Vous êtes sur la page 1sur 1

monde

mondemonaco
europe | Bakchich N°125 | 22 mai 2009 | 17

L’AS Monaco dans le


rouge
foot L’AS Monaco, princière, connaît une nouvelle révolution de
Palais. Exit l’entraîneur Ricardo, bonjour l’ex-directeur général
revenu en grâce, Marc Keller. Reste un souci, l’argent. Un comble sur
le Rocher !

M
onaco a beau être un état personne ne comprend plus rien à la en 2003 et resté confidentiel après avoir
catholique[1] et son arche- gouvernance du club. Dernière surprise été visé au palais montrait déjà les pro-
vêque arpenter Lourdes en en date : sur la planète entière, on fus- blèmes de trésorerie. Mais fin 2008, le
long et en large, il n’y a pas tige les banquiers, des
de miracle. Le pays du luxe et des Ferra- cadres abandonnent Aujourd’hui, le club boit la tasse. Le joujou
ri connait aussi la crise. Finances publi- même le traditionnel d’Albert encaisse les coups, de tous les côtés.
ques en berne (les recettes de l’Etat ont costume cravate pour Quatre présidents en six ans, des changements
diminué de 14% au premier trimestre), éviter de se faire agres- de staff et d’entraîneurs incessants, une
manifestation historique des salariés ser à la sortie du bu- trésorerie en rade…
à deux pas du casino… même les jeux, reau. À Monaco, pas
secteur fétiche de la principauté, sont question de brocarder les hommes d’ar- ministre d’Etat Jean-Paul Proust (soit
en chute libre. Pire, suite au G20, Mo- gent. On les proclame princes du foot. le premier ministre monégasque) était
naco, toujours classé parmi les paradis Fin mars, Etienne Franzi, président de très inquiet pour la saison 2010-2011.
fiscaux par l’OCDE, devra montrer patte la Compagnie monégasque de banques Au point que l’ancien préfet de police
blanche d’ici la fin de l’année et enfin (l’un des sponsors du club), a pris la tête de Paris a brandi la menace : si la So-
permettre une transparence coopéra- de l’ASM. ciété des bains de mer, société hôtelière
tion fiscale avec l’Union européenne… La rumeur bruissait depuis un bon mo- qui a le monopole des jeux à Monaco et
Comme quoi tout fout le camp. ment mais beaucoup de supporters en dont l’État est actionnaire majoritaire,
Et comme un malheur ne vient jamais sont toujours estomaqués. Car s’il fallait ne crachait pas au bassinet, le club qui
seul, les (rares) supporters de l’ASM bien remplacer Jérôme de Bontin qui a frisait le dépôt de bilan devrait « mettre
voient rouge. Le club de Ligue 1 (enfin pris ses clics et ses clacs après avoir re- la clé sous la porte. » Au départ, la SBM
pour le moment) a beau remonter péni- pris le club en sauveur il y a à peine un devait se contenter de sponsoriser le
blement à la 11ème place du champion- an, le choix n’a pas ravi tout le monde à club à hauteur de 7,2 millions d’euros.
nat, l’ASM, qui a fait la gloire de Monaco Monaco, loin de là. On a reproché à Mi- Aujourd’hui elle a carrément endossé
dans le passé, ne fait plus rêver. Elle est chel Pastor d’être un mauvais communi- le costume d’actionnaire tout comme
bien loin la finale de la champions lea- cant. À Monaco, on rigole. Le nouveau les promoteurs immobiliers Claudio
gue en 2004. président incarne l’omertà des banques Marzocco et Patrice Pastor, neveu de
Fini le temps où le président de l’ASM de la place avec une communication ré- l’ancien président Michel Pastor (lui
Jean-Louis Campora régnait en maître et duite au silence radio. Sait-on jamais : même beau-père de David Hallyday).
influait sur l’avenir de la ligue. Oubliée l’air du stade Louis II lui donnera peut- Ce nouveau pool d’actionnaires investit
la période où Monaco caracolait en tête être des ailes. 20 millions d’euros sur deux saisons.
du championnat, jalousé par les prési- Pour épauler Franzi, le conseil d’admi- Mais le club manquant de liquidités,
dents de clubs rivaux comme Jean-Mi- nistration du club a choisi Michel Aube- ce noyau dur d’investisseurs moné-
chel Aulas des avantages fiscaux dont ry, le président de la section amateur gasques pourrait se voir rejoindre par
bénéficient les rouge et blanc. mais surtout un proche d’Albert. Un Bar- d’autres actionnaires. C’est en tout cas
Aujourd’hui, le club boit la tasse. Le jou- bajuan, du nom de l’équipe de ce qu’Albert a confié la semaine der-
jou d’Albert encaisse les coups, de tous foot de copains du prince qui nière à L’Équipe. Comment les appâ-
les côtés. Quatre pré- sidents en a visiblement ses entrées au ter ? Pas facile. Jérôme de Bontin s’y est
six ans, des change- ments palais. On dit même que l’an- cassé les dents. Ça n’a déjà pas été du
de staff et d’en- cien président délégué sous gâteau pour convaincre les locaux. A
traîneurs inces- l’ère Pastor, Gérard Brianti, preuve, les promoteurs Patrice Pastor et
sants, une tré- qui était également un fidèle Claudio Marzocco, tous deux candidats
sorerie en Barbajuan, pourrait revenir au projet avorté d’urbanisation en mer
rade… dans le circuit de l’ASM. Et, (estimé à plus de 8 milliards d’euros),
après les retours évoqués de sont tellement ravis d’être actionnaires
Jean-Luc Ettori ou confirmés qu’ils n’apparaissent même pas dans le
de l’ex-directeur général Marc conseil d’administration du club. Mais
Keller, qui avaient du faire visiblement, à Monaco, on ne dit pas
leurs valises il y a quelques non au prince ou à son gouvernement,
mois, on est plus à un re- surtout quand ses chantiers à venir dé-
mue-ménage ou à une in- pendent de lui… y
constance près. EMMA RIOBROS
Sur le plan financier, Mo-
naco est dans le rouge. Un [1] Où les intégristes arrivent à bloquer pendant
rouge écarlate. Ce n’est pas des années la légalisation de l’avortement et où
nouveau. Un audit réalisé l’opus dei serait très présent.

Vous aimerez peut-être aussi