P. 1
Site TS-P 06 Les Reactions Nucleaires

Site TS-P 06 Les Reactions Nucleaires

|Views: 725|Likes:
Publié parpecomecom

More info:

Published by: pecomecom on Jun 19, 2009
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

T S LES RÉACTIONS NUCLÉAIRES P 06

Intro : Le problème de la durée de vie du Soleil à la fin du 19
ème
siècle.
Avec les connaissances de l’époque (la masse du Soleil était déjà bien connue), la meilleure hypothèse envisageait une durée de
vie d’environ 10 000 ans si le Soleil était en charbon pur (le meilleur combustible connu alors) et qu’il émettait la même quantité
d’énergie qu’actuellement. Or cette durée est bien inférieure à celle de l’âge de la Terre estimé à partir des fossiles et de la
géologie et elle était tout juste compatible avec les hypothèses bibliques (la fin du monde était proche !!!).
1. Équivalence masse-énergie
1.1. Énergie de liaison d’un noyau
L’énergie de liaison du noyau, notée , est l’énergie qu’il faut fournir à un noyau pris au repos pour le
dissocier en ses différents nucléons obtenus isolés et immobiles.
C’est l’énergie qu’il faut fournir pour casser les liaisons entre nucléons et les séparer suffisamment pour
qu’ils n’aient plus d’interaction entre eux. C’est une énergie importante car les nucléons sont très liés.
1.2. Défaut de masse d’un noyau :
On a constaté expérimentalement que la masse d’un noyau est toujours inférieure à la somme des masses de
ses constituants.
Pour le noyau , le défaut de masse est
nuclŽons noyau p n X
€m m m Z m (A Z) m m 0 = − = + − − >
.
Le défaut de masse est de l’ordre du % en valeur relative.
Exemple : (p116) noyau d’hélium
4
2
He ,
27
p
m 1, 67265 10 kg

= ⋅
et
27
n
m 1, 67496 10 kg

= ⋅ .

Æm = µ
vu)i vo
− µ
v ou
= 2 µ + (4 − 2) µ
v
− µ
r
soit donc .
1.3. Principe d’équivalence masse-énergie
En 1905, Einstein imagine que le défaut de masse est dû à l’interaction entre les nucléons du noyau et relie le
défaut de masse à l’énergie de liaison. C’est le principe d’équivalence masse-énergie : une particule
matérielle, même au repos (pas d’E
c
) et sans interactions (pas d’E
p
), possède de l’énergie du seul fait qu’elle
possède une masse. Cette énergie est nommée énergie de masse.
L’énergie de masse d’un système au repos est avec E en joules, m en kg et c = 3,00×10
8
m/s.
Ex : énergie de masse du neutron,
27 8 2 10
E 1, 67492 10 (2, 9979 10 ) 1, 5053 10 J
− −
= ⋅ × ⋅ = ⋅
Le défaut de masse est équivalent à l’énergie à fournir pour dissocier les nucléons du noyau, c'est-à-dire
l’énergie de liaison.
L’énergie de liaison d’un noyau est donc la différence entre la somme des énergies de masse de ces nucléons
pris séparément et son énergie de masse :
2 2
p n X
E Z m (A Z) m c m c   = + − −
 
l
d’où
2
E m c 0 = ∆ >
l .
Ex : Pour le noyau d’Hélium
( )
2
2 29 8 12
E mc 5, 0520 10 2, 9979 10 4, 5404 10 J
- -
= D = × ´ × = ×
l
1.4. Les unités adaptées
Les unités habituelles sont beaucoup trop grandes pour les particules élémentaires et les noyaux.
L’unité de masse atomique u (ou uma) :
12
A
M( C)
1u
12 N
=

kg 10 54 1,660 u 1
27 −
× = .
L’électron-volt : .
Le mégaélectronvolt :
6 13
1 MeV 10 eV 1,602 10 J

= = ×
Exemples :
P.PECORELLALydie GERMAIN TS P 06 - Page 1/5 dd/06/yyyy
 Quelques énergies de masse en MeV : Neutron,
10
8
19
1, 5053 10
E 9, 3965 10 eV
1, 602 10



= = ⋅

soit
8
6
9, 3965 10
E 939, 65 MeV
10

= = ; électron 0,511 MeV, proton 938,3 MeV.
 Unité de masse atomique,
27 8 2
8
19
1,660 54 10 (2,9979 10 )
E 9, 316 10 eV
1, 602 10


× × ⋅
= = ⋅

soit
E 931, 6 MeV =
 Énergie de liaison de l’hélium,
E 28, 3423 MeV =
l
.
1.5. Énergie de liaison par nucléon
Plus un noyau est lourd, plus son énergie de liaison est grande mais cela ne signifie pas que sa stabilité est
plus grande.
Pour évaluer la cohésion d’un noyau, on imagine que l’énergie de liaison est répartie de manière égale sur
tous les nucléons, on a ainsi une indication de l’énergie qu’il faut apporter au noyau pour extraire un seul
nucléon.
Cette énergie est l’énergie de liaison par nucléon avec l’énergie de liaison et A le nombre total de
nucléons.
La stabilité d’un noyau dépend de l’énergie moyenne de liaison par nucléon : plus l’énergie de liaison par
nucléon est grande, plus la cohésion du noyau est forte (donc plus le noyau est stable).
Exemples : pour l’hélium
E 28, 3423
7, 09 MeV/ nuclŽon
A 4
= =
l
; pour le fer 56,
E
8, 79 MeV/ nuclŽon
A
=
l
;
pour l’uranium 238,
E
7, 57 MeV/ nuclŽon
A
=
l
.
1.6. Courbe d’Aston
On représente , c’est l’opposée de l’énergie par
nucléon en fonction du nombre de nucléon. (Voir livre page
117).
Plus la valeur de
E
A

l
est faible, plus le noyau est stable.
Les noyaux les plus liés donc les plus stables se trouvent au creux de la courbe.
 De A = 20 à 195 les noyaux sont stables et leur énergie de liaison par nucléon est comprise entre 8 et 9 MeV
 Si A > 195, les noyaux sont instables ils peuvent subir une fission (se briser) pour donner deux noyaux
plus légers appartenant ou se rapprochant du domaine de stabilité. La radioactivité α est un cas particulier.
 Si A < 20, deux noyaux légers peuvent (dans certaines conditions) se souder pour former un noyau plus
lourd et plus stable et libérer l’énergie correspondant à la « dénivellation » dans la courbe d’Aston.
2. Réactions nucléaires provoquées
Les noyaux non radioactifs sont stables, mais ils n’ont pas tous la même stabilité (Voir courbe d’Aston).
C’est pourquoi les transformations non spontanées sont possibles à condition d’aller dans le sens d’une
augmentation de la stabilité nucléaire.
2.1. Propriétés générales
Les réactions nucléaires provoquées (= artificielles ou non) satisfont aux mêmes lois de conservation que la
radioactivité (= réactions nucléaires spontanées) :
Lois de Soddy :
*conservation du nombre de nucléons,
initiale finale
A A Σ = Σ
;
*conservation de la charge électrique,
initial final
Z Z Σ = Σ
.
P.PECORELLALydie GERMAIN TS P 06 - Page 2/5 dd/06/yyyy
Conservation de l’énergie (voir paragraphe 3) en tenant compte de l’énergie de masse et de l’énergie
cinétique des particules.
La variation d’énergie de masse du système nucléaire est égale à :
2 2 2 2 2
final initial produits rŽactifs rŽaction
E m c m c m c m c m c ∆ = Σ −Σ = Σ −Σ = ∆
.
Si la variation d’énergie de masse du système au cours de la réaction est négative, alors de l’énergie est
libérée vers l’extérieur et
libŽrŽe
E E 0 = − ∆ >
.
Exemple : Le soleil est le siège de réactions nucléaires, les
astronomes ont montrés que le Soleil perd plus de quatre millions
de tonnes de matière par seconde.
Il perd donc de l’énergie, essentiellement sous forme de
rayonnement et cette énergie est fournie à l’extérieure.
2.2. La fission nucléaire
 Définition :
Une fission nucléaire est une réaction nucléaire au cours de laquelle un noyau lourd, dit fissile, est cassé en
deux noyaux plus légers.
Les noyaux fissiles sont rares, exemples
235
U,
239
Pu .
 Conditions de réalisation :
La fission est dans la plupart des cas provoquée par l’impact d’un neutron car n’étant pas chargé, il ne subit
pas de répulsion électrostatique de la part du noyau cible. Seuls les neutrons « lents » sont efficaces.
Sous l’impact du neutron, le noyau d’uranium
235
U se brise en deux noyaux plus légers plus 2 ou 3 neutrons
et de l’énergie.
C’est Irène et Frédéric Joliot Curie qui ont montré (1934) que sous l’impact d’un neutron, le noyau d’uranium 235 peut se briser
en deux noyaux plus légers. (Ils reçurent le prix Nobel de chimie en 1935 pour la découverte de la radioactivité artificielle).
La réaction de fission libère de l’énergie.
 La réaction en chaine :
Les neutrons libérés peuvent à leur tour provoquer d’autres fissions : c’est la réaction en chaîne.
 Si tous les neutrons libérés sont « efficaces », le nombre de fission augmente très rapidement, l’énergie
libérée est telle que le système explose : bombe atomique (bombe A qui a détruit Hiroshima).
 Si les neutrons libérés sont ralentis ou absorbés en partie, l’énergie libérée est constante, la réaction en
chaîne est contrôlée : centrale nucléaire (diaporama) où l’énergie libérée chauffe de l’eau, qui va vaporiser
de l’eau dans un autre circuit et cette vapeur fait tourner une turbine, qui font tourner un alternateur ce qui
produit de l’électricité.
2.3. La fusion nucléaire
 Définition :
La fusion nucléaire est une réaction qui unit deux noyaux légers pour former un noyau lourd et plus stable.
L’énergie de liaison libérée peut alors être récupérée, elle est en général très importante.
Exemple :
2 3 4 1
1 1 2 0
H H He n + → +
 Conditions de réalisation :
Les deux noyaux chargés positivement doivent posséder une très grande énergie pour vaincre les forces de
répulsion électrique et se rapprocher. Il faut pour cela une température de l’ordre de
8
10 K , on parle de
réaction thermonucléaire.
 Dans les étoiles (le Soleil par exemple) :
Les noyaux d’hydrogène fusionnent pour donner de l’hélium
1 4 0
1 2 1
4 H He 2 e → + .
P.PECORELLALydie GERMAIN TS P 06 - Page 3/5 dd/06/yyyy
Extérieur
Rayonnement
rayonnement
E E = − ∆
Soleil
Lorsqu’une étoile a épuisée l’hydrogène qu’elle possède, d’autres réactions de fusion prennent le relais pour
former des éléments chimiques de plus en plus lourds : les réactions de fusion au cœur des étoiles sont le
point de départ de la formation de tous les éléments chimique de l’Univers.
 Sur Terre :
 la fusion non contrôlée est à la base de la bombe à hydrogène (dite bombe H). L’explosion de la bombe
H est précédée par celle d’une bombe A (à fission) de sorte que la température soit suffisante pour que la
fusion ait lieu.
 la fusion contrôlée est difficile à maitriser. Le programme I.T.E.R. (International Thermonuclear
Experimental Reactor), sur le site de Cadarache, a pour objectif le contrôle de la fusion afin de produire de
l’énergie en grande quantité.
3. Bilan énergétique d’une réaction nucléaire
3.1. Perte de masse et énergie libérée
Soit un ensemble de deux noyaux isolés (pas d’E
p
) en mouvement par rapport au référentiel d’étude.
On considère le système
4
A
Z 3
A
Z 2
A
Z 1
A
Z
X X X X
4
4
3
3
2
2
1
1
+ →  +
.
Le système est isolé donc son énergie se conserve.
Avant la transformation, il y a l’énergie de masse de chaque particule ou noyau réactif et l’énergie
cinétique des particules ;
Après la transformation, il y a l’énergie de masse de chaque particule ou noyau produit et les énergies
cinétiques des particules.
L’énergie totale de chaque noyau est donc E + E
c
avec E l’énergie de masse.
On peut écrire :
1 C1 2 C2 3 C3 4 C4 3 4 1 2 C3 C4 C1 C2
C C
(E E ) (E E ) (E E ) (E E ) 0 (E E E E ) (E E E E )
0 E E E E
+ + + = + + + ⇔ = + − − + + − −
⇔ = ∆ + ∆ ⇔ ∆ = −∆
Si la réaction nucléaire se fait avec perte de masse il y a libération d’énergie sous forme cinétique.
Si la réaction nucléaire se fait avec gain de masse, l’énergie cinétique du système diminue.
Une réaction nucléaire avec perte de masse cède de l’énergie au milieu extérieur.
2 2
systmenuclŽaire produits rŽactifs milieuextŽri produi eu ts rŽac r tifs
E E E E m c m c 0 ∆ = = − = Σ −Σ − < ∆
pour le système nucléaire.
3.2. Cas des réactions spontanées
Voir activité
3.3. Cas des réactions provoquées
Voir activité
P.PECORELLALydie GERMAIN TS P 06 - Page 4/5 dd/06/yyyy
Lydie GERMAIN TS P 06 - Page 5/5 dd/06/yyyy

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->