Vous êtes sur la page 1sur 1

203r ll n'y u plusd'aprs

a te ry attnrcESPACE Slow

Paroles & Musique de Guy Bat

l. Main

vis tu te - nant que me dis "Comme tout chanqe!"

Les

I'au - tre bout d'Pa - ris, Quand M rues te semblent - transes.

A7

tu veux me les

chan-ger d'ge ca - fs-crme

viens me dire "bon-jour" Tu Tu t'offres un long voy - age. N'ont plus le got qu'tu aimes. C'est que ru es une auFe, D7 REFRAIN G |-3-----r-3----l

Au C'est

coin d'la rue du Four. que je suis un autre :

Tir Nous

Cm S.A.

vrens me som-mes

vl - sl - ter - tran-gers

Saint-Ger- main - des- Prs. I1 n'y a plus d'a Saint-Ger-main- des- Prs.

Saint-Ger-main-des

r-l--1--r

r-J----r

Plus d'a - prs-de-main,

ny

qu'au-jour-d'hui.Quandje al Coda

te le-ver

Saint-Ger-main-des- Prs.

Ce n'se

ra plus toi,

ce n'se-ra

n'ya plus d'au-tre-fois.

2.To 3.4

Cm

con S
n'y a plus d'au - tre -

quetu vis 1. Maintennt l'autrpboutde Paris, Quandtu veux changerd'ge Tu t'offresun long voyage. Tu viensme dire "bonjour" Au coin de la rue du Four. Tu viensme visiter Saint-Germain-des-Prs. Il n'y a plus d'aprs Saint-Germain-des-Prs . Plusd'aprs-demain, Plusd'aprs-midi : I1n'y a qu'aujourd'hui. je te reverrai Quand Saut-Cermaindes-Prs, Ce ne seraplus toi, Ce ne seraplus moi : tr n! a plus d'autrefois.

tout change!" 2. Tu me dis "Comme tranges. Les rueste semblent Mmeles cafs-crme N'ontplusle gotquetu aimes. C'estquetu esuneautre, un autre: C'estqueje Suis trangers Nous sommes Saint-Germain-des-Prs. Il n'y a plus d'aprs Saint-Germain-des-Prs, Plusd'aprs-demain , : Plusd'aprs-midi Il n'y a qu'aujourd'hui. Quandje te reverrai Saint-Germain-des-hs, Cene seraplustoi, Ce ne seraplusmoi : Il n'y a plusd'autrefois.

3. vivre aujour le jour, La moindredesamours Prenait,danscesruelles, Des alluresternelles. Mais la nuit la nuit, C'taitbientt fini : Voici l'ternit Saint-Germain-des-Prs. Il n'y a plus d'aprs Saint-Germain-des-Prs . Plusd'aprs-demain, : Plusd'aprs-midi Il n'y a qu'aujourd'hui. Quandje te reverrai Saint-Germain-des-hs, Ce ne seraplus toi, Ce ne seraplusmoi : Il n'y a plus d'autrefois.