Vous êtes sur la page 1sur 39

I.LES GENERATEURS

1. Principes de construction

I.LES GENERATEURS 1. Principes de construction ∑ Foyer : C'est l'endroit où se développe la combustion.

Foyer : C'est l'endroit où se développe la combustion. L'échange se fait par rayonnement.

Carneaux : C'est l'endroit où circulent les fumées à environ 800-900 °C. L'échange se fait par

conduction

Les surfaces d'échange : Elles doivent être la plus grande possible et avoir des coefficients

d'échanges important.

Le fluide caloporteur et ses circuits : Il transporte l'énergie dégagée par la combustion à

travers des circuits.

Le brûleur : Il assure le mélange air combustible et l'allumage de la combustion.

La cheminée : Elle évacue les fumées.

2. Les différentes familles

Elles dépendent :

des matériaux

des puissances

1

des fluides caloporteurs

2.1.Les chaudières fonte

Elles ne dépassent rarement la puissance de 2000 kW. Elles sont constituées d'un assemblage

d'éléments à 2 ou 3 parcours.

d'un assemblage d'éléments à 2 ou 3 parcours. Coupe d'une chaudière à 2 parcours Coupe d'une

Coupe d'une chaudière à 2 parcours

à 2 ou 3 parcours. Coupe d'une chaudière à 2 parcours Coupe d'une chaudière à 3

Coupe d'une chaudière à 3 parcours

AVANTAGES :

- Peu sensible à la corrosion ( coté Eau et coté Fumées )

- Admettent des températures de départ et de retour basse

- Manutention aisée car éléments sectionnés

- Combustion assez silencieuse

- Durée de vie grande

- Foyer en DEPRESSION ou légèrement SURPRESSE

INCONVENIENTS :

- Générateurs volumineux et très inerte thermiquement

- Rendement moyen

- Pression d'utilisation limitée à 5 [bar] en général

- Température maximale limitée à 110 [°C]

2.2.Les chaudières acier

Elles sont constituées d'un assemblage par soudage (de fabrication), et sont aménagées de deux

façons:

L'Acier offre plusieurs avantages par rapport à la Fonte :

possibilité de formage ( pliage - cintrage - etc

2

) et de soudage

à épaisseur égale, plus grande résistance aux chocs mécaniques et thermiques

meilleur coefficient de transmission thermique

Sa grande résistance à la Pression fera que l'Acier

sera utilisé pour :

- les générateurs à Eau Chaude Basse

Température

- les générateurs à Eau Chaude Haute

Température

- les générateurs à Vapeur

Les chaudières en acier peuvent être construites en

un seul bloc ou comporter des éléments

indépendants comme les chaudières en fonte.

des éléments indépendants comme les chaudières en fonte. Dans le cas de chaudières sectionnées, les éléments

Dans le cas de chaudières sectionnées, les éléments sont reliés entre eux par des collecteurs de

départ et de retour.

Au niveau de l'échangeur, on recherche à avoir le plus long contact entre les gaz brûlés et la

capacité contenant le fluide caloporteur : On place donc des chicanes sur les parcours des deux

fluides et on multiplie les parcours à l'intérieur de la chaudière.

2.2.1.Coupe d'une chaudière préssuriséé à tubes d’eau

d'une chaudière préssuriséé à tubes d’eau Les tubes d'eau communiquent avec le corps de la

Les tubes d'eau communiquent avec le corps de la chaudière et sont situés dans le circuit des gaz de

combustion

Selon le type d'appareil, ces tubes peuvent être horizontaux, verticaux, inclinés ou en épingle.

AVANTAGES :

- Grande compacité

3

- Autorisent des températures et des pressions d'utilisation élevés

INCONVENIENTS :

- Rendement meilleur

- Très sensibles à la corrosion ( coté Eau et coté Fumées )

- Nécessite des dispositions pour éviter les condensations acides

- Combustion bruyante – Foyer en SURPRESSION ( nécessité de vaincre les

pertes de charge crées par les multiples parcours )

Ces générateurs conviennent aux installations centralisées de moyenne et grande puissance

2.2.2.Coupe d'une chaudière pressurisée à tubes de fumées

d'une chaudière pressurisée à tubes de fumées ∑ Échangeur constitué de faisceaux de tubes parcourus

Échangeur constitué de faisceaux de tubes parcourus par les fumées :

tubes horizontaux ou inclinés

faisceaux excentrés ou concentriques au foyer

tubes soudés sur les plaques Avant et Arrière du générateur

Foyer de forme cylindrique constituée de viroles lisses ou ondulées assemblées par

soudure

Boites à fumée disposées en façade et à l'arrière du générateur et assurant le passage

des fumées d'un faisceau à un autre

On peut classer les chaudières en fonction du nombre de parcours qu'effectue la fumée avant

d'être évacuée : pour dénombrer les parcours des fumées, on considère que le tube-foyer constitue

le premier parcours, les autres parcours étant délimités par chaque faisceau de tubes.

2.2.3.Coupe d'une chaudière pressurisée à foyer borgne

4

Le tube-foyer est fermé à l'arrière et les fumées ressortent après un aller-retour dans le

Le tube-foyer est fermé à l'arrière et les fumées ressortent après un aller-retour dans le

foyer nécessité d'un brûleur à tête longue : chaudière à trois parcours ( au moins )

2.2.4.Coupe d'une chaudière à foyer atmosphérique

à tête longue : chaudière à trois parcours ( au moins ) 2.2.4.Coupe d'une chaudière à

5

2.2.5

Les fluides caloporteurs

L'eau chaude :

L'eau surchauffée : > 109 °C

la vapeur :

< 109 °C

chaudières fonte BP < 0,5 bar

Chaudières acier de 10 à 15 bars

Les fluides thermiques : 250 °C

L'air : de soufflage max.

2.2.6 Pression dans le foyer

La circulation des gaz , dans le générateur , peut être assurée de deux façons :

TIRAGE NATUREL :

On utilise la dépression existant à la buse de sortie du fait du tirage

thermique entre l’air intérieur et l’air extérieur

d TH

=

( EXT

- GAZ ) . g . h

TIRAGE FORCE : On utilise la surpression créée par le ventilateur du brûleur à l'entrée du foyer

Dans le cas où le parcours des fumées entraîne des pertes de charge importantes , on peut être

amené à placer un ventilateur à la buse de sortie ( extracteur ) ou à changer la turbine du

brûleur pour augmenter le tirage forcé .

Générateurs à foyer en Dépression :

Dans cette catégorie, les pertes de charge, dans la traversée du générateur, sont

compensées par la dépression créés par la cheminée et exceptionnellement par un extracteur : c'est

le cas des chaudières Fonte et des chaudières acier à brûleur atmosphérique.

Générateurs à foyer en surpression :

C'est la surpression créée par la turbine du brûleur qui assure la circulation des gaz de

combustion : c'est le cas de certaines chaudières Fonte à foyer légèrement sur pressé et de la

majorité des chaudières acier.

REMARQUES

TEMPERATURE MINIMALE DES GAZ DE COMBUSTION

 

GAZ

120 [°C]

FOD

160 [°C]

FOL 2

200 [°C]

TEMPERATURE MINIMALE DE L’EAU DE RETOUR CHAUDIERE

GAZ

55 [°C]

FOD

50 [°C]

FOL 2

90 [°C]

6

2.3. Générateurs à Condensation :

Ce sont des générateurs simples permettant de réaliser des économies d'énergie de 15 à 30

[%] par rapport aux installations traditionnelles et ceci pour un investissement raisonnable ( temps

de retour de 3 à 4 ans )

Principe de la récupération de chaleur :

Les produits de combustion issus d'une chaudière traditionnelle sont rejetés à des

températures de 120 à 250 [°C] : ils contiennent, outre l'oxygène en excès, du dioxyde de carbone

et de la vapeur d'eau (voir cours de combustion).

Dans une chaudière à condensation, l'échange de chaleur entre

Eau de chauffage et Produits de combustion est poussé plus

loin ce qui permet de récupérer des calories en refroidissant

encore plus les produits de combustion

RECUPERATION DE CHALEUR SENSIBLE

Si la température à l'entrée de la chaudière est assez basse

(inférieure à la température de rosée des fumées), on peut

récupérer

des

calories

supplémentaires

en

condensant

la

vapeur d'eau contenue dans les fumées

RECUPERATION DE CHALEUR LATENTE

Technologie des chaudières à condensation :

On distingue :

FUMÉES : 200 °C] ALLER : 85 [°C] RETOUR :70 [°C]
FUMÉES : 200 °C]
ALLER : 85 [°C]
RETOUR :70 [°C]

Les générateurs à Echange direct ou Générateur par Voie Humide

Les générateurs à Echange indirect ou Générateur par Voie Sèche

A un ou plusieurs échangeurs

Avec Production ECS

Avec

massique

échangeur

Générateurs à ECHANGE DIRECT :

PRINCIPE

Les produits de combustion sont en contact

direct avec l'eau de chauffage ou l'eau d'un

circuit intermédiaire alimentant un échangeur

FUMÉES : 48 [ °C]

RETOUR : 30 [°C]
RETOUR : 30 [°C]

ALLER :45 [°C]

7

Générateurs à ECHANGE INDIRECT :

PRINCIPE :

Le

transfert

de

chaleur

s'effectue

à

travers

les

parois

d'un

ou

plusieurs échangeurs

Si la température de retour est inférieure à la

température de rosée des fumées, la chaudière

fonctionne en Condensation

Si la température de retour est supérieure à la

température de rosée, il n'y a plus condensation

ALLER : 65 [°C] FUMÉES : 53 [°C]
ALLER : 65 [°C]
FUMÉES : 53 [°C]

RETOUR : 50 [°C]

ALLER : 65 [°C] FUMÉES : 53 [°C] R ETOUR : 50 [°C]

mais la chaudière conserve un rendement nettement meilleur du fait de la récupération de chaleur

sensible plus élevée

CHAUDIERE A UN SEUL ECHANGEUR

PRINCIPE :L'échangeur

assure

la

totalité

du

transfert

de

chaleur

:

la

température

d'alimentation de cet échangeur doit être la plus basse possible

CHAUDIERE A DEUX ECHANGEURS

PRINCIPE :

La

chaudière

est

équipé

d'un

échangeur

traditionnel

il

n'y

a

pas

Condensation

(température

de

l'eau

d'alimentation de la chaudière supérieure à

55 [°C] utilité de la pompe de recyclage

qui permet de maintenir la température de

85 [°C] FUMÉES : 53 [°C] RETOUR : 50 [°C] 65 [°C] 70 [°C] 55
85 [°C]
FUMÉES : 53 [°C]
RETOUR : 50 [°C]
65 [°C]
70 [°C]
55 [°C]

retour Chaudière à une valeur donnée) et d'un échangeur à condensation

Générateurs à ECHANGE INDIRECT avec Production ECS :

Principe : Le générateur est équipé d'un

second condenseur permettant le

préchauffage de l'eau chaude sanitaire .

Les

produits

encore

une

de

combustion

certaine

quantité

contienne

t

de

chaleur

même après condensation : on peut donc

récupérer une partie de cette chaleur si on

dispose

d'une

source

froide

à

une

température plus basse que l'eau de retour

ALLER: 65 [°C] FUMÉES : 53 [°C] 12 °C] EAU DE VILLE 25 [°C] RETOUR
ALLER: 65 [°C]
FUMÉES : 53 [°C]
12
°C]
EAU DE VILLE
25
[°C]
RETOUR : 50 [°C]

(c’est le cas de l'eau de ville)

Nécessité d’un extracteur

8

Générateurs à ECHANGE INDIRECT avec

Echangeur massique

PRINCIPE

Il y a Echange massique entre Air comburant

et

les

Produits

de

combustion

ce

qui

permet

d’améliorer le rendement du générateur .

ce qui permet d’améliorer le rendement du générateur . Récupérateur à condensation P RINCIPE C'est un

Récupérateur à condensation

PRINCIPE

C'est un récupérateur à échange direct ou

indirect

pouvant

être

associé

chaudière traditionnelle

à

une

Générateur assimilable au générateur à un

seul échangeur

Nécessité d'un nouveau réglage du volet

d'air car pertes de charge supplémentaire

sur le parcours de fumées.

POMPE A DEBIT VARIABLE

CHAUDIERE TRADITIONNELLE FUMEES RETOUR
CHAUDIERE
TRADITIONNELLE
FUMEES
RETOUR

La pompe coté Production est à débit variable : pour avoir une pompe à débit constant, il faudrait

que le bipasse soit placé à l’aspiration de la pompe.

: pour avoir une pompe à débit constant, il faudrait que le bipasse soit placé à

9

Comparaison chaudière gaz classique et condensation

Comparaison chaudière gaz classique et condensation 1 CHAUDIERE A BRULEUR ATMOSPHERIQUE 4 Légende 1 Echangeur de

1 CHAUDIERE A BRULEUR ATMOSPHERIQUE

4
4
Légende 1 Echangeur de chaleur 5 2 Alimentation gaz 1 3 Brûleur atmosphérique 6 4
Légende
1 Echangeur de chaleur
5
2 Alimentation gaz
1
3 Brûleur atmosphérique
6
4 Conduit de fumées
2
5 Départ eau chauffage
6 Retour eau chauffage
3
Remarques

Dans ces chaudières, le parcours des fumées est direct donc peu résistant, ce qui permet

l’évacuation par tirage naturel (foyer en dépression).

10

2

CHAUDIERE A BRULEUR A AIR SOUFFLE

DC
DC

Légende

1 Alimentation Fioul ou gaz

2 Brûleur à air soufflé

3 Foyer borgne

4 Tube d’eau

5 Tube de fumées

6 Jaquette isolante

Remarques

4 6 5 2 3 R C  1
4
6
5
2
3 R C
1

Dans ces chaudières, le parcours des fumées est long pour obtenir un meilleur échange.

Le circuit des fumées est donc plus résistant et le tirage naturel est insuffisant pour évacuer

les fumées (utilisation d’un ventilateur). Le foyer est en surpression

3 CHAUDIERE MIXTES ECS ECS CH Gaz CH Gaz
3 CHAUDIERE MIXTES
ECS
ECS
CH
Gaz
CH
Gaz

A : ECS en instantanée

B : ECS à accumulation par ballon

5
5

4 CHAUDIERE MURALE CLASSIQUE

A SCHEMA DE PRINCIPE

1 Echangeur de chaleur

2 Brûleur atmosphérique

3 Vase d’expansion

4 Pompe

5 Evacuation fumées

B ORGANES DE REGULATION

TA Thermostat (option)

AR Aquastat de réglage

VEM Vanne électromagnétique

1 3 A F 2 BS VE E PB TA PA 4 VD
1
3
A
F
2
BS
VE
E
PB
TA
PA
4
VD

11

C ORGANES DE SECURITE

BS

Bloc de sécurité et allumage : Document 3 (veilleuse + thermocouple)

VD

Valve différentielle (Si Pa > Pb alors « E » fermé et pompe en fonctionnement)

AS

Aquastat de sécurité à réarmement manuel

CHAUDIERE A CONDENSATION

A LA CONDENSATION

Toute combustion d’hydrocarbure entraîne la formation de vapeur d’eau dans les fumées.

Dans une chaudière classique cette vapeur d’eau est rejetée à l’extérieur d’où une perte d’énergie

latente. La condensation de l’H 2 O a pour but de récupérer cette chaleur et d’améliorer ainsi le

rendement de la chaudière.

B CONDENSATION DANS UNE CHAUDIERE

Pour condenser la vapeur d’eau, on fait passer l’eau de retour dans un échangeur condenseur

et on refroidit les fumées jusqu’au point de rosée ( 55 °C )

C SCHEMA DE PRINCIPE

Légende

1 Echangeur condenseur

2

Bac des condensats

3

Siphon

4

Echangeur principal

5

Brûleur atmosphérique

6

Pompe

7

Ventilateur d’extraction

Avantages

Augmentation du rendement

Utilisation avec Plancher chauffant

Inconvénients

Tirage forcée (fumées froides)

Corps de chauffe en inox (F ! ! !)

D

ETUDE RENDEMENTS

m2 7 1 2 3 m1 4 m 6 Gaz 5
m2
7
1
2
3
m1
4
m
6
Gaz
5

Relations :

PCS = PCI + m x Lv

=

Pu

Pa

x 100

m = Masse totale d’eau produite m1 = Masse d’eau condensée m2 = Masse d’eau non condensée

12

PCS

2 1 m x PCI Lv Pu
2
1
m x PCI Lv
Pu

= m1 * Lv =PCS 2 1 m x PCI Lv Pu chaleur latente récupérée = m2 * Lv =

chaleur latente récupérée

= m2 * Lv1 m x PCI Lv Pu = m1 * Lv = chaleur latente récupérée = chaleur

= chaleur latente non récupérée

PCI =

PCI + m1 Lv PCI

PCI > 100 %

PCS =

PCI + m1 Lv PCS

PCS < 100 %

COURBES DE RENDEMENTS

Rendement sur PCI en % 110 Chaleur latente 105 100 A 95 B 90 85
Rendement sur
PCI
en %
110
Chaleur latente
105
100
A
95
B
90
85
C
80
75
70
20
30
40
50
60
70
80
90

Courbe A : Chaudière à condensation

Courbe B : Chaudière avec brûleur à air soufflé

Température retour d’eau (°C)

Courbe C : Chaudière avec brûleur atmosphérique

Remarque : Courbe A :

Si retour diminue alors augmente

Condensation si eau < 55 °C /PCI = 100 %

13

II. LES BRULEURS A AIR PULSE

Un brûleur est équipé de différents circuits:

Le circuit combustible

Le circuit comburant

Le circuit de mélange

Le circuit d'allumage

Le circuit de commande et de sécurité

comburant ∑ Le circuit de mélange ∑ Le circuit d'allumage ∑ Le circuit de commande et

14

1. Les brûleurs fioul

1. Les brûleurs fioul 1.1 . Le circuit combustible ∑ Pompe ∑ Electrovanne ∑ Filtre ∑

1.1 . Le circuit combustible

Pompe

Electrovanne

Filtre

Réchauffeur (optionnel)

Gicleur

1.1.1 Les pompes fioul

La pompe à engrenage

∑ Electrovanne ∑ Filtre ∑ Réchauffeur (optionnel) ∑ Gicleur 1.1.1 Les pompes fioul La pompe à

15

La pompe à croissant

∑ La pompe à croissant ∑ La pompe à engrenages trochoïdes 1.1.2 . Aspect extérieur 16

La pompe à engrenages trochoïdes

∑ La pompe à croissant ∑ La pompe à engrenages trochoïdes 1.1.2 . Aspect extérieur 16

1.1.2 . Aspect extérieur

∑ La pompe à croissant ∑ La pompe à engrenages trochoïdes 1.1.2 . Aspect extérieur 16

16

1.1.3 . Les régulateurs de pression

1.1.3.1 . Principe de fonctionnement

de pression 1.1.3.1 . Principe de fonctionnement 1.1.3.2 . Principe de fonctionnement (bi-tube) avec les

1.1.3.2 . Principe de fonctionnement (bi-tube) avec les électrovannes

Principe de fonctionnement (bi-tube) avec les électrovannes 1.1.3.3 . Principe de fonctionnement (monotube) avec les

1.1.3.3 . Principe de fonctionnement (monotube) avec les électrovannes

(bi-tube) avec les électrovannes 1.1.3.3 . Principe de fonctionnement (monotube) avec les électrovannes 17

17

1.1.4 . Les gicleurs

1.1.4.1.Constitution d'un gicleur

Le fuel ne peut s’enflammer qu’après avoir été vaporisé.

A la température ambiante, il s’évapore légèrement en surface, alors afin de faciliter son

évaporation on donne au fuel liquide une très grande surface, en le pulvérisant en un très grand

nombre de très fines gouttelettes.

Par exemple, un litre de fuel pulvérisé à une pression de 7 Bars donne 15 à 20 milliards de

gouttelettes représentant une surface développée de 500 m².

Le mélange avec l’air est donc grandement facilité.

Le gicleur est une petite pièce métallique qui assure deux fonctions :

- la pulvérisation du fuel

- le réglage du débit de fuel

la pulvérisation du fuel - le réglage du débit de fuel Fonctionnement du gicleur fuel. Le

Fonctionnement du gicleur fuel.

Le fuel traverse le filtre et passe par la vis de blocage et par ses trous latéraux.

Il se répartit ensuite autour du cône et jusqu’à ses rainures, sous l’effet de la pression créée par la

pompe il s’engage dans les rainures dans lesquelles il acquiert une grande vitesse qui engendre sa

mise en rotation dans la chambre.

18

1.1.4.2.Caractéristiques d'un gicleur Les gicleurs possèdent trois caractéristiques dont les valeurs sont gravées

1.1.4.2.Caractéristiques d'un gicleur

Les gicleurs possèdent trois caractéristiques dont les valeurs sont gravées sur leur corps :

- le débit nominal ( kg/h) ou US ( gal/h)

- L’angle de pulvérisation en degrés

- Le mode de pulvérisation

Marquage

en degrés - Le mode de pulvérisation Marquage Le débit nominal Qm = Pbrûleur / PCI

Le débit nominal

Qm = Pbrûleur / PCI

L'angle de pulvérisation

en degrés - Le mode de pulvérisation Marquage Le débit nominal Qm = Pbrûleur / PCI

19

Le mode de pulvérisation

Le mode de pulvérisation 1.1.4.3.Sélection d'un gicleur Pour cela il faut connaître : Symboles - le

1.1.4.3.Sélection d'un gicleur

Pour cela il faut connaître :

Symboles

- le nombre d'allure

- le type de pompe fioul

- le nombre de gicleur

- la puissance

- le type de foyer

: Symboles - le nombre d'allure - le type de pompe fioul - le nombre de

20

1.1.5. Les différents types de circuit

1.1.5.2 1 allure sans électrovanne intégrée

de circuit 1.1.5.2 1 allure sans électrovanne intégrée 1.1.5.3 1 allure avec électrovanne intégrée 1.1.5.4 2

1.1.5.3 1 allure avec électrovanne intégrée

1 allure sans électrovanne intégrée 1.1.5.3 1 allure avec électrovanne intégrée 1.1.5.4 2 allures 2 gicleurs

1.1.5.4 2 allures 2 gicleurs

1 allure sans électrovanne intégrée 1.1.5.3 1 allure avec électrovanne intégrée 1.1.5.4 2 allures 2 gicleurs

21

1.1.5.5.2allures 1 gicleur

1.1.5.5.2allures 1 gicleur 1.2. Le circuit comburant 1.2.1 . Le ventilateur 1.2.1 . Courbe caractéristique débit

1.2. Le circuit comburant

1.2.1 . Le ventilateur 1.2.1 . Courbe caractéristique débit pression
1.2.1
. Le ventilateur
1.2.1
. Courbe caractéristique débit pression
1 gicleur 1.2. Le circuit comburant 1.2.1 . Le ventilateur 1.2.1 . Courbe caractéristique débit pression

22

1.2.3 . Le réglage du débit d'air

1.2.3 . Le réglage du débit d'air 1.2.2.1Volet d'air 1 allure fixe 1.2.2.2Volet d'air 2 allures

1.2.2.1Volet d'air 1 allure fixe

1.2.3 . Le réglage du débit d'air 1.2.2.1Volet d'air 1 allure fixe 1.2.2.2Volet d'air 2 allures

1.2.2.2Volet d'air 2 allures

1.2.3 . Le réglage du débit d'air 1.2.2.1Volet d'air 1 allure fixe 1.2.2.2Volet d'air 2 allures

23

1.3.Le circuit de mélange

1.3.1 . Principe

1.3.Le circuit de mélange 1.3.1 . Principe 1.3.2 . Le tube extérieur 1.3.3 . Le déflecteur

1.3.2 . Le tube extérieur

1.3.3 . Le déflecteur

1.3.Le circuit de mélange 1.3.1 . Principe 1.3.2 . Le tube extérieur 1.3.3 . Le déflecteur

1.3.3.1 . Principe

1.3.Le circuit de mélange 1.3.1 . Principe 1.3.2 . Le tube extérieur 1.3.3 . Le déflecteur

24

1.3.3.2 . Le déflecteur emboutit

1.3.3.2 . Le déflecteur emboutit 1.4.Le circuit d'allumage 1.4.1 . Le transformateur 1.4.2 . Les électrodes

1.4.Le circuit d'allumage

1.4.1 . Le transformateur

1.3.3.2 . Le déflecteur emboutit 1.4.Le circuit d'allumage 1.4.1 . Le transformateur 1.4.2 . Les électrodes

1.4.2 . Les électrodes

1.3.3.2 . Le déflecteur emboutit 1.4.Le circuit d'allumage 1.4.1 . Le transformateur 1.4.2 . Les électrodes

25

1.5.Le circuit de commande et de sécurité 1.5.1 . Le coffret de sécurité (LOA21) 26

1.5.Le circuit de commande et de sécurité

1.5.1 . Le coffret de sécurité (LOA21)

1.5.Le circuit de commande et de sécurité 1.5.1 . Le coffret de sécurité (LOA21) 26

26

Légende:

Aquastat de régulation

Aquastat de sécurité

Réchauffeur de fioul

Contact de signalisation

Réchauffeur de fioul

R

W

OH

OW

OH

G

Moteur

Z

Transformateur

BV1

Electrovanne 1

BV2

Electrovanne 2

Dispositif d'alarme

Sonde présence flamme

Signal flamme

Temps de préchauffage

Temps de préventilation

Temps de sécurité

Temps de pré-allumage

Temps de post-allumage

Temps de passage en 2 ème allure

AL

QRB

FS

tw

t1

t2

t3

t3n

t4

1.5.2 . Le cellule photo-résistante de présence flamme

1.5.2.1 . Principe

e allure AL QRB FS tw t1 t2 t3 t3n t4 1.5.2 . Le cellule photo-résistante

27

1.5.2.3 . Aspect

1.5.2.3 . Aspect 1.5. L’alimentation en fioul 28

1.5. L’alimentation en fioul

1.5.2.3 . Aspect 1.5. L’alimentation en fioul 28

28

2 Les brûleurs gaz

2 Les brûleurs gaz 2.1. Le circuit combustible ∑ Filtre ∑ Electrovanne ∑ Régulateur de pression

2.1. Le circuit combustible

Filtre

Electrovanne

Régulateur de pression

Manostats gaz

Le brûleur est constitué de quatre ensembles ou circuits :

2.1.1.Le filtre gaz

de pression ∑ Manostats gaz Le brûleur est constitué de quatre ensembles ou circuits : 2.1.1.Le

29

2.1.2. Les électrovannes

2.1.2.1.Electrovanne 1 allure

2.1.2. Les électrovannes 2.1.2.1.Electrovanne 1 allure 2.1.2.2.Electrovanne 2 allures 30

2.1.2.2.Electrovanne 2 allures

2.1.2. Les électrovannes 2.1.2.1.Electrovanne 1 allure 2.1.2.2.Electrovanne 2 allures 30

30

2.1.3. Régulateur de pression de gaz

2.1.3. Régulateur de pression de gaz Le manostat gaz 31

Le manostat gaz

2.1.3. Régulateur de pression de gaz Le manostat gaz 31

31

2.2. Le circuit d'allumage

2.2.1. Le transformateur

2.2. Le circuit d'allumage 2.2.1. Le transformateur 2.2.2. La ligne d’alimentation gaz 32

2.2.2. La ligne d’alimentation gaz

2.2. Le circuit d'allumage 2.2.1. Le transformateur 2.2.2. La ligne d’alimentation gaz 32

32

2.3. Le circuit comburant

Idem brûleur fioul

2.4. Le circuit de mélange

2.3. Le circuit comburant Idem brûleur fioul 2.4. Le circuit de mélange 2.4.2.Les électrodes 33

2.4.2.Les électrodes

2.3. Le circuit comburant Idem brûleur fioul 2.4. Le circuit de mélange 2.4.2.Les électrodes 33

33

2.5. Le circuit de commande et de sécurité

2.5.1 . Le coffret de sécurité (LFM1)

et de sécurité 2.5.1 . Le coffret de sécurité (LFM1) Légende: ∑ Aquastat de régulation R
et de sécurité 2.5.1 . Le coffret de sécurité (LFM1) Légende: ∑ Aquastat de régulation R

Légende:

Aquastat de régulation

R

Aquastat de sécurité

W

LP

Manostat d'air

GP

Manostat gaz

G

Moteur

Z

Transformateur

BV1

Electrovanne 1

BV2

Electrovanne 2

Dispositif d'alarme

AL

34

Sonde présence flamme

QRA

Détecteur d'arc d'allumage

QRE

Sonde d'ionisation

FE

Temps d'attente

tw

Temps de préventilation

t1

Temps de sécurité à l'allumage

t2

Temps de pré-allumage

t3

Temps de passage en 2 ème

t4

Temps de sécurité pression d'air

t10

2.5.2 . (la sonde de ionisation)

Dispositif de surveillance flamme

Emplacement dans la flamme

. (la sonde de ionisation) Dispositif de surveillance flamme ∑ Emplacement dans la flamme ∑ Evolution

Evolution du courant

35
35

Modèles

∑ Modèles 3. Sélection d'un brûleur Les renseignements sont : Puissance du brûleur en KW (corrigée

3. Sélection d'un brûleur

Les renseignements sont :

Puissance du brûleur en KW (corrigée ou non en fonction de l’altitude et de la

température de l’air),

Pression du foyer de la chaudière,

Type de combustible

3.1.Chaudières en dépression

Pour ce type de chaudière, on estime que la pression dans le foyer est nulle : il suffit de choisir

dans le catalogue du brûleurs celui qui correspond à la puissance demandée.

Exemple :

Puissance du brûleur demandée : 180 KW

Choix à partir du catalogue CUENOD fuel :

Le choix correct est le C18

3.2.Chaudières en pression

C14 : 70 – 150 kW

C18 : 80 – 190 kW

C22 : 120 – 220 kW

Il est nécessaire d’utiliser les courbes débit /pression des brûleurs. La première discrimination

consiste à rechercher la puissance qui convient, puis de contrôler si la pression demandée par la

chaudière est inférieure à celle que peut vaincre le brûleur.

Exemple :

Pression chaudière : 5 daPa

Après vérification, seul le C22 convient

36

3.3.Abaques de sélections

3.3.Abaques de sélections 37
3.3.Abaques de sélections 37

37

3.2.Facteurs de correction en fonction de l’altitude et de la température de

l’air

Nous savons que :

La pression atmosphérique diminue avec l’altitude. La conséquence immédiate est, que

dans un même volume, la quantité d’air, donc d’oxygène, diminue. Le ventilateur, doit

apporter plus pour qu’il y ait suffisamment d’oxygène pour brûler tout le combustible. La

puissance du brûleur étant directement proportionnelle aux performances du ventilateur,

il suffira d’effectuer une correction pour connaître la puissance fictive nécessaire.

Le volume d’air varie en fonction de la température : plus la température augmente moins il y a de masse d’air pour un même volume : il faut également faire une correction de

puissance.

Correction de la puissance

K1

Correction de la pression

K2

K2

=

K1²

Exemple:

Puissance réelle brûleur 180 KW

Puissance nécessaire = 180 x 1,12 = 202 kW

Pression au foyer à 0 m d'altitude 5 daPa

Pression à 1000 m d'altitude = 5 x 1,25 = 6,25

Il suffit de choisir parmi les brûleurs disponibles, celui dont les caractéristiques conviennent :

202 kW, 6.25 daPa

38

39

39