Vous êtes sur la page 1sur 2

SATHONAY CAMP

Consultation des habitants sur le devenir de Sathonay Camp

ATELIER 1 du mardi 7 avril 2009


L’atelier s’est organisé autour d’un tour de table ou chacun a pu prendre la parole pour
exprimer
- ce qu’il attendait de cette concertation
- les points importants et préoccupants qu’il vivait personnellement ou plus globalement dans
la ville.
Les propos ont fait l’objet d’échanges fructueux et courtois et c’est plutôt un réel sentiment
d’inquiétude qui émane de ces échanges face à un manque de vision partagée de l’avenir et
des objectifs que l’on se donne pour le développement de la ville plutôt que des
revendications personnelles. La qualité des échanges est à souligner.

Echanges
- Pourquoi veut-on densifier l’habitat ancien de la ville ?
- Qui « on » ?
- Les décideurs
- Quelle est pour vous la définition de la densité ?
- Nombre d’habitant/ km2 , la « masse », la surface construite.....
- Vous voyez, ce n’est pas très clair cette notion, cela peut être aussi le nombre de
logements à l’hectare, ce qui n’est pas pareil, il faudrait préciser la densité souhaitée et
sur quels critères.
- Faut-il vraiment raser les habitations existantes pour reconstruire plus dense, plus de
m2 sur les parcelles ; c’est bien là la question
- L’éco ZAC ne s’est pas préoccupée ni de la liaison avec l’habitat ancien, ni de
prolonger l’objectif de Haute Qualité Environnementale dans le reste de la ville.
Aucune réflexion n’a été menée sur l’impact de cette ZAC sur le reste de la commune.
Une crainte est certaine sur la fracture urbaine et sociale qui existera entre un « beau »
quartier et le reste sans projet, sauf du béton...
Par contre la ZAC a une incidence sur la pression foncière qui s’exerce sur ce tissu
ancien : démarchage des promoteurs auprès des propriétaires privés, projet en
hauteur dans un quartier résidentiel à dominante d’habitat individuel. Le PLU et les
modifications 1 et 2 ont permis une surdensification de ces zones à l’excès. (ex : les
demeures de Lucie). Les polygones d’implantation montrent qu’il n’y a pas eu de
réflexion sur le dessin des voies ni de l’espace public.
- Peut- on demander que l’on revoit dans le PLU cette règle des 15 m intégrée dans la
zone UA 21 ?
- Des projets ont été heureusement bloqués : 7000m2 pour 208 logements (projet
F.Faure), 13000m2 pour 75 logements (projet Corne d’Or). Avec de bons promoteurs
on peut arriver avec le PLU actuel à augmenter la population jusqu’à 12000 habitants,
cela n’est pas acceptable. En effet la ZAC va permettre l’arrivée de
450 familles de gendarmes (1000 habitants) +
100 logements pour célibataires et
la construction de 650 logements (1500 habitants) soit un apport de 2600 h
ajoutés aux 4300 habitants actuel cela fait 6900 habitants ; c’est pratiquement le seuil
de 7000 habitants qui reste souhaité. Quelle est la position de la mairie sur cette
question ? Si il y a convergence, alors il n’y a pas de raison de densifier davantage le
reste de la commune, les équipements ne suivront pas non plus.
- Il faut préserver un certain cadre de vie recherché par les habitants qui sont venus
s’installer à Sathonay pour cette raison et limiter en hauteur les constructions pour
conserver cette qualité, le calme de ces quartiers protégés naturellement par la balme,
du bruit. La quartier n’est peut être pas « joli » mais notre vie de quartier est riche.
- Comment mettre en valeur ce qui existe ?
- Il serait interessant de voir si d’autres communes du Grand Lyon subissent les
mêmes pressions , on serait peut être étonné.

Concernant l’évolution de la ville


Le tracé des voieries et leur fréquentation posent problème. Si il y a accord sur
l’élargissement du boulevard Castellanne, pourquoi faire des voies rectilignes aussi
longues comme dans la ZAC par exemple, le boulevard de l’ouest. L’avenue Carnot
est devenue le périphérique de la ville (voie départementale), dangereuse pour les
piétons qui la traversent. Quel type de cheminement va-t-on prévoir pour aller jusqu’à
la Gare ? Il existe un parking sous utilisé sur Rilleux mais non accessible car le sous
terrain sous les voies qui devait relier les deux côtés n’a été réalisé qu’au 2/3 !
Comment faire comprendre cela à la SNCF/RFF ?

Grosse inquiétude sur la circulation induite autour de la mairie et de la desserte des


écoles. Où ira –t-on se garer après la disparition du parking rue de la République ? La
place de la mairie est une « abomination » actuellement, « moche et dangereuse » non
réfléchie. Besoin de la rendre piétonne.

- on regrette le peu de présence dans cette réunion de commerçants qui pourraient


apporter leur point de vue
- il serait souhaitable que quelques entreprises puissent s’implanter mais le garage
Rivoire pose problème
- sur le périmètre scolaire on notera que le terrain de foot doit recevoir le restaurant
scolaire et le pôle petite enfance
- pourquoi ne pas construire ou occuper les terrains de tennis qui ne servent pas, il faut
aménager l’entrée des écoles (800 élèves pour un groupe scolaire c’est important)
- concernant les immeubles de l’OPAC del’Ain, finalement ils sont là depuis longtemps
et ont fini par s’intégrer et au moins ils ne sont pas implantés n’importe comment avec
des reculs et de l’espace qui font qu’ils ne gênent pas, preuve que l’on peut faire du
collectif qui ne focalisent pas la critique au regard de ce que propose aujourd’hui la
promotion immobilière sur le parcellaire existant.

En conclusion

Les habitants présents expriment un réel attachement à la préservation de la qualité de


leur cadre de vie sans pour autant être contre des évolutions possibles mais
concertées et cohérentes avec le bâti existant. Un réel souhait s’affiche d’établir avec
la réalisation de la ZAC une réflexion sur les liens de cet aménagement qui rompt
délibérément avec la structure du tissu existant. Cette réflexion ne s’est pas faite
jusqu’à présent. Des aménagements urgents sont relevés par l’ensemble :
- une réflexion sur les espaces publics et le dessin des voies, rues, venelles, desserte
de la gare et des écoles, plan cohérent de circulation et de parkings, redéfinition des
prospects et des aligements, recul, et que le PLU soit modifié en conséquence. Ce
dessin ne devrait permettre que le développement d’un bâti à R+2 voire R+3,
respecteux des voisinages, des vues et des orientations. La densification de la ZAC à
R+5, est jugée suffisante en particlier angle Castellanne /mairie pour qu’on limite celle-
ci. Le seuil de 7000 habitants est fortement souhaité.
- le sous terrain de la gare et le parking de desserte
- l’aménagement de la place de la mairie
- les modifications au PLU (retrait de la bande de 15m)

Centres d'intérêt liés