P. 1
Reclams de Biarn e Gascounhe. - Garbe 1939- N°10 (43e Anade)

Reclams de Biarn e Gascounhe. - Garbe 1939- N°10 (43e Anade)

|Views: 33|Likes:

More info:

Published by: Occitanica Médiathèque Numérique Occitane on Jun 11, 2013
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/01/2014

pdf

text

original

43aU Anade

Garbe de 1^30

CLAxMS DE DOUCTRINE

PERQUÉ N'ÈM PAS MEY
U yoén, qui ey entrât à l'Escole nouste despuch dus ans ou per aquiu e qui, de tire, esté gagnât d'aquet estrambord de la yoenésse quoan quauqu'arré lou plats que-m demandabe : « Quin se pot, dab û prèts-hèyt autan bèt que lou Felibridye, noû siam pas mey que nou èm ? Quin se hè que noû y àye pas mey d'omis qu'aco enta coumpréne la beutat e la grandou de l'obre ? Be hèm toutû propagande ? Quoan dam ue hèste, tout lou païs que semble trespourtat e û cop passade, tout yuste s'en abém amiat û petit escabot à las noustes idées. » — Si, amie, si l'èy respounut, qu'en y a mey que lous qui soun entrais à l'Escole, mes n'an pas hèyt lou darrè yèste. — E quin yèste ? — Lou de hica la mâ à la poche. Qu'ey bertat que lou gran noumbre toutû ne-ns a pas coumprés coumpletamén e n'a pas, coum disen oey, réalisât la pensade felibrenque e lou beneflei quin pot tira. Qu'en ey d'aco coum de hère d'idées de balou toutû segure e doun la miélhe propagande nou parbién pas à touca lous esprits. E bos quauques exémples? Qu'ey û counfray franchiman qui-m ba serbi; qu'a estudiat la questioû de la propagande en gran dou puni de biste francés. Be. sàbes que lou Goubernament, en très ou quoàte ministèris, qu'a burèus de propagande enta ha bàle, à l'estranyè, la culture francése sustout; qu'en y a tabé ta la science e l'endustrie, mes que tribalhen diferentamén. E dounc, que-s parech que per ço qui ey de la resuite de las counferences, hèytes toutû per proufessous d'eley, e de la dous libes qu'ey hère poc de cause : lou proufieyt d'aquere propagande ne pagaré pas la despense. Perqué ? Lou counfray qu'at esplique prou plâ. « Ce que le moraliste a à faire, si dits c'est de persuader aux gens de surmonter leur égoïsme personnel dans l'intérêt soit d'un ordre surnaturel, soit de ce qu'il y a de meilleur en eux, soit de la société... Les moralistes invitent leurs lecteurs ou leurs auditeurs à réprimer leurs idées et à établir des limites à leurs impulsions égoïstes, à travailler et à souffrir pour quelque cause qui doit amener le bonheur futur. Moralistes et Politiques doivent persuader aux gens de faire quelque chose qui est, dans l'ensemble, le plus souvent désagréable. » — Aco qu'ey drin bertat, si-m coupa lou nouste gouyat.

— £74 —

-— Escoute encoère : « Une longue expérience a appris aux moralistes qu'il ne suffit point de recommander aux hommes la vertu pour les rendre vertueux. Or, dans tous les pays du monde, depuis des siècles, il a été produit des quantités incalculables de littérature exhortatoire. Le niveau moral n'en deme.ure pas moins assez bas. Certes, si toute cette propagande n'avait pas été faite, il se pourrait que ce niveau fût encore plus bas; nous n'en savons rien. Je soupçonne, cependant, que si nous pouvions le mesurer, nous constaterions que le rendement mécanique de la propagande éthique au moyen de la littérature, de l'écrit comme de la parole, excède rarement un pour cent. » — Aci, que crey que lou yournaliste que-s troumpe : lou rendement qu'ey maye. — Qu'at crey tabé, mes, espie autour de nous; l'Escole GastoûFebus qu'estén la soue accioû sus û territòri qui a, haut ou bach, û milioû d'amnes, sie. dus cents mile omis en estât de coumpréne, e n'èm que cinq cents à l'Escole. Certes, que eau dise que y a hère mey de ço qui apèren « sympathisants », omis counbencuts de la balou de la nouste cause, mes per aco ne hèn pas l'effors qui caleré enta gagna la partide. Enta quauqu'arré d'immédiat, û benefici, û proufit persounau e qui toucara de tire, l'òmi que hè lou sacrifici qui-u demanden, mes si aquet benefici, aquet proufieyt e déu esta partadyat dab tout lou mounde, labets, qu'a toustém lou temps dou ha. Que soun reàles, lous qui ne soun pas estaubiants de la loue péne ou dous lous dinès, mes n'en soun pas tant, reàles, lous qui aténden que d'autes que hàssien lou tribalh qui hara dou bé à touts. Quoan lou Goubernadou d'Etigny boulou ha ha lous grans caminaus, oun roullam tant aysidamén, p'ous qui debèn toutû serbi-s'en lous permès, quàsi touts que refusèn de ha las prestacioûs c que calou la troupe armade entaus amia s'ous chantiès. — De ço qui precounise lou Felibridye, touts qu'y gagnarén au segu, mes pusque n'abém pas la troupe coum M. d'Etigny, que eau aténde que las bounes boulentats e debienguen mey noumbrouses que noû soun en l'ore. Mistral qu'at sabè e que-s counsoulabe en dise : « Si n'ey pas oey, que sera douma »... ou douma passât, si basé l'aute. — Aco ray, si déu biéne ! — Tribalhém toustém enta que sie.
SIMIN

PALAY.

OUBRÉTES DESBROUMBADES

U ROUSSIGNOÛ DENS L'ESCU
Qu'èy déchut la frinèste oubèrte à la noeyt Mue, E qu'entre, auloureyante e fresque; que dirén Ue nòbie qui bié dab sa pélhe de lue E lou seguissi dous lugrâs bestits d'aryént. L'ayre qu'ey ataysat. Coum en ue capère : Tout que-s care. Ue flou qui sus la yèrbe e cad Que s'entén, e qu'ey pòu, en muda la perpère, De ha 'sbaubi la pats doun me sèy aprigat. Ue estéle dou cèu que bâche e puch s'estangue, Coum s'ère aco lou signe atendut, autalèu U rebalay, partit dou bord de l'arriu Mangue, Que puye, làrye e bèt, emplean tout lou cèu. O rey de l'escu tèbe, ô beroy musicàyre, 0 riche bergougnous qui bos esta soulét, De la mar d'Armounie esdeburat pescàyre, Que Mènes mestreya sus tout, Roussignoulet ! Lou calme de la noeyt, esmabut, que t'escoute; La lue que s'aprèsse e l'ayret que se-t béu La cansoû qui-nse hès riuleya, goûte à goûte, Dinque au bèt houns de l'amne en grâs d'or e de méu. Cante, ô rey ! N'ayes pas la gorye encoère lasse ! Aquéste ore qu'ey toue, oh ! bèn, perloungue-la, Enta s'esta dab tu la noeyt mey dous que passe, Cante ! Coume ue hount lou tou bercet qu'ey cla ! Cante ! e quoan lou droumi sus you pause soun arpe, Que bouy encoère abé lou me souney flourit De tu, mèste dou sé, mirabilhouse harpe, E yumpa-m au toû rèbe aus lugrâs abourrit.

(1909)

SIMIN PALAY.

Que-ns èm soubén planguts de ço que la nouste Renachénce hournide en prumères de rimàyres de tout escantilh, e quauques tems-a de prousadous e d'autous dramatics, que manquasse d'ue cretic ensegnade. Obres de nautat, libes qui oundren la pensade gascoune, que paréchen de quoan en quoan sénse que. goayre arrés en digue la noubeletat, sénse qu'ue bouts sapiénte, segure e amistouse e hàssié abisa lou mounde de qui léyen de ço qui lou calam nabèt amie de fresc dens lou nouste ayre literàri. A cops, dens lous yournaus de cade die, ya poudém léye — en francés — û reclam, û crit, û article eslamat sus tau ou tau escribâ de léngue mayrane, à cops tabé, J.-B. Laborde, Andrcu Pic, Marcel Saint-Bézard, d'autes yénces coullabouradous dous Reclams, que-nse presentaben, e d'ue fayçou agude, quauques-ûs dous noustes mèstes. Tribalhs agradius mes fourçademéns bracs. Tabé mantue obre de counsequénce ya demoure qu'en diguen lou boû, e se coundèm gran abounde de nouticies e de payes destacades, que-nse faute encoère libes sancés de cretic. Tabé, lou qui sie tentât de ha balé, quauque die, las numerouses publicacioûs dou Capdau Palay, que debera goarda usquoandes hoelhots tau recoelh de « Case » qui, seguraméns, à la soue yesside n'abou pas l'arcoelhénce debude. En aténde l'estùdi ensegnat, que sayaram de dise lou charme d'aquets pouèmis qui lusiben en 1909.

— 277 — L'autou n'ère pas û incounegut. Dèts ans abans, lous sous Bercets de youenésse que daben las probes que lou Marnés noû-n ère mey dab las fadésses e las minouseries coustumères, e que s'escadè prèste à debisa de las auyous de l'amourousie, dous fremits d'û co yoenot, de touts lous sentiments noubles, noû mey dab lous ourdenàris couplets, mes dab ue cansoû franque, calourénte e enayreyante. P'ou prumè cop, Palay que hasè parla las causes de l'ouslau, que. las pintrabe dens ûe luts qui las anoublibe. Oun ère toutû aquet nid que lous ayòus e s'abèn bastit, e oun lou nenè aprenè à counéche lou brès oun lou tintourleyaben, lou sé chucous d'ûe may, la clarou dou die, lou pàti oun hasè camétes, lou larè oun estebiaben lous sous panéts, lous ayres qui ayudaben à Padroumi ? L'endretou que s'ayergabe dens û biladyot dou Mountanercs : ... en ana P'ou caminau, tau cap-arré, que-s trobe à dréte. Noû parech pas en arriban au bourdalat, Mes que seij plâ béde ûe bisque de teulat... Qu'ey ûe maysoéte à très cayres e 'stréte; Que eau passa sus û poundiquet labassut. A mâ 'squèrre qu'ey la crampéte oun soy badut. Doungues maysoéte coum las autes, demoure de petit talhur, b'ère embaramade de. quoan de soubenis ! Mes tabé plantade sus la terre antic dou Biarn; lou pay sourelh, cade die, (se ou men e tite) dens la soue esbariatibe courrude, que la carésse dous soûs arrays dinque s'en debare acera capbat sus la mar de Bayoune. Ue d'aquéres yournades, lou pouète que s'y ey boulut tourna de Bic enlà, e autalèu coume n'a bis lou teyt, lou co qu'où ne pataqueyabe, lous oelhs qu'où s'en gouhiben e qu'où mandabe û adichat esmabut : Que.-t salùdi, caséte, au teyt rouye e puntut, Oun badou lou me pay, oun souy tabé badut E doun, coume û pa d'oelhs, las frinèstes m'espien, Case sourtide, tros à tros, dou cap dous dits dous payrans tant balents, qui droumen esmudits adare, s'ou penént dou poey oun touts s'abien. Abansém de pas, aném endabans, que y'amie lou cainî qui s'en ba per la plane, la coste, à l'oumbrc, à l'arrayòu, e sus la porte de Foustalot coume s'ou daban de toutes las maysoûs d'aquets terrés, que poden espia ue muscatère : coume ue grane mâ qui pourtarè cinq dits, la muscatère à la murralhe que s'arrape, quilhade fieremén dessus sas arredits. Mes entrém ta deguéns. Qu'èm au Larè, qu'ey l'estanguet aymat, oun l'amne eslou-passade recoutech dab plasé, s'ayole, e bié droumi, segure aquiu d'èste countre aus maus acessade.

— 278 — E tout biste, en pièle, que s'amuchen : Lou bouhadé, lous landrès « hèyts enta serbi, màgres e chètres », la candéle de rousie « estéle, lugrâ, qui alugue, paurugue, tout dous, lou sou bàbi rous, petite amigue dou praube, clarou de la brabe yent; Qu'ey lou cautè « qui a toustém hàmi » e qui : coum sent Pansard a largue e rounde la bentrèsque; la padéne « gourmande », lou barrau « courtot, pansut, hèyt de castagn de. l'arribère », lou terras à qui touts « biénen ha poutoûs s'ou tutèt, chens bergougne », la taule daban la quoau e s'assedoun tandes d'ayòus. Lascines ! d'aquets : Quoandes s'en soun anats, quoandes e soun caduts Qui dèchen per yamey la loue place boeyte; lou bacherè, lou cabinet : En û cachet que soun las yoyes : cadenéte, crouts e co d'or, Soubiéne d'ores tant beroyes, Oun ballèu cadera l'abor... Loles de l'amne, ores printanes Yoyes d'amou qui, per las planes dou sauney aymat b'esplandit, lusit toustém, ores beroyes, coum l'anet d'or passât au dit ! Qu'ey lou lheyt « aprigant e segu coum la haute d'ue may ». E puch, de seguide, lou petit bestia de case : Lou grilhoù que-y cante; lous minoûs « que-s mascarinen la frimouse de lèyt Manque ». Que parlen lous mobles, lous utis. S'ou mantèt, ou penuts à la paret, que soun : Lou benitè, lou carelh, la hourcère « d'agrèu blound oun l'òmi paciént a traçât e pignat lous liloys beroys ». Mentabuts e cantats que seran lous mayes tribalhs de case : La hournade e la bugade. Arré nou sera desbroumbat, medich las bouniqueries ou neurituts qui biénen sus la taule. : La Garbure, las Penderilhes. N'aberam pas lésé d'estudia la tecnic, soubén nabère, d'aquets ritmes, d'aquéres cantes de toute payère qui-s perseguéchen en ta beroy ourdi, mes y-a calera hourni que la merabilhe pouetic que l'abém à cerca dens la finicioû dou libe, quoan Palay e debise d'et medich, dous soûs perpits e sauneys : Qui-m tournara ?... A la bclhade, U roussignoû dens l'escu, U nid au cabiroû. Yamey la léngue mayrane nou-s bi dens aquet bestissi de hèste en nau, yamey n'audibem bouts parieramén prouse e poumpouse. Qu'at disè û cop Jules Rounjat : « Nou y-a que l'òmi de Bic enta ha souna cla lou bèrs, e truca-u, e plouma-u. » A pauses, en passan l'û ou l'aut dous libes que de quoan en quoan lous de Gascougne e hicaben à luts, que-m pénsi que. lou lou meriti qu'ey dous mayes. E poden mesura ço qui eau, oey lou die, de

— 279 — paciénse e de calou ta liga û hechot de bèrs ou de. proses ? Quoandes soun ? Pocs que soun à goarda quauques pauses taus yocs de l'esperit; per segu las yeneracioûs qui dabanteyén la nouste noû counegoun ne noustes trabes ne noustes empachs. Quoan lou mèste de Malhane, tournât de la Facultat d'Ays dab au fausset lou pargam de licenciât, e-s digou de rebiscoula la léngue de Proubénce que poudè pensa-y d'abiade e chens cès, badut qui ère d'ue souque de bous paysâs de la Crau. D'esbagats dies qu'où s'aubriben : Lheba-s que poudè au medich truc d'arrelòdye, e atela-s, s'ou plasè, aus soûs escriuts, en biste dou soû casalet e dou ridèu encantat de las mountagnétes blues. Arré nou lou destroublabe quoan se boutabe cap e cap dab Oumère e Beryèli. Passât disna, lou passey ; tau brespau, la partidote de cartes au café dou sourelh. Oey qu'en anabe atau, e douma parié. Nou-y toucabe ad aquet besiadè proubidenciau, la bite qui counegoum, medich la dou Simin Palay aus soûs trénte ans. B'ou calou de pè-rem gagna-s d'abord la bioque tad et e ta la soue coade ? Dechan l'agulhe dous sastres, que-s gahabe lou calam de yournaliste, mes lou nabèt mestiè que semblabe autant aburable e peniu. Soubentotes que l'anèm coussira au soû burèu de segretàri en pè d'û quoutidian. Prèts-hèyt cargatiu ! A las oeyt de la maytiade, que eau èste daban lou taule oun s'amountounen létres e. yournaus, hoélhes emprimades de tout escantilh. Au ras, lou telefone qui tute; truc sus l'ungle, qu'at eau préne e decha, e toute la sénte yournade escribasseya, abraca, pedassa, courridya esprobes. Entertant û besitayre qu'ey sus la porte : B'ou eau arcoélhe, puya dinque à las nubles lou soû pouric, lou beroy tros de prose qui bién de paréche, escusa-s e saya de ha-s perdouna se l'at arrenyaben û drin. E s'ey û capulat de la poulitic, û pertusà dous hère endabans dens lou coumitat, b'ou debisen cap-bach e dab respèct ? Passât mieydie que eau èste pertout. Lhèu, se y-a sessioû au counselh yenerau oun lou Faisans alole reports, oun lou Barthou carrasquéye û discours, lhèu trouba-s à la sale de counferérices oun lou moussu bachat de Paris ey gourguéye parlaments mellous e puntuts; autaplâ au tribunau... S'ey tempourade d'eleccioûs, labets, tè, quin tribalh, quin arroussec ta subercauha la candidature dou baient qui lhèbe au mey capsus lou drapèu dou partit (que passara !) e hica mey bach que las cautères de l'ihèr lou qui-u gause ha la countre-carre (noû passara, noû !) N'ey qu'à la noeyt cadude que. lou Palay e s'escape de la boussaloère, e biu la soue belhade dab la hémne e lous maynats. Sauneya de pouesie, hourga bers, e quin, e quoan ? E, coum se pot, au panât, dens lous mouménts raubats à la manobre, medich dens aquets maytiaus dous diményes de la sasoû estibénque oun, à becicléte, s'en ba dens lous entours de Pau batala, canta, youga pèces de teàtre. Quoan, are, e leyim dens « Case » d'aquéres pouesies qui soun coume ue esclaride dens las noustes pauses tilhouses e embruma-

— 280 —

des, e diserém que. las coumpousèn, û bers e ballèu gn'aute, dens lous cent coumbats e lous mile trebucs d'û artisâ dou calam ? Mes, la boulentat que y'ère e lou hoec. A maugrat dous chacs de la bite-bitante, lous punts prencipaus à la badénce d'ue obre qu'èren acquesits : L'artiste qu'abè lou doû, e coum d'auts que recebè lou segoutit, e coenteyan dab lou Pay de Malhane et tabé, que s'ère dit : Perqué noû, en Biarn, noû cantarém coume en Proubence ? Perma, tabé, que bibè à Pau :
Pau la beroije, Pau encantante,

dens la countrade. oun, despuch û sègle, d'auts cantadous de la Terre mayrane abèn fignoulat i'utis de l'escribà. Noû y abè que d'amassa-u e de serbi-s'en. Noû bedém toutu parière yolhe de libe, sus papè de hiu, dab caractàris naus e illustracioûs, publicat per û gouyat arreditsat à hore-ma dens quauque bat estremade. Au medich capdulh de Biarn, Palay que poudè rega dab dessinatous, pintres, escultayres e emprimàyres de coundicioû. Tabé lous imàdyes que haran baie lou debis e nou y seran sinnats de noums escus, mes de mèstes qui an c'ounquesit la renoumade, e quauques-us la glòrie : Bonnat, Bordes, Ugène Larroque, E. Lacoste, Gabard, J. Castaingt. Que s'abisen encoère quin, dens la soue rebirade francése, Auguste Laborde-Milaà, mantû cop lauréat de l'Académie, e hasè passa dens la léngue d'oui la gracie, la sabou, la hourtalésse dou biarnés. « Case » que lusibe d'aulhous en ues ores pausademén besiades (maugrat toustém miasses de periglade) ores amèches oun, sénse at sabé, èrem touts riches, pusque bint sos de labets e balèn bint liures d'are e oun lou mounde de la bouryesie n'èren pas agulhoats per tandes de besougns, e-s troubaben mey de lésés ta debisa d'art, de pouesie, de berou. Lou cantadou moudèste qu'escadè ayudes quoan hicabe en létres de moulle lou frut de las soues pensades, e que s'en tirabe dab bèt pugnat d'escuts : Se bouloussen ha esplandi « Casé » oey lou die, qu'ey ço qui coustaré ? Mes l'obre bère qu'ey hèyte, e benaureméns qu'a brounit ; que bibera, que-s trufara dou tems e de las modes. Au trentenàri de la soue urouse badénce, que-ns ey gran plasé de balha-n testimoni.
MIQUÈU DE

CAMELAT.
».

•g^^—

NABETHS COUNFRAYS

MM. Patie (Joscp), négociant, route de Bordeaux, Lons par Pau. Cassagne (René), 15, rue Ladous, Bordeaux. Planté (Pierre), sellier, à Soumoulou (Basses-Pyrénées). Madame Brit. à Ger (Basses-Pyrénées).

CAPBAT LA TERRE MAYRANË

LOUS BOSCS
Si y a bestissi de terre anciène doun se counsèrbe la mèmòriêj qu'ey per segu, lous boscs, aperats tabé pous Galès fores, hourcs, ramous, pous Roumâs sylva, séubes, lues. Quoan de noums an dat à coumunes, à maysoûs, à terres, à mounde ! La tréne qu'en ey aboundouse. Chens Tacaba, dém-ne û tros : Boscq, Bousquet, Dubos, Dubosc, Capdeboscq, Péboscq, Delbousquet... Hourcq, Hourquet, Hours, Péhourquet, Hoursans, Harsans, Forsans, Hourlon, Hourcaàs, Hourcastagné, Hourcastremè, Hourcade, Fourcade, Forcade, Lahourcade, Lafourcade, Laforcade, Hours, Hourset,... Ramous, Lasseube, Lasseubetat, Saubole, Saubèstre, Saubeterre, Lucq, Luquet, Pèdelucq, etc... E lous arbes dounc, b'en at dat noums ! Cassou, Castaing, Berné, Poumè, Pérè, Nouguè, Pruè, Laprue, Higuè, Mesplè, Hayet, Faget, Mifaget, etc.. Que boulét ? Boscs e arbes, que n'y a despuch qui y a bite sus terre. Que croubiben, autescops, lanes e camps. Qu'èren Tassés de l'òmi e dous herums de peu ou de plume. Que soun estats lou tiâtre dou permé tribalh paysâ. Despuch s'esta loudyat à la tute counqueside sou gran herum, lou penné òmì que-s casa à la cantère de l'esclara, loegn de l'oumbrè oun s'estuyabe l'enemic. Que-y houdya, que-y semia, que barra. Que-y loudya lou soû permé troupèt, ayude preciouse ta cambia lou bosc en pechénee d'abord, e.n camp mey tard. Qu'ey la dent arrougagnayre de las crabes qui coupa lous yoéns brouts e de passàdye à trabès lous bouscassas. Que soun lous porcs houdilhàyres e miey saubadyes, las aulhes e lous màrrous ahamiats qui, en minyan aglans, aberâs, castagnes, hayetes e semences de toute traque amoudèren lou répouplament; baques e boéus, chibaus nerbiuts e courrius qui troubaben aus boscs oumbre l'estiu e supliment de neuritut en tout temps, quoan la sole dous yèrbis acoustumats ère roeynade. Qu'estoun lou hoec e la destrau tabé qui estenoun lou reyaume de l'òmi aus despens dous boscs maladifs per mouments e toutû atirants. Permou lous boscs nou soun pas estats toustém lou parsâ barbare e lou loc arrebouhièc qui résista à l'òmi. Qu'an abut partide ligade de tout temps dab l'agriculture e que soun estats loungtemps la grane ayude de la bite. Hiquém-se plâ au cap que. lou payran qui coumença à bibe de la terre e dous camps nou coupa pas souptemén las soues estaques dab lou permé ana. La bite. de casse e de bosc qu'a merquat de sa tinte endestructible l'òmi antic. Qu'a medich légat à l'òmi de yé e de oey abitudes qui s'aparénten dab las d'abans l'istòrie. Lou goust de la casse, aquére passioû pépie qui entroudusech la debertissance de sas bioulénces maynadisses dens la bite dous bouriés e dous ciutadâs, coum porte lou destrouble dens las abi-

— 28â — tudes dous gagne-pâ biladyés, nou bién pas d'aquet aperét de l'amne dous ayòus ? Om que sab quin ey mau-aysit, ta d'aquestes, de noû pas esta bracouniès. Qu'aymen lous boscs coum si-u-s aperaben; que desbelhen les loues sensibilitats adroumides; que soun û testimòni de la manière d'oun l'òmi ey estacat aus bielhs soubenis e retiengut dens la familiaritat heroudye dous parsâs bouscassuts. Lous loubatès, lous boupatés, mespresius de cassa ta minya, aymadous de la persute loungue e danyeyrouse, qu'èren lous grans ahoegats de la casse, coum hère de segnous. Lou nouste patroû, Gastoû Febus, be-s mouri en tournan de la casse à l'ours près de Saubaterre ? Nou y a que lous cassàyres de sàrris per la haute mountagne qui, oey, s'y pousquien acoumpara. , Puch, dinquio la fi de l'adye mieyancè, lou yibiè qu'ère quasi la soûle carn minyade. L'eslhebàdye au sou début nou la dabe. Lou pastouris, nerbiut e musclât, toustém dehore, brigue ahiat, nou serbibe qu'au tribalh. De las aulhes e dous moutoûs, la carn n'ère pas aymade, que preferaben crabot. E de fèyt, qu'ère lou porc qui dabe la prebisioû. Que bibè libre en troupèts, au miey dous boscs; e dise qu'ey oey, soul à l'embarre; b'a cambiat la soue bite ! D'ue fayçou yenerau, lou boscs n'èren pas isoulademéns fia pèchénce d'apunt de tout lou bestia, que daben mile causes, coum oey d'aulhous : la légne e lou boy ta-s cauha, lou càssou ta basti, l'auméde ta ha cars e arrodes, lou pèt-blanc e l'aberou d'oun se tirabe cercles e tistes. Qu'ey soulademéns au te.ms dous Roumâs qui s'entroudusi lou castagn qui serbi à ha tounets e barriques. Lous bielhs payrans que sabèn tabé trouba aus boscs la rute preciouse, agagnoûs, ceyréses, poumes, pères ta ha poumade, mésples e peroelhes à l'abor, esquilhots, aberâs, hayetes ta ha òli, castagnes à minya bourides ou grilhades, céps, eslous, simples ta ha tisanes e remèris. En tout témps lous boscs qu'èren l'emparadé dous qui abèn hounte de paréche ou qui nou-s boulèn susméte aus gabidàyres e, counsiderats coum locs de mistèri, parsâs de las hades e dous en témps de guerre, que daben assès à la brabe yent. Qu'èren tabé loups-garous, cemitèri dous mourts redoutats qui retieben lous esperits enmaliciats, amassades de la sarrabanténe après abé bist sacrificis umâs. Mes qu'ère l'ibèr sustout, au repaus de la sabe, qui-s poublaben de hère de mounde : bouscassès, carboès, cassàyres, carretès, escloupès, pelayres ta ha tan, arressegàyres, fabricants de bardocqs ta ha teyts, cercàyres de méu e de cére, chens coumpta lous bandoulès, faus saliès e bagamounds. L'òmi de l'adye mieyancè qu'a aymat autan lous boscs que biscut dous camps e dous troupèts. Medich que-us ayma trop, e hère d'endrets que-us roeyna, e lous P'ors que-y hiquèn palhéte. La rubrique de Boscadges que parle de la ley dou Bedat e de pênes sebères ta qui « escorchara, derroquera, piquera cassou, tauzin, fau, castagn, e la ferra perguda, qui

- 283 abatera frut de cassou, fau, tauzi, castagn... A Serbitut de péché entro ter sa biela no son comprés los bédats sabuts... » E la rubrique de Herbadges e Carnaus que dits : « Permetut es à cascun de aucide las crabes en pacheras, boscqs qui l'om poble, joens talhis... e far paga lo daumage au maeste d'aqueras tal que sera estimât per dus jurats o prodhoms... Parelhamént es permetut aucide los porcs en los prats, bignes e casaus sens en res esta tengut... » Mey arré nou fabourisàbe autan l'arbe que las guerres e las embadides. « Lous boscs que soun tournats en France dab lous Anglés » se disèn en Sentounye au moument de la Guerre de Cent ans. Las guerres de reliyoû, la Guerre de Trente ans que despouplèn tabé e qu'ensaubadyin hère de terratòris. Lou camp en boudigue e lou laurat roeynat qu'apèren lous bruchoûs e lou talhis de tires nabets. Lous boscs bertadès, naturaus, noû soun pas lous talhis mes la haute futée oun dauneye lou bielh courau, l'oumbrè oun l'òmi n'a pas maneyat la destrau. Chic à chic, dab lou témps, qu'estén bourdeyats. Aus cantès de biladye nou poudoun toustém trouba lou boys de bastisse ne la legne ta-s cauha, las souques nou daben que legne broustade e que-u calé ana coelhe de mey en mey loegn. Lou talhis débat futée que remplaça la haute futée, arrelegade aus locs hère loegnats ou aus parsâs plâ goardats. Aus cantès de biladye, nou-y abè mey que hourrastas. E per las mountagnes dounc ! Soul, l'eslhebàdye dou bestia de la que poudè da beneficis, pramou que la la, aquet supliment de rebiengut, que-s carreyabe adayse. Tabé que-s hasè hère en gran. Qu'estenoun las pechénces en desruin lous boscs de toute mode, medich en y boutan lou hoec. L'espleyt dous boscs ta ha lou carboû de boès, qui alimentabe las horgues à la catalane, qu'ère tabé chens règlament e chens piadè. Pous pèys bachs, ta ha dinès, lous segnous que-us afiusaben à las coumunes qui ne-us goubernaben pas dab hère de prudénce. Qu'ère lou decha-ana, la roéyne de l'arbe, encause segure, ta l'abiéne, de la roéyne dou pèys. Lou Goubern, coum toustém, que s'en esmabou. En Biarn, Henric de Labrit, lou pay de. la reyne Yane, que carga lou Gran Mèste de las Aygues e dous Boscs de Lengadoc de s'aucupa dou Biarn. A d'en-balles ! Qu'ère bouta came-ligues aus Fors e à las Coustumes e que l'at hén sabé. Henri IV, en 1606, nou s'y escadou pas miélhe. Louis XIV dab Colbert que debè abé mey de succès. Louis de Froidour que saya d'aplica l'Ourdounance de 1669 sus la Kefourmacioû yenerau d'Aygues e Boscs. Que. denounça abus, drabes, drets enyustes. Mes chens résultat pramou qu'aberé calut coumença per cambia l'ourdi souciau e ha desparéche hère d'usàdyes e de pribiledyes. Que detalha Testât dous boscs, lous espleyts, lou coumerce. Taus besougns dous nabius, que créa per

— 284 — Áussau e per Aspé camîs de la mâture. Lous mays, lous abiroûs, lou boys de counstruccioû qu'èren carreyats dinque au gabe d'Aulouroû puch, per aygues, dinquià Bayoune aus sègles XVII e XVIII. Lous boscs mountagnòus qu'estoun espleytats chens mesure ta la marine de guerre. E lous dous pèys-bachs parié taus besougns de la poupulacioû aumentade. Las artigues que s'estenoun mes las terres rédes, agrès, chens caussée, marie, brase ou hems nou boulèn lheba grâ; e, per fi, que las calou tourna decha proudusi soustre, pechence ou légne. Au tèms de la Reboulucioû e de l'Empèri, la poulicie e la repressioû nou s'en dèn enloc. Mes lou Counserbatou Dralet que hé tout ço qui poudou ta réglementa lous espleyts, lou parcours dou bestia, las desliurénces d'usàdyes, ta amenadya, poupla, desbelha la nature e las horgues à la catalane. Escoutat û raport dous sous : « Dans les taillis, on ne faisait aucune exploitation régulière; chaque habitant prenait où il voulait et en toute saison le bois dont il avait besoin pour son chauffage, et, en quelques endroits, pour faire des cendres destinées à fertiliser les champs... Les taillis présentaient ainsi des bois de tous les âges. Quant aux futaies, chacun y prçnait les arbres les mieux venants, laissant de coté ceux qui ne donnaient plus d'espérance. On coupait six jeunes sapins pour faire six soliveaux, qu'aurait pu produire par le sciage un seul arbre parvenu au maximum de sa croissance. A peine un pin avait-il 15 centimètres de diamètre, qu'il était coupé pour faire un sabot; z7 fallait deux pins pour chausser un homme, six pour l'année, deux mille pour un village de cent familles. Si Ton ajoute à cela que les jeunes pins et sapins étaient de même sacrifiés pour jalonner les meules de foin, étayer les treilles, faire des colliers aux bêtes à laine, des retraites aux bestiaux dans les montagnes, où il est si facile de les établir en pierres, des clôtures pour les jardins, les prés et les terres labourables, enfin les traîneaux pour extraire les bois de chauffage, il sera aisé de concevoir que les forêts de pins sont presque entièrement détruites dans la plupart des montagnes des Pyrénées. « Quant aux bestiaux, ils faisaient encore plus de dégâts que les hommes : répandus dans toutes les parties des forêts indistinctement, ils dévoraient les pousses des arbres jardinés aussitôt qu'elles paraissaient; on n'en éloignait pas même les chèvres, dont le nombre était incalculable »... Lou mâchant ana n'abè pas cambiat. Que mancabe lou Code nous Boscs. Badut en 1827, que bouta lous boscs pyrenénes en bies de recounstitucioû d'abord, de richè après. Que reyi lous drets d'usàdye, que régla l'adye de las coupes, que suprima lou descabelhàdye dous càssous, que remplaça lou talhis simple pou talhis débat futée, qu'aumenta l'estenude boèsade, que beda... Lous qui s'y bedin de loegn qu'aplaudin. Lous qui èren countrariats dens lou lou ana que-s plagnoun. « N'èm pas mey mèstes à case. Tau méndre aha, que eau autourisacioûs e papès chens fî », se cridaben. La poulitique que s'y mescla e, decap à 1855, lou dusau Emperayre

— 285 —

que tira hère de boscs dou reyime forestiè; oey que soun touts roeynats e chens balou, à la diférence dous mantienguts. Be n'y aberé hère à dise sus l'espleyt, l'endustrie, lou coumerce dous boys : boys de cauhàdye, de soubres per aci e riale per aquiu; boys d'obre ta menuiserie, charrounerie, trabèrses de camîs de lier, pastes ta papè, estrèyts taniques. E que. decham de coustat lous pignadas qui an hèyt lou richè de las Lanes, tant praubes que y a dus cents ans. Oey, lous boscs antics que deinouren aus locs assinnats naturèlamén e aus grans penénts. Lou paysâ qui manque de légne ta-s cauha qu'a abut l'enyenie de s'en muni. Sus la cantère dou soû bé, sous barats qu'a plantât càssous e marrigues. Bist dou soum d'û coustalat, lou pèys atau parât que sémble û gran bosc. Qu'ey la gi'àcie urouse d'ue seguide de camps e de prats ensourelhats oun cante. la laudéte, dab las oumbres oun s'esmab lou bielh mistèri de las causes. Toute la campagne qu'ey hèyte d'estenudes de clarou e de parsâs d'oumbre escributs nou pas per la fantesie, lou caprici ou lou carcùl pressât mes pou réglamen dictât per la terre pendén lou cours incounegut dous milenàris. Que-y a u sègle, lou carboû de terre, en remplaçan lou carboû de boès, qu'abè pourtat tort aus grans boscs. Despuch, e de mey en mey, fournèus au carboû « gaz butane », pétrole, alcools à brusla, electricitat, cauhàdye central », embencioûs nabères, qu'an hèyt pausa las cheminèyes dous larès e que disen que soubre cade an en France ounze milioùs de stères de boys de cauhàdye chens emplèc. Urousamén qu'an descoubert « gazogènes » qui remplacen abantadyousamén l'essence qui bién de l'estranyè. Aquére utilisacioû nabère, encoère au brès, qu'ey de gran counsequénce ta l'abiéne dous noustes boscs, taus coumunaus e ta la France. E quin caleré ha en téms dë guerre si nou poudèm abé petrol ! Qu'abém à case de que assegura lous carreys, nou eau qu'atrassa-s aquéres enyibanes qui prouduséchin « lou gaz dous boscs ». Pertout, à l'estranyè coum en France qu'en munéchin las granes machines. Quin estaubi d'essence care ' Soul lou richè, lou moussurè que-s serbira à l'abiéne d'aqueste. L'arrode que tourneye. Las prouduccioûs de sus terre que ban ha councurrence à las mineraus. Lous camioûs que porten lèu à case ço de qui eau. Per las mountagnes, l'espleyt que-s hè mey biste e mey adayse dab lous « teleferiques » e lous « Decauville », de las granes enterpréses aydades per ma d'obre especialisade e soubén estranyère. Lou téms e l'enyenie de l'ômi qu'at arranyen tout. Ta pastous, paysâs, oubrès e artisâs dou boys que-y a toustém place e tribalh : Nou eau que boune boulentat.
YAN DE TUCAT.

— 286 — CAUSES D'AUTES COPS

LOU TESTAMENT D'UN CURÉ DE CAMPAGNE EN 1746
Puch qu'aço toco aus nostes anciens, que bau d'èste counegut. Sabi pas es Yan Palay parlo dou siècle XVIIIau, quan dits à prepaus dou Curé de Serou :
« D'aquet tems, lous Curés qu'aymaben la ribote. »

Aço, bertat, n'ey pas qu'un counde trufandè ; lous Gascoûs sount estats, à tout adye, escargnaus enta-us Curés, chens èste jamès mâchants, aco s'entén. Que béngui de desnisa un testament e que probo, et, que, se lous Ritous de noste pays — coumo disèn labets — sabèn plan recébe « hidyes d'auque e capoùs de cap d'an à cap d'an », per las mâs « de mantue debote », que sabèn tabén èste caritadous. Dounc, en 1746, dens lou bilàdye de Pessan, au ras d'Auch, Pey Domec que-s sentiuo mouri e « en pensant à la beutat de la bito », après aué hèyt « lou signe de la benerablo crouts » e pregat Diu « de noû pas entra en judyoment damb et, mes d'où perdouna sous pecats pramo dous meritis de la mort e Passioun de Nosto Segne », que dicto, en francés, à un ome de counfienço, sas darrèros boulentats. Que causis uo hosso au cementèri coumun e noû pas à despart dous parrouquians, coumo se hasè encoèro quauque cop, maugrat lous ordes dous Abesques; e l'enterroment que sera coumo lou boulhen lous eretès. Pey Domec qu'ey estât curé de Pessan à la mort de soun ouncle, suban la modo dou moument. Que dècho en mouri uo prou beroyo fourtuno, s'en crési lous calculs, que diuè aué uo bordo, lou mens, e uo maysoun croumpado per et, dambe, proubable, lous mubles dou presbitèri; (l'acte noû parlo que de dus lèyts, coumo diram en soun loc) ; damb aco que pot partadya dens las ches milo liuros. Sulomén, d'aquero soumo, noû n'a pas oayre à la bousso pramo que l'ey presque tout deiit per forço mounde : un cardayre de lan, un boulanyè, un teulè e. autes mestieraus. En Gascougno, parech — e alhurs tabén — argent prestat ey soubén argent perdut... e aco que hè que noste Curé n'auè pas gran causo d'assegurat. Encoèro que eau dise uo causo qui probo soun boun co : tout ço que lègo aus praubes, qu'ac podon touca s'ou cop, tandis que, à soûs parents e aus amies, nou da qu'argent qui a prestat, à cargo à ets de s'arranya ende hè tourna la mounedo partido : lous praubes, ets, nou podon pas pati de nat proucès ni se trouba à la mercio d'uo canalho ou d'un mâchant pagayre. Espiam, punt per punt, aquet testament. Qu'ey estât embarrat dens papè dab timbre e « sagelat en ches endrets dab ciro d'Espagno arroujo. » End'ou daureche à la mort de Pey Domec, lou noutàri qu'a embitat dus marchands, dus cardayres de lan, lou mèste

— 287 — d'escolo e lou surgent, brabe mounde de praquiu, oubrès e bourgés dount la presénci nous dits quin biuè uo biloto, y'a dus cents ans, e quin auè tout ço qui calé ende s'enstruise e se soegna. En boun nebout, Pey Domec que penso au soun défunt ouncle, lou curé de Pessan auant et. En memôri dou défunt « que bo, hort simplement, que sien dados aus praubes 30 liuros lou jour de l'enterroment e lous nau jours qui seguisson, e 30 liuros dens Tannado aus praubes hountous. » Après aco, que dècho messo à dise per et mémo aus mounyes de Pessan, aus Capuchîs d'Auch, aus Jacoubîs d'aquero bilo, e aus Pénitents Blancs « sous counfrays » ende messos « dens sa deboto capèro » per l'amno de soun pay. Lous mounyes de Pessan qu'an demandât — coumo rédes labets — d'esté « secularisats » Domec qu'entén que sas foundacious sien toustems assegurados e, aus despéns dous mounyes, lous eretès qu'en cargueran « taus canounyes que lous agrade ». En segui, que y'a 250 liuros end'un cousin de Murèt « que sount diuidos, ça dits, p'ous eretès de Doumenge Estebenet. » Aquiu un déute que lou curé auè dechat bengue bielh... e qui n'estouc belèu jamès escantit. Que n'ey parié enta-us douns hèyts à uo cousio : aquesto que se serbira de las arrentos qui toco ende hè la caritat. Pey Domec que penso tabén à la parròqui e aus parrouquians de Cadeilhan (Lombez) ount èro belèu basut ou estât curé e « per qui counserbo toustems un soubeni especiau » : a-d'ets que da lou luminàri de la glèyso. Mes auantadyado, uo hilholo touquera milo liuros; mes la majo partido qu'ey entre las mâs de debitous; sulomén, aquesto eretèro qu'ey la hilho dou proucurur au senescau d'Auch, e que y'a gros à paria que sera pagado, pramo qu'un proucès seré biste réglât. Sabi pas se lou curé de Pessan èro auta riche de libes que de dinès prestats : aci, belèu, l'embentàri dou soun libiè. Que dècho au ritou de Hoelhès (Coundom) « per marco de soun soubeni, dèts tomes de Texie dount n'a deja dus » (libes de « pageneriques », ça dits, lou noutari; libes de «panégyriques^, proubable) « e sept tomes de Bezombes (Mouralo) dount a deja lou oèytièmo... à mench que sie perdut. » Aco qu'ey admirable coumo probo de boun soegn ! Tout aco que bau sédze liuros. Pauc de causo, de segu... mes qui sab ? Belèu n'ey pas tout aqui e lou curé de Pessan, qui prèsto libes e argent, en bése pas arré tourna, que s'aymo mèy — en fin gascoun — da la coullecioun coumplèto que la desparelha. Dou temps qu'èro curé, e belèu tabén après sa retirado, Pey Domec qu'ey estât serbit per Jaqueto Ribèro e Anno Seignan; serbit coumo n'èron labets « au delà de ço que lous ey estât balhat. » Tabén, en recounechénso, que da à caduo « lou lèyt ount ey acoustumado de droumi, dambe lous dus parelhs de linços » ; la Jaqueto que touquera 20 hures en sus — cado lèyt qu'en bau 40 — « pramo que dits que quauco pèço dou lèyt l'y apartenguè en propre. » Qu'aymi rede aquet pauc de precisioun (que dits... quauco pèço), mes lou curé, boun mèste, nou l'espio pas de trop ras. Quan a hèyt tout aco, lou noste curé que-s trobo encoè bint milo

— 288 — liuros au houns de la bousseto e açi ço qu'en ba hè. Aquet argent que sera plaçât per Fexecutou testamentari : l'arrento que serbira « annuaument e à perpetuitat ent'au boulhoun dous praubes malaus de la parròqui de Pessan ou autos necessitats dousdits malaus. » Estanguen-nous un pauc : à Pessan, au siècle. XVIIP'' qu'ey establido auant la letro ço qu'a'peram la « soupo poupulari ». N'ey pas noste curé qui n'a auùt l'idèo lou prumè ; que's sab coumo St Bineens-de-Paul demandauo aus soûs clercs e à sas surs d'adouba e de pourta aus praubes la soupo e. lous remèris de la cáritat. Mes Pey Domec qu'ac a establit à Pessan, dab soûs dinès e, ça dits, « l'esperienço qu'ey auudo m'a engadyat à hè coumo hèy ende susbengue au souladyoment d'aqueros necessitats. » Quino « esperienço » ? Belèu lous praubes èron abandounats — ou meylèu — las gens caritadous n'èron pas brico d'accord end'ourganisa l'obro ? Pramo d'aco, Domec qu'encargo lou soun successou e lous qui seguiran « de boule accepta aquero caritat », de s'en oucupa ets mémos, e « de hè de soun melhou decap aus praubes. La dibino Bountat qu'ous en tenguera grat. » Nou poudè dise mey beroy ni acaba de mey bèro faysoun. Aquero amno de bielh ritou gascoun d'un parsan de Gascougno que balè, de segu, d'esté tirado dou desbroum. Qu'a jitat soun array de bountat douço, arrîsento, chens noum, ser un siècle tout plen de soucits materiaus, lou siècle dous mes'prèts entre classos souciaus, de Voltaire qui boulé da au puble « la religioun, un agulhoun e un pugnat de hen. » Amistouso caro d'un curé de campagno, d'un orne dou puble e dou Boun Diu, aquiu ço qu'ey estât Pey Domec, qui-s mouriuo per nosto un jour d'autouno, y'a dus cents ans. M. SAINT-BEZABD,
armagnaqués.
■a
j. _ —

gjïSgg—

i.

1 ;,.

RECLAMS DE PERQUIU
Hestes d'Orthez. Lou Capdau e lou sost-dinerè que soun anats béde, aquéstes dies moussu lou Mayre d'Orthez e quauques amies e counechences enta debisa de la hèste annau de l'Escole; n'ey pas besougn de dise que soun £stats arcoelhuts à la biarnése, en toute courdialitat. Qu'esté entenut que lou permè diménye de septéme qu'ère ue boune date enta l'amassade. Moussu lou Mayre qu'a coumboucat las autourilats, présidents de soucietats e lous noumbrous escouliès de la Gastoû Febus enta counstitui lou coumitat de la hèste; aquéste que hara lou prougram e que s'en entenera puch dab lou Burèu de l'Escole. Qu'èm segus per abance que tout qu'anera de briu, permou que per Orthez que saben ha las causes de plâ.

— 289 — Lous Yocs flouraus d'Ortès. Lou 15 de yulh — darrè die dous mandadis de. las coupies dou councours ourdenàri qu'ey passât, e à maugrat quauques aperets dens lous yournaus de cade die, nou receboum encoère qu'ue coupie toute souléte entaus yocs flouraus d'Ortès. Ue ! Qu'ey bèt drin poc. Qu'ey à créde que las noustes yoentuts que-s destaquen de. mey en mey de l'obre d'esperit e qu'ey, lhèu endeballes, que de balents ensegnadous las enciten à l'estùdi de la lengue mayrane. E serém s'ou camî d'èste minyats per la bentorle qui s'en carj-éye tandes de nacioûs qui n'an pas de que bira-s ? Lhèu n'abém pas prou hort trucat lou tabard ! Tourném-s'y dounc ! Que boulets, qu'èm partits tad aco ! Qu'arcoelheram doungues encoère lous mandadis, dab hère de gay — d'aci au 15 de garbe. Encoère lou soubeni de Daniel Lafore. Nouste amie de Baigts, A. de Lasserre-Capdebile qui l'a pla counechut que-ns en escriu : « Que leyibem dab gran plasé tout ço qui dises dou Nostradamus. Tout aco qu'ey bertadè : N'ère ne. u liric, ne u classic, e que-s trufabe d'en esta coum dou prumè pintou qui abè bebut. Mes qu'ey tabé bertat de dise que de touts lous escribâs dou parsâ d'Ortès, qu'ey lou soul d'oun hère de tros soun sabuts per co e debitats à las nouces, tauleyades d'amies, etc. E lou sou berret aelucat, al soue barbe e la soue care arridénte, ne-s desbroumbaran pas de dies aus qui l'an bis e hantat. Qu'ey estât u semiadou de gauyou biarnése e quauques-us dous sous coundes que haran arride loungtems encoère noustes arrè-hilhs. » U hilh dou pais d'Orthe : Martin Etcheverry. La Rebiste Gascoune de P. Labrouche, que publicabe, despuch de 1887, quauques bèrs e fantesies d'û peyrehouradés doun n'abém yamey sabut aute cause. En bite noû deu esta, e lhèu qu'ère deya défunt à las ores de 1898, quoan s'abiabe l'Escole Gastoû-Febus, quoan gn'aute gouyat d'aquets parsâs, Léo Lapèyre se ligabe dab nous-auts e hasè paréche medich lou soû recoelh de « A Noste ». U ou gn'aute de noustes counfrays de la bâche arribère de l'Adou e pouderé da-ns quauques endiques sus Martin Etcheverry ? A l'Escole d'eras Pireneos. L'escole so que hara la soue hèste annau en bile de St-Guirouns, lou 30 de garbe qui arribe. En medich temps, que-s tienera û coungrès d'escribâs de lengue d'oc enta discuti las très questioûs seguenles : L'ensegnament de la lengue d'oc; la lengue à l'escole; la grafie. Lou Burèu de l'Escole qu'embite couralamén touts lous felibres à d'aquere auhèrte. En mey dou tribalh qui-us enteressara de segu, qu'aberan lou plasé de bede û hère beroy païs, lou de Gastoû Febus, qui ya que sie toque-toucant dab lous parlas de Lengadoc, goarde toute natre la parladure gascoune de. las bats pyrenenques de Bi.gorre e de Biarn.

— 290 — Lous Noustes Cantayres. Aqueste fî d'abriu, lous Cantayres gascoûs de Magnan, proche Ri scie, gabidats p'ou nouste baient counfray, M. l'abat Dastarac, que-s soun anats ha aplaudi à Toulouse, en tout canta e dansa entaus praubes de la bile. — Per Pentecouste, lous dou Cèu de Pau que soun estais aperats per la bile de Saumur, s'ous cantès de la Leyre, enta ue hèste de proubincies. Coum de coustume, que y an sabut ha baie las noustes beroyes cantes e que s'en an pourtat û hardèu de coumpliments. — Lou 18 d'aquéste mes, lous Troubadous de Tarbe, perseguin lou lou prèts-hèyt, qu'an dat, au bèt yardi Massey, dab toutes las soucietats pariounes dou païs, la loue hèste annau. Mounde, qu'en y abè, que-s parech, mey encoère que lous autes cops e touts que s'en soun tournats beroy countents d'ue tant agradable brespade. Enço dous amies de la Goudale, à Paris. Que s'amassaben la bèlhe dou Bou Didyaus (die de l'ascensioû). N'èren pas ue troupe, u doudsenat lhèu e que-y mancabe Louiset de Latouréte, qui ère hore de Paris. Per aco que s'y canta beroy, que s'y parla de las hèstes de Sent-Sebé, passades, e de las d'Ortès, à biéne. Coum de yuste, que coumplimentaben lou yoen lauréat dous yocs d'augan, René Courtiade. Hèstes celtics de 1939. Qu'ey en ciutat de Vannes qui-s tiénen, dou 29 de garbe au prumè d'aoust. Que-y seran, en mey dous bardes bretous, lous delegats dous païs de Gales, d'Ecosse e d'Irlande. Lou capdau dou Gorsedd (counselh dous Bardes) Francés Jaffremou que-y coumbide amistousemén lous counfrays de l'Escole Gastou Febus : U ou gn'aut dous noustes amies e pouderé respoune au rampèu e ha la camade de Bretagne ? A l'aunou. Lous noustes sapients counfrays MM. Paul Courteault e Lorber qu'an recebut, à l'oucasioû dou darrè coungrès archéologique de France, cadû ue medalhe bermelhe en testimòni dous lous tribalhs toucan lou païs nouste. Aus coumpliments qui an deyà recebuts, l'Escole qu'ey urouse e fière de poudé yugne lous soûs plâ sentits. Gauyous. Lou nouste amie Balaguè de Baigts que maridabe, aquéste dilus de Pentacouste la soue beroye e charmante arrè-hilhe Terèse dab mous de Laplace, û biarnés de boune souque. A l'urous pariou Diu que mantiéngue la santat e que lou payran e pousque ballèu ayumpa ninéte ou ninou. — Lou nouste aymable counfray ortezièn Albert Pommé, courtiè maritim à Martigues, qu'a maridat aquéste més, la soue charmante hilhe Madelène dab lou coumte Normand de Bretteville. Qu'en hèm coumpliments aus brabes parents e que pregam lous yoens nòbis de créde que hèm, aciu, lous miélhes bots entau lou bounur. L. R.

— 291 — MOUNDE E CAUSES D'ALGERIE

AU PEÏS KABYLE Las coustumes e las credénces.
(seguide e fî)

Las coustumes kabyles ne perméten pas qu'ue hémble e counéchi la maternitat hore dou maridàdye. L'aunou kabyle qu'ey sus aqueth punt chens nade feblésse. N'ey pas riàle qu'ue hémble é disparésque, que sie aucide hens la mountagne ou hens û accident qui ne poden esplica, ou gahade per û mau misterious que nat medeci ne pot esclari. La yusticie n'arribe pas soubén à yeta la luts sus aqueths soumbres ahas ; toute la tribu qu'ey d'accord enta laba l'aunou de la familhe. Hens aquére soucietat « rude dinqu'à la feroucitat » coum dits Hanoteaux, la hémble qui a fautat qu'ey coundamnade, ère e lou frut de la faute. Soubén, enta estupa l'escandale, l'execucioû que-s passe à l'estuyòu, portes clabades. Toutu, granes familhes qu'an accoumplit l'obre de mourt au gran die. Aquere espiacioû publique qu'amuchabe à touts que lou debé qu'ère coumplit. Pous entourns de 1855, û gran marabout, Adjennad, cheikh de la familhe dous Lamraouiens, qu'abou ûe hilhe qui s'amourousa d'û nègre, baylet dou sou pay. Ballèu n'estou pas mey poussible d'estuya la faute e lou cheikh que l'aprenou. La hounte qu'ère chens payère. Yamey û nègre n'abè mesclat lou soû sang dab lou d'ue familhe auta nouble. Lou nouste baylet, abertit à tems, que hè dehet, e que poudou estaubia-s lou suplicie. Mes la praubasse que demourabe. Hens pley die lou marabout e lou sou hilh qu'arrecoutiben au cemitèri dou parsà, e aquiu daban touts lous omis dou biladye, que crusan, chens dise û mout, la hosse d'ue hémble encoère bibe. Lou tribalh acabat qu'y miaben la coupable entio au bord dou clot e daban mey de mile persounes, d'û gran cop de bousaadi qué l'esgourian coum û crabot. Bètlèu la terre qu'apriga lou cos encoère caut, e lou pay yusticiè, lou cap haut, que passa au miey de tout aqueth mounde esmudit, daban aqueth couràdye saubàdye. D'après Hanoteaux e Letourneux, d'aqueth tems si lou pay n'abè pas boulut segui las coustumes e sacrifia la hilhe, la « djemma » (counselh dous mey anciens) que-s seré, ère mediche, cargade de laba per la mourt la hounte dou bilàdye. Que eau toutu recouneche que oey lou die, dab Pautouritat francése, ue parière yusticie que seré mau-ayside sinoû impoussible. Très quarts de sègle. qu'an passât e l'amne kabyle qu'ey damourade la mediche. Aquéste aute istoère, qui ey de yé, que hè pensa per la soue heroudye. grandou aus soumbres drames de Shakespeare,

— 292 — A la fi de 1927; l'amin (capdau) dou bilàdye d'Ait-Daoud, dou cantoû de Michelet, à l'oucasioû d'ue hèste de familhe, que préga lou soû cousî Mohand-Said-Mohamed dé decha-y biéne la soue hilhe Saadia. Qu'ère ue bère hémble d'ue trenténe d'anades qui ère maridade, puch, coum ey la mode, espudide pou marit. Qu'y ana, en efèyt, à la hèste. Més quoan s'en tourna enta case, oeyt dies après, que y'abè quauque arrey de nau. L'amin qu'ère û rude goalhard e lou demoun qu'en dé las probes. Qu'y abou bère brousside, quoate més après, hens lou gourbi, quoan la cause ne poudou pas mey demoura à l'escu. Lou bielh pay ne pleyteya pas : ne poudè pas da cap à la truferie de tout lou bilàdye. Que prépara dounc ue poutingue aperade « bouzaka » emplegade enta empousoa lous chacals e que î'esmieyta hens ue bole d'aygue. La malurouse qu'abè lou choès, ou bébe lou pousoû ou esta esgouriade per la ma dou soû pay. La pòu dou desaunou qu'estou mey horte que l'arzec de la bite e, d'û lampat, qu'abala lou poutadye mourtau. Après quoate dies d'ue tarrible agounie que clucha per toustem las perpères. Pendén tout aqueth tems lou saubadye yusticiè ne la quita mey, enta noû pas que la may e poudoussie essaya de sauba la coundamnade. Més tout aço n'ère pas prou. Mohand-Said qu'amassa autour d'eth touts lous parents en û counselh de familhe.. N'abè pas hèyt encoère que la mitât dou sou debé. Suban la tradicioû, lou seductou tabey que debè paga de la bite. Tout lou mounde qu'estou d'accord; e aciu, aquéste istoère que bad mey tragic. Aqueth estranye tribunal qué carga lou hilh pròpie de l'Amin de da la mourt au sou pay. A quauques dies d'aquiu, abans lou pregarie dou sé, à l'ore oun l'oumpre dous oulibès e s'alounque sous penens, û cop de fesilh que hé gnaula lous câs hens lous pàtis. Au ras de la hount oun anabe ha las « ablucious », l'amin, de paternes, que-s dessangnabe, chens û plagnet, résignât e tranquile. Qu'abè bist lou soû hilh qui l'ayustabe darrè lou plach de brocs, mes que-s" plegabe à la ley : qu'abè fautat, oey que pagabe ; que seguibe chens feblésse lou soû desti. La benyénce qu'ey sacrade ! Arrey à dise dounc ! La djemma, labets que s'assembla sou sòu batut de la mosquée, e lous bielhs au peu blanc que dechan cade las paraules de sapiénce e de pats. Lou blessât ne poudè pas ha de mench que de perdouna au soû hilh enta qui lou respect de la tradicioû ancestrau dous Kabyles ère mey gran que l'amou tau sou pay. Enta touts, l'amin que s'ère largat eth medich û cop de fesilh, en cassan la lèbe. Aquere istoère, coum tant d'autes, que seré, de segu, damourade hens l'oumpre e la yustcie n'en auré pas sabut arrey; mes oeyt dies après, ue létre nou sinnade que bienè embita lou yudye de pats à hica lou cap dou nas hens aqueth machan aha. Lou cos de la praube Saadia qu'estou desenterrat e la probe hèyte. Lou 23 de may 1929, la cour criminau de Tizi-Ouzou que coundamna lou murtrè à cinq ans de reclusioû.

— 293 — Enfìngues, hens aquéste darrè counde mey près de nous encoère que bat béde que lou yudyement n'ey pas heyt pou pay, més pou hilh. Ghrous-Rahma, béude d'ûe quaranténe d'ans, que bibè au bilàdye de Tessenant, cantou de Dellys, dab lou soû hilh, El Mabouacif Àmeur, gouyat de sedze ans. Tout lou die, Ameur que hesè pastenca las agoulhes dous mèstes dous entourns. Lou 13 de yenè 1929, après lou soupa, que. s'ana ayaca hens la barraque dou troupeth, ahounit hens la palhe caute. Lou l'endouma en tournan enta case, que-s bî la may oucupade, per ma fé, à u drolle de tribalh ! Hens û corn dou casau, debath û pielot de pèyres qu'estuyabe lou cos d'u nenè badut en la noeyt. Hòu dé coulère, Ameur que-s tira lou tarrible couteth, que tout Kabyle e carrusse toustem penut darrè la régne. Chens dise û mout, cop sec, que l'esbentra e, tranquile, que gaha la porte. Quoan lous besins arriban que trouban la praube. hemble qui dabe las darrères, au ras dou petit cos rét. A l'instruccioû, lou gouyat que disou que toute hemble qui fautabe que debè esta castigade per u òmi de la familhe. N'y abè pas qu'eth e qu'abè seguit en tout punt lous coumandements de la tradicioû e de las coustumes kabyles. Que-s trufabe dounc de la yusticie dous omis pusqu'abè la counscience en pats.
* **

Aquiu, qu'ous abets, aqueths Kabyles, aqueths Berbères, hilhs dous Lybiens, dous Getules e dous Numides de Salluste, apouricats sus las rudes mountagnes, darrères arroques de l'anciène Tyrrhenide. Hens lou décor esmiraglant dous càssous-berts redouns, dou be.rt fanit dous oulibès, dous higuès à la came toursude, que biu ue poupulacioû damourade toustem la mediche au miey de las embasioûs e de las cibilisacioûs. Dou poble roumâ, qu'a counserbat la courte chartése e las cames curtes, qu'a goardat tabey aqueth amou dou tribalh e lou couradye de trufa-s de la fatigue e de la hàmie. Mes ne. n'a pas retienut las petites feblésses ni la mayestat ourgulhouse, ni las batalères dou forum. Heyte au culte de l'aiinou, goardiane de las tradicioûs antics, mespresant l'arabe, coucard e trachamant, la race kabyle qu'ey hère proche, de las noustes poupulacioûs de l'arribère. Las escoles francéses que soun seguides acera, dab û soegn reliyous. Lous gouyats que-s hiquen à l'aprentissadye de las noustes endustries. Quoan siam arribats à adouci drin û caractère, trop biu, à amucha-us tout ço que y'a de bèth hens la nouste cibilisacioû, que pouyram aténde hère d'û poble sâ e hort, qui n'a recebut, per force, dous Arabes qu'û islamisme per dehore. Louis BOURDETE,
salie de Salies.

— 294 —
BIRADES

LA LEYENDE DE CENEBRÛ
(seguide)
NOTA-BENE.— Que pregam lous leyidous de noû coumpta las nau darrères arrègues de la nouste birade dou numéro de yulh enta coumpréne aquéste seguide. Que-s troben aquiu per errou materiale e que eau prene à... « pusque saben la loue lengue ».

Doungues, enginat per la dibinau Proubidénci, û dibés Cenebrû qu'anabe béde à Fenice; qu'ère bestide de pelhes de miroû 1 enterteseudes de pèyres presades e que recebou lou capdau Cenebrû dab plâ-boulénci e amou; las serbiciales be l'estregnèn lous youlhs en plouriqueyan, e Fenice, ère mediche, be-n plourabe. Apuch pause, Fenice e Cenebrû que-s sedoun coustès sus tapis d'Egyte. Mes Fenice, audin à Cenebrû e coumpellide per la beutat d'Et e s'eslaman co-héns, que-u coundè atau ço que lou Saudan, lou soû pay, e s'abè innouserat2 : « mes, tu Cenebrû, amie lou car-aymat, n'ai hàssies, permou que bouy bade crestiane e t'aymi mey que nade aute créature; que-t harèy libre à boune sorte e que se te-m darèy si-m boles ta moulhè. » De tire, en l'audi, Cenebrû, bit coum deschudat d'û pesant sauney, esmiraglat e hens mirou, que-s moumbrè la besioû de la Bierye Marie e de tande goy que-n plourè. L'endoumâ lou Saudan que besitè Fenice ta sabe-n las causes quin se biraben. Ere que-u hourni : « Hère de plâ, mes que hou û chic tilhous. » Lou Saudan que-u digou d'acaba aquet aha dab toute l'adretie debude; Ad Et que-u calé ana decap Alessandrie, mes prou lèu que tourneré tau près dou Coumte. E puch que dè poutous à la hilhe e qu'anè bie, mandan à Cenebrû de noû s'abeya; dab la hilhe e las gouyes qu'aboure dies gauyous. Ballèu lou Saudan que boulou que trente cabalès e goaytèssen curousemén à Cenebrû de noeyts e de dies. Doungues que-s hiquè en camî lou Saudan. E Fenice qu'arrecaptè en gran abounde aur e cabau presats e despuch de mantû parlatòri e plaserine dab Cenebrû, ta la besilhe de l'Anounciacioû de la Biate Marie, entrams e-s paraulèn loungues pauses e aço que coumbiengoun : que la noeyt mediche que s'en anerén. E la besilhe de primes, que partiben dab baylets d'entenemén e bint e dus fidèus e dab bint besants d'aur e cargues de pèyres presades. A pè

1. Sederie. 2. Innouserat : lou texte latî mieyancè que-ns da aquet berbe gascoû quasisancè : « quitquid (sic) soldamus, pater suus, innoserat (sic) enaravit, dicens ei... » Lou gascoû classic qu'a lou berbe simounim : innonda.

— 295 — qu'anaben, hore Cenebrû e Fenice puyats sus dus camèus.1 Per tout lou biàdye nou trebuquèn nat encountre e que caminèn adayse pous lues e per las traberses. Estarits, espoussats, bèt dissatte qu'entraben hens la ciutat de Donathan,2 bile de las mey counsequentes. Quoan at saboun lous Crestiâs, l'endoumâ, dab linçous purpurats, dab semits,3 tabalhes de séde e d'autes ourneménts que bestiben la ciutat d'u cap à l'aut. Lou medich die, Fenice, l'urouse d'ère, que hou batiade hens la glèyse de Biate Bièrye Marie de la quoau e-s carguè lou noum e l'enyenie 4 (sic). E dens la glèyse aquére, lou die medich, que l'espousa lou plâ urous Cenebrû; e tout lou poble de la bile, labets e l'endoumâ passât que-s passé lou tems e.n mantûs yocs e hens aunous. Mes Cenebrû qui cragnè lou poudé dou Saudan e lou delerét de la soue hilhe, acounselhat p'ous amies, que las gahè decap à Athon 5 ; que préparé ûe nau e qu'anè mar-héns e la besilhe de lr Biate Bièrye Marie que s'aplegabe dens Marsélhe, oun toute la bile l'arcoelhou dab gran goy e aunou. E coum Na-Marie, la daune, malaudeyabe permou de la suberne de la mar, estén cos-crouchide, que s'estanguèn û mes aquiu medich. Apuch dab harde nabeyante e proubedits, que-s gahèn à cabalga decap à Bourdèu, oun entrèn la besilhe dou Biat sant Miquèu. E aquiu medich, b'ous hasoun tabé gran arcoèlh e aunou. Lende-doumâ, que perpourtèn à Cenebrû que lous soûs hrays cutaben d'aucide-u; que Ponce, amoulherat dab la hilhe dou coumte de Peyrigord, qu'abè abut l'Entrambes-mars en leyitime dab la gouyate; que Foulques abè recebut enta hemne la hilhe dou coumte de Blaye, e s'ère debirat segnou de la Marque, de méntre que Ponce e segnoureyabe toutes las terres autes. Quoan at sabou, Cenebrû, ya qu'esmaliciat subre manère, que-s carè; que-s desestari; apuch que s'apleguè per l'arribère, deychàn la moulhè en Bourdèu. Tant per tant qu'embiè aus soûs cabalès e tagnénts decaps à La Marque e Listrac0, terre-héns, mes en Listrac, en La Marque tapoc arrés noû credoun lou debis de Cenebrû lou qui, arcastat s'apleguè entio Castelhoû ; mes, En-Ponce, quoan audi parla de la bienude dou soû hray, que hasoû barra lèu las portes. Lèu, Cenebrû que mandé au soû hray quin l'ère miroû lou béde-s claba lou Pas de la Bile e que caloure alanda de tire. Ponce, p-ous medichs missòris, gn'aut-cop que mandé à Cenebrû que yamès nou-n entreré permou b'ère û bor 9 e que de tire boeytèsse lou pàti ou senoû, que-u coth-pouderén.
1. Camèus : «qui duos camelos equitabant » !! 2. Donathan ou tabé Donathau. 3. Semits : Bede paye 263, la note. 4. Enyenie : atau que dits lou latî : « cui nomen impositum fuit Maria et mente... » 5. Athon : nat esplic n'abém d'aquet noum hens l'edicioû dou texte latî. 6. Listrac : cantoû de Castelnau-de-Medoc. 7. Lamarquc : cantoû de Castelnau-de-Medoc. 8. Castelhoû : commune de St-Cristoly, cantoû de Lesparre. 9. Bor : syn. bastard, cf lou texte latî : « quod spurius erat ».

296

Audit aco toutû, Cenebrû que-s doulou mey de l'orredésse aquére (e be l'abèn chafrat bor) que noû pas d'abé la terre bedade e, dab gran grèu, que s'en tourne decap à Bourdèu, qu'arrecaptè quoandes amies qui poudou e que hasou l'entrade Medoc-héns. Per Lesparre, toc-toucant la ciutat d'Ibran1, que basti û castera palengat. U permè e û dusau cop Ponce e Foulque l'at arrasèn. Lou ters cop doungues, que-u hasou mey hort enta que de labets-en-là degû nou l'at darrouquèsse, fourtificat coum ère. Las parròpis, de sant Yermè entro Boulât, que-u tournèn counégue, toutes d'ue bouts, per naturau segnou : — E d'aquets ans en-là, que-s maboun batesoûs de las hórtes enter lous hrays à noû poudè maseda-us lou capdau Cenebrû, puch lous locs qu'èren soubrademén horts e que-us aydaben e amparaben lou coumte de Peyrigord e lou prince de Blaye. Atau doungues qu'en anabe d'aquet pelèy quoan amies dous lous acounselhèn ue triube; atau coum s'enseguèch Cenebrû que seré ensegnourit e. mèste de Sirac (qui ère û loc hort) entro la mar de Soulac per ma drete e esquèrre; Ponce que seré ensegnourit de Castelhoû,2 Listrac e de l'Entrambes-mars abudes per la soue moulhè ; Foulque qu'aberé La Marque à la quoau tagnèn en fin las parrèpis de Poulhac, Sent-Lambert, Sent-Yulia 3, Sancte-Yermane, Sent-Laurans, Sent-Simforiâ de Cusac e tabé St-Sebé de la Marque. Hens la mediche coumpousicioû, qu'estèn à-ue enta marida la serou unie, dan-la per moulhè à Goalhard Arramoun de Mountagnâ, dou loc dit Bourg coste l'arriu Dourdounye. Lou pay d'Et qu'où dé Cuprac, loc noble, e cinquoante omis d'armes e rebienguts dous plâ boûs en ço de Bourg. A la serou, Cenebrû e lous soûs hrays que dèn Cussac, la yusticie de Pearne, part-delà de Berthulh (chens la parròpi), puch, la yusticie. haute, d'û coumû arcord, Cenebrû la se saubè. Atau hèytes las pats, patsius que-s estoun. E labets, lou dit Cenebrû coumte de Medoc que mestreyè sus Lespaut (ço qui bòu dise Lesparre), parsâ aboundous de bitalhes sabrouses. E na-Marie, la moulhè soue de gran berou (sic) que-u dé très hilhs : Lou coumte Guilhèm, Cenebrû e Guifrard 4 qui hou archebésque de Bourdèu e puch cardenau. E coum la capère de la Biate Bièrye en Soulac ère de tourtis bastide e hort praube, la benaurade moulhè de Cenebrû, na-Marie, que hasou basti en Soulac, dab l'aur qui abè trèyt d'Egypte, ue bère grane glèyse e dab pèyres presades en aunou de la benedide Bièrye; e dab grat e pla-boulénci de Cenebrû lou sou segnou, que dabe la bile de Soulac de toustems à yamey e que la councedè à la dite glèyse. Cenebrû toutu, que-s saubabe poudé e yusticie haute de la dite bile. (La fî ta ballèiï)
ANDRÈU

PIC.

1. Ibran ? « circa civitatem de Ivran». 2. Castelhoû : Castillon-de-Medoc. 3. St-Yulia — St-Laurens : arrond. de Lesparre. Verteuilh-Bartilh (id). 4. Guifrard : lou texte latî que da « guifardum » e sus la fî que trouberam : Gaufridum — Jaufre.

— 297 — LAS NOUBËLES DOU PESQUITOU

QUIN RICOÛ, LOU " TRUFANDÉC " S'ÈRE MARIDAT
Lou me cousiot Henric, caddèt de Lagau, qu'ère, û beroy gouyat brabe, serbiciau e gauyous, mes, de chin enlà, de mey en mey farceyayre. Tabé, que l'aperaben en tout lou parsâ Ricoû lou trufandèc. Si-n ère fier, d'aquet subernoum qui-u pintrabe tâplâ e qui-u seguibe pertout ! Ta noû pas lou decha càde e merita-u se toustém, qu'aymabe de youga tours, mes sounque dous plasents e yamey dous autes. Noû boulé qu'arride e deberti lous amies. Qu'en abè soubén lou parât au marcat de Soumouloû oun la serou aynade, la Yulie, s'ère maridade e tienè aubèrye. Qu'arrecoutiben aquiu, cade quinzée, touts lous maquignoûs dou Biarn e lou Hicoû qui, per labets, passabe lou temps e gagnabe mounéde en croumpa, béne e trouca boéus, baques e betèts, chibaus e cabales, mules e mulets, àsous tabé quoan s'escadè, qu'ous couneguè touts, de touts counegut e de touts aymat permou d'esta de boune gane e round en ahas. La serou qu'où hasè disna mes à coundicioû que l'amièsse pratiques e que tiengousse de tole aus ûs e aus auts entaus ha pacienteya au moument de. la gran presse e, au besougn, de da-u û cop de mà ta serbi. Qu'at hasè dab plasé, toustém, arrivent, toustém esberit. Lous clients countentats, de-cap à l'ue ore e mieye, lou Ricou qeu poudè toutû disna dab la so e lous dus que hasèn labets, amistousamén, à la gnique-gnaque. La Yulie qu'abè enterprés us-quoandes cops de marida lou ray, mes et que-s trufabe d'ère en lou preténde que noû l'abè yamey présentât que parringles, coudiques, cardines ou calandretes qui aberén lèu hèyt de despéne-u tout ço qui-s gagnabe e mey, ta croumpa-s harpilhs e chapèus, bachs de séde, jijis, crèmes de « Toque-taloû » (tokalon) e autes pastis de coulou, fioles d'aygue de sentou, proubes hariouses de tout e.scantilh ta tinta-s las ungles, lous oelhs e lou mus. Si-s pintraben, aqueres minouses, qu'ère segu, de-s créde atau mey beroyes que noû-n èren, per fadè, prudagne de s'emberouyi; si abèn besougn de s'emberouyi, n'èren pas dounc beroyes; si n'èren pas beroyes, en preténde courriya l'obre dou Boun Diu, que-s hasèn encoère mey lèdes, aqueres mounaques ! Modes autâ pègues, lou Ricou que las espudibe de tant qui-u hasèn hàsti. Sus aco, noû badinabe pas ço qui disè, que s'at pensabe... E la Yulie ne-u poudè pas da tort. Are, toutû, que s'en anabe sus lous bint-e-cinq passats, que cercabe partit à de bounes. Aysit qu'où seré estât de s'acasi permou que toutes las gouyates de l'arribère de l'Ousse que l'abisaben e que s'y hasèn, p'ou marcat, à qui-u haré lou mey gaymant arrisoulét. Pensât ! Dab lous soûs dises e coundes que las hasè esclaquera d'arride e mey d'ue qu'ère per lou mens segure d'esta la qui seré causide. Malaye ! que trigabe hère de-s décida. U gouyat coum et, bertat, nou s'abè pas de marida coum lous auts ! Puch, ne boulé pas ha clacasseya toutes las pigues dou besiàdye... Si-s maridabe, que seré lèu hèyt,

— 298 — Permou de la preténde de tout punt au soû goust qu'abè guignât anades chénse encountra la parioune, mes, despuch ue mesade, que credè plâ d'abé desnidat l'ausèt blu : Margalide, ue fine brunéte aus oelhs néres e lusents, hilhe d'û gendarme nabèramén arribat à la brigade de Soumouloû. Margalide n'abè pas bint ans : qu'ère ue bère drolle, sane, cinglante e tilhouse, esberide coum ue hade e dab aco seriouse. Yamey nou s'ère pintrade; chens rèyte de harie perhumade, las soues macherines qu'amuchaben coulous de présque qui madure e parié lous pots toustém arridents, qui dechaben lusi dentines chense pèque, beroy arrengades, Manques coum la lèyt... — Soulamén, si-s pensabe lou gouyat, abise-t, Ricou, de que d'autes castsàyres nou ban pas manca de persegui lèu aquere paloume d'espèce ta riale ! A tu de gaha lou daban chens desbelha lou curiousè ni pegnica lou yelousè. Mes quin aproucha l'auserou e l'ametcha ? Qu'abou lèu tirât lou plan de la casse. *
* #

— Cau qu'embàsqui la maynade en yougan en medich tems ue farce à la mie serou e que-m pàgui aus soûs despens ue boune ribote. Tè ! que sera lou die de la hére, nou pas à dues ores, mes au penné truc de la gahe ! E que digou à Julie : — Nou sies brigue estounade, migue, si nou-m bédés arriba d'aqueste mesade, permou qu'ey coéntes de las mayes. L'aynade qu'abou bèt questiouna lou ray, nou-n boulou desglara mey per labets e nou-n poudou tira nat esplic. — Que t'at diserèy, ya, n'ayes pòu, mes à la mie ore. — U mes chense bede-s ! Que-m ba paréche loung ! E puch, quin m'en boy tira aquéste temsade oun èy mey de mounde que yamey, sustout que la Louise s'en ba ?... Que s'ey agradade dou baylet, permou tu, bilèn, n'as pas boulut d'ère... — Aco, sabes, que m'arregarde... A you, noû-m hè pas nat dòu... Sounque sie urouse dab gn'aute ! — Qu'èy deya lougat û baylet e arrestat ue ayde cousinére, mes qui noû pod biéne abans cinq ou cheys semmanes. Entertant, que boy esta pla yenade ! — Bèn, nou-t migres per aco. Qu'èy tandes counechénces ! Que-m càrgui de t'embia, enta t'ayda à tourrina lous dies de marcat, ue charmante persoune, si, au mens, e-m bòu escouta. — Mes e-y pouch coumpta, de segu ? — De segu, nou sèy; mes si noû counsentibe pas à presenta-s û d'aquestes dies, que-n seras à tems prebiengude. *
* *

Dechan la serou e lou marcat, lou Ricou qu'anè passeya-s dou coustat de la gendarmerie. Que sabè de que-y abè pas loegn, û bal oun s'amassabe aquet brèspe toute la yoenesse dou besiàdye. Et, noû dansabe yamey, mes qu'abè hides de-y encountra la Margalide, e labets, dilhèu ?... Per chance, qu'ère aquiu à espia lous dansàyres, dab lou sou

— 299 — f'ray, PErnestou, û gouyatot de. dets e sèt ans, qui s'abè Ricou deya amistouseyat permou de la Margalide. Que Pané decap, arridént e la ma ubèrte e biste qu'où preguè de presenta-u à la serou. Presentaciou hèyte, que s'amaneye d'auheri û tour à la gouyate. Que-s hé prega prou, permou n'ère aquiu qu'ue pause, en passan; puch nou sabè pas dansa; puch qu'abè deyà refusât à d'autes. Que feni toutû per decha-s amia dens la rounde. *
* *

Entertan qui tourneyaben, lou Ricou nou perdou pas tems. — Be-b boulet, si-m pénsi, marida, beroye ? — Dilhèu, si... tròbi — nòbi au mé goust. Mes nou presse pas : tant per tant si boy atégne lous bint. — You que courri decap lous bint-e-cinq. Si-b boulèt agrada de you !... Bous, que-m plasét hère... Que pouderém acourda-s !... Nou-b demàndi pas per oey ue proumésse, mes que-b gausi prega de ha-m ue fabou. B'abet deya entenut parla de la mie serou, la Julie, qui tién aubèrye sus la place dou bestia ?... Qu'a besougn d'ue ayde cousinère aquéste mes, sounque û die cade semmane, lou die dou marcat... La mie aynade qu'ey la permère cousinère dou parsà... Dilhèu dab la desencuse d'apréne dab ère à tourrina, pay e may e-b permeterén ?... Aquiu qu'entenerat parla dou Ricou e qu'aprenerat à-m counégue. E que m'y bederat lou die de la hére... Tout ço qui-b dîsi, enter nous auts dus... Hèt ço qui-b counsélhi, que-b en prègui !... Nou-b engadyat à d'arré e qu'èy hide pregoun que nou-b en troubarat pas mau : boune pague, bounes estrées, mes sustout liga counechénses e amistat... Noû-m respounet pas ? — Que-m eau lou tems de pensa-y e de béde ço qui disen à nouste. Lou tour de danse acabat, lou Ricou, prou countent d'et, qu'anè deberti lous amies, dechan la gouyate esmabude, miey urouse e toute empensade. II Lou die de la hére, per Carnabal, s'ou truc de mieydie, debarat d'ue tourroumbiole toute nabe, qu'entrabe en Paubèrye deyà cougnide de mounde û moussuret qui, chens dise arré à d'arrés, e ba sède-s au houns de la sale, de eu à la darrère frinèste : lou mentou oundrat d'ue barbichote en punte, que porte lunetes néres s'ou nas; mes perqué diantre hè tan debara lou berret s'ous oelhs ? U baylet, nabèt en l'oustau, la serbiete au plec dou bras, que s'apresse. — Que bouleri disna, e de plà. — Moussu, que bat esta lèu e de pla serbit. — Tan miélhe ! Digat à la daune que souy ahamiat. Nou m'en eau pas prouméte. Pourtat ço qu'ayét de mielhe : garbure, bourit e sauce e roustit; puch roumàdye de Laruns e café dab fine. U cop minyade la garbure sabrouse, lou moussu que-s plée lou beyre. — Aquéste bî qu'ey boû, mes drin magre... Pourtat-me û flàscou dou pelut ou miélhe : ue boutelhe de « Bourgougne » !

— 300 —
Quoan lou moussu abou estrussat lou bourit dab sauce de toumate, lou cibét de lapi, tant plâ adoubât que parechè de lèbe, la coéche sancere de poulet, roussit dab sebes chucouses, dab quin gay bedou arriba la Margalide !... Que l'arcoelhou dab u tau sourrise que la gouyate manqué per chic de decha cade lou roumàdye. Biste, lou dit sus la bouque, qu'où chuchureye, au miey dou hourbàri : — Chou ! Goardat-me p'ou moumén lou secret ! Mes quoan la daune coumande ballèu d'ana coèlhe lous gendarmes, qu'anerat cerca boste pay, si au mens permetet qu'où demandi la fabou de-b béde à boste. Lou moussu, are segu d'esta agradat, que saboureye lou roumàdye, que-s hourrupe lou café, qu'alugue u cigàrrou e que coumande : — gn'aute fine ! Lou garçou, qui n'a pas entenut, permou de la clacassère dous maquignoûs, que tourne dab la note. Lou moussu que la seguech en tiran humades, puch ahounsan mey encoère lou berret s'ous oelhs, que dits : — Ah ! noû e noû ! La note qu'ey trop fourçade ! Digat à la daune que si noû-m rebache de la mieytat, nou pagarèy pas ! La Julie, trop acoentade en aquet moumén per la cousine, qu'embia encoère lou baylet enta pleyteya... En de balles. Labets que coumande au serbént de surbelha aquet empertinent de coumis biadyayre e que prègue la Margalide d'ana cerca lous gendarmes... Ue pausote après, lou sou pay qu'ère aquiu. * * * En béde entra lous gendarmes, lous maquignoûs que s'èren carats, hort estounats, touts oelhs e aurelhes. Dou houns de la sale, lou moussu qu'où hé sinnes de s'apressa. Puch qu'où digou, tout doucetes : — Qu'ey you qui soy l'encause... Escusat-me. Puch au baylet : — Qu'abet desranyat aquéste brabe òmi : pourtat dus bèyres de fine ! Qu'èy besougn d'enténe-m dab et abans d'aubri lou portemounede. — Pourtat lous dus beyres, respounou la daune abertide. Que l'anira mau si nou pague tout ! Ta lèu serbit, lou moussu qu'esplique au gendarme de. que noû-u plats pas de paga lou disna, que seré lou permè cop... e que hournech serious : — Hèt-me biste lou berbau, puch que debisaram en ha ue tringladote. Lou gendarme, pensât se boulou bébe. Nou poudè pas... que l'ère defendut e qu'abou à ha lou berbau. — Sedét-be adare, en be pregan, permou nou bouy pas qu'arrés e pousquen enténe e qu'abém à parla d'ue cause mey de coumpte-ha que lou coumpte de la cousinère. Que-b prebiéni de que bat abé maye susprese e dilhèu e-m bat préne per u hòu ou quauque afrountur. Ni l'û ni faute ! Qu'èy l'aunou de-b demanda la mâ de la Margalide !

Lou gendarme que demourè ue boune pause tout esmudit, bèt

— 301 — drin estoumagat, demandan-se si n'abè pas ahas dab û pegòrli. — Mes... mes... que counechet dounc la mie hilhe ?... E ère, e-b counech ?... E si-b counech, ey counsente ? — Aco, qu'ey à d'ère de-b at dise. Garçou, hèt biene la Margalide. * ** La Margalide qu'arribe toute arrouye, perpéres bachades, mes pots arridents. — Ey bertat, maynade, qu'ayes tu soulete bistes hèytes dab aquéste prétendent, bèt drin aban-hèyt ? — Quiò, papa... Lou gouyat que-m plats... e si-b plasè à bous... — Toutû, au gran haut ! noû pouch balha la hilhe au trachaman à qui acàbi de ha û berbau ! — Anat, anat ! esplicade la benalèye, que-n serat urous. Permetét-me soulamén de biéne béde la gouyate à boste. aquéstes dimenyes sés de Coarésme; puch, passades Pasques, si touts èm d'arcord, que haram la nouce. Adare, aperém la daune, ta-t esclari tout. — A boste santat ! Tringuém, brabe òmi e bous tabé, bebet à la mie !
* * *

La daune que s'amie, emberemiade, lous oelhs hissants. — E doungues, e pague lou moussu, ou nou pague pas ? Lou moussu, cap bachat, berret s'ou nas, de ha sinnes que noû, que noû ! — Qu'ey lou permè cop, gendarme, qu'û client e-m hè tau afrount. Toustém qu'èy serbit à touts aci de boune cousine e yamey arrés nou-m abè dit de qu'èri trop carestibe !... Puch que pretén debèrse chens pouna, que sabét bous ço qu'abét à ha. Escribet lou berbau e nou déchet parti l'auto que n'aye pagat. — Lou berbau, que l'èy deyà hèyt... mes... mes... — Que, mes... mes...! E mequeyat adare, en loc de ha lou boste debé ? Nou bouy pas you tribalha, ta neuri d'aquere pouralhe !...
* * *

Sus aqueres, escarcagnan-se d'arride, lou Ricou que-s tire las bayaules e lou berret e que yete à la care de la serou la barbichote doun s'ère mascat. — Ah ! trachaman lou qui ès tu ! gran peliè ! pendard ! truf'andèc ! Nou-n haras yamey que d'aqueres ! Té ! estrusse-t la barbiche, mes arrecatte-t aquéste tinglat. Pam ! E que l'arrounse û couhat. — Aquet couhat, migue, nou-u te tourni pas, permou « nou eau yamey truca ue hemne, quoan seré sounque dab ue. flou », si dits l'arrepoè; mes qu'as abude la mâ lèste ! Tabé, ta goari-m de la iuacadure, que-m perdounes lou disna de oey, e de mey que-ns pagaras à touts lous embitats lou disna de la nouce ! — Quoau nouce ? — La mie ! E que-t presénti, dab la permissioû dou bèu-pay, la toue bère-so. — La Margalide ! S'ère, Dm, poussible ! Praubine ! S'ère au

302 mens bertat, be-n seri you countente ! Qu'ey tant balente, nete e plasente ! — Chou ! chou ! A qui at dises ! Care-t ! Noû bedes de que hès bade la maynade mey arrouye qu'û guindoulh ! E t'acaba la couyounade en arride, lou Ricou que hournech, birat decap aus disnayres : — E bous autes, amies, lou permè marcat despuch de la nouce, la Julie que-b auherech à cad'u, dab û cigàrrou, u beyre. de fine ! — Que b'at prouméti, e miélhe : que-y hournirèy lou café ! Touts de truca de màs e de prouclama que si la daune de l'oustau ère. la permère de las cousinères de Biarn, lou Ricou qu'ère passât Mèste farceyàyre e rey de touts lous trufandècs de Gascougne. LOU PESQUITOU.

LOUS QUI S'EN BAN

Moussu lou canounye V. D ubarat
Moussu lou canounye V. Dubarat, archiprestre de Sen-Martî de Pau, qu'ey partit ta Faute inounde lou 28 de may 1939. Badut à Bayoune en 1855, qu'ère hens lous 85 ans. Au prumè numéro deus Reclams (heurè 1897), que troubam lou soû noum. Qu'ère û déus de la prumère coade qui hén tusc, quoan se quilhè l'Escole. D'aquets qui s'amassèn alabets en ligot autour de la banère de Febus, nou-y demoure, si crey, que Palay, Camelat, Eyt e LasserreCapdeville. Dinquioû cap, lou sapiént canounye qu'ey demourat û escouliè íìdèu. Que publicabe, despuch 1892, ue rebiste : Etudes historiques et religieuses du diocèse de Bayoune. Aquiu, que saludè las bâties de l'Escole e lou prumè piu-piu deus Reclams per aquestes paraules d'arcoelhence, bèl drin amistouses : « Le premier numéro du Bulletin de l'Escole G.-F. vient de paraître. Ce réveil est digne d'éloge et nous formons des vœux pour que ce beau feu ne vienne pas à s'éteindre. Les hommes intelligents qui sont à la tête de la nouvelle Escole y veilleront avec amour et nous sommes sûrs que cette œuvre si patriotique est pleine d'avenir.Aef multos annos, chers poètes et beaux diseurs ! C'est le souhait très cordial d'une Muse sévère, l'Histoire, qui admire toujours la Poésie, sa sœur. » La Muse de l'Istôri n'abè pas soulamén ue amiracioû ta la soue serou, la Muse de la Pouesie, mes qu'abè ta d'ère ue amistance tabé e qu'abè boulut que caminèssen amasse, en se dan la mâ. La rebiste de Moussu Dubarat qu'abou toustem û « cournè dous pouètes ». En parlan de cournè nou bouy pas dise que lou pouète qu'ère quasi escounut en û hourat tslremat, coum û quauqu'ù qui hè bergougne au larè ; au countre, la pouésie que garnibe la prumère paye, qu'ère suòu pourtalè, à las bistes de touts. Aquiu, l'abat Labaig-Langlade que publiquè la maye partide de las sou es trobes. Moussu Dubarat qu'abè ta d'ét ue estime mayoure e que-u prouclamabe «le plus grand poète béarnais de notre temps». La rebiste

— Etudes... — nou duré que doutze ans. Lou darrè numéro, en 1903, qu'ère dabanteyat de quauques bercets deu pouète .— Lou me dòu e la mie ahide — dedicat à Mous de Dubarat : Si Diu m'abè dat d'ue hade Lous esperts e poulits digtoûs,... Aus Edens oun las pruderies Toustem flouréchen, qu'aneri Coèlhe lugâs e peyreries Caduts dou cèu; e qu'en heri L'eslambrequeyante couronne Debude à las bostcs sudous; E dou desbroum oun tout s'ahoune Heri Ihèu hoéye las redous. Per l'obre de las doutze anodes, Per lou brespè dat cade mes, Per tant de noeyts au soum panades, Aco seré lou me mercés... Hens la soue rebiste, l'istouriâ nou manqué yamey de ha report deus libes de loengue mayrane qui l'embiaben, de lauda lous autous coum s'at meritaben, d'aplaudi dab las dues mâsi toutes las manifestacioûs de la nouste renachence. UArmanac deu bou biarnés e deu franc gascoû — qui coustabe û so — qu'ère saludat touts ans dab autan d'aunou que lous libes bentourruts e carestious. A la grane felibreyade de Pau, en 1901, presidade per Frédéric Mistrau, VEscole que balhè à Dubarat, alabets aumouniè deu Lycée, û gran prêts d'aunou : « grande médaille de vermeil pour l'ensemble de ses travaux intéressant le pays de Béarn ». Moussu Dubarat qu'aymabe lous pouètes. Et tabé qu'ère drin pouète : û istouria qu'en ey toustém chic ou hère. Que s'ère debertit, à pauses, à ha tringla las rimes e que counéchi ue de las soues trobes, adoubade dens lou parla deu sou brès, lou gascoû bayounés. En 1887, lou pape Léon XIII que celebrabe lou soû « yubilè sacerdoutau ». Lou Bulletin catholique du diocèse de Bayonne, oun Dubarat coullabourabe, qu'embiè lous soûs coumpliments au gran Pountife. Que-y abè, au miey, û petit pouèmi de sept couplets, entitulat : Lous souhèts de Bayoune, e sinnat : V. Dubarat. Mounsegnou qu'es partit à Roume, sente bile, Au cô pourtan Amou, souhèts, qu'au Pay offrech le soû familhe En your de l'an. Qu'où disera tabey que Lescar, à tau hèste, Coum Oulouroun Bolen canta dab nous lou Pape, Rey e Mèste, Un hort Lioun ! Que seram très, labels, 1res en ibe couroune, A bous ayma, Lous Bàscous, lou Biarn, coum you, Glisi gascoune, A bous canta ! Si boulèm parla de l'obre deu gran istouriâ, que n'aberém hère à desgusmera. Qu'a hourucat pargams, papès bielhs, libes de toute payère e que-us a escarbutats de plâ. Si goardaben nat secret, que-us y a sabut beroy ha couhessa. Lous libes qui a escributs que hèn bèt drin de pièle. Que counechè lou passât sancé de la terre biarnése e gascoune, que par-

— 3o4 —
labe deus persounadyes qui abèn biscut per nouste aus sègles escourruts coum si ère estât lou lou coumpagnoû. Lous qui, d'are-en-là, hén quauque resserc capbat lous soubenis de quauquecop qu'aberan toustém à coumença per béde e serca ço qui a dit aquet sapiént sus la questioû qui bòlen debàte e que trouberan que la soue paraule qu'ey de coumpte-ha. U cap atau qu'a hèyt aunou au Biarn e à l'Escole. J.-B. LABORDE.

Edouard Moulia
Quoan siam per Ortès, aus prumès dies de setéme, nou-y bederam mey lou nouste counfray, prèste à-ns arcoélhe : Que-s mouribe, aylas ! coume adoubabem aqueste numéro de garbe. Ya qu'aboussem segnalat de que. malauteyabe, noû credèm pas, toutû, qu'en èrem aquiu. Mes la guerre que l'abè hort macat, e d'abé seguit trencades e espitaus, la mourt, qui tant de cops l'estaubiè, qu'abè rasoû dou soû cos bastit à pèyre e à caussée : Qu'ey partit sus la cinquanténe. Nàtre biarnés, amistous e gauyous coumpagnoû, lous qui-u couhegoun nou-s poudèn esta de l'ayma. Dab et, l'Escole que perd l'û dous soûs miélhes. Om que sab quin, despuch de 1920, e perseguibe dens la soue ciutat la bère tradicioû dous Plantés, dous Larroques, dous Lafores. La soue obre qu'ey de nautat : coundes e fantesies qui, cade semane, e lusiben au soû yournau Lou Franc Debis ; pèces de teàtre, Yan de Latuque, Yan de Laplane, qui seran loungtems yougades; lou Matricule 1638, qui demoure û cap d'obre de la nouste literature de memòris. Ortès qu'où hasè de bères aunous, lou brèspe dou 18 de yulh. L'Escole dab lou capdau e lous noumbrous escouliès d'Ortès e d'aulhous : Yan de Tucat, U. Marrimpouey, Camdessus, Yan de Sabalot e d'autes encoère que l'acoumpagnèn au segrat oun Simin Palay lou digou û adiu esmabut au noum de touts lous amies de la lengue mayrane e de la Patrie. Que pregam la soue daune en desòu d'agrada lous noustes sentiments esmabuts. Nou sera pas chens coentes, mes, de capsus, lou sou défunt qu'où dara lou courau ta gabida lous cinq nèns de la coade. M. C.

L'Emprimayre Mèste en pè : E.

MARRIMPOUEY.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->