Vous êtes sur la page 1sur 427
DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DELA LANGUE LATINE | | | DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DE LA LANGUE LATINE HISTOIRE DES MOTS PAR + Alfred ERNOUT a + Alfred MEILLET ‘Membre de Institut Membre de Institut retirage de la 4* édition augmentée d’additions et de corrections par Jacques ANDRE Paris Klincksieck 2001 premibre édition : 1932 ‘2 dition : 1939 3° édition : 1951 4° édition : 1959 révision : 1985 : format retiage dol 4 ition, nouvea © Librairie C. Klinckaiock et Ci, 2001 Maan 2252-03969-2 AVERTISSEMENT On s'est proposé do présenter ici un exposé historique du vocabulaire latin, ‘Les deux auteurs du livre xe sont partagé la téche de manitre inégale. ‘M.A. Emnout a traité de ce que l'on pout connattre par l'étude des textes. C'est Ini qui est res- ponsable de tout co qui est enseigné sur le développement du vocabulaire latin depuis les plus anciens monuments jusqu'au début de Iépoque romane. 'M. A. Meillet s'est chargé de Ia partie préhistorique. Il est seul responsable de ce qui est enscigné sur le développement du vocabulaire latin entre l'indo-européen commun ot les promiers témoignages ayant un caractére historique. Néanmoing, ila semblé inutile et incommode de marquer, dans chaque article, la part qui a été traitée par l'un ou par Pautro des doux auteurs : Ihistoire d'une langue est chose continue, ot le fait que, pour Pétudier, on doit recourir & deux méthodes, Ia méthodo comparative ot 'étude philo- logique des textes, n’oblige pas & diviser Pexposé en doux parties séparéos. Dans chaque artiole, on trouvera, d’abord, l'état des choses & l'époque historique du latin, exposé par M. Ernout, puis, la ot ily a lieu, des indications, par M. Meillet, sur Vhistoire du mot avant les premidres données des textes. AB ct AM, Le leoteur sera dégu par la partio d’étymologie préhistorique de ce livre : il n'y trouvera ni toutes les étymologies, méme possibles, qui ont &é proposées, ni aucune étymologie neuve. Dans une langue comme Ie latin, il faut envisager, d'une part, des mots indo-européens ou faits avec dos éléments indo-européens, de autre, des mots empruntés. ‘On a estimé qu'une étymologio indo-curopéenne n’état utile que si Je rapprochement proposé ‘veo d'autres langues de la famille était ou certain ou du moins trés probable. Tous Tes rapproche- ‘ments qui ne sont que possibles ont été, de propos délibéré, passés sous silence. En T'état actuel du ‘aval, ilimporte avant tout de déblayer Ia recherche des hypothéses vaines qui lencombrent. Depuis plus d’un sidcle que les savants les plus pénétrants ot les mioux armés travaillent & rap- procher les moti latins de coux des autres langues indo-européennes, il est probable que toutes les ymologies évidentes ont été proposées. Il convenait donc de ne pas exsayer d'en proposer ici de i Yon eroyait en avoir trouvé une, il faudrait Tentourer do considérations de détail dont 1s place n’est.pas dans un livre destiné a résumer avee critique les résultats acquis. Comme on n'a rotenu ici que des rapprochements qu'on eroyait cartaina ou, du moins, haute- ment probables, il était superftu de faire Phistoriquo des étymologies ou de doriner des renvois biblio- graphiques. Pour cela, on renvoie-une fois pour toutes au Lateinisches etymologisches Worterbuch A, Walde, dont M. J. B. Hofmann publie maintenant une troisiéme édition améliorés & tous égards st a fait un livre nouveau — le présent ouvrage ne se propose pas de le remplacer—, ot aussi &I'AUt italisches Wérterbuch do M. Fr. Muller. Redonner ici cette bibliographic serait faire un double emplo. Un rapprochement qui n'est que possible ne sauraitservir & faire histoire d'un mot. Les vooa- bulaires des langues indo-curopéennes.sont divers; lee altérations phonétiques ont eu pour consé- quence que beaucoup de phonémes de la plupart des langues admettent plusicurs origines, et parfois hit ou dix origins distinctos, ainsi f- initial en latin ; ls prooédés de formation des mots sont mul-