P. 1
Le Quotidien Oran du 22.07.2013.pdf

Le Quotidien Oran du 22.07.2013.pdf

|Views: 310|Likes:
Publié parnacer_2
q
q

More info:

Published by: nacer_2 on Jul 22, 2013
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/21/2015

pdf

text

original

LUNDI 22 JUILLET 2013 - 13 RAMADHAN 1434 - N° 5673 - PRIX: ALGÉRIE : 15 DA - FRANCE : 1,30 EURO - ISSN 1111-2166

Le Quotidien
D'ORAN Edition Nationale d'Information
Oran Oran Oran Oran Oran 20h18 20h18 20h18 20h18 20h18
Alger Alger Alger Alger Alger 20h06 20h06 20h06 20h06 20h06
Constantine Constantine Constantine Constantine Constantine 19h52 19h52 19h52 19h52 19h52
Imsak
Oran Oran Oran Oran Oran 04h12 04h12 04h12 04h12 04h12
Alger Alger Alger Alger Alger 03h52 03h52 03h52 03h52 03h52
Constantine Constantine Constantine Constantine Constantine 03h40 03h40 03h40 03h40 03h40
Iftar
Publicité
Aujourd'hui
Notre page
AUTO
MOBILE
P. 15
«DES DÉRIVES ET DES
DYSFONCTIONNEMENTS»
Cliniques privées
CONSTANTINE : PEINE CAPITALE CONTRE
LES ASSASSINS DE BRAHIM ET HAROUN
Allègement du cartable
Les enseignants
mis à contribution
La crise du carburant
persiste à El-Tarf
Construction
P. 2
P. 2
P. 4 & 5
Une société
algéro-américaine
pour produire
l'acier léger
P. 3
P. 3
EVE NE ME NT 02
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
M
ardi soir à l’issue
d’une première et
longue rencontre à
Amman entre le se-
crétaire d’Etat américain John
Kerry et le président palesti-
nien Mahmoud Abbas, une
source proche de celui-ci avait
déclaré qu’il n’était pas question que les négocia-
teurs palestiniens retournent à la table de négocia-
tion tant que le gouvernement israélien n’annonce-
ra pas officiellement l’arrêt de sa politique de colo-
nisation et que les Etats-Unis ne fassent savoir que
la négociation sur la création de l’Etat palestinien
doit se baser sur le principe que cet Etat a pour
frontières celles de 1967.
Or à son départ vendredi de Amman, le secrétaire
d’Etat américain a après une ultime rencontre avec
Mahmoud Abbas annoncé qu’il était parvenu à ob-
tenir la reprise des négociations entre Palestiniens
et Israéliens et que rendez-vous a été pris pour la
semaine prochaine à Washington qui réunira autour
de lui le président Mahmoud Abbas et le Premier
ministre israélien Benyamin Netanyahu, en vue de
fixer le cadre des négociations. John Kerry n’a aucu-
nement fait état de concessions que les Etats-Unis
et Israël auraient consenties au président palesti-
nien pour lui arracher son accord à la reprise du
processus de négociation. Tout ce que les autorités
israéliennes ont rendu public à l’annonce que la
partie palestinienne a finalement accepté de retour-
ner à la table des négociations, cela a été une va-
gue promesse de libération de détenus palestiniens.
Le secret qui entoure l’accord de Amman est in-
quiétant car il fait craindre que la direction palesti-
nienne aurait capitulé sous la pression américaine,
renoncé à ses préalables et accepté la reprise des
négociations aux conditions de l’Etat hébreu. De
fait, Mahmoud Abbas a été sous haute pression con-
juguée du chef de la diplomatie américaine, du roi
Un accord
qui suscite
colère et crainte
Kharroubi Habib
Le Quotidien
Fax Pub: 041.32.69.06
Fax et Rédaction
041.32.51.36 /32.69.06
Président
Directeur Général
Directeur
de la Publication
Mohamed Abdou
BENABBOU
Direction - Administration
Rédaction centrale
63, Ave de l'ANP - Oran
B.P.N°110 - Oran
Tél. 041.32.63.09
32.72.78 / 32.91.34
32.86.66 / 32.86.67 / 32.86.68
1
1
9
.
6
4
1

e
x
e
m
p
.
T
i
r
a
g
e

d
u

N
°
5
6
7
2
INTERNET: http://www.lequotidien-oran.com
E-mail : infos@lequotidien-oran.com
publicite@lequotidien-oran.com
admin@lequotidien-oran.com
lequotidiendoran@yahoo.fr
D'ORAN D'ORAN D'ORAN D'ORAN D'ORAN
Diffusion : Ouest: SEDOR Tél.: 041.58.85.52
Centre: SEDOR - Est: SO.DI. PRESSE - Sud: TDS
Edition Nationale d'Information
Editée par la SPA
ORAN - PRESSE
au Capital de 195.923.000,00 DA
Imp. : Oran : imprimerie
"Le Quotidien d'Oran"
Alger : imprimerie "Le Quotidien d'Oran"
Constantine : S.I.E.
Ouargla: S.I.A.
Rédaction Constantinoise
Tél. : 031.64.19.81 -Fax : 031.64.19.80
Rédaction Algéroise
Tél. : 021. 64.96.39 -Fax : 021. 61.71.57
Pub
Tél.: 021. 64.96.44
M. Aziza
U
ne société algéro-américaine
pour la fabrication d’acier léger
destiné à la construction a été créée
à Aïn Defla. La société est le fruit d’un
partenariat entre le groupe Batime-
tal relevant de la société de gestion
des participations «constructions mé-
talliques» et la société américaine
Framemax. Le ministre de l’Industrie,
de la PME et de la Promotion de l’in-
vestissement, Cherif Rahmani, a af-
firmé hier, lors de la signature du
pacte d’actionnaire de partenariat
entre les deux parties, que cette nou-
velle entreprise produira l’acier léger,
avec une large gamme de profilage,
pour une capacité de 3.000 loge-
ments en 2013. Et d’ajouter, pour ar-
river à une capacité à court terme de
12.000 logements par an, d’ici deux
ans. Le ministre a affirmé que ce
projet peut générer des emplois.
«300 emplois directs et 4.000 em-
plois indirects», a-t-il souligné en
misant sur la nécessité de former le
personnel algérien. «On est pour un
partenariat gagnant-gagnant», a-t-
il affirmé en soulignant que ce nou-
veau partenariat a été conclu con-
formément à la réglementation ré-
gissant les investissements étrangers
en Algérie (51/49%).
Pour le président du groupe Bati-
metal, Boudjamaa Talai, ce partena-
riat est hautement technologique. «Il
va nous permettre de remplacer l’acier
classique peu prisé actuellement par
un acier léger éco-énergétique». Il a
précisé que l’installation des équipe-
ments de l’usine a déjà commencé et
que le coût de ces équipements a été
évalué à 320 millions de DA.
Pour sa part, Nawal Allal, futur ca-
dre de la société algéro-américaine,
a précisé que l’Algérie ne va plus
importer d’acier léger des Etats-Unis.
«Nous avons la matière première sur
place et ce nouveau produit sera à
100% algérien». Elle précise que
A. Zerzouri
L
e procès des accusés dans l’affai-
re de l’assassinat des deux enfants
Haroun et Brahim s’est ouvert
dans la matinée d’hier dans une at-
mosphère plutôt calme. Mais, crai-
gnant de possibles débordements de
la foule, comme cela a été le cas le 17
mars dernier lorsque les manifestants
ont pris d’assaut les lieux, les services
de sécurité, déployés en une force im-
pressionnante autour du siège de la
Cour de Constantine, ont carrément
placé des balises assez loin de la por-
te d’entrée, interdisant tout accès aux
personnes qui n’ont pas de lien avec
les affaires traitées par le tribunal cri-
minel, lequel a clôturé, hier même, sa
deuxième session.
La salle des audiences était, quant à
elle, pleine à craquer. Avocats, avocats
stagiaires, magistrats, proches parents
des victimes, fonctionnaires de la justi-
ce et une presse venue massivement
couvrir l’évènement qui a focalisé l’opi-
nion publique durant ces quatre der-
niers mois. Ils étaient trois accusés à
comparaître, hier, devant le tribunal cri-
minel, deux d’entre eux sous les lourds
chefs d’inculpation «d’enlèvement, d’at-
tentat à la pudeur sur mineur de moins
de 16 ans et de meurtre avec prémédi-
tation», alors qu’un seul grief a été rete-
nu contre le troisième accusé, à savoir
la «participation à l’enlèvement». Le
représentant du ministère public a re-
quis la peine capitale contre les deux
accusés principaux et la perpétuité con-
tre le troisième accusé. Les deux accu-
sés principaux sont, donc, les premiers
à passer à la barre pour répondre des
charges qui pèsent sur eux. O. H, sur-
nommé ‘’catastrophe» a reconnu avoir
enlevé les deux enfants, mais il a nié
les deux autres charges. Il tentera dans
ce sens d’expliquer les choses ou de
monter un scénario dans un style tota-
lement incohérent, «oui, dira-t-il, j’ai
enlevé les deux enfants suite à une sug-
gestion de ‘’mamine» (le second accu-
sé contre lequel sont retenus les mêmes
griefs, ndlr), il m’a dit de ramener deux
enfants pour ‘’passer le temps» et c’est
ce que j’ai fait, j’ai convaincu les deux
enfants de m’accompagner pour me
montrer le chemin vers l’UV 19, et une
fois arrivé près du bâtiment, je les ai
encore fait marcher jusqu’à l’apparte-
ment» où l’attendait devant la porte son
acolyte. Ce dernier réussira encore à les
retenir en promettant de leur faire voir
de petits chiens, des chiens qui se trou-
vent être un faible de l’un des deux gos-
ses. Une fois qu’ils ont mis les pieds à
l’intérieur de l’appartement, ils ne re-
verront plus jamais la lumière du jour.
Le récit horrible des trois nuits qu’ils
auront passées avec leurs bourreaux
donnent froid au dos malgré la chaleur
Construction
Une société algéro-américaine
pour produire l’acier léger
qui régnait dans la salle d’audience. Les
deux enfants Haroun et Brahim subi-
ront les pires sévices sexuels. «Non, je
n’ai pas agressé sexuellement les deux
enfants», dira l’accusé surnommé ‘’ca-
tastrophe». «Arrête de mentir, l’analyse
des spermes trouvés sur le corps des
deux enfants prouve qu’il s’agit de ton
sperme», rétorque le président du tri-
bunal criminel, «c’est une preuve scien-
tifique qui ne peut pas mentir», lui ba-
lancera-t-il encore. On a trouvé sur les
lieux du papier roulé en boule (sept
boules au total) qu’on plaçait dans la
bouche des enfants pour taire leurs cris
de souffrances. Au bout de ces trois
jours, les deux monstres décident de se
défaire des deux gosses et planifient froi-
dement de les tuer, il n’y avait pas
d’autres solutions, car les gosses pour-
raient les identifier facilement s’ils sont
relâchés vivants. D’après l’autopsie des
corps, la mort a été causée par strangu-
lation. Le premier enfant a été asphyxié
à l’aide d’un tuyau et le second étouffé
par une ceinture qu’on a serré sur son
petit cou. Après, il s’agissait de faire dis-
paraître les corps, chose pas du tout
aisée. Des sachets noirs sont ramenés,
ainsi qu’un cabas et l’autre phase de
l’horrible besogne commença. Malheu-
reusement pour eux, c’est cette phase
qui trahira leurs combines affreuses.
Emportant le corps du premier enfant
à l’intérieur du cabas, l’assassin rencon-
tre sur son chemin un Chinois en acti-
vité sur un chantier de bâtiment, il lui
demandera de l’aider à porter le cabas,
mais le Chinois refusera la proposition
et suivra de loin ses mouvements. C’est
ce même Chinois qui découvrira le pre-
mier le cadavre de l’enfant dont le pied
sortait du sachet noir dans lequel il a
été enveloppé. Le cabas a, donc, servi
à transporter les deux corps, le premier
a été retiré et abandonné sur un terrain
vague, alors que pour le deuxième
corps l’assassin n’aura pas eu le temps
de le retirer et reprendre le cabas. Un
cabas qu’il a ramené de chez lui quel-
ques instant avant le va-et-vient maca-
bre. Malgré toutes les preuves qui les
confondent, les deux accusés ont nié
tout ou une partie des griefs retenus
contre eux. «Je le jure», répétait l’un des
deux accusés. «Ceux qui n’arrêtent pas
de jurer sont de parfaits menteurs», lui
lance le président du tribunal. Appelés
à la barre, les parents des victimes, le
visage pâle, torturés par une peine qui
remonte dans les cœurs avec les atroci-
tés livrées par le procès de l’odieux cri-
me, ils réclameront en tout et pour tout
‘’que justice soit faite».
A l’issue des délibérations, le tribunal
criminel près la cour de Constantine a
condamné les deux principaux accusés
à la peine capitale. Le troisième mis en
cause dans cette affaire a, lui, écopé de
dix ans de prison.
Constantine
Peine capitale
contre les assassins
de Brahim et Haroun
l’acier léger que va produire cette
nouvelle entreprise répondra aux
besoins du marché national dans le
domaine de la construction et la réa-
lisation de bâtiments de tous types
(logements, complexe hôtelier, com-
plexe sportif, bâtiments administra-
tifs et industriels).
L’utilisation de l’acier léger permet-
tra d’économiser 60% de temps dans
la construction. «On peut monter une
carcasse d’un R+12 étages en un
mois», nous dira Mme Allal, en sou-
lignant en outre que l’acier léger est
très recommandé dans les régions à
forte sismicité compte tenu de son
poids léger et qu’il est écologique-
ment recommandé car recyclable.
M. Henry S. Ensher, ambassadeur
des Etats-Unis à Alger, a affirmé qu’il
y a d’énormes potentialités de par-
tenariat en Algérie dans tous les do-
maines, hors hydrocarbures. Et de
préciser que «cet accord n’est qu’un
début pour le développement du par-
tenariat entre l’Algérie et les Etats-
Unis». Il a affirmé en outre que son
pays «est très optimiste pour l’avenir
de l’Algérie, et plus précisément pour
le développement de l’économie et
de l’industrie algérienne». «Vous avez
le potentiel humain, matériel et na-
turel», a-t-il conclu.
Pour rappel, ce partenariat est le
deuxième du genre, après la créa-
tion au début de l’année d’une so-
ciété algéro-américaine pour la fa-
brication en Algérie de puissants
tracteurs agricoles sous la marque
«Massey Ferguson».
de Jordanie Abdallah II hôte
des rencontres américano-pa-
lestiniennes et celle de la Ligue
arabe qui s’est jointe à eux pour
le presser à donner son accord
à une reprise des négociations.
Benyamin Netanyahu qui jus-
qu’à preuve du contraire a obte-
nu satisfaction sans contrepartie de sa part a dé-
claré vendredi que les négociations vont être lon-
gues et donner lieu à de pénibles concessions. Con-
cessions pénibles pour qui là est la question et
sa réponse évidente : pour les Palestiniens sans
aucun doute. Comme dans les rounds précédents
des négociations palestino-israéliennes sous l’égi-
de américaine, c’est toujours à la partie palesti-
nienne de faire plus pour leur conclusion. Cette
fois les concessions qui leur seront exigées sont :
qu’il ne soit plus question de frontières de 1967
pour l’Etat palestinien à reconnaître, que soit re-
connue l’identité juive de l’Etat d’Israël et le re-
noncement à la revendication du retour des réfu-
giés palestiniens sur leurs terres.
John Kerry a certes «réussi» à ramener la direction
palestinienne à la table des négociations, mais sû-
rement pas pour qu’elle défende sans compromis-
sion la cause de son peuple et obtienne satisfac-
tion des conditions qu’elle pose pour la création de
l’Etat palestinien. Et que l’on ne vienne pas nous
chanter l’antienne d’une évolution de la politique
américaine sur le dossier palestinien dans un sens
favorable à cette cause palestinienne dont par
ailleurs elle contrecarre toutes les avancées sur
le plan international. Il n’est que légitime que les
Palestiniens et les soutiens à leur cause nationa-
le accueillent l’accord de Amman avec grande
réserve et la crainte qu’il ne soit que l’enclenche-
ment d’un processus de capitulation sous couvert
d’une paix à instaurer au Proche-Orient indispen-
sable pour celle du monde.
P
h
.
:

A
P
S
03 EVE NE ME NT
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
Moncef Wafi

E
n effet, conscient depuis des
années de l’incidence d’un
cartable surchargé sur la san-
té de l’élève, et devant la levée de
boucliers des associations de parents
d’élèves, le ministère de tutelle a mis
en place une batterie de mesures
restée jusqu’à maintenant muette.
Fin juin dernier, la question est re-
mise au goût du jour avec une ques-
tion orale d’un sénateur et là-dessus,
le ministre de l’Education nationale,
Abdelatif Baba Ahmed, a annoncé
que de nouvelles mesures pratiques
seront prises pour alléger le poids du
cartable scolaire allant de l’élabora-
tion des livres scolaires en deux to-
mes à l’équipement des classes de ca-
siers passant par le respect de l’em-
ploi du temps réservé aux matières
enseignées afin d’éviter à l’élève de
ramener tous ses livres.
Plus concrètement, ce pragmatis-
me passe, selon le département de
Baba Ahmed, par l’unification, dans
une première phase, de l’emploi du
temps des première et deuxième
années primaires et celle de la liste
officielle des articles scolaires pour
le cycle primaire. Une étude réali-
sée sur le terrain par le secteur de
l’éducation nationale, les années
précédentes, a en effet révélé que
le surpoids du cartable scolaire est
dû aux nombreuses fournitures sco-
laires à la mauvaise répartition des
cours hebdomadaires, le non res-
pect du volume horaire hebdoma-
daire par certains enseignants, le
poids du livre scolaire et des cahiers
de travaux pratiques et dans cer-
tains cas le poids même du carta-
ble vide. Pour arriver à concrétiser
ces deux options, le corps ensei-
gnant et l’encadrement pédagogi-
que sont appelés grandement à con-
tribuer à l’apprentissage de l’élève
pour mieux ranger ses affaires et
s’asseoir correctement en classe.
Selon de nombreux spécialistes
qui se sont penchés sur la question,
le poids des cartables, dans certains
cas, peut peser jusqu’à 11 kilos. Et
cette charge, d’après l’association
des parents d’élèves, ainsi que les
longues distances entre l’école et la
maison peuvent entraîner des sco-
lioses, mais également le mal de
dos, la fatigue et l’épuisement par
suite du rétrécissement de la cavité
thoracique pour contrebalancer le
poids, entraînant une pression sur
les poumons. Les diagnostics y
ajoutent les déformations du corps
et l’apparition de bosses. Les cons-
tats dressés soulignent que certains
de ces problèmes de santé ont com-
mencé à apparaître en grand nom-
bre chez les élèves du primaire, et
que ces symptômes se traduisent
par une déformation latérale de la
colonne vertébrale (vers la droite ou
la gauche). En 2008, le ministère
de la Santé, de la Population et de
la Réforme hospitalière avait lancé
un programme national de dépis-
tage de la scoliose en milieu scolai-
Allègement du cartable
Les enseignants
mis à contribution
re enregistrant 257 cas de déforma-
tion de la colonne vertébrale.
Partant de ce constat, les ensei-
gnants et les professeurs ont été ap-
pelés à respecter une série d’orien-
tations ministérielles, notamment
l’allègement du volume du contenu
du cartable en fonction de la liste
officielle des fournitures scolaires.
Aussi, il est recommandé aux direc-
teurs des écol es primaires,
aux enseignants et aux professeurs
d’être flexibles en n’exigeant pas des
élèves un cahier de travaux prati-
ques si un cahier illustré existe déjà,
rassembler les matières qui se rap-
prochent dans un seul cahier, con-
sacrer un seul cahier pour les cours
et les travaux pratiques pour cha-
que matière. L’objectif étant de
réaliser un équilibre entre les ma-
tières enseignées et de garder un
poids égal du cartable tout au long
de la semaine.
Il est également demandé aux pa-
rents d’élèves de choisir le cartable
adéquat qui doit être solide et rem-
bourré afin de protéger le dos des
élèves des frottements et les cahiers
et livres de la déperdition. Il doit être
léger et sans roulettes pour ne pas
constituer une charge supplémentai-
re pour l’enfant en cas de montée
des escaliers ou des trottoirs.
Parmi les mesures à moyen ter-
me, la dotation des salles de cours
dans le primaire d’armoires dans le
cadre de l’équipement des établis-
sements éducatifs ou la rénovation
de leur mobilier selon les opérations
annuelles programmées par chaque
wilaya. Il a été décidé également
d’équiper les classes de cours de
casiers individuels destinés aux élè-
ves. L’option des casiers avait déjà
été proposée quelques années
auparavant. Benbouzid annonçait,
en 2008, que toutes les classes se-
raient dotées de casiers afin d’allé-
ger le poids du cartable avec pour
échéance l’horizon 2010. Le prési-
dent de la Fédération nationale des
associations de parents d’élèves avait
demandé, quant à lui, que soit ap-
prouvé le projet « Pupitre » qui per-
mettra aux élèves de conserver leurs
fournitures et de n’emporter chez
eux que ce dont ils auront besoin.
Le secteur tente, d’autre part, d’éla-
borer les livres et cahiers de travaux
pratiques en deux tomes notamment
pour ce qui est des matières essen-
tielles (langue arabe, mathématiques
et langue française) tout en deman-
dant aux éditeurs d’inscrire le poids
du livre scolaire au verso et d’œuvrer
à alléger le poids des feuilles utilisées
dans la conception du manuel
scolaire sans altérer la qualité tech-
nique du support. Il s’agit également
de fournir deux manuels scolaires à
l’élève qui devra laisser un à l’éco-
le et garder l’autre à la maison.
S’agissant des mesures à long ter-
me, le ministère a souligné que
l’expérience de numérisation sera
menée au niveau de quelques éco-
les pour être généralisée à l’ensem-
ble des établissements.
A.Ouelaa
L
a crise du carburant qui af
fecte les stations-service de
la wilaya d’El-Tarf depuis plu-
sieurs mois du fait notamment
de l’ampleur prise par la con-
trebande exercée de part et
d’autre est loin de voir le bout
du tunnel. En effet, après les
réductions des quotas sur les
différents carburants, suivie de
Une partie de la flotte de Naftal en panne
La crise du carburant persiste à El-Tarf
l ’arrêté de wi l aya, vi sant à
mieux contrôler ceux qui s’ap-
provisionnent d’une manière
effrénée en carburant -et que
les gérants et propriétaires des
stations-service ont vu d’un
mauvais œil tout en proposant
par le biais de leurs représen-
tants une autre approche pour
lutter contre ce fléau-, un autre
problème est venu aggraver la
tension qui règne sur le carbu-
rant. Une partie de la flotte de
Naftal est à l’arrêt. Six camions-
citernes de carburant sont tom-
bés en panne.
Une situation qui s’est tradui-
te par davantage d’attente de-
vant les stations-service pour se
voir approvisionner en carbu-
rant vite épuisé par ces longues
processions de véhicules visi-
bles un peu partout dès qu’un
camion-citerne arrive.
Des mesures organisationnelles et
pédagogiques, en vue de la rentrée scolaire,
prises par le ministère de l’Education pour
trouver des premières solutions au poids du
cartable scolaire, on retiendra surtout
l’implication demandée au corps enseignant
dans cette optique.
Jour 13 : extension
du domaine de la
fatwa au détriment
de la Loi
Kamel Daoud
P
eu à peu, on a glissé:
aujourd’hui les gens
de la fatwa sont deve
nus source d’autori-
tés et de législations informel-
les. Les Algériens, dans le
monde rural ou dans les vil-
les, acceptent déjà cette dou-
ble référence comme une «norme». Il y a la
loi des avocats et de l’Etat et de la Houkou-
ma et il y a la loi de Dieu, incarnée par les
«gens de Dieu»: savants autoproclamés, théo-
logiens, imams, leaders islamistes, guéris-
seurs et «Docteur rokia». L’extension du
champ de la fatwa est rapide et touche
aujourd’hui des sphères collectives: on avait
commencé par «ce que doit faire et ne pas
faire l’individu» et on a atteint le stade de
«ce que doit ou ne doit pas faire» une ban-
que, une agence d’emploi, le commerçant,
le ministre et le «Gouverneur». Peu à peu,
on retrouve aujourd’hui des «savants» qui
exploitent la brèche et se prononcent sans
timidité ni hésitations dans les journaux, les
forums et les radios et les TV et donnent
leur verdict sur ce que fait Sellal, ses ban-
ques, son président, ses directeurs centraux
et son administration. La «théologisation»
de la vie publique est déjà une évidence, on
est au stade de la «théologisation» du juri-
dique et des codes. Le curieux bonhomme
d’Ennahar TV, le Cheikh Chemessedine, est
aujourd’hui une référence version «Google
d’Allah»: il parle de tout, de tous, de n’im-
porte quel sujet, s’immisce entre les deux
corps du couple, dans les têtes, sur les cla-
viers et, avec cette outrecuidance du reli-
gieux prosélyte, il donne des
avis sur Facebook, le monde
et la Nasa. Puisque le monde
appartient à Dieu et que le
«Savant» est déclaré repré-
sentant de Dieu, il a le droit
serein et désormais acquis de
parler sur tout et d’avoir des
avis sur votre femme ou vos cheveux. Et puis-
que les théologies sont diverses, les avis
sont multiples et les interprétations sans fin,
le champ de la fatwa va, crescendo, désor-
donner la vie publique, les têtes et les lois
et devenir un commerce pour des journaux
comme Echourouk à destination du lecto-
rat conscience et des «créneaux» pour cer-
tains investisseurs.
A Mostaganem, un guérisseur chaman, pa-
tron d’une «clinique» de Rokia à Relizane et
que les internautes dénomment Harry Pot-
ter, a été jugé avant d’être relaxé, dernière-
ment, dans le malaise pour l’Etat et dans le
triomphe pour l’exorciste qui annonce son
retour en force dans les prochains jours avec
son armée de djinns. A Oran, un agitateur a
su ouvrir une «clinique» de Rokia et d’eau
là où des associations ont toutes les peines
du monde à activer.
Et c’est «normal», quand on sait qu’un ex-
ministre de la Formation professionnelle
avait l’habitude de mobiliser cantines, voi-
tures et budgets des centres de formation
pour assister les fêtes des zaouïas et que
d’autres ont leurs cartes d’abonnement chez
des «guérisseurs» clandestins.
Misère d’un pays qui succombe aux sous-
religions de la peur et des petitesses d’âme.
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013 04
L
a proposition de loi a été
envoyée au Premier mi-
nistère, au début du mois
courant, par le bureau de
l’Assemblée nationale po-
pulaire (APN). Ce sont près d’une cen-
taine de députés qui l’ont formulée,
en vue d’obtenir la modification des
dispositions de la loi 85-05, relative à
la protection et à la promotion de la
Santé. Loi déjà révisée par celle 98-
09 du 19 août 1998 mais que les dé-
putés en dénoncent le seul article 4
(modifié et complété par l’article 201)
dont les conséquences sur le secteur
de la Santé publique sont désastreu-
ses. Ils proposent carrément sa sup-
pression. L’article en question stipule,
dans son alinéa 1, que «les corps des
spécialistes hospitalo-universitaires,
exerçant dans le secteur public, en
qualité de professeur, docent, maître-
assistant, justifiant 5 années d’exerci-
ce effectif en cette qualité ou titulaire
d’un diplôme de doctorat d’Etat en
Sciences médicales (DESM), et des
spécialistes de Santé publique justifiant
5 années d’exercice effectif en cette
qualité, sont autorisés à exercer une
activité complémentaire (…) en dehors
des établissements de Santé publi-
que». Son alinéa 2 autorise l’exercice
de cette activité «dans les établisse-
C
’est par cette sentence que l’Ins-
pection générale du ministère de
la Santé et de la Réforme hospita
lière a commencé son rapport
d’évaluation de l’activité complé-
mentaire, qu’elle a adressé, le 28 avril 2009, à
Saïd Barkat, alors ministre du secteur.
Tout en rappelant le cadre législatif et régle-
mentaire autorisant aux professionnels de la
Santé publique, l’exercice de cette activité dans
le secteur privé, l’Inspection générale a noté que
«le principal motif ayant présidé à son institu-
tion, au profit des praticiens hospitalo-universi-
taires et ceux de la Santé publique, renvoyait
au souci d’améliorer leurs revenus, dans le res-
pect des activités professionnelles dont ils ont
la charge dans les établissements publics de San-
té.» Après deux années d’application, l’évalua-
tion de l’exercice de cette activité, écrivent les
inspecteurs dans leur rapport, a permis de cons-
tater que les résultats et l’impact obtenus
n’avaient pas été à la hauteur des objectifs ainsi
assignés». Ils soulignent que «de nombreux praticiens,
dont des chefs de service et des chefs d’unité, ont
exercés cette activité dans des conditions qui ne cor-
respondent pas, toujours, aux bonnes normes de la
morale et ce, au détriment de la prise en charge des
malades, de la formation, de l’utilisation des ressour-
ces allouées et de la continuité du service pu-
blic». Pis encore, ils affirment que «dans cer-
tains cas, une véritable dérive avait été relevée
dans le comportement individuel, contraire aux
valeurs et principes de l’éthique et de la déon-
Réforme hospitalière
Des députés veulent interdire aux spécialistes
du public d’exercer dans le privé
Le gouvernement
prévoit l’examen
d’un projet de loi
proposant
l’interdiction
aux spécialistes
de la Santé publique
d’exercer une activité
complémentaire dans
les établissements
sanitaires privés.
P PP PPar Ghania Ouk ar Ghania Ouk ar Ghania Ouk ar Ghania Ouk ar Ghania Oukazi azi azi azi azi
Rapport d’évaluation de l’activité complémentaire
«C’est une pratique perverse»
«J’ai l’honneur de vous transmettre un état des principales
pratiques de perversion, générées par le comportement
de certains médecins spécialisés, dans le cadre de l’exercice
de l’activité complémentaire».
tologie médicale.» Ces pratiques, rappellent les
rédacteurs du rapport de l’Inspection générale
du ministère de la Santé, «qui sont de nature à
favoriser la corruption, au sein du secteur pu-
blic, ont conduit à la révision des textes régle-
mentaires par la promulgation du décret exé-
cutif 02-256 du 03 août 2002, dont la principa-
le disposition (article 4 bis) exclut du bénéfice
de cette activité, les praticiens occupant le pos-
te de chef de service ou de chef d’unité».
Cependant, ont-ils fait remarquer, «la circu-
laire ministérielle 003 du 03 mai 2003 relative
aux modalités d’application de l’article 4 bis de
ce dernier décret, a différé, à titre exceptionnel,
la mise en œuvre de cette disposition pour les
cas où le chef de l’établissement établit un rap-
port sur les performances du service et de la
personne, fondées sur une évaluation objecti-
ve, utilisant des indicateurs vérifiables, permet-
tant de caractériser les niveaux d’efficience des
équipes et d’effectuer des comparaisons, dans
le temps et dans l’espace, ou un rapport sur les
projets de service ou d’établissement sensibles
en cours, pilotés par des praticiens engagés et
performants, pouvant justifier de leur position,
en qualité de chef de service, ou alors un rapport
sur le risque de déstabilisation de l’activité dans les
secteurs ou les zones dépourvus de spécialistes».
Ils rappellent aussi que «pour les praticiens
spécialistes, renonçant à l’exercice de l’activité
complémentaire, un régime incitatif, sous for-
me d’indemnité d’intéressement mensuelle con-
séquente a été instauré à leur profit».
Cependant, regrettent les inspecteurs «et en
dépit des améliorations apportées et des ouver-
tures réglementaires permises, il est observé la
persistance de pratiques perverses, liées à l’exer-
cice de l’activité complémentaire.» Ils ont cons-
taté que les pratiques les plus en vue sont «le
détournement des malades de l’hôpital vers les
structures privées, les évacuations des malades
opérés du secteur privé vers l’hôpital pour la
continuité de leurs soins et leur surveillance (sur-
tout en cas de complications et lorsque le pro-
nostic vital est en jeu), les privilèges octroyés
aux malades orientés à partir des structures pri-
vées pour leur prise en charge à l’hôpital pu-
blic.» Ce qui, de fait, disent-ils, se traduit par la
priorité accordée pour l’hospitalisation et l’uti-
l i sati on du pl ateau techni que, avec en
face l’allongement des délais de rendez-vous
pour les malades qui n’ont d’autres choix que
le service public.» Les inspecteurs pointent en-
core du doigt, au titre des pratiques perverses,
«le non respect des périodes autorisées (deux
après-midi) pour exercer le temps complémen-
taire, ce qui engendre un fort taux d’absentéis-
me dans les structures publiques de Santé, le dé-
tournement des moyens humains et matériels de l’hô-
pital public vers les structures privées, entraînant la
réduction de certains actes opératoires et médico-
techniques, la non déclaration de l’activité à
titre privé avec perception de la prime de re-
nonciation à l’activité complémentaire».
L’Inspection générale estime, après cette éva-
luation, qu’«un renforcement des procédures
d’attribution de l’autorisation d’exercice de l’ac-
tivité complémentaire s’impose. «Accorder
l’autorisation d’exercice pour une durée d’une
journée par semaine tel que prévu par la loi
de 98 et non deux demi-journées comme pré-
cisé par le décret exécutif de 2002; accorder
cette autorisation dans une seule et unique
structure privée ou parapublique, abroger les
dispositions exceptionnelles de la circulaire de
2003, faire établir les décisions d’autorisation
par le directeur de la Santé de la wilaya territo-
rialement compétent, aux lieu et place du di-
recteur de l’établissement du lieu d’exercice du
praticien demandeur».
Ghania Oukazi
ments sanitaires privés, des laboratoi-
res privés, du secteur parapublic.» Tan-
dis que l’alinéa 3 précise que «sans
préjudice du fonctionnement normal
des services médicaux des établisse-
ments sanitaires publics, le bénéficiai-
re est autorisé à exercer l’activité com-
plémentaire dans la limite d’une jour-
née par semaine, additionnellement
aux journées de congé légal».
C’est justement le non respect de cet
alinéa, par la profession, qui a justifié
la proposition de la loi interdisant cet-
te activité complémentaire.
Dans le préambule de leur propo-
sition de loi, les députés notent que
«l’activité complémentaire autorisée
ne devait pas nuire à l’intérêt des
établissements publics». Mais en
pratique, relèvent-ils «le résultat est
contraire à ce qui était attendu». Ils
soulignent ainsi que «l’activité com-
plémentaire a été présentée comme
une solution temporaire pour faire
face aux bas salaires des équipes mé-
dicales qui travaillent dans le secteur
public et leur permettre d’améliorer
leurs revenus mensuels, en particu-
lier pour les professeurs, les maîtres-
assistants et les médecins spécialistes,
avec, bien sûr, en parallèle, l’amélio-
ration des performances de la fonc-
tion publique, en particulier dans le
domaine des consultations et des trai-
tements médicaux».
Seulement, regrettent-ils «elle est
devenue une menace pour la Santé
publique, en général, et pour les pa-
tients en particulier, surtout pour ceux
qui ont de bas revenus, en raison de
l’indifférence et de la négligence de
certains personnels autorisés à prati-
quer cette activité».
Les députés accusent ces derniers
d’«exploiter ce privilège pour servir
leurs intérêts personnels, sans le moin-
dre respect pour la profession et l’éthique».
Parce que, disent-ils «au lieu de le soigner
et d’alléger ses souffrances, le patient est
devenu un moyen pour gagner de l’ar-
gent». Autre conséquence négative de
la loi, «le détournement des moyens
humains et matériels de la Santé pu-
blique, au profit du secteur privé».
Les parlementaires rappellent, qu’en
2002, le ministère de la Santé a tenté
d’encadrer cette activité complémen-
taire et de veiller à l’application stricte
de la législation et la réglementation
en vigueur, en promulguant le décret
exécutif 02-256, modifiant celui 99-
236 définissant les modalités d’appli-
cation de l’article 201 de la loi 85-05
modifiée et complétée. Le décret a
précisé que «l’activité complémentai-
re est incompatible avec la fonction de
la chefferie de service ou d’unité, c’est-
à-dire qu’on ne permettait plus aux
professeurs, chefs de services ou d’uni-
tés d’exercer dans le privé, ils doivent
choisir entre les deux secteurs». Pour
les initiateurs de la proposition de loi
«il est devenu illogique de maintenir
cette activité (pour toute fonction con-
fondue du secteur public de santé,
ndlr).» Une activité, notent-ils, «qui
autorise la plupart des propriétaires
des cliniques privées à détourner les
moyens du secteur public». Les dépu-
tés accusent, en outre, ces derniers
«de fraude fiscale et de non déclara-
tion des salariés, exerçant dans le sec-
teur privé». Les députés demandent
au gouvernement «à partir de cette
concurrence déloyale et devant les dé-
passements que connaît le secteur pu-
blic», qu’il faut faire cesser cette ac-
tivité qui alimente illégalement le
secteur, et ce, en abrogeant l’article
4 de la loi 98-09 du 19 août 1998
modifiant et complémentant la loi
85-05 du 16 février 1985, relative
à la protection et la promotion de
la Santé». Ils réclament cette abro-
gation d’autant, pensent-ils, qu’à
partir de 2010-2011, les hospitalo-
universitaires ont vu leur salaire aug-
menter d’une manière appréciable
avec effet rétroactif à partir de janvier
2008 et de surcroît, perçoivent une im-
portante indemnité hospitalière que
leur assure le ministère de l’Enseigne-
ment supérieur. Pour argumenter leur
proposition de loi, ils se sont fortement
inspirés des circulaires et rapports
d’évaluation, élaborés ou commandés
par le ministère de la Santé, tout au
long de ces dix dernières années.
DÉTOURNEMENTS DE MALADES
ET DE MATÉRIELS
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013 05
A
lors ministre de la
Santé et de la Réfor-
me hospi tal i ère,
Aberkane avai t
donc, lui en premier,
constaté les dérives
et avait tenté de redresser l’exercice
d’une activité que l’inspection géné-
rale du ministère a liée 6 ans après à
«des pratiques perverses». Le minis-
tre avait écrit à cette époque que «l’ac-
tivité complémentaire a été instituée
à une période où les conditions socio-
économiques ne permettaient pas aux
spécialistes de se consacrer pleinement à
leurs tâches». Cette activité, a-t-il dit, «de-
vait permettre un relèvement des revenus
de certains spécialistes que le budget de
l’Etat ne pouvait accorder en son temps
tout en améliorant les performances des
établissements publics, notamment en
matière d’offre de soins». Aberkane avait
relevé dans sa circulaire que «l’impact de
la mesure est en contradiction avec les im-
pératifs de service public et que cette si-
tuation a eu pour conséquence la réduc-
tion des activités, le détournement des
moyens de production au profit du sec-
teur libéral, la réduction de certains actes
opératoires et médico-techniques, l’orien-
tation des malades vers les structures pri-
vées, les évacuations des malades opérés
du secteur privé vers le secteur public pour
la continuité de leurs soins et leur sur-
veillance au détriment du temps consa-
cré à l’amélioration des prestations sani-
taires et des plans de carrière scientifique».
A cela, s’ajoutent, avait-il écrit
encore, «des problèmes de dépassement
caractérisé par des activités à titre privé
non déclarées avec perception de la pri-
me de renonciation à cette activité (…)».
Le ministre avait alors initié des me-
sures de redressement de l’exercice de
l’activité incriminée en instruisant ses
services de veiller, entre autres, «au
fonctionnement régulier du service
public, en matière de soins, de for-
mation et de recherche, avec possi-
bilité de non-renouvellement ou de
suspension de l’activité complémen-
taire en cas de besoin, à l’inspection
et au contrôle des structures privées
et publiques en vue de s’assurer du
respect de la réglementation en la
matière et du respect des droits du
malade, et à l’application des dis-
positions réglementaires lorsqu’il y a
constat d’infraction».
Aujourd’hui, des voix se font enco-
re plus persistantes pour dénoncer
l’état de délabrement du secteur de
la santé. Les députés signataires du
projet de loi interdisant l’activité com-
plémentaire en font partie. Des pro-
fessionnels de la santé nous font part
de l’amertume qu’ils ont à constater
les pratiques de ce qu’ils qualifient de
«mafia des hôpitaux». Ils accusent
comme l’ont fait avant eux plusieurs
ministres, «des chefs de services in-
déboulonnables qui emploient des
maîtres-assistants et des paramédi-
caux pour convaincre des malades
d’aller se faire soigner dans les clini-
ques privées». Ils appellent cette ca-
tégorie d’employés «les rabatteurs» ou
«les hommes de main» des profs. La
contrepartie existe en évidence. Elle
est, selon beaucoup d’entre eux, «son-
nante et trébuchante». L’on affirme
Mesures de redressement
contre «activités privées non déclarées»
même que l’envers de la médaille est
que ces rabatteurs commandent ces
chefs de service puisqu’ils les tiennent
par ces transactions commerciales
d’un autre genre. «Parfois, un simple
infirmier est à l’origine du renvoi d’un
médecin après en avoir convaincu le
chef de service, c’est terrible comme si-
tuation», estiment nos sources. Les dépu-
tés tout autant que des cadres du ministè-
re de la Santé sont persuadés que «tout le
monde est au courant, les directions de
Santé, les directeurs d’hôpitaux, le
ministère, mais personne n’est arrivé
à mettre un terme à la dégénérescen-
ce d’un secteur vital».
L’on nous rappelle qu’il y a deux
ans, des commissions ont été diligen-
tées par le ministère pour effectuer des
contrôles dans les cliniques privées.
«Les rapports qui ont été établis ne
reflètent pas la vérité, ils ne permet-
tent même pas de retrouver la trace
des noms des hospitalo-universitaires
qui opèrent dans ces structures», nous
disent des cadres du ministère de la
Santé. Ils s’interrogent d’ailleurs, dans
ce cas, «qui opèrent dans les cliniques
privées ?» Ce qui signifie qu’aucune
mesure de la circulaire de Tou relati-
ve à l’organisation des activités dans
les cliniques privées n’a été respectée.
La complicité, pour nos sources, de
la tutelle «est à tous les niveaux». L’on
nous apprend qu’il y a 13 facultés de
médecine à travers le pays mais «il y
a une concentration de docents et de
professeurs spécialistes dans la capi-
tale alors que le grade le plus élevé à
l’intérieur du pays est celui de maî-
tre-assistant. Cela ne semble pas dé-
ranger la tutelle». C’est dire, disent ces
cadres de la santé, qu’«il y a des chefs
de service qui font la loi sans que
personne ne puisse leur reprocher
quoi que ce soit, ils font ce qu’ils veu-
lent au détriment de la qualité du ser-
vice public et de la santé de tout un
pays». Des professionnels confortent
Tou dans ses remarques et affirment
que des médecins étrangers viennent
opérer en Algérie en dehors de toute
réglementation. «Ils opèrent mais
n’assistent même pas au réveil de
leurs patients, ils reprennent le jour
même l’avion vers leur pays avec
dans l eur bagage une grosse
rétribution que les patrons des cli-
niques privées leur garantissent en
espèces et en devises, au vu et au su
des responsables de la réglementation
des changes et des transferts». Pis, ces
chirurgiens étrangers ne sont même
pas comptables de leur acte médical.
«En cas de décès du patient, ils ne
peuvent être poursuivis puisqu’ils tra-
vaillent au noir», affirment les mêmes
cadres du ministère.
Tous les intervenants sur la question
de l’activité complémentaire s’accor-
dent à reconnaître que celle-ci n’est
pas la seule pratique perverse dans
le secteur. «Trouvez-vous normal que
le président de la République en per-
sonne demande au ministère d’initier
un programme spécial contre le can-
cer mais à ce jour, son exécution est
à peine à ses débuts ?», interrogent
des spécialistes. La réforme est à leurs
yeux «une vue de l’esprit» tant, disent-
ils, «que des barons continuent de
régner sans impunité sur le secteur et
tant qu’il n’est pas mis un terme à
leurs agissements immoraux dans une
profession qui est par essence, éthi-
que et déontologie au sens le plus lar-
ge et le plus profond du terme».
Il y a à peine quelques jours, l’actuel
ministre de la Santé, Abdelaziz Ziari,
a déploré la mauvaise gestion des
structures publiques de santé. Au ris-
que de le voir, comme ses prédéces-
seurs, se contenter de signer une
simple circulaire pour consigner ce
constat, les nababs des hôpitaux,
entre barons et rabatteurs, s’enri-
chissent sur le dos de nombreux
damnés de ce pays. Les timides in-
cursions du gouvernement contre ce
monde du désastre et du drame
obligent à penser que ce système de
gestion d’établissements de santé
publics et privés restera toujours tout
aussi bien préservé parce que certains
de ses propriétaires ou parrains ont
occupé ou occupent toujours de hau-
tes fonctions de l’Etat. Ils agissent en
toute impunité. «Tout le monde le
sait», affirment encore des cadres du
ministère de la Santé.
G. O.
Abdelhamid Aberkane avait instauré
déjà en 2003 des mesures de redressement
de l’exercice de l’activité complémentaire
sur la base d’un constat dont les éléments
ont été largement repris dans le rapport de
l’inspection générale et dans la circulaire de Tou.
LE RÈGNE
DES «RABATTEURS»
MÉDECINE AU NOIR,
COMPLICITÉ ET IMPUNITÉ
Le 24 septembre 2007, Amar Tou, qui avait succédé
à Barkat à la tête du ministère de la Santé, avait signé
une circulaire (025) organisant les activités dans les
structures de santé privées.
M
on attention, écrivait-il, a été attirée par les dérives et les
dysfonctionnements que connaissent les structures de
santé privées en matière d’organisation des activités».
Aussi, a-t-il souligné, «les différents contrôles menés dans ces struc-
tures ont-ils fait ressortir les infractions liées aux conditions de
fonctionnement prévues par les dispositions réglementaires en la
matière». Il a exigé que «toute clinique doit assurer un service
permanent et continu, et doit être dotée d’un règlement intérieur.
Elle doit aussi veiller à la légalité du recrutement des personnels
médicaux et paramédicaux et/ou toute autre catégorie de tra-
vailleurs. La liste des personnels doit être disponible au niveau
de la direction de Santé de la wilaya, accompagnée des titres et di-
plômes où seront précisés la spécialité assurée, le régime d’exercice,
temps plein ou temps partiel ou activité complémentaire (…)». Autre
exigence de Tou, un panneau d’affichage placé dans le hall d’entrée
de la clinique où seront consignés le nom, prénom et la spécialité de
chacun des praticiens qui y exercent (…) ainsi que leur emploi du
temps. Toute personne admise dans la clinique en qualité de patient
doit être inscrite sur un registre des entrées et des sorties. «Les dos-
siers médicaux doivent être obligatoirement rangés dans des locaux
et des meubles fermant à clef, placés sous la responsabilité du direc-
teur de la clinique. Tous les registres médicaux administratifs doi-
vent être cotés et paraphés et dûment renseignés».
Tou avait déjà constaté «des pratiques perverses en matière d’exer-
cice de l’activité complémentaire». Instaurée en 1998, a-t-il rappelé,
«elle est source de beaucoup de dérives dans son application». Il a
écrit dans sa circulaire ministérielle que «le laxisme du gestionnaire
dans le contrôle de l’exercice de cette activité est un facteur détermi-
nant de la perversion constatée». Il a souligné que «souvent l’échan-
ge de silences complices entre les gestionnaires et les médecins cons-
titue un problème à données multiples». Amar Tou a estimé que «si
le principe de cette activité n’est pas remis en cause et vient même
d’être consacré par l’ordonnance portant statut général de la fonc-
tion publique, l’évaluation de ses effets pervers ne pouvait attendre
davantage». Le ministre a jugé alors que «c’est une tâche (…) qui
nécessite rigueur, souplesse et progressivité». Il a ajouté que «le Con-
seil national de déontologie médicale (…) est attendu pour contri-
buer à la moralisation de la profession».
Par ailleurs, avait ajouté le ministre «mon attention a été égale-
ment attirée par l’emploi de personnels de santé étrangers sans auto-
risation préalable du ministère chargé de la santé». Il a demandé
aux responsables des établissements de se conformer à l’instruction
en vigueur (n°2 du 10 août 2003) relative au partenariat entre les
structures sanitaires publiques et privées et les compétences médica-
les nationales et étrangères. G. O.
Cliniques privées
«Des dérives et
des dysfonctionnements»
«
06
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013 EVE NE ME NT
Salem Ferdi
L
a «rencontre» peut se
faire sur le mode «bal
tagui» comme cela s’est
passé, avant-hier, à Mansou-
rah où trois femmes qui par-
ticipaient à une marche des
Frères musulmans ont été at-
taquées. Officiellement par un
groupe «inconnu». Mais les is-
lamistes accusent ouverte-
ment les nervis (al-baltaguia)
de l’ancien régime, en cheville
avec les forces de police. C’est
bien entendu la pire des ren-
contres qui puisse arriver dans
une Egypte où le clivage pro-
et anti-Morsi s’approfondit de
plus en plus. Les nouvelles
autorités œuvrent à tourner le
plus rapidement possible la
page Morsi avec l’aide d’une
presse égyptienne qui mène
une campagne furieuse et par
beaucoup d’aspects odieuse
contre les pro-Morsi. La Com-
mission d’experts chargée de
proposer des amendements
de la Constitution s’est réu-
nie hier. C’est un panel de dix
juristes (composé de quatre
professeurs d’université et six
juges) nommés par le prési-
dent désigné Adly Mansour
qui est chargé de présenter
des amendements dans un
délai de 30 jours.
30 JOURS
POUR AMENDER
LA CONSTITUTION
Ces propositions seront en-
suite soumises à un panel de
50 membres composé de re-
présentants religieux, des po-
liticiens, des syndicalistes et
de militaires. Cette seconde
commission disposera à son
tour de 60 jours pour remet-
tre la version finale de la
Constitution au président par
intérim. Ce dernier a alors 30
jours pour annoncer la date
d’un référendum. La Consti-
tution a été suspendue à la
suite de la destitution de Mo-
hamed Morsi et, sans surpri-
se, les Frères musulmans ne
voient dans cette révision en
cours qu’une démarche «illé-
gitime». Le premier ministre
intérimaire Hazem el-Be-
blawi, a appelé dans sa pre-
mière interview télévisée sa-
medi, à la participation de
tous à un «dialogue national».
«Nous ne pouvons pas rédi-
ger une constitution alors que
le pays est divisé. Nous de-
vons revenir à l’harmonie», a-
t-il déclaré. Mais, comme l’a
souligné dans un tweet Abdel-
bari Atwan, l’ex-directeur
d’Al-Qods al Arabi, cet appel
n’a aucune chance d’être en-
tendu «tant que le président
Morsi est en détention. Libé-
rez-le et ensuite parlez de dia-
logue». A l’évidence, cela
Bureau de Bruxelles :
M’hammedi Bouzina Med
P
hilippe (1
er
) a été intronisé, ce
dimanche 21 juillet, jour de la fête
nationale belge, roi des Belges. Il suc-
cède à son père, le roi Albert II qui a
abdiqué, après 20 ans de règne. Le
roi Albert II avait annoncé son abdi-
cation au début de ce mois, en évo-
quant son âge (79 ans) et son état de
santé qui ne lui permettait pas de ré-
pondre, pleinement, à sa charge de
chef de l’Etat belge. Quoique son sta-
tut le confine à un rôle plutôt proto-
colaire, le roi des Belges n’en n’est
pas moins le chef de l’Etat et des ar-
mées, représente l’unité du pays et
s’impose comme dernier recours, en
cas de crise politique majeure dans
le pays. Ainsi en a-t-il était en 2007-
2008, suite à des élections législati-
ves où le roi Albert II a dû intervenir
après 194 jours de blocage des né-
gociations entre partis politiques,
pour la formation d’un gouverne-
ment. Mais ce n’était rien comparé à
la crise de 2010- 2011 qui a vu la
Belgique gérée par un gouvernement
provisoire durant 541 jours. Il aura
fallu toute la diplomatie du roi et son
sens du compromis pour sauver le
pays au bord de l’éclatement.
C’est que le parti nationaliste fla-
mand, le « NVA » qui avait rempor-
Les pro-Morsi persistent, l’armée veut
tourner la page, les baltaguis frappent
L’Egypte en transes
Deux mouvements parallèles sont en
cours en Egypte. D’un côté, le pouvoir qui
met les bouchées doubles en faisant
accélérer la révision de la Constitution
par un comité d’experts mis en place
après le coup d’Etat, et de l’autre, les
partisans du président déchu qui battent
toujours le pavé et appellent à de
nouvelles manifestations.
n’est pas à l’ordre du jour des
militaires qui semblent avoir
été surpris par l’ampleur de
la mobilisation des partisans
de Mohamed Morsi. Par
l’autre Egypte, celle des ma-
nifestants pro-Morsi qui cam-
pent depuis trois semaines au
niveau de la Place Rabea Al-
Adawiya et les environs de
l’université du Caire. Et chez
ces manifestants, le climat est
à la colère après l’assassinat
de trois manifestantes à Man-
sourah. Les islamistes accu-
sent la police d’instrumenta-
liser les baltaguis contre les
manifestations pacifiques afin
de pousser à la violence.
LES BALTAGUIS
PROTÉGÉS
PAR LA POLICE ?
Les Frères musulmans ont
accusé les «dirigeants du coup
d’Etat» d’être responsables de
la mort de trois manifestan-
tes. Ils ont indiqué dans un
communiqué que le «terroris-
me ne fera pas peur aux gens
et ne dissuadera pas les Egyp-
tiens de reprendre leur révo-
lution volée et leur liberté con-
fisquée et leur dignité bafouée
et leur souveraineté usurpée
quels que soient les sacrifi-
ces». L’organisation appelle à
l’application de la justice con-
tre ce qu’elle a qualifié de «cri-
minels» quels que soient leurs
postes et grades. Al Azhar a
réagi à la mort des trois ma-
nifestantes en dénonçant des
actes qui s’opposent à toutes
les valeurs religieuses et hu-
maines. Des membres d’Ong
de droits de l’homme ont ac-
cusé l’armée et la police de
«protéger les baltaguis qui ont
tué et blessé des manifestan-
tes à Mansourah». De son
côté, le mouvement du 6
avril, hostile à Morsi, a accu-
sé les Frères musulmans de
«faire commerce avec le sang
de leurs partisans» dans une
«bataille perdue». Le mouve-
ment du 6 avril s’est cepen-
dant dit hostile avec la maniè-
re dont le ministère de l’Inté-
rieur traite les manifestants
pacifiques la jugeant respon-
sable de la mort des manifes-
tantes et appelant le ministre
à démissionner. Hier, de nom-
breuses manifestations ont été
organisées par des femmes
pour dénoncer le «crime de
Mansourah». Des centaines de
femmes ont marché de l’uni-
versité en direction de l’orga-
nisme de protection des droits
de l’homme. L’Alliance pour la
défense de la légitimité qui
maintient une mobilisation
permanente au niveau des
places au Caire et ailleurs a
appelé pour aujourd’hui à une
nouvelle marche millionième:
pour le retour de la légitimité.
Belgique
Philippe, nouveau roi des Belges
A 79 ans, le roi des
Belges, Albert II, a
abdiqué au profit de son
fils aîné, Philippe, 53
ans. La cérémonie
d’intronisation du
nouveau roi des Belges
a eu lieu à l’occasion de
la fête nationale, ce 21
juillet, dans des
conditions de sérénité
et de confiance
renouvelées des Belges
à leur souverain.
té l’élection législative, au nord du
pays, avec près de 30 % des voix,
revendique la disparition du pouvoir
royal et une plus large autonomie
politique et économique des régions,
soit un régime confédéral au lieu et
place de celui fédéral actuel.
Ce 21 juillet, dans la salle du par-
lement fédéral qui a abrité la céré-
monie d’intronisation, y régnait une
émotion certaine lorsque le roi Phi-
lippe a prêté le serment constitution-
nel par lequel il jure fidélité à la Cons-
titution et son engagement à défen-
dre l’unité nationale, la démocratie
et la solidarité entre tous les Belges.
Rappelons que depuis, l’annonce de
l’abdication de son père, et bien
avant, certains commentateurs hosti-
les à la royauté ont laissé entendre
des doutes sur les capacités de Phi-
lippe à protéger l’unité des Belges.
Malgré cette campagne hostile au
nouveau roi, les Belges flamands
et wallons, soutiennent, dans une
très large majorité, la maison roya-
le. Le roi Philippe, âgé de 53 ans et
père de 4 enfants (2 garçons et 2
filles) a, au-delà de sa formation uni-
versitaire dans son pays (école royale
militaire) et aux USA (Oxford), as-
sumé, ces dernières années, le rôle
d’ambassadeur itinéraire de son pays
dans des missions commerciales et
protocolaires avec un certain succès
(il a mené une mission de plus de
240 entreprises, en Algérie, en octo-
bre 2004).
Notons que la cérémonie d’intro-
nisation du roi Philippe a été mar-
quée par une certaine sobriété :
aucune tête couronnée d’Europe ou
chef d’Etat n’a été invité. Ce sont les
délégations diplomatiques qui ont
été conviées, alors que le président
de la Commission européenne repré-
sentait l’Union européenne. L’Hym-
ne national belge (la Brabançonne)
et celui de l’Union européenne (Ode
à la joie, 9
ème
symphonie de Beetho-
ven) ont marqué la fin de la céré-
monie officielle d’intronisation du roi
Philippe. Pour les Belges venus nom-
breux assister au défilé traditionnel
du 21 juillet, la fête se prolongera jus-
qu’au petit matin du 22 juillet : con-
certs musicaux, jeux et tirs de feux
d’artifices un peu partout dans le
pays. La fête du 21 juillet coïncide
avec l’issue heureuse du gouverne-
ment qui, après des mois de négo-
ciations, a su boucler le budget du
pays pour 2013 et celui de 2014. La
Belgique semble avoir trouvé les
moyens de sortie de la crise finan-
cière qui frappe l’Occident, depuis
2008. Le pays entame une nouvelle
ère, sous le règne de son nouveau
souverain, Philippe, dans des con-
ditions de sérénité et de confiance
qui ont bien manqué, ces dernières
années, au pays.
U
ne personne a trouvé la mort et
huit autres ont été blessées, dont
une grièvement, dans un accident de
la circulation survenu hier matin sur
l’axe de la RN 1 reliant Blida à Boufa-
rik, a-t-on appris auprès de la Protec-
tion civile. L’accident est survenu près
A. Boudrouma
U
n terrible accident s’est produit
hier à 7h00, sur la voie ferrée, au
niveau du passage à niveau gardé de
Merdj Eddib, appelé communément
‘’Numéro Ouahad ». En effet, un hom-
me âgé de 56 ans originaire de Skikda,
pour des circonstances que l’enquête
déclenchée par la sûreté de wilaya dé-
terminera, a été fauché par un train
de marchandise reliant Skikda à Cons-
tantine et a succombé à ses blessures.
V
ingt-quatre personnes sont mor
tes et 62 autres ont été blessées
dans 27 accidents de la circulation rou-
tière à travers plusieurs wilayas du
pays durant la période du 18 au 21
juillet, indique hier un communiqué
de la Protection civile.
Le bilan le plus lourd a été enregistré
dans la wilaya de Chlef avec deux (2)
personnes décédées et 4 autres bles-
sées suite au renversement d’un véhi-
cule léger, survenu sur la RN.19 dans
la commune de Ténès. Par ailleurs, les
Blida
Collision entre deux bus, 1 mort et 8 blessés
de la station multiservices «Yasmine» de
Beni Mered, lorsque deux bus, trans-
portant l’un 2 personnes et l’autre une
quarantaine de passagers, sont entrés
en collision, a précisé la même sour-
ce. Tous les blessés, dont la person-
ne décédée suite aux blessures, ont
été transférés vers les hôpitaux M’ha-
med Yazid et Ben Boulaid de Blida,
a-t-on ajouté. Selon un bilan de la
Protection civile, 3 personnes sont
décédées et 17 autres ont été bles-
sées dans 5 accidents de la route
depuis le 18 de ce mois à Blida.
Week-end macabre à Skikda
A noter que le tronçon de la ligne de
chemin de fer reliant Skikda à Hamadi
Krouma est devenu tristement célèbre
par le nombre d’accidents mortels qui
y surviennent. Parallèlement on a en-
registré la veille un autre accident de la
circulation survenu dans la commune
de Salah Bouchaour où deux véhicu-
les légers sont entrés en collision sur la
RN 3, reliant Skikda à Constantine. On
y a déploré deux décès, des jeunes de
25 et 29 ans, et un blessé grave éva-
cué vers l’hopital d’El Harrouch. A
noter enfin, le décès dans des circons-
tances atroces d’une quinquagénaire,
au niveau d’un arrêt de bus à la
cité Merdj Eddib, vendredi à la mi-
journée. Le bus qu’elle venait de quit-
ter l’a déséquilibré et la fit tomber en
démarrant. Entendant les cris des ba-
dauds, le conducteur refit brusquement
marche arrière sans se rendre compte
qu’il venait de passer sur le corps de la
victime qui décédera des suites de ses
blessures. Le conducteur a été arrêté
et une enquête ouverte par les policiers.
24 morts sur les routes en 4 jours
agents de la Protection civile ont pro-
cédé à l’extinction de 4 incendies ur-
bains, industriels et incendies divers.
A propos du bilan des noyés durant
la même période, la Protection civile a
déploré la mort de 3 personnes dans
des réserves d’eau dans les wilayas de
Blida, Sidi Bel Abbes et d’Aïn Defla.
Concernant le dispositif de la sur-
veillance des plages et des baignades
à travers les wilayas côtières, les agents
de la Protection civile ont effectué, de-
puis le 1er juin, 18.862 interventions,
ajoute le communiqué. Suite à ces in-
terventions, 12.910 personnes ont été
secourues et sauvées de noyade dans
les plages surveillées et 4.914 person-
nes ont été soignées par les agents de
la Protection civile. Par contre 37 per-
sonnes sont décédées, dont 28 au ni-
veau des plages interdites à la baigna-
de, précise la même source.
Concernant les noyés dans les réser-
ves d’eau, les unités de la Protection
civile ont enregistré, depuis le 1er juin,
le décès de 47 personnes.
DÉBAT 07
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
Par Mourad Hamdan*
E
n 2000 ans, les choses n’ont pas
beaucoup changé. En six ans
non plus, d’ailleurs les fonda-
mentaux sont les mêmes depuis 2007
et les raisons de la crise n’ont toujours
pas été traitées. Après avoir survécu
à la faillite de la Grèce et de Chypre,
aux tourments portugais, espagnols,
italiens et irlandais, c’est un événe-
ment mineur en apparence qui ris-
que d’emporter la Zone euro (et le
reste du monde) par un effet de réac-
tion en chaîne.
POURQUOI ?
L’explication est aussi simple que
paradoxale : il y a trop d’argent !
L’argent créé depuis 10 ans ne cor-
respond pas à plus de création de
valeur par l’économie mondiale. En
fait, il ne correspond à rien !
Il faut savoir que la monnaie est
de la dette circulante. Donc toute
création de monnaie génère un be-
soin supplémentaire de monnaie à
créer. La croissance monétaire con-
tinue est une nécessité de notre sys-
tème. Mais si la croissance de l’éco-
nomie réelle est inférieure aux in-
térêts à payer il y a création de
dettes non solvables.
C’est la situation de l’emprunteur
qui ne peut payer l’usurier et qui voit
sa dette augmenter tous les mois. La
richesse de l’usurier augmente, en
écriture mais pas celle du débiteur
et quand l’usurier saisit les biens de
son débiteur il perd souvent sa mise.
GONFLEMENT
DE LA BASE MONÉTAIRE
Quand on voit à quel point la base
monétaire a gonflé depuis 2007, on
peut donc s’attendre au pire…
En effet, dans les 18 principales
économies de la planète, les dettes
ont augmenté depui s 2007 de
33 000 milliards de dollars (source :
BRI). La dette américaine atteindra
cette année 16 900 milliards et pas-
sera à environ 25 000 milliards de
dollars en 2023 (source : CBO).
«Les banques centrales font tour-
ner la planche à billets comme ja-
mais auparavant», résume Charles
Wyplosz, économiste à l’Institut des
Hautes Etudes et du Développe-
ment, à Genève.
Au total, la base monétaire, c’est-
à-dire la monnaie qu’elles ont créée,
a gonflé de 7 à 18% du PIB aux
Etats-Unis depuis 2007, de 3 à 22%
au Royaume-Uni, et de 9 à 34% au
Japon, où elle pourrait encore
grimper jusqu’à 70% d’ici fin 2014!
Du jamais vu. Au point que cer-
tains économistes tirent la sonnet-
te d’alarme. «C’est incroyablement
dangereux, car personne ne maî-
trise les effets que cette surabondan-
ce de liquidité va produire», s’inquiè-
te Patrick Artus, directeur de la re-
cherche de Natixis.
COMMENT EN EST-ON
ARRIVÉ LÀ ?
Depuis le début des années 2000,
on observe une augmentation con-
sidérable de la monnaie en circula-
tion dans le monde. Celle-ci a été
multipliée par six depuis 10 ans :
c’est trois fois plus que les échanges
mondiaux sur la même période (ils
n’ont été multipliés «que» par deux).
Si on peut estimer que cette aug-
mentation de monnaie a permis de
Le monde peut-il encore éviter un krach obligataire ?
« Le budget devrait être équilibré. Le Trésor devrait être renfloué.
La dette publique devrait être réduite. Et l’arrogance des fonctionnaires
devrait être contrôlée ». Cicéron 106-43 avant JC.
financer l’incroyable essor des éco-
nomies émergentes, Chine en tête,
cet argent facile a aussi généré des
phénomènes de bulles.
L’argent s’est stocké dans des pla-
cements attractifs dont la valeur a
monté artificiellement à cause de
cet afflux de liquidités : il y a eu la
bulle Internet au tout début des
années 2000, puis la bulle immo-
bilière américaine qui a déclenché
la crise en 2008 et aujourd’hui la
bulle obligataire d’Etat.
L’argent facile émis par les ban-
ques centrales a permis de financer
les déficits des Etats occidentaux
sans que ceux-ci aient besoin de
mettre en place les réformes crucia-
les à leurs équilibres budgétaires.
Ainsi les dettes ont gonflé sans que
leur coût n’incite à équilibrer les
comptes publics.
Lorsque les dettes sont devenues
problématiques, les banques centra-
les se sont mises à émettre encore
plus d’argent pour sauver leurs Etats
au bord de la faillite - entraînant en-
core plus d’effet de bulle. C’est ainsi
qu’en 2011, la BCE a racheté pour
1 000 milliards d’euros de dettes
publiques de la Zone euro.
La Banque des règlements inter-
nationaux (BRI), vénérable grand-
mère des banques centrales, n’a
pas mâché ses mots lors de la pu-
blication de son rapport annuel
l’année suivante. Il y est clairement
précisé que : «l’extraordinaire per-
sistance des politiques monétaires
laxistes est à mettre sur le compte
des gouvernements dont l’action
est insuffisante pour régler leurs
problèmes structurels». Avec no-
tamment la remarque saillante qui
indique sans ambages que : « les
banques centrales sont acculées
pendant que les gouvernements
traînent des pieds et remettent leurs
réformes à plus tard».
Même si la base monétaire a con-
nu une baisse momentanée en 2008
avec l’éclatement de la bulle immo-
bilière, elle commence à s’infléchir
à nouveau en 2013... Ce qui pour-
rait laisser présager de l’éclatement
de la bulle de dette.
PYRAMIDE
DES LIQUIDITÉS D’EXTER
Il se trouve que la crise que nous
vivons en ce moment avait été anti-
cipée par un économiste trop mécon-
nu : John EXTER, vice-président,
en son temps, de la Réserve fédéra-
le de New York.
Le constat d’EXTER est simple.
L’argent prend différentes formes :
or, pièces et billets, billets de tréso-
rerie, actions, produits dérivés... Ces
formes sont plus ou moins sûres, plus
ou moins liquides. Par exemple, il est
plus facile d’échanger un billet de
banque qu’une action d’entreprise
avec laquelle on ne pourra jamais
acheter son pain.
A partir de là, John EXTER orga-
nisa les différentes formes de l’argent
en strates plus ou moins sûres, plus
ou moins liquides. Ces strates, qui
forment une pyramide inversée, sont
les suivantes :
Les produits dérivés ;
Les titres reposant sur de l’immo-
bilier, des entreprises non cotées et
des matières premières ;
Les obligations de sociétés, les ac-
tions cotées et les créances titrisées ;
Les obligations d’Etats et les
bons du Trésor ;
Les billets, pièces et les comptes
courants ;
L’or.
Selon EXTER, l’or est la forme de
monnaie la plus sûre. Même si votre
Etat fait faillite et que vos billets per-
dent toute valeur, vous pourrez tou-
jours échanger une pièce d’or. De
l’autre côté de la pyramide, les pro-
duits dérivés sont les actifs les moins
sûrs, comme l’a d’ailleurs prouvé la
crise de 2008.
L’idée d’EXTER est que la mon-
naie circule entre les différentes stra-
tes plus ou moins risquées.
La pyramide d’EXTER a été éla-
borée dans les années 1950 puis
adaptée aux produits dérivés qui
n’existaient pas à l’époque.
En temps de croissance, la con-
fiance fait que la monnaie se dépla-
ce facilement vers les strates les plus
hautes et les plus risquées de la py-
ramide. Au contraire, en temps de
crise, incertitude et inquiétude font
tomber les capitaux vers les strates
les plus liquides de la pyramide,
c’est-à-dire les plus basses, vers les
formes dont l’investisseur pense qu’il
pourra toujours les échanger.
Lors de la crise de 2008 la fuite
des actifs s’est faite dans le sens de
la circulation de haut en bas prévue
au sein de la pyramide :
- D’abord les produits dérivés se
sont effondrés suite à la crise du cré-
dit subprime,
- l’immobilier américain s’est ef-
fondré lui aussi,
- puis les marchés financiers.
Les banques centrales ont alors
tenté de stopper ce phénomène de
contraction de la masse monétaire
en imprimant sans limite de la nou-
velle monnaie. Ce faisant, elles n’ont
que déplacé, retardé et amplifié le
dénouement de la crise. La masse
de monnaie créée par les banques
centrales s’est nichée dans les titres
de dette des Etats et sur les marchés
boursiers et obligataires.
Finalement, la cause de la crise
(une trop grande abondance de
monnaie) a été amplifiée. Pendant
ce temps, aucune réforme d’enver-
gure n’a été menée... et nous voilà
en 2013 dans la même situation que
2007, sauf que les Etats ayant trans-
féré le risque sur leurs comptes, une
immense bulle financière est prête à
exploser avec pertes et fracas. La
fausse monnaie ne suffira plus à re-
plâtrer les fissures de la pyramide qui
se lézarde à nouveau !
AUX ETATS-UNIS
Les Etats-Unis ont atteint au dé-
but de l’année 2013 la limite légale
de leur dette publique, alors fixée à
16.432 milliards de dollars, au-delà
de laquelle le pays ne peut théori-
quement plus emprunter. Rapportée
à la valeur nominale du PIB des
Etats-Unis (15 864 milliards de dol-
lars), elle représente désormais
104% du PIB.
La Fed estime que le total des
dettes financées par les marchés du
crédit (Total credit market debt
outstanding) s’est établi à 56 280
milliards de dollars fin 2012. Or la
Fed, dans sa publication «Flow of
Funds» chiffre la dette américaine,
tous secteurs confondus (total lia-
bilities) à 125 313 milliards de dol-
lars pour 2012, soit le double de la
valeur du marché du crédit.
Tous secteurs confondus, la dette
financée par le marché du crédit re-
présente 354% du PIB américain et
l’ensemble de la dette (total liabili-
ties) 789% !
La Fed a confirmé la poursuite de
sa politique monétaire ultra-accom-
modante sous tous ses aspects. La
Réserve fédérale dépense 85 mil-
liards de dollars par mois depuis le
début de l’année en bons du Tré-
sor et titres hypothécaires afin de
peser au maximum sur le niveau
des taux d’intérêt, du plus court au
plus long terme.
Mais « les taux ont atteint une ré-
sistance technique à 2,4 % (alors
qu’ils étaient à 1,6 % début mai), à
partir de laquelle ils peuvent grim-
per beaucoup plus haut. Or s’ils con-
tinuaient à se tendre, cela serait un
krach obligataire », prévient Evaris-
te Lefeuvre, chez Natixis.
Le Bureau du budget du Congrès
américain (CBO) prévoit que les ren-
dements des bons du Trésor à 10 ans
atteindront 5,2% d’ici 2018. Le gou-
vernement américain doit déjà payer
cette année 220 milliards de dollars
d’intérêts et cette somme passera à
823 milliards en 2023.
L’écart entre les dépenses et les
rentrées du gouvernement américain
ne diminuera pas jusqu’en 2023.
La Fed a acheté jusqu’au 15/03/
2013 pour 1 965 milliards de dol-
lars de bons du trésor alors que le
déficit budgétaire américain a atteint,
au cours des 12 derniers mois,
1 352 milliards de dollars.
La question centrale est de sa-
voir si la Fed peut cesser (à tout
moment) sa politique monétaire
ultra accommodante. La réponse
est que l ’arrêt brusque du QE
(Quantitative Easing) déstabilise-
rait profondément les marchés ha-
bitués à l’impression monétaire.
La Fed, il faut le dire, ne peut tout
simplement plus céder les obligations
qu’elle détient déjà ni réduire son
portefeuille en limitant ses futurs in-
vestissements obligataires. Qui, dans
cette éventualité, financera le nou-
veau déficit budgétaire?
Dans ce contexte pour le moins
préoccupant : «le marché ne sera
pas stable et fera preuve d’une ex-
trême volatilité», a souligné un
courtier d’IG.
Note - Aux Etats-Unis, il y a enco-
re 297 500 milliards de dollars de
dérivés sur les marchés. A suivre
*Consultant en management
1ère partie
CENTRE & EST 08
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
13 ramadhan 1434
El Fedjr
04h01
Dohr
12h54
Assar
16h44
Maghreb
20h06
Icha
21h40
Horaires des prières pour Alger et ses environs
A. Ouelaa
L
es habitants de plusieurs com-
munes, en ces journées cani-
culaires et de jeûne, vivent au ryth-
me d’une pénurie d’eau depuis une
semaine et plus, à l’image de la
commune de Chihani où, à cause
d’un forage tombé en panne, des
perturbations dans la distribution
de l’eau sont apparues obligeant les
ménages à s’approvisionner auprès
des camions-citernes et ceux qui
ont des véhicules s’arrangent pour
se ravitailler en eau ailleurs. Situa-
tion inadmissible, selon un habitant
qui précise qu’un quelconque pro-
blème est supportable quatre à cinq
jours et s’il dure cela devient aber-
rant car les conséquences sur les
besoins en eau qu’il faut aller cher-
cher ici et là sont difficiles à sup-
porter. Par ailleurs, la situation est
plus dramatique dans la daïra de
Bouhadjar où les habitants des
communes de Hammam Béni Sa-
lah, Aïn Kerma et Bouhadjar sont
sevrés d’eau depuis presque deux
semaines, posant du coup la pro-
blématique des travaux engagés à
coup de milliards afin d’améliorer
la distribution de l’eau et qui n’ont
malheureusement pas donné des
résultats probants pour ne pas dire
nuls. En ce sens, le maire de Bou-
hadjar, sans ambages et sans mâ-
cher ses mots, a qualifié «les tra-
vaux destinés à améliorer l’AEP à
Bouhadjar, pour plus de 30 mil-
Rabah Benaouda
U
n acte qui a totalement échap-
pé à la vigilance d’un père,
propriétaire de la voiture, dont le
fils âgé tout juste de 16 ans a pris
les clés de la voiture pour faire un
tour en compagnie de trois en-
fants, des voisins, âgés de 3, 12 et
16 ans. Un acte qui a coûté mal-
heureusement la vie à une fillette
de 3 ans et un adolescent âgé de
16 ans, et causé des blessures gra-
ves au «petit» chauffeur et un autre
adolescent âgé de 12 ans. Un dra-
me survenu, selon les informations
qui nous ont été données par la
cellule de communication de la di-
rection de la Protection civile, en
L
e métro d’Alger, long actuellement
de 9,5 km, devra s’étendre sur 55
km à l’horizon 2025 sur l’ensemble
du Grand Alger, avec la mise en ser-
vice de plusieurs extensions desser-
vant la banlieue Est, Sud et Ouest
ainsi que l’aéroport, a indiqué diman-
che le P-DG de l’Entreprise du métro
d’Alger (EMA), M. Aomar Hadbi.
D’une seule ligne d’à peine 10 km, le
métro de la capitale passera à 18 km
à la fin 2016, une fois opérationnel-
les les trois extensions actuellement
en travaux et qui desserviront des
quartiers du centre-ville et de la péri-
L
a ligne ferroviaire électrifiée Bir-
touta-Zeralda sera mise en ex-
ploitation début 2015, a an-
noncé samedi à Alger le ministre des
Transports, M. Amar Tou. Lors d’une
visite d’inspection du chantier de réa-
lisation de la nouvelle ligne ferroviai-
re électrifiée à double voie devant re-
lier Birtouta à Zeralda via la ville nou-
velle de Sidi Abdellah sur une distan-
ce de 21 km, dans la wilaya d’Alger,
M. Tou a précisé que les travaux
«avancent bien» en dépit de certains
obstacles ajoutant qu’elle sera mise
en service fin 2014-début 2015. La
société nationale «Infrafer» et l’entre-
prise turque «Yapimerkezi» sont char-
gées de la réalisation de ce projet dont
le coût s’élève à près de 26 milliards
de dinars. La ligne ferroviaire Birtou-
ta-Zeralda comprend quatre ouvrages
d’art dont un viaduc de 450 mètres.
L
es familles blidéennes se ren-
dent en masse, en ces soirées
de Ramadhan, vers l’esplanade du
complexe sportif Mustapha Tcha-
ker pour y assister à des specta-
cles animés par des troupes de
théâtre professionnelles, des clowns
et autres artistes, dans un décor pu-
rement traditionnel auréolé d’une
Kheïma installée à cet effet.
Ces soirées qui se poursuivent
jusqu’au 27
e
jour du mois sacré
comprennent également des jeux
et concours pour enfants, dont les
lauréats recevront des cadeaux
lors de la soirée de clôture, selon
les organisateurs. Pour les nom-
breuses familles croisées sur pla-
ce, il s’agit «d’une animation d’un
nouveau genre dans la ville des
roses qui mérite d’être encoura-
gée, d’autant qu’elle cible essen-
tiellement les enfants». Les mem-
bres de la troupe Forsane El Mas-
rah (Cavaliers du théâtre), qui as-
Les bénéficiaires Les bénéficiaires Les bénéficiaires Les bénéficiaires Les bénéficiaires
des logements sociaux des logements sociaux des logements sociaux des logements sociaux des logements sociaux
protestent protestent protestent protestent protestent
Les bénéficiaires des 200 loge-
ments sociaux participatifs (LSP)
ont protesté avant-hier devant
l’esplanade qui fait face au siège
de la wilaya. Par cette action, les
protestataires ont précisé qu’ils
comptent interpeller les respon-
sables concernés afin qu’ils pren-
nent des mesures appropriées en
vue de terminer les travaux de
leurs réalisations, surtout que le
projet date déjà depuis quelques
années, selon eux.
Un délinquant Un délinquant Un délinquant Un délinquant Un délinquant
poignarde un citoyen poignarde un citoyen poignarde un citoyen poignarde un citoyen poignarde un citoyen
Un citoyen âgé de 30 ans a été
grièvement blessé dernièrement,
suite à un coup de couteau qu’il
a reçu dans le dos, porté par un
autre jeune, vraisemblablement
délinquant. C’est arrivé lorsque
l ’auteur de ce dél it faisait l a
queue devant un commerce de
friandises, et s’apprêtait à griller
la chaîne. Mal lui en prit, il fut
interpellé par la victime qui lui a
intimé l’ordre de respecter la
chaîne, et les personnes qui se
trouvaient en file. Le tête-à-tête
entre les deux citoyens a dégé-
néré en une querelle violente.
L’auteur perdit le contrôle de ses
nerfs et sortit un couteau pour as-
sener un coup à la victime qui le
toucha dans le dos.
Cette dernière a été transpor-
tée vers le service des urgences
du centre hospitalier Mohamed
Boudiaf de la ville de Bouira, où
semble-t-il ses jours ne sont pas
en danger, mais qu’elle nécessi-
te de longs jours de soins. Déci-
dément, il est courant que pen-
dant le mois du Ramadhan, les
nerfs chauffent vite, la faim et la
soif dominent presque tout le
monde qui jeûne. Et il se trouve
que cette situation provoque des
bagarres incontrôlables, tandis
que nous ne souhai tons pas
qu’elles arrivent. F. H.
Farid Haddouche
L
e Ramadhan est toujours synony-
me de veillées nocturnes à des heu-
res tardives de la nuit; les populations
et les familles surtout ont tendance à
sortir passer beaucoup plus de temps
dehors que d’habitude. Ainsi se créent
des mouvements d’entrain et de foules
importants, au niveau des villes, et tout
ce beau monde à besoin d’être sécuri-
sé et protégé, pendant qu’il se détend.
Pour cela, la sûreté de wilaya de Boui-
ra, dans le but de sécuriser les lieux pu-
blics et autres édifices qui accueilleront
les citoyens et citoyennes, a tracé un
programme qui consiste en la consoli-
dation des situations par leur sécurisa-
tion, particulièrement pendant le mois
du Ramadhan. Ce programme de sé-
curisation consiste en la répartition des
éléments de sécurité en nombres im-
portants, qui seront formés de pa-
trouilles mobiles et motorisées, et
d’agents qui opéreront à pieds. Seront
BLIDA
Kheïma et soirées familiales
surent l’animation des soirées, se
disent, quant à eux, «contents» de
leur participation, estimant que
leur credo est de «semer la joie et
la distraction chez les enfants et
leurs parents».
A peine une heure après la rup-
ture du jeûne, les familles com-
mencent à affluer vers l’esplana-
de qui fait face à la piscine semi-
olympique afin de réserver leurs
places, surtout que leurs enfants
se sont déjà habitués à une am-
biance particulière. «C’est ce gen-
re d’initiatives que nous cher-
chons. Cela permet à toute la fa-
mille de profiter des veillées du Ra-
madhan, à ciel ouvert, et aux en-
fants de savourer leurs vacances
scolaires», affirment des pères de
familles, se félicitant également des
«excellentes conditions d’organisa-
tion et de la présence des servi-
ces de sécurité et de la Protection
civile sur les lieux».
MÉDÉA
Une fillette et un
adolescent tués dans
un accident de la route
fin d’après-midi de vendredi der-
nier. Un drame survenu à la suite
du renversement dudit véhicule,
une Renault Symbol, au niveau du
carrefour de Boughezoul sur la RN
40, une commune relevant de la
daïra de Chahbounia et située à
89 km au sud de Médéa. Les dé-
pouilles des deux malheureuses
victimes décédées sur les lieux
mêmes de ce terrible et tragique
accident de voiture, ainsi que les
deux adolescents blessés ont été
évacués vers l’Etablissement pu-
blic hospitalier (EPH) de la ville de
Ksar El Boukhari par les éléments
de l’Unité secondaire d’interven-
tion de la Protection civile de la
daïra de Chahbounia.
EL-TARF
Pénurie d’eau dans plusieurs
communes
liards de cts, de fiasco puisque le
réseau en question depuis cinq
mois n’a rien donné avec comme
écueil majeur les positions des van-
nes ouvertes ou fermées que per-
sonne ne sait où elles se trouvent».
M. Nouri Malek ajoutera que «lors-
que l’eau circule dans un quartier,
vous en privez d’autres et que les
travaux en question sont qualifiés
de catastrophiques avec des rou-
tes restées encore éventrées, non
sans nous préciser que les respon-
sables concernés, comme le DHW,
ont été informés sur cet épineux
problème; car comment expliquer
qu’un projet d’une telle envergu-
re, sans les essais nécessaires et
autres contrôles, soit livré et son en-
veloppe consommée, et d’ironiser
sur le fait qu’ailleurs, on est monté
sur la lune et ici on ne sait pas en-
core raccorder une conduite avec
une autre». A El Ayoun aussi, sur
la bande frontalière, le réseau AEP,
dont la conduite date de 2004,
devant alimenter Besbes et Dréan
en eau douce, à partir du barrage
de Mexxa pour 72 milliards de cts,
n’a pas donné les résultats escomp-
tés et doit être refait incessamment.
Enfin, et concernant le problème
du manque d’eau, les élus de
l’APW vont se réunir avec le direc-
teur de l’hydraulique et celui de la
SEATA, selon M. Saci Abadlia, 1
er
vice-président de cette instance
élue, afin de trouver des solutions
rapides à ces pénuries récurrentes.
ALGER
La ligne ferroviaire Birtouta-Zeralda
opérationnelle en 2015
Avec quatre gares (Birtouta, Sidi
Abdellah, Sidi Abdellah Cité univer-
sitaire, Zeralda), le futur autorail, pro-
longement de la ligne reliant Alger
(Agha)-Al Afroun (Blida) via Birtou-
ta, roulera à une vitesse de pointe de
160 km/h. La longueur de la ligne a
été réduite de 23 km à 21 km pour la
mise en place d’une station ferroviai-
re à Zeralda, à proximité de la gare
routière, sur une distance de 300
mètres carrés pour établir un réseau
de moyens de transports dans un
même périmètre constitué d’autobus,
de taxis et train. En plus de ses fonc-
tions vitales, cette ligne, dont les tra-
vaux de réalisation ont débuté en sep-
tembre 2011, confère une dimension
esthétique indéniable, puisqu’elle
longe les hauteurs de la région à tra-
vers dix ponts, outre un tunnel de 341
mètres, a-t-on constaté sur place. Evo-
quant les obstacles à l’origine du re-
tard mis dans l’avancement des tra-
vaux, notamment ceux relatifs aux
expropriations, le ministre a indiqué
que ce problème sur lequel a buté la
réalisation d’un tronçon de trois kilo-
mètres discontinus, est en voie de
règlement après la promulgation des
décrets d’expropriation et l’indemni-
sation, et ce, pour éviter l’arrêt des
travaux. D’autre part, le ministre a
annoncé qu’une étude de faisabilité
sera entamée pour la réalisation
d’une ligne similaire reliant la ville de
Zeralda à la ville d’Ouled Fayet, via
la ville de Staouéli qui souffre de plu-
sieurs problèmes liés aux transports.
Cette ligne ferroviaire aboutira à
moyen ou long terme à Ouled Fayet
pour rejoindre ensuite le réseau du
métro d’Alger qui atteindra 40 kilo-
mètres à l’horizon 2022.
Métro : le réseau s’étendra sur 55 km
phérie qui connaissent une forte den-
sité démographique, a expliqué M.
Hadbi dans un entretien à l’APS. «A
fin 2016, Alger aura 18 km de lignes
de métro qui seront opérationnelles,
et à cette échéance, des quartiers
populaires seront desservis par ces li-
gnes comme la Casbah, une partie de
Bab El Oued, Bachdjarah, Bourou-
ba, El Harrach et la cité Aïn Naadja
(Gué de Constantine)», a-t-il souligné.
Il a affirmé qu’en décembre 2020,
date à laquelle les lignes El Harrach-
Bab Ezzouar-Aéroport (9 km) et Aïn
Naadja-Baraki (6 km) seront ouver-
tes, la capitale sera desservie par un
réseau de 33 km couvrant, outre le
centre-ville, les agglomérations des
périphéries Est, Ouest et Sud et l’aé-
roport. Il a fait savoir que l’extension
El Harrach-Bab Ezzouar-Aéroport
«vient d’être confiée à l’entreprise
Cosider qui devra lancer les travaux
de réalisation au quatrième trimestre
de l’année en cours». «En 2025, on
aura 55 km de métro avec la mise en
service des lignes Bab El Oued-Che-
valley (8 km) et Chevalley-Draria (14
km)», deux extensions qui sont en
cours d’études, a-t-il affirmé.
BOUIRA
Les lieux publics sécurisés
L
e nommé A. F., âgé de 48 ans,
vient d’être présenté devant le ma-
gistrat qui a ordonné son incarcération
pour avoir commis le délit de vol d’une
somme de 40 mille dinars du domicile
de son voisin, situé dans l’un des quar-
tiers de la ville de Bouira relevant du
deuxième arrondissement. L’arrestation
de ce malfaiteur a été rendue possible
lorsque la victime, dénommée K. F., a
déposé une plainte auprès des services
de police pour un vol qui a été commis
L
es vaccins contre les allergies qui
sont connus pour leur efficacité
dans la prévention contre les symp-
tômes sont introuvables même chez
les allergologues qui devraient les ad-
ministrer pour effectuer leurs tests sur
les patients. Car c’est à l’aide de ces
derniers que les médecins traitants
arrivent à déterminer les facteurs dé-
clencheurs des allergies. Devant cet-
ciblés à la surveillance les lieux très fré-
quentés par la population à savoir, les
grandes cités, les places d’animation,
les marchés de proximité. Des barra-
ges fixes seront installés à travers les sor-
ties de la ville de Bouira, et d’autres
seront dressés en inspection et feront
l’objet d’actions supplémentaires, et qui
viendraient renforcer la sécurité au chef-
lieu de wilaya, Bouira. La mise en œuvre
en outre d’un groupe mobile anti-crimi-
nalité (GMA) dans l’objectif d’anticiper et
de lutter contre la petite criminalité. Ce
groupe travaillera sans relâche pour assu-
rer la sécurité des biens et des citoyens,
en parcourant le pourtour de la ville de
Bouira. En somme, les lieux et places qui
abriteront les veillées ramadhanesques
seront mieux sécurisés, pour permettre
aux citoyens et aux familles, qui affluent
chaque soir pour prendre de l’air frais,
de participer aux soirées et veillées
musicales, faire des emplettes dans les
échoppes, déguster une glace en toute
quiétude la plus totale.
Les vaccins contre
les allergies se font rares
te situation déplorable, les malades
n’ont qu’à prendre leur mal en patien-
ce, faute de disponibilité de ces tests
qui font l’effet de vaccin. Pour les per-
sonnes souffrantes d’allergies nasales,
elles sont considérées comme les plus
exposées aux graves conséquences en
l’absence des tests et des vaccins qui
sont, en somme, l’unique traitement
de prévention et de guérison. F. H.
Il cambriole le domicile
de son voisin
à l’intérieur de son domicile. Les poli-
ciers ont mis la main sur l’auteur; ils
ont su comment celui-ci a procédé pour
venir à bout de son plan malfaisant. Il
prit soin ainsi de voler le sac à main de
l’épouse de son voisin pour s’emparer
des clefs de leur domicile, et de pou-
voir en conséquence pénétrer sans
encombre, par la porte principale de
l’appartement du couple, et y déro-
ber l’argent qui s’y trouvait, apparte-
nant à la femme en question. F. H.
CONSTANTINE 09
13 ramadhan 1434
Horaires des prières pour Constantine et ses environs
El Fedjr
03h49
Dohr
12h40
Assar
16h30
Maghreb
19h52
Icha
21h25
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
Don de sang, Don de sang, Don de sang, Don de sang, Don de sang,
les mosquées ciblées les mosquées ciblées les mosquées ciblées les mosquées ciblées les mosquées ciblées
La caravane lancée par le
centre de transfusion sanguine
du Centre hospitalo-universitai-
re de Constantine s’est arrêtée,
hier, à la mosquée Errayane de
la nouvelle ville Ali Mendjeli
pour une nouvelle opération de
collecte, qui s’est déroulée après
la prière des tarawih.
Dans ce cadre, notons que la
première opération qui s’est
déroulée au cours de la premiè-
re semaine du Ramadhan dans
les mosquées de Constantine a
permis au CTS de collecter 300
pochettes de sang.
1.500 couffins de 1.500 couffins de 1.500 couffins de 1.500 couffins de 1.500 couffins de
Ramadhan distribués Ramadhan distribués Ramadhan distribués Ramadhan distribués Ramadhan distribués
Les actions de solidarité en fa-
veur des familles démunies et
des voyageurs se multiplient au
début de ce Ramadhan et
aujourd’hui, c’est l’association
caritative El Islah oua El-Irchad
qui a procédé à la distribution
de 1.500 couffins de Ramadhan
par ses représentations implan-
tées à travers la wilaya. D’autre
part, l’association a des projets
d’ouverture de lieux de restau-
ration servant des repas chauds
de l’iftar au bénéfice des orphe-
lins dans les établissements de
cette catégorie sociale, et des
voyageurs. Une opération de
circoncision sera également or-
ganisée à la fin du Ramadhan
en coordination avec les servi-
ces de la direction de la santé,
selon les déclarations faites hier
à la radio régionale par un res-
ponsable de cette association.
Ouled Rahmoune : Ouled Rahmoune : Ouled Rahmoune : Ouled Rahmoune : Ouled Rahmoune :
des entreprises privées des entreprises privées des entreprises privées des entreprises privées des entreprises privées
à la rescousse à la rescousse à la rescousse à la rescousse à la rescousse
Grâce à des contrats signés
avec trois entreprises privées, la
municipalité de Ouled Rahmou-
ne vient de généraliser la col-
lecte des ordures à tous les vil-
lages et les dechras de la com-
mune. Alors que ce genre d’opé-
ration était quasiment inexistant
il y a quelques mois, mainte-
nant, la collecte se fait journel-
lement à la grande satisfaction
des populations concernées.
A. M.
Par Manar Bouali de
l’Aps
S
i les marchés sont littéra
lement pris d’assaut de-
puis l’avènement du mois sa-
cré de Ramadhan, les espa-
ces où l’on vend des livres de
recettes de cuisine, qu’ils aient
pignon sur rue ou pas, con-
naissent une effervescence
sans pareille. L’acquisition par
les Constantinoises de ce type
d’ouvrages, déclinés sous
toutes les formes, allant de
simples fascicules agrafés à
des l ivres brochés, voire
luxueusement reliés, semble
être devenue une «nécessité
vitale», à voir la frénésie qui
s’empare des ménagères lors-
qu’elles se mettent à la recher-
che de nouveaux livres de re-
cettes dont certaines chaînes
de télévision arabes n’arrê-
tent pas de faire l’éloge et la
promotion». Ces livres sont
disponibles aussi bien dans les
magasins spécialisés que sur
les étals de «bouquinistes» im-
provisés, installés, leurs livres
posés par terre sur une nap-
pe ou un carton, à l’entrée de
la vieille ville et dans les vieux
quartiers de Rahbat Essouf,
d’Ersif et d’El Djezzarine. «Des
livres de cuisine, nous en ven-
dons des tas d’exemplaires
chaque jour», souligne Rédha
M., propriétaire de l’une des
librairies les plus en vue du
centre-ville. «Si les Yasmina
Khadra, les Jules Verne, les
Ahlam Mosteghanemi fai-
saient l’objet d’autant d’en-
gouement, notre ville serait
sans doute l’une des premiè-
res places fortes de la littératu-
re sur terre», se lamente ce li-
braire qui a cependant pris soin
de commander de grosses
quantités de livres de recettes
de cuisine. «Il faut, hélas, se
mettre au goût du jour pour
continuer à faire vivre la bou-
tique», ajoute-t-il dans un sou-
pir. Des libraires de l’avenue
Mohamed Belouizdad affir-
ment, quant à eux, que la
plupart de leurs clientes re-
A. Mallem
E
n effet, dans une intervention
faite à la radio régionale, la
responsable chargée des ven-
tes à l’OPGI, Mme Soraya Alouani,
a annoncé dans le détail et expliqué
les modalités de cession de cette ca-
tégorie de logements à leurs occu-
pants actuels si ces derniers, bien en-
tendu, veulent bien en faire la de-
mande auprès des services habilités
de leur daïra. Cette responsable a
commencé par faire un état des lieux
en donnant la consistance du parc
immobilier géré par l’OPGI éligible
à la cession. Le parc immobilier de
la wilaya est composé d’un total de
31.169 logements de ce genre ap-
partenant tous à l’OPGI, à indiqué
Mme Alouani, dont 10.275 à Cons-
tantine, 12.880 à El-Khroub, 2.075
à Hamma Bouziane, 718 à Aïn
Abid, 792 à Zighoud Youcef et enfin
324 à d’Ibn Ziad, 2.158 à Aïn Sma-
ra, 300 à Benbadis, 161 à Ouled
Rahmoune, 1.285 à Didouche Mou-
rad, 106 à Béni-Hamidène et 105 à
Messaoud Boudjériou».
La première démarche à effectuer
par le candidat à l’achat consiste à
se présenter à la daïra pour apurer
la situation locative du logement,
étant compris que les loyers payés
seront déduits du prix de vente du
logement. Il faut ensuite constituer
le dossier d’achat, a poursuivi la re-
présentante de l’OPGI, indiquant
qu’il doit comprendre le contrat de
location, le document attestant de
l’apurement des loyers délivré par le
service concerné de l’OPGI, le bul-
letin de naissance du candidat à
l’achat ainsi que la photocopie lé-
galisée de sa pièce d’identité.
«Ce dossier va être étudié au sein
de la commission de daïra qui éta-
blira une décision de vente. L’ache-
teur signera ensuite l’engagement
d’achat et la daïra pourra transférer
A. E. A.
L
’inobservation des règles de voisi
nage et de simple civilité mène
parfois à des situations inextricables
qui peuvent se révéler dangereuses à
la limite. C’est le cas de la douzaine
d’habitants du bloc E de l’immeuble
de 12 étages de la rue Bouchama, qui
sont aujourd’hui dans tous leurs états.
En effet, ils se retrouvent privés d’eau
quatre jours d’affilée en ce mois de
Ramadhan et de canicule, et cela
pour des raisons afférentes à la fer-
meture du robinet d’arrêt de distri-
bution de ce précieux liquide situé
dans un local commercial au pied
dudit bâtiment. Le hic est que le pro-
priétaire du local, un café, a fermé le
robinet en question depuis maintenant
cinq jours, disent-ils. C’est ce qui ex-
plique la colère des locataires touchés
de plein fouet par cette pénurie d’eau
potable, qui devient de plus en plus
insupportable au fur et à mesure que
Rue Bouchama
Une fuite d’eaux usées et des robinets à sec
le mercure monte. «C’est près d’une
semaine maintenant que nous som-
mes sevrés d’eau potable qui ne cou-
le plus dans nos robinets et cela rend
notre situation intenable», nous ont
déclaré, hier, des locataires de ce bloc.
Ainsi, beaucoup d’entre eux se disent
outrés par le comportement de leur
voisin commerçant, responsable de
l’état de leurs robinets à sec et mena-
cent de déposer plainte, au commis-
sariat de police ou auprès du procu-
reur de la République.
D’un autre côté, le commerçant s’est
défendu à maintes occasions en reje-
tant la balle dans le camp des locatai-
res qui ne se soucient nullement, se-
lon lui, de réparer une fuite d’eaux
usées de longue date qui cause d’énor-
mes dommages à son local commer-
cial et ce, à chaque lâcher d’eau. Il
accuse également les locataires de ne
pas se soucier des pertes qu’il subit et
de se plaindre qu’il continue à dépen-
ser des dizaines de millions en répa-
ration tandis que les locataires restent
indifférents à sa situation. Et de faire
remarquer qu’à maintes reprises, il a
essayé de sensibiliser les habitants de
l’immeuble et surtout du bloc «E» où
se trouve la fuite, mais ces derniers
ont toujours refusé l’accès à leurs ap-
partements et aux «caches» des con-
duites d’évacuation des eaux usées.
Et ainsi, c’est à chaque fois le retour à
la case départ: les lâchers d’eau sont
suivis par l’inondation du commerce
et le gérant est obligé de fermer le ro-
binet pour empêcher que son local ne
soit inondé. «Il n’a pas le droit de nous
priver d’eau durant tous ces jours,
c’est insupportable !», ont-ils lancé. Et
de dénoncer cette punition collective
en laissant entendre qu’ils ne vont pas
se laisser faire. La situation est très
tendue et c’est pourquoi le proprié-
taire du local, après avoir verrouillé le
robinet d’arrêt, a baissé rideau et dis-
paru dans la nature, soutiennent en-
core nos interlocuteurs.
Cession des biens de l’Etat
Plus de 31.000 logements
OPGI à vendre
Lancée il y a une semaine dans la wilaya de
Constantine, l’opération cession des logements
biens de l’Etat, mis en exploitation avant
janvier 2004, a été explicitée, hier, dans ses
différentes modalités par un représentant de
l’organisme initiateur, à savoir l’Office de
promotion et de gestion immobilière (OPGI).
le dossier ainsi finalisé au service des
biens de l’Etat à l’effet d’établir l’éva-
luation financière du logement pour
déterminer le coût du bien immobi-
lier objet de l’achat», a expliqué en-
core Mme Alouani.
Le prix de référence du mètre car-
ré a été fixé à 12.000 dinars, et dans
ce tarif sera pris en considération le
site du logement. Bien entendu, le
prix d’un logement situé au centre
de la ville sera plus élevé par rap-
port à celui de la périphérie». Exem-
ple : un F3 peut atteindre 90 mil-
lions de centimes dans la ville de
Constantine. Mais à Hamma Bou-
ziane ou Bekira, il ne coûtera que
65 millions». Et cette responsable de
juger que la cession projetée com-
porte beaucoup d’avantages et cons-
titue une occasion à ne pas rater,
surtout pour ceux qui préfèrent payer
au comptant car ils bénéficieront
d’un abattement de 10%. Pour le
candidat qui désire acheter son lo-
gement dans le délai de moins de 3
ans, il aura un abattement de 7%.
La réduction est de 5% pour ceux
qui veulent acheter dans un délai
compris entre 3 et 7 ans.
Les moudjahidine et les ayants
droit des chouhada, eux, auront
40% d’abattement et la possibilité de
payer le logement à tempérament
sur une durée de 20 ans. A charge
pour eux de faire un 1
er
versement
de 5% du prix du logement avec le
paiement d’une caution de 30.000
dinars qui sera encore déduite du
prix de cession. Enfin, dernière dis-
position, l’acquéreur du logement
n’aura pas le droit de vendre celui-
ci pendant une période de 10 ans.
L’opération qui a débuté la semai-
ne dernière par les dépôts des dos-
siers de candidature des acheteurs
au niveau de la daïra de leur locali-
té est appelée à durer jusqu’au 31
décembre 2015, dernier délai, a con-
clu la représentante de l’OPGI.
Les livres de cuisine
ont la cote
cherchent surtout les «nou-
veautés». Et sur ce chapitre, il
faut bien dire qu’elles ne sont
pas déçues. Des nouveautés,
il y en a des «pelletées» pour
reprendre l’expression de
Mabrouk B., gérant d’un
kiosque où l’on vend de tout,
sis nouvelle ville Ali Mendjeli.
«Quelquefois, je suis obligé de
refuser des livraisons de ce
type de livres, tant ils foison-
nent», dit-il en montrant l’im-
pressionnant alignement
d’ouvrages, posés en «écailles»
sur une dizaine de rangées. De
«l’Art d’accommoder les légu-
mes de saison» aux «Trente re-
cettes du Ramadhan», des «Se-
crets des plus grands cordons
bleus algériens» aux «Cents
recettes de cuisine familiale»,
en passant par «les saveurs
d’Algérie» ou «comment réus-
sir son gratin», chacun trou-
vera, si l’on peut dire, chaus-
sure à son pied.
Devant ce large étalage de
«délices sur papier», Leïla,
une jeune dame témoin du
petit conciliabule avec le maî-
tre de céans, M. Mabrouk, af-
firme quant à elle que l’achat
de ce type de livres est «très
important pour améliorer ses
habitudes alimentaires no-
tamment durant le mois sa-
cré de Ramadhan». Elle jure
même avoir appris à préparer
correctement une salade en li-
sant un de ces bouquins de
recettes ! Nourhan, étudiante
en journalisme, affirme, elle,
«ne pas comprendre cet en-
gouement immodéré pour les
livres de cuisine». Selon elle,
«il suffit de se connecter à l’in-
ternet pour trouver toutes les
recettes de cuisine possibles et
imaginables, ou alors se rabat-
tre sur certaines chaînes de té-
lévision arabes qui ne diffusent
que des émissions autour du
thème de la cuisine». Mais
Nourhan ignore, ou feint
d’ignorer, que si les livres de
cuisine se prévalent de dizai-
nes de millions de recettes «iné-
dites», ils brassent aussi (au
moins) autant de dinars.
U
n accident de la route qui
a causé 09 blessés, une in-
tervention pour l’évacuation
d’une personne blessée dans
une chute de 06 mètres et le
sauvetage d’une vache de
l’oued dans la commune d’Aïn
Abid, ont constitué le gros des
interventions des éléments de
la Protection civile durant la
journée d’avant-hier.
Ainsi et d’après la cellule de
communication de ce corps de
sécurité et de secours, un ca-
mion de transport de tra-
vailleurs s’est renversé vers 7
heures 17 minutes au lieudit
«Safar Tona» sur la RN 03 près
de la ville de Zighoud Youcef
causant 09 blessés. Ces der-
niers, qui ont été touchés sur
plusieurs parties du corps, ont
été évacués à l’hôpital de Zi-
Un transport du personnel
se renverse, 9 blessés
ghoud Youcef, pour les soins
complémentaires et ce, après
avoir reçu les premiers soins
sur place. Les services des sa-
peurs-pompiers sont égale-
ment intervenus vers 18 heu-
res 25 minutes pour l’évacua-
tion d’un jeune homme âgé de
22 ans, qui est tombé du haut
d’une construction de 06 mè-
tres de hauteur à la rue des
Martyrs. Le jeune qui a été
blessé au bassin et à l’épaule
a été conduit au CHU Benba-
dis. Enfin et un peu aupara-
vant, soit vers 17 heures 10
minutes, les éléments de la
Protection civile ont dû inter-
venir aussi pour le sauvetage
d’une vache, qui s’est retrou-
vée coincée et suspendue aux
parois de l’oued au niveau de
la commune d’Aïn Abid.
ORANI E
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013 10
Publicité
Ali Kherbache
C
omme de coutume et pour pé
renniser la tradition dans le sec-
teur, la sûreté de wilaya a concocté
un programme riche et varié pour cé-
lébrer la 51° année de la création de
la police algérienne. C’est en effet un
22 juillet 1962 que fut mise en place
la police du pays nouvellement indé-
pendant. Pour rappeler cet évène-
ment, le service socioculturel et spor-
tif organise des activités et concours
mettant en présence les forces de la
sûreté du 18 au 22 du mois à l’issue
desquelles des trophées et récompen-
ses seront remises aux lauréats, alors
que des portes ouvertes accueilleront
le public invité à s’imprégner de la
mission de protection des biens et des
personnes d’un corps structuré, et qui
ne cesse d’améliorer ses performan-
Hadj Mostefaoui
L
a réhabilitation de la steppe, qui
n’est pas une tâche simple, pas
se inéluctablement par une sé-
rie d’opérations inscrites dans un ca-
dre global destiné à lui redonner la
place qui lui échoit. A ce titre, le
H.C.D.S intensifie les actions de mise
en défens d’une steppe sauvée in ex-
tremis d’une mort lente. Il s’agit pour
cet organisme de remettre sur pied un
eco-système dégradé par le biais de la
lutte contre la désertification et l’intro-
duction d’espèces fourragères rusti-
ques capable de résister à une nature
austère et une pluviométrie capricieu-
se et peu clémente avec une moyen-
ne de 250 mm/ an. Le H.C.D.S qui
n’est pas resté en marge, a inscrit dans
Bencherki Otsmane
L
es enseignants et enseignantes du col
lège «Fadène Djillali» du quartier de
«Lala Aouda» dans la commune de Chlef
ont finalement obtenu gain de cause face
à leur directrice qui exigeait de mettre à
jour et de remplir les livrets scolaires faute
de quoi les procès verbaux de sortie de
fin d’année ne pourront être signés.
Il faut dire que le bras de fer qui a oppo-
sé le corps enseignant de cet établissement
scolaire du moyen à leur directrice a duré
CHLEF
Les enseignants du CEM «Fadène
Djillali» obtiennent gain de cause
plus d’une quinzaine de jours sans que
chacune des deux parties ne veuille cé-
der. Il a fallu l’intervention personnelle
du wali pour que cette crise trouve en-
fin son épilogue avec la signature des
P.V de sortie par les enseignants sans
que ces derniers ne remplissent les li-
vrets scolaires. Autre revendication des
protestataires également satisfaite celle
de la constitution «d’une commission
d’enquête qui devrait faire la lumière
sur la gestion du chef d’établissement
scolaire en septembre prochain».
TIARET
Les habitants de la cité AADL Les habitants de la cité AADL Les habitants de la cité AADL Les habitants de la cité AADL Les habitants de la cité AADL
réclament une passerelle réclament une passerelle réclament une passerelle réclament une passerelle réclament une passerelle
Le terrible accident de la circula-
tion qui a coûté mercredi dernier la
vie à un enfant de 10 ans continue
de susciter la colère des habitants de
la cité AADL, où habitait la jeune
vi ct i me. Aggl ut i nés devant l eur
cité, les habitants réclament la pose
en toute urgence d’une passerelle,
ou de dos d’âne pour «protéger la
vie de nos enfants» soutient un lo-
cataire de ce nouveau quartier, si-
tué à la sortie est de la ville, près
du nouveau cimetière. En quelques
mois seulement, cinq enfants sont
morts dans des accidents survenus
sur ce tronçon, une double voie sou-
vent utilisée comme un circuit de F1
par des chauffards en quête de sen-
sations fortes. Les accidents de mo-
tocyclette inquiètent également la
population locale.
Un dernier sinistre, survenu mardi
dernier où un jeune homme qui s’est
fait renverser par un véhicule taxi se
trouve actuellement infirme à vie.
L’accident s’est produit près de la cité
EL Manar, dans la périphérie sud de
la ville de Tiaret.
Pour une enveloppe financière
de plus de 24 milliards de centi-
mes, montage financier entre le mi-
nistère de la Solidarité nationale,
l a wi l aya et l es APC, pl us de
54.000 couffins alimentaires ont
ét é di st ri bués aux démuni es et
autres familles nécessiteuses de-
puis le début du mois de ramad-
han. Selon la direction de l’Action
soci al e, l es bénévol es du Croi s-
sant-Rouge distribuent une moyen-
ne des 5.000 repas par jour, dont
19 restos du cœur ouverts 19 restos du cœur ouverts 19 restos du cœur ouverts 19 restos du cœur ouverts 19 restos du cœur ouverts
plus du quart est emporté chez el-
les par des familles dans le besoin.
Aussi , di x neuf rest os du cœur
sont-ils ouverts pendant ce mois de
piété à l’intention des familles, des
réfugiés du Sahel , des étudiants
africains et pères de familles en dif-
ficulté. Des particuliers et autres
bienfaiteurs ont également mis la
main à la poche pour venir en aide
aux personnes dans le besoin, dans
la tradition du mois de la rahma.
El-Houari Dilmi
AÏN EL-ORAK
12.000 hectares
de terres mises en défens
son vaste programme une multitude
d’opérations destinées à mettre en va-
leur un patrimoine longtemps mis à
mal par des décennies de sécheresse,
le surpâturage, les labours sauvages
et le défrichement. L’un des périmè-
tres de mise en défens les plus réussis
en milieu steppique, a été concrétisé
dans la commune d’Aïn el-Orak (daï-
ra d’El-Abiodh). S’étendant sur une
superficie de 12.000 hectares, ce der-
nier qui a été créé tout au début du
mois de mars de l’année 2010 com-
mence à donner ses fruits. Le tapis
végétal autrefois rabougri, se régénè-
re et reprend le dessus sur les dunes
de sable. Les essais fourragers entre-
pris depuis se sont avérés très con-
cluants puisque toutes les espèces in-
troduites, tels l’armoise, le spart et
l’atriplex canescens ont connu un
taux de réussite plus que satisfaisant.
Ces terres arrachées à la steppe, une
fois réhabilitées seront versées au pro-
fit du patrimoine steppique de cha-
que collectivité locale qui les cède à
titre de location aux éleveurs de la
région bien avant la période des mois-
sons battages, tout en constituant un
appoint non négligeable en matière
d’offre fourragère. Il faut dire que les
efforts entrepris par le H.C.D.S dans
ce secteur vital qu’est le sauvetage de
la steppe et par ricochet le dévelop-
pement des activités agropastorales
demeure sans conteste une véritable
planche de salut pour ces milliers
d’éleveurs de la région, ruinés et
échaudés par de longues période de
disette et de vaches maigres.
SAÏDA
La police fête son 51° anniversaire
ces en vue de combattre les fléaux qui
guettent le citoyen, plus particulière-
ment le crime organisé et la drogue.
Les visiteurs de l’exposition, étalée au
sein du siège central, auront tout le
loisir d’évaluer les activités des diffé-
rents services et connaitre les bilans.
En outre, les enfants pourront exercer
leur talent de pilotes sur le parcours
destiné à l’initiation à la conduite auto-
mobile et la culture du respect du code
de la route, «l’enfant demeure le
meilleur vecteur de l’information sur
les dangers et risques encourus, que
ce soit au volant d’un véhicule ou en-
gin, au guidon d’un cycle ou tout sim-
plement en mobilité pédestre», est-il
rappelé. A l’occasion, le rapport se-
mestriel dressé par la cellule de com-
munication fait état de 56 accidents
de la circulation ayant causé 3 décès
et 56 blessés sur les routes de la wi-
laya, contre 195 accidents en 2012
ayant enregistré 11 pertes humaines
et 205 blessés. Comparativement à
l’année écoulée, les services notent
une baisse sensible, car plus de 23775
véhicules ont été contrôlés durant le
semestre, soit la moitié de ceux enre-
gistrés durant l’année 2012; et pour
la même période 6962 amendes for-
faitaires contre 9319 durant l’année,
et 1196 retraits de permis de condui-
re, alors que pour l’année de compa-
raison 1777 retraits ont été effectués,
signale le document de la cellule. Outre
les statistiques qui démontrent une ac-
tivité intense des différents services, les
responsables prévoient une journée
d’information en direction du grand
public et une cérémonie de clôture
digne de l’évènement, présidée par
le chef de sûreté de wilaya en pré-
sence des autorités et des élus.
ORAN
11
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
ILS NOUS ONT QUITTES HIER ILS NOUS ONT QUITTES HIER ILS NOUS ONT QUITTES HIER ILS NOUS ONT QUITTES HIER ILS NOUS ONT QUITTES HIER
Bahloul Salah, 76 ans, Eckmühl
Lezrag Aïcha, 84 ans, stade Bouakeul
Benabdelkader Habib, 62 ans, Protin
Houari Abdeslem, 87 ans, Gambetta
13 ramadhan 1434
Horaires des prières pour Oran et ses environs
El Fedjr
04h21
Dohr
13h08
Assar
16h57
Maghreb
20h18
Icha
21h50
C
’est le mois des affaires.
On se plonge dans la
débrouille à qui mieux,
mieux. C’est aussi le
mois propice aux congés, pour
qui ne supporte pas le «téchnèf»
du chef et les contraintes de
la pointeuse. La grasse matinée
mon frère, fi sidna Ramadhan
est obligatoire, ça évite pas mal
de déboires.
Un congé payé pendant ce mois,
permet d’arrondir les trente jours
de dépenses: il y en a qui se met-
tent en association, qui louent des
locaux et s’investissent dans la
zlabia, la chamia et autres sucre-
ries. Non, ce ne sont pas des spé-
cialistes ni des pâtissiers! De sim-
ples fonctionnaires, en vacances.
Ils achètent leurs marchandises en
gros chez des fournisseurs, y’a
qu’à se débrouiller un bon coin,
une rue commerçante, et le béné-
fice est garanti. Ils se relaient et
demeurent ouverts tard le soir.
Ceux qui font dans la braise,
eux, ne travaillent que le soir, jus-
qu’à l’imsak. Ils installent leur ta-
min, quelques grillades qui rem-
placeront le ‘shour’, des fois que
le addane les surprenne avant d’ar-
river au dortoir familial.
Et puis, il y a les deux collègues.
Celui qui n’a pas droit au congé,
et l’autre qui l’avait planifié «spé-
cial Ramadhan». Le premier a une
voiture, le second trente jours de
repos. Le contrat est simple. Il
passe sa bagnole à son acolyte qui
fera le taxi clandestin. La recette
est divisée en trois parties. Une
pour la voiture, et les deux
autres «lik, liya». Mais générale-
ment ça finit toujours mal. La
confiance, oualou! Le contrat ne
dépasse pas les quinze jours.
«Ghaya, tchu donnes la voitchu-
re à ton copain, il te fourgue une
misère en guise de recette, et
toute la journée, il embarque sa
ghoula de femme, et vas-y que tu
me promènes.» Pendant quinze
jours elle le martèle, la suite vous
la devinez. Il pointe avant le ‘ftour’
chez son copain. «Jib les clés de
la voiture. Jib les papiers et mel
youm tu ne me connais pas.»
Par El-Guellil
Des brouilles
ble, et proposent leurs sandwichs
aux retardataires, ces accrocs de
rami et belote, qui ne savent pas
quitter la table à temps. Ils sont
heureux de trouver, sur leur che-
S. C.
P
as moins de cinq tonnes de
fruits et légumes ont été jetées,
la semaine dernière, au marché
de gros d’El Kerma. C’est ce que nous
a révélé, hier, M. Dahmane, de l’as-
sociation des mandataires de la wi-
laya d’Oran, en marge d’une confé-
rence de presse, animée par des mem-
bres de l’Union des associations des
commerçants et des artisans de la
wilaya d’Oran. Notre interlocuteur a
expliqué ce gaspillage par le fait que
depuis le début du mois de ramad-
han, plusieurs producteurs viennent
proposer leurs marchandises dans des
espaces informels comme c’est le cas
à Chteibo et d’autres localités. La
même source explique que ces per-
tes sèches dérèglent le marché et le
cas le plus illustratif concerne les ba-
nanes qui après avoir perdu au chan-
ge pour atteindre au gros 90 DA, en
raison d’une offre abondante, les prix
J. Boukraâ
M
ême la maison n’est pas sans
danger pour les enfants. Chute,
choc, brûlure, intoxication, ingestion
de produits caustiques, électrocu-
tion… des accidents qui prennent, de
plus en plus, d’ampleur durant ce
mois de ramadhan. Viennent en tête
de liste les brûlures. Depuis le début
du mois, une centaine de personnes
ont été victimes de brûlures à diffé-
rents degrés. Les blessés ont été ad-
mis dans différentes structures de san-
té. Certains présentent des brûlures
au 3
ème
degré. Les brûlures thermi-
ques (allumettes, four, tabouna) re-
présentent 46,2% des accidents de
cuisine. C’est, sans doute, parce que
les femmes algériennes passent énor-
mément de temps à la cuisine et sont
en général toujours absorbées par
leurs tâches, à l’approche de la rup-
ture du jeûne, que ces accidents arri-
vent. Les brûlures surviennent dans
la cuisine dans 73,5% des cas et 15%
dans la chambre, puisque l’espace
cuisine connaît une forte concentra-
tion d’activités, durant les heures pré-
cédents le ‘adhan’, ce qui multiplie le
risque d’accident. Une seconde
d’inattention et les conséquences sont
dramatiques. L’engagement des pa-
rents et leur prise de conscience sont
autant nécessaires pour espérer évi-
ter des drames familiaux. Des drames
qui partent souvent d’une simple né-
gligence, d’un oubli, de l’ignorance
et qui, dans plusieurs des cas, abou-
tissent à la mort, à un handicap ou à
un traumatisme. Par ailleurs, le ser-
vice des brûlés et de la chirurgie ré-
paratrice (pavillon 2), du Centre hos-
pitalo-universitaire d’Oran, prend en
charge, chaque mois, en moyenne
une vingtaine de personnes blessées
suite à l’explosion des cocottes-minu-
te qui ne répondent pas aux normes.
Il s’agit de véritables bombes qui peu-
Une centaine de personnes victimes de brûlures
Recrudescence des accidents
domestiques pendant le Ramadhan
vent exploser à n’importe quel mo-
ment. En effet, des cocottes-minute,
importées de Chine et n’offrant pas
de sécurité, ne cessent de faire des
victimes. Parfois les brûlures sont du
3
ème
degré. Outre les brûlures de la
peau, une explosion peut aussi pro-
voquer, lorsqu’elle est très puissante
et c’est le cas des autocuiseurs, des
brûlures pouvant atteindre l’appareil
respiratoire. Croyant faire une bon-
ne affaire, de nombreuses ménagè-
res, attirées par le prix d’une cocotte-
minute ou d’un autocuiseur de Chi-
ne, n’hésitent pas à l’acheter. Pour un
consommateur, le prix constitue le
principal attrait, lors de l’acquisition
d’un produit, surtout que la différen-
ce de prix, entre un produit d’origine
et un produit contrefait, est de taille.
Les produits chinois sont les plus sol-
licités, vu leurs petits prix. Les cocot-
tes minutes importées de Chine sont
proposées entre 1.200 et 2.000 DA,
tandis que celles importées des pays
européens peuvent dépasser les
10.000 DA. Devant cet état de fait,
de nombreux médecins mettent en
garde des dangers de l’utilisation de
certaines cocottes-minute qui ne ré-
pondent pas aux normes requises et
qui ne sont, malheureusement, pas
sans conséquences, laissant des sé-
quelles indésirables et sensibles, no-
tamment, au visage et aux mains. Des
articles et des produits importés de
l’étranger, notamment de Chine, sont
devenus, aujourd’hui, de véritables
dangers publics. La prise en charge
d’une victime peut atteindre plus de
50.000 DA. Il est temps de tirer la
sonnette d’alarme. Dans le même
contexte, une source du service de
contrôle de la qualité affirme que ses
agents redoublent de vigilance au
port et dans les marchés de la ville.
Mais quand on introduit des articles
avec des certificats de conformité tra-
fiqués, tout peut arriver.
K. Assia
S
uite à une plainte déposée par
les responsables d’un établisse-
ment scolaire pour vol de câbles, les
éléments de la police judiciaire de la
20
ème
Sûreté urbaine d’El Barki sont
parvenus à mettre la main sur une
quantité de 7 tonnes de cuivre volé.
L’enquête diligentée par les policiers
a permis de remonter la filière et
d’identifier le propriétaire d’un ga-
rage à Chekl aoua, dans l equel
étaient stockées d’importantes quan-
tités de câbles et autres articles en
cuivre dont la provenance était dou-
teuse. Poursuivant leurs recherches,
les enquêteurs sont parvenus, éga-
lement, à démontrer que l’endroit
utilisé comme garage de collecte
d’ordures et de recyclage de matiè-
res plastiques servait, en fait, au stoc-
kage de câbles achetés à des réseaux
spécialisés dans le domaine. Ainsi et
après une perquisition ordonnée par
le procureur de la République, les
policiers ont réussi à saisir la quanti-
té en question et à arrêter le mis en
cause, âgé de 30 ans. Dans le même
cadre, un complice âgé de 26 ans a
été aussi arrêté par les policiers. Ce-
lui-ci se chargeait de vendre du cui-
vre sur la voie publique en plus de
l’approvisionnement du garage avec
des quantités de câbles, toujours de
provenance douteuse. Les deux mis
en cause ont été présentés au tribu-
nal et placés sous mandat de dépôt.
Il faut dire que des centaines de mè-
Sept tonnes de cuivre volé
saisies à El Barki
Cinq tonnes de fruits et légumes jetées
Les mandataires dénoncent
la concurrence déloyale
ont de nouveau grimpé pour attein-
dre 170 DA, et ce, en raison de l’of-
fre devenue insignifiante. Selon le
même interlocuteur, l’association des
mandataires compte mener une of-
fensive, après l’Aïd, pour interpeller
les services concernés afin d’éradi-
quer ce phénomène. Tous ces aléas
jouent dans la mercuriale, même si
cette année, force est de reconnaître
que, globalement, les prix des fruits
et légumes n’ont pas connu de grands
chamboulements, comme a tenu à le
préciser un membre de l’union. Con-
cernant les préparatifs de la période
de l’Aïd, une période connue pour
être celle durant laquelle le service pu-
blic brille par son absence, l’union des
commerçants, par la voix de M. Be-
hiche, a prix les devants en fixant une
liste de commerçants pour assurer le
service durant les jours de fête. Pour
les boulangers, le principe de deux ou
trois boulangeries par quartier a été
adopté et une liste a été communi-
quée. Dans le cas contraire, le con-
trevenant risque même la fermeture
de son commerce. Dans le but d’as-
surer un approvisionnement régulier
en farine panifiable, cinq minoteries
assureront le service, a-t-on indiqué
de même source.
tres de câbles, toutes capacités, sont
délogés de leurs canalisations y com-
pris la fibre optique par des réseaux
spécialisés dans le vol et le trafic de
cuivre et ce, malgré le bétonnage des
chambres. Le bilan du 2
ème
Comman-
dement régional de la Gendarmerie
fait état d’une légère baisse d’affaires
traitées, comparativement à celles
solutionnées en 2011. En effet, 134
affaires de vol et trafic de cuivre ont
été enregistrées en 2012 contre 189
en 2011. Ainsi, 24.854 mètres de câ-
bles et 5.695,48 kg de cuivre ont été
volées et 32 individus arrêtés par les
gendarmes. Ceux-ci sont parvenus à
récupérer 13.923 kg de cuivre et
6.522 mètres de câbles.
Destinées au marché parallèle, ces
marchandises sont souvent saisies
dans des charrettes ou des camions
que les réseaux spécialisés tentent
d’acheminer vers les frontières pour
les écouler. Des actes dont les préju-
dices restent énormes pour les direc-
tions concernées car aucune solu-
tion n’a été trouvée, pour l’instant,
pour contrecarrer ce phénomène
qui touche, de plein fouet, le cen-
tre urbain comme fut le cas à Oran
en 2012 et où des individus se sont
emparés de 6 types de câbles soit
au total 1.200 paires de l’intérieur de
la chambre téléphonique qui se trou-
ve à quelques mètres seulement de
la cité Perret. 1.400 foyers ont été
privés de l’Internet et de téléphone,
un cas qui reste généralisé à l’ensem-
ble des villes du pays.
D
eux individus, âgés entre 22 et
27 ans, ont été arrêtés par les ser-
vices de la 6
ème
Sûreté urbaine pour
vol à l’arraché. Les mis en cause, ha-
bitant Aïn El Turck, utilisaient un vé-
hicule de location pour commettre
leurs forfaits. C’est à la suite d’une
Deux voleurs à l’arraché sous les verrous
plainte déposée par une jeune fille du
quartier de Protin pour vol de sac à
main que les auteurs ont été arrêtés.
Le sac à main et les portables volés
qu’il renfermait ont été récupérés et
les mis en cause présentés au tribu-
nal et écroués. K. Assia
ORAN
12
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
J. Boukraâ
E
n dépit des efforts dé
ployés par le gouver
nement dans le cadre
de la lutte contre les construc-
tions illicites, des personnes
de tous bords et surtout ve-
nant de wilayas limitrophes
s’implantent quasi quotidien-
nement dans des bidonvilles
érigés sur le domaine fores-
tier. Les constructions illici-
tes implantées sur des espa-
ces verts figurent parmi les in-
fractions enregistrées durant
l’année en cours, par les ser-
vices de Conservation fon-
cière. Durant cette période,
75 affaires de constructions
illicites, érigées sur le massif
forestier de la wilaya, ont été
enregistrées. De nombreux
cas ont été enregistrés à
Oran, au lieu-dit «Coca», Ar-
zew, Aïn El Turck et Bir El
Djir. Certains se sont même
investis dans l’achat et la ven-
te des parcelles de terrain
dans ces forêts. Environ
2.620 constructions illicites
érigées sur le domaine fores-
tier ont été démolies ces 3
dernières années. Il s’agit de
constructions illicites érigées
sur le territoire forestier, no-
tamment à la zone d’El-Has-
si, dans la forêt dite «Coca»
T. Lakhal
S
’adaptant aux différents
cycles et coupures jalon-
nant l’année, comme la trê-
ve estivale qui, comme cha-
cun le sait, coïncide, cette
année, avec le mois du ra-
madhan, les écoles d’ensei-
gnement privées, du moins
celles qui affichent complet
pendant toute l’année, font
dans l’apprentissage accélé-
ré des langues étrangères.
Ces écoles proposent des
cours intensifs de langue,
comme le français ou l’an-
glais, les après-midi et même
après le f’tour. La clientèle
est nombreuses, à l’image
des étudiants qui désirent
améliorer le français ou l’an-
glais pour des perspectives
qui leurs sont propres, no-
tamment les études à l’étran-
ger où il est plus que néces-
saire d’avoir la maîtrise de la
langue. Mais ce qui attire l’at-
tention, aux côtés de ceux
qui préparent les examens du
BEM et du BAC et dont les
parents conscients de leurs
carences veulent, dès main-
tenant, leurs donner ce coup
de rein pour que l’année fa-
tidique ne soit pas un échec,
du moins en ce qui concerne
les langues, comme confirmé
par plusieurs apprenants, ce
sont les adultes, des cadres
d’entreprises ou d’organis-
mes et qui ne viennent pas
forcément de leur propre gré
-et souvent en cachette- pour
parfaire la langue française
surtout. Ils payent jusqu’à 1
million de centimes pour à
Rachid Boutlélis
C
ontrairement aux pré
visions des profes-
sionnels du secteur de
l’immobilier, dans la daïra
d’Aïn El Turck, les sollici-
tations pour un séjour
d’agrément aoûtien, au
bord de la mer, sont pres-
que insignifiantes en ce
début de la deuxième se-
maine du mois de ramad-
han. En effet, selon des té-
moignages concordants,
les familles ne se bouscu-
lent pas au portillon des
meublés et autres lieux de
villégiature, essaimés à tra-
vers le littoral ouest. Le
facteur sacrifice en dépen-
ses, dictées par la nécessi-
té de la cuisine du mois
sacré et celles des effets
vestimentaires que porte-
ront les enfants à l’occa-
sion de l’Aïd, selon les tra-
ditions, constituent l’argu-
ment essentiel justifiant ce
constat. La rentrée des
classes, prévue, cette an-
née, un mois après l’Aïd,
synonyme d’une autre
ponction sur le budget des
familles, figure également
parmi les principales rai-
sons, directement liées à
cette circonspection, en
matière de réservation
pour une location. «Au cas
où cette réticence perdure
Djamel B.
D
ans le cadre des dispo-
sitions prises par la wi-
laya pour mettre un terme
aux inondations, dans cer-
tains quartiers de la ville,
notamment lors des fortes
précipitations, une envelop-
pe de 4 milliards de centi-
mes vient d’être accordée,
par la wilaya, à la commu-
ne d’Oran, pour les travaux
de réhabilitation du réseau
d’évacuation des eaux plu-
viales, à El Hamri et du ré-
seau d’assainissement à Haï
Ibn Sina. Selon des sources
proches de la commune,
cette aide financière devrait
permettre aux services de la
commune d’Oran de lancer
Constructions illicites, pollution, dégradations…
Les forêts malmenées
et sur les abords de la route
menant vers l a corniche
supérieure. A l’issue des dé-
molitions, 240 assiettes de
terrain ont été récupérées par
le service des forêts. La wi-
laya d’Oran possède un pa-
trimoine forestier de quelque
44.000 ha dont 60% se trou-
vent dans un état dégradé.
Plusieurs mesures ont été pri-
ses pour la préservation du
massif forestier. Néanmoins,
les efforts déployés pour re-
donner vie à nos forêts ne
sont pas soutenus par un
appor t des ci toyens. Le
grand problème qui menace
l’ensemble des forêts urbai-
nes de la wilaya consiste
dans les rejets de détritus et
de déblais. Dans ce cadre et
pour non-respect de l’envi-
ronnement et rejet de dé-
chets dans des sites fores-
tiers, 45 camions ont été mis
en fourrière cette année.
Tous les véhicules pris en fla-
grant délit de rejet de déblais,
en forêt, ont été mis en four-
rière pour une durée de 6
mois et leurs propriétaires
condamnés à verser une
amende de 30.000 DA. Les
entreprises étatiques et pri-
vées, acti vant dans l es
Travaux publ i cs sont l es
principaux pollueurs. Il s’agit
aussi des sociétés et des en-
treprises de production ou de
services, qui ont procédé au
rejet et à l’incinération de
leurs déchets sans suivre les
normes requises en la matiè-
re. Toutes sortes de déchets
sont jetées dans la nature, à
commencer par les maté-
riaux de construction, le plas-
tique, ainsi que d’autres pro-
duits toxiques. Les articles
55, 56 et 57 de la loi relative
à la gestion, au contrôle et à
l’élimination des déchets pré-
voient des amendes entre
500 et 5.000 DA en cas de
rejet et abandon par une per-
sonne physique des déchets
ménagers et une amende de
10.000 à 50.000 DA pour les
industriels, commerçants ou
artisans. Le rejet des déchets
inertes sur tout site non dési-
gné à cet effet et notamment
sur la voie publique est aussi
sanctionné par une amende
de 10.000 à 50.000 DA. En
cas de récidive, l’amende est
portée au double. Pour cela,
il est attendu des citoyens de
la wilaya des comportements
de civisme dans la conserva-
tion du patrimoine forestier,
avec la suspension de rejets
des déchets ménagers et la
protection des forêts contre
les incendies.
Jeunes et moins jeunes suivent des cours intensifs
Les vacances pour apprendre
les langues étrangères
peine quelques séances pré-
sentées comme intensives.
En fait, de nombreux cadres
d’entreprises ou d’organis-
mes publics ou privés, ceux
appelés forcément à occuper
des postes de responsabilités,
ou l es occupent déj à,
avouent que la langue fran-
çaise et surtout celle écrite est
leur talon d’Achille.
Ils le reconnaissent, com-
me le fait ce jeune cadre de
banque, et ils font tout pour
ne pas se laisser trahir par
cette faiblesse qui peut être
« handicapante pour leur
progression professionnel-
le », comme reconnu par ce
jeune financier qui occupe le
poste de directeur d’agence
bancaire en intérimaire et qui
a peur que cette faiblesse ne
l’élimine, de facto, de ce pos-
te qu’il convoite depuis le
départ en retraire de l’ancien
titulaire. Un enseignant de
langue française, actuelle-
ment en retraite et qui officie
dans une école privée expli-
que: « La génération, celle
qui a pris les commandes
dans les grandes entreprises,
durant les années 90 et un
peu avant et qui a constitué
le fruit d’une autre école,
s’est totalement étiolée par la
force de l’âge. Cette nouvel-
le génération est le fruit de
l’école fondamentale et sur
le plan de la langue et de sa
maîtrise les résultats sont là
pour indiquer l’échec, et rien
que l’échec ». « Même si
l’on trouve quelqu’un maîtri-
sant la langue en parlé, sur
le plan de l’écrit, par contre,
souligne notre professeur,
c’est terrible. Ils n’y sont pour
rien puisque c’est le résultat,
en grandeur nature, du labo-
ratoire de l’enseignement qui
a fait des expériences sur des
cobayes vivants». La senten-
ce est un peu dure et les be-
soins sont énormes pour rec-
tifier le tir. Les enseignements
et les cours, comme il nous a
été donnés furtivement de les
parcourir en diagonale, foca-
lisent sur les fautes couram-
ment commises et avec l’aide
d’exemples, la démonstra-
tion est faite.
Ce sont, entre autres, les
homonymes qu’on essaye de
départager, et c’est le point
faible de nos apprenants. Les
sons sont les mêmes, mais les
sens diffèrent (c’est et ses,
est et et, tend et temps, la
et là, leurs et leur, ça et sa,
etc.) par exemple et l’ap-
prentissage juste de l’em-
ploi des prépositions (à,
de, ou, par, avec…)...
Ensuite, les élèves appren-
nent comment établir un pro-
cès-verbal, un compte-ren-
du, une note de services, un
rapport... Ce qu’il y a de
mieux, c’est que les appre-
nants, surtout les adultes,
viennent avec la ferme in-
tention d’apprendre et ils
réussissent souvent quand
i l s remarquent qu’i l s ne
sont pas seuls, c’est-à-dire,
ils arrivent à se décomplexer
de cette carence.
En somme, conclut le pro-
fesseur, l’apprentissage des
l angues étrangères a de
beaux jours devant lui.
El Hamri
De l’argent pour le réseau
d’évacuation des eaux pluviales
les projets dans les plus
brefs délais. Ces deux quar-
tiers, rappelons-le, connais-
sent, chaque hiver, des inon-
dations, notamment dans leurs
principales artères. Outre ces
deux quartiers, nos interlocu-
teurs indiquent que plus de 10
milliards de dinars ont déjà été
débloqués par la wilaya,
dans le cadre du program-
me visant l’amélioration du
cadre de vie des citoyens.
Ce programme concernera
plus de 300 cités réparties
sur les différentes commu-
nes de la wilaya. Des tra-
vaux ont déjà été lancés
dans une vingtaine de cités,
à travers les quartiers de la
commune d’Oran. Selon
nos sources, les travaux
concerneront, essentielle-
ment, les raccordements
aux réseaux divers, (AEP,
gaz de ville et assainisse-
ment), la voirie, ainsi que
l’aménagement des espaces
verts et des aires de jeux
pour enfants. Dans certai-
nes cités, à l’image de Ma-
raval , Yaghmoracen et
Oran-est, les travaux con-
naissent un taux d’avance-
ment appréciable. Nos in-
terlocuteurs signalent, par
ailleurs, qu’en plus de ces
20 cités plus d’une centai-
ne d’autres, réparties entre
les communes de la wilaya
ont déjà bénéficié de pro-
jets entrant dans le cadre de
l’amélioration du cadre de
vie des citoyens.
Saison estivale à Aïn El Turck
La timide affluence suscite
l’inquiétude des hôteliers
encore, les données vont
irréfutablement converger
vers un cinglant revers
pour les exploitants de
l’immobilier, installés sur le
littoral ouest, au même ti-
tre que les autres gérants
des différentes activités
commerciales ayant un
lien avec la saison estiva-
le », a commenté un an-
cien hôtelier de la place
d’Aï n El Turck, avant
d’ajouter : « c’est une si-
tuation fort embarrassan-
te pour le commerce à la-
quelle nous sommes dure-
ment confrontés, pour la
première fois, cette an-
née». D’autres témoigna-
ges abondent dans l e
même sens à propos des
locations au cours du mois
sacré. « L’année dernière
nous avons été en mesure
d’amortir nos frais avec
des sollicitations pour le
mois de ramadhan. Cette
année, la clientèle tarde
toujours à se manifester,
alors que nous entamons
la deuxième semaine du
carême. Si cette situation
persiste, dans les jours à
venir, il est clair que cela
générera un impact néga-
tif sur notre chiffre d’affai-
res », a déploré un autre
gérant d’appartements
meublés destinés à la lo-
cation, dans la commune
d’Aïn El Turck. Toujours
est-il qu’en dépit de l’ab-
sence d’affluence d’esti-
vants, en ce début du mois
sacré, les exploitants du
secteur de l’immobilier en
activité dans ladite daïra,
persistent à maintenir la
barre haute en termes de
location. Cependant l’insi-
gnifiant engouement des
familles pour un séjour
aoûtien, commence à sus-
citer l’inquiétude, notam-
ment des hôteliers instal-
lés sur le littoral ouest.
Des déclarations formu-
lées par des pères de fa-
mille, à ce sujet, invo-
quent, a priori, l’incertitu-
de des gérants en ques-
tion. «Je ne dispose que de
mon salaire pour subvenir
aux besoins de ma famille.
Hormis les week-ends où
je pourrais faire quelques
sacrifices pour les enfants,
cet été je ne puis me per-
mettre de passer un séjour
en bord de mer, en raison
des inévitables ponctions
prévues sur mon budget
pour l’Aïd et la rentrée des
classes », a commenté en
substance un responsable
de famille. Son témoigna-
ge résume vraisemblable-
ment les raisons de cette
réticence inédite des esti-
vants pour un séj our
d’ agrément .
SOCIÉTÉ 13
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
U
n pompier volontaire fran
çais de 22 ans à Valenti-
gney allumait des feux de pou-
belles pour le plaisir selon lui de
pouvoir ensuite les éteindre
avec ses collègues, a-t-on appris
samedi de la police de Montbé-
liard. «Ses collègues commen-
çaient à trouver bizarre qu’il y
avait plus d’incendies quand il
était présent que quand il était
absent. Et sur certaines des in-
terventions il était à l’origine
des appels», a expliqué la poli-
ce. Alors ses collègues lui ten-
dent un piège.
Et le surprennent, dans la
nuit de vendredi à samedi, en
flagrant délit non loin d’un con-
tainer à papier en flammes, un
briquet à la main. Il a alors été
interpelé et placé en garde à
vue. Pompier volontaire depuis
3 ans, il a reconnu durant son
interrogatoire être l’auteur de 7
feux de poubelles depuis le dé-
but du mois, date à laquelle il
dit avoir commencé son petit
jeu. «D’après lui il faisait ça uni-
quement pour le plaisir de pou-
voir intervenir et d’éteindre des
incendies», selon la police.
P
rès des deux tiers des béné
ficiaires d’une allocation
pour cécité sur l’île grecque de
Kalymnos ont retrouvé la vue à
l’occasion d’un contrôle des ser-
vices sociaux qui a révélé un
nombre important de fraudes
aux prestations, a-t-on appris
samedi auprès de la principa-
le agence de sécurité sociale
grecque, IKA. Sur 152 inspec-
tions effectuées début juin
auprès d’aveugles déclarés
sur cette petite île de la mer
Egée, 100 ont mis au jour des
cas de faux aveugles et mal-
voyants, soit 65,7%, selon un
communiqué de l’IKA.
L’administration grecque s’est
attelée depuis le début de la cri-
se à traquer les fraudes aux as-
surances sociales estimées à
500 millions d’euros par an.
Elle a localisé ces dernières
années des centaines de faux
aveugles, déficients mentaux,
U
ne femme qui avait été
donnée pour morte après
sa disparition il y a plus d’un
demi-siècle dans l’ouest cana-
dien a été retrouvée en vie par
la police dans le nord du pays,
a-t-on appris vendredi.
Lucy Johnson, 77 ans, avait
été aperçue pour la dernière
fois en septembre 1961 dans
la banlieue de Vancouver (Co-
lombie-Britannique) par un
voisin. La police avait soupçon-
né son mari, notamment car ce
dernier avait averti de la dis-
parition de sa femme seule-
ment quatre ans plus tard.
Les autorités avaient donc
fouillé le jardin familial, mais
aucun indice n’avait permis de
remonter la piste de Mme Jo-
hnson et l’affaire a été classée
U
n homme a été interpellé
vendredi après la décou-
verte de quatre hommes âgés
séquestrés depuis des années
dans un taudis, ainsi que de
quatre femmes vulnérables à
Houston, a indiqué la police.
Les hommes, âgés de 80, 74
ans, 65 ans et la cinquantaine,
«ont été attirés à cet endroit par
la promesse de bière et de ci-
garettes. Ils ne pouvaient pas
sortir et devaient donner leurs
chèques de retraite», a indiqué
le porte-parole de la police,
Kese Smith, à l’AFP. Selon le
D
’après le site Futura-
Sciences, une firme ca
lifornienne aurait déve-
loppé un patch anti-mousti-
ques empêchant les insectes de
détecter la présence humaine.
Il permettrait notamment de
lutter contre la propagation du
paludisme ou de la dengue,
deux maladies dangereuses
véhiculées par les moustiques.
Aujourd’hui, ce sont les mous-
tiquaires qui sont le plus sou-
vent utilisées pour lutter contre
les piqûres de moustiques,
mais également contre le palu-
disme. Malheureusement, il est
impossible d’être protégé en
permanence par une mousti-
quaire. Même si en France il n’
ya pas de moustiques dange-
D
epuis son arrivée à la mai
rie de New York en 2002,
Michael Bloomberg a mené de
nombreux projets visant à amé-
liorer la santé de ses adminis-
trés, en luttant tout particulière-
ment contre l’obésité (notam-
ment via une vaine tentative
d’interdire les sodas XXL). A
quelques mois de la fin de son
mandat, il invite cette fois-ci les
New-Yorkais à bouger leurs corps
en prenant les escaliers, raconte
le New York Times. Son idée?
Mettre en place «une approche
globale de la planification urbai-
ne». Du long terme, donc, pour
que les habitants marchent plus,
dans cette «ville verticale» où
beaucoup de déplacements se
font de bas en haut. Bloomberg
a ainsi présenté deux projets de
loi ayant pour but d’accroître la
visibilité et de faciliter l’accès à
au moins un escalier, dans tous
les nouveaux bâtiments. Des es-
caliers qui devront être ouverts,
lumineux, propres, et pas seule-
ment réservés aux situations
d’urgence. Cela se traduirait aus-
si par plus de signalétiques mon-
trant la direction de la marche
vers les étages, et une injonction
récurrente: «Prenez les esca-
liers!». Pour plancher sur le su-
U
n puissant insecticide se
trouvait dans l’huile ayant
servi à préparer le repas qui a
mortellement intoxiqué 23 en-
fants dans une école du Bihar,
dans l’est de l’Inde, selon un
rapport médical publié samedi.
Le repas de lentilles, de pom-
mes de terre et de riz destiné le
16 juillet aux élèves de cette
école avait été préparé avec
une huile de cuisson qui con-
tenait un pesticide organophos-
phoré, selon ce rapport d’un la-
boratoire de médecine légale
cité par la police à Patna.
«Le rapport a trouvé un com-
posé organophosphoré dans
Un patch contre les piqûres
de moustiques
reux, il n’en est pas de même
pour de nombreux pays situés
plus au sud où ces insectes vé-
hiculent des maladies graves
comme le paludisme ou la den-
gue. Rappelons que seuls les
moustiques femelles se nourris-
sent de sang.
En effet, ces insectes ont pour
alimentation principale le nec-
tar de fleurs mais les femelles
ont pris l’habitude d’y ajouter
du sang afin d’assurer la matu-
ration de leurs oeufs. Pour ce
faire, elles détectent le dioxyde
de carbone et l’odeur de la
sueur de leurs victimes avant
de les piquer. Afin de lutter con-
tre ces insectes insupportables,
voire dangereux, la société cali-
fornienne ieCrowd a mis au
point un patch anti-moustiques
appelé Kite. Celui-ci permettrait
d’être protégé des piqûres pen-
dant 48 heures. Grey Frandsen,
le co-directeur de l’entreprise, a
attrapé le paludisme au cours
d’un séjour en Ouganda, et c’est
notamment pour cette raison
que ce projet lui tient particu-
lièrement à coeur : «Kite, ce n’est
pas seulement un produit pour
éviter les piqûres de moustique,
c’est peut-être une solution pour
sauver des vies».
Le patch, dont la composi-
tion exacte n’a pas été dévoi-
lée, est constitué de produits
non toxiques et approuvés par
la Food and Drug Administra-
tion (FDA). Il se colle facilement
sur les vêtements.
Contre l’obésité, prenez
les escaliers !
jet, la ville va travailler avec le
nouveau Center for active desi-
gn. Pour «promouvoir la santé
à travers le design» des bâti-
ments, des rues, des quartiers…
Cet active design (littéralement
design actif), a plusieurs facet-
tes intéressantes, toujours avec
ce but de prendre soin de la san-
té des habitants avec des instal-
lations urbaines adaptées: les
transports (comment favoriser
un environnement agréable
pour les piétons et les cyclistes,
avec des voies sécurisées, plus
d’arbres, du street art...), les bâ-
timents (plus d’escaliers, donc,
visibles et attractifs, mais aussi
des espaces de travail qui favo-
risent la circulation, des cuisines
dans les bureaux pour éviter le
Big Mac, des garages à vélo…),
les «aires récréatives» (parcs et
squares accessibles, jeux sécu-
risés pour les enfants…) et «l’ac-
cès à la nourriture» (des espa-
ces pour des stands de fruits et
légumes localisés.
Intoxication mortelle d’enfants en Inde
Un puissant insecticide dans l’huile
des échantillons d’huile préle-
vés dans l’école où le repas de
midi a été préparé et consom-
mé par les enfants», a déclaré
à des journalistes un haut res-
ponsable de la police, Ravin-
der Kumar. Selon M. Kumar,
les experts ont en outre cons-
taté que «la substance toxi-
que» trouvée dans ces échan-
tillons d’huile présentait une
concentration «plus de cinq
fois plus forte que dans la pré-
paration commerciale (de l’in-
secticide en question) dispo-
nible sur le marché».
Vingt-trois enfants du village
de Gandaman, âgés de quatre
à douze ans, ont péri à la suite
de cette intoxication. La plu-
part ont été enterrés dans un
terrain de jeu adjacent à l’éco-
le primaire où leur avait été
servi ce repas gratuit - pour
nombre d’élèves pauvres, leur
seul repas de la journée.
Vingt-quatre autres enfants et
un cuisinier qui ont eux aussi été
intoxiqués étaient toujours hos-
pitalisés samedi, mais des mé-
decins ont déclaré que leurs vies
n’étaient plus en danger. Le res-
ponsable policier n’a pas voulu
se prononcer sur la question de
savoir si l’insecticide avait été
ajouté à l’huile délibérément.
Grèce
Les faux aveugles recouvrent la vue
handicapés ou retraités béné-
ficiaires d’allocations. Plus au
sud de Kalymnos, la grande île
de Rhodes, passée au crible par
l’IKA fin juin, s’en sort mieux
avec un taux de faux aveugles
de 7% (9 sur 125).
Le ministre du Travail et de la
protection social e Yiannis
Vroutsis a assuré dans un com-
muniqué qu’un remboursement
des prestations indues durant
des années sera exigé et que la
responsabilité de «ceux qui ont
contribué à ces actes illégaux
sera aussi recherchée».
USA
Quatre hommes séquestrés
dans un taudis depuis des années
sergent Steve Murdock interro-
gé par le Houston Chronicle,
les hommes semblent être des
invalides ou des SDF attirés
dans ce que l’un d’entre eux a
appelé le «donjon». «Ils étaient
prisonniers dans cette maison»,
a-t-il ajouté. Quatre femmes,
dont une grand-mère, sa fille et
sa petite-fille, ont été également
découvertes sur les lieux mais
la police doit encore détermi-
ner si elles étaient captives et
comment elles sont arrivées là.
Les hommes découverts par la
police alertée par un coup de
fil ont été retrouvés dans une
«pièce transformée en prison»,
fermée à clé, sans lits ni meu-
bles, a précisé la télévision lo-
cale KTRK. Trois d’entre eux
qui ne pouvaient pas marcher
ont été hospitalisés.
L’un des hommes a indiqué
à la télévision qu’il était là de-
puis six mois et ne voulait pas
partir. Un deuxième a indiqué
à la police être là depuis 10
ans, les deux autres depuis
moins longtemps. Un hom-
me, qui ne vivait pas dans la
maison, a été interpellé.
Une Canadienne retrouvée 52 ans
après sa disparition
et son époux Marvin est mort
à la fin des années 1990. L’his-
toire a toutefois connu un tour-
nant décisif le mois dernier:
la police a rouvert le dossier
lors d’une procédure de rou-
tine visant à faire le point sur
les affaires de personnes dis-
parues. Dans le même temps,
la fille de Lucy, Linda, a déci-
dé de publier une annonce à
la mémoire de sa mère dans
un journal de Colombie-Bri-
tannique. Très rapi dement
après, la Gendarmerie royale
du Canada (GRC, police fé-
dérale) reçoit un appel: une
fille de Lucy, inconnue de Lin-
da, explique que leur mère
réside désormais à quelque
2.000 km plus au nord, dans
le territoire du Yukon.
Les enquêteurs ignorent pour
le moment ce qui est arrivé à
Mme Johnson durant ces 52
ans. «Elle va avoir sans doute
des explications à donner à sa
famille», a déclaré à l’AFP le ca-
poral Bert Paquet, de la GRC.
Le pyromane était… pompier
Averses éparses
Max.28-Min.21
Peu nuageux
Max.32-Min.19
Orages isolés
Max.31-Min.19
Peu nuageux
Max.34-Min.18
Peu nuageux
Max.34-Min.16
Peu nuageux
Max.36-Min.22
Plutôt ensoleillé
Max.43-Min.28
Peu nuageux
Max.30-Min.19
Plutôt ensoleillé
Max.34-Min.19
Peu nuageux
Max.28-Min.22
Peu nuageux
Max.28-Min.21
Peu nuageux
Max.33-Min.20
Peu nuageux
Max.31-Min.18
Peu nuageux
Max.36-Min.18
Peu nuageux
Max.35-Min.17
Plutôt ensoleillé
Max.38-Min.22
Peu nuageux
Max.42-Min.29
Ensoleillé
Max.31-Min.21
Plutôt ensoleillé
Max.35-Min.18
Ensoleillé
Max.29-Min.20
FENETRES
14
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
MÉTÉO
LUNDI MARDI
ORAN
MOSTAGANEM
TLEMCEN
MASCARA
TIARET
CHLEF
BÉCHAR
ALGER
CONSTANTINE
ANNABA
Aujourd'hui à 22h au T.R.O
«Etudiant Dz»
Auteur : ZAHR EDDINE Djawed
Mise en scène : ZAHR EDDINE Djawed
(Coop/Ikram Lil Fen El-Mesrah)
Mardi 23 juillet à 22h au T.R.O
«STANDU UP
Mohamed Imed»
Auteur : Kadid Mohamed Imad
Mise en scène : Kadid Mohamed Imad
(Coop/ NOudjoum el Mesrah)
Mercredi 24 juillet à 22h au T.R.O
«Mata Baka Min El Ouakt»
Auteur : Boutchiche Bouhdjar
Mise en scène : Merbouh Abdelilah
(Ass/ EL BESMA Hammam Boudhajr)
Jeudi 25 juillet / à 22h au T.R.O
«JEU DU MARIAGE»
Auteur : Mourad Senouci
Mise en scène : Ghaouti AZRI (T.R.O)
Vendredi 26 juillet à 22h au T.R.O
Varieté musicale
Avec : le Retour des West Two Boys
Samedi 27 juillet à 22h au T.R.O
«El Djena Oua Nar»
Auteur : Mohamed Mihoubi
Mise en scène : Mohamed Mihoubi (T.T.O)
Dimanche 28 juillet à 22h au T.R.O
«Hadjer»
Auteur : Laouni Ahmed
Mise en scène : Laouni Ahmed
(Coop/ Mesrah El-Youm)
Lundi 29 juillet à 22h au T.R.O
«EL MEKTOUB»
Auteur : Benmohamed M’hamed
Mise en scène : Ramdane Tayeb
(EURL Mesrah El Ghad)
Mercredi 31 juillet à 22h au T.R.O
«La Difference»
Auteur & mise en scène: Laouni Ahmed
(Coop/ Mesrah El-Youm)
CINÉMA SOUS LES ÉTOILES
Du lundi 22 juillet au jeudi 25 juillet
à l'Hôtel Renaissance Tlemcen
(Projection cinéma en plein air)
Les douceurs des nuits d'été accueilleront les projec-
tions en plein air "Cinéma sous les Etoiles" proposées
par votre Institut français d'Algérie. En numérique
haute définition sur écran géant gonflable, venez plon-
ger dans l'univers des images et des émotions parta-
gées. Le septième art sera à l'honneur sous la voute
céleste ; les oeuvres présentées seront cette fois enco-
re représentatives des divers prix décernés par la pro-
fession. De l'action, de l'émoi, du rire, de la passion,
de la convivialité, voilà les composantes que nous vous
proposons de retrouver.
Aujourd'hui à 23h00
-Star 80 : à l'Hôtel Renaissance (Plein Air)
Mardi 23 juillet à 23h00
-Skyfall : à l'Hôtel Renaissance (Plein Air)
Mercredi 24 juillet à 23h00
-Or noir : Hôtel Renaissance (Plein Air)
Jeudi 25 juillet à 23h00
-Les seigneurs : IF Tlemcen (Salle de Cinéma)
Vendredi 26 juillet 23h00
-Argo : IF Tlemcen (Salle de Cinéma)
Samedi 27 juillet à 23h00
-Boule et Bill : Hôtel Renaissance (Plein Air)
THÉÂTRE
RÉGIONAL
D’ORAN
THÉÂTRE
RÉGIONAL
D’ORAN Ramadhan 2013 - 5ème Edition
En partenariat avec Le Quotidien d’Oran
et le soutien de Best Western Plus Liberté Hôtel
(À partir de 22H30 à la Salle des Conférences
Mahmoud Darwich,
18A, rue Zighout Youcef- Canastel-Oran)
Lundi 22 juillet : «L’Université face à sa respon-
sabilité sociale» par Noureddine Bachir Bouiadjra
(professeur de médecine et ancien doyen de la fa-
culté de médecine d’Oran).
Jeudi 25 Juillet : «Transition Energétique en Al-
gérie : Mythes et Réalité de l’après Pétrole » par les
Professeurs d’Economie, Abderrahmane Mebtoul et
Benabbou Senouci.
Lundi 29 Juillet : «Autour d’une Œuvre » animée
par Yasmina KHADRA (Romancier). Modérateur Hadj
MELIANI, Professeur et chercheur universitaires de
Lettres et Langue française.
Mercredi 31 Juillet : Le Concert annuel de
musique andalouse animée par le groupe
«Nassim El Andalouss» en partenariat avec
l’Institut Culturel Cervantès d'Oran
Samedi 03 Août : « Soirée poésie et musique Jazz»
avec de jeunes poètes et musiciens.
Lundi 05 Aout : «Quelles Solutions pour le Systè-
me de Santé en Algérie» par Farouk Mohammed Bra-
him (Professeur de Médecine).
LES RENCONTRES
DE L’IDRH-ECOLE
de MANAGEMENT
CINÉMATHÈQUE D'ORAN
Cycle film Samouraï
Aujourd'hui
-15h00: «RAN» de Akira Kurosawa (Japon 1985)
-22h00: «APRES LA PLUIE»
de Takashi Koizumi (Japon 1999)
Lundi 22 juillet
-15h00: «APRES LA PLUIE»
de Takashi Koizumi (Japon 1999)
-22h00: «LE SAMOURAÏ DU CREPUSCULE»
de Yoji Yamada (Japon 2002)
Mardi 23 juillet
-15h00: «LE SAMOURAÏ DU CREPUSCULE»
de Yoji Yamada (Japon 2002)
-22h00: «When The Last Sword Is Drawn»
de Yojiro Takita (Japon 2003)
Mercredi 24 juillet
-15h00: «When The Last Sword Is Drawn»
de Yojiro Takita (Japon 2003)
-22h00: «TUER» de Kenji Misumi (Japon 1962)
DÉPART ARRIVÉE
ORAN / ALICANTE
Lun 22 - 23h00 Mar 23 -09h00
Mer 24 - 11h00 Mer 24 -20h00
Jeu 25 - 23h00 Ven 26 -09h00
Sam 27 - 23h00 Dim 28 -09h00
Lun 29 - 11h00 Lun 29 -20h00
Mar 30 - 11h00 Mar 30 -20h00
Mer 31 - 11h00 Mer 31 -20h00
Mer 31 - 23h00 Jeu 1/08 -09h00
ALICANTE / ORAN
Dim 21 - 23h00 Lun 22 -09h00
Mar 23 - 23h00 Mer 24 -07h00
Mer 24 - 23h00 Jeu 25 -09h00
Ven 26 - 23h00 Sam 27 -07h00
Dim 28 - 23h00 Lun 29 -07h00
Lun 29 - 23h00 Mar 30 -07h00
Mar 30 - 23h00 Mer 31-07h00
Mer 31 - 23h00 Jeu 1/08-07h00
ORAN / MARSEILLE
Sam 27- 12h00 Dim 28 -13h00
MARSEILLE/ ORAN
Ven 26 - 12h00 Sam 27 -13h00
Mar 30 - 15h00 Mer 31 -16h00
J U I L L E T
ALGÉRIE
FERRIES
AIR ALGÉRIE
VOL DEP/ARR
Lun
Paris-Orly - Oran 16h00/17h25
Lun/ Mer/ Ven
Paris-CDG - Oran 15h15/16h45
Lun/ Mer/ Ven
Lyon- Oran 09h00/10h05
Lun/Mar/Mer/Jeu/Ven
Marseille - Oran 09h00/09h40
Mar
Toulouse- Oran 15h30/16h10
Lun
Oran - Paris-Orly 18h25/21h45
Lun/Mar /Mer / Jeu / Ven
Oran - Marseille 17h45/20h20
Mar
Oran - Toulouse 11h30/14h00
------------------- LUNDI ------------------
Vol Départ
Oran - Alger 07h00
Oran - Alger 11h05
Oran - Alger 15h45
Oran - Alger 18h45
Oran - Alger 19h45
Oran - H. Messaoud 08h00
Oran - Annaba 14h15
Oran - Béchar 15h45
Alger - Oran 07h00
Alger - Oran 09h10
Alger - Oran 13h50
Alger - Oran 17h50
Alger - Oran 19h00
H. Messaoud - Oran 10h45
Annaba - Oran 17h00
Bechar - Oran 13h05
--------------------- MARDI --------------------
Vol Départ
Oran - Alger 07h00
Oran - Alger 11h05
Oran - Alger 13h30
Oran - Alger 15h05
Oran - Alger 17h30
Oran - Alger 18h55
Oran - Alger 21h00
Oran - Adrar 13h30
Oran - Constantine 08h15
Alger - Oran 06h50
Alger - Oran 09h10
Alger - Oran 13h10
Alger - Oran 15h20
Alger - Oran 17h00
Alger - Oran 19h00
Adrar - Oran 10h45
Constantine - Oran 17h00
INTERNATIONAL
---------------- LUNDI ---------------
Vol Départ
Oran - Marseille 09h00
Oran - Casablanca 14h05
Oran - Paris-Orly 09h25
Oran - Lyon 10h15
Oran - Alicante 14h45
Oran - Frankfurt 01h35
Oran - Metz 07h00
Oran - Medine 22h45
Vol Arrivée
Marseille - Oran 13h35
Casablanca - Oran 18h00
Paris-Orly - Oran 14h30
Lyon - Oran 14h35
Alicante - Oran 17h45
Frankfurt - Oran 07h00
Metz - Oran 11h45
Medine (j+1) - Oran 07h45
---------------- MARDI---------------
Vol Départ
Oran - Marseille 09h00
Oran - Toulouse 09h00
Oran - Paris-Orly 09h25
Oran - Lyon 14h45
Oran - Alicante 15h15
Vol Arrivée
Marseille - Oran 13h35
Toulouse - Oran 13h30
Paris-Orly - Oran 15h55
Lyon - Oran 20h00
Alicante - Oran 18h15
Tunis/ Oran Oran / Tunis
Arrivée Départ
Lundi / Jeudi
09h45 10h30
TRAI N
Départ Arrivée
ORAN - ALGER
08h00 12h56
12h30 17h36
ALGER - ORAN
08h00 12h56
12h30 17h36
ORAN - TLEMCEN
17h00 19h33
TLEMCEN - SBA
22h00 23h19
ORAN - MAGHNIA
08h30 12h05
12h50 16h22
MAGHNIA - ORAN
04h45 08h09
14h05 17h26
SBA - ORAN
06h30 07h48
ORAN - TÉMOUCHENT
16h35 17h36
TÉMOUCHENT - ORAN
07h15 08h14
ORAN - CHLEF
16h40 19h05
CHLEF- ORAN
05h40 07h48
ORAN - BECHAR
23h30 08h46
BECHAR - ORAN
23h00 08h00
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013 15
AVEC LA COLLABORATION DE
AUTO
MOBILE
La Go signe le retour
officiel de Datsun
A
près une longue éclipse de plus de trente an-
nées, Datsun ( propriété de Nissan) vient de
signer son retour officiel avec une philoso-
phie low cost à l’adresse des marchés émergents.
Premier modèle de ce renouveau, la Go a été pré-
sentée, à l’occasion, en Inde, en attendant son lan-
cement local dès 2014.
La Datsun Go sera commercialisée d’abord en
Inde, puis en Indonésie, Russie et Afrique du Sud.
Elle sera vendue à un peu plus de 5 000 euros.
Inspiré de la Nissan Micra, le premier modèle de
Datsun version low cost mesure 3,78 mètres de
long, et 1,63 mètre de large. Il est animé par un
moteur essence 1,2 litre.
Saida Citroën : les ventes progressent
de 80% au premier semestre 2013
devrions être en ligne pour l’atteindre», a
estimé M. Coutellier, non sans réjouir que
les résultats réalisés par l’entreprise qu’il di-
rige pour les six premiers 2013 aient per-
mis à Citroën de gagner trois places au clas-
sement des ventes par marques et se hisser
ainsi à la 9ème position. «La marque Citroën
est désormais la 9ème marque sur le mar-
ché. Nous avons ainsi gagné 3 places par
rapport à 2012. Rentrer dans le Top 10 du
marché est un passage important, il faudra
maintenant consolider cette position dans
un premier temps afin de poursuivre le che-
min», a indiqué le premier responsable de
Saida Citroën.
Evoquant les détails des ventes Citroën,
le même responsable fera remarquer que la
gamme VP a progressé de 87% alors que la
gamme VU a connu une hausse de 26%.
Dans la gamme VP, et comme attendu, la
palme revient à la nouvelle berline tricorps
C-Elysée qui représente 38% des ventes glo-
bales de Saida Citroën pour les suix premiers
mois de l’année. Ce véhicule «connaît un
grand succès auprès de la clientèle et nous
permet d’accroître désormais plus nettement
la notoriété de la marque», s’est encore ré-
jouit le DG de l’entreprise, non sans rappe-
ler la fraîche arrivée de la nouvelle C3, dis-
ponible immédiatement avec ses différents
finitions et motorisations (dont le Pure Tech
VTi 82 cv) et sur laquelle énormément d’es-
poirs sont fondés pour participer à la réali-
sation de l’objectif 15 000 ventes. «Nous
avons une disponibilité immédiate sur l’en-
semble de la gamme C3, et je suis persuadé
qu’elle nous permettra également de réali-
ser une seconde partie de l’année en phase
avec les objectifs que nous nous sommes
fixés», a-t-il encore expliqué.
Par Lyès Ibalitène
S aida Citroën a commercialisé 9
720 véhicules pour le premier semestre
2013, soit une progression de 80% par rap-
port à la même période 2012. Une perfor-
mance qui place le représentant de la mar-
que aux chevrons sur la bonne voie pour l’ob-
jectif des 15 000 ventes en 2013 annoncé
par son DG, Patrick Coutellier, en marge du
dernier Salon de l’automobile d’Alger. Ce
dernier est d’ailleurs revenu sur cet objectif
à l’occasion d’une rencontre avec la presse
lors d’une soirée conviviale organisée à la
succursale de Chéraga. «Comme je vous
l’avais annoncé à l’occasion du Salon d’Al-
ger, nous avons un objectif cette année de
15 000 véhicules à vendre, et avec ce pre-
mier point de passage réussi à fin juin, nous
Suzuki Swift DZire : juin, la moisson
Par Rachid Beldi
T rès belle moisson que celle réalisée par la Suzuki Swift DZire
pour le compte du mois de juin 2013. La berline à coffre commercialisée
par Elsecom Automobiles, représentant de la marque japonaise, s’est ven-
due à 693 exemplaires, soit son meilleur score sur le premier semestre
2013 qui coïncide, faut-il le préciser, avec le premier anniversaire de la
commercialisation de ce modèle (lancement en juin 2012). Lequel modèle
jouit d’une attention particulière chez Elsecom Automobiles à travers une
stratégie marketing soutenue et ininterrompue, et qui aura vu la Swift
DZire bénéficier d’une remise de 185 000 DA durant le mois de juin. Une
mega-promotion ayant sans doute grandement contribué à booster les
volumes de la nouvelle star du concessionnaire de Bab-Ezzouar.
Cette performance de la Swift DZire lui a, en outre, permis de pren-
dre la tête du classement des ventes Suzuki pour le mois de juin, après
avoir détrôné la jusque-là indétrônable Maruti 800. Il est toutefois utile
de préciser que cette dernière est en fin de vie et qu’Elsecom est en train
d'en livrer les derniers exemplaires encore disponibles.
Mazda Algérie :
le redéploiement
se poursuit
Poursuivant son redéploiement en Al-
gérie, Mazda Algérie, sous la houlette de Ja-
mal Spa, n’a pas raté l’occasion du Rama-
dan pour aller à la conquête du grand pu-
blic et, à l’occasion, essayer d’attirer de noue-
vaux clients. Dans ce sens, la marque nippo-
ne est présente à l’hôtel Riadh de Sidi Fredj au
Tamoranwi, au Centre des Conventions
d’Oran. «La présence dans ces deux lieux
distincts géographiquement, montre bien
l’implication de Mazda en Algérie», souligne
un communiqué de Jamal Spa.
A l’occasion de ces deux sorties ramada-
nesques, la marque japonaise s’expose à
travers les deux modèles Mazda 3 et la nou-
velle Mazda 6, indique un communiqué de
Jamal Spa, non sans rappeler «l’offre com-
merciale attractive» qui permet d’acquérir
une Mazda 3 avec un apport initial de 700
000 DA et le reste à crédit 0% sur 18 mois.
Les plus chanceux peuvent même repartir
avec le véhicule sans payer le moindre sou,
après avoir participé à une tombola qui per-
met de gagner une Mazda 3 à Alger et une
autre à Oran. R. B.
Par Karim Nouar
G e r -
man Motors
Service (GMS)
figure parmi
les partenaires
du Tamoranwi
qui tient à
Oran, au Cen-
tre des Con-
ventions, du
13 juillet au 07
août. Evéne-
ment culturel,
le Tamoranwi
vise à promou-
voir le patrimoine culturel et artistique du
Sahara algérien par des artistes, des intel-
lectuels, des autodidactes ainsi que des
membres de la société civile.
Une occasion pour GMS de faire la pro-
motion des gammes qu’il commercialise,
entre Mercedes, Dodge et Geat Weall. Le
concessionnaire de Delly Brahim annon-
ce l’exposition de 7 véhicules, en l’oc-
currence les Mercedes Nouvelle Classe A,
Classe B, Classe C et Classe GLK Face-
lift, le Dodge RAM ainsi que les Great Wall
Voleex C 30 restylée et M4.
GMS partenaire
du Tamoranwi à Oran
COMMUNICATION
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013 16
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS ENTREPRISES LOCALES
OUEST -SGP EL OUEST -
Briqueterie Taoursit (Wilaya d`Adrar)
Projet de réalisation d`une Briqueterie de 100 000 Tonnes/An
à Taoursit (Timimoun)
SGP « El OUEST »/ EPE SPA Briqueterie TAOURSIT
4, rue Ferh El Hadj (ex Boulanger) ORAN- ALGERIE
x Téléphone : 041 24 55 24/ 041 42 71 97
x Mobile : 05 55 29 17 82
x Fax : 041 24 49 29/041 24 55 12
x Email : briqueterietaoursit @gmail.com

AVIS D`APPEL D`OFFRES
INTERNATIONAL RESTREINT
N°01 /2013
La Briquetrie Taoursit, lance un appel d`oIIres pour la réalisation d`une Briqueterie d`une
capacité de 100 000 Tonnes par an à Taoursit (Timimoun) Wilaya d`ADRAR, selon la formule
<< clé en main >>.
Les candidats intéressés peuvent retirer les dossiers d`appel d`oIIres aupres des services de la
SGP EL Ouest sis à Oran - Algérie- au 4, Rue Ferh El Hadj Haï Oussama- à partir de la date de
parution de cet avis contre paiement des frais de dossier non remboursables de la somme de
Cent Mille dinars (100.000,00 DA) versée au compte de la SGP El Ouest N° 952 300 101 918
64 et le N° du RIB 00100 952 0300 101 918 64 ouvert auprès de la Banque Nationale d`Algérie
Ce montant pourra être payé de l`une des manières suivantes :
1-Paiement par chèque certifié.
2-Paiement par virement bancaire confirmé au compte de la Société de Gestion des
Participations El Ouest SGP EL Ouest -.
Les offres doivent être rédigées en langue française et devront être déposées auprès des services
de la SGP EL Ouest au plus tard quatre vingt dix (90) jours à 12 heures après la première date
de parution de cet avis d`appel d`oIIres dans le BOMOP et dans les quotidiens nationaux ; le
cachet des services de la SGP EL Ouest faisant Ioi, a l`adresse suivante : 4, Rue Ferh El Hadj
Haï Oussama Oran-
Les offres devront être placées dans un pli fermé, scellé et anonyme dont l`enveloppe extérieure
ne portant aucune mention de nature a indiquer l`identité du candidat, Iaute de quoi elle sera
rejetée, sauf la mention suivante :
N°01 /2013
Réalisation d`une Briqueterie de 100 000 Tonnes par an
SOUMISSION - A - NE - PAS OUVRIR - CONFIDENTIEL -
Toute soumission qui parviendra à la Société après la date limite de réception des offres, ou non
présentée telle que précisé dans le cahier des charges Iera l`objet d`un rejet automatique.
Les soumissionnaires intéressés sont conviés a assister a l`ouverture des plis qui aura lieu le
dernier jour du délai de dépôt des offres à quatorze heures (14 H).
La validité des offres est fixée à 120 jours, a compter de la date d`ouverture des plis, délai
pendant lequel les soumissionnaires restent engagés.
ETPH ZOUAOUI MUSTAPHA
Réponse à mise en demeure :
Mr le D.U.C. de MASCARA
En réponse à votre mise en demeure parue dans le quotidien « Jeunesse d’Algérie » en date du 20/07/
2013 concernant les travaux de voirie en BB du site Sidi AEK Bendjabbar – Mamounia (Mascara), j’ai
l’honneur de vous apporter les éclaircissements suivants :
- Le chantier est doté en moyens humains, matériels et matériaux pour preuve les travaux de fondations
(Couche de Forme et Couche de Fondation) sont réalisés à 97%. En outre, le LTPO a procédé aux essais de
compacité (voir PV) et nous sommes toujours dans l’attente de l’avis de la commission technique de la wilaya
que nous avons sollicité depuis le 20/05/2013 pour la continuité du restant des travaux de revêtement.
Il y a lieu de vous signaler qu’après l’achèvement des travaux des différents couches, d’autres interve-
nants (Travaux d’Assainissement, AEP et Gaz) ont endommagé toute l’assiette déjà terminée (Ci-joint lettre
du 21/05/2013 avec photos).
En ce qui concerne l’abandon du chantier, j’attire votre attention que le site n’a jamais été abandonné, la
preuve, nos moyens humains, matériels et matériaux sont disponibles à ce jour sur les lieux.
Enfin, je ne manquerais pas de vous informer que le Maître d’œuvre est au courant de toutes les entra-
ves causées par les autres intervenants concernant l’ouverture des différentes canalisations qui ont été
réalisées après que les différentes couches ont été achevées. Et à cela, s’ajoutent les travaux de pose de
bordure de trottoir confiés à un autre partenaire qui n’ont pas été à ce jour terminés.
Comptant sur votre compréhension et restant toujours à votre disposition, veuillez agréer, Monsieur le
Directeur, l’expression de mes sentiments distingués.
LE GERANT
Voyages organisés 2013
ORAN – ISTANBUL – ORAN
VOL DIRECT
MAROC
AGADIR
SVL Sidi El Houari Voyages :
3 Place Adda Benaouda. Plateau. Oran
Tél : 041 41 59 24
Fax : 041 41 10 57
Mobile : 0791 83 28 84
Site Web : www.svlvoyages.com
SYPHAX TRAVEL : Tél : 041 42 93 99
Mobile : 07 90 98 81 65
MEKERRA TRAVEL : Tél : 048 54 72 45
Mobile : 05 60 74 41 97
Loue
superbe villa meublée
à Trouville 1000 m²,
pour société étrangère.
R+1. Avec 6 pièces…
vue sur mer
et avec un très grand
jardin et une piscine + loge
pour gardien + garage
pour 2 à 3 voitures
Contacter par Tél.:
0 5 5 5 5 6 0 7 7 0
SPORTS 17
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
M. Zeggai
U
n lourd fardeau pour l’expert
algérien dans la mesure où le
sport roi en Algérie a besoin
d’une véritable révolution à partir de
la base, car le changement de men-
talité s’impose pour mettre fin aux
anciens réflexes. Cette décision, ou
plutôt ce choix, a suscité divers com-
mentaires. Nombreux sont ceux qui
se demandent si Haddouche aura
carte blanche pour choisir lui-même
les compétences qui répondent au
profil du projet qu’il compte mettre
en œuvre. D’autres affirment, et c’est
l’avis de nombreux spécialistes natio-
naux et étrangers, que Saïd Haddou-
che est une compétence reconnue et
reste le mieux indiqué pour un poste
aussi sensible comme celui de DTN.
Selon le nouveau DTN, la restruc-
turation du football algérien à travers
la formation des entraîneurs et des
joueurs, le travail sur les différentes
sélections nationales et le football de
masse avec l’augmentation de la
quantité et la qualité des jeunes sont
au programme.
RÔLE DE LA DTN
Le rôle majeur de la nouvelle DTN,
version Saïd Haddouche, est d’avoir
une vision stratégique du football et
donc de préparer le jeu et le joueur
de demain. D’anticiper les évolutions.
Car ce sont là les clés du succès. « Il
s’agit de tout un enchaînement: pour
avoir un meilleur jeu, on a besoin de
bons joueurs, donc de bons entraî-
neurs. Et pour disposer des meilleurs
entraîneurs, il faut que ces derniers
bénéficient de cycles de formation à
la hauteur », a-t-il souligné. Pour
cela, le nouveau DTN, qui possède
un grand vécu dans le domaine de la
formation pour avoir fait ses preuves
ici et là, nous a bel et bien confirmé
qu’il est prêt à relever le défi « pour
contribuer au football de mon pays »,
dira-t-il. Revaloriser le produit local,
tel est le leitmotiv de Saïd Haddou-
che qui a déjà entamé son travail en
traçant un programme riche pour le
développement du football national
qu’il devra soumettre prochainement
au président de la FAF. En homme
averti, le DTN veut, comme l’exige
sa nouvelle fonction, imaginer et an-
ticiper ce que sera le football de de-
main afin de bien se préparer à la
concurrence internationale. Mais la
réussite de ce projet dépend essen-
tiellement de plusieurs paramètres et
la contribution des différentes instan-
ces du pays. « Mettre en œuvre une
véritable politique de formation d’en-
traîneurs, est plus qu’une nécessité.
Si on réussira ce premier projet, nous
n’aurons pas à recourir à des techni-
ciens étrangers à l’avenir ». Pour cela,
Saïd Haddouche compte mettre en
place une structure avec plusieurs
départements. « Pour avoir une bon-
ne DTN, cette dernière doit être suffi-
samment structurée pour laisser quel-
que chose de concret aux autres gé-
nérations. Moi, je pense toujours à
l’avenir. Préparer le joueur de demain
avec tout ce que cela comporte com-
me méthodes modernes est incon-
tournable », a-t-il affirmé.
LE CHOIX DES ENTRAÎ-
NEURS DES ÉQUIPES
NATIONALES
En plus de son travail de restructura-
tion, le président de la FAF, Mohamed
Raouraoua, compte, selon notre sour-
ce, confier la tâche de choisir les staffs
M.Benboua
A
près trois semaines de travail
intensif sous la houlette de
l’entraîneur Abdelkader Iaiche,
les gars du MCEE ont effectué
hier le déplacement en Tunisie, et
plus précisément à Hammam
Bourguiba, pour entamer l a
deuxième partie de la préparation
d’intersaison. Ce regroupement
de deux semaines sera, selon la
direction du club, ponctué par
plusieurs matchs amicaux face à
des équipes algériennes, qui se
préparent également sur place,
telles que l’US Chaouia, le MO
Béjaïa, le CRB Aïn Fakroun ou
encore l ’AB Merouana. Par
ailleurs, nous avons appris que la
délégation eulmie était composée
de 35 personnes, dont 27
joueurs. L’entraîneur en chef, qui
s’est plaint ces dernières semai-
nes de l’indisponibilité de terrain
doté d’éclairage pour s’entraîner
Chergui Abdelghani
L
a direction de l’IRBM vient d’en-
gager officiellement l’ex-entraî-
neur du CRB Sfisef, Kebdani en
l’occurrence. Ce dernier qui fut l’ar-
tisan de l’accession du CR Témou-
chent en Ligue 2 professionnelle
saison 2011/2012 et du CRB Sfisef
en Inter-régions la saison écoulée,
aura pour objectif de maintenir le
club phare de la ville frontalière en
division amateur et former un grou-
pe homogène capable de jouer les
premiers rôles dans les saisons à
venir, car l’effectif qu’il aura sous
sa coupe cette saison est composé
essentiellement de joueurs de la ca-
tégorie des U-20, et ce, suite à la
saignée qu’a connue l’Ittihad durant
l’intersaison où tous les cadres de
l’équipe sont partis monnayer leurs
talents ailleurs, vu la situation de
crise que connaît le club actuelle-
ment. L’on ignore si c’est le man-
L
’attaquant du RC Kouba, La
braoui Mehdi (20 ans), est
décédé samedi peu avant la rup-
ture du jeûne, à la suite d’un ac-
cident de la circulation survenu
à Ben Aknoun, a-t-on appris
auprès de ses proches. Feu La-
braoui était accompagné de
t roi s de ses coéqui pi ers au
RCK, en l’occurrence Lamara
Nabil (20 ans), Larachiche Mo-
hamed (22 ans) et Slimani (19
ans), qui ont été admis au CHU
Kamel Lezoul
S
ans risque de nous tromper,
l’IRB Sougueur est parmi les
rares équipes qui jusque-là n’ont
pas encore effectué leur assem-
blée générale ordinaire. Pis enco-
re et au train où vont les choses,
l’avenir du club est le dernier sou-
ci des dirigeants sans que les auto-
rités concernées ne bougent le
petit doigt d’autant que le P/APC
et un de ses adjoints ainsi que le
président du conseil des sports
sont tous d’anciens joueurs. A
priori, les nombreux conclaves
regroupant les anciens joueurs, le
comité des supporters avec le P/
APC où même une feuille de rou-
MC El-Eulma
Place aux choses
sérieuses en Tunisie
après la rupture du jeûne (le sta-
de Messaoud Zeggar étant fermé
pour travaux), trouvera en Tuni-
sie toutes les commodités pour
une bonne préparation en optant
pour le biquotidien. Aussi, la dis-
ponibilité des sparring-partners
sur place représente pour Iaiche
une belle opportunité pour faire
une revue des effectifs et jauger
les capacités physiques et techni-
ques de chaque élément. «Le pro-
gramme de préparation est suivi
à la lettre jusqu’à présent. Les
joueurs se donnent à fond aux en-
traînements et tout le monde ad-
hère à la méthode de travail. Il
reste tout de même beaucoup de
travail à parfaire, notamment sur
le plan de la cohésion. On aura
l’occasion d’en savoir un peu plus
sur les joueurs notamment lors
des matches amicaux et apporter
les réglages nécessaires », avait
indiqué le technicien algérien
avant le déplacement en Tunisie.
IRB Maghnia
Kebdani aux commandes
de la barre technique
que de finances qui a empêché les
dirigeants du club à procéder à un
recrutement massif comme la sai-
son écoulée ou bien ils se sont ren-
du compte que cette politique n’est
pas payante. Ce qui est sûr c’est que
l’effectif de l’Ittihad saison 213/
2014 sera composé essentiellement
de joueurs du cru et il serait judi-
cieux que le contrat du nouvel en-
traîneur s’étalera sur au moins trois
années afin que ces jeunots mûris-
sent et montrer ceux dont ils sont
capables. C’est une décision bien
réfléchie si elle sera accompagnée
de stabilité surtout au niveau du
staff technique. Maghnia a de tout
temps été un vivier de jeunes ta-
lents, il suffit d’une réelle prise en
charge, ainsi que des objectifs bien
définis pour arriver à construire une
grande équipe qui aura son mot à
dire à l’avenir et représenter digne-
ment la ville de Maghnia qui méri-
te d’avoir un club parmi l’élite.
IRB Sougueur - Le club n’ayant pas encore
tenu son AGO
L’inquiétude gagne
le camp des supporters
te a été tracée pour une sortie de
la crise font désormais de l’histoi-
re. D’ailleurs, le président de la-
dite commission qui ne voit rien
venir pour débloquer la situation
reste pessimiste quant à l’avenir
du club qui risque de disparaître
à jamais. Dans le camp des sup-
porters, on est dans l’expectative
après retrait de confiance trans-
mis à qui de droit, entre autres le
DRAG, le chef daïra, le P/APC et
le DJS. Ce dernier qui est le pre-
mier responsable du sport dans
la wilaya est pointé du doigt
d’autant qu’il est destinataire de
cette motion depuis plus de quin-
ze jours sans prendre le soin de
prendre en charge le dossier.
Le RCK en deuil
Décès du joueur
Labraoui Mehdi
Mohamed Debaghine (ex-Maillot)
de Bab El-Oued, en plus de son
neveu qui est sorti indemne de
cet accident tragique.
Labraoui Mehdi a été l’auteur
de l’unique but de son équipe lors
du match amical disputé diman-
che dernier face au MC Alger (4-
1) au stade de Benhaddad à Kou-
ba. L’enterrement du défunt a eu
lieu hier au niveau du cimetière
de Ben Omar (Kouba) après la
prière de Dohr.
A la tête de la DTN
Saïd Haddouche veut «révolutionner»
le sport-roi algérien
Une nouvelle ère commence pour le football algérien.
Le président Mohamed Raouraoua, conscient des graves
conséquences que peut engendrer la situation qui prévaut
actuellement dans le football algérien en matière de formation,
a décidé de nommer Saïd Haddouche à la tête de la DTN.
des équipes nationales jeunes à Saïd
Haddouche. Ce qui signifie claire-
ment que ce sera le nouveau DTN qui
choisira les sélectionneurs des équi-
pes nationales des jeunes catégories
qui seront tous des locaux, l’expérien-
ce de Nobilo lors de la dernière CAN
des U 20 a donné à réfléchir à nos
décideurs. A propos de la nomination
des futurs sélectionneurs des jeunes,
le nouveau patron de la direction
technique ne veut pas se précipiter.
« Pour cela, il est important de faire
une évaluation de la situation après
avoir sondé tous les spécialistes. En-
suite, je dois déterminer le profil re-
cherché en fonction des objectifs à
atteindre avant de désigner les staffs.
Personnellement, je veux éviter cette
dynamique d’échec et apporter les
solutions qui nous permettent d’at-
teindre un certain niveau de prépa-
ration et rester dans le sillage des gran-
des nations du football ». A présent,
le directeur technique national a avan-
cé dans ce dossier. Une source pro-
che de Saïd Haddouche nous a fait
savoir que lors de la prochaine réu-
nion du bureau fédéral, programmée
après la fête de l’Aïd, les staffs des
différentes équipes nationales seront
désignés pour entamer leur travail en
prévision des prochaines échéances
internationales qui attendent les U-17
et U-20. En revanche, pour l’EN U-
23, son staff technique sera connu
plus tard pour préparer les élimina-
toires des Jeux olympiques 2016, pré-
vus à Rio de Janeiro. « Je suis con-
vaincu d’une chose: on ne réussit
qu’en équipe, avec des tâches et des
objectifs bien déterminés pour cha-
cun. On doit définir le but à atteindre
et les moyens pour l’atteindre », nous
a-t-il affirmé.
LES OBJECTIFS
« La DTN a un rôle très important
dans la formation. Dans le football, il
faut toujours penser à l’avenir, c’est
le point le plus important », dixit Saïd
Haddouche qui insiste sur le rôle de
la DTN qui doit aussi s’occuper des
joueurs locaux par une meilleure pri-
se en charge à travers la réalisation
des centres de formation. « Si on in-
siste sur le football de demain, c’est
parce que le football est devenu une
activité de production. Chaque nation
observe, analyse, fait de la recherche
et se projette vers l’avenir. Toute na-
tion qui s’abstiendra de le faire de-
viendra « spectatrice ». J’avais bel et
bien affirmé que le football ne peut
évoluer si l’on ne tient pas compte des
critères du jeu, du joueur et de l’en-
traîneur de demain. Et j’avais dit que
si ces conditions ne sont pas réunies,
on serait hors sujet ». Pour Saïd Had-
douche, les choses sont claires.
« L’Etat met les infrastructures au ser-
vice du football et finance même sa
pratique. Je pense qu’il est naturel
que c’est l’Etat qui doit définir le type,
le niveau et la « marque » de son foot-
ball. » En somme, beaucoup d’es-
poirs reposent sur le nouveau direc-
teur technique national, Saïd Had-
douche, pour essayer de remettre sur
orbite le football national au sein du-
quel toutes les sélections nationales
de jeunes se trouvent à l’agonie en
raison d’une politique qui n’a en-
gendré que des dégâts, le dernier
en date étant le fiasco de l’EN des
U-20 de Nobilo. La nomination de
Saïd Haddouche au poste de DTN
a surpris plus d’un mais a été très
bien accueillie par les férus de la
bal l e ronde. Al ors Haddouche
sera-t-il le grand sauveur du foot-
ball algérien ? Pour la plupart des
techniciens et des dirigeants le foot-
ball algérien pourra sortir de l’orniè-
re sous la coupe de Saïd Haddou-
che. « Nous sommes persuadés
que le football algérien pourrait
sortir de cette impasse notamment
en matière de formation, mais à
une seule condition. Que les res-
ponsables de la FAF lui donnent car-
te blanche pour mettre en place les
structures nécessaires et les compé-
tences exigées ». Et celles-ci existent
bel et bien en Algérie même si elles
sont marginalisées.
ANNONCES CLASSÉES
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013 18
„TLEMCEN : Promotion immobilière EL
MANSOURAH vend des villas semi-finies
230 m² R+1 + garage, jardin… etc. - Tél :
043.20.17.90 / 0556.88.40.44
„A vendre villa à Saint Hubert. Sup. 200
m². 02 étages + 02 façades. C/central, 01
appart par étage - Curi eux s’ absteni r -
Tél. N° 0661.21.69.71 - Prix après visite
„Location villa Canastel (10) pièces + vil-
la Canastel .1500 m² avec piscine + Im-
meuble à vendre 11 appartements + 4 ma-
gasins – AG. BENI CHOUGRANE - Tél :
0777.67.37.72 - 0555.43.34.41
„Vds belle villa à Fernandville – ORAN.
200 m² nouvelle Const. Finie à 100 %.
Toutes commodités. Garage (2 Voit.). 2
salons. 5 chambres. Cuisine américaine
et séj our Open Space. Jar di n –
0555.633.717
„Echange ou Vds villa R+2 El Onseur An-
dalous 120 m², hall, 04 chambres + 2 cui-
sines + 2 sanitaires + cour 80 m² + 2 en-
trées individuelles - prix offert 11 MDA –
0555.41.06.27
„Vends Maison R+1 - 60 m² - pieds dans
l’eau à Oued El Halouf - Témouchent –
Tél : 0561.32.63.93
„Vds M.M. actée. 120m². R+1 à Sidi Benyab-
ka « Négria » ARZEW. RDC fini à 100% : 2 P
+ hall + Cuis. + garage avec B. eau + petite
cour. 1er : F3 + Cuis. Fini à 80 %. Toute com-
mod. (gaz - élect. + eau). P.D. 1 M 250 U –
Tél : 0771.89.26.87
„A louer villas à St Hubert pour une Ban-
que ou une Société étrangère - Si vous
êt es i nt ér essés cont act ez par Tél :
0658.15.53.41
„A.V. Villa R+1 - La Poste Douar Bel-
gaïd – Tél : 0559.02.82.55
„Vends Maison Maître 76 m². 02 façades.
02 garages : Impasse Béranger à côté de
la place des Victoires. ORAN - Prix après
visite – Tél : 0551.59.19.88
„A vendre villa Cité Point du Jour ORAN.
Actée. 313 m² R+2. Rez-de-chaussée : 4
chambres + cuisine + SB + T + garage +
jardin. 1
er
étage : 6 Ch. + SDB + T + B. 3
F. 2ème étage : 1 Ch. + terrasse – Tél :
0554.11.22.82 - 0550.13.81.90 – Merci
„ORAN-Est 4
ème
Périph. près R.P. Canas-
tel : Loue villa 2 Faç. : 2 locaux, 1 gara-
ge. 1er : Appart de 190 m², Gd Sal., 3 Ch.,
Cuis., 2 SDB, Ch. central. Au 2
ème
: 1 Sal.,
Ch., Cuis., SDB. Ch. central et Gde ter-
r asse - Tél : 0661. 24. 03. 71 -
0555.25.52.60
„Vds M.M. à Fernandville (ORAN) à 100
m mosquée El Qods. 265 m². Actée : 03
Pces, 01 Gd Sal ., Cui s., 02 SDB, WC,
cour et jardin avec arbres fruitiers - Cu-
rieux et Interm. s’abstenir - P. Ap. visite –
0559.06.13.03
„A vendre 2 Apparts : 1 - F2 Miramar 2
ème
étage. Prix offert 670 / 2 - F3 Boulevard
de l a Soummam 3
ème
ét age - Tél :
0557.57.13.82
„A vendre appartement F2. Désistement
(R+1) - Prix 450 U à El Karma - ORAN –
Tél : 0771.04.75.02
„Vds Appart 6 pièces cuisine Place des
Victoires 158 m² 3ème étage + Appart 5
pièces + cuisine, 2 façades, Rue Jules
Ferry (2ème étage) - AG. BENI CHOU-
GRANE - 0777.67.37.72 - 0555.43.34.41
„Vente F2 C.SDB + coul oi r. 7e étage
(Avec Ascenseur) Rue de Mostaganem -
Possible Promesse de vente. Libre (Acté)
– Pour visite appeler 0698.95.99.22
„Loue : F3 Amandiers - F4 meublé F/ Mer
- F4 B. Djir - F5 meublé Bel-Air – Vds :
F3 RDC Lescure – F5 1
er
C.V. – F3 - F4
Karguentah - F3 USTO – F5 Michelet –
F3 - F5 Tl emcen – AG. NOUR -
0773.30.81.70
„Vds : F4 Maraval 760 U - F3 La Radieu-
se 830 U ferme - Studio 18 m² C.V. 280
ferme - F3 USTO 950 U - F5 avec garage
P. du Jour 29 - Villa Bir Djir 23 et côté
CAVNOS 30 - USTO 45 – AG. HOUHOU -
041.35.34.27 – 0555.44.41.72
„A vendre à SBA : F4. 91 m². 3 façades.
2 balcons. Bien aménagé, face Agence
Ghalmi SBA – Libre – Tél : 0770.95.21.19
„Vends / Loue F4, 1er Seddikia – AG. ES-
SALEM - 041.42.03.93 - 0770.35.12.91 -
0771.69.87.27
„A vendre : Appt F3. 8ème étage avec
ascenseur à la Rue Mostaganem en face
tramway, refait à neuf + Maison de Maî-
tre à Hassi Mefsoukh 100 m² R+1 - Cu-
ri eux, court i ers s’ abst eni r SVP – Pri x
après visite – Tél : 0771.66.95.93
„SBA - Bd de Macta. R.D.Ch. AG. Loue 2
pi èces Cui s. SDB à 22.000 DA moi s –
Tél : 0661.24.03.71 - 0555.25.42.60
„SBA – Rés. El Feth. AG. Vend Appart
Stand. 4ème étg. 147 m², grand salon, 3
chambres, cuisine, Toil., 2 Balc. Chauf.
Cent . Cl i m + S/ S Gar. 2 V – Tél :
0661.24.03.71
„A vendre bel Appart F5 - 85 m² - très
ensoleillé - très bien situé dans une cité
sécuri sée et cl ôturée. Acté avec Li vret
foncier – Tél : 0777.15.91.36
„Vds / Ech. F4 acté en duplex + Gde ter-
rasse à CNL Millenium. PD 1,680. 1er étg.
- F3 LSP Mobilart Misserghine 1
er
étg. 81
m² + cour. PD 880 U - Etudie ttes propos.
- Tél : 0550.540.880 - 0770.180.189
„A vendre Appart F3, 4ème et dernier éta-
ge, bien aménagé, bien ensoleillé, faça-
de, situé à Seddikia ORAN (Bt Vert). Li-
bre de suite – 0661.10.19.19
„Vente Appart F2 modi fi é en F3, deux
grande pièces, 1 petite pièce, hall, cuisi-
ne, douche et toilettes, près de cinéma
Rex Bd Mascara - Contacter le numéro
0771.45.65.79 à partir de 9 H
„A vendre (F3) rez-de-chaussée (60 m²).
Adresse : 20 Août n° 04 à côté de l’hôtel
Chem’ s - Aï n El Tur ck – Tél .
0781.31.80.24
„A vendre Appart F4, 3 façades, 2
ème
éta-
ge, acté, résidence « Sofia Léonor » Akid
Lotfi. Oran. Refait à neuf. Curieux, inter-
médi ai re s’ absteni r. Pri x après vi si te –
Tél. 0770.196.100 ou le 0660.625.861
„Vends Appart F5, acté, 135 m², 3
ème
éta-
ge, ensoleillé, faïence, dalle de sol im-
porté, cuisine équipée. Cité clôturée, gar-
diennage jour et nuit. Haï Yasmine – Tél.
0670.41.02.69
„Très bel F3 Duplex à louer pour 1 mois
ou 3 mois à ORAN – Tél. 0775.41.87.89
„Loue : F1 à Coca 3ème - F4 Haï Yasmi-
ne 1er - F4 Rue Pél i ssi er 2ème - F4
R.D.C. Trait d’Union - F2 meublé St Pier-
r e 1er - AG. « ABDALLAH » -
041.29.14.59 / 0770.40.87.48
„A vendre F2 acté au 2ème étage, enso-
leillé, 2 façades à Haï El Yasmine – Con-
tactez : 0776.54.90.25
„Loue F2 C.V. + F3 Dar El Beïda + stu-
dio C.V. + F3 meublé Bir El Djir + F2 Akid
– Vends F2 C. V. + F3 meubl é – Tél .
0772.20.56.91
„URGENT : A louer F2 R. Ch. - F4 1
er
éta-
ge ou vi l l a compl èt e avec gar age à
Canastel logement ou profession libéra-
l e 1 an avance négoci abl e – Tél .
0696.25.10.08
„Vends F2 - 1
er
étage. 50 m² à 100 m de
Commissariat 24ème et à 150 m du 4ème
Périphérique - cité clôturée avec gardien
jour et nuit – commerces / écoles / mos-
quée à proximité - Prix demandé et fixe
700 U – Tél : 0556.76.94.34
„A vendre ou échange à Akid Lotfi F3.
Acté. 12
ème
étage + ascenseur nouveau
immeuble au Gd Blv. Dubaï, 2 façades,
vue sur mer, ensoleillé. Etudie toute pro-
position – Tél. 0550.54.08.80
„Cherche 1 appartement a louer F3 - F2
maximum 1,5 DA de préférence à Oran-
Est – Tél. 0793.85.72.57
„Vends F2. Acté. 15
ème
étage avec ascen-
seur Bel Air. Eau H/24. Tél. + Internet à
côté école et CEM. Bâtiment clôturé. Par-
ki ng gardé – Tél . 0799.60.81.22 - Pri x
après visite
„A vendre Appart F4. Acté. 1er étage. Re-
fait à neuf. Convient profession libérale -
centre-ville Larbi Ben M’hidi. ORAN - Prix
après visite – 0696.35.80.72 - Merci
„Cherche F2 à prix raisonnable dans cité
ou immeuble propre à ORAN pour Achat
– Tél : 0794.58.22.42
„Vds joli F3 meublé - Acté - au 2ème éta-
ge à Haï Akid Lotfi, en face mosquée El
Wafa + Appart 250 m² Frt / Mer 6ème éta-
ge – Tél : 0771.53.78.74
„A vendre ou Echange F3 - 70 m². Réno-
vé à neuf. 2ème étage immeuble 3 éta-
ges. 02 façades. 02 balcons - Gambetta
– Tél : 0669.09.04.54
„A vendre F2 modi fi é en F3. Dési ste-
ment. 4ème étage à ARZEW - Prix 310 U
négociable – Mobile : 0658.12.43.13
„Loue F3 au RDC Front de Mer (mitoyen
UPS). Conviendrait pour Bureau ou Pro-
fession libérale – Tél : 0550.94.57.26
„A vendre appartement au centre-vi l l e
d’Oran, à côté du marché Michelet F3 cui-
sine, SDB, 2 balcons, superficie 80 m² -
3
ème
étage. Bon état – 0781.15.43.67
„A vendre F2 acté à Plateau, 4
ème
étage.
Sup. 57 m². Bien ensoleillé, refait à neuf
– Tél : 0799.31.79.17
„A cause de besoin d’argent très urgent :
A vendre Appart F5 de luxe, 4
ème
et der-
nier étage 100 m² Cité Yaghmoracen à
côt é de l a sal l e Chahr azed - Tél :
0555.48.73.88
„BOUTLELIS : Loue entrepôts 800 m²
avec appar t ement de 80 m² - Tél :
0556.90.41.70
„A vendre un appartement F3. Acté. 3
ème
étage, refait à neuf, situé à la Cité 212
Logt s « LSP » - Gdyel - N° Tél :
0773.84.56.80 - Curieux s’abstenir
„A vendre F4. Acté. Cité de l’Air - Es-
Seni a - 3
ème
ét age avec gar age - N°
0555.77.67.88
„Loue appartement F4 grand standing 90
m², 3e étage. Meublé. 10, Bd de l’Indus-
trie, centre-ville d’Oran - 0556.65.05.11 -
à partir du mois de Septembre à l’année
ou 6 mois
„A vendre 1 bel Appart F3, très spacieux
au 1
er
étage avec 1 grand balcon donnant
sur le jardin, sans vis-à-vis, vue impre-
nable, situé à l’Hippodrome à ORAN - Prix
à débattre - N° Tél : 0771.29.96.48
„A l ouer un St udi o dans une Mai son
de maî t r e à l ’ USTO -
Contactez : 0774.26.38.69 - Visite de 10
: 00 à 14 : 00
„Vends F4 au 4
ème
et dernier étage. As-
censeur privé. 1 Gd hall, 2 balcons, clim
- cent r e- vi l l e Or an - Phot os sur
www. newsouk. com - Tél :
00213.77.66.97.095
„Vends à Oran centre-ville bâtiment An-
tinéa, bel appartement de 105 m², 4 piè-
ces, refait à neuf, style moderne, 1er éta-
ge avec ascenseurs – Tél : 0553.53.12.79
FÉLICITATIONS
Les famille KAID
SLIMANE et
BELARBI
félicitent leur fils
Med REDA
pour la
soutenance de
Master II en
Biologie - GMA à
l’université des Sciences et de la
Technologie Med Boudiaf USTO
avec une mention bien méritée.
Nous sommes fiers de toi et on te
souhaite d’autres succès à l’avenir.
Nous remercions les membres du
jury et les encadreurs ainsi que
toutes les personnes du département
(BIO) qui l’ont soutenu. Que Dieu
vous garde tous.
Les parents
FÉLICITATIONS
La famille KHIAT félicite
chaleureusement sa fille
FATIMA ZOHRA
pour l’obtention du Master en
Biologie le mois de Juin 2013
avec mention Très Bien et lui
souhaite d’autre succès à
l’avenir INCHA’ALLAH.
Famille KHIAT
FÉLICITATIONS
Félicitations
et grand Bravo
à ma très
chère fille
ALLIAOUI
NAWEL
pour sa
réussite avec
Brio au BAC juin 2013.
Ton papa Bouamama, ta mère
Nacera, tes sœurs, Atika,
Fatima, Tinhinen, tes frères
Soufiane, Zakaria, Sadjed, tes
tantes, tes oncles sont très fiers
de toi, tout en te souhaitant
d’autres succès.
Grand Bravo NAWEL.
Ton papa Bouamama
Privé cherche Entreprise qualifiée pour prendre en charge
la Réalisation d’un Immeuble R+8 (Gros Œuvres) –
Prendre contact au N°: 0770 93 71 33 et 0559 10 90 27
„Vds villa à Hay Chahid Mahmoud. R+1.
Sup. 220 m². RDC : 1 salon, 1 pièce, C.
SDB, Gd garage, jardin avec autres frui-
tiers. 1
er
: 3 pièces, Gde cuisine + SDB +
toilettes + terrasse. Endroit calme. Tou-
tes commodi tés et route goudronnée –
Tél. 0664.46.18.65
„Vds villa superficie 350 m². RC 1 gara-
ge, 4 magasins : 100 m² + 100 m² + 70
m² + 70 m², 1
er
étage : 3 pièces, 1 grand
sal on, 2 WC, 1 sal l e de bai n + bâche
d’eau. Terrasse : 2 buanderies 30 m² -
si t uée à Choupot - Or an – Tél .
0699.92.22.31
„A vendre : Maison Maître R+1. Deux fa-
çades. Nouvelle construction. 04 pièces
et un garage - située à Mers El Kébir Saint
Michel - ORAN – Tél : 0554.54.21.09
„Particulier vend Maison de Maître. Ac-
tée. 400 m², une façade de 22 m - elle
est située en plein centre-ville d’AÏN-EL-
TURCK - Tél : 0550.04.22.72
„Vds villa R+2 double Faç. sise Coop. El
Karama Belgaïd : 9 Ch., 02 Sal., 04 WC,
02 SDB, 1 petit hammam, garage 02 Voit.,
cour - Courtier et Interm. s’abstenir – Tél :
0771.44.60.54
„A vendre Maison de Maître à Eckmühl.
Sup. 375 m² : 4 pi èces, cui si ne, SDB,
WC, Gd garage et Gde cour - Prix 45 U.
Négociable – Tél : 0774.21.03.41
„Vds M. de M. R+1 - Actée de 5 P. et
Sal., 2 WC, 2 SDB + garage + jardin +
Perm. Construction R+2 avec les piliers
et l’entourage au 2ème – S /150 m² - P.D.
2 M 6 - à 200 Logt s Seni a – Tél :
0550.33.56.12
„A vendre villa finie à 100%. Superficie
325 m², double façade, grand jardin. R+1.
Libre de suite à Traversin Bernand-ville -
Bi r El Dj i r - ORAN - 0795. 36. 24. 72 -
0554.19.58.92
„Aff. à Saisir. Vds villa très bien finie, 256
m² à Trouville Oran dans résidence clô-
turée, gardée. RDC : Sal., Ch., SB, WC,
hammam, Cuis., hall, garage, jardin. 1
er
:
4 Ch. , hal l , SB, WC. Terrasse – Tél :
0770.92.92.98
„A vendre Habitation 2 étages 400 m².
1er étg. 300 m² habitable. 2e étg. 300 m²
habitable. RDC : douche publique 25 ca-
bines, 1 puits, 5 magasins commerciaux
– 9, Rue Fernand Forest . St Eugène.
Or an – Tél : 0554. 29. 01. 07 -
0550.20.53.27
„Vends villa 426 m² centre-ville ORAN.
R+2. Deux façades (Saint Pierre). RDC :
garage, 3 locaux, cour et jardin. 1er : 3
Appar t s. 2ème : 1 Appar t - Tél :
0550.02.10.66
„Vds vi l l a 217 m². RC : sal l e séj our,
Cuis., jardin, garage + local. 1er : 5 P.,
sanitaires, terrasse + Gde pièce - Îlot N°
8 Haï Zabana - Messerghine – N° Tél :
0549.34.08.68
„Vds belle villa 216 m² R+1 (144 m² par
niveau fini à 90%) située à Oran « Ro-
cher ». RDC : garage, hall, Cuis., SDB /
WC, séjour, Gd Sal., jardin arbres frui-
tiers. 1er : hall, Gd Sal., 3 Ch. et SDB.
Gde terrasse – Tél : 0555.55.32.94 ou
0771.27.07.36
„Vds Maison de 55 m² R+2 étg. R. gara-
ge + couloir. 1er : cuis. + couloir + Gd
salon. 2ème : hall + 1 Ch. + SDB + WC
et terrasse - située à douar Boudjemaâ
Haï Chahid Mahmoud. Prix 550 U nég. et
possibilité échange C / F3 C.V. - N° Tél :
0697.78.28.39
„SASSEL-plage : Loue cabanon vue sur
mer, équipé, endroit idéal pour vacances
4 pièces + garage - Disponible de suite –
Tél : 0556.90.41.70
„Part i cul i er vend Mai son i ndi vi duel l e
R+1. Dési st ement . Sup. 76 m² (F5) à
OPGI Hassi Bouni f. Pri x demandé 630
millions à débattre – Tél : 0668.44.57.46
„A vendre Résidence de luxe au bord de
la mer pieds dans l’eau à coralès contient
4 appartements avec descente directe-
ment à la mer. Contrat de location (Acte
en cours) - Contacter 0661.20.95.21- prix
après visite - Pour plus d’informations:
www. vendsvilla.com
„Loue villa (F2 + F5) meublée ts conforts
+ 1 parc 7 voitures (2012-13) + Un gara-
ge par ki ng à BI R EL DJI R – Tél :
0560.34.92.82 - 041.65.41.36 - possibili-
té location séparée
„Loue villa (F2 + F5) meublée, 2 SDB,
clim, chauffage central, à Bir El Djir (en
face hôpi tal Pédi atri que) l oyer 150.000
DA - Tél : 0560.34.92.82 - 041.65.41.36
„Vends Maison de M. RDC +2 - 2
ème
non
fini à Gambetta. Prix après visite et loue
4 P. pour Cabi net ou Bur eau - Tél :
0558.14.35.93 - Prix après visite
„Vends villa à Fernandville 250 m² nou-
vel l e constructi on, toutes commodi tés,
cuisine équipée, 6 chambres, 2 salons,
cave, piscine – Tél : 0559.88.53.03
„A vendre à SIG W. de MASCARA : Mai-
son 330 m² cent re-vi l l e. Ne répond à
Agence ni Démar cheur – Tél .
0558.45.47.91
„A louer pour l’année villa 2 façades R+1
dans quartier résidentiel La Lofa + F4 Haï
Chouhada à Haï Sabah + grand F2 pieds
dans l’eau à Trouville (Aïn Turck) – Tél.
0791.06.80.32
„A vendre villa à Cap Falcon (Oran) S.
198 m² actée R + 1
er
étage. RDC : salon
+ cuisine + une chambre + cour + gara-
ge. 1
er
étage : 03 chambres + terrasse –
Tél. 0794.09.80.05 – 0771.61.00.91
„A vendre M. Maître 120 m². R+1. RDC :
Atelier + SDB / 1
er
étage : 04 P., SDB, cui-
sine + cour - à Eckmühl à côté de la mai-
rie – Tél. 0779.53.03.84
„ AG. BENI CHOUGRANE -
0777.67.37.72 - 0555.43.34.41 - Vend ter-
rain Boulevard Vauchez 300 m² + terrain
1. 000 m² Sananès + t errai n 1. 200 m²
rond-point de la wilaya 2 façades + ter-
rain 2000 m² Gambetta
„A vendre terrai n 461 m², 2 façades -
Acté avec Livret foncier et Certificat de
l ’ ur bani sme R+4 à Eckmühl – N° T :
0699.62.72.03
„SBA - AG. Vend terrain agricole 3 ha 02
a 09 ca bord de route à 18 Km vers Aïn
Kada - clôturé d’arbres - puits, électricité
- Li vret f onci er - Pri x 12 Mda - Tél :
0661.24.03.71
„Vds terrain 222 m² avec carcasse 170
m² RDC entourage portails. Acté + PC à
Bir El Djir Coop. Bordji Amar fin du Bd
Mi l l eni um et 4ème Bd Péri ph. - Tél :
0771. 30. 35. 62 - 0550. 02. 46. 47 - PD
2.500 Nég.
„A vendre terrain nu sur boulevard im-
portant à ORAN. Surface 1.400 m² - 3 fa-
çades - Pour un projet immobilier – Tél :
0770.18.32.28
„A vendre terrain à Bouzedjar-plage vue
imprenable sur la mer. 200 m². Acte plus
Livre foncier. Prix après visite – N° Tél :
0551.66.51.39
„Vds terrain agricole 2 Hect. Acté + L.
Foncier à 4 Km de la sortie de la ville de
TISSEMSILT vers la commune de HAMA-
DIA. 50 m de Faç. sur la route - peut ser-
vir à la construction de dépôts ou han-
gar s – Tél : 0554. 71. 03. 04 - Cur i eux
s’abstenir
„TLEMCEN : Je vends un lot de terrain
de 470 m² (18,5 m de façade) situé dans
un quartier résidentiel (Jeux de boules -
Agadir). P.D.: 4 M/m² - P.O.: 3.3 M/m² -
Tél. 0559.52.38.89
„Partic. vend terrain de 138 m² (plate-
forme + piliers) façade de 8,73 m sur rue
pri nci pal e (goudronnée) à l a Ci t é 200
Logts Es-Sénia - Oran (étranger s’abste-
nir) – email : pro31pro31@yahoo.fr – Tél.
0555.80.79.09
„ORAN : Je vends un terrain de 240 m²
(Panorama - Belgaïd) bâti en R+1 (150
m²), une bâche d’eau sous le garage, et
le reste en deux jardins. P.D. 2.5 Mds -
P.O. 2,2 Mds – Tél. 0559.52.38.89
„Vds terrain à bâtir. Acté avec L./Foncier
Cert./Urban. 6.000 m² environ situé à 5
Km SIG sortie Autor. Est - Ouest vers Ar-
zew. Terrain plat sur bord de Route Nle –
Aff. à Saisir – Tél : 0771.55.46.72
„AÏN EL ARBAA(W. 46) Petit Lac Supérieur.
Vends lot terrain 220 m². Acté. 1 façade. Li-
vret foncier. Accepte Promesse de vente -
Contacter 0550.12.37.39
„A vendre les terrains : 200 m² - 270 m² -
1000 m² - 225 m² à Canast el – Tél .
0772.25.08.10 – 0555.11.71.13
„TLEMCEN - Particulier vend des lots de ter-
rain : Acte - Livret Foncier - Certificat d’Urba-
ni sme - Contact er 0551. 48. 68. 75 -
0550.63.60.81
„Cherche lot terrain 60 m². Acté à : Gdyel -
Mefsoukh – Arzew - le prix 200 U – Tél. au
0551.43.23.94 - 0798.61.10.83
„A / Briquet. + Gisem. argile + sable - offre
prix fort – V / Hôtels classés 30 à 100 Ch.
ORAN – AG. 041.39.26.18 - 0661.20.32.99
„Sté Etrang. A/ Terr. même incultes. Acte ou
Concession + 6000 Ha wilayas Sud Algérie –
AG. 041.39.26.18 - 0661.20.32.99
„V / Terr. 500 à 1200 m² Bd F/Mer R+15 – V
/ 5000 à 20000 m² R+25 vue sur mer ORAN
– AG. 041.39.26.18 - 0661.20.32.99
„V / 5 à 5000 Ha W. Oran - Most. – Témou-
chent - Mascara - Médéa - Aîn Defla - Reliza-
ne – AG. 041.39.26.18 - 0661.20.32.99 -
ORAN
„V / Terr. Promot 500 à 20000 m² 2 à 4 F.
R+5 à R+20 – Terr. 500 m², 2 F. Av. Sid Cha-
hmi – AG. 041.39.26.18 - 0661.20.32.99
„V / Terr. 2000 à 9000 m² 3 F. 3e Périph.
R+18 ORAN – V / 2 à 25 Ha R+6 environs
ALGER + BOUMERDES – AG. 041.39.26.18
- 0661.20.32.99
„Vends un terrain acté - viabilisé (eau - élect.
- gaz) à ORAN-Est (GDYEL) 539 m² et 13 m
de f açade - quart i er cal me – Tél .
0797.44.43.06
„A vendre terrain 320 m² à Millenium - N°
0555.79.61.45
„Investisseur et Promoteur. Achat terrains à
bâtir et terres agricoles – Interm. s’abst. -
0556.42.44.68 / 0550.97.51.90
„V / Ferme 16.000 m² + dépôt 400 m² + eau
+ Elect. + 100 oliviers. RN entrée TAFRAOUI
- Pas Interm. Merci - Bon prix – 0556.42.44.68
„TLEMCEN : Vds 2 lots de terrains 350 m²
et 280 m² Route Sidi Boumediene - Tél :
0555.68.51.57
„A vendre deux lot terrain. Lot 1 : 180 m² -
Lot 2 : 280 m² - Adresse Sid Bachir près du
CEM Si d Bachi r 4 - ORAN Tél :
0553.33.12.76
„A louer local 37 m² avec WC à côté des
grossistes alimentation et Mustapha Had-
dam les Castors - Tél : 0773.23.16.36 /
0664.10.72.82 - Prix 3 M (mois)
„A louer local T4 qui a servi de cabinet
dentaire - 41 m² - au 46, Rue Larbi Ben
M’hidi - et à vendre Fauteuil dentaire ain-
si que son compresseur – Contacter le
0658.15.53.41
„Vends l ocal commerci al à 2 ni veaux.
Très bien situé à St Eugène ORAN avec
toutes commodités. Sup. 415 m². Acté –
Tél : 0552.93.79.78 - 0771.87.33.11
„Loue local commercial au Bd des Cas-
tors. Bi en si tué au croi sement du Feu
Rouge. Sup. 12 m². Convient pour habille-
ment, bi j outeri e, parfumeri e, bureau et
autre activité – Tél : 0796.75.17.81
„Local à Akid Lotfi, bien situé, tout réno-
vé à neuf, rideaux électriques, sanitaires,
eau chaude. Sup. 55 m² - A vendre ou
Echange contre appartement - toute pro-
position possible - Tél : 0560.38.24.80 -
à qui la chance !!!
„Loue Restaurant mobile JAC 2013 avec
Matériels complets + Autorisation de sta-
t i onnement - Tél : 0772. 37. 00. 06 –
0561.32.72.51
„A louer superbe cafétéria refaite à neuf,
située sur grand Bd de la Casoran - pla-
ce commerciale - prix après visite - Tél :
0559.86.68.28 - 0777.44.99.98
„Vendons l ocal à NEDROMA ( W. de
TLEMCEN) si tué en pl ei n centre-vi l l e.
Convient pour toute activité. Sup. 20 m².
Acté - Pour tout contact appeler
au : 0550.31.89.14
„Loue local commercial de 30,35 m² à la
Ci t é Pet i t (côt é DALI A) ORAN - Tél :
0794.52.28.23 - Prix 16.000 DA non né-
gociable – (Pas de sanitaires)
„GHAZAOUET : Loue Bureau en pl ei n
centre-ville pour profession libérale – Tél.
0773.89.09.72
„Vends 2 locaux superposés Bd Boudiaf
à AÏN TEMOUCHENT : 34 et 60 m² - Tél :
0550.24.03.48
„Location d’un local et bureaux ou cabi-
net médical à Akid Lotfi - Contactez le N° :
0555.94.40.80
„Vends 2 locaux superposés à AÏN TE-
MOUCHENT Route de SBA : 39 et 139
m² - Tél : 0550.24.03.48
„V / Parc 10 000 à 20 000 m² - 300 m
Faç. Zone Activités TAFRAOUI (Graïdia)
- Bon pr i x - Pas I nt er m. Mer ci -
0556.42.44.68 - 0550.97.51.90
„Local à vendre. Acté. Superficie 102 m²
avec sous-sol à Akid Lotfi - ORAN - Mob :
0561.324.406
„A louer local 53 m² à Cité Djamel - Con-
vient pour dépôt - Tél : 0560.32.52.56
„ Vends hangar Env. 1. 000 m² ZI H.
Ameur. Bien situé. Charp. Métal. Fini à
100% - - Tél : 0550.76.27.94
„A louer : local commercial sup. 300 m²,
2 façades, bien situé à Aïn El Turck « Boui-
seville » en face la Poste (Pour Société et
Banque) - Tél : 0791. 88. 06. 82 -
0792.42.39.87
„A vendre local 680 m² à Chtaïbou zone la
brocante composé d’1 bureau et d’1 hangar
250 m² non couvert - Location de 04 apparte-
ments F3 / F2 + 01 garage à Belgaïd - ORAN
– Tél : 0793.27.81.61
„Loue local 180 m² de 5 pièces - convient
Siège Société - Ecole… etc. + Loue Ham-
mam avec sauna + Loue F2 et F3 - Le tout à
Paradis-plage Aïn Turck – 041.44.59.15 -
0777.01.34.14
„Loue local (bien situé) centre-ville de SIDI
BEL ABBES - Superficie 238 m² - Tél :
0556.31.85.26
„A vendre Chambre froide moteur DAINFON-
CE FRIGABOR français 20 CV. VAPO 1030 -
100 m3 – Tél : 0775.15.42.06
„A louer 2 locaux commerciaux. Le premier
10 m sur 3 m - Le 2ème 10 m sur 5 m - avec
sanitaires - toutes commodités - à Bir El Djir
– N° T : 0771.13.14.41
„Vends TOYOTA YARIS. Année 2008. Mat
31 – 112.000 Km – Base sans Clim. Salon
cuir. ABS. Direction assistée. Couleur gris mé-
dium. Première main – Tél : 0771.72.59.27
„Cherche location dépôt de 250 à 300 m²
dans l es envi rons d’ ORAN / Contacter
0661.20.95.21
„Loue local de 55 m² + soupente 40 m²,
2 façades, bien aménagé avec sanitaires,
élect. 380 V. Convient à toutes activités -
à Haï Yasmi ne 2. ORAN - Tél .
0661.20.17.15 – 0772.58.65.12
„Vds F3/ 2e étage + F3 / 3e étage modi-
fié tout neuf, au centre-ville d’Oran – Con-
tacter 0780.01.30.60
„Loue des Appts dans un immeuble meu-
blé et équipé et ttes comm. Garage, eau
H24… dans un quartier très calme, rési-
dent i el pour f ami l l e - Trouvi l l e Aï n El
Turck. ORAN – Tél : 0777.65.23.63
„Vente appartement F2 luxe, 2e étage. 680 U.
Totalement rénové acté, situé en plein centre-
ville d’Oran Boulevard Adda Benaouda « Pla-
teau » avec cuisine et salle de bain équipée –
N° Tél : 0556.11.21.81
„Vends joli F4 centre Aïn El Turck. Re-
fait complètement. 3
ème
avec garage in-
dividuel 20 m² - Tél. H.B. : 0661.20.51.37
„A.V. Appart F3 Haï El Yasmine sup. 77 m²
refait à neuf, équipé, chambre à coucher, sa-
lon, cuisine moderne, chaudière et clim, au 4
ème
étage, prop. promesse de vente – Tél :
0661.72.81.42 - 0661.31.38.10
„A vendre F3 acté, RDC, 3 façades. Ma-
raval. Convient profession libérale, bu-
reaux ou habitation – Tél : 0790.51.10.78
„Vente appartement F2 RDC dans une
cour espagnole quartier Gambetta. 35 m².
Act é. Li vr et f onci er. Rénové. Pr i x
5.500.000 DA – Tél : 0555.78.15.08
„Particulier vend petit Immeuble nouvel-
le construction composé de six apparte-
ments + six locaux, terrasse accessible,
bi en si tué Zone d’ Expansi on Bel gaïd –
Appeler 0553.06.38.52
„Vends Maison de Maître R+1. Oran. 500
m² - 0661.21.30.41 - 0661.35.08.98
„Vds villa à STIDIA 10 Km de Mostaga-
nem et 70 Km d’Oran - à 1 Km de la pla-
ge. Surf. lot 119,6 m². RDC : garage +
Sal. + Cuis. + SDB + WC + 2 cours (96
m² + 34 m²). 1
er
: 3 Ch. + SDB + WC +
balcon (96 m²). 2
ème
: 2 Ch. + SDB + WC
+ bal con + t er r asse ( 96 m² ) – Tél :
0770.44.80.91 / 0560.31.92.59
„A louer un local commercial à Haï El
Badr de 41 m² - Si vous êtes intéressés
contactez : 0658.15.53.41
„URGENT - A louer une cave 150 m² à
Canastel. Toutes commodités. 40.000 di-
nars par mois négociable - 1 an d’avance
– 0696.25.10.08
„Loue local Cité Petit de 300m² à usage
commer ci al dépôt agence – Tél :
06.69.49.80.56
ANNONCES CLASSÉES 19
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
PENSÉE
A notre chère
mère
et grand-mère
AMAMRA
Fatma née
AMAMRA.
Encore une année sans toi,
nous sommes en deuil.
Et nos souvenirs renaissent
comme des feuilles.
Tes fils, tes filles et tes petits-
enfants demandent à tous ceux
qui t’ont connu d’avoir une
pieuse pensée à ta mémoire.
Que Dieu t’accueille dans Son
Vaste Paradis.
Tes petites-filles Nawel
et Ouassila
PENSÉE
A la mémoire
de notre cher
regretté père
et grand père
Mr SALAH Abdelkader
rappelé le 22/07/2011
auprès de Dieu.
En ce jour fatidique, ta femme,
tes fils, tes filles pensent à toi
et prient Dieu Le Tout-Puissant
de t’accueillir en Son Vaste
Paradis. Ton fils Djamel.
PENSÉE
En ce triste
jour du 22
Juillet 2012,
partait vers un
monde meilleur
mon frère, feu,
Hadj BENDIMERAD
Mohamed.
Pour ceux qui l’ont connu et
chéri, une pensée miséricor-
dieuse s’impose. Puisse-t-il
recevoir RAHMA et MAGHFIRA,
agréé par l’Omniscient Le Très-
Haut, Le Sublime, Dieu des
Cieux et de la Terre.
PENSÉE
Terrible le jour du
22-07-2010. Le
jour que tu nous
as quittés à
jamais ma très
chère maman
Mme KADDOURI
FATIHA née LAKBER BELALEUG.
Quoi que je dise n’est rien par rapport
à ta gentillesse, ta sincérité et ton
beau cœur. Le vide que tu as laissé
personne ne le comblera. Tu es
quotidiennement avec nous dans nos
cœurs et tu le resteras toujours.
Je demande à ceux qui l’ont connue
et aimée d’avoir une pieuse pensée à
sa mémoire.
Ton mari Mohamed, ta sœur Chemsa
et tes enfants Mokhfi, Amel,
Yasser et Oussama
CONDOLÉANCES
Mr BOUDIFA Abdelaziz,
ses enfants et sa famille,
profondément attristés
par le décès de leur cousin
HADJ-ABED Norredine
(DCD à Paris - Dépouille
mortuaire arrivera à Es-Senia
le Mardi 23/7/2013).
Enterrement prévu le même
jour à Kristel (16 H 00).
Qu’ALLAH Le Tout-Puissant
aide la famille HADJ ABED,
sa femme et ses enfants
à surmonter cette
douloureuse épreuve.
DÉCÈS
Les familles
BENYOUCEF -
OUIS -
BENKOUIDRI
ont l’immense
douleur
d’annoncer le décès
de leur cher regretté
Mr BENYOUCEF A.E.K.
« El-Hadj Kouider »
survenu le Jeudi 18/07/2013 à
l’âge de 75 ans.
Puisse Dieu Le Tout-Puissant
accueillir le défunt en Son
Vaste Paradis.
PENSÉE
Le 22-07-2012
nous a quittés
Hadj
Mohammed BENDIMERAD.
Nous demandons une pieuse
pensée en sa mémoire.
Son épouse et ses fils
Mustapha et Adnan
PENSÉE
Mme
KADDOUR
HAMICI
Zoulikha veuve
LOUAAR.
Notre douleur
est encore vive et le vide que tu
as laissé est encore immense et
nul ne peut le remplacer. En
cette commémoration, tes
enfants et tes petits-enfants
demandent à tous ceux qui l’ont
connue d’avoir une pieuse
pensée à sa mémoire. Repose
en paix et que Le Tout-Puissant
t’accueille en Son Vaste Paradis.
Ta chère fille Malika BABES
née LOUAAR
PENSÉE
Cela fait 1 an, le
21/07/2012, que
notre cher mari
Mr TLEMSANI
Abdelkader
Amine
nous as quittés pour l’éternité, en
laissant derrière lui un immense
vide irremplaçable. En cette
malheureuse occasion, ta femme,
tes enfants (Soheib et Selmane),
les familles BENYAHIA,
TLEMSANI, SEMMOUD et le
personnel de l’Eurl Maravilla
demandent à tous ceux qui l’ont
connu d’avoir une pieuse pensée
en sa mémoire et prient Dieu Le
Tout-Puissant de l’accueillir en
Son Vaste Paradis.
PENSÉE
A la mémoire
de notre chère
regrettée mère
Hadja AOUED
Fatma
épouse AOUS.
Triste et douloureux fut le 21
Juillet 2010 où tu nous as quittés
à jamais. Que faire ? On s’incline
devant La Volonté de Dieu. Tu
resteras toujours vivante dans
nos cœurs et notre mémoire.
Nous demandons à tous ceux qui
t’ont connue d’avoir une pieuse
pensée à ta mémoire.
Tes filles et beau-fils qui ne
t’oublieront jamais
DÉCÈS
Les familles
HAMADI –
ELIMAN –
ABOUKEBIR –
BENGUESMIA-
CHADLY –
MERAH – SELIM – BOUHRIRA
– KADDOUS – KHALFI –
KASSANI et DJAHLAT ont
l’immense douleur de faire part
du décès de leur père
HAMADI Mohamed
survenu le 20/07/13 à l’âge de
85 ans. L’inhumation a eu lieu
le 21/07/13.
40ÈME JOUR
Cela fait 40
jours, depuis
qu’il nous a
quittés à jamais
notre cher fils
DJABER
Chemseddine
subitement et à
la fleur d’âge, en laissant derrière
lui un immense vide irremplaça-
ble. En cette malheureuse
occasion, son père, sa mère et
toute la famille DJABER et
HAMICHE demandent à tous ceux
qui l’ont connu d’avoir une pieuse
pensée en sa mémoire.
Puisse Dieu Le Tout-Puissant
l’accueillir en Son Vaste Paradis.
PENSÉE
A la mémoire
de notre cher père
MEFTAH Amine
Mohamed
(décédé le
22/07/2012).
Un an après ton
départ tragique, la tristesse et la douleur
de ta disparition sont toujours aussi vives,
nous n’étions pas encore prêts à te dire
au revoir, pourrait-on se préparer un jour
à de tels adieux ? A accepter qu’il ne
restera du père aimant que les souvenirs
qu’on garde précieusement et les photos
qu’on contemple avidement ? Mais tu vis
en nous, dans nos paroles et nos
silences, dans chacune de nos réussites
et à chaque instant. Merci papa pour tout
ce que tu as fait pour nous.
Ta petite famille
DÉCÈS
Les familles
KADA-
BENOUNANE
- BELKAROUB
ont l’immense
douleur de
faire part du décès de leur cher
regretté père et oncle
KADA-BENOUNANE Kaddour
Facteur retraité à SIG, survenu
le 17 Juillet 2013 à l’âge de 78
ans, suite à une longue
maladie. Adresse mortuaire :
Ahl El Ouenène – Oggaz.
Demandons à tous ceux qui
l’ont connu d’avoir une pieuse
pensée à sa mémoire.
„Vends 1 Machine fabrication agrafe 8/8
– 8/40 + 1 Agrafeuse carton ondulé - Tél :
0770.35.93.25 - 0550.98.67.61
„Vends Matériel de coiffure et d’esthéti-
que en bon état disponible à ORAN - In-
téressé appeler 0781.19.30.16
„A vendre Matériel selon de coiffure Da-
mes et d’esthétique complet en très bon
ét at – Tél : 0771. 96. 88. 62 -
0661.46.91.22
„Cours accélérés d’anglais et d’espagnol
+ séances de conversation française pen-
dant les vacances - Mini Groupes - Tarifs
modér és - Tél : 0552. 47. 65. 89 -
0771.11.15.08
„Vends Semi-rigide marque SILVER MA-
RINE. Long 3 m 30 - large 1 m 60. Etat
neuf. Année 2013 dédouané avec moteur
15 CV marque POWER TECH - Visible sur
RDV – Phone : 0554.80.02.36
„ A vendr e Bat t er i e Poul e Pondeuse
FACO NEVADA 4800 2 étages + Uni té
d’ al i ment s ( 2 t onnes par H) –
0795.60.99.77
„URGENT : A vendre Four ventilé 10 pla-
ques + l’étuve en bas marque ITALY - état
neuf – Tél. 0771.71.69.01
„Je suis père d’une famille, je cherche à
louer une Licence de Taxi. Je réside à
ORAN – Cont act ez- moi à ce N° :
0773.27.90.36
„A vendre Pelle mécanique à chenilles
SONACOME 9111 - Année 83 - En très
bon état – Tél. 0555.53.39.35
„Uni Beauté centre professi onnel l ance
des formations avec les experts de la coif-
fures Dames dans les métiers : Techni-
que de coiffage - Permanente et Défrisa-
ge - Haute Coiffure - Coloriste - Visagis-
te – Tél. au 041.53.32.23 – Ad.: 04, Rue
Ezzaoui Mustapha – Gambetta. ORAN
„Rési dant à CHLEF cherche Fourgon
pour distribution de marchandises – Tél :
0779.73.19.28
„A vendre voiture TIGUANE 2012. Style
Km 20. 000. Gr i s Sour i s –Tél :
0557.57.13.82
„A vendre Mercedes année 2008, E220,
t out e opt i on, noi r e. Saf i a 31. Roul é
10 000 - Bon état - 0778.14.65.75
„Vds BMW Kit M. Nouvelle. Tte Opt. 2013
- 4000 Km (Licence) blanche + Renault
Sport Red Bool nouvelle Mégane noire et
jaune siège Sparko, les jantes par 19 -
1000 Km - 2013 l i cence – Tél :
0778.14.65.75
„Vente CITRÖEN BERLINGO VITAMINE
2013 - Km 10.000 - Gris Aluminium - Prix
correct - état neuf – App. 0698.95.99.22
„Agence Location de Voitures vous pro-
pose des Véhicules neufs avec ou sans
chauffeur : Peugeot 208 et 301 (2013)
pour Sté étatique, étrangère ou privée -
N° 0777.88.93.29
„Vends Clio 1.9 D. 2 portes. 98. Prix of-
fert 25 U et Renault Safrane 95. 2,1 TD
bon état. Prix offert 39 U - Oran Misser-
ghine – Tél : 0799.10.43.73
„A vendre très belle Toyota Yaris Coupé.
Noire. La Toutes Options. Année 2010.
Kil. 107 M - 0 retouche – 0551.08.30.37
„Vends Mégane Bery 2007 boîte 6 V. Noi-
re. Roulé 118 000 Km. P. Off. 102 U +
Berl i ngo commerci al e 1,9 D. Bl anche.
2009. Roulé 248.000 km + 206 noire en
panne P.O. 38 U – Tél : 0796.54.07.46
„Vends PARTNER Tolé. Blanc. Tout op-
t i ons. Km 62. 000. Année 2011 - Tél :
0550.19.14.90 - ORAN
„Pour changement d’activité vends Bus
ISUZU 2011 - 27 places. Très bon état +
vends KANGOO vitrée 2011 + Vends F3
1er étage 1060 Logts Imama TLEMCEN
– Tél : 0771.07.75.02
„A vendre DAIHASU - SIRION - Année
2007. Gris Métallisé. 114 000 Km. Toutes
opt i ons – PO : 75 uni t és – Tél :
0772.39.84.34
„Vends MEGANE III. Grise. 88.000 Km.
Année 2010 (1,9 DCI) + cherche MEGA-
NE III année 2012 (1.9 DCI) SAFIA – Tél :
0772.53.98.25
„Vds : Hyundai Accent. Bl anche nei ge
G.L.S. 2013 (00 Km) - Seat Ibiza Edition
Sport avec toit. Blanche. 2013 (00 Km) –
Clio (4) 1,2. Tout Opt. Blanche. 2013 (00
Km) - 0664.33.53.73 – 0554.03.82.14
„Achèt e ou Echange MARUTI 2010 -
40.000 Km - contre CLIO FARACHA Es-
sence ou 207 (2010 à 2011) - Faites pro-
positions à : 0551.77.07.93
„Propose pour Location Camion - frigo
HUYNDAI HD 35 - 2012 – Tél :
0791.11.71.62
„Vds KIA SORENTO 4x4 – 2012. Gris Ar-
gent. Tout Options avec toit - Km 36.000
- 2.2 CRDI - 0 Retouche + CHEVROLET
SAIL 2012 Gris Argent. 1.2 - 16 V. Km
9.800 - 0 Retouche – 0558.69.64.65
„Vends Fourgon Renault TRAFIC Tolé.
Boîte 6. Blanc. Année 2011 – 75.000 Km
– Tél : 0775.40.49.13
„A.V. 508 HDI. Année 2011 (31) – 29.000
Km. Noir Perla. Tt option sauf toit (Safia)
- Tél : 0771.58.03.60
„Vends : Camion benne tasseuse HD 65
Hyundai 165000 Km - Camion Toyota à
benne. Bl eu. Année 1984 – Tél :
0669.64.58.64
„Vends MERCEDES classe C. Avant-gar-
de. Année 2006. Gris Argent. 200 M/Km.
Avec t oi t , Tél , cui r noi r, si ège
électrique…Visible au garage de l’Antinéa
- ORAN – Tél : 0661.20.81.80
„Cherche des gros Camions 6x4 et Semi
à benne pour l ocat i on – Tél .
0555.33.72.46
„Vds Tracteur chenilles Agriculture FIAT
75-80 - Année 1993. Bon état – Vds Jet-
Ski YAMAHA CHO 1800 L. 230 CH. Noir.
Année 2009 – Tél : 0662.37.32.73
„Mets en location Peugeot Export Tepee
09 places, toutes options, climatisée - an-
née de mise en circulation le 16/12/2012
– Tél : 0776.24.95.67 - 0551.97.89.71
„Uni Beauté centre de formati on cher-
che : des Formateurs en science de l’es-
thétique et la coiffure. Conditions de re-
crutement : spécialistes praticiens exigés
– expérience dans l’enseignement – Tél :
041.53.32.23 – Adr.: 04, Rue Ezzaoui
Mustapha – Gambetta. ORAN
„ Cent r e commer ci al au cent r e- vi l l e
d’Oran cherche vendeur, sécurité, étala-
giste (âge 20 - 35 ans) résider à Oran –
Tél : 0798.87.78.14
„Sarl à Oran recrute 1 assistante diplô-
mée en Informatique de gestion et comp-
tabilité avec expérience – Envoyer C.V.
au 041.42.50.26
„TLEMCEN : Sté privée cherche Vendeur
(se) au comptoir maîtrisant outil informa-
tique - Envoyer CV Fax : 043.26.35.28 –
E-MAIL : snc_cat@yahoo.fr
„Magasin des cuisines équipées à DELI
BRAHIM - ALGER - cherche des Filles li-
cenciées pour des agentes commercia-
l es - Envoyer CV par mai l :
tn.ets@hotmail.fr – ou Fax : 041.58.70.60
„Magasin des meuble situé à SIDI BEL
ABBES cherche des Filles licenciées pour
des agentes commerciales - Envoyez CV
par mail : meuble31@outlook.fr - ou Fax :
041.58.70.60
„Unité de production située en Zone In-
dustrielle à SIDI BEL ABBES : Cherchons
une Biologiste, Chimiste ou Pharmacien-
ne - Contacter le : 040.42.61.20 - Envoyer
CV sur : s.zine@lactamel.com
„Laboratoire d’analyses médicales recru-
te Biologistes - Merci de faxer votre CV :
041.32.50.56
„EURL cherche Assi stant admi ni strati f
exp. (03 ans) maîtrise l’outil informatique,
résidant à ORAN – Tél. 0557.12.82.85
„Magasin des cuisines équipées situé à
ORAN cherche des Marbriers qualifiés -
Veuillez nous envoyer votre CV par Fax :
041.58.70.60
„Taxi El Baraka (Sis à ORAN) cherche
des Chauffeurs avec diplôme + Permis -
âgé + 25 ans – Tél. 0560.00.98.60
„Crèche à Prot i n cherche Educat ri ce
pr éscol ai r e - A cont act er N° Tél :
041. 32. 36. 29 - N° Por t abl e :
0552.82.09.83
„Cherche une Agente de saisie bilingue
à temps partiel pour 15 jours rémunérée
à 6 000,00 DA - Envoyer CV par Fax :
041.53.00.32
„Avi s de recrutement. Sté spéci al i sée
dans l’injection plastique cherche à recru-
ter : 01 Assistante de direction. Disponi-
bilité immédiate et expérience exigée -
Envoyer CV + L. de motivation par email :
cvrouxoran@yahoo.fr
„Sté Import - Export Oran cherche : 01 -
Commercial qualifié / 02 - Secrétaire li-
cenci ée en angl ai s – Envoyer CV au :
bayazamportexpor@yahoo.fr
„Cherche Esthéticienne qualifiée et ex-
périmentée pour un poste en institut et
non en salon de coiffure - Efficacité, ra-
pidité et sourire sont requis - Contact :
0770.51.30.27
„Centre-ville ORAN : Cherche vendeuse
qualifiée magasin Habillement Femme –
Tél : 0780.18.81.94
„Auto-école en activité cherche Monitri-
ce pour assurer cours de conduite – Tél :
0559.04.19.75
„Ets recrute une Secrétaire maîtrise la
l angue françai se et outi l i nformati que,
apte au déplacement au niveau national
- âge 30 à 40 ans - possibilité d’héberge-
ment – Fax au 041.29.25.89
„Ets de Formation - Conseil à Oran cher-
che Commerciaux et Administratifs maî-
trisant français et informatique - Envoyer
CV et phot o à :
conseilformation@yahoo.fr
„Ent repri se pri vée recrut e deux (02)
Tourneurs qualifiés plus de dix ans d’ex-
périence - transport et hébergement as-
sur és – Nous cont act er au :
0697.30.87.48
„Restaurant Karaoké si tué à Canastel
ORAN recrute Serveur (se) et Cuisinier
expérimenté - langage français et arabe
exigé – Tél : 0560.91.62.15
„Sal on de coi ff ure Dames à USTO -
ORAN cherche Coiffeuse ou Coiffeur qua-
l i f i é et expér i ence souhai t ée – Tél :
0774.00.36.68
„Vends Machine à graver et découpe la-
ser 100 – Tél : 0773. 40. 15. 10 -
0668.46.70.67
„Vends Matériel Boulangerie marque Fio-
rini à Bethioua – N° Tél : 0560.01.98.30
„Entreprise Travaux Bâtiment tout corps
d’état cherche des Projets en : Démoli-
tion - Maçonnerie - Construction - Pein-
ture - Ferronnerie (Etude - Réalisation) -
Appeler AMINE : 0771.85.21.77
„Particulier vend divers Matériels Frigo-
r i f i ques et Mat ér i el de bur eau – Tél .
0552.66.11.77
„Médeci n pri vé vend Echographe Si e-
mens Sonoline S.I. 400 avec 02 sondes
3,5 et 7,5 + Imprimante - le tout en T.B.E.
de marche – Tél. 0770.936.982
„Vends - Urgent - Environ 250 m² de Pla-
ques de caillebotis galvanisé, importé de
Fr ance - Pr i x 7500 DA/ m² - Tél :
0560.40.63.80
„Cherche un ou une Associée : je pos-
sède 2 locaux commerciaux très bien si-
tués sur Bd Natl à Aïn El Turck. ORAN -
Etudie ttes propositions – 0555.09.43.78
„Installation Vidéosurveillance - Alarme
- C/Accès - A/incendie - Maintenance ré-
seaux informatiques. Télécom. PME - Vil-
l a - P. l i bér al e. Ecol e pr i vée – Tél :
0551.93.67.74 - 0772.81.64.56
„Vente et installation des Equipements
pour Chambres froides - Distributeur of-
ficiel : Groupe frigorifique BITZER. Eva-
porateur LUVE. Climatiseur CARRIER –
Tél : 0560. 03. 39. 18 / 0560. 47. 43. 03
(ORAN)
„Loue Licence de café W. d’Oran - N°
Tél : 0770.91.26.70
„Vends 1 Plieuse MBO année 92, TBE,
4 poches + 2 couteaux électroniques +
compteur présélection 16 à 32 pages for-
mat 72 x 102 (G.F.) - Tél : 0550.21.98.09
- Prix : 250 U fixe
„Ouverture nouveau Magasin à Maraval
rond-point Nakhla ORAN + 400 m² - Four-
niture et pose de papier peint - parquet
strati fi é – Gerfl ex – moquette – papi er
adhésif – gazon synthétique – Devis gra-
tuit – 0560.96.18.59 - 0550.22.76.48
„ANNABA : Possède Chaîne compl ète
Fab. Pièce Métal. Mécan. Plast. Neuve à
injection cherche Partenaire pour création
– 0556.14.62.69
„Loue Licence de café à ORAN – Tél :
0559.25.98.99
„Salon d’esthétique Mme TABET Esthé-
ticienne diplômée de Paris vous propo-
se : Epilation définitive de dernière tech-
nologie sans douleur, en quelques séan-
ces - Tar i f spéci al cor ps – Tél :
0779.913.981 - ORAN
„Pour l’aménagement de votre intérieur
Placoplâtre (BA 13) - Faux plafond - Dé-
montable - Parquet en bois – Contactez-
nous au : 0550. 48. 66. 78 - E- mai l :
anwi.decoration@gmail.com
„Pour la pose de Faux plafond Démon-
t abl e – Cont act ez- nous au :
0550. 48. 66. 78 - E- mai l :
anwi.decoration@gmail.com
„Je sui s père de fami l l e j e cherche à
louer une Licence de Taxi 6.000 DA par
mois avec une avance d’un an - Contac-
tez-moi à ce N° 0776.72.29.51
„Pour toute demande de gâteau moder-
ne algérien - Contacter 0551.47.31.21
„Expert Sécurité vous propose : Etude,
fourni ture, i nstal l ati on Caméra de sur-
veillance, alarme, détection incendie, ré-
seau informatique, professionnel ou par-
ticulier – 0551.36.91.67 - 0771.48.94.84
„A vendre 2 Compresseurs : (1) ATLAS
COPCO - (2) INGERSOL - Les deux 4 cy-
lindres - avec une FIAT NEVA très bon
ét at – Tél : 0791. 88. 06. 82 -
0792.42.39.87
„Hôtel El Khayal a à Oran i nforme son
aimable clientèle que la réservation pour
l es vacances commence à par t i r
d’aujourd’hui - Contacter le 041.65.42.93
– Fax : 041. 65. 42. 88 – Mob :
0560.05.10.01
„ Const r uct i on mét al l i que et sous-
traitance. Pliage - Découpage de tôle et
Roulage - Face Autoroute Mosta / Arzew
– Gdyel. ORAN – Tél : 0799.54.67.80 /
0553.11.84.95
„Vous entendez mal ? Votre enfant en-
tend mal ? Audi fel vous offre un bi l an
auditif gratuit - Pour RDV téléphonez au :
0661.10.35.01 ORAN – 0661.10.35.06
MOSTAGANEM
„A vendre 3 Machines à glace Carpigia-
ni 3 bras d’occasion + plusieurs Chaises
et Tables + Machines à imprimer sur ban-
de r i gi de – Tél : 0771. 86. 73. 03 -
0558.08.18.20
„SAC PLUS propose pour « ANSEJ –
CNAC » Machi ne « gobel et , papi er /
pl ast. ». Condi ti onneuse. Souffl euse…
etc. - 036.65.33.34 à 38
„A vendre Matériel complet de salle de
muscul ati on en bon état – Contacter :
0665.28.55.05 - 0561.19.77.09
„A.V. (06) Ordin. DDR 3 - 2 Go + (06)
Ecrans plats + (01) Data Show + (01) Im-
primante Multifonct. EPSON (Fax) + (12)
Tables Infor. + (10) Chaises + (01) Ta-
bleau Dble face (Equip. acheté en 2013)
– Tél. 0658.12.99.32
„A vendre Laveuse à tunnel 12 rangées
occasi on. Mar que SANTOTA – Tél .
0554.70.57.13
„Parti c. Vd à Oran : très beaux Vête-
ments Enfants pour l’Aïd. Mar. ORCHESTRA
et VERT BAUDET - Chaussures Enfants et
Femme - Route Canastel – Tél. 0553.98.27.77
- Pas de vente en gros
„UniBeauté centre de formation forme les Es-
théticiennes dans la qualification d’exercer les
métiers : Soin du visage - Epilation à la cire -
Maquillage - Manucure & Pédicure - Massage
– Tél. au 041.53.32.23 – Ad.: 04, Rue Ezzaoui
Mustapha – Gambetta. ORAN
„Vends Machine Fabrication Dioules 1.200
feuilles / heure - peu servi - Marque française
– Tél. H.B. : 0661.20.51.37
„Avendre Rôtissoire à la braise de TURQUIE.
Capacité 50 poulets et (+) - Visible au 33, Av.
Choupot - ORAN - Tél. 0553.81.90.91
„ORAN. Vends Ensemble moteur de con-
gélation : 1 - Moteur électrique. 2 – Eva-
porateur. 3 - Armoire électrique - Contac-
ter 0771.96.21.67
„Réparation à domicile Machine à laver (linge
et vaisselle) - Frigo - Climatiseur - Pièces de
rechange disponibles. Travail garanti – Tél :
0662.87.45.68
„Vends Matériels fabrication dioules crêpes,
baghrir - très peu servi - installation formation
assurées – Tél. H.B. : 0661.20.51.37
„Distributeur vend Ciment espagnol A.L. 42,5
B - DZ 7919 la tonne / Ciment BL 32,5 DZ
7376 la tonne – Tél. 0561.716.271
„Grès espagnol premier choix tous les
couleurs et mesures, direct de l’usine –
Tél. 0561.716.271
„Société espagnole de construction cher-
che Partenaire – Tél. 0561.716.271
„Société espagnole cherche Partenaire
pour Hôtel de 20 chambres à Al i cante
centre-ville, petit Investissement – Tél.
0561.716.271
„Société Multinationale recrute : Chauf-
feur Poids Lourds et Semi-remorque. Ti -
tulaire du Permis de conduire catégorie
C et D. Âge requis de 35 ans. Expér. sou-
haitée plus de 10 ans - Envoyer CV à :
cont act @l apem- dz. com / Fax :
041.33.82.28
„Avi s de recrutement. Sté spéci al i sée
dans l’injection plastique cherche à recru-
ter : 01 Technicien qualifié. Disponibilité
immédiate et expérience exigée 5 ans -
Envoyer CV + L. de motivation. Salaire
mot i vant , possi bi l i t é véhi cul e –
cvrouxoran@yahoo.fr
„Avi s de recrutement. Sté spéci al i sée
dans l’injection plastique cherche à recru-
ter : 01 Comptable. Disponibilité immédia-
te et expérience exigée - Envoyer CV +
L. de mot i vat i on par e- mai l :
cvrouxoran@yahoo.fr
„Avi s de recrutement. Sté spéci al i sée
dans l’injection plastique cherche à recru-
ter : 05 Opérateurs. Disponibilité immé-
diate et expérience exigée -Envoyer CV
+ l et t r e de mot i vat i on par Emai l :
cvrouxoran@yahoo.fr
„Société Multinationale Recrute - Inscri-
vez-vous et postulez aux offres directe-
ment sur notre site internet : www.lapem-
dz.com
„CALL-ACTION Algérie sis Centre d’Af-
faires EL BORDJ recrute des Téléopéra-
teurs. Nous vous offrons un cadre de tra-
vail exceptionnel et très haut de gamme.
Salaire fixe + commission jusqu’à 50.000
DA - Envoyer CV + Phot o à :
recrutement@call-action.fr
COMMUNICATION
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013 20
IMPORTANTE SOCIETE
PRIVEE
Recrute dans l'immédiat sur Oran
01 conducteur de travaux TCE
résidant à Oran
Niveau BTS à Ingénieur
Une expérience minimum de 10 années
01 cadre comptable (H ou F) à plein
temps ou à mi-temps
Licence en sciences financières ou
CMTC + CED
Expérience de 10 années au minimum
01 assistante de direction
Niveau BAC + 02 au minimum
Parfaite maîtrise des langues
française, espagnole et de l'outil
informatique
Si vous correspondez au profil
demandé, veuillez transmettre votre CV
et photo récente à :
contact.kit31@gmail.com
CONDOLÉANCES
C’est avec une immense tristesse que la Direction Régionale d’Oran, le syndicat
ainsi que l’ensemble des travailleurs de la Banque Extérieure d’Algérie ont appris
le décès de la sœur de leur collègue
Mr NACERI DJELLOUL (Direction Régionale Oran).
En cette pénible circonstance, ils présentent leurs sincères condoléances
à la famille de la défunte et demandent à ceux qui l’ont connu d’avoir
dans leur prière, une pieuse pensée.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
Le Directeur Régional
PENSÉE
Trois ans sont passés
KESSAÏRI SAÏD
Décédé le 21 Juillet 2010.
Son fils HAFID qui ne l’oubliera jamais
demande à tous ceux
qui l’ont connu une pieuse pensée.
Repose en paix cher papa.
PENSÉE
Voilà déjà 01 an jour pour jour que nous a quittés celle qui fut le phare
de notre vie, notre mère et grand-mère
Mme RAHALI RAHMOUNA née BENTAZI,
laissant après elle un énorme vide que rien ni personne ne peut combler.
Nous ne pourrons jamais t’oublier et nous demandons à tous ceux qui l’ont connue
et aimée de prier Dieu, avec nous, de lui accorder Sa Sainte Miséricorde
et de l’accueillir dans Son Vaste Paradis.
DECES
La famille BENCHERGUI remercie tous ceux
qui ont compati à notre douleur lors du décès
de notre cher père et grand-père
BENCHERGUI ABDELHAMID
survenu le 08/07/2013.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
CENTRE D’ETUDES ET DE REALISATION EN URBANISME
- URBOR -
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT
N° 01/2013
NIF N° : 098331010058633.000
Le Centre d’Etudes et de Réalisations en Urbanisme – URBOR -, lance un Avis d’Appel d’Offres National Restreint pour
l’acquisition de Véhicules TOUT-TERRAIN et TOURISTIQUES.
Les concessionnaires agréés et qualifiés et intéressés par le présent Avis peuvent retirer le cahier des charges contre un
paiement de Deux Mille Dinars (2000,00 DA). Auprès du Siège de la Direction Générale du Centre d’Etudes et de Réalisa-
tions en Urbanisme – URBOR -, 124 Avenue Aspirant HAMMOU Mokhtar ORAN (31 000).
A) L’offre Technique doit contenir les documents suivants :
- Déclaration à souscrire cachetée, datée et signée.
- Déclaration de probité cachetée, datée et signée.
- Le présent Cahier des charges dûment paraphé, cacheté et signé.
- Copie légalisée de l’agrément.
- Copie du registre de commerce et l’immatriculation fiscale NIF légalisée.
- Mise à jour CNAS – CASNOS en cours de validité.
- Copie légalisée de l’extrait du casier judiciaire du soumissionnaire datant de moins de trois mois.
- Copie du certificat de dépôt des comptes sociaux auprès des services du CNRC.
- Extrait de rôle en cours de validité datant de 03 mois original.
- Références bancaires (Attestation de solvabilité).
- Certificat de garantie des équipements.
NB : Le dossier doit être fourni en 02 exemplaires dont un Original et une Copie légalisée.
- Echantillons « prospectus en couleur » uniquement illustré pour le matériel proposé ;
- Les attestations de bonne exécution (respect des délais de livraison et des garanties) ;
- Les trois (03) derniers bilans comptables ;
- Extrait de ;
B) L’enveloppe contenant l’offre financière doit comporter :
- La lettre de soumission cachetée, datée et signée.
- Le bordereau des prix unitaires.
- Le devis quantitatif et estimatif.
Les offres seront déposées, à l’adresse ci-après :
Centre d’Etudes et des Réalisation en Urbanisme – URBOR-
124, Avenue Aspirant HAMMOU Mokhtar ORAN (31 000).
Les offres techniques et financières seront fermées cachetées séparément dans deux enveloppes internes et introduites
dans une enveloppe extérieure anonyme ne portant que les mentions suivantes :
« Soumission A ne pas ouvrir »
AVIS D’APPEL D’OFFRES RESTREINT N° 01/2013
LOT : « ACHAT DE DEUX (02) VEHICULES TOUT-TERRAIN TYPE 4X4 »
ET DE DIX (10) VEHICULES TOURISTIQUES
Les offres doivent être reçues par le Président-directeur Général à l’adresse, date et heure mentionnées dans l’appel
d’offres de 8 heures à 12 heures, 15 jours à compter de la 1ère parution de l’appel d’offres dans les quotidiens nationaux.
La séance d’ouverture des plis se tiendra le dernier jour de la remise des offres à 14 h 00 en séance publique au siège
du Centre d’Etudes et de Réalisations en Urbanisme – URBOR- 124 Avenue Aspirant HAMMOU Mokhtar ORAN (31 000).
LE PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL
Adresse : 124 Avenue Aspirant Hammou Mokhtar – Oran
Tél. 041.45.23.27 - 041.45.23.54 - Fax/ 041.45.21.78 - Email : contact@urbor.com
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
CENTRE D’ETUDES ET DE REALISATION EN URBANISME
- URBOR -
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT
N° 02/2013
NIF N° : 098331010058633.000
Le Centre d’Etudes et de Réalisations en Urbanisme – URBOR-, lance un Avis d’Appel d’Offres National Restreint pour
l’acquisition de MATERIEL INFORMATIQUE ET REPROGRAPHIQUE.
Les fournisseurs agréés et qualifiés et intéressés par le présent Avis peuvent retirer le cahier des charges contre un
paiement de Deux Mille Dinars (2000,00 DA). Auprès du siège de la Direction Générale du Centre d’Etudes et de Réalisa-
tions en Urbanisme - URBOR-, 124 Avenue Aspirant HAMMOU Mokhtar ORAN (31 000).
A) L’offre Technique doit contenir les documents suivants :
- Déclaration à souscrire cachetée, datée et signée.
- Déclaration de probité cachetée, datée et signée.
- Le présent Cahier des charges dûment paraphé, cacheté et signé.
- Copie légalisée de l’agrément.
- Copie du registre de commerce et l’immatriculation fiscale NIF légalisée.
- Mise à jour CNAS – CASNOS en cours de validité.
- Copie légalisée de l’extrait du casier judiciaire du soumissionnaire datant de moins de trois mois.
- Copie du certificat de dépôt des comptes sociaux auprès des services du CNRC.
- Extrait de rôle en cours de validité datant de 03 mois original.
- Références bancaires (Attestation de solvabilité).
- Certificat de garantie des équipements.
NB : Le dossier doit être fourni en 02 exemplaires dont un Original et une Copie légalisée.
- Echantillons « prospectus en couleur » uniquement illustré pour le matériel proposé ;
- Les attestations de bonne exécution (respect des délais de livraison et des garanties) ;
- Les trois (03) derniers bilans comptables ;
- Extrait de ;
B) L’enveloppe contenant l’offre financière doit comporter :
- La lettre de soumission cachetée, datée et signée.
- Le bordereau des prix unitaires.
- Le devis quantitatif et estimatif.
Les offres seront déposées, à l’adresse ci-après :
Centre d’Etudes et des Réalisation en Urbanisme – URBOR-
124, Avenue Aspirant HAMMOU Mokhtar ORAN (31 000).
Les offres techniques et financières seront fermées cachetées séparément dans deux enveloppes internes et introduites
dans une enveloppe extérieure anonyme ne portant que les mentions suivantes :
« Soumission A ne pas ouvrir »
AVIS D’APPEL D’OFFRES RESTREINT N° 02/2013
LOT : «ACQUISITION DE MATERIEL INFORMATIQUE E REPROGRAPHIQUE »
Les offres doivent être reçues par le Président-directeur Général à l’adresse, date et heure mentionnées dans l’appel
d’offre de 8 heures à 12 heures, 15 jours à compter de la 1ère parution de l’appel d’offres dans les quotidiens nationaux.
La séance d’ouverture des plis se tiendra le dernier jour de la remise des offres à 14 h 00 en séance publique au siège
du Centre d’Etudes et de Réalisations en Urbanisme - URBOR- 124 Avenue Aspirant HAMMOU Mokhtar ORAN (31 000).
LE PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL
Adresse : 124 Avenue Aspirant Hammou Mokhtar – Oran
Tél. 041.45.23.27 - 041.45.23.54 - Fax/ 041.45.21.78 - Email : contact@urbor.com
Voyages organisés
Malaisie :
du 15 au 29 août - Hôtels 4* et 5*
Turquie :
du 20 août au 03 septembre - Istanbul 4* et Antalya 5*
Maroc :
du 26 août au 06 septembre - Marrakech 4*, Agadir 5*
TILMAS VOYAGES
30 Rue de l’Indépendance, Tlemcen
Tél : 043 27 36 47
Mob 1 : 0770 95 00 92 / Mob 2 : 0771 67 54 91
Email : tilmas_voyages@yahoo.fr
SPORTS 21
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
Kamel Mohamed
L
’Italie semble devenir la
direction de prédilec
tion des joueurs algé-
riens qui ont incorporé le
championnat insulaire ces
dernières années. Le nombre
de joueurs algériens qui évo-
luent dans le championnat
italien est de plus en plus im-
portant. Les clubs de ce pays
se tournent davantage vers
les Algériens, lesquels op-
taient par le passé pour la
Fr ance. N’ ayant pl us
aucun espoi r d’ i nt égrer
l’équipe de France et se
considérant comme reje-
tés ou non considérés à leur
juste valeur dans leur pays
d’adoption, ces joueurs se
sont retrouvés dans la con-
trainte de tenter leur chance
ailleurs et de s’illustrer dans
d’autres championnats. Aus-
si, les résultats de l’équipe
Reina au Napoli,
une question de jours
Comme nous l’apprend notre rédaction es-
pagnole, Jose Manuel Reina sera bientôt un
joueur de Naples. Le prêt du gardien interna-
tional de Liverpool pour une saison sera offi-
cialisé dans les prochains jours. Le Napoli ver-
sera quatre millions d’euros aux Reds pour
couvrir une partie du salaire de Reina.
L’AC Milan accélère pour Honda
Comme le révèle la Gazzetta dello Sport,
l’AC Milan a envoyé un émissaire à Moscou
pour négocier le transfert de Keisuke Honda.
Le CSKA Moscou réclame quatre millions
d’euros pour lâcher l’international japonais.
«Nous respectons le désir de Honda de jouer
pour l’AC Milan, surtout que c’est son rêve, a
soufflé le directeur général du club russe,
Roman Babaev, au média ITAR-TASS. Mais
aucune proposition nous est encore parvenue».
Simeone temporise pour Cazorla
Dans des propos rapportés par AS ce same-
di, Diego Simeone reste évasif sur le cas San-
ti Cazorla, dont le nom circule avec insistance
du côté de l’Atlético Madrid. Mais «tant que
le marché des transferts n’est pas fermé, tout
est possible», estime néanmoins le technicien
argentin des Colchoneros. Une offre aux alen-
tours de 20 millions d’euros aurait été trans-
mise à Arsenal par l’Atlético.
Zubizaretta en contact
avec David Luiz
Après avoir vu les pistes menant à Thiago
Silva et à Marquinhos s’éteindre successive-
ment, le FC Barcelone semble prêt à se ra-
battre sur David Luiz. D’après Sport, Andoni
Zubizarreta en aurait fait sa priorité de recru-
tement. Le directeur sportif des Blaugrana
aurait appelé l’agent du défenseur de Chel-
sea pour lui faire part de son intérêt. L’inter-
national brésilien est évalué à 45 millions d’euros.
Le Torino fait le forcing
pour Ghoulam
Selon Tuttosport, les dirigeants turinois ne
lâchent pas Faouzi Ghoulam. Le quotidien ita-
lien interprète l’absence du latéral à l’entraî-
nement de Saint-Etienne vendredi, justifiée
par Christophe Galtier, qui parle d’une
«béquille», comme un signe de la volonté du
joueur de tout faire pour quitter l’ASSE. La
dernière offre du Torino s’élèverait à 2,6 mil-
lions d’euros, se rapprochant ainsi des 3 millions récla-
més par les Verts.
Arsenal sur Mata ?
D’après le Daily Mail, Arsenal songe à Juan
Mata, le milieu de terrain de Chelsea. Si les
Blues ne comptent pas vendre leur Espagnol,
le tabloïd anglais explique que les Gunners
voudraient faire une offre «audacieuse» qui
pourrait convaincre Chelsea…
Naples:
OK avec le Real pour Higuain
D’après le Corriere dello Sport, qui en fait
sa Une hier, Naples a trouvé un accord avec
le Real Madrid pour le transfert de Gonzalo
Higuain. Le montant de la transaction serait
de 35 millions d’euros ! L’attaquant argentin
des Merengue doit maintenant se mettre d’ac-
cord avec le Napoli sur son salaire.
Rooney, c’est fini
à Manchester United
Le Times l’a annoncé dans son édition
d’hier: le temps de Wayne Rooney à Man-
chester United est terminé malgré la volon-
té de David Moyes de le conserver. L’atta-
quant anglais, auteur de 197 buts en neuf
saisons avec les Red Devils, serait ainsi pro-
che de trouver un accord pour un transfert
à Chelsea. Le Sunday Telegraph annonce
de son côté que le club londonien est prêt à faire une offre
de 46 millions d’euros à Manchester United pour con-
vaincre les Red Devils de le lâcher.
Mourinho veut Drogba
comme joueur
et dans son staff
D’après le tabloïd anglais The
Mirror, José Mourinho voudrait
ramener Didier Drogba à Chel-
sea. Le Portugais compterait
attirer l’Ivoirien qui n’a plus
qu’un an de contrat avec Ga-
latasaray dès cet été. D’après le manager des Blues, Drog-
ba (35 ans) pourrait encore jouer 3 ans. Et pour le faire
revenir, Mou envisagerait de lui proposer un rôle dans
son staff en plus de son statut de joueur.
Fabregas, un salaire
double à Manchester ?
Le tabloïd Sunday Mirror rapporte que
Manchester United pourrait proposer le dou-
ble de son salaire à Cesc Fabregas pour le
convaincre de revenir en Premier League.
Le milieu de terrain catalan du FC Barcelo-
ne touche actuellement 115 000 euros par
semaine.
Après l’Espagne
L’Italie, l’autre destination
des joueurs algériens
nationale ont grandement
contribué dans le choix des
clubs italiens qui accueillent
de plus en plus d’Algériens.
L’Algérie est revenue en for-
ce avec une participation au
Mondial 2010 en Afrique du
Sud et une quatrième place
à la CAN-2010. Meghni et
Yebda figurent parmi les
joueurs algériens ayant incor-
poré le championnat italien.
Djamel Mesbah et Abdelk-
ader Ghezzal avaient eux
aussi réussi à décrocher des
contrats dans des clubs du
Calcio. Le passage de ces
joueurs a semblé être con-
cluant dans la mesure où
d’autres Algériens les ont re-
joints. Après Mesbah qui
avait décroché une place au
grand Milan AC, avant d’être
cédé à Parme, c’est au tour
de Ishak Belfodil de réussir un
gros transfert à l’Inter Milan.
Belfodil s’est illustré la saison
dernière à Parme, ce qui ex-
plique l’intérêt que lui ont
porté plusieurs clubs huppés
du championnat italien. Il en
est de même pour Saphir Tai-
der qui brille à Bologne. Sa
sélection en équipe nationa-
le a davantage boosté sa car-
rière, le joueur étant de plus
en plus convoité par des
clubs huppés. Essaïd Bel-
kal em de l a JS Kabyl i e
vi ent de décr ocher un
contrat de cinq ans à Udi-
nes e. C’ es t l e premier
joueur algérien évoluant dans
le championnat local qui re-
joint directement un club ita-
lien. Belkalem a été formé en
Algérie et se voit jouer en Ita-
lie. Une première pour un
joueur du cru ! Les autres
joueurs qui sont également
sollicités par des clubs italiens
sont des internationaux, à
savoir Carl Medjani et Fawzi
Ghoulam de même que Riad
Boudebouz. L’Italie est ainsi
devenue la destination privi-
légiée des joueurs algériens
après l’Espagne. Le cham-
pionnat ibérique compte aus-
si plusieurs Algériens, notam-
ment les Yebda, Feghouli,
Brahimi et Lacen.
Toutefois, il faut relever que
tous ces joueurs ont été for-
més en France et seul Belka-
lem est issu de l’école algé-
rienne. Aussi, les joueurs al-
gériens ont eu du mal à s’im-
poser dans des championnats
où l’engagement physique
prime, en Angleterre et en
Allemagne. Tous les joueurs
qui ont évolué dans ces pays
ont galéré, à l’exemple de
l’ancien capitaine de l’équi-
pe nationale, Antar Yahia,
Karim Ziani ou Karim Mat-
mour. En Angleterre, des
joueurs comme Halliche et
même Moussa Saïb avaient
connu le même sort.
L
'attaquant international argentin de l'In-
ter Milan, Diego Milito, n'a pas tari d'élo-
ges sur son nouveau coéquipier, l'Algérien
Ishak Belfodil, estimant que c'est un joueur
«prometteur» et au «bel avenir». «Je suis heu-
reux qu'il soit arrivé. Avec Mauro Icardi, ils
ont un bel avenir devant eux.
On ne devrait pas trop leur mettre de pres-
sion sur les épaules mais je pense qu'ils vont
réussir», a souligné le buteur argentin au jour-
nal spécialisé Gazzetta dello sport. Ishak
Belfodil (21 ans) a rejoint le club «Nerrazzu-
ri» cet été en provenance du FC Parme, pour
un contrat de 5 saisons.
Diego Milito a salué, par ailleurs, le «cou-
L
e milieu offensif algérien,
Karim Ziani, dont le con-
trat avec Al-Jaish a été résilié
vendredi, s’est engagé pour
deux saisons avec Al-Arabi, un
autre club de première division
qatarie de football, a annoncé
hier le site Internet officiel de
ce dernier. «C’est un renfort de
choix pour Al-Arabi, car il s’agit
d’un joueur pétri de qualités. Il
l’a d’ailleurs démontré tout au
long des deux saisons qu’il
vient de passer avec Al-Jaish.
J’espère qu’il apportera le plus
qu’on attend de lui», a déclaré
à la même source, Ahmed Al
Ammadi, le secrétaire général
d’Al-Arabi, à propos du joueur
algérien. Ziani (31 ans) avait re-
joint Al-Jaish lors de l ’ ét é
2011 en pr ovenance de
Kayserispor (Turquie) où il
a été prêté pour six mois
par le club allemand Wolfs-
bur g. A Al -Ar abi , dont
l ’équi pe premi ère est en-
traînée par l’ancien interna-
tional allemand des années
1980 Uli Stielik, il trouvera son
jeune compatriote Boualem
Khoukhi, ex-joueur de la JSM
Chéraga en place depuis 2010.
Le club d’Al-Jaish a organisé
vendredi une cérémonie à
l’honneur de Ziani pour servi-
ces rendus à l’équipe. L’ancien
meneur de jeu de la sélection
algérienne a reçu pour la cir-
constance un trophée des
mains du vice-président du
club, Nasser Al Ali.
Qatar
Karim Ziani
s’engage pour
deux ans
avec Al-Arabi
Inter Milan
Diego Milito encense Ishak Belfodil
rage» du joueur algérien, qui fait le Ra-
madan, en pleine phase préparatoire de
l' Inter, en vue de la saison prochaine.
«Belfodil fait le Ramadan, je ne sais vrai-
ment pas comment il fait mais je lui tire
chapeau, il faut le féliciter, c' est admira-
ble», a-t-il indiqué. Belfodil a pris part, il y a
trois jours, à son premier match sous les cou-
leurs du club lombard.
Incorporé en seconde période en amical
face à une sélection de la région de Trentino
(3-0), à la place de l'Argentin, Palacio, Bel-
fodil a eu un rendement encourageant,
même si l'efficacité n'était pas au rendez-
vous, en ratant deux penalties.
D
éjà courtisé par l'Evian TGFC, Nantes
et l'AC Ajaccio, Islam Slimani suscite
également l'intérêt de Rennes qui pourrait
bouger en début de semaine prochaine.
Comme le révèlent nos confrères de Fran-
ce Football, l' AC Ajaccio a fait une offre
pour Islam Slimani, l' attaquant algérien
du CR Belouizdad.
Ce dernier suscite également l'intérêt pro-
Rennes
On pense à Slimani
noncé de Nantes et de l'Evian TGFC. Ces
trois clubs devront désormais composer avec
la concurrence de Rennes.
Selon nos informations, le club breton, à
la recherche de solution offensive, a coché
le nom du joueur de 25 ans. La cellule de
recrutement dirigée par Jean-Luc Buisine
pourrait passer à l'attaque dès le début de la
semaine prochaine.
TÉLÉVISION 22
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
11.00 Les
douze coups
de midi
11.55 Petits plats
en équilibre été
12.00 Journal
12.55 Les feux
de l’amour
13.55 American
Wives
15.30 Quatre
mariages pour
une lune de miel
16.20 Bienvenue
chez nous
17.15 Secret
Story
18.05 Money
Drop
19.00 Journal
19.50 Les
experts : Miami
12.40 Le magazine
de la santé
13.40 La tortue
après l’eden
14.45 Les pintades
15.45 Corne
d’Afrique, la route
de tous les trafics
16.45 C dans l’air
18.00 La maison
France 5
18.50 Voyage au
centre de la vie
19.40 Sale temps
pour la planète
20.35 Vu sur Terre
21.30 C dans l’air
22.35 Avis de sorties
22.45 Superstructures
SOS
23.35 Le grand
méchant lait
00.27 Au coeur
des chutes d'Iguazu
01.15 Une maison,
un écrivain
10.00 Motus
10.30 Les
Z’amours
11.00 Tout
le monde veut
prendre sa place
12.00 Journal
12.50 Toute
une histoire
14.55 Dernier
recours
15.15 The Closer :
L.A. enquêtes
prioritaires
17.00 On
n’demande
qu’à en rire
17.50 Avec
ou sans joker
18.24 Météo 2
18.25 Le cube
19.00 Journal
19.45 Meurtre
au paradis
10.35 Kikoriki
11.00 12/13 :
Journal régional
11.25 12/13 :
Journal national
11.55 Nous nous
sommes tant aimés
12.30 Un cas
pour deux
13.35 Maigret
15.10 Des chiffres
et des lettres
15.55 Harry
16.30 Slam
17.10 Questions
pour un champion
18.00 19/20 :
Journal régional
18.30 19/20 :
Journal national
19.00 Tout le sport
19.15 Plus belle
la vie
10.25 Malcolm
10.50 Desperate
Housewives
11.45 Le 12.45
12.05 Scènes
de ménages
12.42 100%
montagne
12.45 En cloque,
mais pas trop
14.30 Au nom
de la vérité
16.15 En famille
16.35 Un dîner
presque parfait
17.45 100 %
mag
18.45 Le 19.45
19.05 En famille
19.50 L’amour
est dans le pré
11.45 Le JT
12.00 Zapping
12.05 Les
nouveaux
explorateurs
13.05 Bienvenue
parmi nous
14.35 Le
supplément
15.10 La caméra
planquée de
François Damiens
15.15 Killer Elite
17.10 Dans
la bouche...
17.15 Mon
oncle Charlie
17.45 Le JT
18.05 News show
19.10 Workingirls
19.30 Le petit
journal de l’été
19.55 Engrenages
10.50 That ’70s
Show
11.40 The Big
Bang Theory
12.40 Tellement vrai
14.20 Tellement vrai :
la quotidienne
15.30 Les anges
de la téléréalité 4,
club Hawaii
17.45 Stargate SG-1
19.50 La guerre
des mondes 2
21.25 Strike Back
11.45 New York 911
13.15 Urgences
15.40 Loïs et Clark,
les nouvelles
aventures
de Superman
16.30 Plus belle
la vie
17.00 Handisport
19.00 Bêtes
mais drôles
19.35 Monte
le son ! Le live
19.45 Shaolin
Basket
21.15 Moi,
Bruce Lee
22.40 En territoire
ennemi III : mission
Colombie
00.15 Pony Pony
Run Run
10.00 Le destin
de Lisa
10.30 Les enquêtes
impossibles
11.35 Tous
différents
12.30 NT1 infos
12.45 Les enquêtes
impossibles
15.40 Psych :
enquêteur malgré lui
18.05 Au nom
de la vérité
19.45 Mortes
de préférence
22.15 Marie
Humbert, l’amour
d’une mère
00.05 Un mari
de trop
01.55 Les filles
d'à côté
22.10 Nouveau look
pour une nouvelle vie
arte
19.30 Balec
wassae
08.00 Journal
télévisé
08.15 Sabah
el kheir
10.00 Awalouhoy
rahma
10.30 El thaour
el khariq
11.00 Ben 10
11.30 Hamzat wasl
12.00 El mouftaris-
se el kabir
12.30 Wahet el imen
13.00 Journal
télévisé
13.30 Zamen
el barouthe
14.30 El dourousse
el mouhamadia
15.00 Si Walou
15.20 Wild card
16.10 Ouled houma
16.30 Moutaât
el maïda
17.00 Journal
télévisé amazigh
17.30 Bouyout
el rahman
18.00 Taxi
wa khalasse
18.20 Taqdar tarbeh
19.00 Journal
télévisé
19.40 Hikayetek
hikaya
19.50 Hadith dini
20.15 Lahadhat
mousika
20.25 Dar el bahdja
21.05 Dikra wadihka
21.15 Asserar
el madhi
22.00 Lamet
ramadhan
23.45 Zounoud Sit
00.15 Saharat
el madina
Avec Catherine Frot, Grégori Derangère
A La Hague, dans le Cotentin, pendant l'été
1950. Monique consacre tout son temps à la
gestion de la ferme de son mari - qui n'est
jamais revenu de la guerre. Elle n'est guère
soutenue par sa fille Jeanne, l'institutrice du
village, qui n'a qu'une envie : travailler en ville.
Arrive un beau jour, Joseph, un ouvrier
saisonnier en quête de travail. Beau comme un
dieu, il ne laisse pas Monique indifférente...
21.20 Soir 3
21.50 Ma saison préférée
23.50 SLC Salut les copains
01.45 Soir 3
22.30 Affaire Alessandri :
contre-enquête sur un meurtre
23.00 Dexter
19.45 Le passager de l'été
12.35 Un coeur simple
14.15 Arte reportage
14.40 Sur les traces des nomades
15.25 Aventuriers
16.15 X.enius
16.45 Mystères d’archives
17.10 Plus près des nuages
18.00 L’Amérique latine des paradis naturels
18.40 La minute vieille
18.45 Arte journal
19.05 Les montagnes du monde
19.50 Le sauvage
Avec Yves Montand, Tony Roberts,
Catherine Deneuve, Luigi Vanucchi
Martin Coutances, créateur de parfums,
a quitté le stress de la vie parisienne pour
vivre sur une île paradisiaque au large
du Venezuela. De passage à Caracas,
ce misanthrope rencontre l'éclatante Nelly
Chasteller. Femme au caractère volcanique,
en quête de liberté, elle vient de rompre ses
fiançailles avec l'Italien Vittorio et de voler
une oeuvre de Toulouse-Lautrec à son ancien
amant, Alex Fox, qui lui doit de l'argent.
21.35 Heinrich George
23.30 Au fond des bois
01.05 Le ciel en bataille
22.45 Private Practice
- Deux pas en arrière
Avec KaDee Strickland, Paul Adelstein
Cooper révèle un secret à Charlotte au cours
d'une séance de thérapie. Les collègues
de Violet refusent que leur vie soit dévoilée
dans son livre. Sheldon doit s'occuper d'Andi,
une patiente qui semble atteinte de troubles
de la personnalité. Quant à Sam et Naomi,
ils suivent Tanya, une adolescente trisomique
qui attend un bébé.
00.20 Don Pasquale
A Pernes-les-Fontaines, près d'Avignon,
Richard Alessandri, directeur d'un supermar-
ché, est assassiné d'une balle dans la tête
durant son sommeil. Son épouse, présente lors
des faits, lesquels se sont produits dans la nuit
du 16 au 17 juillet 2000, prétend que des
rôdeurs ont commis ce crime. L'arme n'est pas
retrouvée, le mobile n'est pas clair. L'enquête
accable la jeune femme, condamnée à dix ans
de prison. Elle clame pourtant son innocence
et tente de faire reconnaître la vérité.
23.25 L'oeil de Links
23.50 Nos plus belles vacances
01.20 Marley
- Sainte Brigitte
Avec Peter Weller, Michael C Hall
Acculée par sa hiérarchie, Maria mobilise son
équipe pour mener à terme la traque des frères
Fuentes. Grâce à une informatrice, recrutée par
Angel, une planque est installée dans un club
fréquenté par les meurtriers. Mais l'opération
tourne mal. Lumen supplie Dexter de la laisser
participer à la traque et l'exécution de ses
agresseurs. Leur tâche se complique lorsque
la police découvre les barils de Boyd.
01.05 Sept à huit
Présenté par Cristina Cordula
Employée agricole, Virginie, 39 ans, a pris la
fâcheuse habitude de porter quotidiennement
des joggings et des polaires. Un look qui laisse
sérieusement à désirer pour cette célibataire en
quête de l'âme sœur. Simon, de son côté, est
un jeune professeur d'art plastique de 23 ans
qui s'habille toujours comme un adolescent.
Tous deux ont fait appel à Cristina Cordula
pour les transformer.
00.35 The Unit : commando d'élite
19.45
SHAOLIN BASKET
Avec Jay Chou, Charlene Choi,
Eric Tsang, Eddy Ko, Kenneth Tsang
Le jeune Shi-Jie tente de survivre dans les quar-
tiers miséreux d'une grande métropole chinoi-
se. Cet orphelin des rues passe ses journées à
mendier et à errer. Avec charité, un maître du
kung-fu décide de l'accueillir au sein de l'aca-
démie qu'il dirige. Progressivement, Shi-Jie se
révèle un élève talentueux. Mais le garçon n'a
qu'une passion dans la vie : le basket. S'entraî-
nant seul, il met à profit son apprentissage des
arts martiaux pour développer des parades et
des tactiques qui lui sont propres. C'est alors
que l'entraîneur d'une équipe universitaire le
remarque. Stupéfait, il lui propose de rejoindre
ses joueurs. Shi-Jie accepte sans hésiter...
19.50
LES EXPERTS : MIAMI
- En moins d'une minute
Avec David Caruso, Emily Procter,
Rex Linn, Eva La Rue
Aidés par un complice qui a bloqué la rue,
deux individus, visiblement très bien prépa-
rés, dévalisent une bijouterie et prennent la
fuite, après avoir exécuté l'un des clients. La
police se lance à leurs trousses, tout comme
Horatio. Mais ce dernier perd tout à coup leur
trace... L'équipe découvre bientôt que Jake
Berkeley, un policier infiltré, que connaît bien
Calleigh, a participé au cambriolage.
19.55
ENGRENAGES
Avec Caroline Proust, Audrey Fleurot,
Grégory Fitoussi, Philippe Duclos
Un homme est retrouvé mort, les avant-bras
arrachés, dans le bois de Vincennes. Berthaud,
Fromentin, Escoffier et la nouvelle venue Ami-
na sont chargés de l'affaire. Rapidement, leur
enquête les oriente vers les milieux de l'extrê-
me gauche radicale. De son côté, l'avocate Jo-
séphine Karlsson prend la défense de Moussa
Koné, un sans-papiers placé en détention après
avoir été dénoncé par sa banque. Quant à Laure
Berthaud, elle est aux prises avec l'Inspection
générale des services (IGS) au sujet des circons-
tances de la mort de Ronaldo Fuentes, surnom-
mé le «tueur de la Villette».
DÉTENTE
Jeux proposés par Chérifa Benghani
Verticalement:
1. Prend son air naturel.
De première main.
2. Prisée en droit.
3. Dit une chose et son contraire.
Etant. Du tonnerre !
4. Dans son château, il y a à boi-
re pour tout le monde. On peut
dire qu’il a de la bouteille
5. Trace de sang.
6. Rameur d’élite.
Base d’alliance. Religieux
sans bénéfice.
7. Crée un lien.
Châsseur sous les étoiles.
8. Sont tout feu, tout flammes !
Marche sans forcer.
9. Un doigt de nougat.
Retour au logis.
10. Ne sont plus attendues.
Espèce de pigeon.
A. Talent manifeste.
B. Buts d’en-but. Opposé à
la force.
C. Symbole de cube.
Partie en fugue. Manche de
pinceau.
D. Va au plus mal.
Remarquées.
E. Faire comme ci, comme
ça. Ça fait rêver !
F. Dire qu’elle était à poil !
Dégagées de Libye.
G. Etre attaché à vous.
Pièce à terre.
H. On jurerait qu’ils sont
mille !
I. Meule. Maison de pierres
sèches.
J. Mauvaise lecture.
Horizontalement:
F
O
U
I
L
L
I
S

N
°

5
0
7
0
7
E
R
R
E
U
R
S
CODÉS N° 5069
A R T E L S I V U C M D B
G H P N O
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26
LES SOLUTIONS
CROISÉS N° 5069 FLECHES N° 5069
FOUILLIS N° 5069 FANTOME (Fan - Tome)
C
R
O
I
S
É
S

N
°

5
0
7
0
F
L
É
C
H
É
S

N
°

5
0
7
0
C
O
D
É
S


N
°

5
0
7
0
23
Le Quotidien d'Oran
Lundi 22 juillet 2013
S I M I L I T U D E
U L E M A I T E M
R R I G I D I T E
C A C T U S L E T
O E E N Z E N
S E N S E S S T E
T U A S A S R L
A S I E P E R I L
L R U B A N C E
E T E R N I S E E S
C H O M E U R S
C A T A S E U
O F F E R T S R
N E O A I V
J S O I G N E R
U N S C U I R E
G E H I S S E
A I S E E T L
L R F R E R E
E A U S E T E
S I S E V E A U
T A P I S T E
; E N I A B U A
T U A F L I
R E T U A S
! S U S S E D
S E G U F E R
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
I N I F É D N I
L A N I D R A C
E H C I R E D
U E I L
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
E T N E L O S N I
E I R U C
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
- S I T R E V I D
T N E M E S
S I R P
T O M U A
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
S N A S T I O B
S E T I M I L
! A R T X E
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
S E D T E M
S N O T Â B
S E L S N A D
S E U O R
E H C N A R B
E L A C I D É M
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
E E C N E M M O C
R U E L A V
, E L L U N
E L L U B A L
! E R C N A C U D
! T I F F U S A Ç
! A T S A B
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
N O S S I O P
T A L P
E L C I T R A
E T O N T E
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
E T O N
T N I A S
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
T N E T U F É R
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
A R I T R A P
E D È P I M L A P
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
E T I U S N E
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
A M M O N
E L L I M
S O L I K
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
T N A T U B É D
E S
- T E M U O S
T I A R T
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
E D È S S O P
E T I U R T S N I
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
- A C N I N U
! E L B A P
E R T T E M E R
S U L P À
D R A T
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
T N E I V N O C
N O I T A G É N
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
E I C É R P P A
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
S T N I O P
S É S O P P O
E L L I U E F
L A T E M E D
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
! A S S I F
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
E É V E L N E
A E L L E
R I A ’ L
L I E M M O C
! T U A F
N O I N U
8 2 S E D
A B C D E F G H I J
1
2
3
4
5
6
7
8
9
0 1
× ×× ××
Õ Õ Õ Õ Õ
× ×× ××
Ø ØØ ØØ
Õ ÕÕ ÕÕ
Õ ÕÕ ÕÕ
Õ ÕÕ ÕÕ
Õ ÕÕ ÕÕ
Õ ÕÕ ÕÕ
× ×× ××
Õ ÕÕ ÕÕ
× ×× ××
ÚÚ ÚÚÚ
Ø ØØ ØØ
Ø ØØ ØØ
Õ Õ Õ Õ Õ
Õ ÕÕ ÕÕ
Ú Ú Ú Ú Ú
Õ ÕÕ ÕÕ
Õ ÕÕ ÕÕ
Õ ÕÕ ÕÕ
Õ ÕÕ ÕÕ
ÚÚ ÚÚÚ
Õ Õ Õ Õ Õ
ANIMATION – ARRET
– BONUS – CASQUE
– CINTRE –
CITATION -
CITRONNADE –
DALLER –
ENCERCLEMENT –
ESSAIM – EVIER –
FELIN - FONTAINE –
MOROSITE –
MORPION – NERF -
NOCEUR –
NUISANCE –
OMBRAGE –
PENSIONNAIRE –
PERPETUITE – PIED
– PION -
PUISSANCE –
RASOIR – RECTEUR
– RESTE – RIME –
ROSE – SAUCISSON
– SCENARIO –
SOUPIR – TABLE –
TANTE – TOME –
TRAMER – UTILISER
- ZINC.
Les 8 lettres restantes composent le tout de la charade suivante :
- Mon 1er détient.
- Mon 2e signifie dominer, gouverner.
Mon tout est un insecte, à rendre fou de l’avoir au plafond.
F N S T N E M E L C R E C N E
R O C N E M E L B A T I A N V
E I E O M I A S S E N A N O I
N T N C O R E O D T R P G I E
I A A E T S I A R R I E E P R
A M R U O R N E E O T E A R I
T I I R E N C T N S N T I O A
N N O M O N I O E O R I R M N
O A A R A S I R S E E U E E N
F R T S O T R S C E S T N G O
T I I R A E I T U U I E I A I
C U O T L C E Q N P L P L R S
N M I L U U S O U P I R E B N
I C A A R A B T A N T E F M E
Z D S E C N A S S I U P D O P
7 1 1 3 9 3 6 5 8 0 1 6
1 4 6 8 3 1 8
3 1 1 3 1 6 0 1 4 4 1 3 1 6
2 3 1 1 5 8 4 1 3 1 8 1 3 1
4 4 2 3 1 1 1 1 3 1
0 1 8 1 1 3 1 4 6 1 1 8 1
3 1 8 1 8 2 1 3 1 9 5 4 1
6 2 3 1 1 1 1 8 3 1 1 3 1
1 1 8 9 3 1 3 7 5 1
5 4 0 1 5 3 1 9 5 1 4
8 4 3 1 2 1 3 1 3 9
3 1 6 5 8 6 1 3 7 5
1 7 8 9 3 1 1 5 1 6
0 1 1 3 8 6 8 3 1 1 3 1
3 1 9 3 1 2 2 3 1 5 6
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26
R F O
HOROSCOPE
Poissons Poissons Poissons Poissons Poissons 19-02 au 20-03
Bélier Bélier Bélier Bélier Bélier 21-03 au 20-04
T TT TTaureau aureau aureau aureau aureau 21-04 au 21-05
Gémeaux Gémeaux Gémeaux Gémeaux Gémeaux 22-05 au 21-06
Cancer Cancer Cancer Cancer Cancer 22-06 au 22-07
Lion Lion Lion Lion Lion 23-07 au 23-08
Vierge Vierge Vierge Vierge Vierge 24-08 au 23-09
Balance Balance Balance Balance Balance 24-09 au 23-10
Scorpion Scorpion Scorpion Scorpion Scorpion 24-10 au 22-11
Sagittaire Sagittaire Sagittaire Sagittaire Sagittaire 23-11 au 21-12
Capricorne Capricorne Capricorne Capricorne Capricorne 22-12 au 20-01
V VV VVerseau erseau erseau erseau erseau 21-01 au 18-02
Vous ferez preuve de dis-
crétion et on a confiance
en vous, cela vous réussira. On
vous fait certaines confidences
qui vous incommodent mais vous
en prenez votre parti.
Vous aurez connaissance
d’un projet qui n’est pas
pour vous déplaire. Vous allez
tout faire pour vous solidariser à
cette entreprise difficile.
Vous allez connaître l’op-
portunité d’avoir de vrais
amis sur lesquels vous pourrez
vraiment compter quand vous en
aurez besoin. Cette richesse si rare
que vous aurez, sachez ne pas la
gaspiller par des discussions sté-
riles et inutiles.
Si vos finances sont insta-
bles, le fait d’hésiter dans la
façon de gérer votre budget n’arran-
ge rien. Essayez d’organiser mieux
la façon de gérer votre argent afin
d’acquérir la tranquilité d’esprit
qui vous manque dans ce domai-
ne en ce moment.
Sai si ssez avec bri o
l’étonnante opportunité
qui va se présenter à vous. Le
problème qui vous inquiétait va
bientôt disparaître.
La chance vous sourire-
ra bientôt. Mais il faudra
faire preuve de discernement si
vous voulez vraiment profiter
sans arrière pensée de l’occasion
qui vous est offerte de changer
quelque chose dans votre vie.
Ne soyez pas en retard à
ce rendez-vous qui vous
semble si important. Même si la
ponctualité absolue n’est pas tou-
jours votre meilleure qualité, fai-
tes en sorte d’arriver en premier
et vous connaîtrez une joie telle-
ment plus intense d’avoir à ouvrir
les bras à un sourire radieux.
La persévérance sera
pour vous la qualité indis-
pensable si vous voulez attein-
dre le but particulièrement diffi-
cile que vous vous êtes vous-
même fixé.
Il est indispensable que
vous preniez votre chan-
ce. Votre moral va s’améliorer
mais vous ne devez pas le mon-
trer surtout avec une personne
très proche de vous. Vous parve-
nez à oublier et vous pardonnez
ses paroles maladroites.
Saisissez avec beaucoup
de détermination l’éton-
nante opportunité qui va se pré-
senter à vous. Le problème per-
sonnel qui peut vous distraire
pourrait bien disparaître très vite.
Vous aurez la chance
d’avoir une belle proposi-
tion financière qui vous sera
faite confidentiellement. Mais atten-
tion, si un beau parleur essaie de
vous convaincre de lui confier votre
argent, réfléchissez bien.
Il vous arrive trop souvent
de penser que la chance ne
sourit qu’aux autres et cette attitu-
de négative en quelque sorte vous
dessert. Vous savez bien que la chan-
ce sourit aux audacieux.
Ø ØØ ØØ
Ø ØØ ØØ
Ø ØØ ØØ
Ø ØØ ØØ
× ×× ××
× × × × ×
Õ ÕÕ ÕÕ
Ø ØØ ØØ
Õ ÕÕ ÕÕ
Ø ØØ ØØ
Õ Õ Õ Õ Õ
Ú ÚÚ ÚÚ
Ú Ú Ú Ú Ú
ÚÚ ÚÚÚ
Ø ØØ ØØ
Ø ØØ ØØ
MARIONNETTES
DE GUERRE
Par M. Saadoune
L
a guerre civile en Syrie pourrait durer
encore plusieurs années, a indiqué un
haut responsable américain du rensei-
gnement militaire cité, hier, par le New
York Times. Son impact sur l’Irak voisin est
grandissant. Dix ans après l’intervention, meur-
trière et destructrice, des Etats-Unis dans ce
pays, on n’en parle plus dans les médias que
par la litanie des chiffres, de plus en plus éle-
vés, des victimes des attentats.
La séquence de déstabilisation ouverte par
la guerre de Bush et de Cheney est loin d’être
finie, elle s’alimente désormais de la guerre
civile en Syrie et de ses remugles sectaires et
haineux. Les Syriens, pouvoir et opposition,
auront largement fait le jeu des manœuvres
externes visant à faire durer la guerre au maxi-
mum afin de détruire les capacités du pays à
peser sur l’échiquier régional. Ils ont laissé
leurs amis du Golfe alimenter les flux des dji-
hadistes en donnant l’argent permettant d’or-
ganiser les filières et d’acheminer les armes.
«Au cours des deux dernières années, ils ont
grandi en taille, en capacités et ont gagné, im-
pitoyablement, en efficacité», s’alarme David
R. Shedd, directeur adjoint de la Defense In-
telligence Agency américaine.
On ne fera pas à ce responsable du rensei-
gnement l’affront de la naïveté. Rien dans cet-
te montée en cadence des djihadistes n’était
imprévisible et la CIA s’est même mise, de-
puis des mois, à créer des structures ad hoc
pour les suivre et les éliminer… En attendant,
on laisse les «amis» leur prodiguer des aides
afin d’accomplir la «mission» fondamentale de
destruction systématique du potentiel syrien.
Aujourd’hui, à Washington, comme à Londres
ou Paris où pourtant un discours très bellicis-
te était tenu il y a encore quelques semaines,
le dernier «chic» est d’appeler à soutenir les
groupes les «plus laïcs» de l’opposition syrien-
ne. Pour l’instant, ces groupes «laïcs» ont une
présence plutôt fantomatique sur le terrain.
L’ALS (Armée syrienne libre) sur le terrain
est en général dans la même logomachie is-
lamiste et djihadiste que le Front Nosra ou
l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).
Même si on peut créditer les dirigeants de
l’ALS d’une vision nationaliste, ils savent
que sur le terrain ils sont contraints de s’ac-
commoder et de travailler avec les djihadis-
tes. Il n’en reste pas moins qu’ils sont déjà
incités - les Kurdes syriens ont déjà com-
mencé - à en découdre avec les djihadistes
qui étaient si «bienvenus» il y a peu. C’est déjà
la condition implicite et parfois très explicite
des Occidentaux pour la livraison d’armes à
la rébellion syrienne. Celle-ci, après avoir es-
suyé des déboires militaires sur le terrain face
à l’armée syrienne soutenue par le Hezbollah,
ne peut qu’y être sensible.
On peut donc s’attendre à une complication
de plus dans une guerre civile atroce qui va se
manifester par des batailles entre les rebelles
syriens présumés «laïcs» et les djihadistes. Il
ne faut pas être un as du renseignement pour
prédire que la guerre va encore durer longtemps
même dans le cas où Bachar Al-Assad tombe.
Prises dans les rets des jeux extérieurs, les for-
ces politiques syriennes, au pouvoir comme
dans l’opposition à quelques exceptions près,
ont systématiquement entravé l’option de la
négociation politique. Et elles continuent de
le faire. Elles apportent ainsi une couverture
syrienne à une gestion externe visant à faire
durer le conflit le plus longtemps possible.
Jusqu’au bout de la Syrie, avions-nous écrit.
C’est déjà réalisé en très grande partie. Perdre
l’esprit d’indépendance, la vision nationale et
le contexte géopolitique transforme les politi-
ciens en aventuriers et en marionnettes. C’est
la pire des catastrophes.
EDITORIAL
Lundi 22 juillet 2013
13 ramadhan 1434
N° 5673
Le Quotidien
D'ORAN
Edition Nationale d'Information
Publicité
D
uinze soldats de l’armée égyp-
tienne ont été tués dimanche
dans un accident de la route dans la
province de Beheira, a indiqué une
source au sein des services de sécuri-
té. Leur bus est entré en collision avec
un poids lourd sur une autoroute de
la province, faisant 15 morts et 40 bles-
sés parmi les soldats. Les soldats cir-
culaient sur l’autoroute d’El-Alamein
quand l’accident a eu lieu tôt diman-
che. L’Égypte connaît régulièrement de
graves accidents routiers ou ferroviai-
res dus à une circulation anarchique,
des véhicules vétustes, des routes et
des voies ferrées mal entretenues et
peu surveillées.
a police anti-terroriste britanni-
que a annoncé avoir arrêté sa-
medi, pour le meurtre d’un musulman
de 75 ans, un Ukrainien déjà empri-
sonné dans le cadre de l’enquête sur
des explosions près de mosquées dans
le centre de l’Angleterre. Mohammed
Saleem, 75 ans, avait été poignardé à
mort le 29 avril à Birmingham (centre
de l’Angleterre) au moment où il ren-
trait chez lui après s’être rendu à une
mosquée. L’Ukrainien de 25 ans, qui
avait déjà été arrêté dans le cadre de
l’enquête sur des explosions près de
mosquées dans trois villes de la région,
a été formellement arrêté samedi pour
le meurtre de Saleem, a indiqué la
section antiterroriste des West Mi-
dlands. Ce meurtre est à présent con-
sidéré comme faisant partie intégran-
te d’une enquête antiterroriste plus
«large», a ajouté la police. Le suspect
et un autre Ukrainien de 22 ans
avaient été initialement arrêtés jeudi
dans le cadre de l’enquête sur des ex-
plosions près de mosquées dans les
villes de Tipton, Walsall et Wolve-
rhampton. La Grande-Bretagne a été
le théâtre d’une recrudescence d’atta-
ques contre les musulmans depuis l’as-
sassinat le 22 mai du soldat britanni-
que Lee Rigby, commis par deux hom-
mes convertis à l’islam et supposés
appartenir à la mouvance islamiste.
outes les personnes enlevées sa-
medi» dans la région de Kidal
(nord-est du Mali), cinq agents électo-
raux et un élu local, ont été libérées, a
affirmé dimanche à l’AFP un respon-
sable administratif, indiquant qu’un
homme soupçonné d’avoir comman-
dité leur rapt a été arrêté.
«Toutes les personnes enlevées same-
di à Tessalit (nord de Kidal) ont été li-
bérées, elles se portent bien», a décla-
ré ce responsable joint au gouverno-
rat de Kidal, chef-lieu de région, selon
lequel il s’agit de cinq agents électo-
raux et d’un élu local. «C’est Baye Ag
Diknane, un responsable du MNLA
(Mouvement national de libération
de l’Azawad), qui a commandité le
coup. Il est actuellement entendu par
les forces internationales à Tessalit.
Il est arrêté», a-t-il ajouté, évoquant
«de fortes pressions» exercées sur des
membres du MNLA pour obtenir la
libération des otages, mais sans don-
ner de détails. Une source militaire
africaine jointe à Kidal a confirmé la
libération des otages.
Citant le témoignage d’un ex-otage,
elle a indiqué que lors de l’enlèvement,
les ravisseurs ont utilisé «un véhicule
avec drapeau du MNLA». «Les otages
ont eu les yeux bandés sur 150 kilo-
mètres», a-t-elle ajouté. Aucune indi-
cation supplémentaire n’était disponi-
ble dans l’immédiat.
e nouveaux affrontements fai-
saient rage dimanche près de
l’aéroport international d’Alep et plu-
sieurs bases aériennes des environs,
a indiqué une ONG, au moment où
la deuxième ville de Syrie entame sa
deuxième année de tourmente meur-
trière. Près de Damas, un officier de
la Garde républicaine a été tué dans
des combats contre les rebelles, a in-
diqué par ailleurs l’Observatoire syrien
des droits de l’Homme. «Des combats
intenses ont éclaté à l’aube (diman-
che) près de l’aéroport internatioanl
d’Alep et de la base aérienne de Nai-
rab», a indiqué l’OSDH. Des accro-
chages ont également eu lieu dans le
quartier de Souleimane al-Halabi. Des
combats nocturnes avaient eu lieu
dans l’aéroport militaire de Kwayris.
La bataille d’Alep a démarré il y a tout
juste un an par une importante offen-
sive rebelle sur la ville. Après des mois
de combats dévastateurs, rebelles et for-
ces du régime sont dans une impasse,
dans une ville morcelée en zones con-
trôlées par les uns ou les autres. Les re-
belles «ne sont pas parvenus à leur ob-
jectif de prendre la contrôle de la capi-
tale commerciale syrienne», soulignait
ainsi dimanche le quotidien Al-Watan
proche du pouvoir.
éviction du président égyp-
tien Mohamed Morsi a exa-
cerbé la rivalité entre les deux
grandes chaînes de télévision sa-
tellitaire arabes, la saoudienne Al-
Arabiya et la qatarie Al-Jazeera,
chacune reflétant la position de
son bailleur de fonds, sans souci
d’objectivité. «Les deux chaînes
se préoccupent davantage de vé-
ix voitures piégées ont fait au moins 60 morts et
quelque 190 blessés samedi soir dans une série
d’attentats coordonnés visant des rues commerçantes, à
majorité chiite, de Bagdad, la plus sanglante offensive
dans la capitale depuis le début du ramadan, a-t-on ap-
pris de sources policières et médicales. Deux engins pié-
gés ont également explosé, un dans la capitale, et un à
Madaïn, à une vingtaine de kilomètres au sud de Bag-
dad où cinq personnes ont été tuées. Au total, quatre
voitures piégées ont explosé dans des quartiers sud de
la capitale, deux dans le centre, deux dans le nord, et
deux dans l’est. A Karrada, les deux explosions ont eu
lieu, à quelques minutes d’écart, vers 20H30, lorsque la
foule se pressait dans la rue, à l’issue du jeûne du rama-
dan, pour faire des courses ou profiter d’un semblant de
fraîcheur après une journée caniculaire. Les autres ex-
plosions ont suivi pendant près d’une heure. Par ailleurs,
un policier a été tué et un autre blessé dans un attentat à
la bombe contre une patrouille à Mossoul, tandis que
trois civils étaient blessés par un engin piégé à l’ouest de
cette ville. Toutes ces attaques portent à plus de 500 le
bilan des morts depuis début juillet en Irak.
La bataille
d’Alep fait rage
Q
15 soldats
égyptiens tués
dans un accident
de la route
Un Ukrainien
arrêté pour
le meurtre
d’un musulman
en Angleterre
Les personnes
enlevées à Kidal,
libérées
L
«T
La crédibilité entamée d’Al-Jazeera
et d’Al-Arabiya
hiculer les points de vue de leurs
bailleurs de fonds que d’informer
d’une manière professionnelle et
obj ective», estime l ’anal yste
saoudien Abdallah Shamry. Al-
Jazeera du Qatar et Al-Arabiya à
capitaux saoudiens, qui ont déjà
marqué leurs différences par une
couverture du «Printemps arabe»
perçue comme proche des posi-
tions de leur gouvernement res-
pectif, ont «polarisé le paysage
médiatique arabe», selon lui. Le
contraste a été clair dans la cou-
ver t ure des mani f est at i ons
ayant conduit à l’éviction par
l’armée, le 3 juillet, de Moha-
med Morsi, issu des Frères mu-
sulmans. «Al-Jazeera et Al-Ara-
biya ont couvert ces événe-
ments de deux manières diamé-
tralement opposées», indique
Mohamed El-Oifi, spécialiste
des médias arabes à l’universi-
té de La Sorbonne à Paris. Alors
qu’Al-Arabiya retransmettait en
direct les protestations des anti-
Morsi sur l’emblématique place
Tahrir au Caire, Al-Jazeera par-
tageait son écran en deux, mon-
trant côte-à-côte la célèbre pla-
ce du Caire et un second lieu de
la capitale égyptienne où étaient
rassemblés les partisans du pré-
sident islamiste.
L’
Nuit meurtrière en Irak
D

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->