Vous êtes sur la page 1sur 63

I. INTRODUTION GÉNÉRALE

1. Généralité

Le royaume du Cambodge est un pays sous développé du tiers monde et besoins des ressources humains pour les réhabilitations et les rénovations. Pour répondre à ces problèmes beaucoup établissements et instituts sont établis

Les pagodes et bâtiments publiques sont détruits pendant le régime de Pol Pot, donc notre pays besoins de ressources humains spécialement les ingénieurs pour construire tous les bâtiments. C’est pourquoi l’Institut de Technologie du Cambodge, un institut publique sous ses coopérations avec la France et d’autre pays francophones, donnes des formations aux jeunes étudiants Cambodgiens dans le domaine de technologie dans le but d’assurer la continuité de développement du pays. Par conséquence, les étudiants ont surtout des impressions sur des connaissances théoriques et prennent peu expériences dans la vie professionnelle. La théorie est très importante mais aussi la pratique. Pour répondre au besoin du marché, l’ITC organise le programme pour les étudiants d’acquérir un stage de au sien des organes publiques ou des entreprises privées, pour réaliser leur mémoire de fin d’étude qui leur permettre en même temps d’apprendre la méthode de travail et de connaître l’organisation générale de l’entreprise. Avec ce programme, les futurs ingénieurs ou techniciens peuvent obtenir la vision globale de l’environnement du marché publique.

2. Présentation du stage

Sous la décision du conseil pédagogique de l’Institut de Technologie du Cambodge, à la deuxième semestre du cinquième années, les étudiants des six départements doivent faire du stage obligatoirement dans une établissement privée ou publique afin de rédiger un rapport concernant le travail qu’ils ont fait pendant le stage et de faire la soutenance des mémoires pour obtenir leurs diplômes d’ingénieurs. C’est la raison pour laquelle, à la fin de l’année académique 2009, j’ai fait du stage dans une entreprise internationale qui s’appelle HANIL ENGINEERING & CONSTRUCTION CO., LTD. Le stage s’est déroulé document pendant trois mois. Et pendant ce temps, j’ai fait et étudié beaucoup de choses concernant le travail du chantier comme le poteau, la poutre et dalle.

- Durée du stage

- Enterprise

- Sujet de stage

- Maître de stage

- Tuteur de stage

: Du 16 Février au 16 Mai 2009-03-09

: HANIL ENGINEERING & CONSTRUCTION CO., LTD : La construction d’appartement M202 à CAMKO CITY

: M. VONG Seng

: M. PREAP Tit Sovannak

Page-1-

3. Présentation de l’entreprise

3.1. Histoire

HANIL ENGINEERING & CONSTRUCTION CO., LTD est une entreprise internationale qui acheter, vendre et investir d’immobile propriété. Cette entreprise sert à construire des immeubles ou maisons comme CAMKO CITY et GOLD TOWER 42 pour but d’une affaire. Elle est crée par Koré compagnie depuis 2007 qui commence la construction de CAMKO CITY. Dans le chantier, il y a beaucoup de constructions comme les villas, maisons et les appartements.

3.2. Adresse

(CAMKO CITY) Boeung Pong Peay, Sangkat Toul Sang Ke, Khan Russey Keo, Phnom Penh. Cette adresse on construit seulement pendant la première de construction.

construit seulement pendant la première de construction. Figure 01: Location l’office de l’entreprise Ville :

Figure 01: Location l’office de l’entreprise

Ville

: Phnom Penh

Pays

: Cambodge

Téléphone

: 855-23-885-041

Fax

: 855-23-884-617

Email

: Khan70hong@empal.com

Organisation

: International

Président

: Koré

Page-2-

3.3 Organisation et structure

La gestion administrative d’une entreprise est particulièrement très importante. Toutes les entreprises doivent être bien structurées et organisées de manière efficace pour pouvoir assurer un bon fonctionnement. Le tableau sur l’annexe donne l’organisation seulement dans la construction de CAMKO CITY. (Voir l’annexe IV)

4. Présentation du chantier

C’est la construction d’appartement en béton armé qui se trouve à (CAMKO CITY) Boeung Pong Peay, Sangkat Toul Sang Ke, Khan Russey Keo, Phnom Penh dans le bâtiment

M202

Bâtiment à étudier
Bâtiment à étudier

Figure 02 : Location du chantier

4.1. Le climat

La direction du vent dépend des saisons :

Saison de pluie : De Mai à Octobre, le vent souffle vers sud-ouest à nord-est.

Saison sèche : De Novembre à April, le vent souffle vers nord-est à sud-ouest.

Selon le code NV 65, la vitesse moyenne du vent dans la zone côtière est de V = 33.8m/s.

Page-3-

5. Architecture

5.1 Comportement Général

Cet appartement consiste :

8, 9, 10,11 étages avec la hauteur totale h = 43.420m

Jardin

Une entrée et une sortie pour les voitures

Les passages

5.2. Aspect extérieur

Cet appartement est construit seulement pour les habitations familiales en utilisant les toitures terrassement en béton armé. De plus, il est décoré avec les portes, les fenêtres en glasses encadrés par bois et zinc, et (handail)

5.3. Aspect intérieur

Garages

Toiture

Chambre

Escalier Il ya deux types d’escaliers dans cet appartement :

: 2 garages en avant et arrière

: toiture – terrasse

: consiste totalement 151 chambres et 16 (Shops)

L’escalier normal

H = 16cm, G = 27cm et largeur = 150cm

L’ascenseur

Dans cet appartement on utilise le grand ascenseur 2850 ×2830mm 2

Façade

- Brique 20cm à l’extérieur

- Brique 10cm à l’intérieur

Dalle Dans cette construction, on utilise la dalle en béton armé avec l’épaisseur

h f = 150mm

qui varie dans chaque zone en base -60mm.

Page-4-

II. CONCEPTIONS GÉNÉRALES

1. Norme utilisée

Il existe beaucoup de normes et de méthodes à faire conception des bâtiments. Cependant, dans ce mémoire, tous les éléments des structures en béton armé sont totalement dimensionnés d’après la règle française BAEL 91 associés avec DTU.

2. Caracteristiques utiles des materiaux

2.1. Le Béton

Le béton est connu la pierre artificielle, c’est un mélange de deux principales constituantes : les granulats, et la pâte composée de ciment et l’eau. Elle joue le rôle très important pour lier les granulats. La pâte de ciment occupe généralement de 25% à 40% du volume total du béton. Les granulats représentent à peut près 60% à 75% du volume total du béton. En générale, Ils composent de deux groupes, les granulats fines connues les sables et les gros granulats.

Résistance caractéristique du béton

(Ref.#1, p75)

Pour l'établissement des projets, dans les cas courants, un béton est défini par la valeur de sa résistance à la compression à l'âge de 28 jours dite valeur caractéristique requise notée f c28 . Lorsque des sollicitations s’exercent sur un béton dont l’âge de j jours est inférieur à 28 jours, La résistance caractéristique est exprimée ci-dessous :

On déduit,

f

bu

La

résistance

=

f

f

cj

cj

=

=

j

4.76

+

j

0.83j

1.40

+

0.95j

f

c28

f

c28

Pour f

c28

Pour f

c28

0.85

×

f

c28

γ b

d’où γ

b =

1.5

caractéristique

à

la

traction

du

>

40MPa

40MPa

béton

à

j

jours,

conventionnellement définie par la relation :

f =0.6+0.06×f

tj

cj

notée

f tj ,

est

Page-5-

2.2. Les aciers

Les aciers pour le béton armé sont constitués par des aciers qui se distinguent :

Résistance d'acier

Des rondes lisses (RL) :

Fe E215 : fe = 215MPa Fe E235 : fe = 235MPa Des barres à haute adhérence (HA) :

fe E 400 : fe = 400MPa fe E 500 : fe = 500MPa

On déduit:

f

su

=

f

e

γ

s

γ

s

=

Pour les combinaisons accidentelles

1.00

⎨ ⎩ Dans les autres cas

1.15

3. Dispositions constructives

3.1. Protection des armatures

(Ref.#1, p82)

Le fonctionnement de l’association acier béton n’est effectif que les armatures sont correctement enrobées du béton. Enrobage correct assurera la bonne transmission des efforts du béton aux armatures, ce dernier se substituant efficacement au béton tendu défaillant.

3.2. Enrobage des armatures

(Ref.#1, p274)

Enrobage des armatures est au moins ou égale à son diamètre si elle est isolée, ou à la largeur du paquet dont elle fait partie dans le cas contraire. La figure ci-dessous résumée les principales dispositions relatives à l’enrobage des armatures :

dispositions relatives à l’enrobage des armatures : Figure 03 : Disposition des armatures L’enrobage e d’une

Figure 03 : Disposition des armatures

L’enrobage e d’une cage d’armature doit respecter des valeurs minimales qui sont fonction de type d’ouvrage :

e = 4cm pour les ouvrages à la mer ou exposés aux embruns ou aux brouillards salins, ainsi que pour les ouvrages exposés à des atmosphères agressives.

e = 3cm pour les parements non coffrés susceptibles d’être soumis à des actions agressives

Page-6-

e = 2cm pour les parements exposés (ou susceptibles de l’être) aux intempéries ou aux condensations, ou au contact d’un liquide

e = 1cm pour des parois situées dans des locaux couverts et clos et qui ne sont pas exposés aux condensations.

c(ou c )

t

=

Max

e

φ

1cm

e

v

=

Max

⎧φ

ou b

Cg

e

h

Max

⎧φ

ou b

1.5Cg

Avec Cg : La plus grosse dimension du granulat utilisé dans le béton

(2.5cm en

général).

3.3. Répartition des armatures transversales

(Ref.#1, p198)

Dans le cas des travées de hauteur constante sans charges concentrées, on utilise la méthode de Caquot ou Méthode de Perchat, les deux méthodes étant strictement identiques, sauf pour le calcul du nombre n qui interviendra plus loin. Pour les armatures transversales, il est conseillé d’éviter d’utiliser des aciers de diamètre supérieur à 12mm, mais il faut être supérieur à tiers des armatures longitudinales :

φ

t

φ

l

3

12mm

d’où

Méthode de Caquot :

φ :armatures transvesales

t

φ :armatures longitudinales

l

Après avoir calculé l’écartement des armatures transversales à l’appui, S t0 , le premier cadre est placé à 0,5S t0 de l’appui, puis on augmente l’écartement des cadres suivants, en centimètre la suite des nombres (à partir de la valeur de S t0 ) :

7-8-9-10-11-13-16-20-25-35-40

n = nombre entier de mètre (par excès) dans la demi travée de la poutre ou dans la portée totale pour une console (la nombre d’espacement).

3.4. Arrêt des armatures principales

(Ref.#1, p200)

Pour les poutres de planchers à d’exploitation modérée, lorsque la charge d’exploitation est approximativement répartie et inférieure à la charge permanente, lorsque les longueurs des travées successives sont dans un rapport comprises entre 0.8 et 1.25 les chapeaux sur appuis doivent déborder du nu de l’appui d’au moins :

1/5 de la longueur de la plus grande travée voisine si l’appui n’appartient pas à une travée de rive. 1/4 de la longueur de la plus grande travée voisine si l’appui appartient à une travée de rive. La longueur d’ancrage l S qui est la longueur de scellement pendant laquelle une barre se met en charge, vaut :

Page-7-

l S = 40φ Pour des fe E400 l S = 50φ Pour des fe E500

Les armatures inférieures A s peuvent être réparties en deux lits : le premier, de section au moins A s /2, filant sur toute la longueur de la poutre, le second étant placé dans la partie centrale des travées, les barres étant arrêtées à une distance du nu des appuis inférieure ou

égale au dixième de la longueur de la travée considérée.

(Ref.#1, p199)

de la longueur de la tr avée considérée. (Ref.#1, p199) Figure 04 : Arrêt des armatures

Figure 04 : Arrêt des armatures principales

4. Actions et sollicitations

4.1. Actions

(Ref.#2, p41)

Les trois types d’actions appliquées à une structure sont suivants :

Les actions permanentes G

Les actions permanentes G, représentent les actions dont l’intensité est constante ou très peu variable dans le temps. Elles comprennent notamment :

Le poids propre de la structure.

Le poids propre des éléments fixes.

Les effets dus à des terres ou des liquides dont les niveaux varient peu.

Les actions variables Q

Les actions variables Q représentent les actions dont l’intensité varie fréquemment et de façon importante dans le temps. Elles comprennent :

La charge exploitation.

La charge appliquée en cours d’exécution.

Action de température, du retrait.

Les actions accidentelles

Elles proviennent de phénomènes rares et ne sont à considérer que si les documents

d’ordre public ou le marché le prévoient. Les actions accidentelles sont :

Les séismes.

Les explosions, les chutes de rochers.

Les chocs de véhicules ou de bateaux.

Page-8-

4.2.

Sollicitations

Les sollicitations sont les efforts provoqués, en chaque point et sur chaque section de la structure, par les actions s’exercent sur elles ; elles ont exprimé sous la forme des

grandeurs classiques de la résistance des matériaux qui vont permettre d’effectuer les justifications prévues par le règlement (calculs de dimensionnement, vérifications de résistance ou de déformations, etc.), ce sont :

L’effort normal : N,

L’effort tranchant : V,

Le moment de fléchissant : M,

Coupe de torsion : T.

5. Etat limite

Un état limite est un état dans lequel se trouve une structure ou un élément de structure, et tel quel s’il est dépassé dans le sens défavorable, cette structure ou cet élément ne répond plus aux fonctions pour les quelles il est conçu.

5.1. Etat Limite Service

5.1.1. Hypothèse de calcul

Ils sont liés aux conditions normales d’exploitation et de durabilité. Les calculs sont conduits à partir des hypothèses suivantes, les sollicitations étant obtenues à l’aide de la combinaison d’actions correspondantes aux conditions et phénomènes suivants :

Conditions :

Les sections droites restent planes.

Il n’y a pas de glissement relatif entre les armatures d’aciers et le béton.

L’acier et le béton sont considérés comme des matériaux élastiques linéaires et il est fait abstraction du retrait et du fluage du béton.

Le béton tendu est négligé.

Le rapport entre les coefficients d’élasticité longitudinale de l’acier et du

béton ou coefficient d’équivalence, est pris égal à

n

=

E

s

E

b

=

15

On ne déduit par les aires d’acier de l’aire de béton comprimé ; on suppose la section d’acier est concentrée en son centre de gravité, pourvu que l’erreur ainsi commise sur les déformations unitaires ne dépasse pas 15%.

Phénomènes :

Compressions excessives du béton.

Ouvertures excessives des fissures.

Page-9-

Déformations excessives des éléments porteurs.

Vibrations excessives et/ou inconfortables.

Perte d’étanchéité.

Etc.

Critère de calcul :

Contraintes (ou deformations) limites. Calcul de type élastique (loi de Hooke, coefficient d’équivalence). La combinassions des charges aux états limite service s’exprime:

ELS

=

Q + G

5.1.2. Etat limite de compression du béton

La contrainte limite du béton comprimé à l’ELS :

σ

bc

= 0.6f

c28

La limitation de la compression du béton correspond à un état limite de formation de fissures parallèles à la direction des contraintes de compression. Cette règle est susceptible d’être prépondérante pour les sections rectangulaires fléchies, surtout si elles comportent des pourcentages d’armatures élevés.

5.1.3. Etat limite d’ouverture des fissures

Les formes des divers éléments et les dispositions des armatures sont connues de manière à limiter la probabilité d’apparition des fissures d’une largeur supérieure a celle qui est tolérable en

raison du rôle et de la situation de l’ouvrage. Dans tous les cas, il convient de bien répartir les armatures ; il faut avoir recours a des pourcentages suffisants d’armatures tendues et proportionner leur diamètre aux dimensions transversales des pièces ; en général, il faut utiliser le plus petit diamètre, c’est à dire le plus grand nombre de barres, compatible avec une mise en place correcte du béton, sans nécessiter d’accroissement injustifié des dimensions transversales des pièces.

Cas la fissuration est peu préjudiciable

La fissuration est considérée comme peu préjudiciable lorsque :

Les éléments en cause sont situés dans des locaux couverts et clos, non soumis (sauf exceptionnellement et pour de courtes durées) à des condensations ;

Les parements susceptibles d’être fissurés ne sont pas visibles ou ne font pas l’objet de conditions spécifiques concernant l’ouverture des fissures.

Page-10-

Dans ce cas, aucune vérification particulière n’est requise en dehors des prescriptions exigées par ailleurs (condition de non fragilité, prescriptions générales et dispositions particulière à certains éléments). Pour éviter les fissurations abusives dans les pièces relativement sollicitées, lorsque la membrure d’une poutre est constituée de barres de diamètre supérieur à 20mm, leur écartement horizontal entre axes ne doit pas dépasser quatre fois leur diamètre.

Cas la fissuration est considérée préjudiciable

La fissuration est considérée comme préjudiciable lorsque les éléments en cause sont exposés aux intempéries ou à des condensations, où peuvent être alternativement émergés ou noyés en eau douce (les conditions considérées comme préjudiciables donnent lieu à appréciation de la part du maître de l’ouvrage). Dans ce cas la contrainte de traction des armatures est limitée à :

σ =

st

min


Avec :

η=

2

3

fe ;110

η f t
η
f
t

1: Pour les ronds lisses

1,6 : Pour les HA

>

6mm

1,3 : Pour les HA

6mm

Cas la fissuration est considérée très préjudiciable

La fissuration est considérée comme très préjudiciable lorsque les éléments en cause sont exposés à un milieu agressif ou doivent assurer une étanchéité. Les conditions considérées comme très préjudiciables donnent lieu à appréciation de la part du maître ; parmi les milieux agressifs, on range l’eau de mer ou l’atmosphère marine (embruns, brouillards salins), l’eau très pure, les gaz ou sols particulièrement corrosifs ; certains ouvrages comme les cuves et réservoirs à eau ou à vin font l’objet de prescriptions particulières. Dans ce cas la contrainte de traction des armatures est limitée à :

σ =

st

min

⎧ ⎨ ; 90

fe

2

η f tj
η
f
tj

5.2. Etat Limite Ultime

Il corresponde à l’atteinte du maximum de la capacité portante de l’ouvrage ou de l’une des éléments avant dépasse par :

Rupture des sections par déformation excessive.

Perte d’équilibre statique.

Instabilité de forme (flambement).

Transformé de la structure en un mécanisme.

La combinaison des charges aux états limite ultime s’exprime:

ELU = 1.35G +1.5Q

Page-11-

6.

Hypothese pour le calcul du beton arme

On distingue deux types d’états limites pour le dimensionnement des armatures et béton :

Etat limites Ultimes (ELU)

De résistance,

De stabilité de forme

Etat limites de service (ELS) atteints

Par compression du béton Par ouverture des fissures Par déformation

7. Les elements en beton armé

VII.1. Dalle : elle fonctionne comme la poutre. Ce qui est différent est que la dalle a une largeur beaucoup plus grande que celle de la poutre. Elle détermine aussi la différence d’étage de la construction.

VII.2. Poutre

7.2.1.Les hypothèses de calcul à l’ELU

(Ref.#1, p117)

Une section de poutre ou dalle est sollicitée en flexion simple lorsque le torseur gauche des éléments de réduction dans cette section se réduit, outre l’effort tranchant à une coupe de moment M. L’hypothèse de dimensionnement des sections sera les suivants :

Section de béton rectangulaire ou en Té.

Répartition des contraintes dans le béton comprimé selon le diagramme rectangle simplifié.

Contraintes de traction du béton est négligeable.

ou

Grandeurs

de

calcul

correspondant

aux

cas

courants

(situations

durables

transitoires) :

Combinaison d’actions : 1.35Q + 1.50G.

Contrainte de calcul du béton en compression

f

bu

=

0.85

×

f

c28

1.5

.

Module d’Young de l’acier : Es = 200Gpa.

Contrainte de traction ou de compression de l’acier :

σ

σ

s

s

= σ =

su

fe

Si

ε

1.15 se

= E × ε Si ε <ε

s

s

s

se

ε

s

10%o

Page-12-

* Règle des trois pivots

(Ref.#1, p83)

Les trois pivots A, B, C correspondant aux déformations limites fixées pour les matériaux acier et béton. Ils permettent de définir trois domaines dans lesquels peut se trouver la droite des déformations d’une section.

h

Fibre comprimée

Fible comprimée

Fibre tendue ou la

Fible tendue ou

moins comprimée

la moins comprimée

As

As

-2‰ -3,5‰ B 2 7 3 h C 1 3 A +10‰
-2‰
-3,5‰
B
2
7 3 h
C
1
3
A
+10‰

-2‰

Figure 05 : Diagramme de déformation limite de la section

Domaine 1(Pivot A) : flexion simple ou composée, allongement maximal de l’acier sans épuisement de la résistance du béton.

Domaine 2 (Pivot B): Flexion simple ou composée, épuisement du béton sur la fibre la plus comprimée.

Domaine 3 (Pivot C): Section entièrement comprimée.

En flexion simple la règle des trois pivots impose que la droite des déformations passe au moins par un des deux pivots A et B.

7.2.2. Les hypothèses de calcul à l’ELS

(Ref.#1, p131)

La vérification et le dimensionnement des sections à l’état limite de service vis-à- vis de la durabilité, du moment de flexion. Les hypothèses de dimensionnement des sections seront les suivants :

Section de béton rectangulaire ou en Té.

Diagramme des contraintes linéaire dans la section.

Equivalent acier béton (coefficient n =15).

Contraintes de traction du béton est négligeable. Grandeurs de calcul correspondant aux cas courants (situations durables ou transitoires)

Combinaison d’actions : Q + G

Contrainte limite de compression du béton

Contrainte limite de traction de l’acier :

σ

bc

= 0.6f

c28

Page-13-

2 σ min = st ⎨ ⎧ fe ;110 ⎩ η f t 3 ⎫
2
σ min
=
st
⎨ ⎧ fe ;110
η
f
t
3
⎫ ⎬ Fissuration préjudiciable
fe
σ min
=
; 90
η
f
st
tj
2
⎫ ⎬ Fissuration très préjudiciable

7.3. Poteau

Un poteau est une poutre droite verticale soumise à la compression simple centrée :

l’ensemble des forces extérieures agissant à gauche d’une section se réduit à un effort normal unique N de compression perpendiculaire à la section et appliquée au centre de gravité G. Le dimensionnement des poteaux est basé sur les hypothèses suivantes :

L’effort normal de compression est centré sur la section transversale du poteau.

L’élancement du poteau est inférieur à 70.

Les poteaux sont soumis uniquement aux actions dues à des charges permanentes et à des charges exploitation. On considère l’unique combinaison d’actions suivante :

ELU = 1.35G + 1.5Q

Page-14-

III. DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS DE STRUCTURES

Il s’agit de dimensionner les quantités d’acier à placer dans une section en béton à fin d’équilibrer les sollicitations agissantes. La contrainte des éléments dimensionnés doit être vérifiée à l’état limite ultime (ELU) et à l’état limite service (ELS) pour assurer la stabilité et la durabilité de bâtiment.

Le béton est un matériau extrêmement résistant aux forces de compression mais très fragile vis à vis des forces de traction. Comme en usage standard, ces forces sont souvent présentes conjointement, on introduit dans le béton des armatures métalliques (ou chaînage).

La résistance du béton aux forces de compression est alors complétée par la résistance de l’acier aux forces de traction.

Dans ce chapitre, on n’entre pas dans le détail sur la technologie de réalisation de la super

structure. Toutefois, on va aborder sur le calcul d’après BAEL 91.

***
***

1. Le demarche de calcul des structures en ba

Dimensionner : à l’aide des plans d’architecture, on peut savoir la position des

poteaux, des poutres, des dalles et la portée, la hauteur de bâtiment alors on peut prédimensionner les éléments de la structure.

Combinaison de charge : en sachant l’utilisation de ce bâtiment, on peut définir le type de charge appliqué sur la structure.

Calculer des sollicitations M, N, T.

Dimensionner la section des éléments correspondant aux efforts et déterminer la section d’armature.

Disposition réglementaire et constructive.

1.1. Le calcul sera fait sur les éléments suivants

La dalle continue.

Le poteau en flexion composé.

La poutre et la poutrelle contenue.

Page-15-

X10 X12 X13 Y0 1 S11-017 SCALE: 1/100(A1), 1/ 200(A3)
X10
X12
X13
Y0
1
S11-017
SCALE: 1/100(A1), 1/ 200(A3)

Élements à étudier

- Dalle : (X14-X15), (Y1-poutrelle)

(4200mm × 3500mm)

- Poutrelle : X14 – X15

- Poutre : Y0 – Y3

- Poteau : X14 – Y1

Figure 06 : Plan caractérisant les éléments de calcul ( Voir détaillée sur annexe II )

Page-16-

1.2.Le calcul commence par

Le calcul des sollicitations : M, N, T à l’aide de logiciel Robot.

Le dimensionnement des sections des éléments correspondant aux efforts trouvés et les sections d’armature résistant aux ces efforts.

Les dispositions constructives et réglementaires.

2. Charges permanentes et surcharges

2.1. Charges Permanentes

(Ref.#1, p20)

elles résultent du poids volumique des matériaux mis en œuvre.

Poids volumique du béton armé

Brique creuse

Brique pleine

Chape en mortier de ciment

Enduit de mortier

Carrelage céramique

Plâtre

2.2. Surcharges

25KN/m 3

9KN/m 3

19KN/m 3

22KN/m

22KN/m

22KN/m

3

3

3

10KN/m 3

elles résultent de l’exploitation envisagée par les maîtres d’ouvrage pour la construction considérée.

Charpente et terrasse

1KN/m 2

Au niveau courant (Chambres)

Escalier

2.5KN/m 2

3.5KN/m 2

3. Matériaux utilisés

La résistance à la compression du béton à 28 jours: f c28 =28MPa.

- Résistance de calcul :

f

bu

=0.85×

f c28

θ×γ

b

=0.85×

28

=15.866MPa

1.5

- Contrainte limite en service :

σ =0.6f =16.8MPa

bc

c28

Page-17-

La résistance à la traction des aciers :

feE = 400MPa pour les barres de HA.

- Résistance de calcul : f

su

=

f

e

1.15

=

400

=347.826MPa

1.15

- Contrainte limite en service : Fissuration Préjudiciable :

σ =min 2/3f ;110

s

e

{

: Fissuration Préjudiciable : σ =min 2/3f ;110 s e { } . . η =

}

.

.

η = 1.6 pour les HA de φ > 6mm

f t = 0.6 + 0.06f c28 = 2.28 MPa

σs =min{266.67; 215.56}=215.56MPa

feE = 215MPa pour les ronds lisses.

-

-

Résistance de calcul : f

su

=

f

e

215

=

1.15 1.15

=187MPa

Contrainte limite en service : Fissuration Préjudiciable :

σ =min 2/3f ;110

s

e

{

: Fissuration Préjudiciable : σ =min 2/3f ;110 s e { } ⇒ σ s =min

}

σs =min{143.33; 170.41}=143.33MPa

Tous les éléments seront considérés comme étant en situation de fissuration préjudiciable.

4. Introduction de logiciel « robot millenium v.17.00 »

Robot est un logiciel créé en France avec la coopération de plusieurs pays tels que :

les Etats-Unis, le Japon, l’Anglais, l’Australie, etc. Ce logiciel est très utilisé pour calculer tous les structures comme : les structures en béton armé, les structures métalliques, et les structures en bois avec l’efficacité et l’économie.

Dans les calculs, on a utilisé le logiciel Robot pour nous aider afin de calculer les sollicitations M, N et T. Puis, on compare ces valeurs avec celles calculées manuellement selon le Béton Armé, enfin on obtiendra les sollicitations finales pour le dimensionnement des sections d’armature résistant aux ces efforts.

Page-18-

IV. CALCUL ET VÉRIFICATION

1. Calcul de la dall

Nota: Nous ne considérerons ici que les dalles constituées de panneaux rectangulaires, chaques panneau reposant sur 2 ou 4 bords; les autres configurations sont d'une etude complexe…

1.1 Géométrie

sont d'une etude complexe… 1.1 Géométrie Figure 07: Plan calculé de la dalle Supposons que :

Figure 07: Plan calculé de la dalle

Supposons que :

- la section de la poutrelle :

b = 30cm h = 60cm

- la section de la poutre

:

B = 40cm

H = 60cm + La portée de prendre en compte est mesurée entre nus des appuis:

Donc :

l

l

x

y

b

B

= −− = −

3.5

3.5

0.15

0.20

=

3.15m

2

2

b

B

= −− = −

4.2

4.2

0.15-0.3

=

3.85m

2

2

+ Élancement du panneau :

α

== l

x

l

y

3.15

3.85

=

0.818

(Ref.#1, p63)

Page-19-

Comme α = 0.818 > 0.4 , la dalle portante dans les deux sens.

+ Épaisseur courantes (à titre indicatif):

Dans le cas de dalle portant dans les deux sens et la dalle continue, l’épaisseur de la dalle doit

satisfaire la condition suivante :

h

(Ref.#2, p352)

l

x

4.15

40

≥=

40

=

0.078m

p

Dans notre projet, on prend : h p = 15cm

1.2. Caractéristiques des matériaux :

Béton :

Acier :

Enrobages:

f c28

f bu

σ

bc

f e

f su

σ st

=

=

=

=

=

=

c =

1.3. Charges :

28

MPa

15.867

MPa

16.8

MPa

400

MPa

347.826

MPa

210.097

MPa

2.5

cm

- Charges permanantes: (G)

(fissuration préjudiciable)

(Prise en compte à l'extrême des armatures longitudinales)

a. Poids propre = h p x γ BA

=

3.75

kN/m2

γ BA =

25

kN/m3

b. Chape et revêtement (10+22)×0.05 =

=

1.6

kN/m2

G

=

5.35

kN/m2

- Charges d'exploitations: (Q)

a.

Chambre

=

2.5

kN/m2

Q

=

2.5

kN/m2

- Combinaison des charges:

ELU: 1.35G + 1.5Q

=

10.973

kN/m2

ELS: 1.00G + 1.0Q

=

7.85

kN/m2

Page-20-

1.4. Sollicitations :

Panneau

isostatique :

Mox Moy
Mox
Moy
1.4. Sollicitations : Panneau isostatique : Mox Moy Figure 08 : Les diagrams du mome nts

Figure 08 : Les diagrams du moments sur la dalle (Ref #1 P 68)

Tableau 01. Moments de la dalle à l’ELU et l’ELS

Panneau

Moments

ELU (kNm/m)

ELS (kN/m)

Isoststique

M ox

5.890

4.744

M oy

3.700

3.489

 

M tx = 0.75M ox

4.418

3.558

Continu

M ax =M ay =- 0.5M ox

-2.945

-2.372

M ty = 0.75M oy

2.775

2.617

 

M tx = 0.85M ox

5.007

4.032

De rive

M aex =M aey =-0.3M ox

-1.767

-1.423

M acx =M acy =-0.5M ox

-2.945

-2.372

 

M ty = 0.85M oy

3.145

2.966

Nota:

ELU:

ELS:

M ox = M oy = M ox = M oy =

+ Coefficient forfaitaire: μ x et μ y

- Selon le tableau

ELU:

μ x = μ y =

0.0541

0.6281

μ

μ

μ

μ

.l x 2 .q u .Mox

xu

yu

xser

yser

.l x 2 .q ser

.Mox

ELS:

(Ref.#1, p66) μ x = μ y =

0.0609

0.7356

Page-21-

- Selon les formulas

(Ref.#2, p353)

Tableau 02 :Valeur de calcul m

Calculs

 

μ

x

 

μ

y

Sollicitations à ELU et ELS

 

1

     

(

8 1

+

2.4α

3

)

0.054

α

2

[1

0.95(1

α)

2

]

1/4

0.648

Déformation à

(

8 1

+

1

2α

3

)

 

0.06

α

2

[1

1 .50

(1

)

2

]

α

1 / 4

0.658

ELS

   

1.5. Dimensionnement des armatures

1.5.1. Regles et Dispositions Constructives:

+ Hauteur utile:

(Ref.#1, p211)

soit, diametre des barres sont

=

10

mm

(HA)

Donc,

d x =

12

cm

d y =

11.5

cm

Donc, d x = 12 cm d y = 11.5 cm Figure 09 : Section de

Figure 09 : Section de la dalle

Nota: le diametre de dalle est au plus egal au dixieme de hp.

soit,

Φmax <= hp/10 =12mm

OK!!!

+Condition de non-fragilite:

Le taux des armatures minimales:

ρ 0

=

ρ

ρ

x

y

3

α

2

ρ

0

ρ

0

ρ=

x

A

xmin

bh

p

0.0012 (RL FeE215 ou 235)

⎪ ⎨

0.0008 (HA FeE400)

0.0006 (HA FeE500)

;

ρ

y

=

A

ymin

bh

p

Les armatures minimales dans les directions x et y:

B

=

1

m

hp

=

0.15

m

A

xmin

A

ymin

=

=

ρ .b.h (3 α)/2.ρ .b.h

x

p

=

0

ρ .b.h = ρ .b.h

y

p

0

p

=

p

=

1.309

cm 2 /m

1.200

cm 2 /m

Page-22-

1.5.2.

Calcul a l'ELU:

(Ref.#1, p121)

La section la plus flèchie supporte:

On calcul le moment reduit:

μ =

M tx =

M tx

b.d

2

x

.f

bu

 

4.418

kNm/m

=

0.019

0.1

Comme μ est faible 0.1, on peut utiliser la formule approchée qui donne:

1.07.M u A = s d.f su
1.07.M
u
A =
s
d.f
su

Tableau 03 :Section des armatures à l’ELU

Sens

M u (kNm/m)

A s,min (cm 2 /m)

A s,th (cm 2 /m)

 

M

tx

4.418

1.309

1.13

M

x acx

-2.945

1.309

0.75

M

aex

-2.945

1.309

0.75

 

M

ty

2.775

1.200

0.74

M

y acy

-2.945

1.200

0.75

M

aey

-2.945

1.200

0.75

Nota:

Pour le panneau continu M aex et M acx , M aey et M acy deviennent M ax et M ay respectivement. Pour le sens x, d c'est dx, même si d c'est dy pour le sens y.

1.5.3. Calcul a l'ELS:

La section la plus flèchie supporte:

Il faut verifier que:

σ σ

σ

bc

st

bc

σ

st

M tx =

+ Calcul la contraint du beton: σ bc

u =

On a:

30.M ser λ=1+u 2 b.d .σ s α σ s σ = bc 1 −
30.M
ser
λ=1+u
2
b.d .σ
s
α σ
s
σ
=
bc
1
− α
n

cos

ϕ=

λ

3/2

n =

15

u =

0.035

λ =

1.035

φ =

18.319

(degrées)

α =

0.190

σ bc =

3.284

MPa

α = 1 +

4.418 kNm/m ⎛ ϕ ⎞ 2 λcos 240 ⎜ + ⎟ ϕ ( ⎝ 3
4.418
kNm/m
ϕ
2 λcos 240
+
⎟ ϕ
(
3

σ

bc

=

16.8

MPa

en degree)

Calcul les armatures lorsque l'ELS est le plus défavorable:

α 2

A

s

=

(

30 1

α

) b.d

Cas :

σ > σ

σ

s

bc

s

σ

bc

Page-23-

Tableau 04 :Section des armatures à l’ELS

Sens

M ser (kNm/m)

 

λ

   

A

s,min

A

s,th

u

φ

α

(cm

2 /m)

(cm

2 /m)

 

M tx

4.418

0.035

1.035

18.319

0.190

1.309

1.499

x

M

acx

-2.945

0.024

1.024

15.043

0.155

1.309

0.989

M

aex

-2.945

0.024

1.024

15.043

0.155

1.309

0.989

 

M ty

2.775

0.028

1.028

16.451

0.170

1.200

1.144

y

M

acy

-2.945

0.024

1.024

15.043

0.155

1.200

0.989

M

aey

-2.945

0.024

1.024

15.043

0.155

1.200

0.989

1.5.4.

Armatures maximales:

 

(Ref.4, article 5.4.2.1)

 

La somme des aires des sections des barres tendues ne doit pas dépasser la valeur suivante:

1.5.5. Armatures finals:

A s,max

4%

×

b

×

h

Tableau 05 :Les armatures finals

Sens

ELU: A s

ELS: A s

 

A

s,max

 

(cm

2 /m)

(cm

2 /m)

A s,min (cm 2 /m)

(cm

2 /m)

A s,final (cm 2 /m)

 

1.13

1.499

1.15

60

1.499

x 0.75

0.989

1.15

60

1.150

0.75

0.989

1.15

60

1.150

 

0.74

1.144

0.96

60

1.144

y 0.75

0.989

0.96

60

0.989

0.75

0.989

0.96

60

0.989

1.6. Verification la deformation des dalles

+ Etat Limite de deformation:

La flèche n'est pas indispensable de calcul si les conditions suivantes sont réalisées:

h

p

M tx

>

l

x

h p /l x =

20M

ox

A s

2

bd

f e

ρ= ≤

A s /bd=

M

tx

0.75M

ox

0.047

<=

M tx / 20M ox =

0.037

Fe est en MPa.

 

0.0008

<=

2/fe=

0.005

OK!!!

NON!!!

Donc, Il faut qu'on verifie la flèche de la dalle

+ Calcul flèche admissible de dalle:

Dans les dalles rectangulaires reposant sur quatre côtés et d'élancement α 0.4,la flèche au centre

(Ref.#1, p158)

se calcule de la façon suivante:

- on calcule la flèche comme une poutre de portée l x de largeur b=1m et soumis aux moments de flexion de service détermine dans le sens x;

- on multiplie le resultat obtenu par (1-0.1α) avec α=l x /l y

Page-24-

1.6.1. Fleche admissible f ad

f

f 0.5cm+l/1000 si

f l/250

l/500

si l 5m

l>5m

pour les consoles avec l 2m

Nota: l = l x Dans notre cas:

Flèche de la dalle soit: (1-0.1α) f ad =

f ad =

+ Calcul pratique des flèches:

A s = A' s =

f t28 =

 

1.499

cm

2

1.150

cm

2

2.28

Mpa

 
3 f c28
3
f
c28

=

33402.478

Mpa

i

=

501037.180

Mpa

 

100

cm

15

cm

12

cm

2.5

cm

2.5

cm

E

E s

i

= 11000

= n × E

b = b o = h p =

d = d x = d' = d'' =

6.3

5.78

mm mm d' A's d As
mm
mm
d'
A's
d
As
= d'' = 6.3 5.78 mm mm d' A's d As b d'' 2 3 1

b

d''= d'' = 6.3 5.78 mm mm d' A's d As b 2 3 1 4

2 3 1 4 5
2
3
1
4
5

hpmm mm d' A's d As b d'' 2 3 1 4 5 lx/4 lx/4 lx/4

lx/4 lx/4 lx/4 lx/4
lx/4
lx/4
lx/4
lx/4

lx

As b d'' 2 3 1 4 5 hp lx/4 lx/4 lx/4 lx/4 lx *** Le

*** Le déroulement de calcul est le suivant:

Figure 10 : Le diagram flèche de la dalle

1.6.2.Méthode général

On découpe la travée en quatre tronçons égaux, ce qui détermine cinq section de calcul ;

Pour chaque section, les données sont : b, h, d ,d’, et d’’ = h-d, les sections d’aciers A s et A s , le moment de service M ser ;

Les matériaux utilisés ont les caractéristiques suivant :

1. Béton : f t28 = 0.6 + 0.06*f bc28 , E i = 11000f 1/3 bc28

2. Acier : pas de valeur utile ici :

Pour chaque section, on calcul :

3. La position de l’axe neutre y solution de :

3+15 ⎡ ⎣ A

4.

5. Les contraintes :

by +30 A +A

sS

2

(

)(

y-30 dA +d′′A

s

s

)

=0

Le moment d’inertie :

 

2

+A

s

(

y-d

)

2

 

ser

(

)

d-y /I

i

f

3

2

12

20

12

2

= ++++

rr

12

r

3

rr

45

L

. 384

2

,

s

()

d-y

σ =15M

s

, ε =σ /15.E

s

ou

I= by

σ

bc

= M

ser

3

d-y σ =15M s , ε = σ /15.E s ou I= by σ bc =

.y/I

6. Les déformations :

-

ε =σ /E bc bc i s { } 0 ρ ff /σ :Δε =f
ε
/E
bc
bc
i
s
{
}
0
ρ ff /σ :Δε =f
/2E .ρ
f
tj
s
s
tj
s
f
ρ pf /σ :Δε =0
f
tj
s
s
*
ε =ε -Δε
ss
s
*
1
ε +ε
bc
=
s
r
d
2
j=5
L
1
x
f=
k
i
ij
384
r
j=1
j

ρ =A /b .C avecC =Max 0.3d,2d''

f

s0

0

Si

Si

Puis

7. La courbure

On obtient la flèche n 0 i par

Page-25-

Où les K ij sont les coefficients établis précédement.

Tableau 06 :Calcul la flèche par méthode général

Sections

1 et 5

2 et 4

3

A

s (cm 2 /m)

1.499

1.499

1.499

A'

s (cm 2 /m)

1.150

1.150

0.000

d

(cm)

12

12

12

d' (cm)

2.5

2.5

2.5

d'' (cm)

2.5

2.5

2.5

M

ser (kN.m)

-2.372

1.186

3.558

y (cm)

2.136

2.136

2.109

I (cm4)

2514.892

2514.892

2512.436

s bc (MPa)

2.014

1.007

2.987

s s (MPa)

139.556

69.778

210.107

e bc =

s bc /Ei

0.000060

0.000030

0.000089

e s =

s s /15*E i

0.000279

0.000139

0.000419

C

o (cm)

5.000

5.000

5.000

r f = A s /b o *c o

0.003

0.003

0.003

f t /s s

0.016338

0.032675

0.010852

e s =

f t /2E s r f

0.000759

0.000759

0.000759

e s *= e s -e s

-0.000480

-0.000620

-0.000340

1 / r = ( e s ou e s * + e bc )/d (m -1 )

-0.0028

0.0014

0.0042

f 3 =

     

L

2 /384*(2/r 1 +12/r 2 +20/r 3 +12/r 4 +2/r 5 )

0.00277

m

f t,general = 1.2*f3

 

0.00333

m

1.6.3.Méthode De L’Inertie Fissurée

Soit I 0 le moment d’inertie de la section totale homogéne ( avec n = 15 )

I=

bh

3

12

+15 A

⎢ ⎣

s

⎛⎞ h

⎜⎟ -d

⎝⎠ 2

''

2

+A

s

⎛⎞ h

⎜⎟ -d

⎝⎠ 2

2

⎥ ⎦

( Section rectangulaire )

- formule approchée supposant que le centre de gravité de la section totale homogène est au centre géométrique, approximation justifiée ici.

On calcul:

Puis

μ

=− 1

λ =

i

0.05f

t28

ρ ⎜ ⎛ 2+3

b

0

b

⎟ ⎠

1.75f

t28

4ρσ

s

+

f

t28

si μ

>

0, si non μ

=