Vous êtes sur la page 1sur 4

Quatrièma Annada.

N ot 71

U.Q.O.

8ÊZIF.R S

de Jun

1918

I'a'n tems que trempa e l'autre que destrempa.

(Vièí prouvèrbe)

hautement: Je com-

mandais à des braves ! Aux coupables médisances dont on a voulu les saìir, j'oppose une protestation sincère, loyale, catégorique, le plus formel démenti. »

«

Je

ìe

répète

General CARBILLET,

Ancian Coumandant de la 29ma Divisioun (XVma Cors).

Redacioun: 23, Carrièira das Patriotas

MOUNT-PELIÈ

Canta lou

lè .e

Lou Numerot : Tres Sôus

lou

15

de chaca mes

Abounament : 4 francs l'An

Aministracioun: 14, Avenguda de Toulousa

MOUNT-PELIÈ

La Veritat en

marcha

S'ère pas 'stat ben decidat d'es- criéure aqueste article, una letra que vène de reçaupre dau front m'auriè decidat d'à-t*ouns. Es dous Clapassiès que la mandoun au Gal, dous souldats dau 3ma regiment bis de zouavas — es à dire d'un cors qu'es estat souvent as bons ròdous e que n'a fach sa larja

part. Nous demandoun de publicà una pichota istòria vraia que nous de- cidan pas à retraire, maugrat nosta granda enveja de ié faire plesi. Sabèn, aici — sans que la cen- sura nous hou remembre — lous sacriíices que cau faire, d'aqueste moument sustout, à l'unioun fran- cesa. E dequé sertiriè, pèr veire, de metre mai à viéu de vièlhas plagas, en bailant trop de publi- citat à un nouvel trach — après tant d'autres — das sentiments meten, pèr èstre mouderats : das sentiments « pauc simpatics » mounstrats pèr d'unas gens d'a- moundaut au regard das souldats dau Miejour.

defaut de simpatia e

Qu'aquel

d'amistança vèngue un pauc — ou fossa — d'amas agridas pèr la soufrença, de cors enredenats pèr lou malur, essuchs à força d'ès- tre toussits pèr la pougna sauvaja de la misèra guerrièira, acò 's poussible, e se pot coumprene, jusqu'à-m-un certan pount. Mès acò vèn encara mai das souvenis quitats dins lous esprits pèr la granda caloumnia, pèr la messourgassa criminala das pru- miès jours de la guerra, souvenis que 'res a pas pougut escafà, e que n'an tant patit — e de tant de biais! — lou XVma Cors e toutes

lous souldats dau Miejour. La caloumnia faguèt soun cami, proumta e terribla couma l'ilhau. Hes l'empachèt pas de coumpli soun obra abouminabla, res gari- guèt pas lou mau qu'aviè fach :

pas mai las proutestaciouns las pus energicas, las pus autourisa- das e las - pus elouquentas que l'erouïsme recounougut e prou- clamat cent cops de las troupas

daw~Miejour. N o ! res res. Contra la messorga,

na arma e lou milhou blouquiè es encara la veritat. Mès la veritat sus la legenda dau XVma Cors èra fourçada de se rescondre ; Anastasia, aquela trèva cargada de tant de pecats, l'empachava

de se mounstrà au grand jour. Lou traval luminous e siau, e nautament patrioutic, dau segne Jùli Belleudy, prefèt ounouràri, es estat tratat — o vergougna de la burèucracia censuraira ! — emé mai de severitat que lous pires papafards.

que l'oura

faguèt pas

la

milhou-

Cau

creire,

pamens,

de la veritat arriba. Lou general Carbillet, que coumandèt au front,

pendent mai de dous ans, la 29ma divisioun — la que seguèt tant injustament atacada — vèn de ié rendre justiça dins una counfe- rença publica facha à Niça jout lou patrounage de Ia Ligue fran-

çaise,

VEclaireur a publicada (1). Emé Pelouquença clara e sans replica das fachs e das chifres, lou gene- ral Carbillet, coundanna sans re- missioun lous racòntes faus e lous messourguiès de tout pèu. Plai- deja pas pèr sous souldats (cou- ma d'unes an agut lou tort d'hou faire), noun sabe quantas desen- cusas. Afourtis e prouba qu'à Dieuze couma pertout- soun cou- rage es estat à I'aussada das pus grands debés. Es pas malurous qu'enfin acò se siègue pougut dire; pourrà pas jamai èstre trop repetat. La legen- da antimiejournala a fach trop de mau à l'unioun francesa ; à la mort d'aquela legenda la França es interessada autant que lou Mie- jour. Es pèr acò que recouman- dan à nostes amics, couma una obra de bon e san patrioutisme, la broucadura dau general Carbillet. Dins lou sirventés de Fèlis Gras,

e

que

noste

counfraire

(1) Premières Armes d'une Diuision du Midi sur le front, par le Général CARBILLET. AS burèus de ì'Eclaireur de Nice, 27, avenguda de la Gara, Niça. Costa : 20 sòus.

au founs dau pous

pada Dona Guirauda,

ounte es acla-

Ausirés uno vouès canta La Liberta

Aqui, dins chaca paja, à chaca rega, ausissès una vouès, la vouès neta e franca de quauqu'un que sap e qu'ausa, cridà la veritat. Tant lèu !"*la veritat es en mar- cha. Tard ou à tems l'oura de la justiça picarà.

Lou

CIIIVALIÈ .

Lou Rèi e lou Felibr

fiessoun d'un article daii

" Gal"

Nostes legiguèires se souvènoun? sans

manca, dau bèl arlicle de Delpon-Delascabras:

« Guijinglau voì pas qu'on oublide », paregut

dins

estent dedicat à S. M. lou Rèi de Serbia, l'au-

tou lou mandèt à destinacioun, acoumpagnat d'aquesta letra :

lou Gal dau lè d'abriéu. Aquel article

A

Sa Majestat Pèire Iè, Rèi de Serbia

Fidèl

à la tradicioun

de mous ainals,

lous Iroubadours, qu'anavoun de castòl en castèl, de païs e païs, de cour en cour pourgi as soubeirans lou milhou de soun cor e la pus delicada de sas pensadas, Pourgisse à Sa Majeslat aquesle mou- dèste conle escrich en ma lenga mairala, qu'es lou testimòni de la simpalia e de la fisança qu'an pèr Sa Majestat e pèr lou Pople serbe, Ious sòudards de moun

païs.

'

A las Armadas, lou 19 de mars 1918.

D IÍLPON-D ELASCABRAS.

« Lous rèis escouìoun lous pouètas, aviè dich Guijinglau ; parlarui au Rèi, e lou Rèi m'es- coularà.» De fèt, vejaici la responsa reçachuda pèr noste coulabouraire :

Letra à Delpon-Delascabras

S.

CABINET

DE

M. le

Roi de Serbie —o—

Salonique, le 6!19 avril 1918.

Monsieur,

Sa Majeslé lc Roi a reçu le conle lan-

ainsi

que le sonnet intitulé « Monaslir ». Sa Majeslé a été infiniment sensible à

guedocien que vous lui avez envogé

cet hommage et me charge de vous expri- mer ses remerciements, ainsi que l'assu- rance que la Serbie reeonnaissante n'ou- bliera jamais les braves soldats qui ont fait le sacrifice de leur vie sur les champs de bataille de Macécloine et que leur mémoire restera à jamais sacrée dans le coeur de tous tes Serbes. Je vous prie, Monsieur, de recevoir l'assurance de ma haute considéralion.

Le Ministre,

J. B ALONGDGITF.

Se caliè faire un coumentàri, n'en cargarian Delpon-Delascabras el-mèma, que nous escriéu, en nous coumunicant aqueles doucuments :

« Lous letous dal Gal seran urouses d'a- prene que lous soubeirans de las Naciouns aliadas an paspòu de s'abaissàen respoundent à-n-un felibre que li a escrich en sa lenga mairala. Acò farà tabé plasé as Serbas que sount à la coulounia de Mount-Peliè e en l'rança, dount n'es estat parlat ambé fossa de simpalia dins lou Gal, e tout acò pot pas que ressarrà l'amistat que nous liga à-n-aquel pople pichoutet e tant grand que fai l'amira- cioun dau mounde civilisat. Las vèusas e lous ourfanèls das que se sount sacrificats pèr la Serbia troubaran dins aquela letra una coun- soulacioun e un recounfort que "ié vèn de naut. » Se pot pas dire milhou.

La liçou de Gervais se troumpava d'adrèssa

Avèn reçachut aquesta lelra :

Mount-Peliè, 20 de mai 1918.

Moussu lou Redalou,

Vosle « Pourtiè dau Castèl-d'Aiga »,

dins lou darniè numerot dau Gal, regrèla — amai es pas lou soul — la disparicioun das bèus aubres de Pont-Trinquat. Mès

ajusta autant Ièu :

i'a pas res à dire. » Acò 's parlat. Belèu sabès pas que tout lou mounde a pas toujour rasounat antau ; s'hou sabès pas vous hou aprendrai.Vous dirai qu'en 1914 lou prefòt de Ias Ardenas seguèt revoucat perdequ'aviè pas esecutat l'ordre de loumbà las fouròsts pèr arrestà lous enemics. Aquel prefèt, ié disièn Gervais; èra l'enfant dau famous -senatou ensul- laire das souldats dau Miejour. S'aviè de liçous de palroutisme à plaçà, lou paire Gervais auriò pougut las gardà pèr soun fil : acò seriè pas sourtit de la

« S'es

pèr la guerra,

familha. Agradàs, Moussu lou Redatou,

etc

B.

R.

Bachoucadas

Dequ'es aquel conte que me vouliès

dire,

faguèt

Barjadous ;

languisse

de

l'entendre.

— Cala-le, e parlarai.

— Vai-ié un pauc, pèr veire.

— Aquel conte se passa i'a pas long*

tems, en Alemagna, dins un vagoun de prumièira classa dau cami-de-ferre de Runasbourg à Berlin. Dins aquel vagoun i'aviè dos damas em' un manidet que, pèr la coumouditat dau manidet, carre- javoun un pichot oulis en pourcelèna, eslremat dins un cartou à capèls. E i'aviè

tamben un coulounèl prussian, en grand couslume de galà,que se rendièà-m-una ceremouniè; pourtava soulament la pi- chola casquela e soun càscou-à-pouncha èra embarrat dins un cartou d'à-founs pariè à lou que recatava lou pissadou dau pichot. Quand lou trin arribèt à l'eslacioun de Hievasfort,lou coulounèl, toujour rede couma Lalitou, davalèt emé

soun cartou Malurousament — hou as devignat! — « soun » cartou èra pas lou siéu. Digus a pas jamai sachut couma se petassèt emé lou pissadou de pourcelèna; lou manidet, el, faguèt pas ges de dificùltats pèr se soulajà dins lou càscou-à-pouncha

— Es acò loun conte ? me venguèt

Barjadous.

— Oi. Dequé n'en dises?

— Me fai veni lou bòmi. Seriè 'n asard

se quand counlàs una istòria dins vosle

« patouès » i'aviè pas loujour mài ou

mens de saloupariè e de groussièiretat. Couma vos, pioi, que lou mounde qu'an de gouses fis s'aimoun à l'enlendré parlà ! — D'abord, lou mounde qu'an de gouses fis podoun troubà de contes e de pouèmas dins soun goust, en lenga d'oc :

n'i'a de moulous, s'agis de voudre lous counouisse. Pioi, s'agiriè de saupre s'una bona galejada, galharda e galesa, salada

e mèma pebrada, dins lous biais de

nostes vièls countaires franceses, es pas mila cops pus sana e pus propa que las

pourcariès delicadas, lous contes muscats

e fusandats de las Vie Parisienne e autres Fantasio. E enfin, moun ome, tène à t'hou dire, t'ai coulhounat

— Dequé?couma?

— Oi, t'ai engarçal de prumièira.

Moun conte te l'ai bailat pèr un conte enventat de moun sicap. Ebé es pas que

la traducioun d'nne despacha de Coupe-

naga — o Sanla Nutralitat, ora pro

Es eslada publicada pèr fossa

journals de Paris, e lous journals de prouvinça, seguiguent ìou dòu couma d'abituda, se sount despachats de la retraire. Soulament lous uns- e lous autres an countat acò couma quicon de vertadiè qu'èra rèlament arribal.

nobis!

— Ah ! pèr esemple !

— I'a pas de : « pèr esemple! » ; es

couma t'hou dise. Aqui lou burgage de closca en acioun. E i'a de mounde que ié buvoun, encara ! Semble pas de bon que

lant d'erouïsme sus lou front age pèr pendel lant de sot-bougrige à l'arriès!

*

— Toun avança de l'oura, moun ome,

la pode pas encapà.

— E perdequé?

—i Hou sabe pas, mès acò 's anlau.

— Iéu hou sabe : es perdequé siès un

foulut reboussiè. Pamens aquela avança nous fai faire de bravas ecounoumias.

— De bon?

— Coumprene!

— Eb' alors, s'espargnan fossa en avan-

çant las pendulas d'una oura, espargna- ren lou double en las avançant de dos, e lou trible en las avançant de tres, e ceterà, e ceterà. Pas vrai?

— Ounte n'en vos veni?

— Aqui : prepause qu'avançoun carra-

ment las journadas de 24 ouras : antau espargnaren encara mai.

— Diga ? ^le foulriès pas de iéu, pèr asard ?

— Se quaucun l'hou demanda, iè diràs qu'hou sabes pas.

Lou GAVACH

BOURRUT.

Çops de Gapganta e 6ops d'flppiéas

PAS LA

MITAT D'UN

d'un

coudoun es moussu de la Fouchardière. Vejaici lou cap-d'obra qu'escriéu dins l'CEuvre dau 11 de mai:

Lou moussu qu'es pas

la mità

Pendant trois jours par semaine nous ne

Nos curateurs au

ventre ont découvert un aliment de rempla-

cement tout à fait imprévu

mangerons pas de viande

eh bien 1 disent-

ils, nous mangerons du poisson.

E

M.

de

la

Fouchardière,

que se

counouis,

parla

de

la merlussa

e

das

veirats.

 

Mais

(soudis)

il

y

a

la

rascasse qui se

trouve

dans la bouillabaise « avé » de l'huile,

de l'ail et du safran. Mais il y beaucoup de

gens à qui la rascasse

qu'un poisson né au sud de Marseille soit aussi peu bavard !)

dit rien (étonnant

ne

Digàs, Miejournaus, auriès cresegut qu'à prepaus de jours sans car, un

moussu qu'es sus lou front

se joúgariè, encara, dau Miejour ! Se la rascassa, pecaire! dis pas res à M. de la Fouchardière, el parla trop.

S'a pòu que la dicha rascassa vèngue pas à lems dins la capitala, que vèngue

el, à Marselha, ounte manca de

e s'aima pas lous peis, fauta de car,

, N'i'a d'autres Parisencs que sount venguts passà las fèslas de Pascas e que sount demourals. Moussu de la Fouchardière es pas

la mitat d'un coudoun ! ARTEMOUN.

manjarà de m

de Paris

rascas!

sèn en guerra 1

VIÈLHA

ATUALITAT

dau

segne de la Giraudière, publicadas en

legis

Dins

1634

pèr

las

Joyeuses

épigrammes

se

mèstre

Banqueteau,

aquesta declaracioun sans vergougna:

Mourir pour sa patrie est une chose belle Mais il n'est rien de tel que de vivre pour elle.

Emé l'estiéu qu'arriba anan veire grelhà lous councerts artistics e cam- pèslres, pafrioutics e espitaliès. Ebé, ^recoumande aquela pouêsia à M. dau Lasert, de l'Oudeoun; que la marque dins soun reperlòri. Aqueles verses gagnaran fossa à èstre dichs pèr el.

DE PUS FORT EN PUS FORT

Au Clapàs es couma encò de Nicoulet; sabe pas ounte nous arrestaren. Counouissèn l'inleligença das lapis;

lous chis sount encara pus forts, pioique n'i'a dejà que lènoun cafè. Prouba n'es

la crounica de l'Eclair, dau 15 de mai:

La police des chiens. Procès-verbal a été dressé à deux limonadiers pour fermeture tardive de leurs établissements.

Pèr ce

qu'es de

la

lèi

Honnorat,

que

nous fai gagnà

1

oura pèr jour, es

pas

que de fufu e de pèl de bufet. Prouba

n'es mai la crouniea de l'Eclair dau 27 de mai:

Kermesse des Ecoles Iibres. C'était hier,

Aujourd'hui lundi, ouverture de la

etc

kermes.se de 1 à 77 heures de l'après-midi.

0 poudé misterious que renouvella lous miracles de l'Istòria santa : Nabu- chodonosor sanjat en bèslia e Josué arrestant lou sourel! BRAFAMIL.

La Vida au Clapàs

Las paraulas vouloun. Pas pus tard

que dins noste darniè numerot, felicitaven

M. Lafferre de sas bonas paraulas au Coumitat

regiounal das arts aplicats. Pecaire ! las paraulas vouloun, e las decisiouns das minis- tres an souvent de rasous que nosta rasou

counouis pas. Entre remountà à Paris,

M. Lafferre a sinnat una reparticioun nouvella

das Coumitats regiounals; mès dins aquela nouvella reparticioun, couma dins l'anciana, nosta regioun es tournamai escartairada. Prouba qu'avian pas tort en diguent que se cau pas flsà pas qu'à las bonas paraulas, e que lous que voloun de peis an de bcsoun de moulhà l'arpa.

Es pèr acò que nous rejouïssèn de l'acioun entrepresa pèr lou burèu de proupaganda de la regioun dau Lengadoc mieterranenc, que n'en reparlaren mai au long un autre jour.

Jardis poutagès. L'idèia de tremudà nostes jardis publics en jardis poutagès encanta pas tout lou mounde.

« Es pas una rasou (nous escriéu un courres- poundent) se lou rèi dTnglaterra a plantat de caulets dins sous jardis pèr l'imità. Aici manca

camps couma la

Palha, lou camp Delmas e tant d'autres. Qu'aqui ié metoun fossa mounde pèr lous cultivà, sèn d'acòrdi, que ié fagoun travalhà de

presouniès, d'aussiliàris que fan pas res dins las casernas, de refugiats sans traval (que de fes lou cercoun em' un fusil à dous cops) tout acò vai ben. Mès, cresès-me, i'a prou de camps libres sans anà saquejà nostes jardis publics — e pioi, quante traval pèr desfounsà aquelas

terras trepadas e retrepadas, que d'omes pèr gardà lous jardis en plena vila, e lous Clapas-

siès dequé disoun d'acò e lous pialuts

pas, proche de la vila, de

»

Lous Clapassiès e lous pialuts, sabe pas dequé n'en disoun ; mès sabe d'avança dequé faran nostes cònsous: faran pas res.

Igièna, salubritat, etc. Pèr nous garà de la tefouïda, M. lou Maire nous a bailat dins lous journals una mièja-dougena de bons counsels. Tenguen, tenguen : una ntanièra n'en vòu una autra. Ié n'anan bailà un; es pas gaire, mès chacun fai ce que pot. Sèn en estiéu, dequé que lou calandriè n'en digue; lou sourel coumença de lardà e lous

boulevards de blanquejà. Lou mendre pousse d'èr que bufe, e la poussièira nous estoufa e nous escana ; gara lous iols, las narrilhas e la

s

Un pauc d'aiga fariè grand ben. Sabe be que,

l'aiga

es couma las callas : cau pas esperà dc longa que tombe dau cièl.

Escoutàs, M. lou Maire, la preguièra das

troutadous e de las caladas : « Bailàs-nous

noste ban quoutidian

Tournamai lou Rambal. En parlant das 15 sòus de carestiè de vida que la Coumpaniè Rambal baila à sous emplegats, diguèren que n'i'aviè pas pèr cagà au lièch.Nostes counselhès s'en sount avisats, e an decidat la Coumpaniè à bailà 40 sòus : acò vai dejà milhou. I'a pamens quicon que digus a pas fach remarcà :

lous emplegats moubilisats dau tram tocoun pas res de la Coumpaniè. Lou Rambal es pas tant generous que fossa establissaments, qu'an mantengut à soun persounèl jout lous drapèus un pichot floc de sa paga ou de soun trata- ment. Amai l'ecounoumia siègue una bona causa aqui i'a una ecounoumia qu'auriè pougut s'evità.

tems en tems,

garganta !

i'a lous ourages

»

Mais

LûU PûURTIÈ

DAU C ASTÈL- D 'A IGA .

Teatre e Musica

Lou Councert Loyonnet

Dilus 13 de mai, sala das Councerts. Bèu councert, mès pas prou bella sala. Es vrai que fossa amatous mountpeliòi- rencs sount amoundaut, à la musica dau canou; e dins lous Clapassiòs d'aucasioun que la guerra nous manda, i'a mai que mai d'amatous pèr la musica de cinemà. Bon prougrama, e ben coumpausat; caps-d'obra e obras interessanlas. Lou Coucut de Daquin, ben caraterisat, emé sous conlrapounls bastils tout autour dau crid de I'aucèl, es una pichota mer- velha. Lous Tendres plènlis de Rameau sount charmants — amai Rameau a fach milhou; couma leu Calalan Granados a fach miíhou que la Dansa que nous an bai- lada d'el; en revenge, quanta vida e quanta coulou dins Fèsta-Diéu à Sevilla d'Albenlz ! E dins lou St-Francés sus las oundadas de Liszt — brusent que bru- sent — empacha pas que i'a d'idèias fort bellas, mèma que Wagner s'en es servit.

La Sounata de Scarlatli, obra tout ple viventa, es curiousa e d'un grand interèst pèr l'istòria de la forma (Aquela « sou- nala » en urï soul mouvament es estada batejada à-m-una epoca ounte la forma sounatenca òra pas 'ncara definida; re- verla pulèu una « seguida» : l'unica idèia espausada à la tounica vai vers la tounali- tat vesina, e d'aquesta vai vers la touna- litat prencipala). Las Tres vièlhas cansous francesas sount poulidas, mès sans mai de valou musicala — pulèu mens — que fossa d'autras de la mèma epoca. Pèr esemple,- dirai pas ce mèma de las Tres meloudias moudernas (Duparc, Bordes, d'Indy) urousament causidas e amirablament espressivas chacuna dins soun genre. Cansous e meloudias an troubat emé Mma Malnory-Marseillac una interprèta

à la vouès pas 'ncara belèu d'à-founs

assegurada, mès perfèla couma dicioun

e musiciana acoumplida. Rediguen, sans mai, nosta amiracioun davans la bèutat de la Sounata en la

majour de Beethoven— amai siègue pas tant musicala que sas sounataspèrpianò;

e pèr la Balada, lous Preludas, las

Estùdias de Chopin, doulent, delicat, sublime, desourdounat de fes — d'un bèu desordre qu'es pas un « efèt de l'art»

mès la libra esplousioun dau genia. M. Pau Loyonnet es un brilhant pia- nista, un musician inteligent; sa joui- nessa fai mai que de proumetre, tèn. Es daumage que, sus soun vioulouncella,

M . Pau Mas siègue estat tant afrejoulit.

— Lou MUSICAIRE

REBOUSSIÈ.

La valhenta troupa de l'Operà

Aquela troupa valhenta s'es ameritada, i'a quaucas senmanas una citacioun elou- uenta. Seriè daumage de la quità per- re ; la vejaici :

Dans un but de décentralisation artistique, et autorisé par M. le Ministre de l'Instruction publique, l'Opéra va prochainement entrepren-

dre

France.

une tournée

dans nos grandes villes de

Aquel « coumunicat», me dirés, a pa- regut au moument que la grossa Bertha coumençava de toussi. Es vrai ; mès

pichot

asard Autfament serièbe 'stounant, que lous Bòchous agèssoun fach quicon de ben — mèma sans ié tirà

E la valhenta Réjane

Es be dich de « tène », e mèma « jus- qu'au bout», mès Mma Rejana passa

l'osca ! Nous 'n sèn renduts comte, l'au- tra quinzenada, qu'a dounat au Teatre una mièja-dougena de representaciouns. Dins lou nombre, ben enlendut, Madame Sans-Gêne ; an be rasou de dire qu'acò's soun triounfe : Rejana es sans gèina que be talament. E, couma dis — à quicon

proche — lou pasde plesi

I'a'n public, dise pas, prou desoubrat pèr anà badalhà ou s'endourmi davans la banalilat ou lou sotige de pèças couma Trains de luxe (que fai pas dessoublidà Education de prince) ou La 13 e chaise (qu'es un Monsieur Beverley passat sur

la raca). Aquel public, en mèma tems, es

trop ounèste ou trop indiferent pèr saquejà tal outal vièl tablèu qu'es mòma pas ben encadrat. Mès s'en pensa pas mens, e lou cau pas prene pèr un àpi, sufis que vai, curious, quand l'aucasioun se fai, relucà las anti- quitats parisencas. — J.-S.-P,

prouvèrbe : à sans gèina

acò's

un

asard,

un

malurous

Pèr Proucuracioun

A un VHamandenc, en permis- sioun pèr lou batejamen de

soun

darniè nascut.

.

Lou coulounòl que coumanda lou

a Regiment de ligna à Salounica reça-

a Coum-

paniè la demanda d'una permissioun à titre ececiounal pèr un de sous omes que

sa fenna veniè d'avudre un efant. Couma lou coulounèl sabiè qu'aquel

ome òra dins soun regiment dempioi mai d'un an e qu'aviè pas agut de permis- sioun, lou cas ié paresquèt bizarre e faguòt mandà lou pialut pèr pourre l'in- terroujà. Lou pialuf arriba davans soun chèf.

— Alors ! ié fai lou coulounèl, siès papà?

jèt un jour dau capitànì de la

— Oi ! respond lou pialut.

— Mès, couma se fai acò ? Siès dins

moun regiment dempioi mai d'un an, as

pas agut de permissioun

— Vous vau dire, moun coulounèl, ié

rebèca l'ome, quand 'quitère lou depaus

, couma sabièi qu'en venguenl aici aurièi pas de permissioun pèr acò faire, cer- quère un mouïèn pèr espousà ma fian-

i'a un an, dUvièi me maridà ;

de M

çada tout en estent aici ; e tres meses après moun arribada clins voste regiment me maridère pèr proucuracioun.

— Coumprene U coumprene ! fai lou

coulounèl tout sourrisent; acò fai que ara siès tabé papà pèr proucuracioun.

— Es acò, moun coulounèl, respond

lou pialut countent couma un Pierre.

— Ebé, va pla ! Auràs ta permis-

sioun ! I ! Pioi, à part,- quand lou pialut a virat

l'esquina : « Es encara un mouïèn couma

un autre d'avudre d'efants.

»

CATAGNA DE VILAMANDA.

Jousè TEISSIER

Quauques meses à pena après soun segne paire, Jousè Teissier vèn de mouri, à 32 ans, à l'Espitau militàri de Versalhas. La traita mort, que l'aviè quitat tournà dau front, lou guèitava dins un cantou de caserna,

e l'a 'mpourtat en quauques jours. Es una

granda tristessa pèr lous que l'an counougut,

e aimat — car èra, autant qu'una inteligença

viva e un esprit ouriginal, un cor larjament doubert à l'amistat. , 1 Escoulan dau Pichot-Semenàri e dau Licè,

licenciat ès letras à 18 arts, estudiant à nosta Escola de Drèch, Teissier quitèt Mount-Peliè pèr èstre proufessou, pioi redatou au Ministèri, de la Guerra, ounte la moubilisacioun lou troubèt. Mès toujour soun souveni ié demourèt fidèl ; nostes amics das Campaniès de Paris n'en pourrièn pourtà temouniage. La prouba de soun arderous miejournalisme demora, d'alhurs, díns mai d'un de sous articles; venèn de n'en relegi quauques-uns — un sustout, ounte Teissier parla d'aquela guerra que lou duviè tugà — em' un samboutiment que se pot pas deflni. L'obra esparpalhada d'aquel artista — car Teissier pintrava e dessinava em' una visioun clara, justa e ben persounala — serà acam- pada un jour. Aquela obra gardarà sa memòria

e ounourarà soun Clapàs, amour de soun cor

que i'aviè fach dire aqueste mot sublime :

« Se

mourisse en aquesta guerra, se moun

cors pot pas èstre entarrat dins moun Clapàs, plantàs-me una pèira au cementèri ou dins las garrigas emé moun noum, pèr que i'age au mens un souveni de iéu dins la Vila qu'aimave tant. »

Nostes regrèts s'unissoun à la doulou das que plouroun Jousè Teissier.

La Crisa dau Tabat

Amai siègue pas un fumaire, ai pas jamai delestat lou fum dau tabat. Au countràri l'audou d'un bon cigàrrou me delècta e me crese, mai d'un cop, trans- pourtat dins lous nibous. Mès l'autre jour en dintrant au cafè de

Duranteta, sus la plaça de l'Avescat,

manquère toumbà à la renversa ; pas qu'agèsse fach un faus pas, nàni, mès de l'audou que me mountèt au nas. Un fum !.,.vous dise pas qu'acò ! L'In- terèst-loucal que monta la rampa de Pinetn'en fai pas la milat; e una sentou à vous faire troubà mau ! Se senlissiè de tout, mès pas de tabat. « Hé ! pardi, me diguère, pensaves pas

pus à la crisa !

» M'assetère un mou-

ment amb' una taula de fumaires e après agudre refrescat lou fanau, seguiguère lou mouvamentde quatre amics qu'après

agudre fach sa part de fum, sourlissièn un pauc pèr prene l'èr sus la plaça.

— Ebé, Janot,faguère au « Grandàs »,

dequé fumes, tus ? •

— M'en parles pas,moun amic,i'a tres

senmanas que fume de mil ! mès sentisse qu'ai lou gousiè empourtat! »

— Perdequé siès tant sot bougre, ié

fai Simoun « lou Borgne », fumes pas

que de saloupariè ; ensacha la mauba ou ou lou tilhul, couma iéu e t'en troubaràs milhou !

— Iéu, faguèt Toumàs « lou Camard»,

ai fach la cassa à toutes lous ancians paraplojas que dourmissièn, desempioi moun grand, dins lou palhè, e fume las balenas ! acò me rapella que, quand ère enfant, ai manchat, pèr acò, mai d'un emplastre sur las ancas ; mès saique ma fenna ausarà pas n'en faire autant ara !

Pascal « lou Goi » qu'aviè pas 'ncara plaçat soun mot, diguèt:

— Iéu fume quicon qne se m'en caliè

dire lou noum, serièi ben embarrassat !

Dequ'es acò ? faguèren toutes.

Acò's

acò's

de

de

de calié-

cous

de calico

de

calas

de

tus

quane salle noum i'an foutut ?

— Vos dire à'eucaliptus ?

— Justament I acò's acò ; amai qu'es

bon, qu'empouisouna pas couma toutas vostras saloupariès !

— Iéu, diguèt Seba « lou Bourrut »,

sauprai

pas jamai dequ'es la crisadau

fumà !

L'agachèíen toutes ambé d'iols couma de boulas de lotò. Alors, de soun plan de sapina, nous diguèt :

— I'a trenla ans que sièi maridat e i'a

, entendens-nous ! e me caudriè sanjà de fenna pèr counouitre la crisa ; amai belèu, farièi pas que sanjà de pipa! Couma cacalassaven de bon cor, Marti « lou Ventrut » passava amb' una mina de tres pans de long.

dequé fumes, tus ? ié

faguèt « lou Grandàs »,

— Ah ! moun paure. pas qu'à me veire

que i'a de tems que

pipe de nèflas ! Sus aquela replica anaven dintrà pèr faire una manilha, quand la jouina Isa- bella, la filha de Duranteta, qu'aviè tout escoutat, nous cridèt de dessus la porta : « Iéu, voudrièi que lou diable vous empourlèsse toules e que troubèsses pas pus res pèr fumà ! Couma acò ma maire me reprouchariè pas pus de m'em- brouncà amb' un fum de pipa ! »

duves coumprene

trenla ans que fume la pipa

sans tabat,

— Ebé,

Marti,

(Le Réveil Agalhois)

LEBREVER.

La Crisa dau Ghocolat

— Adiéu, Marioun, d'ounte sourtisses?

Chabal! i'a un pauc que t'avièi pas vista.

A prepaus, as de nouvellas dau gendre?

— Oi, oi, vai ben. Es toujour dins aquela pudissina de Salounica.

— Dequé vos, se creses que dau cous-

encara, ié

tat

fai bon.

L'essencièl es de i'arribà e i'arribaren.

— Ounte vas couma acò? saique vas

à la plaça?

de

Soissons,

I'a

de

e

pus

foutraus

naut

pertout, veja.

— Oi.

— Diga-me, dequ'es aquel moulou de

mounde que vese chaca dijòus, plantats

St-

lantost dins la carrièira dau

Goubernament ?

Guilhem,

davans

un

magasin,

lantost

dins

que

van croumpà de chocolat.

— Ebé, bota, iéu cresièi que ié douna-

voun quicon à gràtis. Coussi fan la queta en esperant d'ouras entièiras pèr

de chocolat que pagoun ? Perdequ'es pas

las espicièiras que lou vendoun couma

fasiòn avans?

— Ah ! pecaire ! aquela guerra aurà

tout sanjat. S'encara las causas sanja- voun en ben, acò seriè pas res. I'a un autre endrech, pas liont de la plaça, ounte donoun de chocolat, mès aqui câu croumpà quicon mai, se n'en vos, e le lou fan salà. Veja, iéu, s'ère lou maire, requisi- ciounarièi tout lou chocolat que se fabrica au Clapàs e tout lou qu'arriba

de defora e pioi farièi una carla perqué

chacun agèsse sa part. Antau las fennas que travalhoun tout lou jour pourrièn avudre de chocolat pèr dounà à sous enfants, noun pas que s'en passoun lous tres-quarts dau lems.

— Acò, ma mia,

es

de

mounde

— As rasou, Lisa. Tè, counouisse dins

moun quartiè de fennas que fan pas res

de tout lou jour e que chaca dijòus van lou mati encò de Malta, l'après-dinnà encò de Meulon. Antau, couma ié van emé sous pichots, ramassoun dòus ou tres kilòs de chocolat pèr senmana.

coumprene be ! mès se tra-

valhoun

— Emé sa maissa, e n'en fan pas una

fenianta. Tocoun sa loucacioun, e pioi

tiroun à drecha e à gaucha, que sabe

pas

— Acò's vrai: i'a de mounde que touta

pèira ié fai cantou. Mès dequé podoun

faire de tout aquela marchandisa ?

— Ah! vejaqui, dequé n'en fan ?

Pardiéu !. Pos creire que se nourrissoun

pas pas que d'acò.

pas à coum-

prene. Aqui dessus te quite qu'ai ma soupa sus lou fioc e que vole pas que

vèsse.

lou

bonjour à toun ome, es toujour chès

Fauquiè ?

— Te

pas,

couma

se

manjoun ?

couma

petassoun.

— E pioi, bola ! cerquen

— Adiéu

Lisa,

au

reveire,

dona

— Oi, oi !

— Adiéu, Adiéu !

— Adiéu !

*

CHARLOU

DE

L'UNIVERSITAT.

La senmanada passada, à Mount-Peliè, dins sous bèus 80 ans, es defuntada Dona Maria Fabre. Era la grand, aimada e venerada, de Jan Bardin, qu'aviè aprés à soun escola l'amour e lou goust de U lenga mairala e das vièls contes dau terraire. Nous assoucian d'un cor amic au dòu qu'entristesis noste coulabouraire e sa familha.

Nostes Souldats

Aqueste mes de mai nous porta una urousa nouvella ; rejouïrà nostes amics., mès lous estounarà pas : Louvis Bonfils, lioctenent au 319ma, es estat noumat capitàni. Aquel nouvèl galoun counsacra un cop de mai de qualitats d'inteligença, de courage e d'energia que counouissèn e qu'amiran; ce que, mai que tout, nous agrada, es de lou saupre larjament meritat. Filhou ti'oubarà aici, à-m-aquela aucasioun, lou temouniage, renouvelat emé grand gau, das sentiments qu'a pèr el, au milhou de soun cor, la granda familha dau Gal.

Avèn aprés emé lou pus grand plesi la prou- moucioun au grade de capitàni dau lioctenent Francés Panis, de St-Bauzèli-de-Mountmèu ;

e la nouminacioun couma lioctenent das jout- lioctenents Antôni Calvet, de Mount-Peliè, e Albert Caugez, de Paulhan.

— Sèn estats, tamben, urouses d'aprene lou

passage de la 2ma à la lra classa de dous

Clapassiès d'adoucioun : lous ouficiès d'ami- nistracioun Pèire Arnal, noste counfraire de l'Eclair, e Marcel Zucarelli, coumandant lou depaus de la 16ma secioun C. 0. A.

— Mandan toutes nostes coumpliments as

valhents Mount-Pelièirencs : Armand Caillet, capitàni au 122ma territourial, noumat chivaliè de la Legioun d'ounou ; Pau Gayraud, jout- lioctenent au 52ma coulounial, e lou lioclenent Jôrdi Michel, citats pèr lou 4ma cop ; lous capitànis Enric Frey e Maurice Bruel, dau 142ma, cítats pèr la 3ma fes.

— Sount encara estats citats pèr lou tresenc

cop : lou jout-lioctenent Estièine Gourou, de

Flourensac ; lou mèstre-pountaire Jousè Cal- mels, de Jounquièiras (noumat bregadiè). Lou

mèstre-oubriè Jôrdi Doumergue, dau Causse- de-la-Sella, es estat pourtat à l'ordre pèr la segounda fes.

— Felicitan de bon cor nostes amics e abou-

nats : Camilla Galonnier, de Bassan, citat dous cops e noumat serjant; Louvis Jougla,

dau Poujòu, citat e noumat bregadiè ; e Jousè Vincent, mèstre-pountaire, que vèn de se gagnà la crous de guerra en Italia.

— Vènoun mai de descroucà la crous de

guerra : lou mèstre-pountaire Jôrdi Bouillon, Louvis Jeanjean, lou bregadiè Pèire Millau, lou canouniè Enric Barthez, de Mount-Peliè ;

Andriéu Sónégas e Pèire Lavau, de Beziès ; lou sapur German Fairand, lou capoural cleroun Leoun Trensolet e lou bregadiè Louvis Horard, de Ceta.

liasou Jousè

Huguet, de Castel-Nòu-Iou-Lez ; lou telefou- nista Francós Laporte e lou sapur Antounin Fóvrier, de Pradas; Jousè Lignon, de St-Just; lou granadiè Jan-Louvis Sóguy, de l'laissan ;

lou capoural Marcellin, de St-Jan-de-Vedàs ; lou canouniè Estièine Vaillant, de Ganges.

— E pioi enfln : lou fusiliè-milralhaire Emila Lautier, de Cessenou ; lou zouava Francós Debayle, de Pegairolas-de-l'Escaleta ; lou canouniè Louvis Négrou, de La Bouissièira ; lou mèstre-pountaire Emound Soulas, de Mount-bazenc ; l'agent de liasou Estièine Liquevaques, de Vila-Nova-ras-Magalouna ; lou territourial Teoudora Clapiès, de Mèza ; lou serjant-fourriè Louvis Fabre, de Froun- tignan. A toutes, nostes francs coumpliments.

— Au darniè moument, aprenèn la citacioun

de noste amic e coumpatriota Clapassiè Ramound Lignières, dau 319ma, que felicitan sincèrament.

— E pioi encara : l'agent de

L'AGENT

DE

LIASOU.

i»-a i «»« n

■■■i

— -

EN

MEMÒRIA

4SBEBSSBBBBBBBSSSÊÈSBÌ?

Das Mount-Pelièirencs : Ramound Auger, Sfc J , capitàn i a u 81m a ; Prouspe r Cluze l (19ma artilh.); Marius Crès, capoural au 142ma; Louvis Arbieu (96ma inf.); Estièine Baífie ; Jan Tarroux (2ma genia); Aimat Charreyron, ï , capilàni au 322ma territourial ; Leoun Dainat (3ma inf.); Louvis Saunal, matelot mecanician; Augusta Carriol, capoural au 112ma; Marius Trauchessec (9ma artilh ); Edmound Braunscheig, capoural au 123ma.

— Dau coumandant Banal, $ (lè tiràlh.

mar.); Marcel Singla, mai-echal-das-Iougis pilota-aviatou ; lou marechal-das-Iougis Enric Tastevin, de Beziès.

Ecole "REMINGTON"

STÉNO-DACTYLOGRAPHIE

Dirigée par Mademoiselle MAGLIO

LEÇ0NS,C0URR1ER

TRAVAUX

de

MACHINE

8, Boulevard Victor-Hugo

MONTPELLIER

Siègue civil, siègue souldat,

Se vos èstre ben abilhat,

Avudre de façouns milhounas

Que lou pus fringant embuscat,

Vai au talhur tant renoumat

De la Plaça de las Coulounas :

BRAYE

5, Anciana Plaça

de las Coulounas

MOUNT-PELIÈ

— Digàs,

D'ounte vèn lou renoum

De l'atalhé Causse-Fedièira

— Es qu'abilha

Marioun,

embé goust,

Soulide e d'un pris dous

Bons Miejournaus, Mairinas de Guerra!

Abounàs-vous au " GAL ,,

Abounàs-ié vostes pialuts.

Mandàs-nous d'adrèssas de souldats, que ié mandaren autant lèu quauques numerots.

VILLE

DE MONTPELLIER

THÉNÉE-CINEMA

13, Rue Boussairolles, 13

TOUS

(Sauf

LES

le

SOIRS

Mardi)

"^N

Représentations a 8 heures et demie

MATINEES :

Jeudis,

Dimanches et

Fêtes

Spectacle recommandé aux Familles

Films Artistiques des Premières Marques

Orchestre Symphonique Qap-pumoip au Sous«Sol

Consommations

de

Premier Choix

CANS0US

E

MONOLOÛAS

CLAPASSIÈS

Lou Sermoun de Moussu Sistre e lou Gipiè cagaire, de l'abat Favre; las Erbetas, de

Marsal; la Font de Sant-Berioumiéu, l'Amour fai passà lou tems e las Grisetas de Mount-Peliè,

de B. Gaussinèl; la Serenada dau Clapàs, de A. Henry ; las Bugadièiras, de Jounquet; lou Lasert.

Quatre dessens de Marsal. Tirage sus bèu

papiè. Costa : 5 sòus. S'adressà as depausi- tàris ou à l'Arainistracioun dau Gal. Maudat à gràtis à tout nouvèl abounat,

La RE VUE MERIDIONALE DES ÍDEES

Mensuelle. — Illustré e

13, Cours

MONTPELLIER Gambetta. — Téléph. : 4-30

L'EXEMPLAIRE :

0

fr. 50

ABONNEMENT:

6 fr,

Imp. L'Abeille, 14, av. de Toulouse, Montpelliér.

Se voulès de poulits

emprimats, anàs tout drech

à l'Emprimariè l' "Abelha ",

14, Avenguda de Toulousa,

à Mount-Peliè.

Les Grands Magasins de Nouveautés

PARIS- MONTPELLIER

sont sans contredit les mieux assor- tis et vendant meilleur marché que les plus grandes Maisons de Paris.

Lou Gerent: MILA-OMES.