Vous êtes sur la page 1sur 40

ESCOLE

GASTOU-FEBUS

RECLAMS

DE

BÏARN

E GASCOUGNE

42 au Anade

1937-1938

•vH.'.V

TARBE

La hount dou Marcadiu, obre magnifie d'Escoula, Mathet e Desca, à la glôrie de la Bigorre.

42™ Anade

Octoubre-Noubémbre de 1937

Las Hèstes de Tarte

28-29

d'Aoust 19^7

Sus lou pradot,

Foto J. Médevielle.

las Pastourèles de Campa que-s pausen drin.

1

LOU D1SSATTE

Augan, enta YEscole Gastoû-Febus, que bienè lou tour de hesteya en Bigorre. Lou Counselh, sus l'embil dou Capdau qui counde hère d'amistats per Tarbe, qu'abè décidât de y'ana. De segu, qu'ère hasardiu, oey que lou francés e sémble.lou mèste dens las ciutats mayes dou païs, de debisa e ha baie ço de nouste daban la hourrère : Saya que bouloum toutu, e nou sémble pas que-nse siam enganats.

s'ey

Lou

bielh

cap-dulh

bigourdâ,

despuch

cinquante

ans,

que.

mey que doublât e lous nabèts abitants que soun, quàsi touts, arribats de l'estranyè, mes qu'y demoure, toutu, û muyòu de l'an- ciène poupulacioû qui s'esta plâ tarbése e qu'ey aquére qui-ns a hcsteyats e qui s'ey mey que mey plasude en nouste coumpagnie, toutû coum se plasoum en la soue. Las hèstes de l'Escole que soun

hèstes de familhe.

_

La

4

Serade

De Biarn, d'Armagnac, de Lanes, de Bigorre, autaplâ de Paris aban, lous amies qu'an arreeoutit despuch mieydie. E, quoan la téle se lhèbe s'ou truc de las nau ores, hens lou teatre « des Nou- veautés », ue sale beroy garnide que truque de mâs. Sus l'empount, la Beyne Clotilde de Lamazou, la couroune d'or s'ou cap, e adentour d'ère, lou floc de daunétes en bestissi naciou- iiau, lou Capdau, lou dinerè Tucat, lou Segretàri en pè, lous lau- réats dous yocs, la soucietat dous Troubadous. Lou mayre de Tarbe, Mous de Trelut, qu'ey tabé aquiu; qu'a tiengut d'assista à l'abiade de las hèstes. Lou Capdau que cante : « Aqueres mountines » e touts que l'ayu- den à l'arrepic, toutu que nouste Beyne e dits : « Lous Yocs flouraus que soun uberts » e parle coum aco :

Daunes e mèstes,

Debis de la Reyne.

Que y-a mey de quarante ans que la Gastoû-Febus e-s passéye à trabès la Gascougne ta segouti lous droumilhous e ha coumpréne à cadû, per la bouts dous sous capdaus e lou calam dous sous escribâs, lou poudé esmiraglant de nouste léngue mayrane.Lous crits d'ayude de la balénte « Escole » qu'estén plâ soubén entenuts ; au grat de las passeyades, que coussirabe beroys escabots de nabèts counfrays, couradyous e ahoegats per ue fé sancére.

Mes, si bèt sarrot de Gascoûs an boulut marcha au ras de nouste Banère, aylas ! quoàndes se soun dechats ahouni pou bent endemouniat de la grane tempèste qui passe sus la Terre de nouste ! Quoàndes, abugles e pècs, an cregut desliura-s d'û mâchant hat en regretan dab mesprèts tout ço qui, yustemén, e poudè goarda-us ue persounalitat e poussa plâ cap«us

la loue pensade : l'esperit de la Race

Plagném-lous, aquets ; noû soun pas mey d'enloc ! Ne bouleri pas toutu que-b pensèssets que lous Felibres que soun endarrerats e routiniès. Nàni ! Nàni ! qu'èm lous prumès à dise qu'ûe Race que s'acabe quoan s'arrèste d'enyibayna, de créa. Mes û Pople qui bòu abança chens ha-s segui dab et las tradicioûs e la léngue dous sous pays qu'ey û pople mourt tabé ! U gran escribâ dou sègle darrè qu'abè dit : « Les vrais hommes de pro- grès sont ceux qui ont pour point de départ un respect profond du passé. » E ya qu'ey plâ bertat, oey, que l'òmi que tire dou passât autant coum de nat sapiént libiè, las mey bères leçous. Aprengam à miélhe cou- néche nouste istòrie, obre digne e glouriouse dous ancèstres ; Apuch, dab tout l'estrambord doun ey soul capable û pople hort, que tribalharam chens cès dinque à béde esplandi nouste rebiscoulade. Bessè que-m perdounarat, daunétes, si-b disi de qu'ey à bous auts qui s'escad lou maye tribalh ? E b'ey plâ la hémne qui déu goarda au larè l'eslame clare de la bertut e de Paunou ? Qu'ey ère tabé qui e-y mantie- nera las tradicioûs : la may que bayoulara lou soû hilhot en parla de case e qu'où hara prou lèu coumpréne de que poden esta flèrs de pourta lou noum de Gascoû. Las yoénes maynades, qui soun toustém beroyes en Gascougne, qu'aledaran dab amou l'ayre natau; que haran retreni la nouste léngue oundrade e aquets ayres doulénts que tandes yeneracioûs an cantats e qui soun toustém bèts, toustém naus ; qu'àymen per fî tout ço de case, dou méndre casau dinque au mey bèt castèt, de las pênes

e

la

Léngue

dous noustes pays !

5

pirenénques d'oun debare l'aygue bribeyante dous Gabes cantadous din- qu'à las planes ensourelhades oun praben e maduren hourmént, milhoc,

arrasim.

En

seguin

l'arrègue

dab

la

qui

toustém

ayude

e

saube,

qu'en

aneram

d'û pas segu decap à l'ideau, e que puyara mey capsus encoère

l'amne gascoune, permou,

pè-rem

d'O

noustes drolles que seguiran. »

coume a

la

Se

enta la

Terre

:

«

dit hère plâ û yoén

Daune

s'en

tourne

à

CLOTILDE

DE

qui tribalhe

la

Patrie,

de

lous

LAMAZOU.

Debis hère aplaudit, coum pensât; que s'at meritabe. Autalèu, Yan de Tucat que ley lou Report deu Councours en

places dou

Segretàri en pè :

Report dous Yocs flouraus de Tarbe.

Reyne, Daunes, Mèstes,

N'auram pas gran tribalh ta escarbouta lou councours d'augan, pusque n'aboum qu'u doudsenat de pouesies e quauques scènes de teàtre. Per la

prose, nou s'en

quoan l'escabot dous amies se hour-

nech, quoan hère de bouts yoénes e lègres e balhen courau, medich aus

aynats, medich aus qui s'oundren lou cabelh d'ue peluche blanque !

doungues lous mandadis. Lou de qui-s gagne la prumère yolhe,

la

Yan

dies, ue fable e ue cansoû. Cade pèce qu'a lou sou balans e lou sou sentit. L'autou, lou yoén autou, y-a sab quin s'y gahen enta mesura bèrs. E quin nou s'y amucharé adret, pusqu'ey hilh de Mouncaup dens lou Bic-Bilh, lou parsâ de Lamoulère, de mèste Doleris e d'Andrèu de Baudorre ?

biarnés,

û pouémi, dues ou très melou-

y

parescou brigue.

serbiré

de-s

plàgne,

auheride

per mous

de

Mes,

à

que

Beyam

medalhe

de

Fourcade

senatou,

qu'ey

û

Guichot, doun la garbe

e counde

que

boulets pas créde ? Audits-me aço :

Urous

ômi

!

sinne

oubrétes

gaymantes,

aysides,

douléntes.

N'at

POUTOUS

Prumès poutous de la may calinouse A l'anyoulet, auherénce deu cèu ; Poutous mesclats de plous e de yoye frebouse, Lous poutous de la may soun l'auyou dou bercèu.

Darrès poutous dotís qui bélhen e plouren, dous qui douma seran au clot mourtau, esglasiéns adichats qui hén aus qui demouren lous qui chens fuis s'en ban dens ta noeyt eternau.

Ya que despuch d'abé hort trimat capbat Lutèce, nouste counfray que-s regabe dab lous parisièns e, atau, n'ey pas estounàble se au natre biarnés se mesclèssen quauques moûts d'emprount La yurade que dabe la prumère menciou à Diménye, l'obre d'u tri- balhadou, d'u pouète bertadè qui célèbre lou

Jour de pats e de repaus, per las bordos, p'ous oustaus.

U amie dous sous qué-nse assegure que Palazo, talèu lou yournau aca- bat, qu'ayme de léye e de debisa dab ious qui abans nous auts e cantaben

6

la glèbe, e tout ço que y'a de bèt, de dous au ras dous coustalats d'Arma- gnac. Que s'y hàssie doungues encoère, qu'escouti lous qui coume et, biren la Terre e que-ns at boùti per escriut. Parié counselh que dari (permou qu'et tabé que pot debiéne û mèste) à Pey Massartic, gn'aute paysâ encoère qui-s coelh la segounde menciou. Lou gouyat que couménce d'ana-n coum eau. Que tech ço de sou dab moûts beroys, e se pénse û drin aus antics, Beryéli e Teoucrite, se nou-s desgahe lhèu prou de las soues lectures, qu'ey û gay de l'audi :

Auey nou say perqué, aquet sourelh amie qui s'ous pots cade jour porto quauque arrepic dab sous arrays gauyous e sa gauyouso hlamo p'oa prumè cop, segu, que m'a hèyt mau dens l'amo

Atau qu'èm touts nous auts, quan la pauso s'escay bengudo, nou sèy d'oun, la peno- que nous bay e lou maje plasé, la causo la mes caro, que nous haré ploura coumo la mes amaro.

Lou noum de Yan de Sabalot qu'ey counechut despuch qui anabem ta Saubeterre. Lous yournaus de cade die e lous Reclams que-ns aprenèn quin abiabe lous Biarnés gauyous yougan e cantan p'ou maye gay de touts. Oey que-nse mande quauques scènes de la soue pèce nabère : Yan Petit, qui-s gagne la medalhe de moussu Manent, députât de Bagnéres. Nou-nse destrigaram à disé-n lou beroy sapte, nou-n haram pas la cretic. Se Yan dou Bousquet ère au pèys dous bius, be seré dous prumès tad aplaudi nouste baient counfray. Abisat coum n'ère, be poudoure èste û d'aquets counselhès qui toustém soun de besougn aus autous. Qu'ous disen : « Coupe dounc aco, aloungue aquéste tirade, espie se tau bers se tié dret, tourne aquéste paye dens lou crusòu. » Coum seré fier dou hilh de Saubeterre qui s'apoudyabe cade semane e miabe la soue troupe à Nabarréns, à Lembéye, à Mourlâs ; dinque à Paris

e oey à Tarbe

A l'entan qui-nse preparabem à biéne hesteya dens lou capdulh de la Bigorre, que recebèm ue pèce en très actes : Lou mouli de las suspréses, par Yane de Mauco, de Lasséube. Coum l'autou e hou courounade mantu cop aus yocs noustes, que mentabém hore-councours la soue obre nabère.

!

*

Qu'èm au cap dou nouste debisét. Abém encoère à prega noustes pouètes de soegna e de castiga lous lous tribalhs ! Que sémble soubén que, malaye ! n'an pas boutât û quart d'ore à calameya lous mandadis e que-s trufen ets medichs de ço qui hèn. Au miey de quauques pèces de bèrs, que boulerém û maye hèch de proses de tout escantilh, roumans, noubèles, estùdis, passeys.

B'at digoum mantû cop, mes e sera toustém enballes ? La pouesie, flou riale, que pot lusi de quoan en quoan, mes la prose qu'ey la mestiou necessàrie e lou pâ de cade die. Qu'ey en prose qui aniram anouncia capbat Gascougne l'obre de pats qui ey la nouste ; qu'ey en prose qui diseram ço qui-s deu dise, qui clamaram ço qui deu èste cridatyqui ense-

gnaram ço qui deu èste sabut dou Pople nouste

!

/

Yan de Tucat, de seguide, que ley lou pal- marès e lous lauréats que-s biénen coélhe las recoumpénses : Yan de Guichot, Pey Massar- tic. Lou tarbés, Paul Poques, qui tant ayudabe à entinoa las hèstes qu'abera, coum prêts d'ac- cioû, lou Dicciounàri de Palay. E aquéste d'abança-s sus l'empount ta dise, ent'acaba, quin Paul de Poques, despuch qua- rante ans, e hè tout ço qui pot ta mantiéne à Tarbe l'esprit tarbés e la soue lengue. Pertout, en toutes las oucasioûs que la hè bàle e pre- bàle. En bertat, nou y a pas û miélhe oubrè de nouste obre e qui, mey qu'et, ayme tout ço Paul de Poques. qui aymam, nade aute nou-s mérite mey qu'et lou prêts d'acciou felibrenque qui-u s'escay. E en l'at reméte, lou Capdau, qui s'a bist lou Paul tout maynàdye, qu'où da l'acoulade au miey d'ue periclade de patacs de mâ. Puch, suban la coustume, que ba ha lou sou.

Debis dous Yocs flouraus-

Qu'ey dab lou co bèt drin engourgoussit qui-m retròbi aci e que coum- prénerat perqué si-b disi qu'ey à d'aquéste endret qui-s détermina, que

ba ha lèu cinquante ans, la mie boucacioû de felibre e tabé, de segu, la de Camelat : qu'èrem, per labets, û parelh de maynàdyes, qu'abè 19 ans

e qu'en abi 16. Lou Camelat, ya qu'enhounsat en soun biladye d'Arrens

cap-de-mountagne, au soum de la bat d'Azû, qu'abè per chance urouse de counégue à Yan de Bourdéte, labedanés ahoegat e tribalhayre ; you qu'abi lou me pay. Ni lou Miquèu ni you n'èrem goayre sapiénts, lhèu per nou pas esta prou riches ta croumpa libes — permou toutu n'ère pas l'embeye d'estudia qui-nse mancabe — mes qu'abèm amies qui-ns aydèn à la coun- tenta, plâ ou mau, en se presta de que .leyi tout en se counselha tabé ;

à d'aquet àdye, lous counselhs que soun necessàris ta rénde sàyes lous

esprits descabestrats. Aci, à Tarbe, que s'y hasou û encountre reàle e inatendut. Au coumen- çamént de l'estiu de 1890, qu'anouncèn lou passàdye dous Felibres prou- bençaus p'ou païs. Aquets felibres, lou Camelat, lhèu, que sabè qui èren, mes you n'at sabi diable la brique, que-b pouch assegura qu'en aquet temps, en Bigorre, nou s'y hasè pas goayre coumpte dous qui escribèn en patoès e, d'alhous, nou-n y abè pas hères : parla gascoû n'ère pas des- tingat, pensât dounc escribe ! Dab l'embéye qui abém tóuts d'esta destin- gats, de ha lous moussus, — cade hàrri que bôu ha soun saut que débi- nât ço qui-n ère. Lous soûls qui goardaben au houns dou co> l'amou dou parla mayrau qu'èren umbles e moudèstes, reyents ou curés de campa-

gne, e que-s goardaben ta d'ets ço qui escribèn. Enta 'nténe las cansoûs de Despourri, que calé puya dinqu'au soum de las balées e encoère nou y abè que quauques bielhs ta las se soubiéne. Las toutoures de coéyre qu'abèn acassat las flahutes, lous tambouris e lous claris, e las gaytes bentourrudes que cedaben lou pas à l'acordeon aleman tout lusént de flous nikelades ; e per ço qui ère dous abilhès, las modes de Paris qu'ous abèn hèyts desparéche tabé. Per aco, las hémnes de las campagnes que

arroundi lou pè de la rée dab aquets pousse-cus de

balène, qui èren, à la bertat, l'embencioû la mey debertissante e pègue

refusaben de-s

dous cousturès de la capitale, mes quauques chapèus que coumençaben de paréche au miey dous couhàdyes qui sarraben lou chignou coussut e espés dab tant d'élégance.

arribèssen per aci enta ha counégue

l'obre mistralénque de counserbacioû de tout ço qui lous ayòus e-ns abèn amassât dab lou lou tribalh e dab l'enyenie dou lou esprit e que hasous-

sen enténe la bouts de l'endependence : qu'èrem s'ou camî de l'abdica- cioû, tout simplement. Qu'en bey dous yoéns — e dous auts tabé — qui hèn oelhs touts grans en enténe aquet mout d'abdicacioû. Qu'ey toutu la bertat : lous païs libres coum la Bigorre, lou Biarn, l'Armagnac, qui abèn ue bite pròpi e

Qu'ère temps

que

lous

felibres

Lou Capdau.

counforme au lou ana, à las nécessitais e à las poussibilitats de la terre, parlan ue lengue qui ère loue, seguin usàdyes, leys e coustumes counsa- crats p'ous sècles, aquets païs, poc à poques, que-s dechaben ana e que perdèn lou sentiment de la libertat e de la loue persounalitat. Loungtemps qu'abèn sabut tiéne pè e decha Paris à Paris, mes la resistence que s'aflaquibe, permou tabé lous mouyéns d'ataque que badèn de mey en mey horts e noumbrous : lous yournaus de toute traque que coubriben lou païs e lous de Bourdèu e de Toulouse, au loc de-s goarda la loue

9

fayçoû e de bibe dou lou pròpi, que boulèn coupia lous parisièns ; mes quoan nou at hasoussen que mau, l'esprit que s'empousoabe chic à chic e qu'en resultabe ù escàrni mes noû pas ù prougrès. Permou nou eau pas créde que sie û prougrès de ha imitacioû. Oerat au coumerce : qu'ey ço qui apèren imitacioû ? L'article qui troumpe l'oélh mes doun la qualitat e la mestiou e soun au débat de l'article nàtre. Per ço qui ey de l'esprit, de l'entelliyence, qu'ey tout parié, quoan s'ayech sustout d'ue race à qui lou temps e la nature an dat coum ue persounalitat qui la hè reconnégue au miey de las autes. Qu'en bau estouna bère troupe encoère en lous dise que la Reboulucioû de 1789 qu'ey estade ue cause de reculade enta d'aquestes countrades, permou qu'èren hère mey abançades que las dou tour de Paris en fèyt d'idées e de manière de bibe ; qu'èren en « democracie » despuch loungtemps per aci deyà dou temps d'Enric IV e 89 que-nse reyeta hort en darrè ta bèt sarrot de causes en ha créde que-ns anabe ha ha û gran pas en daban.

lous felibres proubençaus qui demouraben à

Paris e que s'èren apercebuts dou tribalh qui s'y hasè, per labéts, enta

feni de-nse despersounalisa. Si, en Proubence, Mistral e lous sous amies s'y hasèn despuch quarante ans à estanga la cougnade dou Nord, per aci nou s'y boudyabe pas goayre ; permou d'aco lous Proubençaus que decidèn de biène soua la diane en Gascougne.

de qualitat ! Aquere yoenesse dou Miey-die

Tout

aco

qu'at

sabèn

E lous

souàyres

qu'èren

qu'abè deyà counquesit, en esprit s'entén, la capitale, auta plà en litera- ture qu'en art e quoan seré s'ou pàti de la politique, qu'estéssen rouyes coum Albert Tournier, Zabiè de Ricard, Jaurès ou blancs coum Amou- retti e Maurras ; las Letres qu'èren representades per Alfonse Daudet, Paul Arène, Silvestre, ta nou parla que dous mayes, lous arts per Jean- Paul Laurens, Puvis de Chabannes, pintres célèbres, e lous esculptayres bigourdas Desca e Escoula, dab ue troupe de toulousencs que hasèn parla

d'ets. Artistes e pouliticiàs, de quine escole ou de quine coulou qu'estéssen que s'en entenèn sus las idées felibrenques, permou que sabèn plâ que la France n'abè qu'à gagna à las ha bàle. Boûs francés permou d'esta boûs proubençaus, n'abèn à la pensade que la France mey bère, mey horte e mey esplandente per dessus lou reste dou mounde, la France au cap de

daban toustém e pertout ! Enta que ne-us prenoussen pas per yanfoutrots ou farçurs, qu'aboun l'idée de noû pas se présenta dab las mâs boeytes. Pusque bienèn enta desbelha l'esprit de la race e que nou y abou de taus que lous poètes entau représenta, que-s hasoun segui estatues dous noustes : Cortète de Prades t'Agen, du Bartas ent'Auch, Gautier ta Tarbe, Nabarrot t'Aulou- roû, taules de marme ta Frédéric Soutras, Alfred Roland à Bagnères. Dab présents atau, y èren segus d'esta plâ recebuts pertout : e qu'en estoun. Nou-m brembe pas si, à d'aquere auhèrte, e y'abou per Auch nad councours, mes la Soucietat Académique de Tarbe e la Soucietat de las Letres e Arts de Pau qu'en hasoun, cadue lou soû, en lengue nouste, oun ne y abou, si boulét, hère de councurrents, mes qu'estén prous, toutu, ta qu'en sourtisse lou pous qui debè abia la nouste Renachence. Que-m rebédi, gouyatot de sédze ans, au miey dou yardi Massey plé de mounde qui an boulut béde aquets felibres de près ; despuch lou temps qui-n parlen, aco be-s coumprén. U gran banquet en plé ayre, discours, musique.

U cop d'auràdyc dab u bèt eschalagas qu'a neteyat lou cèu e refresquit

lou brèspe ; la hèste que reprén. Lous grans discours que soun estats

10

-

hèyts au Daiiquet, aaare qu'ey au tour dous nousies lauréats ae puya sus

la cadière predicadère. Lou permè qu'ey û gouyat tout prim e goàyre mey

bielh que you. De segu, que s'a prés la resoulucioû de noû pas abé pòu

de parla daban lou mounde e que coumence dab la bouts prou haute :

Era plouye

d'Abriu à coûtes, à chourrots,

que debare, amoudin e puntets e garrocs.

Mes lèu la bouts qu'où s'estrangle e qu'où eau da couràdye ; toutu qu'arribe au cap e que s'escape per la hourrère ta nou pas enténe lous coumpliments. Qu'ère Miquèu de Camelat, qui bienè de s'en pourta la

permère medalhe dab ue leyende d'Azu, en Grounh. Au darrè d'et, qu'esté

û ômi plâ diferent qui parescou sus l'empount : Yan Palay, lou me pay,

e plâ diferente qu'esté tabé l'istòrie qui counda, la hèyte famouse dou Curé de Seroû e de Casaussus. Nou crey pas que s'y abousse entenut

dinqu'à labets, à d'aquet endret, autan d'esclaquerats d'arride e de mey gauyous : lous paoûs ets medichs, apouricats s'ous arbes, que s'y hasèn

à grayla tant qui poudèn. Qu'en y abou d'autes qui parlèn encoère, mes lou gran cop qu'ère dat

e nou-m soubièni goayre que dou reyent Despilho e de la soue eglogue sus l'estiu. Que cerquèy en balles lou Camelat, oun recounegui deya û fray, ya que n'aboussi goayre rimât dinqu'à labets, que peguessotes e lhèu en francés mey qu'en biarnés, mes l'an d'après qu'où debi rencountra en

passan per Arrens e aquiu las counechences qu'estèn hèytes à- de bounes. Be coumprenét, adare, la mie emoucioû ? Cinquante ans de mey ! Tant

de

disparescuts, e qui harèn besougn mey que yamey à la nouste obre !

U

Paul Labrouche, û Rosapelly, û Bourdette ! qu'ey are, quoan lous

sabém partits per toustém, qui bedém quin e-nse manquen, permou que n'abèn pas acabat la loue manobre. Gràcies qu'ous sien dades, à d'ets e à touts lous qui, per la Gascougne

e lou Biarn, entenoun lou cop de claroû de la Proubence e qui e-y saboun respoune.

L'an d'après qui-ns estèn bists en Arrens, Camelat e you que largabem YArmanac patouès de la Bigorro, emprimat per mèste Lescamela, ù brabe ômi e qui-nse boulou ha crédit sus la nouste boune mine. Filadelfo, entertan, qu'ère tournade au païs dab lou sou beroy libe Posos perdudos e Mistral, qui abè debinat en ère ue amne d'eley, que

l'anabe

da l'entrade

aus Yocs septenàris de 1898. Qu'abèm l'abiéne ta

nous.

L'an d'après, Camelat e you — n'abèm pas pòu d'arré ■— en larga lou segoun armanac, qui titulaben Armanac Gascoû, que hasèm û councours

e qu'y bienèn lous mayes caps dou Biarn, permou que-ns èrem couberts

de l'autouritat d'Adrien Planté, lou nouste capdau de ballèu ; la yurade

que-s reunibe à Tarbe ; que y èren Filadelfo, Cardaillac, Rosapelly, Yan Palay, lou poète proubençau Marius André, qui passabe l'estiu à Bagnè- res e Ch. du Pouey, président de la Soucietat Académique; per aquere sorte, lou Biarn e la Bigorre que-s yuntaben e que-s pot dise qu'aquet die lou yèrmi de PEscole Gastoû Febus qu'ère semiat.

Prou lèu au darrè, Camelat e you que hasèm counechénees dab û gouyat dou nouste adye, Pierre-Daniel Lafore (Yan dou Bousquet) qui ère estât premiat aus noustes yocs ; que poudè oubtiéne de mous de Planté que prengousse la présidence e atau, en 1896, la soucietat qu'ère foundade e ahilhade au gran Felibridye. Despuch, coum ue maynade plâ badude qu'a prabat ; bère gouyate puch hémne poumpouse, qu'a passât lous quarante, mes à quarante ans

ue hemne de nouste qu'ey en plée yoenesse, bertat ?

-

11

-

Au risques de-b abura drin, que b'èy boulut counda tout aco permou, nou sèy perqué, FEscole, despuch badude, n'ey pas yamey biengude à Tarbe e be calé toutu que lous tarbés que saboussen la soue istòrie ? Lou tribalh qui s'ey hèyt, despuch, lous mes camarades que b'at pou- derén dise miélhe que you : Qu'abém mantiengut tant qui abém poudut la lengue de nouste, la lengue mayrane e, dab ère, tout ço qui coumporte d'amou ta la terre oun èm baduts e de respect taus mourts qui l'an hèyte ço qui ey : û dous mey beroys reyaumes débat lou cèu, coum disè lou yeografe biarnés Onésime Reclus. Atau que crey qu'abém hèyt de miélhes patriotes : qu'ous abém amuchat l'istòrie dou lou païs, dount lous Jibes de Paris nou disen quasi arré, y a qu'ayen la pretencioû d'amu- cha Pistôrie de France aus noustes chins e grans, coume si nou hasèn pas partide de la France autant que lous dou tour de Paris. Lous noustes poètes qu'an cantat la béutat de la patrie, la grandou de la familhe, tout ço qui apèren las idées force, l'amou, la libertat, la yusticie, las tradicioûs de fé, d'aunestetat e de bountat dou nouste pople. Lous coundayres qu'an mantiengut l'arride, l'esprit de la Gascougne. Lous musiciâs qu'an boulut retrouba las bielhes cansoûs e qu'en an sabut ha de nabères. A touts qu'abém ensegnat la flertat d'esta de sa case. Quoan sic arribade Fore de pausa l'utis — lou mey tard qui Diu boulhe — touts lous qui èm encoère aci, e lous coumpagnous de coumbat qui soun de co dab nous à-noeyt, que pouderam lega tranquiles à la yoenésse ue obre de pés dount l'abiéne tirara proufieyt permou qu'abe- ram tribalhat à haussa las amnes dens l'amou de la patrie e de Fuma- nitat ! Bielhs que poudém ha-s, mes toustém Febus abans ! Toque-y si gauses !

S. PALAY.

Aplaudiments, be-b pensât qu'en y abou loungamén.

La permère part de la serade qu'ère coumplide; û drin de lésé qu'ey dat aus assistants puch que seguira lou councert oun bam abé lou gay d'enténe lous noustes amies dou Cèu de Pau, arribats tout escas de Paris oun an anat ha brouni las cantes noustes, lous balents Troubadours de Tarbe e mantû « soliste » de l'ue e de Faute soucietat, qui-n an cadue dous boûs, que m'en poudét créde ! Qu'ey per la cante Rigorro ! qui s'abie. Lou nouste tant regretat amie Pascau d'Abadie be seré estât urous de la s'enténe atau lar- gade p'ous Troubadours, coundusits per mèste Louit ! Enta ha aunou aus amies Biarnés, Louit que cante. û bercet de " Bèt cèu de Pau » dab hère de sentiment e que councluéchen dab la malencounique cante dou bielh Despourrî : « Noû, noû, Pouléte » ; mes permè de quita l'empount, qu'aboum la nautat de gnaute cante per mous de Sent Upèry, û yoén qui anera loegn; que bienè de-s coèlhe à Paris lou prêts dou Président de la Bepublique. Qu'a ue bouts de bâche coum ne s'entén pas goayres e quoan la se sàpie ha balé, que hara rampèu à hères de cantayres de payère.

plasé

d'audi madamisèle Marguerite Lacoste, la charmante gabidayre de las Margalides de Rabastens, û beroy troupèt qui s'ey dat tabé au gascoû e qui abèm abut l'oucasioû d'aprecia, quauque temps aban

Permè d'enténe l'escabot dou Cèu de Pau,

qu'abe.ram

lou

12 —

e d'aplaudi. Madamisèle Lacoste que

cante dab û charme bertadè, que des- glare lous rabalays de « Si couneguèt ma bergère » coum û roussignoulét e tant

plâ que eau que s'y tourne ta respoune aus qui l'aplaudéchen.

Be calé plâ qu'entenoussim lou poète- laureat Yan de Guichot ? Dab tout lou soû co, que biengou dise « lou bielh càs- sou » e que poudét créde qu'esté aplaudit

et tabé.

E aci que soun lous paulins, gabidats

nou-n y a qu'û

bintenat, mes de quine qualitat ! Quoant om lous a entenuts à suspira « Maudit sie l'amou », om que coumprén que lous

de l'espousicioû de Paris nou s'en sien pas carats. Lou gaymant ténor Yan de Puyau que hè la susprése de sourti

ue cante nabère dou nouste Capdau e qui n'abèn pas encoère ente-

nude; que la dit

Lou cèu de Pau qu'ey dous e tendre Coum û poutou !

Dab madamisèle Mounsarrat, qu'ey ue bouts de grane cantadoure qui bam enténe. Ere tabé que hè la susprése au Simin de-u canta ue oubréte qui ère, pénsi, de las permères anades; que l'abè presen- tade aus yocs musicaus de l'Escole que. y a plâ trente-cinq ans, quoan abèn demandât de hica û ayre sus las plagnences d'Alexis Peyret « Lous soubenis de Case ». E que bedém que lou counfray Demounjean qu'abè rasoxi quoan disè, s'ous darrès Reclams, de que nou caleré pas que tout aco se demourèsse à la tiréte de Yelos. Mme Brunon qu'acoumpagna dab hère de goust au piano lous solistes. Apuch que lou Buscalhè e-ns en abou coundat quoàte, lous Biarnés que-nse cantèn « la Bielhe » e que-nse dansèn lou « Yan-

Petit » ; qu'ey

charmante belhade.

II

LOU DIMENYE

de touts qui-s clabè aquere

per mous

de Labarthe ;

M. Louit, Directou dous Troubadous.

dab ue emoucioû qui prén lou co :

au

miey

de

l'allegric

Permou dous noustes défunts. Despuch la Grane Guerre, n'abém pas mancat au soubeni dous counfrays desparescuts e touts ans, à la glèyse coum au temple, qu'où rebrembam en noustes cos.

La misse celebrade à la catedrau de la Sède, lou mey ancièn mou- miment, e lou soul, ta dise, de Tarbe, que hou ue ceremounie maye; que suberpassa ço qui poudèm espéra. Mounsegnou Gerlier que l'abè

la

boulude présida e qu'abè Cleryie tarbése.

autour d'et touts lous

dignitàris

de

14 —

Aus permès rengs, M. l'archiprestre Sahuc — û camarade dou Capdau, pusque s'èren seduts coste à coste à l'escole primàri de Bic — qu'abè hèyt reserba cadières enta la Reyne e las damisèles dou soû seguissi e taus felibres, qui estoun arcoelhuts per la Coupo Santo, largade à l'orgue per mous de Fourmigué. Puch, la schola que-s hasou enténe la bère pregàri bigourdane « Nous-auts que-b saludam » e, à la sourtide que tournèm audi « Laudat que sie lou Diu dou Cèu », dou Capdau, qui abèm entenut p'ou permè cop au Mount de Marsâ. La reyne tabé que canta « Pan dou Cèu » e û « Ave Marie » en biarnés. Lou predic qu'ère prounounciat p'ou nouste counfray, moussu lou canounye Soulé. Nou-n disém mey aci permou qu'où publicaram enta l'aute numéro. Lou soû elòdye de noustes tradicioûs que hou seguit d'û discours de l'abésque de Tarbe e Lourde — adare archebésque de Lyoun — qui debè esta taus auditous, mounde biengut de toutes parts e qui cougniben la glèyse, û encantamént bertadè. Malurousamén, nou-n poudéin balha qu'û reclam afeblit :

des sentiments bien mélangés si dits Mounsegnou, que je

m'adresse à vous. D'un côté, j'éprouve une vraie joie, mais d'autre part, je sens la mélancolie me gagner. «J'ai la joie d'apporter un hommage à l'effort que vous faites pour conserver le parler des ancêtres, la langue qui fut le vêtement de leur pensée, de leur foi, de leur amour. Cette langue est le moyen d'enchaîner les générations qui montent à celles qui ne sont plus. Elle donne le sens de la tradition comme assise de l'harmonie sociale. « Votre Société est un instrument de rapprochement, un ferment d'union entre les hommes que, d'autre part, tout tend à diviser. Et vous êtes ainsi d'excellents agents d'unité en même temps que de continuité. « Votre langage, c'est celui que daigna parler à Lourdes la Vierge, s'adressant à Bernadette. Et le sanctuaire que la Vierge demanda d'élever sur son rocher, j'en ai été le gardien pendant huit ans. Mais je suis à la veille de le quitter, et voilà pourquoi je m'attriste en ce moment. J'aimais votre Bigorre, je croyais comprendre son âme, aussi au moment de rom- pre les liens qui m'attachaient à vous, j'en sens mieux la force. Je termine en vous donnant l'assurance que je ne vous oublierai pas et que je prati- querai la devise de votre glorieux Mistral : Soubeni è fidelitat. »

« C'est

avec

E Mounsegnou Gerlier qu'acababe per aquéstes moûts de léngue mayrane : Parti que pòdi; jamés et soubeni dére Bigorre e dére Arroque santé de Lourde det mié co nou s'escapara !

tournam

trouba per escriut dens Le Semeur de Tarbe, e retreniben au nouste

que

mey esmabuts.

prou-

Nat besougn

co.

Oubrès

Mes,

nou

de-b

dise

se

aquéres

obre

que

bères

paraules

qu'en

aquets

qui

èrem

moudèstes

boulém

d'ue

suberbère,

touts

mey

pas

créde

parlaméns

nounciats en û loc sacrât que demouraran sénse frute.

A la May soû de Bile

Qu'abém abut lou gran gay, aban misse, de béde arriba lous Biarnés Gauyous de Saubeterre, miats p'ou liaient Sabalot, mey esberit que yamey; aquets, oerats, que mantiénen hardidamén lou lou titre. U courtèdye esplendént qu'ey lèu counstituit, la Reyne en cap, dab las damisèles de Tarbe e las de la soue cour e que s'en bam, au miey de dus rengats de moun- de, dinqu'à la Maysoû Coumune oun se ba ha l'arcoelhence de la Municipalitat. Au soum dou perroû, M. Trelut, mayre de la bile, acoustat dous soûs ayudes : MM. Jouanne e Ca- parroque, que-ns arcoèlhen ayma- blamén e la Reyne, au bras de moussu lou Mayre, que seguim dinqu'à la sale d'aunou oun s'a- tend ue gran taule dab béyres e

boutelhes de bî de la souque. Mous de Trelut, dab élégance e charme, que hè l'oumàdye de la ciutat à la nouste Reyne e que l'oufrech ue supèrbe garbe de nous. Que hèm rampèu à d'aquet beroy debis, que tringam e lou Capdau que pren coum aço la paraule :

Mous de Trelut,

mayre de Tarbe.

Moussu lou Mayre,

Qu'èy lou plasé de-b présenta l'Escole Gastoû Febus. Oh ! pas toute e urousamén, si gausi dise, permou que si touts lous escouliès èren aci, que serén capables de-b boeyta nou pas quauques boutelhes mes lhèu bère barrique

encantats de la boste arcoelhence

En tout cap, lous qui èm aci qu'èm

e que b'en die gran mercés au noum de touts. Que sabi plâ que serém aymablamén arcoelhuts e beroy recebuts en aquéste bère maysoû e que y arribàbi d'û pas lègre, mes toutu, en puya lous escalès, ne-m soy pas poudut defénde d'û frémit d'emoucioû. Aco nou-b estounara pas, moussu lou mayre, quoan b'àyi dit de qu'ey aci qui-m soy maridat, per daban moussu Lescamela, û brabe e charmant Biarnés, debiengut lou miélhe dous Tarbés ; qu'ey aci qui abouy la dou- lou de ha reyistra la mourt dou me pay, — la bite qu'ey atau hèyte de pênes e de gays — e qu'ey à Tarbe tabé qui èri estât souldat, û praube souldat à û so de soutade per die e encoère lou diménye n'ère pas '

pagat ! — p'ou

tour de 1895

e

96

aplau-

en-

coère à Tarbe, en ço de Pemprimayre Croharé, qui s'emprimèn lous mes

Bercets de yoenesse, en 1899

dissiments publics, qui hèn tant de plasé

Qu'ey

encoère

à Tarbe

qui èy counegut Pourgulh

dous permès

aus yoens poètes,

e

qu'ey

16

'['ou! aco qu'ey hère ancièn, mes lou cap e lou co toutu n'at desbroum- ben pas, las anades escourrudes n'esblaséchen pas la frescou dous sou- benis. Nou b'estounét pas dounc, si èy la bouts drin estranglade e lou cô premut ; qu'ey lou doulourous pribilèdye dous omis de-s soubiéne. Tout aco nou-m deu pas empacha d'esta countent e de-b dise lou plasé qui èy, coum lous counfrays de l'Escole, de-m trouba dab tant d'amies en aqueste boune bile de Tarbe, toustém arcoelhante e boune maynade e qui nou cambie pas en bàde grane. Quoan èri drolle, noû y abè pas dèts-mile amnes aci ; qu'en y a ballèu quoàte cops mey, permou que s'y biu à l'ayse, mercés à la balentisse e à la boune umou de toute la poupu- lacioû.

eau dise tabé que lou pais que balhe de boû bî e nou y a

pas arré de tau, aco be-s sap, enta esberi lou qui tribalhe, en lou da balans e force. Qu'ey permou d'aco, moussu lou mayre, au segu qui abet boulut que hasoussem ue tringade oun troubarém drin mey de couradye, aquet « endavans di fort» doun parle Mistral, necessàri enta persegui l'obre qui abém entreprise. Que la couneguét aquere obre : que m'en balhèt la probe nou y a pas goayre, lou brèspe oun recebout aci-medich lous embitats dous bostes balents Troubadous mountagnards, au darrè de la loue hèste. Que-nse dèt aquiu ue deflnicioû de la bertut de la race qui nou m'èy pas desbrem- bade e n'èy pas besougn de-b dise quin se troubam touts d'acord aquiu

sus. Denega que poden

« charnègous », coum aperam, en

Biarn, lous embastardits ou lous hore-bienguts, la ley racique e l'esprit de race, tout qu'ous dits e qu'ous probe que-s troumpen. La terre e lou cèu, lou climat, que fayçounen lous corps e tabé lous esprits, permou tout que-s tién, e per lou lengàdye l'òmi que s'esplandech suban l'ana qui Pey

pròpi. Aco, ta nous, qu'ey ue bertat clare coum lou die de St Yoan, mes n'èy pas besougn de-b dise que lou mounde qu'a l'audide mench uberte à la

E si, cade anade, s'en bam en û loc diferent

dou païs ta-nse ha enténe, qu'ey permou que la bertat qu'ey coum û clau : enta qu'entre, qu'a besougn d'esta trucat e hort ! O bé ! que eau que touts qu'at sàpien : la force de l'òmi qu'où bien de la soue terre, dou sòu oun a gahat la souque doun ey ue tire, e si demoure fldèu per l'esprit, per l'amne si noû p'ou corps à d'aquere terre, qu'y troubara la force màye ta s'esplandi, ta coumpli la soue destinade.

Lous abenturats e lous nescis que deberén pensa toustém à ço qui hè la nature d'ù arbe tresplantat en û sòu qui n'ey pas lou soû : per ù qui regahe, dèts que malauteyen ou que peréchen. Que sèy plâ que l'òmi que s'en pot pourta, si-s despatrie, lous soubenis qui-u goarden estacat à la terre oun lous sous an biscut, e qu'ey aco qui-u mantién hardit e goalhard cap-hens la bite, mes malur à d'et si-us se desbroumbe, permou, labets, lou co qu'où s'estarech e qu'où se séque ; n'ey pas mey qu'û perdut au miey dou mounde, û perdut sénse nade empare, coum û qui-s négue per- mou de nou pas abé nade branque saubadoure oun se gaha, « la branco dis aucèu», doun parle Mistral. Aqueres bertats, que las clàmi û cop encoère aci, en aqueste maysoû coumune qui a bist tant de boûs tribalhayres, d'aymadous de la Patrie e, en trinca dab bous, moussu lou mayre, que porti, dab la boste santat, la de la bile de Tarbe, cap-dulh baient de la Bigorre !

bertat qu'à las troumperies

E puch, que

certéns sapients

Yan de Guichot e lous Biarnés Gauyous que hèn brouni « Cantém felibres » e las boutelhes que-s boeyten à d'arroun au miey de la

yoye.

17

\>u èm tournais s'ou Maubourguet (are Place de Verdun) oun s'ou miey se trobe lou Mounument dous Mourts. La Reyne que pause la Garbe ribantade à las très coulous; lou Capdau que prègue de-s cara, u moumént. Arré mey. E cadû, dinque au brèspe oun s'amassaram au Casau de Massey, que s'en bam de coumpagnie, batala e plega la came autour de las taules arcoelhantes. Dehore, lou sourelh qu'arraye tant qui pot. La nouste Sente Estéle n'a pas mancat de-u se. da de coumande

Au Casau de Massey.

Sus lou platè yerbut, qu'an quilhat l'empount : Ue per ue las soucietats de cantadous, e lous cantayres e disedous qu'y puyaran. Lou mounde dous escoutayres que-s hournech de mey en mey, qu'ey per centénes qui arrecoutéchen à maugrat que, per tau die, ayen hèstes à Bagnères, à Rabastens, à Cautarés e, de segu, à Lourde. D'abiade qu'ey lou Capdau qui debise de l'endret oun èm. Qu'où broumbe las hèstes de 90, quoan lous bèts parlayres e turmentius Cigalhès e Felibres de Paris èren aquiu, s'ou medich prat, ta las estrées dou buste de Gautier. U mounde tout nau que-s trebuque sus lou prat. En 1890 nou y'èren que parisiens e bigourdâs, oey qu'en y a de la Gascougne sancére. Boulets qu'en noumentém quauques-us ? Aci : Cesari Daugé e Tucat en amistous prousey; aquiu Zabiè de Pucheu, Samsoû e Ulysse de Lasserre-Capdebile qui debisen, per segu, de la Terre mayrane; acera Bouzet e Sarrail qui an pênes à matiga l'estrambord dous yoens, Andrèu Pic, Antòni de Bastard, Yan de Maupoumè, Manuel de Laborde, Faure, de Lourde, Napo- léon Palay, Pommé de Martigue, Moulia, d'Orthez, Tonnet, de Pau, qui-ns a hèyt l'amistat de segui la reyne Elise, en beroy proupiau d'Aulouroû, e d'autes, e d'autes ! Per aquiu enlà, nouste reyne n las soues amigues, e nou trop loegn, Laborde-Barbanègre (lou pay) Yan de Guichot, J. Eyt; per aquiu encoère. lous hilhs dou

-h

18 —

païs qui tribalhen permou de case dens las brumes de Lutéce :

Mounguillot, Clos, Courtiade, Medebièle. Usquoandes caperâs qui

èm urous de béde amassa-s, testimònis de dues yeneracioûs, Tue qui s'en ba : Lou Pay Vignau, lou pay Mounaix, lou canounye Soulé, e Faute qui arribe : lous abats Marcel de Saint Bezard, Yan-Louis

e quoan d'autes amies couneguts ou

no.û. Paul de Poques e Destarac, Fesmerit segretàri dous Troubadours, qui tant an aydat ta ourganisa tout aquet hestau, que s'y hèn ta que tout qu'ane à d'arroun.

Cantet, e Estiène de Catelan

Lou clàstre

roumâ (s. xm u ) tlou Yardi Massey.

Mous de Trelut dab mantû counselhè de la bile qu'ey aquiu tabé

e moussu lou coulounel Cazabat,

me.tut d'establi la permanence à sa case, lous courrespoundents e redactous de las gazetes de Tarbe, de Toulouse, Bourdèu e Paris; lous ûs sus cadières, lous auts sus la yèrbe, que-ns ayergam enta la

hèste. A Fore dite, la fanfare de. cors dous « Veneurs tarbais », de débat lous arbes, que da Faubride à mirande e lèu que puyen sus Fem- pount lous de Saubeterre qui ban ha baie las danses antics dou lou parsâ. Mes que sàben tabé canta e qu'aplaudéchen loungademén las dues beroyes biarnéses, Anne de Lourdoû e daune Gastellu qui-nse disen lou Capulet rouy. A d'arroun, lous Troubadous que hèn retreni lous ayres de cantes bigourdanes; Mous de Claberie, qui s'a hèyt segui lou soû cor; Yan dou Sabalot, dab la Purgne de Yantinou; Paul de Poques, dab lous soûs coundes; Yan de Guichot, dab la Graulhe e lou Boéu que hèn espatraca d'arride la hourre dous auditous. Madamisèle Lacoste

segretàri de l'Essi, qui-ns a per-

que boulou plà tourna ha-ns enténe lou Roussignoulet tant aplaudit lou sé d'aban, tout coum Sent-Upèri dab lou Rey dous Cantadous. Mes la nautat d'aquére brespade qu'esté la seguide de danses de las Pastourèles de Campa, miades dab û balans endiablat per daune Cuilhé au soû de la flahute e dou tambour! de Robert Brefeil, toutû que. lou labri saute tabé, tournéye e layre. Be semblabe qu'èrem à û sègle en darrè sus lou pradot dou bilàdye ?

loungtemps

aquére brespade charmante e qui parescou trop courte à touts.

Qu'ey segu que lous Tarbés ne-s desbrembaran

de

Lou

Disna

Decap à sichante counfrays que taule.yaben à l'Oustau Séjourné. Au cap de la taulade qu'èrem, à la dréte de nouste reyne Clotilde de Lamazou, Moussu-ou mayre Trelut, lou senatou Fourcade, Louit directou dous Troubadous, Daune Bouzet, Yan de Guichot, lauréat dous noustes yocs; à la soue esquèrre, lou Capdau S. Palay, Daune Albert Claverie, Cesari Daugé, capdau d'aunou de l'Escole, Daune S. Palay, Albert Claverie, président dou Rallye Gastoû-Febus de Saubeterre, Tucat, nouste dinerè, lou canounye Soulé, etc., e espar- palhats au goust dous encountres, Laborde-Barbanégre pay e hilh, Paul Poques, Lapuyade, etc., etc.

las cansoûs que. hèn retreni la

Hère abans la fi de l'arrecapte,

sale : Lou sourelh d'aoust qu'a cauhat lous toupîs.

Ballèu Daune

Clotilde, que-s lhèbe

ta

dise :

« Que

toute barbe

d'òmi que-s care, lou Capdau que ba parla. »

Brinde dou Capdau-

Palay qu'arremercie d'abor lous qui an countribuat à l'aprest dou hestau tant beroy escadut de Tarbe, Moussu lou mayre Trelut, lou Coumitat de las hèstes, l'Essi, la Cleryie, lous Parlamentàris qui an hournit lous prêts dous Yocs, lous soûs counfrays de la Presse, las Soucietats, lous lous gabidàyres, damisèles Lacoste e Monsarrat, e la poupulacioû, puch tiran-se û papè que hournech :

Amies, qu'èy bist mantû cop ouratous de payère e qui abèn d'ourdenàri la lengue en punt, leyi lous lous discours enta, si abertiben, nou dise que ço qui boulèn qu'estésse dit; que bau ha tout parié à-noeyt e be m'at per- dounarat ? Nou y a pas boû chibau qui nou brounche, si dit l'arreproè; que bouleri saya de nou pas trebuca.

de l'Escole — e de

touts lous felibres, permou que pénsen coum nous, au segu — amucha la nouste pousicioû daban û mau-entenut qui-s perlounguéye, Ihèu permou de Pignourénce, lhèu permou de la machancetat ou, si boulét, de l'isagnè de quauques-ûs. Ne soun pas hères, mes be sabét que très qui criden que

« encidents », coum disen

au Parlament, qui, per nou pas abé segoutit lou mounde, e-m paréchen toutu débe yustifica las mies paraules. Lou debé d'à felibre qu'ey d'èste aunèste e counscient en ço qui hé, d'esta d'acord dab et-medich, que bouy dise dab la soue douctrine; que déu ha tout ço qui eau, tout ço qui pot enta que lous criticayres n'ayen pas prése sus et e, per counsequence, sus

Amies e frays, que bouleri, û cop de mey, au noum

bèn mey de brut que très cents qui-s caren ?

Que

s'a

passât,

aquéstes

temps,

quauques

Jou Felibridye.

20

-

Pusqu aymam i, JC y que toute aute la léngue mayrane, qui la parlam, qui

sayam de la ha baie, de la pouli, de la goarda tant natre e pure qui-s pot,

à case, en public e, coum de segu, en noustes amassades, qu'en y a qui-nse

hèn passa per acassàyres de la lengue francése e qu'abém entenut yents, de boune fé qu'at bouy créde, da-nse counselhs de pats e auta-plâ ha-nse la leçoû. Sénse bantacioû, que pouch toutu dise que lous felibres ne soun pas auta bèsties coum d'aubus e créden, ni tapoc ignourents au punt de boulé descounéche las realitats. Que sabém qu'èm francés e que-nse hèm aunou de parla francés auta-plâ que qui sie. Ni à nouste ni enloc, pas mey en

ue felibreyade qu'en tout aute endret la lengue francése nou-ns ey de grèu. Que ba toutû de si qu'ù felibre animât de l'esprit mistralenc, û felibre

de la bono », coum disen en Proubence, qu'a lou debé de s'esprima en

lengue d'oc. Per aco, qu'en y a de bergougnous qui an pòu que-s trufen d'ets si-s hèn enténe atau permou ne s'y créden pas prou abilles e qui s'en troben mey en francés. Que-s troumpen soubén, mes lou lou sentiment qu'ey respec- table. U boû felibre proubençau de las permères anades — ou de las segoundes mey lèu — qu'abè parlât, en ue Sente Estéle, des majoraux de langue française e qu'abèn arridut, mes lou Mèste, à ço qui-s parech, qu'abè assegurat que « poden èstre utile», e nou y a pas à denega que mantu sôci, qui seré lhèu embarrassât en lengue d'oc, nou sie toutu auta boû felibre que gn'aute e mey utile à la cause que bère troupe de patoesàyres.

L'ômi qui counech diferents lengàdyes, que sap que cadû qu'a û esprit diferent e suban lou soû estât d'amne que déu esprima-s en la lengue qui

a lou miélhe à mâ, la qui-u permet de dise ço qui pénse en toute claretat :

atau l'ancèstre Saluste dou Bartas que hasè debisa las Muses en latî, en gascoû e en francés. Per aco, que soy segu qu'en y a qui an pou à tort : qu'èy counegut û Biarnés, mémbre de l'Académie Francése, qui, au me grat au mens, debi-

e prou-

fcable que n'at credè pas. Qu'en abém entenut gnaute, d'aquets capulats, counsiderat per Paris coum û mèste de la paraule francése e qui pouderé esta, si at boule, û mèste de la lengue biarnése.

A la Sente Estéle darrère, à Beziès, l'archiprèstre que digou de qu'ère

lou permè cop qui predicabe en lengadouciâ e que-b prouméti que hères que-s serén pouduts mira sus et

E ne bôu pas dounc dise, aco, qu'ey la lengue-may la miélhe hèyte enta

nous, qui l'abém entenude en bàde, e que toute aute que sentira toustém Fescole e lou reyent ? Aco tabé, que probe que las idées felibrenques nou soun pas entrades encoère prou pregoun en trops d'esprits e que lou tribalh nouste qu'ey loegn d'esté coumplit. Aquets omis dount biéni de parla que soun dab nous, au mens per ço qui ey dou prencipau de las idées, e qu'abém plasé dous bédc en noustes amassades e entené-us y, quine que sie la lengue dount se serbéchen ■— Pue e l'aute que soun de France e nad nou-nse denegara la qualitat de Francés; que soun amies. Mes quin seré maye lou nouste gay si-us poudèm abé dab nous dou tout au tout ! Mes que y a ue ley d'ahumayres qui nou pôdi pas chincha — e mercés

à Diu, à l'Escole nou-n abem pas abut à supourta goayres — que soun lous franchimans de passàdye qui bolen ha dous felibres e, quauque cop, que s'en soun pretenduts mey que nous. Mes, lende-die, la frèbe qu'ous abè passât, urous encoère quoan, au banquet seguén, nou disèn pas lou coun- tràri de la semmane aban.

«

sabe miélhe en biarnés qu'en francés ou, de tout cap, auta-plâ,

21

Lou Felibridye qu'ey ue frayrie e ue counfrayrie mes qu'a tabé ue douctrine, û sistèmi; enta s'en pénétra be eau counégue-u ? Ne sufech pas enta esta sapient de s'en créde.

sou-

La douctrine dou Felibridye

que

coumporte

û

sistèmi politique

e

ciau, ue fllosofle doun la counechénee ey necessàri e tropdes

en

à-s boulé deberti dab causes bielhotes e doun, loungtemps a, lous de Paris, dab las loues modes, an tringalhat l'agounie; la léngue nouste, tout medich,

qu'ey en camî de desparéche Pas tant biste, Messius ! Lou

qu'aberat clucat lous oelhs per prou ! Lou francés de Rabelais e quoan sera lou de Montaigne nou-s parlen pas mey e toutu lou francés n'ey pas

mourt !

que seré mau-aysit à enténe, mes que s'y parle

toustém gascoû ! Ue lengue qu'ey quauqu'arré qui biu e coume toute cause bibedére que cambie de pelhe, mes lou corps que demoure sancè. E tout parié la Bigorre, que l'an poudude baptia « Hautes-Pyrénées », mes qu'ey

toustém la Bigorre e lous sous hilhs que soun Francés, certes, qu'at an proubat e qu'at proben tout die, mes que soun d'abord Bigourdâs ! E n'ey pas permou que parlen dues lengues qui soun mey pèpis e mey endarrerits que lous qui nou-n saben qu'ûe, e soubén prou mau

mèste :

d'armanacs, qui persisten

nou béden

nous qu'amusayres,

hestassès

ou

fabricants

gascoû

que

sera

encoère biu

e bous

auts

Lou

gascoû

dous

Fors

Nou

boulém

counégue

qu'amies,

mes

coum

at

dise

lou

bielh

cade ômi en sa terre, cade bèstie en soun courtelh, nou y a arré de tau

enta bibe en pats. Aus qui soun, coum at disè lou mayourau proubençau « felibres de lengo

francéso »,

nous; mes lous « Arlèris » qui, parlan oc, nou soun que countre-felibres, aquets qu'èm e que seram urous d'ous béde demoura-s à sa case, coum tabé lous felibres de rencountre qui nou prénen la Cause que coum la debertissance d'û die. Lou felibre sancè qu'ey û ômi de fé, û ômi d'acciou qui realise en et û acord oun l'esprit e l'acte an ue part parière e qui cret en ço qui hè, permou que sap qu'ey la bertat e la bertat qu'ey ue. Au qui la cèrque encoère, que daram nouste ayude en tout ço qui pous- quiam, que sie qui sie e qu'arribe d'oun se boulhe, mes au men que sie

franc e leyau. Lou felibre qui a la fè —e quoan nou sera encoère que lou qui la cèr- que — aquet qu'a lou debé de s'acourda dab et-medich en segui la Douc- trine mistralenque e de nou yamey desbremba qu'ey foundade, setude sus la lengue. Lou felibre qu'a ue missioû ; que la déu coumpli ta plâ qui-s pot e qui pot, en se dise que toute birade qui baré que pourtaré dou tort à la Cause — e à d'et medich — . Qu'ey toustém abeyiu de s'enténe à critica à boû dret e desagradàble de-s ha trufa. E dounc, que tout cadû que s'y abise ! Amies e frays que-b demandi de haussa boste co mey que mey e de pensa chens cès à la Patrie !

que déu ana la nouste amistat, permou que soun de co dab

SIMIN PALAY.

Fourcade,

Mau-

bourguet en 1920, e bién balha, cade an, lou testimòni presiu de la

hilh

Au

darrè

de

Bic,

dou

Capdau,

e

qui

de

que

parle

Moussu lou

despuch

de

senatou

las hèstes

loungtems-a,

de

soue amistat à la nouste

obre.

Coum l'ey dat de debisa, en gascoû autaplà, que dits :

« Lous

mies

amies, pusque

lou boste terrible

Capdau e-m

y em-

_

22

bito,

be

l'èy

à

crése ?

Mes,

qu'at

hèy

dab

plasé,

permou

que-m

permet

de-b

dise

quin

me

gay

de-m

retrouba

au

mey

de

tant

d'aymablo coumpagnio. »

s'en

arrit autant que lou pechigàyre. Coum mous de Bérard, lou senatou de la Bigorre qu'ey passât à l'escole dous beroys debisayres e n'ous

fatigarém

E aquiu

sus,

mous

de

Fourcade

de

pechiga lou

Simin,

qui

pas de l'escouta.

Au darrè de Mous de Fourcade, Paul de Poques que bòu remercia l'Escole dou prêts qui l'a auherit e que l'assegure que dinqu'au darrè badalhòu que sera lou medich : lou mey umble dous escou- liès mes lou mey feau e lou mey segu de la bertut de l'obre dous

felibres ! La Coupo Santo, cantade per nouste reyne, e d'autes cansoûs nou dèchen lésé de léye dus mandadis. L'u, lou Capdau de l'Escole dcres

Pirenées, Mous de Lizop, qui boutam

aci

:

Génto

reyno,

cars felibres

e amies,

Malurousomén aluenchat de bous autes dens aquel bel jour oun la ciutat de Tarbo que m'es caro, reçaub lous balents felibres, bòli aíìrma nautomén, un cop de may, Pestréto frayretat qu'unis noustos duos Escolos VEscolo deros Pirenéos e VEscolo Gastoû-Febus, la souo sor aynado. Dins dus cantoûs besîs de la Terre pirenénque trabalham per la mémo grano obro de resurjido e de renoubacioû de la léngo mayralo, coumo de

tout ço

Noustes prougrès e l'espandimén toutjour may gran de nousto proupa-

gando

dejous

qui a fèyt

fa bése

à

e

ço

que fa la grandour e la beutat de

forço

e

la

bido

de l'accioû

la Terro nosto.

toutis la

felibrenque

aquélo countrado de tradicioûs e de libertats.

fèstos,

s'aflrmon

naciounalos del païs nostre.

hou

aquésto

Nostros

atal

déu

qu'aquélo

fayre

may

de

e

que may coumo las bertadièros fèstos

Sent

Martòri lou

8

boulentat

d'aquéste

de

trabalha

mes

may

de Tarbo

Tout aco

qu'afourti

nostro

que may à l'obro santo.

Al noum de PEscolo déros Pirenéos bôli coumbida touts nostes frayres

de PEscolo de Gastoû-Febus à las grandos Fèstos de la Santo Estélo que PEscolo nostro a lou gran aunou d'ourganisa dins la ciutat de Fouch p'el bel jour de Pandecousto de l'an que ben. Aquélo Santo Estélo pirenéneo, la boulém may que bèlo. Sèm seguros que la causido del loc sacrât de Fouch, de Fouch qu'es, ambe Pau, la grando ciutat Febusiano, sera per toutis lous Febusians uno rasoû de may per nous ajuda frayralomén de touto méno, e per beni noumbrouses plan noumbrouses, ambe la glou- riouso bandière à n'aquésto Sénto Estélo, al pè de las tours ufanousos que bastisquèt lou may baient dels Coumtes de Fouch e de Biarn. De lèn, per l'espàci, de prèp pel cor, brindi aquéste cop à l'amistat toutjour may estréto de l'Escole Gastoû-Febus e de PEscolo de las Pirenéos e al

succès de la Santo Estélo pirenéneo de Fouch. Febus aban ! Toustém gascoûs !

R. LIZOP.

L'aute

qu'ey

d'Ulysse

de Lasserre-Capdebile, nouste amie de

Baigts.

Zabiè

de

Puchéu

qu'où debè léye mes, quin, à d'aquéres

ores !

Toutu nou sera pas perdut; qu'où coulloucam dens lou rendut de

las hèstes.

Daunes e mèstes, Que m'an pregat, end'ore, de-b dise dus moûts au mieytan dou ban- quet, mes lou debé que-m apère, e segu las baques que bramen, en atendén. Abans de puya s'ou camî de hèr, qu'èy cargat l'amie Pucheu

de-b léye aquéste paperot. Que ba esta hère mey aysit ta you, pramou que n'y a pas arrey de mey de soubiéne ta û paysâ, que de préne la paraule hens ue amassade de mounde coum la boste.

qu'èm bergougnous, e que goardam ta nous las noustes

O, lous paysâs

idées, de pòu de ha arride aquets messius de la bile tant enstruits e tant

pla bestits. Toutû que bouy

Daunes e Mèsles, de tourna gaha u die per an la léngue e l'apelhadis dous paysâs. Mes que bourri de boste part que-b broumbèssit que lous permés dous felibres que soun encoère lous paysâs pramou que soun demourats toustém agripats à la terre, au pèys e fldèus à las coustumes, à la pélhe e au paraulis d'autes cops touts lous dies de l'an e touts lous ans de la bite. Oun troubarét, disét-mé, toutes aquéres beroyes causes se ne las abèm

pas counserbades ? De mey, au miey dou batahori, que crey que lous gabidàyres qu'aurén tout abantàdye à préne la fayçou dous paysâs. U pèys que-s pouderé demia coume û endret au bilàdye : Tribalh ta praba ; esparagna en pensan à las méchantes anades ; e, se la rèyte arri- be, sabé ha Ions tros mey petits, sabé priba-s. Enfî, segui toustém lou bou sens e membra-s dou passât, ço qui bo dise apresta l'abiéne.

que Jous

Reclams de l'Escole Gastou-Febus, que dében d'are enla goarda û cournè oun lous paysâs debisaran e daran lou rebalay de la bouts de la Terre.

escusat-me se-b èy mancats chens at créde, pramou

oey (siats

tranquiles

que serèy brac), lauda-b touts,

Pramou

Daunes

de tout

e mèstes,

aco que-ns

deu ha gran

gay à touts

de

sabé

que lous tribalhadous de terre qu'èm coum disè û autou biarnés :

«

Ta fadeya qu'èm estros

E

mardas coum Vaste au bros. »

Que tringli à l'Escole : Mantengam la Tasque !

ULYSSE

LASSERRE-CAPDEBILE.

Hère de. counfrays nou poudoun biéne : L'adye, la malaudie qu'en èren l'encause e, ta la maye partide, lous aucups.

de

déres Pirénées, qui ère labets hore de Gascougne, ne Augustou de Lacaze qui per aquets dies de gouhasse e-s prenè drin de frescure dens lou Bascoat, ni Ciprien de. Pomès, passât goardià de case, ni Gaula, président de « la Goudale », ni Y.-B. Laborde, ni Marrim- pouey, ni moussu-ou Mayre de Mourlâs, ni Escoula, ni l'abat Medan, qui abèn mandat létres ta s'escusa e dise quin lous hasè dòu de nou poudé biéne. N'èm pas toustém mèstes dous noustes desis

Atau

n'aboum

pas lou

plasé

béde

lou

président

de

l'Escole

*

*

*

Dens lou sou debis d'abiade dou Souvenir de Bigorre (yenè de 1881), lou sapient bigourdâ, l'abat Y. Dulac, que disè : « Un peuple vil par sa langue; la détruire c'est le tuer. »

— 24

Lous qui nou bolen ha que franchimandeya, e estupa-s las aurélhes quoan s'y parle dou tribalh dous Felibres, e cèrque.n la iuourt de la Gascougne ? Noû, de segu ! Toutû, la manière de la decha bibe, qu'ey de mantiéne lou soû ana, lou soû esperit, lou soû parla. Digam-at, tau nouste prèts-hèyt, que troubabem ayudes, e de nautat, mes quoandes n'y a qui encoère an oelhs enta noû enténe, aurélhes enta noû pas audi ? Tout bis, que hém plâ de coussira per Tarbe. Dus dies adarroun lou co de la Patrie qu'a trucat dens lou capdulh de la Bigorre. Hère de descutides qu'an seguit la nouste aplegade tarbése, hort de plans que s'y soun tirats : L'abiéne que disera se poden pourta frute.

E coumençarém à èste coumprés ?

Benaye sie l'ore !

Arré goayre n'ey encoère perdut. Qu'ère prou de dues yeneracioûs ta saya de desgascounisa lou païs : Qu'ey ço que. y'abém gagnât ?

Mes, que seré prou de dues autes ta tourna la léngue mayrane dens lous larès, dens las escoles e dens la Bite-bitante. Tribalhém doungues chens fî ne cès permou d'ue Gascougne rebiscoulade dens ue France sane e pouderouse.

•s

LO U

=esXM£

COURN E

DOU S

POUTOUS

MIQUÈU DE CAMELAT.

POUÈTE S

»■

Sus û ayre de Paolo TOSTI.

Prumès poutoûs, de la may calinouse A l'anyoulét, auherénce deu cèu; Poutoûs mesclats de plous e de yoye frebouse, Lous poutoûs de la may, soun Vaujou deu bercèu.

Nàtres poutoûs, de tendresse amistouse Déus grands tesics. beroys apatsadous, Lous poutoûs d'amistat sancère e generouse. Ah ! n'en counéchi pas, tau me co, de mey dous !

Poutoûs d'amou, que lou Desi barréje Aus cos ardéns d'ahidéns aymadous, Poutoûs qui hèn ploura de remords ou d'embéje, Lous poutoûs déu plasé soun de crûds trahidous.

Darrès poutoûs, déus qui belhen e plouren, Déus qui doumâ seran au clot mourtau; Esglasiéns adichats qui hèn ans qui demouren, Lous qui, chéns luts, s'en ban héns la noeyt eternau !

YAN

DE

GUICHOT,

ADIU

25

D'ABOR

Las aurinlétos, lèu, que nous ban dise adiu, Pramò per aquesto aubo de setéme, aciu, Au cabelh dou coustoun, qu'èy bis darrè las oumos, Lou prumè sou d'abor dens las prumèros broumos.

Auèy, nou say perque, aquet sourelh amie Qui s'ous pots, cado jour, porto quauque arrepic, Dab soûs arrays gaujous e sa gaujouso hlamo, P'ou prumè cop, segu, que m'a hèyt mau à l'amo.

Atau qu'èm touts, nous-auts, quan la pauso s'escay, Bengudo nou say d'oun, la peno que nous bay

E lou maje plasê, la causo la mes caro

Que nous haré ploura coumo la més amaro.

O, qu'en auri plourat de las bése à parti

Las aurinlétos, jou, sus l'alo dou mayti Coumo d'autes, belèu, que las auran plourados

Qui, chens l'aué cresut las auèuon aymados.

Tant de causos, pr'aco que ne eau pas ploura ! Tant de causos qu'aymèm, qui diurén damoura, S'embolon coumo ausèts de la nosto cabano

E tournon pas lamés à la sasoun printano.

Que m'an dechat la bordo e soûs bielhs cabiroûs;

E lous buòus, cado sé, saunejaran, urous,

En espian end'aus nids, aro boeyts de musico,

A l'ausèt dou boun Diu s'ous camts de l'Africo.

Tout douçomén, labets, decheran cluca l'oelh

E que beyran, la neyt, dens la pats dou soumelh, Un sourelh de triounfe, en sa luts pouderouso, Trauca d'un array d'or la paret escurouso.

PÈY MASSARTIC,

armagnaqués.

TOUT QU'AUGMENTE

e toutû, la coutise de l'Escole n'ey pas yamey que de 20 liures ; mes la Poste que demande adare 4 pecotes enta recruba per mandat aquére petite soume. Lou Dinerè que-b counselhe de las b'estaubia; ne-b coustara pas que 15 sos d'embia la coutise pler mandat-chèque — qu'en abèt û aus darrès Reclams — e à d'et, que l'estaubiarat û tribalh prou aburau. Hèt-lou dounc aquet plasé

26 —

RECLAMS DE PERQUIU

Lous Castèts de Gastoû-Febus

Que coelhém aquéste tlou de sapiénse istouric, dens l'Illustration la gran rebiste; aquére prose qu'ey coum l'esplic de quauques imadyes de Biarn e Bigorre :

au pays de d'Artagnan et des cadets

de Gascogne. Cependant, tandis qu'une auto animale nous emporte vers Montaner, ce n'est point des trois mousquetaires que nous nous entretenons, mais de Gaston-Febus comte de Foix, prince, de

Béarn qui reconquit la Bigorre sur les Anglais'et dont nous allons

pieusement visiter les innombrables châteaux

Lous istourians noustes que-ns abèn pla ensegnat que Gastoû- Febus n'ère yamey poudut entra ne à Maubesî, ne à Lourde, qui èren las claus de la Bigorre, labets terre dous Angles; que-nse disèn tabé que ta-s bira d'aquet besiadye lou gran biscoumte qu'abè bastit quoàte castèts sus las soues termières : Mountanè, Pau, Mouncade (Ortès) e Saubeterre. Qu'èm dounc loegn aci dous « innombrables » locs-horts e mous de Paul-Emile Cadiela, tant que y'ère, qu'ey hé

mesure pichante. Coum disè la biélhe, en bibe, que s'en y aprénen toustém !

« Nous

sommes à Tarbes,

»

Permou dou Sàrri-

Proubable que lous cóps de fusilh dats en mountagnes dou Bascoat e d'Àragou, qu'an espantat aquéres praubes bestioles. Lous noustes cassadous qu'en an debarats à parelhs, e qu'an abut l'our- gulh dous hica endabans dous lous autos, ta qu'ous poudoùssem béde e banta l'adretie loue. E, coume aquero, que ba biéne lou tems oun nat aute sàrri nou péchera, ne pinnara sus lous poeys.

sàrri

dab û coungrès annau oun batalen e hèn bots. O be quio ! Se dèts ans, se bint ans de seguide, nou balhen proutecciou aus lestes e berouyins amies de las pênes, se la casse nou n'ey defendude en touts tems, qu'en sera hèyt, e nou-n bederam mey que d'empa-

lhats au Musée de Lourde. Lou proufessou G- Rohlfs en Gascougne. Coume que y'a dus ans, Mous de Rohlfs qu'ey bachat ta estudia lou gascou. Aquéste cop qu'a sustout boulut esclari quauques punts de la counjuguesou dous bèrbes. Tad aquero qu'a hèyt ue semane d'estangues à la Tèste sus la gourgue d'Arcachou, puch que, tirabe sus la haute bat de Garoune, la Barousse e la Bat-Sus (Barèdye). Nou crey pas que coussirèsse per Bagnères oun nouste Capdau estibe. Mes quoàte. dies en coumpagnie de Yan de Bouzet. Qu'où bim en Arrens, e qu'ous segoutibem lous batalhs ! Puch, lou sapient proufessou, que s'en tournabe en dan ue biste aus parlas de la Lane nègre, Luxey, Sore, e que eau espéra que publicara ballèu quauques escantilhs de las soues enquèstes. Nou mancàram d'at ha sabé aus leyidous noustes.

Bertat qu'ûe

Federaciou

pirenénque e cred mantiéne lou

— 27

U lauréat dous Yocs flouraus de Sent Martori.

1937, de l'Escole deres

Pirenées, nouste sost-capdau de la Bigorre, René Escoula, qu'a des-

tacat ue perbénque d'aryent. Qu'où ne hèm coumpliméns, hère, hère.

Qu'èm urous de ha sabé qu'aus yocs de

L.

R.

.

■a»

«

-

= T ^sm -

»•

LOUS AMICS DE LA GASCOUGNE

JULES ROUNJAT

Lou libe III aa de la Grammaire historique de la Langue proven-

çale, que bién de paréche au sèti de la Soucietat de las Léngues roumanes, à Mountpeliè. N'èm pas, be s'en manque dèhèt, prou sapiénts ta dise-n ço qui s'en debire, e ta-n ha baie la richesse dous recercs. Om que sab que Rounjat nou s'ère pas countentat de houruca libes e archibes, qu'abè coelhut lou sou bé d'u cap à l'aut de las Terres d'O, de Vienne, à Peyrigus e à Pau. L'u dous noustes mèstes en lengues roumanes e boulera ballèu da esplics sus aquére bère obre ?

A l'entan, qu'aymarém de ha counéche l'òmi. Qu'abou ue repu-

taciou de mâchant cap, de hechuc e, en bertat, n'ère pas de mèu e d'òli taus rimayres desestrucs e taus franchimans qui-s trufaben de la nouste ley. Mes aquets bourits qu'estuyaben û co d'or. S'abè û cop balhade la soue amistat, qu'ère per la bite e per toustém. Qu'abém pensât que noû poudèm miélhe parla-n, miélhe man- tiéne lou soû soubeni, qu'en hican à luts dues ou très cartes Roun- jaténques de 1907, oun l'amie nouste e-s hasè sabé de que s'anabe marida dab Madamisèle Loebell. Que s'escad prou; qu'èm aus trente ans d'aquéres apariades !

Í

Aeschi ob Spiez (Souisso), 23 de juliet 1907.

Moun car ami,

l'a un an e mié lèu, après l'acampado couiisistourialo de Nimes, m'avès

demanda quau èro I. L. qu'a douna dins Prouvènço ! de tant bèllis Em- pressioun de Prouvènço. Aro vous pode dire, en vous pregant de garda pèr vous aquesto counfldènci fin-que la majo ceremouniè fugue coumplido — que lis inicialo subre-dicho se dèvon legi Use Lœbell, e qu'ès aco lou noum d'uno gènto e 'speritado chato que, se Dieu plais, dintre dous mes sara ma femo. Es la nèço dòu bon sòci dòu Felibrige e moun vièi ami lou prou- fessour Aguste Bertuh. Nou sian proumés avans-ièr, e nosti noço an de

se faire à Francfort sus lou Main, dins lou proumié jour d'outobre venènt.

Ai pas vougu, ami carissime, qu'uno simplo e banalo carto empremido

vous pourtesso de novo dòu plus grand e dòu plus urous evenimen de touto ma vido.

28

Emai noun preguen dins la mémo glèiso, e segound li mèmi rite, lou Dieu di crestian, vous demande uno preguiero ferverouso emai un sou- veni amistadous pèr lou grand jour que preparan.

II

Aeschi, 1 de setèmbre 1907.

e voste oumag'e. Li re- ensèn, avèn deja cou-

mença, e èro bèn de vèire I. pintant e J. legissènt au caire d'uno sebisso proche d'uno pradarié mirgaiado de flour

"Milo gràci, ami bèn car, per vòsti felicitacioun çaupén éme gau e vous asseguran que travaiaren

III

Vieno, 12 de decèmbre 1907.

Avèn fa proun long viage nouviau, nous arrestant d'abord sus lou lau

à

Maiano emai en Avignoun. Avèn atrouva lou Mèstre proun revertiguet, e lou Capouliè (Devoluy) mai arderous que jamai, urous paire de dos chatouneto poulidouno, sèmpre atravali à la bono obro felibrenco tam- bèn. Ma femo es estado ravido de l'acuiènço que tôuti mis ami dòu Feli- brige i 'an facho, e 's encantado eici dôu bèu païsage vienés e de toùti li causo interessanto que soun de vèire dins nosto vièio ciéuta

de Lugano, pièi

à Flourènço,

flnalamen

sus lou ribéirés prouvençau,

JULI ROUNJAT.

•a

~

SKSfl^

s-

A

touts lous

escouliès

de

Febus

Despuch très ou quoàte ans, n'aumentam pas en noumbre; que demou- ram, per aco, l'Escole, la m/ay counsequente dou Mieydie e qu'ey quau- qu'arré, de segu; mes coum dise nou sèy quin coumandant d'armade : qui n'avance pas recule. Or, nou eau pas recula.

Que demandam dounc à cade Escouliè de ha la proupagande autour d'et e de-ns amia counfrays nabèts. Que sabém plâ ço qui ban dise, enter-si,

« Qu'èm de la classe dous nabèts prau-

Que eau pensa d'abord aus ahas materiaus,

las causas de l'esprit que soun û plasé e qu'èm fourçats de suprima hères

de plasés

Hè ! brabes amies, aquéres rasoûs, que fas couneguém, mes si balen enta bère troupe, malurousamén, touts n'en soun pas aquiu e qu'ey aysit, en hère de cas, de trouba-y tfespounse : nou eau sounque pensa soubén aus plâ--hèyts de l'obre qui perseguim e nou pas decha passa las oucasioûs' d'en parla; la place, l'aubèrye, lou café, lous marcats, pertout que s'en y trobe.

bère troupe : la carèstie de la bite

bes, pusque y a nabèts riches

»

nou

tienguen à la soue prousperitat tant espirituau que matériau. Nou des- broumbém pas que l'esprit que mie la matière e tribalhém à la prepoun- derence de l'esprit. Haut ! e que touts lous felibres que s'y hàssin !

Nou y a pas dus francés sus cent qui n'aymen

pas la patrie

e

qui

COPS

D E

CALA M

Et Campaysouét.

Yelét de caso-hèl sus era quèsso blnnco, Pantaloû de burèu, camparò de bèrrét,

Esclops qui pla beroy e-s trufon dera hanco

E capèt qui, quart lorro, e-m biro 'ra herét,

Tout aquero dilhèu harà dise à bèro-uo :

« De quin diastre de clèch e sort aquéste choy ? » — Hè ! brabo hénno, tè, nou cay pas d'era luo.

E puchqu'at blet sabé, de Gampâ you que soy !

Era lénco, ma hé, brico nou-èy pas arranco.

Que-m sabi hè segui d'et gourrin

mascarét,

E quan

D'u chiulét qu'en y a prou ta hè creye et marrêt. Ra pinto que-m hè goy quan sera touto cruo,

Hariat ets sés d'iuèr ye-m làpi prou beroy,

et

troupèt mié

d'oun

nou

eau

e

s'estanco,

Que-m masqui dab et pâ, ed estiu, bèro pruo,

E puch qu'at blet sabé, de Campâ you que soy !

Qu'aymi

't piu-piu

pintut d'et ausèt sus

'ra

branco,

N-as prados d'et Peyras, et soû d'et esquerét,

Ra rumou dera gau quan passi n-a palanco E-ts gourguéys dera hount oun me tiri 'ra sét. Pla que hè cado-û de-s plàse à caso suo ! Touts ets foututs lalays d'era bilo que-b doy P'et nouste lousat biélh à 'ra humado bluo.

E puch qu'at blet sabé, de Campâ you que soy !

Pepiots, hèt-be reyénts, hèt-be emplegats de

Huye de caso, you ? O, tè, 'scouto se ploy ! Arrèhilh de Mariòlo, e nou pas à ra manco, Arriche ou praube, tiét, à Campâ que m'estoy !

banco !

RENÉ

ESCOULA ,

ESPLIC.

Quèsso, camise; camparò, cep; gourrin, pourcot.

*

* *

La Nouce de

Menicou qu'ère û bèt gouyatas, drin estros e l'aynat de la coade en ûe meterie oun s'y bedè mey de galère que de sos.

Mes qu'ère plâ

de l'aube entau sou-couc à trima chens respieyt. Lou sé, u cop redyit lou bestia, que soupabe de broyé ou de mesture e puch que s'en anabe à paupes per la borde oun abè lou sou Iheyt apitat en û corn, au dessus de las baques, entremiey lou peroc, l'ardalh e las tarlaques.

baient e que l'abèt tout die

Menicou.

30

-

Toustém tout tranquilot e de mediche umou, yamey que nou l'abè picat la mousque-hisse; yamey nou s'arrestabe au sourtil de la misse ta 'spia bère gouyate ou ta bébe u pintou.

E toutu Menicou bitare qu'ère en adye

de cerca-s ue hémne e de s bouta 'n menadye Mes coume et ne chic ne bric nou s'en hase, chénse l'at demanda sou pay que l'atrassè ue toye d'Aussu pla goalharde e pla brabe qui-b aberé tirât û feniant de la grabe, que-s dechè marida. Que hén nouces coum eau,

Menicou, per û cop, qu'esté bestit de nau; que-s pourtè pla, mes coum lou brespè s'abançabe qu'aberén dit que-n abè prou d'aquet yournau. En fenin de soupa que se-t Ihèbe de taule coume hasè tout sé, chens dise ue paraule,

e que s'en

E t'oun ne bas ? Si-u te cridè lou pay, pari nou bédés pas de que hès rèyte aci e qu'aquére maynade

— Biban ! que-b bey à bié ! quoan y-a quauque courbade

qu'ey toustém lou me tour, si respoun lou gouyat. Qu'ey foutre prou per oey ! Embiats-y qui boulhat,

you que me-n bau tira la lèyt e ha palhal ! YAN

ba

cap à

la

borde :

?

DE BOUZET.

*

*

*

La Yanote de Chaubet. Aço que-s passauo en û coussut biladye de la piano. Lou curé qu'ensegnauo lous maynats ta la permèro coumunioû, e

qu'en arribauo en ue droullote innoucénto, mau-endougnado, espe-

disèuon :

luliado, las manyes dou casabèt esperracades.

Yanote de Chaubet; qu'ère, per segu, arribade la darrèro à la distri- bucioû de las gràcios e de l'entelliyénço.

— Miam, Yanote, qu'as trétse ans, qu'es ue brabe maynado, en

û an d'aci nou-n saberas pas mes, que-t bau demanda uo cause pla

simple, hè-y atencioû ! Que y-a quauqu'û qui déues ayma mes que touts. Respoun, quin s'apèro ?

sus lous bancs

Yanote, toute risénto hè courre dous drolles e de tire dits :

Que

la

de grans

oelhs

— A Marceloû det Beryeret !

Lou Marcelou, be l'auéts counegut, qu'èro û drolle esmerit, papi-

lhoutat, dab col blanc e çrabato bluo. Touts d'arrise en entenén lou dise de. Yanoto. Moussu curé tabé, hè tout dous à la maynade :

— O ho, que eau ayma Marcelou, mes tu, jou, qu'auém à ayma

per dessus tout à

Dehoro Marcelou, aquet gusard raujous de la declaracioû de la

peguechoto, que l'y ba à tougnats :

lou boun Diu !

— Nou bòli pas que m'aymes, hé, tu, enténes, e s'at dises mes,

dusçouhats!

LOU BUSCALHÈ,

LOUS MEMORIS D'U CAPBOURRUT

PRUMERIES

yseguide)

V.

— L'ARMANAC

« PATOÈS »

DE

LA

BIGORRE

Cansoûs, odes, qu'en rimàbi à tout bourre-trouch. E dab aquero, de las présenta dens lous councours, oun hasi ue. coelhude de toutes payères, de la mencioû dinque à la medalhe. ' Lou prêts qui-iu debè lou mey esmàbe, qu'ère lou de pouesie liric aus yocs ilouraus de Bilonèbe-sus-Lot. Qua hascn grans hèstes per aquiu; pusque l'an d'abans èri bachat dinque à Tarbe, perqué nou y'aneri tabé ta delà d'Agen ? « Dus dies entad ana, dus dies enta tourna ! » si-m hasèn à case, quoan n'abouy parlât, mes qu'où bas pèrde, lou cabos ! E qu'ey aquére medalhe qui t'an dade ? — U prêts de pouesie ! si disi, bergougnous. — E ta que bau ? Quin rebengut ne bas tira — Arré, tè ! — Arré ? E que dises qu'ey en patoès, e que crédes qu'atau, se-t hasoum da drin d'enstruccioû, qu'ère t'at abusa d'escribe en patoès ? Be-ns en emplegabem de barreya dinès ! »

E coume aquero, s'èri dous yocs de Tarbe en 1890, nou-m bin aus

de Bilonèbe en 1891. Aylas ! L'estiu tournât, toutû, per û bèt die de sourelh, qu'abouy û agra- damén de couhde-ha. Que-m hicàbi drin d'ourdi aus paperous dou me Dicciounàri gascoû (qui nou s'ey yamey acabat !) quoan m'apèren. Qu'èren Simin Palay e dus auts hilhots de Bic, amies dous soûs, qui coussi- raben coum s'en anaben de passey tad Aygues-bounes. L'û que

youguère de la flahute, l'aute de la guitare e lou tresau (lou pintre Lestrade) que debè béne lous tablèus qui pourtabe coume û escouliè

lou sou hèch de libes

Pensats de l'arcoelhénce ! Que-s pausèn ue ore — d'Aryelès enlà

que y a ue butade — e que batalèn n'at eau pas dise. Qu'ous seguibi û tros de camî; qu'ous amuchàbi las embraques tad arrecouti au cot de Soulor. E, coume e s'anabem dessepara,

que-nse digoum tout d'u cop : « Que caleré ha û armanac. » E Palay de-m dise : « Que counéchi û emprimàyre de Tarbe, bam quoan ne

bòu; que. caleré tira-n mile exemplàris

se l'at bouloussen ou men.

Que b'en escriberèy. »

E aquiu dessus : Boû biàdye !

La passeyade hèyte per Aulouroû, Bayoune e Pau, lou Simin que debisabe de l'armanac dab lou soû pay e dab lou soû besî, Norbert Rosapelly. E que hou entenut de béde à Paul Labrouche, lou repour- tàyre dou councours de 90, l'òmi qui parechè lou mey trebatént de labets. Nou poudèm abia gascouneries sénse qu'en housse abertit. Létres sus létres, de Bic à Tarbe, de Bic à Arrens. Coumbienguts hèyts, que debèm engountra-s û die d'aquet abor à Tarbe.

32

-

Mes quoan coussirabem per case soue, partit qu'ère lou Labrou- che, despuch d'ûe semane ta Bayou ne. Labets, que las gahàbi ta Bic. Bèt parelh de dies que-m cauhàbi au larè de pouesie. Tours e birades e passeys e prouseys qu'en hasi dab lou Simin. Mey que mey qu'èrem décidais à ha espeli l'armanac, dab l'agrat de d'auts ayudes ou per nous-auts soulets. Per fis, l'emprimàyre Lescameja que-s cargabe de la coénte. Qu'ère û biarnés de la boune ley e dous brabes. U drin nouste coun- lray; ya que housse per capsus dous sichante, qu'abè councourit aus yocs de Tarbe. Nou desquilhabe qu'ue mencioû mes, tè, nou n'y pot abé prêts enta touts. Que-nse e proumetè mile libiots de 48 payes à dus sos cadu. Ya poudèm bené-us à très. Qu'escriboum aUs amies. La mestioû que-ns arribabe de toutes las parts de la Bigorre. Medich, daune Filadelfe, qui despuch e debè ana-n p'ous soums lous mey esbariatius, qué-nse mandabe ue pouesie. Lous talhucs de léngue arridénte, lous boucis poupulàris qu'èren dus coundes : Casassus, Lou curé de Serou e lou bî de VEspurgatori que l'autou e m'abè leyit quoan èri estât à Bic. Que recebi lèu cent exe.mplàris e que-m boutàbi en cami. A très sos, quau counegut, amie ou besî nou lou se bouloure croumpa ? Bam, ta ha-m aquet plasé. Qu'entràbi enço de l'û, enço de l'aut. Aquéste nou sabè leyi lou patoès, gn'aute n'abè que ha-n, d'aulhous b'abè, penut en û clau lou calendriè de la poste; û miey sapiént que m'entrepfenou sus l'orto- grafe, n'ère pas atau qui calé escribe; gn'aute que-m hè en arride :

S'ou me bos da ? senou, oère, n'ey pas tàryes ta croumpa libes, you !

Aquet darrè truc que-m hé bira lou sang de pilles e prou qu'abi courrut per aquet brèspe : Doudse armanacs qu'abi partits de case, doudse que s'en y tournabeii. E lou sé que-m counsoulàbi en ne mandan ençà e enlà ta quauques amies hore d'Arrens. Toutu, lendedie que-m digouy : Per aci qu'ès trop counegut. S'anèsses p'ous bilàdyes embat, enço dous curés, enço dous reyents ? Nou gausaran dise que nou pusque reyents e curés an sinnat aquéres payes. Encoère miélhe, bèn tad Aryelès. Coum. èrem au dimars, die dou marcat, qu'escadouy û carret ta bâcha dinque au capdulh dou Labedâ. Espiats-me, dab débat lou

bras lou me brassât de libes ! Qu'èri au magasî de Daune D

hasè libererère sus la place de la Hount. Qu'où ne dàbi quauques-us

qui

en depòsi, e de tire, qu'anabi ta ço dou mande-coumû qui benè your- naus de Bourdèu e de Toulouse. Qu'où hey lou me debis. Qu'aubri

! E qu'ey aquero ? si-m hé. E qui t'en

bòu

Ya ! mau que ba, si-m pensèy. E, coumplasént, que-m boutàbi à léye ue. hèyte, nou-m broumbe mey quau, mes quoan m'abou drin escoutat l'òmi que-m digou : « Atendéts-me û drin ! » Que passabe ta deguéns, e autalèu que tournabe dab aus dits l'armanac de la Dépêche, libe d'û bèt coubertis, dab imàdyes en abounde e espés de cent cinquante payes, tout aquero per cheys sos. E l'oelh du, lou pot

l'armanac coum ta léye : « Bo

?

»

33

mespresiu, l'emplegat de. la coumune, que-m yetabe : « Aço, aço qu'ey bentable, aço que-s pot présenta ! E nou lou tou carnet de

misère ! — S'ou boulets, qu'où be balhi ! si hey, en gahan tout lou

courau qui poudi abé. — E que

labets en se biran d'esquies. N'abi doungues pas sorte per Aryelès tapoc, e que m'en calou tourna dab prou de mau de co, p'ou caminau d'Azû. Qu'èri à pè, que puyàbi piano, piano, soulet dab lou hechot d'ar- manacs e las mies pensades. En Aucun, que trucàbi enço dou reyént qui ère badut à Herrère coum lou d'Aspi, lauréat dous yocs de Tarbe, e manière de liga û prousey, û cop lous saluts hèyts, qu'où disi : « Que souy cargat per Moussu Espagnolle de-b reméte aquéste armanac. Que y-a û counde dous sous hère plasent. » — « Mercés, mercés ! si tournabe Moussu Reyent d'Aucun, qu'où diserats mercés per you ! » E que pausabe lou libiot s'ou corn d'ue taule, sénse mey. N'abi qu'à boeyta la hor- gue. E, tè, que-m saubàbi tout cap-bach.

Mes tant per tant e dechàbi lou mèste d'escole, que-m tumàbi dab lou becàri, qui, hère gracious, me bienè decap : « Qu'abets aquiu ?

Libes en patoès, que pari ? Que sèy qu'escribets e bèt drin coum eau.

Bam, bam

Qu'où ne dabi û, qu'en tourneyabe las hoelhotes, e arribat à quauque couyounade, que-s parlabe tout soul : « Celle-là est bien bonne ! » E you, boutât en hides, qu'où debitàbi lou me sermou :

« Se. m'en croumpats ue doudséne ? A très sos cadu que pot ana ! » Mes e m'entenou ? En tout cap, sus las mies rasous que hé lou sourd : « A quoan abets tirât ? si reprenè : — A mile, — Bo, n'ey arré, qu'en calé ha dèts mile, qu'ous abèts à mieytat prêts, û so cadu — N'abém pas gausat ! — Se nou gausats, s'abets pòu, nou tirarats \amey endabans ! Que s'en eau amaneya, courre, parla, èste sus lous marcats e ha crida lous libes p'ous pelharots e marchands de liguéte, bouta-n enço dous liberayres (qu'anàbi dise : Omi, que biéni d'at ha ! mes que perseguibe) : Mandats-ne à las gares, e qu'at bouten dab lou papè « vient de paraître ». Se nou-b boudyats, amie, nou s'abisaran de bous auts. Aném, adichats, e dinque à las pru- inères. » E que-m dè ue estregnude de ma, que s'enhournè l'armanac à la

eau que t'en hàssi ! » si-m digou

!

»

poche

(ue poche

de curé !), que s'arremangabe

la soutane;

que-s

puyabe

sus la becicléte,

e

à hum

:

Nou

l'èy

mey bis

!

Qu'èri aquiu à carcula. Oun da ? Ta case ? Que hey quauques pas, e qu'èri countre l'aubèrye dou Peyremayou, oun audibi biahore. Pintounès que cridaben e que trucaben dous béyres boeyts sus la taule : Qu'abèn encoère set.

Lou mèste de l'aubèrye qu'ère coum qui dits û amie. Dens lou tems qu'abè rimât et tabé cansoûs, e qu'en abi entenut canta de. las soues per Arrens lous sés de hèste-annau. D'aulhous qu'abèm cous- sirat per loue, l'an d'abans pou tiradye, e que dansabem tout û die dens la soue sale. Qu'entràbi. Dues ou très taules de garnides. E lou mèste qu'ère de coumpagnie, mes qu'ous dechabe ta-m arcoélhe.

auherénce : « Tu qui n'as bastades

Qu'où hèy tout biste la mie

cansoûs, bos-ne léye ? Qu'èy aci û armanac oun ne bederas e coun- des tad arride. E sénse mey d'aloungues, en hèn-me de tripes cou- radye, qu'en passàbi ue de las de l'armanac :

D'aquet tems lous curés qu'aijmaben la ribote, e mercés à la fé de mantue debote hidyes d'auque e capous de Noubémbre à Heure, qu'ous hasèben d'u pam eslaryi la culote !

En enténe aquéres foutéses de curés e de. goubernantes, lous très caddèts que partin d'ues arridères qui nou s'estangaben. E qu'èren au ras de you, guignan lou me libe. Pensan, à de bounes, qu'ous se boulèn croumpa, qu'ous ne dèy séngles, mes, coume e y'espiaben, ue brume qu'ous se boutabe, bessè, dens lous oelhs, e cop sec qu'où tournaben de barra, toutu que Peyramayou, qui abè drin de sabé-ha de létres, e perseguibe la lecture e s'y hasè à carcanades : « Ah,

aquero qu'ey pla

la

becade, hòu, qui sus lous landrès e hasè de petits biroulets ! E' dounc nou sera pas lou dit, Miquèu, de qu'ès biengut ta nouste en balles. Quoan coste ? — Très sos ! si digouy. — E dounc tè, aquiu qu'ous as lous très sos, espie-us nou soun pas dous chicous,

eh

que Peyramayou

troubat !

Aquet

Casaussus

qu'ey

û

òmi.

E

! Que-m hiquèy lou très sos au

pouchic, toutu

e hasè aus dus coumpays :

— Bam, nou-m bats ha da bergougnes, nou boulerats que sii

soulét à ha marcat ? Au double-triple ! aquéste gouyat que bien esprès e qu'où ne bats decha tourna coume aquero ! Hicats aci très sos cadû, e drin biste sénse mey pleyteya, e noû b'at calhe dise mey ! L'û dous pintàyres (nou lou be pòdi noumenta permou qu'ey encoère de pès) que-s tiré de la poche dou yelet û arpat de moues de chigarréte, de brigalhes, e au miey quauques sos e patraques :

qu'en coundabe très. Mes, Faut que-s hasè prega, e sénse. dise chape, que s'en tournabe ta la taule oun pintabe : L'auberyiste, dou corn

de l'oelh, que-m hé coumpréne que la bourse qu'ère esculade.

— Mercés, s'ou digouy labets, permou de tu, dus de benuts, e n'èy

pas perdude la camade. E coum hasi sinnes de gaha la porte, Peyremayou, que te-m arra- pabe p'ou bras :

— O

ba,

gouyat !

Touts lous qui entren à Peyremayou, boulens ou nou, qu'en paguen û pintou.

E qu'abouy à ha ? Balha cinq sos ta û pintou e assedé-m de coum- pagnie. Pauses e autes que batalèm de bî, d'eleccioûs e que sabi mey. E talèu qui toutu abouy decarrat per la lane enhore, que-m boutàbi nou sèy quin la mâ deguens dou fausset : N'abi pas barreyat la mie yournade, pusque dous cheys sos de la bénde dous armanacs nou n'abi dats que cinq e que m'en tournàbi dab û ! Despuch d'aquére hèyte, qu'èy poudut léye sus lous Libes de Sayésse d'aquéstes moutets : « Quoan ès dens la yoye, nou t'en bantes goayre e nou hàssies guilhèsques, permou que lous degrèus

35 —

nou soun pas loegn. Tapoc, s'ès countrariat, nou t'en dés, permou que ballèu que-t bienera l'esclaride. » Bertat que hou ! Ta counsoula-m de las mies courrudes, lou sé qui bieni d'Aryelès e d'Aucun, que-m troubàbi létre dou Simin :

« Coume, si-m disè, la bénde nou marche pas ? Nou b'en eau che- grina per aco, e lou pount d'Ortès nou s'ey pas bastit en û die. Que eau decha birouleya l'arrode. » Tout qu'anabe en plane, Armanacs, que s'en èren boulats quoàte cents dens ue semane, à Bic, à Maubourguet, e à Tarbe. Qu'en calou niedich embia-n ta Bourdèu e ta l'Algérie. « U paquetou qu'en abém hèyt parti ta Bagnères, e gn'aute ta Lourde. En aberam prous ? » si m'escribè lou me coumpagnou. Lous yournaus que parlaben. U amie de Yan Palay, Zabiè de Car- daillac, qu'abè hèyt brouni lou sou claroû dens l'Ere Nouvelle, e Paul Labrouche, nou sénse paraulines drin trufèques, ya prouseyabe dou pouric qui abè coupât lou crech. De mey, Paul Lavigne, yoen abou- cat e directou de la République, dou sou calam dous bèts dies, qu'adressabe û floc de coumpliméns aus nabèts Troubadous. N'abèm qu'û chètre nabiu, mes û ayre de rebiscoulade qué-nse bouhabe dens las bêles !

(que seguira.)

•s

gsgfe

LAS TRADICIOUS

M.

C.

- = 8 .

Ta ha saba

Sabe, sabe, sabarrò — pére petch d'esquirò — se nou bos saba

- et yetarèy en ung arroumigarau — que te minyaran ères garou- lhes e-s grapaus. (Coelhut à Mèlles, en bat de la Haute Garoune.)

saba que-t hicarèy en u

hourmiguè — plen de sèrs e lusèrs. (Coelhut à Marejne en bat d'Oelh, au ras de Luchoun.)

*

* *

Sabe, sabe, pèt de crabe — se ne bos pas saba — que t'anirèy yeta en û hourtiga — que y'aura sèrs, —sernòlhes e ludèrs — e crabétes de l'Infèr. (Coelhut à Aulou, en bat d'Aure.)

La Panquése (belette)

Sabe, sabe, pèt de

crabe — se nou bos

Ta la ha arradya :

Panquère, panquère, — bourrasséte — pren-te palhe, alugue et hoec ! (Coelhut à Mèlles.)

per G. ROHLFS.

36 —

LOUS LIBES

DU GASCON AU LATIN (Origines latines du Gascon) agrégé, et Th. LALANNE.

par J. BOUZET, professeur

PREFACE

L'ouvrage que mes savants compatriotes, MM. Jean Bouzet et Th. Lalanne, veulent bien me demander de présenter au public recevra, j'en suis sûr, de ceux qui en peuvent juger du point de vue scientifique la seule approbation qui soit propre à récompenser de façon valable le labeur et le mérite de ses auteurs. Je n'ai d'autre dessein que de faire entendre ici quel genre d'intérêt et d'utilité trouveront à un tel livre non seulement les professeurs et les élèves de l'ensei- gnement secondaire, mais quantité de personnes auxquelles il ne sera pas un instrument pédagogique : prêtres et instituteurs, félibres et ruraux cultivés, les uns et les autres curieux d'histoire locale et fidèles à ce parler provincial des ancêtres, dont ils sentent bien qu'à l'approfondir chacun accroîtrait son savoir et sa culture. Il n'est guère de préjugés plus répandus et plus tenaces que ceux qui se sont formés autour du mot et de la notion de «patois». Les langues méridionales que l'on parle encore aux environs d'Avignon et d'Arles, dans la région de Toulouse, à Dax, à Pau et à Orthez, ce n'est là, pense-t-on assez communément, que du français corrompu, du français dégénéré. Et des illettrés ne sont pas seuls à professer une erreur aussi grossière : elle a trouvé créance auprès d'hom- mes assez instruits et qui ont même feuilleté l'inestimable Littré, mais en omettant de lirfc la préface qui les eût détrompés à jamais.

s'ex-

plique aisément par une telle croyance ! A quoi bon étudier, entretenir et révérer des jargons misérables qui ne sont qu'une corruption de la langue de Bossuet et de Voltaire, qui ressemblent au français comme les boniments d'un guide napolitain ressemblent à une plaidoirie de Cicéron, comme telles haran- gues de réunion publique à un discours de Mirabeau ! N'est-il pas urgent, au contraire, de rejeter ces haillons linguistiques afin que tous les esprits, en France, soient ornés des splendeurs et des richesses de la langue nationale ? Ils seraient sans doute fort empêchés, ces braves gens, si nous les mettions en demeure de nous dire de combien le français est antérieur au provençal et au gascon, quand et comment le français est venu à se corrompre, entre Saint- Bémy-de-Provence, Bordeaux et Orthez. Est-il donc si difficile de les amener à reconnaître que l'idée qu'ils se font de l'origine et des rapports de la langue française, des dialectes et des patois est de même nature et de même qualité que celles qui étaient professées en physiologie, en pathologie, en thérapeutique par les médecins de Molière '? On a appris, avec une instruction primaire un peu soignée, que notre pays, sous le nom de Gaule, a été pendant cinq siècles une partie de l'empire romain. Cela étant acquis, il semble aisé de concevoir et d'admettre, selon d'innombrables témoignages scientifiquement irréfutables, que les Gaulois nos pères avaient adopté pour la plupart la langue des vain- queurs, le latin ; qu'ils lui ont fait subir, à l'usage, des transformations assez profondes, variables selon les contrées et les climats; qu'il s'est ainsi constitué une langue romane du nord et une langue romane du midi, nées du latin l'une et l'autre, la seconde tenant à la langue mère par des liens plus étroits. Ces notions, qui ne sont ni plus abruptes, ni plus obscures, ni moins utiles, ni moins importantes que tant d'autres dont on surcharge le cerveau de nos enfants, leur livreraient ce qu'il paraît essentiel de savoir et d'entendre en ce sujet pour ne point divaguer. Au x c siècle de notre ère, le parler d'Ile-de-France et celui de Provence, de Gascogne, de Béarn sont parfaitement égaux en prestige et en influence. Le provençal a produit au moyen âge une littérature poétique, au moins aussi belle que celle des pays situés au-dessus de la Loire. Bien ne fait alors présager le splendide avenir de la langue néo-latine du nord. C'est à la politique, la chose n'est point douteuse, que celle-ci doit son prodigieux avancement. La dynastie capétienne a fait sa fortune. Langue de l'administra-

Comme

le

mépris

qu'ils font des

prétendus

« patois »

se

comprend

et

— 37

tion et de la justice, langue des grands, langue du roi assembleur de provinces et fédérateur de peuples, elle supplantera peu à peu, en littérature et quant aux affaires publiques, les dialectes du midi. Elle ne les détruira point cepen- dant, à la différence du latin qui avait submergé et aboli le parler celtique de nos pères gaulois. Supposons que le lieutenant Bonaparte ait épousé à Valence, à Marseille, ou à Paris, une fille de bonne noblesse, privée par le malheur des temps de tous ses biens héréditaires, tandis qu'une sœur de celle-ci aurait pris pour époux quelque honnête « praticien ». Le sort inégal des deux sœurs eût fait contraste le jour du sacre : le diadème n'eût rien changé pourtant à leur généalogie. Malgré tout ce qu'il y a d'arbitraire et d'approximatif en de telles comparaisons, celle-là n'est peut-être pas dénuée de toute justesse et de toute pertinence, si l'on veut rendre compte des destinées diverses de la langue d'oïl et de la langue d'oc. C'est de son mariage avec le roi de France que la première tient sa pri- mauté. Mais les splendeurs du sacre et les feux du diadème ont si bien ébloui le monde que beaucoup en sont venus à brouiller de la façon la plus extrava- gante le lignage et l'état civil de ces deux filles de Borne. Le livre de MM. Bouzet et Lalanne contribuera puissamment à dissiper ces confusions et à rectifier ces erreurs : ce qui importe beaucoup plus que certains ne paraissent le croire à la bonne formation des esprits 1 . Pour ne prendre que l'un des avantages les plus apparents que nous offre leur ouvrage, il nous montre, par l'étude du vocabulaire, l'étroite parenté du latin, du français et des parlers méridionaux. S'il en a retenu la leçon, l'écolier qui traduira, avec la première bucolique de Virgile, un des vers les plus divins de la poésie humaine :

Majores,que

cadunt altis

de

montibus

umbrae

apercevra tout de suite qu'il n'y a pas là un seul mot qui ne se retrouve et ne se reconnaisse aujourd'hui dans le gascon, dans le béarnais, dans le français. Mais de tels rapprochements sont-ils d'une si grande utilité scolaire? Le latin a-t-il pu demeurer, au temps de la T.S.F., de l'aviation et des explosifs souve- rains, un si précieux auxiliaire dans l'étude du français. Gardons-nous de rou- vrir ici cette émouvante, interminable et assez vaine querelle. Le «moderniste» le plus déterminé est obligé de convenir que le fonds du vocabulaire français se compose de quelques milliers de mots latins de formation populaire ou de formation savante. Nous n'y saurions rien changer, non plus qu'à la consti- tution de nos tissus organiques. Nous avons certes entendu dire que l'enseigne- ment de la langue latine serait contraire aux vœux et à l'intérêt de la démo- cratie. Mais qui s'aviserait de mêler à l'étude de l'anatomie des aspirations démocratiques ou des sentiments réactionnaires ? Tenons pour infiniment vrai- semblable, étant donné l'origine, l'histoire et la structure de notre langue, qu'il nous sera bon, pour la bien connaître, de nous aider du latin. Croyons même ce qu'en a dit un aussi admirable lettré, un aussi pur écrivain et d'esprit aussi farouchement libre que Bemy de Gourmont. Il a appelé le latin « le chien de garde» du français. Il était convaincu que si nous en venions jamais à nous priver de ce gardien, c'est-à-dire à dédaigner la langue mère et à répudier son

de

secours,

mots français, anglais, allemands et grecs mal joints

La méthode proposée par nos auteurs convient d'autant mieux à l'enseigne- ment classique qu'elle éclaire les rapports que soutiennent entre eux les mots latins, les mots français et ceux du parler local. Provençal et languedocien, gascon, béarnais, de même que l'italien et l'espagnol, se sont moins éloignés et détachés de la souche latine que le français. Il sera profitable au jeune méri- dional de reconnaître d'abord l'empreinte romaine dans le langage de sa pro- vince, où elle est restée fort nette : par là il sera conduit à la découvrir, quoi- que moins visible, dans les beaux textes de la langue nationale. Au surplus, tout ce qui est instrument d'analyse, occasion de réfléchir et de méditer, contribue à ce patient enrichissement de l'esprit que nous appelons

notre langue à nous

se transformerait

en un

immense

et mal

patois

fait

naturalisés.

1. Les élèves d'espagnol ou d'italien, les Provençaux et les Catalans trouveront les mêmes hautes préoccu pations et recueilleroni un égal bénéfice dans les ouvrages similaires qu forment et formeront la colleètion courageusement entreprise par M. l'abbé Lalanne. et qui s'intitule , « Au long des voies romaines ». — Quant aux spécialistes des langues romanes, ils attendent avec impatience le livre de fond que M. Bouzet leur doit de publier sur le gascon.

-

38 —

la culture. Et il ne s'agit en tout ceci que de bien apprendre le français aux enfants de la France, de leur donner le sentiment des beautés et des difficultés

de la langue de leur patrie. Puisque le provençal et le gascon y peuvent servir,

la dignité austère d'une

louons MM. J. Bouzet et Th. Lalanne d'avoir prom u à discipline classique les parlers de chez nous.

du

C'est

de quoi

scandaliser,

nous

le

savons, tels contempteurs

des

langues

midi. Seraient-ils tous incapables de se rendre à l'évidence d'un fait expérimen- talement constaté '? On parle un affreux charabia dans ceux de nos villages et bourgs du Sud-Ouest où il a été décidé que l'on ne parlerait plus le «patois». C'est un professeur à la Sorbonne qui en a fait la remarque; mais il n'est

pas d'oreille tant soit peu susceptible qui n'en soit incessamment offensée. Il est donc convenu, en ces endroits, que les générations nouvelles ne s'exprimeront qu'en français. Cependant on ne se débarrasse pas du parler des ancêtres ainsi que d'un vieil habit démodé. Il est là qui vous guette, à tous les tournants de la phrase, comme un génie familier plein de malice. Il trouve des complices sûrs parmi les jeunes gens et jeunes filles qui ont rapporté de la viBe tout un fonds d'argot et de particularismes de mauvais ftloi. Alors on entend de petits dialogues dans le genre de celui-ci : — Qu'est-ce que tu t'es fait du chapeau, petite? Tu te l'es perdu encore ! — Penses-tu que je me te suis perdu !

Plus souvent !

la jument. Partout où l'on a tenté de rompre avec le gascon, on s'est mis à parler vrai- ment patois. Le pire des patois et le plus vil et le plus intolérable : un français sans vocabulaire, sans grammaire et sans syntaxe, quelque chose qui n'est p!us

d'aucune langue. Un excellent instituteur béarnais, M. Tucat, avait vu le mal et trouvé un remède. Puisque le français est sans conteste, en nos pays, une langue d'im- portation; puisqu'un enfant du midi qui veut s'initier au français aura néces-

sairement à se défendre contre les termes et les tournures du parler local, le plus simp'e et le plus sage n'est-il pas qu'il s'habitue à confronter carrément l'une à l'autre sa langue maternelle et celle qu'il doit apprendre ? Que son maître lui fasse traduire du béarnais ou du gascon en français; qu'il l'amène à observer et à saisir, de l'un à l'autre, la différence des mots, des formes, des tours; et l'écolier en évitera plus sûrement telles expressions incorrectes et telles constructions vicieuses. L'expérience certifie que le méridional qui aborde notre langue littéraire en faisant profession de dédaigner et d'ignorer son dialecte court grand risque de s'exprimer en patois sans le vouloir et sans le croire. Les difficultés de son entreprise lui sont d'autant plus redoutables qu'il refuse de les connaître ou qu'il croit les avoir vaincues.

réfléchi

,

Je sais où qu'il est. Je me l'ai laissé à la prairie en rentrant

Qu'il aille

donc

du béarnais

ou

du

gascon

au

français.

S'il

a

bien

sur les oppositions et les contrastes qu'on lui aura montrés dans ce passage, il se trouvera prémuni contre une des principales traverses que ses études lui

réservent.

Cette méthode est un exemple des efforts par quoi des esprits inventifs et des cœurs chaleureux auront ouvert 1a voie au travail de MM. Lalanne et Jean Bouzet. On en peut et il en faut citer d'autres. Les félibres de l'Ecole Gaston Phébus ont maintenu et renouvelé dans notre Sud-Ouest la curiosité et le goût des traditions provinciales. Avec des écrivains et des lettrés tels que Adrien Planté, J.-V. Lalanne, M. Camélat, l'abbé Daugé, avec des mainteneurs et des maîtres comme l'abbé Laborde, curé de Bruges, et Simin Palay, ces remueurs de foules et ces déchiffreurs d'archives, de qui l'éloquence colorée et drue est appuyée à une science si solide, ils ont remis en lumière la poésie de notre terre et de notre langue. Un évêque de Bayonne dont la trace demeure profonde dans son ancien diocèse, Mgr Gieure, gascon des Landes, a voulu que le parler béarnais fût matière d'enseignement dans les collèges de Béarn soumis à son autorité. Cette institution scolaire vivra parmi les œuvres qu'il a multipliées et qui lui rendent un si beau témoignage. Son successeur, Mgr Houbaut, com- patriote de Maurice Barrés et qui a si vite trouvé accès auprès des cœurs de ses diocésains, approuvera à coup sûr que l'éducation s'inspire des leçons « de

la terre

et des

morts».

On est prêt à recevoir et à pratiquer chez nous

le genre d'enseignement

que

le livre de MM. Lalanne

et Bouzet

nous

qu'il

se propose

sera

discerné

et

comprise

l'intention

d'où

apporte. Le but il procède.

39

Sans crainte de nous répéter, nous dirons qu'il ne s'agit point du tout, selon la pensée de nos deux auteurs, d'entretenir autour de choses mortes à demi

un culte pieusement artificiel. Ils ne nous ouvrent pas ici comme un musée linguistique propre à contenter quelques curiosités archaïsantes. Leur dessein principal est de rendre plus aisément accessible à nos enfants notre admirable

du latin,

des

On les accuserait à tort d'avoir péché contre le progrès. Ce progrès que cer-

tains confondent avec la nouveauté ou qu'ils se représentent à la façon d'une divinité bienveillante dont il suffirait de ne point repousser les présents et la grâce pour devenir toujours plus savant et toujours meilleur. Le progrès véri- table n'exige point que les hommes, pour avancer, perdent le sentiment de leurs

intéressé à ce que ceux qui la

origines. L'avenir de la culture paraît même

langue française, en leur rendant chose sensible et vivante la relation

dialectes

méridionaux

et

du

français.

reçoivent aient clairement conscience de leur filiation spirituelle. Sous l'aspect

d'un traité scolaire, ce livre en fournira une heureuse démonstration. Il mérite d'être accueilli avec faveur par des Français qu'il aidera à rectifier l'idée fausse

ou

l'image

frauduleuse

qui

leur fut

parfois

proposée

d'eux-mêmes

et

de

leur

pays.

 
 

Léon

BÉRAHD.

Palmarès

dous

Yocs flouraus

-■

de

,

Tarbe

- î).

POUESIE

PRÊTS : Medalhe auheride per mous de Fourcade senatou, ta Drin de tout, floc de pouesies, per Yan de Guichot à Mourlâs (Biarn). MENCIOUS D'AUNOU : 1° Diméche, per Y. Palazo, de Sent-Martî-de-

Goeyne (Armagnac); Aralhes (Armagnac).

TEATRE HORE-COUNCOURS : Lou Mouli de las suspréses, pèce en très hèytes en prose, per Daune Yane de Mauco de Lasseube (Biarn). PRÊTS : Medalhe auheride per Mous de Manent députât, ta dues

scènes de Yan-Petil, pastourale de Yan de Sabalot, à Saubeterre-de-
Biarn.

Adiu d'Abor, per Pèy Massartic, de Sent-

ESCOLES SEGOUNDARIS

(N'an councourit que lous escouliès dous coulèdyes de Nay, Garra- sou e Gimount.)

I. — BIRADE

UE BERYÈLI

Escouliès de 2 e e de l r °. — Prêts : Medalhe auheride, per Mous de Fould, députât : Fr. Casteret, de Garrasou. Mencious d'aunou, ta

J. Martres, de Nay; E. Beyrie, de Gimount. Mencious ta : M. Merli,

M. Cazaux, E. Antapan, de Garrasou; J. Camy, J. Samsou, de Nay. Yoens escouliès. — Prêts : Marcel Vignalet, de Nay. Menciou

d'aunou : L. Baradat, de Nay. Mencious : J. Lalanne, L. Bourguinat,

A. Saulerot, de Nay.

II.

BIRADE

DE

CERVANTÈS

Prêts : J. Camy, de Nay. Menciou d'aunou : J. Bordenave, de Nay. Mencious : J. Martres, J. Samsou, L. Baradat, de Nay.

-

40 —

III. NARRACIOUS

a) Caddetou e Minique.

Prêts : J. Camy, de Nay. Mencious : J. Martres, Labarthe, de Nay.

b) Lou Carnabal au Biladye.

Prêts, auherit per Mous de Mireaux, senatou : R. Larrieu, de Gimount. Menciou d'auonu : M. Vignalet, de Nay. Mencious : F. Gar- rigou, J. Lamy, A. Soulerot, de Nay; M. Foussat, de Gimount.

IV.

ENQUÈSTE

DE

GRAMMATIC

Menciou d'aunou : J. Bordenave, de Nay. Mencious : J. Martres, J. Camy, J. Sansou, M. Vignalet, A. Saint-Martin, J. Puyo, A. Sou- lerot, de Nay.

V.

Acciou

FELIBRÉNQUE

Prêts : Lou Dicciounàri de Palay, auherit per Mous J. Desbons députât, à Paul Poques, de Tarbe. Diplôme d'aunou ta la Soucietat dous Troubadous mountagnôus per la soue obre.

M mes

M lles

, MM.

Lou Capdau,

S. PALAY.

NABETH S

COUNFRAY S

Darnaudats, photographe', Orthez.

Cauhapé, place des Ecoles, Nay (Basses-Pyrénées).

Laumé (Anna de), 9, place Fernand-Lafargue, de-Béarn (Basses-Pyrénées).

Bordeaux et Baigts-

Lurdos (Louise), villa Sperata, avenue Thiers, Pau. Galin-Chené (Marthe), Bénéjacq.

Courtiade

Mousquès (abbé), curé, Mesplède, par

Soulé (Léopold), 50, rue du Rocher, Paris (8 e ). Loubère (Maurice), contrôleur principal des contributions directes, avenue Ridgway, Pau.

Roques, inspecteur des contributions directes, villa « Folles Brises », Marracq, Bayonne.

(abbé), le Frèche

(Landes).

Orlhez

(Basses-Pyrénées).

Fontan

(Félix),

contrôleur

principal

des

contributions

directes,

villa

«Toki-Eder», avenue Marie-Anne-de-Neubourg, Bayonne.

Société «Les Troubadours Montagnards», à la mairie de Tarbes. Destarac (Jean), secrétaire des «Troubadours Montagnards», route de Bagnères, Tarbes.

Lafourcade

Barthe,

(Hippolyte), palefrenier au Dépôt. d'Etalons, Tarbes.

(Basses-Pyrénées).

Salies-de-Béarn

Labarthe (René), vins en gros, place Ste-Thérèse, Tarbes (H.-P.). Lassalle (Maurice), employé au Midi, Bénéjacq (Bas.-Pyr.). Trelut, maire de Tarbes (Hautes-Pyrénées). Lafargue (capitaine), Perquie, par Villeneuve-de-Marsan (Landes).

L'Emprimayre

Mèste

en

:

E .

MARRIMPOUEY.