Vous êtes sur la page 1sur 426
4 MYSTIQUE - DIVENE, NATURELLE ET DIABOLIQUE, PAR GORRES, | OUYRAGE TRADUIT DE L'ALLEMAND PAR oe M. CHARLES SAINTE-FOI. XS TOME PREMIER. PARIS, MV" POUSSIELGUE-RUSAND, LIBRAIRE, AVE SAINT-SULPICE, 23. MDCCCLIY, PREFACE DU TRADUCTEUR. Loraque Villustro auteur de l’ouvrage dont nous donnons la traduction commenga ses legons sur la mystique, beaucoup se demandaient s'il était utile et important de traiter un tel sujet. C’était quelque chose .de bien étrange, pour un siécle accoutumé, comme le nétre, 4 ne considérer que les phénoménes de Vordre naturel ot sensible, de voir un homme a qui lon ne pouvait refuser ni la science ni le génie sonder avec une pénétration merveilleuse les mystéres les plus profonds de l'ordre surnaturel, aprés avoir parcouru en quelque sorte tous les domaines de la science. En effet, il n’est pas une seule branche des connaissances humaines que cet homme n’ait étudiée, non d'une maniére suporficielle et en amateur, mais en savant, avec une patience et une application soutenues. Aussi il n’est presque pas de sujet sur lequel il n’ait laissé quelque ouvrage qni témoigne de Vétendue et de la profondeur de sa science. Né a Coblentz fe 28 janvier 1776, ses études farent interrompues pas les guerres de la révolution .fran- guise , dont il embrassa d’abord les idées avec ardour. A peine dgé do vingt ans, il montra dans les clubs et dans les assemblées populaires une dloquence peu commune en Allemagne, et s'acquit bientdt la répu- tation d’un grand orateur. ll écrivit onsuite un journal intitulé (a Feuille rouge. Son impartialité, son éner- gio et son désintéressement tui gagnérent tous les cours. Cependant /a seuille rouge fut supprimée, a cause d’un article dont Ic prince de Hesse, alors ré- L 1 3 PREFACE DU TRADUCTEUR, gnant, s’était trouvé offensé. Plus tard, le désir d’as- surer le gort politique des provinces rhénanes enga- gea les patriotes de la rive gauche du Rhin a demander la réunion du pays a la France. Gorres partit done on 41799 pour Paria, 4 la tdte de la députation chargée.de faire cette demande. Mais la révolution du 48 bru- mairé étant arrivée aur ces entrofaites, la députation ne put pas méme obtenir une audience du promier consul. Gorres, & gon retour, fut telloment dégodté de la vie politique qu'il accepia la place do professeur Whistoire naturelle et de physique a I’éeole secon- daire de Coblentz. Il n’avait encore quo vingt-trois ans. C'est alors qu'il écrivit ses dphorismes sur Cart; ses dphorismes sur Porganonomie ; son Organologie, ot son livre intitulé Moi et scvence. En 1806, il alla 4 Heidelberg, of ses lecons fui attirerent un grand nombre d’auditeurs. Hl pubtia, avec Brentano et d’Ar- nim, vo journal intitulé le Solitaire, et lea Livres populaires alternands. De retour a Coblentz en 4808, il se livra a l'étude do fa langue persane, et publia son Histocre des my thes de CU Asic. I Cuudia également Ja poésie du moyen age, et particuligrement les Iégondes et les potimes heroiques de |’Allemagoe composés a colto époque , et il donna une preuvo de sa science profonde en ce genre dans l’introduction qu’it publia a la téte de son édition du Lohengrin en 18413. Maia bientdt les évé- Hements qui survinrent aprés la campagne de Russic réveillérent son ardour patriotique , assoupie jusque- ta par les dégouts qu’il avait éprouvés. Il devint mem- bre de cotte association fameuse connue sous le nom de Lugendbund, Cest alors qu'il publia, en 4844, le Mercure du Rhin, C’était un journal comme il n’en EE LE Be a ec