Vous êtes sur la page 1sur 4

Quatrièma Annada. — N ot 74

Redacioun: 23, Carrièira das Patriotas

MOUNT-PELIÈ

» Ai las !

i'a de fes qu'hou es pas que írop. Lou 11 de jun escrivian, dins l'arlicle qu'a paregul en lèsla de noste numerot dau 15 : « Amics que soufrissès mila soufrenças e qu'asariàs la tnort à chaca se-

gounda de la nioch e dau jour Aquel mèma jour nosle caris-

sime Filhou toumbava mort, tugat rete d'una bala alemanda, à la lèsla de sa coumpaniè.

Filhou es estat

La man nous trambla e

« L'esprit es messagè

»

Filhou es mort

lugai

lou cor nous dbu en escriguenl aqueles mots ourribles. I^ou terri-

ble malur, que nosla amistança vouliè creire impoussible, nous sarra e nous estren dins Vestoc de sa realitat brutala ; pesa sus nautres lou fais trop grèu d'una veritai trop crudèla. E', joul lou cop que nous assuca, ninoun avèn fesprit prou libre, ninoun avèn lou cor prou siau, pèr rendre à Filhou d'autre ou- mage que lou de la tristessa qu'emplena nostas amas. Lou dòu que cargan ioi es das que quitoun,

pèr loujour, un creche dins lou cor.

trop au cop en perdent

Filhou : lou coumpan afeciounat, galoi e amislous cle nosta joui- nessa, lou felibre arderous, ple de gaubi e d'enavans, qiiaviè lar- jament — à la Campana, à la Lauseta, au Gal — fach sas prou- base bailat maique deproumessas, lou souldat valerous, erouïc emé tant de simplessa, qu'èra, pèr lous enfanis dau pople clapassiè, un esemple e una ounou. Davans la mort afrousa de tanl de força e de valhença, de lant d'amour e de tant d'espèrs, nosta doulou e nostes regrèls sount pus forts que nosie courage. Sentissèn couma « soul lou si- lença es grand » e couma toula paraula es vana. E quitan lou vanc à Velouquença amara de nosles plours

Perdèn

Lou GAL.

C.I.D.O.

BÊZIERS

Canta lou lè

e

Lou Numerot : Tres

Sôus

lou

La darnièira letra de nosle paure grancl amic es dalada dau 8 de jun, e mandada à sa fiançada; ie' disiè : « Nous sommes préposés à la défense d'un point culm'inant, et, si nous ne sommes pas tous morts, les Boch.es y laisseront des plumes. » Maugrat la nèbla d'aquela negra pressentida, tout lou rèsta de la letra es meravilhous de sang-frech e de

mès aici, quiten

parlà lou lioctenenl-coulounèl couman-

libertat d'esprit. Lou 9

dant lou regiment:

Le 9 juin, nous avons été engagés dans la bataille. Pendant quatre jours, les combats se sont succédés sans interruption, chacun faisant largement son devoir et au delà. J'ai eu l'occasion de voir à l'oeuvre le capitaine Bonfils, et de constater avec quel feu, avec quelle ardeur il donnait ses ordres et condui- sait son combat. ,Ie ne saurais trop faire son

éloge. Le troisième jour de bataille, le 11 juin, nous étions fortement pressés par l'ennemi auquel il fallait interdire à toutes forces le

passagé du M

gràce à la bravoure, à l'activité combative déployées par tous. C'est là que le capitaine Bonfils s'est distin- gué tout particulièrement; qu'il s'est montré véritablement héroïque. C'est là malheureusement qu'il a glorieuse- ment succombé pour la Patrie.

Nous y sommes parvenus

Es à 5 ouras dau tantost qu'una bala de mitralhusa dins la gorja lou tuguèt net'; soun cors, sauvat pèr lous brancar- diès, seguèt traspourtat à l'arriès e entarrat dins lou cementèri coumunal de

, Quoura e couma nous serà permés de flouri la toumba que lou garda, e de i'agi-

noulhà nosta amislat e nosta amiracioun adoulentidas ? Quau hou sap t Mès un debé sacrat nous coumanda de gardà e d'ounourà longamai la memòria de Filhou; e ges de mounuments la ser- varan pas milhou que lou qu'el-mèma a aubourat, emé sa vida e sous escriclis. Anan reculi sous Tablèus de Guerra e las Letras amirablas que nous mandèt dau fronl, e lous edilà pèr souscricioun. La doubrissèn ioi emé l'espèr de pourre lèu, dins las pajas qu'escriguèt au fioc de la batalha, senti reviéure un pauc de l'ama erouïca,galoia e tendra de louqueplouran.

B

à 4 tciloumèstres de C

15 de Julhet

1918

Louvis BONFILS

Capitàni au 319 ma regiment d'infantariè es estat tugat

lou

11

de

jun

1918

Pèr un dôu coumo aquéu es pas proun íou ploura.

F. MISTRAL {Mirèio, cant XII.)

15

de chaca mes

Abounament : 4 francs l'An

De bons Patriotas

Jout aquel titre, un de nostes coulabouraires de ioi publicava, Iou 23 de jun 1913, dins

« la Paja en Lenga d'Oc » de VEclair, aqueste article que revèn tristament d'atualitat. 1

Se festejava, i'a quinze jours, quaucuh qu'el tamben a manifìcament oubrat pèr lou renoum e la glòria de Mount-Peliè :

M. lou decan Vigiè, qu'a counsacrat à nosta Escola de Drech mai das tres-quarts de sa vida d'ome. E, pèr láusà l'èminent proufessou au noum de la ciéutat que n'es devengut pèr adoucioun un das milhous ciéuladins, es Moussu lou prou- fessou Grasset que pourlèt la paraula. Grasset! fìl glourious de la vila sabe- ruda, que trop aiinèt sa maire patria pèr la voudre jamai quità ; que bailèt tout enliè à nosta vièlha Facultat, en oùmage devol, lou tresor de sa sciença ; que realisèl pèr soun comte la dicha mislra-

lenca:

Bon de vantà l'Itàli, Pamens à Sant-Pantàli Se nasquères aqui, Vau mai se pas langui.

à

Mount-Peliè. Lous grands e lous forts an

pas de besoun de coussejà la glòria : es ela que lous acoutis, e que lous aganta un jour N'avèn agut, i'a pas longtems, una nouvella prouba, quoura l'Academia francesa courounèt d'un lauriè d'or lou front dau genial cabassut qu'es En Jousè

Grasset. Aqueste, dounc, diguèt — en mitan de

foça autras bellas causas — dins soun discours à la lausenja de moussu Vigiè :

qui

aimènt leur province ». Simpla frasa, linda e clara couma lou pus infalible diagnoustic. Mot eternamenl vertadiè que nous fai gau d'ausi dins una tala bouca. Nous remembra lou mot dau noble e fièr catalan Milà y Fontanals :

« No pot amar son païs que no estima sa

Bon

de

vanlà

Paris !

El,

restèt

« Seuls aiment leur

patrie

ceux

provinça. »

Lous

grands

esprits

se

rescontroun,

dis lou

prouvèrbi. De cops que i'a,

pèr

asard, lous prouvèrbis

an resoun

Aministracioun: 14, Avenguda

MOUNT-PELIÈ

de Toulousa

x\i pensat d'ausida au bèl afourisme dau doulou Grasset, en reçachent de vostas nouvellas, pichots souldats que servissès en Corsa. Que, venguts toutes do Prouvença ou de Lengadoc, avès gar- dat dau païs nadalenc, la pus piousa sou- venença.Vautres que, jouta Ia calounassa qu'assuca, dins la poussièira e dins lou vent, oublidàs la fatiga en canlant :

Enfants de Mount-Peliè, la Fonl de Nimes ou lou Maset de Mèste Roumiéu.

Clapassiès de l'Aira-de-Fèu ou dau Courrau, païsans de Lunèl, de Frounti- gnan.e de Vendargues, e d'un pauc tout lou' terraire miejournau, que de longa parlàs la lenga de voste brès, e lou vèspre à l'eslapa canlàs las cansous dè nosta encountrada Illustràs à miranda la pensadà famousa:

« On peut sauver son pays, môme en par- lant patois. » S'on lou pot sauvà, on pot lou servi, saique?— Es ce que te siès dich, capoural que fas cn lenga d'Oc la leouria as Baiòus de loun escouada, e à quau un ouficiè escriviè l'autre jour :

« Avès resoun; s'agis que fagués de bons souldats pèr la França. »

toutes, que 1 Ias

racinas las mai founsas dau veritable patrioutisme pousoun dins Tamour de la terra ounte on es nascuts, e de tout ce que tèn à-m-aquela terra aimada. Voste esemple revenja lous felibres de toutas las acusaciouns nèscias ou michan- tas; sès sous temouèns lous mai soulides, vautres, e contra-sinnàs Ia paraula tant justa dau paure Pau Mariéton— de quau lous felibres de Paris, dimenche passat, aubourèroun lou buste, dins lou jardinet de Scèus — paraula ben dinna d'aquel Liounès de naissença vengut felibre de co r : « E n un temps où. le patriotism e se meurt, nous l'avons rége'ne'ré dans sa

Sès la prouba, vautres

source. »

JAN-SANS-PÈU.

Lous souldats en questioun èra lous dau

lG3ma ; lou capoural que fasiè la teouria en lenga d'Oc s'apeílava Louvis Bonfils. Cinq ans an passat dempioi} e vejaqui que, pèr un triste rescontre, nous cau marcà dins lou mème numerot dau Gal la mort dau prou- fessou Grasset e la fin erouïca -dau capitàni

Bonfils.

E, jalous de mouri, courrian au chapladis

Pèr apara lou noum de Franço

F . MISTEAL {Mirèio, cant VII).

Pensadas de Pialut

Las gens que parloun de la guerra sans jamai avudre lirat un cop de fusil ou ausil lou canou de proche me fan l'efèt d'aquelas fìlhetas que cresoun de counouisse lou maridage perdequé legis- soun lous roumans-fulhelouns.

*

Lou gradat que coumanda sous omes embé rudessa es pas soulide d'el ou

d'eles.

Lou pialut coumprend lous respe-

tables sentiments qu'encitoun lou païsan

à cultivà soun terren à dos ou tres lègas

de las lignas. L'amour de la terra parla

pus naut dins lou cor dau pacan que ï'islinct de la counservacioun.

*

deputals qu'an

de lems au front sount

eslats cilals. Es-ti à dire qu'èroun toules

passat un bricou

Crese

que toutes lous

braves ?

*

Aquesta guerra a desclassat las per- sounalitats. Avèn vist tal revouluciou- nàri de l'avans-guerra faire cranament lou cop de fusil, e lal gros patriota prene la riba gaucha dau Ren emé soun porta-plouma, au fioc de sa sala-

mandra.

quand après la guerra lou

pialut ausirà tal ou tal debità soun cate- chisme Barrèsenc ou Hervéïsta lou

laissarà desbatelà e pioi ié pausarà pas qu'una pichota questioun:

— Ounte sès estat moubilisat pendent

lou chaple? Veirés lou tablèu !

Atabé,

*

» »

A l'escola m'an aprés la simplifica-

cioun de las fraciouns. Es una bona metoda que se déuriè aplicà à la guerra. Esemple : redusés au minimum lou

chifre das pialuts de chaca caire de la barricada. N'arribàs à-m-un duèl entre lous mounarcas e goubernaires das Estats en lucha. Dins 24 ouras la batèsta seriè finida

e un banaslounat de sang à pena auriè rajat noun pas que, desempioi quatre ans, la terra n'a poumpat mai de 30.000 miochs dau mai pur e dau pus viéu. Aquel mejan es trop simple : l'emple- garan pas jamai.

*

Un pialut cargat de

soun bardà : fusil,

centuroun, baïounela, cartouchas, tèl.a

de tenda, couverta, souliès de recàmbi,

, tibant lou col en avans e ravalant la camba. Bailàs-ié un bidoun de dous litres de pinard, lou vejaqui d'aploumb. Aque- les dous kilòs pendoulhant darriès l'es- quina an reslablit soun equilibre. Vous assegure pas que lou garde longtems.

camina prou peniblament en

etc

'

■'

irtíjJ X';<">!.

•■■I

■*

"■■'" ■

-

Vii■ \* I .'*.!T.íó joiïí ' 'iu'i "

.1

tíoì

'

Lou qu'a pas viscut las ouras d'una

relèva una michanta nioch d'ivèr, jouta

la ploja e dins la fanga, sap pas dequ' es

la soufrença fisica e cau endurà un marmitage perloungat pèr counouisse

la soufrença mourala.

CAUSSOU

DE

L'OULIVIÈ.

Lou Proufessou GRASSET

Davans la toumba ounte repausa lou grand travalhaire que seguèt lou doutou Grasset, glòria de nosta Universitat, ourgul de noste Clapàs, nous es un debé de nous clinà, en un oumage pious e recounouissent. Pus lèu e milhou que nautres, de vouès elouquenfas e de ploumas autouri- sadas an dich la lausenja dau sabant e dau medeci, dau proufcssou e de l'es- crivan. Se pot pas res apoundre à- m-aquelas dichas ; nous 'n rèsta lou

sentiment pus viéu dau renoum nouvèl ajustat pèr lou doutou Grasset à l'anlic renoum de nosta Citat, e dau grame- ciment que, pèr acò d'aqui, s'amerilarà longamai sa memòria. Nautres, lausaren sustout lou Clapas- siè fidèl à soun Clapàs, membre afeciou- nat de l'Amicala das Enfants de Mount- Peliè e de l'Escola felibrenca dau Parage, lou Mount-Pelièirenc amourousit de la terra e dau cièl de soun païs. Sa de- voucioun mount-pelièirenca, lou doutou Grasset la prouclamèt mai d'un cop, em'una elouquença gisclada dau founs de soun grand cor. A l'epoca que se quitèt pourtà pèr counselhè municipal, en 1908, acabava antau un manific dis-

cours-prougrama :

Ce signe, c'est l'amour, je dirais presque

la passion de Montpellier.

Je vais peut-ètre vous faire sourire (que

voulez-vous ? dans Candidal il y a Candeur et

Candide), je pousse le culte de ma petite patrie

jusqu'à être amoureux, je ne dis pas seule-

ment de ma ville, mais de mon quarlier.

Né au plari du Palais, à còté du Peyrou, le

vrai et primitif Clapas, élevé au plan du

Palais, j'ai eu, un moment, quand j'ai, à

mon tour, fondé un foyer, j'ai eule désagrément

d'ètre hors de la vue du plan du Palais. Je me suis mis au travail, et je n'ai été heureux

que quand j'ai pu faire démolir les maisons

qui me séparaient du plan du Palais et que,

de la maison où je mourrai, j'ai vu la

maison où je suis né. C'est enfantin, direz-vous ? Peut-Ôtre ! Mais vous n'en rirez plus si vous y voyez

un symbole, le symbole de mon vieil et inlassable attachement à notre belle cité :

à Montpellier, où a été, pour la première fois, proclamée la liberté d'enseignement, par un

Guilhem; Montpellier où, pour la première fois,

les bourgeois du moyen àge ont proclamé les

libertés communales ; Montpellier où est la plus vieille et la plus glorieuse Université

de France, la capitale intellectuelle du vrai

Midi, la ville du beau soleil et du bon vin,

la ville des beaux entraìnements, des meetings

grandioses, la ville du Progrès dans la tradilion

et dans la liberté.

Quatre ans après, quand se festejèt soulennament lou trentenàri de soun proufessourat, saludava encara la terra de soun brès dins un bèu passage de soun discours que vejaici revirat en clapassiè :

Aquela chança que recoumpensàs ioi tant

maniíîcamen, s'es manifestada d'abord en

me faguent espeli, creisse e viéure à Mount- Peliè, aquela vila charmania e bella entre toulas

luminousa, tant

galoiamen e saventamen miejournala, en demourant pamens tant couralamen e tant

coumpletamen francesa, tant douberta à las causas de l'esprit, tant justamen glouriousa

de soun passat e tant legitimamen fisançousa

dins soun aveni. Sa campagna retrais, disoun, la de la Grèça ;

e couma Atènas èra entre Rouma e Constan-

tinople, Mount-Peliè, entre las Cevenas e la

mar, unis e resuma ce que la Prouvença e la

Catalougna an de milhou, tout en gardant e prouclamant sa persounalitat e sa fìèra ende- pendença ; sas aigas van pas au 'Rose nimai

à la Garouna, e s'escampoun tout drech dins

la granda Mar latina. I'a pas ges de merite d'avudre l'esprit dou-

bert à las causas de l'esprit, à l'estùdia de

la vida e das ètras vivents, quand las fadas vous en fach naisse e vous quitoun viéure

vosta vida entièira procha d'aquela Acroupola de Mount-Peliè, de noste Peirou, d'ounte lou païsage meravilhous que s'espandis dau Piè

de St-Loup à la Mieterrana rend toutes lous Mount-Pelièirencs amourouses daus bèus ouri-

zouns.

Sentissièn

qu'èstre nascut en França, es una noublessa. »

A Mount-Peliè, à-m-aquela noublessa d'èstre

Franceses, ajustan la flèra counsciença d'èstre

dau Clapàs.

las vilas, tant clara, tant

Lavisse

a

dich

en

quicon

:

«

Naulres qu'avèn, e que voulèn man- tène mai que mai, aquela « fièra coun- sciença d'èstre dau Clapàs », gardaren lou souveni de l'ome illustre que la prouclamèt — e ounouraren soun noum qu'aumenta las rasous de nosta fìertat.

Miejour a u Ma s

Tout es siau dins lou mas. Lou chin

à l'oumbra d'un amouriè rounca en

sourlissen la lenga, lei galina soula una carrela s'espesoulhoun dins la pous- sièira, lei chival dins l'eslable espous- soun la couga tout en fasen cracà

soula sas denls lou fourrage nouvèl qu'an à plen rasfeliè, lou sourel trai sei raiouns sus Ias blancas muralhas, un grand silença enmantella lou mas, es pas 'ncara l'oura de reprene lou grand, ìou san, lou bèu traval dei champs Dins la grand cousina fai quasi nioch, se ié trova pamens la tanla e quauques

omes que,

iols, fan

chouquela. Tout es siau dins lou mas.

Mès tout d'un cop un deis omes s'au-

lou

capèl

sus

lous

bouia, e de sa vouès jouina

brada crida : «An ! lous omes, lou sourel viia, es l'oura d'anà reprene nosle presfach ; fau mai anà traire de sulfata se voulèn avedre de pinard pèr adujà lei souldafs à sauvà la França. » Aquel rampèl es lançat pèr la vouès dau mèstre qu'una permissioun a ramenat au mas. Eiul'aquela vouès aimada, toules ieis omes sount lèu drechs, lou chin mèma ié respond pèr un long japa- ment que s'espandis dins l'èr e que fai cantà un cocorico escarabilhat à toutes lei jouines gals de la bassa-cour. De l'estable vèn, ara, toula mena de bruchs ; leis omes cridoun ei bèstias, lei

chivals mau-countents d'èstre derenjats bramoun en quitant à regrèt quauque brindilhoun de fen Lou mas, pèr un moument, es animat,

loutes lei

canfouns, dei muralhas, deis aubres, de

la terra mèma monta vers Iou cièl un

mouloun de vouès que se perdran à cha-pauc entre que lei carretas n'au- ran passat lou pourtau e que faran de mens en mens entendre soun bres- samen La tanta, de dessus la porta de la

cousina, regarda parti lei carretiès, mès regarda surtout lou jouine mèstre e pensa que la permissioun fìnida, lou mas sans aquela presença que ié dona, ioi, un pauc de vida serà 'ncara mai siau ;

e sentissent mountà dins ela una granda

melancouniè, la lanta rintra dihs la cousina en se remembrant la vida que se viviè au mas, que la guerra a inter- roumpuda, vida de païsan, bella e sana, vida plena de cansoun, vida qu'èra facha que dei jo'ías de la famiha e dau devé acoumplit.

La païsana en reprenent soun obra

e ben tim-

es en vida, sembla que de

souspira :

« Ah

!

couma

es

crudèla

la

guerra ! »

LA

FELIBRESSA DÓU VIDOURLE.

I Sôudard-Miejournau

Au Felibre

P.

AZÉMA.

O vautri Miejournau qu'is ouro sourno e gravo

Fagués bàrri de car au mié dòu chaplachòu, En aparant lou sòu lega pèr Iis aujòu Que l'eirège Alemand souto si pèd caucavo,

Quouro un pouliticaire escupigué sa bavo Sus noste vièl renoum de defensour sèns pòu, Aurias pouscu noumbra nosti famiho en dòu Plourant si bèus enfants que l'orro Mort raubavo.

Flour de noste terraire, o mascle de vint an ! Dins la lucho esfraiouso amount à la frountièiro, Mespresés simplamen uno escorno parièiro.

Lou

Li rouge dòu Miejour sus la terro galeso

Avien fa resclanti la bello Marsiheso.

lacbe parisen òublidavo qu'antan

Setèmbre 1914.

P.

V ÉZIAN.

La Vida au Clapàs

la darnièira sessioun

dau baccalaureat, un das tres sujèts de coum-

pausicioun francesa prepausats as candidats

es estat la questioun dau Lengadoc mieterra- nenc, que n'en parlaven dins noste darniè numerot.

Lous journals clapassiès an lausat aquela urousa iniciativa que prouba que i'a, dins nosta Universitat, de mounde que la voudrièn

rendre d'à-founs dinna dau titre d'Universitat

regiounala. D'autras proubas n'aurèn lèu, se n'en

cresèn una « intervievv » presa pèr lou Petit Méridional à un membre dau burèu de

proupaganda de l'Assouciacioun dau Lengadoc Mieterranenc, qu'anouncia un traval tout ple interessant de nosta Escola de Farmacia

sus la culida e la cultura de las plantas medicinalas de nosta regioun. D'un autre coustat, anouncioun la creacioun d'una sou-

cietat que vai espletà lou brevèt de M. Chaptal,

proufessou à l'Escola d'Agricultura, pèr l'uti-

lisacioun das gabèls à la fabricacioun dau

papiè. Aquela adaptacioun de noste naut ense- gnament à la vida regiounala seriè, soulide,

encara mai favourisada, s'a la tèsta de l'Uni- versitat clapassièira se troubava un ome

d'ativitat e d'iniciativa, embegut d'un esprit

nouvèl e amourous de las causas dau terraire

miejournau. Aquel bonur resca de nous escaire. S'es vrai ce que se dis, M. lou ritou Benoist

— qu'es pamens pas inamouvible — seriè

aici amai partit. E auriè couma succcssou un bon Miejournau dau Naut-Lengadoc qu'èra,

i'a pas longtem s encara, à Mount-Peliè

Nosta Universitat.— A

— Couma proufessou ?

— Nàni, coum a ouflciè. N'ai prou dich — e

belèu trop.

« Independen.ee Day ». — Mount-Peliè èra en fèsta dijùus 4 de julhet. Aviè mes à las

fenèstras toutes sous drapèus, drapèus de

touta mena e de toutas coulóus (se n'i'aviè

pas mai das Estats-Units es que n'en restava

pas pus dins ges de magasins). Ai mèma visl

un pavusament ouriginal fach de 5 ou 6 drape- lets de 10 centimèstres sus une tufera estacada

à-un-un balcoun : èra pas tant bêstia qu'acò,

e èra de circounstença. Lou magasis èroun barrats, lou cafès alan-

dats, i'agèt fossa mouvament, tout lou mounde s'es passejat (ou encafournat au cinemà !)

Toutas las autouritats : civilas, militàrias,

taulejèroun unioun-sacrada-

ment ; lou bon recate faguèt supourtà lous

bèus discours. I'agèt, l'après-dinnà, un grand councert sus

l'Esplanada. Se i'entendiè pas grand causassa, mès i'aviè un poulit cop d'iol. Pioi, fai toujour plesi de «veire » bramà : « Marchons, mar-

pèr de mounde que boulègoun couma

un buta-roda, e : « Aux armes, citoyens ! » pèr d'aussiliàris que demoroun encroustats à

l'arriès couma de muscles sus un roucàs. M. dau Lasert (de l'Oudeoun) brandissiè un

grand drapèu, en cridant sabe pas dequé:

duviè esplicà qu'èra pas el qu'aviè escrich lou 5 d'agoust 1914 que se sentissiè prèste

à

lou

General e lou Cònsou das Estats-Units passa-

voun sus lou plan de la Coumedia quand, tout d'un coup, lou Prefèt s'arrestèt davans lou cafè Riche e cridèt as buguèires de bocks :

« Je suis heureux de présenler à la populalion

montpelliéraine le consul des Etats-Unis, repré- seniant de la grande nation américaine. » Lous

buguèires se levèroun, lou Cònsou levèt soun

quèlis, e mèstre Lavabre se couflèt en pensant que sas pratîcas representavoun la poupula-

chons

religiousas, etc

»

mouri pèr la Libertat.

Après

Iou

councert,

M. lou

Prefèt emé

cioun mount-pelièirenca Enfin, tout se passètpèr lou milhou ; ce que

manquèt lou mai seguèt lous Americans.

LO U

POURTIÈ

DA U

CASTÈL-D 'A IGA .

Reflecciéu d'un paizan

Del temp del gran Napouléoun, Que cado bulletin de batalho gagnado, De couscrits sul revès pourtavo uno levado, Un paizan doun l'efan, partit coumo dragoun D'lena fumavo la terro, Diziò tout soul al pè del fioc :

« Ah ! Iou marrit joc que la guerro 1 Mai gagnam, mai metem al joc. » Jaques A ZAÏS.

[Berses patoises. Beziès, 1842).

Çops de Gapganta e Cops d'fìppiéus

JOFFRE E PAMS

Dins lou nouvèl journal La France Libre trouban aqueste poulit pichot tablèu, croucat le jour que se feslejèt à Paris 1' « Independence Day ». Lou crounicaire despenis la tribuna oufi- ciala :

La puissante carrure, la physionomie popu- laire du maréchal Joffre, chamarré d'or et de

décorations, sont particulièrement remarquées de la foule. Arrive M. Pams, en tenue de cérémonie, lui aussi. Vif, alerte, spontané, d'une jeunesse

d'allure qu'on admire, le ministre de rintérieur aborde le maréchal de France: depuis Ia

guerre, ces deux compatriotes ne se sont pas

rencontrés.

Et entre ces deux hommes, parvenus au

faîte des honneurs, une conversation s'engage en catalan.

Lou marechal Joffre e lou ministre Pams an pas vergougna de parlà sa

mairala : res de pus nalural,

e acò nous estouna pas. Ce que i'a de milhou es qu'un crounicaire parisenc trobe acò tout ple poulit. E ce que seriè perfèt es qu'hou troubèssoun pas michant quand s'agis pas d'un marechal

nimai d'un ministre.

lenga

CIGALIGE

Lou Counsistòri dau Felibrige s'es acampat à Marselha lou dimenche 7 de julhet, pèr lou segound cop dempioi la guerra : forcés pas, Marius ! A noumat 10 majouraus ; n'en caliè pas que 9, car èra estaf decidat que se nou- mariè pas digus pèr « ramplaça » (!) Mistral. Pèr virà la dificullat, an quitat la Cigalo de Maiano sans titulàri mès an creat una nouvella Cigala, dicha : dau Souveni. Antau lou Paire Gorenflot, quand vouliè faire gras un jour magre, pre- niè un capou e lou batejava escarpa.

UN AFAIRE EMBOULHAT

Avès legit dins lous journals l'afaire d'aquel tipe arrestat sus lou plan de la Gara, sufis qu'aviè tengut de prepaus « défaitistes » — couma se dis dins lou jargot francimand deioi. Après nous avudre countat que, couma pèça d'identitat, aviè pas qu'un floc de torca-cuéu dins sa blaga à tabat, an recounougut qu'acò's èra una blaga. Pioi nous es estat dich qu'aquel ome èra un Souïssa nascut de parents fran- ceses, e qu'en causa de soun accent alsacian l'avièn pres pèr un Alemand. Couma vesès, acò's cla que be talament. Enfin, lou pus fort es pèr la fin :

Ch

P

facultés

ne paraissant

mentales a été

pas jouir de toutes

liberté

ses

par M. Galan, commissaire depolice.

laissé

en

Aquel coumissàri es veritablament

galant ; à dequé servis Font-d'Au-

rellas s'es pèr quità lous màtous en liberlat

trop

B RAFAMIL .

VÊN DE PAREISSE :

JOUT UN BALCOUN

Farcejada Clapassièira

En

en

venta

de

1

à

Louvis-Filibert

en

ate

verses

l'aministracioun

e

dins

Ious

depaus dau Gal. Costa 20 sòus.

L'ESPANGASSAT

Vous vaucountà una bona istòria qu'es arribada un d'aquestes jours à un de mous amics. Passava dins una carrièira procha St-

Danis e en arribant davans l'espitau 43 (as Jesuistas) rescountrèt sus lou troula- dou, ras d'aquela ambulança, una jouina dama, de fort bon toun, que ié diguèt, nou sans quauca emoucioun :

— Escusàs, moussu, mès ai quicon.

En ié diguent aqueles quauques mols sarrava las cambas e embé sas mans sarrava sarauba. Moun amic tout d'abord sesiguèt pas ço que vouliè ié dire. E

couma soun regard èra questiounaire la dame ié repelèt :

— Moussu, moussu, ai quicon que

monla dins mas cambas. Coumprenguèt alors ço que se passava. Sans mai esità e emé la discrecioun que déu avudre tout galant ome, moun amic s'aginoulhèt, e, emé la delicatessa que coumandava la circounstença, relevèt lou mens que pouguèt (es ço que m'a dich)la rauba de la dama, touta rouja e emouciounada. Quand arribèt au dessus dau debàs vegèt, noun sans suspresa, un bèu espangassat que sans vergougna èra mountat jusqu'au ginoul de la dama. Sans lou secous de moun amic quau sap jusquà n-ounte seriémountat! Dins aquel tems quaucas persounas s'èroun ramas- sadas. L'ouperacioun fìnida la dama demandèt pas sous rèslas, fiquèt lou camp, couma un zèbra, sans soulament remercià soun sauvaire. L'emoucioun i'aviè paralisat la lenga mès pas las cambas

C HARLO U

D E

L 'U NIVERSITAT .

EN

MEMORIA

Das Mount-Pelièirencs : Fernand Auresche (8ma genia); Jan Durand (21ma inf.); Gastoun

Metge (2ma zouavas); Emila Benoît(63m a inf.);

Grabièl Bertrand (111ma inf.); Pèire Blaquière (8ma genia) ; Desirat Bachalle (4ma tiralh.);

lou lioctenent Elia Coudougnan , ifc a ï ;

Auguste Ollier (7ma genia); Leoun Vallóe, capoural au 2ma zouavas ; Jùli Guiter

(122ma inf.); Leounça Servel (8ma esc. trin); Louvis Arbieu (96ma inf.); Fernan d Combes,

marechal-das-lougis au 22ma d'artilhariè; Martin Brunel (6ma artilh.); Yves Parmen-

tier, serjant au 83ma; Achile Sicardi (8ma genia); Emound Singla, serjant au 66ma;

Elia Peyrière (6ma artilh.). — De Leoun Grimal, de Lunel-Vièl, jout-

lioctenent au 165ma ; Gastoun Bourdel e lou rnarechal-das-lougis aviatou Gastoun Mau-

rice, J , de Beziès ; Jûli Vieille, de St-Matieu- de-Treviès; l'abat Roumégas, infirmiè militàri, curat de Miraval; Aubin Bec, #, d'Argeliès, serjant au 61ma batalhoun senegalés; lou

lioctenent-veterinàri Acbìle Tudès, de St-Dre- zèri; Ernest Delbès, de Castèl-Nòu-de-Guers.

— De Jùli Pagós, de Vic-la-Gardiola

(40ma inf.); Antôni Alluvain, 'g J , capoural au lè batalhoun alpin ; Emila Saint, de Bala-

ruc (3ma genia); Auguste Arnal, ï , de Lou- deva ; Carles Roux, de Las Matellas : Louvis Fabre, de Mountaud, capoural au 413ma; Lucian Poulalion, ï , de Mount-Bazenc, marechal-das-lougis au 56ma d'artilh.; Louvis Fulcrand e Jùli Puech, de Canet; Jousè Claparède, J, de Piochabou ; Francós Ando- que, de Beziès ; Pau Bougette, de Mount- Farriè, marechal-das-lougis au 256ma d'artilh.; Fernand Cluzet, de Frountignan (34ma cou- lounial).

Nostes Souldaís

En tèsta d'aquesta rubrica nous fai pas pena

de marcà un civil, M. Bonnefoy-Sibour, jout-

prefèt de Béthune, qu'una superba citacioun

vèn de rendre oumage à soun courage e à

soun mesprés dau dangè. Lou j out-prefèt Bonnefoy-Sibour, fil dau sena-

tou, es de Nimes e seguèt aici i'a 'na dougena

d'ans chèf de cabinet dau prefèt de l'Eraut. Soun esemple prouba que, ounte que se

capitoun, lous Miejournaus fan cranament

soun debé.

— Sèn urouses de felicità nostes coumpa-

triotas : Elia Mountels, de Loudeva, lioctenent

au 287ma, 5 cops citat e fach chivaliè de la Legioun d'ounou; Enric Boude, de Mount-

Peliè, Iioctenent au 119ma territourial, e lou

lioctenent Andriéu d'Auriac, qu'an tamben reçachut la crous.

encara

(230ma inf.),

— Coumpliments

dau

à Louvis Jungers

qu'es

estat

decourat de la medalha militària e de la crous de guerra.

— Mandan nostas felicitaciouns as valhents

pialuts : Caliste Péridier, de Castrias, serjant au 81ma, que vèn d'èstre citat pèr la 5ma fes ;

lou jout-lioctenent Jan Barbalosi, de Ceta, lou jouta-ajuda-major Jòrdi Combalat, de Gijan, e

Julian Estève, de Castel-Nòu, citats 4 cops ; lou serjant-fourriè Leoun Delousteau e l'aspi-

rant Jaques Pervent, de Mount-Peliè, que n'en sount à sa 3ma citacioun ; l'aspirant Louvis Castel, de Frountignan ; lou lioctenent Jôrdi

Nègre e lou jout-lioctenent Louvis Deles- taing, de Mount-Peliè, citats pèr lou segound cop.

— Sount estats, aquesta passa, citats à l'ordre e decourats de la crous de guerra:

lous Mount-Pelièirencs : Jùli Delousteau, lou

coundutou Rougè Racanié-Laurens, lou bre-

gadiè-telefounista Marcel Cros, Iou serjant Fernand Bedos, lou lioctenent-coulounèl

Meilhan, coumandant lou 152ma, lou bregadiè Glaude Vassas, l'aspirant Carles Rumaud, lou

jout-Iioctenent Emile Sautou, lou farmacian- aussiliàri Jousè Andre.

Bousquet-d'Orb,

— E piòi encara : Louvis Armengaud e lou

telefounista Jôrdi Aussenac, de Ceta; lou

mèstre-pountaire Leoun Jammes, de Beziès ; lou granadiè Antounin Hugues e Jùli Caylus,

de Frountignan : Emila Jichou, de Vilamanda ; lou coundutou Jousè Laurent e l'agent de

liasou Fernand Calas, de Mount-Bazenc ; Jousè Estève, de Castèl-Nòu-lou-Lez ; Camilla

Bertoni, de Cournou.

— E pioi mai: lou serjant Antounin Dumas,

de Vendargues; lou mèstre-pountaire Gastoun

Evesque, de Loudeva ; Estièine Andró, de St-Bauzèli-de-la-Silva; I'agent de liasou Antôni

Alentoran, de Magalas ; lou coundutou Louvis

Lafitte, de Neffiès ; Jan Porel, de Bouzigas, brancardiè au 415ma; Julian Belloc (339ma inf.), de Piochabou, decourat de la medalha militària

italiana; lou radio-telegrafista Emila Axès, de Clar-Mount; l'agent de liasou Emila Fesquet,

de Gijan ; Albert Orgeas, de Balaruc.

A toutes, toutes nostes coumpliments.

L'A GEN T

D E

LIASOU .

Es un ome de ben e de saupre que Mount-

Peliè vèn de perdre emé M. Pèire Pour- quier, ancian veterinàri municipal, diretou

de l'Enstitut vaccinal, defuntat à 75 ans.

Sous travals scientificas (sus la picota de las vacas, la clavelada, etc.) avièn fach estimà sa bella enteligença, couma èroun counougudas e ounouradas sa bountat d'ama e sa franquessa

de caratèra. Era un felibre de cor e un Clapassiè afeciou-

na t: lou Gal saluda sa partença em'una respe-

tousa

— La mort crudèla vèn de raubà la nebou-

deta de noste amic Jòrdi Maillet, Francina Maillet, qu'èra dins sous tres ans, pecaire ! Prenèn part de tout cor à la granda aflicioun

de noste coulabouraire e de sa familha.

simpatia.

Ecole "REMINGTON"

STÉNO-DACTYLOGRAPHIE

Dirigée par Mademoiselle MAGLIO

LEÇONS, COURRIER

TRAVAUX

de

MACHINE

Bons Miejournaus, Mairinas de Guerra!

Abounàs-vous au " GAL

Abounàs-ié vostes pialuts.

Mandàs-nous d'adrèssas de souldats,

8, Boulevard Victor-Hugo

MONTPELLIER

Siègue civil, siègue souldat,

Se vos èstre ben abilhat,

Avudre de façouns milhounas

Que lou pus fringant embuscat,

Vai au talhur tant renoumat

De la Plaça de las Coulounas :

que ié mandaren autant lèu numerots.

quauques

VILLE

DE MONTPELLIER

r_

r

ATHENEE-CINEMA

13, Rue Boussairolles,

13

TOUS

(Sauf

LES

le

SOIRS

Mardi)

Représentations a 8 heures et âemie

BRAYE

5, Anciana Plaça

de las Coulounas

MOUNT-PELIÈ

— Digàs,

D'ounte vèn lou renoum

De l'atalhé Causse-Fedièira

— Es qu'abilha

Marioun,

embé goust,

Soulide e d'un pris dous

MATINEES :

Jeudis,

Dimanches

et

Fêtes

Spectacle recommandé aux Familles

Films Artistiques des Premières

Marques

Orchestre

Symphonique

Qdtftfacïiovp aa Sous«Sol

Consommations

de

Premier Choix

CANSOUS

E

M0N0L0QAS

CLAPASSIÈS

Lou Sermoun de Moussu Sistre e lou Gipiè cagaire, de l'abat Favre; las Erbetas, de Marsal; la Font de Sant-Bertoumiéu, l'Amour faí passà lou tems e las Griseìas de Mount-Peliè, de B. Gaussinèl; la Serenada dau Clapàs, de A. Henry ; las Bugadièiras, de Jounquet; lou Lasert. Quatre dessens de Marsal. Tirage sus bèu papiè. Costa : 5 sòus. S'adressà as depausi- tàris ou à l'Aministracioun dau Gal. Mandat à gràtis à tout nouvèl abounat,

Lise z

La RE VUE MEMDIONALE DES IDEES

IJVTensuelle. — Illustré e

13, Cours

MONTPELLIER Gambetta. — Téléph. : 4-30

L'EXEMPLAIRE : 0

fr. 50

ABONNEMENT :

6 fr,

J^^^

Imp. L'Abeille, 14, av. de Toulouse, Montpellier.

Titres-Coupons

ennemis ou neutres

ACHAT AU COMPTANT

-

HAUTS PRIX

Office Titres et Coupons

12,

Rue Edouanl-Adam

-

Monlpellier

Les Grands Magasins de Nouveautés

PARIS-MONTPELLIER

sont sans contredit les mieux assor- tis et vendant meilleur marchó que les plus grandes Maisons de Paris.

C.I.D.O.

BtZIERS

TouJours

Chlc

car

^LVAYRAC

fiausse

'his

AIAGAVOTTE

AUCMATNOR

«OHTPtLllfB

Lou Gerent: MILA-OMES.

Centres d'intérêt liés