cantonale 2013

Journal de Morges
Vendredi 2 août 2013

3

Ils évitent la noyade à Yann Lambiel
Par Samantha Lunder

COLOMBIER ❘ SAUVETAGE

blème, une solution: filets de football et cajots, tous les moyens sont bons pour filtrer l’eau au maximum.

■ Un show
épatant
Equipé, comme il se doit, du t-shirt aux couleurs de la Cantonale, Yann Lambiel ne s’est pas défilé au moment du «Zapping», son tout dernier spectacle. Plus de deux heures durant, il a passé en revue ses 40 dernières années en revisitant les programmes TV, les hits de la chanson ou les films cultes, tout en y intégrant ici et là Brélaz, Constantin, Blocher, Couchepin et toute la bande, sans oublier un exceptionnel Mr Bean. Très applaudi, l’artiste – qui est devenu bien davantage qu’un imitateur au fil des ans – n’a cependant pas oublié à plusieurs reprises de saluer la performance des organisateurs et des bénévoles pour le travail exceptionnel effectué dans la journée. Une soirée qui restera sans doute dans les annales sous une cantine asséchée mais pleine à craquer, laquelle a même versé une petite larme lorsqu’un spectateur a profité de la scène pour faire sa demande en mariage… évidemment acceptée.

Lundi, de fortes pluies se sont abattues sur la place de fête de Colombier. Les bénévoles sont venus nombreux pour tout remettre en état.

| Bien organisés
Pour éviter trop de dégâts, les bénévoles ont creusé des tranchées aux alentours de la cantine pour que l’eau qui s’était accumulée puisse mieux s’évacuer. «Nous avons installé deux pompes sous la cantine et deux autres à l’extérieur, explique Jonas Tavel, président de la Cantonale. Nous avons donné notre maximum pour que la cantine soit vidée à temps pour le spectacle». L’eau, qui était ensuite déversée dans la rivière non loin de la place de fête, a quand même inondé une bonne partie de l’arrière des infrastructures. Ce qui est sûr, c’est que les festivaliers ont eu de la peine à déambuler sur place sans se tremper. Arnaud Baudraz, membre de la Jeunesse de La Mauguettaz a même perdu une chaussure dans les flots. Petite aventure prise avec le sourire. «Ma fois, c’est la Cantonale!» s’exclame-t-il, de l’eau jusqu’aux genoux. Des efforts qui n’ont au final pas été vains: les bénévoles sont parvenus à vider toute l’eau et à rajouter des copeaux. Le spectacle a pu se dérouler comme prévu, avec un grand coup de chapeau! |

T

orrents qui s’écoulent entre la tonnelle et le caveau, des festivaliers trempés et des bénévoles bottes aux pieds, c’est le paysage que l’on pouvait voir lundi dernier en arrivant à Colombier. Et à seulement quelques heures du spectacle de Yann Lambiel (lire encadré) qui était prévu sous la cantine, autant dire que les précipitations qui sont tombées dans la nuit de dimanche à lundi n’étaient vraiment pas les bienvenues. À préciser que le sol de cette grande tente ressemblait plus à un lac qu’à une salle de spectacle.

| Tous motivés
Mais à la Cantonale, on ne cède pas à la panique! Tout a été très rapidement et efficacement pris en main. Membres de l’organisation ou non, ce sont plus de 40 personnes qui ont uni leurs forces pour sauver le sol de cette

tente, qui devait le soir abriter plus de 1000 spectateurs. Un défi de taille au vu de la quantité énorme d’eau qui s’était accumulée. Pèles et râteaux en main, et remontés à bloc, ils étaient tous là dès onze heures pour essayer de tout éliminer. «Les personnes sont venues spontanément nous donner un coup de main, explique Olivier Bolomey, président de la FVJC présent sur place pour aider. Même s’il y avait énormément d’eau, les personnes n’ont pas hésité un instant à mettre les pieds dans la boue!» Malgré la motivation pour arranger la situation, il a fallu travailler dur. «C’est vraiment la grosse galère!» résumait d’ailleurs un des bénévoles face aux problèmes causés par les copeaux. En grand nombre, ces derniers qui recouvrent le sol de la cantine risquaient d’obstruer les pompes. Mais à la Cantonale, à tout pro-

Yann Lambiel a fait son «Zapping» devant un public venu nombreux pour l’applaudir. Malloth

Un sportif attendu au tournant
APPLES Antoine Hynes courra son dernier cross lors de la Cantonale.
Le cross, discipline phare au sein des fêtes campagnardes aura lieu, en cette année de Cantonale, le dimanche à 10 heures. Grand favori de l’épreuve, Antoine Hynes espère bien, pour sa dernière sortie, réaliser une performance de choix. «J’ai quitté la société en 2010 et je dois avouer que je ne suis plus aussi assidu qu’auparavant. Mais j’avais à cœur d’être présent pour ma dernière sortie.» phées et récompenses – plus de cinquante – qu’il garde précieusement dans un bureau. «Je suis assez conservateur, je les garde toutes», se justifie-t-il dans un éclat de rire. «Je n’ai pas chaque fois gagné non plus. J’ai souvent fini à la deuxième ou troisième place».

■ Tous les
résultats
Tournoi de baby-foot 1er Les Anciens 2e Tox Intox 3e Les Radiators 4e Yann et Théo Tournoi de foot-tennis 1er Toutanquamons 2e Fin des matches 3e Les Yoanns 4e Froideville 1 Tournoi de Dodgeball 1er Les Vieux 2e Jeunesse d’Echandens 3e Jeunesse d’Apples 4e Jeunesse de BremblensRomanel 1 Tournoi de badminton 1er Les Vieux 2e Jeunesse de Vers-ChezLes-Blanc 3e Biognères 4e Savigny 4 Tournoi de unihockey 1er Jeunesse de Buviney 2e Apples 1 3e Les vieux 4e Froideville 2

| Beaux souvenirs
A l’heure de raccrocher, Antoine Hynes se remémore des moments qui l’ont marqué, notamment à L’Isle lors de sa toute première victoire et à Bavois en 2008. «Mon principal adversaire et ami était Nicolas Hauser. Nous ne courrions pas dans la même catégorie et nous avons décidé de terminer et gagner ensemble la course. C’était un moment vraiment sympa.» Dimanche à 10 heures tapantes, il sera au départ. Pour, peut-être, glaner une énième et dernière victoire! Mais avant le coup d’envoi, une petite reconnaissance du parcours s’imposera. «Je vais y aller une heure avant le départ afin de reconnaître l’itinéraire. Cela permet de me chauffer gentiment, mais à un autre rythme.» Floriane Galaud

PLACE DE FÊTE CIRQUE Jeudi passé, un
spectacle de cirque a animé la place de fête. Acrobaties, sauts à la corde et diabolo, de nombreux festivaliers, dont six d’entre eux ont eu l’occasion de participer au show de manière presque active, sont venus applaudir les jeunes artistes. Malloth

Antoine Hynes. Galaud

| Palmarès bien garni
C’est lors du Giron à Pampigny en 1996 qu’Antoine Hynes prend pour la première fois le départ d’une course fédérée. Dix-sept ans après ses débuts, le champion s’apprête à clore sa «carrière» campagnarde à Colombier avec une seule envie: terminer en beauté. «La Cantonale est un événement majeur, organisée qui plus est à deux pas de chez moi. Je me réjouis et j’espère faire un bon
JM5
Contrôle qualité

résultat.» En 2006, le coureur remportait le cross lors du Giron du Pied du Jura à Colombier déjà. «Je ne sais pas si le parcours sera le même», plaisante-t-il. Favori de l’épreuve, il refuse pourtant cette étiquette. Par superstition mais aussi par humilité. «Je ne veux pas me mettre la pression. Je m’entraîne toute l’année pour des courses, quatre à cinq fois par semaine. Mais je pense être attendu car j’ai gagné la dernière Cantonale à Bavois il y a cinq ans.» Dans un coin de sa maison trônent ses nombreux tro-

PUBLICITÉ

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful