Vous êtes sur la page 1sur 1

Une semaine aprs linjection du virus de la choriomningite une souris de ligne A, on prlve dans la rate de celle-ci des lymphocytes

s et on effectue un isolement de lymphocytes T. n cherche comprendre le mode daction des !T cytoto"i#ues $!Tc% lors dune rponse adaptative mdiation cellulaire partir de lanalyse de divers rsultats e"primentau" et des docs proposs. !e document & nous propose danalyser #uel#ues rsultats e"primentau" ' (as n)& ' n prlve et lon met en culture des fi*ro*lastes infects par le virus de la choriomningite che+ une souris de ligne A avec les lymphocytes T isols prala*lement. (ette mise en culture provo#ue la lyse des fi*ro*lastes. n en dduit #ue les !T cytoto"i#ues agissent donc par voie cellulaire pour neutraliser les antignes. (as n), ' n saper-oit #ue cette lyse nest plus assure si lon met en culture les !T avec des fi*ro*lastes non infects. n en dduit #ue les !Tc sont capa*les de reconna.tre des antignes prsents che+ nimporte #uelle cellule / anormale 0 de lorganisme ' les fi*ro*lastes tant / normau" 0, il ny a donc pas eu de lyse. (as n)1 ' n prlve des fi*ro*lastes che+ une souris de ligne A et infecte par le virus de la vaccine. n saper-oit #uil ny a pas de lyse des fi*ro*lastes si lon met ces fi*ro*lastes en culture avec les !T isols avant le d*ut des e"priences. n en dduit #ue cha#ue !Tc ne possde #uun seul type de rcepteur T, ne reconnaissant ainsi #uun seul type dantigne. (as n)2 ' n prlve des fi*ro*lastes dune souris de ligne 3 infectes par le virus de la choriomningite. n met en culture ces fi*ro*lastes avec les !T isols prala*lement. n o*serve #uil ny a pas de lyse des fi*ro*lastes. !es cellules mises en culture ne proviennent pas de la m4me ligne, il ny a pas de reconnaissance ni donc de lyse possi*le. 5aintenant #ue nous savons gr6ce au document & #uelle est la fa-on dont lantigne est limin et #uelles sont les lments ncessaires cette limination lors dune rponse adaptative mdiation cellulaire, le document , nous donne des informations sur la fa-on dont la cellule ci*le meurt. n o*serve #ue les deu" cellules de souris #ue sont un !Tc et une cellule-ci*le se rapproche et se / colle 0, et #ue #uel#ues heures plus tard, la cellule-ci*le est dtruite. 7eu" possi*ilits sont alors envisager ' le !Tc a d8 li*rs des protines #ui ont perfores la mem*rane de la cellule ci*le, permettant ainsi une cytolyse ou *ien #ue des signau" mis par le !Tc aient d8 dclencher une autodestruction de la cellule ci*le ' lapoptose.