Vous êtes sur la page 1sur 4

Annada VI.— N" 115.

LOU

C.Í.G.Q.

8ÍZ1ESS

Lou Numerot : QUATRE SOUS

6 de Jun 1920

«On vient de créer la médaille de la famille française pour les mères de 5 enfants et plus ».

(LES

JOURNAUX)

dau

pialoí:

Ara, presemple, soui countent!

Amai

Anan pourre faire ripalha En la metent jouta la dent

ma fenna a sa medalha:

JOURNAL

SENMANIÉ

DE

, BOULEVAR D

JOC-DE-PAUMA ,

MOUNT-PELIE

LENGADOC

TELEFONA

:

n-3i

ABONNEMENTS : U N A N

:

9

FRANCS

;

SI X

MOI S

:

5

FRANCS

PUBLICITÉ

: S 'adresser à M . Léon LAZARE 2j,

Rue Mareéchal, MonlpelLi

î\ Fiïhou

Adiéu, Filhou ! que i a longtems que nous èren pas uistes ! Couma, d'autres cops, dauans touta paraula, un mèma mouuament nous enlias- saoa en una frairala brassada, quita que pleguen lou ginoul e que clinen lou front de — oers la terra ounte dourmis toun paure cors nafrat Nous uejaici, lou cor ple de toun souoeni que jamai nous a pas quitat. Quant de cops, dempioi ta partença, auèn pensat à tus, parlat de tus!

Ouant de cops a\>èn pas dich, l'iol enneblat, la bouca amara : « SeFilbou

pèr

toujour Siès partit, empourtant emé tus las pus risentas flous de noste prin- tems, l'estrambord de nostes \>int ans, l'embraigament dau jouine Pa- rage, lous carrilhouns dindants de la Campana, las galoias enoouladas de La Lauseta Tout noste passat lou mai linde e lou mai brilbant a lampat amoundaut, dins un suprème ilhau d'erouïsme et de glôria, e lou plouran en te plourant, amic que n'ères la fougousa e fièra ioenta e encarnacioun Quicon, pamens, n'en demora : la Fe dins nosta Causa, lou courage pèr l'aparà, la ooulountat de la seroi. E sourgiguent dau cros ounte jases, es toun alé sempre uiéu que nous lous bufa, Coumpan oalhent e fort entre toutes, bastit pèr la lucba, ar- dent à la batèsta, astrat pèr la v>itô- ria, es ta butèia qu'anima, de la cresta as arpiéus, la oida batalbaira dau Gal clapassiè. Hou disèn perdequ'es orai, Filhou,

èra aqui

»

Ai

las ! siès

partit

e noun pas, pecaire ! pèr nous coun- soulà d'un malur sans remèdi ; nosta amistança en dôu ùôu pas èstre counsoulada. E sabèn trop pèr n'en pas soufri quante noble esemple se- riè ta uida ; empacha pas que ta mort siègue una granda liçou. Quita-nous te dire que l'aeèn coumpresa e que la dessoublidan pas. Hou sabes be, pardiéu ! mès hou cau dire e cridà pèr lous qu'hou saboun pas. Jusqu'à toun darniè as charrat ta lcnga miejournala, nous a dich toun coumandant; jusqu'à toun darniè as soustat e ajudat tous omes, nous a dich un de tous souldats. Siès aqui tout entiè.

stès

sourtit, á t la terra ouhte síès tour-

L'amour

dau

popk

d'ounte

nat, de la lenga santa dau pople e de la terra, aquel amour cremant jusqu'à la passioun arderoura e à l'abirança sacrada, ta v>ouès trounanta nous lou coumanda. Ages pas làgui, moun bèu Filbou, faren noste perqué. E quand reprendràs lou som eterne que nosta amistat doulenta vèn ioi treboulà, se penses à nautres dins toun sounge sans fin, acô serà nosta pus bella recoumpensa

Lou

CHIVALIÈ

Lou dimenche i3 de jun, la soucietat

felibrenca de Paris, Lea ainic-j àe La Langue

d° Oc se rendrà cn pelerinage à Bienville

sus la toumba dau capitàni Louvis BON-

FILS. Au noum des amics de Filhou noste

coulèga Jousè Belloc legiràlou salut que

publican aici-dessus. Lou Gaí s'assouciarà à-m-aquel pious

omage en flouriguent la pèira escricha

pausada sus l'oustau nadalenc de Filhou

e en publicant, dins soun numerot venent,

un raconte esmouguent de la mort de

noste amic countat pèr un souldat dau

319'°" que n'es estat temouèn.

oooooooooooooooooooooo

M A N

D A D I S

de la Soucietat felibrenca « les Amis

de la Langue

d'Oc » à

la

Estella d'Alès

Páris, dissate

10

Segne Capoulié,

de

mai

Santa

de

1920.

Pertòueado per li souvèt e li vot que

dòu Miejour saludèron soun espelido e

pèr la partecipaeioun plenièro (1) dou-

nado à soun anniversàri dòu paure Pey-

ron, la nouvello soucieta felibrenco de

Paris noun vòu manca de vous traire, à

cor dubert, lou bèu jour de Santo

Estello, emé si gramàci calourènt, sis

oumenage de Miejournau fidèu.

Fièro de l'afecioun di mascle « àte-

touni sus la Patrio », vous prègo de grasí

l'asseguranço que segound soun prou- gramo, fara, sènso tarabast, la bono

obro felibrenco e mistralenco qu'an

mestié de coumpli dins la capitalo « les

Amis de la Langue d'Oc ». A n'aquéli que tougnarien, l'atroubant

bèn pounchu soun fcitre franchimand,

digas-ié que ii peirin soun d'ome ! Vièi e

jouvènt ié perpensèron avans de lou

chausi; li sàvi e lis afouga s'acourdèron

que pèr faire. de vertadié felibrige,

agissènt e prati, e pèr faire ren que de

Felibrige dins Paris noun poudien capita

títre mai lindc ni miès bastant :

« Paris a de la lanco d'Achiío que

garissié li plago que fasié » — ansin disié

lou Maianen.

Es dis ensignamen di Mèstre de Font-

Segugno, di darrièri voulounta de soun

cap regreta En Maurise Faure, di vertu

de la jouvenço felibrenoo segado sus li

prat-bataié dins l'estrambord de si crèire

mistralen que s'ispiraran de longo lis

« Amis de la Langue d'Oc».

Noste recatadou sara dins la mar

cativo e treboulo de la grand vilasso la

calanco ounte lou franc sollèu, bounias e

siau, dardaiara pèr lou soulas e lou

counfort dis amourous de la Coumtesso.

E vuèi, Segne Capoulié, davans que

de clava la sesiho mounte avèn alesti

noste segound roumavage — (que faren

lou i3 de jun vers li terro sacrado, pèr

clavela la crous dòu riban rouge subre

la crous de post, soul paramen de la

pauro toumbo dau capitàni Filhou)(2) —

de la Lengo d'O c vous

vuèi lis Ami

semoundon si recourdanço esmougudo,

respetuouso e freirenalo.

A touti, Rèino preclaro, Mèstre e

coumpan, vincèire di Grand Jo flourau,

bello jouinesso fernissènto e reculido,

Fraire dòu Miejour ! lis iue

l'an que vèn, Salut e Tabò!

vira vès

« Diéu madure lis espigau ! »

An digna li mèmbre preéhit:

J.-B. Chèze, Belloc, Marcel Bernard,

Mazin, Adrian Frissant, D r Ollivier,

Dr Thieux, Albert Gally, Auzias

Liéutaud, Poujade, J. Motte, Garcin,

V. Rolland, E. Plantier, Ramond,

D.Carbonnel.F.Devise, Jousé Loubet,

Alfred Imbert, Barles, F. Renoyer,

Maigre.

(1) Participacioun unico, se pòu dire, car di

capo is umble mantenière emé li mandadis di

mai pouderousis escolo felibrenco de Prouvènço,

de

Biarn, de Lengadò, de Gascougno e lou tribut

di

soudard-pouèto, ren e res ié desfauté

que

lou soulèu, peeaire!

(a) Tua lou 11 de jun 1918 à Mélicoq (Oise).

&a Danse du Ghevalet

Voici qui intéresaera les rigionalistes, surtout du Bas-Languedoc.

Je lis dans La France pittoresque et mo-

numentale, de Abel Hugo, à l'article

«

L ANGUEDOC»

:

§§» Pour la convalescence de Louis XV , on lui donna, à Paris, la Darure du Cbe- í>alet. Un jeune homme, k demi caché dans un cheval de carton, qu'il faisait I caracoler, jouait du hautbois : un autre, avec un tambour de basque, offrait de l'avoine à Tanimal postiche, qui parais- sait la dédaigner pour se livrer à ses évolutions de manège.» D'L . B.

VIEILLES VÉRITES

toujours bonnes à dire

Dans une ivurte d subslanlhlh chroniquv

dns li-Ores parue dans /'Eclair (mardi 2jmai)

Jules

Véran á rit:

M. Emile Ripert, dont nous avons

signalé en son temps l'important ouvrage

de

publier en librairie son Discours de

réception à l'Académie de Marseille.

sur la

RenaÌMance

Provençale,

vient

C'est

un

ELoge

t)e

Frédéric

.UiHraL.

M. Emile Ripert, qui est poète, a la

phrase harmonieuse et imagée. II a loué

magniíìquement le Maître disparu. Mais

il n'a pas la foi mistralienne. II croit

qu'on peut faire du Félibrige en français.

II se hasarde même à supposer que

Mistral admettait ou aurait fini par

admettre que ses disciples renonçassent

à se servirdela langue provençale. C'est

une profonde erreur. Mistral recevait

tous les concours qui lui arrivaient. Je

connais une lettre de lui où, à propos

de je ne sais plus quel livre de Zola, il

disait : « Tout cela pousse à la roue du

félibrige ». Mais le maintien de la langue

était l'alpha et l'oméga de sa doctrine.

II n'a jamais varié.

On ne saurait mieux dire. 11 fallait que

ce/a fu t dit '. E t M . Emile Ripert lui-meme

sera heureux, sans doule, de cette opporfune

leçon donne'e à cer/ains de ses amis encom-

brants e/ maladroi/s.

* m *

Dans l'Eclair /oujours (28 mai), RaouL

Da-iraŷ commence ainsi — de manière assez

imprríue — un ar/icle consacré à ía famille

du marécha/ Foch :

II est acquis qu'aucun grand poète de

langue française n'est d'origine méridio-

nale.

Les arìicles de Dcriraŷ son/ des manières

de chapele/s don/ les grains son/ fji/s de ci/a-

/ions e/ la mon/ure de rémìniscences. Cette

fois, la réminisetnce ne doi/ pas è/re eher-

chée bien loin. On lil, en effe/, dans une cbro-

nique du dernier Mercure de

France

fij mai) :

Un écrivain des Margeà, M. Jacques

Chaumié, a fait cette remarquè* qu'au-

cun des grands poètes de langue fran-

çaise (sans qu'il soit quesfcion des vi-

vants) n'était du Midi de la France.

Exception faite pour André Chénier,

dont le père était Marseillais, mais la

mère Grecque. M. Jacques Chaumié,

recherchant la cause de ce phénomène,

a trouvé oeci : qu'il n'^ a de graads

pòètes de langue française que daas les

pays de langue française, de langue

d'oïl. II n'y en a pas dans fcoute Ia terre de langue d'oc, parce que la race a per-

du

propres à la poésie que l'humanité ait

sa langue, qui étaìt une des plus

connue.

Nofons cejuste hommage à ìa -ìaieur poé- Uque de ìa langue d'oc, mais faisons nos ré- serHes sur cetfe affrmation que « la race a perdu sa langue ». Et rappelons que l'obser- •ìation — i si profondêmenì exacfe ~ de M. Chaumié n'a rien d'inédiì. Le coìlaborateur

cles

•Hérités proclamées par nos ainés en fèlibrige

et qui firent, en leur temps, burler comme e'corcbe's maints ìitfèrcifeurs jrancimands. Â propos d'un « Congrès des Poèles », organisè à Bèziers, l'annèe des reprèsenla-

tions de Déjanire, Doici ce quècri-Oait Joseph Loubel dans L'Aiòli (n- du 7 juiìiet iSỳo), le joumai fèlibrèen piibite en JÍDignon sous la direction de Baronceili et l'inspirution de Mistraì:

Sariè bon d'assaupre queto sara la plaço, dins aquel acamp miejournau, de la lengo naturalo e meiralo dau Mie- jour.

des Marges redit (tingt ans après

)

E m'adrèisse à mi cambarado

pèr à

gara d'uno íauto grèvo

de se counsulta francamen avans 1 a- camp, de se rapourta à ço que s'es di, escri milanto fes e que remembrarai e'n- caro pèr-ço-qu'es l'espressioun de la

mai lindo verita.

douna-

Ié counseie

Li pople miejournau, quouro

voun au mounde d' escrivan tìe proso coume Montaigne, Pascal, Fénelon, Montesquieu, pèr cita de noum, d'ou- ratour couma Mirabèu. Vergnaud, Thiers, Guizot, jamai pousquèron en lengo franceso douna de pouèto de marco. E d'aquéu tèms, lou Nord vesiè espeli Ronsard, Molière, Corneille, Racine, La Fontaine, Hugo, Lamartine, Musset. Lou Miejour francisant es mut. Quouro desaprenguèron sa lengo naturalo, li pouèto d'O pousguèron plus canta. Per- deguèron si faculta pouè'tico en delem- brant sa lengo meiralo.

Dans le même temps, à ceffe míme occasion, Pierre DeHoluŷ écri-ìaii ciux secrètaires du Congrès, aïiec sa nettetè et son courage habi- tuels, une leffre (26 aotit 1899) d'oìi nous dètachons ces lignes:

Je connais et apprécic plusieurs des

poètes qui se réuniront là ; j'aiine leurs

vers et admire souvent leur talent. Pourquoi faut-il que j'aic la conviction que leur fìoraison si exquise ne peut êtrc

L'âme d'oc exige pour

s'épanouir, impérieusement, la langue d'oc. C'est là un artícle de foi auquel je ne suis point parvenu, croyez-le bien, sans lutte intime et sans longue médi- tatíon. Faute de l'avoir connu, les poètes en langue française du Midi n'ont éfcé jusqu'ici que des sous-parisiens dépar- fcementaux (et je ne dis pas : provin- ciaux!).

qu'artiíicielle !

Jugement implacable, exècufion sommaire —• mais aussi justes que terribles. Nous n'ŷ

ajouferons rien.

J.

M.

Le Commandant P. í. du ? me Gorps d'Armée

Authentique, authentique, rigoureuse- ment authentique. Et d'ailleurs, vous allez bien voir : ce sont des choses qu'on n'inveníc pas. Voici le document parvenu ces jours

metíons : Lapio-

che; il émane d'un quartier général où plane encore le souvenir du grand

derniers au quartier

Montcalm.

NOTE DE SERVICE

cìlL

10

inClL

lŷ2 0

Par suile du départ en permission du général

m o C. A., veuillez désigner

chevaux et

commandant le

un

canonnier

sachant

soigner

les

juj-ceptLbLe

de

Le

reinpLacer

pour

une

pèríode

de

10 jour.r.

Ce canoanier sc présentera aujourd'hui

à

16

heures au Q. G. et sera placé en subsistance

mc Section de C. O. A. à compter

(vivres) à la

du 1 i -5-io,20 .

P. O. L'Officier d'Etat-Major.

Vraiment, cn quels temps vivons- nous ? Quand M. André Lefèvre, ministre de la guerre, est parti cn permission à Vichy, il s'est fait remplacer par ÌA . Millerand, président du Conseil. Pas moins. Dédaignant ce haut exemple, on rem- place un général en chef par un simplc canonnier.

Ce canonnier sait soigner les chevaux,

c'est entendu. Mais à qui fera-t-on croire que ce soit là un fcjtre suffisant au commandement d'un corps d'armée,

même par intérim?

M. Emmanuel Brousse esfc sous-minis-

tre, nous le savons, et il faut iaire des économies, d'accord. Mais il est des économies ruineuses pour le prestige de l'unifo'rme, et il y a des limites qu'il'ne

faut pas frànchjr.

A défaut d'un divisionnaire, certes,

nous nous serions contenfcés d'un briga- dier. Mais un simple çanonnier de 2 me classe, c'est excessif!

I Ce canonnier va peut-êfcre monter sur ses grands chevaux (comme on l'y incite, d'ailleurs), au mépris de toute discipline. Et cc sera bien fait, puisqu'il a éte promu au mépris de tout règlement. S'il n'y a pas assez de généraux et d'oíiìciers, sacrèbleu ! qu'on en nomme. La France est assez riche pour payer sa gloire. Et nous avons en réserve, et même cn territoriaie, nombre de vaillants militaires qui ne demandent qu'à vivre pour la Patrie.

LAMPET,

Sous-brigadier d'octroi.

NOUVELUN

A prestat sarranienfc d'avoucat davant

la prumière cambra de la Cour, M. Eu-

gène Tulefc. M. Eugène Tulet es lou fil de noste coulabouraire lou bèu pouèta Reiniè Tulet.

Feliciíaciouns dau Gal.

l

La Vida au Viîaae

m

1 H

\

B

Es dijòu. Quatre ouras venoun de picà au reloge. Lou jour pounjcheia à pena :

lous nibous soun toutes pintrats de rose:

fai un èr pus lèu fresquet, Sus la routa qncara soumbia quicon de negra avança doucameneí. Es Catin, la fennu de Pam- pe'ïa cmbé soun pichofc, qne vai faire la

bugada à l'Erau. Una saumeta tira davans : poría lous banastous roumplits de linge salle : Julou à cambarlous sus sa croupa ie crida :

« Hi Pipota !! ». Catin geguis deíras : couiiada d'una toupina blanca cmbc dous longs courdils que penjoun sus sas épallas ; vestida d'un pasaquin ftímat e d'un coutiihoun ccurt, caussada d'espardrilhas, sans debasses, porta sus sa testaun semalou.

Una mièch-oureta e arriboun à l'Erau à la Negada. L'aiga es bela, farà bon lavà ioi. Caíin counouis soun ròdou. Desatala Pipota c i'estaca a m'una rasa, plaça soun semalou, se met à l'aiga jus- qu'au ginoul e zou lou traval coummença. De sabou e pioí pan, p"an, pan, n'en vos de cops de bassarel, aqui n'as. Juîou fai la cassa à lás angrolas : n'a- viè arrapat una : mès Ia queta iès restada dins la mán. Voudríê fcrempà sous peses dins laî'gá, mès sa maire es aqui. — i Julou?

Eh!

—- Ouníc síes ?

 

Aici!

.— Vèni,

à

moun

coustat, fce negariès.

— Risque pares.

— Vèni ! te dise, aqui! Julou oubeïs.

Pan !

e

lou paquefc se fcira, lou linge es lavat, refrescat, birat, rebirat c espandit au cagnard.

Pan !

Pan ! Flisca,

Flasca !

— Julou, veni aici, à toun tour. »

La maire lou desembralha e lou met à

l'aiga c lou lava couma se dèu.

Aïe !

Pioi sus lou bord de I'aiga ie copa las ounglas e ie tria lous pesouls en ie çoun- tant la sourneta d'usage : « Saves pas quc se lous tugaven pas, lous pesouls te tirarien a I'aiga emb'una corda e te negarien ?

Lou paure pichot que sap pas encara nadà se laissa faire sans brouncà.

*

— Aïe I

Aïe !

Miejour ! A l'oumbra d'un oume, tou- tes dous majoun de bona apètis la salada d'iols e de tuferas à la vinagreta e pioi fan un pichot som.

Tres ouras ! Lou linge es sec. Catin

e Julou plegoun lous linçols ! Metoun

lous paqueís de farda propra sus l'es- quina de Pipota, pioi s'en van toutes

couutents, la maire a ben travalhat, l'enfant a passat un bon dijòus, la bestia

a lecat de bona luzèrna.

JAN

DE LA

CAPELLA-NOVA.

La Vida au Clapàs

Charrada

—■ Pan, pan.

 

Dintràs.

Adiéu,

Marioun, siès tout ple

aimable d'èstre venguda.

—1 T'avièi proumés de veni prene de

nouvellas de Ja pichota.

— E bé. vai fossa milhou. Las infu-

s iouns de tíota i an fach de ben. Cau dire que lou pan cs pas tant michant.

Asseta-té.

— D'efèt cs mens grèu.

— Te derenjes pas, Lisa, ai pres dejà

dos fes lou cafè. Aço farà íres, ma mia,

mete que n'en sçràs pas fachada, perde-

e íe prou-

—'

que l'ai squègnafc.

pioi

dourmirai pas

— Taisa-te, qu'acò te iarà rouncà

counia un bourdet. Sucra-te, é bèu-lou,

ara qu'es çaud.

— Q,uaiifca couquina que

siès !

e

— Sabes qu'es bon ! mès es fort.

— A part acò dequé contes ?

—■> Conte quc sèn ben empachaeats à l'oustau, ara qu'ayèn pas ges de gaz. Donoun prçsque pas pus de carbou de pèira, fai que cau fcout faire au carbou de boi, ou à la petrola. Acòs un bèu

ravaladis.

— Nautres n'avèn un pauc, à d'oures

que i a, mès cau pas trop cridà. Dequc vos ? cau avudrc la paciença ! — Ah, foutre ! se creses que n'avèn pas prou agufc desempíoi sièis ans ? Té ! dimenche anèren à Palavàs, lou gendre vouguèt parti à ioch ouras, ebé, faguèfc la quouefa au guichet pèr lous bilhets, vint-e-cinq minufas! Figura-te que i aviè pas qu'un guichet dc doubert, c I'cmplegatque distribuava lous bilhetous tusfcava dos feà sus chaca bilhet que baílava, pèr ié mefcre la data (couma au téfhs de l'inauguracioun das carais de ferre). Tout acò alonga lo» pastís. Pareis qu'es la journada de ioch oura.s que n'cs l'encausa se i a pas qu'un cmplegat pèr lous bíllets, as trins de sièís e ioch ouras. Encara nautres partiguèren, mès n'i

a que restèroun per grana : íé barrèroun la porta au nas.

Pareis qu'au trin de una oura ácò seguèt de pire; i a dc fcnnas quc se- guèroun desabîlhadas (mès diràs queioi es pas dífficilc) de tant quc i avíè' dc mounde pèr lou prene. Veja ! pode pas m'empachà dc dire qu'aco's una coum- paniè de cartou, que fai pas res pèr

evità fctíut ce que se passa. Lou gendre e l'omeroundínoun à pcr- paus dau tabat, e i a dequé. La sen-

mana passada ic dounèroun de tabatde troupa, en lou paganfc fcant chèr quc lou fín, e aquesta íé baíloun de tabat ame- rícan. E pioi me dises : « Cau avudre de paciença ». Ah foutre ! ma mia fai bon dire, mès à força de h'èn supourtà,

à un moument dounat, vous escapa e

envouiariès tout faire foutre.

— Chabal! Marioun coussit'embales?

fc aviéi pas jamaj visfca antau ; saique cs

las calous prumièiras que t'enervoun? Aqui dessus te quite que me cau passà

-,» . CT J - J v,, < r y lM a ^

. M i^^-.ii, J i 1 i»^ji r l „.,» - a ,v.

Aujourd'hui l'ignorance n'est plus permise; chacun sait que les intermédiaires se paient et qu'ils sont une des causes de ia vie chère,

MHReMÉ , 4 e t 6, rue de l a Loge, ies supprime

entièrement puisqu'il fabrique tous ses vêtements à son usine, 14, rue du Commerce; i! arrive

aisément à mériter sa réputatiôn, jamais contestáe, de vendre le meilleur marché du nionde tout l'habillement pour homiries, jeunes gens et enfants.

" Or, l e GRAN D B0 N

aOURÇAIN et

LANQLET, granxls taiiìeurs, Won^H!er s AfgBn, Onn.

encò dau tinfcuriè querre un qu'ai pourtat à tiuturà.

— Au reveira Lisa, dona lou bonjour à touta ta cola.

coutilhoun

fuguet una bella journada. xMe faguefc regretà de pas agudre atrouva 'na plaça pèr i'ana.

— Se parìa pèr lou dimenche 6 de jun

 

Mancarai pas. Un poutoupèrièu

d'una abrivada à Sant-Laurent-d'Ai-

au

pichot. Es toujours brave?

gouse, que farié lou Jvìarquès de Baron-

Un pauc de tout! tè, passat ièr

celli 'mé l'ajuda de la « Nacioun gar-

arribèt emé lou

çuèu de sas bralhas

dian a >». Osc ò pà r lou s brave s gent s

tout estripat.

que luchoun ansinde pèr counservà au

 

■— i Dequé vos? es soun âge

pople las tradiciòuns sacradas de sas

— Adiéu !

C HARLO U

DE

L 'U NIVERSITAT.

aaa®eeaaaaSOfSO«9ttfôi80i»eíïi

8B1HI1 1

8,

RUE

DE

V ERPUN ,

8

M. BELLUC-ROBERT, le nouveau pro- priétaire, remercie vivement les nombreux clients qui ont bien youlu l'honorer de leurs visifes. Ouoique s'étant spécialisé dans les aríicles de Thés, tels que PJums-Kali.ee, Pains de Modane, Galetfes Salées, etc. ses excellents gâteau?; í'ont les délices des amateurs de bonnes pátisseries.

ENSCRICIOUNS

i

PER LAS ARCADAS

A la font, en faguent ia queta,

D'aiga n'avèn juste trouqueta, Jrerqu en fcravessant lou trescamp, Maugrat que raje em'aboundança, Couma lou cafè de « La França » L'aiga dau Lez se fout lou camp!

II

PER L'USINA Â GAZ

Lou paure pople dau Clapàs Se planis de longa dau gaz, S'hou diguent que la pressioun baissa ; Mès esfcent, d'un autre coustafc, Que Iou pres es fossa aumentaí

Tout marcha ben

pèr nosta caissa.

III

PER LA BABOTA

Amiràe noun pas la jaunisga De ma coulou, mès la maliça Dau galejaire sans pariè Que prouclama à voste passage Lou Lioun negrç e soun cirage Dessus una. blanchissariè

Porlraits

DE

JAN-SANS.P ÈU .

TTTT

rien

de plus beau

27, rue áipilltrís

Crounica E spourtiva

Lous

Biôus

— i La semana passada a courri de biòus en Aiga-Viva, au Cailar, as Santas Maria de la Mar. —. Encò das manadiers felibres :

Folcò de Baroncelli e Anfos Arnaud se soun fachas dos museladas, la prumiera au « Mas de l'Amarèu » ras das Santas, la segounda au « Grand-Radèu». Es arriba jusqu'a nautres, mé lou raconte de fossas bachuchadas lou ressoun das discours granats en lenga miejournaîa de MM. J. Grand, l'atiéu cabiscòu de « la Nacioun gardiana » e Rousset de Ia

« Tauromacbiè » à Lunèu. Pareis que

festas.

— Eníìn encara dimenche 6 de jun,

lou cieri de Lunèu dèu veire se n'en cresèn i'aficha la nieioura coursa de la

«tempcrada »• Aqui mai nous devèn de batre un rampel en l'ounour de la dire- cioun que fai esíampà sus sas afichas après de vers dau felibre Anfos Arnaud, aqueles dòu pouèta Louvis Àbric. Es-ti l'acoumencaça devèrs las afichas touías escrichas cn Langadoucian ?

F ICHEIROUN.

BOUDET Modern' Tailor

Iloui.

.5<su-de-Pîusm e

ct Plac e

Sajiisei'ic

Se recommande à la Clienîèle Elé- ganîe ei Praiique par la richesse de ses iissus, le bien aller de ses vêîe- ments el la modicité de ses prix.

CANSOUNETA

A nosie amic

D ELPON -D ELASCABRA S

l ír

CoUBLET

Ma Ninoun que crésièi perdudá Amics sans cspèr de retour Après un més es revenguda

Enfant proudigue de l'amour

E ieu que tène pas rancuna

As caprices de la bèutat Ai saludat dama Fourtuna Que me menava la gaîtat.

R EFRIN

A l'ancian nis revèn ma bruna

D'abord que íoun cor m'es rendufc Embrassen nous dos fès pèr una Pèr ratrapà lou tems perdut.

2 m '

C OUBLET

Tas pauras fìous sus la fenèstra D'abandoun anavoun mouri Mès deman quand veiran sa mèstra Auran lèu finifc de soufri

E lou sourel dins la cambreta

Quand revendrà chaca mati Te caressà bella Nineta Te dira dc pas pus parti.

3""'

COUBLE T

Marcaren d'una pèíra blanca Toun retour ma bella Nini

E noste divorce à la inanca

Serà lèu qu'un vièl souveni Refcrouvaras bella mèsíressa Dins la cambrefca, à fcoun refcour, Eme ma pus douça carçssa Tout l'estrambord dau prumiè jour.

/f'

COUBLE T

Ninoun as pèr touta ríchessa Tas dents blancas e fcous iols blus Mes fcoun cor claíit de tendressa Vòu mai que toutes lous escus.

Se dau regrèt ma tant ajmada Lou fissou veniè te pouni Dessoublidant toun escapada Parlarèn pas que d'aveni.

l'espéraient. P^ul en fut marri. II con- naìssait cette désillusion. Que de fois. au moment où il s'apprêtait à souper avec lenteur où à se reposer dans un semblant de lit, a.vait-il dû tout aban-

D ARNIÈ

R EFRIN

donner pour

partir sur un ordre inna-

tendu.

Ils remontèrent à cheval, après avoir remercié le marquis de son hospitalité précíeuse et, en particulier, d'une dou- zame de bouteilles d'un vieux vin que Sambeuf enferma avec amour dans le caisson d'un avant-train

Les

journées et les nuits passées dans le

La vi-

v/agon, sans savoir ou l'on va

sion rapide du Sacré-Cceur, de Mont-

Mais, hélas ! le train Le débarquement

De nouveau les étapes

Ensuite vienfc

rembarquement

A l'a'ncian nis revèn ma bruna D'abord que fcoun cor m'es rendut Embrassen nous dos fés pèr una Ratraparen lou tems pèrdut.

COURTIOL .

atttttt®í§aeasaeaaeaeeaetta

souples

cellulo

toile

MERCERiE LYOHNAISE

MERQERfE LYQNNAÌSE

flERCEBiE lïOiÂÍSE

0000000000000000000000 martre, de Paris ne s'arrête pas

Feuiileton du « GAL » du

6 Juin

11

ÌOUÎEffil DH iÉDECItí SUR LA PLUS GRANDE GUERRE

Essais psjcho-physiologiques

par le Docteur Louis Barras

Au grand matin, le rousfca bu, c'esfc le déparfc, la marche sur route, les haltes horaires, la halíe-repas, aux alentours de-midi, où l'on déjeune eomme on peufc, debout, sur le pouce, assis dans un fossé ou dans une prairie, à moins qu'un hasard agréable ne permette de s'installer au- íour d'une íable, dans une ferme. On repart Dans les champs, par endroits, des tombes isolées : un amas de terre oblong, une croix de bois, coiífée d'un képi rouge. Sur d'autres fceríres, sont posés des éclas d'obos ou une bouteille dans laquelle est enfermé un papier où est écrit le nom du héros. Et puis des mon- fcicules que percent les sabots des che- vaus qui y sont enfouis. On couche dans un nouveau village, les hommes dans les granges et les gre- niçrs, les ofíìciers, seuls ou par deux, dans des mansardes ou des chambres. Cette vie continuc ainsi plusieurs jours. Pour se disírairc, Paul, regardaifc passer les autobus anglais, visitait quel- que cathédrale ou quelque château, s'in- téressait à la traversée d'une vilie ou de fôrets célèbres : Villers-Cotterets ou Compiègne. Aujourd'hui dans l'Aisne, demain dans I'Qíse, puis la Somme. Un après-midi, la colonne fit halte sur ie bord d'une routc. Le commandant annonça aux officiers qu'ils seraient cantonnés au château pour une soiréc eí une nuit. Paul sourit à l'idée de vivre ce cha- pifcre classique de la guerre.

II explora le parc qui éfcaifc de sfcyle français efc dans Ia plus pure tradition , avec les senfciers efc Ics bancs de pierr e nioussus, Ia porte dérobée sur la praí- rie, il regarda les pièces d'eau et les

cygnes ; il traversa lc canelet sur

ponceaux de bois. Avec l'ami Sambeuf, il examina par un soupirail les cuisines où se préparait un odorant dîner. Les présenfcations faites, les officiers, las et croítés, envahirent le fumoir où ils prirent plusieurs apéritifs, puis ils passèrent à table : ils 3' mangèrent et burent amplcinent. Mais ils ne se couchèrçnt pas dans les chambres seigneurialcs, comme ils

les

II pleut

La colonne d'artillerie est en marche

depuis plusieurs heures

trèsgrand matin, la pluíe, déjà, tombait

Le ciel est unîformément bas et gris

noirâtre. [De cette voûte, sans répit,

l'eau coulc

ciers, dont les piis divers forment autant de gouttières, ruissellent. Sous leurs maníeaux imprégnés d'eau comme des éponges, les hommes sont affalés ; pour se protéger, quelques-uns ont mis sur la têíe et le dos lçur eouverture brune, d'aufcres celle bleue des chevaux; il y en a qui se sont couverts de leur toile de tente jaune. Lcs souliers sont trcmpés, trempées aussi les cbaussettes ; il semble que l'on prend un bain de pieds glacé, qui durerait plusieurs heures. Les che- vaux courbenfc «la fcête, las et mouillés, les poils de la crinière plaqués contre l'encolure ; ils glissent, bien qu'on les tienne. Par terre, les ornières, profon-

fange, les flaques

d'eau, les mares. Depuis lc début de la campagne, la

pluie les harcèle. En ont-ils fait de lon-

de nuit, à

cheval sous la pluie ! Eux qui sgnt nés et ont grandi sous le soleil, eux à qui le

soleil est nécessaire comme le vin, ils ont souffert de íoutesles souffrances qu'ont éprouvées les autres, et ils ont encore souffert d'être privés de vin et de soleil. IIs marchent niuefcs, fatigués, les reins brisés jet les genoux douloureux. Et, pour que leur mísère soit complète, chez beaucoup, la diarrhçe. l'effroyable chiasse, qu'ils ne pouvaient arrêter, malgré le riz au thé qu'ils se forçaient à boire. eí qui, à des rcprises différentcs, pendaut plusieurs jQur», terrassait, li- quéfíaifc les plus forts. Paul, les pans de son manteau ame- nés sur les genoux et attachés avec une courroic, songe sous la pluie

II y a quelques mois, II vivait au mi-

gues étapes, et de jour ct

des

Les caoutchoucs des offi-

Au réveìl. de

et

gìuantes, la

lieu des síens. II a éfcé arraché brusque- menfc à tout çe qui lui était cher par des volontés qu'il ignore. En route vers la

mort, il comprend mieux la vie; et c'étaient en définitive des volupíueux, des vivants, ces anachorètes qui se rap- pelaienfc fraternelleinent qu'il faut mou- rir. II se souvisní des sensations qu'il éprouva, en lisant les romans natíonaux d'Erckman-Chatrian, les nuits d'hiver; l'impression de souffrance qui émane de ces descriptions de batailles dans la neige eí le froid ; et. en même temps, comme ces rccits montrent la douceur sereine de la vie de famill e, avec ses fètes et ses repas ct ses soirées au coin

LA

LA

LA

LA

BANQUE

JACQUES

Paic dcs

aujourd'hui lcs coupons à l'ácbcance du

JOULLlE

icr juillct.

BANÛUE

'

Acbats,

BANOUE

JACQUES JOULLIÉ

uehtcs de tifrês,

nc fait aucunc opcration d'escompte

paiemcnt dcs coupons français ct étrangcrs,

:

mais

sc consacre cxclusioement

sur titre,

aux

opérations de B(

soursc.

d'intcrcts.

ses clicnts une salle de lecture où ils pcuuent consultcr à loisir toutcs

a^janccs

dépôts de fonds producteurs

JACQUES JOULLIÉ mct à la disposition de tous

lcs revmes économicues et financièrcs.

BANQUE JACQUES JOULLIÉ créc pour ses clients un seruice de renseignemcnts gratuit rigoureusement contrólé.

16,

Boulcvard Vjçtor-Hugo,

16,

MONTPELLIE R (Tél

l3-2S) :— 3j,

Rue Le Pelctier,

Paris (9-«) (Téléph. Louvre 47-35).

ADRESSE TÉLÉGRAPHIQ.UE (EAWKJCtiAB)

du feu. Maintenant qu'il voyait les tris- tesses de la guerre, il regrettait de n'avoir pas goûté suffisammentla paix Ils croisèrent un convoi de soldats, deux par deux, les menottes aux mains, trempés jusqu'aux os, encadrés de gen- darmes. Paul ne put s'empêcher de penser que ces prévenus étaient moins coupables, peut-être, que bien d'autres, civils et militaires, couverts de titres et de dé- corations, en ce moment limogés, à la retraite ou en villégiature à la Côte- d'Azur, — et même, bélas! en activité.

pluie tombait toujours

Et voilà que tout d'un coup la voiture médicale, bourrée à déborder, qui depuis un moment, allait cahin-caha, brimba- lant en tous sens, s'enfonçant dans des ornières. en sortant pour beurter des tas de cailloux; — la voiture médicale, au sommet de laquelle, allongé sur des caisses, des musettes, des sacs, protégé de la pluie par une bâche de grosse toile,

Et la

un brancardier légèrement blessé et qui avait refusé d'être évacué, fumait sa pipe, —• versa au ras d'un ravin empli de broussailles. Le cheval fut couché à terre et le contenu de la voiture, y com- pris notre brancardier, projeté dans le

ravin.

II fallut s'arrêter longuement

Et, lorsque Paul et ses iníirmiers fu- rent enfin prêts à se remettre en route,

la colonne était déjà loin Ils faillirent la perdre.

*

Mais voici des villages détruits. On entend le bruit du canon. Les civils sont de pius en plus rares. Le terrain est bouleversé, gris, fangeux. Des territo- riaux, des tirailleurs somalis, des anna- mites travaillent dans des carrières, cassent des cailloux et réparent la route. Dans les champs, où court un chemin de fer à voie étroite s'élèvent des huttes et des baraquements de plan-

ches. Des dépôts divisionnaires, des échelons et des trains régimentaires sont bivouaqués dans les bois. Et des ambu- lances, des aérodromes, des camps où des troupes se reposent. Le va-et-vient est encombrant. Les voitures de ravi- taillement en vivres et en matériel mon- tent et descendent. Les convois de ca- mions chargés de rondins. de caisses contenant des explosifs, roulent dans un

bruit de ferraille. Une section de muni- tions d'artillerie se dirige vers l'arrière.

Des cavaliers mènent leurs chevaux à l'abreuvoir. Des voitures à viande, des fourgons, des automobiles, des autobus s'entre-croisent. Des prisonniers cons- truisent un chemin défilé. Dans les airs,

Ça sent le front.

des avions ronflent

Le soir, le groupe bivouaque en fo- rêt. Les officiers, recouverts de leurs manteaux, le képi bien enfoncé, quel- ques-uns le foulard ou le cache-nez au- tour du cou, mangent la soupe à la lueur de bougies, assis enrond parterre

autour de cantines à vivres qui leur ser- vent de tables.

avec

Paul

coucha dans

un

fourgon

Sambceuf.

Dans la nuit, le départ. C'est la der- nière étape. II tait noir et froid. La bise souffle. On avance lentement sur un terrain boueux où chevaux et voi- tures s'enfoncent. Les hommes jurent,

De loin en loin, un artilleur

lanterne allumée. Eníin on a rejoint la route. On marche maintenant sans un mot. L'angoisse est faite par l'idée qu'on, approche, par la nuit, la fatigue et, surtout, par l'ignorance de l'endroit où l'on va. Certainssouvenirs, poignants ou gais, de rapides visions d'êtres ai- més, des doutes, traversent l'esprit comme les éclairs un ciel sombre.

tient une

(à suivre)

SOUSCRIVEZ POUR L'ACHAT D'UN

STADE

GRANDE

PHARMAGIE

MONTPELLIÉRAINE

F. LAMOUROUX <* è

Docteur en

Médecine, Docteur en

Pharmacie

Ex-chef de Travaux nratiques à 1'iícole sup" de Pharmacie, Université de Montpellier Ex-Professeur à l'Ecole Supérieure de Commerce Lauréat Premier Prix de Chimie de l'Ecole Supérieure de Montpellier

Pharmacien-Chimiste

G. LAMOUROUX p

de l'Ecole Sup" de

Pharmacie de I'Université de Montpeilíer

Ex-Préparateur des Hopitaux Lauréat de plusieurs

Civils et Militaires Concours

Membre du

Syndicat des Grandes Pharmacies Commerciales de France

Piace

de

ia Comédie -:-

MOIMTPELLiER

mm PBMÌCIE i mi im Hmit

Vendant le Meilleur Marché du Monde

Pharmacie spéciale d'ordonnances scrupuleusement exécutées suivant les prescriptions de MM . les Docteurs, et sous la surveillance directe de trois pharmaciens diplômés

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxX * XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

X

X

X

II

faut aux jolies

têtes une coi^ure

digneX

gd'elles. Elles la trouveront chez

jj^

x

M LLES ED 0UAKD& VIGROUXg

^

MODES

-

HAUTE

NOUVEAUTÉ

^

4, Rue de la Barralerie

X

Sdont les modèles, composés avec art etexé-iQ jçcutés avec chic, sont des merveilles d'élé-jç

X

X

XX* XXXXXXXXXXXXXXXXXXXX X

jÇgance et de bon goût.

Se oos un coustume à la moda E que te molle couma un gant Es una causa ben coumoda :

Pren un abilhaire elegant. Lou qu'a las façouns las milhounas S'atroba Plan de las Coulounas :

X

X

X

X

X

X

a bemeuse

Sooiétéanonyme d'Alimeníation

X SIÉGE

X

X

SOCUL

:

8

rue

Chaptal

X pratique toujours les plus bas prix

X

X en donnant le maximum de qualité.

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

,

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX *

Jỳray e

5, Anciana Plaça de las Coulounas

MOUNT-PELIE

Cette case est retenue

par

|^ U I

le

I W

GRAND

V_* A V « & 1 1 -L_X

St-ROCH

%

1 \ W

V_>

M,

»

xxxxxxxxxxxxxxxxx^xx^xx; ^xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx^

X

x

X

X

%

Gafó ^t-Boch dií Í ( Mametíe »|

5^

Rue lrédorierà-de-France

X

'tç

5 M. JACOUIER-BRESSAN

Q

II est

éoident que

X

eiploitant les huiles qu'ilrécolte

X

lui-même dans ses propriétés,

||

ses huiles ne peuvent être que

$

Pau)

AVilMENS,

propriétaire

£

X

X

X ROTISSEUR

ORDINAIRE

DES

PoÈTES

X

X

X

 

ET

ARTISTES

DU

CLAPAS

£r

X

X

jjÇ supérieures. Voilà pourquoi tant

X de clients se rendent à

xi'HiiilepieMoDípelíiépaine

| 8, rue du Cbeual-Vert, 8

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX^ '•XXXXXXXXXXXXXXX^XXXXX V

i

X

X

X

X

%

X

X

X

X

X

CHfìUSSURES-

& LR> GRVOT

nONTPtLLÌERrrrre RUE DE L» LO<ÌE

CACHET

OE

LA VlEíLLE

ÉL-ûfiNCE

FRftNOîiSE

Q.

4,

AUBES

roe

d'Obilioo,

^viTontpellìer

ATELIER

■s'jbli:

ûe tous Style»

D isBÉNÏSTERIE!

Réparations .:-

Ravsrnissage

.Bdeurd 111

2, rue Lallemand,

MONTPELLIER

FONDERIES

AteJiers licaiuques de l'Héraolt

F. Béné^ecb et P.

Vander Poelen

Usine : 16, rue Pierre-Fermaud. ; Tél. i3-i2

Fonderie de fer et cuivre pour pièces

de tous modèles

Spécialité de pièces en bronze

pour

Pompes à chapelet à grand débil à moteur, à manège et à bras Installations mécaniques de caves Travaux de tours et de fraisage

000000000000000000300 0

LES

(NAUS5URES VIDAL

automobiles

phosphoreux

par leur élégance, leur solidité et Ia modicité relative de leurs prix, s'imposent aux person- nes soucieuses de bon goût et de leurs inté- rêts

VN

B07 V

CONSEIL : Allez

faire

une

vi-

site à ce nouveau magasin, 2, rue Ctoj-Reite'.

^^**^4i<Âl^**4l*^*úl\ÌJ*>íl*±>ÂlÚl4l±*** ±

ABlNEÍ DEMTAlRE

Extractions

6,

rue

Baudin,

6

sans douleur

avec anesthésique sans danger

Fóïmuíé spóeialement par le ]> CHICHET

Appareíls les plus perfectionnés

PROTHÈSE AM^RIâAlNE DE2H.A 6H. ET0E9H.AI1H. LESOH

C.I.D.O.

8ÊZIERS

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

X AU X

X

ÌFORCES DES (V(LOÍ>ES|

|

MONTPELLIER

§

x

x

Q Ariicles de Ménage — Percelaines %

 

i

X

Orfèvrerie — Cadeaux — Jouets ^

^C

Ì

ENTRÉE

LIBRE

X

i

i&XXXXXXXXXXáiXXXXXXXXX

X

9,

Imprimerie

Boulevard

U

Gérant :

de

l'Eoonomiste

Móridional

Jeu-de-Patune,

Montpelliei

MILA-OME S