P. 1
Code de La Route.

Code de La Route.

|Views: 1,478|Likes:
Publié parkiko311

More info:

Published by: kiko311 on Jun 20, 2009
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/29/2012

pdf

text

original

1

HISTORIQUE : Le surnom du code de la route est donnée par le public a un décret français du 31 décembre 1922, ce décret en modifie un autre de 1921, première ébauche du règlement de la circulation des voitures sur les routes. Au début quand l’automobile apparaît (1870 – 1880) cela semble si normal qu’il faut demander à la préfecture du lieu l’autorisation de se déplacer, a cette époque on craint davantage le véhicule que le conducteur, en 1899 le maximum de vitesse permis est 30 Km/h en rase compagne, le ministre des travaux publics forme une commission chargée d’élaborer un règlement de circulation, on est en 1903 et il faut attendre 20 ans plus tard pour voir la promulgation du règlement. C’est Napoléon 1er qui avait imposé en 1807 la conduite a droite en Europe pour tous les véhicule, certains historiens pensent que c’est par représailles à l’égard des anglais, contre lesquels l’empereur des Français avait instauré le « blocus continental » LE CONDUCTEUR : A – EXAMEN DE CONDUITE : L’AGE MINIMALE REQUIS ET LA CATEGORIE : 1-Catégorie - B : 18ans , avec autorisation paternel ( signature ) , à 19 ans c’est sans autorisation ; le poids maximum du véhicule léger es de 3500kg ( 3. 5 tonnes) , on peut tracter sans autorisation spécial une remorque qui ne dépasse pas 750 kg , et éventuellement le PTAC de remorque peut dépasser les 750 kg a condition que le PTAC total ( véhicule + remorque ) ne dépasse pas les 3500 kg (3,5 t ) . Le nombre de passager autoriser pour cette catégorie est de 09 personnes avec le chauffeur.

1

2

2-Catégorie - C : L’âge autorisé est de 20 ans minimum, véhicule affecté au transport de marchandise, dont le poids ( PTAC) dépasse 3500 kg. 3-Catégorie - D : L’âge autorisé est de 21 ans , véhicule affecté au transport de personnes , dont le poids dépasse 3500 kg (3,5 t) , le nombre de voyageur dépasse 08 , ( les enfants de moins de 10 ans compte pour une demi place si leur nombre ne dépasse pas 10 , sinon à partir du onzième (11) enfant chacun d’eux compte pour une place ) . 4-Catégorie - E : L’âge autorisé est de 20 ans , véhicule lourd , attelé d’une remorque de plus de 750 kg .

Les visites médicale ( périodiques , pour renouveler le permis )
1- Catégorie B, chaque 10 ans. 2 - Catégorie C & E de l’age de 20 ans à 35 ans chaque 10 ans , de 35 ans à 60 ans chaque 05 ans , de 60 ans et plus chaque 01 année . 3 - Catégorie D , de l’age de 21 ans à 45 ans chaque 05 ans , de 45 ans à 60 ans chaque 02 ans de 60 ans et plus chaque 01 année . - L’APRENTISSAGE DE LA CONDUITE: Conduire est un métier , il existe d’ailleurs de nombreux conducteurs professionnels : service taxi , routiers , Ambulancier, livreur….. par ailleurs de nombreuses professions exigent la pratique quotidienne et prolongé de la conduite : commerçants itinérant , distributeurs du courrier…etc.…ils passent souvent plus de temps à conduire qu’a exercer leurs professions. Quant aux autres conducteurs, même si ils conduisent souvent pour le plaisir , ils doivent savoir qu’ils exercent un deuxième métier , Or chaque métier nécessite un apprentissage , et cela se fait dans des écoles qui est sanctionné par un diplôme , qui ne signifie pas que l ‘ on connaît a fond son métier, il reste beaucoup a apprendre par la pratique ,
2

3

l’expérience et l es conseils des autres , et puis il découvrira tout seul les grandes routes, l’autoroute, La montagne, la pluie , la neige, la vitesse , la conduite de nuit….. Cette pratique devra être accompagné d’une volante continuelle de mise a jour des connaissances déjà acquises et d’acquisition de nouvelles connaissances, chaque (km) sera l’occasion d’observer, d’apprendre De comprendre.

« Le bon conducteur cherche toujours a conduire mieux ».
-COMMENT ACQUIRIR DE L’EXPERIENCE : Pour acquérir de l’expérience, il faut s’efforcer d’appliquer certains principes et analyser de façon approfondie les difficultés rencontrés ; les erreurs que l’on commet sur la route n’ont que très rarement des conséquences désagréables donc ne sont pas des leçons profitable ; quand l’erreur commise se conjugue avec d’autres facteurs défavorables, le conducteur plutôt que d’analyser sont comportement pour transformer sa mésaventure en expérience , recherche parmi ces facteurs une raison de se disculper . Donc l’expérience va venir d’un certain nombre de principes : 1 - Recherche toujours sur la route la meilleur place pour circuler. 2 - Recherche toujours la meilleur vitesse et s’adapter a la route : (état de la chaussée, météo, circulation…). 3- Recherche le maximum d’information , il faut voir vite , large, loin , juste et anticiper. 4 - Ne pas surprendre les autres. Même si le conducteur rencontre des problèmes, ceux-çi ils faut les rendre profitables, il doit analyser objectivement et se poser des questions : - Est-ce que c’est une erreur de ma part, de l’autre, de nous deux ? - Pourquoi moi ou l’autre avons nous commis cette erreur ? - Quelles auraient pu être les conséquences ? - Comment aurions pu éviter cet accident ? - Qu’aurais-je du faire, qu’aurais-je fait à sa place ? Ainsi on doit toujours profiter de l’accident pour tirer le maximum de renseignement : il n y a pas d’expérience sans observation ; «

l’expérience de chacun est le trésor de tous ».

3

4

1 - ROLE DE LA REGLEMENTATION : Pour rendre la circulation possible et sure, il faut respecter les règles, certains sont réunis dans le code d’autres ne le sont pas. Imaginer que si chacun peut faire ce qu’il désire sur la route , rouler a droite ou a gauche , franchir a sa guise les intersections…sa sera une anarchie total qui amènera de nombreux accidents . D’abord le code de la route contient des conventions, il décide que l’on roule à droite, qu’on dépasse par la gauche…etc. il contient aussi des règles de sécurité qui concerne l’âge du conducteur , l’état de santé , les véhicules et leurs normes à respecter pour leur construction , et aussi la conduite : Tout les précautions a prendre pour effectuer les divers manœuvres d’autres règles concerne la facilite de la circulation comme la classification des routes limitation du droit de stationner , d’autres assurent la protection des routes comme la limitation du poids… Mais la connaissance des règles ne serai rien sans leur respect ; ils existes d’autres règles qui ne sont pas écrites dans les livres mais que nous avons eu par l’éducation de nos parents , de l’école , de la vie en société comme le respect de l’autre, la courtoisie , de laisser passer quelqu’un même si j’ai la priorité, de ne pas punir quelqu’un qui est maladroit qui nous aura gêne…… 2-LA SIGNALISATION ROUTIERE : Elle avertit le conducteur des dangers qui va rencontrer et des règles qu’il doit respecter , elle est là pour l’aider et le protéger. Sur la route il reçoit des informations précieuses par la signalisation, Ex : * Les panneaux triangulaires annoncent un danger , situe à 150m , par un symbole bleu fonce sur un fond blanc, permanent ou temporaire ; ils nous permettent d’avoir le temps de ralentir et de nous préparer au danger : intersection , virage, passage à niveau , sortie d’école…… * Les panneaux circulaires nous informe d’une règle particulière à l’endroit où nous sommes, ou sur une certaine distance indique par un panonceau schéma . Il peut s’agir d’une interdiction qui sont cerclés de rouge , ex : interdiction de passer , de tourner, de doubler…. ou d’une
4

5

obligation avec un symbole blanc sur fond bleu qui nous oblige a tourner à droite ou à gauche , de contourner un obstacle , chemin obligatoire au piétons… Tous les panneaux circulaire doivent- être respectes, ils sont mis en place par des spécialistes qui ont étudie la circulation pour avoir le maximum de sécurité. * Des panneaux carrés ou rectangulaires , les bornes , les flèches… nous permettent de nous orienter sur la route , de savoir où nous sommes ou comment nous rendre la où nous voulons . * Les feux tricolores : - Feu vert : Autorisation de passer, sauf si je risque de bloquer la circulation dans le cas ou celle-ci est dense. - Feu jaune fixe : Arrêt ou dégagement , il annonce le feu rouge de 3 à 5 secondes , je peu passer si seulement je me suis déjà engage quand il était vert . souvent la nuit il devient clignotant , il signifie prudence ralentir priorité à droite ( La nuit la circulation n’est pas dense ) .

- Feu rouge : Interdiction de passer , j’avance jusqu’au signal et je
m’arrête. En dehors des intersections il devient clignotant , il signifie toujours l’arrêt, on peu le trouver au passage à niveau , à l’entrée d’un pont mobile , balance a bout de bras par un agent…. Ces trois feux, on peu les trouver en forme de flèches , elles donnent des indications différentes pour chaque direction , ex : Une flèche rouge à gauche nous interdit pas d’aller tout droit ou à droite, Une flèche jaune à droite m’autorise de passer avec prudence en cèdent le passage au piétons et au véhicules circulant sur la chaussée abordé .

La Signalisation Horizontale : Ces des marques sur la chaussée , les plus importantes sont les lignes continues ou discontinues qui délimitent les voies ou nous devons circuler , celles que nous pouvons utiliser pour changer de direction ou effectuer un dépassement ,

5

6

Les lignes de STOP, de céder le passage…..ils sont aussi indispensables pour la sécurité . La signalisation n’est pas toujours complète , tous les dangers ne sont pas signales , par ailleurs certaines indications sont donnés pour une situation normale , comme par exemple une limitation de vitesse , on n’est pas sensé de circuler à la même vitesse indiqué pour être sure qu’il y a aucun dangers , parce qu’ils y’ a des facteurs qu’il faut prendre en compte comme : La pluie , l’abondance de la circulation , le manque de visibilité , la nuit , l’état physique , l’état du conducteur… et celle du véhicule…etc. Le conducteur doit respecter la signalisation quand il y’ en a une, mais aussi celle qu’il pourrait y avoir quand il y a pas .

« La signalisation est la pour nous informer et non pour nous contraindre ».
3- PRENDRE LE DÉPART : On doit toujours préparer sont déplacement , pour éviter tout ennui, se mener des papiers réglementaire , préparer son itinéraire , il doit aussi s’assurer qu’il est en forme physiquement ( santé ) et sont véhicule est en bonne état. Le conducteur doit veiller au bon chargement de son véhicule , les personnes ou les objets transportés ne doivent gêner ni les mouvements ni la visibilité du conducteur : - Les personnes , au nombre de 08 pour la catégorie B , est les enfants à l’arrière . - Les objets transportés ne doivent pas être très lourd ni trop volumineux , à l’avant du véhicule il sera à la limite du pare choc , et à l’arrière au maximum 03 mètres , et à partir de 01 m on doit le signaler par une lanterne rouge ou un dispositif réfléchissant , et surtout il ne faut pas qu’il traîne sur le sol . le conducteur doit toujours s’installer confortablement au volant et régler ces rétroviseurs , mettre sa ceinture ainsi que celle de tout les passagers.

« Un conducteur pressé , n’est pas un conducteur sûr »

6

7

4- S’INSÉRER DANS LA CIRCULATION : Lorsqu’un conducteur débouche sur une route en sortant d’un garage, d’une voie privé , d’une air de stationnement , il constitue pour les autres un élément perturbateur , c’est à lui de prendre des précautions ; il doit céder le passage à droite et à gauche ainsi qu’au piétons . On quittant le stationnement le long du trottoir ou sur le bas côte ce la route ( accotement ) , il doit signaler sont intention ( clignotant ) et céder le passage au véhicules qui viennent derrière et éventuellement ceux d’en face. 5- LE VÉHICULE ET LA TENUE DE ROUTE : La tenue de la route dépend des caractéristiques du véhicule, du bon entretien des pneumatiques et la suspension ainsi que du chargement qui ne doit être ni excessif ni mal place , quand un véhicules vire, freine ou accélère , certaines forces s’opposent à son adhérence , sa capacité de résister a ces forces s’appelle la tenue de route, elle dépend de la conception du véhicule . Elle sera meilleur si le centre de gravité est place bas , si les roues sont largement écartés les unes des autres , elle dépendra aussi de la répartition des charges sur les essieux ( avant ou arrière ) . - Les pneus assurent le contact avec le sol : L’adhérence grâce aux sculptures de la bande de roulement , ils rejettent sur les côtes divers élément susceptibles de s’interposer entre le sol et le pneu cependant à une grande vitesse il se produit le phénomène de « Aquaplaning » , Quand la chaussée est gorgé d’eau , cette eau s’introduit entre le sol et le pneu et l’adhérence sera presque nulle. Pour remédier à cela, il est nécessaire de changer les pneus quand il atteignent un certain degré d’usure . - La suspension en plus du confort qu’elle apporte aux occupants , joue un rôle très important dans la tenue de la route , elle plaque constamment la roue sur la route , l’empêchant de se décoller du sol en raison des déformations du sol (trous ou nid de poules…) , elle renforce ainsi l’adhérence des pneus avec le sol . - La suspension est composé de ressorts et pour éviter que ceux-ci ne déclenchent des mouvements de balance , des oscillations , on y ajoute des amortisseurs .

7

8

6 -CROISER ET DÉPASSER : a- Croiser : Quand on circule sur la route, on est amène fréquemment a croiser des véhicules venant de sens inverse , et a dépasser ou se laisser dépasser par d’autres véhicules . Le croisement se fait toujours par la droite , de se fait pour éviter tout risque d’accrochage , chacun des deux véhicules doit serrer a sa droite le plus possible pour élargir la route ; Si la route est étroite ou encombré les deux véhicules ne peuvent pas passer au même temps , ils doivent respecter un ordre de passage selon les cas : Ainsi il convient de laisser passer les véhicules de lutte contre l’incendie, de police de gendarmerie ainsi que les ambulances s’il font usage de leur gyrophare et avertisseurs sonore . Si un véhicule léger se croise avec un véhicule de plus de 02 mètres de large ou 07 mètres de long, c’est celui –ci qui doit faciliter le passage au véhicule léger. A l’intérieur de l’agglomération les véhicules de transport en commun, de voyageur est prioritaire par rapport au autres véhicules . Enfin sur une route de montagne trop étroite , c’est le véhicule qui descend qui doit s’arrêter et même reculer si c’est nécessaire s’il sont de même catégorie , C’est le léger par rapport au poids lourds , c’est le camion par rapport au autocar . Le croisement la nuit est rendu plus difficile , il ne faut pas éblouir est ne pas être, il faut se mettre à temps en feux de croisement , ce qui nous permet de voir seulement à une distance de 30 à 50 mètres , de se fait il faut éviter de regarder les feux de l’autre véhicule, on orientera son regard vers la bordure droite de la route ou le bas côte (accotement ) . Enfin il est nécessaire de ralentir , puisque notre visibilité est réduite a moins de 50 mètres donc au maximum 70 km/h pour pouvoir s’arrêter à 49( 7x7 ) mètres en cas de freinage . b- Le dépassement : Le dépassement est une manœuvre souvent plus délicate : L’un des conducteurs voit mal l’autre qui arrive de derrière , c’est une manœuvre longue , le véhicule qui dépasse risque de rencontrer les véhicules venant d’en face . De ce fait pour dépasser il est nécessaire d’entreprendre de nombreuses précautions, une décision rapide , une exécution précise
8

9

et sans hésitation ; les dépassement se font par la gauche sauf dans certains cas : - Quand la circulation se fait en files et que la file de droite avance plus rapide que celle de gauche . - Quand le véhicule qui nous précède nous fait signe de tourner à gauche à l’intersection . On peut aussi dépasser un véhicule sur rail (tramway ) quand il est en marche, par ce que à l’arrêt il y a la monté et la descente des voyageurs . D’autre part il existe de nombreux cas d’interdiction de dépasser : Quand un panneau d’interdiction nous l’indique , au intersections ( sauf si on est prioritaire ) au virages , sommets de côte , au passage à niveau non gardé , au passage piétons , en présence d’une ligne continue si nous somme obliger de la chevaucher , quand la visibilité est réduite … Après avoir assuré qu’aucun de ces cas ne s’applique , le conducteur doit ensuite s’assurer que : Qu’il n’est pas sur le point d’être dépassé , qu’il n y a aucun véhicules venant en sens inverse , qu’il y a assez de place pour se rabattre devant le véhicule à dépasser qu’il possède une réserve d’accélération suffisante pour dépasser rapidement . Avant de commencer la manœuvre le conducteur doit avertir les autres par sont clignotant , par son avertisseur sonore chaque fois qu’il jugera utile , choisir le rapport de boite à vitesse donnant la meilleur accélération , effectuer sont dépassement vite en laissant latéralement au moins 50 cm pour ne pas accrocher le véhicule dépassé , et ensuite se rabattre progressivement une fois le véhicule dépassé est visible dans notre rétroviseur ( intérieur ). Quand au conducteur du véhicule dépassé , il doit serrer à droite pour laisser assez de place , ne pas accélérer plus qu’il était et même parfois ralentir pour aider le conducteur en difficulté . il est dangereux de suivre un véhicule qui dépasse , il peut cacher la visibilité , le comportement de son conducteur peut fausser l’évaluation des distances nécessaires pour dépasser donc cette manœuvre est interdite sauf sur une route à sens unique . Pour dépasser dans un temps suffisamment bref , il est souhaitable de rouler au moins à 20km/h de plus que le véhicule dépassé , cette différence de vitesse permet de dépasser en 10 secondes maximum,

9

10

Exemple : 20 Km/h de plus : à 90 km/h en un temps de 10 secondes, il faut 250 mètres pour dépasser . 10 km/h de plus : à 90km/h en un temps de 20 secondes , il faut 500 mètres pour dépasser .

Un dépassement vite fait , est un dépassement bien fait , dans le doute …abstenez –vous .
7- LE VIRAGE: Savoir prendre un virage , c’est régler la vitesse et la trajectoire de manier à éviter le déport ou le dérapage du véhicule . Tout objet qui tourne est soumis à une force qui le pousse vers l’extérieur de la courbe qu’il décrit :

La force centrifuge : Dans un virage un cycliste se penche vers
l’intérieur de la courbe c’est par ce moyen qu’il peut résister à la force centrifuge , et tant que la vitesse est grande , cette force augmente . Dans le cas d’une voiture les pneus et la suspension absorbe une part de cette force ainsi si un automobiliste prend un virage trop vite , la voiture va tendre a se déporter vers l’extérieur de la courbe , ils sortent à gauche dans les virages à droite ou à droite dans les virages à gauche . Si le conducteur va très vite la force centrifuge va devenir plus grande que l ’adhérence est c’est le dérapage . Donc on doit toujours penser à ralentir et parfois réduire sa vitesse avant le virage et reprendre l’accélération une fois les roues sont redressés . 8- TRAVERSER LES INTERSECTIONS: Souvent la route que l’on suit coupe une autre route : C’est une intersection , sur cette autre route circule d’autres véhicules pour éviter les collisions au moment du croisement , on a étable un ordre de passage : • La première situation , les autres doivent me céder le passage , il sera signalé par des panneaux accordant la priorité : une route a grande circulation , un passage protégé , route a caractère prioritaire . • La deuxième situation , je doit céder le passage au véhicules venant de droite , soit dans une intersection sans signalisation , ou deux

10

11

route de même importance comme deux routes secondaire , deux routes secondaire dangereuses , avec feu jaune clignotant … • La troisième situation on doit céder le passage á droite et á gauche , elle sera signalé par une signalisation avancé à 150m et une autre de position , soit dans le cas du stop ou du cédez le passage . Dans certaines intersections , on trouve une signalisation lumineuse : voir signalisation routière ( chapitre 2 ). Et enfin dans certains cas , c’est un agent qui règle la circulation , donc ni les feux , ni les panneaux ne serons pris en considération , on doit obier à l’agent . 9 – LES CHANGEMENTS DE DIRECTION AU INTERSECTIONS : Le conducteur est toujours amené à quitter la route sur laquelle il circule , pour y aller à droite ou à gauche , pour le faire il doit prendre un certain nombre de précautions . Pour tourner à droite ou à gauche on doit s’assurer d’abord qu’aucun panneau nous l’interdit , après on doit se placer sur la voie qui nous permet de changer de direction , signaler avec son clignotant , ralentir , observer les règles de priorité , céder le passage au piéton … Le changement de direction vers la droite est le plus facile , car il nous oblige pas a traverser ou a couper les voies réserver au véhicules venant du sens inverse , mais il suffit de serrer à droite et de s’intercaler entre les véhicules venant de gauche . Pour tourner à gauche il faut s’avoir se placer , selon les cas : - Si la circulation est a double sens voie paire , il faut serrer à l’axe médian sans le dépasser . - Si la circulation et a double sens voie impair , il faut prendre la voie du milieu suffisamment a l’avance . - Si la circulation est a sens unique , il faut serrer complètement à gauche , pour laisser passer que ceux qui viennent de derrière . - Si la chaussé est doté de couloir de présélection , il faut se placer dans le couloir qui a une flèche orienté vers la gauche . • il est important de souligner que l’usage des indicateurs de changement de direction , ne donne aucun droit au conducteur d’effectuer sa manœuvre , c’est lui qui va perturber la circulation , donc c’est à lui de prendre des précautions sans gêner , ni prendre de risque .

11

12

10 - LE FREINAGE : Freiner consiste à réduire sont allure , toute en gardant la maîtrise de son véhicule le freinage nécessite une distance minimale qui dépend de la vitesse , de l’état de la chaussée , de l’état du véhicule et de la technique utilisé . dans certain cas , le conducteur se trouve dans l’obligation d’arrêter son véhicule très rapidement parce qu ‘un obstacle vient de surgir devant lui , et pour cela il doit freiner.

A -La distance de sécurité

: C’est l’intervalle minimum de 03 secondes qu’un conducteur doit laisser entre son véhicule et celui qui le précède , Elle correspond à l’espace parcouru pendant le temps de réaction qui est en moyenne 01 secondes , 01 seconde pour chaque 03 m de longueur de votre véhicule et 01 seconde en plus de sécurité . - La méthode « UN Y » : IL existe une autre méthode pour respecter la distance de sécurité elle s’appelle la méthode « un y » , on prend un repère fixe sur le bord de la route : un arbre , un panneau , une trace sur la route…ETC… lorsque l’arrière de la voiture qui nous précède passe en face de ce repère, on prononce calmement « un Y » ( un I grec ) . Pour prononcer calmement « un Y » il faut environ 1 seconde , il est donc conseillé de prononcer au moins deux fois la formule pour augmenter cette distance et avoir une conduite plus sûre .

B - La distance d’arrêt :
On obtient La distance d’arrêt en additionnent la distance du temps de réaction et celle de freinage .

La distance du temps de la réaction : Elle commence à partir
du moment où on vois l’obstacle , l’image est transmise par les yeux
12

13

au cerveau qui va analyser , puis va donner l’ordre de freiner via les nerfs moteur et le pied va se mettre sur la pédale de frein , Est cela prendra une (01) seconde , pour un conducteur en forme ( physiquement ) , et le double ou le triple pour un conducteur ivre fatigué malade …etc. . la distance parcouru pour une seconde : Elle correspond au nombre de dizaine de la vitesse affiché au compteur multiplie par 3 . ex : 80 km/h = 8 x 3 = 24m .

La distance de freinage : Elle commence à partir du moment

où on commence a freiner , jus qu’a l’arrêt total du véhicule . Aucun véhicule ne peut s’arrêter pile , du fait qu’il est soumis a une énergie cinétique qui s’oppose au ralentissement , cette énergie est proportionnelle au carré de la vitesse , elle augmente donc plus vite que la vitesse , quand la vitesse triple , l’énergie cinétique est multiplie par neuf (09) . Le freinage consiste à transformer cette énergie en chaleur par frottement sur les mâchoires ou les disques de frein , cette transformation peut durer un certain temps pendant le quel le véhicule continuera son déplacement sur une distance qu’on appelle distance de freinage . Elle dépendra de la vitesse, de l’état des pneus , du profil de la chaussée ( côte, descente, de niveau) de son état si elle est glissante , du poids du véhicule …se qui réduit l’adhérence des pneus , et augmente la distance de freinage de la moitié . => La distance parcourue depuis l'apparition de l’obstacle jus qu’a l’immobilisation total du véhicule constitue : La distance d’arrêt . * la distance d’arrêt = distance du temps de réaction + la distance de freinage. Pour évaluer cette distance approximativement sur une route sèche , de niveau et en bonne état : On multiplie le nombres de dizaines de la vitesse par lui même . Ex : 30 km/h = 3 x 3 =9m , à 80 km/h 8 x 8 =64m. Sur une route mouillé on ajoute la moitié de la distance obtenu. Ex : 40 km/h = 4 x 4 = 16+ 8 = 24m , à 80 km/h = 8 x 8 = 64 + 32 =96m. • Pourquoi sur une chaussée glissante , les distances de freinage sont –elles allongées ?

13

14

Une adhérence parfaite c’est à dire sans glissement , est une adhérence à cent pour cent 100% , 100 / 100 = 1 mais ce coefficient d’adhérence n’existe pas sur la route , Sur une route sèche , le coefficient d’adhérence moyen est environ 0,5 à 0,6 ; en cas de freinage le ralentissement pourra atteindre au maximum 6m par seconde , donc il faudra alors 54m ( 9 x 6 ) de freinage pour s’arrêter à 90 km/h . Sur une chaussée rendue glissante par la pluie , le coefficient d’adhérence n’est que de 0,4 . - Que se passe-t-il quand les roues sont bloquées ? La bonne technique de freinage : Si le conducteur freine à fond , il va provoquer un blocage des roues et la voiture va se mettre a glisser , la transformation de l’énergie en chaleur ne se fera pas au niveau des freins ( plaquettes et disque ) mais par frottement des pneumatiques sur la chaussé on laissant des traces sur celle-ci . Et comme chaque fois que le véhicule glisse , on peut plus agir sur la direction , la voiture risque de dévier à droite ou à gauche ou se mettre de travers ; Donc pour éviter le blocages des roues , on doit appuyer fortement sur le frein , puis relâcher légèrement et appuyer de nouveau par pressions successives , de plus on peut réduire l’énergie cinétique , par l’énergie du moteur , pour cela il faut rétrograder la vitesse , c’est ce qu’on appelle : le frein moteur .

11 – S’ADAPTER A LA ROUTE : On doit s’adapter à la route , à son état , au circonstances , largeur , les trous ( Nid de poules) et affaissements de la chaussée , les virages , les montés les descentes , présence de gravillons , de sable ou de boue compromet l’adhérence des pneus ; la conduite le jour ou de nuit , le brouillard , neige , verglas , et surtout la densité de la circulation . Donc les conditions de la circulation varient constamment suivant la date , l’heure , le lieu , l’environnement ; sur une même route , on peut pas conduire de la même façon ou à la même vitesse tout les jours Elle dépend des situations particulières , comme le jour du marché , manifestation sportive , accident sur la route , le moment des sorties des écoles … donc il ne faut pas gêner , ne pas surprendre ni se faire surprendre .

Ne prenez pas la route , partagez là , la meilleure vitesse c’est celle qui vous permettra d’arriver .
14

15

12 – LES ERREURS DES AUTRES ET LES NÔTRES: Devant l’erreur ou ce qu’il croit être une erreur d’un autre , le conducteur doit agir d’une façon intelligente et pas brutale , car il risque d’aggraver la situation « l’intelligence mène a la tolérance » . Tout le monde commet des erreurs sur la route , celui qui affirme n’en avoir jamais fait est rarement s'insère , et les causes sont plusieurs , chacun a était débutant , il y a des moment où nous somme fatigué , malade , inquiets … Comme on peut aussi être mal adapté aux conditions de la circulation par manque d’habitude , par exemple un conducteur de province qui descends , a la capitale , et qui ne connaît pas assez la ville , il peut être inquiété par la densité de la circulation , par contre un citadin sera hésitant sur une route de montagne , et c’est valable pour un étranger qui a les habitudes de son payes … Toutes ces déférences entre les conducteurs peuvent amener des erreurs des uns et des autres , tous ont cependant le même droit de partager la route , et tous désirent arriver au but « sans accident ». Souvent nous voyons un autre faire se qui nous semble une erreur , mais nous ne pouvons pas voir la situation comme il la voit , exemple Un conducteur qui ne démarre pas au feu vert , c’est parce qu’il y a un piéton qui traverse la chaussée et si nous voyons un conducteur prendre des risques , il faut essayer de le comprendre , peut être il a une urgence . Donc l’observation et la compréhension des autres , le souci de sa propre sécurité et celle de tous , l'intelligence dans la conduite doivent donc aboutir a développer chez chacun d’entre nous une attitude de tolérance vis a vis des autres :

Votre sécurité dépend d’abord de vous .
-

Accidents de circulation en Algérie : Quelques chiffres :
15

16

Les statistiques avancées par le centre national de sécurité et de la prévention routière nous annonces , rien que pour l’année 2001 , 40 000 accidents environ qui ont fait 4000 morts et près de 50 000 blessés ont été enregistrés , les incidences financières pour l’état se situent entre 15 et 20 milliards de DA . Le nombre d’accidents recensés chaque année dans notre pays ‘’ rivalise ‘’ paradoxalement avec celui de la France , pourtant le parc national automobile ne dépasse pas les 03 millions de véhicules alors que celui de l’Hexagone avoisine le 33 millions soit 10 fois plus que le notre ; cette curieuse comparaison révèle en fait l’intérêt accordé par chacun des deux pays à l’état du parc automobile , cette contradiction flagrante ne peut toutefois s’expliquer que par la défaillance dans le contrôle technique et l’âge très avancé de nos véhicules ; Sur les 03 millions , un millions es bon pour la casse ; plus de 80 % ont plus de 10 ans d’âge . pis l’office national des statistiques ( ONS ) indique que 7,19 % de l’ensemble du parc ont moins de 05 ans et que 41,28 % ont 20 ans et plus … !!!, donc la moyenne d’âge est environ 15 ans . 13 – LES FACTEURS ET CAUSES D’ACCIDENT: Un accident est le résultat d’un certain nombre de facteurs défavorables et d’une capacité de réaction insuffisante du conducteur .

-

La Vitesse : Un ( 01) accident motel sur 02 est dû à la vitesse inadaptée, accepter de réduire sa vitesse de 5 Km/h , c’est diminuer de 20% le nombre des tués . * Les effets de la vitesse : Plus on va vite : - Plus la perception visuelle diminue. - Plus le cerveau reçoit d’images et plus il devient difficile de Les enregistrer. - Moins la voiture devient maniable, plus la conduite est difficile . - Plus le risque d’erreur augmente.
16

17

- Plus la consommation de carburant est importante. - Moins les pneus adhèrent à la chaussée. - Plus le choc est violent. - Plus vite la fatigue s’installe et plus le temps de réaction et de freinage augmentent. -

La route : Par exemple , il sera plus facile d’effectuer un Les conditions météorologique : un virage facile à prendre
par un temps sec pourra devenir redoutable s’il pleut ou si il y a du verglas ou gravier .

dépassement si elle est large et plate que si elle est étroite et bombée .

-

La voiture : deux facteurs concernant la voiture entrent en ligne
ses caractéristiques à la construction ( c’est plus facile d’effectuer un dépassement avec une voiture neuve et nerveuse qu’avec une autre voiture ) ; son état d’entretien , comme les freins , l’éclairage défectueux , l’état des pneus…

-

La circulation : C’est a dire le nombre de véhicules qui
circulent , leur vitesse le comportement de leur conducteurs…

-

La réglementation : Une situation est plus facile a résoudre
lorsqu’elle a était prévue par le code de la route , la réaction du conducteur sera bien défini mais elle sera difficile s’il a un doute .

-

Les compétences technique : Elle dépende de la connaissance
de son véhicule de la manière dont il sais l’utiliser , connaissance de la manœuvre a effectuer ( rapidité , adresse , précision…).

-

Connaissance de la réglementation : Le conducteur doit
avoir une connaissance exacte des règles de la circulation .

-

Niveau de vigilance d’un conducteur : il doit être adapté
à la difficulté de la situation , si le conducteur ne veut pas être surpris , car la surprise rend plus difficile l’évaluation de ce que il faut faire , et elle nous laisse peut de temps de réaction .

17

18

- L’état physique , suivent son état le conducteur sera plus ou moins apte à décider et à réagir , cet état est influencé par la fatigue , l’alcool , certains médicaments , une mauvaise vision …

-

La fatigue :

l’état de santé a une grande influence sur la conduite certaines maladie ou infirmités rendent même la conduite impossible , et aussi dangereuse que le code a été amené a limiter ou supprimer le droit de conduire de ceux –ci . La fatigue peut venir de l'excès d’activités ou affection du fonctionnement d’un organe qui va se fatiguer rapidement … Cette fatigue sera aggravé par certaines conditions : long trajet , conduite de nuit , monotonie de la route , chaleur , voiture mal aéré fumée de cigarettes ..ETC et ces effets vont se répercuter sur : la vision peut être troublée par des illusions d’optique et des hallucinations , il prend des choses pour d’autres , on voit des choses qui n’existe pas … Les réactions deviennent moins rapide et moins précises . La perte de vigilance dû surtout a la monotonie , provoque une somnolence … Cependant il y a des signes avertisseurs, comme un point douloureux entre les épaules , lourdeur de la tête , démangeaison du cuir chevelu , picotement des yeux qui larmoient … Dés l'apparition des ces signes , il faut s’arrêter , le mieux est de dormir environ ½ heures ou au moins marcher , se décontracter… En ce qui concerne les maladies , il faut se méfier des maladies qui peuvent amener une augmentation sensible des risques , comme les troubles digestives , respiratoires , rhumatisme , migraine …ces maladies nous amènent à l’absorption de médicaments qui eux aussi peuvent être incompatible avec la conduite , en particulier les stimulants , les tranquillisants ( somnifère) dont l’action se prolonge souvent au delà du réveil et se fait sentir le matin sur le conducteur qui a pris la veille au soir , Donc il est utile de demander l’avis du médecin , pour ne pas prendre de risque .

18

19

-

L’alcool au volant :

La consommation d’alcool est très dangereuse pour les conducteurs , même en quantité faible , la presque totalité de l’alcool contenu Dans le vin , la bière , les apéritifs que l’on boit passe dans le sang , et reste pendant plusieurs heures . L’action de l ‘alcool est d’abord excitante et euphorisante , donc il va sous-estimer le danger ce qui l’amène a prendre plus de risques . l’alcool démunie aussi les capacités du conducteur : Ces réflexes , sa vision , il évalue mal les distances , la vitesse , les dangers …ce qui augmente son temps de réaction .

Quantité :
2 / 3 de litre de vin = 0, 5 % à 0, 8% . 1, 5 L = 0, 8 % à 1, 5% . 2 L = 1, 5% à 3% . Le changement de comportement apparaît entre 0, 5 à 0, 8% , et entre 0, 8 à 1, 5% commence l’ivresse ( vision, équilibre , parole …)troublée. le taux d’alcoolémie se mesure par une prise de sang ou l'Alcootest qui est un ballon dans lequel on souffle a travers un tube qui contient un réactif jaune , qui devient vert si on a dépassé les 0,8 % , dans ce cas sera pratiquée une prise de sang . pour plus de sécurité , il faut s’abstenir de conduire dès la prise d’alcool . « BOIRE OU CONDUIRE , IL FAUT CHOISIR » 14 – COMMENT AGIR EN CAS D’ACCIDENT : Lorsque j’arrive sur les lieux d’un accident et que les secours ont déjà été organisés, il faut éviter de s’arrêter . mais si l’accident vient de se produire il faut absolument s’arrêter et porter assistance aux victimes sinon je peux être poursuivi pour non assistance à personnes en danger je doit donc : Protéger , Alerter , Secourir .

a – Protéger :
Je me gare convenablement pour ne pas constituer un risque d’accident supplémentaire , je coupe le contact des véhicules accidentés je ne doit pas fumer , si le véhicule a pris feu j’utilise l’extincteur ou à défaut j’utilise le sable , de la terre ou une couverture , mais surtout pas l’eau . Je signal l’accident avec les feux de détresse , un triangle de pré
19

20

signalisation placés à 30m au moins visible à 100m de nuit j’utilise les lampes de poche et j’éclaire les véhicules avec les phares en se placent perpendiculairement à la route .

b – Alerter :
Souvent , les minutes et même les secondes comptent pour sauver la vie d’une personne . J’avertis la police en ville ou la gendarmerie en dehors de la ville , j’utilise pour cela un téléphone public ou privé , a défaut je fais donner l’alerte par un autre usager . Je donne les renseignements complets et précis aux services de secours ( lieu , nombre de blessés , de véhicules …) .

c - Secourir :
En attendant l’arrivée des secours , il convient d’assister les blessés sans risquer d’aggraver leur état . Ne pas donner a boire à un blessé , ne pas transporter un blessé grave dans sa voiture , ne pas retirer le casque d’un motocycliste, ne pas le laisser exposer au froid ( il faut le protéger avec une couverture ) , ne pas déplacer ni tenter de le sortir de sa voiture sauf : En cas d’incendie , noyade , risque de chute dans un ravin . Si on est obliger de le déplacer il faut : Eviter la moindre torsion de la colonne vertébrale ( l’ensemble tête – cou – tronc doivent former un bloc rigide ) . Ne pas tirer le blessé par les membres . * Si le blessé saigne , j’essaye d’arrêter l’hémorragie en comprimant la plaie avec (serviette ou poing nu ) . je ne place un garrot qu’en cas d’absolue nécessité sans oublier d’indiquer l’heur où il a été posé . L’asphyxie : S’y il ne respire plus ou peu , je desserre ses vêtements ( col , ceinture) je débarrasse sa bouche des corps étrangers ( prothèse dentaire , bonbon ) , j e pratique au besoin le bouche à bouche . Il faut aussi relever les noms et adresses des témoins de l’accident , et les remettre aux services de sécurité . 15 -LA CEINTURE DE SÉCURITÉ :

20

21

Pour éviter la projection des automobilistes contre la carrosserie, ou leur éjection les voitures sont dotée de ceinture de sécurité , leur efficacité est prouvée et leur généralisation permettra de sauver les vies humaines . Quand un véhicule heurte un obstacle , elle est freiné sur une courte distance , la déformation de la tôle absorbe une bonne partie de l’énergie et provoque un arrêt relativement progressif mais les occupants de la voiture pendant ce temps continuent a se déplacer vers l’avant à la même vitesse qu’avait celle-ci au début ; ils sont projetés en avant contre le tableau de bord , volant , pare-brise . Le taux de mortalité des non ceinturés est 02 à 05 fois plus élevé que celui des ceinturés et 70 % des blessés non ceinturés le sont à moins de 50 Km/h . il faut absolument éviter certaines dispositifs visant à détendre la ceinture , en effet ils diminuent son efficacité entraînant des risques de traumatisme en cas de choc , il faut que le corps se solidarise avec le siège de la voiture et , la gravité de ce choc dépend de la vitesse :

à 60 Km/h correspond a une chute de 14m , à 100 km /h a celle de 40m .
Il arrive parfois que les portières s’ouvrent sous le choc et que un ou plusieurs occupants soient éjectés et c’est plus grave car le corps rencontre un arbre , un mur , bord du trottoir , une borne de plus il risque d’être écrasé par le véhicule . En moyenne il est 05 fois plus dangereux d’être éjecté que de rester à l’intérieur ; le port de la ceinture de sécurité diminue de 50% le Nombres de blessés , et les blessures sont moins grave ( 25 fois moins de jour d’arrêt de travail ). Le sac gonflable ( airbag ) est une protection supplémentaire contre les chocs frontaux violents , pour le conducteur c’est un appoint qui empêche le contacte entre la tête et le volant , le corps étant déjà retenu par la ceinture , pour le passager il empêche le contact avec le tableau de bord , nécessairement associé à la ceinture pour son efficacité , il en améliore les effets de 15 à 25 % .

16 - EVALUER SES CONNAISSANCES ET SES CAPACITÉS :

21

22

Il est difficile d'évaluer ses connaissances , mais cependant on doit s’y efforcer à chaque instant car c’est le seul moyen de s’améliorer . le conducteur peut penser par exemple : je suis un bon conducteur puisque je n’ai pas eu d’accident depuis 10 ou 20 ans , ou je suis jeune et j’ai de bons réflexes , et cela compense mon manque d’expérience… cela ne prouve rien , il est possible qu’un concours de circonstances lui évite pendant une longue période des accidents , mais un jour il peu être surpris par d’autre circonstances . Le conducteur doit se poser fréquemment des questions sur lui même : - Depuis combien de temps est-ce que je conduis ? - Combien ai-je déjà de KM en ville , sur route , autoroute … ? - Ai - je déjà conduit dans les circonstances actuelles ( nuit , neige , verglas , montagne, désert …) ? - Ai - je déjà roulé à cette vitesse ? - Est - ce que je connais la route ? - Suis - je en bonne santé ? Bien se connaître pour bien s’apprécier et bien conduire ; il faut toujours s’efforcer à conduire mieux . 17 -LISTE DE CONTROLE DE SÉCURITÉ AVANT LE DÉPART : 1- Vérifiez tous les feux . 2- Vérifiez que les boulons des jantes n’ont pas de jeu et que la pression des pneus sont correctes , sans oublier la roue de secours . 3- Vérifiez l’essence , l’huile du moteur , le liquide de refroidissement , les courroies le liquide de frein , la batterie , éventuellement le liquide de la direction assisté . 4- Se pencher sous le véhicule en cas de fuite ou d’un objet qui peut me gêner au démarrage . 5- Vérifiez les équipements requise pour la sécurité comme les ceintures , les rétroviseurs , le chauffage , le dégivrage , l’eau pour les essuies glaces , le cric , le triangle de détresse, l’extincteur , une torche , quelques clefs et tourne vis . 6- Assurez-vous que le pare - brise et les vitres sont propres et que les rétroviseurs sont propres et bien réglés . 7- Enlevez tous les objets qui traînent dans la cabine dans la cabine ( surtout sous les pédales et sur le tableau de bord ) . 8- Vérifiez les essuies – glaces et le Klaxon . 9- Vérifiez que le système de frein marche .

22

23

10- Assurez – vous que vous avez tous les papiers suivant : Le permit de conduire , la carte grise, l’assurance , la vignette , le carnet d’entretien. 11- Vérifiez que tout équipements mobile est bien attaché.

COUR DE CONDUITE DEFENSIVE (C - C - D)

-

ATTITUDE. VOIR LOIN DEVANT. AVOIR UNE VUE D’ENSEMBLE. GARDER LES YEUX EN MOUVEMENT. GARDER UNE ECHAPPATOIRE. ÉTRE SUR D’ETRE VU.

- ATTITUDE : Vérifier le véhicule avant le départ , laisser derrière vous les distractions , étudier la route a suivre (itinéraire ) , préparez –vous à conduire sur la défensive . A – VOIR LOIN DEVANT : On a trois zones : - Zone d’anticipation dans laquelle vous entrez dans 30 à 120 secondes. - Zone de vision ou vous devez concentrer sur les obstacles et dangers qui se présentent dans 12 à 15 secondes à l’avance. - Zone d’action ou vous agissez dans les 04 à 06 secondes. Voir loin devant c’est de conduire vers là ou vous serrez, non pas là ou vous êtes.
23

24

Vous devez éviter les collisions frontales ils sont mortelles . il est préférable de heurter un objets qui va céder ( panneaux , buissons clôtures…) ou même un véhicule de derrière qui va dans le même sens ou en stationnement . - Comment éviter les collisions frontales : Scrutez la route de 30 a 120 secondes , réduisez la vitesse , serrez a droite , avertissez l’autre conducteur ( Klaxon , ou phares ) , freinez brusquement puis relâchez les freins, sortez complètement de la chaussée si c’est possible , arrêtez votre véhicule . B - AVOIR UNE VUE D’ENSEMBLE : Le conducteur doit analyser en permanence les informations visuelles qu’il reçoit : d’en face , des deux côtes , de l’arrière . il faut analysez la route plutôt que de la regarder , concentrez vous sur la conduite , évitez de heurter l’arrière d’un autre véhicule en gardons une distance évitez d’être heurté par derrière ( laisser le passer), laisser une distance de sécurité devant vous (environ 03 à 04 s ). C - GARDER LES YEUX EN MOUVEMENT : Votre vision est divisée en deux zones : - Vision périphérique, Vision centrale : Seul la vision centrale est nette (l’autre est flou ) , donc pour avoir une vision nette sur tout les côtes il faut garder les yeux en mouvement ( chaque deux secondes ) surtout au intersections . Regardez les rétroviseurs chaque 05 a 08 secondes , votre tableau de bord…, contrôlez votre vitesse , maintenez un espace pour vous arrêter , indiquez vos intentions aux autres , aux intersections regarder a gauche puis a droite puis a gauche , ou a droite puis a gauche puis a droite , ( GDG ou DGD ). D - CONSERVER UNE ECHAPPATOIRE : Sa signifie garder un espace libre autour du véhicules, sur tout les côtes : à gauche a droite devant et derrière. et cela on peut l’obtenir en conservant une distance suffisante , en observant le bas côté de la route en faisant attention au trafic, en regardant dans les rétroviseurs chaque 05 à 08 secondes . si un conducteur se maintient a votre niveau
24

25

accélérez ou ralentissez , si il se rapproche de derrière accélérez ou laissez le dépasser . Etudiez l’emplacement et garez –vous de façon à ce que votre premier mouvement soit vers l’avant , exemple vous garer en reculant de façon a sortir en avancent . E - ÊTRE SUR D’ÊTRE VU: Cela veut dire établir une communication entre vous et les autres usagers de la route : les piétons, les enfants, les animaux, les autres conducteurs. Et cela il faut utilisez vos : le Klaxon , phares , clignotants , signes de la main , placez vous là ou vous pouvez être vu . Pour ne pas heurter les piétons, il faut donner un coup de Klaxon amical, obtenez un contact visuel , cherchez une réponse positive , regardez dans vos rétroviseurs et si vous avez le doute Arrêtez vous . il est difficile de communiquer avec les enfants et les animaux , donc il faut regarder les rétroviseurs , ayez un pied sur la pédale de frein , ralentissez , Soyez prêt a vous arrêter . - NEUF (09) RÈGLES POUR RECULER EN SÉCURITÉ : Jetez un coup d’œil a l’arrière. - Klaxonnez avant de reculer. - Reculez immédiatement, ne perdez pas de temps. - Reculez lentement. - En reculant regarder dans les rétroviseurs. - Ne reculez pas plus que nécessaire. - Reculez toujours du côte du conducteur. - Utilisez les marques du sol pour vous guider. - Garez–vous toujours de façon a ce que le premier mouvement soit vers l’avant.
-

- CONDUITE EN HIVER :

Etat du véhicule en hiver :
Lave – Glaces, Essuies – Glaces et balais peut ne pas avoir été utilisez depuis des mois , donc assurez vous qu’ils fonctionnent . - Dégivrage de la lunette arrière …utilisez – le en cas de buée ou de givre.
25

26

- Phares , clignotants , feux de détresse feux de stop en état de marche, et catadioptres ( Cataphotes) propre . - Assurez – vous que les freins marchent. - Les pneus doivent avoir de bonnes rainures (02mm) pour évacuer l’eau . - Antigel pour l’eau du radiateur. - Assurez vous que le ventilateur fonctionne. - Graissez ou huilez les serrures des portières pour les protéger du gel .

Attitude du chauffeur :
-

-

-

Soyez attentif au changement des conditions extérieurs , même si vous êtes installé confortablement au chaud . Ne pas surchauffer l’habitacle ( risque d’endormissement ) . Aérer le véhicule régulièrement . Parler aux autres passagers , ou écouter la radio . Observez bien et réagissez…le plutôt possible , n’ayez pas de mouvement tardifs ou brusques sur une chaussée glissante . Conduisez en douceur , changez de vitesse , freinez , tournez en douceur . Rappelons que par mauvais temps , plus de six accidents sur dix sont dus à une vitesse inadaptée . Eviter de porter des vêtements encombrants au volant qui réduisent Les capacités de réaction . Faire une pause au moins toutes les deux heures car c’est fatigant .

- Le brouillard :
12345-

Il réduit la vision …allumez les phares , faites fonctionner les essuies –glaces . Etouffe les bruits …ouvrez légèrement une vitre , utilisez le Klaxon pour prévenir les autres . Il rend la chaussée glissante…freinez doucement , laissez un espace plus grand devant vous . Il donne une sensation d’hypnose pendant les longs trajets. arrêtez vous un instant . Rappelez- vous vous conduisez souvent plus vite que votre vision et votre capacité de stopper, donc contrôler votre vitesse , aux intersections, des véhicules essaieront de passer, il ne peuvent

26

27

678-

pas toujours voir . Ne dépassez pas si la visibilité est réduite , ne tentez pas votre chance . En ville des véhicules tous phares éteints peuvent être en stationnement sur la route . Le brouillard change la perception des distances , ne comptez pas sur votre connaissance de route .

- Neige et verglas :
1 - La neige fraîche offre une bonne adhérence , choisissez là plutôt que de la neige sale, freinez et changez de vitesse avec précaution . 2 - La neige tassée et le verglas n’offrent pas une bonne adhérence , utilisez les chaînes ou des pneus spéciaux . 3 - Les phares et le radiateur peuvent se couvrir de glace , stoppez régulièrement et vérifiez . 4 - Conduire sous la neige et fatigant , surtout pour les yeux , arrêtez – vous et reposez- vous. « Surtout n’allez pas trop vite . »

-

Type de dérapage :

• Dérapage des roues arrières : Elles perdent leur adhérence , le véhicule peut partir d’un côte ou de l’autre , la direction est légère , les causes sont : accélération brutale par rapport aux conditions de la route , freinage excessif , vitesse excessive , le résultat est le dérapage du véhicule ou un demi- tour . comment là contrôler : éliminez les causes en relâchant la pression sur l’accélérateur ou les freins. Pour un dérapage des roues arrières , braquez dans la même direction que l’arrière du véhicule, si l’arrière glisse a droite braquez a droite . ne braquez pas trop sinon vous pouvez induire un dérapage dans la direction opposée. • Dérapage des roues avant :

27

28

Les roues avant perdent leur adhérence , et ne répond pas au braquage a cause d’une vitesse ou braquage excessif dans un virage ; comment là contrôler , éliminez les causes en relâchant la pression sur l’accélérateur ou les freins , quand les roues avant dérapent , mettez les roues en position droite pour qu’elles retrouvent leur adhérence , puis tournez doucement dans la direction désirée . - CONDUITE DANS LE DÉSERT : La meilleure façon de conduire dans le désert , est…de ne pas le faire ! ! ! 1- La plupart des désert ont de routes ou des pistes bien connues … restez –y. 2- Ne conduisez pas hors piste pour le plaisir soyez professionnels . 3- Assurez – vous que avez utilisé les routes et les pistes a plusieurs reprises , avec quelqu’un qui les connaît bien . 4- Ne faites pas de voyage inutiles , conduisez le moins possible . Si vous devez conduire dans le désert il faut : Assurez – vous que vous avez un kit de survie , un cric , des roues de secours , beaucoup d’eau , même pour un cours trajet , vous pouvez vous déshydrater rapidement à 45°c , en cas de crevaison ou de changement de roue. N’oubliez pas de signaler votre départ , votre heure d’arrivée approximative , votre itinéraire , qui vous accompagne et de notifier votre heure d’arrivée . éviter de voyager au milieu de journée , l’aube tôt et le soir sont les meilleurs moment pour vous et votre véhicule.

- Préparation :
Avant tout , diminuez la pression des pneus ( environ 25psi ) , passez en quatre (04) roues motrices ( H4 ou L4 ) . Observez bien la surface du sable , une couleur claire signifie un sable mou stoppez seulement aux endroits surélevés , vérifiez souvent les indicateurs de : température , de l’eau , pression et température de l’huile , le compte tours , voltmètre et voyants lumineux . Ne roulez pas a petite vitesse , les roues patinent et creusent le sol , a grande vitesse mieux un sol mou ou une montée ; maintenez le véhicule

28

29

en ligne droite dans les montées et les descentes , ne traversez pas les pentes en biais , c’est la meilleure façon de faire un tonneau !

- SI VOUS ÊTES ENSABLÉ : Ne paniquez pas , restez calme et méthodique , votre route d’aces peut – être votre meilleure route de sortie , essayez de reculer , il est plus facile de descendre , essayez de vous dégager vers le bas chaque fois que c’est possible , faites tourner les roues en avant en arrière tout en braquant , faites baisser la pression des pneus (12 p s i) , dégagez le sable devant les roues , enlevez le sable sous le véhicule si celui-ci repose dessus , balancez le véhicule d’avant en arrière , en utilisant la première et la marche arrière peut vous aider .

- SI VOUS ÊTES PERDU OU EN PANNE : N’abandonnez jamais le véhicule, il est facile a repérer, une personne qui marche ne l’est pas. 2- Si vous avez des réparations a faire, attendez le moment le moins chaud de la journée , restez à l’ombre pendant qu’il fait chaud . 3- Rationnez votre eau , ne mangez pas trop , la digestion déshydrate . 4- Utilisez le kit de survie . 5- Rendez le véhicule le plus possible visible , orientez les rétroviseurs vers le ciel , répandez tout autour des pièces comme la roue de secours , la caisse à outils , les chiffons… 6- Décontractez – vous .
1-

- REGLES DE CONDUITE OBLIGATOIRES : Tenez le volant dans une position 10h – 14h. 2- Mettez toujours votre ceinture de sécurité. 3- Il y a divers limitations de vitesses : a l’intérieur de la base 20 km/h , sur route pour les voitures, bus , camionnettes c’est 80 km/h maximum , pour les camions 60 km/h maximum . 4- Respectez les limites de vitesse , n ’ accélérez que si les conditions du véhicule de la route ou atmosphériques le permettent . 5- Alcool : ne jamais conduire après avoir bu .
1-

29

30

- LE STYLE DE CONDUITE : La façon de conduire a une très grande influence sur la consommation de carburant, la conduite peut être efficace tout en étant économique . Un moteur peut avoir un rendement maximum avec une consommation minimum pour cela il faut : - En écoutant le moteur, pour sentir s’il peine ou tourne trop vite . - En contrôlent le compte – tours (meilleur rendement du moteur est 2000 t / m ) - En conservant une vitesse stable sur un terrain plat. - En évitant les démarrages brusques. - Chaque action brusque sur le frein ou l’accélérateur est gaspillage d’énergie ( il faut laisser la distance suffisante , en recueillant les informations fournies par le comportement des autres , la configuration des lieux , l’état de la chaussée …) .

Entre la conduite souple et une conduite nerveuse l’écart de consommation de carburant, peut atteindre 40%. Une mécanique malmenée s’use et se détériore rapidement, un conducteur tendu se fatigue rapidement que le détendu.

30

31

31

32

32

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->