Vous êtes sur la page 1sur 28

F T ra n sf o F T ra n sf o

PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

antaliarnaud@yahoo.fr

Année académique : 2007-2008

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 1


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

Sommaire

Introduction....................................................................................................... 3
I. La notion de l’équilibre financier............................................................... 5
II. Le schéma de l’équilibre financier......................................................... 6
III. L’approche fonctionnelle ........................................................................ 7
1) fondement:............................................................................................... 7
2) Analyse de l’approche fonctionnelle ....................................................... 7
3) Représentation du Bilan fonctionnel ...................................................... 8
4) Analyse du bilan fonctionnel : ................................................................ 8
A. Le passif du bilan fonctionnel.............................................................. 8
B. L'actif du bilan fonctionnel ............................................................... 10
5) Calcul des grandeurs de l’équilibre fonctionnel ................................... 12
a) Le fonds de roulement net global (FRNG) ........................................ 12
1. définition......................................................................................... 12
2. Intérêt du fonds de roulement net global........................................ 12
3. Interprétation économique ............................................................. 13
b) Le besoin en fonds de roulement (BFR) ............................................ 14
1. Définition........................................................................................ 14
2. Interprétation économique ............................................................. 16
C) La trésorerie.................................................................................... 17
1) Définition........................................................................................ 17
2) Interprétation économique ............................................................. 18
IV. L’approche financière .............................................................................. 18
1) L’objectif du bilan financier ................................................................. 20
2) Les principes d’établissement du bilan financier.................................. 20
3) Calcul des grandeurs............................................................................. 21
a. Le fonds de roulement........................................................................ 21
1. définition......................................................................................... 21
2. l’intérêt du fonds de roulement financier....................................... 22
b. Le besoin en fond de roulement......................................................... 23
c. La trésorerie....................................................................................... 24
1. définition......................................................................................... 24
2. Lien entre la trésorerie et le BFR ................................................... 24
VI. la notion de solvabilité .............................................................................. 27
1) définition et analyse : ............................................................................ 27
2) Notion de liquidité ................................................................................. 27
Conclusion ...................................................................................................... 28

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 2


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

Introduction

Selon la théorie financière, la gestion de l’entreprise a pour objectif de


maximiser la valeur de l’entreprise. A cet effet, l’appréciation de la valeur
d’une entreprise passe à travers une analyse financière qui se repose sur
l’étude d’une entreprise afin d’apprécier aussi bien la solvabilité mais aussi la
rentabilité et ces perceptive de croissance en terme d’activité et de résultat en
fin la mesure du risque financier qui peut lui être associé.

La gestion financière s’intéresse d’un coté a l’analyse de documents


comptable et financiers en vue de la préservation de l’équilibre financier de
l’entreprise tant a long terme et a court terme et d’un autre coté aux décisions
qui influencent les valeurs de l’actif et du passif même celle de distribution de
dividende c'est-à-dire la politique du résultat.

Les sociétés de capitaux, principalement Société Anonyme et Société A


Responsabilités Limitées, ont l’obligation de publier auprès du greffe du
Tribunal de Commerce les documents comptables suivants : le Compte de
Résultat, le Bilan et les Annexes. Car ces trois documents forment un tout
indissociable prévus par le Code de Commerce. Dans une entreprise, le
compte de résultat de l’exercice détermine le bénéfice (ou la perte) par la
confrontation des produits et des charges. Il reste donc assez descriptif, d’où
l’instauration par le Plan Comptable Général d’un tableau des Soldes
Intermédiaires de Gestion (SIG). Ces soldes permettent d’avoir une vision plus
précise de la situation de l’entreprise et permettent d’affiner l’analyse en
évaluant l’activité, la profitabilité et la rentabilité de l’entreprise.
Le Bilan est le document qui fait apparaître la situation patrimoniale active et
passive de l’entreprise, c’est-à-dire ses emplois et ses ressources à la date de
clôture de l’exercice. Les éléments inscrits dans le Bilan sont stables voire
même nécessitent des provisions, à la différence de ceux incorporés dans le
compte de résultat.
Le Plan Comptable Général, actuellement appliqué, définit la notion de Bilan
à savoir « il est pour une entreprise l’état, à une date donnée, de ses éléments
actifs, de ses éléments passifs et de ses capitaux propres ; il présente à la date
de son établissement une situation des droits et des obligations de l’entreprise
et une description des moyens qu’elle met en œuvre. » Le Bilan comporte deux
parties : l’actif et le passif classés par grandes rubriques. La première
inventorie les biens et les droits acquis par l’entreprise depuis sa création qui
subsiste à la date de clôture et par ordre de stabilité décroissante. La seconde
recense les dettes et les obligations de l’entreprise vis-à-vis des tiers en fin
d’exercice par ordre d’exigibilité croissante.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 3


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

L’hypothèse de continuité de l’activité a privilégié une conception


fonctionnelle du Bilan. Le but étant de déterminer les besoins en financement
nécessaires pour assurer le cycle de production et voir si les ressources
permanentes peuvent couvrir une partie de ce cycle, une fois financés les
emplois stables. Le Bilan Fonctionnel a aussi pour objectif par le biais de
l’analyse financière d’éclairer les dirigeants et les tiers sur la structure et la
solidité de la société et se scinde en plusieurs soldes : le Fond de Roulement
Net Global, le Besoin en Fond de Roulement et la Trésorerie Nette.

Pour cette étude nous allons nous limiter sur l’équilibre financier d’une
entreprise à travers la notion de solvabilité qui est une grande question qui
intéresse les analyste interne aussi bien qu’externes.
Dans ce cadre nous exposerons deux méthode d’analyse financière les plus
utilisée : l’approche financière adoptée par les banques et les établissement de
crédit en général et une approche fonctionnelle utilisée par le gestionnaire en
suite nous allons cerné la notion de la solvabilité qui se distingué de la
liquidité.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 4


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

I. La notion de l’équilibre financier

La définition de l’équilibre financier d’une entreprise peut être cernée par


référence à des normes elles-mêmes déterminées par le contexte et les objectifs
de l’analyse financière.
Ces normes renvoient à des visions différentes de l’entreprise qui ont évolué
au fil du temps. La conception patrimoniale de l’équilibre financier est la plus
ancienne et a constitué l’approche dominante de l’analyse financière jusqu’au
début des années soixante-dix. Selon cette conception, le bilan est un
inventaire à un instant donné des biens physiques ou financiers et des dettes
de l’entreprise réalisé afin d’évaluer le patrimoine des actionnaires ou
associés. Celui-ci est mesuré par l’actif net ou les capitaux propres, différence
entre les actifs et les dettes externes.

Compte tenu de leur nature, il apparaît nécessaire de financer la totalité des


emplois stables par des ressources durables. Cependant, pour certains, cet
équilibre financier minimum est insuffisant. L’exploitation de l’entreprise
(fonctionnelle) nécessite la couverture des besoins de financement qui d’une
part sont la conséquence des décalages temporels liés aux délais de règlements
des charges et des produits (crédits obtenus des fournisseurs et crédits
consentis aux clients) et d’autre part sont liés à l’existence de stocks. Il existe
donc un besoin permanent de ressources pour financer le cycle d’exploitation
(le BFR). Ce besoin nécessite l’utilisation de ressources durables pour assurer
son financement. Selon le type d’analyse réalisée, deux concepts de fonds de
roulement sont retenus :

· le fonds de roulement net global qui résulte d’une analyse fonctionnelle


du bilan et qui représente la part des ressources durables qui n’est pas
utilisée au financement des emplois stables,
· le fonds de roulement permanent qui résulte d’une analyse financière
du bilan et qui représente la part des capitaux permanents (à long
terme) qui n’est pas utilisée au financement des immobilisations.

On peut distingue trois niveau de situation qu’une entreprise peut observée

Ø Équilibre parfait : la situation de rêve. Le FR couvre non seulement la


totalité du BFR mais dégage en plus une trésorerie excédentaire.
Ø Equilibre normal : le FR couvre presque totalement le BFR, le reste est
couvert par le découvert bancaire ou le crédit de trésorerie comme
l'escompte d'effets de commerce, etc.
Ø Déséquilibre : situation inconfortable. Risque important de cessation de
paiements en cas des suppressions des découverts par les banques. En règle

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 5


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

général, cette situation ne pourra pas durer longtemps car elle conduit
directement à la cessation de paiements. Il faut donc trouver des fonds
nécessaires pour combler le déficit : apport en espèces, crédit à long ou
moyen terme afin de renforcer les capitaux propres...

II. Le schéma de l’équilibre financier

L’équilibre financier

Vision fonctionnelle vision patrimoniale

Analyse du risque de faillite


Analyse de la solvabilité

Confrontation des ressources stable confrontation entre l’exigibilité


Et des besoin de financement permanant du passif et la liquidité de l’actif

Emplois Ressources Actif Passif


Emplois stables (en Ressources stables Actif à long terme Capitaux propres
valeur brute) Capitaux propres, (à +d’un an) (après déduction)
amortissement et Actif à court termes Dettes à court
provision, dettes (à – d’un an) terme (à – d’un an)
financières
Emplois Dettes d’exploitations
d’exploitation (dettes fournisseurs)
(créances
d’exploitation, stocks)
Emplois hors Dettes hors
exploitation (créances exploitation (dettes
hors exploitation) diverses)
Trésorerie d’actif Trésorerie de passif

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 6


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

III. L’approche fonctionnelle

1) fondement:

L'analyse financières fonctionnelles s'efforce de dépasser la conception


patrimoniale de l'entreprise pour d'une part prendre en compte la fonction des
différentes opérations réalisées par l'entreprise (exploitation, répartition,
investissements, financement) et d'autre part s'intéresser aux conséquences
financières de ces opérations.
Cette analyse est une sorte des prix d'actions entre l'analyse financière
effectuée par les comptables nationaux et apports réalisés par les banquiers.

2) Analyse de l’approche fonctionnelle

Cette approche est centrée sur l’activité et non sur la solvabilité de


l’entreprise. Elle commence généralement par l’analyse du besoin de
financement global d’exploitation (BFGE).
L’objectif principal de cette approche est celui de la détermination de la
rentabilité de l’outil économique dans l’optique de continuité d’exploitation.

Cette analyse ce fait par des bilans en valeurs brutes, avant affectation du
résultat. On considère que le résultat, les amortissements et les provisions
représentent un financement stable pour l’entreprise. Les amortissements en
non valeur sont retranchés des capitaux propres.

Son principal souci est celui de la couverture du besoin de financement


global d’exploitation
Cette approche est très bien adaptée pour mesurer le potentiel économique
de l’entreprise, toutefois, elle demeure moins opérationnelle pour la mesure
des risques que court l’entreprise.
Au niveau de cette approche, les postes du passif sont regroupés en fonction
de leur nature et de leur destination selon les cycles de l’entreprise.
Autrement dit on distingue entre ce qui est investissement, exploitation et
hors exploitation.
Le principe de cette approche est celui de l’affectation des ressources
stable aux emplois stable et du financement d’une partie du besoin de
financement global par des ressources stable. Cette règle d’orthodoxie
financière est difficilement respectée par les entreprises et leur pose
énormément de difficultés surtout lorsqu’elles sont soumises à l’appréciation
du banquier.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 7


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

3) Représentation du Bilan fonctionnel

Actif Passif
Actif immobilisé : Capitaux permanents
(valeurs brutes)

dont : dont :
- immobilisations corporelles - capitaux propres
- immobilisations incorporelles - amortissements et provisions
- immobilisations financières - dettes financières à long terme
Actif circulant : Passif circulant :

dont :
dont : - dettes fournisseurs
- stocks - dettes fiscales et sociales
- créances clients - autres dettes d'exploitation
Trésorerie active Trésorerie passive

dont : dont :
- disponibilité - concours bancaires
- soldes bancaires débiteurs - soldes bancaires créditeurs

4) Analyse du bilan fonctionnel :

A. Le passif du bilan fonctionnel


Le passif d'un bilan fonctionnel se décompose en trois parties qui sont
classées par ordre croissant selon leur degré d'exigibilité. Le degré
d'exigibilité mesure le temps nécessaire à une dette pour devenir
remboursable. Par exemple, un découvert bancaire devra être remboursé en
quelques semaines maximum, une dette fournisseur en quelques mois et un
emprunt à long terme en quelques années.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 8


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

1. Les capitaux permanents :

Les capitaux permanents regroupent l'ensemble des éléments du passif dont le


remboursement est le plus éloigné dans le temps pour une entreprise.
A savoir :

· Les capitaux propres de l'entreprise :


C’est à dire l'ensemble des ressources non empruntées dont dispose
l'entreprise pour exercer son activité (capital, réserves, subventions
d'investissement, provisions réglementées,...)

· les amortissements et provisions :


Constitués par l'entreprise pour permettre le renouvellement de ses éléments
de l'actif immobilisé
· Les dettes financières à long terme :
Contractées par l'entreprise auprès d'établissements de crédit et ayant une
échéance longue.

1. Le passif circulant :

On regroupe ensuite les éléments du passif ayant un degré d'exigibilité plus


rapproché et qui sont directement liées à l'activité courante de l'entreprise. Les
éléments de ce passif circulant se renouvellent périodiquement.

A savoir :

· les dettes fournisseurs

L’entreprise ne payant pas nécessairement ses fournisseurs à la livraison,


il contracte alors des dettes qui ont des échéances de quelques mois (moins
de 90 jours en moyenne).

· les dettes fiscales et sociales :

L'entreprise ne paye pas ses impôts, taxes ou autres charges sociales au


jour le jour (exemple la TVA), il contracte alors des dettes auprès de l'État
ou des organismes de protection sociale.

· les autres dettes d'exploitation :

Ensemble des autres dettes d'exploitation contractées par une entreprise


pour exercer son activité.

3. La trésorerie passive :

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 9


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

· les concours bancaires et autres facilités de caisses :

Consentis par un établissement pour financer l'activité quotidienne de


l'entreprise.

· les soldes bancaires créditeurs :

Si le compte bancaire de l'entreprise est négatif, alors l'entreprise devra


combler son découvert le plus rapidement possible.

B. L'actif du bilan fonctionnel


De la même manière que pour le passif, l'actif d'un bilan fonctionnel se
décompose en trois parties qui sont classées par ordre croissant de liquidité.
Par liquidité, on entend la capacité d'un actif à être immédiatement disponible
pour financer une dépense ou payer une dette. Un billet de banque par
exemple est un actif parfaitement liquide en ce sens qu'il permet
immédiatement d'honorer une dette alors qu'un immeuble est presque non
liquide en ce sens que sa transformation en disponibilités est très longue.

1. L'actif immobilisé (ou actif stable) :

L'actif immobilisé regroupe l'ensemble des éléments qui restent pour une
longue période au sein de l'entreprise, c'est à dire, qui ne sont pas directement
consommés à leur première utilisation (les immobilisations). Ces éléments
d'actif sont évalués à leur prix d'achat (hors amortissement) pour estimer
réellement le coût de leur renouvellement éventuel.

· les immobilisations incorporelles :

Ne sont pas des biens acquis par l'entreprise mais représente des dépenses
engagées par l'entreprise pour une longue période (frais d'établissement, frais
de recherche et développement, fonds de commerce, brevets, licences...).

· l’immobilisation corporelle :

Ensemble des biens finaux acquis par l'entreprise pour exercer son activité
(terrains, constructions, matériels...) et qui servent au cours de plusieurs
cycles d'activité.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 10


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

· les immobilisations financières :

Ensemble des sommes engagées par l'entreprise pour acquérir des


participations dans d'autres entreprises ou faire des dépôts, des
cautionnements, ou accorder des prêts.

2. L'actif circulant :

On regroupe ensuite les éléments de l'actif ayant un degré de liquidité plus


fort et qui sont directement liées à l'activité courante de l'entreprise. Les
éléments de cet actif circulant se renouvellent périodiquement. A savoir :

· les stocks et encours :

Pour produire, l'entreprise achète des matières premières et autres


approvisionnements qui ne sont pas consommés en totalité en une seule fois.
Ils sont donc stockés par l'entreprise.

· Les créances clients :

L'entreprise peut être amenée à accorder des délais de paiement à ses clients.
En ce sens, elle leur accorde un crédit qui lui sera remboursé à relativement
brève échéance (quelques semaines en général).

· Les autres créances d'exploitation :

Ensemble des autres créances d'exploitation contractées par une entreprise au


cours de son activité

· La trésorerie active :

La trésorerie est constituée de l'ensemble des éléments de l'actif parfaitement


ou très liquides. A savoir :

· Les valeurs mobilières de placement :

Ensemble des actifs financiers acquis par l'entreprise mais qui n'ont pas de
valeur stratégique et qui visent plutôt à réaliser des plus-values.

· Le solde des comptes bancaires débiteurs :

Ensemble des disponibilités déposées sur le compte bancaire de l'entreprise

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 11


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

· La caisse :

Ensemble des pièces et billets détenus par l'entreprise (son fond de caisse par
exemple).

5) Calcul des grandeurs de l’équilibre fonctionnel

a) Le fonds de roulement net global (FRNG)

1. définition

On appelle le Fonds de Roulement Net Global (FRNG) la partie de l’actif


stable financé par les ressources stables. Il correspond à la différence entre
ressources stables et emplois stables.

Il s'agit de l'excédent des ressources stables sur les emplois stables. Selon La
règle de l'équilibre financier minimum, le FRNG doit être positif. Il sert à
financer le BFR et en particulier le BFR d'exploitation.

FRNG = ressources durables - emplois stables

FRNG = capitaux permanents - actif immobilisé

2. Intérêt du fonds de roulement net global

Le fonds de roulement net global constitue une garantie de liquidité de


l'entreprise. Plus il est important et plus l'équilibre financier semble assuré.
Toutefois le fonds de roulement net global, pris isolément, n’a qu’une
signification relative. Pour déterminer si son niveau est satisfait, il faut le
comparer au besoin en fonds de roulement.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 12


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

3. Interprétation économique

Trois cas de figure peuvent se présenter :

a. Le Fonds de roulement est positif :

Dans ce cas, les ressources stables de l'entreprise sont supérieures à l'actif


immobilisé constitué, c'est à dire que les ressources stables couvrent les
besoins à long terme de l'entreprise.
L'équilibre financier est donc respecté et l'entreprise dispose grâce au fond de
roulement d'un excédent de ressources stables qui lui permettra de financer
ses autres besoins de financement à court terme.

b. Le Fonds de roulement est nul :

Dans ce cas, les ressources stables de l'entreprise sont égales à l'actif


immobilisé constitué, c'est à dire que les ressources stables couvrent les
besoins à long terme de l'entreprise.
Mais, même si l'équilibre de l'entreprise semble atteint, celle ci ne dispose
d'aucun excédent de ressources à long terme pour financer son cycle
d'exploitation ce qui rend son équilibre financier précaire.

c. Le fonds de roulement est négatif :

Dans ce cas, les ressources stables de l'entreprise sont inférieures à l'actif


immobilisé constitué, c'est à dire que les ressources stables ne couvrent pas les
besoins à long terme de l'entreprise. La règle prudentielle de l'équilibre
financier n'est donc pas respectée. Elle doit donc financer une partie de ses
emplois à long terme à l'aide de ressources à court terme ce qui lui fait courir
un risque important d'insolvabilité. Une telle situation entraîne généralement
une action rapide de la part de l'entreprise pour accroître ses ressources à
long terme et retrouver un fond de roulement excédentaire.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 13


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

b) Le besoin en fonds de roulement (BFR)

1. Définition

Les opérations d’exploitation (achat, production, vente) ainsi que les


opérations hors exploitation, donnent naissances a des flux réel (de
marchandises, de matière, de produits finis) ayant pour contre partie des flux
monétaire. Les décalages dans le temps qui existent entre ces deux catégories
de flux expliquent l’existence de créance et de dettes.

En effet ces opérations d’exploitation entraînent la formation des besoins de


financement mais elle permet aussi la constitution de moyen de financement
La confrontation entre les deux cas c'est-à-dire le besoin et moyen permet de
dégager un besoin de financement induit par le cycle d’exploitation ou besoin
en fonds de roulement.
On peut distingué d’un coté les emplois cyclique c'est-à-dire les stocks et
crédits client et d’autre coté les ressources cyclique c'est-à-dire crédits
fournisseur

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 14


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

BFR = Emplois cyclique – Ressource cyclique

Une analyse plus fine nous permet d’identifier deux types de besoin en fonds
de roulement

a. Le besoin en fonds de roulement d’exploitation

Il s’agit d’opération d’approvisionnement de production et de vente qui sont


liée a l’exploitation c'est-à-dire a l’actif (stocks, créances et avance faite par
le client a l’entreprise).

BFRE = Actif circulant d’exploitation – dettes d’exploitation

BFRE =Emplois d’exploitation – Ressources d’exploitation

Le besoin en fonds de roulement d’exploitation représente la composante la


plus important du besoin en fonds de roulement (BFR). Supposé directement
lié au chiffre d’affaires, le BFRE est une variable de gestion primordiale.
Il est parfois appelé besoin de financement du cycle d’exploitation.

Le BFRE dépend à la fois des caractéristiques du cycle de production et des


relations commerciales avec les clients et les fournisseurs. De par
l’importance des ressources de financement qu’ils mobilisent, les besoins en
fonds de roulement (d’exploitation et hors exploitation) ont une influence
directe sur les performances et la structure financière de l’entreprise.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 15


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

b. Besoin en fonds de roulement hors exploitation

Il s’agit d’élément qui sont peut lié a l’exploitation c’est le cas au niveau de
l’actif des poste débiteur divers
Exemple : les avances sur salaire
Au niveau du passif les postes concernés sont relatifs aux opérations hors
exploitation.
Exemple les dettes fiscales de l’impôt sur les sociétés (ou bénéfice)
Les dettes a l’égard des fournisseurs d’équipement.

BFRHE = Emplois hors exploitation – Ressources hors exploitation

BFRHE= Actif circulant hors exploitation –Dettes hors exploitation

Composante généralement mineure du besoin en fonds de roulement, le


BFRHE peut être variable d’un exercice a un autre.

2. Interprétation économique

Trois cas de figure peuvent se présenter :

a. le besoin en fond de roulement est positif :

Dans ce cas, les emplois d'exploitation de l'entreprise sont supérieurs aux


ressources d'exploitation. L'entreprise doit donc financer ces besoins à court
terme soit à l'aide de son excédent de ressources à long terme (Fond de
roulement), soit à l'aide de ressources financières complémentaires à court
terme (concours bancaires...).

b. le besoin en fonds de roulement est nul :

Dans ce cas, les emplois d'exploitation de l'entreprise sont égaux aux


ressources d'exploitation, L'entreprise n'a donc pas de besoin d'exploitation
à financer puisque le passif circulant suffit à financer l'actif circulant.

c. le fond de roulement est négatif :

Dans ce cas, les emplois d'exploitation de l'entreprise sont supérieurs aux


ressources d'exploitation, L'entreprise n'a donc pas de besoin d'exploitation
à financer puisque le passif circulant excède les besoins de financement de
son actif d'exploitation.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 16


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

L'entreprise n'a donc pas besoin d'utiliser ses excédents de ressources à long
terme (Fond de roulement) pour financer d'éventuels besoins à court terme.

Dans tous les cas, les besoins éventuels de financement du cycle d'exploitation
pour une entreprise dépendront en grande partie de son pouvoir de
négociation qui lui permet d'agir sur le montant de ses créances clients ou de
ses dettes fournisseurs.

C) La trésorerie
1) Définition

La Trésorerie d'une entreprise peut s'évaluer de deux manières différentes


selon l'approche retenue :
Tout d'abord, la Trésorerie d'une entreprise correspond à la différence
entre ses besoins et ses ressources de financement. Les besoins de l'entreprise
peuvent être évalués à l'aide du besoin en fonds de roulement alors que les
ressources de l'entreprise disponibles pour financer ces besoins s'appelle le
Fond de roulement. La Trésorerie nette de l'entreprise correspond alors au
solde net entre ces besoins et ces ressources. Si les besoins excédent les
ressources, alors la Trésorerie de l'entreprise sera négative (au passif du
bilan), alors que si les ressources sont supérieures aux besoins, la Trésorerie
sera positive (à l'actif du bilan).
Mais, la Trésorerie d'une entreprise représente aussi l'ensemble de ses
disponibilités qui lui permettront de financer ses dépenses à court terme. Dans
ce cas, la Trésorerie nette d'une entreprise se calcule en faisant la différence
entre sa Trésorerie d'actif et sa Trésorerie de passif.
Cette trésorerie encore appelée parfois trésorerie nette est la différence en
l’actif de trésorerie et le passif de trésorerie.

Trésorerie = Fond de roulement - Besoin en Fonds de roulement

Trésorerie = Actif de trésorerie – Passif de trésorerie

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 17


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

2) Interprétation économique

L'analyse du solde de la Trésorerie permet de se faire une idée sur la situation


financière de l'entreprise.

Trois cas de figure peuvent se présenter :

d. la Trésorerie nette de l'entreprise est positive :


Dans ce cas, les ressources financières de l'entreprise sont suffisantes pour
couvrir les besoins (soit Fond de roulement > besoin en Fonds de roulement),
ce qui signifie que la situation financière de l'entreprise est saine est qu'elle
est même en mesure de financer un surcroît de dépenses sans recourir à un
emprunt.
e. La Trésorerie nette de l'entreprise est nulle :

Dans ce cas, les ressources financières de l'entreprise suffisent juste à


satisfaire ses besoins (Fond de roulement = Besoin en Fonds de roulement).
La situation financière de l'entreprise est équilibrée mais celle-ci ne dispose
d'aucunes réserves pour financer un surplus de dépenses que ce soit en terme
d'investissement ou de d'exploitation.

f. la Trésorerie nette de l'entreprise est négative :

Dans ce cas, l'entreprise ne dispose pas de suffisamment de ressources


financières pour combler ses besoins. elle doit donc recourir à des
financements supplémentaires à courts termes (découverts bancaires...) pour
faire face à ses besoins de financement d'exploitation. Il y a donc un risque
financier à court terme si l'entreprise ne parvient pas à accroître rapidement
ses ressources financières à long terme, ou à limiter ses besoins d'exploitation
à court terme.

IV. L’approche financière

Selon cette approche qualifiée également de patrimoniale, les postes de l’actif


sont regroupés selon un critère de liquidité croissante te les poste du passif
selon le critère d’exigibilité décroissante.
En effet cette approche financière ou liquidité est une approche en terme de
liquidité des emplois et d’exigibilité des ressources.

Cette approche est celle adoptée par le banquier ou le créancier de


l’entreprise.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 18


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

Elle permet de comparer les créances et les dettes de l’entreprise ainsi que leur
échéancier.
Le bilan fait une nette séparation entre les emplois et les ressources a plus
d’un an et les emplois et les ressources a moins d’un an.

Ce reclassement des éléments d’actif et du passif a pour objectif de répondre


au besoin de l’analyse financier visant la couverture de l’actif par le passif.
Le bilan financier est obtenu grâce à une rectification du bilan comptable et
un reclassement des comptes en vue de répondre réellement au principe de la
liquidité et de l’exigibilité croissante.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 19


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

1) L’objectif du bilan financier

L’objectif principal de cette approche est celui du risque couru par le


créancier qui celui de la cessation de paiement de l’entreprise. La solvabilité
de l’entreprise est le but recherché a travers l’analyse liquidité.
L’équilibre financier recherché est celui qui garantit la solvabilité de
l’entreprise à court et à long terme.
En effet le bilan financier doit faire apparaître le patrimoine réel de
l’entreprise et d’évaluer le risque de non liquidité de celle-ci. Par liquidité, il
faut entendre : la capacité de l’entreprise à faire face à ses dettes à moins d’un
an à l’aide de son actif circulant (à moins d’un).
La poursuite de cet objectif explique les corrections qui doivent être apportées
au bilan fonctionnel pour obtenir le bilan financier

L’analyse est basée sur un bilan après affectation des résultats et par des
valeurs nettes d’amortissement et des provisions pour les éléments d’actifs.
Elle consiste à éliminer tout élément d’actif n’ayant pas une valeur réelle.
Exemple : des immobilisation en non valeur et écart de conversion

2) Les principes d’établissement du bilan financier

· Les éléments d’actif : ils sont pris en considération pour leur valeur réelle.
Les plus-values seront rajoutées aux « Capitaux Propres » et les moins-
values en seront déduites afin de respecter l’équilibre Actif = Passif. Si pas
de valeur réelle alors prise en compte des valeurs nettes comptables.

· Les frais d’établissement, les frais de recherche et de développement et les


charges constatées d’avance : constituent de « l’actif fictif » (sans valeur
de vente). Ils ne sont donc pas pris en compte dans «l’Actif à + d’un an ». Il
convient alors de les déduire des « Capitaux Propres », afin de respecter
l’équilibre Actif = Passif.

· Les provisions pour dépréciation des comptes clients (on estime perdre le
montant de la créance correspondant à la provision) : seront rattachées en
partie à « l’Actif à + d’un an » si la perspective de recouvrement à court
terme est fortement incertaine.

· Le bilan financier est établi après répartition du bénéfice une partie :


Ø en réserve : « Capitaux Propres »
Ø distribution de dividendes : « Dettes à - d’un an ».

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 20


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

· Si les provisions pour risques et charges sont justifiées, elles sont intégrées
au « Dettes à - d’un an » sinon aux « Capitaux Propres ».

3) Calcul des grandeurs

a. Le fonds de roulement

1. définition

La notion du fonds de roulement est celle qui est la plus utilisé dans l’analyse
financière tant au niveau pratique que théorique.
On peut distingué plusieurs types de fonds de roulement :

v Le fonds de roulement brut ou économique :

C’est le concept qui est définit par référence a une entreprise qui vient d’être
crée et en confond souvent fonds de roulement avec encaisse.
Par conséquent le fonds de roulement exprime la part des capitaux dans le
degrés d’exigibilité est faible qui sert a financier les élément d’actif dont le
degrés de liquidité est assez élevé.

v Le fonds de roulement propre :

FR propre = Capitaux propre – Actif immobilisé

Ce concept est calculé lorsqu’il s’agit d’apprécier l’autonomie financière de


l’entreprise

v Le fonds de roulement étranger :

FR étranger = FR permanant – FR propre

Il faut remarqué qu’à chaque fois que les fonds propres égalisent l’actif
immobilisé. Ce fonds de roulement est égal au dettes a long et moyen terme

v Le fonds de roulement net ou permanant :

Le fonds de roulement net mesure la liquidité de l’entreprise. Cette dernière


est suffisante si les Actifs circulants excèdent les engagements à court terme.
Ce ratio peut également s’interpréter comme la mesure dans laquelle
l’ensemble des immobilisations de l’entreprise est financé par des capitaux
permanents.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 21


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

Dans ce cas, le fonds de roulement net finance la partie stable des capitaux
permanents. Si le fonds de roulement net est négatif, cela signifie qu’une
partie des immobilisations est financée par des dettes à court terme auprès des
fournisseurs ou des établissements de crédit. Un fonds de roulement net positif
signifie donc que l’entreprise dispose d’une marge de sécurité suffisante pour
le financement de son cycle d’exploitation.

Ce pendant le calcul du fond de roulement peut ce faire a deux niveaux :

o Le fond de roulement par le haut du bilan

FRN =Capitaux permanant – Actif immobilisé

o Le fonds de roulement par le bas du bilan

Le FRN = Actif circulant – Dettes a court terme

Remarque : Fonds de roulement net et fonds de roulement normatif

Le fonds de roulement net, différence entre capitaux permanents et les


immobilisations nettes, permet la couverture du besoin en fonds de roulement.
Grâce au fonds de roulement normatif, nous pouvons approximer le besoin en
fonds de roulement qui résultera d’une activité prévisionnelle. Le fonds de
roulement net doit automatiquement être supérieur ou égal au fonds de
roulement normatif pour obtenir l’équilibre financier soit une trésorerie
positive ou nulle.

2. l’intérêt du fonds de roulement financier

Issu de la comparaison des élément homogène au regard de la liquidité et de


l’exigibilité (ressources durable à plus d’un an/ emplois stable à plus d’un an ;
des actif circulant à moins d’un an/ endettement à moins d’un an), le fond de
roulement financier peut être considéré comme plus significatif que le fonds
de roulement net global.

A l’égard de la liquidité, notamment, la confrontation : actif circulant net


(réel)/ endettement à moins d’un an, constitue une approche pertinente.
Toutefois, le problème de la liquidité est complexe et, comme nous le verrons

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 22


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

ultérieurement, il est ullusoire de vouloir le circonscrire à horizon d’un an et à


la seule étude du fonds de roulement financier.

Remarque :

• Fonds de roulement net positif


Dans les secteurs d’activité où la rotation des actifs circulants est comparable
à celle des dettes à court terme, un fonds de roulement net positif est interprété
comme une mesure de la solvabilité courante de l’entreprise.

• Fonds de roulement net négatif


À l’inverse, un fonds de roulement négatif est un indice défavorable en
matière de solvabilité et peut traduire des difficultés financières pour
l’entreprise.
Ces normes d’appréciation de l’équilibre financier ne peuvent être
généralisées à l’ensemble des entreprises. Ainsi, lorsque la rotation des actifs
à court terme est plus rapide que celle des dettes à court terme, comme c’est le
cas pour le secteur de la grande distribution, l’équilibre financier courant de
l’entreprise peut être assuré malgré un fonds de roulement nul ou négatif.
Dans cette hypothèse, l’appréciation de l’équilibre financier à l’aide du fonds
de roulement doit être complétée par les délais de rotation des encours du bas
de bilan.

b. Le besoin en fond de roulement

Il exprime le besoin (ou l'excédent) de l'organisme pour le financement de son


exploitation. Il s'obtient par la soustraction suivante (ressources d'exploitation
- actif circulant) à l'exception des comptes de trésorerie. Il est en général
négatif.

ACTIF CIRCULANT RESSOURCES D'EXPLOITATION


Stocks Dettes d'exploitation non bancaires
Créances d'exploitation dont effets Fournisseurs, administration fiscale
Escomptés non échus BFR
- Créances diverses

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 23


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

c. La trésorerie

1. définition

La trésorerie est le montant des disponibilités à vue ou facilement mobilisables


possédées par l’entreprise, de manière à pouvoir couvrir les dettes qui arrivent
à échéance.

Son montant est variable tout au long de l’exercice. Mais, une entreprise doit
conserver dans son actif un montant de liquidité suffisant afin de :

· Prévenir les aléas (retards sur encaissements, crises


conjoncturelles…)
· Saisir les opportunités d’investissements intéressantes.

Trésorerie = FR – BFR global

Elle est la résultante de la réalisation ou non de l'équilibre financier. Soit:


T = FR – BFR
Si FR> BFR Þ T > O
Si FR =BFR Þ T = O
Equilibre financier réalisé
Si FR < BFR Þ T < O
L'équilibre financier n'est pas réalisé, ce qui entraîne un recours à des
emprunts à court terme (facilité de caisse, billet de trésorerie).

Þ Les mesures pour améliorer l'équilibre financier:


· Augmentation des fonds propres
· emprunt de restructuration
· diminution des stocks
· raccourcissement des délais d'encaissement des créances
· Allongement des délais de règlement aux fournisseurs et assimilés.

2. Lien entre la trésorerie et le BFR

De la variation du FR, qui dépend de la stratégie d'investissement et de


financement de l'entreprise, et de la variation du BFR, liée aux conditions de
l'exploitation, dépend la variation de trésorerie.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 24


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

Le FR dégagé sert au financement du BFR engendré essentiellement par


l'exploitation du BFRE. Le solde est employé en trésorerie positive. Quand il y
a insuffisance (BFR>FR), il faut recourir à du financement à court terme.
Aussi peut-on dire que le BFR est le besoin de financement du cycle
d'exploitation que l'on estime devoir être couvert par des capitaux
permanents. Cependant, il devra être couvert, au moins partiellement, par des
ressources stables (FR).
Le BFR peut être positif, nul ou négatif.
Un BFR négatif stable (ressource en FRE) est compatible avec un FR négatif
(excédent des valeurs immobilisées nettes sur les capitaux permanents). Cette
situation est typique d'activités à faible valeur ajoutée comme dans le secteur
de la grande distribution. Un BFR négatif devient une ressource permanente
que l'entreprise utilisera en dehors du cycle d'exploitation. Si le chiffre
d'affaires augmente, les ressources disponibles (BFR négatif) augmentent
aussi. Dans le cas contraire, une diminution du chiffre d'affaires se traduira
par une diminution des ressources, et l'entreprise devra réduire l'utilisation
qu'elle fait de ces fonds en dehors de l'exploitation.

V. Synthèse entre l’approche fonctionnelle et financière


L'analyse de l'équilibre financier d'une entreprise s'appuie sur des règles de
bon sens et de prudence menée par les deux approches (fonctionnelle et
financière). En effet, dans le cadre de son activité économique, une entreprise
doit pouvoir financer ses remboursements (emprunts et autres dettes..) avec les
ressources tirées de ses actifs immobilisés au risque d'entraîner un
déséquilibre dans sa trésorerie.

Le but recherché par les deux méthodes c’est le maintien de cet équilibre qui
peut être à court et à long terme. Ce pendant ces deux approche, il ont leurs
point de convergence et de divergence en matière d’analyse.

Le point commun entre l’approche fonctionnelle et financière est qu’elles


s’accordent sur les retraitement économique : élimination des actifs fictifs,
intégration du crédit bail, prise en compte des impôts latent.

Les principales différences entre ces deux approches sont :

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 25


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

v Dans l’approche fonctionnelle :

L’analyse par d’un bilan en valeur brutes, avant affectation du résultat. Le


résultat net ainsi que les amortissements et les provisions sont considérée
comme du financement durable.

Le point le plus important de cette approche est celui de la prise en


considération des différents cycles de l’entreprise. Les compte serons reclassé
en fonction de leur lien avec l’investissement, avec l’exploitation ou avec ce
qui est hors exploitation.
Elle demeure l’approche la plus adéquate pour une analyse interne de
l’entreprise.

Ø Dans l’approche financière ou patrimoniale:

On part d’un bilan en valeurs nettes et après affectation des résultats. Au


niveau des reclassements des comptes, on constate une nette séparation entre
les emplois et les ressources à plus d’un an et les emplois et les ressources à
mois d’un an. Le reclassement des comptes est fait en fonction des critères de
liquidité et d’exigibilité croissante.

Pour opérer des tels reclassements, des postes voir des comptes entiers doit
faire l’objet du glissement du bas vers le haut ou du haut vers le bas du bilan.

Chacune de ces approche est sujet des critiques et comptes des point faible et
des points forts, toutefois elles demeurent les approches les plus connues et les
plus en vigueur.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 26


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

VI. la notion de solvabilité

L'étude de la solvabilité permet de répondre aux questions majeures


suivantes:

· Le niveau de ressources propres est-il suffisant?


· L'évolution des ressources propres est-elle suffisante?
· Les risques encourus par la structure sont-ils faibles?
· La pérennité des ressources propres est-elle assurée?

1) définition et analyse :

En entant par solvabilité la capacité de l’entreprise a assurée a tout


instant le paiement de ces dettes exigible.
Cette notion de solvabilité dite technique s’oppose a la notion juridique de
solvabilité selon laquelle l’entreprise est solvable si ses actifs permettent de
rembourser ces dettes.

Définition patrimoniale :

Une entreprise est solvable lorsqu’elle peut faire face à l’ensemble de ses
engagements en liquidant l’ensemble de ses actifs, c’est à dire en cas d’arrêt
de l’exploitation et de mise en vente de ses actifs

Dans l’optique dite fonctionnelle de l’analyse financière, une entreprise est


solvable lorsqu’elle respecte la contrainte d’équilibre financier, c’est
l’aptitude à assurer le règlement des dettes quand elles arrivent à échéance ;
les dettes sont entendues au sens large : y compris les dépenses conditionnant
la continuité de l’exploitation.
L’étude du bilan permet d’étudier la solvabilité et de décomposer entre
solvabilité à court terme et à long terme. En effet, le risque de non
remboursement ne dépend pas seulement de la solvabilité de long terme de
l’entreprise, mais aussi de sa solvabilité de très court terme ou liquidité.

2) Notion de liquidité

La liquidité : une entreprise est en situation d’illiquidité lorsqu’elle ne peut


plus faire face à ses échéances. Le risque d’illiquidité apparaît quand les actifs
susceptibles d’être liquidés – transformés en monnaie où cash – pourraient
être inférieurs au passif exigible (la durée des emplois est supérieure à celle
des ressources). Les avoirs et engagements de l’entreprise sont regardés dans

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 27


F T ra n sf o F T ra n sf o
PD rm PD rm
Y Y
Y

Y
er

er
ABB

ABB
y

y
bu

bu
2.0

2.0
to

to
re

re
he

he
k

k
lic

lic
C

C
w om w om
w

w
w. w.
A B B Y Y.c A B B Y Y.c

une optique de trésorerie : dans quel délai tel engagement devra-t-il se


traduire par une sortie d’argent, tel avoir par une entrée d’argent ?

Conclusion
En somme, l’analyse financière d’une entreprise passe par l’étude des
principaux élément clés du Bilan dont les trois soldes significatifs des deux
approches: le Fonds de Roulement Net Global (FRNG), le fonds de roulement
financier, le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) et la Trésorerie Nette (TN)
selon l’analyste interne ou externe. Ce sont les notions de FRNG et BFR qui
déterminent les équilibres fondamentaux de l’activité de l’entreprise. La notion de
Trésorerie Nette, elle, est directement liée aux deux notions précédentes. En effet,
le Fond de Roulement Net Global doit couvrir le Besoin en Fonds de Roulement et
toute différence entre ces deux grandeurs engendre un déséquilibre du Bilan et
c’est la trésorerie de l’entreprise (positive ou négative) qui permet de rétablir
l’équilibre du Bilan.
Dans tous les cas (croissance, stagnation, déclin) les soldes du Bilan Fonctionnel
et du bilan financier, permettent d’analyser, de suivre et de résoudre les problèmes
de l’entreprise a fin de maintenir l’équilibre en terme de solvabilité (long terme)
ou liquidité (court terme). Ils synthétisent les cycles longs et courts auxquels sont
soumis les opérations, et complètent ainsi la description architecturale faite par le
Bilan.

Rédigé par l’étudiant ANTALI Eustache Arnaud 28