Vous êtes sur la page 1sur 129

IUT d’Amiens

Département de Génie Civil


Avenue des Facultés, 80025 Amiens cedex 01

Cours de Licence professionnelle:


Choix constructifs à qualité environnementale

Année 2008/2009

Mr Benazzouk
Licence professionnelle : Choix constructifs à qualité environnementale

Développement durable
Ingénierie des matériaux 9 gestion de matières premières
9 gestion des énergies
9 gestion des déchets
9 gestion des nuisances

Faisabilité et fonctionnalisation
des matériaux de construction

Formulation fonctionnelle Facteurs de Durabilité


et caractérisation physico-mécanique et dégradation
Plan général du cours

1. Généralités sur les matériaux de construction et leurs constituants;

2. Différents matériaux de construction et leurs propriétés;

3. Techniques de mesures des propriétés des matériaux de construction;

4. Généralité sur la Durabilité des matériaux de construction;

5. Quelques exemples de dégradation;

6. Étude des Facteurs de Durabilité et diagnostic.


Présentation du cours
Public ciblé
‰ Le cours «Matériaux de construction» est une des disciplines
essentielles dans le domaine du Génie Civil et de la branche des
ponts et chaussées.
‰ Ce cours s'adresse en priorité aux étudiants de génie civil et aux
techniciens supérieurs travaillant dans le domaine de la
construction.
‰ Il résume les différents types de matériaux de construction utilisés
ainsi que les composites dont, les constituants de base sont
similaires ou proches de ceux utilisés dans la formulation des
matériaux classiques (béton, mortier, composite, plâtre,
argile…etc.).
Présentation du cours
Objectifs généraux
¾ Connaître des différents types de matériaux de construction;
¾ Renforcer la compréhension concernant les propriétés principales des matériaux
de construction et leurs domaine d’emploi le plus efficace;
¾ Permettre aux apprenants de connaître la nature, le principe de fabrication et les
applications en fonction de leurs comportements;
¾ Renforcer les connaissances pour pouvoir effectuer les différents essais sur les
matériaux de construction;
¾ Procédés d'amélioration de certaines propriétés des matériaux de construction;
¾ Renforcer les connaissances sur la durabilité des matériaux de construction ainsi
que leur dégradation dans le temps. Il s’agit de faire une synthèse des Facteurs de
Durabilité, avec une prise en compte des paramètres intervenant dans les
phénomènes de dégradation.
Classification des matériaux de construction

Ingénierie des matériaux

Matériaux de base Matériaux composites

• Les métaux Matériaux de Matériaux de


• Les polymères construction protection
• Les céramiques
• Pierres • Enduits
• Terres cuites • Peintures
• Bois • Bitumes, etc…
• Béton
• Métaux, etc….
Matériaux de construction – Généralités
• Qu’est ce qu’un matériau de «construction» ?
Un matériau de construction est un composite aggloméré, constitué de granulats durs de
diverses dimensions collées entre eux par un liant. La matrice peut être de nature minérale
ou organique.

Matériau

Représentation schématique d’un matériau de construction


Matériaux de construction – Granulats
• Critères d’échantillonnage «Granulats»
Un granulat est un composant important intervenant dans la fabrication et la classification
des matériaux de construction. Le nom de "granulats" est un ensemble de grains inertes
ou actifs destinés à être agglomérés par un liant pour former un agrégat. C’est un
assemblage hétérogène de substances ou éléments qui adhérent solidement entre eux (le
mortier ou le béton par exemple).

Critère de propreté et de
qualité

Utilisation de granulats
en construction Impératifs Caractéristiques propres à
(environ 80% du poids du chaque usage
matériau)
Dosage optimum en liant pour
lier les granulats

Critères principaux pour l’utilisation des ajouts inertes


Matériaux de construction – Granulats
• Échantillonnage «Prélèvement»
Les essais effectués en laboratoire portent nécessairement sur des quantités réduites de
matériaux. Ceux-ci devant permettre de mesurer des paramètres caractéristiques de
l'ensemble du matériau dans lequel le prélèvement a été réalisé. Il faut que l'échantillon
utilisé au laboratoire soit représentatif de l'ensemble. Cette opération est généralement
difficile et est parfois coûteuse, mais essentielle. En général le prélèvement d'échantillons
se fait en deux temps:

¾ Prélèvement sur le chantier, la carrière ou l'usine d'une quantité de matériaux nettement


plus grande que celle qui sera utilisée pour l'essai.
¾ prélèvement au laboratoire de la quantité nécessaire à l'essai et qui soit également
représentative de l'échantillon de départ.
Matériaux de construction – Granulats
• Types d’échantillonnages «Prélèvement»
Le prélèvement d’échantillons sur le tas doit être effectué de plusieurs façons.

Ratissage

Sonde taillée

Prélèvement des granulats en stock à la main


et à l’aide d’une sonde calibrée
Opération de quartage
Matériaux de construction – Granulats
• Types d’échantillonnages «Prélèvement»
L’echantillonneur permet diviser facilement en deux parties représentatives la
totalité d'un échantillon, chaque moitié étant recueillie dans un bac. La répétition en
cascade de cette opération, en retenant à chaque opération le contenu de l'un des
bacs, permet d'obtenir l'échantillon nécessaire, après trois ou quatre opérations
identiques.
Récupération
dans un bac

Echantillonneur pour graviers Schéma d'une opération de répartition des granulats


Matériaux de construction – Granulats
• Condition d’échantillonnage «Choix des granulats»
Les propriétés physiques et mécaniques des matériaux de construction dépendent de
plusieurs facteurs. Généralement on souhaite obtenir un matériau résistant, étanche et
durable. Pour atteindre ce but, il faut:

¾ que le matériau à l'état frais soit facile à mettre en oeuvre et à compacter (pour réduire la
porosité);
¾ un maximum de granulats par unité de volume de matériau (pour réduire la quantité de
pâte liante nécessaire pour remplir les vides);
¾ un minimum de surface spécifique (pour réduire la quantité d'eau de gâchage);
¾ choisir un diamètre maximum des granulats;
¾ la proportion de chaque dimension des grains doit être choisie de façon à remplir les
vides laissés par les grains de dimensions supérieures;
¾ réduire la teneur en éléments fins au minimum requis pour obtenir une bonne
maniabilité. La teneur maximale admise permet également d’améliorer la compacité de la
matrice et donc augmenter les résistances mécaniques.
Matériaux de construction – Granulats
• Échantillonnage «Courbe granulométrique »
Les courbes granulométriques des différents granulats peuvent être déterminées par l'essai
de l'analyse granulométrique, suivant la norme NF P 18-560.

Analyse granulométrique correspondant à un sable

Courbe granulomètrique pour plusieurs types de granulats

Tamiseuse électrique
Matériaux de construction – Granulats
• Différents types de granulats
Les granulats utilisés pour les matériaux de construction peuvent être soit d'origine
naturelle, soit artificiels. Ils différent par leurs caractéristiques chimique, physique et
mécanique. Ils peuvent également avoir un comportement différent à travers le matériau
qu’ils constituent. Des réactions supplémentaires granulat/granulats ou granulat/matrice,
peuvent intervenir lors du durcissement du matériau.
• Sédiments siliceux/calcaires;
Les granulats naturels • Métamorphiques (Quartz…);
• Minéralogique; • Eruptives (basaltes, les granites,
•Roulés (de carrières). les porphyres….).
Types de
granulats
Les granulats artificiels
• Sous-produits industriels (laitier cristallisé, de haut fourneau…);
• Granulats à haute dureté (ferreux, carborundum, réfractaires…) ;
• Granulats légers (l'argile/schiste/ laitier expansé …);
• Granulats très légers (l'argile ou le schiste expansé, polymère…).
Types de granulats inertes ou actifs utilisés en construction
Matériaux de construction – Matrice
• Qu’est ce qu’une «Matrice» ?
Une matrice est un liant qui a la propriété de faire prise avec l’eau ou l’air, suivant la
nature de ses constituants. Cette réaction transforme la pâte liante, qui a une consistance de
départ plus ou moins fluide, en un solide pratiquement insoluble dans l’eau, pour lier le
squelette granulaire qui constitue le matériau. La matrice peut être de nature minérale, ou
organique.

EAU
LIANT
POUDRE + ou
(MATRICE)
AIR

Représentation schématique d’une matrice


Matériaux de construction – Matrice
• Types de «Matrices»
Une matrice peut être de type minérale ou organique.

Types de matrices

Ciment Plâtre Argile Chaux Polymère (Latex,


Asphalte, bitume…)
Hydraulique
ou
Hydraulique
Aérienne

Représentation schématique des différents types de matrices


Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Qu’est ce qu’un «Ciment» ?
Le ciment est un produit moulu du refroidissement du clinker, qui contient un mélange de
silicates et d’aluminates de calcium porté à 1450–1550°C ; température de fusion. D'autres
éléments (chaux, silice, alumine) viennent compléter le ciment afin de lui donner des
caractéristiques différentes.
Le ciment est appelé liant hydraulique, car il a la propriété de s’hydrater et de durcir en
présence d’eau. Ce durcissement est dû à l’hydratation de certains composés minéraux,
notamment des silicates et des aluminates de calcium.
Les normes françaises NF P 15-301 (Liants hydrauliques. Ciments courants. Composition,
spécifications et critères de conformité) et NF P 15-010 (Liants hydrauliques. Guide
d’utilisation des ciments) distinguent, pour les ciments, des catégories qui définissent leur
composition et des classes de résistance.
Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Préparation et propriétés générales du «Ciment »

La matière première : 80% de calcaire et 20% d'argiles et autres

Fabrication: Réaction entre CaO, SiO2, Al2O3 et Fe2O3 dans un


four rotatif à 1450°C (clinkérisation)

- Densité apparente: 2,1.


- Densité réelle: 3,2 - 3,4.
- Non soluble dans l’eau.

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


18
Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Procédé de fabrication du « Ciment »

• Procédé par voie sèche: préchauffée (en poudre) à 800°C par les gaz du four;
• Procédé par voie semi-sèche: la poudre est agglomérée sous forme de boulettes
par ajout de 12 à 14 % d'eau;
• Procédé par voie humide: la matière première est additionnée d'eau dès le broyage et
manipulée sous forme de pâte fluide introduite par pompage dans des fours.

Produits d’additions lors de la clinkérisation:

• Calcaire + autres produits;


• Gypse;
• Laitier de hauts fourneaux;
• Cendres volantes.

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


19
Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Principe de l’hydratation du «Ciment»

L’hydratation des composés du ciment est une réaction exothermique qui provoque une
importante élévation de température. Les composés anhydres du ciment sont alors attaqués
en surface par l’eau pour produire des composés hydratés. Ces derniers permettent la prise
et le durcissement du matériaux.

Principales réactions du ciment avec l'eau


3CaO,Al2O3 + 3 CaSO4 + 31 H2O –––> 3CaO,Al2O3,3CaSO4,31H2O

2 (3CaO,SiO2) + 6 H2O –––> 3CaO,2SiO2,3H2O + 3 Ca(OH)2

2 (2CaO,SiO2) + 4 H2O ––> 3CaO,2SiO2,3H2O + Ca(OH)2


Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Principaux constituants du «ciment» hydraté
La réaction d’hydratation est un processus chimique complexe où les principaux composés
du ciment C3S, C2S, C3A et C4AF réagissent pour former de nouveaux composés insolubles
qui durcissent avec le temps. C'est surtout l'hydratation du C3S et du C2S qui participent le
plus au développement de la résistance en produisant des C-S-H. Très sommairement, la
réaction d'hydratation du C3S et du C2S est la suivante :

C3S
ou + H2O C-S-H + Ca(OH)2
C2S
La pâte de ciment hydratéé est formée par : Les hydrates comprennent :

ƒ les hydrates ; ƒ les silicates de calcium hydratés (C-S-H) ;


ƒ des grains de ciment non-hydraté ; ƒ les aluminates de calcium hydratés ;
ƒ des espaces capillaires ; ƒ la chaux hydratée (portlandite) ;
ƒ des bulles d'air. ƒ de l'eau adsorbée sur certains cristaux ;
ƒ des impuretés.
Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Principe de la réaction d’hydratation du «Ciment»
La durée de prise
Æ Le ciment a une consistance pâteuse pendant la prise;
Æ La prise n’est pas instantanée;
Æ La durée de la prise dépend du type de ciment (2 à 3h pour le CPA).

Représentation schématique de l’hydratation du ciment


Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Principe de la réaction d’hydratation du «Ciment»
Le phénomène d’hydratation du ciment est une réaction exothermique (prise et
durcissement), qui s'accompagne d’un dégagement de chaleur. La réaction dépend:

¾ la finesse de mouture: plus le ciment est broyé fin, plus la chaleur d'hydratation est élevée;
¾ la nature des constituants: les ciments CPA et/ou avec constituants secondaires;
¾ la nature minéralogique du clinker (présence ou non d’ajouts) (CPA ou CPJ);
¾ la température extérieure.
60

50
Température (°C)

40

30

20

10

0
0 5 10 15 20 25
Temps (heures)

Évolution de la température lors de Évolution de la chaleur


Calorimètre pour le test d’hydratation l’hydratation du ciment d’hydratation du ciment
Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Constituants de la réaction d’hydratation du «Ciment»
Exemple de cristaux obtenus après hydratation et durcissement du ciment.

Ettringite C-S-H Inclusion

Zone de Matrice
transition cimentaire

ƒ Indice d’Inhibition (I);


ƒ Chaleur d’Hydratation (EH);
Portlandite ƒ Degré de la réaction d’hydratation;
ƒ Analyse qualitative des hydrates (MEB);
ƒ Analyse quantitative au Rayons X.
Formation des hydrates lors de l’hydratation du ciment
Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Classification des «Ciments» / désignation

Composition
Désignation Type de ciment clinker/constit. Utilisation
Secondaires
CEM I Ciment Portland 95% / 5% Bétons armés, précontraints, ouvrages
(CPA) dont parement apparent
CEM II Ciment portland 20-64% / 36-80% de laitier Travaux courants en béton armé
composé (CPJ)
„ CEM III „ Ciment de haut „ 20-64% / 36-80% de laitier
fourneau (CHF) „ 5-19% / 81-95% de laitier Fondations et travaux souterrains ou en
„ CEM IIIC „ Ciments au laitier milieu agressif

CEM IV Ciment pouzzolanique 45-90% / 10-55% de pouzzol.,


(CPZ) cendr. volan.et fum. de silice Béton armé dans les travaux maritimes

CEM V Ciment au laitier et 20-64% / 18-50% de laitier et


aux cendres (CLC) cend. volan. Béton en milieu agressif
- Ciments prompts - Scellements et les colmatages en présence
naturels d’eau
- Ciments alumineux - Résistance aux hautes températures
fondu (béton réfractaire)
Le ciment

Matériaux de construction – Matrice


• Classification des «Ciments» / classe de résistance

Spécification et valeurs garanties en fonction de la classe normale


Le plâtre

Matériaux de construction – Matrice


• Qu’est ce qu’un «Plâtre» ?

Le plâtre est une poudre blanche provenant de la cuisson d’une roche sédimentaire, le
gypse. Il a la propriété de faire prise avec l’eau: c’est un liant hydraulique.
Actuellement, le plâtre est le plus souvent utilisé sous forme de produits secs,
préfabriqués en usine. Le plâtre s’hydrate dans la solution sursaturée en provoquant la
précipitation de microcristaux :

CaSO4 - 1/2(H2O) + 3/2 (H2O) CaSO4 - 2(H2O)

La prise du plâtre s’accompagne :

¾ D’un fort dégagement de chaleur (réaction exothermique);


¾ D’une augmentation de volume due à la cristallisation rapide (0,5% au bout d’une
heure et de 1% en 24 heures).
Le plâtre

Matériaux de construction – Matrice


• Procédé de fabrication du «plâtre»
La fabrication du plâtre comprend les opérations suivantes :

ƒ L’extraction du gypse;
ƒ Le broyage du gypse (concasseur);
ƒ La cuisson (entre 120 et 160°C ÆCaSO4,1/2H2O),
9 Sous pression atmosphérique par voie sèche;
9 Par voie humide dans des fours autoclaves.
ƒ Le broyage du plâtre (1500 et 12000 cm2/g);
ƒ Le mélange Æ homogénéité du produit + incorporation d’adjuvants;
ƒ Le silotage;
ƒ L’ensachage.

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


28
Le plâtre

Matériaux de construction – Matrice


• Préparation du « plâtre »

La matière première : le Gypse

- Densité : 2.32
- 2 formes de gypse :
¾ Le gypse cristallisé (sélénite)
¾ Le gypse fibreux, cohérent à grains fins blancs
- Peu soluble dans l’eau

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


29
Le plâtre

Matériaux de construction – Matrice


• Propriétés générales du « plâtre »

La prise
CaSO4,1/2H2O + 3/2 H2O –––> CaSO4,2H2O
(réaction inverse de celle de la fabrication)
Réaction rapide : forte élévation de température (25 à 30°C) +
augmentation de volume (1% en 24 heures)

La durée de prise
Æ Le plâtre a une consistance pâteuse pendant la prise;
Æ La prise n’est pas instantanée.

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


30
Le plâtre

Matériaux de construction – Matrice


• Différents types de «Plâtres» et désignation
Conformément aux dénominations de la norme NF B 12.301, il existe différentes
variétés de plâtres:

Type de plâtre constituants Secondaires

plâtre gros Sable, ou sable/chaux.

plâtre fin pour enduit manuel


-
(enduit)
plâtre fin manuel à très haute -
dureté (enduit)
plâtre fin manuels allégés
-
(enduit)
plâtre fin à projeter
agents retardateurs de prise

Vermiculite / perlite / fibres


plâtre pour protection
minérales résistantes au feu.
incendie
La chaux

Matériaux de construction – Matrice


• Qu’est ce qu’une «Chaux» ?
La chaux est un liant de construction qui résulte de la calcination à 900 °C d'un calcaire
à haute teneur en carbonate de calcium(CaCO3). La classification actuelle des chaux de
construction distingue plusieurs types de chaux:

Type de chaux Fabrication / Propriétés


Chaux vive Résultat de la cuisson (calcination) du calcaire dans des fours spéciaux, à une température
comprise entre 900°C et 1100°C.
Chaux aérienne Obtenue à partir de calcaires pur ne contenant pas ou peu de matières étrangères (moins de
7%) et pas d'argile. Elle a la propriété de faire prise et durcir à l'air en réagissant avec
le dioxyde de carbone (CO2) qu'il contient (carbonatation).
Chaux grasse Chaux aérienne, à cause de l'onctuosité qu'elle procure aux mortiers. Chaux aérienne en
pâte, obtenue par extinction de chaux aérienne par excès d'eau (procédé de fabrication par
immersion).
Chaux hydraulique Chaux obtenue à partir de calcaires contenant en quantité plus ou moins grande des argiles
naturelle (10 à 25% en général). Elle a la propriété de faire prise et durcir avec l'eau.
Chaux hydraulique
artificielle, chaux Provenant d'un mélange de calcaire et de carbonate de magnésium.
magnésienne ou
dolomitique, chaux
maigre
L’argile

Matériaux de construction – Matrice


• Qu’est ce qu’un «Argile» ?
L'argile est une roche sédimentaire, composée de minéraux spécifiques, silicates en
général, d'aluminium plus ou moins hydratés, qui présentent une structure feuilletée
(phyllosilicates) qui explique leur plasticité, ou bien une structure fibreuse (sépiolite et
palygorskite) qui explique leurs qualités d'absorption.

L'argile, par la nature colloïdale de ses particules de silicates, développe, en présence


d'eau, des propriétés spécifiques permettant le façonnage par :

¾ coulage (comportement rhéologique des suspensions aqueuses, cohésion et plasticité


des tessons formés) ;
¾ calibrage, étirage, pressage en pâte molle (cohésion et plasticité) ;
¾ pressage unidirectionnel (cohésion des masses granulées à faible teneur en eau).

Il est souvent nécessaire de procéder à l'ajout de particules non colloïdales aux argiles
(matériaux dégraissants) afin de maîtriser les propriétés du matériau lors du façonnage
et du séchage..
L’argile

Matériaux de construction – Matrice


• Différents constituants de l’«Argile» ?
Les argiles sont constituées d'un mélange de silicates, dits minéraux des argiles
(kaolinite, illite, montmorillonite), et des constituants fins tels que : silice, minéraux
micacés, calcaire, composés ferrugineux, matières organiques…etc.

Type de Propriétés
constituant
Silice (quartz libre) modifie les propriétés des minéraux argileux en jouant un rôle de dégraissant
(diminution de la plasticité et du retrait de séchage, amélioration du comportement à la
défloculation)
Composés ferrugineux Ils constituent des fondants énergiques et ont une action colorante importante (rouge
foncé à jaune).
Calcaires Au-dessus de 1000 oC, la présence de calcaire favorise le grésage de l'argile, mais son
action est brutale. Ils conduisent à des produits non poreux.
Minéraux micacés Il se trouvent en quantité notable dans les argiles dites grésantes.
Matières organiques Elles jouent un rôle important sur les propriétés rhéologiques des argiles.
Les terres cuites

Matériaux de construction – Matrice


• Qu’est ce qu’une «Terre cuite» ?
La terre cuite est une matière obtenue par la cuisson d'argile. Les matériaux de terre
cuite sont utilisés depuis plusieurs siècles dans le bâtiment. Ils se sont adaptés à
l’évolution de la construction et à ses impératifs. Les caractéristiques des produits de
terre cuite permettent à ceux-ci d’être employés dans toutes les parties de la construction
avec efficacité.

Aujourd'hui, la "terre cuite" désigne souvent une céramique restée poreuse en son cœur.
Les caractéristiques des produits de terre cuite permettent à ceux-ci d’être employés
dans toutes les parties de la construction avec efficacité. Ce sont essentiellement les
briques, les tuiles, les éléments pour planchers, les conduits de fumée, les carreaux
rustiques, des éléments de décoration, etc.

Les matières premières le plus couramment utilisées dans la fabrication des produits de
terre cuite sont les argiles d’une part, et les éléments dégraissants d’autre part.
Les terres cuites

Matériaux de construction – Matrice


• Fabrication de la « terre cuite »

Fabriquées à partir de minéraux argileux (argiles


kaolinitiques ou illitiques)

+
Æ Du sable fin (30 à 40%),
Æ Des oxydes et hydroxydes de fer (couleur rouge)
Æ Du calcaire
Æ Des matières organiques (brûlent à 400°C et colorent les
argiles cuites)
Æ Des sels solubles (nuisibles : sulfates)
Les terres cuites

Matériaux de construction – Matrice


• Principes de fabrication de la « terre cuite »

Argiles constituants majoritaires Æ extraites en carrière à l’aide


Argiles,
d’engins mécaniques puissants (excavateur, bulldozer).

Après stockage, l’argile subit une série de traitements:


• Broyage
• Malaxage
• Humidification
• Addition d’ajouts Æ pâte homogène présentant la plasticité voulue
Les terres cuites

Matériaux de construction – Matrice


• Principes de fabrication de la « terre cuite »

Le façonnage
La pâte est ensuite façonnée de différentes façons
Æ Produits pleins, creux ou perforés :
‰ Pâte ferme (5 à 6% d’eau) Æ briques pleines pressées,
‰ Pâte demi-ferme (10 à 15% d’eau) Æ tuiles
mécaniques formées sous presse,
‰ Pâte molle (15 à 25%) pour le filage sous vide.

Le façonnage donne au produit sa forme définitive


Les terres cuites

Matériaux de construction – Matrice


• Principes de fabrication de la « terre cuite »

Le séchage

• Les produits crus sont séchés dans des tunnels


• Le séchage a pour but d’éliminer l’eau contenue
dans l’argile Æ argile plus plastique
• Contraction pendant le séchage : 3 à 8%.
ÆSéchage à vitesse limitée
• Densité : entre 1.4 et 2.2
Les terres cuites

Matériaux de construction – Matrice


• Principes de fabrication de la « terre cuite »

La cuisson

• Elle s’effectue dans des fours de plusieurs types :


- Fours Hoffmann à feu mobile et produits fixes,
- Fours tunnels à feu fixe et produits mobiles.
• Combustibles : charbon broyé, fuel, gaz naturel….
Les terres cuites

Matériaux de construction – Matrice


• Principes de fabrication de la «terre cuite»

Le refroidissement et le conditionnement

• brusque retrait à 600°C dû au quartz


Æ Nécessité de prendre des précautions au refroidissement et de
maîtriser la baisse de la température.
rature

• Les produits sont ensuite conditionnés et palettisés


sous une enveloppe de plastique rétractable.
Matériaux du bâtiment
Plan général du cours
I. Les matières plastiques
II. Le verre
III. Les peintures et vernis
IV. Propriétés du matériau plâtre
V. Propriétés des terres cuites
VI. Propriétés des bétons
Matériau plâtre

1. Les propriétés générales du plâtre

• Le comportement au feu
- Excellent rempart contre le feu
- Plâtre non revêtu : Classement M0 (incombustible)
- Utilisé comme « coupe-feu »

• L’isolation et le comportement acoustique


Æ le plâtre améliore l’insonorisation

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


43
Matériau plâtre

1. Les propriétés générales du plâtre

• L’isolation thermique
¾ Seul ou en association avec d’autres matériaux, le plâtre
améliore l’isolation des parois
¾ Faible conductivité thermique (entre 0.50 et 0.25 W/m K)

• La régulation de l’hygrométrie (humidité de l’air)


¾ En raison de sa porosité, il permet de réduire l’humidité de l’air
¾ Attention! Æ l’humidité (atmosphérique ou de ruissellement) est
nuisible au plâtre (plâtre éventé)

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


44
Matériau plâtre

2. Les différents types de plâtre

Les produits commercialisés se différencient


par:
ƒ Leur granularité (plâtre gros « G », plâtre fin « F »);
ƒ Leur mode de mise en œuvre (manuelle « M » ou par projection « P »);
ƒ Leur temps d’emploi :1- court; 2 - allongé; 3 – long;

ƒ Leur dureté, normale « N » ou très haute « THD »;


ƒ Les mélanges et ajouts.

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


45
Matériau plâtre

2. Les différents types de plâtre

Plâtre gros :
Refus au tamis de 800 microns : entre 5 et 20%
Usages :
- Rattrapage d’irrégularités importantes
- Montage de maçonnerie
- Temps de prise: de 8 à 25 mn

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


46
Matériau plâtre

2. Les différents types de plâtre


Plâtres fins :
Refus au tamis de 800 microns < 1%
Refus au tamis de 250 microns : environ 25%
Usages :
- Enduits intérieurs
- A très hautes dureté Æ cages d’escalier, couloirs, hall d’entrée
- Temps de prise > 30 mn

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


47
Matériau plâtre

2. Les différents types de plâtre


Plâtres fins à projeter :
- Projection Æ machine légères et maniables
Æ double le rendement des plâtriers
- Prise lente pour permettre la projection
Usages : enduits intérieurs
Plâtres pour protection incendie :
- Ajout de vermiculite, de perlite, de fibres minérales
Æ meilleure résistance au feu
- Application par projection en mono-couche

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


48
Matériau plâtre

2. Les différents types de plâtre

Plâtre à usages particuliers :


- Plâtre à briqueter Æ montage de cloison en briques ou
parpaings

- Plâtre-chaux Æ réfection de murs extérieurs


- Plâtre de surfaçage Æ corrections de défauts
- Plâtre de moulage Æ granulométrie très fine
- Plâtre pour préfabrication Æ carreaux de plâtre, cloisons,
corniches

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


49
Matériau plâtre

3. La mise en œuvre du plâtre


Les précautions à prendre
ƒ Le plâtre oxyde le fer
ƒ Le plâtre frais, en raison de sa porosité, craint le gel

Les emplois du plâtre


• Liant de briques pour la construction de cloisons
intérieures
• Enduit de plafond ou de cloisons
• Éléments préfabriqués collés (carreaux de plâtre)
• Plaques de plâtre associées ou non à un isolant Blocs de plâtre
(placoplâtre®, Placocem)

Matériaux du Bâtiment - Licence professionnelle


50
Matériau plâtre

Pour plus d’informations :

ORGANISMES OFFICIELS LIÉS AU METIER DU


PLÂTRE

Union nationale des entrepreneurs plâtriers, plaquistes, staffeurs


et stucateurs, UNEP
9 rue La Pérouse, 75784 Paris Cedex 16
Tél. : 01 40 69 52 14.

Chambre syndicale des entrepreneurs de staff, stuc et activités


annexes
10 rue du Débarcadère, 75017 Paris Cedex 17
Tél. : 01 40 55 14 40.
Matériaux terres cuites

1. Les propriétés générales

‰ Densité : entre 1.4 et 2.2 g/cm3 (la résistance


augmente avec la densité),
‰ Une brique convenable n’est pas friable,
‰ Porosité < 18%,
‰ La présence de grains de chaux (CaO) dans les
briques insuffisamment cuites Æ Gonflements
ultérieurs en présence d’humidité.
Matériaux terres cuites

1. Les propriétés générales

‰ Efflorescences sous forme de tâches blanchâtres


en surface Æ Présence de sels solubles véhiculés par l’eau.
‰ Essais de gel : perte de masse inférieure à 1%
après 25 cycles de gel-dégel.
‰ Résistances mécaniques en compression entre
12.5 et 80 Mpa.
‰ Parfaitement ininflammable, matériau privilégié
pour la constitution de parois anti-feu (classement M0
et M1).
Matériaux terres cuites

2. Les produits fabriqués

Éléments pour
revêtements de sols,
de murs ou de routes

Blocs perforés
(perforations verticales)

Conduits de
fumées

Briques plâtrières A parois pleines


(perforations horizontales)

A parois alvéolées
Matériaux terres cuites

3. Les produits fabriqués

Poutrelles mixtes

Terre cuite

Charpente terre cuite-béton


Béton

Terre cuite Tuiles à emboîtement ou glissement


Tuiles « petit moule » Tuiles « grand
moule »

Poutrelles en béton précontraint


+ sous-face en terre cuite
Matériaux terres cuites

Pour plus d’informations :

ORGANISMES OFFICIELS LIÉS AU METIER DE


LA TERRE CUITE

CTTB, le centre technique des tuiles et des briques


http://www.cttb.fr
Adresse de correspondance : 17, rue Letellier - 75015 Paris
Adresse physique : 200, avenue du Général de Gaulle - 92140 Clamart
Les bétons

1. Généralités sur les bétons


Le béton est un matériau composite aggloméré constitué de granulats
durs de diverses dimensions collées entre eux par un liant.
Types de liant:
• Ciment (Béton hydraulique);
• Bitume, goudron, asphalt (Béton hydrocarboné);
• Résine (Béton de résine (liant de polymère thermoplastique/thermodurcissable);
• Argile (béton d'argile).

Types d’agrégats : grains de pierre, sable, gravier, cailloux; autres….


Types d’additifs : Fummées de silice, Pouzolannes, laitiers, adjuvants,
fluidifiants, accélératieu/retardateur de prise, entraîneur d’air….
Eau : double rôle d'hydratation du ciment et de facilitateur de la mise en œuvre
(ouvrabilité)
Les bétons

2. Fabrication du béton
• Types de Bétons

Il existe deux catégories de bétons, classé en quatre groupes, selon sa masse


volumique ρ
‰ Béton type « béton dense »:
9 béton très lourd : ρ > 2500 kg/m3 ;
9 béton lourd (béton courant) : ρ entre 1800 et 2500 kg/m3 ;

‰ Béton type « béton leger »:


¾ Béton de granulats légers ρ = 500 à 1800 kg/m3
¾ Béton très légers et bétons cellulaire ρ < 500 kg/m3.
Les bétons

3. Propriétés des bétons

Les résistances mécaniques en compressions obtenues


classiquement sont de l'ordre de :
Æ Bétonnage sur chantier : 25 à 35 MPa
Æ Bétonnage soigné en usine (préfabrication): 40 à 60 MPa
Æ Béton Hautes Performances : jusqu'à 200 MPa

Formulation des bétons


Æ Le choix des proportions de chacun des constituants d'un béton dépend des
propriétés mécaniques et de mise en œuvre souhaitées.
Æ Béton sur chantier: 800 litres de gravillons et 400 litres de sable par mètre cube de
béton pour 350 à 400 kg de ciment
Les bétons

2. Différents types de bétons


•Bétons denses
Béton aggloméré :
Æ Béton imitant la pierre, ou parpaing.

Béton armé :
Æ Le béton armé a été inventé par Joseph Monier (brevets en
1870).
‰ Le béton de ciment présente une excellente résistance à la
compression
‰ Faible résistance à la traction donc à la flexion
ª Incorporer des armatures en acier destinées à
s'opposer et à reprendre les contraintes de traction
Les bétons

2. Types de bétons
Béton armé :
Béton classique contenant une armature métallique
Les bétons

2. Types de bétons
Béton précontraint :

Æ Il s'agit de techniques inventées par Eugène Freyssinet en


1928, qui consistent à tendre (comme un ressorts) l’armature
du béton, et donc à comprimer, au repos, ce dernier.
‰ Dans la pré-tension (le plus souvent utilisée en bâtiment),
les armatures sont mises en tension avant la prise du béton
‰ La post-tension consiste à disposer les câbles de
précontrainte dans des gaines incorporées au béton. Après
la prise du béton, les câbles sont tendus au moyen de vérins
de manière à comprimer l'ouvrage au repos.
Les bétons

2. Types de bétons
Béton précontraint :
Les bétons

2. Types de bétons
Béton de résine :
Le béton de résine est constitué d'un liant de polymère organique
synthétique, parfois thermoplastique mais généralement
thermodurcissable (polyester et époxy) , et d'une charge minérale.

charges utilisées :
• du sable ( mortier de résine) ;
• la pierre concassée, le gravier, le calcaire, la craie, le condensât
de silice (poudre de silice, poussière de silice), le granit, le quartz,
l'argile, le verre expansé et les fines métalliques ;
• un durcisseur (agent de réticulation et un catalyseur);
• fibre de verre, voile à base de fibre de verre, tissus et fibres
métalliques
Les bétons

2. Types de bétons
Béton de résine :
Avantages :
• faible temps de prise et de délai d'obtention de la résistance
maximale;
• faible quantité de liant, en fonction de la finesse de la charge;
• Bonne résistance à l'action des produits chimiques et corrosifs;
• Faible absorption d’eau et stabilité aux gel/dégel
• grande résistance mécaniques (polyester/époxy).
Inconvénients :
• Réalisation complexe
• Instabilité dimensionnelle ;
• Taux élevé de fluage (restriction pour l’utilisation en charpente);
• Coût élevé.
Les bétons

2. Types de bétons
Quelques propriétés du Béton de résine
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Hautes Performances (BHP) :
Les bétons à hautes performances présentent une durabilité
améliorée et une résistance accrue. Ils peuvent supporter des
charges supérieures ou permettre des constructions plus
élancées. Ils peuvent également présenter des formes plus
complexes et permettent de réaliser de plus grandes portées. par
une meilleure adhérence entre les granulats et la matrice de
ciment. En outre, la résistance de la matrice sera pratiquement
égale à la résistance des granulats.
La découverte de superplastifiants très performants a constitué
un véritable tournant. L’action de ces adjuvants est de rendre le
béton nettement plus fluide, sans ajouter d’eau. Les
superplastifiants ont créé la base du développement des bétons à
hautes performances (BHP), dont les applications se retrouvent
principalement dans le secteur du béton préfabriqué.
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Hautes Performances (BHP) :
La résistance à la compression peut atteindre 200 MPa.

Béton hautes
performances

Béton classique
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Hautes Performances (BHP) :
Principe du superplastifiant:
• La surface de chaque grain de ciment contient des charges électriques
libres;
• Les charges opposées s’attirent mutuellement d’où la formation des
agglomérats;
• L’eau de gâchage qui se trouve entre ces floculats sera emprisonnée.
Elle ne contribue plus à la fluidité de la pâte de ciment

Des charges opposées sur la surface


des grains de ciment
provoquent la floculation
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Hautes Performances (BHP) :

Action du superplastifiant:
• Les superplastifiants empêchent la formation
néfaste des conglomérats;
• Les molécules du superplastifiant se fixent par
adsorption sur l’interface entre le grain de
ciment et l’eau de gâchage.
• le superplastifiant forme une charge négative
autour de chaque grain de ciment
• les grains se repoussent les uns des autres. La
dispersion qui en résulte réduit la viscosité de la
pâte de ciment et augmente l’ouvrabilité.
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Hautes Performances (BHP) :
Effet du superplastifiant:
• Réduction de la porosité
• Augmentation de la compacité
• Utilisation de renfort

Méthode:
• Diminution de la quantité d’eau;
• Amélioration de l’ouvrabilité;
• Utilisation d’un superplastifiant.
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Hautes Performances (BHP) :
Propriétés:
• Durabilité améliorée face aux agressions physico-chimiques (perméabilité réduite,
meilleure protection de l’armature contre la corrosion, réduction de la pénétration des ions
chlore, diminution du risque de réaction alcali-silice, meilleure résistance au gel,…).
• En règle générale, une fluidité très élevée à l’état frais. Cette caractéristique facilite la mise
en oeuvre du béton, même dans les zones à densité d’armature élevée.
• Résistance accrue au jeune âge. Cette propriété permet de réduire le temps de coffrage et
d’accélérer la mise en précontrainte. Des délais d’exécution raccourcis sont donc
envisageables.
• Une résistance finale accrue après durcissement, ce qui permet de réduire les sections du
béton et, dès lors, la diminution du poids de la construction ;
• Un module d’élasticité supérieur, susceptible d’améliorer la stabilité aérodynamique de
ponts élancés.
• Un retrait réduit, qui s’avère avantageux pour la maîtrise des déformations d’une
construction, ainsi qu’en ce qui concerne les pertes de précontrainte;
• Matériau moins résistant au feu.
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Auto-plaçant (BAP) :
Le béton est auto-placant (SCC, self compacting concrete) s’il se
met en place sans compactage ni vibration complémentaire. Il
remplit de lui-même les moindres interstices en suivant le
principe des vases communicants. Il est auto nivelant dans le cas
d’un plancher. Il fait appel à l’utilisation d’adjuvants spécifiques à
action fluidifiante, avec une nette augmentation du taux de fillers.

Conditions de fabrication du BAP:


• Volume de pâte (ciment + additions + eau + air) élevé;
• Réduction de la taille des granulats (pour éviter les frottement);
• Limitation de la quantité de granulats (granulats / sable =1);
• Quantité de fines élevée (cendres volantes et autres), avec un
rapport e/c faible (0.5 à 0.55);
• Utilisation de fluidifiant (dérivés cellulosiques, de polysaccharides
ou de suspensions colloïdales).
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Auto-plaçant (BAP) :
Propriétés:
• Étalement au cône de 60 à 80 cm (test d’étalement);
• Ouvrabilité importante (cône d’Abrams ou maniabilimètre);
• Mobilité importante en milieu confiné ou non (ferraillage ou non);
• Compacité élevée et stabilité au tamis;
• Mise en place par le seul effet de son poids;
• Performances mécaniques au moins égales à celle du béton normal.
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Auto-plaçant (BAP) :
Propriétés de mise en œuvre/tests normalisés:

Étalement
Ouvrabilité

Mobilité
(boite en U)
Stabilité
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Auto-plaçant (BAP) :
Avantages du BAP:
pour la mise en oeuvre :
• diminution du temps de coulée/rapidité de mise en oeuvre ;
• suppression de la vibration et donc des nuisances sonores;
• meilleures conditions de travail (appréciation des conditions de
travail « non bruyantes » ;
• possibilité de couler des bétons dans des endroits inaccessibles ;
• possibilité de couler des voiles de grande hauteur en une seule
opération.
• augmentation de la durée de vie des coffrages.
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Auto-plaçant (BAP) :
Avantages du BAP:
sur la qualité du béton :
• parfait remplissage des éléments fortement ferraillés ;
• obtention d’une bonne qualité de parement (surface de béton lisse et
donc moins de pores et de défauts en surface) ;
• Réalisation de formes plus sophistiquées;
• Bon enrobage des armatures en aciers;
• d’une manière générale, obtention d’une meilleure qualité du béton,
in situ, pratiquement indépendante du savoir-faire des ouvriers
durant la réalisation ; cela va dans le sens d’une durabilité accrue des
ouvrages.
Les bétons

2. Types de bétons
Béton Auto-plaçant (BAP) :
Avantages du BAP:
concernant la conception :
• permet d’envisager de nouveaux types d’éléments en béton ;
• possibilité d’intégrer des réservations dans le coffrage.
• Gain de productivité.
• moins d’intervenant en haut des banche.
Désavantages du BAP:
• Surveillance des étanchéités des coffrages ;
• coffrages plus lourds pour reprendre la pression exercée (pression
hydrostatique du béton frais);
• coût des matières premières, de la fabrication et du contrôle;
• adaptation de la planification du chantier.
Les bétons

3. Mise en oeuvre
Béton Auto-plaçant (BAP) :
Exemples de réalisation:
BAP coulé sur
chantier
Auto nivelant

BAP dans la
préfabrication
Les bétons

3. Mise en oeuvre
Béton Auto-plaçant (BAP) :
Exemples de réalisation:
Banche :

ƒ Le béton peut être teinté dans la masse en y incorporant des


pigments naturels ou des oxydes métalliques;
ƒ Il peut aussi être traité à l'aide d'adjuvants pour être rendu
hydrofuge (il devient alors étanche, empêchant les remontées
capillaires);
ƒ Moulé ou banché, le béton peut prendre toutes les formes.
Les bétons

2. Différents types de bétons


Bétons légers

Béton de granulats légers (plein ou creux) :


Les bétons légers, c'est à dire ceux dont la masse volumique à
l'état sec est inférieure à 1800 kg/m3, sont employés dans le génie
civil depuis le début du 20ème siècle, dans les pays développés
d'Europe (France, Allemagne), d'Amérique (USA) et d'Asie (Japon
et ex URSS). Depuis, les applications ne cessent de se multiplier à
cause des avantages que présente ce produit tant sur le plan
économique que technique.

Il est obtenu à partir de béton dans lequel, a été rajouté des


granulats légers (sciure, polystyrène, ponce, granulat de bois, de
schistes, argile expansé …etc.), permettant de réduire la masse
volumique du produit fini. Le procédé permet d’améliorer les
performances thermiques du produit.
Les bétons

2. Différents types de bétons


Bétons légers

Béton de granulats légers (plein ou creux) :


Avantages :
• Structure porteuse, suivant sa résistance (classes de la RILEM);
• Béton de faibles densités (de 0,2 à 1,8);
• utilisation de différents type de matrice;
• utilisation de déchets sous forme de granulés/fibres/ajouts inertes;
• Possibilité d'obtenir, pour certains types de bétons légers, des
résistances mécaniques élevées malgré la faible densité du produit;
• Possibilité de réduire la sensibilité à l’eau (améliorer la durabilité);
• Isolation thermique et phonique renforcée;
• Bon comportement au feu.
Les bétons

2. Différents types de bétons


Bétons légers

Classification des Bétons de granulats légers (RILEM) :

Classe I II III
Construction
Type de béton Construction Isolant
et isolant
Masse volumique sèche Non
(1) (kg/m3) < 2000 Non précisée
précisée
Résistance à la
> 15,0 > 3,5 > 0,5
compression (2) (MPa)
Coefficient de
conductivité thermique - < 0,75 < 0,3
(W/mK)
Suivant recommandation RILEM N°10-2 pour (1) et N°4 pour (2) de Novembre 1975
Les bétons

2. Différents types de bétons


Bétons légers

Béton cellulaire (autoclavé):


Les bétons cellulaires (bétons très légers) dont les masses
volumiques sont inférieures à 500 kg/m3. Ils sont utilisés dans le
bâtiment, pour répondre aux problèmes d'isolation. (phonique et
thermique ). Lors de sa réalisation, on incorpore des produits
moussants créant des porosités dans le béton.
Cette structure cellulaire peut être créée soit par
ajout d’adjuvants (agent entraîneur d’air, agent
moussant), soit par ajout de l’Aluminium
pulvérulent, en réaction avec la chaux libérée
lors de la réaction d’hydratation du ciment. Il se
distingue par une porosité fermée importante.
Les bétons

2. Différents types de bétons


Bétons légers

Béton cellulaire (autoclavé):


Conditions de fabrication du béton cellulaire:
• Volume de pâte (ciment + additions + eau + air) normal;
• Réduction de la taille des granulats (pour éviter la ségrégation);
• Quantité de fillers élevée (ajout de cendres volantes et autres…);
• rapport e/c faible (optimal pour la stabilité du réseau poreux);
• Utilisation d’adjuvants (dérivés organiques ou suspensions
colloïdales);
• Possibilité d’autoclavage;
• Une stabilisation du réseau poreux est nécessaire;
• Matières premières abondantes utilisées en quantités moindres que
pour le béton classique. Utilisation en blocs ou en panneaux.
Les bétons

2. Différents types de bétons


Bétons légers

Classification des Bétons cellulaires (RILEM):

Classe II III
Construction
Type de béton Isolant
et isolant
Masse volumique sèche
Non précisée Non précisée
(kg/m3)
Résistance à la
> 2,5(2) > 0,5
compression (1) (MPa)
Coefficient de
conductivité thermique < 0,75 < 0,3
(W/mK)
(1) Résistance mesurée sur cubes, suivant les spécifications de RILEM N°24
(2) Dans certains pays, la résistance à la compression peut être inférieure à 2,5 MPa.
Les bétons

2. Différents types de bétons


Bétons légers

Béton cellulaire (autoclavé):


Avantages :
• bon isolant thermique grâce aux cellules d’air;
• moins de matières premières;
• déchets de production peuvent être recyclés en
granulats;
• rapidité de pose;
• plus légers que le parpaing;
• hygro-régulation;
• confort acoustique;
• résistance au feu;
• structure porteuse, suivant la RILEM.
Les bétons

2. Différents types de bétons


Bétons légers

Béton cellulaire (autoclavé):


Inconvénients :
• la fabrication du ciment requière beaucoup d’énergie et reste très
polluante;
• isolation phonique insuffisante si utilisé sans complément d’isolant;
• matériau friable résistant mal à l'usure;
• l'aluminium est suspecté dans certaines maladies neurologiques.
Les bétons

2. Différents types de bétons


Bétons légers
Structure poreuse des Bétons cellulaires (autoclavés)
Matrice

Densité 0,65 Densité 0,50


Bulles d’air
Les additifs et adjuvants

Les additifs et les adjuvants


Les additifs
• Les renforts;
• Les charges;
• Les stabilisants;
• Les anti-oxydants;
• Les colorants et les pigments.
Les additifs et adjuvants

Les additifs et les adjuvants


Les adjuvants
• Les réticulants; • Les fongicides (contre les parasites);
• Les gonflants; • Les ignifugeants (contre les incendies);
• Les anti-UV; • Accélérateur/Retardateur de prise;
• Les anti-statiques; • Plastifiant/Fluidifiant/entraîneur d’air....
• Les tensio-actifs;
Durabilité

1. Généralités sur la Durabilité

Les matériaux de construction doivent remplir le rôle auquel ils sont destinés non
seulement pendant une courte période de temps suivant leur installation, mais aussi
pendant un intervalle de temps raisonnablement long.
On parle communément de la durabilité d'un matériau comme s'il s'agissait d'une
propriété fondamentale définie comme la période de temps pendant laquelle, le
matériau accomplira une fonction utile. La vie utile d'un matériau en place dépend
cependant de la combinaison des facteurs d'environnement auxquels il est soumis,
et de ses propriétés. C'est ainsi qu'il faut toujours tenir compte des conditions
particulières ambiantes lorsque l'on considère la durabilité, ou vie du matériau en
service.
Il est nécessaire de disposer d'informations détaillées lorsqu'il s'agit de mettre au
point et d'interpréter une méthode quelconque d'essai accéléré, ayant pour objet
d'améliorer les prédictions relatives au comportement.
Durabilité

1. Généralités sur la Durabilité


La Durabilité: capacité à conserver les fonctions d’usage pour
lesquelles il a été conçu (fonctionnement structurel, sécurité, confort
des usagers...);

IL faut maintenir son niveau de fiabilité et son aspect, dans son


environnement avec des frais de maintenance et d’entretien aussi réduits
que possible (mise en service d’une maintenance préventive).

La durabilité est directement liée à l’environnement immédiat ou futur des


ouvrages et parties d’ouvrage.
Les influences externes sont: intempéries, agressivité des sols,
atmosphères chimiquement agressives, etc….
Les performances à obtenir peuvent être établies à partir de seuils à
respecter en fonction de la durée de service souhaitée.
Durabilité

1. Généralités sur la Durabilité


Agressions chimiques:
• liquides; (eaux polluées, eau de mer, eaux chargées en ions (sols));
• solides; (sels gypseux)
• gazeuses.(air pollué, CO2, O2, )
Liste d’agresseurs chimiques:
• acides; (carbonique, nitrique, formique, urique, lactique...)
• bases; (amines, KOH, NaOH,...)
• alcools; (groupement COOH, ou combiné,...)
• sels; (chlorures, nitrates, sulfates, sulfures,...)
• bactéries; (champignons: elles se nourrissent de chaux !)
• eau pure; (elle peut se charger en ions!)
Durabilité

1. Généralités sur la Durabilité

Interactions environnement/matériaux
En raison des interactions physico-chimiques et physico-mécaniques
entre les matériaux et leur environnement, il existe des phénomènes
susceptibles de provoquer des dégradations considérables, si l'on ne
prend pas les précautions nécessaires. Ces dégradations, qui peuvent
être chimiques, physiques ou mécaniques, engendrent très
souvent la ruine de la structure.

Eléments à risque:
Dans le cas d’une matrice de ciment, ce sont les éléments cristallins
(Portlandite, chaux...), qui sont les plus sensibles aux agressions
chimiques car moins stables. Les problèmes du ciment viennent
donc particulièrement de la chaux!
Durabilité

1. Généralités sur la Durabilité


Interactions environnement/matériaux

Dégradations

Chimiques Physiques Mécaniques

• Carbonatation; • Retrait et gonflement; • Phénomènes de


• Corrosion; • Dilatation thermique; Fatigue;
• Lixiviation; • Fissurations; Gel/dégel. • Baisse des perform.
• Décalcification; • Décohésion dans la méca.;
• Action des matrice; • Fluage;
Chlorures... • Absorption d’eau..... • Déformée (plasticité)....
Durabilité

1. Généralités sur la Durabilité


Interactions environnement/matériaux
La prédiction exacte du comportement d’un matériau exige une
connaissance complète de ses propriétés, des processus qui
interviennent lors de l'interaction avec son environnement, et des
facteurs environnementaux à l'action desquels, il sera soumis. Seuls
les "tests accélérés", sont susceptibles d’approcher le
comportement véritable.
Propriétés du Interactions
matériau matériau/environnement

Durabilité
Ajustement
Tests accélérés
Comportement (Facteurs de
in situ Durabilité)
Durabilité

1. Généralités sur la Durabilité


Interactions environnement/matériaux/Critères d’exposition
La prise en compte de l’environnement se fait par les classes
d’exposition:
X0 0 = 0 agression
Courantes XC C = Carbonatation
XF F = Froid

XS S = Sels marins
Particulières XD D = sels Divers
XA A = Attaques chimiques

Choix de la classe Responsabilité du client-


d’exposition prescripteur
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État frais)


Ouvrabilité/Affaissement (Cône d’Abrams NFP 18-451):

‰ Chois de e/c pour affaissement Normal (cas d’un béton)


Observation Affaiss. (cm) Classe
ferme De 0 à 4 S1
plastique De 5 à 9 S2
très plastique De 10 à 15 S3
fluide Supérieur à 16 S4

‰ Chois de e/c pour Maniabilité normale (cas d’un mortier)

Temps ,
Consistence
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État frais)


Ouvrabilité/ Essai d'étalement sur table/Flow test (ISO 9812)

Classe d’étalement

Ouvrabilité/ Essai Vébé (ISO 4110)

Classe de consistance

Consistomètre
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État frais)


Essai de compactage (ISO 4111)

Classe de compactage

Essai de mobilité en milieu confiné (Boite en U)

Mesure de :
• Hauteur de remplissage;
• Temps correspondant.

H = 340 – h
Mesure du temps pour une
h
hauteur de remplissage de
h=30 cm.
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État frais)


Essai de stabilité au tamis

• Qualification du béton vis à vis la ségrégation


• Evaluer le pourcentage de laitance;
• Evaluer la stabilité du matériau frais
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État frais)


Autres essais comparatifs
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État frais)


Air occlus (Aéromètre - NF EN 12350-7)

Entre 4 et 8%
pour le béton

Temps de prise (l’appareil Vicat - NF P 18-356):

Début de prise Fin de prise


Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État durci)


Masse volumique apparente (NF EN 12390-7)

Masse volumique Absolue (pycnomètre liquide/gaz)


Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État durci)


Auscultation sonore (Module d’élasticité dynamique)
E.(1 − ν )
CL = (1 + ν)(1 − 2ν)
ρ .(1 + ν )(1 − 2ν ) Ed = ρ.CL2
(1 − ν)
CL : célérité de l’onde (m/s) ;
E : module d’élasticité dynamique (MPa) ; Module d’élasticité
ρ : masse volumique apparente (kg/m3) ; dynamique
ν : coefficient de Poisson.

Retrait et Gonflement (Rétractomètre)

Types de retraits: ∆l(t) = L(t) - L(t0)


• Le retrait plastique;
• Le retrait endogène (ou retrait chimique d’hydratation);
• Le retrait de séchage.

Retrait/Gonflement Apparition de
important Fissurations
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État durci)


Porosité gaz/liquide (Prosimètre Hélium, Mercure)

Compacité

P (%)+c (%)=100%
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État durci)


L’humidité
Dépend de • Conditions de cure;
• Nature des granulats;
• Porosité du matériau;
• Température...
Gs – est la masse sèche d’échantillon (après séchage à l’étuve)
Gh – est la masse humide d’échantillon.

L’absorption de l’eau (Méthode d’immersion)


Dépend de
• Conditions de cure;
• Nature des granulats;
• Porosité du matériau;
Gab – est la masse absorbante.
Gs – est la masse sèche d’échantillon. • Conditions de saturation.
V0 – est le volume apparent du matériau.
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État durci)


Absorption capillaire (Sorptivité)
x

i = S. t + i0
Eprouvette
Face
imperméabilisée

Niveau d’eau
constant
Support

i : coefficient d’absorption capillaire (mm3/mm2).


Eau
S : sorptivité du matériau (m/s1/2) ;
i0 : coefficient empirique
Vitesse d’absorption d’eau

Perméabilité (gaz / Liquide)

Porosité
perméabilité
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État durci)


Résistances mécaniques (Compression)
Formule de Matériaux Dimension des
Echantillon Schéma
calcul testés échantillons (cm)
15x15x15
Béton
7,07x7,07x7,07
Mortier
Cube 10x10x10
Roche
15x15x15
naturelle
20x20x20
Béton
Mortier d=15 ; h=30
Cylindre type 40 x 40 x 160 mm
Roche d=h= 5; 7; 10; 15
naturelle 100 x 100 cm

Échantillons
Brique a=12; b=12,3; h=14
assemblés

• Conditions de cure;
• Nature des granulats;
• Porosité du matériau;
• Adhérence des
La résistance dépend de
granulats Types: 160 x 320 mm
• Nature de la matrice.... 110 x 220 mm
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État durci)


Résistances mécaniques (Traction par flexion)
Formule de Matériaux Dimension des
Echantillon Schéma
calcul testés échantillons (cm)

Prismatique Ciment 4x4x16


Brique Brique 15x15x15

type 4 points

Béton 15x15x60
Prismatique
Bois 2x2x30

• Conditions de cure;
• Nature des granulats;
La résistance dépend de • Porosité du matériau;
type 3 points
• Adhérence des granulats
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État durci)


Résistances mécaniques (Traction
pure/Fendage)

5x5x50
Béton 10x10x80
Cylindrique
Prismatique
Armature d0=1;
l0=5; l≥10

d=15; l=30
Cylindrique Béton
d=16; l=32

• Conditions de cure;
• Nature des granulats;
• Porosité du matériau;
La résistance dépend de • Adhérence des granulats;
• Défauts de fabrication.
Durabilité

2. Quelque propriétés des matériaux (État durci)


Déformabilité (diagramme contrainte/déformation)

Module d’élasticité:

σ=E.ε
et ε = ∆l / l
(loi de Hooke)

Dureté du matériau (Scléromètre EN 12504-2)

• Vérification de l’homogénéité de la structure;


• Estimation de la résistance;
• Dégradation du matériau;
• test de rebondissement.
Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


• Présence des chlorures, oxygène,
Corrosion acides, sulfates, etc ...;
• Porosité importante du matériau;
• Perméabilité importante (percolation);
corrosion de l’acier
• Présence de fissures;
dans le béton. • Carbonatation;
• Qualité médiocre des constituants²;
• Circulation libre de l’eau….

Le principe de corrosion

Matrice à pH très
basique (12,5-13)

Phénomène de Phénomène de
carbonatation Dépassivation, pH
Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Principe de la Corrosion
corrosion de l’acier Présence des chlorures, oxygène,
dans le béton. acides, sulfates, etc

Les réactions chimiques sont:


Fe ⇒ Fe²+ + 2e-
H2O + 2O2 + 2e- ⇒ 2 OH-

Les réactions chimiques sont:


Fe2+ + 2Cl- ⇒ FeCl2
FeCl2 + 2H2O ⇒ Fe(OH)2 + 2H+ + 2Cl-
Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Exemples de dégradations
• Expansion de l’acier (5 fois le volume);
Corrosion de l’acier • Apparition de la rouille;
dans le béton. • Décollement du béton
• Éclatement du béton

corrosion de poutres de pont Corrosion par piqûres liées aux chlorures.


Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Diagnostic de la Corrosion
Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Diagnostic de la Corrosion
• Potentiel de corrosion

• Résistivité du béton • Densité de courant

ρ = 2 Re φ
• φ: diamètre du disque
• Re: Résistance
Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Test accéléré de Corrosion

Etat des
armatures

Schéma
électrique
Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Exemple de resultats du Test accéléré de Corrosion

Rupture d’un composite


Rupture du mortier
après 35 jours
après 7 jours
d’immersion dans une
d’immersion dans une
solution de
solution de
Chlorure de Sodium
Chlorure de Sodium 6

Composite CFC 25%


5
Matériau de référence
4
Potentiel (V)

3
Rupture
2

0
0 10 20 30 40
Temps (Jours)
Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Phénomène de carbonatation

phénomène de vieillissement naturel qui conduit


Carbonatation à la formation de carbonates de calcium par
réaction entre la portlandite (la chaux) et le
dioxyde de carbone (CO2).

Réaction chimique de carbonatation

H2O + bases alcalines


CO2 + Ca(OH)2 CaCO3 + H2O

Réaction très favorable pour une humidité comprise entre 60 et 80%.

Réaction très peu favorable pour une humidité supérieure à 80%.

Réaction quasiment impossible en présence d’eau (humidité 100%).


Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Exemples de dégradations
• Dissolution des hydrates;
• Augmentation de la porosité;
Carbonatation • Apparition des fissures;
du béton. • Pénétration d’agents agressifs;
• Corrosion des armatures;
• Éclatement du béton.
Corrosion des armatures
Zone carbonatée
Fissures
Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Diagnostic de la carbonatation
• Test à la phénolphtaléine Technique basée sur mesurer la
profondeur de carbonatation, suivant
le pH du milieu
Zone carbonatée

Zone non carbonatée

• microscopie électronique à balayage

• Microscopie optique sur lames minces


Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Diagnostic de la carbonatation

• microscopie électronique à balayage

Non carbonaté carbonaté


Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Phénomène de Gel/Dégel
phénomène qui crée des désordres dûs aux
Gel/Dégel conditions atmosphériques. Son action est de
réduire les performances mécaniques.

Bulle d’air
Vase d’expansion

En gelant, l’eau augmente son volume de 9% créant des contraintes dans les
capillaires. Les cycles de gel et dégel sollicitent fortement le béton, jusqu’à la
fissuration.
Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Comment s'en prémunir et comment la prévoir

Limiter l’effet du Gel/Dégel !!

Utilisation d’adjuvants (Hydrofuges pour limiter l’absorption d’eau).

Utilisation d’entraîneurs d’air (vase d’expansion).

Réduction de la porosité dans le matériau.

Respecter les Normes pour avoir des matériaux de bonnes qualités


Durabilité

2. Quelques types de dégradations du matériau


Diagnostic de l’effet du Gel/Dégel
• Tests Mécaniques
Technique basée sur la mesure de la baisse des résistances mécaniques.

• Évaluation visuelles de l’état du matériau


Examen de la décohésion des particules et apparition de fissurations.

• Evaluation du Facteur de Durabilité


Technique basée sur la mesure du module d’élasticité dynamique
(auscultation sonique).
E0

E0 et E: Modules d’élasticité dynamique avant et après


F
D

.
1
0
0

⎛ − ⎞ les cycles de gel/dégel.


N

=⎜ ⎟
⎝ ⎠ N: Nombre des cycles de gel/dégel.
Durabilité

3. Exemples d’altérations des matériaux

Traces d’humidité Ecaillage

Cloquages
Micro-organismes
Conclusion

Conclusions
L’objectif de ce cours est, dans un premier temps, un rappel sur
les matériaux utilisés en construction ainsi que les différents
constituants employés pour leur fabrication. Le principe de
fabrication, les propriétés principales des matériaux et les
applications en fonction de leurs propriétés ont été rapportés.

Dans un deuxième, l’objectif était de renforcer quelques


connaissances sur la durabilité des matériaux de construction
ainsi que leur dégradation dans le temps. Il s’agissait de faire
une synthèse globale sur les Facteurs de Durabilité, avec une
prise en compte des conditions environnementales intervenant
dans les phénomènes de dégradation.