Vous êtes sur la page 1sur 3

Le Chien et le loup

Esope
Introduction :
Les Fables de La Fontaine sont le fruit d’un travail colossal. Elles sont composées de
trois recueils et douze livres. Leur publication s'étend sur un quart de siècle (1668-1694) et
leur composition sur plus de trente années. Recueils de petits poèmes en vers libre comportant
une morale, ici il s'agit comme souvent dans les fables d'un récit fictif où La Fontaine utilise
des animaux pour corriger les défauts humains. Chaque récit inspire une morale. Le loup et le
chien présente deux modes de vies opposées, celui du loup qui est libre et celui du chien qui
est lui au service de son maître, reprenant ainsi une thématique identique à celle des Anciens
(l’opposition entre l'esclavage et la liberté).

I. L’art du récit

- »Titre le loup est en premier car c’est le personnage principal (commence et termine la
fable).
- » Majuscule au nom des animaux - » correspondance avec les humains

- La fable est dynamique (que des actions) et théâtrale car elle met en scène deux animaux
(symbolique, allégorique)
- Vers hétérométrique : les vers de mètres différents (alexandrin, décasyllabe, octosyllabe)
entraînent une diversité.
- Variété ; souplesse, plaisir > rimes croisées, plates, embrassées (cf. fiche sur les rimes). Cela
fait plus « naturel » et « vivant »
- Temps : utilisation du présent de narration, qui rend le récit plus vivant, et de l’imparfait
pour les actions longues et durables.
- Les paroles des animaux sont rapportées au style direct, ce qui confère de la vivacité au
récit.
- » La vie du loup est raconté a l’imparfait pour montrer la duré de l’action.
- » La mégarde est responsable de la rencontre des deux extrême sociaux.

II. Etude des animaux et du Monde humain

Les deux animaux protagonistes, le chien et le loup, sont à la fois proches et opposés. Le loup
sauvage opposé au chien. Il y a également l’opposition de la liberté à la servitude.

1. Le chien

- Plan physique : fort, beau, gras, poil luisant. C’est un colosse car c’est un Dogue, « gras »
>> grosseur de ce chien, puissance.
- Plan psychologique : dans son tort et peut-être sur la défensive, d’où sa politesse. On
remarquera le double sens du mot poli. ( poli représente l’éducation et le raffinement)
- Image d’une personne asservie ; « bourgeois »
- Quatre adjectifs pour décrire (puissant, beau, gras, poli).
- La Fontaine emploie le champ lexical de l’argent pour le caractériser.
- Le chien parle beaucoup, il a la parole, le pouvoir. Son discours exprime son
autosuffisance, son auto-satisfaction. Il est imbu de lui-même.
- » Caractérisé pas « en bon point » adjectif humain.
- » « beau sire » respect ultime du loup.
- » Il sait que le loup a fain et appuie sur sa corde sensible ( os)

2. Le loup

- Il est puissant mais très affaibli, squelettique. La cause de sa maigreur : à cause des
chiens.
- Allitérations en [q] et [k], sonorités dures, qui reflètent la dureté du loup. Le vers 5 «
L'attaquer, le mettre en quartiers » montre son agressivité, son envie de tuer. Cependant, cette
idée s’oppose à la réalité concrète « Mais », vers 7.
- Champ lexical de la guerre : « s’attaquer », « bataille », « se défendre », « l’épée ».
- « Sire loup » > aristocratie ; changement de discours (peur), le loup est flatteur envers la
graisse du chien, très aimable sonorité douce / étouffée.
- » C’est la faim qui le pousse a vouloir une catégorie social supérieur (description de
l’animal)

3. Interventions de l’auteur

- Prise de position envers le loup. Nous connaissons les pensées du loup, pensées internes.
L’utilisation du mot « Sire loup » favorise le loup.
- La parole du chien est privilégiée mais le loup aura le dernier mot.
- Personnification, prosopopée (faire parler des animaux) ; il éprouve les sentiments des
animaux, qui débattent sur le sujet de la liberté.

III. L'enseignement moral de cette fable

1. La servitude

- Le chien est attaché et dépendant du maître pour sa nourriture et son affection. Il


appartient au monde des domestiques, de la servitude. Il envie le loup « presque rien »
- Confort matériel, le chien incarne les cours serviles qui obéissent aveuglement au Roi pour
obtenir des faveurs, des récompenses.
- Le chien est vaniteux, a des préjugés, il est borné, donnant deux conseils au loup « quittez le
bois » ; « suivez-moi », suivis de leurs conséquences. Le travail du chien est minimisé par
l’énumération de 3 verbes à l’infinitif : donner la chasse, flatter, complaire. Un chiasme («
Flatter ceux du logis, à son Maître complaire ») insiste sur la nécessaire flatterie dans travail.
Ainsi, La Fontaine dévalorise le travail du chien.
- » Avec le mot rien le loup essaie de gommer les mauvais coté de sa condition.

2. La liberté
- Le loup est libre, il va où il veut. Il est valorisé par l’emploi de « Maître Loup ».
- Le loup est diplomate intelligent, le loup représente celui qui sait rester lui-même, qui sait
conserver son indépendance. Le loup est surpris des conditions de vie du chien : détail
anormal, il est inquiet et se questionne. Le chien est gêné, il évite de répondre, il minimise.
- La liberté est un trésor, le loup est affligé par le mot « attaché ».
- » Le loup est maitre de son destin (« maitre loup »)

Morale : Mieux vaut vivre affamé qu’attaché !

Choc du loup (passé simple ) cou pelé. Le chien veut cacher cela.

Conclusion

Cet apologue est fondé sur un dialogue qui laisse au lecteur tirer lui-même la morale. Le
plaisir que le lecteur éprouve à sa lecture tient à la réelle modernité de ce poème
hétérométrique de 41 vers. L'argumentation du chien échoue puisqu'il néglige les contraintes
liées à sa servilité et il insiste trop sur les avantages purement matériels. Il manque de
tolérance vis-à-vis des autres modes de vie. Le loup reste fidèle à sa nature et opte pour la
liberté, même si La Fontaine laisse deviner sa préférence pour le loup, mais il ne nous impose
pas son choix afin de rester tolérant.
La Fontaine dénonce les mœurs de son temps et l'attitude du roi. Ainsi, dans la fable Le
loup et le chien, à travers le personnage du chien il condamne l'attitude des nobles qui sont
serviles vis-à-vis de leur maîtres.