Vous êtes sur la page 1sur 1

Prescriptions Divines | Jalons sur la route de l'Islam Sayed Qutb

La premire gnration en effet ne lisait pas le Coran dans le but d'apprendre et de se cultiver, ni dans le but d'apprcier sa lecture et d'acqurir d'autres connaissances dans le domaine des sciences et de la jurisprudence et plus de ce qu'elle connaissait dj. Elle le lisait dans le but de recevoir les Directives divines au sujet d'elle-mme et de son milieu. Cette gnration mditait le Coran pour appliquer ses Directives sitt qu'apprises, comme le soldat qui appliquerait la consigne quotidienne au champ de bataille ! Et c'est pour cette raison que les gens de la premire gnration coutaient avec mesure et sans excs le Coran, parce qu'ils devaient appliquer la lettre ce qu'ils avaient appris dans la suite ; et tous les Versets qu'ils mditaient taient autant d'engagements qu'ils avaient pris. Et c'est ainsi qu'on les voyait se limiter apprendre une dizaine de Versets Coraniques afin de pouvoir les appliquer dans la suite, comme le signalait un rcit rapport par Ibn Messaoud, que Dieu lui pardonne ses pchs. Ce sentiment - le sentiment d'assimiler pour appliquer le Coran - a ouvert devant cette gnration de larges horizons tant du point de vue lucratif que du point de vue instructif. Cette gnration n'aurait jamais pu obtenir ce sentiment si elle avait appris le Coran dans le but d'apprendre et de connatre. Le Coran en effet lui avait fourni du travail et lui avait facilit la vie, il pntrait cette vie et la reconvertissait en actes pratiques et en une culture vivante qui ne demeurait pas uniquement dans les esprits et crits, mais il transformait compltement la face de la vie. Le Coran ne livre en effet ses trsors qu' ceux qui l'approchent en cet esprit, l'esprit de la connaissance qui cre l'action. Le Coran n'est pas un livre de culture spirituelle, ni une uvre littraire ou artistique, ni un roman ou une uvre d'histoire - bien qu'il renferme tout cela - mais c'est un mode de vie, une ligne de Prescriptions Divines.