Vous êtes sur la page 1sur 1

DIRECTION DES CONTRIBUTIONS DIRECTES

Circulaire du Directeur des Contributions UR. n 164/1 du 23 mars 1998

L.I.R. n 164/1

Objet: taux d'intrt en relation avec les comptes courants dbiteurs d'associs ou d'actionnaires de collectivits soumises l'impt sur le revenu des collectivits.

L'associ ou l'actionnaire est une personne physique 1.1 Le taux d'intrt appliquer aux comptes courants dbiteurs d'associs ou d'actionnaires de collectivits soumises l'impt sur le revenu des collectivits est fix forfaitairement 5,00 % l'an partir de l'anne d'imposition 1998. 1.2 La mise en compte des intrts est cense avoir lieu au moment de la clture de l'exercice d'exploitation. Le calcul des intrts s'opre d'aprs les pratiques bancaires usuelles en la matire. 1.3 Dans l'hypothse o le compte courant est dbiteur pendant toute la dure de l'exercice d'exploitation, et sur autorisation du bureau d'imposition comptent pour l'imposition de la collectivit, les intrts peuvent tre calculs en appliquant le taux d'intrt fix par la prsente sur la moyenne arithmtique des montants du compte courant dbiteur au dbut et la fin de l'exercice d'exploitation. 1.4 Si le compte courant dbiteur n'a pas exist durant toute la dure de l'exercice d'exploitation ou en cas de variations importantes des soldes, il y a lieu de considrer la moyenne arithmtique des soldes dbiteurs la fin des diffrents mois. 1.5 Il est rappel que les dispositions de la note de service UR. 1 N.S. n 16411 du 9 juin 1993 gardent toute leur valeur notamment en ce qui concerne les critres d'un compte courant dbiteur remboursable.

L'associ ou l'actionnaire est une entreprise lie

2.1 En prsence de crances ayant leur origine dans les relations entre collectivits lies, telles les crances existant entre socits mres et filiales ou entre collectivits appartenant un mme groupe, le taux d'intrt se dtermine de cas en cas en fonction des principes de pleine concurrence (arm's length principle) jouant entre entreprises indpendantes. 2.2 Le taux d'intrt mettre en compte est notamment fonction de la devise dans laquelle la crance est libelle, du risque de change, du risque de couverture, du taux d'intrt de refinancement, de l'chance de la crance, etc.

Luxembourg, le 23 m s 1998 Le Directe ntributions,