Vous êtes sur la page 1sur 8
Électroérosion: sans frontière vers l’automatisation intégrale 1 INDUSTRIE Avec leurs changeurs d’électrodes et de pièces et
Électroérosion:
sans
frontière
vers l’automatisation intégrale 1
INDUSTRIE
Avec leurs changeurs d’électrodes et de pièces
et leurs CNC évoluées, les machines d’électroérosion
par enfonçage et à fil sont de véritables systèmes
d ’ usinage « é lectrique » . Elles travaillent d é sormais
en continu et sans surveillance.
MOTS-CLÉS
industrialisation, production,
procédé, productique, machine
Électrode pour réaliser
un moule de calandre de voiture,
découpée par fil sur machine Fanuc.
Cette bride de forme
galbée a é t é tirée
Moule de monture
de lunettes obtenu
par enfon ç age
et finition avec
une seule électrode.
L’état de surface
correspond
à VDI 10.
d ’un bloc d’acier traité
par d é coupe fi laire.
Les machines
filaires sont
des installations
automatisées
productives
et fiables.
Les machines
d’enfonçage
ré alisent
aujourd ’hui
de petites pièces
mécaniques
très précises.
PAR FIL
PAR ENFONÇAGE
Radiateur
pour circuit
é lectronique
à très fines
ailettes, obtenu
en 20 heures
par enfonçage
avec un état
de surface Ra
de 0,7 micron.
C’ est un peu le lièvre et la tortue:
on oppose traditionnellement
l’usinage à grande vitesse,
séduisante technique très médiatisée, à
l’électroérosion, jugée trop lente voire
dépassée. Et pourtant cette technique
« tout électrique », stimulée par cette
concurrence de l’UGV, a singulièrement
progressé. Elle reste souvent irrempla-
çable pour attaquer les métaux et les
alliages durs, là où les véloces outils de
l’UGV se cassent les dents ! Elle sculpte
et découpe aussi les matériaux réfractaires
conducteurs d’électricité.
la masse des pièces débouchantes, elles
emploient le plus simple des outils : un
fil métallique qui sert d’électrode.
Nagu è re d é licates à piloter, voire
jugées « dangereuses », ces machines
d’électroérosion, connectées à des géné-
rateurs contrôlés par microprocesseurs
et pilotées par des CNC évoluées, devien-
nent des installations automatisées, pro-
ductives et fiables. Avec leurs changeurs
de pièces et d’électrodes, elles trouvent
leur place dans les ateliers de produc-
tion aux côtés des autres machines d’usi-
nage. Dans certains bureaux d’études, on
fabrique ainsi des prototypes directement
dans la masse !
1. Article de Claude Gelé, extrait de la revue Indus-
tries et Techniques, n° 829, septembre 2001.
De la petite série au travail
dans les ateliers
Au lieu d’être usiné, le métal est « brûlé »
localement par étincelage sous l’effet des
micro-décharges créées entre l’électrode
et la pièce. Cet « usinage électrique » – en
anglais EDM (Electrical Discharge Machi-
ning) – s’effectue dans un bain isolant
d’huile ou d’eau soigneusement déminé-
ralisée pour éviter les courts-circuits.
Les machines d’enfonçage creusaient
déjà des outillages et des moules avec
des é lectrodes de forme, mais elles
s’attaquent maintenant à la fabrication
de petites séries de pièces mécaniques
tr è s pr é cises. Quant aux machines
« filaires », qui découpent finement dans
INGRESOLL/DELTA MACHINES ; MAKINO ; CHARMILLES ; AGIE ; FANUC

MACHINES D’ENFONÇAGE

Plus productives grâce aux changeurs de pièces et d’électrodes

Equip é es de robots changeurs de pi è ces et d ’é lectrodes, ces machines d usinage de pr é cision creusent la nuit des moules et des outillages et fabriquent le jour de fines pi è ces nervur é es pour la connectique et la micro-m é canique.

  • L es machines denfonçage attaquent les métaux et les alliages les plus durs par étincelage autour dune élec-

trode de forme qui creuse son empreinte dans le matériau conducteur d’électricité. L’électrode senfonce progressivement, doù le nom donné à ces machines parfois appelées prismatiques. Elles usinent les moules dinjection des plastiques ou de verrerie et des outillages de forge et demboutissage, souvent de grande taille, mais aussi de nombreuses petites pièces de mécanique de précision, ainsi travaillées sur de fortes profondeurs. Ce qui nest pas toujours possible avec des fraises qui fléchissent et se brisent lorsque la dureté

des aciers traités dépasse les 2000 MPa. L’électrode nest pas en contact perma- nent avec la pièce pour éviter les courts- circuits. Simplement tenue verticalement, elle nexerce aucun effort sur la pièce, ce qui permet de tailler des parois minces et hautes avec précision et régularité. La précision est constante dune pièce à lautre puisque l’électrode ne suse pratiquement pas. Enn, on obtient dexcellents états de surface avec un n réglage des para- mètres électriques. Les nouvelles machines sont pilotées par des CNC rapides à 64 bits à base de cartes PC avec une programmation gra- phique intuitive sous Windows.

Électrodes : le choix entre graphite et cuivre Certaines emploient des logiciels spéci- ques et des systèmes experts qui choisis- sent les différentes stratégies dusinage pour imprimer des micromouvements latéraux et de haut en bas à l’électrode an de faciliter l’évacuation des parti- cules métalliques « brûlées » et entraînées par le di é lectrique pour obtenir un meilleur état de surface. Le leader Charmilles Technologies qui appartient au groupe helvétique Georg Fisher, tout comme son challenger Agie, met laccent sur sa palette de systèmes experts dédiés à l’électroérosion. Ils ser- vent à mieux concevoir les gammes de pièces pour les adapter au procédé (Pro- gram-Expert), à surveiller et optimiser les paramètres dusinage (Pilot-Expert), à r é gler en permanence l ’é tincelage lorsque la surface de la pièce varie au cours de lenfoncement (Power Control- Expert), à usiner les petites pièces de connectique et de micromécanique (Micro- Machining), sans oublier le système Spac qui surveille les courts-circuits. Autre exemple chez Mitsubishi, qui développe une technique de supernition de qualité « miroir » HQSF (High Quality Surface Finishing) : un double circuit de diélectrique emploie de lhuile addition- née de poudre de silicone, les micro- décharges électriques étant soigneuse- ment contrôlées par le générateur piloté par la CNC. Les outillages demboutissage, souvent de grande taille, pèsent plusieurs tonnes et le choix dune machine dépend tout dabord de la taille de la pièce et du poids sup- porté par la table. Pour gagner du temps sur les grandes pièces, quelques grandes machines emploient deux têtes indépen- dantes qui usinent chacune de leur côté. Il est utile davoir un bac de diélectrique rétractable et des portes coulissantes pour le carénage an de faciliter laccès aux palans et aux ponts roulants qui mettent en place des pièces. La réglementation impose en effet un carénage pour proté- ger lopérateur du rayonnement électro- magnétique et des systèmes daspiration pour les fumées dégagées par le « brû- lage » du diélectrique. L’électroérosion se veut séduisante et les machines dAgie

SARIX SA

sont soigneusement protégées par un caré- nage très esthétique.

La « micro-érosion », vous connaissez ? La SR-HPM de Sarix, véritable modèle de table pour
La « micro-érosion »,
vous
connaissez ?
La SR-HPM de Sarix,
véritable modèle de table
pour pièces de haute précision
La PME Sarix de Losone (Suisse italienne),
spécialisée dans le perçage, peut réaliser des
trous de 0,02 mm avec une précision micro-
métrique (± 2 microns) et avec des états de
surface de 0,1 micron.
Perçage et microgravure
Comme l’explique Franck Leleu, directeur de
Sarix, «nous avons mis au point et breveté un
générateur de micro-impulsions contrôlées
en temps réel par un système informatique
particulier. Nous proposons cette tête de
microérosion comme une unité autonome
mais elle équipe aussi nos micromachines
de perçage ou d’usinage-gravure par électro-
érosion ». Les applications concernent le
perçage d’injecteurs de carburant, de filières
pour le textile, de connecteurs pour fibres
optiques, de pièces horlogères… Mais aussi
de pièces finement découpées ou des micro-
gravures.

6 TECHNOLOGIE 118 MARS 2002

La contrainte de cette technique den- foncement est quil faut préalablement fabriquer les électrodes de forme pour l’ébauche et la nition de la pièce. On les taille dans un bloc de cuivre rouge ou de graphite, matériau qui double le rende- ment de l’électroérosion mais délicat à usiner (voir encadré). Il faut aussi ltrer le diélectrique en permanence pour éli- miner les particules métalliques et éviter la mise en court-circuit de l’électrode. La fiabilit é de fonctionnement d une installation et ses coûts dexploitation dépendent aussi de la qualité de son système de ltration étant donné les contraintes environnementales de trai- tement et de stockage des boues. Le constructeur espagnol Ona apporte des solutions écologiques aux problèmes de la ltration (voir p.10). La principale évolution actuelle des machines porte sur lautomatisation pour assurer un travail en continu. Comme sur les centres dusinage, des robots intégrés changent les électrodes et les pièces et desservent des magasins annexes qui assu- rent une production pratiquement en continu en limitant au strict minimum les arrêts de la machine. Les logiciels de pilo- tage permettent par exemple de suspendre un travail en cours pour traiter une pièce urgente et de reprendre lusinage avec recalage automatique des trajectoires.

Un pilotage largement automatisé et sécurisé Les robots aussi sont au point, notam- ment celui de Charmilles, que lon adapte aux nouvelles comme aux anciennes machines denfonçage. « Sur la Roboform 2400, ce robot intégré change à la fois

lieu est Charmilles proposée par indique l’emploi que « graphite du au Fischer mais aussi par
lieu
est
Charmilles
proposée
par
indique
l’emploi
que «
graphite
du
au
Fischer
mais
aussi
par
sa
société sœur Agie.
Notons
gagner
cuivre
fait
du
ricaine
Cette
machine
construite
société
amé-
par
la
parallèle
une fraiseuse qui fabrique les élec-
Boston
jusqu’à
acquise
groupe
Digital
par le
trodes
d’ébauche
de finition.
Charmilles
et
Georg
cinq
il
matériau
tendre s’effectue de
plus
trois
à
outre-Atlantique avec
3000
machines
Bosto-
est
fois
plus vite. »
matic
en service.
L’usinage
facile
plus
d’usinage
Centre
BOSTOMATIK
dans
40
% sur
le
que
graphite
le
si
mauvaise
a
réputation
de
temps
d’ébauche
l’usinage de
que
et
ce
les
européens,
ateliers
très employé
grande
fraiseuse de
précision
Bostomatic
G12
à
des électrodes
lablement
forme
de
par
de
vitesse
atteint
(elle
000 tr/min en
30
fraisage dans un bloc
rouge ou de
de cuivre
une
seconde,
gauche
en
graphite.
Il a fallu
à peine
40
minutes
pour
usiner celle
figurant
à
soit
sur la photo
du graphite
Pour
cela,
le
constructeur
propose sa
L’électroérosion
tailler préa-
implique
sont
pour
Cinq
plus vite
le cuivre
que
fois
des particules
l’entrée
de
graphite qui
empêcher
L’exploitation
batterie de
machines
d’une
soigneusement
aspirées
et filtrées.
d’électroérosion
prévoir en
nécessite
par
une accélération
de 1
g)
graphite,
« salissant
matériau
friable
»
et
protégée
d’électrodes
un
carénage
étanche
avec
délicat
usiner.
à
des
glissières
surpressées

les électrodes et les pièces et assure jus- qu’à 6000 heures effectives dusinage par an », indique-t-on chez le constructeur.

Makino annonce 700 heures par mois sur sa EDNC30 équipée dun magasin de palettes, soit pratiquement sans temps mort sur une base annuelle de 8760heures. Enn, le prix des machines est revu à la baisse: de lordre de un million de francs pour un modèle moyen. Les machines denfonçage ne sont donc plus réservées aux seuls moulistes et outilleurs, qui emploient aussi les techniques « concurrentes » de lUGV. Elles sont devenues des systèmes dusi-

nage automatisés capables de travailler en continu sans opérateur pendant plu- sieurs jours. Les nombreuses sécurités, le pilotage sur PC avec des outils de type

Windows associés aux systèmes experts de conduite dusinage, permettent de coner ces machines à des opérateurs moins spécialisés que par le passé. À ce propos,

un grand constructeur stigmatise et rappelle le rôle joué naguère par les « gou- rous » et les « divas » de l’électroérosion qui tenaient cette technique entre leurs mains

heures. En cas Le tout seul. le robot redémarre courant, de de coupure 3 000 robot
heures. En cas
Le
tout seul.
le robot redémarre
courant,
de
de
coupure
3 000
robot double
de
au lieu
par an
d’usinage sans surveillance
6000 heures
assurer plus de
ainsi équipée peut
35
la
productivité
de
la
machine
changements
des
d’outils et
de pièces
donne
des
à l’enfonçage
ailes
La gestion automatisée
CHARMILLES TECHNOLOGIES
90
récemment
mis
au
point
un
robot autonome
QCRi
Change Robot
(Quick
independant) qui
peut
gérer
ou
54
élec-
Charmilles a
et 4 ou 8
trodes
palettes de pièces. Il
peut
être associé aux machines d’enfonçage,
dont
il double la productivité par rapport à
une
de capacité équivalente
machine
avec
un
changeur d’électrodes.
La Roboform
simple

MACHINES FILAIRES

Des outils de prototypage pour les bureaux d’études

Les machines à fil découpent des pièces de profil complexe dans les m é taux les plus durs par contournement de la mati è re au lieu de la r é duire en copeaux.

« S

imple comme le l à couper le beurre! », oserait-on dire à propos de cette séduisante

technique dusinage électrique qui emploie un l-électrode pour découper dans la masse des pièces au prol complexe par des coupes droites ou inclinées et sur de fortes épaisseurs (500 mm). Comme sur les machines denfonçage, cest la succes- sion des microdécharges électriques qui brûle localement le matériau au contact du l et l’élimine par sublimation.

La découpe par contournement

La seule restriction au procédé ? La pièce doit être débouchante pour être traversée par le l qui se déroule lente- ment en continu. On fabrique ainsi des outillages de découpe et de nombreuses pièces prolées à parois verticales ou incli- nées, mais on peut aussi obtenir des pièces mécaniques de forme plus complexes par une astucieuse combinaison de coupes laires dans lespace. Charmilles lillustre concrètement avec une pièce taillée dans un bloc par des coupes dans tous les sens qui demande trois heures seulement par

K1000, 10 tonnes. Le bac d’eau reçoit des pièces de pour une L’espagnol Ona est spécialiste
K1000,
10 tonnes. Le
bac
d’eau reçoit des pièces
de
pour une
L’espagnol
Ona est spécialiste des machines
de grande taille. L’Arion
jusqu’à
«la
plus
grande
machine au
monde
»,
admet
des outillages
contient
5
ONA
2,3
m 3
qui
tous
m de
pour
classique «
l’option
longueur
alternative à
La
hauteur de coupe de 600 mm.
plus
machine
grande

électroérosion contre neuf heures par frai- sage. « En procédant ainsi par contour- nement de la matière au lieu de la réduire en copeaux, non seulement on va plus vite mais on peut aussi récupérer les chutes du matériau souvent coûteux », explique le constructeur avec une logique d’éco- nomie tout helvétique. Depuis quelques années le construc- teur milite auprès des concepteurs des bureaux d’études pour quils « pensent élec- troérosion » et emploient cette technique

FANUC

pour fabriquer leurs prototypes et leurs préséries. Ce qui implique parfois un effort dimagination pour définir la géométrie des pièces (voir encadré).

Des coupes inclinées jusqu’à 45° Sur les machines laires, la pièce est posée sur la table guidée en XY par la commande numérique et le l creuse progressi- vement sa ne saignée sans exercer deffort latéral puisquil ne touche pas la pièce de manière continue pour ne pas entrer en court-circuit: il procède par des micromouvements davance et de recul pilotés par la CNC et le générateur élec- trique. On taille ainsi dans la masse des pro- ls complexes avec des angles vifs cor- respondant au demi-diamètre du l, ce qui nest pas possible en usinage clas- sique handicapé par le rayon des fraises. La coupe peut être inclinée en général jusqu’à 30° par rapport à la verticale, une valeur souvent donnée pour 100 mm de hauteur de pièce, mais quelques machines, dont celles de Fanuc, vont jusqu’à 45° sur des hauteurs limitées à 40 mm. Cet angle de découpe et surtout ses facilités de réglage sont à prendre en compte dans le choix dune machine lorsque lon doit souvent usiner des pièces en dépouille ou obtenir des prols coniques par inter- polation circulaire.

Le robot enlève aussi les chutes Grand constructeur de robots industriels, Fanuc propose pour ses machines
Le robot enlève
aussi les chutes
Grand constructeur de robots industriels,
Fanuc propose pour ses machines à fil
Robocut Alpha un robot à cinq axes qui
assure non seulement le chargement et le
déchargement des pièces, mais aussi la
gestion des chutes après usinage.
Accès vertical facilité
« C’est un problème crucial en découpe
filaire », fait observer la société l’Usinage
électrique, agent du constructeur japonais
qui ajoute que, pour faciliter la robotisation
des machines, celles-ci ont désormais en
option un axe vertical Z de 250 mm qui
facilite l’accès…
8 ■ TECHNOLOGIE 118 ■ MARS 2002

Les constructeurs ont développé une panoplie daccessoires de bridage des pièces mais, comme le l nexerce aucun effort latéral, on simplie le problème en posant simplement les pièces lourdes sur la table.

Travail sous immersion ou sous aspersion ? La pièce est généralement plongée dans un bac rempli dhuile ou deau déminéra- lisée, qui sert de diélectrique. La ques- tion est de savoir sil faut travailler sous immersion ou sous aspersion. « Si les constructeurs proposent depuis quelques années des modèles par aspersion, cest surtout pour des raisons économiques, car on supprime alors le bac de diélec- trique et les systèmes de relevage et de remplissage et vidange. Moyennant quoi les machines sont 30 % moins chères », fait observer un utilisateur qui ajoute que laspersion est plus délicate à maîtriser :

« dès quon dépasse les 50 mm de hauteur de coupe, le diélectrique ne pénètre pas bien dans la saignée et la qualité du travail sen ressent ». Le débat reste ouvert mais semble être en faveur du travail en immersion. Agie met toutefois laccent sur son procédé darrosage coaxial avec « chemise deau » qui améliorerait le travail par aspersion ou combinerait les avantages des deux techniques. Il faut refroidir le diélectrique et le ltrer soigneusement pour éliminer les micro- particules métalliques en suspension et aspirer les fumées. On emploie un l de quelques dixièmes de millimètres, en général 0,25 mm, pour les opérations d’ébauche. Pour la découpe de précision sur certaines machines, on emploie des ls très ns de 0,01mm, comme cest le cas sur la machine à fil horizontal de Makino qui réalise des microdécoupes

découpée % », 80 en de fait lieu réduire matériau copeaux observer Charmilles. trois heures seulement
découpée
%
»,
80
en
de
fait
lieu
réduire
matériau
copeaux
observer Charmilles.
trois
heures
seulement par
en
du
entiers au
volumes
contournement de
par
par
alors
fraisage
qu’elle est
neuf
heures
du
brut
pièces
directement
les
par
même
TEMPS D’USINAGE
temps d’usinage
partant d’un
divisibles par
métal,
CHARMILLES TECHNOLOGIES
bloc
trois
Des
de
En
combinées
coupes
des
d’extraire
fabriqués
prototypes
Des
Électroérosion
Fraisage
9 heures
3 heures
par
des
coupes
et la découpe
d’une bride de
multiples.
forme
gauche
électroérosion
découpé
recycler
place
sa
filaire trouve
« L’électroérosion
les
ou
plus
pièces
petites
tailler
d’autres
ainsi
pour
matériau
car
de
chutes
copeaux
plus vite
en électroérosion, et sans
on
les
peut
récupérer
:
Conséquence
trois fois
la pièce
prismatique
obtient
rapide.
qui
nécessitait environ
pièce
prismatique
permet
à
l’usinage classique
alternative
d’une
donne
l’exemple
Le
constructeur
Cette
intéressante
on
prototypage
coûteux.
techniques
le
et
à
vitesse
grande
entre
l’usinage
s’agit
souvent
d’alliages
il

très précises. Autre solution encore : la machine à double l de Charmilles, lun pour l’ébauche, lautre pour la nition. Quant à Fanuc, il réalise des microdé- coupes de précision avec un l très ténu de 0,05 mm ! On peut ainsi usiner des pièces impossibles à obtenir avec du l

standard, comme par exemple des dents dengrenage de 0,3 mm à la base. Généralement en laiton ou revêtu de

zinc, le l est livré en bobines de 45 kg

pourassureruneproductioncontinuepen-

dantplusieursjours.Lorsquilcasse,ilest automatiquementcoupé etréenlé parun système de guidage à jet uide et lins- tallationsarrêtesilincidentsereproduit plusieursfoisdesuite.Lesystèmedecoupe thermique du l cassé et denlage par un double jet uide développé par Fanuc se révèle particulièrement efcace. Le constructeur avance un temps de cycle coupure plus enlage de 15 secondes! En complément des machines à fil, les ateliers d’électroérosion doivent s’équi- per de machines pour percer le trou de passage du fil lorsqu on d é marre la découpe en milieu de pièce, ce qui est

fréquent. On emploie alors des machines spéciales denfonçage dont les électrodes sont de longues et nes aiguilles creuses en cuivre qui forent la pièce, jusqu’à

400 mm de hauteur et percent des trous

de 0,3 à 3 mm.

a La particularité de son fonction- nement tient chute que fait au la reste dans la
a
La particularité de
son
fonction-
nement tient
chute
que
fait
au
la
reste
dans
la
qu’elle
pièce
alors
mm.
tendance
à
chuter
sur
guide-
le
fil
des machines
verticales.
Le
fil
coupe
l’horizontale
à
MAKINO
dédiée
est
seul
le
à
proposer
machine
une
avec
défilement
horizontal
du
fil.
La
UPH-2
est
Makino
à
la
découpe
de
très
précision avec
haute
du
micro-
fil
métrique de
0,03 mm
0,2
à

MARS 2002 TECHNOLOGIE 118 9

INNOVATIONS

L’usinage électrique se perfectionne

Les constructeurs commencent à équiper leurs machines de moteurs linéaires. Ils innovent aussi avec des machines à deux diamètres de fils. Ils filtrent mieux les boues d’usinage et recourent aux systèmes experts et à la télésurveillance.

S odick a généralisé l’emploi du

moteur linéaire à toute sa gamme.

Sur ses machines d’enfonçage,

La machine Charmilles « trin »

deux moteurs pilotent la table, le troi- sième contrôle la position verticale de l’électrode qui « vibre » avec des micro- déplacements très rapides (à 36 m/min) et avec une précision du dixième de micron. Ces pulsations chassent les micropar- ticules et l’étincelage s’effectue sur des surfaces plus propres qui donnent un meilleur état de surface à la pièce.

Moteurs linéaires Sur les machines laires, les deux moteurs linéaires qui pilotent la table à mouve- ments croisés contrôlent avec précision la succession des microdéplacements davance et de recul qui provoquent l’étin-

CHARMILLES
CHARMILLES

On filtre « écologique » Deux ls: un pour l’ébauche, lautre pour la nition ; il fallait y penser ! Charmilles propose sa machine Robol 2030 en version twin wire avec deux bobines de l de diamètres 0,25 mm pour l’ébauche, lautre plus n (0,1 mm) pour nir la pièce. La commutation dun l à lautre et le réenlage seffectuent automatiquement en moins de quarante-cinq secondes. Cette solution évite de remplacer la bobine de l ou de transférer la pièce sur une autre machine pour réaliser la nition. « Le gain sur les temps de fabrication atteint 30 %, car on privilégie les opérations d’ébauche, toujours plus rapides, qui facilitent par ailleurs l’évacuation de la chute découpée », explique le constructeur. Le ltrage en continu du diélectrique et l’élimination des boues sont un pro- blème auquel sont confrontés les utilisa- teurs d’électroérosion. Les constructeurs proposent différents systèmes de ltration comportant le plus souvent des ltres jetables en papier dont la durée dusage est en moyenne de deux cent cinquante heures, ce qui est relativement peu. En comparaison, on appréciera le progrès obtenu par lespagnol Ona. Il a breveté des ltres « bougies » qui tiennent jusqu’à quinze mille heures. De plus, il propose une technique avec autonet- toyage du ltre, donc sans consommable aucun, quil qualie « d’écologique ». Ce ltre permanent qui retient des particules

de 3 microns est constitué dune couche minérale quon nettoie par des cycles automatiques. Ce système AquaPrima 100 qui sadresse aux machines à fil qui

éliminent moins de particules est inté- gré dans une armoire annexe. On peut

les installer sur les machines de diffé-

rents constructeurs et sur les recti- euses.

avec ses deux bobines de fil pour l’ébauche et la finition : on passe d’un fil à l’autre en 45 secondes

celage au contact du l. Là encore, l’état de surface obtenu supprime le polissage. Enn, la machine de microperçage K1BL avec changeur doutils utilise aussi un axe linéaire pour forer des trous de 0,08 mm à 0,25 mm de 300 mm de profondeur. Le constructeur japonais est pour linstant le seul à miser sur cette tech- nologie, mais Makino la propose en option sur lune de ses machines par enfonce- ment. Le représentant français Celada indique quune dizaine de ces machines à moteurs linéaires sont en service en France.

meilleure « stratégie » machines et même, sur micromou- les plus finement On pilote aussi heures
meilleure « stratégie »
machines
et même, sur
micromou-
les
plus finement
On pilote aussi
heures
sur 24 (Agievision
24
à
distance
d’usinage.
certaines
logiciel de télésurveillance
Agie propose un
de
dont certains sont basés sur
logique floue pour choisir la
les concepts
temps d’usinage de 30 %.
les
réduire
tage conviviaux
pour
pièce
géométrie de la
CNC pour
sur l’armoire
installée
La webcam
!
son
domicile
des
C) pour usiner
vements planétaires (axe
depuis
opérations
surveiller les
la
mou-
que les
particules ainsi
l’évacuation des
à la
d’enfonçage, une webcaméra couplée
pour
assurer
l’électrode
vements donnés à
Contact)
distance
Pro 2
64 bits
avec un système expert Fuzzy
une CNC à processeur
propose
Mitsubishi
Précision accrue
commande numérique.
par
en fraisage
d’usinage
les opérations
développé
à
surveille
de commande
Systèmes
experts
webcam
et
comme
contournement latéral
par
cavités
les CNC
gie d’usinage à
de
PC
équipés de logiciels de pilo-
base
à
straté-
la
expert adapte
système
Makino, un
sur
AGIE
aussi
Les progrès récents portent
Chez
ment pour de fines nervures profondes.
précision des
pièces notam-
la
qui
améliore
floue
sur des concepts de logique

10 TECHNOLOGIE 118 MARS 2002

Choisissez votre fournisseur Observations Agie (CH) ● ●● Agiecut Excellence 750/1050 × 550/650 × 250 (450
Choisissez
votre
fournisseur
Observations
Agie (CH)
●●
Agiecut Excellence
750/1050 × 550/650 × 250
(450 kg)
0,1
(Agie France)
2 et 3 et 2 F
Modèle 2 F pour fil fin 0,03 à 0,1 mm
Commage Agievision
Agiecut EvolutioNn
750/1 050 × 550/650 × 250
(450 kg)
0,2
Modèle 2 SFF pour fil fin 0,03 à 0,1 mm
2
et 3 et 2 SFF
Ra : 0,1
µ
Agiecut Challenge 2 + 3
750/1050 × 550/650 × 250
750/1050 × 550/650 × 250
(800 kg)
0,3
Ra : 0,2 µ en option
●●
Agiecut Classic 2, 3
(800 kg)
0,3
et 2 S (aspersion)
Technologie d’arrosage coaxial avec
chemise d’eau (aspersion + immersion)
Agiecut HSS
1300 × 1100 × 400 (300 kg)
0,3
Pour pièces de grande taille
Agietron Exact 2 et 3
650/880 × 580/680 × 250/350
(800 kg)
0,2
Agievision 2 Genérateur HSS
(High Speed Super Finition)
●●
Agietron Impact 2 et 3
650/1070 × 580/680 × 250/350
(800 kg)
334
0,2
Système Agievision 2
●●
Agieton Innovation
650/880 × 580/680 × 250/350
(800 kg)
33 0,2
Système Agievision 2
2
et 3
Agietron Advance
1100 × 750 × 370 (2 000 kg)
233
0,2
Machine compacte
●●
Agietron
600/850 × 380/650 × 165/315 (500 kg)
64/128
0,2
MondoStar20/50
Commande simplifiée par icônes CNC
Furura 5 système Star View à Webcam
Brother (J)
HS
50 A
580 × 350 × 70 (100 kg)
0,4
(Halbronn)
Vitesse 300 mm 2 /min (fil de 0,3 mm)
Encombrement au sol réduit
HS
3100/HS 3600
380 × 250 × 100
(60 kg)
0,4
Charmilles
●●
Robofil 190 (asper.)
700 × 300 × 150
(200 kg)
Machine entrée de gamme
Technologies (CH)
●●
Robofil 290P (asper.)
800 × 500 × 200
(500 kg)
Enfilage automatique en option
Robofil
310P
et
850/1200 × 500/700 × 400 (2 000 kg)
Enfilage
automatique
510 P (aspersion)
Robofil
230 et 330
800/900 × 550/600 × 220/400 (1000 kg)
Robofil
2030 SI
1130 × 510 × 260
(500 kg)
(+ modele TW 2 fils)
Modèle TW à deux magasins de fil
(0,25 mm et 0,1mm)
Robofil
4030
SI
1200 × 730 × 360
(800 kg)
Robofil 6030 SI
1350 × 690 × 360 (800 kg)
Sans enfilage automatique - Machine
pour ateliers de mécanique générale
Form 20 A
180 × 6 690 × 450
60
Roboform
22
1 500 × 1000 × 600
32/64
Roboform
35
QCRi
320 × 320 × 170/270
64 Changeur QRCi 16 électrodes et 4 pièces
Roboform
54
et 55
1120 × 795/870 × 385/400
128
Roboform
84
1500 × 1000 × 430
135
Roboform
2400
880 × 550 × 245
64/128
et 2400 QCRi
Cormac (I)
Magma
650/770 × 400 × 200 × 350 (600 kg)
40/60/
2.8EUC à changeur d’électrode et axe C
(Rosilio M-O)
2.8/2.8.E/2.8 EUC
80
Magma 4.0-UC/5.5.UC
1050 × 70 × 350
(2 000 kg)
80/160
Axe C et changeur d’électrodes
Grandes dimensions sur demande
●●
EV 3200
800 × 500 × 300
(800 kg)
128 Bac escamotable et carénage intégral
Fanuc (L’usinage
Robocut Alpha-Oi/
électrique)(J)
Alpha-1i
680/800 × 420/730 × 180/300
(1000 kg)
0,1 à
0,35
Enfilage rapide (15 s) fil 0,05 mm - Pulse -
Generi - Angle fil 45° CNC 5 axes 16 bits
TSH 3A (Top EDM)
800 × 500, perçages 0,15 à 3 mm
Vitesse perçage 1 mm/s pour 0,1 mm
Hitachi (J)
Série R 203/254/355/
550/1200 × 370/100 × 170/500
(Halbronn)
580/510/810
Genérateur Hitachi 3 e génération gain de
temps de 20 à 40 %. Fil de 0,1 à 0,25 mm
Ingersoll (D)
●●
Gantry 500/800/
524/550 × 400/850 × 375/450
75/120
(Delta Machines)
5000/8000 (robot)
Technologie polissage Mitsubishi -
Changeur à 20 postes
●●
Gantry1000/1300/
700/2 750 × 130/1550 × 550/1500
75/120
2000 et 3000 (EMO)
CNC Mitsubishi 64 bits, changeur
à 20 postes. Nouveauté à l’EMO
●●
Center 400/4000 (robot)
400 × 300 × 300
50 Changeur 20 postes – Identification Ewis
Machines
Machines
Machines d’enfoncage filaires
de perçage
Machines
par immersion
Machines par
aspersion
Bac escam
Références
des machines
Taille
maximale
des
pièces
(mm)
et
poids
maxi
Générateur
(A) (kg)
électrique
État surface Ra (µm)

MARS 2002 TECHNOLOGIE 118 11

Choisissez votre fournisseur Observations Makino (J) ●●● EU 64 940 × 650 × 250 (1500 kg)
Choisissez
votre
fournisseur
Observations
Makino (J)
●●●
EU 64
940 × 650 × 250 (1500 kg)
0,5
(Makino France)
Table acier moulé nervuré avec blocage
de la pièce en U - CNC 5 axes
●●●
U 32 K/U53K
790/940 × 670/780 × 220/320
(1500 kg)
0,2
Magasin de fil de 20 kg -
Générateur MGW-K 30 A
●●●
UPH-2 (fil horizontal)
200 × 200 × 60 (20
kg)
0,05
Machine de précision à compensation
thermique à fil horizontal de 0,03 mm
●●
EDNC30S/43S
60 0,15
EDNC30S : perçage de trous de 0,2 mm
●●
EDNC 65 S et 85 S
650/850 × 450/650 × 300/400
1100/140 × 750/900 × 350/500
120
0,15
(à moteur linéaire)
Changeur 8 à 24 électrodes
Moteur linéaire en option sur la 85 S
●●
EDNC 106/207/2015-2H
1500/2 800 × 800/1500 × 600/700
420
0,15
Machine 2H de grande capacité à 2 têtes
Mitsubishi Electric
●●●
RA9-RA90/RA90AT
860 × 766 × 160 (350 kg)
50
0,5
(J)(Delta Machines)
(aspersion)
Productivité : 325 mm 2 /min
Enfilage : 25 s pour 50 mm (modèle AT)
●●●
Haute précision
800/1050 × 575/800 × 215/295
(1500 kg)
50
0,07
CNC 64 bits sur PC avec système-expert
QA10/QA 20
et 0,18 Fil de diamètre 0,05 mm
●●●
FX1K-FX2K- 800/130 × 575/800 × 215/315
50
0,2
Fil de diamètre 0,1 à 0,3 mm - Axe Z de
FX10K/20K/30K
(2 000 kg)
et 0,5
450 mm axe U et V ±75 mm en option
●●●
Ultra precision PX05
500 × 390 × 145 (100 kg)
50
0,05
Structure carénée à isolation thermique
Changement d’angle. Fil de 0,03 mm
●●●
EX22/EX30
950/1200 × 60/800 × 400/450 (200 kg)
80/240
Changeur 16 électrodes CNC-PC 64 bits
Système expert Fuzzy Pro 2
●●●
FA10/FA20-FA30
1300 × 800 × 345 (2 000 kg)
50 0,2
(haute précision)
pour FA 30
Gamme de haute précision à bâti rigide
CNC 64 bits - Changeur robotisé
ONA (E)
●●
AricutR250/R400/
(Ona France)
R900 (aspersion)
780/1300 × 680/800 × 200/400
(1 000 kg)
Machine à aspersion à coût
de maintenance réduit
Aricut Série
U-250/U-400/U-900
910/1500 × 680/880 × 200/400
(2 000 kg)
Fil de 0,1 à 0,3 mm guide-fil en diamant
CNC 5 axes
Arion K 500 et
K1000 + K350
1500/2 300 × 120/1300 × 400/600
(10 000 kg)
K1000 : la plus grande machine à fil
existante - K350 : nouveauté à l’EMO
●●
Techno Série H
(bac fixe) et C (escam)
900/1100 × 500/700 × 300/400
(1500 kg)
45/60/
120
Techno H
600/H 700
1700/2 300 × 1000/1300 × 60/700
(10 000 kg)
120/
TH1000 : machine à 2 têtes indépendantes
240 pour grandes pièces - Changeur (option)
Compact 2 et
750 × 450/490 × 210/240 (350 kg)
Datic D-2030
Machines compactes d’entrée de gamme
manuelles et à CNC (Datic)
Datic
Portique
1700/4 000 × 1000/2 000 × 650/1250
(25 000 kg)
Rovella (I) (Ratmo)
Linea X100 et X300
350/500 × 250/400 × 200/3 320
Microperceuse DF3
300 × 200 × 200
Perçages de 0,3 à 3 mm
Sarix (CH)
T1-T4 (aspersion)
200/250 × 200/250 × 150
Microperçage 20 µm. Centrage 0,1 mm
SR-PM/SR-HPM/
300 × 200
Machine de très haute précision :
SR/VHPM (aspersion)
1 µm sur 20 mm de course
SKM (Taiwan)
T50 et T60
ZNC
870/1090 × 510 × /580 × 320/360
(1000 kg)
30/45/
0,2
Machines manuelles
(Mark Techno)
60
K 60-NC et S 60-CNC
1900 × 580 × 360
(800 kg)
30/45/60
0,2
Machine DNC ou CNC (PC ou Heidenhain)
M60-CNC
1200 × 660 × 410
(4 200 kg)
30/60/90
0,2
Machine CNC sur PC ou Heidenhain
Sodick (J)
A Q 325 L/AQ 535
550/70 × 400/500 × 220/310 (1500 kg)
0,1
3 moteurs linéaires - Générateur piloté
(Celada France)
L/AQ550L
par CNC (40 % d’économie d’énergie)
AP 200 L/AP450L
300/600 × 170/400 × 100/130
200/400 × 350/450 (200 kg)
Machines de précision à moteurs linéaires
K1C/K1CN/K1BL
(aspersion)
BL : à moteur linéaire pour microperçages
de 0,08 à 0,25 mm. Changeur d’électrodes
AQ35K-LR/AQ 55L-
LR/AQ75L (aspersion)
750/1000 × 550/950 × 320/500
(4 400 kg)
2 kVA
Première machine EDM filaire
à moteur linéaire
Ce tableau n’est pas exhaustif mais il donne une bonne idée du marché.
Machines
Machines
Machines d’enfoncage filaires
de perçage
Machines
par immersion
Machines par
aspersion
Bac escam
Références
des machines
Taille
maximale
des
pièces
(mm)
et
poids
maxi
Générateur
(A) (kg)
électrique
État surface Ra (µm)

12 TECHNOLOGIE 118 MARS 2002