Vous êtes sur la page 1sur 47

REPUBLIQUE ALGERIENNE

DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR
ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID – TLEMCEN
Département d’architecture

Module: H.C.A « Histoire Critique D’architecture »

(louis sullivan - Frank Lloyd Right)

Présenté par: Sous la direction de:


Hounet Samir Mme MORO
L’arabi Mohammed
Plan De travail
 I. Introduction (école chicago 1885- 1957)
 II. Chicago : laboratoire d’une nouvelle
architecture
– II.1. Exemples: Mur Rideau et Plan libre- La
fenêtre en langueur.
 III. Les premiers Grattes de ciel du monde.
– III.1. Technique.
– III.2. Historique
– IV. Les hauts grattes ciel du monde
introduction
 Chicago est une ville des
États-Unis, et la plus grande ville
de l'état d'Illinois . Elle est située
sur les rives du lac Michigan et
de la rivière Chicago. C'est la
troisième ville la plus peuplée
des États-Unis avec presque 3
millions d'habitants sur 4,923
km2. Ses habitants s'appellent
les Chicagoens.
L’ECOLE DE CHICAGO
(1)
 Chicago, école de, groupe d'architectes américains
actifs à la fin du XIXe siècle, installés à
 Chicago et dont les réalisations sont considérées
comme les premiers gratte-ciel modernes.

 L'école naquit sur l'initiative de William Le Baron Jenney
qui, en 1885, construisit à Chicago le Home Insurance
Building, premier édifice à ossature métallique de
colonnes en fonte et de poutres en acier. Avec ses dix
étages, cet immeuble, démoli en 1927, fut considéré
comme le prototype de tous les gratte-ciel.
 Vers 1900, la grande période de l'école de Chicago
s'acheva, laissant encore quelques échos dans
l'architecture du début du XXe siècle, notamment dans
le Larkin Building édifié en 1905 à Buffalo (État de New
York), œuvre du plus brillant élève de Sullivan : Frank
Lloyd Wright.
Chicago : laboratoire d’une nouvelle
architecture (1)
 2 le mure rideau .
 Pour la constriction en hauteur. Les murs porteurs en
maçonnerie n’offraient aucune possibilité . les
architectes de l’école de chicago vont mettre ao point
un niveau type d’ossature : la charpente poteau poutre
en acier. Plus légère et facile au montage qui porters le
nom de « chicago Construction » .
 En outre. Les constructeurs ont du rechercher une
solution à l’instabilité du sol marécageux des terrains
qui imposait un nouveau type de fondation sur radier
 Avec le remplacement des murs porteurs par l’ossature
métallique, les murs extérieurs ne joueront qu’un rôle
d’enveloppe protectrices ; c’est le « mur rideau » .bien
que nous voyons que l’emplois de la pierre persistera
quand même. Mais exclusivement pour traiter les bases
des édifices.
exemple
Chicago : laboratoire d’une nouvelle
architecture (2)
 la fenêtre en longueur : la « Chicago Window » .
 Dans les structures traditionnelles en mure porteurs. Les
fenêtres étaient relativement limitées et de position
verticale. Dans ce nouveau type de construction. Les
architectes introduiront des ouvertures d’un nouveau
genre. horizontalement plus larges. C’est le « Chicago-
window »
 le plan libre
 L’emploi de la charpente métallique permettra aussi une
organisation de l’espace intérieur plus flexible grâce au
plan libre qui découle de la substitution des murs
porteurs intermédiaires par la trame structurelle
 « poteaux poutres » . Cet avantage fonctionnel sera
exploité à des fins spéculatives guidées par des
impératifs de rentabilité de l’espace. En vérité ceci est la
raisin d’être d’un bâtiment en hauteur .

GRATTE –CIEL

 gratte-ciel, édifice à nombreux étages, atteignant une très


grande hauteur, caractéristique de l'architecture urbaine du
XXe siècle.
TECHNIQUE

 La construction des gratte-ciel a été rendue possible par


l'utilisation de nouvelles technologies et de nouveaux
matériaux, en premier lieu l'acier. À la différence des
édifices traditionnels, dont la structure portante est
constituée par les murs, les gratte-ciel sont érigés au
moyen de solides charpentes en acier, sur lesquelles
sont fixées des dalles destinées à supporter des charges
peu élevées. Alliée à l’emploi du béton, cette technique
de construction permet de réaliser actuellement des
bâtiments s’élevant sur plus de 500 m de hauteur
LA MISE EN ŒUVRE D’UN GRATTE
CIEL
HISTORIQUE (1)
 L'histoire des gratte-ciel débute à Chicago où, à la suite
du terrible incendie qui détruit la ville en 1871, des
bâtiments exceptionnellement hauts pour l'époque (10-
12 étages) sont construits. Les charges sont encore
supportées par les murs maçonnés (Burnham & Root's
Monadnock Building, 1889-1892, haut de 16 étages et
construit en briques). Le Manhattan Building, conçu par
William Le Baron Jeney en 1890-1891, est le premier
immeuble doté d'une structure en acier.
HISTORIQUE (2)
 L’élévation des édifices dès le début du XXe siècle, apparaissent
diverses tentatives entraîne, à la fin du XIXe siècle, une
transformation radicale des conceptions architecturales et la
création de nouvelles conventions esthétiques. Les premiers
gratte-ciel adoptent les modèles ornementaux de l’architecture
européenne traditionnelle mais, pour créer un style novateur. Le
postulat théorique de Louis Henri Sullivan selon lequel « la forme
suit toujours la fonction » (The Tall Building Artistically
Considered, 1896)
William le baron Jeney
(1)
 Tous les problèmes de la construction en hauteur que
posait la mise en œuvre de ce type d’édifices avaient été
résolus initialement par William le baron Jeney qui en
plus de son expérience dans le génie militaire durant la
guerre de sécession. Avait reçu une solide formation
technique à l’école central d’architecture de polytechnique
de Paris.
William le baron Jeney
(2)
 La plupart des architectes qui vont jouer un rôle important
dans le développement de la ville avaient reçu une
formation pratique dans son atelier d’architecture. En
dehors de louis Sullivan qui n’était pas resté chez lui
longtemps pour aller s’associer avec l’ingénieur Dankmar
Adler, plusieurs des constructeurs du centre de Chicago
ont travaillé d’abord chez Jeney
les premières construction de Jeney
 Dans ses premières construction avait employé d’abord des
structures mixtes composées de piliers en
 maçonnerie très espacés à l’extérieur et des montants
métalliques à l’intérieur :c’est le cas du premier leiter Building
achevé en 1879. Dans le « Home insurance building » (1885).
Jeney assure la stabilité
 de ce bâtiment par une ossature en fer plus perfectionnée ,
mais mes murs extérieur sont toujours porteurs.
 C’est dans le deuxième leiter et le Faire Building, achevés en
1889, ou Jeney supprime totalement les murs porteurs
University of the Home Insurance
Building
les architectes
 Il a travaillé avec de nombreux architectes,
incluant Frank Furness, William LeBaron
Jenney, Dankmar Adler et il était le professeur
de Frank Lloyd Wright qui l'a toujours présenté
comme son 'lieber meister'.
 A partir des années 1890, il se lance dans la
construction de gratte-ciel à armature d'acier
et à toit plat qui gardent une division
tripartite :
 Wainwright Building, Saint-Louis, 1890-1891
 Stock Exchange, Chicago, 1893-1894
 Guaranty Building, Buffalo, New York, 1894-
1895
Louis Sullivan
 Louis Henry Sullivan, architecte américain, est né le
3 septembre 1856 à Boston et est mort à Chicago le
14 avril 1924.
 Louis Sullivan est né à Boston, il a étudié brièvement
l'architecture au Massachusetts Institute of Technology
et s'est établi à Chicago en 1873. Il a été associé à la
première génération de gratte-ciel américains car la
technologie de l'acier permettait des bâtiments plus
grands et plus spacieux qu'il ne l'était possible
précédemment. Il était un des maîtres de l'
école de Chicago en architecture.
LUIS SULLIVAN
. Les théorie du fonctionnalisme et
l’architecture organique de Sullivan
 « From follows fonction » la forme suit la fonction, est la
célèbre formule que Sullivan utilisait dans le but de se
dégager de l’architecture académique qui commençait à
dominer à la fin di siècle et qui provenait d’Europe. Sullivan
découvrira que la beauté d’une forme d’une plante ou
d’un organisme vivant est
 directement proportionnelle à l’expression de la fonction
remplie
LES TROIS FONCTIONS DE SULLIVAN
 . Celle-ci correspondent aux trois fonctions remplies
essentiellement par tout édifice de ce genre. Le rez-de-
chaussée et le premier étage d’un gratte-ciel sont
réservés aux commerces, aux banques et à certaines
espaces semi-publics. Les étages courant auront une
fonction identique logeant essentiellement les espaces
de bureaux . les façades auront un traitement suivant
une représentation homogène. Le sommet de l’édifice
logera les services techniques dont la façade sera
dessinée différemment du reste du bâtiments de cette
période.
Quelques réalisations notables

 Parmi ses œuvres, on trouve


 L'Auditorium Building, Chicago (fini en 1889) : il s'agit d'un
complexe regroupant un théâtre, des bureaux et un hôtel sur 10
étages
 Le bâtiment Wainwright, St. Louis (1890)
 Le bâtiment Guaranty, Buffalo (1894)
 Les magasins Carson Pirie Scott, Chicago (1899)
 La National Farmer's Bank, Owatanna, Minnesota (1908)
 La Merchants' National Bank, Grinnell, Iowa (1914)
 Il a publié deux livres qui propagent ses idées de conceptions et
de philosophie, « Kindergarten Chats » et « Autobiography of an
Idea

Columbian Gallery – A Portfolio of
Photographs of the World’s Fair, The
Werner Company, Chicago 1894
Frank Lloyd Wright
 Frank Lloyd Wright est né en
8 juin 1867auÉtats-Unis .La
formation architecturale de Wright
est presque celle d’un autodidacte. Il
commence à travailler e l’age de 15
ans dans l’atelier d’une partie
entreprise locale de sa ville natale.
UN FONDATEUR DE L'ARCHITECTURE
MODERNE
 En 1893, il découvre l'architecture japonaise dans une
exposition. Ce sera pour lui une révélation, et il se met à
consacrer la plupart de son temps libre à élaborer des
projets d'architecture. Lorsque Louis Sullivan découvre
cette seconde activité de Wright la même année, il le
licencie. En 1894, il refuse une proposition d'aller étudier à
l'École des Beaux-Arts de Paris
UN FONDATEUR DE L'ARCHITECTURE
MODERNE
 En 1893, il découvre l'architecture japonaise dans une
exposition. Ce sera pour lui une révélation, et il se met à
consacrer la plupart de son temps libre à élaborer des
projets d'architecture. Lorsque Louis Sullivan découvre
cette seconde activité de Wright la même année, il le
licencie. En 1894, il refuse une proposition d'aller étudier à
l'École des Beaux-Arts de Paris
Quelques réalisations notables (2)
 Oak Park, Illinois, maison de 1889
 Maison Charnley, Astor Street, Chicago, 1891
 Maison de William H. Winslow, River Forest, Illinois, 1893
 Maison d'Highland Park dans l'Illinois, terminée en 1902 pour
Ward W. Willitts
 Maison Darwin D. Martin, Buffalo (New York), 1904
 Larkin Building, Buffalo, 1904
 l'Église Unitarienne de Oak Park, dans l'Illinois (1904-1906), en
béton blanché
 Maison Robie, Chicago (1906-1909)
 Maison Coonley, Riverside, Illinois, 1908
 la Miniatura de Pasadena (1923
Quelques réalisations notables (3)

 Fallingwater house (ou Maison de la cascade) (1936) Plan


 l'immeuble de la Johnson Wax (1939)
 le campus de Lakeland (1940-50)
 le musée Guggenheim New York (1956-1959)
Fallingwater house (ou
Maison de la cascade) (1936)
Musée de Guggenheim New York (1956-1959)
Projets importants

Broadacre City (Utopie suburbaine)
Empire state building
(1931- Hauteur 381m à 443m) lieu New
york)
Pertronas tower (1974- Hauteur 378m
à452m)- lieu Kuala Malisie)
Burdj el Arab (1999- Hauteur 256m à
321m)- lieu Dubaï à l’eau
Jin mao tower (1998- Hauteur 370m à
421m)- lieu Chine
Citicorp (2000 Hauteur 270m à 305m)
- lieu Kuala
Burdj Dubaï (2003-2009- Hauteur 560m)
-lieu Dubaï
Bank of china (1982- 1990- Hauteur 369m –
lieu Hong kong)
L’EXPOSITION COLOMBIENNE DE 1893 :
LA FIN DE L’ECOLE DE CHICAGO (1)
 En 1893, la ville de Chicago eu
l’occasion d’organiser son Exposition
Universelle que l’on appellera aussi
 « exposition colombienne » pour
commémorer le quatrième
centenaire du débarquement de
Christophe Colomb sur le Nouveau
Monde.
L’EXPOSITION COLOMBIENNE DE 1893 :
LA FIN DE L’ECOLE DE CHICAGO (2)
 le néoclassicisme New yorkais qui se
développait à partir de 1880 en même
temps que l’expérience de l’école de
Chicago s’impose dans tous les Etats-Unis
grâce à cette exposition universelle . la «
ville blanche » autre nom donné à cette
exposition , fera l’effet inverse sur Frank
Lloyd Wright dont les convictions sur une
authenticité de l’architecture nord-
américaine vont se raffermir encore plus
après événement .