P. 1
Dimensionnement et Planification d'un réseau 4G LTE pour Tunisie Télécom

Dimensionnement et Planification d'un réseau 4G LTE pour Tunisie Télécom

|Views: 15,148|Likes:
Publié parKais Ameur
4G LTE dimensionnement planification Atoll
4G LTE dimensionnement planification Atoll

More info:

Published by: Kais Ameur on Jul 02, 2013
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial
Tarif : $10.00 Buy Now

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
See more
See less

02/05/2016

$10.00

USD

Mémoire de Projet de Fin d’Etudes

Optimisation d’un réseau pilote 4G pour
Tunisie Télécom

Présenté à
L’Ec ol e Nat i onal e d’I ngéni eur s de Gabès
En vue de l’obtention du
Di pl ôme Nat i onal d' I ngéni eur en Communi c at i ons et Réseaux

Réalisé par : Eya JAMMAZI
Encadré par : Mme. Raouia AYADI(ENIG)
M.Kais AMRI (Tunisie Telecom)
M. Nourreddine BOUJNEH (FSG)
Soutenu le 21/Juin/2013, devant la commission d'examen:
M. Belgacem CHIBENI
Mme. Nedra Ben GHODHBEN
Mme. Raouia AYADI
M. Nourreddine BOUJNEH

République Tunisienne
Ministère de l’Enseignement Supérieur et
de la recherche scientifique
Université de Gabès
Ecole Nationale d’Ingénieurs de Gabès
Département de Génie des
Communications et des Réseaux

Projet de Fin d'Etudes

N° d'ordre: 2013
Dédi caces
A mon pèr e M ongi ,
& ma mèr e N aji ba,
Pour toute ses pati ences, ses souti ens, ses affecti ons et ses
sacr i fi ces dur ant ces années.
Pour m’avoi r poussé jusqu’au bout et pour avoi r été
toujour s un confor t mor al
A mon cher fr èr e Sei f
Pour le gr and amour et la pati ence Que di eu le gar de et le
pr otège.
A mon cher fr èr e Far es
En lui souhai tant la r éussi te dans ses Etudes et dans sa vi e
A ma chèr e sœur Soni a
En lui souhai tant la r éussi te dans ses études et dans sa vi e
A tous mes pr oches dans la fami lle.
A tous ceux qui ont cr u en moi .
A tous ceux-ci je dédi e ce tr avai l
En espér ant êtr e toujour s à la hauteur de leur s attentes

…Eya
Remer ci ements


Au terme de ce projet, je tenais à exprimer mes profonds remerciements à
tous ceux qui m’as aidé de prés ou de loin à la réalisation de ce travail.
Je présente mes sincères gratitudes et respects à mes encadreurs Mme
Rouia AYADI et Mr.Noureddine BOUJNEH qui ne m’ont épargné aucun effort
pour le bon déroulement de ce travail. Ses remarques et ses consignes ont été
pour moi d’un grand apport.
Ce projet a été réalisé en collaboration avec Tunisie Telecom et je
remercie Mr.Kais AMRI pour m’avoir confié ce sujet de recherche.
Je tenais aussi à exprimer mes remerciement à tous les enseignants de
l’ENIG qui m’ont beaucoup aidé, offert une agréable ambiance de travail et
m’ont garanti la meilleure formation possible afin d’effectuer ce projet dans les
meilleurs conditions.
Enfin mes meilleurs et vifs remerciements s’adressent aux membres du
jury pour avoir accepté d’évaluer ce modeste travail. C’est un réel honneur de
juger notre travail. Nous espérons être à la hauteur de leurs expectations.
Table des Matières
Liste des Acronymes ............................................................................................................ 11
Introduction générale ............................................................................................................ 13
Cahier de charges ................................................................................................................ 14
Présentation de l’organisme d’accueil ................................................................................... 15
Chapitre I: ............................................................................................................................ 16
La quatrième génération du réseau radio mobile LTE ........................................................... 16
1.1. Introduction ............................................................................................................... 17
1.2.Évolution UMTS vers LTE ......................................................................................... 17
1.2.1. Principe de W-CDMA ....................................................................................... 17
1.2.2. La technologie HSDPA ....................................................................................... 18
1.2.3. La technologie HSUPA ....................................................................................... 18
1.2.4. La technologie de HSPA+................................................................................... 18
1.3. LTE (Long Term Evolution) ..................................................................................... 19
1.3.1. Architecture LTE ................................................................................................ 20
1.3.2. Réseau d’accès : E-UTRAN ............................................................................... 20
1.3.3. Réseau Cœur : EPC (Evolved Packet Core) ........................................................ 21
1.4. Interface Air............................................................................................................... 22
1.4. 1.Principe de l’OFDM et SC-FDMA ...................................................................... 22
1.4.2. Structure de la trame ........................................................................................... 23
1.4.3. Concept de bloc de ressources ............................................................................. 24
1.4.4. Les canaux radio ................................................................................................. 24
1.4.4.1. Les canaux logiques ...................................................................................... 24
1.4.4.2. Canaux de transport ....................................................................................... 25
1.4.4.3. Canaux physique ........................................................................................... 25
1.5. Principe de la technologie MIMO .............................................................................. 27
1.6. Modulation et codage adaptatifs ................................................................................. 28
1.7. Les exigences LTE ..................................................................................................... 28
1.7.1. La capacité des utilisateurs simultanés ................................................................. 28
1.7.2. Les débits ............................................................................................................ 29
1.7.3. La latence ............................................................................................................ 29
1.7.4. La mobilité .......................................................................................................... 29
1.8. Qualité des services.................................................................................................... 29
1.8.1. Les services LTE ................................................................................................. 29
1.8.2. Efficacité QOS .................................................................................................... 30

Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 5

1.9. Conclusion ................................................................................................................. 30
Chapitre II : .......................................................................................................................... 31
Dimensionnement du réseau mobile LTE ............................................................................. 31
2.1. Introduction ............................................................................................................... 32
2.2. Processus de Dimensionnement ................................................................................. 32
2.3. Dimensionnement de couverture ................................................................................ 33
2.3.1. Les étapes de dimensionnement de couverture..................................................... 33
2.3.2. Le calcul à faire : ................................................................................................. 34
2.3.2.1. Bilan de liaison Radio RLB ........................................................................... 35
2.3.2.2. Modèle de Propagation : ................................................................................ 36
2.3.3. Calcul de la couverture pour les Uplink ............................................................... 37
2.3.3. 1. Débit requis : ................................................................................................ 37
2.3.3.2. SINR requis : ................................................................................................. 38
2.3.3. 3. Sensibilité eNodeB récepteur : ...................................................................... 39
2.3.3. 4. Les marges de bruit ...................................................................................... 39
2.3.3.5. Puissance par bloc de ressource EIRP (Effective Isotropic Radiated Power) . 42
2.3.3. 6. Equation bilan de liaison Uplink ................................................................... 43
2.4. Calcul de la couverture pour les DownLink ................................................................ 43
2.4.1. Pertes de trajet ..................................................................................................... 44
2.4.2. Débit binaire requis : ........................................................................................... 44
2.4.3Puissance par bloc de ressource : ........................................................................... 44
2.4.4. Augmentation du bruit à la bordure de la cellule .................................................. 44
2.4.5. Equation bilan de liaison DownLink:................................................................... 45
2.4.6. La sensibilité du l’équipement utilisateur récepteur ............................................. 45
2.4.7. SINR à la bordure de la Cellule .......................................................................... 45
2.4.8. Limite du Bilan de liaison ................................................................................... 46
2.4.9. Les modes de transmission .................................................................................. 46
2.4.10. Rayon de la cellule ............................................................................................ 48
2.4.11. Nombre des sites : ............................................................................................. 48
2.5. Dimensionnement de capacité : .................................................................................. 50
2.5.1. Calcul dimensionnement de capacité pour les Uplink : ........................................ 50
2.5.1.1. Débit de la cellule : ........................................................................................ 50
2.5.2. Calcul dimensionnement de capacité DownLink : ............................................... 51
2.5.2.1. SINR : ........................................................................................................... 51
2.5.2.2. Débit de la cellule : ........................................................................................ 51

Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 6

2.5.2.3. Nombre des sites demandés : ......................................................................... 51
2.6. Conclusion : ............................................................................................................... 52
Chapitre III : ......................................................................................................................... 53
Conception et réalisation d’un outil de dimensionnement du réseau LTE .............................. 53
3.1. Introduction ............................................................................................................... 54
3.2. Spécification des besoins ........................................................................................... 54
3.3. Outils de conception .................................................................................................. 55
3.3.1. Choix du langage de modélisation ....................................................................... 55
3.3.2. Logiciel de modélisation : ArgoUML .................................................................. 55
3.4. Les diagrammes UML ............................................................................................... 56
3.4.1. Le diagramme de cas d’utilisation ....................................................................... 56
3.4.2. Le diagramme de classe ...................................................................................... 57
3.4.3. Le diagramme de séquence .................................................................................. 57
3.4.3.1 .Diagramme de séquence « Authentification » ............................................... 58
3.4.3.2 .Diagramme de séquence « générale » simplifié............................................. 58
3.5. L’environnement de développement........................................................................... 60
3.5.1. Langage de développement : Java..................................................................... 60
3.5.2. Technologies utilisé : NetBeans (version 7.2.1) ................................................ 60
3.5.3. IText ................................................................................................................ 60
3.6. Développent de l’outil ................................................................................................ 60
3.6.1. Description de l’outil ........................................................................................... 60
3.6.2. Interface d’authentification .................................................................................. 61
3.6.3. Interface d’inscription : ....................................................................................... 61
3.6.4. Onglet « paramètre Radio » ................................................................................. 62
3.6.5. Onglet « paramètre Abonnées » ........................................................................... 63
3.6.6. Onglet « paramètre ENodeB » et Onglet « paramètre UE » ................................. 64
3.6.7. Onglet « paramètres de la ligne de transmission »................................................ 66
3.6.8. Onglet « UL-DL» ................................................................................................ 66
3.6.9. Onglet « paramètres système» : ........................................................................... 67
3.6.10. Onglet « Solution» : .......................................................................................... 68
3.6.11. Onglet « Information » : .................................................................................... 69
3.7. Validation des résultats obtenus ................................................................................. 70
3.7.1. Processus de planification LTE ........................................................................... 70
3.7.2. Planification avec ATOLL .................................................................................. 71
3.7.2. 1.Les étapes à suivre ......................................................................................... 71

Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 7

3.7.2.2. Zone géographique à planifier ....................................................................... 72
3.7.2.3. Ajout des sites ............................................................................................... 73
3.8. Conclusion ................................................................................................................. 75
Conclusion et perspectives.................................................................................................... 76
Bibliographies ...................................................................................................................... 77
Webographie ........................................................................................................................ 78
Annexe 1 .............................................................................................................................. 79
Annexe 2: ATOLL ............................................................................................................... 80


Li ste des fi gur es
FIGURE 1.1:EVOLUTION VERS LTE ........................................................................................ 17
FIGURE 1.2: ARCHITECTURE DE LTE ...................................................................................... 20
FIGURE 1.3: ARCHITECTURE EPC .......................................................................................... 21
FIGURE1.4:DIFFERANCE OFDMA ET SC-FDMA .................................................................... 23
FIGURE1.5:TRAME LTE ......................................................................................................... 23
FIGURE1.6:DUPLEXAGE FDD ................................................................................................ 23
FIGURE 1.7:DUPLEXAGE TDD ............................................................................................... 24
FIGURE 1.8:BLOC DE RESSOURCES ......................................................................................... 24
FIGURE 1.9: MAPPAGE DES CANAUX ....................................................................................... 26
FIGURE 1.10 :SCHEMAS REPRESENTATIFS DES SYSTEMES SISO, MISO, SIMO ET MIMO ........ 27
FIGURE 1.11: MODULATIONS LTE .......................................................................................... 28
FIGURE 1.12:EPS BEARERS .................................................................................................... 30
FIGURE 2.1: PROCESSUS DE DIMENSIONNEMENT...................................................................... 32
FIGURE 2.2:PROCESSUS DE DIMENSIONNEMENT DE COUVERTURE POUR LE DOWNLINK ………34
FIGURE 2.3: CALCUL DU DIMENSIONNEMENT DE COUVERTURE ............................................... 35
FIGURE 2.4:VARIATION SINR EN FONCTION DE NBRE DE BLOC DE RESSOURCES ...................... 39
FIGURE 2.5:CONNEXIONS DU SYSTEME D'ALIMENTATION DE L’ANTENNE ................................. 41
FIGURE 2.6: MODELE BILAN DE LIAISON UPLINK ..................................................................... 43
FIGURE 2.8: MODELE HEXAGONALES DE CELLULE .................................................................. 49
FIGURE 2.9: ILLUSTRATION DE CALCUL DE DIMENSIONNEMENT DE CAPACITE .......................... 51
FIGURE 3.1: LOGO ARGOUML............................................................................................... 55
FIGURE3.2 : DIAGRAMME DE CAS D’UTILISATION ................................................................... 56
FIGURE3.3 : DIAGRAMME DE CLASSE ..................................................................................... 57
FIGURE3.4. DIAGRAMME DE SEQUENCE DE « AUTHENTIFICATION » ......................................... 58
FIGURE 3.5 : DIAGRAMME DE SEQUENCE DE « SIMPLIFIE » ...................................................... 59
FIGURE 3.6: LOGO DE IP PLANNINGTOOL ............................................................................... 61
FIGURE3.7. INTERFACE D’AUTHENTIFICATION ........................................................................ 61
FIGURE3.8 : INTERFACE D’INSCRIPTION .................................................................................. 62
FIGURE3.9 : ONGLET « PARAMETRES RADIO »......................................................................... 63
FIGURE3.10 : ONGLET « PARAMETRES ABONNEES » ................................................................ 64
FIGURE3.11 : ONGLET « PARAMETRES ENODEB » .................................................................. 65
FIGURE3.12 : ONGLET « PARAMETRES UE » ........................................................................... 65
FIGURE3.13 : ONGLET « PARAMETRES DE LA LIGNE D’ALIMENTATION » .................................. 66
FIGURE3.14 : ONGLET « PARAMETRES DE LA LIGNE D’ALIMENTATION » .................................. 67
FIGURE3.15 : ONGLET « PARAMETRES SYSTEME» ................................................................... 68
FIGURE3.16 : ONGLET « SOLUTION» ...................................................................................... 69
FIGURE3.17 : ONGLET « INFORMATION» ............................................................................... 70
FIGURE 3.18 : PROCESSUS DE PLANIFICATION ......................................................................... 70
FIGURE3.19 : ZONE SELECTIONNEE POUR LA PLANIFICATION ................................................... 72
FIGURE3.20 : COMPOSITION DE LA ZONE SELECTIONNEE ......................................................... 73
FIGURE3.21 : AJ OUT DES SITES SUR LA ZONE SELECTIONNEE ................................................... 73
FIGURE3.22 : AJ OUT DES SECTEURS ........................................................................................ 74

Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 9

FIGURE3.23 : ACTIVATION DES SITES ..................................................................................... 74
FIGUREA1.1 : BILAN DE TRAJ ET ............................................................................................. 79
FIGUREA2.1 : INTERFACE DE DEMARRAGE ............................................................................. 80
FIGUREA2.2 : CARTE DE GRAND TUNIS .................................................................................. 80
FIGUREA2.3 : FOCUS ZONE .................................................................................................... 81
FIGUREA2.4 : CONFIGURATION DES SITES .............................................................................. 81
FIGUREA2.5 : CONFIGURATION DES SECTEURS DE CHAQUE SITE.............................................. 81
FIGUREA2.6 : PREDICTION DE COUVERTURE .......................................................................... 82
FIGUREA2.7 : CORRECTION AUTOMATIQUE DE COUVERTURE .................................................. 82


Li ste des tableaux

TABLEAU 1.1 : CARACTERISTIQUES LTE ................................................................................ 20
TABLEAU2.1:LARGEURS DE BANDE ET LES BLOCS DE RESSOURCES SPECIFIEES LTE................. 38
TABLEAU 2. 2:PERTES DE LA PENETRATION ............................................................................ 40
TABLEAU 2. 3: PERTES SELON TYPE DE SIGNAL ....................................................................... 40
TABLEAU2. 4:MARGE DE SHADOWING ................................................................................... 41
TABLEAU 2.5:PERTES DE LIGNE D’ALIMENTATION .................................................................. 42
TABLEAU 2.6:PARAMETRES SEMI EMPIRIQUES POUR DOWNLINK ............................................. 47
TABLEAU 2.7:BILAN DE LIAISON DOWNLINK ......................................................................... 45
TABLEAU 2.8:ATTENUATION FIXE DANS LE MODELE DE PROPAGATION OKUMURA-HATA.......... 48
TABLEAU2.9 : SURFACE DE ZONE ........................................................................................... 50


List e des Acr onymes

Li st e des A cr onymes

ACK : Acknowledgement
AMR: Adaptive Multi-Rate
AMC: Adaptive Modulation and Coding

BW : Bandwidth
BER : Bit Error Rate
BCH : Broadcast Channel
BCCH: Broadcast Control Channel
CCCH: Common Control Channel
CDMA : Code division Multiple Access
CP: Cyclic Prefix
CQI: Channel Quality Indicator
DTCH: Dedicated Traffic Channel
DL-SCH : Downlink Shared
DFT : Discrete Fourier Transform I
DCCH: Dedicated Control Channel DL
Downlink
EIRP: Effective Isotropic Radiation
Power
EPS :Evolved Packet System
EPC :Evolved Packet Core
eNB: Evolved Node B
E-UTRAN: Evolved UMTS Terrestrial
epa5 :Extended Pedestrian
eva70: Extended Vehicle A
etu300: Extended Typical Urban
FDD: Frequency Division Duplexing
FFT :Fast Fourier Transform


FDMA :Frequency Division Multiple
Access
GAN :Generic Access Network
GSM :Global system for Mobile
GPRS: General Packet Radio Service
GGSN: Gateway GPRS Support Node
GTP: GPRS Tunneling Protocol
HARQ :Hybrid Automatic Repetition
Request
HSDPA :High Speed Downlink Packet
Access
HSUPA: High-Speed Uplink Packet
Access Channel
HSS:Home Subscriber Server
IFFT: Inverse Fast Fourier Transform
IDFT: Inverse Discrete Fourier Transform
IMS :IP Multimedia Subsystem
ISI: Inter-Symbol-Interference
LTE: Long Term Evolution
MBMS: Multimedia Broadcast Multicast
Service
MCCH :Multicast Control Channel
MME: Mobility Management Entity
MIMO: Multiple Input Multiple Output
MTCH :Multicast Traffic Channel
MCH :Multicast Channel
MAC: Medium Access Control
MISO: Multiple Input Single Output
List e des Acr onymes

Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 12

MAPL: Maximum Allowed Path Loss
NRB: Number of Resource Blocks
OFDM :Orthogonal Frequency Division
Multiplexing
OLSM: Open Loop Spatial Multiplexing
PAPR :Peak to Average Power Ratio
P-GW: Packet Gateway
P-SCH :Primary Synchronization Channel
PCCH :Paging Control Channel
PCH :Paging Channel
PMCH :Physical Multicast Channel U
PBCH: Physical Broadcast Channel
PDSCH:Physical Downlink Shared
Channel
PCFICH: Physical Control Format
Indicator Channel
PDCCH :Physical Downlink Control
Channel
PHICH: Physical Hybrid Indicator
Channel
PN :Pseudo random Noise code
PUSCH: Physical Uplink Shared Channel
PUCCH:Physical Uplink Control Channel
PRACH:Physical Random Access
Channel
QAM :Quadrature Amplitude Modulation
QPSK :Quadrature Phase Shift Keying
QoS: Quality of Service
QUL : Loading In The Uplink
QDL: Loading In The Downlink
RB :Resource Blocks
SAE: System Architecture Evolution
SC :Single Carrier
SINR:Signal Interferance-plus-noise Ratio
S-GW: Serving Gateway
SAE System Architecture Evolution
SIMO: Single Input Multiple Output
SISO: Single Input Single Output
SNR: Signal to Noise Ratio
S-SCH:Secondary Synchronization
Channel
TDMA: Time division Multiple Access
TDD: Time Division Duplexing
TMA :Tower Mounted Amplifier
TTI :Transmission Time Interval
UMTS:Universal Mobile
Telecommunications System
UE: User Equipment
UL: Uplink
UML: Unified Modeling Language
UL-SCH :Uplink Shared channel
VOIP: Voice over IP
WLAN :Wireless Local Area Network
Int r oduct Ion génér al e

I ntr oducti on génér ale
Le réseau radio mobile est aujourd'hui un domaine en pleine effervescence. Pendant
la dernière décennie, les évolutions de télécommunications ont explosé une nouvelle gamme
de service qui a écarté les services classiques à fin de satisfaire l’augmentation du nombre
des utilisateurs et les exigences de taux de données élevés.
Cette motivation, laisse les générations mobiles se succèdent et se développent de la
technologie GSM vers un système de paquets tout IP optimisé dénommé longue Term
Evolution (LTE).
Ergo, l’opérateur se trouve, devant ces technologies, obliger de répondre à la
croissance continue du trafic, avec une faible latence, une meilleure fiabilité, et une meilleure
efficacité spectrale par rapport à les précédentes générations. Ces exigences ont stimulé les
évolutions réseaux pour mettre aujourd’hui le premier pas vers la quatrième génération avec
LTE.A ce stade, l’opérateur doit réduire le cout d’investissement et augmente la qualité de
service pour assurer la rentabilité.
Pour le faire il doit passer par les phases primordiales : dimensionnement et planification, qui
consistent à satisfaire les contraintes de couverture et de capacité tout en minimisant les
ressources exploitées, ce qui garantit une étude fiable du réseau avant la réalisation.
C’est dans ce cadre, se déroulera notre projet fin d’étude effectué en collaboration
avec Tunisie Telecom. Au cours de notre rapport, nous avons quatre chapitres à mettre en
œuvre. Nous entamerons le travail par un premier chapitre étude de l’art permettent de
présenter la génération 3.9(LTE). Une deuxième partie sera consacré pour détailler le
dimensionnement orientée capacité et couverture. La partie suivante nous élaborons la
conception et la réalisation par l’exposition des différentes interfaces de l’application
accompagnée d’une description précise
Ainsi, nous validons notre solution par une simulation avec ATOLL. Et enfin, une conclusion
récapitule notre travail et présente les connaissances acquises suite à ce projet de fin d’étude.
Cahier de Char ges

Cahi er de char ges
Titre du projet : Dimensionnement et planification LTE
Encadré par : Mme.Raouia AYADI
Mr.Noureddine BOUJNEH
Cahier de charges :
 Recherche bibliographique sur le réseau cellulaire 4 G.
 Développement d’un outil de dimensionnement des EnodeB des réseaux LTE – 4G
 Simulation d’un réseau pilote 4G avec l’outil de planification radio Atoll

Méthodologie : Au cours de ce projet, nous adopterons une démarche qui a le plan suivant :
 Phase d’étude théorique.
 Phase de conception.
 Phase de réalisation.
 Phase de planification.
Mots clés : LTE, dimensionnement orienté capacité et couverture, planification, bilan de
liaison , modèle de trafic, eNodeB….
Outils : Java - Atoll 3.2

Pr ésent at ion de l ’or ganisme d’accueil

Pr ésentati on de l’or gani sme d’accuei l

Tunisie Télécom est le nom commercial de l'opérateur historique de
télécommunications en Tunisie. La loi portant création de l'Office national des
télécommunications, dont le nom commercial est Tunisie Télécom, est promulguée le 17 avril
1995 et entre en vigueur le 1
er
janvier 1996. Devenu société anonyme de droit public fin 2002,
il change de statut juridique, par un décret du 5 avril 2004, pour devenir une société anonyme
dénommée « Tunisie Télécom». Elle connaît une privatisation partielle en juillet 2006 avec
l'entrée dans son capital, à hauteur de 35 %, du consortium émirati ETI (Emirates
International Télécommunications).
Tunisie Télécom met en place, exploite et commercialise le premier réseau GSM en
Mauritanie (Mattel) à partir de mai 2000. Elle conclut également une convention de
coopération technique avec Djibouti Télécompour le développement de ses réseaux de
télécommunications.
Tunisie Télécom propose des services dans le domaine des télécommunications fixes
et mobiles. En juin 2006, il est fort de 1 259 000 abonnés au réseau fixe (RTCP), dont il
détient le monopole, et de 3 265 000 abonnés au réseau GSM (la première ligne est inaugurée
le 20 mars 1998), faisant de lui le leader sur ce marché devant l'opérateur privé Tunisiana.
Depuis 2008, Tunisie Télécom offre la possibilité aux détenteurs de cartes bancaires
nationales d'alimenter le solde de leurs lignes prépayées via les distributeurs automatiques de
billets de l'Arab Tunisian Bank (service Mobilink).
Le 21 mars 2009, Tunisie Télécom lance une nouvelle marque, Elissa, avec des offres
spécifiquement conçues pour les jeunes de moins de 25 ans. Il est également un fournisseur
d'accès à Internet (Frame Relay, ADSL, X.25, LS, RNIS et WLL pour la téléphonie rurale).
Au printemps 2011, suite à la révolution tunisienne, la société est secouée par un important
conflit social entre les représentants de l'Union générale tunisienne du travail et ceux de son
actionnaire émirati au sujet du sort d'une soixantaine de contractuels (sur 8 500 employés)
représentant 3,5 % de la masse salariale ; il est marqué par des grèves et sit-in affectant le bon
fonctionnement de l'opérateur. Il s'achève avec la fin de ces contrats de travail, à l'exception
de dix contractuels gardant leurs fonctions [4].

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 16




Chapitre I:
La quatrième génération du réseau
radio mobile LTE

Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 17

1.1. Introduction
Ce premier chapitre est consacré pour la présentation des éléments clés abordés au
cours de notre travail tel que la stratégie mise en place par le réseau radio mobile LTE
Long Term Evolution.
Ce dernier est l’objet de ce premier chapitre, où nous allons présenter une étude introductive
portant sur les spécifications techniques de ce standard par une description globale des
successeurs de la 3G vers LTE, puis nous allons détailler la technologie LTE.
1.2.Évolution UMTS vers LTE
Le 3G facilite le processus de standardisation, occupé de deux côtés : opérateur et
consommateur, en se basant sur les règles tracées par l’Union Internationale des
Télécommunication.
La figure suivante illustre la succession des technologies vers LTE :

Figure 1.1:Evolution vers LTE [1]
Entre 2009 et 2010, Tunisie Télécom lance la technologie 3G dont son ampleur atteint celle
de la 2G et apporte plusieurs amélioration citant : accès haut débit à l'Internet sans fil,
visiophonie, la télévision sur le téléphone….
1.2.1. Principe de W-CDMA
Une nouvelle gamme de service multimédia a été lancée avec l’apparition du 3G.
Commençant par UMTS qui exploite le protocole de communication W-CDMA et les
nouvelles bandes de fréquences situées entre 1900 - 2200 MHz. Il permet d’envoyer
simultanément toutes les données et les paquets en désordre, et le téléphone les réceptionner
et les rassembler.
Le W-CDMA utilise une technique d’étalement tel que l’étalement de spectre par séquence
directe. Pour cela, chaque bit de l’utilisateur à transmettre est multiplié (OU exclusif) par un
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 18

code pseudo aléatoire PN propre à cet utilisateur. La séquence du code (de N chips) est unique
pour cet utilisateur, et présente ainsi la clé de codage[2].
Cette méthode permet une bande de fréquences N fois plus étendue et améliorée.
La norme UMTS offre des avantages qui s'appliquent aux communications vocales ainsi
qu’aux transferts de données. Cette technologie exploite une bande de fréquences plus large,
augmente le nombre d’appels et enfin permet le développement du domaine de la multimédia.
1.2.2. La technologie HSDPA
Le HSDPA a été proposé dans la version 5, appelée 3,5G ou encore 3G+
(Dénomination commerciale).
Elle annonce des débits pouvant atteindre au delà de 10 Mbps pour le DownLink qui permet
d’accroître les taux de transfert de données et augmente la capacité des réseaux 3G. Il offre
des performances dix fois supérieures à l’UMTS.
En revanche, l’inconvénient de l’évolution HSDPA est le débit montant Uplink qui reste
inchangé 384 Kbit/s [4].
L’évolution de cette nouvelle norme se présente comme suit:
 Raccourcissement du TTI (Transmission Time Interval) de 10 ms à 2 ms
 Utilisation d’un type de modulation 16QAM
 Répétition du message (retransmission) avec codage modifié.
Avec l'apparition du HSUPA le problème de la liaison montant est résolu.
1.2.3. La technologie HSUPA
La technologie HSUPA suit HSDPA, elle permet de transférer des contenus
multimédias volumineux. IL porte le débit montant à 5,8 Mbit/s et offert une voie montante
qui assure un transfert plus rapide et plus efficace. Il est caractérisé par :
 La technique de retransmission HARQ.
 Allocation des ressources par le NodeB.
Au niveau des interfaces radio, HSUPA n'utilise pas de canal partagé les ressources de codes
et de puissance sont gérées de manière ce qui autorise une transmission haut-débit [4].
1.2.4. La technologie de HSPA+
L’évolution se succède jusqu’au la combinaison de la technologie HSDPA et HSUPA
pour permettre l’apparition HSPA (High Speed Packet Access +). Cependant, l’évolution de
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 19

l'UMTS n'a pas atteint sa fin pour enfin arriver a un débit de 21 Mbit/s avec le HSPA+connu
par 3GPP version 7 et 8.
Il permet de :
 Diminuer le temps d’échange des messages entre le RNC et le NodeB.
 Réduire les coûts de déploiement en réduisant le nombre d’éléments.
 Maximiser le taux de transmission de données en ajustant la modulation et le codage.
 Intégrer des femtocells facilement.
 Améliorer l’efficacité spectrale et le taux maximum de latence [4].
1.3. LTE (Long Term Evolution)
La norme LTE, version 8, est le portail vers les réseaux de la quatrième génération. Il
offre 100 Mbit/s en voie descendante et 50 Mbit/s en voie montante pour une largeur de bande
allouée de 20 MHz.
Le tableau suivant illustre quelques caractéristiques de la technologie LTE :
Caractéristique description
Flexibilité de la bande passante : La norme LTE permet une bande passante
extensible de 1,4 à 20 MHz, offrant une
flexibilité à l'opérateur lors de l'utilisation du
spectre.
Orthogonalité du DownLink et UpLink : La liaison montante et la liaison descendante
des utilisateurs, sont orthogonales entre elles
(pas d'interférence intracellulaire)
Modulation et codage adaptatif : Selon la qualité du canal, le LTE utilise le
schémas de modulation et après plusieurs
des systèmes de codage dans chaque
modulation :
•Quadrature Phase Shift Keying (QPSK)
•16-Etat Quadrature Amplitude Modulation
(16-QAM)
•64-Etat Quadrature Amplitude Modulation
(64-QAM)
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 20

FDD et TDD : LTE utilise FDD et TDD.
La technologie d'antenne : La technologie MIMO est utilisée dans la
liaison descendante pour permettre
d’améliorer le débit
Couverture de la cellule:

5Km
Tableau 1.1 : Caractéristiques LTE
1.3.1. Architecture LTE
La technologie LTE a apporté une efficacité spectrale, amélioration de débit,
augmentation de couverture et du nombre d’appels supporté par la cellule.
De même que ces précédentes, elle est caractérisée par son architecture qui comporte :
 Un réseau d'accès : l'E-UTRAN
 Un réseau cœur : Réseau tout-IP.


Figure 1.2: Architecture de LTE [1]
1.3.2. Réseau d’accès : E-UTRAN
Il ne contient que des eNodeB. L’eNodeB qui assure l’échange radio avec
l’E-UTRAN. A la différence de la 3G, les fonctions supportées par le RNC ont été réparties
entre l’eNodeB et les entités du réseau cœur SGW.
Ils sont reliés entre eux par une interface X2.
 L’interface X2: c’est une interface logique. Elle est introduite dans le but de
permettre aux eNodeBs d’échanger des informations de signalisation durant le
Handover ou la signalisation, sans faire intervenir le réseau cœur.
L'eNodeB est relié au cœur du réseau à travers l'interface S1.
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 21

 L’interface s1 : C’est l’interface intermédiaire entre le réseau d’accès et le réseau
cœur, et elle peut être divisée en deux interfaces élémentaires : Cette dernière consiste
en S1-U (S1-Usager) entre l'eNodeB et le SGW et S1-C (S1-Contrôle) entre
l'eNodeB et le MME.
Les eNodeB ont offert deux qualités au réseau :
La sécurité : en cas de problème d’un relais.
Un partage des ressources équitable: partage de ressource en cas de saturation du lien
principale.
1.3.3. Réseau Cœur : EPC (Evolved Packet Core)
C’est le nom du réseau cœur évolué, paquet tout IP. EPC est aussi peut communiquer
avec les réseaux 2G/3G.
Son architecture est simplifiée, comme montre la figure (1.3), en la comparant à celle de
2G/3G.

Figure1.3: Architecture EPC [1]
 MME (Mobility Manager Entity) :
Il est responsable de savoir la localisation de l’utilisateur, de connaitre son état et gérer les
procédures authentification et mobilité des UE.
 SGW (Serving Gateway) :
Il est responsable du transférer d'un relais à un autre, il gère tout l’aspect handover inter-
eNodeB et effectuer ce transfert vers un réseau 2G ou 3G.
Le SGW est traversé par les flux média, ce qui sera intéressant pour imposer des politiques
de filtrage sur ces derniers.
 PGW (Packet Data Network Gateway):
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 22

C'est la passerelle vers les réseaux externe. Il est responsable du routage, en assignant une
adresse IP au mobile au moment de l'attachement au réseau. PGW est un point pour faire
le filtrage des données. Il participe aussi à l'opération de taxation.
 HSS ( Subscriber Home) :
C’est un Hss contient le profil de l'abonnée pour les réseaux 2G, 3G, LTE.
 PCRF (Policy Charging Rules Function):
Il fourni au PGW les règles de taxation nécessaire pour différencier les flux de données et de
les taxer d'une façon convenable.
Les réseaux LTE se distinguent des réseaux UMTS par trois grands aspects. Une
interface radio : avec les technologies OFDM en DL, le SC-FDMA en UL et MIMO, ce qui
lui permet de supporter une largeur de bande allant de 1.4 à 20 MHz.
1.4. Interface Air
1.4. 1.Principe de l’OFDM et SC-FDMA
Le principe de l'OFDM consiste à répartir le signal numérique sur un grand nombre
de sous-porteuses orthogonaux.
Il est utilisé en voie descendante. L’espacement entre sous porteuses en LTE est fixé f =15
kHz et 2048-pour IFFT. L'unité de temps dans la structure de trame est
Ts =1 / (2048 * 15000) secondes [4].
Dans un canal multi trajets, il y a risque d’interférence entre symboles OFDM. Pour ceci
l’ajout d’un préfixe cyclique CP (5.21µsec) demeure nécessaire.
OFDMA est la technologie d'accès multiple par rapport OFDM, est utilisé dans la
liaison descendante LTE. C’est la combinaison de TDMA et FDMA essentiellement.
Pour la voie montante, on en utilise un dérivé appelé SC-FDMA. En OFDMA, les symboles
sont transmis chacun à travers une sous-porteuse, alors qu’en SC-FDMA chaque symbole est
étalé sur l’ensemble des sous-porteuses allouées, a voir la figure(1.4 )suivante :
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 23


Figure1.4:différance OFDMA et SC-FDMA [3]
1.4.2. Structure de la trame
La trame générique du LTE a une durée de 10 ms, décomposée en 20 slots de 0,5
ms chacun, numérotés de 0 à 19.

Figure1.5:Trame LTE [5]
Cette dernière est caractérisée par deux types de trame de deux modes de duplexage, FDD et
TDD.
Avec le FDD, la trame entière est alternativement dédiée à la réception et l'émission.
La trame radio FDD offre un logement composé de 7 symboles OFDM.

Figure1.6:Duplexage FDD [6]
Le TDD, une sous-trame est allouée à la réception et l'émission de manière indépendante. Une
sous-trame est un ensemble de 2 slots consécutifs.
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 24


Figure 1.7:Duplexage TDD [6]
1.4.3. Concept de bloc de ressources
LTE est constitué de domaine de temps et de ressources dans le domaine fréquentiel.
Le bloc de ressource est le plus petit élément qui constitue les ressources physiques en LTE,
qui est une grille ,est composé par des éléments de ressource RE.
Il est formé de 12 sous porteuses, largeurs de chacune est de 15KHzcomme montre la figure
(1.8).

Figure 1.8:Bloc de ressources
1.4.4. Les canaux radio
Selon le type d’information véhiculée, on distingue les canaux communs de contrôle
accessibles par tous les mobiles, les canaux de signalisation hors communication dédiés à un
seul mobile et des canaux de trafic dédiés à un seul mobile.
1.4.4.1. Les canaux logiques
Les canaux logiques correspondent aux services de transfert de données offert par les
protocoles des couches hautes de l’interface radio.
Les canaux logiques de contrôles dans l’E-UTRAN sont :
-BCCH : est un canal DownLink, utilisé par le réseau pour le Broadcast des informations
système de l’EUTRAN à l’ensemble des terminaux présents dans une cellule radio.
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 25

-PCCH : est un canal DownLink qui transfert les informations de paging aux terminaux dans
une cellule.
- CCCH : est utilisé pour la communication entre le terminal et l’E-UTRAN. Ce canal
est typiquement utilisé dans les premières phases de l’établissement de communication.
-MCCH : est utilisé pour la transmission des informations du réseau à plusieurs terminaux.
-DCCH : est un canal point-à-point bidirectionnel qui supporte les informations de contrôle
entre un terminal donné et le réseau.
Les canaux logiques de trafic sont :
-DTCH : est un canal bidirectionnel. Il peut supporter la transmission des données
utilisateurs tel que la signalisation.
-MTCH : est un canal de données point-à-multipoint pour la transmission de trafic de
données du réseau à un ou plusieurs terminaux.
1.4.4.2. Canaux de transport
Les canaux de transport décrivent pourquoi et avec quelles données caractéristique
sont transférés à travers l’interface radio.
Les canaux de transport E-UTRAN en DownLink sont :
-BCH : est associé au canal logique BCCH.
-DL-SCH : qui est utilisé pour transporter le contrôle d’usager ou le trafic data.
-MCH : qui est associé au MBMS pour le contrôle des informations de transport.
Les canaux de transport E-UTRAN en UpLink sont :
-UL-SCH : qui est l’équivalent du DL-SCH en UpLink.
-RACH : qui est un canal de transport spécifique supportant un contrôle d’information limité.
Il est utilisé durant les premières phases d’établissement de communication ou dans le cas du
changement d’état.
1.4.4.3. Canaux physique
Les canaux physiques sont l’implémentation des canaux transport sur l’interface radio.
Les canaux physiques en DownLink sont :
-PDSCH : qui transporte les données usager et la signalisation des couches hautes.
-PDCCH : qui transport les assignations d’ordonnancement pour le lien montant.
-PMCH : qui transporte l’information Multicast/Broadcast.
- PBCH : qui transporte les informations système.
-PCFICH : qui informe l’UE sur le nombre de symboles OFDM utilisé pour le PDCCH.
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 26

Les canaux physiques en UpLink sont :
-PUSCH : qui transporte les données utilisateur et la signalisation des couches hautes.
-PUCCH : qui transporte les informations de contrôle, comprends les réponds ACK et NACK
du terminal aux transmissions DownLink.
-PRACH : qui transporte le préambule de l’accès aléatoire envoyé par les terminaux.
La figure (1.9) ci-dessous présente le mappage entre les canaux logiques, de transport
et physiques.


Figure 1.9: mappage des canaux [1]
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 27

1.5. Principe de la technologie MIMO
Le but de la technique MIMO étant d’augmenter le débit et la portée des réseaux sans
fil, elles se basent sur l’utilisation de plusieurs antennes aussi bien du côté de l’émetteur que
celui du récepteur.
Lorsqu’un tel système comprend, seulement, une seule antenne à l’émission et plusieurs
antennes à la réception, il est nommé SIMO même, lorsqu’il comprend plusieurs antennes à
la réception et une seule antenne à l’émission, nommé MISO. Finalement, si les deux côtés
comptent une antenne chacun, le système est dit SISO (voir figure 1.10).
La mise en place d’une telle structure permet au LTE d’atteindre des débits importants. De
plus, le fait d’utiliser plus d’une antenne des deux côtés du système permet d’apporter de la
diversité et a pour conséquence l’amélioration du rapport signal à bruit (SNR) et donc du
taux d’erreurs binaires.
Les systèmes MIMO exploitent les techniques de :
Diversité d’espace : diversité d’antenne.
Diversité fréquentielle : Cette technique demande l’envoi du même signal sur des fréquences
différentes.
Diversité temporelle : Lorsque l’on sépare l’envoi du même signal par le temps cohérence du
canal.

Figure 1.10 :Schémas représentatifs des systèmes SISO, MISO, SIMO et MIMO [4]
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 28

1.6. Modulation et codage adaptatifs
La modulation et le codage adaptatifs (AMC Adaptive Modulation & Coding), est une
approche opportuniste qui tend à adapter la technique de modulation et de codage en fonction
de l’état du canal. Pour les transmissions DL en LTE, l’UE envoie le feedback de CQI
(Quantification du SNR) vers l’eNodeB pour que cette dernière lui sélectionne un MCS
(Modulation & Coding Scheme), un schéma de modulation et de codage qui maximise
l’efficacité spectrale tout en gardant le BER (taux d’erreurs par bloc) inférieur à un certain
seuil.
L'ensemble de modulation systèmes pris en charge pour la DownLink LTE correspondant à :
QPSK, 16QAM, 64QAM comme montre la figure suivante :

Figure 1.11: modulations LTE [9]
Les hauts ordres de modulation (64QAM-16QAM) offrent des débits de données plus rapides
et des une efficacité spectrale plus élevées. Mais ils sont beaucoup moins résistants au bruit et
aux interférences.
1.7. Les exigences LTE
L’objectif majeur du LTE est d’améliorer le support des services de données via une
capacité accrue, une augmentation des débits et une réduction de la latence.
1.7.1. La capacité des utilisateurs simultanés
Avec l’apparition de nouvelles applications, le système doit supporter simultanément
un large nombre d’utilisateurs par cellule. Il est attendu qu’au moins 200 utilisateurs
simultanés par cellule soient acceptés à l’état actif et un nombre largement supérieur
d’utilisateurs devra être possible à l’état de veille.
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 29

1.7.2. Les débits
Les exigences pour la technologie LTE ont porté également sur des gains de débit en
comparaison avec le HSPA. Les objectifs de débit maximal définis pour le LTE sont les
suivants :
 100 Mbit/s en voie descendante pour une largeur de bande allouée de 20 MHz.
 50 Mbit/s en voie montante pour une largeur de bande allouée de 20 MHz.
Le débit de cellule doit être atteignable au moins par 95 % des utilisateurs de la cellule.
1.7.3. La latence
C’est la capacité à réagir rapidement à des demandes d’utilisateurs ou de services. On
a 2 plans : latence du plan de contrôle et latence du plan usager.
 Latence du plan de contrôle :
L’objectif c’est d’améliorer la latence du plan de contrôle, par rapport à l’UMTS, d’un temps
de transition inférieur à 100 ms
 Latence du plan usager
La latence du plan usager correspond au délai de transmission d’un paquet IP au sein du
réseau d’accès. Le LTE vise une latence du plan usager inférieure à 5 ms.
1.7.4. La mobilité
Le LTE doit rester fonctionnel pour des UE qui se déplacent à des vitesses élevées.
1.8. Qualité des services
1.8.1. Les services LTE
Une nouvelle génération de systèmes mobiles permet habituellement une introduction
de nouveaux services et une amélioration de certains services vis-à-vis des les générations
précédentes.
Le premier changement apporté par le LTE en termes d’expérience utilisateur est donc un
confort d’utilisation des services en ligne :
Navigation Web: naviguer sur Internet..
Vidéo streaming : les applications streaming : regarder les vidéos.
Transfert de fichiers: téléchargement de fichiers à partir de la Internet.
Voix: la voix sur IP (VoIP) comme «Skype» : envoyer et recevoir des appels vocaux sur
Internet.
Chapit r e i : l a quat r ième génér at ion du Reseau r adio mobil e l t e


Projet Fin d’Etude- Eya JAMMAZI- 2012/2013 Page 30

1.8.2. Efficacité QOS
Le réseau LTE offre ces applications citées, qui ont des besoins QoS. Puisque c’est
réseau tout-paquet, il est nécessaire de disposer un mécanisme pour faire la différenciation
entre les flux de paquet selon exigences de qualité de service.
Le QOS des flux appelés porteurs EPS sont établies entre l'UE et le P-GW : c’est un support
radio transporte les paquets d'un porteur (bearer) EPS entre un équipement utilisateur et un
eNB, comme montre la figure (1.12) ci dessous. Chaque flux IP est associé à un porteur
différent EPS et le réseau décide la priorité du trafic. Lors de la réception d'un paquet IP à
partir d'Internet, P-GW effectue la classification des paquets en fonction de certains
paramètres prédéfinis et lui envoie un porteur approprié EPS.

Figure 1.12:EPS bearers [7]
Le LTE a défini les classes de services qu’il peut offrir et qui dépendent de la QoS
désirée par l’utilisateur.
La qualité de service est généralement définie par les critères suivants :
*Délai : temps écoulé entre l’envoi d’un paquet et sa réception.
* Gigue sur le délai : variation du délai de deux paquets consécutifs.
* Bande passante minimum : taux de transfert minimum pouvant être maintenu entre deux
points terminaux.
*fiabilité : taux moyen d’erreurs d’une liaison.
1.9. Conclusion
En effet, une bonne connaissance des architectures permet aux planificateurs de mieux
gérer les ressources, de faciliter l'évolution du réseau en intégrant des technologies plus
performantes, qui leur permettent de fournir en même temps des services de bonne qualité. Le
chapitre suivant est une étude sur la planification et dimensionnement du réseau LTE.

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 31



Chapitre II :
Dimensionnement du réseau mobile
LTE

Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 32

2.1. Introduction
Pour un opérateur de télécommunication la phase de dimensionnement est primordiale
avant la mise en œuvre de son réseau.
Dans ce chapitre, nous allons introduire les concepts de base et les calculs mathématiques
nécessaires au dimensionnement sur ses deux plans : couverture et capacité.
Notre proposition est inspirée de celle d’Ericsson, Huawei et Nokia Siemens Network.
2.2. Processus de Dimensionnement
Le dimensionnement des eNodeB est la partie la plus délicate. Du coup elle doit être
bien développée.
On a deux méthodes à suivre. La première tient compte des exigences de la capacité et la
deuxième tient compte des exigences de la couverture, pour déterminer le rayon de chaque
cellule et puis le nombre des sites.

Figure 2.1: processus de dimensionnement
Comme montre la figure ci-dessus, le processus de dimensionnement comporte 4 étapes :
 Pré-dimensionnement :
Nécessite la collecte des informations qui portent sur la zone de déploiement. On cite par
exemple :
 Les informations détaillées sur l’eNodeB et l’UE.
 Les informations sur la zone de déploiement (superficie, information démographiques,
 Les données géographiques : cartographie, population, zone à couvrir et taux de
pénétration des abonnés dans cette zone (services demandés, trafic offert, etc.).
 Les services à offrir: voix, données.
 La liste des sites : identifier les lieux pour placer les ENodeB.
 Type d’antenne à utiliser. Dimensionnement de couverture :
Pré-
Dimensionnement
Dimensionnement de
couverture
Dimensionnement
de capacité
Optimisation
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 33

Analyse de la couverture reste fondamentalement l'étape la plus critique dans la
conception de réseau LTE.
On va se baser sur le Bilan de liaisons (RLB), qui permet d’estimer le taux de perte du trajet.
Pour cela, il est nécessaire de choisir d'un modèle de propagation approprié.
Le résultat final obtenu est la taille de la cellule à couvrir, ce qui donne une estimation sur le
nombre total de sites. Cette estimation basée sur les exigences de couverture doit être vérifiée
aussi par les besoins de capacité.
 Dimensionnement de capacité :
La vérification de la taille des cellules et le nombre des sites obtenue par l'analyse de
couverture, sera effectué par la capacité. On va vérifier si le système peut supporter la charge
demandé sinon de nouveaux sites doivent être ajoutés.
 Optimisation :
On compare les résultats obtenus de deux dimensionnement, et on considère le
nombre des sites le plus grand.
Nous allons débuter notre travail par le dimensionnement de la couverture.
2.3. Dimensionnement de couverture
La couverture d’une station de base possède des limites comme les perturbations
provoquées par certains phénomènes. Le problème de couverture apparait lorsque les ondes
émises par le mobile n’arrivent pas à la station de base la plus proche, ou bien lorsque celles
émises par l’antenne des eNodeB n’arrivent pas avec une puissance suffisamment détectable
par la station mobile.
La mauvaise couverture provoque une élévation de taux d’échec d’accès, taux de coupure de
communication, taux de Handover.
2.3.1. Les étapes de dimensionnement de couverture
Les étapes de dimensionnement de couverture sont:
- Exigence de qualité L'exigence de qualité de couverture est d’atteindre le débit binaire
demandé avec une certaine probabilité par exemple 64 kbps doivent être atteint avec une
probabilité de 98%.
-Dimensionnement de liaison montante : Nous cherchons à cette étape le rayon de la cellule à
partir du débit binaire à la bordure de la cellule.
- Dimensionnement de liaison descendante : Si les exigences de qualité de liaison descendante
sont remplies, on calcule la distance de site à site et on la compare avec le résultat limite de
l’Uplink.
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 34

- Couverture de canaux de contrôle : La performance du canal de contrôle à la bordure de la
cellule doit être vérifiée par rapport à la valeur de la distance intersites calculée.
Cette figure( 2.2) illustre les étapes à suivre :

Figure 2.2:Processus de dimensionnement de couverture pour le DownLink et l’Uplink [11]
2.3.2. Le calcul à faire :
Nous devons estimer la distance maximale entre un émetteur et un récepteur tout en
répondant aux exigences de performances dans les conditions de propagation.
Donc le premier pas à faire est de déterminer l’affaiblissement de parcours maximal
(Maximum Allowable PathLoss MAPL), en passant par le bilan de liaison radio (RLB).
Nous allons suivre le calcul suivant, comme indique la figure ci-dessous :
Qualité réquis
Dimensionnement
Uplink
Dimensionnement
Downlink
canal de controle
couverture
Fin
Refaire les calculs
s'ils ne sont pas
conforme
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 35


Figure 2.3: calcul du dimensionnement de couverture
2.3.2.1. Bilan de liaison Radio RLB
Le RLB donne la perte de trajet maximale autorisée, et à partir de laquelle la taille des
cellules est calculée en utilisant un modèle de propagation approprié.
Le RLB pris en compte : Puissances d'émission, les gains, les pertes d'antenne, les gains de
diversité, les marges d’interférence.
Pour LTE, l'équation RLB de base est comme suit (en dB):
PathLuss =TxPuwer +TxCatn − TxLusses −S
eNB
+RXCatns −RxLusses − B
tUL
(2.1)
Avec :
 Path Loss =Perte de trajet totale rencontré par le signal envoyé de l'émetteur au récepteur
(dB)
 TxPowerdB =La puissance transmise par l'antenne d'émission (43-49dBm)
 TxGainsdB =Gain de l'antenne d'émission (dBi)
 TxLossesdB= Les pertes de l'émetteur (dB)
 RxGainsdB =Gain de l’antenne de réception (dB)
 RxLossesdB =Les pertes de réception (dB)
 RxNoisedB =Bruit de réception (dB)
 S
eNB
=Sensibilité du l’eNodeB (dBm)
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 36

2.3.2.2. Modèle de Propagation :
Le modèle de propagation permet d’estimer la valeur de l’atténuation de trajet. On
distingue plusieurs types de modèles:
 Modèles empiriques : est une formule mathématique utilisée pour permette prédire l'impact
d'un émetteur sur une certaine zone de réception.
 Modèles physiques : prédire la propagation des ondes radio et calculer les trajets des ondes
radio en tenant compte des phénomènes de réflexion et diffraction.
Pour notre étude nous allons choisir le modèle de propagation empirique. Sa formule dépend
de plusieurs facteurs, à savoir :
 La fréquence de l’onde.
 TX hauteur de l'antenne(Les hauteurs des antennes de l’émission et de la réception)
 RX hauteur de l'antenne et d'autres
 La distance parcourue.
 Type de terrain.
 Clutter (caractéristiques et densité des bâtiments), etc.
Ces modèles ne peuvent pas prédire le comportement 100% exacte de la liaison radio, mais
ils prédisent le comportement le plus probable.
Ils sont utilisés pour prédire le rayon de la cellule à partir de la perte de trajet maximale
autorisée.
Il est important de noter que les modèles de propagation dépend du type de zones comme
Urbaines, suburbaines et rurales.
La modèle empirique le plus connus est l’Okumura HATA MODEL : il est basé sur les
mesures d’Okumura prises dans la région de Tokyo au Japon .Le Hata Modèle est aussi le
modèle de propagation utilisé par Tunisie Telecom.
Le modèle de Hata a été adapté pour les limites suivantes :
Fréquence (f) : 150 à 1000 MHz
Hauteur de la station de base (Hb) : 10 à 200 m (dépend toujours de la zone : clutter)
Hauteur du terminal mobile (Hm) :1 à 10 m
Distance (d) :1 à 20 km
L’affaiblissement selon ce modèle est donné par les équations suivantes:
 Urbain :
Lu(dB) =ó9.55 +2ó.1ólug(I) −13.82lug(H
h
) − a(H
m
) +[44.9 −ó.55lug(H
h
)]lug(d) (2.2)

Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 37

Avec :
a(H
m
) =[1.1|ug(¡) −û.7] ×H
m
− [1.5ólug(¡) −û.8) ( 2.3)
 Urbain dense :
Pour f ≤200MHz
a(H
m
) =8.29 ×[lug(1.54 ×H
m
)]
2
− 1.1 (2.4)
Pour f ≥400MHz
a(H
m
) =3.2 ×[lug(11.75 ×H
m
)]
2
− 4.97 (2.5)
a =0 dB pour Hm =1.5m
 Sous Urbain :
L
su
(dB) =L
u
− 2 ×|lug(
I
28
, )]
2
− 5.4 (2.ó)
 Rurale :
Deux cas qui se posent :
Quasi-ouverte :
L
qu
(dB) =L
u
− 4.78 ×[lug( ¡)]
2
+18.33lug(¡) −35.94 (2.7)
Ouverte :
L
ru
(dB) =L
u
−4.78 ×[lug(¡)]
2
+18.33lug(¡) −4û.94 (2.8)
2.3.3. Calcul de la couverture pour les Uplink
Les calculs sont effectués selon les étapes suivantes:
-Débit requis
- SINR requis au récepteur
- sensibilité récepteur ENodeB
- bruit Uplink (marge d'interférence).
- Bilan de liaison.
2.3.3. 1. Débit requis :
On commence par définir l'exigence de qualité qui est exprimée comme un débit
binaire déterminé qui peut être fournie à un utilisateur sur les bordures de la cellule.
Le débit binaire requis dépend du service pour lequel le système est dimensionné. Tous les
calculs sont effectués par bloc de ressources.
Le débit binaire requis Rreq est divisé par le nombre de blocs de ressources nRB pour
obtenir le débit binaire par nbre de bloc.
R
req,RB
=
R
req
n
RB′
,
(2.9)
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 38

Le nombre nRB peut être choisi librement mais dans les limites de la bande passante comme
montre le tableau(2.1).
- Avec un petit nRB, le débit binaire requis peuvent être satisfaits avec un minimum de
Ressources. Ce qui de maximiser la capacité des autres utilisateurs.
-Avec un grand nRB, les blocs transmis sont réparties sur un intervalle de fréquence, avec un
moins d'énergie utilisée par le bloc.

Bande passante MHz Nombre de ressource de block
nRB
1.5 6
2 15
5 25
10 50
15 75
20 100
Tableau2.1:Largeurs de bande et les blocs de ressources spécifiées LTE[11]
2.3.3.2. SINR requis :
C’est un indicateur de la performance du système. Plus il est faible plus le système est
performant.
Le SINR dépend du nombre du bloc de ressource comme indique la figure suivante :

Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 39


Figure 2.4:variation SINR en fonction de nbre de bloc de ressources [2]
2.3.3. 3. Sensibilité eNodeB récepteur :
La sensibilité des eNodeB, est la puissance du signal que le récepteur doit la recevoir
pour réaliser une performance spécifique en absence des interférences intercellulaires. C'est le
niveau de signal minimumpour éviter les coupures radio.
S
eNB
=N
t
+N
¡
1ûlug(W
RB
) +y =N
RU,UL
+y [dB] (2.10)
Avec :
 NT: Densité de puissance de bruit thermique -174 dB m / Hz
 NF: Le facteur de bruit est le rapport du signal d'entrée sur bruit pour déterminer les
performances d'amplificateur. Le Facteur de bruit de l'eNodeB récepteur est en [dB]
 WRB: Bande passante par bloc de ressources: 180 kHz.
 SINR γ : rapport signal sur interférence et bruit de l’Uplink
 NRu,UL: Bruit thermique par bloc de ressource pour les Uplink
(N
t
+N
]
10log(w
RB
))
2.3.3. 4. Les marges de bruit
On ne peut pas calculer l’affaiblissement de trajet maximum sans calculer les marges
de bruit, qui correspondent à l’environnement radio, pour éviter le phénomène « Swiss
Cheese » (surface avec trous de couverture).
-Marge de pénétration
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 40

Perte de pénétration est l’atténuation du signal due à la pénétration aux bâtiments. Elle dépend
du type de zone, comme indique le tableau(2.2.)
environnement Perte de pénétration dB
Dense urbaine 18-25
urbaine 15-18
Suburbaine 10-12
rurale 6-8
Tableau 2. 2:pertes de la pénétration [4]
Cette marge dépend essentiellement de trois facteurs :
 La fréquence du signal : Les pertes varient selon la fréquence du signal.
 Le type des bâtiments : Essentiellement le matériel de construction (brique, bois,
pierre, verre, ….)
 La structure des bâtiments : densité et épaisseur des murs, nombre et dimensions des
fenêtres,
-Perte de types de signal (Body):
Le tableau (2.3) montre le taux de perte pour un signal vocal. C’est l’affaiblissement dû à
l’absorption d’une partie de l’énergie transmise par le corps humain (seulement pour le
service vocal).
Type de signal Perte (dB)
VOIP 3
Données 0
Tableau 2. 3: pertes selon type de signal [4]
-Marge de shadowing :
C’est l’effet masque, les variations du signal due au obstacle qui existe dans le milieu de
propagation. Les mesures réelles du terrain ont montré que l’effet de masque est une valeur
aléatoire Log Normale (Logarithme est une variable aléatoire Gaussienne), qui dépend de :
- Probabilité de couverture zone : densité de l’environnement.
- standard de déviation.

Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 41

Environnement Probabilité de couverture
98% 95% 90% 85% 75%
Rurale-Suburbaine 5.5 3 0.06 -1 -4
Urbaine 8.1 5 2 0.2 -3.5
DenseUrbaine –
suburbaine dense
10.6 6.7 3.1 1 -3
Urbaine indoor 13 8.5 4.2 1.5 -3
Dense urbaine
indoor
15.4 10 5 2 -3
Tableau2. 4:Marge de shadowing [11]
-Évanouissement rapide :
Perte de Rayleigh: c’est l’effet de Multi-trajet apparaît lorsque le signal émis passe par des
chemins différents, et donc la récepteur reçoit le même signal à partir des chemins différents.
Notant que le marge d’évanouissement Rapide =1, 2 dB.
-Marge des lignes d’alimentation (Feeder)
C’est une perte causée par les divers dispositifs qui sont situés sur le trajet de l’antenne vers
récepteur, comme la perte de la ligne d’alimentation selon qui dépend de la longueur de la ligne, les
connecteurs et les jumpers (sauts).
La figure ci-dessous montre les connexions typiques du système d'alimentation de l'antenne dans une
station de base :

Figure 2.5:Connexions du système d'alimentation de l’antenne [6]
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 42

La formule de calcul de la perte de la ligne est la suivante:
Length feeder =Base station height +5m
Perte Feeder (dB) = Feeder loss/100m ×Feeder length/100m
Perte de Jumper = 1/2 cm feeder ×nbre de cavaliers (jumpers) (2.11)
Perte de connecteurs= nbre de cavaliers (jumpers) ×2×0.1 dB
Le tableau 2.5 illustre les pertes de feeder (ligne d’alimentation).
Type de ligne Pertes (dB/100m)
2600(MHz) 2100(MHz) 900(MHz)
0.5 cm 11 10.8 9
0.875 cm 6.3 6 4.9
1.25 cm 4.6 4.5 3.2
1.625 cm 3.8 3.5 2.6
Tableau 2.5:pertes de ligne d’alimentation [11]
-Marge d’interférence :
En LTE, un utilisateur n'interfère pas avec d'autres utilisateurs dans la même cellule car ils
sont séparés dans le domaine fréquence /temps mais on parle de l'interférence avec des
cellules voisines. Une marge d'interférence sera introduite dans le bilan de liaison pour
compenser l'augmentation du bruit et maintenir l’équilibre.
B
tUL
=
1
1-SINR
target
×Q
UL
×F
(2.12)
Avec :
 Qul: facteur de charge du système de liaison montante.
 F: facteur d’interférence cellulaire avec la cellule en service.
2.3.3.5. Puissance par bloc de ressource EIRP (Effective Isotropic Radiated
Power)
Puissance isotrope rayonnée est la quantité d'énergie d'une antenne isotrope théorique
qui prendre en compte les pertes dans la ligne de transmission et les connecteurs et le gain de
l'antenne. En suppose que tous les blocs de ressources ont la même puissance P (UE,rb), qui
est calculé de la manière suivante :
EIRP =P
UE,RB
+UE
gatn antenne
−Perte (2.13)
Avec :
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 43

 P
UE,RB
=[
P
UE
n
i
RB
, ¸
2.3.3. 6. Equation bilan de liaison Uplink
La figure ci-dessus illustre le bilan de liaison pour la liaison montant Uplink.

Figure 0.6: modèle bilan de liaison Uplink [12]
Son équation est comme suit :
L
pmax
=P
UE,RB
−S
eNB
− Perte
marges
+C
a
− L
|
+TMA
gatn
(2.14)
Avec :
 Lpmax: Maximum perte de trajet autorisé pour la propagation dans l'air [dB]
 Perte=perte Pénétration voiture (L
CL
) +perte de pénétration du bâtiment (Lbp) +
perte de corps (Lb) +BLNF+BIUL
 TMA gain=2 dB gains ou 5 dB pour MIMO.
 Perte Pénétration voiture =6dB
 BLNF: log-normale marge d'évanouissement [dB]
 Ga: Somme des gains del'antenne eNodeB, et gain d'antenne de l'équipement
utilisateur [dBi].
 Lj: Jumper et connecteurs d’antenne [dB].
2.4. Calcul de la couverture pour les DownLink
Le bilan de liaison pour les DownLink est calculée pour:
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 44

- Pour déterminer les limites du lien.
- Pour déterminer le débit binaire supporté par les liens descendants
Les calculs sont effectués selon les étapes suivantes:
-Perte de trajets (DownLink)
- Débit requis
- Puissance par bloc de ressources
- Marge d'interférence
- Bilan de liaison (DownLink)
-La sensibilité du récepteur UE
-Le débit binaire sur la bordure de la cellule
2.4.1. Pertes de trajet
L’affaiblissement du parcours maximum MAPldl est calculé à partir du MAPlul pour
les liens montants.
2.4.2. Débit binaire requis :
On doit divisée Rreq par nRB pour obtenir le débit binaire requis n'est pas exprimé
par bloc de ressources comme montre l’équation (2.9) précédente.
2.4.3Puissance par bloc de ressource :
La puissance est partagée par tous les blocs de ressources, sa formule est la suivante :
P
tx,RB
=
P
n
RB
(2.15)
Avec :
 P: est la somme des puissances de tous les unités radio dans la cellule.
2.4.4. Augmentation du bruit à la bordure de la cellule
Le bruit de liaison descendante BIdl sur l’EDGE (bord) de la cellule est nécessaire
pour le bilan de liaison .Il est calculée par l’expression suivante :
B
I DL
=1 +
P
tx,RB
×Q
DL
×F
¢
N
RB,DL
×L
SA max
(2.16)
Avec :
 Qdl: facteur de charge de la liaison descendante.
 Fc: Le ratio moyen entre les puissances reçues d'autres cellules.
 Nrb, dl: bruit thermique par bloc de ressources dans la liaison descendante, défini par:
Nt +Nf 10 log (WRB)
 Nf: UE bruit =7 dB
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 45

 Lsa, max: atténuation du signal en liaison descendante
Lsa, max est calculée dans l'échelle logarithmique de la perte de trajet maximale MAPLul .
L’expression est la suivante :
L
sa,max
=L
pmax
+B
LNF
+L
BL
+L
CL
− L
BPL
−C
a
+L
|
[dB] (2.17)
2.4.5. Equation bilan de liaison DownLink:
La figure ci-dessous illustre l’équation de bilan de liaison pour les liens descendant :

Tableau 2.7:Bilan de liaison DownLink [12]
Lpmax est décrit par l'équation suivante:
L
p,max
=P
tx,RB
− S
UE
−B
IDL
− B
LNF
−L
BL
− L
CL
− L
BPL
+C
a
−L
|
[dB] (2.18)
Avec :
 P
tx,RB
: Puissance de l'émetteur par bloc de ressources [dBm]
 S
UE
: Sensibilité de l'équipement utilisateur en [dBm]
2.4.6. La sensibilité du l’équipement utilisateur récepteur
L’équation est comme suit :
S
Ue
=N
r
+N
¡
+1ûlug(W
RB
) +y =N
RB,DL
+y[dB] (2.19)
2.4.7. SINR à la bordure de la Cellule
L’estimation de SINR sur le bord d'une cellule est calculée à partir de Lpmax. Son
équation est la suivante:
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 46

y =P
tx,RB
− L
pmax
− N
RB,DL
−B
IDL
− B
LNF
−L
BL
− L
CL
− L
BPL
+C
a
− L
|
[dB] (2.20)
2.4.8. Limite du Bilan de liaison
L’équation de l’atténuation du système est la suivante :
L
SA,Max
=L
PMax
+B
LNF
+L
BL
+L
CL
+L
BPL
−C
a
+L
|
[dB] (2.21)
Le nouveau Lsa, max est appliqué pour obtenir une nouvelle BIdl. On parle d’un système
DownLink limitée lorsque la qualité d’Uplink dépasse l'exigence.
On applique Lsa, max de la liaison descendante pour obtenir un nouveau Lpmax et Bi,dl par
l’expression suivante :
B
IdL
=1 +
P
UE
×Q
UL
×F
ni
RB
×N
RB,UL
×H×L
SA,max
(2.22)
Avec :
 H: Facteur d'affaiblissement de propagation utilisée dans le dimensionnement de
couverture et de capacité, dépend de la géométrie du site, diagramme d'antenne,
exposant de propagation, et la hauteur de l'antenne de station de base. Une valeur de
H = 0,36 est recommandé pour le dimensionnement.
2.4.9. Les modes de transmission
Les modes de transmission disponibles sont les suivantes:
•Single Input Multiple Output (SIMO), en utilisant une antenne TX dans la station de base et
deux antennes RX à l'équipement utilisateur.
•TX diversité, en utilisant deux antennes TX et RX deux antennes dans la station de base
• Open Loop Spatial Multiplexing (OLSM), en utilisant deux antennes TX et RX deux
antennes à la station de base.
 Cas de liaison descendante:
-Techniques Antenne: SIMO 1x2, 2x2 TX diversité, Multiplexage Spatial boucle ouverte
(Open loop Spatial Multiplexing OLSM) :2x2.
-Schémas de modulation: QPSK, 16-QAM, 64-QAM.
- Modèles de canaux: EPA5, EVA70, ETU 300
 Cas de liaison montante:
-Techniques d'antenne : 2-branch RX diversity
-Schémas de modulation: QPSK, 16-QAM
- Modèles de canaux: EPA5, EVA70, ETU 300
Les résultats, y compris une marge d’implémentation, est comme suit:
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 47

R
RB
=max [û,a
3
+(a
û
− a
3
) ×e
-ln(2)_
y-a
1
a
2
_
2
] (2.23)
y <o
1

Avec :

 a0, a1, a2 et a3 sont des paramètres empiriques
 SINR γ est exprimée en dB.
Le paramètre a0 semi-empirique représente le débit maximum pouvant être obtenue dans un
bloc de ressources.
La relation inverse entre γ et Rrb est comme suit :
y =a
1
− a
2_
ln (
a
û
-a
3
R
RB
-a
3
)
ln2
_
1 ; 0≤ R
RB
≤ a
û
[dB]
Les paramètres semi empiriques pour le DownLink sont obtenus par le tableau suivant :
Tableau 2.6:paramètres semi empiriques pour DownLink [11]
Les paramètres semi empiriques pour l’UpLink sont obtenus par le tableau suivant :
Tableau 2.7:paramètres semi-empiriques pour l'Uplink
Type
d’antenne
SIMO 1X2 Tx Div 2X2 OLSM 2X2
Mode de
canal
Epa5 Eva70 Etu300 Epa5 Eva70 Etu300 Epa5 Eva70 Etu300
A0[Kbps] 808.2 808.4 708.8 777.6 777.2 775 1347.1 1199 989
A1[dB] 27 29.34 27.75 25.92 27.17 27.70 34.03 34.99 31.93
A2[dB] 16.03 15.9 15.34 16.01 15.38 15.49 18.37 18.16 16.48
A3[Kbps] -9.3 -3.88 -4.68 -13.8 -5.44 -6.2 -15.8 -8.46 -7.12
Mode canal Epa5 Eva70 Etu300
A0[Kbps] 536.6 533.1 376.2
A1[dB] 20.76 23.91 20.15
A2[dB] 13.28 13.74 12.41
A3[Kbps] 0 0 0
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 48

2.4.10. Rayon de la cellule
La perte de trajet maximum autorisé est utilisée pour calculer le rayon de la cellule en
utilisant un modèle de propagation.
L'équation pour calculer la distance en kilomètres R est la suivante :
R=1û

(2.24)
Avec :
∝=
L
pmax
-A+13.8× 2lugh
h
+(ah
m
)
44.9 -ó .55lugh
h
(2.25)

 A: fréquence dépendant de la valeur d’atténuation.
*) cette relation est l’inverse de l’équation donné par le modèle de propagation –Hata
OKUMURA :
L
pmax
=A − 13.82lug h
b
− (ah
m
) +(44.9 − ó.55lug h
b
) lug R (2.26)
Le tableau suivant montre l'atténuation valeurs A qui sont utilisés, donné par Ericsson:
Tableau 2.8:atténuation fixe dans le modèle de propagation Okumura-hata[11]
2.4.11. Nombre des sites :
Le nombre de sites est facilement calculé à partir de la superficie du site et la valeur
input de la zone de déploiement Zd
Environnement Fréquences [MHz]
700 850 900 1700 1800 1900 2100 2600
Urbain 144.3 146.2 146.8 153.2 153.8 154.3 155.1 157.5
SubUrbain 133.5 136.1 136.9 145.4 146.2 146.9 147.9 151.1
Rural 125.1 127 127.5 133.6 134.1 134.6 135.3 137.6
ouvert 116.
1
117.8 118.3 123.8 124.3 124.8 125.4 127.
5
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 49


Figure 2.8: Modèle hexagonales de cellule [12]
La figure illustre la méthode de calcul de la zone des sites à partir de 2 modèles
hexagonales de cellule
Pour un site Omni-directional , le calcule est comme suit
d =√3 R (Km) (2.27)
S
s1
=
(3√3 × R
2
)
2
=2.ó ×R² (2.28)
Et pour un site a 3 secteurs :
d=
3
2
R (2.29)
S
s3
=
(9√3 × R
2
)
8
=1.95 ×2.ó ×R² (2.30)
Et par suite le calcul de nbre des sites devient très simple c’est le quotient entre la surface de
la zone et la surface du site :
N
S
=
S
z
S
s
, (2.31)
Sz : c’est la surface totale de la zone, dépend du type de la zone comme montre le tableau
2.10 suivant, dans notre application la surface de la zone est un paramètre « input » pour
garantir un résultat exacte :

Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 50

Type de zone Surface de la zone (km²)
Urbaine dense 50
Urbaine 400
Suburbaine 200
Rurale 300
Tableau2.9 : Surface de zone [13]
2.5. Dimensionnement de capacité :
Le dimensionnement de capacité permet de trouver la capacité maximale qui peut être
supporté par une cellule. Son objectif est de déterminer le nombre des sites nécessaires pour
satisfaire les trafics des abonnés dans une zone donnée.
La capacité théorique du réseau est limitée par le nombre d’eNodeB installé dans le réseau.
Elle dépend de plusieurs facteurs tels que type de la zone, service, nombre des abonnées,
interférences …
2.5.1. Calcul dimensionnement de capacité pour les Uplink :
Pour évaluer les besoins en capacités on doit suivre les taches suivantes:
•Estimer le débit de cellule.
•Analyser les entrées de trafic fournies par l'opérateur pour estimer la demande de trafic
(Nombre d'abonnés, trafic et des données, répartition géographique des abonnés dans la zone).
Le principal indicateur de la capacité est la distribution SINR dans la cellule :
l'augmentation de nombre d'utilisateurs augmente l'interférence et le bruit, et diminue la
couverture cellulaire par suite force le rayon de la cellule à devenir plus petite.
2.5.1.1. Débit de la cellule :
Notre objectif est d'obtenir une estimation du nombre des sites en fonction des besoins
en capacité. Et ces derniers sont définis par les opérateurs de réseau en fonction du trafic.
Le débit de la cellule est nécessaire pour calculer le nombre de sites, son équation est la
suivante :
T
¢ell
=Q
UL
×R
avg,UL
(2.32)
Avec :
R
avg,UL
=R
RB
×(n
RB
−n
pu¢¢h
) (2.33)
 Nrb: nombre total de blocs de ressources de la bande passante.
 Npucch: nombre de blocs de ressources attribuées aux canaux de contrôle PUCCH
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 51

La figure suivante illustre le dimensionnement de couverture :

Figure 2.9: illustration de calcul de dimensionnement de capacité
2.5.2. Calcul dimensionnement de capacité DownLink :
2.5.2.1. SINR :
La capacité DownLink est basée sur le rapport signal interférence et bruit (SINR)
notery
DL
, voir équation (2.24).
Le SINR moyenne résultante, γ dl, ave est représentée par l'équation suivante:
y
DL,ave
=
P
tx,RB
B
DL,nutse
×N
RB,DL
×H×L
sa,max
(2.34)

2.5.2.2. Débit de la cellule :
Le débit de l'usager par cellule réduit proportionnellement avec le nombre de blocs des
ressources Nrb.
R
avg,DL
=n
RB
×R
RB,DL
(2.2)
Le débit de la cellule est représenté par l'équation suivante:
T
¢ell,DL
=Q
DL
×R
avg,DL
(2.3)
2.5.2.3. Nombre des sites demandés :
A étape finale, nous allons calculer Tsite à partir de Tcell avec le cas de 3 cellules par
site.
T
stte
=T
¢ell
×3 (2.4)
L'utilisateur va entrer comme des inputs le nombre des abonnées et le débit moyen de
chacun, afin de calculer le nbre des sites :
Chapit r e II : dimensionnement d’un r éseau mobil e l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 52

N
stte
=
T
user
T
stte
×N
abunnées
(2.5)
Le nombre des abonnées est calculé à partir de l’équation suivante :
N
ahunnéex
=(∏ (1 +∝
|
N
|=1
) ×(1 +ß
|
)) ×d ×surIa¢e (2.39)
d : la densité des abonnés par Km² =100abonnées/km².
Surface : voir tableau 2.10.

t
: Augmentation de nbre des habitants.
µ
t
: Données opérateurs, indique le taux de migration des abonnés des autres opérateurs vers
Tunisie Telecom=1%.
N=calcul fait pour 15 ans d’avance.
2.6. Conclusion :
Nous avons consacré ce chapitre pour aborder le principe de dimensionnement de
l’eNodeB qui fait intervenir deux composantes : couverture et capacité. Toutes ces notions
seront adoptées par la suite pour la conception et le développement de notre outil, qui est le
contexte du chapitre suivant.

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 53




Chapitre III :
Conception et réalisation d’un outil de
dimensionnement du réseau LTE

Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 54

3.1. Introduction
À l’issu de deux premiers chapitres, on va entamer la phase de conception, réalisation
et validation de l’outil.
Après la description de l’architecture du système, on va présenter la modélisation réalisée par
la conception de quelques diagrammes UML : le diagramme des cas d’utilisation, les
diagrammes de séquences et le diagramme de classes.
Ensuite, nous franchissons la phase de développement de l’outil en expliquant la phase de la
mise en œuvre technique de la solution, IP PlanningTool, qui demeure un besoin pour faciliter
la tache de planification ATOLL.
3.2. Spécification des besoins
La phase de spécification est une étape primordiale dans le déroulement du projet.
Dans cette section, nous allons présenter et modéliser les choix prises au cours de la
conception et la réalisation.
Les besoins de ce travail viennent de la nécessité de palier les insuffisances des couvertures
pour le système LTE. Cela nécessite une bonne conception pour dimensionner les zones et de
bien partager les capacités pour gérer les besoins des abonnés.
Ces fonctionnalités nécessitent généralement la présence de l’état actuel d’un équipement
donné comme un ENodeB.
Pour satisfaire ses besoins, notre outil doit prendre en charge plusieurs fonctionnalités qui
visent essentiellement à assurer à l’administrateur de dimensionner des ENodeB selon la
couverture et la capacité.
Après l’étude et l’analyse des méthodes déjà en 2éme chapitre, on conclu que les
fonctionnalités de l’outil sont :
 Dimensionnement orientée couverture pour eNodeB : établir le bilan de liaison radio,
calculer l’affaiblissement de trajet maximum pour déduire le rayon de la cellule, et
par suite les nombre des eNodeB, et la distance intersites.
 Dimensionnement orientée capacité pour eNodeB : établir le modèle de trafic, calculer
la capacité de la cellule, estimer le débit binaire du site et enfin déduire les nombre des
eNodeB.
 Elaborer un rapport récapitulatif : sous format PDF qui contient tous les paramètres
qui interviennent dans le dimensionnement.
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 55

3.3. Outils de conception
3.3.1. Choix du langage de modélisation
La phase de conception établit un pont entre les spécifications requises par le fabricant
et les moyens de l'ingénieur tels que le langage de programmation, les algorithmes de calcul,
et les différentes équations à utiliser.
Pour concevoir notre système, on a choisi UML (Unified Modeling Language) qui est un langage
graphique conçu pour représenter, spécifier, construire et documenter les composants d’un
système. Ce choix revient essentiellement aux diverses opportunités qu’offre ce langage.
En effet, UML :
- Standardise l’élaboration et la construction des logiciels ;
- Limite les ambiguïtés grâce à son formalisme ;
- Normalise les concepts objet ;
- Facilite la représentation et la compréhension des solutions objets ;
- Construit un langage universel indépendant des langages de programmation.
La modélisation UML contient 3 types de vue :
 les vues statiques :
 Diagrammes de classes.
 Le vue fonctionnel :
 Diagramme de cas d’utilisation.
 les vues dynamiques :
 Diagrammes de séquence.
3.3.2. Logiciel de modélisation : ArgoUML
C’est une open source pour développer plate-forme UML rapide, flexible et extensible.
L'objectif du projet ArgoUML est de construire un outil de modélisation de logiciel partir de
des différant diagrammes.
Le champ d’action pour ArgoUML est très large et spécifique à la fois.Il permet de générer
des codes pour des paquets Java.


Figure 3.1: Logo ArgoUML
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 56

3.4. Les diagrammes UML
3.4.1. Le diagramme de cas d’utilisation
Le but de la conceptualisation d’un diagramme de cas d’utilisation est de comprendre
et structurer les besoins de l’utilisateur. Ces besoins qui sont le but attendu par le système à
implémente.
Ce dernier représente les cas d'utilisation, les acteurs et les relations entre les deux, il décrit le
comportement d'un système du point de vue d'un utilisateur.
Dans cette partie, nous identifions les besoins de l’outil ainsi que les services offertes par
notre application.

Figure3.2 : diagramme de cas d’utilisation
L’acteur de l’application : le planificateur c’est la seule personne qui à le droit d’accéder à
l’application pour d’effectuer l’opération de dimensionnement, il doit donc tout d’abord
s’identifier.
Par la suite il peut commencer la saisie des paramètres et les exigences de couverture et
capacité dans les onglets suivants: «paramètres radio », «paramètres abonnées », « paramètres
eNodeB », « Paramètres UE », « Paramètres de la ligne d’alimentation», « UL-DL »,
« Paramètres Système ».
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 57

3.4.2. Le diagramme de classe
Le schéma conçu ci-dessus, le diagramme de classes UML, sera utile plus tard lors de
la conception de notre base de données. Ce diagramme qui a une structure statique décrivent
la structure du système en montrant leurs attributs, les opérations (ou méthodes), et les
relations entre les classes.
Dans notre cas, le diagramme de classes contient les principales classes utilisées dans notre
application avec leurs différents attributs qui seront utilisés plus tard comme des paramètres,
ainsi que les relations entre les classes qui précisent le fonctionnement de notre outil.

Figure3.3 : Diagramme de classe
3.4.3. Le diagramme de séquence
Le diagramme de séquence est une représentation séquentielle des activités du
système. Il permet de représenter les différentes périodes d’activité des objets. Une période
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 58

d’activité correspond au temps pendant lequel un objet effectue une action, soit directement,
soit par l’intermédiaire d’un autre objet qui lui sert de sous-traitant
3.4.3.1 .Diagramme de séquence « Authentification »
Pour des raisons de sécurité, seul l’administrateur a le droit d’accès à l’application.
Cette procédure se déroule comme suit : L’administrateur se connecte au système et donne
son login et son mot de passe. Ensuite le système vérifie l’identité de l’administrateur et
autorise sa connexion dans le cas de correspondance sinon un message de demande
d’inscription s’affiche.

Figure3.4. Diagramme de séquence de « authentification »

3.4.3.2 .Diagramme de séquence « générale » simplifié
Ce diagramme donne une idée générale sur la succession des étapes. Le planificateur
doit d’abord saisir les paramètres nécessaires puis dimensionner pour afficher les résultats
finaux.
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 59


Figure 3.5 : Diagramme de séquence de « simplifié »

Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 60

3.5. L’environnement de développement
3.5.1. Langage de développement : Java
Puisque nous cherchons à développer une application indépendante de toute
plateforme, java est le langage parfait qui répond à nos besoins, il est à la fois un langage de
programmation orienté objet et un environnement d’exécution informatique portable crée par
Sun Microsystems. Il utilise les notions usuelles de la programmation orientée objet : la
notion des classes, d’héritage, d’interface, de virtualité, de généricité,… Il est accompagné
d’un ensemble énorme de bibliothèque standard couvrant de très nombreux domaines,
notamment des bibliothèques graphiques.
3.5.2. Technologies utilisé : NetBeans (version 7.2.1)
C’est un environnement de développement intégré (IDE) pour Java, placé en open
source par Sun en Juin 2000 sous licence CDDL (Common Development and Distribution
License). NetBeans est un outil pour les programmeurs pour écrire, compiler, déboguer et
déployer des programmes.
Il est écrit en java mais peut supporter n’importe quel langage de programmation.
3.5.3. IText
C’est une API permet de générer des documents PDF et HTML. Cette API est
disponible à partir de la JDK 1.2.
Il est facilement intégré en java.
Dans notre cas, nous avons utilisé cet API pour élaborer un rapport sous forme PDF, qui
récapitule le résultat de dimensionnement.
3.6. Développent de l’outil
Dans cette section, nous abordons la phase de développement de l’outil de
dimensionnement.
Notre outil consiste à une solution de dimensionnement du réseau d’accès mobile LTE, qui
facilite par la suite la phase de planification.
Nous allons décrire le manuel d’utilisation par les interfaces suivantes.
3.6.1. Description de l’outil
Notre outil IP PlanningTool dans sa version V1.0 assure les fonctionnalités suivantes :
-L'outil est conçu pour effectuer des estimations à la fois de la couverture et de la capacité. Il
effectue les calculs nécessaires, en fournissant le nombre de sites en se basant sur des entrées
de l'utilisateur.
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 61

-L'outil est essentiellement censé être simple, son utilisation ne nécessite pas de formation.
Les entrées et les sorties sont placées sur des onglets distincts afin de faciliter à l’utilisateur la
tache.
-L'outil permet d’optimiser le nbre des sites selon les résultats obtenus par le
dimensionnement de capacité et de couverture.

Figure 3.6: Logo de IP PlanningTool
3.6.2. Interface d’authentification
La page d’accueil de notre application est une page d’authentification qui sert à
authentifier les utilisateurs de l’application par un identifiant et un mot de passe accéder à
l’interface principale. Si l’identifiant est non valide un message de demande création de
compte s’affiche. La figure suivante prouve cette condition :

Figure3.7. Interface d’authentification
3.6.3. Interface d’inscription :
La figue ci-dessous présente l’interface d’inscription. Un utilisateur doit créer un
compte qui contient son nom, prénom, email, identifiant et son mot de passe.
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 62


Figure3.8 : Interface d’inscription
3.6.4. Onglet « paramètre Radio »
Dans cet onglet le planificateur doit choisir :
 Mode canal (epa5 , eva70, eta300)
 Urbanisation de la zone à dimensionner (dense urbaine, urbaine, suburbaine, rurale)
 Bande de fréquence utilisée (700,800,900,1700,1800,1900,2100,2600 MHz)
 Probabilité de couverture qui doit être assuré.
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 63



Figure3.9 : onglet « paramètres radio »
3.6.5. Onglet « paramètre Abonnées »
Cet onglet correspond au paramètres abonnées tel que :
 la bande passante : (1.4 , 3 ,5 , 10, 15, 20 MHz)
 Type d’utilisateurs de cette zone : (standard, Business)
 Type de services s’affiche selon l’utilisateur sélectionné (VoIP, Web Browsing, FTP,
Video conferance)
 Nombre des abonnées estimé de la zone à dimensionner.
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 64


Figure3.10 : onglet « paramètres abonnées »
3.6.6. Onglet « paramètre ENodeB » et Onglet « paramètre UE »
A ce niveau, le planificateur doit entrer les paramètres des UE et des eNodeB citant :
 Puissance d’antenne
 Gain
 Hauteur (station de base qui dépend du type de la zone)
 Facteur de bruit.
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 65


Figure3.11 : onglet « paramètres ENodeB »

Figure3.12 : onglet « paramètres UE »
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 66

3.6.7. Onglet « paramètres de la ligne de transmission »
Les paramètres de cet onglet, comme indique la figure ci-dessous, décrit la ligne
d’alimentation pour en fin déduire la perte : le planificateur donc doit saisir le type de la ligne
utilisé, sa longueur, le nombre des jumpers et connecteurs.

Figure3.13 : onglet « paramètres de la ligne d’alimentation »
3.6.8. Onglet « UL-DL»
Cet onglet contient les paramètres pour un lien montant et un lien descendant. :
 Facteur d’interférence
 Facteur de charge : (35%, 40%, 50%, 60%, 70%, 80%, 90% )
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 67


Figure3.14 : onglet « paramètres de la ligne d’alimentation »
3.6.9. Onglet « paramètres système» :
Cet onglet est destiné pour choisir le paramétrage du système, tels que :
 Nombre de PUCCH .
 Type d’antenne ( SIMO 2X1 , TxDiv 2X2, OLSM 2X2).
 Type de site (1secteur, 3secteur).

Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 68


Figure3.15 : onglet « paramètres système»
3.6.10. Onglet « Solution» :
L’onglet de la solution regroupe le résultat de dimensionnement .Il est destiné à
afficher : débit binaire du service, Débit binaire requis par RB, Nombre des RB par
utilisateurs, Atténuation max u signal, Puissance Transmise par RB, affaiblissement max du
parcours MAPL, Perte de shadowing, Pertes de pénétration, Pertes de la ligne d’alimentation,
pertes de jumpers, Perte de connecteurs, Marge d’interférence, SINR dans la bordure de la
Cellule, Sensibilité du système, Rayon de la cellule, Surface de la site, Distance intersites,
Nombre de sites par couverture , Nombre de sites par capacité, Débit total, Débit Cellulaire .
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 69


Figure3.16 : onglet « Solution»
Partant des caractéristiques des équipements, nous avons trouvé que la couverture de
la totalité des 2.175 km² de zone du lac par un réseau LTE mobile nécessite le déploiement
de 5 stations de base, tri-sectorisées, avec une surface de 103 m de pour combler les attentes
d’environ de 3200 abonnées. La distance intersites est de3458 m.
3.6.11. Onglet « Information » :
Cet onglet informe l’utilisateur sur le produit. Notre Outil IP Planning Tool est un
outils sophistiqué qui facilite la phase de dimensionnement et prépare à la phase de
planification.
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 70


Figure3.17 : onglet « Information»
3.7. Validation des résultats obtenus
3.7.1. Processus de planification LTE
Le processus de planification LTE est basé sur l’utilisation l’outil ATOLL. Il permet
de réaliser de multiples prédictions.
La figure suivante présente les étapes à suivre lors de la phase de planification :

Figure 3.18 : processus de planification
 Pré-planification :
La phase de planification préliminaire est la phase de préparation avant de commencer la
planification réelle du réseau. On doit collecter des informations sur la région : mode de vie,
les heures d’occupation…
Les critères de planification de réseau sont utilisés introduit à l’outil comme entrée sont:
-cartes morphologique et topographique
- la zone géographique à planifier
-Les informations de l'abonné, le nombre d'utilisateurs …
-Trafic des utilisateurs, les heures de chargement du trafic.
-Les services attendus.
Ces paramètres ont été fournit par Tunisie Telecom.

pré-plannification planification
Post
Planification
optimisation
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 71

 Planification :
L'objectif de la phase de planification est de trouver les meilleurs emplacements pour
eNodeB pour construire une couverture continue selon les exigences.
La sortie de la phase de planification est :
-la couverture finale et détaillée
-les plans de capacité.
La phase de planification doit aussi étudier les fréquences, le problème des voisins et
interférences.
 Vérification :
Vérification est la phase qui suit l’installation du site, mais pas encore disponible pour les
utilisateurs. Le but de cette phase est d'assurer un fonctionnement optimal du réseau.
-Faire du réglage des paramètres RF pour corriger les erreurs qui auraient pu survenir lors de
l'installation.
-Test Drive une méthode d'essai pour vérifier la fonctionnalité du réseau soit en couverture,
capacité et exigences de qualité.
-Vérifier les indicateurs de performance KPI.
 Optimisation :
Optimisation du réseau est la phase finale qui permet de vérifier la satisfaction des clients
et résoudre leurs plaintes.
Cette comprend de faire deux mesures au niveau du réseau et du contrôle de terrain.
3.7.2. Planification avec ATOLL
Nous avons choisi pour l’implémentation l’outil ATOLL grâce à sa flexibilité qui nous
permet d’implémenter rapidement la méthode d’accès réseau. Nous allons procéder à la
définition des paramètres géographiques et radio d’un réseau à planifier. Ensuite, nous allons
faire la modélisation du trafic qui sera supporté par le réseau qu’on désire mettre en place.
3.7.2. 1.Les étapes à suivre
Les étapes de configuration d’atoll sont :
- Création d’un projet LTE
- Importer la carte de grand Tunis 5m (résolutions des pixels 5m).
- Le système de coordonnées choisi est WG584.
Nous avons crée les paramètres radio suivant :
- Site (un nom, une position et une hauteur.)
- Antenne
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 72

- Transmetteur (contient une ou plusieurs antennes)
- Cellule
3.7.2.2. Zone géographique à planifier
Nous allons choisir la zone du Lac, lieu du Tunisie Telecom.
Nous limitons la zone tout d’abord en forme hexagonale par :
-Computation zone(en rouge) : utilisé pour définir la surface dans laquelle ATOLL prend en
considération les émetteurs activent.
-Focus zone(en vert) :c’est la zone exacte à planifier, dans laquelle ATOLL génère ses
rapport et statistiques.
La figure suivante présente un aperçu de la zone à planifier, qui couvre un peu plus que 2.752
Km².

Figure3.19 : zone sélectionnée pour la planification
Cette zone se caractérise par une forte densité de population. Chaque couleur désigne
la densité de la zone.
Le tableau suivant présente la composition de cette zone:
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 73


Figure3.20 : composition de la zone sélectionnée
3.7.2.3. Ajout des sites
Pour introduire les sites, nous avons choisi la méthode du motif hexagonal.
Nous ajoutons les sites nécessaires pour couvrir cette zone.


Figure3.21 : ajout des sites sur la zone sélectionnée
Nous activons les secteurs du site, on a des contraintes à respecter :
-l’angle formé par deux secteurs de deux sites voisins ne doit pas égale a 180° ou 0°.
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 74

Le choix idéal est un angle égal à 60° [180°].

Figure3.22 : ajout des secteurs
L’atoll nous offre un tableau qui décrit en détail la configuration de chaque site (voir
annexe).
Nous testons la couverture en activant les sites mis.

Figure3.23 : Activation des sites
Après l’introduction des sites par la méthode qui repose sur la forme hexagonale, on
procède à l’optimisation du réseau en déplaçant les sites dont la morphologie du terrain
présente un obstacle pour le champ de rayonnement de ses antennes, en modifiant les tilts et
les azimuts des antennes.
L’optimisation a été effectuée sur trois phases, en se basant sur trois contraintes :
•La couverture : effectuer des prédictions sur la couverture, puis des modifications et on
Recommence les prédictions jusqu’à aboutir à un résultat convainquant. La valeur seuil est de
-105 dBm( voir annexe A2.5)
Chapit r e III : ConCept ion et r éal isat ion d’un out il de dimensionnement du r eéseau l t e

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 75

•La qualité : une fois que la contrainte de couverture a été satisfaite, on passe à la deuxième
phase qui se base sur Ec/I0 qui reflète la qualité du signal. De même que la
première phase, on effectue des prédictions, des modifications puis on refait les prédictions.
La valeur de Ec/I0 minimale est prise pour -15dB
•La zone de couverture de chaque antenne : cette phase est essentielle vue qu’elle nous
renseigne sur les champs de chaque antenne. On peut alors voir les zones de chevauchement
des antennes, puis les réduire afin de minimiser l’interférence.
A la fin de la phase d’optimisation qui se fait par une correction automatique par Atoll, les
résultats sont illustrés dans l’annexe ( A2.7).
La zone du lac est bien couverte, on peut maintenant prendre les résultats finaux de la
planification:
 Surface =2.175 Km²
 ENodeB =5
 Distance intersites =685 m
3.8. Conclusion
Au cours de ce chapitre nous avons évoqué tous les étapes en relation avec la
réalisation de l’application. Ainsi, nous avons exposé des aperçus d’écran témoignent les
différentes étapes de l’application. Enfin, une partie de planification pour valider les résultats
obtenues.
ConCl usion et per speCt ives

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 76


Conclusi on et per specti ves
Cette partie est une synthèse de la démarche utilisée dans notre projet, pour tenter
d'apporter une solution de dimensionnement du réseau d’accès LTE.
L’objectif principal de ce projet est de créer un outil évolutif de planification et de
dimensionnent pour fournir la solution estimée.
Pour ce faire, Nous avons commencé par une étude générale de la technologie Radio
Mobile LTE, les innovations apportés par rapport aux technologies précédentes, les
caractéristique de l’architecture LTE ainsi que ses interfaces, aussi bien les canaux radio, les
exigences LTE et les QOS offert.
La deuxième partie a été consacrée pour une étude bibliographique bien approfondie sur le
dimensionnement orienté capacité et couverture. Ce processus, qui est caractérisé par sa
complexité, est suivi pour enfin déterminer le nombre des sites optimisé, et fournir des
statistiques qui paraissent très utile à la phase de planification.
Dans la troisième partie, nous avons présenté l’outil développé en décrivant les interfaces
graphiques avec des valeurs réelles pour les interpréter par la suite dans la partie suivante dans
le cadre de validation de notre solution.
Une fois les résultats adéquats obtenus, nous avons procédé à l’interprétation nous passons a
la phase de validation .Nous comparons les résultats obtenue par une simulation sur ATOOL
pour comparer entre les solutions théoriques et pratiques sur une zone bien définie.
Bien que les résultats obtenus soient en général concluants, quelques points
peuvent les améliorer. Si nous avons le temps, nous puisons se connecter à la base de
données ATOLL pour garantir un échange sécurisé.
BiBl iogr aphies

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 77


Bi bli ogr aphi es
[1] Huawei Technologies “ LTE Radio Planning Introduction ” .CO LTD
[2] T. Novosad, L. Serna, C. Johnson Nokia Siemens Networks “ LTE Radio Network
Planning Guidelines”.,12.01.2011.
[7] Frook khan ” LTE for 4G broadband.Cambridge” University Press 2009
[9] Erik Dahlman, Stefan Parkvall, and Johan Sköld “4G LTE/LTE-Advanced for
Mobile Broadband”
[10] Ericsson ” LTE Radio Dimensioning “Confidential 2010
[11] Ericsson “Coverage and Capacity Dimensioning recommendation” Confidential
[12] Huawei ” Radio Access Network Planning Guide”
[13] Nokia Siemens Networks “RNT_LTE_Dim v2.3.6 A pproved for RL10 / RL20 / RL30 /
RL15TD / RL25TD”
[Tapez le titre du document]

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 78


Webogr aphi e
[3] http://www.wireless-techbook.com/blocs-de-systeme-de-liaison-montante-lte/215-la-difference-
entre-ofdma-et-sc-fdma.html [accédé le 07.02.2013]
[4] http://fr.wikipedia.org
[5] http://www.radio-electronics.com/info/cellulartelecomms/lte-long-term-evolution/lte-frame-
subframe-structure.php [accédé le 20.02.2013]
[6] http://www.atdi.us.com/GeneralWimax.php [accédé le 10.03.2013]
[8]http://www2.ulg.ac.be/telecom/publi/publications/mvd/Demoulin2004Principes/index.html
[accédé le 20.03.2013]
Annexe 1

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 79


A nnexe 1
Le tableau ci-dessous indique le bilan de trajet, pris de la recommandation de
dimensionnement de capacité et de couverture selon Ericsson.


FigureA1.1 : bilan de trajet
Annexe 2

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 80


A nnexe 2: A TOLL

L’outil de planification et optimisation ATOLL V3.2.1 est utilisé par Tunisie
Telecom. Il s’agit d’un outil de planification radio multi technologies qui supporte les
différents types de planification radio (GSM, GPRS, UMTS, CDMA 2000, HSDPA, LTE...).
Nous allons dans cette annexe présenter les différents modules de cet outil qui interviennent
dans notre application.

FigureA2.1 : interface de démarrage
On importe la carte géographiques de grand Tunis avec une résolution de 5m .elle contienne
les données topographiques et morphologiques de la zone à planifier. Les données
peuvent être aussi sous forme de vecteurs indiquant par exemple les routes, le bord de la mer,
les lacs, les aéroports….

FigureA2.2 : carte de grand Tunis



Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 81

On choisit la zone exacte à planifier, par un contour de la forme hexagonale par la
Computation zone. On mentionne ses limites par Focus zone.

FigureA2.3 : Focus zone
Le tableau suivant indique la configuration des chaque site :

FigureA2.4 : Configuration des sites

Le tableau ci-dessous décrit le paramétrage des secteurs de chaque site :

FigureA2.5 : Configuration des secteurs de chaque site





Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 82

La figure A2.6 est une légende qui décrit la prédiction de couverture , chaque couleur indique
le niveu de la puissance de couveture.


FigureA2.6 : Prédiction de couverture
Le tableau A2.7 montre les corrections automatiques d’optimisation faites sur les sites afin
d’obtenir une meilleure couverture :

FigureA2.7 : correction automatique de couverture
Annexe 2

Projet Fin d’Etude-Eya JAMMAZI-2012/2013 Page 83








You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->