Vous êtes sur la page 1sur 8

www.almohandiss.com

TD3/ Méca-1/MMC

27 Septembre 2001

1. Champ de contraintes dans une poutre

On considère le champ de contraintes suivant dans le domaine 0<x 1 <L, -c<x 2 <c et en coordonnées

cartésiennes, en posant I=4c 3 /3 :

s 11 = (p/I) (x 1 2 x 2 -(2/3) x 2 3 ) ; s 22 = (p/I) ((1/3) x 2 3 – c 2 x 2 + (2/3) c 3 ) ; s 12 = (p/I) ((c 2 -x 2 2 ) x 1 )

1. Montrer que Div x ssss = 0

2. Evaluer le vecteur contraintes sur les faces x 1 ={0,L}, x 2 ={-c,c}.

3. Evaluer la résultante des efforts exercés sur la face x 1 =x 10 par la partie du domaine x 1 x 10 ainsi que le moment de ces efforts en (x 10 ,0).

4. Si on suppose que c<<L, à quel chargement approché correspond ce champ de contraintes

5. Application numérique : On considère une aile d’avion (assimilée à un parallélépipède) d’envergure L=20m, de demi-épaisseur c=1m, soumise à une portance p=C z r a V 2 /2 que l’on supposera répartie

uniformément. (C z =0.8, V=200m/s, r a = 1 kg/m 3 ). Calculer s 11max .

2. "Essai brésilien"

On considère un disque de diamètre d, soumis à deux forces P radiales, appliquées sur la circonférence et diamétralement opposées. On examine le champ de contraintes suivant, compte tenu des notations de la figure, où a est une constante que l'on définira à la question 2:

x 2 P q 1 r 1 r d q x 1 r 2 q
x
2
P
q 1
r 1
r
d
q
x 1
r 2
q 2

ssss/a = (cos q 1 /r 1 ) i r1 ƒi r1 + (cos q 2 /r 2 ) i r2 ƒi r2 - (1/d) I

1. Montrer que Div x [(cos q/r) i r ƒi r ] =0, r, q, i r ayant

les significations habituelles en coordonnées cylindriques. En déduire que Div x ssss = 0 (Indication : Div x (aƒb) = D x a(b) + div x b a, D x (a a) =

a D x a + aƒ———— x a )

2. Montrer que ssss(n)= 0 le long de la surface libre r=d/2. On ne considérera que des points éloignés des

points d'application de P.

3. Représenter le vecteur contrainte sur l'axe x 2 =0. Calculer la résultante et en déduire la constante a.

(Indication : La primitive de 1/(1+x 2 ) 2 est: x/(2(1+x 2 )) + Arctg(x)/2. )

4. Représenter le vecteur contrainte sur l'axe x 1 =0. En déduire pourquoi un matériau peu résistant en

traction casse sur cet axe.

5. Application numérique : On considère un échantillon cylindrique en béton de hauteur H=0.1 m,

diamètre d=0.1m. La force maximale mesurée est : F max =2 10 4 N. Calculer la résistance à la traction du béton.

www.almohandiss.com

www.almohandiss.com

2

TD3/Eléments de solution:

1. Exercice 1:

1. On vérifie que ∂s ij /x j vaut identiquement zéro.

Remarque : Ce champ de contraintes vérifie également les équations de Beltrami ; il lui est donc associé un champ de déplacements si le comportement est élastique.

2. Le vecteur contraintes est ssss(n). Sur les faces x 2 =-c par exemple, il vaut : ssss(-i 2 ) = -s 22 i 2 -s 12 i 1 ; il

correspond à l’action de l’extérieur sur la pièce.

s

11 (0,x 2 ) = -p/2 (x 2 /c) 3 , s 12 (0,x 2 )=0,

s

11 (L,x 2 ) = (3p/4) (L 2 x 2 /c 3 -2/3 (x 2 /c) 3 ), s 12 (L,x 2 )=(3p/4) (L/c) (1-(x 2 /c) 2 ) ;

s

12 (x 1 ,c)=0, s 22 (x 1 ,c) = 0,

s

12 (x 1 ,-c)=0, s 22 (x 1 ,-c)=p

On a donc une poutre chargée sur sa face inférieure par une pression -p et ainsi que par des forces sur les faces x 1 =0 et L. Si la poutre est élancée L>>c, s 11 (0,x 2 ) est d’ordre 1 en L/c, alors que s 11 (L,x 2 ) et s 12 (L,x 2 ) sont d’ordre (L/c) 2 et (L/c) respectivement. L’action exercée sur la face x 1 =0 devient négligeable. Les contraintes sont maximales en x 1 =L et pratiquement uniaxiale car s 12 est d’un ordre de grandeur

plus petit que s 12 . On note que rapidement s 11 est linéaire en x 2 .

3. Torseurs

Ú s 11 dx 2 = 0, Ú s 12 dx 2 = p x 10 : on peut retrouver cela en raisonnant au niveau de la coupure

0£x 1 £x 10 à partir des actions exercées sur les faces.

Ú x 2 s 11 dx 2 = p (x 1 2 /2 –c 2 /5) ~px 1 2 /2 (formule classique RDM),

Ú x 2 s 12 dx 2 = 0

4. A.N. : L=20m, c=1m , C z =0.8, V=200m/s, r a = 1 kg/m 3 , p=C z r a V 2 /2 = 0.8 x1x4.10 4 x0.5 = 16000 Pa

s 11 (L,c) ~ (3p/4) (L 2 /c 2 ) = 3x16000/4x(20) 2 ~5 Mpa

Pa s 1 1 (L,c) ~ (3p/4) (L 2 /c 2 ) = 3x16000/4x(20) 2 ~5
Pa s 1 1 (L,c) ~ (3p/4) (L 2 /c 2 ) = 3x16000/4x(20) 2 ~5

Poutre épaisse : c=L/5

www.almohandiss.com

www.almohandiss.com

3

www.almohandiss.com 3 Isovaleur s 1 1 Poutre élancée : c=L/10 Isovaleurs s 1 2 Les isovaleurs
www.almohandiss.com 3 Isovaleur s 1 1 Poutre élancée : c=L/10 Isovaleurs s 1 2 Les isovaleurs

Isovaleur s 11 Poutre élancée : c=L/10

3 Isovaleur s 1 1 Poutre élancée : c=L/10 Isovaleurs s 1 2 Les isovaleurs de

Isovaleurs s 12

Les isovaleurs de s 22 sont des droites x 2 =cst

2. Exercice 2: Essai brésilien

Eléments de solution

4. Div x ((cosq/r) i r ƒi r )

On rappelle :

Div x (a A) = a Div x A + A(———— x a) Div x (aƒb)= D x a(b) + div x b a On en déduit :

Div x ((cosq/r) i r ƒi r ) = (cosq/r) Div x (i r ƒi r ) + (i r ƒi r )(———— x (cosq/r))

= (cosq/r) (D x i r (i r ) + div x i r i r ) + (i r ,———— x (cosq/r)) i r

———— x (cosq/r) = (-sinq/r) i q /r – (cosq/r 2 ) i r , D x i r = q i r ƒi q /r= i q ƒi q /r

Div x ((cosq/r) i r ƒi r ) = (cosq/r) (0 + (1/r) i r ) - (cosq/r 2 ) i r = 0

Remarque : avec la formule classique, on trouve le même résultat :

∂s rr /r

+

(1/r) ∂s rq /∂q + (s rr - s qq )/r = - cos q 1 /r 1 2 + cos q 1 /r 1 2 = 0

2. Sur le pourtour r=d/2, n=e r , cos q 1 /r 1 = cos q 2 /r 2 = 1/d, et : (e r1 , e r2 )=0 ; d'où:

ssss(n)= a/d [ (e r1 , e r ) e r1 + (e r2 , e r ) e r2 - e r ] = 0

3. sur x 2 =0, q=0, q 1 =q 2 , r 1 =r 2 , cos q 1 = d/2r 1 , r 1 = (d 2 /4 + r 2 ) 1/2 ; n=-i 2 ,

(e r1 , -i 2 ) =

cos q 1 ,

(e r2 , -i 2 ) = - cos q 2 ,

www.almohandiss.com

www.almohandiss.com

4

ssss(n) = a [(cos 2 q 1 /r 1 ) e r1 - (cos 2 q 2 /r 2 ) e r2 + (1/d) i 2 ]

ssss(n) = a [(cos 2 q 1 /r 1 ) (sin q 1 i 1 - cos q 1 i 2 ) - (cos 2 q 2 /r 2 ) (sin q 2 i 1 + cos q 2 i 2 ) + (1/d) i 2 ]

ssss(n) = a [-2 cos 3 q 1 /r 1 + (1/d) ] i 2 = a/d [-d 4 /4r 1 4 + 1 ] i 2

donc, il n'y a pas de cisaillement sur cet axe; si r 1 =d/2, (au centre), la contrainte normale est max. et vaut: -3a/d si r 1 =d/÷2, (au bord), la contrainte normale vaut zéro.

Résultante (des forces de contact de la partie inférieure x 2 <0 sur la partie x 2 >0:

(a/d) Ú ]-d/2,d/2[ [-d 4 /4(d 2 /4 + r 2 ) 2

on en déduit a.

+ 1 ] dr = - (a/d)

Répartition de s 22 sur l'axe x 2 =0:

dp/2 = - a p/2 = P

-0.4 -0.2 0.2 0.4 -0.5 -1 -1.5 -2 -2.5 -3
-0.4
-0.2
0.2
0.4
-0.5
-1
-1.5
-2
-2.5
-3

4. Sur l'axe x 1 =0, q 1 =q 2 =0, q= ±p/2, e r1 = -i 2 , e r2 = i 2 , n = i 1 (si on regarde l'action de x 1 >0 sur x 1 <0):

ssss/a = - (1/d) i 1

il n'y a, à nouveau, pas de contrainte de cisaillement. Comme a et d sont positifs, la contrainte normale est une traction. L’essai est intéressant car il est difficile de pratiquer un essai de traction simple sur le béton, à cause des problèmes d’arrimage de l’échantillon à la presse.

5. Application numérique : s 11max = -2P/pd = 2F/(pdH) ~ 1.27 MPa

www.almohandiss.com

www.almohandiss.com

5

www.almohandiss.com 5 Isovaleurs ssss 2 2 www.almohandiss.com

Isovaleurs ssss 22

www.almohandiss.com

www.almohandiss.com

6

www.almohandiss.com 6 Isovaleurs s 1 1 www.almohandiss.com

Isovaleurs s 11

www.almohandiss.com

www.almohandiss.com

7

www.almohandiss.com 7 Isovaleurs s 1 2 www.almohandiss.com

Isovaleurs s 12

www.almohandiss.com

www.almohandiss.com

8

www.almohandiss.com 8 www.almohandiss.com

www.almohandiss.com