Vous êtes sur la page 1sur 5

U.S.T.H.B

4 ème Année Ingénieur Instrumentation

Compte Rendu

TEC 588 –

TP2

JHRMTEC588TP2D5-I-2012

L’Amplificateur Opérationnel En Commutation

Jugurtha Hadjar et Raouf Moualdi

I-But de la manipulation

Le but de la manipulation est d’étudier les différents montages de l’amplificateur opérationnel en régime de commutation.

A - Montage Astable

Schéma du montage :

de commutation. A - Montage Astable Schéma du montage : A-1] Expressions de et : En

A-1] Expressions de et :

En appliquant le théorème de Millman sur le point e en référence à la masse, on trouve :

e

V

R

V

R

1

R

1

R

En simplifiant, on aura le résultat suivant :

e

V

V

(1)

L’ampli-op fonctionnant en régime non linéaire, sa sortie V bascule entre deux états, V et

V .

La tension au point e aura donc deux valeurs possibles, selon que V soit égale à V ou V , d’où la création de deux seuils nommés

V

et V .

 

V

est

en

vigueur

lorsque

V est

en

vigueur

lorsque

V V

.

V V .

En posant

 

1

 

B

 

R R

 

On aura :

V

B. R . V

B. R . V

(2)

V B. R . V

B. R . V

(3)

A-2-a] Expression de , la tension aux bornes du condensateur :

e V t

(4)

Le condensateur est initialement déchargé. L’ampli op sature positivement lors de la mise en marche du montage, V V . Le seuil V est en vigueur.

C se charge via R de 0 à V selon l’équation:

V t

V 1 e

(5)

V ,

l’ampli bascule et sature négativement. Désormais, V V et V est en vigueur. C se décharge via R à V selon :

Dès que

V

(et donc

e )

atteint le seuil

V t V V 1 e

V

(6)

Dès que V atteint le seuil V , l’ampli bascule et

en

vigueur. C se charge via R à V avec une

tension initiale de V :

sature positivement. V V . V

est

V t V V 1 e V

(7)

A-2-b] Expression de la période du signal de sortie :

L’équation (5) représente le régime transitoire, l’on étudiera donc les équations (6) et (7) qui décrivent le comportement du système une fois stable.

- Lors de la décharge du condensateur selon (6), la tension atteint finalement V à la date t :

t V V 1 e V V

V

t

τ. Ln

$ %&' ( $ )

$ %&' ( $ (

- Lors

charge du condensateur

selon (7), la tension atteint finalement

V à la date t :

de

la

V t V V 1

e V V

t

τ. Ln V V

V

V

La période étant la somme de t et t :

T

τ. +Ln V V

V V Ln V V ,

V

V

B - Montage Monostable :

Schéma du montage : C1 0.1µF D1 C R2 150Ω R1 33kΩ 0.1µF R1 33kΩ
Schéma du montage :
C1
0.1µF
D1
C
R2
150Ω
R1
33kΩ
0.1µF
R1
33kΩ
Vref
5 V

B-1] Allure de - . :

Fonctionnement du circuit d’entrée C1, R1, D1 :

Lorsque Ve passe à E :

0

V t E. 1 e 1

V t E. e 0

1

Lorsque Ve passe à 0 de nouveau :

V t E. e 0

1

V t E.

1

e 0

La diode D1 est en parallèle à R1 et devient donc polarisée en direct lors de la décharge du condensateur et court-circuite ipso facto la

résistance R1.

La constante de charge (respectivement de décharge) étant la valeur de la résistance via laquelle se charge (respectivement se décharge) un condensateur multipliée par la capacité de ce dernier, on aura une constante de décharge qui tend vers zéro. i.e Le

condensateur passe de E à 0 ‘instantanément’

lorsque Ve passe de E à 0, et V reste à la

valeur 0. On a donc éliminé la composante

négative qui aurait été présente sans la diode.

B-2] L’état de Vs en l’absence d’impulsion

Un monostable est, par définition un montage qui a un seul état stable. En l’absence d’une impulsion de commande, e 0 , et e 3 456

e 7 e

On aura donc 3 8 3 89:

B-3] Fonctionnement du circuit en réponse à une impulsion :

A] Avant l’impulsion, à la mise en marche du montage, le condensateur C se charge selon l’équation suivante :

0

V t V 3 456 1

e 1

τ

R R ; 6.6

=>

La tension aux bornes du condensateur atteindra la valeur finale V 3 456

e 3 456 ? @

@ A ; B3 BA C

V 3 456

R R

1

e 0

1

e 0

e 3 456 ?1. V R R 3 456

3 4 5 6 ?1. V R R 3 4 5 6 Pour t=0, au moment

Pour t=0, au moment de la mise en marche, la tension initiale de l’entrée non inverseuse :

e

R . V R . V

R R

Le condensateur se chargera et aura une tension à ses bornes égale à (V 3 456 .

Ce qui mène à une tension finale à l’entrée non inverseuse de e V . Ceci est l’état stable.

A] Après l’impulsion

L’impulsion sur e doit être supérieure à e V pour arriver à faire basculer le montage. En supposant qu’elle l’est, dès que l’impulsion se présente, e devient supérieure à e ce qui conduit vers une saturation négative :

V V V

Le condensateur se charge « négativement » selon l’équation suivante :

0

V t D V 3 456 V 3 456 E 1 e 1 V

3 456

 

0

V t DV V E 1 e

1 V 3 456

e t L 3 GHI 2

? 1 ? 1 ? 2

V SAT . e t τ b

e

0 N

? ?

3

1

456

2?

.

V

0

V t b 2V 1 e t b V 3 456

1

V t b D 2V E 1

? ?

3 456

2?

.

V

V 3 456

V t b V ?

?

3 456

Le condensateur C se chargera à V 3 456 en ayant

comme valeur initiale

V t b

0

V t V 3 456 V t b 1 e 1 V t b

@ A ; B3 BA C

? 1 ? 2 V SAT 3 GHI V C t L e t

τ

1

e 3 456 ? @

e 3 456

?

? 2 V SAT 3 GHI V C t L e t

τ

? 1

e 3 456

?

? 2 V SAT 3 GHI V SAT ? 2

1

? 1

?

τ

3 GHI e t

- P QRS T

U

V

[

U T WXY P QRS - Z

U V

e a donc ‘sauté’ de 0 à 2

3 456 . On a un retour vers l’état stable.

? 1

\

\ V et décroît vers

B-4] Tracer - et P ] .

Voir Figure B-4

 

0

V t 2V 1 e

1 V 3 456

B-5] Durée de l’état instable (période du monostable) et temps de récupération :

On suit le même raisonnement que pour l’état stable, on trouve :

e 3 GHI 2

?

1

? 1 ? 2

V SAT .

τ

e t

Au moment du basculement :

e 3 GHI 2

? 1

? 1 ? 2

V SAT

L’exponentielle dans e décroît, e croît vers

un

basculement de l’ampli op 3 8 3 89: .

3 456 ,

mais

dès

qu’elle

atteint

0,

on

aura

Trouvons la valeur de la tension aux bornes de C :

Au moment du basculement,

B-5-a] Période

e T 0 e 3 GHI 2

?

1

? 1 ? 2

T

τLn 2 V SAT

3

GHI

?

1

? 1 ? 2

Calcul :

T

? 1 ? 2 . C. Ln V SAT

3

GHI

^

τ

V SAT . e T

B-5-b] Temps de récupération

Le temps de récupération s’obtient en calculant le temps qu’il faut à l’exponentielle dans e pour s’annuler :

- Y [ _

`

On convient que Y _ a 3τ à 5τ

Calcul :

τ

Y _ a

B-6] Comment pourrait-on réduire le temps de récupération :

On pourrait réduire le temps de récupération en utilisant une diode en parallèle à ? comme le

montre le schéma suivant :

C1 0.1µF D1 C R2 150Ω R1 33kΩ 0.1µF R1 33kΩ D2 Vref 5 V
C1
0.1µF
D1
C
R2
150Ω
R1
33kΩ
0.1µF
R1
33kΩ
D2
Vref
5 V

A l’état stable, le courant circulant à travers ? est

nul, la différence de potentiel à ses bornes est donc nulle, et la diode n’influe d’aucune manière sur le montage.

A l’état instable, la différence de potentiel aux bornes

de ? (et donc de D2) est négative, la diode D2 est polarisée en inverse (circuit ouvert) et n’influe pas sur la charge du condensateur C.

Lors de la récupération, la différence de potentiel aux bornes de ? est positive, cela polarise D2 en direct et celle-ci devient conductrice fournissant ainsi un chemin de très faible impédance, court-circuitant ? pour une décharge brève du condensateur C.

II- Partie Pratique :

II-1] Astable :

? 33 eΩ ; inconnue.

? 100 eΩ ;

Partie 1

3 456 0

; 0.1 gh

;

R

de

valeur

1- Relever et W sur papier millimétré.

(Figure II-1-1-1)

2-

comparer la valeur mesurée à celle calculée :

Mesurer

la

fréquence

du

signal

W

T τ. +Ln

V V Ln

V

V

V V ,

V

V

3 456 0,

donc :

V B. R . V V B. R . V

T

T

2τ. Ln +

V ,

V

V

V

2. R. C. Ln i1 2 R

R

j

et

On ne peut calculer T, car la valeur de R est manquante (à déduire après la mesure de T)

T mesurée =

3- Mesurer et

théoriques :

et comparer aux valeurs

V

mesurée =

V

mesurée =

V

théorique : V B. R . V

kk

kk l a-

V théorique : V B. R . V = kk

kk l a+

4- Déduire la valeur de R

R a

R

T m n é

2CLn p1 2

R

q

R

Partie 2 3 456

r 0

Temps de récupération =

2

– Relever et W

(Figure II-1-2-2)

3 456 5 3

3- Période du signal Vs ainsi que son rapport cyclique :

T =

Mark =

η = Rapport cyclique (duty cycle) = tu v

η a

%

4- L’effet de la variation de P QRS sur le montage :

II-2] Monostable :

1- L’état de la sortie en l’absence du signal de commande :

Vs=

2- Relever Ve(t), signal d’entrée de fréquence 500 Hz et - .

(Figure II-2-2)

Forme des impulsions ?

3- Relever sur la même feuille que - .

signaux

synchronisée.

Vs

et

- .

et

de

les

manière

(Figure II-2-2)

4- Mesurer la durée de l’état instable :

Durée de l’état instable =

5- Mesurer le temps de récupération :

6-

empiriques :

Comparer

les

valeurs

théoriques

et

7- On diminue la fréquence du signal de commande. Que se passe-t-il ?

8- Câbler la solution proposée pour réduire le temps de récupération :

Nouveau temps de récupération :

Conclusion :

^ \ x