P. 1
L'Interprétation psychanalytique du Mythe d'Orphée et son application au symbolisme musical

L'Interprétation psychanalytique du Mythe d'Orphée et son application au symbolisme musical

|Views: 319|Likes:
Publié parherodotean_fan

More info:

Published by: herodotean_fan on Mar 04, 2013
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/15/2014

pdf

text

original

REVUE

FRANAISE
De

Psychanalyse
Publiée de sous M. le le haut patronage S. Freud Professeur

Organe

officiel

de

la Société de Paris
Psychanal

Psychanalytique

Section

française

de

l'Association

ytiq

ue

Internationale

Septième

année

1934
DENOEL et
19,

STEELE,
Rue Amélie,

Editeurs
19

à

Paris

L'Interprétation du et son application
Par le Dr

Psychanalytique Mythe au
Pierre

d'Orphée symbolisme
BUGARD

musical

SOMMAIRE
I. II. Avant-Propos. Aperçu historique développement. III. IV. Les La racines sublimation d'Orphée. V. Le Mythe d'Orphée et le symbolisme musical. œdipiennes de la de libido la légende incestueuse d'Orphée. dans le mythe du Mythe d'Orphée Naissance et

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

321

1
AVANT-PROPOS

Orphée pour devenir et même le

fut monde poète, comme de en et la

dans

la

légende des fut

le

chantre et d'abord En réalité, Orphée

de des

Thrace théogonies. comme sa mission

et

l'initiateur, Avant de

hellénique, ce héros un son Grèce comédie aux Dionysos.

mystères

considéré

un

théologien sacrée est l'inque d'un et sous Orphée. font dans la la

magicien. génie. du poétique culte antiques Mystères L'on doit au de

inséparable troducteur tragédie Mystère résurrection la forme comme la légende, Toute traditions thèse. tenté sous concret. nité La rents, restitué sible tions A rique nullement d'ailleurs encombrée Le l'attitude du mythe Elle par le la du

passait Or, scène, Age), combien chacun à la la la dieu.

pour sait

être

nyonfsos. mettent en du Moyen aussi du

manière passion musique,

(analogue de

sait cuite

dithyrambe, c'est aëde. doit, en

jeune les raisons

Etudier qui en

théologien, un légende diverses, est un

aussi

analyser

effet,

être et marque

considérée élaborées un met acteur pièces

comme en effort en scène une de

un sorte

agrégat de

de syn-

condensées drame qui collective. d'un est créé seul de héros,

rationalisation des d'un d'une faits épars

mentalité

Elle

patronage Ce héros

principal et doué

spectacle surhuma-

toutes

omnipotente. légende comme la d'Orphée l'Odyssée, composition un ne constitue les pas travaux en à épisodes la mosaïque un de groupe Victor dialogués. complexe de poèmes nous est des cohéont

dont unitaire patronyme

Bérard Il

impostradi-

d'attribuer orphiques. ce titre, s'opposent question pas de un la

noblesse, à la

la complexité

force

et touffue

la

simplicité du dans mythe Homère. sa

de

l'épopée

homéIl n'est

d'Orphée. Orphée est en

de Hellène,

ce

personnage mais un

n'était outre

Thrace Mineure.

légende

croyances d'Orphée héros

venues n'a et à

d'Asie vraiment l'épopée

mysticisme des

rien homérique.

de

commun La

avec paternité

achéens revient

d'Orphée

une

tradition

populaire

certainement

322

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

très par diquer de

ancienne des poètes le ce que droit l'on qu'à

la du

légende vte siècle

fut

ensuite J.-C. ces

recomposée La psychanalyse

par

Hérode, peut

puis reven-

avant dans l'inconscient

d'intervenir a appelé du

données collectif.

populaires Notre une

émanant analyse interprétation le modifier Nous par condensaa fixé qui et verne

s'attachera des le rons tion, sur lui d'une affectives nécessairement L'Ecole des plus Bien vue à sociétés profond le raisons transmettre que la

l'esprit

mythe. qui et aux ont

Elle pu

donnera l'engendrer,

psychologiques aux légende et poètes a été

historiens comme La d'Orphée un

helléniques. Rêve,

élaborée

déplacement personnage

dramatisation. imaginaire

mentalité des héros par de conflits est le

primitive affectifs fils

appartiennent imagination inconscientes.

en

propre.

Ainsi, actionnée

le

surhumain tendances implique individuels. collectif ce qu'il a de

collective Ce

puissantes collectif

termé complexe

d'inconscient d'inconscients

l'association freudienne primitives (1). le mythe historique n'ajouterons les a a rapproché et

justement individuel

l'inconscient dans

l'inconscient

entendu, une réalité Nous d'Orphée (2). dans particulier l'on (4) doit et Cet son

correspond qu'il est rien

toujours intéressant, aux

à

certains mais

points difficile

de de du

reconstituer. mythe Reinach d'Orphée travail quelles Gruppe

données qu'en a faites

historiques M. Salomon la et dans

après auteur

savantes étudié Cultes, les dans (5). deux

études avec sa

grande et

érudition Religions, fondamentales sur Orphée Orpheus

mort un aux-

ouvrage (3). Il cite

Mythes références toute Enfin, étude il

se celle

rapporter de Lobeck

celle comme

de

a

pris

à ce sujet.le livre de JUNG traduit de l'allemand (1) Consulter par L. DE Vos et symboles de la Libido 1928). Edition Métamorphoses (Paris," Montaigne, de l'inconscient L'introduction de Yves LE LAY pose le problème collectif d'une manière très claire. L'Inconscient dans Consulter aussi la Vie Psychiquè et anormale, normale de JUNG, qui s'est un peu écarté freudienne de l'orthodoxie avait été lumineusement (traduction 1928). La question française Payot, Paris, — Cf. aussi RIKLIN 1924. Totem et Tabou, Paris, envisagée par FREUD Payot. la réalisation des dans ies contes Vienne désirs et la symbolique (Deuticke, RANK Le mythe 1908). ABRAHAM Rêvè et Mythe 1909). (Deuticke, Vienne, de la naissance du héros, essai d'interprétaüon des mythes (Deupsychologique couLa symbolique dans les légendes, MAEDER 1909).. contes, ticke, Vienne, Su: tumes et rêves de psychiatrie et neurologie, 10' année). (nlochenschrift BEHER La fantaisie et le mythe 2). 1910, tome (Jahrbuch et Religions, tome 2, p. 100 et suiv. (2) Cultes, Mythes 1902 La mort d'Orphée. (3) Rev. Arch., « Orpheus 1! de lloscttcu. dans le Lexikon der Mythologie (4) Article » publié relatifs à Orphée. contient l'indication de tous les textes 2 vol., 1829. (5) LOBECK Aglaophanurs,

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

323

patron idées combien professeur lorsqu'il tifs (1). de

dans son

une grand les

œuvre livre religions avait son de

de le

vulgarisation choix de ce titre tiennent

qui montre

contient dans de études des au sujet

toutes son esprit

les

toutes Freud composa Il en » cette Si tire dont faute donc du nous

évoluées eu connaissance sur la vie

l'Orphisme. de peuples de antique la Reinach primi-

Le

des sociale

livre

lumineuses le s'appesantira gardons qu'isole une avec un notre héros

conséquences dans sur attitude sa peu maîtrise de sa la

« faute c'est luides S. Reidu (2).

tragique aussi même. cionnées nach,

souffre qui nous

tragédie et

Dionysos conservatrice et sa

sur

Orphée vis-à-vis

drame nous d'Orphée

science

M.

écarterons dans

conception

symbolique

personnage

interprétation

psychanalytique

II

APERU SA

HISTORIQUE NAISSANCE ET SON

DU

MYTHE

D'ORPHEE.

DÉVELOPPEMENT.

Il primitive sur taiu siècle groupe

serait du

particulièrement. mythe. sont dans Pisistrate poètes à lui, qui les la Or, les

intéressant seuls des populaire avant les premiers témoignages Mais sur du les la vie même et sur de aux que le les feu témoignages témoignages avant J.-C.).

de

posséder que écrits nous le été

une

version

possédions mythe exisau un Anobscurs ne Pausafou-

Orphée déjà de de

évidemment tradition

d'avoir Onomacrite poèmes sur après la mort Zeus. hommes celui sacré de

collationné présidait orphiques. sont les

(VIO siècle réunit premiers

dits Orphée lui du Orphée »

térieurement et souvent

contradictoires. pas en fait avoir un peu encore la victime « révélé les aaux (4)

auteurs héros. meurt son

s'accordent nias droyé aurait qui ciel. (3)

courroux mystères causes

pour donc

supplice le titan dérobé au mort

mêmes hommes

Prométhée,

a communiqué Ch. Baudoin

symbolique

a étudié

raisons

psychologiques

de

la

(1)

FREUD,

loc.

cü.

la méthode du Maître (2) Ainsi adopterons-nous de linesse de la conception l'insuffisance beaucoup Freud a lumineusement mis en valeur, en se basant les rapports du totémisme et de l'exogamie. Frazer, (3) Pausanias, IX, 30, 5. de l'Art. (4) Ch. BAUDOIN Alean, Psychanalyse

de Vienne avec qui a montré du Totem chez S. Reinach. sur les travaux de Sir James

Paris,

1929,

p.

31.

324

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

de

Prométhée générale peu plus pour pour ne loin

il et

a

même auquel

décrit il a

un donné nous

complexe le nom

qui du

a

une

valeur

hutitan.

maine Un mort nées d'autres pouvons intervalle tion

malheureux se donnant raisons une

(1),

Pausanias

montre Entre

Orphée ces deux

la donfoule nous

pas

survivre la que nous deux à pour

à Eurydice. mort d'Orphée analyserons raisons toute ne pas

expliquer raisons dire qui que

prennent plus loin. laissent du à sa net furent d'Eurydice versions a dû suivre en de

place D'emblée, entre

ces

extrêmes l'évolution survivre très ces raisons mort

elles La concep-

un

correspond se tuant un

mythe. femme des en ne la une

« Orphée

» peut raisons réalité sont légende. tradition de son

être primi-

considérée tives lation cisées gile (2), qui d'un

comme expliquaient tabou.

affaiblissement sa mort de

la pas

viopréVirtrès

Les dans

causes les au est

la

davantage en qui

premières serpent, point

l'attribuant ne nous

ancienne gnage. Si plus phée. Flaccus, surajouté Colchide. L'on tée par vers les fait nous tard Mais

parvenue

dehors

témoi-

remontons Philammon il n'en fait

aux et

premières Apollonius à l'inverse

sources, de

Hésiode Rhodes) parle et assez

(qu'imiteront déjà de tard du d'OrValerius que fut en

pas, des

de C'est

Pindare donc l'épisode

le compagnon à la vie du

Argonautes. de

chantre

Thrace

voyage

de l'épopée (soit vers ce une la fut

des

Argonautes

le souvenir d'années avant (Propontide) la très mythe, qui colonisation

d'une la

expédition guerre et la de Mer

tenTroie) Noire sur les

1225 Eoliens

trentaine Mer le de prélude Il est donc du

Marmara à

(Pont-Euxin) rives que, du dans Pont-Euxin la

éolienne

(3).

vraisemblable Orphée vivait ne vers sous poétiques, de poèmes. primitif l'Hélikon, Hésiode s'il prit le

d'admettre pas VIIIe part siècle. de venaient en Béotie. à

version des

primitive

l'expédition réunit vieilles d'être furent (un

Argonautes. à la manière

Hésiode,

peu

d'Onomacrite, Les concours au de du pied ses mythe

Pisistrate) qui

traditions transportés l'occasion

grecques. à de cette la les

époque

naissance éléments

possédait ne fait pas

vraisemblablement

(1)
(2)

Paus.,
VIRGILE

lx,

30, 6.
Géorgiques, IV.

· (3) SARTIAUX Troie, d'Orient (Paris question nes dans la Méditerranée

la guerre de Troie, et les origines préhistoriques « Phéniciens, R. WEILL 1915, ln-12). Egéens, t. II, 1921). » (Revue Syria,

de M Hellè-

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

325

voyager clue pas cette encore

son

héros

sur de la et

le

vaisseau ne

Argo, lui était

l'on pas vivait celle L'on poète et

est

autorisé ou après

à

croire n'était

variante élaborée et fixer par

légende pourtant

pervenue bien à

Hésiode bien après

l'époque l'on dès dira à conle vi' proau eux donimages. venus, à

homérique, vient siècle pos monde qui nèrent Quant mon La sie firent un de

conséquent des en crois avant une établirent l'on dit » qui les par qui faits des

laquelle conteste

l'expédition d'Orphée « cents Hellènes Je ans

Argonautes. tant qu'Homère moi, théogonie leurs rites à ces ou que

l'existence d'Hésiode quatre aux

Hérodote Hésiode davantage. à chacun tracèrent poètes, ils des sont

venus Ce sont

guère et

dieux

surnom, que

et

leurs sont

à ceux avis, après

antérieurs

eux. populaire, dans

mentalité

a et

tendance gestes des

à

introduire personnages

une de

fantaila traet

merveilleuse et les naissance de muse Apollonius les l'on la dans ainsi posséder se Muses doit à expliquer faits

dition, esprits) une

phénomènes son Elle

supra-normaux attribua le fils

(dieux au héros

dépassent

entendement, en fit des Cette Si de l'on tantôt amours dernière veut

extraordinaire. Thrace, de la tantôt poésie et sont voir dans

d'Olagros, et fut rappeler

roi de

légendaire Calliope, tée fait même, Calliope l'origine théogonies, se trouvent qui par que

le épique.

fruit

d'Apollon version bien et se

adople luisa fille à les

Apollodore. les cet d'une tous l'a dans au déjà leur fur et les fait filles amour

Mnémosyne du père

d'Apollon et qui de

Apollon

manifestation presque que

tendance mythes remarquer version à mesure et

incestueuse dans Rank. primitive que aurons le presque Tous une mythe

existe toutes

les attitude se de au de

mythes œditransmet revenir cours

pienne à tout de une à

masque plus sur du le paternel.

humanité l'heure

civilisée.

Nous du que de sur

l'occasion d'Œdipe

l'affaiblissement mythe, père, ainsi origine

complexe la dissimulation

l'évolution envers

l'attitude dans

hostile le

l'ambivalence

du

sentiment

complexe Apollon

confia

à fils

son de à

fils Zeus

Orphée et de du loin, de cette Maïa.

la

lyre Calliope, Ici

qu'il la encore

avait mère apparaît, en

lui-même d'Orphée, sous ainsi

reçue enseigna une rlne plan dans

d'Hermès, à son voilée,

fils la

jouer présence plus du

lyre.

forme nous dans son

complexe la et charmait mère c'est

d'Œdipe joue vers avec un elle sa

effet, de se

l'indiquerons l'inspiration inconscient.

rôle qu'il lyre

premier retourn animaux

poète,

Orphée

les

326

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

féroces mélodies du sous tient la c'est jumeau avec mêmes l'enceinte frère cordes. la tant rythme le à musique

et et

les

rochers, de pas «

ce leur sans

qui

témoigne rythme. analogie de et autre fils au la Cette

de

la

toute-puissance

de manifeste

ses

surtout n'est de

toute-puissance ce que Freud

avec pensée

a qui

désigné apparde

nom la

toute-puissance primitive dans une

», croyance La de

mentalité éclate

névrosé.

toute-puissance hellénique et il

légende de Jupiter

l'antiquité et une se C'est d'Antiope, lyre

l'histoire de

d'Amphion, Zéthus. Il de avait charme, et après eut aussi le sept cette mythe aux la

frère jouait d'elles-

reçu que pour s'en

d'Hermès les pierres

dont

d'art pour de le le

et

mouvaient ainsi avec la qu'il l'aide lyre

suivre

s'assembler. être portes, même d'Argus, rendu autant idée le sa dont de ses des d'Orphée des mystères, au le la large lyre il de

édifia de son de de yeux, à son

Thèbes,

maître que la

rempart

avait

Signalons dans endormit Zeus d'aborder

toute-puissance aux permettre amoureux. de magicien que chantre Orphée de Pindare des sauva Argoet cent

musique

bouvier pour était

qu'Hermès maître C'est musicien, Valérius nautes. compagnons les Mer venté, sos, et Cabires. Egée et

sons génisse à cause un

de Io

vraisemblablement qui Flaccus Grâce de Il avait, périlleux à la faut dans pour Imbros) chassés qui et L'on dorien. ne doit de la sa en faisaient (1) avaient

qualités éléments, le

de et

maître fait

connaissance tempête bien provoquée, dire l'antiquité, la navigation. servaient Grèce du outre, ces que

ses par de la et (Tha-

Samothrace, nord-est

prolongement réputation Les îles de à par XIVe siècle des la de de d'être cette

brumeux région

Samothrace, Tyrsènes

de

refuges

d'anciens les les invasions apports très des Egée émigration et sur (3). ait la Il

Pélasges d'IndoprotoinhospitaCabires, c'est en des côte semble le de

péninsulaire xv° îles de cette le au

européens hellène lières. divinités effet Pélasges Propontide tout naturel à

constituent En pas (2), que à de l'on

avaient trouver région souvenir en

côtes présence la Mer

s'étonner dans doit

pélasgiques Hérodote à Lemnos, (Mer qu'une

cette

Samothrace, Marmara), tradition

Chalcidique de par Cyzique Pindare

autour adoptée

imaginé

(1)

PINDARD

(2) Le nom Puissants u, t. 1 de l'Histoire civilisations, (3) Les premières sous la direction de Halphen. Alcan, Paris 1929.

« Chez Hippolyte de Cabires dérive

», Ref. Hoer. du sémitique

V, 7, p. 136. « Cabirim » qui des Peuples

signifie

« les

et Civilisations

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

327

Thrace pendant Mer (au La la de sud

Orphée de

prenant longues

part semaines

à les la côte

une côtes est

expédition de de Thrace la Mer

éolienne et Noire,

qui pénétra, en

côtoya par Colchide la

Marmara, du Caucase). nous d'or. enlevant de le la

jusqu'à

légende

raconte en

ensuite possession fille du père, ses les roi

que de

les son

Argonautes butin, Médée, pas épars son fils, cours suivis comme lui-même à

conquirent quitta pour tuer à ne de la put la préserver son mer. propre Ainsi Col-

Toison en amant à

Jason, Médée, colère et à

chide son frère, Aetès, ni

Aetès. n'hésita

de

son jeter

dépecer,

membres restes de

s'attardant ni d'Orphée, sortes de de ont quitté remontèrent et le Rhône. été Médée.

à recueillir Nous

rattraper du

Jason,

retrouverons, scènes de être

au meurtres considérés Orphée

l'analyse de dépeçages. l'expression et Dionysos

mythe Ces

plusieurs sacrifices rites très

doivent primitifs dans les la

symbolique Zagreus Ayant Euxin, l'Eridan Orphée, sur et phée sa

victimes, la Colchide, le Ils leurs Sirènes le

légende, Argonautes et parvinrent

d'une

mort traversèrent en

semblable. le Pontpar Sirènes

Danube

Méditerranée les

rencontrèrent, voix furent vaisseau. les où roi pas, perfides, tellement Ainsi Argonautes. elles Pélias, malgré Médée et de Ici. auquel victime du trouve furent qui sa

comme chanta émues le charme Les

Ulysse, en

dominant lyre. Les passer de dans ïolcos, ne Jason. vieux le

s'accompagnant qu'elles des accents dépitées rochers. départ se turent à'Or se De des son du une ce roi chaubarles. de

laissèrent protégeait

nouveau la vieux mer

Sirènes en du

précipitèrent retour Argonautes, trône tuer dière bare convives sa ment ohscure Freud vis-à-vis meurtre a un gés à désir d'admettre, chaque instant a puissance un à leur sous et à

changées était la cause

voulut Pour père, le de de festin et dévorent

promesse, persuada le faire se nous dans les cuire

abandonner filles dans encore allusion de s'incorporer » est dans forfait du le la

punir, le dépecer le rajeunir. rituel leur L'excuse elle

prétexte tragique tuent

manifeste faisions le but

jalousée. euphémisme

« rajeunissement sa une raison fois d'être leur

évidem-crainte

qui

s'empare

des insisté la une

complices sur victime survivance,

accompli primitif père son

justement du rituel sacrifice est

l'attitude représente ou du ces rites tout père.

ambivalente en au Les barbares, de la réalité moins Grecs qui

l'expression étaient encombrent tant ces. obli-

inconscient dans leurs le

de

sacrifice de

récit légendes,

l'intervention

magie,

328

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

coutumes gnaient. époques les tribus

leur Ces peu rites

étaient étaient par

étrangères, pourtant rapport de (1) cite la le à

à

eux

civilisés, fréquents,

et

leur même

répuà des dans de qui

assez la

reculées montagnardes Porphyre des des

civilisation et les

hellénique, hautes de vallées Thrace,

Thrace cas des et parle sous mais se

l'Anatolie. pratiquaient de la chair il

Bassarides nourrissaient,

sacrifices victimes. entendre

humains Lorsqu'on cela non »,

semble-t-il, chez nourrir des suivis vallées siècles de le à les habisacride retiavant Lycée, caracZeus la

Thraces, tuellement fices

faut de

d'anthropophagie « se la forme « accomplir mais dans (VIIIe-VIIe de connues sacrifices Ménale, non les

chair ». de la

humaine Des sacrifices

plutôt

humains

analogues, étaient des d'Arcadie accomplis Sparfiates (canton étaient et leurs

manducation rées J.-C.) monts tère Lykaios. De le retour du

victime, au temps monts du mœurs,

Péloponèse les tribus des vallée de leurs

Aroania, primitif

Ladon)

pour humains

en ne

Thrace, couronna émouvants

Orphée pas la

épousa longtemps mort

la

nymphe leur union. et le

Eurydice. Virgile désespoir

Mais (2) traa

bonheur en de berger en devin la

chanté gique Le dice vieux d'Eurydice à travers le perte raconté les serpent,

vers son

d'Eurydice

époux. Aristée, poursuivant Protée, « Tandis que que, elle ne fils de il Cyrène, fut la désirait cause le t'échapper, pas, de à ses ces la belle nymphe de sa ainsi sa mort. la EuryLe mort course épaisse, causer Virgile d'Eurydice, par qu'il de châtiment. Orphée son une a sa a

involontaire berger, elle pieds, bords, des de étaient raconte

consultera pour vit

précipitait dans qui l'herbe allait

un

fleuve, hideux

habitant sait vers qui qu'Aristée

(3).

» dans

L'on les pour

élevait l'épisode abeilles d'Aristée une d'une dans divinité grande son

abeilles la mort décimées parce poursuit ce immérité,

précèdent ces abeilles c'est peine pitié

raisons

lesquelles Les « Oui, portes la de

maladie offensé courroux. c'est qui La fils de te

mystérieuse. les dieux Tu Orphée, l'impose. déesse sacrifier Cyrène, quatre si

meurent qui te

faute

digne » à

malheur

la

suite

de et

cette quatre

révélation, génisses,

conseilla « de faire

à

son cou-

taureaux 8. Lantoine,

(1) PORPHYRE De abstin, il, (2) VIRGILE IV. Trad. Georg.
(3) VIRGILE loc. cit.

Hachette

1910.

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

329

ler

de

leurs « et,

gorges dans ajoute à conter) le

un

sang bois,

consacré sous « c'est à et la

», et feuillée là travers s'échapper

d'abandonner n. Ce sacrifice

le

corps adoucit

des

victimes Orphée nrerveilieux bœufs, Si â la c'est la des nous manière parce

Virgile, on bourdonner toutes sorte aurons dont « migration les de

qu'alors les

(prodige chairs ». tragiques qui mort sur la à

soudain tuméfiées

et des.

voit

abeilles citons d'une que nous

conséquences loi du Talion, de s'est âmes de la en cette de la »

découlent, d'Eurydice, doctrine la dans suite notre qui s'emsorte extrêmeem« les der de de

de revenir

la

l'occasion l'Orphisme des

métempsychose, Cette sous la des d'ajouter, spontanée, L'Egypte, Aristée naîtraient dans Virgile, On D'ailleurs, mythologie Crète, se fut

imprégné se manifeste

Pythagore. mythe s'échappent presse génération ment l;loyé ;abeilles de voir vieille. par

forme flancs

symbolique des taureaux que dérivée affirme-t-il, régénérer sang associée doit voir là est Zeus, par chaque nom les du

renaissance décomposition. croyance en

des

abeilles Virgile

d'ailleurs,

une est

métempsychose, déjà des ». Il le

connaissait la taureau à la race éteinte immolé légende

procédé

pour du

abeilles est intéressant l'idée des du sa

d'Orphée, imagée rapprochée élevé du dans Mont l'histoire de la dynastie le dieu

de

la

métempsycose. orphiques. dans nesse taureau sation représentait sant. L'histoire au dans ne long ce donnaient du ancien nous de à sa de âme. qui les Le trouver douleur. son Il par texte la en

l'expression souvent qui fut

doctrines taureau jeuor, la civilile

l'abeille grecque. nourri à Minos,

.prime

abeilles dans

Dikté de

manifeste Le sur terre

instant générique du

crétoise.

crétoise, tout-puis-

l'incarnation

Taureau,

d'Orphée, Virgile son pas dans

après la

la même la de

mort

d'Eurydice,

est Géorgique. Les

racontée Elle auteurs l'intervention

tout trouve grecs

quatrième plus la mort Virgile, plus à l'heure. et en la une poésie plainte la complète.

expression les raisons dont nous

d'Eurydice à trace, Désormais une la suite est

symbolique auteur intérêt, tenta tion affreux son d Hadès, parmi lumière.

serpent dont le

parle

de du seul,

quelque plus haut Orphée consolale vide cesse

n'avons tout

verrons dans Il la

musique chanta,

suprême désespérée,

cœur. résolut aux

Mais d'aller Enfers.

l'image

d'Eurydice l'arracher à a chanté de Hadès

s'imposait la la ceux volonté descente qui

sans

inflexible d'Orphée vivent consentit sans à

régne

Virgile les fantômes

ombres héros

légères parvint

et à

émouvoir

celui-ci

.330

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

Jui arrière

rendre pour du voir

Eurydice voir jour. si son Mais Eurydice la Enfers. survécut du mort

à

condition épouse, Orphée, le avant

qu'il qu'ils

ne

se ne

retournerait fussent revenus de franchi entraînée

pas à l'amour, la limite

en la

lumière voulut fatale. ment

torturé suivait, ava· nympla

par

l'inquiétude d'avoir fut

Aussitôt, dans ne primitive de la montre en qu'il réalité enfreint les

malheureuse

définitive-

Orphée forme causes L'analyse pondent parce victime d'Orphée, Zagreus, but sur d'attirer tous

pas mythe d'Orphée qu'elles à une leurs (1). La

très les

longtemps auteurs plusieurs ne

à sont

sa

compagne. pas d'accord ont été et

Dans sur données. corresOrphée dont

la les

raisons assez les la

sont raison lois

toutes unique c'est

comparables dieux même punissent punition voit dans celle dans de

est mort

Prométhée dans une celle sorte sur ses un

mentalité et

populaire même

la

de de

Prométhée, sacrifice

Dionysos a qui pour pèse que et

volontairement une cela germes que faute S. la montre les la cultes sont Elles l'attitude aux leur qui Grecs était très

consenti, ancienne a du ies le reliquat pu

ctui

seul C'est déjà

homme en en L'analyse et dans de qui transmises la cause tabous, véritable divines, lois qui d'Orphée

frères. contenait

Reinach doctrine que

dire

l'Orphisme celle divines gné d'une du

sacrifice lois appelées très une

péché dans les forme

originel. mythes primitive

éloisorte envers d'un

société.

constituent du sous évidemment des depuis primitif la

d'ensemble le père. Elles de est

d'interdictions s'étaient dont de dont fait-on Enfreindre à la loi du L'attitude héros dont sur qui il ont est talion tous

résument

forme inconnue interdictions longtemps. émanées immédiate-

groupe il en

tabous ainsi

les

constituent est. perdue de c'est

catégoriques Aussi l'au-delà. ment en

l'origine des lois ces

sorte divines,

révélations s'exposer manière celle de frères

de

punit

d'une rappelle

automatique Dionysos de cette et

et de

prédestinée. tous lointaine elle Ses pèse les

voulu question sans

émanciper dans que frappent ont voulu ses Osiris un l'on

leurs fragment puisse tous tuer frères avait été les

faute

d'Anaximandre dire quelle elle car le leurs ainsi, de est. tous manvicpour

l'humanité inévitables Titans qui à qui veut son

conséquences des Le sera héros mangé

hommes, pour manger dévoré

descendent ger times (2).

Dionysos de

empêcher tour

nnd (1) C. C. JUNG Wandlitirgen Ch. BAuDoiN Psychanalyse p. 126). ne errore, (2) FIRMICUS MATERNUS

der Libido Symbole de l'art, p. 38. 6. prof. relig.,

(mythe

Prométhée,

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

331

;:voir auteurs mort

voulu

écarter ont la un Il est d'Orphée se ne

les

Egyptiens cru nécessaire du

primitifs

du

cannibalisme pour de la sa femme de la les que le (2)

(1). expliquer ceci légende

Les la est

anciens d'Orphée,

d'invoquer, séparé dissimule d'observer fur aux de les par la et à

douleur euphémisme

poète qui

manifestement primitive. de la mort en

vérité combien

intéressant

à ce

titre au Grecs

causes mythe admet meurt

s'adoucissent des se son été (3),

mesure Virgile

vieillit qu'Orphée, pour tend vivant thraces Ovide tives scène se

transmettant pouvant par avait Enfers écartant

Latins. mort

consoler mépris puni

d'Eurydice, thraces. pour blessé ses de chants données de le détails héros Platon avoir les

avoir qu'Orphée aux en (5), du du consoler

offensé

femmes les dieux avoir par

prépénétré femmes (4) primisur la de et

Pausanias, les

pour hommes en

d'elles certainement lui d'Orphée), qui

qui mythe meurtre de soutenait

était (c'est

possession le plus que à à celle qui les père

nous affirme en se

donnera même vouant

tenta

sa

solitude une théorie tragédie

l'amour de ne Platon

homosexuel. il est pour les dieux entre du culte vue, metpoint avoir et ce de plus

Eschyle tait en

analogue Les déchiré Bassarides, par son

scène, la la d'honorer et Mais que

dans mort supériorité

sa

nous

parvenue, soutenu refusé témoignage Dionysos. apparente de puni ment pénétrer par sacré,

d'Orphée

Bacchantes sur tous

d'Apollon Il font y

Bacchus. ceux cette réelle. dans qui

a évidemment d'Orphée est au mythe, avoir delà à de nous enfreint tué cette fardeau et ont

contradiction l'introducteur notre la point lettre, voyons un tabou pour faute ne

contradiction Si, l'esprit allant du pour s'est pas vraiment portent

de nous

essayons est

qu'Orphée particulièrepas survivre dont

une et

loi qu'il

divine ne

seulement de le

à sa femme. héros Cette sont avons sion que du les des

Orphée tragédies

souffre grecques dans

tragique écrasant.

les

faute rendus vu, en jeune hommes

est, coupables effet, dieu

Eschyle, les Titans tragédie mangé

Euripide qui

Sophocle,

celle Dionysos. en scène l'on des sait

dont Nous la

se

massacré mettait Titans

que tué

la et

antique par dans la les

pasaussi

or, grecque

descendaient

légende

cendres

(1) (2) (31 i4) (5)

Diodore DE SiciLE, I, 14. VIRG IV, 519. Géorg. PLATON VIII, 179. Sympos. Paus. IX, 30, 5. Met. X, 83. OVIDE

332

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

des

Titans

foudroyés tragique du

par drame

Zeus était encore coupables. consistait

en

punition

de du

leur remords dont

meurtre. très les

Le pro-

caractère fond s'étaient devait tion qui

l'expression des Le en la hommes héros la

semblait autrefois

s'emparer rendus sa faute

ancêtres antique interdicqui le la et dit

de violation des

la

tragédie d'une

souffrir sacrée. Le s'étaient

chœur rendus Freud

symbolisait coupables « Les éléments qu'on

société du qui pourrait

frères Et,

ennemis comme sur

autrefois très justement

meurtre. se

déroulent dire

scène raf-

représentent finée ancienne, la en héros impute, cisément chœur, de chœur sa sur cause d'événements ce des

une

déformation véritablement précisément du en la et même la

hypocrite toute qui ils

historiques. les héros membres ici, au de ses contre en Et tragique réalité, c'est du

Dans chœur

réalité ont été

furent souffrances et était

contraire, sympathie, Le grande

s'épuisent si le lui prédu

lamentations lui-même l'insolence celui-là la horde

manifestations cause révolte qui, frères. de

comme crime autorité, les membres qu'à qu'on est

souffrances. une

pèse ainsi est

sur encore,

des le héros

l'encontre du

volonté, (1). »

promu

rédempteur

Il
LES RACINES ŒDIPIENNES DE LA LÉGENDE D'ORPHÉE

La cette

légende loi générale

d'Orphée qui

n'échappe frappe tous des cynique dissimuler, avant lui à

pas, les

au mythes

cours et

de toutes

son

évolution, les qui croyances se mani-

à

anciennes festent Virgile l'amour, gique ». avec a

l'affaiblissement une achevé ce qui réalité de était

complexes l'origine sous considéré le de

primitifs toutes de une

les la «

théogonies. douleur faute de tra-

masque comme

Remarquons analyse analyse logique leur de la

immédiatement mort d'Orphée, seulement On solaire expliquait en est

que loin

l'interprétation d'être aspects une tous époque symbolisent la seule du tous

par possible contenu les plus

la

psychcette psycho-

explique du mythe.

quelques à effet,

mythes ou

par moins

signification

(1) FREUD

Totem

et Tabou,

p. 214.

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

333

la ainsi

naissance en

et particulier

la

mort du

du

jour,

et d'Osiris

le

mystère et Le d'Isis mythe a

de

la dont

nuit. on

Il a n'a la

en

est

mythe

donné pas mort

d'abor.dantes échappé d'Eurydice sur par une uru à cet et raison en

justifications effort la descente étymologique. et par Jlaa

solaires. Muller d'Orphée Selon euru en de

d'Orphée ainsi Il les noms se base

(1) aux lui, grec

interprété

Enfers. tous sont

d'abord

commençant invariablement crépuscule. d'Hélios, de Les EuryGlaukos. D'autre du le sansmot une aussi rabh a (com-

sanscrit noms

presque ou la du mère

d'anciens noms i;yde grecs ou

mythologiques l'aurore fille des l'habitude sont

l'aurore

de

Euryphaessa, Eurymède, Eurydice, dériver ou racine, du soleil. arbhu, on rattachait a poète était le

Eurypyle, mère avait

d'Endymion, et faire

femme d'Orphée. d'Orphée les

Euryrtone, part, rrit sanscrit épithète le mot !agiter mencer) nant, d'Orphée serpent régions condition et qu'il autour l'aurore Mais nions état quitte s'élève de le adroit). on rihhus,

Charités, de chanteur a la même

femme nom dans

signifiant arbhu, d'Indra, qui et du

Védas, comme

employé

comme même à racine Müller, la par Orphée

nom sanscrit laquelle se la

Lassen dérivant adjoint le mot de

rapprochait de le la préfixe racine

Orplteus

témérairement), à la même Selon donc

arbhva l'histoire est et mordue descend ramener prend

(entrepreprimitive par dans sa femme, un les

était (c'est-à-dire inférieures. de

suivante la nuit) la

signification « Eurydice elle et meurt obtient Il est ou du

suit, en

de en

ne

pas

regarder inférieur poussé le premier par

arrière.

l'engagement lui il pendant regarde et

monde mais,

Eurydice le doute

derrière par l'amour, regarde

lui.

Ainsi » peut

rayon

soleil

l'aurore,

disparaît. on ne

pas de

asseoir Max la Müller, science

solidement qui du

une représentent

théorie

sur aujourd'hui

les

opiun

linguistiques déjà bien part, vieilli l'on

de

langage. descendre guérir. la le mot Orpheus l'on et

D'autre oe la racine

faisait raphé, expliquer Ainsi que

quelquefois qui le le signifie mot

sémitique pour sémitique.

Actuellement, racine sanscrite « Les orph et qui dans se

a abandonné, la racine lvgues cians erbus. le

Orpheus,

rappelle d'une le mot de

S. Reinach racine orphanos l'obscurité.

mythotrouve le latin serait

inclinent grec L'idée

à orphnos

le

faire (obscur),

dériver dans celle

dominante

serait

Orpheus

(1)

Max

MüLLER
FRANÇAISE

Essais
pE

sur

la

mythologie

comparée,

2'

éd.,

Paris,

Didier,
11

t874.

REVUE

PSYCHANALYSE.

334

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

alors mot ramène tons tombons le

l'obscur. Eurydice, encore jusqu'à sur la ce

»

Cette

racine laquelle

grecque, l'on doit

rapprochée voir solaire l'idée si du mythe de donc

de

la

racine

du nous

dans à une

l'aurore, nous d'Orphée,

signification la éternel plus primitive que nuit sous

remonnous toujours

forme sujet de forme qui

semble la Mais

contenir forme nous

presque d'Orphée découvrons dans le et

Symbole sous sujet

l'idée la éternel la En naissance effet, rythme

la

l'idée aussi

de un

l'aurore autre populaire de avec Ces l'amour. le deux

d'Eurydice. se et la manifeste la mort, et la

toujours et la l'idée mort si du et associées L'amour d'idées.

symbolisme humaine reproduisent de la donne qui l'homme. mentalité la se vie ratle

banalement jour la se mort dans qui Eros,,

naissance fatal sont que

même

naissance

conceptions et dans aussi à la il

étroitement collectif. association qu'Eurydice, par

primitive appartient tache soleil encore levant

l'inconscient la même est même racine devenu

à

était le deux «

primitivement dieu notions le soleil le » Ce rêve exprime rythme toutes d'Orphée de Thamuz de l'amour voisines se et lève dans

extension sont L'expression primitive, soleil la fin mythes s'est de

soleil-levant, exprimées représente l'art, fois versel croyances d'Eurydice (l'Adonis l'étoile meurt suit rendra muz faisante. d'Orphée, à celui Cette autres analyse n'exclut ner tout d'Isis et du le pour la la l'idée se par

naissance-de-l'amour, le même dans de la mort symbole. la mentalité « Le de les

»

souvent, naissance de

dans couché

l'amour. et dans celle tous et rappelle et celle

à la uninos et

l'amour. et La imprègne descente assyrien

retrouve philosophiques aux des matin premier le vie retrouver ». Après de le aussi et Enfers Syriens) et

religieuses. donc qui Dans et le

mythe représentent ce mythe,

d'Ishtar, du soir.

respectivement c'est Enfers. d'eau permettent de l'eau à et vive Thamuz Ishtar qui à qui le lui Thabiencelui même

au

printemps, et un découvrir conciliabule, sur ressemble de la

descend « la les source

aux

dieux possession les et de

à Ishtar Ainsi, mais

revenir mythe

terre dans

en

grandes Proserpine,

lignes

à celui

Démètèr

d'Osiris. solaire Nous la du verrons, contient, mais historique en effet perdre mythe en d'Orphée particulier, la justifie que de à nous vue n'exclut que son la tour. allons que le pas psychElle uonmythe les

interprétation interprétations. non pas seulement non plus Il ne

l'explication faut pas

à l'heure.

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

335

est lui, clui mythe rent

le il est

produit contient, fait possède que le rêve le d'Orphée

d'une derrière en réalité encore si

condensation, un de plus le en n'échappe rêve contenu plusieurs de ne

à

la

manière

d'un un

rêve. contenu profondes.

Comme latent Le appaaspect La des identien donner

manifeste, significations dans en toujours à cette loi (que bien là général un

complexité revêt

son qu'un grand la nous pour

contenu seul nombre.

manifeste, légende témoignages fier au

mythe

comporte pas grecs du et rêve)

multiplicité pouvons nous

des contenu A plus

auteurs manifeste forte
raison,

latins est

contele mythe y a dans plusieurs il doit exister a priori un très nombre nus manifestes, de grand latents. Les documents en mains, nous donner contenus pouvons du mythe nous les identifieinterprétations d'Orphée plusieurs du rêve. Toutes à contons au contenu latent ces interprétations,
l'image.

s'il

dition

évidemment ou

qu'elles

soient ont le une

étayées part

chologiques dirons que lion, c'est c'est ignorer

historiques, vouloir analyser méconnaître les

des par de vérité. d'une

arguments Bien plus, seule

psynous 7

mythe

à l'aide

explica-

C'est cation

pourquoi solaire. En

et psychologique sa signification historique de sa genèse conditions éminemment multiple. à certains la psychanalyse justifie l'expliégards effet, ainsi que l'ont de notre montré article, les travaux de des l'école la plupart est presque sur ce point

Freudienne contiennent ment du l'attitude

au début signalés une signification œdipienne.

profonde qui Nous reviendrons jeune Syrien. n'est, des dieu

mythes invariableà propos à de la de nulle-

de mythe anatolien l'Attys déesse sa mère. ment une de la

ce Dionysos. et à l'Adonis

ressemble

Terre-Mère

(Gè-Mèter)

Comme eux comme eux il dans le cas de

étrangement il est fils est l'amant

L'attitude

œdipienne plupart et en En

La masquée. série d'incestes et de la

théogonies les dans sa sœur

Dionysos, à comportent

particulier effet, de

l'Egypte dieu est

Grèce. et l'amant

théogonies le mythe solaire Isis. Dans Ainsi est que en la sont L'école toutes les la

l'origine solaires de d'Osiris, le helléque aussi

le frère

Ouranos est le fils et l'amant de Géa. nidue, l'on a décrite sous le nom de complexe d'Œdipe ancienne dans les sinon davantage, mythes, ,olaire ces deux rappelle placé contenus profonds libido du mythe de l'un puisque avait justement immédiatement la à l'origine l'autre.

légende l'attitude réalité

signification bien voisins freudienne manifesta-

336

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

lions ,entre la cause -turc. mentales marquent coït

de

l'esprit et

humain le milieu de la du que humain

c'est

elle

qui Les la

est

la

cause

des

relations de sont l'agriculet fondaelles d'un feu, à la un le imméet il d'une semble de mort nuit h

l'individu libido, de Jung en la a de la

extérieur. voie feu, ces de et deux ont

premières

régressions sexuelle,

dehors découverte montré l'esprit réalisation Ainsi l'amour,

réalisation plus

beaucoup occupations une d'un voisines, du jour maternel. au d'une une de du ce jour nuit ainsi

tard primitives

de

signification coït, la et

sexuelle même, dit-il, du

symbolique ces la idées naissance le soir du maternité complexe et

incestueux. de complexe mourant à

naissance appartiendraient En matin,

naissance même soleil, diatement renaissance. tout et par mais tation d'une nuit, végétation dont La situe montre un La certain Thrace de n'est nous de simple

primitif, chaque l'esprit Toute d'admettre, une sorte des fécondent déesse-mère d'un jeune que amants.

particulier, suggère

renaissant l'idée implique

primitif

maternité fécondation incessant la nuit, et l'un terre et

à l'origine fécondation le jour Il et en

rythme par

renaissance, le jour. sont qui grande et celle De aussi se

de de de

la

la est

descendent de D'où à la

l'autre la végél'idée

perpétuellement. qui dieu Ainsi l'histoire. solaire du mythe représente qui peut symbolise s'expliquer

immédiatement la à le la fois fois visage la le de terre jour

et et

la la

renaissante. verrons

Dionysos

signification une deuxième Orphée nombre fut

d'Orphée En de

étant effet, Thrace réellement

admise, la version correspond au

ici

se qui à

explication déchiré de par faits dans nordiques de L’Asie les qui

historique. Bassarides appartiennent

passé. par des La l'objec-

dévastée

l'antiquité venus Mineure que

à plusieurs de (qui par Russie a

reprises méridionale. toujours été

hordes Thrace tif des

barbares séparée

envahisseurs détroit le moins la côtés tradition de dans à aidé le 708 de Thrace des

européens) aisément marin. sur hommes, grecque, ces temps avant l'Egyptien

l'intermédiaire ainsi que le

des Bosphore, déferlèrent à

Darau

danelles, peuple à val dans des travers aux la

franchissable, Parmi l'Anatolie, et la invasions c'est .T.-C. Le tiraient légende ces hordes les

nordiques femmes

qui combattaient

che-

de du

l'arc. peuple est

Ainsi des

s'est

accrédite, Une bien des Trèrcs.

Amazones.

dernières

nordiques celle des

actuellement et devait la mourut

déterminée qui vers remonte 660,

Simmériens Gygès Ier, mais

Lydien

repousse finale-

Psammétique

il

L’INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D’ORPHÉE

337

ment veau

sous la Lydie alors

les

coups et la

du dévasta

chef (1).

Dygdamis

(652),

qui

envahit

de

nou--

Il est les héros fusion chons d'éléments talité d'Orphée bon phée proche primitive ties (2), fut

facile

d'imaginer la légende main légendes la qui a condensation entrent fusionné sous de un cette notre « des

Orphée a interprété femmes. dans et dans ces l'assaut interprétation la le

périssant cela Il mythe la y a

dans sous donc d’Orphée.

la la

lutte forme

contre du

envahisseurs sacrifié de du par plusieurs doigt épars populaire périssant â l'appui tué d'ailleurs nous dans

la

manifestement Nous manifeste mythe. La menunique Straqu’Orrapla forme entre de facile, tou-

compénétration genèse sous Ménades historique, du

éléments des

la

forme

Bassarides. admet S. Reinach dont

soulèvement de celle

populaire de Pythagore, La du (3) tué par Orphée défense sur nature des Il ces de nous la héros, d'autre des

».

légende également sur celui le

est

inconnue. meurtre

condensation le part, femmes. s'est rendu coupable témoignage était

témoignages d'une de est toute donc

voisins part, façon la la ne point faute

Strabon puisque Quelle C'est crée.

d'Eschyle est dont d'une pas vue, peu. la

Orphée grave

? sa-

certainement Les auteurs à notre

violation s'accordent de

particulièrement nature de de ce

tabou.

D'ailleurs, nous fil d'un sacrées tabou perdue. Quoi Orphée. diction tant que est Un qu'il Si de intéresse donne tabou il

même variantes suffit

l'interdiction de la légende l'idée

relativement interprétation a été violé. très

Chacune

une qui est

différente. Dans toutes

d'isoler d'interdictions

questions à dont et les a cela

toujours

difficile une défense pas ont

remonter absolue

la

source a

un été

essentiellement tabou en nous l'inceste poète, le mythe, il ne soit, en se les croyons en semblera y ait Le des

l'origine suffit. pour origine d’Orphée populaire,

discute dieux

il est, choisi le tabou nous que l'idée la

femmes pour

punir l'interen en du non psy-

Freud, effet, lorsque bien introduit

parlerons mentalité de alors des la

élaborant tabou seulement
(1)

masquée serait mais pour

violation voulu, raisons

de

l'inceste. pour

choix

des historiques,

femmes

raisons

RADET La Lydie d le monde grec au temps des Mermnades. Paris, 1893, in-8°. jase. 63 de la Bibl. des Ecoles françaises d’Athènes et de Rome. — K. FLOWER SMITH Thc litterary tradition of Gyges and Candaules », in American Journal t. XLI, 1920. of philology, (2) STRAB., VII, 18. Ed. Didot, p. 276. (3) ESCHYLE. Ed. Uidot. p. 179.
G.

338

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

ehologiques les par sos. aux Les dans là, plus les Ces

plus complets Bassarides mystères,

profondes. sur de la Thrace

C'est mort

Ovide d'Orphée

qui (1). une

nous Il

donne fut mis

les en à

détails pièces Diony-

pendant aux tué pour femmes, avoir

fête devaient assisté se de

consacrée rester à ces rites

réservés fut de

inconnus secrets. d’abord, se et se trouvait d'outils retourque de

hommes. Ménades, leur délire

Orphée avant

déchiqueter sur de ces un

Orphée, attelage de en subir S. contentèrent vif haut, de lutté par la Thrace contre voie le poète le en un le le

précipitèrent bœufs qui

bachique, Armées mirent et

paisiblement. elles sur très que qu'elles que révèle passait si mort qui mort faisait Lactance dieu. sans Or, elle nous que

pierres, animaux

branches pièces. même

d’arbres Puis elles

agricoles, nèrent le fait

Orphée justement les

lui

firent

supplice. il y a tout

Ainsi lieu

remarquer ne se tout plus

Reinach, pas festin

croire mais ainsi nous Orphée légende, de la

Ménades le dévorèrent le les pour nous disions

de

déchirer sanglant. de

Orphée, En effet,

témoignage étaient ces d'Ovide, rites les odieux à l'esprit

Porphyre

Bassarides avoir détaille, nous répugner nous lui et

anthropophages. primitifs. circonstances d'un repas La

d'Orphée, devait d'Orphée entre et le

épargne au

spectacle latin et

funèbre Cette tradition dote, jeune pas nysos de la

hellénique. étroit que Héroculte du n'est Diola

révèle Dionysos. (2),

rapprochement Le héros passait,

selon du Ménades, les Titans.

Apollodore supplice avec celui fils elle de

pour

être victime

l'initiateur des par

d'Orphée, de Dionysos

analogie Zagreus

dépecé (la grande qui

était où Cette

Démètèr à la

déesse et admise enseignée était de Cadmos, descendit et furent aussi,

asianique renaît étersurtout aux considéré roi Œdipe, troublante victimes attribuée Parmi point à ces celle de ini-

Terre-Mère,

préside maternelle ou

vie

s'éteint était et

nellement). dans tiés plutôt Thèbes. et à les en

origine orphiques

divine éleusiniens,

mystères effet, dans le fils

la

croyance de Sémélé, à s'attacha des cette dont drames famille, ils

populaire, elle-même cette famille avec horribles peut se être,

Dionysos fille d'où une

comme Sémélé laquelle

appartenait le La malheur suite de tabous

cruelle dont elle

obstination. tous la les violation la

membres des première

rendirent

coupables. n'est

fautes,

commise

chronologiquement

(1)

OVIDE HÉRODOTE

Métam., II,

XI, 49.

8

sct. LACTANCE

(2)

Inslil.

I. 22.

APOLLODORE

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

b'ORPHÉE

339

d’Œdipe la puis Œdipe le tabou légende, de

Œdipe la cellé viola de d'une Or, la haine à la de

vient

assez de qui, savoir, Mais, faute

tard Sémélé marié mais bien tragique la

dans fut à parce avant

la

lignée de eut le

s'il celle

faut de

en

croire

génération de sans l'inceste. autre tout et héros la Laïos le

suivie Jocaste, que lui, c'est

Labdacos, pour fils. prévu, rendue enfanté triomphe, n'a que a eu exercée il une sur semble sur sur toute la

Œdipe l'avait s'était qui par héros avait le

destin

Sémélé elle

coupable Dionysos. suscite pas leur double lui. qu'une mère

dont

vie

sera de

marquée lui. L'on du de la Le

jalousie jalouse la d'une

autour des

Dionysos considérer dieu

échappé désir

haine

Titans.

peut jeune meurtre

s'incorporer

toute-puissance part échappé affectif la fait qu'elle est voiles la tentative par de coupable mourir met sans le imaginée la horde au

conséquence Dionysos sorte elle-même en de la effet foudre leur de

ayant potentiel

résurrection, se soit déplacé et les fils

haine

de la

Dionysos, légende

involontaire, Sémélé monde aucun sentiment par primitive la parmi son doute de

ha lignée ments le

embraseDionysos,

pendant Cette légende

triomphateur. car elle

extrêmement la haine dans popuque nous

ancienne, la laire ''a société n'est dépeinte Aucun Polidros de démence

montre cette analogie (1). de

sans

légendaire pas sans

société avec

mentalité telle

Freud des fut enfants l'ancêtre par fille,

Cadmos

n'échappa Ino, sœur avec d'Actéon, fut la au Penthée que nous de

aux

calamités Sémélé, fils dans ayant par elle Agavé fut la

du

ciel

d'Œdipe. et se fut

frappée mer. La en cerf tua « et son pour

Héra Autonoé,

précipita la au mère bain, Enfin, proie de ainsi

son

troisième allant dévoré ills une avec s'était de tué d'une comment thrace, ce à la par Penthée, bête celui

qui, changé dernière

surpris, en

chasse, ses

Arthémis propres pris, Le chiens. en

l'ayant féroce d'Orphée coupable Mais, Ménades troublante le culte qui de explique ».

délire n'est

dionysiaque, pas le verrons aux sans

supplice Penthée, du crime

analogie plus loin,

rendu

d'assister, (2),

en Orphée

secret, lui-même La légende

mystères avait rapproche été

Dionysos. par les façon

suivant pour

Hygin la même

raison. Orphée et

Dionysos, Dionysos le a pu

Penthée.

Nous comme Orphée

verrons d'origine et Diony-

être

considéré entre

rapprochement

(1) (2)

FREUD HYGIN

Totem l'oet

et Astron,

Tabou, II, 6.

foc.

cit.

340

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

sos. des

Là faits

encore, historiques

la

légende dont

emprunte elle donne

d'une une

manière illustration

symbolique richement

à

développée. A même time. sous l'ancêtre d'Actéon, bolique cerf. maine, d'autre, Il ait En a du l'occasion rite M. la cruel S. Reinach forme et le du de du la légende dépècement voyait culte d'un du la du l'auteur, la le à la le la même même lumière question. sacrifice du qui la est mort cerf en attitude désir de A du dans de et ce Dionysos de rite la une tabou Ainsi, jeune une se manifeste encore de du considéré de l'expression dont cerf à grecs cynique que est très du simple mais social, Ainsi le la totem victime de et S. part cruel. Reinach Il hula la le vic-

manducation survivance qui à est propos

totémisme comme légende symest le huet

animal clan. du dans

protecteur dans

il voyait sacrifice

chasseur tribu le

réalité, eu

substituant que les un

auteurs passé Freudienne,

c'est semble,

d'adoucir la ce cerf théorie titre, un est sacrifié et à la le

retourné dans le Actéon

le

mythe

explicite. sacrifice à déchiffrer. au fur une est et

montre main C'est mesure time quée Notons une clan meurtre assuré talion.

affaiblissement tout à à fait

symbolisme lui-même

mythe est

l'origine,

a

qu'évoluera animale la vérité qu'à certaine constitue y par sont un

mentalité

comportement humaine. un aspect de La morales série la

vicmas-

substituée brutale égards

victime sous

primitive la forme et

zoomorphique. société des indique tabous et du le est du

certains évolution un

totémique morale.

sociale code

d'interdictions visés. de sanctions Le respect qui

l'inceste ces la interdictions loi primitive

surtout système

de constitue

A l'origine rés, sos, mais au de se mais ce bien contraire Héra transforme les (que bien n'est

des

mythes, des victimes le taureau Le

ce ne

sont

pas

des Dans qui pas Titans le

animaux la est fait

qui légende dépecé du hasard par Le une et le lui

sont de et

dévoDionymange, il est

humaines. symbolique n'est par les

pas Dionysos.

meurtre désiré

fortement l'on en Titans doit taureau

excités la mère). Dans enfant

la jeune autre tendent et

colère dieu traun

considérer pour de eux, puis ils ils leur

comme échapper.

dition, jouet. son

s'approchent vient vers

Dionysos s'en font

Lorsqu'il corps en et Elle

emparent, cuire renaîtra les

tuent

mettent dans une

lambeaux les mangent. a recueilli

morceaux grâce Zeus, à la en

marmite d'Athéna.

Dionysos le cœur de

vigilance l'avalant,

la

victime

L’INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D’ORPHÉE

341

fera

renaître

le

jeune

dieu.

Les

Titans

sont

foudroyés

en

signe

de

punition. La rhàtié siaques. d'un déguisé :'attirer en sa sa voulant mort tragédie est sapin, en même pour Il férocité avoir s'était sous femme. un supprimer donc Les bien Bassarides, n'échappa violer la se voulu, à cet révèle comme effet dans le Orphée, dissimulé de dieu Penthée culte de Dionysos avait avait Dionysos à celle expliquer point société. et au dans de son Elle pour encore a été aux Elles mirent meurtre l'aisselle thyrse avait une être introduite masque animal. plus Le et pris bête que le à aidé meurtre épier dans de les les Penthée, mystères hautes qui pour sa La Eschyle d'Orphée. des femmes qui fut

dionybranches l'avait mieux

l'instigation Mais le jeune

lui-même Penthée encouru Thèbes. donnait meurtre

dans

guet-apens. le

vengeance cause de dans Le dont sur en pièces. le le

comparable pour

malheureux aul sapin Sa bras de sa homme qui propre après tête, le le le

Penthée ne devait

regards se

précipitèrent

portait, mère lui la

le déracinèrent Agavé prit mis au de se fut le bout Dionysos. dissipé, doit part pied

l'imprudent elle puis revint son féroce. lui elle à fils,

arracha s'empara Thèbes disait-elle Cette comme sorte

avoir planta

en

rhantant lorsque d'excuse euphémisme. secondairement. meurtre possède symbole Agavé d’Attys,

triomphe délire

qu'elle

s'adressa, Cette Cette l'excuse une et la atténuation

considérée dans le mythe L'arbre la dans au désir

un

la

légende réel Penthée y est un du

auto-justification d'un sacrifice

sous d'ailleurs

de

signification son arrachement terrible fils. la Cette légende orphiques détourner lui-même, à la le l'image à

profonde. symbolise

phallique, symbolise amoureuse du

castration. le mythe l'idée est dans la des réalité, est mère. femmes cette un cette la cause aussi leurs Et de le

mère de son dans adeptes pour Orphée fidèle de

qui

est,

comme est

castration de Dionysos. épris la libido qui se

fond

auto-sacrifice désir cll'orts en cela inconscient surhumains ils pour dans de retour

dieu des

Elle pureté, sur

de fixée

imitent rester le sein

détourna (en

thraces descente effort

d'Eurydice la recherche La et

terre, sein nourricière

d'Eurydice, mère terrible, sera

dans de la mort. de Penthée mère

maternel).

contre-partie profonde Le question de meurtre dans

inspiratrice,

sa

ressemble (1). Il en

à cette est une

mort forme

d'Attys voilée

dont

il Pausa-

est

Pausanias

(1) Paus.,

VI,

1 i, 9.

342

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

nias tra

racontait dans la du Attys,

en chambre délire au

effet

très nuptiale

cyniquement de se son fils, la

que et verge

la que

mère

d'Attys

péné« au paautre sa qui mère joue le pin

celui-ci, ». Dans frappé arbre fois puis jaillit mère, l'an,

roxysme version, follement un était tait des l'arbre la mère son tous un rôle

sexuel, paroxysme de le on lui, culte

trancha du se qu'on délire châtra lui une Du désespoir, sa son L'arbre phalliques. grotte fils de

uné

dont sous rend. image sang

l'avait un pin,

amoureuse capital dans

« Une d'Attys, qui en sa pleura. son

enguirlandé, pour violettes. du sol, symboliser Au

y suspendait la castration. du dans va cacher

on

l'abat-

fleurirent arracha voilà

comble

Cybèle, et dans Penthée L'histoire l'y

l'emporta qui » des (Jung) symboles de de Elle de la ces

Ainsi, c'est-à-dire

chtonique giron. deux euphémisme

antre, et l'arbre

dans sont titue La mutilation de la

d'Attys cons-

d'Orphée

deux

légendes. n'est pas une tellement sublimation, de la qui a repas été différente sous faim. fut la La de forme même la

manducation d'Attys.

Dionysos en marque au dans

régression se par elle

libido

stade le Mais le mythe

présexuel d'Orphée, la légende de

sublimation ment adoucie, membres soit Ovide légende dualité de la dans (3), a mangé. car

manifeste les nous

probableplus Les (1). nous de dit la la retour

Ménades. épargne d'Orphée

ici spectacle

encore funèbre.

ce suivant

dispersés l'Hèbre portèrent une

furent dans tête la

jetés, Mer

Phanoclès flots, Ce il en détail symbolise le

(2), sa

soit

Egée.

Les (4).

jusqu'à

Lesbos considérable hellénique

importance de la vers perpétuel est tout

historique civilisation Lesbos jeu emplie Ténédos, l'Eolide. d'une et le le civilisation poète siècle. lyrique

originelle tête d'Orphée de Egée Lesbos qui fut Arion, VIIIe et ce dont était,

effet, de ces deux

donne de la l'un balance

une

image entre de trois île, très Alcée la

échanges rives helléde colonies était rle

continuels, la Mer

les

genèse des Cette

civilisation

nique. brecques Mytilène Erinna, fin du

avec

groupies dont brillante. (5) d'Orphée y la

constituaient le berceau Sapho pendant

capitale Terpandre. vécurent voguant

à

la sur

vu°

La

tête

PHANOCLÉS ap. Stob. Floril, 64 (Meineke Il, 387). (2) L'Hébre était l’actuelle Maritza qui, venue de Bulgarie, sert de frontière entre la Thrace grecque et la Turquie d'Europe. et se jette dans la mer Egée. (3) Ov. Mélam., XI, 55. (4) La tête d'Orphée commença à rendre des oracles à Lesbos, dès l'époque de la guerre de Troie (Philislr. Héroie, V, 3). Ce témoignage nous permet d’ajuster la légende d'Orphée, ou tout au moins une de ses variantes, dans le temps. II nous confirme la version de Pindare et des Argonautes. (5) Die antiken Baureste der Insel Lesbos (Berlin 1C90, in-S").
(1)

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

343

la de à

Mer ce la

Egée que côte en la de

jusqu'à civilisation. l'Asie, reçus de la et du

Lesbos

ne grecque,

témoigne-t-elle dans élaboré l'art, et du son et

pas

magnifiquement rend les apports

épanouissement spiritualisé et la pensée

après ? Le

avoir panthéon,

qu'elle ont été

avait fruit réalistes

hellénique d’éléments et d'apports lointain

le

juxtaposition pleins souffle et d'une de la

développement rigoureuse, Egée et du

doriens, ioniens, de

logique Mer

imprégnés exotique pas

parfum

l'Anatolie Il n'est

asianique. que la de mythologie cet apport qui réflexion même extrêmement proprement ce qui était allie (1). de mentionne la la légende souplesse C'est ceux ainsi qui sous d'Orphée intuitive que nous et Les au Toutes il pourtant plusieurs indo-eurojuxtaposent de des en la les civilis'est l'ont bien Grecs Péloles en une.-

étonnant la de l'esprit sévères légende, de

forme est aux une

symbolique image les dans une à la

dualité

hellénique, de à traditions hellénique barbare à la région tout la l'insu

calculs

plus la foule

introduite, transmise, antérieures traitaient ponèse, régions était il est à

anciennes dite. étranger Mineure. par tradition Et

civilisation de et au delà

facilement l'Archipel

côtière connues légendes le panthéon A

d'Asie que

situées question bien sont comme orientaux hellénique en partir ce de toutes l'air jeu ne Europe du de pas

n'étaient dans les parmi asiatiques. Héra,

surtout certain nettement Zeus, que,

fantastiques. hellénique, conceptions se L'histoire

divinités péennes cultes sation d'Asie A dans traint nèse, gement

des Héraclès,

Apollon, et presque en d'Arthémis.

d'Aphrodite est et VIIe faite des siècle, chocs

exclusivement retour d'Europe ionienne L'esprit dans les étroites intestines l'Archipel,

mouvements Asie (2). le a du a respiré la été dessus con-

l'influence perpétuel.

reprend hellénique vallées il

balance se

cantonner du Mer bruit Ionienne

Pélopolarpureté

emplies de la

des

luttes et de

parmi

BRÉHIER Histoire de la Philosophie, tome I, fasc. I. (2) C’est ainsi que l'on fait actuellement des Pélasges, premiers habitants du monde é.géen, les descendants d'un groupe non indo-européen historiques CONTENAU Eléments de hihlioévincés d'Asie vers le deuxième millénaire (G. graphie Hittite, Paris, 1923, in-8°). Plus tard, au moment de la civilisation un courant s'établit entre les deux rives de la mer Egée dans créto-mycénienne, le sens Ouest-Est. Plus tard encore, ce sont les achéo-éoliens qui, poussés par le de peuples en Thessalie, se réfugient sur les côtes contre-coup de fermentation du Péloponèse et prennent le chemin de la future Ionie. C'est à cette époque en Attique quatre tribus éoliennes refoulées par ce (XIIIesiècle) que s'installent remous de peuples de Thessalie qui prélude à l’invasion Dorienne. A partir de et moment l'influeuce dorienne domina.
(1) Cf. Is.

344

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

duquel Hérodote l'opposition Si qu'ils légende. des ici

s'immisçaient et Thucydide de l'ionisme

des

bouffées

plus déjà

lourdes l'esprit

venues hellénique

de

l'Asie. dans

synthétisaient et du dorisme. sur

nous ne

croyons nous Nous les

devoir

insister pas à étrangers,

ces bien

faits au

historiques, contraire, des tenons la genèse à mythes

c'est notre et

paraissent sommes plus les l'art sûres mouvements helléniques. Tous musique,

l'époque de l'histoire qui Car

de

l'ajustement (1). Nous

données brièvement et de isolé.

à indiquer des n'a Statuaire, d'un bord et A les ce du passer des théolieu

constituent de ces

gonies a l'état

aucun à une

mouvements évolution. transportés les colonisateurs grecques. les indifférent précis, qui conditions de

concourent poésie, Egée par les

vaste sont

architecture, à l'autre guerriers. titre, mythe tous hornes voulant d'Orphée, silence rationnelles et de la

divinités commerçants, les de n'est

Mer

Ainsi

prennent réaliser nous dans croyons

naissance un effort qu'il faits la fantaisie Orphée La et d'Apollon, éléments

légendes synthèse pas

ces

quelques parmi

historiques de (2) musique révèle lydiens la

sont

légende. sont tout imprégnés qui la doit de tant

Dionysos cette au dualité culte de

son

hypostase

gréco-asianique. Dionysos avec

grecque, aussi et des

juxtaposition Ici encore

d'éléments l’on exode Un d'éléments de à Mésopotamie. l'époque déesse nord de voit des exemple la

doriens nécessité individus illustre égéens

des c'étudier et de

phrygiens. échanges celle des

l'ensemble l'esprit dans le expliquant panthéon

spirituels, arts. l'existence et en même Grèce

bien, et

hellénique, d'Asie qui fut Mineure, introduit à en

d'éléments le culte dont grand du

venus d'Artémis, le nom

C'est de Pythagore, avait cette et et la un vallée

reste à

attaché

l'Orphisme, un cœur à chute la domide d'Ephèse, cet peu de

Cette au l'Asie nation empire, la un

sanctuaire Méandre une région plus Le qui

Ephèse, remonte

Lydie,

jusqu'au soumise après la l'Artémis fut

Mineure hittite, de

traverse qui

qui tard, culte

fut

s'imprégna assyrienne. qui demeura

civilisation la nature,

de mais

déesse caractère

de

vierge elle était

féconde, de prêtres,

avait de

nettement

asiatique

entourée

(11

Relire

à

ce

sujet

l'histoire des

des

tablettes

hittiques historiques a trait qui des retours à

de

Boghaz-Keni de des in

dont mytho-

le

déchiffrement logie a la (2) grecque, de guerre Cf. GRUPPE,

permet et en Troie, Op.

particulier et à la 1, p.

interprétations de tout triste légende

inattendues l’épopée ».

ce

Argonautes,

1110-1171.

L’INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

345

prêtresses accompagnaient ceux mettent l’école Artémis, Zagreus, culte Crotone traditions une Déesse. Mais, qu'il la fois l’apport tions l'esprit monument se groupa rude école de

et

d'eunuques. la et déesse, à

Les les de

rites, ex-voto la

les

figurations ressemblaient hittite asiatiques suite à la de

des

animaux énormément

qui à perdans Cette

Babylone de comprendre

ceux le se

religion de à rites la

(1).

Ces et

faits grecs

mélange

orphique déesse à orphique. en 540, du conçue Cybèle.

qui de

développa Terre, jeune était avec

Pythagore. mère de

la Le

ressemble dieu était

Dionysos d'un à les

précisément d'Ionie ayant

l'objet émigré

Pythagore il y apporta, culte sur d'Artémis le

originaire son propre et collèges

bagage fonda religieux en

scientifique, Grande-Grèce de la grande

d'Ephèse, des

modèle

outre, existait et

cette aussi vers

Artémis le Sparte VIIIe

anatolienne, siècle (2). Le un culte du mysticisme qui s'opposent Ainsi Autour culte

l'histoire d'Artémis d'Artémis culte

nous

apprend Ortia dans à la

belliqueuse et dorien. le

est d'Artémis et au

donc

lydien dans

L'introduction du

marqua de concepet à

Péloponèse complexes critique

asiatique

métaphysiques d'analyse de un étranger. la

réalisme le prodigieux

helléniques. orphique. de conceptions

s'édifia de

philosophie

l'image il était

d'Orphée primiti-

ensemble

auxquelles

vement

IV

LA

SUBLIMATION

DE LE

LA

LIBIDO D'ORPHÉE

INCESTUEUSE

DANS

MYTHE

Ainsi héros très Freud un la

donc, prédestinés

Dionysos pour qui pèse notre

et

Orphée sur l'liumanité

représentent eux

l'effort

tenté d'une des « a été On

par

des faute

attirer sur attention

h1 responsabilité depuis le fait du primitifs, l'origine suivant monde et

ancienne (3) fragment suite d'un attire

temps. lit dans a qui

sur que aux

d'Anaximandre, crime commis

l'unité temps

détruite tout ce

que

(1)

Ch.

Prcann

de l'Ionie du Nord (Paris d'Athènes et de Rome).

Ephise

et

Claros,

recherches

sur

les

sanctuaires

et

les

cultes

1922, fasc.

123 de la Bibl. des Ecoles françaises

(21 KAHRSTEDT Griechisches t. 1: und seine Ctrtatsrecht, Sparta Symman (Göttinger, chic in -8°), et A. JARDÉ La formation du peuple 1922, grec (Paris « l'Evolution fasc. 10 de la collection de l’Humanité 1923, in-8", n). FREUD loc. rit. (3)

346

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

en fait.

est » L'on

résulté

doit

supporter

le

châtiment

pour

tout

ce

qui

a

été

notait de par avait Or, la

déjà rédemption. jalousie tué le la Le qui « le

par

endroits, Apollon, de Héra,

dans fils dut de

la

mythologie Zeus et sur de

grecque Léto, l'île qui, flottante la refoulée est ce d'un à vie du

cette pourde des fils

tentative suivie Délos, hommes. qui gon

enfanter qui que le fils la

dragon

symbolique » n'est autre dit, presque le giron contre le Voilà serpent, pourquoi, et enfers, le autre accompagne qui est était l'Hadès, conception même ses chants. un des sein le dragon c'est-à-dire de

empestait libido lui-même le Le cet gardien dragon animal due on de la eut le Hécate, de la

dragon

à aspire » (Jung).

mère dragon représente la

autrement est

« draantre vaincre,

toujours maternel. l'inceste de

souterrain, c'est et ment jours Orphée, nelle non phale de rible gardienne chienne centre vint à de la en terrifiant, du le

réalité est désir serpent en

résistance comme

fabuleux au trouve la terre à refouletou-

l'angoisse dit Jung, gardien sous mère), terrifiant, toujours symboles

incestueux. avec l'arbre, aux

caverne. mater-

descendant revenant dragon, Or, de la mais le mort, Hécate portes Dans et Cerbère que » il nous

(entendez pas !e

vers un

la

combattre tricédéesse

animal

chien la

Cerbère. nuit ». et

chien

« Mère-Tercomme la d'une le parprocédé complexe sa laissa attigartriomLe trésor

D'ailleurs des triforme. l'univers

considérée et prenait orphique, l'âme Il sous forme à tromper Ainsi sur Cela il devient c'est devient la mais la mère.

quelquefois alors Hécate du utilisa la monde. en forme cela du et

de la devenait par

l'allure occupait Orphée un «

séduire

psychologique d'Orphée libido pénétrer tude dien phé que et le

analyserons sous une ainsi des enfers. du héros

sublima et

poétique Cerbère il

musicale qui le son

incestueuse jusqu'aux œdipienne. de de le l'entre, l'inhibition héros va Le le

parvint fonds triomphe

masquait fabuleux, qu'ayant du propre père.

l'animal signifie l'égal sa

rend

tout-puissant.

maternelle, chercher de symbole ce ce tuant dont qu'il qu'il le nous sa du veut dans force, dragon sa

l'antre, qui dans

renaissance, Jung héros vainqueur a est

développement le en en en

omnipotente. formule il est » Python, la s'était signification. et se le « Le héros

schématisé un du dragon dragon, Apollon, d'une pour souillure se

mère de

provient dragon voyons

chtonique maintenant en

couvert Il lut,

purifier,

s'exiler

volontairement

Thessalie,

mettre

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

347

humblement nysos purifier d sont et Orphée ainsi dévorés ce sont

au

service ne se

du

roi

Admète, pas subissent symbolique qui dévorent dévoré de

en

gardant pour

son se du le

bétail. purifier, déchirement de Dans Ce

Dioet

contentent ils repas

s'exiler le supplice dans le

leurs dans les

frères un hommes le héros

mythe dieu.

Diola

nysos, légende ment tratien, iration La dans sacrifice vivances breuses, primitives fait à la

jeune femmes. symbolique de Penthée.

orphique, doit être ainsi est clé le des mythe du père. un

est comme

par

les

déchirecascas-

considéré que nous le

l'équivalent le mythe l'inceste. qui décelée se par

d'une Cett.e

révélait punissant

châtiment sacrifices d'Orphée, S. Reinach de la

humains a été

révèlent Freud avec succès Elles doriennes comme suivante des disparition

à

chaque la toutes sont et fort

instant forme les du surnom-

sous

a recherché mythologie les

totémiques bien ne

grecque. familles

qu'historiquement puissent être expliqué (1), dans les les antiquité diverses Achéens que une tribus et comme Aussi, les un pas être de la la

achéennes. Ce montré, marque stade descendent depuis et ne surtout retrouve grecque, encore à la toté-

considérées façon domestication la

totémiques. Freud animaux du dont a

pourrait suite de

Frazer

automatiquement mique. en plus Or,

société

indo-européennes, Doriens, peuple pas sont de étonnant dans s'y On

particulier haute de haces la vestiges les

considérées pasteurs qu'on l'antiquité manifeste ne peut

d'éleveurs pas hien titre de que de

chevaux.

n'est-il totémique

d'organisation vénération d'un familles de passé

certains très

animaux lointain et (2).

aucunement aux du mais Néannombre chouette de Poséiavait

assimiler sociétés Nord sous moins, d'animaux d'Athéna, don, la

achéennes contemporaines

doriennes ou

primitives d'Amérique

totémiques l'exogamie une forme de qui la colombe biche

d'Australie dans la société

était qui chaque lui sont

connue n'était divinité pas

préhellénique, par un un totem. certain la dauphin Dionysos

conditionnée grecque figurent

à côté

spécialement l'aigle le de

consacrés Zeus, le

d'Artémis, d'Aphrodite,

sanglier

d'Adonis.

tl) (2) à l'étude

FRAZER Au sujet la

Totemism des efforts

And

Exopamy par la

(1910). méthode primitives, indo-européennes. l'élevage Le festüe et d'immortalité linguistique cf. MEILLET Il le y est pour essayer Introduction en point 1924, de

tentés

reconstituer

civilisation des communes G. Guimet),

indo-européenne langues désignant DUMÈZIL

culier mythologie In bibL

des

comparative racines comparée,

question Au (Paris

cheval.

partide vue de

in-8,

du

musée

348

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

pour tait Titans a

animaux que et

consacrés s'était

le

taureau changé dévoré Les Dionysos.

et en le Titans

le

bouc.

Or, pour Là dévoré

la

légende échapper

raconaux légende parce

Dionysos que un ceux-ci

taureau taureau. ont

avaient

encore le

la

introduit savaient taureau et

euphémisme. que est, c'était depuis maies. Titans, la

taureau

qu'ils Le puissance nel. reau père. le tifs sente duction régions). la sade dieu Terre Le dans dans rents. de la cette sa

plus Il est

vieille une des

antiquité, images des hommes, du

le

symbole complexe envers

de paterle envers

la

du

sexe des

L'attitude est Nous détail: font la déjà la

c'est-à-dire de

taule par

figuration ne suivrons

symbolique pas l'évolution que cet animal fécond Nin-Girsou, sumériennes mugissants, intéressant associé plus naissance mais de les dieu union jeune constituée l'Asie croyances créateur mystique dieu qui la (Gê-Métèr, entre après le avoir père à tard

l'attitude du les (xxxe. symbole

primitive du sumériens av. J.-C.)

taureau

disons mention

simplement de du s'appelle

hymnes siècle

primiil de suivant repréreproles « à paslc déesse

figuration (ce Les de fait est qui divin dieu

dieu

et

créateur, Shara ou

principe Enlil, ces tout

tablettes taureaux plus déjà

(1)

imaginent

divinités sur leur

manière ». Mais, masculin (celle couple la

renversant que une Ishtar bientôt il va la figuration divinité et

zoomorphique, féminine, la

deviendra donne sumérienne, religions dont un Leur

Gê-Métèr). fils. Il n'existait se des celles grande de et manifeste noms du diffépeuple déesse vie. De due pas

à un dorénavant

religion les Hittites, adorent

toutes Les Sumer, Terre-Mère. union mère.

antérieure, dérivent Teshoub, donne est famille la et le à la le fois dont déesse fils

avec de et une

principe le fils

naît Voilà fils de La

un déjà

l'amant Dionysos et de

descendra Terre) va dorénavant

Zagreus, (dieu brer lité Le gion isoler mâle). l'idée

Démètèr rivalité

Zeus

encomla menta-

religieuse,

tourmenté

longuement

individuelle. taureau memphite une série sl manifestait, (2). de Dans trinités la par ail!etirs, en de où se Egypte, ce Panthéon, à la dans la on rclipeut fois la

multiplicité inversées,

retrouvent

(1) servir (2)

H. à Nous

DE l'histoire

GENOUILLAG de la pas (3000

Tablettes société à à démêler 2200 env. la son dieu

sumériennes sumérienne la (Paris mnltiplicité av. J.-C.). multiplicité local.

archaïques 1909, des Chacune tient in-4°). divinité de ce ces

matériaux

pour dc dérive ville

n'avons

l'époque Memphite de croyances locales veut conserver le

égyptiennes divinités que chaque

antéricures prestige de

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHEE

349

présence nous iions comme individus affectifs. dant Nouit, sœur rivalité fraternel (t La lie de Nouit, de

de ramène plus

l'union à la La

incestueuse conception théogonie une dans l'origine initial, L'inceste donner de Shou à une Geb, la du Geb l'inceste leurs un

et solaire

celle

de des

la

rivalité

père-fils. dont nous longtemps En propres Shou, réalité,

Ceci par-

mythes, a été

haut. ayant ont Il Râ, existe

égyptienne signification croyances dieu et est nouvelle c'est-à-dire deuxième Osiris son fils

considérée solaire. leurs

uniquement projeté à

les

conflits descenmâle, s'unit à et sa la

hermaphrodite Geb,

principe femelle. pour

engendrant ici fraternel génération de

dieu Geb de

dieu Nouit s'établit s'est

divinités fils. issue L'inceste de sœur dominante qu'une du forme dieu-

père

à

reproduit sous la forme entre est

dans

génération s'unissant Osiris. qui la à L'idée n'est

Geb Isis.

fils et

sa

rivalité ce mythe de La filiation

s'établit solaire l'inceste

fraternel Isis est fils. l'avons ses

alténuée soleil. La

maternel. existe du père révèle,

sœur-épouse

rivalité de Dionysos

au nous avec égyptiens.

Dionysos

vu,

la une tout

même trinité de du srite

attitude tout qu'il à

œdipienne. fait n'est analogue nullement

constitue des dieux de occupons Le lui-même faire

parents Disons

à celle question Nous nous

descendre uniquement fond partout, ou ou des de âmes de la qu'il

Dionysos du facteur

Panthéon évolutif au est

memphite. point tellement d'invoquer quer Ainsi, une le de

vue

psychologique. à échanges de de est L'on peut elle une l'origine ses aurait témoignage mentalité à d'un évoluée en « la une même fait légende du

mentalité n'est pas

humaine nécessaire pour

semblable des

géographiques croyances migration croyance dire partie

historiques conceptions », codifié

expli-

communauté principe

religieuses. sous répandue le nom dans plus de dont la le ou mennom

de métempsychose, l'Antiquité. moins lalité. reste pour de

universellement que, du sous fond une commun

forme

perfectionnée, Par attaché avoir ailleurs, à rapporté où cas il les de de tout la antique brutales
ItEVUE

prétendait culte de

qu'Orphée, Dionysos religieuses en et

Grèce,

passait

conceptions reçues au d'un

métaphysiques Nous ne

l'Egypte, pas

prêtre de

d'Héliopolis. vue historique. des de tenté au-dessus la conception

ferons

ce la

point

L'évolution prépare constitue lisation tions

explique la

l'histoire

religions l'orphisme par des la

et il civi-

naturellement manifestation la de
FIIANÇAISE

compréhension effort pour surhumain s'élever

plus la libido,
DE

aspiraorphique
12

l'idéalisant

PSYCHANALYSE.

350

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

connaissait s'efforçait à connaître n'en le effort péché avons fatras tenté originel, de

bien le ces plus des

la

signification à la Ils la furent tradition, Dionysos, par de la une

profonde foule. si Seuls bien qu'une Orphée, élite pour et notre dans du dieu à

du les

sacrifice. initiés par étaient eux

Mais

elle admis

dissimuler secrets. dans symboles.

conservés réminiscence Mithra préciser celle de

que voilée

nous sous cet du

marquent la la vie l'origine notion éternelle. de séduite l'Olympe.

obscurément celle

rédemption, de

Suivons civilisation par La toise. et

encore grecque

l'évolution on retrouve,

taureau. le mythe

A

la

d'Europe de la

Zeus-Taureau, légende Ici d'Europe encore Que analyse voudrions de nous

l'incarnation nous nous ne rattache croyons nous laisser réagir, l'infériorité considérons L'on à du

tout-puissant de à

l'histoire autorisé point

civilisation le

crémythe du Néancontre

rapprocher surestimation à l'hypothèse. actuelle, en comme ont à été Pylos, Elles tant un

l'histoire. Son nous

l'on doit

accuse une avec de

d'une part

mythe. moins, le ment essai les mène, ment de vieux

grande la la le sait à

génération légende, mythe combien Amyclées, et à Troie.

préjugé scientifique.

que

docupremier

Nous historique. entreprises autou,r pour de

de

synthèse

fructueuses à font Orchovrai-

recherches à Thèbes,

Mycènes, lac les Mynias, que nous Copaïs, noms

revivre Ménélas,

l'histoire de Minos, de étroits la

légendaires de Cadmos, pouvons crétoise, à chaque

d'Agamemnon. d'Athamas bien montre instant de phénomène se sont faisait vers qui ayant évoquer et de

Nestor, de

Priam. que ment et qui une dans la nous les

L'exemple parlions rapports Il à la vue met

puis-

civilisation que en rêve En seul la à une était a guerre ce conservent valeur et du le

admirablela légende

réalité.

aussi du l'esprit. d'un avant attribué à toute Minos

phénomène Ce Achéens qu'Héroc'ote Troie,

condensation n'est souvenus vivre 13011 apparduré pas

préside simple leurs

genèse de

mythe. les

effet, Minos,

légendes ans Ils en ont

quatre-vingt-dix avant tiennent trois J.-G.

de

c'est-à-dire des monarques faits

personnage lignée le nom de

réalité et dont

siècles, la en sur tous ne la

dynastique. l'existence Elle lui a de que l'œuvre a réelle vraiment du siècles. le dizaine de Minos conmême Que Minos de

Ainsi, pour densé coup l'on (ie

mentalité un trois faits pas puisqu'il

populaire contemporain cents accomplis alors de assume la ans

décalé de

faire lui les

Thésée. et lignée

d'histoire par une

attribué trois déploie d'une

s'étonne légende,

toute-puissance à lui seul

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

351

sois mâle crétois vage

(1). de

Le

Minos

historique l'incarnation ou du Mnévis du dieu la

était du

la

personnification Minos avec un est

«

d'un

dieu

fécondité, de l'Apis le

Taureau

l'équivalent plus dieu mâle, maître le meurde la forme surc'est humaine, zoocéphale la ou réplique Mnévis), de la sauil

égyptien,

caractère

qui

rapproche au et double de

taureau

asiatique. de l'atmosphère, qualité symbolise

Comme au il a pour la

s'identifie (le la foudre ou Il et de

aussi

souverain pluie en l'arme avec Leur rituels, la

Zeus attribut

cette qui

Labris, trière. Terre d'un vécut cette

hache, couple

foudre

forme de ces la

Déesse-Mère, dans

personnification le culte dont et de monstre du crétoise le Pasiphaé à tête Mnévis semble (Horus prend souvenir

Nature.

association ou

mariages le que image En des mythe l'on du somme, trinités

hiérogamies, de Minos

dans union

de fait

l'union naître le à triade

Minotaure, la manière

c'est-à-dire d'Héliopolis. composite hittite Il religion témoignages qui furent du av. « Le et semble

dieu-fils la

royale

égyptienne (2).

Isis-Osiris-Râ

syrienne» y avoir

quelques et celle malgré au Ahmès affirmer de les moment I"

rapports la Crète. échanges de sur les influence attesté la

de On de ne

ressemblance peut, la Crète en et

entre l'absence de l'Egypte. (après Hyksos, de l'une cette une

la de

égyptienne formels, importants Pharaon J.-C.), seul rite les

XVIIIe envahisseurs

dynastie

le 1580 sur inter-

triomphe environ Vautre. prétation. secrète louktas, née et

une nous ans le père C'était caractère récupérait, soit

directe confirmerait devait avoir le de la sanctuaire

qui neuf

Tous directe sud

Minos Zeus une divin dans Le Minos

entrevue du mont desticomme les

avec de en

son

dans sorte de sa

au

Cnossos. lui le

communion, royauté,

à renouveler où le

iclraites les

Pharaon de et son

chambre de ses de

d'adoration, cette pouvoirs Firmicus-Materen Crète. Les ce neuvaitze (3). »

sacrements rajeuni Reinach (4), au étaient

investiture. pour aussi

sortait dans

purifié, S. nus

confirmé rappelle du déchirées sacrifice à

neuf le annuel

ans témoignage des

nous sujet

taureaux Cet auteur

victimes

belles

dents,

rapproche

(1 The en

Relire Palace Crète Les of par

au

sujet Minos

due (Oxford

la

civilisation 1921, et t. in-8") la 1

créto-mycénienne donnant de le la des résultat civilisation peuples révélation de l'Histoire

le

livre (les

de fouilles

A.

EVANS teintées

l'auteur

lui-même civilisations,

i21 Alean,. (3) (4)

premières 1929, 1). 174. civ.,

cl

mycénienne. des civilisations.

prem. FIRMICES

Les

loc.

cil.

p. De

175. errore, prof. relig., fi.

MATERNUS

352

REVUE

FRANÇAISE

DE PSYCHANALYSE

témoignage Bacchantes Bacchantes, qui paissaient

de

celui

d'Euripide, des mains rune partagée en toutes en lambeaux parts de et rites

qui

rapporte

dans

sa

tragédie « les troupeaux génisse d'autres ou des aux

Les Les

quelques-uns avec leurs l'herbe gonilées, des voler vaches de

dionysiaques fondent ses encore voit débris Les le

archaïques sur une

désarmées, tient deux dans et on ies

mains

aux

mamelles déchirent fourchus dont sant mains sont les leurs des dépecées

mugissante des côtes

pieds arbres aigui-

suspendus farouches

rameaux cornes jeunes en

dégouttent menaçantes filles, un de sur fut complexe Le premier, nordiques, du Danube clin proche les et d'œil en

sang.

taureaux par de les leur

tombent leurs (1). proche chairs, »

corps

terrassé

mille peau,

dépouillées

Nous dieu péennes. gienne ments apport afflué fondée nien hisseurs ques culteurs. retrouvons rieure. Cette tion, tient ver est

arrivons à cheval culte

à Dionysos anatoliennes Phrygie y plus dès (2). distinguer ancien, l'époque Thrace. av. J.-C), nordique est La

et

son et les

taureau. indo-europhrydeux par avaient que pré-dardaCes

Ce

conceptions de on peut le qui, et de 2400

Son est

importé

population en gros

assez

éléun

principaux. de de la dont se venus Ils peuplades la vallée « seconde l'art se

constitué néolitique, C'est et l'état (3). d'éléments ainsi

la

fut

Troie révèle sur Ils la

» (vers comme place devinrent déesse féminine Cybèle, et

nettement s'imprégnèrent un peuple

envaasiati-

fixèrent de l'Est.

de Une sur

pasteurs fois toute ses noms de de

et plus

d'agrinous Anté-

adoraient cette divinité Ishtar, avait un

Terre-Mère. qui Gê-Métèr ou Attès, Dionysos, Il le adoré n'est culte en règne furent

l'Asie

Tamnuz, déesse et à chez analogue la même un

successifs. la végétaapparde et de sous trouses la

fils,

Atys, syrien. de divinités.

jeune fils pas de Grèce

dieu de

à l'Adonis famille peuple fut

Démètèr,

étonnant la terre primitive

d'agriculteurs lui-même

récoltes.

Dionysos

(1) nous que les (2) kreis (9) Moushki tribu générique ques.

EURIPIDE montre ces avoir E. jeunes les

Bacch., Ménades filles ent

735 allant dévoré

et

suiv. laver les

Le leurs chairs

fait

qu'à joues pautelantes

partir ensanglantées, de

du

vers

765, laisse

Euripide à penser après Kultur-

leurs

victimes,

dépecées. BRANDENBUHG 1907, des '5.), Moushki plus ainsi

(.Leipzig, L'une (XIIIe la ,plus de

Phrygien, Collect. in-8". récentes appelée vers le

tind « de

seine Der ces les

Stellung Alte Orient invasions

im »).

Kleinasiatisctten

septentrionales probablement un qu'ils vaste connussent. afflux de

fut parce

celle que Ce

des cette nom nordi-

avancée

par sud en

était

Assyriens la seule à

correspond

réalité

peuples

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

353

forme forme La punissait très

du de lignée

dieu Bacchus, des de

de

la le rois le

végétation. dieu de la

C'est vigne. à d'un présence Le bœuf

plus

tard

qu'il

devint,

sous

la

phrygiens meurtre la

laquelle bœuf. de et cet le

appartient On peut

Gordios expliquer dans étaient le culte considétabous de de le la la

(1) alors de

mort

vraisemblablement et fait qui de talion ce et dans de la l'orphisme. protection rendu se

animal taureau des

Dionysos rés, du

royale, coupable,

comme en abattant

animaux un bœuf, le bœuf sociétés coup joue

l'homme lation du

s'était tabou, devait

violoi rôle

trouvait être bien la sacrifié que,

immédiatement à comme son tour. pour

sous Le les ne mêmes la l'antiquité animal sous dans l'occasion

d'animal et sur doriennes le

totémique, primitives, totémique. l'agriculture

achéennes pas instituée l'introdu été toté-

société

phrygienne pour les

fût

mode de

Peut-être accompagne tout animal avec un

raisons disparition a totémique. la la responsabilité croyance d'un

duction misme. par tel, roi

toujours sacré ancien de

Néanmoins, Smith était société, ne Sa rite mise est fort des procès, finalement à faute du orphique, et la rigueur la mer qui pouvait

identifié Comme du thraco-

Robertson cet et animal de la

(2) sacrifié et

solennellement mangé. être tué un à le interrogatoire Le boeuf, qu'à acte celui sacrifice de rejeter en

phrygienne, unique. Ce

événement

à mort

était

interdit qui

à l'individu. était du tous la scène bœuf les faute révèle animal, pratiqué était aux suivi fêtes d'un On couteau, le et qui sentiétait

comparable Bttphonies « avec

athéniennes véritable se mettait jetait de au La phiques membres, gène mitifs fices, sexualité Voici Laërce et la la

participants. sur bien le

d'accord ». Cette

pour mise à tout du père. l'élévation l'ascétisme le

qu'on ment dû

s'attachait

sacrifice

remords secte

meurtre malgré de encore

de auquel

ses

conceptions se soumettaient du ces à l'occasion au refoulement pureté du taureau des taureau reliquats

philososes Dioprisacride mœurs. dans les la

comportait reprochait lubricité une comportait reconstitué qui

sacrifice aux libre compensation ascétique du

primitif orphiques cours

justement se donnait de la le vie sacrifice

des

marquant que donc

sorte

et bœuf

la et

(1) d'attache (2)

Gordios entre W. Robertson

donna le timon

son et SMITH.

nom, le

dans joug. — Tlte

la

tradition, the

au

nœud

gordien

qui

servait.

religion

of

Semiles

(2°

édition,

London,

354

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

mystères le chantre

de

Dionysos. de Thrace, Enfin les Ménades

Du et

même sa

coup connexion aussi en effet sur

se

justifie étroite la mis le mort en

le

culte le

d'Orphée" Dionysos racontée

avec d'Orphée pièces

thraco-phrygien. par bœufs D'une reconstitué vieux l'Etat sur pien, Par thon de sont cette tion que, que été nysos Nous Dionysos politique les sanctuaire athénien. bords Poseidôn ailleurs, Dionysos Marathon. déjà de Ovide avant part, la

s'explique avaient leurs le D'autre Dionysos

un

couple héros.

de

d'exercer il existait

fureurs Dionysos part,

malheureux dont en de Attique la

phrygien il y avait datant dans des de existe la dieux fontaine dans dans la la

nous un

avons. très de

lignée. d'un Ce

européen, se avec trouvait, ceux

fondation ancienne, Zeus Olym-

sanctuaire (1), et

l'Athènes ioniens

l'Ilissos Héliconien, le taureau

à côté

Callirrhoé. légende à Mara-

crétois d'un époque Attique la

était Donc, à

l'objet une en justifie d'Eschyle qui la voulu

culte ancienne, (2).

primitive et était dont Nous le

tétrapole taureau dans quesvu puisaurait sur Dio-

Dionysos aussi

rapprochés Ceci la cette ne pour tragédie

Apollon

adoré il est avons

tétrapole. dans selon nous puni (3). n'insisterons au de

tradition Les nous est que la

d'Orphée Bassarides. actuellement par ouï-dire,

tradition,

perdue, Orphée

connaissons avoir

tragédie soutenir

supériorité

d'Apollon

pas de attique

sur

l'organisation

ultérieure hellénique. attique) était

du

culte

de

moment l'Etat

l'épanouissement (synœcisme

L'unification attribuée à

(1)

Il

avait de tétrapole groupe vers et

pris

le

nom

de

Limnaion

(de

Limnaï, avait été

marais)

à

cause

des

bords

marécageux La (2) par du un

l'llissos. primitive de la fin par réfugiés du XIIe le Les de de siècle de Marathon toutes un autre peuples de cette fondée auxquels d'Achéo-Eoliens prit Tétrapole de la la naissance sont les vers 1300 devaient descendant au moment ancêtres de dus av. J.C. venir

provenances groupe qui

s'adjoindre nord l'invasion futurs (3) été (XVIe de les

poussés dorienne.

remous habitants

Ioniens. Antérieurement déjà et Marathon fondateurs et visitée XVe siècles). exprime de la majestueux de par Il à la fondation colons permis de la Tétrapolc durant que Marathon, thalassocratie du époque sur taureau sur place du divin. les l'Attique avait minoénne crétois l'Attique le symhol' Minos. Consultade le

des est

étrangers tle penser crétoise

l'iufluence Tétrapole du Crète, de l'état de

qui durent de sur A. J.

ionienne taureau, qui -piré incarnait

à régna trouver la puissance terre le

légende cette déjà

imposant roi tout au l'état Paul des d'Eleusis sujet

puissant des origines Athénien » et (Paris,

légendaire Taureau Atthis i.

Attique synthèse de Dionysos, t.

REINACH

(Revue Le culte

FOUCART Inscriptions

Belles-Lettres, 1914, in-8°).

tome XXIV et historique, » (in en Mémoires Attique Du même 19114. XXXVII,

origines 1912). XXV., l'Académie de Les mystère?

L'1NTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

355

religion les

qu'instaura clans locales de qui se devait Ce Nature. de de la la

le

clan

ionien furent du le

de

Marathon en Le

à un

son seul

profit. état, de la

Ainsi et les

multiples

attiques calmèrent dériver culte Il déesse

organisés même nom celui un de coup. d'Athènes, de

querelles Athéna, l'unité déesse prochement culte Dionysos la sun végétation, fils. Pisistrate J'époque Polias pédon sis couples tères ce

culte fut

déesse de

l'occasion la primitive Le ramène qui naît

politique. de la

remplaça en marque et de en la la

Pandrosos,

perfectionnement. nous

rap-

Nature et

Dionysos végétation au féconde dieu

encore d'elle. de de

Terre-Mère encore, de Cybèle

jeune

ressemble fils

Attique, déesse

thraco-phrygien fut amoureuse

qui

organisa où il faisait de était encore

vers achever la

550 la

le

culte

populaire du sous

de temple Solon ancien

Dionysos d'Athénal'Hécatomculte à l'image Les à Eleudes mysd'Etat

à

construction

(protectrice (1). culte Dionysos était

cité) aussi associé

commencé l'objet d'un de

très

à celui et Ishtar-Atys par la Passion où alors le dans

Démètèr, anatoliens. à la

Isis-Osiris éleusiniens Ils un Dionysos pris Rank part cite mystique du de dieu de du au

égyptiens furent reconstituaient repas solennel rattachés

Pisistrate de taureau le

religion

athénienne. cemportaient les rites.

Dionysos-Taureau. était corps il des sacrifié initiés dans résume que je

Ils selon qui celui cette suis en éleuà la

renaissait repas un « Je l'Ida, et

avaient de Zeus.

mystique, crétois mène que une je

comme d'Euripide vie mange (2).

renaquit qui depuis la » Les de chair

fragment

communion le myste

divine de

fraîche,

qualité ainiens recherche Ici Dionysos toral. de la se

berger

noctambule aussi qui l'interprétation lui les

Zagreus lamentations a été ravie.

mystères Démètèr

reconstituaient de Perséphone

rejoignent et son

historique ont pour les la Terre

et' origine premières

la

psychanalyse un culte pas-

hypostase et la culture

Orpheus constituent naît labourer de

L'élevage libido. par manifeste il La la

sublimations celle-ci a été

végétation charrue sur est laquelle le héros

lorsque une

reusée tique ia

possède a insisté.

signification

phalsymbolisait

Jung

Dionysos issu du sillon.

végétation
(1) Plus tard Pythien. DIETERICH

fraîchement

Pisistrate qu'il Eine

devait n'acheva Mithras

élever point. Liturgie,

(530)

un

temple à 103.

à

Zens

Olympien,

et

à

Apollon \2\

p.

101

356

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

La ment t-elle

libido, dans dans la

en

se

détournant parentale. les cultes De mystères

de Aussi pastoraux. là ce

la

sexualité, l'idée de Mais la

s'engage maternité libido de les fêtes

immédiates'imposen'est pas exlui

voie

tous

cette

entièrement accompagnait cortèges phalliques L'on lui mâle troupeau leur était et ne et

idéalisée. les fêtes (phallus sacrifiait consacré du culte

débordement et part et des de des pâte

sensualité dionysiaques

éleusiniens prenaient

auxquels de pas terre

personnages de froment). à Dionysos. à la fois effet que animal une suite (1), Le renard la les l'idée le

à attributs

cuite

seulement cet pastoral. animal

taureaux contient

Le du mâle bœufs

bouc sexe d'un pour spé-

aussi celle

Le moins lui a établi,

bouc

est

en

d'animaux nourriture. à lui. Orphée S.

rustiques aurait, Reinach nous

exigeants aussi, par le d'Orphée. un

consacré de

cialement recherches renard déré dans dans

savantes du consile de l'Alleune

auxquelles la légende

renvoyons

lecteur

présence était

primitive comme le

l'antiquité du blé ».

génie

du

champ survivrait

moissonné, encore même serait l'imprégnant ». Or, les raisons l'image immolé tout par sacrifice Bassapour

« démon nos magne sorte du de sang Orphée reus est le jours, et

Cette

croyance dans les

populaire pays populaire slaves,

disséminée la rite ou fut de France. magique la dépouille dans du Le

et du renard en

sacrifice à du la renard. dans

destiné

féconder de par en meurtre

la la les

terre moisson

« génie légende Voilà, le

sacrifié nom

Bassarides.

vieux S.

résumé, d'Orphée, aurait été dans en avec les

lesquelles sacrifice femmes les fidèles

Reinach du renard. de

voit,

du des

rituel habillées

Orphée-renard de renard. à la En

peau de

effet,

s'efforcent qui accentuent des

s'assimiler leur

victime

se elle.

recouvrant Les particidiony-

de

dépouilles pants siaques. Ces une d'un renard ment. tendent

ressemblance de bouc pendant

revêtaient

peaux

sacrifices

déductions su:vivance renard est sacré. une

de

S. Reinach et nous animale Pollux (2) sont dans ne

montrent le devons substituée et des un meurtre

dans

la du perdre à

légende héros de le

d'Orphée sacrifice que le

totémique Mais victime si les

pas

vue

Orphée d'Horace lydiens

secondaire(3) en pré-

D'ailleurs, que

scholiaste vêtements

Bassarides

rapport

Rev. nrcfr., 1902, (1) S. REINACH VII, 59. (2) POLLUX Od. I. 18, 1. (3) ScHOL. HOR.

p. 23 et suiv.

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

357

avec vêtement phon

le

culte

de

Dionysos, des que les

Hésychius femmes vêtements où thraces il est qui thraces. de

voit

dans Hérodote

ces

tuniques (1) et se protéger troupes

un Xénoportent du de

courant (2) affirment en mercenaires des pas fût-il que

peaux

de

renards de se les de masqué renard.

fréquemment froid. Xerxès L'on d'un semble rapport plis citées effigies dérés où des au par Les

Thrace,

nécessaire accompagnaient en aurait si retourné populaires peau

portaient ne animal, encore voit

sortes pourquoi sacré, M. S.

de

capuchons la légende meurtre ait

le

sacrifice Il le

par Reinach

le

inhumain la de feux renards de question

d'Orphée. dans accomSaint-Jean ou être

renard-Orphée. moment Mannhardt plus comme victimes et de Dionysos. là série ou une moins forme humaines des

Les Cerealia (3), où

sacrifices de l'on Rome, jetait de atténuée étaient peut suivre

renards la vivants

les des

des

grossières très

cet

animal de cultes

doivent agraires ainsi que

consi-

primitifs le furent les

sacrifiées, cet

Orphée dermes Orphée gie (inerte). C'est ment met du'en criant suivant \oir un

L'on

affaiblissement

dans

(victime

humaine),

renard

(victime

animale),

effi-

toujours S. Reinach

l'idée ajoute de on retourne du Quel populaire la

du un

sacrifice détail en

humain apparence réelle du

qui

demeure. insignifiant

Et qui il nous

justenous dit en effet, pour

sur

la

voie

signification dansait pas, il donc n'est la autour voilà est cet

sacrifice de qui de la vient. se

Westphalie « Ne te le code

des le

feux

Saint-Jean » En

renard

folklore, est

dangereux esprit que

retourner obscurément

esprit.

pressent pas celui

la mentalité mais croyance sations meurtre cir ses Les tôt celui, est

? Ce de dans Les de

certainement victime les sacrifices humaine

de

l'animal, cette les fois civilileur adouposthume.

courroucé, universelle

sacrifiée par une pensaient-ils vengeance Orphée,

accomplis

primitives. accompli, mânes Ménades de elles se irrités,

adorateurs la

s'empressaient, victime. d'eux avoir Ainsi une déchiré leur leurs et se fureur lamentations piquèrent les

pleurer et détourner après

Bassarides, ce remords.

furent

aussise fut la

envahies

Quand par cendres

dyonisiaque au bras, deuil d'où

dissipée, nature,

« s'associèrent de

de l'ori-

couvrirent

(1) (2)
(3)

HÉRODOTE
XÉNOPHON MANNHARDT

VII,

75.

Anmb. VfI, 4, 4. Mythol. Forsch.,

p. 109

35S

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

gine Le rite révèle de aussi une

des

tatouages

restés totémique

en du

usage renard

parmi a donc Dans la la culte terre,

les

femmes

thraces la valeur

» (1). d'un nous plus Il est sous Cette Démètèr en vertu accomet la

sacrifice dans le le motif Il

seulement ce qui du mythe, possède Héros il de de la

culte de est

pastoral la descente

d'Orphée. sous dans de tout la dans La

l'analyse encore !Jung). représente, Terre-Mère. et de

valeur. l'idée forme

constant

légende pastoral

dominante magique était double

imitative, réalisée forme. fondamentale en un

fécondation le culte

fécondation sous d'une plie une

Dionysos

forme à la

directement sexualité, rituel, un était couple célébré de réelle la par ne le

sexuelle, pouvait être

résistance qu'en secret,

mariage par rituel, au (2). sein

Hiérophante et Eleusis

grande-prêtresse, L'hiérogamie, souterrain, l'obscurité qui va Les forme sous faim. lutte ger les mythe la et la Là Mère leur la sa La ce c'est-à-dire et enfanter. initiés symbolique, forme Mère ne le

c'est-à-dire mariage

unique à

prédestiné. dans un dans cette mère

même

terre-maternelle, était la terre,

mystère

L'épouse

reconstituaient marquant une la

ce

retour régression

à

la de

Mère la

que libido présexuel en

sous (exprimée

une

sexuelle fécondée de dans

dans

hiérogamie) la avec Mère lui-même, elle pût se

au

stade

de d'une engadans

l:t

devenait

nourricière d'un masquer.

vertu pour L'initié

psychique libido

l'individu une voie et du du sa

effort

mystères de la sous

éleusiniens renaissance la forme

orphiques héros

réalisait Dionysos, Le dieu

symboliquement c'est-à-dire renaissait sous le sein la le alors terre de la solaire à s'identifier retour en

le à eux

banquet.

communiquait symbolique le de qui uni mythe du

signification encore

Descendre puissance. « retourner dans héros possède tout matin, paré nocturne etc.). si fréquents De là dans une héros de sa

possècle Mètre ».

signification tend

inséavec après soit à sa

parabie le soleil

l'attitude renaît,

œdipienne chaque la

toute-puissance, à sa mère des cultes

s'être sœur

pendant

« traversée

» soit l'origine les

(Isis-Osiris, ou

'l'atnnuz, hypogées

sanctuaires antiques (3).

souterrains

(t1 ATHÉNÉE

PHANOCLÉS,

ap.

Stol).

Floril

64

(Meineke

I1,

387,

20).

Cf.

HÉROD.,

V.

6

XII, 27, 524 D.
DE JoNc. Das Antike Mysterienwesen, combien ,justement 1910.

(2)

très le motif de la descente aux enfer (3) Jung signale la terre) dans les Il cite en (sous est toutes fréquent mythologies. particulier la légende de Hiawatha, dans indienne. Hiawatha recherche sa fille l'épopée les êtres mais en comme Mondaine tout vain Uimétèr, qui auprès de tous

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU MYTHE D'ORPHÉE

359'

Si la leuse

caverne de la

a créé steppe, de

l'homme elle a aussi croyance la forme

civilisé pétri

en sa

le protégeant mentalité paléolithique la

de plus

la

vie

périlen au

profonde du retour

l'imprégnant sein de la mère est

cette sous

vraiment de la

descente de primitif les l'idée de

sous de

terre. la renaissance c·est leur ?'

Quelle L'analyse propre Orphée, ymbolique échappe une l'idée boles hostile maines nu en cette père, temps mort image du

la

valeur que,

psychologique dans que le culte

montre renaissance et tous (car aux de les

Dionysos,

recherchent dont ne la meurt à mort pas Lesbos de doit

adorateurs suivie réalité, d'une

Dionysos, résurrection sa tête sont encore des la sym-

héros

est en

Orphée et

puisque des oracles) C'est le fatras à

Ménades la réalisation

vient du .que

prononcer rajeunissement. voir sous

désir l'on c'est bien

rajeunissement Se Freud

orphiques. des ou ce fils.

rajeunir, a fort

vouloir montré en

échapper que toutes de de de s'empare dériverait se révèle inconscient, (1). Ce envers que

jalousie hú-

victimes substitution la

animales qui explique

sacrifiées d'une d'autre désir de

servaient part part

réalité

l'interdiction l'explosion qui

tuer

victime qui suit

ordinaire, et le

tristesse des de encore

purification envers la Cette dans chez attitude primitive, nullement il est bien le

adorateurs. l'attitude dans mais le est serait père qui

L'attitude ambivalente complexe particulièrement lui-même aurait thèse stade existé

ambivalente envers paternel le qui dynamique le reliquat dans la Il

victime dualité chaque névrosé ancienne telle

père. existe

complexe le

d'une horde n'est

l'envisage de reconstituer du

l'hypoce meurtre

darwinienne. hypothétique,

question certain que

mais

le désir

n'obtient Hiawatha cendant gende, ment versalité revenir. produit son épouse la forme fication dice dans à des «

des ne chez

nouvelles trouve les

de

sa

fille

Fersephone qu'aux Jung pour cite nous, L'on enfers qu'il peigne, du aussi

que profondeurs le

par

Hécate, de

déesse

des

Enfers, en des-

Mondamine Mères éloignée

l'introversion,

beaucoup semblable du Elle de la motif. y (l'on du d'un la forage coït suite conditions aussi but une FREUD

plus à celui

consent clarté sait

d'Orphée. suit aux Izanegi « à condition au moyen la que de son

dans la léd'Izanegi, du est Japon. — Ce mythe étrangene de à l'unipeut s'empêcher penser son défunte et la de épouse sapplie mythe ne la regarde c'est-à-dire réa.lisée par un pas de chez mandrin perdra du Or, lzanegi, sa corne mâle, les primitifs a mâle, épouse viril), en lui-même, une Il ayant perd sous signiEurydonc

d'une et de même

production de bois femelle pièce d'un coït incestueux). du fait Minos, analogues. qui tous et d'un de les serpent

feu,

Orphée (symbole neuf ans se

son membre

l'intervention tout que le à

«appelons dans un accomplir (1)

retirait de

caverne devait

mystérieux hiérogamie Analyse de

d'initiation souterraine. Ire phobie

renouvellement

garçon

de

cinq

ans.

.360

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

du de

père se Mais,

existe réaliser ainsi « », et

dans (1). que à n'était de leur

le

clan

primitif,

même

s'il

n'a

pas

eu

l'occasion

l'ajoute besoin pas le

Freud, de seul

la

haine

des et qui

fils à les

envers leurs animât le de envers dessus

le

père exigences celui après

qui

s'opposait sexuelles l'amour meurtre, né du du clan

puissance sentiment

de le est

l'admiration la coup, forme ainsi et se les du

reprend repentir. que sœurs) l'attitude qui reconstituée qui pèse

violemment Le sentiment réservée avaient été la

sous même (la

culpabilité les du femmes meurtre par depuis frères associés rivaux aurait générale voulu, qui aussi seul

mère Ainsi

cause

paternel. théorie temps tant qu'il l'exemple serait frères, à prendre. la

trouve la faute

schématiquement, sur les hommes « Les devenaient Chacun et de la la lutte

la les

freudienne, primitifs, qu'il s'agissait du résultée s'ils s'agissait de père, et

dont de s'emparer les

parlait supprimer des toutes

Anaximandre. le femmes. à ruine lui, père,

dès à en les parti instous

avoir amené vivre

aurait voulaient

la ensemble,

Société. qu'un graves ils

n'avaient-ils de laquelle Ils sauvèrent peut-être s'étaient

Après prohibition des avait des

avoir de

peut-être l'inceste, désirées. forts et

surmonté par

discordes, renonçaient ainsi l'organisasur installés un de premier culpabilité, sentiment une obéissance demeurait sur le des

tituer à la tion timents eux à

possession qui les et

femmes rendus

qui

reposait qui fut du à

senchez code et et à

pratiques de leur

homosexuelles exil. » Alors

l'époque

institué

d'interdictions marquant obtenir rétrospective encore dynamique
Darwin de femelle mais chose est par meurtre

morales une la tentative

résultant « destinée le

sentiment étouffer offensé, de triomphe
frères de relations à a. des cause le temps sa

ce par

réconciliation (2). Mais le

avec l'autre sentiment

père terme du

l'ambivalence remporté

père.
un une de ses

(1) » » régime seule

imagine célibat captive. qui, force,

«

une ou Une

bande tout horde aura finira, au la fils tyran horde victorieux. tournent au

de

jeunes

vivant

ensemble

sous avec

,plus encore

faible,

polyandriques de l'immaturité une combinées femme des par les et luttes la uns force et sa

membres, et » » la renouvelées fois qui solitaire ce

lorsqu'elle

inévitable, arracher accompli, entre les paternel

acquis à grâce

suffisante. sans vie. acharnées violence contre au les cesse Une

paternel se désagrège Les aussitôt

attaques à la fois

surgissent tyran

fils leur

suite par succèdent violence

et

N'est-ce » autres dans des luttes fratricides. pour s'épuiser point, l'histoire maternel' d'Adam (arbre symbolique qui cueille le fruit de l'arbre symbole pour devenir l'égal de Dieu (le père) ? du la question si vaste et si complexe (2) Nous n'introduisons pas à dessein totémisme la religion constitue une des formes du code visant à totémique Un seul meurtre demeure l'interdiction de l'inceste et du meurtre paternel.

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHEE

361

Alors meurtre oualités aux

fut du et frères

institué père la (et

le

sacrifice, peut-être du et

qui de père la

a

pour

but

la

reconstitution qui l'a suivie). de nouveau

du Les

manducation ainsi

puissance

sont

incorporées

associés ne faisons

triomphateurs. ainsi agité En les Mais l'évolution l'humanité présentant le schéma en quelques ancienne lignes et ces imprègnent nous nécessaire mentalité colpro-

Nous hlèmes encore les à la lective Nous mythe phoses tive libido celle de où se

qu'esquisser qui ont

formidables notre

inconscient. évidemment. de croyances. alors, A libido. lui Il est en et d'Orphée

schématiquement est pourtant de la

déformons reconstitution et des pouvons d'Orphée. de le la

psychologique

d'un seul, s'adresse un

seul il contient

coup

d'œil toute à Peu De nous la

d'ensemble, l'histoire une à société peu il des

juger métamortrès s'affine d'Athis, maintenant le qu'il et mythe contient. du péché encore, et son règne primi-

le

à l'origine usage rituel.

meurtre désexualise

la de à et

s'idéalisant. lui-même, et

castration arrivons reprennent la libido éternelle s'y manifestent

Penthée

l'apothéose ils achèvent

hellénique de devient (1). Les pour héros » vieux but la la le voiler une

Platon en

Pythagore

affaiblissant de la vie

L'orphisme originel mais parmi cosse carnation sorte sanglant la de ils

doctrine sacrifices désincarnation

animaux de

ont les

l'individu

théogonie pour s'astreint

orphique échapper à une part et en

emprunte après vie la ascétique

à la mort à

métempsyune est réinune

chaque

individu,

infamante, castration du taureau. du

qui au est

morale, Il adore

et

prend Dionysos, Il vénère attirer

chaque son Orphée sur ses culte lui la

année idéal

sacrifice

d'atteindre sorte de du qui du part

toute-puissance de du Dionysos, père depuis de désir de

héros. qui a ainsi

l'homme, responsabilité du encore père

vicaire sacrifice les hantait

voulu libéré des

et

a

tous Son

frères est le le

remords empli d'une du

l'origine

âges.

sentiment c'est des devait le fils

l'ambivalence la rédemption, affranchis

affective d'autre du péché

envers part

sentiment Cette attitude

triomphe

désormais nécessairement

originel. d'une

purification d'abstention

s'accompagner
sous La elle hypothétique, ne peut la

licite rituel primitive d'un, raient (1)

,parce de la de stade été VIRG.

qu'il victime la antérieur

est

accompli totémique.

garantie constitution être

de

la totémique

soriété n'est que les comme sacrifices

c'est pas

le une

meurtre forme

société

considérée lequel

l'aboutissant humains au-

pendant

accomplis. IV églogue

H62

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

vis-à-vis père,

de nécessitée

la

femme par la

qui

a

été,

à

l'origine, des en Par un

la fils.

cause

de

la

mort

du

rivalité pour de la

sexuelle lui-même, libido. de (1). Il Il

Orphée métamorphose naissance posé qu'après le type dans la

reconstitue sociale humaine, le mythe le

raccourci, curieux

l'histoire retour narcissique vraiment de la est le

de

la

condéjà héros

problème

la ne

culture deviert dans Il image enfers. ou l'est

d'Orphée d'Eurydice. du héros

mort

constitue chaste. une aux plus le avec s'efforce

l'antiquité par

hellénique attacheinent il s'efforce est constant à un tout-puissant. en à vertu lui-même Il l'indiles actes de perÙ

exceptionnel Or, retrouver le mythe solaire. une nuit de ambivalent par une sorte idéalisation de Eurydice dans du

Eurydice. de dans sonnage après la

représente la descente toujours comme

maternelle Ce moins thème assimilé renaît Mais, masquer et à

héros, Le de héros,

soleil, sa mère. de fécondant « visant se

cohabitation Orphée qui est de à sa la

l'interdiction ce le vidu et au les nom retour fait

l'inceste,

fois

profanateur. chez

libido supérieure

édifier à à juger

une

personnalité et reçus thraces. dans une à de rêve la du à

appelée

pensées des des d'Ovide, désir les

spontanées dogmes femmes il tombe veut relatifs libido le

les milieu Et

condamner social si » l'on du

chaque (Hesnard). en type croit

occasion Aussi, le témoi-

s'écarte-t-il gnage Son tous et

même,

l'homosexualité satisfaction fixation but. Il réelle reporte lequel pour

narcissique. qui élimine

inassouvi souvenirs la il réalise l'image en d'elles àme, qu'il non réalité il

immédiate sur l'image cette apharaît les

maternelle sur tout luinatuthraces éprouve du est sexe

détourne

son narcissique

libido

même rellement provient vis-à-vis car par son la Cette vital. La

dans Son sentiment sous l'excuse de dédain

homosexuelle. du le désire masquée. narcissique totale de la de grand masque dépouillée

femmes qu'il honte

d'infériorité d'une sexualité,

toute

choquée

libido tendance

exagérée la libido

devisent aboutit se manifeste comme

un au

véritable fait dans morbide le

resus de mythe Peumeurent une ces-

régression L'idée refuse Adonis, des femmes,

l'introversion. parce thée, de la qu'Orphée comme main

castration

catégoriquement, l'idée de victimes sa sexualité. d'un

Atis, ces

comme héros

Tous déchirement

qui

est

0; le sexe

Consuiter (psychologie

le

livre du

ric

notrc

mailrc Stock,

le

professeur 1927.

Hesnard

L'individn

et

nareissisme).

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

363

tration l'orphisme iisme, est puni et

inconsciemment il même pour C'est qu'il est d'une avoir pour est érotique une le dire voulu serpent. qu'Orphée la profaner satisfaction Eurydice perd réalisé

désirée.

Ce

même

désir sous

de la

castration forme eunuques. de

hante l'ascéOrphée instinctive 1

symboliquement réelle de voulu par peut la chez les

façon refusé avoir

prêtres à

s'abandonner méconnaître hantise de

l'évolution trop

normale. sa son if être veut avoir viril). Car sous mer, libido appétit obtient

systématiquement Neanmoins inassouvi sur du serpent ur. autre cela pour = membre

accablé ne

la

sexualité.

demeurer symbolique meurt sa femme son désir de

perpétuellement par la en projection morsure tant

qu'inspiratrice (serpent

de

sexuel

Orphée une « forme visant sur à l'instinct un

ne non à

se

contente utilisable. des non

pas Au

d'idéaliser contraire, il

sa

libido

incestueuse de la subli-

s'efforce ou apparentés

détourner des buts sexuel) hanti' de la justice

tendances sexuels

nuisibles (quoique

socialement originaiété le considéré désir de

irréalisables rement comme l.

». Voilà par et qu'endurent Le la aux qui soit héros

pourquoi l'angoisse d'une vie les chaste de

Orphée vivre,

a

mystique

par

rédemption, aux le culte de dans sa d'un

éternelle, hommes, Orphée

compensation ses est se et sa frères, le premier il a

suprème prêché mystique encore progressive incestueuse. L'orphisme, vant d'une retrouve a été planter eux, le

souffrances de Dionysos.

l'antiquité renonciation amour

tendance plaisirs complètement

narcissique terrestres,

manifeste recherche de libido

dépouillé

la

première des

conception

mystique brutales de du monde

de la

l'antiquité libido, hellénique L'orphisme qui faillit a

s'élesurvécu l'on

au-dessus façon encore véritable un Dionysos pour éternelle. prétendre et en très

manifestations après dans de religion étaient avec ces la Théophile d'Orphêe. la le la

vivace sa trace

chute christianisme religion du encore raison deux balance

naissant. de Mithra,

précurseur la Mithra revendiquer Néanmoins, peser particulier parlent dans

suppour

moment et

Christ. trop

Malheureusement surchargés l'idée religions les de du la de

symboles et antique Pères Clément même de

phalliques de la vie

rédemption monde

purent Eglise, d'Alexandrie,

premiers saint (1) prétend

d'Antioche, Augustin

Saint

364

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

que l'image

ce

héros d'Orphée

aurait dans Les sur la

prédit les symboles fresque

la fresques

venue des soleil

du

Christ. catacombes levant, du

L'on

a

retrouvé de et du

chrétiennes taureau de

Sainte-Callixte. bélier mitille. La tendant béatitude fondamentale adulte tinct ci'amour de l'idéal a considéré pour et de création à la figurent

du

orphique

du

cimetière

Sainte-Lo-

du

mythe

d'Orphée compensatrice

est

donc du

un désir origine et

processus de retourner la le

affectif à la

f

réalisation de la

intégrale entre

l'enfance tendresse coupable. l'effort dans un de la de qu'un

il de Ce

a

pour

dissociation érotique de l'ins-

l'enfance renoncement de l'énergie idéal Orphée, une

désir

comme contre-partie puissance) le musique

anxieux affective qui nous est dit à de bien la sa

(besoin proche légende, douleur. Il

monde l'art.

mystique dans la

monde et

cherche Il ne des surtout autre, chaste Nietzsche conception cas, tout tient iissement A tout se cas une s'écarte veut

poésie l'orientation

consolation normale symbolique

volontairement à sa passion « qui lui

l'instinct. il s'écarte

assouvissement une il redoute

femmes trop dans par la

inspireraient car la

passion surtout, d'autrui

trop et

profonde plus que Il tout

et

asservissante, sexualité, sorte — une

domination vitale. même l'acte pour degré force

» (Hesnard). en l'on effet, dépense

est

une (1),

d'économie seule et et dans

«

C'est que

disait dans dans déprécie la ce en con-

esthétique gaspilleur, son art est jusqu'à

sexuel. l'artiste.

Succomber, cela p Mais narcissique

dangereux un

incalculable.

tout et

art

manifestation de artiste C'est M. Paul l'ingrédient de sur l'auteur, l'idée fuit qu'il l'homme soi-même. il ce Valéry le qu'il qu'il l'homme met », chose dans dit de se faut que

d'auto-admiration

d'embel-

un dit « la plus

public, admirablement considération important qu'il

«

même

de sous du

buffles une

», forme le plus littéraire

disait plus pro-

Nietzsche. choisie bable l'esprit accordé L'artiste moi jamais encore idéal est

lecteur

de le

la

composition ou de c'est son non,

le veuille, fait

sache

est lecteur

comme (2) de son

nécessairement

perpétuellement son encore son œuvre. Paul humanité « L'artiste Valéry. dans

l'image

n'est Mais l'œuvre.

heureusement l'homme Il laisse convient

quelque

il)

NIETZSCHE

l'olonfé

de

Puissance.

(2) Paul VALÉRY « Variété

au sujet d'Adonis

(p. 86, N. R. F.),

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPHÉE

365

d'ailleurs l'artiste crénteur. chanteur. trois Bien en

de

ne

pas Ce était

séparer processus justement

le

poète de à la

du

musicien, est poète, poésie le

ni commun

même

de à tout et le ces

général.

sublimation fois de le la

Orphée La domaines que l'on

musicien

conception séparés ne puisse de

hellénique nos pas par affective jours. expliquer l'homme, du vie justifie échappe artistique. poète. pour pas à

rapprochait

l'œuvre, la Il les la création faut appliquer Beauté,

eu

ce reflète

qu'elle

a

de

spécifiquement indirectement ment l'œuvre. térielle chologique et les La données la

artistique, vie de

pourtant soigneuse-

élaborer à cette mais la

cette ne qui

l'analyse entité valeur imma-

de

biographie insaisissable de la création

l'analyse,

psy-

V

Le

MYTHE

D'ORPHÉE

ET

LE

SYMBOLISME

MUSICAL

Après viduel cher, iude sous rahle monde entraîne idée d'Orphée et dans La à en

avoir

étendu

les social,

processus nous

affectifs pouvons,

de pour

l'inconscient terminer, d'Orphée avons voulu est

indirapprode l'attidécrire insépadans nous le plus à le

l'inconscient un effort de de « de ?out

synthèse, poète.

l'attitude C'est d'Orphée ce que

mentale nous ». La

esthétique le de nom l'idée antique, tout mystique l'attitude l'idée sublimation de les

Complexe L'étude la forme à la

musique religieuse de qui

mystique. sous naturellement c'est de

de spéciale l'analyse

l'évolution du de Nous culte l'art entendons libido dans

Dionysos, doit par l'idée

musique.

Complexe mystique

sublimation inséparables. la musique et de primitifs de l'Egypte. un Il

de

la

musicale par la libido

est l'évolution de

une

des

formes

les

plus Osiris, fut le

perqui prede (1)

fectionnées avait mier beaucoup signale 2953 mème av. un un écarté

civilisatrice l'anthropophagie, d'ailleurs, musicien Fon-Hi le dieu Tous (qui Krichna ces héros à

Egyptiens

musicien-poète de

existe

l'origine

civilisations, chinois, un Orphée

héros

Combarieu aurait vécu Govinda, ont le

Orphée J.-C. Orphée !),

l'empereur hindou, Waïnâmoïnen.

en et don

finnois

(]'

COMBARIEU llistoire
REVUE FRANCAISE DR

de la blnsique,
PSYCHANALYSE.

t. I.

Armand Colin, 1930.
13

366

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

de

charmer comme de la

les

animaux des animaux).

féroces Nous

(entendez sommes et historique, (1). la de de musique Dionysos. l'émotion car été la forme polyphonie dans Le

les ainsi

premiers conduits, aux

hommes, par la de nous dans une sein

féroces voie la

synthèse affective connexions antique de la

psychologique e, étroites sous valeur expression mystique musique, (dérivée antique communs les vieux musique. « en suggestion réalité à la un l'égide humaine éternelle, qui sous de et a la musique de

problèmes d'Orphée la noas religion offre au modernes

signification les

mythe et de Il

montre la Société

expression même c'est du encore

musicale les du temps

mythe, l'idée de la

cause qui

développement à l'idéal

prodigieux antique Mais encore se toute nous de Elle Ferenczi, gestion sur tions la mère. Quand rateur sujet affectif par des ceux rythmes rythme père nante, que à les les ce sont la deux

une la

l'oppose médiévale).

l'harmonie conception éléments

la-conception le rythme et

moderne la mélodie. qui conditionnent », une au sens

contiennent En imprègnent ce que le plus large eux

réfugiés religion et appelé (2), qui en où il

complexes Ces

parentaux complexes musicale

toute la est

avons mot ressemble et

à l'origine suggestion processus

suggestion qu'a il existe étant

affective. étudiée une sugbasée réacet de

cela a et de décelé une

hypnotique double maternelle, sur celles

paternelle réactions sont le reliquat

suggestion l'autre

l'une d'amour. du

crainte, d'attitudes

Ces père

infantiles

vis-à-vis

éléments mâle, concentre se rattache le

masculins à la voix

dominent autoritaire,

dans

la rappelant sur

suggestion le eux le qui en père),

(opéle

l'aspect

hypnotisé qui excellence éléments des

automatiquement à sa conception paternel équivalents infantile inconscient. ce triomphales, fermeté, à l'on ce suggérer la sont

potentiel est mâle

de

ce

complexe

Il existe les et rythmes en général la

musique martiaux. tous les du du entrai-

masculins marches à action guerrières tonique.

et La

régularité, le souvenir

netteté infantile

tendent l'on

immédiatement craint et que de

admire est

l'influence en somme

tonique, une

toute-puissante

rythme

obéissance

(1) Nous Symbolique (2) Voir article est actuellement

dans notre livre étudie ce problème déjà édit., Bordeaux, 1933). (Delmas, ( Suggestion dans notre le chapitre musicale livre à une d'ailleurs le prélude étude de Psychanafyse en préparation. avons

Musique

et

Pensée

». — Le présent musical de l'Art

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D’ORPHÉE

307

rétrospective respectueuse nel. l'action ment les Les

au et mythes toute-puissante animaux

père consentante d'Orphée

l'auditeur qu'il et des

revêt aurait d'Amphion qui

immédiatement vis-à-vis d'un ordre

l'attitude paterdéjà irrésistiblede

témoignaient entraînaient

rythmes

et

les

rochers. envers par le père se manifeste, et jour à l'audition

L'attitude de puis ment, Le est plus leur l'action rythme, Bulow ces le et rythmes,

ambivalente d'abord du alors procédé le souvenir et un

l'attitude des délire

respectueuse fils de se fait

admirative progressive-

sentiment c'est

triomphe véritable de de plus la

toute-puissance. ou musique à mère. la soit forme apparu du » (1). merveilleuse à devenir en de la elle suggestion Jung s'appliqueraient réanimation en dit intuition ensorceleuse la langue musicale en effet aussi régressive système et des tendres dans nous de toute cette originelle avons l'Asie schématique, structure entre caractères les prideux évola les les. sentiémomusuivi antéde rythme imposer Ainsi musicale des rythmes à se l'audirévèle du de dans

deuxième sur

suggestion mère ce Ils vers

affective sont en

basé

enveloppants une attitude psychologique le premier

berceurs. de retour musique musical

tendent la sous qui

idéale de élément cette

la

primitive Hans

exprimait « au la formule Nietzsche à peu près moment propre peu éloignée ne

toute-puissance était d'ailleurs ne entendons Cette de le en commence

primitive rythme une

commencement disait-il pas musique nous » (2). de de la celle religion, « Dans et

toute où passé

qu'au notre est très bien des

résonner conception

l'attitude ces la paroles religion, est bienfaits

mystique. qui la

justement, à la musique

images de

paternelle la religion sont

maternelle les souvenirs (3). et les cette tardé La »

organisée des parents.

bienfaits ments tions sique tout rieure car mitive conceptions au et l'idée en

sont les enfance masculins dans Mais n'a pas

mystiques de les la première symboles long de

inconscients Nous retrouvons dont antiques est

féminins religions conception à abandonner dualité encore

l'évolution la Grèce.

musicale se

perfectionnant. parentales se révèle

dans

deux

(1) La technique psycho-sexuelle: féminins.
(2)

a conserve musicnlc encore elle considère

le souvenir des rythmes

inconscient de dits masculins

cette et

origine d'autres

NIETZSCHE: Choses humaines, (3) JUNG: Loc. cit., p. 85.

trop humaines.

368

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

lutifs élémentaire Le une l'enfant miques tion. transfère sexuelle. tous a

de

la

musique du rythme sans qui

qui

sont ce aucune

venus sont les musique de au de rythmique

se

superposer et ne la

au mélodie.

phénomène

modes

rythme, des premières se de Plus

pourrait Au de stade

subsister, présexueI,

est

manifestations sa nourriture

la

libido.

procure la bouche, cette

moyen tous les

mouvements de de dans du rythme la

rythsatisfacplaisir la sc zone dans Jung du

lecompâgnés activité zones, pas et sur et même cette sur

indices

tard, dans Nous

productrice en particulier l'universalité dans l'activité rythmique dans toutes

d'autres n'insisterons vitaux, insisté

et sur

les

processus

psychique. productrice découvertes

suffisamment de (1). retrouverons de l' « éthos

activité sa valeur

sentiment humaines Nous trine musicaux. tive, Notre confuse fique La dans sique., dorien, création licencieux lièrement absolument auquel dorienne et énergique, de (2) était la il à qu'aide

triomphe,

encore » concernant action chaque introduit est instant un les

les

complexes l'action

parentaux psychologique procédé de

dans des suggestion du cette une

la

donc-

modes affecrythme. si spéci-

Cette à

encore le peu

un

phénomène de clarté

constant dans

conception de l'

doctrine action

« éthos mode

» sans

Grecs pouvoir dont

reconnaissaient la justifier. avons existe

chaque

dualité les Le et

dorisme-ionisme, et la pensée de

nous

décelé encore

l'importance dans était comme aux la mu-

religions mode les

grecques, la musique le

fondamental Grecs du du

hellénique considéraient ils l'opposaient dorien, il le qui est

appelé une modes particucontraire paternel

Péloponèse génie dorique réalité, nullement universel cité joie ni par elle la un le

spécifique de viril, l'Orient. ne universel est est associé. étrangère elle forme et Aristote appelé ne

En leur est

mode spécifique que

est au

aussi Héraclide, à la

complexe dit la

Athénée, répudie richesse

« L'harmonie sombre ni la sou-

mollesse coloris et

reconnaît elle possède (3) par eux

du viril

plesse Platon dorien

caractère la même austère,

grandiose. le vénéré mode ».

expriment « sévère,

opinion auguste,

(1)

JUNG:

loc,

cil.

1P.

136

et

suiv.

Le

nom

de

Prométhée,

le

premier

inventeur,

dériverait justement taire. (2) PLATOK Rép.
(3) ARISTOTE: Pol.

d'une
III. VIII, 5.

racine

indiquant

cette activité

rythmique

élémen-

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU MYTHE

D'ORPHÉE

369

Toutes vénère à

ces et

épithètes que de l'on

s'apportèrent craint

surtout ainsi, comprend-on

à

l'idée que

du

père Sparte l'Asie l'esprit

que ait le

l'on tenu mode

préserver

l'action comme n'est sous la manière et asiatiques

licencieuse national pas forme sans du générale,

des et analogie héros le

modes spécifique avec national goût

de de l'idéal

(j d'elle Ce mode

considérait dorien réalisé virile. D'une

dorien. de la caraux

plastique à portait

Sparte, rure masses Les Grèce lien, clès l.

Héraclès, dorien se

puissantes modes l'idée aux dorien

robustes. (lydien-phrygien, plus féminin juvéniles vu aussi l'Asie au caractère (dérivée Ici encore, en point et etc.) parallèlement ambiguës, du La vue de et l'art féminin et le est utile l'art que nous énorme de tour à partir de raideur un de l'art musical. attachée de surtout son goût ont introduit l'Adonis s'oppose culte à anatol'Hérade em

d'un formes nous dans

art sveltes, avons

l'importance antérieure. de gracieux de l'Asie) ce principe temps avec de l'histoire, des la cultes complexité

féminin propresculpla ligne

Déesse-Mère hellénique architecture), de l'école

toute

civilisation (musique, de

ment ture, aimée masses

a concilié, le ionienne et Nous et ici dans de viriles.

dorien

des sché-

solides

exprimé l'idée du Nous respections

matiquement. pleve sommes lorsqu'il celui de maternel plus

développerons de le la étant documents s'est chargée Elle sous de l'a ses rapports

comne

musical. nous

domaine migration donnée sur

s'agissait l'hypothèse, des la mélodie

évoluons et

dans souvent

contradictoire Enfin, au complexe

l'origine à fait l'égide sa son

l'affectivité de l'époque C'est

maternel. autonome, qui l'a alfranchie se partie rituel En bornait des très effet, (1) musique

développement Euripide ment, qui un tion lement modernes vraiment artistique, la faisaient caractère magique. imitative à la

Dionysos. primitive. certain nombre la très ancienne

Antérieurede mélodie thèmes avait significaessentielde à certains un stade

musique

à répéter

cérémonies net, dérivé

dionysiaques d'une la passant est en

primitivement, en

musique que le un retour

était

(disons imitative La

réalité comme suivant

retour

archéolitbique). n'a pas été créée

musique, au début

toute l'idée de

manifestation « l'art pour

COMBARIEU: les l'Art P. rapports Musical. Germain, dans de la

Musique musique Revoir la Revue

el et aussi

Magie de la l'article

(Alcide magie « cfe

Picard), imitative La Musique

1909. dans et n° 4,

Nous notre la

reviendrons Psychanalyse

sur de », de

Psychanalyse

Franç.

Psychanalyse,

1928.

370

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

l'art

».

Elle

avait qui contient,

une existe

utilisation dans sous la toutes forme but De ce la

pratique, les religions du « point

inséparable primitives. une » encore, de

du

désir Le mythe

de

domination d'Orphée magie la

sacrifice,

pratique l'individu Orphée a

de et de

imitative

ayant de la

pour terre. un

renaissance de vue

fécondation raisons musique pas sans de la

bonnes La n'est créations manque figées, dominance sur

d'être conservait analogie statuaire la au

musicien. donc avec grecque maladresse, une sur le la un caractère archaïque hiératique archaïque qui contrainte réalisme, et mélodie blâmées accusaient de avaient voulue l'attitude Les accueillies Platon, « par des ce créé voulu premières n'est ces c'est pas formes la préle qui

raideur dite

d'habileté, mais bien du

contraire

mysticisme des formes

hiératique premières avec Aristode la

l'imitation

plastiques de la

vivantes. furent par de

tentatives enthousiasme phane vraie et

d'émancipations par par le public, qui

mais les

Aristoxène, ». à qui le sa nous mythe véritable l'expression décelé dans dont a le ce

corruption

musique

Euripide, tructive trouvé sente Nous et en pour alors en avions particulier

devons d'Orphée, signification,

la a

tragédie affranchi qui

des la est du

Bacchantes, mélodie Elle et

si

inselle a

féminine. complexe des qui temps fut fixée la avons

repré-

musique déjà

symbolique fait dans d'un libido la musique

maternel. modernes un sur passion vu la psychol'image indisigni(1)

l'œuvre la

compositeur était dans fortement ses (dont de du tragédies nous

pathe, maternelle. viduelle fication nous maternelle l'élément domaines Cette prodigieux Cette révélateur musicale «

Schumann, Euripide et diminué

développé rôle dans du la la « la scène héroïnes On

choeur passion clé peut

psychologique livre sans en féminin inexplorés. intervention de conception à paraît l'idéal si la de mélodie, de s'en musique sur

Dionysos). de que la

Gevaert suggestion

douter

problème dire

l'introduction mélodique beaucoup. cause de l'essor

de des »

ouvrit

à l'imagination d'Euripide chantent a été sa Dionysos dont rêvait et la

Les

l'élément qui la avait

féminin retrouvé pour de

véritable donné la d'une s'insurgeant

valeur. un conception musique contre jour

musique

dionysiaque co » nplexe toute faite

Nietzsche

Nietzsche de mélodie

supra-hellénique

(1)

GEVAERT:

Nouveau

traité

d'instrumentation.

L'INTERPRÉTATION

PSYCHANALYTIQUE

DU

MYTHE

D'ORPAÉE

371

la

conception

« émancipée

romane du refoulé

» Nord

de

l'harmonie. » (1) est

Sa l'expression vers la

«

musique

du

Sud. du sous dans la de religion de la et », c'est sous

musique désir le

symbolique qui a « voulu, psychologie dans par plus humaine un vers du a descendu simplement refuge la la refus féroce perce

profondément de de le sa l'idéal castratisme lutte

du la

retour libido lutter », qu'il de

mère, Il la voir

masque

contre dionysiaque, idéal au summum un loi de

sexuelle. contre croyait l'introversion

recherche l'entrave. chrétienne. sexualité, inconsciemment, vers la vers l'idéal forme le de Sud,

Parvenu il s'est

imposé par une et du pas

« castratisme bien la humaine, qu'il

» encore « trop cherche

de la

la

Mère

Femme Cet effort l'histoire

Mélodie

Sud. au fond

surhumain du mythe

lumière, dont

n'est-il recherché l'existence

héros, inconsciemsous

i! a toujours ment Terre homme, Ne « .Je simples, monique, même goût liennes, cales, l'enfance nous vient intensité présence de c'est notre les revécu et, plus il en sont-elles veux qui,

la

toute-puissance le héros

? Nietzsche qui qu'il est était

d'Grphée, que lui encore,

la un

tôt est

parce

mort. pas significatives, de leur parfois ces ces chantantes paroles mélodies rythmique à ou nous à vie, de notre bien les atteindre ce qui le cordes la plus nos non, entendons nos premières la ne plus de riche béatitude reviendra précieux, notre et la âme plus et oreilles ô de Choses italiennes, leur puérilité comme du mélodies extases enfantine plus tout avec et Humaines toutes harl'âme bon itamusiet que cela une

parler malgré

monotonie exhaler

semblent la musique. comme

Convenez-en cela. se de quand reporte notre

Pharisiens ces

sensibilité plus fortes le

perdue, considérons toucher où de

sentiment

comme simultanément seule l'Art. peut »

sérieuse

Par dans la monumentale Paris, 1932).

(1) Nietzsche

delà le Bien et le Mal traduction du Nietzsche

relire aussi de Hertram

l'article par Pitrou

Arion » (Rieder,

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->