Vous êtes sur la page 1sur 5

TRUONG Ngoc Nam 19/04/07

MAILLARD Yann
COSNARD Grégory

3°3

S.I.D.A.
I/ Introduction
Une épidémie est la propagation rapide d’une maladie infectieuse qui frappe en même
temps un grand nombre de personnes, le plus souvent par contagion. Elle peut se propager de
régions en régions.

II/ Le Syndrome de l’immunodéficience acquise


a/ Sa nature et ses origines
b/ La contamination
c/ Son mode d’action
d/ Les symptômes
e/ Ses victimes et ses ravages
f/ Prévention et protection
III/ Conclusion

II/ Le syndrome de l’immunodéficience acquise

a/ Sa nature et ses origines

Le noyau du VIH contient un matériel génétique, des enzymes virales, des protéines…
Le VIH ne peut se reproduire que dans une cellule hôte. C'est un lentivirus car il provoque
une maladie à évolution lente. Son apparence est celle d'une petite sphère d'environ 1/10 000è
de mm, soit 10 000 fois plus petit qu'une cellule. Le matériel biologique composé d'ARN pour
le VIH et d'ADN pour les cellules conditionne l'activité biologique de la cellule ou du virus
(son développement, sa reproduction...). Ce matériel biologique comprend le gène GAG, le
gène POL, qui est à l’origine de la reverse transcriptase (transcriptase inverse) et le gène ENV.
Schéma de la structure du VIH-I

Aujourd’hui encore, personne ne connaît avec certitude la véritable origine du SIDA.


Certains affirment que le virus pourrait provenir de certains types de singes ou de chimpanzés.
On sait maintenant que le virus était présent dès 1959 et s'était déjà répandu en Afrique entre
1970 et 1980. Le virus du SIDA ne remonte donc probablement pas à plus de quarante ans.
Le virus aurait certainement pu apparaître dans une population isolée et se propager à cause
de l’urbanisation et à l’extension des voyages.

b/ La contamination

Le SIDA est une épidémie qui se transmet :


• par voie sexuelle ( lors du contact des sécrétions sexuelles )
• par voie sanguine ( lors des utilisations de seringues contaminées et non
désinfectées )
• de la mère à l’enfant ( lors de l’accouchement ou plus rarement de
l’allaitement )

c/ Son mode d’action


L'enveloppe du virus se fixe à la surface d'une cellule sur une protéine de la membrane
cellulaire qui lui sert de porte d'entrée. Une fois dans la cellule, le virus perd son enveloppe,
libérant ainsi son noyau. Une enzyme virale, la transcriptase inverse (reverse transcriptase en
Anglais, d'où le nom de " rétro-virus " employé pour les virus qui utilisent cette enzyme)
permet à l'ARN du virus de se transformer en ADN et ainsi d'intégrer le noyau de la cellule,
lui aussi formé d'ADN. Le noyau de la cellule considère désormais le matériel génétique du
virus comme le sien et son activité biologique va être détournée au profit du virus. La cellule
va donc se mettre à synthétiser en priorité de nouveaux ARN viraux et des protéines virales
qui permettront la formation de nouveaux virus. Pour que les virus soient créés, une autre
enzyme, la protéase, découpe les protéines virales synthétisées par la cellule. La cellule meurt
et les nouveaux virus créés se répandent dans l'organisme pour aller infecter d'autres cellules,
et ainsi de suite. Les traitements actuels utilisent des médicaments (les antiviraux) qui agissent
sur l'activité de ces deux enzymes, essayant de ralentir, voire d’empêcher la réplication du
virus dans les cellules.

d/ Les symptômes

Les symptômes du SIDA se composent en trois phases :

La première est la phase asymptomatique, celle du «porteur sain». C'est une longue
période qui, même sans traitement, peut durer jusqu'à dix ans avant de voir se développer la
phase suivante appelée VIH.

C'est durant cette phase ( VIH ou «présida» ou ARC (AIDS Related Complex))
que se manifestent les premiers symptômes : amaigrissement de plus de 10 % du poids
corporel, diarrhées abondantes et persistantes, fièvres continues, sueurs nocturnes, fatigue
durable, hypertrophie des ganglions accompagnée de douleurs. Des maux de gorge ou une
toux persistante, des nausées, des vomissements de même que l'apparition de plaques ou de
lésions sur la peau sont aussi des symptômes courants du développement du SIDA.

Le SIDA est la dernière phase et la phase la plus avancée de la maladie. Elle se


caractérise par la diminution des défenses immunitaires provoquée par la chute du taux des
cellules lymphocytes T et par l'apparition de plusieurs maladies opportunistes.
e/ Ses victimes et ses ravages

Ce virus touche surtout les populations d’Afrique du sud et d’Asie du sud-est. Chaque
année en France, 5 000 à 6 000 personnes sont infectées par le virus du SIDA, dont ¼ chez les
moins de 25 ans. Le SIDA tue 3 millions de personnes chaque année et d'après les dernières
données d'ONUSIDA (novembre 2003), on estime que 40 millions de personnes vivent avec
le VIH à travers la planète. En 2003, 5 millions de personnes dont 700 000 enfants ont été
infectés, soit 14 000 nouveaux cas par jour. 1/3 des 40 millions de personnes vivant avec le
VIH sont des jeunes de moins de 25 ans.

f/ Prévention et protection

L'alimentation joue un rôle important dans le maintien de la santé d'une personne


porteuse du VIH. Les séropositifs et les sidéens doivent opter pour une alimentation riche en
nutriments permettant d'accroître leur immunité. Une alimentation équilibrée et variée et le
repos sont les meilleurs moyens de renforcer la résistance du système immunitaire contre les
infections et les maladies associées au sida et de maintenir une certaine qualité de vie.
Lors d’une relation sexuelle, seuls les préservatifs, qu’ils soient masculins ou
féminins, protègent du VIH et des principales infections sexuellement transmissibles. Ils
doivent être utilisés lors de tout rapport sexuel avec pénétration (quelle soit vaginale, anale ou
buccale), avec un partenaire séropositif ou dont le statut sérologique est inconnu.

III/ Conclusion
Depuis 1988, la journée du 1er décembre est consacrée au SIDA.

Depuis 1996, l’apparition de nouveaux traitements ( trithérapies ) a énormément


changé la vie des personnes séropositives et a permis une baisse importante de personnes
tuées par le SIDA. Cette réussite a provoqué un relâchement de la prévention et l’information,
surtout chez les jeunes ( - de 25 ans ).

Trithérapie : traitement antisida qui se fonde sur la prise de trois types de médicaments
ayant chacun une action spécifique sur les phases de développement du virus.

ADN ( Acide DésoxyriboNucléique [ DNA dans la terminologie anglo-saxonne ] ) : acide


du noyau des cellules vivantes, constituant essentiel des chromosomes et porteur de
caractères génétiques.

ARN ( Acide RiboNucléique [ RNA dans la terminologie anglo-saxonne ] ) : acide


nucléique essentiel dans le transport du message génétique et la synthèse des protéines.

À l'heure actuelle (avril 2007), il n'existe aucun traitement permettant de guérir du


SIDA.