Vous êtes sur la page 1sur 1
La question des suites et de leur intérêt pour l’industrie est une constante de tout débatFarmerama et Fantasyrama ) , le potentiel créatif et l’intérêt à long terme de l’épisode 2 ou 3 est largement diminué, à quelques exceptions près (l’excellente série des Mass Effect). Ce phénomène de capitalisation de franchise est particulièrement visible chez les jeux en ligne ( des exemples ici ) , certainement par attrait de l’argent facile, mais probablement aussi pour ne pas dépayser les joueurs qui passeraient d’un opus à l’autre, cherchant une expérience sensiblement identique mais remise au goût du genre. " id="pdf-obj-0-2" src="pdf-obj-0-2.jpg">

La question des suites et de leur intérêt pour l’industrie est une constante de tout débat sur les jeux vidéo qui se respecte. A l’heure actuelle, les nouvelles franchises se font plutôt rares, et pas toujours couronnées de succès. Ceci dit, lorsque la critique pardonne à un jeu d’être bancal et inabouti sous prétexte que c’est un titre tout neuf et entièrement original, on a un indicateur clair de la soif de nouveautés qui sévit en ce moment dans notre beau milieu. Rien d’étonnant à cela, et il suffit de prendre un recul minime pour s’en apercevoir. Le calendrier de ces mois prochains est jonché de sorties très attendues et assez excitantes, objectivement… Mais tristement pauvres en nouvelles franchises. De mémoire, sont sortis ou sortent bientôt : Assassin’s Creed IV, Battlefield 4, Call of Duty Ghosts (ça doit être le 9 ième , j’ai perdu le compte), The Witcher 3, ArmA 3, Thief 4… Si j’y réfléchissais, la liste nous emmènerait peut-être jusqu’en 2015. Tout ceci pour déplorer le manque de nouvelles franchises telles que Dishonored ou Watch Dogs. Même si ces deux exemples ne réinventent pas la roue, ils prennent les acquis de leurs genres respectifs qu’ils transcendent avec originalité et audace. Car si le développement de suites est rafraîchissant et rentable (cherchez les différences autres que cosmétiques entre CoD MW1 et MW2, ou Farmerama et Fantasyrama), le potentiel créatif et l’intérêt à long terme de l’épisode 2 ou 3 est largement diminué, à quelques exceptions près (l’excellente série des Mass Effect). Ce phénomène de capitalisation de franchise est particulièrement visible chez les jeux en ligne (des exemples ici), certainement par attrait de l’argent facile, mais probablement aussi pour ne pas dépayser les joueurs qui passeraient d’un opus à l’autre, cherchant une expérience sensiblement identique mais remise au goût du genre.