Vous êtes sur la page 1sur 76

Document réalisé par

Francis St raet

francis@creer-sa-vie.com

Sit e web :

ht t p://www.creer-sa-vie.com/
I

PSYCHOMOTRICITE

CONCEPTUELLE

1
Introduction

"La réédu cat i on psych omot ri ce, n ou vel l e ven u e dan s


l 'arsen al t h érapeu t i qu e, s'adresse à l 'i n di vi du évol u t i f qu i
présen t e dan s et par son corps des t rou bl es de I a
con sci en ce 1 dan s son êt re à soi et au m on de." 2

Je ci t e Def on t ai n e pu i squ e dan s cet t e ph rase i l ref l èt e ma


con cept i on de l a réédu cat i on psych omot ri ce. I l don n e u n e
déf i n i t i on de l a psych omot ri ci t é s'accommodan t t ou t au t an t à
mon vécu corporel qu 'au x rai son s de mon i n t érêt pou r cet t e
di sci pl i n e.

I l di t qu e l a réédu cat i on psych omot ri ce (R.P.M.) s'adresse à :


- l 'i n di vi du évol u t i f... l a R.P.M. n e s'arrêt e pas à l 'en f an ce, el l e
su i t l a person n e dan s son évol u t i on au cou rs de sa v i e,
- qu i présen t e dan s et par son corps des t rou bl es... el l e con cern e
l 'i n t éri eu r du corps (dan s) et l e corps dan s son i n t en t i on
mot ri ce (par), c'est u n corps agi et agi ssan t ,
- des t rou bl es de l a con sci en ce à soi et au mon de, i l n e peu t y
avoi r de mau vai se i n t en t i on mot ri ce mai s u n man qu e ou
al t érat i on de l a con sci en ce d'êt re dan s u n corps qu i pou rt an t
seu l est l 'i n st ru men t de l 'agi r su r l e mon de. Le corps est
l 'i n st ru men t de l 'act i on .

De pl u s cet t e déf i n i t i on con t i en t deu x des t roi s mot s cl és de ce


mémoi re : CORPS et CONS CI E NCE . I l n e man qu e par con séqu en t
qu e le t roi si ème, à savoi r V I S U A LI S A TI ON, qu e n ou s
décou vri ron s pl u s avan t dan s ce t ravai l .

Commen çon s par l e corps, i n spi rat eu r et su pport de ce projet !

1
C'est moi qui souligne.
2
DEFONTAINE Joël : Psychomotricité et relaxation, (Paris, Masson), 1979, p.3.

2
1.1. Le Corps.

I l va êt re qu est i on du corps dan s cet t e part i e du docu men t . Non


pas l e corps comme objet d'u n e ét u de an at omi qu e, mai s pl u t ôt
du pl an de l 'exi st en ce, comme expressi on person n el l e d'êt re au
mon de, u n corps agi ssan t en qu el qu e sort e.

Ce qu i me sembl e i mport an t act u el l emen t , vu l 'ét at de ma


rech erch e, du poi n t de vu e du corps, ce son t l a mémoi re
psych omot ri ce au sen s m u scu l ai re, et l 'i n vest i ssemen t .

- I l est con n u qu e l a mat u rat i on du syst ème n erveu x de l 'en f an t


se réal i se au mi eu x de ses pot en t i al i t és, l orsqu e son corps bou ge
et reçoi t des af f éren ces. I l doi t don c f ai re l 'expéri en ce de l a
l i bert é psych omot ri ce m ai s est -ce su f f i san t ?

- Comme ch acu n l e sai t égal emen t , l 'en f an t en mou vemen t f ai t


des acqu i si t i on s, f aci l es à en grammer vu son jeu n e âge, et ai n si
i l st ru ct u re son sch éma corporel , m ai s commen t ?

1 .1.1. L 'investissement.

E n f ai t n ou s parl eron s dan s u n t emps d'i n vest i ssemen t et dan s


u n au t re t emps, cel u i de l a réédu cat i on , de réi n vest i ssemen t .

V oyon s d'abord l a n ot i on d'i n vest i ssemen t , de qu oi s'agi t -i l ?

Ch ez l 'en f an t , un él émen t corporel , paral l èl emen t à sa


mat u rat i on n eu robi ol ogi qu e, n 'est vrai men t pri s en ch arge qu e
l orsqu 'i l a éprou vé u n i n t érêt pou r cet él émen t arri van t à
mat u rat i on
- l 'i n t érêt résu l t an t du pl ai si r su sci t é par cet él émen t .
E t qu an d l 'en sembl e des él émen t s de mat u rat i on , t ou s l es
segmen t s corporel s on t f ai t l 'objet d'u n e ch arge af f ect i ve, i l
rest e à u n i f i er cet t e ch arge af f ect i ve su r l 'en sembl e du corps
- car i l n e peu t exi st er u n Moi qu e l orsqu 'i l y a v écu de l 'u n i t é du
corps.

Mai s pou r qu e l 'en f an t pren n e pl ai si r à son corps i l f au t qu e


qu el qu 'u n d'au t re pren n e pl ai si r pou r son corps avan t l u i , cel a se
f era dan s l a rel at i on avec l a mère. Cel a, l es t ravau x de S pi t z
l 'on t démon t ré.

A i n si i l exi st e au départ u n pot en t i el d'équ i pemen t don n é à l a


n ai ssan ce, qu i va mû ri r et s'i n st al l er su i van t l e dével oppemen t
de l 'en f an t . Mai s l a qu al i t é de ce dével oppemen t est au ssi su jet
de l a qu al i t é de l 'i n vest i ssemen t don t va êt re ch argé cet
équ i pemen t . De ce dou bl e cou ran t con comi t an t von t se dégager
l a st ru ct u rat i on du sch éma corporel et l a con st ru ct i on de l 'i mage
du corps. E t su r ces deu x él émen t s von t se con st ru i re t ou t es l es
praxi es..., se dével opper l es programmes m ot eu rs.

3
A yan t recon n u l 'exi st en ce et l a n écessi t é de l 'i n vest i ssemen t
corporel , on peu t se poser l a qu est i on : peu t -i l y avoi r
dési n vest i ssemen t ?

Je pen se qu e ou i , n ot ammen t , l orsqu e l e corps, d'objet de pl ai si r


se t ran sf orme en objet de sou f f ran ce... sou f f ran ce ph ysi qu e avec
l a dou l eu r ou sou f f ran ce psych ol ogi qu e avec l es probl èmes
d'i mage de soi qu e peu t su sci t er l e h an di cap.
3
A i n si , c'est l e cas des en f an t s can céreu x ch ez qu i l e corps est
syn on yme de sou f f ran ce et de mal adi e, l a n écessi t é d'u n e gran de
at t en t i on au réi n vest i ssemen t corporel gl obal qu 'i l f au t su sci t er
4
n 'est pl u s à démon t rer (Qu i n t an a 1 9 8 4 )

E t cel a peu t êt re au ssi l e cas ch ez l 'adu l t e t rau mat i sé ou


5
l 'él émen t corporel bl essé sembl e êt re mi s à l 'écart , deven an t
port eu r symbol i qu e de t ou t es l es sou f f ran ces.

Ce réi n vest i ssemen t peu t s'ef f ect u er de f açon m u l t i -modal e, san s


vou l oi r êt re exh au st i f :
- su sci t er progressi vemen t des expéri en ces mot ri ces et
sen si t i ves (par l e t ou ch er d'au t ru i ) posi t i ves avec cet él émen t ou
ce corps bl essé,
- repren dre l e pl u s rapi demen t possi bl e u n e v i e soci al e n ormal e,
- permet t re l a m i se en v al eu r d'au t res ressou rces ou possi bi l i t és,
- par l a vi su al i sat i on en ét at de con sci en ce modi f i é, comme i l est
proposé de l e f ai re dan s ce t ravai l , bou ger dan s sa t êt e.

L'au t re aspect qu i m e sembl e i mport an t c'est ...

1.1.2. L e sens musc ulaire.

Ce sen s mu scu l ai re se con st ru i t par l es i n f ormat i on s art i cu l ai res,


péri -art i cu l ai res, mu scu l ai res et t en di n eu ses, et ce grâce au x
n ombreu x organ es récept eu rs de l a sen si bi l i t é mu scu l oart i cu l ai re
:
- f u seau x n eu romu scu l ai res des m u scl es,
- organ es de G ol gi des t en don s,
- corpu scu l es de Ru f f i n i du péri ost e, des l i gamen t s et des
capsu l es art i cu l ai res,
- corpu scu l es de Paci n i répan du s dan s l es mu scl es, l es t en don s,
l es l i gamen t s art i cu l ai res et l es syn ovi al es,
- corpu scu l es de Krau se des syn ovi al es,
- organ es de G ol gi Mazzon i des t i ssu s péri art i cu l ai res et t en -
di n eu x,avec en pl u s t ou s l es organ es de l a sen si bi l i t é cu t an ée.
S i l es n ombreu x organ es sen si t i f s di ssémi n és dan s l 'apparei l
l ocomot eu r n e son t pas sol l i ci t és, des ph én omèn es d'i n h i bi t i on
n eu rol ogi qu e s'i n st au ren t , c'est f l agran t ch ez l e pat i en t à qu i on
vi en t d'ôt er l e pl ât re et qu i sort en con t i n u an t à port er l e bras
devan t l a poi t ri n e ou en core cel u i qu i h ési t e à poser l e pi ed su r
l e sol après u n e assez l on gu e péri ode en ch ai se rou l an t e. Dan s

3
Voir notamment le cas de T. présenté dans la partie clinique.
4
HERMANT G. : Le corps et sa mémoire (actes du VI congrès internationnal de
psychomotricité, La Haye, 1984, (Paris, Ed. Doin), 1986, p.123.
5
Voir le cas de M.D. dans la partie clinique.

4
ces cas, l a cessat i on de l 'act i vi t é ph ysi qu e en gen dre u n e
at roph i e m u scu l ai re m ai s au ssi des ph én omèn es d'i n h i bi t i on s.

Comme l e di t H . Lal l ery :

"Dès qu 'i l y a i n u t i l i sat i on s d'u n segmen t de membre i l y a


pert e du sen s mu scu l ai re, du dérou l emen t du mou vemen t
parf oi s de son i mage." 6

Nou s voyon s qu e l a pert e des i n f ormat i on s propri ocept i ves


dét ermi n e u n e i n capaci t é f on ct i on n el l e part i el l e ou t ot al e, peu
i mport e qu e cet t e pert e soi t du e au dési n vest i ssemen t ou du e à
l 'i mmobi l i sat i on par l e port d'u n e at t el l e.

Or, i l sembl e qu e l a vi su al i sat i on du mou vemen t exact e sol l i ci t e


l es organ es propri ocept i f s con cern és, ce qu i permet de con server
"l 'i mage du mou vemen t ". Les mu scl es son t au ssi sol l i ci t és, l ors
de l a vi su al i sat i on de mou vemen t , et i l s l e son t par
l 'i n t ermédi ai re du syst ème gamma, ceci di mi n u an t d'au t an t
7
l 'at roph i e m u scu l ai re. Comme l e di t Caval i er :

"A van t ch aqu e gest e, n ou s vi su al i son s i n con sci emmen t l e


mou vemen t qu e n ou s al l on s f ai re en t en an t compt e d'u n e
mu l t i t u de de paramèt res : posi t i on , espace, t on u s, mu scl e,
os... Ce mou vemen t an aci n ét i qu e qu i pou rrai t au ssi
s'appel er : "Commen t bou ger dan s sa t êt e ? " est t ou t -à-f ai t
i n di spen sabl e en mat i ère de réédu cat i on des person n es
i mmobi l i sées dan s des pl ât res ou dan s l a préparat i on à
cert ai n es épreu ves ph ysi qu es, sport i ves ou au t res. L'aspect
dyn ami san t de ces exerci ces n 'est pas l i mi t é au mai n t i en
psych ol ogi qu e du mal ade, c'est u n e véri t abl e st i mu l at i on
n erveu se et mu scu l ai re en dépi t de l 'i n act i vi t é des
mu scl es." 8

A i n si i l sembl e qu e l e corps même i mmobi l e peu t bou ger, et


recevoi r al ors des af f éren ces qu i mai n t i en n en t i n t act l e sch éma
corporel et con t ri bu e à di mi n u er l es probl èmes d'at roph i e
mu scu l ai re dan s l es cas d'i mmobi l i sat i on d'u n segmen t corporel .

6
HERMANT G. : Le corps et sa mémoire (actes du VI congrès internationnal de
psychomotricité, La Haye, 1984, (Paris, Ed. Doin), 1986, p.59
7
Voir le cas T.F. dans la partie clinique.
8
CAVALIER F.J.P. : Visualisation (Des images pour des actes), (Paris, InterEditions), 1989,
p.59

5
1.2. Les E.M.C.

"S ou s l 'ét i qu et t e << ét at s modi f i és de con sci en ce >>


(E .M.C.) on rassembl e u n cert ai n n ombre d'expéri en ces au
cou rs desqu el l es le su jet a l 'i mpressi on qu e le
f on ct i on n emen t h abi t u el de sa con sci en ce se dérègl e et qu 'i l
vi t u n au t re rapport au mon de, à l u i -même, à son corps, à
son i den t i t é." 9

1.2.1. Généralités sur la notion de c onsc ienc e :

S el on l e prof esseu r G u i rao, l a con sci en ce est u n e act i vi t é


psych i qu e su péri eu re qu i résu l t e de l 'i n t égrat i on des processu s
men t au x l es pl u s él evés. S es cen t res se si t u en t au n i veau des
ai res cort i co-sou s-cort i cal es où ces processu s s'él aboren t . Et
d'ajou t er qu e :

"Le processu s con sci en t répon d à u n arc t ot al i sat eu r


dyn ami qu e comport an t des af f éren ces, u n e él aborat i on et
u n e répon se." 10

La con sci en ce est don c un processu s i n t égrat i f , mai s


t erri bl emen t su bject i f . I l exi st e des f i l t res à l a percept i on
propri ocept i ve, ext érocept i ve et i n t érocept i ve con sci en t e...

"La con sci en ce est u n "domai n e ph én omén ol ogi qu e" où l es


ch oses son t con cept u al i sées en f on ct i on de l eu rs
ph én omèn es qu e su bject i vi se n ot re expéri en ce ou n ot re
n at u re percept i ve i n di vi du el l e." 11

mai s ces percept i on s demeu ren t accessi bl es dan s l 'i n con sci en t .

I l me sembl e qu e ce poi n t de v u e ph én omén ol ogi qu e, ou m orph o-


dyn ami qu e de l a con sci en ce s'i n t ègre bi en dan s l e modèl e de
réédu cat i on en psych omot ri ci t é proposé i ci .

U n au t re él émen t i mport an t est qu 'i l exi st e l 'ét at de con sci en ce


ordi n ai re (E .C.O.) f l u ct u an t au ryt h me du vécu et de
l 'en vi ron n emen t , qu i peu t êt re m odi f i é :

a) soi t spon t an émen t ;

- t ran se n éot i n i qu e du jeu n e en f an t ,


- t ran se ecsomat i qu e ou "expéri en ce de h ors-corps",
- t ran se on i ri qu e ou "rêve l u ci de",
- t ran se orgasmi qu e,
- l es ét at s de m ort i mmi n en t e,

b) soi t par i n du ct i on ;

9
LAPASSADE G. : Les Etats Modifiés de Conscience, (Paris, Puff, coll. Nodules), 1987, p.5.
10
GUIRAO M. : Anatomie de la conscience, anatomie sophrologique, (Paris, Ed. Maloine),
1979, p.156.
11
Ibidem p.125.

6
- l es ét at s h ypn ot i qu es,
- l 'expéri en ce h al l u ci n ogèn e,
- l es ét at s m y st i qu es,
et qu e ces ét at s modi f i és de con sci en ce serai en t st ru ct u rés en
n i veau x et f on ct i on n erai en t di f f éremmen t sel on l es ét at s.

1.2.2. E tats et niveaux :


12
Lorsqu e Rager dan s son ou vrage f ai t l 'h i st ori qu e des con cept s
de l a soph rol ogi e, i l rappel l e qu e Caycedo a proposé l a di vi si on
t h éori qu e de l a con sci en ce h u mai n e en "n i veau x" et "ét at s".
E xpl i qu an t qu e par "n i veau x" f ai t réf éren ce à l a modi f i cat i on
qu an t i t at i ve de l a con sci en ce et qu e par "ét at s" son t en t en du es
l es m odi f i cat i on s qu al i t at i ves.

Ju squ e l à l e con cept ren d bi en compt e de mon expéri en ce


prat i qu e, m ai s l orsqu 'i l con t i n u e et ajou t e :

"On di f f éren ci e don c l es ét at s pat h ol ogi qu es des ét at s


ordi n ai res et des ét at s soph ron i qu es propremen t s di t s." 13

i l me sembl e qu 'i l f asse l à u sage d'u n e t ermi n ol ogi e abu si ve


qu an d i l parl e des ét at s soph ron i qu es comme objet s propres.
E t pou r m a part , j'en rest erai pl u t ôt à ce dou bl e regard :

a) u n regard st ru ct u rel , avec l 'h ypot h èse de di f f éren t s n i veau x


de con sci en ce. E n qu el qu e sort e, di f f éren t es ét apes en t re l a
vei l l e et l e sommei l , expéri men t abl es au t ravers des t ech n i qu es
de rel axat i on , de médi t at i on ou en core par des i n du ct i on s
h ypn ot i qu es. Nou s l e v oyon s qu an d :

"U n e si mpl e rel axat i on , qu i n ou s l i bère dou cemen t de


l 'empri se du mi l i eu ext éri eu r, su f f i t pou r qu e n ou s
ressen t i on s l a présen ce vi van t e de n os mu scl es, pou r qu e
n ou s pu i ssi on s l es st i mu l er et di al ogu er avec eu x; éprou ver
l a ch al eu r de n ot re san g, l e poi ds de n os segmen t s
corporel s; al l an t peu pl u s avan t , n ou s pou von s parl er à n os
sen t i men t s, rech erch er dan s n ot re passé... " 14

et c'est par l e passage de ces di f f éren t s n i veau x de con sci en ce,


qu e peu t évol u er l 'ét at de l a con sci en ce, approf on di e dan s l a
con n ai ssan ce du corps et de l 'i magi n ai re.

b) u n regard f on ct i on n el , avec l 'h ypot h èse d'u n ét at de


con sci en ce pou van t servi r pou r l e corps de révél at eu r de son
i mage i n con sci en t e. C'est ef f ect i vemen t u n regard qu al i t at i f ,
mai s qu i peu t au ssi et su rt ou t êt re évol u t i f .

A i n si l e cas de cet t e pat i en t e, 4 6 an s, "an orexi qu e" depu i s l 'âge


de 1 8 an s, à qu i l 'on deman de commen t el l e t rou ve son corps et

12
RAGER G.R. : Hypnose, sophrologie et médecine, (Paris, Ed. Fayard), 1973, 582 p
13
Ibidem p.44.
14
GUIRAO M. : Anatomie de la conscience, anatomie sophrologique, (Paris, Ed. Maloine),
1979, p.22

7
qu i répon d :"Mon corps : i l est n ormal , je man qu e ju st e u n peu
de poi ds." A l ors qu e vi si bl emen t , object i vemen t el l e est d'u n e
mai greu r ext rême. S an s en t rer dan s l es dét ai l s de l 'exerci ce, en
E .M.C. i l l u i a ét é proposé de vi su al i ser sa si l h ou et t e avec son
corps pesan t 3 1 kg. (c'ét ai t son poi ds réel ), en su i t e de voi r sa
si l h ou et t e avec u n poi ds de 3 5 kg. et en su i t e de voi r sa
si l h ou et t e avec u n poi ds de 4 0 kg. pu i s u n poi ds de 4 5 kg.
A près l 'exerci ce, du ran t l e t emps de parol e el l e racon t era :

"A 3 1 k g je me t rou vai s af f reu se, à 3 5 c'ét ai t mi eu x, à 4 0


en core mi eu x, mai s arri vée à 4 5 je me su i s vu e et sen t i e
obèse, l es ch ai rs f ai sai en t des bou rrel et s... je su i s
redescen du e di rect emen t à 4 2 k g. C'est ét ran ge :
i mpossi bl e de rest er à 4 5 k g et d'al l er vers 4 2 al ors qu e
vou s n 'en avi ez pas parl é. Je croi s qu e c'est mon poi ds
i déal , je me sen t ai s t el l emen t bi en avec ce poi ds et cet t e
si l h ou et t e."

I n dépen dammen t du f ai t qu e depu i s, cet t e person n e man ge


qu asi men t n ormal emen t et a repri s du poi ds, el l e se regarde,
di t -el l e, di f f éremmen t dan s l e mi roi r. Ce réaju st emen t su i t e à l a
con f ron t at i on avec u n e i mage corporel l e i n con sci en t e - commen t
l 'appel er au t remen t - a permi s u n ch an gemen t ch ez l a pat i en t e
dan s sa m an i ère de se n ou rri r.

Dan s u n art i cl e, i n t i t u l é "U t i l i sat i on de di vers degrés de


15
con sci en ce pen dan t u n e t h érapi e psych omot ri ce" . Ben porat
expl i qu e qu e l e processu s symbol i qu e est u n e expéri en ce de
l 'i mage, i l peu t êt re au n i veau de l 'i mage men t al e, dan s l e sen s
de Pi aget , mai s i l peu t arri ver à t ou ch er des n i veau x prof on ds de
l 'i n con sci en t .

1.2.3. Hypnose ou E .M.C. :

On peu t se deman der pou rqu oi l e t i t re de ce t ravai l n e f ai t pas


expl i ci t emen t réf éren ce à l 'h ypn ose.

U n e premi ère rai son l e ju st i f i e dan s l a mesu re où i l n 'est pas f ai t


excl u si vemen t u sage des seu l es i n du ct i on s h ypn ot i qu es mai s
au ssi de rel axat i on . La rel axat i on est , sel on l a person n al i t é du
pat i en t et son v écu , proch e de S ch u l t z ou Jacobson .

La mét h ode de S ch u l t z est pl u t ôt "au t o-con cen t rat i ve" et paren t e


de l 'h ypn ose et de l 'au t o-h ypn ose comme i l l e di t l u i -même, par
cet t e "décon n ect i on organ i smi qu e" comme i l l 'appel l e, t an di s qu e
l a mét h ode de Jacobson est au départ ph ysi ol ogi qu e, pl u s
syst émat i qu emen t l i mi t ée à l 'aspect m u scu l ai re.

Le pat i en t appren d à i n st al l er u n e rel axat i on qu i respect e ce qu 'i l


est et ce qu 'i l vi t , c'est l a t ech n i qu e qu i s'adapt e et n on l e
pat i en t .

15
HERMANT G. : Le corps et sa mémoire (actes du VI congrès internationnal de
psychomotricité, La Haye, 1984, (Paris, Ed. Doin), 1986, p.111.

8
U n e au t re rai son rel ève des f an t asmes qu e ce t erme véh i cu l e ou
su sci t e en core au jou rd'h u i . Même si on peu t assi st er à u n e
16
résu rgen ce de l 'h ypn ose, comme l 'écri t Ch ert ok , el l e n 'en
redevi en t pas t ot al emen t vi erge pou r au t an t . I l exi st e au ssi u n
n ou veau cou ran t i n t i t u l é : h ypn ose E ri ckson n i en n e don t l e
17
Fran çai s Mal arewi cz est l e port e-parol e, ce cou ran t est en t rai n
d'él oi gn er et progressi vemen t rempl acer l a P.N.L. du f ai sceau
t h érapeu t i qu e act u el (NDLR : et san s m agi e).

A i n si parl er des ét at s de con sci en ce modi f i és, c'est don c au ssi et


su rt ou t i ci parl er de l 'h ypn ose... et de ce qu 'el l e n 'est pas.

1.2.4. Ce que n'est pas ou est l'hypnose :


18
A ) "L'h ypn ose n 'est pas u n e t h érapi e" :

Ce n 'est pas u n e t h érapi e en soi , el l e est u n des ou t i l s qu e peu t


u t i l i ser u n t h érapeu t e, u n réédu cat eu r ou u n prat i ci en , dan s u n e
si t u at i on spéci f i qu e, en f on ct i on de son expéri en ce, de l a
si t u at i on , et de l a deman de du pat i en t . A i n si el l e s'avère u n
i n st ru men t d'i n t erven t i on qu i exi ge u n e t ech n i qu e part i cu l i ère,
qu i n e se rédu i t pas à l 'i n du ct i on d'u n e t ran se.

B) "Le processu s h ypn ot i qu e ne correspon d pas au


19
sommei l " :

Le man qu e de mobi l i t é, l 'absen ce de commu n i cat i on soci al e, on t


pu l on gt emps don n er l 'i mpressi on qu e l e processu s h ypn ot i qu e
correspon dai t au sommei l . E n véri t é, l e sommei l dan s ce cas
doi t êt re i n t erprét é comme u n e "f u i t e", u n e rési st an ce.

C) "L'h ypn ose n e correspon d pas à l a m ai n mi se de l a v ol on t é


20
d'u n e person n e su r u n e au t re" :
21
Cet t e t h éori e est désu èt e, ai n si qu e l 'a démon t ré W ei t zen h of f er,
t ou t comme cel l es qu i con si st en t à croi re qu e l es h yst éri qu es
son t pl u s i n f l u en çabl es ou qu 'i l exi st e u n e rel at i on en t re
su ggest i bi l i t é et n évrose. Tou t es l es expéri en ces on t démon t ré
qu 'en u t i l i san t excl u si vemen t l 'h ypn ose, à l 'excl u si on de t ou t
au t re moyen associ é (psych ot ropes, psych odysl ept i qu es, ou
h al l u ci n ogèn es), i l ét ai t i mpossi bl e de f ai re accompl i r par u n e
person n e des gest es ou des act i on s con t rai res à sa m oral e.
22
D) "L'h ypn ose n e correspon d en ri en à de l a m agi e" :

16
CHERTOK L. : Résurgence de l'hypnose (une bataille de deux cents ans), (Paris, Ed. Desclée
De Brouwer), 1984, 241 p.
17
MALAREWICZ 1986, 1986, 1988, et 1990.
18
MALAREWICZ J.A. : Cours d'hypnose clinique - Etudes Ericksonniennes, (Paris, Ed. ESF),
1990, p.23.
19
Ibidem p.23.
20
Ibidem p.24.
21
WEINTZENHOFFER A. : Hypnose et Suggestion, (Paris, Ed. Payot), 1986, p.40-44.
22
MALAREWICZ J.A. : Cours d'hypnose clinique - Etudes Ericksonniennes, (Paris, Ed. ESF),
1990, p.24.

9
I n dépen dammen t du n i veau soci o-cu l t u rel de l 'i n di vi du , sou ven t
cet t e t ech n i qu e est assi mi l ée à de l a magi e. Ces f an t asmes
érot i qu es, ou de pu i ssan ce n e son t pas t ou jou rs à con t ou rn er, et
i l s'avère préf érabl e, l orsqu e l a rel at i on l e permet de di scu t er de
ces "ch oses" avec l e pat i en t , si n on de l e f ai re au pl u s t ôt . Ce
qu i peu t f ai re pen ser à de l a magi e, ce son t l es man i f est at i on s
de son i n t u i t i on et l 'empl oi de l an gage n on verbal par l e
t h érapeu t e, et ceci pou r st ru ct u rer ses i n t eract i on s avec l e
pat i en t .

E ) "La prof on deu r d'u n e t ran se n 'a au cu n rapport avec son


23
ef f i caci t é" m ai s :

a) Ju squ 'i l y a peu , cert ai n s pen sai en t qu 'i l exi st ai t u n l i en


i mmédi at en t re l 'i mport an ce de l a prof on deu r de t ran se et son
ef f i caci t é t h érapeu t i qu e su r l e pl an psych ol ogi qu e. Cel a me
sembl e dû au f ai t de l 'u t i l i sat i on i n t en si ve et i n t empest i ve de l a
su ggest i on , dan s ce cas l e Moi du t h érapeu t e ch erch e à s'i mposer
au Moi du pat i en t . Les st rat égi es act u el l es son t t ot al emen t
i n dépen dan t es de cet t e prof on deu r.

b) Mai s dan s l e domai n e ph ysi ol ogi qu e, i l en va t ou t au t remen t .


Pou r obt en i r l es modi f i cat i on s ph ysi ol ogi qu es, t an t dan s l es
domai n es cl i n i qu es qu 'expéri men t au x, u n e cert ai n e prof on deu r
con st i t u e t ou jou rs u n préal abl e à u n e réel l e modi f i cat i on de
l 'h oméost asi e, ou des t i ssu s, à con di t i on qu e l a n ot i on de
24
"prof on deu r" soi t syn on yme de désaf f éren t i at i on et n on de
su ggest i bi l i t é comme on pou rrai t l e croi re.

F) "Les t ech n i qu es d'h ypn ose di f f èren t du processu s


h ypn ot i qu e" :

Les t ech n i qu es, n ot ammen t l ors de l 'i n du ct i on , qu e peu t u t i l i ser


u n t h érapeu t e son t à di st i n gu er de l 'ét at d'h ypn ose propremen t
di t . I l est rel at i vemen t f aci l e de décri re, voi r d'en sei gn er, ces
t ech n i qu es mai s beau cou p pl u s di f f i ci l e d'an al yser préci sémen t l e
processu s h ypn ot i qu e. Ceci ét an t dû au f ai t qu e ce processu s
part i ci pe d'u n vécu su bject i f et seu l l e pat i en t est en mesu re de
ju ger de l a qu al i t é émot i on n el l e et sen sori el l e de ce vécu .
L'au t re pl an , l 'au t re regard, object i f cel u i -l à est cel u i du
t h érapeu t e et cel u i -l à part i ci pe pl u s de l 'appréh en si on
ph ysi ol ogi qu e, c'est l 'observat i on de l a mot i l i t é et du t on u s du
pat i en t . Les deu x son t sou ven t con t radi ct oi res, et n e peu ven t
s'aju st er qu 'avec l e t emps.
25
G ) "La t ech n i qu e h ypn ot i qu e est oeu vre de commu n i cat i on "
:

I l s'agi t de persu ader l e pat i en t qu 'u n ch an gemen t est pou r l u i


possi bl e, commen t ?... c'est l à t ou t l 'art du t h érapeu t e. C'est l a
déf i n i t i on mi n i mal e à don n er de l 'i n t eract i on t h érapeu t i qu e (Pal o

23
Ibidem p.24.
24
Signifie une déprivation sensorielle.
25
MALAREWICZ J.A. : Cours d'hypnose clinique - Etudes Ericksonniennes, (Paris, Ed. ESF),
1990, p.25.

10
A l t o). L'i n f l u en ce de Mi l t on E ri ckson dan s cet t e approch e est
i n di scu t abl e.

H ) "L'h ypn ose est u n processu s dan s l equ el l e t h érapeu t e


26
t rou ve u n con t ext e d'i n t erven t i on " :

Comme déjà di t , si , pou r l e su jet , l 'ét at h ypn ot i qu e s'avère u n e


expéri en ce su bject i ve, et vari abl e, pou r l e t h érapeu t e, ce
processu s est u n con t ext e qu 'i l a su st ru ct u rer et dan s l equ el
peu t se dérou l er l a t h érapi e ou l a réédu cat i on . Le con t ext e n 'est
cert es pas, par ou en l u i -même t h érapeu t i qu e... i l n e su f f i t pas
de met t re u n e person n e en ét at h ypn ot i qu e en su ggest i on n an t l a
di spari t i on du sympt ôme. Non , ce qu i peu t êt re t h érapeu t i qu e
c'est l 'appren t i ssage, n ot ammen t dan s l e cas qu i n ou s préoccu pe
au n i veau corporel , qu e peu t f ai re l e pat i en t dan s l e con t ext e
qu e représen t e pou r l u i cet t e si t u at i on spéci f i qu e.
27
I ) "Le processu s h ypn ot i qu e est ban al " :

Nou s vi von s f réqu emmen t , t ou t en l 'i gn oran t , ces ét at s modi f i és


de con sci en ce, où n ou s éch appon s à l 'i ci et mai n t en an t , pou r
n ou s perdre dan s l 'i magi n ai re ou l 'act i on du f i l m vi si on n é, voi r
dan s u n i n con sci en t qu i n ou s con du i t à bon port san s n ot re
part i ci pat i on . I l est bon de permet t re au pat i en t d'i den t i f i er ces
momen t s car i l s con st i t u en t u n e redéf i n i t i on t rès u t i l es du
processu s h ypn ot i qu e.

J) L'h ypn ose récl ame l a col l aborat i on , le crédi t , et la


di spon i bi l i t é du su jet :

Cel a peu t se con st ru i re et doi t f ai re part i e de t ou t e "bon n e


rel at i on " t h érapeu t i qu e. Mai s j'i n si st e, dan s l e cas préci s de
l 'h ypn ose, car on n e peu t u t i l i ser ces t ech n i qu es qu 'avec u n e
person n e deman deu se et con sen t an t e.

Con séqu emmen t , on n e peu t h ypn ot i ser, sau f dan s cert ai n es


con di t i on s t rès part i cu l i ères, i mpossi bl es à reprodu i re dan s u n
cadre réédu cat i f , u n e person n e à son i n su . Tou t comme en
psych ot h érapi e, on n e peu t soi gn er l e pat i en t con t re sa vol on t é,
en m édeci n e peu t êt re ?
28
K) "Le processu s h ypn ot i qu e est u n e au berge espagn ol e" :

Le pat i en t t rou ve dan s l 'expéri en ce h ypn ot i qu e ce qu 'i l y amèn e,


et l e "comport emen t de t ran se" est l i é en cel a à cert ai n s aspect s
cu l t u rel s.

L) Le processu s h ypn ot i qu e comme accès au savoi r :

Dan s ce processu s, l e pat i en t décou vre su rt ou t des capaci t és et


des ressou rces don t i l peu t di sposer, t ou t en i gn oran t l es
posséder. E n ce qu i con cern e l e t h érapeu t e, pl u s qu 'u n savoi r i l
s'agi t d'u n savoi r-f ai re, comme l e di t E ri ckson :

26
Ibidem p.26
27
Ibidem p.26.
28
Ibidem p.27.

11
"Le t h érapeu t e devi en t l u i -même u n i n st ru men t , son
mei l l eu r i n st ru men t de t ravai l , u n mél an ge compl exe
d'i n ven t i vi t é et d'expéri en ce, d'i mprovi sat i on et de mét i er...
29
"

S i l e réédu cat eu r don n e l e ryt h me et i n vi t e à l a dan se, c'est bi en


sû r l e pat i en t qu i décou vre al ors l e pl ai si r du m ou vemen t dan s et
par son corps !

M) Le processu s h ypn ot i qu e permet d'êt re, t ou t à l a f oi s et


en m ême t emps, spect at eu r et act eu r :

Dan s l 'h ypn ose, à l a di f f éren ce de t ou t es l es au t res t ech n i qu es


qu i en déri ven t t el s l es rel axat i on s, l e t rai n i n g au t ogèn e de
S ch u l t z ou l a soph rol ogi e de Caycedo, l e t h érapeu t e ch erch e à
obt en i r vol on t ai remen t u n ét at de di ssoci at i on ch ez l e pat i en t .
Ce qu i abou t i t à permet t re qu e cel u i -ci , l e su jet soi t à l a f oi s
dan s l a si t u at i on d'observat eu r et d'observé, sel on des modal i t és
part i cu l i ères recon n ai ssabl es et modi f i abl es à vol on t é par l u i -
même.

1.2.5. P o urquoi l'hypnose :

Pou rqu oi l 'h ypn ose pl u t ôt qu 'u n e au t re t ech n i qu e ? Pou r


pl u si eu rs rai son s et n ot ammen t parce qu e :

A ) Parce qu e "L'h ypn ose est avan t t ou t une t ech n i qu e


30
corporel l e" :

Ce qu i démon t re et expl i ci t e l a pl ace qu 'el l e se doi t de pren dre


parmi l es t ech n i qu es de l a psych omot ri ci t é, ce son t :

1 ) S on at t ach emen t au sch éma corporel , et l a l ect u re qu 'el l e en


permet car comme l 'écri t Mal arewi cz :

"Qu el s qu e soi en t l es di f f éren t s n i veau x d'i n t erven t i on du


t h érapeu t e, l eu r poi n t commu n , en même t emps qu e l eu r
base, est qu 'i l s con cern en t t ou jou rs l e corps du su jet , c'est
à di re l 'i n sert i on mu scu l ai re du sympt ôme, qu el qu e soi t son
n i veau de compl exi t é. E t cet t e i n sert i on obéi t davan t age au
sch éma corporel du su jet qu 'au x règl es de l 'an at omi e." 31

2 ) A u ssi , t ou t comme l a psych omot ri ci t é et ...

"Cel a con st i t u e u n e des ori gi n al i t és de l a t ech n i qu e


h ypn ot i qu e en ce qu 'el l e n e pri vi l égi e pas u n e approch e par

29
MALAREWICZ J.A. - GODIN J. : Milton H. Erickson, De l'hypnose clinique à la
psychothérapie stratégique, (Paris, Ed. ESF), 1986, p.33.
30
MALAREWICZ J.A. : Cours d'hypnose clinique - Etudes Ericksonniennes, (Paris, Ed. ESF),
1990, p.29.
31
Ibidem p.29.

12
rapport à u n e au t re, n ot ammen t dan s l a f réqu en t e
di ch ot omi e en t re l es ch oses du corps et cel l es de l 'espri t ." 32

3 ) Non seu l emen t l 'h ypn ose, pou r s'i n du i re, u t i l i se l e corps
n ot ammen t qu an d l e t h érapeu t e empl oi e des su ggest i on s
verbal es qu i f ocal i sen t l 'at t en t i on du pat i en t su r cel u i -ci af i n de
rest rei n dre l es apport s sen sori el s ext ern es. Mai s en pl u s,
si mu l t an émen t el l e agi t su r l e corps , par l es modi f i cat i on s de l a
percept i on du sch éma corporel ressen t i es par l e pat i en t ,
ren f orçan t ai n si l es su ggest i on s verbal es préal abl es. A i n si sel on
Ch ert ok :

"L'ét at h ypn ot i qu e se t radu i t ai n si par u n e pl ast i ci t é


gén éral i sée, à t ou s l es n i veau x de l 'organ i sm e." 33

4 ) Le processu s h ypn ot i qu e permet au ssi à l a parol e de s'i n scri re


dan s l e corps. Comme l 'on démon t ré l es n ombreu ses
expéri en ces, d'an al gési e et de brû l u re, provoqu ées
expéri men t al emen t et rassembl ées pou r êt re présen t ées en u n
t abl eau él oqu en t par Ch ert ok (1 9 7 9 ).

B ) Par i n t érêt et f aci l i t é :

Ma premi ère i n du ct i on dat e de 1 9 7 9 , i l s'agi ssai t d'u n e


expéri en ce en t re ami s, cet t e expéri men t at i on n e s'est jamai s
t ermi n ée. J'u t i l i se cet ou t i l qu e je con n ai s bi en pou r l 'avoi r vu à
l 'oeu vre avec des réu ssi t es et des éch ecs.

C) Par ef f i caci t é au ssi :

I l est sou ven t pl u s f aci l e pou r l e pat i en t de reprodu i re l u i -même


u n ét at h ypn ot i qu e qu 'u n ét at de rel axat i on , l equ el en pl u s
deman de u n appren t i ssage progressi f don c exi ge pl u s de t emps
pou r êt re maî t ri sé. A i n si avec l e t rai n i n g au t ogèn e i l f au t
at t en dre qu el qu es si x moi s pou r t ermi n er l e degré i n f éri eu r, af i n
de commen cer l es v i su al i sat i on s de symbol es.

E t au ssi parce qu e l es ét at s de con cen t rat i on h ypn oï de, même


au t o-i n du i t s,

"f aci l i t en t l a f i xat i on i n con sci en t e ou su bcon sci en t e de


résol u t i on s don t l a f orce sembl e se t rou ver au gmen t ée." 34

A u t ravers de cet t e part i e su r l es E .M.C. n ou s avon s pu décou vri r


l eu r u t i l i t é, l eu r ef f i caci t é et l eu r af f i n i t é avec l 'approch e
corporel l e.

Mai s, c'est su rt ou t comme su pport de l 'i mageri e men t al e qu 'i l s


s'avèren t i n di spen sabl es et l i és au projet . D'ai l l eu rs, S h on e
(1 9 8 4 ) au ssi , dan s son ou vrage n 'écri t -i l -pas :

32
Ibidem p.29.
33
CHERTOK L. : Le non-savoir des psy (L'hypnose entre la psychanalyse et la biologie), (Paris,
Ed. Payot), 1979, p.89.
34
DURAND De BOUSINGEN R. : La relaxation, (Paris, Ed. P.U.F. coll. Que sais-je ?), 1980,
p.96.

13
"Tou s l es exerci ces exposés dan s ce l i vre doi ven t êt re
en t repri s dan s u n ét at de rel axat i on . V ou s obt i en drez ce
dern i er grâce à l 'au t o-h ypn ose..." 35

Ou en core Caval l i er (1 9 8 9 ) :

"Le processu s de su ggest i on apport e au x t ech n i qu es de


vi su al i sat i on t ou t e l a pu i ssan ce des messages i mpri més
dan s le su bcon sci en t , dan s un ét at modi f i é de
con sci en ce..." 36

Mai s en qu oi con si st e l a v i su al i sat i on ?

35
SHONE R. : Visualisation créative, (Québec, Ed. Québec/Amérique), 1986, p.13.
36
CAVALLIER F. J. P. : Visualisation (Des images pour des actes), (Paris, InterEditions), 1989,
p.58.

14
1.3. La visualisation

"On observe des résu l t at s ét on n an t s l orsqu e l 'on compare


des person n es ayan t su bi l e même t rau mat i sme; cel l es qu i
au ron t qu ot i di en n emen t f ai t "u n e promen ade i magi n ai re" ou
des exerci ces avec l e membre acci den t é, au ron t u n e
réédu cat i on beau cou p pl u s cou rt e et moi n s dou l ou reu se.
B ou ger dan s sa t êt e, c'est don c déjà bou ger." 37

1.3.1. Mise au point :

L'i mage, t roi si ème él émen t i mport an t de ce t ravai l peu t


en gen drer dan s l es espri t s u n e cert ai n e con f u si on . C'est
pou rqu oi i l est pri mordi al de compren dre dan s qu el espace
s'i n sère cet t e approch e qu i n 'est pas à con f on dre avec l a
"psych osomat i qu e".

I l f au t bi en savoi r qu e l a vi su al i sat i on s'ef f ect u e t ou jou rs en


E .M.C. et qu 'el l e con st i t u e l e con t en u d'u n exerci ce, d'u n e
prat i qu e s'i n scri van t dan s u n projet . E t dan s ce projet , t roi s
approch es sou s-t en den t l es t ech n i qu es de v i su al i sat i on :

1 ) L'approch e "psych ocorporel l e" ou psych omot ri ci en n e qu i


au t ravers d'u n e rel axat i on permet u n mi eu x-êt re ph ysi qu e.
A v ec l a sen sori al i sat i on n ou s dével oppon s u n e pri se de
con sci en ce de l 'i mage i n con sci en t e du corps, et ceci à t ravers
u n e au t re percept i on du sch éma corporel . C'est cou si n avec
l 'eu t on i e d'A l exan der qu i écri t ai n si :

"On se représen t e l a part i e en qu est i on et paral l èl emen t à


cet t e i mage on observe object i vemen t qu el l es sen sat i on s
su rgi ssen t à l a con sci en ce." 38

et préci se pl u s f ormel l emen t en core :

"l a di f f éren ce est gran de en t re u n e i mpressi on i magi n ée et


u n e v éri t abl e sen sat i on éprou vée." 39

C'est u n e des di f f éren ces du projet présen t é i ci , avec d'au t res


t ech n i qu es de rel axat i on , c'est cet t e n écessi t é d'i n si st er su r l a
sen sori al i t é.
40
2 ) L'approch e "an aci n ét i qu e" su rt ou t u t i l i sée dan s l es cas
où l e membre est i mmobi l i sé par u n e at t el l e. Cet t e approch e
sembl e rédu i re l es t rou bl es t roph i qu es et f aci l i t er l a réédu cat i on
ki n ési t h érapeu t i qu e.

37
Ibidem p.60.
38
BRIEGHEL-MULLER G. : Eutonie et relaxation (détente corporelle et mentale), (Lausanne-
Paris, Ed. Delachaux & Niestlé), 1986, p.67.
39
Ibidem p.67.
40
Le mouvement anacinétique est un mouvement imaginaire, perçu par le sujet alors que les
segments impliqués restent immobiles (Cavallier 1989).

15
3 ) L'approch e symbol i qu e ou mét aph ori qu e qu i con si st e à
mobi l i ser des ressou rces ph ysi ol ogi qu es et bi ol ogi qu es.
E l l e peu t proposer des i mages symbol i qu es de gu éri son dest i n ées
à agi r di rect emen t su r l e t i ssu ou l e segmen t propremen t di t ,

Remarque : Comme T.F. visualisant "des soudeurs qui soudent


le long d'un câble" pour symboliser la "repousse" du nerf
atteint. Ou encore M.F. qui visualise des électriciens qui tirent
des câbles dans le tunnel de sa colonne vertébrale. Les deux
avaient le même objectif : susciter la régénération de la fibre
nerveuse.

ou en core des si t u at i on s mét aph ori qu es i mpl an t an t des i mages


de gu éri son ou de réu ssi t e par opposi t i on au désespoi r ou au
ren on cemen t . Cet t e si t u at i on du pat i en t ayan t u n "mau vai s
moral " doi t êt re verbal i sée et l es él émen t s sai l l an t s seron t
i n t égrés dan s u n e sort e de con t e mét aph ori qu e. L'avan t age du
con t e est d'êt re pol ysémi qu e,

"c'est di re qu 'on n e peu t l e rédu i re à u n e seu l e


si gn i f i cat i on ... cet t e pol ysémi e permet à cel u i qu i l 'écou t e,

ou l e v i t dan s l e cas présen t ,

"de n 'en "pren dre" qu e ce qu 'i l peu t pren dre à ce momen t ,


de n 'en en t en dre qu e ce qu 'i l peu t en t en dre." 41

Ce con t e doi t êt re él aboré en respect an t si possi bl e l es f on ct i on s


42
et l es règl es du con t e déf i n i es par Propp . On peu t au ssi
s'i n spi rer des f abl es et des h i st oi res racon t ées par E ri ckson ,
43 44
ret ran scri t s par Rosen et Z ei g .
45
C'est t rès proch e du t ravai l des can cérol ogu es Carl S i mon t on et
son épou se, qu i eu x au ssi u t i l i sen t l 'i mage, pas en E .M.C.
"prof on d", m ai s seu l emen t sou s si mpl e rel axat i on .

Il ne s'agi t don c pas d'u n e démarch e an al yt i qu e ou


i n t erprét at i ve,

Remarque : Faisons preuve d'honnêteté intellectuelle, la


théorie psychanalytique est intégrée à notre culture, et si nous
pouvons nous détacher de son influence clinique, il n'en n'est
pas toujours de même en ce qui concerne son apport
philosophique et langagier.
46
et c'est égal emen t t rès di st an t des t ravau x de Ti et ze , qu i l u i
con çoi t u n e sort e de t opograph i e corporel l e où di f f éren t es zon es

41
THOMASSAINT J. : Conte et (ré) éducation, (Lyon, Ed. Chronique Sociale), 1991, p.28.
42
RODARI G. : Grammaire de l'imagination (Introduction à l'art d'inventer des histoires), (Paris,
Ed. Messidor), 1979, p.99.
43
ROSEN S. : Ma voix t'accompagnera (Milton H. Erickson raconte), (Paris, Ed. Hommes &
Groupes), 1986, 257 p.
44

45
SIMONTON C. : Guérir envers et contre tout, (Paris, Ed. Epi), 1982, 363 p.
46
TIETZE H. G. : Votre corps vous parle. Ecoutez-le !, (Québec, Ed. Le Jour), 1989, 211p.

16
serai en t rat t ach ées ou corrél at i on n el l es à une probl émat i qu e
psych ol ogi qu e spéci f i qu e :

"Les person n es myopes on t en gén éral de l a di f f i cu l t é à


s'af f i rmer. E l l es on t t en dan ce à accorder l eu r at t en t i on à
des act i vi t és qu i se dérou l en t près d'el l es." 47

On s'en serai t dou t é ! Cel a m e sembl e osé.

U n e démarch e de t ype an al yt i qu e, sel on mon opi n i on , n e peu t


s'i n scri re dan s le cadre d'u n e t h érapi e ou réédu cat i on
psych omot ri ce. Ch ez el l e, l e corps "est parl é" ou pen sé, jamai s
agi . De pl u s, el l e doi t rest er l 'apan age d'u n i n t erven an t f ormé
au x t h éori es et prat i qu es de l a cl i n i qu e psych an al yt i qu e.

1.3.2. Généralités et propriétés des images visuelles :

Le t i t re du paragraph e f ai t réf éren ce au x i mages vi su el l es, ce


n 'est pas par h asard. Bi en sû r l es i mages n e son t pas seu l emen t
48
de n at u re vi su el l e, U n e ét u de de McKel l ar (1 9 6 8 ) répart i
l 'u t i l i sat i on des i mages, sel on l es si t u at i on s, avec l es
pou rcen t ages su i van t s; vi su el l es : 9 7 %, au di t i ves : 9 3 %,
mot ri ces : 7 4 %, t act i l es : 7 0 %, gu st at i ves : 6 7 %, ol f act i ves :
6 6 %, dou l eu r : 5 4 %, t empérat u re : 4 3 %.

Mai s dan s ce t ravai l son t pri n ci pal emen t u t i l i sées l es i mages


vi su el l es et mot ri ces, parce qu e mi eu x à même d'i n f l u en cer
l 'organ i sme et son f on ct i on n emen t .
49
A i n si l ors d'u n e i n t ervi ew l 'i mmu n ol ogi st e N. Coh en , de
l 'U n i versi t é de Roch est er (E t at de New York) à qu i l 'on deman de
qu el crédi t i l accorde au x mét h odes "sel f -h el p" u t i l i san t l a
rel axat i on et l 'i mageri e men t al e, sembl e se con t redi re dan s sa
répon se, qu an d i l répon d qu e ces mét h odes con n ai ssen t u n
su ccès croi ssan t mai s qu 'el l es n 'on t pas ét é con çu es
sci en t i f i qu emen t . Mai s i l ajou t e en su i t e :

"Tou t ef oi s, de t el l es approch es f on t l 'objet de qu el qu es


ét u des sci en t i f i qu es. On a pu démon t rer, par exempl e, ch ez
des ét u di an t s en péri ode d'examen s et ch ez des person n es
âgées en i n st i t u t i on , u n e rel at i on en t re l 'u t i l i sat i on de l a
rel axat i on et u n e au gmen t at i on du n ombre de l eu rs
l ymph ocyt es T4 50. Je doi s avou er qu e ces résu l t at s son t
ét on n an t s et m éri t en t at t en t i on ."

Mai s c'est su rt ou t dan s l e domai n e de l 'acqu i si t i on des h abi l i t és


mot ri ces qu e l 'i mageri e m en t al e peu t pren dre u n e gran de pl ace.

47
Ibidem p.51.
48
Ces chiffres sont issus d'un article photocopié incomplet, c'est malheureusement ma seule
référence.
49
DEROUIN P. : in Science et Avenir, revue mensuelle n°531 de Mai 1991, p.69.
50
Les lymphocytes T. sont des globules blancs qui informent des lymphocytes B, lesquels se
transforment en plasmocytes équipés pour produire des anticorps.

17
De même l 'i mage, si mu l at i on an t i ci pat ri ce d'u n e i ssu e possi bl e
d'act i on , paraî t avoi r u n rôl e i mport an t à jou er dan s l 'écon omi e
des con du i t es par l esqu el l es l 'i n di vi du agi t su r l e mon de et y
opère des t ran sf ormat i on s (Den i s, 1 9 8 9 ). E t cel a a bi en ét é
compri s par l es sport i f s, u n ch ampi on de sau t à ski s'en vol e déjà
avan t même d'êt re part i comme l 'expl i qu e G . Mi ssou m qu i a
t ravai l l é au l aborat oi re de psych ol ogi e de l 'I NS E P (I n st i t u t
Nat i on al S u péri eu r d'E du cat i on Ph ysi qu e), l e vi vi er des sport i f s
de h au t n i veau . De même Jack Ni kl au s, qu i en pl u s d'avoi r
don n é son n om à u n e excel l en t e si mu l at i on de jeu de gol f pou r
ordi n at eu r, s'avère êt re u n ch ampi on i n t ern at i on al de h au t
n i veau qu i n e f rappe jamai s u n e bal l e san s en avoi r u n e i mage
préci se en t êt e. Mai s comme déjà di t :

V i su al i ser, ce n 'est pas u n i qu emen t "voi r". C'est pl u s ! C'est ,


par exempl e pou r u n ski eu r, percevoi r sa cou rse avec t ou s ses
sen s, sen t i r l e gl i ssemen t des ski s et l e mou vemen t de ch acu n
des m u scl es en ch aqu e ci rcon st an ce, sel on l e rel i ef du parcou rs.

Nou s avon s présen t é l es él émen t s con st i t u an t s du projet , à


savoi r l e corps, l es E .M.C, et l a vi su al i sat i on . Nou s al l on s voi r
commen t i l s s'i n t égren t et i n t ervi en n en t dan s l a m ét h odol ogi e.

Rappel on s au paravan t qu e ce projet s'i n scri t dan s l e cadre d'u n e


t h érapi e psych omot ri ce s'adressan t à l 'i n di vi du évol u t i f, qu i
présen t e ou est su scept i bl e de présen t er à l a su i t e d'u n
qu el con qu e t rau mat i sme, au n i veau du corps des t rou bl es de l a
con sci en ce dan s son êt re à soi et au m on de.

18
1.4. Méthodologie

1.4.1. Généralités sur le P rojet :

"Le projet passe par l e corps : corps ret rou vé, ressen t i ,
expri mé, expl oré en su rf ace, en vol u me, pu i s en prof on deu r.
L'abord vi scéral pri s en compt e de f açon spéci f i qu e ai n si qu e
l 'émergen ce des f an t asmes, part i cu l i ers i ci , n 'est cepen dan t
qu 'u n e ét ape." 51

C'est u n projet dan s l e sen s ét ymol ogi qu e du t erme, c'est -à-di re


qu el qu e ch ose qu e l 'on jet t e en avan t et qu e l 'on essai e de f ai re
part ager au pat i en t .

Qu an d l e pat i en t l 'i n t ègre dan s son vécu , i l n 'est pas rare qu 'i l
52
expri me l es ch an gemen t s qu i f u ren t l es si en s au cou rs ou à
cau se de l 'i n t erven t i on .

Le projet est vi van t , en pl ei n e rech erch e et , par con séqu en t ,


con t i n u e de s'él aborer par l es i n t erpel l at i on s i ssu es de l a
prat i qu e. I l f ai t l 'objet d'u n m émoi re, et comme je l 'ai écri t dan s
l 'avan t -propos, j'espère qu 'i l en su sci t era d'au t res.

1.4.2. L es étapes du projet et leur c ontenu :

C'est u n projet st ru ct u ré, con st i t u é d'ét apes qu i se mat éri al i sen t


au f i l des séan ces, mai s pou van t t ou jou rs êt re i n t erpel l é par l e
vécu du pat i en t .

Remarque : Ainsi quand M.D. exprime sa détresse face au


départ de sa femme, il s'est construit un espace où il peut
verbaliser ses peurs et sa détresse.

Mai s l e projet n e doi t jamai s deven i r u n carcan où l e prat i ci en se


réf u gi e comme c'est t rop sou ven t l e cas.

A - La premi ère ren con t re :

E l l e peu t avoi r l i eu sel on deu x modal i t és di f f éren t es :


a) Le pat i en t a ét é i n f ormé par l e ch i ru rgi en qu 'éven t u el l emen t
je peu x l 'ai der, i l me t él éph on e en su i t e pou r pren dre ren dez-
vou s.

b) Ou al ors c'est l e ch i ru rgi en qu i pren d con t act avec moi ,


en su i t e je con voqu e l e pat i en t par écri t .

51
BOUCAUD M. - DARQUEY J. : Le projet en psychothérapie par le corps et par l'image,
(Paris, Ed. ESF), 1983, p.73.
52
Voir notamment l'évaluation de M.D. au point 2.7.3.

19
Remarque : A ce propos je constate que le fait que je
convoque le patient donne à la relation un côté formel qui
empêche la rupture de l'intervention par le patient pour des
problèmes d'ordre psychologique, comme la résistance au
changement.

C'est u n t ru i sme qu e, l ors de ce premi er con t act , ce qu i se passe


en t re l e réédu cat eu r et l e pat i en t est f on damen t al ...
I l s'agi t d'observer... percevoi r l a person n e t ot al e à part i r de sa
présen t at i on , de son l an gage v erbal et n on -verbal .

Le projet et ses con cept s son t présen t és au pat i en t , u n e


di scu ssi on l i bre permet de dét ermi n er son n i veau de
compréh en si on .

E n su i t e son t di scu t és l es aspect s con t ract u el s comme l 'h orai re,


l e pai emen t , l 'ét h i qu e, et c...

A l a f i n de l 'en t ret i en , i l est deman dé au pat i en t de réal i ser pou r


l a proch ai n e con su l t at i on u n e bi ograph i e et t roi s dessi n s. Le
premi er de ces dessi n s doi t l e représen t er dan s l e passé, l e
secon d doi t l e représen t er dan s l e présen t , et l e dern i er l e
représen t er dan s l e f u t u r. I l peu t s'agi r de dessi n s ou si l 'on
préf ère de col l ages.

Remarque : Si on propose un dessin, certaines personnes


manquant de confiance en leurs possibilités prennent peur;
avec un collage on peut dédramatiser la situation et obtenir
parfois même un produit plus représentatif du vécu du patient.

Ces mat éri au x pou rron t ori en t er l e ch oi x des i mages men t al es


qu i seron t empl oyées l ors des v i su al i sat i on s.

B - L'an amn èse :

Lors de l a deu xi ème séan ce commen ce l 'an amn èse, i l est prévu
u n e approch e mét h odol ogi qu e part i cu l i ère de cel l e-ci , i l n e s'agi t
pas d'u n di agn ost i c médi cal ou psych ot h érapeu t i qu e mai s pl u t ôt
d'u n e an al yse f on ct i on n el l e, à savoi r exami n er l es f on ct i on s d'u n
organ i sme en rel at i on avec son mi l i eu i n t ern e et ext ern e. Le
53
modèl e s'i n spi re de cel u i présen t é par KA NFE R et S A S LOW .

C'est u n cl i ch é de di re qu e l 'an amn èse permet de cern er l e


probl ème et l a person n al i t é du pat i en t , mai s cel l e-ci dan s l e cas
préci s qu i n ou s occu pe doi t égal emen t pou voi r ori en t er
l 'approch e mét h odol ogi qu e et n ou s ren sei gn er su r l a val eu r
symbol i qu e ou l 'i mpact possi bl e des i mages u t i l i sées l ors de
l 'i mageri e m en t al e.

E n ef f et , i l s'avère dél i cat de proposer au pat i en t de se l ai sser


cal memen t port er par l 'eau si cel u i -ci a dével oppé u n
comport emen t ph obi qu e v i s-à-vi s de cel l e-ci .

53
KANFER F.H. - SASLOW G. : Behavorial diagnosis, in C.M. Franks (Ed.), Behavior Therapy
: appraisal and status, New-York : Mc Graw Hill, 1969.

20
V oi ci l a gri l l e d'an amn èse u t i l i sée :

1 . Fi ch e d'i den t i t é:

Repren d l es don n ées admi n i st rat i ves, pl u s l a t oxi ci t é (t abac,


al cool , m édi camen t ) et d'éven t u el l es i mages obsessi on n el l es.

2 . E xamen du probl ème spéci f i qu e:

Qu el l es son t l es don n ées du probl ème corporel du pat i en t , de son


acci den t , et c...

3 . Cl ari f i cat i on du probl ème:

Qu el l es son t l es ci rcon st an ces et con séqu en ces de son probl ème


dan s l es di f f éren t s domai n es qu e comport e sa vi e, t el l e pen si on ,
prof essi on , f ami l l e ou au t re.

4 . A n al yse m ot i vat i on n el l e:

Qu el l es son t l es con séqu en ces de l a mal adi e et de l a gu éri son ,


en dégager l es ren f orcemen t s posi t i f s qu i servi ron t de l evi ers
t h érapeu t i qu es.

5 . A n al yse dével oppemen t al e:

C'est un examen préci s du passé t an t bi ol ogi qu e qu e


soci ocu l t u rel du pat i en t , des con di t i on s part i cu l i ères dan s
l esqu el l es i l a évol u é du ran t son exi st en ce.

6 . A n al yse de l 'au t ocon t rôl e:

De qu el s moyen s et mét h odes di spose l e pat i en t pou r son


au t ocon t rôl e dan s l a vi e qu ot i di en n e. Qu el l es on t ét é l es
con séqu en ces posi t i ves ou n égat i ves de cel u i -ci an t éri eu remen t .

7 . A n al yse de l 'en vi ron n emen t soci o-cu l t u rel et ph ysi qu e:

On dégage l es possi bi l i t és et l i mi t at i on s par rapport au x n ormes


st an dards dan s l esqu el l es l e pat i en t évol u e.

8 . Réal i sat i on par l e pat i en t d'u n e bi ograph i e:

I ci au cu n e con si gn e, l es poi n t s ou bl i és ou présen t és serven t de


repères et son t su jet s à di scu ssi on .

9 . Réal i sat i on par l e pat i en t d'u n e séri e de dessi n s:

A u cu n e con si gn e, seu l emen t des t h èmes: dessi n er son corps, l a


f ami l l e, l e probl ème. A u cu n e i n t erprét at i on , seu l emen t u n e
di scu ssi on su r ce qu 'évoqu en t l es dessi n s.

21
C - La décou vert e des E .M.C. :

A près l 'an amn èse, avec l a t roi si ème séan ce on peu t commen cer
l 'appren t i ssage de l 'ét at de con sci en ce modi f i é, cet
appren t i ssage compren d bi en sû r au ssi u n e séri e d'ét apes...
D'u n e du rée m oyen n e de deu x à t roi s séan ces.

1 - U n e premi ère i n du ct i on gl obal e :

A près avoi r don n é u n e expl i ci t at i on su r l es E .M.C. en


gén éral , expl i qu é ce qu e d'au t res pat i en t s v i ven t dan s cet ét at , i l
est proposé u n exerci ce, con çu sou s f orme d'u n t est . E n ef f et on
empl oi e t ou s l es can au x sen sori el s, ceci af i n de dégager l es
st i mu l i l es pl u s di scri mi n at i f s. E n su i t e u n e su ggest i on de
modi f i cat i on ph ysi ol ogi qu e est ef f ect u ée, par exempl e : u n e m ai n
an al gési ée, ceci af i n de rat i f i er l 'expéri en ce dan s l 'i magi n ai re du
pat i en t .

2 - L'éval u at i on de cet t e premi ère séan ce :

E l l e doi t permet t re l 'él aborat i on d'u n e i n du ct i on i n di vi du al i sée,


person n al i sée. A u ssi en repren an t ch aqu e su ggest i on proposée
l ors de cet t e premi ère i n du ct i on on éval u e l 'ef f et provoqu é su r l e
pl an corporel et ce par l a comparai son en t re; d'u n e part l e
ressen t i de l a person n e, et d'au t re part l 'observat i on object i ve
ext éri eu re qu e l 'on a pu f ai re et qu e l 'on l u i ren voi e.

Parf oi s i l est n écessai re l orsqu e l e pat i en t f ai t preu ve de


rési st an ce, soi t en s'en dorman t ou en n e "voyan t " ri en , ou
en core en f ai san t preu ve d'amn ési e spon t an ée, de commen cer
par seu l emen t u n e rel axat i on cl assi qu e t el qu e l e t rai n i n g
au t ogèn e de S ch u l t z.

Remarque : La résistance provient souvent de peur irraisonnée


par rapport aux E.M.C.. Cette peur augure d'une mauvaise
information; en parler avec le patient arrange parfois bien des
"bricoles".

3 - La premi ère i n du ct i on i n di vi du al i sée :

A près cet t e i n du ct i on , on rech erch e un éven t u el


approf on di ssemen t de l 'E .M.C. Ceci pou r i n st al l er u n éven t u el
repère pou r "mesu rer" su r u n e éch el l e empi ri qu e l a prof on deu r
at t ei n t e.

Remarque : Plusieurs auteurs ont essayé de dégager des


critères pour élaborer une échelle de "profondeur", ils ne sont
pas d'accord entre eux. Et on peut obtenir ces critères
indépendamment de la "profondeur" de transe.

On propose déjà de l ai sser ven i r d'éven t u el l es i mages men t al es,


si n on on en su ggest i on n e, comme par exempl e l 'i mage d'u n
en droi t agréabl e, réel ou i magi n ai re.

E n su i t e vi en t l 'éval u at i on qu i port e, comme el l e l e f ai t après


ch aqu e prat i qu e, su r l 'i n du ct i on et son vécu mai s au ssi su r l es
i mages symbol i qu es ou réel l es. E n ef f et c'est sel on , cert ai n es

22
person n es peu ven t "voi r" des i mages qu i n 'évoqu en t au cu n e
réal i t é t an gi bl e ou d'au t res qu i i n di qu en t déjà commen t l a
person n e v i t son probl ème et sou h ai t e l 'aborder.

D - L'appren t i ssage de l a v i su al i sat i on :

V ers l a ci n qu i ème séan ce, dès qu e l e pat i en t réagi t posi t i vemen t


à l 'i n du ct i on , c'est -à-di re f ai t l a preu ve par l 'observat i on
ext éri eu re,

Remarque : Si c'est le cas on peut observer une baisse de


tonus, une absence de contacts vers l'extérieure, un
immobilisme corporel, et lors de l'évaluation il doit exprimer
son indifférence aux stimuli externes lors de l'exercice.

qu 'i l se t rou ve êt re en E .M.C. et l 'expri me égal emen t par ses


observat i on s l ors des éval u at i on s, al ors peu t commen cer
l 'appren t i ssage de l a vi su al i sat i on qu i devi en t l e con t en u
pri n ci pal de l 'exerci ce.

1 - V i su al i sat i on d'i mages en deu x di men si on s :

S i cert ai n s peu ven t v oi r des i mages dès l es premi ers essai s, pou r
d'au t res i l s'avère n écessai re de passer par u n e ph ase
d'appren t i ssage beau cou p pl u s f ormel l e.
A i n si , en E .M.C. on su ggest i on n e à l a person n e de "voi r" des
f ormes géomét ri qu es de pl u s en pl u s compl exes, en su i t e on y
ajou t e des cou l eu rs, et en f i n on passe à des objet s comport an t
de pl u s en pl u s de dét ai l s. Cet t e mét h ode s'i n spi re du Yoga
54
Ni dra .

2 - V i su al i sat i on de con st ru ct i on en 3 D :

E l aborat i on d'u n en droi t agréabl e (E .A .) :


Lors d'u n exerci ce, di rect emen t après l 'i n du ct i on , l e pat i en t doi t
s'i magi n er êt re dan s u n en droi t agréabl e et sécu ri san t pou r l u i ,
u n en droi t pai si bl e. Cert ai n s ch oi si ssen t u n e mai son , peu t -êt re
parce qu e, comme l e di t Ol i vi er :

"Fai re sa mai son veu t don c di re créer u n l i eu de pai x, de


cal me et de sécu ri t é à l 'i mage du ven t re de l a mère, où l 'on
peu t se ret i rer du mon de pou r sen t i r bat t re son coeu r; créer
u n l i eu où l 'on n e ri squ e pas l 'agressi on , u n l i eu don t on
soi t l 'âme. Passé l a port e, s'ét an t assu ré qu 'el l e est bi en
f ermée derri ère soi , c'est en soi -même qu e l 'on en t re
al ors." 55

Dan s cet en droi t i l est su ggéré au pat i en t de se l ai sser al l er à


pren dre du repos, de prof i t er de l 'en droi t , d'appréci er pl ei n emen t
l e cal me et l e con f ort .

54
BOYES D. : Le yoga du sommeil éveillé, (Paris, Ed. Epi), 1973, p.77.
55
MARC O. : Psychanalyse de la maison, (Paris, Ed. Seuil, coll. intuitions), 1972, p.23.

23
L'éval u at i on port e su r l e vécu et l e décor de l 'E .A . m ai s au ssi su r
l a possi bi l i t é qu 'a eu e l e pat i en t de sen t i r... sen t i r son corps
dan s l a march e, son corps cou ch é, et c ... Ceci n ou s ren sei gn e
su r sa f acu l t é à ressen t i r l es i mages m ot ri ces.

3 - Premi ère v i su al i sat i on de m ou vemen t :

La représen t at i on men t al e du mou vemen t (R.M.M.) peu t êt re


proposée dès l e débu t de l a vi su al i sat i on , l orsqu e l e pat i en t f ai t
ét at de sa f acu l t é à vi su al i ser. S i n on c'est l e momen t pou r l e
f ai re. I l s'agi t d'u n e vi su al i sat i on bi en préci se du mou vemen t à
réédu qu er ou à mai n t en i r présen t dan s l e sch éma corporel si l e
segmen t est en i mmobi l i sat i on . Cet t e vi su al i sat i on , comme
t ou t e au t re d'ai l l eu rs est él aborée avec l e pat i en t , et accept ée
en sembl e.

L'éval u at i on port e i ci en core avec pl u s d'acu i t é su r l es


sen sat i on s perçu es du ran t l 'exerci ce. S i l e pat i en t expri me u n
man qu e de sen sat i on s mot ri ces, i l f au t amén ager, pou r l a séan ce
su i van t e, u n di scou rs su ggest i f dest i n é à l es au gmen t er.

E - V i su al i sat i on des i mages symbol i qu es et de m ét aph ores :

V ers l a si xi ème séan ce, on i n t rodu i t par u n e expl i cat i on su r l e


symbol i sme et l es mét aph ores, et l eu rs ef f et s possi bl es su r l e
corps, u n e di scu ssi on avec l e pat i en t pou r l u i permet t re
d'él aborer u n scén ari o symbol i qu e de gu éri son (S .S .G .) et , si ce
n 'est déjà f ai t , l es m ou vemen t s à v i su al i ser.

Le pat i en t qu i au ra "con st ru i t " u n en droi t agréabl e pou rra y


vi su al i ser son scén ari o symbol i qu e et l es i mages m ot ri ces.

A près l 'i n du ct i on , on su ggest i on n e à l a person n e l e con t en u du


S .S .G . él aboré avec el l e, en su i t e c'est l e ret ou r à u n e t on i ci t é
scén ari o symbol i qu e de gu éri son él aboré avec el l e, en su i t e c'est
l e ret ou r à u n e t on i ci t é n ormal e. E t l 'éval u at i on port e su r l a
ri ch esse du vécu , l es éven t u el l es cou l eu rs, l 'i mpact corporel ,
et c...

On propose au pat i en t de con si gn er son vécu dan s u n "jou rn al de


bord" et si possi bl e de l 'i l l u st rer par u n dessi n .

2 - Premi ère v i su al i sat i on du S .M.C. :

S i l a si t u at i on l 'exi ge, qu an d par exempl e l e pat i en t vi t des


di f f i cu l t és, on peu t réal i ser avec l u i u n scén ari o mét aph ori qu e de
ch an gemen t (S .M.C.). Comme vu précédemmen t i l y a cert ai n es
56
règl es à respect er comme d'obt en i r l 'accord du pat i en t pou r l u i
su ggérer l e scén ari o m ét aph ori qu e sou s E .M.C.

Ce gen re d'exerci ce est ef f ect u é avec l e réédu cat eu r et n e peu t


jamai s f ai re l 'objet d'u n e prat i qu e au t ogèn e. E n ef f et , i l n e
s'agi t pl u s i ci de vi su al i ser u n mou vemen t , ou d'u t i l i ser des

56
Voir le problème vécu avec T. au point 2.6.3.

24
i mages symbol i qu es dest i n ées à su sci t er des modi f i cat i on s
ph ysi ol ogi qu es, mai s bi en d'i n t erven i r su r l e moral du pat i en t ,
cel a deman de u n m i n i mu m de f ormat i on en psych ol ogi e.

E val u at i on : Le con t en u devra en su i t e êt re verbal i sé et réi n ject é


dan s l e réel du pat i en t .

25
F - A ppren t i ssage de l a prat i qu e "au t ogèn e" :

V ers l a h u i t i ème séan ce , l orsqu e l e pat i en t maî t ri se bi en l a


prat i qu e h ét érogèn e, c'est -à-di re avec l e réédu cat eu r comme
i n du ct eu r de l 'ét at modi f i é de con sci en ce et de son con t en u . On
l u i propose, di rect emen t après u n exerci ce, de recommen cer l a
même ch ose m ai s en f ai san t l 'i n du ct i on l u i -même cet t e f oi s-ci .

Comme i l est t ou jou rs "sou s l 'ef f et " de l a prat i qu e précéden t e, i l


l u i est f aci l e de "ret rou ver", par l u i -même en su i t e, l e même ét at
de con sci en ce m odi f i é qu e précédemmen t .

Bi en sû r u n e préparat i on par u n e di scu ssi on est n écessai re pou r


l ever l es éven t u el l es crai n t es "de n e pas y arri ver".

E val u at i on : el l e est i mport an t e, commen t s'est passée cet t e


premi ère prat i qu e au t ogèn e. Qu 'a ressen t i l e pat i en t , ét ai t -ce
di f f éren t ?

E n su i t e, ju squ 'à l a f i n de l 'i n t erven t i on , l e pat i en t u t i l i se l a


vi su al i sat i on si possi bl e qu ot i di en n emen t . Ch aqu e exerci ce f ai t
l 'objet d'u n compt e-ren du écri t et éven t u el l emen t d'u n dessi n au
"jou rn al de bord". Ces docu men t s son t éval u és avec l e
réédu cat eu r af i n de con t rôl er l e bon dérou l emen t des exerci ces
et d'i n t erven i r s'i l l 'est i me n écessai re.

Le pat i en t l ors des proch ai n s exerci ces au t ogèn es, al t ern era ou
combi n era l es deu x t ypes de vi su al i sat i on s à savoi r : l a
représen t at i on men t al e du mou vemen t et l e scén ari o symbol i qu e
de gu éri son .

I l me sembl e t rès i mport an t de proposer au pat i en t , dès qu 'i l en


sembl e capabl e, d'au t o-i n du i re l 'E .M.C. et de f ai re l es
vi su al i sat i on s l u i -même, parce qu e i n di rect emen t c'est ai n si l u i
ren dre l a respon sabi l i t é de son corps et de sa san t é.

G - E val u at i on f i n al e :

On di scu t e avec l e pat i en t de l a réédu cat i on psych omot ri ce et de


ses apport s spéci f i qu es, du commen t el l e a ét é vécu e et de sa
con t i n u i t é dan s l e f u t u r de l a person n e.

26
1.4.3. Q uelques repères et préc isions méthodologiques
supplémentaires :

- Les i n du ct i on s en E .M.C. se f on t verbal emen t en proposan t au


pat i en t , sou ven t des moyen s "au t o-con cen t rat i f s". A ppel é ai n si
parce qu 'i l accept e de f i xer son at t en t i on , et de l 'y mai n t en i r
t an t qu e cel a l u i est su ggéré su r, par exempl e, son pou ce ou u n
dét ai l dan s l 'en vi ron n emen t .

- Les rapport s avec l 'équ i pe médi cal e doi ven t f ai re l 'objet d'u n
su i vi , l orsqu e c'est possi bl e évi demmen t .

- I l s'agi t d'u n e réédu cat i on psych omot ri ce et n on d'u n e rel at i on


d'ai de où on f ai t de l 'écou t e. Mai s i l f au t savoi r s'adapt er au
vécu du pat i en t . A i n si dan s l e cas de M.D. l orsqu 'i l arri ve à l a
con su l t at i on et di t :

"Ma f emme m 'a qu i t t é, je n e sai s pl u s ou j'en su i s."

On con st at e qu e l 'évén emen t peu t su rgi r comme dét ou rs


majeu rs, on n e qu i t t e pas l e t ravai l de réédu cat i on (on n e
devi en t pas t h érapeu t e sau vage de l 'évén emen t ), c'est u n e
at t i t u de d'écou t e qu i ramèn e l e pat i en t à u n e di spon i bi l i t é et
don t l es él émen t s de l 'h i st oi re racon t ée apport en t l eu r
con t ri bu t i on au t ravai l en t amé.

- I l est f ai t u sage du renf orc ement positif : l e pat i en t appren d


et ses réu ssi t es son t ren f orcées. S on di scou rs et ses qu est i on s
son t posi t i vés. Progressi vemen t i l est amen é à con n aî t re son
probl ème et l e t rai t emen t , c'est pou rqu oi i l est i mport an t qu 'i l
compren n e à l a f oi s l 'object i f et l es m oyen s u t i l i sés, al ors ch aqu e
ét ape et exerci ce son t l argemen t expl i ci t és et f on t t ou jou rs
l 'objet d'u n e éval u at i on .

De m ême, i l part i ci pe act i vemen t à l a réédu cat i on :

- par l 'écri t et l e dessi n ,


- en ef f ect u an t des séan ces au t ogèn es,
- en él aboran t l e con t en u des v i su al i sat i on s.

Cet t e at t i t u de con du i t à respon sabi l i ser l e pat i en t , et à l u i


permet t re d'acqu éri r u n e cert ai n e au t on omi e dan s l a pri se en
ch arge de sa san t é.

- Les dessi n s et l es compt es-ren du s d'exerci ces ef f ect u és à


domi ci l e permet t en t au réedu cat eu r d'i n st au rer u n di al ogu e avec
l e pat i en t . I l s ren sei gn en t su r l es at t en t es et croyan ces,
con sci en t es et i n con sci en t es, con cern an t l e rét abl i ssemen t ou du
moi n s l 'évol u t i on du probl ème.

A i n si , commen t sera dessi n é l 'organ e at t ei n t , qu el s symbol es


seron t empl oyés dan s l a v i su al i sat i on , ce son t l à au t an t de pi st es
à décrypt er et di scu t er.

- Le di scou rs du pat i en t ne f ai t jamai s l 'objet d'u n e


i n t erprét at i on ou d'u n ju gemen t moral bi en sû r, i l f au t s'en t en i r

27
au x seu l s f ai t s. Mai s si n écessai re, on peu t lui sou met t re
qu el qu es réf l exi on s en t erme de ressen t i s :

"i l me sembl e qu e... vou s n 'avez pas en vi e de f ai re u n


exerci ce, qu 'en pen sez-vou s ?

Mai s su rt ou t évi t er l 'an al yse sau vage ou l e "di agn ost i c", ce n 'est
pas l 'objet de l 'i n t erven t i on .

- Lors des i n du ct i on s pou r i n st al l er l 'E .M.C. ch ez l e pat i en t , on


est at t en t i f à ren f orcer et posi t i ver t ou t ef f et obt en u qu i
object i ve l 'E .M.C. et en su i t e v éri f i er qu e l es cri t ères de cel u i -
ci son t f on dés.

E n ef f et , l '.E .M.C. est le f ru i t d'u n e ren con t re en t re deu x


person n es :

a) u n e, l e réédu cat eu r, i n du ct i ve du ph én omèn e, par son


di scou rs pri n ci pal emen t ;

b) u n e au t re, l e pat i en t , récept ri ce par l 'écou t e, pu i s l e v écu .

L'i n du ct eu r peu t observer des cri t ères somat i qu es object i f s de


l 'E .M.C. : h ypot on i ci t é, i mmobi l i t é, mai n t i en de l a post u re, mai s
l e vécu corporel et i magi n ai re du récept eu r est pl u s di f f i ci l emen t
object i vabl e car i n t ern e.

Ceci expl i qu e cert ai n emen t l a di f f i cu l t é des au t eu rs à se met t re


d'accord su r u n e gri l l e d'éval u at i on de l a "prof on deu r" ou de
l 'i n t en si t é de l 'E .M.C.

- A ct u el l emen t , dan s ma prat i qu e je con çoi s u n e du rée pou r l es


séan ces de 6 0 mi n u t es et ceci h ebdomadai remen t . Ch aqu e
séan ce f ai t l 'objet d'u n e éval u at i on et d'u n rapport écri t , cl assés
dan s l e dossi er du pat i en t .

1.4.4. L a struc ture de la séanc e :

1 - L'accu ei l :

I l y a d'abord l e t emps de l 'accu ei l , on s'assi ed et on se dét en d,


on t ât e l 'ambi an ce... on s'accorde.

2 - L'éval u at i on de l a semai n e :

Pu i s vi en t l e t emps de l 'éch an ge su r l e vécu de l a semai n e


écou l ée, et su r l e con t en u de l a séan ce précéden t e.

Remarque : Il me semble important d'écouter comment le


patient appréhende son environnement car de toute façon il
influe sur lui et son comportement face à son problème de
santé.

S 'i l s'agi t d'u n pat i en t f ai san t des exerci ces à domi ci l e c'est
au ssi l e t emps de l 'éval u at i on de ceu x-ci . I l f au t savoi r t ou t
d'abord combi en d'exerci ces l e pat i en t a ef f ect u é et pen dan t

28
combi en de t emps ? E n su i t e qu el en ét ai t l e con t en u et l es
réact i on s du pat i en t vi s-à-vi s de ce con t en u ? S i l es con t en u s
s'él oi gn en t du t h ème déf i n i de commu n accord l ors de l a
précéden t e séan ce, i l f au t en con n aî t re l es rai son s.

Tou t ce m at éri el est bi en sû r con si gn é dan s l e dossi er.

3 - U n exerci ce prat i qu e :

E n su i t e n ou s f ai son s u n exerci ce, ch aqu e séan ce en compren d


u n , c'est l e pi vot de l a séan ce, sau f si l e pat i en t t ravai l l e
beau cou p ch ez l u i , au qu el cas n ou s passon s ce t emps à l es
préparer.

a) L'i n du ct i on : On commen ce par l a respi rat i on ... l e pat i en t


pl ace son at t en t i on su r sa respi rat i on , en su i t e i l l u i est proposé
de ch oi si r son pou ce ou bi en u n dét ai l devan t l u i pou r posé son
regard. Pen dan t ce t emps i l l u i est parl é de ses pau pi ères qu i se
f ermen t et du cal me qu i s'i n st al l e en l u i , ju squ 'à ce qu e l es
pau pi ères soi en t compl èt emen t f ermées. E n su i t e on l u i propose
d'évoqu er, d'i magi n er u n moyen de descen t e et de commen cer à
descen dre pen dan t qu e l 'on décompt e de di x à zéro.

Ceci n 'est évi demmen t qu 'u n e des mu l t i pl es f açon s de f ai re, i l en


exi st e bi en d'au t res, i mpossi bl e à dét ai l l er dan s u n mémoi re.
Cel u i -ci n 'est pas u n m an u el su r l es i n du ct i on s h ypn ot i qu es.

Remarque : Après avoir animé pendant plus de trois cents


heures des formations en hypnothérapie qui étaient réservées
à un public averti, composé de psychologues et psychiâtres, et
aussi, animé plus de dix week-ends d'initiation à la
visualisation destinés eux à un plus large public. Je puis
affirmer que l'apprentissage de ces techniques est à la portée
d'un très grand nombre d'intervenants.

b) Le con t en u : Tou jou rs préparé avec l e pat i en t , i l s'agi t d'u n e


vi su al i sat i on du m ou vemen t ou du scén ari o de gu éri son .

c) Le ret ou r au t on u s h abi t u el : Momen t i mport an t , i l doi t êt re


t rès progressi f et respect er l e ryt h me du pat i en t .

d) L'éval u at i on : Tou jou rs présen t e, t emps cru ci al de ch aqu e


exerci ce, car el l e est l 'i mpu l si on de l a séan ce su i van t e.

4 - Rappel du t ravai l à domi ci l e :

I l est bon en f i n de séan ce de rappel er au pat i en t l e con t en u et


l a f orme de ce qu 'i l doi t f ai re ch ez l u i , et de véri f i er s'i l a bi en
compri s l es deman des.

5 - I n t rodu ct i on de l a proch ai n e séan ce :

Cet t e f açon de f ai re ai de l e pat i en t à gérer l e projet et di mi n u e


l 'éven t u el st ress dû à l 'i n con n u éven t u el de l a séan ce su i van t e.
I l est bon qu e l e pat i en t ai t l a f acu l t é d'an t i ci per su r l e
t rai t emen t , cel a l 'ai de à s'i n scri re dan s u n projet .

29
30
II

CLINIQUE

PSYCHOMOTRICE

2.1. Cas de T.F.

Cet t e i n t erven t i on a ét é réal i sée en 1 9 8 7 , c'est l a premi ère. Le


pat i en t F., u n mon si eu r de 3 2 an s, vi en t en con su l t at i on au
cen t re pou r résou dre des di f f i cu l t és d'ordre rel at i on n el , l orsqu 'i l
est acci den t é. I l s'est cou pé au poi gn et avec u n e vi t re de t abl e

31
l ors d'u n t ran sport . Le n erf et l es t en don s son t t ou ch és. Sa
mai n est pl ât rée.

Comme ce pat i en t est en t h érapi e de sou t i en i l a déjà u t i l i sé l es


E .M.C. et c'est u n gai n de t emps appréci abl e car i n u t i l e de
passer par l a ph ase d'appren t i ssage.

Nou s di scu t on s al ors d'u n projet , il comport e 3 axes de


préoccu pat i on s, à savoi r :

1 ) La con servat i on du sch éma corporel :

I l est déci dé de vi su al i ser, en E .M.C., l es mou vemen t s qu e l e


poi gn et et l a m ai n n e pou vai en t pl u s ef f ect u er pu i squ e pl ât rés.

2 ) E vi t er l es t rou bl es t roph i qu es de l 'i mmobi l i sat i on :

On a con st ru i t en sembl e une sort e de scén ari o d'ai de à la


gu éri son .

S on con t en u : u n e séri e d'ou vri ers spéci al i sés qu i t ravai l l en t


dan s l a mai n . I l y a des sou deu rs su r l e n erf pou r qu e l a
con du ct i bi l i t é n erveu se pu i sse de n ou veau passer. Dan s l es
t en don s i l y a des équ i pes d'en t ret i en qu i assu ren t l e n et t oyage
et l e grai ssage des part i es m obi l es.

3 ) V éri f i er l es croyan ces con cern an t l 'évol u t i on :

I l m'a sembl é i mport an t de con n aî t re l es croyan ces du pat i en t ,


même i n con sci en t es, con cern an t l 'évol u t i on ou l 'i ssu e de son
probl ème. A u ssi , i l l u i est proposé de symbol i ser son at t i t u de
f ace à son t rau mat i sme et sa gu éri son , par l e di scou rs de
respon sabl es et de spéci al i st es ren con t rés l ors des vi su al i sat i on s
en E .M.C. E t c'est ai n si qu 'i l déci de de dési gn er u n ou vri er
comme ch ef d'équ i pe et de con su l t er u n "médeci n spéci al i sé" qu i
l u i don n era u n avi s au t ori sé su r l es prat i qu es en vi sagées.

Tan t de l 'avi s du ch i ru rgi en , l e Dr. P., qu i s'ét on n e de l a rapi di t é


de l a récu pérat i on de l a con du ct i bi l i t é n erveu se, qu e du
ki n ési t h érapeu t e qu i l u i s'ét on n e de l a f aci l i t é de l a réédu cat i on ,
c'est u n e compl èt e réu ssi t e.

E vi demmen t l es con di t i on s ét ai en t i déal es :


- u n pat i en t avec qu i u n e rel at i on s'est déjà con st ru i t e.
- l 'i n t erven t i on su i t di rect emen t l e t rau mat i sme .
- u n e col l aborat i on parf ai t e avec l a réédu cat i on k i n é.

32
2.2. Cas de B.B.

Cet t e dame f ai t u n e deman de de t h érapi e parce qu 'el l e est


n erveu se; el l e se con t ract e dan s cert ai n es si t u at i on s san s savoi r
57
pou rqu oi . Depu i s u n an , el l e est at t ei n t e d'u n e amén orrh ée et
de di vers probl èmes de ci rcu l at i on , n ot ammen t des v ari ces.

Nou s commen çon s par l 'appren t i ssage d'u n e rel axat i on pou r
qu 'el l e pu i sse se dét en dre. E n su i t e n ou s essayon s u n e i n du ct i on
en E .M.C. pou r vi su al i ser u n en droi t agréabl e et cal me dan s
l equ el el l e se repose. Deu x semai n es pl u s t ard, n ou s f ai son s u n
exerci ce pou r résou dre son probl ème d'amén orrh ée, l e résu l t at
est ef f i cace après u n e semai n e et se mai n t i en t t ou jou rs deu x
moi s après qu an d el l e m 'an n on ce qu 'el l e v eu t u n en f an t m ai s qu e
son gyn écol ogu e l u i di t qu e c'est i mpossi bl e car el l e man qu e de
progest éron e.
I l l u i f au drai t don c su bi r u n t rai t emen t h ormon al , ce qu 'el l e n e
sou h ai t e pas et deman de s'i l s'avère possi bl e de t ravai l l er
en sembl e su r ce probl ème. J'ai répon du qu e l 'on pou vai t
t ou jou rs essayer en at t en dan t qu 'el l e pren n e u n e déci si on
con cern an t u n t rai t emen t h ormon al . Cet t e person n e ayan t u n e
f ormat i on médi cal e, je pou vai s l u i l ai sser l a respon sabi l i t é de ces
ch oi x, est i man t qu 'el l e possédai t l a f ormat i on n écessai re pou r l es
ef f ect u er en con n ai ssan ce de cau se.

Nou s f ai son s des vi su al i sat i on s en E .M.C., où des ou vri ers


s'af f ai ren t à t api sser son u t éru s du mat éri el n écessai re pou r
accu ei l l i r u n f oet u s. Dan s l 'h ypoph yse d'au t res su sci t en t et
act i ven t l e t ravai l des h ormon es et des gl an des. Régu l i èremen t
la pat i en t e "ren con t re" l ors de ses vi su al i sat i on s l es
respon sabl es des di f f éren t es t âch es af i n de s'i n f ormer de l 'ét at
d'avan cemen t des t ravau x. E t u n jou r, al ors qu e n ou s t ravai l l on s
depu i s mai n t en an t presqu e t roi s moi s su r ce probl ème, el l e
arri ve à l a con su l t at i on t rès t rou bl ée et m e décl are :

"Du ran t mon exerci ce l e respon sabl e des t ravau x dan s


l 'u t éru s est v en u m e di re qu e j'ét ai s en cei n t e. Comme je l u i
répon dai s qu e je n e l e croyai s pas i l s'est f âch é et m'a di t
d'ef f ect u er u n t est san gu i n . Qu 'en pen sez-vou s ?"

J'ai répon du qu 'u n t est de grossesse ét ai t rel at i vemen t ai sé à


réal i ser et qu 'i l l u i permet t rai t d'êt re f i xée. E l l e m'appren d t roi s
jou rs pl u s t ard qu e l e t est ét ai t posi t i f , et qu 'el l e ét ai t bi en
en cei n t e comme l e respon sabl e l 'avai t af f i rmé.

Cet t e pat i en t e réagi ssai t t rès bi en au x exerci ces et vi su al i sai t


f aci l emen t . E n pl u s el l e ét ai t t rès mot i vée, f ai san t deu x à t roi s
exerci ces h ebdomadai res et t en an t u n cah i er de bord de
l 'évol u t i on de son t ravai l .

57
Absence de flux menstruel.

33
2.3. Cas de P.M.

Ce pat i en t de 1 9 an s, est en voyé par l e ch i ru rgi en qu i soi gn ai t


T.F., i l ci cat ri se t rop rapi demen t , et cel a en gen dre des
adh éren ces du t en don dan s l a gai n e.

Le projet :

1 ) Con t en u du scén ari o symbol i qu e de gu éri son :


- I l y a des spéci al i st es pou r gérer l es su bst an ces qu e l e cerveau
en voi e pou r ci cat ri ser et au ssi mi eu x f ai re cou l i sser l es t en don s.
- Pou r évacu er l a march an di se, l es su bst an ces en t rop, i l y a des
t u yau x qu i évacu en t .

2 ) Con t en u de l a représen t at i on m en t al e du m ou vemen t :


- La mai n est comme u n e gri f f e dan s du sabl e et l es doi gt s
arrach en t l a m at i ère.

E val u at i on :
Ce pat i en t bi en qu e dou é pou r l a vi su al i sat i on et réagi ssan t t rès
bi en au x i n du ct i on s, vi en t t rès i rrégu l i èremen t à l a con su l t at i on .
A ch aqu e absen ce i l présen t e des prét ext es f u t i l es. S 'agi t -i l de
met t re en cau se son jeu n e âge ou u n man qu e de mot i vat i on
parce qu e l e projet n e serai t pas compri s ?
Comme j'aborde l e probl ème i l me f ai t part des moqu eri es de sa
compagn e mai s égal emen t du scept i ci sme de son ki n é devan t ses
progrès.

A près sept séan ces, bi en qu 'ayan t obt en u u n résu l t at mesu rabl e


dan s l a f l exi on du qu at ri ème et ci n qu i ème doi gt , l e pat i en t cesse
l e t rai t emen t san s préven i r.

Dan s ce cas, l es ci rcon st an ces n 'ét ai en t pas au ssi f avorabl es :

- l e pat i en t est en voyé et n on deman deu r;


- l 'en t ou rage i n t i me ri di cu l i se l e t rai t emen t ;
- l e pat i en t m an qu e de m at u ri t é;
- l a con su l t at i on est payée par u n e assu ran ce;
- l e "ki n é" dén i gre l es résu l t at s sel on l es di res du pat i en t ;
- je f ai s l 'erreu r de n e pas pren dre con t act avec l e ch i ru rgi en .

Mai s l e probl ème est au ssi i n st i t u t i on n el , car l e cen t re man qu e


de moyen en person n el , et i l y a t rop à f ai re pou r ét abl i r u n su i vi
st ri ct de ch aqu e pat i en t .

34
2.4. Cas de X.D.

Ce pat i en t de 6 3 an s, qu e je n e verrai qu e t roi s f oi s, est en voyé


par l e même ch i ru rgi en ayan t en voyer P.M., l a person n e
précéden t e.

I l a su bi i l y a u n an u n e opérat i on au can al carpi en , i l en


con serve u n e dou l eu r con st an t e dan s l a régi on h ypo-t h én ar, et
ri en n e peu t l e sou l ager. I l garde u n e cert ai n e mobi l i t é du
poi gn et except ée l 'i n cl i n ai son l at éral e ext ern e i mpossi bl e. I l se
di t "di mi n u é" car n e sach an t pl u s ri en f ai re de sa m ai n droi t e.

Projet :

1 ) I n du i re u n e an al gési e l ocal i sée à u n doi gt af i n qu 'i l décou vre


qu 'i l exi st e peu t -êt re u n e sol u t i on pou r l e sou l ager.

2 ) Propager cet t e an al gési e progressi vemen t à d'au t res doi gt s et


en su i t e à l a régi on h ypo-t h én ar t ou t e en t i ère.

3 ) Lu i appren dre à i n du i re l u i -même cet t e an al gési e l orsqu 'i l


ressen t l a dou l eu r.

4 ) A mél i orer l a mobi l i t é du poi gn et , ce qu i doi t êt re possi bl e


sel on l es di res du ch i ru rgi en .

E val u at i on :
I l réagi t t rès bi en à l 'i n du ct i on en E .M.C. de l a deu xi ème séan ce,
et l 'an al gési e du doi gt , qu e j'ai su ggérée, persi st e en core t ren t e
mi n u t es après l 'exerci ce. E n con séqu en ce je l u i propose
d'ét en dre l 'an al gési e à t ou t e l a mai n l ors de l a proch ai n e séan ce
et en su i t e de l u i appren dre à l e f ai re l u i -même à domi ci l e. Pu i s
n ou s t ravai l l eron s su r l a m obi l i t é du poi gn et .

A l a t roi si ème séan ce, i l commen ce par décl arer qu e, l a semai n e


passée, dès qu 'i l a qu i t t é l a pi èce l e doi gt s'est révei l l é.
Nou s f ai son s u n exerci ce, l es doi gt s de l a mai n rest en t en gou rdi s
du ran t pl u s de t ren t e mi n u t es. Comme i l réagi t au ssi bi en je l u i
propose de ref ai re l 'exerci ce l u i -même mai n t en an t . I l accept e,
et décl are en su i t e l ors de l 'éval u at i on qu 'i l sembl e qu e pou r l e
doi gt ça march e bi en , i l est bi en en gou rdi , mai s i l n 'a pas
d'i mage.

E n su i t e pl u s de n ou vel l es n on pl u s, l e pat i en t n e s'est pas


présen t é au ren dez-vou s. La person n e qu i assu re l e secrét ari at
l u i a écri t m ai s n ou s n 'avon s jamai s reçu de répon se.

35
2.5. Cas de A.F.

Ce pat i en t est en voyé par son ki n é., su i t e à u n e ch u t e su r


ch an t i er, i l s'est f ract u ré D1 0 et D1 1 . I l se t raî n e pl u s qu 'i l n e
march e à l 'ai de de deu x béqu i l l es qu 'i l ref u se de l âch er, i l a t rès
peu r de t omber.

Nou s avon s t ravai l l é presqu e u n an en sembl e; ce pat i en t f ai t


mai n t en an t du vél o et march ai t san s béqu i l l es l ors de l a dern i ère
séan ce. Pou rt an t i l se croyai t con damn é au x béqu i l l es...

Projet :

1 ) S ou s E .M.C. vi su al i ser l a col on n e et u n él ect ri ci en t i ran t des


câbl es él ect ri qu es, au t ravers du t u n n el des vert èbres, af i n de
rét abl i r l e "cou ran t " n erveu x.

2 ) E n su i t e vi su al i ser, en E .M.C., l e post e de pi l ot age d'u n e gru e


d'où part en t t ou t es l es comman des qu i act i on n en t l es membres
i n f éri eu rs. A n ot er qu 'i l s rest ai en t i mmobi l es en ét at de
con sci en ce ordi n ai re, m ai s bou geai en t en E .M.C.

3) Lors des vi su al i sat i on s, régu l i èremen t ren con t rer un


spéci al i st e qu i i n f orme su r l 'ét at du pat i en t .

4 ) E f f ect u er des massages dest i n és à apport er des af f éren ces


sen sori el l es et au ssi réi n vest i r l e corps. Ce n 'est pas par h asard
qu e l 'épou se se proposera pou r f ai re ces massages. E t c'est bi en
vol on t i ers qu e je l u i en i n di qu erai l a procédu re.

5 ) I n t égrer l a réédu cat i on dan s l es act es qu ot i di en s et ban al s :


comme de commen cer à march er san s béqu i l l e de l 'évi er à l a
t abl e, ou de march er, pou r ret rou ver l 'équ i l i bre, l es y eu x fermés
en me t en an t par l a t ai l l e, et en core ef f ect u er des bal an cemen t s
en mai n t en an t son at t en t i on su r l a percept i on de ce qu i se passe
dan s l a ch evi l l e, et c...

E val u at i on :
A i n si , pou r réi n vest i r l e corps, ch aqu e f oi s qu e j'en ai l 'occasi on
je propose au pat i en t d'u t i l i ser son corps; qu e ce soi t pen dan t
qu 'i l regarde l a T.V . en jou an t avec ses pan t ou f l es ou dan s l e
bai n à sou l ever l a jambe, ou en core avec sa pet i t e f i l l e en jou an t
au bal l on . N'i mport e qu oi est prét ext e à réédu cat i on !

I l f al l ai t prof i t er de l a mot i vat i on du pat i en t , ai n si qu e de cel l e


de l a f ami l l e. E n pl u s, l e pat i en t réagi ssai t posi t i vemen t au x
i n du ct i on s et à l a v i su al i sat i on .

Nou s avon s obt en u des résu l t at s ext raordi n ai res, t an t su r l e pl an


de l a mot ri ci t é qu 'au n i veau de l a sen si bi l i t é, ce qu i amél i orera
l es rapport s sexu el s du cou pl e et l a con f i an ce en soi du pat i en t .

36
2.6. Cas de T.

Introduc tion

A van t cet t e i n t erven t i on , j'ai eu t roi s con t act s avec S .,


psych omot ri ci en n e au C.H .U ., i l s'agi ssai t de :

a) U n e con versat i on t él éph on i qu e :

A f i n d'obt en i r u n en droi t de st age, pou r ef f ect u er l a part i e


expéri men t al e de mon mémoi re, port an t su r l 'empl oi des E .M.C.
en t h érapi e psych omot ri ce.

b) U n e ren con t re à son domi ci l e :

Nou s avon s éch an gé su r n os approch es et n os t ech n i qu es.


L'en t ret i en s'avérai t f ru ct u eu x pou r moi , j'ét ai s con t en t de
ren con t rer u n e psych omot ri ci en n e t ravai l l an t avec u n e approch e
sembl abl e à l a m i en n e.

c) U n e ren con t re dan s son m i l i eu prof essi on n el :

E l l e m e propose de t ravai l l er avec T.

2 .6.1. A namnèse :

I l s'agi t d'u n en f an t de 7 an s, v en an t de su bi r u n e au t o-gref f e de


moël l e car i l est can céreu x, l eu cémi qu e. I l se t rou ve h ospi t al i sé
en u n i t é st éri l e au C.H .U . S. croi t qu e l es t ech n i qu es qu e
j'u t i l i se, à savoi r : l es E .M.C., l a symbol i sat i on , et l es
vi su al i sat i on s peu ven t ai der cet en f an t .

Remarque : Effectivement, je connais bien ces techniques


utilisées tout d'abord par Carl SIMONTON 58, publiées depuis
presque dix ans. Elles s'inscrivent dans un courant de
recherche actuelle intitulée : psychoneurimmunologie.

Je n 'ai en core qu 'u n projet et des ou t i l s, pas de mét h odol ogi e


préci se. Je su i s en core en rech erch e et i l m'est di f f i ci l e de
parl er de m on approch e.

Remarque : Et cela m'inquiète un peu. J'ai peur que l'on me


demande de développer quelque chose trop rapidement, que
l'on ne me laisse pas le temps de m'adapter à l'hôpital.

E l l e ajou t e qu e l e pron ost i c n 'est pas t rès opt i mi st e : i l l u i


rest erai t peu t -êt re en core u n moi s à vi vre, et me deman de si je
peu x assu mer u n e t el l e t âch e. Je l u i répon ds ou i et ai n si
j'accept e ce t ravai l .

Remarque : J'ai déjà pensé à la mort, elle ne m'effraie pas le


moins du monde et j'envisage très sérieusement

58
SIMONTON C. : Guérir envers et contre tout, (Paris, Ed. Epi), 1982, 363 p.

37
d'ultérieurement faire de l'accompagnement et du soutien avec
des mourants.

Nou s con ven on s d'u n h orai re, soi t t roi s con su l t at i on s


h ebdomadai res de 1 h 3 0 , à h eu res f i xes, ven t i l ées comme su i t :
mardi , v en dredi , di man ch e de 1 3 h 3 0 à 1 5 h .

2.6.2. Compte rendu des séanc es.

2 6 /0 4 /9 1 S E A NCE N° 1

Je vi en s pou r l a premi ère séan ce avec T., S . m'at t en d dan s son


servi ce, el l e m'accu ei l l e avec u n sou ri re et di t : "Nou s
descen don s vou s présen t er à l 'en f an t ." E l l e me si gn i f i e qu 'el l e a
préven u T., l es paren t s, et l e person n el , t ou s son t d'accord.

Remarque : je n'ai pas encore d'objectif précis, seulement la


méthodologie dans ses grandes lignes, j'attends de voir et
surtout comprendre la situation. Je me détache de toute
théorie, de toute idée préconçue pour rester disponible.

Descri pt i on de l a premi ère ren con t re :

Dan s l 'ascen seu r el l e m'expl i qu e : "T. vi en t de su bi r u n e au t o-


gref f e au ssi est -i l f at i gu é et con séqu emmen t moi n s sou ri an t qu e
d'h abi t u de..." Nou s en t ron s dan s l e sas de sa ch ambre, T. est de
l 'au t re côt é d'u n e épai sse vi t re, je n e l 'aperçoi s pas en core, el l e
se sai si t d'u n i n t erph on e et l 'appel l e. I l répon d qu 'i l est à sel l e,
el l e l e sal u e et l u i di t qu 'el l e vi en t me présen t er, et l u i rappel l e
qu e je v ai s jou er avec l u i ...
Je l 'aperçoi s : c'est u n beau pet i t garçon bl on d et bou cl é,
f ort emen t amai gri , l e sou ri re t ri st e.
E l l e me propose d'ef f ect u er l e prot ocol e préal abl e à mon en t rée
dan s l a ch ambre. Nou s qu i t t on s l e sas pou r pren dre l e cou l oi r.
A près qu el qu es pas n ou s f ran ch i sson s u n e port e port an t
l 'i n scri pt i on :

- RE S E RV E A U PE RS ONNE L -
E NTRE E I NTE RDI TE

Derri ère cet t e port e, u n au t re cou l oi r et à deu x mèt res u n e


gran de l i gn e rou ge. E l l e m'expl i qu e qu 'i l n e f au t à au cu n pri x l a
t raverser avan t d'êt re désh abi l l é, c'est "l 'espace propre". E n su i t e
se dou ch er et se ch an ger avec des vêt emen t s du servi ce. Mai s
di t -el l e : "U n e i n f i rmi ère m'expl i qu era t ou t cel a avec f orce
dét ai l s". E t el l e m e qu i t t e en m e sou h ai t an t u n bon t ravai l .

Je n 'ai pas l e t emps de beau cou p réf l éch i r car l 'i n f i rmi ère f ai t
son en t rée et commen ce à me don n er t ou t es l es con si gn es.
A près son départ , n u devan t l a dou ch e, je me deman de si je n 'ai
ri en ou bl i é et véri f i e en repassan t men t al emen t t ou t es l es
con si gn es, n on je pen se qu e t ou t est respect é. J'ai l e sen t i men t
d'êt re à l a NA S A et qu 'i l va se passer u n évén emen t i mport an t .
E n f i n , dou ch é et h abi l l é, je sors et f ran ch i s u n e au t re port e
épai sse, de l 'au t re côt é u n e i n f i rmi ère. Je l u i deman de où se
t rou ve l a ch ambre de T., el l e m'i n di qu e l a 4 5 et ajou t e : "c'est

38
par l à à droi t e". Je f ai s t roi s mèt res et u n e au t re i n f i rmi ère
m'arrêt e et me di t "A t t en dez avan t d'en t rer, je doi s vou s
expl i qu er commen t procéder. V ou s n e pou vez en t rer dan s l a
ch ambre, vou s rest ez derri ère cet t e t oi l e de pl ast i qu e
t ran sparen t et sou pl e, dan s l aqu el l e vou s pou vez passer vos bras
et vos mai n s. S i vou s devez en t rer dan s l a ch ambre, i l v ou s f au t
pren dre u n t abl i er st éri l e, u n e pai re de gan t s st éri l es, u n e pai re
de ch au ssu res st éri l es et vou s l aver l es mai n s et avan t bras
ju squ 'au x cou des avec ce produ i t rou ge, pen dan t t roi s mi n u t es.
De pl u s i l exi st e u n e f açon t rès st ri ct e pou r ef f ect u er ces
opérat i on s". Je déci de de m'y sou met t re, je veu x avoi r u n
con t act u n peu pl u s ét roi t avec T.

E n f i n , après t ren t e mi n u t es d'u n e préparat i on f ast i di eu se, et


st ri ct emen t n écessai re, mai s compl i qu ée l orsqu 'on l 'ef f ect u e
pou r l a premi ère f oi s, je f ai s l e premi er pas dan s l a ch ambre de
T. I l est assi s su r son l i t , n e sembl e pas m'at t en dre, n e sembl e
ri en at t en dre d'ai l l eu rs.
Je con st at e qu e derri ère l 'épai sse vi t re où je me t en ai s
précédemmen t avec S ., i l y a mai n t en an t u n e jeu n e f i l l e et u n
qu adragén ai re qu i regarde T., l 'h omme se sai si t de l 'i n t erph on e
et se présen t e comme l e père et m e si gn i f i e qu e l a jeu n e f i l l e est
sa f i l l e M., i l me deman de si je su i s Fran ci s, l e garçon don t S . l u i
a parl é. Je répon ds ou i et sal u e T. Je commen ce par expl i qu er à
T. qu e c'est compl i qu é de ven i r ju squ 'i ci qu an d on n 'a pas
l 'h abi t u de. I l me di t qu e c'est vrai et me deman de pou r jou er.
Je m'agen ou i l l e près de son l i t , préf éran t dél ai sser l a ch ai se t rop
él oi gn ée de l u i , de cet t e f açon je me t rou ve à sa h au t eu r, u n
ri en pl u s bas peu t êt re. Je répon ds qu e je veu x bi en jou er au jeu
de l 'oi e avec l u i , i l m'i n f orme qu 'i l n e con n aî t pas l es règl es et
me présen t e u n papi er su r l equ el el l es son t i n scri t es. Je m'en
sai si s et commen ce à l i re... l es paren t s son t t ou jou rs derri ère l a
vi t re épai sse, je l eu r t ou rn e l e dos. Je deman de à T. si S . l u i à
parl er de ce qu e n ou s al l i on s f ai re, i l me répon d qu e n on , jou er
peu t êt re.

E t n ou s jou on s... au bou t d'u n momen t , i l me si gn i f i e qu 'i l doi t


al l er à sel l e, j'acqu i esce et l e l ai sse passer. Lorsqu 'i l en a
t ermi n é, i l me deman de de son n er l 'i n f i rmi ère. Je m'exécu t e et
l u i deman de si c'est ai n si qu 'i l f au t agi r, i l con f i rme l a bon n e
exécu t i on de mon act e. Une i n f i rmi ère se présen t e
i mmédi at emen t , el l e passe ses mai n s dan s l e cost u me con st i t u é
par l a t oi l e t ran sparen t e qu i sépare l a ch ambre de T. de
l 'an t i ch ambre et exécu t e l es soi n s qu e récl ame l a si t u at i on de T.
J'at t en ds qu 'el l e t ermi n e, et en su i t e n ou s repren on s l e jeu .

Remarque : Durant ce jeu, j'utilise les cases dessinées sur la


carte du jeu pour faire de la symbolisation. Ainsi lorsque nous
nous trouvons ensemble sur une case représentant un puits, je
lui propose que nous descendions à l'intérieur pour voir ce
qu'il y a dedans. Comme il ne trouve rien, je ne trouve rien
non plus aujourd'hui. En effet, je ne souhaite rien induire
comme image avant de le connaître.

Qu i n ze h eu res di x, j'expl i qu e à T. qu e je doi s mai n t en an t l e


qu i t t er, mai s n ou s n ou s reverron s di man ch e à l a même h eu re, i l
me répon d, d'u n e voi x qu i me sembl e assez n eu t re : "ou i ". Je

39
sors et me débarrasse d'u n e part i e de mon "cost u me" dan s
l 'an t i ch ambre, en su i t e je repasse au vest i ai re pou r qu i t t er l e
rest e : t rai n i n g, pan t al on vert , masqu e, ch apeau , ch au ssu res de
pl ast i qu e, et m'h abi l l er avec mes vêt emen t s. Dan s l e cou l oi r je
ren con t re l e papa; avan t qu 'i l n e parl e, je l u i expl i qu e qu e je
su i s t rès pressé car je doi s al l er don n er u n cou rs et l u i propose
de se ren con t rer di man ch e.

Con cl u si on :
Du ran t t ou t e cet t e séan ce, je su i s rest é t rès cal me et n on -
agi ssan t , observan t au maxi mu m ce qu e je pou vai s observer.
L'i mport an t c'est d'i n st al l er u n e rel at i on avec l 'en f an t pou r
en su i t e con cevoi r u n projet pert i n en t pou r l u i . J'ai u t i l i sé u n peu
l a symbol i sat i on , af i n d'est i mer ses capaci t és à u t i l i ser cet t e
t ech n i qu e, à mon sen s i l sembl e t rès coopérat i f , mai s je doi s
at t en dre qu 'u n e rel at i on s'i n st al l e, qu 'i l ai t con f i an ce.

2 8 /0 4 /9 1 S E A NCE N° 2

Descri pt i on :
J'arri ve à l 'u n i t é st éri l e, me di ri ge v ers l a ch ambre de T. et en t re
dan s l 'an t i ch ambre af i n de m'an n on cer. I l m'accu ei l l e avec u n :
"Bon jou r Fran ci s ! ". I l me sembl e en mei l l eu re f orme. Je l u i
deman de si je peu x ven i r et i l me répon d : "ou i ". Je passe don c
par l a dou ch e et l 'h abi l l emen t , et pu i s deman de l 'au t ori sat i on
d'en t rer à l 'i n f i rmi ère et t ermi n e par l a st éri l i sat i on . J'en t re
dan s l 'espace de l 'en f an t , l u i t en d l a m ai n pou r l e sal u er...

Remarque : Je me rapproche ainsi un peu de lui.

Je l u i deman de s'i l veu t jou er, i l répon d : "ou i ", mai s avec l a
con sol e él ect ron i qu e car di t -i l : "c'est mi eu x à deu x qu e seu l ".
Du ran t l e jeu , mes parol es con si st en t à recon n aî t re ses capaci t és
mot ri ces et i n t el l ect u el l es. Je n 'aborde au cu n au t re su jet qu e l e
jeu , c'est t rop t ôt en core. V ers 1 5 h 2 0 ses paren t s arri ven t , i l s
f on t u n si gn e de l 'an t i ch ambre...

Ch ose cu ri eu se : T. n e s'en occu pe pas. I l con t i n u e de jou er


avec m oi , i l f ai t u n ch oi x en t an t qu e person n e et je l e respect e.

Remarque : C'est peut être un message ?

Moi je l es sal u e. 1 5 h 4 0 , j'expl i qu e à T. qu e je doi s l e qu i t t er et


l u i rappel l e l 'h orai re : je revi en drai m ardi à 1 4 h ...

Remarque : La connaissance de l'horaire par l'enfant, surtout


s'il est régulier lui permet de se structurer dans le temps mais
aussi d'anticiper les séances et donc de diminuer son anxiété.

Je l u i deman de égal emen t de rappel er à l a ki n ési t h érapeu t e,


pu i squ 'el l e l 'a si gen t i men t proposé, de commen cer par l u i af i n
qu e n ou s pu i ssi on s passer pl u s de t emps en sembl e...

Remarque : Cette demande est destinée à lui donner un début


de responsabilité par rapport à sa prise en charge des séances
de thérapies psychomotrices.

40
A ma sort i e dan s l e cou l oi r, l es paren t s vi en n en t vers moi ... l e
papa me deman de ce qu e j'en pen se et je l u i expl i qu e qu e j'ai
t rou vé T. pl u s en f orme au jou rd'h u i . Je l u i deman de ce qu e l u i
en pen se, i l n e sai t pas, i l m e si gn i f i e qu 'i l n 'aban don n era pas.
Nou s parl on s de l a f ami l l e, mai s i l revi en t à T., comme je l u i
deman de ses projet s, i l m e répon d : "A u cu n c'est d'abord T."

Remarque : J'ai le sentiment que l'enfant prend toute la place,


ce qui est en partie compréhensible, mais qu'en plus tous les
projets de la famille dépendent de lui, de son rétablissement.
Je ne sais comment expliquer la chose, mais j'ai le sentiment
que l'enfant doit le percevoir et dans ce cas, n'est-ce pas une
trop grosse responsabilité pour ces frêles épaules que de
porter toute cette famille - Fréquemment, la manière
d'exposer le problème nous indique le problème lui-même.

J'expl i qu e au père qu e l es perspect i ves c'est i mport an t , qu e l e


t emps n e s'est pas arrêt é... D'ai l l eu rs, je projet t e de rel i er ces
act eu rs, peu t -êt re en l es f ai san t part i ci per à n os jeu x.

3 0 /0 4 /9 1 S E A NCE N° 3

J'arri ve dan s l e cou l oi r, ou vre l a port e et sai si s l 'i n t erph on e pou r


deman der à l 'en f an t si je pu i s ou vri r l e ri deau , pas de répon se.
S ou dai n , j'en t en ds l a voi x d'u n e i n f i rmi ère qu i me di t d'ou vri r l e
ri deau . Je regarde et dan s l e l i t je croi s l e voi r qu i dort . Je
deman de à l 'i n f i rmi ère si je doi s reven i r.
E l l e répon d qu e n on , et di t : "A l l ez T. i l y a qu el qu 'u n pou r t oi ,
t u t e révei l l es si n on t u n e dormi ras pas l a n u i t ". Je su i s su rpri s,
je n e l 'avai s pas recon n u , i l a l es ch eveu x compl èt emen t rasés.
Je l u i di s qu e je peu x reven i r u n au t re momen t , mai s l 'i n f i rmi ère
i n si st e en m e di san t qu e je peu x en t rer.

J'en t re dan s l a ch ambre de T. et l u i don n e l a m ai n :


comme je l u i présen t ai s l a gau ch e i l présen t ai t l a gau ch e au ssi
mai s t rès v i t e i l rect i f i e et présen t e l a m ai n droi t e.

Remarque : Mon muscle deltoïde est atrophié suite à un


étirement du nerf circonflexe. Dès lors dans certaines
positions je ne puis faire une élévation du bras pour dire
bonjour, alors je présente la main gauche.

I l me di t avoi r reçu u n e n ou vel l e casset t e n i t en do (jeu vi déo) et


me propose de jou er, je l u i expl i qu e qu e n ou s pou rri on s
con sacrer l es di man ch es à l a vi déo et f ai re au t re ch ose l a
semai n e. I l me deman de de l 'ai der pou r f ai re u n robot et me
mon t re ses réal i sat i on s an t éri eu res, je l u i propose, comme je
sen s u n bl an c de me parl er de l u i , car comme je l u i expl i qu e je
n e sai s ri en de l u i , si ce n 'est par l es di res de S . et ses paren t s.
E t j'ajou t e al ors : "E t t oi qu e peu x-t u m e di re de t oi ?"

Remarque : C'est un moyen d'installer la relation, comprendre


son vécu, mais aussi et surtout de le laisser s'exprimer.

41
E t t ou t en man i pu l an t l es "l égos", i l me parl e de ses ami s, des
î l es, du cl i mat , et qu 'i l v ou drai t ret ou rn er à l a Réu n i on ...
Des rêves au ssi ... Je n 'i n t ervi en s pas su r l e con t en u , mai s je l u i
expl i qu e qu e je peu x permet t re au x gen s de rêver, de f ai re des
rêves t ou t en rest an t évei l l é, qu e si l a ch ose v en ai t à l 'i n t éresser
je peu x l e f ai re u n jou r avec l u i au ssi ...

Remarque : Cette remarque me permet d'introduire les E.M.C.


et la Visualisation pour travailler directement sur l'organisme.

I l est d'accord, je pen se al ors qu e je doi s m'organ i ser pou r n e


pas êt re déran gé (peu t êt re avec l es paren t s). E t ju st e à ce
momen t , comme pou r con f i rmer mes crai n t es, en t re dan s
l 'an t i ch ambre u n e jeu n e f i l l e, ayan t t ermi n é son st age, qu i vi en t
l u i di re au revoi r.
Nou s repren on s n ot re con versat i on et l a man i pu l at i on des
"l égos", i l i n si st e beau cou p su r l es pet i t s robot s...

Remarque : Peut être un élément pour la visualisation.

S es paren t s arri ven t , avec M. l a soeu r aî n ée, n ou s l es sal u on s et


je m'ef f orce de l es i n cl u re dan s l a con versat i on . C'est ai n si qu e
sa maman , d'abord t i mi demen t , expl i qu e commen t on prépare l e
pou l et ... T. en prof i t e pou r évoqu er u n i n ci den t vécu avec eu x
l ors d'u n an n i versai re, d'abord l es paren t s sembl en t n e pas se
rappel er, m ai s comme T. i n si st e, l e sou ven i r revi en t , ou f ...

Remarque : Je crois important pour T. de pouvoir exprimer ce


genre de chose, car ainsi, après, des discours plus essentiels
peuvent surgir. Mais je dois veiller à ce que les parents ne se
culpabilisent évidemment pas ou bien réagissent
agressivement. D'ailleurs quand je partirai je leur expliquerai
le principe de ma démarche.

I l est l 'h eu re, je m'en vai s, je sal u e T. et l u i rappel l e l e momen t


de m a proch ai n e v i si t e.

S ort i , u n e f oi s dan s l e cou l oi r, je vai s sal u er l es paren t s, je


con st at e qu e T. est à l a vi t re de l 'an t i ch ambre, en t rai n de jou er
et f ai re des gri maces avec eu x. C'est l a premi ère f oi s qu e je l es
sen s au ssi proch es, je l u i f ai s au ssi u n e gri mace.

Comme à l 'h abi t u de, n ou s di scu t on s à l 'écart avec l e papa,


comme i l sembl e se con si dérer comme u n i n t ru s l orsqu 'i l v i en t et
qu e je su i s avec T. Je l u i rappel l e, qu e c'est son f i l s, et qu e de
pl u s ma mét h odol ogi e f ai t part i ci per l es paren t s. E t j'ajou t e qu e
si u n jou r j'ai besoi n d'i n t i mi t é, je l u i en f erai s part au paravan t ,
de ce f ai t i l n e me déran ge jamai s. Comme je l u i deman de si T.
vi en t sou ven t jou er avec eu x ai n si près de l a vi t re, i l me répon d
qu e n on .

Remarque : Ainsi, il semble donc que le lien se reforme, est-ce


parce qu'il a pu exprimer des choses à ses parents (la
punition) ou parce qu'ils participent à nos conversations ?

E n qu i t t an t l e papa, je l u i rappel l e l 'i mport an ce de pen ser au ssi


à l u i -même et au x au t res membres de l a f ami l l e. S i t ou t e l a

42
f ami l l e f ai t dépen dre son aven i r du sort de T., c'est peu t -êt re
al ors u n e grosse respon sabi l i t é pou r u n si jeu n e en f an t .

0 3 /0 5 /9 1 S E A NCE N° 4

T. dort , mon arri vée l e révei l l e, i l m'ai de pou r ef f ect u er mon


en t rée dan s son espace. Lorsqu e je l u i deman de de m'ai der, je
voi s qu 'i l pren d l a ch ose t rès au séri eu x et se sen t v al ori sé.

Remarque : De plus je peux en le faisant participer, lui faire


travailler et prendre conscience de son schéma corporel. Car
je lui demande si je dois commencer par la main gauche ou la
droite, etc... le corps nommé remplace le corps touché.

E n su i t e n ou s passon s au x "jeu x", au jou rd'h u i n ou s commen çon s


par u n pu zzl e, n ou s t ravai l l on s l 'organ i sat i on spat i al e et l a
réversi bi l i t é. Mai s au ssi l e symbol i qu e, ai n si l orsqu 'i l compare
l 'h omme et l e pu zzl e en di san t : "c'est comme l 'h omme i l se
dét ru i t ...", j'ajou t e : "peu t -êt re pou r se recon st ru i re".

A près n ou s mi mon s l e rest au ran t . C'est u n e sort e de jeu de


rôl e, i l est l e pat ron du rest au ran t et je su i s l e cl i en t . Les
éch an ges, qu e n ou s avon s permet t en t pl u s ai sémen t en core de :

a) Le compren dre f ace à sa m al adi e :

Les t ermes qu 'i l empl oi e en di sen t l on g su r l a man i ère don t i l vi t


son probl ème.

b) Proposer par sau pou drage des su ggest i on s :

Ceci deman de qu el qu es préci si on s : i l s'agi t d'u n e t ech n i qu e de


commu n i cat i on u t i l i sée par M. E ri ckson . qu i con si st e à
sau pou drer l e di scou rs de su ggest i on s marqu ées par u n t on de
voi x ou u n e post u re part i cu l i ère. E l l es doi ven t ren voyer à u n e
expéri en ce sen sori el l e et u n con t ext e préci s, de cet t e man i ère
el l es permet t en t ou su sci t en t l a gén éral i sat i on . G én éral i ser
repose su r n ot re capaci t é à ét en dre ce qu 'on a appri s dan s u n e
expéri en ce à t ou t es l es si t u at i on s d'u n regi st re sembl abl e.

c) U t i l i ser l a m ét aph ore :

E l l es su sci t en t égal emen t l a gén éral i sat i on , mai s dan s ce cas


j'empl oi s des an al ogi es, comme dan s l es con t es.

d) Le rel i er à ses paren t s :

La premi ère f oi s qu e j'ai assi st é à l eu r vi si t e, j'ai ét é f rappé par


l e f ai t qu 'i l n e s'en occu pai t gu ère. La vi t re en t re l u i et eu x n 'y
est cert es pas ét ran gère, mai s i l est possi bl e de di mi n u er son
"épai sseu r". S a séparat i on d'avec l es au t res, n e doi t pas l e
con du i re à l a sol i t u de...
A l a sort i e de l a ch ambre je ren con t re, comme d'h abi t u de l e
papa; je l u i deman de s'i l veu t bi en di man ch e n ou s ai der en
vei l l an t à ce qu e person n e n e n ou s déran ge. I l me répon d :
"ou i ".

43
0 5 /0 5 /9 1 S E A NCE N° 5

Ce jou r en arri van t je remarqu e u n mot col l é su r l a port e, c'est


l e papa qu i l e si gn e, son con t en u : "M. S TRA E T est en en t ret i en
part i cu l i er de 1 4 à 1 5 avec T., n e pas déran ger".

J'arri ve dan s l a ch ambre de l 'en f an t , i l me propose de l e


ch erch er, qu e j'au rai u n e su rpri se. De f ai t i l s'est dégu i sé avec
du mat éri el de soi n (ban dage et sparadrap), i l ressembl e à u n e
sort e de combat t an t "Ni n ja". I l me deman de de passer avec l a
voi t u re t él égu i dée su r ses pi eds et l u i doi t l 'évi t er en sau t an t .
A près qu el qu es mi n u t es, je l u i propose de f ai re u n exerci ce
comme n ou s en avi on s parl é (E .M.C.), i l sembl e en t h ou si ast e et
prêt à part i ci per. Nou s commen çon s :

PRA TI QU E :

a) - I n du ct i on : cl assi qu e car i n spi rée du t rai n i n g au t ogèn e


de S ch u l t z et des i n du ct i on s E ri ckson n i en n es.

Remarque : Il est difficile d'utiliser ces techniques à l'hôpital,


c'est un lieu sans intimité et trop traditionnel.

E n su i t e con st at an t l 'h ypot on i e mu scu l ai re et l e réf l exe de


f ermet u re des pau pi ères, je propose une vi su al i sat i on
symbol i qu e associ at i ve.

b) - Con t en u : des cou l eu rs, en su i t e u n e sorci ère qu i man ge


l es ét oi l es de cou l eu rs, pu i s l es organ es i n t ern es. A u cu n t erme
di rect con cern an t sa m al adi e.

c) - E val u at i on : i l di t avoi r ressen t i l 'i mpossi bi l i t é d'ou vri r


l es yeu x, de bou ger l es bras et l es jambes. S el on l u i c'ét ai t
amu san t .

d) - Con cl u si on : réact i on t rès posi t i ve pou r u n e premi ère


i n du ct i on et démon t re u n e apt i t u de cert ai n e à symbol i ser.

e) - Perspect i ves : con t i n u er l 'associ at i on spon t an ée


ju squ 'au momen t où i l f era al l u si on à sa mal adi e, en su i t e
proposer u n scén ari o di f f éren t .

E n su i t e n ou s avon s jou é au rest au ran t . Ri en de n ot abl e à


si gn al er cet t e f oi s, j'ai ju st e ef f ect u é qu el qu es remarqu es
con cern an t l 'h ygi èn e (pas d'eau pou r l a vai ssel l e), l a n ou rri t u re
(man qu e de ch oi x), et l e prot ocol e (payer avan t de man ger). Ce
sembl an t de ret ou r au réel ét ai t mot i vé par l 'ambi an ce l u di qu e
t rop i mport an t e à m on sen s.

0 7 /0 5 /9 1 S E A NCE N° 6

Lors de mon arri vée T. jou ai t t ou t en regardan t l a t él évi si on , i l


me remet u n e l et t re de S . qu i m e prévi en t ai n si qu 'el l e n e pou rra
se présen t er à n ot re R.V .

44
Je propose de f ai re u n exerci ce, i l accept e bi en vol on t i ers et
s'i n st al l e con f ort abl emen t . Comme l a premi ère f oi s ses yeu x
commen cen t à pl eu rer, mai s cet t e f oi s i l commen ce à t ou sser
au ssi je déci de d'arrêt er l 'i n du ct i on , car ce mal ai se si gn al e u n e
rési st an ce, en proposan t de l a repren dre pl u s t ard, l ors de l a
proch ai n e séan ce.

Remarque : Ce genre de malaise préfigure souvent des


résistances inconscientes, propres au contenu et rarement au
type d'induction elle-même. Comme nous le verrons plus
tard...

I l me reparl e de l 'h ypn ose, f ai san t des gest es bi zarres, au ssi je


l u i expl i qu e :

"Ce qu e n ou s f ai son s n 'a ri en à v oi r avec l 'h ypn ose."

Comme i l me deman de ce qu 'est l 'h ypn ose, je l u i di s de me


regarder dan s l es yeu x, je l u i pren ds l e poi gn et ... comme je
con st at e qu 'i l commen ce à cl i gn er des y eu x j'arrêt e et di t :

"V oi l à c'est cel a l 'h ypn ose, c'est di f f éren t de ce qu e n ou s


f ai son s et f eron s ! ".

Je l u i deman de de me parl er de sa san t é, ce qu 'i l peu t m'en


di re... i l me répon d qu 'i l va me di re qu el qu e ch ose de bi zarre,
qu i ét on n e t ou t l e m on de, m ai s qu 'i l a u n can cer.

S es paren t s en t ren t ... l es vi si t es n e permet t en t pas l 'i n t i mi t é


n écessai re à n ot re t ravai l , i l v a f al l oi r t rou ver u n e sol u t i on .
A u ssi n ou s parl on s d'au t res ch oses, n ou s u t i l i son s l e l exi dat a
pou r f ai re des exerci ces de grammai re, i l f ai t sembl an t (du m oi n s
je l e croi s) de con f on dre passé, présen t et aven i r.

Con cl u si on :
Dan s son message S . me deman de d'i magi n er u n e mét h ode
"psych o-adju van t e" car i l a besoi n de f abri qu er des gl obu l es
bl an cs; c'est mon i n t en t i on , pu i squ e cel a f ai t part i e du projet .
Mai s au paravan t , i l doi t appren dre à se met t re en E .M.C. si n on
cel a n e sert à ri en .

1 0 /0 5 /9 1 S E A NCE N° 7

PRA TI QU E :

A près l 'i n du ct i on en E .M.C. je propose u n exerci ce de


vi su al i sat i on , c'est u n e sort e de rêve évei l l é. E n ef f et , u n
éch an ge verbal en t re l e su jet et l 'opérat eu r a l i eu du ran t
l 'exerci ce. E n v oi ci l e t ext e :

Tu vas décou vri r des cou l eu rs, en su i t e t u doi s t rou ver u n


robot ?
(T) - Pas de robot ..., m ai s u n e l i on n e... el l e dét ru i t t ou t .
Pou rqu oi ?
(T) - Parce qu 'on n e l 'ai me pas.

45
E t t oi t u n e l 'ai mes pas ?
(T) - S i .
Moi au ssi je l 'ai me bi en , t u pou rrai s l u i di re.
(T) - Ou i , je l u i di s.
Mai n t en an t t u peu x l u i deman der de t e con du i re, au t ravers
de l 'escal i er, v ers l es robot s bl an cs.
(T) - E l l e accept e n ou s y al l on s. On s'arrêt e, i l y a u n pi ège
: u n t rou avec des pi qu es.
Deman des à l a l i on n e de t 'ai der !
(T) - Je mon t e su r son dos et n ou s sau t on s au -dessu s. On
ren con t re u n e f ou l e de m i n u scu l es robot s bl an cs.
Ch erch e l e ch ef et deman de-l u i de t 'ai der.
(T) - I l ref u se, car i l n e v eu t pas ai der l es h u mai n s, i l n e l es
ai me

Remarque : 2 fois une image exprime qu'elle n'est pas


aimée...

D'accord m ai s al ors, t u peu x l e con vai n cre ?


(T) - Non , i l ref u se.
A l ors t u peu x t e bat t re peu t êt re.
(T) - Ou i , je me ch an ge en dragon et je me bat s avec l u i ...
u n h omme arri ve, m en açan t , je l 'assomme.
Bi en , t u con t i n u es de t e bat t re ju squ 'à ce qu 'i l accept e de
t 'ai der.
(T) - I l accept e m ai n t en an t de m 'ai der.
Fai s-l u i promet t re.
(T) - I l l e f ai t .
Mai n t en an t expl i qu e-l u i qu e t u veu x qu 'i l soi t t on ami , qu e
t u t 'es bat t u avec l u i parce qu 'i l ref u sai t de t 'ai der.
(T) - C'est f ai t .
Bi en n ou s al l on s arrêt er l 'exerci ce m ai n t en an t ...

E n su i t e n ou s jou on s au basket su r l a con sol e Ni t en do, comme i l


gagn e, j'en prof i t e pou r l u i f ai re con st at er ses possi bi l i t és et
capaci t és.

Lors de mon en t ret i en avec l es paren t s, je l eu r expl i qu e qu 'i l s n e


doi ven t pas s'ét on n er du con t en u de mon di scou rs, cel u i -ci est
sou ven t port eu r de m essage à dou bl e sen s.

1 2 /0 5 /9 1 S E A NCE N° 8

Ce di man ch e on commen ce par l a n ou rri t u re, i l ref u se de man ger


car i l n 'ai me pas, ce n 'est pas bon . I l me sembl e qu 'i l n 'a pas
en t i èremen t t ort et je l u i con cède. Mai s i l f au t man ger, au ssi
n ou s passon s u n con t rat : man ger qu at re morceau x de vi an de,
parmi l es pl u s appét i ssan t s, ch erch on s-l es pou r l es m an ger.

I l me di t qu 'i l n 'est pas bi en au jou rd'h u i , t racassé. Je l u i


deman de s'i l veu t en parl er. Comme i l marqu e des rét i cen ces à
se con f i er, je l u i expl i qu e :

"Tu peu x parl er si t u as en vi e, mai s seu l emen t si t u as


en vi e. S i t u croi s qu e parl er peu t t 'ai der d'u n e qu el con qu e

46
man i ère, et cel a peu t rest er en t re n ou s, person n e n 'en
sau ra ri en ."

A l ors comme t ou s l es en f an t s, i l su rmon t e ses émot i on s par u n


jeu symbol i qu e, pu i s commen ce à se con f i er, parl e de sa mère...
de sa dépressi on , "el l e est m al ade au ssi ..." di t -i l .

Comme arri ven t ses vi si t es, n ou s cesson s cet t e con versat i on .


J'essaye de l u i permet t re de parl er, ou t en i r compt e de l a
présen ce de ces gen s. Mai s vi si bl emen t i l ref u se, et ref u se
même de me di re qu i son t ces gen s. Comme u n e gên e s'i n st al l e
je m e ret i re pou r permet t re u n éch an ge en t re eu x.

Remarque : Je vais devoir trouver un système pour ne pas être


dérangé lorsque nous travaillons; peut-être changer mon
horaire, ou alors mettre un papier sur la porte.

1 4 /0 5 /9 1 S E A NCE N° 9

Ce jou r T. sou h ai t e n e pas f ai re d'exerci ce. Je l u i propose d'en


parl er... i l reparl e de sa maman . Je l u i expl i qu e qu e sa maman
peu t avoi r ses rai son s d'agi r de cet t e f açon et qu e peu t -êt re i l
pou rrai t en parl er avec el l e.

Nou s reven on s su r l es exerci ces, i l sou h ai t e qu 'i l s soi en t pl u s


cou rt s et ch an gen t de t h ème. J'expl i qu e qu e je vai s réf l éch i r à

47
sa deman de. I l m e si gn i f i e qu 'i l n e compren d pas pou rqu oi on n e
jou e pas pl u s et se deman de à qu oi peu ven t servi r ces exerci ces.
Je l u i expl i qu e l es résu l t at s obt en u s avec d'au t res person n es et
commen t f on ct i on n e l a symbol i sat i on . I l est d'accord pou r
con t i n u er ce t ravai l .

Nou s jou on s : i l me di t qu 'i l n e veu t pl u s jou er au rest au ran t ,


mai s qu 'i l veu t con st ru i re mai n t en an t . Dès l ors n ou s
con st ru i son s u n e sort e de véh i cu l e spat i al , avec des can on s et
u n épi eu .

Remarque : Serait-ce là un signe, l'émergence symbolique


d'une agressivité tournée maintenant vers l'extérieur ?

Con cl u si on :
A près l u i avoi r expl i qu é l 'i mport an ce et l 'i mpact des exerci ces de
vi su al i sat i on , i l apparaî t qu 'i l accept e de con t i n u er, si n on il
sembl e t ou t de même qu 'u n e cert ai n e l assi t u de s'i n st al l e. Je
vai s en parl er avec S .; peu t -êt re qu e n ou s en f ai son s t rop, et
qu e n os approch es f on t pl u s qu e se recou per... Les paren t s ce
jou r m 'on t sembl é di st an t s.

E t an t mon t é pou r ren con t rer S ., el l e me si gn al e qu e l e médeci n


de T. l 'a i n f ormée de l a remon t ée "des bl an cs" de cel u i -ci .
S erai t -ce l es résu l t at s du ch an gemen t provoqu é par l 'exerci ce
ef f ect u é l e 1 0 /0 5 ?

1 7 /0 5 /9 1 S E A NCE N° 1 0

Lorsqu e j'arri ve T. sembl e u n peu f at i gu é, i l sou h ai t e parl er de


sa m aman ... je l 'écou t e.

Nou s parl on s des exerci ces, je l u i expl i qu e ce qu e symbol i sai t l e


ch ef des robot s bl an cs, i l réagi t en di san t : "Tu m'as bi en eu
al ors."

Remarque : Il aurait été intéressant de discuter avec lui de la


signification de cette remarque, malheureusement le temps qui
m'était imparti ne le permettait pas. (Mais nous le
découvrirons lors de notre dernier entretien en hôpital de
jour).

Nou s con st ru i son s en sembl e l e scén ari o du proch ai n exerci ce :


i l s'agi t d'u n Bi p-bi p (c'est T.) qu i embarqu e dan s u n e f u sée,
avec de l a n ou rri t u re. Dedan s i l y a au ssi u n oeu f avec u n pet i t
Bi p-bi p. Pu i s au ssi l e ren ard qu i essaye de l 'at t raper mai s san s
jamai s y arri ver. Je l u i propose de s'en f ai re u n ami .

A l a sort i e je ren con t re l es paren t s, je l eu r deman de de l ai sser


u n mot su r l a port e car di man ch e n ou s f ai son s u n exerci ce et je
sou h ai t e qu e n ou s n e soyon s pas déran gés. I l s son t d'accord.

Con cl u si on :
Comme je mon t e dan s son servi ce, S . me f ai t remarqu er qu e
sel on el l e l es en f an t s son t déjà en ét at de con sci en ce modi f i é et
qu 'u n e i n du ct i on s'avère i n u t i l e. Je pen se qu e n ou s n 'avon s pas

48
l e même rapport si gn i f i an t à si gn i f i é, et par con séqu en t n ou s n e
met t on s pas l e m ême con t en u sou s l e m ême v ocabl e.

Remarque : Elle parle d'état de conscience modifié dans un


sens "qualitatif", lié à une notion d'éveil ou "d'innocence
encore intacte", alors que je pense à un sens plus
"quantitatif", de niveaux, représentant un état plus proche de
l'inconscience.

1 9 /0 5 /9 1 S E A NCE N° 1 1

Ce di man ch e, l orsqu e j'arri ve je con st at e qu 'i l n 'y a pas de mot


su r l a port e, mai s T. qu i regarde l a t él évi si on m'appren d qu e son
père n 'est pas v en u l e m at i n . I l m e di t en êt re t ri st e.
A près ma préparat i on j'en t re dan s sa ch ambre et je l u i deman de
s'i l est d'accord de f ai re l 'exerci ce qu e n ou s avon s mi s au poi n t .
I l m e répon d qu e ou i , al ors n ou s commen çon s.
Je n e f ai s pas d'i n du ct i on , je l u i deman de si mpl emen t de f ermer
l es yeu x et d'i magi n er... I l "jou e" l e scén ari o qu e n ou s avon s
réal i sé l a séan ce précéden t e, mon rôl e con si st e à si mpl emen t l u i
f ai re respect er l e con t en u sou s l a f orme d'u n e parol e qu i rappel l e
ce qu 'i l doi t f ai re. De t ou t e f açon je n 'ai pas à i n t erven i r
pu i squ 'i l n 'y a pas d'i mage spon t an ée, c'est u n e sort e de rêveri e.

Remarque : J'ai voulu tenir compte de la remarque de S. Et


comme je m'y attendais le scénario est joué par T. mais avec
une grande liberté, et sans image spontanée... de plus je
constate qu'il n'est pas dans un E.M.C. profond dans la mesure
où il bouge (pas d'hypotonie musculaire), pas de R.E.M.
(mouvements réflexes des yeux), et après l'exercice il ajoutera
même : "Cette fois je ne me sens pas étourdi". Ceci implique
pour moi qu'il y a eu "jeux imaginaires", mais pas
symbolisation ou imagerie mentale thérapeutique.

A près cet exerci ce n ou s f ai son s des mari on n et t es qu e je t en t e


d'an i mer... comme n ou s al l on s jou er u n e scèn e avec cel l es-ci ,
af i n qu 'i l pu i sse s'expri mer su r ce qu 'i l vi t . U n e i n f i rmi ère vi en t
n ou s si gn al er qu e l es paren t s at t en den t derri ère l a port e, je l u i
di s qu e n ou s avon s t ermi n é et qu 'i l s peu ven t en t rer dan s
l 'an t i ch ambre; el l e v a l es préven i r.

Lorsqu 'i l s en t ren t , T. s'agi t e, n ou s cesson s n os jeu x et je l es


sal u e... Je su i s su rpri s par l e papa qu i me deman de si j'ai f i n i
car i l va en t rer (T. n e peu t recevoi r qu 'u n e vi si t e à l a f oi s);
comme T. ét ai t t ri st e de n e pas l es avoi r vu s l e mat i n , je
répon ds qu e je m'en vai s. Comme je di s au revoi r à T., i l me
si gn al e qu 'i l ren t re ch ez l u i l u n di , qu e je n e doi s pas ven i r
mardi ... je su i s en core ét on n é car person n e n e m'avai t
préven u ...

Remarque : C'est lundi après-midi que S. me téléphonera pour


m'informer que T. sort ce lundi... c'est parfois ça l'hôpital.

Lorsqu e je qu i t t e, comme d'h abi t u de je vai s sal u er l a maman ,


el l e me répon d par : "V oi l à, au revoi r". Je rest e perpl exe devan t

49
l 'at t i t u de des paren t s, j'ai l e sen t i men t qu 'i l se passe qu el qu e
ch ose m ai s j'i gn ore qu oi ...

Con cl u si on :
Je su i s désol é de n 'avoi r pas ét é préven u de l a sort i e de T., je
n 'ai pas pu ef f ect u er l a ru pt u re. De pl u s, et c'est bi en pl u s
i mport an t , je n 'ai pas t ermi n é mon i n t erven t i on . S i j'avai s ét é
préven u , j'au rai s f ai t u n e i n du ct i on , et ori en t é l 'exerci ce
au t remen t af i n d'en accroî t re l 'ef f i caci t é et l a du rabi l i t é.

Nou s reparl eron s de ces di f f éren t s poi n t s avec S . l e ven dredi


su i van t . Je sou h ai t erai s au ssi ren con t rer l e médeci n de T. af i n
de l u i expl i qu er l e t ravai l ef f ect u é.

3 1 /0 5 /9 1 DE RNI E R E NTRE TI E N :

C'est à l 'h ôpi t al de jou r qu 'au ra l i eu cet en t ret i en ; arri vé au +1


je deman de après l a ch ambre de T., u n e i n f i rmi ère m'i n di qu e l a
6 0 et m e di t qu e je peu x m'y ren dre.

Lorsqu e je ren t re, S . est présen t e ai n si qu e l e papa. S . f ai t l i re


à T. u n l i vre su r l a ph ysi ol ogi e du corps h u mai n . Je di s bon jou r,
mai s T. n e répon d pas, son accu ei l est pl u t ôt f roi d ? Comme S .
me propose de di scu t er avec T., je l u i di s qu e je doi s l a voi r
au paravan t , qu e je revi en drai pl u s t ard (ceci devan t permet t re à
T. de se préparer à n ot re en t ret i en ). Lorsqu e S . a t ermi n é, je
sors avec el l e.

Je revi en s u n e h eu re pl u s t ard, assi s su r u n e ch ai se si t u ée en


f ace de T., je l u i propose de di scu t er du t ravai l qu e n ou s avon s
f ai t en sembl e. V oi ci l e con t en u de cet en t ret i en :

Je vou drai s di scu t er de ce qu e n ou s avon s f ai t en sembl e


dan s l 'u n i t é st éri l e...
(T) - C'est di f f i ci l e... Tu n 'ai meras pas ce qu e je v ai s di re.
Je pen se qu e ce qu e t u di ras peu t m'ai der pou r mon t ravai l
avec d'au t res.
(T) - Je n 'ai pas en vi e de con t i n u er...
C'est t on droi t , m ai s pou rqu oi ?
(T) - C'est pas t rès cl ai r... di f f i ci l e à di re...
Parce qu 'i l y a d'au t res person n es (son père et u n e pat i en t e
cou ch ée dan s l e l i t à côt é son t dan s l a ch ambre) peu t êt re ?
(T) - Ou i !
E t si t on papa sort ai t u n m omen t ?
(T) - Ou i !
Nou s l 'appel l eron s l orsqu e n ou s au ron s t ermi n é (l e père
sort ).
(T) - E n f i n t ran qu i l l e... bi en j'arrêt e... parf oi s je n 'ai me pas
ce qu e n ou s f ai son s, m ai s je n e sai s pas di re pou rqu oi .
U n jou r t u as di t : "Tu m 'as bi en eu ".
(T) - Ou i , c'est parce qu e n ou s avi on s t ravai l l é su r mes
gl obu l es bl an cs.
E t t u n 'en avai s pas en vi e ?
(T) - C'est di f f i ci l e à di re... j'essaye de voi r l es ch oses u n
peu cl ai remen t ...

50
Peu t -êt re as-t u l e sen t i men t d'avoi r ét é rou l é ?
(T) - Ou i , c'est ça...
Tu n e v ou l ai s pas t ravai l l er su r l es gl obu l es bl an cs ?
(T) - Non ! On peu t l ai sser en t rer m on papa m ai n t en an t !
Bi en je v ai s l e ch erch er...

Lorsqu e son père est i n st al l é, je di s qu e je m'en vai s, qu e je


rest e à sa di sposi t i on s'i l l e dési re et l u i sou h ai t e bon n e ch an ce.
I l s'avan cera vers moi et me don n era l a mai n cet t e f oi s, et avec
u n gran d sou ri re.
J'ai reçu u n véri t abl e cou p à l 'est omac et j'éprou ve l e besoi n
d'en parl er... Je remon t e en pédi at ri e et je racon t e t ou t à S .
af i n de "me sou l ager", mai s au ssi en espéran t qu 'el l e pou rra
f ai re qu el qu e ch ose pou r l u i .

E n ef f et , ce di scou rs de l 'en f an t me pose u n probl ème ét h i qu e :


j'accept e son ref u s de con t i n u er l e projet avec moi , mai s je doi s
préven i r l 'équ i pe soi gn an t e.

Comme l 'a di t M. Mormon t , on i n t ervi en t s'i l exi st e u n e deman de.

Mai s si qu el qu 'u n ref u se de gu éri r, doi t -on l e l ai sser m ou ri r ?

Je su i s bou l versé, je doi s réf l éch i r à t ou t es ces con si dérat i on s.

2.6.3. Critique de mon approc he :

- I l est évi den t qu e c'est u n e erreu r de l u i f ai re vi su al i ser l e


con t e mét aph ori qu e san s l e préven i r de mon object i f , et su rt ou t
san s avoi r son accord. Peu t -êt re, est -ce u n e des rai son s qu i l e
con du i sen t à ref u ser de con t i n u er l e projet ?

- Pou rqu oi avoi r f ai t con f i an ce au x au t res (l es i n f i rmi ères et


su rt ou t S .) pou r f ai re ci rcu l er l 'i n f ormat i on ? De l a sort e, je me
ret rou ve devan t l e f ai t accompl i l orsqu e j'appren ds qu e T. sort
de l 'h ôpi t al . Déci démen t , t ravai l l er dan s u n cen t re h ospi t al i er
u n i versi t ai re m'a i mpressi on n é... C'est l a même ch ose qu an d je
ressen s de l a gên e si n ou s "jou on s" t rop en sembl e - al ors qu e
comme je l 'ai appri s pl u s t ard, S . m 'avai t présen t é en di san t : "I l
jou era avec t oi ". Pou rt an t l e jeu n 'est sou ven t qu 'u n prét ext e...

- Lorsqu e j'ai deman dé à S . de ren con t rer l e médeci n de l 'en f an t


pou r mi eu x con n aî t re cel u i -ci , el l e m'a répon du : "C'est
i mpossi bl e, t u ressembl es t rop à son mari et el l e est en t rai n de
di vorcer... si c."

- De même, j'ai passé beau cou p de t emps pou r expl i qu er à S .


qu e mon t ravai l ét ai t spéci f i qu e et di f f éren t du si en ,
con t rai remen t à ce qu e je croyai s au débu t de n ot re ren con t re.
J'ét ai s obl i gé car el l e posai t des qu est i on s à l 'en f an t et
s'ét on n ai t devan t l u i qu e je n 'agi sse pas comme el l e l e croyai t ,
cel a pou vai t déran ger mon t ravai l . Tou t es l es réact i on s et

51
qu est i on s à mon égard démon t rai en t l 'i n f l u en ce exercée su r el l e
59
par sa f ormat i on en cou rs ch ez Drou ot .

2 .6.4. Critique de l'outil :

- Dan s ce projet , j'ai t ravai l l é l e réi n vest i ssemen t corporel par l e


t ou ch er, au t ravers des gan t s bi en sû r, et l e rempl acemen t d'u n
corps bou gé par u n corps parl é, ou i magi n é l orsqu e n ou s parl on s
de ses act i vi t és à l 'î l e de l a Réu n i on .

- A l a séan ce n ° 5 , l ors de l 'exerci ce i l parl e d'u n e sorci ère qu i


man ge l es ét oi l es de cou l eu rs, en su i t e parl e de ses organ es; et
l ors de l a vi su al i sat i on du scén ari o symbol i qu e pou r "act i ver" l a
f ormat i on de gl obu l es bl an cs, à l a séan ce n ° 7 , l a sorci ère se
t ran sf orme en l i on n e. C'est i ci qu e se pose u n e i mport an t e
qu est i on : "Fau t -i l port er u n regard i n t erprét at i f , d'au t an t qu 'i l
parl e beau cou p de sa m aman ...". C'est pou rqu oi j'avai s deman dé
à ren con t rer l a psych ol ogu e, mai s jamai s je n e l a ren con t rerai ...
E t c'est dommage, car cet en f an t sembl e avoi r des ch oses à di re
et person n e pou r l 'écou t er.

- U n e au t re l i mi t e ren con t rée l ors de cet t e i n t erven t i on , c'est l e


besoi n d'i n t i mi t é. J'ai du i n t errompre t rès sou ven t n os
éch an ges, voi r même des exerci ces, à cau se de l 'i n t ru si on de
person n es ext éri eu res à des momen t s où n ou s devi on s rest er
seu l s. J'ai t en t é de ch an ger l e cadre et l 'h orai re, mai s c'est
i n su f f i san t .

Ce qu e j'ai vécu l ors de cet t e i n t erven t i on , me l ai sse un


sen t i men t qu e peu t expri mer u n e ci t at i on pert i n en t e :

"L'en f an t f ai t ses deman des émot i on n el l es et verbal es en


expl oi t an t son i mpu i ssan ce et l a pi t i é qu 'i l provoqu e. Les
mal ades son t expert s à su sci t er l a sympat h i e et l e
dévou emen t ext rême ch ez l es au t res. Tou s l es ch erch eu rs
on t t rou vé des f ami l l es compl èt emen t bou l versées par l a
deman de des m al ades. Les paren t s son t au ssi i mpu i ssan t s à
pren dre posi t i on con t re l e mal ade qu e l e mal ade à pren dre
posi t i on con t re ses paren t s"
60

59
DROUOT P. : Nous sommes immortels (la réincarnation face à la nouvelle physique, (Paris,
Ed. Garancière), 1987, 313 p.
60
SATIR V. : Thérapie du couple et de la famille, (Paris, Ed. Epi), 1971, p.61.

52
2.7. Cas de M.D.

"On n e peu t don n er au x probl èmes qu e pose l e corps u n e


répon se même prél i mi n ai re san s devoi r du même sou f f l e,
s'at t aqu er au x probl èmes qu e posen t l a person n al i t é et l e
mon de." 61

Introduc tion

Ce pat i en t m'est en voyé par l e doct eu r G . de Bru xel l es, cel u i -ci
n eu ropsych i at re et expert en psych i at ri e médi co-l égal e,
m'i n f orme dan s son cou rri er qu e son pat i en t , M. D., port e en
perman en ce u n e ort h èse qu i i mmobi l i se l e poi gn et droi t en
ext en si on et l es qu at re doi gt s l on gs en f l exi on . I l me
commu n i qu e égal emen t l 'adresse du pat i en t af i n qu e je l e
con voqu e et l es coordon n ées de l 'assu ran ce à l aqu el l e je doi s
en voyer ma n ot e de f rai s. Je n 'en sai s pas pl u s. Cet t e l et t re
f ai sai t su i t e à u n bref con t act t él éph on i qu e qu e j'avai s reçu u n e
qu i n zai n e au paravan t .

2.7.1. Compte-rendu des séanc es.

0 6 /0 8 /9 1 S E A NCE N° 1

Lorsqu e je ren con t re ce pat i en t pou r l a premi ère f oi s à ma


con su l t at i on au cen t re G RA NE C, i l me sembl e t rès rai de et t rès
droi t . I l sembl e éman er de l u i u n e i mpressi on de f orce f ragi l e.

Dès qu e n ou s sommes i n st al l és, je l u i expl i qu e qu e l e doct eu r G .


m'a deman dé de l e con voqu er pou r exami n er, dan s son cas, l a
possi bi l i t é d'u n e i n t erven t i on en réédu cat i on psych omot ri ce. E t
je l u i expl i qu e qu i je su i s et commen t je t ravai l l e (voi r à ce su jet
au ch api t re i n t i t u l é : Mét h odol ogi e, l a part i e con sacrée à
l 'accu ei l ) , en su i t e je commen ce l 'an amn èse.

2.7.2. A namnèse :

C'est l e pat i en t qu i parl e : "


- C'est u n acci den t du t ravai l , avec u n e mach i n e à boi s en 8 9 .
Je su i s al l é à l 'h ôpi t al et on m'a pl ât ré, après qu el qu e t emps j'ai
ressen t i u n e dou l eu r dan s l e poi gn et .
- Je n e su pport e pas qu e l 'on t ou ch e à ma mai n ... à cau se du
doct eu r P. qu i a f orcé pou r l 'ou vri r. C'est u n f ou , j'ai man qu é de
l u i t aper dessu s, je n 'ai pl u s con f i an ce en vers l es m édeci n s."

Remarque : Il insistera beaucoup sur cette mésaventure et


avec beaucoup d'agressivité dans le ton et le geste.

Comme j'ai besoi n de sa pl ei n e col l aborat i on , je l u i rappel l e qu e


je t ravai l l e avec l u i et pou r l u i , qu e ce qu 'i l me di t f ai t part i e du
secret prof essi on n el . E t je l u i di s : "S avez-vou s qu e cert ai n s

61
SCHILDER P. : L'image du corps, (Paris, Ed. Gallimard), 1968, p.316.

53
acci den t és du t ravai l préf èren t recevoi r u n e pen si on pl u t ôt qu e
gu éri r ? E t qu 'en pen sez-vou s ? "

I l me répon d : "Je l 'i gn orai s et ce n 'est pas mon cas, je n e


su pport e pas d'êt re h an di capé, j'ai ét é para-comman do, je sai s
me bat t re."

- A van t je f ai sai s du sport à h au t n i veau : f u l l -con t act ,


parach u t e, boxe, pl on gée et m ai n t en an t c'est bi en f i n i .
- Je su i s m ari é, m ai s n ou s n 'avon s pas d'en f an t .

Je l u i expl i qu e qu e je vou drai s qu 'i l ef f ect u e u n col l age qu i l e


représen t e l u i dan s l e passé, l e présen t , et l e f u t u r et je
dével oppe l es aspect s con t ract u el s : l 'h orai re, l e con t en u des
séan ces et l eu r n ombre. Nou s f eron s vi n gt séan ces et en su i t e
u n e éval u at i on pou r revoi r n os object i f s.

A ct u el l emen t l 'object i f , à l a deman de du doct eu r G ., c'est


récu pérer u n maxi mu m de mobi l i t é au n i veau des doi gt s de l a
mai n .

1 3 /0 8 /9 1 S E A NCE N° 2

Nou s commen çon s par regarder l e col l age et su r cel u i -ci i l di ra :


"D'abord l e passé : Je me sen s "f it" , c'est à di re bi en dan s ma
peau , opérat i on n el , c'est u n e époqu e de rêve et d'aven t u re.
C'est t ou t -à-f ai t m oi , je con crét i se m es rêves d'en f an t .
Pou r l e présen t : C'est l e bl ocu s... j'en ai marre, c'est t rop
l on g... je me sen s en cage et j'ai l 'i mpressi on de t omber en
morceau x. C'est comme u n t u n n el , on at t en d de voi r u n e l u eu r,
on march e san s arrêt et pu i s ri en ... Pou r l e f u t u r : l e f l ou ... du
rêve et beau cou p d'an goi sse. Pen dan t u n an et demi j'ai ét é
cert ai n de gu éri r... et mai n t en an t mon cas est cl assé et je n e
sai s ri en , pas i n f ormé...

Remarqu e : Il i n si st era sou ven t su r ce man qu e


d'i n f ormat i on de l a part de l 'assu ran ce, des di f f éren t s
médeci n s, de l 'assi st an t e soci al e : t ou s se t ai sen t .

c'est i n ju st e... qu e va-t -i l m'arri ver ? Je rêve de ref ai re de


l 'él ast i qu e, de remon t er su r u n ri n g."

Je l u i propose de f ai re u n exerci ce.

PRA TI QU E :

A - I n du ct i on : Très si mpl e, cou ch é su r l e mat el as je l u i


deman de d'observer sa respi rat i on et , s'i l en a en vi e, i l peu t
f ermer l es y eu x.
B - Con t en u : I l peu t l ai sser cou ri r ses i dées...
C - E val u at i on : Ri en , pas d'i dée seu l emen t m al au dos.

1 9 /0 8 /9 1 S E A NCE N° 3

Nou s di scu t on s de l a séan ce précéden t e et i l éprou ve des


di f f i cu l t és à s'expri mer... Comme je l u i f ai s remarqu er, i l me

54
répon dra : "Je crai n s de f ai re u n exerci ce car j'ai mal au dos.
J'ét ai s bi en dét en du mai s mon dos me f ai sai t sou f f ri r, c'est ai n si
depu i s des an n ées."

Je l u i expri me mon ét on n emen t devan t l e f ai t de pou voi r se


dét en dre t ou t en ayan t mal au dos. I l ajou t e qu e ce n 'est pas
agréabl e bi en sû r, mai s qu e l a seu l e part i e du corps qu 'i l
ressen t e en core c'est l e dos, al ors i l pen se êt re dét en du .
Je l u i propose de f ai re u n exerci ce mai s d'au paravan t commen cer
à ch erch er u n e posi t i on pl u s con f ort abl e, de peu t -êt re u t i l i ser
qu el qu es-u n s des n ombreu x cou ssi n s qu i son t à sa di sposi t i on
près du mat el as de rel axat i on . I l va al ors pren dre u n cou ssi n
pl at et l e pl acer sou s ses épau l es, mai s i l rest era au ssi rai de,
bi en qu e cou ch é su r l e m at el as.

Nou s f ai son s l e même exerci ce qu e l a séan ce précéden t e et l ors


de l 'éval u at i on i l di t : "J'ai ch erch é ce qu e je pou vai s ressen t i r...
qu el qu e ch ose de n ou veau ... j'essaye de voi r ce qu e cel a peu t
m'apport er... mai s je n e voi s ri en , pou rt an t j'ai en vi e qu 'i l se
passe qu el qu e ch ose."

Comme je l u i deman de pou rqu oi : "Pou r avan cer bi en sû r ! "

I l racon t e en su i t e qu 'i l a u n ami , acci den t é u n peu avan t l u i , i l


est deven u parapl égi qu e...

Remarque : Il me demandera souvent conseil concernant cet


ami, à savoir que faire quand il boit, ou quand il parle de
suicide, ou bien encore quand il refuse de voir qui que ce soit.
Aussi j'exploiterai souvent ces discussions pour faire passer
indirectement des consignes le concernant lui.

2 0 /0 8 /9 1 S E A NCE N° 4

Lors de l 'éval u at i on de l a séan ce précéden t e i l expri me qu e bi en


qu 'i l n e vi ve ri en , l e probl ème n e vi en t pas de l u i , i l col l abore
t an t qu 'i l peu t et se sen t bi en avec l u i -même. Je l u i expl i qu e
qu 'i l n 'est pas cert ai n qu 'à ce st ade, des i mages ou des i dées
su rgi ssen t , qu 'i l n 'y a pas l i eu de s'en f ai re mai s qu 'i l me sembl e
qu 'i l a des l en t i l l es de con t act et si c'est l e cas qu 'i l serai t pl u s
con f ort abl e de l es ôt er. I l opi n e et l es ôt e.

Remarque : J'avais remarqué quelque chose à ses yeux, sans


bien savoir quoi, aussi j'ai pensé à des lentilles.

Je propose u n e prat i qu e et l u i deman de de s'i n st al l er et d'êt re


at t en t i f à ce qu e je f ai s, car cel a l 'ai dera l orsqu 'i l t ravai l l era seu l
ch ez l u i .

Remarque : Lui demander d'être attentif est le plus sûr moyen


de le distraire de ses résistances et de solliciter sa
collaboration active. C'est la première fois que je vais induire
chez ce patient le processus hypnotique que j'utilise
habituellement dans ce genre d'intervention.

PRA TI QU E :

55
A - I n du ct i on : Fermet u re des yeu x par f i xat i on du pou ce,
en su i t e l ou rdeu r du bras, pu i s évocat i on d'u n moyen de descen t e
avec décompt e, et pou r t ermi n er i mpressi on qu 'i l f ai t de pl u s en
pl u s sombre...

B - Con t en u : Je su ggère en su i t e qu e von t apparaî t re des


i mages qu i con cern en t sa bl essu re, son probl ème... qu e ces
i mages peu ven t s'accompagn er de sen sat i on s corporel l es.

C - Ret ou r : Pou r l e ret ou r à u n ét at de con sci en ce h abi t u el


et u n t on u s h abi t u el j'u t i l i se u n compt age.

D - E val u at i on : " Je vou s parl erai d'abord de l a descen t e,


j'avai s l 'i mpressi on qu e l 'on pou ssai t su r mon bras pou r l e f ai re
descen dre, l e pl i er. E n su i t e j'ai descen du u n e éch el l e et pu i s en
parach u t e.
- Qu an d vou s parl i ez d'i mage ça m'a f ai t mal , comme si ma mai n
ét ai t dan s u n f ou r en t erre cu i t e et ça m e brû l e.
- Je voi s des t as de gen s au t ou r de moi et person n e n e sai t me
ret i rer ce f ou r... c'est assez désagréabl e... en ch erch an t bi en on
f i n i par en v ou l oi r au x gen s.
- V ou s m'avez deman dé de remon t er... c'ét ai t assez di f f i ci l e,
al ors j'ai pri s l 'avi on et ça m'a paru beau cou p pl u s l on g et pou r
l 'i n st an t m a m ai n m e brû l e en core.
- On n 'a pas en vi e de se rel ever..."

Je l u i propose d'en l ever son at t el l e l ors de l a proch ai n e séan ce,


ce serai t peu t -êt re pl u s con f ort abl e pou r t ravai l l er. I l m e répon d
: "Ou i on peu t l e f ai re... je n 'ai pas peu r, mai s c'est pl u s
con f ort abl e avec... je n 'ai pas peu r si vou s n e m'approch ez pas.
Pou r l a brû l u re c'est n ormal , je pren ds sou ven t du Fort al .

Remarque : Sa main est toujours protégée, cachée, j'ai voulu


qu'elle puisse respirer.

I l n 'avai t jamai s di t qu 'i l éprou vai t des sen sat i on s de brû l u re.

2 6 /0 8 /9 1 S E A NCE N° 5

I l expl i qu e qu e l a semai n e passée, après l 'exerci ce i l ét ai t


f at i gu é. Je l u i répon ds qu e c'est sou ven t l e cas l es premi ères
f oi s, qu e cel a démon t re l 'ef f i caci t é de l 'exerci ce.

Remarque : Ce qui est vrai, je le sais d'expérience.

Je l u i propose, pou r f ai re l 'exerci ce, d'au paravan t ôt er ses


l en t i l l es et l e ban dage de son at t el l e. I l me regarde et en su i t e
accept e... et s'i n st al l e su r l e m at el as.

PRA TI QU E :

A - I n du ct i on : cl assi qu e, i den t i qu e à l a premi ère pu i squ e


cel l e-ci a don n é l es résu l t at s at t en du s.

56
B - Con t en u : "l ai ssez ven i r des i mages con cern an t vot re
mai n et au ssi des sen sat i on s corporel l es. Commen t son t l es
i mages ? A gréabl es...? V ou s pou vez t rou ver des al t ern at i ves ?
Lai ssez s'ét abl i r u n véri t abl e di al ogu e corporel ... E cou t ez vot re
corps... Lai ssez-l u i l a parol e ....

Remarque : Il est certain que le discours que je tiens à ce


moment est plus complet, plus suggestif et il est impossible
d'en rendre toute l'ambiance par l'écrit . Ce discours résulte
d'une observation minutieuse du patient et nécessite une
formation sérieuse, celle-ci est bien sûr accessible à tous.

C - Ret ou r : comme d'h abi t u de u n compt age.

D - E val u at i on : "J'ai t ou jou rs u n e mau vai se sen sat i on ,


qu an d vou s avez parl é de sort i r, j'ai réu ssi à di ssoci er l e f ou r et
ma mai n , au jou rd'h u i i l n 'y avai t person n e, je me sen t ai s mi eu x.
H i er au soi r j'ai pen sé qu e si je voyai s des gen s je pou vai s l es
ch asser ou l eu r deman der de l 'ai de.
- Di rect emen t et u n i qu emen t l 'i mage du f ou r, et en pl u s de l a
brû l u re u n e sen sat i on d'écrasemen t .
- Qu an d j'ai vou l u ret i rer ma mai n du f ou r, cel a m'a sembl é
brû l er en core pl u s f ort .
- Ce f ou r est comme u n mi cro-on de, pas t rès gros, mon bras n e
savai t pas y en t rer, c'est comme s'i l ét ai t f ai t à l a t ai l l e de ma
mai n ."
Comme je l u i deman de ce qu 'i l pou rrai t f ai re pou r réagi r pou r
ch an ger cel a, i l répon d : "Peu t -êt re t rou ver u n ext i n ct eu r, ou
sou f f l er, c'est comme u n e bou gi e magi qu e, ça se con su me
t ou jou rs..."

Je t ermi n e en di san t : "Très bi en , n ou s en rest on s l à pou r cet t e


séan ce, d'i ci l a proch ai n e vou s avez l e t emps de t rou ver en core
d'au t res sol u t i on s."

2 7 /0 8 /9 1 S E A NCE N° 6

I l sembl e de bon n e h u meu r en arri van t ; comme je l e l u i f ai s


remarqu er, i l me di t : "V ou s savez pou r l a premi ère f oi s j'ai
con f i an ce en qu el qu 'u n ... parce qu e je compren ds ce qu e je f ai s,
ce qu i m 'arri ve, et c'est l a premi ère f oi s."

Remarque : J'essaye d'informer au maximum le patient de son


état, tout en lui présentant les alternatives et les solutions
possibles, souvent en proposant des lectures. Encore une fois
cela s'avère payant.

Nou s di scu t on s de l a séan ce précéden t e, repren an t l à où n ou s en


ét i on s rest és, c'est -à-di re su r l es al t ern at i ves au f ou r... i l me di t
avoi r t rou vé qu el qu e ch ose. Je propose d'ef f ect u er u n exerci ce
pou r v oi r l e résu l t at .

PRA TI QU E :

A - I n du ct i on : i dem qu e l a précéden t e.

57
B - Con t en u : proposer et t est er l es sol u t i on s en vi sagées.

C - E val u at i on : "J'ai essayé de met t re u n bl oc de gl ace,


mai s i l f on d et se t ran sf orme en eau , moi je ressen s t ou jou rs l a
ch al eu r, mai s moi n s f ort emen t je croi s. Mai s cel a rest e comme
u n e f ou rn ai se qu i n 'est pas apparen t e."

Je l u i propose de f ai re u n e expéri en ce; comme l es exerci ces se


dérou l en t bi en , i l pou rrai t commen cer à en f ai re seu l ch ez l u i .
A u ssi , pou r véri f i er s'i l a bi en compri s l e processu s, i l devrai t
essayer m ai n t en an t . I l accept e.

Remarque : Il est important comme je l'ai expliqué dans la


partie consacrée à la méthodologie, que le patient apprenne le
plus tôt possible à effectuer les exercices chez lui. Il prend
ainsi de l'autonomie et augmente sensiblement le temps de
travail sur son corps.

I l est "apprêt é" parce-qu e i l l u i est deman dé de répét er t ou t ce


qu i a ét é f ai t au paravan t , en su i t e dès qu 'i l se sen t prêt i l peu t
ef f ect u er u n e PRA TI QU E E N S OLO comme je l 'i n t i t u l e :

a) A u t o-I n du ct i on : i l ef f ect u e de l u i -même ce qu e je l u i


su ggérai s, se répét an t men t al emen t l es con si gn es con n u es
dest i n ées à i n st al l er l 'ét at de con sci en ce modi f i é. On peu t
comparer avec l a t ran se au t o h ypn ot i qu e.

b) E val u at i on : i l racon t e : "ça f ai t t rès mal ... comme u n f eu qu i


crépi t e... comme u n e brû l u re... comme si à ch aqu e f oi s qu e je
t ou ch ai s cel a f ai sai t pl u s mal . J'ai essayé de me pl acer
t ot al emen t dan s l e f roi d, mai s moi j'ai f roi d et l à c'est
dou l ou reu x. Le pl u s du r c'est de remon t er, di f f i ci l e au ssi de
rest er t ou t seu l , c'est u n e sen sat i on désagréabl e.

Comme je lui deman de qu el l es serai en t l es sol u t i on s


en vi sageabl es si t ou t ét ai t possi bl e, i l répon d : "Ret ou rn er en
arri ère, et n e pas al l er t ravai l l er ce jou r-l à". E t après u n t emps
de réf l exi on , i l a ajou t é : "Je vou drai s parl er à qu el qu 'u n de ce
qu i s'est passé... je peu x ? "
J'ai al ors répon du : "Ca m 'i n t éresse."

E t i l a al ors en f i n pu parl er : de l a mach i n e qu i a démarré t ou t e


seu l e..., de ses doi gt s ret ou rn és et t ou t bl eu s..., du t ran sport à
l 'h ôpi t al ..., de ce doct eu r qu i l u i dépl i e l e majeu r..., du pl ât re
au t ou r de l a mai n et du poi gn et ..., de son i mpossi bl e n u i t à
cau se de l a dou l eu r..., de l a sen sat i on de ch al eu r qu 'i l a
ressen t i e sept ou h u i t jou rs pl u s t ard, et l orsqu 'i l en a parl é on
n e l 'a pas cru ..., i l a en t en du parl er d'al godyst roph i e... c'est
qu oi ? E t ce doct eu r qu i a f orcé su r sa mai n pou r l 'ou vri r, depu i s
i l n e veu t pl u s qu e person n e n e t ou ch e sa mai n , même pas sa
f emme. I l n 'en l ève l 'at t el l e qu e s'i l se t rou ve seu l ...

E n f i n i l se t ai t , je su i s abasou rdi par sa l ogorrh ée. C'est comme


u n vomi ssemen t i mpressi on n an t . Je su i s i mpressi on n é par sa
dét resse et je prof i t e du si l en ce qu i su i t sa qu est i on pou r di re

58
qu e je l u i expl i qu erai à l a proch ai n e séan ce car n ou s avon s
dépassé l 'h eu re et l a person n e su i van t e v a arri ver.

Remarque : Je suis étonné qu'il ne sache pas ce que veut dire


ce mot alors que son beau-frère est médecin.

0 2 /0 9 /9 1 S E A NCE N° 7

I l sembl e de n ou veau rai de l orsqu 'i l ren t re, comme au premi er


jou r, sa démarch e est saccadée et du re. I l s'assi ed su r l e bord
du f au t eu i l et n e di t mot . Comme je l u i deman de s'i l a ef f ect u é
des exerci ces à domi ci l e, i l me répon d qu e n on et en su i t e de
n ou veau l e si l en ce. A près qu el qu es secon des, des l armes
commen cen t à cou l er et i l pl eu re ai n si en si l en ce...
J'at t en ds et l orsqu 'i l se cal me u n peu , je l u i di s : "S i vou s l e
sou h ai t ez vou s pou vez parl er de vot re sou f f ran ce, n ou s
t ravai l l eron s pl u s t ard."
I l me regarde et jet t e : "Ma f emme m'a qu i t t é. C'est mon
ch an gemen t qu i est respon sabl e de son départ , je n 'ét ai s pl u s
gai car m al dan s m a peau . Je n e gagn ai s pl u s assez d'argen t ..."
E t du ran t t ou t e l a séan ce je l 'ai écou t é parl er du départ de sa
f emme, de l a dou l eu r ressen t i e, des qu est i on s qu 'i l se posai t .

Remarque : J'estime, mais peut être à tort, que je devais


mettre de côté la rééducation un moment pour écouter
l'homme plus que le patient. Je me suis posé la question du
bien fondé de mon choix car l'assurance me paie pour une
rééducation psychomotrice et non pour une psychothérapie.
Mais le deuil ne s'inscrit-il pas dans le corps ? Et si on
travaille sur et avec le corps, on doit le respecter dans ces
moments difficiles, l'aider à récupérer.

2 7 /0 9 /9 1 S E A NCE N° 8

I l n 'est pas ven u du ran t t ou t l e moi s et i l n 'a ef f ect u é au cu n


exerci ce. Ch aqu e f oi s i l décomman de au dern i er momen t , je n e
su i s pas opt i mi st e qu an t à l a su i t e qu e n ou s al l on s pou voi r
don n er à l a réédu cat i on . Comme je l u i commu n i qu e mes
réf l exi on s su r ce su jet , i l expri me sa sou f f ran ce, sa f emme n e
revi en dra pas car el l e l e l u i a di t , i l a l 'i mpressi on de deven i r
f ou .
Qu oi qu e je di se, i l revi en t su r sa dét resse. Je l u i con sei l l e de
con su l t er u n médeci n et de deman der u n e prescri pt i on pou r u n
an xi ol yt i qu e, cel a l u i permet t ra de dormi r et de passer ce
momen t t rès di f f i ci l e pou r l u i act u el l emen t .
I l expri me son accord su r cet t e proposi t i on et di t qu e pou r
au jou rd'h u i , m ai n t en an t i l préf ère part i r.

0 4 /1 0 /9 1 S E A NCE N° 9

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :

- je n 'arri ve pl u s à cern er l e probl ème de ma mai n , qu an d je


ren t re en ét at de con sci en ce modi f i é des t as de ch oses

59
s'embrou i l l en t ... je revoi s ma f emme et n os projet s. C'est
con st ammen t u n e al t ern an ce en t re m on épou se et m a m ai n .

PRA TI QU E :

A - I n du ct i on : i dem qu e précéden t e.

B - Con t en u : rech erch e d'u n en droi t i n t éri eu r cal me,


t ran qu i l l e, u n e ressou rce accessi bl e. U n en droi t agréabl e, sort e
de f ort eresse i n t éri eu re.

C - E val u at i on : "J'essaye de t rou ver qu el qu e ch ose


d'apai san t et l orsqu e j'ai t rou vé, j'éprou ve en même t emps u n
sen t i men t de sol i t u de. L'en droi t , c'est u n e ch emi n ée avec u n f eu
de boi s. J'ai di f f i ci l e d'accéder à ce st ade et d'y rest er."
U n momen t i l me di ra : "V ou s savez, pl ei n de ch oses
s'embrou i l l en t dan s m a t êt e, je v ou drai s n e pl u s pen ser..."
Comme je l u i deman de pou rqu oi . I l répon d : "C'est l e départ de
ma f emme, je me deman de ce qu e j'ai f ai t pou r qu 'el l e soi t
part i e..."
E t al ors, n ou s parl eron s de ce départ .

Remarque : J'ai choisi encore d'écouter la parole qui exprime


un sentiment de solitude et j'irai même jusqu'à apporter
témoignage d'autres divorces que je connais, comment cela se
passe et les alternatives. Je choisis de l'informer et de donner
un maximum de réponses possibles pour qu'il puisse en
trouver une qui lui convienne et lui permettre de retrouver
une piste et ainsi un sens...

1 1 /1 0 /9 1 S E A NCE N° 1 0

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :


- "J'ai essayé ch ez moi de ref ai re l 'exerci ce, ce f u t di f f i ci l e de
ret rou ver ce cal me, de pl u s je dors excessi vemen t m al ."

Travai l du m ou vemen t et du gest e :


Je l u i propose de bou ger l 'at t el l e et d'essayer de f ai re bou ger
l en t emen t et dou cemen t l es doi gt s n ou s verron s ai n si ses
possi bi l i t és m ot ri ces.

Remarque : Je constate que maintenant lorsqu'il bouge son


attelle, ses gestes sont moins empreints d'appréhension.
J'envisage de lui demander de l'ôter dès son arrivée et de
rester ainsi durant toute la séance pour que sa main respire,
je crois qu'il est prêt maintenant.

a) Rot at i on i n t ern e et ext ern e du pou ce :


- l a rot at i on i n t ern e est n et t emen t m oi n s ampl e et pl u s di f f i ci l e.

b) Pi n ce sagi t t al e :
- l e pou ce n e peu t t ou ch er au cu n doi gt sau f peu t -êt re u n peu su r
l e premi er doi gt , m ai s c'est di f f i ci l e à v éri f i er car i l n 'accept e pas
qu e je l e t ou ch e. I l u t i l i se beau cou p l es t ermes : peu r , dou l eu r,
m'i n qu i èt e, brû l u re.

60
c) Rot at i on ext . et i n t . des deu x pou ces en m ême t emps :
- l e pou ce droi t t ou rn e beau cou p pl u s l en t emen t .

d) Rot at i on i n t ern e et ext ern e des poi gn et s en m ême t emps :


- l e poi gn et droi t est beau cou p pl u s l en t , et i l ressen t des
él an cemen t s dan s l 'épau l e.

I l expl i qu e qu 'i l a l e sen t i men t qu e l a comman de m ot ri ce s'arrêt e


au n i veau de son cou de. D'ai l l eu rs, qu an d cel a i rradi e, c'est
au ssi ju squ 'au cou de.

Remarque : Quand je commence les mouvements et le travail


sur le geste, mon projet n'est pas de remplacer une
rééducation ou une approche en kinésithérapie pour laquelle je
n'ai aucune formation. Ce que je souhaite, c'est que le patient
réinvestisse son corps en mouvement, retrouve le plaisir par
et avec le corps, et plus particulièrement avec cette partie du
corps de laquelle il s'est coupé !

e) S e t ou ch er ch aqu e doi gt avec l a poi n t e d'u n bi c pou r décou vri r


et recon n aî t re l es di f f éren t es i n t en si t és et zon es de sen si bi l i t é.

Remarque : Ce travail de discrimination sur les zones de


sensibilité différentes est destiné à interpeller le patient,
l'amener à se poser des questions sur son corps et son
fonctionnement.

1 9 /1 0 /9 1 S E A NCE N° 1 1

I l est à n ot er qu 'i l ôt e de l u i -même son at t el l e après avoi r di t


bon jou r et êt re en t ré dan s l e bu reau .

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :


- J'ai f ai t t ou s l es exerci ces de l a séan ce précéden t e, mai s ce
mat i n j'ai ressen t i u n e dou l eu r.
- J'ai en core essayé de f ai re l es exerci ces de rel axat i on , c'est
di f f i ci l e.

PRA TI QU E :

A - I n du ct i on : Les mai n s posées su r l es gen ou x, u n e se


l ève et vi en t t ou ch er l e vi sage, al ors l es yeu x se f ermen t et l e
corps s'en gou rdi t ...

B - Con t en u : i l se pou rrai t qu 'à ch aqu e séan ce i l soi t de


pl u s en pl u s f aci l e de f ai re l es exerci ces.

C - E val u at i on : "Je me su i s con cen t ré su r ma mai n et j'ai


l 'i mpressi on qu 'el l e est deven u e h yper-l ou rde, comme u n e
ch arge, v rai men t u n e sen sat i on de l ou rdeu r... j'ai eu l 'i mpressi on
qu e c'est m a t êt e qu i t ombai t pl u s v i t e.
- Qu an d ma t êt e t ombe, pl on ge, l es pau pi ères se f ermen t de pl u s
en pl u s. C'est comme si t ou t l e poi ds de mon corps ét ai t l à, je
n e sen s pl u s m on corps, sau f cet t e part i e l à...
- E n core m ai n t en an t j'ai l a t êt e qu i t ou rn e... comme u n v ert i ge.

61
Je l u i expl i qu e qu e d'i ci qu el qu es mi n u t es cel a va di sparaî t re, on
peu t v oi r dan s ce v ert i ge qu e l a séan ce a ét é i n t en se pou r l u i .

2 5 /1 0 /9 1 S E A NCE N° 1 2

A u jou rd'h u i , comme à l a séan ce précéden t e, i l ôt e l 'at t el l e.

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :

a) Mou vemen t :
- j'ai f ai t l es exerci ces qu e n ou s avon s vu s en sembl e, j'ai
sou ven t m al au bras après.
- je t ravai l l e dan s l 'eau au ssi ...

Remarque : Encore une fois ce n'est pas de la kinésithérapie,


d'ailleurs lorsque je constate les troubles trophiques et
l'atrophie musculaire, j'ai des doutes sur la récupération
possible. Non, il s'agit qu'il se réconcilie avec sa main.

b) V i su al i sat i on :
- j'arri ve jamai s à al l er au ssi l oi n qu 'i ci ... i ci i l f au t qu e je
récu père al ors qu e ch ez m oi j'en sors pl u s rapi demen t .

Je répon ds : "C'est n ormal , i l f au t u n cert ai n t emps pou r


ressen t i r l a même i n t en si t é, l e même sen t i men t de prof on deu r,
qu 'avec u n opérat eu r ext éri eu r qu i i n du i t l 'E .M.C."

- l es i mages con cern en t su rt ou t mes probl èmes de cou pl e... je


revoi s ma f emme qu i se m oqu e de m oi qu an d je t ravai l l e ou al ors
l es di scu ssi on s qu e n ou s avi on s.
- mardi je n e vou l ai s pl u s voi r l es i mages, al ors j'ai vou l u
remon t er... ça m 'a pri s u n t emps f ou .

Travai l du m ou vemen t et du gest e :

a) E ch au f f emen t des poi gn et s : i l l es t ravai l l e en ext en si on ,


f l exi on , él évat i on et abai ssemen t .

b) Rot at i on i n t ern e et ext ern e des pou ces :

Remarque : Il semble que ces exercices améliorent sa mobilité


et suscitent son intérêt.

c) I dem qu e l es poi n t s 1 et 2 m ai s bras t en du :

d) Tou ch er ch aqu e doi gt avec l es pou ces : mai n t en an t i l t ou ch e


f aci l emen t l e premi er doi gt .

e) La sen si bi l i t é : comme je l u i propose de passer l e bi c moi -


même, en f ai san t t rès at t en t i on bi en sû r, i l accept e et f erme l es
yeu x pou r essayer de si t u er l 'en droi t qu e je t ou ch e...

Remarque : Je suis étonné qu'il ait pensé à fermer les yeux


pour deviner où je posais le bic. Il semble qu'il se pique au
jeu. Il réinvestit progressivement sa main.

62
0 2 /1 1 /9 1 S E A NCE N° 1 3

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :


- j'ai pas f ai t de séan ce car j'ét ai s en rh u mé.
- avec l es exerci ces ph ysi qu es, je ressen s de l a dou l eu r dan s l e
bras et l e débu t de l 'épau l e.

A l a vi si t e ch i ru rgi cal e j'ai expl i qu é mes dou l eu rs au bras, i l me


di t qu e c'est n ormal , qu e mon bras avai t déjà commen cé à
s'en gou rdi r, c'est bi en al ors qu e je f asse ces mou vemen t s qu e
n ou s avon s m i s au poi n t en sembl e.

Remarque : Je suis vraiment content que le chirurgien abonde


dans mon sens et très surpris que le patient dise : "... ces
mouvements que nous avons..." En fait il fait sien ou nôtre un
travail que j'avais fait seul, c'est la preuve qu'il coopère
pleinement et s'investit.

A l ors je l u i deman de : "E t vou s qu e pen sez-vou s de vot re mai n


?"
I l répon d : "J'essaye mai n t en an t de me met t re en accord avec
el l e, d'al l er dan s son sen s pl u t ôt qu e de f orcer, de l 'accompagn er
comme vou s di t es. Je me su i s u n peu f orcé à revoi r d'an ci en s
ami s et ret rou vé u n e vi e qu e j'avai s avan t . C'est di f f i ci l e : j'ai
ch an gé.

Je l u i répon ds qu 'i l a ch an gé et qu 'avec sa mai n i l n e f era pl u s


l es m êmes ch oses, m ai s f era san s dou t e d'au t res ch oses.

A propos, ma mai n est deven u e u n baromèt re, me di t -i l , el l e


m'i n di qu e l es ch an gemen t s de t emps par de pet i t es dou l eu rs.

0 8 /1 1 /9 1 S E A NCE N° 1 4

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :


a) V i su al i sat i on : m a m ai n brû l e m oi n s m e sembl e-t -i l .

b) Ph ysi qu e : je con t i n u e l es m êmes exerci ces... ça v a bi en .

La séan ce est con sacrée au x mou vemen t s et au ssi à son i n t érêt


pou r l es probl èmes d'u n copai n parapl égi qu e.

1 5 /1 1 /9 1 S E A NCE N° 1 5

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :


a) V i su al i sat i on : je vi su al i se l e mou vemen t , parf oi s je ressen s
vrai men t l e bl ocage de m a m ai n , ou i ... u n ressen t i ph ysi qu e.

b) Ph ysi qu e : je con t i n u e, j'ai l 'i mpressi on qu e cel a v a m i eu x.

c) Di vers : je ressen s parf oi s u n e brû l u re l orsqu e ma mai n


t ou ch e m on corps au m omen t de m 'en dormi r.

63
Remarque : Oui, cette histoire de brûlure est très particulière
et impossible d'en comprendre le sens et surtout la place
qu'elle tient dans la vie du patient. Certainement un trouble
circulatoire, mais pourquoi la ressentir quand il touche sa main
au moment de s'endormir ?

On di scu t e en su i t e de cet t e sen sat i on de brû l u re :


Qu an d i n t ervi en t -el l e ?
- A u m omen t de m 'en dormi r.
Où est -el l e l e pl u s ressen t i e ?
- Dan s l a m ai n , ou al ors l a part i e du corps qu e t ou ch e l a m ai n .
A n 'i mport e qu el m omen t de l a jou rn ée ?
- Pou r l a mai n ou i , pou r l e corps t ou ch é u n i qu emen t à
l 'en dormi ssemen t .
A vez-vou s essayé de m et t re u n gan t pou r v ou s en dormi r ?

Remarque : Cette question m'est venue spontanément et au


moment ou je terminais ma phrase je me suis demandé ce qui
m'avait pris de dire une telle idiotie. Et pourtant...

- Ou i , l e gan t de l ai n e don n e l a même sen sat i on de brû l u re et l e


gan t de peau l a su ppri me.
A vez-vou s f ai t d'au t res expéri en ces avec v ot re m ai n ?
- Non , j'at t en ds qu e cet t e brû l u re di sparai sse.

2 2 /1 1 /9 1 S E A NCE N° 1 6

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :

a) V i su al i sat i on :
- avan t je revoyai s l es probl èmes de cou pl e, mai n t en an t je
revi en s au f ou r, et je me sen t ai s t el l emen t mal qu e l e f ou r
col l ai t .

b) Ph ysi qu e :
- j'ai essayé u n e raqu et t e dan s l a m ai n , m ai s el l e n e t i en t pas.
- u n e bal l e dan s l a mai n , c'est O.K., je con t i n u e l es mêmes
exerci ces car j'ai l e sen t i men t qu e ça m e f ai t du bi en .

I l parl e de sa f emme : "V ou s savez ma f emme c'est peu t -êt re à


cau se de moi qu e ça n 'al l ai t pas, n ou s avi on s des probl èmes
sexu el s... mai s ch an ger de mai n pose u n probl ème pou r caresser
u n e f emme..., m ai n t en an t m on épou se deman de l e di vorce"
Je l u i deman de si c'est possi bl e de parl er de ses di f f i cu l t és
sexu el l es avec son épou se, et n ou s di scu t eron s de ce probl ème
pou r t ermi n er l a séan ce.

2 9 /1 1 /9 1 S E A NCE N° 1 7

E n arri van t deu x ch oses l e préoccu pen t , di t -i l . D'u n e part i l


son ge à créer u n commerce, mai s i l doi t réf l éch i r à qu el qu e
ch ose qu i soi t à l a f oi s dan s ses compét en ces, dan s ses goû t s, et

64
qu i t i en n e compt e de son h an di cap. I l pen se n ot ammen t à u n
magasi n de sport ou al ors u n m agasi n de f ou rn i t u re d'accessoi res
pou r m on t eu r en cu i si n e équ i pée.
La secon de ch ose qu i l e préoccu pe c'est l e passage ch ez l e
n ot ai re pou r l e di vorce. Ce n 'est pas f aci l e de revoi r sa f emme.

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :

a)ph ysi qu e :
- mai n t en an t i l t ou ch e bi en l e premi er doi gt et presqu e l e
deu xi ème doi gt .
- i l con t i n u e l es exerci ces l es bras t en du s et dan s l 'eau .

b)vi su al i sat i on :
- v i su al i sat i on du m ou vemen t .

PRA TI QU E :
Je l u i propose de f ai re u n exerci ce; je m'assi eds t ou t en f ace de
l u i , i l s'agi t pou r l u i de su i vre et d'i mi t er l e mou vemen t de ma
mai n gau ch e avec sa mai n droi t e, et l e mou vemen t de ma droi t e
avec sa mai n gau ch e, u n peu comme s'i l se t rou vai t devan t u n
mi roi r ! E n core u n e f oi s l 'i mport an t i ci , c'est de f ai re bou ger
l 'épau l e, l e bras, l e cou de, l 'avan t -bras, l e poi gn et et l a mai n ...,
c'est de l 'amen er à ce qu e se soi t t ou t l e membre en en t i er qu i
bou ge par l 'i n t ermédi ai re d'u n e si t u at i on su f f i sammen t
i n h abi t u el l e pou r l 'empêch er de réf l éch i r su r : "A t t en t i on à ma
mai n ! ".

0 6 /1 2 /9 1 S E A NCE N° 1 8

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :


I dem séan ce précéden t e, i l n 'y a ri en à si gn al er.

Nou s ref ai son s u n exerci ce mai s cet t e f oi s i l l u i est deman dé de


proposer l es m ou vemen t s à réal i ser.

Remarque : C'est juste pour qu'il prenne conscience de tout ce


qu'il peut faire avec son bras et sa main.

Tou t en ef f ect u an t l es mou vemen t s, i l parl e de ses i dées d'ou vri r


u n commerce, de n e pas rest er à n e ri en f ai re.

1 3 /1 2 /9 1 S E A NCE N° 1 9

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :


a) V i su al i sat i on : en core ce f ou r, i mpossi bl e de l 'ét ei n dre,
qu el qu e ch ose l e prot ège et i mpossi bl e de savoi r qu oi .

b) Ph ysi qu e : i dem qu e l es séan ces précéden t es.

I l sou h ai t e parl er des man qu es qu i résu l t en t de son h an di cap,


n ot ammen t l 'écri t u re. I l essaye de l a mai n gau ch e, mai s ce

65
n 'est pas f aci l e. I l pen se pou rt an t qu e c'est i mport an t
d'appren dre avec l a gau ch e, su rt ou t qu e l a récu pérat i on est f ort
i mprobabl e sel on l u i . Mai s i l m e deman de ce qu e j'en pen se :

"C'est di f f i ci l e à di re, je con st at e comme vou s u n e at roph i e de


cert ai n s mu scl es, mai s l e pl u s sû r serai t de deman der à vot re
ch i ru rgi en pou r passer u n él ect romyogramme. A vec ce gen re
d'examen on peu t se f ai re u n e i dée correct e de l 'évol u t i on
possi bl e."

Remarque : J'ai le sentiment (je ne suis pas habilité à


effectuer un diagnostic) que l'atrophie est irrécupérable mais
je n'ai pas le droit de le lui dire sans l'autorisation de son
médecin.

2 0 /1 2 /9 1 S E A NCE N° 2 0

E val u at i on du t ravai l à domi ci l e :


a) Ph ysi qu e : m ême ch ose.
b) V i su al i sat i on : mai n t en an t u n f ou r ou u n f oyer à ch arbon ,
qu el qu e ch ose de t rès an ci en , t rès m assi f .

I l deman de pou r f ai re u n exerci ce su r la mai n , af i n de


compren dre pou rqu oi el l e est ai n si .

PRA TI QU E :

1 - I n du ct i on : Comme l es précéden t es.

2 - Con t en u : Pou rqu oi m a m ai n est bl oqu ée.

3 - E val u at i on : "J'ai vu d'abord comme u n e t i ge de f er


qu 'on pl i ai t , pu i s j'ai vu sou der... avec de grosses ét i n cel l es...
c'est v rai men t ça, u n e barre cassée qu 'on sou de."

Comme je l u i deman de si ces i mages évoqu en t qu el qu e ch ose...,


si dan s ce qu 'i l a vécu qu el qu e ch ose peu t se ret rou ver dan s ces
i mages, i l me répon d : "L'acci den t c'est deu x doi gt s t orch és,
pas de sect i on n emen t , pu i s on a t i ré pou r l es remet t re en pl ace,
pu i s on met u n e at t el l e m ét al l i qu e et u n ban dage. Ou i l es barres
mét al l i qu es pou rrai en t êt re l es doi gt s ou al ors, l a barre cassée
qu e l 'on sou de serai t l 'at t el l e... E n su i t e l e ch i ru rgi en a f ai t
pl acer u n pl ât re pen dan t u n an ... pu i s après ort h èse au ssi
pen dan t u n an ... ju squ 'à au jou rd'h u i . Person n e n e m'a jamai s
ri en di t con cern an t m a m ai n , c'est v rai men t h on t eu x."

Remarque : J'ai le sentiment que tout, comme les images de


four massif, lourd, etc.. vis-à-vis de sa perception de brûlure
montre l'intensité et la difficulté à changer la perception. Les
barres soudées n'augurent rien de positif quant à la croyance
en une récupération de la main, qui d'ailleurs je le répète, a
certains muscles fortement atrophiés.

2 7 /1 2 /9 1 S E A NCE N° 2 1

66
J'avai s prévu dan s l e con t rat avec l e pat i en t d'ef f ect u er u n e
éval u at i on à l 'i ssu e de vi n gt séan ces et en su i t e d'en voyer mon
rapport au doct eu r qu i m'a deman dé de l e pren dre en ch arge,
af i n qu 'i l déci de de l a su i t e à don n er ou n on à m on i n t erven t i on .

Remarque : Malheureusement, bien qu'ayant envoyé mon


rapport vers le 15 janvier 92, pour une raison que j'ignore je
n'ai reçu aucune réponse, à ce jour, de la part de ce médecin.

2.7.3. E valuation par le patient :

"Ce qu e cel a m 'a apport é ? ...

- Beau cou p, d'ou vri r mes yeu x et décou vri r ce qu e je su i s, me


met t re en accord avec ma mai n , je n e me sen s pl u s u n
h an di capé.

Remarque : Je souligne car c'est important. Au début quand


j'ai conçu cette approche de la rééducation je n'avais pas
découvert l'importance pour certains patients de se réconcilier
avec cette partie de leur corps qui avait subi le traumatisme.
Maintenant je sais que c'est indispensable !

- De pou voi r revoi r mai n t en an t , san s me sen t i r di mi n u é, des


gen s qu e j'avai s qu i t t és su i t e à l a gên e v i s-à-vi s de m a m ai n .

- L'accompagn emen t dan s l a ru pt u re, j'au rai s pu t ou rn er t rès m al


car je n e l 'accept ai s pas, l à au ssi j'ai décou vert u n e part i e de
moi .

- A van t je croyai s qu 'on pou vai t t ou t résou dre, arran ger avec l a
f orce de caract ère, mai n t en an t j'ai décou vert qu 'i l vau t mi eu x
descen dre avec l e cou ran t pl u t ôt qu e d'essayer de l e remon t er en
n agean t su r l e dos.

Remarque : Je la place en italique parce que je lui avais dit


cette phrase un jour où il me disait : "Pourtant je force comme
je peux... ". D'ailleurs il sourit en la prononçant.

- A van t j'avai s besoi n de "m'as-t u -vu " : bel l e voi t u re, bel l e
mot o, et c... qu i t t e à me créer des probl èmes. V ou s m'avez
appri s san s empl oyer l es mot s, vou s m'avez emmen é t rès, t rès
l oi n . E t c'ét ai t parf oi s t rès du r. J'ai eu en vi e de cl aqu er l a
port e. V ou s m'avez beau cou p apport é, c'est vrai men t bén éf i qu e
pou r ma vi e, ma mai n , mon aven i r. Je sau rai beau cou p mi eu x
me débrou i l l er m ai n t en an t f ace à u n probl ème.

Remarque : Je dois reconnaître, et encore maintenant lorsque


je l'écris, j'étais assez mal à l'aise devant tant d'éloges. Je
crois que c'est parce que je n'avais pas tous ces objectifs en
tête, et aussi ma difficulté à recevoir un compliment.

- V ou s m'avez appri s u n e ch ose f ort i mport an t e au ssi , c'est


écou t er l es gen s pl u t ôt qu e de l es ju ger, avan t i l f al l ai t qu 'i l s

67
ai en t l 'ai r sport i f , ch eveu x cou pés cou rt , h abi l l és sport s... si n on
je l es ju geai s n égat i vemen t al ors qu e mai n t en an t j'aborde l es
gen s et pu i s je l es décou vre.

- J'ai appri s à me dét en dre, à t rou ver des ressou rces en moi , à
f ai re l es exerci ces pou r m oi et n on parce qu e v ou s l e deman di ez.

- Ca m'a remi s en accord avec ma mai n , avan t je n e l 'accept ai s


pl u s, c'est comme si el l e n 'ét ai t pl u s l à, mai n t en an t el l e ref ai t
part i e de moi -même, même si je sai s qu e je su i s u n peu di mi n u é
pou r cert ai n es ch oses, je m e sen s m i eu x dan s m a peau .

Remarque : Cette parole justifie, à elle seule, toute


l'intervention et surtout démontre qu'il s'agit bien d'une
intervention qui appartient au domaine de la rééducation
psychomotrice.

- A cau se de cet t e mai n je n e f ai sai s pl u s l 'amou r avec ma


f emme, el l e est part i e parce qu 'el l e a pen sé qu e je n e l a dési rai s
pl u s. C'est vrai , on n 'est pas préparé à résou dre ces probl èmes
de cou pl e qu i résu l t en t d'u n acci den t . Nou s n 'avon s ri en compri s
et n ou s n ou s sommes déch i rés, pu i s séparés. A van t de f ai re ce
t ravai l avec v ou s, je deven ai s n eu rast h én i qu e.

- Le pou ce t ou ch e l e premi er et deu xi ème doi gt s mai n t en an t , et


avec l e bi c je décou vre u n peu pl u s de sen si bi l i t é dan s l a m ai n .

Remarque : C'est dommage qu'il soit venu aussi tard, sinon il


y avait vraiment des possibilités même pour récupérer la
mobilité des doigts et la sensibilité, mais après deux ans les
tissus sont trop fortement abîmés.

- Je con t i n u e l es exerci ces car cel a me f ai t du bi en , je croi s qu e


progressi vemen t j'au gmen t e l a mobi l i t é du poi gn et et je ressen s
beau cou p m oi n s de dou l eu r, i l en est de m ême avec l 'épau l e.

Remarque : Je lui avais expliqué l'intérêt de bouger le bras


pour éviter les problèmes circulatoires et douloureux.

- La sen sat i on de brû l u re, mai n t en an t j'arri ve à l a l ocal i ser, c'est


su rt ou t dan s l a m ai n , avan t c'ét ai t beau cou p pl u s di f f u s.

- Je croi s qu 'en gén éral j'u t i l i se beau cou p pl u s l e bras et qu e j'ai


moi n s peu r d'êt re t ou ch é..."

Comme je l u i deman de s'i l sou h ai t e ajou t er au t re ch ose, i l me


répon d :"Non , en u n mot je me sen s bi en mai n t en an t , je croi s
qu e ça résu me bi en ."

Je l u i di t qu e j'ai pri s beau cou p de pl ai si r à t ravai l l er avec l u i ,


qu 'i l m'a permi s à moi au ssi d'appren dre beau cou p de ch oses... i l
me deman de qu oi , et je l u i di s su r l a man i ère de t ravai l l er et l e
con t en u de cet t e approch e en psych omot ri ci t é.
Je l u i rappel l e qu e je vai s en voyer mon rapport au doct eu r G . et
qu e n ou s v erron s l a su i t e qu 'i l l u i don n era.

68
2.7.4. Critiques :

Remarque : Je rédige cette critique en rédigeant le mémoire,


c'est-à-dire quatre mois après l'intervention.

I l est cert ai n qu e l e pat i en t m'a ét é en voyé beau cou p t rop t ard,


ce n 'est pas en i n t erven an t deu x an s après l 'acci den t qu e
l 'approch e précon i sée et expl i ci t ée dan s ce t ravai l pou vai t
permet t re l a récu pérat i on de t rou bl es al godyst roph i qu es.

Remarque : Et j'en suis bien conscient, mon approche est


conçue pour intervenir dans un espace temporel situé
directement après l'intervention chirurgicale et avant la
kinésithérapie, justement pour éviter ce genre d'incident. Elle
ne veut en rien modifier les traitements existants, elle les
facilite seulement.

Mai s je croi s pou voi r di re qu e l e projet mi s en pl ace et l a


mét h odol ogi e u t i l i sée on t t ou t de même permi s au pat i en t
d'ef f ect u er u n cert ai n n ombre de ch an gemen t s qu i l e con du i sen t
vers u n e pl u s gran de au t on omi e t an t au n i veau ph ysi qu e qu e
psych ol ogi qu e.

Remarque : Ce qu'il en fera lui appartient.

Je pen se n ot ammen t au sou t i en psych ol ogi qu e don t i l a bén éf i ci é


pou r l 'ai der à accept er et à vi vre l e départ de son épou se, qu i l e
qu i t t ai t pou r u n au t re. Je vi en s d'ai l l eu rs d'appren dre qu 'u n e
récon ci l i at i on ét ai t en cou rs.

Remarque : L'ayant rencontré au mois d'avril, comme je


prenais de ses nouvelles il me dit que son épouse voulait
revenir mais qu'il lui a proposé de réfléchir et qu'en attendant
elle vit chez son frère. Si ça marche ils se remetteront
ensemble. Il dit que : "c'est grâce à ce que j'ai appris avec
vous que cela est possible et surtout se fait dans d'aussi
bonnes conditions."

Je pen se égal emen t à son dési r de s'i n st al l er comme i n dépen dan t


et l a repri se de con t act avec l es an ci en s ami s, ceu x d'avan t
l 'acci den t .

On ret rou ve ai n si dan s ce cas égal emen t , l es ét apes n écessai res


à l a résol u t i on de t ou t e cri se, déf i n i es par S i mon (1 9 8 9 ).

1 - l a séparat i on :
I l n e voi t pl u s l es ami s d'avan t , cel a l u i est même
i n su pport abl e, i l "s'arran ge" (?) pou r qu e l 'épou se l e qu i t t e.

2 - l a récl u si on :
C'est l e t emps de l a réédu cat i on , des qu est i on s qu 'i l me posai t
pou r se l es poser à l u i , c'est l 'él aborat i on psych i qu e.

3 - l a réi n t égrat i on :
Il veu t mai n t en an t t ravai l l er, recon n aî t re son i n val i di t é
object i vemen t , ref ormer u n cou pl e en di scu t an t des probl èmes
posés par l es di f f éren ces.

69
A près ces vi n gt séan ces, j'avai s est i mé i n u t i l e de con t i n u er à
voi r ce pat i en t dan s l e cadre du con t rat i n i t i al . Je n e pu i s pl u s
ri en f ai re pou r l u i en t an t qu e psych omot ri ci en , sau f peu t -êt re
l 'ai der à mi eu x u t i l i ser l a mai n gau ch e en rempl acemen t de l a
droi t e, m ai s cel a dépen d de l 'avi s du doct eu r G .

70
PERSPECTIVES ET CONCLUSIONS

I l est di f f i ci l e d'écri re u n e con cl u si on ; comme je l 'expri me dan s


l 'avan t -propos de ce t ravai l , l a rech erch e con t i n u e en core.
A ct u el l emen t , je di scu t e des modal i t és d'u n st age au sei n d'u n
servi ce de t rau mat ol ogi e. Ceci peu t êt re u n e con cl u si on
provi soi re al ors, s'arrêt er pou r f ai re l e poi n t su r ce projet .

S i ri en n e prou ve sci en t i f i qu emen t , dan s ce t ravai l , l a val i di t é de


l 'ou t i l qu i s'y t rou ve décri t et proposé à l a cri t i qu e, au vu des
résu l t at s obt en u s, ou même s'i l n e s'agi t pas t ou jou rs des
résu l t at s at t en du s comme dan s l e cas de MD qu i ret rou ve
"l 'u sage" de sa mai n au dét ou r d'u n e vi si t e de l u i -même, ri en , je
croi s, n e v i en t démon t rer son i n u t i l i t é ou son i n ef f i caci t é.

J'est i me qu e cet t e approch e al t ern at i ve peu t apport er qu el qu e


ch ose à l a réédu cat i on psych omot ri ce, v oyon s qu oi et commen t .

a) Dans un c adre " prophylac tique" :

Not ammen t en combl an t u n espace act u el l emen t vi de, cel u i si t u é


en t re l 'act e ch i ru rgi cal et l a ki n ési t h érapi e. E n ef f et , cet t e
approch e sembl e êt re u n e al t ern at i ve i n t éressan t e vi s-à-vi s des
ri squ es pat h ol ogi qu es en cou ru s l ors de l 'i mmobi l i sat i on d'u n
segmen t corporel , n ot ammen t , en ce qu 'el l e sembl e mai n t en i r l e
sch éma corporel i n t act , voi r même l e dével opper, comme n ou s
l 'avon s vu avec TF, mai s en pl u s el l e sembl e l i mi t er l es t rou bl es
t roph i qu es et con séqu emmen t di mi n u e l es ri squ es d'u n e
al godyst roph i e.

b) Dans le c adre de la réadaptation :

1 ) A u n i veau de l 'i mage du corps :


A v ec cert ai n s pat i en t s comme MD, où l e t rou bl e résu l t e, je croi s
d'u n "man qu e au corps", d'u n e sort e de dési n vest i ssemen t d'u n e
part i e de cel u i -ci ?

2 ) A u n i veau du sch éma corporel :


Ch ez cert ai n s pat i en t s l a vi su al i sat i on du mou vemen t "ou bl i é",
comme c'est déjà proposé au x sport i f s, et l a créat i vi t é dan s l e
mou vemen t sembl en t des répon ses pert i n en t es, comme A F qu i
f ai t bou ger ses m embres i n f éri eu rs l orsqu 'i l "pi l ot e" l a gru e.

3 ) A u n i veau m ot eu r :
Comme l e ch i ru rgi en et l e ki n é de TF l 'avai en t remarqu é
égal emen t , cet t e approch e sembl e accél érer l a récu pérat i on de l a
sen si bi l i t é n erveu se et de l a con du ct i bi l i t é mot ri ce, cet él émen t
s'avère pri mordi al ch ez le sport i f qu i doi t "récu pérer
rapi demen t ".

4 ) A u n i veau d'u n e at t i t u de "psych omot ri ce" :


Les pat i en t s, comme TF, expri men t sou ven t l e désappoi n t emen t
éprou vé vi s-à-vi s du man qu e d'i n f ormat i on con cern an t l e
parcou rs du ch emi n réédu cat i on n el , sou ven t semé de beau cou p
d'embû ch es pou r cert ai n s.

71
Le psych omot ri ci en , avec l es ou t i l s proposés i ci , et sa f ormat i on ,
qu i comport e pou r u n e part de l a psych ol ogi e, mai s au ssi u n e
gran de part de corporel , et du "corporel en mou vemen t ", peu t
con st i t u er u n i n t erl ocu t eu r val abl e, u n accompagn an t pou r ai der
à parcou ri r l es t roi s ét apes, par l esqu el l es passe l e t rau mat i sé,
et déf i n i es par S i mon (1 9 8 9 ), à savoi r : l a séparat i on , l a
récl u si on , l a réi n t égrat i on .

De pl u s, l e psych omot ri ci en con n aî t l es ph ases d'appren t i ssages


du con t rôl e des f on ct i on s et l es modal i t és de l 'acqu i si t i on des
di f f éren t es praxi es, et ces ph ases, pl u si eu rs t rau mat i sés von t l es
"ret raverser".

c) Dans le c ursus d'une c ertaine orientation de la f ormation


:

La f ormat i on n ou s parl e du sch éma corporel et de l 'i mage du


corps, el l e n ou s expl i qu e l 'i mport an ce et l 'i n t érêt de ceu x-ci .
Mai s qu e f ai t -el l e pou r n ou s l es f ai re sen t i r, percevoi r, vi vre
dan s l eu rs di versi t és percept i ves ? De pl u s c'est vrai qu e n ou s,
psych omot ri ci en s, n ou s pou von s pren dre pl ace au x côt és des
ch i ru rgi en s et des k i n ési t h érapeu t es, m ai s cel a exi ge des apport s
spéci f i qu es, comme des cou rs de t rau mat ol ogi e n erveu se, de
vocabu l ai re prof essi on n el , de psych ol ogi e de l 'h an di cap, pou r
n 'en ci t er qu e qu el qu es u n s. Ces apport s devrai en t dével opper
l a f ormat i on en t h érapi e psych omot ri ce act u el l e.

E t j'en t ermi n erai en proposan t u n e drôl e de perspect i ve...

Comme je l 'ai déjà exposé, t rop sou ven t l a psych omot ri ci t é est
associ ée au dével oppemen t de l 'en f an t , à l a crèch e : parf oi s à
l 'écol e mat ern el l e, en su i t e t ermi n é. C'est bi en dommage, car
son regard compl et su r l 'en f an t d'abord et en su i t e su r l 'h omme :

- c orps-psyc hé agissant et agi au sein d'une dynamique


interac tive et évolutive -,

et l a f raî ch eu r de sa jeu n esse, comme sci en ce si n on comme


ch amp de con n ai ssan ce, l u i permet t en t en core cert ai n es
au daces, u n peu à l a man i ère de ce t ravai l . E t comme je l 'ai
proposé dan s l e domai n e de l a t rau mat ol ogi e, d'au t res pou rrai en t
se deman der ce qu 'el l e pou rrai t apport er en géri at ri e. Je croi s
n ot ammen t , qu e l 'on pou rrai t dépl acer au t remen t des person n es
al i t ées en t i ran t prof i t de la l ect u re du regard du
psych omot ri ci en su r l e gest e et l e m ou vemen t .

72
Bibliographie

BOU CA U D Mi ch el et DA RQU E Y jacqu es : Le projet en


psych ot h érapi e par l e corps et par l 'i mage, (Pari s, E d. E S F),
1 9 8 3 , 1 1 9 p.

BRI E G H E L-MU LLE R G . : E u t on i e et rel axat i on (dét en t e corporel l e


et men t al e), (Lau san n e-Pari s, E d. Del ach au x & Ni est l é), 1 9 8 6 ,
1 3 6 p.

CA V A LLI E R Fran çoi s Jean Pau l : V i su al i sat i on (Des i mages pou r


des act es), (Pari s, E d. I n t erE di t i on s), 1 9 8 9 , 2 3 9 p.

CH E RTOK Léon : Le n on -savoi r des psy (L'h ypn ose en t re l a


psych an al yse et l a bi ol ogi e), (Pari s, E d .Payot ), 1 9 7 9 , 2 7 9 p.

CH E RTOK Léon : Résu rgen ce de l 'h ypn ose (U n e bat ai l l e de deu x


cen t s an s), (Pari s, E d. Descl ée De B rou wer), 1 9 8 4 , 2 4 1 p.

DE FONTA I NE Joël , Psych omot ri ci t é et rel axat i on , (Pari s, Masson ),


1 9 7 9 , 1 9 3 p.

DE NI S Mi ch el : I mage et cogn i t i on , (Pari s, E d. PU F), 1 9 8 9 , 2 8 4


p.

DROU OT Pat ri ck : Nou s sommes i mmort el s (l a réi n carn at i on f ace


à l a n ou vel l e ph ysi qu e, (Pari s, E d. G aran ci ère), 1 9 8 7 , 3 1 3 p.

DU RA ND DE BOU S I NG E N R. : La rel axat i on , (Pari s, E d. P.U .F.


col l . Qu e sai s-je), 1 9 8 0 , 1 2 7 p.

E RI CKS ON Mi l t on H. : L'h ypn ose t h érapeu t i qu e (qu at re


con f éren ces), (Pari s, E d. E S F), 1 9 8 6 , 2 0 2 p.

FROMM E ri ch : Le l an gage ou bl i é (i n t rodu ct i on à la


compréh en si on des rêves, des con t es et des myt h es), (Pari s, E d.
Pet i t e bi bl i ot h èqu e Payot ), 1 9 8 0 , 2 1 0 p.

JA FFE Den i s, La gu éri son est en soi , (Pari s, E d. Robert Laf f on t ),


1 9 8 2 , 3 1 1 p.

H A LE Y Jay : U n t h érapeu t e h ors du commu n : Mi l t on H . E ri ckson ,


(Pari s, E d. Descl ée de B rou wer), 1 9 8 4 , 3 8 3 p.

H E RMA NT G eorges : A ct es du V I e con grès i n t ern at i on al de


psych omot ri ci t é, La H aye, 1 9 8 4 : Le corps et sa mémoi re, (Pari s,
E d. Doi n ), 1 9 8 6 , 3 3 2 p.

LA PA S S A DE G eorges : Les ét at s modi f i és de con sci en ce, (Pari s,


P.U .F. séri e "n odu l es"), 1 9 8 7 , 1 2 6 p.

MA LA RE W I CZ Jacqu es A . - G ODI N J. : Mi l t on H . E ri ckson , De


l 'h ypn ose cl i n i qu e à l a psych ot h érapi e st rat égi qu e, (Pari s, E d.
E S F), 1 9 8 6 , 1 5 9 p.

73
MA LA RE W I CZ Jacqu es-A n t oi n e : La st rat égi e en t h érapi e, ou
l 'h ypn ose san s h ypn ose de Mi l t on H . E ri ckson , (Pari s, E d. E S F),
1 9 8 8 , 1 5 7 p.

MA LA RE W I CZ Jacqu es-A n t oi n e : Cou rs d'h ypn ose cl i n i qu e -


E t u des E ri ckson i en n es, (Pari s, E d. E S F), 1 9 9 0 , 2 2 3 p.

MA RC Ol i vi er : Psych an al yse de l a mai son , (Pari s, E d. S eu i l , col l .


i n t u i t i on s), 1 9 7 2 , 1 5 7 p.

MA S LOW A brah am H . : V ers u n e psych ol ogi e de l 'êt re, (Pari s, E d.


Fayard), 1 9 7 2 , 2 6 7 p.

PH I LLI PE Noel l e : Ch an ger par l a vi su al i sat i on (épan ou i ssemen t ,


con n ai ssan ce de soi , perf ect i on n emen t , sagesse), (Pari s, E d.
RE TZ ), PA RI S , 1 9 8 8 , 1 6 3 P.

PROPP V l adi mi r : Morph ol ogi e du con t e, (Pari s, E d. S eu i l , Col l .


Poét i qu e), 1 9 6 5 -1 9 7 0 , 2 5 4 p.

RODA RI G i an n i : G rammai re de l 'i magi n at i on (I n t rodu ct i on à l 'art


d'i n ven t er des h i st oi res), (Pari s, E d. Messi dor), 1 9 7 9 , 2 5 1 p.

ROS E N S ydn ey : Ma voi x t 'accompagn era (Mi l t on H . E ri ckson


racon t e), (Pari s, E d. H ommes & G rou pes), 1 9 8 6 , 2 5 7 p.

S A TI R V i rgi n i a : Th érapi e du cou pl e et de l a f ami l l e, (Pari s, E pi ),


1 9 7 1 , 2 5 1 p.

S H ONE Ron al d : V i su al i sat i on créat i ve, (Qu ébec, E d.


Qu ébec/A méri qu e), 1 9 8 6 , 1 8 9 p.

S I MON Jean -Lu c : V i vre après l 'acci den t , (Lyon , E d. Ch ron i qu e


S oci al e), 1 9 8 9 , 1 4 8 p.

S I MONTON Carl : G u éri r en vers et con t re t ou t , (Pari s, E d. E pi ),


1 9 8 2 , 3 6 3 p.

S OU B I RA N G .B., COS TE J.C. : Psych omot ri ci t é et rel axat i on


psych osomat i qu e, (Pari s, E d. Doi n ), 1 9 7 5 , 2 4 0 p.

TH OMA S S A I NT J. : Con t e et (ré) édu cat i on , (Lyon , E d. Ch ron i qu e


S oci al e), 1 9 9 1 , 9 9 p.

TI E TZ E H en ry G . : V ot re corps vou s parl e. E cou t ez-l e !,


(Qu ébec, E d. Le Jou r), 1 9 8 9 , 2 1 1 p.

W A TZ LA W I CK P., W E A KLA ND J., FI S CH R., Ch an gemen t s,


paradoxes et psych ot h érapi e, (Pari s, E d. Le S eu i l ), 1 9 7 5 , 1 8 9 P.

W E I TZ E NH OFFE R A n drée : H ypn ose et S u ggest i on , (Pari s, E d.


Payot ), 1 9 8 6 , 3 3 4 p.

Z E I G Jef f rey K. : La t ech n i qu e d'E ri ckson , (Pari s, E d. H ommes &


G rou pes), 1 9 8 8 , 1 9 6 p.

74
Tables des Matières

A van t -Propos ou La m émoi re du corps

I PS YCH OMOTRI CI TE CONCE PTU E LLE ............................................. 0


I n t rodu ct i on ...................................................................... 1
1 .1 . Le Corps. ................................................................... 2
1 .1 .1 . L'i n vest i ssemen t . .............................................. 2
1 .1 .2 . Le sen s m u scu l ai re. ........................................... 3
1 .2 . Les E .M.C. .................................................................. 5
1 .2 .1 . G én éral i t és su r l a n ot i on de con sci en ce
: ............................................................................. 5
1 .2 .2 . E t at s et n i veau x : ............................................. 6
1 .2 .3 . H ypn ose ou E .M.C. : .......................................... 7
1 .2 .4 . Ce qu e n 'est pas ou est l 'h ypn ose : ...................... 8
1 .2 .5 . Pou rqu oi l 'h ypn ose : .......................................... 11
1 .3 . La v i su al i sat i on ........................................................... 13
1 .3 .1 . Mi se au poi n t : ................................................. 13
1 .3 .2 . G én éral i t és et propri ét és des i mages
vi su el l es : ................................................................ 15
1 .4 . Mét h odol ogi e .............................................................. 17
1 .4 .1 . G én éral i t és su r l e Projet : ................................... 17
1 .4 .2 . Les ét apes du projet et l eu r con t en u : ................... 17
1 .4 .3 . Qu el qu es repères et préci si on s
mét h odol ogi qu es su ppl émen t ai res : ............................... 24
1 .4 .4 . La st ru ct u re de l a séan ce :.................................. 25

I I CLI NI QU E PS YCH OMOTRI CE ...................................................... 27


2 .1 . Cas de T.F. ................................................................. 28
2 .2 . Cas de B .B. ................................................................ 29
2 .3 . Cas de P.M. ................................................................ 30
2 .4 . Cas de X .D. ................................................................ 31
2 .5 . Cas de A .F. ................................................................. 32
2 .6 . Cas de T. ................................................................... 33
2 .6 .1 . A n amn èse : ...................................................... 33
2 .6 .2 . Compt e ren du des séan ces. ................................. 34
2 .6 .3 . Cri t i qu e de m on approch e : ................................. 46
2 .6 .4 . Cri t i qu e de l 'ou t i l : ............................................ 46
2 .7 . Cas de M.D. ................................................................ 48
2 .7 .1 . Compt e-ren du des séan ces. ................................. 48
2 .7 .2 . A n amn èse : ...................................................... 48
2 .7 .3 . E val u at i on par l e pat i en t : .................................. 61
2 .7 .4 . Cri t i qu es : ....................................................... 63

PE RS PE CTI V E S E T CONCLU S I ONS .......................................... 6 5

Bi bl i ograph i e ..................................................................... 6 7

Tabl es des Mat i ères ............................................................ 6 9

75