UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LYON, INSTITUT DES DROITS DE L’ HOMME DE LYON Année 2010-2011 Master professionnel, master recherche

, Philosophie des droits de l’homme

FONDEMENTS PHILOSOPHIQUES DES DROITS DE L HOMME MODERNITE ET DROITS DE L HOMME Cours de Paul Moreau,

Introduction : les droits de l’homme ont-ils une valeur absolue ? Droits de l’homme et humanisme ; DH et dignité de l’homme ;DH et justice ; les DH contre les violences; le consensus universel sur les DH ;; les différentes générations de DH ; une nouvelle morale, une nouvelle religion (nouveau Décalogue) ; deux problèmes graves : triomphalisme éthique : les droits de l’homme ont réponse à tout ; les DH comme philosophie du droit dominante. le catholicisme et les DH : une adhésion réservée ? I Les droits de l’homme comme expression de la dignité de l’homme Les homme naissent libres et égaux en droits ; La double dimension de la personne : abstraite, concrète. Le souci du bien concret des personnes : les droits de la seconde et de la troisième génération. Inégalité factuelle, égalité de droits, inégalité statutaire. Signification de l’approche scientifique. La dignité comme valeur absolue. La distinction entre les personnes et les choses ( Kant). La personne comme totalité. Mourir dans la dignité. Dimension corporelle de la personne. Indisponibilité du corps humain et de ses parties. La question de la prostitution. Anthropologie chrétienne de la sexualité. Dimension métaphysique des DH. Le statut de

2 l’embryon. L’idée de procréation. La personne comme mystère. Scientisme et positivisme. Origine biblique de l’idée de dignité. La supériorité sur le monde et les communautés politiques II Critique du subjectivisme juridique ; Insuffisance des droits de l’homme Le subjectivisme juridique. Droits libertés . Les besoins. Groupes identitaires. La famille. La nature. Prolifération des droits et conflit entre les droits . Nomophilie. Le problème de la discrimination. Une nouvelle religion. Mise en cause des communautés. Mise en cause de la conscience. Disqualification de la morale . Conflits entre les droits. .Les DH corpus juridique ou moral ?. Critique des DH par E Burke, S. Weil. Contrat et institution

III Repenser le droit et la politique comme arts spécifiques au service du bien de l’homme Trois façon de considérer le droit : équilibre, art, chose incorporelle. Entre les personnes et les choses des êtres au statut ontologique particulier. La nature et le droit . Remarque méthodologique. Justice commutative et justice distributive . L’enfant et l’adulte : un triple relation. Le droit dans sa particularité La loi et le droit . Remarque méthodologique . Justice commutative et justice distributive . Perspectives éducatives . Autres pb posés par les droits de l’enfant . Le droit dans sa particularité. Le souci des communautés politiques concrètes (H Arendt). Les déontologies des métiers. Le sens du droit positif. La volonté politique et la loi. L’essence du politique. La justice et la force. Les Etats et leurs frontières. Limites du droit international. Morale et droit. Eloge du droit interne. La question du droit d’ingérence. Le problème de la justice pénale internationale. Perspectives éducatives. Le sens de la démocratie. La famille dans la charte européenne des droits fondamentaux. Le sens de l’institution. Deux sujets d’étonnement. L’autorité du peuple souverain. Justice et charité IV Origine de l’individualisme juridique La conception classique du droit naturel. La cosmologie antique et médiévale. Une nouvelle conception du droit naturel . La doctrine biblique de la création. La capacité de résister contre le monde. La lex divina. Le nominalisme comme rejet des communautés (M. Villey). La révolution. cosmologique de la renaissance . Un espace et un temps homogène. L’espace comme pure étendue à l’origine de l’idée de mondialisation. La fin des communautés. Tout est commensurable. La disqualification des frontières. La révolution industrielle selon Marx. Critique par Marx des DH. Un nouvel humanisme : Pascal et le roseau pensant. Les théories du contrat social comme aspect du constructivisme juridique. L’illusion universaliste

3

Bibliographie I PHILOSOPHES CLASSIQUES PLATON, La République, Gorgias, Le Politique, Protagoras, Criton ARISTOTE , La politique, Ethique à Nicomaque AUGUSTIN SAINT La cité de Dieu( 427-427) BODIN Jean, Les six lires de la République, 1576 GROTIUS , Du droit de la guerre et de la paix, 1625 HOBBES, Du citoyen ou les fondements du politique, 1642 PUFENDORF , Du droit de la nature et des gens, 1672 SPINOZA, Traité politique, 1677 MONTESQUIEU, De l’esprit des lois, 1748 ROUSSEAU, Du contrat social ou principes du droit politique, 1762 BURKE, Edmund, Réflexions sur la révolution de France, 1790, KANT Emmanuel, La Doctrine du droit, 1797 HEGEL , Principes de la philosophie du droit, 1820 TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, 1835 MARX Karl, La question juive, 1844 MARITAIN Jacques, Les droits de l’homme et la loi naturelle, 1947 WEIL Simone, L’Enracinement, Ecrits de Londres

ARENDT, Hannah, La crise de la culture, Gallimard, 1972, Essai sur la révolution, Gallimard, 1967, L’impérialisme, Fayard, 1982
Ii PHILOSOPHES CONTEMPORAINS BINOCHE Bertrand, Critique des droits de l’homme, PUF 1989 CHABOT Jean Luc , La doctrine sociale de l’Eglise, Que sais-je, PUF CLAIR, André, Droit, communauté, humanité, Cerf, 2000 DELSOL Chantal , Eloge de la singularité, La Table Ronde, 2000, La grande méprise, justice internationale, gouvernement mondial, guerre juste, La Table Ronde, 2004 DUMONT Louis, Essai sur l’individualisme, Seul, 1983 GAUCHET, Marcel, Le désenchantement du monde, Gallimard, 1985 ELIADE Mircéa Le sacré et le profane, coll. Folio Gallimard KOJEVE Alexandre, Esquisse d’une phénoménologie du droit, Gallimard, 1982 KOYRE Alexandre, Du monde clos à l’univers infini, coll. Tel, Gallimard RAWLS John Théorie de la justice, Seuil, 1987 RICOEUR Paul, le juste, Ed. Esprit, 1995, Le juste 2, Esprit , 2001 REVAULT D’ALLONNE ,Myriam, Le Dépérissent de la politique, Aubier, 1999 SCHMITT Carl, Théologie politique, Gallimard, WALZER Michael, Pluralisme et démocratie, Ed. Esprit, 1997, Sphères de justice, Seuil, 1998 III JURISTES ATIAS, Christian, Epistémologie du droit, Coll . Que sais-je BATIFFOL Henri, La philosophie du droit, Coll. Que sais-je

CARBONNIER Jean, Flexible droit, LGDG ,1992, Droit et passion du droit sous la Vème République, Flammarion, 1996
GARAPON Antoine, Bien juger ; essai sur le rituel judiciaire , Odile Jacob, 1997

Ed in Press. 1986 ROUBIER Paul. Dalloz. 1951 VILLEY Michel. Edition Shmuel Trigano. Bibliothèque de philosophie politique et juridique. 1986. Philosophie du droit. Dalloz.4 HAURIOU Maurice. Les sources bibliques des droits de l’homme . Critique de la pensée juridique moderne. de Kant à Lévinas Vrin 1990 MOURGEON Jacques Les droits de l’homme PUF 1990 . 1983. Le droit et les droits de l’homme . Ed Kisis Paris 2004 PONTON Lionel Philosophie et droits de l’homme. Paris 2000 De BENOIT Alain Au-delà des droits de l’homme . Caen. Théorie générale du droit. Aux sources du droit. Sirey. 1976 III AUTRES GOLDMANN Alain. défendre les libertés. PUF.

pourquoi ? Remarques de méthode . voire une nouvelle religion Triomphalisme éthique ? Les DH ont réponse à tout Le Christianisme et les droits de l’homme. ex la Colombie Un corpus de plus en plus abondant cf Les différentes générations de droits de l’homme La prétention de répondre à toutes les questions éthique que se posent les hommes Une philosophie du droit dominante: le droit est la mise en forme des droits . spécialement des étudiants venus de divers pays du monde entier Présentation du cours Droits de l’homme et humanisme . le subjectivisme juridique Une nouvelle morale. S’impose l’idée selon laquelle le bien de l’homme. Droits de l’homme et justice . le respect de la dignité passe nécessairement par les droits de l’homme Les droits de l’homme contre les violences . opposition ou hésitation . donc de niveau avancé * Qui ont le sens de l’engagement et pour moi la philosophie n’a vraiment de sens qu’en relation avec l’action * Etudiants provenant de divers horizons. Roumanie. M 2. Ukraine.5 INTRODUCTION Salutation Présentation de PM Intérêt de PM pour ce cours donné pour la 8 ème année et dont j’ai pu donner des extraits ou des variantes en plusieurs pays Colombie Pologne. un ralliement tardif . Madagascar Liban * Etudiants de deuxième cycle. Droits de l’homme et dignité .

Conférence de rentrée de JL Chabot) Spécialement ceux qui parmi sont en master pro et se préparent à des activités professionnelles. C’est en général le propre de toute approche spéculative. Vous cherchez l’efficacité en acquérant des moyens divers . d’une révélation religieuse ? 3) Les D<H sont ils les seuls ou les meilleurs moyens de travailler au respect de la dignité de la personne ? 4) Le DH ne peuvent-ils pas quelquefois desservir le bien de l’homme et le respect de sa dignité 5) N’y a –il pas d’autres moyens que les DH de travailler au bien de l’homme et au respect de la dignité de la personne ? Donc la philosophie peut éloigner de l’action. Spécialement en interrogeant sur les fondements de l’action . vous êtes déjà engagés dans la vie associative . même très jeunes. ce qui parait évident peut alors apparaître comme incertain Ainsi à partir de ces 5 questions 1) Les DH peuvent ils apparaître comme s’imposant par eux-mêmes ? Ne faut il pas les rapporter à un principe plus haut qui est le principe de la dignité ? 2) D’où vient le principe de dignité qui est à la base des DH ? de la nature. de la raison .6 Ce cours se présente comme approche critique qui pourra surprendre et déconcerter plusieurs d’entre vous (Cf. . certes ces études ont été choisies par vous notamment dans le cadre d’un projet et certains parmi vous savent très bien où ils iront où du moins veulent aller au terme de cette année d’étude . comme d’ailleurs toute approche théorique (en tant qu’elle se distingue de l’approche pratique) de la réalité . vous n’êtes pas sur le terrain . je m’en doute à partir de ce que je sais des étudiants des promotions précédentes. politiques. diplomates. vous avez choisi de mettre une distance avec le terrain. membres d’ONG etc En effet vous être disposés à vous engager au service des DH . telle qu’on peut déjà la trouver dans les sciences Par exemple en venant suivre des cours ici à l’IDHL. donc des connaissances en vue de l’action L’approche philosophique pourra vous déconcerter parce que elle a pour premier effet de mettre à distance de l’action. beaucoup parmi vous . juridiques ou associatives dans le domaine des DH (comme magistrats. .

le christianisme Alors là mettons d’emblée les choses au point * D’une part j’aurai souvent. peuvent trouver des éléments de solution dans une anthropologie héritée du christianisme . c'est-àdire que vous devez accepter de vous laisser surprendre. y compris par rapport à ce que vous considérez aujourd’hui comme évident et aussi ce que vous avez de plus cher .7 Mais il ne faut pas exclure le caractère aventureux de cette formation. Une autre remarque . qui se traduit notamment par le caractère illicite de la vente des organes * L’idée de dignité comme valeur absolue. d’où vient en droit français le refus de l’euthanasie Je ferai voir que bien des questions éthiques contemporaines. qui sont nouvelles et suscitent des discussions. ex sur les manipulations génétiques . comme l’occasion de mettre en évidence que l’origine des DH est à chercher dans cet évènement qui transformera durablement la culture de l’humanité. rien ne doit échapper à l’investigation critique . spécialement dans le mariage . De telle sorte qu’au bout de cette formation vous ne soyez plus tout à fait comme avant Bref vous devez accepter de vous laisser interroger et remettre en question. le problème du statut de l’embryon de la gestation pour le copte d’autrui Un autre pb : celui de l’évolution du droit de la famille : le problème du mariage homosexuel La critique m’a été faite par quelques uns des étudiants de mettre en question cette évidence : le mariage doit être ouvert aux personnes homosexuelles au nom de ces droits de l’homme fondamentaux que sont l’égalité et la liberté Pour le philosophe . rien ne va se soi . voire transformer . * le principe cher au droit français de l’indisponibilité du corps humain. Nous serons ici dans l’ordre de l’histoire des faits de culture (et donc en dehors de la foi religieuse) Ensuite ou montrera que bien des éléments de notre culture laïque sont d’origine chrétienne . j’ai remarqué dans les évaluations des années précédentes que beaucoup me reprochent que j’évoque trop souvent dans le cours. je prends trois exemples concernant des principes indiscutables * l’égalité et la liberté de l’homme et de la femme. à savoir la révélation biblique .

c'est-à-dire ouverts au débat et à la contestation . et ce que l’on prend pour ses idées personnelles n’est souvent que l’opinion . l’opinion doit être mise à l’épreuve . et bien. L’essentiel est encore ici qu’il puisse y avoir débat . aussi la critique du sociologisme juridique Quoiqu’il en soit mes propos demeureront toujours philosophiques . dans une université catholique de présenter et faire valoir le point de vue de l’Eglise Et puis il n’y a pas de vérité qui soit liée nécessairement à la nouveauté (néophilie contre misonéisme) CF.8 Et puis il n’est pas interdit. ou plus modestement vos propres idées. c’est à dire conduits par la raison . Et si vous devez vous forger votre propre philosophie. le meilleur moyen est que ce soit en réponse à celle des autres Enfin une dernière remarque : la philosophie surprend par son caractère paradoxal (paradoxe= ce qui est contraire à l’opinion) On a souvent comme pensée dominante un ensemble d’opinions c’est à dire d’idées que l’on tient pour évidentes et incontestables .

il convient. Plus gravement ces principes peuvent être aussi contestés dans leur légitimité théorique (cf des doctrines antihumanistes comme le nazisme). ce qui provoque une compréhensible indignation. mais aussi la tentation de verser dans l’exorcisme et l’incantation. et plutôt que de se voiler la face devant ce qui pourrait bien apparaître comme leur irréductible fragilité. de se demander *quel est le statut philosophique des droits de l’homme. avec courage et lucidité.9 Chapitre Premier LES DROITS DE L HOMME COMME EXPRESSION DE LA DIGNITE DE L’ HOMME Introduction On s’accorde volontiers aujourd’hui à reconnaître qu’un droit. . ils négligent souvent comme inutile le questionnement philosophique. Face à quoi l’on se contente souvent de s’indigner et de condamner moralement une telle mise en question. le respect inconditionnel qui leur est du. Ces principes. mais alors sans être capable de pouvoir argumenter en faveur d’un fondement. C’est que les militants des droits de l’homme veulent être efficaces . une politique tiennent leur plus ou moins grande légitimité de leur relation au corpus des droits de l’homme. Ce corpus. * à quel degré d’intelligibilité appartiennent les principes sur lesquels ils se fondent. on n’accepte guère de les voir mis en question. Reste que ces principes sont malheureusement bien souvent transgressés dans la pratique. de sorte qu’apparaît à leur égard une forme de vénération quasiment religieuse. Peut être aussi éprouvent-ils aussi comme une crainte de voir ébranlée la solidité de ces droits. l’idéal de fraternité universelle. procède de quelques principes simples : l’égalité en droit et en dignité de tous les hommes. * à quelle condition leur affirmation est possible. considérés comme évidents. Mais face au danger de voir contestée leur légitimité.

à partir de la jurisprudence. ou. lorsque. c’est pour le discours des droits de l’homme l’inscrire en cet évènement qui précède toute existence particulière et contingente. si la naissance est bien un évènement empirique qui prend place dans la nature et l’histoire. Certes la science a toute son importance pour l’éthique (ainsi que pour la politique) On peut alors repenser la signification de l’approche scientifique : il lui appartient de décrire. ce sur quoi porte la science. expliquer. Or. ce qui revient au même. dans leur aspect paradoxal. présentent un caractère surnaturel. lesquelles déterminent des inégalités. en deçà de la factualité. comme on l’a vu naguère avec les prétentions de la sociobiologie. il lui faut départager entre les plaideurs. Si en effet la science décrit. au nom des faits (l’inégalité) refuser les principes (l’égalité). Faudra-t-il alors affirmer que l’on vise ainsi. ce sont les faits et non les valeurs. préciser un cadre légal. en deçà de toute nature. Quant au droit. métaphysique ? *** Les hommes naissent libres et égaux en droits et en dignité Fonder l’égalité. lorsque l’égalité est présentée comme fondée sur la naissance. elle ne peut être donneuse de normes . Confer => qui se refere a] plus loin dimension métaphysique Signification de l’approche scientifique A vouloir fonder par la science le principe d’égalité et de dignité. que faut-il entendre par ce terme ? L’histoire et la sociologie ne montrent-elles pas à l’évidence que la naissance détermine une indéniable inégalité factuelle ? Il faut ici dénoncer la tendance généreuse. et. dans les procès et donc les cas litigieux. on s’expose à ce que les principes soient eux-mêmes menacés par une tentative d’établir scientifiquement une morale inégalitaire. en vue de permettre à l’exigence éthique de . explique. voir comprend.10 Plus précisément. mais peu réaliste. à propos de l’embryon. il lui appartient d’abord. à la notion d’inégalité. de donner des réponses pratiques. à vouloir substituer. La distinction entre fait et valeur permet alors d’éviter ce double écueil : au nom du principe (l’égalité) ignorer les faits (l’inégalité) . celle de différence. à savoir la naissance. ne faut-il pas la comprendre. de toute histoire. une nature ? Mais est-ce avec le concept de nature que l’on peut correctement fonder l’égalité ? Ne faut il pas alors considérer que les droits de l’homme. considérée comme politiquement incorrecte. comme ce par quoi l’homme procède d’une origine absolue ? Cf [lat.

la matérialisme historique de Marx est. dans une perspective réaliste et concrète. la fonction sociale On insiste ici sur la dimension concrète de l’homme . sur une sociologie et une économie indispensables C’est ainsi que. L’histoire entre pauvres et riches 1 Per sonare : sonner à travers . pour certains commentateurs (Par exemple Jean Lacroix). à comprendre comme relevant. • non pas d’une philosophie niant le rôle de l’esprit. race place dans la société Au delà des différences mais aussi des inégalités de fait liées à la nature et à l’histoire Rappel : nature et histoire sont facteurs d’inégalités La nature détermine des inégalités entre malades et bien portants. ingénu etc la différence entre homme femme un statut social : maître serviteur. concrète Dimension concrète Origine du concept de personne persona en latin = le masque du comédien qui offre comme un porte voix1 et permet au spectateur de reconnaître un type humain un rôle. plusieurs personnes et ceci en fonction de la nature (sexe. Avare. s’appuie. âge) ou de l’histoire (richesse pauvreté) Ensuite on parlera des personnes pour désigner les humains au-delà de leurs différences d’où la dimension abstraite de la personne Aujourd’hui on pense les personnes abstraction faite de leur sexe. nationalité. il existe plusieurs façons d’être humain . un caractère. âge. est-ce un simple jeu de mot que l’on peut reconstituer après coup depuis un mot d’origine étrusque ? . au départ. l’âge : jeune vieux cf le personnage de théâtre et par là le rôle. La double dimension de la personne : abstraite. au-delà du formalisme et de l’abstraction de la première génération des droits de l’homme. la deuxième.11 connaître ce sur quoi elle doit faire porter son action pour le changer : c’est ainsi que. • mais d’un choix méthodologique : l’action politique doit être servie par une véritable science du politique et l’économie : l’efficacité suppose une bonne connaissance de la réalité à laquelle on a affaire. celle des droits sociaux.

négliger la dimension personnelle . un homosexuels. ex l’appendicite de la chambre 13 et non pas Monsieur ou Madame Untel Le souci du bien concret des personnes : les droits de la seconde et troisième générations Respecter les personnes. c’est bien à mon insu » » Joseph de Maistre. un handicapé. les états. en avoir le souci. que de la dimension abstraite. les besoins. sans quoi il y a injustice Ainsi en éducation ou en matière de santé *ne tenir compte. une prostituée etc dans leurs Contre cette tentation il convient de veiller à policer son langage : ne dites pas un handicapé mais une personne handicapée Ou mieux une personne en situation de handicap Tension entre les deux dimensions Le refus de la dimension abstraite et la volonté de privilégier la dimension concrète cf Joseph de Maistre) « Il n’y a point d’homme dans le monde. je déclare ne l’avoir jamais rencontré de ma vie . s’il existe. La justice exige que l’on agisse de façon appropriées.12 Malheureusement. J’ai vu dans ma vie des Français. au nom de l’égalité des personnes. c’est ne pas prendre en compte les besoins spécifiques de l’enfant. adaptée On pourrait parler de justice réparatrice . avoir le souci de la justice ne peut se réduire à considérer la dimension abstraite au nom de laquelle on affirme l’égalité Il faut prendre en compte les situations concrètes . des Italiens. un sourd un aveugle un noir. Je sais même grâce à Montesquieu qu l’on peut être persan . les situations (les fameuse étiquettes) c’est une femme. Œuvres I p 78 Vitte Lyon 1884 (cité par A Finkielkraut La défaite de la pensée) NB Il faut tenir les deux dimensions. en particuliers les souffrances. c’est donc ne pas agir comme un bon professionnel * inversement ne tenir compte que de la situation spécifique c’est. mai quand à l’homme. des Russes . nous avons tendance à enfermer les être humains déterminations . du malade . telle qu’elle guette le professionnel. dans une approche hyper technique.

le sens de la justice qui requiert à la fois le souci de respecter des principes transcendants. ci-dessus à propos de la dimension concrète de la personne (ex personnes saine et personnes malades) Egalité de droit : égalité entre les personnes. en tant qu’elles sont marquées par l’inégalité. aussi les véhicules prioritaires Tel est. comme on l’a déjà dit. de prendre en compte les situations concrètes. La dignité comme valeur absolue Deux sortes de valeurs Conditionnelle ou Relative : du latin refero : rapporter à Relatum=. dites des droits économiques et sociaux. spécialement dans les métiers qui ont affaire à l’humain (éducation. La doctrine des droits de l’homme. spécialement celui de l’égale dignité des hommes. abstraction faite de leur état . n’est donc vraiment intelligible qu’à la condition d’être comprise comme relevant d’une exigence éthique et qui en fait voir le caractère proprement métaphysique. cf. égalité de droits. la justice distributive selon Aristote . et.13 A partir de la critique faite par Marx d’une inégalité abstraite. dans son désir d’efficacité. les personnes âgées . détacher de Absolutum= détaché de . on a l’origine des droits de la seconde génération. les enfants etc Cf aujourd’hui la notion de discrimination positive Le souci de la justice doit prendre en copte ces deux dimensions. cf. ci-dessous égalité métaphysique Inégalité statutaire . travail social. des gratifications qu’elle peut apporter Inversement la valeur absolue est indépendante de tout intérêt. dépendant de Inconditionnelle ou Absolue : du latin absolvo . en fait trois point de vue différents Inégalité factuelle : cf. qui habituellement présente les principes sur lesquels ils se fondent comme inscrits dans la nature. indépendant de Relatif = conditionnel Absolu= inconditionnel De quoi dépend une valeur relative ? Réponse : de l’intérêt que l’on accorde à une chose . inégalité statutaire Trois affirmation non contradictoires . ceux qui sont communs à tous * les besoins propres à telle ou telle catégorie d’homme par ex les malades. cf. ex le respect particulier du au magistrat devant lequel on se lève au début de l’audience . santé) Inégalité factuelle. qui prend en compte * les besoins fondamentaux des hommes. de toute gratification .

dans le monde économique . on peut mépriser celui que l’on na adorédont on a fait grand cas NB Dans la famille aussi on peut réduire autrui au statut de moyen . qui peut bien tendre vers Zéro . handicapée. conditionnelle. s’il n’est pas immoral d’attendre d’un conjoint du bonheur.14 La valeur de la personne doit être considérée comme absolue. la personne est ce dont la valeur est absolue La personne comme totalité . inconditionnelle D’où l’impératif moral selon Kant « Agis toujours de telle sorte que tu considères l’humanité en toi et en la personne d’autrui jamais simplement comme un moyen mais toujours en même temps comme une fin » In Fondement de la métaphysique des mœurs Distinction entre MOYEN: ce qui a une valeur relative et qui est le prix FIN ce qui a une valeur absolue : la dignité La formule de Kant est d’une grande prudence Il n’est pas immoral que les personnes puissent être considérées comme des moyens. l’entreprise en particulier (cf le salaire qui est variable selon la compétence) . cf aussi dans l’école l’enseignant plus ou moins apprécié de ses étudiants Ce qui est immoral c’est de réduire la personne au statut de moyen. ou du moins s’il faut lui donner plus qu’on ne reçoit de lui ou encore si l’on rencontre quelqu’un qui semble devoir nous rendre plus heureux Idem par rapport à l’enfant ou encore ses parents vieillissants A contrario le sens de la fidélité et de l’engagement dans le mariage Cf la formule populaire : pour le meilleur et pour le pire (–Pour E Sullerot on se met aujourd’hui en couple pour le meilleur et sans le pire)) La distinction entre les personnes et les choses Découle de ce qui précède : la chose est ce qui n’a de valeur que relative. qui peut être utilisée. mourante C’est le respect qui s’oppose au mépris (le mépris n’est que le dernier échelon dans la réduction de la valeur au prix . ce qui est immoral c’est de le laisser tomber s’il n’apporte plus ce bonheur. par exemple quand la personne est malade. à n’avoir qu’une valeur relative. c’est à dire considérée comme un simple moyen .

de dépendance) Critique : Qu’une personne puisse effectivement éprouver le sentiment que sa vie est indigne parce que ses capacités sont gravement diminuées et qu’elle est sous la dépendance d’autrui pour les besoins les plus quotidiens (perte d’autonomie) . c’est accréditer cette idée selon laquelle la dignité connaît du plus ou du moins . on peut le comprendre. en fait ce qui est mis en avant c’est la liberté de la personne qui demande à mourir face à une dignité qui se dégrade. pas plus que sa dignité. *il est proprement métaphysique (éthico métaphysique) Il existe donc une dimension ontologique radicale de la personne à penser en deçà de tout ce que la science peut saisir en terme de plus ou de moins et qui donc se quantifie Application : le statut de l’embryon On peut ici réfléchir aux impasses auxquelles conduit aujourd’hui la prétention de demander à la science ce qu’il en est du statut de l’embryon : est-il ou non une personne ? Sur le statut ontologique de l’embryon (personne ou pas) se pose une question proprement métaphysique dont la solution décisive ne peut évidemment relever de la biologie comme science Reste que ce qui est certain c’est que l’embryon humain est a fortiori. ne se divise . du psychisme à l’autonomie et L’indignité est liée à la dégradation du corps par le fait du handicap. cela est infiniment respectable Mais il faut faire les restrictions suivantes : • Une chose est la parole de la personne souffrante. va se dégrader. s’est gravement dégradée • Accéder à la demande de la personne souffrante qui demande qu’on l’aide à mettre fin à sa vie.15 La personne. donc du point de vue ontologique à situer quelque part entre la personne et la chose Complément : mourir dans la dignité Le débat autour de la fin de vie et le problème de l’euthanasie La position de l’ADMD (Association pour le droit de mourir dans la dignité) : la dignité est liée au bon état du corps. on n’est pas plus ou moins une personne Ce concept * n’appartient pas au registre de la science (biologie. comme le foie humain. sociologie. mais alors il s’agite de mourir avant que le dignité ne soit affectée . autre chose est le discours théorique qui revient à reconnaître que la dignité connaît des variations . droit) . elle ne connaît pas de plus ou de moins . et considérer que sa vie ne mérite plus d’être vécue. un « être humain » . de la vieillesse (état grabataire. certes le discours de l’ADMD porte bien sur la mort dans la dignité .

même pour de bonnes raison. le fait de faire mourir bien. 1999. et donc le refus de la vente du corps et conséquence du refus de vendre la personne . mais la conduite. témoigner de quoi ? « : pour moi.16 • Au contraire là où la personne affirme que sa vie ne mérite plus d’être vécue peut s’imposer l’exigence de témoigner (exigence pour la famille. ? Dimension corporelle de la personne Conception à distinguer de celle de caractère platonicien ou cartésien qui séparent l’âme et le corps. ce qui n’est pas rien et qui peut laisser penser que . dans une décision de 1995 en confirmant le caractère illicite de cette pratique parce que contraire à l’ordre public :la loi limite le principe de liberté à quoi on voudrait ramener le principe de dignité Référence Bernard Edelmann La personne en danger. c’est un meurtre On peut cependant concevoir l’expression de façon moins dure : donner une bonne mort Mais alors qu’est ce que la bonne mort ? Une mort sans souffrance ? Une mort inconsciente ?dans le dénuement ? ou bien une mort avant et dans laquelle on est entouré par l’amour des siens. je te le montre par le fait que je reste auprès de toi » Il s’agit évidemment ici non pas d’une argumentation mais d’un témoignage. mais attention il pourrait être tentant de prétendre louer le corps d’une personne sans que cette personne ne soit affectée comme personne . selon laquelle l’essence de l’homme c’est son âme (conception au demeurant qui n’est pas dénuée de grandeur et aussi d’intérêt philosophique : cf en particulier les enjeux éthiques présentés dans l’Alcibiade de Platon Partons d’un principe du droit français (jusqu’à quand sera-t-il reconnu comme légitime ?) Indisponibilité du corps humain et de ses parties Le corps ne peut être vendu : le corps vivant d’abord évidemment : D’où le rejet de l’esclavage (qui subsiste encore de nos jours) (il est vrai que dans le rejet de l’esclavage c’est la vente de la personne qui est refusée) . en l’occurrence la simple présence…aimante C’est la philosophie des soins palliatifs NB euthanasie : de eu thanatos : bonne mart Euthanasier : de eu-thanateuein. pour nous tu as autant de valeur que lorsque tu étais en bonne santé . pour le personnel soignant . Thanateuein c’est faire mourir. p 511 NB un premier arrêté avait été pris contre le lancer de nain cpar la commune de Morsang sur Orge . PUF. et encore qui ne passe pas par les mots. . cf cidessous la question de la prostitution Cf le cas d’école « le lancer de nains » Le Conseil d’Etat donne raison à la ville d’Aix en Provence.

quelque part entre la personne et la chose. on a là des « êtres » qui certes ne sont pas des personnes. lequel résiste de façon intempestive contre la tendance galopante à la marchandisation. * des êtres qui ne sont ni des personnes ni de simples choses. on notera que si l’on peut douter du caractère personnel de l’embryon ou du fœtus.17 A noter que le corps mort (le cadavre) ne peut être non plus objet de transactions financières Entre les personnes et les choses des êtres au statut ontologique particulier Mais il y a plus subtil : sans être sujets de droit. (séparation entre sujets de droits et objets de droit) Tel est le fondement philosophique de ce principe cher au droit français . elles ne peuvent être vendues. Le principe d’indisponibilité du corps s’applique aussi aux parties du corps (organes . mais qui pour autant ne sont pas des choses et qui doivent se voir reconnaître un statut ontologique spécial et qui comme l’embryon doit bien être considéré comme « être humain » Application dans le domaine de la sexualité : le corps ne peut être un moyen il en va de même pour le cadavre. organes ou fluides du corps humain : bras. et par conséquent ni simplement sujets ou objets : *c’est le cas des membres. ce qui apparaît comme une façon pertinente de nous faire sortir du dualisme juridico-ontologique. du moins en droit français . fluides) . membres . je précise humain. peuvent et doivent être aussi objets pour le droit. celui de l’indisponibilité du corps humain. et donc recevoir éventuellement un statut juridique. elle même liée au principe de liberté . on ne peut nier que l’on ait affaire à un être humain La question de la prostitution Introduisons la question de la sexualité par le cas de la prostitution . foie ou sang . Le statut juridique ne peut pas ne pas être pensé ici comme significatif d’un statut ontologique spécial .

ne peut pas ne pas affecter la personne prostituée en profondeur. et pourtant on dit que la personne prostituée se vend . souvent par la violence : le viol (souvent collectif) et ensuite l’alcool et différentes drogues . plus précisément son sexe . au sens que donne à ce terme l’anthologique religieuse. Il faut ici. on pourrait donc dire que l’on vend ses charmes et pour cela que l’on ne fait que louer son corps. spécialement dans la sexualité . à savoir L’anthropologie chrétienne du corps et de la sexualité CF Xavier Lacroix « Le christianisme méprise-t-il le corps » in L’avenir c’ est l’autre . on ne peut donc ni le vendre ni même le louer . il est seulement loué . c'est-à-dire dans la totalité de leur être .18 Que penser du contrat entre le client et la personne prostituée ? en droit français (CF Guy Raymond. une lustration. d’où après le rapport la nécessité d’ une toilette. p102-103) un tel contrat est illicite au nom du principe de l’indisponibilité du corps : mais pourquoi ? on dira en effet que dans la prostitution le corps n’est pas vendu . on ne vend que ses charmes . dont le but est manifestement plus qu’hygiénique : c’est. recourir à une démarche de type phénoménologique (méthode qui vise à découvrir le sens dans l’observation de la réalité dans ses aspects les plus concrets) La relation sexuelle. Dix conférences sur la famille. Cerf. et ne vend-on pas sa force de travail ? et ne loue-t-on pas ses bras . d’un point de vue éthique. du fait de son caractère objectivement intime. 2000 Dégageons l’intuition centrale de cette conception de la sexualité : la relation sexuelle est une relation de corps à corps à corps tellement intime qu’elle ne saurait pas ne pas être en même temps relation intime entre les personnes elles mêmes . Ombres et lumières sur la famille Bayard Edition 1999. pour comprendre. dans l’intimité de son être D’ailleurs on n’entre que très rarement librement en prostitution et de puissantes inhibitions doivent être levées . pourquoi ? Il faut ici essayer de comprendre : d’abord le corps n’est pas du domaine de l’avoir . une purification dont le but est d’effacer une souillure qui affecte a personne au plus profond de son être Le corps selon l’anthropologie chrétienne Ce n’est pas seulement dans la prostitution que l’on peut. C’est que la personne prostituée voit son corps souillé . mettre en cause le caractère illégitime de certaines formes de relation sexuelles Il faut ici évoquer ce qui est à la racine de l’interdit de la prostitution et en général du principe de l’indisponibilité du corps .

le Christianisme ne méprise pas le corps . le mariage n’est valide qu’à la condition d’être ratum (du latin reor qui veut dire échanger des consentements) et consumatum NB Comment ne pas voir aussi que . Lacroix : « on ne pénètre réellement un être qu’en épousant l’axe central de sa vocation humaine » 2) Inversement pas de relation intime et totale entre des personnes qui ne passe par la relation sexuelle . mais concerne la personne humaine dans ce qu’elle a de plus intime. c’est penser la naissance en dehors du temps. c’est le sens donné par le droit canonique à la copula carnis . c’est le sens du mariage . bien au contraire . La donation physique serait un mensonge si elle n’était le signe et le fruit d’une donation personnelle totale » cf aussi le philosophe libanais René Habachi cité par X. Temps de la nature .19 D’où deux conséquences 1) Une relation sexuelle qui prétend ne pas être relation intime et totale entre les personnes est comme un mensonge XL cite ici Jean Paul II dans Familiaris Consortio 1981 § 11 « La sexualité par laquelle l’homme et la femme se donnent l’un à l’autre n’est pas quelque chose de purement biologique. c’est le Christianisme qui dégage comme condition essentielle du mariage les exigences de liberté et d’égalité entre les époux Liberté : refus des mariages forcés Egalité : refus de la polygamie : la pointe de l’argument est dégagée par Kant ( La Doctrine du droit ) en ces termes il ne peut y avoir égalité et réciprocité entre une épouse qui se donne en totalité et un époux qui ne se donne qu’en partie Non. Elle ne se réalise de façon vraiment humaine que si elle est partie intégrante de l’amour dans lequel l’homme et la femme s’engagent entièrement l’un vis à vie de l’autre jusqu’à la mort. il se veut relation intime et totale entre les personnes . tout en insistant sur l’exigence de totalité. il considère • que le corps n’est pas du domaine de l’avoir • on ne peut considérer le corps comme une chose que l’on vend ou même que l’on prête • certaines façons d’utiliser le corps ne peuvent pas ne pas affecter la personne tout entière jusque dans son intimité • le corps ne peut être utilisé comme moyen sans que la personne ne le soit aussi • par le corps nous sommes engagés en totalité • Nous ne pouvons être engagés en totalité sans l’être en même temps par le corps Dimension métaphysique des DH Affirmer l’égalité à la naissance. alors il ne peut être valide si l’un des conjoints se refuse à la relation sexuelle .

qu’elle ne peut être que reçue . et que le Christianisme identifie comme paternité . comme irréductible à la dimension temporelle de la génération. Mais alors l’égalité dans la fraternité ne peut se comprendre qu’à la condition de penser pour tous les hommes une même origine. en tant que personne. mais qui pourrait bientôt être considéré comme politiquement incorrect et supprimé en tant que « puant » la métaphysique et la théologie (cf.20 Temps de l’histoire Au-delà = meta de la nature = phusis c’est plus précisément la penser au-delà de la catégorie. biologie. . les cultures. c’est à cette condition seulement que l’idée d’égalité conduit à celle de fraternité. Y a-t-il alors une contradiction à affirmer. de la famille ou de la race. l’enfant devient alors objet de droit parmi d’autres Noter alors que si l’on veut bien comprendre l’idée de fécondité. de la génération. tant biologique qu’historique. qui passe par les familles. comme création C’est à cette condition seulement que peuvent et doivent être relativisées les médiations de la terre ou du sang. qu’elle détermine à la fois l’égalité et l’inégalité? Non . qui est au-delà de toute temporalité. L’idée de procréation Terme encore en usage en droit. à propos de la naissance. c’est ainsi qu’il faut comprendre les échecs biologiquement inexplicables de certains essais de PMA A cet égard cf cette boutade de Françoise Dolto dont nous avons fêté en 2008 le centième anniversaire de la naissance: « vous voulez faire des enfants . c’est alors la penser du point de vue de l’éternité. les différents groupes sociaux . il faut considérer que la vie ne peut être produite. il suffit pour cela de distinguer deux façons de considérer la naissance . le positivisme d’AC) pour être remplacé par reproduction ou pire fabrication : Ne dit on pas dans le langage courant que l’on fait des enfants ? A noter dans ce cas que l’on peut bien justifier la revendication d’un droit à l’enfant . les enfants ne se laissent pas faire » Alors que signifie procréation ? Non pas création pour Mais Processus par lequel une création a lieu Action pour. en faveur de la création Considérer la naissance d’un être humain.

elle est alors totale. * Du point de vue phénoménal. que d’un point de vue nouménal . au delà de toute nature. de toute temporalité. . s’il n’y pas de connaissance possible dans ce domaine comme on connaît la nature. absolue. entre ces deux points de vue que sont le phénoménal et le nouménal. ce qui revient chez Kant à celui de l’espace et du temps. la naissance détermine des inégalités . cf la célèbre distinction kantienne entre connaître et penser On peut ainsi justifier. qui est question pour la science . * Mais alors l’égalité dans la naissance ne s’affirme. etc Et si la raison ne peut apporter de réponse. porte sur la réalité en soi . spécialement pour la raison . mettre à distance) . La personne comme mystère Cf cette expression chez Gabriel Marcel : mystère à distinguer de problème (du grec pro-ballô= jeter devant soi. ce qui entraîne en particulier le refus de la liberté et aussi plus radicalement de toute dimension spirituelle en l’homme (variante : scientisme pratique : conception selon laquelle les techniques issues de la science pourront permettre de résoudre toutes les questions pratiques que les hommes se posent . le bonheur.21 On peut suivre ici la distinction kantienne. et c’est ce que peut et doit sans complaisance décrire. Ex :comment être heureux Positivisme : Conception selon laquelle seules les questions auxquelles la science peut répondre sont dignes d’intérêt. l’existence de Dieu. la souffrance. qui est très précieuse dans sa simplicité. la mort. c’est ainsi que l’on n’est pas plus ou moins une personne. et cependant la philosophie considère qu’elle peut être posée par la raison . ainsi le déterminisme et même le matérialisme pourra apparaître comme vérité sur la réalité. le terme revient à objet (même étymologie d’après le latin) Le mystère est une question qui ne peut être résolue par la science . . au-delà de la connaissance de la nature qui revient à la physique (sciences physiques) la métaphysique et pourquoi pas des réponses qui viendraient de la religion On notera deux façons de disqualifier religion (théologie) et métaphysique Scientisme et positivisme Scientisme : conception selon laquelle la science pourra tôt ou tard répondre à toutes les questions que se pose l’homme par exemple :qu’est-ce que le mal ? Ou bien conception selon laquelle le discours de la science offre une vérité absolue. que c’est une question légitime (ex sur la vie. la dignité. expliquer la science. sans restriction . la raison est néanmoins capable de penser .

mais il faut considérer en lui une dimension ontologique radicale . les animaux les végétaux . T1 p 12O c’est l’origine de la conception des DH opposables à ceux de l’Etat « Les païens ont pu dénoncer dans le judéo christianisme une force de dissolution de la communauté civile. » La supériorité sur le monde et les communautés politiques De l’inspiration biblique découle aussi la conception de L’homme contre l’Etat La capacité de résister contre le monde Non seulement l’homme ne tient pas le sens de sa vie du monde. Saint Augustin l’a montré dans la Cite de Dieu : chaque chrétien n’est lié à l’Empire que de façon précaire. Villey poursuit : pour Saint Thomas d’Aquin . incertaine. il ne dépend pas dans son être des autres êtres : le monde . inorganique » M. plus encore il est en droit de résister contre lui Cf MVilley Philosophie du Droit. ni homme ni femme…. mais à la volonté de Dieu dont il tient directement le sens de sa vie Complément : dépendant tous d’un même père les hommes sont frères .22 Or une approche critique de la science (à la façon de Kant) fait apparaître que * La science ne répond qu’aux questions qu’elle peut poser * la science ne pose que les questions auxquelles elle peut répondre Et ces questions sont précisément des problèmes . et qui cependant intéressent la raison. qui ne peut lui venir du monde . en particulier biologique. l’homme est à l’ image de Dieu De la même façon et par voie de conséquence ce à quoi il doit obéir ce n’est pas au monde. Avec l’Evangile une partie essentielle de l’individu échappe à l’emprise de la cité. ni homme libre ni esclave. fraternité universelle : Paul aux Corinthiens 2 : « Il n’y a plus ni juif ni grec. de la nature ou du cosmos en général Certes il partage avec les autres êtres la dimension matérielle. parce qu’il ressent beaucoup plus son appartenance à la Cité supra terrestre et intemporelle. laquelle peut cherche dés réponses dans la philosophie et aussi la religion Origine biblique de l’idée de dignité cf ci-dessous chapitre IV Rappel méthodologique : on est ici dans l’ordre de l’histoire de la religion comme fait de culture et non pas dans celui de la foi religieuse L’idée de création : L’homme est directement créé par Dieu . la dimension personnelle. il faut donc affirmer qu’il y a des questions qui ne sont pas des problèmes.

Les droits de l’homme. 2008 CF aussi la dissidence en Ex URSS avec Soljenitsyne ∗∗∗ Conclusion de la première partie L’engagement moral et politique en faveur de l’égalité entre les hommes n’implique heureusement pas de théorie philosophique préalable. en tant qu’ils concourent au respect de la dignité de la personne. ce que nous découvrons dans l’exigence de respecter l’égale dignité de tous les hommes est proprement mystérieux. Loin d’être en face d’une évidence qui devrait être l’objet d’une affirmation dogmatique. leur irréductible fragilité. fût-elle celle de l’homme. Talandier. avec le caractère paradoxal et intempestif des exigences des droits de l’homme. Mais face aux prétentions de ce qu’on pourrait appeler un humanisme triomphant.23 *le chrétien dans sa vie spirituelle cesse d’être partie de l’organisation politique * il est une fin supérieure aux fins temporelle de l’Etat : sa personne transcende l’Etat Et M. Lettres et carnets. et les assauts possibles de l’ antihumanisme il faut reconnaître. Et d’ailleurs il convient de se réjouir de ce que les principes généraux des droits de l'homme soient l’objet d’un réel consensus dans la culture contemporaine. de notre capacité de témoigner . Villey conclut : c’est le germe des libertés opposables à l’Etat et des futurs droits de l’homme On peut ainsi comprendre le sens de l’opposition de l’Eglise par rapport au divorce des rois pour cause de stérilité (supposée) de la femme : la femme est une personne. S’il y a une vérité elle dépend de notre engagement. Il convient en effet d’être réaliste : nous sommes en face d’une exigence morale qu’il serait difficile de considérer comme s’inscrivant simplement dans la nature. de sorte qu’ agir en faveur des droits de l’homme ne peut être la simple application d’une vérité découverte par la raison spéculative . relèvent d’un autre point de vue. c'est-à-dire une fin en soi et non pas d’abord un moyen de fournir une succession à la famille royale donc à l’Etat Sur l’idée de résistance CF la Rose Blanche : Hans et Sophie Scholl Hans et Sophie Scholl .

24

ce qui requiert bien ici comme une foi, une foi morale. Retour au début du chapitre C’est en ce sens qu’il faut comprendre l’article premier de la « Déclaration universelle des droits de l’homme »: tous les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droits. De la naissance, il est ici question d’un point de vue, non pas naturel, encore moins historique, mais proprement métaphysique ; Cela signifie que si la naissance est un événement qui a lieu dans le temps et qui est comme tel marqué par l’inégalité, l’égalité suppose que la raison puisse penser, pour tous les hommes, en dehors du temps, une commune origine d’où ils puissent tenir l’essentiel de leur être, à savoir la dignité ; cette essence commune a même permis de parler entre eux de fraternité. Nommer, au lieu même de cette origine, un père, relève alors proprement d’un autre discours, qui est celui de la foi religieuse. Transition Au-delà de la question du fondement des droits de l’homme se pose alors une autre question qui porte sur leur application et qui concerne la philosophie juridique et politique : on peut se demander, avec Burke, si, « métaphysiquement vrais », les droits de l’homme ne seraient pas « moralement et politiquement faux » 2. Est-il en effet souhaitable que le droit et la politique s’alignent directement, ponctuellement, minutieusement sur les droits de l’homme ? Mais il y a plus : ne risquerait-on pas ainsi, oublieux du caractère essentiellement éthique, prophétique, et finalement critique des droits de l’homme, de refuser l’histoire et ses lenteurs, et de croire imminente la réalisation d’une communauté éthique ou d’un royaume de Dieu sur terre ? Ces questions seront examinées dans le chapitre III En attendant et pour préparer ce chapitre III qui sera consacré à mettre en évidence la caractère incontournable des médiations juridiques et politiques, il nous faut faire voir en quoi la doctrine des DH peut être insuffisante par rapport au but qui est la dignité de l’homme ; et même peut être contre productive

2

Edmont BURKE , Réflexions sur la révolution de France, Hachette, Collection pluriel, 1989, p 78

25

Chapitre II CRITIQUE DU SUBJECTIVISME JURIDIQUE Insuffisance des Droits de l’homme

Introduction On ne saurait douter du fait que le but fondamental de toute société est de viser le bien des personnes. C’est ce que reconnaissent heureusement tous les humanistes et en particulier tous ceux qui sont engagés au service de la défense et de la promotion des droits de l’homme. Se pose alors la question de savoir par quels moyens ce but doit être poursuivi. ? . La philosophie ne se contente jamais d’évidences ; Elle ne cesse de s’interroger et de chercher, tel le géologue avec son marteau selon Nietzsche, ce qui se tient à des niveaux inférieurs pour en éprouver sans préjugé la solidité, quitte à ce que cette interrogation puisse affecter peu ou prou l’action. Il s’agit ici de s’interroger sur les moyens que sont les droits de l’homme par rapport au but poursuivi, et dégagés dans le chapitre I à savoir, le bien de la personne et sa dignité Il faut donc constater que de nos jours, les droits de l’homme se présentent comme moyens incontournables de réaliser le bien et travailler au respect de sa dignité ; à tel point que sont devenus quasiment synonymes, comme on le voit souvent dans les rubriques de la presse les deux expressions :

26 *bien (ou dignité) de la personne *et droits de l’homme. Cette équivalence est loin d’aller de soi, Il n’est pas évident que le bien de la personne et le respect de sa dignité passent nécessairement par la défense de ses droits Plus généralement du point de vue de la philosophie du droit, il n’est pas évident que le droit ne doive être que la mise en forme des droits des sujets, Une telle affirmation reviendrait au SUBJECTIVISME. JURIDIQUE Question : 1) Le subjectivisme juridique qui marque la doctrine des droits de l’homme ne risque-t-il pas en effet de conduire à ce que soit quelquefois manqué et même perverti le but recherché, à savoir le bien ou la dignité de l’homme ? 2) Va-t-il en effet de soi que la défense et la promotion du bien des personnes passe nécessairement par celle de leurs droits ? Application – exemple Cette question se pose avec une particulière acuité pour les enfants : le bien des enfants passe-t-il nécessairement par la défense de leurs droits ? Du point de vue strictement juridique, on se demandera si le droit des mineurs (droit au singulier ; au sens objectif, c’est à dire du droit concernant les mineurs) ne doit être que la mise en forme des droits des mineurs (droits au pluriel, c’est à dire droits subjectif) . Ces questions s’imposent face à un texte fondateur comme la CIDE de 1989 (« Convention internationale pour les droits de l’enfant »), dans laquelle prévaut manifestement le subjectivisme juridique. Le subjectivisme juridique Définition Conception du droit selon laquelle le droit est mise en forme des droits, on peut préciser des individus (mais en fait pas seulement comme on le verra par la suite) ;

comme une limitation de son indépendance originelle » . ceci dit on peut bien considérer que l’insistance sur le devoir appartient aussi à la dimension subjective du droit : le sujet des obligations est aussi sujet de droit Reste que le subjectivisme juridique se manifeste bien d’abord par la revendication des droits Sur la critique des droits de l’homme comme simple pouvoir d’user voir d’abuser au détriment du souci de l’autre et plus encore de la collectivité cf la critique célèbre de Marx dans La Question Juive ce texte terrible. mais lucide : « Aucun des prétendus droits de l’homme ne dépasse (…) l’homme égoïste. pouvoir. pensé en dehors de toute communauté . uniquement préoccupé par son intérêt personnel et obéissant à son arbitraire privé. le bien de l’homme se présente d’abord comme celui de l’individu. nationalisme. replié sur lui même. collectivisme. (…). Hobbes : le jus omnium in omnia (droit de tous à touts choses) conception du droit dont les enfants ont manifestement très vite conscience A la limite c’est le droit d’user et même d’abuser. (…) c'est-à-dire l’individu séparé de la communauté. la désinence i sme) pousse à l’extrême la prise en compte de la dimension subjective du droit (cf. Il s’agit en fait des droits libertés C’est le droit comme permission.27 Remarque : Le subjectivisme juridique (cf. tel qu’il est lié au droit de propriété Il est vrai que les DDHC de la fin du XVIII ème siècle précisent que les droits des uns sont limités par ceux des autres Ex 1789 art 4 : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui : ainsi l’exercice de droit naturels de chaque homme n’a de borne que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits (…) » 1793 art 6 : « La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui » NB Noter le vieux problème de l’articulation entre droits et devoirs . on regrette aujourd’hui que l’on revendique ses droits plus que l’on n’accepte ses devoirs . etc) Il convient alors de décrire les droits de l’homme comme étant caractéristiques du subjectivisme juridique et ceci en revenant sur les différentes générations de DH Droits libertés Avec les droits de l’homme. La société apparaît comme un cadre extérieur à l’individu. licence Cf. communautarisme.

il faut alors préciser. en particulier lorsque nous élisons des représentants ? Sur Marx cf. cf Simone Weil. la famille. Ecrits de Londres. pour qu’ils puissent jouir de leurs droits . celle des droits politiques ou du citoyen. au logement. à la santé. la dimension subjective du droit se confirme . tel est le sens des droits de la première génération. habiter. qui. p. détailler toujours plus les besoins de l’homme pour les convertir en droits : droit au travail. déterminaient sa conduite. être en bonne santé etc.28 Collection 10/18. Les besoins Dans la deuxième génération des droits de l’homme. 1980 et l’Enracinement. p 18 à 30 : les besoins sont complexes comme on le voit dans les couple suivants où ils cohabitent. je précise : le droit est fait pour les individus. à la fois liés et en tension obéissance et liberté respect de la vérité et liberté d’expression . . on précise alors les droits subjectifs selon les besoins : travailler. dont l’Etat. N’est ce pas ainsi que nous concevons encore aujourd’hui le plus souvent la démocratie. en fait individu. ci dessous p l’individu se trouve ainsi le seul sujet de droit . Collection Folio. 1999. etc Or il n’est pas évident que les besoins doivent nécessairement être convertis en droits Sur la mise en question de la tentation de confondre besoins et droits. ensuite citoyen : et Marx de préciser : le citoyen est au service de l’homme égoïste . 39 D’abord homme. dite des droits sociaux et économiques. Gallimard. jusqu’alors. Gallimard. l’individu est au centre du droit Rappel : C’est au nom des droits qu’il s’agit de protéger l’individu contre les communautés. ou de vouloir convertir les besoins en droits.

résoudre le complexe par le simple C’et précisément le sens de la critique des DH par Burke Cf ce paradoxe (boutade) de Burke : « Les contraintes font partie au même titre que les libertés. p 78 . des droits de l’homme » (Réflexions sur la Révolution française collection pluriel. c'est-à-dire séparées. si les besoins se convertissent en droits. surtout lorsqu’il se manifeste par une souffrance . hétérogènes et qui sont exposées à entrer en conflit les unes contre les autres C’est prétendre ramener le complexe au simple .29 intimité et vie sociale sécurité et risque égalité et hiérarchie. pour reprendre la distinction célèbre d’Epicure. non naturels . alors il faut aussi compter parmi les droits des besoins qui ne sont pas considérés comme tels Alors on peut penser que par là Burke veut mettre en évidence le caractère excessif de la doctrine des DH A propos de Burke on peut rappeler que selon M Villey il revient à l’inspiration aristotélicienne. Critique de la pensée juridique Dalloz 1976. celle de la justice comme juste milieu (Cf. correspondent souvent à des désirs non nécessaires. Cette formule peut s’appliquer à l’éducation ou même à la vie politique Burke prend au mot les défenseurs des DH . et donc parfaitement artificiels (par exemple le droit à accéder aux services du Club Méditerranée) . à la limite on peut parler de droits caprices Groupes identitaires . il peut être un besoin réel dans une situation de détresse. spécialement lorsque se trouvent en jeu les droits d’autrui ou des exigences éthiques supérieures . en faire des quantités discrètes. peut-on parler pour autant d’un droit à l’avortement ? 2) Une autre critique peut être conduite : par rapport à la prétention de convertir les désirs en droits Ex le désir d’enfant. et pour autant convient-il de le convertir en droit à l’enfant? NB Par ailleurs les prétendus besoins. ainsi à propos de l’avortement . Chap VI « La philosophie du droit de Burke » NB 1) Autre réserve sur les droits besoins . vouloir convertir les besoins en droits c’est les isoler. il est infiniment respectable. tous les besoins ne sauraient être pris pour des droits.

ceux des pères ceux des grands parents. dans l’entreprise. à partir de là. ceux des femmes. les droits de l’homme se précisent et se particularisent selon les besoins propres à certaines catégories et groupes identitaires (différentes façons d’être homme) : Les femmes les enfants. à vrai dire tous les hommes dans leur vie peuvent être malades handicapés. dans ce qu’il est convenu d’appeler une hiérarchie. La famille par exemple Des minorités culturelles ou religieuses Droits des peuples à disposer d’eux mêmes L’exemple de la famille En ce qui concerne les communautés.30 A partir de là. les malades. immigrés . même si c’est au prix de la différence ou même de l’inégalité. avec la dimension subjective du droit. les handicapés. ces groupes identitaires. . sont déterminés en quelque sorte par « coupes » opérées à travers la société et les communautés. les travailleurs. . une quatrième génération de droits peut être repérée : sont pensés comme sujets de droit des êtres (réalités) humains non personnels : des institutions. des communautés. dont les intérêts sont présentés comme juxtaposés et finalement facilement en opposition . sont distingués dans la famille les droits des enfants. a pu s’imposer la notion de lutte des classes qui bat en brèche la conception traditionnelle des sociétés organiques. en fait des communautés dans lesquelles les intérêts des différents membres sont naturellement liés en un bien commun. C’est ainsi par exemple que. NB Il est évidemment intéressant de distinguer les besoins spécifiques de telle ou telle catégorie plus ou moins permanente . de la même façon. sont distingués les droits des travailleurs et ceux des propriétaires détenteurs du capital On voit bien alors comment. les immigrés les réfugiés etc. le meilleur exemple est celui de la famille comme on le voit dans la « Charte pontificale des droits de la famille » élaborée par le Saint Siège en 1983 . prisonniers etc Il faut alors remarquer que. à partir de cette logique subjectiviste du droit que l’on voit s’emballer.

si donc les hommes ont des droits. comme si c’était par les droits uniquement que l’on pouvait viser le bien de l’homme et la justice à laquelle il aspire D’où la dispersion de l’action : il faut tenir compte d’objectifs innombrables. Ceci peut aller jusqu’à la disqualification de l’idée de politique familiale. il faudrait alors spécifier les droits propres aux différentes familles * une famille n’est jamais que réunion transitoire et précaire d’individus qui sont seuls des sujets de droits . c'est-à-dire dont la famille serait bénéficiaire . tout désir nouveau (voire tel fantasme nouveau) donne lieu à l’invention de nouveaux droits. toute question pratique. c'est-à-dire dont les enfants seraient les bénéficiaires On peut parler d’une critique nominaliste de la famille Les droits de la nature La logique subjectiviste est alors poussée à l’extrême lorsque l’on en vient à considérer comme sujets de droit des êtres non humains : les animaux et plus radicalement la nature. comment alors énoncer les mêmes droits pour des familles différentes ? ce ne pourraient être les mêmes droits . ce projet a échoué. 1992 NB les défenseurs des droits des animaux dénoncent le spécisme (terme forgé selon le modèle de sexisme ou de racisme) : tendance pour une espèce à se considérer comme supérieure aux autres . On sort alors complètement de l’humanisme juridique Cf la critique des droits de la nature chez Luc FERRY. . Grasset. tout besoin nouveau. dont les enfants. au profit par exemple d’une politique de l’enfance. Le nouvel ordre écologique . l’arbre.31 Il faut ici remarquer qu’en 1994. cette raison s’est déclinée sous deux formes révélant un double point de vue nominaliste *la prise en compte de la diversité des formes de vie familiale fait qu’il n’y a pas la famille mais des familles . conflits entre les droits Prolifération :Les droits sont de plus en plus nombreux . l’action politique est ainsi incapable de penser les problèmes dans une perspective d’unité cohérence. l’homme. et ceci pour une raison principale : On a dit qu l’on ne pouvait parler de la famille . année internationale de la famille. le Saint Siège avait voulu transformer l’essai de 1983 (charte des droits de la famille) en se faisant le champion de la rédaction d’une déclaration internationale des droits de la famille . les animaux aussi ont des droits . l’animal. d’où le refus de penser la famille comme un être de droit et d’abord comme un être spécifique qui transcenderait les membres de la famille. On voit à quel égalitarisme peut conduire le subjectivisme juridique tel qu’il se manifeste dans la doctrine des droits de l’homme ! Prolifération des droits. ils ne sont pas les seuls êtres de droit .

droits des enfants et droits des parents. on est loin de la formule d’Aristote : l’homme est par nature un animal politique Nomophilie Cette tendance à penser le droit depuis les droits se confirme dans cette tendance qu’on peut appeler nomophilie ou panlégisme. mais plus encore un inévitable conflit entre eux conflit entre les droits * Conflit entre les droits besoins : ex droit à la liberté et droit à la sécurité Droit à la propriété et droit au logement * Conflit entre droits de certaines catégories d’hommes et d’autres Ex droit des propriétaire et droit des locataires . par ailleurs la vie sociale se présente comme le champ d’un affrontement perpétuel (cf. l’Evangile : accueillez les étrangers . sommés de donner raison tantôt aux uns. à la limite de la caricature : droits des chasseurs versus droits des animaux . tantôt aux autres . NB Pour la critique de cette tendance. c'est-à-dire la prétention de déterminer dans le détail par des lois de plus en plus précises et minutieuses ce qu’il faut faire pour respecter le bien de l’homme à partir de ses droits. droits des pêcheurs versus droits des poissons Une telle situation aggrave les difficultés de la tâche du politique et du législateur.32 de durée. ci dessus l’idée de lutte des classes) . aimez vos ennemis) se convertir en droit à la non discrimination . ou encore entre droit des mères et droits des pères * Conflit entre les droits des individus et les droits de communautés Ex : droits des personnes de la famille (enfant. ou encore entre droits des citoyens et droits de l’Etat (dont la sécurité) * Conflit entre les hommes et la nature Ex. femmes…) et droits de la famille . spécialement dans un souci de prévision Mais il y plus grave non seulement on observe un émiettement entre les droits. où l’on voit l’exigence éthique de non discrimination (cf. voir chez Michel Villey la distinction entre le droit (dimension immanente) et la loi (dimension transcendante) Le problème de la discrimination La place grandissante de la loi se voit de nos jours dans les lois contre la discrimination.

au don sans contrepartie (CF. les étrangers . on revient en quelque sorte à ce avec quoi les Lumières avaient voulu rompre. on a volontiers recours à la censure. c’est à dire depuis des droits de plus en plus minutieux. Mise en cause des communautés C’est ainsi que se trouvent mises en cause plusieurs instances par lesquelles le bien de l’homme était habituellement assuré : tout d’abord les communautés comme la famille. un nouveau catéchisme A force de vouloir préciser dans le détail. voici que l’obligation juridique détermine des devoir stricts. Droit et passion du droit sous la Vème République . à savoir les catéchismes moraux des religions traditionnelles . p 120 . les malades. l’Evangile : accueillez les pauvres . 1996. à la gratuité. en tant qu’elles peuvent être porteuses d’une sagesse comme celle des déontologies professionnelles . . tend à disqualifier celui des communautés concrètes. dans une conception religieuse de la morale on prétend définir minutieusement le bien et par là on tend à exclure toute discussion . la distinction entre devoirs stricts et devoir larges est précisée par KANT dans la Doctrine du droit Une nouvelle religion . là où s’imposait un devoir large. cf là encre Jean Carbonnier. ou même aimez vos ennemis . celui de l’Etat.de façon quasi inquisitoriale . cf. la façon d’agir en faveurs des personnes. le rôle de la HALDE (haut autorité pour la lutte contre les discriminations et l’exclusion) . laissant éventuellement la place à l’effusion du coeur. la doctrine des droits de l’homme impose une sorte de centralisme juridique qui se manifeste à deux niveaux : * d’une part le droit commun. comme de façon péjorative. ibidem p 120 Semblable à une religion d’Etat ou à une religion à prétention universelle. Sur la dénonciation du caractère religieux des droits de l’homme et de leur propension à devenir comme une religion d’Etat . alors appelé.33 le droit à la non discrimination engendrer un délit de discrimination . tend à s’imposer sans discussion au droit des Etats. voir ci dessous le développement sur justice et charité). droit interne. Cf Jean Carbonnier. Flammarion. *d’autre part le droit international. spécialement celui que l’on dit des droits de l’homme.

voire absente . J Lacroix considère que c’est à l’Etat en dernier ressort d’arbitrer pour reconnaître aux communautés la place qui leur revient Mise en cause des mœurs Les mœurs comme morale commune . chez les catholiques. 1995. la communauté est incontournable (cf. cf le commentaire donné de ces deux derniers ouvrages par Paul RICOEUR. Gallimard. les institutions les religions auxquelles se trouvent déniées toute sagesse. On retrouvera ultérieurement cette idée chez Michael WALZER. la morale de la communauté peut suppléer une conscience défaillante NB2 Les communautés doivent être considérées comme différentes et complémentaires. insiste sur le fait qu’il existe différents niveaux de juridicité ou de normativité cf Force et faiblesse de la famille. De la justification : les économies de la grandeur. p 148 . toute prudence. à la limite la communauté peut suppléer une foi chancelante . traditionnelle. 1957. ex dans la famille l’usage des sanctions Cf. A Defense of Pluralism and Equality. la conception du suicide selon Durkheim : on observe plus de suicides dans les pays protestants que catholiques . toute déontologie. quotidienne qui fait que chacun sait bien ordinairement comment il doit vivre . Edition Esprit.34 les professions. Spheres of Justice. l’adage : hors de l’Eglise point de salut ). NB 1 à ce propos cf. 1983 et aussi chez Luc BOLTANSKI et Laurent THEVENOT. 1991 . grand admirateur du droit en lequel il a d’abord été diplômé. le Juste I. aussi la coutume (voir son éloge chez Burke) Horace Quid leges sine moribus ? Que seraient les lois sans les moeurs ? . c’est que le protestantisme se méfie des communautés qui peuvent s’interposer entre le croyant et Dieu . même si quelquefois leurs intérêts peuvent être en tension voire en opposition : Le philosophe lyonnais Jean LACROIX. Basic Books.

était devenu proprement inhumain Cf une certaine disqualification de la famille dans la Convention internationale pour les droits de l’enfant Mise en cause des déontologies des métiers Etymologiquement réflexion sur ce qu’il faut faire . plus la république est corrompue (la pléthorede lois est cause de la corruption de la R) Mise en cause de l’éthique Ethique : dimension de l’engagement De la décision Du risque De la responsabilité Du tragique (cf. c’est sur la conscience et la capacité de discernement. personne malade. celui de l’environnement immédiat. manifestant etc Qui mieux que le professionnel (en corps) est en mesure de savoir ce qu’il faut faire face à telle situation concrète . CF. prisonnier.35 A quoi bon les lois si l’on ne pouvait d’abord compter sur les mœurs Avec la multiplication des lois tout se passe comme si le monde social. Paul Ricoeur) Les DH. connaissance perçue à travers l’action qui met en contact avec la réalité Mise en cause de la conscience Plus fondamentalement ce sur quoi il ne semble plus possible de compter. personne âgée. précisément d’après l’usage. la déontologie implique la connaissance d’une « matière ». corpus juridique ou moral ? Moral si l’on considère . handicapée. de jugement des hommes. immigré. Tacite Corruptissima republica plurimae leges A République très corrompue. dans l’exercice d’un métier. comme enfant. élève. pléthore de lois Ce qui peut s’interpréter de deux façons • On mesure la corruption de la république au nombre de lois posées • Plus il y a de lois. face à telle ou telle situation dans laquelle se trouve placé l’être humain. en particulier comme citoyens. réfugié. d’une réalité concrète.

en l’occurrence international qui s’impose à la législation des Etats Lesquels les traduisent en une pluralité de lois écrites de plus en plus nombreuses et visant à régler minutieusement le monde social jusque dans ses aspects les plus quotidiens Et de telle sorte que la transgression des lois ainsi mises en place est passible de sanctions CF. métaphysiquement vrais ils sont moralement et pratiquement faux . telle la règle de plomb de Lesbos. Livre V. 1989. c’est ainsi.36 la simplicité et le petit nombre des principes qui tournent autour de l’idée de dignité. dans la même page Burke dit des droits de l’homme que. p 78 . p 254 et suiv Michel Villey Critique de la pense juridique moderne Dalloz 1976 p 127 et suiv Transition . 14. de la prudence de Anglais . s’ils sont sur la nécessité pour la loi elle même de s’adapter à la réalité sociale. remarque Edmund Burke que les droits de l’homme sont comme des rayons lumineux qui ne peuvent pénétrer dans une matières trop opaque Sur la Révolution de France. coll Champs. doit s’adapter à la réalité (Ethique à Nicomaque. qui est rigide. à la différence de la règle de fer. ci dessous la disqualification de la charité Critique des DH par E Burke Les lois civiles doivent tenir compte de l’opacité de la réalité sociale. cf aussi Aristote : la loi civile. « critique de la raison nue » Eloge de la coutume : Vetustas pro lege habetur (l’ancienneté est reçue comme loi) Sur Burke Léo Strauss Droit naturel et histoire Flammarion. Hachette. 30) Autre texte : éloge de la coutume. tels qu’on l’observe dans les textes fondateurs dont la Déclaration de 1948 Le caractère universel( et éternel) des principes Ces principes peuvent être alors considérés comme méta-juridiques ou appartenant au droit naturel Juridique si l’on considère la prétention des DH à se constituer comme nouveau droit. 1137 b.

Du point de vue de la science et de la pratique du droit. à l’égard du bien de la personne humaine. selon le point de vue célèbre du mathématicien Henri Poincaré. la commodité. de la cosmologie des Alexandrins. Il convient alors. devient de plus en plus lourde et compliquée et qu’elle risque ainsi de ne plus répondre à cette exigence propre à toute théorie. pour le bien de la personne. comme au XVI ème siècle celle. géocentriste. d’envisager de procéder à une véritable révolution copernicienne : non plus penser le droit depuis les individus mais depuis une perspective proprement politique ayant pour but l’idée d’ordre social . conduit manifestement à des impasses et peut se présenter. comme contre-productive : les droits peuvent en effet faire obstacle au bien de l’homme. ou pourrait alors dire que cette théorie. comme dimension du subjectivisme juridique. qui est.37 La doctrine des droits de l’homme. qui revient à vouloir penser le droit comme la simple mise en forme des droits.

non pas les droits de sujets. mais la réalité sociale dans son ensemble qu’il convient d’ordonner. Considérer ici ce que peut être un droit de la chasse en deçà des droits des chasseurs. spécialement dans son ouvrage Le droit et les droits de l’homme.38 Chapitre III REPENSER LE DROIT ET LA POLITIQUE Comme méditions incontournables Etant entendu que le droit. doit bien être au service de l’homme. selon les Anciens. de l’ordre. 1983. 1) D’abord le droit est lui-même l’équilibre comme forme du juste. de l’harmonie. dans une perspective immanente. Je suivrai ici la philosophie du droit de Michel Villey. Trois façon de considérer le droit On peut alors penser trois façons de considérer le droit. on pourrait aller jusqu’à dire que le souci de la variété des essences végétales dans une forêt relève d’une approche juridique . harmonie. comme souci de l’équilibre. a fortiori des droits des animaux . il convient. la nature en offre le modèle. Equilibre. qui peut être mise en cause . Presses Universitaires de France. Le droit aura alors comme objet. en deçà de la conception d’un strict humanisme juridique. de le repenser. tel que. comme toute dimension de la culture. à cet égard le droit peut aussi porter sur les choses .

1986). la fraternité. ibidem. Gallimard. La vertu de justice est ici la prudence Cf l’idée de jurisprudence dans sa signification première : une décision sage qui mérite d’apparaître comme modèle à suivre dans des circonstance analogues mais toujours différentes (et non pas selon la signification procédurière et légaliste qui précisément rompt avec la vertu de prudence en tant qu’elle s’en tient à la lettre) Sur le juste milieu (la justice comme juste milieu) Référence ARISTOTE Ethique à Nicomaque L II Cha 5à9 Sur la démarche dialectique chez Aristote Cf. Flammarion. M. telle que la présentent Leo Strauss ( Droit naturel et histoire. en fait une relation. p 77-78). mais selon l’exigence d’équilibre et d’abord de juste répartition . selon Michel Villey. et cependant bien réelle du point de vue ontologique. la conjugalité . jura en latin) est une chose incorporelle. Ce peut être a) une relation entre les hommes d’abord. 1983). Comme exemple de relation entre les hommes. Ce sont des relations objectivement différentes qui s’imposent aux personnes en deçà de la liberté. et Michel Villey ( Le droit et les droits de l’homme. Cf la conception du droit naturel antique.39 2) Ensuite comme un art. non pas selon ses droits. on peut évoquer dans la famille la paternité (ou filiation). chez le jurisconsulte romain Gaius (Le droit et les droits de l’homme. il lui revient de déterminer ce qui revient à chacun. . 3) Enfin le droit (au pluriel les droits. Villey à propos de Burke Critique de la pensée juridique moderne 136-137 NB L’art politique peut être considéré comme art du juste par excellence. on voit bien que les volontés ne peuvent disposer à leur guise du mariage qui n’est alors pas un simple dispositif (encore moins . c’est ainsi que la prohibition de l’inceste exclut le mariage entre frère et sœur : avec la Prohibition de l’inceste. Cette conception des droits est donnée. par exemple organiser la voirie et réglementer dans la ville la circulation des hommes et des choses selon les différents moyens de transport. celui de la juste répartition pour le législateur et pour le juge celui de déceler en quoi il y a déséquilibre et de restaurer l’équilibre perdu .

pp 65 et suivantes Les spirituels. en particulier par le devoir d’entretien . c’est d’abord la propriété par laquelle il faut passer qui est affecté par ce droit.40 un droit) dont on puisse user à son gré : il y a incompatibilité entre relation entre frère et sœur et relation conjugale NB Dans le même ordre d‘idée une relation homosexuelle est objectivement différente d’une relation hétérosexuelle et jusqu’à nouvel ordre la première ne peut prendre place dans le mariage. le nouveau propriétaire (de l’une ou l’autre propriété) acquiert le jus eundi qui est bien relation objective entre les choses . NB 1) A noter que cette relation subsiste dans le changement de propriétaire . la Querelle de la Pauvreté : Michel Bastitt. on peut évoquer le droit de propriété. on est objectivement dans une relation à la chose . le jus eundi se présente comme un devoir ! Reste que l’on peut bien dire que la servitude. les conventuels. qui a sa source dans la volonté des hommes et qui peut être donc refusé au nom du vœu de pauvreté . pour être bâti et habité ou cultivé. mais devoir d’entretenir . c'est-à-dire pouvoir ou permission. autrement dit en en étant propriétaire. en quoi on comprendra qu’il puisse être aussi nommé servitude . l’action est en quelque sorte déterminée par le rapport à la chose . CF. on ne peut jouir d’une chose. la raison de ce droit étant qu’il n’est pas juste qu’un terrain (champ) enclavé ne puisse pas être utilisée. spécialement d’entretien . nature histoire Presse de l’Université d’Aix Marseille. au nom du droit du ciel (jus poli) considèrent que l’on peut jouir d’une chose sans en être propriétaire. . champs) . c'est-à-dire sans y être attaché. le jus fori (droit de la cité) . ci-dessous la réflexion sur la Querelle de la pauvreté De même l’hereditas (qui fait que l’on est héritier) ne se caractérise pas seulement par l’acquisition d’un « actif » qui rend plus riche et permet d’envisager des dépenses . en l’occurrence les franciscains représentés par Guillaume d’Occam. est un droit NB 2) Sur le refus dans le droit d’être lié à la chose par des devoirs cf.1985. en somme le parti du pape. Pour les adversaires des Franciscains. elle peut se caractériser par un passif. sans être en même temps lié à elle par un devoir. on remarquera donc que le droit de propriété n’est pas seulement pouvoir de jouir. selon lequel on est lié au jus poli . le jus proprietatis est selon eux fondé par un autre droit. Colloque Aix en Provence Droit. on dira que dans le droit français il y a incompatibilité entre relation homosexuelle et relation conjugale b) Entre les hommes et les choses Comme exemple de la relation objective entre une personne et une chose. il est relation objective entre ces deux choses que sont deux propriétés (terrains . avec en particulier l’obligation de rembourser des dettes c) Mais aussi entre les choses elles mêmes : tel est le sens du droit de passage ( jus eundi) : avant d’être droit subjectif. pour le propriétaire à l’encontre de qui il y a servitude. envers du jus eundi.

ce qui. peut être pensée comme relevant d’un souci juridique (équilibre entre feuillus et conifères) . il y aurait évidemment perversion de la pensée écologique si. elle doit cependant se donner des sciences : anatomie. On peut ainsi parler d’un droit de la chasse qui ne se réduit ni aux droits des chasseurs ni aux droits du gibier. n’est-ce pas s‘interdire de se donner une véritable science du droit et les moyens techniques qui en découlent ? Comparaison : si la médecine doit bien être humaniste. idem pour un droit de la montagne ou encore un droit de l’environnement On voit ainsi que le droit objectif n’est pas la mise en forme des droits subjectifs c’est ainsi que l’écologie. comme souci d’un équilibre entre les espèces animales et aussi entre les espèces végétales. etc et des techniques. certes. elle les considérait comme supérieurs à ceux de l’homme. il ne convient pas pour autant d’en faire un sujet de droit . d’un droit de la pêche qui ne se réduit ni aux droit des pécheurs ni aux droits des poissons !. embryologie. peut apparaître comme portée par un souci juridique . biologie. il est parfaitement possible de penser un droit de la nature. bien évidemment conduirait à un antihumanisme de principe. et pour le bien de l’homme il ne doit pas être pensé à une certaine distance de l’homme. parfaitement distinct d’un droit dont la nature serait sujet . en vue d’une justice qui est équilibre par exemple dans la plantation des arbres d’une forêt. l’homme et destinataire du droit comme de la morale la question est de savoir. si comme science et technique.41 La nature et le droit De la même façon si l’on doit considérer comme légitime le souci de la nature. c'est-à-dire qui porte sur la nature . qui requièrent de prendre en compte ce qu’il y a chez l’homme (le patient) de proprement naturel . affirmant les droits des êtres de la nature. de la pathologie et les moyens techniques qui en découlent (cf A Schweitzer) La question peut alors ainsi se poser : Penser le droit directement selon les droits de l’homme et en somme dans une perspective morale. chirurgicales par exemple. Remarque méthodologique sur l’humanisme juridique Que penser de l’expression d’humanisme juridique . considérons la avec Michel Villey dans une perspective critique. elle se donne les médiations scientifiques de la biologie. Comparaison : si la médecine a bien évidemment le souci de l’homme et de sa santé . le droit est bien fait pour l’homme .

affirmer de façon non contradictoire qu’elle est marquée à la fois • • • Morale et droit : par une inégalité qui est naturelle : du point de vue de la force liée à la différence d’âge . in fine. soient reconnus comme prioritaires. Il en va de même en éducation : entre l’enfant et le maître. 1131 a 10. tant des individus que d’une communauté. qu’il convient de reconnaître au magistrat une place particulière dans la société. ou inégalité statutaire. dans la relation entre les hommes. comme toute science. 6. Il faut bien affirmer que. une égalité qui est métaphysique : entre les personnes. d’après la seule logique de la justice commutative . à propos de la relation entre l’adulte et l’enfant. il faudrait. L’enfant et l’adulte : une triple relation Application du principe de la justice distributive On peut alors. dans la circulation en ville. Reste que. Justice commutative et justice distributive Selon l’exigence d’équilibre on remettra aussi en question. le principe d’une égalité abstraite. tout art. considéré comme ayant pour destinataire la personne. in fine. si nous suivons M Villey. dans le tribunal (cour d’assises par exemple) le public se lève lorsque entrent les membres d la cour (parmi lesquels d’ailleurs les jurés qui sont au départ des citoyens ordinaires) On dira aujourd’hui qu’il est légitime que. renoncer alors à un humanisme juridique strict : si le droit doit bien. en tant qu’art et même science. . C’est ainsi. La distinction entre ces deux formes de justice nous est donnée par Aristote Ethique à Nicomaque. certains véhicules. tel qu’il apparaît dans les contrats. il doit bien aussi s’en détacher. comme ceux de la police ou des pompiers. une inégalité qui est statutaire : entre l’élève et le maître(ou l’enfant et ses parents) comme responsable de l’éducation. est nécessaire.42 Avec la mise en cause du subjectivisme juridique. abstraction faite de leur âge . une hiérarchie. C’est ainsi qu’aujourd’hui. peut requérir une certaine inégalité. si la personne humaine n’est pas au centre du droit. être ordonné au bien de l’homme. dit Aristote. Au-delà de la justice commutative doit être pensée une justice distributive selon laquelle le bien. Livre V. le droit doit bien être. mais par la médiation d’un droit qui est objectif et aussi positif. elle n’en reste pas moins destinataire.

il est posé par un législateur qui n’est pas Dieu. c'est-à-dire des lois civiles qui ne sauraient être simples transcriptions des lois morales . Dans tout conflit humain. par opposition au droit positif ( considéré le plus souvent de façon péjorative En deçà de la prétention pour le droit d’être directement transcription de lois morales. il y a possibilité d’une décision juste. à une culture. si les lois civiles sont imparfaites. à un contexte social Il se distingue du droit naturel en tant qu’il est positif . que toute règle générale du droit naturel. à une communauté politique Il est évidemment relatif à une époque. Voir ici un très beau texte de Léo Strauss in Droit naturel et histoire à propos de la conception aristotélicienne du droit naturel « Une loi qui résout avec justice un problème particulier à un pays donné dans un moment donné est plus juste. Le droit naturel est constitué par de telles décisions » P 147 Eloge du droit interne Il s’agit ici du droit interne propre à un Etat . transitoires.43 le point de vue de l’universalité qui est moral peut il se formuler directement en un droit ? CF. qui par sa généralité même. Chantal Delsol La Grande méprise La Table Ronde 2004 p 117 « Peut-on ériger la loi naturelle en loi positive ? » Il faut. il faudra alors retrouver aussi le sens du droit positif. à cet égard les DH relèvent bien de ce que la tradition appelle droit naturel. Jusqu’à prétendre vouloir transformer (réformer) le droit. Platon va jusqu’à affirmer qu’il existe une justice( c'est-à-dire une capacité de juger) qui ne saurait être la simple application des lois qui sont de . dit Ch D distinguer la morale (ou droit naturel) dont la vocation est l’universalité à partir de laquelle peut être régulée le droit interne PM j’ajoute. réclamée par la situation et fondée sur l’examen exhaustif des circonstances. peut on dire. considéré comme imparfait . c’est parce qu’elles sont adaptées à des situations elles mêmes complexes et changeantes. le seul et vrai droit Eloge du droit positif Les droits de l’homme offrent une vision très morale du droit . peut écarter une décision juste dans un cas donné. ci-dessus Léo Strauss) La loi et la justice Si l’on considère que la justice est l’art de décider ce qu’il faut faire en des situations complexes. mais un ou plusieurs hommes ou l’ensemble des citoyens dans la démocratie Un droit capable de prendre en compte la vie des hommes dans ses aspects concrets (cf.

Selon Hannah Arendt la défense de la dignité humaine requiert l’appartenance de chacun à une communauté politique particulière . Platon dit alors que la loi. . au droit de l’Etat et des communautés politiques particulières .) ne puisse rester en repos rendent impossible tout art.(…) peut assurer la restauration des droits humains. et prescrire ainsi la conduite la meilleure pour chacun/. comme capacité de s’adapter à des situations particulières et changeantes. enracinés dans des traditions.(…) Le monde n’a rien vu de sacré dans la nudité abstraite d’un être humain » .. quel qu’il soit. jusqu’à nouvel ordre. en deçà du droit des instances internationales. en somme la citoyenneté « La perte des droits nationaux a entraîné dans tous les cas celle des droits de l’homme . qui dépend de l’appartenance à une communauté humaine « TOT p 873 « L’homme peut perdre tous ses fameux droits de l’homme sans abandonner pour autant sa qualité essentielle d’homme. Fayard. on redonnera ici tout son sens au droit dans sa particularité. tandis que les droits naturels sont abstrait et vains » p 88 . 1982. et d’abord. qui est l’œuvre du sage politique est semblable à un ensemble de directives que laisserait un médecin qui partirait en voyage à ses disciples . Car les dissemblances qui existent tout autant entre les hommes et cette propriété des affaires humaines qui veut qu’aucune d’entre elles (. L’impérialisme.44 faible poids par rapport à la sagesse de l’homme politique qui est seule capable de trouver les solutions parfaitement adaptées aux cas particuliers « La loi ne saurait jamais comprendre avec précision ce qui est le meilleur et le plus juste pour tous les membres de la Cité à la fois. contre la tendance à vouloir penser le droit dans la dimension abstraite de l’universalité. p 282 « Le concept des droits de l’homme ne peut retrouver tout sos sens que s’ils sont redéfinis comme le droit à la condition humaine elle même. de promulguer en quelque matière que ce soit une règle générale qui soit en vigueur dans tous les cas et en tout temps » Le Politique. sa dignité humaine . seule la perte de toute structure politique l’exclut de l’humanité » TOT p 600 CF les commentaires d’André Clair : « Les doits de l’homme ne sont assurés que s’ils sont des droits nationaux. seule la restauration ou l’établissement de droits nationaux . à son retour il ne serait évidemment pas tenu par les consignes qu’il a données Le sens des communautés politiques Par ailleurs. 294 ab.

laquelle n’est pas simple mesure de la morale. comme membres d’une communauté politique et les étrangers . qui est le bien commun. cf. Mx Weber). en tant que connaissance de ce qu’il faut faire en des situations concrètes et complexes. Personne et amour. mais particulier d’une société et qui passe par une institution spécifique : l’Etat. de ce fait il ne nie pas que l’on puisse légitimement établir une distinction entre les citoyens. reconnaître que l’étranger ne bénéficie pas des mêmes droits que le citoyen d’une nation ne saurait alors relever de la xénophobie qui est au sens usuel rejet. c’est en quoi. Le particulier comme médiation du juste Il faudra alors considérer que le politique vise le bien des individus à partir d’une médiation incontournable. 3 Mais alors. devront être reconnues les règles des communautés sociales comme la famille ou la profession : c’est le sens de la déontologie. Seuil 1955 . que le droit commun ne connaît pas. il prêche également l’accueil des étrangers. en deçà de la distinction ami ennemi cf. voir haine de l’étranger . un acte de charité ne saurait évidemment être exigible Les déontologies des métiers Si le droit de l’Etat doit être défendu contre la prétention d’un droit international à s’imposer à lui. ci dessous.45 « Seul peut être réellement un homme celui qui est membre d’une communauté politique et ainsi lié à une nation » René Clair Droit communauté humanité . par ailleurs. y compris (même si le terme est d’aujourd’hui) ceux qui sont en situation irrégulière : les « sans papiers » . Le gouvernant ne peut alors avoir le souci de tous les hommes à égalité . l’amour est exigence éthique qui transcende la seule logique juridique.Cerf 2000 p 76 et suiv. NB On notera que si l’Evangile recommande d’aimer ses ennemis. 3 Sur la différence et les tension entre amour et justice. en deçà du droit commun. voir Jean Lacroix. est incontournable la distinction entre les membres d’une communauté politique donnée et ceux qu’il faut bien appeler les étrangers. celui de l’Etat.

là où s’imposent des souffrances du fait du manque d’ordre. 1976. pour créer les conditions permettant le respect de la dignité de l’homme. deuxième guerre du Golfe) Cf. C’est ainsi que vouloir. c'est-à-dire à une connaissance qui requiert l’intelligence. selon M. en somme la force. le premier objectif. Points Mais il faut aller plus loin. * Si le droit est un art de chercher l’ordre. un Etat injuste. la démocratie suppose l’existence préalable d’une communauté politique . c'est-à-dire pouvant compter sur ces moyens spécifiques du politique que sont une armée et une police dignes de ce nom. Burke reprend d’Aristote : Critique de la pensée juridique moderne. et peut être ainsi lié à une science. au-delà des pouvoirs législatif et judiciaire. on crée une situation d’insécurité. est d’instaurer (en fait souvent restaurer) un ordre ou une paix dont ne peut être garant qu’un véritable Etat. que. a fortiori détruisant. la situation en Colombie où ce qui importe avant tout est de restaurer partout un Etat souverain Une guérilla (FARC en Colombie) ou une faction (HEZBOLLAH au Liban). tant des philosophes que des législateur et des juges. Dalloz. aussi P Manent (conférence au Collège supérieur) on ne peut créer une société politique sur la démocratie . (Cf la méthode dialectique. de violence civile. l’exécutif. je veux dire. E. c'est-à-dire disposer de la force NB En affaiblissant. en appeler seulement aux droits de l’homme. peut être encore plus contraire au bien de l’homme (Cf. sous prétexte d’instaurer la démocratie. mais aussi et peut être d’abord être un Etat. et même plus généralement au droit relèverait de l’incantation . met objectivement en péril l’ordre public. p 136) * il convient de penser les moyens effectifs de cet ordre. aussi Qu’est-ce que la politique ? Collection. Villey.46 L’essence du politique L’expression est à prendre au sens que lui donne Julien Freund dans son ouvrage du même nom Sirey 1965 Cf. la paix qui sont des médiations indispensables pour le bien des personne et leur dignité A cet égard on dira qu’un Etat de droit doit avoir le souci du droit. Armée et police peuvent être considéré comme les institutions de la force Cf. même si ses objectifs peuvent être considérés comme justes.

non pas seulement dans les débats des philosophes. remarque Pascal.47 La justice et la force Pascal Les Pensées BR 169 « La justice sans la force est impuissante . ou que ce qui est fort soit juste » Certes on serait tenté par la première solution . y compris par la philosophie. mais hélas plus gravement dans les guerres civiles ou de religion) ou les partis en conflit prétendent également avoir la vérité ou dire ce qui est juste l’instauration d’un ordre public ne saurait attendre une préalable clarification. de ce qu’est la justice D’où la célèbre formule « ne pouvant faire que ce qui est juste soit fort. la justice est sujette à la dispute (ce que l’on voit parfaitement. ne doit pas prétendre remplacer le prince. Le philosophe. Kant Projet de paix perpétuelle « Article secret pour la paix perpétuelle » p 51 La volonté politique et la loi . mais doit en devenir le conseiller sur ce point cf. la force sans la justice est tyrannique « Il faut donc mettre ensemble la justice et la force. il appartient à la philosophie notamment de travailler à ce que la force soit toujours plus juste . pour cela. au sens marxien du terme) Mais il faut aller plus loin : la force porte la justice . Or. contrairement au vœu de Platon. Et si la force comme telle ne connaît pas la justice. c’est au sein de la force qu’elle naît la force est condition de l’avènement de la justice . faire que ce qui est juste soit fort. sans parler de ceux des théologiens) . et. on a fait que ce qui est fort fût juste » Cette formule est curieuse Elle peut apparaître comme simple constat désabusé: cf la raison du plus fort est toujours la meilleure …la justice n’est que la raison du plus fort : et déjà une critique : la justice n’est jamais qu’ idéologie.

il convient alors de redonner tout son sens aux frontières : Ainsi dans sa dimension internationale. DNH p 147 Et d’abord cette formule de Hobbes Auctoritas. le droit humanitaire des droits de l’homme ne saurait supprimer la responsabilité spéciale. comme si. le salut du peuple doit être la loi suprême. (Rappel : Hannah Arendt) Limites du droit international Il faut ici dénoncer la prétention de tout régler par des lois supranationales . d’élaborer de bonne règles. l’illusion des juristes internationalistes de croire qu’il suffirait. aux Etats qui fondamentalement conservent leur souveraineté . qui revient à un Etat vis-à-vis de ses ressortissants. non veritas facit legem Ce n’est pas la vérité mais l’autorité qui fait la loi Les Etats et leurs frontières En deçà des propos généreux des humanistes. . et de les appliquer . spécialement dans les milieux chrétiens qui en appellent trop vite à l’universel. ce droit ne dispose pas de la force NB Les deux systèmes juridiques selon Kelsen : droit international qui tourne autour du droit interne ( comme les planètes tournent autour de la terre (analogue au géocentrisme) . compte tenu de l’exigence qui est de défendre l’Etat en vue de l’ordre public. en particulier juridique. Formule citée et commentée par L Strauss. peut relever de la responsabilité d’un gouvernement la décision de suspendre les lois ? * CF Carl Schmitt « Il n’existe pas de norme qu’on puisse appliquer à un chaos. il suffisait d’en appeler à la bonne volonté et d’abord à la raison La paix ce n’est pas seulement un problème de rationalité. pour juguler la violence. encore moins de simple bonne volonté En effet le doit international n’est qu’un droit contractuel qui ne s’impose qu’à ceux qui veulent bien le reconnaître. et qui passe par le principe de souveraineté. en particulier inspirées des DH. sur ce dernier point . Il faut que l’ordre soit établi pour que l’ordre juridique ait un sens » Théologie politique p 23 * Cf le célèbre adage machiavélien : « Salus populi suprema lex esto ».48 Ne faut-il pas aller jusqu’à reconnaître que.

comme on l’a vu au procès de Nuremberg . L’intervention tient elle sa légitimité d’une conformité à une légalité ? Ne faut il pas considérer que la légalité au niveau international a peu de poids. l’Etat qui intervient en a-t-il les moyens ? Cf. le pire : l’agression. Quarto Gallimard p 1298 . H A : Eichmann à Jérusalem Les Origine du totalitarisme. une intervention peut relever de la responsabilité d’un chef d’Etat . à transgresser ces deux principes Par in parem non habet juridictionem Un pair ne peut pas avoir de pouvoir juridictionnel sur un autre pair Application (entre deux Etats égaux il ne peut y avoir de prétention pour l’un de juger l’autre ) Nullum crimen nulla poena sine lege Pas de crime ni de punition sans loi Référence . dit Kelsen entre lesquelles la science du droit ne saurait trancher (en fait les juristes internationalistes des droits de l’homme ont déjà tranché) Reste que Kelsen est juriste. les réflexion classiques des théologiens médiévaux sur le question de la guerre juste (jus ad bellum) Le problème de la justice pénale internationale Elle relève de belles aspirations. Cf Spinoza (Traité politique) les Etats sont comme des individus à l’état de nature pour le meilleur et pour le pire . il ne parle que du droit et ignore le politique La question du droit d’ingérence Droit d‘ingérence ou devoir d’intervenir Quoiqu’il en soit. si l’on considère • que le droit international n’est que de caractère contractuel • que les Etats demeurent souverains . qui peuvent d’ailleurs conduire. le meilleur : la défense de la dignité des hommes qu’il faut execer en l’absence de droit international contraignant (parce que ce dernier n’existe pas) Il faut se contenter de ces deux questions : La cause est elle juste ?.49 Droit national qui tourne autour du droit international comme la terre tourne autour du soleil (analogue à l’héliocentrisme) Deux conceptions antinomiques. même illégale.

une justice sans charité est le comble de l’injustice » . p 155 « Vidées de cet amour qui eut été leur seule plénitude. Jankélévitch encore dans un ton très pascalien. n’a rien d’évident et l’on voit mal comment la seule contemplation de son visage pourrait entraîner une exigence éthique et en particulier faire naître à son égard une responsabilité infinie . face au devoir strict qui est défini par la loi. ib. car la charité doit donner au delà de ce à quoi oblige le droit. une justice sans charité est un radotage et un sarcasme . vae victis h) Justice et charité Mais au-delà des moeurs. ne faut-il pas penser le bien de l’homme comme pouvant être cherché au prix d’engagements d’une autre sorte . en particulier lorsqu’il souffre. à moi tous les devoirs Sur la relation entre justice et charité. certes. une vérité sans amour n’est que sècheresse et indifférence . la plupart du temps. on reconnaît ici une allusion aux propos célèbres de Lévinas Je préfère sur cette absence de symétrie les propos de Jankélévitch dans le Paradoxe de la morale . mais il est aussi sans limite. Reste que cette exigence d’aimer l’autre. n’est qu’une caricature de la charité . l’éthique affirme A toi tous les droits. elles [les valeurs] deviennent simplement les masques de la désolante hypocrisie . et spécialement par les droits d’autrui.50 Par ailleurs le procès d’Eichmann a pu se dérouler à la suite d’un acte illégal : l’enlèvement en Argentine par les services secrets israéliens HA considère que la justice au sens humaniste doit s’imposer y compris contre la légalité Reste que. c'est-à-dire tout. une vérité sans amour n’est que mensonge et mauvaise foi . La charité n’a mauvaise cote que pour les passionnés d’une justice définie uniquement et strictement par les lois civiles ou même la morale . des lois. en particulier au-delà des devoirs stricts et des droits exigibles définis par le droit. le devoir d’amour est facultatif. et aussi de la raison. je pense ici à ce que l’on appelle les devoirs larges qui reviennent en somme à ceux de la charité ou de l’amour . il est vrai que le don qui n’est que du superflu. cette justice n’a guère les moyens de poursuivre les coupables . Seuil 1981 p 168 là où l’on affirme habituellement à moi tous les droits à toi tous les devoirs. qu’elle ne s’attaque vraiment qu’aux vaincus (retour à la parole prêtée à Brennus . jusqu’à sa propre vie. des droits de l’homme.

qui vise un ordre social . en deçà des droits de l’homme. des partis totalitaires et en général ceux qui se présentent comme amis des enfants5.51 Compléments Ainsi donc la prise en compte du bien de la personne et de sa dignité doit bien requérir. humiliation de la conscience et de la liberté de penser. qui ne craigne pas d’être résolument objective. comme on le voit dans l‘affirmation de sa liberté pleine et entière . 4 laquelle. une nouvelle philosophie du droit. tend à la confusion entre dignité de la personne et citoyenneté. comme on le voit dans les articles 12 à 15 de la CIDE (« Convention internationale pour les droits de l’enfant »). vulnérable devant les séducteurs de tout bord. en reconnaissant aux enfants les libertés de pensée. d’association. Il revient alors à la philosophie de penser l’exercice de l’activité politique comme devant être conduite par le respect de la personne lequel passe déjà par la reconnaissance de la responsabilité des membres du peuple souverain.c’est la disqualification de la réflexion critique. l’éducation du citoyen doit ici se situer entre deux excès : * prétention de tout apprendre aux enfants considérés comme incapables de discernement. de la dialectique. et au delà du droit lui-même. à savoir les citoyens. dans les deux cas ce qui s’impose . on revient à la religion dans ses pires aspects : triomphe du dogmatisme et de la censure. il doit être éduqué pour le devenir . d’expression. L’éducation au respect de la personne humaine doit plutôt viser le sens du discernement. de religion. de la prudence. a) Perspectives éducatives . l’enfant n’est pas un citoyen. Non. A cet égard il convient de mettre en cause le discours selon lequel l’enfant serait un citoyen. mais si c’est pour enseigner une doctrine qui est comme un nouveau catéchisme. d’après l’étymologie. comme on le voyait dans l’éducation traditionnelle avec laquelle semblerait devoir renouer l’enseignement des droits de l’homme . c’est l’art politique dont il faut rappeler le rôle indispensable. éduquer le citoyen Eduquer aux droits de l’homme ? C’est là un beau projet sur lequel reviennent inlassablement les politiques qui se veulent humanistes . qu’ils soient des sectes. Fragile face à l’opinion. de la réflexion critique. * exaltation de la spontanéité de l’enfant. du mot pédophile . 4 5 CIDE : 1989 Ami des enfants : c’est le sens exact.

relève directement de cette logique On peut alors mesurer la gravité des changements survenus dans le droit de la famille des pays d’Europe : avec la priorité donnée. aux intérêts individuels. C’est ainsi que La « Charte européenne des droits fondamentaux ». ces médiations privilégiées que représentent les institutions. en faveur du mariage des personnes homosexuelles et de leur droit à adopter des enfants. mais plus radicalement dans la pratique. il conviendra de mettre en garde contre le dévoiement de la démocratie. c’est à dire la tendance à affirmer qu’elle ne serait que l’expression de la somme ou de la moyenne des intérêts et opinions individuels. réglé par les contrats. dont on peut disposer à sa guise . telles que doit les vouloir une démocratie.52 b) Autres problèmes posés par les droits de l’enfant Prétention d’exprimer les besoins de l’enfant en droits de façon discrète précise minutieuse comme si l’intérêt de l’enfant passait nécessairement par la défense de ses droits Comme si le monde était pour les enfants naturellement inhumain sans coutume. semble se contenter de présenter la famille comme simple objet et lieu de droit subjectif. l’éducation du citoyen devra aussi se donner comme objectif celui de développer le souci du bien commun comme médiation incontournable pour le bien des personnes. . sans mœurs sans tradition. d) La famille dans la charte européenne des droits fondamentaux Ce dévoiement de la démocratie s’observe plus particulièrement à propos de la famille. dans l’éducation en particulier. au delà des intérêts des individus et pour le bien des personnes. au nom de la liberté et de l’égalité. A cet égard. sans famille c) Le sens de la démocratie A côté de l’exercice de la réflexion. en particulier les enfants. contenue dans le Traité de Nice du 7 décembre 2000. l’évolution de la législation dans certains pays d’Europe. présentée comme simple lieu de droits. tout en mettant en garde contre l’individualisme. e) Le sens de l’institution Il faut alors penser. l’impasse est alors souvent faite sur les conséquences de l’exaltation de ces droits sur les tiers.

Versus contrat cadre abstrait pour y faire entrer le plus de choses possibles 4) Sa vocation et de durer dans le temps Ces quatre critères s’appliquent parfaitement au mariage comme institution. depuis Marx en particulier. les principes de liberté et d’égalité s’imposent sans limite dans la vie privée. dans la vie privée au contraire. unis sous l’exigence de fidélité . 6 . versus contrat liberté. on a montré leur caractère pernicieux dans le domaine public ou social. et ceci selon quatre dimensions : 1) l’institution est garante d’un intérêt commun . on présente comme devant être reconnues sans discussion des valeurs sous le simple prétexte qu’elles sont nouvelles . cf l’adage : « Il faut être de son temps ». on avait eu de bonne raisons de se méfier d’une philosophie de l’histoire proclamant le caractère évident du progrès moral de l’humanité. g) L’autorité du peuple souverain L’institution.53 Distinction entre deux logiques deux philosophies : contrat et institution L’institution est une forme de lien qui transcende la relation simplement issue du contrat. telles que les sociologues les considèrent comme constitutives de nouvelles tendances qu’il faut accepter comme inéluctables. tel qu’il est encore reconnu en France. volonté individuelle 3) en vue de poursuivre des buts précis. 2) Il est aussi curieux qu’aujourd’hui. cohabitant. comme mode de régime lié à la souveraineté du peuple. sa forme est concrète et particulière. La démocratie. tant des communautés présentées comme naturelles que des formes de vie imposées sans discussion par une autorité extérieure . et spécialement familiale. alors que depuis bien longtemps. en vue de l’accueil et de l’éducation d’enfants. il est clair que le lien conjugal y est présenté comme concernant un homme et une femme. Il est clair alors que la dignité de la personne ne saurait passer simplement par ces droits que sont liberté et égalité et qui s’imposent dans les contrats. ne saurait alors être la simple expression des opinions individuelles. notamment à propos du travail ou de l’habitat et la nécessité qu’ils soient tempérés par la loi. alors que depuis le milieu du XX ème siècle. 6 f) Deux sujets d’étonnement 1) Il est à cet égard étonnant de constater que. Pour le troisième critère. où les obligations sont simplement suspendues aux volontés individuelles. versus contrat intérêt privé 2) elle est réglée par des obligations qui émanent d’une autorité . telle que doit la penser une démocratie se distinguera alors.

plus encore les confondre avec la dignité de la personne serait proprement idolâtrie. par sa générosité. Etudes. Marie Balmary observe que dans l’iconographie de la Révolution Française. Ce que l’on voit dans la condamnation. comme iconoclaste. son courage. de toute critique des droits de l’homme . son esprit critique a le souci d’un bien commun et durable .. mais c’est qu’il faut rappeler que les droits de l’homme ne sont que des médiations historiques et culturelles. (« Les lois de l’homme ». p 47) . parmi d’autres.août 1991. il a les sens du devoir . à propos du caractère sacré des droits de l’homme. les droits de l’homme s’inscrivent en un cadre qui ressemble à celui des Tables de la Loi reçues par Moïse au sommet du Mont Sinaï. Conclusion de la troisième partie Il est heureux que s’impose le consensus sur le principe selon lequel toute société doit être organisée autour du respect de la personne humaine. Il faut alors bien distinguer l’individu et le citoyen * le premier ignore le bien commun et le sens même des communautés . il est prompt à revendiquer ses droits . juillet. * le deuxième. pour le bien de l’homme ou la dignité de la personne. Considérer les droits de l’homme comme moyens incontournables ou même privilégiés en vue de travailler au bien de l’homme.54 c’est que dans la démocratie les institutions sont portées par un souverain qui est le peuple lui-même et qui est composé précisément des citoyens qui sont conduits par la raison. Car seule la dignité de la personne mérite d’être considérée comme principe.

Droit naturel et histoire. 1983. elle est ce qui commande. reprise par Platon et Aristote. » L’origine de la notion de droit naturel ». et spécialement celui de l’égalité. depuis l’Antiquité. La nature. Gorgias. ( PLATON . même s’ils ne sont pas d’accord sur son contenu. Flammarion. faite par les homme. Paris. étant au commencement. comme ce qui. Elle considère la nature comme ordre. équilibre. s’est accordée à rattacher la connaissance des principes à celle de la nature.) *** La conception classique du droit naturel (Rappel) cf. est. début du chap précédent La conception socratique. à la source de la théorie du droit naturel qui s’imposera jusqu’à la fin du Moyen Age. dit-il. n’a pas renoncé à cette méthode en vue d’établir la validité des principes fondant les droits de l’homme. la philosophie moderne. Le droit et les droits de l’homme. (Michel VILLEY.) C’est ainsi que. commentant le droit romain. Paris. III. est « la mère de tous les ancêtres » . 1986 .) . comme le fait voir Michel Villey. Presses universitaires de France. la contingence.55 Chapitre IV ORIGINE DE L INDIVIDUALISME JURIDIQUE La philosophie. la coutume. ne change pas . au double sens du terme. Socrate et Calliclès s’entendent pour reconnaître qu’une loi n’est légitime qu’à la condition d’être conforme à la nature. archè ( Leo STRAUSS. en deçà de l’histoire. harmonie. d’en appeler à un principe contre l’opinion. Chap. 483 d et suiv. en somme. l’autorité et même la religion. avec les théories modernes du droit naturel. p 83 et suiv. Léo Strauss a bien mis en évidence que la nature est le concept auquel se réfère spontanément la pensée dans son projet critique de dénoncer l’apparence.

il veut offrir un modèle de vérité pour l’homme en deçà de toute histoire . est à chercher en deçà de toute communauté sociale ou politique. Pour le bien de l’homme s’imposent les médiations de la société. le pervertit.7 (Michael WALZER. il vise à établir de bonnes lois pour une correcte répartition des choses. comme l’ont écrit les divers théoriciens du contrat social. en particulier la vue sociale. s’impose alors un art de la justice qui. spécialement celle de Hobbes La cosmologie antique et médiévale Si l’homme.56 Le juste étant équilibre dont la nature est modèle. au nom du principe aristotélicien selon laquelle l’homme est par nature un animal politique Une nouvelle conception du droit naturel En quoi consiste ce nouveau droit naturel en lequel s’inscrit la doctrine moderne des droits de l’homme ? Comme la doctrine antique. Paris. il n’y a pas de place pour une conception subjectiviste du droit. en deçà de ce que la société fait de lui et qui. mais assurant ainsi une indéniable sécurité. p 168 et sui) l’existence individuelle s’inscrit parallèlement en des communautés ou corps sociaux naturels et hiérarchisés. de toute existence empirique. le droit est ici objectif . législatif. consiste à conjurer le désordre. Mais alors la conception de la nature y est tout autre. s’inscrit dans la nature L’homme est par nature un animal politique Anthropon zôon politikon phusei (Aristote) Ce à quoi s’opposeront les doctrines du contrat social. radicalement marquées par la contingence. comme espèce. Le droit naturel est alors le règne des droits subjectifs dont les individus sont également titulaires. La révolution des saints. interdisant la revendication de droits subjectifs. la vérité 7 . Visant essentiellement un équilibre. Cet art. Cette vérité est celle d’un état de nature caractérisé par l’existence purement individuelle. telle qu’elle apparaît dans la doctrine moderne des droits de l’homme. la séparation d’avec les autres hommes. régulé par la vertu de prudence. indiquant des places bien déterminées (topoi) déterminant inexorablement l’inégalité des statuts. La vie humaine. comme le souligne Rousseau. En deçà de toute vie sociale. 1983. a sa place assignée quelque part dans le cosmos et spécialement Dieu . il discerne par le jugement au détriment de qui un déséquilibre a lieu . les anges et les animaux et en ce que Michael Walzer appelle la grande chaîne des êtres. Belin. En effet la vérité de l’homme. qui sont toujours déjà là. en toute situation. se présente sous deux formes : judiciaire.

en l’occurrence d’amour dans le Nouveau Testament.57 de l’homme sera alors à chercher. directement crée par Dieu. sur ce point C. Recueil de textes et documents. comme fin de toutes les autres créatures Le sens de sa vie ne lui n’est pas donné d façon décisive par la nature mais par Dieu lui même dont il doit faire la volonté. 1793. chap. Paris. de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 : « Tous les hommes naissent libres et égaux en droits et en dignité ». La loi naturelle ou catéchisme du citoyen français . XI.1989. réaliser les commandements (lex divina) La lex divina Selon Michel Villey la conception de la loi comme fondement du droit est à rapporter à l’influence de la pensée judéo-chrétienne . in 1789. vérité du droit cf selon Michel Villey la conception de Suarez dans le titre de son ouvrage De legibus ac Deo legislatore : Des lois et de Dieu législateur) Le droit est en fait seulement expression de la loi ou même la loi elle-même « De jure in… propria significatione generaliter loquimur sicque cum lege convertitur » Du droit dans sa signification propre nous parlons comme s’il revenait à la loi Cité et commenté dans M Villey D DH p 127 CF le décalogue . Schmitt) Conception qui s’est imposée contre celle du droit naturel. mais aussi le monde des animaux (cf le totémisme) Les médiations indispensables doivent être protégées. la loi vient du Ciel La loi. Volnay ne craindra pas de l’appeler tout simplement physique. dans la naissance : ce que l’on voit dans les articles 1 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789: « Les hommes naissent libres et égaux en droits ».) Cette cosmologie et cette anthropologie. à la limite plus que l’homme lui même comme individu . la loi a un aspect transcendant (vient d’en haut) . (VOLNAY. d’où la légitimité du sacrifice humain cf les Aztèques par rapport au soleil Avec la doctrine biblique de la création l’homme apparaît en dernier. est source du droit. Cette égalité naturelle. l’homme peut avoir une origine divine . Ministère de l’éducation nationale. considère la terre comme naturellement désordonnée La nomophilie moderne est comme la laïcisation d’une conception théologique (cf. peut être considérée comme ayant sa source profonde dans la théologie biblique et plus spécialement dans la doctrine de la création La doctrine biblique de la création Désacralisation du monde et transcendance de Dieu Dans les religions traditionnelles. p 78 . caractéristique de la modernité. tout naturellement. cit. mais vient à la vie à travers les médiations de la nature surtout la terre . c’est à dire stricto sensu d’un droit qui est dans la nature (cosmos c’est à dire monde organisé .

l’échec de la tentative de mettre en place une déclaration universelle des droits de la famille lors de la célébration de l’Année internationale de la Famille en 1994 .58 Le nominalisme comme rejet des essences La querelle des universaux au XIV siècle et la position de Guillaume d’Occam Deux questions se posent ici 1) quelle est la nature des universaux ? ex quand je dis la justice ou encore l’homme y a-t-il un simple concept ? réponse des réalistes dans le prolongement de Platon . le nom n’est qu’un outil qui permet de connoter (rassembler le divers) il n’existe que in voce. Tel Nicolas de Cues. Galilée Rappel : Le monde pré galiléen : un cosmos . (dans la voix) in sermone. c’est un être : L’exemple de la famille Réponse des nominalistes . Gallimard 1973 coll. c’est à dire un ensemble organisé. plus on est en haut plus on est proche de Dieu Dieu d’ailleurs est dans le ciel . cet échec s’explique par le double refus de considérer une essence de la famille . les astres sont des intermédiaires cf aussi ces intermédiaires que sont les anges Cf la grande chaîne des êtres Contre cette cosmologie Pascal et d’abord Nicolas de Cues : . disparaître et qui n’est qu’un moyen ? Si c’est le cas ce qui existe seulement ce sont les individus Cf. que le centre soit le soleil ou la terre. non . de considérer la famille comme un être On le voit : la doctrine des DH ne s’appuie que sur la deuxième dimension du nominalisme .(dan le discours) in nomine (dans le nom) Donc refus des essences 2) Extension : quelle est la nature des communautés humaines ex le famille ? Un être ? cf les partisans des droits de la famille Une simple collection d’individus qui peut changer de forme. hiérarchisé avec un centre et une périphérie. donc fini. elle ne met évidemment pas en cause l’essence de l’homme mais seulement les communautés La révolution cosmologique de la Renaissance Référence : Alexandre Koyré Du monde clos à l’univers infini. distinction entre le haut et le bas .

Paris. c’est de la pensée et de la relation à une transcendance que l’homme seulement peut le trouver. édités par Pierre Magnard. le monde social est homogène au cosmos. Pascal Effroi de l’homme « En regardant tout l’univers muet et l’homme sans lumière. sans savoir qui l’y a mis. comme si la véritable dignité était dans l’indignité ». c’est sur fond de désordre. donc sans ordonnance. tant chez Descartes que chez Pascal. d’effondrement des hiérarchies qu’il faut chercher l’honneur de l’homme. écrit Pierre Magnard. tel qu’il a marqué la pensée antique et médiévale. 72/199 et 233/418. p 4. selon le mot célèbre de Pascal repris à N de Cuese.59 « une sphère infinie dont le centre est partout la circonférence nulle part » L’homme est sans référence à l’espace (cf la prmière partie du texte sur le roseau pensant (cf. sans place. 1995. parce qu’il sait qu’il meurt et l’avantage que l’univers a sur lui . La dignité de l’homme. incapable de toute connaissance. sans hiérarchie . a été ébranlée dans ses fondements par la Révolution Galiléenne : * l’univers devient infini. C’est que l’anthropologie qui a conduit au jusnaturalisme classique. ce qu’il adviendra en mourant. Honoré Champion éditeur. » ( PASCAL. mais c’est un roseau pensant’…) Quand l’univers l’écraserait. Actes du colloque tenu en Sorbonne en novembre 1992.) « Désormais. de subversion des valeurs. * Il est. l’univers n’en sait rien (…) Ce n’est point de l’espace qu je dois chercher ma dignité mais du règlement de ma pensée (…) Par l’espace l’univers me comprend et m’engloutit comme un tout . suivante) . par la pensée je le comprends » . la circonférence nulle part ». abandonné à lui même et comme égaré dans un recoin de l’univers. incapable de trouver un sens dans la nature et dans la société. le plus faible de la nature. j’entre en effroi comme un homme qu’on aurait porté sur une île déserte et effroyable et qui s’éveillerait sans connaître où il est sans moyen d’en sortir » Dignité de l’homme « L’homme n’est qu’un roseau . * Ce n’est plus de l’espace que l’homme peut tenir sa dignité : il est comme « le fini (qui) s’anéantit en présence de l’infini et devient pur néant. Pierre MAGNARD. dépourvu de centralité et de périphérie et donc sans ordre ni signification. comme « une sphère infinie dont le centre est partout. Comme on le voit. « Ordre et dignité ». par analogie l’homme n’a pas non plus de place dans la société . sans topos . l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue. sans lieu. le sens ne peut être lié à une place . p . ce qu’il est venu y faire.

.) a magnifiquement opéré la découverte métaphysique de l’homme » : « Les deux jusnaturalismes ou l’inversion des enjeux politiques ».60 C’est ainsi. « qui a les mêmes propriétés dans toutes les directions ». p 25. ni centre ni périphérie Monde dépourvu de sens . Alquié que« Descartes (. Des théories du droit naturel.. L’espace comme pure étendue à l’origine de l’idée de mondialisation Espace comme pure étendue. seul face à Dieu peut moins compter sur le soutien quotidien de la communauté en tant qu’elle est lieu de médiation du sens . elle se formulera spontanément en un discours revenant à ce que Léo Strauss appelle la doctrine moderne du droit naturel. homogène. sans qualité chez Descartes Il n’y a plus ni haut ni bas . conformément à la méthode qui veut voir dans la nature le fondement du juste. 1987. Mais ce ne sera pas cette voie que suivra la doctrine des droits de l’homme . isotrope. Centre de publication de l’Université de Caen. faisant allusion au titre du livre de F. observe Simone GOYARD-FABRE. inversement pour l’homme catholique Toutes les valeurs sont commensurables Concevoir la propriété au sens abstrait comme un droit d’user et d’abuser conduit à ne plus faire de distinction entre • • • le bien dont on a besoin pour vivre (une habitation par exemple) valeur d’usage celui qui sert à se procurer d’autres biens (valeur d’échange) comme en particulier l’argent le bien accumulé (ce qui relève selon Aristote de la Chrématistique) thésaurisation qui peut priver autrui de toute possession . maître et possesseur de la nature (Descartes) Suppression des frontières La fin des communautés Grandeur et misère de l’individu isolé. en effet. sans communauté Rappel : la théorie du suicide de Durkheim : Il y a plus de suicides dans les pays du nord de l’Europe (plutôt protestants) que ceux du sud (plutôt catholiques) Explication : le homme protestant. à la merci de l’homme.

Georg. Elle a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse.61 • et le bien qui permet de gagner de l’argent sans travailler et qui plus est confère un pouvoir social. le prêtre. de l’enthousiasme chevaleresque (…) dans les eaux glacées du calcul égoïste » p 34 * Disqualification des activités jusqu’alors sacrées « La bourgeoisie a dépouillé de leur auréole toute les activités considérées jusqu’alors avec un certain respect. l’homme aux droits fondamentaux égalité. c’est l’argent CF. l’homme de sciences elle en a fait des salariés à ses gages » (ibidem) Critique par Marx des DH Question Juive 10/18 p « p37 distinction entre droits de l’homme et droits du citoyen Question : quel est cet homme distinct du citoyen ? l’homme égoïste séparé de la communauté. de la famille . les dures exigences du paiement au comptant. dont la différence de nature et d’usage n’est pas prise en considération. Dresde. le poète. propriété liberté définie à l’article 6 de l DHC « la liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui » qui se formule de façon populaire ainsi : la liberté des uns s’arrête là ou commence celle des autres P 38 « Le droit de l’homme.p 412 NB Georg Simmel est aussi l’auteur d’une Philosophie de l’argent. liberté. à savoir le CAPITAL Ce qui est commune mesure à tous les biens. cité par Françoise Choay L’urbanisme. elle le a brisés sans pitié pour ne laisser subsister d’autres liens. en posant la question de la seule quantité » Les grandes villes et la vie de l’esprit. à savoir la valeur d’échange qui nivelle toute qualité particulière. la liberté. comme vénérables : le médecin. Suppression de la hiérarchie Manifeste du Parti communiste p 52 54 « Partout où elle a conquis le pouvoir elle (la bourgeoisie) a détruit les relations féodales patriarcales idylliques. sûreté. ne repose pas sur les relations de l’homme avec l’homme mais plutôt sur la séparation de l’homme avec l’homme » .Seuil 1965. devenue individualiste * Disqualification de la patrie. utopies et réalités . 1900 La révolution industrielle selon Marx Les droits de l’homme sont symptomatiques d’une société sans lien communautaire. entre l’homme et la femme que le froid intérêt. 1903. Tous les liens variés qui unissent l’homme féodal à ses supérieurs naturels. Simmel « L’argent ne s’intéresse qu’à ce qui est commun.

historique . c’est comme l’atome. c'est-à-dire un individu séparé de la communauté . Colloque d’Aix en Provence . tout au contraire la vie générique elle même. l’individu (indivisible) La construction est dans la technique certes mais aussi dans la science : les deux sont liés on ne peut construire qu’en déconstruisant d’abord par la pensée . chez Descartes La théorie de l’animal machine : on ne construit des automates qu’en déconstruisant par la pensée le vivant pour le réduire à du mécanique. et pour construire il faut déconstruire.62 NB sur la propriété cf constitution de 1793 « Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen e jouir et de disposer à son gré de ses biens de ses revenus. la philosophie de Descartes CF. c’est une explication de ce qu’est la société et du choix permanent qui s’impose aux hommes : ou le respect de la souveraineté ou la mort Le Nouveau droit naturel est le droit de l’individu (ou du sujet) Droit naturel comme liberté jus omnium in omnia . cf. l’homme est naturellement un animal politique Sens de la conception hobbesienne du contrat social : ce n’est pas le récit d’un processus temporel. comme une limitation de son indépendance originelle » (p 39) P 40 L’émancipation politique fait de la communauté politique. la société. du fruit de son travail et de son industrie » P 38 cette liberté individuelle « fait voir en chaque homme non pas la réalisation mais plutôt la limitation de sa liberté « Aucun des prétendus droits de l’homme ne dépasse donc l’homme égoïste. apparaît comme un cadre extérieur à l’individu. L’homme y est loin d ‘être considéré comme un être générique . cf la méthode résolutive compositive de l’école de Padoue. négation du principe aristotélicien . replié sur lui même et obéissant à son arbitraire privé. réduire en éléments simple parfaitement connaissables . de la communauté civique un simple moyen devant servir à la conservation de ces soi disant droits de l’homme le citoyen est donc déclaré le serviteurs de l’homme égoïste La sphère où l’homme se comporte en qualité d‘être générique est ravalée au dessous e la sphère où il fonctionne en qualité d‘être partiel C’est l’homme en tant que bourgeois et non pas l’homme en tant que citoyen qui est considéré comme l’homme authentique et vrai Les théories du contrat social comme aspect du constructivisme juridico politique Nouvelle théorie de la définition cf Hobbes et le commentaire de Cassirer on ne connaît vraiment que ce que l’on construit . en somme à des pièces . or l’élément simple dans la société. cf Simone Goyard Fabre dans la colloque Michel Villey. même chose pour les corps sociaux (Hobbes) . l’homme en tant qu e membre de la société bourgeoise.

il y a deux temps pactum societatis puis pactum subjectionis. c’est vraiment l’origine de l’individualisme moderne et de la conception libertaire des DH Ce que la volonté a fait. Il est donc toujours possible de renvoyer les gouvernant et même de se retirer de la société . seule conditions de la sécurité et de la paix sans discuter ses volontés Ici on a un Pactum subjectionis (pacte de soumission) qui est ipso facto pactum societatis (pacte de société) Il n’y a pas de contrat social proprement dit) Dans les conceptions libérales du Contrat social (Locke. c’est le peuple lui même qui est législateur Et alors Obéir à la loi que l’on s’est donnée est liberté L’individualisme des libertés privées laisse la place à la volonté générale NB A la différence de Hobbes en particulier. la conception de Rousseau décrit ce qui doit être en particulier pour dépasser les apories décrites dans le Discours sur l’origine de l’inégalité . Pufendorf). la même volonté peut le défaire : c’est l’essence du contrat Pour mémoire on a une troisième conception qui est celle de ROUSSEAU : un seul pacte pactum societatis qui est ipso facto pactum sujectionis le souverain étant ici le peuple lui-même c’est l’essence de la démocratie . Par ailleurs la conception de Hobbes est conservatrice ( monarchiste) celle de Rousseau est révolutionnaire .63 mais qui entraîne un bellum omnium contra omnes Or ce droit naturel ne peut être accepté par la loi naturelle (en fait la raison en nous) il faut donc accepter le souverain.

64 CONCLUSION GENERALE .

8 Mais c’est pour dénoncer une illusion: « en réalité le groupement familial et le groupement social sont les seuls qui aient été voulus par la nature. au commencement de la vie par la plus grande incertitude. se réaliser inéluctablement dans l’histoire. Paris. ou alors être simplement l’objet d’une restauration. On oublierait alors en quoi consiste la situation de l’homme dans sa factualité. patrie. Presses Universitaires de France. apparaissant comme des cercles de plus en plus larges. à l’exigence d’universalité. politique entre citoyens et étrangers . l’existence humaine. p 1174. marqué par l’émergence inéluctable de l’exigence d’universalité et devant rendre nécessairement caduque l’existence des sociétés particulières. entre les membres desquelles s’impose l’inégalité. L’inégalité est d’ordre social entre dominants et dominés. en somme leur naissance. on a pensé que l’homme devait naturellement aimer l’humanité comme on aime sa patrie et sa famille ». peuvent être reconnus comme correspondant à une tendance naturelle.65 L’illusion universaliste Individuelle au départ. contingent. bien (BERGSON .) Si donc la famille. est le plus souvent marquée par l’inégalité . au-delà des communautés particulières. en tant qu’elle est marquée par l’égale dignité conduit alors. l’existence individuelle y présente un caractère aléatoire. C’est ainsi que l’on voudrait présenter la fraternité universelle comme aboutissement d’un processus naturel et spontané. économique entre riches et pauvres. Par ailleurs cet évènement qu’est la venue au monde des hommes. il n’en va pas de même pour l’exigence d’universalité. les seuls auxquels correspondent des instincts et les instincts sociaux porteraient les sociétés à lutter les unes contre les autres plutôt qu’à s’unir pour se constituer effectivement en humanité ». Et d’abord elle est marquée. BERGSON décrit ainsi cette tendance: « Famille. Edition du centenaire. le clan. la nation. 1963. Il faut alors se garder de cette tentation qui consisterait à considérer une nature humaine qui devrait nécessairement se réaliser dans l’histoire. telle qu’elle devrait se manifester. Les deux sources de la morale et de la religion . précaire. De façon plus générale il faut reconnaître que la réalité humaine est complexe. humanité. mais elle relève aussi de la 8 .

est aussi naturelle l’inégalité déterminée par la différence d’âge. des hommes envers les femmes. que d’une constante et courageuse promotion. des violences conjugales . et aussi. il convient de chercher une réponse dans un autre ordre de discours. hélas de façon plus banale. les droits de l’homme méritent alors d’être l’objet. Si donc ce n’est pas dans la nature qu’il faut chercher la réponse à la question du fondement de la dignité de l’homme. d’autre part les enfants et les vieillards dans leur extrême vulnérabilité ? Enfin c’est de la nature et non pas d’un méchant complot machiste que relève la violence. entre ceux que l’on dit justement dans la force de l’âge d’une part. dans une métaphysique. moins d’une défense. dans une surnature. au delà des prises de toute science. à une époque où l’on exalte l’égalité dans le couple. qui court le risque d’être inquisitoriale. sous des formes différentes à travers l’histoire. et de penser les droits de l’homme au delà de toute nature.9 Pour toutes ces raisons. normalement constituées et handicapées. Comment ne pas voir également que. ∗∗∗ 9 Il suffit d’observer ici que ce sont les femmes qui sont les victimes du viol. toute existence s’inscrivant dans la temporalité.66 nature : entre personne saines et personnes malades.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful