P. 1
thème 2- les relations entre croissance et développement économique 2009-2010

thème 2- les relations entre croissance et développement économique 2009-2010

|Views: 14,477|Likes:
Publié parMme et Mr Lafon

More info:

Published by: Mme et Mr Lafon on Sep 14, 2009
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PPT, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

Thème 2- Les relations entre croissance et développement

Fiches 2 à 5 du chapitre introductif croissance, changement social, développement ici

Introduction-définition et mesure du développement

Une notion multidimensionnelle

Développement : Ensemble des transformations structurelles (économiques, sociales et culturelles) qui se traduisent, en principe, par une amélioration durable du bien-être de la population. Distinction croissance et développement :
  

2 notions liées mais distinctes. Croissance = aspect strictement quantitatif. Développement = aspect quantitatif et qualitatif.

La mesure du développement : l’IDH

Origine : Indicateur de développement humain.
 

Calculé chaque année depuis 1990 par le PNUD
(Programme des nations unies pour le développement).

Initié par Amartya Sen.

les trois dimensions de l’IDH

Capacités de mener une vie longue et en bonne santé (long évi té ) Capacités d’acquérir des connaissances, de communiquer et de participer à la vie de la communauté (ni veau d ’éducat ion ) Capacités de mener une vie saine et de garantir la mobilité géographique ou sociale (accès aux r essour ces né cess ai res pour un ni veau de vie convena bl e)

Les variables retenues dans le calcul de l’IDH

La longévité est mesurée par l’ esp éra nc e de vie à la nai ssa nc e. Le niveau d’éducation est mesuré par une combinaison du taux d’ alpha bét is at ion des adult es et du ta ux de scola ri sa tio n. L’accès aux ressources nécessaires est mesuré par le PI B/hab en PPA

...

Valeurs de base pour le calcul de l’IDH
Indicateur Espérance de vie Alphabétisation (Adultes) Valeur Minimum 25 ans 0% Valeur Maximum 85 years 100% 100% 40,000 (PPP US$)

Scolarisation brute 0% PIB per capita 100 (PPP US$)

Source : www.cf.undp.org/.../croissance%20%E9conomique%20et%20D%E9v%20Huma

Calcul des indices

Source : www.lyc-arsonval-brive.ac-limoges.fr/.../D6.gif

Les pondérations dans le calcul de l’IDH

Les trois dimensions de l’IDH – santé, éducation, conditions de vie – ont chacun un poids égal Cette pondération égale n’est pas un hasard; elle réflète l’idée que les trois dimensions sont égales en terme d’importance

Que mesure l’IDH ?

Mesure des aptitudes/capacités humaines à vivre longtemps et en bonne santé, à communiquer et à participer à la vie de la communauté, à disposer des ressources suffisantes pour s’assurer une vie convenable. Mesure d’un minimum.

Partie I - L’analyse libérale de la relation croissance-développement

I – Les principes

A – La croissance est une condition nécessaire au développement

1. Pourquoi selon Lewis la croissance est-elle un préalable au développement? 2. Quelles relations les libéraux établissent-ils alors? La croissance économique est une condition nécessaire du développement, puisqu'elle seule permettra d'améliorer les niveaux de vie, d'augmenter « l'étendue des choix humains » (Lewis), de dégager des ressources en faveur de la santé, de l'éducation , et d'accroître l'indépendance économique nationale en rendant l'aide étrangère moins nécessaire.( … ) Il serait abusif, cependant, d'imputer la responsabilité du « mal développement » (Dumont) à la croissance économique, les divers aspects de la dégradation sociale que l'on vient d'énumérer se produisant également, et étant probablement pires, dans des pays où la croissance a été faible ou nulle. À long terme une croissance continue s'est toujours accompagnée d'une amélioration pour toutes les catégories sociales. Source : J. Brasseul, Introduction à l'économie du développement, coll. Cursus, Armand Colin, 1989.

B- La croissance est une condition suffisante au développement

Walt Rostow

Simon Kuznets

1. Les auteurs libéraux rejettent-ils l’analyse en terme de développement? 2. Pourquoi privilégient-ils alors l ’analyse en terme de croissance?

L'approche de l'école anglo-saxonne est principalement quantitative, ce qui a souvent pour conséquence de réduire l'étude du développement à l'étude du produit national brut (PNB), de son évolution et de sa répartition. De la sorte, elle confond croissance et développement. Partant de là, certains auteurs dont Simon Kuznets considèrent que le développement peut se réduire à l'examen du PNB (ou du PIB) par habitant. L'aspect multiforme du développement n'est pas nié, mais les auteurs de l'école anglo-saxonne considèrent que l'examen du PIB par habitant reste encore le meilleur moyen d'appréhender l'ensemble des dimensions du développement. Comme le souligne J.Bruton ( 1965) : « l'idée que le développement est une notion multidimensionnelle est importante, mais il n'est pas nécessaire de rechercher avec une insistance telle, une mesure multidimensionnelle. Dans presque tous les cas, le produit par tête est un substitut efficace». Source : P Gaudron, économie du développement, Hachette, 1995.

C – Un processus généralisable

1. Quelle est la conception du sous-développement des libéraux? 2. Quelle stratégie doivent mettre en œuvre les PED pour accéder à la croissance et au développement?

Pour les économistes libéraux “néoclassiques”, le sous-développement ne serait qu’un retard sur la voie royale et universelle tracée par les pays aujourd’hui développés : c’est bien ce que signifie d’ailleurs le terme « sous-développement ». Mais ce retard n’est en rien expliqué ; il est seulement décrit par des batteries de critères propres à chaque auteur et qui font référence à des données démographiques, économiques ou sociales, à la recherche de l’introuvable « indicateur synthétique ». Cette position est fortement consacrée par la célèbre théorie des étapes de la croissance économique de l’historien américain W.W.Rostow selon laquelle toutes les sociétés doivent passer par les cinq étapes suivantes : la société traditionnelle, les conditions préalables au démarrage, le démarrage, le progrès vers la maturité, et l'ère de la consommation de masse. Source : P.Dockès, B.Rosier, L’histoire ambiguë : croissance et développement en question, PUF 1988)

II – La vérification empirique

A – Une analyse longitudinale

1. Peut-on parler de relation de corrélation ou de causalité? Pourquoi? 2. Vérifie-t-elle l’analyse libérale?

Cliquez sur le lien pour

Analyse de l’animation proposée par gapminder
Cliquez sur: Gapminder World »

Pour comprendre l’animation une vidéo tu Sélectionnez en abscisse le PIB/hab en PPA; en ordonnée sélectionnez successivement les différents indicateurs de l’IDH. Dans la colonne de droite, sélectionnez le Royaume Uni (United Kingdom) puis un pays ayant connu un décollage économique plus tardif 2.Pouvez faire apparaître une relation entre les différentes variables? 3.Les données étudiées vont-elles dans le sens de l’analyse libérale?

B- Une analyse transversale

1.Donnez le mode de lecture de la donnée correspondant à l’Angola 2.Pouvez-vous faire apparaître une corrélation entre les deux variables étudiées?

Croissance économique et liberté

1.Quelle relation pouvez-vous faire apparaître entre croissance économique et liberté? Après avoir rappelé la thèse de F.Fukuyama, celle-ci vous semble-t-elle vérifiée par le graphique?

Conclusion :Croissance économique et pauvreté
Cliquez sur Human Development Trends, 2005 Puis regardez les animations 1 et 3: 6.A partir de l’animation 1, observe-t-on une réduction de la pauvreté depuis les années 70? 2. A partir de l’animation 3, dans quelle région du monde trouve-t-on la majorité des pauvres? 3.Comment devrait évoluer la répartition de la pauvreté entre 1970 et 2015? 4. Comment pouvez-expliquer ces évolutions? 5. Donnent-elles raison aux libéraux?

Partie 2- Une relativisation de la conception libérale I- Une absence de relation automatique entre croissance et développement

A – Une analyse transversale

PIB et IDH : quelques exemples
Pour accéder au comparateur PIB/hab et IDH, Cliquez : ici 3.Comparez l’Arabie Saoudite à l’Albanie. Que pouvez-vous en conclure? 2.Sélectionnez la France. La conclusion est-elle différente quand on compare 2 pays développés?

Revenu comparable, santé différente
Cliquez pour regarder l’animation 6 de gapminder: ici 1.Comparez les écarts de PIB/hab à ceux de survie infantile. 2.Cela signifie-t-il qu’il existe une de proportionnalité entre ces deux indicateurs? 3. Quelle est la démonstration opérée par l’animation?

realtion d

par l’an

B – Une analyse longitudinale
Cliquez pour regarder l’animation 7 de gapminder: ici 1.Comparez l’évolution de l’Egypte à celle de la Chine entre 1960 et 2003 2.Existe-t-il un chemin unique de développement qui s’impose à tous conforme à la logique de Rostow.

C – L’IPH complète l’ IDH
Intérêts et limites de l’IDH

Intérêt :
Montrer que le développement ne peut pas se réduire aux richesses créées (PIB).

Limites :

Des aspects du développement non pris en compte.

 

S’il ne se réduit pas à du quantitatif, il peut néanmoins être quantifié.

L’IDH est une moyenne nationale qui peut masquer de fortes disparités (entre sexes,
régions, classes de revenus,…).

IPH et IDH

 

 

IDH: Niveau du pays quand on s’intéresse à sa population qui possède le minimum nécessaire IPH: Proportion de ceux qui n’ont pas le minimum IPH: mesure le degré de misère ou la proportion de la population vivant dans des conditions de dénuement extrême IPH-1 pour les pays en développement IPH-2 pour les pays industrialisés

D’autres indicateurs de développement

ISDH :

IPH-2 (pour les pays industrialisés) :

Indicateur sexospécifique développement humain. 1995.

du

Existence de la pauvreté même dans les pays les plus riches du monde. 4 composantes :
   

 

Idem que l’IDH, mais en distinguant hommes et femmes.

IPH-1 (pour les PED) :
  

Indicateur de pauvreté humaine. 1997. 3 composantes :

% d’individus risquant de décéder avant 60 ans. Taux d’illestrisme des adultes. % de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté. % de la population en situation de chômage de longue durée (>1 an).

IPF :
 

Indicateur de participation des femmes. Evaluer les inégalités entre hommes et femmes dans la vie économique et politique. Composantes :

% d’individus risquant de décéder avant 40 ans. Taux d’analphabétisme des adultes. Conditions de vie (accès à l’eau potable,
aux services de santé, % d’enfants <5 ans souffrant d’insuffisance pondérale).

 

 

% de femmes parmi les parlementaires, les membres du gouvernement ou dans la haute fonction publique. % de femmes dirigeants d’entreprises ou dans les postes techniques et d’encadrement. Inégalités hommes-femmes dans les revenus

IPH et IDH
Diagramme N°2 : Un même IDH, des IPH-1 différents. (données du RMDH 2003).

IDH IDH
0,5

IPH IPH-1
60%

1. Quel est l’IPH étudié dans le tableau? 2. En quoi l’IPH complète-t-il l’IDH ?

56,0% Ethiopie

55% 0,4 0,363 0,359 0,3 50% 45% 47,8% 40% République Centrafricaine

Source : Données du Rapport mondial sur le développement humain

Utilité de IPH-2

Pauvreté humaine ne frappe pas exclusivement les pays en développement Valeur d’IDH élevée ne constitue pas une garantie d’un faible degré de misère IDH IPH
♦Suède ♦Royaume Uni

0,923 0,918

7%

15%

Les inégalités à l’intérieur d’un pays
Cliquez pour regarder l’animation 8 de gapminder: ici 1.En quoi la croissance économique d’un pays est-elle insuffisante pour mesurer le niveau de bienbien-être de sa population? l’évolution de l’Egypt 2. Montrez que les écarts à l’intérieur d’un d’un pays peuvent être plus peuvent être plus importants que ceux entre les pays

II – Les explications
A – La croissance n’est pas toujours une condition suffisante pour assurer le développement

Mais la croissance n'est pas une condition suffisante du développement, au moins à court terme, si elle n'est accompagnée de politiques visant à une réduction directe de la pauvreté. En effet, la croissance peut aller de pair avec un accroissement des inégalités, une détérioration des conditions de vie pour les plus pauvres, la misère et la répression politique et sociale. On parlera alors de «croissance sans développement». Source : J. Brasseul, Introduction à l'économie du développement, coll. Cursus, Armand Colin, 1989. Pourquoi la croissance n’est pas une condition suffisante pour assurer le développement Définissez précisément le mal développement

4.

5.

1. Comparez les stratégies de croissance et développement du Brésil et de la Corée du Sud 2. Que pouvez-vous en conclure?

La croissance de l'ensemble des pays du Sud [est] indéniable. Mais [...] la croissance et le développement sont deux choses différentes. [...]En définitive, les pays du Sud ont suivi deux voies assez différentes: celle du développement ou celle de la croissance sans développement. La Corée du Sud a su promouvoir un développement relativement égalitaire qui a conduit à une croissance forte et à l'élimination de la quasi- totalité de la pauvreté. La stratégie d'export a été profitable parce qu'elle a été précédée et accompagnée d'un effort de développement. Par contraste, le Brésil, dont certains secteurs ont un niveau technologique comparable à celui de l'Europe et des Etats-Unis, ne parvient pas à venir à bout d'une pauvreté résistante. De même l'Inde traîne une pauvreté massive qu'une croissance plus qu'honorable ne parvient pas à réduire... Selon le FMI, les deux tiers des Indiens vivraient en dessous du seuil de pauvreté. Le Mexique, il y a peu, connaissait l'un des taux de croissance les plus élevés du continent latinoaméricain. Les cours de la bourse flambaient mais le taux de pauvreté, lui, explosait.

Source : Philippe Engelhard, « Économie informelles et criminelles : la face cachée de la mondialisation», dans L'Université de tous les savoirs: l'économie, le travail, l'entreprise, © Odile Jacob, 2002.

B – Ni absolument nécessaire
Le développement de la santé publique, de l'éducation, de la protection sociale, etc., contribue directement à la qualité et à l'épanouissement de la vie. Tous les indices montrent que, même à bas niveau de revenu, un pays qui garantit les soins et l'éducation à tous est capable d'atteindre des résultats remarquables en termes d'espérance et de qualité de vie pour l'ensemble de sa population. La santé et l'éducation publiques reposant, pour l'essentiel, sur le travail humain, ces secteurs sont relativement peu coûteux en phase initiale de développement économique, lorsque la main-d'œuvre est bon marché. [...] L'impact du développement humain va bien au-delà de l'amélioration directe de la qualité de vie. Il favorise aussi les facultés productives des personnes et donc la croissance économique partagée. Savoir lire et compter facilite la participation au processus d'expansion économique (comme l'illustrent, entre autres, les exemples japonais ou thaïlandais). Pour s'insérer dans les échanges mondiaux, il est crucial de pouvoir se plier à des normes telles que «le contrôle de qualité» que la main-d'œuvre analphabète maîtrise mal. En outre, tout montre que l'amélioration de la santé et de l'alimentation favorise la productivité et les rémunérations de la main-d'œuvre salariée. Source : Amartya Sen (Prix Nobel d'économie 1998),Un Nouveau Modèle économique, © Odile Jacob, 2000.

1. Peut-on connaître un développement sans croissance? Pourquoi? 2. Comment le développement contribue-t-il à la croissance?

Conclusion: Une relation complexe

1.En quoi peut-on dire qu’il existe une interaction entre les différentes variables économiques et sociales qui contribuent à assurer un cercle vertueux croissancedéveloppement ?

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->