P. 1
Finance Islamique

Finance Islamique

|Views: 896|Likes:
Publié parSana ESSID
Memoire de DESS
Memoire de DESS

More info:

Published by: Sana ESSID on Apr 03, 2009
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/23/2013

pdf

text

original

Sections

ESSID Sana Mémoire de fin d’étude

LES BANQUES ISLAMIQUES : QUEL AVENIR ?

DESS Affaires Internationales Université Aix-Marseille I 2003-2004

Aix-Marseille I, 2004

« La vie est ténèbre, si elle n’est pas animée par un élan. Et tout élan est aveugle, s’il n’est pas guidé. par le Savoir. Et tout est vain, s’il n’est pas accompagné. de Labeur. Et tout labeur est futile, s’il n’est pas accompli avec Amour. Et lorsque vous travaillez avec amour, vous resserrez Vos liens avec vous- même, avec autrui et avec Dieu. » Et qu’est-ce que travaillez avec amour? C’est tisser un vêtement avec des fils tirés de votre coeur, comme si votre bien-aimée devait le porter. C’est bâtir une maison avec affection, comme si votre bien-aimée devait l’habiter. C’est semer des graines avec tendresse et récolter la moisson avec joie, comme si vos enfants devaient en manger le fruit. C’est insuffler en toute chose que vous façonner un Zéphyr de votre esprit. Et savoir que tous les morts bienheureux se tiennent Auprès de vous et veillent sur votre travail. » Khalil Gibran (1923)

“ Let every man be his own méthodologist” Mills 1959

2

Remerciements :

Je tiens à remercier à la coopération de Mr Quasem Hamoori , Mr Hassan Hammoud, Mr Sabri Ammar, et Mr Baker Riham. Je dédie ce mémoire à ma famille, A mes professeurs Au généreux Mr Anis Siblini, Au gentil Mr Zaher Zeid, A l’adorable demoiselle Mirella Khoury Helou. Sans leur patience, leur aide, leur lumière, et leur coopération je n’aurais pût arriver à ce résultat.

3

SOMMAIRE
Remerciements ........................................................................................................ 3 Sommaire ................................................................................................................. 4 Introduction............................................................................................................... 6 1ere Partie : La pensée économique islamique........................................................ 7 L’économie en Islam................................................................................................. 8 1) Les sources............................................................................................... 8 2) La philosophie........................................................................................... 8 L’interdiction de l’usure ............................................................................................. 9 L’interdiction du monopole........................................................................................ 11 1) Monopole d’un produit .............................................................................. 11 2) Monopole d’un savoir-faire, d’une information .......................................... 11 3) Monopole de l’argent ................................................................................ 11 4) Les types de transactions commerciales interdites en Islam .................... 11 5) Les conditions de monopole ..................................................................... 12 La zakat .................................................................................................................... 14 1) Les personnes imposées .......................................................................... 14 2) L’assiette ou le « nisab » d’imposition ...................................................... 14 3) Les biens soumis à la zakat...................................................................... 15 4) Le taux de zakat ....................................................................................... 15 Le rôle de l’Etat......................................................................................................... 16 1) Collecte et distribution de la zakat ............................................................ 16 2) Les politiques fiscales ............................................................................... 16 La perception de l’activité économique par l’Islam ................................................... 18 2eme Partie : Le fonctionnement des banques islamiques....................................... 19 L’objectif des banques islamiques ............................................................................ 20 Les produits financiers islamiques ............................................................................ 21 1) Les produits de financement aux emprunteurs ......................................... 21 a. Les produits avec partage des pertes et profits ............................. 21 b. Les produits sans partage des pertes et profits ............................. 25 2) Les produits pour les épargnants.............................................................. 27 a. Restricted Account ou « Compte restreints »................................. 27 b. Unrestricted Account ou « Compte libre »...................................... 27 Leur fonctionnement ................................................................................................. 29 1) Les ressources ......................................................................................... 30 2) Le management des liquidités .................................................................. 30 3) Utilisation des ressources ......................................................................... 30 4) Le compartimentage des ressources chez les banques islamiques ......... 31 L’organisation des banques islamiques .................................................................... 32 1) Complexité de l’organisation..................................................................... 32 2) Organisation à deux vitesses.................................................................... 32 3) L’équipe humaine ..................................................................................... 34 a. Critères de recrutement ................................................................. 34 b. Culture d’entreprise........................................................................ 36

4

3ème Partie : Evolution des banques islamiques........................................................ 37 Début de la finance islamique................................................................................... 38 1) Cas de l’Egypte......................................................................................... 38 2) Les cause des l’essor de la finance islamique .......................................... 38 L’évolution des banques islamiques ......................................................................... 41 1) Evolution en volume ................................................................................. 41 2) Evolution géographique du secteur islamique .......................................... 45 4ème Partie : Les problèmes rencontrés par les banques islamiques ........................ 47 Les banques islamiques ont-elles atteint leurs objectifs ? ........................................ 48 1) Développer les économies des pays musulmans ..................................... 48 2) Permettre aux musulmans de gérer leur argent conformément à la Charia ..51 3) Pourquoi n’ont- elles pas atteint leur objectifs ?........................................ 51 Le problème de liquidités des banques islamiques .................................................. 53 1) Inexistence d’un marché inter-bancaire islamique .................................... 53 2) Absence de standardisation...................................................................... 53 Autres problèmes ..................................................................................................... 55 1) Problème d’asymétrie de l’information...................................................... 55 2) Le clientélisme .......................................................................................... 55 3) Le problème de terrorisme........................................................................ 55 5ème Partie : L’avenir des banques islamiques.......................................................... 57 L’avenir des banques islamique par analyse des tendances.................................... 58 1) Le marketing chez les banques islamiques dans les pays du golfe.......... 58 2) Professionnalisme chez les banques islamiques...................................... 59 3) Rentabilité recherchée de plus en plus..................................................... 60 4) Les avantages .......................................................................................... 60 L’environnement financier mondial ........................................................................... 62 1) Transformation du monde bancaire .......................................................... 62 2) Maigre marge dans le secteur bancaire traditionnel ................................. 63 3) La mouvance éthique ............................................................................... 63 4) Re-directionnement des investissements arabes ..................................... 63 5) Crédibilité en voie d’être gagnée .............................................................. 63

Conclusion................................................................................................................ 65 Annexes.................................................................................................................... 66 Bibliographie............................................................................................................. 81

5

Introduction :

Bien des travaux ont été menés sur les banques conventionnelles , mais très peu le thème des banques islamiques n’a été traité. Tout le monde a une idée assez précise sur le fonctionnement des banques conventionnelles, que l’on appelle aussi banques commerciales, mais peu de personne sauraient répondre sur le fonctionnement des banques islamiques. En effet ceci s’explique par le fait que ces institutions ne sont pas installées en France. L’apparition dans les années 70 des banques islamiques à la suite des chocs pétroliers a étonné le monde de la finance. La plupart des financiers ne leur donnait pas longtemps à vivre. En effet les banques islamiques connurent bien des déboires, des scandales en particuliers en Egypte. Elles survécurent tout de même et dès les années 90 avec la mondialisation des échanges elles connurent un essor des plus dynamiques. Les banques islamiques avaient pour but de capter les pétro-dollars excédentaires des riches pays du golfe qui ont résultés des chocs pétroliers et de travailler au service du développement des pays musulmans. Avant d’aborder ce thème il est nécessaire d’exposer un peu la pensée économique islamique dans un premier temps pour comprendre l’esprit des banques islamiques et quelle est la philosophie qui les régit. Par la suite une présentation de leur fonctionnement s’impose. Je tenterai dans une troisième partie d’étudier leur évolution temporelle et d’en déduire leur avenir. Dans une quatrième partie je mènerai une analyse des problèmes qu’elles rencontrent et les défis qui les attendent pour atteindre leur but, et dans une dernière partie j’essaierai de répondre à la problématique.

6

PREMIERE PARTIE :
La pensée économique islamique

7

L’économie en Islam
1) Les sources :

Avant de parler des banques islamiques il est préférable de faire une présentation de la pensée économique islamique. L’Islam ne règle pas seulement les questions d’ordre spirituel mais elle règle tous les domaines de la vie du musulman (social, économique, spirituel, politique). La pensée économique en Islam trouve ses sources dans le Coran le livre saint des musulmans, les Hadith (les récits sur la vie du prophète rapportés par les compagnons) et la jurisprudence (les différentes positions prises par les califes).

2) La philosophie :

« El Iqutisad » en Arabe est utilisé pour nommer l’économie or son sens premier était « le juste milieu », ceci résume bien la philosophie économique islamique. L’idéal est de n’être ni avare ni dépensier :
« Aussi avons nous fait de vous une communauté du juste milieu »

(Sourate 2. Al Baquara v143) Bien des règles vont dans ce sens. En Islam l’économie est guidée par la morale et toute activité économique ne peut être dissociée de la morale. Toute transaction doit être réfléchie et pensée c’est-à-dire que le but de l’opération soit l’amélioration du bien-être matériel et spirituel de l’humanité. Dans la conception du temps dans l’islam, le temps n’a pas de valeur et appartient à Dieu. Donc pourquoi faire payer quelqu’un pour du temps. En effet pour rembourser le prêt l’emprunteur devra travailler un certain temps donné en plus pour rembourser les intérêts il devra travailler une durée de plus, donc du temps perdu, du temps qu’il aurait pu consacrer à sa famille ou à Dieu. L’homme est considéré en Islam comme « Khalifa fil Ard » c’est-à-dire régent sur terre, mais pas propriétaire. A la fin tout revient à Dieu. Donc il ne faut pas s’attacher aux biens d’en bas. Dans le Coran et la Sunnah on retrouve les règles générales qui doivent être appliquées, et des interdits comme l’intérêt et l’usure ou la situation monopolistique. Nous verrons plus tard en détails tous les interdits et essaieront d’expliquer en quoi est-ce néfaste pour l’humanité.

8

L’interdiction de l’usure :
L’usure et l’intérêt ont été expressément interdits dans le Coran, la Bible et la, Torah. Mais chaque religion l’a interprété à d’une manière différente : Le Christianisme et L’Islam interdise l’usure et l’intérêt dans toutes transactions commerciales quelque soit la religion des parties. Les juifs ont interprété l’interdiction de l’usure seulement entre frères juifs et non dans les transactions avec les non-juifs :
« Dans le Pentateuque de l’Ancien Testament, qui est la Torah des Juifs, et en particulier dans l’Exode (chapitre 22, verset 25) et le Lévitique (chapitre 25, versets 34 à 46), la pratique de l’usure est condamnée, amenant l’interdiction du tarbit, mot hébreux qui signifie, comme riba en langue arabe, à la fois usure et intérêt. » Extrait de CAHIER 20-2001, LA FINANCE ISLAMIQUE : FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ d’André MARTENS. (p.10)

www.crde.umontreal.ca/cahiers/20-2001-cah.pdf Dans le Coran, l’intérêt et l’usure sont explicitement interdits dans plusieurs sourates :
« Ceux qui pratiquent l’usure se lèveront (le jour de résurrection) tels des possédés touchés par Satan et cela parce qu’ils auront Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu et renoncez à ce qui reste encore comme produit de l’usure, si vous êtes croyants (sincères). Si vous refusez de le faire attendez vous à une guerre par Dieu et son Prophète. Si vous faites amende honorable , vos capitaux vous appartiennent . Aussi vous ne lèserez personne et personne ne vous lèsera »

Sourate de la Vache (El Baquara S2, V275-279)
« Tous ce que vous donnerez en usure pour augmenter vos biens, ne vous produira rien auprès de Dieu. Mais tout ce que vous donnerez en aumône pour obtenir les regards bienveillants de Dieu ».

Sourate de la famille (El Imran Sourate 3 V. 130), El Roum (chap. 30)
« Parce qu’ils exercent l’usure , qu’il leur a été défendue , parce qu’ils dévorent les biens des autres , nous avons préparé aux infidèles un châtiment douloureux ».

Sourate des femmes (Al Nisâ V.161) Plusieurs Hadith aussi confirme cette interdiction :
« Echangez or pour or, argent pour argent , blé pour blé et de main à main », « Ohé gens qui adhèrent (les croyants), ne vous nourrissez pas du double chaque fois »

Rapporté par Mouslim et Boukhari Ceci fait référence à la pratique du « riba al Jahiliya » , c’est-à-dire lorsque un commerçant, à l’époque antéislamique, ne parvenait pas à régler sa dette on lui doublait la maturité du capital échu mais au prix du doublement de l’intérêt. Cette pratique faisait horreur au Prophète (PSL).

9

Pourquoi cette interdiction ?

Théoriquement parlant, l’intérêt représente la rémunération du capital immobilisé par l’emprunteur, c’est un dédommagement pour le préteur qui n’a pût profiter de son argent pendant une certaine période ainsi l’intérêt c’est la rémunération du capital en fonction du temps d’immobilisation du capital. Ceci a mené certaine gens à l’époque du prophète de ne vivre que des intérêts de leur fortune, l’argent amène l’argent et ainsi certaines gens ne travaillaient pas et devenaient des rentiers (or l’esprit de l’islam est que le musulman doit rester actif quoi qu’il arrive). Pour éviter que certains ne se tuaient au travail pour rembourser l’emprunt alourdi par les intérêts, et que d’autre attendent patiemment le retour de leur capital, le riba fut interdit. Ce que l’Islam interdit donc c’est que prêter de l’argent deviennent un gagne-pain. L’islam, le christianisme et le Judaïsme avaient la même la philosophie : l’argent seul ne pouvait créer de la valeur ajoutée, il faut qu’il soit associé à du travail pour que de la valeur ajoutée soit crée auprès de Dieu comme auprès de la société. De plus on ne prêtait que l’argent que l’on avait en surplus, après que l’on ait consommé le nécessaire pour vivre aisément , donc c’est l’argent que l’on peut se permettre de perdre. Telle est la mentalité on place l’argent que l’on a en trop et dont la perte ne mets pas en danger le bien-être du prêteur. En Islam spirituellement il est bénéfique de prêter, le prêteur est gratifié de 1000 bonnes actions par jour pendant toute la durée du prêt . En Islam le prêt est rémunéré dans l’au-delà bien plus que le don. En effet socialement et psychologiquement, l’effet du prêt est meilleur que le don dans le sens où la fierté de l’emprunteur n’est pas touché car on le considère comme digne de confiance lorsqu’on lui prête et ainsi il ne se sent pas comme un fardeau de la société. Bien sûr il reste la peur de ne pas être rembourser, or l’Islam pousse l’emprunteur à rembourser sa dette sans retard. En cas de difficulté de remboursement spirituellement lorsqu’un prêteur annule la dette à l’emprunteur il bénéficiera dans l’au-delà du double des bonne actions gagnées lors du prêt. Mais ceci sous tend que les acteurs soit croyants et aient peur de Dieu. Une autre raison de l’interdiction est que l’intérêt dégrade les relations entre les hommes, et mène ainsi à un manque de fraternité dans la société. Etant donné que l’emprunteur se sent lésé ou ne se sent pas compris lorsqu’il a des difficultés financières. De plus il travaille dur pour rembourser sa dette qui double par les intérêts. Alors que celui qui a prêté son argent est quelqu’un qui n’a pas forcément besoin urgent de son argent. Cet situation amène une nouvelle forme d’esclavagisme. Les banques islamiques ne pratiquent pas un prêt d’argent contre intérêt , elles allie au prêt d’argent soit une garantie, soit un travail. Il faut que le bénéfice qui la rémunère soit généré soit par un travail rendu à l’emprunteur soit par une garantie faite à l’emprunteur. • Apport d’argent + travail= Valeur ajoutée • Apport d’argent + garantie = valeur ajoutée • Apport d’argent seul = rendre l’argent prêté sans ajout , sans intérêt.

10

L’interdiction du monopole :
En Islam tout type de monopole est interdit 1) Monopole d’un produit : La situation de monopole en général est interdite en Islam car considérée comme néfaste à la société, en effet un marchand en situation de monopole pratiquera des prix prohibitifs. Ceci est considéré comme néfaste à la société car cela ralentit l’accès à tous à un bien-être. 2) Monopole d’un savoir-faire et d’information : Elle est interdite et tout savoir bénéfique à l’humanité doit être révélé, car la détention du savoir mène à une situation de monopole, et le monopole ne facilite pas l’accès à tous au progrès. Et comme en Islam toutes actions économiques est forcément tournée vers l’amélioration du bien-être de la société. 3) Monopole de l’argent : Le stockage de l’argent c’est-à-dire la thésaurisation est formellement interdite dans le Coran,:
« Annonce à ceux qui thésaurisent or et argent sans dépenser pour la cause de Dieu un châtiment douloureux. ».

Sourate du Repentir, Al Tawba,9, V34 De nombreux hadiths parle de cette interdiction :
« Celui qui possède un trésor et qui ne paye pas la Zakat, sera brûlé avec ce trésor en Enfer »

(Rapporté par Mouslim). De par la Zakat, et les impôts le monopole de l’argent par les riches devrait être éviter, la collecte de l’impôt revient à l’Etat :
« Prélève sur leur fortune une amende, tu les purifieras et tu augmenteras (leurs mérites et leurs biens) Prie en leur faveur, car tes prières sont une quiétude pour eux et Dieu entend et sait tout »

Sourate du Repentir, Al Tawba,v.103

Pour éviter les monopoles des types de ventes ont été interdites : 4) Les types de transactions commerciaux interdites en économie islamique :

Vente « gharar » (dite aléatoire): 11

Vente d’un bien que l’on ne possède pas est interdite. Par exemple vendre un mouton du troupeau sans désigner lequel, vendre une veau qui est encore dans le ventre de sa mère… L’achat d’un bien que l’on a pas vu et touché est déconseillé, car les chances de transactions abusives en sont augmentées. Il faut que tout les termes de la vente soit clair est précis : • Le prix • La qualité du produit • Le poids • La date de livraison… Tout doit être connu.

Vente en dehors du marché : La vente en dehors du marché fait référence à une pratique du temps des caravanes où certains aller à la rencontre des caravanes et racheter la marchandise avant que la caravane n’atteigne le marché et ne soit au courant des prix pratiqués, ainsi ils achetaient à des prix bas et revendaient à des prix élevés. La caravane aurait pu gagner plus et le marché aurait pu bénéficiait de prix moins élevé. « Selon Aboû Hourayra, le Prophète (Bénédiction et Salut de Dieu sur Lui a interdit la rencontre (l’achat) des « importations » celui qui les rencontre et achète leur biens. Le propriétaire s’il descend au marché aura bien plus le choix » Ici l’acheteur est en position de force et risque de léser le vendeur. Vente à l’éloigné : Ceci revient comme à une vente hors marché. Ici l’éloigné achète car il n’en trouve pas dans le marché local, donc le vendeur a le monopole. Ici le vendeur est en position de force et peut lui vendre au prix qu’il veut surtout si l’éloigné ne connaît pas les prix du marché. 5) Les conditions de monopole : Le monopole pour qu’il soit interdit doit remplir certaines conditions selon Hacène Benmansour dans son livre : « Politique économique en Islam » (p. 40) a. Le monopole doit se réaliser en période de pénurie car il crée une augmentation du prix qui porte préjudice aux consommateurs. Sinon en situation normale l’épargne de ce bien pour une vente future n’est pas interdite. Le bien monopolisé doit être supérieur aux besoins personnels de l’intéressé. Cela veut dire que les biens épargnés pour satisfaire les besoins personnels ne sont pas considérés comme monopolisé. Le bien monopolisé doit être acheté et produit dans le pays ou la même région. S’il est importé d’ailleurs, la monopolisation n’est pas considéré en tant que telle. Mais certains savants ne sont pas de cet avis là. Celui qui stocke ses propres produits n’est pas considéré comme monopoliste pour deux raisons : premièrement, son produit est réservé pour sa 12

b.

c.

d.

propre consommation. Deuxièmement, comme il a la possibilité de ne pas produire, il a la possibilité de ne pas le vendre or le producteur produit pour la collectivité et de plus le Prophète disait que celui qui ne travaille pas sa terre pendant 3 ans sans motif se la verra confisquée Par syllogisme on peut l’appliquer aux producteurs de tous biens. e. Le délai les savants l’on fixé à 30 ou 40 jours le stockage des biens pour le considérer comme monopolisé. Pour d’autre cet avis ne tient pas tout refus de vendre dans le but d’en augmenter le prix est considéré comme monopolisé.

Pourquoi l’interdiction du monopole ? Comme il est très bien expliqué dans le livre de Hacène Benmansour «Politique économique en Islam» (p.41) et très bien résumé, le monopole mène a une déstabilisation économique et donc sociale puis morale : « En matière de biens matériels, le monopole engendre les méfaits suivants : 1) Augmentation des prix, ce qui diminue la consommation des ménages et par voie de conséquence, le bien–être et la justice sociale recherchée par l’Islam 2) Diminution de la production et donc de l’offre 3) Diminution de la concurrence et de la compétitivité des biens et des produits 4) Sous utilisation des moyens existants. (chômage) 5) Le monopole crée des situations anormales dans l’économie telles que la propagation des comportements immoraux et des actions illicites, ainsi que la naissance d’activités parasitaires et de marché noir. 6) Entrave à la liberté dans l’activité économique, laquelle liberté est sacrée en Islam. 7) Le monopole crée des situations d’instabilité sociales et économique. 8) Il donne aussi naissance à une caste de nouveaux riches qui peut mettre en cause l’équilibre de la société et le principe de justice sociale. Le Coran, d’ailleurs déconseille la création de ce genre de caste :
« Afin que le butin ne soit pas exclusivement dévolu aux riches d’entre vous »

Sourate 9 Al Hachr/ Le rassemblement, V.7 » »

13

La Zakat:
En tant que musulman, il est une des obligations dans l’exercice de sa foi qui est une des plus importantes : la zakat à payer sur toutes les richesses superflues. On paie la Zakat annuellement. La Zakat est due sur toute richesse superflue qui n’est pas utilisée comme les bijoux non portés, les terres non-travaillées. Ceci entre dans l’esprit du « juste milieu » l’idéal est de ne pas monopoliser des biens que l’on utilise pas et que la communauté pourrait utiliser. La Zakat aurait ainsi pour but de redistribuer les biens et capitaux monopolisés sans être utilisés et pousse le musulman à n’acheter que ce qu’il consomme. Donc l’idée en islam est d’éviter le gaspillage et d’encourager le partage de la richesse avec les plus démunis. Payer la Zakat est un des devoirs les plus importants du musulman, c’est un des cinq piliers de l’islam. 1) Les personnes imposées : Les personnes soumises à la Zakat sont les majeurs, raisonnables, libres et possédant l’assiette nécessaire. Elle n’est pas exigible pour le non-Musulman. Dans le passé pour que les musulmans ne soient pas injustement imposés par rapport au non-musulmans, il fût instauré un impôt «la Jizya ». Les gens du Livre paieront a Zakat. Car comme il fût déclaré dans le Coran :
« Il leur fut ordonné d’adorer Dieu, de Lui vouer un culte pur, en monothéistes sincères, d’accomplir la prière, de s’acquitter de l’aumône légale ».

Sourate 98,(Al Bayyina/La preuve V.5) Les musulmans renégats sont aussi imposables même après la re-négation. Ici on peut comprendre que sinon tout les musulmans pouvaient renier juste pour ne pas payer la Zakat.

2) L’assiette ou le Nisab d’imposition : La Zakat est payée sur le capital est le revenu du capital possédé. L’assiette, au-delà de laquelle la Zakat est exigible, a été fixée à 5 chameaux, 40 moutons, soit 200 dirhams pour la Zakat sur les animaux devient exigible à partir d’un nisab de 400 dirhams. Par exemple en France on prendrait le salaire minimum moyen comme Nisab est tout ce qui est surplus serait imposé. La Zakat est calculée sur le montant de la richesse nette, c’est-à-dire nette des dettes. La dette a priorité de paiement sur la Zakat c’est-à-dire que si on doit payer une dette et la Zakat la dette doit être payée avant la Zakat. Car en Islam le droit du créancier est prioritaire au droit des pauvres. Pour que la dette entraîne la non-exigibilité de la Zakat il faut que l’endetté n’ai que le Nisab pour vivre et payer sa dette.

14

3) Les biens soumis à la Zakat : Le Coran n’a pas déterminé les biens soumis à la Zakat, ni les conditions, ni leur montant. Ceci permet un grand cadre pour l’Ijtihad⋅ et une libre législation pour l’Etat. Les biens ne sont pas déterminés ils sont tout simplement appelés « les biens ». La condition d’imposition à la Zakat est que le bien imposé doit être possédé pendant un an. Dès qu’il fait un an de propriété chez le même propriétaire la Zakat est due. Le bien ne doit pas être un outil de travail pour être imposable, en effet à l’époque du prophète le bétail de labour n’était pas imposé, n’était imposé que le bétail qui n’engendrait pas de frais comme le bétail qui paissait dans les prairies publiques . Les biens pour jouissance personnelle ne sont pas imposable seul l’argent et l’or. 4) Le taux de Zakat : Sur le capital et l’argent le taux est de 2.5% Le taux de la Zakat sur les produits agricoles 10 à 5% comme l’indique un hadith :
« De ce que la pluie et les sources ont irrigué, le dixième, et ce qui a été irrigué artificiellement, la moitié du dixième »

Rapporté par Mouslim Ce qui veut bien dire 10 et 5%. Ce qui veut dire que sur les bénéfices on applique un taux plus élevé que le taux d’imposition sur le capital et les biens possédés. La Zakat à 2.5% est exigée tout le temps qu’il y ai bénéfices ou non celle à 10 et 5% est exigée seulement sur les bénéfices. (Politique économique en Islam, chap. 5, p.200)

Ijtihad: Effort de réflexion et de législation en charia

15

Le rôle de l’Etat:
Dans l’histoire l’Etat avait un rôle toujours limité à la collecte de la Zakat, à la défense du pays, à la Justice et à la surveillance de l’application du bien et réprobation du mal. 1) La collecte et distribution de la Zakat : Elle est une obligation religieuse pour l’Etat, l’administration de celle-ci aussi est une obligation pour l’Etat. C’est-à-dire déterminer et juger qui peut en bénéficier. La Zakat doit aller au bénéfice selon Hacène Benmansour: o des pauvres et nécessiteux, o aux sympathisants les sympathisants sont ceux dont espère la conversion, o ceux dont on veut éviter qu’ils fassent du tort aux musulmans o ceux qui ont embrassé récemment l’Islam, o les chefs musulmans qui ont une faible foi, o les chefs musulmans qui ont des collègues non-musulmans et que l’on souhaiterai qu’ils se convertissent, o les musulmans des frontières qui sont en face de l ‘ennemi , o les esclaves pour les affranchir, o les débiteurs insolvables, o les débiteurs pour dépenses personnelles de première nécessité, o les débiteurs dans l’intérêt du tiers (comme les garants), o la cause de Dieu pour toute action pour se rapprocher de Dieu, o le voyageur. Dans le passé l’Etat a ainsi un devoir social dans un système islamique, mais aussi de défense tout ceci est financé de par la Zakat et d’autre impôt comme l’ouchr (droit de douane), le Kharaj (droit sur les terres conquises et laissées aux non-musulmans). Le système financier pendant la période du prophète était à sa plus simple expression selon Hacène Benmansour :
« Le système financier à l’époque du Prophète (bénédiction et paix sur lui) se caractérise donc par trois particularités essentielles : la prescription des revenus et de leur dépense était uniquement d’ordre coranique ; il n’existait pas d’organisation ou d’institution financière chargée de la collecte et de la distribution de ces revenus ; la distribution aux bénéficiaires se faisait immédiatement après la collecte. »

« Politique économique en Islam » p.168 2) Les politiques fiscales : Le prophète dépensait les recettes de l’Etat à égalité entre tous les citoyens femme et homme petit ou grand esclave ou libre, musulman ou non-musulman. Le calife Abou Bakr 16

avait la même politique que le prophète, durant la première année de son règne chacun a eu 7, 3 dirhams (en sachant que 10 dirhams = 7 dinars d’or pesant chacun 4,5 grammes) , la deuxième année de son règne il distribua 20 dirhams à chacun. Lors du règne de Omar Ibn El Khattâb le système des finances fût organisé car les revenus de l’Etat musulman augmentèrent de manière vertigineuse . Il fût ordonné après consultation : a. d’enregistrer les rentrées et les sorties financières de l’Etat b. recenser les soldats et déterminer leur traitement (solde) c. enregistrer les droits des Mouhâjiroun* et des Ansâr**. d. Les différents Wâli*** créèrent leur administration financière (trésor public) Le Calife Othmân a effectué un grand virement dans la politique financière, il a permis aux musulmans de dépenser leur argent en dépense de luxe ce que le calife Omar n’aurais jamais accepter car il aurait considérer ces dépenses comme du gaspillage. Deuxièmement la collecte et la distribution de la Zakat fût laissée au libre vouloir des assujettis, grave erreur de laisser ainsi l’impôt sans contrôle. »

* Mouhâjiroun : les voyageurs quittant le pays ** Ansâr : les voyageurs entrant au pays ***Wâli : districts administratifs semblables à nos départements .

17

La perception de l’activité économique dans l’Islam:

L’activité dans son sens général du terme est louée par l’islam et récompensée :
« Le travail est adoration », « Dieu n’agrée que le travail bien accompli et fait pour l’Amour de Dieu »

Propos du Prophète rapporté par Mouslim et Boukhari. Pour chaque acte l’intention est primordiale :
«L’intention est le fondement de toute action et chacun sera récompensé pour ses intentions ».

Propos du Prophète rapporté par Mouslim et Boukhari Dans l’esprit général de l’islam c’est la valeur ajoutée sociale qui prime sur la valeur ajoutée de capital. C’est-à-dire que l’entreprise a pour but final un but social, non pas l’entreprise seulement mais toute personne doit réfléchir dans toutes ces actions selon les prescriptions de Dieu. Travail et Intention de plaire à Dieu doivent toujours être ensemble on ne peut travailler sans que ce ne soit pour Dieu. L’islam est « Donia wa Din* » c’est-à-dire que la religion intervient et règle la relation entre le matériel et l’homme mais aussi entre L’homme et Dieu, les deux sont indissociables en islam, le matériel n’est rien sans le spirituel. C’est pour cela que la vie économique est régie par le spirituel. Mais aussi la vie spirituelle seule sans activité économique et sociale est refusée dans l’islam . Une vie entièrement et seulement consacrée à des prières (comme se retirer en ermite) n’est pas récompensée auprès de Dieu. On remarquera aussi que l’Etat n’intervenait que rarement dans la vie économique.

* Donia : Terre , Din : foi

18

DEUXIEME PARTIE
FONCTIONNEMENT DES BANQUES ISLAMIQUES

19

L’objectif des Banques Islamiques

« L’objectif des banques islamiques est de répondre aux besoins de développement économique des pays musulmans et pousser ces pays à développer leurs richesses naturelles pour réaliser le progrès social suivant les principes islamiques, mais c’est surtout pouvoir offrir aux musulmans des moyens licites pour gérer leur argent »

Propos de Mr Quassem Hamoori professeur à l’Université de Yarmouk. L’objectif est donc de proposer un schéma de développement économique adapté aux idéaux, valeurs et mentalité des pays musulmans. Bien des études ont montré la difficulté de capter les liquidités dans les pays musulmans. Même dans le pays ou la religion a peu d’importance les musulmans montre une crainte de l’intérêt et un manque de confiance auprès des banques, ceci est un « habitus* ». En effet le secteur informel draine davantage de capitaux, le financement informel c’est tout financement venant de la famille, amis, proches…Ce mode occupe une plus grande importance que le mode formel des banques. Ceci s’explique de part la noncompétitivité des prêts à taux d’intérêt élevés des banques conventionnelles face aux prêts sans intérêts accordés par la famille ou les amis. Dans cet environnement-là les banques islamiques trouvent leur place. L’objectif était aussi de permettre aux musulmans de gérer et faire travailler leur fortune sans avoir affaire aux intérêts, et conformément à la Charia.

* Habitus : devenu une habitude sans réflexion

20

Les produits financiers islamiques :
Il faut tout d’abord savoir que la banque islamique n’est pas seulement un pourvoyeur de fond, elle est aussi un partenaire et un commerçant, ceci veut dire qu’elle participe à la vie économique au sens concret du terme. Donc il y a un investissement de la banque islamique que l’on ne retrouve pas chez les conventionnelles. On distingue deux types de produits financiers islamiques : Les produits avec partage des profits et pertes : Musharaka,Mudaraba Les produits sans partage de profits et pertes : Ijarah, Murabaha, Ijarah wa iqutina Musawama et Istisnaa. La plus grande partie de l’innovation au niveau des produits financiers s’est faite dans les produits sans partages.

I) Les produits de financements aux emprunteurs :
a) Les produits avec partage des pertes et profits :

¤La Mudaraba : Le terme en arabe signifie parcourir la terre , dans le sens de voyage. Le terme est cité plusieurs fois dans le Coran. «Que certains voyagent à travers la terre en quête d’une faveur de Dieu » S. 73, Al Mouzzami, L’enveloppé » Extrait de Politique économique en Islam de Hassan Benmansour Le pourvoyeur de capital confie son argent à un entrepreneur appelé le « Moudarib », qui peut soit être totalement libre de travailler avec cet argent dans n’importe quel domaine soit dans un domaine précis que le pourvoyeur de fonds lui précise. Dans le contrat il faut que tout soit clair et précis , la quote-part des bénéfices qui seront partagés entre les deux parties, la période durant laquelle le capital est prêté au moudarib… Dans le contexte actuel la question se pose sur le mélange des capitaux de plus de deux personnes qui est normalement interdit en Islam, ceci est dût notamment aux problèmes de rétention d’information. En effet, l’entrepreneur peut cacher des bénéfices, et si les pourvoyeurs de capitaux sont plus nombreux le problème de gestion de l’information sont plus grands et les risques en sont plus importants, différents cas comme celui d’ENRON, ou la faillite subite à surpris tous les petits actionnaires, l’interdiction de mélange des capitaux cherche à éviter ce genre de conflit.

21

Trois écoles de pensée musulmane* interdisent le mélange de capitaux après que le projet n’ai commencé. Mais de nos jours avec la comptabilité il est plus sûr qu’un mélange de capitaux peut très bien se passer et ne pas mener forcément à un conflit entre les différents investisseurs. Les conditions de l’apport en capital : e. Le capital doit être en liquide et non en nature mais certains savants ont autorisé l’utilisation du capital en nature. f. Le capital doit être déterminé, spécifié en montant et ne doit pas appartenir à plusieurs personne comme l’héritage par exemple. g. Le capital doit être remis à l’entrepreneur et en disposer librement. h. Le capital apporté doit être effectif et non une dette sur l’entrepreneur. i. La libre entreprise : L’entrepreneur est libre d’administrer comme bon lui semble le projet, certes le pourvoyeur de fonds peut poser certaines conditions, mais tout doit figurer dans le contrat. Celui qui apporte le capital ne doit en aucun cas obliger l’entrepreneur ou l’entraver dans ses prises de décisions sauf s’il sent qu’il risque de perdre son capital. En effet la liberté de l’entrepreneur doit être respectée. Le mode de Mudaraba/ Musharaka est utilisé dans les produits suivants : l’investissement direct, la participation dans le capital, participation à une opération déterminée, participation avec acquisition du capital. La différence entre la Musharaka et la Mudaraba : Musharaka : La banque apporte une partie du capital. Mudaraba : la banque apporte tout le capital. ¤ Participation dans le capital: Cette opération de financement se fait soit par une prise de participation d’une société nouvellement crée, soit par l’achat d’action d’une société déjà crée. Lorsqu’il s’agit de l’association de deux pourvoyeurs de fonds dans le même projet on appelle cette association dans la jurisprudence islamique Al-Anân. Les deux "capital risqueurs'' se partagerons les bénéfices et les pertes proportionnellement à leur part dans la société. Dans ce contexte la banque islamique devient co-propriétaire et co-administrateur de la société ou du projet jusqu’à la fin car l’association est permanente ou jusqu’à la vente des parts de l’un des associés. ¤ L’investissement direct : Il est rare que les banques islamiques investissent directement c’est-à-dire en créant une société et en la gérant seule car, ceci demande beaucoup d’implication dans les projets et la gestion des entreprises crées. De plus ce type de Mudaraba implique une plus grande prise de risque, car la banque elle seule supportera les pertes, si pertes il y a. ¤ Financement d’une opération donnée : Ce type de financement est particulièrement utilisé dans les sociétés commerciales. Par exemple un commerçant veut acheter un certain montant de marchandises et veut les
*

La pensée islamique se compose en 4 écoles de pensée : Hanafite, Malekite, Hanbalite et Chafiite.

22

revendre plus tard, la banque lui avance soit une partie du montant soit tout le montant et après la revente de la marchandise la banque et le marchand se partage les bénéfices ou les pertes. Une fois l’opération finie, l’association est finie. ¤ Participation avec acquisition du capital : Ici la banque promet de revendre ses parts à l’associé. Il y a ici trois possibilités : o La banque se met d’accord avec l’associé en ce qui concerne l’apport en capital et la rémunération. A la fin de l’association prévue dans le contrat, la part de la banque sera vendue à l’associé mais avec un autre contrat. o La banque se met d’accord avec l’associé sur l’apport total ou partiel du capital pour le projet, mais aussi sur la quote-part de bénéfice pour chacun, la banque peut s’accorder soit la totalité ou une partie des bénéfices (selon accord) qui seront considérés comme des rachats par l’associé des parts de la banque. o La part de chaque associé sera sous forme d’actions dans la société. Les associés se partagent les bénéfices selon le contrat. L’associé pourra acheter les actions quand bon lui semble .

Exemple de financement : (extrait de Politique économique en islam p.252) L’associé possède un terrain et veut construire un bâtiment. Il demande à la banque de le financer. Surface du terrain 200 m², avec une prix de 500 FF le mètre carré Valeur globale du terrain : 200 x 500 = 100 000 FF Durée de la participation : 5 ans à partir de l’achèvement de la construction, durant lesquels l’association paye annuellement, à la banque, le montant de la participation de celle-ci en tranches égales. Coût de construction : 600 000 FF Participation de la banque : 400 000 FF Participation de l’associé : 200 000 FF Valeur globale du bâtiment : 600 000 + 100 000 = 700 000 FF L’associé s’engage à payer 80 000 FF à la banque durant 5 ans Le bâtiment est loué par la banque pour 200 000 FF annuellement La part de chaque partie dans le projet est la suivante : Banque 57% , soit 400 000 FF et l’associé 43 % soit 300 000 FF La distribution du bénéfice sera comme suit : 1ère année : Part de la banque dans le bénéfice : 200 000 FF x 57% = 114 000 FF Part de l’associé dans le bénéfice : 200 000 FF x 43 % = 86 000 FF Par engagement : La banque recevra 80 000 FF de l’associé ce qui donne : La banque : 114 000 + 80 000 = 194 000 FF L’associé : 86 000 – 80 000 = 6000 FF

23

2ème année : Pourcentage de participation de l’associé : 200 000 (c’est-à-dire 54%) Participation de la banque : 46% Quote-part de l’associé : 200 000 x 54 % - 80 000 = 28 000 FF Ainsi chaque année la part de la banque diminue et la part de l’associé augmente jusqu’à ce que la banque n’ait plus de parts. Tableau d’amortissement du prêt : Quote-part / Année Ce que la banque loyer Rembour sement de la Loyer part de la banque 114 000 80 000 92 000 80 000 70 000 80 000 46 000 80 000 24 000 80 000 346 000 400 000 reçoit du Ce que reçoit l’associé

Année Banque Associé

Total

1 2 3 4 5 Total

400 000 320 000 240 000 160 000 80 000

300 000 380 000 460 000 540 000 620 000

194 000 172 000 200 000 126 000 104 000 746 000

6000 28 000 50 000 74 000 96 000 308 000

346 000 FF reviendront à la banque, après déduction des frais de la banque et parfois pour certaines banques islamiques déduction de la Zakat le reste ira aux déposants. Paiement par la totalité : Quote-part / Année Année Banque 1 2 3 4 Total 400 000 314 000 204 000 64 000 Ce que la banque reçoit du Ce que loyer reçoit Rembou l’associé Associé Loyer Total rsement 300 000 114 000 86 000 200 000 386 000 90 000 496 000 60 000 639 000 18 000 282 000 110 000 200 000 140 000 200 000 64 000 82 000 118 000

400 000 682 000

Ceci a pour conséquence la diminution de la période d’achat des parts de la banque à la fin de chaque année, d’une part, et l’augmentation de la part de la banque à la fin de chaque année, d’autre part.

24

b) Les produits sans partage des pertes et profits: C’est un mode de financement appelé « mourabaha » qui vient de « Ribh » qui veut dire le gain. Ce mode de financement est très adapté au prêt de moyen et court terme, comme les prêts à la consommation, prêt à l’équipement… La banque prends le moins de risques, la banque a un rôle d’acheteur et revendeur en pourvoyant à ses clients de facilités de paiement : En effet, la banque achète pour le compte du client en s’étant mis d’accord au préalable sur un prix de vente. Il y a différent type de produits financiers de ce genre qui rappelle les transactions commerciales de l’époque du prophète, comme la Bai’Muajjal (vente à terme), la Bai’Salaf. Ces types de produits ont la suspicion de certains savants qui les considèrent comme revenant au même que les prêts des banques commerciales. Pour d’autre ces transactions sont halal dans le sens où la banque assure une garantie, garantir que le bien acheter sera exactement comme le client le voudra. C’est une prise de risque. ¤ Joalah : Frais de service de la banque islamique car en effet les banques islamiques furent les premières à faire payer les client pour chaque services rendus (chèque, virements, frais de dossiers…) ¤ Bai’ Muajjal : Cela signifie en arabe « Vente à paiement différé » , la banque achète pour le compte du client qui a des difficultés financières qui paie après la livraison. Deux possibilités s’offrent au client ici , soit il fixe le prix d’achat et la commission de la banque et dans ce cas la banque n’a aucune responsabilité. Tout contrat doit être écrit et comportait : Le prix d’achat La commission La date de livraison du bien Le descriptif précis du bien à livré Si le client a la possibilité de refuser la marchandise si elle a des défauts cachés ou apparents Modalité de paiement si le client paie au comptant à une date donnée ou en plusieurs fois sur combien de temps. Les risques que comporte cette transaction sont que : le client refuse la marchandise, que le client ne paie pas.

¤ Bai’ Salam ou Salaf (ou vente à terme): Il a été interdit de vendre quelque marchandise que l’on a pas ou dont on a pas le prix. C’est-à-dire qu’en islam toutes transaction de vente le prix doit être connu les spécificités de la marchandise doivent être connues, tout doit être clair et sans ombres. Or du temps du prophète les avances sur récoltes étaient autorisées , c’était une avance qui pouvait aider le paysan à vivre jusqu’à la récolte. Elle est considérée comme un prêt au producteur. La licité de cette transaction est appuyée sur un Hadith: « Celui qui prête , qu’il fasse en mesure connue et en poids connu et jusqu’à une échéance fixée. »

25

Rapporté par Boukhari De ce type d’ancien contrat on l’a étendu à des ventes de biens manufacturés, mais tout doit être stipulé dans le contrat. Ce qui doit être explicité dans le contrat : L’objet du contrat de vente doit être déterminé par ses qualités apparentes (poids, qualité ,type…) et par le fait que lorsque l’une de ses qualités change le prix change aussi… La vente devient illégale si le bien vendu n’est pas susceptible d’être spécifié. La date de livraison doit être spécifiée. L’encaissement doit se faire à la signature du contrat. ¤ Ijara ou Leasing et l’I jara wa Iqutina ou leasing purchase : C’est la location d’un bien dont la banque est le propriétaire elle l’achète pour le client et le lui loue à un montant fixé au préalable, une option d’achat du bien peut être proposée. C’est un produit financier très prisé par les entreprise qui ne veulent pas acheter les moyens de production très coûteux, le leasing purchase peut être une solution pour les PME. ¤ Wakala : Un déposant confie son argent à un agent qui en dispose comme bon lui semble ou selon les conditions du déposant. “An agreement whereby the Bank provides a certain sum of money to an agent, who invests it according to specific conditions in return for a certain fee (a lump sum of money or a percentage of the amount invested). The agent is obliged to return the invested amount in case of default, negligence or violation of any of the terms and conditions of the Wakala. » (Dubaï Islamic Bank Financial Statement, 31-12-2002, p7)

¤ La Murabaha : La banque achète la marchandise pour le compte du client ensuite ils négocient la commission que la banque prendra. Le paiement peut se faire de suite comme par plusieurs paiements. Ce type de produit financier n’est pour certain pas islamique à cent pour cent. En effet, la marge que se fait la banque en tant que revendeur peut être considéré comme un intérêt pris supposons le prix d’achat de la marchandise est de 100 Euros et qu’elle le revend à 115 Euros à son client , c’est comme si le client avait pris un prêt à un taux de 15 %. Mais pour les savants Hanafites cette transaction est licite d’autant que la banque garantit la marchandise et prend un risque qui est celui de se voir refuser la marchandise. ¤ Quard Hassan : C’est un prêt sans intérêts, certains déposants dépose dans ces projets là qui ne sont nullement rémunérés, ils sont octroyés aux plus nécessiteux pour financer des mariages ,les pèlerinages, les frais de scolarité ect… L’accès à ces emprunts sont difficiles par manque de ressources et d’épargnants qui acceptent de déposer dans ce genre produits. Même si c’est très recommandé dans le Coran.

26

2) Les produits pour les épargnants:
La composition du portefeuille de produits ne dépend malheureusement pas de la banque elle-même mais en majeure partie des épargnants qui eux choisissent dans quel type de produits ils sont prêts à investir. Lorsqu’un épargnant veut investir son argent il a le choix entre déposer dans un «unrestricted account » et un «restricted account ». a) Restricted account ou « Compte restreint » Si le déposant décide de déposer son argent dans un compte restreint cela veut dire qu’il veut investir dans un type d’investissement précis exemple seulement dans les murabahas et pas ailleurs ou dans plusieurs types d’investissements : Exemple : un client a 100 000 Euros qu’il veut déposer dans un compte restreint qui se compose ainsi : 20% du montant dans les Musharakas 40% dans les investissements en participation et 40% dans les Murabahas. Ici donc le client choisit précisément quel type d’investissements il souhaiterai faire avec son argent. La banque islamique ne peut que le conseille mais la décision finale tient à l’épargnant. Et bien sûr il ne sera rémunéré que des bénéfices des projets qu’il aura choisit de financer. b) Unrestricted account ou « Compte libre » : Ici la banque a le choix d’investir l’argent de ses épargnants comme bon lui semble ainsi son champs de décision est plus grand et la banque peut allouer les fonds à n’importe quel type de financement. Les déposants seront rémunérés des bénéfices de tous les types de financements . Ceci assure les déposants de répartir leur épargne sur plusieurs projets et répartir ainsi ils ne mettent pas leurs œufs dans le même panier. La banque islamique de Jordanie propose ces différents comptes :
“Trust Deposits:

These deposits are not subject to any conditions on drawing or depositing . The Bank may use such deposits at its own risk and responsibility in respect of profit or loss as these accounts do not share in investment risks and consequently do not share in investment profits or losses.
Joint Investment Accounts:

The bank accepts deposits in joint investment accounts on the basis that all such deposits are pooled together and considered as one investment basket whereby depositors share in the profits realized during the financial year .
Investment Accounts at JIB are as follows:

i) Saving Accounts These accounts provide petty depositors with the opportunity to participate in investment operations. But, as partial drawings from these accounts are allowed, only 50% of the balance of these accounts share in profits/losses. As an incentive to encourage citizens to open saving accounts, the Bank started since 1998 to give prizes to customers who maintain saving accounts with the bank. In addition to the (300) cash prizes which are granted every year to the winners to perform Hajj or Omra, about (900) prizes of kind are also distributed. Winning numbers are computer selected every 27

three months. The total value of these prizes amounts to JD (150,000) each year.
ii) Notice Accounts

As withdrawals from these accounts are subject to a 3 months notice period , only 70% of the balance of these accounts share in profits/losses.
iii) Term Accounts

As these accounts are term deposits for one year; 90% of the annual balance of the account during the year shares in profits. a. Specified Investment Accounts: (Restricted Accounts) Deposits received by the Bank from persons desiring to appoint the Bank as agent for investing these deposits in a specific project or in a specific manner on the basis that the Bank will receive a part of the net profits realized, but without liability for any loss which is not attributable to any violation or fault by the Bank. v) Investment Portfolios:

These portfolios are based on the principle of finding investment opportunities with viable feasibility and issuing a portfolio whose capital is sufficient to cover the proposed investments, and then inviting the public to subscribe to this portfolio and buy issuance bonds at nominal value. Investment Portfolios are managed according to Mudaraba applications which comply with Sharia principles according to which the Bank, as Mudareb, is entitled to a designated percentage of the realized profits. The remaining balance of the profit is distributed to the bonds' holders. However, in case of loss, holders of the bonds bear the loss whereas the Bank loses its efforts. Muqarada bonds are considered flexible investment tools, not only because it is possible to subscribe to them at issuance or buy them at a later date, but also because they may be liquidated at any time; either by selling them on spot basis or by redeeming their value and collecting whatever profits may have accrued thereon. “ Extrait du site Internet : http://www.jordanislamicbank.com/accepting_deposits.html Ces différents comptes de dépôt servent ensuite à financer les projets des emprunteurs. Ces dépôts sont souvent mieux rémunérés que dans les banques conventionnelles en effet car ils sont rémunérés par une part de la valeur ajoutée de chaque projets financés plutôt que part un taux préfixé à l’avance. Ce qui veut dire que si un projet connaît un grand succès il rapporte beaucoup à la banque. Mais la banque islamique peut aussi perdre beaucoup mais vu le processus d’étude des projets et l’investissement et le contrôle des projets réduit les nombres de projets à perte.

28

Leur fonctionnement :
1) Les ressources d’argent : Les banques islamiques puisent du capital social, des réserves de la banque, des dépôts et travaillent avec tout cet argent. Par rapport aux banques conventionnelles au niveau des ressources les banques islamiques ne bénéficient pas d’une ressource majeure qui est le prêt à intérêt interbancaire ou prêt auprès de la banque centrale. Ceci veut dire qu’elles sont limitées à l’argent déjà existant et donc ne peuvent créer de l’argent ; c’est-àdire prêter de l’argent qu’elle ne possèdent pas, elles n’empruntent pas auprès de la banque centrale :
« Par contre, en matière de politique monétaire et de crédit, le recours au refinancement de la Banque centrale, au marché monétaire, au système de prêts interbancaires ne sera pas ouvert à la banque islamique en raison des implications du taux d'intérêt. »

Service financier et allègement de la pauvreté, Ibrahim Ba Document de travail n° 6, les PME et institutions financières Islamiques, p 12. LES BANQUES ISLAMIQUES :

LES BANQUES CONVENTIONELLES : SOURCES Capital Dépôts Emprunt interbancaire Emprunt banque centrale Bénéfices = Intérêts + Plus-value dividendes des portefeuilles UTILISATION

Prêt à intérêts (financement de n’importe quel domaine légal) Investissement en actions et obligations Bon du trésor 29

On peut constater que les banques islamiques ont un champs d’action plus restreint que les banques conventionnelles. Les sources des banques islamiques se limitent aux sources internes et aux dépôts des épargnants. 2) Management des liquidités : Les banques conventionnelles quant à elles disposent d’autres ressources telle que les emprunts à intérêts pour faire face aux manques de liquidités (Swap deals, forward deals…). Il faut savoir que normalement les banques islamiques n’empruntent pas auprès des banques centrales car celle-ci les font payer un intérêt. Pour faire face au court de liquidité les banques islamiques ne peuvent emprunter auprès des conventionnelles qui elles aussi leur prêtent avec des intérêt, il existe pourtant des accords entre certaines banques islamiques et banques conventionnelles qui se prêtent mutuellement sans charger des intérêts . Elles ouvrent des comptes, s’il arrive des retards dans les remboursements des emprunts la banque conventionnelle ne taxera pas la banque islamique mais se verra disposer de cette somme dans le futur pendant la même durée de retard. Mais ceci sous-entends que les besoin en liquidité de l’une et l’autre correspondent or ce n’est pas toujours le cas. Exemple : Forward Deal à l’islamique : La banque islamique emprunte 1 million de dollars auprès d’une banque conventionnelle le 01/08/2004 à maturité 04/08/2004 . Période : 3 jours à un taux de 0% La banque islamique n’a pu rembourser cet emprunt à court terme qu’avec 2 jours de retard. Il n’y aura pas de pénalité de retard par contre la banque islamique mettra à la disposition de la banque conventionnelle la somme de 1 million dollars pour un période de 3 jours et 2 jours sans rémunération. Sinon la banque islamique traitera avec les conventionnelle lorsqu’elle opère dans les environnements non propice aux banques islamiques, et ouvrira un compte où tous les intérêts sont récoltés est séparé du reste des liquidités, ils serviront à payer les intérêts dus aux banques conventionnelles. 3) L’utilisation des ressources : Au niveau de l’utilisation , la banque islamique a dû faire un gros effort d’innovation, pour répondre aux exigences de la Sharia, des clients et des contraintes de l’économie moderne. Ainsi la banque islamique dispose d’un champs d’action restreint par les règles de la Sharia, par les exigences d’une finance internationale et par l’objectif de rester compétitif et faire des profits. Toutes ces prérogatives nécessitent un effort d’innovation de la part des banques islamiques. C’est en effet par l’innovation dans les produits financiers proposés que les banques islamiques tirent leur épingle du jeu. La banque islamique utilise ses ressources certes dans ses dépenses d’exploitation, les dépenses en personnel des banques islamiques sont plus élevées que les conventionnelles, ceci est du en partie du fait qu’elle prends part à l'activité économique elle est obligée d’embaucher des acheteurs, entrepreneurs, des experts, gestionnaire de projet, ingénieurs ect.. Les ressources des banques islamiques sont partagées donc entre les dépenses de la banques , le reste avec les dépôts constituent le financement des produits financiers que la banque propose aux demandeurs de fonds sous la forme d’une panoplie de produits .

30

4) Le compartimentage des ressources chez les banques islamiques : Un compartimentage des dépôts est effectué c’est-à-dire que tous les comptes des déposants ne peuvent financer n’importe quel produit financiers. Les comptes d’épargne par exemple ne peuvent financer les mudarabaha car c’est un produit financier où la banque ne supporte seule les pertes alors qu’elle garantit aussi les dépôts d’épargne. Les comptes d’épargne finance le plus souvent les Murabahas les Ijara wa iktina, et les comptes de Joint Investments où le capital n’est pas garanti iront financer les Murabahas et les Mudarabas.

31

L’organisation des Banques Islamiques
Les banques islamiques ont une organisation qui diffère de celle des banques conventionnelles. Elles disposent en effet d’organes spéciaux tels que le conseil de Charia, le département des inspections pour la Charia ou le département des ingénieurs. 1) Complexité de l’organisation : Rien que la banque islamique de Jordanie est composée de 17 départements, ceci montre bien la complexité organisationnelle de ces institutions. On remarque que l’organisation des banques islamiques est de forme pyramidale, forme typique qui reflète bien la mentalité autoritaire arabe. Leur besoins en employés est plus grand, elles recrutent des ingénieurs, des spécialistes, des auditeurs, des imams par exemple, des gens d’horizon différent. Ceci complique la tâche du management. La Jordan Islamic Bank comptait 1402 employés en 2002 et 1440 en 2001. Les cadres recrutés sont pour la plupart issus du milieu des banques conventionnelles ce ne sont malheureusement pas les mieux qualifiés pour comprendre l’économie islamique , tous ont suivi une formation à l’économie islamique. Au tout début des banques islamiques le recrutement du personnel adéquat était un vrai casse tête mais maintenant de nombreuses universités offrent maintenant une formation spécialisée dans l’économie et la finance islamique 2) Organisation a deux vitesses : En fait les banques islamiques sont très à l’étroit dans leur mode d’organisation ce sont des organisation a deux vitesses, en particulier maintenant car cette industrie bancaire si différente est encore un nouveau né et du fait qu’il y a peu de personne qui ont été éduqué dans ce domaine trop nouveau. Il faut souvent les former au nouveau système. Pour atteindre ses objectifs religieux la banque islamique a intégré des organes de contrôle et réflexion comme le conseil de charia qui doit donner son aval sur toutes les transactions entreprises. Un autre problème typique des banques islamiques qui laisse penser que ce sont des organisations à deux vitesses ou à deux dynamiques c’est le conflit des intérêts religieux et ceux économiques des actionnaires. Mais ces contraintes ne doivent être en aucun cas vécues comme des handicaps. Au contraire elles sont source d’innovation de par l’alliance des deux objectifs religieux et économique.
« Dans leur rôle de conciliateur les dirigeants veillent à réconcilier les positions divergentes d’un conseil d’administration dont la priorité est la performance organisationnelle et celles d’un comité de la Chari’a dont la priorité est la conformité des transactions à la Chari’a. »

« Child rejette le déterminisme environnemental et défend le concept de choix. Il a d‘ailleurs introduit un nouveau concept —le choix stratégique“. Il réfute la thèse selon laquelle l‘influence environnementale est une contrainte insurmontable qui limite la capacité des acteurs à influencer le changement organisationnel.

32

Dill qui reconnaît l‘action et le rôle des dirigeants étudia la relation entre l‘environnement tâche et l‘autonomie des dirigeants. Son étude démontre que les dirigeants opérant dans des environnements plus dynamiques avaient un degré d‘autonomie plus grand que ceux opérant dans un environnement plus stable. Au demeurant, les organisations sont loin d‘être totalement à la merci de leur environnement. Souvent elles agissent sur leur environnement pour le rendre plus stable. L‘une des fonctions du dirigeant est de guider et de contrôler ce processus de manipulation de l‘environnement. Dans un milieu de culture intense*, le rôle des dirigeants est très important. Il est partagé entre les préoccupations de conformité avec l‘environnement intangible et les relations avec l‘environnement tâche. Si le dirigeant peut manipuler l‘environnement tâche, il ne peut, cependant, en faire de même avec l‘environnement intangible, sa marge de manœuvre est quasiment nulle d‘autant que dans un contexte islamique «doctrine intensive»** un comité de la Chari‘a est là pratiquement comme l‘autorité unique habilitée à interpréter l‘environnement intangible. L‘environnement intangible influence l‘action des dirigeants par toute une série de stimulations et de limitations qu‘il contient. La société globale où l‘organisation s‘insère se reflète dans leurs attitudes et dans leurs modes de penser, et inspire chez eux des motivations sociales. A cause de ces limites que leur impose l‘environnement intangible***leur marge d‘autonomie va probablement être particulièrement réduite »

Extrait de la thèse de doctorat de Lachemi Siagh, Le fonctionnement des organisation dans des milieux de culture intense, le cas des banques islamiques Ecole des Hautes Etudes commerciales, Montréal, sept.2001(p.291),(p.97) Ici Lachemi Siagh explique l’interaction entre le dirigeant d’une organisation et son environnement, dans le cas des banques islamiques le dirigeant n’est pas libre, il y a un fort contrôle du pouvoir religieux c’est-à-dire du conseil de la charia. Ensuite il ne pas s’agit pas de s’entendre et d’arriver à un consensus étant donné que le religieux a autorité supérieure sur tout. En effet, on ne peut changer les textes sacrés, l’idéologie religieuse étant parfaite il n’ y a aucun changement à faire, en islam la liberté réside dans la pratique. Si on pense qu’il y a changement à faire c’est que l’on considère que les règles religieuses ne sont pas parfaites. D’après ce que Lachemi Siagh explique on peut dire que de part leur auto-restriction les organisations en environnement culturel intensif s’en voit pénaliser dans un contexte international. Il l’explique un peu plus bas dans sa thèse (p. 91) « Les formes d‘organisation créées dans un contexte donné et répliquées dans un milieu de culture intense connaissent un taux d‘échec élevé. De même les formes d‘organisation créées dans un milieu de culture intense et répliquées dans un autre contexte connaissent un taux d‘échec élevé » On peut donc se demander si les banques islamiques dans un contexte hors musulman auront peu de chance de survivre ? Il faut dire que maintenant ce sont les banques conventionnelles qui viennent les concurrencer sur leur propre territoire en ouvrant des fenêtres islamiques. Dû à leur auto-contrainte les banques islamiques ne peuvent concurrencer les banques conventionnelles en offrant les produits de ces dernières qui sont contraires à l’idéologie des banques islamiques.

Culture intense: une culture intense peut être définie comme une culture dont l‘une des dimensions qui la composent, comme la religion musulmane par exemple, conditionne l‘ensemble de l‘activité humaine . ** Quand on parle d‘un environnement —doctrine intensive“ il s‘agit de la doctrine ou de la religion dans les pays où celleci est l‘élément dominant (pays musulmans, par exemple). La religion musulmane est omniprésente, elle conditionne la société et la culture. Elle a un rôle hégémonique et transcende l‘environnement intangible. C‘est le cas où l‘environnement atteint peut être son degré extrême d‘intensité. *** Environnement intangible : un environnement dont les principales dimensions relèvent du domaine des idées, donc intangible. C‘est tout le système idéologique, religieux ou dogmatique, le système juridique, culturel et social.

*

33

3) L’équipe humaine : a) Critères de recrutement : ¤ L’expérience et l’éducation : Le recrutement dans les banques islamiques se faisait de manière peu professionnelle on emploie encore trop souvent les gens par rapport à leur pratique de leur religion, c’est le cas du moins de la JIB. Exemple de la JIB : 38% ne possède pas de diplôme universitaire
Profil des employés de la JIB
0% 3% 28% 21% PHD MA BA Diploma 10% 38%
Source: 24eme rapport annuel 2002

Highschool Below Highschool

La JIB embauche encore souvent par charité des personnes qui ont besoin d’un emploi et non pas parce que la banque a besoin de cette personne. (Interview de Mr. Quamoori , professeur à l’Université de Yarmouk, Irbid, Jordanie). Mais ce n’est pas le cas de l’International Islamic Arab Bank (IIAB) Le profil des employés de l’Islamic International Arab Bank (IIAB):

Source : http://www.iiabank.com/English/data2.htm La majorité écrasante des employés ont une licence et plus à l’IIAB. Les banques islamiques à leur première phase développement ne faisait pas appel à des candidats 34

hautement qualifiés ce n’est que lorsque la concurrence s’est faite agressive que les banques islamiques commencèrent à investir en personnel qualifié : « Il fallait attendre le début des années quatre vingt dix et particulièrement après la guerre du Golfe pour voir la prolifération des banques islamiques et la rentrée en force des banques occidentales par le biais de l’ouverture des fenêtres islamiques. La concurrence devint tellement intense et les clients de plus en plus sophistiqués qu’offrir une gestion conforme à La Chari’a ne suffisait plus pour collecter des dépôts. Il fallait offrir une valeur ajoutée aux clients par rapport aux autres concurrents et se différencier. Les banques islamiques étaient donc forcées de changer leurs manières d’opérer, d’embaucher des banquiers professionnels et de payer le prix nécessaire. Elles devaient abandonner progressivement le personnel bon marché et moins qualifié provenant du sous-continent indien. » Lachemi Siagh (p.192)

Les banques islamiques se mettent un point d’honneur à recruter des diplômés la Banque Al Baraka en Turquie ne recrute que les gens qui disposent au minimum une licence. ¤ Le degré religieux du candidat : Il est plus simple pour une banque islamique de diriger une équipe de musulmans qu’une équipe mixte mais bien des banques recrutent des non –musulmans, le cas de la Baraka Bank et de l’Arab Finance House à Beyrouth. En effet il est plus simple d’inculquer les principes de l’islam et de leur insuffler la culture des banques islamiques à des musulmans convaincus qu’à des non-musulmans. Lachemi Siagh relevait à ce propos :
« Les banques islamiques et en particulier les banques d’investissements qui recrutaient de plus en plus de spécialistes et de professionnels non musulmans faisaient face à un grand défi pour intégrer le personnel non- musulman et en particulier chrétien. IICG semble avoir réussi cette intégration. A ce sujet, Abderrahman Al Khoheeji nous confiait : « The role of culture is important. Some banks would hire non muslims, others not. Some would hire females others not. IICG does not discriminate. We have Muslim emplyees both Sunni and Chiia as well as Christians. Themost important thing is to develop loyalty. When employees are all muslims and convinced it is much easier to motivate them and direct them towards the same objectives. It is also a matter of credibilty towards the stakeholders. Credibility is also important””

Lachemi Siagh (p.195)
« Scott Creswell, ancien avocat des tribunaux de Chicago, qui est conseiller juridique de la banque et qui est de religion chrétienne, partagea avec nous son point de vue en disant : « The cultural environment is different from that of a conventional bank. Everybody is here because they want to be here. Religion is not carried down tothe day. But if you are a christian working in the bank you have to conduct yourself in a certain way to reflect to the clients the image of the bank. Therefore, to work in the bank, if you are a non muslim, you must have a basic understanding of Islamic culture and principles. If employees are not committed to what they do, they should not be here.In Saudi Arabia, for example, culture and religion are confounded to the extent that philosophy as a subject is not thaught in schools and universities,because islam is the only philosophy.””

Lachemi Siagh (p.195)

¤ Une équipe humaine féminine ou masculine ? L’équipe travaillant dans les banques islamiques est souvent masculine ,une caractéristique que Stéfanie Parigi à noter dans son livre : Des Banques Islamiques, les 35

hommes sont la majorité écrasante et les femmes quant à elles sont peu présentes. C’est le cas au Moyen-Orient lors de sa visite à la Dubai Islamic Bank :
« Ici jamais les hommes et les femmes ne se côtoient : guichets à part, on accepte quand même les investissements féminins mais on ne veut pas voir la tête de leur propriétaire. L’égalité entre hommes et femmes n’est pas pour demain » (p.142)

« Je n’ai pas rencontré beaucoup de femmes tout au long de mon enquête, exception faite dans les pays européens et en Egypte. » (p.146) Lors de ma visite à Amman je n’ai pas non plus rencontré beaucoup de femmes , elles ne sont que 221 contre 1131 hommes, par contre au Liban elles étaient très présentes et détenaient même de très haut poste comme directrice du département de crédit, au Liban l’ambiance était de loin plus relax, la présence de femmes y contribuait largement. Il fût intéressant de voir aussi lors de la visite de la banque Al Baraka à Beyrouth la présence de chrétiens au conseil d’administration. Je pense que ces institutions reflètent les sociétés dans lesquelles elles opèrent. b) Culture d’entreprise : Ma visite de la banque islamique de Jordanie à Amman et mes visites à l’Arab Finance House et la Banque Al Baraka à Beyrouth m’ont permis de noter la différence culturelle qui dépend je pense à la société dans laquelle les banques islamiques opèrent. En effet les banques islamiques au Liban paraissaient plus luxueuse que celle de Jordanie, ceci est notamment du à ce que les libanais attache beaucoup d’importance aux apparences que les jordaniens. J’ai remarqué que le caractère religieux était beaucoup plus présent dans la Jordan Islamic Bank que dans les banques Al Baraka et l’Arab Finance House. Lors de notre visite à la Jordan Islamic Bank les premières choses visibles sont les sourates du Coran qui interdisent l’intérêt et la sourate qui interdit la thésaurisation et bien d’autre accrochées en cadre au dessus de l’ascenseur et qui rappellent sans cesse que cette interdiction est divine. Le cadre était d’une sobriété des plus poussées. Mais il faut dire que selon chaque vécu de chaque banque, la culture sera différente, et que l’accent sera mis sur l’aspect religieu ou l’aspect commercial. On sait que la fenêtre islamique d’une banque commerciale aura ouvert plus pour des raisons commerciale que religieuse et d’ailleurs ceci a été remarqué par Lachemi Siagh dans son étude de cas de 3 banques islamiques : L’ABC islamic bank, L’IICG Islamic Investment Company of the Gulf et la BIB Baraïn Islamic Bank. Lachemi Siagha remarqué que l’ABC Islamic Bank avait une culture de « maximisation du profit et une culture d’innovation, mais n’avait pas assez soigné son image « islamique ». A cause de cela elle perdit de sa crédibilité auprès des ses clients, et actionnaire. Quant à la BIB , qui est une banque islamique née de détail à Bahraïn avait une forte culture islamique une habitude d’endoctrinement de ses employés qui l’ont empêché de progressé et d’aller vers l’innovation, Quand au cas de L’IICG est un cas exemplaire qui a su allier progrès, innovation et islamic image et qui a une croissance saine et régulière.

36

TROISIEME PARTIE
Evolution des Banques Islamiques

37

Début de la finance islamique
La première banque islamique selon André Martens professeur dans le centre de recherche et développement économique à l’Université de Montréal a vu le jour en Egypte :
« Si on exclut les essais de FI, au milieu des années 40, en Malaisie (Abdul Gafoor, 2000, chapitre 4), et au Pakistan, à la fin des années 50 (Quershi, 1967), tentatives qui échouèrent à l’époque, la première banque islamique, de dimension modeste, il faut le souligner, fut créée en Égypte, en 1963, dans la bourgade agricole de Mit Ghamr, située dans le delta du Nil, à l’instigation d’un économiste local, grand admirateur, dit-on, du mouvement coopératif allemand, du nom de Ahmed al-Naggar (Mohieldin, 1997,p. 13). » Extrait de CAHIER 20-2001, LA FINANCE ISLAMIQUE : FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ d’André MARTENS.

www.crde.umontreal.ca/cahiers/20-2001-cah.pdf Après les quelques scandales d’Egypte la finance islamique a connu un essor sans précédent connaissant un taux de croissance de 10% selon Anouar Hassoune : « Some 180 Islamic banks together with about 120 Islamic non-bank financial institutions operate throughout the world. Their assets are close to US$200 billion, and the annual growth of their core business has been standing at about 10% over the last couple of years. » International Journal of Islamic Financial Services, Vol.4, No.2

1) Le cas de l’EGYPTE : En Egypte il y eut des cas de sociétés islamiques de placements fond (SIPF), tout d’abord ce ne sont pas des banques de détails mais plutôt des banques d’investissement. De par leur caractère religieux elles drainèrent plus des 3/4 de l’épargne égyptienne, elles devinrent de gros poids lourd et se donnèrent des objectifs sociaux car l’Etat n’était pas capable de tenir son rôle social , de plus elles avaient le monopole sur les devises, et pratiquaient l’exportation de capitaux, l’Etat a commence à reprendre le contrôle que bien tard, il a légiférer, ces sociétés se sont aligner plus tard. Cette guerre entre secteur public secteur privé ne prit fin qu’avec la faillite d’un grand nombre de ces sociétés. Cette situation floue de ces institutions islamiques a refroidi les égyptiens et a pesé lourd sur la réputation des banques islamiques en Egypte. Bien d’autre banques islamiques ont connu des faillites dans les débuts de la finance islamique, cela s’explique de par le fait que la finance de marché dans les années 80 n’était qu’à ses débuts et les banques islamiques n’avaient pas leur place dans un tel environnement hostile. Maintenant la plupart des banques commencent à se financer plus par des frais pour chaque services que par les différentiels de taux, la finance islamique dans ce contexte y trouve parfaitement sa place.

2) Les causes de l’essor de la finance islamique : 38

Selon Dr Martens l’essor de la finance islamique était due à trois choses : - un regain de la pratique de la religion musulmane, - les chocs pétroliers - la recherche d’une démarcation des musulmans des occidentaux en cherchant une alternative. - l’indépendance vis-à-vis du taux d’intérêt et du pouvoir de la Banque centrale
« Quatre raisons principales ont été proposées pour expliquer les progrès de la FI depuis le milieu du XXe siècle : Le regain de vitalité de la religion musulmane elle-même, comme en témoigne l’observance grandissante, ces cinquante dernières années, d’obligations islamiques, telles que le jeûne du mois du Ramadan et le pèlerinage à La Mecque; La possibilité qu’a donnée la FI aux musulmans de se démarquer de l’époque coloniale du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, période durant laquelle domina, dans les pays concernés, le système bancaire occidental; Les chocs pétroliers des années 70, source de fonds accrus pour certains pays musulmans; La possibilité pour les IFI de prendre, dans certains cas, le relais du secteur bancaire conventionnel lorsque celui-ci est soumis à des politiques officielles de répression financière, sous la forme de taux d’intérêt bas et d’un contingentement du crédit. »

Extrait de CAHIER 20-2001, LA FINANCE ISLAMIQUE, FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ d’André MARTENS (p5-6) www.crde.umontreal.ca/cahiers/20-2001cah.pdf On remarque que l’essor de la FI est dû à des causes culturelles dans le sens où les musulmans étaient à la recherche d’un système économique qui corresponde à leur identité à défaut d’un système politique adapté à leur culture et non un système conventionnel importé de l’occident qui ne répondait pas aux exigences religieuses des musulmans. Dans bien des pays comme la Jordanie selon Mr Hamoori , les critères de choix de la banque islamique était purement religieux étant donné que l’épargne était rémunérée au même niveau que les banques conventionnelles. Mais le cas de l’Egypte et de la Turquie montrent que le caractère économique reste tout aussi important dans le sens où les sociétés financières islamiques avaient connu un grand succès plus dû à la rémunération très compétitive des dépôts qu’au caractère religieux. « Dans le cas du Soudan et de la Turquie, la religion n’a pas été, semble-t-il, un facteur majeur
(Erol et El-Bdour, 1989). Si, pour la Malaisie et Singapour, elle conserve un certain pouvoir explicatif, c’est le rendement des dépôts bancaires islamiques qui est avant tout déterminant (Haron, Ahmad et Planisek, 1994; Gerrad et Cunningham, 1997). »

Extrait de CAHIER 20-2001, LA FINANCE ISLAMIQUE FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ d’André MARTENS (p18) www.crde.umontreal.ca/cahiers/202001-cah.pdf

39

Un autre grand point fort des banques islamiques est l’indépendance de leur revenu face au taux d’intérêt, régulé par les banques centrales. En effet par ce fait elles subissent moins le fléau des fluctuations, leurs revenus fluctuent selon l’économie car les banques islamiques sont des acteurs économiques ambivalents qui conduisent des activités de banque et surtout des activités d’entreprise. Les chocs pétroliers ont largement contribué à l’expansion des Banques islamiques, en effet suite à ces chocs, les pays pétroliers ont connu un gros surplus de liquidités qu’ils voulaient placer conformément à leur croyance :
« Le lien entre l’évolution du marché pétrolier et l’expansion des IFI* a été vérifié a contrario dans les années 80 où il y eut une chute des prix mondiaux des hydrocarbures. Le développement des IFI s’est ralenti et certaines mêmes, situées dans les pays du Golfe et aussi en Égypte, durent fermer leurs portes suite, principalement, à un effondrement du marché immobilier (Wilson, 1991, chapitre 10; Mohieldin, 1997). »

Extrait de CAHIER 20-2001, LA FINANCE ISLAMIQUE, FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ d’André MARTENS (p18 Extrait de CAHIER 20-2001, LA FINANCE ISLAMIQUE, FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ d’André MARTENS (p18) www.crde.umontreal.ca/cahiers/20-2001-cah.pdf

*

IFI: Institutions Financières Islamiques

40

L’évolution des banques islamiques
1) L’évolution en volume des banques islamiques : • Une croissance forte:

Les banques islamiques connaissent une croissance plus rapide que les banques conventionnelles au Moyen-Orient d’après Directeur générale de la BNPI : ceci étant dû au surplus de dépôts qui ne sont pas rémunérés. Ce sont des ressources qui leur donnent un avantage compétitif sur les banques conventionnelles.
« Elles connaissent une croissance bien supérieure à l'industrie bancaire en général (5% par an au cours des cinq dernières années) et la croissance de leurs ressources est supérieure à celle de leurs emplois. Ces banques offrent des opportunités intéressantes pour le système conventionnel. Elles offrent en effet une source de liquidités importante, de nouvelles sources de financement et des opportunités de coopération intéressantes pour la création de nouveaux produits. »

Colloque sur les pays du golfe, « Situation, rôle et perspectives du secteur bancaire dans les pays du Golfe » JeanChristophe DURAND, Directeur régional, BNP-Paribas http://www.senat.fr/international/collogolfe/collogolfe8.html •

Un poids en volume grandissant :

Le total de leur actif dans le monde et donc leur poids dans le système bancaire mondial est grandissant.
« Les indices de l’importance actuelle de la finance islamique (FI) sont nombreux. La valeur des actifs des institutions de financement islamique (IFI) était d’environ cinq milliards de dollars US en 1985 (Iqbal, 1997). Elle est estimée, à l’aube du troisième millénaire, à 100 milliards de dollars, ce qui, à titre de comparaison, représente près du quart de la dette extérieure à court terme des pays en développement (Banque mondiale, 2000, p. 79). »

Extrait de CAHIER 20-2001, LA FINANCE ISLAMIQUE, FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ d’André MARTENS (p.2) www.crde.umontreal.ca/cahiers/20-2001cah.pdf • Quelques chiffres:

Lorsque l’on analyse certains compte de résultat et bilan de certaines banques islamiques on remarque cette tendance.

41

Après étude, des comptes de la DIB de la JIB et de la International Islamic Arab Bank sur les deux, trois dernières années, ont remarque une hausse des dépôts et de leurs revenus.

42

Certaines ont quasi doublé de volume .Prenons l’exemple de la Dubai Islamic Bank : Tous les revenus sont en hausse sur les deux dernières années.

Evolution des bénéfices de la DIB
900000 800000 700000 600000 500000 400000 300000 200000 100000 0
f ee s s i es est me .. in c om pan ctiv ctiv han Tot al itie s itie ge

Montant en AED

2001 2002

Co mm i ssi on

stin ga

ga

i nv

nci n

me from

stm ent

Fin a

Inv e

On constate une évolution positive au cours des deux dernière années, en effet en deux ans la DIB a augmenté son revenu avant taxe de 126 286 AED,c’est-à-dire une augmentation du résultat de 19%. De même pour la IIAB, ses résultat nets et bruts sur 4 ans n’ont fait qu’augmenter :

Inc o

Type de revenus

For e

Inv e

i gn

e xc

43

Une étude sur la JIB et ses résultats sur 10 ans, est un exemple qui confirme l’évolution positive des banques islamiques.
Evolution des avoirs de la Jordan Islamic Bank
1200000000 1000000000 Avoirs 800000000 600000000 400000000 200000000 0
95 96 97 98 20 20 19 19 19 19 19 19 19 20 02 99 00 93 94 01

Total Asset

Année

On peut remarquer un doublement du total des avoirs de la banque qui s’explique par une augmentation des dépôts comme le graphique suivant le prouve :

Evolution des dépôts
800000000 700000000 Montant 600000000 500000000 400000000 300000000 200000000 100000000 0 Dépôts

94

95

96

97

98

99

00

01 20

93

19

19

19

19

19

19

19

20

Années

Cette augmentation des dépôts explique le gain de confiance des clients qui a permis une atténuation des problèmes de liquidités de la JIB. En effet le cash en main et les comptes auprès des autres banques s’est nettement amélioré en même temps que l’évolution des dépôts comme le montre ce graphique :

20

02

44

Evolution des liquidités à disposition
400000000 Montant en JD 350000000 300000000 250000000 200000000 150000000 100000000 50000000 0 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 Années Cash in Hand and at Banks

Les liquidités à disposition de la JID ont doublées en moins de dix ans. A peu près toutes les banques islamiques connurent cette même évolution ceci étant preuve d’une meilleure gestion des liquidités mais surtout d’une augmentation des clients, en effet à partir de 1998 les dépôts ont augmentés en 1993 ils étaient de 420 593 941 de dinars jordaniens et sont passés à 710 520 022 JD comme il est montré dans le graphique « Evolution des dépôts ». L’évolution des banques islamiques en analysant les chiffres laisse pressentir une tendance à la hausse un avenir prometteur à ce secteur. 2) L’EVOLUTION GEOGRAPHIQUE DU SECTEUR ISLAMIQUE :

Les banques islamiques ont naquit dans des pays musulmans, à leur début surtout. Mais il ne faut pas croire que les banques islamiques ne sont présentes que dans les pays musulmans. Ces banques se sont implantées dans quelques pays comme le Danemark, Luxembourg, Suisse sous la forme de sociétés financières et non pas des banques de détail, la première banque islamique de détail en Europe vient d’ouvrir en Grande Bretagne au mois d’août 2004, sous le nom de « Islamic Bank of Britain » elle ouvrira ces portes en Septembre 2004. La clientèle cible étant les quelques 2,5 millions de musulmans que compte les Royaumes –Unis. Ceci est une première
« Ces solutions visent bien sûr à attirer les musulmans du pays (41% de Pakistanais, 13% de Bengladis et 11% d’Indiens), ainsi que les centaines de milliers de visiteurs annuels en provenance du Moyen-Orient (600 000 rien que pour les mois d’été). Visés également : les investisseurs institutionnels, les fonds de pension et caisses de retraite du Proche-Orient ou d’Asie, soucieux de diversifier leurs avoirs. Mais l’IBB espère aussi séduire les non-musulmans (…..) et les partisans de placements éthiques. »

Article de presse tiré de : http://www.afrik.com/article7566.html (Annexe ) La finance islamique est aussi très présente aux Etats-Unis, mais non pas sous forme de banque islamique de détail, mais sous forme d’association ou filiale de banque islamique installée à l’étranger :
45

« M. Atif Abdulmalik, le P.D.G. de la « First Islamic Investment Bank », dont le siège est au Bahreïn, a déclaré que son institution avait une filiale à Atlanta (Géorgie), qui offrait des services conformes aux principes de la charia pour ceux qui souhaitaient investir aux États-Unis. Les services offerts comportent notamment les investissements directs, l'immobilier et la gestion d'avoirs. »

« L'avenir du secteur bancaire islamique aux Etats-Unis » Ghada Elnajjar Rédactrice du « Washington File » ,7 Octobre 2002

http://pages.zdnet.com/neila-charchour/plm/id175.html
« Les IFI ont aussi fait leur apparition dans des pays non musulmans, mais où vit une minorité musulmane relativement importante et en expansion : au Danemark, aux États-Unis, particulièrement dans la région de Détroit et en Californie, en Grande-Bretagne, aux Philippines et aussi au Canada. À Montréal, une société islamique de financement hypothécaire fonctionne depuis 1991 (Vogel et Hayes, 1998, p. 22-23; Shepherd, 2000). Certaines des IFI ont en outre choisi d’installer leur siège ou d’effectuer une partie de leurs opérations dans des places financières internationales connues pour leur respect du secret bancaire et leurs avantages fiscaux, comme les Îles Anglo-Normandes, le Luxembourg et la Suisse. »

Extrait de CAHIER 20-2001, LA FINANCE ISLAMIQUE, FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ d’André MARTENS (p.2) www.crde.umontreal.ca/cahiers/20-2001cah.pdf Devenue d’une importance non négligeable dans les marchés financiers mondiaux, des index ont été spécialement créés pour la finance islamique :
« Eu égards à cet intérêt croissant des investisseurs musulmans, et vu la nécessité d’avoir des benchmarks qui permettent de juger de la performance des différents gestionnaires islamiques, le premier indice boursier « The Socially Aware Muslim Index » (SAMI) a été. lancé en novembre 1998 par une banque américaine la Klein Maus & Shrine. Il sert à surveiller les actions des 500 compagnies les plus importantes dans lesquelles l’investissement conformément à la Charia est possible. D’autres indices ont, par la suite, ont été par la suite crées. Nous citons ci-après les plus importants: - Le « Dow Jones Islamic Market Index » (DJIM) qui couvre environ 600 compagnies a .t. lancé en février 1999. - The International Investor (TII) . Koweit a lancé en janvier 1999 avec le FTSE de Londres différents indices. Le (TII) Global Islamic Index Series calcul. par FTSE International Ltd. »

Les principaux centres de finance islamique sont Bahreïn et la Malaisie, il faut noter aussi que le Pakistan et l’Iran ont adopté le système islamique, il n’y a donc que des banques islamiques dans ces pays et les banques centrales sont islamiques. Les banques islamiques semblent s’adapter aux environnements hostiles, et semblent même compléter les systèmes conventionnels dans des pays farouchement laïcs mais dont la culture reste tout de même musulmane comme la Turquie et la Tunisie par exemple. En conclusion , en observant ces faits , ces chiffres, on ne peut pressentir un avenir plutôt souriant à la finance islamique dans les pays islamiques mais il est trop tôt pour se prononcer pour les pays non musulmans , la première banque islamique de détail ne venant qu'à peine d'ouvrir.

46

QUATRIEME PARTIE
Les problèmes rencontrés par les banques islamiques

47

Les banques islamiques ont-elles atteint leurs objectifs ?
Les banques islamiques n’ont pas atteints leur objectifs comme elles le souhaitaient selon Mr Hacène BenMansour, pour plusieurs raisons dues à l’environnement dans lequel elles opèrent. Elles ont rencontrés tout au cours de leur évolution bien des problèmes qui seront exposés dans cette partie. 1) Développer les économies des pays musulmans : L’objectif de développer les économies des pays islamiques n’a pas été atteint, il est peut-être encore trop tôt pour se prononcer car les banques islamiques ne sont que trop récemment installées dans les pays musulmans. Un pays développé est un pays qui possède un tissu industriel conséquent, ce que les pays arabes n’ont pas. Les pays arabes reposent encore bien trop sur l’agriculture et importent des biens manufacturés des pays industrialisés. Ceci est prouvé par les banques islamiques qui octroient bien plus des moyens financiers commerciaux pour l’achat de biens que des moyens financiers pour des projets ou des créations d’entreprise ou pour des projet de production. Selon Mr Baker Riham c’est par le manque de projets proposés que la banque islamique n’octroie pas de Musharaka ou des Mudaraba. Si on étudie la structure des produits les plus octroyés par les banques islamiques on remarque très vite que la portion congrue revient aux investissements à partage des risques et profits (aux Musharaka et aux Mudaraba). En effet, ce sont les produits financiers qui comportent le plus de risques et qui n’apportent pas le meilleur bénéfice aux banques islamiques. Or au niveau macro économique si les agents pourvoyeurs de capitaux n’acceptent pas de prendre des risques en investissant dans des projets à long terme de production, les pays ne se doteront pas d’un tissu industriel et il n’y aura pour conséquence qu’un encouragement à l’importation de produits fabriqués à l’étranger plutôt que l’encouragement d’une constitution d’un tissu industriel c’est ce qui est arrivé à l’Egypte à l’apparition des sociétés financières islamiques . La situation de l’Egypte a été très bien décrite par Alain Roussillon dans son dossier du CEDEJ n°3-1988, Les sociétés de placement de fonds et « ouverture économique »(p 73) :
« Si l’on considère le processus de croissance des principales sociétés islamiques de placements de fonds (SIPF) sur lesquelles des informations sont disponibles, on peut mettre en évidence trois tendances ou trois traits communs dans la politique d’investissements de ces sociétés, qui apparaissent comme ce qui les différencie le plus nettement des sociétés d’investissements classiques opérant en Egypte : La recherche d’une diversification de leur activités, notamment par la « récupération » d’assets ou de projets déjà existants. A ce niveau tendent à se spécifier les relations qu’entretiennent les SIPF avec les autres acteurs économiques, et en particuliers le secteur public.

48

La construction de monopoles verticaux , qui détermine essentiellement leur rapport au marché. La mise en œuvre d’une stratégie « d’importation comme substitut à l’industrialisation », qui détermine leur position par rapport à la division internationale du travail. »

La situation de l’Egypte était exemplaire d’un échec cuisant pour les banques islamiques, de plus ces sociétés ont procédé à l’internationalisation de l’épargne égyptienne l’économie égyptienne en avait grandement besoin. Cet échec explique pourquoi il n’y a plus de banques islamiques de détails. Depuis la stratégie des banques n’a pas réellement changé, la majeure de leurs avoirs sont sous forme de financement d’opérations à court terme de type commercial comme l’achat de biens les schémas ci-dessous le montrent très bien : La situation de l’IIAB, et celle de la JIB

Portefeuille de produits de l'IIAB
180,000,000 160,000,000 140,000,000 120,000,000 100,000,000 80,000,000 60,000,000 40,000,000 20,000,000 0
a ab ur M ha M ud a ab ar u M k ar sh a s itie s er In s ve tm t en s rs te et o r fC it ed s er of u G an ar te e c Ac e an pt ce s

Montant

2001 2000 1999 1998

e Sp

ie cif

d

C

om

od m

ie ilit ab Li

L s-

C

t us

om

Cu

st

s er om

a Li

L sitie l bi

t et

Source: rapport annuel 2001 de l'IIAB

Type de produits

Sur les 4 années depuis la création de l’IIAB, la part des ressources octroyées au financement des Murabaha a doublé lors des 2 dernières années et a quasiment était multipliée par 5 en 4 ans. Le financement des investissements en biens a été multiplié par 10 en moins de 4 ans. L’évolution de la part des produits qui portent des risques n’a guère augmenté (Musharaka et Murabaha) , il faut dire qu’ils n’ont été introduits que 2 ans après l’ouverture
49

de l’IIAB. L’IIAB investit toujours dans les transaction de vente c’est-à-dire en Bai’Muajjil, Bai’ Salam … En 2002 rien ne change tel que le diagramme ci-dessous le montre :

Si l’on étudie les comptes de bilan et de résultat de la JIB on remarque la même chose que les Musharaka et les Mudaraba ne reçoivent que très peu de ressources de financement, si l’on compare les revenus générés par les Murabaha la différence est flagrante, les banques islamiques trouvent tout leur intérêt, tout comme les déposants à investir dans ce type de produit. En effet en regardant les comptes de résultat et le bilan de 2003 de la JIB on remarque que les avoirs en Murabaha sont de 281 512 328 JOD contre seulement 12 265 894 JOD pour les produits à partage de bénéfices et pertes. Les revenus sont d’autant plus marquants dans la différence 25 615 415 pour les Murabaha et seulement 244 383 pour les Musharaka et Mudaraba. On note bien qu’en terme de rentabilité les Murabaha apporte plus pour le même montant investit :
Montant investit 2002 2003 12,032,159 12,265,894 253,753,036 281,512,328 Revenus 2002 256,250 23,521,395 2003 244,383 25,615,415 Taux de rentabilité 2002 2003 2.12% 1.99% 9.27% 9.09 %

Musharaka et Mudaraba Murabaha

concurrence ardue dans le secteur bancaire, les banques islamiques se doivent de prendre plus de risques pour espérer rémunérer ses déposants plus, pour cela Al Baraka Group se doit d’investir dans des projets à long terme. »

Pourtant il y a des banques islamiques comme la Baraka Bank par exemple qui réoriente leur stratégie sur les produits de Musharaka et Murabaha, Mr Hassan Hammoud dealer chez Bank al Baraka à Beyrouth m’a expliqué lors d’une interview, que « de par la

Les secteurs dans lesquels elle opèrent n’apporte pas le développement attendu :
50

Les secteurs les plus favorisés par les banques islamiques sont les secteur commerciaux, d’achat de bien d’équipement ou de consommation, d’achat d’automobiles et de construction. L’étude des rapports annuels de l’IIAB et la JIB montre que toute deux dans les mêmes secteurs, l’industrie a reçu très peu de ressources, il faut dire que l’économie jordanienne est une économie de production de biens et qui vit d’importation .

Distribution des financements par secteur
14,000,000 Montant investit 12,000,000 10,000,000 8,000,000 6,000,000 4,000,000 2,000,000 0
dM y an ustr Ind g g s re ing ing on ade inin ncin vice ultu anc ucti anc l Tr Se r Fin Fina ds Fin gric nstr e ra n A Co o tate mobile Gen tatio l es r Go o por Rea Aut ans ume s Tr ties Con per Pro ers Oth

2001 2000 1999 1998

Source: rapport annuel 2002 IIAB

Secteurs

2) Permettre aux musulmans de gérer leur argent conformément à la Charia : Quand on se pose encore des questions sur la licité de la Murabaha, et que les ulémas ne se mettent pas d’accord. On peut toujours douter sur la licité de ce produit qui pourtant est offert dans toutes les banques islamiques . Mais ceci est plus un problème théologique or ce mémoire ce penche plus sur l‘aspect économique. 3) Pourquoi n’ont-elles pas atteint leur objectif : Pour Hacène Benmansour, les banques islamiques n’ont pas atteint leurs objectifs et qu’au contraire qu’elles sont même néfastes pour les économies musulmanes puisqu’elles procèdent somme toute à l’exportation de capitaux vers l’étranger où les rendements sont plus forts et à « l’économie de substitution » et non de production. Mais je pense que ceci n’est pas typique des banques islamiques, ayant travaillé et fait des stages dans des banques conventionnelles en Egypte et au Liban, l’exportation de capital se fait aussi au sein des conventionnelles. Ceci est dû au manque d’opportunité dans le monde musulman mais aussi à l’économie peu performante du monde musulman. Par contre une bonne critique à l’encontre de ces institutions est à faire : elles n’investissent pas dans des projets à long terme qui réellement amène le progrès et le développement durable dans une économie. Mr Hacène Benmansour n’a pas réellement tenu compte de l’environnement dans lequel opèrent les banques islamiques ni n ‘a tenu compte des impératifs divers de ces banques, son étude repose surtout sur une étude des
51

faits et chiffres sans se poser la question si c’est l’environnement concurrentiel et les acteurs financiers qui ont peut-être joué un rôle dans cet échec. Il ne s’est pas posé la question si ces banques avaient le choix dans leur investissements et avaient les moyens d’investir dès leur début dans des projets risqués à long terme. Car je pense sincèrement que si les banques islamiques n’avaient investit que dans des projets risqués elles n’auraient put grandir et aurait certainement disparu par leur manque de professionnalisme en faisant faillite ce qui arriva à plusieurs d’entre elles. Je pense que leur comportement s’est adapté à leur environnement : premièrement la banque islamique investit où les déposants veulent investir, ses investisseurs sont souvent musulmans qui ont une peur du risque , et souvent ils n’investissent que où la rémunération est la plus forte, deuxièmement la banque islamique ne finance que les projets qui lui sont proposés et le plus souvent c’est dans le domaine de la construction, le commerce, les biens de consommation et rarement dans la création d’entreprise. Mr Baker Riham nous l’a clairement expliqué qu’ un des gros problèmes rencontrés par la JIB qui est le manque de proposition de projet dans les pays musulmans. Pour ce qui est des banques des pays du golfe l’investisseur du golfe peu éduqué aime la liquidité, il n’investira donc que dans du court-terme.
« Ils reconnaissent en effet que l’épargnant musulman, comme tout autre épargnant, étant en général réticent au risque, a une préférence marquée pour la liquidité »

Extrait de CAHIER 20-2001, LA FINANCE ISLAMIQUE, FONDEMENTS, THÉORIE ET RÉALITÉ d’André MARTENS Maintenant la tendance change les investisseurs nouvelle génération du golfe sont plus éduqués et plus exigeants que leur parents , ils savent que l’investissement à long terme apporte bien plus. Mais n’y a-t-il pas des moyens pour remédier à ces lacunes ? Comme sensibiliser les déposants , investir dans le marketing, promouvoir les investissements à long terme, et sensibiliser et former les acteurs économiques à la création d’entreprise en partenariat avec les états et universités ? Il y a un manque lancinant de coordination entre Etat universités banques. Une supposition : Les banques islamiques ne sont encore qu’à leur début il est normal qu’elles mettent une priorité à fortifier leur base financière avant d’investir dans des projets à long terme, peut-être à l’avenir auront-elles la capacité à investir dans des projets à long terme beaucoup plus risqués ? En effet il est beaucoup trop tôt pour juger le secteur islamique quand on sait le secteur bancaire conventionnel a une expérience de 200 ans, pour atteindre son stade actuel, donc avec ses 25 ans d’expérience le secteur islamique n’est encore qu’un embryon et n’a pas encore fait ses preuves.

52

Les problèmes de liquidités des banques islamiques :
Les banques islamiques ont un sérieux problème qui est celui des liquidités en effet ceci constitue un réel handicap. Comme elles ne peuvent faire face au manque de liquidités par un simple coup de fil à la banque centrale ou une autre banque, pour prendre un emprunt moyennant un taux d’intérêt, elles se retrouvent pénalisées et doivent se couvrir contre d’éventuels risques en faisant de grosses réserves de liquidités. 1) Inexistence d’un marché inter-bancaire islamique : Ce sérieux problème ne peut être résolut que par la création d’un marché interbancaire islamique où les banques islamiques en situation de sur liquidités et celles en situation de sous liquidité pourraient se mettrent en contact et s’échanger des sommes nécessaires.
« Les instruments financiers à long terme posent évidemment le double défit de la liquidité et du risque. A cet égard Tariq Ali directeur financier de l’Islamic Trading Company E.C. à Bahrain disait : « As a fiduciary agent, managing the funds of their clients, banks are essentially comcerned with two major issues, the liquidiy., of assets and protection from risks. These two concerns dictate investment decision-making and affect the level of profitability » Du point de vue de la liquidité, le désir de l’investisseur islamique est d’avoir une convertibilité rapide de ses actifs. Mais la non-liquidité des instruments rend les instruments à moyen et long terme non-attrayant dans leur forme actuelle. Il y a donc un besoin de développer des produits islamiques de type moyen et long terme ayant les attributs de liquidité avec les avantages suivants : l’uniformité du produit, l’accessibilité à l’investisseur, la disponibilité de l’information, la transparence dans le traitement des transactions, et le temps requis pour effectuer ces transactions. »

Lachemi Siagh, Le fonctionnement des organisations en milieu de culture intense, le cas des banques islamiques, thèse de doctorat Ecole des Hautes Etudes Commerciale, Université de Montréal, http://www.irec.net/publications/308.pdf. (p.211)

Depuis longtemps les banques islamiques se sont rendues compte de cette problématique or ce marché islamique interbancaire n’a jamais vu le jour, sauf en Malaisie. 2) Absence de standardisation : La raison principale d'inexistence de marché interbancaire est le fait qu’il n’y a pas de standardisation dans les normes bancaires islamiques :
« D’autres estiment que les mécanismes internationaux comme les ratios Cook (Capital adequacy ratios) de la Banque des Règlements Internationaux (BIS) à Bâle en Suisse que l’on veut appliquer aux banques islamiques ne sont pas appropriés. Ces ratios ne prennent pas en considération les comptes d’investissement qui permettent aux banques islamiques de mobiliser des fonds. En un mot, les banques islamiques ne sont pas des

53

banques à proprement parler mais des sociétés d’investissement. Enfin, un troisième groupe préconise le développement de standards spécifiquement islamiques. »

Lachemi Siagh, Le fonctionnement des organisations en milieu de culture intense, le cas des banques islamiques, thèse de doctorat Ecole des Hautes Etudes Commerciale, Université de Montréal, http://www.irec.net/publications/308.pdf. (p.55)

Mais lorsque l’on sait que deux banques islamiques tel que la Baraka Bank et l’Arab Finance House cohabitant dans le même marché ne se prêtent pas mutuellement et font des opérations de refinancement auprès de correspondants conventionnels, on peut comprendre que l’on devra attendre longtemps avant qu’il n’y ait coopération d'abord puis création un marché interbancaire islamique :
“It is inevitable that competition between various conventional banks and Islamic ones has led to segmentation and prevented a really substantial market developing leading to an upwardly spiralling virtuous vortex of liquidity. For things to change there will need to be more co-operation amongst Islamic banks and between them and their Conventional counterparties. The LMC and IIFM are providing just such a lead and we should expect ground breaking developments in just months and not years.”

Warren Edwardes, ceo Delphi Risk Management Limited web: www.dc3.co.uk/islamicliquidity031008.pdf

De plus par le manque d’un accord entre les différents conseil de Charia complique les choses : « Le manque de centralisation de la supervision religieuse a conduit dans les pays du Golfe a un manque de
standardisation et d’uniformité dans les produits bancaires islamiques. La même transaction présentée à plusieurs banques islamiques est soumise à l’approbation de chaque comité de la Chari’a au sein de chacune de ces banques. Le résultat des délibérations de ces comités peut varier d’une banque à l’autre. Ceci constitue un grand frein au développement du marché bancaire islamique et au développement de nouveaux produits. Sans standardisation il y a peu de joueurs qui peuvent être d’accord, par conséquent les chances pour le développement d’un marché interbancaire ou d’un marché secondaire restent limités. Or, le développement d’un marché interbancaire est une nécessité absolue. La banque centrale de Malaisie a été un précurseur en la matière puisqu’elle a établit dès 1994 des lignes directrices pour un marché interbancaire. La Labuan Offshore Financial Services Authority (LOFSA) en Malaisie avait signé un protocole d’accord avec la Banque Islamique de Développement en vue d’établir un marché monétaire islamique sur l’île. »

Lachemi Siagh, Le fonctionnement des organisations en milieu de culture intense, le cas des banques islamiques, thèse de doctorat Ecole des Hautes Etudes Commerciale, Université de Montréal, http://www.irec.net/publications/308.pdf (p.57)

L’expérience en Malaisie est peut-être un signe positif qui servira d’exemple aux banques islamiques du golfe. La Malaisie est pionnière en terme d’islamic banking, se fût la première à lancer les premiers bons de trésor islamique que l’on appelle Sukuk et s’est aussi la première à avoir effectuer une standardisation au sein de son marché des produits islamiques , elle a par ailleurs aussi établit un marché interbancaire.

54

Autres problèmes
1) Les problèmes d’asymétrie d’information: Les banques islamiques font face à un problème d’asymétrie d’information et rétention d’information lorsqu’il s’agit d’investir en Mudaraba ou en Mucharaka. En effet, la banque en investissant dans de tel produits elle se doit de s’investir dans le management de ces projets et surtout d’avoir accès à l’information dans les entreprises pour éviter qu’on lui cache une partie des bénéfices dont elle se rémunère, de tels problèmes ont déjà été rencontrés. Or pour cela il faudrait que les banques islamiques aient un fort pouvoir de gouvernance corporative en détenant des postes au conseil d’administration tel que celui des banques allemandes et japonaises or on en est loin. 2) Le clientélisme: Les banques islamiques doivent faire attention par ce problème d’asymétrie d’information lorsqu’elles attribuent des fonds. Tout est basé donc sur la confiance. De par ce fait les banques islamiques sont tentées d’accorder des crédits juste à ceux qu’ils connaissent et qui sont de ce fait digne de confiance. La réputation devient donc un facteur de décision clé. Mais il faut dire que cela n’est pas typique des banques islamiques seules mais bien de la mentalité arabe et même orientale, les banques conventionnelles connaissent le même comportement dans les sociétés arabes. On peut craindre que les capitaux ne soit accordes qu'à certains et qu'il n'y ait pas d'égalité dans l'attribution des prêts. Des chiffres viennent tout de même contrer cette idée dans le sens où il est connu que les banques islamiques réinjectent une plus grande part des liquidités dans l’économie que les banques conventionnelles : « Si l’on examine la structure du portefeuille des banques classiques et des banques islamiques, on constate
que ces dernières engagent de façon directe relativement plus de ressources que les banques classiques dans les transactions économiques et commerciales. Les banques commerciales canalisent de plus en plus de ressources vers l’acquisition de bons du trésor et d’autres obligations gouvernementales qui génèrent un taux de rendement élevé, représentent peu de risques et s’accompagnent d’avantages fiscaux importants. Dans le cas de la Turquie par exemple au moment où les banques islamiques allouent 80 à 85 % de leurs actifs à des activités productives, les banques classiques n’en affectent que 40 %. » Lachemi Siagh, Le fonctionnement des organisations en milieu de culture intense, le cas des banques islamiques, thèse de doctorat Ecole des Hautes Etudes Commerciale, Université de Montréal, http://www.irec.net/publications/308.pdf (p.51)

3) Le problème du terrorisme : Les banques islamiques ont connu depuis les événements du 11 Septembre 2001 bien des problèmes avec les autorités américaines. Soupçonnées de financer le terrorisme les autorités américaines et le GAFI ont procédé à des gels d’avoirs de certains établissements financiers islamiques. Cela a atteint la réputation des banques islamiques

55

même si cet été, le GAFI a reconnu que le terrorisme utilise en fait des circuits illégaux et intraçables comme la « hawala » *
« Les attentats du 11 septembre 2001 avaient provoqué un mouvement de suspicion à l'égard du système financier arabe. L'enquête, qui avait suivi, avait permis de découvrir que le chef présumé des pirates de l'air avait reçu un virement en provenance d'un compte ouvert dans un établissement de Dubaï. Les services secrets des pays occidentaux avaient alors accentué leurs recherches en direction des banques arabes afin d'y trouver le trésor de guerre d'Oussama Ben Laden. La constitution de listes d'individus et d'établissements suspects a conduit à la saisie de centaines de millions d'euros de fonds suspects dans le monde. Au sein de cet inventaire figurent des mouvements islamistes, mais aussi des organisations humanitaires, des sociétés commerciales et des banques, notamment, au Soudan, au Koweït, à Bahreïn, ou à Dubaï : Rabita Trust ou Rachid Trust, Al-Shamal Islamic Bank, Tadaman Islamic Bank, Dubaï Islamic Bank, Faisal Islamic, la National Company for Development and Trade, la Koweit Finance House, Bahreïn Islamic Bank. Pourtant, ces listes ont rarement permis d'identifier les réseaux de financement. La précision des informations s'est souvent révélée approximative. Ainsi, la Mowafaq Charitable Foundation, organisation humanitaire saoudienne, stigmatisée à l'instar des banques qui hébergeaient ses comptes, a dénoncé ces amalgames. Selon son avocat, Guy Martin, cette organisation n'était même plus en activité au moment où, selon les autorités américaines, elle était censée avoir financé le Hamas, structure islamiste armée palestinienne. Selon lui, le prêt dénoncé par le FBI était destiné à un groupe d'éducation islamique modéré. Les experts du Groupement d'action financière (GAFI), chargés de lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, ont reconnu publiquement, depuis, que les mesures initiales manquaient de précision. Selon eux, les fonds du terrorisme comme l'argent sale transitent, en fait, par les paradis fiscaux ou empruntent des voies peu identifiables telles que des associations à but non lucratif ou l'"hawala". Ce système de compensation préserve de tout contrôle : un dépôt est effectué chez un agent de change au Pakistan qui téléphone à son complice à Londres qui récupère les fonds dans la capitale anglaise. »

Jacques Follorou Le Monde EDITION DU 18.08.04
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-375771,0.html

Conclusion : On peut donc dire que la finance islamique connaît bien des problèmes dont le majeur est le problèmes des liquidités. S’il n’est pas résolu, l’avenir des banques islamiques ne pourra être florissant bien des experts reconnaissent que ce problème est l’entrave majeure à la croissance des banques islamiques.

* Hawala= transfert de fonds informels

56

CINQUIEME PARTIE :
L’avenir des banques islamiques

57

L’avenir des banques islamiques par analyse des tendances :
On doit analyser le comportement des banques islamiques, et de comprendre leur réaction. Ensuite une analyse de l’environnement dans lequel elles opèrent doit être effectué pour savoir si l’environnement est favorable ou non. Dans l’évolution des banques islamiques on peut noter 2 phases : 1- Naissance et phase d’accumulation de dépôts 2- Apparition de la concurrence, retournement stratégique. 3- Consolidation des banques islamiques par fusion et acquisition Ainsi toutes les banques islamiques sont passées par une étape d’accumulation des dépôts. Ensuite la concurrence s’accrue et les poussa à utiliser de nouveaux produits mais aussi d’avoir recours au marketing en effet l’époque ou de simple verset du coran suffisait pour que le client pousse la porte de lui même est révolu . 1) Le marketing chez les banques islamiques des pays du golfe : On assiste depuis peu à un accent mis sur le marketing, et l’application d’une stratégie cohérente pour chaque banques islamiques qui opèrent sur un marché concurrentiel comme les marchés du golfe.
Différentiation des produits :

La différence est flagrante entre les sites Internet des banques islamiques des pays du golfe et celui des banques islamiques de Jordanie par exemple. Dans les pays du golfe la panoplie de produits proposés est riche, diversifiée et différencié, il y a même des produits exprès pour les femmes proposés chez la Dubai Islamic Bank. http://www.alislami.co.ae/retailbanking/aljoharah.html L’innovation ne doît pas s’arrêter et des progrès en communication restent à faire :
“ The greatest challenge to contemporary Islamic banking is the lack of awareness among ordinary Muslims about its principles, rationale, contracts, and practices. This, coupled with a poor marketing and corporate communications culture in the industry in general, has created additional barriers to entry”

«Islamic Banking Thrives but Lacks Innovation», Arab News 30 Août 2004 http://www.menafn.com/qn_news_story_s.asp?StoryId=61887 Modernisation de l’image :

Chacune veille à établir une image et une réputation intègre et une image moderne. Ce ci se remarque de part l’utilisation d’outil marketing, et le dessin d’une stratégie précise des banques islamiques exprimé en des termes spécifiques et professionnels :
58

Extrait du rapport trimestriel 2003 de Dallah Baraka Bank Ceci renforce leur image de banque moderne capable de rivaliser avec les banques conventionnelles. On note aussi que contrairement au début de la finance islamique, le vocabulaire religieux a disparu. On ne fait plus appel à Dieu pour appâter le client. J’ai remarqué que les banques islamiques n’utilisent que très peu les grands médias pour faire connaître leur produits, il faut dire qu’en question de faire face à la demande de financement elles ont du mal à faire face à la demande à cause de leur problème de liquidités. 2) Professionnalisme chez les banques islamiques : Cet aspect professionnalisé se remarque de par la croissante embauche de gens qualifiés et expérimentés , Mr Lachemi Siagh l’explique comme suit : « Les clients n’acceptent plus l’argument selon lequel elles offrent des produits compatibles avec la Chari’a et que par conséquent cela justifie le fait qu’ils soient plus chers. De plus, la concurrence venant des fenêtres islamiques établies par les banques occidentales oblige les banques islamiques à prendre des mesures drastiques en vue d’améliorer leur performance et ce en recrutant les meilleurs talents. »
Lachemi Siagh, Le fonctionnement des organisations en milieu de culture intense, le cas des banques islamiques, thèse de doctorat Ecole des Hautes Etudes Commerciale, Université de Montréal, http://www.irec.net/publications/308.pdf p.283-284

Pour attirer « ces meilleurs talents », bien des banques islamiques proposent des salaires des plus compétitifs, c’est le cas en effet de l’Arab Finance House au Liban, qui n’a que 2 ans d’existence mais qui pratique les salaires les plus élevés.

59

La compétition et l’exigence des clients plus accrues poussent les déposants à exiger des rémunérations plus grandes . 3) Rentabilité recherchée de plus en plus : De par l’apparition de la concurrence, les banques islamiques sont à la recherche d’une meilleure rentabilité ce qui les pousse à abandonner les Murabaha au profit de projets plus risqués certes mais beaucoup plus porteurs comme : les Muscharaka, Mudaraba, c’est les cas de Dallah al Baraka qui s’est fixé comme objectif une ré-orientation vers les produits Mudaraba , Musharaka.
« Selon ATIF ABDULMALIK, président de First Islamic Bank : « Les banques islamiques doivent s’éloigner du syndrome risque faible, rendement faible et offrir des produits et des services équivalents à ceux des banques conventionnelles… Nous devons aller audelà des produits de Murabaha à bas rendement et offrir des produits et services diversifiés qui couvrent toute la gamme de profils de risques. Les banques islamiques doivent faire la distinction entre les affaires et les objectifs sociaux et éviter d’expliquer leur mauvaise performance par l’engagement à la réalisation des objectifs sociaux. »

Lachemi Siagh, L’Islam et le monde des affaires, argent éthique et gouvernance, Edition d’Organisation 2003(p. 19) 4) Les avantages : Les avantages compétitifs conventionnelles étaient :

que

possédaient

les

banques

islamiques

face

aux

Les dépôts non rémunérés qui augmentaient les ressources des banques islamiques • Le fait qu’une partie des pertes est supporté par les déposants. • Pour les PME le financement auprès d’une banque islamique élimine les effets pervers de l’inflation , car le coût de financement est compris dans le prix d’achat. De plus il revient moins cher aux PME de faire des contrats de Murabaha plutôt que des lignes de crédit couteuses pour financer leur fond de roulement.
«On remarque aussi que dans les pays musulmans, les firmes réduisent de plus en plus leur dépendance visà-vis des banques classiques en recourant aux opérations de Murabaha, les substituant aux lignes de crédit coûteuses que les banques classiques mettent à leur disposition pour financer leur fonds de roulement. Les opérations dites Ijara ou leasing offertes par les banques islamiques permettent de leur côté aux firmes de financer leurs opérations hors bilan. »

Lachemi Siagh, L’Islam et le monde des affaires, argent éthique et gouvernance, Edition d’Organisation 2003 (p. 19)
• Au niveau macro-économique bien des économistes reconnaissent que les taux d’intérêt sont la cause de l’inflation, et des cycles croissance - crises croissance… 60

Explication de Mr Baker Riham : Découvert bancaire = création de monnaie

Remboursement de découvert bancaire = destruction de la monnaie+ (intérêt= création de monnaie)

Augmentation de la masse monétaire

Inflation On ne peut plus acheter pour 1 dollar le même nombre de choses qu’auparavant.

Perte de pouvoir d’achat

Baisse de la consommation

Baisse de la production

Baisse d’emploi.

CRISE

«Dans le système capitaliste on crédite les comptes, on fait une avance d’argent par les découverts bancaires par des prêts ce qui veut dire une plus grande masse monétaire est mise en circulation. Ainsi vient l’inflation on ne peut plus acheter la même quantité de bien pour 1 dollar, ceci mène à une baisse de la demande , baisse de la production, licenciement et le cercle vicieux de la crise.» Une économie avec intérêts possède un surplus de masse monétaire qui ne correspond pas à un bien ou service crée, ce surplus monétaire permet des financements en plus ou bien va augmenter l’inflation. » De plus, l’intérêt est une charge financière pour les entreprises qui se répercute à chaque cycle de production à toutes les échelles de la production. C’est ce qui alimente une hausse constante des prix.

61

L’environnement financier mondial
L’environnement financier mondial dans lequel les banques islamiques opèrent est en plein changement fondamental tous ces changements sont favorables au concept de banques islamiques. 1) Transformation du monde bancaire : Les moyens financiers se diversifient et on assiste à une diversification des modes de financement et ceci dans le but d’éviter aux entreprises de dépendre seulement des banques et de leur assurer une certaine indépendance. L’essor des bourses des banques d’investissement et les société de capital risque en est une preuve de l’ampleur que prends le financement par capitalisation et l’essor et les . Le banques islamiques ont une longueur d’avance sur ce mode de financement par rapport à leur concurrentes conventionnelles. L’environnement financier mondial connaît donc en ce moment un changement majeur que l’on appelle la débancarisation du système économique, grâce aux marchés boursier et financiers, l’épargnant et le demandeur de fond se retrouvent directement sans passer par l’intermédiaire banque. Ce mode est préféré par les entreprises car le financement par action permet le partage des risques :
« Par ailleurs, un autre point relatif à l'évolution de l'activité des banques doit être abordé. En effet, dans la deuxième section de cet article nous avons mené une analyse bilancielle des banques pour évoquer leur importance par rapport à la croissance. Cette analyse montre bien que la théorie de l'intermédiation et les nouveaux modèles de croissance se sont attachés principalement à l'analyse traditionnelle des banques relatives aux coûts de transactions et aux asymétries d'information. Or l'activité bancaire a beaucoup évolué au cours des dernières années, tant du côté du passif que de l'actif. Les déposants et les emprunteurs trouvent des alternatives attractives suite à la déréglementation et aux innovations financières. D'un côté les déposants préfèrent détenir des actifs à plus fort rendement comme par exemple en France les SICAV et les FCP, de l'autre les entreprises se tournent de plus en plus vers des financements de marché devenus moins coûteux que les financements bancaires. Par conséquent on assiste à un déclin de l'intermédiation bancaire traditionnelle que ce soit du côté du passif ou bien du côte de l'actif. Ceci a entraîné un redéploiement de l'activité bancaire dans une intermédiation de marché, une mobiliérisation de l'actif et un développement considérable des activités de hors bilan. Ce redéploiement de l'activité bancaire pourrait avoir deux conséquences sur la croissance. D'un côté, l'augmentation des engagements sur des crédits risqués pour maintenir leurs activités de prêts et le développement du hors bilan fragilise le système bancaire et peut avoir des conséquences préjudiciables à la croissance. De l'autre, la montée en puissance de leur activité d'intermédiaire de marché participe considérablement au développement des marchés financiers, développement considéré par les nouveaux modèles de croissance comme étant un des moteurs de la croissance. (...) Il est important que la théorie de l'intermédiation mette plus l'accent sur la forte tendance des banques à s'impliquer dans les marchés financiers et que les modèles de croissance analysent l'effet de cette évolution sur la croissance. Allen et Santomero (1998) ont d'ailleurs soulevé cette idée et proposent une vision des banques centrée sur leur rôle de faciliter le transfert des risques et leur aptitude à gérer les instruments financiers comme intermédiaires des marchés.

Source : http://www.univ-orleans.fr/DEG/GDRecomofi/Activ/colloquedugdr2000/pdf/e1-3.pdf.
62

Marc Hay, Banques et Croissance, Examen critique et analyse en données de panel Papier présenté aux 17èmes Journées Internationales d'Economie Monétaire et bancaire LISBONNE , 7, 8, et 9 JUIN 2000 2) Maigre marge du secteur bancaire traditionnel : Ajouté à cela les banques conventionnelles ne gagnent plus leur bénéfice par les différentiel de taux comme c’était le cas il y a 10 ans, dû à la baisse drastique des taux d’intérêts, les banques conventionnelles se retrouvent à taxer tous les services pour pouvoir se rémunérer. Ce que les banques islamiques faisaient depuis longtemps. On peut donc dire que les banques islamiques ont une longueur d’avance sur la manière de faire de l’argent sans avoir affaire au taux d’intérêt. 3) La mouvance éthique : La mouvance éthique prend de plus en plus d’ampleur, des fonds éthiques ont déjà vu le jour aux Etats-Unis. Mais aussi les entreprises deviennent plus socialement responsables. Donc les banques islamiques qui ont un but social et éthique trouvent totalement leur place dans cette tendance. Même sur le plan de financement des pays en voie de développement les financements islamiques sont les plus appropriés et présente une alternative bien plus avantageuse qu’aux prêts conventionnels qui étranglent les pays pauvres et les mets dans une nouvelle forme d’esclavagisme. Par contre la fiance islamique permet des investissements sous forme de participation, où la banque islamique prends des risques et pour cela elle assistera le pays pauvre dans l’exécution des projets. Ce financement est bien plus humain et plus adapté que les prêt conventionnels qui étrangle de par les intérêts et les reconductions de dettes. 4) Re-directionnement des investissements arabes : On sait que les pays du golfe restent encore les plus grand pourvoyeur de fond, or toutes les actions menaient par les US contre les avoirs de certains musulmans en occident en cette situation de guerre contre le terrorisme fait peur aux capitaux du golfe, plus la crise financière en Asie fait que ces pourvoyeurs de fonds se rabattent sur le monde musulman. Des autre facteurs favorisent encore cette tendance : comme l’augmentation des hauts diplômés dans le monde arabe , les transferts de technologie qui s’y opèrent…Les banques islamiques auront donc un peu plus d’espoir de voir le chemin vers leur but se faciliter. 5) Une crédibilité en voie d’être gagnée : Les banques islamiques ont gagné une crédibilité dans le milieu financier tant bien dans les pays musulmans que les pays occidentaux surtout après l’ouverture de la première banque islamique de détail en Angleterre et de l’émission de bond islamique les Sukuks par l’ Etat allemand de Rhein-Land-Pfalz :

« Sukuk in the West, Westeners are borrowing the Islamic style. Mona Megalli at Reuters on 25th March, discussed the trend that more and more She mentioned the German IslamicSukuk issued by the federal state of Saxony-Anhalt in June. Further she cites the global head of Islamic Finance at Deutsche Bank, Renald Sanzey, that Islamic financing is a good way to diversify the investor base and presents similar economic value to conventional transactions. The German bond would find good demand. The next
63

borrowers from the west should be already in discussions with Islamic bankers. The only point remains is that Islamic bankers aim to invest their funds in Libor plus papers and not so heavily in high-rated Libor minus x basis points products.”

Source: www.islamicFinance.de, avril-may 2004 à l’occasion du forum : Islamic finance Summit : Developping financial products for islamic market.

64

CONCLUSION
Après une évolution effrénée, et une course vers l’accumulation de ressources en mettant l’accent sur les Murabaha , et en menant une politique de moindre risques faible gain, les banques islamiques connaissent maintenant un besoin de s’unir par fusion pour faire face aux exigences de profitabilité des actionnaires et des clients et mais aussi s’unir et se réunir pour unifier leur standards , se réunir pour résoudre leur majeur problème de liquidités. Cela commence par l’embauche de gens qualifiés et par l’utilisation des outils marketing si peu utilisés par les banques islamiques. Certes l’environnement financier mondial devient de plus en plus adapté et moins hostile à leur philosophie , mais il reste encore beaucoup de chemin avant de crier victoire.

En conclusion, on peut dire que les banques islamiques ont un avenir plutôt prometteur et que grâce au changement de leur environnement, elles peuvent espérer atteindre leur objectif.

65

Annexe 1 : Interview de Mr Baker Riham Executive manager de la Islamic Bank of Jordan, le 11/ 05 / 2004

Question 1: Investissez-vous dans des projets de recherches et des projets à long terme ? - Non, tout d’abord nous n’avons pas les liquidités nécessaires pour financer des projets à long terme. Deuxièmement, aucune proposition de ce genre ne nous a été soumise. Troisièmement le fait que ces projets mettent environs 10 ans pour générer des profit et que nos déposants et actionnaires veulent une retombée d’argent sous 1 an car les plus longs dépôts fait chez nous restent 1 an et moins. Quatrièmement les projets à long terme et dans le domaine de la recherche sont risqués et nous ne pouvons nous permettre d’investir l’argent des gens dans des projets risqués, il en va de notre réputation si nous engendrons des grosse pertes surtout que l’Islamic Banking est un nouveau secteur et que la confiance des clients n’est pas encore à 100% gagnée. Question 2 : Pensez vous ré-orienter vos investissements dans de tels projets ? - Oui, nous avons déjà lancé des actions pour pousser nos déposants à laisser leur dépôts le plus longtemps possible. Si un client dépose son épargne plus de 1 an il recevra un lot de la part de la banque : comme par exemple un pèlerinage à la Mecque. Question 3 : Quel est le majeur problème que rencontre la JIB ? - Le manque d’opportunité d’investissement il y a un manque d’offre de projet viable. La population n’est pas très entrepreneuse, ce qui nous laisse toujours en position de surliquidité. Ceci se comprend de par la situation économique Question 4 : Qu’est-ce qui menace en ce moment les banques islamiques ? - Les soupçons de terrorisme qui pèsent sur ces institutions font fuir les déposants, ceci est très nocif lorsque l’on sait qu’il nous a fallu 20 années pour gagner une certaine crédibilité dans le monde de la finance.

Question 5 : Croyez-vous en un avenir prospère pour les banques islamiques ? - Inchallah, avec l’aide de Dieu ce sera l’avenir, il faut y croire et prier que le vent tourne en notre faveur.

66

Annexe 2 : Interview de Mr Hamoori, professeur d’économie islamique à l’université de Yarmouk Irbid Jordanie, le 25/04/2004 Question 1 : Quel est l’objectif des banques islamiques ? - L’objectif des banques islamiques est de répondre aux besoins de développement économique des pays musulmans et pousser ces pays à développer leurs richesses naturelles pour réaliser le progrès social suivant les principes islamiques, mais c’est surtout pouvoir offrir aux musulmans des moyens licites pour gérer leur argent. Question 2 : Que reprochez-vous le plus aux banques islamiques ? - En Jordanie, les banques islamiques ont connu un grand succès et je pense en particuliers à la JIB. Je reproche à ces banques de n’investir que dans des projets à court terme, en Murabaha, le produit le plus douteux du point de vue de la Charia. Question 3 : Que doivent-elles améliorer ? - Leurs services à leur clientèle, par rapport aux banques conventionnelles, elles sont moins « Customer Oriented », ceci s’explique de par le manque de concurrents, ici en Jordanie, qui offriraient les mêmes services. La « Customer is King » culture n’est pas encore dans leurs mœurs comme dans les pays du Golfe. Question 4 : Quels problèmes rencontrent les banques islamiques ? - Plusieurs : Problèmes de liquidités comme vous le savez elles ne peuvent faire appel à des emprunts interbancaires, ni à des emprunts de la banque centrale à cause de la prohibition de l’intérêt. Un problème d’asymétrie d’information, elles encourent des risques de dissimulation des bénéfices lorsqu’elles octroient des Musharaka ou des Mudaraba à des entrepreneurs, en ce moment elles connaissent un problème qui est celui du terrorisme, bien des banques se sont vu gelé leurs avoirs pour des soupçons, des problèmes de standardisation des produits et des critères de sélection de ce qui est licite et illicite ceci les empêchent de mieux collaborer entre banques islamiques. Question 5 : Pensez-vous qu’elles auront un avenir souriant ? -Inchallah, elles pourraient oui, mais cela dépend beaucoup du monde financier et de leur capacité à s’adapter, à trouver des solutions, des nouveaux produits, maintenant de plus en plus de banques conventionnelles ouvrent des fenêtres islamiques, les banques islamiques devront user de plus de moyens marketing car l’époque du pieux musulman qui ouvre sa porte par sa seule foi est révolu, il regarde de plus en plus à la qualité du service, au rendement ect…

67

Annexe 3: Interview de Mr Hassan Hammoud, Cambiste à Banque Al Baraka , Beyrouth, Liban, le 10/08/2004.

Question 1: Pourquoi empruntez vous auprès de la FNB avec intérêt ? N’êtes vous pas une banque islamique ? - Si , nous sommes bien une banque islamique, dans mes transactions nous traitons les intérêts à part et les séparons du reste des liquidités de la banque, nous réutilisons ses intérêts pour payer des intérêts dus aux autres banques qui nous prêter de l’argent, mais pas pour autre chose. Question 2 : Pourquoi faites-vous cela ? - Car nous ne pouvons faire autrement dans un environnement comme le Liban, dans les pays du golfe, c’est autre chose l’environnement dans lequel nous opérions était plus favorable il y avaient d’autre banque islamiques, on pouvait dealer avec elles et faire des emprunts interbancaires islamiques la législation encadrait ce type de transactions, malheureusement ce n’est pas le cas du Liban. Question 3 : L’Arab Finance House opère aussi au Liban, ne coopérez vous pas avec eux pour vous re-financer ? - Non, ils viennent juste d’ouvrir leur porte, cela fait seulement 2 ans. Je ne connais personne chez eux. Question 4 : Le but des banques islamiques n’est-il pas d’amener le progrès , et le bien-être social à la population ? - Oui entre autre. Question 5 : Pensez-vous que c’est en investissant dans des projets à court terme et peu productif que vous y arriverez ? - Bien sûr que cela seul n’est pas suffisant, le groupe Dallah Al Baraka group a refondu sa stratégie et opère un changement stratégique dans sa politique de portefeuille de produits, nous avons pour objectif de nous spécialiser dans les Musharaka et Mudaraba qui constituerons l’essentiel de notre portefeuille de produits. Surtout que maintenant nous avons les ressources pour faire face à de grands projets, les demandes de financement en Musharaka et Mudaraba sont fortes, mais souvent nous n’avions pas les ressources nécessaires pour prendre le risque de financer de tels projets. Question 6 : Pensez-vous que les banques islamiques ont un grand avenir ? - Oui bien sûr, c’est l’avenir mais nous avons encore bien des problèmes qu’il faudrait résoudre, comme la question du refinancement, l’existence d’un marché interbancaire islamique doit être à l’ordre du jour, mais rien n’est encore fait car chaque banque islamique reposent sur des standards différents. Sans régler le problème des liquidités, nous ne pourront pas faire face à la demande en financement en Mudaraba et Musharaka.

68

Annexe

4:

Article

du

journal :

LE

MONDE

DIPLOMATIQUE

|

SEPTEMBRE

2001

|

Page

20

http://www.monde-diplomatique.fr/2001/09/WARDE/15584

Nées dans les années 1970, les institutions financières islamiques opèrent dans plus de soixante-quinze pays. Apparemment paradoxal dans le contexte d'une religion qui réprouve les gains générés par le prêt, leur développement a d'abord correspondu à l'éveil de l'islam politique. Mais il a survécu à son déclin, trouvant une nouvelle jeunesse dans l'essor de la mondialisation financière. Les fonds islamiques, fondés sur le partage des profits et des pertes, ou, plus prosaïquement, sur des investissements dans les secteurs dont le caractère licite est établi, coexistent désormais avec d'autres produits financiers « éthiques ».

« Les institutions financières islamiques « pèsent » environ 230 milliards de dollars, soit quarante fois plus qu'en 1982 (1). A l'instar de la
Citibank qui, dès 1996, avait établi sa propre filiale islamique à Bahreïn, la plupart des grandes institutions financières occidentales sont désormais engagées dans ce type d'activités, sous la forme de filiales, de « guichets islamiques » ou de produits financiers destinés à une clientèle musulmane. Symbole de l'intégration de la finance islamique dans l'économie globale, il existe même un « indice Dow Jones du marché islamique ». Ce phénomène peut paraître paradoxal, l'islam étant perçu par certains comme incompatible avec le « nouvel ordre mondial » qui s'est instauré dès la fin de la guerre froide (2). Comment expliquer, à l'heure de la finance globalisée, que des institutions rejetant l'« usure » puissent s'intégrer dans un système fondé sur l'intérêt et que des techniques remises à jour avec l'éveil de l'islam politique connaissent leur âge d'or alors même que l'islam politique s'essouffle (3) ? Une finance islamique modernisée prit forme dans les années 1970, au carrefour de la montée du pan-islamisme et du boom pétrolier. La guerre des six jours (juin 1967) avait en effet marqué le début du déclin du mouvement nassérien, pan-arabe et séculier, et ouvert la voie à l'hégémonie régionale de l'Arabie saoudite, sous la bannière du pan-islamisme. La création, en 1970, de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) regroupant les pays musulmans remit les préceptes économiques de l'islam à l'ordre du jour. Les instituts islamiques de recherche économique proliférèrent. En 1974, au sommet de Lahore, l'OCI décida, dans la foulée du quadruplement des prix du pétrole, de créer la Banque islamique de développement. Basée à Djedda, cette institution posa les jalons d'un système d'entraide fondé sur des principes islamiques. En 1975, la Dubaï Islamic Bank fut la première banque privée islamique à voir le jour. Une association internationale de banques islamiques fut créée pour établir des normes et défendre des intérêts communs. En 1979, le Pakistan devint le premier pays à décréter l'islamisation de l'ensemble du secteur bancaire. Il fut suivi, en 1983, par le Soudan et l'Iran. Il incombait alors aux juristes musulmans d'adapter une tradition pré-capitaliste aux besoins de la société contemporaine. Car si la religion se montrait favorable au commerce (profession exercée par le prophète Mahomet), elle condamnait les gains générés par la finance « pure ». Le Coran déclare par exemple que, malgré leurs apparentes similitudes, les profits générés par le commerce sont fondamentalement différents de ceux que génèrent les prêts (sourate 2, verset 275). L'Islam interdit en particulier la riba. Le mot, traduit généralement par « usure », signifie littéralement « augmentation ». Mais son interprétation a toujours prêté à controverse : pour certains, la riba se réfère à toutes les formes d'« intérêt fixe » ; pour d'autres le mot désigne seulement l'intérêt excessif. Bien que certaines autorités religieuses - y compris l'actuel cheikh d'Al Azhar en Egypte - aient proclamé le caractère licite de certains types d'intérêt, de nombreux ulémas continuent d'adopter une interprétation restrictive. Sans contester le principe de rémunération de l'argent prêté, la tradition islamique s'oppose à l'aspect « fixe et prédéterminé » de l'intérêt, avec ce qu'il implique en matière d'équité et de potentiel d'exploitation de l'emprunteur. L'islam prône plutôt le partage équitable des risques et des bénéfices(4). Aux premiers temps de l'islam, la forme de financement couramment appliquée consistait à associer le prêteur et l'emprunteur ; un marchand aisé finançait une opération menée par un entrepreneur, et partageait à égalité profits et pertes. Cette forme de finance associative - qui inspirera le système de commandite en droit français - relève d'une logique similaire à celle du capital-risque popularisé par la « nouvelle économie ». Les théoriciens de la finance islamique jugeaient un tel système mieux adapté aux besoins économiques du monde islamique ainsi qu'aux exigences morales de la religion. En effet, alors que la banque classique privilégie les détenteurs de capitaux ou de biens susceptibles d'être hypothéqués, la finance associative donne leur chance à des entrepreneurs dynamiques mais peu fortunés. Le système permettrait également à ceux qui, pour des raisons religieuses, préféraient jusqu'alors la thésaurisation, d'intégrer les circuits économiques productifs. L'islam rajouta aussi une dimension caritative : grâce à la gestion de « fonds de zakat » (5) ainsi qu'à leurs propres donations, les banques devaient lutter contre la pauvreté et l'exclusion. Partage des pertes et des profits CE nouveau système financier était fondé sur deux principes de finance associative - mudaraba (commandite) et musharaka (association). D'autres instruments « neutres » comme la murabaha (où la banque joue le rôle d'un intermédiaire commercial, achetant des marchandises nécessaires à ses clients et les leur revendant moyennant profit) devaient jouer un rôle transitoire : permettre aux banques de générer des revenus en attendant de généraliser l'usage de la finance de participation. Quant à la rémunération des dépôts, elle était également fondée sur le principe du partage des pertes et profits : les comptes d'épargne étaient rémunérés (ou pas) en fonction des bénéfices de l'établissement ; des « comptes d'investissement » destinés à financer des placements spécifiques étaient rétribués en fonction du résultat dégagé par ces placements. Mais la finance de partenariat se révéla décevante : ni les infrastructures financières ni les mentalités ne s'y prêtaient. Echaudés par ces échecs, de nombreux établissements s'écartèrent des ambitions initiales. Faute d'investissements lucratifs dans leurs pays d'origine, ils placèrent une partie importante de leurs fonds en Occident. Leur prédilection pour les « biens réels » (immobilier, marché des matières

69

premières) exposa un nombre non négligeable de banques à des pertes considérables. Les instruments « neutres » qui ne devaient jouer qu'un rôle transitoire se perpétuèrent. Par beaucoup d'aspects, les banques islamiques ne différaient plus de leurs consœurs conventionnelles que par un langage destiné à déguiser l'existence de l'intérêt. Leur image souffrit également de l'effondrement des compagnies d'investissement islamiques en Egypte en 1988 (6) ainsi que d'un certain nombre de scandales. Certains jugèrent alors que la finance islamique n'était en définitive qu'un épisode éphémère associé au boom pétrolier. En réalité, elle était alors sur le point de connaître une très forte croissance. Car de grands bouleversements avaient entre-temps transformé le monde de la finance internationale et celui de l'islam : mutations technologiques et déréglementation d'une part (globalisation de la finance, nouveaux produits financiers, etc.) ; changements politiques, économiques, démographiques et sociaux d'autre part (impact de la révolution iranienne, guerre du Golfe, effondrement de l'Union soviétique et émergence de nouveaux Etats islamiques, fluctuations du marché pétrolier, montée en puissance des « tigres asiatiques », émergence d'une bourgeoisie pieuse musulmane, etc.). Mais c'est au prix d'une remise à jour des principes et des pratiques que la finance islamique put connaître son véritable essor. Alors que le premier ijtihad (effort d'interprétation) était caractérisé par le légalisme et -l'aspect scolastique, le second s'attacha à retrouver l'esprit ou l'« économie morale » de l'islam, prenant en compte les principes qui avaient longtemps permis à l'islam de s'adapter aux cultures les plus diverses :'urf (acceptation des coutumes locales), darura (nécessité) et maslaha (intérêt général). Interprétations différentes AUTREFOIS monolithiques et domi- nés par les monarchies pétrolières du Golfe (en particulier l'Arabie saoudite), les réseaux financiers islamiques reflètent actuellement la diversité du monde musulman. Même les pays qui ont procédé à l'islamisation complète de leurs économies possèdent des systèmes disparates nés de circonstances géopolitiques ou économiques et d'interprétations religieuses différentes. Les instruments qui connaissent désormais la croissance la plus importante sont souvent ceux qui, dans les années 1970, étaient soit considérés comme illicites (l'assurance ou takaful) soit d'usage encore limité (les sicav). Ainsi, en parallèle avec la croissance dans le monde de la finance de sicav éthiques ou socialement responsables, ce sont les fonds investis dans des entreprises ou des secteurs dont le caractère licite est établi (7) qui drainent aujourd'hui l'épargne des musulmans. Des institutions financières islamiques opèrent dans plus de soixante-quinze pays. L'insertion de cette finance islamique dans l'économie globale abonde en paradoxes. Le fait que la finance des années 1990 génère l'essentiel de ses profits à partir des commissions et de la tarification des services (et non plus comme autrefois à partir du différentiel d'intérêt entre crédits et dépôts) a permis de contourner les débats théologiques relatifs à la riba. Par ailleurs, la vague d'innovation financière consécutive à la déréglementation a rendu possibles la conception et la vente de toutes sortes de « produits islamiques ». Une obligation pouvait par exemple être décomposée, permettant à chacune de ses deux composantes - le « principal » et « l'intérêt » - d'être vendues séparément. De plus, le déclin de la banque commerciale classique doublé de l'essor des banques d'investissement et des sociétés de capital-risque justifiaient le bien-fondé de l'idée de finance participative. Par ailleurs, le rapprochement de la finance et de l'industrie ainsi que la fusion des métiers de la finance recréaient les conditions du monde de « banquiers sans banques » qui prévalait durant l'âge d'or de l'islam. L'évolution politique du monde musulman mit en avant certains aspects - le droit à la propriété privée et à la libre entreprise, l'importance des contrats ou de la charité privée - qui montraient la compatibilité de cette conception de -l'islam avec le « consensus de Washington » (8). La religion pouvait alors être invoquée pour déréglementer, privatiser, ou réduire les services publics. Certains gouvernements - la Malaisie et Bahreïn par exemple - firent usage de cette interprétation pour moderniser leur système financier, contrer d'autres formes d'islamisme ou affronter des classes rentières rétrogrades et un secteur privé réfractaire à l'ajustement structurel. Comme l'a noté une récente enquête du Financial Times, dans de nombreux pays islamiques, les institutions islamiques sont souvent les plus dynamiques et les plus innovantes. Mais, en définitive, l'attrait de la finance islamique s'explique surtout par les excès de la finance globale . Pour les classes moyennes qui émergent dans un contexte de montée du piétisme, l'alternative est claire. S'il leur faut choisir entre la finance conventionnelle qui s'est sécularisée, sinon « amoralisée », et un système de finance éthique cautionné par la religion (et fondé sur le principe que les activités économiques demeurent bénéfiques tant qu'elles sont exercées dans un cadre moral strict), la décision est d'autant plus aisée que le nombre de produits islamiques et d'institutions qui les offrent ne cesse de croître. »

Par IBRAHIM WARDE Chercheur à l'université de Harvard (Boston, Etats-Unis), auteur de Islamic Finance in the Global Economy (Edinburgh University Press, 2000). (2) Samuel Huntington, Le choc des civilisations, Odile Jacob, Paris, 1997. (3) Olivier Roy, L'Echec de l'islam politique, Seuil, Paris, 1992. (4) Les traditions chrétienne et judaïque ont longtemps émis les mêmes réserves. Voir Rodney Wilson, Economics, Ethics and Religion : Jewish, Christian and Muslim Economic Thought, New York University Press, 1997.(5) L'aumône légale, qui constitue avec la profession de foi, la prière, le jeûne et le pèlerinage, l'un des « cinq piliers » de l'islam. (6) Voir Michel Galloux, Finance islamique et pouvoir politique : le cas de l'Egypte, Presses universitaires de France, Paris, 1997.(7) Ces fonds évitent d'investir dans les entreprises trop endettées, ou dont la gestion est jugée aventureuse ou peu éthique, ainsi que dans des secteurs tels que la boisson, l'armement ou le jeu. Voir le section « funds » du site animé par l'auteur. (8) Désigne les politiques imposées par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale aux pays pauvres. Lire Moisès Nain, « Avatars du consensus de Washington », Le Monde diplomatique, mars 2000.
12/03/2002

70

Annexe 5 : Article de journal source : http://www.rfi.fr/fichiers/MFI/EconomieDeveloppement/519.asp

L’Afrique tient à l’aide des banques islamiques
(MFI) Depuis les attentats de septembre 2001, les autorités financières américaines « surveillent » les activités des banques islamiques soupçonnées de financer les radicalismes musulmans. Cette pression n’est pas du goût de nombreux pays africains qui craignent que la manne arabe ne tarisse. Depuis fin septembre, l’Office of Foreign Assets Control (Ofac), appendice du Trésor américain, demande aux banques américaines de suivre à la trace tous les mouvements de fonds susceptibles de conduire vers Oussama Ben Laden et ses proches. En Europe, la même suspicion pèse désormais sur les banques islamiques. Bien qu’aucune mesure directe de rétorsion n’ait été prise contre elles. La « menace » ne concerne pas les organisations multi-étatiques d’aide au développement comme la Banque islamique de développement (BID) ou la Banque arabe pour le développement économique de l’Afrique (BADEA) qui sont, pour ainsi dire, au-dessus de tout soupçon. Elle vise davantage les établissements financiers à capitaux privés et à nationalité unique. Des rapports officieux citent plusieurs holdings d’origine saoudienne, koweïtienne ou émiratie qui ont des filiales en Afrique. Parmi ceux montrés du doigt figure Al-Shamal Islamic Bank et la Dubai Islamic Bank, très actives au Soudan. Ces banques auraient, selon les services américains, des rapports directs avec Ben Laden. Autre établissement placé sous haute surveillance : la Tadamon Islamic Bank, également présente au Soudan et dirigée par un membre de la famille royale saoudienne. La mise à l’index de la Dar Al-Maal Al-Islami (DMI) par la CIA inquiète un plus grand nombre de pays africains. Cette holding, créée en 1981 par un prince saoudien et basée en Suisse, compte en effet des filiales au Sénégal, au Niger et en Guinée.

Elles s’intéressent aux populations les plus pauvres « Ces banques ont été créées non dans un but mercantile, mais avec l'objectif d’aider les populations de ces pays à relever leur niveau. Cet objectif demeure », souligne Abdelmajid Benjelloun, directeur général de la Banque islamique de Guinée. Le même principe a guidé la création de la Nasser Social Bank et de l’Islamic International Bank for Investment and Development en Egypte, de la Al-Baraka Leasing en Algérie. Et si ces établissements commençaient à faire preuve de frilosité ?, s’inquiètent de nombreux responsables africains, conscients de l’importance de la manne arabe. En effet, on estime à 200 le nombre d’institutions financières islamiques. Elles gèrent des actifs de plusieurs centaines de milliards de dollars. Même si les banques islamiques investissent en priorité dans les pays du Golfe et en Asie, la part qui revient au continent africain n’est pas négligeable : 7 % des prêts du Fonds d’Abou Dhabi pour le développement profite à l’Afrique ; 35 pays africains ont déjà bénéficié des subsides du Fonds koweïtien pour le développement arabe. Quant au Fonds saoudien pour le développement, il irrigue aussi bien l’Afrique de l’Ouest que le Maghreb et l’Egypte. « On s’en prend même à des organismes humanitaires », regrette un officiel nigérian qui cite l’exemple de l’International Islamic Relief (IIRO), organisme caritatif fondé en 1978 pour prêter assistance aux victimes de catastrophes naturelles et de guerre, et dont le nom revient dans plusieurs rapports américains comme un probable circuit de transmission des fonds gérés par Oussama Ben Laden et ses proches. « On a décidé de créer cet organisme après avoir constaté que 80 % de ces victimes et de ces réfugiés étaient des musulmans, que ce soit en Afrique, en Bosnie ou en Palestine », souligne-t-on à l’IIRO, qui a son siège à Djeddah, et qui a déjà secouru plus de 4 millions de personnes depuis sa création. Après avoir exprimé leur solidarité avec Washington, dans un beau chœur anti-terroriste, les capitales africaines commencent à s’inquiéter des pressions que les autorités financières américaines exercent sur les banques islamiques. Celles-ci présentent en effet l’avantage d’accorder des prêts à des conditions moins contraignantes que les banques classiques, au nom de la charité musulmane. Les banques islamiques se refusent en effet à profiter de la pauvreté des clients pour s’enrichir. Certaines d’entre elles s’intéressent aux populations les plus pauvres, rejetées par les banques classiques. Les officiels africains les plus critiques à l’égard des positions américaines ne manquent pas de rappeler que la plupart de ces banques et organismes islamiques, aujourd’hui désignées du doigt, ne sont accusées de rien de précis. Mieux, plusieurs d’entre elles collaborent au grand jour avec les Nations unies.

Yolande S. Kouamé

71

Annexe 6
ENTRETIEN "Le marché est potentiellement très important" LE MONDE | 17.08.04 | 14h27 Imane Karich est spécialiste du système financier islamique.
Vous publiez le système financier islamique, de la religion à la banque aux éditions larcier. que pèse ce système financier mondialement ? En une trentaine d'années, ce système, basé essentiellement en Egypte et dans le Golfe, est devenu une industrie présente dans près de 80 pays et qui pèserait de 200 à 300 milliards d'euros d'actifs. C'est à Bahreïn et dans les Emirats arabes unis qu'il est le plus prospère. Dans la plupart des pays musulmans, les banques conventionnelles cohabitent avec les banques islamiques, dont les plus connues sont Dallah Al Baraka, Faysal Islamic Bank,, Dar al mal al Islami. D'autres pays tentent cependant d'islamiser l'ensemble de leur système financier, comme au Pakistan, en Iran et au Soudan. L'ouverture d'une banque islamique en Royaume-Uni a-t-elle valeur de test ? Les institutions financières islamiques qui se sont installées au Royaume - Uni étaient d'abord dédiées aux affaires, avant de devenir commerciales. Le vrai test sera plutôt le lancement d'un produit bancaire islamique en Europe continentale, dans le domaine de la banque de détail. L'événement survenu à Londres permet toutefois au système de franchir un nouveau palier, celui de l'intégration dans le monde occidental. Un réseau bancaire islamique a-t-il plus de chances de se développer en Europe du Nord ? C'est évident. Parce que le nombre de clients potentiels de confession musulmane y est plus important et parce qu'ils y vivent, souvent, une situation particulière : seules 29 % des familles musulmanes vivant en Belgique sont propriétaires de leur logement, pour 71 % en moyenne au niveau national. Et des musulmans qui ont pris un crédit hypothécaire classique seront prêts à le convertir en un crédit islamique dès qu'une alternative se présentera à eux. Le marché est potentiellement très important. On ignore généralement que le système islamique est développé aux Etats-Unis... Il n'existe pas de banque islamique, comme c'est désormais le cas au Royaume-Uni mais des sociétés financières offrent certains produits, même s'ils sont encore limités. Ainsi, HSBC propose aux particuliers des produits immobiliers, des cartes de crédit, et bientôt des fonds de pension et des assurances islamiques. Le prêt sans intérêt, souvent cité comme l'activité principale de la banque islamique en est-il vraiment un ? Non. La règle générale de la finance islamique est que tout profit est permis. L'exception est l'intérêt usuraire, le profit sur l'argent, condamné parce que, selon la charia, la loi divine, l'argent doit être généré par le travail, par un effort, et non par l'argent lui-même. Dans ces conditions, comment une banque dégage-t-elle des profits ? En partageant pertes et profits, en répartissant le risque entre le client et la banque. Deux techniques sont utilisées par la banque. Par la mudaraba, le client confie ses fonds au banquier qui s'occupe de les faire fructifier et le profit dégagé est ensuite partagé entre les deux. Une partie s'occupe donc du financement, l'autre, du travail. La musharaka, elle, est une sorte de joint-venture, un contrat entre plusieurs associés qui contribuent ensemble tant au capital qu'au management. D'autres produits sont basés sur la dette : la vente à tempérament, le leasing avec ou sans option d'achat, le paiement au fur et à mesure de la construction d'un bien, etc. Les produits bancaires islamiques seront-ils accessibles à des clients non musulmans ? Oui. L'étiquette "islamique" n'est pas indispensable. Ces produits doivent simplement être soumis et approuvés par un sage, un savant, qui détermine leur conformité à la charia. Si un crédit est ainsi avalisé, qu'il soit islamique ou non, il est

72

accessible à tous. En Malaisie, par exemple, les produits islamiques sont davantage plébiscités par les Chinois que par la population de confession musulmane. Les femmes musulmanes ont-elles le même accès au système que les hommes ? Oui, absolument. Les pratiques de la zakât, l'impôt religieux sur l'argent au profit des pauvres, ou de l'hawala, ce transfert, sans formalités de l'argent, sur une simple parole ou un coup de téléphone, ont été mises en cause dans le financement du terrorisme. Le système financier islamique a-t-il été éclaboussé ? L'hawala n'est pas un produit islamique, mais une pratique traditionnelle. L'usage d'une banque islamique pour transférer ou blanchir de l'argent destiné à des activités terroristes ne présente aucun avantage par rapport à des banques occidentales. Des établissements dont les fonds ont parfois été gelés par l'administration américaine ont été disculpés. La première banque islamique européenne de Londres aura tout à gagner à être totalement transparente mais sa création, à l'issue de contrôles très sévères, est déjà très bénéfique pour l'ensemble de ce secteur. Propos recueillis par Jean-Pierre Stroobants

• ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 18.08.0

73

Annexe 7 : Les banques islamiques veulent séduire les clients européens LE MONDE | 17.08.04 | 14h27 L'Islamic Bank of Britain, la première banque de dépôt islamique britannique, ouvrira ses portes à la mi-septembre, pour attirer en priorité les 2,5 millions de musulmans du pays. Dans le monde, quelque 200 institutions financières de ce type gèrent jusqu'à 500 milliards de dollars. Londres de notre correspondant
A la mi-septembre, l'Islamic Bank of Britain (IBB), la première banque islamique de dépôt britannique, aura pignon sur rue à Edgware Road, au cœur du quartier arabe de Londres. Agréé le 10 août par la Financial Services Authority - l'autorité de tutelle -, le nouvel établissement entend disposer de cinq agences d'ici à la fin de l'année. Son capital de départ, qui s'élève à 14 millions de livres (20,8 millions d'euros), a été souscrit par des investisseurs du Proche-Orient, dont plusieurs membres de la famille régnante du Qatar, et par un groupe de millionnaires anglais. Affichant un respect des préceptes religieux du Coran, la première banque de détail de ce type en Europe entend proposer comptes, cartes et crédits aux quelque 2,5 à 3 millions de musulmans du Royaume-Uni. Autre clientèle visée, les investisseurs institutionnels, les fonds de pension et caisses de retraite du Proche-Orient ou d'Asie disposant de capitaux considérables et soucieux de diversifier leurs avoirs. Troisième cible, les non-musulmans, à l'instar des familles chrétiennes d'Orient, comme les coptes d'Egypte ou les Chinois de Malaisie. La palette de services qui excluent les investissements dans des secteurs comme les brasseurs, les casinos, les banques, l'armement ou les sociétés endettées ne peut qu'attirer les partisans de placements éthiques, estiment les dirigeants de l'IBB. Un conseil de docteurs de la foi est chargé de surveiller la conformité des services financiers offerts avec ce précepte clé du Coran, "ceux qui bénéficient d'intérêts seront bannis comme ceux que le démon a rendus fous". En vertu de la charia, la jurisprudence islamiste interdisant strictement la perception de taux d'intérêt, les services sont rémunérés par un système d'association aux profits réalisés par les banques avec ces fonds. L'essor de la finance islamique est un des événements majeurs aujourd'hui de l'évolution du système bancaire en Europe. L'Institute of Islamic Banking, centre de recherche londonien reconnu, estime que le taux de croissance de cette activité bancaire se situe entre 10 % et 15 % l'an. Alors qu'elle opère actuellement dans plus d'une cinquantaine de pays, près de 200 institutions financières gèrent entre 200 et 500 milliards de dollars de par le monde. Les épargnants souhaitant gérer leur patrimoine en respectant leurs convictions religieuses ont rarement été autant sollicités. Le lancement très médiatisé en février de l'octroi du premier prêt hypothécaire islamique par la filiale de Dewsbury (Yorkshire) de HSBC atteste cet intérêt. En juillet, le Land de Saxe-Anhalt, en Allemagne, a émis un emprunt islamique garanti par les locations de bâtiments publics. Les compagnies aériennes Emirates et Pakistan Airlines ont récemment fait appel à des institutions islamiques basées à Londres pour financer l'achat de nouveaux appareils. La Deutsche Bank a lancé un contrat islamique d'option sur le marché des changes qui pourrait être étendu à certaines matières premières à la volatilité limitée, à l'instar de certains métaux. FORTE EXPANSION Enfin, bon nombre de banques occidentales (Citigroup, HSBC, Dresdner ou Société générale) déclinent des fonds d'investissement ad hoc sous la forme de placements en actions de sociétés d'import-export, de haute technologie, de santé ou d'immobilier. Le retrait par des investisseurs musulmans, en particulier saoudiens et du golfe Persique, d'une partie de leurs avoirs des Etats-Unis en raison de la crainte d'un gel de leurs actifs dans le cadre de la lutte contre le terrorisme alimente la présente expansion. "Les velléités d'investissement sur place en Arabie saoudite, à Bahreïn et au Koweït se heurtent à l'instabilité politique, à la corruption, au manque de savoir-faire des banques locales", insiste de surcroît un expert de la City. Cet essor a littéralement galvanisé la place de Londres, devenue le centre névralgique de ce marché récemment dopé par l'afflux de pétrodollars lié l'actuelle flambée des prix des hydrocarbures.

74

Héritage des liens coloniaux, la première place financière européenne sait parfaitement concilier rendement et exigences spirituelles de ses clients musulmans. L'expertise de la City dans les produits dérivés utilisés pour se protéger des risques est un autre atout. Reste que bien des interrogations subsistent. Le manque de transparence du capital des institutions islamiques, les interventions des familles propriétaires en faveur d'une classe de privilégiés, à commencer par les princes saoudiens et des Emirats arabes unis, et la rotation élevée des managers expatriés suscitent des interrogations. Au Proche-Orient, les contrôles des autorités de réglementation sont souvent superficiels, en particulier sur les filiales de gestion d'actifs, totalement autonomes du siège central. La culture financière fondée sur la parole donnée s'adapte mal au changement de l'environnement réglementaire en Occident depuis les événements du 11-Septembre. Trop souvent, les banquiers islamiques rechignent à divulguer des informations sur leurs clients. La structure très complexe de ces banques se prête mal à un audit en profondeur. Autre faiblesse, les commissions copieuses sur les placements islamiques recourant à des techniques financières complexes et coûteuses pèsent sur la plus-value. La charia interdit à ces banques de garantir un rendement fixe ou de vendre un actif qu'elles ne possèdent pas, réduisant d'autant la marge de manœuvre des gestionnaires. Quant aux préceptes coraniques, ils ont la particularité d'être assez vagues et de se prêter à des interprétations diverses. Reste à voir si ces faiblesses vont réellement entamer la confiance des épargnants musulmans dans le principe d'un capitalisme financier en accord avec leur foi. Marc Roche • ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 18.08.04

75

Annexe 8
RVL-Bank à la conquête de la Belgique LE MONDE | 17.08.04 | 14h27 Bruxelles de notre correspondant L'image est passablement différente de celles véhiculées par les publicités du monde bancaire classique : ici, la cliente est une jeune blonde occidentale mais les deux conseillers, un homme et une femme, qui l'entourent sont des Arabes. Ornant le site Web néerlandais rentevrijlenen.com (littéralement : empruntersansintérêt.com), elle est en parfaite adéquation avec la vocation de la RVL-Bank : convaincre des clients européens, de confession musulmane ou non, de recourir aux services de banques offrant la possibilité d'emprunter de l'argent sans intérêt. Plusieurs groupes arabes seraient à l'origine du projet, dont Yasaar International et Islamic Financial Market. Les autres partenaires préféreraient, pour l'instant, rester dans l'ombre. Confiée à une entreprise de marketing installée aux Pays-Bas, la prospection du marché belge, jugé particulièrement intéressant compte tenu du nombre d'habitants, de la situation économique et du revenu disponible dans le royaume, serait une sorte de test pour un consortium qui entend respecter les préceptes du Coran. Celui-ci somme, en effet, les croyants de renoncer à l'intérêt usuraire. Si elle séduit, avant la fin de l'année, de 200 000 à 500 000 Belges, RVL-Bank ouvrira des agences en Belgique. Essentiellement en Flandre, sans doute, car les francophones ne semblent guère intéresser ces banquiers : la version en français du site Web censée appâter les clients est, depuis plusieurs semaines, "en construction". Un responsable néerlandais du projet confirme d'ailleurs que si l'initiative réussit en Belgique elle sera prioritairement étendue à l'Allemagne et aux Pays-Bas plutôt qu'à la France et au sud de l'Europe. La partie ne semble cependant pas gagnée d'avance et RVL-Bank devra franchir une série d'obstacles. La méfiance, d'abord : des banques appliquant les principes de l'islam sont suspectées d'avoir, peu ou prou, contribué au financement du terrorisme. La deuxième difficulté est celle que pourrait dresser la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA), le gendarme du marché belge. Si les autorités de contrôle affirment que rien ne s'oppose, en principe, à l'offre de crédits sans intérêt, elles ont toutefois ouvert une enquête sur les pratiques de RVL. Notamment parce que celle-ci sollicite le paiement d'une somme de 25 euros qui permet l'accès à un code, puis à un dossier d'inscription, lequel serait ensuite examiné, sous l'angle économique et religieux, par un "conseil des sages". La CBFA veut savoir si cette sorte de "garantie" sera remboursée dans le cas où la demande ne serait pas jugée recevable. Plus globalement, elle veut des détails sur la structure précise de l'établissement néerlandais, quasiment inconnu jusqu'ici. Il restera, enfin, aux parrains du projet à convaincre une clientèle qui s'apercevra rapidement que le "taux 0 %" promis ne peut être totalement assimilé à un prêt sans aucun intérêt. Inventeurs avant la lettre du système du "leasing" ces banquiers acquièrent, en fait, le bien convoité par le client et le lui louent jusqu'à la fin de la durée du prêt, en échange d'un loyer.

76

Selon les promoteurs de RVL-Bank, le taux de ce dernier serait toutefois inférieur de moitié au taux d'intérêt pratiqué par une banque classique. Quant au jeune entrepreneur à la recherche d'un capital de départ, il pourra bénéficier d'un apport de 90 % du montant qu'il espère collecter si son projet est jugé "religieusement" correct. Pour convaincre les indécis, RVL met en avant le taux de croissance annuel du secteur de la banque islamique, de l'ordre de 15 %. Dans certains pays, la moitié de sa clientèle ne serait pas croyante. Enfin, la plupart des grandes banques mondiales y seraient associées, "directement ou indirectement", dont les américaines Citigroup et Barclays et les européennes Crédit suisse, Deutsche Bank, Société générale ou BNP Paribas. Jean-Paul Stroobants • ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 18.08.04

77

Annexe 9

La première banque islamique d’Europe ouvre en Angleterre
Dès septembre, des services bancaires en règle avec la charia jeudi 19 août 2004, par Edelweiss Vieira C’est une première en Europe. Alors que 80 pays connaissent déjà la finance islamique, la Grande-Bretagne saute le pas et vient d’autoriser l’ouverture, en septembre prochain, de l’Islamic Bank of Britain. Un établissement bancaire qui respecte la loi islamique, en excluant notamment l’intérêt usuraire, interdit par la charia. De quoi réjouir les quelque 2,5 millions de musulmans du pays.
La Grande-Bretagne compte 2,5 millions de musulmans. Certains d’entre eux règlent leurs transactions en liquide, d’autres refusent de passer par la case banque pour acheter une maison, d’autres encore, ouvrent un compte dans un institut bancaire la mort dans l’âme... Car pour les musulmans pratiquants, le dilemme est réel : s’adapter aux pratiques bancaires internationales, c’est trahir les préceptes du Coran. En effet, la charia, la loi islamique, interdit strictement la perception de taux d’intérêt, l’argent devant être généré par le travail et non par l’argent lui-même... Pour soulager les consciences et les porte-feuilles bien remplis, l’Angleterre vient de sauter le pas : la Financial Services Authority a agréé, le 10 août dernier, un nouvel établissement bancaire, unique en Europe, l’Islamic Bank of Britain (IBB). La première banque islamique de dépôt britannique, adoubée par Lord George, l’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre, qui a déclaré qu’elle « offrirait un vrai confort aux membres musulmans » de la société anglaise. Le siège d’IBB se trouve à Birmingham (qui compte une très forte communauté musulmane) mais sa première agence doit ouvrir, mi-septembre, à Edgware Road, au cœur du quartier arabe et aisé de Londres. L’IBB compte ouvrir cinq agences d’ici la fin 2004 (Birmingham et Leicester à la fin du mois d’octobre, puis devraient suivre Manchester, Leeds, Bradford et Glasgow).

Partager les risques, les pertes et les profits
Son capital de départ s’élève à 14 millions de livres (20,8 millions d’euros). Il a été souscrit par des investisseurs du Proche-Orient (Abu Dhabi, Qatar, Barheïn et Arabie Saoudite) et par un groupe de millionnaires anglais. A sa tête : Abdul Rahman Abdul Malik, ancien directeur de la Banque islamique d’Abu Dhabi. Son directeur du management : Michael Hanlon, ancien directeur regional de la banque de détail au sein de Barclays. L’IBB offre une palette de services « normaux » comme les comptes, les cartes de crédit, la téléphonie et la poste bancaire (les deux dès novembre), des crédits immobiliers mis en place avant la fin de l’année ainsi que des crédits pour les biens de consommation courante, et la banque par Internet en 2005. Alors d’où vient la différence d’avec les autres banques ? D’abord, cette palette des services exclut tout investissement dans des entreprises liées « à l’alcool, au tabac et à la pornographie ». Ensuite, IBB respecte le précepte coranique qui interdit l’intérêt usuraire. Comment la banque dégage-t-elle des profits ? En partageant pertes et profits et en répartissant le risque entre elle et le client. La finance islamique compte en effet plusieurs solutions, basées sur la dette. L’ijara est un contrat de location : la banque achète un article pour le client et lui loue pendant une certaine période. L’ijara-wa-Iqtina est un arrangement du même type sauf que le client peut acheter l’article à la fin du contrat. Par la mudaraba, le client confie ses fonds à la banque qui les fait fructifier. Le profit dégagé est ensuite partagé entre les deux. La murabaha est une forme de crédit : la banque achète un article pour le client, qui n’a pas à souscrire à un emprunt avec intérêts, et lui revend ensuite en différé. Enfin, la Musharaka est une sorte de joint-venture, un contrat entre plusieurs associés qui contribuent ensemble au capital et au management.

Bienvenue aux non-musulmans
Ces solutions visent bien sûr à attirer les musulmans du pays (41% de Pakistanais, 13% de Bengladis et 11% d’Indiens), ainsi que les centaines de milliers de visiteurs annuels en provenance du Moyen-Orient (600 000 rien que pour les mois d’été). Visés également : les investisseurs institutionnels, les fonds de pension et caisses de retraite du Proche-Orient ou d’Asie, soucieux de diversifier leurs avoirs. Mais l’IBB espère aussi séduire les non-musulmans. Car, même si un conseil de trois docteurs de la foi est chargé de surveiller la conformité des services financiers offerts avec la charia, ceux-ci sont bien sûr ouverts à tous. Ainsi, en Malaisie, les produits bancaires islamiques, qui existent depuis plusieurs années, sont plus utilisés par les Chinois que par la population musulmane. L’IBB refuse les investissements dans des entreprises comme les brasseries, les casinos, les banques, l’armement ou encore les sociétés endettées. Une ligne de conduite rare... qui pourraient également attirer les partisans de placements éthiques. Restent certaines interrogations. Le journal Le Monde relève le « manque de transparence du capital des institutions islamiques », pointe la « culture financière fondée sur la parole donnée » et critique la « structure complexe de ces banques » qui « se prête mal à un audit en profondeur ». « Les commissions copieuses sur les placements islamiques recourant à des techniques financières complexes et coûteuses pèsent sur la plus-value. La charia interdit à ces banques de garantir un rendement fixe ou de vendre un actif qu’elles ne possèdent pas, réduisant d’autant la marge de manœuvre des gestionnaires », analyse un journaliste du quotidien français.

A l’assaut de l’Europe
Pour autant, l’essor de la finance islamique est un phénomène auquel ne peut pas échapper l’Europe. L’Institute of Islamic Banking, centre de recherche londonien, estime que le taux de croissance de cette activité bancaire se situe entre 10 et 15%. Aujourd’hui, la finance islamique opère dans près de 80 pays et près de 200 institutions financières gèrent entre 200 et 500 milliards de dollars. En une trentaine d’années, le système, basé essentiellement en Egypte et dans le Golfe, est devenu une industrie, prospérant surtout à Bahreïn et dans les Emirats arabes unis.

78

Sur le site de l’IBB, on peut lire que le projet est dans les cartons depuis 2002. Date à laquelle la Grande-Bretagne a commencé à se pencher sur le marché potentiel représenté par sa communauté musulmane (plus de 725 000 personnes uniquement pour la ville de Londres), appelant à la création de prêts hypothécaires islamiques. Chose faite, depuis février dernier, par la banque HSBC... Selon Michael Hanlon, IBB viserait plus largement le marché européen au cours des trois prochaines années. « Les autres pays européens ne possèdent pas de banque dont le fonctionnement est basée sur la charia. L’IBB est unique », a-t-il expliqué. L’Europe compterait quelque 15 millions de musulmans. Un beau marché…

79

Annexe 11 : Disquette contenant les comptes de résultat , bilan et rapports annuels de la JIB et L’IIAB

80

BIBLIOGRAPHIE
• • • • • • •

Politique économique en Islam , Hacène BENMANSOUR, Al QUALAM Edition 1994 Les sociétés islamiques de placements de fonds et « ouverture économique » , Alain Roussillon , Dossier du CEDEJ, 3-1988 Des Banques Islamiques , Stéphanie Parigi, Edition Ramsay, 1989 Spécificité de la politique économique en Islam et importance de l’économie islamique, Mohammed Chawki Al Fanjari, Publications ISESCO, 1988 Twenty fourth annual report 2002, Jordan Islamic Bank Annual Report Al Baraka Islamic Bank, B.S.C (E.C) 2003 www.albaraka-group.com La finance Isalmique: Fondements, théorie et réalité, André Martens, Cahier 202001, Centre de recherche et développement en économie, Université de montréal. http://www.crde.umontreal.ca/ Le fonctionnement des organisation en milieu de culture intense, le cas des banques islamiques, Lachemi Siagh, septembre 2001,Thèse de doctorat, Ecole des haute Etudes Commerciales, affiliée à l’Université de Montréal. http://www.irec.net/publications/308.pdf L’Islam et le monde des affaires, Argent, Ethique et Gouvernance, Chap 5, Editions d’Organisation, 2003. Les rouages de l’économie nationale, Jean-Marie Albertini, Edition de l’atelier, point d’appui, 1996.

• •

Articles de journaux :
• •

« L’Afrique tient à l’aide des banques islamiques », Radio France Internationale http://www.rfi.fr/fichiers/MFI/EconomieDeveloppement/519.asp, 13/03/2002,Yolande.S. Kouamé. « La première banque islamique d’Europe ouvre en Angleterre Dès septembre, des services bancaires en règle avec la charia », jeudi 19 août 2004, par Edelweiss Vieira http://www.afrik.com
"Le marché est potentiellement très important" ENTRETIEN Imane Karich est spécialiste du système financier islamique LE MONDE, le 17.08.04, Propos recueillis par Jean-Pierre Stroobants « Les banques islamiques veulent séduire les clients européens », Le Monde, 17.08.04. Jean-Paul Stroobants http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-375768,0.html

81

• • •

« RVL-Bank à la conquête de la Belgique » LE Monde, 17.08.04. Jean-Paul Stroobants http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-375769,0.html « Les paradoxes de la finance islamique » , Le Monde Diplomatique, Septembre 2001. Ibrahim Warde. « L'avenir du secteur bancaire islamique aux Etats-Unis » Ghada Elnajjar Rédactrice du Washington File ,7 Octobre 2002 http://pages.zdnet.com/neila-charchour/plm/id175.html

• «Islamic Banking Thrives but Lacks Innovation», Arab News 30 Août 2004 http://www.menafn.com/qn_news_story_s.asp?StoryId=61887 • “Bank seeks to lure Muslims in Britain”, The International Herald Tribune, 12 Août 2004. http://www.iht.com/articles/533595.html

Work papers:

Developing financial products for islamic market. Avril-mai 2004 à l’occasion du forum : Islamic finance Summit www.islamicFinance.de Banques et Croissance, Examen critique et analyse en données de panel, Marc Hay Papier présenté aux 17èmes Journées Internationales d'Economie Monétaire et bancaire LISBONNE , 7, 8, et 9 JUIN 2000 http://www.univ-orleans.fr/DEG/GDRecomofi/Activ/colloquedugdr2000/pdf/e1-3.pdf.

• Warren Edwardes, ceo Delphi Risk Management Limited www.dc3.co.uk/islamicliquidity031008.pdf •

Colloque sur les pays du golfe, « Situation, rôle et perspectives du secteur bancaire dans les pays du Golfe » Jean-Christophe DURAND, Directeur régional, BNP-Paribas http://www.senat.fr/international/collogolfe/collogolfe8.html
International Journal of Islamic Financial Services, Vol.4, No.2 http://www.iiabank.com/English/data2.htm Service financier et allègement de la pauvreté, Ibrahim Ba Document de travail n° 6, les PME et institutions financières Islamiques

• •

Les sites:
• http://www.alislami.co.ae/retailbanking/aljoharah.html • http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-375771,0.html • http://www.jordanislamicbank.com/accepting_deposits.html • www.imf.org • www.al-baraka.com • www.jordanislamicbank.com/accepting_deposits.html • www.iiabank.com

82

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->