Vous êtes sur la page 1sur 136

SÉRIE « ANNALES »

Annales

Baccalauréat

Sciences économique et sociale

SÉRIE « ANNALES » Annales Baccalauréat Sciences économique et sociale Sujets officiels

Sujets officiels

SÉRIE « ANNALES » Annales Baccalauréat Sciences économique et sociale Sujets officiels

SOMMAIRE

Mathématiques

2007

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 3

2006

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 8

2005

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 13

2004

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 18

2003

p. 23

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Sciences économiques et sociales

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

2007

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 27

2006

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 34

2005

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 41

2004

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 48

2003

p. 55

.

Spécialité sciences économiques et sociales

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

2007

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 61

2006

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 64

2005

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 67

2004

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 70

2003

p. 73

.

Anglais LV1

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

2007

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 76

2006

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 80

2005

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 83

2004

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 87

2003

p. 90

.

Philisophie

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

2007

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 93

2006

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 94

2005

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 95

2004

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 96

2003

p. 97

.

.

Histoire

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

2007

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 98

2006

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 100

2005

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 103

2004

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 107

2003

p. 113

.

.

.

.

.

Géographie

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

• 2007

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 115

• 2006

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 121

• 2005

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 126

• 2004

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 128

• 2003

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

p. 130

MATHÉMATIQUES 2007

Durée : 3 heures

EXERCICE 1 – 4 POINTS

S SUJET
S
SUJET
2007 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 4 POINTS S SUJET E XERCICE 2

EXERCICE 2 – 5 POINTS

2007 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 4 POINTS S SUJET E XERCICE 2

Pour obtenir le corrigé cliquez

2007 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 4 POINTS S SUJET E XERCICE 2

3

S SUJET
S
SUJET

EXERCICE 2 – 5 POINTS

SPÉCIALITÉ

S SUJET E XERCICE 2 – 5 POINTS S PÉCIALITÉ 4 Pour obtenir le corrigé cliquez
S SUJET
S
SUJET

EXERCICE 3 – 5 POINTS

S SUJET E XERCICE 3 – 5 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 5

Pour obtenir le corrigé cliquez

S SUJET E XERCICE 3 – 5 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 5

5

S EXERCICE 4 – 6 POINTS SUJET
S
EXERCICE 4 – 6 POINTS
SUJET
S SUJET
S
SUJET

Pour obtenir le corrigé cliquez

S SUJET Pour obtenir le corrigé cliquez 7

7

SUJET

S

MATHÉMATIQUES 2006

Durée : 3 heures

EXERCICE 1 – 3 POINTS

S UJET S M ATHÉMATIQUES 2006 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 3 POINTS
S SUJET
S
SUJET

EXERCICE 2 – 5 POINTS

S SUJET E XERCICE 2 – 5 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 9

Pour obtenir le corrigé cliquez

S SUJET E XERCICE 2 – 5 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 9

9

S EXERCICE 2 – 5 POINTS SUJET
S
EXERCICE 2 – 5 POINTS
SUJET
S EXERCICE 2 – 5 POINTS SUJET E XERCICE 3 – 5 POINTS 10 Pour obtenir

EXERCICE 3 – 5 POINTS

S EXERCICE 2 – 5 POINTS SUJET E XERCICE 3 – 5 POINTS 10 Pour obtenir
S SUJET
S
SUJET

EXERCICE 4 – 7 POINTS

S SUJET E XERCICE 4 – 7 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 11

Pour obtenir le corrigé cliquez

S SUJET E XERCICE 4 – 7 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 11

11

SUJET

S

S UJET S A NNEXE – E XERCICE 1 12 Pour obtenir le corrigé cliquez
S UJET S A NNEXE – E XERCICE 1 12 Pour obtenir le corrigé cliquez

ANNEXE – EXERCICE 1

S UJET S A NNEXE – E XERCICE 1 12 Pour obtenir le corrigé cliquez

MATHÉMATIQUES 2005

Durée : 3 heures

EXERCICE 1 – 3 POINTS

S SUJET
S
SUJET
M ATHÉMATIQUES 2005 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 3 POINTS S SUJET Pour

Pour obtenir le corrigé cliquez

M ATHÉMATIQUES 2005 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 3 POINTS S SUJET Pour

13

S EXERCICE 2 – 5 POINTS SUJET
S
EXERCICE 2 – 5 POINTS
SUJET

EXERCICE 2 – 5 POINTS

S EXERCICE 2 – 5 POINTS SUJET E XERCICE 2 – 5 POINTS 14 Pour obtenir
S SUJET
S
SUJET

EXERCICE 3 – 7 POINTS

S SUJET E XERCICE 3 – 7 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 15

Pour obtenir le corrigé cliquez

S SUJET E XERCICE 3 – 7 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 15

15

S EXERCICE 4 – 5 POINTS SUJET
S
EXERCICE 4 – 5 POINTS
SUJET
S SUJET
S
SUJET

ANNEXE 2 – EXERCICE 2

S SUJET A NNEXE 2 – E XERCICE 2 Pour obtenir le corrigé cliquez 17

Pour obtenir le corrigé cliquez

S SUJET A NNEXE 2 – E XERCICE 2 Pour obtenir le corrigé cliquez 17

17

SUJET

S

MATHÉMATIQUES 2004

Durée : 3 heures

EXERCICE 1 – 5 POINTS

S UJET S M ATHÉMATIQUES 2004 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 5 POINTS
S UJET S M ATHÉMATIQUES 2004 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 5 POINTS
S EXERCICE 2 – 5 POINTS SUJET
S
EXERCICE 2 – 5 POINTS
SUJET

Pour obtenir le corrigé cliquez

S EXERCICE 2 – 5 POINTS SUJET Pour obtenir le corrigé cliquez 19

19

S EXERCICE 3 – 5 POINTS SUJET
S
EXERCICE 3 – 5 POINTS
SUJET

EXERCICE 4 – 5 POINTS

S EXERCICE 3 – 5 POINTS SUJET E XERCICE 4 – 5 POINTS 20 Pour obtenir
S ANNEXE 1 – EXERCICE 1 SUJET
S
ANNEXE 1 – EXERCICE 1
SUJET

Pour obtenir le corrigé cliquez

S ANNEXE 1 – EXERCICE 1 SUJET Pour obtenir le corrigé cliquez 21

21

S ANNEXE 2 – EXERCICE 3 SUJET
S
ANNEXE 2 – EXERCICE 3
SUJET

MATHÉMATIQUES 2003

Durée : 3 heures

EXERCICE 1 – 4 POINTS

S SUJET
S
SUJET
2003 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 4 POINTS S SUJET E XERCICE 2

EXERCICE 2 – 5 POINTS

2003 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 4 POINTS S SUJET E XERCICE 2

Pour obtenir le corrigé cliquez

2003 Durée : 3 heures E XERCICE 1 – 4 POINTS S SUJET E XERCICE 2

23

S SUJET
S
SUJET

EXERCICE 2 – 5 POINTS

S SUJET E XERCICE 2 – 5 POINTS 24 Pour obtenir le corrigé cliquez
S SUJET
S
SUJET

PROBLÈME – 11 POINTS

S SUJET P ROBLÈME – 11 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 25
S SUJET P ROBLÈME – 11 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 25

Pour obtenir le corrigé cliquez

S SUJET P ROBLÈME – 11 POINTS Pour obtenir le corrigé cliquez 25

25

S SUJET
S
SUJET

SUJET

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES 2007

Durée : 3 heures

S

Le candidat traitera au choix soit la dissertation, soit la question de synthèse. L’usage de la calculatrice est strictement interdit.

MÉTHODOLOGIE ET CONSIGNES

Il est demandé au candidat :

- de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ;

- de construire une argumentation à partir d’une problématique qu’il devra élaborer ;

- de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet, notam- ment celle figurant dans le dossier ;

- de rédiger en utilisant un vocabulaire économique et social spécifique et approprié à la question, en organisant le développement sous la forme d’un plan cohérent qui ménage l’équilibre des parties. Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l’expression et du soin apporté à la présentation.

DISSERTATION APPUYÉE SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE

Comment peut-on expliquer l’exclusion sociale aujourd’hui ?

Document 1

Les emplois précaires, à durée déterminée, l’intérim, les emplois à temps partiel imposés, les emplois les plus mal payés se sont multipliés et, même quand ils permettent d’éviter la misère la plus noire, ils interdisent toute installation dans la société, tout projet de vie un peu établi puisque les individus sont à la merci des évènements. C’est dans ces groupes-là que les accidents de la vie, la maladie, la séparation familiale, peuvent avoir des conséquences catastrophiques. [ ] On peut légitimement parler d’exclusion et de dualisation quand les problèmes de chômage, de précarité, de pauvreté se superposent dans les mêmes groupes et se renforcent mutuellement, créant ainsi de véritables ensembles sociaux. Pour le dire simplement, on peut cerner toute une série de facteurs dont l’addition fait passer de l’autre côté, du côté de l’exclusion.

Source : François Dubet, « Inclus/exclus : une opposition pertinente ? » , In Cahiers français n° 314, mai-juin 2003.

Pour obtenir le corrigé cliquez

: une opposition pertinente ? » , In Cahiers français n° 314, mai-juin 2003. Pour obtenir
: une opposition pertinente ? » , In Cahiers français n° 314, mai-juin 2003. Pour obtenir

27

S Document 2 SUJET
S
Document 2
SUJET
S Document 2 SUJET Document 3 Au-delà du cercle familial, l’ensemble des relations sociales est perturbé

Document 3

Au-delà du cercle familial, l’ensemble des relations sociales est perturbé par le

chômage. D’abord, parce que beaucoup de ces relations s’étaient construites à partir du

Conscients de leur dévalorisation, de la

travail et qu’elles vont s’étioler 1 rapidement [

suspicion qui, plus ou moins ouvertement, les entoure, les chômeurs auront tendance à rompre volontairement les relations sociales qui risquent d’être marquées par l’indifférence,

la commisération 2 , le mépris ou la crainte d’une demande d’aide. La rupture s’observe non

seulement dans les rapports interindividuels mais plus encore dans toutes les formes de participation à la vie sociale, qu’il s’agisse du militantisme politique ou syndical ou de la participation à la vie associative.

Nous n’avons pas insisté, tant le fait est évident, sur les difficultés financières

auxquelles se heurtent les chômeurs. L’allongement des durées de chômage et les restric- tions apportées aux régimes d’indemnisation font se multiplier des situations qui débouchent

sur l’extrême pauvreté.

].

] [

Source : Jacques Freyssinot, Le chômage, Repères, La Découverte, 10 e édition, 2002.

, Repères, La Découverte, 10 e édition, 2002. 1 s’affaiblir 2 pitié 28 Pour obtenir le

1 s’affaiblir

2 pitié

28 Pour obtenir le corrigé cliquez

, Repères, La Découverte, 10 e édition, 2002. 1 s’affaiblir 2 pitié 28 Pour obtenir le

SUJET

Document 4

Indicateurs de la pauvreté et de l’exclusion en France en %

S

de la pauvreté et de l’exclusion en France en % S Document 5 La participation concrète
de la pauvreté et de l’exclusion en France en % S Document 5 La participation concrète

Document 5

La participation concrète des individus à la vie collective peut être analysée selon deux axes principaux : celui qui définit leur rapport à l’emploi et à la protection sociale ; celui qui traduit l’ensemble de leurs échanges et de leurs relations sociales dans la famille. [ ] Or, on a assisté, au cours des deux dernières décennies, d’une part, à la fin d’une organisa- tion économique qui garantit le plein emploi, et, d’autre part, à la désinstitutionnalisation des relations familiales et, en conséquence, à l’affaiblissement des solidarités entre les membres de la famille. Sans doute l’appui familial permet-il souvent aux individus de traverser une période difficile : les parents continuent à loger leurs enfants adultes qui ne trouvent pas d’emploi, des membres de sa famille aident parfois financièrement le chômeur, le soutiennent par des prestations en nature ou mobilisent leurs relations pour lui retrouver un emploi. Mais il s’agit toujours de décisions personnelles dont beaucoup ne bénéficient pas. Ces évolutions globales de la structure sociale se traduisent, au niveau des individus, par un risque accru de la naissance de processus d’exclusion [

Source : Dominique Schnapper, L’exclusion, l’état des savoirs, sous la direction de Serge Paugam, Éditions La Découverte, 1996.

Pour obtenir le corrigé cliquez

des savoirs , sous la direction de Serge Paugam, Éditions La Découverte, 1996. Pour obtenir le
des savoirs , sous la direction de Serge Paugam, Éditions La Découverte, 1996. Pour obtenir le

29

SUJET

S

Document 6

Pauvreté après transferts selon les situations d’emploi et la composition familiale en 2004.

transferts selon les situations d’emploi et la composition familiale en 2004. 30 Pour obtenir le corrigé
transferts selon les situations d’emploi et la composition familiale en 2004. 30 Pour obtenir le corrigé

30 Pour obtenir le corrigé cliquez

transferts selon les situations d’emploi et la composition familiale en 2004. 30 Pour obtenir le corrigé

SUJET

MÉTHODOLOGIE ET CONSIGNES

Il est demandé au candidat :

1. de construire le travail préparatoire qui fournit des éléments devant être utilisés dans la synthèse. 2. de répondre à la question de synthèse,

– par une argumentation assortie d'une réflexion critique, répondant à la problématique donnée dans l'intitulé ;

– en faisant appel à ses connaissances personnelles ;

S

– en composant une introduction, un développement, une conclusion pour une longueur de l'ordre de trois pages. Ces deux parties sont d'égale importance pour la notation. Il sera tenu compte dans la notation de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

QUESTION DE SYNTHÈSE ÉTAYÉE PAR UN TRAVAIL PRÉPARATOIRE

Accumulation du capital, progrès technique et croissance

I - TRAVAIL PREPARATOIRE (10 points)

Vous répondrez à chacune des questions en une dizaine de lignes maximum.

1) Illustrer par un exemple les notions d’« innovation technologique » et d’«innovation orga-

nisationnelle » . (document 1) (1 point)

2) Quel effet une innovation majeure peut-elle avoir pour une entreprise sur « le choix de ses tarifs » ? (document 2) (2 points)

3) Quelles sont les conséquences d’une innovation de procédé sur l’offre de biens et services ? (document 3) (2 points)

4) Quel lien peut-il y avoir entre la réalisation de gains de productivité par les entreprises et la consommation de biens et de services ? (document 3) (2 points)

5) Faire une phrase avec les valeurs en bleu gras. (document 4) (1 point)

6) Expliquer à l’aide du document 4, l’accélération de la croissance de la productivité constatée aux États-Unis entre les deux périodes observées ? (2 points)

II - QUESTION DE SYNTHESE (10 points)

Après avoir présenté les différentes formes du progrès technique, vous montrerez les effets de celui-ci sur la croissance économique.

Pour obtenir le corrigé cliquez

technique, vous montrerez les effets de celui-ci sur la croissance économique. Pour obtenir le corrigé cliquez
technique, vous montrerez les effets de celui-ci sur la croissance économique. Pour obtenir le corrigé cliquez

31

SUJET

S

Document 1

Innover consiste à introduire une nouveauté dans un domaine particulier. Dans la sphère économique, l’innovation revêt différentes modalités dont l’économiste autrichien Joseph Aloïs Schumpeter (1883-1950) a établi une typologie qui inspire encore largement les auteurs contemporains. Schumpeter spécifie cinq formes d’innovations [ Sur cette base, les auteurs contemporains distinguent deux grandes catégories

d’innovations. La première regroupe les innovations technologiques – il s’agit d’innovations

Les innovations de procédé (ou de processus)

correspondent aux nouvelles techniques de production ou de commercialisation. Les innova- tions de produit concernent les biens et des services nouveaux. Ces innovations sont radica- les lorsque les produits n’ont aucun équivalent préexistant ; elles sont incrémentales lors- qu’elles se traduisent par l’amélioration significative des performances de produits existants. La seconde catégorie concerne les innovations organisationnelles qui correspondent à de nouvelles formes d’organisation des entreprises ou des marchés.

de produit ou d’innovations de procédé [

].

Source : S. d’Agostino, « La dynamique de l’économie : l’innovation » , Cahiers français, n° 315, juillet-août 2003.

Document 2

Cependant, la distinction entre innovation de procédé et innovation de produit n’est pas toujours facile à opérer [ Les économistes spécialistes de l’organisation industrielle s’intéressent davantage aux consé- quences de l’innovation en termes de pouvoir de marché qu’à sa « nature » technologique, et opèrent la distinction (théorique) entre innovation majeure, « drastique» , et innovation mineure :

la première est suffisante pour permettre à l’entreprise concernée d’évincer complètement ses concurrents et de s’affranchir de toute pression concurrentielle pour le choix de ses tarifs (l’entreprise fixe alors un prix de monopole). La seconde ne lui permet pas d’y échapper entiè-

rement, et elle doit alors vendre ses produits à un prix inférieur à celui qu’elle aurait fixé si elle avait été seule sur son marché. Enfin, d’autres analyses mettent en avant le type d’information que l’entreprise mobilise

pour innover [

Les entreprises qui se contentent d’appliquer les connaissances et techniques

mises en œuvre par d’autres entreprises sont qualifiées d’imitatrices. Au contraire, les entreprises véritablement innovatrices sont celles qui cherchent à produire des connaissances nouvelles, et qui, en cas de succès (découverte), s’appuient sur ces connaissances pour innover.

].

Source : L’économie française, comptes et dossiers, édition 2006, Insee.

Document 3

Croissance de la productivité Augmentation de l’Offre Innovation de Procédé Baisse de Prix Côté Offre
Croissance
de la productivité
Augmentation de l’Offre
Innovation de Procédé
Baisse de Prix
Côté Offre
Côté Demande
Élasticité Prix
de la Demande
Augmentation
de la Demande
S Document 4 SUJET
S
Document 4
SUJET

Pour obtenir le corrigé cliquez

S Document 4 SUJET Pour obtenir le corrigé cliquez 33

33

SUJET

S

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES 2006

Durée : 3 heures

Le candidat traitera au choix soit la dissertation, soit la question de synthèse. L’usage de la calculatrice est strictement interdit.

MÉTHODOLOGIE ET CONSIGNES

Il est demandé au candidat :

- de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ;

- de construire une argumentation à partir d’une problématique qu’il devra élaborer ;

- de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet, notam- ment celle figurant dans le dossier ;

- de rédiger en utilisant un vocabulaire économique et social spécifique et approprié à la question, en organisant le développement sous la forme d’un plan cohérent qui ménage l’équilibre des parties. Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l’expression et du soin apporté à la présentation.

DISSERTATION APPUYÉE SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE

Quels sont les effets de l’internationalisation des échanges sur l’emploi dans les pays industrialisés ?

Document 1

Répartition du commerce mondial :

Exportations en lignes, importations en colonnes

1 Répartition du commerce mondial : Exportations en lignes, importations en colonnes 34 Pour obtenir le

34 Pour obtenir le corrigé cliquez

1 Répartition du commerce mondial : Exportations en lignes, importations en colonnes 34 Pour obtenir le

SUJET

Document 2

La concurrence internationale serait un moteur essentiel de l’innovation. Seulement, dans certains secteurs, les innovations sont parfois difficiles à appliquer ou à rentabiliser. C’est notamment le cas des secteurs traditionnels comme celui de la chaussure. La déloca- lisation de tout ou partie du processus productif peut alors s’avérer nécessaire pour échap- per à la concurrence internationale. [ ] Les données fournies par les enquêtes révèlent néanmoins que la stratégie privilé- giée des entreprises reste la différenciation des produits. [ ] Concrètement, cette politique signifie que l’entreprise va tenter d’offrir une plus grande diversité de produits que les concurrents, d’accélérer leur renouvellement, ou encore de personnaliser le service qui les entoure. L’idée est de coller en permanence aux évolutions du marché dans un environnement changeant et incertain. L’entreprise a donc un besoin impératif d’être réactive, donc flexible. Pour répondre à cet impératif, elle peut notamment introduire des innovations techniques. On assiste alors à une entrée massive de l’informatique et du numérique dans les processus productifs. [ ] Les besoins en emplois des entreprises vont alors plutôt se tourner vers les mani- pulateurs de symboles, les manieurs de concept, ceux qui maîtrisent l’immatériel. Mais ils vont aussi se tourner vers des travailleurs flexibles, aptes à effectuer plusieurs tâches.

S

Source ; J-M. Cardebat et E. Maurin, « Mondialisation, innovation et emploi », Les notes de l’IFRI n° 49, 2003.

Document 3

Emploi total par branche – France

Les notes de l’IFRI n° 49, 2003. Document 3 Emploi total par branche – France Pour

Pour obtenir le corrigé cliquez

Les notes de l’IFRI n° 49, 2003. Document 3 Emploi total par branche – France Pour

35

SUJET

S

Document 4

Évolution du taux de couverture (1) , France, en %

140 130 120 110 100 90 80 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 exportations
140
130
120
110
100
90
80
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
exportations
(1) taux de couverture =
x 100

Document 5

importations

postes et  télécommunications Services marchands Ensemble des biens et services marchands Industrie   Industrie textile

 

télécommunications

Services marchandspostes et   télécommunications Ensemble des biens et services marchands Industrie   Industrie textile

Ensemble des biens et services marchands Industriepostes et   télécommunications Services marchands   Industrie textile

Ensemble des biens et services marchands Industrie
 

Industrie textile

Source : INSEE, Comptes nationaux.

Les délocalisations et la sous-traitance internationale constituent simplement une nouvelle manifestation du développement des échanges entre pays industrialisés et pays émergents. Les bénéfices de ces échanges sont immédiats pour le consommateur (du pays importateur) qui voit le prix de nombreux biens de consommation chuter. Le bénéfice est également évident pour les entreprises, qui absorbent dans leur pro- cessus de production une part croissante d’importations à bas prix en provenance du Sud, réalisant au passage des gains de productivité. Une partie de ces gains se retrouve dans les salaires ; une autre partie de ces gains se retrouve dans la baisse des prix relatifs des biens manufacturés, ce qui soutient la demande pour les produits industriels. Au passage, les délocalisations et la sous-traitance favorisent l’émergence d’une demande solvable dans le pays émergent accueillant ces usines : les exportations françaises à destination de ce pays, notamment les exportations de produits à plus fort contenu en main d’œuvre qualifiée, bénéficient ainsi d’un effet d’entraînement. [ ] La contrepartie de cette dynamique est une sélection des firmes et des unités de production les plus efficaces. Or, les fermetures d’usines sont concentrées sectoriellement et donc géographiquement. Les impacts négatifs locaux sont donc puissants : ils affectent de surcroît les catégories les plus défavorisées et les moins mobiles (les non qualifiés).

Source : L Fontagné et J-H. Lorenzi, Désindustrialisation, délocalisations, Rapport du Conseil d’Analyse Économique, La Documentation française, 2005.

, Rapport du Conseil d’Analyse Économique, La Documentation française, 2005. 36 Pour obtenir le corrigé cliquez

36 Pour obtenir le corrigé cliquez

, Rapport du Conseil d’Analyse Économique, La Documentation française, 2005. 36 Pour obtenir le corrigé cliquez

SUJET

Document 6

Répartition des emplois détruits en Europe, par type d’opération (industrie et services, du 1 er janvier 2002 au 15 juillet 2004)

23 990

19 155

36 977 (2 %) (3 %) (5 %) 589 325 (76 %)
36 977
(2 %)
(3 %)
(5 %)
589 325
(76 %)

110 127

(14 %)

36 977 (2 %) (3 %) (5 %) 589 325 (76 %) 110 127 (14 %)

S

Note : les restructurations internes correspondent aux plans de réductions d’emplois menés par les entreprises dans le but de réduire les coûts de production et maintenir leur compétitivité.

Champ : l’Europe correspond ici aux 25 États de l’Union européenne, plus la Bulgarie et la Roumanie.

Source : d’après European Monitoring Monitor (EMCC), Cahiers Français n° 325, La Documentation française, 2005.

Pour obtenir le corrigé cliquez

Monitor (EMCC), Cahiers Français n° 325, La Documentation française, 2005. Pour obtenir le corrigé cliquez 37
Monitor (EMCC), Cahiers Français n° 325, La Documentation française, 2005. Pour obtenir le corrigé cliquez 37

37

SUJET

S

MÉTHODOLOGIE ET CONSIGNES

Il est demandé au candidat :

1. de construire le travail préparatoire qui fournit des éléments devant être utilisés dans la synthèse. 2. de répondre à la question de synthèse,

– par une argumentation assortie d'une réflexion critique, répondant à la problématique donnée dans l'intitulé ;

– en faisant appel à ses connaissances personnelles ;

– en composant une introduction, un développement, une conclusion pour une longueur de l'ordre de trois pages. Ces deux parties sont d'égale importance pour la notation. Il sera tenu compte dans la notation de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

QUESTION DE SYNTHÈSE ÉTAYÉE PAR UN TRAVAIL PRÉPARATOIRE

Conflits et mobilisation sociale

I - TRAVAIL PREPARATOIRE (10 points)

Vous répondrez à chacune des questions en une dizaine de lignes maximum.

1) Montrez que la baisse du taux de syndicalisation résulte en partie de transformations

socio-économiques. (document 1) (2 points)

2) L’