Vous êtes sur la page 1sur 51

Nouveaux Guides Géologiques et Miniers du Maroc - Volume 3 - Circuits : Anti-Atlas et haut Atlas, circuit occidental & Anti-Atlas central

La série des Nouveaux Guides

Volume 1 (Notes & Mém. n° 556) : Présentation des circuits. Introduction à la géologie du Maroc / Introducing the tours. Overview of the Geology of Morocco.

Volume 2 (Notes & Mém. n° 557) : HautAtlas etAnti-Atlas, circuit oriental (6 jours). Oukaime- den (1 jour). Guéliz-Ourika (1 jour) / High Atlas and Anti-Atlas Eastern Loop (6 days).- Oukaimeden (1 day). Gueliz-Ourika (1 day).

Volume 3 (Notes & Mém. n° 558) : Anti-Atlas et Haut Atlas, circuit occidental (6 jours). Anti- Atlas central (4 jours) / Anti-Atlas and High Atlas Western Loop (6 days). Central Anti-Atlas (4 days).

Volume 4 (Notes & Mém. n° 559) : Moyen Atlas (6 jours). Haut Atlas central de Beni Mellal à Imilchil (4 jours) / Middle Atlas (6 days). Central High Atlas from Beni Mellal to Imilchil (4 days).

Volume 5 (Notes & Mém. n° 560) : Rif central et occidental (6 jours). Rif oriental (3 jours) / Central and Western Rif (6 days).- Eastern Rif (3 days).

Volume 6 (Notes & Mém. n° 561) :Anti-Atlas occidental & Provinces sahariennes (6 à 8 jours) / Western Anti-Atlas and Saharan Provinces (6 to 8 days).

Volume 7 (Notes & Mém. n° 562) : Haut Atlas occidental (3 jours). Haut Atlas central, partie nord-ouest (3 jours), / Western High Atlas (3 days). Northwestern part of Central High Atlas (3 days).

Volume 8 (Notes & Mém. n° 563) : Meseta nord-occidentale (3 jours). Rehamna (1 jour).- Jbi- let (1 jour). Siroua (2 jours). Saghro oriental (2 jours) / Jbilet (1 day). Rehamna (1 day). Northwestern Meseta (3 days). Siroua (2 days). Eastern Saghro (2 days).

Volume 9 (Notes & Mém. n° 564) : Les principales mines du Maroc / Main Mines of Morocco.

558
558

ROYAUME DU MAROC

MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE ET DES MINES, DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT

DIRECTION DU DÉVEL OPPEMENT MINIER

ISSN 0374-9789

NOTES ET MÉMOIRES DU SERVICE GÉOLOGIQUE

N°558

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC

NEW GEOLOGICAL AND MINING GUIDEBOOKS OF MOROCCO

Volume 3

ANTI-ATLAS ET HAUT ATLAS, CIRCUIT OCCIDENTAL

ANTI-ATLAS AND HIGH ATLAS, WESTERN LOOP

par / by Abderrahmane SOULAIMANI & Hassan OUANAIMI

2011
2011
/ by Abderrahmane SOULAIMANI & Hassan OUANAIMI 2011 ANTI-ATLAS CENTRAL CENTRAL ANTI-ATLAS par / by Hassan

ANTI-ATLAS CENTRAL

CENTRAL ANTI-ATLAS

par / by Hassan OUANAIMI & Abderrahmane SOULAIMANI

ANTI-ATLAS par / by Hassan OUANAIMI & Abderrahmane SOULAIMANI ÉDITIONS DU SERVICE GÉOLOGIQUE DU MAROC RABAT

ÉDITIONS DU SERVICE GÉOLOGIQUE DU MAROC

RABAT

2011

Photos de couverture :

En haut : Plis dysharmoniques dans les calcaires du Cambrien inférieur entre Tata et Igherm (Anti-Atlas occidental ; voir circuit C4, journée J5). En bas : La célèbre discordance du Tizi n’Tarhatine : des quartzites du Néoprotérozoïque inférieur, faiblement inclinés, reposent sur les micaschistes à filons pegmatitiques verticaux du Paléoprotérozoïque (Anti-Atlas central ; voir cir- cuit C5, journée J4).

Cover pictures :

Top : Disharmonic folds in the Lower Cambrian limestones between Tata and Igherm (Western Anti-Atlas; see Tour C4, day J5). Bottom : The well-known Tizi n’Tarhatine unconformity : weakly tilted, Neoproterozoic quartzites overlie Palaeoprotero- zoic mica-schists with vertical pegmatite dykes (Central Anti-Atlas; see Tour C5, day J4).

Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 558, 2011, pp. 73-122, 67 fig.

Circuit C5 / Tour C5

ANTI-ATLAS CENTRAL

CENTRAL ANTI-ATLAS

par / by Hassan OUANAIMI & Abderrahmane SOULAIMANI

par / by Hassan OUANAIMI & Abderrahmane SOULAIMANI In Nouveaux Guides géologiques et miniers du Maroc

In Nouveaux Guides géologiques et miniers du Maroc / New Geological and Mining Guidebooks of Morocco, Michard A., Saddiqi O., Chalouan A., Rjimati E., Mouttaqi A. (Eds), Notes et Mémoires du Service géologique du Maroc, 2011, n° s 556-564

75

Circuit C5 / Tour C5

Anti-Atlas central / Central Anti-Atlas

H. OUANAIMI 1 & A. SOULAIMANI 2

Un circuit inédit de 4 jours dans le Paléozoïque et le Précambrien d’Agdz à Taliouine via Zagora, Bou Azzer, Foum Zguid (800 km)

A new, 4 day-long tour in the Proterozoic inliers and their Palaeozoic cover From Agdz to Taliouine, via Zagora, Bou Azzer, Foum Zguid (800 km)

Points clés : Cet itinéraire (fig. 1) part d’Agdz, dernière localité au sud atteinte par le circuit C1 des Nouveaux Guides (vol. 2), et continue vers le sud dans la belle vallée du Drâa où se développent les séries cambriennes et ordoviciennes du Jbel Bani, avec les sites célèbres d’Ou- rika n’Ouaourmast, J.Kissane, Zagora, Tagounite, El Mhamid. Il traverse ensuite le socle pro- térozoïque de Bou-Azzer/El Graara, avec son complexe ophiolitique et sa structuration panafricaine le long de l’accident majeur de l’Anti-Atlas. Entre Agdz et Agadir Tissint on dé- couvrira le Cambrien inférieur et moyen, ainsi que la zone à Cambrien supérieur en passant par Alougoum. On reverra le Bani à Foum Zguid où il est surmonté par le Siluro–Dévonien et re- coupé par le grand dyke de dolérites triasico-liasiques. Après, ce sera une traversée S-N de la zone d’Agadir Melloul avec son socle protérozoïque et sa couverture affectée de décollements et de zones de cisaillement. On terminera le circuit avec la présentation d’un site incontour- nable, celui de la double discordance du Tizi n’Tarhatine, et celle du volcanisme néogène, avec les phonolites de Tikniouine, au pied du Siroua.

Highlights : This tour (fig. 1) starts from Agdz, which is the southernmost town reached by the C1 tour (Nouveaux Guides, vol. 2), and continues further south along the beautiful Drâa Val- ley, crossing the Cambrian-Ordovician series of the Jbel Bani, with the famous sites of Ourika n’Ouaourmast, J.Kissane, Zagora, Tagounite, El Mhamid. Then, the tour proceeds within the Bou Azzer/El Graara Proterozoic inlier, characterised by its ophiolitic complex and Pan- African deformation along the Main Anti-Atlas Fault. Between Agdz and Agadir Tissint, the Lower and Middle Cambrian is widely exposed as well as the Upper Cambrian around Alougoum. The Ordovician Bani crops out at Foum Zguid, being overlain by the Silurian-De- vonian formations and crosscut by the largest Triassic-Liassic gabbro dyke of the Anti-Atlas. Afterwards, the tour heads northward across the Agadir Melloul area, looking at the Protero- zoic basement and its detached cover, both affected by deep shear zones. Lastly, the tour vis- its an essential, most classic site, i.e. the superimposed Precambrian unconformities of Tizi n’Tarhatine, and ends with the Tikniouine Neogene phonolites, at the toe of the big J. Siroua volcano.

1 Département de Géologie, ENS, Université Cadi Ayyad, BP S2400, Marrakech, Maroc. E-mail : ouanaimi@yahoo.fr

2 Cadi Ayyad University, Faculté des Sciences Semlalia, Laboratoire GEOHYD, av. Moulay Abdellah,, BP 2390, Marrakech, Morocco. E-mail : soulaimani@ucam.ac.ma

76

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Documents à consulter ou emporter :

1) Ouvrages

Vol. 1 des Nouveaux Guides ;

The Geology of Morocco. Structure, Stratigraphy, and Tectonics of the Africa-Atlantic-Mediterranean Triple Junction, Edited byA. Michard, O. Saddiqi,A. Chalouan, D. Frizon de Lamotte Springer Verl., Berlin, Heidel- berg, vol. 116, 404 p ;

PiquéA. & SoulaimaniA. (2006) : Pierres et paysages du Sud marocain. Eds. Géode, terre et patrimoine. 120p ;

PiquéA., SoulaimaniA., Laville E.,Amrhar M., Hoepff- ner C., Bouabdelli M., Chalouane A. (2007). La Géo- logie du Maroc, Eds. Géode, terre et patrimoine. 280p.

2) Cartes

Carte routière du Maroc (échelle 1/1000000 conseillée) ;

Carte géologique du Maroc au 1/1000000 ;

Carte géologique du Maroc au 1/500 000, feuille de Marrakech et d’Ouarzazate (épuisée) ;

Carte géologique du Maroc au 1/200 000, feuilles Jbel Sa- ghro-Dadès (1977), Ouarzazate-Alougoum (1970), Za- gora-Coude du Drâa,AgadirTissint-oued Zemoul (1971) ;

Carte géologique du Maroc au 1/100000, feuille Agadir Melloul.

3) Echelle des temps géologiques

L’échelle internationale, édition 2009, est donnée enAnnexe en fin de volume. Dans cette nouvelle charte, l’âge de la limite Pliocène-Quaternaire est passé de 1,8 à 2,6 Ma. Ce change- ment n’est pas pris en compte dans les pages qui suivent.

JJoouurrnnééee JJ11 :: AAggddzz--eell MMhhaammiidd vviiaa ZZaaggoorraa ((220000 kkmm))

Itinéraire (fig.1.1) et thèmes : Coupe de la série cambro- ordovicienne le long de la vallée du Drâa. La séquence du Cambrien moyen, l’Ordovicien inférieur et tous ses groupes (Gr) et formations, Gr de Fezouata, Gr Tachilla, Gr du 1 er Bani, Gr du Ktaoua, Gr du 2 ème Bani. Décolle- ment et plis varisques interférents, réactivation varisque de l’accident majeur de l’Anti-Atlas (AMAA), grand dyke liasique, failles et fractures, dunes éoliennes.

Route (fig.1.1) and topics : Cambrian-Ordovician series along the Drâa valley. Middle Cambrian sequence, Lower Ordovicien groups (gr.) and formations, Fezouata gr., Tachilla gr., 1st Bani gr., Ktaoua gr. and 2nd Bani gr. Variscan décollements and interfering folds, Variscan re- activation of the Main Anti-Atlas Fault (AMAA), Great Tri- assic-Liassic dyke, faults and fractures, dunes.

Great Tri- assic-Liassic dyke, faults and fractures, dunes. F IG . 1.1 : Itinéraire de l’excursion

FIG. 1.1 : Itinéraire de l’excursion de l’Anti-Atlas central et localisation des arrêts relatifs à chaque journée, reportés sur un extrait de la Carte géologique du Maroc au 1/1 000000 (1985). ZFZOT : Zone de faille Zagora-Oum Jerane-Taouz. FIG. 1.1 : Geological map of the Central Anti-Atlas, extract from Geological map of Morocco, scale 1/1000 000 (1985). Dotted line with arrows indicates the itinerary and direction of the trip. Stops are indicated in circles. ZFZOT : Zagora-Oum Jerane-Taouz fault Zone.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

77

Route : Agdz est bâti sur les siltites et argilites gris-vert de la formation de Fezouata, attribuée à l’Arénig-Trémadoc (Or1-2). Quitter la ville en direction de Ouarzazate vers l’ouest par la route P31. Rouler directement jusqu’à la lo- calité d’Ourika n’Ourmast (Ouaourmast), moins d’une di- zaine de km plus loin (fig. 1.2), lieu du début de la coupe de cette journée, à partir du Cambrien moyen.

Arrêt J1.1 : Ourika n’Ourmast ; les Grès terminaux et la séquence du Cambrien moyen (GPS : 30°43'35,10"N ; 6°31'54,87”W)

Se garer en bordure gauche de la route avant le virage, puis marcher sur quelques dizaines de mètres au nord jusqu’à la boucle qui ramène la route en direction E-W. La tranchée droite présente une belle coupe dans les Grès terminaux, ap- partenant déjà au Cambrien moyen (Geyer and Landing, 1995, 2004) et présentant des litages sigmoïdaux de barres ti- dales incluant de minces horizons d’argilites lie-de-vin à fentes injectées par les sables fins sus-jacents. Ces structures peuvent être interprétées comme des mud cracks. L’ensem- ble est impliqué dans un système de chevauchements, parfois en rampes et paliers sans doute d’âge varisque. Vers l’est, se dresse le Jbel Ouaourmast avec la série du Cambrien moyen classique (fig. 1.3) : grès noirs, généralement à litage plan, parfois aussi sigmoïdal, intercalés de lentilles de calcaires lu- machelliques (débris de trilobites et brachiopodes) blancs ou

roses appartenant à l’horizon de la Brèche à Micmacca ou BM (niveau d’Ouaourmast ; Bondon et Neltner, 1933). Cet horizon est observable tout-à-fait au fond du thalweg (pointe de la flèche). Ses grès noirs sont légèrement discordants sur les Grès terminaux indiquant une phase d’érosion et la fin d’une séquence sédimentaire avec émersion et légers mou- vement tectoniques (Bondon et Neltner, 1933 ; Ouanaimi, 1992, Landing et al., 2006). En effet, l’horizon BM corres- pond au début d’une nouvelle séquence du Cambrien moyen, qui engendre une inondation maximale de la plate-forme cor- respondant à la Formation des Schistes à Paradoxides (Km1), de teinte vert-olive, surmontées par les barres gré- seuses du Groupe du Tabanit (Km2).

D’un point de vue séquentiel, la BM est un intervalle trans- gressif, tandis que l’ensemble Km1-Km2 correspond à un cortège de haut niveau marin, organisé en deux parasé- quences négatives (Ouanaimi, 1992). D’un point de vue structural, l’ensemble du site fait partie d’un anticlinal dissymétrique E-W à flanc sud très redressé (fig. 1.2).

De nombreux travaux ont concerné le Cambrien de cette partie du Maroc et sa paléogéographie. Parmi les plus im- portants, on citera Neltner (1938), Hupé (1953, 1955), Choubert (1963, a), Boudda et al. (1979), Destombes et al. (1985), Buggish & Siegert (1988), Álvaro & Clausen (2005), Geyer & Landing (2004).

Álvaro & Clausen (2005), Geyer & Landing (2004). F IG . 1.2 : Image satellite (Google

FIG. 1.2 : Image satellite (Google maps) de la zone Agdz-Ourika n’Ourmast avec la localisation de l’arrêt 1. Ki3 : Grès terminaux (maintenant rangés dans le Cambrien moyen) ; Groupe des Feijas internes (Cambrien moyen) : B.M Horizon de la Brèche à Mic- macca ; Km1 : Fm des Schistes à Paradoxides ; Km2 : Groupe des Grès du Tabanit ; Or1-2 : Groupe des Feijas externes, Fm de Fe- zouata (Ordovicien inférieur). FIG. 1.2 : Location of Stop1 on a satellite image (Google maps) of the Agdz-Ourika n’Ourmast area. Ki3 : Terminal sandstones (now arranged in the Middle Cambrian) ; Feijas interns Group (Middle Cambrian) : B.M Micmacca breccia Horizon ; Km1 : Schistes à Paradoxides Fm. ; Km2 : Tabanit Sandstones Group ; Or1-2 : External Feijas Group, Fezouata Fm (Lower Ordovician)

78

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 1.3 : La

FIG. 1.3 : La séquence du Cambrien moyen d’Ourika n’Ourmast, montrant l’intervalle transgressif avec les lentilles calcaires de la Brèche à Micmacca et le cortège de Haut Niveau marin, inférieur (Km1) puis supérieur (Km2).

FIG. 1.3 : The Middle Cambrian sequence of Ourika n’Ourmast, showing the transgressive horizon of Micmacca breccia and the Lower (Km1) and Upper (km2) high stand system tract.

Route : On retourne vers Agdz. La route traverse les barres gréseuses redressées du groupe du Tabanit (Km2), contenant parfois des bancs lenticulaires à litages obliques en mame- lons. Les rythmites vertes de Fezouata (Or1-2) apparaissent de temps en temps au sein de dépôt quaternaires, entrecoupés de bancs de grès d’aspect ferrugineux (fer oolithique). L’un de ces bancs affleure juste au niveau de la route quelques kilo- mètres avant l’arrivée à Agdz. Au cours de la descente vers Agdz, profiter de la belle vue en profil de l’Ordovicien de J. Kissane présentée dans l’Itinéraire C2 des Nouveaux Guides (Arrêt 10). Notre itinéraire va longer ce synclinal, au-delà d’Agdz en direction de Zagora, en descendant la superbe val- lée du Drâa en rive sud le long d’une large et interminable palmeraie, bordée de ksour, de kasbahs et de douars (villages). La beauté et la qualité des affleurements de cette partie du parcours inspirent de multiples arrêts. Le paysage est dominé au nord par l’Ordovicien inférieur du synclinal perché E-Wde J. Kissane et, au sud, par l’énorme anticlinal cambrien, éga- lement E-W, du J. Bou El Baroud (JBEB).

Ces structures E-W s’intègrent dans une zone d’interfé- rence de grands plis de direction variable, suivant le dé- coupage du socle protérozoïque et en rapport avec de nombreux niveaux de décollement (fig.1.1) : E-W (J.Kis- sane, JBEB), ESE-WNW (antiforme faillée de Bou Azzer par exemple) virant à NW-SE puis NNW-SSE vers El Mhamid, NNE-SSW et ENE-WSW.

Sur plus de 20 km, la route va suivre le flanc nord du JBEB à la limite Cambrien-Ordovicien. On peut observer vers le nord la série de l’Ordovicien inférieur du J. Kissane (fig.1.4), constituée de bas en haut par le groupe des Feijas externes avec ses deux formations pélitiques tendres de Fe- zouata (Or1-2, Trémadoc-Arénig) et de Tachilla (Or3, Llan- virn) puis par le groupe gréseux du 1 er Bani (Or4, Llanvirn-

Caradoc). Ce dernier est ici fortement développé (plus de 350 m d’épaisseur) avec 5 barres gréseuses, intercalées de pélites, correspondant aux formations classiques de : Tad- drist, Bou-Zeroual, Igzert ou Guezart, Ouininirhen et Iz- gouiren (Destombes et al., 1985 et fig. 1.5). La formation sommitale n’est visible que par endroits, notamment à l’est de J. Kissane. L’ensemble correspond à des dépôts de plate- forme alimentés par le sud (Craton Ouest-Africain ou WAC) avec de nombreuses oscillations du niveau marin (fig. 1.6) (Destombes et al., 1985 ; Hamoumi et al., 1994 ; Vidal, 1998, Marrante, 2008 ; Videt et al., 2010). Sur le 1 er Bani, voir aussi Gutierez et al. (2003) et Van Roy et al. (2010).

A la limite orientale du J. Kissane, la vallée du Drâa et la route contournent sur 15 km environ un anticlinal ESE- WNW affectant la partie NE du JBEB. Elle traverse par- fois les faciès gréseux sommitaux du Cambrien moyen (Grès du Tabanit) avec de multiples surfaces fracturées à rides de courant ou de vagues.

Au carrefour deTansikht (GPS : 30° 41' 3,80" N ; 6° 11' 29,93” W), prendre la route secondaire de Nkob /Tazzarine qui se di- rige vers le nord et traverse sur un pont l’oued Drâa. Elle va droit vers une crête situé en rive nord de la vallée et qui appa-

raîtdanslaplainetendredesFeijasexternes(Or1-2).Cettecrête

correspond au grand dyke de dolérites liasiques.

Arrêt J1.2 : Dyke de dolérites triasico-liasiques au pont de Tansikht (GPS : 30°41’24,39’’N ; 06°11’36,75’’W)

Environ 400 m après le pont, la route arrive au pied de la crête doléritique. Se garer en bordure de la route sans crainte et marcher sur 300 m (ou rouler si 4x4) en direction W, vers la pointe de la crête de l’une des fourches du grand dyke. L’autre fourche forme une deuxième crête qui se ter-

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

79

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 79 F IG . 1.4 : Vue spatiale (google maps) du

FIG. 1.4 : Vue spatiale (google maps) du synclinal E-W du Jbel Kissane impliquant les Grès du Tabanit (Km2), l’Or- dovicien du Groupe des Feijas externes (Or2 : Fm de Fezouta, Or3 : Fm de Tachilla) et le Groupe du 1 er Bani (Or4). FIG. 1.4 : Space view (google maps) of the E-W syncline of Jbel Kissane implying Tabanit Sandstones (km2), external Feijas Ordovician Group (Or2 : Fezouta Fm, Or3 : Tachilla Fm) and the 1st Bani Group (Or4).

Fezouta Fm, Or3 : Tachilla Fm) and the 1st Bani Group (Or4). F IG . 1.5

FIG. 1.5 : Succession stratigraphique du Cambrian moyen-Ordovician et détail des formations du Groupe du 1 st Bani (d’après Destombes et al., 1985, modifié par Marrante, 2008). Km et Or : abréviations utilisées dans la carte au 1/200 000, feuille Zagora-Coude du Drâa.

FIG. 1.5 : Middle Cambrian-Ordovician stratigraphic succession and details of the 1st Bani Group (according to Destombes et al., 1985, modified by Marrante, 2008). Km and Or : abbreviations used in the 1/200 000 geological map, Zagora-Coude du Drâa sheet.

mine à l’ouest vers le petit barrage de O. Draa (fig. 1.7).

La dolérite, altérée en boules, fait partie de ce grand dyke qui recoupe les structures varisques de tout l’Anti-Atlas central depuis Foum Zguid jusqu’à Tineghir. Sa mise en place est liée à l’ouverture de l’Atlantique ; il correspond à l’une des voies d’alimentation des basaltes doléritiques de la CAMP(Central Atlantic Magmatic Province ; Knight et et al., 2004) si déve- loppés au Maroc. Un âge moyen de mise en place du dyke de 196,9 ±18 Ma a été obtenu ( 40 Ar/ 39 Ar sur plagioclase) par Sebai et al. (1991). Cette mise en place s’est accompagnée d’un métamorphisme de contact dans les sédiments voisins (Silva et al., 2006).Autour du dyke, on note quelques filons si- liceux d’épaisseur métrique et de même direction ; l’un d’eux affleure à l’est de la fourche orientale.

A partir de l’arrêt, la célèbre coupe type de l’Ordovicien peut être effectuée en suivant la route secondaire de Nkob- Tazzarine vers le NE, sur 6 km, jusqu’à Tassemmoumt, puis en recoupant la falaise du 1 er Bani de J. Taddrist en direction SE, vers Zaouya Tafetchna, située à 30 km envi- ron, dans la partie orientale de la cuvette d’Amouktir. Route : Revenir à la route principale E-W et continuer le trajet vers Zagora. On traverse le village de Tansikht et on se rapproche progressivement de la terminaison périclinale du JBEB. En face se dresse la coupe ouest de la vaste cu- vette d’Amouktir, similaire de celle de J.Kissane et que l’on va suivre pendant longtemps. On traverse plusieurs douars (villages) contigus dans un décor pittoresque, tandis que la route suit l’oued Drâa qui

80

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 1.6 : Stratigraphie,

FIG. 1.6 : Stratigraphie, bathymétrie et séquences de dépôts de l’Ordovicien de l’Anti-Atlas central (d’après Videt et al., 2010)

FIG. 1.6 : Stratigraphy, bathymetry and depositional sequences of the Ordovician of the central Anti-Atlas (Videt et al., 2010)

Ordovician of the central Anti-Atlas (Videt et al., 2010) F IG . 1.7 : Le grand

FIG. 1.7 : Le grand dyke de Foum Zguid (CAMP) au pont de Tansikht sur l’oued Drâa.- A gauche : Image satellite (google maps) de la bifurcation du dyke près du pont.- A droite : Vue de la crête doléritique près du barrage de Tansikht. Km2 : Grès du Tabanit, Or1-2 : Fm de Fezouata.

FIG. 1.7 : The big dyke of Foum Zguid (CAMP) at the bridge of Tansikht on the Drâa wadi. - Left : Satellite image (google maps) of the fork of the dyke next to the bridge. – Right : view of the doleritic crest near the Tansikht dam. Km2 : Tabanit sandstones, Or1-2 : Fezouata Fm.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

81

contourne l’anticlinal du JBEB, en prenant une direction N-S, toujours à la limite Cambrien-Ordovicien.

Arrêt J1.3 : Terminaison orientale de l’Anticlinal JBEB, aspect de la fracturation (GPS : 30°37’54,55’’N ; 06°09’18’’W)

On dépasse Irchcheg et on s’arrête au thalweg suivant, juste avant la station d’essence. Nous somme à la termi- naison périclinale constituée de grès du Tabanit (Km2) for- tement fracturés (fig. 1.8A, C). De l’autre coté de l’oued Drâa affleure l’Ordovicien inférieur du groupe des Feija externes (Or2-Or3), surmonté du Groupe du 1 er Bani (Or4) du flanc ouest d’Amouktir (fig.1.10B).

Route : La route quitte bientôt la terminaison anticlinale et circule dans la feija externe (Or2) qui fait partie d’un syn- clinal serré, d’axe N100, séparant le JBEB de l’antiforme (ESE-WNW) de Bou Azzer. Environ 25 km plus loin, la route atteint la terminaison périclinale de cette dernière, formée également par les grès du Tabanit (Km2), aux alen- tours de Douar Taghzout.

Arrêt J1.4 : Terminaison périclinale de l’antiforme de Bou Azzer, faciès du Cambrien moyen et aspect de la fracturation (GPS : 30°27’0,72’’N ; 05°57’49,74’’W)

On traverse le sommet des grès du Tabanit de la terminai- son périclinale SE de l’antiforme de Bou Azzer. Ils se pré- sentent en coupe verticale d’environ 30 m à bancs de grès fin à moyen subhorizontaux (fig. 1.9), entaillée dans un passage en gorge du Drâa. La stratification (So) lenticu-

passage en gorge du Drâa. La stratification (So) lenticu- F IG . 1.9 : Fracturation intense

FIG. 1.9 : Fracturation intense dans la falaise des Grès du Tabanit à l’arrêt 1.4. En cartouche, détail du faciès lenticulaire de ces grès. CF : Couloir fracturé ; Fgpv :

Fractures à grandes persistance verticale ; S 0 : stratification.

FIG. 1.9 : Intense fracturing the Tabanit sandstones cliff at stop 1.4. Insert : lentic- ular sandy facies. CF : Fracture corridor ; Fgpv : high persistent Fractures ; So :

stratification.

laire et l’amalgame des séquences élémentaires témoignent d’un milieu de plateforme proximale peu profonde (sho- reface) (fig.1.11, cartouche). La falaise se caractérise par une fracturation verticale de grande densité, avec des diaclases profondes de type hpf ou gpv (high persistent fracture ou de grande persistence verticale) de direction N70, N45 et N110, liés au plissement. En rive gauche du Drâa, du côté du village de Mougni, ces grès se prolon- gent en effet en un petit anticlinal NE-SW partant de la ter- minaison périclinale de l’antiforme de Bou Azzer.

Route : Un virage plus loin, la route débouche sur une splendide vue de la palmeraie du Drâa, à forte densité de

splendide vue de la palmeraie du Drâa, à forte densité de F IG . 1.8 :

FIG. 1.8 : (A) Contraste de longueur d’onde du plissement entre le Cambrien du J. Bou El Baroud (JBEB) et l’Ordovicien du J. Bani d’Amouktir (vue spatiale google maps). (B) Vue de l’Ordovicien in- férieur d’Amouktir ; (C) détail de la surface structurale des Grès du Tabanit (Km2) fracturés à l’arrêt 1.3 ; Or2 : Fm de Fezouata, Or3 :

Fm Tachilla, Or4 : 1 er Bani.

FIG. 1.8 : (A) fold wavelength contrasts between Cambrian of the J. Bou El Baroud (JBEB) and Ordovician of the J. Bani of Amouktir (google maps view). (B) Amouktir lower Ordovician ; (C) detail of the structural surface of the fractured Tabanit sandstones (km2) near stop 1.3 ; Or2 : Fezouata Fm, Or3 : Tachilla Fm, Or4 : 1st Bani group.

82

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

population. Vers l’est s’étend la plaine de Fezouata au sein de laquelle apparaissent deux anticlinaux de grès du Taba- nit, dont la direction est oblique sur la grande structure ENE-WSW de Bou Azzer : l’un est NNE-SSW (Jbel Bou Dhir) et l’autre ENE-WSW (Imirhaldene). Ces deux anti- clinaux eux-mêmes se situent à la base d’un vaste anticli- nal NE-SW affectant les formations gréseuses du 1 er Bani des Jbels Bouzeroual-Rhart. Les variations de direction des plis entre le substratum de Bou Azzer, le Cambrien moyen et l’Ordovicien du 1 er Bani donnent un exemple de l’interférence de plissements accentuée par les décolle- ments, style qui caractérise toute la région.

Route : Notre route contourne la terminaison périclinale de l’anticlinal de Bou Azzer et se dirige vers Zagora en rive droite de la palmeraie et à travers plusieurs villages contigus. On traverse Zagora, puis l’oued Drâa et sa pal- meraie parsemée de quelques hôtels de luxe et surplom- bée par l’Ordovicien du Premier Bani du J. Adafaine. Au pied de ce jbel, prendre à droite en direction du sud.

Arrêt J1.5 : La zone de faille Zagora-Oum Jerane- Taouz (ZFZOT) : une branche paléozoïque de l’AMAA (GPS : 30°18’18,34’’N ; 05°48’54,30’’W)

La route traverse le village d’Amzrou et l’on peut s’arrê- ter, avec un peu de recul par rapport à l’extrémité SW du J. Adafaine, 500 m après la sortie du village. La série est composée de la formation de Tachilla (Or3) surmontée par les deux premières séquences du groupe du 1 er Bani, Tad- drist et Bou-Zeroual (fig. 1.10). Ces deux formations peu- vent-être observées au long de la piste qui monte à l’antenne relai du jbel.

Le Jbel Adafaine constitue une avancée ENE-WSW du groupe du 1 er Bani au sein de la plaine des Fezouata. Il cor-

respond généralement à un synclinal faillé très étroit mais long de près de 25 km. Cette structure fait partie de ce qui est appelé communément le « graben de Zagora », en rai- son d’un faisceau de failles ENE-WSW qui affecte l’Or- dovicien et provoque un effondrement du Siluro-Dévonien vers l’est où il se prolonge sur plusieurs dizaines de kilo- mètres. Il affecte la bordure sud de la cuvette paléozoïque supérieure du Ma’der (Maider) et se continue au-delà de Taouz. Dans cette zone, le faisceau qui constitue la zone de faille Oum Jrane-Taouz apparaît comme une faille normale ayant contrôlé la sédimentation dévonienne (Baidder et al., 2008). Vers l’ouest, ce faisceau de Zagora (FZ) disparait sous le Quaternaire, mais on retrouve sa trace grâce à un effondrement de l’Ordovicien inférieur le long de l’axe pé- riclinal de l’antiforme de Bou Azzer, où il vire à l’WNW- ESE et va se brancher sur l’accident majeur de l’Anti-Atlas (AMAA). Certains auteurs considèrent que le FZ constitue un prolongement de l’AMAA panafricain (Hefferan et al., 2002 ; Samson et al., 2004, Inglis et al., 2004). En tout cas, ces deux zones de failles (FZ et AMAA) ont du jouer un rôle important dans l’interférence des plissements va- risques dans cette région. L’âge du dernier effondrement du « graben de Zagora » reste incertain. Route : Continuer vers Tamegrout, village situé en rive gauche du Drâa, à 18 km environ de Zagora. Le village est célèbre par sa bibliothèque d’anciens ouvrages de l’école coranique et par sa poterie artisanale, mais aussi par la proximité des dunes « de sable d’or » de Tinfou, installées 19 km plus au sud, dans la plaine de Fezouata. Ces dunes sont visibles depuis la route (fig.1.11). Pour les atteindre, il faut prendre vers l’est la piste située au point GPS :

30°14’05.06’’N ; 05°36’55,08’’W, sur un peu plus d’un ki- lomètre. On passe à côté d’un vieil hôtel ensablé, mais une balade à dos de chameau et un thé à la menthe sous une tente berbère sont assurés

un thé à la menthe sous une tente berbère sont assurés F IG . 1.10 :

FIG. 1.10 : Vue du Jbel Adafaine, à l’extrémité W du Graben de Zagora (arrêt J1.5). Ce graben est dans la grande zone de faille E-W (ZFZOT) qui se branche sur l’Accident majeur ESE-WNW de l’Anti-Atlas (FIG.1.1). Or3 : Fm de Tachilla.

FIG. 1.10 : Jbel Adafaine at the Western end of Zagora Graben (stop 1.5). This graben is located in the E-W trending ZFZOT which connects with the main ESE-WNW Anti-Atlas fault (FIG.1.1). Or3 : Tachilla Fm.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

83

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 83 F IG . 1.11 : L’ennoyage SE de l’anticlinal de

FIG. 1.11 : L’ennoyage SE de l’anticlinal de Bou-Azzer, de direction « ougartienne », au SE de Tamgroute avec la large voûte du 1 Bani cisaillée sur ses deux flancs. De longues fractures E-W et N-S affectent l’anticlinal. Au SE, les replis de l’Ordovicien indiquent l’intervention de décollements dans les faciès tendres de Tachilla et de Ktaoua inférieur.

FIG. 1.11 : The SE pericline of the Bou-Azzer anticline Tamgroute with the detachment of the 1st Bani sheared along its flanks. Long fractures E-W and N-S affect the anticline. To the SE, the Ordovician folds indicate a décollement in the fine grained pelites of Tachilla and lower Ktaoua Fm.

On est ici dans la plaine de Fezouata sur le prolongement

de l’antiforme de Bou-Azzer, dont la direction est celle de

la chaîne de l’Ougarta. L’Ordovicien du 1 er Bani forme une large voûte anticlinale entaillée dans son axe (ESE-WNW) par le Drâa, qui commence ici à changer de direction pour

couler ensuite vers l’ouest (coude du Drâa). Une vaste pal- meraie occupe l’entrée de cette gorge aux Beni Ali. Sur Google Earth, divers types de structures caractérisent cet anticlinal (fig. 1.11) : décollement à vergences opposées

sur

les deux flancs, longues fractures de direction N-S et E-

W

et rares failles de direction NNE-SSW. Au toit de la

voûte, la longueur d’onde plus faible du plissement té- moigne de l’influence de décollements dans les formations

de Tachilla (Or3) et de Ktaoua inférieur (Or5).

Après Tinfou, la route recoupe le Drâa au sud d’Aït Atmane

en direction SW puis elle amorce un grand virage vers le sud.

Arrêt J1.6 : Le 1 er Bani à Aït Semgane (GPS : 30°10’09,17’’N, 05°37’13’’W)

Un espace suffisant permet de stationner dans le virage, face au Jbel Bani (s.s). La formation de Tachilla est ici plus riche en niveau gréseux et on reconnaît au-dessus d’elle

les cinq formations classiques du Groupe du 1 er Bani, mais

moins imposantes qu’à Zagora (fig. 1.12).

Route : Au cours de la montée au col des Beni Semgane, plusieurs arrêts sont envisageables aussi bien dans la for-

mation de Tachilla que dans le Premier Bani, ici légère- ment discordant (fig. 1.13). Une belle vue s’offre depuis le col sur la plaine de Fezouta et la cuesta gréseuse qui l’en- toure. La descente est douce et traverse diverses forma- tions gréseuses à faible pendage sud.

Arrêt J1.7 : Chevauchement mineur au sommet du 1 er Bani (GPS : 30°04’43,72’’N ; 5°37’35,02’’W)

Au début du premier grand virage, la route traverse un thalweg, près d’une énorme inscription blanche en l’hon- neur du Roi du Maroc. S’arrêter en face de cette inscrip- tion, sur la dernière séquence du 1 er Bani, déjà d’âge Caradoc inférieur. La séquence gréseuse est coupée obli- quement par une rampe de chevauchement à vergence ESE (fig. 1.14). Sur cette rampe s’est formé un anticlinal de rampe, visible sur plus de 8 km en direction NNE-SSW

(fig.1.11).

Route : La route descend doucement puis parcourt la plaine de Ktaoua dont les alluvions masquent les forma- tions argileuses et gréseuses du Groupe éponyme, d’âge Caradoc. Bientôt, elle atteint Tagounite, petite ville en bor- dure occidentale de la palmeraie de Draoua, et se dirige vers le sud où les reliefs de l’Ashgill supérieur se dessi- nent. Elle traverse ces reliefs au col très touristique des Beni Salmane dont elle vient contourner la tour.

84

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 1.12 : La

FIG. 1.12 : La Fm de Tachilla et le 1 er Bani des Aït Semgane vus depuis la plaine de Fezouata (Feija externe). Dans le premier Bani on reconnait les cinq formations gréseuses de la région de Zagora.

FIG. 1.12 : The Tachilla Fm and the 1st Bani (with its five Fms) at Aït Semgane, seen from the Fezouata plain (external Feija).

Aït Semgane, seen from the Fezouata plain (external Feija). F IG . 1.13 : Discordance du

FIG. 1.13 : Discordance du 1 er Bani sur la formation de Tachilla (ici armée de bancs gréseux), vue dans la montée du col des Beni Semgane.

FIG. 1.13 : 1st Bani unconformity on the Tachilla Fm (armed here with sandy benches), seen in the ascent to Beni Semgane Pass.

sandy benches), seen in the ascent to Beni Semgane Pass. F IG . 1.14 : Vue

FIG. 1.14 : Vue en coupe naturelle d’une rampe de chevauchement vers l’ESE au sommet du 1 er Bani (Or4) à l’arrêt 1.7.

FIG. 1.14 : Natural cross-section of an ESE verging thrust ramp at the top of the 1st Bani (Or4) at stop 1.7.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

85

Arrêt J1.8 : L’Ashgill supérieur au col des Beni Salmane (GPS : 29°54’48,75"N ; 5°35'57,61”W)

Du col s’offre une superbe vue sur la plaine de Ktaoua et sa palmeraie. La coupe traversée jusqu’à la tour est d’âge Ashgill supérieur. Elle est constituée de bas en haut par (carte 1/200000, Zagora-Coude du Drâa) : Or6a1, argilites gréseuses de la Formation supérieure de Ktaoua ; Or6a2, Formation des Grès inférieurs du 2 ème Bani ; Or6b, For- mation des Grès supérieurs du 2 ème Bani (fig. 1.15).

Le groupe de Ktaoua comprend essentiellement trois for- mations : Fm du Ktaoua inférieur, Fm de Rouid Aissa et Fm de Ktaoua supérieur. Seule la partie supérieure de cette dernière séquence apparait ici. Le groupe du 2 ème Bani contient deux formations, inférieure et supérieure. Cette dernière est un dépôt périglaciaire remarquable.

La glaciation hirnantienne

La Fm supérieure du 2 ème Bani est connue comme dépôt pé- riglaciaire depuis les travaux de Destombes (1968a et b, 1971) décrivant même l’existence d’un plancher glaciaire, qui est mis en rapport avec la glaciation fini-ordovicienne (Hirnantien) connue un peu partout dans le monde et par- ticulièrement dans le NW Africain. La présence ou non d’un inlandsis continental est controversée. Les travaux sédi- mentologiques signalent un environnement fluvio-deltaïque ou de plateforme peu profonde (Destombes et al., 1985). Les dépôts sont affectés de déformations synsédimentaires parfois d’ampleur étonnante, due à des décollement et des instabilités gravitaires générant des plis, des surfaces striées, des figures d’échappement d’eau tels que dykes clastiques et intrusions sableuses, compliquées par deux générations de décollement avec surfaces striées (Oua- naimi, 1998 ; Schiavo et al., 2007). Ces dépôts hirnantiens sont organisés en deux séquences de dépôt dues à deux chutes du niveau marin successives d’origine glacio-eusta- tique ; la base de la séquence supérieure présente des in-

cisions profondes puis un remplissage de paléo-vallées (Ouanaimi, 1998). Les travaux de Loi et al. (2010) puis Videt et al. (2010) révèlent aussi un contexte de plateforme peu profonde dominée par les tempêtes, suivi d’un système de paléochenaux (vallées) subglaciaires. Deux chutes gla- cio-eustatiques du niveau marin ont été également recon- nues par ces auteurs. Le Heron et al. (2007), considérant que les déformations intraformationnelles sont dues à une glaciotectonique, suggèrent un front glaciaire continental allant au-delà du Haut Atlas vers le nord.

Route : La route descend en pente douce dans la formation Or6a2, bordée à l’est et à l’ouest par ses crêtes gréseuses sombres montrant localement des structures chenalisées de plateforme peu profonde. Au loin se profilent les grès du 2 ème Bani dans un paysage ruiniforme.

Arrêt J1.9 : Le Groupe du 2 ème Bani au nord d’El Mhamid (GPS : 29°54'10,54"N ; 5°37'0,35”W)

Quitter le goudron et prendre à droite une petite piste, sur 500 m environ, jusqu’à l’endroit où elle passe entre deux col- lines voisines de la route. Ici, la formation du 2 ème Bani mon- tre des faciès gréseux, parfois grossiers, massifs ou à grandes stratification entrecroisées, à stratifications peu continues, en raison notamment de la géométrie lenticulaire des corps sé- dimentaires et de leur déformation pendant ou juste après leur dépôt (slumping, échappement d’eau…) (fig. 1.16). Des ravinements et des chenaux conglomératiques sont souvent observables dans cette formation (fig. 1.17).

Route : La route quitte les affleurements du Bani et pénè- tre dans les dépôts quaternaires de la zone des Aït Atta, ins- tallés sur le Silurien. Celui-ci ne sera pas vu durant cette excursion. Cependant, à l’entrée de la plaine désertique, une minuscule plaque indique vers l’est le circuit touristique de Erg Lihoudi (« Erg du Juif »), en direction de oued Naàm (Rivière des autruches), situé à ~15 km vers l’ouest, et non loin de là, de grands affleurements du Silurien sont signalés

de là, de grands affleurements du Silurien sont signalés F IG . 1.15 : L’Ashgill supérieur

FIG. 1.15 : L’Ashgill supérieur (Or6) au col des Beni Salmane. Or6a : argilites et grès de la formation de Ktaoua supérieure ; Or6a2 : Formation inférieure du 2 ème Bani ; Or6b : Formation supérieure du 2 ème Bani.

FIG. 1.15 : The Upper Ashgillian deposits (Or6) in the Beni Salmane Pass Or6a : mudstones and sandstones of the Upper Ktaoua Fm ; Or6a2 : Lower 2nd Bani Fm ; Or6b : Upper 2 nd Bani Fm.

86

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 1.16 : Formation

FIG. 1.16 : Formation des Grès supérieurs du 2 ème Bani (Or6b, Hirnantien) à l’arrêt 1.9. Ces grès grossiers montrent une stratification discontinue, affectée de déformations synsédimentaires.

FIG. 1.16 : Upper 2nd Bani sandstones (Or6b, Hirnantien) at stop 1.9. These coarse sandstones show a discontinuous stratification with synsedi- mentary deformations.

stratification with synsedi- mentary deformations. F IG . 1.17 : Chenal conglomératique (ch) monogénique

FIG. 1.17 : Chenal conglomératique (ch) monogénique (cartouche) dans les grès du 2 ème Bani avant El Mhamid.

FIG. 1.17 : Monogenic conglomeratic channel (ch, insert) in the sandstones of the 2nd Bani before reaching El Mhamid.

par les cartes géologiques au 1/1000 000 et 1/500 000.

La route principale se dirige droit vers la ville d’El Mha- mid, située en bordure des palmeraies, en rive droite de l’oued Drâa. El Mhamid est un village nouveau bâti non loin de l’ancien El Mhamid-El Ghozlane, situé lui en rive gauche de l’oued. Naàm (autruches), El Ghozlane (ga- zelles), voici des noms évocateurs d’un passé assez proche où la région actuellement sub-désertique (reg à acacia) de- vait être une savane arborée.

Fin de la journée 1. Retour à Zagora. Le Drâa, lui, le plus grand oued du Maroc, poursuit son chemin, maintenant E- W, jusqu’à l’Atlantique.

Journée J2 : Zagora-Bou Azzer-Agdz (180 km)

Itinéraire et thèmes (fig. 1.1) : La boutonnière précam- brienne de Bou Azzer-El Graara, sur la zone de suture pa- nafricaine. Bordure sud du massif. Volcanisme cambrien d’Al Glo’a. Bassin de Trifya. Série et granodiorite de Bleïda. Bassin de Tidelline (ou Tidilline). L’ophiolite pa- nafricaine de Bou Azzer à Aït Ahmane.

Itinerary and topics (fig. 1.1) : The Bou Azzer-El Graara Precambrian inlier, on the Panafrican paleosuture zone. Southern border of the inlier. Cambrian volcanism of Al Glo'a (J.Boho volcanislm). Trifya bassin. Bleïda series and granodiorit. Tidilline basin. Aït Ahmane ophiolite.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

87

Introduction à la géologie de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara

Dans l’Anti-Atlas central, la boutonnière de Bou Azzer-El Graara constitue une zone charnière dont l’étude a forte- ment contribué à l’amélioration de nos connaissances sur la chaîne panafricaine (voir les généralités sur cette chaîne dans le vol.1 des Nouveaux Guides). Le Précam- brien y affleure selon deux massifs contigus, Bou Azzer et El Graara, suivant une structure antiforme varisque qui longe l’accident majeur de l’Anti-Atlas (Choubert, 1947). Cet accident subdivise les terrains précambriens de l’Anti- Atlas en deux domaines distincts, un domaine cratonique au SW et un domaine panafricain récent au NE. On peut répartir les terrains précambriens de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara en deux grands ensembles, l’un mé- tamorphique, l’autre non métamorphique et discordant sur le premier (fig. 2.1).

A) L’ensemble métamorphique comporte cinq types de complexes.

Des roches cristallines fortement métamorphiques affleurent au sud de la boutonnière, principalement dans le massif d’El Graara (Igrane) mais aussi à Tazigzaout, Oumlil et Bou Azzer. Ces terrains ont été décrits comme des terrains pa-

léoprotérozoïques (Choubert, 1963 a et b ; Leblanc 1975). Il s’agit en fait de roches métamorphiques comprenant des or- thogneiss et des métagabbros dont les protolithes sont datés à 753 +1/-2 Ma et 752.2 ± 2.4 Ma dans le massif de Tazeg- zawt (D’Lemos et al., 2006), à 741 ± 9 Ma (El Hadi et al., 2010), et à 755 ± 9 Ma et 745 ± 5 Ma respectivement pour les orthogneiss de Bou Azzer et d’Oumlil (Chèvremont et al., sous presse ; Admou et al., sous presse). Ces massifs méta- plutoniques sont recoupés par des filons de leuco-granodio- rites qui sont datées à 705 +2/-3 Ma et 701 +2/-1 Ma dans le massif de Tazegzawt (D’Lemos et al., 2006) et de 695 ± 7Ma dans le massif d’Oumlil (Admou et al., sous presse). Ce complexe plutono-métamorphique témoigne de l’association de séries d’arcs volcaniques et de bassins océa- niques qui s’édifient aux alentours de 800-780 Ma.

Les dépôts de la plate-forme néoprotérozoïque établie sur la marge nord du craton ouest-africain (Groupe de Tagh- doute-Lkest) affleurent au sud de la boutonnière dans les localités de Tachdamt et de Bleïda. Il s’agit de grès, quart- zites et carbonates où s’intercale une épaisse unité basal- tique médiane de nature tholéïtique attribuée à la Suite d’Ifzwane (Basaltes de Tachdamt et de Bleïda). L’âge de cette plate-forme n’est pas bien établi ; il est fixé indirec- tement à 788±9Ma (Clauer, 1976).

; il est fixé indirec- tement à 788±9Ma (Clauer, 1976). F IG . 2.1 : Esquisse

FIG. 2.1 : Esquisse géologique de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara. FIG. 2.1 : Simplified geological map of the Bou Azzer-El Graara inlier.

88

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Au nord de la boutonnière d’El Graara affleurent une large bande de séries volcaniques et sédimentaires de Ti- chibanine-Ben Lgrad dont l’affinité d’arc est bien établie (Leblanc, 1975 ; Bodinier et al., 1984 ; Naïdo et al., 1991). Ce sont des roches à affinité principalement tholéïtique qui témoignent d’un contexte d’arc volcanique intra-océa- nique dont le fonctionnement est fixé par les nouvelles données géochronologiques entre 760 et 770 Ma. (Soulai- mani et al. Sous presse, a).

Le complexe ophiolitique de Bou Azzer-Aït Ahmane a été reconnu dès les années 70 (Leblanc, 1975, Leblanc et Lan- celot, 1980). Bien qu’incomplet et fortement démembré par la tectonique panafricaine, l’ophiolite de Bou Azzer-Aït Ah- mane présente toutes les unités d’une suite ophiolitique. Son âge précis est actuellement débattu (Chèvremont et al., sous presse ; El Hadi et al., 2010) alors que celui de l’ophiolite voisine de Tachakoucht (massif du Siroua) est fixé à 761,1 + 1,9/-1,6 Ma (Samson et al., 2004).

Des séries de mélange associées au plancher océanique sont identifiables dans les séries volcano-sédimentaires de Skouraz (basaltes, amphibolite, paragneiss, schistes, car- bonates,…)

L’ensemble de ces unités métamorphiques est recoupés par des intrusions de diorite quartzique à mise en place syn- tectonique, dont celle d’Aït Ahmane datée à 653.8 ± 1.6 Ma, de Bou Offroh (653.0 ± 1.3 Ma) et le massif tardi-tec- tonique d’Ousdrate (640.8 ± 1.4 Ma) (Inglis et al., 2005). D’autres intrusions nettement post-tectoniques sont re- présentées par la granodiorite de Bleïda, datée à 579.4 ± 1.2 Ma (Inglis et al., 2004).

Les différentes unités métamorphiques s’organisent en em- pilements tectoniques complexes séparés par des accidents chevauchants WNW-ESE à déversement SW et par des dé- crochements sénestres NE-SW. Cette tectonique panafri- caine s’opère dans des conditions métamorphiques de type schiste vert. La présence de schistes bleus associés au complexe ophiolitique reste controversée (Hefferan et al., 2002 ; Bousquet et al., 2008).

B) L’ensemble non-métamorphique comporte quant à lui deux complexes :

1) En discordance majeure sur le substratum panafricain métamorphique, le Groupe de Tidilline est formé par des sé- ries clastiques et volcanoclastiques présentant des séquences sédimentaires granocroissantes. Elles sont le plus souvent redressées et plissées dans des couloirs faillés aux abords ou au sein des terrains panafricains. Ces bassins (sur décro- chement ?) sont associés à un magmatisme calco-alcalin à alcalin associé à une nouvelle activité de subduction et dé- veloppement d’arcs. Les nouvelles datations leur attribue un âge aux alentours de 606 Ma (Blein et al., sous presse).

2) Le Groupe de Ouarzazate repose en discordance angu- laire nette sur celui de Tidilline. Il est constitué essentiel- lement de coulées pyroclastiques ignimbritiques de composition dacitique à rhyolitique, associées à des tufs et des brèches pyroclastiques ainsi qu’à des dépôts sédi- mentaires volcanodétritiques. Ce magmatisme est ratta- ché au Néoprotérozoïque terminal d’après des datations à 566 ± 4 et 567 ± 5 Ma (Chèvremont et al., sous presse)

D’une façon concordante ou sub-concordante, le Groupe de Ouarzazate est suivi par l’épaisse couverture sédimen- taire qui débute par les séries gréso-carbonatées de l’Adou- dounien-Cambrien inférieur (Groupe de Taroudant).

Lors du serrage hercynien tardi-Carbonifère, le dévelop- pement d’une tectonique de type thick-skinned tectonics engendre la réactivation des failles de socle (Accident Ma- jeur de l’Anti-Atlas) qui induit une déformation de la cou- verture sus-jacente par plissements dysharmoniques et décollements le long de chevauchements (Leblanc, 1973 , Soulaimani et Burkhard, 2008) Dans le socle, la déforma- tion hercynienne est responsable du développement d’une schistosité de fracture localisée le long des accident re- mobilisés en condition de faible degré métamorphique.

Les séries mésozoïques et cénozoïques sont absentes. Seul le grand dyke triasico-liasique de Foum Zguid témoigne de l’implication de ce domaine dans la zone d’extension du rift de l’Atlantique central.

Avant l’exhumation finale au Néogène lors des soulève- ments atlasiques, responsables du rajeunissement des re- liefs actuels de la boutonnière, le socle de Bou Azzer-El Graara a subi un soulèvement au Crétacé inférieur (133 Ma), avant d’être ré-enfoui lors de la transgression du Crétacé supérieur-Eocène sous une pile sédimentaire dépassant les 1000 m. (Oukassou et al., 2011),

Route : Quitter Zagora vers l’ouest par la piste qui longe la plaine de Nchachda. C’est une large plaine caillouteuse évasée à l’est où elle forme un coude recoupé par l’oued Drâa et bordée au sud et à l’est par le Jbel Bani. Les allu- vions quaternaires couvrent les schistes de l’Ordovicien inférieur du Groupe des Feijas externes. Vers le SW, la plaine se rétrécie en une étroite dépression longée par l’oued El Feija et bordée, au sud par l’imposante barrière ordovicienne du Groupe du Premier Bani, et au nord par les grès du Groupes du Tabanit (fin du Cambrien moyen).

A12 km de Zagora, à la localité de Tagourt (N30°18'28.77"; W5°55'59.59"), une piste bifurque vers le nord et pénètre dans les reliefs cambriens pour rejoindre la vallée de l’oued Bou Tious et déboucher plus loin dans le massif d’El Graara, au niveau de Guelb Tassawt. Il s’agit de l’ancienne piste re- liant Bou Azzer à Zagora. On n’accédera pas à la bouton- nière par cette voie, mais on continue vers le SW le long de

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

89

la feija sur une cinquantaine de kilomètres jusqu’à la bifur- cation de Bou er Rbi’ (N30° 8'28.07" ; W6°20'26.70"). A partir de là, prendre la piste à droite qui traverse les Grès du Tabanit du Jbel Derga par la vallée de l’oued El Mrja. La piste suit les méandres de l’oued et s’en écarte au début des Grès terminaux après le village d’El Merja pour les repren- dre au nord de Jbel Lahmar, juste avant le village d’Al Glo’a au sein de la Série Lie-de-vin.

Arrêt J2.1 : Le volcanisme du Cambrien inférieur d’Al Glo’a (GPS : 30°15'35,42"N ; 6°28'42,81”W)

La base de la couverture cambrienne le long de la bordure SW de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara est carac- térisée par la mise en place d’un magmatisme de type al- calin contemporain des dépôts de l’Adoudounien (Choubert, 1952 ; Leblanc, 1973 ; Alvaro et al., 2006). Ces manifestations sont visibles en deux localités principales :

i) la plus étendue et étudiée est celle d’Alougoum (Jbel Boho), au sud de Bou Azzer ; et ii) le volcanisme d’Al Glo’a à la terminaison sud-est de la boutonnière. D’autres laves contemporaines affleurent à une dizaine de kilomè- tres plus à l’ouest, entre les boutonnières de Bou Azzer-El Graara et de Tazenakht au sein de l’anticlinal adoudounien d’Adrar n-Tirtiwt.

Les roches volcaniques d’Al Glo’a affleurent selon une su- perficie subcirculaire d’environ 50 km 2 autour du village

éponyme (fig. 2.2). Elles sont issues d’un paléovolcan qui parait chronologiquement plus récent que celui du Jbel Boho puisque ses laves s’intercalent plus haut dans la cou- verture sédimentaire cambrienne, au sommet des Calcaires inférieurs et localement pendant le dépôt des Grès de Ti- kirt (Série Lie-de-vin). De même, on note ici l’absence de faciès plutoniques (syénites) qui caractérisent le paléovol- can d’Alougoum (Jbel Boho). Les deux paléovolcans d’Alougoum et d’Al Glo’a sont cependant connectés entre eux par plusieurs niveaux cartographiables de laves inter- stratifiées dans les Calcaires inférieurs.

Signification du volcanisme infracambrien

Du point de vue de leur géochimie (Soulaimani et al., sous presse, a), les laves d’Al Glo’a correspondent à des roches basiques riches en éléments alcalins et présentent un ca- ractère surtout potassique riche en titane, en magnésium et en fer. Les faciès intermédiaires à acides sont également riches en alcalins, avec des teneurs élevées en titane. Les spectres de terres rares des roches basaltiques à trachy- tiques présentent un fractionnement constant depuis les terres rares légères jusqu’aux terres rares lourdes avec une faible teneur en Yb. Toutes les laves d’Al Glo’a s’ins- crivent dans le champ des basaltes alcalins intraplaques.

L’âge du volcanisme infracambrien de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara a été fixé à 534 ±10 Ma (Ducrot et Lancelot, 1977) pour le volcan de Jbel Boho, recalculé à

Lancelot, 1977) pour le volcan de Jbel Boho, recalculé à F IG . 2.2 : Vue

FIG. 2.2 : Vue vers le nord de l’agglomération d’Al Glo’a avec sa palmeraie. Le village est bâti sur les roches volcaniques sombres du complexe magmatique d’Al Glo’a. Au dernier plan, les niveaux clairs correspondent aux calcaires adoudouniens.

FIG. 2.2 : North view of the Al Glo'a agglomeration with its palm plantation. The village is built on dark volcanic rocks of the magmatic complex of Al Glo'a. The clear levels in the background correspond to the Adoudounian limestones.

90

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

529 ± 3 Ma (Gasquet et al., 2005). D’autres datations ont donné des âges de 531 ± 5 Ma pour le sill trachytique d’Aghbar (Gasquet et al., 2005) et 541 ± 6 Ma pour un bloc de phono-téphrite associée spatialement et généti- quement au volcan du Jbel Boho et prélevé dans la partie basale de l’Adoudounien à l’ouest de Bou Azzer (Blein et al., 2010). Ces âges se situent autour de la limite conven- tionnelle entre le Précambrien et le Cambrien, fixée à 540 Ma (Odin, 1982) ou 542 Ma (ICS, 2009 ; voir Annexe).

Le magmatisme de Jbel Boho-Al Glo’a est un magmatisme alcalin intra-plaque qui fait suite à celui de nature calco- alcaline fortement potassique à shoshonitique du Groupe de Ouarzazate au Néoprotérozoïque terminal. Il faut sou- ligner que la tendance alcaline s’exprime déjà dans les derniers termes du magmatisme du Groupe de Ouarzazate (Blein et al., sous presse) et se poursuit ainsi durant le Cambrien inférieur. Le volcanisme infracambrien d’Alou- goum-Al Glo’a est interprété comme étant lié à la persis- tance du processus de rifting continental qui caractérise le contexte géodynamique du Groupe de Ouazzazate (Sou- laimani et al., 2003).

Route : La piste traverse l’agglomération d’Al Glo’a avec ses nombreux villages bâtis le long de la belle palmeraie dont la verdure contraste avec les teintes sombres des mon- tagnes environnantes.Admirer au passage les constructions en pisé, dont les ruines du Ksar Lemrabtine à droite de la piste. Celle-ci suit les méandres de l’oued Al Glo’a sur les formations sombres du complexe volcanique qu’on quitte bientôt pour parcourir les termes basaux des Calcaires infé- rieurs. A plusieurs endroits, ces calcaires montrent des structures tectoniques qui soulignent l’importance des mou- vements varisques. Il s’agit d’association de plis et de

failles localisés le long d’accident N-S à N30 (fig. 2.3). A ~6 km d’Al Glo’a, on pénètre dans le massif d’El Graara par le sud du bassin de Trifya.

Arrêt J2.2 : Le bassin néoprotérozoïque supérieur de Trifya (Ediacarien) (GPS : 30°18'25,25"N ; 6°27'19,26”W)

Le bassin (au sens morphologique) de Trifya (fig. 2.4), à l’extrême SW de la boutonnière précambrienne, est occupé par la Formation de Tidilline. Celle-ci a été définie (Chou- bert, 1963 a ; Leblanc, 1975) comme l’ensemble des séries non métamorphiques, clastiques, volcanoclastiques ou vol- caniques, qui reposent en discordance majeure sur le subs- tratum panafricain et qui sont recouvertes en discordance angulaire par les dépôts du Groupe de Ouarzazate ou di- rectement par les calcaires adoudouniens.

En carte (Soulaimani et al., sous presse, b), il se présente comme une large dépression ovale dont le grand axe WNW-ESE dépasse les 13 km pour une largeur maximale de 4 km (fig. 2.5A). Il est rempli de dépôts clastiques, conglomératiques dans sa moitié nord, et gréso-silteux dans sa moitié sud (fig. 2.5B). La bordure nord du bassin est une faille qui le sépare des séries de la plate-forme de Bleïda alors qu’au sud, les unités de Trifya sont recouvertes en dis- cordance angulaire par les dépôts adoudouniens (fig. 2.5C). Les strates, de direction E-W à WSW, sont fortement re- dressées vers le nord. Elles constituent une large structure monoclinale à fort pendage et à polarité normale, et attei- gnent une épaisseur totale de 3000 m. Ce sont des séries grano- et strato-croissantes, fines et gréso-silteuses à la base et évoluant progressivement vers des dépôts plus grossiers.

Le Groupe de Tidilline, attribué au PII sup. ou PII 3 (Chou-

de Tidilline, attribué au PII sup. ou PII 3 (Chou- F IG . 2.3 : Exemple

FIG. 2.3 : Exemple de faille N20-30 à jeu inverse décrochant (probablement dextre) associée à un pli dans la partie inférieure de la couverture cambrienne au sud de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara.

FIG. 2.3 : An example of reverse N20-30 fault with probable left lateral component, associated with a fold in the lower part of the Cambrian cover, south of Bou Azzer-El Graara inlier.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

91

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 91 F IG . 2.4 : Panorama sur le bassin de

FIG. 2.4 : Panorama sur le bassin de Trifya, pris du sud. Au dernier plan à gauche, on aperçoit la couverture cambrienne du flanc NE de la boutonnière de Bou Azzer-El Graara.

FIG. 2.4 : Trifya Basin panorama as seen from the south. In the background on the left, the Cambrian cover of the NE side of the Bou Azzer-El Graara inlier can be seen.

the NE side of the Bou Azzer-El Graara inlier can be seen. F IG . 2.5

FIG. 2.5 : A) Carte géologique du bassin de Trifya (extrait de la carte géologique au 1/50 000 d’Al Glo’a (soulaimani et al., sous presse b) ; B) Log stratigraphique du Groupe de Tidilline dans le bassin de Trifya ; C) coupe transversale.

FIG. 2.5 : A) Geological map of the Trifya Basin, after the Geological map of Al Glo’a scale 1/50 000 (Soulaimani et al., sous presse b) ; B) Stratigraphical succession of the Tidilline Group in the Trifya Basin ; C) Transverse section.

bert, 1963 b), est considéré comme déposé pendant la phase terminale du cycle orogénique panafricain (Leblanc, 1975). Il est donc décrit comme une molasse déposée en climat pé- riglaciaire postérieurement à la phase panafricaine majeure B 1 et avant la phase tardive B 2 (Leblanc, 1975, Leblanc et Lancelot, 1980). Hefferan et al. (1992) associe ces dépôts à des bassins sur décrochements développés au terme de la collision panafricaine.

Route : La piste remonte l’oued Trifya, d’abord sur des grès et siltites qui forment une topographie relativement plane puis, après le village de Smara, sur les niveaux conglomératiques qui forment des crêtes plus marquées. Les conglomérats présentent d’abord une stratification nette, puis ils deviennent chaotiques le long de la bordure nord du bassin. Au terme d’une dernière montée, on arrive au complexe minier de Bleïda avec sa large digue à l’ouest.

92

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Arrêt 2.3 : La Série de plateforme de Bleïda (GPS : 30°21'13,10"N ; 6°27'19,87”W)

S’arrêter au col pour avoir une meilleure vue sur la crête de JbelAl Orf à l’est, dont la coupe est typique de la « Série de plate-forme de Bleïda ». Cette série appartient au Groupe de Tachdamt-Bleïda et correspond à la partie SE des séries calcaréo-quartzitiques décrites par Neltner (1938), puis Choubert (1963 a) sous le nom de "Système des Calcaires et Quartzites" (Précambrien II 2 ). Equivalent du Groupe de Taghdoute dans les Zenaga (Bouougri et al., 1992 ; Thomas et al., 2004), la série de Bleïda représente les dépôts de pla- teforme du Néoprotérozoïque inférieur-moyen, installée sur la marge nord du Craton Ouest-Africain.

Stratigraphie de la Série de Bleïda

La Série de Bleïda a fait l’objet de plusieurs travaux géo- logiques et miniers, du fait qu’elle renferme une minérali- sation cuprifère (Billaud, 1977 ; Leblanc, 1975 ; Mouttaqi, 1997). Elle affleure sous forme d’une bande allongée WNW-ESE sur environ 11 km avec une largeur moyenne de 2 km, principalement soulignée par la crête de Jbel Al Orf (fig. 2.6). Ses contacts nord et sud sont faillés, occultant ses limites stratigraphiques. A sa base (flanc sud de Jbel Al Orf) affleure une alternance de siltites et de carbonates avec traces de bioturbation, fentes de dessiccation et rides de courant asymétriques suggérant des apports détritiques venant du SSW. Au-dessus stratigraphiquement, vient la barre de grès-quartzites qui forme l’imposante ligne de crête du Jbel Al Orf, à l’est de la mine de Bleïda (fig.

2.5B). Ce sont des grès quartzitiques fins à passage gros- siers chenalisés attestant une polarité normale vers le

nord. Ils sont suivis par une alternance de grès et de pélites

à niveaux carbonatés stromatolithiques interstratifiés, puis

par des pélites noires sur lesquelles se place enfin l’unité basaltique sus-jacente. Celle-ci comporte un empilement de coulées basaltiques à aspect massif, dépourvues de

structures en coussins, où s’intercalent plusieurs niveaux amygdalaires, des lentilles silto-gréseuses et des tufs (Mouttaqi, 1997). Sur les basaltes repose une série vol- cano-sédimentaire monotone à dominance pélitique, in- tercalée d’horizons pyroclastiques (cinérites et tufs). C’est dans la partie sommitale de ce cycle volcano-sédimentaire que se situe l’horizon minéralisé en sulfures de cuivre. L’unité de Bleïda est coiffée par une série grésopélitique

à faciès plus grossiers de nature arkosique.

Arrêt J2.4 : La mine de Bleïda (GPS : 30°21'39,57"N ; 6°27'39,37”W)

Route : Après la traversée de l’usine, on accède à la route goudronnée à partir du bâtiment administratif. Au-delà, on roule sur la terminaison SE de la granodiorite de Bleïda.

Le complexe minier de Bleïda est bâti sur la Série de plate- forme de Bleïda, à la limite orientale de la granodiorite du même nom qui la recoupe.

Historique minier et gîtologie

Le site cuprifère de Bleïda a été exploité dès le Moyen Âge (Saadi, 1964) comme l’atteste les traces d’anciens travaux

1964) comme l’atteste les traces d’anciens travaux F IG . 2.6 : A) Log synthétique de

FIG. 2.6 : A) Log synthétique de la Série de plateforme de Bleïda (d’après Mouttaqi, 1997) ; B) Vue vers l’est du District minier de Bleïda avec la crête des Grès et quartzites de Jbel Al Orf, principale formation de la série de plate-forme.

FIG. 2.6 : A) Synthetic log of the Bleïda platform Series (after Mouttaqi, 1997) ; B) Eastern view of the Bleïda mining District with the Sandstones and quarzites peak of Jbel Al Orf.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

93

(tranchées, scories, traces de fours). L’exploration moderne ne débuta qu’en 1962 et aboutit à la découverte des pre- miers amas (secteur Bleïda-Sud, 7 zones à 3% Cu). Les tra- vaux furent stoppés de 1968 jusqu’à 1970. Suite à de nouveaux travaux de recherches et de reconnaissances en- trepris en 1971, un premier puits a permis de traverser l’amas 5 dans la zone sud et un second puits, des niveaux minéralisés dans la zone nord.

Après un nouvel arrêt en 1973, l’étude du gisement a été re- lancée en privilégiant les travaux de surface (cartographie, sondages carottés et percutants). A partir de fin 1976, les deux puits sont reliés à leur niveau de base par un travers- bancs de 800 m de long, perpendiculaire à la schistosité et qui recoupe de ce fait toute la série volcano-sédimentaire de Bleïda. L’exploitation minière dura encore de 1980 à 1997, date à laquelle la mine de Bleïda a cessé ses activités. Les dix-sept années d’exploitation de la mine de Bleïda ont permis d’extraire 190000 t de cuivre métal avec de fortes te- neurs de minerai (jusqu’à 9 % Cu).

Durant les années 2000, l’infrastructure minière préexis- tante a été utilisée pour l’exploitation du cuivre oxydé pro- venant aussi bien du retraitement des anciennes haldes de la mine de Bleïda que du minerai de la mine à ciel ouvert de Jbel La’sal, située à l’est de la boutonnière au sein de la couverture adoudounienne. La durée d’exploitation projetée sur deux ans a cessé durant l’année 2008.

Conditions de gisement : Dans le gisement de Bleïda, Bil- laud (1977) distingue deux zones, avec deux types différents de minéralisation : i) La zone sud regroupe les gisements si- tués à la base de la série pélitique, à une dizaine de mètres au-dessus des basaltes tholéiitiques. La masse minéralisée se présente en veinules sécantes sur la stratifica- tion et sur les plans de schistosité. La minéralisation concentrée dans des failles NE-SW montre une forte remobilisation et une concentration tardive ; ii) La zone nord contient la minéralisation la plus riche (9,34 % Cu), localisée à plusieurs niveaux de la Série de Bleïda, (pélites et unité schisto- gréseuse). Le minerai, constitué de pyrite, chalcopyrite et bornite, se répartit en plusieurs amas de forme lenticulaire se situant dans une bande étroite.

origine primaire dispersée dans les schistes, puis remobi- lisée et concentrée sous l'influence de l'intrusion de la gra- nodiorite de Bleïda (Saadi, 1973). Leblanc (1975) souligne en outre l’aspect stratiforme de la minéralisation en rela- tion avec son encaissant volcano-sédimentaire à signature géochimique calco-alcaline. Billaud (1977) fait le lien entre les deux types de minéralisation dans un même cadre paléogéographique : un domaine de marge continentale peu profonde au sud, (minéralisation type sud), et un bas- sin marginal au nord (minéralisation type nord). En sou- lignant l’importance des faciès hydrothermaux intercalés à différents niveaux de la série de Bleïda (jaspe, irons- tones, chloritites), Mouttaqi (1997) et Mouttaqi et Sagon (1999) classent la minéralisation cuprifère de Bleïda comme type SEDEX, mise en place dans un contexte ex- tensif caractérisé par une importante activité exhalative.

Arrêt J2.5 : La granodiorite de Bleïda (GPS : 30°21'54,47" N ; 6°27'36,87”W)

La granodiorite de Bleïda est un massif de forme ovale al- longé NW-SE avec une superficie approximative de 5 km 2 . Elle s’est mise en place dans la Série de plateforme de Bleïda, parallèlement aux structures régionales panafri- caines (fig. 2.7).

C’est une roche à grain moyen et à texture équante, formée de plagioclase, quartz, orthose, biotite, avec apatite et zircon comme minéraux accessoires. Chimiquement, c’est une gra- nodiorite à caractère potassique. Le spectre des terres rares montre un important enrichissement en terres rares légères et de faibles concentrations en terres rares lourdes (Soulaimani

faibles concentrations en terres rares lourdes (Soulaimani F IG . 2.7 : Localisation de la Granodiorite

FIG. 2.7 : Localisation de la Granodiorite de Bleïda et son encaissant sur une image SPOT. FIG. 2.7 : SPOT image of the Bleïda Granodiorite and its country rock.

Modèles génétiques : Les pre- mières interprétations génétiques de la minéralisation cuprifère du district de Bleïda évoquent une

94

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

et al., sous presse, a). Le massif n’est affecté que par quelques accidents cassants sans aucune déformation péné- trative interne. Il développe une auréole de métamorphisme de contact où la croissance des minéraux est nettement pos- térieure à la schistosité régionale S 1 (Billaud, 1977).

Datation de la granodiorite de Bleïda

La granodiorite de Bleïda a fait l’objet de plusieurs data- tions radiométriques. Par la méthode U/Pb sur un groupe de zircon, Ducrot et Lancelot (1979) déterminent l’âge de 615 ± 12 Ma. Cette datation est cependant plus ancienne que l’âge de 602 ± 18 Ma obtenu dans l’encaissant méta- morphique de la granodiorite par la méthode Rb/Sr sur roche totale (Clauer, 1976). Avec la même méthode, Mrini (1993) lui attribue un âge de 602 ± 18 Ma, mais ce dernier

a été calculé en incluant d’autres échantillons provenant de la diorite quartzitique au sud de Bleïda, supposée contemporaine de la granodiorite.

L’âge de 579,4 ± 1,2 Ma (Inglis et al., 2004) obtenu par la méthode U/Pb sur monozircons est actuellement considéré comme celui de la mise en place de la granodiorite dans

son encaissant, postérieurement à la tectonique panafri- caine. Cette datation est similaire à d’autres âges obtenus pour plusieurs autres massifs post-tectoniques dans le massif du Siroua, comme la granodiorite d’Askaoun (575

± 8 Ma), la tonalite d’Amlouggi (586 ± 8Ma) ou encore la

diorite de Tourcht (579 ± 8 Ma) (Thomas et al., 2002).

Route : La route goudronnée quitte rapidement la grano- diorite et continue sur la Série de Bleïda. Cellle-ci est limi- tée au nord par un accident panafricain majeur qui la sépare de formations métamorphiques considérées comme des mé-

langes (basaltes, amphibolite, paragneiss fins, schistes et carbonates) associés au complexe ophiolitique. Ce mélange s’organise en bandes empilées tectoniquement et affectées d’une schistosité régionale pénétrative. L’ensemble est re- coupé par plusieurs massifs de diorite quartzique (fig.2.1).

La route quitte ce complexe métamorphique et longe le bas- sin synclinal (Fm de Tidilline) d’Ad Dwaissa.Au niveau du village se dresse, à droite de la route, un piton élevé (Lgleb Lbyed – Tanldalt, 1434 m). Il s’agit de laves « PIII» (En- core appelées XIII ou NpIII, selon les auteurs et les cartes géologiques) mises en place au sein des séries de Tichiba- nine-Ben Lgrad. Ces dernières, autrefois attribuées à la série de Tidelline (Choubert, 1963b), sont reconsidérées comme des séries panafricaines (Leblanc, 1975) à affinité d’arc (Bo- dinier et al, 1984 ; Naidoo et al., 1991). Suivant les derniers résultats de cartographie géologique (Soulaimani et al., sous presse, a et b), les séries de Tichibanine-Ben Lgrad sont as- sociées à un arc volcanique intra-océanique à affinité tho- léïtique et datées à 761 ± 7 et 767 ± 7 Ma.

Arrêt J2.6 : Le grand dyke de Foum Zguid (GPS : 30°26'32.19"N ; 6°29'48.50”W)

Nous traversons ici (fig. 2.8) une nouvelle fois le grand dyke de Foum Zguid (cf. arrêt J1-2). C’est l'un des filons triasico- liasiques majeurs de l'Anti-Atlas, orienté NE-SW et épais de 100 à 150 m. Il s'étend sur plus de 200 km depuis Foum Zguid au SE et jusqu’à Tineghir au NE en traversant les massifs de BouAzzer-El Graara et le Jbel Saghro. Il recoupe verticalement aussi bien le substratum précambrien que sa couverture paléozoïque plissée (Choubert, 1963 b ; Leblanc, 1973 ; Hollard, 1973).

plissée (Choubert, 1963 b ; Leblanc, 1973 ; Hollard, 1973). F IG . 2.8 : Image

FIG. 2.8 : Image du Grand dyke liasique de Foum Zguid qui traverse les séries panafricaines d’El Graara. FIG. 2.8 : The big Liassic Foum Zguid dyke crossing the Pan-African El Graara series.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

95

Dans la boutonnière de Bou Azzer-El Graara, le dyke prin- cipal est accompagné par des dykes parallèles (N30 à N50), puissants de quelques mètres. Un léger métamorphisme de contact se manifeste aux épontes avec développement de cornéennes. Selon une coupe perpendiculaire, le dyke mon- tre une grande diversité pétrographique à disposition symé- trique, avec des roches basiques aux bordures qui évoluent vers des termes intermédiaires à acides au centre (Rahimi, 1988,Aarab et al., 1994). La roche présente une texture mi- crogrenue, légèrement porphyrique. Les phénocristaux au- tomorphes consistent en clinopyroxènes, olivines et rares plagioclases. La mésostase est formée de plagioclase, cli- nopyroxène et oxydes de fer et/ou titane.

Route : Continuer vers le NW où on retrouve, 500 m plus loin, le prolongement nord du grand dyke à droite de la route. Ce décalage est lié à un décrochement sénestre N120. C’est ici que prend une piste vers le nord qui longe oued Ar-Rtem vers Agdz. Plus loin, la route longe une dé- pression constituée de siltites (Fm de Tidilline) du bassin synclinal d’Aït Abdellah, qui devient très étroit vers le NW. Ce bassin est bordé au nord par les séries d’arc de Ti- chibanine et au sud par l’alignement des grès de Tidilline. Arrivé à Aït Ahmane, tourner à gauche et suivre la piste le long de l’oued Aït Ahmane pour la coupe de la série ophiolitique.

Arrêt J2.7 : Ophiolite d’Aït Ahmane (GPS: 30°28'52,41"N ; 6°34'46,33”W)

En plus de son intérêt économique, c’est la découverte du complexe ophiolitique néoprotérozoïque dans la bouton- nière de Bou Azzer-El Graara qui est à l’origine de sa re- nommée. Il s’agit de l’un des plus anciens complexes ophiolitiques connus au monde. Il est fortement démem- bré, mais sa nature de paléo-croûte océanique a été établie par de nombreux travaux indépendants (Leblanc, 1975 ; Leblanc et Lancelot, 1980 ; Bodinier et al., 1984 ; Admou,

1989 ; Saquaque et al., 1989 ; Naidoo et al., 1991 ; Inglis et al., 2005 ; Gasquet et al., 2008).

L’ophiolite d’Aït Ahmane présente les composantes sui- vantes (Admou, 1989 ; Wafik et al, 2001) : i) des pérido- tites mantelliques (tectonites), recoupées par un essaim de filons basiques et ultrabasiques ; ii) des cumulats basiques et ultrabasiques ; iii) des gabbros et microgabbros ; iv) un complexe filonien ; v) des basaltes et diabases spilitisés et vi) un ensemble volcano-sédimentaire. L’ensemble est recoupé par des granitoïdes et par un système filonien.

Bien que fortement démembrée, l’ophiolite d’Aït Ahmane montre donc les termes typiques d’une séquence ophioli- tique classique. Sa dislocation tectonique rend cependant délicate la reconstitution de sa colonne stratigraphique ini- tiale. La coupe de l’ophiolite d’Aït Ahmane (fig. 2.9) est la plus représentative de toute la boutonnière. Elle est réali- sable selon un transect NE-SW de 2 km le long de la piste qui longe la vallée d’Aït Ahmane. La coupe montre les ca- ractéristiques suivantes : i) absence de succession strati- graphique continue ; ii) termes cumulatifs très réduits et tronqués (fig. 2-10A) ; iii) complexe filonien très rudi- mentaire, les dykes basiques sont encaissés dans des dia- bases et microgabbros et jamais disposés dyke contre dyke (fig. 2.10B) ; iv) la séquence mantellique est de type harzburgitique avec de rares fantômes d’orthopyroxène, de grenat et pas de clinopyroxène ; v) l’unité mantellique de serpentinites semble être en discordance tectonique sur le reste de la séquence ophiolitique.

Route : Reprendre la route vers Bou Azzer, qui longe en- core le couloir occupé par la Fm de Tidilline. Juste après Aït Ahmane, les reliefs granitiques, à droite de la route, constituent le massif d’Ousdrate. C’est une diorite quart- zifère datée à 640,8 ± 1,4 Ma et dont la mise en place est considérée comme limite maximale des compressions pa- nafricaines (Inglis et al., 2005). Ce massif développe une

(Inglis et al ., 2005). Ce massif développe une F IG . 2.9 : Coupe géologique

FIG. 2.9 : Coupe géologique de l’ophiolite d’Aït Ahmane (d’après Admou, 1989). FIG. 2.9 : Geological cross-section of Aït Ahmane ophiolite (in Admou, 1989).

96

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 2.10 : L’ophiolite

FIG. 2.10 : L’ophiolite d’Aït Ahmane. A) coupe montrant le chevauchement vers le SW des tectonites sur le gabbro ; B) Vue vers le nord du complexe filo- nien d’Aït Ahmane dans des serpentinites ; C) Diorite quartzifère d’Aït Ahmane avec des enclaves basiques étirées ; D) Aspect du gabbro lité ; D) Concen- tration de chromite dans les cumulats.

FIG. 2.10 : The Aït Ahmane ophiolite. A) cross-section showing the SW verging overlap of the tectonites onto the gabbro ; B) North view of the Aït Ahmane sheeted dyke complex in the serpentinit unit ; C) Aït Ahmane quartziferous diorite including stretched basic inclusions ; D) Aspect of the layered gabbro ; D) Chromite concentration.

auréole de métamorphisme de contact dans sa partie sud au sein de la série d’Ousdrate (équivalent probable de celle de Tichibabine-Ben Lgrad). La route suit grosso modo le contact faillé entre série d’Ousdrate et série de Tidelline.

S’arrêter à 2 km d’AïtAhmane, une fois un petit pont dépassé, pour examiner l’affleurement situé dans la rivière à droite.

Arrêt J2.8 : Les dépôts périglaciares (dropstones) de Tidilline (GPS : 30°29'30,99"N ; 6°35'45,19”W)

Au fond de la rivière au nord de la route affleurent des sil- tites conglomératiques de couleur verdâtre englobant des galets épars (fig. 2-11). La matrice verdâtre correspond à des grauwakes à matériel mal classé et sans litage appa- rent. Les galets sont de forme bien arrondie et de taille va- riable ne dépassant pas les 50 cm. Ils sont dans la plupart des cas de nature quartzitique et accessoirement issus de

roches magmatiques diverses du substratum panafricain. Certains de ces galets sont tronçonnés in situ en relation avec la déformation régionale qui affecte l’ensemble de la série de Tidilline (fig. 2.10C).

Ces dépôts ont été décrits pour la première fois dans la boutonnière de Bou Azzer-El Graara par Cahen et al., (1953) comme des tillites et considérés par la suite comme des tilloïdes ou pseudo-tillites par Chumakov (1965). Ces attributions à des dépôts glaciaires sont relativisées par Le- blanc (1975) qui les considère comme des faciès ayant un simple cachet périglaciaire.

Route : Poursuivre la route vers l’ouest. On quitte rapide- ment le bassin de Tidelline d’Aït Ahmane. A droite se dresse Jbel Bou Arab formé par les roches volcanodétri- tiques du Groupe de Ouarzazate (PIII). Juste après, la route traverse la grande faille d’Irhtem, l’un des nombreux ac- cidents N70 qui décalent en sénestre l’ensemble des séries

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

97

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 97 F IG . 2.11 : Tilloîdes dans la Série de

FIG. 2.11 : Tilloîdes dans la Série de Tidilline d’Aït Ahmane : siltites à galets hétérométriques dispersés (dropstones ?). Noter le caractère polygénique de la formation. Les blocs de quartzite peuvent dépasser 50 cm de long.

FIG. 2.11 : Tilloids in the Aït Ahmane Tidilline Series : siltites with dispersed polygenic and heterometric pebbles and blocks (dropstones ?). The blocks of quarzites can exceed 50 cm length.

précambriennes de la boutonnière. On roule alors sur le massif de Bou Zben qui fait partie des diorites quartzifères syn-collisionnelles. Ce massif est daté à 646 ± 6 Ma (Ya- zidi et al., 2008). Au niveau de l’oued n-Tafrawt (N30°30'51.71" ; W 6°40'15.87"), prendre la piste à gauche qui mène vers le village de Tidilline. Avant d’y arriver, s’arrêter après la traversée de l’oued pour examiner les af- fleurements de Tidilline dans l’oued à gauche.

Arrêt J2.9 : La Série de Tidilline à Tidilline (30°30'33.02"N ; 6°39'46.45”W) Près du village de Tidilline (ou Tidelline), la Fm de Tidil- line est formée par une alternance rythmique de lits mas- sifs à matériel grossier et d’interbancs à matériel silteux verdâtre (fig. 2.12A). Ces séquences sédimentaires rap- pellent par leur agencement un flysch (turbidites). Les ni- veaux compétents, épais de 2 à 10 cm, correspondent à des

compétents, épais de 2 à 10 cm, correspondent à des F IG . 2.12 : Série

FIG. 2.12 : Série flyschoïde de Tidilline près du village éponyme. - A : alternance de bancs grossiers arkosiques et d’interlits silteux redressés. - B : Plis tardi- panafricains affectant la série.

FIG. 2.12 : Tidilline flysch-like series close to the eponym village. - A : Upright arkosic layers alternating with silty levels. - B : Late Pan-African folds affecting the serie.

98

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

grauwackes riches en éléments volcaniques qui provien- nent des massifs hypovolcaniques albitophyriques asso- ciés à la base de la Série de Tidilline (Leblanc, 1975).

Ici, ces séries sont très redressées, montrant des strates sub- verticales de direction N145. On peut aussi y observer des plis ouverts, dépourvus de schistosité de plan axial et à axe faiblement plongeant vers le SW (fig. 2.12B).

Route : Faire demi-tour et reprendre la route de Bou Azzer qui est bordée au nord par la grande corniche adoudou- nienne (J. Ifreghs-n-Wanmid). Cette falaise montre un bon exemple de la discordance angulaire qui apparaît par en- droit entre les dépôts volcano-détritiques du Groupe de Ouarzazate (PIII) et les calcaires adoudouniens interstrati- fiés avec des laves au Jbel Boho (fig. 2.13).

La route entre ensuite dans le district minier d’Aghbar.Adroite de la route, sous la corniche adoudounienne affleure le sill d’Aghbar daté à 531 ± 5Ma (Gasquet et al., 2005). La route

vire à droite et traverse les séries carbonatées de la couverture adoudounienne.On quitte définitivementle massif d’El Graara vers une feija où prend la route d’Agdz (N30°31'53.52"; W6°49'35.78"). Pour cette partie du trajet, on consultera le guide du circuit C1 (Nouveaux Guides, vol. 2). On rentre à Agdz où on reprendra le départ pour la journée J3.

Journée J3 : Agdz-Agadir Tissint via Foum Zguid, Alougoum (240 km)

Itinéraire et thèmes (fig. 1.1) : La couverture cambrienne du flanc SW de la boutonnière de Bou-Azzer / El Graara. Le Cambrien supérieur d’Alougoum, Le Jbel Bani de Foum Zguid et le grand dyke de dolérites liasiques. Le Dévonien in- férieur du Drâa et le Quaternaire (Soltanien) de Tissint.

Route and topics (fig. 1.1) : The SW cambrian flank of the Bou- Azzer/El Graara inlier. Upper Cambrien of Alougoum, The Jbel Bani of Foum Zguid and the Liassic dolerite dyke. The Devonian oftheLowerDrâaoftheandtheQuaternary(Soltanien)ofTissint.

oftheLowerDrâaoftheandtheQuaternary(Soltanien)ofTissint. F IG . 2.13 : Discordance des calcaires adoudouniens sur

FIG. 2.13 : Discordance des calcaires adoudouniens sur les dépôts volcano-détritiques du Groupe de Ouarzazate (PIII) à la bordure nord de la boutonnière de Bou Azzer.- A : Vue en 3D d’une image Google Earth sur laquelle la discordance est interprétée en termes de blocs PIII basculés vers l’ouest.- B : Photographie d’une partie de cette discordance.

FIG. 2.13 : Adoudounian limestones unconformably deposited on the Ouarzazate Group volcano-detrital deposits (PIII) at the northern edge of Bou Azzer inlier. - A : Google Earth 3D view with the unconformity interpreted in terms of westward tilted blocks. - B : View part of the unconformity.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

99

Route : A la sortie d’Agdz vers Ouarzazate, prendre vers l’ouest la route de Bou-Azzer et Tazenakht. La route tra- verse la série du Cambrien moyen, puis longe l’oued Tan- sift. Elle parcourt le synclinal E-W d’Ait Semgane (fig. 3.1), un prolongement occidental de celui de J. Kissane, presque au passage Cambrien moyen-Ordovicien (voir le circuit C1, journée J2, dans le vol. 2 des Nouveaux Guides). Le cœur est formé de siltites de l’Ordovicien basal vert-olive (Or1-2), parfois à intercalations violacées, et les flancs par les grès du Tabanit (Km2) (fig. 3.2). La route quitte le cœur du synclinal en direction du SW, au village de Tasla puis recoupe son flanc sud.

Arrêt J3.1 : Les grès du Tabanit au sud de Tasla (GPS : 30°33'38,95"N ; 6°45'19,87”W)

La route traverse le Cambrien moyen en cluse (assif Ough- bar). Se garer face à la coupe occidentale de la formation des grès du Tabanit (JbelAzegza) qui est ici formée par deux barres gréseuses séparées par des siltites. Chaque barre cor- respond à une paraséquence (Ps1 et Ps2, ordre 4) faisant par- tie du cortège de haut niveau marin du Cambrien moyen. A l’intérieur de la première barre, plusieurs séquences de plus haute fréquence sont bien individualisée (fig. 3.3).

Route : L’itinéraire longe ensuite l’assif Oughbar dans la dépression formée par la série des schistes à Paradoxides (Feijas internes, Km1) en direction de l’ouest. Au sud se dressent les reliefs des « Grès terminaux » fortement re- dressés (pendage nord). On traverse ces grès dans la cluse d’Aghbar.

Arrêt J3.2 : Failles normales à la base des Grès terminaux d’Aghbar (GPS : 30°32’6,66"N ; 6°49’35,39”W)

S’arrêter en contrebas des Grès terminaux, juste avant une petite ferme. On est ici au passage de l’étage d’Issafene (Ki2) à celui d’Asrir (Grès terminaux), face à une coupe où des grès roses alternent avec des faciès silteux gris et vio- lacés (fig. 3.4). De multiples failles normales ou verticales ENE-WSW à rejet essentiellement nord recoupent les grès et siltites. L’âge de ce type de failles, souvent polyphasées, est difficile à préciser, mais la dislocation des couches dans les bancs de grès affaissés (à gauche de la photo) pourrait être le signe d’une activité synsédimentaire (voir aussi vol. 2, circuit C1, fig. 2.15). Route :A quelques centaines de mètres plus loin, on arrive à un croisement. Laisser à gauche la route d’Aghbar et

à un croisement. Laisser à gauche la route d’Aghbar et F IG . 3.1 : Extrait

FIG. 3.1 : Extrait de la carte géologique du Maroc au 1/200 000, feuille Ouarzazate-Alougoum, avec la localisation des arrêts 1 à 5. Lé- gende de la couverture cambrienne : (Ad1) : Série de base et dolomies inférieures ; (Ad2) : Série lie-de-vin et grès de Tikirt (Taliouinien); (Ad3) : Calcaires supérieurs stromatolithiques ; (Ki1) : série schisto-calcaire (Fm Amouslek) ; (Ki2) : série schisteuse (Fm Issafene) ; (Ki3) : Grès terminaux (Fm Asrir, passage au Cambrien moyen) ; (Ks1) : Schistes à Paradoxides ; (Ks2) : Grès du Tabanit ; (Adδ, Adt, bleu) : Volcanisme du Jbel Boho. Le détail du Précambrien (x) est donné fig. 2.1.

FIG. 3.1: Location of stops 1 to 5 on an extract of the geological map of Morocco (1/200 000, Ouarzazate-Alougoum sheet) : (Ad1): Basal serie and Lower limestones ; (Ad2) : Lie-de-vin serie and Tikirt sandstones (Taliwinian) ; (Ad3 :) stromatolitic Upper limestones ; (Ki1)

: « Schisto-calcaire » Amouslek Fm ; (Ki2) : Issafene Fm ; (Ki3) : « Grès terminaux », Asrir Fm ; (Ks1) : « Schistes à Paradoxides »; (Ks2)

: Tabanit sandstones ; (Adδ, Adt) : Jbel Boho volcanism. For the Precambrian formations (x), see fig. 2.1.

100

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 3.2 : Vue

FIG. 3.2 : Vue du flanc nord du synclinal d’Aït Semgane au voisinage de Tassaount. Abréviations comme fig. 3.1, avec Or1-2 : Fm de Fezouata (Groupe des Feijas externes, Ordovicien inférieur).

FIG. 3.2 : View of the northern side of Aït Semgane syncline near Tassaount. Abbreviations as fig. 3.1, with Or1-2 : Fm of Fezouata (Group of Feijas external, Lower Ordovicien).

Fm of Fezouata (Group of Feijas external, Lower Ordovicien). F IG . 3.3 : Le Cambrien

FIG. 3.3 : Le Cambrien moyen (Km) en rive gauche (rive ouest) de l’assif Oughbar. Km2 : Grès du Tabanit, Ps : paraséquence sédimentaire.

FIG. 3.3 : The Middle Cambrian (Km) formations in the western bank of assif Oughbar. Km2 : Tabanit sandstones, Ps : sedimentary parasequence.

Km2 : Tabanit sandstones, Ps : sedimentary parasequence. F IG . 3.4 : Failles normales NE-SW

FIG. 3.4 : Failles normales NE-SW à la base des Grès terminaux de l’assif Oughbar.

FIG. 3.4 : NE-trending normal faults at the base of the « Grès terminaux » of assif Oughbar.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

101

Bleïda et prendre à droite vers Bou Azzer. On longe le contact des « Calcaires supérieurs » avec la « Série schisto- calcaire » de l’étage d’Amouslek sous-jacent. Les Cal- caires supérieurs constituent le flanc nord d’un anticlinal E-W faillé à cœur de grès de la Formation de Tikirt (Série lie-de-vin ou Taliwinien). Après quelques virages dans l’Adoudounien en direction sud, l’itinéraire débouche sur la boutonnière protérozoïque de Bou-Azzer, décrite dans le circuit C1 du volume 2 et dans la journée 2 du présent vo- lume. Elle traverse la partie nord de la boutonnière puis rentre dans la couverture. Le Cambrien inférieur constitue maintenant le flanc oriental d’un synclinal. Dans les dé- pôts très proximaux (rides de vagues) de la série silto-gré- seuse lie-de-vin, une faille normale est observable en bordure de la route (fig. 3.5, GPS : 30° 32'30,22"N, 7°1'9,42”W). Plus haut, elle entraîne des plis désordonnés dysharmoniques dans les Calcaires supérieurs (Ki1). Ce genre de plis est très fréquent dans la région, et serait relié à un plissement de grande échelle, décrit par Leblanc (1972) comme le résultat de deux phases tectoniques va- risques successives, mais une origine par glissement syn- sédimentaire n’est pas à exclure dans certains cas, voir l'arrêt J3-4 ci-dessous par exemple. Après avoir traversé les Grès terminaux, qui montrent

aussi des rides de vagues, on rentre dans une vaste dé- pression correspondant au cœur du synclinal NW-SE de Tagragra n’Oudmane où affleure le Cambrien moyen

(Schistes à Paradoxides). Au croisement, laisser la route

de Tazenakht et Ouarzazate et prendre à gauche en direc-

tion de Foum Zguid et Tata. On longe le flanc oriental du

synclinal (Cambrien inférieur) qui est également le flanc

W de l’anticlinal de Bou Azzer (fig. 3.1). A partir de

Zaouiat Sidi Blal, on commence à circuler le long de la belle vallée de l’assif Tagragra, alors que les reliefs du Cambrien inférieur s’individualisent à gauche (SE) de la route. On passe à côté de villages qui gardent le souvenir d’un autre temps (Tagourguint, Amazzr), avec kasbahs au bord de palmeraies, dans un contexte de Cambrien infé- rieur plissé et faillé (fig. 3.6). Plusieurs arrêts peuvent être faits au cours de cette traversée, mais nous allons ici di- rectement jusqu’au village de Aïn Ighil.

Arrêt J3.3 : Le Cambrien du flanc SW de la boutonnière de Bou Azzer (GPS : 30°26'57,76"N ; 6°56'25,28"W)

Au virage d’Aïn Ighil, la vallée n’est plus encaissée, et

l’espace est largement suffisant pour se garer. La vue sur le flanc SW de la couverture de la boutonnière de Bou

sur le flanc SW de la couverture de la boutonnière de Bou F IG . 3.5

FIG. 3.5 : Faille normale au sommet de la Série lie-de-vin (Ad2).

FIG. 3.5 : Normal fault at the top of the « Série lie-de-vin » (Ad2).

FIG. 3.6 : Vue vers le sud du Cambrien inférieur (Ki) plissé et faillé de Zaouiat Sidi Blal.

FIG. 3.6 : Southward view of the folded and faulted Lower Cambrian (Ki) of Zaouiat Sidi Blal.

de Zaouiat Sidi Blal. F IG . 3.6 : Southward view of the folded and faulted

102

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Azzer se dégage en regardant vers le SE. Le passage du Néoprotérozoïque au Cambrien apparaît en coupe NW-SE dans des formations à fort pendage SW (fig. 3.7). On iden- tifie, de bas en haut : i) les volcanites du Néoprotérozoïque terminal (XIII), ii) la Série de base de l’Adoudounien (Ad1), iii) les intercalations de roches volcaniques alca- lines du Jbel Boho (Adt), iv) les Calcaires inférieurs (Ad1), v) surmontée des grès de Tikirt (Ad2, Série lie-de-vin). Cette succession traduit une histoire sédimentaire (posté- rieure au volcanisme calco-alcalin tardi-panafricain) dé- crite par Chbani et al. (1999) de la manière suivante (fig. 3.8) : comblement de dépressions distensives par la Série de base, composée de débrites (debris flows) suivis de mi- croconglomérats fluviatiles, distaux à littoraux ; puis cal- caires tidaux où s’intercalent des coulées volcaniques, enfin comblement par des dépôts de plaine littorale gréso- pélitique à chenaux gréseux (Grès de Tikirt).

Route : la route, qui se situe maintenant en rive droite de l’assif (rivière), se dirige vers le sud et dépasse Aït Aissa.

(rivière), se dirige vers le sud et dépasse Aït Aissa. F IG . 3.7 : La

FIG. 3.7 : La série cambrienne à Aïn Ighil, sur le flanc SW de la boutonnière de Bou Azzer, est caractérisée par l’intercalation du basalte alcalin du J. Boho. XIII : Néo- protérozoïque terminal (volcanites), Ad1 : série de base et calcaire inférieurs, Adt :

basalte alcalin interstratifié, Ad2 : Série lie-de- vin, ici gréseuse (Grès de Tikirt). (Les abréviations sont celles de la carte géologique du Maroc au 1/200 000). FIG. 3.7 : Aïn Ighil Cambrian series at the SW side of Bou Azzer inlier, characterized by the J. Boho alkaline basalt. XIII : Upper Neozoproterozoïc (volcanites). Abbrevi- ations are those of the geological map of Morocco (1/200 000, FIG.3.1).

of the geological map of Morocco (1/200 000, F IG .3.1). F IG . 3.8 :

FIG. 3.8 : Distribution des faciès sédimentaires au passage Précambrien-Cambrien dans la région de Bou Azzer, d’après Chbani et al. (1999). Np : Néoprotérozoïque terminal (PIII), Ad1 : débrites et grès de la série de base, Ad1b : calcaires inférieurs, Ad1v : cou- lées de basalte alcalin ; Ad2 : siltites et grès de Tikirt de la Série lie-de-vin.

FIG. 3.8 : Sedimentary facies distribution to the Precambrian-Cambrian transition in the Bou Azzer area, according to Chbani et al. (1999). Np : Late Neoprotérozoïc (PIII), Ad1 : basal debris flows and sandstones, Ad1b : Lower limestones, Ad1v : Alkaline basalt ; Ad2 : Tikirt siltites and sandstones.

: Alkaline basalt ; Ad2 : Tikirt siltites and sandstones. F IG . 3.9 : Vue

FIG. 3.9 : Vue vers l’est de la série cambrienne d’Aït Assa. Ki1 : Calcaires supérieurs, Ki2 : série silto-gréseuse ; Ki3 : Grès terminaux.

FIG. 3.9 : Eastward view of the Aït Aïssa Cambrian series.

Vers l’est (fig. 3.9) affleure la série du Cambrien inférieur, avec les calcaires supérieurs (Ki1) surmontés d’une série silto-gréseuse (Ki2), puis des Grès terminaux (Ki3 sur la carte, mais ils appartiennent déjà au Cambrien moyen). Après un grand méandre, la route entre dans la zone d’Aït Mrabet, caractérisée par un vaste affleurement de la Série lie-de-vin silto-gréseuse, passant à une falaise formée par les Grès de Tikirt puis par les Calcaires supérieurs (Ad3), à la base desquels on devine un plissement dû à des dé- collements (fig. 3.10). L’ensemble fait partie d’un anticli- nal de longueur d’onde kilométrique de direction E-W dans l’axe d’Ait Mrabet. L’anticlinal s’ennoie vers l’est où s’individualisent surtout les Calcaires supérieurs. Au-delà, la route suit les grands méandres de la vallée.

Arrêt J3.4 : Les séismites cambriennes de Talat (GPS : 30°23'28,59"N, 6°52'51,61"W) Amorcer le grand virage à 180° de Talat et se garer. Vers l’ouest, un affleurement de Calcaires supérieurs (Ad3) forme une petite butte qui avance dans le méandre. Il est constitué d’un ensemble marno-calcaire monoclinal, d’un niveau de marnes blanchâtres, puis d’une barre dolomi- tique (fig. 3.11). La base de cette dernière montre des dé- formations intraformationnelles avec des couches plissées et invaginées dans les marnes. Certains plis déversés vers l’est ressemblent à des slumps, mais dans l’ensemble, les structures évoquent des figures de charge (load marks) de grande échelle. L’ensemble est scellé par des couches marno-calcaires plus calmes. Ces déformations à caractère synsédimentaire sont dues à des secousses sismo-tecto- niques ayant entraîné une instabilité favorisée par le contraste de compétence entre les marnes et les calcaires. Dans la littérature de telles structures sont considérées comme des séismites (Montenat et al., 2007, entre autres).

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

103

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 103 F IG . 3.10 : Développement de pélites et siltites

FIG. 3.10 : Développement de pélites et siltites violettes de la série « lie-de-vin » (Ad2, Taliwinien) sur le flanc nord de l’anticlinal d’Aït Mrabet.

FIG. 3.10 : Pelites and siltites development within the « lie-de-vin serie » (Ad2, Taliwinian) on the northern side of the Aït Mrabet anticline.

on the northern side of the Aït Mrabet anticline. F IG . 3.11 : Structures synsédimentaires

FIG. 3.11 : Structures synsédimentaires de type séismites dans les calcaires supérieurs cambriens (Ad3) de Talat.

FIG. 3.11 : Seismite-like synsedimentary deformations in the Cambrian Upper limestones (Ad3) of Talat.

Route : L’itinéraire recoupe la Série lie-de-vin puis les Cal- caires supérieurs en suivant les méandres de l’oued. Après le beau village de Tassettift, il traverse une dernière fois les Grès terminaux puis débouche à Foum El Ouad (« bouche de la rivière »). Vers le SE et le sud apparaît la série du Cam- brien moyen de la feija interne. La série est ici très subsi- dente et bien organisée en multiples paraséquences (4 ème ordre) qui aboutissent vers le haut au comblement par les Grès du Tabanit (fig. 3.12). On traverse ces grès où l’on peut faire de multiples arrêts (voir arrêt suivant).

Arrêt J3.5 : Vue panoramique d’Alougoum et zone à Cambrien supérieur-Trémadoc inférieur (GPS : 30°17'1.67"N ; 6°49'31.47”W)

L’arrêt est situé après le virage, dans la descente, juste avant le village d’Alougoum. Celui-ci est bâti en hauteur, au-dessus d’une belle palmeraie (oued Ben Hmidi). Ce vil- lage est doublement célèbre dans la littérature géologique à cause de sa proximité du strato-volcan cambrien de Jbel

à cause de sa proximité du strato-volcan cambrien de Jbel F IG . 3.12 : La

FIG. 3.12 : La série du Cambrien moyen fortement subsidente au SE Foum El 0ued. Les triangles indiquent la succession des paraséquences qui passent vers le haut aux Grès du Tabanit.

FIG. 3.12 : The strongly subsident Middle Cambrian serie SE of Foum El Oued. The triangles indicate the succession of the parasequences, which pass at the top to the Tabanit sandstones.

104

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Boho (Journée 2), qui est aussi appelé « volcan d’Alou- goum » (Choubert, 1952), et à cause de l’existence, tout à côté, d’une des rares zones où le Cambrien supérieur est présent au Maroc (Destombes et Feist, 1987).

Le problème du Cambrien supérieur

La région d’Alougoum se caractérise par ce que l’on peut appeler « la zone à Cambrien supérieur-Trémadoc infé- rieur » qui correspond à de vaste affleurements situés à l’est et au SE d’Alougoum (fig. 3.13). C’est là que se trouve le Jbel Lamgaismat (ou Lmgaysmat), éponyme de la formation où le Cambrien supérieur a été daté pour la pre- mière fois au Maroc et en Afrique (Destombes et Feist, 1987). Cette formation est la plus haute des quatre for- mations du groupe du Tabanit. Elle atteint jusqu’à 35 m de puissance, avec d’abord des conglomérats et grès conglomératiques, puis des grès plus ou moins grossiers et des argilites (Destombes, 2006 ; Alvaro et al., 2007). Cette série de plateforme peu profonde est surmontée, au-des- sus d’une discordance de ravinement, par des faciès de l’Ordovicien basal transgressif (Trémadoc inférieur), ra- rement observables ailleurs dans l’Anti-Atlas. La présence de graviers de ryolithe dans les conglomérats suggère le

soulèvement et l’érosion de massifs précambriens, qui cor- respondraient à l’axe Saghro-Ougnat, épaulement du rift cambrien de la Meseta.

Le hiatus du Cambrien supérieur (« Potsdamien », Fu- rongien) est très général en Afrique du Nord (Algérie, Tu- nisie, Lybie), tandis que l’étage est bien représenté en Meseta ibérique, Montagne Noire, Sardaigne (Alvaro et al., 2007). Notons qu’en Meseta marocaine, des couches de cet âge ont été reconnues localement au sommet des Grès d’El Hank (équivalent du Tabanit) près de Casa- blanca (André et al., 1987).

A l’arrêt, dans le paysage, on voit vers la gauche l’en- noyage de la série du Groupe du Tabanit (Km2) avec en ar- rière-plan des affleurements du passage Cambrien supérieur-Trémadoc (Ks-Or1) (fig. 3.14). Dans la plaine s’individualise la crête du grand dyke de Foum Zguid (Rich Lamgaysam) qui recoupe le Jbel Lamgaismat et son Cambrien supérieur-Trémadoc, et plus loin, l’Ordovicien du Jbel Bani, au niveau de la cluse de Foum Zguid.

Route : On traverse le village puis on se dirige plein sud dans la plaine de la feija externe. Au fur et à mesure, les crêtes du grand dyke et du 1 er Bani s’individualisent.

du grand dyke et du 1 e r Bani s’individualisent. F IG . 3.13 : Extrait

FIG. 3.13 : Extrait de la carte géologique au 1/200 000 (feuille Ouarzazate-Alougoum) montrant la zone à Cambrien supérieur et Trémadoc inférieur d’Alougoum et le grand dyke de Foum Zguid, avec localisation des arrêts. Même légende que fig. 3.1. A droite : Stratigraphie du passage Cambrien-Ordovicien, d’après Des- tombes & Feist (1987).

FIG. 3.13 : Extract of the geological map (1/200000, Ouarzazate-Alougoum sheet) showing the Upper Cambrian-Tremadoc zone of Alougoum, the big Foum Zguid dyke, and the stop location. Same legend as. fig. 3.1. On the right : Stratigraphy of the Cambrian-Ordovician transition, according to Destombes & Feist (1987).

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

105

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 105 F IG . 3.14 : Vue panoramique vers le sud

FIG. 3.14 : Vue panoramique vers le sud depuis Alougoum, montrant la formation supérieure du groupe du Tabanit (Fm Azlag, Km2), le Cambrien supérieur-Trémadoc (Ks-Or1), la crête du grand dyke de Foum Zguid, puis le J. Bani.

FIG. 3.14 : Southward panoramic from Alougoum, showing the upper formation of the Tabanit group (Fm Azlag, km2), Upper Cambrian- Tremadoc (Ks-Or1), the Foum Zguid dyke, and the J. Bani.

Arrêt J3.6 : Dyke gabbroïque et Formation du

1 er Bani à Foum Zguid (GPS : 30°8'4,91"N ; 6°52'48,60"W) et 30°7'13,20"N ;

6°52'51,77"W)

Un premier arrêt (sub-arrêt J3.6A) peut-être effectué juste à l’entrée du village d’El Mhamid (GPS : 30° 8'4.91"N, 6°52'48,60"W) ; ne pas confondre avec le village homo- nyme au sud de Zagora, cf. J1) et de sa palmeraie pour une vue d’ensemble (fig. 3.15A). Vers le sud, on aperçoit le 1 er Bani (Or4), gréseux et épais, surmontant la formation pé- litique de Tachilla (Or3). L’ensemble est traversé par le grand dyke de Foum Zguid qui provoque des perturbations dans les couches à son voisinage.

Dépasser El Mhamid (bâti sur une terrasse quaternaire li- moneuse) et continuer jusqu’à l’entrée de la cluse.

Le sub-arrêt J3.6B (GPS : 30°7'13.20"N ; 6°52'51,77"W) est effectué juste au niveau du grand dyke triasico-liasique, déjà rencontré à deux reprises (Arrêt J1.2, et J2-6). Vers le NE, on voit sa prolongation au-delà de la palmeraie sous forme de crête pointant dans la plaine en direction NE-SW (fig. 3.15 B). Ici, il est facilement accessible avec des fa- ciès doléritiques plus frais et massif, sur une épaisseur de plus de 15 m (fig. 3.15C). C’est l’un des derniers affleure- ments du dyke proprement dit, car plus au sud, le magma- tisme de la CAMP est essentiellement sous forme de sills intercalés dans le Dévonien plissé autour du J.Hamsailikh (fig. 1.1). La géométrie cartographique « plissée » avait conduit les ancien auteurs à considérer ce magmatisme comme hercynien (cf. Carte géologique du Maroc au 1/500 000), ce qui fut rectifié par Hollard (1973).

A partir de l’arrêt, on peut observer aussi vers l’est, au-

delà da la cluse, la coupe de l’Ordovicien inférieur avec les formations de Fezouata (Or1-2), de Tachilla (Or3) et du 1 er Bani Or4 (fig. 3.16). Route : Reprendre la route à travers la cluse vers le sud, vers Foum Zguid. A l’est la succession ordovicienne est continue avec un pendage sud. On voit nettement le groupe de Ktaoua (Or5, Caradoc) au dessus du 1 er Bani (fig. 3.17) :

formation gréseuse supérieure du 1 er Bani avec les ruines d’Ouagrou n’Ouqqa, puis formation inférieure pélitique de Ktaoua (Or5a), et enfin formation des Grès de Rouid Aissa (Or5b). Foum Zguid est bâti au revers du Jbel Bani, au contact du 2 ème Bani avec le Silurien qui forme la grande plaine sud mais qui est caché par les éboulis et les alluvions des oueds. Quelques affleurement de Silurien sont cependant signalés dans la carte géologique (1/200 000) non loin de Foum Zguid. On continue la route dans la plaine en direction de Mri- mima-Agadir Tissint-Tata. Bientôt, en face, les reliefs de l’anticlinal de Jbel Hamsailikh (Ordovicien) se dressent dans la plaine, alors que l’on s’éloigne du Jbel Bani. La direction NE-SW de cet anticlinal s’oppose à la direction « ougartienne » NW-SE qu’avait l’Ordovicien du Bani à Foum Zguid et témoigne de la persistance des interfé- rences structurales varisques dans la région (fig. 1.1). Vers le NE, on aperçoit les reliefs dévoniens de Jbel Lgara (« en cercle »), qui comme son nom l’indique, correspond à une cuvette synclinale circulaire, justement en raison de l’in- terférence précitée. Le Dévonien de cette cuvette se pro- longe d’ailleurs face à la route vers le SW, dans le Jbel El Haydouria. Mais on ne voit que le Dévonien inférieur gréso-pélitique et gréseux, correspondant uniquement ici

106

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 3.15 : A

FIG. 3.15 : A) Vue prise depuis l’entrée d’El Mhamid (au N de Foum Zguid) sur le grand dyke de Foum Zguid recoupant l’Ordovicien (Fm du 1er Bani). B) Crête du grand dyke vue depuis El Mhamid. C) Vue rapprochée des dolérites du dyke. Or3 : formation de Tachilla, Or4 : 1 er Bani.

FIG. 3.15 : A) View taken from the El Mhamid (north of Foum Zguid) showing the big dyke crosscutting the Ordovician Fms. B) Another view of the dyke from El Mhamid. C) Detail of the dolerites of the dyke. Or3 : Tachilla Fm, Or4 : 1st Bani

the dolerites of the dyke. Or3 : Tachilla Fm, Or4 : 1st Bani F IG .

FIG. 3.16 : Vue vers l’est de l’Ordovicien de Foum Zguid. Même légende que figure précédente, avec Or1-2 : Fm de Fezouata supérieure.

FIG. 3.16 : Eastward view of the Ordovician series of Foum Zguid. (see the previous figure for the legend).

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

107

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 107 F IG . 3.17 : Suite de la coupe naturelle

FIG. 3.17 : Suite de la coupe naturelle de l’Ordovicien de Foum Zguid montrant les formations (Fm) d’âge Caradoc du sommet du 1 er Bani, de Ktaoua inférieure (Or5a) et de Rouid Aïssa (Or5b).

FIG. 3.17 : Continuation of the natural cross-section of Foum Zguid showing the Caradoc formations : 1st Bani, lower Ktaoua (Or5a) and Rouid Aissa (Or5b).

aux séquences de plateforme peu profonde, dominée par les tempêtes, du Rich 2 et du Rich 3 (Emsien). Les sé- quences Rich 1 et 4 sont très condensées dans cette zone distale très peu subsidente à ces époques (Hollard, 1980 ; Ouanaimi & Lazreq, 2008).

Continuer la route jusqu’au pied du J. El Haydouria.

Arrêt J3.7 - Le Dévonien inférieur de Jbel El Haydouria. (GPS : 29°55'7,48"N ; 7°2'2,23”W)

S’arrêter juste près le pont qui coïncide presque avec le som- met des grès du Rich 3. Laisser la voiture et marcher vers le nord sur quelques dizaines de mètres jusqu’au sommet des grès qui présentent un pendage de 20° vers l’ouest. Les grès, riches en fossiles emsiens (Jansen et al., 2004) sont sur- montés d’un niveau de calcaire plus ou moins noduleux très fossilifère qui correspond à l’horizon à Sellanarcestes d’âge Emsien terminal (Hollard, 1980 ; Jansen et al., 2004). Ce niveau représente un intervalle transgressif ubiquiste dans l’ensemble du bassin dévonien inférieur du Drâa (Ouanaimi & Lazreq, 2008).Au-dessus, les faciès du Dévonien moyen (dm : Eifelien) deviennent plus argileux, avec des nodules carbonatés, et sont recoupés localement par des petits dykes doléritiques triasico-liasiques passant à des sills.

Route : le circuit emprunte l’axe synclinal NE-SW à cœur de Dévonien moyen situé entre l’anticlinal de Hamsailikh au SE et le dôme ordovicien faillé et fracturé de Tissint au NW, et ce jusqu’à Mrimima. La route tourne ensuite et se dirige

vers le NW, traverse l’oued Tissint (« rivière du sel ») puis le longe entre les richs du Dévonien. Après quelques kilo- mètres, elle débouche dans une plaine quaternaire puis ar- rive à Agadir Tissint, localité dominée par la surface structurale du 2 ème Bani. Elle recoupe encore une fois tout l’Ordovicien supérieur et moyen ainsi que le 1 er Bani, puis vire vers l’ouest et débouche sur une plaine quaternaire cou- vrant l’Ordovicien inférieur (Fm de Tachilla).Au-delà, vers le nord, se dressent les petits reliefs du Cambrien moyen.

Arrêt J3.8 - Le Quaternaire d’Akka n’Aït Sidi (GPS : 29°54'29,67"N ; 7°19'47,40"W)

Après le virage, s’arrêter en face du village d’Akka n’Aït Sidi avec son beau minaret. Après une marche sur quelques dizaines de mètres, une agréable vue s’ouvre sur l’oued Tissint encaissé, avec une très belle palmeraie do- minée par le village. Celui-ci est bâti sur une croûte cal- caire quaternaire relativement épaisse, déposée sur des limons grisâtres peu stratifiés ; ces faciès peuvent corres- pondre à des dépôts soltaniens (Pléistocène supérieur) fré- quents dans les feijas et qui sont incisés par les affluents de oued Drâa (Thorp et al., 2002). En arrière plan, la série gréso-pélitique de Tachilla est surmontée par les forma- tions gréseuses du 1 er Bani (Or4).

Fin de la journée J3. Le coucher se fera soit à Agadir Tis- sint, soit plutôt à Tata (72 km), qui offre plusieurs hôtels. Le début du trajet (~21 km) entre ces localités est décrit ci-dessous (début de J4). Sur Tata : voir le circuit C4.

108

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Journée J4 : Agadir Tissint-Taliouine v i a Agadir Melloul et Tizi n’Tarhatine (180 km)

Itinéraire et thèmes (fig. 1.1) : La couverture cambrienne au sud de la boutonnière d’Agadir Melloul. Plis dyshar- moniques et couloir déformé varisque d’Agadir Melloul. Quartzites protérozoïques du Jbel Iguiguil. L’énigme des « dykes » quartzitiques et des conglomérats d’assif n-Wa- rhmoud. Double discordance protérozoïque du Tizi n’Ta- rhatine. Volcanisme néogène de Tikniouine.

Route and topics (fig. 1.1) : The southern Cambrian cover of the Agadir Melloul inlier. Dysharmonic folds and Variscan deformed corridor of Agadir Melloul. Protero- zoic quarzites of Jbel Iguiguil. The enigma of the quartzite “dykes” and the conglomerates of assif n-Warhmoud. Double Proterozoic unconformity of Tizi Tarhatine. Neo- gene volcanism of Tikniouin.

Route : A partir du dernier arrêt de J3 à Agadir Tissint, continuer vers l’ouest par la route de Tata. On circule à la base de la formation de Tachilla et du Jbel Bani, avec au nord de vastes affleurements quaternaires (Soltanien pro- bable). Dépasser le petit village de Thrite et aller jusqu’au croisement de Kasba El Joua, à ~15 km d’Agadir Tissint, juste après une petite cuesta de Grès du Tabanit. Au croi- sement, prendre à droite en direction du nord.

La route traverse un oued, puis des dépôts limoneux ré- cents, et enfin suit les alluvions de l’assif n’Tfarkhast, avec à l’est et à l’ouest, de petites collines de Grès terminaux. Bientôt, on arrive à la palmeraie du village d’Isserrhine, au

pied d’une colline isolée de Cambrien moyen (Schistes à Paradoxides et grès du Tabanit), puis vire vers le NE en di- rection d’Akka Ighen. On traverse cette petite oasis et res- sort juste à l’ennoyage sud de la série des Grès terminaux.

On va maintenant longer l’assif n’Tfarkhast en bordure de la série cambrienne monoclinale à pendage sud. Entre Akka Ighen et le village de Bou Semmoum, on traverse des forma- tions de plus en plus anciennes (fig. 4.1) : a) les Grès termi- naux en bancs massifs noirâtres (Ki4, Etage d’Asrir) ; b) la Série schisteuse (Ki3, étage d’Issafene) ; c) la Série schisto- calcaire (Ki2, étage d’Amouslek), où l’on distingue ici deux membres, Ki2a : calcaires et dolomies à litages stromatoli- tiques et à interbancs schisteux, et Ki2b : calcaires plus mas- sifs de type grainstones à interbancs de siltites violettes et grises ; d) les Calcaires supérieurs à faciès chamois (Ki1, étage de Tiout ou Fm Igoudine) ; e) la Série lie-de-vin (étage Taliouinien) qui apparaît bien au NE de Bou Semmoum.

Bou Semmoum, un petit village arabe implanté en pays berbère, est construit sur un cône de déjection venant re- joindre l’épaisse terrasse quaternaire ancienne de l’assif Tfarkhast, recouverte d’une croûte calcaire. Traverser le pont et s’arrêter après 1 km environ.

Arrêt J4.1 : Plis de décollement de Bou Semmoum (GPS : 30°2'46,87"N ; 7°36'3,58"W)

Vers l’ENE, en rive gauche de l’assif, la formation d’Adoudou, beaucoup plus épaisse et distale qu’à Bou Azzer (J3), et constituée de barres dolomitiques et inter- bancs marneux, montre des plis pluri-décamétriques à ver-

bancs marneux, montre des plis pluri-décamétriques à ver- F IG .4.1 : Extrait de la carte

FIG.4.1 : Extrait de la carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille Agadir Melloul, avec la localisation de la partie sud du trajet J4. FIG.4.1 : Extract of the geological map of Morocco (1/100000, Agadir Melloul sheet) with the location of the southern part of day 4 (J4) trip.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

109

gence SSE (fig. 4.2). Ces plis sont surmontés par une barre dolomitique à faible pendage nord, scellant en quelque

sorte les plis sous-jacents avant de plonger à son tour vers

le sud. Ce type de structure est fréquent dans la région,

avec une vergence variable. Il implique des décollements dysharmoniques, au toit du socle précambrien, dans la série de base et entre les barres calcaires adoudouniennes.

Route : la route traverse l’Adoudounien, tourne vers le SW et passe au contact entre Fm Adoudou/Série lie-de-vin ou Taliouinien (au pied des Jbel Adarg, Mouchouwaf et Azagzawn).

Le Taliouinien (Tw) est différent de celui de la région de

Ouarzazate et Bou Azzer ; il est moins détritique et de mi- lieu plus distal. Les détritiques grossiers (du type Grès de Tikirt, cf. J2) sont réduits à une barre de grès roses de 20

m d’épaisseur maximum, intercalée dans une série essen-

tiellement silteuse violacée dont la base montre des pseu-

domorphoses de sel (Tw1). Après cet épisode régressif, apparaît un niveau de bancs calcaires dolomitiques à in- terbancs marneux (Tw2), d’une dizaine de mètres d’épais- seur maximum. Ce véritable niveau repère régional est considéré comme l’équivalent de la barre de Tata (cf. ci-

dessous). A partir de ce niveau, la sédimentation carbona- tée transgressive reprend, avec une alternance de calcaires

et dolomies lités et de siltites grises ou violacées (Tw3).

Cette alternance passe progressivement aux Calcaires su-

périeurs (Ki1) qui forment l’essentiel des sommets des jbels précités. Plus loin, la route tourne vers le nord en di- rection de Tissafriouine (Tisfriwine).

Arrêt J4.2 : Barre de Tata et Calcaires supérieurs

(GPS : 29°57'47,35"N ; 7°46'20,32"W)

Vers l’est, on aperçoit le Taliouinien (Taliwinien) et les Calcaires supérieurs former un anticlinal très ouvert, d’axe sensiblement E-W (fig. 4.3). La barre-repère de Tata s’in- tercale dans le Taliouinien, une quarantaine de mètres au- dessus des grès Tw1 visibles sur la droite mais en dehors de la photo. Dans la région, le passage progressif du Ta- liouinien au Calcaires supérieurs est souvent perturbé par un décollement entraînant la formation de plis (notés comme « slumps » dans la carte géologique au 1/100000, feuille d’Agadir Melloul).

Route : La route passe le croisement nouvellement gou- dronné d’Imi n’Tatalt puis se dirige droit au nord vers la pointe du Jbel Afajjour.

Arrêt J4.3 : Le Cambrien de la région de Tisnassamine (GPS : 29°59'42,57"N ; 7°47'55,03"W)

S'arrêter avant la pointe pour avoir une vue d’ensemble (fig. 4.4). A droite de la route, vers l’est, la série du Jbel Aouzou n’Ouzagzaou est la même que celle de l’anticlinal

n’Ouzagzaou est la même que celle de l’anticlinal F IG . 4.2 : Plis de décollement

FIG. 4.2 : Plis de décollement à vergence sud-est dans la Fm d’Adoudou à Bou Semmoum. FIG. 4.2 : South-eastward verging décollement folds in the Adoudou Fm of Bou Semmoum.

verging décollement folds in the Adoudou Fm of Bou Semmoum. F IG . 4.3 : Vue

FIG. 4.3 : Vue vers l’est de la partie supérieure du Taliwinien et des Calcaires supérieurs (Cambrien). FIG. 4.3 : Eastward view of the Upper Taliwinian part and the Upper Limestones (Cambrian).

110

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

précédent, avec le Taliouinien et sa barre de Tata interca- lée, que surmontent les Calcaires supérieurs. Ces calcaires réapparaissent de l’autre côté de la route vers le nord, avec leur couleur chamois caractéristique (fig. 4.5). L’endroit, sans déformation, est propice à une coupe de détail de cette formation constituée de bancs dolomitiques à laminations stromatolitiques et d’interbancs de rythmites dolomitiques et marneuses, sur environ 50 m d’épaisseur. Au sommet, le taux de marnes augmente et les bancs carbonatés s’espa- cent sur une dizaine de mètres avant de passer à la forma-

cent sur une dizaine de mètres avant de passer à la forma- F IG . 4.4

FIG. 4.4 : Localisation des arrêts 4.3 à 4.5 sur un extrait de la carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille Agadir Melloul. AM : Agadir Melloul.

FIG. 4.4 : Localization of the stops 4.3 to 4.5 on an extract from the geological map of Morocco (1/100 000, Agadir Melloul sheet). AM : Agadir Melloul.

tion schisto-calcaire inférieure (a), qui elle-même passe di- rectement au membre supérieur (b). Au loin, vers le NW, on aperçoit la Série schisteuse et les Grès terminaux de la cuvette synclinale N-S d’Imi n’Tatalt.

Route : La route côtoie des Calcaires supérieurs, puis va longer la rive ouest de l’assif n’Ougni n’Tisfriouine et se dirige vers le village-oasis de Tisnassamine au niveau du- quel elle va recouper le membre supérieur de la Série schisto-calcaire, la Série schisteuse puis les Grès termi- naux ; de multiples arrêts peuvent être effectués (fig. 4.4). On traverse la petite plaine de Tisnassamine, formée d’une terrasse quaternaire couverte d’une croûte calcaire, puis on se dirige vers Tissafriouine, toujours à travers des faciès de Grès terminaux. Au loin, vers le nord, apparait une cu- vette synclinale, dont les formations du Cambrien inférieur forment le pourtour, et les Grès terminaux, le cœur. Quelques virages plus loin, on arrive à Tissafriouine et on quitte les Grès terminaux dont on voit la base vers l’ouest (vers les ruines), la Série schisteuse et le terme supérieur (b) de la Série schisto-calcaire. Pendant quelques kilomè- tres, la route circule dans la Série schisto-calcaire infé- rieure, et finit par recouper les Calcaires supérieurs. Ces derniers sont affectés par une zone de faille E-W (fig. 4.4) qui se prolonge loin vers l’ouest, où elle recoupe les plis varisques N-S, et vers l’est, où elle va traverser les bou- tonnières précambriennes orientales.

Le compartiment nord est beaucoup plus raccourci que le compartiment sud, avec des plis serrés de direction NNE- SSW. C’est au cœur du couloir le plus plissé et faillé de la région que va passer la route : le couloir d’Agadir Melloul. On entre dans une zone où le Cambrien est très comprimé entre deux antiformes du socle précambrien, le Taliouinien formant un synclinorium bordé à l’est (J. Amane Melloul- nine) et à l’ouest par la formation d’Adoudou en plis dé- versés avec une double vergence de part et d’autre de l’axe du couloir (apparence de structure en fleur). Au cœur du couloir, on voit nettement l’Adoudounien en anticlinal dé- versé à l’ouest chevaucher la Série lie-de-vin, dans laquelle la barre de Tata est replissée en synclinal également dé- versé (fig. 4.6), arrêt optionnel GPS : 30°8'43,26"N ;

7°49'26,64"W)

GPS : 30°8'43,26"N ; 7°49'26,64"W) F IG . 4.5 : La partie supérieure de la série

FIG. 4.5 : La partie supérieure de la série du Cambrien inférieur () du J. Afajjour, région de Tisnassamine (cf. arrêt 4.3).

FIG. 4.5 : Upper part of the J. Afajjour Lower Cambrian Tisnassamine area.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

111

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 111 F IG . 4.6 : Vue vers le NE de

FIG. 4.6 : Vue vers le NE de Jbel Amane Melloulnine, au N de Tisfriouine, montrant un chevauchement à vergence ouest de la Fm d’Adoudou sur le Taliouinien.

FIG. 4.6 : North-easternward view of Jbel Amane Melloulnine, north of Tisfriouine, showing a westward thrust of the Adoudou Fm on the Taliwinian.

On traverse la cuvette et on entre dans des gorges à dolo- mies adoudouniennes et derniers témoins violacés du Ta- liouinien basal. Quelques lacets permettent de monter et de se dégager des gorges.

Arrêt J4.4 : L’Adoudounien déformé du couloir d’Agadir Melloul au Tizi n’Ounzour (GPS : 30°11'27,75"N ; 7°48'42,92"W) S’arrêter au Tizi n’Ounzour après le dernier virage en lacet pour avoir la meilleure vue vers le sud. Nous sommes dans le prologement du couloir déformé parcouru depuis l’arrêt optionnel précédent. Les barres de l’Adoudounien mon- trent des plis déversés vers l’est, voire même couchés par endroit (fig. 4.7). Pour voir plus de détails, descendre à pied les virages (jusqu’au point indiqué par la flèche, fig. 4.4). En face vers le sud, la déformation est plus intense avec développement d’une schistosité N-S (fig. 4.8) dans les interlits marneux et des plis de géométrie diverse, à axes faiblement ou fortement plongeants. Divers critères cinématiques montrent que les mouvements le long du couloir d’Agadir Melloul ne sont pas uniquement trans- verses mais qu’ils présentent une forte composante laté- rale : il s’agirait d’une zone décro-chevauchante dextre.

Route : Entreprendre la descente vers le nord. Devant nous s’étalent la boutonnière d’Agadir Melloul. Un arrêt option- nel, par exemple au point (30°11'21,11"N ; 7°48'47,21"W) permet d’avoir une vue d’ensemble sur cette boutonnière qui, à l’image de la majorité des autres boutonnières de l’Anti- Atlas au sud de l’Accident majeur, constitue une dépression où le substratum paléoprotérozoïque est souvent masqué par

le substratum paléoprotérozoïque est souvent masqué par F IG . 4.7 : Vue transversale du couloir

FIG. 4.7 : Vue transversale du couloir déformé d’Agadir Melloul au Tizi n’Ounzour.

FIG. 4.7 : Transverse view of the deformed corridor of Agadir Melloul at Tizi n’Ounzour.

une fine pellicule de dépôts quaternaires. La dépression (11 km de long sur 3 km de large au maximum) est entourée par des corniches carbonatées adoudouniennes. Elle correspond

à un granite qui recoupe un encaissant micaschisteux et mig-

matitique, l’ensemble étant recoupé par un important réseau de dykes basiques (cf. fig. 4.11). Ces derniers se mettent en place probablement selon plusieurs générations durant les différents épisodes magmatiques précambriens.

La bordure ouest du massif d’Agadir Melloul correspond

à une faille inverse N-S qui fait remonter le socle contre la Fm d’Adoudou du J. Agadir Amghar, d’aspect monocli- nal, à pendage moyen vers l’est. Cette faille est dans la prolongation de celle décrite précédemment dans le col, et

de celle décrite précédemment dans le col, et F IG . 4.8 : Exemple de pli

FIG. 4.8 : Exemple de pli dans l’Adoudounien du couloir déformé d’Agadir Melloul àTizi n’Ounzour : plissement dysharmonique, anisopaque au cœur du pli, où se développe un clivage schisteux (S 1 ). L’axe plonge vers le sud. Le stylo à droite donne l’échelle.

FIG. 4.8 : Example of folds in the Adoudounian deformed corridor at Tizi Ounzour :

Decollement anisopach folding, and development of syn-folding schistosity (S1). The axis plunges towards the South. Black pen on the right for scale.

112

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

du chevauchement d’Amane Melloulnine (fig. 4.7). Pour la réexaminer de près, prendre la piste à gauche, près de l’école, au point GPS : 30°12'53,91"N, 7°47'56,15"W, et monter jusqu’au village d’Anzour.

Arrêt J4.5 : L’Adoudounien déformé du couloir d’Agadir Melloul : la faille d’Agadir Melloul (GPS : 30°12'49,47"N ; 7°48'16,81”W) Le village est édifié sur la faille qui sert de drainage des eaux comme le montre l’un des puits creusé à son aplomb. On voit ici le socle remonter contre l’Adoudounien mais les quelques miroirs de faille observés n’ont pas montré de critères cinématiques clairs. Entrer dans le thalweg du vil- lage et traverser quelques dizaines de mètres de dolomies à fort pendage vers l’est. Les structures liées à la faille les plus évidentes sont les bancs dilacérés en boudins (fig. 4.9) et les lits siliceux plissés. Plus haut dans le thalweg, on ren- contre une intercalation de brèche monogénique à ciment carbonaté (fig. 4.10). Ce faciès, issu de la fragmentation précoce de dolomies à stromatolithes, est probablement le reflet d’une activité sismique régionale au Cambrien infé- rieur, peut-être liée à l’activité de la faille d’Agadir Mel-

liée à l’activité de la faille d’Agadir Mel- F IG . 4.9 : Banc de calcaire

FIG. 4.9 : Banc de calcaire dilacéré en boudin dans la zone de faille d’Agadir Melloul au village d’Anzour. So : stratification.

FIG. 4.9 : Boudinaged calcareous layer in the Agadir Melloul fault zone at Anzour village. So : stratification.

Melloul fault zone at Anzour village. So : stratification. F IG . 4.10 : Brèche monogénique

FIG. 4.10 : Brèche monogénique de plate-forme (dolomies à stromatolihes frag- mentée, ciment carbonaté) dans la Fm d’Adoudou redressée contre la faille d’Agadir Melloul.

FIG. 4.10 : Carbonate monogenic breccia (fragmented dolomites with stromatolites, calcareous matrix in the upright Adoudou layers in the Agadir Melloul fault.

loul elle-même, qui serait dans ce cas une ancienne faille normale à regard est.

Du village, profiter de la vue sur la boutonnière surmontée vers l’est par le NpIII, lui-même recouvert par l’Adou- dounien carbonaté (fig. 4.11).

Route : Revenir sur la route goudronnée et prendre à gauche vers Agadir Melloul. Au niveau de ce village, deux pistes prennent le départ, l’une vers l’ouest, allant à la bou- tonnière d’Izazene et qui se prolonge dans le massif d’Igherm, et l’autre à l’opposé vers l’est qui atteint la bou- tonnière d’Iguerda-Tayfast. Dans les deux cas les accès sont difficiles et des véhicules adaptés sont nécessaires. On continue vers le nord pour longer les méandres de l’oued qui contournent le flanc est de l’impressionnant Adrar Iguiguil qui se dresse à notre gauche (fig. 4.11).

Arrêt J4.6 : L’Adrar Iguiguil, paléorelief quartzitique disloqué à la fin du Néoprotérozoïque (GPS : 30°14'20,75"N ; 7°49'57,27"W)

Le massif quartzitique d’Adrar Iguiguil (2323 m) constitue un relief isolé (comme son nom l’indique : « montagne or- pheline », en berbère) au sein d’une topographie moins pro- noncée. C’est un massif subcirculaire d’environ six kilomètres de diamètre, entouré par les niveaux conglomé- ratiques du Groupe de Ouarzazate. Les quartzites du Mas- sif d’Iguiguil appartiennent au Groupe de Taghdoute-Lkest, équivalent de Tachdamt-Bleïda déjà évoqués dans la bou- tonnière de Bou Azzer-El Graara (J2). Ici, les faciès sont à dominante quartzitique, intercalés de sills basiques. L’une des caractéristiques des séries quartzitiques d’Adrar Igui- guil est leur disposition subconcentrique en paliers succes- sifs à topographie décroissante du centre du massif vers la périphérie (fig. 4.12,Aet E). Cette disposition semble le ré-

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

113

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 113 F IG . 4.11 : Localisation des arrêts sur un

FIG. 4.11 : Localisation des arrêts sur un extrait de la carte géologique du Maroc au 1/100000, feuille d’Agadir Melloul. L’itinérarire est du sud vers le nord.

FIG. 4.11 : Location of the stops on an extract of the geological map of Morocco (1/100000, Agadir Melloul sheet). The way is from south to north.

sultat d’un découpage du massif quartzitique par des failles normales à sens d’effondrement divergent (fig. 4.12D). Tout autour du massif d’Iguiguil, les blocs basculés sont noyés dans des dépôts bréchiques constitués exclusivement d’élé- ments de quartzites (fig. 4.12B). Ces derniers évoluent pro- gressivement vers les niveaux volcano-détritiques du Groupe de Ouarzazate qui sont recouvert en concordance par les dépôts carbonatés adoudouniens. Localement, on peut observer le contact direct entre les quartzites et leur substratum granitique paléoprotérozoïque (fig. 4.12C).

L’Adrar (Jbel) Iguiguil constitue un exemple de paléorelief quartzitique néoprotérozoïque progressivement ennoyé sous ses propres débris, puis par le reste de la succession du Groupe de Ouarzazate. Les failles normales sub- concentriques qui affectent les quartzites ont contrôlé la sédimentation des dépôts conglomératiques lors du rifting fini-précambrien, reconnu ailleurs dans l’Anti-Atlas (Tho- mas et al., 2002 ; Soulaimani et al., 2003).

Route : La route prend une direction NE dans la petite boutonnière de Tamallakout, souvent annexée à celle d’Agadir Melloul. La corniche adoudounienne qui les sé- pare (J. Agoutiy), à droite de la route, est jalonnée par une grande faille hercynienne NE-SW qui coupe aussi bien les

calcaires que le substratum et se prolonge au SW dans le flanc est de l’Adrar Iguiguil où elle met en contact les quartzites contre les pyroclastites du Groupe de Ouarza- zate. Le socle montre des facies diverses, granitiques, gneissiques et migmatitiques. La route monte et descend au rythme des crêtes des filons basiques qu’elle traverse.

Arrêt J4.7 : Barres de quartzites dans le socle granitique (GPS : 30°17'10,64"N ; 7°47'17,64"W)

La plus spectaculaire de ces barres quartzitiques verticales à apparence de filon correspond à une muraille alignée N160 à N-S (fig. 4.13). Cette barre est épaisse d’une di- zaine de mètres, longue de plusieurs centaines de mètres. Elle est formée de quartzite plus ou moins congloméra- tiques, montrant un litage vertical, et de brèches de quart- zite finement cimentée. Cette lithologie est celle des quartzites néoprotérozoïques, couverture de plateforme dé- posée sur le socle granitique. Cependant, la coupe ne laisse aucun doute sur l’insertion des quartzites sous forme de lame lenticulaire dans le granite et écarte l’hypothèse d’une butte-témoin posée sur le substratum. De plus, la géométrie de cette muraille, linéaire ou légèrement courbe en carte, avec des terminaisons lenticulaires ne peut s’ex-

114

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 4.12 : Les

FIG. 4.12 : Les quartzites néoprotérozoïques de l’Adrar Iguiguil ; A) image spatiale 3D (google map) montrant la forme subcirculaire de l’Adrar Iguiguil ; B) Aspect de la brèche quartzitiques qui repose sur les quartzites du massif ; C) Contact stratigraphique des quart- zites sur les granitoïdes du socle paléoprotérozoïque ; D) Flanc nord d’Adrar Iguiguil montrant des barres de quartzites basculées ; E) vue générale du massif (regard vers le SW).

FIG. 4.12 : Neoproterozoic quartzites of Adrar Iguiguil ; A) 3D space image (google map) showing the sub-circular form of Adrar Igu- iguil ; B) Aspect of quartzite breccias overlying the Iguiguil massif ; C) Stratigraphic contact between the quartzites and their Pale- oproterozoic basement ; D) Tilted quartzites bars in the northern edge of Adrar Iguiguil ; E) Southwestward general view of the Iguiguil massif.

pliquer que par l’implication d’une structure tectonique ayant piégé dans le granite sa propre couverture quartzi- tique (méga-fente ou mini-graben néoprotérozoïque, com- primé pendant l’orogenèse varisque ?).

Plusieurs autres « filons » analogues ont été observés dans l’Anti-Atlas centre-occidental, plus à l’est dans cette même boutonnière mais aussi plus loin dans la boutonnière orien- tale d‘Iguerda. Dans les boutonnières occidentales d’Igherm et d’Aït Abdellah, des lentilles de quartzites ont été décrites mais cette fois-ci emballées dans les conglo- mérats du Groupe de Ouarzazate. Ces dernières lentilles ont été interprétées comme des olistolites mis en place dans des bassins fini-précambriens (Soulaimani et al. 2001). Les structures en pseudo-filons, étrangement enra- cinées dans le substratum PI, n’ont fait l’objet d’aucun tra- vail d’ensemble et leur origine reste inexpliquée. Ici, la genèse de ces pseudo-filons est sans doute à mettre en rap- port avec leur proximité d’Adrar Iguiguil, et avec une dis- location extensive néoprotérozoïque d’ampleur régionale.

Route : On continue à rouler dans la boutonnière sur en- viron 5 km. Avant de gravir le col Tizi n-Ouzarza, où se ferme la boutonnière d’Agadir Melloul, noter le contact concordant entre le Néoprotérozopïque terminal (NpIII) et la Fm d’Adoudou.

Arrêt J4.8 : Vue de la boutonnière du col de Tizi n-Ouzarza (GPS : 30°19'36,71"N ; 7°45'42,29"W) L’arrêt au col Tizi n-Ouzarza (fig. 4.11) permet d’avoir une large vue sur la partie nord de la boutonnière de Tamalla- koute (dépendance de celle d’Agadir Melloul). Devant nous s’étale la dépression formée de roches cristallines paléo- protérozoïques, recouvertes d’une pellicule quaternaire dis- continue que les habitants labourent pour la culture du safran. Au dernier plan se dresse l’Adrar Iguiguil (quart- zites et sills du Néoprotérozoique inférieur). La boutonnière d’Agadir Melloul s.str. est située au sud de l’Adrar Agou- tiy. Au col, on est sur des couches volcano-détritiques du Groupe de Ouarzazate (NpIII) qui reposent, plus bas, en

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

115

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 115 F IG . 4.13 : Vue panoramique d’un pseudo-filon de

FIG. 4.13 : Vue panoramique d’un pseudo-filon de quartzite conglomératique enraciné verticalement dans le substratum granitique paléo- protérozoïque dans la partie NE de la boutonnière d’Agadir Melloul, regard vers le NW.

FIG. 4.13 : Northwestward view of the conglomeratic quartzite pseudo-dyke, vertically rooted in the Paleoproterozoic granitic basement in the northeast part of the Agadir Melloul inlier.

discordance majeure sur le substratum paléoprotérozoïque. Ce sont des couches pyroclastiques rouges faiblement in- clinées vers le NE. Elles sont surmontées en concordance parfaite par les premiers niveaux carbonatées adoudou- niens. Plusieurs filons N-S remplis de quartz à oligiste re- coupent perpendiculairement cette transition socle/ couverture ; certains sont exploités quelques centaines de mètres plus à l’est, à proximité du village Amadghar.

Route : Juste après le col, la route traverse le contact concordant NpIII/Adoudounien. Ce dernier débute direc- tement, sans série de base, par sa formation carbonatée, soulignée par des chenaux bréchiques d’épaisseur mé- trique. On traverse rapidement l’Adoudounien pour dé- boucher sur la plaine quaternaire d’Al Ain, composée de terrasses, de cônes et de croûtes calcaires. Vers l’ouest af- fleure l’Adoudounien, et vers l’est, le Taliouinien et les Calcaires supérieurs du flanc occidental du synclinal d’Al Aïn, dont la forme est quadrangulaire en carte (fig. 4.14). Cette géométrie régionale en « boîte à œufs » découle, soit d’interférences de phases tectoniques, soit d’un découpage préalable du socle par des failles croisées, soit d’une com- binaison de ces facteurs.

Le long du trajet, on aperçoit de loin le village de Tamda, les palmeraies d’Ighir et de Tasga. Après un virage, on ar- rive à Ifri. A l’entrée de ce village (sub-arrêt optionnel, GPS : 30°26'30,50"N ; 7°50'40,53"W), de beaux plis à ver- gence sud affectent l’Adoudounien de la bordure sud du

massif d’Ighry (fig.4.15). La zone d’Ifri se caractérise par une falaise de Néoprotérozoïque terminal surmontée par l’Adoudounien ; la partie occidentale de la falaise présente une source ayant généré d’épais dépôts travertineux, dont les grottes sont parfois aménagées en entrepôts ou azib (fig.4.16). Après Ifri, la route circule dans du Quaternaire encroûté avec, à l’est, la falaise précambrienne et ses tra- vertins, à l’ouest, l’Adoudounien qui est ici en discordance angulaire sur le Néoprotérozoïque terminal (sub-arrêt op- tionnel, GPS : 30°26'52,76"N ; 7°50'48,22"W). En face, un relief de phonolites tertiaires apparaît (J. Wawkida).

A l’embranchement des routes de Taliouine-Taroudant et Tazenakht-Ouarzazate, prendre vers l’est en direction de Tazenakht. Bientôt apparaît la corniche NpIII/Adoudou- nien au SE et en face le Néoprotérozoïque de l’Adrar Ta- koucht avec ses séries monoclinales (sommet à antennes). La route se dirige vers le centre administratif d’Ighriy qu’on traverse rapidement. Juste après, prendre la piste à droite qui bifurque au niveau du marabout de Sidi Hus- sayn (GPS : 30°27'48,10"N ; 7°42'57,82"0) et remonter l’assif n-Warhmoud vers le SE sur 1 km. Parquer le véhi- cule sur la piste et descendre dans l’oued.

Arrêt J4.9 : Conglomérat de l’assif n-Warhmoud (GPS : 30°27'27,49"N ; 7°42'45,11"W)

La rivière assif n-Warhmoud a entaillé des terrasses en- croûtées quaternaires et fait apparaître un substrat consti-

116

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 4.14 : Localisation

FIG. 4.14 : Localisation du trajet et des arrêts (J4, fin) sur un extrait de la carte géologique du Maroc au 1/100000, feuille d’Agadir Melloul. FIG. 4.14 : Location of the stops (during the end of day 4) on an extract of the geological map of Morocco (1/100000, Agadir Melloul sheet).

geological map of Morocco (1/100000, Agadir Melloul sheet). F IG . 4.15 : Plis à vergence

FIG. 4.15 : Plis à vergence sud dans la Fm d’Adoudou à la bordure sud-ouest de la boutonnière d’Ighry, près d’Ifri. FIG. 4.15 : Southward vergent folds in the Adoudou Fm at the southwestern edge of the Ighry inlier, close to Ifri.

tué par un spectaculaire conglomérat polygénique (fig.4.17A). C'est un dépôt d'âge NpIII à éléments de na- ture et taille très variables, celle-ci atteignant plusieurs m 3 . Les éléments de forme anguleuse à subarrondie sont de na- ture granitique, gneissique, migmatitique ou basique et sont emballés dans une matrice gréseuse à microconglo- mératique rouge (fig.4.17B). Les éléments montrent loca- lement une imbrication apparente qui suggère un courant du SE vers le NW. Les différents éléments représentent les faciès habituels qu’on retrouve dans les boutonnières voi-

sines plus au sud (Agadir Melloul, Iguerda). Ils provien- nent donc de l’érosion d’un substratum précambrien proche, ce qui s’accorde avec le caractère grossier du dépôt. On note cependant l’absence d’éléments de quart- zite, bien que les affleurements quartzitiques de l’Adrar Takoucht soient peu au nord. Ce conglomérat provient ainsi de l’érosion du substratum profond après une impor- tante exhumation. Route : Revenir par la même piste jusqu’à la route princi- pale et prendre vers l’est jusqu’au col Tizi-n-Tarhatine.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

117

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL 117 F IG . 4.16 : Les travertins d’Ifri (vue vers

FIG. 4.16 : Les travertins d’Ifri (vue vers le SE). Noter l’aménagement d’habita- tions troglodytes. FIG. 4.16 : South-eastward view of the Ifri travertines. Note the troglodytic caves.

Arrêt J4.10 : La double discordance du Tizi n’Tarhatine (GPS : 30°27'19,17"N ; 7°40'30,37"W)

Le Tizi-n’Tarhatine est le col que franchit la route natio- nale (N10, ex-P32) entre Taliouine et Tazenakht. Il est conseillé de parquer son véhicule avant ou après le col, car le manque de visibilité rend la circulation, à cet endroit, particulièrement dangereuse. Dans les deux cas une petite marche est nécessaire pour accéder à l’affleurement. Le Tizi-n’Tarhatine est l’un des sites géologiques les plus visités de l’Anti-Atlas, depuis que L. Neltner y a décrit, dès 1938, une double discordance, d’une part entre les quartzites de « l’Algonkien » (notre Néoprotérozoïque in- férieur) et les micaschistes de « l’Archéen » (en fait, le Pa- léoprotérozoïque), et d’autre part entre « l’Algonkien » et « l’Infracambrien » (Adoudounien, Cambrien inférieur). La première discordance est visible sur la coupe le long du versant nord de l’oued à gauche de la route (fig. 4.18). Elle montre d’une façon spectaculaire une pile de strates quart- zitiques (J. Tayssa) reposant en discordance majeure sur un substratum micaschisteux à foliation redressée. Au-delà dans le massif du Tayssa, les quartzites restent disposés en crêtes parallèles alignées NE-SW sur plusieurs kilomètres, formant ainsi une épaisse pile en pendage moyen vers le NW. Il est probable que plusieurs accidents (chevauche- ments ou failles normales) soient responsables de cette grande puissance. Pour observer les formations du socle ancien (chaîne éburnéenne), une coupe s’offre le long de la route sur son parement sud. Il s’agit de schistes et mi- caschistes contenant par endroit des minéraux de méta- morphisme de contact. Plusieurs filons de pegmatite de puissance métrique sont boudinés dans les plans de folia- tion, et par endroit plissés. Des dykes basiques se mettent en place parallèlement aux plans de foliation.

se mettent en place parallèlement aux plans de foliation. F IG . 4.17 : Le conglomérat

FIG. 4.17 : Le conglomérat de l’assif n-Warhmoud ; A) Vue du conglomérat néo- protérozoïque (NpIII) sous les terrasses encroûtées incisées par la rivière ; B) Dé- tail du conglomérat polygénique et hétérométrique.

FIG. 4.17 : The assif n-Warhmoud Late Neoproterozoic conglomerates ; A) View of the conglomerate under the quaternary encrusted terraces incised by the assif (river); B) Detail of the polygenic and heterometric conglomerates.

Pour analyser le contact entre socle et quartzites, il faut descendre dans l’oued et escalader son versant nord. Les premiers niveaux quartzitiques sont dépourvus d’horizon conglomératique, mais la présence de poches d’arkoses conglomératiques rubéfiées suggére une discordance su- baérienne. Des fentes de dessication sont d’ailleurs pré- sentes dans les quartzites eux-mêmes (Choubert et al., 1970). Cependant, plusieurs critères montrent que cette discordance a été remobilisée ultérieurement (stries sub- horizontales, fentes en échelon, cataclase à la base des quartzites et perturbation de la foliation à l’approche de ce contact). La présence d’un décollement entre socle ancien et couverture quartzitique est d’ailleurs impliquée par le plissement de la couverture quartzitique observé juste au NW (Choubert et al., 1970). Notons que dans les autres boutonnières de l’Anti-Atlas (excepté localement dans celle d’Agadir-Melloul ; cf. fig. 4.12C), le contact quart- zites-socle ancien est avant tout de nature tectonique (ci- saillement, chevauchement, faille normale), ce qui fait tout l’intérêt du Tizi n’Tarhatine, où la remobilisation de la dis- cordance est restée modérée.

118

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3 F IG . 4.18 : La

FIG. 4.18 : La première discordance du Tizi n’Taghatine, entre les quartzites du Néoprotérozoïque inférieur et les micaschistes à filons de pegmatite du Paléoprotérozoïque (Eburnéen). Vue prise de la route, regard vers le nord.

FIG. 4.18 : The first main unconformity of Tizi n’Taghatine, between the lower Neoproterozoïc quartzites and the Paleoproterozoïc (Eburnean) micaschists with pegmatite dykes. Northward view taken from the road.

with pegmatite dykes. Northward view taken from the road. F IG . 4.19 : Deuxième discordance

FIG. 4.19 : Deuxième discordance majeure du Tizi n’Taghatine, entre l’ensemble Néoprotérozoïque terminal-Adoudounien et le socle micaschisteux paléo- protérozoïque. Le point triple entre les calcaires adoudouniens et les séries volcano-détritiques NpIII traduit une légère discordance entre le Néoprotérozoïque terminal et le Cambrien (Vue vers le sud depuis la discordance précédente).

FIG. 4.19 : The second unconformity of Tizi n’Taghatine, between the Late Neoproterozoic -Adoudounien and the Paleoproterozoic micaschists. The triple junction between Adoudounian limestones and PIII volcano-detrital series points to a light unconformity between late Neoproterozoic and marine Cambrian deposits (Southward view from the previous unconformity).

On soulignera à cette occasion l’absence de tout dépôt at- tribuable au Mésoprotérozoïque, ici comme dans tout le domaine ouest-africain (cf. Gasquet et al., 2005, 2008). Un hiatus de plus d’un milliard d’années est donc exposé dans le site du Tizi n’Tarhatine, entre le socle éburnéen (~2Ga) et sa couverture néoprotérozoïque (< 1Ga).

Depuis le versant nord de l’oued, on observera aussi, sur le versant opposé, la seconde discordance du Tizi-n- Tarhatine (fig. 4.19). Les micaschistes du socle, à foliation redressée, sont recouverts à l’ouest par des dépôts volcano- détritiques (NpIII) qui se trouvent rapidement biseautés vers l’ENE par la transgression des carbonates adoudouniens. Ces derniers recouvrent aussi bien le socle paléoprotéro-

zoïque (Eburnéen) que les quartzites néoprotérozoïques sur tout le flanc oriental du J. Tayssa. Les quartzites de Jbel Tayssa constituaient donc un paléorelief avant la première transgression marine cambrienne. Route : Quitter le Tizi-n-Tarhatine et se diriger vers l’est en traversant l’Adoudounien. Avant d’arriver aux reliefs des Calcaires supérieurs, prendre une piste à gauche (GPS :

30°27'37,68"N ; 7°37'25,87”W). Elle circule vers le NE dans du Quaternaire recouvrant partiellement la Série lie- de-vin (Taliouinien). En face se dresse une première col- line coiffée par une coulée phonolitique sombre. Poursuivre la piste jusqu’à la deuxième colline de Tikniouine et mon- ter jusqu’au pied de la falaise. Cette dernière est un lieu touristique célèbre pour ses azibs troglodytes.

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

119

Arrêt J4.11 : Le Miocène et le volcanisme alcalin néogène du Jbel Tikniouine (GPS : 30°28'23,93"N ; 07°37'26,62"W)

Il s’agit ici de dépôts subhorizontaux d’âge Miocène, com- posés de carbonates bréchiques, marnes et rares tufs, cha- peautés par une coulée de lave phonolitique (fig. 4.20). De Tikniouine, on peut voir, vers le nord, la série d’Aghzdis avec deux coulées de phonolites intercalées dans le Mio- cène. Ces coulées ont une grande extension régionale et sont attribuées au stratovolcan du Siroua (Sirwa), daté du Miocène supérieur-Pliocène (10.8 à 2.7 Ma, Berrahma et al., 1993). Le contexte et la signification géodynamique de ce volcanisme alcalin, associé à une anomalie mantellique,

sont évoqués dans le vol. 1 des Nouveaux Guides (fig. 19). Route : On reprend la route en sens inverse vers Taliouine, en revoyant les paysages sous un autre angle. On atteint les faubourgs de la ville en face de la kasbah en ruine d’El Glaoui, le célèbre pacha de la période du protectorat fran- çais. La route traverse l’oued Zegmouzen, affluent de l’oued Souss, puis entre à Taliouine, « la capitale du safran ». Remerciements : L’un des Auteurs (A. S) et l’Editeur (A. M.) ont bénéficié de l’appui de l’ONHYM et de l’AMST pour la préparation de ce circuit (journée J4) en nov. 2009. Les Auteurs remercient chaleureusement André Michard pour ses remarques et orientations constructives qui ont lar- gement contribué à l’amélioration du texte et des figures.

contribué à l’amélioration du texte et des figures. F IG . 4.20 : La couverture néogène

FIG. 4.20 : La couverture néogène à l’est de la boutonnière d’Ighry : deux coulées de phonolites (volcanisme du Siroua) inter- calées dans le Miocène formé de marno-calcaires bréchiques et de tufs. Noter les azibs (réserves, caves) troglodytes de la col- line touristique de Tikniouine.

FIG. 4.20 : The Neogene cover in the east of the Ighry inlier : two phonolite lava flows (Siroua volcanism) interlayered with Miocene breccias, limestones, marls and tuffs. Note the troglodytic azibs (cellars) of the Tikniouine touristic hill.

120

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Références

AARAB E.M., RAHIMI A. & ROCCI G. (1994) : Un exemple de différencia- tion transverse: le Grand Dyke de Foum Zguid (Anti-Atlas, Maroc). C.R. Acad. Sci., 319, II, 209-215.

ADMOU H. (1989) : Etude structurale de la chaîne panafricaine dans la suture ophiolitique de Bou Azzer El Graara (Anti-Atlas central, Maroc). Géométrie et cinématique, Données pétrographiques et géochi- miques. Thèse 3 è Cycle, Univ. Cadi Ayyad, Marrakech, 156 p.

ADMOU H., RAZIN PH., YUBI N., SOULAIMANI A., BLEIN O., CHÈVREMONT PH., GASQUET D., BARBANSON L., BOUABDELLI M,ANZAR CONSEIL

(sous presse). Notice de la carte géologique d’Aït Ahmane au 1/50000. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° xxx.

ÁLVARO J.J. & CLAUSEN S. (2005) : Major geodynamic and sedimentary constraints on the chronostratigraphic correlation of the Lower- Middle Cambrian transition in the western Mediterranean region. Geosci. J., 9, 145-160.

ALVARO J.J., EZZOUHAIRI H., VENNIN E., RIBEIRO M.L., CLAUSEN S., CHARIF

A., AYAD N.A. & MOREIRA M.E. (2006) : The Early-Cambrian Boho volcano of the El Graara massif, Morocco : Petrology, ge- odynamic setting and coeval sedimentation. J. Afr. Earth. Sci., 44, 396-410.

ALVARO J.J., FERRETTI A., GONZÁLEZ-GÓMEZ C., SERPAGHI E., TORTELLO

M.F., VECOLI M. & VIZCAINO D. (2007) : A review of the Late Cambrian (Furongian) paleogeography in the western Mediter- ranean region, NW Gondwana. Earth. Sci. Rev., 85, 47-81.

ANDRÉ J.P., BOISSIN J.P., CORSINI M. & RENARD J.P. (1987) : Sur le Cam- brien de la région de Casablanca (Maroc). Bull. Soc. Géol. Fr., 6,

1161-1170.

BAIDDER L., RADDI Y., TAHIRI M. & MICHARD A. (2008) : Devonian ex- tension of the Panafrican crust north of the West African Craton, and its bearing on the Variscan foreland deformation : evidence from eastern Anti-Atlas (Morocco), in N. Ennih & J.P. Liégeois (eds.), Geol. Soc. London Spec. Publ., 297, 449-461.

BERRAHMA M., DELALOYE M., FAURE-MURET A. & RACHIDI H.N. (1993) :

Première données géochronologiques sur le volcanisme alcalin du Jbel Saghro, Anti-Atlas, Maroc. J. Afr. Earth. Sci., 17, 333-341.

BILLAUD P. (1977). Les structures tectoniques panafricaines du gisement de cuivre de Bleïda (Anti-Atlas, Maroc). Thèse, Montpellier, 60 p.

BLEIN O., RAZIN PH., CHÈVREMONT PH., BAUDIN T., GASQUET D., SOULAI- MANI A., ADMOU H., YOUBI N., BOUABDELLI M., ANZAR CONSEIL

(sous presse) : Notice de la carte géologique d’Alougoum. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n°xxx.

BODINIER J.L., DUPUY C., & DOSTAL J. (1984) : Geochemistry of Precam- brian ophiolites from BouAzzer, Morocco. Contrib. Mineral. Pe- trol., 87, 43-50.

BONDON J. & NELTNER L. (1933) : Sur la série cambrienne des plateaux du Drâa (Sud du Maroc) et la présence du Géorgien dans cette série. C.R. Acad. Sci., 197, 170-172.

BOUDDA A., CHOUBERT G. & FAURE-MURET A. (1979). Essai de stratigra- phie de la couverture sédimentaire de l’Anti-Atlas :Adoudounien- Cambrien inférieur. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 271, 1-96.

Bouougri E. (1992) : Les séries sédimentaires du Précambrien II inférieur de l'Anti-Atlas central (Taghdout, Tachdamt, Bleïda) : Exemple de sédimentation de craton et de marge en distension. Thèse 3 ème C, Univ. Cadi Ayyad, Marrakech, 229 p.

BOUSQUET R., EL MAMMOUN R., SADDIQI O., GOFFÉ B., MÖLLER A. &

MADI A. (2008) : Mélange and ophiolites during the Pan-African orogeny: the case of the Bou Azzer ophiolitic suite (Morocco). In: Ennih, N. & Liégeois, J.P. (Eds), The Boundaries of the West African Craton. Geol. Soc. London Spec. Publ., 297, 233-247.

BUGGISCH W. & SIEGERT R. (1988) : Paleogeography and facies of the ‘grès

terminaux’ (uppermost Lower Cambrian, Anti-Atlas/Morocco). In :

Jacobshagen, V.H. (ed.), TheAtlas System of Morocco. Studies on its Geodynamic Evolution. Lect. Not. Earth Sci., 15, 107-121.

CAHEN L., CHOUBERT G., HINDERMEYER J., & HOLLAND H. (1953) : Sur la présence probable de tillites dans le Précambrien III de l'Anti- Atlas central : C. R. Hebd. Acad. Sci., 236, p. 1291-1293.

CHBANI B., BEAUCHAMP J., ALGOUTI A. & ZOUHAIR A. (1999). Un enregis- trement sédimentaire éocambrien dans un bassin intracontinental en distension : le cycle « conglomérats de base - unité calcaire – grès de Tikirt » de Bou Azzer-El Graara (Anti-Atlas central, Maroc). C. R. Acad. Sci., 329 317-323.

CHÈVREMONT PH., BLEIN O., RAZIN PH., BAUDIN T., BARBANSON L., GAS- QUET T D., SOULAIMANI A., ADMOU H., YOUBI N., BOUABDELLI

M. ANZAR CONSEIL (sous presse) : Notice de la carte géologique de Bou Azzer. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n°xxx.

CHOUBERT G. (1947) : L'accident majeur de l'Anti-Atlas. C. R. Geoscience, 234, 1172-1173.

CHOUBERT G. (1952). Le volcan géorgien de la région d’Alougoum (Anti- Atlas). C.R. Acad. Sci., Paris, 234 (3), 350-352.

CHOUBERT G. (1963a) : Histoire géologique du Précambrian de l’Anti- Atlas : t. 1, Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 162, 352 p.

CHOUBERT G. (1963b) : Carte géologique de la région de Bou Azzer-El Graara, Anti-Atlas central, 1/100000. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 162.

CHOUBERT B. & FAURE-MURET A. (1970) : Colloque international sur les corrélations du Précambrien, Agadir-Rabat, 3-23 mai 1970, et li- vret-guide de l’excursion :Anti-Atlas occidental et central. Notes et Mém. Serv. géol. Maroc, n° 229, 259 p.

CHUMAKOV N.M. (1965) : Precambrian tillites rocks of lissr. Intern. Geol. Rev., 8, 6, p. 391-403. Clauer N. (1976) : Chimie isotopique du Strontium des milieux sédimentaires. Application à la géochro- nologie de la couverture du Craton Ouest-Africain. Sci. géol., Mé- moire, 45, Strasbourg, 256 p.

D’LEMOS R.S., INGLIS J.D. & SAMSON S.D. (2006) : A newly discovered orogenic event in Morocco : Neoproterozoic ages for supposed Eburnean basement of the Bou Azzer inlier, Anti-Atlas Moun- tains. Precamb. Res., 147, 1-2, 65-78.

DESTOMBES J. (1968a) : Sur la présence d’une discordance générale de ra- vinement d’âge Ashgill supérieur dans l’Ordovicien terminal de l’Anti-Atlas (Maroc). C.R. Acad. Sci., (D) 267, 565-567.

DESTOMBES J. (1968b) : Sur la nature glaciaire des sédiments du groupe du 2 e Bani,Ashgill supérieur de l’Anti-Atlas, Maroc. C.R. Acad. Sci., (D) 267, 684-686.

DESTOMBES J. (1971) : L’Ordovicien au Maroc. Essai de synthèse strati- graphique. Mém. BRGM, 73, 237-263.

DESTOMBES J. (2006) : Mémoire explicatif des cartes géologiques au 1/200000 de l’Anti-Atlas marocain. Paléozoïque inférieur. Cam- brien moyen et supérieur-Ordovicien-Base du Silurien. Région de Zagora-Coude du Draa. Notes et Mém. Serv. géol. Maroc, 90bisA.

DESTOMBES J. & FEIST R. (1987) : Découverte du Cambrien supérieur en Afrique (Anti-Atlas central, Maroc). C.R. Acad. Sci., 304, 719-724.

DESTOMBES J., HOLLARD H. & WILLEFERT S. (1985) : Lower Palaeozoic rocks of Morocco. In : Holland, C.H. (ed.), Lower Palaeozoic Rocks of the World, vol. 4. Lower Palaeozoic Rocks of Northwest and West-CentralAfrica. John Wiley & Sons, Chichester, 91-336.

DUCROT J. & LANCELOT J.R. (1979) : Datation à 615 Ma de la granodiorite de Bleïda et conséquences sur la chronologie des phases tecto- niques, métamorphiques et magmatiques panafricaines dans l’Anti- Atlas marocain. Bull. Soc. Géol. Fr., 7, XXI, 4, 495-499.

DUCROT J. & LANCELOT J.R. (1977) : Problème de la limite Précambrien- Cambrien : étude radiochronologique par la méthode U/Pb sur

CIRCUIT C5 : ANTI-ATLAS CENTRAL

121

zircons du volcan du Jebel Boho (Anti-Atlas marocain). Canad. J. Earth. Sci.,14, 12, 2771-2777.

EL HADI H.E., SIMANCAS J.F., MARTÍNEZ-POYATOS D., AZOR A., TAHIRI A.,

MONTERO P., BEA C.M. & GONZÁLEZ-LODEIRO F. (2010) : Struc- tural and geochronological constraints on the evolution of the Bou Azzer Neoproterozoic ophiolite (Anti-Atlas, Morocco). Precambr. Res., doi :10.1016/j. precamres.2010.06.011.

GASQUET D., ENNIH N., LIÉGEOIS J.P., SOULAIMANI A. & MICHARD A.

(2008): The Pan-African Belt. In : Michard A., Saddiqi O., Cha- louan A., Frizon de Lamotte D. (Eds.). Continental Evolution :

The Geology of Morocco, Springer Verl., 33-64.

GASQUET D., LEVRESSE G., CHEILLETZ A., AZIZI-SAMIR M.R. & MOUTTAQI

A. (2005) : Contribution to a geodynamic reconstruction of the

Anti-Atlas (Morocco) during Pan-African times with the empha- sis on inversion tectonics and metallogenic activity at the Pre-

cambrian-Cambrian transition. Precambr. Res., 140, 157-182.

GEYER G. & LANDING E. (1995) : The Cambrian of the Moroccan Atlas re- gion. In : Geyer, G. & Landing, E. (eds), Morocco’95 – The Lower-Middle Cambrian Standard of Western Gondwana. Beringeria, Spec. Iss., 2, 7-46.

GEYER G. & LANDING E. (2004) : A unified Lower-Middle Cambrian chronostratigraphy for West Gondwana. Acta Geol. Polon., 54,

233-273.

GUTIÉRREZ-MARCO J.C., DESTOMBES J., RÁBANO I., ACEÑOLAZA G.F.,

SARMIENTO G.N. & SAN JOSÉ M.A. (2003) : El Ordovícico Medio delAnti-Atlas marroquí : paleobiodiversidad, actualización bioes- tratigráfica y correlación. Geobios, 36, 151-177.

HAMOUMI N., RABANO I., GUTIERREZ-MARCO J.C., EL MAAZOUZ B., BEN- DOUIDA M., CHAKRONE CH., BENSAOU M., LAAOUAR R., DE SANJOSE M.A., ARAMBURU C., EL ARCHI A. EZZOUHAIRI H. & LAKHLOUFI A.

(1994) : Early Paleozoic evolution in NW Gondwana, guide book, 2nd Intern. Meet. Morocco, I.G.C.P., 351, 118 p.

HEFFERAN K., KARSON J.A. & SAQUAGUE A. (1992) : Proterozoic colli- sional basin in a Pan African suture zone, Anti-Atlas mountains. Precambr. Res., 54, 295-319.

HEFFERAN K.P.,ADMOU H., HILAL R., KARSON J.A., SAQUAQUE A., JUTEAU

T., BOHN M.M., SAMSON S.D. & KORNPROBST J.M. (2002) : Pro-

terozoic blueschist-bearing melange in theAnti-Atlas Mountains,

Morocco. Precambr. Res., 118, 179-194.

HOLLARD H. (1980) : Principaux caractères des formations dévoniennes de l’Anti-Atlas. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 308, 15-21.

HOLLARD H. (1973). La mise en place au Lias des dolérites dans le Paléo- zoïque moyen des plaines du Drâa et du bassin de Tindouf (Sud de l’Anti-Atlas central, Maroc). C. R. Acad. Sci., 277, 553-556.

HUPÉ P. (1953) : Contribution à l’étude du Cambrien inférieur et du Pré- cambrien III de l’Anti-Atlas marocain. Notes et Mém. Serv. géol. Maroc, 103, 402 p.

HUPÉ P. (1955) : Indices d’une phase tectonique salaïrienne dans l’Anti- Atlas marocain. C.R. Acad. Sci., 241, 971-973.

INGLIS J.D., D'LEMOS R.S., SAMSON S.D. & ADMOU H. (2005). Geochrono- logical constraints on Late Precambrian intrusion, metamorphism, and tectonism in theAnti-Atlas Mountains. J. Geol., 113, 439-450.

INGLIS J.D., MACLEAN J.S., SAMSON S.D., D'LEMOS R.S., ADMOU H. & HEFFERAN K. (2004) : A precise U-Pb zircon age for the Bleïda granodiorite, Anti-Atlas, Morocco: implications for the timing of deformation and terrane assembly in the easternAnti-Atlas. J. Afr. Earth Sci., 39, 277-283.

JANSEN U., BECKER G., PLODOWSKI G., SCHINDLER E., VOGEL O. & WED-

DIGE K. (2004) : The Emsian to Eifelian near Foum Zguid (NE Dra Valley, Morocco). Devonian of the western Anti-Atlas : cor- relations and events. Doc. Inst. Sci, Rabat, 19, 19-28

KNIGHT K.B, NOMADE S., RENNE P.R., MARZOLI A., BERTRAND H. & YOUBI

N. (2004) : The Central Atlantic Magmatic Province at the Trias- sic–Jurassic boundary : paleomagnetic and 40 Ar/ 39 Ar evidence from Morocco for brief, episodic volcanism. Ear. Planet. Sci. Let., 228, 143-160.

LANDING E., GEYER G. & HELDMAIER W. (2006) : Distinguishing eustatic and epeirogenic controls on Lower-Middle Cambrian boundary successions in West Gondwana (Morocco and Iberia). Sedimen- tology, 53, 899-918.

LE HERON D.P., GHIENNE J.F., EL HOUICHA M., KHOUKHI Y. & RUBINO J.L.

(2007). Maximum extent of ice sheets in Morocco during the Late Ordovician glaciation. Palaeogeogr., Palaeoclimat., Palaeoecol., 245, 200-226.

LEBLANC M. (1973) : Le grand dyke de dolérite de l'Anti-Atlas et le mag- matisme jurassique du Sud marocain. C. R. Acad. Sci., D, 276,

2943-2946.

LEBLANC M. (1975) : Ophiolites précambriennes et gîtes arséniés de cobalt (Bou-Azzer, Maroc). Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 280, 306 p.

LEBLANC M. (1974) : Minéralisations cuprifères et volcanisme albitophy- rique dans les ophiolites précambriennes de Bou Azzer (Anti- Atlas, Maroc), Bull. Volc., 38,1095-1109.

LEBLANC M., LANCELOT J.R. (1980) : Interprétation géodynamique du do- maine panafricain de l’Anti-Atlas (Maroc) à partir de données géologiques et géochronologiques. Can. J. Ear. Sci., 17, 142-155.

LOI A., GHIENNE J.F., DABARD M.P., PARIS F., BOTQUELEN A., CHRIST N., ELAOUAD-DEBBAJ Z., GORINI A., VIDAL M., VIDET B. & DES-

TOMBES J. (2010) : The Late Ordovician glacio-eustatic record from a high-latitude storm-dominated shelf succession : The Bou Ingarf section (Anti-Atlas, Southern Morocco). Palaeogeogr., Pa- laeoclimat., Palaeoecol., 296, 332-358.

MARRANTE A. (2008) : Architecture et dynamique des systèmes sédimen- taires silico-clastiques sur « la plate-forme géante » nord-gond- wanienne. L’Ordovicien moyen de l’Anti-Atlas marocain. Thèse Univers. Bordeaux, 3, 219 p.

MONTENAT C., BARRIER P., OTT D'ESTEVOU P. & HIBSCH P. (2007) : Seis- mites : An attempt at analysis and classification. Sedim. Geol., 196, 5-30.

MOUTTAQI A. & SAGON J.-P. (1999) : Le gisement de cuivre de Bleïda (Anti-Atlas central) ; une interference entre les processus de rem- placement et d'exhalaison dans un contexte de rift. Chron. Rech. Min., 536, 537, 5-21.

MOUTTAQI A. (1997) : Hydrothermalisme et minéralisations en relation avec le rifting protérozoïque supérieur : exemple du gisement de cuivre de Bleïda (Anti-Atlas, Maroc). Thèse Doct. ès-Sci, Univ. Cadi Ayyad, Marrakech, 280 p.

MRINI Z. (1993) : Chronologie (Rb-Sr, U-Pb), traçage isotopique (Sr-Nd- Pb) des sources des roches magmatiques éburnéennes, panafri- caines et hercyniennes du Maroc. Thèse Doct. ès-Sci., Univ. Cadi Ayyad, Marrakech, 227 p.

NAIDOO D.D., BLOOMER S.H., SAQUAQUE A. & HEFFERAN K. (1991) : Geo- chemistry and significance of metavolcanic rocks from the Bou Azzer-El Graara ophiolite (Morocco). Precambr. Res., 53, 79-97.

NELTNER L. (1938) : Etudes géologiques dans le Sud marocain (HautAtlas et Anti-Atlas). Notes Mém. Serv. Min. Cart. Géol. Maroc, 42, 298 p.

ODIN G.S. (1982) : Numerical dating in stratigraphy. 2 vol., J. Wiley, Chish- ester., 1040 p.

OUANAIMI H. (1992) : Le Géorgien terminal-Acadien du sud-est marocain:

interprétation en termes de stratigraphie séquentielle. C. R. Acad. Sci., 314, 807-813.

OUANAIMI H. (1998) : Le passage Ordovicien-Silurien à Tizi n’Tichka (Haut Atlas, Maroc) : variations du niveau marin. C.R. Acad.

122

NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 3

Sci.,, 326, 65-70. OUANAIMI H. & LAZREQ N. (2008) : The ‘Rich’ group of the Drâa Basin (Lower Devonian,Anti-Atlas, Morocco) : an integrated sedimen- tary and tectonic approach. Geol. Soc., London, Spec. Publ. 297,

467-482.

OUKASSOU M., SADDIQI O., SEBTI S., MICHARD A., BARBARAND J. (2011) :

Mouvements verticaux dans l’Anti-Atlas (Maroc). Apport de la thermochronologie par traces de fission. Cahiers de la Recherche, Univ. Hassan II, Casablanca, sous presse. RAHIMI A. (1988) : Le grand dyke jurassique de foum Zguid (Anti-Atlas Maroc), un exemple de différenciation magmatique : pétrogra- phie, minéralogie, géochimie. Thèse 3 ème C., Univ. Cadi Ayyad, Marrakech, 177 p. SAADI M. (1973) : Les gisements de cuivre de Bleïda (Graara, Anti-Atlas, Maroc) in les roches plutoniques dans leurs rapports avec les gîtes minéraux. Coll. Sei. Intern. E. Raguin, Masson édit, 288-290. SAMSON S.D., INGLIS J.D., D'LEMOS R.S., ADMOU H., BLICHERT-TOFT J. & HEFFERAN K. (2004) : Geochronological, geochemical, and Nd-Hf isotopic constraints on the origin of Neoproterozoic plagiogran- ites in the Tasriwine ophiolite, Anti-Atlas orogen, Morocco. Pre- cambr. Res., 135, 133-147.

SAQUAQUE A., ADMOU H., KARSON J., HEFFERAN K. & REUBER I. (1989) :

Precambrian accretionary tectonics in the Bou Azzer-El Graara region, Anti-Atlas, Morocco. Geology, 17, 1107-1110.

SCHIAVO A., TAJ EDDINE K., ALGOUTI AH., BENVENUTI M., DAL PIAZ G.V., EDDEBBI A., EL BOUKHARI A., LAFTOUHI N., MASSIRONI M., MORATTI G., OUANAIMI H., PASQUARÈ G., VISONÀ D. (2007) :

Carte Géologique du Maroc au 1/50000, feuille Imtir - Notice ex- plicative. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 518bis. SEBAI A., FERAUD G., BERTRAND H. & HANES J. (1991) : 40 Ar/ 39 Ar dating and geochemistry of tholeiitic magmatism related to the early opening of the Central Atlantic rift. Earth. Planet. Sci. Lett., 104,

455-472.

SILVA P. F., HENRY B., MARQUES F.O., MATEUS A., MADUREIRA P. LOURENC

N. & MIRANDA J.M (2006) : Variation of magnetic properties in sedimentary rocks hosting the Foum Zguid dyke (southern Mo- rocco): Combined effects of re-crystallization and Fe-metasoma- tism. Earth. Planet. Sci. Lett., 241, 978-992. SOULAIMANI A. & BURKHARD M. (2008) : TheAnti-Atlas chain (Morocco) :

the southern margin of the Variscan belt along the edge of the West African Craton. In : N. Ennih & J.-P. Liégeois, Eds., The

boundaries of the WestAfrican Craton. Geol. Soc, London, Spec. Publ., 297, 429-448.

SOULAIMANI A., BOUABDELLI M. & PIQUÉ A. (2003) : L’extension conti- nentale au Protérozoïque terminal - Cambrien basal dans l'Anti- Atlas (Maroc). Bull. Soci. géol. Fr., 174, 1, 83-92

SOULAIMANI A., RAZIN PH., YOUBI N., BARBANSON L.,ADMOU H., BLEIN O., GASQUET D., BOUABDELLI M, ANZAR CONSEIL (sous presse, a) :

Notice de la carte géologique d’Al Glo’a au 1/50 000. Notes Mém. Serv. Géol. Maroc, xxx (sous presse)

SOULAIMANI A., FEKKAK A., ÉGAL E., ROGERJ., YOUBI N., RAZIN PH., BLEIN

O. & BAUDIN T. (sous presse, b) : Carte géologique Maroc

(1/50000), feuille Al Glo’a. Notes Mém. Serv. Géol. Maroc, xxx.

THOMAS R.J., CHEVALLIER L.P., GRESSE P.G., HARMER R.E., EGLINGTON

B.M., ARMSTRONG R.A., DE BEER C.H., MARTINI J.E.J., DE KOCK G.S. & MACEY P.H. (2002) : Precambrian evolution of the Sirwa Window,Anti-Atlas Orogen, Morocco. Precambr. Res., 118, 1-57.

THOMAS R.J., FEKKAK A., ERRAMI E., LOUGHLIN S.C., GRESSE P.G.,

CHEVALLIER L.P. & LIEGEOIS J.-P. (2004) :Anew lithostratigraphic framework for theAnti-Atlas Orogen, Morocco. J. Afr. Earth Sci., 39, 217-226.

THORP M., GLANVILLE P., STOKES S. & BAILEY R.M. (2002) : Preliminary optical and radiocarbon age determinations for Upper Pleistocene alluvial sediments in the southern Anti-Atlas Mountains, Mo- rocco. C. R. Geoscience, 334, 903-908.

VIDAL M. (1998) : Le modèle des biofaciès à trilobites : un test dans l’Or- dovicien inférieur de l’Anti-Atlas, Maroc. C. R. Acad. Sci., 327,

327-333.

VIDET B., PARIS F., RUBINO J.L., BOUMENDJEL K., DABARD M.P., LOI, A., GHIENNE J.F., MARRANTE A. & GORINO A. (2010). Biostrati- graphical calibration of third order Ordovician sequences on the northern Gondwana platform. Palaeogeogr., Palaeoclimat., Pa- laeoecol., 296, 359-375.

WAFIK A.,ADMOU H., SAQUAQUE A., EL BOUKHARI A. & JUTEAU T. (2001):

Les minéralisations sulfurées à Cu-Fe et les altérations associées dans les ophiolites protérozoïques de Bou Azzer et de Khzama (Anti-Atlas, Maroc), Ofioliti, 26, 47-62.

YAZIDI A., BENZIANE F., WALSH G.J., HARRISON R.W., SAADANE A., YAZIDI

M., QUICK J.E., EL FAHSSI A., ALEINIKOFF J.N., EJJAOUANI H., &

KALAI, M. (2008) : Carte géologique du Maroc au 1/50000 ;

feuille Aït Semgane : Rabat, Serv. Géol. Maroc.