Vous êtes sur la page 1sur 140
NOTIONS DE MECANIQUE DES FLUIDES Cours et Exercices Riadh BEN HAMOUDA Centre de Publication Universitaire AVANT-PROPOS Létude de la mécanique des fluides remonte au moins a poque de la Gréce antique avec le célébre savon Archiméde, connu par son principe qui fut a l'origine de la statique des fluides, Aujourd’hui, la dynamique des fluides est un domaine actif de la recherche avec de nombreux problémes non résolus ou par résolus. Dans cet ouvrage se trouve exposé l'essentiel de ce qu'un étudiant des Instituts Supérieurs des Etudes Technologiques doit savoir. Les automatismes ‘hydrauliques et pneumatiques sont actuellement trés utilisés en industrie. Donc, un technicien quelque soit sa spécialité doit acquérir les notions fondamentales en mécanique des fluides. Nous avons cherché a éviter les développements mathématiques trop abondants et pas toujours correctement mafirisés par la Hlement plupart des techniciens supérieurs et insisté trés largement sur les applications industrielles et les problémes de dimensionnement. Ainsi, étude de la mécanique des fluides sera limitée dans cet ouvrage a celle des fluides hamoganes. Les lois et modéles simplifiés seront utilises pour des fiuides continus dans une description macroscopique. Egalement, nous limiterons notre étude & celle des tluides parfaits et réels. Dans I'étude dynamique nous serons amenés a distinguer les fluides incompressibles et les tluides compressibles. Le chapitre 1 constitue une introduction @ ta mécanique des fuides dans laquelle on classe les fluides parfaits, les fluides réels, les fluides incompressibles et les fluides compressibles et on définit les principales propriétés qui seront ulilis¢es ullérieurement. Le chapitre 2 est consacré a l'étude des fluides au repos. Les lois et thearémes fondamentaux en statique des fiuides y sont énoncés. La notion de pression, le théoréme de Pascal, le principe d'Archiméde et la relation fondamentale de "hydrostatique sont expliqués. Dans le chapitre 3 sont traitées les équations fondamentales qui régissent la dynamique des fluides incompressibles parfaits, en particulier, 'quation de continuité et le théoréme de Bernoulli. Elles sont considérées trés importantes dans plusieurs applications industrielles, entre autres dans la plupart des instruments de mesures de pressions et de débits qu'on peut rencontrer dans beaucoup de processus industriels de fabrication chimique surtout. Dans le chapitre 4 sont démontrés les équations et les théorémes relatifs ala Gynamique des fluides incompressibles réels. Une méthode simplifiée de calcul des pertes de charge basée sur ces équations est proposée. Elle est indispensable pour le dimensionnement des diverses installations hydrauliques (problemes de pompage, de turbines, de machines hydrauliques, et thermiques dans lesquelles est véhiculé un fluide etc.) Le chapitre S est consacré a l'étude des fluides compressibles. Les lois et les équations fondamentales de la dynamique ainsi que le théoréme de Saint-Venant nécessaires pour traiter un probleme d’écoulement de gaz sont démontrés, Gertaines notions de thermodynamique, jugées indispensables pour introduire quelques paramétres, sont ajoutées. La derniére partie de chaque chapitre est consacrée a des exercices corrigés. lis sont extraits, pour la plupart, des examens et devoirs surveillés que j'ai proposé A l'institut Supérieur des Etudes Technologique de Djerba. Ils sont cholsis pour leur intérét pratique et pour leur diversité. Chaque exercice traite un domaine particulier d'application qu'un technicien supérieur pourrait rencontrer aussi bien dans le cadre des travaux pratiques 4 lISET qu’en industrie dans sa vie active. Les solutions avec beaucoup de détail, devraient permettre a I'étudiant d’acquérir, en peu de temps, la maitrise nécessaire des concepts utilisés. Ces exercices permettront également de tester |'avancement de leurs connaissances. En ce qui concerne la typographie, il a paru opportun de garder les mémes notations dans la parlie exercices corrigés et dans la partie cours. Les points importants sont écrits en caractére gras et les résultats sont encadrés. Cet ouvrage constitue une premiére version, Il sera certainement révisé. Les critiques, les remarques et les conseils de tous les compétents du domaine qui veulent nous aider et encourager seront accueillis avec beaucoup de respect et remerciement. Riadh BEN HAMOUDA, Octobre 2008 TABLE DES MATIERES ‘Chapitre Introduction @ 1 Introduction 2 Définitions.. 2.1 Fluide parfait 2.2 Fluide réal 2.3 Fluide incompressible. 2.4 Fluide compressible . 3 Caractéristiques physiques.. 3.1 Masse volumique 3.2 Poids volumique .. 3.3 Densité .. 3.4 Viscosité 4 Conclusion 5 _ Exercices d'aoplication . Chapitre2: —Statique des fluldes 1 Introduction... 2 Nolion de pression en un point dun fluide 3 Relation fondamentale de 'hydrostatique .... 4 Théoréme de Pascal. 4.1 Enoncé.... 4.2 Démonstration . 5 Poussée d'un fluide 5.1 Hypotheses... 5.2 Eléments de réduction du torseur des forces de pression. 5.21 Résullante ...... 5.2.2 Moment. 5.3 Centre de paussée 6 _ Théoréme d'Archiméde.. 6.1 Enoncé 6.2 Démonstration. 7? ~~ Conclusion... 8 Exercices d'aplication Chapitre 3: Dynamique des 1 Introduction... 2 Ecoulement Permanent 3 Equation de Continuité. 4 Notion de Débit....... 4.1 Débit massique 4.2 Débit volumique.... 4.3 Relation entre débit 5 Théoréme de Bernoulli — Cas d'un écoulement sans échange de travail ... 6 Théoréme de Bernoulli —Gas d'un écoulement avec échange de travail . Fluides Incomprossibles Parfaits .. 7 Théaréme d’Euler : & Conolusion........ . 9 Exercices d’ ‘application - Chapitre 4: Dynamique des Fluides Incompressibles Reels 1 Introduction 2 Fluide Rés 3 Régimes d'écoulement - nombre de Reynolds 4 Pertes de charges. 4.) Détinition, 42 Pertes de charge singuliéres ... 43 _ Pertes de charges lingaires : 5 Théaréme de Bernoulli appliqué a un fluide reel. 6 Conclusion. eee 7 Exercicas d'application ...... Chapitre5: Dynamique des Fluldes Compressibies, 1 Introduction 2 Equations d'etat d'un gaz parfait 2.1 Lois des gaz parfaits. Transformations thermodynamiques .. 8.1 Célérité du son... 32 Nombre de Mach..... 3.3 Ecoulement subsoniqu 3.4 Ecoulement supersonique 122 Equation de continuite ...... . 122 123 Equation de Saint-Venant Etat générateur Conclusion . Exercices d'application ... ey9ae Chapitre 1: INTRODUCTION ALA MECANIQUE DES FLUIDES 1 INTRODUCTION La mécanique des tluides est la science des lois de écoulement des fluides. Elle est la base du dimensionnement des conduites de fluides et des mécanismes de transfert des fluides. C'est une branche de la physique qui étudie les écoulements de fluides Cest-d-dire des liquides et des gaz lorsque ceux-ci subissent des forces ou des contraintes. Elle comprend deux grandes sous branches: + la statique des fluides, ou hydrostatique qui étudie les fluides au repos. C'est historiquement le début de la mécanique des tluides, avec la poussée d'Archiméde et étude de la pression. - la dynamique des fluides qui étudie les fluides en mouvement. Comme autres branches de la mécanique des fluides. On distingue également d'autres branches liges @ la mécanique des tluides : Thydraulique, 'hydrodynamique, 'aérodynamique, ...Une nouvelle approche a vu le jour depuis quelques décennies: la mécanique des fluides numérique (CFD ou Computational Fluid Dynamics en anglais), qui simule "écoulement des fluides en résolvant les équations qui les régissent a l'aide dordinateurs trés puissants : les supercalculateurs. La mécanique des fluides a de nombreuses applications dans divers domaines comme fingénierie navale, laéronautique, mais aussi la météorologie, la climatologie ou encore l'océanographie. 2 DEFINITIONS Un fiuide peut étre considéré comme étant une substance formé d'un grand nombre de particules matérielles, tres petites et libres de se déplacer les unes par fapport aux autres. C’est done un milieu matériel continu, déformable, sans rigidité et qui peut s’écouler. Les forces de cohésion entres particules élémentaires sont Chapt 1 luction & la mécanique des fluides 27 tras faibles de sorte que le forme du récipient qui le contient, par exemple: les métaux en fusion sont des je est un corps sans forme propre qui prend la fluides qui permettent par moulage dobienir des pitces brutes de formes complexes. On insiste sur le fait qu'un fluide est supposé étre un milieu continu : méme si on choisit un trés petit élément de volume, il sera toujours beaucoup plus grand que la dimension des molécules qui le constitue. Par exemple, une gouttelette de brouillard, aussi petite soit-elle A notre échelle, est toujours immense a échelle moléculaire. Elle sera toujours considérée comme un milieu continu. Parmi les fluides, on fait souvent la distinction entre liquides et gaz. Les fluides peuvent aussi se classer en deux familles relativement par leur viscosité. La viscos est une de leur caractéristique physico-chimique qui sera Géfinie dans la suite du cours et qui définit le frottement interne des fluides. Les fluides peuvent étre classés en deux grande familles: La famille des fluides “newtoniens” (comme teau, fair et la plupart des gaz) et celle des fluides "non newtoniens* (quasiment tout le reste... le sang, les gels, les boues, les pates, les suspensions, les émulsions...). Les fluides "newtoniens" ont une viscosité constante ou qui ne peut varier qu’en fonction de la température, La deuxieme famille est constituée par les fluides "non newtoniens" qui ont la particularité d'avoir leur viscosité qui varie en fonction de la vitesse et des contraintes quils subissent lorsque ceux-ci s'écoulent. Ce cours est limité uniquement a des fiuides newtoniens qui seront classés comme suit. Fluide parfait Soit un systéme fluide, c'est-a-dire un volume délimité par une surface fermée = fictive ou non. otors oe neconaue ses folie Gaus elorerccxs core, . ‘Aur Flach BEN ALIOUOA Page: 2 luction & la mécanique des fluides SS Considérons «fla force diinteraction au niveau de la surface élémentaire dS de narmale ii entre le fluide et le milieu extérieur. On peut toujours décomposer a en deux composantes: > une composante df, tangentielle a dS. - une composantedF, normale & dS. En mécanique des fiuides, un fluide est dit parfait s'il est possible de décrire son mouvement sans prendre en compte les effets de frottement. C'est a dire quand la composante di, est nulle. Autrement dit, la force dest normale a 'élément de surtace dS. 22 Fluide réef Contrairement a un fluide partait, qui n'est qu’un modéle pour simplifier les calculs, pratiquement inexistant dans la nature, dans un fluide réel les farces tangentiolles de frottement interne qui s’opposent au glissement relatif des couches fluides sont prise en considération. Ce phénomane de frottement visqueux apparait lors du mouvement du fluide. C'est uniquement au repos, qu'on admetira que le fluide réel se comporte comme un fluide parfait, et an suppose que les forces de contact sont perpendicul éléments de surface sur lesquels elles s'exercent, La statique des fluides réels se confand avec la statique des fluides partaits. 23 Fluide incompressible Un fluide est dit incompressible lorsque le volume occupé par une masse donné ne 1S AUX varie pas en fonction de la pression extérieure. Les liquides peuvent étre considérés comme des fluides incompressibles (eau, huile, etc.) 2.4 Fluide compressible Un fluide est dit compressible lorsque le volume occupé par une masse donnée varie en fonction de la pression extérieure, Les gaz sont des fluides compressibles. Par exemple, l'air, 'hydrogane, le méthane a l'élat gazeux, sont considérés comme des fluides compressibles. Totoro Gr mecon que des uses Gourselexetcces Conges . ‘Aur: Flach BEN FALIOUOA Page: 3 Chapitre luction & la mécanique des fluides 3 CARACTERISTIQUES PHYSIQUES 3.1 Masse volumique ery ou: p : Masse volumique en (kg/m’), m : masse en (kg), V :volume en (m*). Exemples : [__Fiukde | Wasse vorumiaue pike") | Tyre do Waldo] jar |Hydrogéne | compressible: 0.000717. 10 &.2 Poids volumique mg yes @ : Peids volumique en (N/m). m: masse en (kg), g: accélération de la pesanteur en (m/s*), V :volume en (m*). 3.3 Densité masse volumiquedu Muide 2 ee masse volumiqued’un fluide de référence, Dans le cas des liquides en prendra l'eau comme fluide de référence. Dans le cas des gaz on prendra l'air comme fiuide de référence. * Ges valeurs sont prise a tite indicatif dans les conditions normales de pression et de température. Tlotone Ge mecon que des uses Cours elexetcces Conges . ‘ur: Flach BEN FALIOUDA Page: 4 3.4 Viscasité C'est une grandeur qui caractérise les frottements internes du fluide, autrement dit sa capacité a s'écouler. Elle caractérise la résistance d'un fluide & son écoulement lorsquil est soumis @ l'application d'une force. C'est & dire, les fluides de grande viscosité résistent a écoulement et les fluides de faible viscosité s'‘écoulent facilement, Elle peut étre mesurée par un viscosimétre a chute de bille, dans lequel en mesure le temps écoulé pour la chute d'une bille dans le fluide. Elle peut également éire mesurée par un récipient dont le fond comporte un orifice de taille standardisée. La vitesse a laquelle le fuide s'écoule par cet orifice permet de déterminer la viscosité du fluide. La viseosité est déterminée par la capacité dientrainement que posséde une couche en mouvement sur les autres couches adjacentes. Par exemple, si on considére un fluide visqueux placé entre deux plaques P, et P., tel que la plaque P, est fixe et la plaque P, est animée d'une vitesse Zz Plaque Pz : Plaque P; fixe Si on représente par un vecteur, la vitesse de chaque particule située dans une section droite perpendiculaire a "écoulement, la courbe lieu des extrémités de ces vecteurs représente le profil de vilesse. Le mouvement du fluide peut étre considéré comme résultant du glissement des couches de fluide les unes sur les autres. La vitesse de chaque couche est une fonction de la distance Z. On distingue la viscosité dynamique et la viscosité cinématique. ——————— Tiotonsce meconaue des fates. Gaus el otetcors Cones, ‘Aujgur = Riadh BEN KAMMOUDA Page: § uction & 1a mécanique des SS + Viscosité dynamique La viscosité dynamique exprime la proportionnalité entre la force quil faut exercer sur une plaque lorsqueelle est plongée dans un courant et la variation de vitesse des veines de tluide entre les 2 faces de la plaque. ...Elle est exprimée par un coetticient représentant la contrainte de cisaillement nécessaire pour produire un gradient de vitesse o'écoulement d'une unité dans la matiére: Gonsidérons deux couches de fluide adjacentes distantes de Az. La force de frottement F qui s'exerce a la surtace de séparation de ces deux couches s‘oppose au glissement dune couche sur autre. Elle est proportionnelle a la différence de vitesse des couches soit Av, a leur surface S el inversement proportionnelle a Az: Le facteur de proportionnalité 4. este coefficient de viscosité dynamique du tluide. ou: F : force de glissement entre les couches en (N), #1: Viscosité dynamique en (kg/m.s), S : surface de contact entre deux couches en (m*), AV : Ecart de vitesse entre deux couches en (m/s), AZ : Distance entre deux couches en (m). Remarque ; Dans le systéme international (SI), Tunité de la viscosité dynamique est le Pascal seconde (Pa-s) ou Poiseuille (PI): 1 Pas = 1Pl=1 kgims Exemple : Oxygene (20 °C) otors oe necanaue Ses folie Cours elerorccrs core, . ‘ui Flach BEN FAMIQUDA Page: 6 Viscosité cinématique A Pp Llunité de la viseosité cinématique est le (m/s). Remarque 1 (unité): On cinématique. 1 St= 10% mis Remarque 2 (Influence de la température) : Lorsque la température augmente, la viscosité d'un fluide décroit car sa densité @ souvent le Stokes (St) comme unité de mesure de la viscosité diminue. Remaraue 3 (ditférence entre viscosité dynamique et viscosité cinématique) La viscosité cinématique caractérise le temps découlement d'un liquide. Par contre, la viscosité dynamique correspond a la réalité physique du comportement dun fluide soumis & une solicitation (eHfort). En diautre terme, cette demigre exprime la « rigidité » d'un fluide @ une vitesse de déformation en cisaillement (voir la relation * & la page 6) CONCLUSION Les fluides peuvent étre classés en fluides parfaits (sans frottement), fivides réels (avec frottement), fluides incompressibles (liquides) et fides compressibles (gaz). Les fluides sont caractérisés par les propriétés suivantes: la masse volumique, le poids volumique, la densité et la viscosité. Ces propriétes seront utilisées ultérieurement Le comportement mécanique et les propriétés physiques des fluides compressibles et ceux des fluides incompressibles sont différents. En effet, les lois de la mécanique des fluides ne sont pas universelles. Elles sont applicables uniquement pour une classe de fluides donnée. Conformément a la classification qui a été faite, les lois relatives a chaque type de fluides seront exposées dans la suite du cours d'une facon indépendante. otors oe neconaue ses fare Gaus elorerccrs core, . ‘Aur Flach BEN FALIOUOA Page: 7 Cchapitee 5 EXEACICES D'APPLICATION ENONCE Déterminer le poids volumique de l'essence sachant que sa densité d=0,7. Ondonne : - l'accélération de la pesanteur g=9,81 m/s? - la masse volumique de l'eau p=1000 kg/m" w REPONSE =d.p.g)AN. [@ = 0,7.1000.981 = 6867 N/m! me Enonce Galouler le poids Po d'un volume V=3 litres dhuile d'olive ayant une densité d=0,918. REPONSE [2 =d.pV.g)AN. [P, w 918. 1000.3.10 9,81 = 27 1 Ewonce Quelle est l'influence de la température sur la viscosité ? 2 Rerowse Sila température augmente la viscosité diminue, et inversement. 1 ENONCE Convertir le stockes en m/s. 2 REPONSE Conversion du stockes 1 Enonce Expliquer le principe de mesure d'un viscosimétre a chute de bille. 2 REPONSE Notions de mecariqus des fides. Cours el exercies comges. ‘Auiaut = Riadh BEN KAMOUOA Chapit rroduction ala mécanique des fluides: La viscosité cinématique est proportionnelle au temps mis par une bille sphérique en chute pour descendre au fond d'un tube contenant un fluide de viscosité inconnue. 1 ENONGE Déterminer la viscosité dynamique de Ihuile d’olive sachant que sa densité est 0,916 et sa viscosité cinématique est 1,089 Stockes. 2 Reponse = PD] AN. 18.1,089.10 “ =0,1 Pa.s| ENONGE Du fuel porté & une température T=207 a une viscosité dynamique ¢=95.10" Pas. Calculer sa viscosité cinématique » en stockes sachant que sa densité est d=0,95. On donne la masse volumique de l'eau est p,,, =1000Ag/ m" 2 Reronse # = 25? 8s 10m? 1s =I stockes Beg PN = jpgn.ogg 7 IO tm st stock ——————— Totoro oe mecon que des aes Gourselexeteces Corges, . ‘Aur Flach BEN FALIOUOA Page: 9 Chapitre 2: _STATIQUE DES FLUIDES 1 INTRODUCTION Lors d'une plongée sous marine, on constate que la pression de l'eau augmente avec la profondeur. La pression d'eau exereée sur un sous-marin au fond de Vocéan est considérable. De méme, la pression de eau au fond d'un barrage est nettement plus grande qu'au voisinage de la surface, Les effets de la pression doivent étre pris en considération lors du dimensionnement des structures tels que les barrages, les sous marins, les réservoirs... etc. Les ingénieurs doivent calculer les forces exercées par les tluides avant de concevoir de telles structures. Ce chapitre est consacré a |'étude des fluides au repos. Les lois ot théoremes fondamentaux en statique des fluides y sont énoncés. La notion de pression, le théoréme de Pascal, le principe d'Archiméde et la relation fondamentale de lhydrostatique y sont expliqués. Le calcul des presses hydrauliques, la détermination de la distribution de la pression dans un réservoir...etc., sont basés sur les lois et théoremes fondamentaux de la statique des fluides. 2 NOTION DE PRESSION EN UN POINT D'UN FLUIDE La pression est une grandeur scalaire. C’est l'intensité de la composante normale de la force qu'exerce le fluide sur I'unité de surface. Elle est définie en un point A d'un fluide par l'expression suivante : as. dF, N =i 10 ‘Chapite tatique des fluides dS : Surface 6lémentaire de la facette de centre A (en métre carré), n: Vecteur unitaire en A de la normale extérieure a la surface, dF, ; Composante normale de la force élémentaire de pression qui s'exerce sur la surface (en Newton), Pa: pression en A (en Pascal Sur la surface de centre A, aire dS, orientée par sa normale extérieure m , la force de pression élémentaire dP s‘exprime par Exemple : Chaque cm? de surface de notre peau supporte environ 1 kg (force) représentant le poids de I'atmosphére. C'est la pression atmosphérique au niveau de la mer. Nous ne la ressentons pas car notre corps est incompressible et ses cavilés (estomac, poumons, ete. ) contiennent de lair Ala méme pression. Sion s’éléve de 5 000 m, la pression atmosphérique est deux fois plus faible qu’au niveau de la mer car la masse d'air au-dessus de notre téte est alors moitié moindre. D’ol la nécessité d'une pressurisation des avions. En plongée sous-marine, pour mesurer la pression, on u bar: 1 bar = 1 kg / em? ise le plus souvent le a otora oe necanaue ses folie Gaus eleroraces core, ‘Auiaur = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 11 Plus on descend en profondeur, plus la pression est élevée car il faut tenir compte du poids de eau au-dessus de nous : a 10 métres de profondeur, chaque em*de- notre peau supportera un poids égal a : 1em2 X 10 m (profondeur) = 1 m2 X 100 em = 1000 cm3 = équivalent du poids 4° litre d'eau. Le poids d'un litre d'eau douce est égal a 1kg. Le poids d'un litre d'eau de mer est un plus important (@ cause du sel qu'elle contient) : 1,026 kg, En négligeant cette différence, on considérera que de maniére générale un litre dieau pase 1 kg. Par conséquent, la pression due a l'eau & 10 m de profondeur est donc de 1 kg / om®, cest-d nouveau de 1 bar. C’est ce qu'on appelle la pression hydrostatique (pression due a dire 1 bar. Sion descend a nouveau de -10 m, la pression augmentera ‘eau). On l'appelle aussi pression relative car c'est une pression par rapport a la surface. La pression hydrostatique (comme la pression atmosphérique) s'exerce dans toutes les directions (et pas simplement de haut en bas). Remaraue ; Lunité internationale de pression est le Pascal: 1 Pa = 1 Nim? Gette unilé est tres petite, On utilise le plus souvent ses multiples. En construction mécanique, résistance des matériaux , ete.,|'unité utilisée est le méga pascal : 4 MPa= 1 Nimm?=10° Pa En mécanique des fluides on utilise encore trés souvent le bar. Le bar est égal & peu prés a la pression atmosphérique moyenne : 1 bar = 10° Pa. 3 RELATION FONDAMENTALE DE LHYDROSTATIQUE Considérans un élément de volume d'un fluide incompressible (liquide homogéne de poids volumique a). Cet élément de volume a la forme d'un cylindre d'axe (G, 11) qui fait un angle « avec I'axe vertical (0,7) d'un repére R(O, X ,¥,Z). Soit Ila longueur du cylindre et soit dS sa section droite. otors oe neconaue ses fairs Gaus et oreracss core, . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 12 Soit G1 altitude Z; et Ged'altitude Zo, les centres des sections droites extrémes. Etudions 'équilibre du cylindre élémentaire, celui-ci est soumis aux : = actions a distance : son poids : dP, =-al ds Z - actions de contact : forces de pression s‘exergant sur : co lasurface latérale : Ed © les deux surfaces planes extremes: df, = -P.dS(-w = dS et dF, = ~P,dS.2.avec P, ét Pz les pressions du fluide respectivement en G, etenG2. Le cylindre élémentaire étant en éq e dans le fluide, éorivons que la résultante des forces extérieures qui lui sont appliquées est nulle : AP, + SdF +d En projection sur axe de symétrie (G,) du cylindre, ~aaldS.cosee + B = Pol ————— Tlotonsce mecaraue des fates. Cours el oretcors Cones . ‘Auiour = Riadh BEN KAMMOUDA Page: 13 Chapitte 2 : Statique des fh SS Exprimons la différence de pression P; ~ P; aprés avoir divisé par dS et remarqué que I -cos@ = Z,-Z, @iZ, ~Z) = pelZ, ~Z,)] : Relation tondamentale de 'hydrostatique. Autre forme plus générale : En divisant les deux membres de la relation précédente par Aug, 2 Z,. Quencore “2, Comme G; et Ge ont été choisis de fagon arbitraire a l'intérieur d'un fluide de poids volumique a , on peut écrire en un point quelconque dialtitude Z, ou régne la pression p : raze zac a PE THEOREME DE PASCAL 4.1 Enoncé 4.2 Démonstration ‘Supposons qu’au point G, intervienne une variation de pression telle que celle-ci Gevienne 7, +R. AP, étant un nombre algébrique. Galculons la variation de pression AP, qui en résulte en G,. Appliquons la relation fondamentale de lhydrostatique entre G, et Gz pour le fluide © Alétat initial: FP, = a(Z,-Z,) (1) © Alétat final =P, + AR)-CP, + AP.) = a2, -Z,) (2) En faisant la différence entre les Equations (2) et (1) on obtient AP,- AP, =0. Diol [4h = AP) Notons de mecoriaue des fides. Cours el exercices comges. ‘Auta =Riadh BEN KAMOUOA ‘Chapitre 2 5 POUSSEE D'UN FLUIDE SUR UNE PARO! VERTICALE 5.1 Hypotheses La paroi verticate passéde un axe de symétrie (G, 1’). G est son centre de surface. Diun coté de la paroi il y a un fluide de poids volumique @ , de l'autre coté, ily a de air & la pression atmosphérique Pam. On désigne par Pc la pression au centre de surface G du coté fiuide. §.2 Eléments de réduction du torseur des forces de pression Connaissant la pression Pc au point G, la pression Pm au point M est déterminée en appliquant la relation fondamentale de I'hydrostatique : Py — P, = 0.0, Yu) Dans le repére (GX, ¥,Z) défini sur la figure: yasO et ym =y, done Py = Pa- oy Exprimons la force de pression en M : dF =(P, —o.y)dS.X Soit {r, le torseur associé aux forces de pression relative : el lotions e mecaraue des fates. Cours el oretacrs Cones . ‘Auiaur = Riadh BEN HANMOUDA Page: 15 ‘Chapitre 2 324 Résultante R= fers ~ oy).dS.X que l'on peut écrire en mettant en facteur les termes constants fe] ras -a frase On note que {us = 5 (aire de la pari), Jy = y,.5 =0 : Moment statique de la surface S par rapport 4 axe (G,Z ), done Dans le repére (G, ¥, ¥,Z) on peut écrire: OM = y¥ et dP =(P,-cr.y)AlS.X , flivacr. -o.y)dS.X donc Sachant que ¥.\ ¥ =-Z donc M, [raf —a Jyas|-% 0 et frras On sait que fis Tyo, Moment quadratique de la surface S par rapport a 'axe (G, Z) passant par le centre de surface G. Done En résumé : otonsce mecaraue des fates. Cours el oretcars Cones . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 16 2: Statique des fh &3 Gentre de poussée 6 On cherche & déterminer un point Gp oll le moment résultant des forces de pression est nul. Compte tenu de I'hypothése de symétrie, si ce point existe il appartient a l'axe (GY) etilest tel que M, +G,GnR=0. Ecrivons alors que : GG, 1B = My, Avec les résultats précédents, on obtient : 1 PSX =o4,,,2, ce qui conduit & G. existe, il s'appelle le centre de poussée de la paroi, Remaraue : Le centre de poussée est toujours au-dessaus du centre de surface G. ‘THEOREME D'ARCHIMEDE 6.1 Enoncé Notons de mecarique des fides. Cours el exercies comges. ‘Auiaur =Riadh BEN KAMOUOA B, "sRcH Solide immergé S 62 Démonstration Dans un fluide (E) de poids volumique «, imaginons un certain volume de fluide (E,) délimité par un contour fermé (S) : Volume imaginaire (Es) Délimité par le contour $ Volume (E2) extérieur au contour S Poids de (E,) Si le fluide est au repos, il est évident que (E;) est en équilibre sous effet des actions mécaniques extérieures suivantes + Action de la pesanteur, modélisable par le torseur : {r(pes > £,)} - Action des forces de pression dF du fluide (Ez) qui entoure (E,) modélisable par le torseur :{r(E, > E,)} Nous savons qu'en G, centre de gravité du fiuide (E,) le torseur des forces de On peut done éerire léquation d'équilibre de (Es) : |r(pes > E,)}+ {e(F; > E,)} pesanteur se réduit a un glisseur :{r(pes > E,)}= {5 | © Il est done évident qu'au méme point G le torseur des forces de pression dF se réduira lui aussi a un glisseur : jar {r(E, > Ey} = 4.) Oo), L’équation d’équilibre de la portion de fiuide (E,) s'écrit : [dF + P= 0 % otons de mecorique des fides. Cours el exercies comges. ‘Aur: Fiadh BEN FAMIOUOA Page ‘Chapitre 2: Statique des fluides (E,) est ici une portion de fiuide et P est le poids du fluide occupant le volume (E,). Sile volume (E,) est occupé par un solide immergé ayant le méme contour S, les forces de poussée sur ce contours (S) sont les mémes , ce qui revient & dire que la force de poussée ne dépend que du volume du fluide déplacé et non pas de la nature du solide immergé (plomb, acier, etc). Conclusion : Tout corps solide immergé dans un fluide en équilibre est soumis de la part de celui-ci a des forces de pression dF dont les actions mécaniques sont modélisables au centre de gravité du fluide déplacé par un glisseur dont la résultante est directement apposée au poids du fluide déplacé. re, > BD} Fl o), Remarques : - 1% cas : Si le solide immergé est homogéne alors le centre de poussée G, point G'application de la poussée d'Archiméde sera confondu avec le centre de gravité: du solide, L’équilibre du solide est indifférent, Puen Solide immergé S Poids du solide - 28° eas : Si le solide immergé est hétérogene alors le centre de poussée G, paint d'application de la poussée d'Archiméde n'est pas contndu avec le centre de gravité G, du solide. L’équiliore du solide est stable si G est au dessus de Gs. Léquilibre du solide est instable si G est au dessous de Gs. —————— otons ce mecaraue des fates. Cours el oreroars Cones ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 19 ‘Chapitre 2: Statique des fluides Solide immergé S Poids du solide Position stable 7 CONCLUSION La statique des fluides est basée principalement sur les résultats suivants: a) La différence de pression entre deux points est proportionnelle a leur difference de profondeur : |f, —P, = @.(Z, ~Z,)= pxiZ, ~Z, C'est la relation fondamentate de I hydrostatique, b) Toute variation de pression en un point engendre la méme variation de pression en tout autre point d'aprés le théoréme de Pascal. ¢) Le torseur associé aux forces de pression d'un fluide sur une paroi plane verticale est :|{p.oce}= { om “| Bs aay «| 4) La position du centre de poussée. est @) Tout corps plongé dans un fluide subit une force verticale, orientée vers le haut c'est la poussée d’Archiméde et dont lintensité est égale au poids du volume de fluide déplacé. Notions de mecariaue des fides. Cours el exercies comges. ‘Auiaur = Riadh BEN KAMOUOA Chapitte 2: Statique des 8 EXERCICES D'APLICATION La figure ci-dessous représente un cric hydraulique formé de deux pistons (1) et (2) de section circulaire. Sous l'effet d'une action sur le levier, le piston (1) agit, au point (A), par une force: de pression F,,, suri'huile. L’huile agit, au point (B) sur le piston (2) par une force Fan On donne : - les diamétres de chacun des pistons : Dy = 10 mm; Dg = 100 mm. - Tintensité de la force de pression en A : Fpin = 150 N. iston @ % piston 1) BEE G Fri, Travail demandé : 4) Déterminer la pression P, de I'huile au point A. 2) Quolle est la pression Ps 7 8) En déduire lintensité de la force de pression Figo. 2 REPONSE 1) Pression P, de I'huile au point A: 2) RFH entre A et 8: [Py —Py = OZ, —Z,) 3) Force de pression en B: EE: On constate que ta force Fim = 150 N est relativement faible par rapport & Fyr=14922,56 N. Avec ce systéme nous avons atteint un rapport de Totors oe mecantue des folie Cours el oreracms cones, 5 ‘Auiour“Riadh BEN HAMOUDA Page: 21 ‘Chapitre2 tatique des fluides réduction de force de presque 100. Ce rapport cowespond au rapport des aiamétres des eylindres. On utilise souvent le méme principe de réduetion detiont dans plusieurs applications hydrautiques (exemple: presse hyarautique). 4 Enonce La figure ci-dessous représente un réservoir ouvert, équipé de deux tubes piézométriques et rempli avec deux liquides non miscibles = ~ de hulle de masse volumique p,=850 kg/m? sur une hauteur hy=6 m, de l'eau de masse volumique f)=1000 kg/m? sur une hauteur ho=5 m. ‘Tubes piézometriques E = Aun point de la surface libre de I'huile, - Bun point sur linterface entre les deux liquides, - Cun point appartenant au fond du réservoir - Det E les points représentants les niveaux dans les tubes piézimétriques, (©,Z) est un axe vertical tel que Zc=O. Appliquer la relation fondamentale de 'hydrostatique (RFH) entre les points: 2) B et A. En déduire la pression Pp (en bar) au point B, 2) Act E. En déduire le niveau de huile Z- dans le tube piézométrique. Tiotonsce mecaraue des fates. Cours el oretcors Cones . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 22 ‘Chapitre 2 8) C et B. En déduire la pression Pc (en bar) au point C, 4) C et D. En déduire le niveau de l'eau Zo dans le tube piézomeétrique. 2 REPONSE 4) AFHentre Bet A: Py —P, = pyg(Z,-Z,)Ot PaxPaom Ot Za-Ze=hy Done [Pa = Pan + Piselii] AN, [Py = 10° +850,9,81.6 = 150031 Pa = 1,5 bar 2) RFH entre A et E : P,P, = pyg(Z,~-Z,) Or Pa=Pe=Pam Done [2 = 2, =n +hJAN[Z, =6+5=11m 3) RFH entre G et B : Pe ~ Py = p.glZy ~ Ze) Ot Ze-Zo=he Done [P- = Pp + 929-4] A.N. [P- = 150031+1000.9.81.5 = 199081 Pa =? bar] 4) RFH entre C et D : P,P, = 2,¢(Zy—Z_) OF Po=Pam Ot Zo=0 P- 199081 - 10° 1000,9,81 Done =10,1 m| 1 ENONCE Soit un tube en U fermé a une extrémité qui contient deux liquides non miscibles. s Zz (M cont i Entre les surfaces : + (1)et (2)il s'agit de essence de masse volumique P.ssenco#700 kgm’. - (2}et (8), il s*agit du mercure de masse volumique Pneuwe=13600 kg/m®, La pression au-dessus de la surface libre (1) est Pi=Pam=l bar. Llaceélération de la pesanteur est g=9,8 m/s*. La branche termée emprisonne un gaz a une pression Ps qu’on cherche a calculer. Tlotons ge mecaraue des fates. Cours el oretoars Cones, ” ‘Auiaur = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 23 ‘Chapitre 2 tatique des fluides 4)En appliquant la RFH (Relation Fondamentale de lHydrostatique) pour essence, calculer la pression P, (en mbar) au niveau de la surface de séparation (2) sachant que h= (Zy-Z2)= 728 mm. 2) De méme, pour le mercure, calculer fa pression P; (en mbar) au niveau de la surface (8) sachant que h'= (ZsZ2)= 15mm. 2 Repowse 4) RFH pourlessence : P,-P = p,..,...8(Z,-Z,) P= A + Pree 8A) Marcure Un tube en U contient du mercure sur une hauteur de quelques centimatres. On verse dans l'une des branches un mélange deau - alcool éthylique qui forme une colonne de liquide de hauteur hy=30 em. Dans l'autre branche, on verse de 'eau pure de masse volumique 1000 kgm*, jusqu'a ce que les deux surfaces du mercure reviennent dans un méme plan horizontal. On mesure alors la hauteur de la colonne d'eau hz=24 cm. 4) Appliquer la relation fondamentale de I'hydrostatique pour les trois fluides. otonse mecaraue des fates. Cours el oretcors Cones . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 24 ‘Chapitte 2 : Statique des fh SS 2) En dédulre la masse volumique du mélange eau ~ alcool éthylique. 2 REPONSE 2) Relation tondamentale de I'hydrostatique : Alcool : P;~ f= Prae-814 Mercure : P, —B=0 Eau P-P,= Pratl 2) On sait que Py=P; ‘aim @t Pa=Pg POC Priue8lh = Pray B-lts Be 7 Done | Pays = 1000. = 800 kg tm 1 ENONCE On considére un tube en U contenant trois liquides: Zz Zs eau essence a Zs = z mercure - de l'eau ayant une masse volumique py = 1000 kg/m, du meroure ayant une masse volumique p2 = 13600 kg/m’, de l'essence ayant une masse volumique ps = 700 kg/m®. On donne : 2-2, =0,2m Z.-Ze=0,1m 2:+22=1,0m ————— Notions de mecariaue des fides. Cours el exercices comges. ‘Auiaur = Riadh BEN KAMOUOA ‘Chapitre 2 On demande de calouler Zp, 21, Z2 et Zs. 2 REPONSE D’aprés (RFH), chapitre 2, on peut écrire: P =Po= prg.( 20~ Zi) Pe=Pr = p2g.( Zi = Z2) Pa~Po=pag.( Z2~ Za) Puisque que Py = Ps = Pay, en faisant la somme de ces trois équations on obtient : Pi.( Zo Zi) + p24 Zi—Zs) + pa( Ze—Za) = 0 > 42, -2,)-P242,-Z,) AN: (Z2—2;) =0,0086 m Ps or Om donc Z=0,5048m] et Z:= 0.4952 m (2-Z}=0,1m done Es= (Zo-Z=02m done Eo= 6048 m) 6952 m) Ne h-80 b= 200m La figure ci-dessus représente un barrage ayant les dimensions suivantes : longueur b=200 m, hauteur h=60 m Le barrage est soumis aux actions de pression de l'eau. Le poids volumique de l'eau est :e = 9.81.10" N/m’ On demande de : Tlotonse mecaraue des fates. Cours el oretcors Cones . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 26 ‘Chapitre 2 tatique des fluides 4) Calculer l'intensité de la résultante [el des actions de pression de l'eau. 2) Calculer la position yo du centre de poussée Go, REPONSE 2) Calcul de | Fl (On applique la RFH enire le point G et un point A ala surface de l'eau on obtient : al: PS h P= O5ly En A, sommet du barrage, la pression de l'eau est supposé égale a la pressian atmosphérique. La surface du barrage est : = le, done : la (Py, +2. ‘nal [R|-a0" +9810. ®) 200.60 =473.10' N AN. 2) Calcul de yo Bl % ] Fl Dae Le moment quadratique/,,=“[5>. done bie og, 22080 AN, [yy == 2 — = 7,46 [Al 4.73.10 REE, 07 remarque que le centre de poussée est ts au dessous du centre de surface. Dans le catcul de stabilité du barrage il est hors de question de contondre ces deux points. Enonce Un piston de vérin a un diamétre d=60 mm. Il ragne au centre de surface G du piston une pression de 40 bar, soit environ Pa=4 MP. Totonsce mecaraue des fates. Cours el oretcors Cones ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 27 ‘Chapitre2 L'huile contenue dans le vérin a un poids volumique a = 9,81.0.8.10° N/m. On demande de : 2) Calculer |'intensité de la résultante || des actions de pression de I'huile. 2) Calculer la position yo du centre de poussée Go, 2 REPONSE 2) Calout de 2) Calcul de yo: avec 1(G, , done 9810.08.78 AN. = 4.4.10 Tn 113.10" GER 0 emarque que le centre de poussée est rds voisin du centre de surface. Dans fe calcu de poussée du vérin i est, donc, tout d fait normal de les contondre. otonsde mecaraue des fates. Cours el oretcces Cores ” ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 28 EXTRAIT DU DEVOIA SURVEILLE DU 21-04-2003 Un réservoir de forme parallélépipédique ayant les dimensions suivantes : - hauteur h = 3m, - longueur L;= 8m, - largeur L. = 6m. est complétement remplie d'huile de masse volumique =900 ke /im’. 4) Calculer le module de la résultante des forces de pression sur chaque surface du réservoir (les quatre faces latérale et le fond). 2) Déterminer pour les surfaces latérales la position du paint dapplication (centre de poussée). 2 REPONSE » [al=n.8 Sur les parois latérales : 317844.N 900.9,81.3.6 = 238383 N ‘Sur le fond du réservoir otors oe neconaue ses fain Gaus eloreraces core, ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 29 ‘Chapitre 2: Statique des fluides Ry] Herb dy = pigs ba] AN, [Ry] =900.9,81.3.6.8 = 1271376 N {u fond pour les faces latérales. 2) Les points d'application sont 1 Enonce On considére un récipient en forme de parallélépipede de largeur b=2 m, ouvert a "air libre et rempli jusqu’a une hauteur h=1,5 m avec du mercure de masse: volumique p=13600 kg/m’. (On désigne par: - Gle centre de gravité de la surface moulle S. - (.¥.¥,2Z) un R.0.D, od X estorthogonal aS et ¥ est vertical. On donne l'accélération de la pesanteur g=9,81 m/s’. 4) En appliquant la RFH entre un point M de la surface libre et le point G, calculer la pression Po. 2) Déterminer l'intensité de la résultante # des forces de pression agissant sur S. 3) Calculer le moment quadratique /,,.,,de la surlace S. od onons oe mecaneve ces faies-Causerevetoces cones ° SuteurBiadh BEN HALAGUDA a Page: 30 ‘Chapitre 2 : Statique des fh SS 4) Calculer la position Yodu centre de poussée, 2 REPONSE 4) RFH entre Get M: P;—Py = p.2(%y — yo) OF Yu=hi2 , Ye=0 et Pri=Patm done Fes = Pa that AN. |P; = 10° +13600.981- 10° =26ar 2) Intensité de la résultante 10°.2.1,5 = 6.10° Vv AN. |/Al 3) Moment quadratique :|/,..2, =>] = 0,5625 m* a ENonce On considére un aquarium géant utilisé dans les parcs d'attraction représenté par la figure suivante : Notions de mecarique des fides. Cours el exercices comyes. ‘Auiaur = Riadh BEN KAMOUDA ‘Chapitre 2: Statique des fluides lest rempli d'eau une hauteur H= 6m, et équipé d'une partie vitrée de forme rectangulaire de dimensions (2m x 3m) qui permet de visualiser lintérieur. Travail demande : 4) Représenter le champ de pression qui s‘exerce sur la partie vitrée. 2) Déterminer le module de la résultante R des forees de pression. 3) Calculer la profondeur Za du centre de poussée. 4) Reprendre les questions 2. et 3. en changeant la ferme rectangulaire de la partie vitrée par une forme circulaire de diamatre d= 2m. 2 REPONSE 4) Le champ de pression agissant sur le vitrage a Vallure suivante = 2) Si on néglige la pression atmosphérique, la résultante des forces de pressions : R= PSX avec S=ab done|||=p..5.Z,] AN. ||R|=1000.981.6.4 = 235440 .N) 3) La profondeur Z, du centre de poussée est donnée par l'expression suivante : has, + Z jee 4) Cas d'une partie vitrée de forme circulaire de diamétre d= 2m: 1833 ma [Ze hey, 22 =0,785 m4 “ 64 = 123252 N Msn BEN Raviouan US CTOs ora Page: 92 a ENnonce Une vanne de vidange est constituée par un disque de diamatre d pivotant autour d'un axe horizontal (GZ). Le centre G du disque est positionné @ une hauteur h=15,3'm par rapport au niveau d'eau, Y Ondonne : - le diamétre de la vanne : d= 41m, = la pression atmosphérique Pain = 1 bar, ~ laceélération de la pesanteur g=9,81 m/s*, - lamasse volumique de l'eau p=1000 kg/m*. Travail demandé : 4) Déterminer le poids volumique de l'eau. 2) Déterminer la pression Pg de l'eau au point G. 8) Calculer l'intensité de la poussée {A sur le disque. 4) Calculer le moment quadratique /,,, ,, du disque par rapport a l'axe (G, 2). 5) Calculer le moment .7. des forces de pression agissant sur le disque. 6) Déterminer la position du centre de poussée yo. 2 FREPONSE 2) Poids volumique [a= p-¢ —————— Notions de mecarigue des fides. Cours el exercies comges. ‘Auiaur = Piadh BEN KAMOUDA ‘Chapitre 2 AN. [> (000.9.8 2) Pression au point G AN. 10% 3) Intensité de la poussée ott A.N.||R] =2.5.1 196349,5 N) 4) Moment quadratique AN 6) Position centre de poussée : 910.0049 a 1963495 1 ENONCE Une conduite AB de longueur L =646 mm est soudée sur un réservoir cylindrique de diamétre D = 3 m. Le réservoir est rempli jusqu’au point A avec du pétrole brut de densité d = 0,95. otonse mecaraue des fates. Cours el oretcors Cones ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 34 ‘Chapitre 2: Statique des fluides urtace S Le repére (G,X ,¥,Z) a été choisit tel que G est le centre de la surface circulaire S (fond de réservoir), (G, X Jest axe de révolution du réservoir et (G,Y est vertical, On donne: - lamasse volumique de l'eau paa=1000 kg/m’, - laceé|ération de la pesanteur g=9,81 m.s*, + la pression Pa=Pain= 1 bar. Travail demandé : 4) Quelle est la masse volumique p du pétrole? 2) En déduire son poids volumique @. 3) En appliquant la AFH entre G et A, déterminer la pression Pq au point G. 4) Calculer le module de la résultante & des forces de pression du pétrole sur le fond du réservoir. 5) Calculer le moment quadratique /,,.,, de la surface circulaire S par rapport & Vaxe (G, Z). 6) Déterminer la position yo du centre de poussée Go. Repose ed oon mecmneue cer faies-Cousereretoces cones ° SutourBiadh BEN HALAGUDA i: Page: 35 4) Masse volumique du pétrole: [p= -p.,, 2) Poids volumique : [=P] AN. [or =950.9.81= 9319.5 N/m 3) RFH entre Get A: P,—P, = p.g(¥, -¥,) Or Pa=Parm et Yor Done | 2; = Pr + pgits 2) A.N| 2; =10° +950.9,81.(0,646 + 1,5) =119999,64 Pa = 1,2 bar} 4) Intensité de la résultante ANN. ||R] =119999,64. 5) Moment quadiatique: |/,,., = 6) P a ENONCE Suite au naufrage d'un pétrolier, on envoie un sous-marin pour inspecter I'épave et repérer d'éventuelles fuites. L’épave repose a une profondeur h= 1981 m. Ondonne : = Taccélération de la pesanteur g= 9,8 m/s* + lapression atmosphérique Pam= 1 bar, - lamasse volumique de l'eau de mer est p = 1025 kg/m®, Le sous marin est équipé d'un hublot vitré de diametre d= 210 mm., de centre de .Z). V'axe gravité G, et de normale ((G,X)est situé dans un plan vertical(G, (G.Z)est vertical. Travail demande : 41) Calculez la pression Pc de "eau a cette profondeur au point G. otonse mecataue des fates. Cours eloretcors Cones . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 36 ‘Chapitre 2: Statique des fluides 2) Quelle est l'intensité (ap de Ia résultante des actions de pression de l'eau sur le hublot ? 3) Calculer le moment quadratique /,,.,, du hublot. 4) Quelle est lintensité (|17,|) du moment des actions de pression de l'eau sur le hubiot 7 2 © REPonsE 4) RFH entre le point G et un point M ala surface : P, —P, =p.3.(2, -Z. Pes = Foam + P-8-H} AN 533.10“ an 4) Intensité du moment :||Nic|=o4,..5, La figure ci-dessous représente une vanne de sécurité de forme rectangulaire Gestinée a un barrage. Elle permet d'évacuer l'eau stockée dans le barrage surtout lorsque le niveau du fluide devient élevé, otora oe neconaue Ses folie Cous elorercces core, . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 37 ‘Chapitre 2: Statique des fluides SS Les dimensions de la vane sont ; b=4 m et h= 2 m. Sa partie supérieure affleure {a surface du plan d'eau. Un repere (G,X ,¥,Z) est représenté sur la figure tel que : G est le centre de surface de la vane. On donne : la masse volumique de eau =1000 kg/m? et laceélération de la pesanteur g=9,81 m/s?, iG (vane) Travail demande : 1) En négligeant la pression atmosphérique, calculer la pression Pg de l'eau au centre de gravité. 2) Déterminer la résultante & des forces de pression. Le "Notions de mecanque des fades. Cours etexercices comes. ‘Auta = Riadh BEN KAMMOUDA ‘Chapitre 2 3) Déterminer le moment Af,, des forces de pression. 4) Calculer l'ordonnée yo du centre de poussée. 2 Rerowse 4) AFH entre Get A: P,— P,= pe, ~ ve) Or Ya=0, yarh/2, PasPam (négligée) Done AN. R= PDhS AN. ||R| =9810.4.2 = 78480 3) M,=pst, bit. Done | iz, = p.x. via AN, |fifa|=1000.981.2 = 26160 5 1 ENONCE On considére un réservoir d'eau équipé au niveau de sa base d'une plaque rectangulaire qui peut tourner d'un angle (0(0)) autour d'un axe (A, Z) Totera oe neconaue ses folie Cours eloreraces core, . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 39 We suivant X da la plaque ‘ua de rata] D'un coté, la plaque est soumise aux forces de pression de l'eau et de l'autre coté, elle est soumise & la pression atmosphérique (Pan). Sous effet des forces de pression hydrostatique variables fonction du niveau h, la plaque assure d'une fagon naturelle la fermeture étanche (0 = 0) ou louverture (0(0) du reservoir Lobjectif de cet exercice est de déterminer la valeur hy du niveau d'eau a partir de laquelle le réservoir s'ouvre automatiquement. On donne : = le poids volumique de l'eau : a = 9,81.10°N fin’ - les dimensions de la plaque : a=0,75 m (selon l'axe Z), b=1,500 (selon laxe ¥) - ladistance entre le centre de surface G et|'axe de rotation (A,Z) est: d=50 mm - lapression au point O est Po=Pam Travail demande : 4) En appliquant le principe fondamental de I'hydrostatique, donner l'expression de a pression de l'eau Pe au centre de surface G en fonction de la hauteur h. ————— Tlotonsce mecaraue des fates. Cours el oretcors Cones . ‘Auiour = Riadh BEN KAMMOUDA Page: 40 2) Déterminer les expressions de la résultante R et du moment M, associés au ). 3) En dédulre l'expression du moment if, des forces de pression de l'eau, par torseur des forces de pression hydrostatique dans le repére (a, x. rapport a 'axe de rotation (A, Z). 4) Donner ‘expression du moment M", des forces de pression atmosphérique agissant sur la plaque, par rapport & !'axe de rotation (A.Z). 8) A partir de quelle valeur he du niveau d'eau la plaque pivote (0(0) ? 2 Repowse 4) Principe fondamental de Ihydrostatique: PB, -P,-a¥,-¥.,) or Y, 4) be Equivauta of otora oe neconaue ses folir Gaus elerercexs core, . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 41 ‘Chapitre 2: Statique des fluides On considére une sphére pleine en bois de rayon r=20 cm et une sphére creuse en acier de rayon r=20 cm et d'épaisseur e=8 mm. On suppose que le volume compris entre 0 et (r-e) est vide. On donne : __la masse volumique du bois : pros = 700 ka/m® __la masse volumique de l'acier : pacer = 7800 kg/m? __ la masse volumique de l'eau: psx = 1000 kgim? 4) Determiner le poids d'une chaque sphere. 2) Déterminer la poussé d'Archiméde qui s'exercerait sur chacune de ces spheres si elles étaient totalement immergées dans eau. 8) Ces sphéres pourraient-elles tlotter la surface de l'eau? 4) Si oui quelle est la fraction du volume immergé ? 2 REPONSE 4) Poids de chaque sphére: poids = p.9.V ty , an (G2 ) en BUG BPG ar 0D) poids,.., = 700 «9,8 «0,0335 = 230 N]] poids, 7800 x9,8% 38 ALN. [poids N 2) Poussée d’Archiméde : La poussé d’Archimede est égale au poids du volume déplacé. Or lorsquielles sont totalement immergées, ces deux sphéres vont déplacer le méme volume_evelume bone: | Prec AN. [Prec = 1000 x 9.8% 0,0335 = 328 N 3) Ces deux sphéres peuvent toutes les deux flotter car leurs poids sont int Ala poussé d'Archiméde 4) A 'équilibre la poussé d'Archimade est égale au poids : 5) 230 = 1000.9,8. Voois mmergs Vooisinmergs = 0,0234m* soit F=70%. 295 1000.9,8. Vecierimmegs = Vacier merge = 0,0301m° soit F=90%. Tlotonsce mecataue des fates. Cours elorercars Cones ‘Auiaur = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 42 2: Statique des tluides: SS 1 Enonce Une sphére de rayon R=10 cm flotte a moitié (fraction du volume immergé F,=50 %) a la surface de l'eau de mer (masse volumique pme=1025 kgim*). 4) Déterminer son poids P. 2) Quelle sera la fraction du volume immergé F; si cette sphére flottait 4 la surface de I'huile (masse volumique pnuie=800 kg/m?) ? 2 REPONSE 1) Equation d'équilibre :| Poids = Pyecy AN, | Poids = 5 yrOU 1025981 =21N 2) [Poids = Pray @ FV Pun = Poids V Prooe 2 Prue Equivaut a 1 ENnonce La glace 4 -10°C a.une masse volumique Ppiace= 995 kg/m®. Un iceberg sphérique de 1000 tonnes flotte a la surface de l'eau, L'eau de mer a une masse volumique Peay = 1025 kgim®. Travail demandé : 1) Déterminer la fraction F du volume immergée ? 2) Quelle sera F sila glace avait une forme cubique ? 2 REPoNsE —————— otera oe neconaue des fair Gaus elorercces core, . ‘Auigur = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 43 ‘Chapitre 2: Statique des fluides = satel = Pr BMV inmerst 2)La fraction F ne dépend que du rapport des masses volumiques. Elle est indépendante de la forme. Donc F=97% si la forme était cubique. ENONCE Un cube en acier de coté a=50 cm flotte sur du mercure. On donne les masses volumiques : = de l'acier py= 7800 kg/m* = du mercure g2= 13600 kg/m? 4) Appliquer le théoréme d'Archimede, 2) Déterminer la hauteur h immergée. Reponse 4) Théoréme d'Archiméde : la poussée d’Archiméde est égal au poids du volume 2) Equation c'équilibre + Pye = Poids Done a hp..g =0",p,.8 > équivaut a ~ 7800 5 No] = ANI T3600 Totonse mecaraue des fates. Cours el oretcars Cores . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 44 ‘Chapitre 2: Statique des fluides On considére une plate-forme composée d'une plaque plane et de trois poutres cylindriques en bois quifiottent a la surface de la mer. Plaque On donne: - les dimensions d'une poutre: diamétre d=0,5 m et longueur L=4 m, + lamasse volumique du bois : 1, = 700 kg/m’, - lamasse volumique de l'eau de mer: p,,,=1027 kg/m’, - lamasse de la plaque M. = 350 kg, - l'aceélération de la pesanteur g=9,81 m/s”, Travail demandé: 4) Calculer le poids total Po de la plate-forme. 2) Ecrire 'équation d’équilibre de la plate-forme. 3) En déduire la fraction F(%) du volume immergé des poutres. 4) Déterminer la masse Mc maximale qu’on peut placer sur la plate-forme sans rimmerger. 2 Reponse 4) Poids total de la plate-forme > A,N, [P, =| 350-+3.700. ps1 =v9annay 2) Equation d'équilibre : Po = Poussée d'Archiméde 8) Pancy= poids du volume d'eau déplacé P> Vomers = Pope 3 Poo Vinnerne® otons de mecoriaue des fides. Cours el exercies comges. ‘Autaur=Riadh BEN KAMOUDA Vinmerne P, fraction du volume immergé : r= 100 “Spa Vow 100] 1961349 sumroni{ 72" 4) 4) Poutre complétement immergée : F(%)=100 % clest-a-dire Vinmorgs=Vpoure AN, | F(%)= 100=82,62 % Pe8V te Pe) = [5.1027.981.22 4-19613,49]=420.47 be ORT 4 La figure ci-dessous représente un montage destiné pour la pache la ligne. Il est composé d'une sphére pleine (1) de rayon R, =10 mm en plomb suspendu, par lintermédiaire d'un fil souple et léger (3), & un flotteur (2) en forme de sphere: creuse en matiére plastique de rayon Ro=35 mm et d'épaisseur e=5 mm. Ondonne : ~ la masse volumique de l'eau de mer : » =1027 kgim’®, Notions de mecarique des fides. Cours el exercices comyes. ‘Auiaur = Riadh BEN KAMOUOA ‘Chapitre 2 la masse volumique du plamb ; 1 =11340 kgim®, fa masse volumique du matériau du flotteur : 2 =500 kg/m®, \'accélération de la pesanteur g=9,81m.s® Travail demandé: 4) Calculer le poids P, de la sphere (1). 2) Déterminer la poussée o'Archiméde Pancii qui agit sur la sphare (1). 3) Ecrire equation d'équilibre de la sphere (1), En déduire la tension T du fil, 4) Calculer le poids P du flotteur (2). 5) Ecrire 'équation d'équilibre du flotteur. En déduire la poussée d'Archiméde Pancre agissant sur la sphere (2). 6) En déduire la fraction F% du volume immergé du flotteur. 2 REPONSE 2) Poids de la sphare (1) JR=trki.. 2) Poussée d’Archimade sur la sphére AN. | Precin=4220.0P.1027.9,81=0,0422 3) Equation o’équilibr P+ Powent Tension du fil : f=Pr-Pancu] A.N. [[=0.4659-0,0422-0,4237 NJ 4afR)-(R,-e)']po 4) Poids du tlotteur (2) : 5) Equation 'équilibre du flotteur (2) : Poussée d’Archimade agissant sur la sphare (2) : [Pancus=P2> 1] ANN. [Pancuo=0 3262+0,4237=0 7499 N] 6) Fraction du volume immergé |F otonse mecaraue des fates. Cours el oretcors Cores ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 47 Pe ZF .100 = 41.51449 70035" ENONCE On considére un densimétre formé d'un cylindrique creux de longueur L=400 mm. et de diametre d, dans lequel est placée une masse de plomb au niveau de sa partie inférieure. Le centre de gravité G du densimetre est situé & une distance a =10 mm par rapport au fond. Le densimétre flotte & la surface d'un liquide de masse volumigue p inconnu. tl est immergé jusqu’é une hauteur h. Lorsque le densimétre est placé dans de l'eau de masse volumique 2, =1000 kgm’, la hauteur immergée est ha = 200 mm. Travail demande : 4) Quel est la masse volumique p du liquide si la hauteur immergée h=250 mm? 2) Quel est la masse volumique p.., qu'on peut mesurer avec ce densimétre ? 3) Jusqu’a quelle valeur de la masse volumique p du liquide le densimétre reste dans une position d'équilibre verticale stable? 4) Donner un exemple de liquide dans lequel on risque d'avoir un probléme de stabilit. 2 REPONSE —————— Tiotonse mecaraue des fates. Cours el oretcors Cones ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 48 2) Le densimétre est soumis & son poids propre diintensité mig et a la poussee a Fh. G'Archiméde dirigée vers le haut et dintensité p.g le = pee L’équation d’équilibre est sg h équivalente am = a bi ‘ 7 d* De méme sile liquide était de l'eau on a: m= a Ah, (2) AN. |= 800 kg/m’ 2) La masse volumique y,.., correspond a une hauteur immergée h=400 mm. (1) et (2) entraine p.i=p,.0, done Pau = 94] Pain =P AN. [p= 500 kg /im 3) Le densimétre reste en position déquilibre stable si le centre de gravité du liquide déplacé (situé & une distance h’2 de la base) est au dessus du centre de gravité (situé & une distance a de la base). h Done, ilfaut que 2 >a Pour assurer la stabilité du densimétre. Or n= & 4h, done il faut que P AN. [2 =10000 kg/m" 3600 kg/m’ > 10000] 4) Le mercure a une masse volumique 4 Enonce On considére un cylindre (1) en acier, de rayon R et de hauteur H. Ce eylindre est suspendu par un fil (3) a l'intérieur d'un récipient contenant de huile (2). otera oe necanaue Ses folie Gaus elorercczs cores, . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 49 ‘Chapitre 2 On denne : + accélération de la pesanteur g=9,81 m/s*, - lamasse volumique de I'huile ,,,,=824 kgim®, + lamasse volumique de l'acier p,,,,-7800 kg/m’, Travail demandé : 4) Déterminer expression de la tension T du fil en appliquant le théoreme d'Archiméde, 2) Retrouver la méme expression en utilisant la RFH (Relation Fondamentale de 'Hydrostatique). 3) Faire une application numérique pour R=0,1 m et H=0,2 m. 2 Rerowse 4) Equation ’équilibr + P+ Parc = T: tension du fil; P : poids du cylindre et ?.,.., :poussée d'Archiméde. Projection selon Z :7 — mg + Pjqc, =O (m: masse du cylindre :m= p,,., .7.R?H ) Th. dArchiméde + Prec = Pie R'H done |T = (Pair — Pie) FR 8 4 2) Equation déquilibre : 7+ P+ F,+F, +27, 7 : tension du fil, ® : poids du cylindre , F, : force de pression agissant sur la surface supérieure, F, : force de pression agissant sur la surface inférieure, EF, = forces de pression agissant sur la surface latérale (perpendiculaire al'axe 2). Tlotonse mecaraue des fates. Cours el oretcors Cores ” ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 50 Projection selon Z: 1 -mg ~ P,.S + P,.S=0 Ou m : masse du cylindre ; Pa, Pe :pressions respectivement au point A et au point BetS : section. P= Door — Dyin TR” RFH t Py Py= Py 8) [F = (7800 - 824).7.0,1°.0,2,9,81=429,5 0 [Notore de mecanique des files. Cours elexercies Comes, ‘Auta Riadh BEN HAMMOUD Page: 51 Chapitre 3: DYNAMIQUE DES FLUIDES INCOMPRESSIBLES PARFAITS INTRODUCTION Dans ce chapitre, nous allons étudier les fluides en mouvement. Contrairement aux solides, les éléments d'un fluide en mouvement peuvent se déplacer a des vitesses différentes. L'écoulement des fluides est un phénomeéne complexe. On siintéresse aux équations fondamentales qui régissent la dynamique des fluides incompressibles parfaits, en particulier : = I'équation de continuité (conservation de la masse), = le théoréme de Bernoulli (conservation de l'énergie) et, + le théoréme d'Euler (conservation de la quantité de mouvement) & partir duquel ‘on établit les équations donnant la force dynamique exercée par les fluides en mouvement (exemple les jets d'eau). EcoutemMenT PERMANENT L’écoulement d'un fluide est dit permanent si le champ des vecteurs vitesse des particules fluides est constant dans le temps. Notons cependant que cela ne veut pas dire que le champ des vecteurs vitesse est uniforme dans lespace. L’écoulement permanent d'un fluide parfait incompressible est le seul que nous aurons @ considérer dans ce cours. Un écoulement non permanent conduirait a considérer les effets diinertie des masses fluides. EQUATION DE CONTINUITE Considérons une veine d'un fluide incompressible de masse volumique p animée un écoulement permanent. 52 ique ces fluldes incompressibles parfalts On désigne par + S, et Sp respectivement la section d'entrée et la section de sortie du fluide & Vinstant t, - S', et S'2 respactivement les sections d’entrée et de sortie du fluide a linstant re(tedt), - Vet ¥, les vecteurs vitesse d’écaulement respectivement a travers les sections S; et S de la veine, - dx; et dx: respectivement les déplacements des sections S, et S: pendant lntervalle de temps di, - dm, masse élémentaire entrante comprise entre les sections S, et S',, - dm: masse élémentaire sortante comprise entre les sections S2et S'2, - Mimasse comprise entre S, et So, - dV; volume élémentaire entrant compris entie les sections S; et S's, - dVz: volume élémentaire sortant compris entre les sections S2 et S's, ATinstant t : le fluide compris entre S, et S2 a une masse égale a (dm;+ M) Aliinstant t+t : le fluide compris entre S', et S’z a une masse égale a (M+ dmz). —————— onons oe mecaneve dev faies-Cousereretoces cones ° SutourBiadh BEN HALAOUDA “ Page: 53 Par conservation de la masse: dr +cm, en simplifiant par M on aura din, = dma, DONG ,.dV, = PyulVy OW ENCOTE P,S sh, ~ PySy alt, En divisant par dt on abouti a : S28, = dl Puisque le fluide est incompressible :, =, = On peut simplifier et aboutir & I'équation de continuité suivante ; 3] (1) 4 Notion be Desir 4.1 Débit massique Le débit massique d'une veine fluide est la limite du rapport * quand dt tend dt vers 0. dn In ou: + nm est la masse de fluide par unité de temps qui traverse une section droite quelconque de la conduite. di temps at + dt intervalle de temps en (s) en tenant compte des équations précédentes on obtient : jasse élémentaire en (kg) qui traverse la section pendant un intervalle de din ax, dx, == pS, = pS, 2 in = Ge = Sue = PS ae (2) i : Vitesse moyenne d’écoulement de la veine fluide a travers S;, Vitesse moyenne c’écoulement de la veine fluide a travers S» Diaprés (2): otora oe neconaue ses fale Gaus elorerccas core, . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 54 4.2 4.3 Chapitte 3: Dynamique des fluldes incompressible parfalts 5 de Soit dans une section droite quelconque $ de la veine tluide & travers laquelle le fiuide s'écoule a la vitesse moyenne v pSV] (3) a ou: mi Débit massique en (kg’s) » : Masse volumique en (kg/m?) S : Section de la veine fluide en (m*) V : Vitesse moyenne du fluide a travers (S) en (m/s) Débit volumique ‘ ve Le débit volumique d'une veine fiuide est la limite du rapport “ quand dt tend a vers 0. W lg. = a ou: + qv: Volume de fluide par unité de temps qui traverse une section droite quelconque de la conduite. - dV: Volume élémentaire, en (m°), ayant traversé une surface S pendant un intervalle de temps at, ~ dt: Intervalle de temps en secondes (s), Diaprés fa relation (3) at en notant que av =“ on peut écrire également que ? Relation entre débit massique et débit volumique A partir des relations précédentes on peut déduire facilement la relation entre le débit massique et le debit volumique : f= ra] otonsce mecaraue des fates. Cours el oretccrs Cones . ‘Auiaur = Riadh BEN HANMOUDA Page: 55 Chapitte 3 : Dynamique des fluldes ineompressibies parfalts 5 THEOREME DE BERNOULLI — CAS D'UN ECOULEMENT SANS ECHANGE DE TRAVAIL Reprenons le schéma de la veine fluide du paragraphe 3 avec les mémes notations et les hypothéses suivantes: - Le fluide est partait et incompressible. - L’écoulement est permanent, - Licoulement est dans une conduite parfaitement lisse. On considére un axe Z vertical dirigé vers le haut. On note Zi, Zeet Z respectivement les altitudes des centres de gravité des masses dm, dm, et M On désigne par F; et Fe respectivement les normes des forces de pression du fluide agissant au niveau des sections S; et So otons de mecorique des fides. Cours el exercices comyes. ‘Auiaur = Riadh BEN KAMOUDA mécanique est: £,,. A linstant L+di) le fluide de masse (Mdm) est compris entre S'; et S'2. Son MeZ +d... Z, +f Na énergie mécanique est: E' +h On applique le théoréme de I'énergie mécanique au fluide entre t et t': «La variation de 'énergie mécanique est égale a la somme des travaux des forces extérieures. » aw = BS the, — PLS, de, = BAY, — PV, R P. eg 2, — Araby V2 = 2 te — 2 2 a Pp = Wrnes ae genie = Fill Fd, & E en simplifiant on oblient : din,.g.Z, + dam, dm, Par conservation de la masse: dm,=dm,=dm et puisque le fluide est incompressible : p, = p, = p, On aboutie & léquation de Bernoulli: Lunité de chaque terme de la relation (4) est le joule par kilogramme (J/kg) D'aprés la relation (4) on peut alors écrire = 6 THEOREME DE BERNOULLI — CAS D'UN ECOULEMENT AVEC ECHANGE DE TRAVAIL Reprenons le schéma de la veine fluide du paragraphe 4 avec les mémes notations et les mémes hypothéses. On suppose en plus qu'une machine hydraulique est placée entre les sections $, et S2. Cette machine est caractérisée par une puissance nette Py: échangée avec le fiuide, une puissance sur l'arbre P, et un certain rendement n.Gette machine peut étre soit une turbine soit une pompe. otora oe neconaue des falicn Gaus elorerccas core, ” ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 57 ique ces fluldes incompressibles parfalts yr ~ Dans le cas d'une pompe : le rendement est donné par expression suivante : A, - Dans le cas d'une turbine : le rendement est donné par expression suivante = Entre les instant tet t'=(t+dt), le fluide a échange un travail net W,, = Pd’ avec la machine hydraulique. Wr: St Supposé positif s'il s’agit d'une pompe et négatif sil Sagi d'une turbine, On désigne par F, et Fe respectivement les normes des forces de pression du fluide agissant au niveau des sections S; et S2. A linstant t le fluide de masse (dm, + M) est compris entre S; et Sp. Son énergie af ea mécanique est: £,..=£,., +£,, =(dm,.g.2, a Mgzye hem, oon mecaneue ces fees Cours erevetoces cones : SutourBiadh BEN HALAGUDA “ Page: 58 A linstant t'=(t+dt) le fluide de masse (M+dmz) est compris entre S$"; et S'2. Son dinv? énergie mécanique est : £',, = E+E", = (MgZ +-dm, On applique le théoreme de l'énergie mécanique au fluide entre t et «La variation de l'énergie mécanique est égale a la somme des travaux des forces extérieures. »,en considérant cette fois ci le travail de la machine hydraulique - im, + P,,.dt Par conservation 1 l din g.Z + diay dm - EZ, + dim 2 ‘on aboutie a 'équation de Bernoulli THEOREME D'EULER : Une application directe du théoréme d'Euler est 'évaluation des forces exercées: par les jets d'eau. Celles-ci sont exploitées dans divers domaines : production de énergie électrique a partir de énergie hydraulique grace aux turbines, coupe des matériaux, etc, Le théoréme d'Euler résulte de application du théorkme de quantité de mouvement 4 écoulement d'un fluide : Drew = javeo P= mi : quantité de mouvement. Ce théoréme permet de déterminer les efforts exercés par le tluide en mouvement sur les objets qui les environnent. Enoncé ofons de mecarique des fides. Cours el exercies comyes. ‘Aatour : Riadh BEN KAMIOUDA Page: 59 Exemple Considérons un obstacle symétrique par rapport a l'axe Z. Le jet d’un écoulement de débit massique gn, de vitesse V, et de direction paralléle A I'axeZ, percute obstacle qui le dévie d'un angle /?. Le tluide quitte ‘obstacle A une vitesse V, de direction faisant un angle 7 par rapport al'axeZ. S| La quantité de mouvement du fluide a lentrée de obstacle est: g/, porté par Vaxe Z La quantité de mouvement du fluide a la sortie de Vobstacle est : 4,,.¥,.cos porte parl'axe Z La force opposée au jet étant égale a la variation de la quantité de mouvement : R= GyV,-c0sB- dy, La force F exercée sur ‘obstacle en direction de Z est égale et opposée a celle- oi F = 4,,AV, —V, cos BY otora oe neconaue des felis Cours elorercess cone, . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 60 Chapitte 3: Dynamique ces fluldes incompressibles parfalts 8 CONCLUSION Les lois et les équations établies dans ce chapitre en particulier 'équation de Bernoulli ont un intérét pratique considerable du moment ou elles permettent de struments de mesure comprendre le principe de fonctionnement de beaucoup d' de débits tels que le tube de Pitot, le tube de Venturi et le diaphragme....ete. Réservées aux fluides incompressibles, ces lois et équations peuvent étre employées dans certains cas particulier pour les fluides compressible a faible variation de pression, Une telle variation existe dans plusieurs cas pratiques. Cependant, lorsquion veut prendre en considération la compressibilité dans les calculs, il est nécessaire d'employer les formules appropriées. 9 — EXERGICES D'APPLICATION On veut accélérer Ia circulation d'un fluide parfait dans une conduite de telle sorte que sa vitesse solt multipliée par 4. Pour cela, la condulte comporte un convergent caractérisé par langle o (schéma ci-dessus). G Re 4) Calculer le rapport des rayons (Ri/Ra). 2) Calculer ( Ri - Re) en fonction de L et a, En déduire la longueur L. (Ri . 50 mm, a= 159. 2 REPONSE 4) On applique Equation de continuité : Tiotons ge mecaraue des fates. Cours el oretaces Cones . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 61 Chapitte 3: Dynamique ces fluldes incompressible parfalts V8, = VS. ou encore 2) tga = ENONCE On considére un réservoir remplie d'eau @ une hauteur H= 3 m , muni d'un petit orifice & sa base de diamétre d= 10 mm. 4) En précisant les hypotéses prises en comptes, appliquer le théoreme de Bernouilli pour calculer la vitesse V; d'écoulement d'eau. 2) En déduire te débit volumique Q, en (Us) en sortie de loritice. On suppose que g=9,81 mis. 2 Reponse 4) Vitesse d'écoulement V2 ? On applique le théoréme de Bernoulli avec les hypothéses suivantes : V,=0 car le niveau dans le réservoir varie lentement et Py=P2=Patm, aa + s(Z,-Z,)=0 On obtient : 2gH 2) Dabit volumique Q, ? 2.9.81.3 = 7,67 m/s 10.10") =7,87.10° m7 AN. 06 LIs| Tororo mecanmue cer fates Cours eroretoces cones ° ‘uteurBiadh BEN HALAOUDA “ Page: 62 Chapitre 3 : Dynamique des fluldes incompressibles parfalts 1 ENONCE Un fluide parfait incompressible s'écoule d'un orifice circulaire situé sur le coté d'un réservoir avec un débit volumique qv=0,4 L/s. Le diamétre de orifice est d=10 mm. 2) Déterminer la vitesse d’écoulement au niveau de l'orifice. 2) Enoncer le théoreme de Bernoulli 3) A quelle distance de la surface libre se trouve l'orifice 7 2 © Reponse 4) Vitesse d’écoulement : 2) Théoréme de Bernoulli 1 ENONGE On considére un réservoir eylindrique de diamétre intérieur D = 2m rempli deau jusgu’a une hauteur H = 3 m. Le fond du réservoir est muni dun orifice de diamétre d= 10 mm permettant de faire évacuer leau. v Notions de mecarigue des fides. Cours el exercices comges. ‘Auiaur = Riadh BEN KAMOUDA Si on laisse passer un temps trés petit dt, le niveau d’eau H du réservoir descend dune quantité dH. On note v, -Ga vitesse de descente du niveau d'eau, et Ve la vitesse d’écoulement dans orifice. On donne l'accélération de la pesanteur g = 9,81 mis*. 4) Ecrire l'équation de continuité. En déduire expression de V; en fonction de V2, Detd. 2)Ecrire léquation de Bernoulli. On suppose que le fluide est parfait et incompressible. 3) A partir des réponses aux questions 1) et 2) établir expression de la vitesse écoulement V2en fonction deg, H, Detd, 4) Calculer la vitesse V2. On suppose que le diamétre d est négligeable devant D. Cestadire “<1 D 5) En déduire le débit volumique qv. 2 REPONSE 3) Equation de continuité = A donc la vitesse |V, (4) ¥,1) y) +9(Z,-Z,)=0 2) Equation de Bernoulli Or Py=Po= Pam donc = (2) vy} {2 ¥} es 3) On substitve 'équation (1) dans (2) on obtient : =sH Donc la vitesse }¥, 4)Si (S)- alors oft] AN! D otora ce meconaue Ses fakin Gaus elorerccas core, . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 64 Chapitte 3 : Dynamique ces fluldes incompressibles parfalts 7,67 =6.10* mf 1 ENONCE Le réservoir cylindrique représenté ci-dessus, ouvert a lair libre, a une section Sa de diamétre D, = 2 m. Il est muni, a sa base, d'un orifice de vidage de section Ss et de diametre Ds = 14 mm, Le réservoir est plein jusqu’a une hauteur H=(Z_ — Zp)= 2,8 m de foul, liquide considéré comme fluide parfait, de masse volumique p= B17 kgim®. On donne la pression atmosphérique Pary= 1 bar. - l'aceélération de la pesanteur g=9,8 m/s’, On note a=(Ss/Sa) Partie 1 ; L’orifice est termé par un bouchon. 4) En appiiquant la RFH, déterminer la pression Pz au point B. 2) En déduire la valeur de la force de pression Fs qui s'exerce sur le bouchon, Partie ‘orifice est ouvert. On procéde a la vidange du réservoir. Le fioul s'écoule du réservoir. Sa vitesse moyenne d’écoulement au point A est natée Wa, et sa vitesse d'écoulement au niveau de orifice est notée Vs. —————— Notona Ge mecanique des files. Cours elexercies Cones, ] ‘Autour adh BEN KAMOUDA Page: 65 Chapitre 3: Dynamique ces fluldes incompressibles parfalts 4) Ecrire 'équation de continuité. En déduire Va en fonction de Vp et a. 2) En appliquant le théoréme de Bernoulli entre A et B, établir expression littérale de la vitesse Vs en fonction de g, H et a. 3) Calculer la valeur de a. L'hypothése de considérer un niveau H du fluide varie lentement est elle vraie ? Justifier votre réponse. 4) Calculer Ve en considérant 'hypothase que acct 5) Déterminer le débit volumique Qy du fluide qui s'écoule a travers lorifice. (en litre par seconde) 6) Quelle serait la durée T du vidage si ce débit restait constant ? 2 REponse n 410°) 2) |, = PS) = AN. | Fy = 1.2.10". Partie 2 2) Equation de continuité 2) Equation de Bernoulli OF Px=Pp=Paim, (Ze-Za)=H, VaeaVy done |Vp = 1 lea 3) Ja AN|a= -(24]| 110°) 49.04 (2 Uinypothese de considérer un 4) [Vs De] A, i-contant est vraie car a<<1 done V4=0 x 5) 10, =5,.¥, 7=1107% mI s=1L Is 6) 7854s =130 mn =2.h 10 mn] otonsce mecaraue des fates. Cours el oretcors Cores . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 66 4 Enonce On considére un siphon de diametre d=10 mm alimenté par un réservoir d’essence de grandes dimensions par rapport a d et ouvert I'atmosphere. On suppose que : ~ Ie fluide est parfait - le niveau du fluide dans le réservoir varie lentement. - l'accélération de la pesanteur g=9.81 m.s*. ~ le poids volumique de essence: « = 6896 NJ n3 + HeZs-Z5=2,5 m. Réservoir 4) En appliquant le Théoréme de Bernoulli entre les points A et S, calouler la vitesse d’écoulement Vs dans le siphon 2) En déduire le debit volumique qv. 3) Donner I'expression de la pression Pg au point 8 en fonction de h, H, = et Pan Faire une application numérique pour h=0.4 m. 4) h peut elle prendre n'importe quelle valeur ? Jui 1 volre réponse, 2 REPONSE otora oe neconaue Ses fois Cours elorercces cores, ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 67 Chapitre 3: Dynamique des fluldes incompressibles parfalts Pir2s ona : PeePa = Pain Va20 et Zy-Z5-H ALN, |¥s=92.9,81.2,57 ras 2) Le débit volumique :|a, =V, al =5,5.10-+ m'fs=0,351/s! ve, Poyz, Me ae go 2g o 3) Théoréme de Bernoulli entre B et S : Or Ve=Ve, Za-Zs= H+h et P= Parm Pe=Pin— aH +I))A.N, [Po =10* -6896.(2,5+0.4)=80001,6Pa=0,8 bar 105 4) Non. I faut que Pe>0 Equivaut a fic! A TAN ig gr agg 2 4 ENnonce La figure ci-dessous représente un piston qui se déplace sans frottement dans un oylindre de section S; et de diamétre d.=4 om remplit d'un fluide parfait de masse 2m] volumique p=1000 kg/m. Le piston est poussé par une force F d’intensité 62,84 Newtons a une vitesse V, constante. Le fluide peut s’échapper vers l'extérieur par un cylindre de section S2 el de diamétre d: = 1 om @ une vitesse V, et une pression P= Pam =1 bar. S Travail demandé: Nd onons oe mecaneve dev faies-Couserovetoces cones . ‘utourBiadh BEN HALAGUDA " Page: 68 Chapitte 3 : Dynamique ces fluldes incompressibles parfalts 4) En appliquant le principe fondamental de la dynamique au piston, déterminer la pression P, du fluide au niveau de la section S, en fonction de F, Pan et dy. 2) Ecrire léquation de continuité et déterminer expression de la vitesse V; en fonction de Vz 3) En appliquant I'équation de Bernoulli, déterminer la vitesse d écoulement V2 en. fonction de P,, Pam et p. (On suppose que les cylindres sont dans une position horizontale (Zi=Z2)) 4) En déduire le débit volumique Qu. 2 REPONSE +9(2,-Z,)=0 oF Z)=Ze et Pa-Paim 001° Tlotonsce mecaraue des fates. Cours el oretcars Cores ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 69 Dyr que des fluldes Incompressibles parfalts La figure suivante représente une buse connectée a un tuyau dans lequel est acherninée de l'eau a une pression P,=2,875 bar. P, Ps Ss) (Sa) Le fluide subit un étranglement : sa section S; de diamétre di=20 mm est réduite a une section de sortie So de diamétre d.=10 mm. On suppose que le fluide est parfait et la buse est dans une position horizontale. On donne la masse volumique de l'eau p=1000 kg/m” et la pression de sortie PesPamet bar. 2) Déterminer le rapport i 2) En appliquant |'équation de Bernoulli, calculer la vitesse d’écoulement Ve. 2 © RePowse 2) Equation de continuité : v,.5, 2) Equation de Bernoulli: ¥! 1 ENONCE De I'huile est accélérée travers une buse en forme de cdne convergent. otors oe meeantue des folie Cours el oreracas cones 5 ‘Auiour“Riadh BEN HAMOUDA Page: 70 [21-22 (2a Zs La buse est équipée dun manométre en U qui contient du mercure. Partie 1 : Etude de la buse Un debit volumique qu= 0,4 L/s, Thuile traverse la section S; de diametre di= 10 mm & une vitesse d’écoulement V, , a une pression P, et sort vers l'atmosphere par la section Sz de diamatre ds a une vitesse d'écoulement Vo=d.V; et une pression P2-Paim=1 bar. On suppose que + le fluide est parfait, - la buse est maintenue horizontale (Z1=Z2). On donne la masse volumique de I'huile : pnute = 800 kg/m®, 4) Calculer la vitesse d’écoulement Vj. 2) Ecrire léquation de continuité. En déduire le diamatre de 3) En appliquant le Théoréme de Bernoulli entre le point (1) et le point (2) déterminer la pression P; en bar. Partie 2 ; Etude du manomiétre (tube en U). Le manométre, tube en U, contient du mercure de masse volUMIqUE Pmercure= 13600 kgim®. Il permet de mesurer la pression P, @ partir dune lecture de la dénivellation : h = (Ze-Z:). otora oe necanaue Ses folie Cours elerorccrs cores, ‘Auiaur = Riadh BEN HANMOUDA Page: 71 Chapitte 3: Dynamique ces fluldes incompressibles parfalts On donne :- (Z;-Z3)=L= 1274 mm. - [aecélération de la pesanteur : g = 9,81 mis*. - la pression Pe= Pam= 1 bar, 1) En appliquant la RFH (Relation Fondamentale de I'hydrostatique) entre les paints (1) et (3), déterminer la pression Ps, 2)De méme, en appliquant la RFH entre les points (3) et (4), déterminer la dénivellation h du mercure. REpouse Partie 1 : Etude de la buse 4, wa? 2) Equation de continuité : [Y\.5, 2) Vilesse d'’écoulement : 10=5 aun Partie 2 : Etude du manométre (tube en U) 4) RFH entre (1) et (8): P,- B= py, {Z,-Z,) P, = P+ Pia -8-L] AN. [P, =2.5.10° +800.981.1,274=2.6.10° pascal = 2,6 bar] 2) RFH entre (3) et (4): P= P. = Prema €(Z,-Z,) OF (ZeZa)2h ENONCE ‘On considére une conduite de diamétre intérieur d = 40 mm dans laquelle s'écoule de l'eau a une vitesse V., Tiotonsce mecaraue des fates. Cours el oretcors Cores . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 72 Chapitte 3: Dynamique des fluldes incompressibles parfalts Afin de mesurer le débit volumique, {a canalisation a été équipée de deux tubes plongeant dans Ie liquide, 'un débouchant en A face au courant et l'autre en B est le long des lignes de courant, En mesurant la dénivellation h du liquide dans les deux tubes, on peut en déduire la vitesse v On admet les hypothéses suivantes : - Lcoulement est permanent. - Le fluide est parfait et incompressible, ~ Au point B, le liquide a la méme vitesse V que dans la canalisation (Ve=V). - Au point A (point d'arrét) la vitesse d’écoulement est nulle (Va=0). + Les deux points A et B sont ala méme hauteur (Za=Za). Ondonne : + lamasse volumique de l'eau = 1000k¢ /m'*, + 'accélération de la pesanteur g=9,81 m/s, Travail demandé : 4) Appliquer le théoréme de Bernoulli entre les points A et B. En déduire la pression Pa au point A en fonction de Pe, p et V. 2) Ecrire la relation fondamentale de Ihydrostatique entre les points A et A’ ——————— Totonse mecaraue des fates. Cours elorercors Cores, . ‘Auiaur = Riadh BEN HANMOUDA Page: 73 ) Ecrire la relation fondamentale de hydrostatique entre les points 8 et B” 4) Donner l'expression de V en fonction de g et h. 5) En déduire le débit volumique q,. Faire une application numérique pour une dénivellation h= 3,2 em. 2 REPONSE 4) Théordme de Bernoulli :P, + p.2.2, ++ pV3 or ZxmZe , Va=O et VexV donc 2) Relation fondamentale de lhydrostatique entre A et A'P, = Py + pglZy—Z,)) 3) Relation fondamentale de lhydrostatique entre B et B'[P, = Py + p.glZy ~ Za) 4) En substituant P, et Ps dans la relation de Semoulli en obtient : Pe=P,, ZseZe etZa-Za=h Pot PBIL y ~ By) = Py PBZ y -Z)+h pv? orP, donc tev DBAZy Zp) ‘ou encore, EE ¢ es résultats de cet exercice pesrmettent de donner une idée sur le principe de mesure d'une vitesse ou d'un débit a partir de /a pression différentielle. Par exemple, on trouve sur les avion un instrument de mesure de Ja vitesse appelé « tube de Pitot » qui basé sur le méme principe. otora oe neconaue ses fois Gaus lorerccxs cores, . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 74 Dynamique des fluldes Incompressibles parfalts Une conduite de section principale Sa et de diamétre d subit un étranglement en B ol sa section est Sp. On désigne par = le rapport des sections. Se Un fluide parfait incompressible de masse volumique p, s'écoule a l'intérieur de cette conduite. Deux tubes plongent dans la conduite ayant des extrémités respectivement A et Par lecture directe de la dénivellation h, les deux tubes permettent de mesurer le débit volumique q, qui traverse la conduite. 4) Ecrire 'équation de continuité. En déduire expression de la vitesse Vp en fonction de Va et or 2) Ecrire la relation de Bernoulli entre les points A et B. En déduire expression de la différence de pression (P4-Ps) en fonetion de y, Vaet a. 3) Ecrire la relation fondamentale de I'hydrostatique entre les points A et A’. 4) Ecrire la relation fondameniale de 'hydrostatique entre les points B et 8. 5) En déduire lexpression de la vitesse d'écoulement Va en fonction de g, h, et er 6) Donner |'expression du débit valumique q, en fonction de d, g, h, et er. Faire une application numérique pour : + un diamatre de [a section principale d-50 mm, + un rapport de section « =2, ——————— otonse mecaraue des fates. Cours el oretcors Cones . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 75 + une accélération de pesanteur : g= 9,81 m/ - une dénivellation h=10 mm. 2 REPONSE 4) Equation de continuité :¥,.s, = V,-5, dou V, =V, = done 2 2) P+ paZ, ev; ae eM = Pat Pe Zy Or ZasZe Done P,-P, = ‘ou encore, P,P, Fav} 4a’ =) (1) 3) Relation fondamentale de Ihydrostatique entre les points A et A‘: P,— Py = PRlZy—Z,)] (2) 4) Relation fondamentale de rhydrostatique entre les points B et B* : P,— Py = pwlZ, —~Z)](9) 5) Onsait que P,.= P, =P, etZaZp Done PL-P, =(P, —P.)-(P, — Py) = pallZy.-Z,)- yp -Zy))= P.eZy Zp D’aprés la relation (1) = pg Vita? =1) Dons 8) On sait que 4, ou encore] LN: fie 0,5 13 EEE Nous avons aboutit dans cet exercice & une relation entre le débit 4g, at la aénivellation h. On peut exploiter ce résultat dans plusieurs applications pratiques pour la mesure de débit. Par exemple en industrie chimique, on trouve souvent des tubes de venturi comme instrument de mesure de cette grandeur. otora ce necanaue des folie Gaus elorerccss core, . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 76 Dans une canalisation horizontale de diamétre D = 9 cm, on veut mesurer le débit d'eau. On intercale un tube de Venturi (D = 9 cm, d= 3 cm). La dénivellation h du mercure dans un tube en U peut étre mesurée avec précision. Zz Zan Ondonne : - lamasse volumique de l'eau : peas= 1000 kg/m?, + lamasse volumique du mercure : pmorcire= 13600 kg/m®, - Taccélération de la pesanteur : g =9,81 mis? Travail demande : 4) Ecrire l'équation de continuité. En déduire la vitesse moyenne d'écoulement Vs au col dans la section Sa en fonction de la vitesse V4 dans la section Sa 2) En appliquant la relation fondamentale de I'hydrostatique (RFH) entre les points A et B relative a Féquilibre du mercure, déterminer la différence de pression: (Px- Pe) @n fonction de g, Pmercues Za @t Zo. 2)De méme, déterminer ‘expression de la différence de pression (Px-Px) en fonction de g, peas, 2x et Za, 4)De méme, déterminer l'expression de Ia différence de pression (Pg-Pa) en fonotion de g, Pea, Za @t Zo. 5) En utilisant les équations établies dans les questions 2), 3) et 4), donner la relation entre (Px-Pg) on fonction dé precue: Peau g eth. 6) En faisant rhypothese que eau est un fluide parfait, et en appliquant le théoréme de Bernoulli entre A et B, donner l'expression de la vitesse d’écoulement V, en fonetian de ta différence de pression (Pa-Ps), Peau: Totora oe necanaue Ses folie Gaus el ereraces core, ‘Auiaur = Riadh BEN HANMOUDA Page: 77 7) En déduire expression du débit volumique Q, en fonction de D, Pmercures Peau: 9 he 8) Faire une application numérique pour une dénivellation h= 4mm. 2 REPoNsE 1) Equation de continuité : La vitesse au col dans |V» 2) RFH entre les points A’ et B'|Py — Pir = Prec8(Zy —Zy-) 3) RFH entre les points A et A’ [P, ~ 4) RFH entre les points B' ot B|F,.~ Py 5) En faisant la somme de 2), 3) et 4) = Py = Fa = Penance Bear BAL 9 ~ 24) = Pressure ~ Pos BM vi-y, 6) Théoréme de Bernoulli entre A et B, ae (Z,-Zy)=0 Or Zn=Ze et Ve= 8 Va Dono|¥, = [Pa . 0,097 [(13600 —1000).9,81.0,004 toy 8) Application numérique = { Sa = 7.104 fs otora oe neconaue Ses folie Gaus elorerccxs core, . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 78 Dans le tube de Venturi représenté sur le schéma ci-dessous, l'eau s'¢coule de bas en haut. Le diamatre du tube en A est da= 30 cm, et en B il est de d=15 em. Afin de mesurer la pression Pa au point A et la pression Ps au point 8, deux manométres a colonne d'eau (tubes piézimétriques) sont connectés au Venturi. Ges tubes pigzimétriques sont gradués et permettent de mesurer les niveaux Zy=8,061m et Zp =2,541 m respectivement des surfaces libres A’ et B’. (On donne : - Vallitude de la section A: Z4= Om, altitude de la section B : Za= 50 cm, 8 mis*, Taccélération de la pesanteur est g= la pression au niveau des surfaces libres Px=1 - lamasse volumique de l'eau est p=1000 kg/m’, On suppose que le fluide est parfait. 4) Appliquer la RFH (Relation Fondamentale de I'Hydrostatique) entre B et 8’, et calculer la pression Pg au point B. 2) De méme, calouler la pression Pa au point A. 3) Ecrire equation de continuité entre les points A et B. En déduire la vitesse d'écoulement Vg en fonction de Va 4) Ecrire equation de Bernoulli entre les points Aet B. otors oe necanaue Ses folie. Cours eleroraces cores, . ‘Auiaur = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 79 En déduire la vitesse d'écoulement Ve. 2 REPONSE 4) RFH entre Bet 8: P,— Py =(Zp—Zy) => [Pa = Pr + PUZe Za) AN. 10° +1000.9,8.(2,541-0,5)= 120001 Pascal = 1,2 bar} 2) RFH entre Aet A’: P,— Py = (Zp —Z,) => [Pa = Put elZn Za) AN. [P, = 10° +1000.9,8.(3,06 1-0) = 130007 Pascal = 1,3 bar V,=5—Vy=> v= - 4) ¥,>[e=4¥, 3) Equation de continuité : s., Sy dy 4) Equation de Bemouti: Ye Va , 24 9(Z,—Z,)=0 avec Vp =4V, 3.10 -1,2.10° +98.(0 - 0,5) |=0,8246 m/s 1000 Le fioul contenu dans le réservoir source (1) est transtéré vers le réservoir (2) par intermédiaire d'une pompe et d'une canalisation. Ondonne : - Le débit volumique qy= 200 Us. + La densité du fioul d= 0,85. = 2=15m et 2255 m Déterminer, alors, la puissance P, mécanique sur arbre de la pompe si son rendement est de 0,8. On suppose que les niveaux des réservoirs varient lentement. 2 REPONSE Appliquons le Théoréme de Bernoulli entre les surfaces libres S, et So: l Ave —V¥.)+ pgtzs—Z,)+(P,- P= of Py = Pp = Pam @t Vi = V2 par hypothase Ww otora oe neconaue des folie Gaus eloreraces core, ” ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 80 Done P, = 4, «Lest done » Lega, ~ 4] A.N.: Pe=83,385 KW, (IE 6 e calcu! ce Ja puissance de la pompe est un calcul grossier. Nous avons sepposé que le fluide était parlait alors qu’en réalité l'écoulement dun fluide rée! est plus complexe qu'un ftuide sdéat. En toute rigueur if faut prendre en considération le phénoméne de frottement visqueux. C'est /objet de chapitre 4. a ENONCE Une pompe P alimente un chateau d'eau a partir d’un puit a travers une conduite de diamétre d= 150 mm. On donne : les altitudes :22=26 m, Z\= - 5m, les pressions P,=P2=1,013 bar; la vitesse d'écoulement V = 0.4 mis, - l'aceélération de la pesanteur g=9,81 m/s® Torone ce meconaue ers toner Cours etorerccen comes : SutourBiadh BEN HALAOUDA " Page: 81 Chapitte 3 : Dynamique ces fluldes incompressibles parfalts On négligera toutes les pertes de charge. Travail demande : 2) Calculer le débit volumique Q, de la pompe en I/s. 2) Ecrire ’aquation de Bernoulli entre les surfaces 1 et 2. 3) Calculer la puissance utile Pu de la pompe. 4) En dédulre la puissance Pa absorbée par la pompe sachant que son rendement est de 80%. 2 REPONSE 4) Débit volumique : |g, =V. ae 2) Equation de Bernoulli pour un fiuide parfait incompressible (avec échange de 2) Puissance utile de la pompe :|P, = 9,.2.9.(H, +4.) AN, 1.10 *1000.9,81 (26 +5) = 2128.77 w| 4) Puissance absorbée par la pompe : On désire remplir un bassin en pompant de leau @ partir de la nappe phréatique. Pour cela, on utilise une pompe immergée qui aspire l'eau a partir du point A, situé une altitude Z,=-26 m. La pression au point A est Pa=2 bar. Lieau refoulée par la pompe est ensuite acheminge dans une conduite de section circulaire et de diamétre intérieur d=31 mm. Lieau est évacuée avec un débit valumique q,= 2772 litre+heure par le point B situé une altitude Ze=30 m. On admet que la pression au paint B est Pp=1 bar. Tlotons ge mecaraue des fates. Cours el oretccrs Cores . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 82 Ze Bassin ose cee Zz La pompe est actionnée par un moteur électrique. Le rendement de lensemble moto- pompe est n=80%. (On suppose que : = le fluide est parfait, - lavitesse d'aspiration est égale a la vitesse de refoulement (VasVe=V). Ondonne : - lamasse volumique de 'eau p=1000 kgim*, = l'accélération de la pesanteur g=9,81 m/s’, Travail demandé 4) Calculer le débit massique gn de la pope 2) Quelle est la vitesse d’écoulement V de l'eau ? 3) En appiiquant le théoréme de Bernoulli, déterminer la quissance nette P, fournie par la pompe. 4) Calculer la puissance électrique consommée Pe, 2 REPONSE 2772.10" = 1000. = = 0,77 ke PA) AN. 3600 gis 4) Débit massique : otera oe neconaue des folie Gaus elorerccas cores, . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 83 Chapitte 3 : Dynamique ces fluldes incompressibles parfalts 107 — 3000-02 mis 70,031 2) Vitesse d'écoulement : 3) Equation de Bernoulli : or VieVe done 4) Puissance électrique : 1 ENonce Une conduite eylindrique amane l'eau d'un barrage (dont le niveau 2, est maintenu constant) dans une turbine. A 2a Barrage Turbine |Z On branche a la sortie de la turbine une canalisation évacuant I'eau vers un lac. Le niveau Zs de fa surface libre du lac est supposé constant. Le débit massique traversant la turbine est Q,= 175 kgis. On donne : l'accélération de la pesanteur g= 9,8 m/s® et H=(Za-Ze)=35 m lotons ge mecaraue des fates. Cours el oretccrs Cones . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 84 Chapitre 3 : Dynamique des fluldes incompressibies parfalts 4)En appliquant le théoréme de Bernoulli, déterminer la puissance utile Py développée dans la turbine, Préciser toutes les hypotheses simpiiicatrices. 2) Calculer la puissance récupérée sur Varbre de la turbine si son rendement global est n=70%. 2 =REPONSE 4) Théoréme de Bernoulli : 2 ENONGE La figure ci-dessus représente un barrage qui est équipé d'une turbine dont les aubes sont entrainées par un jet d'eau sous pression. La conduite de sortie de diamatre d= 2,5 m est située une allitude Zi=5m. Le Gébit_ volumique q,=25 m/s. On suppose que le niveau d'eau dans le barrage otons de mecarique des fides. Cours el exercices comges. P. ‘ular = Riadh BEN KAMMOUDA ag Chapitte 3: Dynamique ces fluldes incompressibles parfalts (Z:=30 m) varie lentement (V;=0), et les pertes de charges sont évaluées a Jy2 =~ 32,76 Jikg. On donne : - lamasse volumique de l'eau: p =1000 kg/m? = l'accélération de la pesanteur :g=9,81 m/s* Travail demande : 4) Calculer la vitesse V2 d'écoulement deau a la sortie de la canalisation en mis. 2) En appliquant le théoreme de Bernoulli, déterminer la puissance P disponible sur arbre de la turbine en MW si son rendement est de 60% 2 REPoNsE Or PrsPo, Vie0 et P,=7,.P, Puonpa e2s-2)¢ 1 Enonce La figure ci-dessous représente un jet d'eau horizontal qui frappe un obstacle a un débit massique qn=2 Kg/S. L'obstacle provoque une détlexion du jet d'un angle i=1 20°. Totors ge mecaniaue des fates. Cours eloretcces Coes . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 86 On désigne par Vila vitesse d'écoulement de l'eau en entrée de lobstacle. Elle est portée par I'axe X, V, désigne la vitesse d’écoulement de l'eau en sortie de obstacle. Elle est portée par une direction incline de langle fb =120° par rapport Allaxe ¥. On admettra que [¥, 2) En appliquant le théoréme @Euler, donner expression vectorielle de la force F exercée par le liquide sur obstacle en fonction de qm, V, et V,ensuite calculer ses composantes F, et Fy. 2) Quel est son angle dinclinaison « 7 REPoNse ‘\|1—cas.a)) rhino | fy = 59 2) fice = SIAN fig = = 05773 3 =—30° Totera oe neconaue ses fakin Gaus elorerccas core, ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 87 Chapitre 4: DYNAMIQUE DES FLUIDES INCOMPRESSIBLES REELS INTRODUCTION Dans le chapitre précédent nous avons supposé que le fluide était parfait pour appliquer equation de conservation de l'énergie. L'écoulement d'un Muide réel est plus complexe que celui d'un fluide idéal. En effet, il existe des forces de frottement, dues a la viscasité du fluide, qui s’exercent entre les particules de fluide et les parois, ainsi qu'entre les particules elles-mémes. Pour résoudre un probleme d’écoulement d'un fluide réel, on fait appel a des résultats expérimentaux, en particulier ceux de linggnieur et physicien britannique Osborne Reynolds. Une méthode simplifigée de calcul des pertes de charge basée sur ces résultats expérimentaux est proposée. Elle est indispensable pour le dimensionnement des diverses installations hydrauliques (de pompage, de turbines, de machines hydrauliques et thermiques dans lesquelles est véhiculé un fluide réel...etc.) FLUIDE REEL Un tluide est dit réel si, pendant son mouvement, les forces de contact ne sont pas perpendiculaires aux éléments de surface sur lesquelles elles s'exercent (elles poss&dent donc des composantes tangentielles qui s'opposent au glissement des couches fluides les unes sur les autres). Cette résistance est caractérisée par la viscosité. REGIMES D'ECOULEMENT - NOMBRE DE REYNOLDS Les expériences réalisées par Reynolds eni883 lors de |'écoulement d'un liquide dans une conduite cylindrique rectiligne dans laquelle arrive également un filet de liquide coloré, ont montré l'existence de deux régimes d'écoulement : régime laminaire et régime turbulent : 88 ique des fluldes incompressibles réels + Régime laminaire : Les filets fluides sont des lignes réguliéres, sensiblement paralléles entre elles. Filet goloré — << + Régime turbulent : Les filets fluides s'enchevétrent, s’enroulent sur eux-mémes. Vue instantanée Yue en pose Des études plus fines ont montré qu'il existe encore une subdivision entre : - les écoulements turbulents lisses et - les écoulements turbulents rugueux. La limite entre ces différents types d'’écoulements est évidemment difficile & appréhender. En utilisant divers fluides a viscosités différentes, en faisant varier le débit et le ciamétre de la canalisation, Reynolds a montré que le paramétre qui permettait de déterminer si |'6coulement est laminaire ou turbulent est un nombre sans dimension appelé nombre de Reynolds donné par I expression suivante: Va + V: Vitesse moyenne d'écaulement a travers la section considérée en (m/s) - d: Diamétre de la conduite ou largeur de la veine fluide en (m). -_v : Viscosité cinématique du fluide (m*/s). Résultats empirique a titre indicat 00 l'écoulement est lamin 2000 I'écoulement est turbulent Notovs oe mecumue dev fees Cours ereretoces cones ° SutourBiadh BEN HALAOUDA a Page: 89 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels. 4 PERTES DE CHARGES 4.1 Définition Considérons un écoulement entre deux points (1) et (2) d'un fluide réel dans une ry ail pas de machine hydraulique. conduite, tel que entre les points (1) et (2) i Reprenons le schéma de la veine fluide du paragraphe 4 du chapitre 8 avec les mémes notations et les hypothéses suivantes: - Le fluide est réel et incompressible: cela suppose l'existence de forces élémentaire de frottement visqueux dt qui contribue dans |'équation de bilan par un travail négatif et donner naissance a des pertes de charges. - L’écoulement est permanent. On considére un axe Z vertical dirigé vers le haut. On désigne par Z;, Z2 et Z respectivement les altitudes des centres de gravité des masses dmi, dm2 et M. Notions de mecariaue des fides. Cours el exercies comges. ‘Autaur = Riadh BEN KAMOUOA Dynamique des fluides incompressibles réels On désigne par F; et Fr respectivement les normes des forces de pression du fluide agissant au niveau des sections S, at S. A Tinstant t le fluide de masse (dm, + M) est compris entre S; et S2. Son énergie ; Sd mécanique est: £,,, = Egy 1 + Eg =(dg.Z, + Mg2)-+ 5d S A linstant t'=(t+dl) le fluide de masse (M+dm2) est compris entre S’ et S'2. Son énergie mécanique est : yt Blog = (MRE + dh aK dmv? + dee. V2 yam On applique le théoréme de énergie mécanique au tluide entre t ett’: « La variation de énergie mécanique est égale & la somme des travaux des forces extérieures », On prendra en considération cette fois ci le travail des forces de frottement visqueux dr. = Wromes de grat t EW), = Fabs, —Fradt, + EW, ely, ~ PS, ale, + DW, = Bea, — PAV, + Wap En simplifiant on obtient : = atm, - RB Ps dm,.g.Z5 + sam, Wi —dmi,.g.Z,— sam dn, +IW i, Par conservation de la masse © cin, = cin, = din Et puisque le fluide est incompressible: 2, = p, = 2, on aboutie & l€quation de Bernoulli Ly, dim EWe gui est la On defini la perte de charge entre les points (1) et (2) par J. == perte d'énergie par frottement visqueux par unité de masse qui passe. otors oe necanaue ses folie Cous el eroraces core, . ‘Auiaur = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 91 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels. (4) Lunité de chaque terme de la relation (4) est le joule par kilogramme (J/kg) En divisant par g la relation (4) devient homogene a des longueurs en metre : Elle peut étre interprétée graphiquement de la maniére suivante: Plan de charge Plan de référence Portons sur la verticale, a partir du centre de gravité G; de la section S; une distance égale & 71. Le lieu de toutes les extrémités de ces segments s'appelle 2 ligne piézomeétrique. —————— Totoro Gr mecon que des uses Cours elexeteces Corges, ‘ur: Flach BEN FAMIOUOA Page: 92 Dynamique des fluides incompressibles réels Portons sur la verticale au dessus de la ligne piézométrique la quantite de toutes les extrémités de ces segments représente /a ligne de charge. En Vabsence de pertes de charge, la ligne de charge est confondue avec le plan de charge. Ge plan de charge donne une représentation graphique de la constance tirée de 'équation de Bernoulli pour un fluide parfait. La perte de charge totale exprimée en hauteur de liquide depuis le début de I’écoulement, est €gale a la distance entre la ligne de charge et le plan de charge, mesurée sur la verticale passant par le point G,. La perte de charge entre deux points G; et Gs de écoulement est donnée par la différence de cote de la ligne de charge sur les verticales passant par les points précédents. La perte de charge Ji2 peut étre due & une perte de charge lingaire et une perte de charge singuliére : Par exemple, dans le circuit représenté dans la figure ci-dessous, les trongons BC, DE, FG, Hl et JK sont des coudes de différents angles, donc elles présentent des pertes de charge singuliéres. Les trongons AB, CD, EF, GH, J et KL sont des conduites reciilignes, donc elles présentent des perles de charge lingaires. otors oe neconaue des fale Gaus eloreraces cores, . ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 93 Dynamique des fluides incompressibles réels 4.2 Pertes de charge singuliéres Quand la conduite subit de brusque variation de section ou de direction, il se Produit des pertes de charges ites singuliéres, elles sont généralement mesurable et font partie des caractéristiques de linstallation, On les exprime par : oils : indice de accident de forme de la conduite. 3 K, : Coefficient (sans unité) de pertes de charge. Il dépend de la nature et de la géometrie de l'accident de forme. Les valeurs de K,sont données par les constructeurs dans leurs catalogues. 4.3 Pertes de charges linéaires : Les pertes de charges linéaires, sont des pertes de charge réparties réguligrement le long des conduites. En chaque point d'un écoulement permanent, les caractéristiques de I'écoulement sont bien détinies et ne dépendent pas du temps. La représentation graphique de écoulement prend \'allure ci-dessous. Plan de charge La vitesse étant constante, la ligne piézométrique et la ligne de charge sont paralléles. La variation de hauteur piézométrique, évaluée en hauteur de liquide est égale A la perte de charge lingaire entre les deux points de mesure. lotonsde mecaraue des fates. Cours el oretcces Cores ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 94 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels, Les pertes de charge linéaires sont proportionnelles la longueur L de la conduite, inversement proportionnelles & son diametre d, proportionnelle au carré de la vitesse débitante V du tluide. ‘2a V : vitesse moyenne d'écoulement dans la conduite (m/s) L: longueur de la conduite (m) d: diamatre de la conduite (m) - A :eoefficiant de perte de charge linéaire. Il dépend du régime d’écoulement et notamment du nombre de Reynolds f,. Dans un régime d’écoulement laminaire : R, < 2000 4 =| (Formule de Poiseuille) Dans un régime d’écoulement turbulent lisse : 2000 < R, <10° A= 0316.8, “*] (Formule de Blasius) Dans un régime d’écoulement turbulent rugueux : R, > 10° fe A = 0,79, Va (Formule de Blench) “ avec + € :mugosité de la surface interne de la conduite (mm) - di diamatre intérieur de la conduite (mm) Parfois, on lit la valeur de 4 sur un abaque établie par Moody. 5 THEOREME DE BERNOULLI APPLIQUE AUN FLUIDE REEL Considérons un écoulement entre deux points (1) et (2) d'un fluide réel dans une conduite. On suppose éventuellement, quil existe entre (1) et (2) des machines hydrauliques. Onnote : Jigi Somme de toutes les pertes de charge, singuliére et linéaires entre les ions (1) et (2). se Totonse mecanaue des fates. Cours el oretoces Cores . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 95 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels. Py: Puissance mécanique échangé entre le fluide et les machines éventuellement placées entre (1) et (2). Le Théoréme de Bernoulli prend la forme générale suivante 6 CONCLUSION Les formules exposées dans ce chapitre relatives aux pertes de charge constituent un outil de calcul grossier permettant d'abtenir des valeurs approximatives. Meme sil demeurerait grossier, il serait néanmoins trés utile pour une tache de conception cu l'on privilégie la simplicité et la rapidité d'exécution quite & perdre un peu de précision. 7 _EXERGICES D'APPLICATION ia Enonce Déterminer le régime d’écoulement dans une conduite de 3 cm de di 4) De eau circulant a la vitesse v=10,5 mis et de viscosité cinématique 1.10 °° m’/s 2) Du fuel lourd 50 °C circulant a la méme vitesse (Viscosité cinématique 110.10 “° m®/s ). 3) Du fuel lourd a 10 °C circulant a la méme vitesse (Viscosité cinématique 290.10 “® m/s ). 2 RERONSE 4) On calcule le nombre de Reynolds | : donc l'écoulement est turbulent rugueux. 2000(R(100000!'écoulement est turbulent lisse 2]: R(2000done I’écoulement est laminaire. Totons e mecaraue des fates. Cours el oretcors Coes . ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 96 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels. Exercice N°: ExTAAIT DE L'EXAMEN DU 17-01-20 1 ENONCE Du fuel lourd de viscosité dynamique =0.11 Pa.s et de densité d=0,992 circule dans un tuyau de longueur L=1850 m et de diamétre D=25 cm & un débit volumique q,=19,7 V's. On donne la masse volumique de l'eau p,,, = 1000 kg/m’. Travail demandé : 4) Déterminer la viscosité cinématique v du fuel 2) Calculer la vitesse d’écoulement V. 3) Calculer le nombre de Reynolds Re. 4) En déduire la nature de 'écoulement. 5) Déterminer le coefficient A de pertes de charge linéaire 6) Calculer la perte de charge Ji dans le tuyau 2 FEPONSE 4) Viscosité cinématique : y= ON 8.10% my que: 10000932 4.197.107 2) Vilesse d’écoulement 0.4013 mis 3) Nombre de Reynolds : 4) Re < 2000 donc I'écoulement est laminaire. 64 Re 8) Formule de poiseuille AN 6) Perte de charge linéaire : (>) =40d1 Kg 0.4013? (1650 2 (025 AN. |J, = 0.07527, Tlotonsce mecaraue des Totes. Cours el oretcors Cones . ‘Auiaur = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 97 Chapitre 4 : Dynamique des tluides incompressibles réels, 1 ENONCE Un pipe-line de diamétre d=25 cm est de longueur L est destiné a acheminer du pétrole brut d'une station A vers une station B avec un débit massique Qu=18kg/s. L » A B ii = Les caractéristiques physiques du pétrale sont les suivantes: - masse volumique p =900 kgim3, - viscosité dynamique =0,261Pa.s. On suppose que le pipe-line est horizontal. 4) Calouler le débit volumique q, du pétrole. 2) Déterminer sa vitesse d'écoulement V. 3) Calculer le nombre de Reynolds Re. 4) Quelle est la nature de 'coulement? 5) Calculer la valeur du coefficient de perte de charge linéaire 6) Exprimer la relation de Bernoulli entre A et B. Préciser les conditions d'application et simplifier. 7) Déterminer la longueur L maximale entre deux stations A et B a parlir de laquelle la chutte de pression (Px-Ps) dépasse 3 bar. 2 Rerowse 4) D4bit volumique : 2) Vitesse d'écoulement :| 3) Nombre de Reynolds : Tlotonse mecaraue des Totes. Cours el oretcces Cores ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 98 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels, 4) R, <2000 : il s’agit d'un écoulement laminaire. 4 5) Coefficient de perte de charge lingaire :}4=— 7] 6) Equation de Bernoulli : Conditions d'application : Ve=Va . Za=Za Equation de Bernoulli simplifié :]—.(P, —P,)= J, 7) Calcul de la longueur de la conduite : 1.(P,-P,)= 4, avec J, ? Py dad 10" 0,25 = 5516137 m 4 Enonce Un fluide de masse volumique p = 961 kg/m ° a une vitesse V=1,5 m/s dans une conduite horizontale de diamétre d = 120 mm a partir d' un réservoir de trés grande section ouvert a!" air libre. ‘Sur la partie horizontale de ce tube sont installés deux manométres distants de L = |S bar . 4) En appliquant le théoréme de Bernoulli, déterminer la valeur du coefficient de 130 m. On reléve une chute de pression aP = P —P, pertes de charge linéaire 4 en fonction de AP, p, L, det V. ire, Calculer le nombre de Reynolds en 2) On suppose que I'écoulement est lami fonetion de A. ) En déduire la viscosité cinématique du tluide, ————— onons oe mecmnmve cer faies-Causeroretoces cones ° ‘teu Biadh BEN HALAGUDA “ Page: 99 Chapiire 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels, 2 REronse 1) Equation de Bernoulli: OF VizV2 et ZinZe et Jy 2.15.10° O12 _ 96L.1,5° 130 Done 2) Loi de Poiseuille 4=— > kas R, Vad a Enonce De I'huile ayant une viseosité dynamique =0,7 Pas et une densité d-0,896 est pompée d'un point A vers un point L. A 8, c Elle circule dans une canalisation de diamétre d=100 mm formée des six trongons rectilignes suivants: - AB de longueur 6 m, + GD de langueur 12 m, oon ce mecaneue cer faies-Couserevetoces cones ° SuteurBiadh BEN HALAGUDA “ Page: 100 Dynamique des fluides incompressibles réels EF de longueur Sm, - GHde longueur 4m, \Wde longueur 7 m, KI de longueur & m Le canalisation est équinée - de deux coudes a 45 : BC, DE: ayant chacun un coefficient de perte de charge Keats «s=0,2, - de deux coudes A 90°: FG et JK: ayant chacun un coefficient de perte de charge Keouse a0=0,3, ~ dun coude 4 180° Hl: ayant un coefficient de perte de charge Kecue 199-04, La pression d'entrée est Px=3 bars. La conduite est supposée horizontale et transporte un débit volumique qv=2.5 I's. Travail demande : 4) Calculer la vitesse d’écoulement V en mis. 2) Calculer le nombre de Reynolds. 3) ll s‘agit dun écoulement laminaire ou turbulent ? 4) Déterminer le coefficient de perte de charges linéaire 2 5) Calculer les pertes de charges linéaires A”, 6) Calculer les pertes de charges singuliéres AP, 7) Déterminer la pression de sortie Pi. 8) Quelle sera la pression de sortie P' si le débit volumique Q, atteint 5 L’s. 2 REPONSE y = AY ay |y = APSO osismss wal 701 va O3I8.O1 ay 7 H OF \p 896 3) R, < 2000 : il s'agit d'un écoulement laminaire. 1) Vitesse d'écoulement V AN. 2) Nombre de Reynolds : cy 4 & a Re| NP * 30g 4) Formule de Paiseuille =1,57 TNotons Ge mecanique des files. Cours el exercioes Comes, ‘Autour = iadh BEN HAMOUDA. Page: 101 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels, 5) ar, = -29873.16 Pe =) 873.16 Pa 0) en 2.0,2 +2.0,3+0,4).896. a 63,42 Pa D Pression de sortie Py 8) [P,"= P, —4(0,29873 + 0,00063)] A.N, [P; = 8= 4.(0,29873 — 0,00063) = 6,8 dar] RBIs 205 cet exercice, la perte de charge singuliére ne dépasse méme pas 1 % par rapport a fa perte de charge linéarre. Son effet est négligeable sur le résullat de la pression de sortie. a Enonce Un liquide de refroidissement circule dans un radiateur en forme de serpentin. | a) | ®) Le serpentin comprend les éléments suivants : ~ 12 tubes rectilignes de diamétre d=10 mm et de longueur 1 m chacun. - 11 coudes 4 180° ayant chacun un coefficient de perte de charge K, = 0,4, La conduite transporte un débit volumique qy=0,25 l/s. La pression en entrée est P,= 8 bars. ‘On donne les caractéristiques du tluide de retroidissement: Notons de mecarique des fides. Cours el exercies comges. ‘Auta Riadh BEN KAMOUDA Page: 102 Chapire Dynamique des fluides incompressibles réels ~ visoosité dynamique : =10° Pas. = masse volumique : »=1000 kg/m®. Travail demands : 4) Calculer la vitesse V d’écoulement du tluide dans la conduite en (m/s). 2) Calculer le nombre de Reynolds R,. 8) Préciser la nature de I’écoulement. 4) Déterminer le coefficient de perte de charges linéaire 4, en précisant la formule utilisée. 5) Calculer les pertes de charges lingaires Jy en Jikg. 6) Calculer les pertes de charges singuliéres Js en J/kg. 7) Appliquer le théoréme de Bernoulli entre les points (1) et (2) pour déterminer la pression de sortie Pz. 2 AEPONSE _ 4.0,25.107 0,007 1) Vitesse d’écoulement : = 318 m/s 2) Nombre de Reynolds : = 31800] fio) Ue) 3) 2000< R, «10° : il s'agit d’un écoulement turbulent lisse 4) Formule de Blasius AN. [2=0,316.31800""** = 0,02366] vee L 5) Pertes de charge linéaires JJ, = -2.5-{ 5 ay Al 12 — 14355 I kg AWN, |, =-0,02366, 0.01 6) Pertes de charge singuliéres AN. 1 P)+gdZ,-Z)=4, +4, P 7) Equation de Bernoulli : We-Vvay+ Tororo mecmneve dev faier-Couserevetcces cores . SuteurBiadh BEN HALAGUDA ” Page: 103 Chapitre 4 : Dynamique des tluides incompressibles réels, HEH ¢2 perte de charge singuliére constitue une part non négligeable dans la perte de charge totale (19.4 %). Ce ef est dd av nombre important daccidents de parcours (coudes). 1 ENONCE La figure ci-dessous représente le serpentin d'un plancher chautfant a circulation eau ulilisé dans une habitation. L’eau chaude utllisée, serpente dans le plancher pour chauffer la surface du sol. . entiéo * \ / r 7 A , 7 ‘ \ f on { sortie 8 L Une pompe de circulation de débit volumique q/=0,236 L’s, non représentée dans la schéma, permet de refouler 'eau chaude qui rentre par la section A ou la pression est Pa=8 bar, circule dans le serpentin en passant par 10 trongons de tubes rectilignes de section circulaire, de diamétre intérieur d=10 mm, de longueur L= 6m chacun, reliés entre eux par 9 coudes & 180°, pour enfin sortir par le point 8 ou la pression de l'eau chute & cause des pertes de charge pour atteindre une pression Pa qu'on veut déterminer. On donne : + laviscosité cinématique de l'eau chaude v=0,75.10° m’/s. Tororo mecmnmve ces faies-Couseroretoces cones . SuteurBiadh BEN HALAOUDA " Page: 104 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels. ~ le coefficient de perte de charge singuliére Ks Travail demandé : 0,148 pour un coude a 180° 4) Déterminer la vitesse d’écoulement V de l'eau dans le serpentin. 2) Calculer le nombre de Reynolds Re 3) En déduire ta nature de écoulement 4) Déterminer le coetticient de perte de charge linéaire 2. 5) Calculer la perte de charge singuliére J, totale due aux 9 coudes. 6) Calculer la perte de charge linéaire J totale due aux 10 trongons rectilignes, 7) En déduire la perte de charge totale Jas du serpentin 8) En appliquant le théoréme de Bernoulli entre les sections A et B, exprimer puis caleuler la pression de sortie Ps en fonction de Pa, p et Jas 2 RREPONSE 44. zd 40,236.10 4) Vitesse d'écoulement :|¥, AN. |W: 3m/s 2) Nombre de Reynolds : 3) 2000 < Re < 100000done il s‘agit d'un écoulement turbulent lisse. 4) Formule de Blasius [4 = 0,316.Re **] AN. [2 =0,316.40000 “* = 0,022} 5) Porte de charge singulidre AN.|4, = =(.0,149). =). 6S tkg \2 6) Perte de charge linéaire: |J, af YE) 10.6 \f 3? AN, ae 7) Perte de charge totale 8) Eq. de Bernoulli: Ye —¥i Totoro mecaneve dev faies-Causerevetcces cones . ‘utour:Biadh BEN HALAOUDA ” Page: 105 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels, 67,4% et de débit volumique q.=0,629 Ls assure, le remplissage d'un réservoir d’automabile, La pompe aspire essence de masse volumique p=750kgim® a partir d'une grande citerne dont la surface libre située une altitude Z; et une pression P:=Pain=1 bar. Une pompe a essence de rendement On suppose que le niveau d'essence dans la citerne varie lentement (V=0) La pompe refoule essence, a une altitude Z2, sous forme d'un jet cylindrique, en contact avec l'atmosphére & une pression P2=Pam=1 bar, se déversant dans Ie réservoir de automobile a une vitesse V2. La différence des cotes entre la section de sortie de la conduite et la surtace libre do la citerne est H=Z2-Z,=2m. La conduite a une longueur L=3,32 m et un diamétre d=2 cm. La viscosité dynamique de l'essence est j1 =0,0006 Pas. L'accélération de la pesanteur est g=9,8 m/s*. 4) Déterminer la vitesse d’écoulement V2 de 'essence dans la conduite. 2) Calculer le nombre de Reynolds R.. 3) Déterminer la nature de écoulement, 4) Calculer le coefficient de perte de charge linéaire 2. 5) En déduire la perte de charge linéaire Jia 6) Appliquer le théoréme de Bernoulli généralisé. Et calculer la puissance P, sur arbre de la pompe. 2 Reronse 1) Vitesse d'écoulement Val 2) Nombre de Reynolds : [Re = Torone ce mecanaue es toner Cours etorerccen comges : SuteurBiadh BEN HALAOUDA ” Page: 108 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels, Re = 7 (0.0006 (Eo 8) 2000 < Re < 100000done AN 50000 agit d'un écoulement turbulent lisse. 4) Formule de Blasius [4 =0,316.Re * A.N, [4 =0,316.50000 "** =0, 5) Perte de charge linéaire : 332 \( 2? =-0,02 —— | — |=-7 ks " (25) * gd Z,)— dy In or Vi=0 et Z2—Zy 7 Y Done}, = | +9. diy n \2 } 750.0,629.10° {2° ) 750.0,629.107/ 2 98947 |=20w| AN. Da | the 7 |= 20 La figure suivante représente une installation utilisée dans un parc diattraction. onons oe mecaneue dev faies-Couserevetoces cones . SuteurBiadh BEN HALAOUDA ” Page: 107 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels. Zo } OT pompe od =15cm Linstallation est composée: - d'une conduite d'aspiration AB horizontale de diamétre d = 15 cm et de longueur L)=AB= 10m. + d'une pompe centrifuge ayant un rendement y = 0,8 qui aspire eau a un débit volumique Q,= 10,6 L/s depuis une piscine et la refoule en D, vers un toboggan. - d'une conduite de refoulement CD verticale de diamétre d = 15 cm et de longueur L2 =CD= 8 m. - d'un toboggan formant un canal descendant permettant d’acheminer par gravité eau vers la piscine. Lieau reste en circuit fermé : piscine, tube AB, pompe, tube CD, toboggan, piscine. sa 816, Ondonne : - lamasse volumique de l'eau : p = 1000 kgim*, - laviscosité dynamique de l'eau : 1 = 10°* Pas, - laccélération de la pesanteur : g = 9,81 m/s*. ~ La pression Po= Pp = Pam= 1 bar, + Zo =1,5m (O est un point de la surface libre de l'eau dans la piscine). + Zq=Zqn0. + Z=03m. + Zp=8,3m Tlorone ce mecanaue oes toner Cours etererccer comges : ‘uteur:Piadh BEN HAMMOUD ” Page: 108 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels. On suppose que toutes les pertes de charge singuliéres sont négligeables. 1) Calculer la vitesse d’écoulement V dans la conduite. 2) En appliquant le Théoreme de Bernoulli entre un point O de la surface libre de la piscine et le point A, calculer la pression P, ‘On suppose que le niveau de 'eau dans la piscine reste constant (Vo =0). 8) Déterminer le nombre de Reynolds R dans la conduite. 4) En déduire la nature de I'écoulement. 5) Calculer le coefficient de perte de charge linéaire 2. 6) Déterminer la perte de charge linéaire J. entre A et D. 7) En appliquant le théoréme de Bernoulli entre A et D, déterminer la puissance nette P,, développée par la pompe. 8) En déduire la puissance Pa absorbée par la pompe. 2 REpouse 4) Vitesse d’écoulement |V = 0.6 mis 2) Théordme de Bernoulli entre Ost A: Mi Pu iy 2 yoo P Or Vo= 0 et Po = Pan = thar, done |P, - P, + p.9(Z, -Z,) ‘pv: ANN. [P, =10° +1000.981.(1,5-0)- 1000.0,6* =114835 Pa = 1.14535 bar'| 3) Nombre de Reynolds = son] 4) 2000 < R, <100000 done l'écoulement est turbulent lisse. 5) Coefficient de perte de charge linéaire [z=ns16.8 7] A.N.}4 =0,316.90000°"* =0,01824 ve 6) Perte de charge linéaire |, =—2. + (5) AN.|J, = -opre2s. 2 Tlorone ce meconaue ees toner Cours etorerccer congo : ‘uteurBiadh BEN HALAOUDA ” Page: 109 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels. 7) Théoréme de Bemoulli entre A et D FoF o(Zy-2,)= +e, P Pg, OrVa= Vo. Po=Pam et Za= 0 done A.N.|P, = 1000.10,6.10 ‘foarsae! 8) Puissance absorbée par la pompe = 891,763 1 1 Enonce Une pompe de débit volumique q.= 2,8 Lis remonte de l'eau entre un bassin et un réservoir a travers une conduite de diamétre d=135 mm. 2. Résarvoir 4 Bassin On donne : + Z)80;20835m P, = Pz = 1013 mbar = viscosité dynamique de l'eau: yw = 1.10 Pas. ——————— Notions de mecariaue des fides. Cours el exercices comes. ‘Auiaur = Riadh BEN KAMOUOA Dynamique des fluides incompressibles réels - longueur dela conduite L=65 m On négiigera toutes les pertes de charge singuliéres. 4) Calculer la vitesse d’écoulement V de eau dans la conduite. 2) Calculer le nombre de Reynolds. L'écoulement est laminaire ou turbulent 7 3) Calculer le coefficient de pertes de charge linéaire. En déduire les partes de charges Jy2 tout au long de la conduite. 4) Appliquer le théoréme de Bemoulli pour calculer la puissance nette Pau de la pompe. 5) Le rendement de la pompe étant de 80%, calculer la puissance absorbée par la pompe. 2 Reronse » 2} 2000 < ¥ < 10° il s'agit d'un écoulement turbulent lisse. 0316.3 ** = 0,025 3) On applique la formule de Blasius [4 La perte de charge linéaire est : 4) On applique le théoréme de Bernoulli généralisé entre les points (1) et (2): 962 1] BIE Vous avons négligé dans cet exercice les pestes de charges singuliéres. La prise en comple de ces pertes de charge va indvire une augmentation de la puissance de pompage. Exercice N°11:ExTRAIT DE L'EXAMEN DU THotons oe mecon que des aes Gourselexetcces conges, ‘Agar Rin BEN RAIMOUDA Page: 114 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels, 1 Enonce Une pompe de débit volumique g,=2 I/s et de rendement 7 =70 % remonte de l'eau partir d'un lac jusqu'au réservoir situé sur une colline. Reservoir Lleau est acheminge dans une conduite de diamatre d=130 mm formée de trois trongons rectilignes ; - AB de fongueur Ly= 10 m, + GD de langueur Los 12 m, - EF de longueur L= 8 m, El de deux coudes a 45 °: BG et DE: ayant chacun un coefficient de perte de charge K.=0,33. On suppose que : ~ les niveaux d'eau varient lentement, + les niveaux Z,=0 m, Ze= 10 m, - les pressions P\=P2-Pain + laviscosité dynamique de l'eau : +107 Pa.s, + lamasse volumique de l'eau: p =1000 kgim’, 81 mis® + l'aceélération de la pesanteur : g= Travail demandé : ——————— Notions de mecarique des fides. Cours el exercices comges. ‘Auiaur = Riadh BEN KAMOUDA Chapitre. Dynamique des fluides incompressibles réels 4) Calculer la vitesse V d'écoulement d'eau dans la conduite en m/s. 2) Calculer le nombre de Reynolds R,. 3) Préciser la nature de l'écoulement. 4) Déterminer le coetticient de perte de charges linéaire a, en précisant la formule utilisée. 5) Calculer les partes de charges lin€aires Jincoie 67 UIKQ. 6) Calculer les pertes de charges singuliéres Uingatss en U/kg. 7) Déterminer la puissance nette P, de la pompe en Watt 8) En déduire la puissance P. absorbée par la pompe. 2 REPONSE nv-*4 an, ra Va 2)|R, = SAN () PL 3) 2000 < R, < 10° : il s'agit d'un écoulement turbulent lisse. 4) Formule de Blench [4 =0316.8, “*] AN. [2=0316.19500°° 5) Perte de charge linéaire : AN. | Finaire = 8402674. FB) 8dZ, -Z,)= thy 7) Equation de Bernoulli: Lv, We Or Vy=Vo, Py=Po=Patm et J, 4 icine + Fate done {P= 74, Ue lZ.—Z,)~ Finn Tongro) otors oe neconaue Ses folie Gaus elorerccss core, ‘Auiour = Riadh BEN HANMOUDA Page: 113 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels, AN. [P, = 1000.2.10 °9,81.10-0) +0,1]= 196.4 w 196.4 80,57 w sis OF a ENONGE On alimente un jet d'eau a partir d'un réservoir au moyen d'une pompe de débit volumique qu= 2 L/s et dun tuyau de longueur L= 15 m et de diamétre d= 30 mm. Le tuyau comporte un coude 4 90° ayant un coefficient de pertes de charge K.= 03. ---224. Reservoir Le niveau de la surface libre du réservoir, supposé lentement variable, est & une altitude Z, = 8 m au-dessus du sol. Le jet s’éléve jusqu’a une hauteur Z, = 10 m. ‘On suppose que: = Les pressions: P)=P2=Paim. - laviscosité dynamique de teau: 4=10" Pas. - lamasse volumique de l'eau: =1000 kg/m’, ~ l'aceélération de la pesanteur: g=9,81 mis*. eed oon oe mecneve dev fees Cours reretoces cones . ‘hour “Plath BEN HAMMOUDA ‘ " Page: 114 Dynamique des fluides incompressibles réels Travail demande : 4) Calculer la vitesse V d’écoulement d'eau dans la conduite en m/s. 2) Calculer le nombre de Reynolds Re. 3) Préciser la nature de l’écoulement. 4) Déterminer le coefficient de perte de charges linéaire 2, en précisant la formule utilisée. 5) Calculer les pertes de charges linéaires Jindaie €” U/kg. 6) Calculer les pertes de charges singuliéres Jingatre en JIkg 7) Appliquer le théoréme de Bernoulli entre les points (1) et (2) pour déterminer la puissance nelte P,, de la pompe en Watt. 8) En déduire la puissance P,, absorbée par la pompe sachant que son rendement est = 75% 2 REPONSE 4) Vitesse d’écoulement Var (3) 2) Nombre de Reynolds AN. 0,018) a Fpeaye 0.0185 aay 37d €) Perte de charge singuliére: Soa ie Jog iene =~ == Lake 7) Equation de Bernoulli heie + Iaeatee OF Vie Va Py=Po=Pan otera oe neconaue ses folie Gaus elorerccss core, ‘Auiour = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 115 Chapiire 4 : Dynamique des fluides incompressibles réeis: AN.|P, = 1000.2.10 *{9,81.10—3) +374 21374 075 285 w| 8) Puissance absorbée par la pompe : oo erin a Ze Le schéma proposé ci-dessus représente une installation hydraulique composée : - d'un réservoir contenant de I'huile de masse volumique p= 900 kg/m’ et de viscosité cinématique v= 25.10" m*/s, + d'une pompe de débit volumique qv=16 Limn - dun tube vertical de longueur L = 50 cm et de diamatre d = 5 mm permeitant G'acheminer de Ihuile sous pression refoulée parla pompe, - d'un vérin & simple effet horizontal équipé d'un piston qui se déplace en translation sous l'etfet la pression d'huile dans une chemise, - d'un clapet d'aspiration anti-retour placé en amont de la pompe qui a un coefficient de perte de charge singuliére K.= 0,45. otore Ge mecnnigue des flukes. Cours el exercices comes, zi ‘Autour *Riadh BEN HAMOUDA Page: 116 Chapitre 4 : Dynamique des fluldes incompressibles réels, Partie 1; Etude du vérin. On négiige dans cette partie toutes les pertes de charges. 4)A partir du débit de la pompe, calouler la vitesse d'écoulement Ve dans la conduite 2) De méme, déterminer la vitesse Ve: de déplacement du piston sachant que son diamatre D = 10 om. 3) Le piston est soumis une force de compression F=6151 N qui s'oppose a son déplacement. Calculer la pression dihuile Pe au point B' 4) En appliquant le théoréme de Bemoulli entre B’ et B. Calculer la pression d’admission Pe dans le vérin. On suppose que 2p=2s Pati On prendra en considération dans cette partie toutes les pertes de charges. 4) Calculer le debit massique gp, de la pompe. 2) Calculer le nombre de Reynolds Re, 3) Préciser la nature de l'écoulement. 4) Déterminer le coefficient de perte de charge linéaire A. 2 : Etude du circuit d’alimentation (clapet, pompe et tube) 5) En déduire la perte de charge linéaire J. 6) Calculer la perte de charge singuliére Js due au clapet d'aspiration. 7) En appliquant le théoréme de Bernoulli généralisé entre B et A, déterminer la puissance nette P, de la pompe. On suppose que + le niveau dans le réservoir varie lentement (Va=0), + lapression Pa= Paine 1 bar, + laccélération de la pesanteur g = 9,81 m/s* 2 REPONSE Partie 1 4.16 : "6 : |. [Vn =$—— = 13,581 mils 2) Vitesse d'écoulement ® = 9,005"60.1000 3.581 m/s 4a, 2) Vitesse de déplacement du piston Vj» => otora oe necanaue ses folie Cours eleroraces cores, . SutourBiadh BEN HALAOUDA Page: 117 Chapitre 4 : Dynamique des fluides incompressibles réels, AN. |P, = 2919! =783169,64 Pa = <0? 4) Equation de Bernoulli: “ Or Za=Zs Gone | Py = Px + pole -val AN. |p, = 783169.64 + + 900(0,0339" -13,581°)= 70017055 Pa P, 4) Coefficient de perte de charge linéaire :[4=0,316.Re zl a 13.581° 0.5 5) Perte de charge linéaire : 2 = 403 J / Ke 2 "0,005 ANS, = 0.0837. 6) Perte de charge singuliére Tlorone ce mecanaue es toner Cours etererccer comges : $utourBiadh BEN HALAOUDA ” Page: 118 Dynamique des fluides incompressibles réels Or Va=0 } Zp-Za=L Done + eb, vd] 7.10" = 10° NP. AN,|P. 900 +981.0,5+ (415+ <3] = 290 [Notora de mecanique des files. Cours el exercies Comes, ‘Autour = Riadh BEN HAMOUDA. Page: 119 Chapitre 5: =DYNAMIQUE DES FLUIDES COMPRESSIBLES 1 INTRODUCTION Dans ce dernier chapitre, nous abordons les fluides compressibles qui présentent certaines particularités. La masse volumique d'un gaz varie avec sa pression. L’étude de [écoulement d'un fluide compressible devient plus compliquée que celle d'un fluide incompressible. En effet, les variations de température ou de pression qui peuvent apparaitre dans I'écoulement d'un liquide ne modifient en rien les volumes mis en jeu car la dilatation ou la compression sont généralement négligeables. En revanche, ces phénoménes prennent une grande importance lorsqu’il s'agit de vapeurs ou de gaz. L’étude de 'écoulement des fluides compressible ne peut étre abordée sans avoir fixé au préalable un certain nombre d'hypothéses simplificatrices (nature du gaz : parfait, type d'évolution : isotherme ou adiabatique.....ete) 2 EQUATIONS D'ETAT D'UN GAZ PARFAIT 21 Lois des gaz parfaits avec: - P pression. - p masse volumique en (kg/m). constante des gaz parfait (r 2 = 287 JIKe!K). - T: température en (°K). 22 Transformations thermodynamiques - Transformation & pression constante : La chaleur récupérée par un gaz parfait a pression constante est 120 avec: - AH : variation d’enthalpie par unité de masse en (Ku/Kq) + Gp: chaleur spécifique & pression constante en (KU/Kg.°K) - AT :varlation de température (°K) - Transformation a volume constant : La chaleur récupérée par un gaz parfait a volume constant est : avec + AU: variation d’énergie interme par unité de masse en (KJ/Kg) - Cy: chaleur spécifique a volume constant en (KJ/Kg.°K) - AT: variation de température en (°K) Remarque : Pe P. équivaut @ AH = Atl +—) p p H=sU+ AU + AUT) =(C, + ).AT = C,.AT Done :[C, = C, +7]: Relation de Mayer ie On définie :}7 = Exemple - Pour un gaz parfait monoatomique rete, done y + Pourun gaz parfait diatomique : C, = is et C=. donc y= ; ny ‘ou encore ‘ou encore Totora oe mecon que des uses. Cours elexetcces Conges ‘jaar Riedh BEN RAIMOUDA Page: 124 32 33 a4 Chapitre 5 : Dynamique des fluides compressibles - Transformation adiabatique : P = Cre, D'aprés la lois des gaz partaits: —” — = cre done > T ip ou encore, | = Cre| CLASSIFICATION DES ECOULEMENTS Célérité du son Pour un écoulement isentropique, la vitesse du son, appelée également oélérité du son, est donnée par expression suivante : P Nombre de Mach On appelle nombre de Mach le rapport =e - V: Vitesse d’écoulement en (m/s) - ©: Célérité du son en (m/s) Le nombre de Mach varie dun point a l'autre de 'écoulement, non seulement parce que la vitesse varie, mais aussi parce que l'état du fluide varie, done la célerité. Ecoulement subsonique écoulement est dit subsonique si la vitesse d'écoulement est inférieure @ la vitesse du son. Ou encore: si M<1 Ecoulement supersonique L'écoulement est dit subsonigue si la vitesse d’écoulement est supérieure a la vitesse du son. Qu encore : si M> 1 EQUATION DE CONTINUITE L’quation de continuité d'un fluide compressible est otons de mecariaue des fides. Cours el exercies comges. Auiaur Fh BEN WANNOUDA Page: 122 Chapitre 5 : Dynamique des fluides compressibles 5 — EQUATION DE SAINT-VENANT L’équation de bilan énergétique d'un systéme ouvert est : AE, + AE, AH =04W, ou: - AEc: Variation d'énergie cinétique. AEp Variation d’énergie potentielle du fluide. AH : Variation d'enthalpie. - Q: chaleur échangée avec le milieu extérieur. - Why: travail utile échangé. Si on suppose : = qu'll n'y pas d’échange de travail utile, Wu = 0 = que énergie potentielle est négligeable, A Ep =0 = que |'écoulement est adiabatique et réversible, Q=0 L’équation de bilan énergétique devient ; Av + Ag, = 0 Ua _yo ou encore (H, ~H,) + (V2 ~¥P done H+ 1V" = Cte or daprés |’équation (*) # =C,.7 O'od la relation de Saint-Venant > =Cr y-lp 2 re Entre deux points d'un écoulement, cette relation s'écrit : orons oe mecaneue dev faies-Couserevetcces cones . ‘utourBiadh BEN HALAGUDA ” Page: 123 Done 7 y BIR, yl ale 6 ETAT GENERATEUR : lest "état d'un fluide en un point de l'écoulement ol la vitesse V est supposée null. On note par un indice i toutes les variables thermodynamiques relatives a ce point. En appliquant le théoréme de Saint-Venant entre ce point et un autre point ona : 7 Pilly Dans le cas d'un écoulement entropique d'un gaz parfait, les caractéristiques thermodynamiques d'un point d'arrét sont celles de l'état générateur cest-a-dire : Pi.T. pi. Orla célérité du son est donnée par: ¢ Vyrt P Done le théoréme de Saint-Venant peut étre écrit sous la forme suivante : 1 calyts 2 B Done la relation de Saint- Venant devient : otora oe neconaue ses fain. Caus el oreracas core, SutourBiadh BEN HALAGUDA Page: 124 Chapitre 5 : Dynamique des fluides compressibles De méme, on peut écrire : Pour établir la relation entre les caractéristiques de deux points (1) et (2) d'un méme écoulement Done : De la méme fagon on peut établir des relations entre les pressions et les masses volumiques. Remarque : siM-= 1 (v=), [état de écoulement est appelé état critique. lest déterming en fonction de l'état générateur : ley 2 7 CONCLUSION Létude approfondie des écoulements des fluides compressibles ne peut se faire sans faire intervenir la thermodynamique. Les notions des mécanique des fluides abordées dans ce manuel ne constituent que des connaissance élémentaire nécessaire pour un technicien supérieur. 8 — EXERGICES D'APPLICATION Tororo mecaneue dev fates-Couserovercees cones ° ‘tour Biadh BEN ALAOUDA ” Page: 125 Cchapitre ique des fluides compressibles 4 Enonce Dans un écoulement dir les caractéristiques en un point sont les suivantes : ~ vitesse a’écoulement : V =100 mis - pression P = 1,013 bar - température : T= 15° ; - Masse volumique p= 0,349 Kg/m* - yet 4 On demande de calculer la pression d'arrét P, 4) en négligeant la compressibilité de lair. 2) en tenant compte de sa compressibilité. 2 REPONSE 2) En négligeant la compressibilité de lair, on peut appliquer le théoréme de ve ve Pez we Pi P 2p Bernoulli : g.Z, sachant que Vj=0 (point darrét) et Z- Tv) apni , Done |# = P+." Application numérique : P=1,030 bat 2) En prenant en compte la compressibilité, on doit appliquer le théoréme de Saint- Yr-l a 3.10° Venant: na[i-t w) pl aves c= [ZF = fig, 013.0" 2 Pp 0,349 ee C 637.46 37.46 mls 1156 donc Un avion vole a un nombre de Mach M= 0,95 et a une altitude ot Ia pression atmosphérique est Pain = 0,2392 bar et la masse volumique p = 0,349 Kg/m’. 4) Calculer la vitesse de l'avion en Kmin. 2) Calculer la pression et la température du point darrét sur le bord dattaque de laile Lair est assimilé & un gaz parfait : y = 1,4 et = 287 Jikg.K 2 REPONSE [Notora Ge mecanique des files. Cours elexercices Comes, ‘Autour = Riadh BEN KAMOUDA, Page: 126 Chapitre 5 : Dynamique des fluides compressibles AN. = 200,56 mis = 1046,02 Km/h] 0.95" "9 )416 bar (air considéré gaz parfait) —> 0.98 |23282=27184°K 1 Enonce Un corps céleste en chute libre, freiné par les couches dlair de la haute atmosphére tombe sur terre. A une altitude de 10 km ; + lavitesse du corps V=3000 mis, - la température de l'air T=223° K, - lamasse volumique de lair p = 0.412 kg/m" - la pression de l'air P=0,265 bar. On donne y = 1,4 Travail demandé : 4) Calculer la vitesse du son © 2) Déterminer le nombre de Mach M. 3) Quelle est la nature de Icoulement d'air autour du corps ? 4) Appliquer le théoréme de Saint-Venant pour calculer la température T; et la pression P; de l'air au point dara. 2 =REPONSE 1) Célérité du son: 2) Nombre de Mach :|M otora oe neconaue des fakin Gaus elorerccas core, ‘Autour Riadh BEN KAMOUDA ™ Page: 127 Cchapitre ique des fluides compressibles 3) M>1 done écoulement est supersonique. 4) Température d'arrét 7, 00) = 683 “«K 5) Pression darrét : “1 VE Mat 0)?! 11246 Pal ) Un réservoir contient de lair comprimé @ une pression 4 bar, supposée pression d'arrét a |'état initial. L'ouverture d'une vanne dans ce réservoir provoque la détente de lair vers I'extérieur sous forme c'un jet ayant un diamétre d = § mm. Les paramétres extérieurs du jet d'air a l'état final sont : - Pression P= 1 bar, - Température T=25°C, On donne » = 1,4 et r=287 J/Kg."K. 4) Calculer la vitesse du son C a l'extérieur du réservoir en (mis). 2) Déterminer la masse volumique de lair a l'extérieur du réservoir en (kg/m’), (On suppose que l'air est un gaz parait.) 3) Ectire Féquation de Saint-Venant, en terme de rapport de pression, entre un point d'arrét et un point sur le jet dair. 4) En déduire le nombre de Mach M au niveau du jet dai 5) Quelle est la nature de !'écoulement ? 6) Calculer la vitesse d’écoulement V du jet d'air en (m/s). 7) En déduire le débit massique qn (kg/s). Reponse =yveT Jan. IC = Y14.287.298 = 646 m/s} 4) Célérité du son 10° 287.298 2) Masse volumique 169 kg/m .|7 8) Equation de Saint-Venant [Notore Ge mecanique des fides. Cours el exercices Comes, ‘Autour = Riadh BEN HAMOUDA. Page: 128 Chapitre 5 : Dynamique des fluides compressibles 4) Nombre de Mach ;|M = 5) M>1 donc I’écoulement est supersonique. 6) Vitesse d'écoulement ; [Y= MC] AN, [V=1,558.346 = 549,48 m/s] aul 7) Debit massique :|7,, = pSV = eV £0,005 AN. |q,, = 1169." 549,448 = 2,52 kg/s 1 ENONCE La figure ci-dessous représente une chaudiére qui produit de la vapeur d'eau a un débit massique gm=13,4 ko/s. Canalisation Chaudiére Par une canalisation eylindrique, la vapeur arrive dans une section S de diamatre d=10 om a une pression P=15 bar et une température T=541 *K. (On donne les caractéristiques de la vapeur d'eau = > ysl. ~ r=462 J/kg. Travail demand: — OO Totora oe mfeantue des folie Cous eloreracas cones, 5 ‘Aujour“Riadh BEN HAMOUDA Page: 129 CChapitre 5 : Dynamique des fluides compressibles 4) On suppose que la vapeur est un gaz parfait, calculer la masse volumique p de la vapeur d'eau en sortie de la chaudiére. 2) Déterminer la vitesse d’écoulement V. 3) Caleuler la eélérité du son C. 4) En déduire le nombre de Mach M. Préciser la nature de I'écoulement. 5) Ecrire réquation de Saint-Venant en terme de rapport de pression, et calculer la pression diarrét Pia lintérieur de la chaudiére. 2 REPONSE b= AN. 4) Masse volumique de la vapeur ¥ 2) Vitesse découlement :|v = "4 adip 8) Célérité du son: fe = V7.7 |A.N, fo= y13.462.541 = 570,021 m/s 284.356 570,021 Mf 4) Nombre de Mach :|M =——/A.N M1 donc I'écoulement est subsonique. 5) Equation de Saint - Venant : La pression dlarrét : 1 Enonce De lair comprimé contenu dans un grand réservoir s'échappe vers l'extérieur a travers. un orifice & un nombre de Mach M-0,77. La détente se produit dans latmosphére oU régne une pression P=Psin=1,014 bar. On donne le rapport des chaleurs massiques :y = 14. Torone ce mecanaue ees toner Cours etorerccen comges : SutourBiadh BEN HALAOUDA ” Page: 130 CChapitre 5 : Dynamique des fluides compressibles Travail demands : 4) En appliquant léquation de Saint- Venant , déterminer la pression Pj (en bar) & Vintérieur du réservoir. 2) A partir de quelle pression Pi, ! écoulement devient supersonique ? 2 REPONSE 191943=2 bar ANJP >rorsio( ENONCE Lazote est comprimé dans une bouteille dans laquelle régne une pression d'arrét P\ =3 bar. Il s’échappe a travers un orifice vers l'extérieur ou la pression ambiante est P= 1 bar. On donne y ——— Notions de mecariaue des fides. Cours el exercices comyes. ‘Autaur = Riadh BEN KAMOUDA Chapitre 5 : Dynamique des fluides compressibles 4) En appliquant !équation de Saint-Venant, déterminer le nombre de Mach M. 2) Préciser la nature de I'écoulement. 2 REPONSE 1 ENONcE De Tair, supposé gaz parfait, s'’échappe par la valve dune chambre & air d'un pneu. La pression a lintérieur de la chambre a air est P; = ,7 bar. On suppose que la détente de lair, s'effectue vers l'extérieur A une pression P=1 bar ef une température ambiante T=25 C. ‘On donne les caractéristiques de lair suivantes : 87 Jikg*K, etd Travail demands + 4) Calculer la célérité du son. 2) En appliquant 'équation de Saint-Venant, déterminer le nombre de Mach. 3) Déterminer la vitesse d’échappement V de Fair 2 Reronse Dle=VyrT| AN, 2) Equation de Saint-Venant ; [4.287.298 =346 m/s yol P, I ar =|)? “Equivaut a 7) rons ce mecanaue es toner Cours etorerccen comes : SuteurBiadh BEN HALAGUDA ” Page: 192 8) [VE webalV = 09,346 = 3114 m/s| otora oe necanaue ses fakin. Cours elororcces core, ‘Auiaur = Riadh BEN HAIMOUDA Page: 133 BIBLIOGRAPHIE U1] Dynamique des fiuides. Inge L. Ryhming Presse Polytechniques et Universitaires Romandes [2] Mécanique de fluides - Prépas PC-PSI Céline Anthoine — Guillaume Levavre — Samuel Marque- 1999 13] Mécanique des fluides. Cours, exercices et problémes cortigés. Classes préparatoires- Premier oycle universitaire. Christian Grossetéte -1999 [4] Hydraulique. Cours et Exercices. Souha Bahlous E! Ouati Centre de Publication Universitaire (CPU) 2002 [5] Mécanique des fluides. Gomolet (Masson) [6] Mécanique des tluides incompressibles Mohamed MAALEJ Centre de Publication Universitaire (CPU) 2001 rons ce meconage oes toner Cours etoverccen congo : Aout “Rich BEN HAIMOUDA Page: 134 Cet ouvsage est une introduction @ la mécanique des fluides. il est conforme aux programmes de formation des techniciens supérieurs en maintenance industrielle au en génie mécanique. If est destiné aux étudiants des Instituts Supérieurs des Etudes Technologiques, aux enseignants et aux auditeurs de la formation continue. Ceniré sur Jes lois et feurs applications en ‘slatique et en dynamique des fluides, |I fournis aux techniciens supérieurs les notions élémentaires nécessaires pour dimensionner plusieurs appareils (réservoirs, tuyauterie, pompe, turbine, distributeur, vérins etc.) qui! rencontrent dans fa vie active. Accompagné de 70 exercices corrigés d'une facon détaillée, cet ouvrage rassemble un volume d'applications pratiques intéressant qui en font une bonne préparation aux examens, aux concours et fa vie professiannelle. Riadh BEN HAMOUDA Ingénieur principal de I Ecole Nationale 'ingénfeurs de Tunis, Diplémé de FEcole Nationale Supérieure de [Aéronautique et de Espace ENSAE- SUP'AERO de Toulouse. Enseignant agrégé en Génie Mécanique et Technologue a Iinstitut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba. © Centre de Publication Universitaire, Tunis 2008 ISBN: 978-9973-37-4943 Prix: 12 dinards