Vous êtes sur la page 1sur 1

CRAA - La Garonne

Jeudi 22 janvier 2009


Atelier Attachement Amour et Dépendances

Atelier C.R.A.A. du 22 janvier 2009


Bordeaux
Conférencier : Bertrand Vergely, Philosophe

Animateurs : Colette Lortet et Gérard Ostermann

t ta chement,
« L’amour est, sans aucun doute, la plus belle chose du monde. Quoi de
A mour,
plus beau que d’aimer et de se sentir aimé ? On comprend que toute une
tradition spirituelle dise que le monde est le fruit d’un immense acte A
d’amour. Ce que la réalité confirme.
t D épendances
N’est-ce pas dans l’amour que la vie se conçoit et qu’elle se transmet?
N’est-ce pas la passion qui fait surgir les recherches et les créations les
plus fécondes?
e
Aimer n’est-ce pas accomplir le sens de toute vie ? 
Pourtant, la souffrance d’amour est la plus grande souffrance qui soit.
Ce qui n’est pas un hasard. Aimer s’apprend. Aimer est un art. On ne joue
pas gratuitement avec les énergies de la vie qui sont en nous. Quand on
en use mal, on se brûle. On crée des manques à la suite de ces brûlures
que l’on cherche à compenser comme on peut. 
Les philosophes réfléchissent depuis l’origine de la philosophie sur ce
qu’ils ont appelé les passions et que l’on appelle aujourd’hui du nom
d’addictions. Ils ont fait des découvertes géniales à ce sujet. Que ce soit
Platon,  Aristote, les Stoïciens, les Epicuriens, Saint Augustin, Descar-
tes, Spinoza ou Nietzsche. Il faut s’en inspirer quand on veut soigner.
On ne peut pas vivre sans philosophie. Nombre de nos maladies sont des
maladies de l’esprit et de la sagesse. Les philosophes l’ont compris. C’est
la raison pour la quelle ils méritent le nom de médecins de l’âme. »

Cette journée est destinée à partir d’un atelier où nous pourrons évo-
quer notre expérience, à nous aider à repenser nos regards, nos croyan-
ces et nos attachements pour libérer d’autres attitudes dans le souci
de l’autre, tant dans la pratique soignante que dans le champ du lien
social.

“J’acquiers une identité quand je la perds et je la perds quand je crois la gagner.


Je ne suis pas moi-même quand je crois me connaître et je deviens enfin moi-même
quand je me re situe dans la part dynamique, créatrice, inconnue de moi-même.
Nous sommes là dans des questions d’identités fondamentales qui jouent des rôles
déterminants dans la constitution psychique de l’homme, dans son rapport à son
corps et dans sa situation dans l’univers.“ Bertrand Vergely
Collège régional
des alcoologues Aquitains