Vous êtes sur la page 1sur 24

41»« Anade

CLAMS DE

Mes mourt de 1936

DOUCTRINE

HÉMNES DE NOUSTE

Permou que lous felibres en coumpagnie debisen, canten è per cops farandouleyen, quoandes n'y a qui-us prénen per truque-taulès ou poc s'en manque ? Que sèy plâ que Jehovah que coundamna l'Adam au tribalh mes toutu qu'où balha û die de lesc per semmane enta-s poudé alésera, desténe-s e, per segu, préne drin de goust à la bite. Nou crey pas, de mey, qu'où defendousse de canta en tribalha, de manière que trou- bèsse tabé drin de countentè p'ou miey de las yournades. Enta la praube Ebe, qu'esté sourdeys pusque n'esté pas dispen- sade de nade obre de nias e, per dessus lou marcat, qu'esté cargade de maynada. Dounc, qu'ey entenut, lous felibres que canten e que-s debertéchen si-us bague, mes si lous qui s'en estounen e-us seguiben cabén la bite-bitante, ya bederén que nou soun pas liberats de las cargues ourdenàris e que si bòlen craca, ya eau que-s gagnen la mique de tout die. Que soun tabé citoyens, e qu'an lou debé de ha lou rolle de mem- bres de la soucietat umane, ço qui rebién à dise qu'an la cargue, coum tout-û, de s'oucupa dous ahas coumûs e de-us ha marcha p'ou miélhe à la loue idée de felibres. Aço dit entaus qui-s serén estou- nats en béde lou titre d'aquéste artiglot. Sie coum sie dou punt de biste de cadû sus ço qui apèren lou féminisme, l'esprit de la douctrine felibrenque toucan la hémne qu'ey counegut : sus lou hoec de la poésie troubadourenque, lous felibres qu'an lhèu esparricat û drin de brase apadsadoure; si l'amou demoure la grane ley, si Mirèio e Bincens en soun, ta nous, l'incarnacioû, la moulhè, la douce Beline, la may aunèste e brabe, la daune balente, la hémne, de cap, coumpagne abisade dou mèste de maysoû qu'an tabé lous lous poète.s. Lhèu nou-ns en abisam pas autan, mes que tién à ue cause esplicable : quoan lou poète cante dab passioû, qu'ey yoén e goalhard, la soue bouts qu'ey tringlante, que retrenech e que l'enténen. Quoan l'eslame s'ey amourtide, lou hoec que s'ey atebit, la soue auyou qu'ey encoère douce e pénétrante, mes ne petrilhe pas mey; que brusle per aco, à plasé, e qu'ey auta- plâ « hoec qui dure » ; las noustes maysoûs qu'en soun de loung escalourides e permou d'et la bite que y ey unide e douce. Mes nou s'en parle pas : qu'ey trop ourdenàri, per segu. Lous poples urous n'an pas nade istòrie, se dits l'arrepouè. Las maysoûs urouses n'an pas istòries tapoc. Anat-be estouna si lous fabricants de romans e de pèces de teàtre nou-n parlen pas ! Qu'ous caleré hère de talent enta-n tira û counde qui haré bada lou lou mounde, aganit, lou mey soubent, de pipautè ou tout au mens de

50 —

causes qui passen l'ourdenàri; e l'enyenie ne-s trebuque pas à cade cutour de camî. Lou malur qu'ey que lous petits esprits, lous cap-leuyès e lous mau-asabentats que créden ço qui-us counden, que s'en hèn û plat e d'û cas reàle, soubent embentat, qu'en tiren counsequences fausses dou tout au tout. Que-s parech que las troupes de teàtre francéses qui ban youga à l'estranyè qu'y presénten pèces oun y a sustout flores, coucuts e cournards, boulentàris ou noû; d'aquiu à pensa qu'en France tout aquet traficàdye qu'ey de règle, nou y a qu'û pas

c que-u hèn à l'ayse, lous qui ne-n se counéguen pas plâ. L'an passât que_-m cadou, nou sèy quin, enter las mâs ue rebiste espagnole. Que y abè lou récit d'û redactou qui bienè de passa û més à Paris. Nou sèy, si s'y ère plâ passeyat au trâbès, mes nou sem- blabe counégue que lou quartiè qui ba de la place Blanche à la place Pigalle; lous madrilèns qu'èren dounc encitats à créde que nou y abè que lou Paris dou Councert Mayol, dou Moulî Rouye e de ço qui apèren « les boîtes de nuit » de counde ha. You que seri mey-lèu

tentât de créde qu'aquet « seiïor » n'ère pas, per segu, lou mey ber- tuous dous espagnòus, mes que soun dab coundes d'aquets qui-nse hèn la reputacioû d'esta û pople pouyrit de bîcis. Lous qui escouten

de taus rantoynes ne-s disen pas qu'à Paris que y a très milioûs de

hémnes e de gouyates e que toutes ne soun pas aus mâchants locs

de Mountmartre. Ne-s disen pas, tapoc, que Paris n'ey pas toute la

France, urousamén. Lous estranýès, urousamén tabé, nou soun pas touts coum lou

senor de tout-are e qu'en y a qui sàben bédé las causes coum soun, mes quoan disen ço qui an bist, qui-us escoute ? D'alhouns, lous irancés qu'èm mey-lèu pourtats à-nse critica; qu'ey reàle que parlém

de las noustes qualitats e mayemén de las qui soun l'aunou de las

noustes hémnes. Permou d'aco que-m hè gay de segnala û article de la Rivista politica-economica oun û proufessou italiâ, signor Roberto Michiels, e coumpare las francéses à las autes hemnes :

« En France, si dits, — mes que-s bet qu'escriu de Paris enlà — que y a lous qui soun seduts à las terrasses dous cafés, lous estàyres e lous batalàyres, mes que y a tabé la troupe dous qui tribalhen dou matî dinqu'au sé, lous oubrès lous mey adrets, lous mey « espe- ditifs » qui y aye en quine part dou mounde qui sie. E de-miey d'aquets tribalhadous, las hémnes que tiénen ue place eminentis- sima. La Francése que porte à sa case salàris mey counsequents que l'Anglése e l'Allemande à masse. Que dauneye en quoandes ourgani- sacioûs : noû y a qu'à la béde quin hè marcha lous magasîs, despuch lous mey grans dinqu'à las boutiguétes de cantoû, quin, per las cam- pagnes e mie lou tinèu e se gahe aus tribalhs lous mey rudes enta ayda l'òmi. Mes, quoan sabém quin a lou caractère franc, le.yau, couradyous e, mantu cas « virile », quoan couneguém tout ço qui la councèrne cabén l'istòrie e la literature en ço qui toque la soue enclinacioû à l'amistat, à la caritat, à la coullabouracioû, arre

nou-nse pot estouna. » E mey loegn Roberto Michiels que dits : « N'ey pas Pesclabe de l"òmi mes ne cèrque pas à-u doumina. Que-s cargue dou menàdye

— 51

oun assegure l'ourdi e lou plà-esta dab û sens de la despénse remar- cable e qui aneré dinqu'à l'abarè; que gabide lous maynàdyes; qu'enterbién aus ahas mau-aysits de la bite enta ha enténe counselhs sàyes e de boû sens. Boune espouse, boune may — lou countràri qu'ey l'eccepcioû — la soue force mourau que-s hè senti en tout ço qui toque l'ana de la nacioû. » Hè dounc, que diserat ço qui boulhat, mes que hè plasé de léye causes atau mey lèu que de las autes. En y espia de près, om que pot deléye, lhèu, perqué las francéses e soun reputades leuyères de cap p'ous estranyès de certéns païs. Que coumparen las hémnes de nouste dab las de lou, qui soun pesantes de cap e de corps, e coume cadû ayme ço de soû, nou eau pas estouna-s dou lou yudyamén; mes qu'ey faussât per û punt de biste de nature e, tabé, per l'ignourence de l'òmi qui noû sap bëde qu'ue part dou tablèu. Ue cause en tout cap que demoure : Nad aute pople d'aquets cri- ticàyres nou pot bouta en mustre hémnes de capàdye coum n'apa- rech dinqu'au houns de la nouste istòrie patriale : reynes e princes- ses, sentes e guerrières, daunes de maysoû e serbidoures, mays de familhe couradyouses e bièryes caritadouses, tribalhadoures balentes e adretes, que hèn ue triène amirable e digne dou maye respect. En las célébra coum hasoun — e. coum hèn — lous felibres n'an hèyt aute cause que recounégue, que-s meriten d'esta laudades.

LO U

COURN É

DOU S

SIMIN PALAY .

POUETES

QUE CAU PARTI

Que eau parti, quoan l'ore ey arribade, Ha soun paquet, puch à tout dise : « Adiu ! » Au cèu d'azu, lous lugras hèn l'aubade Ta-ns apera ta-u reyaume de Diu.

Que eau parti, chens counéche lou die Die d'Abriu, de Séteme ou Heure, Die negrous, quoan s'acabe la bie, Die de plous e de dòu tau larè.

Larè d'amou, barsòu de la familhe, Dous cars aymats : pay ou may, ray ou sô, Dou bielh paybou, de la yoene arrehilhe, Houns d'amistat, oun s'abeure lou cô.

Adiu païs ! O terre ensourelhade, Brès treslusent, per las bieryes cantat, Que bau quita tas flous esparpalhades, Touns boutons d'or, de dibine beutat !

52 —

Adiu mountagne, e mayoures chouvrères Qui-s miralhèn au lou Iheyt de cristau, Nou cragnen pas las minutes darrères :

Diu qu'ous a dat u balans immourtau.

O moun païs ! O terre soubirane !

Que-m as neurit dab la lèyt dou tou se

E qu'èy troubat, hens toun amne mayrane

Lou soul bounur qui demoure sancé,

Lou soul qui ren mey nouble la pensade, En l'eslheban dinqu'au pè dou toumbèu, Oun lous pla-hèyts de la bite passade Horguen la clau de las portes dou cèu.

Que eau parti, quoan l'ore ey arribade, Ha soun paquet, puch à tout dise : « Adiu ! » Au cèu d'azu, lous lugras hèn l'aubade Ta-ns apera ta-u reyaume de Diu.

10 de Mars de 1930 .

50=

BIRADES

JACQUES

CASASSUS .

Cansou de Cabaliè

dou

« Cancionero

gitano »

Dens la lue nègre, lue dous bandits, espérons que tringlen.

chibalou

Nègre

Nègre chibalou oun mies Ipu tou cabaliè mourt ?

La noeyt qu'agulhoue lou sous currous nègres

oun mies lou tou cabaliè mourt ? claban-se d'estéles.

esperous

que tringlen

d'à cos qui nou-s boudye

ni nou lié las guides.

Chibalou d'esglas, quine aulou de flou d° coutèt !

Dens la lue nègre

Chibalou d'esglas,

u

crit ! e

que

tute

quine aulou de flou de coutèt !

u

cor perloungat

Dens la lue nègre que sannen las costes de Sierra Morena.

au ras de la halhe.

Nègre chibalou oun mies lou tou cabaliè mourt ?

(Birade dou caste.lha per Yan de Bouzet.)

FEDERICO

GARCIA

LORC A

qui hou aucigut dens lous darrès destroubles

1. Entre lous gitanes, la flou dou coutèt qu'ey la sang;

MOUNDE E CAUSES DE NOUSTE

JAQUES DE CASASSUS

Moun Diu, quin que cabirouléje biste lou tems, toutu ! Aqueste mes de Garbe que hè cheys ans deja, qui lou nouste amistous coun- fray, Jaques de Casassus, a clucat la perpère e hèyt lou darrè adi- chat à tout ço qui aymabe tant hens la bite; mes arrés nou s'a des- broumbat aquet còssou d'Aussau, broungut coum u tôtchou e tilhous coum u sabiu, toustem la bouque arridente e l'oelh hissent. Be. hè dounc u gran boeyt à las noustes hèstes de Febus, aquet bèt pour- tadou de la nouste banère, esmiraglant dab soun beroy proupiau de guide aussalés, qui amoullabe lou sou cos de Grenadiè de la Garde, prestit de boune mestiou ! De sa clare e horte bouts de mountagnòu qu'alandabe, souben lou permé, u passe-carrères langourous ou u faralala houlastrè, e toustem, e pertout que semiabe la gauyou au cô deus plus retrèyts.

*

*

*

Badut à Bilhères d'Aussau lou 25 de Garbe de 1858, que s'y ey aiacat presque soubtemen, dab chic de malaudie, lou 6 deu medich mes de 1930, arround de u gran die de gouhasse, de balentie e u sé d'acabialhes de hés, coumplides en hèste, chens dòu ni degrèu, dab cantes e danses aussaléses. Aynat e eretè d'ue familhe coussude, hicade a l'aysiè peus pay- rans, qui horenidaben capbat Pourtugau, que n'abè jamés oayre quitat case qu'enta ue passadete d'escouliaje au coulège d'Aulourou e taus très ans de casèrne oun arrapa lous galous daurats; tout en esbaten sa joentut, per cops drin houlastrère, qu'a toutu sabut goarda e medich ha crèche lou pla 'sta, aproubedit dab ahanè peus défunts e qu'a dat à la maysou deus ayòus l'èr bourjés d'ue maysou de bètch estât e de boune coundiciou. Haut apitarrade à miey penent deu tucòu de la Capère de Houndas sus Bielle-ma-Fouè, e cap à la Balée, que-:; miralhe, en tournejan, sus lou Rey de Loubié de Batch, lous ports de Castètch, de Biou e d'Aste, lou Gèr d'Aygue-Boune, lous pics de Cauderés, lou Gourzy de Laruns, l'Auriole de Gère, lou Mountagnòv d'Aspe, lous berdurès d'Acaus e VAzercou bouscassut d'Arudy, qui la bire de la maies redous de l'ibèr jeladiu. Casassus qu'ey daunejabe en mèste de haude coundiciou e lou so maje plasè qu'ère de j'arcoelhe hère amistousamen e loungadamen lous amies qui-u hasèn l'aunou de-y boule drin coussira. Ah ! de quines bères cantaroles e de quins agradius rebalays e arrenilhets an doun retrenit lous trabatèyts de la gence maysou de Doumec de Bilhères à las loungues belhades de l'ibèr nebassè e à cade besite gayhasende ! Mes aquere biste esmiraglante e esmabente de tout die qu'encan-

54 —

tabe nouste amie de l'esguit deu sou enla, que l'engalinabe l'esprit e que-u hasè bouri lou cô de gourgueys plasents, de cantes amoure- jandes e de prouseys gaymandous. Tabé, tout doucetes, per simple dou de la nature, que-s trouba, per bèt die, cantadou de toutes las berous qui l'embaumaben e qui l'iragaben, ta d'et medich d'abord e ballèu toutu taus amies. Alabets, que sufi d'ue simple bue, d ue petite lèuse t'abita lou hoec qui coabe liens deu cô bourient e t'alanda lou tresaur de pensaments qui sou- micaben hens dou se cerbètch, de toustem enla neurit à la boune sape de la tasque : la bue que s'enlama tout de. u cop, sus la cin- quantene passade, quoan Jaques de Ca- sassus e counegou de plâ YEscole Gastou Fe- bus, deja grane may- nadete de ue doutzene d'anades. Ta-lèu arribat, qu'esté u deus mes ahoegats e deus plus aboundous, entaus councours de poue- sie : que j'arrapa prou biste u hardèu de mencious e de meda- lhes, tabé coumàl'As- souciaciou Regiouna- liste e à YEscolo deras Pireneos. En 1923, qu'abou lou plasé de-s bede à esplinga sus la pou- lacre la cigalhe argen- tade de Meste en Gay sabé e que-n esté hère

fièr

dab etch, tout Aussau qu'ère à l'aunou dou Felibridge.

L'obre de Casassus qu'ey aboundouse e embaumade de toutes las ellous deu bèt casau de sa Balée : qu'a candat las flous, lous ausèyts, la mountagne, lou tems, lou larè, sa Balée aymade, nouste loengue

— 55

mayrane et l'amou poutounejayre, dab de beroys moûts perhumats de toutes las pimpanèles deu so « Benou carit » coum Papère et medich hens la poulide cansou de l'oun se dits :

Ah ! si-m boulets créde, Chens me dise nou, Bienerets touts béde Moun Carit Benou ! Cansous d'aquére ley, quoandes n'a rimades ! Drin abans de mouri qu'en publicabe enso de Marrimpouey, u petit recoelh de dèts, e que-n apoulingabe u segoun de sétze :

qu'abém l'ahide deu bede à pareche u die peus soegns de la so

hilhote aymade, daune Constance Bareilhes. De mey, qu'a dechat u bèt garbot de pouesies de tout escantilh :

si toutes nou soun pas en plé de permère ley, hères toutu que-s meriten d'esta hicades en letres de moullou, en u beroy liberot, qui sera arcoelhut dab u maje plasé per touts lous amies de YEscole Gastou-Febus e tabé per touts lous Aussalés qui l'an hère counegut e souben endenut à canda, au men peus qui an goardat coum et medich l'amou deu larè, dab sas bielhes e bounes tradicious, e la sabou deu gayman parla natre deus payrans.

e

Qu'escribou

engoè

dues

agradibes pastourales

en

bers :

Cati

Yanine.

Yanine

qu'esté

jougade,

en

1926, suòus empounts d'Aulourou,

d'Arudy e d'Izèste e hère aplaudide. L'Indépendant de Pau, deu 23 de mars 1926, que-n dé u petit coumpte-rendut, dab aqueste menciou : « Yanine est une véritable pièce béarnaise, intéressante et instructive, tour à tour dramatique ou émouvante, toujours émotive; elle est écrite dans une belle langue d'une rare pureté, la vraie langue du terroir; les chants qui l'agrémentent et en rehaus- snt la valeur, sont d'une mélodie bien locale, mais point monotones. »

*

* *

Decap a la setantene, Casassus qu'esté hère abladat : la biste que-u s'abacha de men à men, à maugrat de touts lous soegns deus miélhes medecis deu pèis, tant-siè que nou poudou plus escribe e qu'où calou la hilhote coum escriba, ta las darrères cansouotes. Toutu, que s'y bedè prou enta-s gabida e ta couneche lou mounde ras e ras.

« Que eau parti »

Labets que coumpousabe la soue yénee obre

e que la hiqua coum poudou, et medich, en tèste d'u cayè tout nau. La hilhe que l'y susprengou; que-n esté ahurbide e esmabude; que-u pana lou cayè en lou disen : « Mes, papa, n'ey penses pas ! Parti ! Sâ e lègre coum n'ès engoère ! Que-n y a enta matis abans de pensa à d'aquet led machan passe-cotch ! N'escriberas pas arré plus sus aqueste cayè; que te-n atrassarè gnaude, si eau. » E que-u s'arre- capta tau so cabinet, barrât à clau; mes, à l'ore de. la mourt, Casassus

que Tapera e que-u digou : « Constance, hilhote aymade, as toustem

Que la me bas

lou cayè oun abi hicat la pouesie : Que eau parti ?

liéje u darrè cop. » Atau qu'esté hèyt, daban de toute la familhe

amassade e ajulhade cap bach e toute en plous, au pè dèu lheyt.

56 —

Lèu après, nouste brabe amie que hasè la darrère esprémse dab l'arride aus pots, coum abè toustem biscut.

*

* *

Lous tribulòcis de la bite que-m abèn empêchât de segui tau segrat aquet brabe e caristious amie e deu dise u darrè e courau adichat (qu'èri loegn de case !); mes que-m hèy u debé, oey, de mentabe e broumba l'obre de quet ahoegat escouliè de Febus, qui s'a mercat et medich ue boune place au miey deus mielhes : touts lous qui l'an counegut que goardaran loungadamens la moumbrance deu gayha- sent mèste en Gay sabé, Jaques de Casassus, esprit toustem esberit e lèsre e cô bourient d'amistat, dab l'arride aus pots, la bouts engali- nande e tringlande. La Balée d'Aussau, fière lhèu u die dou sou pouète, que laudara lou sou hilhot pieytadous, qui l'a tant aymade, aunourade e sustout hère beroy cantade.

CAUSES D'AUTES

J. EYT, aussalés.

COPS

L'ARMADO DE GASTOU-FEBUS en 1376

Pendent aquestos bacanços qu'èy auiit la parado de pausa la man ser uo bròucaduro tirado en 1872 à Bourdèu, à cent exemplaris, après aué parescut au tome XII de « Archives Historiques de la Gironde ». L'autou qu'ey P. Raymond, archibiste, labets, de las Bachos-Pyrénèos. Aci-ne lou titre : Rôle de l'Armée de Gaston Phœbus, comte de Foix et seigneur de Béarn 1376-1389. Aquet rôle qu'ey tout en biarnés e hère curious; qu'èy pensât que seré, lhèu, agradable aus leyidous de Reclams d'ous mucha aquéro pajo d'is- torio. Au segu, podom pas hica aci toutos las endicos, touts lous noums que dan las 150 hoelhos de gran fourmat; bam saja d'en tira lou medout. D'abord, eau dise qu'aquet rôle n'ey pas un estât hèyt après uo mobilisacioun en temps de guerro; Fébus que demando suloment, coumo dits et, « que tots los omis, praubes e ries, abtes per arma, sien à Morlaas, armats o désarmais », lou 17 de jun 1376. Atau, au mens, lou Coumte que sabera ço que pot aué débat la man en cas de besouy : « que los puscam mandar quant mestier sara ». L'ourdou, nanço qu'ey dou 6 de may, uo auto que seguis, lou lendouman e puch d'autos encoèro. Causo curiouso : lou toun que cambio suban lous destinataris; à un abesque, Gastoun que dira « reberent pay en Diu e segne » ; dab un segnou que sera rude e qu'ous amiasso :

se bolon pas bengue, que sera, per ets, « en las pênes de cors e de be.es » ; atau taben end'ous capitanis e gens de mendro maysoun; aus alliats, que eau bese : « car amie », ça dits e que proumet recoune- chenso « nos faram devers vos de manière que bos tengherats à contents. Diu sie am bos. » Lou noste Gastou que sabèuo de plan,

-

57

-

lou rouat qu'èro, se serbi en medich tems de la man de lier e de la mitano de belours.

6 de may que demando de ha pareche à

Morlaas, lou 17 de jun, touts lous ornes en estât de serbi. Cadun diu arriba dambe ço qu'a, armuro ou chibau; cado coumuno, cado bour- gés que sount taxats. Un bourgés riche de 200 fleuris, diu amia un roussin; lou qui n'a 400, n'amio dus. Lous nobles trop praubes

Adounc, la letro dou

end'amia un chibau,

touts, à Morlaas, qu'ous en dioun balha un. Suloment, auant d'ac ha, lous secretaris qu'escriuon d'ount beng lou chibau, à qui lou balhon e Gastoun que dits : « à tots e sengles à qui balharan rociis à lor leyau poder, e de render-los, quant seran tornats, si bius son, o, senou, de pagar los prêts si son morts de lor faute. » De tout aco que sount encargats quoate coumissaris : Pey Salier, de Morlaas; Guilhem de St-Abit, dit FAussalés; Fortaner d'en Per- Vidau e Menaut deu Beguer, d'Aulourou. La souo missioun diu este executado « aus despens de la terre », austoment dit, cado loc diu paga lous despens pendent la durado de l'enquesto e « si plus d'un loc bisitan en un jorn, boulem que touts se parquien las despensas. » La « mountro » hèyto lou 17 de jun que hè bese coumo enfanterio uo troupo de quoate coumpanios de 1133 omis en tout (525 arqués e 608 autes souldats) ; qu'y eau hica mèy de milo oubrès de touto traco ende l'artilherio e lous 750 omis d'armo, nobles e barous, qui serbiuon à chibau. Tout aco qu'éy pagat d'aquesto fayçoun : « los de Bearn e de Marsan e autes sosmes : XXV floris per mes; los deu Senescaut de Gasconhe e de las Lanes e autes estranyès : XXX floris per mes. » Lous estrangès que sount benguts d'un pauc pertout :

se bouter an dus,

très

end'en trouba un à

dou Perigord, dou Couserans, de Miropech e de Toulouso (lous

Ysalguier). Touts aquets cabaliès e omis d'armo n'èron pas cousuts d'argent ! Quauques-us suloment que sount benguts à Morlaas « armats e à cauats » ; d'autes n'an pas amiat qu'un chibau e nado armo, quau- ques-us qu'an armos, mès nat chibau; d'autes n'an pas arrés que sous dus bras. Aci, per exemple, ço qu'amion lous de Saubaterro-de- Biarn : « lo senher de Camo, armât e à cauat; — lo senher de Xas, ab un rocii e armât sino de came e de coeche; — Peyroutoun d'Oun- dats, ab un rocii; — Guilhem-Arnautoun de Casaus, son cors. » Lou segnou d'Espoey n'a pas, et tapoc, que « soun cors » à présenta. Aqui perque calouc requisiciouna lous « rociis » e lous arnès de l'armuro. Touts qu'estoun taxats : un amiauo un chibau, l'aute un bassinet, aqueste uo jaco. Lous curés taben sount toucats, lou 7 de may : « Item, dits l'orde, que tôt caperaa o clerc, sino que sien canonges o de religio, qui aye la balor de 200 floris, amie à Morlaas un rocii. » Coum aco, lou curé de Bideren, « en Bertran », qui n'èro ni canounje ni mounje, diu amia un chibau. La bilo de Morlaas que hournech 55 « rociis » pramo que coumpto 14 bourges qui an mèy de 400 flouris e 27 qui n'an mèy de 200. Entaus arnès, qu'ey tout parié : Ortès en diu 12, Saubaterre, 10; Pountacq que hournira « un pa de goantelets » e « la besiau de Pau, un arnes e un bassinet. » Lous coumissaris qu'amasson tout aco, qu'ac escriuon e puch que

58 —

Jièn la distribucioun suban lous besouys de cadun, à cargo, per et, de. tourna tout en boun estât ou de paga las despenses. Tout aco nou se hascouc chens drin de peleyado e las listos que sount loungos dous qui apèron « los falhents ». Lou « caperaa mayor » d'Ortès qu'a arrefusat d'amia la souo mounturo, lou curé de Bideren qu'a hèyt coumo et e taben lous caperas de Saubaterro; que y'a lou bayle de Salios, las gens de Baretous; lous de la bat d'Aspe, ets, qu'an amiat cinq chibaus s'ous dèts qui ous èron de- mandais. Labets, aco ba d'et medich, las esmendos qu'an plauut :

Y a toustems auut gens que se hèn tira l'aurelho. Gastou Febus qu'a uo artilherio e que n'a de la bielho e de la nauèro. Tout uo gran hoelho que dits « las causes necessaris a por- tar une troye, une bride, manguinèus. » Sabi pas, per ma fé, ço qu'ey uo « troye » ni uo « bride » ; d'autes mèy gignecs que-b at diran belèu. Lous « manguinèus » (mangoneaux) que sount ende jita peyros e trèyts; Fébus que n'a quoate, dus petits (countro-pés de dus quintaus). Ende carrussa tout aco, que eau 100 parelhs de buous, rede de boès (16 « miadors ») e lou rolle que coumpto 16 fus- tès entau boy e 13 peyrès ende serbi; que merco tabén « un quintau de séu e un aute de sagin » ende grecha las arrodos. Lous canous de her d'aquéro armado que hasèuon en tout un pés de 39 quintaus, à très cents flouris lou quintau. Lou her qu'ey pies « à la forge de Sent-Johan » (au ras de S. Jean-pè-de-Port ?). Dets parelhs de saumos qu'ous arroussègon. La poudro que se hè ser plaço e lou rôle qu'en balho la fourmulo chimico. Qu'éy prou curiouso e aci que l'ats :

«

4 quintaus de salpêtre à 2 sols la libre; quintau e miey de soufre biu, bon e net, à 3 sols la libre;

1

12

libres de camfore (camphre) à 4 francs la libre.

12

libres d'arcenic arrouy à 2 floris la libre.

40

libres d'argent biu (mercure) à 1/2 flori la libre,

(dison los canoners que nou trobon de bon sino à Barsalone) ». Dambe tout aco que pouyré jita 400 treytz e tout que cousteré 365 floris; suloment, proubable, la dinerole qu'èro un pauc boèyto pramo Gastou que balho aus « canoners 200 floris » e que dits que « n'agen so que poyran. »

Lops camins d'aquet temps n'èron pas lous d'adaro e Fébus que

demando d'amassa « 100 fodiers qui anin dabant, ab pales e fossers,

per adobar lo pas

pas estrets. » Gastoun, brabe, que penso taben à decha libres 100 chi- baus enta'us praubes malerous que la grècho ou la fatigo rendon trop grèus end'ana à pè.

E adaro, amies leyidous, espiem passa aquero armado dous nostes

aujols : que soun aquiu, souldats e autes, autour de 2.500. Dauant que y'a quauques centenats de paysans, dambe l'echado à la man ende hè lous passadjes; puch qu'ey Gastoun Fébus, et medich, dens un « lodge », coumo uo aubanèco de d'autes cops; que s'a hèyt ha aquero crampo pourtatiuo p'ous quoate mèy bous hustès dou païs de Biarn e qu'a boulut que la hasoussen de tau sorto « que caut, ni bent, ni ployé no i entren. » Ero dounc plan, aquiu deguens ! Autour

100 servents per jorn per passar à maas en los

59 —

d'et, lous mèy leyaus de sous sudyets, sa maysoun militario e sa

eantino; darrè et, lous segnous, grans e petits, cadun autour de la banèro dou prencipau, lous uns armats à sous très, lous autes coum an poudut aus despens de la terro e touts, lusénts e hardits, ser chibaus de prumè escantilh. Au mièy de tout aco, l'artilherio, bielhos pèços e canous, carrussados p'ous buous, seguidos dous oubrès; en

darrè

puble armât de bastous herrats e d'espados de rencountro. Après aco qu'ey lou desourdi : baylets, marchans, boulurs e tout ço que seguis uo armado. Tout aquet mounde, de segu, que diu amia gran brut e que sount aquets caddets que Gastoun lancera countro Joan d'Armagnac, en 1377, quan aqueste prengouc, countro Febus, la defenso de la dauno de Commenges. Guerro malurouso entau bis- coumte de Biarn; sas troupos estoun crouchidos e tout que s'acabec, en 1379, gracis à la mediacioun dou duc d'Anjou. La pats que se hasouc p'ou maridadye de dus praubes maynadots, lou hilh de Gastoun, qui auè 12 ans e que soun pay tuèc pauc après pramo que l'accusauo dou boule empousouna, e Beatrix d'Armagnac; lou mari- dadje estouc célébrât à Manciet (Gers) ; qu'ey lou soul jour belèu qui lous nobis passèn amasso, praubes petits ! Béuso auant d'aué tredze ans, Béatrix que-s maridec en 1382 dab un Visconti, e que mouriscouc à Parmo, en Italio,la dauneto aperado, de soun tems

loc l'enfanterio : lous arqués d'un estrem e de l'aute lou

« la

gauyouso armagnaqueso. »

M. SAINT-BÉZARD, armagnaqués.

LAS TRADICIOUS

Yocs de maynat

tout en lou toucan dab lou dit lous oelhs ou

las machères :

Pay e

rcay — Qui-u n'a tirât ? Fray e so. — Oun l'an boutât ? — En

càssou houradat. — Oun ey et càssou ? — Et hoec que l'a cremàt. — Oun ey et hoec ? — Ere aygue que l'a estoufat — Oun ey ère aygue ? Et boeu que la s'a bebude — Oun ey et boéu ? — Ere des- trau que l'a coupât et cot. » Se labets lou nèn s'en arrid qu'où hèn :

A

dise à u petit nèn

« Que y-a

aquiu ? —

Or e aryént. —

Qui l'y

a

hicat ? —

« Qui enségne ne cachile ne cachau que

sera herrat ! »

(Dit per Mme Menvielle de Yéu en Labeda, en 1895.)

* *

Enta ha sauta s'ous youlhs :

Pè petit, — pè doulic, — porto-m enta Bic, — de Bic ta Sent Die, — de Sent Die à Pau, — de Pau à Mountreyau, — de Mountreyau à Bêches — sounque mau me dèches.

LAS

60 —

REBISTES

En despieyt deus de Pau, Lou Poun-Loung sera d'Aussau.

Amie Talhur,

Aquestes dies, que m'a cadut enter las màs u beroy libe, sourtit deu fî calam d'u Aussalés, pla aletrat, lier de la soue balée. (P. Ba- diolle : Le Pont-Long, Historique des droits d'Ossau.s Que counde aquiu rie per rie l'istori d'aquere lane deu Poun- Loung, au Pal-Loung, coum disen per Aussau, qui, de toustem à yamey, ey estade espiade e reclamade coum prouprietat loue per lous de la Balée. Be n'an abut lous aulhès de per aquiu tribulocis e coupamens de cap ta demoura mestes d'aquet parsâ oun hasèn padoui lou lou cabau, sustout las baques e lou cabalumi ! Despuch quoan lous Aussalés miaben lou lou pastouris capbat las branes e las touyes deu Poun-Loung ? Qu'at haré mau dise. Per segu, lous baquès que hantaben aquets pechedés e, sus la poudye oun oéy daunéye tan fière. la bile de Pau, nou-y abè labets qu'u segassa; oun s'eslase Bizanos, qu'abèn u saliga e, péu Junquè de Yurançou, nou-y coussiraben que lous guits saubadyes. Ta mountagna, l'estiu qu'ey hère beroy, mes ta l'ibèr ? Quoan cadè la prumère nèu, que calé desfouralha deu soum de las estibères e serca padoénce per las parts de capbat. Qu'ey lou besougn qui abè heyt recouti lous aulhès tau Poun-Loung e lou besougn qui dure qu'ey u gran meste. Quoan n'y a qu'u meste, tout que ba plâ. Mes que ba mau, quoan arribe l'aha deu crepaut : « Aci qu'ey a trop de mestes, si disè lou barri débat l'arrascle ». Tau Poun-Loung, dab lou tems, que n'y sourti us-quoans qui bouloun sabé perqué lous d'Aussau abèn dit lous prumès : « Aço qu'ey mé ! » E quoan y a trop de gourmans autour deu medich tos, que-s eau peleya, que eau ha à la gnique- gnaque.

qui boulou sabé d'oun lous Aussalés tiraben lous

lous drets, qu'esté ta coumença lou Segnou, lou Bescoumte de Biarn.

Ta mestreya, ta boulé amarra, nou-y a pas coum u Goubernamén, que s'apère Rey, ou République, ou Frount Populari; tout aquet mounde qu'a urpes. Dounc, u bescoumte que basti u castèt à l'en- trade deu Poun-Loung, au soum deu candau oun ey encoère pitade la tour de Febus, coum qui dits : « Si èts mestes, you tabé; que

calera bede. » A l'entour de, la lane, péus biladyes qui èren puplats ou qui-s bas- tin, que-y abè tabé mourts de hami de préne ço qui abèn au ras. B'as

hilhòu deu blat de la

mayrie » ? Aco que debè esta bertat tabé per alabets. La mayrie qu'ère la Balée, e la Balée, qu'ère loegn deu crit deu hasâ. B'ère grane

la tentaciou d'ana ha pèche capbat d'aquets touyas, de-y dalha palhat, de treytura tabé quauque cournot e de basti bordes ou ous- îaus ! Countre aquet besiadye, qui-s hasè trop en daban, lous Aussa- lés qu'aboun lèu heyt de-us embia u hè-te-m-enla. Nou-y anèn pas en douceyan. Per bèt cop, que bachèn armats, au noumbre de quoate à

U gran Mste,

entenut aqueste dise : « Da bou tros au

— 61

cinq cens, en cridan : A hoec ' A mourt ! A talh ! Que s'y hè lè :

que coupèn tout ço qui ère plantât e que hén ue hoeguère de dus cens oustaus e bordes de dus biladyots qui s'èren bastits sus lou Poun-Loung, lou Brucos e Ilhée. E quoan calou tourna-s'y, que s'y tournèn. Qu'abè entenut parla de touts aquets patacs lou Téophile de Bordeu, u hilh de. la Balée, quoan escribè : « Be se n'y dé quau- que cop de bilhot e be s'y entenou soubén biahore-horses e ani-

» Dab lou Biscoumte, lou Segnou Soubirà, nou s'y poudè pas atau ha aus trucs. La baque d'Aussau qu'ère, tumèque, mes qu'aberé abut mâchante partide dab las dues baques de Biarn. Au loc de ha au mey hort, que s'amigalhén dab lou Prince et, tout doucetes, que hén recouneche ço qui estimaben lous lous drets. Que sabèn alabets coum au die de oéy qu'ue yunte de proutecciou que bau mey qu'u quoar- tau de dret. Eths qu'abèn besougn deu Bescoumte, mes lou Bes- coumte tabé que debè coumpta dab eths. Grate-m, que-t gratarèy. Ta poude esta recounegut coum segnou de la terre biarnése, ta tira souldats de bou péu e qui n'abèn pas pou à la brume, ta-s garni la boussete, à bèts cops drin escourrude, lou Bescoumte que hasè gau- sialhes à la yén d'Aussau. Ere nou-s hasè pas à l'endarrè, mes cade cop qui-s presentabe lou parât, que demandabe u papè, u escriut, u acte plâ sinnat, oun lous sous drets sus lou Poun-Loung èren plâ

lhets !

inarcats. Actes d'aquets, calameyats sus lou Libe Rouy de la Yurade, au segrari de Bielle, ne-us ne mancabe pas, mes qu'aparibe que lou Prince qu'abè beroyes paraulines, beroys sinnéts, mes machans digtous. Ço qui abè balhat dab la mâ dréte, qu'at boulé tourna gaha dab l'esquèrre. Mes qu'èren sustout lous omis de ley, lous grate- papès deu Counselh qui èren mey aganits que lou Segnou. Dab aquet mounde de las raubioles et deus babès, lous d'Aussau que passèn souben pauses hère empriglassades. Que calou pleyteya, discuti, cala- meya papè timbrât. « Lous de Pau » coum disèn per la Balée, qu'èren finars, mes que courrè, péus parsàs Marnés, aqueste. dise : « Tas pleyts nade jén bau coum ère d'Aussau ! » Fî countre fî n'a pas doublure.

qu'an coumbatut lous

Aussalés ta ha baie e mantiéne lou lou drét. Per la fî, que-y a d'aco cent ans, u yudyamén de la Cour de Pau, deu 11 d'aoust 1837, que-us recounegou mestes e prouprietaris de la mieytat deu Poun-Loung. Qu'abèn gagnât lou proucès e n'abè pas mentit lou bercet de la cante

Atau,

pendén

cheys

ou

sept

cents

ans,

bielhe :

En despieyt deus de Pau, Lou Poun-Loung sera d'Aussau. Amie, aquiu qu'as ue biste de ço qui èy troubat héns aquet libe de nautat. Si-n bos sabé mey de loung e de pregoun, que n'y trouberas, en lou leyen, que. t'en respouni, e que-m saberas dise si lou qui l'a tescut a lou calam plâ agusat e si counech de plâ ço qui-s debirabe per la Balée au tems de quauque cop. Adiu, amie, e, si ès per la mountagne, nou t'abuses pas; hè coum lous baquès d'Aussau, debare taus parsâs de capbat.

(Le Patriote des Pyrénées.)

L'ESBAGAT.

LOUS AMICS DE LA GASCOUGNE

REGIS MICHALIAS

suban létres de las soues.

Que hém counechénces dab lou pouète d'Aubergne lou 24 de ma de 1904, au castèt de Fountsegugne, oun èrem permou dou cinquan tenari dou Felibridye. Coum lou capdau nouste, Adrien Planté, e bienè de da lou salut de Biarn e Gascougne à Mistrau e à Tavan (lous dus qui demouraben dous sèpt) que-nse bim arriba decap u ômi d'u quarantenat d'ans qui-nse digou èste l'amie de Vermenouse, e coume et hilh d'Aubergne. Ligats deya, qu'en anèm de coumpagnie e, amasses, que debèm bâcha ta Abignou, Arle e las Séntes Maries. Que s'y tournabem d'engountra en 1905, ta la Sénte-Estéle, mes aquéste cop, Michalias que-s boulou da ue loungue tourneyade cap- bat dou Mieydie, e à petites camades que s'estangabe à Nîmes, lou Clapas, Narboune, Toulouse. Que bi Lourde e Pau, e medich que coussirabe per Ortès e per Arrens. Apouticayre dou sou mestiè à Embart (Ambert dens lou Poey dou Dome), nou s'en ère tiengut à mesura poutingues e à serbi ourdou- nances de médye; loungtems-a qu'abè estudiat lou sou parla e que sabè de co bous tros de Tobre dou pay de Mirèio e pouemis dou sou mèste Vermenouze. Rie per rie que publicabe dus libes de bers :

Ers dous soums (1904) e Ers d'u paysâ (1908) puch ue coumedie e, enflngues, la soue Grammatic aubergnate. N'ey pas coénte de las noustes de payera la balou d'aquets tri- balhs; que s'en cargaran pla lous hilhs mey sapiénts dou Haut- Mieydie. Qué-nse perdounen se balham toutu oey, sénse goayre d'autes debis, boucis de létres e ue birade dous bersets qui aubré- chen lou recoelh de bers, Ers d'u paysâ :

PASSEYADE

Ers paysâs ! anats ta Malhane,

A d'Et ya l'y troubarats, lhèu;

l'ayre dous poeys capbat la plane

qu'atégn l'arbe qui toque au cèu.

Decap Ytrac, gn'aute camade entau Pouète dou Cantau, bèt drin capsus de la brumade àyres paysâs sapiats canta-u.

Hardit ! Puyats, enta Beline

la nascude en la bat d'Arréns;

hèts-lou beroy e caressine dab lous flocs dou darrè printéms.

63 —

Bèn petit libe, bèn encoère ? Aus Felibres d'aquiu enla; porte u salut, cante boylère,

t'en, laudète, en lou cèu cla !

Lous dou nouste tems que-s broumben lhèu quin èrem labets dens lou Felibridye : La nouminaciou de Devoluy coum capouliè en 1902, que s'ère hèyte dens u ayre turmentiu e batalhè. La peléye que s'ère perseguide per débat, dinque à l'ore de la periglade de Sent Gile, en 1909, coum Devoluy ère oubligat de desméte-s. Michalias, omi de pats, nou s'ère hicat endabans ne dab lous us ne dab lous auts, mes que-s disè toutu qu'amie de Rounjat e de Planté, qu'ère dou partit de Devoluy. Tabé quoan Planté en 1910 e presentabe ta mayourau l'autou de tandes de bères obres, que s'en estabe p'ou cami, que s'en mancabe de hère que housse noumat.

sus

l'abuglè dou mounde, abou degrèu de nou pas abé en boune ore coume at saben ha bère troupe, cambiat de partit ? Nou, espiats senou la létre qui-nse hasè, e oun nou tiri ne hournéchi nade

birgule :

Quin

prengou

aquet

trebuc ? E-s

bouté

à

yemi

e

à

crida

Embart 28 de Noubembre de 1910.

Tant car amie,

Eici sèn eita urous de recèbre voutro bouno letro, mas aquelo qu'a couirrigu per nautris, en viaje, per quaucas semanas. Adoun, que sé tapau

tardieu de li fare respouonso

Hère be rasou, ami, de creire que m'arrestaré pas de canta moun génti païs maugrat la decisioun dou counsistôri; e s'ai fa ato de candidat aco is

que voutre egrègi Président a be vougu être moun peiri, emai lou paure gran Vermenouze que m'escrieuviè embei tristour de davans mouriguèsse :

«Hélas ! mon cher ami, je m'en vais, et c'est à vous qu'il appartiendra de

» Baste ! Lou counsistôri qu'a pensa d'autramèn ! Dieu a ben fa. Per ço qu'es de ieu me pènse : Adios la fèsto, adios lou sant ! Que tournarai pas proubable èstre candidat un cop de mai. Trebalho totjour à fouorço moun Dicciounàri auvergnas e vau acaba 'n autre recuei d'Ers dou mieu païs embei lou titre : Enco Noutre. Per ço qu'es dou Felibridge e deu tarri- borran que Pemmantèlo n'en vole ré-pas sèubre, que n'e prou coum aco.

recueillir ma succession dans le consistoire

Dinque à labets, « toustém cantayre e tribalhan à nou mey poudé » qu'ère l'amie que Planté e presentabe endeballes, mes en 1912 qu'arrecoutibem à l'anade de grans dòus taus de l'Escole Gastou- Febus : Henric de Pellissou dens Arête, Daniel Lafore à Saubaterre e Adrien Planté à Ortès qu'èren seguits tau segrat. Qu'at hasoum sabé à Michalias e beyats la soue respounse : 3 d'Abriu 1912.

Moun car ami, Planté après Vermenouzo ! dous meiours dintre lous meiours. Perdequé la neiro Segairo qu'es vengudo mèdre de mounde coume aco ? Vé, pauris de nàutris quànto de crous e de dons soubie la draib torto de la vido ! E vaqui Auvergno e Biarn qu'an ensèn de ploura.

Puch que toucam à 1914, à la gran guerre. Trop bielh, Michalias,

nou y'anira,

mes lous

sous

t

qu'ey seran.

Que

l'ey

degrèu

de béde

64

parti lou sou yéndre médye, e toute la yoentut d'Embart. U die de l'estiu de 1915 coume èrem per aciu capbat à escribasseya cartes (cause qui ta nous auts, sourdatots, ère u gay dous mayes) qu'où ne mandabem ue, e rie per rie que-nse tournabe aquéste :

5

de

Mai

de

1915.

Brave ami,

Re noum poudié me tare tant plasé se n'ès recèbre de novas de moun ami biarnés e de sèubre qu'èras mantengu en bouna santa maugrat quelo orra guerro que mouris tant de brave e jouine mounde ! Quouro doun aquet tarribaran sira achaba ?

se agu prou malaute quasimèn seis mes de sègo diens lou leit

Seu

ouonte demouravo à bièure, manja, dermi, senso re tare de mai. Escrieure re, riiéu pa no letro, ligi ré, nieu pa n'artiglo de journau, vieure tant coumo no bestio ! Aro, acò vai no bria de mei, mas se pas fuort que se

n'en manco ! Belieu que la bouno calour de l'estieu me fara mai de be Escusas-me se m'arreste, mai noun poudio mai n'escrieure.

Nou debè ana goayre mey enla. Que s'ère bis bastit coume u cas- tagnè dous turouns aubergnas, l'oelh cla e l'espalle carrade, miassat coum bedéts, que s'abatou en 1917 abans la fi de la turménte. E, la pats tournade, Delhostal, Vidal e autes frays en pouesie, que-s digoun que debèn recounéche Michalias, coum abèn hesteyat à Vermenouze : Lou 8 d'aoust de 1925 que pausaben ue taule-marme sus lou sou oustau. Qui s'en estounabe d'aquero ? Lous d'Embart medich, qui yamey n'abèn credut que poudoussen abé u pouète, u sapiént au miey d'ets. D'aulhous qu'abèn passât oeyt ans, e lou soubeni dou défunt, qui nou hou arré dens la poulitic ne dens lou mounde ouficiaù, que-s debè estupa : Pusque-s countentabe d'èste aymadou de la Léngue mespresade e hilh debot de la Patrie dou Mieydie !

•m*

MIQUÈU

DE

CAMELAT .

NABETHS COUNFRAYS

MM. Daydrein (D r P.), 4, Petite rue des Landes, Mont-de-Marsan. Lacrouts (abbé A.), curé d'Izeste, par Louvie-Juzon (Basses-Pyrénées). Lamazou-Betbéder (Gaston), 32, rue de la Bienfaisance, Paris (8 e ). Forcamidan, 3, avenue Victor-Hugo, Nogent-sur-Marne (Seine). Wallis-Davy, 133, avenue de la Gare, Ermont (Seine-et-Oise). Boucau (Henri), 30, avenue Félix-Faure, Paris (15 e ). Santé, 10, rue Lamothe, Pau. Benoît (le D r ), 30, rue de la Trémoille, Paris (8 e ). Picard (D r P.), médecin de la Marine, Hôpital Ste-Anne, Toulon- sur-mer (Var). Labadie, 8, rue de Strasbourg, Paris (X e ).

65

RECLAMS DE PERQUIU

A l'Escole nourmale de Lesca.

Yan de Tucat qu'ey en tri de prépara la soue prumère counferénce ta l'anade 1936-1937. Que s'at abera augan dab lous noums de loc e l'interès qui poden abé ta la léngue, la yeografle e l'istorie poulitic e souciau dou païs. Que houram u sòu doun lous locs-dits e soun mantu cop lou soulet testimoni de miles d'anades.

pla que nouste

Mes u cop balhade. la counferénce, que coundam

sapient counfray que boulera debisa-n dens lous Reclams.

Lou Councours de Predic.

Quoan, sus l'embit de quauques caperâs, mantienedous de la nouste obre, e-ns digoum de ha councours de predics entaus lebites de Auch, Bayoune, Tarbe e Dacs, qu'èrem coum segus qu'arrecoutirén, numerous, u bèt escabot de lutayres. Pocs que soun toutu lous qui an respounut au rampèu. Mes se las bacances n'an pas boulut que noustes yoens e s'y atelèssen, qu'abém hort d'ahides que-s troubaran lésé de tribalha dens aquéstes belhades dou mes mourt. Ya saben lous dus sudyècs impausats : 1° Nadau; 2° Lou bou Pastou, e que poden tabé coumpousa sus d'autes, causits au lou grat. Ha lous mandadis d'aci à cap d'an, au segretari en pè : M. Came- lat, Arrens (H.-P.).

Hèstes à Baigts

Lou 12 de garbe ue amassade. familhau que hesteyabe la prumère misse dou nabet caperâ, enço de Lesbordes. Que y abou debis en bers e. en prose, mes lou qui s'en pourtè lou bou que hou lou de l'abat Cambus, qui, coum bats béde, e tringabe au pouète e au musicayre, de douma.

La hèste de oey qu'ey hèste de reliyou. Ne sàpi pas toutu que la reliyou qu'estupi la gauyou. Labets que-m gahi au biarnés ta mielhe aluca lou hoec de la goalharde umou.

U

istoerot beroy, pramou que s'ey passât

 

U

roussignoulet

poulidet

y

esberidet

mes

din

trop lèu desbesat que

s'abeyabe au bosc dous payrans e que boulou ha u tour de mounde. Aqueths auseths n'an pas beroye pelhe, mes quine ganurre delicade e ayside ! Tan e mey que lèu lèu que countrehasou a s'y troumpa lou chiulet dou merlou, la bouts rauquilhouse dou gay, lou pepiadye de la pigue, medich lous tar- talhs dou parrouquet. Per bèt die, toutu, gahat pou debeyè, que tourna ta case esperissat e coudepoudat. Payran ni maygrane, pay ni may, de nats n'ère counechut, sustout quoan boulé piula. Toutu au cap de quauques dies quoan abou prou bebut à la hount clare, escoutat la musique dou bent enter las branques dous abets y dous càssous, que tourna gaha lou riu piu piu dous ayôus e qu'en hesè quoate bints

diferéns à l'are. T'an arriba à dise que nous tabey qu'abém pensât abé u roussignou parié. Quoan ère maynadye, que chiulabe touts lous ayres qui entenè de las coumplentes, de las ourguéns à moulinet e lèu lèu dous phonos. Ta lèu qui poudou, sou piano de Moussu Curé qu'ous cercabe e lou mey beroy, qu'ous

66

troubabe à s'y troumpa ! Qu'abè l'aurelhe delicade e l'aysiénce aus dits dou roussignòu de l'istoèrote. Urousamen ta nous e ta d'eth, qu'a bebut l'aygue de las bounes hounts, qu'a plegat lous sous dits à la bère musique, escoutat, espiat e estudiat lous bous musicayres e adare que sauteriquéye chens pou sus lous barcalhous mabedis de las orgues ou dou piano e riu piu pius beroys qu'en hè chens counda. Lou Boun Diu l'at tiengue loungadamén ! Qu'ey lou souhèt de touts !

Praube Espagne !

Coum tout cadu, en France, que seguim, esmabuts, las noubèles de la treslute qui boute à hoec e à sang la nouste besie. Quaus s'en at pourtaran, lous qui soun tau goubern de Madrid ou lous qui soun countre ? En tout cap, à d'aquestes ores, que soun chens fi ne coun- de las roéynes, e de bèt te.ms nou-s desbroumbaran las traynes san- guinouses qui esperréquen lou pople espagnòu.

Mes que s'en debirara de la Cata-

Praube malurouse Espagne ! lougne ?

Lous noustes yoéns.

Aquéste. abor que y'abou quauques mudances dens lou yoén esca- bot dous noustes escribas : Yan de Maupoumè, desensourdatat, que partibe decap à Paris oun nou desbroumbara de cerca-ns ayudes e amistats nabères; Antoni de Bastard que s'apoudyabe tau païs de Mussolini oun s'en ba houruca materiaus tau sou estudi sus la Bigne; que y'engountrara l'abat Lesbordes, tournât tau Seminari francés de Roume. Que soun noumats proufessous à St-Pè lous

abats Y. Louis Cantet e E. Catelan, à Gimount l'abat Saint-Bezard.

E Gavé, qu'amuche la philosophie en Tchécoslovaquie. Que coun-

dam sus ets ta que parlen de la Gascougne aus lous escouliès.

Yocs flouraus d'Aquitani.

Aci qu'ey la resuite dou councours de 193 6 :

I e Prêts : « A Poulimnio » de M . Joannon, de. Marseille. 2 AU Prêts : « Albo » de M . Ravine, de Bergerac. 3 AU Prêts : « Eras hilhes de Bayoune », de M . Salanoubat, de Bour- dèus. Mencioûs : M . P. Guibert, de Bergerac; M . P. Miremont, de Ville- franche-de-Rouergue. Citacioûs : MM . E. Lafon, d'Albas ; E. Burgade, de Mirande ;

PI Daynie, de Toulouse.

MUSIQUE. — Menciou d'aunou : M . E. Daynie, de Toulouse. Mencioûs : MM. N. Burgade, de Mirande; E. Burgan, de Gimont; J. Doumerc, de Castelsarrasin.

Gauyous.

Nouste segretari ta las Lanes, lou proufessou Destriau que-ns escriu qu'à case soue qu'ous ey badude. ue Bernadéte. Qu'y seran quoàte nenès, are, doun l'aynat, Ignace (doun Daugé e celebrabe la nachénce aus Reclams) que couménce d'esta granot, que ban poudé ayumpa la soue serouline. Coumpliméns à Daune Biébe Destriau !

67

Dôu.

Lou Felibridye que bién de perde û dous soùs cap-mèstes, Bernard Valcre, qui hou capouliè de 1909 à 1919. Qu'ère û artiste coumplit, nou pas soulamén poète mes pintre, esculptayre e grabayre e qu'ère en tout passât mèste. Que dèche ue obre counsiderable permou qu'ère û baient oubrè e n'aymabe pas de perde lou temps. Brabe òmi, dab aco, lou co sus la mà, toustém countent de. ha plasé. La fî de la soue bite, Diu sap toutu si hou pénible : qu'ère badut coum abùgle, que la supourtè dab couràdye e la soue hilhe que l'esté ue gran coun- soulacioû : qu'ey ère qui l'escribè lous bèrs qui-u dictabe e qui-u tienè au courent de la bite-bitante à laquoau e demourabe mey que mey estacat. Ya qu'arribat aus 76 ans, qu'abè goardat la yoenésse dou co e tout Festrambord felibrenc de las soues bères anades. Sente Estéle qu'où se recatte e que-ns en dàssi de la soue ley.

Qu'apreném tabé tout escas la mourt dou nouste counfray Marcel Durey, de Nerac, foundatou de YEscolo de Margarido, desparescude dab la guerre. Esprit oubert e lègre, Durey qu'abè hère escriut tant en francés qu'en gascoû : roumans, pèces de teàtre, ue « Histoire de Nérac » ; qu'ère estât lauréat dous noustes yocs flouraus e quoan lou nouste Capdau ère anat en païs d'Albret, qu'a quauques ans, qu'ère Marcel Durey qui l'abè arcoelhut au noum dous felibres dou parsâ. Que goardafam d'et û soubeni agradiu : lou d'û brabe, d'û beroy òmi, d û bou gascoû.

.<5

,

,

,

L. R.

».

COPS DE CALAM

Ue de Marselhe.

Qu'ey la Pignato de Touloun qui la counde :

U praube abugle que passabe daban lou marcat dou Cours en de- manda la caritat, la soue hemne que l'amiabe e qu'èren seguits de sept drolles doun lou mey gran parechè tout yuste ana sus lous doudze ans. Quin lou troun de l'èr a hèyt aquet malurous enta abé tant de

— familhes ? si hé la Toinète, ue rebenduse qui, à maugrat dous sous

80 kilos n'abè pas nad maynàdye.

que

t'estoune ? Abugle coum ey, nou pot pas béde ço qui hè

!

si-u

respoun

la

Coubasse,

la

soue

besie

de

banc,

L'AUTE.

Que soun petits-

Teins abè Lalorette, fiirbiarnés, que benè au medich croumpedou lous oéus de las soues garies. Per segu, las garies que hèn lous oéus coum poden, e, per segu tabé, n'ous an pas jamé hèyts sus coumande.

68 —

' Perqué aquet an, las garies dou Lalorette hasèn lous oéus mey

petits que lous auts ans ? Ne-m carqui pas de-p at dise. Lou croumpedou que-n abè malici, e, de malici qui-n abè, que boute au judje de pats Lalorette coum se-n poudè de mey se lous oéus n'èren pas grans. Au jour de minje pan blanc, lou judje que dit au croumpedou :

« So qu'abéts à dise

?

— Moussu, lous oéus dou Lalorette que soun bien petits.

— So qu'abéts à dise, Lalorette ?

— Moussu, qu'où balhi coum toustem lous oéus de las poules.

— Mes enta qué ta petits, se dit lou croumpedou.

— Moussu lou judje, se dits labets Lalorette finot, qu'èy settante

coate ans passats, e qu'èy toustem benut lous oéus à la doudzéne

e nou pas au pés.

— Ats entenut ? si dit lou judje au croumpadou.

— Qu'èy entenut, moussu. Tabé, chens ana mey louy, que pagui. »

Sèt sos. Que disen la misère que tube lou mounde. E se-b disèbi qu'ous ayde belhèu à bibe ? N'é pas lou qui mey hè bère bite lou qui mey biu. Que-n ey de la fourtune coum de la santat :

Que biu mey lou qui piule Que nou pas lou qui chiule.

En ue coumune qui ne bouy pas dise, mes qui counéchi plan, lou Bernatoun qu'ère bielh e praube que sacnèbe. Que bibè coum lous guits per las tèrbis. Touts qu'où plagnèn e ét ne-s plagnè pas. Qu'ère praube, — praubes que gn'a toustem abut — e que bibè

coum praube. La coumune que l'aydabe e qu'où hasèbe un tant per més : tchic de cause enta gn'aut, bère séutade enta d'ét. Que. disèn au mayre qu'où calé balha de mey. Lou mayre que dechèbe dise e lou Bernatoun, qui-n besè mouri dous goalhards e dous joens, que tirabe toustem en daban. Per la fin, lou praube Bernatoun que s'ère dechat mouri, coum eau ha touts. Que s'ère mourt nou pas de misère, mes de bielhè : bertat lou bie.lhè qu'é la maie malausie puch digun ne-n oarech. En plan serca, que troubèn au Bernatoun sèt sos qui ou damou- raben.

que-n a abut prou puch que-n a

« E

besets,

se dit lou mayre,

dachat. »

C. DAUGÉ,

lanusquet.

69 —

LOU ROUMAN NOUSTE

YAN-PÈY DE BOURDA à case de Puchéu

A la mie may caride, que dediqui aquéste garbe de soubenis.

I

Hens las lisques arrouyénques dous ferrous de seménce, embria- gats de calou, lous grits daban la loue tute, n'arrestàben de griba. Àu qui ta touts arraye, qu'embiaben, plée de mercés, la loue toustém mediche cansou. Deya puyat capsus dens lou cèu estigglat, nat brumalhòu ta des- triga-u, chens cès lou sourelh que hissabe. Barreyats sus l'estoura couyat lous sous arrays qu'arreboumbiben en han zitzetes. Yunguts despuch l'esguit dou die, à las nau ores, lou bestia que-s lechaben crida. Lous braulets ou bimardes de la corde harts d'estira la cadéne, tapla que s'arrestàben e qu'èren hougnats per lous boeus de la caus. De quoan en quoan bèt cop de tarroc qu'ous tirabe de l'adroumilhère oun lous boutabe la calou e dilhèu la sounsayne dous

grilhous. Dens l'ayre,

radous : « Bè ! bè ! Marti bè ! — Arrè, Saubagn; gran hilh de

p ique, e tu Laurét, macarèu, bos-te boudya, pacant, si t'y biey ! » Entertiénguts atau, dab hort de brut mes chic de pounchoades

d'agulhou, lous ateladyes au pas de mey en mey droulh, eslaryit qu'abèn, glèbe per glèbe, lou pedas dou laurat de quauques semia- déres.

de

que-s croutzàben lous crits, lous arneguets dous lau-

Toutu, b'ey bertadè l'arrepoè qui dits :

« loung

coum

u

die

May » que y'a labets die ta dus cops e nou s'y chaume brigue enço

dous paysas. Trencan la plane,

u

gouyat décidât qu'arribabe de Beuste. S'ère estât u passeyayre n'aberé pas causit aquére ore ne sustout tau carrère brigue oum- breyade ! Aus lauradous qui-s troubaben à la tournadure qu'em- biabe, coum se hè, u franc salut mes nou s'arrestabe ta busouqueya. Lou sou plan qu'ère tirât, qu'anabe tout dret ta Bourdères.

sus lou cami qui ba d'Assat à Mountaut,

Arribat daban Puchéu, chens ha tatèles qu'entra :

qu'abèt besougn

d'u baylet

Dues hémnes, daune biélhe e nore, qu'èren hens la maysou dab u maynadot de dus à très ans qui, à l'endost d'ue cadière, sayabe d'es-

taca lou câ. Las daunes que s'espièn, e la yoene de respoune au gouyat :

d'u baylet, mes dab nous auts nou pou-

det coumbiene d'arré. Si n'èt pas trop pressât, dèts ores que truquen,

— « Adichat mounde, que-m an dit,

!

»

que lhèu,

— « Besougn qu'aberém

70 —

lou tems de garni lou tistèt e que boy pourta l'adisna aus omis; çabiét dab you, lou cam n'ey pas loegn ». L'arrecapte, biste ayergat, la nore couhan-se d'u cabadé que-s plouma lou tisteret s'ou cap tout en dise : « Si boulet, qu'en bam ! » S'ou cami de la lane, daban ets, que-s dindouleyàben très ou quoate batióus. Qu'apèren atau, per nouste, lou disna ou l'abrespè beroy aprigat d'ue tabalhe qui pen de cade coustat. Quoan, lou repèch acabat, leuyè lou tistath regahe lou cami de case, arré mey nou-s bed en penderilhe, las soubres e lou tabalhou que soun sarrats. Be-s hèn trufa d'ères, las gouyates qui nou-s pléguen ad aquet ana e, si nou sàbin pourta lou batiòu s'ou cap chens ayda-se de la mâ, que s'en parle p'ou biladye. Qu'anaben dounc, coustat à coustat, lou gouyat e la hemne tout en debisa; dab chic de paraules que hen la trèyte, qu'èren deya daban la barrère.

— « Qu'abèt resou, si digou lou garçou, lou cam n'ey pas loegn

de case. » Lou mèste bielh qui seguibe la charrue qu'ère arribat à la tour- nadure. Lou yoen, drin mey enla, qu'esparsè ue tarlaque de hems tirât la bèlhe de débat las bèsties. Coum héms, per aquet die de calou, qu'enterràben quoate touyes echugues, brigue drascades ne bourides. Maugrat n'estéssen aganits coum soun lous yoens qui cracarén à toute ore, lous dus mèstes qu'abèn espiat e bist de loegn apressa-s la Marie. Qu'abèn tabé, à l'alure encounegude de l'òmi qui caminabe dab ère, debinat l'estranyè.

En lou hedén entra hens lou cam dab la nore, lou laurayre que descadena lous boeus e qu'ous amia cap au toumbaròu oun deya se tenè la tabalhe. Yausèp lou hilh, autalèu, d'aproucha-s et tabé :

— « Adichat, mèstes !

— Adichat, gouyat.

— Hèy papa, aqueste garçou que bouleré louga-s.

— Ah ! si hè lou pay, tout en de.shah entaus boéus dus brassats

d'aulourengue

hoélhe

de

milhoc;

que

boulet

louga-b ?

E

d'oun

bienét atau ?

Que biey de Beuste;

qu'èy hèyt dus ans

en

ço

de

Cami lou

riche.

Diàble hou ! aquiu qu'èret pla, perqué b'en èt anat ?

 

Drin estoumagat per aquet permé pic, lou gouyat nou demoura toutu bouque cousut :

— Tè, que bouli bede aulhous quin anabe !

— E quoan gagnabet ?

— Dèts e oeyt pistoles.

— Enténes, hòu, dèts e oeyt pistoles ! E-t ba Yausèp ? si digou

Yan de Puchéu.

— Balhat-l'at papa !

— Qu'ey entenut, garçou, que-b lògui per u an à dèts e oeyt pis- toles. Quin b'aperat ? E d'oun èt ?

71

— Que soy de Bourda de Beuste, e. que-m apèren Yan, maugrat siengui estât batiat Yan-Pèy.

— E dounc nous tabé que-b aperaram Yan de Bourda. Quoan ey qui poudet coumença ?

— Douma, si boulet, que soy libre.

— E dounc que ba pla, çabiét douma, que pouderam atau, ana

ta Soumoulou. Tribalha yé débet sabé ?

— Moun Diu, qu'èy hèyt drin touts lous tribalhs dou paysa.

— Bèn, Marie, tourne-t'en, bè ha disna lou gouyat, qu'ey l'ore. »

*

* *

Lendedie de bou mati Yan qu'entra baylet en ço de Pucheu. Que debè demoura-y bint ans.

qu'ère loegn d'esta

bantade coum la de Cami, lou riche, e tant d'autes. N'abèn toustem,

à nouste, que baylets d'escoute-plouyes, estros e pegàrrous. Perqué ? n'at sèy pas. Lou qui bienè de louga-s n'ère pas de mediche traque. Toutu, d'ue place, oun la taule ère boune, perqué diable s'en ère anat ? Perqué s'en bienè tad aquéste de triste renoum ? Quoan abou hèyt counechénces dab lou mounde de Pucheu, lou gouyat que-s desboutoa e qu'ous digou lou perqué. Qu'ère partit d'aquet endre.t permou que toutes semmanes que debè hourneya lou pâ. Lhebat à dues ores dou mati, qu'où calé cèrne la harie dab lou sedas (las balutes n'èren pas encoère counegudes enço dous paysàs). Qu'alegnabe lou hour, puch que prestibe. Quoan lou die lusibe, sou- bén la paste qu'ère deya lhebade, qu'enhournabe. Sinou, qu'esde- yoabe e adarroun qu'anabe afena lou mayram, ha poupa lous betèts

e tira la lèyt. Aquets tribalhs de borde qu'ous hasè dab plasé, ço qui

l'abeyabe qu'ère de cèrne-s u sacot de très mesures. N'ey pas petite coénte, b'at sabét lous qui, en tems, abét hourneyat ? Per adret qui 'stousse lou gouyat, qu'aburabe de-n embia lou sedas d'u pugnet ta Faute. E lou mey hort qu'ère de calé ha tout aco mentre qui toute la maysoade droumibe. Au sou adye, pensât, de sédse à dèts e oeyt ans, et tabé, rounglat qu'aberé ta quio haut die. Pénsi que bèt cop que l'arribabe de sena, tout dret. E-y seréts demourats bous auts ? You qu'aberi hèyt coum et. Que s'en ère anat permou d'aco pas per arré mey. Coum de yuste, lous de case qu'où cridèn, qu'en estén fachats :

«■ Oun troubaras ue place coum aquére. », si-u hasèn ? Ne per aquéres, e toutes las abances qui-u hen lous qui quitabe n'ou decidèn à regaha la mediche galère :

Aci, la maysou

n'abè pas horte renoumade;

— « Bessè, si digou, n'ey pas la soûle boune maysou dou parsâ ? puch, tant pis ! que m'en bau béde aulhous. » D'aquiu enla qu'ana louga-s dela-u gabe. Que trouba ya, p'ou tour de ha milhoc places nou-n manque. Que cadou sus u endret dab hort de tribalh. Aquero nou Fabè yamey esbariat, mes en sourtin de Cami, be trouba magre la taule ! Brigue de bi; dens lou toupi tout die que cousèn arrabes. Sus las soupes, qu'en y abè u bèt palhat e n'ère que

72 —

dab pênes qui las n'empassabe. Puch, la grèche qui boutaben ta tinta aquere gaholhe, que la s'abalàben las dues raicoles qui la cou- sinère metè tau mèste e tad ère. Brigue nou-n soubrabe t'ametcha lou rèste. Coum mascadure : u talhuc de lard. Minya qu'où hasè, mes tout die, tout die parié, qu'estoumagabe. Au cap de la semmane que digou qu'abè besougn d'ana ta case cerca-s hardes. Dab l'idée de nou mey tourna que parti ta lou. Lougat per u mes qu'ous hé gràci dou pagamen dous oeyt dies. Ço qui-u serbin à case n'èy pas besougn de b'at dise. Et, nou tournabe arré, qu'armugabe :

« Que

tròbi

sounque

ue

place

à miéyes,

si-s

pensabe,

enter las

dues qui counéchi e que sera lou diable si nou m'y demoùri. »

Dab

aquets

pensaniens

que-s

ère

apoudyat

lou

didyaus

cap

à

Bourdères. Que sabè ya, per abance, que la maysou de Pucheu nou coump- tabe pas coum boune, mes aquiu qu'ère segu de nou minya-y arra- bes pusque pe.r l'arribère nouste nou-n semien goayre. Gn'aute cause encoère : qu'abè fièretat; puch-a qu'abè quitat, n'abè qu'ue paraule :

tourna nou s'en boulé ta l'oun abè hourneyat dus ans. Yan de Bourda qu'ère madu ta Pucheu. E, aci, qu'at eau dise coum s'ey passât, qu'èren décidais, lou mèste yoe.n au mench, de cambia l'ana e sustout de préne nou pas mey u pèpi, mes u oubrè, e de

paga-u. Taquio labets n'abè coumandat hens la maysou que lou pay Yan. Aqueste nou hasè lou tribalh de paysâ qu'a houcarades, nou-s debè supourta-s lous estros. Et, qu'aymabe ha lous marcats e que l'ère dat, que s'y counechè e que-y gagnabe mounede. Tad et, lou bé que passabe au dusau plan. Engrèch ta las terres nou boulé croumpa-n brigue e, ana carga heins per Nay coum daubus, n'ère tapoc au sou goust.

— « Que. bos despéne ha, si disè, e sabs si-n tiraras proufieyt ? » Mes tabé, que calé béde lous milhocs qui Ihebaben : n'èren que boussadés de boutelhe, rebaudè.

pas brigue la mediche fayssou de pensa

que sa pay, en paysâ bertadè que disè : balhat à la tèrre e, d'ore ou tard que-b at tournara e dab gran mesure. Lute nou-y abè enter lous dus omis de Pucheu, permou que l'es- perit patriarcau qu'ère e qu'ey encoère, gràcies à Diu, hens las bées d'aquere seguide de paysas estacats au lou petit case. De chic ou de hère cade mèste qu'a hèyt praba lou bé d'ue manière

Yausèy lou hilh, n'abè

ou de gn'aute. Lou pay de Yan de Pucheu

qu'abè, per troques e arranyamens,

réussit à ha-s ue pèce de dèts e oeyt yournades dab u bintenat de

camoutots esparrisclats per la lane. Touts qu'aymaben aquet patrimòni aquesit chic à chic, mes à loue lou hilh n'a yamey cercat à pana la goubèrne au pay.

(Que seguira.)

L'Emprimayre Mèste

ZABIÈ DE PUCHEU.

en

:

E .

MARHIMPOUEY.