Vous êtes sur la page 1sur 25

de Martínez

SEBASTIAN
CABRERA

le français
C’est pas du
Château
La Pompe
Pompe !

familier
JE LUI APPRENDS
A PARLER EN
VERLAN POUR
QU’A
L’ADOLESCENCE
IL PARLE A
L’ENDROIT !

Atelier pédagogique – le 24 février 2009


Alliance française de Martínez
Le français familier
Sebastián Cabrera

UN GARS -
UNE FILLE

« CHEZ LA
BELLE - DOCHE »

2
Le français familier
Sebastián Cabrera

GLOSSAIRE

La nourriture
En général : la bouffe, la bectance, la boustifaille, la graille, la graillance, la tambouille, un
gueuleton.
En particulier : le sauciflard, le frometon, la confiote, un casse-croûte, le pâtioche, une pizz’/ une
za, la bidoche/ la barbaque.
Manger : bouffer, boulotter, claper, croûter, grailler
Expressions : casser la graine, avoir la fringale/ avoir la dalle/ avoir la dent/ avoir les crocs.

La boisson
Le bar : le rade, le bistrot, le troquet, le zinc
Une bouteille : une boutanche, un kil.
Un verre : un ballon, un godet, un gorgeon.
Le vin : du jaja, du picrate/ de la vinasse, du pinard, du destop, du kroutchev, du beaujolpif, de la
bibine, du rouquin.
Les autres liquides : de l’antigel, du pousse au crime, une kro, un noir, un caoua, un déca, du
Château Lapompe, un crème-léopard.
Boire : prendre un pot, slurper, biberonner, écluser, licher, picoler, s’en jeter un, siffler, téter,
arroser, biberonner, écluser, enfiler, lever le coude, pochetronner/ se pinter/ se bourrer la gueule/
se défoncer la gueule/ se piquer la ruche.
Un alcoolique : un ivrogne, un alcoolo, un biberonneur, une éponge, un lavabo, un pochard, un
pochetron, un poivrot, un soûlard.
L’ivresse et ses conséquences :
Pendant: être bourré (comme une cantine), plein (comme une outre, comme un œuf), pété,
prendre une cuite, prendre une biture, avoir les dents du fonds qui baignent. se piquer la ruche,
être schlasse, être pompette, être rétamé, avoir la pistache, avoir du pompon, prendre une cramée
Après : dégueuler (tripes et boyaux), dégobiller, poser un renard, poser un râteau, avoir la gerbe /
la gerbouille (gerber).
Le lendemain : avoir la pépie, avoir la gueule de bois, avoir la gueule dans le cul, avoir mal aux
cheveux, avoir une tronche de lendemain de fête, avoir les yeux en trous de pine.
Le corps
La tête : la tronche, la bobine, la calebasse, la poire, le ciboulot, la citrouille, la fiole, la caboche, le
cassis, la frite, la hure, la cafetière, le cigare.
Les cheveux : les tifs, les plumes, les vermicelles, la tignasse, les crins, les vèches
Les yeux : les mirettes, les châsses, les quinquets, les calots, les gobilles, les lampions.
Les paupières : les vasistas

3
Le français familier
Sebastián Cabrera

Les oreilles : les écoutilles, les esgourdes, les feuilles, les portugaises, les étagères à mégots, les
baffles, les cages à miel, les éventails à moustiques, les manettes.
Le nez : le blair, le tarin, le pif, la truffe, le tarbouif.
La bouche : le bec, la boîte, le clapet, le claque-merde, la gueule.
Les dents : les crocs, les dominos, les ratiches, les quenottes, les crochets.
Les lèvres : les babines, les badigoinces
La langue : la menteuse, la mouillette
Le cou : le colbaque, le kiki, le sifflet.
Les épaules : les mécaniques.
Les seins : le balcon, les miches, les nibards, les nichons, les roberts, les roploplos, les airbags,
les nibs, les tchoutches.
Les bras : les biscotos, une aile, un aileron, des tentacules.
Le ventre : le coffre, le buffet, le bide, la boîte à ragoût, la baquet, le placard, le burlingue
Les mains : les pognes, les pinces, les paluches, les louches, les manettes
Les doigts : un francfort, un salsifi
Les fesses : le baigneur, le croupion, le dargif, le derche, les miches, le pétard, le panier, le
valseur, le tcho-tcho
Les jambes : les quilles, les guiboles, les gambettes, les cannes, les pattes, les poteaux, les
guitares, les jambons.
Les pieds : les arpions, les pinceaux, les nougats, les panards, les ripatons.
Le cœur : le palpitant, le battant
Les poumons : les éponges, les soupapes
Le sexe masculin : le zizi, la quéquette, la bébête, le bigoudi, le sguègue, le paf, la pine, la bite, la
teub, le zob, le grand chauve avec un col roulé, la biroute, le braque, le chibre, le nœud, le paf,
Popol, les burnes, les noix, les roustons, les balloches, les valseuses, les joyeuses, les burettes, les
claouis, les orphelines, les précieuses, les roubignoles, les baboules, les calots, les abats…
Le sexe féminin : l’abricot, le berlingot, la chatte, le frifri, le mille-feuille, la moule, la pâquerette,
la cramouille, la moniche, la babasse, la barbu, la motte, la fente, la pissotte, la foufoune, la
gâchette…
L’anus : l’échalote, l’entrée des artistes, le fion, l’oignon, la pastille, la rondelle, le recteur, le trou
de balle, la bagouze, le petit fripé…
Quelques expressions : peau de balle, avoir le feu au derche, prendre son panard, ramener sa
fraise, avoir les portugaises ensablées, en avoir gros sur la patate, mettre la main au panier,
emmener Popol au cirque, avoir les bonbons qui collent au papier / avoir les rideaux qui collent aux
fenêtres.

4
Le français familier
Sebastián Cabrera

TRANSCRIPTION
Jean: Hum, ça a l’air bon ça!
Belle-mère: Mais, est-ce que j’ai l’habitude de vous servir des plats qui sont pas bons? J’vais
aller chercher la sauce.
Jean: Oui, voilà, allez c’est parti.
Alexandra. Ben qu’est-ce que tu fais?
Jean: Ben, j’bouffe hein.
Alexandra: M’enfin on attend la maîtresse de maison avant de commencer! Enfin!
Jean: Ouais mais attends j’ai faim moi
Alexandra: Ça la fout mal ça.
Belle-mère: Tiens, voilà la sauce.
Alexandra: Merci maman.
Jean: Bon appétit hein. Allez.
Belle mère: Oh Alex je t’ai dit que ta tante est à l’hôpital?
Alexandra: Qui? La tante Géma?
Belle-mère: Mais oui
Alexandra: C’est pas vrai!
Belle-mère: Figure-toi qu’elle a eu un accident de voiture. Elle avait tout le bras déchiqueté. Oh
y avait les nerfs qui pendaient au bout, comme ça quand ils l’ont sortie.
Alexandra: Ben, dis donc, la pauvre. Bleah!
Belle-mère: Oh ma pauvre tante Géma.
Jean: Ah j’suis d’accord avec vous, c’est dur, allez!
Belle-mère: Oh ben dites donc, j’ai oublié le sel. Oh ben j’reviens.
Jean: Allez là, on y va, parce que là...
Alexandra: Jean! Enfin attends cinq minutes!
Jean: Mais attends, elle fait exprès ou quoi? J’ai la dalle moi!
Alexandra: Tu vas l’insulter, tu vas la vexer là. Mais t’es mal élevé, toi!
Belle-mère: Voilà. Ben dis donc le gendre, mais qu’est-ce que vous attendez pour manger?
Vous aimez pas ça, la blanquette?
Jean: Si mais....

2)

Jean: Dites-moi, vous aimez bien ça, la blanquette vous, non?


Belle-mère: Pourquoi y dit ça?
Jean: Non, parce que, excusez-moi, mais j’ai l’impression. Qu’est-ce qu’on a mangé la
dernière fois chez ta mère?

5
Le français familier
Sebastián Cabrera

Alexandra: Oh oui, dis donc, c’était de la blanquette de veau, c’est drôle ça.
Jean: Ah ouais, ouais, mais euh, qu’est-ce que j’voulais dire, vous en faites aussi quand
on est pas là ou euh, vous essayez de varier les menus, oui, euh?
Alexandra: En tout cas maman, t’es tombée pile, parce que Jean adore la blanquette de veau,
hein hein, minou?
Jean: Ah ouais!
Belle-mère: Ah mais ça vous va bien Jean, la blanquette, un bon plat du terroir, bien paysan,
un peu lourd, euh...
Jean: Oui, bien sûr. J’adore ça en tout cas, mais j’en ai mangé des meilleures aussi.
Alexandra: Jean!
Jean: Enfin en tout cas on est pas venu ici pour bien manger, ça se saurait.
Alexandra: Ben non maman, moi je suis venue pour te voir.
Jean: Ben moi non. D’ailleurs, pourquoi j’suis venu, moi?....

3)

Belle-mère: Oh! J’ai oublié le pain!


Jean: Décidément!
Belle-mère: Mangez ça va être froid.
Jean: Ouais.
Belle-mère: Alors ça vous plaît?
Alexandra: Hum, c’est délicieux maman, c’est parfumé, c’est humm...
Belle-mère: Oh ben tu sais, ya que des bonnes choses, de la cannelle, de la menthe...
Jean: Des cheveux aussi, hein....
Belle-mère: Ah ça c’est pas à moi!
Jean: Écoutez, c’est bien vous qui avez préparé la bouffe aussi non?
Belle-mère: Oui, oui, mais le cheveu n’est pas à moi, dis-lui toi Alexandra!
Jean: Mais j’invente pas.
Alexandra: Enfin Jean! Ça va pas? Tu sais très bien que c’est pas les cheveux de maman!
Jean: Attends il était là, j’y peux rien, je veux dire.
Alexandra: C’est peut-être un cheveu qui vole, enfin.
Jean: Attends oh oh oup oup attends, c’est vrai, autant pour moi, il est pas à vous, il est
pas blanc.

6
Le français familier
Sebastián Cabrera

4)

Belle-mère: Tu sais ma chérie? Tu pourrais aussi venir dîner toute seule quelquefois.
Jean: Ah oui, ça c’est une super idée ça, mais bien sûr, ouais, attends, une fille et une
mère ça a plein de choses à se dire. Comme ça vous pourrez dire du mal de moi.
Belle-mère: Oh alors ça, pour ça, votre présence ne me gêne pas du tout, mais alors pas du
tout, au contraire, ça m’inspire....

5)

Belle-mère: Y voulait rien savoir.


Alexandra: Alors qu’est-ce que t’as fait?
Belle-mère: J’ai dit vous savez m’sieur si tout le monde se comportait comme vous la galanterie
ne serait qu’un souvenir
Alexandra: Bien joué maman! Bien envoyé! Ça alors là-dessus.
Belle-mère: Il me regarde et il me dit
Toi qu’est-ce que t’aurais fait?
Alexandra: Moi, je me serais levée. Je me serais excusée
Belle-mère: Et vous Jean, qu’est-ce que vous auriez fait?
Jean: Moi je vais te dire : je m'en bats les burnes de tes histoires mais alors d'une
force tu peux pas t'imaginer espèce de vieux fossile. Tu sais quoi ? Ça fait 7 ans
que tu me gonfles, 7 ans que toi, je te vois tout le temps avec ta sale gueule et
ta sale blanquette qui pue là. Tu sais quoi j'ai qu'une envie c'est de te foutre une
rafale de phalanges dans la tronche, que tu fasses 3 tours dans ta gaine sans
toucher l'élastique espèce de vieux tromblon, tu veux te battre ok on va se
battre !
Belle-mère: Jean! Vous m’entendez? Qu’est-ce que vous auriez fait? Jean!
Jean: Hein, j’sais pas ce qu’aurais fait, j’en sais rien.

7
Le français familier
Sebastián Cabrera

VERLAN

« JULIEN
RENCONTRE
SON TEPO »

8
Le français familier
Sebastián Cabrera

DIALOGUE
 1ère étape: Écoutez le dialogue suivant. Quels sont les personnages? De quoi ils
parlent?

 2ème étape: Complétez la transcription du dialogue avec les mots qui manquent.

Julien : ..........................mec,...........................?
Fred : Ouais tranquille
Julien : J’peux te .......................une ..........................?
Fred : Tiens gars. C’est la .............................. en ce moment c’est clair, j’ai plus une
.................................. J’ai déjà en plus j’ai déjà tout .............................. ce que mes parents
m’ont donné. Et toi mec ça roule ?
Julien : Ouais j’ai trouvé du ............................. dans un magasin, j’ai un peu de
.................................... et je peux m’acheter de la ......................................., pas besoin de
mon ................................, tranquille quoi.
Fred : Tu veux venir chez .......................... à 8h00. On ira ............................... ensemble après
on bougera.
Julien : Non mec, je vais au .............................. avec ma ............................. quoi.
Fred : Allez viens j’te dit, après on ira faire la ........................ au café concert y'a de la
bonne.................................... En plus ça va être trop .............................!
Julien : Ouais ça me ............................... bien. Je viendrai avec des ......................

 3ème étape: Donnez l’équivalent en français standard des mots ou expressions que
vous avez trouvés.

GLOSSAIRE
L’argent
du blé, du flouze, du fric, de la galette, du pèze, du pognon, (100) balles, (100) sacs, un bâton,
une plaque, une patate, une brique, un flèche, un rond, de la thune, des pézètes, un radis, des
picaillons, des pépettes, de la ferraille.
Un rond, un radis (sens négatif) : « Je n’ai pas un rond »
Expressions : T’as pas cent balles ? Je me suis fait lessiver, éponger, repasser. Je suis à sec.
Gagner de l’argent : gagner son pain, gagner son bifteck, faire bouillir la marmite, mettre du
beurre dans les épinards.
Le travail
un boulot, un job, le turbin, du taf.
Travailler : Bosser, marner, trimer, turbiner, usiner, affurer
Ne pas travailler : Ne pas en foutre une rame, avoir un poil dans la main, coincer la bulle, glander
(vulgaire).
Les vêtements
En général : les frusques, les fringues, les nippes, la sape,
En particulier : Chapeau : un bitos, un galure, un galurin, une bâche

9
Le français familier
Sebastián Cabrera

Chaussettes : les fumantes, les sachets


Chaussures : les croquenots, les écrase-merde, les godasse, les godillots, les tiags (tiagos) les
péniches, les pompes, les tatanes, les sketbas
Chemise : une limace, une liquette, un marcel,
T-shirt : un tiche
Mouchoir : un tire-jus
Pantalon : un falsar, un futal, un bénard, fun roc, un grimpant
Cravate : une étrangleuse
Slip : un calbar, un calcif, un slibar, un kangourou, un cache frifri
Expressions : prendre une veste, porter le chapeau, être à coté de ses pompes, faire dans son froc,
décapsuler les sachets.

Les gens
La femme
une craquette
Une femme (en général) : une meuf, une feume, une souris, une belette, une faoua, une
gonzesse, une zessgon, une go, de la touffe, …
Une femme (particulière) : une gazelle, un canon, un caviar, une bimbo, une radasse, une
morue, une multiprise, une grognasse, une pisseuse, une poufiasse, une amazone, une vioque, un
cageot/ un boudin/ un thon
L’homme
Un homme (en général) : un mec, un keum, un zig, un gugus, un gus, un type, un hamster.
un boug/un frolo/un igo/ un keumé, un kho
Un homme (particulier) : un canon, un blaireau/ un Mimile/ un Jacky, un gadjo, un malabar,
une armoire à glace, une grosse légume/ une huile, un plouc, une lopette, un clodo, un zonard, un
rupin un vioque, un alligator/ un bouffon.
Un idiot : une disquette, un bouffon, un Mickey, une tache, un vinche.
Les enfants
la marmaille, les gosses, un chiard/ un gnard, un/une môme, un minot, les gamins, les morpions,
un mouflet/ un loupiot/ un moutard.
Les amis
mon pote, mon tépo, ma came, mon frère, ma couille, mon gros, ma gueule, mon kho, mon négro,
mon poto
La famille
ma pomme, ma bergère, mon beauf, mon frangin, ma frangine, ma vieille, mon dab/ mon vieux,
ma belle-doche, les biomanes, les matons
Les pronoms personnels argotiques
Moi : mézigue, Toi : tézigue, Lui : cézigue, Nous : nozigue, Vous : vozigue, Eux : leurzigue

10
Le français familier
Sebastián Cabrera

« LE RENCARD »

11
Le français familier
Sebastián Cabrera

 Lisez le texte ci-dessous:

Le rencard
“Mon pote m’avait filé rencard à huit plombes derrière le restau du coin de la rue. Comme ma
bagnole était foutue, je suis venu à pinces et j’étais un peu à la bourre. Il était devant la lourde et
m’attendait en fumant une clope. Furax, le mec.... Dès que je me suis pointé, il m’a chopé en
gueulant:
-Alors, qu’est-ce que t’as encore fabriqué? J’en ai marre de toujours poireauter.
-Eh, oh! ... Mollo ... T’es pas jouasse de me voir? Ma bagnole est en carafe. C’est pour ça.”

 Réécrivez le texte ci-dessus en français « correct »:

....................................................................................................................................
....................................................................................................................................

....................................................................................................................................

....................................................................................................................................

....................................................................................................................................
....................................................................................................................................

....................................................................................................................................

12
Le français familier
Sebastián Cabrera

CAMERA CAFE

« LE ROUTIER »

13
Le français familier
Sebastián Cabrera

GLOSSAIRE
Les sentiments, la violence, les insultes

La colère
avoir les boules, avoir les glandes, gonfler, faire la gueule, tirer la tronche, être furax, se mettre en
pétard (en tarpé), pousser une gueulante.
Exaspérer
emmerder, casser les couilles, casser les burnes, faire chier, en avoir ras le bol, en avoir plein le
dos/ le cul.
Le désordre
le bordel, rebordel, foutoir, le merdier, le boxon, le bazar, le souk, le bin's.
Détester
sacquer, blairer, piffer, encadrer, encaisser. Débecter, à gerber, donner des boutons.
Aimer
kiffer, être morgané, avoir quelqu'un dans la peau, être fou de, être dingue de.
Avoir peur
avoir les foies, faire dans son froc/sa culotte, serrer les fesses, avoir le trouillomètre à zéro, avoir
la pétoche, transpirer sa race.
Un coup
un gnon, un coquard, une tarte, un bourre pif.
Une correction
une raclée, une branlée, une dérouillée
La bagarre
la baston
Frapper
gonfler, amocher, tabasser, gater, goumer, niquer, trainer.
Injures sexuelles
fiotte, pédé, pédale, pédalo, tapette, tante, folle, enculé, enfoiré ; AC/DC, autoreverse, angelina ;
sidateux; ASPRO (ass professional) ; pute, salope, radasse, morue, poufiasse ; brouteuse, gouine,
gouinasse, godoux.
Pour émettre des doutes sur les capacités mentales de son interlocuteur
loufdingue, ouf, dingue, fêle, givré, barjot ; il a pas le gaz à tous les étages, il a une araignée dans
le plafond.
Insultes racistes
Arabes : Racaille, caillera, bicot, bougnoule, tiol (aphérèse de bestiole), crouille, raton, arbicot,
nardène, nordaf.
Allemands : boche, chleu, fritz,
Chinois : chinetoque, noiche, niacoué

14
Le français familier
Sebastián Cabrera

Italiens : rital, macaronis


Anglais : angliches, biftecks, rosbifs
Polonais : polak
Noirs : blackie, velcros, blackos, bounty, kosbla
Américains: cainf, amérloque,
Espagnol: espingouin
Portugais: portos, guèche
Belges: belgicos
Américains du Sud: latinos
Russes : ruskofs, popofs
Gitans : romanichel
Juifs : feuj, woody
Français : loigo, from, pate-rillettes, halouf, roumi, babtou (blanc de peau), bébert (BBR)
Parisiens : parigot, blondin
Non Parisiens : bouseux, péquenot, plouc.

TRANSCRIPTION

Hervé: Jean Claude Jean Claude raccroche tu sais très bien que ça te réussit pas de
téléphoner au volant tu me diras ça au bureau tout à l'heure.

Jean-Claude: Eh !! Tu vas la bouger ta bétaillère à chameau va te faire enculer gros


cul je t’en foutrais de la priorité à droite.

Jean-Claude: Allô ah il est en forme.

Hervé: Ben voilà ça fait une journée de plus tu viens boire un coup JC ?

Jean-Claude: Ben non j'peux pas Hervé je suis coincé là.

Hervé: T'es coincé de quoi? qu'est ce qui y a ?

Jean-Claude: J't'ai dit ce matin je me suis pris le bec avec un routier.

Hervé: Ben ouais j'me souviens j'ai entendu.

Jean-Claude: J'ui ai collé une targette à travers la vitre quand il était à l'arrêt.

Hervé: Tu m'avais pas dit ça c'est quoi ces conneries?

Jean-Claude: Et maintenant il est là j'l'ai vu par la fenêtre des chiottes y m'a attendu toute
la journée y a ses potes qui arrivent.

Radio: Tarzan pour Grizzli Tarzan pour Grizzli les renforts arrivent on va te l'aplatir
ton client on va lui refaire le colon à la chignole terminé.

15
Le français familier
Sebastián Cabrera

Hervé: Tu sais ce que c'est que le colon?

Jean-Claude: Va jeter un coup d'œil là par les chiottes.

Hervé: Oh mais ça va.

Allez s'il te plait.

Hervé: Oh là là, mais quelle flipette j'te jure ah ouais ah ouais t'avais raison y sont
beaux quand même dis donc c’est des gros.

Jean-Claude: J'vais les avoir sur le dos Hervé.

Hervé: Bon ben j'vais pas coucher ici.

Jean-Claude: Ah non non non non tu me laisses pas hein!

Hervé: ben appelle les flics comme tout le monde Jean Claude.

Jean-Claude: Mais je suis pas tout le monde Hervé tu sais très bien que je roule sans permis
depuis six mois.

Hervé: Ah putain oui c'est vrai t'arrange pas les choses aussi hein eh tiens voilà!

Jean-Claude: Quoi qu'est-ce que t'as fait?

Hervé: Mais c'est rien c'est rien mais pourquoi tu passes pas par le parking?

Jean-Claude: Mais j'peux pas j'ai entendu par la C.B. y zont bloqué le parking y vont envahir
le bâtiment c'est une question de minutes là.

Hervé: Bon ben je vois plus qu'une solution.

Jean-Claude: Quoi?

Hervé: Tu vas prendre une douche et tu te fais une beauté !

Jean-Claude: Oh non ris pas ris pas putain t'as vu les bestiaux y peut y avoir mort
d'homme là.

Radio: L'enfoiré porte un blouson de cuir noir et une écharpe rouge une caisse de
roteuses à celui qui le fait couiner le premier je répète l'enfoiré porte un
blouson de cuir noir et une écharpe rouge terminé.

Sylvain: Eh les mecs vous savez quoi j'ai rendez-vous avec une fille ce soir enfin c'est
pas vraiment une fille c'est pas vraiment un rendez-vous mais c'est la dame
qui doit repasser mon linge eh ma mère elle est trop vieille maintenant mais
euh y parait qu'elle est jeune je crois qu'y a ouverture qu'est-ce qu'il a à me
regarder comme ça ?

Jean-Claude: Y va pas y aller comme ça Hervé y peut pas y peut pas y aller comme ça on
dirait le premier de la classe.

16
Le français familier
Sebastián Cabrera

Hervé: Ah mais mais oui il a raison qu'est que c'est que ce look on va te relooker
façon télé tu vas voir.

Sylvain: Ah merci les gars eh oh j'crois que j'ai trouvé mon look l'écharpe ça fait pas
trop rocker?

Hervé: Tu rigoles ça fait baroudeur du désert tu vas la déchirer.

Jean-Claude: Allez file tu vas être à la bourre.

Sylvain: Allez souhaitez-moi bonne chance.

Hervé: Ben tiens.

Jean-Claude: Eh Sylvain tu fais gaffe à mon cuir quand même.

Sylvain: Et merci hein!

Hervé + Jean- Ouais.


Claude:

Hervé: Bon ça va commencer monte le son.

Radio: Le vlà les mecs Christophe passe-moi le nerf de bœufs tiens-le ! Tiens-le!

Jean-Claude: T'es là.

Hervé: Ben où tu vas?

Jean-Claude: Ben j'passe voir Sylvain à l'hôpital il en a quand même pris pour quinze jours.

Hervé: Ah oui j'ai retrouvé ton blouson au fait sur le parking.

Jean-Claude: C'est pas vrai !

Hervé: Il est nickel y a rien ça va pouvoir changer de cette pelure infâme là.

Jean-Claude: Ouais j'vais pas passer finalement à l'hôpital t'aimes bien être tranquille.

Hervé: Ouais surtout quand t'es en réanimation dis moi les chocolats du coup.

Jean-Claude: Ben du coup t'en veux?

Hervé: Ben oui j’adore ça.

17
Le français familier
Sebastián Cabrera

EXOS

18
Le français familier
Sebastián Cabrera

Du verlan et de l’argot

 Traduisez ces phrases du langage familier au français standard:

1. La petite rouquine est bien balancée.

2. Je vais m’envoyer un p’tit noir au zinc.

3. Mon copain pionce dans sa piaule.

4. Avec sa vieille bagnole il n’arrivera pas à semer les flics.

5. Arrête de raconter des salades, t’es pas rigolo.

6. Elle est super canon cette meuf.

7. J’ai gagné une brique au loto.

8. Ma frangine arrive demain avec ses deux gosses.

9. Cette bellette est limite criminelle.

10. T’as rien dans le disque dur.

11. Je le truste pas, il m’a pas caré de la résoi.

 Retrouvez l’équivalent en français correcte et dites (si possible) quel a été le procédé
utilisé pour la création du mot:

La reum
Une nuigrave
Les sketbas
Un kho
Un tiche
Les exos
Un keuf
Le keuba
Une étrangleuse
Un Saddam
La tronche
Le comico

 Associez chaque expression familière avec sa définition:


1. emmener Popaul au cirque a. échouer dans la drague

2. avaler son bulletin de naissance b. être endormi, ne pas avoir l’esprit très clair.

3. être super upset c. mourir

4. être bourré d. avoir un rapport sexuel

5. prendre une veste e. être en colère

6. être à côté de ses pompes. f. avoir faim

7. avoir la fringale g. être ivre

19
Le français familier
Sebastián Cabrera

 À partir des phrases suivantes, énoncez les caractéristiques du français familier:

1) Ce porte-clefs j’l’ai eu gratos.


2) Tu m'as bluffé
3) Ce bar, ça craint
4) J' kiffe grave le rap.
5) Il fume un joint.
6) Y a rien dans mes poches.
7) Il m’a pas caré de la résoi.
8) On fait la teuf chez oim.

20
Le français familier
Sebastián Cabrera

skeuds
« Le Deux - Cinq »

21
Le français familier
Sebastián Cabrera

Chanson : Le deux-cinq

"Rap Comtois" co-écrit par Aldebert et Laurence Semonin (La Madeleine Proust)

Ouaiche grand, ça va bien ? Savagnin ? Bienvenue dans le 2-5 man


Spéciale dédicace à la Chaux de Fond, Pierrefontaine les Varans, gouffre de Poudrey, source du
Lison
A tous les Francs-Comtois, ouvrez grand vos oreilles
Tchatche en direct de Bonnevent-Veloreille
Pour un spécial freestyle au bord du Doubs
T’es prêt grand ? Ecoute ça MC Victor Hugo
J’étais pas un frère Lumière, mais tu sais quoi,
C’est du Franc-comtois premier choix
On y va …

Refrain

Roule tout doux dans le 2-5


Tout le monde debout sur le zinc
Debout sur le zinc
Roule tout doux dans le 2-5
Allez lève ton verre et trinque

Bienvenue dans la cité du comté et du vin blanc


Ici tout le monde a le droit de cité
Dans le vivier des bons vivants
Que tu viennes du Jura ou du Territoire de Belfort
Gloire à celui qui percera les secrets de la saucisse de Teau-mor.

Refrain

Tu sais d’où on vient nous ?


Du 2-5
Où ça ? Du 2-5 !
Joue pas les Don Quichotte
Car le fromage est l’avenir
Pour faire une bonne cancoillotte, il faut du metton qui déchire
Mettons que tu la loupes, mettons que ce soit de la soupe
Tant pis
Pour te faire pardonner, débouche un petit chardonnay.

22
Le français familier
Sebastián Cabrera

Refrain

Baltringue

Refrain

Bien sûr, j’suis du 2-5


Tu vois , c’est pour ça, ben ouais
Merci les verres, homme de paille, passe à la fruitière, y’a du vin de paille
C’est en direct que j’te colle de la fruitière viticole
Je préfère les fromages à pâte molle,
J’suis le déglingo de Mamirolle
Méfie-toi du vin d’Arbois
Plus on en boit, plus on va droit
Alors si j’m’endors, attends-moi
Comme un mont d’or dans sa boîte en bois
Franc-comtois rends-toi
Nenni ma fois, où tu vas toi ?
Tu crois quoi, j’te perce moi
J’suis de Longchaumois, j’suis né dans la forêt de Chaux
Elevé par les sangliers, man
Mon père habitait Marchaux, et il distillait la gentiane.

Refrain

Ici c’est un peu la Hollande


Il faut bien choisir son fromage
Parce que si t’embaumes les dames
Du saint tricard à Baume les Dames.
Le 2-5 c’est pas la Guadeloupe
Il fait jamais chaud à Besac
Sous le soleil du mois d’août, on supporte l’anorak
Sous la Saline d’Arc et Senans, il fait froid comme au pôle nord
Métabief grand, tu vas attraper la mort

Refrain
Joue pas les baltringues !
Roule tout doux dans le 2-5
Tout le monde debout sur le zinc
Debout sur le zinc
Tu crois quoi baltringue
Lève ton verre et trinque
J’fais du pera comtois moi
Bien entendu
Ecoute ce son
C’est le son du terroir
Cette région, c’est ton histoire
Monte le son
Monte le son du terroir
Qu’on l’entende de Pontarlier à Montbéliard

23
Le français familier
Sebastián Cabrera

Biblio

24
Le français familier
Sebastián Cabrera

Caradec, François: N'ayons pas peur des mots. Dictionnaire du Français Argotique et Populaire.

Colin, J-P; Mével, J-P, Leclère, Ch.: Dictionnaire de l'argot. Ed. Larousse. 1994
Colin, J-P.: Grand dictionnaire Argot & français populaire. Larousse, 2006.

Collectif: Lexik des cités. Feuve Noir, 2007.

Merle, Pierre: Dictionnaire du Français qui se cause. Ed. Milan

: Nouveau Dictionnaire de la langue verte. Le français argotique et

familier au XXIe siècle. Ed. Denoël, 2007

: Le dico du français branché, Point-virgule 1999.

Sites Internet :
http://dico-des-mots.com/
http://argot.abaabaa.com/
http://blogdegabi.over-blog.com/
http://www.dictionnairedelazone.fr/
http://www.sharedsite.com/hlm-de-renaud/hlm/lexique/index_lexique.html

25