 57 65 71 Courriel : manager-rwanda@mtnonline.kenfreight.Nairobi Tél : (+254 20) 357 303 1/2/3 – Fax : (+254 20) 205 557 9 Courriel :-nairobi@interfreight2000.bollore.O.com Rehani House – 6th floor – P. Box 22699 – Nairobi.nbo@ke.O.ke Dundee House Uhuru Highway P. Kenya Tél : (+254 20) 23 30 525/ 23 31 994 Fax : (+254 20) 2334488/2227600 Airport North Road – Off Mombasa Road P. Industrial Area – Kampala Tél : (+256 414) 348 337 – Fax : (+256 414) 348 338 Courriel : direction-uganda@agsmovers. 693 50 00 Fax : (+254 20) 823 128/ 823 195 Courriel : sdvtransami.rw BP 2421 Kigali 302 . Box 21210-00505-Nairobi-Kenya Tél : (+254 20) 22 29 567/ 22 20 759 Fax : (+254 20) 22 16 146 Interfreight East Africa ltd Ken freight EA ltd – Nairobi Urgent Cargo Handling Limited Transporteurs et transitaires en Ouganda AGS Frasers Uganda SDV Transami Plot 59 – 7th Street. Box 42106.co.O.O.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Transporteurs et transitaires au Kenya AGS international movers Removals freight international limited SDV Transami (Siège) P. Box 46586-00100 Nairobi Tél : (+254 20) 642 10 00. Box 14061 – Nairobi – Kenya Tél: (+254 20) 2350119/120 – Fax : (+254 20) 2823491 Courriel : agskenya@kenyaonline.O. Box 43944 GPO Nairobi Tél : (+254 20) 22 44 031/2 – Fax : (+254 20) 22 46 803 Email: keal-nbi@nbi.co.com Mombasa Road – P. O.com 3rd Floor – Prudential Assurance Building Wabera Street P.

com . a network of 125 branches for global coverage AGS FRASERS KENYA Old Mombasa Road 00800. for moving with peace of mind.com www. AGS Frasers. C M Y CM MY CY CMY K AGS Frasers. complete control for optimal security AGS Frasers.AGS Frasers_Kenya_PosterZen_1000x1300_CTP_Highres.pdf 1 7/3/2009 12:43:24 PM You deserve the best. 35 years' experience in international removals AGS Frasers. Kenya Tel: +254 20 82 34 90 Fax: +254 20 823 491 Email: direction-kenya@agsmovers. Nairobi.agsfrasers.

.

O BOX-67577-00200-Nairobi Tél: (+254 20) 69 25 120/ 69 25 100 P. Gikondo BP 2903.Nairobi Tél : (+254 20) 28 26 000 – Fax : (+254 20) 2211307 P.tanz@sdv. Kigali Maerwa Business Complex. Kigali BP 781 Kigali Transporteurs et transitaires en Tanzanie AGS Frazers Tanzania Sam Nujoma Road – Plot 25 Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 27 00 932 – (+255 22) 277 3052 Fax : (+255 22) 27 75 635 Courriel : manager-tanzania@agsmovers.O BOX-52114-00200.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Intership AG Service M+R Spedag Group Sorwatraco SARL BP 2183.O BOX 40545-00100 – Nairobi Tél : (+254 20) 53 68 33/34/35.com Bandari Street Kurasini – PO Box 1683 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 211 44 49 – Fax : (+255 22) 211 34 18 Courriel : sdv.com BP 258 Bujumbura Tél : (+257 22)2 351 / 223 857 – Fax : (+257 22)0 700 EMS Kenya Fedex [Fédéral Express] DHL International Sky Net TNT P. Fax : (+254 20) 27 17 990 305 .O BOX 41520-00100–Nairobi Tél : (+254 20) 27 23 555/27 18 382.co.dhl.tz SDV Transami Société de courrier rapide Burundi DHL Express Boulevard de la Liberté – BP 2584 – Bujumbura Ville Tél : (+257 22) 22 34 25/ 72 71/ 72 72 Fax : (+257 22) 22 72 70 www. 22 10 480 Fax : (+254 20) 53 70 89 P.

Clement Hill Road – Nakasero – Kampala Tél : (+256 414) 312 100006 – Fax : (+256 414) 256236 Courriel : ebbcustomercare@dhl.co. Nairobi (customs & Excise Department) Tél : (+254 20) 31 09 00 – Fax: (+254 20) 34 08 37 306 .Vivre et travailler dans les pays de la CAE Ouganda DHL Express Uganda UPS Uganda 18. International subsidiary UPS Tanzania PO Box 3405 – Nyerere Rd.dhl.O. Box 40160 GPO.ug Daks Courriers Ltd Authorised Service Contractor for UPS – Daks Courriers House Plot 64 – Kiira Road – PO Box 4871 – Kampal Tél : (256 414) 532 421/ 4532 422 – Fax : (256 414) 532 409 Rwanda DHL International EMS c/o Gill Trading SARL – PO Box 359 Avenue de la Jeunesse – Kigali Tél : (+250) 73 051 BP 4 Kigali – Rwanda Tél : (+250) 58 27 03 – Fax : (+250) 51 40 91 Courriel : info@i-posita. Nairobi Haile Selassie Avenue.co. (Pugu Rd) – Dar Es Salaam Tanzania Tél: (+255 22) 861000 www.dhl.com – www.rw Tanzanie DHL Tz ltd.tz Sangare Express Haidery Plaza – Ground floor – Kisutu/Upanga Street PO Box 70603 – Dar Es Salaam Tél: (+255 22) 2122 403-4 – Fax : (+255 22) 2123125 Services des douanes Direction des douanes au Burundi Direction des douanes au Kenya Bujumbura Ville Chef de bureau douane-poste Tél : (+257 22) 21 75 31/30 Kenya Revenue Authority P.

Kimihurura Avenue du Lac Muhazi PO Box 3987 .Vivre et travailler dans les pays de la CAE Direction des douanes en Ouganda Direction des douanes au Rwanda Direction des douanes en Tanzanie Headquarters: Nakawa Industrial Area.go. (+250) 595520 – Fax: (+250) 578488 Courriel : rracg@rra.rw TRA Headquater Sokoine Drive Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 211 9591-4 – Fax: (+255 22) 212 44 66 www. (+256 414) 7440000 Courriel : prte@ura.gov.tra. Rwanda Revenue Authority RRA 6th Floor.go.BOX 7279.O.ug Commissionner General.Kigali Tél.tz/ 307 . P. Kampala Tél : (+256 414) 334000/1 –10/.

l’Ambassade de Belgique au Rwanda représente les intérêts de la France.org/ Barclays Plaza building – 9th floor.gouv.org Rue Nyarugenge – BP 81 Kigali Tél : (+250) 57 55 51/ 52/ 53 – Fax : (+250) 57 39 95 Courriel : kigali@diplobel.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Contacts utiles sur place Services de l’Ambassade de France Burundi Ambassadeur : M.fr www.missioneco. René Forceville Rwanda Depuis le 27 Novembre 2006 les relations diplomatiques ont été rompues.org Lumumba Avenue – 16 Nakasero – PO box 7212 – Kampala Tél : (+256 414) 30 45 00 Fax : (+256 414) 30 45 10 / 30 45 20 (section consulaire) Courriel : ambafrance.kampala@diplomatie.fr www.bujumbura-amba@diplomatie.org/kenya 308 . Joël Louvet Kenya Ambassadeur : Mme Elisabeth Barbier Ouganda Ambassadeur : M.fr www.gouv.ambafrance-ke. Tanzanie Ambassadeur : M.gouv.nairobi@diplomatie.ambafrance-bi.ambafrance-tz. Jacques Champagne de Labriolle 60 avenue de l’Uprona – BP 1740 – Bujumbura Tél : (+257 22) 20 30 00 – Fax : (+257 22) 20 30 10 Courriel : cad.org www.org Autres représentations françaises Service Economique Régional de Nairobi (Le SER de Nairobi a compétence directe sur 7 pays.net www.ambafrance-ug. et coordonne l’activité de 14 pays de l’Afrique de l’est et de l’océan Indien) Ambank House – University way – 14ème étage Po Box 30374 – 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 34 08 00 – Fax : (+254 20) 34 09 90 Courriel : nairobi@missioneco. Loita street PO Box 41784 – 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 277 80 00 – Fax : (+254 20) 277 81 80 Courriel : ambafrance.org Ali Hassan Mwinyi Road (angle Kilimani Road) PO Box 2349 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 219 88 00 – Fax : (+255 22) 219 88 15 Courriel : ambafrance@ctvsatcom.

O.fr – www.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Antenne du Service Economique Ambassade de France en Ouganda Régional en Ouganda Lumumba Avenue – 16 Nakasero – PO box 7212 – Kampala Courriel : arnaud.afd.fr Proparco Royal Ngao House – Hospital Road Bureau régional BP 45995 – 00100 Nairobi – Kenya Tél : (+254 20) 271 12 34/ (+254 20) 271 10 58 Fax : (+254 20) 271 79 88 Courriel : AFDNairobi@afd.org Kenya Barclays’ Plaza Tower – 9th Floor P. Lumunba avenue Nakasero – P.P.fr Service de Coopération et d’Action Culturelle Burundi 60.delaeter@missioneco. boulevard de l’Uprona – B.lavault@missioneco.gouv.refer.gouv.fr Rwanda Avenue Paul VI – B.org Antenne du service Economique Ambassade de France en Tanzanie Régional en Tanzanie Ali Hassan Mwinyi Road (angle Kilimani Road) PO box 2349 – Dar Es Salaam Courriel : akira.co.fr Bureau de Dar Es Salaam À l’ambassade de France Ali Hassan Mwinyi road – Kinondoni road PO Box 2349 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 219 88 00 – Fax : (+255 22) 219 88 25 Courriel : manasseha@afd. Box 41784 00100 NAIROBI Tél : (254 20) 31 63 63 – Fax : (254 20) 21 17 35 Courriel : georges.diener@diplomatie.fr – www.proparco.P. 534 – Kigali Tél : (+250) 575 206 – Fax : (+250) 572 593 Tanzanie Ali Hassan Mwinyi road – P.tz 309 . Box 7212 Kampala Tél : (+256 414) 304 539 – Fax : (+256 414) 304 530 Courriel : scac.fr Bureau de Bujumbura Immeuble Old East – BP 2740 – Bujumbura – Burundi Tél : (+257 22)25 59 31 Courriel : niyongeres@afd.O. Box 2349 KAOHSIUNG 804 Dar Es Salaam Tél : (+255 22)2 666 021 – Fax : (+255 22)2 668 435 Courriel : ambfrance@africaonline. 1740 Bujumbura Tél : (+257 22) 64 64 – Fax : (+257 22) 67 87 Courriel : scac@bi.fr Ouganda 16.org Agence Française de Développement (AFD) Agence régionale Royal Ngao House – Hospital Road BP 45955 – 00100 Nairobi – Kenya Tél : (+254 20) 271 84 52 – ax : (+254 20) 271 79 88 Courriel : AFDNairobi@afd.O.kampala-amba@diplomatie.

P.O.P. Kileleshwa – PO Box 58480 en Afrique (IFRA) 00200 City Square.ke Ouganda 16.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Alliance française Kenya Nairobi Angle Monrovia and Loita street P.com Dar Es Salaam Ali Hassan Mwinyi road Upanga – PO Box 2566 Dar Es Salaam Tél : (+255 22)2 131 406 – Fax : (+255 22)2 111 331 Courriel : afdar@africaonline. 1333 Kigali Tél : (+250) 276 223 – Fax : (+250) 576 823 Courriel : cecfr@rwanda1.depommier@cirad.org Mombasa Moi avenue Kwa Shibu road – Tusker Roundabout P.net www.fr Directeur régional Afrique orientale et australe Centre d’échanges culturels Burundi B.net Centre de coopération C/O Icraf – PO Box 30677 – 00100 Nairobi Kenya internationale en recherche Tél : (+254 20) 722 4653/ (+254 20) 722 4652 agronomique pour le Fax : (+254 20) 722 4001 développement (CIRAD) courriel : denis.net Rwanda Place de l’Unité – B.fr Denis Depommier www.com 310 . directeur régional Tél : (+254 20) 224 13 59 – Fax : (+254 20) 33 62 53 Courriel : ifra3@iconnect.tz Institut Français de Recherche Laikipia road. Box 2566 – Arusha Tél : (+255) 744 287 656 – Fax : (+255) 27 254 8585 Courriel : alliance.co. Box 49475 – 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 34 00 54/79 – Fax : (+254 20) 31 52 07 Courriel : info@alliancefrnairobi.ke – bcalas@ifra-nairobi.cirad.co.com Tanzanie Arusha Ali Hassan Mwinyi road – PO Box 15123 P.co. 9 chaussée Prince Louis Rwagasore Bujumbura Tél : (+257 22) 23 51 – Fax : (+257 22) 53 50 Courriel : ccf-bujumbura@usan-bu. Nairobi Bernard Calas.O. 460. Lumunba avenue Nakasero – PO Box 7212 Kampala Tél : (+256 414) 342 120 – Fax : (+256 414) 342 355 Courriel : afkampala@yahoo.ifra-nairobi. Box 99544 Mombasa Tél : (+254 41) 22 50 48 – Fax : (+254 41) 22 50 48 Courriel : afmba@africaonline.O.arusha@tz2000.

org Banque mondiale Burundi Avenue du 18 Septembre – Bujumbura Country manager : Alassane Sow Tél : (+257 22) 24 43/ (257) 22 20 6200 – Fax : (+257 22) 60 05 Courriel : asow@worldbank. Resident Representative(Acting) Courriel : b. International House – Garden Avenue (TZFO) PO Box 6024 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2125281/2/ 6500-6529 / (+255 22) 2125286 (Direct) Fax : (+255 22) 2125283 Mrs.org Ouganda Uganda 14th Floor.org Media contact : Mme Maria-Claire Nzeyimana Tél : (+257 22) 20 62 00 Courriel : mnzeyimana@worldbank.org Rwanda Bureau National Immeuble BCDI – 8 Avenue de la Paix – BP 7329 Kigali du Rwanda (RWFO) Tél : (+250) 50 42 97/50/ 6060-6090 – Fax : (+250) 50 42 98 M. Représentant Résident Courriel : j. KANU.org Tanzanie Tanzania Country Office 5th Floor. Resident Representative Courriel : s.buzingo@afdb.kanu@afdb.mukete@afdb. Sipho MOYO.org 311 . Benedict S. Resident Representative Courriel : d.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Organisations internationales Banque Africaine de Développement Kenya Kenya Country Office 11th Floor – Landmark Plaza – Argwings Kodhek Road (KEFO) Upper Hill – Nairobi Tél : (+254 20) 4766300/ 6230 6259 – Fax : (+254 20) 4766444 Mme Domina BUZINGO. Jacob Diko MUKETE. Crested Towers Building – Hannington Road Country Office (UGFO) PO Box 28509 – Kampala Tél : (+256 414) 236 166/7 – Fax : (+256 414) 234 011 M.moyo@afdb.

Percy Misika Courriel : FAO-UG@fao. Arusha. Steven Shalita Tél : (+256 414) 230 094/ (+256 414) 312 221 416-7 Fax : (+256 414)230-092 Courriel : sshalita@worldbank. 1 Lumumba Avenue. John Murray McIntire Tél : (+255 22) 2114575/ 2114577/ 2116197/ 2116197 Fax: (+255 22) 2113039 Communauté de l’Afrique de l’est (CAE) Secrétariat Général de la CAE Arusha international conference centre.00100 Nairobi Country director for Kenya and Rwanda : M.org Country director for Tanzania. Uganda and Burundi : M.eac. Castro Paulino Camarada Courriel : FAO-KE@fao. Kilimanjaro Wing. 5th floor.org 50 Mirambo Street – PO Box 2054.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie Hill Park Building – Upper Hill.org FAO Representative : M.int FAO Burundi Kenya Ouganda FAO Representative : M. Bragança Gomes Courriel : FAO-BI@fao. Arlindo P. Johannes Zutt Tél : (+254 20) 3226300 – Fax : (+254 20) 3226382 Communication officer : Peter Warutere Tel : (+254 20) 3226 444 – Fax (+254 20) 3226 382 Courriel : pwarutere@worldbank. PO Box 4463 Kampala Media contact : M. Kayihura Tél : (+250) 591 303 – Fax : (+250) 576 385 Courriel : rkayihura@worldbank. Nicodemus Odhiambo Marcus Tél : (+255 22) 2163246 Courriel : nmarcus@worldbank.org Boulevard de la Révolution – Immeuble Soras – Kigali Communications officer : M. PO Box 30577 .org www. Dar Es Salaam Communications officer : M.org 312 . PO Box 1096.org Rwenzori House. Tanzania Tél : (+255 27) 2504253/ 8 – Fax : (+255 27) 2504255 Courriel : eac@eachq.org FAO Representative : M.

tz.org – www.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Rwanda Tanzanie FAO Representative : Mlle Elisabeth Balepa PO Box 1502.org Tanzanie Msimbazi Creek – Plot 134-140 Kingsway Road Mafinga Street (Off Kinondoni Road) P.O.bi@undp.tz@undp.org KENContact@imf.org TZAContact@imf.org UGAContact@imf.html FMI Burundi Kenya Ouganda Rwanda Tanzanie BDIContact@imf.undp.org FAO Representative : Ms.org Ouganda Plot 15B Clement Hill Road – PO Box 7184 – Kampala Tél : (+256 414) 233440/1/2/5 – Fax : (+256 414) 344801 Courriel : registry.undp.org 313 .org/fao.ug@undp. Fax: (+250) 583726 Courriel : fao-rw@fao.unic. Kigali Tél : (+250) 583719/ 583720/ 583722. Bouleavard of the Umuganda. Louise Lobisa Setshwaelo www.org RWAContact@imf.org Programme des Nations Unies pour le Développement UNDP Regional Service Centre for Eastern and Southern Africa 7 Naivasha Road Sunninghill – PO Box X4 Johannesburg – South Africa 2157 Tél : (27 11) 603 5000 – Fax: (27 11) 258 8511 Burundi Chaussée du Peuple Murundi – BP 1490 Bujumbura Tél : (+257 22) 30 11 00 – Fax : (+257 22) 30 11 90 Courriel : registry. Box 9182 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2199201/ 9 – Fax : (+255 22) 2668749 Courriel : registry.

eu Tanzanie Umoja House – Garden avenue PO Box 9514 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 211 74 73 – Fax : (+255 22) 211 32 77 Courriel : delegation-tanzania@cec.eu Ouganda Crested Towers 15F – 17 Hannington Road PO Box 5244 – Kampala Tél : (+256 414) 470 10 00 – Fax : (+256 414) 423 37 08 Courriel : Delegation-Uganda@ec. Kenya Kenya Investment 3rd Floor.ec.europa. Kigali Tél : (+250) 252 585 741/ (250) 252 585 739 Fax : (+250) 252 585 736 Courriel : delegation-rwanda@ec.com 314 .eu Kenya Union Insurance Building – Ragati Road P.deltza.europa.int www. les agences chargées de la promotion des investissements du Kenya.eu Rwanda Boulevard Umuganda 1807 – BP 515.ec.europa.europa.eu Agences chargées de la promotion des investissements Selon le classement de la Banque mondiale. délégation de la commission européenne Burundi Avenue du 13 Octobre – BP 103 Bujumbura Tél : (+257 22) 34 26 – ax : (+257 22) 46 12 Courriel : hdel@delbdi.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Union Européenne.O.europa. délégation de la commission européenne Union Européenne. Authority (KenInvest) Workshops Road – P. Kenya Tél :( +254 20) 2221401-4 Mobile : (+254) 722-205424/209902/733-601184 Fax :(+254 20)-22243862 Courriel : info@investmentkenya.eu. de l’Ouganda et de la Tanzanie offrent des performances moyennes tandis que celle du Rwanda présente des performances faibles.Block D – Kenya Railways Headquarters. Box 45 119 Nairobi Tél : (+254 20) 271 30 20 – Fax : (+254 20) 271 64 81 Courriel : delegation-kenya@ec.o Box 55704-00200 City Square Nairobi.

com – www.ke Ouganda Registration Services Amamu House – George Street Bureau-registrars P.tz Tél : (+255-0-24) 2233026/(+255 0-24) 223 7353 Fax : (+255-0-24) 2232737 Courriel : information@tic.rwandainvest.ug Tanzanie Business Registration Ushirika(TFC) Building – Lumumba Street & Licensing Agency P.com www.go. 211 3365 – Fax : (+255 22) 2118253 Courriel : information@tic.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Ouganda Uganda Investment The Investment Centre – Plot 22B – Lumumba Avenue Authority (UIA) TWED Plaza – P.brela-tz.tic.org 315 .tz Agences chargées de l’enregistrement des sociétés Kenya Department Sheria House – Harambee Avenue of Registrar General PO Box 30031 – 00100 Nairobi-Kenya Companies registry Tél : (+254 20) 227-461-ext 37072 or 37110 Courriel : jjoram@ag.ug – www.go.z – Web : www.go.co.o Box 938 – Dar-Es Salaam Tanzania Tél : (+255 22) 211 6328.com – brela@catsnet.z – Web: www.o Box 6848 – Kampala – Uganda generals office Tél : (+256 414) 233-219 – (+256 41)235-915 Fax : (+256 414) 250-712 Courriel : info@justice.co.justice.o Box 7418 – Kampala – Uganda Tél : (+256 414) 301 000 – Fax : (+256 414) 342 903 Courriel : info@ugandainvest.co.com Shaban Robert Street – P.com Web : www.ugandainvest.com Tanzanie Tanzania Investment Centre (TIC) Zanzibar Investment Promotion Agency (ZIPA) Rwanda Rwanda Investment Gishushu – Nyarutarama Roadi – PO Box 6239 – Kigali and Export Promotion Tél : (+250) 0252 /585179 – Fax : (+250) 0252/ 595223 Agency Courriel : info@rwandainvest.http://www.tic.o Box 9393 – Dar-Es Salaam – Tanzania Tél : (+255 22) 2180141 – (+255 22) 2180113/344 Fax : (+255 22) 2180-371 Courriel : usajili@cats-net.co.

com www.ohio@barclays.com – www.barclays.kcbbankgroup.co.barclays.com/africa/uganda Barclays Bank of Tanzania Barclays House – Ohio Street – PO Box 5137 – Dar-es-Salaam Tél : (+255 22) 2129 381 – (+255 22) 2129 730-2 Fax : (+255 22) 2129 750 Courriel : corporate.kcbbankgroup.boatanzania.com/tz Bank of Africa Head office Kenya Reinsurance Plaza – Taifa Road P O Box 69562 – 00400 Nairobi Tél : (+254 20) 3275000 – Fax (+254 20) 214166 Courriel : customer.ohio@barclays.kenya@barclays.com Kenya Commercial Bank KCB Kenya Kencom House – Moi avenue – PO Box 48400-00100 – Nairobi Tél : (+254 20) 3270000 – 28520000 – 252886/9 – 2851000 Fax : (+254 20) 216405 Courriel : kcbhq@kcb.com 316 .boakenya.kcbbankgroup.com prestige. 4346968 – Fax : (+256 414) 4346966 www.ke – www.uganda@barclays.com www.com BOA Bank Tanzania NDC Development House – Ohio Street – Kivukoni Front PO Box 3054 Tél : (+255 22)111229 / 2110928 – Fax : (+255 22)113740 Courriel : boa@boatanzania.com/ug KCB Tanzania PPF Power – 17th floor – Garden avenue – Ohio Street PO Box 804 – Dar Es Salam Tél : (+255 22) 123499 – Fax : (+255 22) 115388 www.service@boakenya.com Head office Ouganda Plot 45 – Jinja Road – PO Box 2750 – Kampala Tél : (+256 414) 302001 – Fax : (+256 414) 230902 www.com www.boa-uganda.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Banques locales À vocation régionale Barclays Bank Barclays Bank of Kenya Barclays Plaza – PO Box 30120 – Loita Street Nairobi Tél : (+254 20) 332230 – Fax : (+254 20) 213915 Courriel : barclays.com/africa/kenya Barclays Bank of Uganda PO Box 7101 – 16 Kampala Road – Kampala Tél : (+256 414) 218300/317 – Fax : (+256 414) 231839 Courriel : barclays.com/ke KCB Uganda Kampala Branch – PO Box 7399 – Kampala Tél : (+256 0414) 4346955.

com/ug/ Tanzanie 1st Floor – International House Corner Shaaban Robert & Garden Avenue P. Box 9011 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 21 22 160 – Fax : (+255 22) 21 13 770 www. Box 7111 – 5 Speke Road – Kampala Tél : (+256 414) 341623 – 258211-7 – 349507/9 Fax : (+256 414) 231473 www.stanbicbank. Fax : (+256 414) 231-116 www.com/tz/ Citibank Kenya Citibank House Upperhill Road – Milimani PO Box 30711 – 00100 GPO Nairobi Tél : (+254 20) 2754000 – Fax : (+254 20) 2714811 Tanzanie Peugeot House – 36 Upanga Road PO Box 71625 – Dar Es Salaam Tel: (+255 22) 2117 601 – (+255 22) 2117 575 Fax (+255 22) 2113 910 Courriel : contactustanzania@citicorp.O.com – www.com Stanbic Bank Kenya Stanbic Bank Building – Kenyatta Avenue PO Box 30550 – 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 3268 000 – 311997 Fax (+254-20) 310601 – 212355 www.stanbicbank.co.ke Uganda 17 Hannington Road – PO Box 7131 Kampala Tél : (+256 414) 234710/11/13-24 – (256 414) 224 111/600.standardchartered.standardchartered.ug Tanzanie Sukari House Ohio street/Sokoine Drive PO Box 72647 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2112 195-8 – (+255 22) 2112 200 Fax : (+255 22) 2113 742 Courriel : stanbic@afsat.tz 317 .O.com www.com/ke Ouganda P.co.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Standard Chartered Kenya Stanbank House 2nd floor – Moi Avenue PO Box 30003 – 00100 Nairobi GPO Tél : (+254 20) 3293900 Courriel : Contact.SCB@standardchartered.co.standardchartered.stanbicbank.

imbank.bi – www.ke – www.co.com – www.ke Equity Bank Ragati Road – NHIF Building – 14th floor PO Box 75104 – 00200.com Kenya Commercial Bank Mara & Ragati Road – Milimani of Africa PO Box 30437 – 00100 Nairobi GPO.centenarybank.O.co.com www.co.co.ug Rwanda Banque commerciale 11 Boulevard de la Révolution – PO Box 354 – Kigali du Rwanda Tel: (+250) 575591 – Fax: (+250) 573395 www.ke I&M Bank I&M Bank Tower – Kenyatta Avenue PO Box 30238 – 00100 Nairobi GPO Tél : (+254 20) 246552/ 9. 3221200 Fax : (+254 20) 212947. Box 7189 – Kampala Tél : (+256 414) 743279 – Fax : (+256 414)-347107 Courriel : pamela. Tél : (+254 20) 2736620/17/24 – Fax : (+254 20)-2737276 Courriel : info@equitybank.com Ouganda Post Bank Plot 4/6 Nkurumah Road – P.7 Entebbe Road – Talenta House PO Box 1892 – Kampala Tél : (+256 414) 251 276 / 7.rw 318 . 216732 Courriel : invest@imbank. (+256 414) 346 856 (+256 414) 232 393 Fax : (+256 414) 251 273/ 4 www.bi Interbank 15 rue de l’Industrie – Bujumbura Tél : (+257 22) 0629 – Fax : (257 22) 0461 Courriel : info@interbankbdi.co.Vivre et travailler dans les pays de la CAE À vocation nationale Burundi BCB Avenue Patrice Lumumba – BP300 Bujumbura Tél : (+257 22) 20 11 11 – Fax : (+257 22) 20 11 15 Courriel : direction@bcb. Nairobi. Tel: (+254 20) 2228881 – Fax : (+254 20) 335827 www.com Centenary Bank Plot No.co. 25 65 11.bcr.cranebanklimited.ke – www.nakityo@postbank.cba.bcb.equitybank.34 14 14 Fax : (+256 414) 23 15 78 Courriel : cranebank@cranebanklimited.co.interbankbdi.ug Crane Bank Crane Chambers – Plot 38 – Kampala Road PO Box 22572 – Kampala Tél : (+256 414) 34 53 45.

compte de nombreux adhérents notamment dans le secteur industriel les TIC. 319 .rw Tanzanie Eurafrican Bank Ltd NDC. les services financiers et les médias. le tourisme.crdb. Avenue du Commerce – BP 175 Kigali Tél :(+250) 593 100. (+255 22) 2134 990-2 Fax : (+255 22) 2134 286 Courriel : enquiry@intbankofmalaysia-tz. Upanga street/Kisutu street of Malaysia Ltd PO Box 9362 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2134 989. 593 200 – Fax : (+250) 573 461. qui dispose d’un statut d’observateur à la CAE. Development House – Kivukoni Front/Ohio street PO Box 3054 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2110 928.com International Bank Head Office / Main Branch.com Chambres de commerce et organismes professionnels Au niveau de la CAE East African Business Council (EABC) Olorien House – Perfect Printers Street PO Box 2617 – Arusha – Tanzania Tel : (+255 27)2509997/0687 – Fax : (+255 27)2509997 L’EABC a été créé en 1977 pour représenter les intérêts du secteur privé dans le processus d’intégration régionale.bk. (+255 22) 2110 104 Fax : (+255 22) 2113 740 Courriel : eab@eurafricanbank-tz.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Banque de Kigali 63.rw – www.com – www. Parmi ses objectifs figurent la promotion et la création d’un marché unique. 575 504 Courriel : bk@bk. la promotion de l’investissement dans la CAE et le dialogue institutionnalisé avec la CAE et ses Etats membres. L’EABC.com CRDB Bank Ltd Azikiwe Street – PO Box 268 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2117 441-7 – Fax : (+255 22) 2113 341 Courriel : crdb@crdb.

Ray. Eastern African Association (EAA) LONDRES 2 Vincent Street – London. Kenya National Chamber of Commerce and Industry (KNCCI). Son objectif principal est de faire pression en faveur de la création d’un environnement favorable au commerce transfrontalier et à l’investissement dans le cadre de l’Union douanière d’Afrique orientale.Vivre et travailler dans les pays de la CAE La Chambre de Commerce d’Afrique Orientale de l’Industrie et de l’agriculture (EACCIA) Cette chambre a été créée par les trois chambres nationales en Afrique de l’Est.SW1P 4LD Tél : 020 7828 5511 – Fax : 020 7828 5251 Email : jcsmall@eaa-Ion.O BOX 2972 Tél: (+255 77) 84 224 888 Email : joy.P. Chief Executive Officer.kemibaro@ai-int. Tanzania Chamber of Commerce and Industry (TCCIA) et Uganda National Chamber of Commerce and Industry (UNCCI).com LAC Chairman : Mr Kitili Mbathi Chapitre de Dar Es Salaam P.uk Chief Executive : Mr J C Small Chapitre de Nairobi Jubilee Place – 5ème étage Room 512 B. 48311 Nairobi – Kenya Tél : (+254 20) 2214898 / 340341/ 2300166 Fax : (+254 20) 2214898 Email : info@eaa.com Administrator : Miss Joy Kemibaro Chapitre de Kigali KPS Associates 3ème étage – Immuable CHADEL En face de l’Ecole Belge – Avenue des Mille Collines BP 5292 – Kigali Rwanda Tél : (+250) 570 390/572393 Email : skalezi@kps.rw Resident Representative : Mr Simon Kalenzi 320 .co. Regional representative.ke Directeur : Gayling R.co. EAA Stewart Laird Henderson.net Resident Representative : Mr David Robertson Inter-Alliance International P. Old Mutual Chapitre de Kampala Tél : (+ 256 414) 222 4400 – Fax : (+256 414) 23 1116 Email : mbathik@stanbic.co.O BOX 105450 – Dar-es-Salam Tél : (+ 255 22) 2617124 Email : dcr@kbnet.

kepsa.kam.co.org.ke – www. Gabriel Hatega gabriel. qui se réunissent une fois tous les deux mois.com 2ème étage – Shelter Afrique – Mamlaka Road B. BURUNDI Chambre de commerce. association et syndicats professionnels ainsi que 180 sociétés – essentiellement grands groupes. Kenya Association Mwanzi Road – Off Peponi Road Westlands of Manufacturers PO Box 30225 – 00100 GPO Nairobi (Kam) Tél : (+254 20) 3746005/ 7/ 21/ 22 – Fax : (+254 20) 3746028/ 30 www. Son rôle est d’établir un lien entre les investisseurs étrangers et les gouvernements de l’Afrique de l’est.Vivre et travailler dans les pays de la CAE L’Association de l’Afrique orientale (EAA) a été crée en 1964 afin de faciliter la participation des investisseurs étrangers dans le développement économique de l’Afrique orientale. d’industrie.ke Principaux membres : Les associations du secteur privé Statut : Think tank « union professionnelle du secteur privé » Cet organisme regroupe les principaux acteurs du secteur privé kenyan (une cinquantaine de fédérations.ug Président : M.du tissu agricole. Basée à Londres.hatega@psfuganda. d’agriculture et d’artisanat du Burundi KENYA Kenya Private Sector Alliance (KEPSA) BP 313 Bujumbura Tél : (+257 22) 22 22 80/12 51 – Fax : (+257 22) 22 78 95 Courriel : ccib@cbinf. industriel. elle dispose de quatre antennes nationales.ke OUGANDA Private Sector Foundation Tél : (+256 414) 22 638 50 /(+256 414) 22 618 50 of Uganda (PSFU) Fax : (+256 414) 226 64 40 Email : psfu@psfuganda. commercial et des services kenyans dont les filiales de Lafarge et de Bolloré).org 321 .or. Elle publie une lettre mensuelle disponible uniquement pour les membres. 3556 – 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 2730371/2.or. Gerald Ssendaula gssendaula@psfuganda.org Directeur Executif : M. 2727883/936 Fax : (+254 20) 2730374 Email : info@kepsa. Elle restitue à ses membres les politiques nationales et joue un rôle de lobbying auprès des pouvoirs publics.P.

ug RWANDA Fédération rwandaise BP 319 Kigali du secteur privé (FRSP) Tél : (+250) 58 35 38 – Tel/Fax : (+250) 58 35 32 Courriel : emmanuelhategeka@yahoo.co.org Confederation of Tanzania NIC Investment House – 9th Floor – Samora Avenue industries (CTI) PO Box 71783 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2114954 Cabinets d’avocats À vocation régionale Deloitte Nairobi Kirungii House – Ring Road Westlands P. Box 1559 – Dar Es Salaam Tél : (+255 22)2115352. Box 10314 – Kampala Tél : (+256 414) 343850 – Fax (+256 414) 343887 322 .O.O. (+256 414) 287615/ 2 Fax : (+256 414) 220285 Courriel : administration@uma.uma.O.ug – denkizito@gmail. 254 (2) 4441305 Fax : 254 (2) 4448966 www.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Uganda Manufacturers Lugogo Show Grounds – PO Box 6966 Kampala Association (UMA) Tél : (+256 414) 221034.fr – frsp@artel.com membership@uma.or.ug – www. Rwenzori House – 1 Lumumba Avenue P. Box 40092 Nairobi Tél : (+254 20) 4441344. (+255 22)2116006 Fax : (+255 22) 2116379 Kampala 3rd Floor. Box 84712 – Mombasa Tél : (+254 41) 225827.O.com/ke Mombasa 8th Floor – Kenya Reinsurance Plaza – Moi Avenue P.or.rw TANZANIE Tanzania Private Sector Private Sector House – Plot 1288 – Mwaya Road Foundation (TPSF) Masaki – Péninsule de Msasani Tél : (+255 22) 2601913 / 1938 – Fax : (+255 22) 260 2368 Courriel : info@tpsftz. (+254 41) 221347 Fax : (+254 41) 225580 Dar Es Salaam 10th Floor – PPF Towers Corner of Ohio Street & Garden Avenue P.deloitte.

com – www.com/tz Kampala Communications House – 1 Colville Street P.daly-figgis. Mabushi Bujumbura Tél : (+257 22)217475 – Fax : (+257 22)217476 Courriel : ajnmabushi@africalegalnetwork. B.pwc. Box 8053 – Kampala Tél : (+256 414) 236018 – Fax : (+256 414) 230153 Courriel : info@ug. Tél : (+257 22) 22 66 66. 3031 – Bujumbura Tél : (+257 22) 22 60 78 Emmanuel Hakizimana 13. Bujumbura (Cab.pwc.com Jean Marie Mudende Quartier INSS. litiges commerciaux) Courriel : info@daly-figgis.com Sylvestre Banzubaze 12 Avenue de la Revolution – Rohero 1 B.com 323 .com – www.pwc.com www.kenya@ke. Nairobi Tél : (+254 20) 285 5184 – Fax : (+254 20) 285 5001 Courriel : fiona. B. 982.P.interbankbdi. B.ke – www.pwc.P.com KENYA Chunga Associates Rahimtulla Tower.fr Augustin Mabushi A & JN U.com/ug À vocation nationale BURUNDI Georges Coucoulis 15 avenue de l’Industrie – BP 2970 Bujumbura (Interbank Burundi) Tél : (+257 22) 22 06 29 – Fax : (+257 22 22 04 61 Courriel : info@interbankbdi.com – www.O.pwc. D’Avocats-Conseils) Tél : (+257 22) 29 02. Box 43963 – 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 285 5000 – Fax : ( +254 20) 285 5001 Courriel : pwc. (+257 22) 22 66 03 Courriel : info@intercontactservices. avenue de la Révolution.coucoulis@gmail.P.com Daly & Figgis Lonrho House.co. PO Box 41986-00100. 00100 Nairobi (droit de propriété.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Price Water House Coopers Nairobi Upper Hill Road – P.P. Bujumbura Tél : (+257 22) 24 38 25 Courriel : mudendejema@yahoo.COM Building 1 place de l’Indépendance.pwc.pwc. PO BOX 40034. droit des Tél : (+254 20) 310304/ 5/ 6 – Fax (+254 20) 341009 sociétés.fox@ke. 8th Floor.com george.pwc. S.com – www. Bujumbura Intercontact Services. 38. (+257 22)1 76 32 Courriel : emmahakiz@yahoo. 6010.com/ke Dar Es Salaam 6th Floor – International House – Garden Avenue PO Box 45 – Dar Es Salaam Tél : (+225 22) 2133100 – Fax : ( +255 22) 2133200 Courriel : information@tz. B.P 1972.O.A.fr Bonaventure Nicimpaye 19 Avenue de l’industrie.

00200 Nbi Tél : (+271) 28 77/ 889/ 89. finance.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Gadhia Mucheru Advocates (litiges commerciaux. droit Courriel : kats@kats. Kenyatta Avenue Box 30333-00100 Nairobi Tél : (+254 20) 325 8000. (+254 20) 239740. advocates Plot 7/9 Buganda Road – Kampala Tél : (+256 414) 23 44 18 – Fax : (+256 414) 23 57 15 Katende Ssempebwa Radiant House. 4th Ngong Avenue.co. Tél : (+255 22) 2135994/5 – Fax : (+255 22) 2135996 immobilier…) Courriel : info@fbattorneys. Kigali . télécommunications.ke MM Chambers.com ICEA bldg. Kampala and co Advocates Tél : (+256 414) 344 277 – Fax : (+256 414) 236 486 Karuhanga and Company Advocates PO Box 9566. Fax: (+256 414) 349 954 RWANDA Kamanzi. achat et vente de propriété foncière) Hamilton.fbattorneys.com www.com 163.ke .co. fusions acquisitions…) OUGANDA Nangwala. finance. TDFL Building.co.ug du travail.com PO Box 7769. (+254 20) 2397401 Fax: (+254 20) 22397404 Courriel : codhiambo@mohammedmuigai.Kampala Tél : (+256 414) 344 123. Rue des Parcs n° 6 & Associates PO Box 6571. 4th floor.com 9th Floor.mohammedmuigai.ug Kassam Mumtaz PO Box 24138. Plot 6 Colville Street.com – www. intermédiation immobilière) Raffman. banque. Fax : (+271) 28 87 Courriel : nm@wananchi.com TANZANIE FB Attorneys 4th floor. Williamson House.ke – www. propriété intellectuelle) Kaplan & Stratton advocates (droit des sociétés.kats. Plot 20 Kampala Road. propriété intellectuelle. litige commerciaux…) www. K-Rep Centre 4th Floor Wood Avenue off Lenana Road Tél : (+254 20) 2397401. droit des sociétés…) 324 Crispine Odhiambo & Mohammed Muigai Advocates (droit commercial. Box 40111 – 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 284 1000 – Fax : (+254 20) 273 4667 Portable : (+254 20) 273 4667 Courriel : nmalik@kapstrat. droit Dar Es Salaam fiscal. Kampala & Company Tél : (+256 414) 233 770/ 908. Fax: (+256 414) 257 544 (droit fiscal. B5 & 6 & co.hhm. Plot 3 Kintu Road.co. (+254 20) 222 5981 Fax : (+254 20) 222 318 Courriel : hhm@hhm. Kiyovu. PO Box 19813 (droit des sociétés. Lavington PO Box 10179 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 434 812 4/ 5/ 6/ 7/ 8 Courriel : email@rev.co. Ntaganira Corporate Lawyers. Portable : (+250) 830 9090 (+250) 510 9090 Courriel : kigali@aficalegalnetwork. Dhanji Elms and Virdee (droit des sociétés. litiges commerciaux. droit de propriété intellectuelle. Harrison & Mathews (Banque. restructuration du secteur public. Ohio Street. énergie.Rwanda Tél/Fax : (+250) 57 40 42. Resida Office park Suite No. propriété intellectuelle. James Gichuru Road. PO Box 2344.

Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 212 2029/31/32.net Mkono & Co. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2118789/ 91/ (+255 22) 2114664 Fax : (+255 22) 211 6635/ (+255 22) 211 3247 Courriel : info@mkono. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2120954/6. Daniel Ndonye – CEO Kirungi House.tz Ringo & Associates 1st Floor.ke courriel général : admin@deloitte. Peugeot House.ke www. Plot No.Vivre et travailler dans les pays de la CAE FK Law Chambers FK House. Upanga (propriété intellectuelle.deloitte.O.co.com krista@fklawchambers.ey. 23.com – www.rexattorneys.com courriel général : info@ey.ke – www. Ghana Avenue. Corner of Ohio Street & Garden Avenue. Douglas N. Ring Road Westlands P. litiges PO Box 7495. PO Box 1559 Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2115352 – Fax : (+255 22) 2116379 Ernst & Young Kenya Attn : M.net – www.com Tanzanie 10th Floor.co. Fax : (+255 22) 2121625 Courriel : ringo@africalegalnetwork. Upper Hill.com Rex Attorneys Rex House.co. Dar Es Salaam commerciaux. off Ragati Road PO Box 44286 – 00100 Nairobi Tél: (+254 20) 271 53 00 – Fax : (+254 20) 271 62 71 Courriel : douglas.com/easternafrica 325 . 36 Ali Hassan Mwinyi Road PO Box 79651.munga@ke. Advocates 8th Floor Exim Tower.ey. Box 40092 – 00100 Nairobi Tél: (+254 20) 444 13 44 – Fax : (+254 20) 444 89 66 Courriel : dndonye@deloitte.tz – www. Ocean Road.com Cabinets de conseils À vocation régionale Deloitte & Touche Burundi Avenue Prince Louis Rwagasore. droit fiscal…) Tél : (+255 22) 211 4291/4899/ (+255 22) 213 7191 Fax : (+255 22) 2119474/2830 Courriel : rex@rexattorneys.com Kenya Attn : M. Immeuble Bella Vista 1er étage. Fax : (+255 22) 212 2027 Courriel : krista_bates@shadboltlaw.co. 145 Magore Street. PPF Tower.mkono. Sea View PO Box 20787. Munga – CEO Kenya Re Towers. BP 2670 Bujumbura Ville Tél : (+257 22) 25 35 69 – Fax :(+257 22) 25 26 69 Courriel : gpobi@gpopartners.co.fklawchambers.

Kigali Tél :(+250) 572634 – Fax :(+250) 572557 Courriel : ey@rwanda1. Garden Avenue/Ohio Street PO Box 1160. Garden Avenue PO Box 45 Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 21 33 100 www. Josphat Mwaura – CEO Lonrho House.com Dar Es Salaam PPF Tower.pwc. Upper Hill Road P. Box 43963 – 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 285 5000 – Fax : (+254 20) 285 5001 Courriel : charles.muchene@ke.com – www. PPF Kaloleni Commercial Complex.co. PO Box 40162 – 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 280 6000 – Fax : (+254) 221 56 95 Courriel : jmwaura@kpmg. PO Box 3638.com/tz Arusha Ground Floor Office Number A1.ug Price Waterhouse Coopers Nairobi Attn : M.ke courriel général : info@kpmg. Charles MUCHENE Country Leader The Rahimtulla Tower.co. 667 227 Fax : (+255 51) 666 948 Courriel : info@ey. International House.co/ke Dar Es Salaam 6th floor. Moshi Arusha Road. 11th Floor.ke www.tz Kampala Rwenzori Courts.co. Kampala Tél : (+256 414)3 40 315 – Fax : (256 414)3 40 318 Courriel : info@kpmg.O.co. 16ème étage.kpmg.tz – www. 667 683.ey.com KPMG Nairobi Attn : M. Dar-es-Salaam Tel : (+255 22) 21 20 744 – Fax : (+255 22) 21 13 343 Courriel : info@kpmg. PO Box 3070 Arusha Tél : (+255 27) 25 48 881 326 .ey. Avenue de la Paix.pwc.com courriel général: info@ke. 667 484. 36 liabon Road Oysterbay PO Box 2475 Dar Es Salaam Tel : (+255 51) 666 853.pwc.com Rwanda Rugigana House. Shimoni Office Village PO Box 7215 Kampala Tél : (+256 414) 343524 – Fax : (+256 414) 251736 Courriel : info@ug.pwc.co.eastafrica.com Tanzanie Utalii House.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Ouganda Ernst & Young House 18 Clement Hill Road. 3rd Floor Plot 2 & 4A Nakasero Road PO Box 3509.

Radiant House Building.pkfea. Advocates Tél : (+256 414) 349244/ (+256 414)-349315 Fax : (+256 414) 232002 Matovu & Kimanje Nsibambi PO Box Plot 2/4. Plot 20 Kampala Road & Co.Ssempebwa P. William Street.com courriel général : info@osanoassociates. Plot 8. Kampala Tél : (+256-414)-345020 Katende. Fax: (+254 20) 444 7233 Courriel : smitra@ke. Nile Avenue.com www. Kampala Advocates Tél : (+256 414)-346429/ (+256 414)-340621 Fax : (+256 414) 342173 Shonubi Musoke PO Box 3213.pkea. Byaruhanga PO Box 10946.O Box 5764.ug www.co.Box 2344. Fax :(+256 414) 257544 Courriel : kats@kats. mirambo street. Fax: (+255 51) 112 280 327 .O. Advocates Tél : (+256 414) 233770. Box 6090 – 00300 Nairobi Tél: (+254 20) 605821 /31 – Fax : (+254 20) 604876 Courriel : kute@osanoassociates.kats.com courriel général : pkfnbi@ke.O.com OUGANDA Balikuddembe P. Clement Hill Road Kampala & Co. Denis Osano Kute – CEO Old Amref Bldg. Kampala & Company Advocates Tél : (+256 414) 233204/ 256 414 230384 Fax : (+256 414) 230388 TANZANIE DCDM Consulting 50. 1ère étage P. Plot 36. Sunirmal Mitra – CEO Kalamu House.Vivre et travailler dans les pays de la CAE À vocation nationale BURUNDI Fenrja conseil SA Tél : (+257 22) 24 71 94 Intercontacts Services Tél : (+257 22) 22 01 78 MAC-SYS Tél : (+257 22) 21 81 36/ 22 21 81 37/ 22 24 48 93 KENYA Osano Associates Attn : M. SM Chambers.co.osanoassociates.ug/ Kasirye. Box 14077 – 00800 Nairobi Tél: (+254 20) 444 6616 – 9. Burton Street & Company Advocates Mitchell Cotts Building. Wilson Airport Road.pkfea.O.com PKF Attn : M. Waiyaki Way Westlands P.com www. PO Box 9912 Dar Es Salaam Tel: (+255 51) 112 291.

c’est au PS de l’exécuter. 3ème et 4ème Etages. Le ministre a un rôle politique et de relation publique. B. 502 808 Fax : (+255 57) 504 402 Courriel : Ernst.uniquetz. Le PS prépare les projets politiques du ministère.P. 503 082.tz www. B. PO Box 71772.gov.commerceetindustri. Junction of Garden Avenue Azikiwe Street. il valide également les projets et a autorité sur les sociétés d’Etat.ey. il a pour cela le pouvoir de signer tout contrat de dépenses. avenue des Manguiers.bi 328 . and Management Consultants Plot number 2309-50.bi www.com Ministères et administrations Tous les ministères des pays anglophones d’Afrique Orientale ont une organisation similaire.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Massawe Ernst & Young AICC Building 5th floor.young@habari.com www.bi courriel général : info@commerceetindustrie.com Unique Financial Services Financial. Une fois le projet adopté.co. Ngonrongo Block. Burundi Ministère Des Relations Extérieures et de La Coopération Internationale Ministère du commerce. Boma Road PO Box 180 Arusha Tel : (+255 57) 503 081.gov. de l’industrie et du tourisme Tél : secrétariat (+257 22) 22 25 40 29/ 22 39 38/ 22 19 51 22 93 12/ 25 57 16/ 22 35 92. I. les propose à son ministre qui à son tour le présente au conseil des ministres.gov. 1st Floor. Building des Finances.492 Bujumbura Tél : secrétariat (+257 22) 22 50 19/ (+257 22) 22 63 17 Conseillers (+257 22) 22 37 39/ (+257 22) 22 38 10 Fax : (+257 22) 22 55 95 Courriel du cabinet : cabinet@commerceetindustrie. S. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 211 86 57/ 58/ 59 – Fax : (+255 22) 211 26 60 Courriel : executive director M.T. Sree Kumar sree@uniquetz. Les hauts fonctionnaires du ministère sont nommés à la discrétion du ministre. Le ministre et le Permanent secretary (PS) dirigent le ministère tandis que le vice-ministre détient un rôle mineur : c’est un suppléant du ministre sans réel pouvoir.

Jogoo House “A”. Tél : (+254 20) 228411 – Fax : (+254 20) 218811 Tél.P 705 Bujumbura Tél : (+257 22) 225142/ (+257 22) 223873 Fax : (+257 22) 223128 Couriel : webmaster@brb-bi.net Tél : cabinet du ministre (+257 22) 22 38 27/ 24 33 45/ 25 44 45 Tél : Chef de cabinet (+257 22) 24 67 95/ 25 35 75 Secrétariat 25 35 70. O. 25 43 62 B. de l’Environnement.ke Treasury Building. standard 22 60 20.00100.go.vice-president. Nairobi Tél. du vice président : (+254 20) 315575 www. www.net Kenya Office of the President Harambee House. Nairobi.bi Tél : chef de cabinet (+257 22) 21 05 72 secrétariat du cabinet 22 68 41 Tél : cabinet du ministre (+257 22) 22 49 79 Fax : (+257 22) 89 02 Tél : direction (+257 22) 22 55 89 secrétariat 24 25 42. Nairobi Tél. : (+254 20)252299 – Fax :(+254 20) 2211205 www.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Ministère de l’agriculture et de l’élevage Ministère des finances Ministère des transports. postes et télécommunications Ministère des travaux publics et de l’équipement Ministère de l’Eau.go.net. Secrétariat 22 20 87 Standard 22 51 41. de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme Ministère de la santé public. 00200. direction générale de la santé Banque de la République du Burundi Tél : Chef de cabinet (+257 22) 22 99 92.primeminister.statehousekenya.go. 25 35 71 Courriel : mtpt@onatel.ke Office of vice-president and ministry of home affairs Office of the Prime Minister 329 .ke 4th floor. 14th Floor. Taifa Road PO Box 30478 . Box 74434. Harambee Avenue P.brb-bi. Harambee Avenue PO Box 30510-00100.go. : (+254 20)227436 Courriel : contact@statehousekenya.ke www. Conseiller 22 24 21 68 Courriel : minagri@usan_bu. Nairobi Tél : (+254 20)227411 State house PO Box 40530.

Nairobi Tél :( +254 20)252299 Courriel: Info@treasury. du ministre : (+254 20)341640 Courriel : ps@energy. du secrétaire permanent du ministre : ( +254 20)318888 Ext. Box 30028 Nairobi .energy.go. PO BOX 30028.ke www.mfa. Cathedral Road. Harambee Avenue PO Box 30551-00100.go. Nairobi development Tél. 502/503 Courriel : press@mfa. du ministre :(+254 20)318888 Ext. Nyayo House.Kenya Tél.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Deputy Prime Minister and Ministry of Finance Treasury Building.go.ke Department of immigration Tél : (+254 20) 22 20 22 – Fax : (+254 20) 22 07 31 Courriel : info@immigration. P. Kenyatta Avenue/Uhuru Highway and Registration of Person PO Box 30395-00100 Nairobi Tél : (+254 20) 22 20 22 – Fax : (+254 20)31 55 73 Courriel : info@mirp. Harambee Avenue PO Box 30007-00100GPO.ke Ministry of environment NHIF Building 12th Floor.ke – info@energy.ke – www. PO Box 30418-00100 Nairobi Tél : (+254 20)331030/ 315001-7 – Fax : (+254 20)2213508 Courriel : ps-industry@tradeandindustry.ke Ministry of industrialization Teleposta Towers. Kenyatta Avenue.ke Ministry of agriculture Kilimo House.go.go. : (+254 20)2730808 www.go.treasury.go.localgovernment.: (+254 20) 718870 Tél. du ministre : (+254 20) 718870/48243 Tél.co.kilimo.go. PO Box.ke Deputy Prime Minister Jogoo House “A”.O. Nairobi Tél :(+254 20)318888 Tél.ke 330 . du secrétaire permanent : (+254 20) 718870/ Ext 48246/48112 www. GPO 00100 Nairobi Tél. Nairobi and Ministry of local government Tél : (+254 20) 2217475 – Fax : (+254 20) 217869 Courriel : info@localgovernment.go. Kenyatta Avenue.ke – www.ke Ministry of foreign affairs Old Treasury Building.go.go.immigration.ke Ministry of energy 23rd Floor. 30126 Nairobi and mineral resources Tél. Taifa Road.environment. Ngong Road. PO BOX 30582. 259/422 Tél.ke www. : (+254 20)2718870 – Fax :(+254 20)2711149 Ministry of livestock www. PO BOX 30004.ke www.go. Cathedral Road.ke Ministry of fisheries Kilimo House.livestock.go.go. : ( +254 20)310112 – Tél.go.ke Ministry of State for Immigration Nyayo House.

go.com www.ug President’s Office Hotline Tél : (+256 414) 345915.Cathedral Road. PO Box 30016 Nairobi Tél : (+254 20) 2717077 – Fax :(+254 20)2713234 www. Nairobi Tél.co.go.com Secrétaire permanent Utalii House. Fax : (+256 414) 346102 Courriel : aak@statehouse. planning Plot 2/12 Apollo Kaggwa Road.ug Ministry of finance.ke www. Entebbe animal industry & fisheries Tél : (+256 414) 321 107/320 901 – Fax : (+256 414) 321 047 Courriel : psmaaf@infocom.ke Afya House.ug www. Kampala Tél : (+256 414) 343311 – Fax : (+256 414) 255243 Courriel : info@statehouse.go. PO Box 102.finance. PO Box 8147 Kampala and economic development Tél : (+256 414)707000.ke Ouganda President State House Nakasero.Ministry of medical services Central Bank Tél :(+254 20) 318042 Courriel : Mintourism@wananchi.ug 331 .go.go.go.go. PO Box 60000-0200.health.agriculture.tourism.go. Fax :(+256 414) 230163 Courriel : webmaster@finance.kenya. :(+254 20)2729200 – Tél. PO Box 24594.centralbank. PO Box 30260.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Ministry of tourism Ministry of transport Ministry of roads/public works Ministry of health and sanitation . Fax : (+254 20) 340192 Courriel : info@centralbank.ug Press Secretary PO Box 24594 to the President Tél : (+256 414) 343308 Courriel : press@statehouse.ke PO Box 52692 . Nairobi Tél : (+254 20)2723101/ 2723188/ 2723155/ 2723135 2723111-6/ 2723582-87 www.co. PO Box 30027. Plot 14-18 Lugard Avenue. off Uhuru Highway.ke Ngong Road. du secrétaire permanent : (+254 20)313060 www.go. Nairobi Tél : (+254 20) 2861000/ 28 60 000.ug – www. du ministre : (+254 20)-342203 Tél. 235051/4. Nairobi Tél : (+254 20) 313010/ (+254 20) 313010 Courriel : Pstourism@wananchi.ug Ministry of agriculture.00200.go.go.transport.ke Haile Selassie Avenue.

co.go.O.go.go. Kampala Tél : (+256 414) 342 931/258 191/323 510/340250 Fax : (+256 414) 230 891 www.or. Yusuf Lule road PO Box 7343. trade & industry Ministry of Works & Transport Kampala Office Ministry of Lands.ug Plot 37/43 Kampala Road.go.ug Head office Plot 4/6 Airport Road.ug www. Fax : (+256 414) 320 135 PO Box 7114. Kampala Tél : (+256 414) 343 947/256 395/314/000 Fax : (+256 414) 347 286/348 154 Courriel : mintrade@mtti.ug Social Security House. Kampala Tél : (+256 414) 348 100 – Fax : (+256 414) 348 171 Courriel : meaca@meaca.go. mofa@starcom.go.ug www. P. PO Box 10. Housing & Urban Development Ministry of Water & Environment Ministry of foreign affairs Ministry of Eat African Community Affairs Bank of Uganda Amber House.ug PO Box 7096.go. Luzira – PO Box 20026 Tél : (+256 414) 504 374/505 942 – Fax : (+256 414) 505 941 Courriel : mwle@mwle.bou. Kampala Tél : (+256 414) 234 733/349 276 – Fax : (+256 414) 234 732 Courriel : muinda@energy.go. Plot 29/33 Kampala Road PO Box 7270.go.ug – www.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Ministry of energy & mineral development Ministry of information and communication technology Ministry of tourism. PO Box 7103.Box 7048 Kampala Tél : (+256 414) 345661/257525/258252 Fax : (+256 414) 258722/232874 Courriel : info@mofa.ug Plot 6/8 Parliament Avenue.ict.ug – www. Kampala Tél : (+256 414) 235 973/259 136 – Fax : (+256 414) 236 369 Courriel : mowt@utlonline.mofa.ug Plot 21/28 Portbell Road.dwd.ug.mhlud.go.co.miniworks.go.ug www.ug – www.ug Postal Building 2nd Floor. 4th Floor.go. Plot 4 Jinja Road PO Box 7817.ug P. Entebbe Tél : (+256 414) 320 101/9.ug www.go. Kampala Tél : (+256 414)258441-6/ 4258060-9 Fax : (+256 414)230878 Courriel : info@bou.mwle.O Box 7120.ug – www.energyandminerals.co.meaca.go.ug 332 .or.ug – www. Kampala Tél : (+256 414) 236 262 – Fax : (+256 414) 231 314 Courriel : webmaster@ict.mtti.

minagri.rw – www. Investment Promotion. and Mines Ministry of Finance and Economic Planning Ministry of Health Ministry of Infrastructure Ministry of public service. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2116679 – Fax : (+255 22) 2113425 Permanent Secretary.presidency.rw – www.rw Tél : (+250) 585503 – Fax : (+250) 585755 Courriel : info@mininfra.rw Ministry of agriculture and animal resources Ministry of Commerce.rw BP 621 Kigali Tél : (+250) 585008/ 584644 – Fax : (+250) 585057 Courriel : info@minagri.gov.rw – www.gov.gov.gov.rw – www.gov. Environment. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2113857 – Fax : (+255 22) 2113856 Courriel : makamu@twiga.gov.mifotra. Place de l’Indépendance BP 179 Kigali Tél : (+250) 575339/ 574522 – Fax : (+250) 572904 Courriel: minaffe@gov.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Rwanda Office of the President Office of the prime minister Ministry of internal affairs Ministry of foreign affairs Tél : (+250) 08182105/ 59062105.rw – www. Box 9120.rw BP 531.gov.gov. Water.rw Tél : (+250) 575113/ 575756/ 574785 – Fax : (+250) 577581 www.rw PO Box 403.minecofin. skills development and labour National Bank of Rwanda Tanzanie President’s office Vice President’s office The Chief Secretary.gov.minicom.com 333 .gov. P.rw PO Box 84 Kigali Tél : (+250) 577458/ 577910 – Fax : (+250) 576853/ 577458 Courriel : info@moh.rw Tél : (+250) 574725/ 574734 – Fax : (+250) 575465 www.rw Tél : (+250) 585444/5 584648 – Fax : (+250) 583714 Courriel : primature@gov.minitere.gov. Forestry.bnr.minaffet. Tourism and Cooperatives Ministry of Lands.gov.gov. President’s Office.rw Tél : (+250) 585477 – Fax : (+250) 584373 Boulevard de la Révolution. Kigali Tél : (+250) 585714 – Fax : (+250) 583621 Courriel : mifotra@mifotra. 08182000/ 59062000 Fax : (+250) 572431 www.moh.primature. Kigali Tél : (+250) 7 52 49 – Fax : (+250) 7 25 51 www.rw www. Magogoni Road. PO Box 5380. Industry.gov.mininfra.rw – www.O.

Box 2000/9152. Dar Es Salaam. Tél : (+255 22) 21 11 553/ 21 17 153/ 21 16 663. Dar Es Salaam.co.O.tz Permanent Secretary.go. Tél : (+255 22) 2112034-9/ 2117108/ 2117353 Fax : (+255 22) 2139675 Permanent Secretary.go. Ohio/Ghana Avenue PO Box 9223. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2117153-9/ 2117038/ 2112772 Fax : (+255 22) 37138/ 37139 Courriel : Dppmaj@raha.tz – http://www. Sokoine/Mkwepu Road PO Box 9153. Fax : (+255 22) 21 13 335/ 21 16 893 Permanent Secretary.@twiga.tz Permanent Secretary – PO Box 9372.tz Mineral Resources Departments (MRD) PO Box 903.tz Permanent Secretary.com Permanent Secretary. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2111249/50/51/52 – Fax : (+255 22) 2117266 Courriel : ps@pmo. Dar Es Salaam. Dar Es Salaam Tél. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2117153-9/ 2112793/ 2137138/ 2112791/ 2126557/ 2124170. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2666376/ 2668322/ 2667310 Fax : (+255 22) 2666097 Courriel : msthe@msthe. Garden Avenue PO Box 9423. Msasani Road (TIRDO Premises) PO Box 2645. Tél : (+255 22) 2181397/ 2180418/ 2117219-23/ 2180049/ 2180050 Fax : (+255 22) 2182481/ 2112527/ 2113427/ 2180411 P. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2111174-6 – Fax : (+255 22) 2110326 Permanent Secretary.pmo. P.mnrt. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2114426 334 . P. Sokoine/Mkwepu Street. (+255 22) 2862481 Courriel du permanent secretary : psk@kilimo. PO Box 9111. Fax : (+255 22) 2116719/ 232001 Courriel : madini@africaonline.O Box 9192.go. : (+255 22) 2862480. Tancot House PO Box 37650.go. Box 9503. Holland House. Fax : (+255 61)324943 Permanent Secretary. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2111061-4 – Fax : (+255 22) 21106004 Courriel : mipango. PO Box 3021.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Prime Minister’s office Ministry of finance and economic affairs Ministry of industries and trade Ministry of agriculture and food security Ministry of natural ressources and tourism Ministry of energy and mineral Ministry of science.com Permanent Secretary. Tél : (+255 61) 324943. technology and higher education Ministry of home affairs Ministry of work Ministry of water and livestock development Ministry of communication and transport Permanent Secretary. Co-operative Union Building Lumumba Road. Dodoma.tz Courriel de l’administration et personnel : dap@kilimo.O.go.

hassconsult.co.bot-tz.com Hurlinghan Unipenn Appt N° 1A Au dessus de la Barclay’s Bank Tél : (+254 20)2737888 / (+254)733 723 685 Courriel : crownhomes@iconnect.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Bank of Tanzania 10 Mirambo.knightfrank. Westland Tél :( +254 20)4446914 / (+254)722 204 765 Courriel : info@hassconsult.ke http://www. Dar Es Salaam Tél : (+255 22 )2110945-52/ 2110977-80 Fax : (+255 22 )2113325 www.tz Site Internet : www. : (+255 22)260 0134 /(+255 7)44 278 927 / /(+255 7)44 302 801 ou /(+255 7)41 550 015 / /(+255 7)48 471 853 Fax : (+255 22)212 7023 Courriel : residential@knightfrank. PO Box 2939.co.ke Norfolk Towers.ke ABC Place. Bruce House.co.ke Hass Consult Real Estate Lloyd Masika Limited 335 .com Kenya Crystal Valuers Limited Crown Homes Management Standard Street.co.co. 10ème étage Tél: (+254)721 29 71 00 Courriel : info@crystalvaluers. Waiyaki Way.ke Tanzanie Tél.co.org Agences Immobilères À vocation régionale Knight Frank Oysterbay shopping center Lion Place. Waiyaki Way – Kenya Tél : (+254 20)444017456 / (+254)733 80 57 95 Courriel : info@knightfrank. kijabe Street Tél : (+254 20)22 15 900 / (+254)-722 481 504 Courriel : info@lloydmasika.

rootsmc. You need JavaScript enabled to view it (parle français) Hôtel Sea Cliff. PO Box 30280 Nairobi Tél : (+254 20) 271 77 48.com Kenya 3rd Floor.com En face du Shoppers Plaza. Kasuku Road. : (+255 22)260 0444 et( +255 7)41 333 999 Fax : (+255 22)260 2395 Courriel : estia@accesstanzania. 41 Luthuli avenue Bugolobi. Old Bagamoyo Road Tél. Fax : (+254 20) 271 7672 Ouganda The Brand House. : (+255 22)260 2644/5 – (+255 7)48 828 811 Fax : (+255 22)260 2646 Courriel : bdl@baobab.com 336 . Lenana Road. 924 B Chole Road Tél.tz This e-mail address is being protected from spambots. Kigali Tél :(+250) 55 10 49 26 Tanzanie Roots Marketing Communication Plot 1491 Mwaya road.co. Msasani Peninsula Tél. Fax : (+255 22) 26 02 203 Courriel : info@rootsmc.com Site Internet : www.com Estia Real Estate My beach (management allemand.my-beach.ogilvy. Msani Peninsula PO Box 106236 Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 26 02 202.com – www.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Tanzanie Baobab Development Ltd. CVS Plaza. : (+255 22) 270 1710/11 ou(+255)744 328 328 Fax : (+255 22) 270 1317 Courriel : info@my-beach. : (+255 7)44 284 575 / (+2557)44 386 313 / 775 882 Email : queensparkp@hotmail. PO Box 71500 Kampala Tél : (+256 414) 31 25 11 12 Rwanda 3 avenue du Commerce. Abla Estate Developers & Agency Agences de publicité À vocation régionale Ogilvy & Mather www. :( +255 7)44 261 054 Courriel : Emmarashid@hotmail.com Old Bagamoyo road après le Shoppers Plazza Tél.com « The Arcade » sur Old Bagamoyo Rd 500m après le Shoppers Plaza Tél. spécialisés dans les propriétés situées en bord de mer) Queenspark Ltd.

Bujumbura Tél : (+257 22) 22 24 47/22 42 21 Courriel : publigra@cbinf. Kilimanjaro road. B. Tel : (+254 20) 3748070 – Fax : (+254 20) 3743335 www. Museum Hill.Vivre et travailler dans les pays de la CAE MCL Saatchi & Saatchi Ideas House.thompsonkenya. 73.ke Thompson Kenya Limited Nairobi Business Park. Nairobi Tél : (+254 20) 273 70 33 Ouganda ZK advertising Southern wing.saatchi. Kampala EAU Tél : (+256 77) 27 06 356. 4th floor Tél : (+254 20) 271 76 74 Kasuku road.co. Parklands.co. Fax : (+256 414) 237 217 www.ug À vocation nationale Burundi Grey Word Wide Tél : (+257 22) 25 44 39/25 43 92 Publigraphic 43 avenue du Commerce. 7th floor. Fax : (+256 414) 343 60 61 Red Sky Chancery Building. 1st floor. GPO 00100 Nairobi Tél :(+254 20) 27 99 000/ 27 10 021 – Fax :(+254 20) 27 18 772 www. Valley road. Valley road PO Box 34537.com TBWA et ses filiales Kenya Limelight Plot 11 Kololo Hill lane. Off Lenana road Tél (+254 20) 271 92 51 Courriel : info@blueprint. Mombasa road Tél :( +254 20) 53 42 37/ 55 97 29 Blueprint Marketing Ltd Bow 30 280 – 00100 Nairobi – Cus Plaza.com Kenya Lowe Scanad Limited The Chancery Building. Ngong Road PO Box 6642 R/Ngala.com 337 . Nairobi.00100 Nairobi GPO. Fax : (+254 20) 272 05 38 ZK advertising Victoria tower.com Ayton Young & Rubicam Ltd Panesar’s centre. 256 Kampala Tél : (+256 414) 234 215.skadvertising.scanad. 5th floor. 800 Nairobi Tél : (+254 20) 272 34 53. 00300 Nairobi Tél : (+254 20) 38 79 702/ 38 72 973 – Fax :(+254 20) 38 72 988 www.P. 4th floor. PO Box 41305 . Muthithi Road.

Kimathi Street P.co. P.tz 360 Advertising Old Bagamoyo Rd opp TMJ Hospital. O. Upper Kololo Terrace. Box 49010 .com – www.standardsigns. P.O. PO Box 20936 and Public Relations Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 277 2802/ 4 – Fax (+255 22) 78 438 7890 Courriel : info@360tz. Dar Es Salaam dirigé par le CCEF Michel Lanfrey Tél : (+255 22) 212 51 66 www.co.com Standard Signs U Ltd Kasokoso Road.ug www.co. Kampala Tél : (+256 414) 34 78 51 – Fax : (+256 414) 34 78 63 Courriel : adconcepts@utlonline. Butikiro Road Mengo.ke 338 . Box 12387.com Principaux organes de presse À vocation régionale The East African Head Office Nation Media Group Limited Nation Centre.theeastafrican. Kampala (Outdoor Advertising) Tél :( +256 414(271139 – Fax : (+256 414) 270931 Courriel : contactgraph@utlonline. off Jinja Road (800 m west of Namboole Stadium) Tél : (+256 414) 23 46 35/ 31 22 64 30 Fax : (+256 414) 25 44 99 Courriel : standardsigns@infocom.co.com Tanzanie Virtual Communication IPS Building. Box 15025.360tz.co.virtualcommunication.O.contactgraph.ug Contact Graphics Plot 626. PO Box 105160.00506.ug www. Nairobi Tél : (+254 20) 3288000 www.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Ouganda AD Concepts Ltd Plot 51.

net Kenya Times PO Box 43800.ke The Standard I&M Bank Tower. Nairobi.tz 339 . Kenyatta Avenue P. Industrial Area. 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 32 08 8000/8001 – Fax : (+254 20) 211130 www.thecitizen. BP 83 ORINFOR 50 (hebdomadaire) Kigali Plateau Courriel : lnr2020@yahoo.co.net www.eastandard.com Business Daily Nation Center.co.co.co.businessdailyafrica. (+250) 55106917 Courriel : editorial@newtimes.co.fr Tanzanie The Citizen Mwananchi Communications Limited (MCL).monitor.ug – www.rw www. Kigali Tél : (+250) 788301166. PO Box 19754. Dar Es Salaam Tél/Fax : (+255 22) 2450311 Courriel : editor@thecitizen. 00100 Nairobi Tél : (+254 20) 3288129/ (+254 20) 3288114 Fax : (+254 20) 2241849 Courriel : bdnewsdesk@nation. Kampala Tél : (+256 414) 23 23 67 – Fax : (+256 414) 23 23 69 Courriel : info@monitor.co.nation.ug Rwanda The New Times Immeuble Aigle Blanc. opposite MINIJUST Kimihurura PO Box 4953.com Ouganda The Monitor Monitor Publications Limited.ke – www. Plot 29-35. 8th Street. Editor Mandela Road.tz www. Fax : (+256 414) 23 20 50 Courriel : News: news@newvision. 2nd Floor.ug Letters : letters@newvision.newvision. Kimathi Street PO Box 49010.Vivre et travailler dans les pays de la CAE À vocation nationale Kenya The Daily Nation Nation Center. 00100 Nairobi. PO Box 12141.ug The New Vision Tél : (+256 414) 33 70 00.co.co.rw letters@newtimes. Tél: (+254 20) 3222111 – Fax: (+254 20) 214467 Courriel : info@standardgroup.co.ug www. Loita Street Fax :(+254 20) 25 03 44/251947 Courriel : editorial@kenyatimesonline. Loita House.newtimes.ke www. Kimathi Street PO Box 49010.co. 2nd Floor.co.co.co.O Box 30080.rw La nouvelle relève Boulevard de la Révolution.kenyatimesonline.

PO Box 9033.co.tz The Guardian Ltd Mikocheni Light Industrial Area PO Box 31042.tz This Day 4th floor. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 211 0478.co. Haidery Plaza. Samora Avenue. Plot No.com newsdesk@dailynews-tsn.dailynews.co.tz – www. 7.com 340 .thisday.com www.co.ippmedia.tz – www. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2110 595 – Fax: (+255 22)2 135 239 Courriel : me@dailynews-tsn. (+255 22) 211 0462 Fax : (+255 22) 211 0478 Courriel : news@thisday.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Daily News TSN Daily News building. Dar Es Salaam Tél : (+255 22) 2700735/7 – Fax : (+255 22) 2700146 Courriel : info@guardian.

75 572 Paris Cedex 12 Tél : (+33) 1 40 04 04 04 – Fax : (+33) 1 53 18 96 03 www. Rue Hedi Nouira BP.org – www. cours Michelet. 75598 PARIS Cedex 12 Tél : (+33) 1 53 44 31 31 – Fax : (+33) 1 44 87 99 39 Courriel : site@afd.fr 5. www.fr – www.fr 77 boulevard Saint Jacques – 75998 Paris cedex 14 Tél : (+33) 1 40 73 30 00 – Fax : (+33) 1 40 73 39 79 www.gouv.ubifrance. 323 1002.ubifrance.org Palais des Nations. Fax : (41) 22 917 80 01 www. 75007 Paris Tel : (+33) 1 43 17 53 53 www.org 64-66. Genève Suisse Tél : (41) 22 917 85 42. rue Roland Barthes.Vivre et travailler dans les pays de la CAE Contacts utiles en France Organismes français DGTPE Direction Générale du Trésor et de la Politique Economique Ubifrance L’Agence française pour le développement international des entreprises Librairie du commerce international Coface Ministère des Affaires étrangères Agence Française de Développement 139 rue de Bercy. : (+33) 1 49 02 13 87 – Fax : (+33) 1 49 02 27 41 www. Fax : (33) 1 47 23 40 89 www. 96065 Puteaux Tél. Fax : (33) 1 47 23 7436.fr 37. quai d’Orsay.org Angle des trois rues : Avenue du Ghana. Paris la Défense Cedex.diplomatie. avenue d’Iéna.gouv.imf.fr 77 boulevard Saint Jacques – 75998 Paris cedex 14 Tél : (+33) 1 40 73 34 60 Catalogue en ligne sur www.dgtpe. Tunisie Tél : (216) 71 103 450 – Fax : (+216) 71 351 933 Courriel : afdb@afdb.org 341 .minefi.fr 12.coface. 75116 Paris.afdb.banquemondiale. 1219 Châtelaine. Tunis Belvedère. Rue Pierre de Coubertin.afd. Tél : (33) 1 40 69 3000.undp. 75116 Paris Tél : (33) 1 40 69 30 79.fr Organismes mixtes Banque mondiale Bureau européen à Paris Fonds Monétaire International Bureau européen à Paris Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Bureau européen à Genève Banque Africaine de Développement 66 avenue d’Iéna.

.

Pour approfondir .

.

Tanzanie). Kenya.182 pages. Khartoum et Nairobi Guide répertoire – La présence française en Afrique de l’est. 2008 . Kenya.ubifrance. fr/librairie/. au travers de leurs filiales ou de leurs bureaux de représentation. Djibouti. Editeur : UbiFrance.Pour approfondir Bibliographie CAE Lettre économique régionale d’Afrique orientale (LAO) Retrouvez chaque mois dans la « Lettre d’Afrique Orientale » des Services économiques de la zone. Somalie.00 EUR HT. Rwanda. Ouganda. Référence : B0841807A. Prix : 235. Ouganda. 345 . Ethiopie. disponible sur : http://www. Soudan. Soudan. La présence française en Afrique de l’Est Burundi. Répertoire des implantations françaises Ce premier guide de la présence française en Afrique de l’est a pour vocation de répertorier et présenter les activités des sociétés françaises dans neufs pays (Burundi. Djibouti. toutes les informations pour suivre l’actualité économique de la région. Ethiopie. Somalie. Rwanda et Tanzanie Répertoire des implantations françaises Par les Missions Économiques d’Addis Abeba.

fr/librairie/. Kenya.La distribution de produits pharmaceutiques en Afrique de l’est Outil de prospection réalisé par les Services économiques d’Afrique Orientale. Evolution des infrastructures en Afrique de l’est Etat des lieux et opportunités des entreprises françaises dans le secteur de l’énergie et des transports. Prix : 235 EUR HT. • Arum Press Ltd. Wilbert T.Pour approfondir La distribution de produits pharmaceutiques en Afrique de l’Est par les Missions Économiques de l’Afrique de l’Est Répertoire des importateurs / distributeurs ayant marqué un intérêt pour l’offre française Guide répertoire . 1991. HM Stahl. • Heinemann Kenya Ltd. • Kenya’s Industrial Dilema (Peter Coughlin & Gerrishon Ikiara). Référence : B0739648A. Editeur : UbiFrance. • East African Community: EAC Treaty and Challenges to the Community. 1989. Somalie.Scenarios for our future (Institute of Economic Affairs – Society for International Development. Rwanda.). Kaahwa. disponible sur http://www. ce guide-répertoire comporte 87 fiches de distributeurs dans les pays suivants : Burundi. Ouganda. disponible sur http://www. 2003.fr/librairie/. Editeur : UbiFrance. Erythrée. 2005. • East African Community Customs Union Tariff Liberation Impacts in Perspective. Tanzanie. • Kenya Land of Opportunity (Central Bank of Kenya). • Kenya – the First Explorer (Nigel Pavitt). prix : 235 EUR. Kenya • Our Problems. Ethiopie. • Kenya at the Cross-roads .254 pages. Djibouti. 2007 . Our Solutions (Institute of Economic Affairs) 1998. Soudan. • Kenya’s Monthly Economic Review (Central Bank of Kenya).ubifrance. juillet 2009 – 128 pages.ubifrance.K. 346 .

W. Twaddle. Ouganda • L’Ouganda contemporain. ed. Legget. 2003 Kampala. I. Ashgate Publishing Ltd. • Uganda. E. 1985. an Oxfam Country Profile. Reinikka. 1998. Kampala. Oxfam/ Fountain. • Constitutional & Political History of Uganda . • Governing Uganda Gardner Tompson . 2000. Le Kenya Contemporain (Karthala et IFRA). • Uganda’s Recovery. 347 . Firms and Government. • Developing Uganda. • Uganda.Pour approfondir • • • • • • • Themes in Kenyan History. The Role of Farms. Waugh Colin M. ed. 2004. Fountain. Kampala. Fountain Publisher. 1997. Heinemann Kenya Ltd. Hansen. • Uganda Recovery . Prunier. The International Bank for Reconstruction and Development. B. H. ed. World Bank Fountain publishers. • Centinary Publishing House. The Cultural Landscape. P.R. R. Fountain. ed. Rwanda • Paul Kagame : Power. Macmillan Publishers Ltd. 1990 A History of Kenya (W. Breitinger. Collier. Ochieng). M. Genocide and the Rwandan Patriotic Front. Justice G. 2001. Kanyeihamba. Trading the Fruits of the Land (Tjalling Djiskra). 2001.

gouv.fr • Service économique régional de Nairobi : www.euforic. 2005.org/kenya/ CAE • Communauté d’Afrique de l’est : www. Ishengoma.worldbank.org • Fond monétaire international : www.eac.go.missioneco.imf.diplomatie. 2005.int Burundi • Site du gouvernement : www. Sites utiles • Banque mondiale : www.treasury.org • France diplomatie (conseils aux voyageurs) : www.Pour approfondir Tanzanie • Confronting New Realitis : Reflections on Tanzania’s Radical Transformation. Mwapachu Juma V. Esther Kokunywanisa.ke 348 .bi Kenya • Ministère des finances : www. • Firms’ ressources as determinants of manufacturing efficiency in Tanzania : Managerial and Econometric Approach.org • Forum européen de coopération internationale : www.burundi-gov.

use.ugrevenue.com Uganda Revenue Authority : www.rwandainvest.or.ke Export Processing Zone : www.investmentkenya.gov.cbs.com • Rwanda Investment and Export Promotion Agency : www.rw • Les Pages Jaunes : rwandaphonebook.com • Rwanda Revenue Authority : www.org Communications Commission of Kenya : www.ieakenya.rra.kebs.or.cck.ug Les Pages Jaunes : www.com • Site officiel du gouvernement : www.kam.com Rwanda • National Institute of Statistics : www.org Institute of Economic Affairs : www.go.ugandainvest.ubos.org Uganda Security Exchange : www.ke Ouganda • • • • • • • • Uganda Investment Authority : www.com Uganda Manufacturers Association : www.kra.co.ke Kenya Investment Authority : www.co.gov.ke Kenya Tourism Board : www.visituganda.rw • Rwanda Tourism Board : www.psfuganda.rwandatourism.org Uganda Tourist Board : www.Pour approfondir • • • • • • • • • • Kenya Revenue Authority : www.uma.ug Private Sector Foundation : www.rw 349 .yellowpageskenya.gov.ke Kenya Bureau of Standards : www.com Kenya Association of Manufacturers : www.kenyatourism.statistics.epzakenya.yellowpages-uganda.go.go.com National Bureau of Statistics : www.com Les Pages Jaunes : www.com Uganda Bureau of Statistics : www.

go.tz Les Pages Jaunes : www.co.tanzania.co.tz 350 .tz Tanzania Investment Centre : www.tic.go.nbs.tra.yellowpages.tz Site officiel de la Tanzanie : www.Pour approfondir Tanzanie • • • • • • National Bureau of Statistics : www.tanzaniatouristboard.go.tz Tanzania Tourism Board : www.com Tanzania Revenue Authority : www.

Lituanie États-Unis Éthiopie et Djibouti Finlande Gabon Ghana Grèce Guinée équatoriale Hongrie Inde Indonésie Iran Irlande Israël Italie Japon Jordanie Kazakhstan Koweït Laos Liban Macao Macédoine Madagascar Malaisie Malte Maroc Maurice Mexique Monténégro Mozambique Nigeria Norvège Ouzbékistan Pakistan Panama et Costa Rica Paraguay Pays-Bas Pérou et Bolivie Philippines Pologne Portugal Rép . Lettonie.Titres disponibles dans la collection L’ E S S E N T IE L D ’ UN M A R C H É Afrique de l’Est Afrique du Sud Algérie Allemagne Amérique centrale Angola Arabie Saoudite Australie/Nouvelle-Zélande Autriche Azerbaïdjan Bahreïn Bangladesh Belgique Bénin et Togo Botswana Brésil Bruneï Bulgarie Burkina Faso et Niger Cambodge Cameroun Canada Chili Chine Chypre Colombie Corée du Sud Côte d’Ivoire Croatie Cuba Danemark Égypte Émirats arabes unis Équateur Espagne Estonie. dominicaine Rép . tchèque Roumanie Royaume-Uni Russie Sénégal et Cap-Vert Serbie Singapour Slovaquie Slovénie Sri Lanka et Maldives Suède Suisse Syrie Taiwan Thaïlande Tunisie Turquie Ukraine Uruguay Venezuela/Trinité & Tobago Viêt Nam Yémen Zambie Réalisation Paris – Dépôt légal : 4831 – 4e trimestre 2009 – Tous droits réservés .

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->