Vous êtes sur la page 1sur 2

Un corrigé des sujets de type II-1 et II-2 vu ce jour.

Exercice II-1. A partir du document, précisez en quoi l’étude de la vitesse des ondes sismiques permet une
connaissance de la structure interne du globe que vous indiquerez en faisant le découpage directement sur le
document. 6 points.

A partir de l'étude du document, il s'agit de préciser en quoi l'étude des ondes sismiques permet une 0.5
connaissance de la structure interne du globe.
Le graphique indique les vitesses des ondes sismiques P et S en fonction de la profondeur. Ces vitesses
ne sont pas constantes, elles varient.
A environ 60 km, les vitesses augmentent brutalement, pour les ondes P par exemple elle passe de 6.5
à 8,5 km/s. Cette variation brutale de la vitesse des ondes sismiques ne peut s'expliquer que par une 0.5
hétérogénéité au sein du globe terrestre. C'est la discontinuité de Mohorovicic faisant la limite entre
croûte et manteau. Elle peut s'expliquer par la nature différente des roches qui forment la croûte d'un
côté et le manteau d'un autre côté.
La vitesse diminue légèrement dans les deux cas et ne revient à sa valeur initiale qu'à une profondeur
d'environ 200 km. Les ondes sismiques traversent un milieu qui les ralentit : c'est la LVZ : Low Velocity 0.5
Zone, zone de moindre vitesse. Cette variation est liée à un changement dans les propriétés physiques de
la péridotite, elle est plus ductile dans ce secteur. La LVZ marque le début de l'asthénosphère.
La vitesse au delà de 200 km augmente régulièrement puis à 670 km présente une augmentation
brutale, la vitesse passant de 10 à 10,5 km/s par exemple pour les ondes P. C'est la limite avec une 0.5
nouvelle couche du globe terrestre, ce serait lié à un changement de structure de la péridotite, c'est la
limite entre manteau supérieur et manteau inférieur.
A 2900 km, la vitesse des ondes S devient nulle et la vitesse des ondes P passe de 13,8 km/s à 8,2 km/s.
Cette diminution brutale indique une discontinuité majeure dans la structure interne du globe : la 1
discontinuité de Gutenberg entre le manteau et le noyau. Comme la vitesse des ondes S devient nulle et
que les ondes S ne se propagent pas en milieu liquide, nous pouvons préciser que à 2900 km se fait le
passage entre un milieu solide et un milieu liquide : le noyau externe est liquide.
La vitesse des ondes P augmente régulièrement entre 2900 et 5150 km, puis augmente brutalement de
0,5 km/s à 5150 km de profondeur, il s'agit d'une nouvelle discontinuité, la discontinuité de Lehman 0.5
entre noyau externe et noyau interne ou graine.
Les ondes sismiques ont permis d'après la variation de leur vitesse en fonction de la profondeur de
découper ce globe en différentes enveloppes. Les variations de vitesse s'expliquant soit par des variations
dans la composition minéralogique des couches, soit en fonction des propriétés physiques des milieux
rencontrés.
Découpage sur le graphique : les 3 discontinuités. 1 croûte, 2 manteau supérieur, 3 manteau inférieur, 4 2.5
noyau externe, 5 noyau interne. L : Lithosphère. A : Asthénosphère. L.V.Z : Low Velocity Zone, zone de
moindre vitesse.
Exercice II 2. A partir de l’étude des documents et de vos connaissances, indiquez en quoi l’étude de ces
affleurements a fait avancer la connaissance de l’organisation de la lithosphère océanique, dont vous
présenterez l’organisation sur un schéma en guise de synthèse. 10 points.

A partir de l'étude des affleurements du banc de Gorringe et de ceux du massif du Chenaillet, il s'agit 0.5
d'étudier leur apport à la connaissance de la lithosphère océanique.
Document n°1. Les fonds océaniques présentent parfois des zones d'affaissement comme dans le cas du
banc de Gorringe dans l'Océan Atlantique, exploré par un sous-marin. Ce secteur présente alors à 1
l'affleurement la succession des roches formant le plancher océanique.
D'après les documents 1a et 1b, la partie superficielle est formée de sédiments et roches sédimentaires qui
recouvrent une activité volcanique marquée par des basaltes en coussins. Ces derniers recouvrant des 1
gabbros, roche magmatique grenue.
D'après le document 1c, au Nord Ouest du banc de Gorringe les gabbros recouvrent des péridotites
serpentinisées, roche du manteau supérieur. 0.5

Document 2. Le massif du Chenaillet culminant à 2600 m d'altitude dans les Alpes française est une
ophiolite : ensemble de roches variées qui témoigne de la présence d'un ancien fond océanique au contact 1
de la lithosphère continentale. Cette ophiolite est formée de trois unités superposées qui correspondraient à
l'organisation de la lithosphère océanique.
Document n°3. Dans l'unité 1, les roches riches en péridot sont des péridotites, roches du manteau.
Dans l'unité 2, la roche 'a' entièrement cristallisé présente une structure grenue, la présence de feldspath, 1
pyroxène et péridot indique qu'il s'agit de gabbro. 1
La roche 'b' ayant la même composition que la roche 'a' mais une structure microlitique ne peut être qu'un
basalte. La photographie représente un filon de basalte qui recoupe un gabbro. 1
L'unité 3 présente la roche 'b' donc un basalte mais avec un aspect particulier : il s'agit de pillow-lava ou
laves en coussin, structure typique d'une mise en place de la lave sous l'eau. 1
Dans certains secteurs des roches sédimentaires (des radiolarites) recouvrent ces pillow-lavas.
SYNTHESE : Ainsi les deux secteurs étudiés, l'un en milieu océanique, l'autre en milieu continental mais
correspondant à un ancien fond océanique présentent une même succession de roches permettant de
caractériser la lithosphère océanique :
1. roches sédimentaires, 2 basaltes en coussins, 3 basalte en filon recoupant des gabbros, 4 péridotite. 2
1+2+3 = croûte océanique, 4 = manteau supérieur. Entre croûte et manteau se situe la discontinuité de
Mohorovicic.