P. 1
PDC COmmune Niamey IIVersion Finale 97 2003

PDC COmmune Niamey IIVersion Finale 97 2003

|Views: 1,248|Likes:
PDC COmmune Niamey IIVersion Finale 97 2003
PDC COmmune Niamey IIVersion Finale 97 2003

More info:

Published by: 2EME ARRONDISSEMENT DE NIAMEY on Oct 17, 2009
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/07/2013

pdf

text

original

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Sommaire
Mot de la Présidente du Conseil ........................................................................................................................ 4 Fiche signalétique de la Commune .................................................................................................................... 5 Résumé .............................................................................................................................................................. 6 I. Introduction Générale ............................................................................................................................. 15

II. Diagnostic communal .................................................................................................................................. 18 2. 1. Présentation de la Commune .............................................................................................................. 18 2.1.1. Localisation .................................................................................................................................... 18 2.1.2. Les données physiques .................................................................................................................. 19 A) Situation géographique ............................................................................................................................... 19 B) Relief............................................................................................................................................................ 20 C) Sols .............................................................................................................................................................. 20 D) Réseau hydrographique .............................................................................................................................. 21 E) Climat.......................................................................................................................................................... 21 F) Végétation ................................................................................................................................................... 22 2.1.3. Les données démographiques ....................................................................................................... 24 A) La Population ............................................................................................................................................ 24 B) Population et densité .................................................................................................................................. 24 2.1.4. Les activités économiques ............................................................................................................. 25 2.1.5. Les acteurs du développement de la Commune ........................................................................... 25 2.2. Etat des lieux du développement de la Commune .............................................................................. 26 2.2.1. Les secteurs productifs .................................................................................................................. 26 A) L’agriculture ................................................................................................................................................ 26 B) L’élevage...................................................................................................................................................... 28 C) Le commerce et les équipements marchands ............................................................................................ 29 D) Activités Génératrices de Revenus (AGR) ................................................................................................. 31 E) Aménagement des espaces urbains ............................................................................................................ 32 F) Artisanat ...................................................................................................................................................... 33 G) Tourisme, hôtellerie et communication ..................................................................................................... 33 2.2.2. Les secteurs sociaux..................................................................................................................... 34 A) Education .................................................................................................................................................... 34 B) La Santé ....................................................................................................................................................... 38 C) Hydraulique ................................................................................................................................................. 40 D) Voirie ........................................................................................................................................................... 40
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 1

Plan de Développement Communal___________________________________________________

E) Transport ..................................................................................................................................................... 42 F) Hygiène et assainissement .......................................................................................................................... 43 G) Energie ........................................................................................................................................................ 46 H) Environnement ........................................................................................................................................... 47 I) Jeunesse/Sports/Culture .............................................................................................................................. 49 J) Formation professionnelle et insertion des jeunes ..................................................................................... 51 2.2.3. L’administration communale ........................................................................................................ 51 III. Les forces et faiblesses, les contraintes et les potentialités de la Commune ............................................ 56 IV : LA PLANIFICATION ..................................................................................................................................... 63 4.1. Vision de la Commune Niamey 2.......................................................................................................... 63 4.2. Mission de la Commune Niamey 2 ....................................................................................................... 64 4.2.1. Axes de renforcement de la Commune Niamey 2 ......................................................................... 64 4.3. Objectifs de développement ................................................................................................................ 65 4.4. CADRE LOGIQUE D’INTERVENTION ............................................................................................................. 67 4.4.1. Les objectifs du PDC ........................................................................................................................... 67 4.4.2. Articulation entre les ODM, les priorités de la SRP et les résultats escomptés de PDC .............................. 68 V. Planification stratégique ............................................................................................................................. 70 5.1. PROGRAMME PLURIANNUEL D’INVESTISSEMENTS ............................................................................. 70 5.2. PROGRAMME ANNUEL D’ACTIONS DE LA COMMUNE NIAMEY II ANNEE : 2009 .............................. 91 VI. DISPOSITIF DE MISE EN ŒUVRE ET DE SUIVI-EVALUATION DU PDC........................................................ 102 6.1. La mise en œuvre du PDC ................................................................................................................... 102 6.1.1. Les acteurs ....................................................................................................................................... 102 6.1.2 Le rôle des acteurs ............................................................................................................................ 103 6.2. Les étapes de la mise en œuvre ............................................................................................................. 103 6.2.1. La diffusion du PDC .......................................................................................................................... 103 6.2.2. La formation du personnel communal et des animateurs du cadre de concertation sur les techniques de montage de projets, de recherche de financement et d’exécution des actions planifiées ................................................................................................................................................................... 104 6.2.3. Le montage de microprojets/projets/programmes .................................................................... 104 6.2.4. Elaboration des stratégies de mobilisation des ressources ................................................................ 104 6.2.5. Le dispositif de suivi-évaluation du PDC ...................................................................................... 105 6.3. L’évaluation du PDC ............................................................................................................................ 105 CONCLUSION ................................................................................................................................................. 106 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES................................................................................................................. 108 ANNEXES ........................................................................................................................................................ 109
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 2

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Récapitulatif des ODM, des priorités de la SRP et des résultats escomptés de PDC ................................................. 110

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 3

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Mot de la Présidente du Conseil

Le processus de décentralisation amorcé au Niger à l’issue des élections municipales du 24 juillet 2004 a consacré l’installation progressive des conseils municipaux dans les 265 communes. Depuis , que de chemins parcourus, que de progrès réalisés, que d’obstacles franchis, que de défis relevés. Cependant, beaucoup reste à faire au regard de multiples sollicitations des populations dont nous avons en charge face à des ressources qui font cruellement défaut. C’est donc conscient des enjeux que représente la décentralisation pour une jeune commune comme la nôtre , que le conseil municipal s’était régulièrement tenu depuis son installation et a jugé de l’impérieuse nécessité de doter la commune d’un instrument de développement à même de garantir une gestion rationnelle et optimale de ses ressources et de la rendre plus crédible aux yeux des partenaires. Ce tableau de bord que constitue désormais le Plan de Développement Communal (PDC) s’impose donc à la commune comme l’une des priorités pour l’atteinte de ses objectifs et de sa mission vis-à-vis de la population. Gérer, c’est prévoir a-t-on coutume de dire et c’est fort de cela qu’un consultant a été sollicité pour la préparation d’un PDC en étroite collaboration avec les services techniques et déconcentrés, les conseillers municipaux, les chefs de quartiers, les partenaires au développement, les laborieuses populations, le volontaire de l’AIMF auprès de la communauté urbaine de Niamey. Toutes ces énergies mises ensemble ont enfin permis à la commune Niamey II de faire partie du cercle restreint des communes ayant un PDC, et c’est tout un honneur . Aussi voudrais-je en cette circonstance historique pour moi-même pour l’ensemble de conseil municipal et mes collaborateurs exprimer mes vifs remerciements à Monsieur OUMAROU SANDA Lawan, consultant pour la qualité avec laquelle il a conduit ce travail, à Monsieur Philippe TALLA, chargé de mission de l’AIMF et au Directeur Régional du Développement Communautaire pour leur disponibilité, aux ONG et Associations, aux chefs traditionnels, à la population, à tous ceux qui ont apporté leur contribution dans l’élaboration de ce document, qu’ils trouvent ici l’expression de notre profonde gratitude . A l’intention de nos partenaires, qu’il nous soit permis de solliciter leur accompagnement dans notre volonté à faire de la lutte contre la pauvreté et l’ignorance, notre cheval de bataille au profit de nos populations. "On fait si peu sans le soutien des autres".
Mme IBRAHIM Diama

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 4

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Fiche signalétique de la Commune La Commune Niamey II est créée par la loi n° 2002-014 du 11 juin 2002 portant création des communes et fixant le nom de leurs chefs lieux. La commune II est limitée à l’est par la Commune III, à l’Ouest par la Commune I, au Nord par le Canton de Karma et au Sud par la Commune V. Elle fait partie des cinq (5) communes qui constituent la Communauté Urbaine de Niamey. Anciennement incluse dans la commune I, son périmètre s’étend sur les deux rives du Gountou Yéna. Elle a une superficie totale estimée à 17,88 km2 pour une population totale de 160.716 habitants dont 81.333 hommes et 79.383 femmes selon le RGP/H 2001. Son taux d’accroissement annuel de 4,46 soit prés de 4,5 % annuellement et il correspond au taux d’accroissement global de la communauté urbaine. Les différentes ethnies qui composent la population communale sont en plus des autochtones Djerma, composées de Haoussa, Kourtey, de peuls mais aussi d’une importante colonie de migrants de l’ex. AOF (Afrique Occidentale Française), c’est donc dire l’espace de la Commune Niamey II est une zone d’accueil. Elle compte 17 quartiers et village à savoir : Maourey, Zongo, Kombo, Liberté, Gandatché, Gorou Béri, Nord Faisceau, Koira Tégui/Foulan Koira et Dan Zam Koira, Boukoki 1-2-3, Djeda et Tourakou, Lazaret, Banizoumbou II et Banifandou I et Dar Es Salam. Depuis les élections de juillet 2004, la commune est dirigée par un conseil communal composé de vingt cinq (25) conseillers élus et deux (02) de droits constituant le conseil Municipal, organe délibérant ayant à sa tête un organe exécutif de trois membres : le Maire et les deux (02) vices Maires. Les différentes activités sont l’agriculture, l’élevage, le commerce, l’artisanat et la pêche. Pour les besoins du diagnostic, la commune a été subdivisée en six zones composées des populations de quartiers et villages suivants :
-

Population de la zone 1 (Maourey, Zongo, Kombo, Gandatché , Issa Béri) ; Population de la zone 2 (Gorou Béri) ; Population de la zone 3 (Nord Faisceau, Koira Tégui/Foulan Koira et Dan Zam Koira) ; Population de la zone 4 (Boukoki 1-2-3, Djeda et Tourakou) ; Population de la zone 5 (Lazaret, Banizoumbou II et Banifandou I) ; Population de la zone 6 (Dar es Salam).

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 5

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Résumé Le Conseil communal, dans le souci de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population, a décidé d’inscrire dans ses actions prioritaires la réalisation d’un Plan de Développement Communal (P.D.C) intégrant les OMD et les indicateurs de la S.R.P. Ce PDC est l'outil précieux qui servira de guide à la municipalité pendant les quatre années à venir. Les objectifs assignés à ce plan sont les suivants:
   

Fixer les objectifs de développement de la commune en fonction des priorités des populations ; Harmoniser et coordonner les interventions et les acteurs de développement; Programmer et prioriser les actions en fonction des ressources propres et celles mobilisables auprès des partenaires; Disposer d'un outil de négociation de la commune.

Ce document qui, par son processus d'élaboration a impliqué la contribution de tous les acteurs se veut l'outil de référence de la commune dans lequel figurent les actions nécessaires au développement communal dans les quatre années à venir. Ce plan est un outil d’orientation stratégique de développement local à court et moyen termes. Il donne un aperçu sur les principales actions de développement socioéconomique et culturel de la Commune. Pour arriver à ce produit qui reflète le point de vue de l'ensemble des couches, la démarche suivante a été adoptée: Recherche documentaire; animation et sensibilisation des populations; Diagnostic communal; Diagnostics participatifs : multiples rencontres tenues notamment dans les 6 zones composant les quartiers/village de la commune; atelier de validation du diagnostic communal ; atelier de la commune et de planification communale; A l'issue des travaux, les objectifs (globaux et spécifiques) par axe de développement ont été retenus. Objectif global : Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations de la commune d’ici 2012. Axe d’intervention N°1 : Facilitation de l’accès des populations de la commune aux services sociaux de base d’ici 2012 dans les secteurs de l’Education, de la Santé, du Recensement et de l’Etat Civil ;
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 6

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Secteur 1: Education Objectif global : Accès à l’éducation à tous les enfants de la commune en âge d’être scolarisés Secteur 2: Santé Objectif global : Accès aux soins de santé pour les populations de la commune II Secteur 3: Recensement Objectif Général : Identification et recensement de toutes les couches de la population de la commune par sexe et par âge Secteur 4 : Etat Civil Objectif Général : Accès des populations aux actes d’état civil AXE d’intervention N°2 : Amélioration des conditions de vie des populations-cibles (jeunes, femmes et enfants) de la Commune Niamey II à travers des activités d’entrepreneuriat jeunesse et des Activités Génératrices de Revenus (AGR) Secteur 1 : Jeunesse-Sport Objectif spécifique : Création des conditions optimales pour un bon épanouissement de la jeunesse de la Commune Niamey Secteur 2 : Jeunesse-culture Objectif spécifique : Améliorer des conditions d’épanouissement et créer les équipements de loisir des jeunes Secteur 3 : Promotion de la femme Objectif spécifique : Appui à l’organisation des femmes et à l’amélioration de leurs conditions de vie Secteur 4 : Formation professionnelle et technique Objectif spécifique : Amener les jeunes scolarisés, déscolarisés, et non scolarisés à acquérir des habiletés et de compétences leur permettant de planifier et de gérer avec succès leurs propres initiatives de développement Secteur 5 : Economie locale Objectif spécifique : Appui à la structuration de l’économie locale Axe d’intervention N° 3 : Développement des stratégies pour une augmentation des productions et une meilleure rentabilité agro-sylvo-pastorale dans la commune Niamey 2 Secteur 1 : Agriculture
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 7

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Objectif spécifique : Accroître la production agricole et assurer la sécurité alimentaire Secteur 2 : Elevage Objectif spécifique : Créer les conditions optimales pour le développement du secteur AXE d’intervention N °4 : Améliorer la qualité des services sociaux (eau potable, hygiène, assainissement), l’accessibilité à des infrastructures publiques de la commune (voirie, transport) et à la promotion d’un environnement sain pour les populations de la commune Objectif global : Améliorer les conditions de vie des populations de la Commune Niamey II à travers la promotion d’un environnement sain d’ici 2012. Secteur 1: Environnement Objectif spécifique : Lutter contre la dégradation de l’environnement communal Secteur 2 : Eau potable, hygiène et assainissement Objectif spécifique 1 : Construire et réhabiliter les points d’eau tout en appuyant la concertation entre les acteurs au niveau communal Objectif spécifique 2 : Renforcer les capacités techniques des différents acteurs et la promotion de l’hygiène de base Objectif spécifique 3 : Faciliter l’écoulement des eaux usées et de pluies Secteur 3: Voirie Objectif spécifique : Faciliter l’accessibilité des usagers aux différents quartiers de la commune Secteur 4 : Transport Objectif spécifique : Faciliter le déplacement des populations et de leurs biens Secteur 5 : Gestion des espaces urbains Objectif spécifique : Objectif spécifique : Aménagement des marchés de la commune en vue d’accroître les ressources financières de la commune Axe d’intervention N° 5 : Développer des partenariats pour un développement durable avec la société civile par la mise en place un cadre de concertation communale pour l’appui à la bonne gouvernance locale Secteur 1 : Appui à la bonne gouvernance locale Objectif spécifique : Faire participer les populations et les acteurs de développement de la commune à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation des actions planifiées dans le PDC Secteur 2 : Création d’un guichet unique communal
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 8

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Objectif spécifique : Offrir des services innovants aux citoyens Le coût de la réalisation de toutes les activités visant à atteindre les objectifs ci-dessus indiqués est de : 6.005.326.139 FCFA. Le budget ci-dessus présenté sera constitué des apports de l’Etat à travers la Commune Niamey II, des populations bénéficiaires pour la réalisation des actions pour une bonne part du budget, le reste des ressources proviendra du des contributions obtenues et mobilisées auprès des différents partenaires techniques et financiers (PTF).

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 9

Plan de Développement Communal___________________________________________________

SIGLES ET ABREVIATIONS AEP AD BAC BEPC BT BOAD BM CAF CEG CFEPD CES CSI CUN CNII CS EV FAO INS MT ND NIGELEC OM OMD ONG Adduction d’Eau Potable Association de Développement Baccalauréat Brevet d’Etudes du premier Cycle Basse Tension Banque Ouest Africaine pour le Développement Banque Mondiale Capacité Autonome de Financement Collège d’Enseignement Général Certificat de Fin d’Etudes du Premier Degré Collège d’Enseignement Secondaire Centre de Santé Intégré Communauté Urbaine de Niamey Commune Niamey II Case de Santé Espace Vert Organisation Mondiale de l’Agriculture Institut National de la Statistique Moyenne Tension Non Déterminé Société Nigérienne d’Electricité Ordures Ménagères Objectifs du Millénaire pour le Développement Organisation Non Gouvernementale

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 10

Plan de Développement Communal___________________________________________________

RAIL/SIDA RN PSSA PDIL PDC PRAHN

Réseau d’Appui aux Initiatives Locales/SIDA Route Nationale Programme Spécial de Sécurité Alimentaire Programme de Développement en Investissement Local Plan de Développement Communal Programme de Réhabilitation des Aveugles et Autres Handicapés du Niger Programme des Nations Unies pour le Développement Programme Spécial du Président de la République Recensement Général de l’Agriculture et le Cheptel Recensement Général de la Population et de l’Habitat Service de Développement Communautaire Service de Développement Agricole Société d’Exploitation des Eaux du Niger Service de l’Environnement et de la Lutte contre la Désertification Service Communal de l’Elevage et des Industries Animales Service Néerlandais des Volontaires Stratégie de Réduction de la Pauvreté Société Nigérienne des Télécommunications Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme Union Européenne Union des Femmes pour l’Entraide et le Développement

PNUD PSPR RGA/C RGP/H SDC SDA SEEN SELCD SCE/IA SNV SRP SONITEL SDAU UE UFED

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 11

Plan de Développement Communal___________________________________________________

TABLEAUX Tableau N°1 : Population de la Commune selon l’adressage Tableau N°2 : Production/rendement Commune Niamey 1 et 2 (2007) Tableau N°3 : Infrastructures pastorales Tableau N°4 : Equipements marchands Tableau N° 5 : Equipements hôteliers Tableau N° 6 : Etablissements scolaires Tableau N° 7 : Taux de couverture des établissements de la CUN Tableau N°8 : Investissements et équipements Tableau N° 9 : Equipements sanitaires Tableau N°10: Situation des infrastructures et personnel de santé Tableau N° 11 : Situation des points d’eau Tableau N°12 : Caniveaux Tableau N°13 : Bacs à ordures Tableau N°14 : Prévisions des recettes budgétaires de 2006 à 2008 Tableau n°15 : Evolution du budget de la commune de 2006 à 2008 Tableau N°16 : Listing des projets et programmes intervenant dans la commune Tableau N°17: ONG et Associations de Développement Tableau N˚18 : OMD/SRP/PDC

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 12

Plan de Développement Communal___________________________________________________

LISTE DES CARTES ET GRAPHIQUES Carte n˚ 1 : Le découpage administratif de la région de Niamey Carte n˚ 2 : La commune Niamey II Graphique n˚1 : Part des dépenses de fonctionnement et d’investissements de 2006 à 2008 (1er semestre)

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 13

Plan de Développement Communal___________________________________________________

PERSONNES RENCONTREES Chefs de quartiers : Maourey, Zongo, Gorou Béri, Nord Faisceau, Koira Tégui (Foulan Koira), Lazaret, Banizoumbou II, Banifandou I, Kombo, Deyzébon, Gandatché, Boukoki 1, Boukoki 2, Boukoki 3, Tourakou. Chefs de services : Développement Communautaire, Génie Rural, Environnement et Lutte contre la Désertification, Développement Agricole, Ressources Animales, Promotion de la Femme, Hygiène et Assainissement, Personnel, Matériel et financier, Affaires scolaires, Jeunesse, Sport et Culture, Secrétaire Municipal, Formation Professionnelle et technique; Population de la zone 1 : (Maourey, Zongo, Kombo, Gandatché) ; Population de la zone 2 : (Gorou Béri) ; Population de la zone 3 : (Nord Faisceau, Koira Tégui/Foulan Koira et Dan Zam Koira) ; Population de la zone 4 : (Boukoki 1-2-3, Djida et Tourakou) ; Population de la zone 5 : (Lazaret, Banizoumbou II et Banifandou I) ; Population de la zone 6 : (Dar es Salam).

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 14

Plan de Développement Communal___________________________________________________

I. Introduction Générale L’expression « développement local » est à la mode dans notre milieu professionnel. Ce vocable utilisé par les économistes et tous les acteurs de développement soucieux d’une amélioration des conditions de vie des populations, est aujourd’hui incontournable en ce qui concerne la lutte contre la pauvreté. Encore plus à ce moment où le gouvernement du Niger a mis l’accent sur la décentralisation comme stratégie de développement et d’émergence des populations locales. Dans cette mouvance, la décentralisation interpelle à la fois les Etats, les collectivités territoriales, le gouvernement, les partenaires techniques et financiers (PTF), la société civile et les populations dans leur ensemble. Elle est appelée à devenir progressivement une réalité dans le pays et selon la loi n° 2002-012 du 11 juin 2002 portant sur l’orientation de cette dernière, elle constitue l’axe fondamental de la promotion du développement, de la démocratie et de la bonne gouvernance au niveau local. Le développement communal est donc une démarche fédérative de mobilisation des acteurs. C'est également un processus par lequel les gens se donnent un ensemble d’institutions pour mettre en valeur, collectivement et individuellement, des ressources sur un territoire donné. A cet entendement, le plan de développement communal s’efforcera de changer la situation de son territoire et de ses habitants. Il va valoriser leurs potentialités (ressources, atouts, valeurs) et de contourner leurs contraintes. Il est initié et mis en œuvre avec la participation de ses habitants et de leurs institutions. Il tente de répondre aux aspirations des populations et de valoriser les richesses collectives. Etant donné que ce phénomène enveloppant sous-entend le développement des secteurs tant économique, social que culturel, sa mise en œuvre va reposer sur l’implication des bénéficiaires dans l’identification de ses problèmes et dans la planification des stratégies d’intervention. Au Niger, bien que les idées sur le développement local soient encore récentes, un guide national du plan de développement communal a été élaboré et mis à disposition des communes comme outil à la démarche - action. Certaines communes appuyées par certains partenaires de développement se sont déjà dotées d’un plan de développement communal. La Commune Niamey II ne doit pas être en reste. C’’est pourquoi et sur fonds propres, elle a décidé de se doter du précieux document. Des efforts ont été engagés depuis le début d'année visant à l’élaboration de son tout premier plan de développement communal. La démarche telle que prévue dans le guide et
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 15

Plan de Développement Communal___________________________________________________

suivant les principes de l'approche par la base implique toutes les institutions de développement au niveau de commune II et même en dehors suivant les implications et interventions. Avec ce plan de développement, la commune Niamey II, qui est appelée à stimuler le développement dans son espace communal et dans sa ville voudrait faire des bénéficiaires, des acteurs de leur propre épanouissement et avec des stratégies visant à les mettre au centre des décisions stratégiques qui les affectent. Pouvoirs publics et bailleurs de fonds doivent associer de plus en plus systématiquement le renforcement des capacités notamment à travers des tables de concertation pour plus d'efficacité dans les actions. Le chantier de développement communal est donc très vaste. Il existe des potentialités énormes dans les différents secteurs autant productifs, sociaux que culturels, mais également des contraintes en terme de maîtrise et de la compréhension de la mission du développement local. Pour engager un processus de recherche et de mise en œuvre d'un plan d'action à ces différents problèmes, le conseil communal a retenu un consultant avec l'appui de l'AIMF (Association Internationale des Maires Francophones) par son chargé de mission auprès de la Communauté Urbaine de Niamey et sans oublier l’appui et l’assistance technique de l'ensemble de son personnel administratif et technique pour l'élaboration de ce présent plan d'action. Le présent document renferme deux grandes parties:
-

Le bilan diagnostic communal ; Et la planification

L’élaboration du diagnostic s’est basée sur une approche participative qui a permis de faire ressortir les interactions entre les besoins de la commune et de ses habitants et leur capacité d'usage, de gestion et d'entretien des équipements et des espaces. L’élaboration du diagnostic communal s’est déroulée en quatre (4) étapes successives. 1- les travaux préparatoires Cette étape a commencé par la concertation entre les tous les acteurs chargés de la mission. La concertation a permis d’examiner les termes de référence afin de dégager une compréhension commune des objectifs à atteindre. Ensuite un premier document de montage du document a été présenté à l’assistance, discuté et mis au point et a servi de base pour l’atelier de lancement qui s’est tenu le 15 Août 2008 sous la présidence de Madame le Maire de la CUN II, présidente du Conseil Communal assistée du premier Vice
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 16

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Maire, du Secrétaire Général, du Chargé de mission AIMF/CUN et des chefs de services. Ledit atelier a marqué le lancement officiel de l’étude. 2- la collecte des données Un plan de collecte des données a été élaboré par l’équipe, discuté et amendé avec les responsables désignés par la commune pour le suivi de la mission. Ce plan de collecte a permis de disposer de données qualitatives et quantitatives à travers :  La recherche documentaire auprès des services identifiés ;  Le diagnostic communal auprès de l'ensemble du personnel technique communal ;  Les entretiens guidés avec les responsables des services ciblés ; Le diagnostic participatif qui a permis de recueillir les avis des populations pendant quelques jours sur la base d’un guide d’entretien en présence des chefs de villages et de quartiers et de leur population. Ces entretiens ont été menés par les différents chefs de services de la commune au niveau de 6 zones de regroupement pour l’ensemble des 17 quartiers et village qui composent la commune. La recherche cartographique qui a permis de disposer de la carte IGN de la CUN et de la Commune II, objet du présent diagnostic. 3- L'analyse et l’exploitation des données L’exploitation des données a permis de disposer de deux types d’informations notamment sur: 1. La situation de la commune (localisation, démographie, climat, etc.), les secteurs productifs et sociaux ; 2. L'administration communale et les finances communales et les investissements. 4- la rédaction du rapport diagnostic A partir de la masse d’informations collectées après les recherches, le diagnostic communal et participatif, les consultations des différents chefs de service, les différentes restitutions, il s’en est suivi une capitalisation des informations et malgré quelques difficultés rencontrées notamment la rétention des informations, le présent rapport – diagnostic a pu être monté.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 17

Plan de Développement Communal___________________________________________________

II. Diagnostic communal 2. 1. Présentation de la Commune La commune de Niamey II occupe la partie centrale de la rive gauche de la ville. Anciennement incluse dans la commune I, son périmètre s’étend sur les deux rives du Gountou Yéna pour une superficie de 17,88 km2 et une population totale de 160.716 habitants selon le RGP/H 2001. 2.1.1. Localisation Elle est délimitée : A l’Est par le boulevard Zarmakoye puis de la route de Ouallam (quartier Issa Béri, ORTN, Foulani Kouara); A l’Ouest par la radiale de l’Azawak (dans le prolongement des rues de Gawèye et Kalley, excluant le grand marché); Au Nord par les limites du canton de Karma; Au Sud par le fleuve Niger (convergence de ses frontières au niveau du pont Kennedy).

La commune est principalement reliée au reste de la commune du Nord au Sud par les deux radiales la délimitant ainsi que par le boulevard structurant du Zarmaganda (route de Ouallam) et d’Est en Ouest par les boulevards de l’indépendance, de Mali béro, Bawa Jan Gorzo. Carte n˚ Niamey 1: Présentation de la Commune dans la région de

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 18

Plan de Développement Communal___________________________________________________

R P B IQ E D N E E U L U U IG R
to dibia p lh n eu
# # #

#

K g on ou G g on a B sey Ba ou os ng
## # # ### # #

N

K g on ou G d an a

K g on ou Sa a Ko m ri ira

G ay K oira
#

S d re p ulh ou ou e

#

K g on ou Z arm a e ag nd y

#

S d re ou ou

C M U E II O M N C M U EI O M N

C R E A M IS R T E A T D IN T A IV D L R G ND N M Y E A E IO E IA E

#

T n o dibia

C M U E III O M N

#

G ag ura ab o

#

K sey os

S a G ro ag o u1
#

L G N E E E D

lo ssa g n u ou go
#

S a G ro ag o u3
# ## # ## # # # # # # # #

K sey os
#

L c lite o a

# ## # # #

# ## # # # ## # # # # ## # # #

# ## # #

N in g n u e i ou go

S a G ro ag o u2

#

G gu ll an e
#

K rte ou re
#

K ay ar el

D iam rey io
#

L ite a m is tiv im d in tra e
N dire o

C M U E IV O M N

F u e le v
S u ag ia

C M U EV O M N

# # # #

S a g urm ag o a

#

S a b nd ag a a
#

#

G oro kire u y

3

0

3

6 K m te ilo e rs

p rc lla a e ire

Source : Cellule d’Adressage/CUN

2.1.2. Les données physiques Le territoire de la Commune Niamey II est situé sur un plateau dont l’altitude moyenne est de 250 m environ. Ce plateau présente une surface relativement plate dans son ensemble et est marquée par deux (02) grandes ruptures : le Goutou Yéna et la Vallée du Fleuve Niger. La vallée du fleuve quant à elle est une étroite falaise longeant le fleuve Niger du quartier Kombo au rond point Kennedy sur une distance d’environ 1Km ; au nord du fleuve l’altitude ne dépasse guère 190 m. A) Situation géographique La ville de Niamey est située au Nord-Ouest du Niger. Elle est bâtie sur les rives du fleuve Niger qui la traverse sur environ 15 km constituant ainsi l'élément structurant de son paysage. Érigée en Communauté Urbaine en 1988, elle se situait entre les parallèles 13°35 Nord et 13°24 Sud et les méridiens 2° et 2°24 Est. Elle s'étendait alors sur 14 Km d'Est en Ouest et 10km du Nord au Sud. Depuis 2001, à la faveur de la Décentralisation, Niamey a vu ses limites s'étendre à d'autres villages environnants sans toutefois que cela ne se traduise en termes de coordonnées géographiques.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 19

Plan de Développement Communal___________________________________________________

B) Relief La situation de la ville s'étendant de part et d'autre du fleuve a créé une dissymétrie qui s'observe à deux points de vue (1). Du point de vue topographique sur la rive gauche la ville est un plateau de 250m d'altitude moyenne qui surplombe le fleuve par une falaise de 40m. Ce plateau est scindé en deux par un talweg, le Gountou - Yéna. Alors que la rive droite est constituée d'une série de terrasses et cuvettes inondables par endroit avec une altitude moyenne de 185m. Au point de vue géologique l'opposition entre les deux rives est encore plus frappante. Sur la rive gauche, à l'exception du sous plateau de l'aéroport constitué par une carapace latéritique, ce plateau est composé de terrains perméables tandis que sur la rive droite, on distingue deux terrasses s'emboîtant l'une dans l'autre. La première toujours hors d'eau est constituée de bandes quartziques que recouvrent de minces pellicules de sable éolien permettant un bon drainage. La seconde est très argileuse en surface, ce qui donne des sols hydro morphes lourds et très collants. C) Sols Le Schéma Directeur d'Assainissement de la ville de Niamey (1980) distingue trois grands types de sols: La zone infiltrable : Il s'agit de la couverture sableuse sur le plateau qui s’étend sur la grande partie de la zone urbaine en rive gauche. La zone de carapace : Elle affleure à l'Est de la ville à 220m et 200m au sud de la route de Dosso et le long de la corniche. Elle est constituée par des conglomérats de galets de quartz cimentés par une matrice ferrugineuse. L'infiltration n'est pas possible. La zone des dépôts alluvionnaires : Elle comprend la terrasse III sur la rive droite. Située à 186m, elle est composée de sable fluviatile gravillonneux et de graviers à la base. Ces sols présentent une bonne perméabilité. Le bas-fond de la vallée du fleuve et du Gountou-Yéna. Les sols sont constitués de matériaux permettant l'infiltration mais ils présentent une nappe trop proche de la surface.

1

A.H.SIDIKOU : Thèse de Doctorat géographie Niamey : Étude de géographie socio-urbaine 1980

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 20

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Photo : Une vue du Gountou Yéna avec ses plans de salades arrosées avec des eaux polluées, vecteur de maladies

D) Réseau hydrographique A Niamey, comme dans tout le Niger, le niveau des précipitations combiné au phénomène d'évaporation ne permet pas l'existence de mares permanentes. Les eaux de surface se résument au fleuve Niger. Ce dernier prend sa source au Fouta Djallon en Guinée, long de 4200km, il traverse le pays sur 550km du nord au sud. Au niveau de Niamey, il draine une importante superficie d’environ 15 kilomètres. Il est alimenté en territoire nigérien en amont de Niamey par trois affluents que sont le Gorouol, le Dargol et la Sirba. Le fleuve Niger assure la quasi-totalité de l'alimentation en eau de la ville de Niamey. Quant aux eaux souterraines, elles se localisent dans deux ensembles lithogiques distincts. Les nappes phréatiques des roches sédimentaires. Elles sont peu profondes et au nombre de deux (2). La première localisée dans les réservoirs argileux du Continental terminal et la seconde dans les alluvions récentes du fleuve. Les nappes profondes dans les formations imperméables du socle à une profondeur moyenne de 65m avec un débit moyen de 4,6m3/heure. E) Climat Le climat de type sahélo soudanien de Niamey est caractérisé par deux saisons: la saison sèche et la saison pluvieuse. La saison sèche d'octobre à mai durant laquelle souffle l'harmattan, vent sec de secteur Nord-Est à Est. Cette période se subdivise en trois sous périodes. De novembre à février, on a une saison sèche et froide avec des températures moyennes n'excédant pas 20°. Cette période contraste avec les fortes chaleurs des mois de mars, avril et mai, où les températures maximales moyennes sont de l'ordre de 45°C.
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 21

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Enfin, une période correspondant au mois d'octobre caractérisée par des températures de l'ordre de 37°C. La saison des pluies de mai à septembre, règne de la mousson, vent humide et régulier de secteur Sud-Ouest, à Sud Sud-Ouest. Niamey, reçoit, en moyenne 592mm de pluie annuellement particularité en 2007 où on a enregistré prés de 700 mm. avec cependant une

F) Végétation Au point de vue de la végétation, Niamey appartient à la bande sahélienne caractérisée par une alternance de savane arbustive claire et de brousse tigrée. Mais l'extension de la ville a occasionné la transformation de son couvert végétal. Utilisée comme combustible et bois de construction, la végétation spontanée a pratiquement diminué à hauteur de 70% sur un rayon de 50km autour de Niamey. Dans la partie urbaine, on constate une végétation anthropique, constituée par la "ceinture verte" qui s'étend sur 2 500 hectares, des petits cordons arborés, des plantations d'arbres fruitiers le long du fleuve et de la vallée du Gountou - yéna, des plantations dans les concessions ou en bordure des avenues et enfin, quelques jardins publics et espaces verts aménagés par les municipalités.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 22

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Source : Cellule d’Adressage/CUN

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 23

Plan de Développement Communal___________________________________________________

2.1.3. Les données démographiques A) La Population Elle était de 160.716 habitants dont 81.333 hommes et 79.383 femmes en 2001 selon le RGP 2001. Elle a été évaluée à 191 800 pour l’année 2007. Les chiffres de population du village rural de Gorou Béri n’ont cependant pas été communiqués, lors du recensement de 2001, ce village n’étant pas inclus dans le périmètre de la communauté urbaine de Niamey. Les estimations de populations se sont basées sur les données du recensement de 2001 et l’exploitation des photographies aériennes. Le calcul des taux d’accroissement ont été déclinés pour chaque type de quartier. La moyenne du taux d’accroissement de la commune II s’élève à 4,46 soit prés de 4,5 % annuellement. Il correspond au taux d’accroissement global de la communauté urbaine. Afin de tenir compte des différentes dynamiques d’urbanisation en cours dans les quartiers, il n’a pas été appliqué uniformément à l’ensemble des quartiers. B) Population et densité Ainsi, les taux d’accroissement ont été fixés, suivant la typologie établie à 2,8% pour les quartiers de type traditionnels, 5,5 % pour les quartiers périphériques résidentiels et 4,5% (moyenne de la commune pour les quartiers mixtes et spontanés. Les quartiers résidentiels enregistrent des faibles taux d’accroissement fixés à 1%. Tableau n˚ 1 : Population de la Commune selon l’adressage
Commune Typologie Résidentiel Noms Issa Béri Nord faisceau et lazaret Périphérique résidentiel Banifandou I Foulani Koira Mixte QUARTIERS URBAINS Mixte Traditionnel Traditionnel Traditionnel Traditionnel Quartier spontané Total population urbaine TOTAL CUN II Koira me ORTN Niamey Bas Liberté Lazaret Boukoki Koira Tégui (Foulani Koira) Population 4000 9800 21000 12000 21000 2500 4900 18500 37800 38500 21800 191800 191800 Densité brute 28,0 36,3 141,2 102,6 135,5 25,5 50,0 370,0 239,2 300,8 79,0 Densité réelle 40 62 et 30 de 100 à 150 80 150 40 200 400 250 320 90

Source : Population adressage 2007 Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 24

Plan de Développement Communal___________________________________________________

2.1.4. Les activités économiques Les activités économiques des populations de la commune sont assez diversifiées et concernent à des degrés variables tous les secteurs. Les principales sont par ordre d’importance : le commerce général et informel, l’industrie, l’agriculture et l’élevage. Les activités piscicoles et agropastorales constituent des activités réservées à une faible proportion de la population constituée d’autochtones et de quelques fonctionnaires installés depuis longtemps. Elles se pratiquent parallèlement à une activité fixe et principale. Les principaux pôles d’activité sont constitués des marchés Katako, Tourakou et la zone du petit marché. Les grands marchés publics exercent une forte attraction des activités, les commerces « spontanés/informels » qui concurrencent les commerçants établis. L’essentiel des activités commerciales demeure cependant dans le secteur informel. Les emplois commerciaux ne représentent que 2,1% des emplois formels, contre 25% pour le secteur informel. L’enquête 1.2.3 réalisée en 2002 dans la Communauté Urbaine de Niamey a estimé le niveau du revenu par secteur d’activité et suivant leur statut légal. Il révèle de fortes disparités entre secteurs, mais également à l’intérieur d’une même branche d’activité. Les revenus moyens issus du secteur informel sont de 35.400 FCFA, contre 112.700 FCFA pour les salariés du secteur privé formel. Les secteurs formels commerciaux et institutions bancaires (Sonibank, BCEAO, Ecobank, BIA…) sont présents sur le territoire de la commune. 2.1.5. Les acteurs du développement de la Commune Le développement communal doit être conséquent par la mise en synergie de l'ensemble des forces partant des atouts communaux aux partenaires techniques et financiers en passant par les ONG/associations et groupements. Ceci permet de pallier les insuffisances du processus de décentralisation qui n'est pas suffisamment accompagné par l'Etat. Au regard des besoins croissants, il aurait toujours fallu des partenaires de développement plus efficaces dans les interventions. La commune est couverte par des ONG/AD intervenant dans différents domaines dont les principales sont : Oxfam Québec, Unicef, SDSA, Thiébon, CARE, UNICEF, PSPR, PRAHN, CARITAS, AMA, MAGMA, ANACI, FONDATION R.FOLLEREAU. Il est à préciser que quelques zones bénéficient largement de l’intervention de ces ONG/AD. Ainsi, la zone de Boukoki est couverte par des ONG/AD dont CARE, UNICEF, PSPR, PRAHN, CARITAS, AMA, MAGMA, ANACI, Fondation Raoul FOLLEREAU, PAC et des associations (aveugles, élevage, ordures/Bepha).
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 25

Plan de Développement Communal___________________________________________________

La zone de Lazaret avait été appuyée par le PAC (Programme d’Actions Communautaires) dans son volet embouche (ovine et bovine) et par AQUADEV. Il est à préciser que le PAC avait exercé des activités dans le cadre du ramassage des ordures ménagères (50 poussepousse), la formation des femmes-relais, l’alphabétisation. Problèmes généraux et communs aux ONG et des PTF
-

-

Manque de coordination entre les différents acteurs de développement ; Dispersion des interventions ; Manque de collaboration avec les services étatiques en charge des activités qu’elles mènent ; Rareté de rapports d’activités ; Rétention de l’information par les ONG ; Absence de transparence dans l’exécution des activités sur le terrain.

Solutions
-

Implication des ONG/AD dans toutes les actions de développement ; Mise en place d’un réseau de financement ; Mise en place des tables de concertation devant regrouper tous les acteurs ; Organisation et coordination des interventions au niveau communal.

2.2. Etat des lieux du développement de la Commune L'état des lieux de la commune concerne les secteurs productifs et sociaux. 2.2.1. Les secteurs productifs Les activités agricoles et d’élevage se pratiquent sur une grande partie de la surface de la commune (zone urbaine et lit du Gountou Yéna). N’ayant pas d’accès direct au fleuve, les activités liées à la pisciculture sont limitées à la commercialisation du poisson. On aura dans cette partie d'autres secteurs tels que l'artisanat, les activités génératrices de revenu, le tourisme, l'hôtellerie et la communication. A) L’agriculture Les cultures céréalières sont pratiquées sur les terres peu fertiles du nord - est de la commune. Les terrains agricoles sont acquis par héritage, achat ou prêt. Les habitants autochtones des hameaux ou historiques (quartier Maourey) sont propriétaires d’une grande partie des exploitations agricoles. L’agriculture demeure essentiellement traditionnelle et ne fournit que de faibles rendements destinés à l’autoconsommation avec comme principales spéculations le mil, le sorgho, le maïs, etc. C’est une agriculture de subsistance et les superficies exploitées sont en constante régression du fait de l’extension continue de l’espace urbain.
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 26

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Tableau n˚ 2 : Production/rendement Commune Niamey 1 et 2 (2007) Culture Superficie Rendement Production
Source : SDA/CUN II

Mil 5099 ha 491 kg/ha 2504 tonnes

Sorgho 2115 ha 182 kg/ha 385 tonnes

Riz 55 ha 1450 kg/ha 80 tonnes

Arachide 97 ha 458 kg/ha 44 tonnes

Niébé 3004 ha 149 kg/ha 448 tonnes

Selon le Service Communal du Développement Agricole, la commune compte seulement un hameau agricole. Le maraîchage est largement pratiqué dans le lit du Gountou yéna, autour des forages et des mares semi permanentes. La production locale dont les spéculations les plus importantes sont : la tomate, le chou, la carotte, l’oignon, amarantes, gombo, laitue, moringa, le maïs sont revendues sur les principaux marchés de la ville. Elles garantissent une partie de la demande et génèrent des revenus importants pour l’économie communale. Certains fruits tels que bananes, mangues sont importés des pays limitrophes (Nigéria. Burkina, Mali, etc.). L’arboriculture (manguiers, agrumes goyaviers) est également pratiquée dans les berges du fleuve et dans les zones présentant de bonnes conditions hydrographiques. On retrouve également une culture saisonnière de céréales (sorgho et surtout mil) dont la récolte est dans la plupart des cas entièrement destinée à la consommation de la famille. Problèmes:
-

Difficultés de production et de commercialisation des produits agricoles Insuffisance de banques céréalières ; Sols lessivés ; Manque de terres et d’intrants ; Manque d’appui financier; Manque d’encadrement technique ; Attaques de cultures par les insectes ; Inorganisation des producteurs ; Cherté des intrants agricoles.

Conséquences :
-

Rendements faibles ; Insuffisance alimentaire.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 27

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Solutions :
-

Traitement des koris notamment le Gountou Yéna Création de coopératives des maraîchers ; Création de banques céréalières ; Dotation en matériels aratoires pour l’initiation à la culture attelée ; Vente subventionnée d’intrants ; Ravitaillement en intrants agricoles et produits phytosanitaires ; Equipement en UCA ; Appui à la production ; Encadrement et formation des producteurs ruraux ; Récupération des sols par des actions CES/DRS.

B) L’élevage L’élevage des bovins, ovins et caprins est pratiqué sur le territoire de la commune II en zone rurale, et ponctuellement urbaine dans les quartiers spontanés ou périphériques. L’activité souffre de l’absence d’aire de pâturages dans le périmètre communal et de couloir de passage adéquat. Une antenne vétérinaire existe à Lazaret, complétée par une clinique vétérinaire. La commune dispose du plus important marché à bétail de toute la CUN mais son niveau d’équipement s’avère être insuffisant. Le secteur souffre par ailleurs du manque d’infrastructures, pourtant il présente de nombreuses opportunités (notamment le fort potentiel de commercialisation du bétail) et mériterait des investissements complémentaires. Tableau n˚3 : Infrastructures pastorales Quartiers Lazaret Tourakou
Source : Entretiens

Nature Antenne vétérinaire Marché à bétail

Observations Comprenant une clinique A aménager

Dans le domaine de l’élevage, la zone quoique non pastorale abrite le plus important marché de bétail de la région (Tourakou), toutefois il y a la pratique de l’élevage de cour par les populations et qui se limite à celui de caprins, de bovins en petit nombre, la volaille. Problèmes :
-

Diarrhée chez les petits ruminants ;

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 28

Plan de Développement Communal___________________________________________________ -

Amaigrissement du gros bétail ; Tarissement des puits ; Ensablement des mares; Manque de couloirs de passage ; Manque d’espaces pastoraux ; Manque de suivi vétérinaire ; Vol ; Sachets plastiques ; Existence d’associations d’éleveurs non opérationnelles ; Divagation des animaux ; Manque d’appui au secteur.

Solutions :
-

Mise à disposition des aliments à bétail (sel à lécher, son); Embouche ; Création de couloir de passage ; Création d’espaces pastoraux ; Ravitaillement en intrants ; Interdiction des sachets plastiques ; Fourrières pour parquer les animaux errants ; Suivi régulier du cheptel (vaccination) ; Appui technique et financier.

C) Le commerce et les équipements marchands Avec sept (7) marchés au sein de son territoire, la Commune concentre le nombre le plus élevé d’équipements marchands de l’agglomération. Ils se répartissent entre cinq (5) principaux marchés d’importance d’agglomération et deux(2) marchés de quartiers.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 29

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Tableau n˚ 4 : Equipements marchands
Noms Nom des marchés Aire d'influence Tourakou ferraille ville Type de marché marché de gros/spontané marché de gros/organisé Nombre de boutiques 85

Kouara Me

Tourakou bétail Banifandou Foulani Kouara marché Dar es Salam (poisson) marché de Boukoki marché de lazaret

ville

296 92

ville

Marché de gros et détail marché de détail/spontané marché de détail/spontané marché de gros et détail/organisé marché de gros/spontané

392

Boukoki

quartier

268

Lazaret Niamey bas (Maourey, Zongo Parcs des sports

quartier

154

petit marché

ville

1346

Katako

ville

3082

Source : Audit communal et service domanial

Le village de Gorou Béri ne dispose pas de marché. Les activités se limitent à la vente des produits du jardinage et de l’embouche. Il est à souligner que d’importants commerces de rue existent dans les quartiers de la commune aux alentours du grand marché. Quelques problèmes ont été identifiés la difficulté d'expansion des activités économiques, l'insalubrité dans les marchés, la difficulté d'accès aux crédits et la prépondérance du commerce informel. Problèmes :
-

Exiguïté du petit marché ; insalubrité accrue ; Marché et commerce informels; Manque d’encadrement des acteurs ; insuffisance d’établissements bancaires ; Insécurité dans les marchés.

Conséquences:
-

Baisse du taux de recouvrement ;

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 30

Plan de Développement Communal___________________________________________________ -

Frein de l'entrepreneuriat et du leadership ; Insécurité ; Sous - développement.

Solutions :
-

Reconstruction du petit marché en immeuble à plusieurs niveaux ; Sensibilisation des occupants à la salubrité des milieux ; Assurer la sécurité des lieux ; Création et équipement d’un marché moderne ; Modernisation du marché (clôture, électrification, assainissement); Encadrement des acteurs.

D) Activités Génératrices de Revenus (AGR) L’entrepreneuriat, la création d'activités génératrices des revenus est surtout l'apanage de certains jeunes et groupes des femmes. Cette réalité s'observe dans la commune avec des activités telles la tontine, les microcrédits, la transformation de quelques produits agricoles, etc. Cette activité est une source d'expansion de la commune qui verra augmenter son assiette fiscale au regard du nombre émergent qui s'exercent sur son territoire. Des communes soutiennent soutenir l'initiative de créativité et d'émergence des AGR au niveau local. Au Village Gorou Béri, on dénombre un moulin à grain et une décortiqueuse au village. Les activités pratiquées sont l’embouche la fabrication d’huile et le savon de neem. On dénombre quelques moulins à grains en quantité insuffisante à Dar es Salam. Dans d'autres zones, les activités telles le petit commerce, la coiffure, la couture sont fortement répandues. Ce secteur est confronté à des problèmes énormes dont les majeurs sont ainsi présentés: Problèmes
-

Stigmatisation des personnes handicapées ; Ralentissement des activités du fait de la pauvreté ; Cherté de l'électricité ; Problème de maintenance des moulins et décortiqueuses ; Difficultés d’accès aux crédits ; Manque de comité de gestion ; Manque de formation en vie associative et AGR.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 31

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Conséquences
-

Délinquance juvénile (toxicomanie) ; Insécurité (vol, viol, attaques….) ; Augmentation du degré de vulnérabilité.

Solutions:
-

-

Formation des jeunes et création de centres d’apprentissage pour jeunes (garçons et filles) ; Education au changement de mentalités ; Formation en vie associative et en AGR ; Négocier avec les syndicats pour empêcher leur dictat; Création d’un service d’élevage ; Création d’une BAB (banque d’aliments pour bétail) ; Extension réseau électrique ; Augmentation des fonds de roulement alloués aux handicapés ; Faciliter l’accès aux crédits à travers les structures de micro finance; Encadrement des femmes et allègement des tâches féminines ; Diversification des AGR ; Prévoir une cartographie de ces activités pour une bonne visibilité et une fiscalité efficace.

E) Aménagement des espaces urbains  L’aménagement du marché de Dar Es Salam Le site du marché de Dar es Salam est contraint par l’existence d’un important phénomène de ravinement du Kori. Une opération ponctuelle de protection des berges du kori pourrait permettre de prévenir l’aggravation de l’érosion sur le terrain du marché.  L’équipement de l’extrême nord de la commune L’extension urbaine de la commune se réalisant au Nord est de la commune (lotissement de Dam Zam Kouara, des Députés) et devrait accueillir plus de 40 000 habitants supplémentaires (hypothèse de 130 hbts/ha). L’équipement de cette zone apparait donc nécessaire à moyen terme notamment en adduction d’eau, écoles pour Dan Zam Kouara et en écoles et marché pour la cité des députés.  Le réaménagement des marchés existants L’autogare de Tillabéry qui connaîtra un transfert sur le territoire de la commune 1. Le projet identifié dans le cadre de l’étude d’un programme prioritaire d’équipements urbains
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 32

Plan de Développement Communal___________________________________________________

visait à améliorer l’organisation des activités marchandes et de transport sur l’ensemble de la zone. Il prévoit dans la pointe Ouest du site le réaménagement de l’autogare et l’amélioration de la circulation et du drainage des grands ilots composant le marché. Il est envisageable le transfert de l’autogare de Ouallam à l’actuel emplacement de celle de Tillabéry, une fois son déplacement sur le territoire de la commune 1 devenu effectif. Le réaménagement du marché de quartier de Lazaret prévoit des boutiques, la réalisation de la voirie et des ouvrages du drainage sur financement AFD. Le réaménagement du bosquet des Nations Unies par la création d’un parc de jeux pour enfants (Kermesse). Le réaménagement du pourtour du Gountou Yéna parallèle au boulevard de l’indépendance (entre Katako et le palais des sports et la construction des kiosques métalliques démontables mais également le terrassement des voies du marché de Dar Es Salam et sa clôture avec le placement des kiosques aux alentours. Enfin ériger une grille montée sur un petit mur de clôture pour le petit marché. F) Artisanat La commune dispose un grand musée national où sont pratiquées toutes sortes d’artisanat (maroquinerie, poterie, menuiserie). Les populations rencontrées n’ont pas évoqué lors du diagnostic participatif les problèmes que connait le secteur. Un artisanat de subsistance est pratiqué au village et consiste au tissage de nattes. Le secteur a bénéficié du crédit octroyé par l’Unicef. On retrouve également d'autres centres multifonctionnel où sont pratiquées toutes sortes d’artisanat (maroquinerie, poterie, forge, teinture, couture, menuiserie, etc.) et de confection de grillage, des serpillères, des chaises par des handicapés locomoteurs, etc.). Le secteur bénéficie du soutien de plusieurs ONG dont Caritas, PRAHN, Raoul Follereau, Koulawa et PRAHN. G) Tourisme, hôtellerie et communication a) Les activités touristiques et hôtelières La commune renferme d’importantes potentialités touristiques et hôtelières. On note l’existence d’un des plus grands musées de l’Afrique Noire ; celui-ci regorgeant entre autres de presque toutes les espèces fauniques (animaux sauvages et domestiques,
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 33

Plan de Développement Communal___________________________________________________

aquatiques ou non, oiseaux, insectes, etc.…).On dénombre sur le territoire de la commune II sept (6) importants complexes hôteliers et touristique dont le musée national Boubou Hama. Ce musée est unique en son genre dans la sous région et sa renommée dépasse les frontières nationales. Ces équipements sont tous implantés au sud de la commune et le tableau ci-dessous donne leur situation. Tableau n˚ 5 : Equipements hôteliers
Localisation Maourey Zongo ORTN ORTN ORTN Banifandou I Source : Entretiens Noms Maourey Gawèye AFRICA HALL OASIS PHENIX ARC EN CIEL Observations/Catégorie Trois étoiles Quatre étoiles Trois étoiles Trois étoiles Trois étoiles Deux étoiles

b) Moyens d’information et de communication En matière de communication, la commune dispose de plusieurs stations de radio dont une publique (VDS), une privée (Ténéré) trois chaînes de TV dont deux chaînes de TV publiques (TSA et TAL) et une privée (TV Ténéré). En ce qui concerne la presse écrite, le territoire communal est couvert par tous les journaux de la place de même que tous les opérateurs de la téléphonie mobile avec la prédominance de Zain. On peut également parler des crieurs publics. A l'exception du Village Gorou Béri qui n'est couvert d'aucun réseau de communication 2.2.2. Les secteurs sociaux A) Education La commune compte 3 inspections du 1er degré et 1 inspection secondaire. Il s’agit de :
-

L’inspection de base Ny II ; L’inspection de Base Franco Arabe ; L’inspection des jardins d’enfants et classes maternelles ; L’inspection Secondaire Ny II.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 34

Plan de Développement Communal___________________________________________________

La commune dispose au total de 155 écoles dont 113 écoles de l’enseignement de base, 4 CEG, 1 CES, et de 2 lycées. Ces écoles de l’enseignement de base totalisent 758 classes dont 280 en paillotes avec un effectif total de 33.837 élèves. Les examens scolaires se sont bien déroulés avec des taux de réussite acceptables : CFEPD : 57,54%, CFEP/FA : 65,25% ; BEPC : 36,80% et BAC : 26,76%. Tableau n˚6 : Etablissements scolaires
Niveaux Préscolaire Primaire Secondaire Supérieur TOTAL

Type

Garderie/ Jardins d’enfants

Ecoles primaires publiques 113

Ecoles primaires privées

Medersa

Collèges et lycées

Grandes écoles et université 2

10 Source : Audits urbains de la CUN

10

8

12

155

Cependant le taux de couverture reste très faible par rapport au nombre croissant des enfants scolarisables et étudiants. Le tableau suivant fait la situation du taux de couverture. Tableau n˚ 7 : Taux de couverture des établissements de la Commune
Préscolaire Garderie/ Jardins d’enfants 14% Ecoles primaire s publiqu 70% es Primaire Ecoles primaires privées 30% Total primaires 16% Medersa Secondaire Collèges et lycées 18% Supérieur Grandes écoles et université 17% TOTAL

22%

16%

Source : Audits urbains de la CUN

Son taux moyen de nombre de classes primaires publiques pour 1000 habitants est de 1,81, il se situe en dessous de la moyenne de la CUN de 2,06 classes pour 1000 habitants. a) Jardins d’enfants/garderie

Au nombre global de 10, les jardins sont concentrés dans les quartiers traditionnels et périphériques résidentiels et mixte. Le quartier spontané de Kouaratégui en est totalement dépourvu. b) Ecoles primaires

Les quartiers traditionnels et mixtes apparaissent comme les mieux équipés de la commune II et offrent leur meilleur accès au service. Les quartiers d’habitat mixte profitent d’une moyenne de 2,55 classes primaires publiques pour mille(1000) habitants.
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 35

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Le taux d’équipement des quartiers traditionnels est au dessus de la moyenne de la commune et atteint 1,89, ce qui représente de 55% des établissements. Cette offre est majoritairement publique (80% des établissements scolaires primaires). Les quartiers les plus défavorisés en classe d’école primaire par habitants sont : Les quartiers résidentiels périphériques : le nombre de classe pour mille habitants atteint seulement 1,43 (contre 1,81 pour l’ensemble de la commune), malgré un nombre d’établissements élevés (le deuxième de la commune). L’éducation primaire est assurée en partie par le secteur privé (50% des établissements scolaires), limitant ainsi l’accès à l’éducation pour les ménages les plus pauvres; Les zones résidentielles Issa Béri, aucun équipement scolaire primaire n’a été recensé dans la zone c) Enseignements secondaires et supérieurs

La majorité des établissements secondaires et supérieurs sont situés dans les quartiers traditionnels (centre ville historique) de la ville. Cette partie de la commune rassemble plus de 7 établissements sur 12, ainsi qu’un centre d’enseignement supérieur. La rive droite du Gountou Yéna (quartier Issa Béri) profite d’un seul établissement scolaire.  Prépondérance des classes paillotes Fort est d'observer que les classes des écoles primaires publiques construites en matériaux provisoires représentent 23% de l’ensemble des classes construites. La commune II est particulièrement touchée par la précarité de ses établissements. Près de la moitié des classes primaires (publiques) des quartiers traditionnels sont en matériaux provisoires. Les quartiers traditionnels ont le taux de plus fort de classes en paillotes de la CUN.  Insuffisance de salles de classe et de personnels enseignants Le nombre de contractuels enseignants dans les écoles publiques égale celui des titulaires, la demande en personnels enseignant est extrêmement forte mais reste contrainte par les possibilités de financement de la mairie. Les besoins en classes (extensions) prévues par l’inspection scolaire sont évalués à 9 bâtiments supplémentaires. Parmi les écoles recensées, quatorze ne sont pas équipées de clôture, neuf demeurent sans latrines et onze sont privées d’adduction d’eau. Le manque de gardiens est également signalé par les populations et les chefs de quartiers rencontrés. L'état des lieux démontre que les populations souffrent d'un réel problème qui est la difficulté d'accès à l'éducation.
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 36

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Problèmes :
-

-

Insuffisance des infrastructures scolaires (manque de clôture, insuffisance de salles de classes au primaire et dans les jardins d’enfants); Mauvaise fréquentation scolaire; Mauvaise condition de travail ; Manque de motivation pour les contractuels ; Insuffisance d'enseignants de qualités ; Manque d’électricité dans les écoles ; Prépondérance de classes paillotes dans des établissements ; Insuffisance de latrines dans des établissements ; Incompétence du COGES ; Abandon des postes par les contractuels ; Menace des ordures.

Conséquences:
-

Analphabétisme ; Ignorance ; Mauvais résultats scolaires ; Délinquance juvénile.

Solutions
-

-

Construction de nouvelles salles de classes dans les écoles primaires et jardins d'enfants ; Equipements des classes en matériels didactiques et en tables bancs ; Reconstruction des murs en mauvais état pour certaines écoles; Engagement d’enseignants de qualité en quantité suffisante; Assurer les conditions de travail optimales aux enseignants ; Multiplier les infrastructures scolaires notamment à Maourey; Transformer les classes en paillotes en matériaux définitifs ; Doter les écoles d’adduction d’eau potable ; Suivi des enseignants par les parents d’élèves, le COGES et les autorités en charge ; Préconiser l’enseignement coranique pour les femmes ; Assainissement des cours d’écoles.

Tableau n˚ 8 : Investissements et équipements
Statut Public Nombre écoles 155 Nombre de classes en Paillotes 280 Personnel enseignant 1271

Source : rapport de rentrée 2007/2008, Niamey II Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 37

Plan de Développement Communal___________________________________________________

B) La Santé Le District Sanitaire Ny I comprend 18 CSI (types 1 et 2) et 15 aires de santé fonctionnelles et se compose des communes 1 et 2. Il a un taux de couverture sanitaire de 98%. Les CSI relevant de la commune II sont :
-

CSI Deyzébon et la CNSS couvrant les quartiers Gandatché, Deyzébon, Kombo et Maourey. (Il est à noter que le CSI Deyzébon est un ancien CSI qui date de 1952 et qui ne répond pas aux normes actuelles. Il mérite une réhabilitation). Kombo n’a pas de CSI propre pour sa population.

Tableau n˚ 9 : Equipements sanitaires
Secteurs Mixte Quartiers Kouara Me Banifandou Périphérique résidentiel Foulani Kouara C2 Nord Faisceau / Lazaret Spontané Résidentiel Kouara Tégui Issa Béri Boukoki Traditionnel Lazaret Liberté Niamey bas Total Source : District Sanitaire I Hôpital 1 1 1 1 Maternité /Centre CSI 1 1 2 3 1 1 9 2 3 3 2 20 10 1 1 4 Cases de santé Structures privées 4 1 5 2 1 Pharmacies et dépôts 1 Total 6 2 9 1 7 6 8 2 41

Les habitants de la commune II sont desservis par 41établissements sanitaires. L’offre en structures sanitaire est majoritairement privée (plus de 20 établissements privés contre 12 structures publiques). Hormis la présence de l’hôpital de district, l’accès aux soins est essentiellement assuré par une dizaine de centres de santé de type I et II. Tableau n˚10 : Situation des infrastructures et personnel de santé
Formation sanitaire Maternité Dar-Es-Salam Maternité Boukoki CSI Boukoki Personnel (nombre) 21 24 4 Bâtiments Dur * * * Semi-dur Banco Moyens de transport

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 38

Plan de Développement Communal___________________________________________________ CSI Deyzébon CSI Banifandou CSI Foulani Koira CSI Boukoki CSI Lazaret Source : Diagnostic communal 11 7 10 19 17 * * * * * 1 véhicule en mauvais état

De cet état des lieux, il ressort que les populations sont loin d'être satisfaites et éprouvent des difficultés à l'accès aux soins de santé: Problèmes :
-

-

Insuffisance de produits pharmaceutiques ; insuffisance de maternités ; Non respect de la planification familiale (PDS 2008-2012) ; Insuffisance du personnel auxiliaire fourni par les collectivités ; Insuffisance d’assainissement dans les localités surtout à la périphérie ; Insuffisance de pharmacie au niveau du district de santé ; Insuffisance de matériels techniques ; Insuffisance de formations sanitaires et d’infrastructures (tous les 5 quartiers fréquentent un seul CSI situé à Deyzébon et le centre médical de la CNSS du quartier Maourey; Aucun dépôt communautaire ; Manque de clôture ; Manque de logement pour le personnel de direction ; Insalubrité dans des centres de santé ; Problème de plomberie ; Manque d’ambulance dans les CSI et les maternités.

Conséquences :
-

Fréquence des maladies surtout le paludisme ; Elévation du taux de morbidité ; Prolifération des moustiques ; Population vulnérable.

Solutions :
-

Création des infrastructures sanitaires (PMI, maternité); Préconisation des activités de salubrité publique par la population ; Augmentation du nombre d’agents de santé ;

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 39

Plan de Développement Communal___________________________________________________ -

Réhabilitation du CSI de Deyzébon ; Dotation en produits en qualité et quantité suffisantes ; Création des infrastructures sanitaires (PMI, CSI, maternité) dans tous les quartiers ; Dotation en personnel qualifié ; Approvisionnement régulier en médicaments.

C) Hydraulique La commune II dispose d’un potentiel de raccordement à 50 m qui la situe dans la moyenne générale de l’agglomération. Le réseau d’eau est réparti de manière homogène dans tous les secteurs à l’exception du quartier spontané de Koira Tégui qui reste bien en deçà de la moyenne de la CUN. On distingue en dehors du réseau SEEN, des forages et puits pour l’alimentation en eau de la commune. S’agissant des puits, il convient de souligner que sur le territoire de la commune existent des ressources en eaux souterraines dans les nappes alluviales localisées dans les petits cours d’eau temporaires et parfois d’accès facile (nappes peu profondes) et captées par de nombreux puits de concessions et des puits maraîchers. Il y a six (06) dont un (01) puits maraîcher. Le réseau d’adduction d’eau de la SEEN est dans toute la Commune en dehors de Foulan Koira et le nouveau village (Dan Zam Koira), on dénombre au 31/12/2008 au total 108 bornes fontaines sur le territoire communal. Tableau n˚ 11 : Situation des points d’eau
Ouvrages CUN II Source : Monographie CUN II et SM Châteaux 2 Forages 21 Puits 6 dont 1 maraîcher Bornes Fontaines 108

D) Voirie Globalement, la Commune II compte environ 35,4 km de voirie primaire revêtue dont 28,2 km en bon état qui la classe en position favorable par rapport à la moyenne de la CUN par rapport à l’ensemble des axes primaires mais en deçà de la moyenne si on considère ce linéaire rapporté à la population. En particulier, les liaisons est-ouest des quartiers situés au-delà de Mali Béro sont constituées essentiellement par des voies non revêtues ou des voies revêtues très dégradées ce qui ne permet pas de garantir un bon rabattement des flux sur l’axe principal. En guise d’amélioration, la réhabilitation de certains axes revêtus semble souhaitable pour améliorer la fonction de collecte de ces axes. Cela concerne en particulier la rue LZ 2 du
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 40

Plan de Développement Communal___________________________________________________

quartier lazaret qui draine des quartiers périphériques et traditionnels denses. Le prolongement de ces travaux de réhabilitation en direction du sud (av de l’Ader et de l’Arawak) constituerait un itinéraire de délestage de l’avenue de Zarmaganda qui se trouve à saturation à certaines heures de la journée. Par ailleurs, l’amélioration de la collecte des flux sur Nord Faisceau et lazaret, justifierait que soit revêtu à terme la rue LZ 54. La cité de députés et Dan Zam kouara méritent pour être désenclavés qu’une voie soit tracée pour faciliter la mobilité des populations résidentes.

Photo : Route latéritique menant au marché de Dar Es Salam

S’agissant de l’éclairage public, le linéaire de voirie éclairée (18,2 km de voirie éclairée sur 52,6 km de voirie primaire) se situe au-delà de la moyenne générale (126%) avec une concentration de ce linéaire dans les quartiers centraux: résidentiels et traditionnels. S’agissant des taux d’accessibilité, 66% du territoire de la Commune II se situe à moins de 500m d’un axe revêtu, 83% à moins de 500 m d’une voie primaire revêtue ou non revêtue. A l’inverse, 17% de la superficie des quartiers se situent à plus de 500 m de tout axe primaire. Les questions d’accessibilité restent cruciales pour les quartiers périphériques du nord de la Commune et une amélioration des voies de desserte bordant des quartiers denses comme Lazaret semble souhaitable à terme. De cet état des lieux, il ressort que des quartiers périphériques sont mal desservis et bon nombre de voies sont impraticables. Problèmes:
-

Dégradation des routes par les gros porteurs et par les eaux de ruissellement ;

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 41

Plan de Développement Communal___________________________________________________ -

Ensablement de certaines voies; Divagation des animaux ; Enclavement de certains quartiers et villages ; Voies non éclairées.

Conséquences :
-

Ralentissement des activités ; Inaccessibilité à certains quartiers ; Impraticabilité en saison pluvieuse ; Difficultés de mobilité pour les usagers ; Inondations des concessions.

Solutions :
-

Construire des routes pavées et bitumées ; Sensibiliser la population pour un changement de mentalité ; Dégager tous les objets encombrants et gênants la circulation ; Contrôler tous travaux sur la voie ; Eclairage des voies publiques.

E) Transport Les transports à la Commune II sont tributaires de l’état des voies de desserte des différents quartiers. Certains quartiers connaissent d’importants problèmes de communication liés à l’état des voies tertiaires limitant la mobilité et la fluidité des transports à l’intérieur des quartiers. Problèmes :
-

Insuffisance d’infrastructures routières ; Rareté de moyens modernes de transport ; Dégradation des voies; Impraticabilité de certaines voies.

Conséquences :
-

Difficulté pour le déplacement des populations ; Retard dans les évacuations sanitaires ; Sous développement ; Difficultés de déplacement pour les populations ; Manque de desserte.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 42

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Solutions :
-

-

Désenclaver le quartier Kombo par la création d’une ligne faba ; Réalisation d’infrastructures routières ; Désenclavement et voies de communication pour Dan Zam Koira ; Désenclavement et accélération des travaux en cours pour la rénovation des chaussées dégradées ; Aménagement de voies pour promouvoir le transport ; Création d’une gare routière (axe Ouallam).

F) Hygiène et assainissement L’assainissement de la Commune II est réalisé à travers les trois volets à savoir : le drainage des eaux pluviales, l’évacuation des eaux usées et la gestion des ordures ménagères.  Le drainage des eaux pluviales La Commune II installée sur la partie concave de la rive gauche du fleuve est inondable en des nombreux endroits. Le drainage s’effectue à l’aide de caniveaux en béton ou en perré maçonné, des voies pavées et des fossés en terre. Il existe quelques zones de stagnation d’eau à proximité des bras morts du fleuve. Cependant tous les bassins versants de la commune possèdent suffisamment de pente pour un écoulement optimal des eaux de pluies.  Assainissement liquide Il est à noter que le linéaire total de caniveaux se situe légèrement en dessous de la moyenne avec 26 km linéaires sur un total 155 km linéaires fonctionnels que compte la région de Niamey. La Commune II se classe 2ème en termes d’ouvrages (caniveaux) derrière la commune III avec 48 km linéaires et l’état du drainage cache de grandes disparités suivant les zones avec un déploiement du réseau exclusivement sur la partie sud de la Commune en dessous du boulevard Mali Béro. Tableau n˚ 12 : Caniveaux
Commune CUN II Source : Audit urbain CUN Linéaires (km) 26 Observations 17% de la CUN

Au-delà, les quartiers périphériques Foulani Koira, alors qu’ils sont également touchés par les inondations, ne disposent d’aucun moyen de drainage. Cette situation
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 43

Plan de Développement Communal___________________________________________________

reste problématique et incite à ce qu’à mesure de leur densification soit adoptée des solutions de rétention d’eau à la parcelle pour minimiser les coûts des ouvrages publics de collecte des eaux pluviales.

Photo : Un ouvrage en voie de dégradation dans les environs de Lazaret

 Assainissement solide Les moyens de collecte à partir de bacs de 5,5 m3 se concentrent essentiellement dans les quartiers centraux, dans des lieux de passage (marchés). Avec 13 points de regroupement, cette disposition qui veut privilégier la propreté dans les lieux d’activités en négligeant les lieux résidentiels est pour la Commune II un choix dicté par la faiblesse des ressources budgétaires. Il est signalé que le volume d’ordures ménagères produites sur le territoire communal est estimé à 122, 5 m3 par jour alors que la capacité journalière d’enlèvement est limitée à 44 m3 soit 22, 85%. Tableau n˚ 13 : Bacs à ordures
Commune Dépotoirs Dépotoirs HYSACAM 7 (9 m ) 120
3

Poly- benne

Services d’enlèvement

Commune Niamey II Total Région Source : Service technique communal

12 75

1 9

6 20

Sur les 75 dépotoirs que compte la CUN, la Commune II dispose de 12 km linéaires soit 16% de l’ensemble, ce qui la classe en troisième position après les communes I et V qui en compte respectivement 27 et 15 pour le dépôt de leurs ordures. En ce qui concerne les services d’enlèvement, la commune compte 6 sur les 20 répertoriés pour toute la CUN. Il

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 44

Plan de Développement Communal___________________________________________________

est à souligner que la commune est liée par un contrat avec Bepha qui l’appuie dans le cadre de la salubrité. La nouvelle société d’enlèvement des ordures (HYSACAM) compte 7 containers de 9 m3 sur le territoire communal sur les 120 existants (tous volumes confondus) dans la région de Niamey. Comme dans la plupart des autres communes, l’amélioration du service est conditionnée par une augmentation du nombre de points de collecte ainsi qu’à une meilleure répartition sur le territoire. Sans même présager d’une nouvelle organisation de la collecte, ceci ne pourra s’envisager sans un effort budgétaire supérieur de la part de la Commune et de la CUN en parallèle. L'état des lieux sur le territoire communal en matière d'hygiène et assainissement présente plusieurs problèmes. Ces problèmes du point de vue de l'intensité varient d'une zone à l'autre. Le village de Gorou Béri par exemple ne dispose d’aucun ouvrage d’hygiène et d’assainissement tandis que dans certains quartiers tels que Boukoki 1-2-3, Djeda et Tourakou, on retrouve:
-

-

Quelques toilettes publiques dans la zone dont : 6 pour les 3 Boukoki, 2 à Tourakou, 2 à lazaret, 1 à Kouara Tégui et 1 à Djeda ; Des latrines dans des ménages ; Un nombre insignifiant de caniveaux (3) à Boukoki ; Un service d’enlèvement des ordures ménagères dans la grappe de Wafakoye.

A Lazaret, Banizoumbou II et Banifandou I Chaque ménage dispose d’une latrine, sauf dans les concessions en paillottes. Enfin à Dar es Salam, il existe de trois (3) toilettes publiques au marché et 95% de parcelles loties disposent de latrines. Les problèmes observés sont l'insalubrité et l'écoulement des eaux par-dessus les voies publiques, ce qui empêche la libre circulation des personnes, dégrade l’environnement et favorise la persistance de certains microbes, vecteurs de maladies dont le paludisme. Problèmes:
-

Inefficacité du système actuel de gestion des ordures ménagères ; Manque de cadre de concertation des partenaires du volet assainissement ; La non vulgarisation du code d’hygiène publique ; La non application de la stratégie communale d’environnement urbain ;

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 45

Plan de Développement Communal___________________________________________________ -

L’inexistence de cartographie sur la nappe phréatique ; L’écoulement des eaux dans les rues ; L’insuffisance des caniveaux et le manque d'entretien pour ceux existants; L’insuffisance des toilettes publiques ; L’érosion ; La prolifération des dépotoirs sauvages ; L’inefficacité du système mécanisé actuellement utilisé entrainant une lourde charge sur le budget des collectivités.

Conséquences :
-

La prolifération des moustiques et des parasites ; L’augmentation des maladies dues aux parasites ; La souillure des puits par les eaux d’infiltration des WC; La contamination de la nappe ; La souillure de l'atmosphère.

Solutions :
-

-

-

-

Privatiser la pré-collecte ; Créer une décharge publique ; Impliquer les structures privées dans la collecte, le transport et le traitement des déchets solides ; Créer une structure communale chargée de l’aspect hygiène et assainissement ; Réhabiliter la police sanitaire chargée de l’application du code d’hygiène publique sur le terrain ; Réhabiliter la station d’épuration (autogare Tillabéry) et créer un système de collecte des eaux usées du centre-ville ; Mettre l’accent sur la sensibilisation de tous les acteurs ; Avoir une situation de la nappe phréatique sur l’étendue de la région de Niamey ; Curage des caniveaux ; Construction de nouveaux caniveaux et entretien régulier ; Mise en place des bacs à ordures ; Construction de latrines familiales.

G) Energie S’agissant de l’éclairage public, le linéaire de voirie éclairée (18,2 km de voirie éclairée sur 52,6 km de voirie primaire) se situe au-delà de la moyenne générale (126%) avec une concentration de ce linéaire dans les quartiers centraux, résidentiels et traditionnels.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 46

Plan de Développement Communal___________________________________________________

A l’opposé les quartiers périphériques résidentiels ne disposent que de très peu d’éclairage public sur les axes primaires avec un pourcentage de 12% du total de linéaire de voirie. La réhabilitation de certains axes routiers devrait être accompagnée du renforcement de l’éclairage public avec l’adjonction de nouvelles lignes. Ce serait notamment recommandable pour la rue LZ 2 et les avenues de l’Ader et de l’Azawak. Le taux de couverture électrique de la Commune II se situe globalement de 15% en dessus de la moyenne générale de l’agglomération, ce qui place Niamey II en avant dernière position parmi les 5 communes. Comme il est prévisible, le secteur résidentiel d’Issa Béri est le mieux équipé en présentant un taux de raccordement au double de la moyenne générale. Les autres secteurs se situent tous en dessous de 15% environ de cette moyenne générale avec une exception notable d’un taux de raccordement de seulement 14% pour le quartier spontané de Koira Tégui. Hormis ce dernier secteur, dont le taux de raccordement est l’un des plus faibles de l’agglomération, les conditions de raccordement dans la majorité des quartiers ne dépendent que de la capacité financière des ménages à pouvoir s’offrir un branchement. La couverture du réseau basse tension (BT) étant jugé globalement satisfaisante. L’amélioration des taux de raccordement dans le quartier de Koira Tégui dépend d’une politique spécifique d’aide à la connexion pour les plus défavorisés. Il n’est pas dans la vocation de la NIGELEC de consentir des rabais commerciaux sans incitation publique. Problèmes
-

Manque d’éclairage des voies principales ; Sabotage des installations.

Conséquences
-

Vol ; Insécurité dans la zone non éclairée.

Solutions
-

Connexion au réseau de la Nigelec des lampadaires du boulevard Mali Béro ; Encourager la promotion à l’abonnement.

H) Environnement Avec la dégradation croissante de la couche d'ozone due aux effets de serre, les problèmes d'environnement se posent de plus en plus avec notamment la prolifération des sachets plastiques qui envahissent dangereusement les ouvrages rendant l’environnement pollué
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 47

Plan de Développement Communal___________________________________________________

et empêchant l’écoulement des eaux. Dans la commune, on n’en reste pas du moins. Non seulement, il n’y a pas assez d'espaces verts mais aussi des efforts ne sont pas mis en place pour préserver l'espace dégradant (glacis). Il existe sept (7) espaces verts sur le territoire communal à savoir : rond point justice, rond point Hôtel Gawèye, bosquet des N.U, bld Mali Béro jusqu’à la pharmacie plateau, rond point kennedy jusqu’à l’hôtel Gawèye, le monument du petit marché, et l’espace aménagé à Banifandou I. Il existe un nombre indéterminé de points de vente de bois de chauffe, principale source d’énergie des populations de la commune. Problèmes
-

-

Bras du fleuve au niveau des cinq quartiers de la zone ; Prolifération de sachets plastiques ; Fumée due aux différentes sources d’énergie utilisées dans la commune (forgerons de Katako) devenue fléau national; Insuffisance d’arbres sur les plateaux, dans les concessions et infrastructures; Erosion éolienne; Erosion hydrique sur les plateaux ; Contamination de la nappe au niveau de Dan Zam Koira ; Insalubrité accrue (Ordures ménagères) ; Ecoulements de Gountou Yéna.

Photo : Kori menaçant les abords du marché de Dar Es Salam côté Est

Conséquences :
-

-

Erosions hydrique et éolienne ; Faible rendement des cultures (présence de sachets plastiques dans les sols de culture qui entravent le développement des cultures) ; Ensablement des mares ;

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 48

Plan de Développement Communal___________________________________________________ -

Dégradation des terres sur les plateaux ; Pollution de l’environnement ; Ravinement (grand kori de Tourakou) ; Inondations fréquentes.

Solutions :
-

-

-

-

Traitement des koris et des ravins ; Solliciter l’appui des ONG intervenant dans le domaine de l’environnement et la gestion des ordures ménagères; Sensibiliser la population sur le respect des biens publics ; Plantation d’arbres dans les concessions et infrastructures ; Récupération des terres (demi-lune, zai de cultures) ; Protection de la mare à travers des plantations ; Réglementation de l’utilisation des sachets plastiques ; Réglementation de vidange des eaux usées dans la rue ; Création et aménagement d’un espace vert (la voie qui mène du Rond Point Mali Béro au garage Mairie traverse les 3 Boukoki et Djeda) ; Mise en place de système d’évacuation ; Sensibilisation des populations à l’utilisation des énergies de substitution (gaz et charbon) ; Plantation d’arbres pour faire des haies vives (brise vent) ; Valorisation des sachets plastiques (type RESEDA) ; Viabilisation des réserves foncières.

I) Jeunesse/Sports/Culture Il existe plusieurs infrastructures de Jeunesse, de Sports et de Culture au sein de la commune. Certains de ces centres fonctionnent mais avec des activités dépassées qu'il conviendrait de réviser au regard des besoins de la jeunesse d'aujourd'hui. D'autres par contre ont des infrastructures obsolètes et qu'il conviendrait de rénover. Un constat révèle une insuffisance des centres et équipements existants. Ce manque ne permet pas un bon épanouissement et le développement de la jeunesse. Bref aperçu de l'état des lieux et des équipements existants:  Au village Gorou Béri, Il n’existe aucune infrastructure dans le domaine, quoique le football, la natation et la lutte traditionnelle soient pratiqués comme activités sportives ;
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 49

Plan de Développement Communal___________________________________________________

 Existence d’un centre social de formation professionnelle et technique dans la zone de Koira Tégui (Foulan Koira) ;  Existence de maisons de samaria à Boukoki (Boukoki 1, Boukoki 2 et Boukoki 3), Deyzébon, Lazaret, Gandatché;  Existence d’un terrain de sports (Issaka Daboré) à Banifandou I ;  Existence d’un centre de formation sportive et technique (SAGA/SPORTS) à Dar es Salam Au cours du diagnostic participatif, plusieurs problèmes ont été soulevés notamment la difficulté d'accès aux infrastructures culturelles et l'inexistence d'une politique de soutien à la jeunesse dans le cadre de l'entrepreneuriat et au leadership. Problèmes:
-

Insuffisance d’infrastructures de sport et de loisirs ; Absence d’assistance technique ; Manque d’infrastructures sportives, de foyers de jeunes ; Inexistence de maison de culture ; Maisons de samaria abandonnées à Boukoki ; Manque de matériels et équipements ; Manque d’espaces des jeux et activités culturelles ; Manque d’appui et d’encadrement conséquent ; Désœuvrement de la jeunesse.

Conséquences :
-

Retard dans l’épanouissement des populations ; Sous développement de la jeunesse ; Délinquance juvénile et banditisme ; Taux de mendicité très élevé.

Solutions :
-

-

-

Création des centres de jeunesse et réhabilitation de ceux existants (à l'exemple de la maison de samaria) ; Faire des centres de Maourey, Deyzébon et Gandatché en dehors de leurs attributions quotidiennes, des centres d’écoute et d’orientation des jeunes sur les démarches administratives à suivre pour la création des associations et des groupements. A ce niveau, la commune pourra toujours solliciter l’appui technique du Ministère de la jeunesse et des sports ; Création d’un centre d’apprentissage ; Sensibilisation et organisation des jeunes ;

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 50

Plan de Développement Communal___________________________________________________ -

-

-

-

-

Regroupement des jeunes ; Institution d’un forum de la jeunesse de la commune II ; Institution d’un concours de littérature, de maths, de PC dans les établissements scolaires publics et privés de la commune (primaires et secondaires) ; Organisation de tournois sportifs et d’échanges culturels entre les établissements scolaires de la commune (primaires et secondaires) ; Création d’un prix d’innovation et d’originalité pour (jeunes filles et garçons) de la commune dans le domaine de la mode, de la création d’entreprises ou de microprojets) ; Création des bibliothèques et des centres multimédia ; Création des centres de jeunes pour la culture et le sport; Equipement de la bibliothèque du centre des jeunes de Maourey en livres, étages et autres fournitures de bureau ; Facilitation d’accès au crédit aux jeunes/groupements de jeunes porteurs d’initiatives sur la création de petites entreprises, de microprojets, etc.

J) Formation professionnelle et insertion des jeunes Le secteur connaît des difficultés dues pour l’essentiel au chômage des jeunes, ce qui pour conséquence la délinquance de cette frange importante de la population communale. Selon le responsable la création du service communal remonte seulement à mars 2008. Et faute d’informations disponibles, on ne peut considérer que des projets en cours d’élaboration de création d’emploi et d’insertion des jeunes de la commune. 2.2.3. L’administration communale La commune de Niamey II est créée par la loi n°2002-14 du 11 juin 2002 portant création des communes et fixant leurs limites. Le territoire de la Commune II a été créé par le découpage d’une partie de l’ancienne Commune I. Elle est composée de treize quartiers urbains (dont zones d’équipements et villages traditionnels) : Koiratégui - Deyzébon, Boukoki, Issa Béri, ORTN C2, Foulani Koira C2, Koiramé, Banifandou C2, Lazaret, Kouara Tégui (Foulani kouara), Niamey Bas (Maourey, Kombo) , Nord Faisceau et Lazaret et Parcs des sports. Deux opérations de lotissements (Dan Zam Koira, Cité des Députés) ont été menées dans la zone ouest mais ne sont pas encore lotis. Il est à préciser que trois villages ruraux ont été recensés (Bossey Bangou, Kabangou, Gay Kouara). Depuis février 2005 suite aux élections municipales du 24 juillet 2004 la commune est administrée par un organe élu composé de vingt cinq (25) Conseillers élus et deux (2)

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 51

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Conseillers de droit constituant le Conseil Municipal organe délibérant ayant à sa tête un organe exécutif de trois (3) membres le Maire et les deux (2) Adjoints. 2.2.3.1. Les finances communales et le financement du développement L’analyse des finances locales de la commune permet d’évaluer les capacités financières de la commune, de mesurer ses efforts en matière de mobilisation des ressources locales en vue du financement des investissements inscrits dans les programmes annuels de développement de la municipalité. Il s’agira dans cette section d’analyser l’évolution structurelle du budget de la commune II, d’identifier les principaux postes budgétaires responsables de l’évolution des recettes et des dépenses, de mesurer l’effort d’investissement de la commune et d’évaluer les capacités de mobilisation des ressources locales et en particulier les ressources d’investissements à travers la capacité autonome de financement. Il est à rappeler que les fonds d’investissement sont constitués d’une part de 45% des recettes ordinaires de la commune et des contributions des PTF intervenant sur le territoire municipal et autres (vente de parcelles, etc.) d’autre part. Au cours des trois dernières années, les recettes budgétaires de la commune II ont évolué en dents de scie avec une tendance générale à la baisse. En effet, le budget communal s’équilibrait en recettes et dépenses prévisionnelles en 2006 à la somme de 590.529.400 FCFA. Elles ont ensuite évolué pour atteindre la somme de 661.505.118 FCFA en 2007 soit une progression de 8,92 %. A la fin de l’exercice 2008, elles s’établissaient à la somme de 584.154.476 FCFA pour une exécution de 439.998.076 FCFA soit un taux 75,32%. En ce qui concerne les dépenses effectuées, elles se chiffrent à 487.115.819 FCFA soit un taux d’exécution de 83,39 % au cours de l’année 2008. Pour ce qui est des investissements, sur des prévisions de 291.175.308 FCFA en 2008, il est enregistré 226.753.384 FCFA d’exécution soit 77,88 % pour des dépenses d’investissement exécutées de l’ordre 188.467.590 FCFA soit 64,73 %. Dans le présent document et pour les besoins de l’analyse, sont prises en considération les ressources essentiellement propres à la commune (recettes et dépenses ordinaires). Tableau № 14 : Budget de fonctionnement
Recettes Années Prévisions Exécution Taux 2006 590.529.400 380.081.232 64,36 2007 661.505.118 439.528.871 66,44 2008 584.154.476 439.998.076 75,32 Source : Commune Niamey II – Extraits Budgets exercices 2006 à 2008 Prévisions 590.529.400 661.505.118 584.154.476 Dépenses Exécution 393.533.425 395.432.244 487.115.819 Taux 66,64 59,77 83,39

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 52

Plan de Développement Communal___________________________________________________

D‘après le tableau ci-dessus, les recettes évoluent en dents de scie au cours des trois exercices passés mais sans grande évolution avec toutefois des performances en début de communalisation (2006/2007), quoique l’essentiel est absorbé par le fonctionnement, la commune étant obligée de se prendre en charge avec le manque de la subvention de l’Etat. 2.2.3.2. Le taux d’investissement de la Commune Le tableau et le graphique suivants présentent le taux d’investissement et son évolution au cours des années 2006 à 2008. Tableau № 15 : Evolution du budget d’investissement de la commune
Années 2006 2007 2008 Prévisions 265.738.230 339.596.802 291.175.308 Recettes Exécution 139.061.560 120.131.609 226.753.384 Taux 52,33 35,37 77,88 Prévisions 265.738.230 339.596.802 291.175.308 Dépenses Exécution 139.064.560 169.370.112 188.467.590 Taux 52,33 49,87 64,73

Source : Commune II de Niamey – Extraits Budgets exercice 2006 à 2008

D’après le tableau, la commune malgré la modicité de ses moyens fait des efforts d’investissements comme l’atteste le tableau ci-dessus où de 2006 à 2008, les taux d’exécution sont passés de 52,33 à 64,73%. En effet sur des recettes d’investissement de 265.738.230 FCFA en 2006, 139.061.560 FCFA sont investis tandis qu’en en 2008, ce sont 188.467.590 FCFA qui ont été exécutés sur des prévisions de 291.175.308 FCFA, ce qui représente 64,73% du budget. La commune fait des efforts et à ce rythme avec l’appui des partenaires, la commune II à l’instar des autres pourrait réaliser des investissements certains et durables. Graphique n°1 : Part des dépenses de fonctionnement et d’investissements de 2006 à 2008 (1er semestre)
Part des dépenses de fonctionnement et d'investissements dans le budget de 2006 à 2008 600 000 000 500 000 000 400 000 000 300 000 000 200 000 000 100 000 000 -

Dépenses

Budget Fonctionnement Investissement

1

2

3 Années

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 53

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Précisons que ce taux d’investissement est calculé en fonction du budget réel, c'est-à-dire celui réellement couvert par la commune et non le budget prévisionnel. Le tableau ressort la faiblesse du taux alloué à l’investissement communal sur le budget global de la commune. L'essentiel du budget communal étant concentré au fonctionnement. Cependant, fort est de constater l’évolution de ce taux d’investissement bien qu’il ait fléchi en 2007, a connu et il faut le souligner une progression en 2008 avec un taux d’investissement record de 64,73%. Si l’équipe de gestion communale continue avec cet élan, la commune Niamey 2 sera fière de ses investissements à base de ses ressources propres. 2.2.3.3. La mobilisation des ressources financières propres de la commune La commune tire ses ressources de plusieurs sources qui sont autant d’éléments qu’il faut appréhender et analyser minutieusement si l’on veut renforcer les capacités financières de celle-ci. Les sources de recettes de la commune II sont variées. Elles comprennent de nombreux impôts et taxes ayant généralement le caractère d’impôts directs (fiscalité locale) et indirects (fiscalité rétrocédée) et les ressources tirées du patrimoine communal.  les ressources fiscales locales. Ce sont les impôts locaux dont la commune maîtrise la totalité de la chaîne fiscale. Il s’agit en particulier de la taxe de voirie qui constitue une des principales sources de recettes de la commune II, les taxes de marché, les taxes de stationnement, les recettes des gares routières, taxes de kiosques et hangars, etc. ;  les ressources fiscales rétrocédées ou concédées. Elles relèvent exclusivement de l’Etat. La création, la fixation des taux et les modalités de recouvrement des impositions de toutes natures sont du domaine de la loi. Ce sont des impôts et taxes perçus par l’Etat qui reverse tout ou partie aux collectivités locales. Environ 40% du recouvrement sont rétrocédés à l’ensemble de l’agglomération de la communauté urbaine de Niamey qui procède à son tour à une réallocation d’une partie de cette proportion (taux non déterminé) à chacune des communes constitutives de la CUN dont la commune II. Dans le budget communal, ces recettes concernent les chapitres budgétaires « quotes parts additionnelles, taxes fiscales et taxes foncières » ;  les ressources tirées du patrimoine de la commune. Le domaine communal est générateur de ressources pour la commune. 2.2.3.4. La structure des recettes budgétaires Les recettes prévisionnelles sont passées de 590.529.400 FCFA en 2006 à 584.154.476 FCFA en 2008 soit une hausse relative si l’on considère que cette dernière ne couvre que le premier semestre de l’exercice en cours. Les recouvrements de recettes budgétaires
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 54

Plan de Développement Communal___________________________________________________

suivent la même tendance d’évolution que les prévisions. De 64,36% de taux de recouvrement en 2006, les recouvrements de recettes ont atteint 75,32% en 2008, seule année où les recettes totales recouvrées sont légèrement au dessus de la moitié des prévisions. En somme, on peut espérer au vu des recettes et malgré les difficultés de recouvrement que des améliorations sont possibles et avec un peu d’effort de sensibilisation à l’endroit des contribuables, la commune pourrait valablement se prendre en charge et assurer ses dépenses de souveraineté. 2.2.3.5. La mobilisation des ressources extérieures Les ressources extérieures de la commune proviennent des appuis multiformes des partenaires techniques et financiers et des avoirs liés à l’intercommunalité. Il serait un peu difficile de situer exactement le degré de mobilisation car en ce qui concerne certains PTF, ils opèrent sur le terrain à travers leurs propres agents et disposent également de leur comptabilité ; cependant, on pourrait évaluer à travers leur intervention et leurs concours à la réalisation des projets retenus par la commune dans le plan de développement.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 55

Plan de Développement Communal___________________________________________________

III. Les forces et faiblesses, les contraintes et les potentialités de la Commune Il ressort du diagnostic que la Commune II dispose d’importants atouts mais aussi des contraintes pour son développement économique social et culturel. Ils peuvent être résumés comme suit : Secteurs Administration Potentialités - La décentralisation est effective - Existence de tous les services techniques au sein de la Commune Contraintes - Insuffisance d’équipement et d’infrastructures - Insuffisance de crédits de fonctionnement et de moyens de déplacement pour les services techniques - Manque de plan de formation du personnel - Parc auto vieillissant - Poids des arriérés vis à vis des tierces personnes physiques et morales - Faibles recouvrement des taxes et impôts -incivisme fiscal Opportunités Solutions prioritaires

- Former les acteurs sur des thèmes variés tels que : les enjeux de la Disponibilité décentralisation ; la gestion communale : d’un personnel rôle des acteurs, administratif et - Renforcer la capacité d’intervention des technique services municipaux et déconcentrés ; compétents - Lutter contre l’incivisme fiscal ; - Améliorer la gestion des ressources communales ; Développer des cadres de communication entre les acteurs au développement.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 56

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Education et - Existence des enfants alphabétisation scolarisables - Disponibilités des enseignants formés -Disponibilités d’espace dans les écoles Existence d’une association des parents d’élèves - Présence de noyau de femmes alphabétisées dans certains quartiers

Santé

- Existence d’agents de santé formés en chômage Existence d’infrastructures - Disponibilité d’espace dans les centres de soins

- Insuffisance de classes en matériaux définitifs -Insuffisance de latrines et d’adduction d’eau - Menace de certaines écoles par des koris - Problèmes fonciers liés à certains sites - Insuffisance de personnel auxiliaire dans les écoles - Retard dans la construction des classes paillotes - Insuffisance de manuel scolaires adéquats - Insuffisance de clôtures - Insuffisance de centres d’alphabétisation et du matériel didactique - Manque de salle de soins et de dépôts pharmaceutiques dans certains quartiers - Difficultés d’accès aux centres de soins et maternités (mauvais état des routes) - Manque d’ambulance dans les CSI et maternités - Manque de hangars d’attente et de blocs sanitaires dans les centres de soins

- Existence de partenaires - Existence du programme spécial du Président de la République - Existence du PDDE

- Doter les établissements de matériels didactiques et fournitures scolaires - Multiplier les centres d’alphabétisation des adultes - Construire des classes en matériaux définitifs - Traiter les koris - Construire des latrines et faire l’adduction d’eau dans les écoles - Recruter du personnel auxiliaire dans les établissements - clôturer les écoles - Régler les problèmes fonciers - Construire à temps les classes en paillotes

- Existence de partenaires d’appui - Existence de programmes nationaux PNLS et PNLP Existence d’ONG

- Créer des centres de soins de proximité - Améliorer l’accès aux CSI et maternités - Créer des dépôts pharmaceutiques - Doter les centres sanitaires existants de personnel qualifié et équipements adéquats - Lutter contre la prolifération des moustiques - Clôturer les cases de santé - Lutter contre la propagation des IST VIH Sida

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 57

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Agriculture

- Le fleuve NIGER traverse la commune – Les périmètres maraîchers au bord du fleuve et du Gountou Yéna

Elevage

- Cheptel important et diversifié - Sous produit agricole important et disponible - Disponibilité du fleuve

- Coûts élevés des consultations - Insuffisance de personnel dans certains CSI Haute prévalence du paludisme - Manque de clôtures des deux cases de santé - Existence des IST/VIH Sida - Diminution drastique des terres de culture - Appauvrissement des sols - Techniques archaïques des cultures - Erosion des sols - Les attaques parasitaires - Le déficit alimentaire chronique - Problème de semence -Sachets plastiques - Insuffisance des aires de pâturage - Insuffisance des couloirs de passage - Problème sanitaire - Divagation des animaux - insuffisance de formation des acteurs - Insuffisance d’aliments de bétails

- Faire le plaidoyer pour la révision des coûts de consultations

- Existence de - Récupérer les terres agricoles partenaires - Promouvoir la culture irriguée - Mettre en place des commissions foncières (COFO) - Assurer l’approvisionnement en intrants agricoles - Informer et sensibiliser les paysans sur les techniques culturales

- Disponibilité - Créer des points de vente d’aliments de des partenaires bétail -Créer une antenne vétérinaire - Créer des parcs de vaccination - Assurer le suivi sanitaire des animaux - Former les éleveurs - Créer des fourrières - Matérialiser les couloirs de passage et les enclaves de pâturage

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 58

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Forêts, faune et - Le fleuve NIGER qui favorise les activités pêche halieutiques et piscicoles - La possibilité de développer la pisciculture et l’aquaculture davantage - Facilité d’écouler les produits de pêche - Possibilité de créer des sites de bois ou parc arborés main d’œuvre disponible pour la production de plants - Existence du charbon minéral et du gaz Commerce Existence d’infrastructures de commercialisation Disponibilité de produits agro-sylvopastoraux commercialisables - disponibilité de la

- Insuffisance de fermes avicoles - L’ensablement du fleuve et le problème de jacinthe d’eau - L’absence de circuit organisé de commercialisation du poisson - destruction des arbres - Insuffisance d’équipements de pêche - Faible couvert végétal - Faible formation des pêcheurs - Cherté du bois de chauffe, du pétrole, gaz

- Disponibilité des partenaires - Existence de projets

- Lutter contre l’ensablement du fleuve - Lutter contre la jacinthe d’eau - Protéger les zones de production des poissons - Assurer un équipement adéquat aux pêcheurs - Former les pêcheurs - entreprendre des actions de reboisement - Lutter contre la destruction des arbres - Entretenir les arbres plantés - Vulgariser les énergies nouvelles et renouvelables

- Insuffisance de crédits - Disponibilité - Marché à bétail non viabilisé des partenaires - Insuffisance de blocs sanitaires dans les marchés existants

- Parachever la construction du marché de Tourakou - Construire le marché de Boukoki - Réhabiliter les anciens marchés - Faciliter l’octroi des crédits aux groupes organisés - Doter les marchés de blocs sanitaires adéquats

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 59

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Artisanat

Tourisme

population à s’adonner au commerce - existence de quelques sites pour la construction de marchés - Diversité et richesse de la production - Disponibilité de la matière première - Artisans organisés Existence de débouchés internes et externes des produits - Le fleuve Niger et sa faune - Le musée national

- Préjugés sociaux culturels liés - Disponibilité - Réaliser un atelier de travail pour artisans à l’exercice de certains métiers des partenaires handicapés à Foula Koira - Insuffisance des structures - Promouvoir les produits artisanaux d’appui de financement -Absence d’infrastructures et d’équipement

Hygiène – Voirie - 26Kml de caniveaux – assainissement - 20 dépotoirs autorisés - 01 benne eau potable - des blocs sanitaires - 02 forages - Le fleuve Niger (11 km de long) - Réseau SEEN avec 108 BF - existence de 6 puits

- Insuffisance de culture touristique de la population - faiblesse des infrastructures hôtelières et de restauration dans la commune - Manque de lieu approprié de dépotoirs - Insuffisance de matériels d’enlèvement des ordures - Problème d’évacuation des eaux usées et eaux de pluie - Insuffisance de blocs sanitaires - Insuffisance de canalisation du réseau SEEN - mauvais état des routes

- Mettre en valeur les sites touristiques Promouvoir la construction d’infrastructures touristiques et de restauration dans la commune - Existence des partenaires - Participation active de la population aux travaux communautaire s - Projet routes rurales
Page 60

- Réhabiliter les anciens caniveaux - Recharger les voies - Doter la commune d’équipement adéquat de voirie (Vidangeurs et gros engins) - Construire des pistes rurales dans les zones enclavées - Lutter contre la pollution par les déchets plastiques - Multiplier les dépotoirs au niveau du

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Plan de Développement Communal___________________________________________________

dont 1 maraîcher

- Prolifération de déchets plastiques - Secteur privé non développé - Insuffisance de sanction pour les contrevenants - Insuffisance de sensibilisation en hygiène – assainissement - Ensablement des rues - Une insuffisance de cadre de concertation entre les jeunes Faible capacité de financement Faible initiative d’entreprenariat des jeunes - Problème d’emploi - Manque de terrains de jeu dans les quartiers - Insuffisance d’encadrements techniques des sportifs et des troupes culturelles - Insuffisance de formation des acteurs - Manque de maison de jeune et de la culture Manque de rencontres culturelles - Insuffisance de centre d’apprentissage de petits
Page 61

Jeunesse- Sport- -Existence d’infrastructures Culture culturelles et sportives Existence d’une politique en matière des jeunes Disponibilité des jeunes diplômés - Développement de l’initiative et de l’insertion des jeunes - Des sportifs dans tous les domaines - Existence de troupes culturelles Existence d’infrastructures sportives dans les écoles - Quelques maisons de

centre urbain et des villages - Construire et réhabiliter les blocs sanitaires - Extension du réseau d’eau - Foncer des puits et des forages - Sanctionner les contrevenants - Accentuer la sensibilisation de la population sur les règles d’hygiène et d’assainissement -Promouvoir les activités de concertation inter-jeunes - Mener des actions de plaidoyer et de lobbying pour le financement des projets pour les jeunes - Créer des centres d’apprentissage pour les jeunes - Réaliser et équiper les infrastructures sportives, culturelles des jeunes - Promouvoir les activités sportives et d’échanges culturels

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Energie

samaria (04) à rénover Existence de bibliothèques - Existence du réseau de la Nigelec - L’énergie solaire - Disponibilité du bois de chauffe, de gaz et pétrole lampant

métiers

Communication

-Manque d’électricité dans certains villages de la zone périphérique La commune est insuffisamment alimentée par le réseau électrique - Le bois et le charbon minéral coûtent chers - Retards de versement des taxes spécifiques d’électricité - Le fleuve Niger - La non navigabilité du fleuve - Les routes bitumées en toute période - Les routes latéritiques - Difficultés d’accès à certains Compagnies de villages de la Commune téléphonie mobile - Les stations de radio et de télévision

- Réaliser une extension du réseau électrique dans tous les villages et certains quartiers du centre urbain, - Connecter les lampadaires du boulevard Mali Béro au réseau Nigelec - Vulgariser l’utilisation du charbon minéral

Disponibilités des compagnies de téléphonie mobile

- Promouvoir la création de radios communautaires de proximité - Mener des actions de plaidoyer auprès des compagnies de téléphonie mobile - Promouvoir l’installation de radio privée dans la commune - Rendre navigable le fleuve Niger - Réaliser des pistes rurales

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 62

Plan de Développement Communal___________________________________________________

IV : LA PLANIFICATION 4.1. Vision de la Commune Niamey 2 Au titre de sa programmation stratégique, la Commune Niamey 2 s’affirme dans sa volonté de réduire la pauvreté et de soutenir le processus du développement local durable. L’expression de cette volonté découle d’un processus d’élaboration d’un plan d’action (PDC) au cours duquel, les participants constitués de toutes les forces de développement intervenant sur le territoire communal, lors de l’atelier de planification tenu à Niamey les 11 et 12 Février 2009, ont formulé comme vision : « Amélioration du bien être des populations de la commune Niamey 2 et de ses environs d’ici 2012 par la mise en œuvre des projets multiformes et multisectoriels sociaux, d’aménagement urbain et de la promotion de la bonne gouvernance locale » .

Photo : Une vue des participants à l’atelier de planification

Cette vision s’inscrit dans une optique un peu plus lointaine : le but étant de conforter le rôle de la Commune qui reste le point focal du développement local, notamment par la coordination des interventions de ses différents partenaires.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 63

Plan de Développement Communal___________________________________________________

4.2. Mission de la Commune Niamey 2 La commune est appelée à fédérer toutes les forces présentes sur son territoire et de promouvoir une synergie d’actions dans l’organisation de toutes les interventions après identification de tous les acteurs de développement et leurs centres d’intérêt ou domaines d’action. L’atteinte de cette mission pourrait passer par plusieurs stratégies :
-

Mobilisation des ressources internes et externes ; Plaidoyer et lobbying auprès des acteurs de développement ; Mise en place d’un cadre de concertation communale ; Organisation d’une table ronde des bailleurs ; Coordination de la mise en œuvre des actions planifiées ; Programmation et réorientation des actions planifiées ; Suivi-Evaluation du PDC ; Etc.

Le diagnostic communal a fait ressortir l’état des lieux de la commune dans tous les domaines et notamment dans son contexte socio-économique, culturel et social. Il a mis en exergue toutes les contraintes et les menaces par secteur tout en essayant de valoriser leurs potentialités (ressources, atouts, valeurs) et de contourner ces contraintes. C’est ainsi que pour mener à bien sa mission et tendre vers sa vision, la Commune 2 se doit d’une part, de lever ses insuffisances et d’anéantir les effets néfastes de son environnement, et d’autre part de créer une synergie d’actions à l’endroit de tous les partenaires qui appuient son développement par un déploiement d’une stratégie d’intervention. 4.2.1. Axes de renforcement de la Commune Niamey 2 Au sortir de l’atelier de planification tenu à l’INDRAP, cinq (5) grands axes d’interventions et de renforcement ont été identifiés : Axe d’intervention N°1 : Facilitation de l’accès des populations de la commune aux services sociaux de base d’ici 2012 dans les secteurs de l’Education, de la Santé, du Recensement et de l’Etat Civil ; Axe d’intervention N° 2 : Amélioration des conditions de vie des populations-cibles (jeunes, femmes et enfants) de la Commune Niamey II à travers des activités d’entrepreneuriat -jeunesse et des Activités Génératrices de Revenus (AGR) ; Axe d’intervention N°3 : Développement des stratégies pour une meilleure rentabilité agro-sylvo-pastorale dans la commune Niamey 2 ;
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 64

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Axe d’intervention N°4 : Améliorer la qualité des services sociaux (hygiène, assainissement), l’accessibilité à des infrastructures publiques de la commune (voirie, transport) et à la promotion d’un environnement sain pour les populations de la commune ; Axe d’intervention N° 5 : Favoriser la participation citoyenne et le développement des partenariats par la mise en place d’un cadre de concertation communale pour l’appui à la bonne gouvernance locale. 4.3. Objectifs de développement Axe d’intervention N°1 : Facilitation de l’accès des populations de la commune aux services sociaux de base d’ici 2012 dans les secteurs de l’Education, de la Santé, du Recensement et de l’Etat Civil ; Secteur 1: Education Objectif global : Accès à l’éducation à tous les enfants de la commune en âge d’être scolarisés Secteur 2: Santé Objectif global : Accès aux soins de santé pour les populations de la commune 2 Secteur 3: Recensement Objectif global : Identification et recensement de toutes les couches de la population de la commune par sexe et par âge Secteur 4 : Etat Civil Objectif global : Accès des populations aux actes d’état civil AXE d’intervention N°2 : Amélioration des conditions de vie des populations-cibles (jeunes, femmes et enfants) de la Commune Niamey 2 à travers des activités d’entrepreneuriat - jeunesse et des Activités Génératrices de Revenus (AGR) Objectif global : Amélioration des conditions de vie des populations-cibles (jeunes, femmes et enfants) de la Commune Niamey II à travers des activités d’entrepreneuriat - jeunesse et des Activités Génératrices de Revenus (AGR) Secteur 1 : Jeunesse-Sport Objectif spécifique : Créer les conditions optimales pour un bon épanouissement de la jeunesse de la Commune Niamey 2
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 65

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Secteur 2 : Jeunesse-culture Objectif spécifique : Améliorer des conditions d’épanouissement et créer les équipements de loisir des jeunes Secteur 3 : Promotion de la femme Objectif spécifique : Appui à l’organisation des femmes et à l’amélioration de leurs conditions de vie Secteur 4 : Formation professionnelle et technique Objectif spécifique : Amener les jeunes scolarisés, déscolarisés, et non scolarisés à acquérir des habiletés et de compétences leur permettant de planifier et de gérer avec succès leurs propres initiatives de développement Secteur 5 : Economie locale Objectif spécifique : Appui à la structuration de l’économie locale Axe d’intervention N° 3 : Développement des stratégies pour une augmentation des productions et une meilleure rentabilité agro - pastorale dans la commune Niamey 2 Objectif global : Augmenter les productions agropastorales sur tout le territoire communal Secteur 1 : Agriculture Objectif spécifique : Accroître la production agricole et assurer la sécurité alimentaire Secteur 2 : Elevage Objectif spécifique : Créer les conditions optimales pour le développement du secteur AXE d’intervention N °4 : Améliorer la qualité des services sociaux (eau potable, hygiène, assainissement), l’accessibilité à des infrastructures publiques de la commune (voirie, transport) et à la promotion d’un environnement sain pour les populations de la commune Objectif global : Améliorer les conditions de vie des populations de la Commune Niamey II à travers la promotion d’un environnement sain d’ici 2012. Secteur 1: Environnement Objectif spécifique : Lutter contre la dégradation de l’environnement communal Secteur 2 : Eau potable, hygiène et assainissement

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 66

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Objectif spécifique 1 : Construire et réhabiliter les points d’eau tout en appuyant la concertation entre les acteurs au niveau communal Objectif spécifique 2 : Renforcer les capacités techniques des différents acteurs et la promotion de l’hygiène de base Objectif spécifique 3 : Faciliter l’écoulement des eaux usées et de pluies Secteur 3: Voirie Objectif spécifique : Faciliter l’accessibilité des usagers aux différents quartiers de la commune Secteur 4 : Transport Objectif spécifique : Faciliter le déplacement des populations et de leurs biens Secteur 5 : Gestion des espaces urbains Objectif spécifique : Aménagement des marchés de la commune en vue d’accroître les ressources financières de la commune Axe d’intervention N° 5 : Développer des partenariats pour un développement durable avec la société civile par la mise en place un cadre de concertation communale pour l’appui à la bonne gouvernance locale Secteur 1 : Appui à la bonne gouvernance locale Objectif spécifique : Faire participer les populations et les acteurs de développement de la commune à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation des actions planifiées dans le PDC Secteur 2 : Création d’un guichet unique communal Objectif spécifique : Offrir des services innovants aux citoyens 4.4. CADRE LOGIQUE D’INTERVENTION 4.4.1. Les objectifs du PDC Les objectifs globaux de la Commune sont ceux contenus dans le document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (SRP), adopté en 2002 par le Gouvernement. Ce document est le cadre unique de référence en matière de politique économique financière et sociale au Niger. Pour la commune Niamey II, ces objectifs globaux viseront à :
1. Débarrasser la commune des indicateurs primaires de pauvreté ;
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 67

Plan de Développement Communal___________________________________________________

2. Créer les conditions d’un environnement sain et respectueux des principes de la

bonne gouvernance sur le territoire de la commune. Les objectifs spécifiques étant : 1. 2. 3. 4. 5. Améliorer les capacités et les prestations de l’administration communale. Développer l’économie locale; Améliorer l’accès aux services sociaux de base ; Promouvoir un aménagement urbain durable ; Promouvoir d’une gestion durable des ressources naturelles

4.4.2. Articulation entre les ODM, les priorités de la SRP et les résultats escomptés de PDC Le Plan de Développement de la Commune Niamey II doit inscrire ses objectifs dans le cadre global de la Stratégie nationale de Réduction de la Pauvreté (SRP) et recouper les objectifs de la déclaration du sommet du Millénaire, plus spécifiquement dans les domaines du bien être des populations (en particulier l’accès à une alimentation adéquate et aux soins de santé), de la scolarisation des enfants (en particulier des jeunes filles), de l’équité entre hommes et femmes dans l’accès aux services et au choix de leur avenir, et de la préservation des ressources naturelles.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 68

Plan de Développement Communal___________________________________________________

V. Planification stratégique
Le plan d'action (planification stratégique et planification opérationnelle) est le planning des actions de la commune dans l'espace et dans le temps tout en tenant compte des priorités et des spécificités par zone d'intervention. Ce plan est le résultat de tout un processus participatif et de l'ensemble des acteurs afin de concourir au mieux à l'atteinte des objectifs fixés. L'estimation des coûts financiers par activité à réaliser est prise en compte dans les deux planifications. 5.1. PROGRAMME PLURIANNUEL D’INVESTISSEMENTS

Axe 1 : Education – Santé – Recensement - Etat Civil
Objectif Général : Accès aux services sociaux de base et identification des populations de la Commune II d’ici 2012
Volet 1: Education Objectif global : Accès à l’éducation à tous les enfants de la commune en âge d’être scolarisés
Objectifs spécifiques -Construire des classes en matériaux définitifs et les équiper en mobiliers et matériels didactiques Actions Construction et équipement de 280 classes en matériaux définitifs dans les écoles suivantes :Gorou Béri, Danzam Koira , Foulan Koira, Nord Faisceau, Nord Lazaret, écoles périphériques de la commune Lobbying auprès de l’Etat Indicateurs 70 salles de classes sont construites et équipées chaque année 2009 350000000 Période 2010 350000000 2011 350000000 2012 350000000 Coûts en FCFA 1.400.000.000 Sources de financement Commune 10% Etat 20% PTF 70% Responsables Exécutif Communal Service d’état civil, GR

Recruter les enseignants en quantité et qualité

La commune et le COGES s’engagent pour faire un lobbying

100000

100000

100000

100000

400000

100%

Exécutif Communal

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 70

Plan de Développement Communal___________________________________________________
Redynamiser les COGES Le COGES est redynamisé et opérationnel dans toutes les écoles de la CN2 Sensibiliser les parents organisation des ateliers 5 ateliers sont d’élèves sur la scolarisation des organisés enfants (garçons et filles) chaque année dans les quartiers de la commune Former et recycler les La commune et Le nombre enseignants l’inspection mettent sur d’enseignants pied un programme de formés et recyclage des recyclés dans enseignants des écoles de la commune par an Scolariser tous les enfants La commune et les Nombre en âge d’aller à l’école populations informent et d’enfants sensibilisent tous les sensibilisés enfants ayant pris le chemin de l’école Total Structuration du COGES 500000 500000 500000 500000 2000000 10% 90% Exécutif Communal

2000000

2500000

2500000

2500000

9500000

100%

1000000

1000000

1000000

1000000

4000000

10%

90%

PM

PM

PM

PM

353 600 000

354100000

354100000

354100000

1 415 900 000

9900000

14360000

1260000000

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 71

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Volet 2: SANTE Objectif global : Accès aux soins de santé pour les populations de la commune II
Objectifs spécifiques Améliorer la couverture sanitaire de la commune par la mise à disposition des populations des infrastructure s d’accueil adéquates Réduire la mortalité des enfants de 0 à 5 ans Actions Construire et équiper 1 maternité à Kouara Tégui indicateurs 1 maternité construite à Kouara Tégui en 2009 2009 101200000 2010 Période 2011 2012 101200000 Coûts en FCFA Sources de financement Commune Etat 20% PTF 80% Exécutif communal District sanitaire 1 Responsables

Combattre le VIH Sida/IST et les autres maladies (paludisme Former et recycler les femmes relai de la grappe Bogou (les anciennes matrones en IST/VIH Sida

Construire des CSI à Dar es Salam et Banizoumbou 2 et réhabiliter CSI Deyzébon -Doter les centres de santé en produits pharmaceutiqu es Augmenter le personnel soignant en qualité et quantité

2 CSI construits en 2009 et 2010 Le CSI de Dezeibon est réhabilité avant 2011 Personnel de santé recruté chaque année

101200 000

101200000 50 000 000

252400000

X

20%

80% Exécutif communal District sanitaire 1

5000000

10000000

10000000

10000000

35000000

100%

Sensibilisation sur le VIH Sida - Atelier de formation sur les IST/VIH Sida Total

Taux de prévalence du VIH et taux de mortalité lié au paludisme - 25 femmes relai formées sur les IST/VIH Au moins cinq à six campagnes sont organisées chaque année

X

X

X

X

X

X

X

Exécutif Communal GR

3000000

4000000

4000000

4000000

17000000

x

100%

x

210400 000

115200000

64000000

14000000

403 600 000

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 72

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Volet 3: Recensement Objectif Général : Recensement administratif de la population de la commune II
Objectifs spécifiques Recenser toutes les couches de la population de la commune par sexe et par âge Actions Acquérir les ressources disponibles (recruteme nt des agents recenseurs, formation et acquisition de logistique) - Connaître le nombre d’enfants scolarisable s par sexe et niveau - Connaître le nombre des imposables à la taxe de voirie - Nombre d’enfants handicapés scolarisés et non scolarisés indicateurs -65 agents recenseurs -2 jours de formation -50 blocs de matrices de RGP/H/500pages -1 ordinateur 1 imprimante -1 photocopieuse -1 machine de dactylographie (Olympia) Le nombre d’enfants scolarisables par sexe et niveau est connu Le nombre des imposables à la taxe de voirie est connu Le nombre d’enfants handicapés scolarisés et non scolarisés 2009 5.000.000 500.000 12.500.000 500.000 500.000 300.000 350.000 Période 2010 5.200.000 12.500.000 500.000 500.000 300.000 350.000 100% 100% Coûts en FCFA Commune 10.200.000 500.000 100% Service d’état civil, GR , chef bureau recensement et agents recenseurs Sources de financement Etat 20% PTF 80% Responsables Exécutif Communal

-

Total

19.650.000

5 200 000

24.850.000

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 73

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Volet 4 : Administration communale Objectif spécifique 1 : Disposer d’un hôtel de ville pour la commune d’ici 2012 Objectif spécifique 2 : faciliter l’accès des populations aux services actes d’état civil
Objectifs spécifiques Disposer d’un hôtel de pour commune d’ici 2012 Construire un bureau pour le service d’état civil 1 bâtiment de 8 bureaux construit 15000000 15000000 30000000 20% PM 80% Exécutif Communal Service d’état civil Terrain ville la Actions Construire un nouveau siège à étages de la Mairie indicateurs 1 siège moderne à 2 niveaux est construit 2009 154.000.000 2010 Période 2011 2012 154.000.000 Coûts en FCFA Sources de financement Commune 20% Etat PTF 80% Responsables Exécutif communal Ressources disponibles

Accès des populations aux actes d’état civil

Informatiser et équiper le service d’état civil

-10 ordinateurs acquis ; - 5 imprimantes acquises ; - 1 serveur acquis ; - 1 logiciel d’état civil installé 1 atelier de formation organisé

3 000 000 2000000

3 000 000

6 000 000 2 000 000

10%

PM

90% Exécutif Communal

1000000 500000 250000 250000

1 000.000

Former les agents d’état civil Sensibiliser les Campagne populations sur sensibilisation les avantages populations de l’état civil Total

500.000

20%

PM

80%

Exécutif Communal Exécutif Communal

de des 125000

125000

125000

125000

500.000

100%

PM

-

175.875.000

18.375.000

125000

125000

194.000.000

Total AXE 1 : 2.088.350.000 FCFA
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 74

Plan de Développement Communal___________________________________________________

AXE 2 : Amélioration des conditions de vie des populations-cibles de la commune Objectif global : Amélioration des conditions de vie des populations-cibles (jeunes, femmes et enfants de la Commune Niamey II) à travers des activités des jeunes et des AGR.
Objectifs spécifiques Actions indicateurs 2009 Créer les conditions d’épanouisse ment et d’insertion sociale des jeunes et femmes de la commune Construction d’un complexe Création d’une maison de culture Un complexe construit à la fin 2011 Une maison de culture est créée avant 2010 Un centre est créé avant 2011 100000000 2010 75000000 Période 2011 75000000 2012 250.000.000 Coûts en FCFA Sources de financement Commun e Etat 10% PTF 90% Exécutif Communal Responsabl es Appuis techniques Service jeunesse, Sport, GR Ressources disponibles Aucune

12500000

12500000

-

-

25.000.000

-

10%

90% Exécutif Communal

Service communal de la culture Service formation professionnelle et technique et GR

Terrain de la samaria Lazaret disponible Terrain samaria Boukoki 1 et 2

Création d’un 20000000 C .F.A.P.T (Centre de Formation d’apprentissa ge et de Perfectionne ment Technique) Pratique des Un foyer féminin 5000000 AGR est créé fin 2010

15000000

15000000

50.000.000

-

10%

90% Exécutif Communal

5000000

10.000.000

-

20%

80%

Exécutif Communal

Service Terrain samaria formation Lazaret disponible professionnelle et technique et GR Service promotion de la femme

Identification et organisation des femmes en vie associative et le renforcement de leurs capacités Total

Groupes de 3 000 000 femmes organisées et formées en vie associtaive

3 000 000

3 000 000

3 000 000

50%

50%

Exécutif communal

150500000

120500000

103000000

-

377 000 000

Total AXE 2: 377.000.000 FCFA
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 75

Plan de Développement Communal___________________________________________________

AXE 3 : Augmentation des productions agro-pastorales de la commune Objectif global : Augmentation des productions agro-pastorales
Objectifs spécifiques Actions indicateurs 2009 -Récupération de 50 ha de terres érodées à Dan Zam Koira et Gorou Béri par an par des actions de CES/DRS (DLA+fumure) Doter 20 ménages/an de 20 UCA pour fertiliser et labourer 200 ha/an à Gorou Béri et Dan Zam Koira Vulgariser la loi 96016 portant sur création-gestion des coopératives et ap dans 6 villages et quartiers de la commune Former et recycler 10 groupements/an en vie associative, crédit, ESEP, brigade Assurer le suivi régulier des groupements formés Plaidoyer pour la création d’une Banque A9 de crédit agricole Création de 5 banques d’intrants/an dans 50 ha de terres récupérés par an 5000 000 2010 5000 000 Période 2011 5000 000 2012 5000 000 Coûts en FCFA 20 000 000 Sources de financement Commune Etat 20% PTF 80% Commune, GR et Agriculture A rechercher Responsables Appuis techniques

Récupérer les terres agricoles érodées de la commune d’ici 2012

Fertiliser les sols agricoles érodés de la commune d’ici 2012

20 ménages sont dotés d’UCA de 2010 à 2012

-

16000000

16 000 000

16 000 000

48 000 000

x

20%

80% Service agricole

Organiser les producteurs

Les populations sont informées de la loi 96-016

3 000 000

3 000 000

100% Service agricole

Apporter l’appui conseil aux producteurs de la CN2 d’ici fin 2012

10 groupements sont formés chaque année

1500 000

15 00 000

1 500 000

1 500 000

6 000 000

20%

80%

Service agricole

Organismes finance

de

micro

Suivi effectif des groupements à partir de 2009 Une banque d’intrants est créée avant 2012 Chaque village et quartier dispose d’une banque

500 000

500 000

500 000

500 000

2000 000

20%

80%

Faciliter l’accès aux crédits aux producteurs

X

x

x

X

PM

x Service agricole

10 000 000

10 000 000

20%

80%

Commune

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 76

Plan de Développement Communal___________________________________________________
Créer des banques et assurer l’approvisionne ment en intrants agricoles les 7 villages et quartiers ; d’intrants

Approvisionner les 15000000 5 banques d’intrants (intrants, pesticides et engrais M 50l/exploitant comme fonds de roulement ; -Former et suivre Les agents des 200 000 les 20 banques banques d’intrants d’intrants sont formés en (membres et gestion et crédit fonctionnement) agricole Octroyer 10 Approvisionnement boutiques aux des 10 boutiques coopératives pour Assurer la la commercialisati commercialisation on des dans les différents productions marchés de la agricoles commune Fonçage de 10 Les puits sont 6000000 puits foncés et les maraîchers/an ; crédits alloués Crédit agricole (20 motopompes/an) Vacciner, Tout le bétail est 10000000 déparasiter 15000 vacciné à partir de bêtes de petits 2009 Améliorer la ruminants/an et santé animale 5000 gros ruminants création et Une antenne est 15000000 équipement d’une créée et antenne fonctionnelle en vétérinaire à 2009 Koiratégui Recyclage/formation 200 agents sont 5000000 de 200 membres formés et recyclés Redynamiser les agro-éleveurs associations durant les 4 ans (50 d’éleveurs producteurs /an)

15 000 000

20%

80%

200 000

200 000

200 000

800 000

100%

PM

Commune

6000000

6000000

6000000

24 000 000

100%

10000000

10000000

10000000

40 000 000

x

20%

80% Commune, Agriculture et Elevage

15 000 000

100%

5000000

5000000

5000000

20 000 000

x

20%

80%

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 77

Plan de Développement Communal___________________________________________________
Suivre et évaluer les Les agents formés 1000000 200 membres agro- sont évalués éleveurs formés Construire et équiper une auberge dans le marché Rendre opérationnel le poste de police de Tourakou -Construire 3 Banques Aliments Bétail pendant les 4 ans, -Formation de 3 comités de gestion ; -Approvisionnement en intrants pour 1,5 million/BAB ( son,blé,gain, coton et sel, etc) ; -Suivre et évaluer les 3 BAB Repérer les gîtes de chiens errants dans la commune ; - Détruire les chiens dans 20 quartiers de la commune Organiser 40 séances de sensibilisation à travers les 20 quartiers et village de la commune par an ; -Mettre 6 dispositifs de surveillance actifs par an à travers la commune 2 Une auberge est 30000000 construite à partir de 2009 Le poste de police est opérationnel en 2010 3 banques 4500000 d’aliments bétail sont construites à partir de 2009 PM 1000000 1000000 1000000 4 000 000 50% 50%

30000000

10%

30%

60%

Compléter les infrastructures du marché de Tourakou

Commune, Agriculture et Elevage

4500000

4500000

4500000

18 000 000

x

10%

90%

Commune

Assurer l’approvisionnem ent en intrants zootechniques

Les banques sont 1500000 approvisionnées en intrants à partir de 2009

1500000

1500000

1500000

6 000 000

20%

80%

Protéger les populations contre la rage

Les gîtes repérés et 1.500.000 les chiens errants sont détruits

1.500.000

1.500.000

1.500.000

6.000.000

Commune service d’Elevage

et

Une séance de sensibilisation est organisée chaque année par quartier à partir de 2010

PM

100%

Lutter contre la grippe aviaire

Un dispositif de surveillance est opérationnel par zone

PM

100%

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 78

Plan de Développement Communal___________________________________________________
- Equiper les services d’élevage de santé humaine et de l’environnement de 6 motos , 3 microordinateurs et autres consommables dès la 1ère année Réalisation d’une -Construction et fourrière équipement d’1 communale fourrière Les services de l’élevage sont dotés de moyen humain, informatique et roulant à partir de 2009 PM 100%

La fourrière est 6 000 000 construite à partir de 2009 1 000 000 1 000 000

6 000 000

100%

Commune service d’Elevage

et

Créer un système Mise en place d’un Le SCAP est mis en 2 000 000 communautaire comité SCAP place et d’alerte précoce opérationnel (SCAP) Total 115700000 56700000

4 000 000

53700000

53700000

276 800 000

Total AXE 3: 276.800.000 FCFA

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 79

Plan de Développement Communal___________________________________________________

AXE 4 : Amélioration des conditions de vie des populations à travers la promotion d’un environnement sain Objectif global : Améliorer les conditions de vie des populations de la Commune Niamey II à travers la promotion d’un environnement sain d’ici 2012. Volet 1: Environnement
Objectifs spécifiques Actions Indicateurs 2009 Créer des espaces verts Deux espaces verts sont créés sur les axes suivants en 2010 et 2011: Axe (1) Rondpoint Mali Béro – Mairie garage et l’axe Sapeur pompier – rondpoint Baré (2) Deux ronds points sont aménagés: Baré (1)et Tourakou (2) le bosquet des Nations Unies est aménagé en 2012 la ceinture verte est aménagée avant fin 2012 2010 25000000 (1) Période 2011 25000000( 2) 2012 Coûts en FCFA 50000000 Sources de financement Commune 60% Etat Population s 10% PTF 30% Autres Commune Responsables

Aménager des ronds points

24000000( 1)

26000000 (2)

50000000

60%

10%

30% Commune

Améliorer la gestion durable des ressources naturelles

Aménager un bosquet Réhabiliter et aménager la ceinture verte

15000000

15000000

30%

10%

60% Commune

10000000

10000000

10000000

30000000

20%

20%

60%

Commune

Commune Récupérer des terres dégradées 50 Ha des glacis de Goroubéri sont récupérés à partir de 2009 les berges des koris de Koiratégui(1)Gounti Yéna (2) et Dar Es Salam (3) sont traitées à partir de 2010. 1 350 000 1 350 000 900 000 900 000 4500000 10% 50% 10% 30% Commune

Traiter berges koris

les des

7000000 (1)

7000000 (2)

7000000 (3)

21000000

20%

80%

Commune

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 80

Plan de Développement Communal___________________________________________________
Identifier et créer une pépinière de 0,5 Ha Produire 16 000 plants toutes espèces confondues et plantation Planter, entretenir et suivre les plantations au niveau de 24 infrastructures et concessions Assurer la plantation des haies vives autour de 8 écoles Sensibiliser la population sur la promotion des énergies de substitution (gaz, charbon etc.) dans la Commune II Récupérer et transformer les sachets plastiques de la Commune II (type reseda) Aménager la mare de Dan Zama Koira Former et sensibiliser la population sur la pratique de la une pépinière de la Commune Niamey II est créée à partir de 2010 4 000 plants sont produits chaque année 500000 2000000 1000000 3000000 50% 50% Commune

500000

500000

500000

2000000

100% Commune

les plantations au niveau de 6 infrastructures chaque année sont suivies

100000

100000

100000

100000

400000 Commune

2 écoles sont clôturées de Haies vives chaque année

2000000

2000000

2000000

2000000

8000000

10%

90% Commune

4 séances sensibilisation menées dans quartiers par an

de sont trois

1000000

1000000

1000000

3000000

20%

80% Commune

Une unité de récupération et transformation sachets plastiques de la Commune II est mise en place la mare de Dan Zama Koira est désensablée, empoissonnée et protégée les défrichements améliorés sont pratiqués dans les champs

3000000

3000000

4000000

10000000

20%

80% Commune

2500000

2500000

2500000

7500000

20%

80% Commune

2000000

2000000

2000000

2000000

8000000

20%

80% Commune

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 81

Plan de Développement Communal___________________________________________________
régénération naturelle dans les champs Sensibiliser, renforcer les capacités et équiper les Pêcheurs de la Commune II Sensibiliser la population sur le transfert de technologies (production privée) Délivrer des taxes sur les points de vente de bois de feu et de service Délivrer des taxes sur la vente des poissons Total

10 pêcheurs sont formés chaque année

2000000

2000000

2000000

2000000

8000000

20%

80%

Des pépinières privèes sont créées

2000000

2000000

2000000

6000000

20%

80%

113 points de vente sont opérationnels

720000

720000

720000

720000

2880000

100%

Des taxes sont récupérées au niveau 2 marchés

720000

720000

720000

720000

2880000

100 %

11 390 000

85 890 000

86 440 000

48 440 000

250 160 000

Volet 2 : Eau potable, hygiène et assainissement
Objectifs spécifiques Actions Indicateurs 10 puits sont aménagés. 300 latrines familiales sont Construites. Construction et aménagement des puits, des latrines et autres dispositifs d’eau. 100 PEP sont mis en place en 2009. 200 dispositifs de lavemains sont en place à partir de 2009. 2009 8999730 12000000 2010 8999730 12000000 Période 2011 2012 Coûts total en FCFA 17 999 460 24 000 000 Sources de financement Commune et populations 10% 10% PTF 90% 90% Commune (service Eau/A) Commune (service Eau/A) Commune (service Eau/A) Commune (service Eau/A) CREPA, PEADD, Sce technique Responsables Appuis techniques

5000000 3398900

3398900

-

-

5 000 000 6 797 800

10% 6%

90% 94%

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 82

Plan de Développement Communal___________________________________________________
Améliorer les services d’eau, d’hygiène et assainissement dans la Commune Niamey II le contrôle des travaux est assuré. Des activités économiques sont menées autour des points d’eau. 1272370 968960 1272370 968957 2 544 740 1 937 917 5% 25% 95% 75% Commune (service Eau/A) Commune (service Eau/A)

Renforcer les capacités techniques des différents acteurs et la promotion de l’hygiène de base.

Renforcement des compétences des acteurs en charge de l’hydraulique et de l’assainissement

Les structures de gestion des points d’eau sont formées (service eau, structures /villages /commune/groupements) Les structures de gestion puits, comités d’assainissement/de salubrité sont mises en place et formées.

1111191

1111191

1111191

-

3 333 573

5%

95%

Commune (service Eau/A)

360776

360776

360776

-

1 082 329

5%

95%

Commune (service Eau/A)

L’agent technique communal eau et assainissement est formé. Les élus sont formés en GIRE et gestion du service. Les meilleures pratiques d’hygiène de base et pratiques responsables face au VIH/SIDA sont réalisées. Appuyer la concertation entre les acteurs sur l’eau et assainissement Des voyages nationaux sont organisé. Des internationaux réalisés. voyages sont

87461

-

-

-

87 461

5%

95%

Commune (service Eau/A)

172 954

-

-

-

172 954

5%

95%

Commune (service Eau/A)

199411

-

-

-

199411

100%

Commune (service Eau/A)

393 574

-

-

-

393 574

100%

Organisation des voyages, des rencontres et des échanges

Commune (service Eau/A) Commune (service Eau/A)

327979

-

-

-

327979

100%

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 83

Plan de Développement Communal___________________________________________________
au niveau Communal, national et international. Des rencontres inter villageoises sont organisées à partir de 2009. Des rencontres inter structures sont organisées en 2009. Des rencontres entre des élus locaux sont organisées à partir de 2009. Des journées communales sont organisées à partir de 2009. Le cadre de concertation au niveau communal est créé à partir de 2009. Elaborer le livre bleu communal. 1000000 799785 500000 2 299 785 5% 95% Commune (service Eau/A)

375043

-

-

-

375 043

5%

95%

Commune (service Eau/A) Commune (service Eau/A)

500000

250000

250000

-

1 000 000

5%

95%

1000000

1000000

999690

-

2 999 690

5%

95%

Commune (service Eau/A)

918340

-

-

-

918 340

5%

95%

Commune (service Eau/A)

5000000

2485138

2000000

-

9 485 138

5%

95%

Commune (service Eau/A)

-Faire une auto-évaluation Renforcer et rendre opéartionnels les ouvrages d’assainissement sur tout le territoire communal Tous les caniveaux existants de la Commune sont curés et réfectionnés à partir de 2009 10 kml de nouveaux ouvrages (50-100) x 60 sont réalisés à partir de 2009

100 000 000

80000000

1030946 30000000

30000000

1 030 946 240 000 000

5% 10%

95% 90%

Commune (service Eau/A)

Faciliter l’écoulement des eaux usées et de pluies Total

125000000

125000000

125000000

125000000

500 000 000

10%

90%

268086689

237646847

161252603

155000000

821 986 139

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 84

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Volet 3: Voirie
Objectifs spécifiques Actions indicateurs période 2009 Construire 12 Km de route 3Km de bitume sont réalisés chaque année (LZ54, LZ53, LZ31 ) 2010 2011 2012 Coûts en FCFA Sources de financement Comm une 1 120 000 000 Etat 10% 280000000 280000000 280000000 280000000 PTF 90% Commune Responsables Appuis techniques Ressourc es disponibl es

Pavage km)

(8

.2 km de pavé sont réalisés chaque année (Route pavée : BK17 – avenue Maourikoye Neni ; BK43 – Etage Rajad – jardin – Azawad – Kiota ; BK11 – école Aska – Samaria BK3)

50000000

50000000

50000000

50000000

200 000 000

50%

50%

Faciliter l’accessibilité des usagers aux différents quartiers

Sensibiliser la population pour un changement de comporteme nt Dégager tous les objets encombrants et gênants la circulation

4 séances d’animation par trimestre (causeries débats, Medias, etc.) sont organisées Toutes les épaves de véhicules, kiosques, matériaux de construction, les gros porteurs autour des marchés, les ordures ménagères etc sont dégagés.

x

x

x

X

X Commune

3000000

10000000

x

13 000 000

100%

x

Commune

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 85

Plan de Développement Communal___________________________________________________
Une cellule de surveillence notamment la police municipale et le service concerné est créée Contrôler des travaux sur toutes les voies Les technicien de la commune sont motivése pour aider la Mairie à identifier les contrevenants la reglementation en vigeurest mise à la diposition de la population toutes les voies butimées et pavées sont éclairées x 300000 300000 300000 900 000 100% X Commune

500000

500000

500000

500000

2000 000

500000

500000

500000

500000

2000 000

100%

Eclairage des voies publiques Total

20000000

25000000

25000000

30000000

100 000 000

10%

90%

354 000 000

366 300 000

356 300 000

361 300 000

1 4337 900 000

Volet 4 : Transport
Objectifs spécifiques Faciliter le déplacement des populations et de leurs biens Actions Aménager une gare routière Ouvrir des lignes de transport urbain indicateurs La gare de Ouallam est aménagée Deux lignes de transport : Axe Kombo – centre ville ; centre ville – Dan zama koira sont ouvertes Des agents de la police municipale veillent au strict respect de la réglémentation 2009 10 000 000 2010 5 000 000 2011 5 000 000 2012 5 000 000 Coûts en FCFA 25 000 000 Commune 10% Etat PTF 90% Responsables Conseil communal Appuis techniques GR

1 500 000

750 000

750 000

3 000 000

100%

Dégager des voies publiques et rendre fluide la circulation

Mettre en place une brigade de dégageme nt des voies publiques

PM

Total

11 500 000

5 750 000

5 750 000

5 000 000

28 000 000

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 86

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Volet 5 : Gestion des espaces urbains
Accroitre les ressources financières de la commune à travers l’aménageme nt des marchés Actions indicateurs 2009 2010 2011 2012 Coûts en FCFA 30 000 000 Commune Etat PTF Responsables Appuis techniques

Réhabiliter le marché à bétail Construction des marchés en matériaux définitifs

Le marché Tourakou rehabilité Le Marché Boukoki constuit L’autogare Tillabéri construite Marché Lazaret construit

de est de est de est de est

-

30 000 000

-

-

-

-

100%

Exécutif communal

GR

-

750 000 000

-

-

750 000 000

-

-

100%

Exécutif communal

GR

5 000 000

5 000 000

-

-

10 000 000

10%

-

90%

Exécutif communal

GR

--

25 000 000

25000000

-

50 000 000

20%

-

80%

Exécutif communal

GR

Total

5 000 000

810 000 000

25 000 000

840 000 000

Total AXE4: 3.184.046.139 FCFA

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 87

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Axe 5 : Favoriser la participation citoyenne et le développement des partenariats par la mise en place d’un cadre de concertation communale pour l’appui à la bonne gouvernance locale Objectif spécifique 1 : Création du cadre de concertation des acteurs de développement de la Commune Niamey 2 Objectif spécifique 2 : Création d’un guichet unique au service des citoyens de la commune
Objectifs spécifiques Actions Résultats/Indic ateurs Période 2009 2010 2011 2012 Coûts en FCFA Sources de financement Commun e x Etat PTF Responsables Appuis techniques

Mise en place d’un dispositif ’accompagnement à la mise en place du cadre de concertation

Création du cadre de concertation des acteurs de développement de la Commune Niamey 2

Identification des acteurs de développement de la commune

Un comité de pilotage est créé à la communauté urbaine de Niamey pour réfléchir sur les orientations des cadres de concertation en janvier 2009 35 acteurs de développement représentatifs de la commune sont identifiés en Avril 09 Un cadre de concertation est mis en place et opérationnel en avril 2009

PM

AIMF

Chargés mission AIMF

x

AIMF

Création du cadre de concertation communal

6650000

5000000

5000000

5000000

21650000

70%

30%

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 88

Plan de Développement Communal___________________________________________________
Organisation des consultation/réuni ons publiques des communes avec les populations 2 réunions/consul tations publiques sont organisées chaque année Une table ronde des bailleurs est organisée avant fin 2009 Achat de matériels audiovisuels et plusieurs campagnes organisées Les résultats de l’enquête auprès des citoyens de la commune disponibles en Mai 09 Un guichet unique est créé et opérationnel 10000000 10000000 10000000 30 .000.000 10% PM 90% Exécutif Communal Service développement communautaire de

Organisation d’une table ronde des bailleurs de la commune Campagne soutenue de sensibilisation contre l’incivisme fiscal

Réalisation d’une enquête portant sur l’identification des besoins des citoyens Création d’un guichet unique devant offrir des services innovants aux citoyens de la commune

5000000

X

5000000

AIMF

Création d’un guichet unique devant offrir des services innovants aux citoyens Offre des services et appui à l’entrepreneuriat

10480000

4000000

4000000

4000000

22480000

AIMF

Des jeunes et les femmes sont formés en entrepreneuriat

X

x

AIMF

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 89

Plan de Développement Communal___________________________________________________
Appui à la création des microprojets des jeunes Total X X x AIMF

32130000

19000000

19000000

19000000

79.130.000

Total AXE 5: 79.130.000 FCFA Total général : 6.005 326 139 FCFA

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 90

Plan de Développement Communal___________________________________________________

5.2. PROGRAMME ANNUEL D’ACTIONS DE LA COMMUNE NIAMEY II ANNEE : 2009 AXE N°1 : Facilitation de l’accès des populations de la commune aux services sociaux de base d’ici 2012 dans les secteurs d’Education, de Santé, de Recensement et d’Etat Civil
Actions Indicateurs/Résultats attendus Coûts en FCFA Prise en charge Village quartier Construire des classes en matériaux définitifs et les 70 classes construites en équiper en mobiliers et matériels didactiques définitifs avec équipements Recruter les enseignants en quantité et qualité matériaux 350.000.000 et/ou Commune Etat PTF

10%

90%

Disponibilité d’enseignants de qualité et en 100.000 nombre suffisant Les COGES sont redynamisés et 500 000 opérationnels au cours de l’année scolaire 2009/2010 Tous les parents sensibilisés envoient leurs 2.000.000 enfants à l’école à la prochaine rentrée

5%

15%

80%

Redynamiser les COGES

5%

15%

80%

Sensibiliser les parents d’élèves

5%

15%

80%

Former les enseignants

Plus de la moitié des enseignants sont mis à 1.000.000 niveau

50%

50%

Améliorer la couverture sanitaire Réduire la mortalité des enfants de 0 à 5 ans

1 maternité est construite à Kouara Tégui 2 CSI construits à Dar es Salam et Banizoumbou II (montage des requêtes de financement et recherche des partenaires)

101.200.000

20% 20%

80% 80%

Sensibilisation sur les IST/VIH Sida

Au moins six campagnes organisées en 2009 3.000.000

20%

80%

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 91

Plan de Développement Communal___________________________________________________ Recenser toutes les populations de la commune La commune dispose de l’effectif total de sa 19.650.000 population en 2009 1 bureau d’état civil opérationnel en 2009 1 siège opérationnel en 2009 19.875.000 154.000.000 641.325.000 20% 80%

Construire et équiper un bureau d’état civil Construire et équiper un nouveau siège de la Commune Total

10%

30%

60%

Total Axe 1 : 641.325.000 FCFA

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 92

Plan de Développement Communal___________________________________________________

AXE N°2 : Amélioration des conditions de vie des populations-cibles (jeunes, femmes et enfants de la Commune Niamey II) à travers des activités des jeunes et des AGR
Actions Indicateurs/Résultats attendus Coûts en FCFA Prise en charge Village Construction d’un complexe sportif et Un complexe construit à la fin 2011(montage culturel des requêtes de financement et recherche des partenaires) Création d’une maison de culture Une maison de culture est créée avant 2010 12.500.000 20.000.000 Commune 5% Etat 15% Partenaires 80%

5% 20%

20%

75% 80%

Création d’un C .F.A.P.T (Centre de Un centre est créé avant 2011 Formation d’apprentissage et de Perfectionnement Technique) Pratique des AGR Un foyer féminin est créé fin 2010

5.000.000

5%

20% 5% 15%

75% 80%

Campagne soutenue de sensibilisation Achat de matériels audiovisuels et plusieurs 10.000.000 contre l’incivisme fiscal campagnes organisées Total 47.500.000

Total Axe 2 : 47.500.000 FCFA

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 93

Plan de Développement Communal___________________________________________________

AXE N° 3 : Développement des stratégies pour une augmentation des productions et une meilleure rentabilité agro-sylvo-pastorale dans la commune Niamey 2
Activités Résultats attendus Coûts en FCFA Prise en charge Village Récupérer les terres Récupération de 50 ha de terres érodées à Dan Zam 5 000.000 agricoles érodées de la Kouara et Gorou Béri par an par des actions de CES/DRS commune d’ici 2012 (DLA+fumure) Organiser les producteurs -Vulgariser la loi 96-016 portant sur création-gestion 3.000.000 des coopératives et associations paysannes dans 6 villages et quartiers de la commune 5% Commune 15% Etat 80% PTF

10%

20%

70%

Apporter l’appui conseil aux Formation er et recycler 10 groupements/an en vie 1.500.000 producteurs de la CN2 d’ici associative, crédit, ESEP, brigade fin 2012 Suivi des groupements formés en 2009 500.000 Favoriser l’accès aux crédits Plaidoyer pour la création d’une Banque A9 aux producteurs Création de 5 banques d’intrants/an dans les 7 villages 10.000.000 et quartiers

5%

15%

80%

5%

15%

80% 80%

Créer des banques et assurer Approvisionner les 5 banques d’intrants (intrants, 15.000.000 l’approvisionnement en pesticides et engrais M 50l/exploitant comme fonds de intrants agricoles roulement -Former et suivre les 20 banques d’intrants (membres 200.000 et fonctionnement) Assurer la commercialisation Octroyer 10 boutiques aux coopératives pour la Pm des productions agricoles commercialisation dans les différents marchés de la commune ;

20%

80%

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 94

Plan de Développement Communal___________________________________________________ -Fonçage de 10 puits maraîchers/an et Crédit agricole 6.000.000 (20 motopompes/an) Améliorer la santé animale Tout le bétail est vacciné à partir de 2009 10.000.000 5% 15% 80%

20% 100%

80%

Une antenne vétérinaire est créée et équipée à 15.000.000 Koiratégui en 2009

Redynamiser les associations 200 membres agro-éleveurs sont formés et recyclés 5.000.000 par an à partir de 2009 d’éleveurs

20%

80%

Les 200 membres agro-éleveurs formés sont suivis Compléter les une auberge dans le marché est construite et équipée infrastructures du marché de Tourakou

1.000.000 30.000.000 20% 80%

Assurer l’approvisionnement 3 Banques d’Aliments Bétail (BAB) sont construites en 4.500.000 en intrants zootechniques 2009 Les banques sont approvisionnées en intrants son, blé, 1.500.000 gain, coton et sel, etc.) Formation de 3 comités de gestion Protéger les contre la rage Lutter contre aviaire populations Les gîtes de chiens errants sont repérés et les chiens 1.500.000 détruits dans la commune la grippe 40 séances de sensibilisation sont organisées à travers PM les 20 quartiers et village de la commune par an Mettre 6 dispositifs de surveillance actifs par an à PM travers la commune les services d’élevage sont équipés de moyens humain, PM informatique et roulant X

100%

100%

X

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 95

Plan de Développement Communal___________________________________________________ Réalisation de 2 fourrières communales 2 sites pour abriter les fourrières sont identifiés 2000.000 100%

Deux (2) fourrières sont construites et équipées à partir 6.000.000 de 2009 TOTAL 111.700.000

Total Axe3 : 117.700.000 FCFA

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 96

Plan de Développement Communal___________________________________________________

AXE N°4 : Améliorer les conditions de vie des populations de la Commune Niamey II à travers la promotion d’un environnement sain d’ici 2012
Objectifs Actions Indicateurs/Résultats attendus Coûts en FCFA Prise en charge Village Améliorer la Récupérer des terres dégradées gestion durable des ressources Traiter les berges des koris naturelles 50 Ha des glacis de Goroubéri sont récupérés les berges des koris de Koiratégui, Gountou Yéna, et Dar Es Salam sont traitées 500.000 1.350.000 Commune 20% 60% Etat PTF 80% 40%

Produire 16 000 plants toutes 4 000 plants sont produits chaque année espèces confondues

100%

Planter, entretenir et suivre les les plantations sont suivies au niveau de 6 100.000 plantations au niveau de 24 infrastructures chaque année infrastructures et concessions Assurer la plantation des haies 2 écoles sont clôturées de vives autour de 8 écoles année Haies vives chaque 2.000.000

100%

100%

Former et sensibiliser la Les défrichements améliorés sont pratiqués dans les 2.000.000 population sur la pratique de la champs régénération naturelle dans les champs Sensibiliser, renforcer les capacités 10 pêcheurs sont formés chaque année et équiper les Pêcheurs de la Commune II Sensibiliser la population sur le Des pépinières privées sont créées transfert de technologies (production privée) 2.000.000

100%

100%

2.000.000

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 97

Plan de Développement Communal___________________________________________________ Délivrer des taxes sur les points 113 points de vente sont opérationnels de vente de bois de feu et de service Délivrer des taxes sur la vente des Des taxes sont récupérées au niveau de 2 marchés poissons 720.000 100%

720.000

100%

Améliorer les Renforcer les services d’eau - 300 latrines familiales sont construites 12.000.000 services d’eau, potable et d’assainissement 100 PEP sont mis en place en 2009 5.000.000 d’hygiène et assainissement 200 dispositifs de lave- mains sont mis en place en 3.398.900 dans la Commune 2009 Niamey II le contrôle des travaux est assuré 1.272.370 20%

20% 20% 20%

80% 80% 80%

100% 80%

Des activités économiques sont menées autour des 968.960 points d’eau Les structures de gestion des points d’eau sont 1.111.191 formées (service eau, structures /villages /commune/groupements) Les structures de gestion puits, comités 360776 d’assainissement/de salubrité sont mises en place Renforcer les capacités techniques et formées. des différents acteurs et la promotion de l’hygiène de base. L’agent technique communal eau et assainissement 87461 est formé. Les élus sont formés en GIRE et gestion du service. 172 954

100%

100%

100%

100% 100%

Les meilleures pratiques d’hygiène de base et 199411 pratiques responsables face au VIH/SIDA sont réalisées. Appuyer la concertation entre les Des voyages nationaux sont organisés. 393 574

100%

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 98

Plan de Développement Communal___________________________________________________ acteurs sur l’eau et assainissement Des voyages internationaux sont réalisés. 327979 au niveau Communal, national et Des rencontres inter villageoises sont organisées à 1000000 international. partir de 2009. - Des rencontres inter structures sont organisées en 375043 2009. Des rencontres entre des élus locaux sont 500000 organisées à partir de 2009.. Des journées communales sont organisées à partir 1000000 de 2009. Le cadre de concertation au niveau communal est 918340 créé à partir de 2009. le livre bleu communal est élaboré 5.000.000 20% 100% 100%

100%

100%

100%

100%

100% 80%

Faciliter Renforcer et rendre opérationnels Tous les caniveaux existants de la Commune sont 100 000 000 l’écoulement des les ouvrages d’assainissement sur curés et réfectionnés à partir de 2009 eaux usées et de tout le territoire communal 10 kml de nouveaux ouvrages (50-100) x 60 sont 125.000.000 pluies réalisés à partir de 2009 TOTAL 270.877.548

20%

80%

Total Axe 4 : 270.877.548 FCFA

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 99

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Axe d’intervention N° 5 : Favoriser la participation citoyenne et le développement des partenariats par la mise en place d’un cadre de concertation communale pour l’appui à la bonne gouvernance locale Objectif spécifique 1 : Création du cadre de concertation des acteurs de développement de la Commune Niamey 2 Objectif spécifique 2 : Création d’un guichet unique au service des citoyens de la commune
Actions Résultats/Indicateurs Prise en charge Commune Un comité de pilotage est crée à la communauté urbaine de Niamey pour réfléchir sur les orientations des cadres de concertations en janvier 2009 Identification des acteurs de développement de la commune 35 acteurs de développement représentatifs de la commune sont identifiés en Avril 09 Un cadre de concertation est mis en place et opérationnel en avril 2009 Les résultats de l’enquête auprès des citoyens de la commune disponibles en Mai 09 Un guichet opérationnel unique est crée et 6650000 PM Etat Responsables PTF AIMF Appuis techniques Conseil communal et AIMF Ressources disponibles Chargés de Mission AIMF

AIMF

Conseil communal et AIMF

Création du cadre concertation communal

de

AIMF

Conseil communal et AIMF

Réalisation d’une enquête portant sur l’identification des besoins des citoyens Création d’un guichet unique devant offrir des services innovants aux citoyens Total

5000000

AIMF

Conseil communal et AIMF

10480000

AIMF

Conseil communal et AIMF

22.130.000

AIMF

Total Axe 5 : 22.130.000 FCFA Total investissements 2009 : 1 099 532 548 FCFA
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN)

Page 100

Plan de Développement Communal___________________________________________________

VI. DISPOSITIF DE MISE EN ŒUVRE ET DE SUIVI-EVALUATION DU PDC Le développement n’étant pas seulement l’affaire des seuls responsables municipaux, mais la volonté des populations et de tous les acteurs de développement qui mettent en synergie leurs forces, ces derniers devant alors prendre en charge leur devenir. La commune est l’actrice centrale de la mise en œuvre du plan de développement. A cet effet, l’ensemble des acteurs sont appelés à mettre leurs contributions tant sur les plans physique, matériel, financier qu’intellectuel. Pour mettre en œuvre des actions programmées, la Commune prévoit de mobiliser deux types de ressources : les ressources internes et externes. Pour cela, une stratégie de recherche de financement dont le but sera d’améliorer les capacités de mobilisation des ressources internes et attirer les appuis externes, sera définie. Les bénéficiaires/populations seront également appelées à contribuer pour certaines réalisations et pour cela déjà quelques stratégies retenues pour la mise en œuvre du plan de développement communal sont dégagées à savoir:
-

-

-

-

Compter d’abord sur les ressources propres et mobilisables de la commune (taxe, impôts, …) ; Elaboration les microprojets contenus dans le PDC et faire du lobbying auprès de tout bailleur ; Large diffusion du PDC auprès des partenaires actuels et potentiels; Amener les partenaires par la concertation et la sensibilisation à s’inscrire dans le plan pour la réalisation des activités planifiées relevant de leur domaine ; Mise à profit les compétences des élites de la commune ; Implication et responsabilisation des bénéficiaires directs ; Elaborer des projets sur la base du PDC ; Créer un site Web propre à la commune Renforcement des capacités des cadres municipaux.

6.1. La mise en œuvre du PDC 6.1.1. Les acteurs  le conseil municipal ;  l’exécutif communal ;  les services municipaux déconcentrés et décentralisés ;  les partenaires techniques de développements ;  les ONG et Associations ;  les autorités administratives ;  les leaders religieux et traditionnels ;
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 102

Plan de Développement Communal___________________________________________________

 les médias ;  toutes les populations. 6.1.2 Le rôle des acteurs Le conseil communal, avec l’ensemble de ses ressources et outils, assure la mise en œuvre et le suivi- évaluation du PDC. Le plan de développement étant le document de référence de la municipalité en matière de développement, tous les partenaires de développement (projets, programmes, ONG et associations, etc …) et les services déconcentrés de l’Etat agiront à la base en pleine adéquation avec ce document grâce à :  la mise en place d’un cadre de concertation qui regroupera tous les partenaires de développement ;  la conception et la mise à disposition d’une banque de projets extraits du PDC par les commissions thématiques spécialisées en collaboration avec les services déconcentrés de l’Etat ;  l’animation et la sensibilisation des communautés à la base sur leurs actions du PDC, lesquelles sont issues de leurs préoccupations et la nécessité de mobiliser les apports personnels dans le cadre des projets financés ;  la responsabilisation des communautés de base (populations) sur le suivi et l’entretien des infrastructures réalisées ;  l’appui aux organisations et groupements sur le renforcement de leurs capacités et leurs implications dans la formulation des projets à extraire du PDC ;  Le suivi par le conseil municipal des infrastructures à réaliser sur le terrain. Le conseil municipal tout en assurant le suivi des actions citées ci-dessus veillera à l’engagement des bénéficiaires, du respect de la stratégie de mise en œuvre et des obligations des différents acteurs et de l’équité dans la répartition spatiale des interventions. 6.2. Les étapes de la mise en œuvre 6.2.1. La diffusion du PDC La vulgarisation du document auprès de tous les acteurs de développement de la commune est un élément important dans la mise en œuvre et il le faut faire connaître au public, le vendre, en faire du marketing pour le développement. Les techniques de lobbying et du plaidoyer autour du document auprès des bailleurs, les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et tout autre acteur pouvant contribuer à la mise en œuvre des actions programmées seront abordées.
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 103

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Ceci passerait premièrement par un atelier de vulgarisation du PDC, ensuite le conseil municipal et l’ensemble de ses ressources et outils, à l’exemple du cadre de concertation mettra en place une stratégie efficace d’attraction et d’implication de tous les acteurs de développement opérant sur le territoire municipal. 6.2.2. La formation du personnel communal et des animateurs du cadre de concertation sur les techniques de montage de projets, de recherche de financement et d’exécution des actions planifiées Dans le but d’atteindre les résultats des actions planifiées, il convient de renforcer les capacités des cadres municipaux, (formation et/ou recyclage) des membres de tables de concertation et tout autre acteur impliqué dans la mise en œuvre du PDC. Les formations qui seront concentrées autour du cycle de vie d’un projet de développement comprendront plusieurs thèmes notamment :         les techniques de montage de projet ; les techniques de recherche de financement ; la mise en œuvre des actions ; le dispositif de suivi-évaluation ; la méthode Gestion Axée sur les Résultats (GAR) ; le dispositif d’évaluation du PDC ; L’évaluation des projets ; Etc.

6.2.3. Le montage de microprojets/projets/programmes Pendant et après les différentes formations, les comités thématiques seront formés dans les différents domaines d’intervention. Le travail à faire dans chaque comité consistera à transformer les actions planifiées dans chaque domaine en microprojet, en projets ou en programmes et pour ce faire, il est important de ficeler des dossiers techniquement bons et banquables. La commune disposera d’une banque solide de projets qui lui permettront de tenir un langage approprié devant tout bailleur et à s’engager à la mise en œuvre. 6.2.4. Elaboration des stratégies de mobilisation des ressources Avec des microprojets rédigés, la commune et son cadre de concertation vont élaborer un mécanisme de mobilisation des ressources. Elle pourra tout d’abord identifier par domaine d’intervention les principaux acteurs de développement et chercher à les intéresser à son plan d’action. D’autres stratégies, telle que l’organisation d’une table ronde des bailleurs pourront être abordées.
Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 104

Plan de Développement Communal___________________________________________________

A l’interne, la commune pourra évaluer son mécanisme de mobilisation interne des ressources notamment par le respect des principes budgétaires parce que celui-ci constitue le principal levier d’investissement communal. 6.2.5. Le dispositif de suivi-évaluation du PDC Le système de suivi-évaluation est l’ensemble des procédures de collecte, d’analyse et de traitement de l’information, et d’établissement des rapports auxquels s’ajoute l’ensemble des conditions et des compétences nécessaires pour que les résultats de Suivi et Evaluation contribuent valablement au processus de prise de décision, de réflexion critique et de capitalisation autour du plan de développement communal. Pendant la durée de la mise en œuvre des actions du PDC, il est nécessaire de savoir :
-

(1) où en est l’exécution du programme de travail ; (2) si le déroulement des actions se fait selon ce qui a été prévu ; (3) et si elles permettent de contribuer efficacement à l’atteinte des résultats et des objectifs.

Le suivi est donc un outil de pilotage de l’action car il permet de repérer les anomalies en cours d’exécution, d’apporter des corrections dans la gestion et éventuellement des ajustements méthodologiques et techniques. Un dispositif de suivi - évaluation sera élaboré avec l’ensemble des cadres municipaux et des partenaires au développement afin de permettre la bonne exécution des activités programmées, les acteurs seront autant formés sur la conception et l’application du mécanisme. 6.3. L’évaluation du PDC L’évaluation du PDC consiste à comparer les résultats des actions planifiées avec leurs objectifs et leurs moyens pour en apprécier la réalisation. Le plan de développement sera évalué chaque année par le conseil municipal en présence des services déconcentrés de l’Etat et des partenaires au développement afin de décider des réajustements et des recommandations. Il devra également travailler à la mise en place d’un plan d’investissements issus de la planification stratégique à partir de l’année 2. Ainsi, il est à préconiser deux types d’évaluation : 1. L’évaluation à mi-parcours qui se fera à la fin de chaque année et ; 2. L’évaluation finale qui interviendra au terme du PDC dont la planification stratégique porte sur une période de 4 ans.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 105

Plan de Développement Communal___________________________________________________

CONCLUSION Le phénomène de libéralisme économique, le désengagement progressif de l’Etat et la décentralisation devenue effective au Niger exigent la prise en main du développement local par les élus. Le Plan de Développement Communal (PDC), outil de planification stratégique élaboré à l’initiative du conseil municipal permet d’assurer une cohérence entre les interventions et d’optimiser ainsi les ressources avec le maximum d’impacts au niveau des populations. Il constitue aujourd’hui développement. le cadre de référence pour la plupart des partenaires au

Fortes de leurs convictions, les autorités de la Commune II ont décidé de doter leur commune de cet outil qui traduit la vision à court terme du développement de leur collectivité. Il est le fruit de l’engagement de ses élus dans leur volonté de prendre en charge rationnellement et de manière résolue, les problèmes de développement auxquels leurs administrés font face. Ce plan, qui est quadriennal (2009- 2012) fera l’objet d’un processus continu de révision. Ainsi chaque année, il pourra actualiser les priorités des actions retenues. En revanche, tous les quatre ans, la validité du Plan sera révisée et un nouveau sera élaboré. Les élections locales étant tenues en juillet 2004, le mandat du conseil municipal sera renouvelé en 2009. En prenant la période 2009-2012 pour ce PDC, le conseil municipal entend créer les conditions de disposer d’un cadre stratégique fiable pour le nouveau conseil dés son installation. Comme on le sait, l’élaboration de ce document a nécessité la participation de tous les acteurs de la commune, son appropriation et surtout sa mise en œuvre dépendront des stratégies qui y seront dégagées à cet effet. Et c’est dans cette optique que les mesures ciaprès sont envisagées : La mobilisation des ressources à la hauteur des ambitions qui passe par l’augmentation de la capacité d’autofinancement de la commune, elle-même conditionnée par l’accroissement du taux de recouvrement des recettes budgétaires ; Une large diffusion de ce document à travers une table ronde des acteurs au développement de la commune en particulier les Partenaires Techniques et Financiers(PTF). Cette publicité associera également la presse (radio et télévision) ainsi que la presse écrite, mais aussi tous les autres moyens traditionnels d’information;

-

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 106

Plan de Développement Communal___________________________________________________

-

Le respect strict des règles de procédures nationales de gestion et celles des partenaires financiers.

Toutes ces mesures feront l’objet d’un suivi par le Conseil Municipal, qui en fera l’ordre de jour principal d’au moins une de ses sessions annuelles. Un rapport annuel de mise en œuvre du PDC, doit être produit et tenu à la disposition de tous les partenaires. Enfin, la Commune dispose désormais d’un outil d’orientation pour amorcer son développement, espérons que tous les acteurs intervenants se mobiliseront pour traduire en actions concrètes ses objectifs pour le bien - être des populations.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 107

Plan de Développement Communal___________________________________________________

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1. MAT/DC : Guide national d’élaboration d’un plan de développement communal, 28 pages, Niamey, déc. 2006, 28 pages +annexes ; 2. Monographie de la Commune Niamey 2, Niamey, avril 2006, 36 pages ; 3. Monographie de la Communauté Urbaine de Niamey, juillet 2008, 128 pages ; 4. BCR : Résultats provisoires du RGP/H/2001, Niamey, 46 pages + annexes; 5. INS : Répertoire National des Communes (RENACOM) ; 6. MEB/A - DEP : Annuaire statistique 2006-2007 ; 7. Niger/Cabinet du Premier Ministre : Stratégie de Réduction de la Pauvreté, janvier 2002 ; 8. SCDC : Monographie de la commune II, Niamey, Avril 2005, 113 pages ; 9. UNICEF : MOTCHO. K. N : Cadre de vie et système de santé à Niamey, Thèse de doctorat de géographie, 1990-1991, UFR de géographie et gestion des espaces ; 10. Sidikou Hamidou Arouna, Niamey : Etude de géographie socio urbaine, Thèse de doctorat de géographie 1980 ; 11. Sidikou Hamidou Arouna, Bontianti Abdou : La gestion des déchets urbains à Niamey; Juin 2004 ; 12. Programme d`Actions Communautaires, Cellule de Coordination Nationale : Situation de Référence de la Région de Niamey, Décembre 2004 ; 13. Ministère des Travaux publics et de l`Urbanisme, Schéma Directeur d`Aménagement et d`Urbanisme, A.N.U – A.C.A; 1984. 14. Banque Mondiale/ Fonds Norvégien : Enquête pauvreté, Niamey Commune III, 2004, 47 p ; 15. PSE/Dogari Ing : Etude de faisabilité des options techniques pour la région de Niamey, rapport définitif, 62p ; 16. Urbaplan/LAMCO-Ingénierie : Audits urbains des cinq communes de la CUN, Niamey juin 2007 ; 314 pages ; 17. LAMCO-Ingénierie : PDC de la Commune Niamey V, Niamey, 2005.

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 108

Plan de Développement Communal___________________________________________________

ANNEXES

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 109

Plan de Développement Communal___________________________________________________

Récapitulatif des ODM, des priorités de la SRP et des résultats escomptés de PDC
OMD 2000-2015 Proportion de la population vivant avec moins de 600 FCFA Réduire la proportion de la population entre 1990 et 2015 Revenu inférieur à 6OO FCFA Indicateurs principaux Cibles OMD Cible SRP Cible PDC Indicateurs PDC 2008 2009-2012 Réduire % pauvres par rapport à la situation en 20082009 de 2% 2010 de 3% 2011 de 5% 2012 de 10% 2010-2015 Réduire pauvres 2010….% 2011….% 2012…..% 2013….% 2014…..% 2015.. 31% Activités PDC 2009-2012 % Crédit AGR Crédit petit commerce Installation structure d’encadrement AGR

Réduire le % des personnes % des personnes pourcentage des pauvres pauvres pauvres de 63% en 1994 et 59% en 2005, 55% en 2010 et 31% en 2015

Indice de l’écart de pauvreté

Mobilisation des Taux de ressources recouvrement financières taxe et impôts internes 7,68% en 2008

1. Réduire l’extrême pauvreté et la misère Part des 20% des plus pauvres dans le revenu ou la consommation Réduire la malnutrition des enfants de moins de 5 Ans de 39,6% en 2000 et 17% en 2015 Taux de malnutrition les enfants de moins de 5 ans.

Accroître le taux de recouvrement 2009 de 5% 2010 de 8% 2011 de 10% 2012 de 12.%

Réduire la proportion de la population qui souffre de la faim

Bilan céréalier

2. Assurer l’éducation primaire pour tous

Proportion des enfants qui achèvent un cycle complet d’études primaires

Donner à tous les enfants (filles et garçons) les moyens d’achever le 1er cycle

Augmenter le Taux brut de taux de scolarisation en scolarisation de 2008 24% en 2000 à 100% en 2015

Equipement centres commerciaux Taux global de Réduire le taux Réduire le taux Mise en place de malnutrition de malnutrition des BC 8,30% en : en : malnutrition 2009….% 2010….% des enfants de Mise en place 2010….% 2011….% moins de 5 ans. des Banques 2011…..% 2012…..% d’Aliments Bétail 2012….% 2013….% 2014…..% 2015.. 31% Mise en place de Banques d’intrants IA Bilan céréalier en Accroître la Accroître la Récupération production production 2008 terres dégradées céréalière Mil : 2504 tonnes céréalière (200 ha) 2009….% 2010….% Sorgho : 385 2010….% 2011….% tonnes Engrais (18 T) 2011…..% 2012…..% Niébé : 448 2012….% 2013….% tonnes Semences 2014…..% 2015.. 31% Arachide : 44 tonnes UCA Riz : 80 tonnes Taux brut de augmenter le augmenter le Construction 280 de taux de classes scolarisation en taux en scolarisation scolarisation 2009 matériaux 2009….% 2010….% définitifs 2010….% 2011….% 2011…..% 2012…..% Equipement 280 2012….% 2013….% classes 2014…..% 2015.. …% Infosensibilisation sur la scolarisation de la jeune fille

Accroître le taux de recouvrement 2010….% 2011….% 2012…..% 2013….% 2014…..% 2015.. 31%

Organisation acteurs AGR Aménagement des marchés

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 110

Plan de Développement Communal___________________________________________________
Taux d’alphabétisation 15 a 24 ans Relever le taux Taux d’alphabétisation d’alphabétisation de 19,9% en 15 à 45 ans 2000 à 44% en 2015 Taux d’alphabétisation 15 à 45 ans en 2009 Relever le taux d’alphabétisation 2009….% 2010….% 2011…..% 2012….% Relever le taux d’alphabétisation 2010….% 2011….% 2012…..% 2013….% 2014…..% 2015.. …% Relever le taux brut de scolarisation des filles 2010….% 2011….% 2012…..% 2013….% 2014…..% 2015.. …% Ouvrir des centres d’alphabétisation Equipement des centres d'alphabétisation

Rapport filles/Garçons Primaire 3. Promouvoir Secondaires l’égalité des supérieure sexes et l’autonomie des femmes

Eliminer la disparité entre filles et garçons dans le primaire d’ici 2005 et à tous les niveaux d’ici 2015

Relever le taux Taux brut de Taux brut de Relever le taux de de scolarisation scolarisation des scolarisation des brut scolarisation des des filles de filles filles filles 29,6% en 2001 à 2009….% 84% en 2015 2010….% 2011…..% 2012….%

Part des femmes dans l’emploi salarié non agricole

Part des femmes Proportion des dans l’emploi femmes salariées salarié non en 2009 agricole

Accroître la Proportion des femmes salariées 2009….% 2010….% 2011…..% 2012….%

Femmes parlementaires

Femmes conseillères parlementaires

Proportion 2008

en Accroître proportion femmes 2009….% 2010….% 2011…..% 2012….%

la des

4. Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans

Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans

Réduire de 2/3 de 1990 à 2015 la mortalité des enfants de moins de 5 ans

Taux couverture sanitaire

de Taux de couverture sanitaire 98% pour le district en 2008

Accroître le taux de couverture sanitaire 2009….% 2010….% 2011…..% 2012….%

Accroître la Proportion des femmes salariées 2010….% 2011….% 2012…..% 2013….% 2014…..% 2015.. …% Accroître la proportion des femmes 2010….% 2011….% 2012…..% 2013….% 2014…..% 2015.. …% Accroître le taux de couverture sanitaire 2010….% 2011….% 2012…..% 2013….% 2014…..% 2015.. …%

Renforcement des capacités du CSI Promotion de la lutte anti vectorielle Equipement des formations sanitaires Recyclage formation agents et des

% d’enfants de 0 à 1 1an vaccinés contre la rougeole

Taux couverture vaccinale (DTCP3)

de Taux couverture 2008

de Accroître le taux Accroître le taux Amélioration des en de couverture en de couverture à conditions d'hygiène des 2009 52,8% en 2015 familles pauvres Promotion de la lutte anti vectorielle

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 111

Plan de Développement Communal___________________________________________________
5. Améliorer la Taux santé mortalité maternelle maternelle de Réduire de ¾ le taux de mortalité de 2000 à 2015 Réduire le taux Taux de mortalité de mortalité 7°/00 à 3°/00 en maternelle 2015 de Taux de mortalité maternelle pour 1000 en 2008 Réduire le taux de mortalité maternelle pour 1000 en 2009 Réduire le taux Création CSI et de mortalité maternité maternelle à 3 pour 1000 en 2015

Taux De Prévalence VIH/ SIDA chez les femmes âgées de 15 à 24 ans

Réduire le taux Taux de prévalence de prévalence VIH/SIDA de 0,87 VIH/SIDA en 2000 à 0,8 en 2015

de Taux de Réduire le taux séroprévalence de prévalence VIH/SIDA 1% VIH/SIDA pour le district en 2008

Réduire le taux Promouvoir de prévalence IEC VIH/SIDA à 0,8% en 2015

les

Recyclage des cadres de santé taux de mortalité du SIDA Taux de Taux de Réduire le Taux mortalité lié au mortalité lié au de mortalité lié au SIDA SIDA SIDA en 2008 2009….% 2010….% 2011…..% 2012….% Taux de Taux en 2008 Réduire le Taux de mortalité lié mortalité lié au au paludisme paludisme 2009….% 2010….% 2011…..% 2012….% Réduire le taux de mortalité lié au SIDA en % en 2015 Equipement adéquat des formations sanitaires

6. Combattre le Taux d’incidence VIH/SIDA, le des principales paludisme et maladies autres maladies Taux de mortalité lié au paludisme

Réduire le taux de mortalité lié au paludisme à 35% en 2000 et 17% en 2015

Entretien et construction des caniveaux Installation gestion poubelles conteneurs et des et

Réduire le taux de mortalité lié au paludisme à 17% en 2015

Construction des latrines

Taux de décès lié à la tuberculose

Cas de décès lié Taux de décès en Réduire le taux Réduire le taux de décès à la tuberculose 2008 de décès à … % 2009….% en 2015 2010….% 2011…..% 2012….%

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 112

Plan de Développement Communal___________________________________________________
7. Assurer un Réduire le % de environnement la population qui durable n’a pas accès à l’eau potable Améliorer l’accès à l’eau potable de 52% en 2000 à 80% en 2015 Améliorer l’accès à l’eau potable à % 2009….% 2010….% 2011…..% 2012….% Taux de Accroître de 20% couverture en le taux de eau potable en couverture en 2008 eau potable en 2009 Accroître le Réhabilitation et taux de Construction des couverture en foyers de jeunes eau potable à 80% en 2015 Construction et équipement d'une bibliothèque communale Construction d'un complexe sportif Construction de 12kml de routes bitumées Construction de 8 kml de rues pavées Renouvellement et extension du réseau d'adduction d'eau potable Création de nouvelles infrastructures hydrauliques Proportion de la Taux d’utilisation Extension de population de combustibles l'électrification faisant usage de solides en 2008 sur tout le combustibles territoire solides communal Emplois créés en Emplois 2009 2008 2010 2011 2012 créés Emplois créés 2010 2011 2012 Appui aux jeunes et femmes

Proportion de la population faisant usage de combustibles solides 8 Mettre en place un partenariat de développement Créer des PMA emplois décents et productifs pour les jeunes Promouvoir Nombre l’emploi chez les d’emplois créés jeunes

Elaboré par M. Lawan OUMAROU SANDA, Sociologue-Consultant avec l’appui technique de M. Philippe TALLA, Chargé de mission de l’AIMF auprès de la Communauté Urbaine de Niamey (CUN) Page 113

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->