Vous êtes sur la page 1sur 3

STOP

INONDATIONS
comité de quartier

Monsieur MJ Ghyssels, Echevin de l'Urbanisme


et Bourgmestre f.f.
Madame M. Courtois, Echevine de l'Environnement
Commune de Forest,
2 rue du Curé
1190 Bruxelles

23 juillet 2007

Concerne : quartier St Denis, inondations récurrentes en mai et juin 2007.

Chère Madame, Cher Monsieur

Relisant votre lettre circulaire du 8 juin 2007 et votre courrier du 19 juin 2007, nous
remémorant ce qui a été dit au conseil communal du 5 juillet 2007, nous souhaitons vous
redire l'attente des habitants de St Denis.

RADIER SOUS L’USINE AUDI

1. Nous attendons une inspection méthodique du radier sous l'usine Audi, depuis la
rue de l'Eau jusqu'au pertuis Centratec (2km environ). Le radier mesurant 150 à
180/200, la chose est possible sauf si le radier est envasé ou encombré. Nous
réitérons notre demande d'être associés à cette visite.

2. Les obstacles qui se trouvaient dans ce radier (janvier 1994, étude conjointe
professeur Laurent et SEGES) n'ont pas tous été levés. Ces travaux doivent
reprendre de toute urgence puisque ces obstacles sont de nature à provoquer le
reflux des eaux vers les maisons (Travaux Publics, document du 16/10/1992). Nous
souhaitons recevoir le rapport final de l'ensemble de la mission du Professeur
Laurent (1994, 1995 ?)

3. Le nettoyage réel de ce radier n'est pas possible tant qu'on ne peut y faire entrer
qu'un homme avec une brouette (...!) comme en 1992. Il faut trouver une solution
pour que l'entrée d'une machine y soit possible.

Par ailleurs il nous revient que légalement la couverture d'un égout public par un
batiment privé n'empêche nullement les visites régulières via les chambres qui
devraient être prévues à cet effet, mais aussi que cette couverture donne lieu à
une forme d 'indemnité/location.

IMPLICATION DE L’USINE AUDI

4. Nous ne doutons pas que l'usine soit plus collaborative : les inondations de 2005 ont
eu lieu pendant les vacances, tandis que les inondations du 13 juin 2007 ont
entraîné un arrêt de la chaîne de plus d'une heure ce qui constitue une perte
financière importante .

Nous ne croyons dès lors pas à une heureuse prise de conscience citoyenne.

Par contre nous craignons qu'une fois encore la Commune et la Région n'agissent en
faveur de l'usine essentiellement, et ce avec le denier public.

En particulier, le choix de l'emplacement du bassin d'orage rue de la Soierie est


douteux (Travaux Publics, document du 11/12/1992).

S'il fallait que lors d'une future inondation l'usine soit au sec grâce au bassin d'orage
alors que les habitants restent inondés, il n'est pas douteux que des actions
violentes soient à craindre…

EFFONDREMENTS DES EGOUTS

5. Etant donné que les habitants savent avec certitude que certaines portions des
égouts sont effondrées puisqu'ils l'ont VU (chaussée de Bruxelles, rue St Denis),
quelles sont les intentions de VIVAQUA à cet égard ?

CITERNES PRIVEES

6. Vous proposez la création ou réhabilitation des citernes privées.

Tout le quartier St Denis est assez ancien (fin du XIX ème) et beaucoup de maisons
sont en effet équipées de citernes. Il faut proposer des primes à la réhabilitation de
ces citernes qui temporiseront l'arrivée de l'eau des toitures dans les égouts
publics.
BARRAGE OU BASSIN D’ORAGE ?

7. En ce qui concerne la construction du « barrage » de la rue du Dries, nous vous


demandons encore une fois de garder une possibilité de passage de l'eau vers les
terres en intérieur d'îlot.

Dans le meilleur des cas (efficacité des autres mesures), ce passage ne servira pas.
Dans le pire des scénarios (orage de 2005 : l'eau jaillissait des taques, dépassait les
trottoirs et partait vers le terrain) les maisons voisines ne verront pas l'eau dévaler
directement par les fenêtres des cuisines-caves. Cette mesure ne cause pas de
dommage irréparable pour les habitants du nouvel immeuble.

Nous ne demandons ici qu'une chose : conserver la seule sauvegarde d'une situation
déjà précaire. Et nous ne voyons aucun argument (hormis économique pour les
promoteurs du projet) qui puisse être opposé.

Nous avons vu à Braine-le-Comte un bassin d'orage à ciel ouvert entre un


lotissement de maisons neuves et les maisons anciennes : ce n'est ni laid, ni
dangereux, ni boueux, ni plein de moustiques...

Et de plus, comme l'accès du public n'y est pas autorisé, il s'agit d'un nouvel éco-
système intéressant.

Il pourrait être judicieux de se renseigner sur ce type de réalisation, et en tout état


de cause de ne pas délivrer un permis douteux sans que TOUTES les précautions ne
soient prises.

Nous serons heureux de transmettre votre réponse aux 295 familles qui soutiennent notre
action, et vous prions d'agréer, Madame et Monsieur les Echevins, l'expression de nos
sentiments confiants et décidés.

Pour les habitants


de la rue de Hal : G. Forget, J. Fernandes
de la rue St Denis : C. Dooms, P. Taroli, M. Livrizzi
de la rue Trésignies : I. André
de la chaussée de Bruxelles : F. Stragier
de la Place St Denis : F. Jourde, A. Vanden Bemden, L. Caulier
de la rue du Dries : Y. Llave, M. Cissé, S. Maquoi, F. Debatty

19 rue du Dries 1190 Bruxelles