P. 1
BSP 200.13 Les établissements.pdf

BSP 200.13 Les établissements.pdf

|Views: 5,740|Likes:
Publié parLoic Souris

More info:

Published by: Loic Souris on Apr 01, 2013
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/22/2015

pdf

text

original

BRIGADE DE SAPEURS-POMPIERS DE PARIS

BSP 200.13
Les ETABLISSEMENTS

BSP 200.13 Les ETABLISSEMENTS

Cet ouvrage a été achevé d'imprimer en avril 2008 sur les presses de la BRIGADE de SAPEURS-POMPIERS de PARIS 1, place Jules Renard BP 31 75 823 PARIS Cedex 17 EDITION : avril 2008

"Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés, réservés pour tous pays, toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit des pages publiées dans le présent ouvrage, faite sans l'autorisation de l'éditeur est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées d'une part, les reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d'autre part, les courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d'information de l'oeuvre dans laquelle elles sont incorporées (Loi du 11 mars 1957 art. 40 et 41 et Code pénal art. 425)".

Copyright BSPP

BSP 200.1 :
BSP 200.10 : Concept d'engagement sur incendie et manoeuvres individuelles et collectives BSP 200.11 : Reconnaissances BSP 200.12 : Sauvetages et mises en sécurité

BSP 200.13 : Etablissements
BSP 200.14 : Ventilation BSP 200.15 : Attaque

BSP 200.16 : Protection BSP 200.17 : Déblai, dégarnissage et surveillance BSP 200.18 : Le feu et les incendies BSP 200.19 : Description des équipements et des matériels utilisables par les sapeurs-pompiers

- Généralités ................................................................................................................................... 2 - Etablissements d'alimentation .................................................................................................... 3 - Généralités ................................................................................................................. 3 - Etablissements d'attaque ........................................................................................................... 4 - Les matériels de base à emporter ................................................................................ 6 - Le contenu de la sacoche du sapeur de liaison ........................................................... 7 - Manoeuvres réalisables par tous les engins-pompe ................................................................ 8 - Les établissements de la ligne d'attaque ............................................................. 8 - La Lance du Dévidoir Tournant (LDT) ....................................................................... 30 - Les manoeuvres de modification (remplacement et prolongement de tuyaux) .... 36 - Une lance au moyen et sur une échelle à coulisses .................................................. 39 - Une lance sur une échelle aérienne (EPA / EPSA / EPAN) ............................ 41 - Manoeuvres réalisables par les engins-pompe à 8 hommes .............................................. 44 - Une lance sur division alimentée sans ligne d'attaque ............................................. 46 - Les manoeuvres particulières ..................................................................................... 48 - Etablissement vertical ..................................................................................... 48 - Point d'attaque inaccessible au dévidoir ................................................. 49 - Une lance option mousse sans ligne d'attaque ......................................................... 50 - Une lance 1 000 l/min sur ligne de 70 mm ............................................................... 52 - Etablissement de la lance grande puissance 50/25 ...............................................53 - Etablissement d'attaque associé à un établissement de manoeuvre ....................... 54 - Etablissements de manoeuvre .......................................... .................................................... 55 - Une ou deux lignes de 110 mm (avec ou sans FA-CA) ............................................. 56 - Les lances canons ....................................................................................................... 64 - Le dispositif d'injection ............................................................................................... 68
(Pour retourner à la page sommaire, cliquez sur le numéro de page)

Sommaire

(Pour accéder à votre manoeuvre, cliquez sur la ligne correspondante)

La présence de ce logo signale l'existence d'un lien vidéo sur la page de la manoeuvre correspondante. Cliquez dessus pour l'activer.

Sommaire
1

Les établissements

Généralités sur les établissements
Les établissements d'alimentation

Préambule
Ce document regroupe les manœuvres de base à maîtriser parfaitement pour être efficace et capable d’établir correctement les tuyaux, de bien attaquer le feu et de l’éteindre. Cette efficacité exige des hommes d'être techniquement et physiquement prêts à intervenir grâce à un entraînement régulier. Cette valeur repose sur une unité de travail qui est « le binôme » (équipe). Quelle que soit la mission, le personnel doit travailler en respectant les règles de sécurité. Les établissements sont réalisés conformément aux règles fixées en ayant le souci de limiter la gêne à la progression des matériels, des intervenants et des engins. Les appareils d’incendie sont utilisés en tenant compte de leur débit, du diamètre de la conduite qui les alimente et de leur emplacement par rapport au feu. On trouve, en partant du point d’eau vers le point d'attaque, les établissements :

L’établissement d’alimentation permet d’alimenter la pompe de l’engin.
L’alimentation de la pompe doit être réalisée dès qu’une lance est établie (à l’exception de lances sur colonne humide). Ils sont réalisés par le conducteur et éventuellement aidé par un personnel (SDL, sous-officier adjoint, etc.) au moyen de tuyaux de 70 mm, 110 mm et aspiraux (voir DFT* 725).

Les établissements de Manoeuvre

Le chef d’agrès ou de détachement a la possibilité, en fonction de la situation à l’arrivée des secours, de la densité du réseau hydraulique et de sa connaissance du secteur, de tirer profit de la souplesse d’emploi et des possibilités d’alimentation qu’offrent les engins armés d’un équipage de huit hommes.
Ils permettent d’utiliser un point d’eau hors de portée des dévidoirs mobiles. Ils sont réalisés au moyen des tuyaux de 110 mm pliés en écheveau. En règle générale, ces établissements se font du point d’attaque au point d’eau.

Les établissements d'attaque L’établissement d’attaque sont ceux qui sont utilisés par les équipes.
Ils sont raccordés directement à l’engin-pompe ou à un établissement de manœuvre. Ils sont réalisés au moyen de : tuyaux de 45 mm et de 70 mm ;

d’alimentation ; de manœuvre ; d'attaque.

tuyaux de 110 mm dans le cas d’établissements de lance canon ; la lance du dévidoir tournant.

2

*Document Formation Technique

Généralités
Le point d’eau

Cas particulier (2 PSE)

Après s’être assuré de la présence effective du 1er PSE sur les
lieux de l’intervention, le chef d’agrès se rend au point d’eau le plus approprié à la manœuvre qu’il compte réaliser.

Précisé par le chef d’agrès en fonction du sinistre, des capacités hydrauliques de l’engin et/ou de ses caractéristiques (débit, diamètre, distance par rapport au sinistre, position par rapport au sinistre, etc.).
L'alimentation peut être réalisée par :
t bo n

poteau d’incendie (PI) ; bouche d’incendie (BI) ; aspiration (nappe ou cours d’eau) ; relais (engin, motopompe, VEDI…).

Exceptionnellement, le chef d'agrès peut, en cas de faible densité en points d’eau, faire alimenter son engin sur le même hydrant (BI-PI) que le premier PSE déjà engagé, sous réserve que cet hydrant possède un débit supérieur ou égal à 90 m3/h (1 500 l/min).

En aucun cas la pompe d’un engin ne refoulera dans l’établissement d’alimentation d’un autre engin (sauf utilisation en relais). Le mode d’alimentation de la pompe sur BI ou PI est subordonné aux paramètres suivants : distance entre l’installation hydraulique BI-PI et l’engin ; débit de l’installation hydraulique ; diamètre de la conduite.
t bo n

C ’e s

!

!

En cas d’utilisation d’une retenue sur BI, le conducteur du 2e engin portera une attention toute particulière à celle-ci pour éviter qu’elle ne se déchausse et prive les deux engins de leur alimentation en eau.

Cas particulier (FA)
Le cas échéant, le SOA (sous-officier adjoint) aide le conducteur à alimenter la pompe.

Le rôle et l’implication du conducteur pour l’alimentation de son engin est décrit dans le DFT 725 (CEP).

Etablissements d'alimentation
3

Etablissements d'alimentation

C ’e s

à sa

v oi r

v oi r

à sa

Les établissements d'attaque

Etablissements d'attaque Manoeuvres communes à tous les engins-pompe
Généralités

Etablissements réalisables par des équipes

Toutes ces manœuvres peuvent s’effectuer, selon la configuration des lieux, sous la forme d’établissement horizontal, vertical ou rampant.
Le conducteur doit pouvoir assurer un potentiel hydraulique de 500 l/min par lance. Lors de la phase d'extinction, le débit des lances doit être adapté.

1re équipe
- 1re équipe

2e équipe

Sécurité

Au cours de l’attaque, le port complet des EPI est obligatoire.
Le non respect de cette directive entraîne automatiquement la responsabilité de l'intéressé et/ou de son chef.

Elle est chargée des premiers établissements : 1re et 2e lance (eau ou mousse) ; lance du dévidoir tournant (LDT) ; une lance (eau ou mousse) et la LDT. - 2e équipe Dans le cas d’un fourgon, elle est chargée des établissements suivants : 3e et 4e lances (eau ou mousse). - Cas particuliers (équipe à 3) : lance 1 000 l/min. ; lance 50/25 (FA).

Commandements

Quel que soit le type de manœuvre à réaliser, le chef qui la dirige donne un commandement initial puis un commandement d’exécution.
Le commandement initial indique au personnel la manœuvre à réaliser et le matériel à emporter par chacun. Le commandement d’exécution précise la nature de la lance, le point d’attaque, l’emplacement de la division et le point d’eau* à utiliser. Il se termine par « ETABLISSEZ ! ». Le commandement d’exécution est répété par l’exécutant.
* engin ou division 100/100/2x50 ou 100x3x50 (division de ligne de 110 mm).

Les 1re et 2e équipes participent à l'établissement de la lance canon eau/mousse (FA-CA).

4

Manoeuvres communes à tous les E-P
5

Manoeuvres communes à tous les E-P

Les matériels de base à emporter
Chef d'agrès (engin-pompe) ARI Liaison personnelle Commande en sac Ligne guide Courroie(s) d'amarre OFD Radio + Porte-radio Détecteur de CO Petite pince Ceinturon échelier avec sa sangle d'amarre Masque auxiliaire d'ARI TGR + sacoche SdL + Lampe portative
t bo n

Chef d'agrès (échelles)

S/Off. adjoint

Servant ou Chef ou 1er et 2e Chef 1er et 2e Servant

Sapeur de liaison

(hormis F) (hormis F)

ARI : Appareil Respiratoire Isolant OFD : Outil de Forcement et de Déblai CO : formule chimique du monoxyde de carbone TGR : Tableau de Gestion des Reconnaissances

!

C ’e s

à sa

A propos de l'ARI :

6

v oi r

La plaque patronymique du porteur sera accrochée sur la clé du détecteur d’immobilité dans l’engin ; la clé sera systématiquement retirée du détecteur dés la descente de l’engin ; le porteur garde la clé (avec la plaque patronymique) sur lui ; avant tout engagement, il remettra la clé, avec la plaque patronymique accrochée, au responsable du TGR.

Les indispensables de la sacoche du sapeur de liaison
Fiches bilan Décharge de responsabilité

Obturateurs velcro®

Autres documents
présents dans l'engin à vérifier lors de la prise de fonction :
- Bon de prise en charge provisoire de matériel ; - Avis de passage des sapeurs- pompiers ;

Sacoche

- Cahier d'observations DSA ; - Bons de mouvement ST 30 bis ; - Gêne à la progression des engins d'incendie ; - Fiche individuelle de signalement des incidents et agressions ; - Fin d'intervention RATP -SNCF ; Etiquettes adhésives "Gaz barré" - Documents divers.

Carnet de messages Clé gaz "Croix"

TGR + Crayon

Le contenu de la sacoche du sapeur de liaison
7

Etablissements de la ligne d'attaque

Manoeuvres communes à tous les E-P

Permet :
L'établissement d'une division au plus près du sinistre ; L'établissement rapide d'une seconde lance sur la division ; La coupure de l'alimentation à la division pour remplacer ou prolonger l'établissement ; L'établissement rapide d'une ligne de 70 mm en cas d'indisponibilité d'une colonne sèche ou humide ; De porter la puissance hydraulique à 1 000 l/min. par l'établissement d'une division 50 / 2 x 50 ; De diminuer les pertes de charges et les "coups de bélier".

Composition : 5 manchons souples, de taille variable, permettent de maintenir en place les tuyaux et de les guider au cours de l'établissement

3 tuyaux de 70 x 20 m pliés en écheveau (dont un équipé d'une division)
Division

Comment ?

Plié en écheveau, le tuyau est maintenu dans un manchon souple posé sur l'épaule.
Le tuyau est maintenu dans un manchon de plastique souple, (bleu pour les tuyaux de 70 mm, rouge pour ceux de 45 mm avec lance). Ce dispositif évite que les brassées ne glissent latéralement de l'épaule. Une poignée permet de le maintenir vers l'avant durant l'établissement. Le manchon ne doit pas redescendre le long du dos lors de l'établissement afin de ne pas géner le bon coulissement du tuyau dans le manchon.

2 tuyaux de 45 x 20 m pliés en écheveau dont l'un est doté d'une lance à double régulation Le chef d'agrès doit privilégier l'utilisation de la ligne d'attaque.
Toutefois, selon les situations rencontrées, il a toute latitude d'utiliser des moyens de substitution afin d'optimiser son action.

8

Attribution du matériel et des missions

Le chef d'agrès
1 tuyau de 70 x 20 m

Le servant

1 tuyau de 70 x 20 m avec division

Il dépose son 70 x 20 m où il le juge nécessaire. Il indique le point d'attaque au chef d'équipe et l'emplacement de la division au servant.
Le chef d'équipe
2 tuyaux de 45 x 20 m dont 1 muni d'une lance

Il pose la division à l'endroit indiqué par le chef d'agrès, dévide son tuyau jusqu'au sapeur de liaison et remonte doubler le chef d'équipe au point d'attaque. Le sapeur de liaison
1 tuyau de 70 x 20 m

Il assure le dernier tronçon de la ligne, raccorde son tuyau à celui du servant et utilise éventuellement le tuyau laissé sur le trajet par le chef d'agrès. Il donne son demi-raccord au conducteur et lui indique les données de l'établissement en cours (nombre de tuyaux, dénivelée...). Il retourne au point d'attaque avec 2 tuyaux de 45 mm x 20 m dont un muni d'une lance ou de tout autre matériel sur ordre.
Chef d'équipe

Il se place au point d'attaque indiqué par le chef d'agrès. Il établit sa ligne de 45 avec la lance en utilisant, éventuellement, le second tuyau, puis la raccorde à la division.

Principe général
45 x 20 m Sapeur de liaison Jonction avec le conducteur

Sapeur de liaison

70 x 20 m avec division du servant

Chef d'agrès

70 x 20 m laissé par le chef d'agrès

70 x 20 m du sapeur de liaison Servant

La ligne d'attaque
9

La ligne d'attaque

Pliage des tuyaux
Le tuyau de 70 x 20 m
- Dérouler entièrement le tuyau afin de faciliter l'évacuation de l'air et de l'eau. - Positionner le manchon à hauteur du demi-raccord face extérieure contre terre.

Le bon pliage en écheveau des tuyaux de la ligne d'attaque revêt une importance toute particulière d'une part pour leur bon déroulage sur intervention, et d'autre part, pour leur rangement dans les engins-pompe.

1

5

- Plier le dernier écheveau de manière à ce que le demi-raccord se positionne à l'extrémité opposée de celui posé au sol, puis fermer le manchon à l'aide du velcro®.

2

- Mesurer deux fois la longueur du manchon, puis le faire glisser sous le tuyau, de façon à ce que ce dernier soit positionné au centre du manchon.

6

- Basculer l'écheveau sur le flanc et ramener le demi-raccord qui se trouvait au sol sur le manchon pour l'attacher avec la courroie.

'ast

e uc e

!

n pl

3

- Débuter le pliage en prenant soin de réaliser des écheveaux d'égale longueur à chaque extrémité.

4

10

us L

Tout en réalisant les écheveaux, chasser l'air en maintenant une main en appui sur le tuyau.

Le tuyau de 45 x 20 m
- Dérouler entièrement le tuyau afin de faciliter l'évacuation de l'eau et de l'air. - Positionner le manchon à hauteur du demi-raccord face extérieure contre terre.

- Plier le dernier écheveau de manière à ce que le demi-raccord se positionne à l'extrémité opposée de celui posé au sol, puis fermer le manchon à l'aide du velcro®.

1

5

2

- Mesurer deux fois la longueur du manchon, puis le faire glisser sous le tuyau, de façon à ce que ce dernier soit positionné au centre du manchon.

- Basculer l'écheveau sur le flanc et ramener le demi-raccord qui se trouvait au sol sur le manchon pour l'attacher avec la courroie.
6

3

- Débuter le pliage en prenant soin de réaliser des écheveaux d'égale longueur à chaque extrémité.

4

- Conserver une main en appui sur le tuyau afin de chasser l'air qui peut nuire à un bon pliage.

Le pliage des tuyaux en écheveau
11

La ligne d'attaque

Etablissement d'une lance
Au commandement " Avec la ligne d'attaque EN RECONNAISSANCE ! ",
C ’e s

Chef d'équipe

Chef d'agrès

le personnel, muni du matériel décrit ci-dessous, se dirige vers le point d'attaque en suivant le chef d'agrès.

t bo n

!

Dans le cas où l'intervention nécessite la mise en oeuvre d'une 2e lance, celle-ci sera établie au plus tôt sur la seconde tubulure disponible.

à sa

Chef d'agrès

Chef d'équipe ou 1er chef

Servant ou 1er servant

Sapeur de liaison Sapeur de liaison

Matériel de base
1 tuyau 70 x 20 m 2 tuyaux 45 x 20 m 1 tuyau 70 x 20 m de la LA + 1 lance 2e chef + 1 division 2e servant Sapeur de liaison Sapeur de liaison 1 tuyau 70 x 20 m
70 x 20 m du chef d'agrès

Matériel sur ordre Après avoir effectué sa reconnaissance, le chef d'agrès commande :

" Pour l'établissement d'une lance, point d'attaque (tel endroit), emplacement de la division (tel endroit), point d'eau à utiliser (tel point d'eau), ETABLISSEZ ! " 12

v oi r

70 x 20 m avec division du servant

70 x 20 m du sapeur de liaison Servant

Ci-contre : déroulé d'un
établissement rampant

Lors de l'ascension, le chef d'agrès dépose son tuyau où il le juge nécessaire pour faciliter la réalisation de l'établissement. Arrivé au point d'attaque, il commande l'établissement.

Le chef d'équipe amarre si nécessaire le tuyau de 70 mm (la division doit rester au sol). Il établit sa lance avec 1 ou 2 tuyaux de 45 mm.

2

Le chef d'équipe saisit la division et la pose à l'emplacement demandé par le chef d'agrès. Il la maintient au sol et commande au servant : "EN AVANT !".

6

Le sapeur de liaison donne son demi-raccord au conducteur et lui indique les données de l'établissement en cours (nombre de tuyaux, dénivelée...). Il retourne au point d'attaque avec 2 tuyaux de 45 mm x 20 m dont un muni d'une lance ou de tout autre matériel sur ordre. Le chef d'équipe raccorde son tuyau à la division qu'il ouvre. Il règle sa lance en jet diffusé d'attaque. Il se place en sécurité en attendant le retour de son servant, puis l'ordre d'engagement du chef d'agrès.

3

Le servant établit son tuyau et le raccorde à celui du sapeur de liaison. Il retourne au point d'attaque doubler le chef d'équipe.

7

C ’e s

4

v oi r

Le sapeur de liaison poursuit l'établissement jusqu'à l'engin. Il récupère le tuyau laissé par le chef d'agrès et prolonge l'établissement avec le dévidoir si nécessaire.

t bo n

particulière, il donne son 70 x 20 m au servant. Ce dernier réalise alors l'établissement dans son ensemble jusqu'à l'engin. Il regagnera le point d'attaque avec les 2 petits tuyaux dont un muni d'une lance ou tout autre matériel sur ordre. Sur ordre, une 2e lance peut être établie sur la seconde tubulure de la division. Le chef d'agrès doit privilégier le jour de la cage d'escalier.

!

Si le sapeur de liaison est employé pour une mission

Etablissement d'une lance
13

1

5

à sa

La ligne d'attaque

Etablissement de lance(s) sur division alimentée
Au commandement " EN RECONNAISSANCE ! ", le personnel,
muni du matériel ci-contre, se dirige vers le point d'attaque en suivant le chef d'agrès. Après avoir effectué sa reconnaissance, le chef d'agrès commande :
Chef d'équipe ou 1er chef Servant ou 1er servant

" Pour l'établissement d'une lance sur division alimentée, point d'attaque (tel endroit), emplacement de la division (tel endroit), point d'eau à utiliser (tel point d'eau), ETABLISSEZ ! "

Chef d'agrès

Sapeur de liaison

Matériel de base
1 tuyau 70 x 20 m 2 tuyaux 45 x 20 m 1 tuyau 70 x 20 m de la LA + 1 lance + 1 division 1 tuyau 70 x 20 m

C ’e s

t bo n

!

la ligne d'attaque reste à la diligence du chef d'agrès à partir du moment où celui-ci intervient en 2e engin-pompe.

L'emport de l'ensemble des tuyaux de 70 x 20 m de

Dévidoir de gauche
2e chef 2e servant

à sa

14

v oi r

Dévidoir de droite + matériel sur ordre
Sapeur de liaison Prolongement éventuel jusqu'à l'engin Servant

Chef d'équipe Chef d'agrès

20 à 60 m

Le chef d'agrès dépose son tuyau à l'emplacement de la division. Il donne l'ordre d'établir.

Le chef d'équipe établit sa lance au moyen d'un ou deux 45 x 20 m.

2
Le chef d'équipe maintient la division au sol et commande "EN AVANT !" au servant.

6

Le sapeur de liaison donne son demi-raccord au conducteur et lui indique les données de l'établissement en cours (nombre de tuyaux, dénivelée...). Il retourne au point d'attaque avec 2 tuyaux de 45 mm x 20 m dont un muni d'une lance ou de tout autre matériel sur ordre. Le chef d'équipe raccorde son établissement à la division, il l'ouvre et règle sa lance en jet diffusé d'attaque. Il se place en sécurité en attendant le retour du servant et l'ordre d'engagement du chef d'agrès.

3

Le servant et le sapeur de liaison réalisent l'établissement en tuyaux de 70 mm (écheveaux et/ou dévidoir).

7

C ’e s

4

v oi r

Dans le cas d'un éventuel prolongement de la LA au moyen du dévidoir, le servant maintient le demiraccord au sol et commande "EN AVANT !" au sapeur de liaison, puis retourne doubler le chef d'équipe.

t bo n

!

Si, compte tenu de la longueur de l'établissement, la ligne d'attaque et le dévidoir de gauche ne suffisent pas pour relier le point d'attaque au point d'eau, le second dévidoir sera utilisé. Dans le cas où l'intervention nécessite la mise en oeuvre d'une 2e lance, celle-ci sera établie au plus tôt sur la seconde tubulure disponible. La 2e équipe peut réaliser 2 lances sur division alimentée sans ligne d'attaque (dévidoir de droite) voir pages 46 et 47.

Lance(s) sur division alimentée
15

1

5

à sa

La ligne d'attaque

Etablissement de lance(s) sur colonne sèche hors IGH
Au commandement " Pour l'établissement d'une lance sur colonne sèche, EN RECONNAISSANCE ! ", le personnel se munit du matériel décrit ci-dessous.
Chef d'équipe

Chef d'agrès

Servant

N-1
Tuyau de raccordement

C ’e s

t bo n

!

de 50/40

à sa

Le diamètre d'une colonne sèche de 65 mm permet un débit de 1 000 l/min. maxi.

Chef d'agrès

Chef d'équipe ou 1er chef

Servant ou 1er servant

Le diamètre d'une colonne de 100 mm (alimentée par 2 lignes de 70 mm) permet un débit de 2 000 l/min. au maximum.
Sapeur de liaison
Le sapeur de liaison remonte avec 2 petits tuyaux dont un muni d'une lance et d'un tuyau de raccordement 50 x 40

Matériel de base
Eventuellement 2 tuyaux 45 x 20 m + 1 lance la masse 1 tuyaux 70 x 20 m + 1 division + 1 tuyau de raccordement 65/50 + 1 tuyau de raccordement 50/40 2e servant 1 tuyau de raccordement 65/50+ 1 tuyau de raccordement 50/40 + dévidoir de gauche
Si CS 100 mm : division 100/2x50 ("Y")

2e chef

matériel sur ordre

Le chef d'agrès désigne au sapeur de liaison l'orifice d'alimentation de la colonne à alimenter. L'équipe et le chef d'agrès se rendent au niveau du feu. Le chef d'agrès désigne la prise d'incendie de la colonne et commande :

16

" Pour l'établissement d'une lance, point d'attaque (tel endroit), emplacement de la division (si nécessaire tel endroit), ETABLISSEZ ! "

v oi r

Tuyau de raccordement 65/50

Colonne sèche

Sapeur de liaison

Le chef d'agrès donne l'ordre d'établir.

Le servant ouvre progressivement, à l'arrivée de l'eau, la division ou le robinet de la prise d'incendie. Il double ensuite le chef d'équipe.

2

Le chef d'équipe établit sa lance au moyen d'un ou deux 45 x 20 m. Il se raccorde au tuyau de raccordement ou à la tubulure de la division.

6

Le sapeur de liaison réalise l'établissement de l'orifice d'alimentation jusqu'à l'engin. Si CS 100 mm : l'alimentation est réalisée avec 2 lignes de 70 mm et une division 100/2x50 sans robinet ("Y").

!

3

Le servant dépose son tuyau de 70 x 20 m et les tuyaux de raccordement au pied de la prise d'incendie à N-1. Il branche le tuyau de raccordement et établit sur ordre la division.

7

Le sapeur de liaison rejoint le point d'attaque avec 2 tuyaux de 45 x 20 m dont un muni d'une lance et d'un tuyau de raccordement 50/40 ou tout autre matériel sur ordre.

4

C ’e s

Le sapeur de liaison est chargé de l'alimentation de la colonne sèche. Il branche le tuyau de raccordement 65/50 sur l'orifice d'alimentation désigné par le chef d'agrès, puis le raccorde au dévidoir.

t bo n

!

L'établissement de la division est réalisé aux ordres du chef d'agrès.

Le sapeur de liaison vérifie la fermeture des orifices de refoulement de la colonne sèche en se rendant au point d'attaque.

Lance(s) sur colonne sèche
17

1

5

à sa

v oi r

La ligne d'attaque

Etablissement de lance(s) sur colonne humide hors IGH
Au commandement " Pour l'établissement d'une lance sur colonne humide, EN RECONNAISSANCE ! ", le personnel, muni du matériel décrit ci-dessous, se dirige vers le point d'attaque en suivant le chef d'agrès.

Chef d'équipe

Chef d'agrès

Servant N-1
Tuyau de raccordement de 50/40

SdL

Chef d'agrès

Chef d'équipe ou 1er chef

Servant ou 1er servant

Sapeur de liaison

Matériel de base
Eventuellement 2 tuyaux 45 x 20 m + 1 lance la masse 1 tuyau 70 x 20 m 2 tuyaux 45 x 20 m + 1 division + 1 lance + 1 tuyau de + 1 tuyau de raccordement raccordement 50/40 50/40 + 1 tuyau de + 1 tuyau de raccordement raccordement 65/50 65/50 2e servant

2e chef

matériel sur ordre Le personnel se rend au niveau du feu. Le chef d'agrès désigne la prise d'incendie de la colonne et commande :

18

" Pour l'établissement d'une lance, point d'attaque (tel endroit), emplacement de la division (tel endroit si nécessaire), ETABLISSEZ ! "

Le chef d'agrès donne l'ordre d'établir.

2

Le chef d'équipe établit sa lance au moyen d'un ou deux tuyaux 45 x 20 m. Il se raccorde au tuyau de raccordement ou à la tubulure de la division. Le servant dépose son tuyau de 70 x 20 m et les tuyaux de raccordement au pied de la prise d'incendie à N-1. Le sapeur de liaison suit le chef d'agrès avec deux tuyaux de 45 x 20 m dont un muni d'une lance et d'un tuyau de raccordement 50/40 ou tout autre matériel sur ordre. Le servant établit sur ordre le 70 x 20 m muni de la division à la prise d'incendie. Il ouvre la division ou le robinet de la prise d'incendie, puis double le chef d'équipe.

3

4

Lance(s) sur colonne humide
19

1

La ligne d'attaque

Etablissement de lance(s) sur colonne sèche alimentée par poteau relais
Au commandement " Pour l'établissement de lance(s) sur colonne sèche alimentée par poteau relais, EN RECONNAISSANCE ! ", le personnel, muni du matériel décrit ciaprès, se dirige vers le point d'attaque en suivant le chef d'agrès.
C ’e s
t bo n

Chef d'agrès

Chef d'équipe

Servant

!

Le diamètre d'une colonne sèche de 65 mm permet un débit de 1 000 l/min. maxi.
à sa

N-1
Tuyau de raccordement de 50 x 40

Le diamètre d'une colonne de 100 mm (alimentée par 2 lignes de 70 mm) permet un débit de 2 000 l/min. au maximum.
Tuyau de raccordement 50/65 Chef d'agrès Chef d'équipe ou 1er chef Servant ou 1er servant Sapeur de liaison
Raccord 50/65 Sapeur de liaison

Matériel de base
Eventuellement 2 tuyaux 45 x 20 m + 1 lance la masse 1 tuyau 70 x 20 m 2 tuyaux de + 1 division raccordement + 1 tuyau de (65/50 et 50/40) raccordement + 1 raccord 65/50 65/50 + dévidoir de + 1 tuyau de gauche + raccordement clef de poteau 50/40 Si CS 100 mm : 2e servant
division 100/2x50 ("Y")

2e chef

matériel sur ordre Le chef d'agrès désigne au conducteur l'orifice d'alimentation du poteau relais. Au SdL il désigne l'orifice de refoulement du poteau et l'orifice d'alimentation de la colonne sèche. L'équipe et le chef d'agrès se rendent au niveau du feu. Le chef d'agrès désigne la prise d'incendie de la colonne et commande :

20

" Pour l'établissement d'une lance, sur colonne sèche alimentée par poteau relais, point d'attaque (tel endroit), emplacement de la division si nécessaire (tel endroit), ETABLISSEZ ! "

v oi r

Sapeur de liaison

Colonne sèche

Dalle

Voie engins

Le chef d'agrès donne l'ordre d'établir.

Le sapeur de liaison réalise l'établissement de l'orifice d'alimentation jusqu'au poteau relais.

2

Le chef d'équipe établit sa lance au moyen d'un ou deux tuyaux 45 x 20 m. Il se raccorde au tuyau de raccordement ou à la tubulure de la division.

6

Le sapeur de liaison branche son établissement sur le poteau relais par l'intermédiaire du raccord de réduction 65/50. Il ouvre le poteau.

3

Le servant dépose son tuyau de 70 x 20 m et les tuyaux de raccordement au pied de la prise d'incendie à N-1. Il établit sur ordre la division.

7

Le sapeur de liaison rejoint le point d'attaque avec 2 tuyaux de 45 x 20 m dont un muni d'une lance et d'un tuyau de raccordement 50/40 ou tout matériel sur ordre, sauf ordre contraire (engin trop éloigné...).

4

Le sapeur de liaison est chargé de l'alimentation de la colonne sèche. Il branche le tuyau de raccordement 65/50 sur l'orifice d'alimentation désigné par le chef d'agrès, puis le raccorde au dévidoir.

8

Le servant ouvre progressivement, à l'arrivée de l'eau, la division ou le robinet de la prise d'incendie. Il double ensuite le chef d'équipe.

Lance(s) sur colonne sèche par poteau relais

1

5

21

La ligne d'attaque

Etablissement de la ligne d'attaque par l'extérieur au moyen de la commande

Chef d'agrès

1er cas :
Après les commandements " Avec la ligne d'attaque EN RECONNAISSANCE ! " ou " EN RECONNAISSANCE ! ", le chef d'agrès, après avoir effectué sa reconnaissance, décide d'établir la ligne d'attaque par l'extérieur.

Le chef d'équipe et le servant hissent les tuyaux au moyen de la commande en sac

Chef d'équipe

Servant

3 manchons souples ouverts, tuyaux raccordés

Chef d'agrès

Chef d'équipe ou 1er chef

Servant ou 1er servant

Sapeur de 4 liaison

Matériel de base P X AU E M 2 tuyaux 45 x 20 m 1 70 x 20 m Rtuyau 1 tuyau 70 x 20 m 1 tuyau 70 x 20 m FO N O + 1 lance + 1 division C SE BA E Dévidoir de gauche D EL I R TE 2e chef 2e servant A M Dévidoir de droite + matériel sur ordre Après avoir effectué sa reconnaissance, le chef d'agrès commande :

E AG

2 S1

1 et

Sapeur de liaison

Sapeur de liaison

22

" Pour l'établissement de la ligne d'attaque par l'extérieur, emplacement de la division pour être hissée (tel endroit), point d'eau à utiliser (tel point d'eau), ETABLISSEZ ! "

Le chef d'équipe et le servant suivent le chef d'agrès au niveau intéressé (où à N-1). Ce dernier désigne le point d'attaque.

2

Le sapeur de liaison dépose son tuyau de 70 x 20 m à côté de ceux du chef d'agrès et du servant à l'emplacement de la division pour être hissée. Il ouvre les 3 manchons et raccorde les 3 tuyaux de 70 x 20 m.

6

Le chef d'équipe, aidé du servant, hisse la division et amarre, si nécessaire, le tuyau de 70 mm (la division doit rester au sol). Il commande "EN AVANT !". Il constitue une réserve avec 1 ou 2 tuyaux de 45 x 20 m. Le sapeur de liaison termine l'établissement jusqu'à l'engin. Il utilise, si nécessaire, le dévidoir.

3
Le chef d'équipe crie "ATTENTION !" et, à la réponse "ENVOYEZ !" du sapeur de liaison, lance sa commande.

7

Le sapeur de liaison donne le demi-raccord au conducteur et lui précise les données de l'établissement. Il remonte au point d'attaque avec l'eau et deux tuyaux de 45 x 20 m dont un muni d'une lance ou tout autre matériel sur ordre.

'ast

4
Le sapeur de liaison amarre la commande à la division et crie "HISSEZ !". Il guide l'ascension.

e uc e

!

Pour faire face à l'absence de

point d'ancrage lors de l'amarrage de l'établissement, utilisez la grande pince, en appui sur la partie basse du chambranle d'une porte, et un crochet d'amarre réglable comme sur la photo ci-contre.

La ligne d'attaque par l'extérieur
23

1

5

n pl

us L

La ligne d'attaque

2e cas :
Après les commandements " Avec la ligne d'attaque EN RECONNAISSANCE ! " ou " EN RECONNAISSANCE ! ", le chef d'agrès, après avoir effectué sa reconnaissance, décide d'établir par l'extérieur.

Chef d'agrès

Le chef d'équipe et le servant hissent la division au moyen de la commande en sac
t bo n

Chef d'équipe

Dans ce cas, le chef d'agrès décide d'effectuer cette manoeuvre une fois arrivé au point d'attaque. Cette dernière est réalisée au moyen d'un dévidoir et d'une division pour éviter de redescendre le matériel emporté au préalable.
à sa
v oi r

!

C ’e s

Servant

t1 2e 1 ES Matériel de base PAG UX EA M 2 tuyaux 45 x 20 m R 1 tuyau 70 x 20 m 1 tuyau 70 x 20 m 1 tuyau 70 x 20 m FO N + 1 lance + 1 division CO E S BA E Dévidoir de gauche D EL I R TE 2e chef 2e servant MA Dévidoir de droite + matériel sur ordre Après avoir effectué sa reconnaissance, le chef d'agrès commande :

Chef d'agrès

Chef d'équipe ou 1er chef

Servant ou 1er servant

Sapeur de 4 liaison

Le sapeur de liaison redescend la division du tuyau 70 x 20 m du servant et la raccorde sur le 1er tuyau du dévidoir.

Sapeur de liaison

" Pour l'établissement de la ligne d'attaque par l'extérieur, emplacement de la division pour être hissée (tel endroit), point d'eau à utiliser (tel point d'eau), ETABLISSEZ ! " 24

L'équipe et le SdL suivent le chef d'agrès au niveau intéressé. Ce dernier désigne le point d'attaque, et donne l'ordre d'établir une division par l'extérieur au moyen du dévidoir.

Le chef d'équipe, aidé du servant, hisse la division et amarre si nécessaire le tuyau de 70 mm (la division doit rester au sol). Il commande "EN AVANT !". Il établit sa lance avec 1 ou 2 tuyaux de 45 mm.

2

Le sapeur de liaison redescend la division de la LA et la raccorde au 1er tuyau du dévidoir qui sert à l'alimentation de l'établissement par l'extérieur.

6

Le sapeur de liaison termine l'établissement jusqu'à l'engin en s'attachant à conserver l'établissement vertical le long de la façade.

3
Le chef d'équipe crie "ATTENTION !" et, à la réponse "ENVOYEZ !" du sapeur de liaison, lance sa commande.

7
Il donne le demiraccord au conducteur et lui précise les données de l'établissement.

4

Le sapeur de liaison effectue une réserve de tuyaux suffisante, amarre la commande à la division et crie "HISSEZ !". Il guide l'ascension.

8
Il remonte au point d'attaque avec l'eau et deux tuyaux 45 x 20 m dont un muni d'une lance ou tout autre matériel sur ordre.

La division au moyen du dévidoir par l'extérieur
25

1

5

La ligne d'attaque

C ’e s

'inf

Chef d'agrès

Sapeur de 4 liaison

ES Matériel de base PAG Après avoir effectué sa reconnaissance, le chef d'agrès commande : UX A 2 tuyaux 45 x 20 m 1 tuyau E 70 x 20 m RM 1 tuyau 70 x 20 m 1 tuyau 70 x 20 m O F + 1 lance N + 1 division " Pour l'établissement d'une lance à mousse, point O C E S d'attaque (tel endroit) , emplacement de la division A Dévidoir de gauche EB D (tel endroit), point d'eau à utiliser (tel point d'eau), EL RI 2e chef 2e servant E T ETABLISSEZ ! " MA Dévidoir de droite + Sapeur de liaison matériel sur ordre Servant Chef d'équipe
20 m 20 m
t bo n

et 12

1

26

Si lance à régulation de pression, se munir du « manchon mousse ».

v oi r

Prolongement éventuel jusqu'à l'injecteur

!

C ’e s

L

Chef d'équipe ou 1er chef

Servant ou 1er servant

v oi r

Au commandement " EN RECONNAISSANCE ! " ou " Avec la ligne d'attaque EN RECONNAISSANCE ! " , le personnel, muni du matériel décrit ci-après, se dirige vers le point d'attaque en suivant le chef d'agrès.

conducteur doit envoyer l'eau progressivement. La pression à l'injecteur doit être au minimum de 10 bars. Si la lance à mousse est commandée dès le départ, le SdL prend de suite le matériel dont il a besoin, sans se rendre au point d'attaque.

Le

De plus, la lance à mousse doit toujours rester ouverte. La fermeture de l'établissement s'effectue obligatoirement en amont de l'injecteur (engin ...), donc la tubulure de la division doit rester ouverte. Après une manoeuvre mousse, l'établissement doit être rincé.

o

en

!

Avec un bidon de 20 l d'émulseur, vous aurez une autonomie de 1 min. 20 s environ (injecteur réglé à 3 %) avec une seule lance.

Une seconde lance à mousse peut être établie sur la tubulure restante de la division (par un autre binôme).

v oi r

Etablissement de lance(s) à mousse

t bo n

!

La lance doit être utilisée en jet droit avec un débit maximum et une ouverture maximale.
à sa

C ’e s
p lus

t bo n

!

à sa

20 m

à sa

1er modificatif juin 2009

Le chef d'équipe maintient la division au sol et commande "EN AVANT !" au servant.

Le chef d'équipe raccorde l'établissement à la division et ouvre la tubulure. Il commande "OUVREZ !".

2

Le chef d'équipe établit un ou deux tuyaux 45 x 20 m et règle sa lance en mode "mousse" (cf. BSP 200.19 en fonction de la lance utilisée).

6

Le sapeur de liaison raccorde l'injecteur sur le tuyau du servant, puis le règle sur 3 ou 6 % sur ordre. Il apporte un bidon d'émulseur et y plonge la canne.

3

Le servant établit son tuyau 70 x 20 m avec la division jusqu'à l'injecteur. Il utilise le dévidoir si nécessaire, puis le ramène à l'engin.

7

Le servant répercute l'ordre "OUVREZ !" et va doubler le chef d'équipe. Le chef d'équipe attaque le feu dès que la mousse est utilisable.

4
Le sapeur de liaison récupère l'injecteur à l'engin et établit son tuyau 70 x 20 m de l'engin vers le point d'attaque et raccorde l'injecteur.

8

Le sapeur de liaison donne le demi-raccord au conducteur et répercute "OUVREZ !". Au commandement "FERMEZ !" du chef d'équipe, il retire la canne.

La lance à mousse
27

1

5

1er modificatif juin 2009

La ligne d'attaque

Alimentation et pression à la pompe
Etablissement d'une lance

Sur ordre, le conducteur peut envoyer dans temps, l'eau de la citerne, puis dans un temps, alimenter la pompe. Cependant, doit absolument être alimentée avant l'établissement d'une seconde lance sur

un premier deuxième la pompe d'autoriser la "LA".

L'établissement de la ligne d'attaque (LA) est réalisé avec 3 tuyaux de 70 x 20 m (60 m) et 2 tuyaux de 45 x 20 m (40 m), soit une longueur de 100 m.
pression à la lance : 6 bars (lance non autorégulée) ; perte de charge dans les tuyaux de 70 mm : 0,45 bar pour 60 m ; perte de charge dans les tuyaux de 45 mm : 2,3 bars pour 40 m.

La pression en sortie de pompe doit être de 8,75 bars, soit 9 bars pour un établissement de plain-pied.
t bo n

!

C ’e s

Il faut penser à rajouter 1 bar de pression pour 10 m de dénivelée positive à la pression en sortie de pompe.

Etablissement d'une seconde lance sur la division

Dans le cas où une seconde lance (500 l/min.) est établie grâce à la division, dans les mêmes conditions de longueur d'établissement (100 m), la pression en sortie de pompe sera alors de 10 bars.
pression aux lances : 6 bars (lance non autorégulée) ; perte de charge dans les tuyaux de 70 mm : 1,8 bars (le débit passant dans l'établissement sera alors de 1 000 l/min.) ; perte de charge dans les tuyaux de 45 mm : 2,3 bars.

28

!

à sa

v oi r

Alimentation et pression à la pompe
29

Les établissements d'attaque

La lance du dévidoir tournant
L’usage de la lance du dévidoir tournant est interdit, comme premier moyen d'extinction, pour tous feux de contenants quel que soit leur volume.

1

Arrivé au point d'attaque, le chef d'équipe constitue une réserve suffisante et amarre le tuyau si nécessaire. Commande "HALTE !"

Par les communications existantes à partir du dévidoir tournant
Au commandement " Avec la lance du dévidoir tournant EN RECONNAISSANCE ! " le personnel, réparti sur la longueur de l’établissement, se dirige vers le point d'attaque en suivant le chef d'agrès.

2

Le servant aide le chef d'équipe à constituer la réserve et amarre le tuyau si nécessaire. Il répercute le commandement "HALTE !".

3

Le sapeur de liaison répercute le commandement "HALTE !" au conducteur.

Chef d'équipe

Servant

Sapeur de liaison

Conducteur

C ’e s

t bo n

LDT

Tuyaux de prolongement

Après avoir effectué la reconnaissance, le chef d'agrès désigne :

" Point d'attaque (tel endroit) ! " 30

v oi r

Matériel de base

directement à partir du dévidoir tournant et éventuellement prolongée par des tuyaux de 45 mm ;

!

à partir de la seconde tubulure de la division de la ligne d'attaque (manoeuvre particulière). Rappel ! Le débit maximal dans un établissement de diamètre 22 mm est de 150 l/min.

à sa

La LDT peut être établie soit :

Le conducteur déroule le ou les tuyaux de prolongement de la LDT.

1

Le conducteur déroule rapidement le dernier tuyau du dévidoir tournant et démonte le dernier raccord.

5

Au commandement "Halte !" le conducteur envoie l'eau de la citerne puis réalise l'alimentation de la pompe ( voir DFT 725).

2

Il monte celui-ci sur le tuyau de prolongement déjà déroulé et raccorde le dernier demi-raccord sur l'orifice de refoulement.

6
Le chef d'équipe attaque le feu doublé par le servant.

3
Il ouvre la vanne de refoulement.

C ’e s

t bo n

!

Référence GNR (Guide National de Référence) :

Lors d’intervention pour feu en volume clos ou semi-ouvert, le binôme d’attaque doit disposer d’une lance lui permettant de délivrer un débit de 500 l/mn afin d’être en capacité de faire face à un risque de phénomène thermique.

LDT par les communications existantes
31

4

En cas de prolongement

à sa

v oi r

Les établissements d'attaque

Par l'extérieur à partir du dévidoir tournant
Au commandement " Avec la lance du dévidoir tournant EN RECONNAISSANCE ! " le personnel, réparti sur la longueur de l’établissement, suit le chef d'agrès.

Après avoir effectué sa reconnaissance, le chef d'agrès commande :

" Lance du dévidoir tournant par l'extérieur, emplacement de la lance pour être hissée (tel endroit) ETABLISSEZ ! "
Chef d'équipe Chef

Servant

d'agrès

Le chef d'équipe hisse l'établissement au moyen de la commande en sac, aidé par le servant

Chef d'équipe

Servant

Sapeur de liaison

Conducteur

Matériel de base
LDT Tuyaux de prolongement
Sapeur de liaison

32

Le chef d'équipe se rend au niveau indiqué avec le servant Il crie "Attention !"

Le chef d'équipe et le servant réalisent une réserve de tuyaux et amarrent ce dernier.

2

Le sapeur de liaison constitue une réserve de tuyaux au pied de l'immeuble. Il répond au chef d'équipe "Envoyez !"

6
Le conducteur agit comme lors de la manoeuvre précédente.

3

Le chef d'équipe lance sa commande. Le sapeur de liaison accroche le mousqueton de la commande à la LDT. Il commande "Hissez !" et guide l'ascension.

4
Au commandement "Hissez !" du sapeur de liaison, aidé du servant, il hisse l'établissement.

LDT par l'extérieur
33

1

5

Les établissements d'attaque

Par les communications existantes à partir de la division de la ligne d'attaque
Au commandement " Pour l'établissement de la lance du dévidoir tournant sur ligne d'attaque, ETABLISSEZ ! " , le personnel déroule la totalité des tuyaux du dévidoir tournant, puis les raccorde sur la tubulure disponible de la division de la ligne d'attaque à l'aide du raccord intermédiaire.

C ’e s

t bo n

Cette manoeuvre particulière est réalisable par un 2e binôme. Celui-ci utilise la LDT de l'engin-pompe le plus proche du sinistre. Si nécessaire, cet établissement peut être prolongé par des tuyaux de 45 mm.

!

à sa

Chef d'équipe

Servant

Sapeur de liaison

Conducteur de l'engin-pompe le plus proche du sinistre

Chef, servant et sapeur de liaison du 2e engin-pompe en appui de la 1re lance avec la LDT du 1er engin-pompe

Matériel de base
LDT Tuyaux de prolongement

34

v oi r

Chef et servant du 1er engin-pompe avec la ligne d'attaque

Raccordement de la LDT sur la tubulure libre de la division de la ligne d'attaque

Sapeur de liaison du 1er engin-pompe terminant l'établissement de la ligne d'attaque

Raccordement de la LDT sur la tubulure libre de la division de la ligne d'attaque

LDT par l'extérieur à partir de la division de la LA
35

Les établissements d'attaque

Manoeuvres de modification Remplacement de tuyaux
Le remplacement se fait le plus judicieusement possible en fonction des lieux et des circonstances (tuyau roulé sur luimême, dévidoir, etc.). Ces manœuvres sont réalisées seul ou en équipe.

En équipe

1

Le chef pose sa lance, robinet partiellement ouvert. Il fait fermer à la division ou à l'engin.

Seul

1

Le porte-lance pose sa lance, robinet partiellement ouvert et ferme la tubulure de la division de son établissement.

2

Le chef ou le servant prend un nouveau tuyau (roulé sur lui même ou sur un dévidoir) et le déroule parallèlement au tuyau endommagé.

2

Il prend un nouveau tuyau et le déroule parallèlement au tuyau endommagé. Remplace le tuyau défectueux et y fait un noeud.

3

Ils remplacent le tuyau défectueux et y font un noeud. Le servant ramène éventuellement le dévidoir à l'engin. Une fois les raccordements effectués, le chef arrange sa réserve. Il commande au servant : "Ouvrez !". Le servant ouvre à nouveau la tubulure de la division ou fait ouvrir à l'engin et retourne doubler le chef.

3

Une fois les raccordements effectués, il ouvre à nouveau la tubulure de la division.

4

36

Le prolongement se fait le plus judicieusement possible en fonction des lieux et des circonstances (tuyau roulé sur luimême, dévidoir, etc.). Ces manœuvres sont réalisées seul ou en équipe.

1
Le chef poursuit son action.

Seul

1

Le porte-lance pose la lance, robinet partiellement ouvert. Il ferme la tubulure de la division de son établissement ou fait fermer à l’engin.

2

Le servant prend le nouveau tuyau (roulé sur lui même ou sur un dévidoir...), le déroule et ensuite, procède à la fermeture de l'eau.

2
Il prend un nouveau tuyau et le déroule. Procéde aux branchements.

3
Le chef et le servant procèdent aux branchements (lance et tuyau).

3
Une fois les raccordements effectués, il ouvre à nouveau la tubulure de la division de son établissement ou fait ouvrir à l’engin.

4

Au commandement du chef : "Ouvrez !", le servant ouvre à nouveau la tubulure de la division ou fait ouvrir à l'engin. Il retourne ensuite doubler le chef.

Les manoeuvres de modification
37

Prolongement de tuyaux

En équipe

Les établissements d'attaque sur échelles

Lance sur échelle
Amarrer la lance sur l'épaule

1

La lance est placée au niveau du ceinturon, le tuyau passe sur l’épaule. La courroie d’amarre, pliée en deux est passée dans le ceinturon du bas vers le haut.

2
La lance est engagée dans la boucle constituée par la courroie d’amarre.

3

Les 2 brins de la courroie d’amarre sont passés autour du fût et de la poignée de la lance.

4

La courroie d’amarre est fermée. Le porte-lance monte à l’échelle.

38

Lance au moyen d'une échelle à coulisses
Le chef d'agrès commande :
" Pour l'établissement d'une lance, au moyen de l'échelle à coulisses, emplacement (tel endroit), point d'attaque (tel endroit), point d'eau (tel point d'eau), ETABLISSEZ ! "

1

Le sapeur de liaison amène, dresse et développe l'échelle à l'endroit indiqué.

! La lance est établie au
pied de l'immeuble. Le porte-lance place le tuyau sur l'épaule, la lance au niveau du ceinturon. Il maintient cette dernière au moyen de la courroie. Il monte à l'échelle, amarre l'établissement à un point fixe et commande au servant : "Ouvrez !".

2

3

Le servant, après avoir fait suivre le tuyau, raccorde celui-ci à la division et ouvre. Il regagne le point d'attaque doubler le chef.

Lance au moyen d'une échelle à coulisses
39

Les établissements d'attaque sur échelles

Lance sur une échelle à coulisses
Une échelle à coulisses peut être utilisée pour procéder à l'attaque de l'extérieur (ouverture située au 1er ou 2e étage d'un bâtiment, etc.). Il convient alors d'amarrer l'échelle et le tuyau sur celle-ci afin d'éviter tout risque de chute du porte-lance. En cas de réaction à la lance, ce dernier s'amarre sur l'échelle si nécessaire.

3

Le chef d'équipe place le tuyau sur l'épaule, la lance au niveau du ceinturon. Il la maintient au moyen de la courroie. Il monte, prend position et amarre le tuyau sur l'échelle. Il s'amarre si nécessaire.

4
Au commandement "Ouvrez !" du chef d'équipe, le servant raccorde le tuyau à la division et ouvre.

Le chef d'agrès commande :
" Pour l'établissement d'une lance sur l'échelle à coulisses, point d'attaque (tel endroit), point d'eau (tel point d'eau), ETABLISSEZ ! "

1
Le sapeur de liaison amène, dresse et développe l'échelle à l'endroit indiqué pour le point d'attaque.

Lance sur échelle aérienne
L’équipe de l’échelle réalise l’établissement de la lance jusqu’à la division alimentée établie par une équipe organique d'un engin-pompe. Dans ce cas, la fonction de porte-lance incombe au chef d’agrès, celle de servant à l’échelier. Sur cette échelle, il est possible d’établir 1 lance 1 000 l/min., 50/25 (avec tuyau de 70 mm) ou 1 lance 500 l/min. : la lance est établie, en principe, un demi-niveau au-dessus du feu ; lorsque l'échelle est dressée, développée, isolée, celle-ci doit être OBLIGATOIREMENT haubanée (voir DFT 728).

2

Le chef d'équipe amarre le plus judicieusement possible l'échelle. Le servant prépare l'établissement.

40

Lance sur EPA et EPSA
Pour l’établissement de la lance, l’équipe de l’échelle et celle de l’engin-pompe, procèdent comme suit :

Le chef d'agrès ou le chef d'équipe place le tuyau sur l'épaule, la lance sur la poitrine et la maintient au moyen de la courroie. Il monte et prend position à un demi-niveau au dessus du feu et s'amarre.

4
Chef d'agrès EPA Conducteur échelier

Le conducteur ou le servant guide le tuyau lors de l'ascension. Il monte à l'échelle muni des crochets d'amarre réglables et place le 1er à environ 10 échelons en dessous de la lance. Les autres sont judicieusement répartis.

1
Le chef d'agrès échelle ou le chef d'équipe de l'engin-pompe établit la lance, règle le débit commandé et coiffe l'ARI.

5

Le chef d'agrès ou le chef d'équipe libère la lance, l'engage entre 2 échelons à hauteur de la poitrine, robinet ouvert et sur une vingtaine de centimètres de tuyau. Il amarre le tuyau sur l'échelon, assure la réserve et commande au servant ou à l'échelier "Ouvrez !". Le conducteur échelier ou le servant veille à ce que l'excédent de tuyau soit dans l'axe de l'échelle. Il raccorde le tuyau à la division à purgeur et ouvre progressivement.

2
Le conducteur échelier met l'échelle en station et haubane si celle-ci est développée, isolée.

6

Si la division alimentée au pied de l'échelle n'est pas dotée de vannes à purges, le conducteur ou le servant devra raccorder à celle-ci la division à purgeur de l'échelle.

Lance sur échelle à coulisses, EPA et EPSA

3

!

41

Les établissements d'attaque sur échelles

Lance sur EPAN
Après avoir reçu sa mission, le personnel procède comme suit : Afin de conserver la manœuvrabilité du panier lors d’établissement de la lance dans celui-ci, les mesures suivantes sont prises : les haubans ne sont pas fixés ; il n’y a plus de crochet d’amarre sur la structure mais seulement dans le panier ; cependant en cas de vent les haubans doivent absolument être fixés afin d’assurer une meilleure stabilité de la structure (consigne du constructeur).

4

En cas de vent, le conducteur échelier fixe les haubans à la structure afin de permettre l'haubanage. Il prend place en tourelle.

5

1

Le gradé nacelier sort le matériel nécessaire à la manoeuvre. Il établit la lance au sol au moyen du tuyau de 40 mètres, sans raccorder ce dernier à la division à purgeur.

Le gradé nacelier installe la lance sur le panier en faisant passer le tuyau sous les portes ouvrantes et place le crochet d'amarre sur la structure du panier.

6

2

Le conducteur échelier met l'échelle en station. Il raccorde la division à purgeur à la division alimentée.

Il amarre le tuyau sur le panier au moyen d'une courroie d'amarre en laissant une vingtaine de centimètres de tuyau. Il s'amarre dans le panier et donne l'ordre à l'échelier d'enlever l'arrêt d'urgence.

3

Le gradé nacelier amarre la lance sur le tuyau et la règle sur le débit commandé. Il place la lance sur l'épaule et monte dans le panier, échelle non développée, en faisant cheminer le tuyau sur la structure.

7

Après avoir enlevé l'arrêt d'urgence, le conducteur échelier s'assure du bon déroulement du tuyau depuis la tourelle.

42

Le gradé nacelier ferme sa lance et en informe le conducteur échelier. Il enlève l'arrêt d'urgence et donne l'ordre au conducteur échelier de faire de même.

Il actionne l'arrêt d'urgence et donne l'ordre au conducteur échelier de faire de même, puis lui commande : "OUVREZ !".

9

Le conducteur échelier actionne l'arrêt d'urgence tourelle. Il veille à ce que l'excédent du tuyau soit dans l'axe de l'échelle et raccorde le tuyau à la division à purgeur et ouvre progressivement.

2
Le conducteur échelier enlève l'arrêt d'urgence tourelle.

Déplacer la structure

3

S’il est nécessaire de déplacer la structure après l’établissement de la lance, en cas d’évolution défavorable du sinistre, les mesures ci-contre seront prises :

Le gradé nacelier affine la position du panier. Il actionne l'arrêt d'urgence et donne l'ordre au conducteur échelier de faire de même. Il manoeuvre ensuite sa lance.

C ’e s

t bo n

L’établissement du tuyau en eau étant réalisé sur la structure de l’échelle, le mouvement de celle-ci est limité. Si le gradé nacelier se trouve dans l’impossibilité ou dans l’incapacité de déplacer le panier, le conducteur échelier peut reprendre les commandes en prioritaire et dégager le panier afin de le mettre en sécurité.
à sa

!

4

Le conducteur échelier s'assure de la bonne position du tuyau sur la structure depuis la tourelle. Il actionne l'arrêt d'urgence tourelle sur l'ordre du gradé nacelier.

Lance sur EPAN
43

8

Le gradé nacelier développe la structure et affine la position du panier si nécessaire.

1

v oi r

Les établissements d'attaque

Manoeuvres réalisables par les engins-pompe à 8 hommes Etablissements à moins de 200 mètres
Sur une ligne en tuyaux de 70 mm
1 à 3 lances (débit maxi. total : 1 000 l/min.).

Sur 2 lignes en tuyaux de 70 mm
2 à 4 lances (débit maxi. total : 1 000 l/min. par ligne).
t bo n

!

Le potentiel hydraulique réalisé sera fonction des performances de la pompe et de son alimentation (cf. DFT 725).

C ’e s

à sa

Etablissements à plus de 200 mètres
Sur une ligne en tuyaux de 70 mm
1 à 3 lances (débit maxi. total : 1 000 l/min.).

C ’e s

t bo n

!

Pour toute(s) lance(s) - hors ligne d'attaque le débit, commandé par le chef d'agrès, sera systématiquement précisé au conducteur par le servant.
à sa

44

v oi r

v oi r

Manoeuvres réalisables par les E-P à 8 hommes
45

Les établissements d'attaque

Etablissements de lance sur division sans L.A.
Lance sur division alimentée au moyen d'un dévidoir
Au commandement " EN RECONNAISSANCE ! " la 2e équipe se dirige vers le point d’attaque en suivant le chef d’agrès.
Chef d'agrès

Chef d'équipe

Sapeur de liaison

C ’e s

t bo n

!

Cette manoeuvre peut aussi être réalisée par la 1re équipe ou le binôme d'un autre engin. Exemple : feu d'entrepôt, réalisation de sauvetages...
à sa

Chef d'agrès

2e équipe
Matériel de base Dévidoir de droite (avec panier) + matériels sur ordre

Sapeur de liaison

Après avoir effectué sa reconnaissance, le chef d'agrès commande :

46

" Pour l'établissement d'une lance 500 l/min. ou une ou deux lance(s) 250 l/min., point(s) d'attaque [tel(s) endroit(s)], emplacement de la division (tel endroit), point d'eau à utiliser (tel point d'eau), ETABLISSEZ ! "

v oi r

Servant

Pendant que le servant maintient le dévidoir, le chef d'équipe dépose le matériel du panier.

Il ramène le dévidoir à l'engin.

2

Le chef d'équipe enlève la chaînette, décroche la division et la pose au sol. Il maintient l'établissement au sol et commande "EN AVANT !"

6

Le servant revient à la division muni de 2 petits tuyaux dont un avec une lance en s'assurant du bon passage de l'eau. Il dépose son matériel à proximité de la division et double le chef. Le chef d'équipe dispose la réserve, règle sa lance en jet diffusé d'attaque. Il se place en sécurité en attendant le retour du servant puis, l'ordre d'engagement du chef d'agrès.

3

Le servant tire le dévidoir, guidé par le chef d'équipe si nécessaire. Il dépasse l'engin jusqu'au prochain raccord.

7

4

Il pose sa lance robinet partiellement ouvert et raccorde le tuyau à la division.

v oi r

Le chef d'équipe déroule le ou les tuyaux nécessaires à l'établissement de la lance.

C ’e s

t bo n

!

Sur ordre du chef d'agrès et en fonction de la situation, l'équipe peut établir 2 lances (cf. BSP 200.10).

Lance sur division alimentée sans LA
47

1

5

Le servant donne le 1/2 raccord au conducteur et lui indique les données de l'établissement en cours (dénivelée, nombre de lances, etc.).

à sa

Les établissements d'attaque

Manoeuvres particulières Etablissement vertical sans L.A.
Il s'agit d'établissement par l'extérieur ou dans une cage d'escalier comportant un jour. Le chef d’agrès désigne le point d’attaque, l’emplacement d’où la lance sera hissée, le point d’eau à utiliser, et commande " ETABLISSEZ ! "

4

Le servant accroche le mousqueton de la commande à la lance et commande "HISSEZ!"

1

Après avoir déposé son matériel à la division, le servant déroule le dévidoir vers le point d'eau. Il revient avec 2 tuyaux de 45 x 20 m dont 1 muni d'une lance.

5

2

Le chef établit sa lance, sans raccorder le tuyau à la division dont il s'assure de la fermeture. Il se rend ensuite au niveau intéressé, ou en cas d'impossibilité, à N-1.

6

Le chef hisse l'établissement guidé par le servant. Il constitue une réserve puis amarre l'établissement à un point fixe. Il règle sa lance en jet diffusé d'attaque, se place en sécurité en attendant le retour du servant puis, l'ordre d'engagement du chef d'agrès et commande "OUVREZ !". Le servant raccorde et ouvre la tubulure correspondante sur l'ordre du chef. Il retourne ensuite au point d'attaque doubler le chef.

C ’e s

3

t bo n

48

v oi r

Le chef crie "ATTENTION !" et à la réponse "ENVOYEZ !" du servant, lance sa commande.

Dans certains cas d’établissements verticaux, la division peut être hissée au plus près du point d’attaque.

!

à sa

Point d'attaque inaccessible au dévidoir
Deux cas sont envisageables : Etablissement au moyen de la LA (Cf. manœuvre de la ligne d'attaque); Etablissement au moyen du dévidoir. Devant l'obstacle, le chef d'agrès commande :

Le chef d'équipe dépose son matériel au point d'attaque, retourne au dévidoir et répercute l'ordre au servant. Il prend la division du dévidoir, tire ou fait des brassées avec les tuyaux. Il amarre l'établissement à un point fixe.

" Point d'attaque inaccessible au dévidoir ! "
Le chef d’agrès effectue la reconnaissance, accompagné du chef. Ce dernier emporte deux petits tuyaux dont un muni d’une lance. Au point d'attaque le chef d'agrès commande :

2

Il revient au dévidoir, maintient le tuyau et commande "EN AVANT !".

" Pour l'établissement d'une lance (tel débit), point d'attaque (tel endroit), emplacement de la division (tel endroit), point d'eau (tel point d'eau), ETABLISSEZ ! "

3

Le servant tire le dévidoir et le déroule jusqu'à l'engin. Il retourne ensuite, avec l'eau, au point d'attaque doubler le chef avec 2 tuyaux 45 x 20 m dont un muni d'une lance.

4

Le chef amarre le tuyau, établit sa lance et la règle en jet diffusé d'attaque. Il se place en sécurité en attendant le retour du servant puis, l'ordre d'engagement du chef d'agrès.

Point d'attaque inaccessible au dévidoir
49

1

Les établissements d'attaque

Manoeuvres à mousse sans L.A. Une lance option mousse
Au commandement " Pour l'établissement d'une lance à mousse, EN RECONNAISSANCE ! ", le personnel muni du matériel prévu ci-dessous suit le chef d’agrès.

Chef d'équipe

Chef d'agrès

Sapeur de liaison

Servant établit jusqu'à l'injecteur

2e équipe fourgon

Sapeur de liaison

Matériel de base
Dévidoir de droite avec panier + matériels sur ordre
1 tuyau de 70 x 20 m + injecteur + bidons d'émulseur

Sapeur de liaison établit de l'engin vers l'injecteur

Après avoir effectué la reconnaissance, le chef d'agrès commande :

" Pour l'établissement d'une lance option mousse, point d'attaque (tel endroit), point d'eau (tel engin), ETABLISSEZ ! "

50

Il règle sa lance en mode mousse (cf BSP 200.19 en fonction de la lance utilisée). Il commande "OUVREZ !".

Le chef d'équipe attaque le feu dès que la mousse est "utilisable". Il est doublé par le servant. Le conducteur raccorde le tuyau de 70 mm à l'orifice de refoulement de l'engin et envoie l'eau progressivement sur ordre. Il donne une pression de 10 bars minimum à l'injecteur et sort les bidons d'émulseur.

2

Le servant réalise l'établissement en tuyau de 70 mm jusqu'à l'injecteur. Il répercute : "OUVREZ !".

6

3

Le sapeur de liaison établit le tuyau de 70 x 20 m depuis l'engin vers le point d'attaque. Il branche l'établissement sur l'injecteur.

7
Au commandement "FERMEZ !' du chef d'équipe, le sapeur de liaison répercute l'ordre au conducteur et retire la canne.

4

Il répercute au conducteur : "OUVREZ !".

v oi r

Le sapeur de liaison règle l'injecteur (3 ou 6%) sur ordre. Il apporte un bidon d'émulseur et y plonge la canne.

C ’e s

o tb n

!

Une lance utilisée en option mousse doit toujours rester en position ouverte. La fermeture de l'établissement s'effectue à l'engin. De ce fait, la tubulure de la division correspondante doit rester ouverte.

Lance option mousse sans L.A.
51

1

Le chef d'équipe établit la lance avec un ou deux tuyaux de 45 x 20 m.

5

à sa

Les établissements d'attaque

Etablissement de lance (s) 1 000 l/min. sur ligne de 70 mm Lance(s) 1 000 l/min sur ligne(s) de 70 mm
L’établissement de la lance 1 000 l/min. sur ligne de 70 mm est réalisable par le FA. Le chef de garde Commande :
1er Chef d'équipe

" Pour l'établissement d' une ou deux lances 1 000 l/min., EN RECONNAISSANCE ! "

Chef d'agrès

C ’e s

t bo n

Les lances 1 000 l/min. sont manœuvrées efficacement par 3 hommes. Dans le cas du FA le SOA et le SDL renforcent les équipes au maintien des lances.
à sa

!

1re équipe
- Dévidoir de gauche ; - Le tuyau de 70 x 20 m muni de la division de la LA ; - 1 lance 1 000 l/min.

2e équipe
Cas du Fourgon d'Appui :
- Dévidoir de droite ; - 1 tuyau de 70 x 20 m ; - 1 lance 1 000 l/min.

Arrivée au point d'attaque le chef d'agrès commande :

52

" 1re équipe, (et/ou 2e équipe) une (ou deux) lance(s) 1 000 l/min. point(s) d'attaque (tel endroit), emplacement de la division (tel endroit), point d'eau (tel endroit, engin ou division) ETABLISSEZ ! "

v oi r

1er Servant

Le 1er chef établit la lance 1 000 l /min. avec un tuyau de 70 x 20 m. Il commence l'extinction avec le débit 500 l/min. Il règle sa lance sur le débit 1 000 l/min. dès qu'il est doublé.

Etablissement de la lance grande puissance 50/25
Emploi

La lance 50/25 est une lance grande puissance offrant un débit de 1 000 l/min. Cette dernière peut être établie en lieu et place d'une lance 1 000 l/min.
Elle est établie pour obtenir un effet mécanique sur l’incendie, bénéficier d’une portée de jet plus longue et faire tomber les parties de toiture menaçantes, voire créer des exutoires. Employée lors de l’attaque des feux importants ne nécessitant pas de pénétration ou de déplacement des porte-lance, la lance 50/25 est manoeuvrée par trois hommes sous une pression de 6 bars à l’ajutage.

2

Le 1er servant dépose la lance et les 2 petits tuyaux. Il réalise l'établissement et retourne doubler le chef.

3

La 2e équipe : Cas du FA : établit la 2e lance (comme la 1re équipe) si elle en reçoit l'ordre ou reste à disposition.

4

Le conducteur réalise l'alimentation de l'engin, aidé éventuellement par le SOA et/ou par la 2e équipe. L'alimentation est réalisée conformément au DFT 725.

Lances 1 000 l/min. et 50/25
53

1

Les établissements d'attaque
54

Etablissements d'attaque associés à un établissement de manoeuvre et réalisables par tous les engins-pompe Etablissement sur division alimentée par ligne de 110 mm
Les divisions de 100/100/2x50 ou 100/3x50 sont les points d’eau des établissements d’attaque.

Cas de la lance à mousse
Si l’engin est un fourgon d’appui travaillant seul, le servant se rend au point d’eau et avertit le conducteur de la nécessité d’obtenir une pression de 10 bars à l’injecteur.

Phases préparatoires aux établissements de manoeuvre
Le chef d’agrès ou de détachement a la possibilité, en fonction de la situation à l’arrivée des secours, de la densité du réseau hydraulique et de sa connaissance du secteur, de tirer profit de la souplesse d’emploi et des possibilités d’alimentation qu’offrent les engins armés d’un équipage de huit hommes.

Conditions de mise en place du PMP
Le chef de garde ou de détachement détermine l’emplacement du PMP et son contenu en fonction de la manœuvre qu’il compte entreprendre ou de la mission reçue. En dehors des contraintes liées aux distances d’établissement et à la place disponible, il devra également s’efforcer de tenir compte des points suivants : limiter la dépose des matériels au strict minimum selon l’urgence de la situation ; désigner un endroit suffisamment proche du sinistre pour permettre à d’autres engins de bénéficier de ses divisions alimentées, sans gêner l’engagement des renforts (échelles par exemple) ; s’assurer de la disposition fonctionnelle des matériels ;

Possibilité hydraulique
Les FA possèdent un indice de pompe de 2 000 l/min. sous 15 bars (cf. DFT 725).

Protection des tuyaux de 110 mm

anticiper une évolution défavorable du sinistre qui pourrait se traduire par une détérioration voire une perte de ces matériels (écoulement de liquides corrosifs ou inflammables, rayonnement intense, chute d’éléments de construction ou de matériaux, etc.).

Lors de l’établissement de lignes de 110 mm le personnel place, si nécessaire, des dispositifs de franchissement de tuyaux. Point de manoeuvre préalable (PMP)

Alimentation du FA

Lors d’établissement de ligne(s) de 110 mm, le FA sera systématiquement alimenté sur deux lignes y compris en aspiration.
Le choix de l'hydrant sera fonction du débit et du diamètre de la canalisation d’alimentation.

La création d’un point de manœuvre préalable est liée à l’intensité du sinistre et/ou à l’éloignement des points d’eau.
niti

!

PMP : c’est le lieu situé entre le point d’attaque et le point d’eau, où est déposé le matériel jugé nécessaire par le chef de garde.

éfi

Etablissements de manoeuvre
55

Etablissements de manoeuvre

on

D

Les établissements de manoeuvre

Etablissements de lignes de 110 mm Une ligne de 110 mm (FA seul)
But : établir une ligne de 110 mm de longueur maximale de 400 m, permettant de disposer d'un point d'eau avancé (division 100 / 3 x 50). Division du coffre de gauche PMP

Commandement initial

Division 100 / 3 x 50 SOA

L’engin prêt à se diriger vers le point d’eau, le chef d’agrès commande :
" Pour l'établissement d'une ligne de 110 mm, EN RECONNAISSANCE ! " si un PMP est désigné par le chef d'agrès, l'emplacement et le matériel sont précisés par ce dernier .

!

Sapeur de liaison

Le personnel dépose alors les matériels commandés par le chef d'agrès au PMP. La division 100 / 3 x 50 du coffre de gauche est démontée.

Commandement d'exécution
" Une ligne de 110 mm, emplacement de la division (tel endroit), ETABLISSEZ ! "

Si plus de 200 m
Division du coffre de gauche PMP

Division 100 / 3 x 50 SOA Sapeur de liaison

SOA
t bo n

Sapeur de liaison

Conducteur

56

!

La ligne de 110 mm peut être établie du point d'eau vers le point d'attaque dans certaines circonstances (point d'attaque inaccessible à l'engin...).

C ’e s

à sa

v oi r

Après que le SOA ait confirmé le commandement "ETABLISSEZ !" du chef d'agrès, le sapeur de liaison place la division 100/3x50 du coffre droit au sol.

Si plus de 200 m :
Le SOA commande "HALTE !" lorsque le coffre droit est vide. Il aide le sapeur de liaison à raccorder les raccords et commande "EN AVANT !".

2

Le SOA commande "En avant !" et maintient la division au sol. Il dirige ensuite la mise en place de l'établissement.

6
Le sapeur de liaison prend place sur le marchepied gauche et s'amarre à l'engin (FPT).

3

Le sapeur de liaison prend place sur le marchepied droit et s'amarre à l'engin (FPT). Il guide les tuyaux en portant une attention particulière au passage des raccords.

7

Le conducteur arrête l'engin au plus près du point d'eau. Il reçoit le dernier demi-raccord du SdL et le raccorde à l'orifice de refoulement. Il alimente la pompe et ouvre la vanne de refoulement et monte progressivement la pression. Le SOA et le SdL aident le conducteur pour alimenter la pompe et rejoignent le point d'attaque avec l'eau. Ils se mettent à la disposition du chef d'agrès.

4

Le conducteur démarre en direction du point d'eau à la vitesse d'un homme au pas. Il arrête le fourgon au commandement "HALTE !" du SOA.

8

1 ligne de 110 mm ( FA seul )
57

1

5

Les établissements de manoeuvre

Deux lignes de 110 mm (FA seul)
But : établir deux lignes de 110 mm de longueur maximale de 200 m chacune, permettant de disposer de deux points d'eau avancés (2 divisions 100 / 3 x 50).

PMP Division 100 / 3 x 50 de droite

SdL

Commandement initial
commande :

L’engin prêt à se diriger vers le point d’eau, le chef d’agrès
" Pour l'établissement de 2 lignes de 110 mm, EN RECONNAISSANCE ! " ! si un PMP est désigné par le chef d'agrès, l'emplacement et le matériel sont précisés par ce dernier .

Division 100 / 3x 50 de gauche SOA

Le personnel dépose alors les matériels commandés par le chef d'agrès au PMP.

Commandement d'exécution
" Deux lignes de 110 mm, emplacement des divisions [tel(s) endroit(s)], ETABLISSEZ ! "

SOA sur le marchepied de gauche

Sapeur de liaison sur le marchepied de droite

SOA

Sapeur de liaison

Conducteur

58

2

Le SOA et le sapeur de liaison placent et maintiennent les divisions au sol. Le SOA à gauche, le SdL à droite. Le SOA commande "EN AVANT !". Le conducteur démarre en direction du point d'eau à la vitesse d'un homme au pas. Le SOA et le sapeur de liaison prennent place sur les marchepieds, et s'amarrent à l'engin (FPT), le SOA à gauche, le SdL à droite. Ils guident les tuyaux en portant une attention particulière au passage des raccords.

Le conducteur arrête l'engin au plus près du point d'eau.

5

Le SOA et le sapeur de liaison tirent les derniers tuyaux jusqu'aux prochains raccords qu'ils démontent et donnent au conducteur. Le conducteur reçoit les derniers demi-raccords du SdL et SOA et les raccorde aux orifices de refoulement. Il alimente la pompe et ouvre les vannes de refoulement et monte progressivement la pression.

3

6

7
C ’e s
t bo n

!

Il ne faut pas tirer sur les tuyaux. Laissez les se tendre pour qu'ils prennent moins de place lorsqu'ils sont en eau.

Le SOA et le SdL rejoignent le point d'attaque en corrigeant les établissements et en s'assurant du passage de l'eau. Ils se mettent à la disposition du chef d'agrès.

2 lignes de 110 mm (FA seul)
59

1

Le SOA confirme le commandement "ETABLISSEZ!" du chef d'agrès.

4

à sa

v oi r

Les établissements de manoeuvre

Deux lignes de 110 mm (FA - CA ou BA)
But : établir deux lignes de 110 mm, permettant de disposer de deux points d'eau avancés (2 divisions 100 / 3 x 50) jusqu'à 1 000 m. L’établissement est réalisé dans un premier temps par le CA ou BA jusqu’à 800 mètres et éventuellement complété dans un second temps par le FA. Dans tous les cas les raccords d'injection sont montés sur les lignes de 110 mm (dans l'éventualité d'une attaque au moyen de mousse). Après avoir reçu la mission, le chef d'agrès communique au SOA et au chef d’agrès du CA ou BA son idée de manœuvre et l'emplacement des raccords d'injection pour une éventuelle utilisation de mousse.

1er temps : action du CA ou BA
PMP Division 100/100/2x50 de droite SdL

Division 100/100/2x50 de gauche Chef d'agrès CA

Lorsque le CA ou BA a réalisé ses établissements il se rend à proximité des raccords d'injection et réalise le dispositif d’injection si nécessaire.

Commandement initial

Le FA et le CA ou BA, prêts à se diriger vers le point d’eau, le chef d'agrès commande :
" Pour l'établissement de 2 lignes de 110 mm avec CA ou BA, PMP (eau ou mousse, tel endroit), avec tel(s) matériel (s) EN RECONNAISSANCE ! " Le personnel dépose les matériels commandés par le chef d'agrès au PMP. Le SOA et le SdL démontent les divisions 100/3x50 du FA et les déposent au PMP.

Raccords d'injection

SdL

2e temps : action du FA

Commandement d'exécution
" Deux lignes de 110 mm, emplacement des divisions [tel(s) endroit(s)], ETABLISSEZ ! "

SOA sur le marchepied de gauche

Sapeur de liaison sur le marchepied de droite

SOA

60

Sapeur de liaison

Chef d'agrès CA Conducteurs FA & CA

1

2

Le SOA confirme le commandement "ETABLISSEZ !" du chef d'agrès. Le chef d'agrès du CA ou BA et le sapeur de liaison déposent et maintiennent les divisions 100/100/2x50 au sol. Le SOA commande "EN AVANT!". Le conducteur démarre en direction du point d'eau à la vitesse d'un homme au pas derrière le FA. Le chef d'agrès du CA ou BA et le SdL prennent place sur les marchepieds, le 1er à gauche, le SdL à droite. Ils guident les tuyaux en portant une attention particulière au passage des raccords. Ils raccordent les raccords d'injection à l'emplacement désigné préalablement par le chef d'agrès. Au commandement "HALTE !" du SOA lorsque le CA ou BA est vide ou qu'il est arrivé au point d'eau, le chef d'agrès CA ou BA et le SdL tirent les derniers tuyaux jusqu'aux prochains raccords.

5

Le SOA et le sapeur de liaison raccordent les derniers raccords du CA ou BA aux tuyaux de 110 mm du FA, puis prennent place sur ce dernier, SOA à gauche, SdL à droite. Ils s'amarrent à l'engin (si FPT). Le raccordement effectué, au commandement "EN AVANT!" Le conducteur du FA démarre en direction du point d'eau à la vitesse d'un homme au pas. Le SOA dirige la manoeuvre. Avec le sapeur de liaison ils guident les tuyaux en portant une attention particulière au passage des raccords. Ils tirent les derniers tuyaux jusqu'aux prochains raccords. Le SOA commande "HALTE !" lorsqu'il est arrivé au point d'eau. Le conducteur alimente la pompe et ouvre les vannes de refoulement et monte progressivement la pression.

6

3

7

4

8

2 lignes de 110 mm (FA - CA ou BA)
61

1er temps : action du CA ou BA

2e temps : action du FA

Les établissements de manoeuvre

Une ligne de 110 mm à plus de 1 000 m (FA - CA ou BA)
But : établir une ligne de 110 mm de longueur maximale de 2 000 m, permettant de disposer d'un point d'eau avancé (1 division 100 / 3 x 50). L’établissement est réalisé dans un premier temps par le CA ou BA jusqu’à 1 600 mètres et éventuellement complété dans un second temps par le FA. Dans tous les cas un raccord d'injection est monté sur la ligne de 110 mm (dans l'éventualité d'une attaque au moyen de mousse). Après avoir reçu la mission, le chef d'agrès communique au SOA et au chef d’agrès du CA ou BA son idée de manœuvre et l'emplacement du raccord d'injection pour une éventuelle utilisation de mousse.

1er temps : action du CA
Raccord d'injection Division 100/100/2x50 de droite PMP Chef d'agrès CA

A 800 m,division 100/100/2x50 de gauche SOA

SdL

Lorsque le CA ou BA a réalisé son établissement il se rend à proximité du raccord d'injection et réalise le dispositif d’injection si nécessaire.

Commandement initial

Le FA et le CA ou BA, prêts à se diriger vers le point d’eau, le chef d'agrès commande :
" Pour l'établissement de 1 ligne de 110 mm avec CA ou BA, à plus de 1 000 m, PMP (eau ou mousse, tel endroit), avec tel(s) matériel (s), EN RECONNAISSANCE ! "

2e temps : action du FA

A 200 m,raccordement des tuyaux du coffre droit avec ceux du coffre gauche

SOA sur le marchepied de gauche

Le personnel dépose les matériels commandés par le chef d'agrès au PMP. Le SOA et le SdL démontent les divisions 100/3x50 du FA et les déposent au PMP. Sapeur de liaison sur le marchepied de droite

Commandement d'exécution
" Une ligne de 110 mm, emplacement de la division (tel endroit), ETABLISSEZ ! "

62

1

Le SOA confirme le commandement "ETABLISSEZ !" du chef d'agrès. Le chef d'agrès du CA ou BA et le SdL déposent et maintiennent la division 100/100/2x50 au sol.

Le SdL se place du côté gauche et procède comme pour le coffre droit.

2e temps : action du FA

2

Le SOA commande "EN AVANT !". Le conducteur démarre en direction du point d'eau à la vitesse d'un homme au pas derrière le FA. Il arrête son engin dès qu'il entend "HALTE !"

6

3

Le sapeur de liaison guide les tuyaux du coffre droit en portant une attention particulière au passage des raccords. Il raccorde le raccord d'injection à l'emplacement désigné préalablement par le chef d'agrès.

7

Au commandement "HALTE !" du SOA lorsque le coffre gauche du CA ou BA est vide, le SOA et le SdL raccordent l'établissement sur le 1er tuyau du coffre droit du FA. Le SdL prend place sur le marchepied du fourgon, côté droit. Il s'amarre à l'engin (si FPT). Au commandement "HALTE !" du SOA lorsque le coffre droit du FA est vide, le SOA et le SdL raccordent l'établissement sur le 1er tuyau du coffre gauche du FA. Le SdL prend place sur le marchepied du fourgon, côté gauche. Il s'amarre à l'engin (si FPT).

4

Au commandement "HALTE !" du SOA lorsque le coffre droit du CA ou BA est vide, le chef d'agrès CA ou BA et le SdL raccordent l'établissement sur la division 100/100/2x50 du coffre gauche.

8
En fin d'établissement, le SOA commande "HALTE !" et avec le SdL tirent le dernier tuyau jusqu'au prochain raccord, le démontent et le donnent au conducteur.

1 ligne de 110 mm à + de 1 000 m (FA-CA ou BA)
63

1er temps : action du CA ou BA

5

Au commandement "EN AVANT !" le chef d'agrès CA ou BA s'assure du bon établissement des tuyaux.

Les établissements de manoeuvre

Etablissements de la lance canon eau (FA - CA ou BA)
La lance canon est obligatoirement alimentée par deux lignes de 110 mm.

Commandement initial

Le FA et le CA ou BA, prêts à se diriger vers le point d’eau, le chef d'agrès commande :

" Pour l'établissement de la lance canon eau, PMP (tel endroit), EN RECONNAISSANCE ! "

1re équipe

2e équipe
La 1re équipe dépose la lance canon au point d'attaque et raccorde éventuellement le raccord "Y" de 100/2x100. Elle établit 2 lignes de 110 mm avec des tuyaux roulés sur eux-mêmes entre les divisions alimentées et le canon. Elle monte le fût sur le canon et règle la direction du jet avant la mise en eau de l'établissement. La 2e équipe se tient à la disposition du chef de détachement ou aide à l'établissement.

A ce commandement le personnel du FA-CA ou BA dépose le matériel suivant :
lance canon fût, ajutage de 35 mm 4 tuyaux de 110 x 40 m

1

2
matériels sur ordre raccord Y de 100/2 x 100 2 tricoises de 100 mm du CA

Commandement d'exécution
Le chef de détachement commande ensuite :
" Deux lignes de 110 mm, emplacement des divisions (tels endroits), ETABLISSEZ ! "

3

L’établissement de manoeuvre est réalisé conformément à la manoeuvre page 60 (établissement 2 lignes de 110 avec CA ou BA). Le chef de détachement FA-CA ou BA désigne l’emplacement de la lance et commande :
" Emplacement de la lance canon, (tel endroit), ETABLISSEZ ! "

64

Une lance canon eau (FA - CA ou BA)
65

Les établissements de manoeuvre

Etablissements de lances à mousse au moyen du FA - CA ou BA Manoeuvres de la lance canon mousse
Lors des feux d’hydrocarbures importants le commandant des opérations de secours définit une tactique d’emploi de ses moyens et de ceux existants sur les lieux du sinistre. Certaines zones sont prédéterminées ou choisies lors de l’engagement des engins-pompe. Ces zones sont les suivantes : ZDI (zone de déploiement initial) : elle sert à regrouper les moyens ; ZAL (zone d’alimentation) : elle regroupe différents points d’eau ; ZE (zone émulseur) : les moyens émulseurs (CA/BA, BEM, citernes des pétroliers) y sont regroupés et employés ;

Itinéraire du FA-CA ou BA pour l'établissement d'une LCM

ZDI

ZE

ZAL

ZAT
Lance canon

ZAT (zone d’attaque) : les lances y sont établies (lances canon et lances à main) ; cette zone peut-être divisée en secteurs d’attaque.

Au final, le FA se trouve en ZAL et le CA ou BA en ZE.

!
C ’e s
t bo n

!

La BA nécessite 14 m en linéaire pour déposer la berce.

à sa

Il peut exister pour une même intervention plusieurs ZAL, ZE ou ZAT. ZAL

Sinistre

ZAT

(établissements de manoeuvre) Axe logistique

66

ZDI

v oi r

ZE ZE
Lignes de 110 mm

ZAL

Manoeuvre de la lance canon mousse
Phases préparatoires

Le chef de détachement commande ensuite :
" Deux lignes de 110 mm, emplacement des divisions (tels endroits), ETABLISSEZ ! "

Zone Emulseur (ZE) Se rendant à l’adresse ou en zone d’attaque (ZAT), le chef de détachement FA-CA ou BA s’arrête à l’emplacement choisi ou désigné comme zone émulseur (ZE). Il commande :
" Emplacement de la zone émulseur (tel endroit), ETABLISSEZ ! "

L’établissement de manoeuvre est réalisé conformément à la manoeuvre page 60 (établissement 2 lignes de 110 avec CA ou BA). Le chef de détachement FA-CA ou BA désigne l’emplacement de la lance et commande :
" Emplacement de la lance canon mousse, (tel endroit), ETABLISSEZ ! "

1

l'équipe du CA ou BA visualise l’emplacement ; le personnel du FA-CA ou BA dépose les matériels suivants : 12 tuyaux de 45 mm ; division 50/2x50 ; la MPVE (Motopompe Volumétrique Emulseur) ; la MPT ; 2 clés tricoises de 100 mm CA ou BA ; 2 raccords d’injection ; la vanne 3 voies ; 2 cannes plongeuses.

La 1re équipe s'équipe de la tenue d'approche. Elle dépose la lance canon au point d'attaque. Elle raccorde le raccord "Y" de 100/2x100.

2

Zone d' Attaque (ZA)
dirige en zone d’attaque (ZAT). Les engins étant arrêtés, prêts à se rendre vers le point d’eau, le chef de détachement commande :
" Pour l'établissement de la lance canon mousse, PMP (tel endroit), ETABLISSEZ ! "

La 2e équipe aide à l'établissement des lignes de 110 mm du CA ou BA. Elle retourne ensuite au PMP en suivant les tuyaux de 110 mm. La 1re équipe établit 2 lignes de 110 mm avec des tuyaux roulés sur eux mêmes entre les divisions alimentées et le canon. Elle monte le tromblon sur le canon. Le canon sera dirigé vers le foyer dès l'arrivée de la mousse à l'ajutage.

A l’issue de cette phase préparatoire le binôme FA-CA ou BA se

le personnel du FA-CA ou BA dépose les matériels suivants : lance canon, tromblon et accessoires ; fût, ajutage de 35 mm ; ARI et tenues d'approche ; 4 tuyaux de 110x40 m ; raccord Y 100/2x100 ; 2 tricoises de 100 mm du CA ou BA ; matériels sur ordre.

3

Etablissement d'une LCM (FA - CA ou BA)
67

Commandement d'exécution

Les établissements de manoeuvre

Dispositif d'injection
Principe
Il permet l’injection d’émulseur dans les lignes d’alimentation (F) de la lance canon, à une pression toujours supérieure à celle des lignes d’eau. Le raccord d’injection (E), pièce de jonction dotée d’un clapet anti-retour, n’est utilisable que sur des lignes de 110 mm destinées à l’alimentation d’une lance canon mousse d’un débit de 2 000 l/min. N’engendrant aucune perte de charge, il peut être positionné à n’importe quel point de l’établissement de manœuvre. Ce dispositif permet l’alimentation en solution moussante de 1 à 4 lances 250 l/min., et/ou 1 à 2 lances 500 l/min., et/ou 1 à 2 lances 1 000 l/min. Néanmoins, avec l’appui d’autres équipes un "PMP MOUSSE" permet d’alimenter de 1 à 8 lances 250 l/min., et/ou 1 à 4 lances 250 l/min., et/ou 1 à 2 lances 1 000 l/min.

Schéma de principe du dispositif d'injection MPVE
Containers émulseur

A

Vanne 3 voies

MPT

B
200 M (maxi)

C

A : ligne de tuyaux semi-rigides B : 1 à 9 tuyaux de 45 mm C : division 50/2x50 D :1 tuyau de 45 mm E : raccords d’injection F : lignes de tuyaux de 110 mm D
D1 = D2

en p

La MPVE permet d’injecter à une distance comprise entre 20 et 200 mètres au moyen d’établissements de tuyaux de 45 mm (B, D). Elle peut-être alimentée par gravité sur les cuves d’un CA ou BA au moyen de tuyaux semi-rigides (A). Auto-aspirante, elle peut également être alimentée à partir de cuves et citernes, enterrées ou non. Exceptionnellement elle peut être alimentée par la MPT (MotoPompe de Transvasement), à partir d’une réserve d’émulseur.

!

info

lus

68

L'

D

D1 F E D2

Mise en place du dispositif d'injection
Lorsque les établissements de manœuvre sont réalisés, le CA ou BA regagne la zone émulseur. Son personnel procède à la mise en place du dispositif d’injection et au réglage de la MPVE en fonction des consignes données par l’officier ZE :

4

1

Chef d'agrès CA ou BA

Conducteur CA

Le chef d'agrès et le conducteur branchent les raccords d'injection sur les lignes de 110 mm à égale distance de l'engin. Ils établissent les tuyaux de 45 mm des raccords d'injection vers la MPVE (1 tuyau directement raccordé sur la MPVE avant la division 50x2x50). Ils s'assurent de l'ouverture complète des tubulures de la division.

5

Le conducteur assure la mise en route de la MPVE. - 1er temps : il remplit d'émulseur les tuyaux de 45 mm jusqu'aux raccords d'injection (avant même la mise en eau des lignes de 110 mm). - 2e temps : il laisse sa MPVE au ralenti, en circuit fermé et la purge de temps en temps. Le chef d'agrès rend compte de la mise en place du dispositif. Il assure la surveillance des tuyaux de 45 mm et contrôle régulièrement le niveau d'émulseur et rend compte de la quantité restante.

2

C ’e s

t bo n

!

En cas d’incident sur une des deux lignes de 110 mm, la fermeture de la tubulure correspondante sur la division 50x2x50 permet d’injecter temporairement le même volume d’émulseur dans la ligne restante.

Le dispositif d'injection
69

3

Ils procèdent à l'alimentation de la MPVE sur le CA ou BA et placent la vanne 3 voies. Ils règlent la concentration d'émulseur de 60 à 120 l/min. (selon la qualité de l'émulseur et les ordres de l'officier ZE). Ils plongent éventuellement la canne plongeuse si l'émulseur est en containers.

à sa

v oi r

Les établissements de manoeuvre

Schéma d'établissement des tuyaux de 110 et de 45 mm

MPVE

Tuyaux semi-rigides (maxi 14 m) Containers émulseur

LCM 2 000 l/min Tuyaux de 45 mm

Vanne 3 voies

Zone émulseur
(CA ou BA, berce émulseur ou container)

Division 50/2x50 Tuyaux de 110 mm Raccords d'injection

Point d'eau

PMP
Tuyaux de 110 mm

Etablissement d'attaque

Points d'injection possibles

LCM ALIMENTEE PAR 2 LIGNES DE 110 MM - Longueur maxi 1 000 mètres
(Débit 2 000 l/min. de solution moussante - concentration 6 % maxi).

70

Arrêt temporaire d'injection (circuit fermé)
Constituant une position d’attente, le circuit fermé permet de réaliser ou de suspendre l’injection. Pour éviter l’échauffement du produit captif dans le circuit fermé, le conducteur du CA ou BA procède régulièrement à des purges de courte durée destinées à renouveler l’émulseur.

Le chef d'agrès ferme l'alimentation de la MPVE ou retire éventuellement la canne plongeuse.

Manoeuvre exceptionnelle d'alimentation de la MPVE
L'éloignement de la zone émulseur ou l’impossibilité d’accès à cette dernière du CA ou BA impose l’alimentation de la MPVE par une MPT.

2

Le conducteur baisse le régime, puis ouvre progressivement le robinet de purge de la MPVE.

Fin de manoeuvre
Lorsqu'elle en reçoit l’ordre, l'équipe du CA ou BA arrête définitivement l’injection d’émulseur :

3

Le conducteur contrôle la baisse de pression au manomètre. Il procède à la mise à l'arrêt du moteur lorsque la pression est nulle.

Les lignes d’alimentation et de refoulement d’émulseur (Ø 45 mm) peuvent être alors démontées.
C ’e s
t bo n

Chef d'agrès CA

Conducteur CA

L’utilisation d’émulseur est toujours suivie d’un abondant rinçage. Pour cette opération, la MPVE peut être mise en aspiration ou alimentée par la citerne d’un engin-pompe dont le moteur doit obligatoirement être à l’arrêt.

!

Arrêt et fin de manoeuvre LCM
71

1

à sa

v oi r

Diffusion : SAPEUR Edition précédente : octobre 2006 Edition : avril 2008

Ce document a été élaboré par un groupe de travail représentatif de la Brigade : GPT 1 - GPT 2 - GPT 3 - GFI - BEP - BFI - BOPE - ST

Conception & réalisation : Groupe Documentation Pédagogique / BFI Dessins : M. René Dosne Crédit photos : BSPP Approuvé par le Général le : 18 mars 2008 Dépôt légal : avril 2008 ISBN N° 978-2-901945-03-1 C BSPP BP N° 31 75 823 PARIS CEDEX 17

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->