Vous êtes sur la page 1sur 1

VENDREDI 15 JUIN 2007 N O 24 FR. 1.50 92 e ANNÉE

CHAQUE VENDREDI, IL PREND DE VOS NOUVELLES J.A. 1618 Châtel-Saint-Denis
CHAQUE VENDREDI, IL PREND DE VOS NOUVELLES
J.A. 1618 Châtel-Saint-Denis

PUBLICATION ROPRAZ

TÉLÉ WENDT SA

www.telewendt.ch

Magasin spécialisé Radio-TV vente, location, réparation et télécom shop

Radio-TV v ente, location, réparation et télécom shop TV LCD SONY 66 cm a vec TNT

TV LCD SONY 66 cm avec TNT intégrée!

KDL-26U2000E argent - Fr. 1307.– Téléviseur-LCD de 66 cm, format d'image 16:9, résolution maxi: 1 366x768 pixels, HD Ready, processeur image BRAVIA, tuner digital terrestreTNT intégrée, Virtual Dolby Surround, entrée D-Sub, 1x interface HDMI, entréeYUV

1616

ATTALENS

021 947 44 58

1610

ORON-LA-VILLE

021 907 88 11

130-205700

«Le vampire de Ropraz, c’est mon double, mon frère!»

Le dernier roman de Jacques Chessex est inspiré d’un fait divers. Publié chez Grasset en février, «Le vampire de Ropraz» court toujours, quatre mois plus tard. Rencontre avec l’écrivain vaudois, auteur de «L’ogre», Prix Goncourt en 1973.

C’est au café de la Poste, à Ropraz, que Jacques Chessex nous a donné rendez- vous pour parler de son dernier livre: Le vampire de Ropraz. Un lieu qui n’a pas été choisi au hasard. Le cafetier n’est autre que le petit-neveu de l’oncle Jules, qui a mis en bière, en 1903, la victime du vampire: la virginale Rosa Gilliéron (lire encadré). Et le café se trouve à deux pas du cimetière, où il nous emmènera ensuite. Rosa y a reposé en paix, deux jours seulement. La maison de l’écrivain fait face au cimetière, dans lequel il aime flâner, parfois travailler. Il s’habitue ainsi à ce qui l’attend, dit-il. «Hodie mihi, cras tibi. Aujourd’hui c’est moi qui meurs. Demain, c’est toi», lancera-t-il avant le baisemain de l’adieu.

Pourquoi ce livre, pourquoi mainte- nant? Jacques Chessex: Ce livre, j’aurais pu l’écrire il y a une quarantaine d’années. Lorsque j’ai commencé à rôder à Ropraz, avant même que je n’y habite, j’avais entendu l’histoire du vampire. C’est à l’époque Jean Gilliéron, le pay- san-postier-cafetier, qui me l’avait racontée. Jean de la Poste, comme on l’appelait, m’avait rapporté les propos de son oncle Jules, qui avait aidé à met- tre Rosa en bière. En outre, je m’étais rendu dans une ferme, plus bas. Celle de Marcel Danalet, le neveu de Rosa Gilliéron. Il est mort dans les années 1980, avec ses dits et ses non-dits… Mais, peu de temps auparavant, il m’avait prêté les carnets du père de Rosa, le juge de paix Gilliéron – homme soigneux et attentif aux détails – qui avait rédigé une espèce de pro- cès-verbal sur la mort de sa fille: la

méningite, la mort, le service funèbre, etc. J’avais là la trame du livre.

Alors pourquoi avoir attendu? Nous étions à la fin des années 1970, je n’avais pas l’œuvre que j’ai aujourd’hui. Cette période voyait remettre à la mode le roman vampiri- que. On redécouvrait Bram Stocker, le père de Dracula, on passait des films sur le comte, etc. Je me suis dit alors que si j’écrivais cette histoire, j’allais être catalogué «écrivain fantastique». Ce que je ne voulais pas. Je racontais toutefois cette histoire dans mes classes au gymnase. Puis, il y a deux ans, alors que nous dînions sur ma terrasse avec Manuel Carcassonne, le directeur de publication de Grasset et une amie – qui avait été l’une de mes élèves –, elle en a parlé, en indiquant à Manuel que je la racontais au gymnase. Il a voulu que j’écrive ce Vampire au plus vite. Brusquement et formidablement, j’en ai eu envie. Il m’a fallu vingt et un jours.

Vous êtes-vous plongé dans des archi- ves? Mes archives, en fait, c’est moi. Voilà qui paraît très orgueilleux! Mais les années ont fait que j’ai de plus en plus confiance en moi, en ma façon quasi- ment médiumnique de sentir les gens, le monde. De capter le réel et ce qui est caché. Et puis je possède deux livres rarissimes: l’un sur le Jorat, paru en 1911. Une véritable étude ethnographi- que, qui prouve ce que je dis sur l’al- coolisme, l’inceste ou la solitude. Puis un autre de 1901: La contrée d’Oron, œuvre du président du tribunal Charles Pasche, qui a condamné le vampire. Curieusement, les archives de la com-

condamné le vampire. Curieusement, les archives de la com- L’écrivain Jacques Chessex, 73 ans, habite à

L’écrivain Jacques Chessex, 73 ans, habite à Ropraz depuis une trentaine d’années, en face du cimetière qui le fascine

PR

mune étaient très pauvres. Il n’existait qu’un document, la Feuille d’avis de Lausanne du 23 février 1903. Sans oublier les carnets du père de Rosa et les sources orales du village.

N’y fait-on jamais mention du vrai coupable? Vous n’en parlez pas dans votre livre… Je connais son nom. Mais, si je le disais, cela enlèverait au livre de son secret. Un indice: il fallait que la per- sonne qui a découpé les corps soit extrêmement habile au maniement du couteau, comme l’est un boucher. Seule une personne qui a l’habitude de dépecer de la viande aurait pu faire

cela. De plus, l’oncle Justin avait rap- porté des propos de la sorcière du vil- lage, qui lui avait dit: «Quand tu met- tras dans sa bière le vrai coupable, au moment où tu fermeras définitivement le cercueil, il perdra tous ses cheveux sur ses épaules.» C’est arrivé! Horrifié, l’oncle Justin l’a raconté…

Votre livre est davantage que la chro- nique d’un fait divers… Peut-être une critique de la religion, qui engendre culpabilité et crainte du diable? Non, pas du tout. Mais le livre va en effet au-delà du fait divers. D’abord, c’est un univers romanesque. Et puis, il ressemblerait plutôt à une espèce d’au- toportrait, comme tous mes livres d’ail- leurs… On doit sentir à sa lecture ma sympathie pour le vampire.

C’est la raison pour laquelle vous écri- vez, vers la fin du livre: «Vampire de Ropraz, mon double, mon frère!»? Oui. J’ai le sentiment, outre le destin que j’ai, que j’aurais pu en avoir beau- coup d’autres. Certainement pas celui d’un mathématicien ou d’un informati- cien. Mais j’aurais pu être médecin, pasteur, ou vampire… J’ai en moi de quoi devenir un marginal, ou un fou. J’aurais pu, dans cette histoire-là, par- tager ce destin, voire le faire mien.

Cela me paraît moins impossible que d’être informaticien. Je peux m’appro- prier le personnage du vampire, comme si j’étais capable de me fondre en lui, d’où «mon frère!» Je pourrais rôder avec lui, retourner sur la tombe de Rosa avec lui. Le couteau de bou- cher à la main… L’arme du crime est d’ailleurs en ma possession.

Elle est en votre possession? Oui, c’est une histoire folle. Mon fils Jean et l’un de ses collaborateurs ont entrepris de faire un documentaire sur moi. Ils m’ont donc filmé dans la forêt, au cimetière, chez moi… Eux sont retournés, il y a un mois, pour filmer certains lieux. Et, tout à coup, dans une marmite des gorges en dessous du cimetière, ils voient briller quelque chose, plongent la main et ressortent un couteau de boucherie. Et ce couteau date des années 1900, comme ceux qu’il y avait chez ma grand-mère, née en 1878. Même fabrique, même man- che, même bois, même fer trempé, même marque… C’est indéniable pour moi, c’est le couteau du vampire, celui avec lequel le corps de Rosa a été découpé…

Propos recueillis par Priska Rauber

Le Haut-Jorat en 1903, un pays non loin de la Transylvanie

Ropraz, février 1903. Un pays où «les idées ne circulent pas, où la tradition pèse», écrit Jacques Chessex dans Le vampire de Ropraz. A cette époque-là, «on se pend beaucoup, dans les fermes du Haut-Jorat». Peut-être parce que la vie est rude. «On est même si pauvre qu’on vend nos vaches pour la viande, on se contente du cochon et on en mange tellement sous toutes ses for- mes, fumé, écouenné, haché, salé, qu’on finit par lui ressembler.»

En cet hiver qui souffle, Rosa Gilliéron, la fille du juge de paix, meurt d’une méningite à l’âge de vingt ans. Deux jours plus tard, un promeneur trouve le couvercle du cercueil soulevé, le cada- vre violé, la main gauche coupée net, le sexe mastiqué, le cœur disparu. Stupéfaction villageoise, crainte du dia- ble, soupçons de vampirisme, ail et cru- cifix accrochés aux maisons pourtant

exécutées de manière semblable: à Carrouge, des gamins jouent à la balle avec la tête scalpée de Nadine; à Ferlens, c'est la blanche Justine qu'on profane. Monte alors la rumeur, comme une houle: il faut un coupable pour des crimes qui rappellent à chacun la «crasse primitive». Favez, un garçon de ferme un peu idiot, aux yeux rougis et aux longues canines, qu'on a surpris à l'étable abusant des génisses, sera le coupable idéal…

PR

protestantes

En avril de la même

année, deux autres profanations sont

CINÉMA SOMMAIRE VEVEYSE Le 3 e Comptoir est mis sur les rails 2 3 AVIS
CINÉMA
SOMMAIRE
VEVEYSE
Le 3 e Comptoir est mis
sur les rails
2
3
AVIS MORTUAIRES-SERVICE
6
ORON-LA-VILLE
La municipalité a été bridée
dans ses investissements
5
LA VERRERIE
Tinguely est de retour
dans ses anciens ateliers
8